RéUnionS de LA BM eT dU FMi

Le ministre des Finances, M. Karim djoudi, s’est rendu, hier, à Washington pour prendre part aux travaux des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMi).
5 Dhou El Hidja 1434 - Jeudi 10 Octobre 2013 - N°14947 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

M. Djoudi à Washington

P.10

CAP SUR LE REDÉPLOIEMENT INDUSTRIEL
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

RÉUNION AUJOURD’HUI DE LA 15e TRIPARTITE

La réunion, aujourd’hui à Alger, de la tripartite (gouvernement-UGTA-patronat) sera largement dominée par les questions économiques, et ouvrira la voie à une stratégie de relance de l'économie algérienne, notent les observateurs à la veille de cette rencontre. L'agenda de cette réunion portera ainsi sur l'examen des moyens à même de consacrer le développement économique et de promouvoir les investissements en Algérie, notamment à travers la création de nouvelles unités industrielles

publiques, privées et mixtes. Représentants du gouvernement, de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et des associations patronales vont se pencher donc sur l'élaboration d'une charte contenant les grandes orientations de l'économie nationale comme préconisé récemment par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Les questions sociales devraient aussi figurer en bonne place à l'ordre du jour des travaux de cette réunion, selon des syndicalistes. PP.4-5

SAHARA OCCIDENTAL

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

P.3

Ph : Louiza

Le Cnasps plaide pour la création d'un mécanisme onusien des droits de l'homme

Le partenariat algéro-germano-émirati permettra le développement de la sous-traitance
INDUSTRIE UNION NATIONALE DES AGRONOMES

BARRAGeS dU MondiAL-2014

Appel à la création d’un conseil national de l’alimentation

P. 11

P.6

Nos capés aujourd’hui à Ouagadougou

P. 30

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

NUAGEUX

SAMEDI 12 OCTOBRE AU FORUM DE LA MEMOIRE
Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, en coordination avec l’Association Machâal Echahid, organise samedi 12 octobre à 10 heures, à l’occasion de la journée de l’Emigration, une conférence sur les moudjahidine de la Wilaya 7. La conférence sera animée par le moudjahid Mohamed Bensadok qui a exécuté le traître Ali Chekkal, vice-président de l’Assemblée algérienne alors qu’il se trouvait aux côtés du président de la République française d’alors, René Coty, au stade de Colombes.

Conférence de Mohamed Bensadok

Le ministre des Travaux publics, M. Farouk Chiali, effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Médéa en vue de s’enquérir de l’état d’avancement des projets du secteur.

Chiali à Médéa

Au Nord, prédominance d'un temps partiellement voilé vers l'Ouest et nuageux vers le littoral Centre et Est, avec pluies orageuses, notamment vers l'intérieur et les hauts plateaux. Les vents seront modérés d'est à nordest près des côtes et variables faibles vers l'intérieur. Rafales de vents sous orages. La mer sera peu agitée. Sur les régions sud, temps voilé à nuageux vers le nord-Sahara et le nord-Oasis avec quelques cellules orageuses. Ailleurs temps généralement dégagé. Les vents seront variables faibles avec quelques soulèvements de sable vers le Sahara central et l'extrême Sud. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (29°- 18°), Annaba (27°- 18°), Béchar (33° - 20°), Biskra (30° - 21°), Constantine (28°- 15°), Djanet (32°- 19°), Djelfa (28° - 16°), Ghardaïa (32° - 21°), Oran (27° - 18°), Sétif (26°- 13°), Tamanrasset (31°- 18°), Tlemcen (27° - 16°).

Le Forum d’El Moudjahid recevra, dimanche 13 octobre à 10 heures, M. Abdelatif Baba Ahmed, ministre de l’Education nationale.

Le ministre de l’Education nationale invité du Forum d’El Moudjahid

DIMANCHE 13 OCTOBRE A 10 HEURES

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammed Tahmi, préside ce matin à 9h la cérémonie d’ouverture de la rentrée universitaire 2013/2014 des instituts du secteur de la jeunesse et des sports à l’Ecole supérieure en sciences et technologies du sport - Rachid-Harraïgue à Dely Ibrahim.

Rentrée universitaire des instituts du sport

CE MATIN A 9 H

Les journées des mardi 15 et mercredi 16 octobre sont chômées et payées pour l'ensemble des personnels des institutions et administrations publiques y compris les personnels payés à l'heure ou à la journée, indique la direction générale de la Fonction publique dans un communiqué. Toutefois, les personnels exerçant en travail posté sont tenus d'assurer la continuité du service.

Les journées des mardi 15 et mercredi 16 octobre chômées et payées

AID EL ADHA

Annulation aujourd’hui de deux vols sur Paris

AIR ALGÉRIE

A l’occasion de la célébration de l’Aïd El Adha, la Caisse Nationale des Retraités, informe les retraités que la date de paiement de l’échéance du mois d’octobre a été avancée comme suit : Les échéances habituellement payées les 20 et 22 du mois sont versées le 9 octobre. Les échéances habituellement payées les 24 et 26 du mois seront versées le 10 octobre.

Avancement du paiement des pensions de retraite

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Nouredine Bedoui, effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection des structures relevant du secteur de la formation et de l’enseignement professionnel de la wilaya.

Bedoui à Aïn Defla

La compagnie aérienne Air Algérie a annoncé l'annulation aujourd’hui des vols Tlemcen/Orly/Tlemcen et Alger/Orly/Alger en raison d'une grève prévue le même jour des contrôleurs aériens français. Ces deux vols "seront résorbés sur d'autres horaires pour éviter tout désagrément", a précisé la compagnie qui ajoute que l'Aviation civile française a demandé suite à ce mouvement de grève une réduction du trafic aérien de l'ordre de 30% sur tous les vols.

À l’occasion des festivités de l’Aïd-el-Adha 2013, la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) informe son aimable clientèle du maintien de tous les trains de grandes lignes habituels avec un renforcement en places offertes du 11 au 22 octobre, sauf pour le premier jour de l’Aïd où un programme Spécial Aïd sera appliqué. Le programme de circulation des trains intervilles et banlieues est affiché au niveau des gares SNTF, ainsi que sur le site web : www.sntf.dz

Programme Spécial Aïd

SNTF

DU 11 AU 14 OCTOBRE AU CENTRE DES LOISIRS SCIENTIFIQUES
La 2e édition du Salon philatélique international d'Alger - SPHINTERAL 2013 – organisée sur le thème « La Santé ! Mieux vaut prévenir », se déroulera du 11 au 14 octobre au Centre des loisirs scientifiques 5, rue Didouche-Mourad à Alger.

M. Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a reçu M. André Jaegle, président émérite de la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques. L’audience a porté sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour renforcer le partenariat entre les travailleurs scientifiques algériens et la Fédération mondiale, notamment dans le domaine de la coopération scientifique.

Mebarki reçoit le président de la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques

2e Salon philatélique international

AGENDA CULTUREL
SAMEDI 12 OCTOBRE A 14 H 30 A LA LIBRAIRIE GENERALE D’EL BIAR

SAMEDI 12 OCTOBRE A 9H A OUARGLA

Activités des partis

Vente-dédicace de Mohamed Ghafir

SAMEDI 12 OCTOBRE A 10H AU SIEGE DE L’AGEA
Le président de l’AGEA, M. Mouloud Khaloufi, animera samedi 12 octobre à 10h au siège de l’association une conférence de presse qui sera consacrée notamment à la signature de la convention entre le ministère de l’Habitat et l’AGEA et au partenariat AGE/CAC ASPROCON Espagnole.

La librairie générale d’El Biar abritera samedi 12 octobre à partir de 14h30 une vente-dédicace de Mohamed Ghafir, dit Moh Clichy, qui signera son ouvrage Droit d’évocation et de souvenance sur le 17 octobre 1961 à Paris.

Conférence de presse

L’ouverture des travaux de la conférence régionale des cadres du FLN des wilayas du Sud aura lieu samedi 12 octobre à 9h à la salle omnisports Rouissat de Ouargla. Cette rencontre sera présidée par le secrétaire général du parti, M. Amar Saïdani.

Conférence régionale des cadres du FLN

SAMEDI 12 OCTOBRE A 12H30 A L’HÔTEL HILTON
Le World Trade Center organise samedi 12 octobre à 12h30 à l’hôtel Hilton un colloque relatif à l’arbitrage international.

Colloque sur l’arbitrage international

La Forem organise dimanche 13 octobre à partir de 9 h, à Dar El Imam, une journée d’étude sur la nutrition de l’enfant qui sera consacrée à plusieurs sujets d’actualité défection vis-à-vis de l’allaitement maternel,dysfonctionnements alimentaires chez l’enfant…

Journée d’étude sur la nutrition de l’enfant

DIMANCHE 13 OCTOBRE A 9 H A DAR EL IMAM

DIMANCHE 13 OCTOBRE A 14H A ORAN

Le Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle d’Oran abritera dimanche 13 octobre à 14h une conférence intitulée « Equilibres politiques et référence à l’islam dans les Constitutions arabes de l’après-2001 » animée par le directeur de recherche au CNRS, directeur du Centre Jacques Berque (Rabat).

Conférence sur les équilibres politiques au CRASC

Une conférence régionale des cadres de l’ANR de la wilaya d’El Oued se tiendra samedi 12 octobre à 10h à la maison de la Culture Mohamed-Lamine-Lamoudi, sous la présidence du secrétaire général, M. Belkacem Sahli. Elle sera consacrée à « La position du parti sur les évolutions politiques et sociales dans le pays ».

Conférence régionale de l’ANR

SAMEDI 12 OCTOBRE A 10 H À EL OUED

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), Mohamed Mahrez Lamari, a plaidé, hier, à New York pour la création d'un mécanisme onusien chargé de surveiller et protéger les droits de l'homme au Sahara occidental.
ous constatons malheureusement que le Maroc, insensible aux appels de la communauté internationale, poursuit toujours sa politique d'occupation, d'exploitation illégale des richesses, de répression dure et féroce et de violations systématiques des droits de l'homme dans les territoires du Sahara occidental qu'il occupe», a-t-il indiqué devant la 4e Commission de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies (ONU). «Face à cette situation inquiétante, une action urgente est plus que jamais nécessaire», a-t-il affirmé, recommandant, à cet effet, «la création d'un mécanisme onusien de surveillance et de protection des droits de l'homme au Sahara Occidental occupé». M. Lamari s'est dit scandalisé du fait que la population civile sahraouie, vivant dans les territoires occupés, continue de «faire l'objet d'une répression féroce de la part des forces coloniales marocaines, causant des milliers de victimes parmi les femmes, les enfants et les vieillards qui sont torturés, humiliés, arbitrairement détenus et incarcérés dans l'horreur». Relevant que le respect des droits de homme était «le premier pas incontournable» vers la mise en œuvre du processus d'autodétermination, il a estimé que l'ONU «doit agir, car tout silence complaisant nourrira l'injustice et l'impunité, et altérera l'image» de cette organisation et sa crédibilité. «L'aveuglement des autorités marocaines, à ignorer une réalité historique

Le Cnasps plaide pour la création d'un mécanisme onusien des droits de l'homme
SAHARA OCCIDENTAL

Nation

3

«N

établie, confirme leurs entêtements à vouloir détourner la volonté des Nations unies, exprimée clairement et sagement dans ses différentes résolutions», a-t-il expliqué. «Les accords signés publiquement et officiellement avec le Front Polisario puis reniés par des volte-face indignes, démontrent à l'évidence la panique, l'incohérence et l'irresponsabilité caractérisée du gouvernement marocain qui continue à défier la communauté internationale», a-t-il dit. M. Lamari a rappelé que le Sahara occidental constituait le dernier pays colonisé en Afrique, avant de rappeler que «voilà 40 ans

que le peuple sahraoui, dont le territoire a été colonisé depuis 1884, peuple pacifique par nature et par excellence, lutte pour qu'il puisse exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à choisir, ainsi librement son destin, alors que ce droit lui est reconnu unanimement par toutes les instances internationales (ONU, Union Africaine, Conseil de l'Europe...)». Pour lui, la célébration cette année du 40e anniversaire de la proclamation (du 27 février 1976) de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a représenté «un temps fort dans l'affirmation de l'identité du

peuple sahraoui» et a eu lieu également à «un moment où se réalise avec éclat l'unité du peuple sahraoui dans sa volonté de déterminer librement son avenir». M. Lamari n'a pas manqué, toutefois, de rappeler que la société civile algérienne, dans toutes ses composantes et tendances, continuera à assumer sa responsabilité «afin que prévale le règlement dictée par la légalité internationale et consacrant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui comme paramètre fondamental et incontournable pour une solution à ce problème qui a triste singularité d'être le dernier de son genre sur le continent africain». «Les raisons qui nous poussent à pétitionner devant vous sont multiples, tous dictés et justifiés par la noblesse de l'engagement, la détermination et la générosité de l'Algérie d'un million et demi de martyrs morts pour la liberté, l'honneur et la réhabilitation dans un combat certes national, mais à dimension et au bénéfice de notre continent», a-t-il indiqué. «Notre présence ici témoigne aussi la constante sollicitude, l'amour profond et l'intérêt croissant que nous avons témoigné à l'endroit des peuples à disposer d'euxmêmes qui est un droit inaliénable reconnu par toutes la communauté internationale (résolution 1514), adoptée par l'Assemblée général des Nations unies, le 14 décembre 1960», a-t-il ajouté devant la 4e commission de l'Assemblée générale de l'ONU. APS

La délégation parlementaire algérienne aux travaux de la 129e session de l'Union interparlementaire (UIP) qui se tient à Genève a dénoncé la possession, la production ou l'utilisation de l'arme chimique par quelque partie que ce soit. La délégation parlementaire, conduite par M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation a dénoncé, lors d'une séance plénière consacrée au débat sur les armes chimiques, la détention, production, utilisation ou stockage par quelque partie que ce soit d'arme de destruction massive, a indiqué mardi, un communiqué de la Chambre haute du Parlement. Les représentants du Parlement algérien, qui ont déploré la politique des deux poids deux mesures, se sont toutefois dits satisfaits de l'accord entre les Etats-Unis d'Amérique et la Russie sur les armes chimiques en Syrie saluant la réaction positive de ce pays à cet égard. Par ailleurs, M. Bensalah a eu, en marge des travaux, des rencontres et des entretiens avec les présidents d'autres délégations parlementaires dont le président du Parlement iranien Ali Laridjani, portant sur les relations parlementaires et les moyens de les consolider. La coordination et la concertation autour des thèmes inscrits a l'ordre du jour de la présente session de l'UIP ont figuré au menu des entretiens de M. Bensalah, ajoute le communiqué. M. Bensalah a pris part, lundi, à l'ouverture des travaux de la 129e session de l'UIP. En marge de la cérémonie inaugurale, il a rencontré le président de l'UIP Abdelwahab Radi et le président de l'Assemblée populaire nationale du Pakistan Sadek Serdar. Il a également reçu le président de la Chambre des députés irakiens Kossai Soheil. Une délégation des deux Chambres du Parlement algérien conduite par M. Abdelkader Bensalah participe aux réunions de l'Assemblée de l'UIP qui se tiennent à Genève du 7 au 9 octobre.

Le Parlement algérien dénonce la détention de l'arme chimique par quelque partie que ce soit

129E SESSION DE L'UNION INTERPARLEMENTAIRE À GENÈVE

L

a commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN), a tenu hier, une réunion consacrée à la validation de la qualité de membre d'un nouveau député et l'examen de la déclaration d'un nouveau député sur l'incompatibilité avec le mandat parlementaire. Conformément à l'article 20 du règlement intérieur de l'APN, la commission a élaboré un rapport sur la validation de la qualité de membre au nouveau député Abdelmadjid Ben Ahmed de la liste du Front national algérien (FNA) de la circonscription électorale de Batna en remplacement du député Ayache Khenchli après la vacance de son poste suite à son décès, a indiqué un communique de l'APN. Ce rapport sera soumis pour adoption en séance plénière qui se tiendra ultérieurement, a ajouté la même source. Par ailleurs, la commission a examiné la déclaration du député Mohamed Amine Saidani de la circonscription électorale de Khenchela, pour donner son avis concernant les cas d'incompatibilité avec le mandat parlementaire, conformément aux dispositions de l'article 16 de la loi organique 02-12 du 12 janvier 2012 définissant les cas d'incompatibilité. La même commission a arrêté un calendrier pour débattre les projets de

Réunion de la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés
APN

lois soumis par le bureau de l'assemblée. Il s'agit du projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance 156-66 du 8 juin 1966 portant code pénal et le

Reprise des travaux, aujourd’hui, en séance consacrée aux questions orales

projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance 06-05 du 23 août 2005 relative à la lutte contre la contrebande.

L'Assembée populaire nationale (APN) reprendra, aujourd’hui, ses travaux en séance plénière consacrée aux questions orales. Les questions orales seront adressées au Premier ministre (1 question) et au ministre de l'Education nationale (2 questions), a indiqué hier, un communiqué de l'Assemblée.

Quelque 4.806 mines datant de l'ère coloniale ont été découvertes et détruites le long des frontières Est et Ouest du pays, durant le mois de septembre dans le cadre des opérations de déminage, a-t-on indiqué hier, de source officielle. Au total, 660 mines antipersonnel, 752 mines anti-groupe et 54 mines éclairantes ont été découvertes et détruites dans la 2e région militaire, alors que 3.246 mines antipersonnel, 58 mines anti-groupe et 10 mines

4.806 mines de l'époque coloniale détruites en septembre 2013
DÉMINAGE

éclairantes ont été localisées et détruites au niveau de la 5e région militaire, a précisé la même source. Dans la 3e région militaire, 24 mines antipersonnel et 2 mines antigroupe ont été également découvertes et détruites. Cela porte le total général des mines découvertes et détruites, à la date du 30 septembre 2013, à 701.736 mines, soit 592.655 mines antipersonnel, 104.770 mines anti-groupes et 4.311 mines éclairantes.

Jeudi 10 Octobre 2013

4

Tous les regards seront braqués aujourd’hui sur la 15e tripartite qui regroupera gouvernement, patronat et syndicat, et qui sera présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

Cap sur le redéploiement industriel

15e TRIPARTITE

Nation

EL MOUDJAHID

L

e sujet a fait déjà couler beaucoup d’encre et est présenté par les médias comme événement phare ; cette réunion étant d’abord reflet du contexte économique et politique dans lequel elle s’insère, elle est non moins une démarche de concertation démocratique et, sans doute, l’occasion d’examiner les axes retenus par les trois acteurs de la tripartite en faveur de la relance de l'activité productive et d’appropriation des enjeux industriels. Le gros de l’ordre du jour traitera, donc, essentiellement des questions économiques : investissement, relance de l’industrie, emploi et promotion de la production nationale. M. Sellal l’avait certifié, lors de ses visites de travail dans plusieurs wilayas, expliquant que cette tripartite aura à “étudier les moyens susceptibles d’améliorer l’investissement”. Et tout en appelant à agir de concert dans ce domaine, le Premier ministre avait, en outre, assuré que “beaucoup de procédures seront incluses dans la loi de finances pour 2014”, en vue de faciliter “davantage les procédures pour les investisseurs”. Pour développer l’industrie et pour permettre à l'économie de créer des emplois, syndicats et patronat proposent de stabiliser les politiques publiques (fiscales, réglementaires), ce qui est fait dans le cadre du projet de loi de finances pour 2014. Les propositions préconisent le développement des activités industrielles en corrigeant, notamment, les distorsions des importations qui pénalisent la production nationale. Récemment, le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès, avait affirmé aussi que les pouvoirs publics sont prêts à assumer leur rôle de «catalyseur» et de «facilitateur», et a invité les opérateurs économiques à travailler ensemble sur des solutions concrètes. Le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, en marge de la signature d'un accord de partenariat entre Schneider Electric et deux PME algériennes, Remelec et Salgepem, en l’occurrence, a confirmé, une fois de plus, que “les questions économiques se tailleront la part du lion”, des questions sur lesquelles l’Exécutif, les organisations patronales et l’UGTA se sont déjà exprimés, à maintes reprises. Désormais, le cap sera mis sur la réhabilitation de l'industrie nationale et la promotion de l'investissement, et ce pour “créer de la richesse, de l'emploi et renforcer le pouvoir d'achat des Algériens”. C’est le principal objectif du gouvernement Sellal, déterminé à remettre le secteur industriel sur les rails. Syndicat et patronat souhaitent, donc, une nouvelle gouvernance économique et listent les priorités pour les investissements dans la croissance.

La réunion, aujourd’hui à Alger, de la tripartite (gouvernementUGTA-patronat) sera largement dominée par les questions économiques, et ouvrira la voie à une stratégie de relance de l'économie algérienne, notent les observateurs à la veille de cette rencontre. L'agenda de cette réunion portera ainsi sur l'examen des moyens à même de consacrer le développement économique et de promouvoir les investissements en Algérie, notamment à travers la création de nouvelles unités industrielles publiques, privées et mixtes. Représentants du gouvernement, de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et des associations patronales vont se pencher donc sur l'élaboration d'une charte contenant les grandes orientations de l'économie nationale comme préconisé récemment par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. À l'issue de la tripartite, "nous ambitionnons d'aboutir à une charte, quelles que soient les circonstances", avait insisté M. Sellal, lors de ses multiples sorties médiatiques, en ajoutant que "le plus important est d'aboutir à cette charte en toute objectivité pour consacrer un développement qui profitera à l'Algérie". De nouvelles mesures pour encourager l'investissement viennent d'être introduites dans le cadre du

Les dossiers économiques domineront les travaux
Président de la République avait souligné, lors du dernier Conseil des ministres, que cette tripartite ''sera consacrée à la dynamisation du développement économique national'', un développement ''fondé sur le renforcement du cadre de promotion de l'entreprise nationale qui constitue la source première de création de richesse, d'emploi et d'impulsion de la croissance''. "Ces assises devront permettre, par ailleurs, le renforcement des vertus du dialogue et de la concertation entre l'ensemble des acteurs concernés par l'œuvre de renouveau de la sphère productive du pays'' a-t-il indiqué. La nouveauté pour cette réunion, qui doit durer deux jours et consacrée au dialogue social, est la présence d'experts en économie. La tripartite constitue, pour l'UGTA, une occasion pour plaider pour la relance de l'industrie et de la production nationale. Selon M. Sidi Saïd, secrétaire général de la centrale syndicale, ''il est nécessaire de promouvoir la production nationale'' afin de réduire la forte dépendance des hydrocarbures. "Il est nécessaire de promouvoir la production nationale pour pouvoir réduire la dépendance de l'économie des hydrocarbures et, par conséquent, mettre en place une offre abondante qui va se substituer à l'importation", avait af-

Et cette rencontre tripartite devrait constituer un nouveau "cap" pour le dialogue social, selon le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, qui a vanté les mérites du "dialogue social" pour "faire avancer le pays" et "sans lequel cette bataille pour le développement de l’industrie ne sera pas gagnée". Il convient de rappeler, qu’en fait, le maintien à long terme de l'outil industriel dépend grandement des facteurs d'ancrage. Ils peuvent concerner le prix du foncier, la présence de la fonction logistique, l'accès à une main-d'œuvre qualifiée ou encore l'efficacité et la structuration du réseau des acteurs locaux, auxquels viennent s’ajouter d’autres facteurs d’ordre financier et organisationnel... les résultats de cette tripartite vont s’articuler certainement sur plusieurs préconisations allant dans ce sens. Il sera également question de la mise en place des instruments d’intervention active de l’État (accompagnement par des mesures financières et fiscales, notamment), destinés à soutenir le développement de l’industrie dans son ensemble. Il convient de noter que la Coordination pa-

tronale algérienne (CPA) a décidé de confier la présentation de la déclaration commune, lors de cette tripartite, au président de la Confédération générale des entrepreneurs algériens (CGEA), Habib Yousfi. La CPA a également mandaté son président, Abdelouahab Rahim, de l’Union nationale des investisseurs, “de poursuivre la continuité de la coordination après la tripartite en préparant les conditions nécessaires à l’organisation de l’Assemblée générale”. La CPA a également désigné Naït Abdelaziz Mohand Saïd, premier responsable de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), en qualité de porte-parole de la coordination. La Coordination patronale algérienne rappelle, par ailleurs, dans un communiqué, que chaque organisation patronale reste autonome dans son fonctionnement et ses propres moyens d’action selon ses statuts et règlement intérieur. Le président de la CNPA a rappelé que deux documents seront soumis à la tripartite. Le premier document, de 20 pages, est une déclaration commune qui porte sur les politiques économiques, dans laquelle est souli-

gnée la nécessité d’affirmer la place de l’entreprise algérienne dans le développement économique et social du pays. “On ne doit plus attacher à l’entreprise privée nationale, une vision réductrice, car elle est aussi appelée à jouer un rôle de premier plan dans le développement industriel”, estime M. Naït Abdelaziz, ajoutant “la nécessité de réaffirmer le principe de la liberté d’entreprise”. La CPA accorde le plus grand intérêt au traitement de la question de la protection de la production nationale. En plus des mesures de soutien, la CPA estime qu’il est impératif de formuler, dans le cadre de la politique industrielle, une véritable politique de normalisation, pour renforcer la lutte contre la concurrence déloyale. “Ce sont des questions structurelles”, souligne le porte-parole de la CPA. Le deuxième est un document technique qui recense des propositions complémentaires au plan d’action 2013-2014. Aussi, l'originalité de cette rencontre tient au fait que gouvernement, syndicat et patronat ont fait ensemble un constat commun et des propositions communes sur la voie à suivre en termes d’action de soutien par des aides publiques en faveur des entreprises industrielles publiques, privées et étrangères qui souhaitent développer des projets et de nouveaux partenariats en Algérie. Globalement, le patronat formule, notamment, le souhait d’une meilleure prise en charge des problèmes, chacun dans son champ d'intervention. La tripartite est “un moment fort’’ qui engage les plus hautes autorités du pays, et on doit élever le débat, a affirmé le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Réda Hamiani. Le président du FCE a confirmé la participation de son organisation, après son retrait de la coordination patronale. “Le FCE va prendre de la hauteur pour poursuivre le projet global de développement économique et d’industrialisation du pays’’, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse, soulignant que le Forum “exposera, lors de cette rencontre, une vision globale’’. Et bien que le bras de fer feutré entre le FCE et le reste des organisations patronales au sein de la CPA, dont le rôle est circonscrit au domaine syndical patronal, se termine par le retrait du FCE de cette “alliance’’, sans vague ni remous, il n’en demeure pas moins que tous veulent faire entendre leur voix sur la manière de faire pour réussir le redéploiement de l’industrie et d’achever, le plus rapidement possible, la présente phase en dotant le pays d’une véritable base industrielle. Farid Bouyahia

projet de loi de finances pour 2014. Ces dispositions adoptées en Conseil des ministres portent sur des facilitations pour les projets d'investissements dans les wilayas du Sud. En effet, les jeunes promoteurs et les chômeurs de ces wilayas éligibles aux dispositifs Ansej, Cnac et Angem bénéficieront, en matière d’IRG, d’IBS et de TAP, d’une prorogation à 10 ans de la période d’exonération fiscale. Les investissements déclarés en Algérie ont plus que doublé durant le premier semestre 2013 pour atteindre 856,7 milliards de DA (11,2 milliards de dollars) contre 411,6

milliards de DA à la même période en 2012, en hausse de 108%, selon le dernier bilan de l'Agence nationale de développement des investissements (ANDI).

Renforcer et promouvoir l'entreprise
Moteur de toute action de développement économique, l'entreprise sera ainsi au cœur des débats qui seront axés tout particulièrement sur l'environnement institutionnel et économique dans lequel évolue l'entreprise industrielle algérienne. Le

firmé M. Sidi Saïd. Les associations patronales comptent, de leur côté, soumettre, lors de cette réunion, des mesures destinées à représenter des solutions à toutes les difficultés et entraves que rencontrent les chefs d'entreprises algériennes dans la conjoncture actuelle. Ainsi, le patronat présentera "deux documents bien distincts", l'un sur la politique économique générale du gouvernement et l'autre sur les difficultés que rencontrent les chefs d'entreprise, avait indiqué à l'APS, Réda Hamiani, président du Forum des chefs d'entreprise (FCE). Le premier document porte sur "la doctrine et politique générale du gouvernement", alors que le second document contenu dans le projet de plateforme des recommandations à formuler par les organisations patronales sera, quant à lui, "plus opérationnel et comprend, notamment, des exposés sur le climat des affaires, le poids de la bureaucratie, le marché informel, le financement de l'économie et la diminution des importations", a précisé M. Hamiani. Même si les dossiers économiques vont se tailler ''la part du lion'', lors de cette réunion, les questions sociales devraient aussi figurer en bonne place à l'ordre du jour des travaux de cette réunion, selon des syndicalistes.

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

L

es questions d’ordre social étant reportées pour la tripartite prévue au mois de décembre, l’ordre du jour devra porter, par conséquent, sur des problématiques ciblées liées à l'entreprise et son environnement, au climat des affaires, à l'investissement et la relance industrielle. Des points soulevés par les opérateurs économiques qui ont, à maintes occasions, évoqué les problèmes du financement bancaire, de l’accès aux marchés publics, des contraintes bureaucratiques, entre autres préoccupations qui seront, une fois de plus, mis sur la table des négociations. Le patronat qui n’a pas réussi à s’entendre sur l’option d’une représentativité unique, deux coordinations étant crées à la veille de la tripartite, à savoir, la coordination présidée par M. Mouloud Kheloufi, président de l’association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) regroupant en son sein, une dizaine d’associations et unions patronales (AGEAONPE-CGP-CPA-CNPA-SIMCEIMI-AME) relevant du secteur de l’industrie et du BTPH et la coordination du patronat algérien qui regroupe la CNPA (Confédération nationale du patronat algérien), la CAP (Confédération algérienne du patronat), la CGEOA (Confédération générale des entrepreneurs et des opérateurs algériens), la CIPA (Confédération des industriels et producteurs algériens), la SEVE (association des femmes entrepreneures, et l’UNI (Union nationale des investisseurs), le FCE ayant préféré faire cavalier seul, devra, en contrepartie formuler des revendications communes pour souligner la nécessité de consolider les intérêts matériels et moraux de l’entreprise algérienne, publique et privée. Un aspect retenu d’ailleurs dans la nouvelle stratégie industrielle dont l’objectif premier consiste à relancer l’outil de production na-

Cette quinzième édition qui consacre la poursuite du processus du dialogue entre le gouvernement et ses partenaires, économique et social, aura la particularité d’aborder des dossiers de première importance, car d’intérêt certain pour le maintien de la dynamique économique et le parachèvement des projets structurants.

Le patronat pour un pacte économique et social rénové

15e TRIPARTITE

Nation

5

tional, ce qui suppose une consolidation des capacités de croissance nationales. Aussi, il s’agit de mettre l’accent sur les modalités susceptibles de concourir à l’amélioration de l’environnement des affaires par la révision du dispositif régissant l’investissement. Les recommandations attendues de cette tripartite devront verser dans le sens d’un assouplissement des procédures et une amélioration des conditions de traitement des dossiers, notamment au niveau de l’ANDI, mais aussi des banques. Il est attendu que les décisions de cette tripartite aillent dans le sens de la consolidation du rôle du secteur public dans l’économie nationale. Le Président de la République qui accorde un intérêt particulier à cette tripartite qui marque le parachèvement du plan quinquennal 2010-2014, a appelé, lors du dernier Conseil des ministres, à renforcer la démarche de développement économique et social de la

Selon l’agenda arrêté pour cette quinzième tripartite qui se tiendra aujourd’hui, les questions économiques avec comme point nodal, l’examen des voies et moyens à même de consacrer le développement économique et de consolider les investissements en Algérie, notamment à travers la création de nouvelles unités industrielles publiques, privées et mixtes. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a estimé à partir de la wilaya de Tébessa, où il s’est rendu, la semaine dernière, que cette réunion tripartite (gouvernement-syndicat – patronat) doit aboutir à une charte autour des grandes orientations de l’économie nationale. Il est certain que les trois partenaires sont en mesure de dépasser les éventuelles divergences qui pourraient surgir lors des discussions pour ne placer que le seul intérêt du pays en point de mire, mais si les dossiers économiques vont se tailler la part du lion

lors de cette réunion, il n’en reste pas moins vrai que la rencontre ne pourra pas faire l’économie des questions sociales. Elles devraient, indique-t-on, de sources syndicales, aussi figurer en bonne place à l’ordre du jour des travaux de cette réunion. En fait, il ne pouvait en être autrement tant il est admis de part et d’autres des partenaires que le dialogue social est le moyen d’action privilégié en vue de prendre en charge toutes les questions. Il est à rappeler que la raison même de la mise en place de cet espace qui est la tripartite est de donner aux partenaires sociaux et les pouvoirs publics un socle de consultation et de négociations. Ainsi, faut-il le rappeler, ce forum tripartite a eu, par le passé, a désamorcer des situations de crise sociale. L’UGTA, principal partenaire social du gouvernement rappelle que la tripartie a été d’un apport précieux durant la période de l’ajustement économique structurel, à l’exemple

Un moyen d’action privilégié

République. Les instructions données aux membres de l’exécutif ont particulièrement exprimé une insistance sur le développement de l’outil national de production, un point focal de la stratégie industrielle nationale. Une entreprise étroitement liée à l’exploitation des potentialités locales, la mobilisation des compétences, notamment celles établies à l’étranger, mais qui demeure tributaire de l’amélioration du climat des affaires. La tripartite sera ainsi consacrée à la dynamisation du développement économique national ce qui suppose un renforcement du cadre de promotion de l’entreprise nationale en tant qu’élément générateur de richesse et de croissance. Le Président de la République rassure, de ce fait, les opérateurs économiques quant à la continuité du soutien de l’Etat à l’entrepreneuriat et à la promotion de l’investissement, ce qui recommande une « mobilisation cohérente et coordonnée des ef-

forts et des moyens ». Et c’est cette nécessité de restructurer le modèle économique national en conformité avec les objectifs et intérêts du pays qui appelle à une exploitation optimale des potentialités nationales pour consolider ses capacités de croissance, en particulier, dans les secteurs à valeur ajoutée. Une équation qui devra trouver son ancrage dans le pacte national économique et social. Le forum économique et social du cinquantenaire organisé du 18 au 20 juin dernier au Palais des nations (Club des pins) par le CNES a situé la problématique du développement dans une série d’éléments de réflexion susceptibles de concourir à l’orientation du modèle de croissance à inscrire dans la perspective 2020, et, par la même occasion, à consolider « un véritable contrat de confiance dans le cadre d’un pacte économique et social rénové ». D. Akila

« Les opérations inscrites dans le plan quinquennal ne doivent pas être appréhendées comme de simples tâches d’allocation budgétaire ou des exercices de planification, il s’agit d’atteindre les objectifs de développement humain que nous nous sommes fixés’’, c’est ce qu’a souligné, le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à maintes reprises, notamment à l’occasion du dernier Conseil des ministres. Le Président Bouteflika a toujours insisté pour que l’Algérie libère ses énergies, rattrape ses retards et relève les défis. Il reste désormais à renforcer les capacités du développement national et à libérer ce dernier de la dépendance des hydrocarbures, car c’est à ce prix seulement que « nous sécuriserons l’avenir pérenne de notre modèle de justice sociale et de solidarité nationale. Le message du Chef de l’Etat est on ne peut plus clair. Il révèle qu’outre la croissance économique, l’objectif fondamental à atteindre est celui de la matérialisation de la justice sociale, qui constitue le socle de la cohésion sociale. C’est que l’avenir du pays est, aussi, intimement lié au développement humain, auquel il accorde le plus grand prix, notamment dans le cadre de l’actuel plan quinquennal même si dans ce domaine, en particulier, l’Algérie peut s’enorgueillir des réalisations obtenues ces dernières années, le chemin à parcourir reste long, du fait qu’il s’agit-là d’un chantier en constante évolution, inscrit au cœur du programme de développement (secteurs économiques, santé, éducation…) visant à réduire les disparités sociales. En effet, l’Algérie a pu réaliser des avancées notables en matière de croissance et les richesses créées ont un impact positif sur le niveau de vie des populations, d’où l’impérieuse nécessité d’accélérer et de renforcer les programmes en cours, qui donnent la priorité aux projets générateurs de revenus. Cela signifie donc une réaffirmation tangible de son engagement, dans les domaines de la mise en valeur du capital humain, du renforcement de la compétitivité de l’économie nationale, de la promotion de l’investissement et de l’initiative privée. Conscient des challenges, défis et fruits à récolter de l’investissement dans le développement humain, la démarche du Président Bouteflika se veut une rupture totale avec ce qu’a connu notre pays comme expériences, et, c’est cet esprit qui a prévalu lors de toutes les rencontres tripartites, organisées ces dernières années dont les résultats tant sur le plan économique que social sont orientés vers l’intérêt de toute la collectivité. Farid B.

Vers des résultats tangibles

Jeudi 10 Octobre 2013

de la Caisse nationale d’assurance chômage qu’elle a mis sur pied et qui a permis de verser à plus de 400.000 travailleurs licenciés, pour compression, des indemnités durant une période de trois ans en attendant leur réintégration. C’est dire toute l’importance des réunions tripartites puisque elles ont, à chaque phase économique traversée par l’Algérie, permis de rechercher et de dégager des solutions durables aux problèmes socioéconmiques afin que les travailleurs ne soient pas lésés et leur pouvoir d’achat préservé contre l’érosion. Ce qui n’a pas manqué de contribuer à l’instauration de la paix sociale d’autant plus que les solutions préconisées à chaque phase ont été trouvées dans un cadre consensuel. C’est sur la base de concertations, parfois marathoniennes, que gouvernement, syndicat et patronat parvenaient à un consensus sur les questions essentielles qui impactaient le développement économique et

social du pays. Pour les syndicalistes de l’UGTA, « la concertation tripartite ou bipartite contribue au rapprochement des visions et des points de vues des partenaires », mais plus important encore, selon l’UGTA, ces réunions permettent «  l’information et la mise à niveau des partenaires sur des aspects liés à la situation économique et sociale du pays et ses relations avec, notamment les partenaires économiques et financiers étrangers et des institutions financières internationales ». De même qu’il y a lieu de souligner que l’état d’esprit qui prévaut lors de ces consultations est celui imposé par le Chef de l’Etat dont la volonté affirmée est celle de promouvoir tous les ressorts de la solidarité nationale afin d’offrir, rappelle-t-on, à chaque travailleurs et à chaque citoyen une chance de s’insérer socialement et de contribuer à la création de richesses nationales. Nadia K.

6

L

e département de la justice organisera, à partir de ce mois octobre, un cycle de formations accélérées, à l’intérieur du pays et à l’étranger, au profit de son personnel et des hauts fonctionnaires relevant de son secteur. Cette série de sessions de mises à niveau s’inscrit dans le cadre de la poursuite de la réforme du secteur, entamée au début des années 2000. En effet, l’école supérieure de magistrature abrite, du 6 au 24 octobre, deux sessions de formation au profit des procureurs de la République, lesquels représentent la société en intervenant dans les décisions judiciaires. Entre autres problématiques que les experts auront à débattre, l’«application des décisions pénales», ainsi que «le rôle des tribunaux et cours». Considérés comme le vecteur es-

L’opération de formation tous azimuts s’inscrit dans le cadre de la poursuite de la réforme du secteur, entamée à la fin des années 1990.

Des formations intensives tout au long du mois d’octobre
sentiel de la mise en œuvre des politiques  judiciaires de l’état en les traduisant concrètement au service des justiciables, les procureurs de la République ont, récemment,  multiplié les rencontres avec l’ancien garde des Sceaux, mohammed Charfi, qui les a exhorté à «prendre les initiatives  pertinentes», tout en leur assurant «des bonnes conditions de travail». La fonction de procureur de la République s’est avérée très importante pour une efficacité de l’action pénale. L’autre session de formation, effectuée il y a trois jours, a concerné le personnel des corps du greffe, laquelle se tiendra à l’école nationale des personnels des greffes. Ces évaluations seront utiles et bénéfiques à plus d’un titre, à même d’impulser une dynamique morale afin d’élever la mission de tout un chacun au rang de sacerdoce.

pROCuREuRS DE LA RépuBLIquE, pERSONNEL DES CORpS Du gREffE ET CADRES DE L’ADmINISTRATION péNITENTIAIRE

Nation

EL MOUDJAHID

Le président de l’union nationale des agronomes a appelé, hier, à la création d’un conseil national de l’alimentation. «Il faut créer, le plus tôt possible, le conseil national de l’alimentation, lequel conseil aura pour principale mission, de traiter les sujets urgents qui touchent à l’agriculture», a déclaré m. Yahia Zane, à partir de la tribune du centre de presse d’El Moudjahid. Il faut dire que cette conférencedébat, initiée par l’union nationale des agronomes, intervient à quelques encablures de la tenue, les 26 et 27 décembre prochain, du 3e congrès de l’union ; un congrès qui sera placé sur le thème : «L’agronome au cœur des défis de la production alimentaire». m. Yahia Kerrouch, secrétaire général de l’union, a axé son intervention sur la problématique de la sécurité alimentaire. Rappelant, de prime abord, la définition adoptée lors du sommet mondial de l’alimentation de Rome en 1996, il a ensuite fait une lecture de cette définition et conclu que la sécurité alimentaire repose, en fait, sur 4 fondements essentiels. «Il s’agit de la disponibilité physique des aliments, l’accès économique et physique (pouvoir d’achat), l’utilisation ou la qualité des aliments (aspect sanitaire de l’alimentation) et enfin, et surtout, la stabilité de l’offre, quelles que soient les conditions». poursuivant ses propos, il soutiendra que «ces 4 dimensions doivent être présentes, simultanément, pour que soit atteint l’objectif de sécurité alimentaire». «Le traitement de la question nécessite plutôt des politiques sectorielles convergentes» m. Kerrouch estime que «l’insécurité alimentaire n’est pas uniquement un problème de production agricole». Certes, «une grande part des solutions à la sécurité alimentaire commence par l’agriculture, et l’agriculture pourrait d’ailleurs jouer un rôle important dans la résorption de ce problème», mais, insiste-t-il, «la sécurité alimentaire n’est pas l’apanage du secteur de l’agriculture. Et le traitement de la question nécessite plutôt des politiques sectorielles

Appel à la création d’un conseil national de l’alimentation

uNION NATIONALE DES AgRONOmES

Aussi, il y a lieu de préciser que même l’Administration pénitentiaire, qui se modernise au fil des années, a bénéficié de son lot de formations. «La déontologie au milieu carcéral» a fait objet d’un débat très intéressant, lors d’une réunion tenue à l’hôtel mazafran

à Zéralda. Les spécialistes ont, également, passé en revue l’impérieuse nécessité de se hisser au niveau des administrations pénitentiaires des pays développés. Le programme de formation au profit de cadres de l’administration péni-

En réaction à l’agression, dimanche dernier, d’une dizaine de jeunes de la région de Larbaâ Nath Irathen (LNI), sur la RN15, reliant Oued Aïssi à Aïn El-Hammam, à hauteur du village Douar Zerzara, la coordination des comités de villages des Ath Irathen a appelé la population à manifester pacifiquement leur colère contre cet acte en observant, aujourd’hui, une grève générale

Grève générale et rassemblement contre l’insécurité aujourd'hui à Larbaâ Nath Irathen
dans toute la localité. En effet, réunie mardi dernier au siège de la commune, la coordination des comités de villages a décidé de réagir contre cette agression dont ont été victimes six jeunes de la localité, dont un blessé grièvement,  pour que ce genre d’agression sauvage ne se reproduise plus. En plus de la grève générale d’une demi-journée, la coordination a appelé également les populations de tous les villages des Ath Irathen à prendre part massivement à un rassemblement devant le siège de la daïra de LNI. Aussi, un rassemblement pourrait être improvisé non loin du village Zerzara, qui était en fait un ex-bidonville, situé à proximité du barrage hydraulique Taksebt, d’où sont originaires les auteurs de cette agression, pour lancer un avertissement à ces au-

TIZI OuZOu : SuITE à L’AgRESSION DE jEuNES pRèS Du vILLAgE ZERZARA (RN15)

convergentes». voulant apporter sa contribution aux fins d’assurer cet objectif, l’union nationale des agronomes entend intervenir «dans le domaine de la recherche scientifique qui peut éventuellement être une solution à la rescousse de la sécurité alimentaire». En effet, souligne-t-il, «les secteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont un grand rôle à jouer. Celui du renforcement et de la dynamisation du secteur agricole. Cela peut se traduire à travers la réflexion et la recherche de solutions étudiées pour parvenir à un secteur agricole professionnel». En somme, aux yeux des responsables de l’uNA, la modernisation de l’agriculture est «la voie du salut». Elle est considérée comme «la seule façon de progresser». pour y arriver, le Sg de l’uNA est formel : «Il faut utiliser plus de moyens et mieux produire en grandes quantités. Il faut permettre aux agriculteurs d’accéder à des techniques nouvelles et renforcer leur encadrement par des ingénieurs et des chercheurs». Il mettra en exergue, dans ce contexte, que l’union nationale des agronomes constitue un «réel vivier de compétences et d’expertise dans le domaine économique». Invité à prendre la parole, m. Abdelmalek Serraï, expert international et président d’honneur de l’union natio-

nale des agronomes, a souligné que dans le cadre des efforts déployés pour le développement du Sud, notamment dans de le domaine de l’agriculture, il a enregistré, avec satisfaction, «la réaction très positive des walis». «On a compris, aujourd’hui, quel est le rôle de l’ingénieur agronome, quel est le rôle de l’agriculteur et quel est le rôle de tout cet ensemble humain, pour faire face à la démesure des importations». Et d’ajouter  : «Aujourd’hui, les walis nous invitent à développer les projets, et tous les walis sans exception nous ouvrent les portes. pour tout dire, au sein de la famille de l’agriculture et de la famille des grands investisseurs, une nouvelle ambiance s’est créée depuis voilà maintenant un peu plus d’une année. Et nous ne pouvons que l’applaudir.» à retenir que les experts ont indiqué que l’Algérie recèle 234 millions d’hectares de terres agricoles. Seulement, 8,4 millions d’hectares sont des terres cultivables. Sur les 8,4 millions d’hectares, 1,2 million d’hectares sont à potentiel agronomique appréciable et seulement 57% de ces terres sont réellement cultivables. Il faut rappeler que 3 millions d’hectares continuent à être laissés en jachère. C’est dire à quel point, le défi de sécurité alimentaire est de taille, mais certainement pas impossible. Soraya Guemmouri

Le porte-parole de l’ugCAA a affirmé, hier, au siège de l’organisation, que près de 14.146 commerçants assureront la permanence à l’échelle nationale durant les deux jours de la fête du sacrifice, et cela jusqu’à la fin du week- end. Ils seront, ainsi, quelque 3.488 boulangers qui ont répondu favorablement à la requête de leur instance représentative. Et d’ajouter que rien que pour la wilaya d’Alger, ils seront près de 1.286 commerçants qui resteront ouverts durant les deux jours de l’Aïd, dont 312 boulangers. Ces commerçants, dit m. Boulenouar, «ont été déjà informés et les listes nominatives des personnes concernées par la permanence ont été établies par les représentants des directions du commerce, des services de wilayas et des commerçants, et cela afin, également, d’éviter la flambée des prix de certains produits de large consommation constaté à chaque Aïd». à cet effet, m. Boulenouar a indiqué que «les commerçants qui ne respecteront pas le programme de la permanence seront exposés à des sanctions, dont la fermeture de leurs commerces durant 30 jours ou à des amendes ; et l’ugCAA ne saura pas les défendre». L’intervenant a fait savoir que les commerçants qui ne respecteront pas les programmes de permanence seront exposés à des «sanctions», conformément à la loi amendant et complétant la loi 04-08, fixant les conditions d’exercice des activités commerciales. Il faut dire que le législateur a prévu ce cas de figure. Adoptée par les deux chambres du parlement durant 2013, la loi impose aux commerçants concernés d’assurer la permanence durant les fêtes officielles et jours fériés afin d’approvisionner les citoyens en produits de large consommation. Selon le porte-parole de l’ugCAA, cette opération concernera les activités les plus demandées par les citoyens, à savoir les boulangeries, les minoteries, les usines de transformation de lait et les commerces agroalimentaires. m. Boulenouar a tenu à souligner que la vente de pain au niveau des boulangeries se fera la veille de l’Aïd jusqu’à 7 heure. Idem pour le 2e jour de cette fête religieuse. Dans ce contexte, il a précisé que les 3.488 boulangers permanenciers auront pour objectif de fabriquer 15 millions de baguettes de pain par jour pour répondre à la demande des citoyens, qui, selon l’ugCAA, «consomment durant l’Aïd, plus du tiers de la quantité habituelle». pour ce qui est des fruits et légumes, m. Boulenouar a appelé le ministère de l’Agriculture afin de sensibiliser les agriculteurs et les gérants des chambres froides sur le fait de garantir la disponibilité de ces produits largement prisés. Kamélia H.

La permanence durant l’Aïd sera assurée par 14.146 commerçants

m. BOuLENOuAR, pORTE-pAROLE DE L’ugCAA

tentiaire et de réinsertion n’a jamais cessé. Des cadres de prisons, des médecins, des psychologues et autres personnels des établissements pénitentiaires ont bénéficié d’un programme élargi de formation à l’intérieur et à l’extérieur du pays. D’importants accords ont été signés avec des pays leaders en la matière, ainsi que des organisations internationales, à l’instar de l’union européenne. Ce programme, qui compte un plan stratégique de gestion des établissements pénitentiaires, la réinsertion des détenus, leur prise en charge sanitaire et psychologique et autres volets liés aux établissements pénitentiaires, a pour objectif, l’humanisation des conditions carcérales. quant aux magistrats, leur formation, organisée à l’école française de magistrature, a trait, cette fois-ci, aux «répercussions de la commercialisation des drogues et le blanchiment d’ argent» et «les mécanismes de lutter contre ce phénomène planétaire». Fouad Irnatene

Ph : Louisa

teurs pour qu’ils cessent de s’en prendre avec violence aux citoyens de passage. Les initiateurs de cette action de dénonciation ont exigé «la prise en charge, dans les plus brefs et de manière définitive, ce récurrent problème d’insécurité qui menace quotidiennement les citoyens sur cet axe routier». Bel. Adrar

jeudi 10 Octobre 2013

Ph :Hamadi

EL MOUDJAHID

Renforcer la coopération continentale
LuTTe CoNTre La TuBerCuLose eN afriQue
La 6e session de formation des cadres africains au diagnostic bactériologique de la tuberculose et au diagnostic du paludisme a été clôturée, hier, à Alger.
sont d’horizons professionnels divers et sont tous des acteurs importants dans la santé publique (médecins, infirmiers, biologistes, techniciens, gestionnaires de programme). ils sont venus avec la ferme volonté de tirer le maximum de profit de cette formation dont l’objectif principal est le renforcement des capacités techniques et scientifiques en matière de diagnostic de la tuberculose et du paludisme.» selon lui, à la lecture du programme de travail, l’on constate qu’aucun volet de la question n’a été négligée. « en effet, en plus des volets théoriques et pratiques en laboratoire, des visites sur le terrain ont été organisées et encadrées par les enseignants. Cette session de formation a constitué, sans aucun doute, une nouvelle fois une opportunité pour échanger vos connaissances et surtout vos expériences de lutte avec les experts algériens », a-t-il estimé. M. Boudiaf a indiqué que « l’expérience algérienne dans la lutte contre le paludisme et la tuberculose

Nation

7

L

e ministre de la santé, de la Population et de la réforme hospitalière, abdelmalek Boudiaf, a présidé hier à alger, la cérémonie de clôture de la 6e session de formation des cadres africains au diagnostic bactériologique de la tuberculose et au diagnostic du paludisme. dans son discours, M. Boudiaf a déclaré que « cette formation entre dans le cadre des relations consolidées qui lient l’algérie à la Ligue des etats arabes, et partant du souci et de l’intérêt permanent de l’algérie à aider les pays du continent africain en vue de renforcer leurs capacités scientifiques et techniques. » il a expliqué que « l’algérie, forte de son expérience et du niveau d’expertise de ses cadres, a répondu une nouvelle fois sans hésitation à la sollicitation du fonds arabe d’assistance technique aux pays africains, afin de coorganiser ces sessions de formation sur le paludisme et la tuberculose au profit des cadres africains.» et d’ajouter : « Ces cadres délégués par leurs pays respectifs

La Journée mondiale de la vue, qui coïncide avec la deuxième journée du mois d’octobre, offre chaque année l’occasion d’être mieux sensibilisé et de s’engager davantage à garantir à tous, le droit à la vue. selon le Pr amar aïlem, président de la société algérienne d’ophtalmologie, l’algérie enregistre un taux de cécité de 0,2% parmi sa population, alors que l’organisation mondiale de la santé (oMs) considère un taux de 0,3% acceptable. « Ce taux est cependant de 0,1% dans les pays très développés et nous agissons par la formation et par l’action quotidienne pour ramener notre taux à celui enregistré dans ces pays  », précise-t-il tout en insistant sur le lien qui existe entre le taux de cécité et le niveau de développement dans un pays. il a affirmé par ailleurs que l’algérie peut atteindre une proportion de 0,1% dans les dix années à venir, grâce à la « dynamique de formation enregistré ces 10 dernières années et les équipements sophistiqués dont disposent les structures de santé en algérie. » sur un autre plan, il nous apprendra que l’algérie enregistre 1.500 demandes de greffe de la cornée par an. une sollicitation difficilement honorée, notamment devant l’absence de greffons locaux, la persistance de la loi de 1985 qui exige l’autorisation préalable de la famille du défunt pour le prélèvement de ce tissu et l’importation irrégulière de greffons. aussi, « afin que la mort puisse donner la vue », les ophtalmologues plaident pour la création d’une banque de cornées, ou ce qu’on appelle une banque des yeux, à l’instar des pays voisins, où la greffe de la cornée est un type d’opération cou-

1.500 demandes de greffes de cornée par an en Algérie
JourNÉe MoNdiaLe de La vue
rant. Cependant, la création d’une banque des yeux est tributaire d’une législation à même de permettre des prélèvements de cornées sur des personnes décédées sans attendre l’autorisation des parents. en effet, actuellement, les ophtalmologues posent un problème de textes législatifs qui interdisent de procéder à des prélèvements sans autorisation des parents des personnes décédées et de l’indisponibilité des greffons au niveau local. Pourtant entre les années 1962 et 1985, « la greffe de la cornée était pratiquée couramment dans notre pays. selon le Pr aïlem la législation algérienne sur la greffe des organes qui date de 1985 est « totalement inadaptée, elle ne permet pas de répondre aux besoins des malades sans faire appel à l’importation de la cornée à partir des États-unis. » devant l’indisponibilité des greffons dans le secteur public, les patients sont obligés de se rabattre sur les cliniques privées qui pratiquent la greffe de la cornée pour environ 200.000 dinars. La mise en place d’une banque des yeux s’avère donc plus qu’une urgence, compte tenu des besoins exprimés par la population, les longues listes d’attente de patients qui attendent depuis des années une greffe de la cornée et aussi la cherté des soins au niveau du secteur privé. Pour les ophtalmologues, il y a lieu d’actualiser la législation en la matière et ce, en choisissant entre deux formules, l’accord supposé du défunt ou l’accord préalable de la famille du défunt afin de permettre des

remontant aux décennies 1960 et 70, a été largement débattue et a permis de tirer les enseignements très utiles

en termes de stratégie de lutte.» Le ministre a souligné que « les résultats attendus de cette formation

sont de renforcer la coopération en matière de santé entre l’algérie et les pays africains, faire profiter les pays africains participants, de l’expérience positive de l’algérie en matière de lutte contre la tuberculose et le paludisme et consolider techniquement en termes de procédures et de savoir- faire de laboratoires de type périphérique, par une meilleure connaissance des précautions de sécurité à garantir lors du diagnostic et de l’assurance qualité et de son évaluation.» il a déclaré que « la proposition de la Ligue arabe de diversifier les thèmes de formation en tenant compte de la situation sanitaire prévalant dans ces pays a retenu l’attention des autorités sanitaires algériennes et le choix d’autres thèmes fera l’objet d’une étude.» a cette occasion, le ministre a rendu hommage aux professeurs Chaulet, Larbaoui et oussedik et d’autres experts pour leur engagement dans la lutte contre la tuberculose en algérie. Wassila Benhamed

prélèvements de ce précieux organe. La législation doit, selon le professeur aïlem, « privilégier le principe de l’accord supposé du défunt si, de son vivant, il n’a pas fait état de son opposition au niveau d’institutions et d’organismes à déterminer par voie réglementaire ». Le professeur aïlem évoquera également le rôle de la religion pour la sensibilisation de la population autour de cette question. L’islam, estime-t-il, qui a naturellement ses interdits comme toutes les autres religions, ne peut s’opposer à un tel acte qui permet de donner la vue à une personne désespérée car, souligne-t-il, « notre religion lève tous les interdits en cas de nécessité. » Sarah S.

Le Pr MohaMed Tahar Nouri (Chef de serviCe d’oPhTaLMoLogie de BeNi Messous) :

L’arrêt de l’importation de greffons par l’institut Pasteur d’algérie est à l’origine du recul de la greffe de la cornée au sein des grands services hospitaliers, a souligné le chef de service d’ophtalmologie du centre hospitalier hassani-isaad de Beni Messous, le Pr Mohamed Tahar Nouri. a la veille de la célébration de la journée mondiale de la vue célébrée le 2e jeudi du mois d’octobre, le Pr Nouri a déclaré que l’hôpital de Beni Messous effectuait une centaine de greffes de la cornée par an, précisant que le nombre des greffes a reculé, même au niveau des autres centres hospitaliers, suite à l’arrêt de l’importation de greffons. La rareté de la greffe de la cornée a obligé les services spécialisés à prendre en charge les jeunes au détriment des personnes âgées, a-til souligné, déplorant le fait que 200 personnes soient privées de greffes de la cornée à l’hôpital de Béni Mes-

« L’arrêt de l’importation de greffons à l’origine du recul de la greffe de cornée »

sous. Le prélèvement de la cornée sur des cadavres, qui se faisait systématiquement par le passé, ne se fait plus, vu que la loi exige l’accord de la famille de la personne décédée, a-t-il dit. Les nouvelles lois sur la greffe et la transplantation des organes en algérie entravent le prélèvement de la cornée qui repose sur le facteur temps, a indiqué le Pr Nouri, précisant que le prélèvement doit se faire durant les 8 heures qui suivent le décès. Pour développer la greffe en algérie, le Pr Nouri a proposé l’ouverture d’un registre au niveau des hôpitaux pour les personnes désireuses de faire don de leurs organes après leur décès. Les jeunes privés de transplantation de la cornée risquent de perdre la vue, c’est pourquoi l’institut Pasteur a importé 500 cornées des États-unis en 2011. APS

seLoN Le Chef de serviCe d’oPhTaLMoLogie au Chu LaMiNe-deBaghiNe

Le ministère saoudien du hadj a accordé une autorisation spéciale aux pèlerins algériens se trouvant à Médine de manière à leur permettre d'entrer à La Mecque après avoir accompli la prière du vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée du Prophète (QsssL) correspondant au 6 dhou el hidja 1434 de l'hégire, a indiqué hier le Chef de la mission algérienne à Médine ahmed saïdi. une autorisation spéciale a été accordée aux pèlerins algériens leur accordant cette dérogation qui leur permettra d'effectuer la prière du vendredi 6 dhou el hidja, au lieu de se rendre comme prévu à La Mecque le 4 dhou el hidja date à laquelle tous les pèlerins doivent se trouver à La Mecque avant de se rendre au plateau de arafa, en passant par Minane. environ un millier de pèlerins algériens pourront ainsi accomplir la prière du vendredi à Médine avant de faire escale à "ebiar ali" où ils ne se vêtiront que de deux tissus blancs non cousus (ihram) avant de prendre la direction de la Kaaba. Plus de 11.000 pèlerins algériens ont visité la ville sainte de Médine ainsi que les sites sacrés de "la mosquée Quoba", le mont "ouhoud" où quelque 70 chahids sont enterrés, dont hamza ibnou abdelmoutaleb, l'oncle du Prophète Mohamed (QsssL). Les pèlerins algériens arrivés dans les Lieux saints de l'islam pour accomplir le pèlerinage 2013 a atteint le chiffre de 28.800 hadji, dont 16.400 sont pris en charge par l'office du hadj et de la omra et 12.400 par les agences de voyages. Le dernier groupe de pèlerins a quitté hier l'algérie à destination de djeddah.

Autorisation spéciale d'entrer à La Mecque après la prière du vendredi

PèLeriNs aLgÉrieNs

P

rès de 5% des personnes âgées de 40 ans et plus sont atteintes de glaucome, a indiqué le chef de service d’ophtalmologie au Chu Lamine debaghine (Bab el oued), Malika Tiar, également présidente de la société algérienne du glaucome (sag), à la veille de la célébration de la journée mondiale de la vue, le 10 octobre. Le taux d’atteinte de cette maladie avoisine les 5% en algérie (4,6%) soit entre 450.000 et 500.000 malades, a-

5% des personnes âgées de 40 ans et plus souffrent de glaucome
t-elle précisé, en se basant sur une étude épidémiologique menée par le ministère de la santé, en collaboration avec 210 ophtalmologistes. une autre étude menée par une équipe médicale du Chu Lamine-debaghine sur un échantillon de 938 personnes âgées de 40 ans et plus, a démontré que 10% (9,6%) de ces personnes étaient atteintes de cette maladie mais l’ignoraient. Le glaucome, qui constitue un lourd fardeau pour le ministère de la santé, vient en deuxième position des principales causes de la cécité. Mme Tiar a cité plusieurs types de glaucome dont le plus répandu est le glaucome chronique à angle ouvert qui représente entre 85% et 90% des cas. Ce type de glaucome se développe lentement, sans symptômes particuliers et mène à la destruction progressive des cellules du nerf optique. elle a appelé à la nécessité de procéder à des examens de l’œil et du nerf optique car le glaucome est souvent détecté par hasard lors d’un contrôle médical. Les personnes atteintes de glaucome voient souvent une tache noire. Le dépistage précoce de la maladie permet d’éviter au patient d’atteindre le stade de la cécité, grâce notamment à la prise de traitements adéquats. il s’agit de deux types de gouttes oculaires, outre des médicaments disponibles sur le marché national, qui réduisent les effets de la maladie et les risques d’une complication, a-t-elle

Jeudi 10 octobre 2013

souligné. en cas de complications, le patient peut recourir à un traitement au laser ou à la chirurgie, a-t-elle dit. Par ailleurs, Mme Tiar a regretté le fait que le malade abandonne son traitement pour différentes raisons (coût exorbitant du traitement, l’éloignement des établissements hospitaliers, non observation d’une amélioration de l’état de santé du malade), appelant à la nécessité d’inscrire le glaucome sur la liste des maladies chroniques. APS

8

Les sages de Ghardaïa condamnent les actes de violence et la « manipulation »
DernIers événeMenTs Dans la vallée Du M'ZaB
concorde pour «éradiquer la haine et la discorde dans cette région jadis havre de tolérance». Ils ont aussi salué les efforts et les sacrifices que ne cessent de consentir les pouvoirs publics, les services de sécurité et les comités de quartiers, afin de préserver la stabilité de la région et consolider les liens fraternels entre ses habitants. Des heurts sporadiques, suivis de jets de pierre, avaient éclaté dernièrement à Ghardaïa entre de jeunes citoyens, suite à une action de protestation contre une coupure d’eau, marquée par la fermeture de la route menant vers Daya Ben Dahoua, rappelle-t-on. Des jeunes de différents quartiers situés sur l’axe de la route en question ont voulu briser le mouvement de protestation qui gênait le trafic routier, déclenchant des disputes et des jets de pierres. Plusieurs véhicules et autobus de transport ont été alors caillassés, avant que les services de police, les notables et les autorités locales n’interviennent pour rétablir l’ordre.

Nation

EL MOUDJAHID

D

ans un communiqué rendu public, hier, à l'issue d'une réunion extraordinaire de l’ensemble des sages de la vallée du M’Zab, ces derniers invitent l’ensemble des habitants de Ghardaïa à faire preuve d'une «extrême vigilance» et à faire face à «toutes tentatives et actes de nature à menacer la cohésion sociale, la sécurité et la stabilité de la région». Déplorant ces actes de vandalisme, ils en appellent au «sens de tolérance» et de «responsabilité» de tous pour que «cessent les dérives sur les voies publiques et les provocations». Par ailleurs, ils considèrent, la plupart des publications sur ces «malheureux» événements, dans certains titres de presse, comme des «pratiques irresponsables» n’ayant «aucun lien avec le travail journalistique noble». Pour eux, la couverture médiatique de ces événements est un «précédent dangereux», une «apologie» et une «incitation à la division visant la déstabilisation de la région et, par la même, du

Les sages et représentants des habitants de la vallée du M’Zab ont condamné «fermement» les derniers actes de violence et d’incivisme qu’a connus récemment Ghardaïa, considérant de «précédent dangereux» la couverture médiatique de ces événements.

Des professeurs de l'enseignement secondaire et technique ont observé, hier, un sit-in devant l'annexe du ministère de l'education nationale (alger) pour réclamer l'amélioration de leur situation socioprofessionnelle, à l'appel du Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (CnaPesT). les protestataires demandent au ministère de l'education nationale de «mettre un terme aux agissements de certains membres de l'administration» et de «corriger les dysfonctionnements qui en résultent», a précisé à l'aPs le coordinateur national du CnaPesT, nouar larbi. le CnaPesT a remis au ministère «un rapport circonstancié sur ces agissements, sans qu'aucune mesure ne soit prise à cet effet», a-t-il regretté. Ce sit-in intervient en l'absence d'un dialogue sérieux avec le ministère de l'education nationale, at-il ajouté, précisant que la tutelle «n'a toujours pas arrêté de calendrier pour l'application de la plateforme de revendications qui lui a été soumise». les revendications du CnaPesT concernent la révision du statut des travailleurs de l'éducation, la réhabilitation des anciens enseignants privés de promotion faute de diplôme universitaire, le dossier de la médecine du travail, le logement et la prime de zone, a-t-il précisé.

Sit-in devant l'annexe du ministère de l'Education nationale

PrOfesseurs De l'enseIGneMenT seCOnDaIre eT TeChnIque

pays en essayant d’induire en erreur sa jeunesse, est-il souligné dans le document». Tout en dénonçant la «manipulation» de ces événements par des parties à des fins obscures, sans les citer, les sages

et représentants de la population de Ghardaïa ont dit joindre leur voix à la majorité des habitants du M’Zab dans toute sa diversité culturelle et sociologique et aux forces éprises de paix et de

le mouvement de protestation des travailleurs de l'etusa se poursuit toujours, avec comme principales revendications le versement du salaire du mois de septembre et la satisfaction des revendications socioprofessionnelles, a-t-on appris auprès des grévistes. Pour ce deuxième jour de grève observée hier, les protestataires que nous avons rencontrés au niveau de la direction générale de l’entreprise à alger, ont vu leurs rangs renforcés, d'où leur détermination à poursuivre leur action. De ce fait, tous les bus appartenant à l’eTusa étaient à l’arrêt . les véhicules sont restés dans les garages, ce qui a amené l’entreprise à faire appel aux privés pour assurer le transport des usagers d’alger et de ses envions. en plus, des bus privés, ceux du réseau du transport d’étudiants ont été mobilisés pour remplacer ceux de l’eTusa et assurer le transport des voyageurs. la cause de cette grève qui est le non virement de salaires mensuels est due, selon les travailleurs de l’eTusa « au conflit interne qui existe entre la direction générale, le syndicat et les travailleurs ». Ces derniers sont opposés au retour du directeur général de la société, qui était démissionnaire avant d'être réintégré dans ses fonctions le 9 septembre dernier «nous sommes victimes des problèmes qui opposent le syndicat à la direction. On travaille dur depuis toujours mais nous n'avons reçu aucune compensation en retour. l'aïd approche à grand pas et nous n'avons pas d'argent pour satisfaire les besoins de nos familles.

Poursuite de la grève

eTusa

le bureau du syndicat d'entreprise et les sections syndicales ont, pour leur part, empêché le directeur général de rejoindre son bureau au siège de l'entreprise. Ce dernier se trouve actuellement à la direction de wilaya des Transports. «Il exerce son métier le plus normalement depuis son nouveau bureau. D'ailleurs il a récemment signé pour l'apport de matériel de transport. Mais il refuse de signer notre paie jusqu'à ce qu'il ait accès à son bureau ici dans l'enceinte de l'etusa. les syndicalistes ont plusieurs revendications, notamment l'application de la convention collective, la réception du rappel de 2008, l'augmentation du salaire de base, mais aussi le départ du directeur général, nous diront-ils De son côté, le DG de l'entreprise a appelé, dans un communiqué rendu public hier, les travailleurs à «faire preuve de sagesse», affirmant que «toutes les dispositions ont été prises pour l'établissement des salaires du mois de septembre». Il a également précisé avoir «signé la décision d'attribution de la prime de l'aïd aux travailleurs». Par ailleurs, les 2.600 travailleurs de l'etusa souhaitent faire appel au ministre des Transports, amar Ghoul, afin qu'il intervienne pour mettre fin à la confusion dans laquelle se trouve à présent leur entreprise et qu'il règle les problèmes auxquels font face les salariés. Gageons que l’arrivée de l’aïd va calmer les esprits Salima Ettouahria

la compagnie aérienne Tassili airlines (Tal) va ouvrir, à partir du 27 octobre courant, une nouvelle ligne régulière alger-Bechar, a annoncé hier à Bechar, le directeur commercial de la compagnie. Prévue tous les mercredis et dimanches, la nouvelle desserte, qui vient renforcer le transport aérien de voyageurs et du fret entre la wilaya de Bechar et le nord du pays, est proposée à un tarif réduit de 50 % pour toute réservation effectuée durant les trois prochains mois, a précisé M. Kamel Mezghiche lors d’une rencontre avec les responsables de la Chambre du commerce et de l’industrie de la saoura. un billet aller-retour entre Bechar et alger coûtera 7.040 Da, un prix jugé «accessible» pour les personnes désireuses de voyager avec la compagnie aérienne, filiale de l’entreprise nationale sonatrach, a signalé le responsable de Tal. la compagnie aérienne, qui s’est lancée depuis mars dernier dans le transport grand public, a déjà transporté l’an dernier 650.000 voyageurs, dans le cadre du transport du personnel de sonatrach et des compagnies pétrolières étrangères activant dans le sud du pays, a fait savoir M.Mezghiche. elle projette d’ouvrir de nouvelles lignes reliant les grandes villes du sud du pays entre elles, a-t-il ajouté. Tal, dont le capital social est de 29 milliards de dinars, distribuera les billets de voyages dans la wilaya de Bechar à travers les différentes agences de voyage et de tourisme locales, a indiqué le responsable du réseau de distribution, lors de la rencontre.

Une ligne régulière Alger-Bechar à partir du 27 octobre

TassIlI aIrlInes

les services de la Protection civile de Djelfa sont parvenus à repêcher quatre personnes, qui étaient à bord de deux véhicules touristiques emportés par les crues de deux oueds, alors qu’une cinquième victime est toujours recherchée, a-t-on appris, hier, auprès de ces services. les pluies torrentielles qui se sont abattues sur cette région du pays ont été à l’origine du débordement des oueds ettarous et el fercha, sur l’axe de la route nationale rn 01, au niveau de la commune d’el Keddid, a-t-on ajouté de même source, précisant que les deux véhicules touristiques ont été submergés d’eau et emportées par les crues de ces oueds. les éléments de la Protection civile des deux unités secondaires de Charef et el Idrissia et ceux de l’unité centrale du chef-lieu de la wilaya ont transféré les personnes repêchées, dont une femme, vers l’hôpital d’el Gueddid pour y subir les soins nécessaires. les recherches se poursuivent pour retrouver la cinquième personne portée disparue, a-t-on encore ajouté de même source.

Quatre personnes repêchées et une autre portée disparue

DéBOrDeMenT De Deux OueDs à DJelfa

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

P

as moins de 700.000 souscripteurs ont été enregistrés depuis le lancement des inscriptions par internet au programme de logements  de l’agence  nationale de l’amélioration et du développement du logement (aadl). ce qui a provoqué un bug sur le site, le mettant «hors service» pendant plusieurs heures depuis son lancement le 16 septembre dernier. Pour rappel 230.000 logements seront bâtis prochainement dans plusieurs wilayas dans le cadre du nouveau programme aadl.  Questionné sur les critères de sélection des futurs bénéficiaires des logements aadl, qui, selon les dernières informations, seront davantage favorables aux personnes mariées, M. Madani n’a pas démenti ces informations, mais en assurant qu’«un quota de logements sera également réservé aux personnes célibataires». Selon M. Madani, «la majorité des souscripteurs dont les dossiers de logements ont été retenus sont célibataires», mais «aucune discrimination ne sera exercée à l’encontre des souscripteurs célibataires  qui ont exprimé à maintes reprises leurs vives inquiétudes», a-t-il promis. «les besoins en logement de toutes les catégories de la société seront pris en charge», a-t-il ajouté. il y a lieu de noter que c’est dans la perspective d’éviter aux citoyens les désagréments d’un déplacement au siège de l’agence à alger et d’éviter les longues files d’attente que l’aadl a eu recours à internet pour les nouvelles inscriptions. il y a lieu de rappeler que les prix des logements aadl qui vont être octroyés aux souscripteurs de 2001 et 2002 seront les mêmes qu’il y a 10 ans, soit 210 millions pour un appartement de type F3 et 270 millions pour un F4. le premier payement de 20% se fera,

Soulignant que «plus 700.000 souscripteurs ont réussi à valider leur formulaire d’inscription en ligne», le chargé de communication auprès du ministère de l’Habitat, M. Ahmed Madani, a affirmé, à la presse, que «l’opération de souscription en ligne au nouveau programme de logements location-vente est clôturée».

Clôture des inscriptions en ligne

PlUS de 700.000 SoUScriPteUrS aadl enregiStréS dePUiS le 16 SePteMBre dernier

Nation

9

JoSé ManUel BarroSo PréSident de la coMMiSSion eUroPéenne :

comme prévu en 2002, en trois tranches de 10% à la signature de l’accord, 5% au début des travaux et 5% à la réception. les 80% restants vont être réglés par un prêt bonifié du trésor public. il y a lieu de rappeler, par ailleurs, qu’environ 1.000 hectares ont été localisés à alger pour l’assiette foncière relative à la réalisation du nouveau programme de l’aadl. le

ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. abdelmadjid tebboune, avait affirmé, récemment, que «le revenu est le premier critère nécessaire pour bénéficier d’un logement aadl dans le cadre du nouveau programme». Sihem Oubraham

détourner la tête» des drames de l’immigration comme celui de lampedusa en italie, a déclaré, hier, le président de la commission européenne, José Manuel Barroso, en visite sur la petite île sicilienne. «l’europe est avec les habitants de lampedusa. le problème de l’un de nos pays, comme l’italie, doit être perçu comme un problème de toute l’europe. l’europe ne peut pas détourner la tête», a déclaré M. Barroso à lampedusa, au cours d’une conférence de presse conjointe avec le chef du gouvernement italien enrico letta. «la commission européenne est convaincue et nous croyons fermement que l’Union européenne ne peut pas accepter que des milliers de personnes meurent à ses frontières. les défis que lampedusa et l’italie affrontent sont des défis européens», a poursuivi M. Barroso, qualifiant le drame de «tragédie sans précédent, qui s’est produite aux portes de l’europe». «en europe, ce genre d’événements ne devrait pas se produire, il faut des efforts plus poussés, cela exige une plus grande coopération entre tous les états membres», a-t-il dit. M. Barroso a en outre annoncé que l’Ue accorderait 30 millions d’euros supplémentaires à l’italie pour l’aider à gérer les flux migratoires, «même si nous savons que bien plus doit être fait». M. Barroso était accompagné à lampedusa de la commissaire européenne chargée des affaires intérieures, cecilia Malmström, de M. letta et d’angelino alfano, vice-Premier ministre italien et ministre de l’intérieur. Hier, près de 300 corps ont été récupérés par les autorités italiennes qui craignent que le bilan n’atteigne les 390 victimes.

L’Europe « ne peut pas détourner la tête » du drame de Lampedusa l’europe «ne peut pas

le conseil de l’europe et l’Union européenne ont réaffirmé, dans une déclaration rendue publique hier par la délégation de l’Ue en algérie, leur “ferme” opposition à la peine capitale qu’ils qualifient de sanction “cruelle” et “incapable” de prévenir la criminalité. “le conseil de l’europe et l’Union européenne réaffirment qu’ils sont fermement opposés à la peine de mort”, ont indiqué, dans une déclaration conjointe, M. thorbjar Jagland, secrétaire général du conseil de l’europe, et Mme catherine ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, à l’occasion de la Journée européenne et mondiale contre la peine de mort. les deux instances européennes “ne cessent de souligner, à chaque fois que l’occasion se présente, la nature inhumaine et cruelle de cette sanction inutile et son incapacité à prévenir la criminalité”, lit-on dans cette déclaration, dont l’aPS a obtenu une copie. “Si la tendance abolitionniste croissante constatée à l’échelle planétaire est pour nous une source d’encouragement, la reprise des exécutions et la levée de moratoires en vigueur depuis des dizaines d’années en différents endroits du monde montrent clairement qu’il faut poursuivre le combat entamé il y a déjà longtemps contre la peine de mort en europe et dans le reste du monde”, ont estimé Mme ashton et M. Jagland dans leur déclaration commune. Pour eux, “les voix qui s’élèvent en faveur de la peine de mort dans certaines couches de la société, y compris sur notre continent, prouvent qu’il est

Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne “fermement” opposés

Peine caPitale

entre 7.000 et 8.000 visiteurs ont fréquenté la deuxième édition du Salon de l’habitat promotionnel, de l’aménagement urbain et de la décoration (Build) 2013, clôturé hier en présence des exposants, dont des étrangers. cette manifestation a été une grande réussite dans la mesure où elle s’inscrit dans la perspective d’une dynamisation du secteur du bâtiment et des travaux publics, a souligné le directeur général de l’agence deUZe, M. Zaoui djelloul. cet évènement, deuxième du genre, qu’a abrité le complexe omnisports du 19Mai 1956 à l’initiative de l’agence deUZe, en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie (Seybouse), et la commune d’annaba, a permis aux visiteurs de découvrir les nouvelles techniques de construction et d’urbanisme. il a permis également, aux opérateurs immobiliers nationaux, d’échanger des expériences avec leurs homologues étrangers italiens, espagnols, portugais, turcs, chinois et français; ainsi que leurs voisins marocains et tunisiens. cette manifestation veut faire de la région est du pays, une locomotive de promotion des potentiels, notamment ceux de la ville d’annaba qui a bénéficié d’importants projets structurants, dont le nouveau pole urbain de draâ errich, qui comprend quelque 50.000 logements, tous segments confondus. B. Guetmi

Entre 7.000 et 8.000 visiteurs

Salon international BUild 2013

Ph. : Nacera

Jeudi 10 octobre 2013

toujours nécessaire d’expliquer pourquoi la peine de mort est contraire au droit à la vie et à la dignité humaine”. “aucune exécution n’ayant eu lieu sur leur territoire depuis quinze ans, l’Union européenne et le conseil de l’europe ont tous deux pour objectif premier de consolider l’abolition à l’intérieur de leurs frontières et par-delà celles-ci”, a relevé le même document. “le conseil de l’europe et l’Union européenne déplorent que la Biélorussie, qui est le dernier pays d’europe à le faire, continue d’appliquer la peine de mort. nous demandons instamment aux autorités biélorusses d’examiner et d’explorer toutes les possibilités envisageables pour décréter un moratoire sur les exécutions, premier pas vers l’abolition”, ont ajouté Mme ashton et M. Jagland. “nous saluons les efforts extraordinaires déployés par l’alliance interrégionale qui, en décembre 2012,

ont permis l’adoption, à une majorité sans précédent, de la résolution de l’assemblée générale des nations unies relative à un moratoire sur l’application de la peine de mort. les deux responsables européens ont tenu, par ailleurs, à souligner “l’importance considérable que revêt la tenue, à Madrid du 12 au 15 juin 2013, du cinquième congrès mondial”, estimant que “le nombre et la diversité des participants témoignent clairement de la tendance qui se dessine dans le monde contre la peine de mort”. le conseil de l’europe et l’Union européenne continueront, ont-ils affirmé, à “travailler en étroite collaboration avec tous les interlocuteurs concernés, qu’ils soient issus des milieux gouvernementaux ou de la société civile, en vue de mettre en place des synergies tendant vers l’abolition universelle”.

10

INDICE DE CONFIANCE DES CHEFS D’ENTREPRISES AU MOIS DE SEPTEMBRE

L’indice de confiance des chefs d’entreprises a enregistré une légère baisse au mois de septembre, avec toutefois des améliorations record pour certains indicateurs d’activités, indique l’enquête mensuelle du Forum des chefs d’entreprises (FCE).

« Légère baisse » relève le FCE

Economie

EL MOUDJAHID

L’

indice de confiance des chefs d’entreprises n’enregistre pas de variation significative à la veille de la tenue de la tripartite qui sera consacrée exclusivement aux questions économiques, notamment celles concernant directement l’entreprise, précise l’organisation patronale. Au mois de septembre dernier l’indice de confiance avait atteint -6 points, contre -5 points en juillet dernier, selon le FCE qui n’a pas effectué d’enquête en août, en raison des départs en congé pour la majorité des industriels ou des arrêts techniques pour la maintenance des équipements. L’indicateur du niveau des commandes, toutes activités économiques confondues, avec la valeur de -32 en septembre contre -19 en juillet, est en baisse de 13 points et prend la plus faible valeur enregistrée durant ces 12 derniers mois, en raison d’une forte baisse des commandes. Par ailleurs, l’indicateur des stocks des produits fabriqués affiche lui aussi des valeurs record des 12 derniers mois (+9 en juillet et +10 en septembre) traduisant ainsi une forte hausse des stocks résultant du recul des ventes. L’examen des indicateurs sectoriels fait ressortir une amélioration au niveau du secteur des industries

agroalimentaires avec un indice (+3) qui repasse dans la zone positive et gagnant 8 points par rapport à juillet (-5), et celui des Services avec un indice qui se rapproche sensiblement de la zone positive

en passant de -21 en juillet à -1 en septembre 2013. La situation est toute autre pour les industries manufacturières et pour le BTPH, pour lesquels on enregistre une évolution à la baisse de leurs in-

dices respectifs. L’indice des industries passe de +3 à -12 respectivement pour juillet et septembre et celui du BTPH passe de +4 à -1 pour la même période. A titre comparatif, l’amélioration du climat des affaires dans l’Union Européenne, se poursuit, par rapport à juillet, l’indice a progressé de : 4 points dans l’UE, 6 pts en Allemagne, 4 pts en Italie, Belgique et Espagne, moins de 1 point en France. Le baromètre de confiance des chefs d’entreprises, calculé sur la base de trois critères portant sur les perspectives de production, le volume des commandes et le niveau des stocks, résulte d’une comparaison avec ceux des principaux partenaires de l’Algérie, précise le FCE.

Djoudi à Washington

RÉUNIONS DE LA BM ET DU FMI

Organisation prochaine d'un forum d'affaires à Alger
ALGÉRIE-VIETNAM
Un Forum d'affaires algéro-vietnamien se tiendra le 20 octobre à Alger portant sur plusieurs secteurs d'activités, indique le Forum des chefs d'entreprises (FCE) hier. Cette rencontre à laquelle participera une délégation vietnamienne représentant différents secteurs, sera axée notamment sur l'industrie agro-alimentaire, le machinisme agricole, le plastique, les textiles et l'habillement. Il s'agira aussi d'aborder les secteurs de l'exploitation minière, la construction, les produits artisanaux aquatiques, ainsi que les matériaux de construction. Il est à rappeler que les échanges commerciaux entre l'Algérie et le Vietnam sont en progression continue passant de 6 millions de dollars en 2000, à plus de 100 millions de dollars en 2011, pour se situer autour de 150 millions de dollars actuellement.

POUR SIGNALER LES CAS DE « DÉVIANCE ET DE CONTREBANDE »
Les Douanes algériennes mettront «bientôt» en place un numéro vert pour signaler les comportements déviants des agents des Douanes et les cas de contrebande, a indiqué hier à Alger Mohamed Abdou Bouderbala, le directeur général de cette institution. «Bientôt, il y aura un numéro vert. Les citoyens pourront nous appeler directement pour nous poser les problèmes qu'ils rencontrent et être avec nous pour dénoncer toute déviance qu'ils peuvent constater ou pour lutter contre la contrebande», a souligné M. Bouderbala à la Radio nationale. Sur le même dossier, il a souligné que 1.000 nouveaux fonctionnaires seront affectés à la surveillance des frontières par lesquelles transitent illégalement les marchandises de contrebande. Au sujet de nouvelles mesures de lutte contre ce phénomène, il a souligné que cette tâche mobilise les services de l'ANP, de la Gendarmerie et des Douanes algériennes. Abordant le dossier des marchandises contrefaites, il a fait savoir qu'en 2013, les Douanes ont «suspendu le dédouanement de plus de 376.000 articles contre 593.000 en 2012», a-t-il souligné, précisant que «la lutte contre la contrefaçon est une responsabilité partagée» avec d'autres secteurs. M. Bouderbala a aussi livré les chiffres du commerce extérieur en indiquant que la facture des importations de l'Algérie devrait atteindre 56,9 milliards (mds) de dollars à la fin de 2013 avec une prédominance des biens destinés à la production. «En 2013, selon les estimations de croissance de nos importations, nous arriverons à 56,9 mds de dollars» contre 50,3 mds de dollars en 2012, a souligné M. Bouderbala. Dans le détail, il a précisé que la valeur des importations des biens destinés à la production atteindra 18 mds dollars, contre 17 mds pour les biens d'équipement. Quant aux biens alimentaires, leur facture s'élèvera à 10 mds de dollars contre 11 mds pour les biens de consommation non alimentaires destinés aux ménages. En volume, le DG des Douanes a précisé que 47 millions de tonnes de marchandises ont été traitées lors des neuf premiers mois de 2013 contre 32,4 millions de tonnes en 2011 et 28,2 millions en 2008. Le rôle de l'institution sera par ailleurs conforté après la révision attendue du code des douanes qui «est finalisé» en attendant son adoption par le Conseil des ministres et le Parlement, a dit M. Bouderbala. «La révision du code des douanes arrive à point nommé» car elle permet l'intégration d'un certain nombre de concepts consacrés dans les conventions douanières ainsi que l'intégration du thème de la lutte contre la corruption, a ajouté M. Bouderbala, rappelant que beaucoup de fonctionnaires ont été traduits en justice pour ce motif. A propos des sous-positions tarifaires, ce dernier a indiqué qu'elles passeront de 6.120 actuellement à 17.091 en 2014 pour faciliter la tâche aux importateurs grâce à un meilleur ciblage des produits. L'action de facilitation des procédures passe aussi par l'institution du statut d'Opérateur économique agréé dont le nombre est de 102 dans l'attente de l'agrément de nouvelles demandes, a dit M. Bouderbala.

Bientôt un numéro vert des Douanes

Le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, s’est rendu, hier, à Washington pour prendre part aux travaux des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), indique un communiqué du ministère. Le gouverneur de l'Algérie auprès du Groupe de la Banque mondiale participera ainsi aux travaux de la réunion intergouvernementale pour les questions monétaires internationales et le développement (G24) ainsi qu'à la réunion du comité de Développement du Groupe de la Banque mondiale et du Comité monétaire financier international qui feront le point sur les activités de ces deux institutions, indique le communiqué. Les rencontres des Gouverneurs arabes et africains avec le Président de la Banque mondiale sont également inscrites à l'agenda de ces réunions. Les participants à ces assises débattront des «questions liées à l'économie mondiale, au développement international et aux marchés financiers internationaux», selon le communiqué. Le ministre rencontrera au cours de son déplacement certains de ses homologues ainsi que des responsables des institutions financières internationales, poursuit la même source.

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

SéTIf ACCuEILLE LE 3e SALON INTERNATIONAL DES gRANDES CuLTuRES

D

es ambitions et des prétentions d’autant plus fortes quand on sait que cette wilaya ou une moyenne de 180.000 ha sont traités chaque année a su dépasser toutes les prévisions et mettre à profit tous les mécanismes d’incitation mis en œuvre par l’Etat pour atteindre cette année une production de 3.100.000 q de céréales et mieux, placer l’espace de ces deux dernières années 17 producteurs au Club des 50. Autant de résultats qui font que cette wilaya où a été mis en place un réseau qualité, tendant par ses activités de recherche et de vulgarisation à améliorer les rendements, constitue dès lors un terrain privilégié pour tous ceux-là, Algériens et étrangers qui assistent à ce Salon international en professionnels avertis et ne manquent pas de revenir sur la dimension actuelle de cette wilaya et les perspectives à court terme qu’elle s’assigne avec notamment la mise en œuvre de ce que l’on qualifie à juste titre à Sétif de projet du siècle. Dans ce contexte, le méga projet des grands transferts hydrauliques dont le taux d’avancement des travaux gigantesques a atteint 85 %, permettra de transferer à par-

En accueillant pour la troisième fois le Salon international des grandes cultures, Sétif, wilaya à vocation agricole, céréalière en particulier en dépit du tissu industriel qui est venu s’y greffer, a voulu, encore une fois, affirmer sa place indéniable dans ce secteur stratégique et les ambitions fortes qu’elle porte dans la réalisation de l’objectif inhérent à la sécurité alimentaire.

17 producteurs au Club des 50 en deux ans
tir des barrages d’Ighil Emda dans la wilaya de Bejaia et Erraguene dans celle de Jijel, 345 millions de m3 chaque année qui seront destinés à renforcer en grande partie les besoins en eau potable et irriguer 40.000 ha de terres agricoles non sans impact sur l’amélioration des rendements qui seront multipliés par 5 et la création de 100.000 emplois directs et indirects. C’est là un des points forts de l’intérêt particulier qui est manifestés par les participants à ce Salon placé sous le haut patronnage du ministre de l’Agriculture et du Développement rural et du wali de Sétif qui a procédé à l’inauguration de cette troisième édition en présence du président de la Chambre nationale de l’agriculture, de l’ambassadeur d’Egypte et des représentants de l’ambassade d’ukraine. A cet effet, le laboratoire allemand Bayer Cropscience qui participe pour la troisième fois à ce Salon des grandes cultures Céréal Expo 2013, et se propose de démontrer son implication et son intégration de l’importance de la culture des céréales et la nécessité d’accompagner les agriculteurs dans une démarche de rendement, mais aussi d’échanger et partager

Economie

11

L’

Etat « met tout en œuvre » en vue de soutenir l’élevage ovin et encourager le développement des régions steppiques, a affirmé un responsable du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. « L’Etat met tout en œuvre en vue de soutenir les éleveurs de cheptel ovin et encourager le développement des régions steppiques, à travers le soutien des prix de l’orge, la gratuité de la couverture sanitaire et la multiplication des points d’eau », a déclaré à l’APS Kheiredine Abdelnacer, directeur du développement agricole dans les zones arides et semi-arides. « Le ministère de l’Agriculture ne peut pas intervenir sur les prix qui restent libres et dépendant de l’offre et de la demande. Ses seules prérogatives consistent à soutenir les éleveurs à travers des mesures d’accompagnement », précise le même responsable. Le soutien du prix de l’orge par l’Etat à hauteur de 1.500 DA le quintal est de nature à appuyer considérablement les éleveurs qui s’approvisionnent men-

L’Etat met tout en œuvre pour soutenir l’activité
suellement auprès de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), a-t-il rappelé, ajoutant que cet aliment est « complémentaire » par d’autres comme le fourrage. Estimant « raisonnable » ce soutien apporté par l’Etat aux éleveurs, M. Abdelnacer cite d’autres mesures décidées dans le sens de l’encouragement de la filière ovine, dont la multiplication des unités fourragères, passées de 30 unités par hectares en 2006-2007 à 600 unités actuellement. Ce résultat a pu être obtenu après la mise en défens de pas moins de 350.000 ha, alors que 1.170 points d’eau ont été réalisés ou réhabilités, passant ainsi d’un point d’eau par 6000 ha à autant par 3.000 ha. Relevant la particularité des régions steppiques, couvertes à hauteur de 36 millions d’hectares par 25 wilayas, dont 13 à vocation agropastorale et fournissant près de 20 millions de têtes ovines, le responsable du ministère de l’Agriculture évoque un écosystème majoritairement « sensible à la dégradation ». Aussi, l’Etat s’est attelé à mul-

leurs expériences et leur savoirfaire avec les professionnels du secteur autour d’importants défis qui attendent l’Algérie, notamment en matière de sécurité alimentaire autour du dîner organisé pour tous les professionnels et producteurs du secteur. M. Badis Mohamed, le directeur commercial de ce laboratoire, souligne entre autres : «  Nous sommes-là pour présenter un laboratoire qui fête cette année ses 150 ans d’existence et saisissons cette occasion pour faire le lancement de la campagne céréalière en regroupant tous les partenaires et clients qui activent dans le secteur agricole. Nous saisissons cette oppor-

éLEVAgE OVIN

tunité pour les informer de toutes les nouveautés qui existent au niveau mondial dans le domaine de la céréaliculture. Bayer Cropscience, en Algérie, n’est pas une société commerciale, donc notre premier objectif est l’appui technique et le suivi de nos agriculteurs, c’est le travail journalier de notre équipe composée de 20 ingénieurs sur le territoire national. Nous adhérons parfaitement à la politique de l’Etat Algérien qui se fixe comme but la sécurité alimentaire et nous apportons dans ce contexte des innovations, des solutions techniques et de nouvelles stratégies à même de déboucher sur des niveaux de rendements

semblables à ceux qui sont réalisés à l’échelle mondiale. Nous travaillons de ce fait sur le terrain avec des instituts techniques, notamment pour ce qui est des céréales avec l’ITgC, l’INPV, les directions des services agricoles et les chambres de la profession pour atteindre des objectifs communs et là nous pouvons vous affirmer que nous sommes fiers et contents de relever que dans les régions de Bordj Bou-Arréridj et celle de Sétif nous avons des agriculteurs qui arrivent à faire des pic de 50 q à l’hectare. » Pour sa part M. Mohamed Benouari , le président de la chambre de l’agriculture, ne manque pas de souligner l’intérêt que suscite, aujourd’hui, ce secteur dans la wilaya de Sétif et les perspectives fortement prometteuses qu’elle s’assigne, créant par là même un engouement autant chez les participants que les visiteurs, estime que ce troisième Salon international sur les grandes cultures constitue «  une opportunité pour nos agriculteurs, notamment les céréaliculteurs de prendre connaissance des nouvelles innovations en la matiere et d’agir dans ce cadre d’échanges pour la maîtrise de nouvelles technologies. C’est pour nous, un moyen qui s’inscrit dans la démarche d’accompagnement de nos agriculteurs à l’effet de relever le défi qui s’impose en matière de sécurité alimentaire. » F. Zoghbi

Les contrats de partenariat signés par le ministère de la Défense nationale (MDN), le constructeur allemand Daimler/Mercedes-Benz et le groupe émirati Aabar investments, mardi passé, à Alger, pour la réalisation de projets dans l'industrie mécanique permettront le développement de l'activité de la sous-traitance, la création d'emplois et le transfert technologique, a affirmé, hier, à Alger, un responsable du MDN. Ces projets "inédits" ont permis de concrétiser des partenariats entre des EPIC du MDN et des EPE avec des partenaires étrangers et devraient "participer à la relance de l'industrie nationale", a indiqué le chargé de projets de partenariat à la direction des fabrications militaires au MDN lors d'un point de presse. Les trois partenaires ont signé, mardi passé, des contrats cadres et des contrats d'exécution relatifs à la réalisation de trois grands projets industriels à Rouiba (Alger), à Aïn Bouchekif (Tiaret) et à Oued Hamimine (Constantine). Les contrats portent sur la production de 15.000 cars, bus et camions par an au niveau du site de

Le partenariat algéro-germano-émirati permettra le développement de la sous-traitance

INDuSTRIE

Rouiba, de 8.000 véhicules utilitaires/an sur le site de Aïn Bouchekif (Tiaret) et une production annuelle de 25.000 moteurs au site de Oued Hamimine (Constantine). Les 25 contrats portent sur la concession de licences, le transfert du savoir-faire, l'utilisation de la marque Mercedes-Benz, l'assistance technique et la mise à niveau des sites de production, a expliqué le même responsable. Le directeur des projets d'industrialisation de Daimler en Algérie, M.Henri Paccalin, a souligné de son côté que les productions des trois

sites industriels sous le label Mercedes-Benz seront de la même qualité technique avec ceux produits en Allemagne. Relevant le "climat de confiance" qui a prévalu lors de la conclusion de ces accords, entre la partie algérienne et ses partenaires, il a expliqué qu'une ''importance particulière sera accordée à la formation d'une main-d'œuvre qualifiée''. Quant au président-directeur général de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), M. Hamoud Tazrouti, il a indiqué que des discussions "très avancées" sont en cours pour un possible partenariat dans la filière carrosserie industrielle avec des partenaires allemands ou autrichiens. Il a précisé que ces équipements seront destinés à la production de l'usine de Rouiba. Ce partenariat ambitionne un taux d'intégration de 30% durant les cinq premières années d'entrée en production de ces projets. Les premières productions sous le label Mercedes-Benz seront livrées au marché national dès le premier semestre 2014.

Jeudi 10 Octobre 2013

tées par l'Agence nationale de développement de l'investissement (Andi) lors d'un séminaire organisé à Stockholm (Suède), par la Chambre de commerce suédo-nord africaine, en collaboration avec l’ambassade d’Algérie. Durant cette rencontre qui a vu la participation de plus d’une cinquantaine d’entreprises suédoises activant dans divers secteurs, notamment l’industrie mécanique, électrique, l’industrie du bois et du papier, la santé et les équipements médicaux et paramédicaux, l’agro-alimentaire et les services, l'Andi a présenté une communication sur l'investissement en Algérie et les avantages comparatifs. Après l'intervention de l’ambassadeur d’Algérie à Stockholm qui a porté également sur les opportunités et le climat des affaires dans le pays, l’Andi a proposé des offres de projets en partenariats, identifiés par le ministère de Tutelle, et pouvant susciter l’intérêt des entreprises présentes. Les entreprises présentes lors de cette rencontre ont exprimé leur intérêt manifeste pour établir une présence permanente en Algérie, eu égard aux potentialités offertes, mais aussi à la lumière de la bonne notation, en matière de risque pays, dont fait l’objet l'Algérie, de la part de la compagnie d’assurance suédoise EKN. En marge de ce séminaire, la délégation de l’Andi s’est entretenue avec les responsables de l’Agence suédoise de l’investissement principalement sur les possibilités de coopération et d’échange de savoir-faire et d’expériences, en matière de développement et de promotion de l’investissement.

Les opportunités d'investissement en Algérie présentées par l'Andi Les opportunités d'investissement en Algérie ont été présen-

tiplier la plantation pastorale, selon ce même responsable, précisant que lorsque la pluviométrie fait défaut, l’éleveur est contraint de « se débarrasser » de l’une ou plusieurs de ses bêtes en proposant des coûts moindres, notamment à l’occasion de l’Aïd El Adha. Rappelant le projet de construction de trois grands complexes régionaux de viande (CRV), le représentant du ministère de l’Agriculture estime que le lancement effectif de ces unités devra « régler définitivement le problème de régulation des prix de la viande rouge » que le consommateur algérien affectionne particulièrement. Ces abattoirs industriels et professionnels contracteront des conventions avec les éleveurs en vue de maîtriser les prix des produits ovins et combler ainsi le déficit en matière de mécanismes de régulation qui faisait défaut jusque-là. Ces mesures permettront surtout aux citoyens algériens une meilleure accessibilité à un produit réputé n’être pas à la portée de tous, a-t-il relevé.

ALgéRIE-SuèDE

12
SIDI BEL AB BES

Des mouvements de protestation ont été déclenchés par les habitants de deux localités dans la wilaya de SIDI-BEL-ABBES pour dénoncer la détérioration de leur cadre de vie et la précarité de leur quotidien.

Pour une information objective …
MOUVEMENT DE PROTESTATION DANS LA LOCALITÉ D’OULED ALI

Régions

EL MOUDJAHID

S

Q

uoi de plus normal avec les temps qui courent pour faire valoir leurs revendications et interpeller les pouvoirs publics notamment les élus locaux à s’y pencher sur la prise en charge de leurs preoccupations. Ces faits, sans aucune gravité d’ailleurs puisqu’une commission a été dépêchée sur les lieux et le wali en personne s’est entretenu avec les membres de la société civile, furent naturellement relatés par quelques organes de presse dont les représentants ont cependant excellé dans la dramatisation. On a avancé que des gendarmes ont été blessés et se trouvent dans un état grave et des personnes arrêtées et présentées devant le tribunal sans aucune confirmation auprès des sources ou des services concernés. « Je suis vraiment surpris par ces informations rapportées ça et là .Où est la crédibilité ? S’interroge un gendarme sur les lieux de l’incident qui déplore de telles attitudes et regrette le manque d’objectivité et de professionnalisme… »Un communiqué même a été rendu public hier par le groupement de la gendarmerie pour apporter les précisions nécessaires et démentir ces informations… IL va sans dire qu’une telle démarche ne sert nullement l’intérêt de la collectivité ou de cette wilaya qui, loin de tout esprit de complaisance, renoue avec ses repères depuis quelques mois pour se consacrer exclusivement à son propre déve-

loppement et l’équilibre de ses zones. Les retards accumulés depuis au moins six ans pèsent énormément sur son évolution qu’il va falloir consentir des efforts gigantesques, voire des sacrifices pour les rattraper et relever le défi .Une alternative que le nouveau wali en a fait une raison d’être âpres avoir sillonné le territoire de la wilaya, identifié les carences et établir un plan de relance. Pour l’illustration, cette localité d’Ouled Ali qui fut le lieu de la protestation cette semaine, a retenu l’attention du responsable en tournée il y a trois mois pour bénéficier d’un centre culturel et de divertissement grâce à un transfert d’opération. C’est dire toute l’attention accordée à ces zones relativement déshérités et dont

la responsabilité incombe aux élus par leur manque d’initiative et de suivi d’une part et l’absence d’une projection d’autre part. Decidemment, la wilaya de SIDIBEL-ABBES a besoin d’être soutenue dans son nouvel élan et appuyée par entre autres une corporation de correspondants dans la vulgarisation de l’approche de sa modernisation.Doit-on par exemple dans un proche avenir se concentrer sur les éventuels et futurs désagréments provoqués par la réalisation du tramway ou au contraire lettre en relief la portée et les bienfaits de ce moyen moderne de transport ? Une question qui suscite la méditation et interpelle la conscience collective… A BELLAHA.

elon le chargé de la cellule de communication de la DEW de Mascara, le wali a procédé à l'installation officielle de Mme SALIHA SIDI YAGOUB née Saimi dans ses nouvelles fonctions de directrice de l’éducation de la wilaya de MASCARA en remplacement de M.BEGLI NOUAR décédé le 12 septembre de l'année en cours à la suite d'un arrêt cardiaque. La nouvelle responsable du secteur de l'éducation au niveau de la wilya de mascara a exercé plusieurs fonctions parmi lesquelles professeur formatrice à Saida, ensuite les mêmes fonctions à l'ITE de Mostaganem pour le recyclage des PEM, directrice de lycée à Tlemcen et à Mostaganem jusqu'en 2009 et inspectrice de l’éducation nationale de l'administration des lycées jusqu'à sa nomination à la tete du secteur dans la wilaya de MASCARA. La cérémonie s'est déroulée au siège de la wilaya en présence de l'inspecteur general du ministère de l’Éducation nationale et du secrétaire général de la wilaya et des cadres administratifs et pédagogiques des services de la DEW , qui au cours de laquelle ,le wali n'a pas manqué de rappeler à cet effet le grand volume des réalisations scolaires a travers toutes les localités de la wilaya même les plus enclavées de la région notablement au cours des deux dernières années en soulignant dans le même ordre d'idées des efforts gigantesques consentis par les pouvoirs publics pour la concrétisation des objectifs assignés à la promotion du secteur et l'amélioration du rendement pedagogique et la satisfaction des conditions de scolarisation aussi bien pour les apprenants que pour le corps enseignant . A.GHOMCHI

Une nouvelle directrice de l’éducation de wilaya
MASCARA

BÉJAIA

SESSION EXTRAORDINAIRE DE L’APW

SÉTIF

C’

est en ce début de semaine que M. Abdelkader Zoukh, wali de Sétif, a procédé à l’installation officielle de la commission de wilaya chargée de la réhabilitation des services publics administratifs locaux. Cette cérémonie, tenue au siège de la wilaya et qui a été marquée par la présence du secrétaire général de la wilaya, de l’inspecteur général, du DRAG, du DAL, des chefs de daïras, des présidents d’APC et des secrétaires généraux de communes et membres de l’APW qui composent cette commission, s’inscrit dans une logique tendant notamment à apporter toutes les réponses qui se doivent aux revendications exprimées par le citoyen et mettre en place des mécanismes de lutte contre la bureaucratie et partant, l’annihilation de tous les effets qu’elle a pu induire. Aussi s’agira-t’il également à travers la mise en place d’un tel mécanisme qui est le juste prolongement de la nomination d’un ministre, auprès du premier ministre, chargé de la réforme du service public, de consolider la relation de confiance entre le citoyen et l’administration et contribuer à la mise en place d’une dynamique allant dans le sens de la promotion du service public. Le wali, intervenant dans ce contexte, fera état du chemin à parcourir dans ce domaine, en dépit de l’impact produit par les réalisations de ces dernières années, marquées notamment par la réception de structures nouvelles répondant aux préoccupations quotidiennes du citoyen dans les coins les plus reculés de cette wilaya et la lutte implacable livrée à la bureaucratie au niveau des services publics notamment. Le chef de l’exécutif, qui reviendra sur les grands objectifs de

Apporter une réponse aux préoccupations quotidiennes
INSTALLATION DE LA COMMISSION DE WILAYA CHARGÉE DE LA RÉHABILITATION DES SERVICES PUBLICS

L’

l’instruction ministérielle et les objectifs à atteindre, entre autres, au titre de l’amélioration des conditions d’accueil, la simplification des procédures et l’accompagnement des services publics locaux dans les missions qui leur sont assignées, appellera les membres de cette commission à cerner l’ensemble des contraintes et autres blocages éventuels constatés sur le terrain, à travers des propositions et recommandations pratiques destinées à impulser le service public au rang qui lui est dû et d’agir ainsi vite et bien dans la mise en œuvre des réponses qui s’imposent face aux aspirations du citoyen. Abdelkader Zoukh, qui ne manquera également pas de rappeler à cet effet la nécessité de continuer à faire dans le sens d’un encadrement de qualité des services

publics, quand bien même le taux d’encadrement atteindrait aujourd’hui 14% au niveau des communes de la wilaya de Sétif, soulignera par là même les effets induits à tous les niveaux par la généralisation de l’outil informatique, réduisant ainsi fortement les délais de délivrance de nombreux documents aux citoyens qui, de surcroit, ne sont plus soumis à de longs déplacements. Autant d’actions qui nécessitent d’être suivies et consolidées avec la rigueur qui se doit, dira le wali qui instruira également les membres de cette commission à veiller scrupuleusement à la réalisation des objectifs qu’impose la réhabilitation des services publics locaux et, à ce titre, la réponse à apporter aux préoccupations quotidiennes du citoyen. F. Zoghbi

assemblée populaire de la wilaya de Bejaia (APW) s’est réunie mardi en présence du wali, des directeurs de l’exécutif de la wilaya et des chefs de daïras pour débattre deux points inscrits a l’ordre du jour a savoir un point d’information sur l’inscription du complexe pétrochimique a Bejaia et la présentation et l’adoption du budget supplémentaire pour l’exercice 2013. Au cours de cette séance le wali et le président de l’APW ont tenus à rassurer l’assistance sur l’accord du ministre des travaux publics pour l’inscription du dédoublement de la RN 26 sur 65 KM, partant d’El Kseur jusqu'à la limite de la wilaya de Bouira ainsi que la RN 9 de Souk El Tenine a la limite de la wilaya de Sétif. Une décision favorablement accueillie par l’ensemble des élus, prise suite a la visite de Farouk Chiali a Bejaia. Le premier point qui a été longuement débattu concerne, le complexe pétrochimique qui devait être implanté a Bejaia et qui selon le président de l’APW serait en phase de délocalisation vers une autre wilaya. Cette information qui a secoué les élus, malgré les assurances du directeur des mines et de l’énergie qui a confirmé le maintien du projet, a fait l’objet de la rédaction d’une résolution, lue à l’assistance et remise à la presse. Dans cette résolution, l’APW souligne que : Qu’elle fonde beaucoup d’espoir sur ce grand projet d’investissement inscrit

Les élus s’inquiètent du sort du complexe pétrochimique

au profit de la wilaya et ce depuis les dernières 50 ans, qui au delà des retombées positives sur notre région en terme d’emplois et d’intégration économique, replace notre wilaya au cœur de la dynamique de développement national et apportera de manière claire et définitive la preuve que l’état est soucieux de l’équilibre régional en termes d’investissement et démontera les accusations récurrentes de régionalisme » et de poursuivre : « Hélas des informations nous sont parvenues et qui font état de la volonté et même de la décision des pouvoirs publics de délocaliser ce projet au profit d’une autre wilaya. Ces informations ont été prises au sérieux du fait qu’un même projet du même type, initialement prévu a Bejaia en 2005, a fait déjà l’objet d’une délocalisation au profit d’une autre wilaya, ce que notre population a ressenti comme étant une mise a l’écart de notre wilaya du schéma de développement du pays ». Selon, les élus, ce projet nécessitera une mobilisation totale des populations de la wilaya et de l’ensemble des élus pour que le projet sera maintenue et réalisé à Bejaia ». Ensuite le deuxième point a été également évoqué chapitre par chapitre ou le directeur de la réglementation locale a présenté l’avant projet du budget supplémentaire 2013. Le dit projet a été adopté à l’unanimité. M. Laouer

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Imerhan N'Tinezraft, qui se caractérise par son cachet traditionnel, a déjà édité un album en 2012 en Italie où elle a repris ses chansons les plus connues dont Arodj inizdjam, Illiwtyan dagh tinariwin, Ideslagh Imadjerad. La troupe est composée de sept musiciens et chanteurs.

La troupe targuie Imerhan N'Tinezraft à l’affiche
FESTIVAL MONDIAL DE LA MUSIQUE D'OSLO

Culture

13

Le Jack Bauer indien débarque sur les écrans

ADAPTATION DE LA SÉRIE 24 HEURES CHRONO

L

a troupe targuie de Tamanrasset Imerhan N'Tinezraft prendra part, aux côtés d'une cinquantaine de participants entre chanteurs en solo et groupes représentant plus de 20 pays, au 20e Festival mondial de la musique d'Oslo, prévu du 29 octobre au 3 novembre prochains, annonce-t-on sur le site du festival. Imerhan N'Tinezraft (Les amis du désert "Tinezraft") participera à la manifestation parallèle "Festival au désert en exil", initialement "Festival au désert", organisée habituellement dans le nord du Mali, en présence d'autres artistes maliens de renom. Créé en 2001, le "Festival au désert" était organisé tous les an près de Tombouctou (nord du Mali), avant d'être gelé en 2013 suite à la crise qui a frappé le Mali en 2012 et qui a vu des groupuscules d'extrémistes terroristes prendre le contrôle de la région. Après l'annulation de l'édition de 2013, des artistes maliens ont organisé une tournée pour la paix au Mali qui les a menés aux États-Unis, au Canada et dans le nord de l'Europe. Imerhan N'Tinez-

raft, qui se caractérise par son cachet traditionnel, a déjà édité un album en 2012 en Italie où elle a repris ses chansons les plus connues, dont Arodj inizdjam, Illiwtyan dagh tinariwin, Ideslagh Imadjerad. La troupe, composé de sept musiciens

Une stèle pour commémorer l’odyssée du Dina à Nador Une délégation de l'Organisation nationale des moudjahidine
ALGÉRIE-MAROC, HISTOIRE
(ONM) a participé, récemment, à l'inauguration d'une stèle commémorative de l’accostage, le 5 mars 1955, du bateau dénommé Dina, près Ras El-Ma, dans la province de Nador au Maroc, pour décharger des pièces d'armes destinées aux combattants algériens et marocains. À cette occasion, le chef de la délégation algérienne a prononcé une allocution dans laquelle il a rappelé les conditions ayant entouré "l'accostage du navire", saluant "cette initiative et la nature des relations fraternelles et de solidarité qui unissaient les Algériens et les Marocains tout au long de leur lutte commune contre l'occupant français", a souligné, mardi, un communiqué de l'ONM dont une copie est parvenue à l'APS. En 1955, le bateau Dina, chargé d'une vingtaine de tonnes d’armes, a accosté à Ras El-Ma dans les environs de Nador (Maroc) en provenance d'Alexandrie (Égypte) pour venir en aide aux combattants algériens et marocains contre l’armée coloniale française. Le bateau avait à son bord, plusieurs moudjahidine algériens, dont l'ancien président Houari Boumediène.

L’Ouarsenis dévoile son patrimoine dans les Ziban La wilaya de Biskra accueille, depuis lundi soir, à la maison de la Culture
ÉCHANGES CULTURELS

et chanteurs menés par Iyad et Farès, a déjà participé à plusieurs festivals de musique en Algérie et à l'étranger, à l'instar du "Sfinks mixed Festival" de Belgique de 2013. Inauguré en 1994, le Festival mondial de la musique d'Oslo se

fixe pour objectif de faire connaître la musique du monde, notamment d'Asie, d'Amérique latine et d'Afrique afin de mettre en exergue les valeurs véhiculées par ces différentes expressions du monde.

L

e Brésil, invité d'honneur de la foire du livre de Francfort 2013 qui ouvrait hier, veut dépasser la caïpirinha ou le carnaval pour se présenter en terre d'art et de littérature. "L'image que nous avons du Brésil n'est pas associée au livre. À la différence de nos voisins, le Brésil n'est pas perçu comme un pays de littérature", a déclaré Ana Maria Machado, auteur et présidente de l'académie brésilienne de poésie, lors de la cérémonie d'ouverture du plus important rendez-vous mondial de l'édition mardi soir. Pourtant, "la littérature brésilienne a beaucoup à offrir dans la diversité de ses prototypes, sa turbulence, son renouvellement des formes, la variété de registre des dialogues ironiques par rapport aux canons actuels, (...) et des parodies et pastiches parmi les plus stimulants", at-elle expliqué. "Les stéréotypes de ceux qui regardent le Brésil sont basés sur une culture (...), celle du corps. Mais c'est un corps dont l'intellect est souvent oublié" face au

football, à la danse ou aux corps bronzés sur les plages, poursuivaitelle. "Le Brésil est un poids lourd de la culture", a renchéri lors de l'inauguration le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle. Fort de ses 200 millions d'habitants, le pays entend renforcer sa place sur la scène culturelle internationale. Le gouvernement a débloqué depuis 2011 près d'un million d'euros pour faire traduire 300 œuvres brésiliennes dans 67 langues étrangères, dont certaines sont présentées à Francfort. La Foire du livre constitue une vitrine de premier plan pour le pays, invité d'honneur pour la deuxième fois, après 1994. Avec 7.100 exposants annoncés pour l'édition 2013, cette manifestation doit accueillir entre 250.000 et 300.000 visiteurs, professionnels jusqu'à vendredi soir puis grand public pendant le week-end. "Le Brésil fonde beaucoup d'espoirs dans cet événement", expliquait Renato Lessa, directeur du

Le Brésil invité d’honneur
FOIRE DU LIVRE DE FRANCFORT

Ahmed-Redha-Houhou, une caravane culturelle en provenance de la ville de Tissemsilt qui étalera, durant une semaine, son patrimoine et son histoire. La capitale des Ziban a encore vibré, mardi, aux rythmes de la musique folklorique de Tissemsilt, une ville dont l’appellation signifie "coucher de soleil". Les Biskris ont particulièrement applaudi les danses populaires très rythmées et tout aussi entraînantes de cette région. Inscrite dans le cadre des festivals locaux des arts et cultures populaires, cette manifestation d’échanges donne également à admirer, dans une exposition, le burnous en oubar (poil de dromadaire) et des selles traditionnelles brodées de fil d’or. Les Biskris sont également invités, tout au long de cette semaine culturelle, à un voyage spatio-temporel à travers l’histoire de la région de Tissemsilt dont la grandeur n’a d’égale que la majesté de ses monts. M. Lakhdar Saïdani, chercheur en histoire, membre de la délégation hôte, présente, à travers une exposition, les sites archéologiques et les vestiges historiques qui racontent les diverses civilisations qui se sont succédées dans la Cité, la citadelle Aïn Tourkia, dans la région de Khemisti, les vestiges de Boukaïdi, dans le nord de la wilaya, Aïn Sfa et Aïn Lahdjar, notamment.

comité brésilien. Représenté par 70 auteurs et près de 170 maisons d'éditions, le pays organisera de nombreux concerts, expositions, démonstrations d'art de rue, projections cinématographiques et représentations théâtrales. Une vingtaine d'auteurs supplémentaires devraient être présentés à travers toute l'Allemagne d'ici la fin de l'année. Ombre au tableau toutefois, l'un des auteurs brésiliens les plus vendus, Paulo Coelho, a annoncé boycotter l'événement, affirmant ne connaître qu'une vingtaine d'auteurs sur les 70 sélectionnés. "Probablement des amis d'amis. Du népotisme. Il y a une nouvelle scène littéraire passionnante au Brésil. Beaucoup de ces jeunes auteurs ne se trouvent toutefois pas sur la liste", a-t-il regretté dans une interview au quotidien allemand Die Welt. D'autres célébrités ont en revanche fait le déplacement à l'image de Paulo Lins, auteur de "La Cité de Dieu" (1997), racontant la réalité sombre et brutale de la vie dans l'une des

700 Favelas du pays, qui a inspiré le film du même nom cinq ans plus tard. Le pays compte environ 72 millions de lecteurs et plus de 3.000 librairies. Parmi les thèmes abordés dans les livres présentés lors de la Foire de Francfort, le football occupe une place importante, alors que le pays doit accueillir l'an prochain la coupe du monde. Nombre de récits romanesques traitent également de la crise sociale dans le pays, qui s'est traduite ces derniers jours par de nouvelles vagues de violences. "Environ 9% des gens ne savent pas lire et écrire, et 20% sont jugés analphabètes. La perpétuation de l'ignorance comme moyen de domination, la marque des élites qui étaient au pouvoir jusqu'à récemment, est visible", soulignait Luiz Ruffato, l'un des auteurs brésiliens contemporains les plus en vue. Source d'espoir toutefois, "42 millions de gens se sont élevés dans l'échelle sociale ces dernières années", ajoutait-il.

Jack Bauer tient en haleine les téléspectateurs indiens pour la première adaptation à l'étranger de la série 24 heures chrono dans laquelle l'agent antiterroriste est incarné par une star de Bollywood. Interprété habituellement par Kiefer Sutherland, l'agent Bauer apparaît en Inde sous les traits de la star Anil Kapoor, qui joua en particulier le rôle du présentateur TV dans le film Slumdog millionaire, et s'appelle agent Jai Singh Rathod. Pour ce "24" indien, dont le premier épisode a été diffusé vendredi, Kapoor explique que l'ossature de la série originale américaine a été conservée — en particulier chaque saison tient dans 24 heures de la vie de Bauer — mais prend une saveur indienne. "La chair et le sang sont indiens. En Inde, nous sommes assurément beaucoup plus conservateurs et mélodramatiques", explique-t-il à l'AFP, tout en précisant que les habituelles chorégraphies chantées de Bollywood n'ont pas leur place. La série relate le contrela-montre d'une équipe d'agents américains qui tentent d'infiltrer des réseaux terroristes et de contrer des projets d'attentats. Chaque saison de 24 épisodes relate une action se déroulant sur 24 heures, chaque épisode racontant une heure de la vie de ces agents. Kapoor, producteur de la série indienne, a joué un rôle dans la saison 8 de la série originale, celui du président de l'État islamique imaginaire du Kamistan. Grâce à sa connaissance d'Hollywood, il a obtenu les droits lui permettant de créer l'adaptation indienne, réalisée pour un budget représentant 5% de la série originale, mais qui constitue l'une des productions les plus chères de la télévision indienne. Plus qu'obtenir les droits, la difficulté fut de trouver une chaîne indienne pour diffuser la série, explique-t-il. "Elles étaient enthousiastes, mais aucune ne veut investir dans la fiction. Elles ne mettent de l'argent que dans le reality show et les stars, mais pas dans le contenu", dit-il depuis Bombay. La série est finalement diffusée sur la chaîne de divertissement Colors en prime time le vendredi soir. Malgré les restrictions de coûts, "la taille des équipes, les budgets, les décors, les grues, camions, l'équipement sont pratiquement à l'échelle d'un film", précise Anil Kapoor. 350 personnes étaient mobilisés aux États-Unis sur le tournage d'un épisode. "Après tant d'années comme acteur et producteur, en travaillant sur 24 et en lisant les scripts, j'ai eu l'impression que c'était le bon moment pour l'Inde", ajoute Kapoor. Et pour son rôle, le personnage est bien différent du Jack Bauer incarné par Kiefer Sutherland dans la série originale. "Kiefer et moi sommes deux personnes différentes, avec un système de valeurs différent, une culture et des mondes dont les sujets et les situations sont complètement différents", relève l'acteur.

Jeudi 10 Octobre 2013

14

malade Obama : « Les Etats-Unis continueront L’Europe de sa droite à s’en prendre aux extrémistes » l
RAIDS AMÉRICAINS EN AFRIQUE
AUtrEmEnt Dit
Le président Barack Obama a promis mardi que les Etats-Unis continueraient à s’en prendre aux extrémistes, après deux raids distincts en Somalie et en Libye le week-end dernier, mais a refusé de commenter la légalité de l’opération à Tripoli.

Monde

EL MOUDJAHID

ous avons dégradé le noyau central d’Al-Qaïda qui opérait avant tout entre l’Afghanistan et le Pakistan. Mais maintenant, il existe des groupes régionaux, certains liés de façon explicite à AlQaïda ou à cette idéologie, d’autres plus autonome», a observé M. Obama lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche. «Rares sont ceux qui peuvent opérer à l’extérieur de leurs frontières, mais ils peuvent faire beaucoup de dégâts au sein de leurs frontières», a expliqué le président, en citant l’Afrique parmi les endroits dans lesquels ces groupes peuvent se cacher. “Nous allons devoir continuer à nous en prendre à eux. Mais il y a une différence entre poursuivre les terroristes et nous impliquer dans des guerres», a prévenu M. Obama. Le président américain a salué ces deux opérations, estimant qu’elles illustraient «les capacités, le dévouement et le talent extraordinaires des membres de nos forces armées».

«N

Tripoli enjoint Washington de lui remettre Abou Anas al-Libi dans l’immédiat
Le porte-parole du Congrès général national libyen (CGN), la plus haute autorité politique du pays, a déclaré mardi, dans un communiqué que son institution enjoint Washington de lui remettre «immédiatement» Abou Anas al-Libi, un chef présumé d’Al-Qaïda que les Etats-Unis ont capturé à Tripoli. Selon ce communiqué lu par le porte-parole Omar Hmidan, le CGN a souligné «la nécessité de la remise immédiate du citoyen libyen», qualifiant l’opération américaine de «violation flagrante

Deux obus de mortiers se sont abattus, hier, sur le siège de la Banque centrale à Damas, provoquant des dommages mais pas de victimes, ont rapporté des médias. «Deux obus ont frappé la Banque centrale, a indiqué un témoin résidant dans le centre de Damas, cité par l’agence AFP. «Un obus s’est écrasé sur le toit du bâtiment, situé sur la place Sabaa Bahrat, et un autre est tombé sur le parking de la banque», a précisé le témoin qui n’a pas fait état de victime. Les rebelles syriens ont établi une série de bases à la périphérie de la capitale à partir

Le siège de la Banque centrale à Damas touché par des obus
SYRIE
desquelles ils tirent régulièrement des obus et des roquettes sur le centre ville. Dimanche, au moins huit personnes ont été tuées par des obus tombés sur Qassaa, un quartier de la Vieille ville de Damas, selon l’agence officielle Sana. Le mois dernier, une femme a été tuée par une roquette tirée sur le consulat irakien à Damas. Au chapitre humanitaire, l’UE doit se préparer à «un afflux massif» de réfugiés syriens, a prévenu hier, au nom de la Commission européenne, le commissaire français Michel Barnier, appelant à une plus grande solidarité à l’égard de cette population. «Nous devons

de la souveraineté nationale». Le texte voté au Congrès souligne également la «nécessité de permettre aux autorités libyennes et à sa famille d’entrer en contact avec Abou Anas alLibi et de lui garantir l’accès à un avocat». Il

s’agit de la première réaction officielle libyenne condamnant clairement l’opération américaine, le gouvernement libyen ayant tenu jusqu’ici des propos mesurés.

nous préparer à la possibilité d’un afflux plus massif encore» de réfugiés syriens, a dit M. Barnier au cours d’un débat sur la Syrie au Parlement européen à Strasbourg. Plusieurs pays dont la Bulgarie et la Grèce font déjà face à l’arrivée en grand nombre de réfugiés syriens mais «ce n’est plus une question strictement nationale, c’est une question européenne», a souligné M. Barnier. «La réponse n’est sûrement pas dans la fermeture de nos frontières nationales, ou l’attitude de se barricader, elle est dans davantage d’Europe», a-t-il insisté.

Partout en Europe, des partis politiques dont les programmes revendiquent ouvertement une «identité européenne pure» renforcent leurs rangs, consolident leurs positions, participent à la vie politique parlementaire, sont membres de gouvernements et inspirent une politique d’Etat qui fait de l’immigration et de l’islam les potions pour s’attirer les faveurs d’une base groggy. Ligue du Nord, en Italie, Parti Populaire en Belgique, PVV aux Pays-Bas, FPÖ en Autriche, Union Démocratique du Centre en Suisse, Parti du Peuple Danois au Danemark, Front National en France. Ces partis malgré leurs différences se rejoignent sur un socle commun : le rejet du parlementarisme, un nationalisme extrême exprimé sous le triptyque du rejet de la construction européenne, de l’immigration et de l’islam… Ces deux derniers considérés comme incapable de s’intégrer au modèle culturel européen et auxquels on oppose l’ethnicité («la préférence nationale»), au multiculturalisme, le Pays réel contre le Pays légal, le droit du sang contre le droit du sol. Prises en tenailles entre les impatiences et sentiments d’avoir été flouées de la base électorale et leur incapacité à développer un discours fédérateur, d’ouverture, gauche et droite, se fourvoient dans des sentiers empruntés auparavant par l’extrême droite avec le fol espoir de récupérer des voix que leur inconséquence a précipité dans le plus grand parti de leur pays : celui des abstentionnistes. Les périodes de crise favorisent les réflexes de repli, les opinions xénophobes, les sentiments hostiles à l’immigration». Dans cette même Europe de ce début du 21e siècle, une crise économique persistante destructrice comme le fut le Krach de 1929, offre une nouvelle jeunesse aux partis extrémistes. Ils se réemploient à l’ombre du mécontentement social. Ceci dit, un pays en difficulté économique comme un autre connaissant une croissance peuvent développer les mêmes réflexes : Le repli est déclenché par une arrivée d’immigrés qui «volent» le travail et les acquis sociaux des habitants légaux. En 2011, chef de file de l’extrême droite en France, Marine Le Pen est allée, à Lampedusa (Italie), accompagnée de Mario Borghezio, eurodéputé de la Ligue du Nord, parti xénophobe italien pour cristalliser cette haine de l’autre. Lampedusa aujourd’hui… L’Europe va-t-elle se réveiller et bannir à jamais cet égoïsme d’Etat ? M. Koursi

Brèves…

NAUFRAGE DE LAMPEDUSA
Les plongeurs italiens ont récupéré, mardi, 43 nouveaux corps autour de l’épave de l’embarcation de migrants qui avait fait naufrage jeudi dernier, près de Lampedusa. Cette macabre découverte porte à 274 morts le bilan de la tragédie, mais les autorités italiennes, qui se réfèrent aux témoignages des équipes de plongeurs, craignent que le bilan de cette tragédie soit encore plus lourd et pourrait même dépasser 350 morts. Un précédent bilan des victimes du naufrage faisait état de 231 morts. Parmi les 500 personnes, en majorité des Erythréens et Somaliens, entassées sur une embarcation de pêche, seuls 155 ont la vie sauve, rapportent les médias italiens qui citent des responsables de la police et de la Protection civile.

274 corps repêchés

Attentat contre un bâtiment désaffecté de l’armée dans le Sinaï
EGYPTE

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a appelé, hier, lors d’un sommet de l’Asie du Sud-Est à «la paix et l’amitié» en mer de Chine méridionale, objet de conflits entre Pékin et ses pays voisins. «Nous devons travailler de concert afin de faire de la mer de Chine méridionale une mer de paix, d’amitié et de coopération», a affirmé le chef de gouvernement. Pékin revendique quasiment toute la mer de Chine méridionale, carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial, et réserve potentielle d’hydrocarbures. Mais les prétentions chinoises s’opposent à plusieurs pays membres de l’Asean, en particulier le Vietnam et les Philippines, avec qui les tensions ont pu être vives.

Pékin appelle à « la paix et l’amitié » en mer de Chine méridionale

CONFLITS TERRITORIAUX

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a annoncé, mardi, la nomination par le Pentagone d’un émissaire chargé de fermer la prison militaire controversée de Guantanamo. Paul Lewis, ancien juriste chargé du dossier de Guantanamo au sein de la Chambre des représentants, devra également superviser le transfèrement de prisonniers libérables vers des pays tiers, a indiqué M. Hagel.

nomination d’un émissaire pour fermer Guantanamo
ETATS-UNIS

RETRAIT DE LA GAMBIE DU COMMONWEALTH

Une bombe a endommagé, hier, un bâtiment désaffecté de l’armée dans la péninsule égyptienne du Sinaï, où des insurgés multiplient les attaques depuis la répression sanglante visant les partisans du président destitué Mohamed Morsi, ont indiqué des services de sécurité. L’attentat a visé des bureaux des services de renseignements de l’armée, inutilisés depuis juin, à Rafah, la ville abritant le point de passage vers Ghaza (Palestine), selon les mêmes sources. L’explosion de cette bombe survient deux jours après trois attentats et attaques visant l’armée ou la police, qui ont tué neuf soldats et policiers, au lendemain de heurts qui ont fait 57 morts entre les forces de l’ordre et des manifestants réclamant le retour au pouvoir du président Morsi. Ce dernier a été destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet après que des millions d’Egyptiens sont descendus dans la rue pour réclamer son départ. Par ailleurs, le procès du président islamiste destitué Mohamed Morsi pour «incitation au meurtre» de manifestants, au Caire en décembre 2012, va débuter le 4 novembre, a indiqué hier l’agence officielle Mena. Mohamed Morsi va comparaître au côté de 14 autres accusés pour la mort de manifestants devant le palais présidentiel, près de sept mois avant sa destitution par l’armée le 3 juillet.

Huit personnes ont été tuées mercredi dans l’explosion d’une bombe au sud de la capitale irakienne Baghdad, selon des sources médicales et de sécurité. La bombe, déposée au bord de la route, a explosé au passage d’un camion transportant des ouvriers. Sept d’entre eux ont également été blessés dans cet attentat, précisent ces sources. Les violences ont enregistré une hausse très importante en Irak depuis le début de l’année au point de retrouver leur niveau de 2008, les bilans mensuels oscillant désormais entre 800 et 1.000 morts.

Huit morts dans de nouvelles violences
IRAK

La décision de la Gambie de se retirer du Commonwealth est «définitive» et «non négociable», a affirmé mardi, la présidence gambienne dans un communiqué. «Nous tenons à informer nos alliés qu’il est inutile de dépêcher à Banjul des émissaires pour que nous reconsidérions notre décision», a indiqué la présidence. La Gambie rappelle que cette décision annoncée le 2 octobre a été prise en partant «du principe que nous ne voulons plus faire partie d’institutions coloniales ou néo- coloniales», précise le communiqué. En conséquence, «les pays africains qui envisagent de dépêcher des émissaires» sont appelés à ne «pas gaspiller l’argent de leurs contribuable », ajoute le texte.

« Une décision définitive et non négociable »

Jeudi 10 Octobre 2013

16 EL MOUDJAHID

I

Si les Algériens sont nombreux à vouloir honorer le rite religieux du sacrifice du mouton de l'Aïd, ils le sont tout autant à se plaindre de la cherté des bovins. A Djelfa, éleveurs et revendeurs ont leurs arguments pour justifier le diktat des prix.

A Djelfa, éleveurs et maquignons imposent leur diktat
MOUTON DE L'AÏD

l est à peine 7 h et le marché ovin de Ain-Erroumia (30 km du chef-lieu de Djelfa) grouille d'une activité marchande qui ne tarde pas à atteindre son pic avec l'arrivée des derniers essaims de troupeaux et la conclusion des ultimes transactions entre éleveurs et maquignons ou simples acheteurs. Ce Souk hebdomadaire offre l'image d'une bourse particulière en pleine effervescence et l'activité y débute en fait dès l'aurore, voire la veille au soir. Avec près de 3 millions de cheptel ovin et près de 5.000 éleveurs, Djelfa est, en effet, réputée pour être une des principales wilayas pourvoyeuses en viande ovine de qualité et connaît une affluence inhabituelle durant les jours précédant l'Aïd. "Je vous donne 30.000 DA pour cet agneau !", lance une voix à laquelle le propriétaire d'un troupeau de plus d'une dizaine de bêtes, rétorque par la négative, tout en demandant 35.000 DA. Le client, un revendeur, se montre coriace et ne quitte pas les lieux : il attendra le temps qu'il faudra pour que le propriétaire des bêtes fléchisse. D'autres voix fusent par intermèdes, créant un brouhaha accentué par le bêlement de centaines de moutons soumis aux enchères et à l'appréciation des acheteurs et autres revendeurs. Lorsqu'un potentiel acheteur se voit indiquer le prix de 40.000 DA pour un mouton, il ne peut s'empêcher de lancer à l'éleveur : " Et à quel prix vais-je le revendre alors ?". Et au maquignon d'égrener les charges que son cheptel lui impose pour justifier le montant annoncé. Le chapelet des charges sera alors déroulé par tous les éleveurs qui ont investi le marché. La quantité "dérisoire" achetée auprès de l'Etat et la cherté de l'orge figurent en tête des doléances. Un producteur arrivé de Laghouat, propose des agneaux à 35.000 DA et affiche une certaine fierté à exhiber le meilleur "spécimen" de son troupeau, un bélier de six ans (seddassi) qui a fait l'objet d'une offre maximale de 70.000 DA. "Même à ce prix, je ne suis pas gagnant. Il faut compter 100.000 DA pour que les dépenses assumées pour son élevage soient amorties", tranche-t-il, suggérant, ainsi, qu'il est le propriétaire de la bête, ce qui n'est pas

toujours évident. Difficile, en effet, de distinguer l'éleveur du revendeur et, encore moins, de savoir s'il s'agit d’une 1re ou 2e main. Le revendeur préfère souvent éluder la question. Il est encore moins évident de s'entendre "avouer" le montant du profit engrangé sur chaque tête vendue, aussi bien par le producteur que le revendeur. "C'est un circuit très complexe, les éleveurs se plaignent de ne pas gagner assez, et les revendeurs qui saisissent l'occasion de l'Aïd pour se faire de l'argent encore plus. Que dire alors du citoyen qui est, en réalité, le maillon faible de la chaîne ?", s'indigne Ahmed, habitant de Djelfa qui n'hésite pas à parler d'une "maffia" du mouton. Il en veut pour argument, l'enrichissement de plusieurs familles de la région grâce à l'activité de l'élevage, dont certaines réputées pour être les plus nanties de la ville. Munis de téléphones portables, quelques éleveurs reçoivent des appels pour se renseigner du "cours" pratiqué dans ce "souk". Il s'agit des plus "rodés" du milieu qui ont une clientèle fidèle, acquise au fil des années, et qui permettent aux éleveurs de tisser leur propre ré-

Si, à quelques jours de la fête de l’Aïd El Kébir, les dernières appréhensions quant à une hausse du prix du mouton, par rapport à l’année passée, viennent de tomber, il n’en demeure pas moins que ce dernier reste relativement élevé par rapport aux petites, voire moyennes bourses. En effet, il y a une semaine, lorsque les différentes APC de la wilaya avaient communiqué les listes des points de vente d’ovins pour cette occasion, nombre de citoyens, déjà éprouvés par un enchaînement d’événements budgétivores (ramadhan, fêtes familiales, rentrée scolaire), ont craint davantage pour leur portefeuille, la circonscription du commerce de moutons à quelques points devant logiquement entraîner une augmentation des prix, selon le mécanisme de l’offre et de la demande ! Sur le terrain, la réalité est heureusement autre : les prix sont restés stables dans l’ensemble et le bélier se négociait, avant-hier, au niveau du point situé à la cité Daksi à 35000 DA. La même chose a été constatée au niveau des marchés du Khroub, où le prix moyen était de 40.000 DA, soit pratiquement le même que celui pratiqué l’année passée. Ainsi, le pronostic des professionnels du secteur, lesquels prévoyaient une stabilité, voire une baisse des prix, du fait notamment de la lutte contre la contrebande de cheptel aux frontières, s’est avéré juste, et il est bien évident que cette année ne sera pas celle des spéculateurs. Il faut aussi signaler que la conjoncture difficile dans laquelle intervient cette fête a amené

Le mouton accessible
CONSTANTINE

seau dans lequel interviennent parfois des intermédiaires, explique-t-on. La lutte contre la contrebande dérange. Les maquignons et autres éleveurs de Djelfa sont unanimes, en outre, à regretter le renforcement par l'Etat du contrôle aux frontières pour lutter contre toutes les formes de contrebande. D'aucuns vont même jusqu'à souhaiter que l'Etat lâche du lest s'agissant du trafic ovin, considérant cette situation "responsable" du déséquilibre entre l'offre et la demande et, par conséquent, des prix moins rentables comparativement à l'année passée. L'un d'eux se veut plus sage et tempère : "Nous comprenons cette décision mais nous espérons que l'Etat n'oublie pas de prendre en charge nos revendications. A ce rythme, l'Algérie perdra tous ses éleveurs !", lâche-t-il avant de s'attarder sur le manque de pâturages, accentué cette année par une pluviosité moins avantageuse que celle de l'année passée. "L'Etat a décidé de développer les exploitations agricoles au détriment des pâturages, nous sommes alors contraints de louer des espaces auprès de leurs propriétaires lorsqu'ils sont disponibles", explique Mohamed, un

septuagénaire éleveur. Et à un autre de raconter le "calvaire" enduré pour protéger le cheptel des agressions aussi bien par le fait de l'homme que d'animaux comme le sanglier, le chacal... Il est 10h, certains éleveurs quittent le site avec leur élevage. L'un d'eux a conclu une "bonne affaire" pour le maquignon qui a acquis 29 têtes au prix de 35.000 DA chacune. Il ne dira pas évidemment à quelle somme il les revendra à Alger. Il en est de même pour deux cousins vendeurs de fruits et légumes à El-Harrach qui espèrent "au moins rembourser" leurs dépenses en reconvertissant leur activité en l'espace de quelques jours et ce, à l'abri de tout contrôle de l'Etat. C'est ainsi que des espaces sont squattés dans la capitale par des revendeurs "occasionnels" de moutons qui justifient leurs prix par les "multiples risques" encourus durant le transport notamment, et les dépenses consenties pour nourrir les bêtes. Aussi, une bonne partie d'Algériens préfère-t-elle patienter jusqu'à la veille de l'Aïd pour perpétuer la "Sunna", le plus souvent "pour faire du même coup plaisir aux enfants".

beaucoup de chefs de famille constantinois à « sacrifier »… le rituel. Selon Mohamed, 52 ans, « il n’est pas question de s’endetter pour acheter un mouton. Pour cette année, je prendrais simplement de la viande de chez le boucher ». D’autres ont préféré cotiser pour acheter un bélier, ou encore un veau : « Nous avons

cotisé à quatre pour acquérir un veau, et cela nous a coûté bien moins que le prix d’un bélier chacun ! » Nous déclarera Salim, commerçant du boulevard Belouizdad, « en plus, la viande bovine est meilleure pour la santé » ajoutera-t-il l’œil malicieux. I. B.

Les services de la gendarmerie nationale ont mis hors d’état de nuire une association de malfaiteurs spécialisée dans la falsification des décisions d’attribution de lots de terrain et des permis de construire que délivrent en temps normal les autorités locales. ces faux documents étaient remis par les présumés escrocs à des personnes aisées contre des sommes faramineuses dépassant parfois les 750 millions de centimes, c’est ce qu’a déclaré le capitaine riadh Barkat, commandant de la compagnie de gendarmerie nationale de Douéra, ajoutant que la bande a fait 6 victimes qui ont dépensé de grosses sommes. « c’est grâce à l’infiltration du réseau bien structuré et organisé que les enquêteurs ont pu remonter la filière. Notre priorité était le démantèlement du réseau qui a causé des préjudices énormes, compte tenu des sommes d’argents versées. Les décisions d’attribution de l’ex-APc, soit de la période 2001-2002, étaient falsifiées », a expliqué le capitaine. Selon le conférencier, l’affaire a éclaté lorsque des informations sont parvenues à la compagnie de gendarmerie accusant ladite bande composée de 9 individus de faux et usage de faux et escroquerie. Quelques jours après, les investigations ont permis d’identifier tout le réseau composé d’un ancien vice-président de l’APc de Khraicia chargé de l’urbanisme et responsable d’une exploitation agricole, tous intermédiaires dans la vente de terres agricoles et qui possédaient des villas, des biens immobiliers et des terrains. ces présumés faussaires activaient au niveau des communes où le prix du terrain est faramineux, à Ben Aknoun, Draria, Baba Hacen et Hydra. Selon le capitaine de gendarmerie, les mis en cause étaient des personnes très riches possédant des véhicules haut de gamme et se faisaient passer pour des hommes d’affaires respectueux. ces derniers proposaient à leurs victimes des permis de construire et des terrains avec actes contre des sommes allant entre 160 et 750 millions de centimes. continuant leur enquête et suite aux descriptions des victimes, les gendarmes ont mis la main sur un élément de la bande âgé de 45 ans qui, par la suite, révélera l’identité de ses complices. Le deuxième impliqué a été appréhendé à Douéra, le troisième à Baba Hacen informera les gendarmes sur le cerveau de la bande demeurant à Birtouta et âgé de 60 ans. Les investigations ont permis d’identifier le mode opératoire adopté par le mis en cause, un sexagénaire retraité. Les éléments de cette section ont dû renforcer leur dispositif de surveillance des lieux. La même source a indiqué que le cerveau de la bande avait comme complice un technicien supérieur en informatique  qui demeure en fuite. Alerté, le procureur de la république a délivré des mandats de perquisition pour les 8 villas des membres du réseau. La fouille a permis de saisir 21 attestations signées et prêtes à l’utilisation, 27 plans de terrain et 65 décisions d’attribution de lots de terrain falsifiées établies durant la période 2001-2002 alors que la vente des terrains était interdite depuis 1992, dans toutes les communes du pays pour être du ressort des agences foncières. Les mis en cause, dont quatre repris de justice, ont été présentés hier devant le procureur de la république près le parquet de Koléa pour faux et usage de faux, escroquerie et association de malfaiteurs. Mohamed Mendaci

La gendarmerie met au jour une escroquerie foncière à Alger

FALSIFIcAtIoN DE DécISIoNS D’AttrIButIoN DE LotS DE tErrAIN

Société
E

QUAND LES FEMMES INVESTISSENT LES MARCHÉS

Les barrières sautent ainsi que les préjugés des uns et des autres quant au confinement des femmes dans certains métiers.

Maraîchère, un métier comme un autre

EL MOUDJAHID

17

n effet, si jusque-là, leurs domaines d’intervention étaient limités aux métiers de la santé, de l’éducation et surtout les travaux domestiques, la donne a changé aujourd’hui et l’on voit de plus en plus de dames investir des créneaux très masculins. Conduire un poids lourd ou un bus, réparer un véhicule ou encore vendre des fruits et légumes dans un marché, de surcroît populaire, ne choque plus. Il est même entré dans nos mœurs et nos pratiques quotidiennes. Les Algériens n’ont pas été, en reste de toutes les mutations de la société, durant ces dernières années et bien sûr le vent de la modernisation a soufflé sur les familles qui se montrent plus compréhensives et tolérantes par rapport au travail de la femme. D’aucuns ont dû remarqué, au niveau très célèbre marché des Trois Horloge et celui de Meissonnier, ces deux femmes derrière leurs étals, bourrés de pommes de terre, tomates, carottes, raisins, pommes, poires et autres produits, appelant les consommateurs à se rapprocher de leurs tables de fortune pour constater de visu la nature de leurs produits et bien-sûr le rapport qualité/prix. Ces deux femmes, en fait, ont réussi à s’imposer parmi les « collègues » de la profession, au sein des marchés où elles exercent. Sans complexe aucun, elles sont à l’aise dans la peau de vendeuses de fruits et légumes et s’adonnent à leurs gagne-pain, quotidiennement,

Une expression typiquement algérienne recommande de ne pas dormir, de rester aux aguets si jamais une femme vous menace. Une expression qui malheureusement s’est traduite, entraînant la mort, une mort violente, non pas la mort du menacé, mais de son frère, son jeune frère âgé à peine de treize ans et qui a payé d’une vengeance attisée par de faux espoirs d’une union légale. Les faits se sont déroulés le premier jeudi de ce mois d’octobre dans la commune montagneuse d’El-Maine à quelque 70 kilomètres au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya d’Ain-Defla. Un mariage, avec la « khotba » venait d’être conclu entre deux familles. Heureux événement qui malheureusement avant même la grande fête tourne au drame. C’est que le futur marié, le nouveau fiancé entretenait une relation avec une autre jeune fille du douar. Une relation qui a duré, devenant très intime. L’espoir d’une demande en mariage pour légaliser cette union juridiquement et religieusement était grand pour la jeune fille devenue femme, B. K. âgée de 23 ans. Apprenant que son amant allait convoler en justes noces avec une autre femme, elle jura vengeance. Une vengeance qui allait frapper

Morbide vengeance féminine…
EL-MAINE (AIN-DEFLA)
le jeune frère de son amant. Collégien, âgé de treize ans il est happé par B. K. sur le chemin de l’école et entraîné de force. « Faire parler le corps… » Sa disparition est signalée, des recherches sont alors menées. La brigade locale de la gendarmerie nationale est contactée par son oncle. Avant l’arrivée des gendarmes, le collégien est repéré, au fond d’un puits. Il est alors rapidement retiré. Sans vie. Les supputations vont bon train, la rumeur enfle. Intervient alors le rôle de la police scientifique. La scène du crime est piétinée par les membres de la famille et les curieux, difficile de trouver un quelconque indice. « Il fallait alors faire parler le corps de la victime », souligne le commandant Fawzi Houalef, le chargé de la communication du groupement de wilaya de la gendarmerie nationale. Des hématomes sur le corps, des traces de strangulation au niveau du cou évacuent de fait l’hypothèse d’une chute accidentelle dans le puits. Il s’agit bel et bien d’un crime, un crime qui a eu lieu dans un autre endroit, le corps ayant été manifestement

sans rechigner ou se lasser. Manipuler à longueur de journée, toutes ces richesses de la terre, peser et trier sont leur occupation. Elles accomplissent avec fierté leur destin, sans accorder la moindre importance à la réticence, voire l’étonnement de certains de les voir dans des espaces,

censés appartenir, du moins pour certains, aux hommes. Cette « intrusion », à vrai dire est devenue désormais chose ordinaire pour le consommateur. La gent féminine notamment considère l’intégration de la femme des marchés comme suite logique à tous les acquis décrochés par celles-ci, à travers le

monde. Une vieille femme, rencontrée, à Meissonnier, enveloppée dans son haïk, nous dira que les femmes sont partout, alors pourquoi pas vendeuse de fruits et légume. « Après tout, c’est un métier comme un autre, expliquera-telle ». Samia D.

traîné sur plusieurs mètres avant d’être jeté dans le puits. Des épines et des bouts de plantes accrochés sur les vêtements de la victime confortent encore plus cette première constatation. Les gendarmes enquêteurs inspectent alors les alentours. Le buisson est alors repéré, a quelque 140 mètres du puits, le seul où se trouvaient des plantes épineuses. Plusieurs hypothèses s’avancent quant à la piste à fouiner pour découvrir l’auteur de ce crime crapuleux. Les riverains sont alors interrogés. Un collégien déclare avoir vu une femme vêtue d’un djelbab entraînant son camarade, l’identifiant comme étant B.K. il fallait faire vite. Questionnée, elle nie évidemment tout en bloc mais une fouille approfondie révèle des épines accrochées à son djelbab. Elle finit par craquer et au cours de la visite médicale d’usage elle avoue avoir perdu sa virginité avec le frère de la victime et raconte ainsi les détails de ce crime aux gendarmes enquêteurs lesquels en moins de 24 heures ont pu ainsi démener cet écheveau et élucider ce crime. A. M. A.

Le prix Nobel de chimie 2013 a été décerné à trois scientifiques pour le développement de modèles à différentes échelles pour les systèmes chimiques complexes, a annoncé hier l'Académie royale des sciences de Suède. Les trois chercheurs, l'Austro-Américain, Martin Karplus, l'Américano-Britannique, Michael Levitt, et l'Israélo-Américain, Arieh Warshel, sont récompensés "pour le développement de modèles multi-échelle pour les systèmes chimiques complexes", a indiqué le jury dans un communiqué. MM. Karplus, 83 ans, Levitt, 66 ans, et Warshel, 72 ans, ont réussi à faire cohabiter dans l'étude des processus chimiques la physique classique newtonienne avec la physique quantique, qui répond à des règles fondamentalement différentes. Martin Karplus tient une chaire à l'université de Strasbourg (France). "Les chimistes créaient autrefois des modèles de molécules en recourant à des boules de plastiques et des bâtons. Aujourd'hui, la modélisation se fait sur ordinateur", explique l'Académie royale des sciences dans son communiqué. "Les modèles informatiques qui reproduisent la vie réelle sont devenus cruciaux pour la plupart des avancées dans la chimie aujourd'hui", ajoute-t-elle, expliquant qu'"aujourd'hui l'ordinateur est un outil tout aussi important pour les chimistes que l'éprouvette". "Les simulations sont si réalistes qu'elles prédisent le résultat des expériences traditionnelles". "Dans les années 1970, Martin Karplus, Michael Levitt et Arieh Warshel ont posé les bases des programmes puissants qui sont utilisés pour comprendre et prédire les processus", souligne l'Académie. Les trois lauréats recevront leur prix le 10 décembre à Stockholm. Ils se partageront 8 millions de couronnes (916.000 euros).

Trois scientifiques partagent le prix

NOBEL DE CHIMIE 2013

Un fragment d'une comète, qui a explosé au-dessus de l'Egypte en entrant dans l'atmosphère il y a 28 millions d'années, a été identifié pour la première fois par une équipe de chercheurs sud-africains, a indiqué mardi dernier l'université du Witwatersrand (Wits) à Johannesburg. Détruisant toute forme de vie autour de l'impact, l'explosion a chauffé le sable jusqu'à une température de 2.000°C, provoquant la formation d'une quantité impressionnante de verre de silice jaune dispersée sur 6.000 km2 dans le Sahara. La pièce centrale d'une broche du pharaon Toutankhamon représentant un scarabée a été façonnée à partir de ce verre, selon Wits. En étudiant un mystérieux petit caillou noir trouvé en 1996 par un géologue égyptien à l'intérieur d'un morceau du verre de silice, l'équipe de chercheurs est convaincue d'avoir mis en évidence "le premier exemplaire connu d'un noyau

Identification pour la première fois d'un fragment de comète sur Terre
ASTRONOMIE
de comète, et pas simplement un type inhabituel de météorite". Il s'agit de "la première preuve qu'une comète est entrée dans l'atmosphère terrestre et a explosé", souligne l'université sud-africaine. Le caillou de 30 grammes avait une "composante extraterrestre". "Si on la compare avec des météorites, qui contiennent seulement 3% de carbone, cette chose contient 65% de carbone", a expliqué le professeur Jan Krammers du département de géologie de l'Université de Johannesburg (UJ), cité par l'agence AFP. L'explosion a d'ailleurs produit aussi des diamants microscopiques. Les diamants sont constitués de carbone soumis à une température et une pression extrêmes. "Les comètes visitent toujours nos cieux, ce sont des boules de neige sale de glace mélangée à de la poussière, mais jamais auparavant dans l'histoire de la matière une comète n'avait été

trouvée sur Terre", s'est réjoui le professeur David Block, cité dans le communiqué de Wits, où il dirige le Laboratoire de poussière cosmique. Jusqu'à présent n'avait été identifié que de la poussière riche en carbone dans la glace de l'Antarctique ou des particules de poussière microscopiques dans la haute atmosphère. "La NASA et l'ESA ont dépensé des milliards de dollars pour récolter quelques milligrammes de matériau de comète et les ramener sur Terre, et maintenant, nous avons une approche nouvelle (...) pour étudier ce matériau sans dépenser des milliards de dollars pour aller le chercher", a ironisé le Pr Kramers. "Les comètes contiennent les clefs permettant de comprendre la formation de notre système solaire et cette découverte nous donne une occasion sans précédent d'étudier du matériau de comète de première main", a souligné le Pr Block.

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3536
EPOQUE GÉOLOGIQUE —————————————— AGIT EN SALLE —————————————— PIECE DE CHARRUE NOTE —————————————— COUTUMES —————————————— PARTAGER

21

Mots CROISÉS
Nº 3536
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

DEMANDER —————————————— A OBTENU —————————————— ASIATIQUE
EN VIE —————————————— PETIT BOUCLIER —————————————— PLI DE VOILE CITRON —————————————— SOUVERAIN —————————————— PAS NOUS

V

VI

VII

VIII

IX

X

AU MILIEU —————————————— CHOISIS —————————————— ACTION D’ARROSER

HOUSSE —————————————— DIVISIBLE PAR DEUX —————————————— CROCHETS RÉSIDU ORGANIQUE —————————————— TENDON
QUALIFIE —————————————— DE FAÇON ÉGALE —————————————— SOTTE

Définitions
HORIZONTALEMENT
I- Bavarde. II- Relatif au raisin - Entre. III- Dieu chaud Etendue d’eau - Poisson. IV- Interjection qui soulage - Choisis. V- Serra fortement. VI- Accordée. VII- Intensité électrique - Foules en mouvement. VIII- Organisation armée - Sujet du Sultan ottoman - Vieux Do. IX- Enroulement de tige - Riche. X- Tuer.

UNITÉ D’ENERGIE —————————————— RETIRER —————————————— CÔTÉ NORD

VERTICALEMENT
1- Promise - Droit d’entrée. 2- Maçonnerie en saillie. 3- Montre du doigt - Effleurais. 4- S’associent - Dans la rade. 5- Parfum de graine - Indéfini. 6- Textuellement - Mené au bureau. 7- A l’intérieur - N’intéressai personne. 8- Possibilité d’usage - Privatif. 9- Pousse à la révolte. 10- Périodes d’études - Aller en justice.

GRECQUE —————————————— AURONS FROID —————————————— PERSONNEL
DÉFINIT UNE RELATION EN INFORMATIQUE —————————————— FINIT LA PRIÈRE —————————————— DÉCHÉANCE ATTESTÉES

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
A V A

3
C

4
A

5
S

6
S

7
E

8
U

9 10
S

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

J
U

E

Grille
3. Etincelle 6. Dégonfler 11. Claquement
33. Impartial

3536

Mot CACHÉ
F H O T E L D E A F T E I I E U R E M O R Q U E R U S E D E P S I A N N E U R D I T E E S E E E

A

L
L A

I
C

N

T
I

E
D

R
E

R

15 . Aristote

E

N

F

I

N

E

L

I

S

34. Merveille 35 . Balayette 36. Hondurien

20. Huisserie
22 . Vestibule

F U T E U I

E

T
C

R
O
L
A
I

E

I
S

G E
R

N

I

T
I

S C A R B O T R
I S T S S I

I

T O N A L

N
T

N
U
Y
A

T
E

E
S
T E R

12 . Vérifiable

23 . Déception 13. Machinisme 37 . Réabonner
14. Courtoisie

D E F

G U R E R M A H U I S

E R E U E E N
I

E T G E R O

V
I
S

O
R P S

E
U

N T E E E E A R
24 . Barracuda 25 . Brucelles
27 . Philanthe

T O T E R
I

D R A E
S

E

38. Subéreux 39. Pastiche 40. Cléopâtre
41. Lord-maire

C N L M I E L

T N G R E N
A U N F S S

I
N

S
E

16. Adrénaline 17. Assemblage
18 . Ternissure

E B E
I I

S I I

S V E I

B U L

A

S

S

I

L M A E U F

D E C E P T

O N S

E L L

I

L

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
U
P

29 . Loyalisme 30 . Prosaïque 1. Hôtel-Dieu

N O B A R R A C U D A M A B T B R U C E L L E I H R P H

E E F R

3
R E

4
A R
R

5
S

6
S

7
I

8
Q

9
U

10
E
T

19. Décaféiner

42 . Creophage 43. Signifier 7. Escarbot 8. Tonalité 9. Défigurer 10. Massèrent

E N M I P R
S S I

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

J

21. Aprement 26. Tartrique 28. Antiroman 31. Employer 32 . Renfaiter

T Q

L A N T H E R E E N A A

A A R C U L O Y A L R L E A O P R O S A R R E N F A I U E

I I

S M E Q U

R C N E E T I A L R T E O

O
U
L

E I
N
S

E
S

U E R C O

2 . Remorquer 4 . Affûteuse 5. Dépanneur

E A D A R T

S
I
M

U

T C V M C S E M P L O Y E

R E A A T D A Y E T S

O

E

I

I I

T E R I

I M P

E

L
O

I
T
I

S
E
M

P

A

I
R

R
E
E

M E R V E

L L E B A L E N R E A

R
E L N
E

U
T R U I

E
S
S

U B

N

Coléreusement. SOLUTION PRÉCÉDENTE : FREDONNEMENT

Q H O N D U R

B O N N E R M

S U B E R E U X M E

P A

T

I

C H E A I I R E N E R T

G

E

O I E

N

A
C

M

E

N
T I

R
F

N

E
S

N C R E O P H A G E

C L E O P A T R E L O R D M A S I G N I F

E

R

E

08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) 09h30 : Qouloub fi sira'e (29) rediff 10h00 : La mer méditerranée (14) 10h30 : Loulou (20) 11h00 : Culture club ''rediff'' 12h00 : Journal en français+ météo 12h25 : El holm el azrak (01) 13h40 : Rahalat bahria 14h15 : El Amimi (20) 15h10 : Un toit, une famille 16h30 : Imily (21) 17h00 : Oulama'e el djazair 17h25 : Takder tarbah 18h20 : Qouloub fi sira'e (30 et fin) 19h00 : Journal en français+ météo 19h30 : Khalti lalahoum (12) 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Le clandestin 22h20 : La femme kabyle 23h10 : Festival de la musique andalouse 00h00 : Boucle en français

Jeudi

Sélection
20h45

Télévision
22h00

LE CLANDESTIN

JIJEL

Réalisé par Benamar Bakhti Avec : Athmane Ariouat, Yahia Benmabrouk, Wardia, Rachid Farès. N’ayant pas de métier précis. Si Abdellah, père de famille nombreuse, s’improvise chauffeur de taxi clandestin. Un jour, un groupe de voyageurs se rendant à Alger, excédé par l’incontournable problème des transports en commun, vient solliciter ses services. Il accepte, considérant le profit à en tirer. C’est alors une véritable odyssée qui débute à travers une série de situations hilarantes et pleine d’humour.

Reportage Jijel est une ville côtière d'Algérie, chef-lieu de la wilaya de Jijel. Sa population est estimée à 147.000 habitants (2007). Elle est située au nord-est du pays à environ 314 km à l'est d'Alger et à 99 km de Bejaïa et à 135 km au nord de Sétif. C'est un port sur la mer Méditerranée, à l'extrémité est d'une côte à falaises nommée la Corniche jijellienne. Elle est adossée au massif montagneux.

09h00 : Bonjour d'Algérie week-end 10h30 : Qouloub fi sira'e (30 et fin) et fin 11h00 : Sur le vif ''rediff'' 12h00 : Journal en français+ météo 12h25 : Massadjid oua tarikh (09) 13h20 : Prière du vendredi (direct) 13h45 : Association awtar tlemcen 14h05 : Réflexions 15h00 : Ali oua ali yedi oua ali ma yedich 16h20 : Imily (22) 17h00 : Yakari (18) 17h30 : Oulama'e el djazaïr 18h00 : Journal en amazigh 18h20 : Yamachi fel leile (01) 19h00 : Journal en français+ météo 19h30 : Khalti lalahoum (13) 20h00 : Journal en arabe 20h45 : El hob oua taoune 22h00 : Jijel 23h00 : Soirée artistique 00h00 : Sketch

Vendredi

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du jeudi 5 Dou El-Hidja 1434 correspondant au 10 octobre 2013 :
- Dohr.........….............12h35 - Asr.............................15h49 - Maghreb................... 18h21 - Icha……...……....... 19h39
Vendredi 6 Dou El-Hidja 1434 correspondant au 11 octobre 2013 :

PENSEE
Il y a une année, le 10 octobre 2012 nous quittait Mamia

Vie pratique

29
CONDOLEANCES

- Fedjr.......................05h26 - Chourouk.................06h52

Chentouf née Aïssa
En ce douloureux anniversaire, sa famille demande à tous ses amis et ceux qui l’ont connue et estimée d’avoir une pieuse pensée pour cette ancienne militante du PPA - MTLD et du FLN durant la guerre de Libération et du mouvement national féminin. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 10/10/2013

PENSEE
A la mémoire de notre chère mère et grandmère Mme Veuve BOUCHOUIKA Aïcha, rappelée à Dieu le 29-09-2011 Cela fait deux ans que tu nous as quittés, laissant un vide que personne ne pourra combler. On demande à tous ceux ou celles qui t'ont connue d'avoir une pieuse pensée pour toi. Tu seras toujours présente dans nos esprits et nos cœurs. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.» Ton fils Hacene
El Moudjahid/Pub du 10/10/2013

Le Président-Directeur Général de la Compagnie algérienne des assurances «CAAT» et l'ensemble du personnel ont appris le décès de la mère de M. FARAH Hocine, Directeur de la Succursale de Constantine, lui présentent, ainsi qu'à toute sa famille, leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu Le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 10/10/2013 ANEP 545491 du 10/10/2013

CONDOLEANCES
Le Président-Directeur Général, les cadres et l'ensemble du personnel de l’ANEP, très affectés par le décès de la tante de leur collègue M. CHERBITI Adlane, lui présentent ainsi qu'à sa famille leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde sympathie en cette pénible circonstance. Puisse Dieu Le Tout-Puissant accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 10/10/2013

Société de Gestion des Participations de l'Etat «PORTS» SOGEPORTS Entreprise Portuaire de Djen-Djen SPA au capital de 1 040 000 000 DA

CONDOLEANCES
Le Président du le Conseil Directeur d'administration,

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

CONDOLEANCES
Le Directeur général, ainsi que l’ensemble du personnel du Fonds National d’Investissement, très affectés par le décès de la sœur de Mme BOUZID Saida, présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant puisse accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. «À Dieu nous appartenons, et Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 545527 du 10/10/2013

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

général, les cadres dirigeants, le Comité de participation, la Section syndicale travailleurs et l'ensemble de des l'Entreprise

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal oulmane — Achour cheurfi
dIRecTIoN geNeRAle Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 dIRecTIoN de lA RedAcTIoN

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

Portuaire de Djen-Djen, ayant appris avec tristesse le décès de Madame BOUAKEZ Samia, présentent à son époux M. BOUAKEZ Mohamed, Directeur de la société «Auto Terminal» Taher, ainsi qu'à toute sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub

BUReAUX RegIoNAUX coNSTANTINe 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 oRAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BoRdJ BoU-ARReRIdJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIdI Bel-ABBeS Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BeJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TIZI oUZoU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TleMceN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MAScARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 ceNTRe AIN-deFlA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBlIcITe Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” AlgeR : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABoNNeMeNTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. coMPTeS BANcAIReS Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPReSSIoN Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’est, constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’ouest, oran Edition du Sud : Unité d’Impression de ouargla (SIA) dIFFUSIoN centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 ouest : SARl “SdPo” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “TdS” Tél-fax : 029 75.02.02 est : SARl “SodIPReSSe” : Tél-fax : 031 92.73.58

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

CONDOLEANCES
Le Directeur général, ainsi que l’ensemble du personnel du Fonds National d’Investissement, très affectés par le décès du père de Mlle KELLOU Aichouche, présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant puisse accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. «À Dieu nous appartenons et Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 545528 du 10/10/2013

Demandes d’emploi

ANEP 9162 du 10/10/2013

Société de Montage Industriel

France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Conformément aux dispositions de la réglementation des marchés applicable aux sociétés du Groupe SONELGAZ, la société de montage industriel «ETTERKIB» Direction des Travaux, Département Mobilisation, inforrne l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national ouvert N°006/ETT/DTX/DM/2013 relatif à la restauration du personnel d'ETTERKIB au sein de la base-vie du chantier de LABREG, paru au BAOSEM N°979 du 04/08/2013, est déclaré infructueux.
El Moudjahid/Pub ANEP 310185 du 10/10/2013

AVIS D'INFRUCTUOSITE

Société du Groupe SONELGAZ Au capital de 180.000.000 DA

——0o0—— J.H. 34 ans cherche emploi dans un café ou restaurant comme plongeur au niveau d’Alger. Tél. : 0794 89.98.60 ——0o0—— Ing. + master canadien en génie mécanique, chargé d’affaires, exp. dans le domaine pétrolier, isolation et montage industriel, logistique, gestion de projet, trilingue, cherche emploi. Tél. : 0557 08.30.36 Tiabiazziz@yahoo.fr
El Moudjahid/Pub du 10/10/2013

Jeune homme célibataire, 24 ans, licencié en sciences commerciales et financières Option : marketing (ESC) Ecole supérieure de commerce, travaille comme commercial, expérience 2 ans, cherche emploi : commercial dans les assurances. Tél. : 0551 91 02 31

Jeudi 10 Octobre 2013

30

Les choses sérieuses commencent pour notre sélection nationale, puisqu’elle se déplacera aujourd’hui, à bord d’un vol spécial d’Air Algérie, à destination du Burkina Faso.

Nos capés aujourd’hui à Ouagadougou
BARRAGES DU MONDIAL-2014

Sports

EL MOUDJAHID

D

epuis lundi, au centre technique de la FAF de Sidi-Moussa, les Verts ont pu travailler tous les aspects technico-tactiques dans des ateliers afin de bien négocier cette première sortie face à un ensemble du Burkina Faso qui se croit au-dessus du lot. Certes, ils ont toujours respecté notre sélection nationale, mais, cette fois-ci, ils pensent qu’ils auront une très belle carte à jouer dans ces éliminatoires du Mondial (barrages). Les nôtres savent qu’ils ne vont pas affronter une équipe de seconde zone du fait qu’on ne devient pas vicechampion d’Afrique par hasard. Cette équipe du Burkina Faso, qui avait joué beaucoup notre équipe nationale, demeure un ensemble qui doit être pris très au sérieux. De plus, comme il s’agit des éliminatoires pour le Mondial 2014 (barrages), toutes les nations qualifiées à cet ultime écueil vont sortir leurs tripes pour passer et être parmi les meilleures nations du monde à la grande fête brésilienne. Vahid Halilhodzic et les siens sont

SITA SANGARÉ, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DE FOOTBALL DU BURKINA FASO :

L

e président de la Fédération burkinabaise de football (FBF), Sita Sangaré, a estimé que la qualification pour la phase finale du Mondial-2014 "va se jouer en Algérie". "Avec 3 participations à la Coupe du monde, l’Algérie est favorite sur le papier par rapport à nous, donc, incontestablement, la qualification se jouera à Blida en Algérie au match retour. Quelle que soit la marge du match aller, elle n’est pas importante, car, pour moi, la qualification va se jouer en Algérie", a déclaré Sangaré au site Africatopsports.com. Les Étalons du Burkina Faso affronteront l'Algérie, le 12 octobre à Ouagadougou (aller), avant de jouer la seconde manche, le 19 novembre, au stade MustaphaTchaker de Blida (Algérie). Tout en étant conscient que l'Algérie est plus expérimentée et part avec les faveurs des pronostics, le président de la FBF est convaincu que son équipe garde ses chances intactes et les joueurs vont se battre sur le terrain, car ils n'ont pas le choix à ce stade de la compétition. "On sait qu'on va se mesurer à une équipe censée être plus forte que nous, mais nous allons tout faire pour nous imposer et décrocher notre première qualification au Mondial, contrairement à l’Algérie qui se trouve plus expérimentée que nous pour avoir déjà participé à 3 Coupes du monde. Pour nous, c’est un challenge qu’il faudra savoir

« La qualification se jouera en Algérie »

conscients de la mission qui les attend et aussi de ce que le peuple algérien attend d’eux. On escompte une 4e qualification à un Mondial dans l’histoire de notre jeu à onze. La tâche ne sera pas facile, mais les 26 choisis, même si trois ne vont pas jouer du fait que 23 seront cochés parmi les

représentants de notre pays à ces éliminatoires, sont animés d’une farouche détermination pour réaliser un résultat flatteur dès cette première manche qui aura lieu au stade du 4-Août de Ouagadougou. Toujours est-il, le coach national a relevé une très forte envie chez ses poulains pour les

voir retourner au bercail avec le résultat souhaité pat tous. Les joueurs de la sélection nationale sont motivés à bloc pour résister avec force à cette équipe du Burkina Faso. Car, ce n’est pas tous les jours qu’on se qualifie à un Mondial. HAMID GHARBI

Les Verts sont tout près de leur quatrième qualification à un Mondial. Pour autant, ils n'ont pas le droit de faillir en si bon chemin du fait que tout un peuple est derrière eux pour les voir exaucer leur rêve. Le football est sacralisé chez nous. D'où la recherche effrénée de l'excellence et de la gagne. Halilhodzic n'a pas hésité à sacrifier quelques "cadres" pour choisir ceux qui feront, demain jeudi, le voyage burkinabé pour y affronter ce samedi, à 17h (heure algérienne), les Burkinabés, dans une phase des barrages du Mondial 2014 qui s'annonce des plus indécise pour les cinq rencontres au programme de ce tour. On ne le dira jamais assez, il est le seul comptable de ses décisions. Par conséquent, il ne va se faire harakiri. Certes, il va encore faire diminuer sa liste de trois éléments, mais ceux qui seront choisis sont appelés à être à 100% de leurs moyens pour donner le meilleur d'eux-mêmes du fait que notre adversaire est loin d'être un fairevaloir. Bien au contraire, tout un peuple y croit, lui qui n'a jamais goûté à la joie d'une présence parmi le gotha mondial. C'est pour cette raison que les nôtres, qui quitteront le pays ce jeudi à bord d'un vol spécial, ne doivent nullement sousestimer cette manche aller. Comme l'avait dit un spécialiste, tout se jouera ce samedi afin de jouer la manche retour comme sur des roulettes, le 19 novembre prochain à Blida. Mettre plein la gomme dès ce rendez-vous décisif d’Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Il faut laisser de côté les statistiques des matches précédents entre l'Algérie et le Burkina Faso. Car, c'est la première fois que nous sommes face-à-face pour une qualification à un Mondial. Par conséquent, tout sera différent sur tous les plans, notamment celui de la motivation. De plus, les autorités du Burkina Faso entourent la sélection des Étalons de tous les secrets possibles et imaginables. N'a-t-on pas empêché plusieurs journalistes algériens, qui sont sur place depuis plusieurs jours déjà, de prendre en photo ou filmer cette équipe du Burkina Faso. Ce qui montre tout l'intérêt qu'on porte à cette sortie entre les deux pays. Les supporters qui seront présents ce samedi à bord de cinq avions spéciaux affrétés par plusieurs partenaires comme Touring Algérie Voyages, Mobilis, sous le grand concours du MJS, le ministère des Transports et la FAF, ne voudront pas revenir bredouilles. Aux Fennecs de nous sortir un match venu d'ailleurs. C'est comme cela qu'on pourra déjouer les desseins des Burkinabés pour forcer le destin et être présents en juin 2014 parmi la fine fleur mondiale. HAMID GHARBI

G

Soyez à la hauteur de nos attentes !
Dans la lucarne

TUNISIE - CAMEROUN

L

a sélection nationale du Burkina Faso a entamé, lundi, son stage de préparation à Ouagadougou en prévision du match face à l'Algérie du 12 octobre au stade du 4-Août, en barrages aller qualificatif à la Coupe du monde 2014 de football, rapporte mardi la presse locale. Pour le rendez-vous de samedi prochain, le coach belge des Étalons, Paul Put, a convoqué 24 joueurs. Le groupe enregistre, à cette occasion, le retour d’Aristide Bancé, absent lors du match contre le Gabon pour cause de blessure. Auteur d’une belle prestation face aux Panthères du Gabon, Jean Noël Lingani a été rappelé. Un joueur seulement signe son come-back après plus d’une

Les Étalons en stage à Ouagadougou

négocier", a expliqué le colonel Sita Sangaré. Interrogé sur le fait de recevoir en premier serait un désavantage pour les Étalons devant une sélection algérienne qui en est à une éventuelle 4e qualification, le président de la FBF estime: "Honnêtement, j’ai préféré que le match retour se joue en Algérie parce qu’il nous ôte la pression de la qualification. Il n’est jamais aisé de

jouer la qualification chez soi. Je pense que la pression sera sur notre adversaire au match retour. Même si l’Algérie gagne la manche aller, son public ne comprendrait pas qu’ayant fait un bon match aller ses joueurs ne puissent pas concrétiser. Si l’Algérie perd, le public lui exigerait de rattraper le retard et ensuite chercher la qualification."

année. Il s’agit de Nii Adama Plange. Les partenaires Jonathan Pitroipa effectuent deux séances d'entraînement par jour. Les supporters burkinabés pourront assister aux entraînements des Étalons jusqu'à jeudi. En revanche, l'entraînement du 11 octobre sera fermé à la presse et aux supporters. Le coach Paul Put et de ses joueurs animeront une conférence de presse jeudi 10 octobre à Ouagadougou pour parler de la préparation du match de samedi prochain. Le match retour aura lieu le 19 novembre prochain à 19h15 au stade Mustapha-Tchaker de Blida. Le vainqueur de cette double confrontation se qualifiera à la Coupe du monde 2014 au Brésil.

Le tirage au sort des barrages qualificatifs à la Coupe du monde 2014 zone Europe aura lieu le 21 octobre à 13h (heure algérienne) au siège de la Fédération internationale de football (FIFA). Les huit meilleurs deuxièmes des qualifications européennes seront répartis en deux groupes, selon la dernière édition du Classement mondial de la FIFA à paraître le 17 octobre. Les quatre équipes les mieux placées seront alors considérées comme têtes de série. Les huit formations encore en lice s'affronteront au meilleur des deux manches. Le classement des meilleurs deuxièmes s'établit de la façon suivante : dans les Groupes A à H, on ne tient pas compte des résultats obtenus face au dernier. En effet, les équipes versées dans le Groupe I disputeront deux matches de moins que celles des autres sections. Ce système a donc pour but de juger les concurrents sur une base équitable. Les matches se dérouleront en aller et retour les 15 et 19 novembre prochain pour tenter de décrocher l'un des quatre derniers billets pour le Brésil.

Tirage au sort le 21 octobre à Zurich
Mondial-2014 (barrages Europe)

Le capitaine de l'équipe nationale de football du Cameroun, Samuel Eto'o, a rejoint ses compatriotes en regroupement, pour préparer le match contre la Tunisie, prévu dimanche au stade Radès, pour le compte du barrage (aller) qualificatifs à la Coupe du monde de football (Brésil-2014). "Dès ce soir (mardi, ndlr), je vais rejoindre mes coéquipiers actuellement en stage à Lisses (...) Nous avons tous un devoir vis-à-vis de notre pays", a indiqué Samuel Eto’o au sortir d’une audience que lui a accordée, dans la matinée, au palais de l’Unité, le secrétaire général de la présidence de la République, rapporte Camfoot,

Samuel Eto'o rejoint ses coéquipiers

citant la télévision nationale (CRTV). Cette déclaration met une nouvelle fois un terme aux nombreuses spéculations sur la participation ou non de l'attaquant de Chelsea (Premier League anglaise de football) à la rencontre contre les Aigles de Carthage, qui avait annoncé, en août dernier, sa retraite internationale après la victoire sur la Libye.

Pétanque

La doublette d’Alger victorieuse
Le championnat d’Algérie doublette, organisé à Annaba, a regroupé 14 wilayas. Ce fut très serré entre les différentes doublettes. Finalement, le dernier est revenu à la doublette de la ligue d’Alger, avec Ounis Imad et Khoukhi Slimane qui sont parvenus à battre celle de Boumerdès (les frères Menemèche Mohamed et Rabah) sur le score de 13 à 10. Dans la catégorie des cadets, ce sont les Tébessis qui sont sortis victorieux sur ceux d’Alger. H. G.

CHAMPIONNAT D’ALGÉRIEDOUBLETTE (ANNABA)

Jeudi 10 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le championnat national de Ligue sera en relâche durant ce week-end afin de permettre à l’équipe nationale de football de jouer son match aller des éliminatoires (phase des barrages) face au Burkina Faso chez lui, à Ougadougou.

Une trêve salutaire pour certains
LIGUE 1

Sports

31

C’

est une façon de permettre à tous les sportifs de suivre avec quiétude cette sortie très importante des Verts qui sera télévisée par l’ENTP sur la chaîne terrestre. Ceci dit, cette interruption est indépendante de la volonté des uns et des autres. Toujours est-il, les équipes qui sont très mal classées actuellement, comme la JSMB, le MOB, le CRBAïn Fekroun, qui vient de perdre officiellement son match contre l’USMH, arrêté à la 71e minute de jeu par l’arbitre Aouina, auront l’occasion de se reprendre. Les Harrachis seront également les grands bénéficiaires de cette trêve, puisqu’ils occupent désormais la 12e place en compagnie du MCCEE avec 7 pts. Le fait de gagner par 3 à 0 sur tapis vert, leur match de la 7e journée de Ligue1 face au CRBA va leur donner un autre souffle pour repartir sur de nouvelles bases et oublier leur début de saison pour le moins ca-

L

es entraîneurs sautent comme des fusibles tant en Ligue 1 qu’en Ligue 2. Si la septième journée de Ligue 2 a apporté son lot de démissions et de renvois en cascade (quatre en l’espace d’un vendredi), la même logique est respectée chez l’élite où il devrait y avoir du mouvement dès la prochaine journée. S’il est vrai que la trêve qu’impose Burkina Faso-Algérie au championnat national a fait que les choses se tassent un petit peu, il n’en demeure pas moins que des têtes risquent de tomber dès la prochaine journée. Au CABBA, par exemple, si Rachid Belhout est encore maintenu en poste, c’est juste pour ne pas avoir à lui verser d’indemnités en cas de licenciement. Le renvoi du coach coûterait quelque 200 millions au club, une comme que le conseil d’administration voudrait bien économiser, d’où sa décision de maintenir l’entraîneur, en dépit des nombreuses griefs retenues contre lui. Le CABBA ne gagne plus sous la houlette de l’ancien coach de la JSK et de l’ESS, en dépit de moyens colossaux. L’éclair de Bologhine (3-1) n’est qu’un tape-à-l’œil qui cache mal des résultats jugés mitigés. Aucune victoire à domicile jusqu’ici et une défaite évitable à l’Arbaâ samedi. Bien des raisons qui pousseraient les dirigeants du CABBA à se passer de l’entraî-

Belhout sur la sellette
CABBA

tastrophique. D’autres ont prévu de rentrer en stage comme la JSK qui veut aller se requinquer au Maroc. D’autres, par contre, vont

choisir de se préparer sur place pour rattraper le temps perdu et faire en sorte de combler le retard sur les autres prétendants dans le

présent exercice. On peut parler aussi du leader, l’ESS, qui compte deux points d’avance sur la JSK. Il est évident que l’équipe-phare des

Hauts-Plateaux va accorder l’importance voulue à la prochaine rencontre qui l’opposera à la JSK, le 19 octobre courant, à l’occasion de la 8e journée de Ligue 1 au stade du 1er-Novembre de Tizi-Ouzou. Ce sera le «big-match » de cette journée qui est attendue avec impatience par les fans des deux équipes. Les deux équipes d’Alger, le MCA et l’USMA, qui ne sont pas au mieux de leur forme ces joursci, vont, elles aussi, profiter de cet intermède pour se refaire une santé. Ils auront seulement à peaufiner leur préparation technico-tactique. Le CRB, le MCO, l’ASO et la JS Saoura auront, eux aussi, une très belle carte à faire valoir dès cette reprise dans moins de quinze jours. Il est clair que la «bataille» sera très rude entre les différents protagonistes. HAMID GHARBI

L
neur, selon la logique algérienne, d’autant qu’il est reproché à Rachid Belhout d’avoir complètement perdu la maîtrise du groupe. Certaines voix se sont levées lors du dernier conseil d’administration pour demander son renvoi immédiat, mais certains dirigeants tempérés ont demandé à accorder une dernière chance à l’entraîneur, lors de la prochaine journée face à l’ASO. Même un nul ne suffirait pas à le maintenir en poste, affirment des indiscrétions, les dirigeants viseraient en effet à contraindre l’entraîneur à démissionner de son propre chef sous l’effet de l’échec pour ne pas avoir à lui payer d’indemnités. Qu’à cela ne tienne, les dirigeants en veulent aussi aux joueurs d’avoir passé à plusieurs reprises à côté de la plaque, en dépit des gros moyens déployés pour les mettre dans les meilleures conditions possibles. C’est certain, la prochaine journée apportera son lot de nouvelles, bonnes ou mauvaises pour Belhout. A. Benrabah

4 matches à huis clos dont 2 avec sursis pour le CRB Aïn Fekroun
DISCIPLINE :

e bureau exécutif du MCA a animé une conférence de presse au siège du CSA à Chéraga. L’objet de ce point de presse avait trait à la situation qui prévaut actuellement au sein du MCA, notamment les rapports tendus entre le CSA-MCA et la Société Sportive par actions «le Doyen» et à l’opération de saisie et de vente aux enchères du siège du Mouloudia. Etaient présents, le président du CSA, Amar Brahmia, les membres du bureau exécutif, Djamel Rachedi, Tourqui, Kab, Boutamine, Belkhiri, Nasser Bouiche et Kesbadji, ainsi que l’ancien président Mohamed Djouad. Amar Brahmia expliquera les raisons de la tenue de cette rencontre avec la presse afin d’informer l’opinion publique sur la position du CSA-MCA par rapport à la mise en vente aux enchères, programmée officiellement par voie de justice du siège du club, pour le 21 octobre prochain. Une mise aux enchères qui interviendra si le CSA ne paye pas Yacine Hamadou, qui n’a pas perçu la totalité de son dû lorsqu’il évoluait au MCA et auquel la justice a donné raison. Amar Brahmia a expliqué aux médias l’inexistence de relations entre le CSAMCA et la SSA «le Doyen» qui semble totalement ignorer le CSA, qui constitue l’autorité morale suprême du club aux yeux de la loi. Pour Amar Brahmia : «Les membres de la SSA le Doyen, par conséquent la Sonatrach qui a racheté l’équipe de football, ont refusé de se mettre autour d’une table pour la signature d’une convention permettant à la SSA l'utilisa-

« Que la SSA assume ses responsabilités envers le CSA »
CSA/MCA AMAR BRAHMIA (PRÉSIDENT) :

tion du sigle et des couleurs du club. La situation actuelle prête à inquiétude. Cette vente aux enchères aura de graves conséquences si elle venait à être exécutée. Nous n’avons jamais été informés de ce qui se tramait pour qu’on puisse défendre les intérêts du CSA. On a su l’affaire qu’une fois celle-ci arrivée à son stade finale. Nous sommes des légalistes, nous veillons depuis notre installation par l’AG élective au strict respect de la réglementation. Nous sommes victimes de blocages, de pressions et d’interventions pour nous mettre des bâtons dans les roues, mais on résiste parce que nous considérons que la force de la loi et de la justice finiront par payer.» Brahmia accusera la SSA d’avoir utiliser d’une manière fallacieuse la réglementation et accusera certains des res-

ponsables de la Société sportive par actions d’avoir dissimuler des documents de justice qui devaient atterrir sur le bureau du CSA. Il dira aussi que la SSA occupe les espaces du siège de Chéraga sous aucune forme légale. Par ailleurs, la direction du CSA a accordé un ultimatum d'une semaine au club professionnel SSA «le Doyen» afin de se conformer à la réglementation, en procédant à la signature d'une convention lui permettant l'utilisation du sigle et les couleurs du club, à défaut de quoi, ils lui seront tout simplement retirés. Il fera relever que c’est la SSA qui se devait de s’occuper des dettes et créances justifiées de la section football. «Le CSA n’a pas les moyens de payer les sommes faramineuses des contrats de foot, mais si nous récupérons la section football, nous sommes capables de ramener l’argent qu’il faut. Mobilis, par exemple, nous a fait la promesse d’accorder au Mouloudia le double de la somme proposée par Djezzy au MCA», dira-t-il. Il fera savoir que si d'ici une semaine, les responsables de la SSA «le Doyen» n'acceptent pas de réglementer les rapports avec le CSA, ils seront dans l'obligation de leur retirer le sigle et les couleurs, propriétés exclusives du CSA. Celui-ci convoquera auquel cas une assemblée générale extraordinaire pour le 26 octobre afin de soumettre la décision de retrait du sigle et des couleurs du club au vote des membres de cette assemblée. Mohamed-Amine Azzouz

La commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel, dans sa réunion tenue lundi 7 octobre, a infligé 2 matches à huis clos fermes et deux autres avec sursis à l’équipe du CRB Aïn Fekroun suite aux incidents qui se sont produits samedi 5 octobre au stade de Aïn M’lila lors de la rencontre CRBAF USM EL Harrach comptant pour la 7e journée du championnat de ligue 1. L’équipe d’Aîn Fekorun a écopé d’une amende de 300.000 DA et sera privée de la prime au titre des droits de TV. Rappelons que cette rencontre a été marquée par des jets de projectiles sur le terrain ayant entrainé «des dommages physiques sur officiel», ce qui a amené l’arbitre à arrêter définitivement la partie. Le CRBAF, qui était mené par 2 à 1, perd cette confrontation par pénalités, soit sur un score de 3 à 0.

Les Harrachis l’emportent sur tapis vert
La commission de discipline vient de se prononcer sur le match arrêté de la 7e journée de ligue1, joué à Aïn M’lila, entre le CRB Aïn-Fekroun et l’USMH à la 71e minute alors que les Harrachis menaient au score (2-1). Elle octroie le gain du match à ces derniers sur tapis vert sur le score de 3 à 0. Par ce résultat, l’USMH remonte à la 12e place avec 7 pts en compagnie du MCEE. H. G.

MATCH ARRÊTÉ CRBAF - USMH

Mohamed Benchouia nouvel entraîneur
USM BLIDA

Le technicien Mohamed Benchouia est devenu le nouvel entraîneur de l'USM Blida (Ligue 2 algérienne de football), en remplacement de Younès Ifticen, démissionnaire, a appris l'APS mardi auprès du président du club, Mohamed Zaim. «Nous avons tout conclu avec Benchouia qui est le nouvel entraîneur de l'équipe senior. Il aura l'objectif assigné de mener le club vers l'élite», a indiqué à l'APS le premier responsable du club phare des la ville des Roses. Younès Ifticen, parti au Nasr Hussein Dey, avait démissionné de son poste vendredi à l'issue de la victoire de l'USMB à domicile face à l'ES Mostaganem (4-0), en match comptant pour la 7e journée du championnat de football de Ligue 2. Mohamed Benchouia avait exercé auparavant son métier, à l'ASO Chlef, d'abord en tant qu'entraîneur-adjoint, puis en tant qu'entraîneur en chef de l'équipe chélifienne la saison dernière. A l'issue de la 7e journée, l'USMB partage la 3e place au classement de la Ligue 2 en compagnie du WA Tlemcen, avec 12 points chacun.

Jeudi 10 Octobre 2013

L

e président de la république, M. abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au président de la république d’ouganda, Yoweri Kaguta Museveni, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de son pays. « la célébration de la fête nationale de la république d’ouganda m’offre l’agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations auxquelles je joins mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple ougandais frère », a écrit le président Bouteflika dans son message. « je saisis cette opportunité pour vous réaffirmer mon entière disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, au renforcement des liens d’amitié et de solidarité entre nos deux peuples et à l’approfondissement des relations de coopération qui unissent nos deux pays », a ajouté le Chef de l’etat. « je voudrais, également, me féliciter de la concertation qui existe entre l’algérie et l’ouganda, notamment dans le cadre de l’union africaine, en vue de la promotion de la paix, de la sécurité et du développement dans notre continent », a conclu le président de la république.

Le Président Bouteflika félicite son homologue Yoweri Kaguta Museveni
fête nationale de l’ouganda

Pétrole Le Brent à 109.06 dollars

Monnaie L'euro à 1.351 dollar

D E R N I E R E S

session extraordinaire de la ConférenCe de l’ua
le premier ministre, abdelmalek sellal, représentera le président de la république, abdelaziz Bouteflika, aux travaux de la session extraordinaire de la Conférence et du Conseil exécutif de l’union africaine (ua), prévus demain et samedi à addisabeba, a indiqué, hier, un communiqué du cabinet du premier ministre. le premier ministre sera accompagné du ministre des affaires étrangères, ramtane lamamra, et du ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a précisé la même source.

M. Sellal représentera le Chef de l’Etat

L

e quotidien britannique de renom The Guardian a publié récemment un article sur l’algérie dans lequel son auteur met en exergue les potentialités touristiques et la diversité culturelle qui caractérisent le pays. le journaliste Horacio Clare a qualifié, dans son article intitulé Alger, la dame blanche de l’Afrique du Nord, l’algérie d’un « grand pays avec l’une des plus belles côtes de la planète, un arrièrepays lumineux, de vastes montagnes (...) couronnés par une des plus séduisantes capitales que je connaisse. » « avec son héritage phénicien, romain, byzantin, ottoman et du colonialisme français, l’algérie possède tout pour éblouir toute personne férue de culture, d’architecture,

Les potentialités touristiques et la diversité culturelle de l’Algérie mises en exergue
de littérature, d’art, de design, d’ornithologie, de botanique ou de géographie », a écrit Horacio Clare après avoir passé un séjour en algérie. le journaliste, qui s’est réjoui de l’atmosphère de sécurité qui règne en algérie « plus que n’importe où en afrique », déclare être tombé sous le charme d’alger. « j’ai tout aimé en elle (alger). les bougainvillées violacées, les senteurs de mimosas, de pins, les parfums des épices et l’arôme du café, les routes sinueuses à flancs de côteaux au-dessus de la « grande bleue », les palais turcs, des senteurs d’agneau grillé dans les labyrinthes de la Casbah, la façade du port avec ses bâtiments coloniaux blancs en colonnades infinies et les riches cafés noirs », a-t-il détaillé. Horacio Clare dé-

dans un artiCle paru dans THE GUARDIAN

setif

Bordj Bou-arreridj

un orage d’une rare violence s’est abattu, hier, en milieu d’après-midi sur la ville de sétif, formant sur de nombreuses chaussées de la cité d’impressionnantes mares qui ont paralysé la circulation, a-t-on constaté. la pluie et la grêle ont contraint de nombreux sétifiens à regagner leur domicile, tandis que plusieurs commerces ont dû fermer boutique, l’eau de pluie ayant même dépassé, par endroits, le niveau des trottoirs. en attendant le recensement d’éventuels dégâts, cette averse a particulièrement affecté le salon international des grandes cultures, « Céréalexpo », ouvert la veille au palais des expositions de la cité Maâbouda. les trombes d’eau, provenant aussi bien des entrées du palais que de son plafond ont obligé les exposants à ramasser à la hâte leurs produits, a-t-on constaté.

Pluies diluviennes

les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la wilaya de Bordj Bou-arréridj, hier après-midi, ont causé l’effondrement de plusieurs bâtisses et équipements publics dans la commune de ghilassa (extrême sud de Bordj Bou-arréridj), a-t-on appris du président de l’assemblée populaire communale, ahcene touati. Cet élu a précisé à l’aps qu’une école primaire s’est partiellement effondrée dans la région de rekraka, tandis que plusieurs routes ont été coupées à la circulation routière, à l’exemple de la route nationale (rn) n° 42 reliant tafrent à rekraka et à sidi ahcene, notamment. les services de la commune de ghilassa, appuyés par les éléments de la protection civile, sont intervenus pour secourir les habitants de la région, a ajouté cette source, soulignant que les maisons de jeunes de ghilassa et des villages de tafrent et sidi ahcene ont été ouvertes pour accueillir les familles victimes des inondations. selon un premier bilan, 50 habitations sont complètement endommagées, 250 autres logements partiellement détériorés, ainsi que divers équipements publics, notamment des établissements scolaires dont un collège d’enseignement moyen (CeM). des aides ont été dépêchées pour les habitants de cette région, essentiellement des tentes et des produits alimentaires, ont indiqué, de leur côté, les services de la wilaya.

Effondrement de plusieurs bâtisses et équipements publics à Ghilassa

le ministre des affaires étrangères, ramtane lamamra, et son homologue éthiopien, tedros adhanom ghebreyesus, ont convenu, hier, de tenir à addis-abeba, au début de l'année prochaine, la commission mixte algéro-éthiopienne, a indiqué un communiqué de l'ambassade d'algérie à addis-abeba. Cette rencontre devra permettre de "lancer et de mettre en œuvre les nombreux projets de coopération dans les domaines économique, social et culturel arrêtés dans le cadre de l'accord de partenariat stratégique signé entre les deux pays le 30 juin 2013", a précisé le communiqué, M. lamamra s'est, dans ce même contexte, félicité de la décision du gouvernement éthiopien d'ouvrir prochainement sa première ambassade à alger. de son côté, le ministre éthiopien a, également, exprimé sa satisfaction de voir la compagnie nationale air algérie desservir bientôt la capitale éthiopienne. M. lamamra a rencontré son homologue éthiopien en prévision des travaux de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d'etat et de gouvernement de l'union africaine (ua) sur la relation de l'ua avec la Cour pénale internationale (Cpi), devant se tenir à addis-abeba demain et samedi prochain.

Rencontre au début de l'année prochaine à Addis-Abeba

CoMMission Mixte algéroetHiopienne

clare également être charmé par la Casbah « site classé patrimoine mondial de l’unesco et miracle de terre brûlée douce avec ses chants de chardonnerets » et par la cathédrale notre dame d’afrique. le journaliste a estimé qu’alger « a tout les atouts pour devenir le san francisco de la région, le pont vers le désert, les montagnes et les côtes au-delà de tout calcul. » « au printemps, la région de Kabylie est réputée pour être un paradis. la ville côtière de tipasa, à l’ouest d’alger, est tellement belle que l’écrivain français albert Camus déclara qu’elle lui enseigna le sens de l’amour de la gloire sans limite », a conclu le journaliste du quotidien The Guardian.

le premier ministre, abdelmalek sellal, a présenté, hier, au siège de l'ambassade du Vietnam, à alger, au nom du président de la république, abdelaziz Bouteflika, les condoléances de l'algérie suite à la disparition du général Vo nguyen giap, héros militaire de l'indépendance vietnamienne et artisan de la débâcle française à diên Biên phu, décédé, vendredi dernier, à l'âge de 102 ans. le Vietnam "perd, avec la disparition du général Vo nguyen giap, une icône et un héros hors pair qui a voué sa vie à sa patrie et fait preuve d'un sens élevé du déni de soi pour que règnent les idéaux de liberté, de fierté et de dignité", a écrit le premier ministre sur le registre de condoléances. le défunt "a marqué de son empreinte les liens l'unissant avec le peuple algérien, notamment durant la lutte pour l'indépendance menée par les deux peuples algérien et viétnamien", a-t-il ajouté. "en cette douloureuse circonstance, je présente au nom du président de la république, abdelaziz Bouteflika et en mon nom personnel mes condoléances les plus attristées à la famille du défunt et au peuple viétnamien ami auquel je tiens à exprimer ma profonde sympathie", a encore écrit M. sellal. dans un bref entretien avec l'ambassadeur du Vietnam à alger, Vu the Hiep, M. sellal a affirmé avoir été chargé par le président de la république, à titre personnel, de présenter les condoléances de l'algérie ajoutant que le Chef de l'etat avait décidé de dépêcher une importante délégation au Vietnam pour prendre part aux obsèques du général giap auquel l'unissait une relation d'amitié et de longue lutte contre l'occupant français. M. sellal a qualifié le général giap de "militaire chevronné et un exemple en matière de lutte pour la liberté et l'indépendance" appelant les Vietnamiens à préserver le riche legs du défunt. de son côté, l'ambassadeur vietnamien a adressé ses remerciements et exprimé sa gratitude au président Bouteflika et au peuple algérien pour leur soutien au peuple vietnamien en cette pénible épreuve. il a, par ailleurs, exprimé la volonté de son pays d'œuvrer dans le sens du développement et de la consolidation des relations bilatérales de fraternité et d'amitié.

M. Sellal présente les condoléances de l'Algérie

déCès du général giap

CondoléanCes de la Ministre de la Culture après le déCès de l’artiste el Hadj aHCene said

le ministre de l’agriculture et du développement rural, abdelwahab nouri, et son homologue soudanais, abdelhalim ismail el Matafi, ont souligné, hier, à alger, la nécessité de dynamiser les accords bilatéraux entre les deux pays dans le secteur de l’agriculture eu égard à leur importance dans le développement du secteur dans les deux pays. le ministre soudanais de l’agriculture et de l’Hydraulique a ap-

Dynamiser les accords bilatéraux dans le secteur de l’agriculture

Coopération algérosoudanaise

pelé à l’issue de son entretien avec M. nouri à la dynamisation des accords de coopération entre les deux pays englobant les domaines de la santé animale et végétale à même de permettre “un grand changement” dans la réalisation de la sécurité alimentaires dans le monde arabe et la garantie de près de 30% des produits alimentaires dans la région à la lumière de la hausse des prix dans les marchés internationaux.

après le décès de el Hadj ahcène saïd, la scène artistique algérienne a perdu l’un de ses chanteurs chaabi qui ont marqué par leur présence, le défunt Hadj ahcène saïd étant l’un des disciples de Hadj el anka, écrit la ministre de la Culture dans un message de condoléances adressé à la famille du disparu. le défunt a commencé son parcours artistique au sein de l’association artistique « gharnatia » et après l’indépendence, il a fait partie avec Boudjemaa el ankis, el taher Ben ahmed et le défunt el Hachemi guerouabi, de la troupe musicale qui a accompagné la célèbre chanson de Hadj el anka El Hamdou lillah ma bqach isti’mar fi bledna. en reconnaissance à cet artiste et à ses œuvres, le ministère de la Culture les a réunies dans un album pour qu’elles restent pour la postérité. en ce douloureux événement, Mme Khalida toumi, présente à la famille du défunt ses sincères condoléances et l’assure de sa profonde sympathie. Que dieu tout-puissant accorde au défunt sa sainte Miséricorde et l’accueille en son Vaste paradis.

Le chaâbi a perdu un grand talent

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful