OMC  E-­‐‑Learning  

OMC    E-­‐‑Learning  –  Copyright  ©  Juin  2013  

L'ʹOMC  et   l'ʹéconomie  du   commerce:    Théorie   et  politique  

Introduction  
Ce cours multimédia a pour sujet "L'OMC et l'économie du commerce: Théorie et politique". Il comprend un texte explicatif, des questions fréquemment posées et un questionnaire d'auto-évaluation grâce auquel vous pouvez mesurer votre compréhension du cours. intitulée "L'OMC: Fondements économiques". But de cette présentation Le but de cette présentation multimédia est d'offrir un support théorique permettant de comprendre les effets de la libéralisation des échanges et ceux de la protection. Nous chercherons aussi à comprendre pourquoi les pays mènent des politiques de libéralisation des échanges dans le cadre de l'OMC, c'est-à-dire pourquoi ils négocient et s'engagent, par exemple, à consolider leurs droits de douane plutôt que de procéder à une libéralisation unilatérale. échanges. I. Gains procurés par le commerce La présentation est divisée en quatre parties. La première donne un aperçu des principaux résultats de la littérature théorique sur l'économie internationale des effets de la libéralisation des Il est également accompagné d'une présentation vidéo

Pour commencer, j'examinerai en particulier les gains procurés par le commerce dans différents contextes, allant des situations où les pays commercent ensemble parce que leur niveau technologique est différent, jusqu'à celles où ils ont des dotations différentes en ressources – capital, travail ou terres. Et pour finir, deux situations où les pays font du commerce bien qu'ils soient similaires. II. Effets de répartition des revenus

Dans tous ces cas, j'expliquerai que le commerce procure des gains, mais qu'il peut aussi avoir des effets de répartition des revenus. En effet, à l'intérieur de chaque pays, certaines catégories seront gagnantes, et La libéralisation des échanges entraîne également des coûts d'autres subiront éventuellement des pertes. faire pour réduire ces coûts au minimum. III. Politique commerciale et développement

d'ajustement. Nous expliquerons ce que cela signifie et nous examinerons ce que les pouvoirs publics peuvent

Dans la troisième partie, nous examinerons les données qui démontrent l'importance de la libéralisation des échanges pour le développement. IV. Nécessité d'un engagement multilatéral

Dans la dernière partie, nous expliquerons les raisons d'engager des négociations multilatérales et de prendre des engagements de libéralisation des échanges au moyen d'un accord international.

Table des matières
I. GAINS PROCURÉS PAR LE COMMERCE .............................................................................................. 1 I.A. LES TROIS PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE LA THÉORIE DU COMMERCE INTERNATIONAL ........................................................................................................... 1 I.B. II. D'OÙ PROVIENNENT CES GAINS? ................................................................................... 1

EFFETS DE RÉPARTITION DU REVENU .............................................................................................. 6 II.A. II.B. COMMERCE ENTRE PAYS SIMILAIRES.............................................................................. 7 COÛTS D'AJUSTEMENT .................................................................................................. 9

III.

POLITIQUE COMMERCIALE ET DÉVELOPPEMENT ............................................................................... 12 III.A. III.B. III.C. QUELS SONT LES INSTRUMENTS DE POLITIQUE COMMERCIALE? ..................................... 12 QUELLE EST L'INCIDENCE D'UN DROIT D'IMPORTATION? ................................................ 13 POURQUOI LES GOUVERNEMENTS IMPOSENT-ILS DES DROITS D'IMPORTATION? .............. 14 III.C.1. ARGUMENT DES TERMES DE L'ÉCHANGE ........................................................... 15 III.C.2. ARGUMENT DES INDUSTRIES NAISSANTES ....................................................... 15 III.C.3. ARGUMENT DE LA POLITIQUE COMMERCIALE STRATÉGIQUE ............................... 16 III.C.4. AUTRES ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA PROTECTION ........................................ 17

IV.

NÉCESSITÉ D'UN ENGAGEMENT MULTILATÉRAL ................................................................................ 18 IV.A. Y A-T-IL UNE RAISON DE S'ENGAGER À L'ÉGARD DE LA LIBÉRALISATION MULTILATÉRALE?........................................................................................................ 18 IV.A.1. DÉCALAGE DANS LE TEMPS ............................................................................. 19 IV.A.2. AUTRES RAISONS EN FAVEUR DE LA LIBÉRALISATION MULTILATÉRALE ............... 20

V.

CONCLUSIONS ......................................................................................................................... 21

Lorsque les obstacles au commerce sont éliminés. Le commerce a des effets de répartition des revenus.. GAINS  PROCURES  PAR  LE  COMMERCE   I. non seulement il y a des gains. Le commerce apporte des avantages réciproques Par conséquent. bien que les pays retirent globalement des avantages du commerce international.I. … à la spécialisation Que fait le commerce? Le commerce permet aux pays de se spécialiser dans la production des biens pour lesquels ils sont relativement PLUS efficaces et d'importer les biens pour lesquels ils sont relativement MOINS efficaces. même si les gains l'emportent globalement sur les pertes. . ils en et troisièmement. I. Cette baisse des coûts bénéficie à l'ensemble du pays. LES  TROIS  PRINCIPAUX  ENSEIGNEMENTS  DE  LA  THÉORIE   DU  COMMERCE  INTERNATIONAL   Commençons par ce que la théorie des échanges internationaux nous dit sur les effets de la libéralisation des échanges. il se peut que certaines catégories en pâtissent à l'intérieur d'un pays. Cependant. 3. retirent toujours des avantages. le Les trois principaux résultats de la théorie du commerce international sont les suivants: commerce procure des gains. quand des pays échangent des biens ou des services.A.B. et d'autres y perdront..   D'ʹOU  PROVIENNENT  CES  GAINS?   GAINS  DUS  A  UNE  MEILLEURE  UTILISATION  DES  RESSOURCES   La théorie économique tend à montrer que les gains tirés du commerce peuvent venir d'une meilleure utilisation des ressources. deux pays qui commercent ensemble en retireront des avantages même si l'un d'eux est plus efficace que l'autre dans toutes ses productions. 1. certaines personnes y gagneront. 1 . et il est très probable que les catégories perdantes feront pression sur le gouvernement pour qu'il applique des politiques protectionnistes. les entreprises ont accès à la demande d'un marché plus vaste. deuxièmement. L'échange de ces biens profite aux deux pays. Elles peuvent donc choisir de produire à un niveau plus efficace et d'économiser sur leurs coûts. mais il y en a pour les deux pays. 2. mais les gains l'emportent sur les pertes Il y a donc des effets de répartition des revenus: certaines catégories. à l'exploitation des économies d'échelle Les gains dus à une meilleure utilisation des ressources peuvent aussi venir du fait que le commerce permet aux entreprises de produire sur une plus grande échelle. Le commerce procure des gains premièrement.

un modèle qui le démontre. et c'est pourquoi on l'appelle aussi modèle ricardien. par exemple les ordinateurs. 2 . par rapport à un autre bien. qui reposait sur des différences de productivité du travail. Chaque pays exportera le bien pour lequel il a un avantage 1.Gains dus à la spécialisation Analysons maintenant de façon un peu plus précise les gains dus à la spécialisation. par exemple les roses. est le nombre de roses qui auraient pu être produites avec les ressources utilisées pour produire un certain nombre d'ordinateurs. Spécialisation découlant des différences technologiques: ricardien le modèle Le meilleur moyen de comprendre l'idée de l'avantage comparatif est de prendre un exemple précis. comparatif. le modèle ricardien peut être illustré par supposons qu'il n'existe que deux pays dans le monde. et deux secteurs. Un travailleur employé dans le secteur des roses produirait 5 millions de roses dans le pays A et 8 millions de roses dans le pays B. le pays A et le pays B. Le coût d'opportunité diffère selon les pays en raison des différences technologiques. celui des roses et celui des ordinateurs. il sera probablement dans leur intérêt que le pays plus efficace dans le domaine des ordinateurs produise et exporte des ordinateurs. Dans ce cas. ú Coût d'opportunité Qu'est-ce que le coût d'opportunité? Le coût d'opportunité d'un bien. ú Avantage comparatif Les économistes disent qu'un pays a un avantage comparatif dans la Vous noterez qu'en définissant l'avantage comparatif. a été introduit au début du XIXe siècle par un économiste appelé David Ricardo. Ces gains viennent du fait que chaque pays se spécialise dans la production du bien pour lequel il a un avantage comparatif. Tout le monde comprend sans doute que si un pays très efficace dans la fabrication d'ordinateurs commerce avec un pays très efficace dans la production de roses. nous avons Que signifie l'avantage comparatif? production d'un bien si le coût d'opportunité de la production de ce bien par rapport à d'autres biens est moins élevé dans ce pays que dans l'autre. quel que soit le secteur. Mais que se passe-t-il si un pays qui est plus efficace dans la production des deux – ordinateurs et roses – commerce avec un pays qui est moins efficace dans la production des deux? Le commerce est-il toujours avantageux? Le résultat important issu de la théorie est que le commerce procure des GAINS aux DEUX pays. tandis que l'autre produira et exportera des roses. ils tirent tous deux un gain du commerce. Autrement dit. lorsque deux pays se spécialisent dans la production du bien pour lequel ils ont un avantage comparatif. Le premier modèle d'avantage comparatif. ú Théorie de l'avantage comparatif Selon la théorie de l'avantage comparatif. même si l'un a un avantage absolu dans la production des deux biens. l'exemple suivant: Sous sa forme la plus simple. introduit une nouvelle expression: le "coût d'opportunité". le pays B a un avantage absolu dans la production des deux produits. un travailleur produirait plus d'unités de chaque produit dans le pays B. Un autre travailleur employé dans le secteur des ordinateurs produirait 200 ordinateurs dans le pays A et 1 000 ordinateurs dans le pays B.

celui-ci a un avantage comparatif pour les ordinateurs tandis que le pays A a un avantage comparatif pour les roses. Le pays B produira alors 8 millions de roses de moins et 1 000 ordinateurs de plus. L'un est que les différences de productivité du travail Le commerce 3 . le pays A se spécialisera dans la production de roses et le pays B dans la production Quel sera l'effet de la spécialisation? … le modèle ricardien Changements de production dus à la spécialisation: Roses Pays A Pays B TOTAL +10 millions -8 millions +2 millions Ordinateurs -400 +1 000 +600 La spécialisation accroît la production totale des deux biens. dans le pays A le coût d'opportunité de 1 000 ordinateurs est de 25 millions de roses. Étant donné que le coût d'opportunité en termes de roses de la production d'ordinateurs est moins élevé dans le pays B. commerce. Pour le pays B. le coût d'opportunité en termes de roses de la production de 1 000 ordinateurs de moins est égal à 8 millions de roses. permet à chaque pays d'accéder à une plus grande quantité de chacun des biens. Mais il offre deux enseignements essentiels. Cela signifie que le pays A produira 400 ordinateurs de moins et 10 millions de roses de plus. Le modèle ricardien est évidemment trop simplifié pour expliquer tous les aspects de la libéralisation des échanges. Qu'en est-il pour le pays A? S'il lui fallait produire 1 000 ordinateurs. dans le pays B. d'ordinateurs.Roses Pays A Pays B 5 millions 8 millions Ordinateurs 200 1 000 Qu'en est-il des avantages comparatifs? Examinons le coût d'opportunité que représenterait en termes de roses pour chaque pays le renoncement à produire 1 000 ordinateurs. Tous les pays peuvent tirer des gains du Supposons à présent que. La spécialisation entraînant une augmentation de la production totale des deux biens. Globalement. alors que dans le pays B le coût d'opportunité de personnes. D'après la théorie de l'avantage comparatif. Supposons qu'en même temps. cela aurait un coût égal à 25 millions de roses. dans le pays A. le pays A devrait employer cinq En résumé. si les pays A et B s'ouvrent au commerce. En termes de roses. Dans le secteur des ordinateurs. car chaque travailleur produit seulement 200 ordinateurs dans le pays A. deux travailleurs passent de la production d'ordinateurs à la production de roses. un travailleur passe de la production de roses à la production d'ordinateurs. la production totale augmentera de 600 ordinateurs: 1 000 ordinateurs de plus dans le pays B et 400 ordinateurs de moins dans le pays A. car il y aura une augmentation de 10 millions de roses dans le pays A et une diminution de 8 millions de roses dans le pays B. la production totale de roses augmentera de 2 millions d'unités. tous les pays peuvent tirer des gains du commerce. 1 000 ordinateurs est de 8 millions de roses.

Lorsque deux pays se Les différences de prix relatifs des deux produits Par exemple. Si le Canada exporte des produits de la sylviculture aux États-Unis. le travail ou les terres) et l'intensité relative avec laquelle ces facteurs sont utilisés pour produire différents biens. 2. L'avantage comparatif dépend de la dotation relative des pays en facteurs de production Selon la théorie de la proportion des facteurs. les avantages comparatifs découlent uniquement des différences de productivité du travail. Les deux pays produiront une plus grande quantité du bien pour lequel ils ont un avantage comparatif. cette théorie est connue sous le nom de "théorie de la proportion des facteurs". Le pays où le capital est abondant se 4 . le bien à forte intensité de main-d'œuvre (par exemple un produit agricole) et le bien à forte intensité de capital (par exemple. Ce sera l'inverse dans un pays où la main-d'œuvre est abondante: les salaires seront relativement bas et le coût d'un produit à forte intensité de main-d'œuvre sera relativement faible. auront tendance à être identiques dans les deux pays. Dans le modèle ricardien.sont très importantes pour expliquer la structure des échanges. ú Le pays à forte intensité de main-d'œuvre exportera le bien à forte intensité de main-d'œuvre. Spécialisation découlant des différences de dotations: proportion des facteurs (modèle de Heckscher-Ohlin) théorie de la Dans la réalité. le prix du bien à forte intensité de main-d'œuvre dans le pays à forte intensité de main-d'œuvre. un produit manufacturé). elles-mêmes dues aux différences technologiques. aura tendance à augmenter par rapport au prix du bien à forte intensité de capital. Ils auront tendance à se spécialiser. élevé que celui du pays B. Et le pays où le capital est relativement abondant aura un avantage comparatif dans la production de biens nécessitant des capitaux relativement importants. le coût du capital sera relativement faible. Par conséquent. Dans une économie fermée. le bien qui utilise de façon plus intensive le facteur relativement abondant sera meilleur marché Dans un pays où le capital est abondant. Par conséquent. Comme les avantages comparatifs sont déterminés par la proportion des dotations en facteurs et la proportion selon laquelle ces facteurs sont utilisés pour produire différents biens. par exemple. il n'y a qu'un facteur de production: le travail. Avec le commerce: ú Les prix des biens échangés seront les mêmes dans tous les pays. le commerce est déterminé non seulement par les différences technologiques mais aussi par les différences de dotations en ressources entre les pays. le coût de production d'un produit à forte intensité de capital et son prix seront relativement bas. le pays où la main-d'œuvre est relativement abondante aura un avantage comparatif dans la production de biens nécessitant une main-d'œuvre relativement importante. le pays A possède un avantage comparatif dans la production de biens à forte intensité de capital par rapport au pays B si son ratio capital-travail est plus mettent à faire du commerce ensemble. et l'autre est que c'est l'avantage comparatif et non l'avantage absolu qui importe pour le commerce. les prix des deux biens. Par conséquent. ce n'est pas parce que ses travailleurs sont plus efficaces dans ce secteur mais parce qu'il est mieux doté en forêts. Pour expliquer l'importance des ressources dans le commerce. ont élaboré une théorie selon laquelle le commerce est déterminé par l'interaction de l'abondance relative des facteurs de production (tels que le capital. deux économistes. donneront lieu à un échange. Heckscher et Ohlin.

Du fait que les deux pays peuvent consommer les deux biens en plus grande quantité que s'il n'y avait pas de commerce. le commerce peut accroître la production totale des deux biens. dans le modèle de Heckscher-Ohlin. ils tirent tous deux un gain du commerce. Comme dans le modèle ricardien. 5 .spécialisera dans la production du bien à forte intensité de capital et exportera ce bien. tandis que le pays où la main-d'œuvre est abondante se spécialisera dans la production du bien à forte intensité de main-d'œuvre et exportera ce bien.

les détenteurs de capital seront les gagnants et les détenteurs de main-d'œuvre les perdants. Dans la pratique. cela ne change rien qu'il soit employé dans un secteur ou dans un autre. Prenons par exemple un pays où le capital est abondant: que se passera-t-il après la libéralisation? Dans un tel pays. lorsqu'un secteur à forte intensité de main-d'œuvre tel que le textile est libéralisé. Dans la théorie de la proportion des facteurs. augmente la demande d'un facteur (le capital dans notre exemple). Stolper et Samuelson. la main-d'œuvre est le seul facteur de production. Il est donc probable que les ressources Cela employées dans le secteur qui concurrence les importations pâtiront de la réduction de ce secteur. Les coûts d'ajustement seront 6 . dans chaque pays. Qu'en sera-t-il de la demande de main-d'œuvre dans le pays? C'est le facteur relativement rare pour lequel le pays n'a pas d'avantage comparatif. d'où l'augmentation du prix du capital sur le marché intérieur. il n'est pas nécessairement vrai que chaque individu dans chaque pays tirera des gains de la libéralisation des échanges. individu. mais aussi que. Dans le cas le plus simple. par exemple dans la production du bien à forte intensité de capital. Dans le modèle de Heckscher-Ohlin. Deux économistes. La demande de main-d'œuvre diminuera. un modèle ricardien simple prédit non seulement que TOUS les pays tireront des gains du commerce. dans un pays où le capital est abondant. dans les pays industrialisés. il y a deux facteurs de production: le capital et le travail. les secteurs diffèrent quant au dosage des facteurs de production dont ils ont besoin. les détenteurs de capital et les travailleurs de ce secteur s'opposent au libre-échange. examinés plus en détail dans la suite. En résumé. c'est-à-dire que les gains l'emportent sur les pertes. Mais le résultat important à retenir de la théorie est que. Qui gagne et qui perd? Le théorème de Stolper-Samuelson Qui gagne et qui perd? Le théorème de Stolper-Samuelson nous aide à identifier les gagnants et les perdants. le déplacement d'un secteur à l'autre a un coût. La demande de capital augmentera donc. Par conséquent. et deux secteurs: l'un à forte intensité de capital et l'autre à forte intensité de main-d'œuvre. le commerce international améliorera la situation de CHAQUE INDIVIDU. de même que les salaires. malgré les effets de répartition des revenus. de sorte que certaines catégories y gagneront et d'autres y perdront. explique pourquoi. ont montré que le libre-échange entraîne une augmentation du rendement du facteur relativement abondant dans un pays et une diminution du rendement du facteur relativement rare. car le rendement du capital augmente.II. et l'on Pour un suppose qu'elle peut se déplacer d'un secteur à l'autre librement et sans coût dans chaque pays. le pays y gagne globalement. La spécialisation dans l'un de ces deux secteurs. Les détenteurs de capital gagneront donc plus. tout en diminuant la demande de l'autre facteur (le travail). Le commerce entraîne des effets de redistribution des revenus. EFFETS  DE  REPARTITION  DU  REVENU   Le commerce agit sur la répartition des revenus Il y a toutefois une différence très importante entre les résultats du modèle ricardien et ceux du modèle de Heckscher-Ohlin. Dans le modèle ricardien. le commerce entraînera une réaffectation des ressources vers les biens à forte intensité de capital.

l'essentiel du commerce. par exemple. le pays A emploie dix travailleurs dans le secteur des caméras vidéo et produit dix caméras vidéo. Prenons l'exemple d'une entreprise qui fabrique des bicyclettes. Supposons une situation identique dans le pays B de sorte que. par exemple le nombre de travailleurs qui produisent un bien. la plupart des échanges se font entre des pays similaires. Cela est particulièrement vrai pour le commerce entre les pays développés. Ils se spécialisent dans la production du bien pour lequel ils ont un avantage comparatif et exportent ce bien. Du fait des économies d'échelle.A. Supposons. COMMERCE  ENTRE  PAYS  SIMILAIRES   Des pays similaires échangent des biens similaires: échanges intrasectoriels Un point important qu'il faut garder à l'esprit est que le modèle ricardien et le modèle de Heckscher-Ohlin expliquent les échanges de biens différents entre des pays différents. Entre un quart et la moitié des échanges mondiaux sont des échanges intrasectoriels. c'est-à-dire plus du double. et deux biens. l'utilisation du double de travailleurs dans la production de caméras vidéo augmentera de plus du double la production de caméras vidéo dans le pays A. Gains résultant des économies d'échelle Sans commerce A Caméras vidéo Bicyclettes 10 5 B 10 5 Monde 20 10 A 25 0 Avec commerce B 0 15 Monde 25 15 Supposons à présent qu'il existe deux pays. dans la réalité. Au début. Et supposons que la main-d'œuvre soit la seule dotation. Dans de Dans ce cas. que si dix travailleurs produisent cinq bicyclettes en une journée. Cela veut dire. le pays A et le pays B. les caméras vidéo et les bicyclettes. au total. notamment le commerce des produits manufacturés. les pays font du commerce parce qu'ils sont différents – en termes de niveau technologique ou de dotation en facteurs. les échanges intrasectoriels constituent Les modèles de Heckscher-Ohlin et de Ricardo n'expliquent pas les échanges nombreux secteurs. Les échanges intrasectoriels reposent sur les économies d'échelle Pour expliquer les échanges intrasectoriels. Supposons que la production de caméras vidéo et la production de bicyclettes fassent toutes deux l'objet d'économies d'échelle. Ces secteurs se caractérisent par des rendements d'échelle ou économies d'échelle croissants. il faut introduire la notion d'économie d'échelle.II. Le pays A emploiera donc 20 travailleurs dans la production de caméras vidéo et le pays B 20 travailleurs dans la production de bicyclettes. c'est-à-dire qu'ils aient les mêmes technologies et la même dotation en ressources. Et supposons que la production de bicyclettes soit caractérisée par des économies d'échelle. Supposons en outre que les deux pays soient identiques. de sorte que si on double le nombre de travailleurs employés dans chaque secteur. et il emploie dix travailleurs dans la production de bicyclettes et produit cinq bicyclettes. la production mondiale est de 20 caméras vidéo et de dix bicyclettes. Et supposons de même que. 20 travailleurs en produiront 15. plus la production est efficace. Mais. intrasectoriels. Dans les deux modèles. la production est plus que doublée. que la production de caméras vidéo dans le pays A soit portée à 25. plus l'échelle de production est grande. 7 . par exemple. Supposons maintenant que toute la production de caméras vidéo se concentre dans le pays A et celle de bicyclettes dans le pays B. Cela veut dire que quand on double le facteur de production. c'est-à-dire des échanges de biens qui relèvent de la même classification industrielle. la production du secteur augmentera de plus du double.

Comme les échanges intrasectoriels ont surtout lieu entre des pays similaires. Toutefois. etc. le monde y gagnera: 25 caméras vidéo et 15 bicyclettes seront disponibles. En effet. Gains résultant de l'accès à une plus grande variété de biens et de services Il est possible de généraliser cet exemple et de supposer que chaque secteur se caractérise par une diversité de biens. le commerce peut avoir des effets positifs sur la croissance. mais aussi celles produites dans les autres pays. De même. caméra vidéo ne le sera dans le pays B. Dans ce cas. c'est-à-dire la différence entre les profits qu'une entreprise réaliserait si elle innovait et les profits qu'elle 8 . ú La libéralisation des échanges peut réduire le nombre de variétés produites par chaque pays.dans le pays B. Ces catégories peuvent faire pression contre la libéralisation des échanges. les caméras vidéo se différencieront selon leur qualité. étant donné que tous les travailleurs sont passés dans l'autre secteur. Les pays échangeront des variétés différentes du même bien. le commerce met à la disposition des consommateurs de chaque pays non seulement les variétés produites au niveau intérieur. ú Pas d'effet de répartition des revenus. le confort de leur selle. Le commerce accroît l'incitation à innover en raison des effets suivants: ú Effet concurrentiel – En premier lieu. En effet. mais les consommateurs ont accès globalement à une plus grande variété de biens. le commerce accroît l'incitation à innover. Dans la mesure où les échanges sont intrasectoriels. L'innovation est le fondement de la croissance économique. ce qui donnera lieu à des échanges intrasectoriels. Par conséquent. le commerce ne crée pas de problèmes sociaux liés à la répartition des revenus. en encourageant l'innovation. la production de bicyclettes soit portée à 15. Qu'en est-il de la production mondiale? Bien entendu. le commerce permet à chaque pays de se spécialiser dans la production d'une gamme de biens plus réduite que ce qu'il produirait en l'absence de commerce. ce qui nuit à certaines catégories. Gains résultants d'une accélération de l'innovation et du transfert de technologie Jusqu'à présent. les deux pays peuvent améliorer leur situation grâce au commerce. D'où vient l'incitation à innover? Elle est déterminée par ce qu'on appelle en économie la "menace concurrentielle". les échanges entre pays différents tiennent principalement à l'avantage comparatif et entraînent des effets de répartition des revenus. les gains tirés du commerce découleront de l'accès à une plus grande variété de biens et de services produits au niveau mondial. Les bicyclettes se différencieront par exemple selon leur style. il est plus facile. de libéraliser les échanges entre des pays similaires qu'entre des pays différents. du point de vue social. etc. leur capacité de mémoire. leur couleur. globalement. les consommateurs de chaque pays auront un choix plus vaste. L'un des résultats importants de la théorie des échanges intrasectoriels est que ces échanges ont très peu d'effets de répartition du revenu. nous avons examiné les gains statiques tirés du commerce. Dans ces circonstances. aucune bicyclette ne sera produite dans le pays A et aucune Globalement. Par conséquent. mais il existe aussi des gains dynamiques.

II. leur niveau dépend de plusieurs caractéristiques du marché intérieur. c'est-à-dire qu'il accroît l'incitation à innover et à investir dans la recherche-développement. les concurrents peuvent appréhender en partie le savoir qu'il contient. Le commerce favorise le transfert de technologie par divers canaux. Tout cela peut favoriser la croissance. Ces coûts. par exemple.B. la technologie est transférée. Le commerce intensifie la concurrence entre les pays. La présence d'une entreprise étrangère plus avancée technologiquement peut non seulement inciter les entreprises locales à mettre à niveau leurs technologies pour rester compétitives. mais aussi contribuer directement au transfert de technologie grâce à la formation dispensée aux employés locaux ou aux normes de qualité exigées des entreprises locales qui fournissent des facteurs de production à l'entreprise étrangère ou distribuent ses produits. ú Contacts personnels – La technologie est également transférée grâce aux contacts personnels entre importateurs et exportateurs. puisqu'ils résultent directement de l'effet redistributif de la libéralisation des échanges. sa conception. qui doivent chercher un autre emploi. le commerce accroît les profits de l'entreprise si elle innove. généralement désignés sous le nom de "coûts d'ajustement". Bien que ces coûts soient inévitables. Dans la mesure où ce savoir est transféré au pays importateur. ú Ingénierie inverse – Un exemple simple est l'ingénierie inverse. En regardant simplement un produit. COÛTS  D'ʹAJUSTEMENT   Nous avons évoqué jusqu'à présent les gains tirés du commerce. sa technologie. ainsi que l'incitation à innover. 9 . par les travailleurs licenciés dans le secteur en concurrence avec les importations. mais les gains ont aussi un coût. donc il accroît les pertes qu'une entreprise subit si elle n'innove pas alors que les entreprises concurrentes innovent.réaliserait si une autre entreprise innovait en premier. ú Effet d'échelle – La deuxième source d'incitation à innover est l'effet d'échelle. entreprise qui doit investir pour s'adapter aux nouvelles conditions du marché. Cette redistribution entraîne des coûts. sont les coûts Les coûts d'ajustement sont également les coûts supportés par une supportés. Un relèvement du niveau de technologie et de productivité peut aussi être dû au transfert de technologie provenant de l'étranger. Nous avons souligné que ces gains résultaient d'une redistribution des ressources en faveur des secteurs relativement plus efficaces. Le commerce est l'un des canaux par lesquels la technologie peut être transférée d'un pays à l'autre. En élargissant le marché. Le commerce met des produits à la disposition d'un pays. La menace concurrentielle est ainsi renforcée. ú Accroissement de l'investissement étranger direct (IED) – La technologie peut aussi être transférée grâce à l'IED. La spécialisation est la source la plus importante des gains tirés du commerce. Le commerce favorise l'apport d'investissements étrangers dans un pays.

ont des incidences importantes sur l'ampleur des coûts d'ajustement. le gouvernement peut prendre des mesures pour FACILITER l'ajustement. le coût des télécommunications joue un rôle important. Mais le développement d'une nouvelle activité d'exportation peut exiger des investissements. plus il est probable que le marché réagira et répondra rapidement aux variations et plus vite il retrouvera son équilibre. Il peut par exemple diffuser des informations sur les offres d'emploi et instaurer des régimes plus souples de fixation des salaires. la question de l'ampleur des coûts d'ajustement se posera sans doute davantage. par exemple. Il peut en outre définir un rythme de réforme approprié et étayer les réformes commerciales par des engagements internationaux afin de les rendre plus crédibles. ú Crédibilité de la réforme et qualité des institutions – La crédibilité des réformes et la qualité des institutions sont également importantes: plus les réformes sont crédibles. plus la diffusion d'informations sur les offres d'emplois le sera. les travailleurs licenciés auront moins de difficultés financières durant les périodes où ils ne perçoivent que peu ou pas de revenus. ú Qualité des infrastructures et des services publics – La qualité des infrastructures et des services publics est extrêmement importante dans certains secteurs où. De la même façon. Le processus d'ajustement consiste généralement à déplacer des travailleurs et du capital du secteur des importations qui se réduit vers le secteur des exportations qui se développe. par exemple. les marchés du crédit. Mesures destinées à réduire les coûts au minimum En premier lieu. dans les pays en développement. les marchés du travail et les infrastructures sont de moins bonne qualité que dans les pays développés. ú Fonctionnement du marché du travail – De même. et les investisseurs peuvent se trouver 10 . C'est en raison de ces coûts d'ajustement plus élevés que les pays en développement bénéficient de périodes de mise en œuvre plus longues dans les accords portant sur la libéralisation multilatérale. Il est évident que si le marché du crédit fonctionne correctement. plus les salaires s'adapteront facilement aux conditions du marché du travail et plus ce marché tendra vers le plein emploi. les entreprises trouveront plus facilement de l'argent pour de nouveaux investissements. Du fait que. le fonctionnement du marché du travail déterminera la durée de chômage d'un travailleur qui passe d'un secteur à l'autre et cherche un nouvel emploi: plus le marché du travail est efficace.Les coûts dépendent des facteurs suivants: ú Fonctionnement du marché du crédit – Le fonctionnement du marché du crédit et celui du marché du travail. ú Régime de promotion des exportations – Le gouvernement peut aussi utiliser des régimes de promotion des exportations. le gouvernement national dispose d'un certain nombre de mesures pour réduire au minimum ces coûts d'ajustement. ou offrir des garanties de crédit durant la phase d'ajustement. Une promotion active des exportations peut se justifier du point de vue économique en raison des défaillances du marché. Rôle des gouvernements nationaux En général.

Mesures destinées à dédommager les perdants ú Protection sociale – Le deuxième ensemble de mesures que le gouvernement peut mettre en place pour favoriser le processus d'ajustement et. Si les marchés financiers ne sont pas suffisamment développés ou s'ils sont inefficaces. consiste à dédommager les catégories qui sont perdantes dans la libéralisation. Dans ces circonstances. Le gouvernement peut identifier les personnes ou les catégories qui subissent des coûts d'ajustement et.face à des risques inconnus ou difficiles à mesurer. ce faisant. 11 . abaisser les coûts d'ajustement. l'inefficacité du marché du crédit constituera un obstacle à l'expansion du secteur d'exportation et au processus d'ajustement. Régime fiscal redistributif approprié Pour les pertes à long terme. par exemple. le gouvernement peut mettre en place un régime fiscal redistributif approprié permettant de compenser les pertes subies par les individus. leur offrir une protection sociale durant la période de transition afin d'améliorer leur sort. il peut se révéler difficile pour l'exportateur d'obtenir un prêt ou de se couvrir contre ces risques. Il est donc fondé que le gouvernement prenne des mesures de promotion des exportations pour faciliter le processus d'ajustement.

Une utilisation plus efficace des ressources peut assurer un plus haut niveau de revenu et donc un plus haut niveau de développement. Libéralisation des échanges et développement Le développement est une notion complexe: c'est un processus dans lequel les individus. Un droit spécifique est une imposition fixe appliquée à chaque unité du produit importé. économiques adéquates. un niveau de vie confortable et la liberté. Le fondement de tout cela est donc un niveau de revenus suffisant. Il y a généralement une relation positive entre l'ouverture et le revenu et. tandis qu'un droit ad valorem est une taxe en pourcentage sur la valeur du produit importé.A. Des politiques protectionnistes ont aussi été utilisées pour "favoriser" le développement Il est cependant souvent arrivé que des politiques protectionnistes soient utilisées aussi pour favoriser le développement. QUELS   SONT   LES   COMMERCIALE?   Droits de douane INSTRUMENTS   DE   POLITIQUE   Quels sont les instruments de politique commerciale? Le plus connu est évidemment le droit de douane. Contingents La forme la plus connue d'obstacle non tarifaire est le contingent. ce qui détermine la structure des échanges et quels sont les gains et les coûts associés à la libéralisation des échanges. c'est-à-dire la quantité maximale d'un produit qui peut être importée. Nous avons vu comment la libéralisation des échanges pouvait aider les pays à mieux utiliser leurs ressources par la spécialisation et l'exploitation des économies d'échelle. la santé. mais il est plus intéressant encore de comprendre comment la politique commerciale d'un pays devrait être conçue pour favoriser le développement. Nous allons analyser comment elles fonctionnent. quels sont leurs effets et sur quels motifs ces politiques reposent.III. Le commerce constitue également une incitation à l'innovation et à la diffusion des technologies. peuvent subvenir à leurs besoins fondamentaux comme l'éducation. Ce sont assurément des questions intéressantes. Le droit de douane peut être spécifique ou ad valorem. par leur travail Pour y parvenir. 12 . les pays ouverts sur l'extérieur et tournés vers l'exportation ont vu leurs efforts de développement couronnés de succès. III. quels sont les instruments de protection. globalement. contrairement aux pays très protégés et repliés sur eux-mêmes. nous avons étudié pourquoi les pays font du commerce. Nous examinerons en outre quelques-uns des résultats concrets de ces politiques. ils ont besoin de forces – investissement et commerce avec d'autres pays –. POLITIQUE  COMMERCIALE  ET  DEVELOPPEMENT   Jusqu'à présent.

car il percevra des recettes douanières. En revanche. Ainsi.Subventions à l'exportation Les subventions à l'exportation sont aussi un instrument de politique commerciale car. car ils devront payer davantage pour consommer la même quantité de riz qu'auparavant. L'imposition d'un droit de douane augmentera le prix intérieur du produit importé. Dans ce cas. les gouvernements faussent les échanges. car ils pourront vendre leur riz à un prix plus élevé. le prix intérieur du riz augmentera. Il en est de même pour les procédures de dédouanement particulièrement longues qui augmentent les coûts de transport. un type particulier de norme qui augmente les coûts de production relatifs pour les producteurs étrangers est un obstacle au commerce. c'est-à-dire d'un pays qui ne peut pas influencer le prix mondial du produit importé. Pour des raisons de simplicité. Que se passe-t-il si un grand pays impose un droit de douane à l'importation d'un produit. Globalement. en soutenant les exportations. Cette augmentation aura pour effet de diminuer la demande de riz importé. Imaginons à présent que le gouvernement décide de percevoir un droit d'importation. mais un pays dont la demande d'importation d'un certain produit est si forte qu'il peut influencer le prix mondial de ce produit. Dans tous ces cas. tout coût des échanges dû à une politique constitue un obstacle au commerce. Cas d'un petit pays Supposons tout d'abord qu'il n'y ait pas de droits de douane. la diminution de la demande d'importation entraînera une baisse du prix mondial du riz. les consommateurs du pays paient le prix mondial. Par grand pays nous entendons ici non pas un pays de grande dimension géographique. Cas d'un grand pays Le cas d'un grand pays est différent. Par conséquent. Mais. la théorie des échanges internationaux montre que le pays dans son ensemble est perdant et que le bien-être national est réduit par l'imposition d'un droit de douane. par exemple sur le riz. dans le cas d'un grand pays. Tout autre coût des échanges dû à une politique En général. Les coûts de transport élevés dus à des comportements anticoncurrentiels ou à la faible qualité des infrastructures peuvent aussi être considérés comme des obstacles au commerce. Le gouvernement sera également gagnant. QUELLE  EST  L'ʹINCIDENCE  D'ʹUN  DROIT  D'ʹIMPORTATION?   Limitons-nous pour des raisons de simplicité à l'incidence d'un droit d'importation sur une certaine économie et prenons tout d'abord le cas d'un petit pays. nous examinerons dans la suite l'incidence des droits d'importation. Les personnes souhaitant consommer du riz devront alors payer le prix mondial majoré du droit de douane. par exemple le riz? Comme dans le cas d'un petit pays. dans le cas d'un petit pays. les consommateurs nationaux de riz seront désavantagés. Mais n'oubliez pas que les mêmes observations peuvent s'appliquer à toutes les autres formes d'obstacle au commerce. l'analyse de l'incidence des obstacles au commerce est très similaire. 13 . III.B. les producteurs nationaux de riz seront gagnants.

Arguments économiques en faveur de la protection 1.Autrement dit. dans le cas d'un grand pays. Dans ce cas. Dans le cas d'un petit pays. l'entreprise nationale réalisera des profits monopolistiques. 4.C. Autres arguments Les autres arguments en faveur de la protection s'appuient sur le fait que le droit de douane est un instrument de recette fiscale ou qu'il permet de redistribuer les revenus du secteur d'exportation vers le secteur protégé. Il y a aussi quelques arguments théoriques qui peuvent justifier le recours à la protection du point de vue du bien-être national. Dire que l'imposition d'un droit de douane se justifie du point de vue de l'économie politique signifie que les politiques protectionnistes sont la conséquence des pressions exercées par les industries des secteurs en concurrence avec les importations. Ce gain découle précisément de la capacité du pays d'influencer le prix mondial du produit importé. l'incidence de l'imposition d'un droit de douane sur le bien-être national est ambiguë. un grand pays peut influencer le prix de ce produit à son avantage! Les économistes appellent cela le "gain à l'échange". POURQUOI   LES   GOUVERNEMENTS   IMPOSENT-­‐‑ILS   DES   DROITS  D'ʹIMPORTATION?   La théorie des échanges internationaux affirme clairement les avantages du libre-échange et souligne les pertes d'efficacité dues à l'imposition d'un droit de douane. Il peut y avoir des circonstances dans lesquelles une subvention accordée à une entreprise nationale peut décourager les entreprises étrangères de pénétrer sur le marché et de concurrencer cette entreprise. 14 . Argument des industries naissantes Le deuxième argument que nous examinerons est celui des industries naissantes. en imposant un droit de douane sur un produit importé. et le pays pourra y gagner dans l'ensemble. l'imposition d'un droit de douane réduit sans ambiguïté le bien-être! III. très peu de pays ont choisi le libre-échange total. En réalité. Il y a diverses raisons à cela. selon lequel il y a un niveau optimal de droit de douane auquel le bien-être national est maximisé. il y a des circonstances dans lesquelles une industrie peut avoir besoin d'une protection temporaire pour que le pays développe un avantage comparatif dans ce secteur. Ce qu'il importe de souligner à ce stade. qui souhaitent être protégées de la concurrence du reste du monde. 3. c'est qu'il n'y a d'effets sur les termes de l'échange que dans le cas d'un grand pays. c'est-à-dire qu'elle peut être positive ou négative. 2. C'est en raison de la possibilité d'un gain à l'échange que. Justification du point de vue de l'économie politique C'est souvent une question d'économie politique. Selon cette théorie. Politique commerciale stratégique Le troisième argument en faveur de la protection est celui de la politique commerciale stratégique. L'une des exceptions est probablement Hong Kong. Argument des termes de l'échange Le premier argument que nous examinerons est celui des termes de l'échange.

la protection avait stagné pendant une longue période et le secteur continuait d'avoir besoin de l'intervention de l'État pour rester sur le marché. même si cette activité est rentable. Le droit de douane diminue la demande d'importation. Résultats concrets Après la seconde guerre mondiale. de sorte qu'un entrepreneur souhaitant créer une nouvelle activité ne trouvera pas le financement nécessaire. même dans le cas d'un grand pays. Les mesures de rétorsion prises par les pays exportateurs risquent alors de déclencher une guerre commerciale qui mettra à mal tous les pays.2. par exemple. peuvent empêcher le déplacement de ressources des secteurs agricoles traditionnels vers les nouveaux secteurs manufacturiers. Les petits pays ne sont pas en mesure d'influencer les prix étrangers. on a constaté que. marché international. Deuxièmement. de sorte qu'ils ne peuvent bénéficier de gains à l'échange. il n'est valable que dans le cas des grands pays.   ARGUMENT  DES  TERMES  DE  L'ʹECHANGE   Théorie L'argument des termes de l'échange découle directement de l'analyse des coûts et avantages de l'imposition d'un droit de douane.Examinons à présent chacun de ces arguments. Autrement dit. les stratégies de remplacement des importations n'ont pas entraîné le développement d'une industrie compétitive capable à terme de soutenir la concurrence sur le C'est-à-dire qu'elles n'ont pas permis le développement des avantages comparatifs L'un des constats qui militent vigoureusement à l'encontre de la qu'elles étaient censées développer. Les inefficacités des marchés financiers dans les pays en développement. La théorie économique montre qu'il y a un taux de droit optimal qui est positif et auquel les gains à l'échange doivent compenser les effets de distorsion entraînés par l'imposition du droit de douane.   ARGUMENT  DES  INDUSTRIES  NAISSANTES   L'argument des industries naissantes repose sur le fait qu'un pays peut avoir besoin d'une protection temporaire pour développer un avantage comparatif dans un secteur particulier lorsque le marché est défaillant. Il peut y avoir par exemple des inefficacités sur le marché financier. bien que le secteur protégé se soit effectivement développé. En effet. ce qui fait baisser le prix mondial du produit importé. il peut y avoir des effets positifs sur les termes de l'échange. cet argument présente de très sérieuses limites lorsqu'il est appliqué concrètement à l'élaboration des politiques. III. Nous avons vu précédemment que quand un grand pays instaure un droit de douane. une politique commerciale reposant sur des gains à l'échange est une politique du chacun pour soi.C. leurs portefeuilles ne sont pas suffisamment diversifiés ou elles manquent d'informations. 15 . Dans la grande majorité d'entre eux. de sorte qu'elles ne peuvent gérer le risque lié à un investissement dans un nouveau secteur. Premièrement.C. Les raisons peuvent être simples: les banques sont trop petites. les gains réalisés par un grand pays se font au prix de pertes de bien-être dans les pays exportateurs. MAIS Bien qu'il soit théoriquement valable.1. qui percevront des prix inférieurs pour leurs exportations. de nombreux pays en développement ont adopté des stratégies de remplacement des importations pour tenter de développer leur secteur manufacturier. III.

Certains pays peuvent décider d'entrer en concurrence pour s'emparer de ces profits excessifs. si elle y entrait. les profits détournés par l'entreprise nationale risquent d'être inférieurs à la 16 . qui se heurtera à la concurrence d'une compagnie subventionnée. Il se peut que. car elle repose sur l'hypothèse du détournement de profits étrangers. Dans la mesure où ces profits sont supérieurs à la subvention accordée par l'État. Premièrement. le bien-être global du pays qui subventionne son industrie nationale augmentera. subvention. Il peut arriver qu'en raison de coûts fixes élevés.3.C. monopolistiques. de protéger l'industrie nationale et de détourner les profits étrangers. Mais la question de savoir si une telle politique est souhaitable dépend de plusieurs conditions. sur certaines routes. Elle s'expose donc à des mesures de rétorsion et risque de déclencher une guerre commerciale dont tout le monde fera les frais. Certains marchés peuvent se caractériser par une concurrence imparfaite. Une subvention versée par l'État à une entreprise nationale peut décourager une entreprise étrangère et augmenter les profits de l'entreprise nationale d'un montant supérieur à la subvention Dans ces circonstances. elle réalisera des profits compagnies entrent sur le marché.protection des industries naissantes est qu'il est très difficile pour les gouvernements d'identifier les industries susceptibles d'offrir un avantage comparatif! III. Cette politique est-elle souhaitable? À première vue. si le gouvernement d'un pays accorde à la compagnie aérienne nationale une subvention suffisamment élevée. dans ces circonstances. seules quelques entreprises parviennent à survivre. la compagnie étrangère.   ARGUMENT  DE  LA  POLITIQUE  COMMERCIALE  STRATÉGIQUE   Examinons à présent l'argument de la politique commerciale stratégique. De plus. de sorte qu'il n'y a que quelques grands opérateurs qui réalisent des profits excessifs Certains marchés se caractérisent par une concurrence imparfaite. elle subirait certainement des pertes. seule une compagnie puisse survivre: s'il y en a deux sur le marché (une compagnie nationale et une étrangère. il peut l'inciter à entrer sur le marché indépendamment du fait que la compagnie étrangère y entre ou non. seule la compagnie subventionnée restera sur le marché. Prenons par exemple le cas du secteur des transports aériens. elles subiront toutes deux des pertes. décidera de ne pas entrer sur le marché car. et elle réalisera des profits monopolistiques. il faut que la subvention soit suffisamment élevée pour Si elle ne l'est pas et si les deux décourager effectivement l'entreprise étrangère d'entrer sur le marché. par exemple). une politique commerciale stratégique est une politique du chacun pour soi. cela peut sembler une excellente idée. En revanche. mais si l'une des deux survit. et le pays y perdra. et elles réalisent des profits supérieurs à la normale. Finalement.

notamment les pays en développement. la En effet. Les pays en développement notamment ont souvent invoqué cet Or. dans de nombreux pays. 17 . un régime simplifié est plus facile à argument pour maintenir des droits de douane élevés. moyen d'éviter ces ajustements. contrôler. simplification du régime fiscal et tarifaire a entraîné une hausse des recettes fiscales globales.III. C'est évidemment exact. Nous avons dit que la libéralisation redistribuait les revenus. il y a celui des recettes fiscales. instrument permettant une redistribution. contrairement aux droits de douane: les produits importés doivent franchir une frontière. on constate que. La libéralisation des échanges accroît le rendement du facteur Le maintien d'une protection est donc un Mais la politique commerciale n'est pas le seul relativement abondant et réduit celui du facteur peu abondant. de sorte qu'il est plus difficile de les dissimuler. certains pays utilisent la protection comme moyen de redistribuer les revenus. Et les économistes font valoir qu'il est plus efficace d'utiliser la politique fiscale que la politique commerciale pour atteindre des objectifs de redistribution. les impôts sur le revenu ou les bénéfices sont difficiles à recouvrer.4.   AUTRES  ARGUMENTS  EN  FAVEUR  DE  LA  PROTECTION   Argument des recettes fiscales Parmi les autres arguments en faveur de la protection. même lorsqu'elle s'accompagnait d'une réduction du taux de droit moyen. plus facile à comprendre et donc moins sujet à la fraude. Dans de nombreux pays. Répartition des revenus Enfin.C.

elle s'est réalisée grâce à des négociations internationales Il est intéressant de noter qu'historiquement les droits de douane n'ont pas diminué à la suite de décisions unilatérales prises par différents pays individuellement. Les engagements internationaux évitent les restrictions commerciales appliquées à titre de représailles Une autre raison importante pour laquelle il est plus facile de réduire les droits de douane au niveau multilatéral est que le fait de coordonner la libéralisation avec d'autres pays permet d'éviter des guerres commerciales. la meilleure solution est de coopérer à la 18 . Comme il s'agit d'une politique du chacun pour soi. 2. l'ouverture des échanges avantagera vraisemblablement le secteur exportateur et Si un pays procède à une libéralisation désavantagera le secteur en concurrence avec les importations. elle s'exposera à des mesures de rétorsion de la part des autres pays. s'il est en mesure de négocier une libéralisation internationale. pourquoi engagent-ils des négociations internationales et libéralisent-ils les échanges dans un contexte d'engagements multilatéraux? Raisons théoriques de coordonner la libéralisation avec d'autres Il y a au moins trois raisons pour lesquelles il est plus facile de supprimer des droits de douane à un niveau multilatéral. En revanche. qui se mobilisera et militera contre la libéralisation. si les pays peuvent tirer des gains du commerce en procédant à une libéralisation unilatérale. Or. Du point de vue de l'économie politique. il pourra contrecarrer l'action des groupes de pression du secteur en concurrence avec les importations en mobilisant les groupes de pression d'exportateurs. En particulier. même lorsqu'elle est unilatérale. mais à l'issue de plusieurs cycles de négociations internationales. Si chaque pays détermine sa politique commerciale de manière indépendante. la politique Pour éviter les optimale pour un grand pays sera de fixer le "droit de douane optimal". il est beaucoup plus facile pour un pays de réduire ses droits de douane si ses partenaires commerciaux font de même. L'échange réciproque de possibilités d'accès aux marchés permet aux gouvernements de mobiliser les Pourtant. certaines personnes y gagnent et d'autres y perdent.IV. groupes de pression favorables à l'exportation pour contrebalancer les groupes de pression en concurrence avec les importations Nous avons vu que lorsqu'un pays libéralise son commerce. NECESSITE  D'ʹUN  ENGAGEMENT  MULTILATERAL   IV.A. 1. il subira probablement des pressions du secteur en concurrence avec les importations. restrictions commerciales appliquées à titre de représailles. unilatérale. libéralisation des échanges. Y   A-­‐‑T-­‐‑IL   UNE   RAISON   DE   S'ʹENGAGER   À   L'ʹÉGARD   DE   LA   LIBÉRALISATION  MULTILATÉRALE?   La libéralisation des échanges entraîne des gains. historiquement.

A. Les engagements internationaux renforcent la crédibilité des politiques commerciales et évitent les problèmes de décalage dans le temps La troisième raison importante d'appuyer une politique commerciale sur un engagement multilatéral est que cet engagement renforce la crédibilité de la politique commerciale et aide à éviter les problèmes de décalage dans le temps. et les banques s'adapteront. situation très critique. En conséquence. Supposons qu'à un certain moment. les banques décideront de ne pas s'adapter après l'annonce faite par le gouvernement. le gouvernement annonce qu'il ouvrira le secteur financier à la concurrence étrangère dans un délai d'un an. Les engagements internationaux résolvent les problèmes de décalage dans le temps Les problèmes de décalage dans le temps peuvent être résolus grâce à des engagements internationaux. lorsque le moment d'appliquer la politique arrivera. Mais. libéraliser. IV. les banques décideront de ne pas s'adapter. Que feront les banques? Il y a deux possibilités: si les banques nationales croient à cette annonce. Conscientes des problèmes de décalage dans le temps.   DECALAGE  DANS  LE  TEMPS   Expliquons au moyen d'un exemple ce que signifie le décalage dans le temps. Les engagements internationaux rendent crédible l'annonce par le gouvernement qu'il libéralisera le secteur financier. Conscientes des problèmes de décalage dans le temps. elles ne s'adapteront pas.1.3. Le décalage dans le temps se produit lorsque la politique annoncée au moment 2 n'est plus une politique optimale au moment 4. Exemple: l'interaction avec le secteur financier Supposons qu'un pays souhaite libéraliser son secteur financier. au bout d'un an. Supposons également que les banques Elles se trouvent donc dans une nationales soient inefficaces et aient accumulé des créances douteuses. Par conséquent. il y aura une crise financière dans le pays. Le décalage dans le temps se produit lorsque la politique annoncée à un certain moment n'est plus une politique optimale au moment où elle devrait être appliquée. elles commenceront à ajuster leurs créances douteuses et s'efforceront d'une manière ou d'une autre de devenir plus efficaces. il est probable que le gouvernement n'appliquera pas la politique prévue. si les banques ne s'adaptent pas après l'annonce. sans quoi il risquerait de plonger le secteur financier dans une crise totale. si elles ne croient pas à cette annonce. le gouvernement sera contraint de ne pas 19 . Dans ce cas. si le gouvernement libéralise effectivement le secteur financier.

cette perte peut être supérieure au gain des consommateurs. les consommateurs y gagnent. cela peut sembler une bonne Nous avons dit que la libéralisation C'est-à-dire qu'un ensemble de pays libéralise son commerce intrarégional.IV. Quelles sont les conséquences pour le pays importateur membre de la zone préférentielle? D'un côté. alors que ce partenaire n'est pas le producteur le plus efficace du bien au niveau mondial. Transparence et prévisibilité Un autre avantage de la libéralisation dans le cadre d'un accord international est qu'elle améliore la transparence et la prévisibilité des conditions d'échange des biens et des services. Toutefois. multilatérale était bonne. De l'autre. Mais il peut arriver que des pays réduisent leurs droits de douane de À première vue.2. Cela signifie que si deux pays décident de réduire leurs droits de douane à titre réciproque. Le détournement des échanges a des effets négatifs évidents sur les pays exportateurs qui n'appartiennent pas à la zone préférentielle. Elle réduit par exemple le coût de l'information relative aux taux de droit appliqué à un produit par un pays à un autre et met tous les pays sur un pied d'égalité. lorsque des pays libéralisent leur commerce de manière préférentielle.A. manière préférentielle. donc on peut penser que la libéralisation préférentielle devrait également être bonne. Comme le partenaire commercial n'est pas le producteur le plus efficace du bien. L'une d'elles est d'éviter le risque de détournements d'échanges dus à la conclusion d'accords commerciaux régionaux. le détournement des échanges peut aussi avoir des effets négatifs sur le bien-être des partenaires de l'accord préférentiel. ils appliqueront également ces droits inférieurs au reste du monde. Il y a détournement d'échanges lorsque les importations provenant d'un partenaire commercial au sein de l'accord régional remplacent les importations provenant du reste du monde. Absence d'effets de détournement des échanges dus aux accords commerciaux régionaux Les politiques que nous avons décrites jusqu'à présent sont des politiques non discriminatoires. Nous avons dit que la libéralisation unilatérale était bonne. 20 .   AUTRES   RAISONS   MULTILATERALE   EN   FAVEUR   DE   LA   LIBERALISATION   D'autres raisons militent en faveur de la libéralisation multilatérale. le gouvernement perd des recettes tarifaires. car ils paient moins cher le bien importé du partenaire régional. puisqu'il n'y a plus de droits d'importation. Autrement dit. politique. ils risquent de subir les conséquences de ce que les économistes appellent le "détournement des échanges". tout en maintenant ses obstacles à l'égard du reste du monde.

