LoI DE fInAncEs 2014

M. Djoudi présente le projet devant la commission des finances de l’APN

LE PROCESSUS LÉGISLATIF ET LE RÉGIME DES AMENDEMENTS

P.5

BENYOUNES ET SIDI SAID AU COMPLEXE SIDÉRURGIQUE D’EL HADJAR

3 Dhou El Hidja 1434 - Mardi 8 Octobre 2013 - N°14945 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Ph : Nacéra

Consolider l’efficience du travail parlementaire P.5

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE LAMAMRA, MESSAHEL ET BOUGUERRA SUR LA JOURNÉE NATIONALE DE LA DIPLOMATIE ALGÉRIENNE

« L’ALGÉRIE EST EXPORTATRICE DE LA STABILITÉ AUX PAYS DE LA RÉGION »
l M. Messahel : « La stratégie de la communication institutionnelle est sur le point d’être finalisée » l M. Lamamra, à propos des otages algériens enlevés au Mali : « Ils sont en vie » l M. Bouguerra souligne le rôle de l’information dans l’action diplomatique l Le MAE inaugure une exposition à l’occasion de la journée nationale de la Diplomatie algérienne

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

L’accent sur la paix sociale

P.11

P.3

Ph : Nesrine

À L’IssuE DE 10 MoIs D’EnquêtE

LIguE 1 (8e journéE)

L’INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE

L’assassin de la petite Chaïma arrêté

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

P. 16

JSK-ESS : choc au sommet

P.29

Doublement au 1re semestre 2013

P.10

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

NUAGEUX

CE MATIN À 10H AU FORUM DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID

Hommage aux chouhada Hassiba Ben Bouali, Ali Ammar, Mahmoud Bouhamidi et Omar Yacef

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, effectura aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Bouira pour une nouvelle inspection de l’état d’avancement des travaux des lots 2 et 3 du système Koudiat Acerdoune.

Necib à Bouira

Sur les régions ouest et centre (littoral, intérieur et Hauts Plateaux) : brumes et nuages bas en début de matinée près des côtes, puis dégagé le reste de la journée. Formation de cellules orageuses sur les Hauts Plateaux à partir de l’après-midi. Les vents seront d’est à nord-est 20/40 km/h et variables faibles vers l’intérieur. Région est (littoral, intérieur et les Aurès) : alternance d’éclaircies et de passages nuageux sur le littoral et l’intérieur. Formation de quelques cellules orageuses sur les Aurès en fin d’après -midi et soirée. Les vents seront de nord-ouest 20/30 KM/H près des côtes et de nord-est à est vers les Aurès. Sur la Saoura et Nord-Sahara : temps voilé à nuageux avec activité pluvio-orageuse locale. Les vents seront d’est à nord-est avec soulèvement de sable localement. Autres régions du sud : temps généralement dégagé. Les vents seront généralement de nordest à sud-est 20/40 km/h avec quelques soulèvements de sable sur le Sahara central. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (27°- 14°), Annaba (24°- 14°), Béchar (33° - 19°), Biskra (31° - 20°), Constantine (25°- 11°),Djanet (33°- 18°), Djelfa (27° - 14°), Ghardaïa (32° - 19°), Oran (28° - 17°), Sétif (24°- 10°), Tamanrasset (31°- 18°), Tlemcen (29° - 16°).

Le Forum de la mémoire, initié en coordination avec l’association Machaâl Echahid et la direction de l’éducation d’Alger-Centre, organise, ce matin à 10h, une conférence sur les opérations menées par les Fidayine à Alger durant la période coloniale, en hommage aux chouhada Hassiba Ben Bouali, Ali Ammar, Mahmoud Bouhamidi et Omar Yacef, tombés au champ d’honneur le 8 octobre 1957.

L’Union nationale des agronomes organise, demain mercredi à 10 heures, au Centre de presse d’El Moudjahid, à l’occasion de la tenue de son 3e congrès national, prévu les 26 et 27 décembre, une conférence sur le thème : «L’agronome au cœur des défis de la production alimentaire».

« L’agronome au cœur des défis de la production alimentaire »

DEMAIN À 10 H

Dans le cadre du programme national de récupération et de valorisation des déchets, la ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Mme Dalila Boudjemaâ, procèdera, ce matin à 9h30, au lancement de la filière de récupération et valorisation des déchets de papiercarton au niveau de la commune de Kouba

Lancement de la filière de récupération des déchets de papier

CE MATIN À KOUBA

CET APRÈS-MIDI À RIADH EL-FETH

Célébration de la journée de la Diplomatie

CE MATIN À 8H30 AU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

Le ministère des Affaires étrangères organise, ce matin à partir de 8h30, au siège du ministère des Affaires étrangères, une cérémonie à l’occasion de la célébration de la journée de la Diplomatie qui débutera par la levée des couleurs, suivie du dépôt d’une gerbe de fleurs, la lecture de la Fatiha et une allocution du ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra.

La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, présidera, cet après-midi à 16h, à l’esplanade de Riadh El-Feth, l’ouverture de la 6e édition du Festival international du décret de bande qui se déroulera jusqu’au 12 octobre.

6e édition du Festival international de la bande déssiné

CE MATIN À 9H À TIPASA
La Commission nationale de l’Organisation nationale des victimes du terrorisme et ayants droit tient son 8e congrès, ce matin à partir de 9h, à la Munatec de Tipasa.

8e congrès de l’Onvtad

CE MATIN À 11H30 À L’HÔTEL EL-AURASSI
À l’occasion du tournage, en Algérie, de l’émission événement «Le Tour du Maghreb» de France 24, une conférence de presse sera organisée, ce matin à 11h30, à l’hôtel El-Aurassi, en présence des trois journalistes présentateurs de l’émission.

Conférence de France 24

CET APRÈS-MIDI À 14H AU SIÈGE DE L’ENTV
Un point de presse se tiendra, cet après-midi à l’occasion de la clôture de l’atelier sur la promotion de l’égalité de genre dans les médias quis’est tenu du 6 mai au 8 octobre et qui s’inscrit dans le cadre du projet intitulé «Indicateurs de genre dans les médias».

Conférence de presse

Mme Zohra Derdouri, ministre de la Poste et des technologies de l’Information et de la Communication effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans les établissements de la Poste de la wilaya d’Alger.

Derdouri visite des structures de la Poste à Alger

Le ministre des Transports, M. Amar Ghoul, effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Blida en vue de s’enquérir de l’avancement des travaux sur les différents chantiers de la wilaya.

Ghoul à Blida

À l’occasion des festivités de l’Aïd-el-Adha 2013, la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) informe son aimable clientèle du maintien de tous les trains de grandes lignes habituels avec un renforcement en places offertes du 11 au 22 octobre, sauf pour le premier jour de l’Aïd où un programme spécial Aïd sera appliqué. Le programme de circulation des trains intervilles et banlieues est affiché au niveau des gares SNTF, ainsi que sur le site web : www.sntf.dz

Programme spécial Aïd

SNTF

Le président de la commission nationale de la pêche maritime, M. Bellout Hocine, anime, ce matin à 10h, au siège de l’UGCAA, 40/42, rue Larbi-BenM’hidi, une conférence de presse sur «Le pari du secteur de la pêche maritime et les difficultés que rencontrent les professionnels du secteur».

Conférence sur le secteur de la pêche

CE MATIN À 10H À L’UGCAA

Dans le cadre de la modernisation des stations thermales Hammam Boughrara, Hammam Bouhadjar, Hammam Bouhanifia et Hammam Rabbi, une cérémonie de signature d’un contrat d’étude et de suivi d’un projet de modernisation entre l’EGTT et le partenaire GE TINSA-PROES-SANDCASTEL/Espagne aura lieu à l’hôtel les Zianides, demain à 10h.

Signature d’un contrat de modernisation des stations thermales

DEMAIN À 10H À TLEMCEN

Une conférence régionale des cadres de l’ ANR dans la wilaya d’El-Oued se tiendra samedi 12 octobre à 10h, à la maison de la Culture Mohamed-Lamine-Lamoudi, sous la présidence de son secrétaire général, M. Belkacem Sahli, et qui sera consacrée à «La position du parti sur les évolutions politiques et sociales dans le pays».

Conférence régionale de l’ANR

SAMEDI 12 OCTOBRE À 10H À EL-OUED

Activités des partis

DIMANCHE 13 OCTOBRE À 9H À DAR EL-IMAM
La Forem organise, dimanche 13 octobre à partir de 9h, à Dar El-Imam, une journée d’étude sur la nutrition de l’enfant qui sera consacrée à plusieurs sujets d’actualité : défection vis-à-vis de l’allaitement maternel, dysfonctionnements alimentaires chez l’enfant…

Table ronde sur l’abolition de la peine de mort
À l’occasion de la Journée mondiale et européenne de lutte contre la peine de mort, le 10 octobre, la délégation de l’Union européenne, avec l’aimable soutien de l’ambassade d’Italie, organise, demain à 17h, au théâtre de l’ambassade d’Italie, une table ronde sur le thème de l’abolition de la peine capitale.

DEMAIN À 17H À L’AMBASSADE D’ITALIE

Journée d’étude sur la nutrition de l’enfant

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

conFérence De PreSSe conJointe lAMAMrA, MeSSAHel et BouguerrA Sur lA Journée nAtionAle De lA DiPloMAtie Algérienne

L’

Algérie « défend bien ses intérêts dans le concert des nations et s’avère exportatrice de la stabilité aux pays de la région.» cette déclaration significative émane de ramtane lamamra, ministre des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre de la célébration de la journée nationale de la Diplomatie algérienne qui coïncide avec la date du 8 octobre de chaque année. cette diplomatie, a-t-il dit-il, devant un parterre de journaliste, « prépare l’avenir pour des réalisations plus grandes et au service de l’Algérie.» A cet effet, M. lamamra annonce des «solutions novatrices» pour la délivrance des documents à nos ressortissants à l’étranger. Face au progrès numérique, « notre administration sera au rendez-vous en améliorant ses prestations » et la diplomatie « habituée à relever les grands défis internationaux, doit faciliter la tâche à notre communauté ». Avec 83 ambassades et 38 consulats, dont 18 en France, l’Algérie, se réjouit M. lamamra, est « très bien placée » par rapport à ses voisins. relevant le lien étroit entre la diplomatie et la communication, le chef de la diplomatie algérienne affirme que les acquis réalisés aujourd’hui « constituent un parachèvement naturel » de ceux du Fln et de l’Aln, pendant la guerre de libération. la célébration de cette journée, poursuit le MAe, reflète la « place qu’occupe l’Algérie sur la scène internationale.» résumant ses dires, M. lamamra relève que la diplomatie algérienne a aussi « des titres de gloire, des motifs d’espoir ». Sa position géostratégique, l’étendue de son territoire, son histoire, ses ressources énergétiques et naturelles, sa stabilité, la qualité et l’expérience de son leadership confèrent à l’Algérie des atouts qui la dotent de facteurs considérables. Faisant un tour d’horizon de tous les dossiers sensibles dans lesquels notre pays est impliqué, M.

Le chef de la diplomatie algérienne a annoncé des «solutions novatrices» pour la délivrance des documents à nos ressortissants à l’étranger.

« L’Algérie est exportatrice de la stabilité aux pays de la région »

Nation

3

l’Algérie et la France veulent renforcer leur coopération bilatérale dans le domaine des médias, a indiqué hier à Alger la présidente de « France Médias Monde », Mme Marie-christine Saragosse. « nous avons (l’Algérie et la France) une envie commune de développer une relation plus étroite (dans le domaine des médias) », a déclaré Mme Saragosse à l’issue d’un entretien avec le ministre de la communication, Abdelkader Messahel. elle a précisé que sa rencontre avec M. Messahel a porté sur « le renforcement de la coopération entre les deux pays à travers notamment l’échange du savoir-faire, des contenus de la télévision et de la radio, ainsi que le domaine de la formation.» Mme Saragosse, en visite en Algérie, a mis en avant « la volonté des deux parties de travailler pour la réalisation des différents projets en commun.» «nous espérons avancer pour conclure prochainement des accords dans le domaine audiovisuel et (...) travailler ensemble sur les nouveaux médias et les appuis techniques », a-t-elle souligné, ajoutant que les deux pays ont « beaucoup d’expériences et de savoir-faire à partager ».

Volonté «commune» de renforcer la coopération dans le domaine des médias

Algérie-FrAnce

lamamra souligne que pour le Sahara occidental la position « constante de l’Algérie découle de sa fidélité à sa propre histoire et de son attachement à la légalité internationale ». Au sujet du grand Maghreb, le conférencier le voit comme «  un grand dessein, une grande espérance et de grands défis.» S’agissant de la situation dans le monde arabe, le MAe appelle à « un sursaut collectif autour de la Palestine quelles que soient les circonstances ». concernant la lutte antiterroriste, M. lamamra relève que « c’est un combat pour la vie et la dignité humaine », rappelant, à cet effet, les efforts consentis par l’Algérie. un vibrant hommage a été rendu à l’AnP ainsi qu’à l’ensemble des corps constitués. S’arrêtant sur le dialogue des civilisations, le chef de la diplomatie estime qu’il est grand temps de « réconcilier l’humanité avec ellemême, transcender les conjonctures difficiles pour faire l’Histoire.» Dans le même contexte, M. lamamra se dit

convaincu que le salut du monde musulman s’inscrit dans « une authenticité fécondée par la modernité.»

le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a souligné hier à Alger à l’occasion de la célébration de la journée de la Diplomatie algérienne, le rôle de l’information dans l’action diplomatique. M. Bouguerra qui s’exprimait lors d’une conférence de presse qu’il animait conjointement avec le ministre des Affaires étrangères, ramtane lamamra, et le ministre de la communication, Abdelkader Messahel, a aussi plaidé pour «plus de contact» et pour un «partenariat» entre les médias et les institutions chargées des affaires diplomatiques. «l’information et la communication sont au coeur de la diplomatie qui ne peut se concevoir sans ces deux relais. les deux parties doivent constituer entre elles une relation de complémentarité, voire un partenariat au sens propre du mot», a-t-il relevé. Selon lui, ce partenariat «doit être porté par le besoin de promouvoir et défendre les intérêts de l’Algérie au plan international, notamment».

M. Bouguerra souligne le rôle de l’information dans l’action diplomatique
«nous devons œuvrer ensemble pour la valorisation des valeurs stratégiques de notre pays et profiter des expériences du passé pour améliorer cette relation», a ajouté M. Bouguerra. la relation entre la presse et les institutions de l’etat doit être mise, avant tout, au profit des intérêts de l’Algérie, a noté l’orateur, soulignant que le rôle de la presse consiste, entre autres, à «donner une image réelle et juste du pays» et que

De son côté, le ministre de la communication, Abdelkader Messahel, a relevé le rôle important de la communication pour mieux faire connaître notre pays. « l’Algérie doit être présentée sous son véritable visage », a-t-il affirmé assurant que pour le bien de tout un chacun, « il n’y aura aucun tabou, toutes les questions, aussi sensibles soientelles, seront débattues en toute franchise et notre département sera en contact permanent avec la presse.» et d’ajouter : « l’Algérie c’est une mémoire et une Histoire.» S’adressant aux professionnels des médias, M. Messahel dira : « Je veux bien voir des journalistes d’investigation, l’accès à

M. Messahel  exhorte la presse à donner une véritable image de l’Algérie

l’information existe.». De l’investigation, oui. De la critique, aussi. Mais, insiste-t-il, « l’information doit être juste et crédible ». Pour ce faire, il promet que son département multipliera les briefings et points de presse afin de faciliter la tâche aux journalistes ajoutant que la stratégie de la communication institutionnelle est sur le point

d’être finalisée. A une question sur « l’absence de l’Algérie sur la scène diplomatique », M. Messahel a affirmé que l’Algérie « ne s’est jamais désengagée », soulignant qu’il s’agit « d’une impression du fait de l’appartenance de l’Algérie à une région actuellement peu stable.» il a affirmé que l’Algérie est « présente au Sahel et dans la région et sa voix est audible et écoutée au niveau mondial», soulignant que plusieurs pays ont reconnu que «l’Algérie avait vu juste», de par ses positions lors des événements ayant secoué la région. le ministre a rappelé également que l’Algérie avait mis en garde ses partenaires contre les dommages collatéraux qui allaient se produire après ces conflits. M. Messahel a rappelé aussi que le Président de la république, Abdelaziz Bouteflika, recevait chaque semaine deux à trois envoyés spéciaux de différents pays pour écouter le point de vue de l’Algérie. Pour M. Messahel, il faut tenir compte des enjeux et de l’environnement immédiat dans lequel évolue l’Algérie ; il a fait observer qu’elle (l’Algérie) reste un « pays exportateur de la stabilité dans la région ». Fouad Irnatene

les otages algériens enlevés à gao au nord du Mali sont «en vie» a rassuré ramtane lamamra. l’information divulguée, précise le MAe, « est de ces derniers jours ». ne voulant pas «rentrer dans les détails», il a affirmé que l’«etat algérien restera mobilisé et ne baissera pas les bras pour leur libération». M. lamamra a également fait part de son «souhait» pour que ces otages «retrouvent leurs familles respectives, le plus tôt possible». et d’ajouter : « on est une famille touchée dans sa chair ». il convient de rappeler que le consul algérien et six éléments de la représentation consulaire algérienne ont été enlevés en avril 2012 à gao par un groupe terroriste puis conduits vers une destination inconnue. Fouad I.

M. lAMAMrA à ProPoS DeS otAgeS AlgérienS enlevéS à gAo Au MAli :

« Ils sont en vie »

Mardi 8 octobre 2013

le ministre des Affaires étrangères, ramtane lamamra, a procédé hier à Alger à l’inauguration d’une exposition organisée au siège du ministère à l’occasion de la célébration de la journée nationale de la Diplomatie algérienne. cette journée qui est célébrée le 8 octobre de chaque année, coïncide avec le jour où le premier Président de l’Algérie indépendante, le regretté Ahmed Ben Bella avait hissé le drapeau algérien au siège des nations unies à new York, 8 octobre 1962. les photographies et documents exposés dans le hall du ministère des Affaires étrangères retracent le parcours de la diplomatie algérienne avec ses différents repères, de 1962 à ce jour.

Lamamra inaugure une exposition

le citoyen a, de son côté besoin d’avoir une information «crédible». la conférence était une occasion pour les trois ministres d’aborder des questions liées à la place et le rôle de l’Algérie dans le concert des nations, dans la stabilité et la sécurité du Sahel et dans le panafricanisme ainsi que dans le monde arabo musulman, dans la lutte contre le terrorisme et autres thèmes structurants des relations internationales.

Ph. : Nesrine

4

Les deux Chambres du Parlement auront au cours de cette session automnale à examiner en vue de leur enrichissement et adoption G plusieurs projets de loi dont certains ont été adoptés à l’issue du Conseil des ministres qui s’est tenu le 29 septembre dernier sous la présidence du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Il s’agit entre autres, du projet de loi sur l’activité audiovisuelle consacré à l’ouverture de cette dernière au privé, le projet de loi modifiant et complétant le Code pénal qui prévoit de nouvelles mesures pour protéger l'enfant contre les différents crimes et du projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance 05-06 relative à la lutte contre la contrebande qui vise à mettre un terme au trafic de carburant.

Nation

EL MOUDJAHID

L

e projet de loi relative à l'activité audiovisuelle qui sera prochainement soumis au Parlement vise à «la refondation du paysage audiovisuel national articulée autour des missions de service public». Le projet de texte dont l'APS a obtenu copie, «ne se limite pas à la seule prise en charge des problèmes liés à l'ouverture de l'audiovisuel à l'investissement privé national», mais «s'inscrit dans une perspective plus large, celle d'une refondation du paysage audiovisuel national articulée autour des missions de service public». Le texte souligne que «la pérennité» du service public ne peut être garantie que par un secteur public «performant, capable d'offrir à la société dans toutes ses composantes, des programmes innovants et de qualité». De ce point de vue, le secteur public de la communication audiovisuelle»doit bénéficier de tout le soutien de l'Etat, afin d'assurer, en toute indépendance et en toute responsabilité, un service public en harmonie avec les légitimes attentes du corps social (...) qui permettent à notre personnalité nationale de s'épanouir sans renoncer à ses valeurs ancestrales», est-il précisé. Pour réaliser de tels objectifs et «préserver» le ser-

Refondation du paysage audiovisuel autour des missions de service public
PROJET DE LOI SUR L'AUDIOVISUEL

vice public de la communication audiovisuelle de «déviations toujours possibles», il est créé une instance indépendante, dénommée «Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV)», constituée de 9 membres nommés par décret présidentiel, dotée de toutes les prérogatives lui permettant de «contrôler la conformité à la loi des différents aspects de l'exercice de l'activité audiovisuelle et de

Le directeur des affaires pénales et des mesures de grâce au ministère de la Justice, Mokhtar Lakhdari a souligné, hier à Alger, l’«importance» que revêt la coopération internationale dans la lutte contre la corruption à travers l’activation des mécanismes y afférents. A l’occasion de l’ouverture des travaux d’un atelier de formation sur la «lutte contre la corruption, le crime organisé transfrontalier et le recouvrement de l’argent provenant de la criminalité», organisé au profit des magistrats et officiers de la police judiciaire des pays de l’Afrique du nord, M. Lakhdari a précisé que la lutte contre le phénomène de la corruption «implique la mise en place de mécanismes internationaux unifiés». Les magistrats qui enquêtent dans la lutte contre la corruption ont besoin de l’aide de leurs confrères étrangers, aussi bien en ce qui concerne, l’audition des mis en cause que la saisie des comptes bancaires. «Les magistrats doivent être informés des textes juridiques appliqués au niveau local et international, ce qui leur permettra de soumettre leurs demandes pour l’audition des accusés ou pour geler les comptes bancaires ou pour restituer les revenus de la corruption», a indiqué le responsable. S’inscrivant dans le cadre de la coopération judiciaire entre l’Algérie et les Etats-Unis dans le domaine de la formation des magistrats, cet atelier a pour objectif de «rapprocher les points de vue entre les magistrats et les officiers de la police judiciaire des pays de l’Afrique du Nord sur la question de la corruption qui est étroitement liée au blanchiment d’argent». S’agissant des mécanismes internationaux mis en place pour la restitution des fonds détournés et des revenus de la corruption, M. Lakhdari a rappelé l’existence d’une convention internationale dans ce domaine qui est la Convention des Nations unies pour la lutte contre la corruption.

Activer les mécanismes de coopération internationale

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

Le projet de loi modifiant et complétant le code pénal contient de nouvelles mesures visant à protéger l'enfant contre les différents crimes auxquels il est exposé, outre la mise en conformité de la législation algérienne avec les dispositions de la convention internationale sur les droits de l'enfant. Ainsi, pour se conformer notamment aux traités internationaux auxquels l'Algérie a souscrit, le nouveau projet énonce que le mineur de moins de 10 ans «ne peut faire l'objet de poursuites pénales», alors que celui ayant l'âge entre 10 à 13 ans «ne peut faire l'objet que de mesures de protection ou de rééducation». Dans le même projet, il est stipulé que «quiconque mendie avec un mineur de moins de 18 ans ou l'expose à la mendicité, est puni d'un emprisonnement de six mois à deux ans», précisant que la peine est portée au double lorsque l'auteur de l'infraction est un ascendant du mineur ou toute personne ayant une autorité sur celle-ci. Les peines prévues, pour le même cas, ne sont pas applicables si l'auteur de l'in-

Nouvelles mesures pour protéger l'enfant contre les différents crimes
PROJET DE LOI MODIFIANT ET COMPLÉTANT LE CODE PÉNAL
fraction est la mère du mineur, dont la situation de détresse est prouvée. S'agissant du kidnapping, le nouveau de loi mentionne que «quiconque, par violence, menaces, fraudes ou par tout autre moyen, enlève ou tente d'enlever un mineur de moins de 18 ans, est puni de la réclusion à perpétuité».Il y est également indiqué qu'une peine d'emprisonnement d'un an à cinq ans et d'une amende de 100.000 à 500.000 DA sont prévues pour «quiconque vend ou achète un enfant de moins de 18 ans, à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit». Est également puni des mêmes peines, l'instigateur ou l'intermédiaire dans la conclusion de la vente d'un enfant. Les amendements proposés stipulent que «lorsque l'infraction est commise par un groupe criminel organisé ou lorsqu'elle a un caractère transnationale, la peine encourue est l'emprisonnement de 5 à 15 ans et l'amende de 500.000 à 1.500.000 DA». La tentative est punie des mêmes peines prévues pour l'infraction consommée.

mettre en œuvre son pouvoir de régulation», note le projet, qui tente d'appréhender toutes ces préoccupations «dans les limites de l'étendue de son champ de compétence». «Cependant, son objet renvoie à une activité dont la flexibilité et la permanente évolution rendent présomptueuse toute approche en mesure de déterminer abstraitement des changements probablement

prévisibles mais souvent surprenants», est-il souligné. A cet égard, les dispositions de ce texte, énoncées en «termes suffisamment souples», permettent «l'introduction aisée» de modifications «assez fréquemment» dans son contenu, «sous l'effet des nécessités de son adaptation aux situations nouvelles, mais avec le souci permanent de maintenir l'orientation de l'ensemble du système audiovisuel national en fonction de finalités conformes à l'intérêt général», est-il précisé. Le texte estime que face aux prodigieux progrès technologiques, notamment l'apparition du satellite de diffusion directe et de l'Internet, transcendant les frontières et brisant «irrémédiablement», les monopoles nationaux en matière de communication audiovisuelle, il est nécessaire d'«encadrer l'initiative privée (dans ce secteur) par des règles prudentielles liées aux conditions de création de nouveaux services de communication audiovisuelle, à leur mode de financement et au contenu de leurs programmes». Le projet de texte comporte 105 articles répartis dans 7 titres, dont le troisième est consacrée à «l'autorité de régulation», ses missions et attributions, sa composition et son fonctionnement.

Le projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance 05-06 relative à la lutte contre la contrebande, vise notamment à mettre fin au trafic de carburant ayant connu une ampleur phénoménale ces dernières années au niveau des régions frontalières. Le projet de loi s'inscrit dans les efforts de l'Etat à mettre en place un cadre juridique à même de prendre en charge les insuffisances enregistrées dans le domaine de la lutte contre la contrebande. La prévention et la lutte contre la contrebande constituent l'un des défis majeurs que l'Algérie s’attelle à relever pour préserver l'économie nationale des effets néfastes de ce fléau. L'article 11 de ce projet de loi, dont l'APS a obtenu une copie, stipule que «toute personne qui détient dans le rayon des douanes un dépôt destiné à des fins de contrebande ou un moyen de transport spécialement aménagé aux mêmes fins, est punie d'un emprisonnement allant de deux ans à dix ans et d'une amende égale à dix fois la valeur cumulée de la marchandise et des moyens de transport confisqués». A cet effet, l'amende imposée aux fraudeurs est «égale à cent fois la valeur du carburant sur le marché national, dans toutes les infractions prévues par la présente ordonnance», comme énoncé par le même article du projet de loi. «Est punie d'un emprisonnement de deux ans à dix ans et d'une amende de 200.000 DA à 1.000.000 DA, quiconque procède,

Un nouveau projet de loi pour mettre fin au trafic
LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE DE CARBURANT

D'autre part, le nouveau texte de loi dispose qu'il est puni d'un emprisonnement de 5 à 10 ans et d'une amende de 500.000 à 1.000.000 DA «quiconque représente, par quelque moyen que ce soit, un mineur de moins de 18 ans s'adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou représente des organes sexuels d'un mineur à des fins principalement sexuelles ou fait la distribution, la diffusion, la propagation, l'importation, l'exportation, l'offre, la vente ou la détention des matériels pornographiques mettant en scène des mineurs». «En cas de condamnation, la juridiction prononce la confiscation des moyens qui ont servi à la commission de l'infraction, ainsi que les biens obtenus de façon illicite, sous réserve des droits des tiers de bonne foi», note le texte. Concernant les viols, il est stipulé que «quiconque commet le crime de viol est puni à la réclusion de 5 ans, tandis que si l'acte est commis sur un mineur de moins de 18 ans, la peine à la réclusion est de 10 à 20 ans.

en violation des dispositions législatives et/ou réglementaire en vigueur, à l'aménagement d'un moyen de transport pour élever sa capacité de stockage de carburant, à des fins de contrebande», précise le même texte. Les individus ayant procédé à l'aménagement d'un moyen de transport pour élever sa capacité de stockage de carburant sont passibles, en vertu du projet de loi, de «la radiation, selon le cas du registre de commerce ou du registre de l'artisanat et des métiers, de la confiscation du matériel utilisé dans la commission de l'infraction et de la fermeture du local". Le projet de loi prévoit également de soumettre les infractions prévues aux articles 13, 14 et 15 de l'ordonnance 05-06, relatives à la contrebande avec port d'arme à feu, la contrebande d'armes et la contrebande qui constitue une menace pour la sécurité nationale, l'économie nationale ou la santé publique, à «la compétence étendue, conformément aux dispositions du code de procédure pénale». «Cette proposition est justifiée par la gravité de ces infractions et leur répercussion sur l'économie nationale, outre le fait qu'elles constituent une forme grave du crime organisé transnational qui est en relation avec le terrorisme et le trafic d'armes et de stupéfiants», lit-on dans ce projet de loi.

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le ministère des Relations avec le Parlement a organisé, hier, à la résidence Djenane El Mithak, une journée d’études sur le thème «  le processus législatif et le régime des amendements ».

Consolider l’efficience du travail parlementaire
LE PROCESSUS LÉGISLATIF ET LE RÉGIME DES AMENDEMENTS

Nation

5

L

e ministre des Relations avec le Parlement, M. Mahmoud Khedri, a présidé les travaux de cette journée. Il a, en cette circonstance, prononcé une allocution devant les membres du Parlement, les professeurs, les cadres de l’Etat, dans laquelle, il a considéré que le thème choisi, outre le fait de son caractère technique, constitue l’épine dorsale du travail gouvernemental et parlementaire. M. Khedri a cerné l’objectif conféré à cette rencontre hautement scientifique. Il consiste à apporter une contribution à l’effet de promouvoir le travail législatif dévolu concurremment au Parlement et au gouvernement, conformément aux dispositions de la Constitution, pratique adoptée par la plupart des systèmes modernes qui ouvrent le champ législatif au pouvoir exécutif en tenant compte du principe de séparation des pouvoirs à travers une approche qui s’appuie sur la collaboration et le respect mutuel favorisant l’intérêt général dans le respect des principes et des valeurs requises par la démocratie. Le ministre a souligné que le pouvoir de légiférer est un attribut de la souveraineté nationale et un aspect de la pratique démocratique. Cette mission est dévolue principalement au Parlement, mais dans certains systèmes constitutionnels, l’exécutif en partage la prérogative, d’où apparaît l’importance de l’acte de légiférer par son caractère décisif, aussi bien pour le gouvernement que pour le Parlement. Cet acte de légiférer est encadré par les dispositions constitutionnelles et repose sur le plan technique, sur un certain nombre de règles nécessaires à l’accomplissement de cette fonction selon les normes requises en la matière, permettant la production de textes juridiques de qualité et répondant aux exigences d’efficacité en termes d’objectifs. Le ministre a estimé comme étant essentiel l’examen de la question de la sécurité juridique dont la fonction nécessite la maîtrise de techniques de rédaction qui conditionne la qualité du travail législatif et la réalisation des objectifs escomptés. Il a évoqué l’expérience de notre pays dans le domaine du travail parlementaire et de la pratique démocratique, notamment en matière de pluralisme politique. En ce sens, il a relevé qu’un saut qualitatif a été réalisé dans l’effort d’édification d’un état de droit, et des institutions, rappelant que notre système constitutif confère aux députés et au Premier ministre, le droit à l’initiative des lois, conformément à la Constitution et aux dispositions de la loi organique 99-22 du 8 mars 1999 qui régit les relations fonctionnelles entre le gouvernement et le Parlement ainsi que le règlement de l’Assemblée populaire nationale. Le ministre des Relations avec le Parlement a rappelé qu’il est admis que l’initiative des lois émane souvent du gouvernement pour des raisons multiples dont l’obligation qui lui incombe de prendre en charge l’exécution du programme présidentiel par le biais, notamment des textes juridiques qu’il initie. Le gouvernement détient

naturellement toutes les données et dispose de plus de moyens et d’expérience qui lui permettent d’initier les lois de manière assez régulière, ce qui explique, notamment cette situation de domination qui, dans la pratique, fait que l’adoption des lois obéit à un processus intégré qui implique les deux pouvoirs. D’où l’importance de promouvoir cette fonction, notamment à travers des programmes de mise à niveau et de perfectionnement de la ressource humaine en collaboration avec les universités et autres établissements de formation supérieure afin de suivre les mutations enregistrées dans les différents domaines et s’y adapter ce qui constitue un investissement qui garantit l’amélioration de la qualité du travail législatif dans toutes ses phases. L’accent est dès lors mis sur la nécessité de mettre en exergue le rôle décisif de la fonction législative, ses portées et ses impactes, sa

place dans l’organisation des affaires de la cité et dans la promotion de la pensée juridique.

Le droit à l’initiative
La problématique générale de cette journée d’étude repose sur un débat, une analyse scientifique et une confrontation d’idées de la part des participants sur la base d’exposés portant sur l’initiative législative et le régime des amendements dans le système juridique algérien et le droit d’amendement dans le système parlementaire algérien ainsi que le processus législatif et le régime des amendements dans les systèmes comparés. La primauté accordée à une telle problématique nodale, se justifie du fait que les Parlements sont confrontés en général à des critiques diverses et par conséquent, la réflexion sur les

moyens susceptibles de rendre plus performant le travail parlementaire est une donnée qui coule de source. De surcroit, la pertinence de ce thème réside aussi dans le fait qu’il existe une profusion d’efforts d’interprétation juridiques modernes tendant à mettre en place une nouvelle grille de lecture du principe de séparation des pouvoirs en vue de renforcer les passerelles de continuité entre ces pouvoirs et de promouvoir par voie de conséquence l’état de droit, tant il est reconnu que les Parlements qui ne possèdent pas les modalités indispensables pour traduire la volonté populaire à travers la promulgation de lois et de peser sur le contrôle du gouvernement, ouvrent la voie à des répercussions négatives sur la confiance des citoyens envers la démocratie et la gouvernance parlementaire. Cette problématique soulève aussi différentes questions dont le droit à l’initiative dans la proposition des lois qui ne concerne que les membres de la première chambre (20 députés) conformément à l’article 119 de la Constitution, la domination du pouvoir exécutif dans la prise d’initiative dans les projets de loi en comparaison avec les initiatives des députés qui sont limitées par le nombre. Ce qui pousse à poser la question de savoir si cette insuffisance enregistrée au niveau des propositions de lois de la part du Parlement représente un indice qui reflète une carence de la confection de la loi de la part des parlementaires. Partant de là, il est loisible d’appréhender les moyens idoines pour remédier à cette carence en particulier au niveau des régimes juridiques et organiques en usage actuellement. L’expérience a montré que les Parlements ne mobilisent leur droit à édicter des lois à travers leur droit à l’amendement et même ce droit n’échappe pas à un nombre de blocages incapacitants qui le limitent sur le terrain de la pratique. Mohamed Bouraib

M. Djoudi présente le projet devant la commission des finances de l’APN
LOI DE FINANCES 2014
2014. Le représentant du gouvernement a indiqué que les mesures prévues par le texte visent une série d’objectifs d’ordre financier et socioéconomique pour la promotion et l’encadrement de l’investissement, l’encouragement de l’emploi de jeunes, l’allègement de la charge fiscale, la consolidation et la protection de la production nationale, l’encadrement du commerce extérieur et la réduction des importations, précise un communiqué de l’APN. Selon M. Djoudi, les dispositions du projet de loi de finances 2014 proposent une coordination et une simplification des mesures administratives, la consolidation et l’encadrement du contrôle fiscal ainsi que le soutien de l’Etat au logement. La structure des équilibres budgétaires prévue pour 2014 entraînera un déficit global de la trésorerie de l’ordre de 18.1% du PIB contre 17,9% au titre de l’exercice actuel et de 12.8 % comme prévision de clôture de l’exercice 2013. Concernant les revenus du fonds de régulation des recettes, ils atteindront 7226.7 milliards de dinars à fin 2014 soit 39,7 % du PIB, un taux représentant une épargne publique pouvant couvrir 3 années de dépenses d’équipements de l’année 2012, ajoute le communiqué. M. Djoudi a évoqué l’encadrement macroéconomique et financier de la loi de finances 2014 dont les éléments se résument à un prix de pétrole arrêté à 37 dollars comme cours de référence fiscale et à 90 dollars sur le marché et un cours de change à 80 DA pour un dollar, une hausse des importations de biens de 2 % au cours actuel du dollar, un volume des exportations d’hydrocarbures en hausse de 2,1 %, une croissance économique hors hydrocarbures de 5,4 % ainsi qu’un changement de l’indice des prix à la consommation de l’ordre de 3,5 %. La réunion a été présidée par M. Khalil Mahi, président de la commission.

Le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, a présenté, hier, devant la commission des finances de l’APN le projet de loi de finances

L’Alliance politique entre les partis du FLN et du TAJ, scellée dernièrement entre les deux leaders des formations politiques, s’est renforcée, hier, en une alliance parlementaire de coordination et d’action collective entre les deux groupes parlementaires à laquelle s’est joint le groupe parlementaire des indépendants (GI). C’est ce qui a été annoncé, hier, lors d’une journée parlementaire organisée par le Groupe parlementaire à l’Assemblée populaire nationale et dont l’intitulée porte sur l’approbation des projets de lois entrant dans le programme du Président de la République. La rencontre qui s’est déroulée en présence des présidents des groupes parlementaires du FLN, Tahar Khaoua, du TAJ, Mohamed Kamel Abazi, et du groupe des indépendants, Salim Chenoufi, a été une occasion pour les trois alliés d’annoncer officiellement la naissance de l’Alliance parlementaire qui vient compléter l’action politique entre les

députés des trois groupes de parlementaires. La déclaration de création de l’alliance entre ces trois partenaires à l’APN fait suite à l’initiative prise lors de la réunion qui s’est déroulée en septembre au siège du parti du FLN, entre le secrétaire général, Amar Saïdani et celui du TAJ, Omar Ghoul, avec le but pour les deux formations de travailler ensemble et de se concerter sur un certain nombre de dossiers d’intérêt général sans fermer la porte aux autres formations qui souhaiteraient les rejoindre. L’initiative du FLN de rapprochement des positions et des idées sur un certain nombre de sujets vise à accompagner le gouvernement dans l’exécution du programme du chef de l’Etat et d’œuvrer à sa concrétisation sur le terrain. Les deux leaders du FLN et de TAJ qui ont affirmé lors de la naissance de cette initiative que leur rapprochement aura des prolongements dans l’action parlementaire à l’As-

L’Alliance FLN-TAJ-Indépendants
EXAMEN DES PROJETS DE LOI A L’APN
semblée et au Conseil de la nation, viennent, à la faveur de l’adoption par les députés des trois groupes parlementaires du contenu de la déclaration d’alliance, de poser un nouveau jalon dans l’action commune et de concertation ouvrant la voie à de nouvelles alliances qui se constituent au sein de l’Assemblée autour des positions en convergence des orientations politiques entre les partis siégeant au Parlement.

Ph. : Nacera

Consacrer la coordination et l’action commune des parlementaires
Le prolongement de l’initiative politique en alliance parlementaire entre les trois groupes de députés constitue une option stratégique destinée selon le président du groupe parlementaire du FLN, Tahar Khaoua, à soutenir et appuyer les projets de loi entrant dans le programme du Président de la République qui seront présentés par le

gouvernement et de les accompagner sur le terrain dans leur exécution. Khaoua a expliqué que cette journée parlementaire vient en prolongement de la réunion au sommet entre les leaders du FLN et de TAJ rejoint par le GI pour consacrer la complémentarité de l’action des parlementaires autour du programme du Président de la République. La naissance de cette Alliance parlementaire de coordination et d’action collectives vise en outre à renforcer les acquis et le développement durable de l’Algérie vers plus de prospérité et de stabilité. C’est une évolution de l’action commune vers plus de démocratie et une conjugaison des efforts dans la réalisation du projet national dont la source se nourrie des valeurs et idéaux de la Révolution du 1er Novembre et du mouvement national de libération. Le président du groupe parlementaire du TAJ, Mohamed Kamel Abazi, a exprimé, pour sa part, la détermination du Tajamou’e d’œuvrer au renforcement de ce mécanisme

parlementaire pour plus de coordination et de concertation communes entre les trois groupes parlementaires dans l’intérêt du pays et de son développement dans la stabilité et la paix. Enfin le président du groupe parlementaire du groupe des indépendants, Salim Chenoufi, a affirmé que le groupe des indépendants qui constitue une représentation réelle de ses électeurs est un groupe qui soutien le programme du Président de la République et vient à cette occasion se joindre à l’alliance entre le FLN et TAJ pour exprimer le soutien et la détermination à renforcer le travail collectif au service de l’Algérie et de sa stabilité expliquant que le pays à besoin de tous ses enfants dans ce contexte national, régional et international marqué par des défis, des exigences et plus de conjugaison des efforts dans sa construction et son développement harmonieux. Houria Akram

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Mieux communiquer pour régler les problèmes sur le terrain
VisiTe dU minisTre des TraVaUx PUBliCs à BÉjaÏa
Le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali, a effectué, hier, une visite d’inspection dans la wilaya de Béjaïa où il s’est enquis des taux d’avancement des différents travaux de réalisation d’infrastructures relevant de son secteur.

Nation

7
Entretiens avec la Commissaire européenne chargée de la jeunesse
Benmeradi à marseille

D

ès son arrivée, le ministre s’est rendu sur le chantier de la pénétrante au niveau de merdj Ouamane, commune d’amizour. Ce projet de 100 km reliera le port de Béjaïa a l’autoroute est-Ouest au niveau de l’échangeur d’ahnif dans la wilaya de Bouira. il se composera de 30 kilomètres de routes secondaires et rampes de sept échangeurs situés sur la rn9, Talahamza, sidi aïch, akbou, ath mansour et ahnif. Par ailleurs, 46 ouvrages d’art, 13 viaducs, 1 tunnel de 1.100 mètres linéaires et 3 aires de services s’intégreront au projet. les besoins en agrégats et matériaux ont été définis à 9 millions de tonnes pour l’agrégat, 6 millions de mètres cubes de TVO et 360.000 tonnes de ciments. après avoir reçu les explications du directeur des travaux publics de la wilaya, m. Chiali a souligné que les projets doivent être suivis sur le terrain. «les entreprises doivent afficher un planning d’avancement de travaux pour qu’il y ait un suivi continu», dit le ministre, tout en insistant sur le recrutement de la main-d’œuvre locale pour absorber le chômage dans les communes concernées par ces projets. Face aux nombreuses oppositions des riverains et propriétaires de terrains concernés par le tracé de la pénétrante, le ministre dit en substance : «il faut communiquer au maximum avec les gens pour les sensibiliser sur ce projet structurant de grande importance pour la wilaya, puis il y a la loi qu’il faut appliquer tout en indemnisant les expropriés au juste prix. s’ils ne sont pas d’accord, il y a des voies de recours pour faire valoir leurs droits.» la délégation ministérielle a poursuivi sa visite en inspectant les travaux de l’échangeur des 4 chemins au chef-lieu de la wilaya, inscrit au programme de consolidation de la croissance économique 2010 et d’une enveloppe financière de 2 milliards de dinars. le projet a débuté en septembre 2013 et les travaux se poursuivent sur une bonne cadence. la troisième étape de cette visite

le minisTre de la PêChe à annaBa

Ferroukhi applle à briser l’isolement du secteur

a été le port de la ville de Béjaïa où le ministre a écouté le PdG de l’ePB qui lui a fourni des explications sur les travaux de réalignement du quai central et du quai nord-Ouest du vieux port de commerce. le montant du marché est de 1.745 millions de dinars pour un délai d’exécution de 30 mois. les travaux consistent en la réalisation d’un quai de 335 ml, d’un poste de 30 mètres linéaires, avec un tirant d’eau de moins de 9 mètres, et la

le minisTre des TransPOrTs à aÏn deFla

le ministre de la Pêche et des ressources halieutiques, m. sid ahmed Ferroukhi, a animé, hier à annaba, une conférence de presse en marge des travaux d’une rencontre régionale consacrée au système d’accompagnement de l’investissement dans la pêche et l’aquaculture (saiPa). il a d’emblée affirmé que la stratégie du développements du secteur de la pêche repose sur la réorganisation des infrastructures de base et la prise en charge des préoccupations des professionnels. le secteur accuse un énorme retard en matière de développement par rapport aux pays du bassin méditerranéen. il a annoncé, dans ce cadre, l’organisation, en novembre prochain à Oran, d’un salon international autour de l’investissement dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture. il s’agit d’une opportunité pour acquérir une expérience auprès des pays qui ont réalisé des progrès dans le développement et la promotion du secteur de la pêche. le ministre a par ailleurs évoqué la nécessité de briser l’isolement du secteur en le rapprochant des autres activités, et par là même faciliter son entière intégration dans l’économie nationale, estimant que les dispositifs de soutien de l’État à l’emploi représentent un des moyens susceptibles de contribuer à la réalisation de cet objectif à travers la création de micro-entreprises dans le secteur de la pêche. Ces micro-entreprises nécessitent un accompagnement de la part des pouvoirs publics afin qu’elles soient des espaces de création de la richesse et de l’emploi, a soutenu le ministre, appelant les responsables locaux du secteur de la pêche à l’échelle des wilayas, à identifier leurs besoins en matière d’investissement dans les ressources halieutiques et l’aquaculture. auparavant, le ministre a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux d’une rencontre régionale autour du système d’accompagnement de l’investissement dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture, avec la participation de représentants de sept wilayas (annaba, Béjaïa, Guelma, jijel, sétif, el-Tarf et skikda). dans la matinée, il s’est rendu au port de pêche la Grenouillère, où il a inspecté des structures d’exploitation et le centre de la médecine du travail, avant de procéder à l’inauguration d’un comptoir d’avitaillement en matériels de pêche et de pièces de rechange. Une convention de formation entre le ministère de la Pêche et des ressources halieutiques, et l’université Badji-mokhtar a été signée en marge des travaux de cette rencontre qui a vu l’organisation d’une exposition consacrée aux dispositifs d’aide aux jeunes investisseurs. B. Guetmi

le mégaprojet, le tunnel ferroviaire du Gantasse, en voie de réalisation, a reçu, hier, la visite de m. amar Ghoul, ministre des Transports. Point nodal du projet de dédoublement de la voie ferrée en son tronçon entre les villes d’elaffroun et Khemis-miliana, ce tunnel long de près de 8 kilomètres, auquel s’ajoute le tunnel de ramdane dans la localité d’Oued-djer, constitue un réel défi technologique et permettra, à terme, de continuer les travaux de la rocade ferroviaire nord qui desservira alger jusqu’à la frontière algéro-marocaine en passant par la capitale de l’Ouest, Oran. servant aussi bien le fret que le transport de voyageurs, ce dédoublement vise autant le confort, la sécurité que le gain de temps avec des pointes de vitesse de 160 km/h pour les trains. avec un système monotube d’une longueur de 2,869 mètres linéaires pour le tunnel d’Oued djer, le tunnel de Gantasse éponyme du djebel dans lequel il s’engouffre depuis la localité de hosseinia pour en sortir dans celle d’aïn soltane est un tunnel bitube d’une longueur de 7.000 mètres linéaires pour chaque tube. en présence de l’ambassadeur de Chine, m. Ghoul a assisté à une exposition diapo sur l’état d’avancement des travaux et des contraintes rencontrées dans la réalisation de ce projet sur lequel s’active un groupement d’entreprises sino-turques. des travaux qui connaissent un état global d’avancement de l’ordre de 29% et qui ont été ralentis par des sources qui ont jailli à l’intérieur des tunnels creusés charriant une eau estimée à 20 litres/seconde. Pour le volet terrasse-

Le mégaprojet de creusement de tunnels ferroviaires inspecté

réalisation d’une terre-plein de 12.625 m2 de surface. dans l’après-midi, le ministre s’est rendu à Kherrata, où il a visité le chantier de l’évitement de la ville, comme il s’est enquis du plan d’aménagement des gorges de Kherrata. le ministre a visité également, les travaux de réhabilitation de la route nationale 43 entre souk el-Tenine et melbou. M. Laouer

le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, mohamed Benmeradi, a eu, dimanche à marseille, des entretiens avec la Commissaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguism et de la jeunesse, androulla Vassiliou. Ces entretiens se sont déroulés en marge du 2e Forum des leaders politiques sur l’administration publique des politiques en matière d’éducation, de formation et d’emploi dans les États arabes du sud et de l’est de la méditerranée, organisé dans la cité phocéenne par la Fondation européenne pour la formation (eTF). lors des discussions qui se sont déroulées en présence de la directrice de l’eTF, madlen serban, les deux parties ont exploré les opportunités de coopération dans les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’emploi, avec, d’une part, l’Union européenne, et l’eTF, d’autre part. m. Benmeradi s’est montré, à cette occasion, très intéressé par une coopération visant à améliorer l’efficacité des programmes de formation des jeunes, ainsi que de la formation des formateurs. le ministre avait, lors d’une discussion ouverte sur le renforcement de l’employabilité des jeunes dans la méditerranée, présenté les initiatives mises en œuvre en algérie dans le cadre de la promotion de l’emploi et de la lutte contre le chômage, notamment des jeunes.

Ph : Billal

six nouvelles gares ferroviaires entre les villes d’el-affroun et Khemis-miliana seront réalisées dans le cadre de ce dédoublement de la voie, avec, outre les bâtiments, des aménagements de quai. des gares, a instruit m. Ghoul, qui

Faciliter l’accès aux gares

ment, ce sont des îlots d’habitations sur le tracé de la ligne qui contourne la ville de Khemis-miliana par le sud pour rejoindre la voie première à hauteur de la ville de sidi-lakhdar qui retardent les travaux. Ferme, le ministre l’a été dans sa prise de parole à l’endroit des responsables de l’anesriF (agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires) en charge du projet : «Vous vous devez de terminer à terme ce chef-d’œuvre, travaillez h24 en brigade, le travail ne doit pas s’arrêter.» sur les 45 kilomètres d’emprise de la ligne libérés, le ministre a insisté sur l’obligation de terminer les travaux de terrassement. Concernant les habitations se trouvant sur le tracé, amar Ghoul a affiché également sa fermeté : «il s’agit d’un projet d’utilité publique et nationale, il doit passer et aucune

partie ne sera lésée ; engagez les procédures d’expropriation et d’indemnisation, et tout recours sera réglée par voie administrative ou judiciaire.»   au niveau d’aïn soltane où débouche ce tunnel, une usine installée est à pied d’œuvre pour la réalisation des traverses ; 110.000 sur les 240.000 au total que nécessite la pose des rails ont été réalisées. Concernant les équipements, le ministre a instruit les responsables concernés pour l’engagement, dès à présent, des différents démarches pour leur acheminement final avant la fin du creusement. le ministre des Transports a par ailleurs inauguré, au niveau de la ville d’aïn defla, une station météorologique qui fera désormais partie du système de veille national, une station qui devra s’ouvrir notamment en direction des agriculteurs de la wilaya. A. M. A.

mardi 8 Octobre 2013

se doivent d’épouser les caractéristiques de chaque wilaya et surtout «prendre en charge, dans leur conception, l’accès aux enfants, aux personnes âgées et aux citoyens à mobilité réduite». A. M. A.

8

Enseignant puis recteur d’université, l’homme ne s’est jamais attaché à un quelconque statut pour d’ailleurs claquer la porte à un moment donné non pas pour des raisons professionnelles ou d’éventuelles pressions dans l’accomplissement de ses missions de gestion et d’encadrement mais tout bonnement pour se consacrer à la promotion de sa vocation de chercheur, contribuer au développement de la notion de recherche. Auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, le professeur Arouag Abdelhafidh, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a retrouvé dans l’institution qu’il dirige son cadre et son milieu pour étaler son savoir-faire et accompagner surtout un élan d’équipement national ou encore être au service d’une économie. Dans cet entretien, il évalue le chemin parcouru…
EM : Si nous venons à faire le bilan de la deuxième loi quelles sont les grandes réalisations ? Pr Aourag Abdelhafidh : Le système national de recherche scientifique et de développement technologique a connu, au cours du deuxième programme national des activités de recherche 2008-2012, une réelle évolution sur tous les plans : mise en place des programmes nationaux de recherche, organisation, développement des ressources humaines, infrastructures et équipements de recherche, la production scientifique et la formation par la recherche. Cette évolution se reflète à travers les principales réalisations induites par la mise en œuvre du deuxième programme quinquennal.

« Les priorités définies à partir des besoins fondamentaux des citoyens »

LE DIRECTEUR géNéRAL DE LA REChERChE SCIENTIFIqUE ET DU DéVELoPPEMENT TEChNoLogIqUE à EL MOUDJAHID…

Nation

EL MOUDJAHID

1. Renforcement de l’édifice institutionnel et organisationnel : - mise en place de la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique chargée de la mise en œuvre de la politique nationale de recherche dans un cadre collégial et intersectoriel, du conseil national de l’évaluation et des commissions intersectorielles ; - création des agences thématiques de recherche en biotechnologie et sciences agroalimentaires à Constantine, en sciences sociales et sciences humaines à Blida, en sciences de la nature et sciences de la vie à Béjaia et en sciences et technologie à Alger. L’agence occupe une place de choix dans le construit institutionnel de la recherche, en tant qu’établissement chargé de la promotion et de la coordination de la mise en œuvre des programmes nationaux de recherche et de leur évaluation. - mise en place de réseaux thématiques de recherche, afin de prendre en charge des thématiques stratégiques pour le développement du pays. Il s’agit de créer les synergies, optimiser les moyens et les ressources, et fédérer les compétences en assurant la participation de notre élite à l’intérieur et à l’extérieur du pays. - constitution de pôles d’excellence : en mathématiques, matériaux, médecine, engineering, chimie, physique, sciences de la nature et de la vie, agriculture et environnement. La stratégie en la matière s’appuie sur la notion de campus intégré englobant les structures pédagogiques, les structures de recherche et les startup incubées au sein du campus. Ceci favorisera la création des pôles de compétitivité, la mobilité de la communauté scientifique et la disponibilité des terrains de stages.

- rénovation du statut type de l’établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) par l’intégration des règles de création des filiales, la mise en place des modalités d’utilisation directe des revenus, l’adaptation des conditions de création de l’établissement, la consécration de la station expérimentale et l’affinement de l’organisation interne ; - mise en place du cadre réglementaire relatif à l’équipe de recherche et aux services communs. L’équipe de recherche mixte ou associée a été conçue en vue de promouvoir la collaboration inter-établissements et le partenariat avec le secteur socioéconomique. Les services communs de recherche abritent des installations interuniversitaires et sont destinés au regroupement des compétences et des équipements, et s’inscrivent dans le cadre d’une vision régionale et communautaire. - création du centre de recherche en technologie des semi-conducteurs pour l’énergétique, de 662 nouveaux laboratoires de recherche, de dix-sept unités de recherche et de deux stations expérimentales relevant du centre de recherche sur les zones arides. En outre, l’organisation interne des centres de recherche et la mise en conformité du centre de recherche sur les télécommunications, relevant du MPTIC, par rapport au statut de l’EPST ont été adoptées. 2 . Programmation : élaboration et mise en œuvre des Programmes Nationaux de Recherche (PNR) prévus par la loi donnant lieu à 2.841 projets, en cours d’exécution, mobilisant

11.858 chercheurs. Les PNR sont orientés vers la résolution de problèmes socio-économiques ; leur approche est multisectorielle et interdisciplinaire.

3. Mobilisation des ressources humaines : plus de vingt-huit mille trois cents (28.300) enseignants chercheurs et deux mille trois cents quinze (2.315) chercheurs permanents sur un potentiel global de trente et un mille cinq cents (31.500) prévu par la loi.

ternationales est passé de 2.972 réalisées dans le cadre de la première programmation à plus de 11.754 publications. Les progrès enregistrés dans ce domaine, sont les premiers résultats de la mise en place du système national de documentation en ligne (SNDL) au profit de 60.000 chercheurs et post-graduant. En outre, 4.903 thèses de doctorat et 23.533 mémoires de magister ont été soutenus durant le quinquennat 20082012. 7. Valorisation : création de quatre filiales en la forme de sociétés innovantes à caractère économique auprès des centres de recherche.

Dans une récente déclaration du ministre de l’Enseignement supérieur, l’accent a été mis sur la nécessité d’ouverture de l’université et le développement du partenariat à l’effet d’être en prise avec la réalité du terrain, de répondre au mieux aux besoins du marché national et d’accompagner la rentabilisation d’une économie nationale. Et c’est là une urgence sans doute pour asseoir les fondements de cet espace du savoir censé, à propos, rayonner sur un environnement et guider l’action d’édification et de modernisation. Le ton semble être donné pour la réhabilitation de l’effort et du mérite et la réconciliation avec les repères de l’université. Une réelle prise de conscience est opérée pour que l’ensemble des partenaires du système d’enseignement supérieur œuvrent dans le sens de cette projection dont les contours sont déjà définis par l’institution de la recherche scientifique et du développement technologique. Un long parcours a été réalisé avec ce souci justement d’attribuer toute la signification à cette notion de recherche au cœur de la priorité dans l’action du gouvernement et de l’approche du Président de la République. Sur ce registre, on ne peut ignorer cette avancée ne serait-ce que dans la perception de l’expression et les tentatives combien concluantes parfois entreprises çà et là pour jeter les bases, instaurer des traditions et enraciner une culture. Des pas franchis grâce à une volonté politique traduite par la mobilisation de fonds (45 milliards de centimes) depuis

La recherche au service de l’économie nationale

6. En termes de résultats scientifiques, le nombre de publications in-

5. Financement, les subventions allouées pour la période 2008-2012 s’élèvent à soixante-seize milliards, sept cent cinquante millions de dinars de crédits pour le renforcement de l’environnement de recherche, l’acquisition d’équipements en vue de la mise en œuvre des PNR.

4. Réalisation des infrastructures de recherche : trente-quatre centres de recherche, six unités de recherche, quatre stations expérimentales, neuf cents soixante-trois laboratoires de recherche ont été lancés en réalisation.

Les premières analyses de l’impact de l’application de la mise en œuvre de la deuxième programmation montrent que le SNR est devenu plus performant et plus cohérent en termes de mise en adéquation des objectifs scientifiques avec les objectifs socio-économiques de développement, de mobilisation de la communauté scientifique et de sa structuration dans le cadre des entités de recherche prévues par la loi, d’amélioration du dispositif de financement par objectifs. Cependant, force est de constater que le faible

taux de couverture des programmes nationaux de recherche prioritaires est révélateur d’un déficit en ressources humaines dans plusieurs domaines, ce qui ne permet pas la prise en charge de l’ensemble des programmes nationaux de recherche définis par la loi. Nous devons en conséquence concentrer nos efforts sur un sous-ensemble cohérent d'objectifs et d'actions de recherche scientifique spécifiques en mettant le citoyen au cœur de ce processus, en orientant la programmation de la recherche en mode Top-down axé sur le développement des connaissances scientifiques et technologiques au service de l'amélioration du bien-être social, culturel et matériel des citoyens. Les priorités seront donc définies à partir des besoins fondamentaux des citoyens confirmant ainsi la valeur sociale de la recherche. Il s’agira donc de mobiliser les potentialités scientifiques des universités, des centres de recherche et unités de recherche autour des intérêts et des préoccupations du secteur socioéconomique. Ainsi, les institutions de recherche, en plus de leur rôle essentiel de production, d’exploitation et de diffusion des connaissances, de leurs activités d’éducation et de formation, ont un rôle encore plus essentiel, celui d’assurer le continuum entre la recherche académique et ses applications technologiques. La transformation des connaissances en valeurs ajoutées et la valorisation des résultats issus de la recherche nécessite la mise en place d’une nouvelle orientation impliquant frontalement le secteur économique afin de construire des environnements générateurs de richesses et d’emplois. Il ne s'agit pas de reformuler notre système national de recherche, mais de repenser un nouveau contrat innovant entre impacts de la recherche et société civile en concentrant nos forces sur les chaînons faibles et en portant la recherche au plus près des demandes concrètes de la société. Aussi est-il nécessaire d’inscrire l’excellence dans la mise en œuvre d’activités à connotations moins strictement sectorielles ou disciplinaires pour pouvoir aborder une problématique de recherche dans toutes ses dimensions : scientifique, sociale et économique. lll

l’an 2000 pour l’équipement des structures de recherche et leur remise à niveau. Equipement et remise à niveau pour surtout leur rentabilisation et leur mise à la disposition de la collectivité et des chercheurs notamment... Mutualiser les équipements et bannir l’esprit individualiste, pour au contraire conjuguer les efforts et coordonner les actions d’utilité publique et d’intérêt général, doivent animer la communauté universitaire pour que l’Université s’érige en un partenaire économique assurant des prestations de recherche et créant ses propres richesses. Plus que jamais un objectif d’une extrême importance, les animateurs de cette structure de recherche liée par des programmes avec un certain nombre d’institutions stratégiques et de secteurs d’activité précisent qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure car tenus de répondre à ces besoins réels pour l’avenir du pays. Point alors d’hésitation ou de retenue pour approfondir le concept de la recherche dans toutes ses formes et filières, être en adéquation avec les investissements consentis et en adaptation avec un progrès technologique. C’est là le grand défi à relever par nos chercheurs confortés aujourd’hui par l’instauration d’une infrastructure de base à rentabiliser et à exploiter ses avantages grâce à une innovation et à un esprit de recherche… Les potentialités aussi bien humaines que matérielles existent pour tenir tout pari… A. B.

Mardi 8 octobre 2013

EL MOUDJAHID
Il est donc opportun de retenir une approche inscrivant le développement de la recherche à l’intérieur de grands domaines permettant le développement d’activités de recherche qui pourront faciliter l’éclatement des disciplines, favorisant ainsi le partage du savoir. La présente loi se propose donc de consolider les acquis obtenus grâce à la programmation 2008-2012 et de remédier aux dysfonctionnements constatés lors de sa mise en œuvre. Ceci se traduira par l’amendement de certaines dispositions et la mise en œuvre d’un programme d’actions, définies dans le rapport général qui constitue le prolongement des dispositions législatives. Ce rapport a pour finalité de fixer les objectifs scientifiques des grands domaines socioéconomiques et de recherche ainsi que les actions à mettre en œuvre pour le quinquennat 2014-2018 en matière de programmation et d’évaluation, d’organisation et de mesures institutionnelles, de développement de la ressource humaine, d’infrastructures et de grands équipements et enfin de financement du programme quinquennal. Dans la troisième partie du présent rapport sont exposés les principes d’orientation à suivre en vue du renforcement du système national de recherche dans un certain nombre de domaines qui conditionnent, dans une large mesure, la mise en œuvre de la politique scientifique nationale. Quelles sont les objectifs scientifiques des grands domaines socioéconomiques et de recherche ? Conformément aux objectifs affichés par la loi, la recherche scientifique et le développement technologique seront employés dans l’ensemble des secteurs d’activité afin de permettre la prise en charge des ajustements dictés par l’apparition de situations nouvelles générées soit par le développement économique et social, soit par la mise en exploitation des résultats de la recherche scientifique et du développement technologique, que ces résultats soient le produit de la recherche nationale ou qu’ils traduisent le progrès universel. Ainsi, les activités de recherche et de développement continueront à être orientées en priorité vers les problématiques du développement économique, social et culturel du pays. A cet effet, il convient d’adopter des programmes mobilisateurs intersectoriels et multidisciplinaires pour une meilleure approche de ces problématiques. La recherche intersectorielle est la mise en commun des compétences d’acteurs sur un même projet de recherche. Elle crée des synergies entre les partenaires (entreprises, laboratoires, centres techniques…) afin de proposer une solution aux besoins posés par les acteurs économiques. Elle part du principe que chaque personne ne détient pas la totalité des compétences requises pour résoudre une problématique, mais c’est l’apport des savoirs et savoir-faire de partenaires, ainsi que leur regard extérieur sur le sujet de recherche qui permet d’apporter une réponse aux besoins des entreprises. Elle implique une répartition des tâches qui ne se limite pas à un simple rapport de donneur d’ordre à sous-traitant. A cet effet il y a lieu de souligner la promulgation d’un décret instaurant la création des unités de recherche mixte entre les acteurs de la recherche universitaire et le secteur socio-économique qu’il soit public ou privé. Quelles sont les priorités du secteur en matière de programme de recherche pour le prochain quinquennat ? Le programme des activités de recherche scientifique et de développement technologique à réaliser au
lll

Ces priorités imposent deux impératifs : • D'une part, multiplier le nombre de scientifiques, de réseaux et d’équipes de recherche, pour aller vers les standards internationaux. • Et d'autre part, susciter l’utilisation des résultats de la recherche par les décideurs publics en renforçant l’usage des TIC dans la gouvernance. Propos recueillis par Abbès Bellaha

cours du troisième quinquennat, portera le caractère prioritaire de certains domaines de recherche en fonction d’orientations stratégiques transversales, s’appliquant indistinctement à tous les champs disciplinaires : l’interdisciplinarité, le partenariat, la dimension internationale et l’innovation. A côté de ces grands domaines de recherche, deux programmes de recherche spécifiques seront mis en place. Le premier programme portera sur les technologies industrielles et l’innovation, dans l’optique du renforcement des capacités d'innovation et de transfert technologique en favorisant l'investissement dans les grandes infrastructures de recherche. Le second programme, consacré aux sciences fondamentales, a pour objectifs de renforcer le dynamisme, la créativité et l'excellence de la recherche algérienne aux frontières de la science. Les programmes nationaux de recherche seront élaborés compte tenu des objectifs scientifiques retenus dans la présente loi et du rapport l’accompagnant. Pour le quinquennat 2014-2018, Les domaines stratégiques ont obtenu le consensus des experts et s'articulent autour des principales actions suivantes : • Promouvoir la productivité de l’agriculture et de l’aquaculture pour préserver la sécurité alimentaire du pays avec et par une gestion rigoureuse et soutenue des ressources en eau. • Perfectionner la prévention et le traitement des maladies graves transmissibles par une amélioration de la couverture sanitaire, une amélioration de la situation épidémiologique et celle de la qualité des soins dispensés, et en encourageant, par ailleurs, la production de médicaments à base de générique. • Soutenir la politique des énergies renouvelables, promouvoir le développement de nouvelles énergies ainsi que les technologies d’économie d’énergie et d’énergie propre, afin d’asseoir les bases d’un développement durable. • Promouvoir la science et la technologie en favorisant la production industrielle, les technologies spatiales, les technologies avancées dans le domaine de l’information et de la communication, des sciences des matériaux, des biotechnologies et des nanotechnologies. • Promouvoir le développement de logiciels à haute valeur ajoutée, en privilégiant le logiciel libre. Développer une stratégie de protection contre les risques majeurs et les changements climatiques. • Axer les efforts de recherche sur les domaines touchant le citoyen et les conditions de vie des ménages, allant du cadre de vie (logement), à l’amélioration du bien-être physique et moral, en tenant compte de notre contexte historique et culturel. • Renforcer les sciences sociales et humaines en les connectant davantage sur le quotidien des citoyens et les problèmes de la société. • Renforcer et développer la recherche fondamentale qui reste prioritaire, l’objectif étant d’amener le pays à un meilleur classement continental et mondial dans les principaux domaines de la science et de la technologie, par une amélioration de notre visibilité et en donnant une meilleure lisibilité de notre dynamique nationale de recherche – développement.

gRèVE DES ENSEIgNANTS AFFILIéS AU CNAPEST

Nation

L

a grève nationale d’une journée à laquelle a appelé le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest) a enregistré, hier, un taux de participation avoisinant les 6,77%, a indiqué un communiqué du ministère de l’Education nationale. « Selon les données qui nous sont parvenues des directions de l’éducation à travers tous le territoire national concernant la grève d’une journée initiée par le Cnapest, le taux national de suivi enregistré, pour cette journée a été de 6,77% », lit on dans le communiqué. Le taux le plus élevé enregistré, concerne selon le même communiqué, l’enseignement secondaire avec 26 %. quant au cycle moyen celui-ci a enregistré un taux de suivi de 1,84% alors que le cycle d’enseignement primaire, a enregistré le taux le plus faible avec 0,33 %. Par ailleurs, le ministère de l’Education a souligné dans le même communiqué que «  les portes du ministère restent ouvertes à tous les partenaires sociaux pour une stabilisation professionnelle et sociale de tous ». Dimanche une réunion a eu lieu entre le ministère de l'Education nationale et les représentants des différents syndicats agréés du secteur. Présidée par le chef de cabinet, M. Abdelmadjid hadouès, cette rencontre qui a eu lieu au siège du ministère de l’Education nationale et qui entre dans le cadre de la politique de suivi et d'évaluation continue des revendications des travailleurs soulevées dans le cadre de la loi, a porté sur les préoccupations des partenaires sociaux liées aux questions socioprofessionnelles. Selon les responsables du secteur, les représentants des différents syndicats ont examiné plusieurs questions d'intérêt commun à savoir les statuts particuliers des travailleurs des corps spécifiques de l'Education et les dossiers relatifs à la médecine du travail, au logement et à la prime de zone. Selon le communiqué du ministère de Tutelle, les participants ont été informés de l'état d'avancement du traitement de certaines questions. Un exposé détaillé sur les examens et concours professionnels permettant la promotion de certains corps à des grades plus élevés, prévus pour le mois de novembre prochain a été présenté à cette occasion par le directeur des ressources hu-

Un taux de suivi de 6,77 %

9

maines. De son côté, le directeur de la formation a passé en revue le dispositif mis en place pour la promotion des enseignants des cycles primaire et moyen qui pourront désormais prétendre au grade de professeur d'enseignement primaire ou moyen. Il a évoqué l'existence de dossiers en cours de concrétisation dont ceux relatifs à la prime de zone et aux logements dans les wilayas du Sud ajoutant que les autres dossiers seront soumis aux parties concernées avec le concours d'autres secteurs. Néanmoins, le chef de cabinet a fait part de la disponibilité de la tutelle à « traiter toutes les revendications légitimes qui s'inscrivent au titre de ses prérogatives et œuvrer à trouver les solutions à d'autres revendications qui ne concernent pas le secteur de l'Education uniquement  », précise le communiqué.

Par ailleurs, le chef de cabinet a annoncé, au nom du ministre de l'Education, la tenue prochaine de séances de travail avec toutes les organisations syndicales, chacune à part, pour examiner les préoccupations de chaque partie, précisant que « les portes du ministère de la Santé sont ouvertes à tous les partenaires ». Il a, également, tenu à rassurer la famille de l'Education que « le ministre et tous les cadres du secteur œuvrent à garantir la stabilité socioprofessionnelle et éducative à tous au mieux des intérêts de nos enfants et de ceux des travailleurs. » Tout en regrettant le recours à la grève en ce début d’année scolaire, le chef de cabinet du ministère de l’Education a relevé qu’une telle action aura des conséquences négatives sur la scolarité des enfants. Salima Ettouahria et S. Sofi.

Le taux de participation est estimé à 65% selon les représentants de la CNAPEST alors qu’il ne dépasse guère la barre des 8% pour les responsables de l’éducation. En tout cas l’appel à la grève n’était pas largement suivi par les enseignants des trois paliers pour qu’aucune perturbation des établissements ne soit relevée, encore plus perçue. 8% seulement parmi ce corps ont répondu à l’appel de ce syndicat, précisent les services de l’éducation qui sont restés mobilisés pour l’observation du mouvement… A. B.

L’appel n’a pas eu d’écho

SIDI BEL-ABBES

Mardi 8 octobre 2013

10

M. Abderrezak Henni, secrétaire général du ministère du Développement industriel et de la Promotion de l'investissement, a inauguré, hier matin, à Alger, le Salon Alger Industries. Il s’est félicité du niveau de développement de la compétitivité des PME algériennes présentes à ce Salon.

Carrefour de partenariats d'affaires mixtes
INAUGURATION, HIER, DU SALON ALGER INDUSTRIES 2013

Economie

EL MOUDJAHID

C

ette manifestation, placée sous le haut patronage du ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, et, qui se tient, dans sa septième édition, du 7 au 10 octobre, au palais des expositions Pins maritimes, est organisée par Batimatec Expo, en partenariat avec la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et la Chambre française de commerce et d’industrie de Marseille Provence Alpes Côtes d’Azur (PACA). Pas moins de 120 exposants, dont 60 entreprises françaises et 15 sociétés turques, présenteront 4 jours durant leurs produits et services sur une surface d’exposition d’environ 2.000 mètres carrés. Figurent, notamment parmi les secteurs d’activité représentés, l’ingénierie industrielle et automatisme, les matériels et équipements de soudage, les machines outils et outillages individuels, les équipements de sécurité industrielle, les machines pour la découpe et le traitement de la tôle, les presses ainsi que la prestation de services et d’appui à l’industrie. Il convient de signaler que ce 7e Salon Alger industries offre en fait aux entreprises participantes — comme souligné du reste par les organisateurs — une occasion pour faire connaître leur potentiel et développer des partenariats et/ou des

L

a société « ANTARES Développement » organise la 2e édition d’Alger, des rencontres d’affaires et de partenariat « BATIMAGHREB », aujourd’hui, à partir de 8 h, à l’Hôtel Hilton. L’évènement dont l’objectif consiste à promouvoir des partenariats dans des créneaux ciblés à travers des rencontres B to B, verra la participation de professionnels des métiers du bâtiment et couvre les secteurs de l’architecture, la construction, les produits BTPH, les bureaux d’études, et la promotion immobilière. Après quatre éditions organisées en Tunisie et en Libye, les rencontres Batimaghreb reviennent, ainsi, pour la deuxième fois en Algérie, dans un contexte marqué par le lancement d’ambitieux programmes de logements, tous types confondus. En sus de la participation d’entreprises algériennes, différentes délégations de Tunisie, du Maroc, de Libye, de France, d’Espagne, d’Italie et de Turquie seront présentes à ces rencontres qui prévoient des stands d’exposition dédiés à une cinquantaine d’entreprises pour présenter leurs produits et services ainsi qu’à plusieurs cabinets d’architectures, bureaux d’études, promoteurs immobiliers, sociétés de construction, grossistes et distributeurs de produits de BTP. Les rencontres B to B devront permettre, par ailleurs, aux participants d’activer dans le cadre d’un planning de rendez-vous organisé en amont de la manifestation selon le profil exprimé de leurs besoins, projets, offres et demandes de mise en relation d’affaires. Les gros œuvre, second œuvre, équipements techniques, équipements de chantiers et travaux publics, produits et services de finition et décoration, sont les domaines ciblés par ces rencontres. D. Akila

Le rendez-vous des professionnels
2e RENCONTRES « BATIMAGHREB »

collaborations pouvant répondre à leurs objectifs et ce, grâce aux échanges croisés avec des experts et fournisseurs nationaux et étrangers, présents au Salon. A noter qu’à partir d’aujourd’hui des journées techniques se tiendront, durant deux jours consécutifs, en marge du Salon. Elles seront consacrées aux pro-

grammes d’investissements des filières industrielles, décidés par les pouvoirs publics, dans le cadre de la politique de relance de l’industrie nationale. Il est à relever, dans ce contexte, qu’en continuité des débats engagés lors de l’édition précédente du Salon en 2012, l’ANIREF (l’Agence nationale

L

CROISSANCE POUR L'ASIE DE L'EST EN 2013

La Banque mondiale baisse ses prévisions

La Banque mondiale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour les pays émergents de l'Asie de l'Est en 2013, à 7,1%, contre 7,8% prévus précédemment. Pour 2014 et 2015, la Banque mondiale prévoit une expansion économique de 7,2%. Sans la Chine, les prévisions sont ramenées à 5,2% en 2013 et 5,3% en 2014. Pour Bert Hofman, chef économiste de la Banque mondiale pour l'Asie de l'Est, "si l'impasse (budgétaire américaine) devait se prolonger, cela pourrait causer des dégâts aussi pour les économies d'Asie de l'Est". "Pour chaque point de pourcentage de croissance perdue aux Etats-Unis, nous avons environ un demi-point de pourcentage en moins pour l'Asie de l'Est", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse. Néanmoins, "l'Asie-Pacifique de l'Est continue d'être le moteur de l'économie mondiale, contribuant pour 40% à la croissance du PIB de la planète, plus que toute autre région", déclare Axel van Trotsenburg, vice-président pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, dans le communiqué.

es investissements déclarés en Algérie ont plus que doublé durant le premier semestre 2013 pour atteindre 856,7 milliards de DA (11,2 milliards de dollars) contre 411,6 milliards de DA à la même période en 2012, en hausse de 108%, a annoncé, hier l'ANDI, qui explique cette performance, notamment par "la nette amélioration" du climat des affaires en Algérie. Le nombre de projets d'investissement déclarés durant ce semestre a enregistré une hausse de 14%, soit 4.756 projets contre 4.183 projets à la même période de 2012, selon un bilan de l'Agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) obtenu par l'APS. Les nouveaux projets déclarés prévoient la création de 75.075 emplois, contre 45.503 emplois à la même période de référence, soit une augmentation de 65%, note encore l'ANDI. Cette "sensible" amélioration des investissements, s'explique notamment par une amélioration du climat des affaires suite au différentes mesures d'incitations et d'encouragement à l'investissement et aux porteurs de projets prises par les pouvoirs publics, notamment, dans les régions des Haut plateaux et du Sud, a indiqué à l'APS M. Abdelkrim Mansouri, directeur général de l'ANDI. Les mesures de débureaucratisation de l'acte d'investissement prises par le Premier ministre, la redynamisation du rôle de CALPIREF, le plan de développement des entreprises publiques ainsi que les rencontres de vulgarisation organisées dans une trentaine de wilayas ont aussi contribué à cette performance, explique M. Mansouri.

Doublement au 1 semestre 2013
INVESTISSEMENTS EN ALGÉRIE re
global, s'élèvent à 4.725 projets au 1er semestre 2013 (+13%) pour une valeur de 628,25 milliards de DA (+67%) et devraient générer 67.690 emplois (+58%). Le montant des investissements déclarés en partenariat (avec des étrangers) durant les six premiers mois de 2013 a atteint 228,46 milliards de DA (plus de 3 milliards de dollars), contre 35,8 milliards de DA à la même période de l'année dernière, soit une très forte hausse de 538%, indique l'agence. Les projets d'investissement en partenariat déclarés durant cette période de comparaison ont également augmenté de 244% passant de 9 à 31 projets, devant générer 7.385 emplois (+190%). En terme de nombre de projets, l'ANDI relève une prédominance du secteur du Transport qui enregistre 2.264 projets, suivi du BTPH (924 projets), l'Industrie (825), les Services (547), l'Agriculture (85), et le Tourisme (68) et enfin la Santé avec 43 projets.

d'intermédiation et de régulation foncière) présentera, à nouveau, un point de situation sur l’état de réalisation des nouvelles zones industrielles. Le 9 octobre, rendez-vous est donné aux entreprises pour des rencontres B to B, lesquels rencontres seront placées sous l’égide de la CACI. En fait, les domaines

d’intérêts ont déjà été exprimés par plusieurs SGP et groupes industriels, notamment le SGP Cabeleq, et constitueront un point de focalisation pour le développement de partenariat et des relations d’affaires aussi bien entre nationaux qu’avec les exposants étrangers. Soulignant que ces rencontres se dérouleront dans un espace d’échanges des plus privilégiés et dans un climat d’affaires serein, les organisateurs noteront que cellesci seront favorisées par la présence d’importantes entreprises nationales et étrangères présentes à l’exposition. Elles s’inscrivent à un moment où les pouvoirs publics ont consenti d’énormes moyens, notamment financiers, à l’effet de relancer l’industrie nationale. Les programmes d’investissements de plusieurs filières (mécanique, électricité et électroménager, ciment, manufacture, etc.) en cours de lancement constituent des opportunités pour le développement de nouvelles et multiples relations d’affaires. En somme, soutiennent les organisateurs, le Salon Alger Industries constitue un cadre propice pour densifier les relations d'affaires entre partenaires nationaux et étrangers et permettre une meilleure connaissance de l'industrie nationale afin de contribuer à son effort de développement. Soraya G.

Ph. : Louisa

Plus de la moitié de l’investissements va à l'Industrie
S'agissant des montants à investir, c'est le secteur de l'Industrie qui domine avec 436,45 milliards de DA, soit 50,95% du montant global, suivi par les services (158,94 milliards DA), le tourisme (110,22 milliards DA), le BTPH (82,06 milliards DA), le transport (48,23 milliards DA), l'agriculture (12,57 milliards DA) et la santé avec 8,20 milliards de DA. En terme d'emplois, l'industrie reste le secteur le plus pourvoyeur avec 30.192 emplois, soit plus de 40% des postes d'emplois créés, suivi par le BTPH (19.219 emplois), les services (9.222), le transport (8.594), le tourisme (5.621) et l'agriculture (1.281) et enfin la santé avec 875 emplois.

Nette amélioration des investissements en partenariat
Les investissements locaux qui représentent 90% de l'investissement

Par région, c'est le Nord qui polarise le plus d'investissements avec 3.167 projets totalisant 624,27 milliards de DA devraient générer 50.168 emplois, suivi les hauts plateaux qui ont attiré 902 projets pour une valeur de 102,25 milliards DA et 14.679 emplois. La région Sud, quant à elle, a enregistré 689 projets totalisant 130,41 milliards de DA et devant aider à la création de 10.228 emplois, note encore l'agence. Il est à rappeler que le nouveau dispositif d'investissement octroie en plus des avantages fiscaux et parafiscaux tels que l'exonération de l'IBS et de la TAP pour une durée de 10 ans, d'autres avantages touchant le foncier économique notamment la concession au dinar symbolique et des réductions importantes de la redevance locative. A cet effet, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a instruit en juin dernier les walis lors d'une rencontre à Alger en vue d'accorder une attention particulière aux dossiers d'investissements examinés par les CALPIREF (Comités d'assistance pour la localisation, la promotion de l'investissement et la régulation du foncier), présidés par les walis. Il a, ainsi, insisté sur un réel accompagnement de l'administration des dossiers d'investissement et d'œuvre à faciliter la mise en œuvre des projets tout en levant les obstacles à travers l'allégement des procédures et la réduction du temps de traitement des dossiers. Les décisions qui vont être prises pour relancer davantage l'investissement, lors de la prochaine tripartite (gouvernement-patronat-syndicat) prévue jeudi prochain, ainsi que les mesures inscrites dans le projet de la loi de finances 2014 sont de nature à booster certainement les investissements à l'avenir en Algérie, assure encore M. Mansouri.

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

BENyoUNES ET SIdI SAId AU CoMPLExE SIdéRURGIqUE d’EL HAdjAR

L

e ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, M. Amara Benyounès, et le secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd Abdelmadjid, ont fait une halte au complexe, certes brève, mais combien symbolique. La rencontre, assurément grande, entre les sidérurgistes et leurs hôtes se veut l’expression de l’importance que revêt le potentiel industriel national et traduit l’intérêt que lui accordent les pouvoirs publics. Tous ceux qui se sont succédé à la tribune, y compris le directeur du complexe n’ont pas omis de mettre en exergue son importance, notamment en cette étape marquée par la quête de la relance de l’économie nationale et partant de la mise en branle de l’outil national de production. C’est d’ailleurs dans ce sillage que le ministre a inscrit l’allocution adressée aux travailleurs du complexe. Il donnera d’ailleurs le ton dès l’entame en voulant lever toute équivoque en rappelant que la décision de reprendre le contrôle du complexe par le biais du 51/49 % émane du Président de la République, précisant que l’accord auquel les partenaires

Ambiance des grands jours, hier, au complexe sidérurgique d’El Hadjar. Et pour cause. Les hommes des hauts fourneaux étaient nombreux à venir réserver un accueil des plus chaleureux aux hôtes du fleuron de l’industrie nationale qui a fait la fierté de tous les Algériens durant les années 1970.

Rendez-vous des grands jours

Economie

11

a réappropriation du complexe sidérurgique d’El Hadjar et son retour dans le giron de l’Etat, sera sans aucun doute, au profit de la classe ouvrière et de la jeunesse algérienne, vu les milliers d'emplois qui vont être créés, à la faveur de la décision d'accorder au groupe public de sidérurgie « Sider », 51% du capital du complexe », a estimé, hier, Salah djenouhat, membre du secrétariat national de l'UGTA, chargé de l'organique. S’exprimant sur les ondes de la Chaîne 1 de la radio nationale, le membre de la Centrale syndicale, a souligné que « la réappropriation de ce complexe consolidera l’autorité de décision de la partie algérienne, à travers son partenariat avec le leader mondial dans le domaine de l'acier et des mines, ArcelorMittal  ». L’hôte de l’émission « Invité du matin », a précisé par ailleurs, que la visite effectuée, hier, par le secrétaire général de la Centrale syndicale au complexe situé dans la wilaya de Annaba, avec une importante délégation conduite par le ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès, avait pour objectif d’inspecter le complexe, et d’expliquer à ses travailleurs à sa base syndicale, les détails de l’accord conclu entre le géant de la métallurgie mondiale, l’indien ArcelorMittal et le groupe algérien Sider, notamment après les conflits sociaux, qui se sont multipliés depuis plusieurs années au sein de l’entreprise qui fut jadis le fleuron de l’industrie en Algérie. Le même syndicaliste a affirmé que la détention de 51% du capital de l’entreprise par le groupe Sider, lui permettra d’assurer la présidence du conseil d'administration, alors que la gestion sera toujours confiée à ArcelorMittal qui a réduit ses participations de 70% à 49%. « Nous demeurons toujours en besoin de hautes compétences pour la gestion d’un pôle industriel de telle ampleur et importance », a-t-il expliqué, ajoutant dans le

« Il faut consolider davantage l’autorité de la décision algérienne »

L’UGTA à PRoPoS dU CoMPLExE EL HAdjAR

sont parvenus est venu sanctionner de laborieux négociations ayant duré plus de deux années. M. Benyounès, qui mesurent mieux que quiconque d’autre l’importance du complexe et son rôle dans l’économie nationale pour avoir été par le passé à l’origine de beaucoup d’activités in-

duites, a rappelé pour consolider cette vérité que plus d’un milliard de dollars y seront investis pour sauver les installations vieillissantes, voire obsolètes, dans la perspective d’atteindre les 2 millions de tonnes d’acier liquide. Le ministre avertit toutefois les travailleurs que le complexe ne peut

RéUNIoN MINISTéRIELLE dE LA FAo à RoME

«L

même sillage, que le partenariat de l’Algérie avec l’un des leaders mondiaux dans ce domaine, nous permettra d’acquérir l’expérience requise à l’avenir ». Il convient de rappeler qu’un nouveau pacte d’actionnaires a été signé samedi entre Sider et ArcelorMittal en vu de sauver l’unique complexe sidérurgique du pays employant 7.000 personnes d’une cessation d’activité. En vertu de ce pacte, le gouvernement a repris le contrôle du complexe, et le groupe public Sider et augmenté sa participation de 30% à 51% avec un plan investissement de 763 millions de dollars (565 millions d’euros) destiné au complexe sidérurgique d'Annaba et aux mines d’El ouenza et de Boukhadra. Une grande partie de l’investissement relatif à la modernisation du complexe, soit 600 millions de dollars environ, sera financée à travers un crédit bancaire devant être accordé par une banque algérienne. L’investissement à engager par les fonds propres des deux partenaires sera de l’ordre de 123 millions de dollars. ArcelorMittal gardant le management, Sider présidant le conseil d’administration. Cet accord prévoit également, rappellera M. djenouhat, « un plan de développement des ressources humaines au travers des formations intensives destinées aux employés afin de s'adapter aux nouvelles technologies prévues pour le site ». L’objectif est d’augmenter la capacité de production du complexe d’El Hadjar (Annaba) à 2,2 millions de tonnes par an, de renforcer les capacités de l'aval par l'implantation d'un nouveau laminoir de rond à béton et de fil machine d'une capacité de 1 million de tonnes. Cela impliquera la modernisation de la filière fonte d'Annaba, notamment du haut fourneau, ainsi que les installations de Préparation matière, Aciéries et laminoirs existants et la construction d'une nouvelle filière électrique. Salima Ettouahria

L

a sécurité alimentaire figure parmi les priorités du gouvernement algérien et constitue un élément essentiel à sa sécurité nationale, a déclaré hier à Rome le ministre de l'Agriculture, M. Abdelwahab Nouri, durant la 40e session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture FAo. Lors de cette rencontre consacrée à la lutte contre la fluctuation des cours des denrées alimentaires, M. Nouri dira que l'Algérie s'est engagée dans cette voie il y a de nombreuses années. Suite à la crise alimentaire de 2007-2008, "le gouvernement, algérien a accordé la priorité au traitement de la question de la sécurité alimentaire, considérant qu'elle constitue un élément essentiel de sa sécurité nationale et mettant en œuvre un ambitieux programme de développement agricole et rural", indique-t-il.

Nouri : « La sécurité alimentaire, une priorité pour l'Algérie»

se redresser sans la paix sociale. Et c’est pour cette raison, a-t-il affirmé : « Nous dresserons un barrage devant tous ceux qui s’arrogent le droit de porter préjudice au complexe. Ceci pour souligner la responsabilité qui échoit aux travailleurs dans le processus de redressement de

l’usine. » Le message va à l’endroit des travailleurs et des syndicalistes et au passage l’UGTA, gratifiée «  d’organisation qui œuvre à la défense de la République et qui place les intérêts nationaux au-dessus de toutes les considérations. » Son patron Sidi Saïd qui lui empruntera le pas rappellera qu’il y a deux ans l’unique revendication des sidérurgistes, portait sur le contrôle par l’Etat du complexe. « Voilà qui est fait, dit-il, et tout le mérite revient au Président de la République. » Le SG de l’UGTA a appelé à l’enracinement de la culture du dialogue pour préserver « l’acquis qu’engrange l’Algérie. » Et d’inviter les syndicalistes à soustraire de leur lexique le mot grève pour consolider la paix sociale nécessaire à l’avancée du complexe « tout en se mobilisant pour faire échec aux convoitises des tenants de la manipulation et autres affairistes. » Le message semble avoir été reçu cinq sur cinq puisque le SG du syndicat d’entreprise qui a qualifié «  cet acquis d’historique » a exprimé la volonté de défendre le complexe. S. Lamari

Mardi 8 octobre 2013

Le ministre de l'Agriculture et du développement rural, Abdelwahab Nouri, s'est entretenu hier à Rome avec le directeur général de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAo), M. josé Graziano da Silva, et des responsables d'organisations onusiennes. M. Nouri a évoqué avec M. josé Graziano l'état de la coopération entre l'Algérie et la FAo. Il a également discuté avec le président du Fonds international de développement agricole (FIdA) Kanayo Nawnze et le directeur exécutif du programme alimentaire mondial (PAM) de la situation des relations de coopération entre l'Algérie et ces organisa-

Le ministre de l'Agriculture s'entretient avec le DG de la FAO

Il s'agit d'un des éléments qui expliquent "de manière claire la stabilité" dont jouit aujourd'hui l'Algérie grâce à la politique "clairvoyante" du Président Abdelaziz Bouteflika, à un moment où l'environnement géopolitique du pays "se trouve fortement perturbé par les évènements graves (...) qui ne sont pas sans effets sur la situation sécuritaire, politique et socioécono-

mique des Etats de la sous-région." Les premiers résultats de ce programme ont valu à l'Algérie d'être distinguée en juin 2013, par la FAo, pour avoir atteint, avant terme, le premier des objectifs du millénaire pour le développement (oMd) relatif à l'élimination de l'extrême pauvreté à l'horizon 2015, a illustré M. Nouri.

tions, les possibilités de leur renforcement ainsi que la coopération dans le domaine de l'agriculture et du développement rural, selon un communiqué du ministère. Le ministre a également rencontré ses homologues français et belge, respectivement Stephane le Foll et Mme Assunçao Cristas. Il a évoqué lors de ces entretiens "la situation des relations de coopération entre l'Algérie et ces deux pays, les possibilités de leur renforcement, la coopération dans le domaine de l'agriculture et du développement rural ainsi que les possibilités de les développer et diversifier", ajoute-t-on de même source.

EL MOUDJAHID

PME ET DÉVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Les entreprises algériennes doivent développer les Technologies de l'information et de la communication (TIC) pour rester compétitives dans un marché de plus en plus concurrentiel, a affirmé, hier, à Alger, Redouane Hamza, PDG d'Alstair, une compagnie de droit canadien basée à Montréal.

Un facteur de compétitivité
hors de quelques cas, nos entreprises n'ont pas de véritable stratégie de communication". "Or, l'information est une valeur marchande et sa circulation est créatrice de richesses", a t-il soutenu. M. Hamza a appelé à une réflexion autour de cette question par les représentants des PME pour élaborer des stratégies dans le domaine des Technologies de l'information et de la communication (TIC) d'autant, a t-il dit, que ''la volonté des pouvoirs publiques existe pour remédier à ces lacunes et aller vers plus de transparence''. Selon lui, un des grands challenges des entreprises est celui de se transformer pour devenir agiles, efficientes, innovantes et profitables. Et si certains entreprises et organismes continuent de

Economie

13

L

ors d'une conférence intitulée "quelle infrastructure et système d'information pour l'entreprise algérienne", animée devant un parterre d'enseignants, chercheurs et chefs d'entreprises, cet expert a indiqué que les entreprises nationales publiques et privées continuent de fonctionner avec un déficit chronique d'information pour supporter la prise de décision et gérer le processus opérationnel. Dressant un tableau sombre de la situation qui prévaut aujourd'hui dans les entreprises publiques et privées en matière de communication, il a affirmé qu'en Algérie et après quatre décennies de planification et la mise en place de centaines de plans directeurs informatiques, "force est de constater qu'en de-

fonctionner avec un minimum d'investissements dans les TIC, les opportunités de prospérer vont se

refermer, mettant les gestionnaires devant le choix de s'adapter ou de disparaître. L'entreprise algérienne

a-t-elle les instruments nécessaires pour naviguer dans un environnement réglementaire en mouvement, des marchés volatiles, des cycles technologiques de plus en plus courts et une compétition rude, s'est interrogé Redouane Hamza soulignant que dans les pays industrialisés, 60 à 70 % des entreprises ont adopté des plans de communication durant les 15 dernières années. L'exposé a été suivi par un riche débat sur les conséquences qu'aurait l'adhésion de l'Algérie à l'OMC sur les entreprises, le cas de certaines PME qui ont importé des plans de communication "clé en main" totalement inadaptés aux spécificités de l'Algérie, la protection de l'information et le système de passation de marchés.

La direction d'Algérie Poste a rassuré l'ensemble de ses travailleurs que tous les engagements pris concernant la nouvelle grille des salaires "ont été mis en œuvre et achevés". "Algérie Poste tient à rassurer l'ensemble de ses travailleurs que tous les engagements pris ont été mis en œuvre et achevés et que le dernier engagement est en cours", a indiqué, hier, un communiqué de la direction générale de cet établissement public. "Il s'agit de la nouvelle grille des salaires et la transposition vers la nouvelle nomenclature des postes de travail, dont l'exécution est à un stade très avancé, conformément au calendrier annoncé et respecté minutieusement", a précisé la même source. "Après l'achèvement des travaux, les informations relatives à ce dernier engagement, qui sera appliqué à la lettre, seront portées à la connaissance de l'ensemble des acteurs concernés par la voie formelle, authentique et officielle", a assuré la direction d'Algérie Poste, précisant que "le barème de l'IRG appliqué dans la mise en œuvre de l'avant-dernier engagement, est conforme à la réglementation en vigueur". Algérie Poste demande à son personnel, ainsi qu'à la corporation médiatique de "ne tenir compte que des informations officielles qui peuvent être obtenues et vérifiées auprès de la source autorisée par la direction générale et ne publier que les informations qui relèvent du domaine public et faire abstraction des questions internes de l'établissement et qui ne relèvent pas du domaine public".

La direction d'Algérie Poste rassure ses travailleurs

APPLICATION DE LA NOUVELLE GRILLE DES SALAIRES

L'Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) vise, à travers un "ambitieux plan de développement", à augmenter ses parts de marché dans la filière de l'électronique grand public à au moins 35%, a indiqué, hier, à Alger, son PDG, Djamel Bekkara. "Notre objectif est de devenir un véritable pôle industriel spécialisé dans la recherche et le développement de la filière électronique et élargir ainsi notre part de marché qui avoisine actuellement les 20% des ventes de téléviseurs LCD, LED et 3D", a déclaré M. Bekkara lors du forum du quotidien DK News. Ce programme porte, notamment sur la modernisation de l'ENIE, la généralisation de téléviseurs LCD, la production de cartes électroniques, de

L'ENIE veut augmenter ses parts de marché à 35%
ELECTRONIQUE
régulateurs, de faisceaux de câbles et de solutions d'énergies nouvelles (photovoltaïque) ainsi que le lancement d'un vaste plan de communication et marketing et assurer un service aprèsvente meilleur. Cette entreprise publique compte élargir sa gamme de produits et diversifier ses investissements en fonction de sa stratégie d'expansion. L'ENIE compte concrétiser cet "ambitieux plan" grâce à l'aide octroyée en 2011 par le Conseil de participation de l'Etat (CPE) évaluée à 14 milliards de dinars et le rachat par l'Etat de plus de 23 milliards de ses dettes. "Cet objectif résulte de différentes études engagées par le ministère du Développement industriel et de la Promotion de l'investissement dans le

cadre de la nouvelle stratégie de développement industriel de l'Algérie", a expliqué le PDG de l'ENIE. Ces objectifs devraient "permettre d'asseoir des bases devant permettre à l'entreprise de valoriser l'outil de production et s'investir dans la recherche et l'innovation technologique et faire face à la rude concurrence observée sur le marché", a-t-il estimé. Parmi les principales activités de l'entreprise, créée il y a une trentaine d'années, figurent l'électronique grand public, les composants électroniques, les composants métalloplastiques, l'électronique médicale... Par ailleurs, l'ENIE s'est lancée, depuis deux ans, dans la fabrication et l'installation de panneaux solaires.

DANS UN CONTEXTE DOMINÉ PAR LA PARALYSIE BUDGETAIRE AMÉRICAINE
Les prix du pétrole reculaient, hier, en cours d'échanges européens, dans un marché préoccupé par la crise budgétaire aux Etats-Unis et par l'hypothèse d'un défaut de paiement de l'Etat fédéral, qui aurait des conséquences catastrophiques sur l'économie mondiale. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 108,34 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,12 dollar par rapport à la clôture de vendredi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 1,08 dollar, à 102,76

Le Centre national du registre du commerce (CNRC) a invité, hier, les sociétés commerciales n'ayant pas accompli les formalités légales de dépôt des comptes sociaux à régulariser leur situation. Dans un communiqué, le CNRC rappelle aux responsables des sociétés commerciales n'ayant pas accompli les formalités légales de dépôt des comptes sociaux, que l'article 35 bis de la loi n° 13-06 du 23 juillet 2013, modifiant et complétant la loi n° 04-08 du 14 août 2004, relative aux conditions d'exercice des activités commerciales, leur permet de régulariser leur situation. Ainsi, le directeur de wilaya chargé du commerce territorialement compétent leur propose une amende transactionnelle de 100.000 DA, à verser au receveur des impôts du lieu de domicile ou du lieu de l'infraction. La poursuite pénale, ajoutet-on de même source, s'arrête lorsque l'amende transactionnelle est acquittée ; à défaut, le procès-verbal de constatation de l'infraction est transmis par les services de contrôle à la juridiction territorialement compétente. Le CNRC informe que pour régulariser leur situation, les sociétés commerciales défaillantes en matière de dépôt des comptes sociaux, doivent présenter, outre le dossier complet requis, l'un des documents suivants : le reçu de versement de l'amende transactionnelle de 100.000 DA ou le reçu de versement de l'amende prononcée par le juge. Après la finalisation de ces formalités, les services du CNRC délivrent une attestation de dépôt des comptes sociaux. Cette régularisation, précise encore le communiqué, concerne les comptes sociaux de l'exercice 2012 et ceux des exercices antérieurs. Ne sont pas concernées par ces dispositions, les sociétés commerciales ayant obtenu une ordonnance de justice pour proroger la tenue de leur assemblée générale et donc le report du dépôt des comptes sociaux au CNRC.

Les sociétés commerciales appelées à régulariser leur situation
COMPTES SOCIAUX

Les prix du pétrole en recul
dollars. "Le pétrole a débuté la semaine sur de légères pertes", observaient les analystes, mais "résiste tout de même toujours plutôt bien du fait, notamment de la faiblesse du dollar". Les accès de faiblesse du dollar tendent à rendre plus attractifs les achats de brut - libellés en dollar - pour les investisseurs munis d'autres devises. Pour les analystes, la pression sur le pétrole restait cependant forte, car "il n'y a toujours pas de signes laissant entrevoir une solution au débat sur la dette aux Etats-Unis, ce qui laisse les investisseurs peu enclins à prendre des risques" en effectuant des achats sur les marchés de matières premières. Le gouvernement fédéral américain

est partiellement paralysé depuis maintenant près d'une semaine faute d'accord au Congrès sur le budget de l'exercice budgétaire 2014. En outre, "la production dans le Golfe du Mexique revient progressivement à la normale alors que la tempête tropicale Karen faiblit", notait-on. Les prix du pétrole ont bénéficié, en fin de semaine, de l'approche de la tempête tropicale Karen qui menaçait les importantes infrastructures pétrolières situées dans le Golfe du Mexique. Karen a cependant faibli et a été rétrogradée au cours du weekend.

L'Espagne a lancé, hier, le Marché alternatif de rente fixe (Marf), un marché obligataire visant à "faciliter le financement" des petites et moyennes entreprises, qui peinent à emprunter auprès des banques en raison de la crise. Ce marché "ouvrira de nouvelles voies de financement pour les petites et moyennes entreprises, avec un coût et des exigences moindres", a expliqué la Bourse de Madrid dans un communiqué. Les banques espagnoles, fragilisées depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, sont engagées depuis plusieurs années dans un processus de

L'Espagne lance une nouvelle voie de financement pour les PME
ENTREPRISE
restructuration et d'assainissement, qui s'est accentué depuis l'octroi en 2012 d'une aide européenne de 41,3 milliards d'euros. De plus, afin de préserver leur solvabilité, elles sont beaucoup moins enclines à accorder des prêts aux entreprises et ménages, une situation critiquée récemment par le Fonds monétaire international (FMI). Selon l'organisation internationale, "il y a une forte contraction du crédit et les taux d'emprunt restent trop élevés", ce qui empêche une vraie reprise de l'économie espagnole. Les PME sont "dépendantes presque exclusivement du système bancaire"

pour se financer, a souligné, hier, la Bourse de Madrid. Le Marf sera donc "une voie complémentaire et alternative" qui leur permettra d'"accéder à l'épargne d'investisseurs institutionnels, avec des coûts corrects", explique-telle. Le marché fonctionnera du lundi au vendredi, de 09H00 à 16H30, et permettra aux investisseurs institutionnels de placer des sommes égales ou supérieures à 100.000 euros, sur des obligations d'entreprises. Son accès demandera moins de formalités administratives et sera moins cher que sur d'autres marchés, selon la Bourse.

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Les experts internationaux et les Etats-Unis se sont félicités, hier, de la coopération du régime syrien au lendemain du début de la destruction d’armes chimiques.

La coopération de Damas saluée
DESTRUCTION DES ARMES CHIMIQUES EN SYRIE

Monde

15

L

e secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, devrait adresser hier un rapport au Conseil de sécurité, détaillant la logistique de ce qui est considéré comme la plus importante et la plus dangereuse opération du genre, compte tenu du conflit en cours en Syrie. Dimanche au début du démantèlement des armes prohibées après plusieurs jours de vérification, les experts ont supervisé la destruction par des personnels syriens des premières têtes de missiles, de bombes et d’équipements visant à fabriquer des armes chimiques. La mission conjointe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l’Onu intervient en application d’une résolution de l’Onu votée après une attaque chimique particulièrement meurtrière le 21 août près de Damas après laquelle Washington avait menacé le régime d’une frappe militaire. Ces experts ont pour mission de détruire un arsenal estimé à mille tonnes, dont des centaines de gaz moutarde ou encore de gaz sarin, réparties dans des dizaines de sites, le tout dans un pays en guerre, une première pour une mission de désarmement chimique.

Au moins 53 morts et 271 blessés
Au moins 53 personnes ont péri, dimanche en Egypte, dans des heurts entre la police et des manifestants partisans du président destitué par l’armée, Mohamed Morsi. Aucun policier ne figure parmi les morts, selon un responsable du ministère de l’Intérieur. Au moins 45 personnes ont été tuées au Caire et cinq autres dans différentes villes au sud de la capitale, a détaillé à l’agence AFP Ahmed al-Ansari, haut responsable au ministère de la Santé, sans préciser qui avait péri, où et dans quelles circonstances. Selon lui, 271 autres ont été blessées. Dans la capitale dimanche, de violents heurts ont éclaté entre pro et antiMorsi et les policiers antiémeute qui ont dispersé les manifestants à coups de grenades lacrymogènes. Le ministère de l’Intérieur a accusé dans un communiqué les manifestants d’avoir ouvert le feu sur les forces de l’ordre et vandalisé des biens publics au Caire, contraignant les policiers à «intervenir». Selon le ministère, 423 personnes ont été arrêtées dans la capitale. Dans le nord du pays, des inconnus ont tué, hier, cinq soldats qui patrouillaient près du canal de Suez, ont annoncé des responsables de la sécurité. L’attaque a été perpétrée à Ismaïliya, où des groupes d’insurgés ciblent fréquemment les forces de sécurité depuis que l’armée a destitué et arrêté M. Morsi. D’autre part, deux personnes ont été tuées, hier, dans un attentat à la voiture piégée devant un commissariat de police dans le Sinaï, ont annoncé des responsables de la sécurité. Selon des témoins, le véhicule avait été garé devant l’entrée principale du commissariat d’Al-Tur, dans le sud de la péninsule en proie à de fréquentes attaques de groupes d’insurgés. Dans la capitale, plusieurs roquettes tirées par des inconnus ont endommagé une gigantesque antenne de communication satellitaire, selon des responsables de la sécurité. Ces tirs visaient un regroupement de plusieurs antennes dans le quartier huppé de Maadi, et l’une des roquettes a troué l’une d’elle qui sert à relayer les communications téléphoniques internationales.

HEURTS EN EGYPTE

‘‘Un temps record’’
Les deux équipes d’experts, arrivés le 1er octobre en Syrie, s’emploient aussi à “surveiller, vérifier et rapporter” la concordance des informations fournies par le gouvernement syrien avec la situation réelle de son arsenal chimique, selon l’Onu. Dans un communiqué publié sur le site de l’organisation à La Haye, l’OIAC s’est félicitée de la “coopération” des autorités sy-

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré hier que la Russie et les Etats-Unis souhaitaient convoquer à la mi-novembre la conférence internationale de paix sur la Syrie, dite Genève 2, pour trouver une solution politique au conflit. “Nous nous sommes prononcés pour la convocation de la conférence internationale à la mi-novembre”, a déclaré M. Lavrov cité par l’agence publique russe Ria Novosti à l’issue de pourparlers avec son homologue américain John Kerry sur l’île indonésienne de Bali. “Nous nous sommes mis d’accord sur des mesures à prendre pour que le gouvernement et l’opposition (syriens) participent à cette conférence”, a-t-il poursuivi. Début octobre, Moscou avait indiqué que Damas pourrait entamer dans le cadre de Genève 2 des négociations de paix avec les éléments modérés de l’opposition armée. Parallèlement, l’opposition demande le retrait du président Assad comme préalable à des négociations. L’initiative d’une nouvelle conférence internationale à Genève, rassemblant notamment représentants du gouvernement syrien et de l’opposition, avait été lancée en mai par MM. Lavrov et Kerry, en vue de mettre fin au conflit syrien qui a fait plus de 100.000 morts en deux ans et demi. Mais l’organisation de cette réunion a été repoussée à plusieurs reprises en raison de désaccord sur les objectifs et les participants, notamment entre la Russie et les Occidentaux. Genève 2 doit reprendre les grandes lignes d’un accord international sur une transition politique en Syrie, signé le 30 juin 2012 à Genève mais jamais appliqué.

Lavrov : « Moscou et Washington favorables à une conférence en mi-novembre »
GENÈVE 2

Au moins 35 personnes ont été tuées et 163 autres blessées dimanche dans une série d’attentats perpétrés à travers l’Irak, a indiqué hier la police. Au moins sept personnes ont été tuées et 13 autres blessées dimanche soir quand deux voitures piégées ont explosé près d’une mosquée dans le district de New Baghdad, dans l’est de Baghdad, selon la police. Plus tôt le même jour, un kamikaze a fait exploser sa ceinture d’explosifs au milieu de pèlerins chiites dans le district de Seliekh, dans le nord de Baghdad, tuant 12 personnes et en blessant 25 autres. Dans le nord de l’Irak, 15 personnes ont été tuées et quelque 122 autres ont été blessées dimanche matin quand deux voitures piégées ont explosé dans un village près de la ville de Tal Afar, dans la province du Nineveh, a annoncé Abdul-Aal al-Abbasi, un officiel du gouvernement local. “Les rapports révèlent que cinq policiers, un directeur d’école et neuf enfants ont été tués et que 122 personnes ont été blessées dans l’explosion de deux voitures piégées près d’une école et un commissariat de police dans le village de Qabat”, a déclaré M. Abbasi. La plupart des blessés

35 morts et 163 blessés
VIOLENCES EN IRAK

riennes dans le démantèlement de l’arsenal chimique. Les experts ont eu des discussions “constructives” avec le pouvoir sur la liste des sites d’armes chimiques remise à l’OIAC. Cette première opération de destruction de l’arsenal chimique syrien a été saluée dimanche par le secrétaire d’Etat américain John Kerry. “Le processus a démarré en un temps record et nous en sommes reconnaissants à la Russie, pour sa coopération, mais bien entendu

aussi envers la Syrie, pour son consentement”, a-t-il dit après un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov sur l’île indonésienne de Bali. Le président Bachar al-Assad s’est engagé à faciliter le travail des experts, après le vote le 27 septembre de la résolution 2118, la première votée par le Conseil de sécurité sur le conflit syrien grâce à un accord russo-américain prévoyant le désarmement chimique du pays d’ici mi-2014.

La Corée du Nord procédera à des frappes préventives en cas de “provocations militaires” de la part de Washington et de Séoul, a annoncé hier l’agence officielle nord-coréenne KCNA. “Le complot militaire (américano-sud-coréen) vise à mettre fin au processus de paix dans la péninsule coréenne ainsi qu’à accroître la tension susceptible

Pyongyang menace de frappes préventives en cas de “provocation militaire”
PÉNINSULE CORÉENNE
d’entraîner un conflit nucléaire (...). A la moindre menace, notre armée réalisera une série de frappes préventives”, a indiqué l’agence citant le Comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la patrie. Le Comité a également dénoncé l’accord conclu la semaine dernière par Washington et Séoul en vue de contenir la menace nucléaire nord-co-

sont des écoliers, dont beaucoup se trouvent dans un état critique, a ajouté M. Abbasi. Une des explosions a eu lieu quand un kamikaze a fait exploser un camion chargé d’explosifs près d’une école primaire dans un village à majorité chiite turkmène à l’extérieur de la ville de Tal Afar, à environ 430 kilomètres au nord de Bagdad, a annoncé M. Abbasi. L’explosion a détruit une partie des locaux scolaires. Les forces de sécurité irakiennes et les équipes de secours se sont préci-

pités sur les lieux pour rechercher des victimes parmi les décombres, a ajouté M. Abbasi. Une autre voiture piégée a explosé près d’un commissariat de police dans le même quartier, a déclaré M. Abbasi sans donner de détails plus précis. Toujours dimanche, une voiture piégée a explosé près d’une patrouille des forces kurdes de sécurité Asayish à Kirkuk, à quelque 250 km au nord de Baghdad, tuant un soldat et blessant trois personnes, a indiqué une source de police locale.

réenne. En vertu de cet accord, les Etats-Unis s’engagent à fournir à Séoul toute l’assistance militaire nécessaire en cas de menace émanant de Pyongyang. Dans le même temps, le régime communiste a qualifié de “ridicules” les propositions de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, qui a appelé à la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Mardi 8 Octobre 2013

16

a

lors que sa mère était occupée avec l’un des deux petits frères de Chaïma, cette dernière entend la sonnerie et s’empressa d’aller ouvrir la porte. un geste fatal. la fillette disparaît et seuls des cris lointains et désespérés proviennent jusqu’aux oreilles de sa maman. un individu se présentant comme un ami de son père a réussi son tour de force d’entraîner Chaïma avec lui. le présumé auteur n’était autre que le voisin et ami du père de la petite Chaïma. originaire de la commune de mahelma (45 km à l’ouest d’alger), Chaïma n’avait que 8 ans et a fait confiance à son voisin, le dénommé Hamza K., 30 ans, maçon. sans aucun état d’âme, il a mis son plan à exécution pour une simple et unique raison : se venger du père, un modeste vendeur ambulant de thé avec lequel il avait un différend, dont l’origine remonte à une sombre affaire d’argent et de détournement d’une petite quantité de drogue, selon le principal accusé. et voilà, aujourd’hui, à l’issue de 10 mois d’enquête, de recherches et d’interrogatoires, sans oublier l’apport précieux des preuves scientifiques, le meurtrier violeur a fini par tomber dans les mailles du filet de la gendarmerie nationale qui a déployé de gros moyens pour mettre hors d’état de nuire le principal suspect. Hamza a été épinglé avant-hier, à 17h30, dans une maison dans la ville parentale à mahelma, suite à des informations parvenues à la brigade de gendarmerie de la même ville, chargée de l’enquête. «il voulait s’enfuir, il a escaladé le

L’affaire criminelle qui a fait couler beaucoup d’encre, ces derniers mois, et suscité l’intérêt de l’opinion publique, est incontestablement l’assassinat crapuleux de la petite Yousfi Chaïma. Enlevée en décembre 2012 devant le domicile parental, violée et assassinée, telle est la fin tragique d’une belle petite innocente dont le rêve était de devenir médecin.

L’assassin de la petite Chaïma enfin arrêté
À l’issue de 10 mois d’enquête

Société

EL MOUDJAHID

quelle meilleure manière d’intégrer socialement des personnes atteintes de surdité, si ce n’est de leur permettre de communiquer ? et de quelle façon les faire accéder à cela, si ce n’est en formant des personnes valides à la langue des signes afin qu’elles les comprennent ? 40 jeunes filles et jeunes hommes atteints de handicaps auditifs ont été honorés hier au siège de la fédération nationale des sourds-muets (fnsa), à l’issue d’une formation de huit mois à la langue des signes. une formation, fruit d’un partenariat entre la fnsa et l’association des sourds d’italie, qui a permis à ces 40 élèves de perfectionner leur connaissance en language des signes afin de pouvoirs devenirs eux-mêmes formateurs dans le futurs et faire bénéficier de leur savoir non seulement les malentendants, mais aussi et surtout les personnes valides en contact direct avec les handicapés auditifs. Président la cérémonie de remise des diplômes, le secrétaire général de la fédération, m. mahieddine Bachir, s’est déclaré très satisfait des résultats de la formation qu’il juge très concluante puisqu’elle permet non seulement de faire sortir les malentendants de leur monde du silence, mais aussi de permettre à la fédération d’élargir et d’enrichir son potentiel en formateurs spécialisés en langue des signes. m. mahieddine Bachir, comme à chacune de ses sorties médiatiques, a encore une fois invité les organismes et les institutions publiques à se rapprocher de la fédé-

Un grand pas vers l’intégration sociale
40 sourds-muets formés au langage des signes

mur de la maison où il se cachait pour essayer d’atteindre une autre maison mitoyenne qui était en chantier, mais il n’a pu aller loin, car il était encerclé par les éléments», a souligné le chef de brigade de gendarmerie de mahelma qui a organisé une conférence de presse à laquelle étaient conviés les médias aux fins de présenter l’assassin présumé et la conclusion de l’enquête. aussi, relatant la genèse de cette interpellation, l’officier explique que, à peine alertés, les éléments de la gendarmerie nationale

ont installé des points de contrôle au niveau de toute les sorties de la ville, bouclé le quartier où habite le mis en cause et ratissé large pour fermer toute les issues, pour que celui-ci ne puisse prendre la poudre d’escampette.

« le mis en cause qui circulait avec deux cartes d’identité nationales falsifiées avait été déjà interpellé par les gendarmes les

«Il a non seulement tout avoué, mais dénoncé trois complices»

premiers jours du drame dans le cadre de l’enquête, mais faute de preuves suffisantes, il a été relâché comme plusieurs autres suspects», a déclaré le lieutenant colonel abdelhamid Keroud, responsable de la cellule de communication et de l’information du commandement de la gendarmerie nationale, lors de ce point de presse tenu au siège de la compagnie de gendarmerie nationale de Zéralda, lieu où est détenu le principal accusé, qui a aussi été entendu par le procureur de la république près le parquet de Koléa, présent également. «il a non

seulement avoué son crime, mais il a révélé également l’identité de trois de ses complices», dit le lieutenant colonel Keroud. l’officier a en outre précisé que «le fugitif a été identifié et était activement recherché dans plusieurs wilayas du Centre, telles qu’alger, tipasa, Boumerdès, aïn defla, médéa, Chlef, Bouira et Blida», avant d’indiquer qu’il était sous le coup d’un mandat d’arrêt national lancé à son encontre. Ce dernier a été identifié grâce aux analyses scientifiques effectuées par les experts de l’institut national de la criminalistique et de la criminologie (inCC). «le présumé auteur n’a jamais quitté le territoire national et ne s’est jamais rendu en tunisie, comme l’ont laissé entendre certains quotidiens qui font dans le sensationnel», a souligné le haut gradé, visiblement agacé par quelques articles loin d’être objectifs. «le cadavre de la petite a été découvert dans le cimetière de sidi abdallah, et comportait des traces de violences au niveau de plusieurs parties et des marques de strangulation au niveau du coup, cause du décès», a tenu à rappeler le porteparole de la gendarmerie nationale. et d’ajouter que quelques jours après le meurtre de la petite, les gendarmes ont retrouvé dans le domicile parental de Hamza, un pantalon immaculé de sang. analysé, il s’est avéré que les taches appartenaient à la victime. désormais sous les verrous, le mis en cause devra répondre des faits qui lui sont reprochés devant la justice. Mohamed Mendaci

ration pour une éventuelle formation de leur personnel en langue des signes. invitation très vite acceptée, avec enthousiasme même, par les présents à la rencontre, notamment les représentants de la sûreté nationale et des douanes algériennes qui ont très vite exprimé leur totale dis-

ponibilité à s’intégrer dans la perspective de s’ouvrir a la langue des signes. un projet de formation du personnel de ces deux corps verra bientôt le jour, «très vite même», dit le secrétaire général de la fnsa. la sous- directrice de la formation de la catégorie particulière au niveau du

mardi 8 octobre 2013

ministère de la formation professionnelle, mme nassima Benhaddad, insiste sur la nécessité d’intégrer ce mode de communication pour les enseignants et formateurs du secteur, du fait que la formation professionnelle accueille une population handicapée importante, notamment les sourds-

muets qui sont au nombre de 377, dont 146 filles mal entendantes. on raconte qu’un abbé, pour échapper à la pluie, entre un jour dans une maison où se trouvent deux sœurs jumelles sourdes. il est tout de suite frappé par la complexité du système des signes qu’elles emploient entre elles. il décide d’apprendre les signes avec elles. Pour lui, les signes pourraient exprimer la pensée humaine autant qu’une langue orale. il crée donc une petite école chez lui, gratuite pour les enfants, et après plusieurs années d’observations, d’expériences, il publie, en 1776, son premier ouvrage, Institution des sourds-muets, dans lequel il développe le système qu’il appelle «les signes méthodiques». Ces signes exprimaient des choses ou des idées, auxquels étaient ajoutés des signes grammaticaux qu’il inventait pour indiquer le temps, les personnes, les genres et les fonctions. des années plus tard, cette langue devient non seulement indispensable pour les mal-entendants et leurs familles, puisqu’elle est le seul mode linguistique véritablement approprié, le seul qui leur permette un développement cognitif et psychologique d’une manière équivalente à ce qu’il en est d’une langue orale pour un entendant , mais cette langue est aussi indispensable pour certaines personnes valides qui sont en contact avec ces personnes handicapées, d’où la nécessité de vulgariser et de généraliser ce mode de communication. Farida Larbi

Ph : Nesrine

EL MOUDJAHID

A BÂTONS ROMPUS AVEC LA CHANTEUSE NARIMANE BENSHIL

Le public a découvert Narimane Benshil grâce à ses multiples participations dans des émissions de radio et de télévision nationales et arabes, qui ont pétri et façonné ses talents d’artiste et l’ont fait carrément sortir de l’anonymat en lui délivrant le titre de future chanteuse qui fera tabac.

Une voix en or qui perce

Culture

17

L

a musique est son destin. Sur les traces de grands chanteurs qui ont marqué le monde de la chanson arabe et algérienne, elle se lance doucement, mais sûrement et avance avec assurance et détermination. Depuis son enfance, elle ne se contente pas de fredonner des airs, de répéter et interpréter, comme tous les artistes en herbe, des couplets et des morceaux d’artistes bien connus tels qu’Oum Keltoum et la diva algérienne de la chanson arabe Ouarda El Djazairia, El Zahi et, bien sûr, le regretté Cheb Akil qui était à la fois l’idole, l’ami et le père spirituel, à qui elle doit, aujourd’hui, ses premiers pas dans sa carrière de chanteuse sur la voie de la professionnalisation. Elle se fera distinguée dans son quartier et à l’école par sa voix mélodieuse qui augure déjà de la naissance d’une étoile dans le ciel de… la chanson. Après ses brillants et fort remarquables passages lors de la commémoration de certains évènements nationaux et internationaux, au niveau de l’école des nonvoyants d’El Achour où elle a étudié, Narimane Benshil, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, fera parler d’elle grâce à ses multiples participations dans des émissions de radio et de chaînes de télévision nationales et arabes qui ont pétri et façonné ses talents d’artiste et l’ont fait carrément sortir de l’anonymat en lui délivrant le titre de future chanteuse qui fera tabac. Narimane, cette jeune fille de 19 printemps, est née quand Cheb Akil, invité de l’une des émissions radiophoniques, en l’occurrence «Top 9» qui passe sur les ondes de la radio locale de Blida, qu’elle a appelé, au moment où il sortait du studio et qui lui accordera une faveur qu’elle n’est pas près d’oublier ,celle de le rencontrer le même jour à la sortie, de la radio après l’émission. Une petite discussion avec Narimane qui signera, à vrai dire, son

Le patrimoine blidéen à l’honneur à Ouargla
SEMAINE CULTURELLE

avenir avec des lettres d’or. En effet, à peine s’est-elle éclipsée, le regretté la rappelle et lui fait un enregistrement de deux de ses chansons qu’elle interprètera. Un test qui s’avèrera d’emblée très concluant. Cet artiste fera bien plus pour la jeune Narimane qui l’accompagnera lors de son passage dans une émission animée par Hakim Salhi sur la chaîne El Djazaïria. «Il était modeste et très serviable, et c’est lui qui m’a ouvert les portes du monde artistique», dira Narimane qui ajoutera que le jour où elle l’a rencontré, la première fois, sera gravé à jamais dans sa mémoire tant il lui a permis de voir la vie en rose, elle qui est pri-

La troupe Ichrak d’Oran décroche le premier prix
FESTIVAL D’EL INCHAD DE MOSTAGANEM

vée de la vue. Une semaine après, invitée à une émission de la chaîne El Bahdja, l’artiste parlera encore d’elle. Résultat : elle sera contactée par d’autres chaînes, notamment la « 4 », d’expression amazighe. Un jour qui coïncida avec le décès de la grande Ouarda ; c’est ainsi qu’elle chantera pour elle et El Zahi. Et pour couronner le tout, le dernier album du regretté sorti en avril dernier, dont un duo. Bien plus, notera Narimane, «il avait donné un gala le 10 avril dernier à la salle Atlas et je l’avais accompagné». « C’était une manière de me présenter au public », expliquera-t-elle. Narimane est en première année secondaire

série lettres. Les invitations pour participer à des émissions fusent de partout pour la talentueuse jeune fille qui avance dans le monde de la chanson à grands pas. Narimane Benshil joue aussi du piano et du synthétiseur, rendra hommage à Sofiane El Aichi, Rafik El Maghni et Mohamed Lazani, respectivement compositeur, parolier et pianiste et arrangeur musical qui écriront une chanson spécialement pour elle intitulée Loukane jit nchouf (si seulement je voyais) programmée pour le 5 juillet mais qui ne passera pas. Elle parlera également de l’artiste Djamel Bafdel qui lui a tendue la main pour intégrer le monde de la chanson. Narimane, qui chante en plus de l’oriental, de l’algérois et du hawzi, espère avoir son propre album promis par Cheb Akil, prévu dès son retour de Marrakech. Un projet qui n’a pas vu le jour et qui est relancé aujourd’hui par la maison d’édition « Nacer Arabica » qui compte bien offrir à la jeune fille cette opportunité. Narimane, qui a été l’invitée de la chaîne MBC et qui a chanté pour Saliha El Saghira, Saloua et bien d’autres figures emblématiques de la chanson algérienne, fait partie du groupe devant être constitué pour chanter l’amour de la patrie, dans le cadre du projet «Printemps d’Algérie», aux côtés de Boudjemaâ El Ankis, Nadia Benyoucef, Nadia Rayane, Fella Abebssa et bien d’autres. Narimane, cette artiste à la voix d’or qui souhaiterait arriver un jour à s’adonner à sa deuxième passion qu’est la lecture, lance un appel à l’endroit des autorités pour produire des revues et pourquoi pas des journaux en braille pour lui permettre de s’informer et de se cultiver. L’art et la lecture sont pour elle indissociables, estimera-t-elle. Samia D.

Ph : Billal

Le patrimoine culturel et historique de la wilaya de Blida est à l’honneur dans la wilaya de Ouargla dans le cadre d’une semaine culturelle dont le coup d’envoi a été donné dimanche à la maison de la culture Moufdi-Zakaria. Le public ouargli aura à découvrir, tout au long de cette semaine, à travers des expositions mettant en relief le patrimoine matériel et immatériel de Blida, des facettes culturelles de la ville des Roses, dont une exposition dévoilant le secret de distillation de l’eau de rose et de fleurs, les arts plastiques, l’artisanat, dont notamment des articles de bijouterie, de maroquinerie et de verrerie. Des habits traditionnels et modernes faisant la fierté des fêtes nuptiales à la Blidéenne, dont «el kouiyet», retenu pour la future mariée, "pantalon chelka", en plus d’autres accessoires d’ornement ont été exposés à la satisfaction d’un public venu nombreux découvrir et apprécier le riche patrimoine de la capitale de la Mitidja. Le public ouargli pourra apprécier, en outre, diverses composantes de l’art culinaire blidéen, dont "el hamama", un couscous savamment préparé aux herbes médicinales à des fins thérapeutiques, en plus des plats de "rechta" et de "mesfouf". "Makroudh", "mehancha", "lektayef" sont d’autres genres de produits de la pâtisserie blidéenne exposée à cette occasion. Le programme de cette semaine culturelle prévoit, par ailleurs, des soirées artistiques animées par des vedettes de la chanson locale, dont Merouane Benseghir, Mohamed Lahmar et Sid Ali Bouchakour, en plus de récitals animés par les jeunes poètes Salah Ferrad, Boualem Mansouri et Mohamed Laâdaoui.

La troupe Ichrak d’Oran a décroché le premier prix du 4e Festival culturel d’el inchad, qui a pris fin dimanche soir à la maison de la culture Ould-Abderrahmane-Kaki de Mostaganem. Avec cette consécration, cette troupe a assuré sa participation au Festival international d’el inchad prévu la fin du mois en cours à Constantine. Le deuxième prix de ce festival organis durant cinq jours est revenu à troupe Nassim Chawq de Bechar et le troisième prix a été décerné à la troupe El Badr d’El Bayadh. Les trois premiers lauréats ont reçu respectivement des récompenses pécuniaires d’un montant de 300.000, 200.000 et 150.000 dinars. Le prix d’encouragement du jury a été attribué au mounchid Ali Mekafi, de la troupe Dhaya Islam de Tiaret. La commissaire du festival, Mme Halima Hankour, a indiqué que cette manifestation, qui a connu la participation de 13 troupes représentant sept wilayas du pays, a permis de découvrir des talents nouveaux et prometteurs. Elle a également insisté sur l’importance d’organiser des sessions de formation pour encadrer les mounchidine en vue de

promouvoir ce genre. La cérémonie de clôture de cette édition a été marquée par une forte présence de familles et de férus de ce genre, qui ont eu à apprécier un montage artistique interprété par lesmounchidine Bendhiba Belaila (Mostaganem), Nacer Mirouh

(Constantine), Abdelmadjid Benaissa (Tlemcen), Abderrahmane Akrout et Youcef Hassen (Blida), en plus des membres de la troupe El Anis de Constantine.

Relancer la tradition des Mille et Une Nuits
FILM D'ANIMATION EN IRAK
Dans la tradition des Mille et Une Nuits, Fourat al-Jamil met les dernières touches à un dessin animé en 3D pour redonner vie à un personnage folklorique irakien en passe d'être oublié. La réalisatrice irakienne compte présenter son courtmétrage de 10 minutes La nuit de Bagdad au Festival international du film de Dubaï en décembre. Le dessin animé raconte l'histoire d'une Saaloua, mi-sorcière, mi-démon. Ce personnage tiré du folklore irakien, également connu dans certains pays du Golfe, fait une brève apparition dans les contes des Mille et Une Nuits. Les parents irakiens, par le passé, faisaient peur aux enfants désobéissants en évoquant la Saaloua, comme une sorte de père Fouettard. Mais dans l'Irak secoué par deux décennies de dictature et une décennie de violences, cette histoire risque de tomber dans l'oubli, comme des pans entiers de l'histoire et la culture du pays. "Je pense que la plupart des Irakiens l'ont oubliée, mais quand je mentionne ce personnage, ils s'en souviennent, sourient et sont contents de se rappeler leur enfance", dit Mme Jamil, née à Bagdad de parents irakien et allemand. Elle espère que son film, sur lequel elle travaille depuis deux ans, va raviver la tradition orale et apporter une nouvelle vie à ce personnage de légende. L'histoire se passe de nos jours dans les vieilles rues de Bagdad où un chauffeur de taxi tombe sous le charme fatal d'une Saaloua. La Saaloua apparaît sous nombre de formes différentes à travers l'Irak, mais celle que la réalisatrice vise à recréer lui a été transmise par son grand-père qui affirmait qu'il avait suivi une Saaloua jusque dans un cimetière. Il s'agit d'une version urbaine de la légende, dans laquelle la Saaloua séduit les hommes et les réduit en esclavage éternel. "Bagdad joue un rôle très important. Le personnage de Saaloua fait partie de la ville", dit Mme Jamil. Elle affirme avoir voulu tourner "un film sur Bagdad qui soit un conte de fées, plutôt qu'une histoire déprimante ou une histoire de guerre".

Mardi 8 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

L

es  Sétifiens  ont  concédé  une seule défaite, at home, devant le  nouveau  promu,  le  RC Arbaâ qui les a surpris sur le score de 1  à  0  déjouant  au  passage  tous  les pronostics.  Sans  cette  défaite,  les poulains  du  Franco-Polonais,  JeanChristian Lang auraient pris sérieusement  le  large  avec  une  copieuse avance. Toujours est-il, le succès des poulains de Lang sont parvenus, avec brio,  à  remporter  le  grand  classico contre le MCA (2 à 1). Une victoire qui avait révélé un groupe très motivé, homogène et qui pratique surtout un football de qualité. On les a vu comment ils ont réussi à prendre le meilleur sur une équipe du MCA quelque moribonde et surtout moins agressive que son adversaire du jour. En accueillant, à Tizi-Ouzou l’ESS, les Canaris auront ainsi une chance certaine  pour  reprendre  les  commandes en solo. Il faut dire que le nul concédé dans les dernières secondes face à l’ASO (1-1), suite à un but du chélifien Farhi a laissé un goût amer au sein de la formation kabyle. AïtDjoudi et les siens sont décidés à rectifier le tir pour récupérer la première place  qu’ils  viennent  tout  juste  de céder. Ils compteront pour cela sur un Ebossé de plus en plus en confiance, mais aussi un Asselah qui est devenu la force tranquille de l’équipe. L’ESS, cependant, ne sera pas une quantité négligeable, elle qui pratique un football  chatoyant  et  surtout  efficace.

Après 7 journées, l’ESS, occupe en solo la cime de cette division laissant la JSK à deux encablures derrière.

JSK-ESS : choc au sommet
LIGUE 1 (8E JOURNéE)

Sports

Sixième but pour l’Algérien Hilal Soudani

DINAMO ZAGREB (CROATIE)

29

Le CSC marche bien depuis le début de la saison, n’est-ce-pas ? Nous nous sommes bien préparés durant l’intersaison. C’est ce qui nous a permis de rentrer directement dans le vif du sujet. Nous disposons d’un  bon  groupe  constitué  de joueurs de qualité, qui se connaissent bien et qui ont du plaisir à vivre ensemble au sein de l’équipe. C’est très important. 

Comme la plupart de ses coéquipiers, le libéro de charme du CSC affiche une belle forme après 7 journées de championnat. Il nous parle du bon parcours réalisé jusque-là par son équipe.

« Nous sommes difficiles à battre, pourvu que cela dure »
tude de vos moyens depuis votre retour au CSC. Votre sentiment ? Je  suis  ravi  de  retrouver  mon club formateur dont j’ai défendu les couleurs durant plusieurs saisons. Je m’y sens chez moi. Mon retour a été bien accueilli par tout le monde, ce qui m’a facilité la tâche. Au CSC, je suis comme un poisson dans l’eau. Psychologiquement,  je  me  sens vraiment  libéré.  Vous  savez,  j’ai gagné beaucoup d’expérience que je m’atèle à mettre au service de mon équipe. Vous  savez,  lorsqu’on  fait confiance à Adel Maïza, il vous le rend bien sur le terrain (rire). Justement la défense du CSC est l’un des points forts de l’équipe, avec 3 buts seulement encaissés jusque-là ? Vous savez dans le football moderne, l’ensemble des joueurs sont impliqués dans le jeu, en phase défensive comme en phase offensive. Il est vrai aussi, que toute équipe qui veut obtenir de bons résultats doit

Entretien

Comme Ziti et Khedairia n’ont pas été  retenus  par  le  coach  national, Vahid  Halilhodzic  pour  le  déplacement d’Ouagadougou pour y affronter  ce  12  octobre  le  Burkina  Faso prépareront  cette  importante  sortie avec leur équipe.  On s’attend tous à une joute très serrée où tout se décidera sur un coup de dés. Il est certain que l’issue de

ADEL MAïZA (DéFENSEUR CSC) :

cette partie sera suivie avec une attention particulière par les différents observateurs.  On s’attend à ce que le stade du 1er Novembre  de  Tizi-Ouzou  soit «plein comme un œuf» pour ce garnd choc  de  cette  huitième  journée  de Ligue 1. Que le spectacle et le suspens soient de la partie ! Hamid Gharbi

USMH - JSMB CABBA - ASO JSK - ESS MCA - RCA MCEE - USMA CSC - CRBAF JS Saoura - MCO MOB - CRB

Programme :

que notre défense a perdu son équilibre. Notre équipe a besoin de tous ses éléments. 

Votre équipe demeure invincible cette saison et reste sur 23 matches sans défaite. Impressionnant quand même ? Oui,  cela  prouve  que  quelque chose  de  solide  est  en  train  de  se construire  dans  ce  club.  Les  dirigeants mettent le paquet pour faire du CSC un grand club au sens propre du terme. Ils aspirent à lui donner une dimension continentale. 23 matches sans défaite, c’est franchement  extraordinaire.  Mais,  ce  qui nous intéresse le plus, c’est de glaner un titre cette saison incha Allah. Nous  sommes  difficiles  à  battre, pourvu que cela dure.  Vous avez retrouvé la pléni-

Le Chabab a arraché un précieux point face à l’USMA, confirmant sa bonne santé. Un commentaire ? Ce  fût  un  match  très  difficile pour  les  deux  équipes,  comme  attendu  d’ailleurs.  Nous  étions  bien organisés sur le terrain, nous avons gardé  notre  concentration  durant tout le match et la tactique mise en place par notre coach Garzitto a été payante.  Elle  a  beaucoup  gêné l’équipe adverse. On a concédé un but d’entrée de jeu. On ne s’est pas affolés et on a su réagir au bon moment.  C’est  un  point  positif  pour nous.

Le président de l’ES Mostaganem, évoluant en championnat de ligue 2 professionnelle de football, M. Zerrouki  Sayah,  a  déposé  sa  démission,  a-t-on  appris, dimanche, de la direction du club. Cette démission est motivée par des raisons d’ordre familial et l’environnement que connaît l’équipe depuis le début des préparatifs de la saison  2013-2014, a-t-on indiqué. La même source pré-

Démission du président de l’ES Mostaganem
COUPE D’ALGéRIE DE FOOTBALL  (1ER TOUR-SUD) :

avoir  une  bonne  assise  défensive. Avec Boulahia, Berthe, Belakhdar et moi-même,  entre  autre,  nous sommes  complémentaires  et  nous avons des automatismes grâce aux exercices  répétés  que  nous  effectuons  à  l’entraînement.  Voyez  par exemple, Allag a joué latéral gauche en  l’absence  de  Belakhdar  face  à l’USMA,  ce  n’est  pas  pour  autant

LIGUE II

Estimez-vous le CSC capable de terminer champion cette saison ? Il ne faut pas s’enflammer. Nous sommes 3e, à trois points seulement du leader l’ESS. La course au titre sera très difficile entre les différents concurrents. Nous ne sommes pas seuls sur la scène. Toutefois, ce que je peux dire, c’est que nous avons de grandes  ambitions  cette  saison  et que  nous  jouerons  à  fond  nos chance  pour  décrocher  le  titre  de champion. Le CSC a un grand public et une longue histoire que nous voulons honorer. On sait que pour joueur le titre, il faut être capable de ramener des résultats de l’extérieur, pour le moment tout se passe bien, pourvu que ça dure. Notre détermination est grande. Entretien réalisé par Mohamed-Amine Azzouz

L’attaquant  international  algérien, Hilal Soudani,  a inscrit son 6e but en championnat de Croatie de football lors de la difficile victoire à domicile de son équipe Dinamo Zagreb face à Rijeka (1-0) dimanche soir pour le compte de la 12e journée de l’épreuve.  Grâce à ce but intervenu à trente secondes  de  la  fin  du  temps  additionnel de la partie, l’ancien buteur du  championnat  d’Algérie,  saison 2010-2011,  devient  le  deuxième meilleur baroudeur de la compétition devancé de seulement une réalisation  par  le  joueur  de  Rijeka, Leon Benko. L’ancien  attaquant  vedette  de l’ASO Chlef, qui avait rejoint Dinamo  l’été passé en provenance de Vitoria Guimaraes (Div 1, Portugal), a permis également à cette occasion à son équipe de s’emparer seule de la tête du classement du  championnat avec 27 points. Soudani (25 ans) est attendu lundi au centre technique de Sidi Moussa (Alger) pour débuter les préparatifs de la sélection algérienne, dont il est  actuellement le meilleur buteur avec 9 buts, en vue du  match  en  déplacement  face  au Burkina Faso, samedi prochain, en aller du tour des barrages qualificatif à la Coupe du monde 2014, au Brésil.

- CRB Djamaa -  CSJC Illizi - WAM Laghouat -  ASB Métlili - WE El-Meghaier -  MCO Gaâda - CA Souf -  JSK Ouargla       - NRB Sidi-khouiled- US Z’Goum - DJ Ksar Hirane -  NRB Mégarine - IRB Kheneg -  MC Mégarine - Ath Hassi-Messaoud  - IRB N’Goussa - NA Daia - ES Mogguer - El-Oued -  US Nezla - IRB Nezla - ASC Ouargla  - IRB Ouargla -  AR Guerrara    - CM Sidi-Amrane -   IRB Zaouia  

Résultats

voit également le départ de l’entraîneur Nasreddine Akli pour mauvais résultats enregistrés en début de saison, rappelant qu’il  avait quitté la barre technique à l’issue de la 5e journée du championnat  avant de se rétracter et poursuivre sa mission. Après six journées du championnat professionnel 2, l’ESM occupe la dernière place avec quatre points. 

Mardi 8 Octobre 2013

2-0   1-1 (Laghouat aux TAB 4-3)  2-3   0-0 (Ouargla aux TAB  5-4)   2-0   3-4    4-2   1-0   1-2   1-2   1-2   (Reprogrammé pour le 8/10/2013)   (     //            //        )

Après désistement des clubs : ES Ouargla, CR Belghenem, US Adjadja, MB Hedjira du 1er tour, les clubs NRS Sorro, US Souf, RC M’Zab et IRB Berriane sont qualifiés au 2e tour, a indiqué la ligue régionale de football d’Ouargla. Le tirage au sort des 2e et 3e tour aura lieu le mercredi 9 octobre 2013 au siège de la ligue régionale de Ouargla. 

Le match de football Burkina Faso-Algérie prévu samedi  prochain  à  Ouagadougou  (17h00, heure algérienne) sera retransmis en direct sur la chaîne terrestre de la télévision algérienne, a appris l’APS auprès  du responsable du service des sports de l’ENTV, Yacine Bourouila.  La  télévision  algérienne  a réussi à se procurer les droits de retransmission  de cette rencontre de barrage aller des éliminatoires la coupe du monde 2014, au Brésil auprès d’une chaîne satellitaire arabe détentrice exclusive  de ces droits  inhérents  aux  matches  du dernier  tour  africain  qualificatif au    Mondial,  a  assuré  la  même source, qui n’a toutefois pas dévoilé le montant de la transaction. L’ENTV  compte  dépêcher  une équipe composée de journalistes et techniciens  le jour de la rencontre afin d’assurer «une bonne couverture» du rendez-vous, a encore expliqué Bourouila.

Burkina FasoAlgérie en direct sur la chaîne terrestre nationale

30

ELIMINATOIRES DU MONDIAL 2014 (BARRAGES)

L

e sélectionneur national, Vahid Halilhodzic vient de rendre officielle la liste des 26 joueurs qui prendront part au stage des Verts qui a déjà commencé au Centre Technique de la FAF de Sidi-Moussa. Par conséquent, dix joueurs n’ont pas été retenus pour Burkina Faso-Algérie prévu samedi prochain, 17h00 (heure algérienne) au stade du 04-Août de Ouagadougou. Ces joueurs qui n’ont pas eu la chance de figurer parmi les heureux éléments qui nous représenteront à ce match barrage sont : Koudri, Khedaïria, Belfodil, Orfi, Djebbour, Tedjar, Ziti, Halliche, Fethi Harek, Agouazi. Il est certain que leur déception est grande de sortir ainsi par la « petite » porte. Ils doivent respecter les choix du coach du fait qu’il ne peut pas prendre tout le monde. Il est certain qu’il a pris en considération tous les aléas du moment, afin de ne pas présenter une équipe incomplète au niveau de certains postes. Toutefois, il faudra qu’ils travaillent plus pour revenir au plus vite au sein de l’équipe nationale. Ce problème réglé par le sélectionneur national va maintenant inciter le groupe à ne penser qu’au travail et à cette équipe nationale du Burkina Faso, notre adversaire pour cette rencontre-barrage pour le Mondial 2014, prévu au Brésil. Il a choisi une équipe homogène, même si l’absence de Halliche est restée un peu inexpliquée. Halilhodzic est pris par le temps. Il doit faire vite pour ne pas être pris au dépourvu le jour « j ». Car, à Ouagadougou, il n’aura droit qu’à une séance de décrassage et à une séance pleine le vendredi au stade principal à l’heure du match (17h00). Par conséquent, le coach national a choisi des joueurs prêts, même si certains ne jouent pas régulièrement dans leurs clubs respectifs. Tout le monde sait que nous allons vivre une empoignade très serrée face à une équipe du Burkina Faso qui est très motivée pour nous surprendre.

Halilhodzic affine sa liste

Sports

Installation du comité d’organisation

21e CAN DE HANDBALL

EL MOUDJAHID

On ne doit pas rater cette première manche. Elle est très importante, même si le match retour prévu le 19 novembre prochain à Tchaker le sera aussi. Toutefois, il ne faut pas rater cette première sortie pour ne pas donner une confiance démesurée à notre opposant à ces éliminatoires du Mondial 2014. S’agissant
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. 25. 26.

du déplacement des supporters algériens au Burkina Faso, cinq avions gros porteurs ont été prévus pour acheminer quelque 1.400 supporters. Le départ des Verts à Ouagadougou est fixé à ce jeudi 10 octobre à bord d’un vol spécial d’Air Algérie. HAMID GHARBI

M’BOLHI Raïs (CSK Sofia/ Bulgarie), DOUKHA Izzedine (USM El Harrach), SI MOHAMMED Cédric (CS Constantine), ZEMMAMOUCHE Mohammed Amine (USM Alger). BENTAIBA CADAMURO Liassine (Real Sociedad/ Espagne), KHOUALED Nacereddine (USM Alger), BOUGHERRA Madjid (Lekhwiya/ Qatar), MEDJANI Carl (Olympiakos Pirée/ Grèce), BELKALEM Essaïd (Watford/ Angleterre), RIAL Ali (JS Kabylie), MESBAH Djamel Eddine (Parme/ Italie), GHOULAM Faouzi (AS Saint Etienne/ France), MOSTEFA SEBAA Mehdi (Ajaccio AC/ France), TAIDER Saphir (Inter Milan/ Italie), GUEDIOURA Adlane (Crystal Palace/ Angleterre), LACEN Medhi (Getafe/ Espagne), YEBDA Hassen (Granada/ Espagne) KARAOUI Amir (ES Sétif), DJABOU Abdelmoumène (Club Africain/ Tunisie), BRAHIMI Yacine (Granada/ Espagne), FEGHOULI Sofiane (Valence/ Espagne), SOUDANI Al Arabi Hillal (Dynamo Zagreb/ Croatie), KADIR Foued (Stade Rennais/ France), SLIMANI Islam (Sporting Lisbonne/ Portugal), AOUDIA Mohamed Amine (Dresden/ Allemagne) GHILAS Nabil (FC Porto / Portugal).

Les joueurs retenus :

Le défenseur international algérien, Djamel Mesbah, a déclaré, hier, qu’il était primordial pour la sélection nationale de préserver sa cage vide samedi prochain sur le terrain du Burkina Faso en barrage aller qualificatif à la Coupe du monde de football 2014 au Brésil. « Il ne faut surtout pas encaisser de buts à Ouagadougou, afin de conforter nos chances de qualification avant le match retour à Blida », a déclaré le latéral gauche de Parme (Série A, Italie) à la presse algérienne à son arrivée à l’aéroport Houari-Boumediène pour rejoindre le stage des Verts. Il a mis en garde contre les Etalons, estimant que ceux qui prédisent une qualification à la portée de l’équipe nationale « se trompent énormément ». « J’ai l’impression que certains ne donnent pas chère de la peau de l’adversaire, oubliant que ce dernier n’est autre que le finaliste de la précédente Coupe d’Afrique des nations », a-t-il rappelé. Connaissant

« Surtout ne pas encaisser de buts à Ouagadougou »
DJAMEL MESBAH :
assez bien l’atmosphère régnant à Ouagadougou pour y avoir déjà joué face au Mali l’année passée dans le deuxième tour des qualifications au Mondial, Mesbah n’a pas caché ses appréhensions vis-à-vis des conditions climatiques prévalant au Burkina Faso. « Face au Mali, je me rappelle qu’on a joué à 20 h. Pourtant, la chaleur et l’humidité étaient insupportables. Je m’attend à ce que les choses soient encore plus difficiles dans ce registre samedi prochain, surtout que le coup d’envoi de la partie est prévu à 16 h (17 h, heures algérienne, ndlr)». Cela n’est pas fait pour autant pour décourager les Verts, a encore assuré le défenseur, précisant au passage que le groupe actuel a acquis « un capital expérience non négligeable pour faire face à ces aléas. » L’équipe nationale, en regroupement depuis dimanche passé, s’envolera jeudi prochain vers la capitale burkinabé à bord d’un avion spécial.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports M. Mohammed Tahmi a présidé hier matin à 9h, au siège de son département, la cérémonie d’installation du comité d’organisation de la 21e édition de la Coupe d’Afrique des nations prévue du 15 au 26 janvier 2014. Le comité en question est constitué de 17 membres représentant plusieurs secteurs partie prenante dans l’organisation de la CAN-2014. On y trouve les représentants de la FAHB, de la DGDS (Direction générale de développement du sport du MJS), de la wilaya d’Alger, de la Gendarmerie, du COA, les représentants des directions générales de la Sureté nationale, de la Protection civile, de l’ENTV, de l’ENRS, de l’aéroport Houari-Boumediene, de la Douane algérienne, de l’OCO, ainsi que les ministères des Transports, de la Santé, du Tourisme, de la Communication et de l’Intérieur. Tahmi a prononcé un court discours devant les membres du comité d’organisation, en affirmant: « C’est un honneur pour l’Algérie d’organiser une compétition si importante. Nous devons tous ensemble consentir les efforts nécessaires pour la réussite d’un tel évènement. On mettra les moyens nécessaires à la disposition de nos équipes nationales garçons et filles, pour les mettre dans les meilleures conditions de réussite ». Il procéda juste après à l’installation officielle dudit comité. C’est, ensuite, le président de la FAHB, Saïd Bouamra, qui fera une courte déclaration : « Nous sommes déterminés à faire de notre mieux pour que cette CAN organisée par notre pays connaisse un total succès. Il est vrai que cette Coupe d’Afrique tombe dans un contexte assez complexe, après tous les remous vécus au sein de la discipline. Toutefois, les choses sont rentrées dans l’ordre. Nous sommes prêts à relever le défi, avec l’aide et la participation de tous. Nous voulons rétablir la notoriété du handball algérien. On fera en sorte que nos sélections (garçons et filles) puissent se préparer comme il faut. On espère qu’elles sauront répondre à nos attentes et à celle du public algérien qui aime le handball ». Puis, Tahmi s’adonnera au jeu des questions-réponses des médias présents en force sur place. Il fera savoir : « On doit être au rendez-vous, en mettant les bouchées doubles pour que la CAN-2014 connaisse un franc succès. Il s’agit de réussir une organisation infaillible, surtout qu’il s’agit de la plus importante compétition du continent africain. Le MJS assistera en tout la FAHB qui aura notre soutien indéfectible. Les différents secteurs concernés effectueront au niveau du comité d’organisation un travail de coordination de leurs actions. La commission étudiera le choix des hôtels et des infrastructures pour héberger les différentes délégations et abriter les rencontres. Le transport des athlètes, leur restauration et tout ce qui entoure leur séjour en Algérie, sera mis au point. J’informe que les salles qui seront retenues seront restaurées. Les responsables du handball national sont appelés à effectuer un travail colossal et de longue haleine, pour que le handball algérien revienne au premier plan sur le plan continental». Par ailleurs, demain se tiendra une réunion de la commission d’organisation avec des membres de la CAHB dans la perspective de se concerter au sujet de l’organisation de la CAN. Mohamed-Amine Azzouz

David Villa, le meilleur buteur de l'équipe d'Espagne de tous les temps, est forfait contre le Belarus et la Géorgie en qualifications au Mondial-2014, la semaine prochaine, en raison d'une blessure à une cheville, a indiqué un communiqué de la Fédération espagnole de football (RFEF). Dans un premier temps, les médias espagnols ont annoncé que l'attaquant de l'Atletico Madrid était touché dimanche et obligé de quitter ses camarades juste avant l'heure de jeu lors de la victoire des Madrilènes (2-1) devant Celta Vigo en Liga. Villa, 35 ans, l'ancien joueur de Valence et du FC Barcelone, a été aligné à 12 reprises en club, toutes compétitions confondues, depuis le début de la saison. La sélection espagnole était déjà privée de Raul Albiol (blessure musculaire à la jambe droite), remplacé par Inigo Martinez. L'Espagne, en tête du groupe I, affrontera le Belarus vendredi 11 octobre avant d'accueillir la Géorgie quatre jours plus tard.

David Villa forfait contre Belarus et Géorgie

ESPAGNE

Mardi 8 Octobre 2013

Les Congolais de TP Mazembe ont pris une sérieuse option sur une place en finale de la Coupe de la CAF de football grâce à leur victoire 2 à 1 en déplacement à Bamako face au Stade Malien en demi-finales aller. Les buts du TP Mazembe ont été inscrits par Kalaba (14) et Mputu (22) alors que l'unique réalisation du Stade Malien a été l'œuvre de Koita (27). Dans l'autre confrontation 100% tunisienne, le CA Bizertin et le CS Sfaxien n'ont pas pu se départager (0-0). Les demi-finales retour auront lieu le week-end des 19 et 20 octobre.

TP Mazembe bat Stade Malien (2-1)

COUPE DE LA CAF/DEMI-FINALES ALLER

EL MOUDJAHID

Publicité

31

ANEP 544980 du 08/10/2013

Mardi 8 Octobre 2013

Pétrole Le Brent à 109,68 dollars

conFérence De soutien Au peupLe sAHrAoui orGAnisée pAr L’AMBAssADe suD-AFricAine

Monnaie L'euro à 1,357 dollar

L’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Alger, Joseph Kotane a rendu, dimanche soir, à l’hôtel Hilton, un vibrant hommage au peuple sahraoui qui «refuse de vivre dans l’indignité», tout en mettant en relief «l’importance capitale du soutien international à ce peuple et à toutes les causes justes ainsi que la mobilisation des sociétés civiles pour régler les conflits».

Pour l’indépendance de la dernière colonie d’Afrique

D E R N I E R E S

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Boubacar sidiki traoré en qualité de représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD).

Agrément à la nomination du nouveau représentant de la Banque africaine de développement en Algérie…

A

ussi «La communauté internationale doit continuer à être solidaire avec le peuple sahraoui et lui accorder toute l’importance pour qu’il puisse être enfin libre et indépendant», relève M. Kotane. ce soutien, son peuple l’a connu pendant sa lutte contre l’apartheid. Les «violations» des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés doivent, selon lui, «cesser et soutenir le droit de ce peuple à l’autodétermination». De son côté, Brahim Ghali, ambassadeur de la rAsD à Alger, a salué le peuple sahraoui pour sa résistance et ses sacrifices pour défendre ses droits à l’autodétermination et à la liberté et a rappelé que la victoire du peuple sudafricain contre l’apartheid était «une victoire pour tous les peuples africains». Là aussi, le diplomate trouve inconcevable le fait que le sahara occidental soit la dernière colonie en Afrique. si le peuple sahraoui est dépourvu de moyens, comparativement à l’armée du royaume chérifien, il a «une volonté qui lui permet de résister à tout, jusqu’à ce qu’il puisse édifier des institutions publiques dans différents domaines. «Les innombrables agressions

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Mohamed Lemine ould Ahmedou en qualité de secrétaire exécutif de la commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale (cLcpro) auprès de la république algérienne démocratique et populaire, a indiqué, hier, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

…et à la nomination du secrétaire exécutif de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin

céLéBrAtion Du trAité D’AMitié entre L’ALGérie et L’espAGne

Ph : Nacera

L

e Directeur général des douanes algériennes, M. Mohamed Abdou Bouderbala, a mis en exergue, hier à Annaba, les efforts accomplis par ce corps en matière de formation «pour relever les nouveaux défis et protéger l’économie nationale». M. Bouderbala qui s’exprimait en marge de la sortie de la douzième promotion d’agents de contrôle a affirmé que la promotion de la formation devient «une nécessité impérieuse» pour assurer l’efficience du dispositif douanier et intensifier la lutte contre la contrebande sous toutes ses formes. Le DG des douanes, faisant état des dernières mesures prises pour lutter contre la contrebande transfrontalière, a souli-

« Former pour relever les nouveaux défis »

Le Directeur GénérAL Des DouAnes à AnnABA :

du Maroc contre le peuple sahraoui et les pratiques répressives à son encontre n’ont jamais affecté sa lutte et sa forte volonté à aller vers l’indépendance», a noté M. Ghali. et de relever la position clairvoyante de l’Algérie et son soutien inconditionnel à la rAsD. Lui emboîtant le pas, Mahrez Lamari, président du comité national algérien de soutien au peuple sahraoui a lancé un appel à l’onu pour protéger

les droits de l’homme du peuple sahraoui et mettre fin à la «pensée colonialiste» dans les territoires occupés. par ailleurs, il convient de rappeler qu’un film documentaire d’une vingtaine de minutes réalisé par des jeunes sudAfricains a été projeté lors de la rencontre, afin d’exprimer la solidarité de leur pays avec le peuple sahraoui. Fouad Irnatene

AssociAtion nAtionALe Des oLyMpiens

gné que 900.000 litres de carburant ont été saisis entre janvier et décembre 2013. M. Bouderbala a présidé la céré-

L’Association nationale des olympiens, composée d’athlètes ayant représenté l’Algérie aux différents Jeux olympiques, tiendra son Assemblée générale élective (AGe) le 26 octobre prochain à Alger, a-t-on appris, hier, auprès du comité olympique algérien (coA). Les membres de cette association ont tenu dimanche au siège du coA, une assemblée générale ordinaire (AGe) au cours de laquelle ils ont approuvé à l’unanimité le bilan du bureau exécutif sortant présidé par Kamel ouchia (ancien gardien de but international de handball). Les membres de l’AG ont installé, en outre, une commission pour préparer la mise en conformité des statuts, ainsi que les élections. Dans une intervention lors de l’AG, le président du coA, M. Mustapha Berraf, a exhorté les membres de cette association à «mettre leurs expériences exceptionnelles au service des jeunes et s’impliquer davantage dans la promotion du sport national».

AG élective le 26 octobre

6e FestivAL internAtionAL De LA BAnDe Dessinée D’ALGer

monie de sortie d’une promotion de 257 agents de contrôle, dont 77 douanières. Les candidats de cette promotion baptisée du nom de l’inspecteur principal des douanes, le défunt Fayçal Mezouani, ont effectué une formation pédagogique et pratique de 12 mois, ayant comporté des connaissances en droit, en économie et en techniques de contrôle, de lutte contre la contrebande et de contentieux douaniers. Des prix ont été décernés aux majors de promotion à l’école des officiers des douanes d’Annaba, en présence des autorités locales civiles et militaires. Des démonstrations de montage d’armes de poing et d’arts martiaux ont été exécutées par les stagiaires sortants.

trois manifestations culturelles sont prévues à oran dans le cadre de la semaine de l’amitié algéro-espagnole célébrant chaque année, au mois d’octobre, le traité d’amitié entre les deux pays, paraphé par les deux parties le 8 octobre 2002. ces activités coïncident avec la célébration du 11e anniversaire de la signature du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération entre l’Algérie et l’espagne, a indiqué hier, la direction de l’institut cervantès d’oran. L’événement phare de ce rendez-vous culturel consiste en un spectacle de flamenco qui sera présenté, vendredi prochain en soirée, à la salle Maghreb par l’artiste Mariana collado. L’institut cervantès d’oran abritera en outre, une table-ronde à caractère littéraire ainsi qu’un atelier de peinture, animés respectivement par des universitaires algériens et une artiste-peintre espagnole. L’espagne est, pour rappel, le premier pays de l’union européenne à avoir signé un traité d’Amitié, de Bon voisinage et de coopération avec l’Algérie, paraphé par les deux parties le 8 octobre 2002. Joli coup de filet que celui réussi, hier matin, par les services de la douane en mettant la main sur pas moins de 137 kg de kif traité. c’est au niveau d’un barrage dressé sur le tronçon autoroutier qui traverse la wilaya d’Ain-Defla, à hauteur de l’échangeur de la commune de Bourached que les douaniers de la brigade polyvalente d’Ain-Defla qui relève de la direction régionale de ténès dans la wilaya voisine de chlef, ont arrêté un véhicule de tourisme pour un contrôle de routine. Le comportement suspect de l’automobiliste qui était seul à bord de son véhicule a poussé les douaniers à le conduire au niveau du siège de leur brigade pour une fouille approfondie. Les plaquettes de kif trouvées étaient cachées au niveau des portières et autres parties de la carrosserie du véhicule. A.M.A

Trois manifestations culturelles à Oran

Saisie de 137 kg de kif traité

Ain-DeFLA :

Le 6e Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda) qui se tiendra du 8 au 12 octobre, à l’esplanade de ryad el Feth, propose un programme varié d’activités: expositions, ateliers, conférences et des ventes-dédicaces de bédéistes d’Algérie et d’ailleurs. Des bédéistes, dessinateurs et éditeurs spécialisés algériens et étrangers prendront part à cette édition qui met en avant l’humour à travers la BD autour du slogan «Bulles en délire». La grande exposition de bande dessinée, principale activité du festival, se déclinera cette année en une quinzaine d’espaces dédiés au 9e art en Algérie et dans d’autres pays. Kaci rachid, Dahmani Lounis et Gyps compteront parmi les dessinateurs et caricaturistes dont les œuvres se partageront l’espace d’exposition du Fibda avec des mangaka comme said sabaou,

Une grande exposition et des bédéistes de renom

sofiane Beskri et Fella Matougui, de jeunes bédéistes révélés lors de précédentes éditions du FiBDA. L’exposition comportera aussi des œuvres de jeunes bédéistes formés lors des ateliers de la précédente édition. Les pionniers de la bande dessinée algérienne comme slim, Aider, Haroun ou Abbas Kebir proposent une exposition collective intitulée «Algérie, 50 ans de bandes dessinées et l’aventure continue». Le cameroun qui connaît une grande dynamique dans le domaine de la BD en Afrique, sera l’invité d’honneur lors de cette édition avec l’exposition «La bande dessinée au cameroun à 360°». Le Liban, la chine et les philippines seront également mis à l’honneur au Fibda qui prévoit de présenter une sélection internationale de planches d’une dizaine de dessinateurs étrangers.

Le rédacteur en chef du quotidien francophone Tribune Des Lecteurs, Mahdi Maloufi, est décédé, hier, à Alger à l’âge de 51 ans, des suites d’une crise cardiaque, a-t-on appris auprès de ses collègues. Ancien journaliste de l’agence nationale Algérie presse service (Aps), le défunt était marié et père de 6 enfants. connu pour sa droiture et son intégrité, ses collègues et amis gardent de lui le souvenir d’un vrai professionnel dévoué à son métier. L’enterrement aura lieu aujourd’hui, au cimetière de Garidi (Kouba-Alger). en cette pénible circonstance, l’ensemble des travailleurs d’El Moudjahid présente à la famille du défunt leurs sincères condoléances.
La présidente-directice générale et l’ensemble du personnel d’El Moudjahid profondément attristés par le décès de leur confrère et ami Mehdi Maloufi, rédacteur en chef du quotidien La Tribune des lecteurs présentent à sa famille leurs condoléances les plus sincères et les prient de trouver ici l’expression de leur sympathie émue.

Le rédacteur en chef Mahdi Maloufi n’est plus

triBune Des Lecteurs

CONDOLEANCES