RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE

(conforme au décret 2005-236 du 14 mars 2005)

2012

VILLIERS-SUR-ORGE

SYNTHESE DE L’ANNEE ............................................................... 5 L’essentiel de l’année..................................................................... 7 Les chiffres clés ............................................................................ 9 Les indicateurs de performance..................................................... 11
Indicateurs du décret du 2 mai 2007 ................................................................... 12 Indicateurs complémentaires pour les rapports soumis à CCSPL.............................. 12 Indicateurs complémentaires proposés par la FP2E................................................ 13 La réglementation « Construire sans détruire »..................................................... 15 LA LOI « WARSMANN »...................................................................................... 16

Les évolutions réglementaires ....................................................... 15

Bilan et perspectives ................................................................... 19 LA QUALITE DU SERVICE .......................................................... 21

Le contrat .................................................................................. 23 Votre délégataire ........................................................................ 25
Une equipe locale à votre service ........................................................................ 25 Une organisation proche de nos clients ................................................................ 25 une mission de service public 365 jours par an et 24 h sur 24 ................................ 26 La relation clientèle ........................................................................................... 29 Notre démarche qualité...................................................................................... 29 Notre démarche environnementale ...................................................................... 30 Notre démarche développement durable .............................................................. 31 Fonctionnement hydraulique du réseau ................................................................ 35 le décret 2012-97 du 27 janvier 2012 .................................................................. 35 Nature des volumes transitant ............................................................................ 37 Les pertes d'eau potable en réseau ..................................................................... 38 Conclusion sur le bilan hydraulique et son évolution .............................................. 39 Le contrôle de la qualité de l'eau ......................................................................... 41 Le plan vigipirate .............................................................................................. 42 LA Provenance de l’eau potable (ressource & Production) ....................................... 42 La ressource ..................................................................................................... 43 La production ................................................................................................... 44 La distribution .................................................................................................. 48 Les indicateurs de performance sur la qualité d'eau du décret du 2 mai 2007 ........... 48 Conclusion sur la qualité de l’eau ........................................................................ 48 La facture type 120 m3...................................................................................... 49 Le nombre d'abonnements ................................................................................. 49 Les volumes vendus .......................................................................................... 49 La typologie des contacts clients ......................................................................... 50 Les principaux motifs de contact clients ............................................................... 50

Le bilan hydraulique .................................................................... 35

La qualité de l’eau....................................................................... 41

Le bilan clientèle ......................................................................... 49

3>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SOMMAIRE

Le bilan d’exploitation .................................................................. 61

L'activité de gestion clients................................................................................. 51 La relation clients.............................................................................................. 51 L'encaissement et le recouvrement...................................................................... 51 Le fonds de solidarité......................................................................................... 52 Aide sociale au C.C.A.S ...................................................................................... 53 Dans ce cadre et conformément à la convention, Lyonnaise des Eaux a versé au CCAS de la commune un montant de 890 euros en 2012. ............................................... 53 Les dégrèvements pour fuite .............................................................................. 53 La mesure de la satisfaction client ....................................................................... 53 Le prix du service de l'eau potable ...................................................................... 58 Les interventions sur le réseau de distribution ...................................................... 61 La recherche des fuites ...................................................................................... 61 Les interventions en astreinte ............................................................................. 61

LE PATRIMOINE ........................................................................ 63 L’inventaire du patrimoine ............................................................ 65
L’inventaire du patrimoine.................................................................................. 66 Les variations du patrimoine............................................................................... 67 Indice de connaissance du patrimoine.................................................................. 68

GLOSSAIRE ............................................................................... 69
Lexique............................................................................................................ 71 Indicateurs de performance................................................................................ 74

ANNEXES .................................................................................. 79 Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe 1 2 3 4 5 : : : : : Synthèse réglementaire ............................................... 81 Historique des indicateurs de performance...................... 87 Qualité de l'eau produite en 2012.................................. 91 La facture d'eau.......................................................... 93 Bilan d'activités réseaux............................................... 95

4>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE

SYNTHESE DE L’ANNEE

5>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>L’ESSENTIEL DE L’ANNÉE

L’ESSENTIEL DE L’ANNEE

Réunions trimestrielles de suivi du contrat

Des réunions de suivi du contrat ont eu lieu avec l’agglomération les : - 28 mars 2012 - 10 juillet 2012 - 6 novembre 2012 - 19 décembre 2012 Toutes les réunions font l’objet d’un compte rendu validé conjointement et diffusé. Du 4 au 14 février 2012, l’Ile de France a vécu une période de gel intense et exceptionnelle, tant par sa soudaineté que par sa durée. Durant cette période, le réseau d’eau potable de la région parisienne a été particulièrement touché par des casses de canalisations et de branchements. L’ensemble des équipes Lyonnaise des Eaux a été mobilisé 24h/24 afin de réparer aux plus vite des fuites et permettre au service de l’eau d’être assuré. Sur le périmètre de l’agglomération, cette vague de froid a généré 199 interventions en 15 jours (week-ends inclus), soit environ 13 interventions/jour dont 30 réparations de fuite sur canalisation soit 2 fuites canalisation/jour, 14 réparations de fuite sur branchement soit 1 fuite branchement/jour et 94 enquêtes pour fuite sur réseau, branchement ou compteur soit 6,3 enquêtes/jour. Sur le périmètre de la commune, 9 interventions ont été enregistrées dont 2 réparations de fuite sur canalisation, 1 sur branchement, 4 enquêtes pour fuite et 2 remplacements de compteur.

Gestion de la vague de froid

Les principaux travaux effectués au cours de l’exercice La création de la plateforme de centralisation des interventions à Montgeron

Conformément au programme de renouvellement contractuel, Lyonnaise des Eaux a procédé au cours de l’année 2011, aux travaux suivants : - réhabilitation de 1 branchement Plomb (9 Rue Guy Mocquet) - réhabilitation de 8 branchements (isolés) - renouvellement 1 vanne et accessoire réseaux En juillet 2012 a été inaugurée la nouvelle plateforme de centralisation des interventions de Montgeron, siège régional Lyonnaise des Eaux. - le Centre de Relation Clientèle, composé de 20 téléconseillers recevant 60h par semaine les appels des usagers pour toute demande d’informations ou remontées d’anomalies - l’Ordonnancement, qui planifie les interventions d’urgence ou programmées pour les différentes équipes terrain de l’agence de Villemoisson s/ Orge

7>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>L’ESSENTIEL DE L’ANNÉE

-

le Télécontrôle, qui gère l’ensemble des alarmes des sites du sud francilien (usines de production, réservoirs, postes de relèvement, stations d’épuration) et mobilise les équipes d’astreinte jour et nuit, 365 jours par an

Bilan de la qualité de l’eau distribuée

Pour la quatrième année consécutive, le taux de conformité bactériologique a atteint 100% sur l’ensemble du réseau interconnecté de Lyonnaise des Eaux. Ce résultat est sans équivalent parmi les grands opérateurs d’Ile-de-France. L’ensemble des démarches de contrôles réguliers effectuées par l’Agence Régionale de Santé, couplée à l’autosurveillance Lyonnaise des Eaux, permet de garantir une eau distribuée conforme aux normes de potabilité de l’eau, produit alimentaire le plus contrôlé au monde. Les usines de production d’eau ont obtenu la certification ISO 55 000, garantissant la maîtrise énergétique des processus de production.

Les actions proximité et communication

de de

Au cours de l’année 2012, les équipes de Lyonnaise des Eaux ont réalisé sur le territoire de l’agglomération les actions de proximité suivantes : - 1er février : animation du forum métier à Sainte Géneviève des Bois - 9 février : Réalisation d’un dépliant sur le règlement de service eau potable intégré dans la facture à Fleury-Mérogis - 14 mars : Participation au forum orientation à Fleury-Mérogis - 11 avril : animation pédagogique de 4 classes à l’école maternelle Jean MACE à Sainte Géneviève des Bois - Publicité dans le guide municipale de Villemoisson sur Orge - Animation d’une réunion technique sur la nouvelle réforme des réseaux enterrés et les démarches associées à destination de nos collectivités du 91 le 25 juin 2012 à Saulx les Chartreux. Lyonnaise des Eaux Sud-Ile de France a mise en place, depuis de nombreuses années, un Observatoire du Gout de l’Eau. Ce dispositif, basé sur le volontariat, permet de recueillir les attentes des clients consommateurs en matière de perception du goût de l’eau et d’améliorer la qualité gustative de l’eau du robinet. Les gouteurs d’eau sont invités à participer à des réunions d’information ou des journées portes ouvertes. Ainsi, en 2012, les actions suivantes ont été proposées aux gouteurs d’eau de votre commune : - 1 mars 2012 : Lancement de l'opération gouteurs VIP - 10 septembre ou 14 octobre: Journée annuelle. Les goûteurs d'eau ont été invités à découvrir ou redécouvrir "des goûts et des saveurs" à la ferme des Auxonettes de Saint Fargeau Ponthierry. - 24 septembre: atelier goût de l'eau des secteurs de Bures sur Yvette et Villemoisson sur Orge en la Mairie de Bures sur Yvette. Thème de l'année : les services et le prix de l'eau - Juillet 2012 : pour la deuxième année consécutive, lancement du jeu concours de l'été : " les cocktails ou recettes avec l'eau du robinet" Enfin, le journal des goûteurs "le nouvel Observatoire" a été publié en juin et en décembre.

Club des Gouteurs d’Eau

8>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES CHIFFRES CLÉS

LES CHIFFRES CLES

1 308 clients
délégation de service public.

desservis en eau, au 31 décembre 2012, dans le cadre du contrat de

176 019 m

3

facturés

en 2012.

84,5 % : Rendement 15 071 ml de réseau
contrat de délégation de service public.

du réseau de distribution.

de distribution d’eau potable gérés dans le cadre du

100 % : Taux de conformité de la qualité de l’eau produite et distribuée en 20121. 2,64 € : Prix TTC du service de l’eau potable. Ce prix inclut toutes les taxes ainsi que les redevances perçues pour le compte des
organismes publics tels que l’Agence de l’Eau.

9>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES INDICATEURS DE PERFORMANCE

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE

Les données et indicateurs relatifs aux caractéristiques et à la performance du service qui sont présentés ci-dessous et dont la production relève de la responsabilité du délégataire dans le cadre du présent contrat vous permettront de faire figurer dans votre rapport annuel sur le prix et la qualité du service (RPQS) les indicateurs descriptifs du service et les indicateurs de performance demandés par le décret du 2 mai 2007. Certaines données et indicateurs sont présentés dans d’autres parties de ce rapport, et notamment : ¾ Les caractéristiques techniques du service : o La date d’échéance du contrat de Délégation de Service Public est répertoriée dans la partie « La qualité du service \ Le contrat » o La nature des ressources utilisées est répertoriée dans la partie « L’inventaire du patrimoine \ Les biens de retour \ Les ressources » o Les différents volumes prélevés, achetés ou vendus à d’autres services publics d’eau potable sont répertoriés dans la partie « La qualité du service \ le bilan hydraulique » o Le nombre d’abonnements ainsi que le détail des volumes vendus aux différents types d’abonnés sont répertoriés dans la partie « La qualité du service \ Le bilan clientèle » o Le linéaire du réseau est présenté dans la partie « Les comptes de la délégation et le patrimoine \ Les biens de retour \ Les canalisations » ¾ La tarification de l’eau et recettes du service o La facture détaillée et le prix TTC pour une consommation de référence de 120 m3 sont répertoriés dans la partie « La qualité du service \ Le bilan clientèle » o Les recettes du service sont présentées dans la partie « Les comptes de la délégation et le patrimoine \ Le CARE » ¾ Les indicateurs de performance : o Les taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées sont présentés dans la partie « La qualité du service \ La qualité de l’eau » o Le rendement de réseau, l’indice linéaire des volumes non comptés et l’indice linéaire de pertes en réseau sont détaillés dans la partie « La qualité du service \ Le bilan hydraulique » o Le délai et le taux de respect du délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés, le taux de réclamation, l’existence d’un dispositif de mémorisation des réclamations écrites reçues ainsi que les taux d’impayés sur les factures d’eau de l’année précédente sont présentés dans la partie « La qualité du service \ Le bilan clientèle » ¾ Les actions de solidarité et de coopération, et notamment le nombre et le montant des abandons de créances ou des versements à un fond de solidarité sur l’eau, sont présentés dans la partie « « La qualité du service \ Le bilan clientèle » Pour chaque donnée et indicateur nous avons évalué le degré de fiabilité (A pour « très fiable », B pour « fiable » et C pour « peu fiable ») calculé selon la méthodologie préconisée dans la circulaire ministérielle n°12/DE du 28 avril 2008. A défaut

11>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES INDICATEURS DE PERFORMANCE

d’indication, le degré de fiabilité doit être considéré comme étant de qualité A pour « très fiable ». La définition et le mode de calcul de chaque donnée et indicateur de performance peuvent être consultés sur le site http://www.services.eaufrance.fr/observatoire

INDICATEURS DU DECRET DU 2 MAI 2007
Nous avons également indiqué ci-dessous des données et indicateurs dont la production relève de la responsabilité de la collectivité (signalés par un signet numéroté (1) ) dans la mesure où ceux-ci ont pu être collectés à la date de réalisation du présent rapport. Indicateurs du décret du 2 mai 2007
Thème
Caractéristique technique Caractéristique technique Caractéristique technique Tarification Indicateur de performance

Indicateur
Estimation du nombre d'habitants desservis (1) Nombre d'abonnements Linéaire de réseaux de desserte (hors branchements) (1) Prix TTC du service au m3 pour 120 m3 Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne la microbiologie (2) Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne les paramètres physicochimiques (2) Rendement du réseau de distribution Indice de connaissance de gestion patrimoniale des réseaux d'eau potable Taux moyen de renouvellement des réseaux d'eau potable (1) Indice d'avancement de la protection de la ressource en eau (1) Indice linéaire des volumes non comptés Indice linéaire de pertes en réseau

2012

Unité

Degré de fiabilité
A A A A

3 953 Nombre 2 354 Nombre 15,07 km 2,64 € TTC/m3

100 %

A

Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance

100 %

A

84,5 % 100 Valeur de 0 à 100

A A A A A A

4,69 % 60 % 7,8 m3/km/j 7,7 m3/km/j

INDICATEURS COMPLEMENTAIRES POUR LES RAPPORTS SOUMIS A CCSPL
Les indicateurs mentionnés ci-dessous sont à produire uniquement dans le cas où le rapport annuel sur le prix et la qualité du service est soumis à l’examen de la CCSPL (communes de plus de 10 000 habitants, EPCI de plus de 50 000 habitants ou syndicats mixtes ayant au moins une commune de plus de 10 000 habitants).

12>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES INDICATEURS DE PERFORMANCE

Indicateurs du décret du 2 mai 2007 pour les rapports soumis à examen de la CCSPL
Thème
Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Indicateur de performance Financement des investissements Financement des investissements Financement des investissements Actions de solidarité et de coopération Actions de solidarité et de coopération

Indicateur
Taux d'occurrence des interruptions de service non programmées Délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés, défini au service Taux de respect du délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés Taux de réclamations Existence d’un dispositif de mémorisation des réclamations écrites reçues Taux d'impayés sur les factures d'eau de l'année précédente Nombre de branchements publics en plomb supprimés ou modifiés % de branchements publics en plomb supprimés ou modifiés % de branchements publics en plomb restant à modifier ou à supprimer au 1er janvier de cette année Nombre de demandes d'abandons de créances reçues Montant des abandons de créances ou des versements à un fond de solidarité au titre de l'aide au paiement des factures d'eau des personnes en situation de précarité (1)

201 2

Unité

Degré de fiabilité
A A A A A A A A A A

Nombre / 3,82 1000 abonnés Heure ou 8 jour 100 % Nombre / 19,11 1000 abonnés Oui Oui / Non 0,14 % 1 Nombre 1,39 % 0 % 3 Nombre € / m3 facturé

122

A

INDICATEURS COMPLEMENTAIRES PROPOSES PAR LA FP2E
Dans un souci de continuité, la Fédération Professionnelle des Entreprises de l’Eau (FP2E) a décidé de maintenir la publication de données et d’indicateurs qui n’ont pas été repris dans le décret du 2 mai 2007. Ces indicateurs qui étaient publiés depuis 2004 sont à produire uniquement dans le cas où le rapport annuel sur le prix et la qualité du service est soumis à l’examen de la CCSPL (communes de plus de 10 000 habitants, EPCI de plus de 50 000 habitants ou syndicats mixtes ayant au moins une commune de plus de 10 000 habitants). Indicateurs complémentaires proposés par la FP2E
Thème
Indicateur FP2E Indicateur FP2E Indicateur FP2E Indicateur FP2E Indicateur FP2E Indicateur FP2E

Indicateur
Existence d'une mesure de satisfaction clientèle Existence d'une CCSPL Existence d'une commission départementale Solidarité Eau Obtention de la certification ISO 9001 version 2008 Obtention de la certification ISO 14001 version 2004 Liaison du service à un laboratoire accrédité

2012
Oui Oui Oui Oui Non Oui

Unité
Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non

Degré de fiabilité
A A A A A A

13>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES EVOLUTIONS REGLEMENTAIRES

LES EVOLUTIONS REGLEMENTAIRES

ACTUALITE MARQUANTE
• Dispositif relatif à la surconsommation d’eau suite à une fuite ou à un dysfonctionnement du compteur : Décret n° 2012-1078 du 24 septembre 2012 relatif à la facturation en cas de fuites sur les canalisations d'eau potable après compteur. Définition d’un descriptif détaillé des réseaux des services publics de l’eau et de l’assainissement et d’un plan d’actions pour la réduction des pertes d’eau du réseau de distribution de l’eau potable : Décret n°2012-97 du 27 janvier 2012. Nouvelle indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement en cas de retard de paiement dans les contrats publics : Loi n° 2013-100 du 28 janvier 2013 portant diverses dispositions d'adaptation de la législation au droit de l'Union européenne en matière économique et financière («Loi Dadue »). Réforme « construire sans détruire », visant à améliorer la sécurité des travaux à proximité des réseaux : nouveaux textes venant compléter la loi Grenelle 2 et le décret du 5 octobre 2011. Décret n°2012-970 du 20/08/2012, Arrêté du 03/092012, Arrêté du 30/06/2012, Arrêté du 28/06/2012, Norme PR NF S70-003-1 Nouvelles règles de représentation des communes au sein de l’organe délibérant et du bureau des communautés de communes et d’agglomération : loi n° 2012-1561 du 31 décembre 2012 relative à la représentation communale dans les communautés de communes et d'agglomération.

La liste détaillée des principaux textes réglementaires parus dans l’année et classés par thématique (services publics, marchés publics, eau potable, …) est jointe en annexe.

LA REGLEMENTATION « CONSTRUIRE SANS DETRUIRE »
Au vu des dommages déplorés chaque année lors de travaux, et à la faveur du Grenelle II, l’Etat a engagé une profonde réforme dénommée « construire sans détruire ». Son objectif est de réduire les dommages causés aux réseaux lors des travaux, au bénéfice de la sécurité des personnes, des biens et de la continuité du service aux usagers. Cette réforme introduit de nouvelles obligations et modifie substantiellement la répartition des responsabilités entre les différents acteurs.

15>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES EVOLUTIONS REGLEMENTAIRES

Elle concerne particulièrement les collectivités qui sont maîtres d’ouvrage public de travaux, coordonnateurs des travaux effectués sur la voirie et dans le domaine public, responsables de la police de la sécurité sur le territoire communal, mais aussi l’instance organisatrice de nombreux services publics locaux parmi lesquels l’eau et l’assainissement. Le calendrier très resserré de cette réforme oblige les collectivités à adapter rapidement leurs organisations, ce qui signifie, entre autres : • actualiser les marchés de travaux à « bons de commande », et les modèles de cahier des charges • procéder à la passation d’avenant aux conventions d’exploitation. Cette réforme constitue une opportunité pour : • améliorer la qualité des données en bien de retours, en disposant d’une cartographie précise à l’échéance des contrats, • répondre aux autres exigences réglementaires • renforcer le partage d’outils entre Délégataire et Collectivité délégante grâce au SIG • faciliter l’action de la collectivité pour les chantiers de renouvellement des réseaux. Détail des modifications apportées par cette réforme • Que modifie cette réforme ? – Création du « guichet unique » : annuaire internet des exploitants se substituant aux communes – Création de trois classes de précision pour les cartographies de réseaux : • Classe A : incertitude en X, Y et Z < 40 cm • Classe B : incertitude en X, Y et Z < 1,50 m • Classe C : incertitude en X, Y ou Z > 1,50 m ou pas de plans - Obligation aux exploitants d’améliorer progressivement leur cartographie des réseaux - Renforcement des responsabilités des maîtres d’ouvrage vis-à-vis des entreprises d’exécution - Mise en place d’une procédure spécifique aux travaux urgents contraignante. Il est interdit d’intervenir : o sans avoir contacté tous les concessionnaires sensibles et obtenu des plans précis o sans avoir piqueté ou tracer les emprises de réseaux tiers o avec des techniques adaptées de terrassement non adaptées à la connaissance du sous-sol.

LA LOI « WARSMANN »
(Article L2224-12-4-III bis et R2224-20-1 du code général des collectivités territoriales)

Cette loi ne concerne que les locaux d’habitation (sont exclus de la loi les clients collectivités et professionnels). Date d’entrée en vigueur : factures sur relevé de compteur émises à partir du 27 septembre 2012 selon le Décret d’application publié le 26 septembre 2012

16>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>LES EVOLUTIONS REGLEMENTAIRES

Extraits des articles 1 et 3 du décret d’application :
ƒ Lorsque le service d’eau constate une augmentation anormale de consommation au vu du relevé de compteur enregistrant la consommation d’eau effective de l’abonné, il en informe l’abonné par tout moyen et au plus tard lors de l’envoi de la facture établie d’après ce relevé. Le montant de la facture d’eau est plafonné si l’abonné fournit, dans le mois suivant la réception de la facture, l’attestation d’une entreprise de plomberie qui mentionne la localisation de la fuite et la date de sa réparation. Sont exclues les fuites dues à des appareils ménagers et des équipements sanitaires ou de chauffage. L’abonné peut demander, dans le même délai d’un mois, au service d’eau potable de vérifier le bon fonctionnement du compteur. Le service lui notifie sa réponse dans le délai d’un mois à compter de la demande.

ƒ

ƒ

ƒ

Redevances eau
La Remise est calculée sur la consommation excédant le double de la consommation moyenne basée sur les 3 dernières années (sauf si la Collectivité émet une demande spécifique d’une franchise inférieure à 2 fois la consommation moyenne).

Redevances assainissement
L’article 2 du décret préconise une exonération de 100 % du volume de la fuite sur les parts assainissement si la remise est effective sur les parts eau.

17>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>BILAN ET PERSPECTIVES

BILAN ET PERSPECTIVES

Lyonnaise des Eaux intervient au quotidien afin d’exécuter au mieux l’exploitation des réseaux d’eau potable. Notre mission est également de conseiller la collectivité sur les perspectives pour améliorer le service de l’eau potable. 1 - Vous délivrer une eau de qualité en quantité suffisante Suivre la qualité de l’eau jusqu’au robinet du consommateur Vos usagers, désireux de juger de la qualité gustative de l’eau distribuée, sont invités à faire partie du Club des goûteurs d’eau à travers un site Internet dédié (www.goutdeleau.com). Ce panel de dégustateurs d’eau nous permet, depuis la mise en service de l’unité de traitement par ultrafiltration, de dresser chaque mois une cartographie précise du goût de l’eau distribuée et de résoudre rapidement d’éventuels dysfonctionnements du réseau. Supprimer l’ensemble des branchements en plomb restant d’ici fin 2013. Dabs le cadre de la Directive Européenne de 1998 transposée en droit français en 2001, et conformément à nos engagements contractuels, l’ensemble des branchements publics en plomb de votre territoire sera réhabilité d’ici le 25 décembre 2013. Un regard compact anti-gel contenant le compteur sera installé sur le trottoir lors de chaque réhabilitation. 2 – Améliorer le rendement de réseau et gérer durablement et efficacement votre patrimoine Réhabiliter les canalisations afin d’entretenir le patrimoine en bon état La maîtrise des pertes en eau passe nécessairement par l’entretien du patrimoine, afin de limiter au maximum les fuites sur canalisations et branchements. Des investissements réguliers pour réhabiliter des tronçons de canalisations, des ouvrages (vannes, décharges…) sont essentiels pour garantir dans la durée un rendement de réseau optimal. Dans le cadre du contrat de Délégation de Service Public, Lyonnaise des Eaux réalise la réhabilitation des canalisations quand celles-ci deviennent fuyardes ou critiques pour la garantie de continuité de service. Ce programme de renouvellement est établi avec la Collectivité chaque année. Installer une borne de puisage à prépaiement par carte Ces bornes visent à supprimer les vols d’eau sur poteaux d’incendie et à réglementer la distribution d’eau pour les chantiers mobiles (balayeuse, lavage voirie….). A l’aide d’une carte prépayée, les utilisateurs peuvent ainsi prélever de l’eau à un emplacement sécurisé (aucun retour d’eau possible), sans possibilité de mauvaise manipulation aux conséquences lourdes (coup de bélier en cas d’ouverture brutale d’un poteau incendie). Les poteaux incendie retrouvent ainsi leur unique usage légal : la défense incendie.

19>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> SYNTHÈSE DE L’ANNÉE>PERSPECTIVES ET TRAVAUX A PROGRAMMER

Chercher les fuites avant qu’elles ne sortent sur voirie Depuis plusieurs années, les équipes de Lyonnaise des Eaux mènent des actions de recherches de fuites ciblées, en procédant à des écoutes des bruits et donc des fuites potentielles diffusés dans les canalisations durant la nuit. Une fuite détectée sous terre, avant qu’elle ne sorte sur voirie, est réparable plus efficacement (des pertes d’eau réduites) et génère des désordres relativement faible sur la chaussée. Mettre en place la télérelève des compteurs d’eau La technologie de la télérelève des compteurs d’eau permet, par l’installation d’équipements simples et compacts, de pouvoir relever les index des compteurs à distance et quotidiennement. Cette technologie procure de nombreux bénéfices aux usagers équipés, comme : la relève du compteur sans rendez vous, 100% de la facturation au réel (il n’y a plus d’estimation), Le suivi des consommations quotidiennes via un portail web, L’information en cas de surconsommation ou de suspicion de fuite, La possiblité d’etre alerté par sms ou par mail en cas de surconsommation ou de fuite.

Cette technologie innovante et offrant de nouveaux services aux usagers peut être déployée selon les dispositions que vous souhaiterez. Intégrer l’impact de la nouvelle réglementation « construire sans détruire » Au vu des dommages déplorés chaque année lors de travaux, et à la faveur du Grenelle II, l’Etat a engagé une profonde réforme dénommée « construire sans détruire ». Son objectif est de réduire les dommages causés aux réseaux lors des travaux, au bénéfice de la sécurité des personnes, des biens et de la continuité du service aux usagers. L’impact de cette réglementation est multiple : modalités d’intervention d’urgence réétablies (ATU et plans des concessionnaires sensibles obligatoires), modalités de mise en œuvre de chantiers programmés définies (marquage..), obligations de repérage des ouvrages neufs en (X,Y,Z) à 40cm… 3 - Informer vos usagers pour les rendre acteur de leur consommation Informer les usagers sur les enjeux de l’eau Lyonnaise des Eaux est à votre disposition pour élaborer des articles à intégrer dans votre journal municipal, permettant de sensibiliser la population aux enjeux de l’eau sur le territoire. Sensibiliser les scolaires au respect de la ressource en eau Le jeune public construit dès aujourd’hui le monde de demain. La sensibilisation des 812 ans à respecter la ressource en eau et l’environnement revêt donc un caractère primordial. Des classes d’eau peuvent ainsi être menées sur votre territoire. Par ailleurs, des informations sur les bienfaits de l’eau du robinet peuvent également être transmises lors d’événements grand public ciblés. Participer à vos cotés aux évènements de votre territoire Devenir un acteur du territoire est un enjeu pour Lyonnaise des Eaux. Aussi, nous pouvons, si vous le souhaitez, participer à vos cotés et en lien avec nos métiers, à des évènements de votre territoire.

20>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE

LA QUALITE DU SERVICE

21>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE CONTRAT

LE CONTRAT

Le tableau ci-dessous présente les dates de prise d’effet et d’échéance du contrat et des éventuels avenants qui ont été signés :

Le contrat et ses avenants

23>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

VOTRE DELEGATAIRE
UNE EQUIPE LOCALE A VOTRE SERVICE

25>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

UNE ORGANISATION PROCHE DE NOS CLIENTS
Lyonnaise des Eaux Sud Ile-de-France et ses filiales, qui comptent 680 agents, mettent à disposition de ses clients tous les moyens nécessaires pour l’exploitation du service au quotidien, mais également pour gérer tout type de crise, maintenir la continuité du service et préserver les biens et les personnes. L’organisation de l’entreprise repose sur : • 5 agences de proximité, basées à Brie-Comte-Robert, Bures-sur-Yvette, CorbeilEssonnes (au travers de la Société des Eaux de l’Essonne), Montgeron et Villemoisson-sur-Orge, qui apportent aux clients, 365 jours par an et 24 heures sur 24, un service réactif et de qualité, conformément aux contrats qui lui sont confiés. Des agences métiers (production, distribution, collecte, épuration, milieu naturel), qui apportent chaque jour aux agences de proximité leurs compétences techniques et garantissent la bonne exécution de toutes les interventions techniques réalisées. Des agences clientèles qui gèrent toutes les demandes émanant des clients et leur apportent tous les éléments pour améliorer leur compréhension du service rendu. Des agences supports qui mettent tout en œuvre pour fournir aux agences territoriales et agences métiers tous les moyens nécessaires pour la bonne réalisation de leur mission (ressources humaines, administration et finances, communication). L’agence support aux interventions qui organise la logistique globale de interventions et assure leur traçabilité : planification des équipes, des spécialisés, des moyens spécifiques pour les grands chantiers, gestion des canalisations et de pièces et des flux entre les magasins principaux et les des agences territoriales. toutes les véhicules stocks de magasins

• •

Enfin, Lyonnaise des Eaux Sud Ile-de-France et la Société des Eaux de l’Essonne sont en mesure de s’appuyer sur les moyens et les compétences d’autres structures voisines de Lyonnaise des Eaux en Ile-de-France, qui mobilisent plus de 1200 autres professionnels des services de l’eau et de l’assainissement.

26>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

UNE MISSION DE SERVICE PUBLIC 365 JOURS PAR AN ET 24 H SUR 24
Fidèle à sa mission de service public, Lyonnaise des Eaux assure en permanence une astreinte dans l’ensemble de ses domaintes d’activités, grâce à : • Un Centre de Télécontrôle : les clients bénéficient d’un numéro de téléphone unique à contacter 24h/24 et 365 jours par an en cas d’urgence (défaillance des équipements, casse, pollution…) Des équipes d’astreinte mobilisables jour et nuit, regroupant des agents réseaux, usines et travaux, pour intervenir sur une urgence. Les équipes locales peuvent également mobiliser des moyens complémentaires provenant d’autres entités régionales d’Ile-de-France et dépêcher des spécialistes des Centres Techniques nationaux de Lyonnaise des Eaux. Chaque semaine, plus de 50 agents sont mobilisables dans le Sud Ile-de-France, toutes compétences confondues.

27>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

L’ordonnancement travaille en phase avec un magasinier principal qui gère le stock centralisé de pièces afin d’approvisionner les magasins secondaires implantés au plus près des équipes d’exploitation.

LA GESTION DE CRISE
Afin de limiter les conséquences d’évènements significatifs (tempêtes, coupures d’énergie, pollutions, …) de nature à mettre en péril la continuité de service, la santé des salariés ou l’environnement, et pour revenir le plus rapidement possible à la normale, nous sommes structurés pour pouvoir, à tout moment, mobiliser des moyens exceptionnels au niveau local et au niveau national : ¾ Unités mobiles de traitement, ¾ Stocks d’équipements, ¾ Stocks d’eau potable, ¾ Laboratoires d’analyses 24h/24 et 7 jours/7, ¾ Systèmes d’alerte permettant de prévenir très rapidement la population par téléphone. Le système de gestion de crise s’appuie sur : ¾ La connaissance du rôle des différents acteurs d’une crise, ¾ Une organisation préétablie du management de la crise, ¾ Un ensemble de documents ou de données techniques spécifiques, ¾ Une formation des acteurs principaux, ¾ Une détection et une alerte rapides. En outre, l’ensemble du personnel d’astreinte et d’intervention fait l’objet de formations ou de mises à niveau régulières afin de maîtriser aussi rapidement que possible les situations d’urgence, ne relevant pas nécessairement de la crise majeure, qui peuvent se présenter. Enfin, les incidents ou accidents réels sont exploités en termes de retour d’expérience et de validation des consignes mises en place dans ce cas.

L'APPARTENANCE A UN GROUPE D'ENVERGURE MONDIALE
Le service bénéficie directement ou indirectement de l’expertise technique de Lyonnaise des Eaux et plus largement du Groupe Suez Environnement pour, d’une part, apporter des réponses aux problématiques quotidiennes qui se posent dans l’exploitation et,

28>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

d’autre part, nous faire bénéficier des nouvelles avancées de la recherche et de l’innovation dans différents domaines. Cette expertise peut prendre différentes formes parmi lesquelles nous pouvons citer : ¾ Missions d’expertise sur des problèmes ponctuels, ¾ Accès à la documentation technique et aux bonnes pratiques métiers, ¾ Accès à des programmes de formation spécialisés pour nos personnels, Cette expertise est particulièrement utile afin de pouvoir apporter des réponses adéquates et innovantes aux nombreux défis qui se posent dans les domaines suivants : ¾ Protection et gestion durable de la ressource en eau, ¾ Recherche de nouvelles ressources, ¾ Amélioration des performances des réseaux, ¾ Maîtrise de la qualité de l’eau distribuée, ¾ Prévention des risques environnementaux, ¾ Gestion performante de la relation clientèle.

LA RELATION CLIENTELE
LE SERVICE D'URGENCE 24H/24
En dehors des heures d’ouverture de l’accueil physique des clients ou des plages ouvrées de l’accueil téléphonique ci-dessus, notre service d’urgence assure l’accueil téléphonique des clients et coordonne les interventions urgentes telles que : ¾ Réparations de casses de canalisations, ¾ Dépannages d’installations, ¾ Débouchage de branchements d’assainissement, ¾ … Pour cela, un effectif composé d’agents et d’encadrants sont mobilisables quotidiennement en dehors des heures ouvrées. Leurs compétences sont diversifiées et ils disposent de matériels, d’équipements, de véhicules et de moyens de communication adaptés à la gestion des astreintes.

NOTRE DEMARCHE QUALITE
Les attentes des collectivités locales et de tous nos clients, en particulier dans le domaine du développement durable, doivent nous inciter à imaginer sans cesse de nouveaux services et de nouvelles relations contractuelles. C’est pour cette raison que notre vision est résolument orientée vers les clients, collectivités, professionnels et particuliers. Construire l’avenir avec audace dans cette nouvelle époque est le défi de tous. Notre politique qualité, sécurité, environnement doit y contribuer. Chaque gestion comptera pour que notre entreprise devienne l’entreprise préférée de la cité. Ainsi, nous ferons évoluer nos métiers et nous nous ouvrirons de nouveaux horizons en parvenant à relever quatre grands défis dans les prochaines années : accélérer notre développement commercial pour dynamiser notre croissance, innover pour enrichir nos métiers et diversifier notre offre, renforcer notre compétitivité pour nous imposer plus facilement et développer nos ressources humaines pour être une entreprise motivante et attractive pour les hommes et les femmes de talent. Pour atteindre ses ambitions, notre société s’engage à : ¾ ¾ Produire une eau de qualité, 24h/24, Rejeter une eau conforme aux normes dans le milieu naturel,

29>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

¾ ¾ ¾ ¾ ¾

Respecter la réglementation en vigueur, nos engagements contractuels et internes, Progresser en performance et en efficacité, Contribuer à la réalisation de 12 engagements Développement Durable, particulièrement sur la réduction de l’impact de nos activités sur l’environnement, Préserver l’intégrité physique de chaque collaborateur, Renforcer la qualité de service apportée aux clients, par une écoute attentive de leurs attentes, par la formation permanente de nos collaborateurs, par l’utilisation de technologies nouvelles et innovantes.

Au niveau national notre société est certifiée par LRQA sur l’ensemble de ses métiers d’exploitation et sur l’ensemble de ses fonctions support. NOTRE PERIMETRE DE CERTIFICATION ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ Production et distribution d’eau potable 24h/24, Collecte et traitement des effluents, Travaux et prestations de services en eau potable, eau industrielle et assainissement, Irrigation et gestion des milieux naturels Entretien et dépollution de plans d’eau, Gestion des services et de la relation clientèle, Prestations d’ingénierie en eau et assainissement, Formation professionnelle pour le développement des compétences, Activités du Centre Technique Comptage (vérification et étalonnage de compteurs).

L’ensemble des exigences de la norme ISO 9001 version 2008 est applicable, y compris les exigences du chapitre 7.3 « Conception et développement ». LES ACTEURS DU SMQ ET SON PILOTAGE Le responsable du Système de management de la qualité (SMQ) Pilote la mise en œuvre du SMQ conformément à la norme ISO 9001 version 2008 dans un but d’amélioration de la satisfaction du client et d’optimisation de nos modes de fonctionnement. L’équipe d’auditeurs internes Responsables de la vérification périodique de la cohérence, de la conformité et de l’efficacité du SMQ mis en œuvre. Ils peuvent également conduire des audits fournisseurs. LA MAITRISE DES DOCUMENTS La maîtrise des documents est assurée grâce à un système de bases documentaires appelées Rendez Vous Qualité.

NOTRE DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE
UNE DEMARCHE INSCRITE DANS UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE NOTRE OBJECTIF Faire de la production d’eau potable et de l’assainissement un facteur de développement durable des territoires en mettant en œuvre une démarche de gestion préventive du risque environnemental au niveau de chacun de nos contrats. Nous avons à ce titre mis en place plusieurs systèmes de management environnemental ISO 14001.

30>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

UNE DEMARCHE PARTENARIALE La certification ISO 14001 permet à la collectivité et à notre société d’assurer : ¾ Une protection renforcée de l’environnement, notamment par la prévention des pollutions et risques, ¾ Une vérification de la conformité du service avec l’ensemble de la réglementation en vigueur, ¾ Une amélioration progressive et en continu de ses installations. Le développement d’un véritable outil de dialogue, renforçant la confiance des partenaires, celle des riverains, des associations de protection de l’environnement… ¾ ¾ ¾ ¾ Un outil de maîtrise des coûts, Un outil de mobilisation des collaborateurs autour d’un projet commun, Un outil d’anticipation du volet environnemental du développement durable, Un signe fort de l’implication de la collectivité dans la protection de l’environnement et donc un vecteur d’image important démontrant son engagement citoyen.

L’EXPERIENCE DE NOTRE SOCIETE Depuis de nombreuses années, les équipes de notre société ont mis en place, auprès des collectivités et industriels, des systèmes de management environnemental concernant tout ou partie du service de l'eau (production, traitement…) et du service de l'assainissement (réseau, stations d'épuration, traitement des boues…). L'expérience ainsi acquise a permis de développer une expertise spécifique dans les différents domaines concernés : études préalables, analyse et prévention des risques, audits environnementaux et certification… Les chiffres clés actualisés au 30 septembre 2011 : ¾ ¾ ¾ 105 contrats certifiés, 296 sites certifiés, 30% du chiffre d’affaires Délégation de Service Public

LES GRANDES PHASES DE LA CERTIFICATION ISO 14001 La mise en place d'un Système de Management Environnemental, s’appuyant sur la notion d'amélioration continue des performances, est une démarche comportant 3 phases : ¾ ¾ ¾ Analyse environnementale, Elaboration du Système de Management Environnemental, Mise en œuvre et suivi du Système de Management Environnemental.

NOTRE DEMARCHE DEVELOPPEMENT DURABLE
Une entreprise citoyenne et socialement développement durable des territoires responsable qui contribue au

NOTRE SOCIETE, UN ACTEUR AU CŒUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE La délégation du service de l’eau et de l’assainissement confère à notre société de vraies responsabilités. Les exercer pleinement aux côtés des collectivités locales, c’est s’engager à répondre aux besoins actuels et léguer aux générations futures un service économiquement, socialement et environnementalement viable.

31>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

UNE VÉRITABLE CONTRIBUTION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE DES TERRITOIRES
NOTRE RESPONSABILITÉ ENVIRONNEMENTALE La protection des ressources en eau, la dépollution des eaux usées avant leur rejet dans le milieu naturel, la valorisation des boues d’épuration sont au cœur de notre activité. Mais notre activité peut également contribuer très positivement aux problématiques environnementales émergentes comme la production d’énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la protection de la biodiversité. Notre ambition aujourd’hui est de contribuer à la réflexion sur la protection de l’environnement, de jouer un rôle de conseil auprès des Collectivités et des industriels, d’imaginer de nouvelles solutions techniques et contractuelles qui permettent de contribuer à l’amélioration de la performance environnementale globale des services d’eau et d’assainissement. NOTRE RESPONSABILITÉ SOCIALE L’eau est un bien commun auquel chacun doit avoir accès. Le partenariat public/privé engagé depuis de nombreuses années avec les Collectivités locales, à travers la délégation de service public, permet d’assurer une gestion efficace et responsable des services de l’eau et de l’assainissement. Ce partenariat est garant d’une équité d’accès aux services. Par ailleurs, nous offrons à nos clients des services adaptés à leurs difficultés : échéanciers de paiement pour les problèmes financiers passagers, travail en liaison avec les services sociaux, traitement des surconsommations, … A travers ce partenariat, notre responsabilité est également celle de l’information du public, et de son implication dans les problématiques de l’eau et de l’assainissement. Notre société est également engagée de manière volontariste dans les problématiques d’insertion professionnelle et d’emploi des personnes handicapées. NOTRE RESPONSABILITÉ ÉCONOMIQUE A travers notre mission de service public, nous nous attachons particulièrement à améliorer les performances techniques à un coût acceptable pour les Collectivités et les usagers. Nous nous engageons également à une transparence dans notre gestion : dans les contrats de délégation, notre rémunération est définie avec les Collectivités au début du contrat et pour toute sa durée. Les contrats sont régulièrement renégociés et les règles d’évolution des prix sont fondées sur des indices économiques pertinents. Des contrôles sont effectués régulièrement par différents organismes indépendants.

32>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>VOTRE DELEGATAIRE

UNE POLITIQUE AMBITIEUSE ET VOLONTARISTE
En 2005, notre société s’est dotée au plan national d’une Direction du Développement Durable, dont l’objectif est notamment de : ¾ Définir une ambition et une politique communes pour l’ensemble des Entreprises Régionales, ¾ Favoriser le relais et le partage des expériences locales. Notre politique de développement durable incarne la responsabilité de l’entreprise et vise à la fois nos méthodes et nos process internes (achats responsables, formation et ressources humaines, etc.) tout autant que les engagements de services que nous prenons auprès des collectivités. Cela s’est traduit en 2006 par la création et la diffusion de 2 outils de management et de progrès pour l’entreprise, à l’horizon 2010. ¾ 12 engagements pour une gestion durable du cycle de l’eau, matérialisés dans une Charte 2006—2010, audités chaque année par le cabinet indépendant Vigeo.

Fondée en 2002 par Nicole Notat, Vigeo, leader européen de l’évaluation extra-financière, procède chaque année depuis 2006 à l’évaluation de la performance de notre société au regard de ses engagements en matière de développement durable : revue de la documentation interne et entretiens au niveau national et local avec des collaborateurs et des parties prenantes externes, au plan national et local. ¾ Une Feuille de Route Développement Durable 2006-2010 : composée de thèmes précis en liaison avec les 12 engagements précités, avec des actions définies et des objectifs quantifiés, assortis d’indicateurs de suivi pour chacun d’entre eux.

A travers cette Charte, notre société s’est par exemple engagée, entre 2006 et 2010, à réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre de sa flotte de véhicules et à contribuer aux Agendas 21 et Plans Climat des collectivités dont elle est délégataire, à économiser l’équivalent de la consommation d’eau d’une ville de 700 000 habitants en réduisant les fuites sur les réseaux publics, à sensibiliser au moins 120 000 enfants et adultes par an à la gestion durable de l’eau ou encore à promouvoir la boisson eau du robinet. Fin 2010, pour la cinquième année et dernière année de déploiement de sa Charte des 12 engagements pour une gestion durable de l’eau, Vigeo a attribué à notre société une note de 82 sur 100, en progression de 23 points depuis 2006, et a noté tout particulièrement que « l’entreprise a renforcé très nettement en 2010 son engagement sur le thématiques sociales, sociétales et de gouvernance ». Un résultat satisfaisant qui en même temps continuait à désigner des marges de progrès pour lesquelles il s’agissait de continuer à mobiliser de nouveaux moyens. C’est pourquoi, parallèlement au lancement du Contrat pour la Santé de l’Eau qu’elle proposera en 2012 à l’ensemble des collectivités locales dont elle est délégataire, notre société a publié sa nouvelle Charte de 12 engagements pour 2011 – 2016, qui seront à nouveau placés sous le contrôle de Vigeo.

33>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN HYDRAULIQUE

LE BILAN HYDRAULIQUE

Cette partie présente de façon détaillée le bilan hydraulique explicitant les différents volumes prélevés et éventuellement achetés ou vendus, mais également les volumes produits et distribués. Les notions de rendement et d’indice linéaire de perte sont également abordées.

FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE DU RESEAU
Localisation et nature des ressources La Seine est la principale ressource utilisée pour la production d’eau potable de l'usine de Morsang sur Seine. La rivière Essonne est une ressource alternative pouvant être utilisée par cette usine. Les usines de production d’eau potable peuvent être arrêtées pour maintenance, la commune est alors alimentée par l’eau en provenance des usines en service. Installations L'usine de Morsang-sur-Seine, appartenant à Eau et Force et gérée par Eau du Sud Parisien, assure la production de l’eau distribuée. Cette installation de production a reçu en mars 2007 la certification ISO22000. Cette norme est relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires. L’obtention de cette certification était la première en France pour une unité de production à partir d’eau de surface. Cette certification a été confirmée après un audit de renouvellement réalisé en octobre 2011.

LE DECRET 2012-97 DU 27 JANVIER 2012
Le décret n° 2012-97 du 27 janvier 2012 a pour objet la réalisation d'un descriptif détaillé des réseaux des services publics de l'eau et de l'assainissement et la mise au point d'un plan d'actions pour la réduction des pertes d'eau dans les réseaux de distribution. Ce décret décline un des engagements du Grenelle de l'environnement : la maîtrise des pertes en eau dans les réseaux de distribution d'eau potable. Dans ce but, trois objectifs ont été définis : • réaliser un descriptif détaillé des réseaux d'eau potable d'ici fin 2013, comprenant notamment un plan et un inventaire avec les linéaires, dates ou périodes de pose, classe de précision, et diamètres et matériaux lorsqu'ils sont disponibles, réaliser un descriptif similaire des réseaux d'eaux usées pour fin 2013, limiter les pertes en eau potable sur le réseau de distribution, afin d'obtenir chaque année à partir de 2013 un rendement supérieur à un seuil fixé dans le décret.

• •

35>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN HYDRAULIQUE

L'ensemble des collectivités doit atteindre un objectif compris entre 65% et 85% de rendement selon sa typologie. La formule de calcul du rendement seuil est principalement basé sur le degré d'urbanisation de la collectivité : plus la commune est urbanisée, plus l'objectif est élevé, pour atteindre 85% pour les collectivités très denses ; a contrario, pour un réseau très rural, un rendement légèrement supérieur à 65% est demandé. En cas de non atteinte de l'objectif de rendement fixé, ces services devront alors établir, dans un délai d'un an, un plan d'actions d'amélioration des réseaux. Dans le cas contraire, l'Agence de l'Eau doublera la redevance prélèvement jusqu'à rétablissement de la situation. Votre délégataire se rapprochera de vous au cours de l’année pour établir le constat sur votre territoire.

36>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN HYDRAULIQUE

NATURE DES VOLUMES TRANSITANT

L’eau potable produite en usine est destinée initialement à se retrouver intégralement au robinet du consommateur. La réalité est plus complexe ; voici comment se répartissent les volumes mis initialement en distribution (produits, importés et exportés) : ¾ eaux comptabilisées Ces volumes résultent des relèves des appareils de comptage. Ils incluent les volumes exonérés. eaux non facturées

¾

Ces eaux peuvent se répartir en deux natures : eaux non facturées autorisées

ƒ ƒ

volumes consommés sans comptage (volumes utilisés pour les essais incendie, les manœuvres de pompiers…) ;

37>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN HYDRAULIQUE

ƒ

volumes de service (volumes autorisés pour l’exploitation du réseau de distribution : lavage des réservoirs, analyseurs de chlore, lavage des filtres et purges de réseau). volumes dégrevés (volumes passés au compteur de l’usager, mais qui ne sont pas facturés du fait de la mise en application de la garantie anti-fuite dans le contrat de délégation de service public). eaux non facturées non autorisées

ƒ

ƒ

Ce sont ces volumes qui sont plus communément appelés « pertes ». Ces eaux perdues correspondent : Ö aux volumes de fuites visibles mais également invisibles (c’est-à-dire non encore sorties en surface) ; Ö aux prélèvements illicites d’eau potable sur les poteaux incendie (pour quelque motif que ce soit), des fraudes au niveau des systèmes de comptage… La lutte contre ces pertes spécifiques est capitale afin de diminuer les pertes d’eau sur le réseau ; Ö aux volumes sur compteur non vus : il est estimé un volume qui peut être bien différent de la réalité de consommation. L’écart de volumes entre l’estimation et le réel apparaît également dans ce volet « pertes » ; Ö etc.

LES PERTES D'EAU POTABLE EN RESEAU
Bilan des volumes distribués (m3)
Désignation
Volumes mis en distribution (m3) Volumes comptabilisés (m3) Volumes consommés sans comptage (m3) Indice linéaire de pertes en réseau (m3/j/km) Rendement du réseau de distribution (%)

2010
233 505 192 688 654 8,4 82,8

2011
240 144 200 040 720 8,3 83,6

2012
209 049 176 019 627 7,7 84,5

Les pertes en eau du réseau correspondent donc aux eaux qui ne sont ni facturées, ni utilisées de manière légitime dans le cadre de l’entretien du réseau (volumes autorisés sans comptage et volumes de service). L’Indice Linéaire de Pertes permet d’évaluer les pertes en eau relatives à la longueur du réseau. Le rendement de réseau est un second indicateur permettant d’évaluer les pertes du réseau, avec toutefois une lisibilité de comparaison plus délicate. Il convient en effet de noter que si l’on étudie un réseau dont le niveau de pertes est constant d’une année sur l’autre et que la consommation baisse, le rendement va baisser alors que l’ILP reste constant.

38>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN HYDRAULIQUE

Il est en général plus pertinent de baser l’efficacité du service sur l’ILP car celui-ci n’est pas sensible à l’évolution des volumes consommés pour un niveau de pertes constant.

CONCLUSION SUR LE BILAN HYDRAULIQUE ET SON EVOLUTION
Le rendement du réseau a connu une amélioration entre 2011 et 2012. L'objectif fixé par le décret 2012-97 du 27 janvier 2012 dont il est fait référence au début du bilan hydraulique est atteint et même dépassé sur le périmètre. Lyonnaise des Eaux a continué ses actions de lutte contre les pertes en eau : limitation des durées de fuites par une intervention rapide, recherches de fuites avant que celles-ci n'apparaissent, renouvellement patrimonial adapté... Des actions complémentaires de sensibilisation aux prélèvements illicites sur poteaux incendie notamment ont commencé en 2012 mais seront à continuer voire approfondir en 2013. L'ensemble des équipes de l'entreprise régionale reste mobilisée au quotidien dans ce but de préservation de la ressource.

39>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

LA QUALITE DE L’EAU

Cette partie décrit les principes du contrôle de la qualité de l’eau ainsi que les résultats obtenus sur l’ensemble du processus de production et de distribution de l’eau potable.

LE CONTROLE DE LA QUALITE DE L'EAU
« L’Eau consommée doit être propre à la consommation » (Extrait du Code de la Santé Publique) Pour satisfaire à cette exigence, la qualité de l’eau est appréciée par le suivi de différents éléments : ¾ La qualité organoleptique, ¾ La qualité physico-chimique due à la structure naturelle des eaux, ¾ Les substances indésirables, ¾ Les substances toxiques, ¾ Les pesticides et les produits apparentés, ¾ La qualité microbiologique. Deux niveaux de qualité sont à respecter pour l’eau potable : ¾ La valeur de qualité limite, appelée également conformité : pour différents paramètres bactériologiques (entérocoques, escherichia coli,…) ou physicochimiques (arsenic, nitrates, nickel, plomb,…), le Code de la Santé Publique fixe une valeur qui ne doit pas être dépassée. Un dépassement implique de déclarer l’eau non-conforme et de rechercher et mettre rapidement en œuvre une solution de mise en conformité de l’eau distribuée car la récurrence du dépassement peut représenter à terme une menace pour la santé des consommateurs. ¾ la valeur de qualité de référence : il n’est pas obligatoire de respecter ces valeurs imposées par le Code de la Santé Publique pour un certain nombre de paramètres bactériologiques (coliformes,…) ou physico-chimiques (turbidité, cuivre, fer total,…). Toutefois le dépassement récurrent de la valeur de référence doit conduire à trouver une solution pour éliminer le problème ainsi mis en évidence, en raison des incidences sur les installations de production, les réseaux de distribution publics ou privés ou bien encore le confort d’utilisation par les consommateurs. La maîtrise de la qualité de l’eau est assurée par un double contrôle : ¾ Le contrôle sanitaire officiel et légal exercé par le Préfet via l’ARS (Agence Régionale de Santé). Au titre du contrôle officiel des prélèvements sont effectués sur tous les sites de production et en divers points du réseau de distribution. Leurs analyses permettent de vérifier la qualité physique, chimique, organoleptique et bactériologique de l’eau, ainsi que la qualité sanitaire des installations de production, de stockage et de distribution. Les données de ce contrôle permettent à l’administration d’établir le bilan annuel de la qualité de l’eau distribuée. Il est adressé, associé à une facture, à tous les clients du service. La fréquence des analyses du contrôle sanitaire ainsi que les paramètres à

41>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

¾

analyser sont fixés par le Code de Santé Publique, reprenant le décret n°20011220 en date du 20 décembre 2001. La surveillance d’exploitation : Pour s’assurer de respecter à tout moment les exigences de qualité, nous surveillons en permanence la qualité de l’eau qu’elle produit et distribue en vérifiant sa conformité. Les contrôles sont effectués à la sortie des usines mais aussi sur le parcours de l’eau jusqu’au compteur de l’abonné.

LE PLAN VIGIPIRATE
Sur l’ensemble des systèmes d’alimentation en eau potable délégués, l’exploitant a mis en application les mesures gouvernementales exigées par le plan Vigipirate ; parmi les plus significatives : ¾ Le renforcement de la désinfection au refoulement des installations pour atteindre l’exigence de 0,30 mg/l de chlore au départ et le maintien d’un résiduel de 0,10 mg/l en tout point du réseau de distribution, ¾ Le renforcement de la surveillance des ouvrages, ¾ Sensibiliser de manière accrue l’ensemble du personnel.

LA PROVENANCE DE L’EAU POTABLE (RESSOURCE & PRODUCTION) LE RESEAU INTERCONNECTE DU SUD PARISIEN
La distribution d’eau potable dans le Sud de la région parisienne repose sur un ensemble cohérent d’infrastructures. Les interconnexions et la multiplicité des ressources mobilisables garantissent la sécurité de l’approvisionnement et permettent à Lyonnaise des Eaux de faire face aux besoins en eau de près d’un million d’habitants du Sud de l’Ile-de-France, y compris en période de sécheresse, d’inondation ou de pollutions éventuelles. L’eau est en majeure partie prélevée dans la Seine, puis traitée dans trois usines : Morsang-sur-Seine, la plus importante, Vigneux-sur-Seine, la plus innovante et ViryChâtillon. Le reste de l’eau provient d’une trentaine de forages situés pour la plupart dans la vallée de l’Yerres. L’ensemble de ces productions vient alimenter plus de 4000 km de réseaux de distribution (dont 440 km de conduite de transport) qui dessert en eau une centaine de communes situées sur 4 départements (77, 78, 91, 94). Ce vaste réseau interconnecté, ses productions et ses différents réservoirs de stockage et stations de reprise sont sous contrôle permanent 24h/24 du centre Télécontrôle de Montgeron pour une sécurité décuplée. L’exploitation de cet ensemble est assurée par la société Eau du Sud Parisien, filiale de Lyonnaise des Eaux. Cette dernière a été la première entité dans le domaine de l’Eau à obtenir la quadri certification pour le management de la qualité, de l’environnement, de la sécurité des denrées alimentaires et de l’énergie. De la ressource jusqu’aux usines, en passant par les réservoirs et le réseau de distribution, l’ensemble du circuit de l’eau est sous surveillance continue et fait l’objet de contrôles permanents de la qualité sanitaire de l’eau, réalisés à la fois par l’ARS (Agence Régionale de Santé) et par Lyonnaise des Eaux. Bien que ne faisant pas partie du périmètre du présent contrat de Délégation de Service Public, la totalité du suivi de la Ressource et de la Production est présentée ci-après à titre d’information en complément du suivi réglementaire de la partie Distribution de la commune.

42>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

LA RESSOURCE
LA NATURE DES RESSOURCES UTILISEES
Les ressources utilisées par Eau du Sud Parisien sont à : - 85 % issues de la Seine : ressource abondante, - 15 % issues des forages sur la nappe de Champigny et de l’Yprésien, ressource stratégique en cas de pollution de la Seine (sécurisation de l’alimentation).

L’INSTAURATION CAPTAGES

DES

PERIMETRES

DE

PROTECTION

DES

Afin de maintenir la qualité des ressources, les périmètres de protection autour des prélèvements d’eau interdisent toutes activités polluantes dans les zones concernées. La loi sur l’eau rend obligatoire la délimitation de ces zones pour l’ensemble des captages du territoire français de façon à rendre compatible la production d’eau potable et les activités économiques avoisinantes. Cette procédure n’existe pour les propriétaires privés que depuis 2004. En 2006, Eau du Sud Parisien a lancé la procédure administrative : pour ses champs captant dans la nappe de Champigny de Périgny-sur-Yerres (94), Mandres-les-Roses (94) et Nandy (77) (respectivement Champigny Nord et Sud), pour ses et champs captant dans la nappe de l’Yprésien et de l’Albien de ViryChâtillon (91), pour ses captages dans la Seine de Morsang-sur-Seine (91), Viry-Châtillon (91) et Vigneux-sur-Seine (usines de Seine).

-

La phase d’études (étude environnementale, rapport de l’hydrogéologue agréé, état parcellaire) et d’instruction des dossiers par les Services de l’Etat s’est déroulée entre 2006 et 2009. Les enquêtes publiques et les CODERST ont eu lieu entre 2009 et 2011, préalablement à l’obtention des Arrêtés Préfectoraux de DUP. Les Arrêtés Préfectoraux ont été obtenus entre décembre 2010 et juillet 2011 pour les usines de Seine et les forages de Viry-Châtillon. Les Arrêtés Préfectoraux ont été obtenus entre décembre 2011 et juillet 2012 pour les usines du Champigny Nord et Sud. L’application des Arrêtés Préfectoraux est maintenant effective avec la réalisation des opérations administratives (notifications aux propriétaires, inscription aux Hypothèques) et techniques (protection supplémentaire des captages) exigées par ces documents.

SUIVI DE LA RADIOACTIVITE
La station de surveillance de la qualité de l’eau de Seine à Nandy est localisée à l’amont hydraulique des trois usines Seine de production d’eau potable de Eau du Sud Parisien. Elle dispose d’un appareil de détection de la radioactivité gamma permettant de mettre en évidence d’éventuels pics de radioactivité générés par la Centrale Nucléaire de Nogent-sur-Seine en cas d’accident et de suivre l’évolution de pollutions radiologiques sur la Seine. Une alarme informe directement les usines et le télécontrole en cas de valeurs anormales d’un des indicateurs de suivi : radionucléides spécifiques émis en cas d’accident et radioactivité gamma globale. La station de Nandy n’a, à ce jour, émis aucune alerte sur une pollution radiologique, y compris pendant l’accident de Fukushima.

43>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

En parallèle, un suivi analytique radiologique est également assuré et piloté par Eau du Sud Parisien pour étudier l’évolution du « bruit de fond » radiologique de la Seine. Cette surveillance mensuelle peut être renforcée en cas d’alarme de la station de Nandy ou dans le cas d’un accident radiologique faisant présumer d’une éventuelle contamination de l’eau de Seine. Des études sont également réalisées pour mieux comprendre le radionucléides d’origine naturelle dans l’environnement (eau, sédiment). devenir des

ENJEUX AUTOUR DE LA NAPPE DU CHAMPIGNY
Restauration de la qualité de l’eau captée Un captage de Eau du Sud Parisien (Champigny Sud) a été classé « Grenelle ». Cette nomination signifie qu’un captage stratégique pour la production d’eau potable connaît une évolution à la hausse de ces teneurs en polluants « nitrate » ou « pesticides ». Une étude lancée depuis 2008 et menée conjointement par Eau du Sud Parisien, Veolia et le SEDIF (avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie) a permis de : déterminer, au sol, les secteurs les plus contributifs à l’alimentant les captages, par infiltration et drainance des pluies ou échanges avec les eaux de surface : développement d’un modèle hydrogéologique de transfert calé sur la nappe de Champigny), réaliser un diagnostic territorial des pressions : définition de l’état des ressources en eau, caractérisation des pressions agricoles/industrielles/urbaines sur les secteurs contributifs, spatialisation et hiérarchisation des pressions.

-

Un plan d’actions est en cours d’élaboration. Il proposera des mesures concrètes (modifications des pratiques agricoles, réaménagement des activités et du territoire,…) pour diminuer les pressions et ce, dans l’objectif de restaurer la qualité de l’eau captée. Ce travail s’achèvera au printemps 2013 et fera l’objet d’un arrêté préfectoral « ZSCE » (Zone Soumise à Contraintes Environnementales) permettant de rendre obligatoire certaines mesures de protection sur les secteurs contributifs. Réduction des prélèvements suite au classement « ZRE » de la nappe Par ailleurs, la nappe de Champigny a été classée « Zone de Répartition des Eaux » en raison d’un déficit chronique en eau (baisse du niveau d’eau) consécutivement à une pluviométrie faible depuis plusieurs années. Eau du Sud Parisien a pris part au groupe de travail départemental de réduction des prélèvements et a volontairement baissé de 30% ses prélèvements dans la nappe de Champigny (compensation avec une ressource alternative plus abondante mais nécessitant un traitement de potabilité plus lourd). Cette position a été reprise dans les Arrêtés d’Autorisation de prélèvement dans la nappe avec des seuils à respecter en fonction de l’état quantitatif de la ressource.

LA PRODUCTION
PROCEDES MIS EN OEUVRE
Depuis leur création respectivement en 1890, 1931 et 1970, les usines de Vigneux-surSeine, de Viry-Châtillon et de Morsang-sur-Seine n’ont cessé d’évoluer. Au début, équipées de simples décanteurs statiques et de filtres à sable, elles se sont dotées des

44>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

techniques les plus modernes et les plus fiables pour pouvoir produire chaque jour 200 000 m3 d’une eau irréprochable. Le principe de traitement est basé sur la mise en place de barrières multiples mettant en œuvre des procédés très différents et permettant une élimination de la matière particulaire, la matière organique, de la microbiologie et des micropolluants. Dans les grandes étapes de cette évolution on peut noter notamment dans les années : 1960-1970, la mise en place des Superpulsators (décanteurs à plaques et lit de boues pulsé), 1970-1980, le remplacement du sable par du charbon actif en grain (CAG), 1996-1997, la mise en route du procédé Cristal® sur l’usine de Vigneux, 1980-1990, la création d’un 2ème étage de traitement sur filtres CAG à Morsang et Viry-Châtillon, 1980-2000, la réalisation de prétraitement et de traitement à l’ozone (oxydant très puissant fabriqué in situ en faisant traverser ’oxygène de l’air à travers un arc électrique de forte intensité), 2010-2012, la mise en place de réacteurs UV (Ultra-Violet) permettant une amélioration importante de la qualité de l’eau par la destruction de la microbiologie en complément de la chloration finale et rémanente, 2012, la rénovation du décanteur n°3 de Vigneux en Pulsatube® combinant la technologie des Pulsators à lit de boues pulsé et des décanteurs lamellaires.

-

-

L’eau prélevée dans la Seine subit donc un traitement complexe qui s’adapte en fonction de la qualité de la ressource tout au long de l’année grâce à la technicité des équipements mais aussi au savoir-faire des équipes des usines dans les domaines du traitement et de la maintenance.

CERTIFICATION ISO 22000
Créée en octobre 2005, la norme ISO 22000 concerne la sécurité alimentaire. Au-delà du contrôle réglementaire de l’ARS, Eau du Sud Parisien a engagé volontairement cette démarche de certification dès mars 2007 afin d’améliorer encore la maîtrise sanitaire de l’eau produite. Une analyse poussée des traitements et des procédures d’exploitation a été réalisée de manière à déterminer les points de contrôle critiques des processus. Ceci a abouti à la mise en œuvre d’appareils d’analyse en continu, de prélèvements de contrôle quotidien et d’une surveillance permanente des alarmes critiques. La certification ISO 22000, comme les 3 autres en place à Eau du Sud Parisien (ISO 9001, 14001 et 50000), est contrôlée annuellement et reconduite tous les 3 ans par un organisme accrédité indépendant.

NOUVEAUX ENGAGEMENTS CONTRACTUELS :
Une faible teneur en matière organique dans l’eau potable est le gage : D’un plus faible risque de reviviscence bactérienne dans les réseaux D’un plus faible besoin en chlore, et donc d’une plus faible risque d’apparition de goûts désagréables. Eau du Sud Parisien a contractualisé dans toutes ses conventions de vente d’eau signées depuis 2011 un engagement de maîtrise de la matière organique dans l’eau traitée. Cet engagement est basé sur « l’absorbance UV » directement liée à la teneur en matière organique et mesurée en continu en sortie d’usine. Ce paramètre permet d’évaluer la

45>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

performance d’élimination de la matière organique sur les installations qui reste la fraction la plus difficile à traiter. L’engagement est de respecter 95 % du temps la valeur maximale de 1.5 (pour des températures supérieures à 10°C) et de 1.8 (pour des températures inférieures à10 °C). Cet engagement va au-delà des limites et références de qualité imposées par le Code de la Santé Publique. Le tableau ci-dessous montre que cet engagement est respecté en 2012 avec un pourcentage moyen de conformité égal à 96.45%.
T° m oy < 10 °C objectif : UV < o u = 1,8 Tmi n M orsang Viry Vigne ux 0, 8 0, 8 1, 2 Tma x 2 3,5 2 4,1 2 4,0 Tmoy 1 3,4 1 3,7 1 3,7 Nb J ours 13 4 13 1 12 4 Nb Jours UV max UV<1,8 1 34 1 31 1 21 1,7 4 1,7 9 1,8 4 UV moy Nb Jours 1 ,40 1 ,32 1 ,43 232 222 222 T° moy >1 0°C o bjectif : UV < ou = 1 ,5 Nb J ours UV max UV<1,5 21 3 21 6 21 2 1,99 1,64 1,69 UV moy 1,1 7 1,0 6 1,1 3 96,4 5%

Conformité globale

SURVEILLANCE COMPLEMENTAIRE : SUIVI DES PERCHLORATES
En juillet 2011, l’ANSES a émis un avis concernant la concentration en perchlorates dans l’eau du robinet qui a été repris dans les préconisations du Ministère de la Santé, qui a fixé à 15 µg/l la teneur maximale en perchlorates pour une population en général et à 4 µg/l la teneur maximale pour les nourrissons de moins de 6 mois. Ce suivi a été mis en place depuis juillet 2011 suite à la pollution survenue à Bordeaux et à la présence, à Vert le Petit, d’un site de production d’explosifs pouvant générer ce type de pollution. Les analyses n’ont pas mis en évidence d’anomalie sur nos usines de production (valeur maximale observées = 1.2 µg/)

46>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

Commune alimentée par l'usine de Morsang sur Seine: Qualité de la Ressource et de la Production

LA RESSOURCE
STATISTIQUES SUR LA CONFORMITE : CONTRÔLE SANITAIRE / SURVEILLANCE DE l’EXPLOITANT
Les statistiques sur la conformité des prélèvements réalisés dans le cadre du contrôle sanitaire officiel et de la surveillance de l’exploitant sur les parties physico-chimique et microbiologique de la ressource sont les suivants :

Statistiques sur la conformité de la Ressource :
Contrôle Sanit aire
Bulletins Nb Microbiologique Physic o-chi mique 13 13 NbNC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 29 3563 Paramètres Nb NC 0 0 %N C 0,00% 0,00% Nb 26 148

Surveillance de l'exploitant
Bulletins N b NC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 88 1467 Par amètres Nb NC 0 0 %N C 0,00% 0,00%

Nb : N ombre NC : Non Conforme

LA PRODUCTION
STATISTIQUES SUR LA CONFORMITE : CONTRÔLE SANITAIRE / SURVEILLANCE DE l’EXPLOITANT
Les statistiques sur la conformité des prélèvements réalisés dans le cadre du contrôle sanitaire officiel et de la surveillance de l’exploitant sur les parties physico-chimique et microbiologique en production sont les suivants :

Statistiques sur la conformité de la Production :
Contrôle Sanit aire
Bulletins Nb Microbiologique Physic o-chi mique 102 102 NbNC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 612 5311 Paramètres Nb NC 0 0 %N C 0,00% 0,00% Nb 260 369

Surveillance de l'exploitant
Bulletins N b NC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 970 3684 Par amètres Nb NC 0 0 %N C 0,00% 0,00%

Nb : N ombre NC : Non Conforme

47>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LA QUALITE DE L’EAU

LA DISTRIBUTION
CONTROLE SANITAIRE : STATISTIQUES SUR LA CONFORMITE
Les statistiques sur la conformité des prélèvements réalisés dans le cadre du contrôle sanitaire officiel et de la surveillance de l’exploitant sur les parties physico-chimique et microbiologique en distribution sont les suivants :

Statistiques sur la conformité de la Distribution : Contrôle Sanitaire
Bulletins Nb Microbiologique Physico-chimique 15 16 Nb NC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 88 232 Paramètres Nb NC 0 0 %NC 0,00% 0,00% Nb 0 0

Surveillance de l'exploitant
Bulletins Nb NC 0 0 %NC Nb 0 0 Paramètres Nb NC 0 0 %NC -

Nb : Nombre NC : Non Conforme

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE SUR LA QUALITE D'EAU DU DECRET DU 2 MAI 2007
Ces deux indicateurs représentent les taux de conformité des prélèvements d’eau potable en distribution d’eau vis-à-vis des limites de qualité d’eau imposées par le Code de la Santé Publique sur la physico-chimie et la microbiologie. Le calcul de ces indicateurs ne fait intervenir que des prélèvements incluant au moins un paramètre disposant d’une limite de qualité dans le Code de la Santé Publique. Les prélèvements pris en compte sont uniquement ceux réalisés dans le cadre du contrôle sanitaire officiel réalisés par les Agences Régionales de Santé. L'indicateur de performance du décret du 2 mai 2007 sur la qualité de l'eau Bulletin
Global Microbiologique Physico-chimique Non conforme % Conformité

15 2

0 0

100% 100%

CONCLUSION SUR LA QUALITE DE L’EAU
L’eau distribuée sur la commune est de bonne qualité, il n’y a pas eu de non-conformité en 2012.

48>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

LE BILAN CLIENTELE

Cette partie dresse le bilan de l’activité de gestion des clients consommateurs. Elle aborde notamment les notions d’abonnés, de volumes comptabilisés, de contacts avec les consommateurs mais également leur niveau de satisfaction au travers des enquêtes réalisées.

LA FACTURE TYPE 120 M3
La facture type 120 m³ de votre contrat est fournie en annexe de ce rapport.

LE NOMBRE D'ABONNEMENTS
Estimation du nombre d’habitants desservis sur la collectivité : 3 953 Le nombre d’abonnement, décomposé par famille de consommateurs, est le suivant : Nombre d'abonnements
Désignation
Total

2010
1 130

2011
1 143

2012
1 308

Variation N/N-1 (%)
14,4%

LES VOLUMES VENDUS
Les volumes vendus, décomposé par famille de consommateurs, sont les suivants : Volumes vendus (m3)
Désignation
Total

2010
192 688

2011
200 040

2012
176 019

Variation N/N-1 (%)
- 12,0%

Les volumes facturés ont baissé de -12.0% entre 2011 et 2012. Depuis 2008, la commune a connu une évolution moyenne des volumes facturés de 0.64%/an. Le volume unitaire (consommé et facturé) en 2012 est de 134 m3/client/an.

49>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

LA TYPOLOGIE DES CONTACTS CLIENTS
Les contacts clients sont enregistrés dans le système informatique du Centre de Relation Clientèle tout au long de l’année. Ces contacts donnent lieu à des demandes, qualifiées par catégories, et éventuellement des actions (enquête de terrain, intervention technique). L’utilisation du système de relation clientèle par tous les acteurs du service clients (Centre de relation clientèle, accueil, service facturation ou recouvrement, ordonnancement) permet de partager l’information géographiquement et de contrôler et suivre l’état d’avancement des demandes et des actions engagées à tout instant. La décomposition des modes de contacts avec les clients consommateurs s’établit de la façon suivante : Typologie des contacts
Désignation
Téléphone Courrier Internet Fax Visite en agence Total

Nombre de contacts
651 142 44 1 45 883

dont réclamations
52 17 8 0 2 79

LES PRINCIPAUX MOTIFS DE CONTACT CLIENTS
Les principaux motifs de contacts avec les clients consommateurs s’établissent de la façon suivante : Principaux motifs de contact
Désignation
Abonnement Relèves Facturation Encaissement Qualité Distribution Assainissement Chantier Autres Total

Nombre de contacts
49 42 94 91 1 35 2 0 569 883

dont réclamations
0 2 37 0 0 25 0 0 15 79

50>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

L'ACTIVITE DE GESTION CLIENTS
Les principales tâches liées à l’activité de gestion des clients consommateurs s’établissent de la façon suivante : Activité de gestion
Désignation
Nombre de Relèves Nombre de factures Nombre d'abonnés mensualisés Nombre d'abonnés prélevés Nombre d'échéanciers Nombre de mutations Nombre de coupures / Nombre de rétablissements

Nombre
1 308 4 139 479 717 47 112 5/5

Activité de gestion
Désignation
Mois de facturation sur relève Mois de facturation sur estimation

Date
Mai Février - Août - Novembre

Outre la relève, les autres factures envoyées sont réalisées sur la base d’estimations et ajustées périodiquement. A tout moment, le client peut transmettre son index et faire éditer une facture exacte.

LA RELATION CLIENTS
La relation clients
Désignation
Délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés, défini par le service (h) Taux de respect du délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés (%) Taux de réclamations (Nombre / 1000 abonnés) Existence d'un dispositif de mémorisation des réclamations écrites reçues (O/N) Taux de prise au Centre de Relation Clientèle (%)

2011 2012 Variation N/N-1 (%)
8 100 7,87 Oui 88 8 100 19,11 Oui 85 - 3,4% 0,0% 0,0% 142,8%

L'ENCAISSEMENT ET LE RECOUVREMENT
Impayés Le taux d’impayés sur les factures de l’année précédente correspond au montant des impayés au 31 décembre de l’année N sur les factures émises au titre de l’année N-1 rapporté au montant des volumes facturés au 31 décembre de l'année N-1.

51>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

Les impayés - des - des - des - des - des

sont principalement générés par des dossiers impliquant : personnes en difficulté financière : aide sociale, surendettement ; entreprises en difficulté financière : redressement ou liquidation judiciaire ; débiteurs non localisés : partis sans laisser d’adresse ; litiges « clientèle » ou commerciaux : mutation, index, décomptes ; dégrèvements en attente d’octroi ou refusés au client.

Abandons de créance Abandonner une créance consiste pour le créancier à renoncer aux droits que lui confère sa créance en raison de l’insolvabilité avérée du débiteur, de sa non-localisation persistante ou de décisions judiciaires. Les abandons de créance sont principalement générés par des dossiers impliquant : - des personnes en difficulté financière : aide sociale, surendettement ; - des entreprises en difficulté financière : redressement ou liquidation judiciaire ; - des débiteurs non localisés : partis sans laisser d’adresse ; - des décisions judiciaires déboutant le créancier. L'encaissement et le recouvrement L'encaissement et le recouvrement
Désignation
Délai Paiement client (j) Montant des créances supérieur à 1 an (€ TTC) Taux d'impayés sur les factures d'eau de l'année précédente (%)

2011
7,42 6 222 0,82

2012
6,94 1 136,63 0,14

Variation N/N-1 (%)
- 6,5% - 81,7% - 82,9%

LE FONDS DE SOLIDARITE
Conformément aux dispositions de la loi du 12 juillet 2006, l’entreprise a signé la convention départementale dite Fonds de Solidarité Logement (FSL) afin d’aider les personnes en difficultés financières à payer leur facture d'eau, que ce soit un client direct ou indirect (loi du 7 février 2011). Une fois que la demande d’aide financière est jugée recevable par une Commission départementale, la participation financière de l’entreprise se fait sous forme d’un abandon de créances dont le montant est réglementé par la convention FSL. Le fonds de solidarité
Désignation
Montant du versement au fonds de solidarité (€ TTC) Nombres de demandes d'abandons de créances reçues

2011
0 0

2012
122 0

Variation N/N-1 (%)
0,0% 0,0%

52>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

AIDE SOCIALE AU C.C.A.S
L’agglomération a souhaité renforcer son action sociale à travers les instances de proximité que sont les CCAS. Aussi, une convention d’Aide Sociale a été signée en 2007 entre la communauté d’agglomération du Val d’Orge, Lyonnaise des Eaux et le CCAS de la commune, actant le fait que Lyonnaise des Eaux versera tous les ans au CCAS, une somme qui sera utilisée par le CCAS pour aider les personnes en difficultés à payer leurs factures d’eau. Dans ce cadre et conformément à la convention, Lyonnaise des Eaux a versé au CCAS de la commune un montant de 890 euros en 2012.

LES DEGREVEMENTS POUR FUITE
Lorsqu’une fuite a fait l’objet d’une réparation, le client peut bénéficier d’un dégrèvement pour fuite sauf en cas de négligence. Le tableau ci-dessous présente les pertes volumétriques et les montants associés aux fuites de l’année. Les dégrèvements pour fuite
Désignation
Nombre de demandes acceptées Volumes dégrévés (m3)

2011
6 12 146

2012
3 449

Variation N/N-1 (%)
- 50,0% - 96,3%

LA MESURE DE LA SATISFACTION CLIENT
En 2011, Lyonnaise des Eaux s’est dotée d’un nouvel observatoire de la satisfaction client. Ce nouvel observatoire est un outil opérationnel afin de conduire une vraie démarche de progrès de la satisfaction client. En 2012, l’enquête a donc été renouvelée selon les mêmes principes que l’an dernier, sur la base d’un échantillon national de 3 218 usagers dont 200 sur le périmètre de l’Entreprise Régionale Sud Ile-de-France.

Notoriété et Distributeur identifié
Notoriété Notoriété assistée assistée des des distributeurs distributeurs d’eau d’eau en en 2012 2012

95%
Connaissent Lyonnaise des Eaux et ses filiales

Identification Identification du du distributeur distributeur en en 2012 2012

67%
de vos clients (directs/indirects) identifient bien Lyonnaise des Eaux et ses filiales comme leur distributeur d’eau
53>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

NOTRE IMAGE PERCUE PAR NOS CLIENTS: Extrait de l’enquête : Je vais vous citer plusieurs phrases qui peuvent se rapporter à Lyonnaise des Eaux - Suez-Lyonnaise. Pour chacune vous me direz si vous êtes tout à fait, plutôt, plutôt pas ou pas du tout d’accord.
Pas d u tout d'accord Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord

ST D’accord
2012 2012
… sérieux (105) 8 8 47 37 84

ST D’accord
92

2011 2011
91

… dynamique (97)

12

15

60

13

73

71

79

… transparent (98)

10

20

49

21

70

68

70

… dont les choix et décisions sont conf ormes à l’esprit d’une mission de service public (99)

12

28

44

16

60

71

74

… proche de vous (106)

18

29

39

13

53

62

57

Les résultats ne sont pas significativement différents d’une année sur l’autre ; cependant au plan qualitatif, on notera le besoin affirmé de proximité qui doit faire l’objet d’une amélioration. A la question : « vous savez que c’est la ville qui est responsable de la gestion de l’eau sur le territoire. Dans votre commune, diriez-vous que vous êtes… »,
Pas d u tout d'accord Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord

Gestion des risques liés aux inondations (157)

7

9

63

17

3

20

17

15

Usage récréatif de l'eau dans la ville (168)

4

14

67

14

1

15

10

15

Limitation des fuites sur le réseau de distribution d'eau (150)

5

12

69

14

1

14

14

13

Gestion globale de l'eau (176)

5

8

74

11

2

13

9

13

On observe une stabilité globale de la satisfaction vis-à-vis de la gestion de l’eau sur le territoire avec cependant une tendance à la réduction des usagers insatisfaits et à la hausse des très satisfaits.

54>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

L’OPINION SUR LA QUALITE DE L’EAU RESTE ELEVEE : L’eau du robinet à votre domicile est une eau…
Pas d u tout d'accord Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord

Limpidité de votre eau du robinet (195)

25

67

24

3

26

24

26

Pression de votre eau du robinet (198)

5

7

65

21

2

23

22

26

Goût de votre eau du robinet (186)

9

21

50

18

2

20

13

18

Constance de la qualité de votre eau du robinet (193)

5

15

62

17

1

18

17

18

Teneur en chlore de votre eau du robinet (181)

5

18

63

13 1

14

14

15

Teneur en calcaire de votre eau du robinet (190)

23

32

38

61

6

5

10

La principale source d’insatisfaction reste la teneur en calcaire avec 55% d’insatisfaits. L’eau du robinet à votre domicile est une eau…
Pas d u tout d'accord Plutôt pas d'accord Plutôt d'accord Tout à fait d'accord

… contrôlée (182)

4 3

56

37

94

94

90

… sûre (192)

2

7

49

41

91

90

87

… en laquelle j'ai conf iance (198)

3

10

41

45

87

88

87

La qualité de l’eau reste un facteur de satisfaction sur le périmètre.

55>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

LES AXES DE PROGRES ATTENDUS PAR NOS USAGERS AU GLOBAL : Ce graphique permet de dégager les axes de travail ayant le plus d’importance d’un point de vue du client (Top 2 : les très satisfaits et extrêmement satisfaits).
Actions urgentes
Élevée

Eléments de capitalisation
E1.4 Contact avec le Service Clients du distributeur d'eau

E1.8 Informations données par le distributeur d'eau

E1.5 Intervention du technicien à domicile

Importance

E1.2 Relevé du compteur d'eau E1.9 Lisibilité de la facture d'eau

Pré-requis

E1.1 Qualité de l'eau du robinet

Faible à Points Faible surveiller

E1.6 Intervention du technicien sur la voirie

Satisfaction Top2*

Élevée

Les actions d’urgence portent sur l’information générale du distributeur et la relève. En ce qui concerne le relevé des compteurs, les sous-items nécessitant une action sont les informations données avant la relève. La qualité du contact avec le releveur reste très satisfaisante avec un taux de satisfaction de 91%. Les clients dont le poste comptage est inaccessible sont prévenus par courrier du jour de passage et de la tranche horaire avec possibilité de changer le rendez-vous en appelant notre Centre de Relation Clientèle. Les confirmations de rendez-vous par SMS sont une solution et une réponse à cette insatisfaction ; elles seront mises en place en 2013.

56>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

FOCUS SUR LA RELATION CLIENTELE TELEPHONIQUE :

Actions urgentes
Élevée

Eléments de capitalisation

K5.6 Traitement de votre demande au global

Importance

K5.1 Délai de réponse K5.3 Information apportée sur le suivi de votre demande

K4.4 Amabilité du chargé de clientèle K4.2 Compréhension de votre demande K5.2 Clarté de la réponse K4.5 Accueil téléphonique au global

K5.5 Nombre d'appels nécessaires pour avoir une réponse à votre demande

Points à surveiller K4.1 Délai d'attente avant
Faible

d'obtenir un chargé de clientèle

Faible

Satisfaction Top2*

Pré-requis
Élevée

La relation téléphonique La qualité de l’accueil reste un point fort, l’écoute du client aussi. Dans le cadre d’une réponse immédiate (73% des appels), la clarté de la réponse est un atout. Les efforts d’amélioration doivent se concentrer en 2013 sur le suivi des demandes et leur résolution. La disponibilité des téléconseillers doit également s’améliorer avec une ambition constante de taux de service à 90% des appels traités. Le taux de service 2012 Le taux de service, c'est-à-dire le nombre d’appels traités sur le nombre d’appels reçus, s’établit à 85% en 2012. Une performance en deçà de celle de 2011, marquée par une situation difficile au premier semestre, la crise du gel ayant impacté les résultats des mois de février et mars. La situation s’améliore au cours de l’année, et nous notons que sur le second semestre, le taux de service s’établit à 89,6%. Cette tendance se confirme sur 2013 avec un taux de service supérieur à 90% sur janvier et février. Les courriers restent un moyen de contact important : 84% des courriers sont traités dans un délai maximum de 5 jours ouvrés, 80% le jour de leur réception. Le traitement des réclamations Les réclamations clients peuvent désormais faire l’objet d’un traitement en 3 temps en cas de désaccord sur la première réponse apportée par nos services régionaux. Celles-ci peuvent être envoyées au Service de réclamation siège. En dernier recours le consommateur peut saisir le médiateur de l’eau qui défendra ses intérêts si l’usager a subi un préjudice ou s’il estime que sa réclamation n’a pas été prise en charge correctement.

57>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

La résolution de la demande, dans son intégralité et la personnalisation de la relation avec nos consommateurs sont nos objectifs de 2013 pour améliorer le service et la satisfaction des usagers.

LE PRIX DU SERVICE DE L'EAU POTABLE
Le consommateur français paie dans sa facture d'eau un ensemble de services liés à la disponibilité permanente d'eau potable pour tous et à la protection de l'environnement. La facture est émise par Lyonnaise des Eaux à qui la collectivité locale (commune ou regroupement de communes) a délégué le service. Le prix du service de l’eau, correspond au prix payé par un usager domestique pour la distribution de l’eau ainsi que la collecte et le traitement des eaux usées sur la base d’une consommation de référence de 120 m3 par an. Il inclut également des taxes et redevances.

L’ACTIVITE « DISTRIBUTION DE L'EAU »
Cette activité correspond au captage de l'eau dans le milieu naturel, aux traitements nécessaires pour la rendre potable et à son transport jusqu'au robinet du consommateur à travers un réseau de canalisations. Elle se décompose de la façon suivante : ¾ Une part Collectivités locales, perçue pour le compte des Communes, regroupements de Communes, syndicats… intervenant dans ce domaine. Les sommes perçues sont intégralement reversées aux Collectivités concernées.

Elles correspondent généralement au paiement d’annuités d’emprunts ayant permis de financer des équipements communaux de distribution d’eau (réservoirs, canalisations, …). Le prix est fixé par délibération de la Collectivité Locale concernée et est revu chaque année, en fonction des recettes nécessaires à l’équilibre du budget Eau. ¾ Une part Agence de l'Eau (Agence Seine-Normandie en Ile-de-France). Les Agences de l'Eau sont des établissements publics qui aident les Collectivités Locales à s'équiper pour préserver leurs ressources en eau potable. Elles sont financées par une redevance perçue sur les prélèvements d'eau effectués dans le milieu naturel (forages, eaux de surface, rivières, ...).

Compte tenu des volumes prévisionnels d'eau qui seront prélevés et vendus dans une année donnée, Lyonnaise des Eaux calcule, en début d'année, la redevance qui sera perçue durant l'année par l'Agence de l'Eau et la répercute aux clients en Euros par m3 vendu. ¾ La part Lyonnaise des Eaux dont le prix est déterminé sous la responsabilité et le contrôle de la Collectivité locale. Ce prix évolue en fonction d'une formule de révision des prix, définie dans le contrat. Il peut être révisé, si le service rendu par la Lyonnaise des Eaux change. Cela passe par une renégociation du contrat signé avec la Collectivité Locale.

La rubrique « Abonnement » correspond aux frais indépendants de la consommation (entretien des branchements, location et entretien des compteurs, etc.). La rubrique « Consommation » couvre quant à elle les frais de gestion du service et du traitement de l'eau ainsi que l'entretien et le renouvellement du réseau d'eau potable. Elle est calculée par multiplication de la consommation réelle par le prix unitaire du m3.

58>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

L’ACTIVITE « COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES »
Le service de l'assainissement correspond à la collecte des eaux usées, à leur transport vers une station d'épuration et à leur traitement avant rejet dans le milieu naturel. Cette activité se répartit ainsi : ¾ Une part Collectivités locales, perçue pour le compte des différentes Collectivités qui interviennent dans ce domaine. Les sommes perçues sont reversées intégralement aux Collectivités concernées.

Le prix est fixé par délibération de la Collectivité Locale concernée et est revu chaque année par la Collectivité, en fonction des recettes nécessaires à l'équilibre de son budget Assainissement. ¾ Une part Lyonnaise des Eaux, dont le prix des déterminé sous la responsabilité et le contrôle de la évolue en fonction de formules de révision des prix, peut être modifié, par renégociation du contrat avec rendu par la société change. différentes prestations est Collectivité Locale. Ce prix définies dans le contrat. Il la Collectivité, si le service

La rubrique « Abonnement » couvre une partie des frais indépendants du volume d'effluents rejeté (entretien du branchement, coûts de facturation…) La rubrique « Collecte et traitement » correspond aux sommes perçues par l'Entreprise pour couvrir les frais d'exploitation des réseaux d'assainissement (collecte ou transport) lorsque les Collectivités Locales lui en ont délégué ce service. Elle est calculée sous la forme d'un prix au m3 multiplié par la consommation d'eau potable facturée.

LA PART « ORGANISMES PUBLICS »
La part « organismes publics » correspond aux taxes et redevances destinées à la préservation de la ressource en eau et/ou du financement d’équipements d’alimentation en eau potable ou de protection du milieu naturel. Elle comprend : ¾ Une part Agence de l'Eau. Les Agences de l'Eau aident également les Collectivités Locales à s'équiper pour améliorer la qualité des rejets dans le milieu naturel (participation aux travaux d'amélioration des stations d'épuration, création ou renforcement des réseaux d'assainissement…).

La loi « sur l’eau et les mieux aquatiques » (LEMA), votée le 30/12/2006, partage la précédente redevance pollution en deux termes : o une redevance « pollution domestique » payée par tous les abonnés à l’eau potable, y compris ceux des petites communes dites agglomérées, de moins de 400 habitants, dont les abonnés étaient jusque là exonérés ; o une redevance pour « modernisation des réseaux de collecte » que seuls acquittent les abonnés raccordés à un réseau public d’assainissement. L'Agence de L'Eau fixe une fois par an les taux (prix au m3) de ces redevances. Le taux de la redevance pollution est variable selon les zones (3 zones ont été déterminées dans l’agence Seine Normandie). La redevance de modernisation des réseaux de collecte est uniforme sur l’ensemble du bassin. ¾ Une taxe « Voies Navigables », instituée par la loi de finances 1991 au profit de l'établissement public "Voies Navigables de France" qui a pour mission d'entretenir et de moderniser les voies navigables du pays.

59>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN CLIENTELE

Le montant de cette taxe est fixé annuellement par l'établissement public "Voies Navigables de France" et s'applique au prélèvement maximum qui peut être effectué par les usines de Lyonnaise des Eaux dans les rivières navigables. Après accord de la Collectivité Locale, Lyonnaise des Eaux répercute cette taxe sur la facture d'eau.

60>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LA QUALITE DU SERVICE>LE BILAN D’EXPLOITATION

LE BILAN D’EXPLOITATION

Cette partie détaille des aspects tels que les consommations électriques et de réactifs, le nettoyage de réservoirs, les contrôles réglementaires effectués ainsi que différents aspects liés aux interventions réalisées au cours de l’année écoulée.

LES INTERVENTIONS SUR LE RESEAU DE DISTRIBUTION
Le tableau ci-après détaille par grande famille les interventions réalisées au cours de l’exercice sur le réseau de distribution : Les interventions sur le réseau de distribution
Désignation
Nombre de fuites sur canalisations Nombre de fuites sur branchements Nombre de fuites sur accessoires Nombre de réparations sur compteurs Nombre de mises à niveau de bouches à clé

2011
3 8 2 7 7

2012
6 7 0 10 2

LA RECHERCHE DES FUITES
Le tableau ci-après détaille le linéaire de réseau ayant fait l’objet d’une campagne de recherche de fuite ainsi que le nombre de fuites réparées sur le réseau ou sur les branchements au cours de l’exercice : La recherche des fuites
Désignation
Nombre de fuites sur branchement réparées Nombre de fuites sur réseau réparées

2012
8 6

Variation N/N-1 (%)
% 100%

LES INTERVENTIONS EN ASTREINTE
Parmi les nombreuses interventions réalisées au cours de l’exercice sur le réseau de distribution ou sur les installations, certaines sont effectuées en dehors des heures ouvrées habituelles. Les tableaux ci-après détaillent les interventions réalisées en astreinte : Les interventions en astreinte sur le réseau
Désignation
Les interventions sur le réseau

2011
7

2012
10

Variation N/N-1
43%

61>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LE PATRIMOINE

LE PATRIMOINE

63>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LE PATRIMOINE >L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE

L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE

Cette partie présente l’inventaire des biens du service, et notamment les installations utilisées dans le cadre de l’exécution du présent contrat. Elle détaille l’ensemble des composantes du réseau de desserte, et notamment les canalisations et accessoires de réseau acheminant l’eau potable jusqu’aux points de raccordement des branchements ou des appareils publics (bornes d’incendie, d’arrosage ou de nettoyage). Les variations du patrimoine exploité sont explicitées. Votre commune est alimentée en eau potable via un réseau interconnecté de grande étendue, qui mutualise les fonctions de production, transport, stockage et diversification des ressources. L’eau potable produite est transportée par des canalisations de transport jusqu’aux portes de votre commune. Elle y est livrée par de nombreux points d’entrée (réseau maillé), ce qui vous garantit une totale sécurité d’approvisionnement.

65>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LE PATRIMOINE >L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE

L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE
LES CANALISATIONS
Le tableau suivant détaille le linéaire de canalisation par gamme de diamètre et par type de matériau exploité dans le cadre du présent contrat. Le linéaire de réseau présenté est celui exploité au 31 décembre de l’année d’exercice hors branchements : Longueur du réseau de distribution d'eau potable (ml)
Diamètre / Matériau
<50 mm 50-99 mm 100-199 mm 200-299 mm Total

Fonte
59 1 266 7 687 20 9 032

PE
28 2 877 3 106

Amiante Ciment

PVC

Acier

Béton Autres Inconnu

Total
87

27 1

4 170 10 794 20

6 011

28

15 071

LES ACCESSOIRES DE RESEAU
Le tableau suivant détaille les principaux accessoires de réseau disponibles au 31 décembre de l’année d’exercice dans le cadre du présent contrat : Inventaire des principaux accessoires du réseau
Commune
VILLIERS-SUR-ORGE VILLIERS-SUR-ORGE Vannes Vidanges, purges, ventouses

Type d'accessoires

Nombre
129 135

LES BRANCHEMENTS
Le tableau suivant détaille au 31 décembre de l’année d’exercice la répartition des branchements et des branchements en plomb : Répartition des branchements par nature
Commune
VILLIERSSUR-ORGE

Nb branchements en plomb
0

Nb branchements (hors plomb)
1 341

Nombre total de branchements
1 341

% de branchements en plomb restant
0,0%

LES COMPTEURS
Répartition du parc compteurs par diamètre
Diamètre
Nombre 12 et 15 mm 1 262 20-30 mm 46 40-60 mm 10 80-100 mm 1 >100 mm 0

Total
1 319

66>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LE PATRIMOINE >L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE

LES VARIATIONS DU PATRIMOINE
LES TRAVAUX DELEGATAIRE DE RENOUVELLEMENT EFFECTUES PAR LE

Le renouvellement des canalisations est aujourd’hui cadré par le contrat à travers un programme de renouvellement contractuel, défini par commune et sur la durée du contrat. Les opérations réalisées en 2012, ont été validées en fin d’année 2011 avec les services de l’agglomération. Le programme contractuel de renouvellement canalisation est suivi tous les ans lors des réunions trimestrielles et ajusté en fonction des besoins émis par l’agglomération (projet voirie…). Le programme de renouvellement et de réhabilitation de réseau réalisé sur l’année est présenté en annexe.

LES TRAVAUX NEUFS EFFECTUES PAR LE DELEGATAIRE
Les travaux neufs effectués par le délégataire sont présentés en annexe.

LES COMPTEURS REMPLACES
L’arrêté du 6 mars 2007 relatif au contrôle des compteurs d'eau froide en service définit les règles à respecter pour le contrôle de la qualité du parc compteur. Cette année, nous avons procédé aux contrôles statistiques prévus par cet arrêté. Ce processus a été géré au travers de l’application CONSTAT pour la gestion des Lots, le tirage au sort, la constitution des carnets métrologiques, la restitution des résultats de laboratoire et la mise à jour automatique des carnets métrologiques. Les résultats obtenus confirment la conformité du parc géré vis-à-vis de la réglementation en vigueur. Le remplacement des compteurs effectué cette année est récapitulé sur le tableau suivant : Plan de remplacement sur les compteurs (nombre)
Diamètre
12 à 15 mm 20 à 40 mm >40 mm Total

Remplacés
9 5 0 14

Total
1 262 53 4 1 319

Compteur remplacé (%)
0,7% 9,4% 0,0% 1,1%

67>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>LE PATRIMOINE >L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE

INDICE DE CONNAISSANCE DU PATRIMOINE
L’indice de connaissance du patrimoine a été évalué à 100 % sur votre commune. Cet indice (de 0% à 100%) est attribué selon la qualité des informations disponibles sur le réseau et selon le degré d’avancement de la politique patrimoniale. Le détail de ce calcul est fourni dans le tableau présenté ci-après. Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux d'eau potable (P103.2)
Détail du barème de l'indicateur
Mise à jour du plan au moins annuelle Informations structurelles complètes sur chaque tronçon (diamètre, matériau) Connaissance pour chaque tronçon de l'âge des canalisations Localisation et description des ouvrages annexes (vannes de sectionnement, ventouse, ...) et des servitudes Localisation des branchements sur la base du plan cadastral Localisation et identification des interventions (réparations, purges, travaux de renouvellement) (0 pour une réalisation partielle) Existence et mise en œuvre d'un programme pluriannuel de renouvellement des branchements (0 pour une réalisation partielle) Existence d’un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations. On entend par plan pluriannuel de renouvellement un programme détaillé de travaux assorti d’un estimatif chiffré portant au moins sur 3 ans Mise en œuvre d’un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations

Points Indice 2012
20 10 10 10 10 10 10 20 10 10 10 10 10 10

10

10

10

10

TOTAL

100

100

68>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>GLOSSAIRE

GLOSSAIRE

69>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>GLOSSAIRE

LEXIQUE
Abandon de créance Réduction de sommes dues au fournisseur d’eau dans le cadre d’une mesure du Fonds de Solidarité Logement. Abonné (ou client) Personne physique ou morale ayant souscrit un abonnement auprès de l’opérateur du service public de l’eau ou de l’assainissement. L’abonné est par définition desservi par l’opérateur. Il peut être titulaire de plusieurs abonnements, sur le même service, en des lieux géographiques distincts. Les abonnés peuvent être des particuliers, des syndicats de copropriété, des collectivités pour les besoins municipaux, des entreprises (services, industries), des agriculteurs (irrigation), etc. L’abonné perd sa qualité d’abonné lorsque le service est stoppé, quelle que soit sa situation vis-à-vis de la facturation (il n’est plus desservi, mais son compte peut ne pas encore être soldé). Abonné domestique ou assimilé Les abonnés domestiques ou assimilés sont les abonnés qui sont redevables à l’agence de l’eau au titre de la pollution domestique en application de l’article L. 213-10-3 du code de l'environnement. Pour ces abonnés, les redevances sont perçues par l’organisme chargé de l’encaissement des factures émises pour la fourniture du service puis reversées à l’agence de l’eau. Autres abonnés Nombre d’abonnés total – Nombre d’abonnés domestiques et assimilés. Abonnement L’abonnement désigne le contrat qui lie l’abonné à l’opérateur pour la gestion du service de l’eau ou de l’assainissement conformément au règlement du service. Il y a un abonnement pour chaque point d’accès au service (point de livraison d’eau potable ou de collecte des effluents qui dessert l’abonné, ou installation d’assainissement autonome). Certification ISO 9001 Certification relative aux systèmes de gestion de la qualité de service et de la satisfaction client. Elle donne les exigences organisationnelles requises pour l'existence d'un système de gestion de la qualité. Certification ISO 14001 Certification prescrivant les exigences relatives à un système de management environnemental (S.M.E.). Elle permet à un organisme de formuler une politique et des objectifs prenant en compte les exigences législatives et les informations relatives aux impacts environnementaux significatifs. Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL)

71>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

Commission ayant pour vocation de permettre aux usagers des services publics d’obtenir des informations sur le fonctionnement effectif de ces services, d’être consultés sur certaines mesures relatives à leur organisation et d’émettre toute proposition utile en vue des adaptations qui pourraient apparaître nécessaires. Les compétences de ces CCSPL sont l’examen des rapports (RAD, RAPQS…) et les consultations obligatoires. Les communes de plus de 10 000 habitants, les établissements publics de coopération intercommunale de plus de 50 000 habitants et les syndicats mixtes comportant au moins une commune de plus de 10 000 habitants doivent prévoir la création d’une CCSPL. Commission départementale Solidarité Eau Commission qui octroie les aides financières (aides Fonds de Solidarité Logement) aux administrés. Habitant desservi Personne domiciliée de manière permanente ou temporaire sur le territoire d’une collectivité dans une zone où elle est soit raccordée soit raccordable aux installations du service public d’eau ou d’assainissement collectif, soit non raccordée avec dérogation. Dans le cas de l’assainissement non collectif, il s’agit d’une personne domiciliée sur une zone délimitée comme étant une zone couverte par un service d’assainissement non collectif. Montant des impayés au 31 Décembre de l’année N Somme due et non recouvrée au 31 décembre de l’année N sur les factures émises au titre de l’année N-1. Nombre de dégrèvements Nombre de remises financières accordées sur les surconsommations liées à des fuites. Nombre de fuites sur branchements Nombre de fuites sur les branchements (collier de prise en charge, tuyau) hors plomb renouvelés sur fuite ayant engendré une réparation ou un renouvellement en amont du compteur du client (fuites visibles ou détectées à l'aide de prélocalisateurs). Nombre de fuites sur canalisations et accessoires Nombre de fuites sur le réseau de canalisations et ses ouvrages (vannes, décharges, ventouses) (fuites visibles ou détectées à l'aide de prélocalisateurs). Nombre de réparations sur compteur Nombre d'interventions de réparations sur compteur : changements de joints, compteurs bloqués...

72>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

Prélèvement Un prélèvement correspond à l’opération permettant de constituer un ou plusieurs échantillons cohérents (un échantillon par laboratoire) à un instant donné (ou durant une période donnée) et à un endroit donné (1 prélèvement = n échantillons). Réclamation Cet indicateur reprend les réclamations écrites de toutes natures relatives au service de l’eau à l’exception de celles qui sont relatives au niveau du prix. Elles comprennent notamment les réclamations réglementaires y compris celles qui sont liées au règlement de service. Réseau de desserte Ensemble des équipements publics (canalisations et ouvrages annexes) acheminant de manière gravitaire ou sous pression l’eau potable issue des unités de potabilisation ou des points de livraison d’eau en gros jusqu’aux points de raccordement des branchements des abonnés ou des appareils publics (tels que les bornes incendie, d’arrosage, de nettoyage…). Il est constitué de réservoirs, d’équipements hydrauliques, de conduites de transfert, de conduites de distribution, mais ne comprend pas les branchements. Service Au sens du présent document, on entend par « service » le périmètre confié par l’autorité organisatrice à un opérateur unique. Les missions assurées peuvent être pour un service d’eau potable la production, le transfert et la distribution et pour un service d’assainissement la collecte, le transport, la dépollution et le cas échéant l’assainissement non collectif. A ces missions s’ajoute en général la gestion des abonnés. ¾ Volumes de service du réseau : Ces volumes estimés sont ceux liés à l’exploitation du réseau de distribution d’eau. Cela peut notamment concerner les volumes liés au nettoyage des réservoirs, aux purges / lavage / désinfection de canalisation ou de branchements ou bien encore au fonctionnement d’analyseurs de chlore.

73>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Source : Arrêté du 2 mai 2007 relatif aux rapports annuels sur le prix et la qualité des services publics d’eau potable et d’assainissement Délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés défini par le service et taux de respect de ce délai Ce délai est le temps d’attente maximum exprimé en heures ou en jours sur lequel s’engage l’opérateur du service pour la fourniture d’eau aux nouveaux abonnés dotés d’un branchement fonctionnel (ouverture d’un branchement neuf dont la réalisation vient d’être achevée ou remise en service d’un branchement existant). Le taux de respect est exprimé en pourcentage du nombre de demandes d’ouverture d’un branchement pour lesquelles le délai est respecté. Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable La valeur de cet indice est comprise entre 0 et 100 avec le barème suivant : 0 point : absence de plan du réseau ou plans couvrant moins de 95 % du linéaire estimé du réseau de desserte ; 10 points : existence d’un plan du réseau couvrant au moins 95 % du linéaire estimé du réseau de desserte ; 20 points : mise à jour du plan au moins annuelle. Les 20 points ci-dessus doivent être obtenus avant que le service puisse bénéficier des points supplémentaires suivants : + 10 : informations structurelles complètes sur chaque tronçon (diamètre, matériau) ; + 10 : connaissance pour chaque tronçon de l’âge des canalisations ; + 10 : localisation et description des ouvrages annexes (vannes de sectionnement, ventouses, compteurs de sectorisation...) et des servitudes ; + 10 : localisation des branchements sur la base du plan cadastral ; + 10 : localisation et identification des interventions (réparations, purges, travaux de renouvellement) ; + 10 : existence et mise en œuvre d’un programme pluriannuel de renouvellement des branchements ; + 10 : existence d’un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations (programme détaillé assorti d’un estimatif portant sur au moins 3 ans) ; + 10 : mise en œuvre d’un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations. Les grands ouvrages – réservoirs, stations de traitement, pompages... – ne sont pas pris en compte pour le calcul de cet indice. Indice linéaire des volumes non comptés Ratio entre le volume non compté et le linéaire de réseau de desserte = (Volume mis en distribution - Volume comptabilisé) / Longueur de réseau (hors linéaires de branchements) / 365. L’indice est exprimé en m3/km/jour.

74>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

Indice linéaire de pertes en réseau Ratio entre le volume de perte et le linéaire de réseau de desserte = (Volume mis en distribution - Volume consommé autorisé) / Longueur de réseau de distribution (hors linéaires de branchements) / 365. L’indice est exprimé en m3/km/jour. Indice d’avancement de la protection de la ressource en eau Niveau d’avancement de la démarche administrative et opérationnelle de protection du ou des points de prélèvement dans le milieu naturel d’où provient l’eau potable distribuée. La valeur de cet indice est comprise entre 0 et 100 %, avec le barème suivant : 0 % : aucune action ; 20 % : études environnementale et hydrogéologique en cours ; 40 % : avis de l’hydrogéologue rendu ; 50 % : dossier déposé en préfecture ; 60 % : arrêté préfectoral signé ; 80 % : arrêté préfectoral complètement mis en œuvre (terrains acquis, servitudes mises en place, travaux terminés) ; 100 % : arrêté préfectoral complètement mis en œuvre (comme ci-dessus), et mise en place d’une procédure de suivi de l’application de l’arrêté. En cas d’achat d’eau à d’autres services publics d’eau potable par le service ou de ressources multiples, l’indicateur est établi pour chaque ressource et une valeur globale est calculée en tenant compte des volumes annuels d’eau produits ou achetés à d’autres services publics d’eau potable. Linéaire de réseau de desserte Longueur des canalisations de desserte en eau potable du périmètre affermé excluant le réseau de transport, mesurée depuis le point de sortie des unités de potabilisation, jusqu’aux points de raccordement des branchements ou points de livraison à d’autres services. Montant des abandons de créance Somme abandonnée au titre de l’aide au paiement des factures d’eau des personnes en situation de précarité pour l’eau et l’assainissement. Nombre d’abonnements Nombre d’abonnés desservis en eau c’est à dire les abonnés domestiques et assimilés et les autres abonnés (industriels…). Nombre d’habitants de la commune Population INSEE desservie par le service sur la base de la population des communes et de leur population totale majorée (résidents saisonniers) définie en application de l’article L. 2334-2 du code général des collectivités territoriales.

75>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

Nombre de demandes d’abandons de créances reçues Nombre de dossiers de demande de réduction de sommes dues au fournisseur d’eau dans le cadre d’une mesure de Fonds de Solidarité Logement. Prix TTC du service au m³ pour 120 m3 Le prix TTC de l'eau au m3 pour 120 m3 (consommation de référence d’un ménage définie par l’INSEE) calculé au 1er janvier de l'année de présentation du rapport et au 1er janvier de l'année N-1 en détaillant : - la rémunération du service : Part collectivité et Part délégataire ; - les redevances / taxes (Agence de l’eau, lutte contre la pollution, voies navigables, TVA 5,5 %) ; - le montant de la facture 120m3. Rendement du réseau de distribution = (Volume consommé autorisé + Volume vendu en gros) / (Volume produit + Volume acheté en gros) x 100. Le rendement est exprimé en pourcentage. Taux d’impayés sur les factures d’eau de l’année précédente Taux d’impayés au 31/12 de l’année N sur les factures émises au titre de l’année N-1 = (Montant des impayés au 31 décembre de l’année N sur les factures émises au titre de l’année N-1 / Montant des volumes facturés au 31 décembre de l'année N-1) x 100. Le montant facturé au titre de l’année N–1 comprend l’ensemble de la facture, y compris les redevances prélèvement et pollution, la taxe Voies Navigables de France et la TVA liée à ces postes. Pour une facture donnée, les montants impayés sont répartis au prorata hors taxes et redevances de la part « eau » et de la part « assainissement ». Sont exclues les factures de réalisation de branchements et de travaux divers. Taux de réclamations = Nombre de réclamations écrites (courrier, mail, fax) x 1000 / Nombre d’abonnés Sont prises en compte les réclamations relatives à des écarts ou des non-conformités visà-vis d’engagements contractuels, d’engagements de service, notamment au regard du règlement de service, ou vis-à-vis de la réglementation, à l’exception de celles relatives au niveau de prix. Taux moyen de renouvellement des réseaux = (Moyenne annuelle du linéaire de réseaux d’eau potable, hors branchements, renouvelés par le délégataire au cours des cinq dernières années en incluant les sections de réseaux remplacées à l’identique ou renforcées ainsi que les sections réhabilitées / Longueur du réseau hors branchements) x 100.

76>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

> GLOSSAIRE

Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité Pour ce qui concerne la microbiologie : • pour les services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/jour : pourcentage de prélèvements sur les eaux distribuées réalisés par l’ARS aux fins d’analyses microbiologiques dans le cadre du contrôle sanitaire (l’opérateur les réalisant dans le cadre de sa surveillance lorsqu’elle se substitue en partie au contrôle sanitaire) jugés conformes selon la réglementation en vigueur ; • pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/jour : nombre de prélèvements réalisés en vue d’analyses microbiologiques et, parmi ceux-ci, nombre de prélèvements non conformes. Pour ce qui concerne les paramètres physico-chimiques : • pour les services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/jour : pourcentage des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés par l’ARS aux fins d’analyses physico-chimiques dans le cadre du contrôle sanitaire (l’opérateur les réalisant dans le cadre de sa surveillance lorsqu’elle se substitue en partie au contrôle sanitaire) jugés conformes selon la réglementation en vigueur ; • pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/jour : nombre de prélèvements réalisés en vue d’analyses physico-chimiques et, parmi ceux-ci, nombre de prélèvements non conformes. • identification des paramètres physico-chimiques à l’origine de la non-conformité. (Article R. 1321-15 du code de la santé publique)

77>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES

ANNEXES

79>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

ANNEXE 1 : SYNTHESE REGLEMENTAIRE

SOMMAIRE
SERVICE PUBLIC D’EAU POTABLE REGLES COMMUNES AUX MARCHES PUBLICS ET AUX DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC MARCHES PUBLICS INTERCOMMUNALITE ENVIRONNEMENT PREVENTION ET SECURITE

81>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

SERVICE PUBLIC D’EAU POTABLE
DESCRIPTIF DETAILLE DES RESEAUX
> Décret n°2012-97 du 27 janvier 2012 relatif à la définition d’un descriptif détaillé des réseaux des services publics de l’eau et de l’assainissement et d’un plan d’actions pour la réduction des pertes d’eau du réseau de distribution de l’eau potable

Ce décret impose de nouvelles obligations en matière de description des réseaux d’eau potable et d’eaux usées. Ces réseaux doivent faire l’objet avant fin 2013 d’un descriptif détaillé comprenant diverses informations énumérées par le décret. - réduction des pertes en eau sur les réseaux d’eau potable/ pour la première fois en France, le décret fixe un objectif de rendement de réseau à atteindre pour chaque service de distribution de l’eau potable. Le respect de ce seuil sera exigible à partir de l’exercice 2013. Le taux minimum est fixé entre 85% et 65% en fonction de la densité de la collectivité et des caractéristiques de la ressource. Lorsque le rendement se révèle inférieur au seuil fixé, un plan d'actions, comprenant un programme pluriannuel de travaux d’amélioration du réseau, doit être établi avant la fin du second exercice suivant l’exercice pour lequel le dépassement du seuil minimal de rendement a été constaté (par exemple avant fin 2015 si le dépassement a été constaté pour l’année 2013). - sanctions. A compter de 2014, la déclaration faite annuellement à l’agence de l’eau pour l’application de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau doit comporter la valeur du rendement de réseau. Un doublement de cette redevance est prévu par la loi Grenelle 2, en l’absence, dans les délais prescrits, de descriptif des réseaux ou de plan d’actions lorsque le rendement est inférieur au seuil minimal applicable. Cette sanction est appliquée à partir de l’année suivant le constat de la carence et ne prend fin que lorsque le plan d’actions est établi ou encore lorsque le rendement est ramené au-dessus du seuil fixé.

DISPOSITIF LORS D’UNE SURCONSOMMATION D’EAU SUITE A UNE FUITE OU A UN DYSFONCTIONNEMENT DU COMPTEUR
> Décret n° 2012-1078 du 24 septembre 2012 relatif à la facturation en cas de fuites sur les canalisations d'eau potable après compteur.

Pris en application de la loi du 17 mai 2011, dite loi « Warsmann », le décret vient préciser les modalités de dégrèvements des usagers en cas de fuite. 1/ Deux dates d’application sont à prendre en compte : - à partir du 27 septembre 2012, toutes les factures émises peuvent faire l’objet d’une demande par les abonnés d’un dégrèvement dans les conditions de la loi. - à partir du 1er juillet 2013, le service public d’eau doit répondre à l’obligation d’information du client sur sa surconsommation et sur les démarches pour bénéficier d’un dégrèvement. 2/ Le périmètre d'application : fuites après compteur survenues en local d'habitation. Exclusions : Æ les clients collectivités et professionnels qui continuent à être uniquement régis par les clauses contractuelles existantes ; Æ les fuites dues à des appareils ménagers et des équipements sanitaires ou de chauffage.

82>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

3/ Les principales modalités d'application : ª Intervention du dégrèvement sur présentation, sous un mois à compter de l’information sur la surconsommation, d’une attestation d’une entreprise de plomberie indiquant la localisation de la fuite et la date de sa réparation ; ª Pour l’eau, le dégrèvement concerne les volumes excédant le double de la consommation moyenne (sur 3 ans pour une période équivalente) ; ª Pour l’assainissement, ce dégrèvement représente 100% du volume du dépassement de la consommation moyenne.

REGLES COMMUNES AUX MARCHES PUBLICS ET AUX DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC
INDEMNITE FORFAITAIRE EN CAS DE RETARD DE PAIEMENT DANS LES CONTRATS PUBLICS
> Loi n°2013-100 du 28 janvier 2013 portant diverses dispositions d'adaptation de la législation au droit de l'Union européenne en matière économique et financière («Loi Dadue »). Articles 37 à 44.

Cette loi transpose en droit français les dispositions de la directive du 16 février 2011. Elle est relative aux retards de paiement dans les contrats de la commande publique (marchés publics, délégations de service public, contrats de partenariat, concessions de travaux…). Elle prévoit, en sus des intérêts moratoires qui sont appliqués de plein droit dès le jour suivant l'expiration du délai de paiement ou à l'échéance prévue au contrat, une indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement. Ce nouveau dispositif s'applique aux contrats publics conclus à compter du 16 mars 2013, et sera complété par un décret d'application, qui fixera le montant de l’indemnité forfaitaire. Nota : Concernant les marchés privés (de professionnels à professionnels), la directive avait déjà été transposée par la loi Warsmann du 22 mars 2012, et le montant de l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement a été fixé à 40 euros par un décret du 2 octobre 2012. Cette indemnité doit être mentionnée au contrat ou dans le règlement de service en application de l'art L441-6 du code de commerce. Cette indemnité est exigible en cas de retard de paiement de toute créance née à partir du 1er janvier 2013.

MARCHES PUBLICS
SEUIL DE 15 000 EUROS POUR LES PROCEDURES DE PUBLICITE ET DE MISE EN CONCURRENCE
> Loi n°2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allégement des démarches administratives (« Loi Warsmann »). Article 118.

Cette loi confirme le seuil de 15 000 euros fixé par le décret n° 2011-1853 du 9 décembre 2011 en dessous duquel les marchés publics sont dispensés de procédure de publicité et de mise en concurrence. INFORMATION DES CANDIDATS A UN MARCHE PUBLIC
> Conseil d’Etat, 12 mars 2012, Dynacite, req.n° 354355.

83>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

Dans le cadre de la procédure de passation d’un marché de performance énergétique, la collectivité a communiqué aux candidats des chiffres de consommations énergétiques des bâtiments en moyenne majorés de 10 % par rapport aux consommations réelles constatées par les candidats exploitants sortants. Dès lors, les candidats disposaient, pour élaborer leur offre, d’informations inexactes sur un « élément essentiel du marché ». La procédure a été annulée en conséquence.

INTERCOMMUNALITE
NOUVELLES REGLES DE REPRESENTATION DES COMMUNES AU SEIN DE L’ORGANE DELIBERANT ET DU BUREAU DES COMMUNAUTES DE COMMUNES ET D’AGGLOMERATION
> Loi n° 2012-1561 du 31 décembre 2012 relative à la représentation communale dans les communautés de communes et d'agglomération.

Cette loi ne modifie pas le nombre de délégués des conseils communautaires des communautés et des communautés d’agglomération fixé par la réforme du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités. Mais elle prévoit que les conseils municipaux, se prononçant à la majorité qualifiée, pourront désormais majorer le nombre total de sièges de 25% au lieu de 10% (seuil de la loi de 2010). La loi donne également la possibilité au conseil communautaire de ces communautés la possibilité de fixer un nombre de vice-présidents pouvant atteindre 30% de l’effectif de l’assemblée, sans pouvoir aller au-delà de quinze vice-présidents. Enfin, la loi réglemente le montant des indemnités versées aux élus locaux en prévoyant que le total du budget des indemnités d'élus ne doit pas augmenter lorsqu'il est fait usage de cette faculté d'élargissement des conseils ou des bureaux.

ENVIRONNEMENT
REGISTRE DE DECHETS OBLIGATOIRE POUR TOUT EXPLOITANT PRODUISANT OU EXPEDIANT DES DECHETS
> Arrêté du 29 février 2012 fixant le contenu des registres mentionnés aux articles R.541-43 et R.541-46 du code de l’environnement.

Cet arrêté prévoit qu’à partir du 1er juillet 2012, les exploitants des établissements produisant ou expédiant des déchets doivent tenir à jour et conserver pendant au moins trois ans un registre chronologique où sont consignés tous les déchets sortants. Ce registre doit contenir diverses informations telles que la date d’expédition du déchet, la nature et la quantité du déchet sortant, le nom et l’adresse de l’installation vers laquelle le déchet est expédié, les coordonnées du ou des transporteurs et leur numéro de récépissés de déclaration transport… A retenir : la tenue de ce registre est désormais obligatoire pour tout exploitant d’établissement produisant ou expédiant des déchets à l’exception des déchets assimilables à des déchets ménagers, tout exploitant des installations relevant de la loi sur l’eau, tout exploitant d'installations qui traitent des substances ou objets qui sont des déchets afin qu'ils cessent d'être des déchets, pour les collecteurs, les transporteurs, les négociants de déchets, les exploitants des installations de transit, de regroupement ou de traitement de déchets.

84>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

PREVENTION ET SECURITÉ
REFORME « CONSTRUIRE SANS DETRUIRE »
>Arrêté du 15 Février 2012 pris en l’application du chapitre IV du titre V du livre V du code de l’environnement relatif à l’exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution

Il abroge et remplace l’arrêté du 16 novembre 1994 d’application du décret no 91-1147 du 14 octobre 1991 relatif à l’exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution. Il complète les cas d’exemption aux obligations de déclaration préalable aux travaux applicables au maître d’ouvrage (déclaration de projet de travaux - DT) et à l’exécutant des travaux (déclaration d’intention de commencement de travaux - DICT) et définit les formulaires CERFA qui doivent être utilisés pour procéder à ces déclarations. Il définit les règles de précision des données de localisation fournies par les maîtres d’ouvrage et exécutants de travaux dans leurs déclarations préalables pour l’emprise des travaux prévus et celles fournies par les exploitants de réseaux en réponse à ces déclarations pour la localisation des réseaux. Il impose aux exploitants de réseaux la mise en œuvre d’un processus d’amélioration continue des données cartographiques de leurs réseaux enterrés en service, reposant notamment sur l’exploitation des résultats des investigations complémentaires effectuées par les maîtres d’ouvrage de travaux. Il fixe les modalités de mise en œuvre des investigations complémentaires ainsi que les modalités de répartition des coûts qu’elles engendrent entre le maître d’ouvrage et les exploitants de réseaux. Il encadre les clauses techniques et financières particulières qui doivent être prévues dans les marchés de travaux à proximité des réseaux afin que les exécutants de travaux ne subissent pas de préjudice lié au respect des obligations de la présente réglementation. Il précise les modalités des relevés topographiques destinés à relever les coordonnées géoréférencées des tracés des réseaux. Il encadre les techniques employées par l’exécutant lors de travaux effectués à proximité des réseaux. Enfin, il détermine les modalités d’obtention des autorisations d’intervention à proximité des réseaux sur la base de la vérification des compétences des personnes concernées et les modalités d’obtention des certifications pour les entreprises effectuant des relevés topographiques des réseaux neufs ou en service.
>Décret n°2012-970 du 20/08/2012 relatif aux travaux effectués à proximité des réseaux de transport et de distribution

Il corrige des approximations des textes précédents, mais n'apporte pas de modifications substantielles. Un des points saillants est le classement de la très basse tension en réseau non-sensible et l'exonération de versement de la redevance pour les petites communes (la redevance aurait alors été ridiculement faible).
>Avis du 29 Juin 2012 relatif à l’analyse de la régularité des déclarations préalables aux travaux dans les premières semaines de la mise en application de la réforme anti-endommagement

Il précise les modalités transitoires entre le 1er juillet 2012 et le 1er janvier 2013 dans l'exécution des projets
>Arrêté du 28 juin 2012 pris en application de l’arrêté du 15 février 2012 d’application du chapitre IV du titre V du livre V du code de

85>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 1

Il reconnaît la partie 1 de la norme comme la norme citée en référence dans le Décret du 05/10/2011.
> Norme NFS 70-003 Partie 1 "Travaux à proximité de réseaux Prévention des dommages et de leurs conséquences"

l’environnement relatif à l’exécution des travaux à proximité de certains ouvrages, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution

La norme d'application obligatoire reprend tous les textes, décrets, arrêtés… et les traduit en logigrammes et processus. Elle apporte assez peu de compléments.
> Arrêté du 30 Juin 2012 portant approbation de prescriptions techniques prévues à l’article R. 554-29 du code de l’environnement

Il reconnaît le guide technique (Arrêté publié au bulletin officiel).
>Guide Technique Travaux

Ouvrage à la fois pédagogique, et de portée réglementaire lorsqu'il indique les précautions à prendre au droit des réseaux, classe les techniques de travaux, et précise leur "fuseau de déstabilisation" qui ne doit pas pénétrer le fuseau de présence probable des réseaux tiers.
>Norme NFS 70-003 Partie 2 : « Détection des réseaux enterrés »

Ce chapitre de la norme est d'application volontaire, et non obligatoire. Il détaille les modalités de réalisation des investigations complémentaires par des techniques non-intrusives.
> Arrêté 03/09/2012 fixant le barème hors taxe des redevances prévues à l'article L554-5 du Code l'environnement

Afin de couvrir les dépenses afférentes à la création, l'exploitation, la mise à jour et la maintenance du guichet unique, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques perçoit les redevances suivantes mentionnées à l’article L. 554-5 du code de l’environnement dont le présent arrêté fixe le barème.

86>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 2

ANNEXE 2 : HISTORIQUE DES INDICATEURS DE PERFORMANCE

INDICATEURS DU DECRET DU 2 MAI 2007
Indicateurs du décret du 2 mai 2007

Thème

Indicateur
Estimation du nombre d'habitants desservis (1)

Code indicateur
D101.0 /

2009
3 953 1 126 13 419

2010
3 947 1 130 13 426 2,51

2011
3 958 1 143 14 360 2,59

Unité
Nombre Nombre ml € TTC/m3

Caractéristiques techniques

Nombre d'abonnements Linéaire de réseaux de desserte (hors branchements) (1) Prix TTC du service au m3 pour 120 m3 Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne la microbiologie (2) Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne les paramètres physicochimiques (2)

/ D102.0 2,45

Tarification

P101.1

100

100

100 %

%

P102.1

100

100

100

%

Indicateurs de performance

Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des P103.2 réseaux d'eau potable Rendement du réseau de distribution Indice linéaire de pertes en réseau Taux moyen de renouvellement des réseaux d'eau potable (1) Indice d'avancement de la protection de la ressource en eau (1) P104.3 P106.3 P107.2

100 83,5 8,1 0,27

100 82,8 8,4 0,27

70 83,6 8,3 0,30

Valeur de 0 à 100 % m3/km/j %

P108.3

50

57

60

%

87>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 2

INDICATEURS COMPLEMENTAIRES POUR LES RAPPORTS SOUMIS A CCSPL
Indicateurs du décret du 2 mai 2007 pour les rapports soumis à l’examen de la CCSPL

Thème

Indicateur
Taux d'occurrence des interruptions de service non programmées * Délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés, défini au service Taux de respect du délai maximal d'ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés Taux de réclamations Existence d'un dispositif de mémorisation des réclamations écrites reçues Taux d'impayés sur les factures d'eau de l'année précédente Nombre de branchements publics en plomb supprimés ou modifiés

Code indicateur
P151.1

2009

2010

2011

Unité
Nombre / 1000 abonnés Jours

1,77

1,01

1,26

D151.0

8

8

8

Indicateurs de performance

P152.1

100

100

100

% Nombre / 1000 abonnés Oui / Non

P155.1

8

7,1

7,87

/

Oui

Oui

Oui

P154.0

0

0,08

0,82

%

/

37

52

58

Nombre

Financement des investissements

% de branchements publics en plomb supprimés ou modifiés % de branchements publics en plomb restant à modifier ou à supprimer au 1er janvier de cette année Nombre de demandes d'abandons de créances reçues

/

16,89

28,57

44,62

%

/

15,83

11,27

6,2

%

/

0

2

0

Nombre

Actions de solidarité et de coopération

Montant des abandons de créances ou des versements à un fond de solidarité au titre de l'aide au paiement des factures d'eau des personnes en situation de précarité (1)

P109

0

61

0

*Les valeurs des années antérieures à 2012 sont exprimées en nombre d'interruptions par an et par habitant; la valeur pour l'année 2012 est en revanche affichée en nombre d'interruptions par abonné.

88>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 2

INDICATEURS COMPLEMENTAIRES PROPOSES PAR LA FP2E
Indicateurs complémentaires proposés par la FP2E

Thème

Indicateur
Existence d'une mesure de satisfaction clientèle Existence d'une CCSPL Existence d'une commission départementale Solidarité Eau Obtention de la certification ISO 9001 version 2008 Obtention de la certification ISO 14001 version 2004 Liaison du service à un laboratoire accrédité

2011
Oui OUI Oui Oui 27/04/2004 NON Oui

Unité
Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non Oui / Non

Indicateurs FP2E

89>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 4

ANNEXE 3 : QUALITE DE L'EAU PRODUITE EN 2012
2012 - MORSANG SUR SEINE REFOULEMENT

Paramètres

Unités

Moyenne Minimum Maximum

Limites de Références qualité de qualité

Paramètres Physico-Chimiques
ABSORPTION UV A 254 nm AMMONIUM BROMATE CALCIUM CARBONE ORGANIQUE TOTAL CHLORE RESIDUEL LIBRE CHLORE RESIDUEL TOTAL CHLORURES CONDUCTIVITE A 25°C DURETE TOTALE (TH) MAGNESIUM NITRATES NITRITES ODEUR DETECTEE ORTHO PHOSPHATES pH pHS IS A LA TEMPERATURE DU PRELEVEMENT POTASSIUM SAVEUR A 25 DEGRES SODIUM SULFATES TEMPERATURE TITRE ALCALIMETRIQUE COMPLET (TAC) TURBIDITE ALUMINIUM CYANURE FER FLUOR HYDROCARBURES TOTAUX MANGANESE ATRAZINE CYANAZINE DIURON ISOPROTURON LINURON METOLACHLORE PROPAZINE SIMAZINE TERBUTYLAZINE DESETHYL ATRAZINE DESETHYL SIMAZINE (ATRAZINE DEISOPROPYL) ALDRIN ALPHA HCH DIELDRINE GAMMA HCH (LINDANE) METHYL PARATHION GLYPHOSATE AMPA CHLOROFORME DICHLOROBROMOMETHANE MONOCHLORODIBROMOMETHANE TETRACHLORETHYLENE TRIBROMOMETHANE ou BROMOFORME TRICHLORETHYLENE ARSENIC MERCURE SELENIUM BACTERIES COLIFORMES ESCHERICHIA COLI GERMES & SPORES SULFITO-REDUCTEURS GERMES 22°C GERMES 36°C STREPTOCOQUES FECAUX (ENTEROCOQUES) m-1 mg/litre µg/litre mg/litre mg/litre mg/litre mg/litre mg/litre µS/cm degré Français mg/litre mg/litre mg/litre sans objet µg/litre PO4 Unité pH 1,3 <0,03 <5 88 1,2 0,36 0,42 18,8 514 23,7 3,8 21 <0,02 Abs <50 7,69 7,50 0,14 2,4 Abs 14 48 14,0 17,8 <0,20 0,02 <10 <0,01 <100 <50 <0,01 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,05 <0,01 <0,01 <0,01 <0,01 <0,05 <0,05 <0,05 1,2 2,1 3,6 <1 1,2 <1 <5 <0,5 <5 0 0 0 1 0 0 0,9 <0,03 <5 71 0,7 0,25 0,28 12,0 436 18,0 2,6 13 <0,02 Abs <50 7,30 7,15 -0,16 1,8 Abs 9 36 1,8 13,0 <0,20 <0,01 <10 <0,01 <100 <50 <0,01 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,05 <0,01 <0,01 <0,01 <0,01 <0,05 <0,05 <0,05 <1 <1 <1 <1 <1 <1 <5 <0,5 <5 0 0 0 0 0 0 2,1 0,06 <5 99 1,9 0,65 0,71 31,0 600 27,0 7,8 27 0,03 Abs 101 7,85 7,75 0,32 2,7 Abs 17 66 24,7 22,8 <0,20 0,05 <10 <0,01 300 <50 <0,01 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 <0,02 0,03 <0,05 <0,01 <0,01 <0,01 <0,01 <0,05 <0,05 <0,05 6,4 5,4 8,2 <1 3,1 <1 <5 <0,5 <5 0 0 0 28 5 0 10 1 10 0 0 0 0,1 10 2

250

50 0,1

9,0

Substances Indésirables
mg/litre µg/litre mg/litre µg/litre µg/litre mg/litre

mg/litre Taux de dilution mg/litre mg/litre degrés C degré Français NTU

3 200 250 25,0 1,00 0,50 0,20 50 0,20 1500 0,05 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,03 0,1 0,03 0,10 0,1 0,1 0,1

Pesticides Organo Azotés
µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre

Métabolites Atrazine Simazine Pesticides Organo-Chlorés

Pesticides Organo Phosphores Pesticides Divers OHV
µg/litre µg/litre µg/litre

Métaux

µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre µg/litre

Microbiologie
nombre/100 ml nombre/100 ml nombre/100 ml nombre/ml nombre/ml nombre/100 ml

0

91>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 5

ANNEXE 4 : LA FACTURE D'EAU

LA FACTURE TYPE 120 M3 DE VOTRE CONTRAT
Volume 120 m3

Type de client: particulier (compteur diam 15) Type de facturation : trimestriel Échéance : Février - Mai - Août - Novembre
janv-12
Quantité en m3 Prix unitaire m3 HT

Villiers sur Orge
janv-13 Montant 120m3 HT
Prix unitaire m3 HT 2013

Montant 120m3 HT

Variation

Délibérations

2012

DISTRIBUTION DE L'EAU
Abonnement Part Lyonnaise des Eaux Consommation Part Lyonnaise des Eaux Part Agence de l'eau Seine-Normandie Sous Total 'distribution eau' 40,84 41,92
2,64%

120 120

1,6332 0,0663 1,6995

195,98 7,96 244,78

1,6724 0,0663 1,7387

200,69 7,96 250,56

2,40% 0,00% 2,36%

COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES
Collecte et traitement Part Communauté Agglomération Val d'Orge Part S.I.V.O.A Collecte Part SIAAP Sous Total 'collecte et traitement' 120 120 120
0,8300 0,2697 0,4820 1,5817

99,60 32,36 57,84 189,80

0,8300 0,2751 0,5250 1,6301

99,60 33,01 63,00 195,61

0,00% 2,00% 8,92% 3,06%

14/12/2011 17/12/2012 19/12/2012

ORGANISMES PUBLICS
Lutte contre la pollution Modernisation des réseaux de collecte Voies Navigables de France Sous Total 'organisme public'
Montant HT Montant TVA à 5,5 % Montant TVA à 7 % Montant TTC

120 120 120

0,3990 0,3000 0,0123 0,7113 3,9925 0,1161 0,0736 4,1822

47,88 36,00 1,48 85,36 519,94 16,18 8,83 544,95

0,4000 0,3000 0,0123 0,7123 4,0811 0,1183 0,0770 4,2764

48,00 36,00 1,48 85,48 531,65 16,50 9,24 557,40

0,25% 0,00% 0,00% 0,14% 2,25%

2,28%

Actualisation
Keau

2012 1,41738

2013 1,45573

Prix m3 TTC 4,5413 2,5859 Eau 1,9553 Assainissement

Prix m3 TTC 4,6450 2,6379 2,0071
2,28% 2,01% 2,65%

Eau Assainissement
Part Eau

part fixe part variable
% Part fixe

40,84 195,98 17,24% 0,00 189,80 0,00%

41,92 200,69 17,28% 0,00 195,61 0,00%

2,64% 2,40% 0,20%

Part Assainissement part fixe part variable
% Part fixe

3,06%

93>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE

>ANNEXES >ANNEXE 6

ANNEXE 5 : BILAN D'ACTIVITES RESEAUX

BILAN DES TRAVAUX EAU REALISES AU COURS DE L'ANNEE 2012
1 - Les travaux de renouvellement du réseau a) Garantie de continuité de service 1 vannes & accessoires de réseau ont été renouvelés 8 branchements isolés dont b) Programme contractuel de renouvellement Canalisations Linéaire renouvelé (mL) Nom des rues Diamètre Pose Dépose De branchements renouvelés 1 1 Branchements Nombre total Dont branchements plomb 1 1 de branchements supprimés 0

0 en plomb

9 Rue Guy Mocquet TOTAL 3 - Les autres travaux

0

0

Canalisations Linéaire (mL) Nom des rues Diamètre 125 125 63 Pose 290 339 78 707 0 Dépose De branchements renouvelés

Branchements Nb total Dont plomb De branchements créés 34 48 1 1 0 3 85 De branchements supprimés

Le Clos de Brinvilliers Rue Jean Baptiste Huet Rue Jean Baptiste Huet Rues diverses TOTAL

1 1

95>2012>RAPPORT ANNUEL DU DÉLÉGATAIRE>VILLIERS-SUR-ORGE