Le premier message est que le régime optimal de politique commerciale est celui du libre-échange ou un régime dans lequel la protection est faible et égale. Nous avons dit et montré qu'un régime de protection faible ne peut se justifier que dans le cas d'un grand pays. Malgré les diverses raisons invoquées pour expliquer que certains pays doivent se démarquer de cette prescription (protection des industries naissantes ou politique commerciale stratégique). grands messages. il est rare de constater que ces politiques donnent de meilleurs résultats économiques. Nous avons vu au contraire qu'en général les secteurs qui ont été protégés au début de leur développement ont continué de l'être et ne se sont jamais développés pour devenir des secteurs compétitifs. mais la libéralisation multilatérale entraîne des gains plus élevés Un enseignement très important est que. La libéralisation unilatérale est bonne. Le deuxième enseignement important est que. La politique commerciale n'est qu'un élément du tableau beaucoup plus vaste de la croissance et du développement Enfin. 21 . malgré les diverses raisons invoquées pour expliquer que certains pays doivent se démarquer de cette prescription (argument des industries naissantes ou de la politique commerciale stratégique).V. CONCLUSIONS   Je pense qu'elle contient quatre Résumons brièvement pour conclure les résultats de cette présentation. bien que la libéralisation unilatérale soit bonne. mais est aussi politiquement plus durable et plus crédible. La libéralisation des échanges risque de ne pas avoir les effets escomptés si les marchés ne fonctionnent pas bien ou si les institutions sont faibles. la libéralisation multilatérale non seulement entraîne des gains plus élevés. il est rare de constater que ces politiques donnent de meilleurs résultats économiques. La théorie des échanges internationaux tend à montrer que le régime optimal de politique commerciale est celui du libre-échange ou un régime dans lequel la protection est faible et égale. le quatrième enseignement est que le commerce n'est qu'un élément du tableau de la croissance et du développement.

la théorie des échanges internationaux ne peut rien nous dire sur la structure des échanges. C'est-à-dire qu'il peut avoir un niveau Mais il ne peut avoir un Lorsque des pays concentrent leurs ressources sur la production de ce bien. chaque pays exporte le produit pour lequel il a un avantage comparatif. Question n° 4: Un pays peut-il avoir un avantage comparatif pour tous les produits? Réponse: Un pays peut avoir un avantage absolu pour tous les produits. En élargissant la gamme des produits auxquels les consommateurs ont accès et qu'ils peuvent acheter. chacun exportera le produit qu'il peut produire de manière relativement plus efficace. et les technologique plus élevé pour la production de chaque produit sur le marché. La seule chose que la théorie des échanges internationaux peut prévoir. le commerce génère des gains parce qu'il permet aux pays de se spécialiser dans la production du bien qu'ils peuvent produire de manière relativement plus efficace ou qui utilise intensivement le facteur dont ils sont dotés en plus grande quantité. Dans ce cas. c'est le volume des échanges entre les pays. le cas de pays qui ont des niveaux technologiques différents. 22 . consommateurs peuvent acquérir plus de biens qu'en l'absence de commerce. Question n° 3: Qu'est-ce qui détermine la structure des échanges? Réponse: Lorsque les partenaires commerciaux sont différents. Dans le premier cas. dans le cas où les pays ont des niveaux technologiques différents. Dans le second cas. Ainsi. ces pays ont tendance à échanger des variétés différentes du même produit. Ils ont des technologies différentes ou des quantités différentes de ressources en capital et en main-d'œuvre.Questions  fréquemment  posées   Question n° 1: Pourquoi les pays font-ils du commerce? Réponse: Les pays font du commerce parce qu'ils sont différents. le commerce génère des gains parce que les individus aiment la variété et que le commerce donne accès à différentes variétés de biens produits dans le monde entier. Ou bien ils font du commerce parce qu'ils produisent des variétés différentes du même bien. la production mondiale augmente. La théorie des échanges internationaux nous dit que le commerce permet aux pays de se spécialiser dans la production du bien qu'ils peuvent produire de manière relativement plus efficace. La structure des échanges est aléatoire. pour des raisons de simplicité. Lorsque le commerce a lieu entre des pays similaires. Question n° 2: L'un des principaux résultats de la théorie des échanges internationaux est que le commerce est avantageux pour tous les pays – pourquoi? Réponse: Examinons. le commerce améliore leur bien-être.

Le gouvernement peut intervenir à cette occasion en facilitant ce processus d'ajustement. Question n° 6: Quelles politiques un gouvernement peut-il mettre en œuvre pour résoudre les problèmes d'ajustement liés à la libéralisation des échanges? Réponse: La réorientation du secteur en concurrence avec les importations vers le secteur exportateur entraîne des coûts. il peut y avoir des coûts liés au fait que les travailleurs auront besoin d'une formation pour pouvoir travailler dans une entreprise d'un autre secteur. Il peut contribuer à la formation. ce qui peut déclencher le processus d'ajustement avant même la mise en œuvre des réformes. Comme autre solution. Il peut aussi mettre en place des régimes de promotion des exportations. alors que ceux employés dans le secteur en concurrence avec les exportations enregistreront des gains. 23 . Outre les coûts de recherche d'un emploi. Il peut notamment y avoir des pertes pour la main-d'œuvre et le capital employés dans le secteur en concurrence avec les importations. qui compensera les pertes à long terme. même s'il est avantageux pour l'ensemble du pays. par exemple. le processus d'ajustement peut être facilité si les réformes commerciales s'appuient sur des engagements internationaux.avantage comparatif pour tous les produits. diffuser des informations sur les offres d'emplois. par exemple. le gouvernement peut prendre des mesures pour dédommager les perdants de la libéralisation des échanges. Il peut fournir des crédits qui permettront aux travailleurs démunis ayant besoin de temps pour trouver un autre emploi d'emprunter entretemps de l'argent à une banque. afin qu'un petit nombre de travailleurs qui cherchent un emploi différent entrent sur le marché à chaque phase de la mise en œuvre. Pour cela. commercial aura un avantage comparatif. ou mettre en place un régime fiscal approprié de redistribution. Ces coûts sont dus. une protection sociale aux travailleurs qui ont perdu leur emploi. Il y aura toujours un produit pour lequel son partenaire Question n° 5: Le fait que le commerce est mutuellement avantageux signifie-t-il que tous les habitants de chaque pays sont mieux lotis? Réponse: Non. En effet. ce qui réduit les coûts de recherche. durant les périodes de transition. le gouvernement rend les réformes plus crédibles. Il peut aussi définir un rythme approprié de réforme. Il peut mettre en œuvre les réformes de façon progressive. Il peut. a des effets de répartition des revenus. il peut offrir. en prenant des engagements au niveau international. qui permettront une expansion plus rapide du secteur exportateur et faciliteront l'ajustement. L'un des enseignements importants de la théorie des échanges internationaux est que le commerce international. Cela veut dire que certaines catégories y gagneront. tandis que d'autres risquent de pâtir de la libéralisation des échanges. ce qui limite les conséquences sociales défavorables. Enfin. au fait que les travailleurs doivent chercher un nouvel emploi dans un secteur différent.

Une protection "temporaire" est donc accordée à l'industrie pour lui permettre de se développer. mais que l'industrie est trop jeune et trop peu développée pour soutenir la concurrence au niveau international. il importe de comprendre que cet argument n'est valable que pour un grand pays. il n'y a aucune chance que le droit de douane augmente le bien-être par des gains à l'échange. Deuxièmement. C'est ce qui se produit dans le cas d'un grand pays. Le second cas est celui d'un petit pays où.Question n° 7: Quels sont les effets d'un droit de douane? Réponse: L'imposition d'un droit de douane augmente le prix intérieur du produit importé. mais le reste du monde y perd. Question n° 8: Quels sont les risques liés à l'adoption d'un "droit de douane optimal"? Réponse: Un pays peut justifier sa politique protectionniste pour des motifs de gains à l'échange. Question n° 9: Qu'entend-on par argument des industries naissantes? Réponse: De nombreux pays ont utilisé l'argument des industries naissantes pour protéger leur secteur manufacturier. Par grand pays il faut entendre non pas un pays de grande dimension. malgré la diminution de la demande du produit importé. Et cela n'est pas très facile à déterminer du point de vue Dans ce cas. à savoir que l'argument de la protection justifiée par les termes de l'échange est une politique du chacun pour soi. c'est-à-dire un pays qui n'est pas en mesure d'influencer le prix mondial par une variation de sa demande d'importation. En imposant un droit de douane. auquel cas il n'y a pas de gains à l'échange. En revanche. l'imposition d'un droit peut augmenter le bien-être global du pays. la demande des consommateurs pour ce produit diminuera dans le pays. mais un pays en mesure d'influencer le prix mondial du produit sur lequel il impose le droit de douane. Cette perte est due au fait que la hausse du prix intérieur réduit le bien-être des consommateurs. C'est-à-dire qu'il y a un droit de douane optimal pour lequel les gains à l'échange compensent les pertes. plus sérieux. lorsqu'un pays peut réaliser des gains à l'échange. Il y a alors deux possibilités: la première est que la diminution de la demande du produit importé fera baisser le prix mondial de ce produit. la théorie des échanges montre que. l'imposition d'un droit de douane entraîne incontestablement une perte. ce qui peut déclencher une guerre commerciale dans laquelle tout le monde sera perdant. le prix mondial reste fixe. par exemple. Il y a aussi un autre problème. Cette politique risque donc de donner lieu à des mesures de rétorsion. lorsqu'il réalise ce qu'on appelle des gains à l'échange. Cet argument est que le pays peut avoir un avantage comparatif potentiel dans le secteur manufacturier. dans le cas d'un PETIT pays. La théorie du droit de douane optimal dit qu'il y a un faible niveau de droit de douane auquel le bien-être d'un pays peut être maximisé. Premièrement. même quantité du produit qu'ils préfèrent. un pays gagne à l'échange. pour un niveau suffisamment bas de droit de douane. En conséquence. car ils devront payer plus pour acquérir la 24 . et les importations baisseront. Mais cette politique soulève plusieurs problèmes. La différence entre ces deux cas est très importante car. il importe de définir exactement ce qu'est un niveau de droit suffisamment faible. empirique.

La raison pour laquelle le secteur manufacturier ne se développe pas naturellement. et sa croissance n'apportera pas nécessairement grand-chose au développement du pays. mais qu'elles n'ont jamais été compétitives sur le marché international. on constate que les industries qui ont été protégées contre la concurrence des importations se sont effectivement développées. il vaudra mieux remédier directement à ce problème que d'appliquer une politique commerciale qui protège le secteur manufacturier. il est tout aussi difficile pour le gouvernement de déterminer le secteur qui présente le plus gros potentiel de croissance. Premièrement. Si. Dans un secteur caractérisé par un petit nombre de grands opérateurs. Pour reprendre l'exemple ci-dessus. Il y a par exemple une inefficacité sur le marché financier qui empêche les forces naturelles du marché de fonctionner. que le fait de cibler des secteurs offrant une valeur ajoutée supérieure soit avantageux. de sorte que l'entreprise nationale réalisera des profits supérieurs au montant de la subvention. Question n° 10: Quelle est l'efficacité concrète des politiques en faveur des industries naissantes? Réponse: Dans de nombreux pays. il est difficile pour le gouvernement de déterminer quelle industrie a un avantage comparatif potentiel. il peut être très risqué et difficile de mettre en œuvre une telle politique. Le pays n'a pas développé d'avantage comparatif dans le secteur protégé. est une défaillance du marché. et il n'est pas nécessairement vrai. Bien qu'elle soit à première vue raisonnable. ou plutôt la raison pour laquelle l'industrie est "naissante". Si ce n'est pas le cas. Question n° 11: Est-il souhaitable d'aider une industrie à l'emporter sur la concurrence étrangère? Réponse: Les gouvernements peuvent être incités à subventionner certaines industries pour des considérations stratégiques. cette théorie n'est pas sans inconvénient. il faut que les profits supplémentaires de cette entreprise soient supérieurs à la 25 . éliminant ainsi le concurrent étranger du marché. les profits supplémentaires de l'entreprise subventionnée risquent de ne pas être suffisants pour compenser le coût de la subvention. Ces profits supplémentaires peuvent compenser le coût de la subvention pour le pays. si la raison pour laquelle une industrie ne se développe pas est une inefficacité du marché financier. Au cours du temps. Un secteur offrant une valeur ajoutée supérieure peut représenter une proportion très faible de la production nationale. il se peut qu'une subvention donne un avantage compétitif stratégique à l'entreprise nationale. Un autre point à souligner est que les politiques de remplacement des importations ne sont pas le moyen le plus efficace de remédier à une défaillance du marché. du point de vue du développement. il importe que la subvention décourage effectivement les entreprises étrangères d'entrer sur le marché. Premièrement. l'inefficacité du marché financier ne permet pas aux banques d'accorder des financements aux secteurs qui offrent un potentiel de croissance. par exemple. et les entreprises de ce secteur ont continué à demander l'intervention de l'État pour rester sur le marché. Dans la réalité cependant. différents secteurs démontrent des potentiels de croissance différents.de telle sorte que son avantage comparatif se renforcera à mesure que son niveau technologique s'améliorera et que le pays pourra finalement s'ouvrir à la concurrence internationale. même dans le cas où les entreprises étrangères sont effectivement éliminées du marché par l'entreprise subventionnée. Deuxièmement. alors que la croissance (même faible) d'un secteur qui représente une proportion plus élevée de la production nationale pourra avoir un effet important sur le développement.

26 . ce faisant. ils La coordination pousse les pays sur la voie du choisiraient d'appliquer le droit de douane optimal et. Ainsi. Troisièmement. il réduit ses droits d'importation tout en ayant un accès plus ouvert aux marchés des autres pays. s'infligeraient mutuellement des pertes à Il s'ensuivrait un préjudice à l'échelle mondiale. Il est clair que l'ALE entre le pays A et le pays B causera des pertes au pays C. qui risquent alors d'appliquer des mesures de rétorsion. ce qui évite des problèmes tels que le décalage dans le temps. Supposons que le pays A signe un accord de libre-échange avec le pays B et réduise ainsi son droit d'importation sur les textiles en provenance du pays B. l'échange. il faut de nombreuses informations qui sont difficiles à obtenir et sujettes à des incertitudes. Cela veut-il dire que l'adhésion à un accord commercial préférentiel améliorera systématiquement la situation d'un pays? Réponse: Supposons que le monde soit composé de trois pays. Enfin. Premièrement. qui bénéficieront de l'accès plus large aux marchés étrangers. le gouvernement peut contrebalancer les pressions exercées à l'encontre de la libéralisation par le secteur en concurrence avec les importations en mobilisant les groupes de pression favorables aux exportations. les politiques commerciales stratégiques nuisent aux pays étrangers. Après la conclusion de l'ALE. B et C. les engagements internationaux évitent les restrictions commerciales appliquées à titre de représailles. ce qui leur procure des gains à tous. et le pays C n'exportera plus de textiles vers le pays A. qui fait qu'une politique commerciale annoncée à un certain moment ne déclenche pas les ajustements nécessaires pour qu'elle soit également optimale au moment de sa mise en œuvre. bien qu'il ne soit pas le producteur le plus efficace. Supposons maintenant que le pays B ne soit pas le producteur de textiles le plus efficace et que le pays C le soit.subvention pour que la politique stratégique augmente le bien-être. Il est donc très probable que le gouvernement n'appliquera pas cette politique. qui nuisent à tous les pays. le pays B sera en mesure d'exporter des textiles vers le pays A à un prix plus bas que le pays C. le secteur financier risquera la crise au moment de la mise en œuvre de cette politique. Question n° 13: Nous avons dit que la libéralisation unilatérale était bonne. le pays A importait ses textiles du pays C. par exemple. au niveau intérieur. Si les (grands) pays ne coordonnaient pas leur libéralisation. le gouvernement d'un pays où les banques sont très endettées annonce qu'il libéralisera le secteur financier et si les banques ne liquident pas leurs créances douteuses. La deuxième raison de libéraliser au niveau multilatéral est une raison d'économie politique. libre-échange. pourquoi accèdent-ils à l'OMC? Réponse: L'inscription de la politique commerciale nationale dans des engagements internationaux offre plusieurs avantages. Pour pouvoir faire ce calcul à l'avance. Lorsqu'un pays libéralise son commerce au niveau multilatéral. A. Question n° 12: Pourquoi les pays inscrivent-ils leur politique commerciale dans des engagements de libéralisation multilatérale? En d'autres termes. Si. auquel cas le pays qui applique la politique et les pays étrangers en subiront tous deux les conséquences. les engagements internationaux rendent la politique commerciale plus crédible. Nous avons dit aussi que la libéralisation multilatérale pouvait être encore meilleure. Avant la création de la zone de libre-échange. car des échanges seront détournés du pays C vers le pays B.

D'un côté. en raison de la réduction du droit d'importation. car ils paieront leurs textiles moins cher. Les effets globaux de la libéralisation des échanges à titre préférentiel avec le pays B sont ambigus. __________ 27 . les consommateurs de textiles du pays A y gagneront. La théorie économique montre en particulier que le pays A risquera d'autant plus d'y perdre que l'écart d'efficacité entre le pays B et le pays C dans la production de textiles sera grand et que le droit de douane à l'égard du pays C sera élevé.Cet ALE procurera-t-il un gain sans ambiguïté au pays A? La réponse n'est pas évidente. car le pays importera désormais des textiles du pays B en franchise de droit. De l'autre. les recettes tarifaires du gouvernement diminueront.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful