G M.

Ould Salek, ministre des AE de la RASD : Appel à mettre fin à la répression dans les territoires occupés
24 Dhou El Hidja 1434 - Mardi 29 Octobre 2013 - N°14961 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Alger plaide pour la mise en place d’un mécanisme de suivi et de surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental
De notre envoyé spécial à Abuja (Nigeria) FOUAD IRNATENE

OuveRtuRe à ABuJA deS tRAvAux de LA CONféReNCe AfRiCAiNe de SOLidARité AveC LA Lutte du PeuPLe SAhRAOui

P. 32

APN - PROJET DE LOI DES FINANCES POUR 2014

Le Chef de l’État félicite Ban Ki-moon
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

JOURNÉE DES NATIONS UNIES

Ph. Nacéra I.

G Le Fonds de régulation des recettes atteindra 7.226,4 milliards en 2014 M. SELLAL AUJOURD’HUI À SÉTIF

123 interventions inscrites

P. 6 P. 6

Inspection de projets et lancement de nouvelles réalisations
TAYEB BELAÏZ INSTALLE LE NOUVEAU WALI D’ANNABA:

Q M. Bouteflika appelle à un nouveau programme de développement pour l'après 2015 Q Le Président de la République : « La Journée des Nations unies marquée cette année par des urgences politiques et humanitaires en Syrie » P. 3

« Sécurité du citoyen et préservation de la stabilité du pays, priorités du ministère de l’Intérieur»

P. 5

P. 4

CONSÉQUENCE DE LA GRÈVE DES ENSEIGNANTS

M. Baba Ahmed : « Le rattrapage des cours durant les vacances de novembre »
DÉVELOPPEMENT NUMÉRIQUE EN ALGÉRIE

P. 7

« Les pays du Sahel considèrent que la coordination et la concertation avec l’Algérie sont une question essentielle »
LE MINISTRE DES AE AU NIGER :

P. 4

Mme Derdouri : « L’internet dans tous les établissements scolaires avant 2015 » P. 9

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

Anep n° 310320 du 29/10/13

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

voiLé à NuAGuEx

Au Nord, temps généralement voilé à nuageux en cours de journée avec localement activité pluvio-orageuse vers les régions de l’Ouest à partir de la soirée. Les vents seront modérés en général (30/40 Km/H). La mer sera peu agitée. Sur les régions Sud, temps voilé à nuageux sur le Nord Sahara et les Oasis avec quelques pluies orageuses locales en cours de journée. Ailleurs, temps partiellement voilé. Les vents seront de secteur Est modérés (20/30 km/h) avec quelques soulèvements de sable de l’Extrême Sud vers le Sahara Central. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (28°-14°), Annaba (27°-16°), Béchar (27°-13°), Biskra (28°-16°), Constantine (28°-11°), Djanet (28°-13°), Djelfa (28°-11°), Ghardaïa (28°-16°), Oran (27°12°), Sétif (24°-8°), Tamanrasset (27°-14°), Tlemcen (27°-11°).

A l’occasion du 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre, le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, en coordination avec l’Association Machâal Echahid et la Direction de l’éducation d’AlgerCentre, organise ce matin à 10 heures, une conférence historique sous l’intitulé «Lecture de la Déclaration du 1er Novembre 1954».

« Lecture de la Déclaration du 1er Novembre 1954 »

CE MATIn A 10 H

La journée du vendredi 1er Novembre est chômée et payée pour l’ensemble des personnels des institutions et administrations publiques y compris les personnels payés à l’heure ou à la journée, à l’occasion de la célébration de la fête de la Révolution, a indiqué hier, un communiqué de la direction générale de la Fonction publique. Toutefois, les personnels exerçant en travail posté sont tenus d’assurer la continuité du service.

La journée du vendredi 1er Novembre chômée et payée

FonCTIon PUbLIQUE

DEMAIn A 10 H AU CEnTRE CULTUREL AISSA-MESSAoUDI
Dans le cadre de la célébration du 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre et de la commémoration du 10e anniversaire de la disparition du moudjahid M’hamed Yazid, ministre de l’Information du GPRA, l’Association Machaal Echahid, en coordination avec le Centre culturel AissaMessaoudi, organise demain à 10 heures, une conférence historique en hommage au défunt moudjahid portant sur l’Information et la Révolution.

CE MATIn A 10H30, AU MInISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRAnGÈRES
Un point de presse conjoint sera animé, ce matin à 10 h 30 a l’auditorium «Ennassr» par le ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, et la ministre des Relations extérieures de la république de Colombie, Mme Marie Angela Holguin.

L’information et la Révolution, hommage à M’hamed-Yazid

Point de presse conjoint  : Lamamra et la ministre des Relations extérieures de la Colombie

ALGÉRIE - RoYAUME-UnI
Les prog r a m m e s d’échanges et de formation autour du développement du service public dans le domaine de la communication entre l’Algérie et le Royaume-Uni ont été évoqués, hier à Alger, lors de l’audience accordée par le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, à l’ambassadeur du Royaume-Uni à Alger, Martyn Keith Roper. Les deux parties «ont appelé à développer les liens dans les programmes d’échanges et de formation autour du développement du service public entre la radio et la télévision du secteur public et BBC Media world service», indique un communiqué du ministère. Les deux parties ont également examiné et exprimé leur «satisfaction» quant au partenariat les liant dans le domaine de la communication.

JEUDI 31 oCTobRE A 9 H 30 AU PALAIS DE LA CULTURE MoUFDI-ZAKARIA 
En vue d’enrichir l’avant-projet de texte fixant les conditions d’éligibilité à la délivrance de la carte nationale du journaliste professionnel, le ministère de la Communication, organise jeudi 31 octobre, au palais de la culture Moufdi-Zakaria à 9 h 30, une rencontre à l’intention des journalistes du centre du pays. La rencontre d’Alger similaire à celles qui avaient regroupé le 19 septembre à Constantine, Oran et Ouargla les journalistes de l’Est, de l’Ouest et du Sud du pays se déroulera en présence de membres de la commission consultative autonome de la carte nationale du journaliste professionnel et des représentants du ministère de la Communication.

Programmes d’échanges et de formation

**************************

Manifestations sportives au profit des élèves du primaire

JEUDI 31 oCTobRE A 9 H

Rencontre des journalistes du Centre

CE MATIn A 9H A L’HÔTEL EL-AURASSI
A l’occasion de la commémoration du 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution, La ligue du sport scolaire d’Alger-Centre organise des rencontres sportives en athlétisme au profit des élèves du primaire le jeudi 31 octobre à partir de 9h aux lycée suivants : Mohamed Mentouri, Ben Aknoun, El Arkam El Makhzoumi, Bologhine et CEM Ali Mellah Sidi-M’hamed. M. Boualem M’Rakach, président de la Confédération algérienne du patronat, et les membres du secrétariat national exécutif rencontreront une délégation d’entreprises de la région Rhône-Alpes opérant dans plusieurs secteurs d’activités, ce matin à 9 h, au siège de la Confédération, la rencontre portera sur le partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays.

CAP : rencontre avec des entreprises françaises

La Direction de l’éducation d’AlgerCentre organise cet après-midi à 14 h au lycée des mathématiques de Kouba, une conférence historique à l’occasion de la commémoration du 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution.

Conférence commémorative

CET APRES-MIDI A 14 H AU LYCEE DES MATHEMATIQUES

BMGI Center organise un séminaire technique sur le « plan de carrière et organisation de la relève suite aux départs en retraite à 60 ans » animé par un expert-formateur en ressources humaines.

Séminaire sur le plan de carrière et le départ en retraite

LES 30 ET 31 oCTobRE A L’HÔTEL MERCURE

DEMAIn A 8 H A REGHAIA
L’école supérieure de la défense aérienne du territoire de Réghaia abritera demain à 8h, le 7e exercice de la sécurité aérienne «SIRKIAT-13».

7e exercice de la sécurité aérienne

Le centre de l’armée de Beni Messous abritera, ce matin à 8 h, une rencontre sur la revue El Djeich à l’occasion de son 50e anniversaire.

50e anniversaire de la Revue El Djeich

CE MATIn A 8 H A bEnI MESSoUS

1er carrefour de l’arboriculture et des pépiniéristes

CE MATIn A 9 H, A bLIDA

CE MATIn A 10 H 30 AU SIEGE DE L’ASSoCIATIon DES AnCIEnS SCoUTS MUSULMAnS
HM communication et la revue Agricole Green Algérie organisent du 29 au 31 octobre à partir de 9 h à Sidi Abdelkader - DSACASAP, Blida, le 1er carrefour de l’arboriculture, des pépiniéristes et du machinisme agricole «Carpep 2013». Ce regroupement est une opportunité pour tous les participants, selon leurs besoins d’information, de s’enquérir des dernières nouveautés dans le domaine des techniques de production. Le Bureau national de l’association des Anciens scouts musulmans algériens organise, aujourd’hui, à 10 h 30, au siège de l’association sise 2, bd Mohamed-Bouras, place des Martyrs, une conférence de presse à la mémoire des martyrs de la Révolution algérienne du 1er-Novembre 1954, consacrée à la présentation des activités de l’association programmée pour la célébration de cette journée commémorative.

Conférence de presse

Nedjma confirme sa dimension citoyenne d’entreprise respectueuse de l’environnement, en participant pour la 4e année consécutive, en tant que Sponsor Gold du Salon international des Energies renouvelables, des énergies propres et du développement durable, ERA 2013, qui se tient du 28 au 30 octobre au Centre des conventions d’Oran. Cette rencontre regroupe près d’une centaine d’exposants nationaux et étrangers spécialisés dans le domaine de l’Industrie environnementale. Nedjma participe avec un stand «Nedjma Entreprise» au niveau duquel sont présentées ses offres et solutions innovantes destinées aux professionnels.

4e Salon international des Energies renouvelables : Nedjma, Sponsor Gold de l’ERA

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le Chef de l’État félicite Ban Ki-moon
3

JOURNÉE DE L’ONU

Nation

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a envoyé un message de félicitations au secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), M. Ban Ki-moon, à l'occasion de la Journée de l'ONU, dont voici le texte intégral :

onsieur le Secrétaire général, La Journée des Nations unies est évocatrice des enseignements tirés d'une histoire particulièrement tragique pour l'humanité. Elle porte le message de l'égalité et de la liberté de toutes les nations et de tous les êtres humains à travers le monde. Ce message pionnier, en avance sur son époque, a porté les aspirations des peuples sous domination coloniale et raciale, et a donné tout son sens et toute sa consistance au vaste mouvement de décolonisation qui, en retour, a rapproché l'Organisation des Nations unies de l'universalité. Ce message inclut l'interdiction du recours à la menace ou à l'emploi de la force dans les relations internationales, favorise le règlement pacifique des différends pour préserver les générations futures du fléau de la guerre et il se réfère au développement, au désarmement et aux droits de l'homme. Ce message a résisté aux épreuves de la guerre froide et des autres indignités infligées par l'homme à son prochain. Son actualité et sa pertinence s'affirment à travers les étapes indicatrices d'avancées et de progrès comme elles sont démonstratives de l'envergure des convergences nécessaires pour rapprocher la vie internationale de la vision généreuse portée par la Charte des Nations unies. La Journée des Nations unies est devenue, à bon droit, un jalon dans la progression de l'humanité vers l'édification d'une communauté fondée sur ces biens précieux que sont la paix, la sécurité et le développement. Ces valeurs référentielles n'ont pas cessé d'être menacées, dans

«M

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a exhorté hier l'Organisation des Nations unies, à l'occasion de sa journée, à la mise en place d'un nouveau programme de développement pour l'après-2015, "afin de répondre aux attentes des peuples pour un mieux-être". "À cette interpellation pressante s'ajoute la nécessité de projeter les attentes de nos peuples pour un mieux-être équitablement partagé dans un nouveau programme de développement pour l'après-2015 et à travers la conclusion d'un nouvel accord sur les changements climatiques", a soutenu le Président Bouteflika, dans un message lu par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Nourredine Aouam, lors d'une cérémonie organisée au siège du ministère, à l'occasion de la célébration de la Journée des Nations unies. Selon lui, ces nouveaux acquis, que l'Algérie "appelle de tous ses vœux, devraient pouvoir renforcer le rôle central des Nations unies dans l'harmonisation des intérêts et la conjugaison des efforts de ses États membres vers des objectifs communs de la plus haute importance". Dans ce sens, il a rappelé le rôle de l'Algérie et son engagement dans l'organisation des Nations unies, énumérant les différentes contributions qu'elle a apportées à la communauté internationale. "L'Algérie s'honore d'être un membre actif et engagé de l'Organisation des Nations unies. Son histoire contemporaine, et notamment sa lutte de libération nationale, ainsi que les contributions multiformes qu'elle n'a cessé d'apporter à l'œuvre de promo-

Le Président Bouteflika appelle Le Président de la République : « La Journée à un nouveau programme de des Nations unies marquée cette année par des développement pour l'après-2015 urgences politiques et humanitaires en Syrie »
tion de la paix et de relations amicales et de la coopération entre Nations, en font une ample démonstration", a-t-il noté. "Les actions de prévention et de résolution des conflits auxquelles l'Algérie contribue, son engagement contre le terrorisme et le crime transfrontalier, mais aussi ses apports de solidarité concrète en matière de développement, y compris l'effacement complet de ses créances sur un grand nombre de pays frères et amis, en sont autant de témoignages probants", a-til dit, à ce propos. Le Président Bouteflika a réitéré "l'attachement de l'Algérie à un dialogue fécond entre religions comme entre civilisations". "Il en va de même de son attachement à un dialogue fécond entre religions comme entre civilisations, ainsi que de sa foi dans l'universalité des droits de l'homme et du droit humanitaire dont la protection et la promotion s'imposent à tous en toutes circonstances, à commencer par les Nations unies qui en sont le gardien naturel et légitime", a-t-il souligné à ce sujet. Le Président Bouteflika a appelé, également, à faire de la Journée des Nations unies, cette année, celle des urgences politiques et humanitaires de la situation en Syrie. "La journée des Nations unies, cette année, sera marquée par les urgences politiques et humanitaires de la situation en Syrie, ainsi que par celles marquant le paysage géopolitique du continent africain qui tend ses énergies vers sa Renaissance", a indiqué le Président Bouteflika dans son message. APS Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a indiqué, hier, que la Journée des Nations unies, cette année, est marquée par "les urgences politiques et humanitaires" de la situation en Syrie. "La Journée des Nations unies, cette année, sera marquée par les urgences politiques et humanitaires de la situation en Syrie, ainsi que par celles marquant le paysage géopolitique du continent africain qui tend ses énergies vers sa Renaissance", a affirmé le Président Bouteflika dans un message lu par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Nourredine Aouam, lors d'une cérémonie organisée au siège du ministère à l'occasion de la célébration de la Journée des Nations unies. "Elle est également, davantage que ses devancières, génératrice d'espérance alors que les incertitudes et les appréhensions qui parcourent la Communauté internationale s'apparentent non seulement à des hypothèses à lever, mais aussi à des leviers pour transcen-

leur intégrité, comme dans leur rayonnement, par les survivances et les pratiques d'époques révolues que nourrissent certains égoïsmes et certains égarements. Que le peuple palestinien n'ait pas été mis en position de bénéficier de la plénitude de ses droits nationaux inaliénables, y compris l'établissement de son État indépendant ayant El-Qods comme capitale, et que seize territoires nonautonomes, y compris le Sahara occidental, n'aient pas encore été affranchis à travers l'exercice par leurs peuples de leur droit imprescriptible à l'autodétermination, mettent en évidence l'ampleur des efforts

collectifs encore nécessaires pour honorer les promesses et les ambitions du sursaut original des Nations unies. La Journée des Nations unies, cette année, sera marquée par les urgences politiques et humanitaires de la situation en Syrie, ainsi que par celles marquant le paysage géopolitique du continent africain qui tend ses énergies vers sa renaissance. Elles sont également, davantage que ses devancières, génératrices d'espérance alors que les incertitudes et les appréhensions qui parcourent la communauté internationale s'apparentent non seulement à des hypothèses à lever, mais aussi à des leviers pour transcender

les conjonctures difficiles dont il est possible de faire un meilleur usage. À cette interpellation pressante s'ajoute la nécessité de projeter les attentes de nos peuples pour un mieuxêtre équitablement partagé dans un nouveau programme de développement pour l'après-2015 et à travers la conclusion d'un nouvel accord sur les changements climatiques. Ces nouveaux acquis, que l'Algérie appelle de tous ses vœux, devraient pouvoir renforcer le rôle central des Nations unies dans l'harmonisation des intérêts et la conjugaison des efforts de ses États membres vers des objectifs communs de la plus haute impor-

tance. L'Algérie s'honore d'être un membre actif et engagé de l'Organisation des Nations unies. Son histoire contemporaine, et notamment sa lutte de Libération nationale, ainsi que les contributions multiformes qu'elle n'a cessé d'apporter à l'œuvre de promotion de la paix et de relations amicales et de la coopération entre nations, en font une ample démonstration. Les actions de prévention et de résolution des conflits auxquelles l'Algérie contribue, son engagement contre le terrorisme et le crime transfrontalier, mais aussi ses apports de solidarité concrète en matière de développement, y compris l'effacement complet de ses créances sur un grand nombre de pays frères et amis, en sont autant de témoignages probants. Il en va de même de son attachement à un dialogue fécond entre religions comme entre civilisations, ainsi que de sa foi dans l'universalité des droits de l'homme et du droit humanitaire dont la protection et la promotion s'imposent à tous en toutes circonstances, à commencer par les Nations unies qui en sont le gardien naturel et légitime. Je tiens, en cette occasion toute particulière, à vous adresser, ainsi qu’a tous les cadres et personnelle de toutes les organisations du système des Nations unies, mes plus chaleureuses félicitations et mes vœux de pleins succès dans l'accomplissement de votre noble mission au service de l'humanité. Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire général, en l'assurance de ma très haute considération." APS

der les conjonctures difficiles dont il est possible de faire un meilleur usage", a-t-il poursuivi. Le Président Bouteflika a estimé, en outre, que la situation en Palestine et celle au Sahara occidental "appellent à faire des efforts pour arriver à concrétiser les engagements de l'Organisation (ONU)". "Que le peuple palestinien n'ait pas été mis en position de bénéficier de la plénitude de ses droits nationaux inaliénables, y compris l'établissement de son État indépendant ayant El-Qods comme capitale, et que seize territoires non autonomes, y compris le Sahara occidental, n'aient pas encore été affranchis à travers l'exercice par leurs peuples de leur droit imprescriptible à l'autodétermination, mettent en évidence l'ampleur des efforts collectifs encore nécessaires pour honorer les promesses et les ambitions du sursaut original des Nations unies", a encore écrit M. Bouteflika dans son message.

90e ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE LA RÉPUBLIQUE DE TURQUIE

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au Président Abdullah Gull, à l’occasion du 90e anniversaire de la fondation de la République de Turquie, dans lequel il a souligné son souci de «renforcer les relations d’amitié et de coopération»

Le Président Bouteflika félicite le Président Abdullah Gull…
entre les deux pays. «Je saisis cette occasion pour vous exprimer, au nom de l’Algérie, peuple et gouvernement, et en mon nom personnel, mes vœux les plus sincères de santé et de bonheur pour vous-même et davantage de progrès et de prospérité au peuple turc ami», écrit le Président

… et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan
et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes félicitations les plus chaleureuses auxquelles je joins mes vœux les meilleurs pour vous-même et pour le peuple turc ami», écrit le Président Bouteflika dans son message. «Je saisis cette occasion pour vous réitérer ma disponi-

Bouteflika. «Je tiens aussi à vous exprimer mon souci d’œuvrer à vos côtés au renforcement des relations d’amitié et de coopération qui lient nos deux pays dans l’intérêt de nos deux peuples», ajoute le message.

Le Chef de l’État a également adressé, à cette occasion, un message de félicitations au Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. «La célébration du 90e anniversaire de la fondation de la République de Turquie m’offre l’agréable opportunité de vous adresser, au nom du peuple

bilité à œuvrer, avec vous, au resserrement des relations traditionnelles d’amitié et de coopération entre nos deux pays, et ce dans l’esprit du Traité d’Amitié et de Coopération qui les lie», indique le Chef de l’État.

Mardi 29 Octobre 2013

4

L

e ministre d’état, ministre de l’intérieur et des collectivités locales, m. Tayeb belaïz, a installé, hier à Annaba, le nouveau wali, m. Sendid mohamed mounib, en présence des autorités et élus locaux. lors de la cérémonie d’installation, le ministre d’état a prononcé un discours dans lequel il a particulièrement mis l’accent sur le renforcement de la sécurité et la stabilité dans le pays, insistant, à ce propos, sur le rôle du citoyen et son rapprochement avec les institutions concernées. «la sécurité représente un élément incontournable dans le développements national. Pas moins de 20.000 agents de l’ordre ont été recrutés en 2013 dans la but de renforcer la sécurité et la quiétude du citoyen», a révélé le ministre d’état qui a évoqué, par ailleurs, un autre volet du programme du gouvernement, en l’occur-

« La sécurité du citoyen et la préservation de la stabilité du pays, priorités du ministère de l’Intérieur »
TAyeb belAÏz inSTAlle le nouveAu wAli d’AnnAbA :

Nation

EL MOUDJAHID

M. Sellal reçoit la ministre colombienne des Relations extérieures

Algérie-colombie

L

e ministre d’état, ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Tayeb belaïz, a présidé, dimanche à Alger, la cérémonie d’installation du nouveau secrétaire général du ministère, Ahmed Adli, en remplacement de m. Abdelkader ouali, admis à la retraite. la cérémonie s’est déroulée au siège du ministère en présence du commandant de la gendarmerie nationale, le général-major Ahmed bousteila, le directeur général de la Protection civile, le colonel mustapha el-Habiri, et des cadres du ministère. dans une allocution, le ministre d’état, ministre de l’intérieur, a salué «l’expérience et le long parcours» du nouveau secrétaire général qui a intégré le ministère en 1984 en sa qualité de chef de cabinet de la wilaya de naâma. Titulaire d’un diplôme de l’école nationale de l’Administration (enA), promotion 1979, m. Adli a également occupé le poste de chef de cabinet de la wilaya de mila et chef de daïra d’ouenza (wilaya de Tébessa) et Sebdou (wilaya de Tlemcen). il a en outre assumé la fonction de secrétaire général des wilayas d’oran et d’Aïn Témouchent et wali d’Aïn defla, Tissemssilt, laghouat et ghardaïa. la nomination de m. Ahmed Adli intervient, rappelle-t-on, dans le cadre du mouvement dans le corps des walis, opéré jeudi dernier par le Président de la république, m. Abdelaziz bouteflika.

M. Belaïz préside la cérémonie

inSTAllATion du nouveAu SecréTAire générAl du miniSTère de l’inTérieur

rence l’amélioration du service public axée principalement sur la lutte contre la bureaucratie. il s’est engagé, dans ce sens, à suivre «personnellement l’application des instructions gouvernementales» par les responsables locaux à tous les niveaux, les exhortant à rester à l’écoute des citoyens et de leurs attentes, et à ouvrir de

L

e ministre des Affaires étrangères, ramtane lamamra, a affirmé, dimanche à niamey (niger), que les pays du Sahel considéraient que la coordination et la concertation avec l’Algérie sont une question «essentielle» pour réaliser la stabilité et le développement dans la région. À l’occasion d’une visite de travail et d’amitié au niger dans le cadre de sa tournée dans les pays du champ, m. lamamra a déclaré à la presse : «les dirigeants de la mauritanie, du mali et du niger, avec lesquels je me suis entretenus et auxquels j’ai remis des messages verbaux du Président de la république, Abdelaziz bouteflika, ont accueilli avec satisfaction le principe, le but et le timing de l’initiative. ils ont estimé que la coordination et la concertation avec l’Algérie sont une question essentielle, car partageant une vision commune concernant la sécurité, la stabilité et le développement dans la région.» le chef de la diplomatie algérienne a souligné que les dirigeants de ces pays estimaient que l’initiative du Président bouteflika a pour objectif «d’amener la région à assumer ses responsabilités, à définir les actions devant être accomplies par

« Les pays du Sahel considèrent que la coordination et la concertation avec l’Algérie sont une question essentielle »

le miniSTre deS Ae Au niger :

un vaste mouvement dans le corps des walis sera opéré en juin prochain, a annoncé, hier à Annaba, le ministre d’état, ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Tayeb belaïz. m. belaïz a ajouté, dans le même contexte, que le critère fondamental pour l’évaluation des performances de l’Administration et de ses responsables sera «la prise en charge des préoccupations citoyennes». la réactivation de l’inspection générale du ministère de l’intérieur et des collectivités locales a également été annoncée par le ministre d’état qui a estimé, par ailleurs, «nécessaire» d’opérer d’une manière urgente et rationnelle, une révision des documents d’état civil exigés des citoyens qui doivent être libérés des charges bureaucratiques. il a fait savoir, à ce propos, que l’Administration algérienne est «en passe d’annuler 90% des documents exigés sans pour autant violer les lois en vigueur dans le pays». m. Tayeb belaïz, mettant également l’accent sur les plans communaux de développement (Pcd) en tant que «moteur du développement local», a insisté sur la place qui revient au contrôle, au suivi sur le terrain et à l’évaluation rigoureuse des performances des responsables. l’état a mobilisé les ressources nécessaires au bénéfice des collectivités locales qui doivent, de leur côté, engager des actions urgentes pour assurer l’hygiène de l’environnement en ouvrant la voie aux jeunes pour créer des micro-entreprises ayant à charge la réhabilitation et l’entretien de l’environnement urbain, a ajouté le ministre d’état.

« Un vaste mouvement dans le corps des walis en juin prochain »

nouveaux canaux de communication adéquats entre l’Administration et ses administrés. des mesures de contrôle de l’Administration dans le but de faciliter l’accès des citoyens aux documents et autres pièces d’état civil, avertissant que ceux qui n’appliqueront pas les consignes gouvernementales seront sanctionnés. le nouveau wali d’Annaba, m. Sendid mohamed mounib, nomme, en remplacement de m. mohamed el-ghazi, promu ministre chargé de la réforme du service public, a déclaré, de son côté, lors de la cérémonie de son installation, qu’il ne ménagera aucun effort pour accompagner le développement de la wilaya et de suivre de près la réalisation de tous les projets d’investissement. ce qui exige, selon lui, une présence plus accrue sur le terrain. B. Guetmi

le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger, la ministre des relations extérieures de la colombie, maria Angela Holguin, en visite officielle en Algérie. la rencontre qui s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, ramtane lamamra, a permis d’‘‘évaluer” l’état des relations entre les deux pays et d’examiner les voies et moyens de “renforcer davantage” la coopération bilatérale, a indiqué un communiqué du Premier ministère. cette rencontre a été aussi l’occasion de procéder à un “large” échange de vues sur les questions internationales d’intérêt commun. la ministre colombienne qui était arrivée à Alger en début d’après-midi, a indiqué dans une déclaration à la presse que son pays souhaitait renforcer ses relations avec l’Algérie, notamment sur le plan commercial et sécuritaire. A la faveur de cette visite, des mémorandums d’entente seront signés entre les deux pays.

mAriA AngelA Holguin :

L

a ministre colombienne des relations extérieures, maria Angela Holguin, a affirmé, hier Alger, que son pays souhaitait renforcer ses relations avec l’Algérie, notamment sur le plan commercial et sécuritaire. « la colombie veut renforcer ses relations avec l’Algérie, et il y a beaucoup de choses à faire, notamment sur les plans sécuritaire et commercial», a déclaré à la presse, mme Holguin à son arrivée à l’aéroport international Houari-boumediène. elle a précisé qu’au cours de son séjour de deux jours en Algérie, des mémorandums d’entente seront signés entre les deux parties. la chef de la diplomatie colombienne a annoncé, en outre, l’ouverture, au début de l’année prochaine en Algérie, d’une ambassade commune avec le chili. Accueillie à son arrivée par le ministre des Affaires étrangères, ramtane lamamra, mme Holguin sera reçue, dans le courant de l’après-midi, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. elle animera, aujourd’hui, une conférence de presse conjointe avec m. lamamra.

« La Colombie veut renforcer ses relations avec l’Algérie »

ses partenaires étrangers et à limiter l’ingérence étrangère dans les affaires internes de la région». ceci devrait conférer, a ajouté m. lamamra, davantage d’efficacité et de crédibilité à l’action commune. il a précisé, à ce propos, que les présidents de ces trois pays ont affirmé que les évè-

mardi 29 octobre 2013

nements qui surviennent dans la région «nécessitent une concertation permanente et un échange d’informations et d’analyses pour prendre les mesures nécessaires à la coordination de l’action commune». Partant de ce principe, m. lamamra a ajouté que les présidents de la mauritanie, du mali et du niger «ont été très favorables à l’initiative du Président bouteflika qui appelle à la concertation et à la coordination sur les questions relatives à la sécurité et au développement dans la région du Sahel», relevant des points de vue «en parfaite synergie avec les orientations de l’Algérie et nos actions communes, en tant qu’Africains et pays influents dans la région». cette synergie est à même d’ouvrir la voie à «des contributions qualitatives dans l’intérêt de tous les pays de la région et de leurs peuples», à la faveur de l’établissement d’un partenariat entre ces pays et les partenaires étrangers, dans le cadre de la stratégie intégrée de l’onu sur la sécurité et la stabilité et le développement de la région du Sahel. il a affirmé, dans ce sens, que la prochaine visite du secrétaire général de l’onu dans la région constituera une occasion pour entamer la mise en œuvre de cette stratégie.

M. Sellal reçoit le président de la CAF

le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger, le président de la confédération africaine de football (cAF), issa Hayatou, en visite de travail en Algérie, indique un communiqué des services du Premier ministre. la rencontre a permis au Premier ministre de réaffirmer à son hôte “la disponibilité de l’Algérie à œuvrer, comme elle l’a toujours fait, dans le sens du développement de la pratique du sport au profit de la jeunesse africaine et du football”, précise la même source. l’audience s’est déroulée en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, mohamed Tahmi, du président du comité olympique algérien, mustapha berraf, et du président de la Fédération algérienne de football, mohamed raouraoua.

EL MOUDJAHID

M.

Sellal se rendra notamment à l’université Ferhat-Abbas où il s’enquerra du programme du secteur de l’enseignement supérieur, avant de mettre en service, au nouveau pôle médical d’El Bez, un centre anti-cancer de 160 lits et un complexe mère et enfant de 208 lits. Le Premier ministre qui mettra également en service une piscine olympique couverte à l’Ecole nationale des sports olympiques, visitera une « Foire de la micro-entreprise » où il présidera une cérémonie de délivrance d’actes d’attribution de camionsateliers, de tracteurs et de véhicules aménagés pour la collecte du lait. La visite du barrage de Mahouane (près de Sétif), réalisé dans le cadre de l’opération des grands transferts hydrauliques, avec présentation des secteurs des ressources en eau et des travaux publics, constituera l’un des moments forts de cette visite, ce système de transfert constituant le plus important des projets structurants inscrits à l’indicatif de la wilaya de Sétif (130 milliards de dinars). M. Abdelmalek Sellal inspectera également le nouveau pôle urbain d’El Hidhab (est de Sétif) où lui sera présenté un exposé détaillé sur le programme de la wilaya en pôles urbains et en logements, sur le programme des forêts récréatives et sur les projets du tramway et du doublement de voie ferrée Sétif-El Guerrah (Constantine). A El Eulma, le Premier ministre présidera une cérémonie de distribution d’actes de relogement à des familles bénéficiaires du programme de 500 logements RHP (résorption de l’habitat précaire) avant de visiter, dès son retour à Sétif, la zone industrielle de la ville où il inspectera des unités industrielles dont un complexe avicole intégré initié par un jeune investisseur. M. Sellal, accompagné d’une importante délégation ministérielle, présidera, au terme de sa visite, une réunion de travail élargie aux représentants de la société civile afin d’identifier les actions susceptibles d’améliorer le développement harmonieux de la wilaya de Sétif.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya de Sétif où il inspectera plusieurs projets socioéconomiques et lancera de nouvelles réalisations concrétisées dans le cadre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Inspection de projets et lancement de nouvelles réalisations
M. SELLAL AUJOURD’HUI À SÉTIF

Nation

La wilaya de Sétif a développé, ces dernières années notamment, une base industrielle conséquente et un réseau d’infrastructure qui la propulse aujourd’hui au rang de métropole régionale. Dans cette wilaya, qui compte aujourd’hui plus de 1.600.000 habitants au niveau de ses 60 communes, la mise en œuvre d’une politique de mise à niveau à l’effet de corriger les disparités relevées au niveau de l’arrière-pays s’avère importante. Le portefeuille de développement est marqué aujourd’hui par une autorisation de programme de plus de 21 milliards de centimes couvrant, tous programmes confondus, 2.070 opérations, dont 1.437 inscrites au titre des plans communaux de développement. 40.000 hectares irrigués et 100.000 emplois Dans ce contexte, le projet des grands transferts hydrauliques à partir des barrages de Ighil Emda dans la wilaya de Bejaia et d’Erraguène dans celle de Jijel, atteignant au mois d’août dernier un taux d’avancement de 85% est appelé à métamorphoser cette wilaya et à impulser fortement sa vocation agricole. Ce mégaprojet structurant dont les travaux ont été lancés par le Président de la République consistera à transférer plus de 345 millions de m3 d’eau par an à partir de ces deux barrages par le canal des deux systèmes Est et Ouest et permettra, en plus des apports considérables en matière d’alimentation en eau potable, d’irriguer près de 40.000 hectares de terres agricoles, induisant par la même la création de 100.000 emplois directs et indirects, dont 36.000 permanents. Parmi les composantes de ces grands transferts qui nécessiteront au terme de leur réalisation une enveloppe de plus de 13.000 milliards de centimes, le système « Est » qui prendra naissance dans la wilaya de Jijel composé de 7 ouvrages, le barrage d’Erraguène, celui de Tabelout, une galerie d’amenée de plus de 14 km creusée au cœur de la montagne, un canal de liaison, le bassin tampon d’Ouled Habib ainsi que des ouvrages de transfert s’étalant sur 42 km de canalisation et, dans la commune de Tachouda, le barrage de Draa Ediss d’une capacité de 150 millions de m3. Ce premier système dont le taux d’avancement était déjà à 85% au mois d’août dernier est appelé à alimenter en eau potable 750.000 habitants élisant domicile au niveau de 16 communes à l’horizon 2040. Le système « Ouest » de ces grands transferts part de la wilaya de Bejaia permettra le transfert

Un grand pôle régional
de 119 millions de m3 an à partir du barrage d’Ighil Emda pour arriver sur le barrage de Maouane dont le taux d’avancement était également très bien avancé à la même période, atteignant même 98% en août 2013. Ce second système qui aura nécessité la pose de 22 km de canalisations et 3 grandes stations de pompage est destiné aussi et en dehors de son impact important sur l’agriculture à alimenter en eau potable, et à l’horizon 2040, 1.100.000 habitants de 12 communes. Ce mégaprojet, faut-il également le souligner, sera dans sa dimension stratégique interconnecté avec 5 barrages dont 3 nouveaux, cela, indépendamment des effets que produiront le barrage de Tichy Haf pour l’alimentation en eau potable des communes du nord de la wilaya, Guenzet, Harbil, Ain Legradj, Beni Ourtilène, Beni Chebana, et Beni Mohli de même que les travaux de rénovation de la conduite de Oued Bered actuellement en voie de réalisation pour une enveloppe de 200 milliards de centimes à l’effet d’améliorer la production en eau potable des communes de Tizin Bechar, Amouchas, Ouricia et Sétif.

population de plus de 6 millions d’habitants, l’infrastructure aéroportuaire a connu des améliorations constantes. C’est ainsi que la piste principale sera portée à 1.900 m sur 45 avant d’atteindre les 2.400 mètres linéaires puis 2.900, actuellement, au moment où son extension à 3.200 mètres linaires pour une enveloppe de 150 milliards de centimes, est en phase d’études techniques. Le grand projet de la voie express reliant sur 100 km dont 55 sur le territoire de la wilaya de Sétif, le port de Djen-Djen à l’autoroute Est-Ouest à partir d’El Eulma s’inscrit de plain-pied dans la stratégie mise en place par l’Etat. Le chantier a été lancé par le Premier ministre lors de sa visite dans la wilaya de Jijel. Le dédoublement de la RN 75 constitue par ailleurs un axe stratégique et une ouverture sur la zone nord de la wilaya. Un grand projet qui aura nécessité une enveloppe de 720 milliards de centimes. Un centre anticancéreux Le centre anticancéreux qui s’inscrit aussi dans le cadre de la stratégie de prise en charge de cette pathologie au niveau national, et dont la date d’inscription remonte à 2005 pour un montant de 3.990.321.152 dinars est aujourd’hui achevé pour la partie oncologique. Sa capacité est de 160 lits répartis sur les blocs d’oncologie médicale, de médecine nucléaire, de radiothérapie et la curiethérapie, de même que le bloc de chirurgie oncologique. 2 universités et 56.000 places pédagogiques Le secteur de l’enseignement et de l’enseignement supérieur a également connu de grandes avancées au titre des différents programmes quinquennaux initiés, notamment depuis 1999. Sétif n’a pas été sans connaître un bond qualitatif au niveau de l’enseignement supérieur dont le nombre 16.840 places pédagogique en 1999 est passé à plus de 56.000 aujourd’hui au niveau des deux universités que compte cette wilaya. Cette infrastructure a évolué du statut de centre universitaire à son ouverture en 1978 avec 250 étudiants à celui de grande université «  Ferhat-Abbas  » d’abord sur les hauteurs d’El Bez, sur une superficie de 120 hectares déjà saturés, puis à l’Est de la ville sur le plateau d’El Hidhab avec l’université Sétif 2, avec 10.000 places pédagogiques et 14.000 lits, dont la première pierre a été posée par le Président de la République qui a procédé à l’inauguration de ce programme en mai 2011. F. Zoghbi

222.580 foyers raccordés au gaz naturel Des investissements qui se traduisent aujourd’hui par la couverture de plus 222.580 foyers raccordés au gaz naturel alors que ce chiffre était de 60.840 foyers en 1999. Le programme d’électrification qui permet aujourd’hui à cette wilaya de boucler un taux de couverture de 98,48% avec un objectif de 99,50 % à la fin du programme en cours, est consolidé en 2013 par un programme d’urgence d’un montant de 2.612 millions de dinars ciblant la stabilité du réseau et l’amélioration de la qualité de service et mettre aux oubliettes les contraintes provoquées par la canicule de 2012. Dans ce contexte et pour ne citer que cet exemple, pas moins de 150 postes de moyenne et basse tension ont été mis en place à travers les différentes communes de la wilaya. A côté de toutes ces réalisations et parmi les grands projets de ce secteur, il est également utile de souligner la décision d’implanter sur 30 hectares dans la wilaya de Sétif, une grande centrale électrique d’une puissance de 1.200 MW en voie de réalisation dans la daïra de Ain Arnat. L’aéroport et un réseau routier maillé Implanté au cœur d’une région connue pour son dynamisme commercial qui la hisse aujourd’hui au rang de pôle régional véritablement attractif, rayonnant de surcroît sur un bassin de

Un séminaire sur l’Appui méthodologique pour l’élaboration de stratégie de recherche pour la pêche et l’aquaculture durable basée sur l’approche multidimensionnelle (halieutique, environnementale et socio-économique), s’inscrivant dans la cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et les pays de l’Union européenne a été organisé, hier, à l’Ecole nationale supérieure maritime de Bou Ismail. Organisé par le Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA), le séminaire a été rehaussé par la présence du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, SidAhmed Ferroukhi, ainsi qu’une douzaine d’experts français et italiens venus dans le cadre du partenariat entre les deux parties. Le séminaire qui se déroulera sur quatre jours (28-31 octobre) a pour objectif de renforcer l’appui méthodologique pour la mise en œuvre d’une stratégie dans ses différents champs de compétence  : comment passe-t-on de la stratégie à l’action ? Quels sont les pré-requis pour mettre en œuvre la stratégie du point de vue de l’organisation, de la gestion des hommes, du rôle des structures expérimentales, des finances, et des stratégie de partenariat avec les différents acteurs de la recherche ou professionnels de la mer. Cet événement scientifique tombe à point nommé surtout lorsqu’on sait que la recherche dans les sciences marines en Algérie accuse un déficit à l’échelle de la Méditerranée. Le secteur de la pêche, dans son soutien à la recherche et son approche scientifique dans la gestion des ressources, s’est traduite par la réalisation de structures ou plateformes de recherche, ainsi que par l’acquisition du navire de recherche «  Belkacem Grine  », ce dernier devrait permettre, à terme, de pallier au manque de données, grâce à des mesures directes pour l’évaluation de la ressource halieutique. Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques a ouvert les travaux du séminaire en qualifiant la rencontre de « louable initiative » pour échanger de manière globale sur les questions qui sont relatives au projet, plusieurs missions ont été organisées sur un certain nombre de thématiques, notamment du renforcement de l’évaluation des ressources halieutiques, l’aquaculture et les aspects qui relèvent du cadre juridique et organisationnel, a déclaré le ministre. « L’un des résultats de cet important projet n’est surtout pas faire avancer une partie mais c’est à travers le lien tissé entre les deux parties du projet que l’efficacité du CNRDPA peut s’améliorer », dirat-il. Et d’ajouter : «  aujourd’hui nous lançons tout un programme ambitieux de l’aquaculture à travers lequel nous allons essayé de revoir notre expérience dans ce domaine et trouver la meilleure façon d’accompagner cette expérience sur le terrain comme la wilaya de Tipasa qui a de grandes potentialités. » Mohamed Mendaci

Des stratégies pour une pêche et une aquaculture durables

PROGRAMME D’APPUI à L’ACCORD D’ASSOCIATION ALGéRIE-UE

5

Mardi 29 Octobre 2013

6

L’Assemblée populaire nationale a repris hier ses travaux en séance plénière, présidés par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président, consacrés à la présentation au débat général du projet de la loi de finances et de budget pour 2014.

123 interventions inscrites au débat général
EXAMEN DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 À L’APN

Nation

EL MOUDJAHID

L

es travaux se sont déroulés en présence de nombreux membres du gouvernement, ainsi que celui des Relations avec le Parlement. Dans son exposé des motifs de la loi pour lequel 123 députés se sont inscrits à son examen, le ministre des Finances, Karim Djoudi, a soutenu que la présente loi de finances qui s’inscrit dans la continuité du programme quinquennal intègre une dose appréciable de rationalisation des dépenses budgétaires à travers le repli à un niveau de -12% des dépenses courantes et de la réalisation des projets d’investissements à caractère prioritaire. Les mesures législatives proposées s’articulent autour de divers objectifs à caractère financier, économique et social, notamment la baisse de la pression fiscale sur l’acte d’investissement, la promotion des activités économiques implantées dans les wilayas du Sud et l’assainissement des comptes d’affectation spéciale. Sur le plan fiscal, le ministre

En termes de nouveautés, le projet de la loi de finances de l’exercice de 2014 consacre une augmentation de la dépense publique de 11%, 9% pour le fonctionnement, 16% pour l’équipement. Elle prend en charge un certain nombre de dépenses de fonctionnement suite à la revue d’un certain nombre de régimes indemnitaires en 2013, à la réception de 1.630 nouvelles entités qui demandent du fonctionnement et la compensation d’un certain nombre de prix consécutivement à des perspectives d’augmentation des prix sur le marché international. Sur les dépenses d’équipement, c’est essentiellement la prise en charge du reliquat du programme quinquennal 2010-2014, puisque c’est la dernière année et des dépenses d’équipement en

Karim Djoudi : « Des mesures pour soutenir et développer le réseau bancaire »

des Finances a précisé que le projet de loi n’introduit pas de nouvelles taxes ni d’augmentation d’impôts, en expliquant que le texte d’application du programme de 2014 prévoit une

hausse de 10,4% des recettes du budget de l’État comparativement à 2013 et un déficit de l’ordre de 3.438 milliards de DA, soit 18,1% du PIB avec des recettes budgétaires de l’ordre de

Les disponibilités du Fonds de régulation des recettes (FRR) devraient atteindre, à la fin de 2014, un montant de 7.226,4 milliards (mds) DA, soit 39,7% du PIB, qui permettra de couvrir l’équivalent de plus de trois années de dépenses d’équipement décaissées en 2012, soit 2.334 mds DA, a indiqué, hier à Alger, le ministre des Finances, Karim Djoudi. En présentant le projet de loi de finances pour 2014 à l’APN, le ministre prévoit que la plus-value prévisionnelle au titre de l’exercice 2014 sera de 2.023,8 mds DA, ce qui équivaut au différentiel entre un prix fiscal à 37 dollars le baril de pétrole et un prix du marché à 90 dollars. M. Djoudi a ajouté que le prélèvement sur le FRR sera destiné à financer 50% du déficit du Trésor public. En plus de ces dépenses, le ministre a indiqué que les transferts sociaux s’élèveront à 1.603,2 mds DA en 2014, représentant 8,8% du PIB (1/5 du budget de l’État), en augmentation de 106,3 mds DA par rapport à la loi de finances 2013. Dans le détail, la note de présentation du projet de la loi de finances pour 2014 précise que les subvention des produits de base (céréales, lait, sucre et huile alimentaire) représenteront 12,8% de l’ensemble des transferts. La part des subventions en direction de la santé, de l’éducation et des produits énergétiques (électricité, gaz, eau) s’élèvera en 2014, respectivement à 19,6%, 6,2% et 3,3%. Le même document indique aussi que les subventions implicites non budgétisées, à travers une renonciation à des recettes dues ou au rachat de dettes des entreprises, s’élèvent à 2.931,4 mds DA. Ce montant équivaut à 37,8 mds de dollars et représente 18,5% du PIB de 2012. Lors de l’exercice 2012,

Le Fonds de régulation des recettes atteindra 7.226,4 milliards en 2014
les subventions implicites de nature fiscale étaient de 942,6 mds DA, et celles liées au foncier étaient de 65,8 mds DA. En ce qui concerne les produits énergétiques, les subventions implicites étaient de 1.923 mds DA réparties à hauteur de 622 mds pour les prix de l’électricité, 525,5 mds pour ceux du gaz naturel et 755,5 mds pour ceux des carburants. Globalement, le total des subventions directes et implicites se sont élevées en 2012 à près de 4.800 mds DA, soit 62 mds de dollars, représentant 30,3% du PIB du même

capital pour soutenir l’activité économique. Quant aux mesures, elles sont essentiellement en relation avec les baisses de la pression fiscale, de soutien à l’investissement et à la facilitation, de soutien aux dispositifs d’emploi. D’autres mesures sont destinées aux banques pour soutenir et développer le réseau bancaire. C’est une mesure qui est donnée à l’envoi de la Banque d’Algérie et qui lui impose la nécessité de fixer, dans le cahier des charges, l’obligation d’installer de plus en plus d’agences bancaires, des mesures pour favoriser l’activité d’artisanat en matière de collecte des déchets et de métaux, et quelques mesures de régulation du marché des concessionnaires. Propos recueillis par H. A.

4.218,2 milliards de DA et des dépenses évaluées à 7.656,2 milliards de DA, réparties en 4.714,5 milliards de DA pour le fonctionnement et 2.941,7 milliards de DA pour l’équipement. La fiscalité ordinaire devra maintenir la tendance haussière, une tendance relevée ces dernières années, prévue à 2.352,5 milliards de DA et 1.577,7 milliards de DA pour la fiscalité pétrolière. Le cadrage macroéconomique du projet de loi 2014 est élaboré sur la base d’un prix de baril de pétrole à 37 dollars US pour le prix de référence

Répartition du budget de fonctionnement 2014 par département ministériel

fiscal et à 90 dollars pour le prix du marché pour un taux de croissance économique de 4,5% globalement et de 5,4% hors hydrocarbures. La variation de l’indice des prix à la consommation est estimée à 3,5%. Quant au contexte international, le projet de la loi intervient dans une situation où l’économie mondiale demeure marquée par l’instabilité, le ralentissement de la croissance, la contraction des échanges commerciaux extérieurs, les doutes sur la visibilité des finances publiques des pays à fort poids dans l’économie mondiale, la persistance des tensions sur les marchés financiers, l’instabilité monétaire et les risques sur la visibilité de l’euro. Le débat général a été marqué par l’intervention de nombreux députés sur des questions relatives au logement, à l’investissement productif et l’encouragement des activités créatrices d’emplois pour les jeunes, ainsi que des préoccupations régionales. Les travaux de débats qui se poursuivront jusqu’à jeudi avec l’intervention des présidents des six groupes parlementaires ont, dans l’après-midi, abordé les questions des budgets sectoriels du texte de loi qui sera soumis au vote le 12 novembre prochain. Les réponses du ministre des Finances et de certains membres du gouvernement sont attendues dimanche prochain. Houria A.

Ph : Nacéra

Le projet de loi de finances pour 2014, présenté hier devant l’Assemblée populaire nationale (APN), prévoit un budget de fonctionnement d’un montant de 4.714,5 milliards de DA. Voici la répartition par département ministériel des crédits ouverts au titre de ce budget, en dinars algériens :
l Présidence l Services

exercice, ajoute le même document. Par ailleurs, et selon les prévisions de clôture 2013, la croissance économique se situera à 3% contre 3,3% en 2012. Le PIB, non compris la valeur ajoutée du secteur des hydrocarbures, croîtra de 6,4% en 2013 contre 7,1% en 2012. Quant aux réserves de changes (or non compris), elles se positionnent, à fin 2013, à 206,4 mds de dollars, contre 190,7 mds à fin 2012, soit 44 mois d’importation des biens et services.

Recettes prévues par le budget de l’État pour l’exercice 2014

Le projet de loi de finances (PLF) 2014, présenté hier devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN), prévoit des recettes budgétaires de 4.218,1 milliards de DA, réparties comme suit : 1 Recettes budgétaires Montant (en milliers DA) Ressources ordinaires : l Recettes fiscales 2.267.450.000 l Recettes ordinaires 85.000.000 l Autres recettes 288.000.000 l Total des ressources ordinaires 2.640.450.000 l 2 Fiscalité pétrolière 1.577.730.000
l Total

de la République du Premier ministre l Défense nationale l Intérieur et Collectivités locales l Affaires étrangères l Justice l Finances l Energie et Mines l Ressources en eau l Affaires religieuses et Wakfs l Moudjahidine l Aménagement du territoire et Environnement l Transports l Éducation nationale l Agriculture et Développement rural l Travaux publics l Solidarité nationale et Famille l Culture l Commerce l Enseignement supérieur et Recherche scientifique l Relations avec le Parlement l Formation et Enseignement professionnel l Habitat et Urbanisme l Travail, Emploi et Sécurité sociale l Santé et Réformes hospitalière l Tourisme et Artisanat l Jeunesse et Sports l Développement industriel l Postes et TIC l Pêche et Ressources halieutique l Communication l Sous total l Charges communes Total général

9.422.733.000 2.712.507.000 955.926.000.000 540.708.651.000 30.617.909.000 72.365.637.000 87.551.455.000 41.050.228.000 38.922.265.000 24.260.117.000 241.274.980.000 2.405.141.000 13.148.714.000 696.810.413.000 233.232.749.000 19.405.864.000 135.822.044.000 25.233.155.000 23.801.125.000 270.742.002.000 277.547.000 49.491.196.000 19.449.647.000 274.291.555.000 365.946.753.000 3.007.737.000 36.791.134.000 4.452.530.000 3.680.186.000 2.323.410.000 18.630.359.000 4.243.755.743.000 470.696.623.000 4.714.452.366.000

général des recettes

4.218.180.000

La commission des affaires juridiques auditionne des responsables du secteur de la justice La commission des affaires juridiques, adminis- de loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 66- gistrats (SNM), le directeur général du Centre de
AMENDEMENT DU CODE PÉNAL
tratives et des libertés de l’Assemblée populaire nationale (APN) a auditionné, dimanche, des responsables du secteur de la justice et des juristes, dans le cadre de la poursuite de l’examen du projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance portant code pénal, a indiqué l’APN dans un communiqué. Dans le cadre de la poursuite de l’examen du projet 156 du 18 safar 1386, correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal, la commission a auditionné le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH), lors d’une réunion présidée par M. Abdennour Keraoui, président de la commission. Le président du Syndicat national des marecherches juridiques et judiciaires, ainsi que l’exdirecteur général de ce centre, et une représentante du président de l’Union nationale des barreaux d’Algérie (UNBA), ont également été auditionnés par la commission.

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le ministre de l'Education nationale, Abdelatif Baba Ahmed, a indiqué hier à Alger que le rattrapage des cours perdus, suite à la grève, se fera en deux jours et demi des vacances de mois de novembre prévus la semaine prochaine.

M. Baba Ahmed : « Le rattrapage des cours se fera durant les vacances de novembre »
CONSÉQUENCE DE LA GRÈVE DES ENSEIGNANTS

Nation

7
PROMOTION DES ENSEIGNANTS FORMATEURS DU MOYEN ET DU PRIMAIRE

Ouverture de 9.800 postes

D

ans une déclaration à la presse en marge d'un séminaire sur la gestion des ressources humaines, le ministre a souligné que les cours de rattrapage, suite à la grève suivie dans certains établissements éducatifs, seront dispensés en deux jours et demi lors des vacances de l'automne prévues la semaine prochaine et se poursuivront les samedis ou mardis après-midi. S'il y a nécessité, les cours de rattrapage seront dispensés également pendant la première semaine des vacances d'hiver prévus au mois de décembre prochain, a ajouté le ministre. Les cours de rattrapage se feront en fonction des retards cumulés dans chaque établissement scolaire, a indiqué le ministre. Dans le même contexte, le ministre a annoncé la mise en place d'un calendrier de rencontres avec le partenaire social, dans le cadre de la consolidation du dialogue et de l'écoute afin d'examiner les préoccupations des enseignants contenues dans la plateforme de revendications. Certaines revendications sont "objectives" et concernent le secteur de l'éducation, mais il y a d'autres qui "touchent plusieurs secteurs, qui nécessitent ainsi une consultation du gouvernement pour leur examen", a indiqué le ministre. Le Conseil national autonome

des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) et l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (UNPEF), sont parmi les syndicats que le ministère avait reçu dans le cadre de ces rencontres. En réponse à une question sur la retraite, le ministre a indiqué que les travailleurs administratifs

et les enseignants du secteur sont obligés de partir à la retraite, conformément à la loi mais, a-t-il ajouté, le ministère de l'Education ne permet pas le départ de l'enseignant à la retraite au cours de l'année scolaire. Il existe une dérogation qui lui permettrait de terminer l'année scolaire, dans l'intérêt de l'élève.

Le ministère de l'Éducation nationale a indiqué dimanche dernier, via un communiqué, que des textes organiques visant à lutter contre le phénomène des cours particuliers, que suivent certains élèves pour relever leur niveau, sont en cours d'élaboration. A l'issue d'une réunion avec les membres de la Fédération nationale des associations des parents d'élèves (FNAPE) présidée par le ministre, Abdelatif Baba Ahmed, le ministère a précisé que « le dossier des cours particuliers est à l'étude et fera l'objet de larges concertations avant l'élaboration des textes organiques pour lutter contre ce phénomène.» Ces textes organiques interdisent aux responsables administratifs des établissements scolaires et aux inspecteurs de l'éducation de dispenser des cours de soutien privés et payants aux élèves. Ils interdisent aux responsables administratifs des établissements scolaires et aux inspecteurs de dispenser des cours particuliers. Ils visent aussi à « sensibiliser les enseignants sur les conséquences néfastes engendrées par le fait d'obliger leurs élèves à prendre des cours de soutien chez eux contre une somme d'argent. » Le ministre a précisé dans ce cadre que la dispense de cours de soutien privés et payants sur la base de la demande des élèves et de leurs parents est « une chose positive », mais quand ils « sont imposés par les enseignants, dans un esprit de profit, ils engendrent un impact négatif sur l'élève et son rendement scolaire. » Précisant que le phénomène des cours de soutien payants existait surtout dans les grandes villes, M. Baba Ahmed a indiqué que des efforts sont déployés pour encourager les enseignants bénévoles à animer des cours de soutien gratuits au-delà de 17 heures dans les établissements scolaires publics. Lors de cette rencontre, les membres de la FNAPE ont exprimé leur regret de voir « le phénomène s'amplifier à tous les niveaux d'enseignement, appelant le ministère à adopter une position ferme pour mettre fin à cette situation qui constitue un danger pour la scolarité des élèves et menace la stabilité du secteur. » Les membres de la FNAPE ont également évoqué la grève menée par le syndicat des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest) et le Conseil national autonome (CNA), exprimant leur soutien à la fédération des parents d'élèves de Bouira qui

Des textes organiques pour lutter contre le phénomène
COURS PARTICULIERS
« rejette la réintégration de l'enseignant, qui constituait la revendication principale des grévistes.» La FNAPE a reçu des explications du ministère concernant toutes les mesures prises avant, pendant ou après la grève. Plusieurs questions pédagogiques et éducatives ainsi que la réintégration des élèves

exclus et le rôle des APC dans la gestion des écoles primaires ont été abordées lors de cette rencontre. La FNAPE a proposé au ministre « la tenue d'une deuxième session du baccalauréat ou de reconsidérer la question du rachat.» Sarah Sofi

EXPOSITION D’ÉQUIPEMENTS PÉDAGOGIQUES ET SCIENTIFIQUES

Néo-Tec une expérience de plus de 30 ans en Algérie

Bonne nouvelle pour les enseignants intégrés au poste d’enseignants formateurs issus des deux cycles primaire et moyen. Le ministère de l’Education nationale a enfin permis à cette catégorie d’enseignants de s’inscrire au concours professionnels pour la promotion et l’accès au corps d’« inspecteur d’enseignement moyen » et cela, afin d’atteindre la catégorie « 16 ». Cette catégorie qui est octroyée par la Fonction publique aux enseignants du secondaire est, selon le ministre, attribuée habituellement aux médecins et aux doctorants (universitaires). Les enseignants intéressés ont été invités à déposer leurs dossiers au niveau des 50 directions de l’éducation de wilaya, et cela afin de pouvoir se présenter au même concours organisé pour le corps du personnel administratif, soit du 20 au 25 novembre prochain. Le ministère de tutelle compte 4.000 postes destinés aux directeurs de l’enseignement primaire, en plus de 400 autres nouveaux postes qui seront créés dès la réception des nouvelles infrastructures au profit des directeurs de l’enseignement secondaire. Selon le ministère de tutelle les 700 proviseurs que compte le secteur, répondant aux critères requis par la loi pourront eux aussi se présenter au concours le mois prochain. Toujours dans ce même contexte, le ministère de l’Education nationale indique qu’outre le nombre important de postes nouveaux, on compte en parallèle l’ouverture de 700 autres postes destinés aux directeurs de l’enseignement moyen, 400 postes pour les inspecteurs de l’enseignement moyen et 300 postes d’inspecteurs de l'enseignement primaire, ainsi que 4.000 postes pour les directeurs adjoints de l’enseignement primaire qui seront également ouverts. Il faut noter que l’application des dispositions du décret exécutif amendé portant statut particulier des personnels spécifiques de l’éducation nationale a dévoilé d’innombrables lacunes qui ont été corrigés suite à la réunion du ministre de l’Education nationale avec les syndicats du secteur. Entre autres, le contenu lié au chapitre relatif à la promotion du corps enseignant à des postes de responsabilités au niveau de l’administration et de l’inspection qui a été pointé du doigt par les syndicats. En effet, selon l’analyse avancée par les syndicats « l’application sur le terrain des dispositions du décret exécutif 240/12 portant amendement du décret 315/08 portant statut particulier des personnels spécifiques de l’éducation nationale dans son chapitre relatif aux conditions de participation aux concours de promotion » prive bon nombre d’enseignants d’accéder à des postes d’administration et d’inspection dans le secteur. Et pour cause, le corps enseignant des deux cycles (primaire et moyen) voulant postuler aux postes de directeurs d’école primaire, directeurs de collège, inspecteur du cycle primaire ou inspecteur du cycle moyen ne peut répondre aux conditions exigées. Les résultats connus le 25 décembre 2013 Parmi ces dernières conditions, l’on retrouve le fait d’avoir occupé le poste de professeur principal pendant 5 années au primaire ou 7 années au collège au moins, avoir occupé le poste de professeur formateur pendant 5 années pour postuler à une promotion au poste d’inspecteur de l’enseignement primaire ou moyen. Et c’est là où réside le hic ! « Ces conditions ne peuvent être réunies alors que la tutelle a déjà lancé les concours. Ce qui actuellement aboutirait à l’exclusion de milliers d’enseignants », explique-ton au niveau des syndicats. Ces nouveaux grades exigés pour la promotion (professeurs formateurs et professeurs principaux) ont été créés, en effet, à la faveur des derniers amendements du décret 315/08. Il faudrait donc attendre 2018 et 2020. Pour sortir de ce dilemme, le ministère de tutelle a mis fin à cette situation en saisissant la DGFP et en réclamant une dérogation qui permettra aujourd’hui aux membres du corps enseignant de participer aux concours professionnels et occuper ces postes vacants (directeurs et inspecteurs). En effet, l’absence d’encadrement freine le bon fonctionnement des établissements scolaires. Le concours aura lieu en novembre prochain et les résultats seront connus un mois plus tard, soit le 25 décembre 2013. Il y a lieu de rappeler que le secteur a recruté en septembre dernier 12.346 nouveaux enseignants éducateurs au niveau des trois cycles d’enseignement. Ainsi pour le cycle primaire, on compte l’ouverture de 4.680 postes nouveaux, dont 3.757 pour les matières de langue arabe, 907 pour le français et 16 pour l’amazigh. Par ailleurs, 3.113 postes dans 11 matières ont été ouverts pour le cycle moyen et 4.553 nouveaux postes pour le cycle secondaire. Sarah Sofi

L’exposition d’équipements pédagogiques et scientifiques a ouvert ses portes hier matin à la salle « Bab Ezzouar » au niveau de l’hôtel Mercure. Organisée par la Société NeoTech en partenariat avec les partenaires allemands Phywe système et Lucas-Nülle, une des entreprises les plus anciennes et les plus grandes du monde spécialisée dans les projets d’équipements pédagogiques et scientifiques destinés à l’enseignement secondaire, technique professionnel, grandes écoles et universités, cette manifestation pédagogique et didactique de deux jours est animée par une importante équipe d'experts exposant une large gamme d’équipements. Cette exposition est, selon les organisateurs, une occasion unique pour les enseignants, inspecteurs, directeurs, bibliothécaires, éducateurs… et futurs professionnels de l’éducation de se rencontrer, de découvrir, d’échanger, d’apprendre… et de s’équiper. Tout en insistant sur la qualité du produit exposé, le directeur général de Néo-Tech, M. Thomas Nikas, a relevé dans ce cadre que son entreprise d’une expérience de trois longues décennies se donne pour mission « de coopérer à la formation de la jeunesse d’aujourd’hui pour une prise en charge des objectifs scientifiques et techniques de demain. » S. S.

Ph : Louisa

Mardi 29 Octobre 2013

8

Trois décrets exécutifs relatifs aux : procédures de dédouanement simplifiées, aux recours aux financements des IDE ou investissements en partenariat et aux niveaux d’octroi de l’aide et de revenu des postulants aux logements pour les wilayas du Sud, ont été signés fin septembre par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, après approbation par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et publiés au J.O. n° 48. Le premier texte vient en application de la loi de 1979, relative aux procédures de dédouanement, le second vient en application des dispositions de la loi de 2001, relative au développement de l’investissement, tandis que le troisième texte relatif au logement, il vient modifier et compléter les dispositions du précédent décret d’octobre 2010.

Trois décrets exécutifs publiés
J.O. n° 48
Trois types de déclarations assorties d’une déclaration complémentaire. Les déclarations estimatives couvrent, selon le texte, un ensemble industriel objet d’un contrat global, importation, ou exportation, sur plusieurs expéditions échelonnées dans le temps et fractionnées sous forme de parties de même ou de différentes espaces. Elles sont souscrites pour «les opérations dont les éléments de la valeur devant figurer sur la déclaration en détail prévue par la réglementation, ne sont pas fournis ou ne sont indiqués qu’à titre approximatif et indicatif au moment du dépôt de la déclaration estimative». La déclaration complémentaire accompagnée d’un état de décompte général, sur lequel sont portées les références des déclarations estimatives y afférentes, leurs valeurs déclarées à titre indicatif ainsi que le montant contractuel de l’ensemble industriel, doit être souscrite dans un délai de trente jours après l’enregistrement de la dernière expédition et dans la limite de la durée du contrat. En outre, le contrôle des éléments de la valeur doit s’effectuer sur la déclaration complémentaire et sur la base de la valeur référence du contrat. Le solde du décompte général doit correspondre au montant global de l’ensemble industriel, repris sur le contrat. Pour ce qui est de la déclaration simplifiée elle couvre «un ensemble d’opérations d’importation ou d’exportation échelonnées dans le temps, effectuées avec un même opérateur et portant sur une même nature de marchandises relevant de la même sous-position tarifaire». Elle est souscrite pour les opérations, dont les quantités ou les valeurs, devant figurer sur la déclaration en détail, ne sont pas fournies ou ne sont indiquées qu’à titre approximatif et indicatif au moment du dépôt de la déclaration simplifiée. Ce document permet l’enlèvement des marchandises au fur et à mesure de leur présentation à la douane, dans un délai d’un mois, au vu d’un document commercial ou de tout autre document en tenant lieu agréé par l’administration des douanes et repris dans la convention. Dès qu’elles sont connues et au plus tard avant l’expiration du délai fixé à compter de la date d’enregistrement de la déclaration simplifiée, les quantités ou les valeurs citées doivent faire l’objet d’une déclaration complémentaire périodique. Ce délai peut être étendu pour autant qu’il soit approprié, et justifié, et dont la mention du délai retenu est faite dans la convention. Figure également la déclaration globale qui couvre des importations fractionnées et échelonnées dans le temps de différents éléments ou parties de marchandises relevant de positions tarifaires ou de sous-positions tarifaires distinctes et dont l’ensemble constitué est à déclarer dans une position tarifaire ou sousposition tarifaire unique. Elle peut être souscrite dès le placement des marchandises sous surveillance douanière, lesquelles faisant l’objet d’envois fractionnés et échelonnés sur des périodes relativement espacées peuvent être enlevées à condition qu’ils demeurent sous surveillance douanière dans des conditions définies, jusqu’à délivrance de la main levée de l’ensemble constitué par ces éléments ou parties. L’enlèvement des marchandises doit s’effectuer sous forme de l’ensemble constitué, à l’appui d’une déclaration complémentaire, accompagnée de copies de leurs factures, précise encore le décret. ou un investissement en partenariat dans des conditions précises. Ces apports, stipule le décret, ne peuvent, en aucun cas, faire l’objet de rémunération, le délai de transfert des apports des associés ne peut dépasser trois ans à compter de la date de réception des fonds en compte. Au delà de ce délai, ces apports doivent être transférés au capital de la société, et ce, dans le respect de la législation en vigueur, indique le décret. En cas de recours à un financement local, l’entreprise créée dans le cadre d’un investissement direct ou en partenariat peut bénéficier, et conformément à la législation en vigueur, de garanties financières émises par les institutions financières multilatérales. Les primes et commissions payées au titre de ces garanties peuvent donner lieu à un transfert, et ce conformément à la réglementation, précise le texte de loi.

Nation

EL MOUDJAHID

Les procédures de dédouanements simplifiées autorisées par l’administration des douanes et qui prennent la forme de déclarations estimatives, simplifiées ou globales ont été fixées par décret exécutif, publié au Journal Officiel n° 48. Signé fin septembre par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, après approbation par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ce nouveau texte vient en application de la loi de 1979, relative aux procédures de dédouanement. Au sens du texte, les déclarations estimatives, simplifiées ou globales sont des déclarations initiales qui doivent être régularisées par des déclarations complémentaires. La déclaration complémentaire est réputée constituer avec la déclaration initiale un acte unique et indissociable prenant effet à la date d’enregistrement de la déclaration initiale. Ces deux types de déclarations sont établis sur le modèle unique de la déclaration en détail des marchandises, prévu par la loi. «Le bénéfice de l’une des procédures simplifiées, est accordé en vertu d’une convention conclue entre les services des douanes et l’opérateur concerné, et qui reprend notamment, la procédure simplifiée accordée, la marchandise sur laquelle elle porte, sa durée, le bureau retenu pour le dédouanement, ainsi que les obligations de l’opérateur», souligne le texte de loi. Les déclarations initiales doivent satisfaire aux conditions et aux formalités administratives éventuellement exigibles en matière de contrôle du commerce extérieur et des changes. L’enlèvement des marchandises dédouanées selon l’une des procédures simplifiées citées ci-dessous, «ne peut s’effectuer qu’après vérification des déclarations initiales et aux conditions prévues», précise encore le texte. Les droits et taxes dus sont calculés sur la base des énonciations de la déclaration initiale, ils sont restitués ou remboursés après épuisement de l’opération concernée. Il peut être procédé, le cas échéant à une liquidation supplémentaire des droits et taxes et à leur perception.

Les procédures de dédouanement simplifiées

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a affirmé hier à Alger que le projet pharmaceutique algéro-américain "Algérie vision 2020" permettra de "sécuriser davantage" la couverture des besoins nationaux en médicaments. M. Boudiaf s'exprimait lors d'un entretien avec une délégation du groupe américain "PhRMA" (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America), conduite par son vice-président, Ashraf Allam, a indiqué le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans un communiqué. Le ministre a également affirmé que le lancement de ce projet, consitant à construire en Algérie un pôle de biotechnologie dédiée aux médicaments innovants, "doit bénéficier d'une démarche pragmatique et réaliste pour entamer le plus rapidement possible sa concrétisation, tout en poursuivant paral-

Le projet "Algérie vision 2020" sécurisera davantage les besoins en médicaments
ALGÉRIE - ETATS-UNIS

Les modalités de recours aux financements nécessaires à la réalisation des investissements étrangers directs (IDE) ou les investissements en partenariat ont été précisées dans un décret exécutif publié dans le Journal Officiel n° 48. Signé fin septembre par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal après approbation par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ce nouveau texte vient en application des dispositions de la loi de 2001 relative au développement de l’investissement. Le texte de loi souligne qu’un apport en compte courant des associés peut être mis à la disposition de la société créée dans le cadre d’un IDE

Le recours aux financements des IDE ou investissements en partenariat précisé par décret

Les niveaux de l’aide octroyée par l’Etat pour l’acquisition d’un logement collectif ou la construction d’un logement rural ainsi que les niveaux de revenus des postulants à ces logements et les modalités d’octroi de cette aide ont été modifiées et complétées par un décret exécutif publié dans le Journal Officiel n° 48 pour inclure les wilayas du Sud. Ce nouveau décret, signé fin septembre par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal après approbation du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, modifie et complète les dispositions du précédant décret d’octobre 2010. Ainsi, ce nouveau décret fixe les niveaux et les modalités d’octroi de l’aide étatique pour l’accession à la propriété d’un logement collectif ou pour la construction d’un logement rural ou d’un logement individuel réalisé sous forme groupée dans des zones définies du Sud et des Hauts-Plateaux, ainsi que les niveaux de revenu des postulants. Ce décret qui vient en application de la loi de finances complémentaire de 2009, concerne les logements collectifs ou indivi-

Logement : un nouveau décret fixe les niveaux d’octroi de l’aide et du revenu des postulants aux wilayas du Sud

duels à savoir le Logement promotionnel aidé (LPA) et le logement destiné à la Location-vente (LV). Il est entendu par Logement promotionnel aidé «LPA», un logement neuf réalisé, par un promoteur immobilier, en collectif ou en individuel groupé, destiné à des postulants éligibles à l’aide de l’Etat. Le logement individuel sous forme groupée ne peut être réalisé, que dans des zones des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux, telles que définies par le ministre de l’Habitat, précise le texte. Il doit être réalisé, par un promoteur immobilier agrée, conformément à des spécifications techniques et des conditions financières arrêtées. Pour ce qui est du logement destiné à la Location-vente (LV), il est indiqué comme un logement neuf réalisé sur fonds publics. S’agissant du logement rural, il se décline en deux types à savoir sous forme éparse et groupée. Le premier type est défini comme étant logement neuf réalisé, dans un espace rural dans le cadre de l’auto-construction par des personnes éligibles à l’aide de l’Etat au titre de l’habitat rural alors que le second est un logement réalisé par un promoteur immobilier agréé, dans une agglomération rurale de moins de 5.000 habitants, destiné à des personnes éligibles à l’aide. Le revenu mensuel du postulant augmenté le cas échéant par celui de son conjoint, souligne encore le texte. L’aide octroyée pour le «LPA» est fixée à 700.000 DA lorsque le revenu est supérieur à une fois le salaire national minimum garanti (SNMG) et inférieur ou égale à quatre fois le SNMG. Elle de 400.000 DA lorsque le revenu est supérieur à quatre fois le SNMG et inférieur ou égal à six fois le SNMG. Pour le logement location-vente, cette aide est fixée à 700.000 DA lorsque le revenu est supérieur à 24.000 DA et inférieur ou égal à six fois le SNMG, l’aide destinée à la réalisation d’un logement rural est de 700.000 DA lorsque le revenu est inférieur ou égal à six fois le SNMG, un seuil qui passe à 800.000 DA dans les wilayas de : Laghouat, Biskra, Bechar, Ouargla, El Oued et Ghardaïa. Ce seuil atteint 1.000.000 DA dans les wilayas de Tindouf, Adrar, Tamanrasset et lIIizi.

lèlement les discussions relatives à la mise à niveau, si nécessaire, de la réglementation pharmaceutique nationale". Pour sa part, M. Ashraf Allam a exprimé le souhait des membres de "PhRMA" de voir le projet "Algérie Vision 2020"

connaître une mise en œuvre "plus soutenue à l'effet de permettre à l'Algérie de devenir rapidement un leader régional et un acteur mondial dans le domaine". Les entretiens, qui se sont déroulés au siège du ministère de la Santé, ont permis de passer en revue les avancées enregistrées et les futures étapes à franchir pour l'édification d'un véritable cluster (écosystème) de biotechnologie en Algérie, a ajouté la même source. Pour rappel, le projet de mise en place d'un pôle de biotechnologie en Algérie a été annoncé en juin 2011 et représente l'un des axes importants du partenariat stratégique algéro-américain dans le domaine de la santé. La délégation du PhRMA séjourne actuellement en Algérie pour finaliser le mémorandum d'entente entre PhRMA et le gouvernement algérien concernant ce projet, conclut le communiqué.

Les souscripteurs de 2001-2002 inéligibles seront transférés vers la formule LPP
PROGRAMME AADL
Les souscripteurs de 2001-2002 au programme de logement de location-vente de l'AADL (Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement) et dont les revenus sont supérieurs à 108.000 et inférieurs à 216.000 DA sont "automatiquement transférés" vers la formule du logement promotionnel public (LPP), a indiqué hier un communiqué de l'agence. L'Entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI) prendra en charge les dossiers de ces souscripteurs ayant déjà actualisé leurs dossiers, explique le communiqué, qui souligne que cette catégorie de souscripteurs "sont inéligibles à la formule de location-vente, selon les disposition du décret exécutif n° 12-432 du 25 décembre 2012". La décision du transfert automatique de cette catégorie de souscripteurs a été prise en vertu d'une instruction du ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, selon l'AADL.

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

La ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication assure que le développement numérique dans notre pays constitue l’une des priorités essentielles des pouvoirs publics, et soutient que l’État algérien œuvre, à travers les orientations du Président de la République, à réduire la fracture numérique.

Mme Derdouri : « L’internet dans tous les établissements scolaires avant 2015 »
DÉVELOPPEMENT NUMÉRIQUE EN ALGÉRIE

Nation

9

M. Ghoul : Encourager les partenariats dans les transports
ALGÉRIE-FRANCE

S’

exprimant hier à Alger à l’occasion de l’organisation d’un atelier régional pour l'Afrique du Nord sur le «E-gouvernement», Zohra Derdouri a indiqué que l’Algérie est consciente des enjeux des TIC et de leur impact sur le développement humain, et révélé, à titre illustratif, que le parachèvement de l’opération de connecter l’ensemble des établissements scolaires à l’internet est prévu avant 2015. «Aujourd’hui, plus de 10.000 établissements scolaires et centres de formation possèdent l’internet. Il est en de même avec les autres structures de jeunes, tels les maisons de la Culture, les bibliothèques, les centres de recherches ou encore les salles de lecture et de culte et les résidences universitaires», a-t-elle indiqué devant les représentants de la Banque afri-

Photos : Nesrine T.

L

AUTORITÉ DE RÉGULATION DE LA POSTE ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Installation du nouveau président

caine de développement (BAD) et les Sud-Coréens de l'Agence nationale de l'informatique, concernés par cette rencontre. Elle ajoute que parmi les objectifs à atteindre d’ici 2015, figurent notamment le renforcement du réseau de la fibre optique et l’adaptation des infrastructures de base. Une obligation du résultat motivé par l’importante enveloppe financière, es-

timée à 140 milliards de DA, allouée au département de la Poste et des TIC dans le but de renforcer les capacités en matière des technologies de l’information et de la communication. «Nous comptons parvenir à la généralisation du réseau de la fibre optique dans toutes les communes et les localités dont le nombre de la population dépasse les 1.000 habitants et

500 habitants pour les villes du Sud, chose qui permettra d’assurer un meilleur débit d’internet», a promis Mme Zohra Derdouri qui a fait part du souci de notre pays d’améliorer la bonne gouvernance, non sans noter que l’Algérie s’est attelée, depuis quelques années déjà, à mettre en œuvre la stratégie de «E-Algérie». SAM

L

a ministre de la Poste et des Technologie de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri, a procédé, hier, à l’installation de M. Toufik Bessai au poste du nouveau président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, en succession à Mme Zohra Derdouri, nommée ministre de la PTIC, lors du dernier remaniement ministériel opéré par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Intervenant à cette occasion, Mme Derdouri s’est dite confiante que M. Bessai sera à la hauteur de la mission que le Président de la République lui a confiée. «M. Bessai est une personne appréciée de tous dans l’institution, et le choix qui s’est porté sur lui rencontre un sentiment d’approbation générale», a-t-elle dit. Juriste de formation, «il connaît mieux que d’autres les questions aussi bien juridiques que les questions qui concernent la régulation», a-t-elle poursuivi. «Il a, pour ma part, tous les encouragements. Et je peux lui assurer solennellement que je n’épargnerai aucun effort pour lui exprimer tout le soutien de mon département», a-t-elle encore précisé. La ministre s’est félicitée du fait que le nouveau président de l’ARPT soit attaché à la complémentarité des efforts et prérogatives entre le ministère et l’ARPT. «Je n’éprouve aucun souci ou appréhension sur ce sujet», a-t-elle dit, ajoutant à ce titre que la régulation et la politique

stratégique se nourrissent l’une de l’autre dans une mutuelle dialectique. Elle s’est dite également fière de voir M. Bessai nommé président de l’ARPT et convaincue qu’il assumera avec abnégation et modestie sa nouvelle tâche. «Il a beaucoup donné pour cette institution en tant que membre du conseil de l’ARPT, et j’espère qu’il continuera à travailler sur des dossiers de la même manière que nous avons travaillé dans le passé. Il ne maquera pas de poursuivre la tâche. Et nous allons assurer ensemble l’amélioration de ce domaine important pour l’économie et pour la société algérienne», a-t-elle conclu. De son côté, le nouveau président de l’ARPT, Toufik Bessai, s’est engagé à

poursuivre le travail qui a été entamé sous la présidence de son prédécesseur. «C’est assurément un immense honneur pour moi d’accéder au poste de président de l’ARPT. Je remercie le Président de la République qui a bien voulu placer en moi sa confiance pour présider aux destinées de cette auguste institution. Cette confiance est un puissant stimulant qui m’encourage à ne ménager aucun effort pour en être digne. Le travail qui a commencé sous la présidence de mon prédécesseur doit être poursuivi. C’est pourquoi le maître mot de l’autorité sera la continuité», a-t-il déclaré. Il a souligné également l’importance de la complémentarité qui doit s’instaurer entre le régulateur et le département ministériel. «Cette complémentarité impactera positivement le développement du secteur qui a pour objectif d’instaurer une économie de télécommunication inclusive et réduira la fracture numérique, dont le lancement de la 3G est un premier jalon prometteur», at-il enfin précisé. Salima Ettouahria

e ministre des Transports, Amar Ghoul, a insisté, hier à Alger, sur l'encouragement de partenariats algéro-français, notamment dans la réalisation des projets, de la maintenance des équipements, du management et de la formation. "Nous sommes là pour encourager ce partenariat dans les quatre volets de la réalisation des projets, de la maintenance des équipements, du management et de la formation", a indiqué M. Ghoul, lors d'un entretien avec l'ambassadeur de France à Alger, André Parant. Le ministre a cité, à cette occasion, les nombreux projets de modernisation et de densification du réseau ferroviaire qui sera porté à plus de 12.500 km à l'horizon 2020, les projets de tramways et du métro d'Oran. M. Ghoul a souligné également, "l'importance du partenariat entre les deux pays dans le domaine des transports", tout en souhaitant "des efforts accrus, à la mesure des nombreuses potentialités qu'offre le programme de développement du secteur dans les différents modes aérien, maritime et terrestre". De son côté, M. Parant a mis l'accent sur "la densité et la qualité de cette coopération" dont il a souhaité qu'elle "s'avère exemplaire", affirmant sa détermination à œuvrer en faveur de la multiplication des joint-ventures, à l'instar de la société mixte chargée du montage des tramways". L'entretien a porté aussi sur la coopération bilatérale dans le secteur des Transports qui offre d'importantes opportunités pour le renforcement des échanges, tant en ce qui concerne la réalisation des projets que les études.

La Commission des marchés accorde des visas à une série de projets
SECTEUR DE LA SANTÉ

L

Mme DERDOURI À PROPOS DE L’ESPIONNAGE ÉLECTRONIQUE :
«L’action que nous avons prise au niveau du ministère pour la sécurisation des systèmes d’information contre l’espionnage électronique est une action indépendante de ce qui s’est passé au niveau international», a indiqué, hier, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri. La ministre, qui intervenait en marge de la cérémonie d’installation du nouveau président de l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunication (ARPT), a précisé qu’il s’agit d’une action des plus logiques. Pour la ministre, lorsqu’un système n’est pas entièrement sécurisé, il ne faut pas prendre le risque. «Nous avons demandé à sécuriser d’abord le système, à prendre les mesures nécessaires pour pouvoir faire des échanges, et enfin utiliser tous les moyens modernes pour pouvoir échanger des informations. Ce qui n’est pas encore le cas», a-t-elle expliqué. En ce qui concerne ce qui se passe au niveau international, la ministre a précisé que la meilleure des réactions à avoir dans ces cas là, c’est bien la «précaution». «Nous devons éviter de transmettre des informations importantes à travers des circuits qui ne sont pas sécurisés et réfléchir à des solutions permanentes pour sécuriser les données, particulièrement les données importantes pour le pays», a-t-elle expliqué. Toutefois, précise-elle, «il ne faut pas qu’il y ait la panique au niveau des citoyens. L’internet est un moyen extraordinaire d’échange et d’information. Il faut l’utiliser, mais il faut l’éviter quand il s’agit d’échange d’informations capitales sans précautions», a-t-elle encore souligné. S. Et.

« La meilleure réaction, c’est la précaution »

a Commission des marchés du secteur de la santé a accordé récemment des visas à plusieurs projets visant le développement de la prise en charge médicale en Algérie, a indiqué hier le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. "Guidé par le souci d'offrir une information pertinente quant au suivi des projets de développement dont a bénéficié le secteur, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière informe que la Commission sectorielle des marchés, réunie en séance plénière mercredi 23 octobre 2013, a accordé un visa à (plusieurs, ndlr) dossiers", a précisé la même source dans un communiqué. "La commission a ainsi accordé des visas au projet de cahier des charges concernant la réalisation d'un hôpital de 120 lits à M'daourouch (Souk Ahras), et au projet d'avenant n°4 relatif aux travaux supplémentaires et de prolongation du délai du marché portant réalisation du centre de cardiologie et de chirurgie cardio-pédiatrique de 80 lits à Mahelma (Alger). Des visas ont également été accordés au projet de cahier des charges relatif à la réalisation d'un hôpital de 240 lits à Aïn M'lila (Oum El-Bouaghi), au projet de cahier des charges relatif à la réalisation d'un hôpital de 120 lits à Aïn Fakroun (Oum El-Bouaghi), au projet de marché relatif à la réalisation d'un hôpital psychiatrique de 120 lits à Boudouaou (Boumerdès) et au projet de cahier des charges relatif à la réalisation d'un institut du cancer à Oran, a ajouté le communiqué. La Commission sectorielle des marchés a, par ailleurs, accordé un visa au projet de marché de gré à gré simple relatif à l'approvisionnement en médicaments et autres produits pharmaceutiques conclu entre le CHU de Tizi-Ouzou et la Pharmacie centrale des hôpitaux", a fait savoir le ministère.

Mardi 29 Octobre 2013

10

séMinAire sur « LA gestion Des ressourCes HuMAines et Des CoMPétenCes »

ujourd’hui le parachèvement des réformes soulève la problématique de la ressource humaine dans un contexte marqué par les innovations technologiques qui franchissent les frontières, le développement universel des nouvelles technologies de l’information  et les progrès économiques», a déclaré M. Benmeradi. intervenant à l’occasion de l’ouverture des travaux d’un séminaire sur «la gestion des ressources humaines et des compétences», le ministre du travail et de la sécurité sociale a rappelé que le programme de développement quinquennal 2010-2014 «réserve une enveloppe de 250 milliards de dinars au développement de l’économie de la connaissance», a-t-il affirmé, et cela «à travers le soutien de la recherche scientifique, la généralisation de l’enseignement et l’usage de l’outil informatique dans le système national d’enseignement et dans le service public», a-t-il précisé. organisé sur deux jours, à l’hôtel el-Aurassi, ce séminaire national, qui a regroupé des experts nationaux et internationaux, a vu également la participation de M. Mohamed el ghazi, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la réforme du service public et M. Abdelatif Baba Ahmed, ministre de l’education nationale. Ce rendez-vous se veut un espace d’évaluation, de réflexion et de discussion sur la situation et le devenir des ressources humaines et des compétences en Algérie, selon les organisateurs. L’objectif de cette rencontre est de connaître les politiques, la stratégie de gestion des «ressources humaines», et la compétence ainsi que la préparation de la relève afin de «permettre l’optimisation des dispositifs des plans de gestion des ressources humaines et la conception des solutions adéquates», a-t-on précisé. en outre, il permettra aux responsables chargés de la gestion de la ressource humaine «de s’approprier les démarches et les outils d’une professionnalisation de la fonction «ressources Humaines», d’avoir une

«Les réformes engagées par le Président de la République réservent une place centrale au capital humain», a tenu à rappeler le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Mohamed Benmeradi qui a estimé que «la formation est un instrument d’accompagnement pour la poursuite du développement économique et social».

M. Benmeradi : « Un vecteur essentiel de succès d’une bonne gouvernance »

Nation

EL MOUDJAHID

«

A

compréhension commune des enjeux d’une gestion du potentiel humain intégré à une démarche managériale», a-t-on expliqué.

U

n séminaire sur la modernisation du droit et des pratiques judiciaires et d’investigations en matière de lutte contre la corruption en Algérie et en France, organisé par l’office central de répression de la corruption (oCrC) en partenariat avec l’ambassade de France en Algérie, a débuté, hier à Alger. La séance d’ouverture de ce séminaire de trois jours, s’est déroulée en présence du secrétaire général du ministère des Finances, Miloud Boutaba, représentant du ministre, du directeur général de l’oCrC, Abdelmalek sayeh, et de l’ambassadeur de France en Algérie, André Parant. Les participants d’Algérie et de France débattront plusieurs thèmes autour des législations des deux pays en matière de lutte contre la corruption dont les techniques d’enquêtes et d’identification des comptes bancaires et la saisie et gel des avoirs ainsi que les voies et moyens de coopération possible. Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a indiqué dans une allocution lue en son nom par M. Boutaba,

Séminaire à Alger sur la modernisation des pratiques judiciaires
que «la corruption constitue aujourd’hui plus que jamais un phénomène criminel grave qui gangrène les économies des etats et freine leur développement». en raison de sa porté régionale et internationale, la corruption, selon M. Djoudi, «n’est plus seulement une question interne pouvant être endiguée par des lois et des mécanismes nationaux, mais aussi elle dépasse les frontières et devient une préoccupation de la communauté internationale qui s’attache davantage au renforcement de la coopération internationale et bilatérale pour y faire face». Affirmant la préoccupation de l’etat algérien par la lutte contre la corruption dans toutes ses formes, le ministre a rappelé que l’Algérie a adhéré aux efforts internationaux dans ce domaine par l’harmonisation de son arsenal juridique et la création d’organismes indépendants spécialisés dont l’orCr qui a été inauguré officiellement le 3 mars 2013. Pour le ministre, le séminaire se veut «une tribune pour la pensée juridique et une occasion pour la promotion et le renforcement de

Lutte Contre LA CorruPtion en ALgérie et en FrAnCe

Le séminaire vise, aussi, à «aborder les besoins spécifiques pour chaque employeur en matière de gestion des ressources humaines et de connaître le rôle de la formation continue dans le développement de la professionnalisation et des compétences des ressources humaines». Dans ce contexte, le ministre a estimé que les travaux de cette première rencontre sur la politique des ressources humaines, «offre un cadre de réflexion sur la ressource humaine en tant que vecteur essentiel du succès d’une bonne gouvernance». Ainsi, l’amélioration des performances de l’organisation (administrations publiques, entreprises publiques et privées) repose sur une large part sur le professionnalisme de son personnel, sur ses qualités à s’adapter aux évolutions des métiers. Aussi, afin de relever le défi de la compéti-

10.000 milliards de dinars investis dans ce créneau, depuis l’année 2000

tivité et répondre aux besoins du marché du travail, le ministre soulignera la nécessité de maintenir en permanence une adéquation quantitative et qualitative de l’emploi qui implique une approche dynamique, une veille technologique, un suivi des compétences et de l’employabilité et principalement «un effort permanent de qualification et de requalification du personnel dans le cadre d’une gestion des compétences», a-t-il fait savoir. Dans ce sillage, il a expliqué que le développement humain, qui constitue un axe important dans la poursuite du développement de reconstruction nationale engagé par le Président de la république dès les années 2000 «a bénéficié d’une enveloppe de près de 10.000 milliards de dinars dans le cadre du programme d’investissements publics 20102014 ». Dans le même ordre d’idées, M. Benmeradi a développé qu’une part très importante de ces investissements est consacrée à la valorisation de la ressource humaine, notamment par le renforcement des capacités scientifiques et techniques, une versification plus poussée des formations et une flexibilité accrue,

permettant de répondre plus étroitement aux besoins de l’économie. Précisant que «868 milliards de dinars ont été réservés à l’enseignement supérieur pour la réalisation de 600.000 places pédagogiques, et 852 milliards de dinars ont été alloués pour l’éducation nationale pour la réalisation de plus de 3.000 écoles primaires, plus de 1.000 collèges et 850 lycées» le ministre a signalé que «178 milliards de dinars ont été attribués au secteur de la Formation professionnelle, et ce, pour la réalisation principalement de 220 instituts et 82 centres de formation»,

Une étape qualitative conforme aux standards internationaux

Dans cet ordre d’idées, le ministre a indiqué que les objectifs de ces investissements visent à amener les systèmes d’éducation, de formation et d’enseignement supérieur vers «une étape qualitative conforme aux exigences d’une formation de qualité et aux standards internationaux dans la mesure d’affronter la concurrence, de s’adapter aux évolutions technologiques et relever le défi socio-économique du pays». 

l’entraide entre les services spécialisés en Algérie et en France» et constitue «un espace pour l’échange d’expériences et le rapprochement des points de vue dans le cadre des lois internes et des conventions des nations unies signées dans ce contexte». Pour sa part, M. sayeh a rappelé, dans le même contexte, les missions assignées à l’oCrC parmi lesquelles la promotion de la coordination et l’entraide avec les autres institutions spécialisées en la matière et le développement de l’échange bilatéral et international dans son domaine de compétence. Concernant le séminaire, il a fait savoir qu’«il est intervenu au moment où nous avons plus que jamais besoin d’échange d’informations entre experts des deux pays pour bénéficier des expériences des uns et des autres, notamment dans le domaine des techniques et des procédures suivies dans les enquêtes pour parvenir à la matérialisation des preuves, à la protection des deniers publics et à la mise en place des règles de transparences dans la gestion».

Mardi 29 octobre 2013

La France a transféré d'Algérie en 1961 six tonnes d’archives, a indiqué, hier à skikda, l'historien Mohamed el Korso, enseignant à l'université d'Alger. «Ces archives ont été enlevées d'Alger, de Constantine et d'oran», a précisé M. el Corso dans sa communication intitulée «Hold-up français sur l’histoire d'Algérie», présentée dans le cadre des travaux du 8e colloque sur la révolution algérienne, «Connaissance, altérité, idéologie et pratiques coloniales en Algérie». «il s’agit bien d’un hold-up, car des pièces rares de grande valeur, témoignant de la présence romaine, puis de l’époque musulmane, rehaussent actuellement les collections des musées français», a t-il souligné. «Les archives volées portent sur la période de l’emir Abdelkader, notamment des manuscrits conservés actuellement à Paris où les chercheurs algériens n’ont pas accès, à l’exception de certaines archives portant sur la révolution algérienne», a ajouté l'intervenant en précisant que

Six tonnes d'archives transférées d'Algérie par la France en 1961

Histoire

Ces stratégies, souligne le ministre, «doivent être menées avec l’ensemble des acteurs dont le service public de l’emploi et l’appareil de formation qui sont incontournables pour la mise à disposition d’une main d’œuvre qualifiée». Les travaux de cette rencontre, qui seront clôturés, aujourd’hui, regrouperont des experts nationaux et internationaux, les cadres centraux et les gestionnaires des ressources humaines au sein des ministères et des grandes institutions et administrations spécialisées, les cadres des grandes écoles et centres de recherches sur la gestion des ressources humaines, ainsi que les gestionnaires des entreprises économiques. Des ateliers thématiques en séances plénières constitueront une opportunité pour présenter des communications axées sur des thèmes relatifs à la gestion des emplois et des compétences et à la gestion des cadres à haut potentiel. il s’agit de «la gestion de l’emploi et des compétence», «la préparation de la relève dans l’administration publique» et «les expériences réussies en matière de gestion des ressources humaines et des compétences» ainsi que «les outils de la gPeC, les approches opérationnelles et les approches stratégiques». Certains ateliers thématiques seront, également, consacrés à des thèmes relatifs à la gestion des emplois et des compétences, les approches opérationnelles et les approches stratégiques, les implications d’une démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et la gestion des cadres à haut potentiel et la préparation de la relève. il y a lieu de signaler que, outre la modernisation du service public de l’emploi (AneM), la valorisation de la ressource humaine en appui à la lutte contre le chômage s’est traduite par la mise en place d’un partenariat avec les université et les établissements de formation professionnelle pour accompagner les porteurs de projets. Sihem Oubraham

Ph. : Louisa

«seuls des documents portant sur la période ottomane ont été restitués». soulignant que l'ancien colonisateur «fait tout pour que les anciennes colonies ne recouvrent pas leur histoire et perdent leur identité nationale», M. el Corso s'est interrogé sur «l'existence d'une volontés de recouvrer ces archives qui constituent une partie de la souveraineté nationale et de l’identité», en rappelant les textes et conventions internationaux qui stipulent que «les archives sont la possession des pays où elles ont été produites». «A contrario, l'argument selon lequel les documents portant la mention république Française, sont français n'est pas valable au regard des lois internationales», a expliqué l'historien. Cette rencontre de deux jours organisée à la bibliothèque centrale de l'université du 20 août 1955 de skikda, regroupe des universitaires algériens et français, des anthropologues, des sociologues et des historiens venus débattre de la colonisation française en Algérie.

EL MOUDJAHID

C

ette mission, qui s’inscrit dans le cadre de la démarche visant à soutenir les actions de partenariat entre les deux pays, a pour objectif de « renforcer la coopération et le partenariat économique bilatéral » et « d’examiner les opportunités d’affaires susceptibles d’intéresser les communautés d’affaires dans les deux pays ». il y a lieu de souligner que l’Algérie et le Koweït, dont les échanges n’ont pas encore atteint le niveau souhaité, se sont entendus, lors de la tenue de 8e commission mixte, coprésidée par le ministre des Finances, m. Karim Djoudi, et son homologue koweïtien, cheikh Salem Abdelaziz Saoud Al Sabah, tenue du 1er au 3 octobre de cette année au Koweït, de redynamiser l’investissement commun dans des secteurs ciblés, notamment l’agriculture, l’énergie et le tourisme. La commission qui devait également plancher sur l’état d’avancement des recommandations issues de la septième session qui a eu lieu

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) vient d’annoncer l’organisation d’une mission économique au Koweït, du 8 au 11 décembre 2013.
un communique de l’ambassade d’Algérie au Koweït repris par l’APS qui rapportera, que les entretiens "ont avancé substantiellement entre les représentants des secteurs algériens concernés et leurs homologues de la société "Kuwait Projects Company (KiPCO)". L’occasion sera saisie par le ministre algérien des Finances qui exhortera les opérateurs des deux pays à explorer et à exploiter les niches d’investissement dans les deux pays, soulignait la même source. Cheikh Salem Abdelaziz Al Sabah avait, pour sa part, exprimé le vœu que les projets avalisés lors de la session d’Alger, soient mis en chantier, et que la coopération soit élargie à d’autres secteurs. Aussi, les travaux de cette session ont donné l’occasion aux deux parties pour passer en revue les projets de conventions communes ainsi que les textes juridiques en cours d’examen, et qui ont trait à différents domaines, dont les travaux

Soutenir les actions de partenariat
miSSiOn ÉCOnOmiqUe ALGÉRienne AU KOWeïT

Economie

11

L’

entreprise nationale des industries de l'électroménager (eniem) est en phase de préparation du dossier de son introduction en Bourse, prévue en 2014, a indiqué lundi le président du directoire de la SGP-indelec dont relève l'entreprise. "en juin dernier, on a commencé à travailler avec les responsables de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (COSOB) qui nous ont présenté la procédure à suivre", a confié à l'APS, m. Ahmed Fetouhi. Selon ce responsable, l'eniem est, actuellement, en phase de remplir les conditions de son entrée en Bourse, notamment celle relative à l'engagement d'une banque agréée par cette institution pour s'assurer, notamment, de la santé financière de l'entreprise. il s'agit également de "désigner un bureau d'études pour l'évaluation économique de l'entreprise comme la certification iSO et le respect des normes et des standards internationaux dans le processus de fabrication", a-t-il ajouté. Le lancement du processus d'introduction en Bourse interviendra après "la constitution

Introduction en Bourse prévue en 2014

en septembre 2012 à Alger, a également retenu dans son agenda, l’examen des voies et moyens d’insuffler une nouvelle dynamique à la « coopération multisectorielle entre les deux pays  », devait souligner un

eniem

communiqué du département des finances. en fait, cette instance a permis de cibler les opportunités d’investissement dans divers domaines pour citer les banques, les assurances, l’industrie et la santé, selon

publics, l’enseignement supérieur, la culture, l’éducation et l’environnement. D’autres conventions dans les domaines de la jeunesse et des sports, de la communication et de la justice, ont également fait l’objet d’un accord entre les deux parties à l’occasion de cette 8e session de la commission mixte. Les deux pays qui œuvrent au développement de leurs relations de partenariat, ont récemment entrepris de développer la coopération dans le secteur de l’habitat à l’occasion de l’entretien qui a réuni dernièrement le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, m. Abdelmadjid Tebboune, et l’ambassadeur du Koweït à Alger, m. Saad Fayçal eddouiche. La coopération portera sur l’échange d’expériences dans les segments du bâtiment et des équipements publics de même qu’elle consiste à inciter les entreprises algériennes et koweïtiennes à promouvoir les investissements dans les deux sens. D. Akila

L

es professionnels du secteur du tourisme ont exprimé, hier, à l’unanimité leur satisfaction quant à la tenue des 1res journées du marketing hôtelier, organisées à l’hôtel Sofitel par RH international communication. Cet espace de dialogue et de concertation, leur a permis, de lancer un riche débat sur un secteur qui renferme un grand potentiel d’investissement mais qui reste paradoxalement sous exploité. Un débat franc sur la nécessité d’en finir de la langue de bois et aller tout de suite vers une démarche concrète susceptible de concourir à la relance de l’activité touristique en Algérie. Dans une déclaration à El Moudjahid, Allouni Abdelkader, directeur général de l’eGT Hammam Righa a indiqué que ces journées sont très importantes du fait que les professionnels se sont regroupés pour discuter de leurs préoccupations et l’avenir de ce secteur, porteur pour l’économie nationale. Le débat, a-t-il souligné, « a permis également de savoir ce qui se fait actuellement dans d’autres pays.» nous avons, a-t-il ajouté, « besoin de savoir ce qui se passe ailleurs, parce qu’actuellement nous sommes en phase de mise à niveau de nos structures touristiques. » il rappellera, dans ce contexte, qu’une enveloppe « conséquente » a été destinée à ce secteur. et de poursuivre : « il faudrait parallèlement penser comment vendre le produit et se placer sur le marché international progressivement. » S’agissant des

La communication un point essentiel
préoccupations des professionnels, il a cité à titre d’exemple, les problèmes bureaucratiques où, selon lui, beaucoup d’investisseurs qui souffrent de la lenteur des procédures administratives. Au sujet de la promotion de la destination Algérie, il indique que « cela nécessite la contribution de tous les secteurs  ». il citera notamment, le transport. notre interlocuteur s’interroge du fait qu’ il n’y a pas, à ce jour, une ligne maritime en Algérie ? Selon lui, ce genre des lignes permettra de développer le tourisme interne. Aussi m. Allouni Abdelkader a soutenu qu’il est temps maintenant de revenir au parler vrai et d’apporter les correctifs nécessaires pour mieux appréhender l’avenir du secteur. « Arrêtons de perdre le temps  ! il faut aller de l’avant  ! nous sommes dans une époque de la globalisation qui ne nous permet pas de perdre du temps », a-t-il recommandé. A une question relative au concept « le marketing algérien  », il a répondu qu’il n’y a pas un concept spécifiquement à notre pays. « il y a du tourisme et du marketing universel » a-t-il précisé. Concernant le tourisme interne, il a fait savoir que les pouvoir publics ont montré leur volonté pour le développement de ce type d’activité touristique, mais malheureusement il y a des entraves quelque part, qu’il faudrait détecter. Certes que la volonté existe, mais sur le terrain on ne voit pas les choses évoluer au même niveau que la volonté

du dossier avec l'élaboration de la notice d'information et le prospectus. La commission examinera le dossier relatif à l'intention d'introduction en bourse de la société pour donner son accord à la réalisation de cette opération", a-t-il précisé. Située à Tizi Ouzou, l'eniem est une entreprise publique constituée en janvier 1983, mais qui existait depuis 1974 sous tutelle de l'entreprise Sonelec. Le ministre des Finances, Karim Djoudi, avait annoncé, en avril der-

mARKeTinG HôTeLieR

nier, le lancement d'une opération d'identification de plusieurs entreprises publiques de taille moyenne pouvant être éligibles à une introduction en Bourse. "Les ministères concernés sont en train de nous remettre les listes des entreprises pour voir si elles remplissent les conditions. Une fois identifiées, ces entreprises seront présentées en Conseil des participations de l'État (CPe) qui décidera de leur introduction en Bourse ou pas", avait-t-il souligné. La réussite de la

dernière opération d'augmentation de capital par appel public à l'épargne menée par la compagnie d'assurances Alliances Assurances et l'OPV des actions nCA-Rouiba, ont prouvé que le marché financier peut répondre parfaitement aux besoins d'entreprises en quête de ressources financières permanentes nécessaires à la préservation de leur pérennité et au financement de leur développement. L'introduction en Bourse de nCA Rouiba a porté à quatre le nombre d'entreprises cotées en Bourse. Actuellement, seules les sociétés el-Aurassi, Saidal et Alliance Assurances sont cotées à la Bourse d'Alger. en 2012, des amendements ont été introduits sur le règlement général de la Bourse d'Alger dans le but de réorganiser le marché boursier national par la création de trois blocs dont un marché principal réservé aux grandes entreprises, un marché dédié aux Pme et un troisième marché destiné à la négociation des obligations assimilables du Trésor (OAT). Les conditions d'admission des Pme au marché boursier ont été ainsi "significativement" assouplies.

FORUm ÉCOnOmiqUe iSLAmiqUe mOnDiAL

M. Yousfi à Londres

montrée par les pouvoirs publics. mettant l’accent sur la formation, il a indiqué que « vu l’évolution de la technologie, la formation devrait être actualisée et doit s’adapter aux progrès et aux mutations technologiques. » il est nécessaire, a-t-il dit, « de faire le jumelage de nos écoles avec les institutions étrangères pour pouvoir se positionner par apport à ce qui se fait ailleurs. » Le représentant de l’Office national du tourisme (OnT), a souligné pour sa part que lors de son intervention « l’Algérie de par son gisement touristique impressionnant et les atouts et potentialités énormes qu’elle recèle, ne peut pas rester en marge de la croissance remarquable que connaît l’industrie touristique dans le monde. » C’est pourquoi « la mise en tourisme » a-t-il expliqué « de notre pays est inscrite au cœur des priorités des pouvoirs publics qui ciblent comme objectif fondamental de réunir les conditions nécessaires à l’émergence d’une destination compétitive. » Aussi, a-t-il ajouté : « Une stratégie de mise en œuvre de cette politique a été mise en place et repose notamment sur le soutien de l’investissement et l’amélioration des prestations surtout hôtelières permettant l’émergence d’une offre compétitive nécessaire pour l’attractivité et la valorisation de la destination Algérie. » Makhlouf Ait Ziane

mardi 29 Octobre 2013

Le ministre de l'energie et des mines, Youcef Yousfi, prendra part aux travaux de la 9e édition du forum économique islamique mondial prévue à Londres du 29 au 31 octobre, a indiqué hier le ministère dans un communiqué. Placée sous le signe "Un monde en changement de nouvelles relations", cette neuvième édition du forum économique islamique mondial (WieF) qui se tient pour la première fois hors du monde musulman, devrait réunir plus de 1.500 personnalités du monde, dont des chefs d'etat et de gouvernement, des ministres du Commerce et de l'economie ainsi que des experts de la finance islamique et des entrepreneurs. Le forum se veut une plateforme de rencontres et d'échanges entre les dirigeants et les investisseurs du globe sur les perspectives de coopération et les moyens de renforcer le partenariat entre les marchés musulmans et européens sans oublier la place importante qu'occupe Londres dans la finance islamique sur le plan mondial. Selon les dernières données rendues publiques par le WieF, la finance islamique pèse actuellement 1.400 milliards d'euros et devrait atteindre 1.870 milliards d'euros d'ici à 2015.

16

En Tunisie, les pourparlers lancés vendredi sont entrés, hier, dans leur phase cruciale. Les chefs de 21 partis devaient en effet discuter de l'identité du futur Premier ministre indépendant devant être choisi cette semaine pour sortir la Tunisie d'une crise politique nourrie par les violences terroristes qui ont aussi déclenché une fronde policière. Des noms sont pressentis.

Qui succèdera à Ali Larayedh ?
CRISE EN TUNISIE

Monde

EL MOUDJAHID

Raid aérien israélien contre Ghaza
PALESTINE
L'armée d'occupation israélienne a mené, hier, un raid aérien dans le nord de la bande de Ghaza, ont affirmé des sources palestiniennes. L'attaque survient alors qu'Israël se prépare à libérer un nouveau groupe de prisonniers palestiniens, dans le cadre des négociations de paix israélo-palestiniennes. Des témoins palestiniens, cités par des agences de presse, ont indiqué que l'attaque n'a pas de fait de victimes. Des sources militaires israéliennes ont confirmé le raid. Le dernier raid sur Ghaza remontait au 14 août quand l'armée avait frappé le même secteur, peu avant une session de négociations israélo-palestiniennes et quelques heures après la libération d'un premier groupe de prisonniers palestiniens.

L

es médias tunisiens ont avancé une multitude de noms pour succéder à l'islamiste Ali Larayedh. Ils ont pour la plupart tous occupé des postes de ministre par le passé. Mais il n’existe aucun candidat déclaré. Les responsables de ces 21 formations politiques avaient rendezvous en fin d’après-midi pour passer en revue les différentes personnalités proposées pour former le cabinet apolitique censé succéder d'ici trois semaines à celui dirigé par les islamistes d'Ennahda, a indiqué le syndicat UGTT, principal médiateur des pourparlers après trois mois de bras de fer entre pouvoir et opposition. Durant tout le week-end, des pourparlers ont eu lieu pour mettre en œuvre la «feuille de route» du dialogue national qui outre la formation d'un nouveau cabinet doit aboutir à l'adoption avant fin novembre de la Constitution, en cours de rédaction depuis deux ans, ainsi que d'un calendrier et d'une législation électorale. La commission de l'Assemblée nationale constituante (ANC) en charge de la réforme de son règlement intérieur s'est d'ailleurs réunie, hier matin, pour déterminer les réformes à adopter pour accélérer l'adoption de la future loi fondamentale. Les chefs du Quartet de médiateurs — l'UGTT, le patronat Utica, la Ligue tunisienne des droits de l'Homme et l'Ordre national des avocats — ont aussi été reçus, hier matin, par le président de l'ANC Mustapha Ben Jaa-

far. La classe politique tunisienne a lancé ces négociations très ambitieuses après trois mois de crise qui ont paralysé la vie politique et institutionnelle depuis l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi, attribué à la mouvance terroriste, le 25 juillet. Elles ont pu débuter grâce à la promesse écrite d'Ali Larayedh de démissionner. Le

Premier ministre a, cependant souligné, que son départ était tributaire de l'avancée des négociations sur la constitution et sur l'organisation des futures élections. Le journal La Presse s'est dans ce contexte réjoui du «bon climat qui prévaut entre les protagonistes du dialogue national» tout en notant que la personnalité

recherchée pour devenir Premier ministre est «un oiseau rare, démocrate, républicain, parfaitement indépendant et neutre». Dans une interview accordée, dimanche soir, à la télévision tunisienne, le président du parti Ennahdha, Ghannouchi a déclaré que le dialogue national a transmis des messages «positifs et forts», qui annonce que la Tunisie a dépassé la crise politique et qui aboutira à des élections libres. Il s'est, également, déclaré optimiste de voir, ce dialogue conduit par le Quartet et auquel participent toutes les sensibilités politiques, mener la Tunisie à bon port et édifier une démocratie. S'agissant de l'engagement du chef du gouvernement provisoire, Ali Larayedh à démissionner conformément à la feuille de route, Ghannouchi a affirmé qu'il faut «placer l'intérêt du pays au-dessus des intérêts d'Ennahdha afin d'éviter les tiraillements politiques». Ghannouchi a enfin recommandé aux participants au dialogue national de veiller à ce que la Tunisie post-élections soit gouvernée par le consensus. R.I

Trois policiers tués par des hommes armés à Mansoura
EGYPTE
Trois policiers ont été tués, hier, par des hommes armés masqués à Mansoura dans le nord de l'Egypte, selon des responsables de la sécurité. Les assaillants ont tiré sur les policiers qui étaient de faction près de l'université de Mansoura, la grande ville du delta du Nil, avant de prendre la fuite, a assuré l'une de ces sources, sans plus de détail. Depuis la destitution et l'arrestation par l'armée le 3 juillet du président Mohamed Morsi, des attaques quasi-quotidiennes ont fait des dizaines de morts parmi la police et l'armée dans tout le pays, en particulier dans la péninsule du Sinaï (nord-est), mais aussi dans le delta du Nil et au Caire. Le gouvernement intérimaire accuse les groupes «islamistes proMorsi» d'en être les auteurs. Certains groupes armés clandestins, parfois liés à al-Qaïda, ont revendiqué la plupart des attaques, en représailles, selon eux, à la répression sanglante des manifestants fustigeant le «coup d'Etat» de l'armée et réclamant le retour de M. Morsi.

MEURTRE DE SIX GENDARMES
Huit terroristes impliqués dans les affrontements armés qui ont coûté la vie à six gendarmes tunisiens dans le centre-ouest de la Tunisie ont été arrêtés dimanche, a annoncé hier, le ministère tunisien de l'Intérieur. «Les unités de lutte contre le terrorisme de la garde nationale (...) ont arrêté huit éléments terroristes impliqués dans les récents évènements du district de Sidi Ali Ben Aoun de la région de Sidi Bouzid», a indiqué le ministère dans un communiqué reproduit par l'agence de presse tunisienne TAP

Arrestation de huit terroristes

Violente intervention contre des chômeurs sahraouis
Les autorités marocaines ont «violemment» dispersé un groupe de chômeurs sahraouis rassemblés devant le siège administratif d'une entreprise pour protester contre leur marginalisation, selon la déclaration d'un défenseur sahraoui des droits de l'Homme, citée dimanche par l'Agence de presse sahraouie (SPS). Les chômeurs sahraouis scandaient des slogans dénonçant la politique «adoptée» par les autorités marocaines, visant à «les exclure et à les priver de leur droit à l'emploi et au recrutement», et la spoliation des importantes richesses naturelles sahraouies, a affirmé la même source. L'intervention «violente» des autorités marocaines qui était assortie de «coups et de pratiques attentatoires» à la dignité humaine a causé «des blessures de divers degrés de gravité» aux protestataires, dont 4 ont été évacués vers l'hôpital, selon SPS.

EL AYOUN OCCUPÉE

L'armée syrienne a repris le contrôle du village de Sadad, dans la province centrale de Homs en Syrie, après plusieurs jours d'affrontement contre les rebelles, a affirmé lundi l'agence de presse syrienne Sana. «Nos forces valeureuses ont rétabli la sécurité et la stabilité à Sadad», a affirmé l'agence. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé l'information précisant que les forces anti-gouvernementales s'étaient repliées sur Mahin, où se trouve un important dépôt d'armes dont voudraient s'emparer les insurgés. Commencés le 21 octobre, les combats ont fait «au moins 100 morts dans les rangs de l'armée, qui défend un important arsenal, et des dizaines d'autres parmi les rebelles», avait indiqué samedi l'OSDH, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales à travers le pays. Lakhdar Brahimi à Damas De son côté l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi est arrivé, hier à Damas, dans le cadre d'une tournée régionale visant à convaincre le régime et l'opposition de participer à la conférence de paix Genève-2. M. Brahimi, qui venait de Beyrouth par la route, est arrivé à l'hôtel Sheraton situé au centre de Damas accompagné par le vice-ministre syrien

L'armée syrienne reprend le village de Sadad près de Homs
SYRIE

Khartoum et Juba pour une solution politique
RÉGION D'ABYEI
Le président soudanais Omar elBéchir a déclaré hier, qu'il continuera de travailler avec son homologue sudsoudanais Salva Kiir pour définir l'avenir de la région contestée d'Abyei où se déroule depuis dimanche, un référendum non reconnu officiellement. «Je vais continuer avec mon frère Salva Kiir (...) à trouver une solution pour Abyei qui puisse donner satisfaction aux communautés locales là-bas», a déclaré M. El Béchir, lors d'un discours à l'ouverture de la nouvelle session du Parlement. Il n'a pas fait référence au vote organisé depuis dimanche, par des membres de la tribu des Ngok Dinka sur leur rattachement à Juba ou à Khartoum. Le référendum a été organisé unilatéralement par les Ngok Dinka, population sédentaire d'Abyei et branche des Dinka, ethnie majoritaire au Soudan du Sud. La communauté arabophone et semi-nomade des Misseriya, qui va et vient entre le Soudan et Abyei avec ses troupeaux et est favorable à un rattachement à Khartoum, a rejeté le référendum qui n'a pas été reconnu par le gouvernement du Soudan du Sud. Abyei reste l'un des points de crispation majeur non résolus par «l'Accord de paix global» de 2005 entre Juba et Khartoum, ayant mis fin à deux décennies de guerre civile meurtrière et ayant débouché sur la partition du Soudan en 2011.

des Affaires étrangères Fayçal Moqdad. Ce dernier a quitté l'hôtel peu après. L'émissaire international entame à Damas la phase la plus délicate de sa mission visant à organiser en novembre une conférence internationale baptisée Genève-2, totalement rejetée par les groupes armés. Cette visite est la première de M. Brahimi dans la capitale syrienne depuis la fin décembre 2012. Il avait alors appelé à un changement «réel» en Syrie et à la formation d'un gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs. Sa tournée l'a conduit dans tous les pays de la région, y compris la Turquie et l'Iran, à l'exception notable de l'Arabie saoudite, hostile à Genève-2. La mission de M. Bra-

himi est rendue encore plus difficile par les menaces proférées par 19 importantes factions rebelles présentes sur le terrain contre tous ceux qui oseraient dans l'opposition se rendre à Genève. Des menaces jugées «révoltantes», par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. «Il est révoltant que certaines de ces organisations extrémistes, terroristes, qui luttent contre les forces gouvernementales en Syrie commencent à lancer des menaces, et ce n'est pas la première fois», a déclaré M. Lavrov. «Ces menaces sont adressées à ceux qui vont oser se rendre à la conférence de Genève proposée par la Russie et les Etats-Unis», at-il ajouté.

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Notes de lectu

re

DROIT D’ÉVOCATION ET DE SOUVENANCE SUR LE 17 OCTOBRE 1961 À PARIS, PAR MOHAMED GHAFIR DIT MOH CLICHY

Sans faire une œuvre spécialisée d’historien, l’auteur a le souci d’apporter son témoignage nécessaire à l’éclairage de l’histoire dans le strict déroulement des événements, sachant que toute information sur la base d’une importante documentation sera ultérieurement utile.

Un précieux témoignage

Culture

17

D

ans le sillage des publications actuelles sur la guerre de Libération nationale, certains acteurs notoires d’un des épisodes les plus sanglants de l’histoire de la lutte armée pour l’indépendance et le recouvrement de la souveraineté algérienne, vient de paraître, la troisième édition actualisée comportant quelques ajouts et des documents, de son ouvrage consacré aux massacres du 17 octobre 1961. Cette page noire de l’histoire dans les moindres détails des faits tragiques survenus en cette funeste journée lors de la manifestation pacifique organisée par le second front ou la fédération de France du FLN est évoquée sous la forme d’un épais essai préfacé par les professeurs Jean-Luc Einaudi et Boualem Aïdoun. Sans faire une œuvre spécialisée d’historien, mais essentiellement dans le souci d’apporter son témoignage nécessaire à l’éclairage de l’histoire dans le strict déroulement des événements, sachant que toute information sur la base d’une importante documentation sera ultérieurement utile, l’auteur Mohamed Ghafir veut laisser sa parole de survivant comme ultime repère que les générations d’Algériens qui pourront consulter pour se rappeler ce que leurs aînés ont enduré pendant la guerre de Libération nationale comme souffrances et tortures dans les cachots de prisons et les redoutables persécutions subies durant leur combat dans la clandestinité parisienne. Laisser parler d’elle-même la mémoire douloureuse de tous ceux et celles qui ont âprement vécu la guerre et pour certains y ont perdu leur vie est sans doute le souhait le plus fort de bien des acteurs de l’histoire qui font, pour un grand nombre d’entre eux, l’effort colossal d’en tracer les moindres lignes pour rétablir la vérités des faits ou du moins apporter quelques correctifs quand il ne s’agit

pas, pour la plupart du temps, de mettre au grand jour des informations qui viennent corroborer l’histoire afin d’ honorer la mémoire des martyrs. Ils sont aujourd’hui nombreux, tous ces retraités dits «actifs» qui mènent une bataille inlassable contre l’oubli en faisant, chacun à sa manière, des ouvrages qui peuvent éclairer les jeunes lecteurs sur la reconstitution de l’histoire de la guerre d’indépendance, à travers le prisme de leur regard rétrospectif et de leurs expérience les plus pénibles mais ô combien gratifiante pour le parcours de militants infatigables et chevronnés de la lutte armée. Dans ce livre qui recoupe plusieurs témoignages tous axés sur les manifestations du 17 octobre 1961, et ce sur la base d’articles de presse, ainsi que de documents inédits, à l’instar du texte de la lettre qu’adressait le général De Gaulle au GPRA pour la proclamation de l’indépendance après les pourparlers entre les différentes forces en présence qui se sont soldés par les fameux accords d’Evian ; le lecteur peut aussi retrouver la réponse que les instances provisoires du futur gouvernement algérien, présidé alors par A. Farès, avait retournée à l’expéditeur. L’auteur qui a subi les affres de la guerre raconte, dans ce livre, toute la stratégie de guerre organisée par le second front durant «la bataille de Paris», où il s’était distingué comme l’un des chefs de la wilaya 1 (Paris Sud ) qui avait préparé et coordonné les manifestations du 17 octobre 1961. À l’indépendance, il a opté pour le retour au pays pour exercer en qualité de cadre dirigeant au niveau d’entreprises publiques. En 1988, après une retraite bien méritée, il consacre son énergie et sa passion à la fondation «Slimane Amirat», celle du 8 Mai 1945 et enfin à l’Association des Ith Yaâla. L. Graba

ECG NORMAL ET PATHOLOGIQUE, DE YAMINA ZADI BENHENDA

Le rôle pivot du dépistage

LANCEMENT DES JOURNÉES CULTURELLES DU THÉÂTRE À LA MAISON DE LA CULTURE DE TIZI OUZOU

L

a maison de la Culture de Tizi Ouzou, en collaboration avec le théâtre régional, organise des journées culturelles du théâtre de jeunesse placées sous le thème "Kateb Yacine et la terre des ancêtres" pour commémorer le 24e anniversaire de la disparition de ce grand dramaturge et romancier. Le coup d’envoi de cet événement a été donné dimanche au niveau du théâtre régional qui abritera par la suite, trois stages de formation sur la mise en scène, l’expression corporelle, la machinerie et l’agencement de la scène. Les 32 stagiaires participant à cette formation ont rencontré, dimanche, leurs encadreurs, dont deux Tunisiennes, Nourehene Bouziane et Houda Jmel, et un Algérien, Habib Abdelkrim. Le chargé de la programmation au niveau du Théâtre national algérien (TNA), Aissa Moulfaraa, présent à l’ouverture de ces journées, a souligné l’importance de la formation dans le quatrième art, pour pouvoir ''transposer la réalité vécue dans la société sur les

En hommage à Kateb Yacine
planches''. M. Moulfaraa a observé que ''le don, en théâtre, ne suffit pas à lui seul. Il est donc nécessaire de l’accompagner par la formation et le savoir afin de maitriser certains aspects liés, entre autres, au déplacement sur la scène, la machinerie, pour créer l’illusion, la mise en scène et l’expression corporelle''. Un colloque sur la vie et l’œuvre de Kateb Yacine est également programmé le 3 novembre prochain à la maison de la culture mouloud Mammeri. La manifestation prévoit en outre une série de conférences et une exposition et des spectacles de théâtre. Le théâtre régional de Tizi Ouzou accueillera trois troupes théâtrales de Guinée, d’Egypte et d’Allemagne, qui participent au festival international du théâtre de Béjaïa qui débutera aujourd’hui. La clôture sera marquée par la présentation au niveau du Théâtre régional Kateb-Yacine, d’un spectacle des participants aux trois stages de formation organisés dans le cadre de ces journées.

Yamina Zadi Benhenda, médecin urgentiste, investit le champ de l’édition scientifique avec un ouvrage consacré à l’ECG présenté comme étant un outil diagnostique simple, non invasif, disponible, largement diffusé, et souvent incontournable lorsqu’il s’agit de la gestion de l’urgence médicale. L’ECG reste, malgré la multiplicité des techniques actuelles d’imagerie et de diagnostic, l’examen de première intention le plus accessible, le plus reproductible et le moins coûteux pour explorer instantanément l’état structurel et fonctionnel du muscle cardiaque, note Mme Yamina Zadi Benhenda. Publié aux éditions du CERS, cet ouvrage par ailleurs abondamment illustré, fait en quelque sorte le point sur les outils de dépistage, et souligne qu’en dépit des avancées considérables en la matière, le scanner où l’échographie par exemple, l’ECG continue à jouer un rôle pivot dans le dépistage des cardiopathies, avant d’ajouter que son enseignement «reste un peu oublié parmi les autres techniques émergentes en cardiologie». Pour le médecin urgentiste Yamina Zadi Benhada, auteur de cet ouvrage scientifique, le but de son investigation dans l’étude de l’ECG est d’apporter les informations utiles et nécessaires pour lire et interpréter un tracé ECG qu’il soit normal ou pathologique. A. T.

« L’audiovisuel, matière précieuse pour les archives nationales, n’a pas bénéficié de l’intérêt qu’il mérite »
ABDELMADJID CHIKHI, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ARCHIVES NATIONALES :
des programmes religieux, politiques, des émissions enfantines, sportives et autres, portant en tout, sur environ 200.000 programmes. La même responsable a indiqué que la télévision poursuit de son côté la généralisation de la numérisation de ses archives, en s’aidant des expériences de partenaires étrangers et en formant des cadres algériens. Cette journée, organisée par la Direction générale des Archives nationales, en coordination avec le centre des archives de la wilaya, s’est déroulée en présence des autorités de la wilaya et de plusieurs cadres parmi lesquels M. Mohamed Zitouni, directeur de l’Établissement militaire de production audiovisuelle, rattaché à l’établissement de communication, d’information et d’orientation du ministère de la Défense nationale. Un film documentaire sur les principales images de la Révolution algérienne, réalisé par un cinéaste de l’ex-Yougoslavie, fort de nombreuses scènes vécues pendant la Révolution, parmi les moudjahidine algériens, a été projeté à l’occasion.

L’

audiovisuel, qui représente une matière précieuse destinée à alimenter et à enrichir les archives du pays, n’a pas bénéficié de "l’intérêt qu’il mérite", a estimé, dimanche à Skikda, le directeur général des Archives nationales, Abdelmadjid Chikhi. S’exprimant au palais de la Culture et des arts, lors des travaux d’une journée d’information sur le thème "Sauvons notre patrimoine pour les générations futures", à l’occasion de la première commémoration en Algérie de la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel, M. Chikhi a souligné que ce dernier doit bénéficier d’une prise en charge "en tant que moyen fondamental d’enregistrement des évènements et en tant que support important de l’histoire pour les chercheurs qui continuent à rencontrer des difficultés dans leur travail". M. Chikhi a également affirmé que les archives constituent "le pilier principal définissant l’identité de l’Etat et que, par conséquent, leur gestion nécessite des capacités scientifiques et culturelles". S’agissant en effet, a-

t-il soutenu, de "la matière essentielle que traite le chercheur, les archivistes doivent être sérieusement formés et ne pas se limiter à des collections de documents". De son côté, M. Nasreddine Baghdadi, directeur des archives à la Radio nationale, a indiqué que le fonds de ce média lourd compte environ 180.000 heures d’enregistrements, et d'ajouter que le plus ancien enregistrement en possession de la Télévision nationale date de 1898

et concerne une chanson andalouse. Il a en outre révélé que la Télévision nationale s’attelle actuellement, en collaboration avec un partenaire étranger, à numériser les archives pour les conserver à l’intention des générations à venir. Mme Leila Haoues, directrice des archives à l’établissement public de télévision, a donné quant à elle un aperçu sur le fonds qu’elle gère et qui remonte, a-t-elle précisé à l’année 1956. Un fonds qui compte

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3550
ALCOOL D’ ESPAGNE ———————————— BRUIT DE BRANCHE ———————————— BELLE DU MONDE EN RADE ———————————— EST UN CHOIX ———————————— AGILES

21

Mots CROISÉS
Nº 3550
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

V

VI

EN TAXI ———————————— SE FAIRE PRENDRE ———————————— S’EXCLAMER

DÉMONSTRATIF —————————— PUNITION VIOLENTE

RAPPORT DE CERCLE ————————— SE RENDRA

SANS VIE ——————————————— NOTE ——————————————— POIL DE CHEVAL

VII

VIII

IX

X

TITRE DE ROI ———————————— AVANT LES RECRUTEMENTS ———————————————— VAGABONDE

ROBE INDIENNE ————————————— MARQUE SUR UN TABLEAU ——————————————— APLATIT
INTERJECTION ———————————— SOMMET ———————————— TELLEMENT ———————————— ASSÉCHÈ

Définitions
HORIZONTALEMENT
I- Alcool d’Espagne - Donne un change. II- Dynamisée. IIINégation - Unité roumaine - Pièce de charrue. IV- Lieu de spectacle antique - Nid de rapace. V- Vide. VI- Certains l’ont chaud. VII- Oiseau Divin - Recherche. VIII- Ensemble à gagner à la foire - Un âne - Conjoction. IX- Sans merci. X- Crochet - Poussez vers vous.

VERTICALEMENT
1- Ouverture envers les étrangers 2- Fait l’élision - Récépissés de commande. 3- Note - Vivent retirés pauvrement. 4- Né - Dans la taxe. 5- Écritures rapides - En nappe. 6- A souri - Vint parmi nous. 7- De mépris - Décommandai. 8- Encerclé pour un temps - Dans le bruit. 9- Bramer - Caisse de voiture. 10- Utiliserez financièrement.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
E L I

TINT ———————————————— CONTRACTIONS MUSCULAIRES ———————————————— CUBE

POSSESSIF ————————— LÀ

DIRECTION ———————————— RÉCÉPISSÉS ———————————— PARADIS ———————————— SE REPRENDRA

3
R

4
E

5
S

6

7
F

8
A

9 10
R

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

X
E

D

Grille
3. Infinitif 6. Finisseur 11.Management
12 . Stabiliser 33. Terrarium

3550

Mot CACHÉ
N M E D A H K R F I I I B T N A M A F F I I

E

C
L

T
E

R
I

I

S
S

E
E

E
P

N

15. Trouveur

D

I

O

D

E

O

N

A

I

R

E
N

34. Médicinal 35. Gastrique 36. Imminence
37. Boitiller

20. Tétaniser
22. Promenoir

T R E P

I

D A N T A
I

S

C

E

N S

O N R E R U S S N I F

P
H

E

R
M

S

O
S

N A
Q

N

E

R E G R E B M S
P I

E H M B R E

C R U T

N
U
L
A

G
E
T
O

S
E
R E Z

23. Pathogène 24. Canaliser 25. Impatient
27. Rallumais

T E N L E V E R A N A T I F I U T E

E N A M O U R E R E

I
L
I

B
O N S

I
T
E

S

13. Pierraille
14. Surplomber

S O T R O U V E U R T A N

S H D H F
E U

N X E P

U

38. Vêlement

I

S

E I E I

R R O E R E R S R

I T

B
R

L
E

16. Homosexuel 39. Pastorat 17. Défécation
18. Hémophilie

N A E R P R O M E N O A B R P
I
R L C A N A L I M P A T S P I I I M R A L L B B R A

E M F M M I P O E O E
S
C P I I

E

S

I

40. Gentleman
41. Chatterie

P A T H O G E N

I S

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
E
N

29. Brasiller 30. Opérateur 1. Birkhadem

N G

I I

S

3
R A

4
E N
T

5
S

6

7
C

8
R

9
A

10
C
R

19. Fumisterie

42 . Postnatal 43. Népotisme 7. Héberger 8. Recruter 9. Enlèverai 10. Enamourer

E L A O
S

E N

T N E A H T

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

X

21. Repentir 26. Chantoung 28. Canoéiste 31. Repincer 32. Rallonger

C M I H E

L U M A

T X T I
U
I

E E I
S I

L L E N C E
S I

L R T

I

I R
E
S

M

E

E P

F
R

I

2. Diffamant 4. Trépidant 5. Ascension

A N E L E O P

E R A T E U R R E O I

I

N T R E R T R E O M E D U I C

R R L N E E T R T S I

E

P

R

S

S

I

O

N
A

T R A L L O N G E R T E R R A R

U M E E R N I

E
C
R I

R
R
E

R
E
S

E
T
I

S

A

R
A

I
N
T

I

N A L G A

I

Q U E O

E
S T T
A

T
A N E S

T
A
S

I M M I

N E N C E B O

I

L L

NUAGE BAS ET GRIS

N V E L E M E N T A T U

P A

T O R A T A
E C
S

T

E

I C I

E

G G E N T L E M A N C H A

T T E R

E
R

D

E

N
S A

R
I

U

S
A

E

S

R

SOLUTION PRÉCÉDENTE : NEUTRALISANT

L A T A N T

S O P

E M S

T O P

E N

MARDI
•09h30 : yamachi fel layle (18) rediff •10h00 : La mer méditerranée (22) •10h30 : Les règles d'Angelo (02) •11h00 : Questions d'actu (rediff) •12h00 : Journal en français + météo •12h20 : Tous mes enfants (27+28) •13h50 : Iktichaf el afaq (11) •14h35 : El amimi (33 et fin) •15h20 : 52 Chrono ''rediff'' •16h20 : Madinet (09) •16h45 : Fréquence music •17h20 : Takder tarbah •18h00 : Journal en amazigh •18h20 : Yamachi fel layle (19) •19h00 : Journal en français + météo •19h30 : Khali el bir beghtah (01) •20h00 : Journal en arabe •20h45 : Mon amie, ma sœur •22h15 : Expression livre •23h10 : Mère de martyrs •00h00 : Boucle en français

Sélection

EL AMIMI

Télévision
22h15 14h35

Expression livre

Feuilleton arabe réalisé par Tamer Ishak. Avec : Abbas Enouri, Karis Bachar, Saloum Hadad, Wafa Mousali. El-Amimi est une série dramatique syrienne qui se déroule dans l'ère de l’après Ibrahim Pacha de Damas. Elle met en lumière la vie sociale et politique de l'époque à travers le personnage d’Al Amimi, une personne qui recueille les déchets pour alimenter les feux des hammams de la ville.

Réalisée par Nylda OUZIALA Émission proposée par Youssef SAIAH Une émission consacrée exclusivement à la littérature, aux auteurs algériens. L’objectif de celle-ci est de faire connaître à un large public tant algérien qu’émigré que la littérature algérienne se porte non seulement bien, mais que l’édition, la diffusion sont en net progrès ces dernières années.

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 24 Dou El-Hidja 1434 correspondant au 29 octobre 2013 :
- Dohr.........….............12h32 - Asr.............................15h30 - Maghreb................... 17h57 - Icha……...……....... 19h16
Mercredi 25 Dou El-Hidja 1434 correspondant au 30 octobre 2013 :

- Fedjr........................05h42 - Chourouk.................07h10

de l'entreprise nationale de Marbre - eNaMaRbRe - informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national et international n°06/eNaMaRbRe/2013 relatif à la fourniture de consommables et pièces de rechanges pour les équipements de transformation et extraction du marbre paru dans la presse nationale El Khabar, El Moudjahid et BOMOP. Que le lot cité ci-dessous est déclaré infructueux par la commission.

Avis d'infructuosité La commission des marchés

Monsieur KhazMaT belkacem délégué de la Nahia des Moudjahidine de bab el-Oued ainsi que l’ensemble des moudjahidine et moudjahidate, très touchés par le décès du moudjahid KHALFALLAH RAMDANE survenu le 25.10.2013 en cette douloureuse circonstance ils présentent à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et l’assurent de leur profonde sympathie et prient Dieu le Tout-Puissant d’accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 29/10/2013

CONDOLÉANCES

Vie pratique

CONDOLÉANCES
Le ministre des affaires étrangères, le ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des affaires étrangères, très affectés par le décès de la mère de leur collègue Madame MOUSSAOUI ASSIA épouse SAIDI, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde.
ANEP 547838 du 29/10/2013

29

Monsieur KhazMaT belkacem délégué de la Nahia des Moudjahidine de bab el-Oued ainsi que l’ensemble des moudjahidine et moudjahidate, très touchés par le décès du moudjahid ZEHANI ALI survenu le 25.10.2013 en cette douloureuse circonstance ils présentent à la famille zehaNI d’alger et de biskra ainsi qu’aux familles KhazMaT et YahYaOUI leurs condoléances les plus attristées et les assurent de leur profonde sympathie, priant Dieu le Tout-Puissant d’accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 29/10/2013

CONDOLÉANCES

N° lot Désignation 1

PDR pour Une seule machines offre diamantés réceptionnée ALPHA 840BET A870GAMMA 875

Motif

El Moudjahid/Pub du 29/10/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRecTioN geNeRAle Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 diRecTioN de lA RedAcTioN

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

BUReAUX RegioNAUX coNSTANTiNe 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 oRAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BoRdJ BoU-ARReRidJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 Sidi Bel-ABBeS Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BeJAiA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TiZi oUZoU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TleMceN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MAScARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 ceNTRe AiN-deFlA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBliciTe Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” AlgeR : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABoNNeMeNTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. coMPTeS BANcAiReS Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger iMPReSSioN Edition du Centre : Société d’impression d’Alger (SiA) Edition de l’Est : Société d’impression de l’est, constantine Edition de l’Ouest : Société d’impression de l’ouest, oran Edition du Sud : Unité d’impression de ouargla (SiA) diFFUSioN centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 ouest : SARl “SdPo” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “TdS” Tél-fax : 029 75.02.02 est : SARl “SodiPReSSe” : Tél-fax : 031 92.73.58

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 internet : http://www.elmoudjahid.com e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Monsieur Mohamed Seghir babeS, président du Conseil National economique et Social (CNeS), très affecté par le décès du Professeur Jeanine Nadjia BELKHODJA moudjahida, militante de la cause nationale et membre du CNeS, présente à sa famille ses sincères condoléances et l’assure en cette douloureuse circonstance de sa profonde sympathie et de sa compassion. Que Dieu le Tout-Puissant, le Misécordieux l’accueille en Son Vaste Paradis. «a Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 548029 du 29/10/2013

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES
El Moudjahid/Pub

«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

Finances, du

Monsieur le ministre des Monsieur

ministre délégué auprès du ministre des Finances chargé secrétaire budget, général Monsieur le

le

l'ensemble de l'encadrement et du personnel du ministère Monsieur

et

des Finances très touchés Mohamed, ancien ministre leurs sincères condoléances leur profonde sympathie. Puissant défunte Puisse accorder Sa Dieu le à

par le décès de la mère de TERBECHE des Finances, lui présentent

ainsi qu'à toute sa famille et les assurent en cette douloureuse circonstance de Toutla

Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons
ANEP 547749 du 29/10/2013

Sainte

et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub

GROUPE INDUSTRIEL DES CIMENTS D'ALGERIE CENTRE D'ETUDES ET DE SERVICES TECHNOLOGIQUES DE L'INDUSTRIE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION «C.E.T.I.M.»
Conformément aux dispositions du décret présidentiel 10-236 du 07/1012010 portant réglementation des marchés publics modifié et complété par le décret présidentiel n°12-23 du 18 janvier 2012, le Centre d'etudes et de services Technologiques de l'Industrie des Matériaux de construction (CeTIM), sis à cité Ibn Khaldoun-boumerdès, informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national et international restreint n°002/DG/CeTIM/13 portant «Choix d'un bureau d'études spécialisé en études de marchés», qu'à l'issue de l'évaluation des offres en date du 23/10/2013, l'appel d'offres est déclaré infructueux. Le Président de la commission des marchés du CETIM.
El Moudjahid/Pub ANEP 547717 du 29/10/2013

Avis d'infructuosité

Vend terrain 05 hectares, sis bir-Ghbalou, Sadria - W. bouira Numéro à contacter : 0772.62.39.94

Terrain

France : iPS (international Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

J.H., 34 ans, cherche emploi dans un café ou restaurant comme plongeur à Alger. Tél. : 0794 89.98.60 ——0o0—— J.H. cherche emploi maçonnerie générale (carrelage, dalle de sol + soudure) conducteur de travaux ou agent de sécurité, 03 ans : service militaire. Tél. : 0664 58.52.99
El Moudjahid/Pub du 29/10/2013

Demandes d’emploi

El Moudjahid/Pub du 29/10/2013

Mardi 29 Octobre 2013

30

À quelque 20 jours de l’important et décisif match retour des barrages, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 au Brésil, le staff technique de l’EN s’active, sous la houlette du sélectionneur national Vahid Halilhodzic, à réunir les ingrédients qui permettront aux Verts d’atteindre l’objectif suprême tracé, qui n’est autre que la qualification au Mondial face aux Étalons du Burkina-Faso.

Halilhodzic prépare son plan d’attaque
BARRAGES DU MONDIAL-2014

Sports

EL MOUDJAHID

C

haque international pouvant faire partie des plans de coach Vahid en perspective de la manche retour, le 19 novembre prochain, est suivi de près. Le staff technique étudie minutieusement la façon de jouer de l’équipe adverse, en analysant ses forces et ses faiblesses. En même temps, il étudie et réfléchit à la tactique la plus appropriée à mettre en place avec les joueurs indiqués, pour que la sortie du 19 novembre soit une totale réussite qui permettra à l’EN de décrocher sa qualification à la Coupe du monde, pour la 4e fois de son histoire. Il faut savoir que Vahid Halilhodzic ne prendra pas de risques inutiles et qu’il n’est pas disposé à chambouler son effectif en faisant appel à des joueurs qui n’ont pas l’habitude d’être convoqués ces derniers temps. Cela à l’exception d’Ishak Belfodil qui est une valeur sûre et qui a l’habitude du haut niveau. C’est donc un joueur qui assimile vite un plan tactique et qui s’adapte facilement au vu de ses grandes qualités technico-tactiques et physiques à ce qu’on lui demande de faire sur le terrain. On peut aussi s’attendre à un éventuel rappelle de Riad Boudebouz en sélection, du fait qu’il brille en ce moment avec son nouveau club, le SC Bastia. Ayant de tout temps répondu à l’appel des Verts, Boudebouz, qui a été mis à l’écart pour indiscipline juste après la CAN-2013 d’Afrique du Sud, devrait être pardonné, en espérant pour lui que la leçon a été retenue cette fois-ci. Par ailleurs, on peut dire qu’en ce moment, cela ne se passe pas trop mal pour certains de nos internationaux, qui affichent la belle forme au sein de leur club. Nous avons par exemple Foued Kadir qui est en train d’effectuer un re-

L'attaquant international algérien de Dinamo Zagreb, Hilal Soudani, a inscrit dimanche son septième but de la saison, lors de la réception de Hrvatski Dragovoljac (4-1) au stade Maksimir, en match comptant pour la 14e journée du championnat croate de football. Soudani a ouvert le score pour son équipe dès la 4’ de jeu en battant le portier adverse à bout portant après un retrait sur le côté droit. Les trois autres réalisations de Dinamo Zagreb ont été inscrites par Junior Fernandes (8’), Marcelo Brozovic (53’) et Aop (76’). L'équipe locale a dû terminer la partie en infériorité numérique après l'expulsion de Jozo Simunovic (90’). Ce nouveau but permet à Soudani de conforter sa seconde place au classement des buteurs du championnat de Croatie, dominé par l'attaquant de Rijeka, Benko Leon, avec 10 réalisations. Grâce à cette vic-

Septième but de la saison pour Hilal Soudani
CROATIE (14e J)

tour au premier plan, en s’illustrant de match en match avec sa nouvelle équipe le Stade Rennais. Il a en effet déjà inscrit deux doublés et un coup franc direct, soit déjà 5 buts à son compteur. Sa belle prestation face au Toulouse FC lui a valu d’être désigné meilleur homme sur le ter-

rain. Un atout de plus pour coach Vahid. Il y a aussi Belfodil qui à chacune de ses apparitions avec l’Inter Milan en cours de jeu se distingue, même s’il vient d’être expulsé face à Vérone. Il y a Brahimi qui a fait montre de ses belles prouesses ce week-end avec son équipe Gra-

nada FC qui est allée damer le pion à Elche sur le terrain de ce dernier. Guedioura a retrouvé pour sa part son poste de titulaire avec Crystal Palace, même si, hélas pour lui, il a écopé d’un carton rouge. Ghoulam est en plein boom avec l’AS Saint-Etienne, en gagnant haut la main sa place de titulaire après un début de saison difficile. Cela lui vaut d’attiser l’intérêt d’un grand club comme le Milan AC qui veut se l’approprier dès le mercato d’hiver. Soudani, comme d’habitude, n’est pas en reste, il a encore marqué cette semaine avec le Dynamo Zagreb en championnat de Croatie. Il en est à son 7e but. Mbolhi, Mesbah, Aoudia, Ghilas et Slimani eux ont fait banquette. Mais on ne peut dire qu’ils sont diminués du fait qu’ils sont bien préparés dans leur club, pour être prêts à prendre leur place à n’importe quel moment. Hassan Yebda, pour sa part, victime d’un petit bobo au genou la semaine passée, a été ménagé par son club. Il a repris l’entraînement hier. D’autre part, le cas de Medhi Lacen inquiète puisque le joueur n’a plus la confiance de son coach qui ne l’a même pas convoqué ce week-end face à l’Athlétic Bilbao. Feghouli et Taider, pour leur part, se sont montrés quelque peu timides ces derniers temps, mais il s’agit-là de valeurs sûres, dont le talent n’est plus à démontrer. Halilhodzic ne laisse rien au hasard, suit tout et réfléchit à la meilleure manière de battre le Burkina-Faso, qui n’aura pour sa part besoin que d’un match nul pour se qualifier. Il dispose d’assez d’atouts en main pour faire en sorte que la mayonnaise prenne. Nous n’en avons aucun doute. Mohamed-Amine Azzouz

TOURNOI INTERNATIONAL DE KARATÉ DU QATAR (SENIORS) e

3 médaille de bronze pour les karatékas algériens

L

Le FC Porto bat Sporting Portugal (3-1)
PORTUGAL

toire, la 9e depuis le début de la saison, le Dinamo Zagreb rejoint à la première place au classement le Hajduk Split avec 30 points chacun. Soudani (25 ans) avait rejoint le Dinamo durant l'intersaison en provenance de Vitoria Guimaraes (div 1 portugaise), pour un contrat de quatre saisons.

Le FC Porto, à la faveur de sa victoire dimanche soir à domicile face au Sporting Portugal, dans le choc au sommet de la 8e journée du championnat portugais (3-1), a réussi à prendre le large au classement avec cinq longueurs d'avance sur son adversaire du jour et principal concurrent cette saison. Après avoir ouvert le score en première période sur un penalty transformé par le jeune international portugais Josué Pesqueira (11’), le club des Dragons s'est fait reprendre par William Carvalho à la 62’. Invaincus à domicile en championnat depuis cinq ans, les hommes de Paulo Fonseca ont pris l'avantage grâce au milieu de terrain brésilien Danilo, deux minutes plus tard, avant que son compatriote Lucho ne libère le stade de Dragon dans le dernier quart d'heure (74’). Dans l'autre match de la journée, Benfica a réalisé la bonne opération du week-end en s'imposant à domicile face à Nacional Madeira (2-0). Avec cette victoire, le club des Aigles montre qu'il s'est bien remis de sa crise et revient ainsi à hauteur du Sporting Lisbonne avec 17 points à son actif. Vendredi soir en match d'ouverture de cette journée, le Sporting Braga a pris l'eau à domicile contre l'Academica Coimbra (0-1), Fernando Alexandre, la troisième défaite de la saison du club de Minho qui plonge à la 6e place et s'enfonce encore plus dans la crise.

Le karatéka algérien Mouad Achach (-84kg) a décroché, dimanche, la 3e médaille de bronze pour l'Algérie au tournoi international du Qatar qui a vu la participation de 170 athlètes représentant 16 sélections nationales et 10 clubs, a-t-on appris auprès de la Fédération algérienne de karaté. Les Algériens ont également remporté, samedi, le bronze en kumité (par équipes), en s'imposant face aux karatékas du club de Marseille (France), alors que la médaille d'or est revenue à la sélection iranienne qui a battu un club du même pays. Lors de la première journée de compétition, disputée vendredi, l'Algérien Islem Djaffer a décroché une médaille de bronze dans la spécialité de kata individuel. Outre l'Algérie, 15 pays ont pris part à la 2e édition tournoi international du Qatar : Qatar (organisateur), France, Italie, Hongrie, Iran, Azerbaïdjan, Turquie, Émirats arabes unis, Oman, Jordanie, Bahreïn, Irak, Tunisie et Maroc. Outre les sélections nationales, dix clubs ont participé à la compétition.

e Paris SG en faisant match nul à SaintEtienne (2-2) a réussi à sauvegarder sa place de leader du Championnat de France à la différence de buts, Monaco l'ayant emporté contre Lyon (2-1), dimanche lors de la 11e journée. Les deux buts stéphanois inscrits par Corgnet et Hamouma après deux grosses erreurs défensives ont agi comme une douche froide pour le PSG, qui a tout de même su relever la tête en seconde période en profitant de l'exclusion de Lemoine peu avant l'heure de jeu. Cavani, auteur de son 7e but en 1re division, puis Matuidi dans les arrêts de jeu, ont finalement sauvé le PSG, toujours premier à égalité avec Monaco. Car l'ASM a fait le métier face à Lyon à défaut de briller (21), avec notamment le 8e but de Radamel Falcao, qui a enfin retrouvé l'ouverture après 3 rencontres et reste en tête du classement des buteurs (8 buts). À Marseille, le mot "crise" reste encore

Le PSG reste leader
FRANCE

tabou, mais la situation commence à devenir assez tendue après le revers concédé au Vélodrome face à Reims (3-2), le 5e d'affilée, toutes compétitions confondues. Or, le voilà déjà distancé (6e) et dépassé par des équipes comme Lille, 3e après son succès à Nantes (1-0), ou même le promu Guingamp (5e), qui s'est invité dans le haut du tableau en dominant in extremis Ajaccio (2-1). Marseille

peut toutefois dire merci aux Bastiais qui ont empêché les Niçois (8e) de venir tutoyer les sommets (1-0). Preuve de plus que les Aiglons ne sont pas souverains une fois éloignés de leur nouveau stade, l'Allianz Riviera. Cette 11e journée a confirmé le petit regain de forme de Bordeaux, qui a bénéficié de l'exclusion rapide de Jebbour (18e) pour battre Montpellier (2-0) et se donner un peu d'air (13e).

L'Argentin Del Potro remporte le tournoi
Tennis

ATP - BÂLE

L'Argentin Juan Martin del Potro, tenant du titre, a gagné dimanche le tournoi ATP de Bâle en s'imposant face au Suisse Roger Federer qui convoitait devant son public une sixième victoire dans "son" épreuve. Del Potro, tête de série N.1 et 5e joueur mondial, s'est imposé en trois manches 7-6 (7/3), 2-6, 6-4, pour signer sa quatrième victoire de l'année après Rotterdam, Washington et Tokyo, pour porter son total à 17 titres. De son côté, Federer, retombé au 6e rang mondial, poursuit une année 2013 très décevante : il reste bloqué à une seule victoire sur le circuit cette année à Halle (Allemagne) et rate l'occasion de remporter le 78e titre de sa carrière, ce qui lui aurait permis de monter sur le podium historique de l'ère Open derrière Jimmy Connors (109) et Ivan Lendl (94). L'ancien N.1 mondial a toutefois fait cette semaine un pas sans doute décisif vers la qualification pour le Masters de Londres début novembre.

Mardi 29 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

La Ligue de football professionnel qui gère notre football depuis déjà trois saisons a tenu à ne rien laisser au hasard. En effet, elle veut que le présent exercice se termine dans les temps, afin de permettre aux Verts de se préparer pour le mondial 2014 dans de très bonnes conditions.

Le programme de la phase retour établi
LIGUE DE FOOTBALL PROFESSIONNEL

Sports

31

Les joueurs, des salariés comme les autres
Dans la lucarne
Il est loin le temps ou tout était réglé par la fameuse «chkara». Cette fois-ci, et avec l’avènement du professionnalisme, la LFP veut que tout se déroule dans les règles, surtout que les joueurs perçoivent des salaires qui dépassent l’entendement, eu égard à ce qu’ils donnent sur le terrain comme spectacle. Aujourd’hui, la LFP se comporte avec eux comme s’il s’agit de simples salariés. Ils auront ainsi une grille de salaire où ils doivent s’acquitter de leurs cotisations et impôts comme les autres salariés des autres secteurs de la vie économique et sociale nationale. D’ailleurs, il est demandé aux joueurs qu’ils exigent mensuellement leur fiche de paye afin de mieux apprécier leur situation. Car si un joueur n’est pas payé, il peut s’adresser à la CRL qui peut intervenir en sa faveur pour le sécuriser en cas de litige. La LFP ainsi interdit les mouvements d’argent qui ne soient pas clairs ou licites. Elle veut désormais que les clubs assainissent leurs situations financières en payant leurs joueurs par chèque ou par virement. Un autre mode de paiement outre que celui indiqué ci-dessus est tout simplement interdit. Outre cela, les clubs de l’élite sont appelés à présenter à la LFP l’état des salaires trimestriels de leurs joueurs, sinon ils seront exposés à l’application des sanctions prévues par la législation en vigueur conformément au cahier des charges. A vrai dire, on ne veut pas que les joueurs passent à travers les filets du fisc. Ils seront ainsi contraints à payer régulièrement leurs impôts. De cette façon, les structures de notre football peuvent suivre avec une aisance plus grande le mouvement de leur argent, surtout que ce sont les pouvoirs publics qui subventionnent en partie, pour ne pas dire en totalité, notre «jeu à onze». Si dans une période récente, tout se régler sous le «manteau», ce ne sera plus le cas maintenant. On espère que ces nouvelles mesures contribueront à rendre la gestion de nos clubs plus rationnelle, fluide et surtout plus équilibrée entre recettes et dépenses. Ce qui ne se faisait pas avant d’une façon régulière. Hamid Gharbi

G

C

’est ainsi que la fin du championnat national de Ligue est prévu pour le 17 mai 2014. Ce sera donc la 30e et dernière journée où l’on pourra connaître le champion d’Algérie qui succèdera à l’ESS, le champion d’Algérie en titre. Il est certain que la phase retour sera très rude pour les uns et les autres, surtout que la LFP avait instruit les clubs concernés par les compétitions africaines de surseoir quant à la participation à ces joutes du moins pour cette saison qui coïncide avec le Mondial brésilien. Comme l’ESS qui a consulté au préalable ses joueurs a décidé d’y participer, il ne pourra pas donc introduire de demande pour faire reporter un des ses matches. Elle jouera ses matches comme prévu par la programmation déjà établie et rendue publique par la Ligue de football professionnel. Il y aura donc des clubs qui vont certainement vivre des moments très difficiles, surtout s’ils ne disposent pas d’une équipe réserve capable de relever le

défi. Toujours est-il, la LFP de Mahfoud Kerbadj est décidé à appliquer en vigueur sa programmation. Ceci dit, en ce qui concerne la Supercoupe, elle aura lieu le 11 janvier 2014 entre l’ESS et l’USMA. Cette compétition qui avait été abandonnée faute, sem-

ble-t-il, d’un sponsor sera donc renouvelée. Elle sera ainsi parrainée par une entreprise qui sponsorisera cette compétition pendant une période de trois ans. Les équipes seront motivées de cette façon et l’équipe gagnante le fait de savoir qu’elle est l’équipe qui a été

à la hauteur sur tous les plans durant la saison ne fera qu’amplifier sa joie et essaiera de donner du plaisir au public. En effet, le champion d’Algérie, qui «croise le fer» avec le vainqueur de la coupe d’Algérie, ne peut que susciter l’engouement du public. C’est une compétition, faut-il, le répéter qui est très prisée par le public algérien. Enfin, entre le 24 et 25 novembre prochain l’organisation par la LFP d’un séminaire régional maghrébin (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Egypte) de l’organisation internationale de la police (Interpol). Les clubs sont invités à y participer pour débattre des thèmes qui ont une relation directe avec les matches truqués, la violence dans les stades, le dopage et les paris clandestins. Il est certain qu’il s’agit d’une très bonne chose lorsqu’on connaît les méfaits de ces fléaux sur la bonne marche de la pratique du football chez nous. Hamid Gharbi

Sayah, un attaquant racé
MCA
Le jeune attaquant s’est accrédité d’une très bonne prestation devant la JSK. Il a été derrière le but qui a donné les trois précieux points au MCAlger. Il faut dire le natif de Mekhadema (Ouargla) a fait du chemin depuis qu’il a rejoint les rangs du MCA, il y a trois saisons déjà. Il est certain que sans le manque de compétition, ce joueur aurait bien «éclaté» pour frapper carrément aux portes de l’équipe nationale. Lors de la saison écoulée avec Djamel Menad, il avait pratiquement joué «à blanc», puisqu’il n’a pas tellement joué si ce n’est des bouts de matches. C’était insuffisant pour lui permettre de retrouver le punch que tous les Mouloudéens lui reconnaissent. Cette fois-ci, le technicien suisse du MCA, Alain Geiger, est en train de lui faire confiance. Il le lui rend bien, puisque face à la JSK, au stade de Bologhgine, il a fait un match plus qu’acceptable. Il a influé sur le cours du jeu. Il était derrière le but qui avait donné les trois points de la victoire au MCA. Rentré comme on le sait à la place de Gharbi, blessé, le «Ouargli» a en fait voir de toutes les couleurs à ses vis-à-vis. La feinte de corps qui lui avait permis de semer le défenseur de la JSK est digne des grands joueurs. Avec plus de temps de jeu, il est certain que Sayah fera parler de lui. Il sera certainement la force tranquille du MCA pour peu qu’il joue juste et bien en se débarrassant le plus possible de certaine fioritures qui le gênent dans son jeu. Il reste perfectible. H.G

ENTRETIEN

Ali Rial a cette faculté d’analyser une défaite avec le recul d’un capitaine. Son expérience fait qu’il ne dramatise pas la situation et tente de répartir la responsabilité après l’échec face au MCA lors du Clasico (1-0).

« L’équipe est toujours en reconstruction »
RIAL (DÉFENSEUR JSK)

Vous vous êtes inclinés par un but à zéro face au MCA lors du Clasico, des regrets ? Oui, il y en a toujours après une défaite. Nous regrettons un peu le scénario de ce match, car je continue à croire que le Mouloudia ne nous a pas dominés. Il y a eu ce but, mais à part ça, c’est nous qui avions la maîtrise du match. Comme quoi, maîtriser n’est pas gagner… Bah, c’est ce qu’on se dit. C’est dommage, d’autant que nous pouvions reprendre les choses en mains. Avec un peu plus de réussite, on aurait pu renverser la vapeur. C’était dans nos cordes. Qui est-ce qui vous a manqué ? Un petit but. Nous avions bien eu la maîtrise du match. Avec un peu plus de réussite devant, je crois qu’on serait repartis avec un point.

Le Mouloudia ne nous a pas été supérieur. C’est nous qui avons manqué de concentration. L’attaque ne marque pas, un constat implacable… C’est vrai qu’on ne marque pas beaucoup. On en a parlé entre nous. Il ne sert à rien d’accabler personne. Quand nous perdons, nous perdons ensemble. Ce n’est donc pas la faute des attaquants. Nous travaillons beaucoup pour y remédier.

Le DHJ de Benchikha tient en échec le leader (0-0)
MAROC (6E J)
Le Difaâ Hassani d'El Jadida (DHJ), entraîné par l’Algérien Abdelhak Benchikha, a tenu en échec, dimanche, à l’extérieur le leader du championnat marocain de première division de football, le Moghreb Tétouan (MAT) sur le score nul (0-0), en match comptant pour la 6e journée de la compétition. A la faveur de ce résultat, le DHJ demeure 4e au classement avec 9 points (2 victoires, 3 nuls, 1 défaite) tandis que son adversaire occupe toujours la première place avec 16 points (5 victoires, 1 nul). L'ancien sélectionneur de l'équipe nationale algérienne de football a été engagé, en juillet dernier, pour une saison renouvelable. Il a réussi à qualifier son équipe à la finale de la coupe du Maroc, lors de laquelle elle rencontrera le Raja de Casablanca, vainqueur de la dernière édition.

Condoléances

On vous a vu beaucoup monter devant, vous avez carrément joué milieu de terrain en seconde mi-temps ; Asselah monte aussi sur les corners, n’aviez-vous pas conscience du risque encouru ? Non, ce n’est pas ça. Je montais, parce qu’il y avait des espaces à exploiter. Le Mouloudia a reculé. Il s’est contenté de défendre. J’avais donc le champ libre. Il nous fallait de la présence devant les buts. L’adversaire a reculé. Avec seulement deux attaquants, on ne pouvait pas peser. Les lignes ont donc avancé logiquement. Il n’y avait pas de risques. Zéro à zéro ou à un à un, je ne serai pas monté autant. C’est certain. Comment se présente la suite ? On devrait d’abord digérer cette défaite. Le parcours parait long. Nous avons une équipe en reconstruction. Il ne sert à rien de tirer la sonnette d’alarme dès qu’il y a une défaite. Il faut continuer à travailler. Ce groupe a l’avenir devant lui. Entretien réalisé par Amar Benrabah

C’est avez une profonde tristesse et beaucoup de peine que nous avons appris le décès du cher et regreté frère Salem BENOTHMANE, Directeur de la Jeunesse et des Sports de la wilaya de Béjaïa. Avec sa disparition, le Mouvement sportif perd un fidèle commis de l’Etat au service du pays et de notre jeunesse depuis de longues années tant il s’est toujours investi sans compter dans sa noble mission. En cette douloureuse circonstance, le président du Comité Olypmpique Algérien, les membres du Comité Exécutif et l’ensemble de la famille sportive et olympique s’associent à la douleur de ses proches, et leur présentent leurs sincères condoléances, tout en les assurant de leur commisération et de leur soutien devant cette pénible épreuve. Puisse Dieu le Tout-Puisant accorder Sa Sainte Miséricorde au défunt et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

C’est avec tristesse et beaucoup de peine que nous avons appris le décès du cher et regretté Maha REZKANE, frère de notre ami Abdelmadjid. En cette douloureuse circonstance, le Président du Comité Olympique Algérien, les membres du Comité Exécutif et l’ensemble de la famille sportive et olympique s’associent à la douleur de sa famille et ses proches, et leur présentent leurs sincères condoléances, tout en les assurant de leur commisération et de leur soutien devant cette pénible épreuve. Puise Dieu le Tout-Puisant accorder Sa Sainte Miséricorde au défunt et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

Mardi 29 Octobre 2013

Pétrole Le Brent à 109.31 dollars

Monnaie L'euro à 1.380 dollar

D E R N I E R E S
51e ANNIVERSAIRE DU RECOUVREMENT DE LA SOUVERAINETÉ SUR LA RADIO ET LA TÉLÉVISION ALGÉRIENNE

Alger plaide pour la mise en place d’un mécanisme de suivi et de surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental
OUVERTURE À ABUJA DES TRAVAUX DE LA CONFÉRENCE AFRICAINE DE SOLIDARITÉ AVEC LA LUTTE DU PEUPLE SAHRAOUI
Dans un message lu en son nom par Tayeb Louh, le Président de la République a relevé que la tenue d’un référendum d’autodétermination « est la seule solution juste et durable et mutuellement acceptable ».
De notre envoyé spécial à Abuja (Nigeria) : Fouad Irnatene

l faut faire un forcing sur le Maroc pour lui faire respecter la légalité internationale », c’est la revendication, unanime et significative, qu’ont formulé, hier, les représentants de 27 pays africains, dont l’Algérie, et européens, lors de l’ouverture des travaux de la Conférence africaine de soutien à la lutte du peuple du Sahara occidental, qui se tient jusqu’à demain à Abuja, capital fédérale du Nigeria. Dans un message lu en son nom par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a relevé que la nécessité de mettre en place « un mécanisme de suivi et de surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental est plus que jamais d’actualité.» A cet égard, indique-t-il, l’Algérie réitère sa revendication qui consiste en l’«élargissement de la mission de la Minurso quant à la surveillance des droits de l’homme». Ce «recadrage», souligne le chef de l’Etat dans son message, permettra aux Nations unies de « jouer pleinement leur rôle. La meilleure, l’unique pour ainsi dire, solution de régler ce conflit presque cinquantenaire est l’«application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU». Pour le Président Bouteflika, toute autre approche, « qui viserait à imposer le fait accompli colonial en niant le droit des Sahraouis à l’autodétermination, constituerait une grave violation du droit international.» Pis, une telle démarche « irait à l’encontre de la doctrine des Nations unies en matière de décolonisation.» La tenue d’un référendum d’autodétermination « est la seule solution juste et durable et mutuellement acceptable ». Plus loin, le chef de l’Etat a souligné que l’Algérie « continue de soutenir le peuple sahraoui dans sa lutte pour le recouvrement de ses droits ». Et à « apporter son appui et son soutien aux efforts du secrétaire général de l’Onu et de son envoyé spécial, Christopher Ross, visant à aider les deux parties.» De

«I

son côté, Bachir Mustapha Sayed, chef de la délégation sahraouie, a, dans son allocution, relevé les « exactions » marocaines conjuguées à l’«impunité internationale», qui ne font qu’endurcir le quotidien du citoyen sahraoui. Parmi les «dérapages» du royaume chérifien, le ministre d'Etat du Sahara occidental chargé de l'organisation au Front Polisario, cite l’«exploitation illégale des richesses naturelles sahraouies» comme le phosphate, les ressources halieutiques, minéraux, ressources d’énergies renouvelables. Libérons l’Afrique !» Il appelle, d’autre part, à « la destruction, dans les meilleurs délais, du mur de la honte qui sépare les familles sahraouis.» Saluant les efforts consentis par les parlementaires européens, M. Sayed lance un appel pour maintenir cette dynamique de solidarité et libérer l’Afrique de sa dernière colonie. Intervenant lors de cette conférence, le responsable des travailleurs nigérians, a, lui, saisi l’occasion pour mettre en relief le « rôle leader » joué par l’Algérie, depuis le

conflit entre le Maroc et le Sahara occidental. Quant à Seulma Kaid, vice-présidente du Parlement africain, celle-ci a affirmé que la lutte du peuple sahraoui ne vient pas du néant. Et d’ajouter : « Le Maroc doit respecter le principe des droits de l’homme dans le cadre de l’intégration totale de notre continent ». Abordant un autre volet, Ahmed Hamdi, représentant de l’Union africaine veut que l’agenda de cette conférence continentale « soit axé sur le développement ». Par ailleurs, il convient de signaler que toutes les communications et messages de solidarités exprimés par les représentants de délégations ont focalise sur les « leçons de bravoure et de résistance que donne le peuple sahraoui au Maroc » ainsi que sur la libération de ce peuple qui, selon les intervenants, n’« est qu’une question de temps ». Aussi, un appel commun a été établi pour la libération des prisonniers de la RASD. Des propositions, des appels… mais aussi de la reconnaissance vis-à-vis de la femme et la jeunesse sahraouie au niveau des camps de réfugiés. Unanimes, les orateurs ont refusé en bloc à ce que l’Afrique soit frappée par le néo-colonialisme. Outre le film documentaire intitulé Pas d’alternative, un riche programme est prévu pour le reste des travaux de cette conférence continentale sur la cause sahraouie. L'après-midi a été consacrée au débat de « La décolonisation au Sahara occidental : responsabilité de l'Union africaine (UA) et des Nations unies ». « La crise des droits de l'homme au Sahara occidental », le « Mur de la honte » et le « Problème des mines dans les territoires sahraouis » ont figuré également à l'ordre du jour de cette rencontre d’envergure internationale. F. I.

Messahel : « Les deux entreprises disposent de potentialités humaines capables de relever les défis »

Le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, a affirmé hier à Alger que la Radio et la Télévision nationales disposaient de potentialités humaines capables de relever les défis. L'Algérie "fait face à des défis" mais "Je suis très optimiste" car la Radio et la Télévision "disposent de potentialités et des compétences humaines capables de les relever", a indiqué M. Messahel après avoir déposé une gerbe de fleurs au siège de la Radio et de la Télévision à l'occasion de la célébration du 51e anniversaire du recouvrement de la souveraineté sur ces deux entreprises. "Nous traversons une étape très importante dans l'histoire de notre pays et l'action journalistique se poursuit au service du citoyen pour l'informer des réalisations accomplies dans le pays", a-t-il dit. Le ministre a salué à cette occasion les travailleurs de la Radio et de la Télévision pour le travail "colossal" qu'ils accomplissent au service du citoyen algérien, les exhortant à poursuivre la marche "sur la voie des aînés".

CONFÉRENCE DE PRESSE À ALGER DE M. OULD SALEK MINISTRE DES AE DE LA RASD

L

e ministre des Affaires étrangères sahraoui, M. Mohamed Salem Ould Salek, a tenu, hier, à porter à la connaissance de l’opinion publique « les graves atteintes aux droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés.» Dans ce sens, il évoque notamment l’introduction d’éléments des forces armées marocaines au niveau des villes et villages des territoires sahraouis occupés et qui commettent « des crimes atroces contre les populations civiles désarmées, au mépris des principes humanitaires et moraux. » M. Mohamed Salem Ould Salek affirme que ces forces, en uniforme et en civil, « viennent du mur de la honte et répriment sauvagement les manifestations et les marches pacifiques revendiquant le droit à l’autodétermination et à l’indépendance du Sahara occidental. » Le ministre des Affaires étrangères sahraoui qui s’exprimait lors d’une conférence de presse animée au siège de l’ambassade de la RASD à Alger a souligné que « ces forces photographient leurs éléments en civil, ayant pour mission de jeter des pierres et brûler les pneus pendant les manifestations pacifiques, aux fins de justifier l’intervention musclée des éléments en tenue, comme cela s’est produit lors de la visite de l’envoyé personnel

Appel à mettre fin à la répression dans les territoires occupés
du représentant des Nations unies au Sahara occidental, M. Christopher Ross. » Poursuivant ses propos, il signalera qu’aucune personne blessée ou invalide ne peut se rendre à l’hôpital — quel que soit le degré de ses blessures — par peur de la torture. M. Mohamed Salem Ould Salek a relevé, dans ce contexte, que les blessés, qui se comptent par dizaines, préfèrent regagner leurs habitations plutôt que d’aller aux hôpitaux. Le ministre des Affaires étrangères sahraoui a lancé un pressant appel à l’Organisation des Nations Unies (ONU), à l’Union Africaine (UA) ainsi qu’à l’ensemble des organisations pour la défense des droits de l’homme et à la conscience universelle pour affronter cette situation « dangereuse » et faire pression sur l’occupant marocain en vue de mettre fin à cette répression sauvage des manifestations pacifiques des Sahraouis qui demandent la libération des détenus politiques dans les plus brefs délais et sans condition. « Nous en appelons à la Minurso dans le plein exercice de ses responsabilités et attributions à l’instar de toutes les missions onusiennes d’imposer le respect des droits de l’homme au Sahara occidental et de protéger les Sahraouis des exactions des forces d’occupation », a déclaré le chef de la

diplomatie sahraouie. M. Mohamed Salem Ould Salek a émis le souhait de voir l’UE « s’inspirer du Parlement européen qui n’a eu de cesse, ces dernières années, de dénoncer la répression subie par le peuple sahraoui. » Aussi, le ministre mettra en relief l’adoption, il y a quelques jours, du rapport Charles Tannock lequel rapport demande « l’arrêt de la répression, la libération des détenus politiques et la mise sur pied d’une commission en charge de rapatriement des dépouilles trouvés dans les fausses communes.» Le ministre des AE sahraoui a voulu tirer la sonnette d’alarme sur, affirme-t-il, « la stratégie, au grand jour, du gouvernement marocain, consistant à

« Christopher Ross remettra, fin octobre, un rapport d'étape au Conseil de sécurité »

Le ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Mohamed Salem Ould Salek, a indiqué hier à Alger que l’envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, Christopher Ross, va remettre, fin octobre courant, un rapport d'étape au Conseil de sécurité qui ne l'engage pas à prendre des décisions. "Le rapport que remettra au Conseil de sécurité, fin octobre, Christopher Ross, est un rapport d’étape informatif n’engageant pas le Conseil de sécurité à adopter des décisions", a déclaré M. Ould Salek.

Ph : Hammadi

inonder les pays voisins et limitrophes de drogue, par le biais de bandes criminelles.» Soraya Guemmouri