You are on page 1of 4

perdu au milieu de Ia campagne irlandaise,I'écoviltage de Cloughiordan I'habitat du futur: un village est un lieu d,expérimentation àe ie que pourrait être

résilient où les habitants viuent en autosuffisance'

Vill sge du futur à I'irlqn(
Iexre er phoros Hélène Marquer (sauf mennon conrrarre) /////////////////////////////// /r'. ..'///,7///////////////////////////////ru
loughjordan est un Petit village de 400 habitants situé au cente de I'Irlande, dans le nord du Comté de TiPPerary. Quate pubs, un suPer marché, trois églises. Àu
nant, laboratoire de ce que pourrait être Ieur projet. Les critères sont nombreux:

une petite ville irlandaise du futur, un lieu où tout est pensé de manière résiliente: de la sructure de I'écovillage à
sa gouvernance.

pro"1-ite de grandes villes et d'une gare, de colTunerces et de services, ter
rain orienté sud traversé par un cours
construùe une ferme. Greg Allen, direc-

d'eau et surtout des terres Pour

premier abord, cet endroit serein ne
iemble pas bien différent des autres viL lages irlandais. Pourtant en tournant à gauche de Main Steet, après la librairie, est indiqué sur une palissade: n SusfaË
nabte liiingishere r (Ici, vivez durable!). Derrière cette inscription se cache l'écovillage de Cloughjordan:27 hectares de terres abritant 130 terrains constructibles, 22 maisons écologiques habitées, 29 en construction, 1 ferme communautaire et même 1 écohÔtel. Un lieu éton-

DES DUBIJNOIS S'INSTÀLLENT À TA CEUPÀ'GI\UT

L'idée d'un écovillage germe en 1999 au sein d'un groupe de Dublinois militants

fréquentant la même coopérative alimentaire. À force de palabrer sur le futur désolant de la planète, ils décident de metfe en application leurs valeurs en construisant un nouveau modèle de

teur général de I'association est I'un des itritiÀe*s du projet. ( À labase, on uoulait construire un uillage en pleine camrendu compte pagne. -qill Très oite, on s'est irlandats eV plein oillages de y auait âeclln. En discutant aoec les autorités

société. Ils créent une association, maintenant appelée The ViIIage et se mettent en quête d'un lieu qui pourrait accueillir

rejoindre un de ces oillages. En parallèIe, la chance de rencontrer un feron u ", qui a nous a prêté son terrain pour mier testeigrandeur nature ce que I'on oouIait d'un écooillage. On a donc fait un

Iocales,

iI

est deoenu éoident de

22. L}IÉ N'66 . DÉC€MBB€ 2011.JÊNVI€R 2O-1 2

Rg nt-:*

r'z.i=

ai'E,"

t,{} g{a":# ft

lors de l'ossemblée génfuole de lo ferme communoutoire, en juillet 2011, les membres ont foit une leuée de fonds grôce à un sgstème d'échonges de seruices.

flg

,"-.i{
.,1,

x

ffiE#e
certatn nombre d'ateliers, de groupes ie trauail dans sa ferme. C'est comme Ça qu'on a déoeloppé notre concepf. ,, Une fois Ie terrain identifié à Cloughjordan. I'association engage un architecte: Bnan O'Brien, de I'enûeprise Solearth. Àpres concertation avec les habitants du rdr"ient à manquer de pétrole, comment

rebondir et éviter le chaos? En apprenant à construire soi-même son habitat, de manière écologique; en relocalisant les activités autour du lieu de vie, en produisant sa propre énergie ainsi que sa nourriture et en recréant du lien ente les gens. C'est exactement ce que l'écovillage de Cloughjordan expérimente de manière concrète. Le terrain de 27 hectares est divisé en trois parties complémentaires: un tiers des terres est consacré aux habitations et aux jardins, sur un tiers plus à l'ouest s'étend une forêt de 17000 arbres, Ie dernier tiers, au nord, est dedié à la ferme communautaire. Pour mieux visualiser ce lieu étonnant, une petite visite du village s'impose.

construction jouxtent des terrains vagues. Sur la gauche, I'hôtel Django. tenu par Pa, héberge les curieux. En
semaine, des musiciens se reûouvent dans le hail pour jouer du banjo ou de la flrlte irlandaise. 1'ete des groupes viennent participer a des seminaires. Au
centre du village. une place vide. Autour dewaient êûe consu:uits deux bâtiments

Passée la palissade, ies maisons en

lage, les premiers travaux d'aménagement commencent en 2007 et Ia première maison pousse en 2009.

communautaires, le premier abritant
salles de conférences, théâtre et autres espaces culturels, le seconddes habitats partagés, salles de travail et commerces. Le projet est pour I'instant en suspens par manque d'argent et I'on se prend à

croucruoRDÀN:
VILLI\GE RESILIENT La résilience désigne la capacité d'un
écosystème à s'adapter au changement et à se réorganiser. Dans une société qui T]N I.ABORI\TOIRE DE CE QIJE POURRÀIT Êrnn Ur.l

rêver de cette place investie de petits étals les jours de marché et de *g*

DECtl"4BR€ 2011-JÊNVI€R

2012. LM€ N'66.23

Uorchitecture et les techniques de constructions sont très diuersifiées dons cet endroit où l'on expérimente l'lrlonde de demoin.

to présence de lo ferme communoutoire n'empêche pos ceux qui le désirent dtuoir leur potoger.

badauds aux terrasses des cafés. Àprès avoir taversé un champ en friche, I'auto.
suffisance énergétique prend forme dans le paysage: un parc de panneaux solaires

genre en Irlande et proche du fonctionnement des Àmap françaises. Pour 10 à 14 € par semaine, les habitants se four nissent en légumes locaux. Owen, Pat et Bruce se partagent le travail, aidés par un groupe de wwoofers, des volontaires qui tavaillentgratuitement à la ferme en échange du gite et du couvert. Owen, s'occupe des animaux: quatre vaches produisant quinze litres de lait par jour, six cochons, une quinzaine de moutons

mode de vie respectueux de son environnement. Celleci couwe un grand nombre

- le plus grand d'Irlande - apparaît. Il permet de chauffer toutes les maisons ainsi que I'eau, secondés par deux chaudières à bois. Des fondations Eufnoncent l'émergence prochaine d'un Business Cenfer vert qui accueillera des enteprises soucieuses de I'environnement. Même si la voiture n'a pas été complètement bannie, les garages sont inexistants et des chemins piétonniers slaloment ente les maisons. Àutour des parcelles se trouvent des espaces colnnruns où poussent baies et ileurs, suivant les principes de la permasulrure. Dépassé le centre énergétique, on plonge dans de petites allées aux
thermiques de 400 m2
herbes hautes au milieu desquelles des parcelles de 100 m2 sont à disposition des habitans pour y faire leur potager.

d'aspects tels que Ia consommation d'eau, le taitement des eaux usées, I'utilisation d'énergies renouvelables pour
l'électricité et le chauffage des maisons.
Par exemple, la consommation d'énergie

ne doit pas dépasser 70 kWh/m'z en
chauffage et eau chaude et la consommation d'eau est rduite à 85 I par jour et par

broutant paisiblement dans le pré. Pat
travaille à plein-temps dans les champs

personne. Concernant la construction, I'utilisation de produits toxiques est inter dite et les matériaux doivent provenir de

qui bordent l'écovillage: pommes de terre, carottes, choux, betteraves et
autes légumes sont cultivés en biodynamie. De son côté, Bruce, ancien architecte reconverti en fermier à mi-temps surveille les serres, les haricots, expérimente différents modes d'agriculture et anime des formatons. TOUT NOTIT/EL II}\BITÀIVT SIGI\E T'NE CHÀRTE ET S'EI\IGÀGE

ressources soutenables, si possible
locales. Ainsi les maisons en bois côtoient les murs de chaux et chanvre, ou encore

de terre. Certains, comme Patrick et
Magella, consûuisent eux-mêmes leur habitat. IIs ont fait le choix d'une maison en terr€ et chanvre, avec isolaton en laine
de mouton et cellulose. Les murs porteurs tout en courbes sont surmontés d'un toit végétaiisé. D'auûes ont pÉféÉ faire appel à un architecte. C'est le cas de Una, qui a fait construire sa maison par l'architecte holistique Michael Rice. Recouverte d'un enduit rose, elle est en ossature bois et possède un système de chauffage mural.

PtsEMIÊIRE FERME COMMT'N}\UIÀIRE D'IRIÀI\DE Er 2008, les membres du village ont créé leur ferme communautaire, première du

À cousrnumn Écorocrque

tant signe une charte I'engageant

En achetant un terrain, tout no-uvel habià

construire un habitat sain et à avoir un

24. Ll4E l{'66.

D€Ctlvl BR€ 2011 JÊNVIÉR 2012

Renconue à t'hori,zon

Andrew et Deirdre construisent eux-mêmes leur maison en cob (terre, poille, soble).

The Villoge occueille lo plus grande centrole soloire thermique d'l rlonde. 400 mz de ponneoux soloires ossureront le chouffoge gt l'eou choude sonitoire, couplés ù deux choudières bois.

T]N T-TEU COMMTJNÀUTÀIRE

où cneculv nsr
DE SON DESTIN

ueîrnr

constructton de leur maison. Ils ont donc peu de temps à consacrer à la commu-

nauté. Mais dans quelques années,
quandles maisons seront construites, ce

Cloughjordan propose une vie commrr nautaire active, l'engagement se frisant dès I'achat du terrain: tout nouvel arrivant paie une partie de la forêt et des champs. De même, chacun est invité à partciper à I'assemblée générale mensuelle de I'association. lrspiré duViabb

qu'il y parvienne pour monûer qu'il est possible d'imaginer un autre modèle de vie et de le dupliquer. Mais il reste encore quelques ter

seradffirenf r, souligne Gregg. Poutant certains sonttès aclrfs: tdndis queJohn, ancien avocat à la retraite, apporte ses
connaissances juridiques à I'association, Tamara, membre du bureau de la ferme

rains à défricher: comment rendre
accessible ce lieu à des personnes aut( revenus modestes ou venant d'aubes

Sgstem Model (modèle de système

viable) établi par le cybernéticien
Stafford Beer, toutes les décisions sont

prises par consensus: les membres, répartis en groupes de travail, mettent en application les décisions prises lors de I'AG. Si quelqu'un est en désaccord, il rejoint le groupe de travail dédié à la
thématique en question et formule une

communautaire rédige la newsletter eT promeut les plantes sauvages dans le village. Ànne-Marie, anime régulièrementlavisite du village et envisage bientôt de la proposer en gaélique. Tout ce
petit monde se rejoint tous les vendredis pour un repas cornmunautaire.

T]N PÀRI ST'R L'ÀVEI\IIR
L'écovillage de Clough.jordan est un pari

aute propositon à I'assemblée. < Ladfficulté, actuellement cestque beaucoup de gens sont inuestis dans Ia

sur I'avenir. Car il faut que 130 per sonnes s'investissent pour queThe ViIlage rentre dans ses frais... Espérons

milieux, ni riches dublinois, ni reûaités ? Comment intégrer la jeunesse dans cet ensemble? Comrnent repenser le travail à I'intérieur de l'écovillage, plutôt que de continuer à faire des déplacements réguliers et lointains ? Enfin, comment atteindre I'indépendance énergétique pour l'élecEicité? C'est un grand chantier et le petit laboratoire de Cloughjordan s'est résolument tourné vers le futur et ces questions trouveront certainement bientôt leurs réponses. o Gontacts: Fge74 2012. LM€ N.66.25

DÉC€MBR€ 201l'JÊNV]€R