ANALYSE DU SECTEUR DES INDUSTRIES EXTRACTIVES A MADAGASCAR

Version finale 01 Octobre 2012

Les avis et opinions exprimés dans ce document sont ceux des auteurs, et ne reflètent pas forcément les vues du PGM-E/GIZ

Mandaté par: Programme Germano-Malgache pour l’Environnement (PGM-E) Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH BP 869. 101 Antananarivo Madagascar pgme-giz@blueline.mg Auteurs: RAJENARISON Lira RAZAFINDRAKOTO Benjamin

Antananarivo / Madagascar – 08 Octobre 2012

Table des matières
Table des matières ................................................................................................................ i Liste des tableaux ................................................................................................................. iii Liste des encadrés ................................................................................................................iv Liste des figures ....................................................................................................................iv Liste des cartes .....................................................................................................................iv Table des abréviations et acronymes .................................................................................... v Glossaire.............................................................................................................................. vii Résumé ................................................................................................................................ 1 1. Introduction .................................................................................................................... 3 1.1. 1.2. 2. 3. 4. Contexte ................................................................................................................. 3 Rappel des objectifs du mandat .............................................................................. 4

Méthodologie ................................................................................................................. 5 Facteurs favorisant ou limitant la mission ....................................................................... 6 Analyse des secteurs minier et pétrolier ......................................................................... 7 4.1. Capitalisation des études réalisées en matière d’industries extractives................... 7 Etudes réalisées en matière de gouvernance minière ...................................... 7 Etudes réalisées dans le domaine pétrolier.................................................... 19 Etat des lieux des permis miniers délivrés ..................................................... 21 Etat des lieux des permis pétroliers dans les trois régions ............................. 25 Cartographie des acteurs intervenant dans le secteur minier et pétrolier ....... 28 4.1.1. 4.1.2. 4.2. 4.2.1. 4.2.2. 4.2.3.

Cartographie des permis délivrés dans les 3 régions d’étude ............................... 21

5.

Procédure et réglementation dans la délivrance des permis miniers et pétroliers......... 29 5.1. Procédure et réglementation de délivrance des permis miniers ............................ 30 Procédure de demande de permis miniers..................................................... 33 Procédure d’octroi du permis minier............................................................... 38 Les obligations environnementales : réalisation d’EIE ou de PEE .................. 42 La question environnementale dans le secteur minier.................................... 65 La mise en œuvre des permis miniers ........................................................... 71 Cadre juridique .............................................................................................. 93 Procédures .................................................................................................... 93 Le Contrat pétrolier ........................................................................................ 94 Problèmes et lacunes .................................................................................... 96 5.1.1. 5.1.2. 5.1.3. 5.1.4. 5.1.5. 5.2. 5.2.1. 5.2.2. 5.2.3. 5.2.4. 5.3.

Procédures de délivrance de permis pétrolier ....................................................... 93

Comparaison des procédures entre les mines et les pétroles ............................... 98

6. Analyse des dispositions et mécanismes de participation publique et d’accès a l’information dans le cadre des industries extractives ........................................................ 100 6.1. Cadrage juridique de l’accès à l’information et de la participation publique ......... 101 Garanties générales d’accès à l’information et de la participation publique .. 101 i 6.1.1.

6.1.2. Cadrage de l’accès à l’information et la participation publique dans les dispositions environnementales ................................................................................. 104 6.1.3. Cadrage de l’accès à l’information et de la participation publique dans le domaine de l’industrie extractive ................................................................................ 108 6.2. Les mécanismes de concertation existant dans le domaine des industries extractives ..................................................................................................................... 119 6.3. Participation publique au processus de prise de décision, cas de l’application du décret MECIE ................................................................................................................ 134 6.3.1. Participation du public dans les étapes du Décret MECIE ............................ 134 6.3.2. Modalités de participation du public dans les étapes de préparation de l’évaluation du dossier................................................................................................ 135 6.3.3. 6.4. 6.5. Evaluation des mesures de participation publique dans le Décret MECIE.... 137 Analyse des moyens de recours disponibles....................................................... 140 Bonnes pratiques ................................................................................................ 145 Mécanismes de garantie d’accès à l’information .......................................... 145 Mécanisme de gestion des plaintes ............................................................. 147 Mécanisme de concertation ......................................................................... 147

6.5.1. 6.5.2. 6.5.3. 7. 7.1. 7.2. 7.3.

Le Programme GM-E/GIZ et les IE ............................................................................ 148 Référentiel du programme .................................................................................. 148 Cadres et approches d’intervention ..................................................................... 148 Activités PGM-E/GIZ et IE................................................................................... 155 Les Permis Environnementaux dans les zones d’intervention du programme 155 Interférences des IE avec les activités du PGM-E/GIZ ................................. 163 Commentaires ............................................................................................. 181

7.3.1. 7.3.2. 7.3.3. 8. 8.1. 8.2. 9.

Propositions ............................................................................................................... 182 Propositions d’ordre général ............................................................................... 182 Propositions spécifiques au PGM-E/GIZ et ses activités ..................................... 184

Conclusion ................................................................................................................. 189

Annexe – Termes de Référence ....................................................................................... 191 Bibliographie ..................................................................................................................... 195

ii

Liste des tableaux
Tableau 1 - Capitalisation des études réalisée en matière de Gouvernance minière et d’Evaluation Environnementale Stratégique .......................................................................... 8 Tableau 2 - Autres Guides et outils institutionnels ............................................................... 17 Tableau 3 - Etudes réalisées dans le domaine pétrolier ...................................................... 19 Tableau 4 - Articles de presse (liste non exhaustive) .......................................................... 20 Tableau 5 - Liste des sociétés et compagnies exerçant dans la Région Atsimo Andrefana (ayant à leur possession un permis d'exploitation) .............................................................. 21 Tableau 6 - Liste des sociétés et compagnies exerçant dans la Région Atsimo Andrefana (ayant à leur possession un permis de recherche) .............................................................. 23 Tableau 7- Liste des sociétés et compagnies minières exerçant dans la Région Boeny ..... 25 Tableau 8 - Liste des sociétés et compagnies minières exerçant dans la Région DIANA.... 25 Tableau 9 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région Atsimo Andrefana ............ 27 Tableau 10 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région Boeny ............................ 27 Tableau 11 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région DIANA ............................ 27 Tableau 12 - Cartographie des acteurs autres que privé intervenant dans le secteur minier et pétrolier au niveau des trois zones d’études ................................................................... 29 Tableau 13 - Les différents types de permis miniers ........................................................... 31 Tableau 14 - Ecarts constatés dans la procédure de demande d’un permis minier ............. 37 Tableau 15 - Rôles des différents acteurs intervenant dans le processus de demande d’autorisation et de permis .................................................................................................. 38 Tableau 16 - Validité, droits, obligations liés aux permis miniers ......................................... 40 Tableau 17 – Rôles et attributions des acteurs.................................................................... 42 Tableau 18 - Obligations environnementales en fonction du type de permis ....................... 44 Tableau 19 - Acteurs intervenant dans l’évaluation environnementale ................................ 44 Tableau 20 - Réalisation d'un PEE...................................................................................... 50 Tableau 21 - Les étapes de l’EIE et leurs interactions avec les étapes du Code Minier ...... 57 Tableau 22 – Carrés miniers et zones sensibles / protégées .............................................. 65 Tableau 23– Scénarii possibles en matière de délivrance de permis dans zones sensibles ou protégées ............................................................................................................................ 67 Tableau 24 - Attributions des acteurs dans la mise en œuvre ............................................. 71 Tableau 25 - Obligations spécifiques du promoteur ............................................................ 73 Tableau 26 - Recettes provenant des ristournes minières, état 2010 .................................. 78 Tableau 27 - Etat des frais d’administration reversés par le BCMM aux collectivités décentralisées au titre de l’année 2010 (tous exploitants confondus) .................................. 79 Tableau 28 - Communes bénéficiaires de frais d’administration dans la Région d’Atsimo Andrefana (tous exploitants confondus) .............................................................................. 79 Tableau 29 - Communes bénéficiaires de frais d’administration dans la Région de DIANA (tous exploitants confondus) ............................................................................................... 81 Tableau 30 - Les frais d’administration en attente de versement aux communes et régions par le BCMM ....................................................................................................................... 81 Tableau 31 - Communes futures bénéficiaires des Frais d’Administration dans la Région BOENY ............................................................................................................................... 81 Tableau 32 - Principales dispositions prévues par le code minier malgache et par la Loi sur les grands investissements miniers ..................................................................................... 90 Tableau 33 - Période d'Exploration ..................................................................................... 95 Tableau 34 - Tableau comparatif des procédures d’octroi de permis entre secteur minier et secteur pétrolier ................................................................................................ 98 Tableau 35 - Analyse du droit d’information dans le secteur minier sur la base des indicateurs de l’IA.............................................................................................................. 110 Tableau 36 - Analyse de la participation publique et dans le secteur pétrolier sur la base des indicateurs de l’IA.............................................................................................................. 116 Tableau 37 - Les mécanismes de concertation existant dans le domaine des industries extractives......................................................................................................................... 120 iii

Tableau 38 - Modalités de participation du public dans les étapes de préparation de l’évaluation du dossier....................................................................................................... 136 Tableau 39 – Liste des Produits et sous-produits ou Thématiques PGM-E/GIZ ................ 148 Tableau 40 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région de DIANA 156 Tableau 41 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région Boeny ..... 156 Tableau 42 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région Atsimo Andrefana ......................................................................................................................... 157 Tableau 43 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région de DIANA ............................................................................................................................... 161 Tableau 44 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région Boeny ......................................................................................................................................... 161 Tableau 45 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région Atsimo Andrefana ......................................................................................................................... 162 Tableau 46 - Activités PGM-E/GIZ et les IE dans la Région Atsimo Andrefana ................. 164 Tableau 47 - Activités PGM-E/GIZ et les IE dans la Région Boeny ................................... 177 Tableau 48 - PGM-E/GIZ et les IE au niveau central ......................................................... 179

Liste des encadrés
Encadré 1 : Sismique d'exploration ..................................................................................... 28 Encadré 2 - Différence entre PGEP - PGES - EIE et EES................................................... 43

Liste des figures
Figure 1 - Présentation de la taille actuelle d'un carré minier .............................................. 30 Figure 2 - Schéma synoptique du processus de délivrance et de mise en œuvre d’un permis minier .................................................................................................................................. 32 Figure 3 - Circuit des demandes des AERP (article 92 à 99 du Décret d’application du Code Minier .................................................................................................................................. 35 Figure 4 - Circuit des demandes des permis : PRE, PR, PE (articles 100 à 105) ............... 36 Figure 5 - Procédure d’octroi des permis miniers (PRE, PR, PE) ........................................ 39 Figure 6 – Schéma du processus MECIE............................................................................ 56 Figure 7 - Schéma organisation du secteur pétrolier et procédures de délivrance de permis ................................................................................................................................ 94 Figure 8 - Aperçu des procédures de mise en œuvre d'un Contrat pétrolier ............... 97 Figure 9 - Mécanisme de gestion des plaintes des projets ayant un permis environnementalONE (Source : ONE) ......................................................................................................... 144

Liste des cartes
Carte 1 - Carte des carrés miniers faisant l’objet d’exploration ou de recherche dans la région Atsimo-Andrefana .................................................................................................... 24 Carte 2 - Blocs pétroliers à Madagascar ............................................................................ 26 Carte 3 – Les zones d’intervention du PGM-E/GIZ à Madagascar ................................... 151 Carte 4 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région DIANA.............................. 152 Carte 5 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région Boeny .............................. 153 Carte 6 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région Atsimo Andrefana ............ 154 Carte 7 – Carte zone du projet IE SAKOA et Sites de conservation ................................. 175 Carte 8 - Mine et NAP Tsinjoriake .................................................................................... 176

iv

Table des abréviations et acronymes
AERP AVG BCMM CC CCD CCE CCP CCPTFE CIME CLC CLL CNE CNM COFAV CPM CRGP CSE CSER CTE CTD DGF DIANA DREF EIE EITI FBE GCF GDRN GIF GIZ ICMM IA IE IFPB IFT KASTI LGIM MECIE MNP NAP OMH OMNIS ONE ONG OPCI OSC PAG PAP PE 3 PGEP Autorisation Exclusive de Réservation de Périmètres Alliance Vohary Gasy Bureau du Cadastre Minier de Madagascar Conseil Communal Comité Communal de Développement Cahier des Charges Environnemental Contrat de Partage de Production ou « Contrat » Cercle de Concertation des Partenaires Techniques et Financiers – Secteur Environnement Comité InterMinistériel de l'Environnement Comité Local de Coordination Comité Local de Liaison Conseil National pour l'Environnement Comité National des Mines Corridor forestier Fandriana Ambositra Vonondrozo Comités Provinciaux des Mines Commission Régionale de Gestion de Plaintes Comité de Suivi Environnemental Comité de Suivi Environnemental Régional Comité Technique d’Evaluation Collectivité Territoriale Décentralisée Direction Générale des Forêts Diégo Ambilobe Nosy Be Ambanja Direction Régionale de l’Environnement et des Forêts Etude d’Impact Environnemental Extractive Industries Transparency Initiative Filière Bois Energie Gestion Contractualisée des Forêts Gestion Décentralisée des Ressources Naturelles Gestion Intégrée des Feux Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit International Council Mining and Metals Initiative d’Accès Industries Extractives Impôt foncier sur les propriétés bâties Impôt foncier sur les terrains Komitin’ny Ala Sy Tontolo Iainana Loi sur les Grands Investissements Miniers Mise En Compatibilité des Investissements avec l’Environnement Madagascar National Parks Nouvelle Aire Protégée Office Malgache des Hydrocarbures Office Militaire et Nationale des Industries Stratégiques Office National pour l’Environnement Organisation Non Gouvernementale Organisme Public de Coopération Intercommunale Organisations de la Société Civile Plan d’Aménagement et de Gestion Personne Affectée par le Projet Programme Environnemental phase 3 Plan de Gestion Environnemental du Projet v

PGM-E PGRM PRE PREE PTF RVI SAPM SCADD SDD SRAT STD TDR TGRF ZF

Programme Germano-Malgache pour l’Environnement Programme de Gouvernance des Ressources Minières Permis Réservé aux petits Exploitants miniers Programme d’Engagement Environnemental Partenaires Techniques et Financiers Reboisement Villageois Individuel Système des Aires Protégées de Madagascar Schéma Communal de l’Aménagement pour le Développement Durable Structure De Dialogue Schéma Régional de l’Aménagement du Territoire Services Techniques Déconcentrés Termes De Référence Transfert de Gestion des Ressources Forestières Zonage Forestier

vi

Glossaire
Décentralisation Collectivité Décentralisée Territoriale Une portion du territoire national dans laquelle l’ensemble de ses habitants électeurs de nationalité malagasy dirige l’activité régionale et locale en vue de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique et technologique de sa circonscription. Elle assure, avec le concours de l’Etat, l’aménagement du territoire, la protection de l’environnement, l’amélioration du cadre de vie ainsi que la préservation de son identité. Elle est dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle assure avec le concours de l’Etat la sécurité publique et l’administration. [article premier, Loi n° 94-008 du 26 avril 1995 fixant les règles relatives à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions des collectivités territoriales décentralisées (J.O. n° 2304 du 05.06.95, p. 1197 vm et 1247 vf, Edition spéciale)]

Les Collectivités territoriales décentralisées sont des personnes morales de droit public dotées de l’autonomie financière et administrative. [article premier LOI N° 95-005 DU 21 JUIN 1995 relative aux budgets des Collectivités territoriales décentralisées (J.O. n° 2308 du 03.07.95, p. 1426 vm et 1440 vf)] Organisme Public de Coopération Etablissement public local à caractère administratif, Intercommunale regroupant plusieurs communes. Il est doté de la personnalité morale et jouit de l’autonomie financière. [Art. 4 – Décret n° 99 – 952 du 15 décembre 1999 portant réglementation de la création, de l’organisation et du fonctionnement d’un Organisme Public de Coopération Intercommunale (OPCI)] Environnement & Forêts Agrément environnemental ou l’Acte administratif délivré selon le cas par l’Office Certificat de conformité National de l’Environnement (certificat de conformité) ou le Ministère de tutelle de l’activité (agrément environnemental), après avis technique favorable du CTE pour l’Etude d’Impact Environnemental (EIE) ou de la Cellule Environnementale concernée pour le Programme d’Engagement Environnemental (PREE). (cf articles 38 et 40 du Décret) Catégorisation (screening) la procédure qui permet d’identifier si un projet doit faire l’objet d’une EIE, d’un PREE, ou ni de l’un ni de l’autre. Cellule Environnementale La cellule établie au niveau de chaque Ministère sectoriel, et chargée de l’intégration de la dimension environnementale dans les politiques sectorielles respectives, dans une optique de développement durable vii

de Le Comité dont les attributions sont définies par le Décret n° 97-823 du 12 Juin 1997 portant création, organisation et fonctionnement du CIME. Il est garant de l’intégration réelle et effective des impératifs de la gestion de l’environnement pour un développement durable. Comité Technique d’Evaluation ad Le Comité Technique d’Evaluation ad hoc chargé hoc (CTE) de l’évaluation du dossier d’EIE prévu par le Décret MECIE Communauté de base Groupement volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et obéissant à des règles de vie commune. Elle regroupe selon le cas les habitants d’un hameau, d’un village ou d’un groupe de villages. Elle est dotée de la personnalité morale. La communauté de base a pour objet la gestion locale des ressources naturelles renouvelables Commune de rattachement La collectivité dans le ressort de laquelle se trouvent les ressources forestières gérées Conseil National pour Organisme indépendant, à vocation consultative l’Environnement (CNE) chargée de veiller à l’orientation générale en matière d’environnement Environnement Ensemble des milieux naturels et artificiels, y compris les milieux humains, les facteurs sociaux et culturels qui intéressent le développement national Etude d’Impact Environnemental L’étude qui consiste en l’analyse scientifique et (EIE) préalable des impacts potentiels prévisibles d’une activité donnée sur l’environnement, et en l’examen de l’acceptabilité de leur niveau et des mesures d’atténuation permettant d’assurer l’intégrité de l’environnement dans les limites des meilleures technologies disponibles à un coût économiquement acceptable Gestion Contractualisée des Forêts Un mode de transfert de gestion des forêts aux communautés de base en vue d’une gestion locale durable et sécurisée des ressources forestières ; (art 3. Décret n° 2001-122 fixant les conditions de mise en œuvre de la gestion contractualisée des forêts de l’Etat Guichet unique L’expression Guichet unique n’a pas de contenu juridique à proprement parler. Elle signifie qu’une entité est créée à l’effet de rassembler en un seul lieu des tâches éparses, de les placer sous la seule autorité de l’ONE, et d’établir ainsi une structure opérationnelle, efficace et offrant aux opérateurs comme au public des services rapides et de haute qualité. Maître d’ouvrage Expression généralement utilisée pour désigner la personne physique ou morale pour laquelle un travail est accompli Maître d’ouvrage délégué Il agit comme délégataire du Maître de l’ouvrage, c’est-à-dire en son nom et pour son compte, dans les limites fixées par le présent décret Ministère chargé de l’Environnement Maître d’ouvrage, chargé de la supervision de l’ONE viii

Comité InterMinistériel l’Environnement (CIME)

et du contrôle dans la mise en © du processus MECIE. A cet effet, le Ministère chargé de l’Environnement contrôle si, oui ou non, l’ONE applique la législation MECIE correctement, à la fois au niveau de la délivrance du permis environnemental et au niveau du suivi de conformité Office National de l’Environnement Organe opérationnel, maître d’ouvrage délégué et guichet unique pour la mise en compatibilité des investissements avec l’environnement, placé sous la tutelle du Ministère chargé de l’Environnement. L’ONE est ainsi appelé à assurer la coordination des CTE, la direction de l’évaluation des EIE et la délivrance des permis environnementaux, la coordination du suivi de la conformité des plans de gestion environnementale. Permis Environnemental L’Acte administratif délivré par l’Office National de l’Environnement sur délégation permanente du Ministre chargé de l’Environnement, et à la suite d’une évaluation favorable de l’EIE par le CTE. Plan de Gestion Environnementale Il constitue le cahier de charges environnemental du Projet (PGEP) dudit Projet et consiste en un programme de mise en œuvre et de suivi des mesures envisagées par l’EIE pour supprimer, réduire et éventuellement compenser les conséquences dommageables du projet sur l’environnement. Programme d’Engagement Un programme géré directement par la Cellule Environnemental (PREE) Environnementale du Ministère sectoriel dont relève la tutelle de l’activité, qui consiste en l’engagement du promoteur de prendre certaines mesures d’atténuation des impacts de son activité sur l’environnement, ainsi que des mesures éventuelles de réhabilitation du lieu d’implantation. Promoteur ou investisseur Le maître d’ouvrage du projet Quitus environnemental L’Acte administratif d’approbation par lequel l’organe compétent qui avait accordé le permis environnemental reconnaît l’achèvement, la régularité et l’exactitude des travaux de réhabilitation entrepris par le promoteur et le dégage de sa responsabilité environnementale envers l’Etat Termes de Référence (TDR) Par lesquels est fixé le cadre du contenu et de l’étendue d’une EIE (cf. article 12) Valorisation économique Exploitation à but commercial des ressources forestières s’inscrivant dans le cadre d’une gestion durable des forêts Zone sensible Elle est constituée par : • Un ou plusieurs éléments de nature biologique, écologique, climatique, physico-chimique, culturelle, socio-économique, caractérisée par : • Une valeur spécifique et une certaine fragilité visà-vis des activités humaines et des phénomènes naturels susceptibles de modifier lesdits éléments, et / ou de dégrader voire de détruire ladite zone.

ix

Liste des zones sensibles : Les récifs coralliens ; les mangroves ; les îlots ; les forêts tropicales ; les zones sujettes à érosion ; les zones arides ou semiarides sujettes à désertification ; les zones marécageuses ; les zones de conservation naturelle ; les périmètres de protection des eaux potables, minérales ou souterraines ; les sites paléontologiques, archéologiques, historiques ainsi que leurs périmètres de protection Mines Administration Administration minière L’Administration de l’Etat Le Ministère chargé des Mines et l’ensemble de ses services centraux ou déconcentrés Autorisation exclusive de Autorisation exclusive de réservation de périmètre réservation de périmètre accordée pour un périmètre spécifique conformément aux dispositions du Code minier Carré Configuration géométrique sur la surface de la terre, qui représente l’unité de base de l’espace à l’intérieur duquel les droits sont conférés par les permis miniers ; chaque carré est la base d’un volume solide en forme de pyramide renversée dont le sommet est le centre de la terre ; les côtés du carré sont de six-cent-vingt-cinq mètres (625 m), orientés Sud-Nord et Ouest-Est parallèlement aux axes de coordonnées Laborde ou selon tout autre système de quadrillage éventuel, adopté ultérieurement par l’Administration minière Carrière Tous gîtes de substances de carrière Carte de retombées minières Carte sur laquelle sont portés tous les permis miniers en vigueur, les carrés disponibles, les réserves temporaires, les Autorisations Exclusives de Réservation de Périmètre (AERP), les gîtes fossilifères ainsi que les zones protégées Etude d’impact environnemental Document portant engagements environnementaux du titulaire, en ce qui concerne le permis « E », dont les détails sont précisés par voie réglementaire Exploitation Toute opération qui consiste a extraire ou à séparer des gîtes naturels ou des eaux, des substances minérales pour en disposer à des fins utilitaires ou esthétiques et comprenant à la fois les travaux préparatoires, l’extraction et éventuellement l’installation et l’utilisation des facilités destinées au traitement et à l’écoulement de la production Faute grave Toute omission ou commission dans l’exercice des activités, pouvant mettre en péril la santé ou la sécurité publiques, ainsi que l’environnement Fossiles Les restes, l’impression ou les traces laissées par un animal ou une plante d’une ère géologique antérieure, et qui sont préservés dans la terre ; font partie des fossiles les bois fossilisés Frais d’administration minière Les frais dus par le titulaire, en recouvrement des annuels par carré coûts des prestations et de la gestion des droits attachés au permis minier qui sont garantis par l’Administration ; ils sont fixés par carré. x

Gisement

Tout gîte naturel de substances minérales économiquement exploitable dans les conditions du moment ou prévues pour l’avenir Gîte fossilifère Toute concentration de fossiles dans la terre Investison Barrière réalisée en béton dans une exploitation de mine souterraine, et destinée à séparer deux mines contiguës appartenant à deux permissionnaires différents Mine Tout gîte de substances minérales qui ne sont classées ni en carrière ni en fossiles ; le Ministre chargé des Mines déterminera, en tant que de besoin, par arrêté les substances minérales pour lesquelles les gîtes sont considérés mines Orpaillage Exploitation des gîtes alluvionnaires d’or par des techniques artisanales, à l’exclusion des travaux souterrains Périmètre Le carré ou l’ensemble de plusieurs carrés contigus ou jointifs qui font l’objet d’un permis minier ou d’une demande de permis minier Périmètre du projet L’ensemble constitué par le périmètre d’exploitation minière, ainsi que les terrains occupés ou réservés par le titulaire dans le cadre de son projet Permis Miniers Les permis de recherche et/ou d’exploitation, octroyés conformément aux dispositions du présent Code Permis standard Le permis de recherche ou le permis d’exploitation Permis « E » Confère à son titulaire le droit exclusif d’entreprendre l’exploitation ainsi que la prospection et la recherche à l’intérieur du périmètre délimité Permis « R » Confère à son titulaire le droit exclusif d’effectuer la prospection et la recherche à l’intérieur du périmètre délimité Permis Réservé aux petits confère le droit d’entreprendre à la fois prospection, Exploitants miniers « PRE » recherche et exploitation à l’intérieur du périmètre délimité Petits exploitants Tous exploitants des mines à ciel ouvert ou sous terre jusqu’à une profondeur à fixer par voie réglementaire suivant la nature de leurs travaux, qui utilisent des techniques artisanales sans transformation des minéraux sur le lieu de l’extraction ; la petite exploitation minière est l’activité du petit exploitant. Sont classés dans cette catégorie, les groupements de petits exploitants miniers et les groupements d’orpailleurs quelque soit le nombre de leurs membres respectifs Plan d’engagement Document portant engagements environnementaux environnemental du titulaire, en ce qui concerne les permis « R » ou les permis « PRE », dont les détails sont précisés par voie réglementaire Prospection L’ensemble des opérations qui consistent à procéder à des investigations superficielles en vue de la découverte des indices de substances minérales Recherche L’ensemble des travaux géologiques, géophysiques ou géochimiques, exécutés sur la terre ou en xi

profondeur, en vue d’évaluer des indices ou gîtes de substances minérales pour en établir la nature, la forme, la qualité, la continuité et le volume, ainsi que les conditions de leur exploitation, concentration, transformation commercialisation, et de conclure à l’existence ou non de gisements exploitables Redevance Minière La perception effectuée au profit de l’Etat et des institutions sectorielles nationales, qui est due sur la valeur des produits des mines à leur première vente Ristourne La perception au profit de la Province Autonome, de la Région et des Communes, qui est due sur la valeur des produits des mines à leur première vente Substances de carrière Toutes substances minérales destinées à la production de granulats (moellons, pavés, pierres plates, graviers, gravillons et sables) et de produits d’amendement de terres locales pour la culture (y compris les tourbières, mais à l’exception des phosphates, nitrates et sels alcalins) ; les substances de carrière sont exploitées à ciel ouvert ou en souterrain Substances minérales Toutes substances naturelles inorganiques, amorphes ou cristallines, solides, liquides ou gazeuses, situées en surface ou en profondeur, ou sous les eaux Techniques artisanales et de petites Les méthodes traditionnelles qui comprennent mines essentiellement l’emploi d’outils manuels et la force humaine ou animale pour l’extraction et le traitement des substances minérales du sol ou du sous-sol ; rentrent dans cette catégorie le recours au système de haute intensité de main-d’œuvre (système HIMO) ainsi que l’utilisation des équipements mécanisés et des explosifs dont les caractéristiques techniques sont précisées par arrêté Territoire National Le territoire national de la République de Madagascar, son plateau continental, ses eaux territoriales et sa zone économique exclusive, tels qu’ils sont définis par la loi et les conventions internationales expressément ratifiées par la République de Madagascar Titulaire La personne physique ou morale au nom de laquelle le permis minier est libellé Transformation L’ensemble des opérations qui consistent à donner aux substances minérales un autre aspect que celui d’origine, en vue de les valoriser Transport L’acte matériel de déplacement des substances minérales d’un endroit à un autre lieu, tel le déplacement des produits de la mine du lieu de production à celui d’entreposage Zones protégées Toute portion de superficie du territoire national (zones, réserves et aires,...) classée et protégée par diverses légalisations spécifiques (environnement, forêt, tourisme, autre) et dont la réglementation minière considère/reprend comme étant une zone protégée au sens du présent Code minier xii

Pétrole Secteur amont Activités amont

Développement

Domaine minier national

Exploitation

Exploration

Gaz naturel

Hydrocarbures Opérateur

Toutes opérations de prospection, de recherche, d’exploration, d’exploitation, de transformation et de transport d’hydrocarbures liquides, solides ou gazeux produits Les Opérations Pétrolières telles que : A) forage de puits de développement ; B) la conception, l'ingénierie, la construction, la mobilisation, l'opération et la Démobilisation des matériels, pipelines, équipements et systèmes nécessaires pour implantation de puits requis pour l'exploitation du Pétrole ainsi que pour la transformation et le traitement du Pétrole extrait du réservoir dans le Périmètre d'Exploitation et pour la livraison dudit Pétrole; C) la conception, l'ingénierie, la construction, la mobilisation, l'opération et la Démobilisation de toute autre installation ou activités additionnelles ou nécessaires pour la planification, la préparation ou la conduite d'une manière diligente desdites activités suivant le Plan de Développement approuvé tel prévu par la Loi Malgache. L’ensemble des zones où s’effectuent des activités de prospection, de recherche, d’exploration, d’exploitation, de transformation et de transport d’hydrocarbures Les opérations de Développement et de Production incluant la planification, la préparation, la construction, la mobilisation et Démobilisation des installations, pipelines, équipements et systèmes afin d’entreprendre les opérations d’une manière diligente. Toutes les activités entreprises afin de détecter l’existence du pétrole, par des méthodes géologiques, pétrophysiques, géophysiques, géochimiques et géotechniques et par le forage de tout Puits d’Exploration, de Puits d’Evaluation en dehors du périmètre d’Exploitation, ainsi que de toute autre activité effectuée durant la période d’Exploration tel que stipulée dans le présent Contrat ; Tout hydrocarbure à l’état gazeux sous les conditions atmosphériques normales, incluant le gaz humide, le gaz sec, et le reste des résidus gazeux après l’extraction des hydrocarbures liquides incluant le gaz naturel Associé ou le gaz Naturel Non-Associé à l'état gazeux qui sont libres ou dissous dans le Pétrole liquide et contenant des proportions variées de gaz non hydrocarboné dans les conditions du réservoir Les hydrocarbures solides, liquides ou gazeux, lorsqu’il n’est pas donné de précision de nature. Une entité légale agissant au nom et pour le compte xiii

Opérations pétrolières

Périmètre contractuel

Périmètre d’Exploitation

Pétrole

Pétrole disponible

Pétrole liquide

des Parties du présent Contrat pour la gestion journalière des opérations d’Exploration et d’Exploitation et celle relative aux activités pétrolières L’Exploration, l’Exploitation, le Transport et toute autre activité liée à ces opérations, ainsi que la planification et les préparations de telles activités améliorées suivant le Code Pétrolier malagasy applicable et le CPP. Les Opérations Pétrolières comprennent : A) la conception, l’ingénierie, l’installation, la maintenance et la réparation des pipelines, les machines et tout autre équipement ou système requis pour la Production, le forage et les Opérations liées au Puits ; B) l’extraction, l’injection, la stimulation, la collecte, la transformation, le stockage, le transport et la livraison du Pétrole au Point de livraison ; C) la conception, l’ingénierie, la construction, la mobilisation et la Démobilisation des équipements et matériels nécessaires pour améliorer la récupération ; D) l’obturation et l’abandon du puits, la Démobilisation des installations incluant le démantèlement et l’enlèvement des équipements ou matériels utilisés dans les Opérations Pétrolières, et E) la vente du Pétrole s’il y a lieu. Périmètre stipulé dans le Contrat à la Date d’Entrée en Vigueur et par la suite le périmètre réduit suite au rendu. La partie du Périmètre Contractuel désigné comme étant le Périmètre d’Exploitation dans le Plan de Développement approuvé conformément au Code Pétrolier et au Contrat. Toute substance naturelle, organique existant dans leur état naturel dans le sous-sol composée de carbone et d’hydrogène normaux et organiques, ainsi que d’autres substances extraites comme étant la conséquence de l’association avec de telles hydrocarbures, y compris le pétrole brut, le gaz naturel et leurs dérives, ainsi que les proportions variées des éléments non hydrocarbonés naturellement contenus dans le Pétrole suivant les conditions de réservoirs. La part de Pétrole extrait des réservoirs du Périmètre Contractuel, diminuée de la Redevance versée à l’Etat Malgache, qui est disponible pour le Contractant pour le besoin des Opérations Pétrolières, pour le recouvrement des coûts engagés par les Contractants et pour le paiement du Profit Pétrolier revenant aux Parties. Tous les hydrocarbures liquides existant dans leur état naturel dans le sous-sol, ainsi que toutes autres substances extraites en association avec de tels xiv

Production

Profit pétrolier

Puits

Puits de Développement

Puits d’Evaluation

Puits d’Exploration

Société nationale Transformation Transport Secteur aval Activités du secteur pétrolier aval

hydrocarbures L’extraction du Pétrole à partir d’un ou plusieurs réservoirs, le forage des puits pour l’extraction, l’injection, la récupération améliorée, en plus du traitement, de la transformation et du stockage pour le transport et le débarquement des produits sur le marché (pour la vente ou la consommation), excepté le transport ou le chargement en vrac aussi bien que la construction, la mobilisation, l’opération et l’utilisation des installations fixe ou flottante pour le besoin de la production. La part du Pétrole extrait diminué de la quantité de Pétrole destiné pour la redevance et le recouvrement des coûts alloués aux Parties conformément aux termes et dispositions du Contrat. Un trou fait dans le sous-sol par un forage sauf le forage peu profond ayant seulement pour objectif le calibrage sismique et qui n'a pas été réalisée pour traverser les couches pétrolifères. Un Puits foré après la date d'approbation du Plan de Développement dans le but de produire du Pétrole, ou d'augmenter ou d'accélérer la production, y compris les Puits d'injection et les Puits secs. Tout Puits foré dans le Périmètre d’Exploitation sera considéré comme un « Puits de Développement Un Puits foré dans le but d'évaluer le potentiel commercial d’une structure ou trait géologique dans lequel du Pétrole a été découvert Un Puits foré dans le but de confirmer la présence de Pétrole dans une structure séparée ou trait géologique dans laquelle aucune Découverte Pétrolière n'a encore été faite Une société nationale chargée des activités « amont » des hydrocarbures Le traitement des hydrocarbures solides et gazeux en pétrole brut Le transport par canalisation des hydrocarbures de la tête du puits jusqu’au point de livraison Activités relatives à l’importation, la transformation, le transport, le stockage, la distribution et, la vente d’hydrocarbures Le Ministère chargé de l’Energie L’autorisation de construction et/ou de modification des installations dans la chaîne d’approvisionnement l’ensemble des infrastructures nécessaires à la réception, stockage et expédition des produits pétroliers Le pétrole brut, les produits pétroliers et le gaz naturel Les installations et équipements logistiques d’approvisionnement, de stockage et de transport massif de produits pétroliers xv

Administration Autorisation de Travaux Pétroliers Dépôts

Hydrocarbures Infrastructures essentielles

Installations pétrolières Licence d’Exploitation hydrocarbures OMH Produits pétroliers

Transformation

Toutes les infrastructures relatives aux activités pétrolières des l’autorisation d’exercer des opérations et activités dans la chaîne d’approvisionnement L’Office Malgache des Hydrocarbures, chargé de la régulation du secteur pétrolier aval Dérivés de distillation du pétrole brut par raffinage ou tout autre procédé de transformation chimique à l’état liquide ou solide comprenant, de manière non limitative, tous les produits définis dans les textes d’application tels que : - Butane commercial, - Essence, - Fuel oil, - Gas-oil, - Pétrole lampant, - Kérosène. - Lubrifiants, - AVGAS. Le traitement du pétrole brut en produits pétroliers

xvi

Résumé
Madagascar est réputée riche en ressources naturelles tant renouvelables que non renouvelables. Cette richesse en ressources naturelles contraste beaucoup avec l’extrême pauvreté de sa population. Pour faire face à de telle situation, Madagascar a mis en perspectives ses ressources naturelles et compte les utiliser comme levier pour le développement du pays tant aux niveaux local et régional, que national. L’industrialisation du pays est mise en avant et est associée avec la recherche d’indépendance en matière de ressources énergétiques. Dans le secteur minier et des ressources minérales (y compris pétrolières), un nouveau cadre juridique pour les grands investissements, et des outils légaux et institutionnels du secteur pour attirer les investisseurs étrangers sont mis en œuvre. Ce qui a pour effet des engouements de plus en plus croissants des investisseurs privés vers les industries extractives, notamment l’installation des grands projets en matière minière ou pétrolière. Ces industries extractives sont attendues de constituer un moteur pour le développement du pays au travers, entre autres, la perception des recettes considérables pour l’Etat et les Collectivités Décentralisées, la création de nouvelles infrastructures ainsi que des emplois indirects et directs pour les populations, sous réserve d’un respect scrupuleux des règles de la bonne gouvernance et de la préservation, sinon, des limitations des pressions exercées sur l’environnement résultant de ces opérations extractives. Avec l’essor des industries extractives, les initiatives environnementales comme le PGME/GIZ, sont cependant prises au dépourvu, et accusent des effets et impacts négatifs résultant des activités d’exploration et d’exploitation des ressources minières et pétrolières. En fait, les connaissances sur les industries extractives sont très limitées au niveau du pays. Les études publiées consacrées sur les IE, en ce qui concerne Madagascar sont très rares. L’accès aux documentations et informations sur les IE est très difficile voire impossible, au vu des caractères stratégiques attribués aux secteurs minier et pétrolier. Bien que les cadres juridiques des IE soient élaborés et guident leur implantation, il convient de relever que les procédures pour leur mise en œuvre sont très complexes et ne sont pas à la portée des populations, notamment des collectivités et des communautés de base. En tout cas, les procédures relatives aux mines présentent des difficultés moindres par rapport aux procédures du secteur pétrolier « amont » qui est caractérisé par l’absence de textes d’application de son cadre juridique de base. Dans ce contexte, les populations, les communes et les services déconcentrés localisés dans les zones d’IE ne sont pas jusqu’à présent intégrés à temps conformément aux lois et règlements dans le processus de consultation et information publique inhérente à l’évaluation environnementale, la planification et la réalisation / mise en œuvre des activités dans les secteurs minier et pétrolier. La répartition et l’affectation des recettes générées par les IE en direction des CTD et des ayant droits ne sont pas effectives. En parallèle, les activités et les zones d’intervention du PGM-E/GIZ (Atsimo Andrefana, Boeny, DIANA) sont perturbées et sont exposées à des risques importants (perte de la biodiversité, exploitation illicite des ressources forestières, intégrité des sites entachée). Ces zones semblent être comprises dans les blocs pétroliers : (i) Sud-ouest : 3110 (Essar Energy) ; 3111 (Tullow) ; 3112 (Madagascar Southern Petroleum) ; 3113 (Madagascar Energy International Ltd); 3114 (Petromad), 3115 (Essar Energy) ; (ii) Boeny : 2102 (Wilton Petroleum); 2103 (Majunga Oil Sarl); (iii) DIANA : 1101 (EAX/Candax).

1

Elles comptent actuellement au total quelques 69 IE dont 52 dans le secteur minier (Atsimo andrefana : 42 ; Boeny : 04 : DIANA : 06), et 17 dans le secteur pétrolier (Atsimo Andrefana : 07 ; Boeny : 07 ; DIANA : 02). Dans de telle circonstance, le PGM-E/GIZ est contraint de cohabiter avec les IE. Aussi, les procédures et réglementations relatives aux IE et à l’évaluation environnementale y rattachée, lui permettant de mieux orienter ses interventions sont largement exposés dans le chapitre 5 du présent rapport. Il s’agit des procédures se rapportant à la délivrance des permis miniers et pétroliers comprenant la demande, l’octroi, les questions et les obligations environnementales, et la mise en œuvre des permis. Les actions à développer, formulées en propositions dans le présent document, au-delà de celles dictées dans le document fondateur de PGM-E/GIZ, qui tiennent toujours malgré les effets et impacts des IE, sont pour sa part présentées dans le chapitre 8. Elles sont élaborées sur la base des connaissances et des enseignements conciliant l’environnement et les IE, dont celles relevées depuis les dix dernières années contenues dans le chapitre 4, et des bonnes pratiques citées dans 6.5, d’une part, et d’autre part, des réalités qui prévalent dans les zones d’intervention du programme, où l’on assiste à un voisinage forcé et une cohabitation inédite entre les IE et les actions environnementales et forestières du programme (chapitre 7). Dans ce schéma, les communautés de base, les communes, les éléments de la société civile restent les acteurs les plus concernés, à qui est-il nécessaire d’apporter des appuis pour qu’ils puissent bénéficier convenablement de ses droits acquis des IE édictés par les lois. Aussi, les propositions avancées sont de deux ordres – propositions d’ordre général et propositions d’ordre spécifique au PGM-E/GIZ et ses activités - qui peuvent se compléter ou tout simplement, qui se font appel mutuellement à l’un et à l’autre pour la concrétisation et l’application. Les propositions d’ordre général se rapportent surtout (i) à la Sécurisation juridique des terres / sites forestiers ; (ii) à la Spécification des droits des populations aux informations notamment sur les IE et stipulation des dispositions contraignantes à l’endroit des IE en matière d’informations ; (iii) à l’Elaboration de mécanismes et procédures de gestion unique des recettes issues des IE au niveau des CTD (Régions, Communes) y compris un système de péréquation de répartition des recettes et (iv) la Coordination des actions face aux IE. Les propositions d’ordre spécifique au PGM-E/GIZ et ses activités, par contre se focalisent sur (i) les préparatifs pour prévenir la venue et la cohabitation éventuelle avec une IE dans la zone d’intervention ; (ii) les actions urgentes à initier en cas d’une IE ; et (iii) les stratégies, approches et outils à mettre en œuvre dans le cas de développement d’une IE dans les zones d’intervention du programme, soit dans le cadre d’une cohabitation du PGM-E/GIZ avec une ou plusieurs IE. Les propositions intéressent à la fois l’équipe du PGM-E/GIZ Central et les Antennes régionales, mais aussi concernent ses acteurs et partenaires tant au niveau des terrains (communes, communautés de base, OPCI, Régions, Directions Techniques régionales, OSC) qu’à l’échelle centrale (AVG, ONE, GIE, BCMM). Dans tous les cas, les propositions sont valides autant sur le court terme, que le moyen terme et le long terme.

2

1. Introduction
1.1. Contexte Madagascar, l’île-continent d’une superficie totale de l’ordre de 590 000 km2 avec une population estimée à 20 millions d’habitants, se singularise, d’une part, par une biodiversité exceptionnelle taxée d’unique au monde, et d’autre part, par un contexte géologique exceptionnel qui lui offre à la fois un potentiel minier énorme et de fortes probabilités de présence de gisement de pétrole. Madagascar dispose de près de 10 millions d’hectares de forêts et 5 600 km de linéaire côtier. L’écosystème malagasy sert comme habitat d’environ 12 000 espèces de plantes, 370 espèces de reptiles, 244 espèces d’amphibiens, 283 espèces d’oiseaux, 154 espèces de poissons et 99 espèces et sous-espèces de lémuriens, dont la plupart sont endémiques à la grande île. Le sol et les sous-sols malgaches regorgent de pierres précieuses et semi-précieuses (saphir, rubis, aigue-marine, tourmaline, topaze, améthyste, émeraude…) mondialement connues, mais aussi des minerais à hautes valeurs industrielles (ilménite, nickel, cobalt, charbon de terre, fer, bauxite, …). La présence d’huiles lourdes dans certaines régions de l’île constitue un indice tangible et convaincant sur l’existence du pétrole dans le pays. Cette richesse en ressources naturelles contraste beaucoup avec l’extrême pauvreté de sa population qui renvoie Madagascar comme l’un des pays les plus pauvres de la planète. Son revenu par habitant se situe autour de 400 US$ (Banque mondiale – méthodologie de l’Atlas) et près de 2/3 de ses ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté. Pour faire face à de telle situation, Madagascar a mis en perspectives ses ressources naturelles et compte les utiliser comme levier pour le développement du pays tant aux niveaux local et régional, que national. A ce titre, en se souscrivant aux concepts et mouvements de la globalisation, Madagascar a adopté un système d’économie de marché qui se caractérise par la mise en place d’un environnement socioéconomique attractif et favorable au développement du secteur privé national, par la recherche de l’investissement étranger, ainsi que par le désengagement de l’Etat du secteur productif. L’industrialisation du pays est mise en avant et est associée avec la recherche d’indépendance en matière de ressources énergétiques. Madagascar a ainsi procédé à l’adaptation de ses outils et instruments juridiques, en accord avec cette politique de développement, pour être en phase avec les nouvelles exigences entraînées par une évolution concurrentielle et imprévisible, résultant de la mondialisation. Dans le secteur minier et des ressources minérales (y compris pétrolières), avec la mise en œuvre d’un nouveau cadre juridique pour les grands investissements, les outils légaux et institutionnels du secteur sont révisés ou élaborés de manière à attirer les investisseurs étrangers. Ce qui a pour effet des engouements de plus en plus croissants des investisseurs privés vers les industries extractives, notamment l’installation des grands projets en matière minière ou pétrolière. Ces prises d’initiatives sont aidées par le contexte mondial caractérisé d’une part, par un « boom » du prix des métaux et autres commodités, et d’autre part, par la hausse vertigineuse du prix du baril du pétrole observée depuis quelques années, engendrant une tendance à la baisse des extractions des gisements exploités, obligeant en corollaire les compagnies pétrolières à instaurer une gestion rationnelle de leurs gisements, et à rechercher des pays vierges comme Madagascar. Ces activités ou ces industries extractives sont attendues de constituer un moteur pour le développement du pays au travers, entre autres, la perception des recettes considérables 3

pour l’Etat et les Collectivités Décentralisées, la création de nouvelles infrastructures ainsi que des emplois indirects et directs pour les populations, sous réserve d’un respect scrupuleux des règles de la bonne gouvernance et de la préservation, sinon, des limitations des pressions exercées sur l’environnement résultant de ces opérations extractives. Sur la base de toutes ces considérations, le principal défi pour Madagascar aux fins de son développement est de concilier la valorisation de ces ressources minières et minérales (y compris pétrolières) et la protection de l’environnement, lorsque l’on sait que Madagascar s’est engagée et est contrainte, en ratifiant divers conventions et traités avec le concert des nations, à poursuivre les grands objectifs, principes et orientations adoptés à l’échelle mondiale (Convention sur la diversité biologique, conventions sur le changement climatique, CITES, lutte contre la désertification, Développement durable, Lutte contre la pauvreté, lutte contre la corruption, Bonne gouvernance, …). En matière « Environnement », le Programme Germano-Malgache pour l’Environnement (PGM-E/GIZ) au titre de la coopération bilatérale entre Madagascar et l’Allemagne vise « l’amélioration de l’exploitation durable des ressources naturelles dans les zones sélectionnées des régions d’action prioritaire du nord et du sud-ouest » de Madagascar (Diana, Boeny et Atsimo Andrefana). La mise en œuvre du Programme s’appuie et s’articule autour de trois grandes composantes : i). ii). iii). Appui-conseil en matière de politique sectorielles ; Gestion décentralisée des ressources naturelles ; Conservation durable de la biodiversité.

Dans la réalisation de ses activités actuelles, le PGM-E/GIZ se trouve de plus en plus confronté aux problématiques résultant de l’exploration et de l’exploitation des ressources minières et pétrolières. Plusieurs zones d’intervention du Programme sont affectées par l’exploitation et la construction des infrastructures s’y rapportant. Les activités les plus touchées concernent celles relatives à la gestion décentralisée des ressources naturelles telles que le transfert de gestion des ressources forestières et la valorisation des nouvelles aires protégées. En même temps, les populations, les communes et les services déconcentrés localisés dans ces zones ne sont jusqu’à présent pas intégrés à temps conformément aux lois et règlements dans le processus de consultation et information publique, la planification et la réalisation / mise en œuvre des activités dans les secteurs minier et pétrolier. Les compétences disponibles actuellement ne permettent au programme que suivre sporadiquement l’émergence de ce secteur ainsi que les initiatives en cours déployées par les parties prenantes. Alors que l’imminence de ce problème d’interaction au niveau des zones d’interventions ainsi que la préparation de la revue du portefeuille du programme dans le cadre de l’extension de son intervention jusqu’à la fin 2014 nécessite une bonne base en terme d’analyse du secteur des industries extractives à Madagascar. 1.2. Rappel des objectifs du mandat L’objet du mandat est d’aider le PGM-E/GIZ à mieux appréhender les situations qui prévalent, notamment dans ses zones d’intervention, et de lui fournir les indications qui l’aideraient à concilier au mieux la protection de l’environnement sous-tendus par l’amélioration de l’exploitation durable des ressources naturelles renouvelables, et la valorisation des ressources minières et minérales (y compris pétrolières) dans ses zones d’intervention. Par la suite les éléments fournis par la prestation lui serviraient de base quant à réconforter ou à réorienter les interventions du programme. 4

Conformément aux termes de référence, l’objectif de la prestation est que : « Le PGM-E/GIZ soit en mesure d’orienter son approche stratégique à court et moyen termes et de renforcer ses capacités dans le secteur des industries extractives ». Il s’agit de « produire une analyse pouvant servir d’outil d’orientation au PGM-E/GIZ facilitant son approche stratégique à court et moyen termes et de renforcer ses capacités dans le secteur des industries extractives. » Les résultats attendus de l’intervention sont : « Le PGM-E/GIZ dispose d’un aperçu des enjeux majeurs des secteurs minier et pétrolier dans le contexte du développement durable ainsi que les procédures et règlementations officielles nécessaires à l’orientation stratégique de ces interventions face aux enjeux des industries extractives ; Les enjeux d’interférences de l’industrie extractives avec les activités du PGM-E/GIZ ainsi que les pistes d’orientation nécessaires en termes d’approche sont identifiés. »

-

2. Méthodologie
La méthodologie retenue pour la réalisation de la prestation se conforme aux attributions de la mission prescrites par les termes de référence, que sont (a) Analyse des secteurs minier et pétrolier et aperçu des procédures et règlementations officielles ; (b) Analyse des interférences avec les activités du PGM-E/GIZ ; (c) Proposition d’éventuelles approches pertinentes. Ces prescriptions constituent à la fois des guidelines pour la réalisation de la mission, et des indications pour la présentation des résultats. Les réunions de débriefing tenues avec les responsables du PGM-E/GIZ ont apporté des précisions et des orientations quant à la réalisation de la mission et des livrables attendus de la prestation. Aussi, la poursuite de l’objectif et l’atteinte des résultats attendus sont approchées en parallèle suivant deux niveaux - les secteurs minier et pétrolier : procédures et réglementations officielles, et PGM-E/GIZ : Référentiels, approches et activités – par : • Documentation, comprenant :

(i) secteurs minier et pétrolier Analyse préliminaire du contexte et des données existantes sur le domaine des Industries Extractives à travers un desk review ; Recueil et analyse synthétique des procédures et règlementations officielles en matière de délivrance des différents permis (recherche, exploration, exploitation) ; Recettes et fiscalités minières, y incluses celles relatives aux CTD ; Accès à l’information et participation du public sur les questions d’IE liées à l’environnement ;

(ii) PGM-E/GIZ Les référentiels du programme et les rapports d’intervention ; Documents relatant les stratégies, approches ou méthodologies du PGM-E/GIZ prévues initialement et celles développées durant les interventions en rapport avec les problématiques rencontrées sur les terrains (IE, FBE,…) ;

5

-

Les documents et informations faisant état des problématiques IE dans les zones d’intervention du PGM-E/GIZ établis par les antennes du Sud Ouest et de Boeny ; • Consultation

-

-

Il s’agissait de s’entretenir et de discuter avec les différents responsables et acteurs, respectivement des organismes ou entités concernés par les IE (BCMM, ONE, EITI, …), et du PGM-E/GIZ, localisés à Antananarivo. Les contacts avec les autres parties situées en dehors d’Antananarivo étaient effectués par téléphone ou d’échanges d’e-mails. • Analyse

-

-

Elle consistait à analyser les dispositions et les requis légaux et réglementaires, à comparer ces cadres juridiques et institutionnels et leur mise en œuvre avec les pratiques et les réalités qui prévalent, notamment sur les terrains, en rapport avec les objets de la mission. D’en déceler et d’identifier les lacunes, mais aussi les bonnes pratiques ou les voies et les moyens pour rapprocher les IE de l’environnement, soit de concilier en cas de besoin les interventions de PGM-E/GIZ avec les IE. • Formulation des propositions

-

Sur la base des étapes antérieures, il s’agit de formuler des propositions relatives aux objets de la mission, et pour chaque cas de figures qui peuvent apparaître, tant pour le court terme que le moyen et le long terme, pour le positionnement de PGM-E/GIZ.

Au terme de cette démarche, les résultats sont présentés sous des formats favorisant une compréhension rapide et facile (tableaux, graphiques, …). Les résultats de l’étude vont être structurés autant que possible selon les aspects demandés.

3. Facteurs favorisant ou limitant la mission
Le sujet abordé était très vaste et le temps imparti à la mission était très limité. Ce qui ne laissait pas de marges de manœuvre à la mission quant à la conduite de la méthodologie, notamment en ce qui concerne les étapes de documentation et de consultation des acteurs. La mission était fortement confrontée au non disponibilité sinon à l’absence des responsables des acteurs-clés (Ministère des Mines, BCMM) et de l’opacité des données et informations, en ce qui concerne les secteurs étudiés, malgré l’article 60 du décret n° 2000170 du 15 mars 2000 fixant les conditions d’application de la Loi n° 99-022 du 19 Août 1999 portant Code minier, dont ladite disposition n’était pas encore abrogée à notre connaissance. (art.60 : Les registres et les cartes de retombées minières tenus par les bureaux du Cadastre Minier peuvent être consultés par le public pendant les jours ouvrables et durant les heures d’ouverture du bureau de consultation, dont la durée journalière ne peut être inférieure à cinq (5) heures. La consultation des registres manuels et informatisés est gratuite, sous réserve de l’observation d’une durée de consultation raisonnable. Tout extrait de document donne lieu au paiement, par l’intéressé, des coûts réels correspondants. Le règlement intérieur du Cadastre Minier fixe, dans ce cas, les tarifs uniformes à appliquer par tous ses bureaux.)

6

La mission n’a pas pu passer outre ces contraintes majeures, et était obligée de s’appuyer sur la collecte de maximum de documentation et d’informations au travers de ses connaissances et réseau personnel.

4. Analyse des secteurs minier et pétrolier
4.1. Capitalisation des études réalisées en matière d’industries extractives Nous allons voir successivement les études réalisées d’abord, en matière de gouvernance minière, puis, en matière de gouvernance des extractions pétrolières. 4.1.1. Etudes réalisées en matière de gouvernance minière

Le premier constat dans ce domaine est que les études réalisées sur la gouvernance minière sont plus nombreuses que celles réalisées dans le domaine de l’industrie pétrolière. Ce dernier champ étant réservé à un nombre assez limité de prospecteurs compte tenu de la complexité du domaine et du coût élevé qu’impliquent les actions d’exploration et d’exploitation. Par ailleurs, l’étendue des études pouvant être très large, nous avons restreint le champ de nos recherches aux 10 dernières années, correspondant surtout à la période de mise en œuvre de la réforme minière. Il nous a également semblé opportun de citer différentes études d’évaluation stratégique environnementales, compte tenu du mandat du PGME et en particulier de la mission assignée aux consultants afin d’identifier des pistes de bonnes pratiques de cohabitation entre Industries extractives et conservation environnementale. En outre, nous avons limité le champ de notre étude aux grandes et/ou moyennes industries extractives. Nous abordons toutefois la petite industrie minière et l’orpaillage en termes d’informations générales. Nous avons privilégié les études réalisées à Madagascar, mais avons également pris en compte des revues internationales pertinentes en rapport avec des thématiques centrales de cette étude : l’accès à l’information et la participation publique en matière d’industrie extractive.

Note : Les différents documents mentionnés ont effectivement été consultés et feront l’objet d’une compilation, en annexe du présent rapport.

7

Tableau 1 - Capitalisation des études réalisée en matière de Gouvernance minière et d’Evaluation Environnementale Stratégique

Intitulé Mining and Indigenous Peoples Issues Review

Commanditaire Année International 2007 Council on Mining and Metals

Principaux objectifs Les membres du Comité ICMM ont pris l’engagement de mettre en œuvre les dix principes du développement durable dans les activités d’extraction minière. Deux de ces principes sont directement liés aux communautés locales, incluant les populations indigènes et autochtones. Cette étude permet aux industries minières de prendre toute la mesure de ce qu’incombe l’obligation de respecter les droits humains, les US et coutumes locales mais contribue également à identifier des bonnes pratiques pour que la participation de la population indigène puisse effectivement contribuer au développement social, économique et institutionnel Analyse des principaux enjeux en matière de gouvernance minière à Madagascar Etat des lieux sur la nouvelle ère qui s’ouvre pour le secteur minier malgache (partie I), de décrire les difficultés et les défis dans la gestion de ce secteur (partie II), et d’identifier les principales options politiques pour le futur (partie III). 8

Résultats/Recommandations Cette étude offre un aperçu des différents problématiques rencontrées par le secteur minier dans le cadre de l’implication des communautés indigènes, notamment, des les questions relevant de l’accès à là terre. Une étude a été menée dans ce sens auprès de la population indigène afin de recueillir les modes de résolution de différends jugés les plus efficaces en tenant en compte de leur interaction avec les autres acteurs de développement. Cette étude montre également l’intérêt et la pertinence du recours aux autorités traditionnelles ainsi que le tissu de la société civile locale

A la recherche des trésors de Rémi Pelon, la grande ile: les ressources Pour la Banque minérales Mondiale

2006

Intérêts de Madagascar à s’inscrire dans le processus EITI ++ pour le long terme et qui consiste en amont, à mettre en place un socle juridique permettant le renforcement du secteur minier, et en aval à impliquer davantage la population dans la demande de redevabilité pour veiller à ce que les produits de l’IE permettent un réel développement

Intitulé

Commanditaire Année

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations

Good practices guidance for International Mining and biodiversity Council on Mining and Metals

Cette étude définit les différentes stratégies et bonnes pratiques d’intégration de la dimension environnementale et de la biodiversité dans les différentes étapes opérationnelles de l’industrie extractive allant, des études de faisabilité aux opérations d’exploration proprement dite Etude de base sur la Catholic Relief Janvier L’objectif de l’étude est de fournir un Des enquêtes auprès de ménages au gouvernance de l’exploitation Services 2010 cadre pour l’orientation des activités niveau de 14 communes ont été minière à Madagascar du projet TARATRA en matière de menées afin de vérifier : gouvernance minière. - La connaissance de la population 3 Districts ont été touchés par de l’existence des industries extractives et des retombées l’Etude : - Anosy possibles - L’existence de mécanismes de - Bongolava - Alaotra Mangoro participation de la population dans le suivi de l’utilisation des Cette étude s’est attachée à retombées financières issues des démontrer si : projets miniers - Les revenus des ressources - L’effectivité de mécanismes de minières sont gérés de manière transparence transparente par les autorités Les communes minières de la Région administratives à tous les d’Anosy semblent avoir expérience niveaux réussie en matière de transparence à Les recettes des industries travers l’institutionnalisation du extractives apportent un budget participatif. développement socio- Des opportunités existent au niveau économique au bénéfice de la des Communes par rapport à la population dans et autour des transparence en général et méritent zones d’extraction. d’être valorisées pour diffuser les informations sur l’extraction 9

Intitulé

Commanditaire Année

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations industrielle : - Les réunions du Bureau Exécutif (BE)-Conseil Communal (par la suite, le CC est censé faire des tournées au niveau des fokontany), - Les réunions BE - chefs de fokontany (les chefs de fokontany sont censés faire un compte-rendu au niveau des fokonolona), - Les affichages - Les tournées organisées par le BE. D’autres canaux de communication ont également été évoqués par les ménages comme étant plus efficaces et adaptés au contexte local : - radio, affichages et réunions publiques ; - journal radiodiffusé, réunions publiques, affichage - informations au niveau du fokontany ; Le rôle des OSC est également analysé dans ces différentes communes • Les résultats de l’enquête ont montré que l’exploitation minière artisanale et à petite échelle pourrait représenter une composante économique et sociale importante pour les

Enquête des ménages concernant l’indice de pauvreté, les conditions de vie et la contribution du secteur minier dans les communes concernées par les activités de gestion décentralisée des

PGRM Etude effectuée par le Cabinet SAGETEC

Mai 2005

Dans le cadre des activités de gestion décentralisée des ressources minérales du PGRM, une enquête a été réalisée auprès des ménages concernant l’indice de pauvreté, les conditions de vie et la contribution du secteur minier dans 10

Intitulé ressources PGRM minérales du

Commanditaire Année

Principaux objectifs les Communes concernées aux fins d’établir les données de référence en fonction desquelles les résultats du Projet seront évalués et le suivi des indicateurs de performance effectué. L’enquête a porté sur un échantillon de 2161 ménages répartis dans les 11 Communes minières pilotes du PGRM

Résultats/Recommandations populations rurales et les secteurs marginalisés et constituer un volet important de la lutte contre la pauvreté • L’exploitation minière reste encore une activité secondaire pour 84 % de la population active • L’exploitation minière intéresse en moyenne 23 % de la population active • Malgré tout, les ménages des 11 Communes pilotes restent pauvres avec des revenus par jour par tête d’habitant variant entre 1300 FMG (US$0.13) et 7000 FMG (US$0.71) L’étude relève toutefois différents aspects positifs : - La prise de conscience des Maires sur l’impact potentiel des activités minières sur le développement de leurs Communes - Le souhait d’un meilleur accès aux informations et d’un rapprochement de l’administration exprimé par les CM Cette étude décrit les différentes étapes du processus du budget participatif dans les communes d’intervention ainsi que les difficultés

Mise en œuvre du budget PGRM Avril participatif dans la Région 2009 Anosy Etude réalisée - Commune rurale par l’Association

Cette étude décrit les différentes phases dans la réalisation de la mise en place du processus du budget participatif dans des communes 11

Intitulé d’AmpasyNahampoina, - Commune rurale de Mandromondromotra - Commune rurale de Soanerana

Commanditaire Année RAVINTSARA

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations rencontrées et les résultats de la planification budgétaire concertée dans chaque commune

minières en vue de faire participer les citoyens à la réalisation de leur projet prioritaire et pour que les produits de l’exploitation minière contribuent effectivement au développement des localités d’implantation de ces projets Activités minières artisanale à Etude réalisée 30 Juin Il s’agit de la première évaluation petite échelle à l’intérieur et par stratégique environnementale Rupert 2012 autour des aires protégées et COOK réalisée sur les petites industries er des écosystèmes critiques – Timothy minières à Madagascar. Projet ASM-PACE HEALY, L’objectif global du projet ASMFinancée par : PACE est de faire face à la menace PROFOR croissante de l’ASM sur, dans et USAID autour des aires protégées de WWF Madagascar ainsi que les BM écosystèmes critiques, de façon a Tiffany and CO assurer la continuité du fondation développement socio-économique sans nuire a la résilience écologique. Ce rapport a pour objectifs de:

Les principaux résultats de cette étude portent sur : - la présentation des caractéristiques des ruées vers l’or et les pierres précieuses - l’intervention et les rôles des différents acteurs, étatiques ou non, dans l’effort de juguler les ruées ingérées - le poids économique des ASM à Madagascar - les législations et politiques et en particulier les réformes environnementales mises en œuvre et leurs implications sur les petites mines - l’évaluation des impacts

Premier rapport de Madagascar en matière d’évaluation de la démocratie environnementale

DELC pour le Février WRI 2012

- fournir une perspective historique et d’illustrer l’étendue de l’activité ASM et des ruées - présenter les leçons tirées en termes de gestion efficace des ASM et les lacunes à adresser. Le rapport, élaboré par la Coalition Ce premier rapport évalue la de « l’Initiative d’Accès » de réalisation des droits d’accès sur 12 Madagascar, présente les résultats cas sélectionnés par la Coalition 12

Intitulé

Commanditaire Année

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations

de l’évaluation des trois principes d’Access Initiative à Madagascar d’accès : accès à l’information, participation publique, accès à la • Participation publique justice - Elaboration et mise en œuvre du COAP La méthodologie utilisée est basée - La Gestion Intégrée des Zones sur une série de 148 indicateurs Côtières préétablis par le réseau « Initiative - Construction d’un complexe d’Accès » (IA) permettant hôtelier à Nosy Hao d’apprécier les efforts et l’efficacité - Elaboration du Programme des activités du Gouvernement National d’Adaptation au dans la mise en œuvre des principes changement climatique d’accès : accès à l’information, - Cas de l’élaboration du code participation du public, accès à la pétrolier justice, et pour plus de transparence et de responsabilité dans les • Accès à l’information décisions relatives à l’environnement - Cas de RIO TINTO QMM - Cas de SHERITT Ambatovy La mission de l’Initiative accès est - Cas de l’invasion des criquets de s’assurer que les citoyens - Sédimentation du Lac Alaotra puissent se prévaloir de leurs droits, la mission de l'Initiative d'accès est • Accès à la justice de s'assurer que les citoyens aient - Cas du braconnage de l’Angonoka des droits et soient capables - Mise en œuvre d’un plan de d'influencer les décisions concernant gestion et d’aménagement (PAG), les ressources naturelles dont cas du corridor forestier Ambositra dépendent leurs communautés. Vondrozo (COFAV) - Cas du bois de rose Pour chaque cas, sont évalués : - Les indicateurs de loi (existence ou non de dispositions légales et 13

Intitulé

Commanditaire Année

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations réglementaires) - Les indicateurs d’efficacité des Lois - Les indicateurs de mise en œuvre par le gouvernement - Les indicateurs de renforcement de capacités

Evaluation Environnementale Stratégique du secteur minier à Madagascar

TECSULT Pour le PGRM

2003

L’étude a par ailleurs abouti sur une campagne de plaidoyer dénommée « 3D », ou Three Demands. Il s’agit d’une campagne développée par les différents réseaux de la Coalition Access Initiative dans le monde en préparation du Somme de la Terre de Rio de Juin 2012. Ces recommandations portent en premier lieu sur l’exigence d’un cadre légal garantissant une juridiction verte. L’étude consiste à dresser le profil L’étude consiste d’une part à analyser environnemental et social de le cadre légal et institutionnel en l’environnement minier à matière d’industrie minière à Madagascar. Madagascar. L’EES consiste notamment à : Cette étude offre également une description de l’industrie minière en - identifier les impacts sociaux et 2003, en matière d’exploration et environnementaux qui pourraient d’exploitation être générés ou induits par la mise en œuvre de la politique minière L’analyse du profil environnemental et du gouvernement social de l’activité minière présente, - proposer des mesures réalistes entre autres les constats et bilan destinées à gérer ou atténuer ces MECIE lors du PE II impacts; 14

Intitulé

Commanditaire Année

Principaux objectifs - effectuer l’intégration de ces mesures dans la politique environnementale minière du gouvernement. L’objectif de cette étude est d’apporter un éclairage sur les facteurs de l’économie politiquede la gouvernance à Madagascar, en s’intéressant spécifiquement aux secteurs de l’exploitation minière et forestière. Elle entend montrer de façon précise comment la politique malgache interfère dans la gestion économique. Cette étude offre également une analyse des rôles des différents acteurs de la gouvernance ainsi que les lacunes dans l’exercice de ces missions. Cette étude a également été élaborée dans le but d’éclairer la Banque mondiale sur les implications de l’économie politique pour son programme national pour Madagascar et à apporter une contribution à l’élaboration de la prochaine Stratégie d’assistance au pays dans la perspective d’un futur réengagement avec le gouvernement, dans le but ultime de renforcer l’efficacité du développement 15

Résultats/Recommandations Enfin, les impacts sociaux et économiques sont décrits, notamment les impacts sur les activités humaines relevant en lien avec les activités Cette étude propose une analyse des risques possibles encourus par le Pays suite au développement des industries extractives. Un focus particulier a été apporté sur les problèmes de gouvernance, notamment les risques de corruption que peut engendrer le développement du secteur des industries extractives. L’aspect de l’analyse de la politique économique de l’industrie minière se focalise notamment sur les enjeux institutionnels liés au recouvrement des revenus miniers. Ainsi, cette étude passe en revue l’évolution de la législation et les institutions minières à Madagascar. Il en ressort une faiblesse des institutions de contrôle

Rapport n° 54277 -MG Revue de la gouvernance et de l’efficacité du développement Analyse d’économie politique de la gouvernance à Madagascar

Banque 2010 Mondiale Division des réformes du secteur public et du développement des capacités (AFTPR)

Intitulé

Commanditaire Année Sept 2012

Principaux objectifs

Résultats/Recommandations

Rapport d’audit et de EITI réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010

Réconciliation des paiements et des Analyse des écarts dans les recettes du secteur des industries paiements effectifs par la Société et extractives pour l’exercice 2010 pour ceux déclarés. le compte de l’EITI Madagascar. Le paiement des ristournes et frais parvenus aux Cette étude de réconciliation, la d’Administration seconde a porté sur 8 Sociétés dont Régions d’intervention du PGME/GIZ une de l’industrie pétrolière nous intéresse particulièrement. (Madagascar OIL) Etant donné qu’aucune des Sociétés Parmi ces sociétés : 4 sont Minières et pétrolières des Régions n’est en stade localisées dans la Région d’Atsimo d’intervention d’exportation ou de transformation Andrefana : des produits, seuls les frais Dynatec SA, Gold Sand, Groupe d’administration ont encore été PAM perçus par les Communes et Régions Toliara Sands a volontairement participé au processus en remplissant le canevas mais sans faire l’objet de réconciliation
Région Montant perçus par Communes (MGA) 206 424 332 32 092 197 Montant perçus par Région 143 097 184 8 674 504 28 534 325

Atsimo Andrefana Boeny Diana

Source : Compilation des documents par les auteurs

16

Tableau 2 - Autres Guides et outils institutionnels

Intitulé Date et entité Manuel pratique Juin 2007 d’Etude d’Impact ONE Environnemental pour les Collectivités

Guide pour la Commission réalisation d’une SAPM Août 2006 Etude d’Impact Environnemental et social pour les projets de création des Nouvelles Aires Protégées (NAP)

Guide de création Commission des aires protégées SAPM– Août du Système d’Aires 2009 protégées de Madagascar (SAPM)

Contenu • Récapitulatif des rôles des Collectivités Territoriales Décentralisées dans les différentes étapes du processus d’EIE • Définition du rôle du public et des collectivités : • Phase d’évaluation EIE : participation à l’évaluation, opposition et recours éventuel • Phase de contrôle et de suivi : veille environnementale, partage d’information, recoupement d’informations, formulation ou transfert de plaintes et de doléances • Phase d’évaluation et rapport d’audit : partage d’information, participation à l’évaluation sur site • Principe énoncé : Participation pour la conservation L’implication de la population locale dans la gestion des ressources naturelles assure la réussite et cautionne la légitimité sociale de l’aire protégée. La concertation avec tous les secteurs et les tous acteurs concernés est un moyen pour garantir cette implication et sauvegarder pour les particularités culturelles et traditionnelles • Définition des parties prenantes : Identifier d’une manière participative les critères locaux pour les PAP, populations vulnérables et communautés éligibles pour les projets communautaires • Modalités de réalisation des consultations publiques : - Mener des consultations auprès des détenteurs de droits coutumiers et de droits fonciers sur le terroir - Etablir des procès-verbaux recueillant l’engagement de ces responsables à soutenir la création de l’aire protégée et à poursuivre le processus par la consultation de la population au niveau des communautés de base, des villages et des hameaux. - Définir les limites des nouvelles aires protégées ainsi que les objectifs de gestion des nouvelles aires protégées avec ces parties prenantes, leur mode de gestion potentiel. • Modalités de consultation du public dans l’étape de création définitive des NAP • Consultation des populations concernées, 17

Guide consultation communale

de Commission SAPM Juin 2008

Guide pour l’élaboration des plans de sauvegarde sociale

Peter Leonard, Consultant International sur les Études environnementale s et sociales – Mai 2008

Inventaire des JARIALA, meilleures pratiques l’ONE et proposition de Juin 2006 directives pour les EES à Madagascar

pour

Manuel

pratique ONE

priorité aux personnes vulnérables et affectées par l’initiative de création Permet l’identification des restrictions potentielles générées par la création de l’AP, les compensations adéquates et les bénéficiaires • Obligations du promoteur : Poursuivre le processus des consultations et négociations au niveau des communes, villages et hameaux pour arriver aux délimitations et plan d’aménagement définitif. Recueillir les procès-verbaux sur les résultats de ces consultations. La consultation doit être basée sur les principes de droits et responsabilités • Identification des facteurs de réussite de la consultation locale • Préalable avant la consultation locale Campagne de communication Préparation des outils pour les consultations • Méthodologie de déroulement de la consultation communale Objet des consultations : Les discussions et négociations autour des potentialités, de l’utilisation des sols dans le terroir et des différentes alternatives Ce guide donne des pistes pour l’amélioration de : • La consultation publique et les mécanismes participatifs • L’identification des Personnes Affectées par le Projet (PAP) • Les mécanismes de prévention et de résolution des conflits • Les résultats des consultations publiques • Notions et caractéristiques d’une EES Composante « intention » Composante « Stratégique » Composante « Environnementale » Composante « Evaluation » • Les étapes d’une EES - Schéma général - Modèles d’EES - Etapes essentielles d’une EES - Comparaisons entre EES et EIE • Bonnes pratiques en EES - Principes et critères de l’EES selon l’IAIA - Analyse des pratiques d’EES à Madagascar • Définition d’une EIE 18

d’EIE pour collectivités

Bases légales d’une EIE Déroulement d’une EIE Différents acteurs d’une EIE Précisions sur les rôles des CTD - Dans le processus EIE - Face à la préservation de l’Environnement Guide d’Etudes ONE • Contexte général du secteur minier à d’Impact Novembre 2005 Madagascar Environnemental - Textes régissant les exploitations pour les Mines à minières Ciel Ouvert – Guide - Conditions requises par les Sectoriel dispositions légales - Catégorisation des projets d’exploitation minière - Principaux problèmes liés aux projets d’exploitation de mines à ciel ouvert • Elaboration des Termes de Référence - Structuration des TDR - Définition des résultats attendus • Présentations des éléments essentiels d’une EIE pour les Mines à Ciel Ouvert - EIE - Mise en conformité - Identification et évaluation des impacts potentiels liés aux projets d’exploitations - Etudes des risques et dangers - Mesures environnementales générales - Mesures environnementales spécifiques - Le PGEP Source : Compilation des documents par les auteurs 4.1.2. Etudes réalisées dans le domaine pétrolier

les Juin 2007

• • • •

Nous n’avons eu accès qu’à très peu de données dans le secteur pétrolier. Il s’agit en effet d’un secteur où règne encore l’opacité malgré les démarches de recherche que nous avons notamment entamées auprès de l’OMNIS qui nous a demandé de formuler une demande officielle qui est restée sans suite.
Tableau 3 - Etudes réalisées dans le domaine pétrolier

Intitulé Guide sectoriel pour la réalisation d’une étude d’impact environnemental des projets d'opérations pétrolières «amont»

Commanditaire ONE

Année 2007

Contenu - Présentation des différents types de projets d’opération pétrolière amont - Situation actuelle du secteur pétrolier amont - Catégorisation des projets et opérations pétrolières selon le Décret MECIE - Présentation des risques potentiels liés aux opérations

19

Intitulé

Commanditaire

Année

Contenu pétrolières Analyse du cadre légal du pétrole Amont et pétrole Aval mettant en relief les lacunes du code pétrolier en matière de définition des droits et obligations des compagnies pétrolières Le rapport, élaboré par la Coalition de « l’Initiative d’Accès » de Madagascar, présente les résultats de l’évaluation des trois principes d’accès : accès à l’information, participation publique, accès à la justice La méthodologie utilisée est basée sur une série de 148 indicateurs préétablis par le réseau « Initiative d’Accès » (IA) permettant d’apprécier les efforts et l’efficacité des activités du Gouvernement dans la mise en œuvre des principes d’accès : accès à l’information, participation du public, accès à la justice, et pour plus de transparence et de responsabilité dans les décisions relatives à l’environnement Ce premier rapport évalue la réalisation des droits d’accès sur 12 cas sélectionnés par la Coalition d’Access Initiative à Madagascar. L’analyse de la participation publique dans le cadre de l’élaboration du Code Pétrolier a fait l’objet d’une analyse

Réflexions sur le Droit Pétrolier à Madagascar

MCI Pas de date Tsiambakaina ANDRIAMANANORO

Premier rapport de Madagascar en matière d’évaluation de la démocratie environnementale

DELC pour le WRI

Février 2012

Source : Compilation des documents par les auteurs Depuis quelques temps, la presse commence à s’intéresser au secteur pétrolier. En absence d’informations officielles émanant des autorités et malgré la tenue de quelques événementiels sur les industries extractives pétrolières, la presse reste la seule source d’informations pour les citoyens.
Tableau 4 - Articles de presse (liste non exhaustive)

Intitulé Référence presse Madagascar OIL reprend les activités EXPRESS DE MADAGASCAR d’exploration Lantoniaina RAZAFINDRAMIADANA Tsimiroro : la production du pétrole sur la EXPRESS DE MADAGASCAR 20

Date 25 Juin 2011

21 Juin 2011

bonne voie Pétrole ou biodiversité ? Géostratégie de la France dans le canal de Mozambique Madagascar, nouvelle frontière pétrolière

Recherche pétrolière : 17 Compagnies 29 Septembre pétrolières opèrent à Madagascar 2012 Exploitation pétrolière : 16 Compagnies à 18 Février Madagascar 2012 Madagascar figure dans la nouvelle carte 05 Mai 2012 du pétrole en Afrique de l’EST Journée du Pétrole Amont : médiatiser la NEWS MADA, les actus de 29 Septembre recherche à Madagascar Madagascar 2012 Dimisoa Secteur pétrolier amont: Madagascar La Gazette de la Grande Ile 10 Novembre manque de compétences qualifiées Fanjanarivo 2011 Exploration de PETROMAD : plus d’un Les NOUVELLES 29 Septembre milliard de barils en 2013 Ravo F. 2012 Ressources pétrolières : De quoi sortir La Gazette de la Grande Ile 30 Septembre rapidement le pays de la pauvreté Fanjanarivo 2012 Source : Compilation des informations par les auteurs 4.2. Cartographie des permis délivrés dans les 3 régions d’étude Nous allons, dans ce cadre identifier les différents permis miniers et pétroliers délivrés au sein de nos 3 principales zones d’études : Boeny, Diana, Atsimo Andrefana. Il s’agit des exploitations recensées au niveau de l’ONE, suite au dépôt de demande de Permis Environnemental. 4.2.1. Etat des lieux des permis miniers délivrés

Lantoniaina RAZAFINDRAMIADANA ACTUALITES D’AFRIQUE Agnès JOIGNEREZ LE FIGARO Fabrice NODE-LANGLOIS MIDI MADAGASIKARA Navalona R. MIDI MADAGASIKARA Navalona R. Journal de l’économie

03 Aout 2012 04 Mai 2012

D’emblée, nous tenons à préciser que nos multiples démarches de recherche auprès du BCMM se sont soldées par un échec au motif que le BCMM est actuellement en cours de réorganisation. Nous n’avons pu avoir d’avantage de précisions sur les dates de délivrance des permis miniers auprès de l’ONE. Toutefois, nos entretiens révèlent que le Ministère des Mines est tenu d’informer l’ONE de toute modification intervenu dans un permis minier. Par conséquent, auprès de l’ONE, ces permis sont considérés comme étant valides.

A. Région Atsimo Andrefana
Tableau 5 - Liste des sociétés et compagnies exerçant dans la Région Atsimo Andrefana (ayant à leur possession un permis d'exploitation) Nom dossier WORLD SAPHIRE SP GROUP Ex MAGASTORM MAGRAMA RASAMOEL MADA AUST – Type PE PE PE PE Réf autorisation sectorielle PE N° G-56-98-95 PE N° 1392 PE N° 436 PE N° 5394 Activité Exploitation de saphir Exploitation de saphir Exploitation de labradorite Exploitation de Commune de localisation ANDRANOLAVA AMBINANY BENENITRA MANIRY

21

Ex SEM MANIRY New Astor Trading TOLIARA SANDS Ex SEM Ranobe RASOANAIVO J.D

PE PE PE

PE N° 1837 PE N° 3315-43204321-5068 PE N° 8389

labradorite Exploitation de saphir Exploration d’Ilménite Exploitation de saphir, chrysobéryl, rubis, alexandrite Exploitation de labradorite Exploitation de labradorite Exploitation de saphir, chrysobéryl, grenat, rubis, alexandrite Exploitation de saphir Exploitation de saphir

BENENITRA ANKILIMALINIKE SAKARAHA

RedGranitiMscar MAGRAMA - HUGO THESS MAROY BEVILANY(Sté SAGRAMAD) NEW ASTOR TRADING DOS 2 LA TERASSE - ExMALAGASY MINING WORLD GEM COMPANY LA TERASSE Andraketa MAROY Bemanga UniversalGems -Ex RAFALIMANANA Bien Aimé MADA AUST Maniry VAVISOA CLEMENTINE MADCORE-Ex HERINIRINA VOAHANGILALAO TAFITA MINING Betioky UNIVERSAL GEMS COAL MINING MSCAR PAM SAKOA SOALARA CALCAIRE

PE PE PE

PE N° H59 00 05/EII - 94 PE N° 1946 PE N° 9516

IANAPERA IANAPERA AMBINANY

PE PE

PE N° 1105811059 PE N° 14 331

BENENITRA MIHARY TAHEZA

PE PE PE PE

PE N° 10971 PE N° 13 697 PE N° 6620 PE N° 10565

Exploitation de saphir Exploitation de saphir Exploitation pierres précieuses Exploitation de saphir

MIHARY TAHEZA AMBINANY AMBINANY MAHASOA

PE PE PE

PE N° 25095 PE N° 12115 PE N° 119842303-25352 PE N° 17470 ET 12548 PE N° 6962 et 25565 PE N° 4578

Exploitation de labradorite Exploitation de corindon Exploitation de corindons, rubis Exploitation de saphir Projet d’exploitation minière Recherche et exploitation charbon de terre Exploitation de charbon de terre Projet de forage

MANIRY EJEDA MIARY LAMATIHY

PE PE PE

ANDRANOMANGAT SIAKA MAHASOA BENENITRA

PE PE

PE N° 8600-86019651-9652-20066 PE N° 14542

BETIOKY SUD SOALARA

Source : ONE, Situation Septembre 2012

22

Tableau 6 - Liste des sociétés et compagnies exerçant dans la Région Atsimo Andrefana (ayant à leur possession un permis de recherche) Nom dossier MSCAR RESOURCES Ex SEM MOROMBE Toliara Sands - Ex SEM Usine Pilote MCM PR 4476 MCM PR 8592 PAM Sakoa -Ex PAM Madagascar PM N° 9652 PAM Sakoa ExPAM Madagascar PM N° 9651… DYNATEC SOALARA Calcaire DYNATEC SOALARA II Mscar Minerals and Ressources Mscar Minerals and Ressources MscarMinerals and Ressources MscarMinerals and Ressources DYNATEC Soalara Exploitation JINDAL PR 36852 JINDAL 2 JINDAL3 Type PR Réf autorisation sectorielle PR N° 33163314-4076-40734471-5061 PR N° 43204321-3315-50675068 PR N° 4476 PR N° 8592 PR N° 9652 Activité Recherche d'ilménite Commune de localisation ANKILILAOKA

PR

Projet d’échantillonnage et usine pilote Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre

ANKILIMALINIKE

PR PR PR

SOAMANONGA BETIOKY SUD BETIOKY SUD

PR

PR N° 86008601-9651-20066

BETIOKY SUD

PR PR PR PR PR PR PR PR PR PR

PR N° 18584 PR N° 18584 PR 13020-13021 PR 12886à1289013688 PR 12891 PR 12888 PR N° 18584 PR N° 36852 PR N° 36992 PR N° 3699036991-3699336988-36989 PR N° 26906 PR N° 26910

Exploration de calcaires Campagne forage géotechnique Recherche uranium Projet de recherche de charbon Projet de recherche de charbon Projet de recherche de charbon Exploitation de calcaire Projet de recherche de calcaire Projet de recherche de calcaire Projet de recherche de calcaire Projet de recherche minière Projet de recherche minière

SOALARA SOALARA FOTADREVO BETIOKY SUD BETIOKY SUD BETIOKY SUD SOALARA SOALARA MIARY BEHOMPY

GOLD SAND- PR 26906 GOLD SAND - PR 26910

PR PR

SOAMANONGA… SOAMANONGA…

Source : ONE, Situation Septembre 2012

23

Carte 1 - Carte des carrés miniers faisant l’objet d’exploration ou de recherche dans la région Atsimo-Andrefana

Source : BCMM Tuléar, Septembre 2012

24

B. Permis délivrés dans la Région Boeny
Tableau 7- Liste des sociétés et compagnies minières exerçant dans la Région Boeny Nom dossier HANTAVOLOLONA HANTAVOLOLONA HANTAVOLOLONA WISCO Type PRE PRE PRE PR Réf autorisation sectorielle PRE N° 19743 PRE N° 19779 PRE N° 19790 PR N° 3749837499 Activité Exploitation minière Exploitation minière Exploitation minière Projet de recherche de fer Commune de localisation MAHAJANGA MAHAJANGA MAHAJANGA SOALALA

Source : ONE, Situation Septembre 2012

C. Permis miniers délivrés dans la Région DIANA
Tableau 8 - Liste des sociétés et compagnies minières exerçant dans la Région DIANA Nom dossier CANALTA Gems MADACOLOR COLAS DIEGO TANTALUM RARE ORIENTAL MINING Anivorano PAM MSCAR Type PE PE Réf autorisation sectorielle PE N° 5188 PE N° 35 97 Autorisation Communale PR N° 6698 PR 25651-25652 PE N° 1090 Activité Exploitation de saphir et or Exploitation minière Exploitation de carrière Recherche de pyrochlore Recherche de saphir Projet de recherche aurifère Commune de localisation NOSY BE AMBILOBE ANTSIRANANA II AMBANJA ANTSIRANANA II AMBILOBE

PR PR PE

Source : ONE, Situation Septembre 2012

4.2.2.

Etat des lieux des permis pétroliers dans les trois régions

Il faut relever que selon la carte « Blocs pétroliers à Madagascar » qui suit, les trois régions de la zone d’étude sont concernées par les blocs pétroliers. Les permis pétroliers présentés dans les tableaux qui suivent ont été obtenus à partir de l’exploitation du sommier de délivrance des Permis Environnementaux de l’ONE.

25

Carte 2 - Blocs pétroliers à Madagascar

Source : Site web de l’OMNIS, consultation Septembre 2012

26

A. Région Atsimo Andrefana
Tableau 9 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région Atsimo Andrefana

Nom dossier

Réf autorisation sectorielle Bloc 3113 Bloc 3109 Bloc 2104 Bloc 3111

Activité

Commune de localisation TOLIARA I SAKARAHA BEROROHA SAKARAHA BEROROHAANKAZOABO SAKARAHA SAKARAHA BETIOKY

TGS NOPEC 2 MEI Ltd TULLOW MSCAR MPI Ltd Bloc 2104 TULLOW OIL

Acquisition sismique off shore Acquisition sismique Acquisition sismique Exploration petrolière Exploration sismique 2D

MEI Ltd Bloc 3113 b Forage d’exploration Mscar Southern Bloc 3112 Projet d'acquisition sismique Petroleum Ltd PETROMAD ENERGIE Acquisition sismique onshore Source : ONE, Situation Septembre 2012 B. Région Boeny
Tableau 10 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région Boeny

Nom dossier

HUNT OIL (forage Ambalakida-Belobaka) VANCO 1 VANCO 2 MAJUNGA OIL

Réf autorisation sectorielle Bloc 2102 Bloc 2102 Bloc 2102 Bloc 2103

Activité

Commune de localisation MAHAJANGA II MAHAJANGA I MAHAJANGA MITSINJO AMPASINDAVA MAHAJANGAII MITSINJO

Travaux de forage Acquisition sismique off shore Acquisition sismique off shore Projet d'exploration par acquisition sismique Acquisition sismique off shore Forage d' exploration on shore Acquisition sismique on shore

EXXON MOBIL Bloc 2001C Wilton Petroleum Bloc 2102b MAJUNGA OIL bloc 2103b Source : ONE, Situation Septembre 2012 C. Région Diana

Tableau 11 - Liste des permis pétroliers délivrés dans la Région DIANA

Nom dossier

CANDAX ENERGY CANDAX ENERGY

Réf autorisation sectorielle Bloc 1101 Bloc 1101b

Activité

Commune de localisation AMBILOBE, AMBANJA AMBILOBE, AMBANJA, DIEGO

Acquisition sismique onshore Forage d'exploration

Source : ONE, Situation Septembre 2012 27

Il faut remarquer que les tableaux ne donnent pas les numéros des permis pétroliers mais montrent seulement les références des blocs pétroliers. Les activités pétrolières en amont sont soumises obligatoirement à l’EIE. De prime abord, l’analyse de la répartition de ces permis donne d’ores et déjà un aperçu de la répartition des richesses du sous-sol à Madagascar. La Région Atsimo Andrefana étant riche en ressources minières, les permis miniers délivrés y sont naturellement plus nombreux. Le pétrole, par contre est essentiellement concentré sur le versant Ouest de l’Ile, notamment dans la Région Boeny où les seuls permis miniers délivrés ne concernent que des activités de petite dimension. La Région Diana est celle où l’on rencontre dans une moindre mesure des activités minière et pétrolières.
Encadré 1 : Sismique d'exploration Sismique d’exploration Les avancées de la sismique d'exploration sont intimement liées à la prospection pétrolière et à la surveillance des gisements. Toutefois, les techniques développées dans ce domaine sont aussi employées pour la connaissance de la structure en général de l'échelle du laboratoire jusqu'à l'échelle de la croûte terrestre. Souvent cette activité est appelée aussi sismique active car les sources utilisées sont le plus souvent artificielles (du coup de marteau à l'explosion nucléaire). La sismique d'exploration s'effectue de plus en plus avec des sources naturelles et/ou induites dans le cas des réservoirs. Les configurations du dispositif source - récepteur sont fondamentales dans ce domaine. Elles vont en effet définir le type de données obtenu et donc le type de méthode à employer et le type de résultat attendu. La première distinction est la dimensionalité de l'acquisition. Elle peut être 1D (une source et plusieurs capteurs alignés ou le contraire), 2D (les sources et les récepteurs sont contenus dans un plan en général vertical), 3D et 4D (étude de la variation du problème 3D dans le temps). Chaque passage de dimension implique une augmentation substantielle du coût de l'acquisition mais aussi le coût du traitement des données et de leur interprétation. L'autre caractéristique importante de la configuration est le type de déport (distance source-capteur) utilisé. Quand les déports sont petits, l'énergie enregistrée sur le capteur provient principalement de la réflexion de l'énergie sur les discontinuités d'impédance du milieu. on parle de sismique réflexion. Quand les déports sont grands, l'énergie enregistrée provient des phases sismiques traversant le milieu ou longeant les discontinuités (ondes réfractées). On parle alors de sismique réfraction. Ces deux concepts sont liés surtout à la prospection en mer. Pour la sismique réflexion le bateau en progressant traine une ligne de capteurs appelée flûte tout en émettant de l'énergie (tirs) grâce à des canons à air. Dans le cas de la sismique réfraction, le capteur est fixe et le bateau s'en éloigne en tirant. Ces acquisitions sont principalement 2D ou 3D dans le sens de multi 2D. De plus en plus de prospections mélangent maintenant ces deux concepts en une seule acquisition (sismique réflexion à grand angle). L'acquisition de données à terre est beaucoup plus coûteuse et les milieux sont en général plus difficiles à interpréter.

4.2.3. Cartographie des acteurs intervenant dans le secteur minier et pétrolier

28

Tableau 12 - Cartographie des acteurs autres que privé intervenant dans le secteur minier et pétrolier au niveau des trois zones d’études Région BOENY Administration Au niveau Central : - Ministère des Mines - Ministère de l’Energie - BCMM - ONE - MEF - Ministère de l’Energie - Direction Interrégionale des Mines - Bureau du Cadastre Minier - Brigade des Mines (Police et Inspection des Mines) - OMH - OMNIS Autres Ministères : - Ministère de l’Eau - Ministère des Transports - Ministère des Travaux Publics - Ministère de la Décentralisation Autres partenaires : - Direction Régionale de la Décentralisation - Direction Régionale de l’Environnement et des Forêts CTD Région Commune PTF PGM-E/GIZ WWF KFW/MNP Ecoles du monde OSC - KOMANGA - ARENA - COBA du District II - MNP, - ASITY Madagascar, - DURRELL Madagascar - COBA dans la NAP CMK, MMZ (Plateforme Marambitsy Miaro ny Zavabohary

ATSIMO ANDREFA NA

PGM-E/GIZ WWF

FAMARI AVG TAMIA

DIANA

PGM-E/GIZ

Source : Compilation des informations par les auteurs

5. Procédure et réglementation dans la délivrance des permis miniers et pétroliers
La pierre angulaire du nouveau Code Minier a été l’institution du Cadastre Minier dont la responsabilité est de gérer les permis miniers, en mettant en œuvre un système cadastral utilisant comme unité le carré de 2,5 km de côté. Il s’est révélé que cette trop grande dimension du carré minier a été source difficulté technique ralentissant le développement des exploitations à petite et moyenne échelle. Pour résoudre cette difficulté et permettre aux opérateurs de prendre des périmètres qui correspondent mieux à leurs zones d’intérêt, la principale modification apportée par la loi a été de réduire les dimensions du carré de 2,5 km de coté à 625 mètres. Sur le plan pratique, un ancien carré correspond désormais à 16 nouveaux carrés.

29

Figure 1 - Présentation de la taille actuelle d'un carré minier

Principes d’octroi d’un Permis minier Pour garantir le principe d’équité et de transparence, le Code Minier a consacré le principe du « premier venu, premier servi » en termes de délivrance des autorisations et permis miniers. Par ailleurs, le principe d’appel à concurrence dans le cas d’attribution de périmètre minier y a également été introduit. La procédure de mise en concours a été particulièrement établie pour régir la réalisation d’études de préfaisabilité géologique portant sur des substances minières déterminées (métaux de base ou substances uranifères) suite à la libération d’une zone mise en réserve. Les modalités du concours sont fixées par arrêté pris par le Ministère des Mines. L’organisation du concours est confiée au BCMM. Elles doivent observer les règles de transparence édictées par les lois et règlements en vigueur, notamment celles du Code des marchés publics ainsi que de la Loi sur la compétition. compétition. La procédure doit être assortie à la souscription à un cahier des charges spécifique et d’obligations environnementales. 5.1. Procédure et réglementation de délivrance des permis miniers

Les différents types de Permis miniers sont présentés dans le tableau ci-après. après.

30

Tableau 13 - Les différents types de permis miniers

AUTORISATION /PERMIS Déclaration Prospection (DP) de

VALIDITE

ACTIVITES AUTORISEES Prospection Reconnaissance du terrain pour confirmation des modèles géologiques ou gitologiques Prospection Recherche et

Périmètre maximal délivré

01 AN 03 MOIS (non renouvelable)

Autorisation Exclusive de Réservation de Périmètres (AERP)

38 400 carrés

Permis de Recherche (PR)

05 ANS renouvelable 2 fois pour 3 ans 40 ANS renouvelable 1 ou plusieurs fois pour 20 ans 08 ANS renouvelable 1 ou plusieurs fois pour 4 ans

25 600 carrés

Permis (PE)

d’Exploitation

Prospection, Recherche et Exploitation

2 560 carrés

Permis de Recherche et d’Exploitation réservé aux petits exploitants (PRE)

Prospection et activités minières par des individus ou des groupements de petits exploitants légalement constitués

256 carrés

Source : BCMM, Présentation lors de la Journée des Mines, Juin 2012

31

Figure 2 - Schéma synoptique du processus de délivrance et de mise en œuvre d’un permis minier

Déclaration de prospection
Section 5.1.1.

Demande de permis
Section 5.1.2.

Délivrance de l'autorisation ou du permis: AERP, PRE, PR, PE
Section 5.1.3.

PEE ou EIE
Section 5.1.5.

Mise en oeuvre : construction, exploitation,transformation, traitement, exportation

Ré a!ilitation

"uittus environnemental
Source : Recherches personnelles des auteurs

32

5.1.1.

Procédure de demande de permis miniers

En matière de demande de permis, les informations dont dispose un individu sur la nature et le potentiel des gisements miniers dans une Région donnée orienteront nécessairement le choix de la démarche qu’il adoptera. Cette démarche variera en fonction du niveau de risque que ce futur promoteur est prêt à prendre par rapport à l’exploitation d’une substance donnée. Le promoteur a en effet le choix entre une demande A et une demande B DEMANDE DE TYPE « A » ou permis direct Demande de permis de recherche (PR) ou de permis d’exploitation (PE) ou de PRE (pour les petites exploitations) sans passer par une AERP DEMANDE DE TYPE « B » Demande d’un permis de recherche (PR) ou de permis d’exploitation (PE) ou de PRE (pour les petites exploitations) pendant la validité d’une AERP En effet, pendant la validité de l’AERP, aucun permis sur les carrés objet de ladite AERP ne peut être délivré. Le titulaire de l’AERP est donc priorisé s’il souhaite obtenir un autre permis Par contre, si la validité de l’AERP arrive à son terme et qu’aucune demande de permis n’a été formulée par le titulaire, un autre promoteur peut directement s’adjoindre ces permis

D’une manière générale, lorsque de grands investissements sont envisagés les promoteurs choisissent de prendre davantage de précautions et de s’assurer de la rentabilité du gisement et passent donc d’abord par un Permis de Recherche (PR) avant le Permis d’Exploitation.

Dans le domaine minier, la délivrance des différents permis se fait de manière indépendante. Un opérateur peut choisir directement de demander un permis d’exploitation sans passer par un PR ni encore moins par une PR. Ce choix dépend de leur certitude quant à la nature du site géologique concerné

33

L’ordinogramme ci-après présente ce cheminement de manière schématique : AERP (Article 92 à 99 d’Application du Code Minier) du Décret

Si demande provisoire auprès du BCMM (Tana) Frais : 1000 Ar/Carré Obligation de confirmation du dépôt provisoire auprès du BPCM (Bureau Provincial concerné) dans un délai de 5 jours Délivrance : au bout de 5 jours Frais de délivrance : 4000 Ar/ Carré (Art 97 du Décret d’application du Code Minier)

DEMANDE B DEMANDE DE PERMIS AVANT EXPIRATION DU DELAI DE L’AERP

DEMANDE A Sans passer par AERP

PERMIS PRE, PR, PE Délivrance avant 35è jour

Source : Guide pour les Exploitants, BCMM, 2002

34

Figure 3 - Circuit des demandes des AERP (article 92 à 99 du Décret d’application du Code Minier

Demandeur

# $ormulation de la demande d'AERP # Remplissa%e des formulaires

# (érification de la receva!ilité du dossier ) 'onsultation de la carte cadastrale
&'MM ou &P'M

pour s'assurer de la disponi!ilté des carrés ) 'alcul du nom!re total des carrés # Redirection du demandeur aupr*s du DRE$

# Donne son avis ,uant sur la non superposition des carrés
'omité +APM ou DRE$

avec des AP ou Domaine $orestier -avis écrit.

&'MM ou &P'M

# Eta!lissement de l'/rdre de (irement

# Paiement des frais d'instruction ou des frais de dépot provisoire le cas
Demandeur

éc éant -012 du montant total. # Dépot de la demande

# Délivrance d'un accusé de réception de la demande indi,uant: 3°, 3 Date,
&'MM ou &P'M

4eure et minutes -récepissé provisoire.

# Inscription au re%istre des demandes des permis miniers
&'MM ou &P'M

# +i%nature du re,uérant dans le ca ier d'enre%istrement et paiement des 512
Demandeur

restant

&'MM ou &P'M

#Eta!lissement Eta!lissement et si%nature de dép6t #Apr*s Apr*s 78 9ours, délivrance d'un certificat d'enre%istrement aupr*s du lieu d'enre%istrement -&'MM ou &P'M.

Source : Compilation des informations par les auteurs 35

Figure 4 - Circuit des demandes des permis : PRE, PR, PE (articles 100 à 105)

Formulation de la demande de permis auprès du BCMM ou BPCM

Détermination de la recevabilité de la demande Dépot de la demande

Inscription de la demande

Pièces requises: - $ic e de demande - plan d'Investissment - carte cadastrale avec les carrés - AERP -le cas ec éant. - PR -le cas éc éant. - PRE - PEE -le cas éc éant. - :ettre d'en%a%ement de ne commencer aucune activité mini*re avant l'o!tention d'une autorisation environnementale - :e PR ou PRE ,ue le demandeur sou aite transformer en PE le cas éc éant - :e PRE ,ue le de mandeur sou aite transformer en PR, le cas éc éant

(érification au 9our de du dépot initial de la demande des carrés sollicités

(érification de la receva!ilité due la demande

+i un ou )) carrés non disponi!le ? lettre de re9et de la demande par &'MM +i aucun empi*tement: - vérification de l'éli%i!ilité du re,uérant - vérification du nom!re de carrés

Délivrance d'un récepissé provisoire indi,uant date, 9our, eure, minute du dépot ) date ; la,uelle le demandeur doit revenir -1*me 9our ouvra!le apr*s.

Paiement du <=> du montant des frais d'administration pour l'ensem!le des carrés miniers demandés

- vérification si les carrés sont conti%us ou 9ointiifs Préparation t du récepissé de receva!illité : @, 4, min du dépot initial ) date limite du retrait des permis ) date limite de paiement des frais Délivrance du récepissé apr*s 1 9ours

Eta!lissment de l'/( des 512 restant correspondant aux$AM aux frais de la <*re année

Source : Compilation par les es auteurs

36

Tableau 14 - Ecarts constatés dans la procédure de demande d’un permis minier

Etapes

Ecarts constatés par rapport à la démarche de demande du permis minier Cette étape n’est pas stipulée dans la procédure de délivrance du permis, néanmoins, il s’agit d’une précaution que le BCMM prend afin de palier au risque de superposition des cartes

Renvoi auprès du DREF pour vérification de l’absence de superposition des carrés miniers avec une Aire Protégée ou une réserve temporaire

Nous avons constaté des lacunes en termes de communication entre les deux Ministères concernés. Les décisions sur la transformation du statut d’une zone ne parviennent que très tardivement au Ministère des Mines. Il est même fréquent que ce soit les promoteurs et non les organes habilités du Ministère de l’Environnement qui transmettent les décisions au BCMM. Ce cas est particulièrement vérifié dans les Régions. Malgré les efforts de coordination entre les deux Ministères clés, force est de constater que les outils utilisés par les deux entités sont radicalement différent et présentent par conséquent une incohérence. Les Mines bénéficient en effet d’un système de quadrillage assez précis et d’un suivi SIG relativement rigoureux basé sur des coordonnées Laborde tandisque la délimitation et le zonage forestier sont réalisés sur la base de délimitations naturelles, par conséquent imprécises. Il suffit par exemple que le lit d’une rivière soit modifié pour modifier la carte forestière. Or, de telles transformations ne sont pas forcément communiquées au BCMM En outre, très peu de Régions disposent d’un zonage forestier ou d’un plan directeur forestier à jour . Par ailleurs, les échelles et unités de mesure étant différentes, il n’est pas toujours aisé de vérifier avec précision les limites des carrés miniers et des domaines forestiers

Enregistrement de la demande d’autorisation ou de permis miniers

Les articles 70, 71 et 72 du Décret d’application du Code Minier précisent les dispositions à respecter par le BCMM en matière de délivrance de permis minier, notamment la priorité qui doit être donnée aux autorisations et permis délivrés en Région et Province. L’article 71 suggère par exemple qu’en cas de coupure d’électricité, le BCMM national doit, après rétablissement du courant, s’enquérir des permis ayant pu être délivrés dans le laps de temps de la coupure dans les BCMM provinciaux. Il s’agit d’une procédure rarement respectée. 37

Source : Recherches personnelles, Octobre 2012

D’une manière générale les procédures sont relativement respectées à ce stade du processus. Les délais sont généralement respectés. Rôles des différents acteurs intervenant dans le processus
Tableau 15 - Rôles des différents acteurs intervenant dans le processus de demande d’autorisation et de permis

Acteurs BCMM

Attributions

Textes de référence

- Etablit et maintient les Le BCMM est un établissement registres ainsi que les cartes public dont les statuts ont été de retombées minières établis par décret (Article 29 du Décret) - Instruit les demandes Les attributions du BCMM sont d’autorisations minières, développées dans les articles 29 à enregistre, octroie et gère les 37 du Décret d’application du Code AERP, PR, PE et contrôle les Minier droits et obligations y afférents. - Enregistre effectués DREF les paiements

- S’assure du non « overlapping » des carrés miniers avec le domaine forestier Délivre un avis écrit

Convention entre la Direction Générale des Forêts et de la Direction Générale des Mines en 2003

Promoteur

- S’acquitte des différents droits Statuts et règlements intérieurs du à payer auprès du BCMM : BCMM 4000r/Carré (2005) si AERP, Frais d’Administration si PE et PR

Source : Recherches personnelles, Octobre 2012 5.1.2. Procédure d’octroi du permis minier

La procédure d’octroi des permis miniers est définie dans le Titre VI du Décret d’application du Code Minier en ses articles 100 à 109 du Décret d’application du Code Minier repris dans le schéma synthétique ci-après.

38

Figure 5 - Procédure d’octroi des permis miniers (PRE, PR, PE) Octroi Extension Cession Transformation

Pour toute demande concernant les permis BPCM BCMM PRE

PR, PE, PRE à cheval

• • •

Etudes de recevabilité des dossiers Instruction des demandes Préparation des décisions d’octroi ou arrêté

Envoi pour signature au Directeur du BCMM

ENVOI POUR INSERTION AU JOURNAL OFFICIEL

Signature du Ministère

BPCM

Insertion au JO (PRIMATURE)

BCMM

PREPARATION DES TITRES MINIERS
Signature Directeur BCMM
Signature Ministre des Mines

DELIVRANCES DES TITRES MINIERS

OPERATEUR MINIER

Source : Compilation des auteurs après entretien auprès de la DG des Mines

39

Le tableau qui suit présente les différentes opérations et récapitule la validité, les droits et les obligations liés aux permis miniers selon le cadre juridique et réglementaire du secteur minier.
Tableau 16 - Validité, droits, obligations liés aux permis miniers

1 2

3 4

5

Validité, droits, obligations liés aux permis Permis de type PRE PR PE Octroi 8ans 10 ans 40 ans Renouvellement 20 ans 4 ans 5 ans Une ou Une ou plusieurs Une seule plusieurs fois fois fois Cession Transformation ancien permis en nouveau permis Validité restante calculée par rapport à la date d’octroi initial du permis primitif Transformation : en considérant le nouveau type de Permis PRE – PR PRE – PE PR – PE Transformation Renouvellement des anciens Permis Fusion de Deux Permis de même type Nombre de carrés maximum Maximum par Bloc Droit Validité cumulable (2) + (4) A partir de la date d’octroi initial Validité restante calculée par rapport à la date d’octroi la plus ancienne 16 carrés 4 carrés Prospection Recherche Exploitation ManuelsMaximum 20 salariés PEE 1 600 carrés 1 600 carrés Prospection Recherche Mécanisés EIE 160 carrés 160 carrés Prospection Recherche Exploitation

AERP 3 mois NON NON

6

7

8 9 10

2 400 carrés 2 400 carrés Prospection Réservation de périmètre

11 12 13 14 15

Travaux Obligations Renonciation Durée d’octroi

Visa du Maire

Sous réserve du Paiement des Frais d’Administration 30 jours ouvrables après le dépôt 5 jours ouvrables

Commercialisation OUI NON OUI NON des produits Source : Guide pour les opérateurs miniers à l’usage du cadastre minier – S.T./Bureau du Cadastre Minier de Madagascar – Janvier 2002

40

Ecarts constatés dans la procédure de délivrance des permis miniers

Nous avons volontairement choisi de placer cette étape de délivrance des permis miniers avant celle de la réalisation de l’EIE ou du PEE (voir ultérieurement) dans la mesure très souvent dans le cas où un permis environnemental est requis avant la mise en œuvre de certains types d’activités et de recherche, le permis minier de recherche ou d’exploitation est délivré avant le permis environnemental. En effet, bien que le délai de délivrance du permis environnemental est prévu ne pa s dépasser 90 jours dans le Code Minier, ces délais se trouvent être bien souvent prorogés de plusieurs jours, voire de plusieurs mois, compte tenu de la complexité de la procédure d’EIE. Cette procédure permet entre autre la suspension du deadline si davantage de précisions sont requises par le Comité Technique d’Evaluation. Il est alors demandé au promoteur, avant la délivrance du permis d’exploitation ou de recherche, un engagement écrit à satisfaire l’obligation de réalisation d’une EIE et son abstention de procéder à tous travaux de production avant la délivrance du permis environnemental. Nos entretiens auprès du responsable de la Cellule environnementale du Ministère des Mines et de l’ONE nous informent cependant que des promoteurs, trouvant le délai trop long, vont à l’encontre de leur engagement et entreprennent des travaux d’installation et de production sans permis environnemental, la faible fréquence des contrôles miniers aidant. Une des lacunes que présente le Code Minier actuellement en vigueur est que l’annulation d’un permis ne peut être décrétée qu’au motif de non paiement des redevances et des ristournes. Par conséquent, la pire sanction qui puisse inquiéter le promoteur défaillant est une suspension de son permis. S’agissant d’un tout autre aspect, le principe du « premier venu, premier servi » en matière de délivrance des permis miniers peut être source d’inconvénient. En effet, l’envers de cette facilité est qu’il existe actuellement beaucoup de permis occupés mais inactifs. Les statistiques du BCMM nous révèlent que l’espace minier de Madagascar compte 1.702.000 carrés et qu’en 2011, 757 000 carrés étaient attribués. Suite à la crise politique de 2009, le processus de gestion des permis semble être revenu à une gestion plus discrétionnaire. Environ 1200 demandes plus anciennes, et 2500 nouvelles demandes sont actuellement en « stand by », ce qui explique également le fait que les activités minières soient réduites1. Ce phénomène d’accaparement des permis est aggravé par une défectuosité du système de suivi des permis miniers et de la faiblesse des Institutions de contrôle de l’Inspection Minière et de la Brigade Minière en termes de couverture géographique, de moyens humains, techniques et matériels. Le Code Minier imposant que les contrôles devant être pris en charge par l’Administration Minier, nos entretiens auprès du Ministère des Mines révèlent que le Budget alloué au contrôle est largement insuffisant. En outre, l’Observatoire des Mines, nouvel organisme mis en place au sein du Ministère, créé depuis fin 2011 est encore non opérationnel. Le responsable de cette structure nous a d’ailleurs fait part du défaut de moyens mis à la disposition de cette entité dont le rôle est d’assurer le suivi et l’évaluation de la politique minière.

1

Rapport n° 54277-MG Revue de la gouvernance et de l’ efficacité du développement - Analyse d’économie politique de la gouvernance à Madagascar, Banque Mondiale, 2010

41

Par ailleurs, nos entretiens auprès du responsable du PGRM nous ont informés de la mesure de suspension de la délivrance de nouveaux permis miniers décidés depuis fin 2010, au motif de mise en œuvre de mesures d’assainissement. Cependant, ces dites mesures ne sont pas visibles et les opérateurs que nous avons rencontrés craignent que cette décision ne soit une porte ouverte à la corruption. • Rôles des différents acteurs dans la délivrance des permis miniers

Tableau 17 – Rôles et attributions des acteurs

Acteurs Attributions BCMM ou - Envoi pour signature des titres par le Directeur du BPCM BCMM - Préparation des insertions au J.O. - Signature du titre minier par le Directeur du BCMM (si Cas AERP) - Envoi pour insertion au J.O - Délivrance des titres miniers par la BCMM ou BPCM - Reçoit la copie du PEE une fois que le permis a été délivré dans le cas où il s’agit d’un PR ou d’un PE Min Mines - Signature des PE et PR par le Ministre des Mines

Références Article 69 à 84 , Titre IV, du Décret d’application du Code Minier fixant Fonctionnement du Cadastre Minier Article 104 du Décret d’application du Code Minier

Commune

Article 30 du Décret d’application du Code Minier En matière minière, les substances de carrières sont Article 54 du Décret du ressort de la commune qui octroie les autorisations d’application du Code d’ouverture de chantiers. La Commune est Minier responsable de la gestion et de la surveillance administrative des activités de carrières.

CNM et Le Comité National des Mines et les Comités Art 218, Code minier et CPM : Provinciaux des Mines sont des organes paritaires de art 63 et 64 du décret Comité dialogue, de concertation et de collaboration entre 2006 - 910 National l’Administration et les Collectivités Territoriales des Décentralisées, d’une part, et le secteur privé opérant Mines dans le secteur minier, d’autre part. Source : Compilation par les auteurs 5.1.3. Les obligations environnementales : réalisation d’EIE ou de PEE

Ces obligations sont stipulées dans l’article 99 du Code Minier : « Toute personne physique ou morale, qui exerce des activités minières, a l'obligation de prendre les mesures de protection nécessaires pour minimiser et réparer tout dommage pouvant résulter des travaux conduits dans le cadre de son activité. Ladite personne est responsable de toute dégradation de l'environnement du fait de ses travaux. Cette responsabilité n'est limitée que dans la mesure où la personne visée exerce dans le respect des lois et règlements régissant les activités minières ainsi que ceux visant à la protection de l'environnement » Aux termes de l’article 100, « toute exécution de travaux liés aux activités minières, y compris la construction et l'entretien des infrastructures nécessaires à cette fin, est faite conformément au plan d’engagement environnemental ou à l’étude de son impact sur l'environnement préalablement élaboré et agréé suivant les modalités prévues par les dispositions légales et réglementaires en la matière. » 42

Les détails de la mise en œuvre des obligations environnementales sont fixés dans le Décret N° 2006-910 du 19Aout 2006 portant application du C ode Minier à travers les articles 129 et 131. Les obligations environnementales en matière d’industries extractives sont régies par l’arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementatio n du secteur minier en matière de protection de l’environnement. Bien que le document comporte déjà un Glossaire, il est estimé utile de rappelé ici certains termes afin de mieux appréhender les tenants et aboutissants de obligations présentés dans le tableau ci-dessus.

Encadré 2 - Différence entre PGEP - PGES - EIE et EES

Plan de Gestion Environnemental et Social (PGEP) « PGEP » : le Plan de Gestion Environnemental du Projet, qui constitue le cahier des charges environnemental du projet et consiste en un programme de mise en œuvre et de suivi des mesures envisagées par l’EIE pour supprimer, réduire et éventuellement compenser les conséquences dommageables du projet sur l’environnement (art. 2 du Décret de MECIE). Plan de Gestion Environnemental Sectoriel (PGES) Les PGES concernent des projets particuliers nécessaires aux activités d’exploitation minières et entrant dans le cadre du projet (ex : construction). Les PGES sont délivrés par les Ministères sectoriels (ex : MATP pour la construction d’une route) Différence entre EIE et EES L’EIE concerne un projet donné tandis que de l’EES a une portée plus générale, étant donné qu’elle porte sur les exigences environnementales générales pour un secteur donné (ex : secteur des mines). En général, l’EES est également effectuée dans une Région donnée

La satisfaction des obligations environnementales peut prendre différentes formes en fonction des types de permis mis en jeu.

43

Tableau 18 - Obligations environnementales en fonction du type de permis

Permis Deadline de Obligations délivrance du environnementales permis minier

PRE

25 Jours

PEE (Plan d’Engagement Environnemental) ou EIE (Etude d’Impact Environnemental) pour les zones sensibles

Entité de prise de Deadline de décision délivrance de l’autorisation environnement ale Directeur Interrégional Maximum de 90 des Mines, en jours à partir de concertation avec le la date de Cellule recevabilité du Environnementale dossier de PEE Minière Décision au (Art 131 du niveau du Service des Code minier) Mines Directeur Interrégional des Mines, en concertation avec le Cellule Environnementale Minière Décision au niveau du Service des Mines

PR

30 jours à 35 PEE-RIM (le plan jours d’engagement environnemental pour les opérations en vertu d’un permis R d’impact minimal) ou EIE pour les zones sensibles

PE

PEE-RS (plan d’engagement environnemental pour les opérations en vertu d’un Permis R standard) ou EIE pour les zones sensibles EIE ONE / CTE

Entre 60 et 90 jours

Source : Compilation des informations par les auteurs) A. Les attributions des différents acteurs en matière d’évaluation environnementale sont définies dans les articles
Tableau 19 - Acteurs intervenant dans l’évaluation environnementale

Entité

Mission SECTEUR : ENVIRONNEMENT

Référence

Ministère de l’Environnement

- Décide de l’octroi ou du refus de l’Autorisation environnementale pour les opérations soumises à l’EIE, sur l'avis technique d'évaluation du CTE. - Ajuste les PGEP et prononce des sanctions administratives à l’encontre des promoteurs ou des titulaires dont les opérations sont soumises à l’EIE, pour les manquements à leurs obligations. 44

Articles 5 à 11 de l’Arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

Entité

Mission - Signe des conventions spécifiques établies pour les projets miniers éligibles dans les cas prévus par les dispositions du présent arrêté. - Octroie le quitus environnemental aux titulaires de Permis miniers dont les opérations sont soumises à l’EIE et qui ont accompli leurs obligations environnementales. - Préside les CTE constitués pour l'évaluation des demandes des dossiers d'EIE, et des demandes de quitus environnemental afférent aux opérations minières soumises à l'EIE - Contrôle et suivi des PGEP pour les opérations minières soumises à l’EIE avec l'ONE et la Cellule, et en association avec les Collectivités Territoriales Décentralisées, - En cas de non-respect du PGEP, il adresse à l'investisseur fautif un avertissement

Référence

Office National pour l’Environnement

- Assure la cohérence intersectorielle et le contenu technique en matière d’analyses, de normes, et d’efficacité des mesures d’atténuation et de réhabilitation dans l’élaboration et l’évaluation des EIE et des PGEP. - Collabore avec la Cellule sur l'élaboration des directives techniques pour la description des projets miniers et les mesures d'atténuation et de réhabilitation appropriées en fonction du type d'opération minière. - Apporte également son appui technique à l’élaboration des règles concernant les PEE conformément aux dispositions du présent arrêté. - Détermine l'éligibilité du demandeur de convention spécifique relative à l'évaluation d'une EIE se rapportant à un projet minier conformément aux dispositions du présent arrêté. - Participe aux CTE constitués pour l’évaluation des dossiers d’EIE, et des demandes de quitus environnemental pour les opérations minières soumises à l'EIE et en assure le secrétariat. - Assure le contrôle et le suivi des PGEP pour les opérations minières soumises à l’EIE conjointement avec le Ministère de l'Environnement et la Cellule, et en 45

Articles 12à 14 de l’Arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

Entité

Mission association avec les Collectivités Territoriales Décentralisées, conformément aux dispositions du présent arrêté. SECTEUR MINIER - Etablit les zones réservées - Autorise les travaux à l’intérieur des zones de protection et détermine les zones de protection supplémentaires et Informe les autorités environnementales. - Prononce les sanctions administratives à l’encontre des contrevenants à ces interdictions. - Décide de l’approbation ou du refus des PEE-RIM et des PEE-RS sur avis de la Cellule ou du comité ad hoc d’évaluation, selon le cas. Il délivre aux titulaires des Permis R, et, dans certains cas, aux titulaires des Permis PRE, les autorisations environnementales afférentes aux opérations soumises au PEE conformément aux dispositions du présent arrêté.

Référence

Ministère Mines

des

Articles 15 à 18 de l’Arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

Cellule environnementale

- Assure le rôle d'interface entre les opérateurs miniers et l'Administration Environnementale. - Répond à toutes questions des opérateurs concernant l'interprétation de la réglementation applicable au secteur minier en matière de protection de l'environnement, l'évaluation de leurs EIE ou PEE, le contrôle de leurs PGEP ou PEE, et les procédures relatives au quitus environnemental En ce qui concerne les opérations minières soumises à l'EIE, la Cellule : - participe à l'élaboration des directives techniques sur la description des projets miniers et les mesures d'atténuation et de réhabilitation appropriées en fonction du type d'opération minière - est membre d’office du CTE constitué pour l’évaluation des demandes de convention spécifique, des dossiers d’EIE ainsi que des demandes de quitus environnemental - présente les projets miniers aux CTE constitués pour l’évaluation des demandes de convention spécifique, des 46

Articles 20 à 22 du de l’Arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

Entité

Mission dossiers d’EIE ou des demandes de quitus environnemental - assure le contrôle et le suivi des PGEP pour les opérations minières conjointement avec le Ministère de l'Environnement et l'ONE, et en association avec les Collectivités Territoriales Décentralisées, conformément aux dispositions du présent arrêté En ce qui concerne les opérations minières soumises au PEE, la Cellule : - analyse et propose les révisions éventuelles des modèles de PEE et des directives au cours de leur préparation ou leur élaboration - instruit les demandes d’approbation des PEE - assure le contrôle technique et le suivi des PEE approuvés - instruit les demandes de quitus environnemental, conformément aux dispositions du présent arrêté. En ce qui concerne particulièrement les PEE-PRE, la Cellule : - participe à l'élaboration des programmes de formation et d’assistance technique en matière de protection environnementale à l’intention des demandeurs ou des titulaires de Permis PRE ou leurs représentants. Délivre le quitus environnemental

Référence

Direction Provinciale du Ministère chargé des Mines

- Décide de l’octroi ou du refus de l’Autorisation environnementale pour les opérations soumises à un PEE aux titulaires de Permis PRE sur avis technique de la Cellule - Envoie au contrevenant un avertissement en cas de non-respect du PGEP ou du PEE et sur avis technique de la Cellule, le Directeur Provincial du Ministère chargé des Mines - Octroi du quitus environnemental, sur avis de la Cellule, au titulaire de Permis PRE qui a accompli ses engagements en matière de protection de l'environnement.

Articles 23 à 26 de l’Arrêté interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

BCMM

- Chargé de la localisation sur la carte Article 27 à 29 de cadastrale les zones de restriction en l’Arrêté 47

Entité

Mission indiquant leur situation légale et géographique selon les données fournies conformément aux dispositions du présent arrêté. - Transmet à l’ONE et au Ministère de l'Environnement la liste des zones de restriction créées en vertu du Code Minier ainsi que leurs données légales et géographiques. - Exerce le rôle de guichet unique pour le dépôt des études et plans environnementaux élaborés sur les projets miniers, et achemine les dossiers vers les autorités compétentes. Il délivre les autorisations environnementales aux titulaires de Permis miniers

Référence interministériel n° 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier en matière de protection de l’environnement

Communes

COLLECTIVITES TERRITORIALES DECENTRALISEES Au cours d’une évaluation environnementale, les responsables communaux collaborent avec le CTE et l’ONE afin de faciliter le déroulement de la procédure d’évaluation publique, autrement dit, de la consultation du public, ainsi que de l’information du public sur le projet minier2

Source : Compilation des informations par les auteurs • Ecarts constatés par rapport aux attributions des acteurs Dans le Décret d’application du Code Minier, la Province Autonome est présentée comme une entité autorité déconcentrée alors que dans la Constitution en vigueur, elle a été classée dans la catégorie des CTD. Les missions de la Province Autonome sont floues et il apparait que ce niveau d’organisation a été introduit dans le Code Minier du fait que la plupart des structures décentralisées n’ont pu être mises place. Cette disposition handicape le secteur Minier car une Direction Interrégionale gère jusqu’à 3 Régions, ce qui est notamment le cas de la Direction basée à Atsimo Andrefana qui couvre les Régions d’Atsimo Andrefana, d’Androy et dans une moindre mesure, celle d’Anosy. Par ailleurs, bien que des dispositions sur la Province autonome aient été prévues dans la Constitution, aucune mise en œuvre ne s’est opérée à ce jour. Nos recherches nous indiquent que les attributions dévolues à la Région sont en pratique mises en œuvre par les Directions Interrégionales des Mines, dans les zones d’intervention du PGM-E La Cellule Environnementale minière n’a pu être mise en place dans différentes Régions de Madagascar. Seules les Directions Interministérielles des ex-provinces de Majunga et de Fianarantsoa en disposent.

-

2

Le rôle des communes et des communautés sera analysé en détail dans la section relative à l’analyse de la participation publique

48

Un entretien avec le Directeur Interministériel de la Région Atsimo Andrefana nous a révélé que ce poste était pourvu au niveau de sa direction jusqu’en 2009 puis a été annulée, faute de moyens de l’Administration Centrale. Cette lacune handicape sérieusement la mise en œuvre des activités de suivi et contrôle dans des Régions où l’activité pétrolière et minière est en plein expansion, ce qui est le cas pour les 3 Régions d’intervention du PGM-E/GIZ Toujours en termes de structuration, l’inexistence des CESR (Comité d’Evaluation et de Suivi Régional), démembrement de l’ONE au niveau des 3 régions d’intervention constitue également un frein au bon déroulement des activités de suivi. Jusqu’à ce jour, seules les Régions d’Anosy, d’Atsinanana et de Bonny disposent de cette structure. Beaucoup de décisions ont été prises sans consultation du CNM. En 2010, notamment, le pouvoir aux abois décide de doubler les frais d’administration, sans consulter le CNM. Par ailleurs, les déclinaisons provinciales de cette entité ne sont jusqu’à ce jour pas opérationnelles car les membres doivent normalement être désignés par voie réglementaire, un Décret qui aurait avoir du voir le jour depuis 2006. Cette entité ayant, entre autre, pour mission de formuler ses avis sur les différentes questions relative à la politique minière, elle porte souvent son appréciation sur les différents projets d’articles. Les décisions de ce Comité, conciliées sous forme de PV ou de notes adressés aux responsables intéressés ne sont pas accessibles à un large public. Toutefois, nous devons reconnaitre que la durée du mandat ne nous a pas permis de rencontrer personnellement les responsables de ce Comité.

-

-

B. Réalisation d’un Permis d’Evaluation Environnementale o Types d’opérations soumises à une PEE

-

les opérations minières autorisées en vertu d’un Permis R jusqu’à la détermination, le cas échéant, qu’une EIE est nécessaire; les études scientifiques sur les gîtes fossilifères en profondeur; les opérations minières autorisées en vertu d’un PRE en dehors des zones sensibles, excepté les opérations dans une zone de concentration des opérations minières dans les cas déterminés selon les modalités précisées au présent titre ; l’extraction non mécanisée de substances dont les gîtes sont rares ; l’extraction non mécanisée de fossiles ; les opérations d'orpaillage mobilisant plus de 20 personnes sur un rayon allant jusqu’à 500 mètres ; les projets de stockage de produits miniers de capacité combinée de plus de 4000 m3; les projets de stockage souterrain combiné de plus de 100 m3.

49

Tableau 20 - Réalisation d'un PEE

Type Conditions PEE relatif à un projet • PEE-RIM pour les opérations limitées à des de recherche activités dont l’impact sur l’environnement est considéré minimal, et un PEE-RS pour les opérations qui dépassent les limites d’éligibilité pour le PEE-RIM. • Le PEE-RIM ou le PEE-RS relatif à un projet de recherche est réalisé aux frais du titulaire par luimême ou par un bureau d’études qui possède l’expérience nécessaire et qu’il engage. • L’Autorisation environnementale pour un projet de recherche soumis au PEE est octroyée par le Ministre chargé des Mines ou son représentant sur l’avis favorable de la Cellule ou, le cas échéant, du comité ad hoc d’évaluation. Cette autorisation vaut uniquement pour les travaux envisagés par le PEE-RIM ou le PEE-RS approuvé. • PEE-RIM et PEE-RS doivent inclure : - Un budget des mesures d’atténuation de l’impact environnemental du projet et de réhabilitation du site de la recherche ; - Un plan de financement du budget d’atténuation et de réhabilitation ; - Une proposition de mécanisme de gestion de la provision de réhabilitation de l’environnement, assortie de mesures de sûreté financière en faveur de l’Etat. • Le PEE-RIM ou le PEE-RS du projet de recherche doit préciser les modalités des contrôles 50

Etapes 1. Dépôt du PEE - Le PEE est déposé au bureau du Cadastre Minier où la demande de Permis minier ou d’autorisation concernant les opérations minières qui font l’objet du PEE est déposée. - Pièces à déposer : 2. De l’Evaluation et de l’Instruction du Dossier du PEE

PEERIM

Autorité de réalisation : Cellule environnementale Rôles : - vérification des descriptions des travaux préconisés par le titulaire d’autorisation d’étude scientifique - vérification de l’éligibilité des opérations proposées pour le PEE-RIM - vérification de conformité du programme des mesures d’atténuation et de réhabilitation proposée avec le modèle de PEE-RIM - vérification du caractère suffisant du budget des mesures d’atténuation et de réhabilitation, du plan de financement et du mécanisme de gestion de la provision de réhabilitation environnementale. - L’avis motivé de la Cellule sur le PEE-RIM est transmis au Ministre chargé des Mines dans un délai qui ne doit pas dépasser trente (30) jours ouvrables après la date du dépôt du PEE-RIM.

Type

Conditions techniques que le titulaire effectuera afin de vérifier l’efficacité de ses mesures d’atténuation et de réhabilitation. • Le dossier de PEE-RIM ou de PEE-RS d’un projet de recherche minier peut également inclure une proposition des termes de référence pour l’audit environnemental du projet avant sa fermeture, dans le cas où le titulaire envisage de solliciter un quitus environnemental pour son projet de recherche.

Etapes Autorité de décision - Ministre chargé des Mines prend sa décision d’approbation ou de refus du PEE-RIM. - Toute décision de refus d’un PEE-RIM est motivée. La décision d’accorder ou de refuser l’Autorisation environnementale est transmise au bureau du Cadastre Minier où le PEE a été déposé. PEE-RS Autorité de réalisation : Cellule environnementale Comité d’évaluation des projets de PEE-RS : - un représentant de la Cellule ; - un représentant des opérateurs qui est membre du Comité Provincial des Mines du ressort, nommé - par le Président du CPM ; - un représentant du Ministère chargé de l’Environnement nommé par le Directeur Général du Ministère ; - un représentant de l'ONE. Mission du Comité ad hoc d’évaluation Le comité d’évaluation consulte les Maires des Communes dans le ressort desquelles auront lieu lestravaux. Ses délibérations font l’objet d’un procès verbal signé par tous les membres. Le Secrétariat du comité d’évaluation est assuré par la Direction Provinciale concernée du Ministère chargé des Mines Critères d’évaluation du comité : - descriptions des travaux préconisés par le titulaire d’autorisation d’étude scientifique

51

Type

Conditions

Etapes - éligibilité des opérations proposées pour le PEE-RS - vérification de conformité du programme des mesures d’atténuation et de réhabilitation proposée avec le modèle de PEE-RS - caractère suffisant du budget des mesures d’atténuation et de réhabilitation, du plan de financement et du mécanisme de gestion de la provision de réhabilitation environnementale Processus décisionnel - L’avis motivé du Comité ad-hoc d’évaluation sur le PEE-RS est transmis au Ministre chargé des Mines dans un délai qui ne doit pas dépasser trente (30) jours ouvrables après la date du dépôt du PEE-RIM. - Ministre chargé des Mines prend sa décision d’approbation ou de refus du PEE-RIM Toute décision de refus d’un PEE-RIM est motivée. La décision d’accorder ou de refuser l’Autorisation environnementale est transmise au bureau du Cadastre Minier où le PEE a été déposé

Du PEE Relatif aux Opérations Minières en Vertu d’un Permis PRE

Définition : Autorité de réalisation : Est un engagement du titulaire à se conformer à un Cellule environnementale Code de Conduite en matière de protection environnementale au cours de cesopérations, et de constituer une provision adéquate pour la Critères d’évaluation : réhabilitation future du lieu. - vérification de l’identification du titulaire, du Permis et du Périmètre; Autorité décisionnelle : - vérification de la formation du titulaire en matière de protection environnementale, lorsque cela sera exigible ; • Directeur Provincial du Ministère chargé des Mines sur avis de la Cellule, sauf dans les cas de - détermination de la situation du périmètre désiré dans une 52

Type

Conditions Etapes périmètres situés dans une zone de concentration zone de concentration des opérations minières ou non; des opérations minières ou dans une zone - vérification de la conformité du PEE-PRE avec le modèle sensible. L’Autorisation environnementale octroyée et le Code de Conduite ; par le Directeur Provincial du Ministère chargé des - suffisance des mesures d’atténuation et de réhabilitation, Mines est délivrée en même temps que le Permis du budget ainsi que de la provision annuelle de PRE. réhabilitation. • L’Autorisation environnementale relative aux opérations minières en vertu d’un Permis PRE sur un périmètre situé dans une zone de concentration des opérations minières est octroyée par le Ministre chargé des Mines sur avis de la Cellule ou du comité ad hoc d’évaluation, après évaluation du PEE-PRE L’Autorisation environnementale relative aux opérations minières en vertu d’un Permis PRE sur un périmètre situé dans une zone sensible est octroyée par le Ministre chargé de l’Environnement après évaluation de l’EIE

Processus décisionnel - l’avis motivé de la Cellule sur le PEE-PRE est transmis au Directeur Provincial du Ministère chargé des Mines dans un délai qui ne doit pas dépasser vingt (20) jours ouvrables après la date du dépôt du PEE-PRE. - le Directeur Provincial du Ministère chargé des Mines prendra sa décision dans un délai de cinq (5) jours ouvrables d’approuver ou de refuser son approbation du PEE-PRE. - Dans l'absence du refus du PEE-PRE dans le délai précisé, le demandeur a droit à la remise de l’Autorisation environnementale, qu'il peut exiger devant le tribunal administratif. Toute décision de refus d’un PEE-PRE est motivée. La décision d’accorder ou de refuser l’Autorisation environnementale est transmise au bureau du Cadastre Minier où le PEE a été déposé. Pour les opérations minières qui font l’objet du PEE-PRE se situant sur un périmètre situé dans une zone de concentration des opérations minières, si le demandeur n’a pas accepté la proposition d’encadrement proposé par la Cellule, la Cellule soumettra le PEE-PRE à un comité ad hoc d’évaluation convoqué par le Directeur Provincial du Ministère chargé des Mines sur demande de la Cellule

• L’Administration minière procédera à l’étude et à l’organisation de stages de formation périodiques aux techniques de protection environnementale appropriées aux opérations minières artisanales. A l’issue de la formation, la personne qui y a participé obtiendra un certificat délivré par l’organisme responsable de la formation. La mention de ce certificat est portée sur un registre tenu par le Bureau du Cadastre Minier. La personne ainsi certifiée ou dont le mandataire est ainsi certifié, peut souscrire à un PEE pour les opérations envisagées par le Permis PRE

53

Type

Conditions

Etapes Le Comité proposera un plan pour minimiser l’impact cumulatif des opérations minières Si le demandeur n’accepte pas les limitations proposées par le comité d’évaluation, le dossier du PEE-PRE sera transmis au Ministre chargé des Mines avec l’avis que les opérations minières envisagées doivent faire l’objet d’une EIE. Dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception de l’avis du comité ad hoc d’évaluation, le Ministre chargé des Mines prendra sa décision d’approuver le PEE-PRE ou de le refuser et exiger une EIE pour les opérations en question, en se fondant sur l’avis du comité ad hoc d’évaluation. Dans le cas où une EIE est requise, sa réalisation est à la charge du demandeur de l’Autorisation environnementale en question et non pas du titulaire du Permis minier sur le périmètre déjà établi

Source : Compilation des informations par les auteurs

54

C. Réalisation d’une Etude d’Impact Environnementale (EIE) o Typologie des activités minières soumises à une EIE

L’arrêté interministériel fournit une liste des activités minières soumises aux exigences d’une EIE (cf. Tableau 12 - Tableau de synthèse des ANNEXES I et II du Décret MECIE) : les opérations d’exploitation minière ainsi que les opérations de traitement ou de transformation connexes, autorisées par un Permis E ; les opérations d’extraction mécanisée de fossiles, autorisées par le Ministre chargé des Mines en application de l’article 229 du Code Minier ; les opérations d’extraction mécanisée de substances dont les gîtes sont rares, autorisées par l’Administration Minière en application de l’article 93 du Code Minier ; toute opération d’exploitation ou d’extraction minière en zone sensible ; les activités de recherche minière en vertu d’un Permis R : en zone sensible, ou dans le cas ou l’évaluation du PEE-RS aboutit à la conclusion que ces activités sont soumises à l’EIE les opérations de recherche et d’exploitation minière autorisées par un Permis PRE sur un périmètre situé dans une zone de concentration des opérations minières lorsqu’il est déterminé, conformément aux dispositions exposées ci-dessous, que la concentration des opérations risque de porter atteinte à l’environnement. Objectifs des mesures d’atténuation et de réhabilitation établies dans une EIE Assurer la sûreté du lieu d’implantation pendant et après l’opération minière ; Réduire les effets nuisibles de l’opération minière sur l’atmosphère et sur les sources et cours d’eau à un niveau acceptable; Intégrer la mine et les infrastructures au paysage par des aménagements appropriés pour protéger la faune et la végétation ; Réduire l’érosion, les fuites d’eau ou de produits chimiques acides et les accidents du relief terrestre occasionnés par l’opération minière, ainsi que ses effets nuisibles sur l’habitat des espèces de faune locales Améliorer le bien-être des populations locales en mettant en œuvre des programmes de développement économique et social, et en prévoyant l’indemnisation des populations en cas de déplacement de leur lieu d’habitation ; Réduire les effets nuisibles de l’opération (choc, bruit, poussière, etc.) sur les activités des populations humaines et animales qui habitent les alentours du lieu avant l’implantation de l’opération minière ; Eviter l’introduction de parasites et de plantes indésirables dans des lieux où ils n’étaient pas présents ; Favoriser la régénération rapide et le renouvellement des espèces végétales indigènes ou compatibles avec l’écosystème de la zone d’implantation. o o Contenu du PGEP

-

-

-

-

-

Le PGEP du projet minier doit préciser les modalités des contrôles techniques que le titulaire effectuera afin de vérifier l’efficacité de ses mesures d’atténuation et de réhabilitation réalisées. Il doit également prévoir : Un budget des mesures d’atténuation de l’impact environnemental du projet et de réhabilitation du site de la recherche et/ou de l’exploitation ; Un plan de financement du budget d’atténuation et de réhabilitation Une proposition de mécanisme de gestion de la provision de réhabilitation de l’environnement, assorti de mesures de sûreté financière en faveur de l’Etat. 55

Figure 6 – Schéma du processus MECIE

Début

Catégorisation des investissements

Fiche de tri

Validation des Termes de référence de l’EIE

Demande de complément d’information

Dépôt du dossier

Réception technique et administrative du dossier

Non Dossier complet? Oui Evaluation technique

Evaluation par le public Non Favorable? Oui Délivrance acte administratif Permis environnemental/ Certficat de conformité CCE

Refus d’octroi de permis environnemental

Surveillance

Suivi des PGE/CCE

Audit de fermeture

Quitus environnemental

Fin

Source : ONE

Le processus MECIE étant déjà décrit dans la « Figure 4 – Schéma du Processus MECIE », le tableau suivant montre les étapes de l’EIE et leurs interactions avec les étapes du Code Minier.

56

Tableau 21 - Les étapes de l’EIE et leurs interactions avec les étapes du Code Minier

Etapes du processus d’EIE 1 Début du processus

Description Se caractérise par un avis de projet communiqué à l’ONE

Limites et lacunes pouvant être rencontrées

2

Catégorisation investissements

des Remplissage d’une fiche de tri La catégorisation se base sur différents critères, dont, entre autres : - la nature des investissements - le lieu d’implantation - l’envergure le La formulation des TDR se révèle être un élément facilitant la suite du processus car permet d’évaluer les objectifs et résultats attendus du projet. L’ONE préconise, dès la formulation des TDR, le Cependant, il n’existe à ce jour aucun instrument règlement des litiges fonciers pouvant subvenir institutionnel, de type guide, pouvant faciliter dans le périmètre du projet l’élaboration des TDR. qui Dans la pratique, le règlement des litiges fonciers prend souvent du temps et se révèle être un problème récurrent. A titre d’exemple, au cours de l’étude de préfaisabilité (année 2000), le QMM avait dénombré 800 propriétaires. Ce nombre est monté actuellement à 6000 et dont la situation reste en suspens.

3

Formulation des termes de Ce rôle est dévolu au promoteur références de l’EIE communique à l’ONE pour avis.

Validation des TDR

Le Comité Technique d’Evaluation mis en place par Une première consultation du public doit, en l’ONE est chargé de la validation des TDR principe avoir été réalisée dans le cadre de la formulation des TDR, pour déjà, impliquer à la base la communauté. Une descente sur terrain doit normalement être 57

Etapes du processus d’EIE

Description

Limites et lacunes pouvant être rencontrées effectuée sur terrain par l’ONE et les membres du CTE avant validation afin de s’assurer que les attentes de la base aient été réellement prises en compte. Là encore, cette consultation est une procédure facultative Composition du CTE Le CTE est obligatoirement composé du Ministère de l’Environnement, du Ministère des Mines et de l’ONE. D’autres entités y sont intégrées en fonction des besoins d’expertise identifiés par l’ONE et la spécificité du projet (ex : Ministère de la population, Ministère de l’eau, Ministère de l’Aménagement du Territoire, APMF, …) La Société Civile ne figure pas au nombre des structures permanentes siégeant au sein du CTE. Dans le meilleur des cas, les grandes ONG internationales, à l’instar du WWF ou encore du CI sont sollicitées en qualité d’organisation ressource. Les organisations de la Société Civile locale sont rarement consultées.

4

Dépôt du dossier

Le dossier doit comprendre : - une demande écrite du promoteur adressé au Ministre de l'Environnement; - le rapport d'EIE en sept (7) exemplaires; - le récépissé de paiement de la contribution de l'investisseur aux frais d'évaluation environnementale conformément aux dispositions du Décret de MECIE; - toutes pièces justificatives du montant de l'investissement projeté 58

Etapes du processus d’EIE

Description la contribution aux frais d’évaluation

Limites et lacunes pouvant être rencontrées

5

Réception technique et Le bureau compétent du Cadastre Minier administrative du dossier détermine la recevabilité du dossier de la demande de Permis/autorisation. Il détermine en même temps si la demande d'évaluation de dossier d'EIE est complète et donc recevable. En cas de non-recevabilité, le dossier est rendu au demandeur avec notification écrite des pièces qui manquent dans un délai de deux jours ouvrables après la date du dépôt

6

Instruction de l’évaluation Une copie de l'EIE est immédiatement transmise à technique la Cellule environnementale du Ministère des Mines ; le reste du dossier ainsi que la demande d'évaluation de l'EIE est remis à l'ONE contre accusé de réception dans les meilleurs délais. Le bureau du Cadastre Minier veille à l'expédition du dossier à l'ONE par le moyen de transport disponible le plus rapide, aux frais du demandeur. Le requérant est notifié de la recevabilité du dossier et commence alors le timeline d’évaluation du rapport (60 à 120 jours)

7

Evaluation technique

Réalisée par le CTE Fait intervenir une évaluation sur site L’évaluation sur terrain porte également sur l’évaluation de chacun des Plans de Gestion Environnemental du projet 59

Etapes du processus d’EIE

Description

Limites et lacunes pouvant être rencontrées

8

Evaluation par le public

La consultation du public a pour objet de d’informer Une analyse détaillée de la participation publique le public sur l’existence du projet et de recueillir ses dans le cadre d’une EIE et des lacunes sera fournie dans la section suivante avis à ce propos. Elle se fait soit par consultation sur place des documents, soit par enquête publique, soit par audience publique et comporte une phase d’information et une phase de consultation durant laquelle il est procédé au recueil des avis du public. Une analyse plus poussé de la participation du public à l’EIE sera fournie dans la section sur la participation publique

9

Décision d’octroi du Si oui : délivrance d’acte administratif Permis Environnemental Si non : fin du processus Délivrance administratifs d’actes Plans de Gestion Environnementaux validés + Evaluation technique + Evaluation du public Cahier des charges du permis environnemental (placés en annexes du PE sous formes d’articles Notification du PE + Certificat de conformité

10

Une copie du Permis environnemental et un résumé du PGEP sont déposés contre récépissé par le titulaire, dans un délai de 15 jours après la date de l’octroi du Permis environnemental, au 60

Etapes du processus d’EIE

Description bureau de la mairie concernée. Le titulaire qui désire modifier son PGEP, y compris le budget ou le plan de financement des mesures d’atténuation et de réhabilitation ainsi que les mesures de sûreté financière, sans qu'il y ait une modification de l'envergure effective du projet, doit déposer une proposition de modification avec toutes les pièces justificatives au bureau du Cadastre Minier selon les modalités applicables à l’EIE primitive, sans qu’il soit besoin d’un nouveau paiement au titre de la contribution de l’investisseur aux frais d’évaluation environnementale. La proposition de modification est étudiée par le CTE constitué pour le projet conformément à la procédure applicable à l’évaluation environnementale de l’EIE primitive, et dans les mêmes délais. En tant que de besoin, le CTE peut demander toute information complémentaire au titulaire. Une nouvelle consultation du public n’est requise que dans la mesure où il y a une extension physique ou temporaire du projet, ou un changement de la technologie utilisée.

Limites et lacunes pouvant être rencontrées

Le Ministre chargé de l’Environnement se prononce sur l’octroi ou non du Permis environnemental modifié dans les quinze jours ouvrables à partir de la réception de l’avis technique d’évaluation du CTE. Le CTE peut aussi demander au titulaire de modifier son PGEP afin de remédier aux effets nuisibles de son projet qui seraient constatés au 61

Etapes du processus d’EIE

Description moment des travaux de contrôle et de suivi du PGEP. Dans ce cas, la procédure à suivre pour la modification du PGEP est la même que celle exposée ci-dessus

Limites et lacunes pouvant être rencontrées

Surveillance

La surveillance de la mise en œuvre du cahier des charges donne lieu à 2 types de contrôle : - Le contrôle inopiné : qui peut être fait à tout moment, sans la présence du promoteur - Le suivi formel : programmé Il est fait appel au promoteur Les plaignants peuvent être convoqués

Suivi des PGE/CCE

Les travaux de contrôle et de suivi du PGEP sont assurés conjointement par le Ministère chargé de l'Environnement, le Ministère chargé des Mines représenté par la Cellule, et l'ONE. Ils peuvent effectuer des contre-expertises en cas de nécessité. Les titulaires de Permis miniers n’auront pas à verser une provision pour les frais engendrés par le contrôle et le suivi du PGEP. Par souci d'efficacité administrative, le service de l'Inspection Minière du Ministère chargé des Mines effectue des travaux de contrôle des PGEP lors de ses visites d'inspection des opérations minières soumises à l'EIE. La Cellule apporte son appui technique à la préparation de ces travaux de contrôle

En cas de constats d’irrégularités, il est demandé au promoteur un rétablissement de la situation Des études d’impact complémentaires peuvent être diligentées et compléter ainsi le Cahier des charges Nos entretiens auprès de l’ONE révèlent que le système de suivi mis en place montre ses limites qui sont surtout inhérentes à l’insuffisance des moyens techniques, humains et financiers pour la réalisation des contrôles. En effet, le montant des frais de contrôles sont définis dans le cadre général des frais d’évaluation prévus à l’annexe III du Décret MECIE relatif aux contributions du promoteur aux frais d’évaluation de l’EIE et de suivi du PGEP, en fonction du niveau d’investissement impliqué : - les frais des Cellules Environnementales des Ministères

62

Etapes du processus d’EIE

Description

Limites et lacunes pouvant être rencontrées sectoriels les frais des experts sollicités lors de l’évaluation ou du suivi du PGEP - les frais occasionnés par le déplacement des membres du CTE, et par l’enquête ou audience publique Taux Montant investissement 0,5% < 10 Milliards FMG 10 millions de FMG 10 milliards< X < 35 majorés de 0,4% du milliards MGF cout ’investissement 35 millions de FMG 25 milliards< X < 125 majorés de 0,3% du milliards MGF montant de l’investissement matériel 160 millions de FMG 125 milliards< X < 250 majorés de 0,2% du milliards MGF montant de l’investissement matériel 410 millions de FMG >250 milliards de majorés de 0,1% du FMG montant de l’investissement matériel De plus, en cas de constats d’irrégularités et de non respect des dispositions du Cahier des charges environnementales, la suspension du permis peut être décrétée. La levée de la 63

Etapes du processus d’EIE

Description

Limites et lacunes pouvant être rencontrées suspension et la procédure de réouverture suppose souvent de nouvelles démarches d’EIE, qui ne sont pourtant pas prises en charge dans l’évaluation des frais initiaux. Par ailleurs, le Code Minier prévoit la mis en place d’une « provision environnementale », forme de caution, pour faire face aux imprévus pouvant intervenir dans la mise en œuvre du projet. Cependant, il n’existe pas de structure ni de mécanisme clair de recouvrement. Le manque de transparence dans la gestion de cette caution est flagrant. Certains opérateurs que nous avons rencontrés déplorent en effet le fait qu’il leur est intimé l’ordre de payer une caution auprès d’une Banque Primaire Il existe un vide juridique important en matière de traçabilité de la provision environnementale

Audit de fermeture

Donne lieu aux activités de réhabilitation aboutissant à la délivrance du QUITTUS ENVIRONNEMENTAL

64

5.1.4.

La question environnementale dans le secteur minier

A. Situations engendrées par la superposition de carrés miniers et de zones protégées

Afin d’éviter les problèmes de superposition des carrés miniers avec les périmètres forestiers, une collaboration entre le Ministère des Mines et celui de l’Environnement et des forêts a permis d’établissement de différentes zones, en fonction du degré de risques liés à l’environnement.

Tableau 22 – Carrés miniers et zones sensibles / protégées

Catégorie de zones ZONES SENSIBLES

Description • Institué par les arrêtés 4355/1997 du 13/05/97 et 18177/04 du 27/03/04 • Carrés octroyables mais nécessitent une étude d’impact environnemental (EIE) • Carrés : 646 337 (nombre) Une zone sensible est constituée par : un ou plusieurs éléments de nature biologique, écologique, climatique, physico-chimique, culturelle, socio-économique, caractérisée par une valeur spécifique et une certaine fragilité vis-à-vis des activités humaines et des phénomènes naturels susceptibles de modifier lesdits éléments et / ou de dégrader, voire de détruire ladite zone Sont considérées comme zones sensibles les récifs coralliens, les mangroves, les îlots, les forêts tropicales, les zones sujettes à l’érosion, les zones arides ou semi-arides sujettes à la désertification, les zones marécageuses, les zones de conservation naturelle, les périmètres de protection des eaux potables, minérales ou souterraines, les sites paléontologiques, archéologiques, historiques ainsi que leurs périmètres de protection

65

ZONES POTENTIELLES • Institué par l’arrêté 52005/2010 52 du 20/12/10 Carrés octroyables mais nécessitent l’application des conditions et exigences spécifiques au niveau environnemental (Art. 9 de l’Arrêté) Carrés : 127 722 (nombre)

ZONES PROTEGEES

• Doivent être instituées par des textes légaux ; • Peuvent être temporaires ou définitives Source ME MM MNP AUTRES TOTAL Carrés nombre) 295 397 53 562 88 845 1 424 439 228 (en

ME : Ministère de l’Environnement MM : Ministère des Mines MNP : Madagascar National Parks

66

Tableau 23– Scénarii possibles en matière de délivrance de permis dans zones sensibles ou protégées

1

Scénario Issue Cas où aucun titre minier n’a été Aucun permis ni autorisation minier ne délivré et que la zone est déclarée peut être délivré temporairement ou définitivement (Nouvelle Aire Protégée)

Conditions La classification de la zone en aire protégée ou NAP à statut temporaire doit être conciliée par voie d’arrêté interministériel. Il s’agit en l’occurrence de l’Arrêté interministériel N° 52 005/2010 modifiant l’arrêté interministériel Mines-Forêts n° 18 633 du 17 octobr e 2008 portant mise en protection temporaire globale des sites visés par l’arrêté N° 17914 du 18 octobre 200 6 et levant la suspension de l’octroi des permis miniers et forestiers pour certains sites. Au niveau du secteur minier, le Comité National des Mines doit être expressément consulté avec un délai de 5 jours ouvrables pour émettre son avis motivé préalablement à tout Arrêté de déclaration protection d’une zone. Le défaut de réponse dans ce délai imparti équivaut à un avis conforme. Cet arrêté doit être communiqué par tous les moyens et dans les meilleurs délais. Tout Arrêté portant déclaration de réserve temporaire dûment signé, enregistré et notifié au Bureau du Cadastre Minier est immédiatement opposable dès sa réception (Article 14 du Décret d’application du Code Minier)

2

Cas où un permis minier a été délivré en amont et qu’une décision de réserve temporaire intervient

Nécessité du consentement écrit du titulaire du permis minier Pendant la période de validité d’un permis minier, aucune décision de transformation du périmètre objet du permis, en aire ou en site protégés, ne peut intervenir, sauf avec le 67

Effet pour le titulaire : Toute autorisation minière à l’intérieur de la zone réservée expire de plein droit le jour précédent la date de mise en vigueur de l’Arrêté de classement sous condition de l’accord préalable du titulaire du permis. Cette disposition ne dispense pas, toutefois, le titulaire des obligations qui peuvent être requises par ladite loi nouvelle.

Scénario

Issue consentement écrit du titulaire. (Article 204 du Code Minier)

Conditions

Indemnisation du titulaire L’arrêt des travaux ainsi que la perception à l’avance des redevances minières et ristournes payées par le titulaire de l’autorisation minière ainsi expirée et non encore entamées feront l’objet d’indemnisation par l’administration minière concurremment avec les autres ministères associés à la déclaration de réserve temporaire. L’évaluation de l’indemnisation est à faire conjointement par les techniciens des Ministères concernés et le titulaire de l’autorisation minière. A défaut d’accord, le montant de l’indemnisation sera fixé par voie d’arbitrage Droits et obligations du titulaire Pendant la durée de classement en zone réservée, l’obligation de payer les frais d’administration minière sur les carrés qui font partie d’un périmètre et sur lesquels le titulaire a donné son accord pour l’établissement de la réserve, est suspendue. Au cas où ils ont été déjà payés, ils donnent lieu à un crédit de frais d’administration minière annuel en faveur du titulaire, qui sera reporté pour l’exercice de l’année de la date de libération des carrés concernés. Le crédit sera noté sur le registre des recettes desdits frais tenu par le Bureau du Cadastre Minier ; il fera l’objet d’un récépissé délivré au titulaire. Reprise du permis Au lendemain de l’expiration du délai légal de classement ou de la durée fixée par l’Arrêté de classement ou par l’Arrêté de prorogation, la zone est libérée de plein droit Après la libération de la réserve temporaire, la période 68

Scénario

Issue

Conditions de validité dudit Permis minier reprend. Cette période de validité est prorogée pour une durée égale à celle de la période de réserve temporaire Le Bureau du Cadastre Minier a l’obligation de notifier immédiatement le titulaire des Permis miniers suspendus Ces demandes garderont la priorité. L’Administration a l’obligation de notifier immédiatement le permissionnaire dès l’expiration du classement en zone réservée Les demandes de Permis miniers, d’autorisations exclusives de réservation de périmètres (AERPs) ou d’autorisations minières qui portent sur des carrés situés entièrement ou partiellement à l’intérieur d’une zone temporairement réservée, ne seront pas recevables pendant la durée de

3

Cas des demandes de Permis miniers portant sur un ou plusieurs carrés inclus totalement ou partiellement dans la zone réservée temporairement, et ayant été déposées avant l’établissement de la réserve temporaire et dont le Permis minier correspondant n’est pas encore délivré.

Suspension de la délivrance du permis jusqu’à la date du statut du Comité Interministériel Mines – Forêts > Information du promoteur ayant fait la demande de cette décision par le BCMM

4

Cas des AERP prises sur un ou Cette demande est considérée Le montant du droit de délivrance payé reste acquis par plusieurs carrés situés à l’intérieur comme n’ayant jamais existé si le Bureau du Cadastre Minier et ne sera pas remboursé. d’une zone temporairement réservée l’arrêté de classement est mis en et non transformée en demande de vigueur. permis avant la date de mise en vigueur de l’arrêté de classement Source : Compilation des informations par les auteurs

69

Problématique des industries extractives dans les NAP

Une appréciation d’une carte délivrée par le BCM de Toliara3 montre l’existence de plusieurs carrés miniers autour de la NAP Tsinjoriake. Toutefois, nos entretiens révèlent qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé car il est valable, à la fois dans les autres zones d’intervention du PGME/GIZ mais aussi dans tout Madagascar. Ce problème récurent d’ « overlapping » soulève la problématique cruciale de la cohabitation des projets miniers ou pétroliers avec la conservation et gestion durable des ressources naturelles. Même si les carrés miniers et pétroliers ainsi que les exploitations sont en dehors de la NAP, les impacts probables sur celle-ci sont évidents : Les zones environnantes de la NAP sont des lieux d’exercice des droits d’usage de la population locale en matière de prélèvement de produits forestiers. D’où aucune gestion durable des ressources utilisées n’est possible, vu les travaux de décapage faits par les exploitants miniers. En conséquence, la population va se rabattre sur les ressources naturelles de la NAP entravant ainsi la gestion durable de celles-ci. Les expériences avec les petites, moyennes et grandes exploitations minières montrent que les emplois directs et indirects générés par les exploitations entrainent une migration ou une augmentation du nombre de la population, provoquant ainsi une augmentation considérable de la demande en produits forestiers. D’où l’augmentation des pressions sur la NAP. D’autant plus que les migrants sont difficiles à gérer, vu les expériences connues dans diverses régions de Madagascar. Pour les routes d’évacuation des produits miniers, outre la grande largeur requisenécessitant un défrichement (c’est-à-dire perte de ressources naturelles), le passage dans ou à côté de la NAP entraine une fragmentation des habitats naturels avec les divers effets sur la faune et la flore. Il est à noter que même si les exploitations minières sont relativement loin des NAP ou des TGRF, l’augmentation de la demande en produits forestiers risque toujours d’avoir des répercussions sur ceux-ci. Le fait que des titres miniers aient été octroyés avant l’institution des zones protégées en fait un droit acquis. En conséquence, le titulaire peut travailler sur ces permis, et la seule mesure de protection légale possible est l’exigence d’une EIE. Des négociations peuvent être engagées avec le titulaire pour qu’il renonce à son permis, à charge de l’Etat (MEF) de le dédommager, mais l’issue des ces pourparlers est hypothétique car laissée à la discrétion du titulaire qui n’a pas nécessairement une sensibilité environnementale et dont l’objectif principal est de faire profit. Il s’agit d’ailleurs de la mission principale du Comité Mines-Forêts. Nos entretiens auprès du responsable de la Cellule environnementale auprès du Ministère des Mines et représentant le Directeur Général, Président dudit Comité nous informent que c’est pour les exploitations empiétant le corridor Fandriana Vondrozo (COFAV) qu’il y a eu le plus de nombre de cas traités et de négociations entre le promoteur et les membres du Comité (25 au total). Jusqu’à ce jour, au niveau de la Région d’Atsimo Andrefana, le cas du TSP dans l’AP de Ranobe et une partie de l’AP MIKEA (en 2010) ainsi que le cas de l’exploitation du Calcaire à

3

Les permis délivrés sont des permis de recherche. Aucune exploitation n’a été faite jusqu’à maintenant. Pour la partie nord de la NAP, il s’agit d’une demande de permis de recherche (situation mai 2011 date de la carte).

70

Soalara par DYNATEC (Amoron’i Onilahy) ont fait l’objet d’une négociation ayant abouti au déclassement d’une partie de ces zones. Dans la Région de Boeny, aucune négociation ni intervention n’est encore intervenue. Au niveau de la Région de DIANA, un site potentiel de calcaire exploité par la société OSHO a fait l’objet de négociations en 2010 En somme, les programmes de gestion durable des RN sont fortement influencés par les exploitations minières 5.1.5. La mise en œuvre des permis miniers

Nous entendons par mise en œuvre des permis miniers la phase correspondant au début effectif des travaux d’installation, d’extraction et la chaine d’activité liée à la transformation des produits extraits. • Attributions des acteurs dans la phase de mise en œuvre

Tableau 24 - Attributions des acteurs dans la mise en œuvre

Acteurs Attributions Ministère des - Autorisation de mise en service des Mines établissements ou parties d’établissements de transformation des substances minière - Définition et fixation des modalités du contrôle de qualité et de conformité par rapport aux déclarations souscrites, des produits destinés à l’industrie ou transformés par les industries locales, avant leur exportation, et ce conjointement avec les autres Ministères concernés, le cas échéant - Constitution du Comité technique pour le règlement de tout litige non résolu à l’amiable lié à l’empiètement d’un périmètre minier et d’un bloc pétrolier BCMM - Procède au recouvrement des frais Ou BPCM d’administration minière et au transfert de leurs quotes-parts respectives aux différents bénéficiaires - Enregistre les paiements effectués, et constate les retards de paiement ou le non-paiement - Procède annuellement à la constatation du défaut de paiement des frais d’administration minière annuels, et adresse au Ministre chargé des Mines et à l’autorité technique chargée des Mines de la Région concernée, selon le cas, la proposition de décision d’annulation des Permis miniers pour lesquels lesdits frais n’ont pas été payés, après la présentation éventuelle du dossier en défense du titulaire du Permis minier Comité Le Comité National des Mines et les Comités National et Provinciaux des Mines sont des organes paritaires provincial des de dialogue, de concertation et de collaboration entre mines l’Administration et les Collectivités Territoriales Décentralisées, d’une part, et le secteur privé 71

Référence Les attributions du BCMM sont développées dans les articles 29 à 37 du Décret N° 2006910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier

Article 36 à 37 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier

Le fonctionnement et l’organisation du Comité National des Mines est stipulé par l’articles 63 du

opérant dans le secteur minier, d’autre part.

Provinces Autonomes

En matière minière, les Provinces Autonomes sont chargées des fonctions que lui assignent les lois et les règlements en vigueur notamment en ce qui concerne la gestion et le contrôle selon les dispositions du Code minier. Elles désigneront à cet effet, les Autorités provinciales respectivement compétentes. Elles assurent, avec le concours des Services relevant du département chargé de la Sécurité Publique, le contrôle des substances explosives et détonantes détenues par les opérateurs miniers. Elles ont également pour mission le règlement amiable lorsqu’elles en sont saisies, dans la recherche des solutions aux litiges liés au voisinage entre les titulaires de Permis miniers et les propriétaires des sols ou les populations locales

Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier Les attributions sont précisées dans l’article 64 du même Décret Le fonctionnement et l’organisation du Comité Provincial des Mines est stipulé dans l’article 65 du Décret susmentionné. Article 44 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier

Article 45 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier Article 46 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier Les dispositions générales sur les attributions des CTD sont régies par les articles 47 à 50 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier Celles des Communes sont définies par les articles 51 à 53 du même décret.

Communes

- La Commune concernée reçoit pour information, les copies de la déclaration de prospection présentées par leur titulaire (Article 55) - La Commune concernée veille au suivi des obligations stipulées dans le cahier des charges à ce que les prospecteurs et les titulaires n’effectuent que les opérations autorisées conformément aux dispositions du Code minier ainsi qu’à celles du présent décret. (Article 56) - La Commune reçoit les copies du Permis minier et de l’autorisation environnementale y afférente, déposées par leur titulaire avant le commencement de ses activités de recherche ou d’exploitation, et lui en délivre récépissé (Article 57) - Le Maire octroie et enregistre les autorisations d’orpaillage, et envoie chaque trimestre à l’Agence de l’Or ou, à défaut, au Bureau du Cadastre Minier la liste des orpailleurs en activité dans sa circonscription (article 58) - La Commune est responsable de la surveillance administrative de l’activité d’orpaillage et du 72

-

-

-

Région

-

respect des réglementations y afférentes par les orpailleurs travaillant dans sa circonscription La Commune transmet au Ministre chargé des Mines, ses avis sur le classement de certaines zones relevant de sa compétence en réserves temporaires, en vue de l’encadrement des petits exploitants et des orpailleurs (Article 60) La Commune est également la première autorité consultée en cas de litiges avec les propriétaires fonciers et les usufruitiers. En l’absence des propriétaires du sol, et après des recherches infructueuses diligentées par le titulaire de Permis minier puis par le Maire de la Commune concernée le cas échéant, c’est ce dernier qui délivre l’autorisation d’entreprendre des travaux de recherche ou d’exploitations minières à l’intérieur des zones de protection visées. La Région assure le suivi et le contrôle techniques des activités de carrières. L’Autorité technique chargée des Mines de la Région concernée octroie les permis « PRE ». Elle tient à jour la liste des collecteurs de l’or exerçant leurs activités dans les Communes de son ressort et assure le suivi de leur situation administrative

Les attributions de la Région sont fixées par les articles 51 à 53 du Décret N° 2006-910 du 19 Aout 2006 portant application du Code Minier

Police et Assure le contrôle et le suivi des dispositions du inspection des Cahier des Charges Mines Source : Compilation des informations par les auteurs

Tableau 25 - Obligations spécifiques du promoteur

Obligations

Dispositions Lacunes légales Obligations avant le commencement des activités minières Autorisations environnementales Ces Comme précisé dans la section 5.1.3. du et mesures de protection obligations présent rapport, les lacunes inhérentes à la environnementales sont mise en œuvre des obligations (cf Section 5.1.3. du présent reprécisées à environnementales sont avant tout inhérentes rapport) travers les à la faible capacité des autorités chargées du articles 243 à suivi de l’application des obligations liées à la 245 du Décret possession d’un permis. d’application du Code En effet, en termes de répartition budgétaire, Minier l’article 90 du Décret N° 2006-910 portant application du Code Minier stipule qu’en matière de recouvrement des frais d’administration, 68% sont alloués au BCMM parmi lesquels 8% sont attribués aux organismes de contrôle, à l’inspection et la police des mines ainsi qu’à la Cellule 73

environnementale. 1% des recettes au profit du Budget Général, pour le compte de la Direction Centrale chargée des Mines, de la Direction Interrégionale chargée des Mines concernée et de l’entité chargée de la police minière. Il va sans dire que ces montants sont dérisoires compte tenu de l’étendue des actions de contrôle à entreprendre. Obligation de déclaration ou d’information Il s’agit en l’occurrence des pièces que le promoteur doit présenter à la Commune avant tout début de travaux : permis, cahier des charges, autorisation environnementale, déclaration d’ouverture de centre, visa de la commune pour toute construction Le promoteur devra également présenter le récépissé de passage par la mairie aux responsables des Fokontany Défense d'exercer les activités minières dans les zones d'interdiction ou de protection Articles 250 à 254 du Décret d’application du Code Minier Article 246 à 249 du Décret d’application du Code Minier Si certains promoteurs contreviennent à cette obligation en toute connaissance de cause, d’autres ne sont pas informés de cette disposition. Cependant, il existe également des cas où cette obligation est respectée et que ce sont, au contraire les responsables communaux qui sont source de rétention d’information, bien que l’article 172 du même Décret stipule expressément l’obligation de la commune d’organiser à l’intérieur de sa circonscription la sensibilisation de la population locale sur la nécessité de tenir la Commune informée de toutes activités de type minier, entreprises par des personnes non autorisées. Le rôle de suivi du respect de cette disposition incombant à la Commune est extrêmement important dans la mesure où le Maire, est le mieux placé pour constater les irrégularités auprès sa circonscription. Aux termes de l’article 254, le Maire est même sollicité pour prendre part à toute enquête diligentée par les services responsables afin d’apprécier toute infraction dans sa circonscription. Cependant, dans la pratique, deux scénarios peuvent se produire : Le manque d’information et l’opacité des informations sur les activités minières peuvent constituer de sérieuses limites à la mise en œuvre du rôle d’auxiliaires de suivi et de contrôle D’autre part, les activités minières étant sources de revenus considérables, le risque de connivence et de corruptibilité des responsables communaux par les promoteurs est bien réel.

Des consultations préalables a Articles 257 du Disposition respectée dans la majorité des la construction des Décret cas infrastructures d’application du Code 74

Le promoteur adresse sa Minier demande de permis de construire au maire de la commune du ressort, avec tout dossier de plan de construction préalablement visé par les services techniques compétents le titulaire doit obtenir le permis de construire avant de commencer les travaux de construction Mise en œuvre du permis minier La protection des travailleurs : Articles 259 à Dans la pratique, la plupart des normes de Sécurité dans le travail 273 du Décret sécurité et de protection stipulées dans le Hygiène et santé des travailleurs Décret d’application ne sont pas appliquées et de leur famille Ex : - les modalités d’évacuation sanitaire des travailleurs ou des membres de leurs familles atteints de maladie, en cas de nécessité (Article 266) l’installation de centres médicaux appropriés (article 267) la réalisation d’examens médicaux périodiques et la fourniture de rapports sur l’état de santé des travailleurs et de leur familles (article 267) Dans la majorité des cas, seules les grandes Sociétés d’envergure internationale), de par leur adhésion à des normes de santé de sécurité tiennent compte de ces dispositions Tenue régulière des documents et registres Pour tout type de permis ou d’autorisation : un journal de chantier dans lequel sont consignés les différents évènements intervenus sur le chantier Un registre d’appel (identité des employés) Pour les PE et PRE : Un registre d’extraction et de vente ou d’expédition Un registre de laissez-passer réglementaire pour les substances minières expédiées Un journal de transformation (pour les permis E) Plan d’occupation de la surface 75 Articles 274 à 279 du Décret d’application du Code Minier De manière générale, nos entretiens auprès du Directeur Général des Mines nous révèlent que beaucoup de promoteurs ne satisfont pas à cette obligation légale. Il s’agit même du premier motif de sanction recensé auprès de la Brigade des Mines. Une des raisons avancées est que le tenue de ces documents est jugée trop contraignante par les exploitants, en particulier, ceux disposant d’un permis d’exploitation, mais ne sont pas véritablement de grandes exploitations.

(PR et PE) Plans de travaux topographiques si travaux souterrains Registre des entrées et sorties des substances un registre de Laissez-passer réglementaire pour les substances qui n’ont pas encore été l’objet d’une première vente Tenue de documents comptables à jour Les comptes rendus Article 280-283 du Décret Tout titulaire de Permis minier d’application doit remettre contre récépissé, du code minier dans le mois qui suit la fin de chaque exercice, à la Direction Interrégionale du Ministère chargé des Mines concernée • un rapport d’activités En 3 exemplaires faisant apparaître: - l’état d’avancement des travaux - les résultats de la recherche - la main-d’oeuvre employée - le tonnage extrait, transformé ou vendu • Un relevé semestriel du registre d’extraction • Le registre des entrées et sorties. • Le registre des LaissezPasser Permis PRE et PE Article 283.- Tout titulaire de PE et PRE doit, dans le mois qui suit la fin de chaque trimestre civil, remettre ou faire parvenir sous pli recommandé avec demande d’avis de réception à la Direction Interrégionale du Ministère chargé des Mines concernée, les doubles des factures établies à l’occasion des ventes du trimestre Source : Compilation par les auteurs

76

Procédure de recouvrement des redevances, ristournes Le dernier rapport de réconciliation de l’EITI pour l’exercice2010 et présenté en Septembre 2012 nous révèlent qu’au titre de l’année 2010, sur les 8 compagnies ayant accepté de se soumettre au processus de réconciliation, la réconciliation des ristournes payées par les sociétés extractives avec celles reçues par le Trésor Public n’a pas révélé d’écart. La différence présentée dans le tableau ci-dessus a été constatée lors de la répartition des ristournes perçues par le Trésor Public (agent percepteur) vers les collectivités décentralisées. Les Sociétés opérant dans les Régions d’intervention du PGME/GIZ et ayant fait l’objet de réconciliation (en l’occurrence GOLDSAND, PAM SAKOA et PAM M) ne sont pas encore arrivées au stade d’extraction et de transformation. L’essentiel des paiements d’impôts effectués auprès de la commune sont donc des impôts locaux, et autres paiements destinés à la Commune. Il s’git notamment, du financement des infrastructures.

77

Tableau 26 - Recettes provenant des ristournes minières, état 2010

Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010 78

En matière de frais d’administration, le même rapport nous révèle les états pour les 03 Régions du PGME/GIZ.

Tableau 27 - Etat des frais d’administration reversés par le BCMM aux collectivités décentralisées au titre de l’année 2010 (tous exploitants confondus)

Région

Montant perçus par Communes (MGA)

Montant perçus par Région

Atsimo Andrefana Boeny

206.424.332

143.097.184 8.674.504

Diana 32.092.197 28.534.325 Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010 Les communes bénéficiaires des frais d’administration dans les Régions d’intervention du PGME/GIZ sont données dans le tableau ci-après.

Tableau 28 - Communes bénéficiaires de frais d’administration dans la Région d’Atsimo Andrefana (tous exploitants confondus)

79

Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010

80

Tableau 29 - Communes bénéficiaires de frais d’administration dans la Région de DIANA (tous exploitants confondus)

Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010

Tableau 30 - Les frais d’administration en attente de versement aux communes et régions par le BCMM

Région

Montant à percevoir par Montant à percevoir par la les Communes (MGA) Région 1 080,00 9 868 271,40 10 379 503,20 1 080,00 9 868 271,40 10 379 503,20

Atsimo Andrefana Boeny Diana

Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010

Tableau 31 - Communes futures bénéficiaires des Frais d’Administration dans la Région BOENY

Source : Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010

81

Analyses des mécanismes juridiques existant en matière de perception et d’utilisation des ristournes par les CTD et la pratique

* Textes existants

PETITES MINES l’Arrêté interministériel n° 21895/2007 fixant les modalités de recouvrement des redevances et ristournes sur l’or, pierres fine, pierres précieuses et produits miniers des petits exploitants : • un agent de liquidation, nommé par Décision de la Commune après avis de l’Administration minière territorialement compétente, effectue la liquidation de la redevance minière. Il doit tenir à jour un Registre comptable appelé registre de liquidation dans lequel doit être inscrit par ordre chronologique le nom du redevable, le montant de la somme à acquitter ainsi que la quantité de la substance minière selon ce qui est marqué dans la facture qui lui est présentée. Ledit registre doit être arrêté au moins mensuellement • Régisseur de recettes : L’agent responsable de la perception de la ristourne, nommé par arrêté communal après avis du Chef de Région. Agent de recouvrement : L’agent chargé de l’encaissement de la redevance minière. L’Agent responsable du recouvrement est le Chef Administratif d’Arrondissement. Redevance : La perception de 0,6% due sur la valeur des produits des mines à leur première vente, effectuée au profit de l’Etat et des institutions sectorielles nationales

GRANDES MINES Arrêté interministériel 6927-2009 du 20 Août 2009 portant sur le recouvrement de la redevance et des ristournes minières prévues pour le permis « E » Décret n° 2006-910 du 19 décembre 2006 portant appli cation du Code minier LGIM (Loi n° 2001-031 sur les grands investissements miniers) amendée en 2005 par la Loi n° 2005-022.

82

Ristourne : La perception de 1,4% due sur la valeur des produits des mines à leur première vente, au profit de collectivités décentralisées Article 3.- Le recouvrement et la perception de la redevance et de la ristourne sur les substances citées à l’article premier, seront effectués au niveau de la Commune où ont été extraites les substances minières.

Arrêté interministériel 14421-2008 du 3 juillet 2008 fixant les modalités de recouvrement à titre transitoire des redevances et ristournes sur les substances minières destinés à l’exportation : En son article 1, cet article dixit que « aux fins de recouvrement des redevances et ristournes sur les redevances minières et jusqu’à la mise en place effective de la structure prévue par l’arrêtée n° 21.895 du 20 dé cembre 2007, il est institué, avant les procédures d’exportation et à titre provisoire un mécanisme de recouvrement dont les modalités sont prévues par le présent arrêté » Toute exportation des substances minières est soumise à une vérification préalable, un agent compétent du Département des mines, du paiement des redevances et ristournes correspondant aux substances à exporter. Les quoteparts des unités administratives sont suivent ceux que l’Arrêté interministériel n° 21895/2007 fixant les modalités de recouvrement des redevances et ristournes minières dixit Liste des ristournes, l’Arrêté interministériel n° 21895/2007 fixant les modalités Selon le Décret n° 2006-910, portant application du code taxes et impôts dont de recouvrement des redevances et ristournes sur l’or, minier, Ristournes minières = 1,4% de la valeur des bénéficient les CTD pierres fine, pierres précieuses et produits miniers des produits des mines à leur première vente - Les ristournes minières sont réparties entre les petits exploitants : déclaration de redevance minière perçue par le Chef budgets respectifs de la Province autonome, la 83

Mécanismes recouvrement

Impôt foncier sur les propriétés bâties (IFPB) et la taxe annexe à l‘IFPB (TAFPB), la base = valeur ristourne perçue par le régisseur de la Commune : Région = locative annuelle des biens, dans la généralité des 30% et Commune = 60% , Province autonome = 10% due de cas ou la valeur utilisée pour le calcul du droit 1,4% de la valeur des produits des mines à leur première proportionnel de la taxe professionnelle pour les biens vente rentrant dans la détermination de cette taxe. Le taux pour chacun de ces impôts et taxes est de un pour cent (1%) cf. article 59 LGIM Redevance + ristourne = 2% sur la valeur des produits des mines à première vente Toutefois et sous réserve des dispositions de l’article 01-0805 du Code Général des Impôts, les constructions nouvelles, les reconstructions et les extensions de constructions déjà existantes sont exonérées de l’IFPB et de la TAFPB pendant cinq (5) ans comptés à partir de l’année de leur achèvement. Par ailleurs, le montant total payable par le Titulaire et l'Entité de Transformation ensemble au titre de chacun de ces deux impôts, dans l'ensemble des circonscriptions de Madagascar, est limité à 1.000.000.000 FMG par an. Les modalités de l'application de cette limite seront fixées par voie réglementaire. de Selon l’article 3 de l’Arrêté interministériel 6927-2009 du 20 Août 2009 portant sur le recouvrement de la redevance et des ristournes minières prévues pour le permis « E » : A la fin de chaque trimestre ou au plus tard à la fin de la première quinzaine du mois qui suit ce trimestre, le titulaire doit remettre, avec demande d’avis de réception à la Direction Interrégionale des Mines compétente les doubles des factures de vente du trimestre -

d’Arrondissement administratif le plus proche : BCMM = 10% dont 5% à effectuer à l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) et 3% aux services de l’inspection, au contrôle et à la promotion des activités minières ainsi qu’aux actions d’Information-Education-Communication (IEC), Agence de l’or = 15%, Comité national des Mines = 15%, Budget général = 65% du O,6% de la valeur des produits des mines à leur première vente

Région et la Commune concernées suivant le taux suivant : Province autonome = 10%, Région = 30%, Commune = 60% Impôt foncier sur les terrains (IFT) dont la base pour l’assiette de l’impôt est la valeur vénale du terrain,

84

Opération de liquidation et indication des quote-parts (article 5) : La Direction Interrégionale des Mines, qui a reçu les plis, liquide la redevance minière et les ristournes correspondantes à la période considérée et indique les quotes-parts des bénéficiaires légaux et règlementaires Consignation dans les livres par la Directeur Interrégional des Mines aux fins de contrôle Etablissement de la Déclaration de redevances et des ristournes minières (incluant le guichet de la perception qui dot être la Trésorerie principale de la circonscription correspondante, ou à défaut, la plus proche de la Région la plus proche du lieu d’extraction) par la Directeur Interrégional des Mines = ordre de versement

Article 7 du présent arrêté : « les déclarations des redevances et recettes minières dûment établies et signées par le Directeur Interrégional des mines sont notifiées, en 2 exemplaires, au titulaire, au plus tard 5 jours après la réception des plis (= traitement du dossier équivaut 5j)

Article 8 : « la computation des délais légaux et règlementaires de recouvrement commence à courir à partir de la date de notification, à savoir : • 1 mois à partir de cette date pour l’application des intérêts de retard de 5% mensuel • 2 mois à partir de cette date pour l’établissement de l’ordre de recette en vue d’un recouvrement forcé. • 3 mois à partir de cette date pour le prononcé des sanctions du retrait provisoire du permis minier et la suspension des activités dont la durée est fixée 15j avant d’entamer la procédure d’annulation du permis minier. » 85

Versement obligatoire du titulaire de permis, contre quittance réglementaire, auprès du guichet de perception indiqué les redevances minières et ristournes inscrites dans les déclarations qui lui sont notifiées (article 9)

Après acquittement par le guichet de perception, le titulaire est tenu immédiatement de retourner, avec avis de réception, le double de chaque déclaration à la Direction Interrégionale des Mines = équivaut acquittement sinon les sanctions correspondantes sont appliquées systématiquement par l’Administration dès le délai concouru (article 11)La trésorerie principale procède à l’affectation effective des quotes-parts dans la huitaine de la réception des paiements de redevance et ristournes minières Les bénéficiaires peuvent vérifier le montant et le versement ses quotes-parts qui lui sont destinés auprès des Directions Interrégionales des mines et du bureau du Trésor Lacunes observées dans ces mécanismes

Avec un taux de redevance minière à 2%, Madagascar se place parmi les pays fiscalement les plus « attrayants ». Pour les projets d’investissements supérieurs à 50 milliards d’ariary (environ 22 millions d’US$), la Loi sur les grands investissements miniers offre des avantages encore plus favorables : l’imposition sur les bénéfices des sociétés est réduite à 25% (contre 35% au régime général) ou même à 10% lorsque la transformation des produits est assurée dans le pays. Dans ce cas, la redevance minière est fixée à 1% de la valeur de la production vendue. Lacunes et limites La méconnaissance et le manque d’information au sujet du mécanisme de recouvrement dont souffrent les principaux 86

Droit de recours des communes en cas de non versement des ristournes: à qui les autorités 87

bénéficiaires notamment les communes => méconnaissance de leurs droits et devoirs. Manquement aux obligations/mentions à quelles fins les ristournes doivent être affectées pour les communes. Par ailleurs en ce qui concerne les 10% devant revenir à la Province, étant donné que cette structure est quasiment inexistante au niveau décentralisé, les 10% ont été affectés à à un « compte d’attente », non attribué et qui attend un décret d’affectation. Nos entretiens corroborant auprès du Secrétaire Général de l’GM et de la Direction Générale des Mines nous ont informés que de manière générale, les opérateurs miniers s’acquittent régulièrement de leurs obligations financières étant donné que la sanction du non paiement des frais d’administration ainsi que des redevances et ristournes est l’annulation du permis. Les retards de recouvrement par la Commune sont plutôt imputables à la lenteur des procédures de traitement au niveau de la Trésorerie Générale et des allers-retours auprès du BCMM quand des pièces font défaut. En outre, la procédure veut que la Commune dispose d’un compte courant auprès d’une Banque Primaire. Certaines Communes n’en disposent pas encore et peuvent recourir aux services d’un régisseur des recettes. Beaucoup passent par le District pour pouvoir encaisser leurs dus. En effet, aux termes de l’article 24 du Décret 2005-012 du 11 Janvier 2005 autorise la perception et le recouvrement des impôts, droits et taxes au profit des Communes, à la demande de ces dernières. Les Chefs d’Arrondissement sont placés sous l’autorité des Chefs de District, eux-mêmes placés sous l’autorité du Chef de Région. Aucun dispositif ne mentionne à proprement parler de ce droit de recours dans le Code Minier. Cependant, dans la pratique, la Commune peut s’informer auprès du BCMM, aussi bien national que provincial de l’état du recouvrement des ristournes. Elle est également autorisée

s'adressent-elles ?

à formuler une demande officielle adressée au Directeur Général du Trésor, avec accusé de réception, demandant la mise en œuvre d’une procédure de recouvrement forcée. La Commune peut également faire appel à la diligence du représentant de l’Etat pour l’appuyer dans sa démarche. Le Tribunal administratif est compétent pour trancher sur les contentieux des impôts et taxes prévus au Code Général des Impôts et perçus au profit des collectivités et de leurs établissements publics. Les CTD peuvent à tout moment consulter les Tribunaux Administratifs avant d’engager tout recours judiciaire Si malgré ces démarches, la Commune reste déboutée dans sa demande, elle dispose toujours d’un Droit d’intenter une action en justice auprès de la Juridiction compétente, en l’occurrence, le Tribunal Administratif

Comment doit être utilisé les ristournes?

Les ristournes sont ce qu’on qualifie de fonds libres. Par conséquent, la Commune est libre de leur affectation. Le budget et les affectations de ressources décidées par l’Exécutif doivent cependant être validés par le Conseil Municipal. (Loi N° 94-008 du 16 Avril 1995 fixant l es règles relatives à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions des Collectivités Territoriales Décentralisées). Les SAC et PCD, à condition d’exister et d’être à jour constituent des documents cadres clés pouvant servir de référence en matière d’utilisation des fonds et des investissements. Le recours à ce genre de documents reste toutefois facultatif et laissé à la discrétion des responsables communaux

88

Est ce qu'il existe Aucunes dispositions légales mentionnant clairement des dispositions l’obligation du public dans l’utilisation des ressources issues légales et des ristournes réglementaire spécifiant l'obligation d'impliquer le public dans l'utilisation des ressources issues des ristournes?

Seul Dispositif existant= EITI mais normalement les ristournes perçues servent à la mise en œuvre des activités du plan communal de développement pourtant 0 dispositions légales et règlementaires

89

Malgré de telles initiatives, les failles dans le cadre légal et – principalement – institutionnel fragilisent de manière structurelle la gouvernance. Le cadre régissant le secteur peut révéler des « failles » ouvrant la porte à la corruption, une mauvaise gestion ou un mauvais partage des redevances minières

Le Code Minier malgache a été conçu pour le cas de la mine petite et artisanale : par principe, la majeure partie de la ristourne devait revenir à la municipalité. Pour la grande mine : d’une part, les montants alloués aux communes deviennent considérables et dépassent leur capacité d’absorption ; d’autre part, l’empreinte minière et la zone d’impact du projet minier peuvent dépasser de beaucoup les frontières administratives de la commune d’extraction et rendre inéquitable l’allocation de la ristourne à cette seule commune vis-à-vis des communes voisines. La solution « à l’amiable », préconisée par le Code Minier, est sans doute pragmatique mais ne semble ni durable ni répliquable : elle tend à discréditer le Code Minier et ouvre la porte à des contestations qui pourront fragiliser l’équilibre social des zones minières

Pour résister à l’opportunisme dans la gestion des ressources minérales, il faut donc une ferme volonté politique, un engagement fort de la part des autorités et un renforcement de la redevabilité sociale. Le pays doit s’assurer d’une bonne gouvernance à chaque étape de la « chaîne de valeur », qui transforme la ressource du sous-sol en richesse utilisable. Le régime fiscal de l’actuel Code Minier est considéré comme compétitif par rapport aux normes internationales pour la phase d’exploitation, il offre peu allégements pour la phase de recherche et d’exploration
Tableau 32 - Principales dispositions prévues par le code minier malgache et par la Loi sur les grands investissements miniers

Code Minier Permis de recherche de 5 ans, renouvelable deux fois pour 3 ans Permis d’exploitation de 40 ans, renouvelable une ou plusieurs fois pour 20 ans. Renouvellement de droit si satisfaction des obligations légales. Titres miniers librement cessible, transmissible ou amodiable.

Régime spécial de la Loi sur les grands investissements miniers

Titres miniers

Sont éligibles au régime spécial les projets d’investissements supérieurs à 50 milliards d’ariary à condition que le ratio des fonds empruntés par rapport aux fonds propres ne soit pas supérieur à 75/25%.

Pendant toute la durée de Stabilité fiscale, juridique De 8 à 20 ans selon le niveau l'éligibilité soit jusqu’à la date et douanière d’investissement. d'expiration du permis d'exploitation initial Redevance production sur la 2% de la valeur de la production 2 % de la valeur de la vendue. production vendue, 1% si la 90

production est transformée sur place. Imposition sur les bénéfices de la société et de ses soustraitants à 25%, réduit à 10% pour les entreprises de transformation et leurs soustraitants. Le taux augmente si le taux de rendement interne du projet dépasse 20% après impôt (progressivité). Imposition sur les bénéfices de Pour les entreprises dont la est entièrement la société et de ses sous- production exportée, droit d’importer hors traitants au taux standard de TVA les matériels et 35%. équipements prévus dans le projet. Exonération de TVA à l’exportation. Imposition à 10% des dividendes (cotre 22% en régime général). Allégements ou plafonnement pour les impôts locaux Capacité à ouvrir des comptes bancaires à l’étranger. Capacité à rapatrier les profits Idem réalisés sur des comptes à l’étranger. Recours judiciaires commun. de droit Arbitrage international.

Autres impositions

Circulation des capitaux

Règlement des différents

Failles et lacunes en matière de suivi et contrôle du Secteur Minier

Le fait que l’accès aux informations du BCMM nous ait été refusé alors que l’article 74 du Décret d’application du Code Minier stipule que « les registres et les cartes de retombées minières tenus par les bureaux du Cadastre Minier peuvent être consultés par le public pendant les jours ouvrables et durant les heures d’ouverture du bureau de consultation, dont la durée journalière ne peut être inférieure à cinq (5) heures. La consultation des registres manuels et Informatisés est gratuite, sous réserve de l’observation d’une durée de consultation raisonnable » est révélateur d’un dysfonction au sein de l’Administration minière. Cette tendance indique en effet un risque croissant que les institutions sensées garantir la transparence dans la délivrance des permis miniers sont les otages des décisions et velléités politiques et sont donc instables. Le risque d’un retour à une logique d’attribution discrétionnaire des droits miniers est bien réel et reflète la faiblesse des contrôles institutionnels et remet en cause l’indépendance d’entités telles le BCMM. En outre, l’Administration Minière connait une sévère pénurie de personnel qualifié. Le ministère ne dispose que d'environ 1-6 membres du personnel dans chacun de ses six bureaux déconcentrés, responsables de la supervision d'un territoire de plusieurs centaines 91

de kilomètres carrés et souvent mal équipés en moyens de transport. Les effectifs ont encore diminué en raison d'un gel de l'embauche dans les années 1980. Cela a également entraîné un vieillissement important de la population active. Par conséquent, aujourd'hui, le ministère se retrouve avec un effectif de quelques ingénieurs des mines qualifiés avec une moyenne d'âge de plus de 504. Les ingénieurs miniers sont peu qualifiés pour faire face à la tâche complexe de gérer le secteur minier industriel émergent, étant donné que leur expérience professionnelle a mis l'accent sur le secteur de l'exploitation minière artisanale. A titre d’exemple, à Fort-Dauphin, où QMM a son exploitation, seul un technicien minier est présent pour superviser l'exportation. Le faible budget du ministère des Mines n’offre qu’une marge de manœuvre très limitée pour le renforcement de cette capacité. C’est sans doute à travers le fonctionnement de la police des Mines que le dysfonctionnement minier peut le mieux être apprécié. Une inspection des mines comme un instrument d'application potentiel pour assurer industrielle compagnies minières conformité avec réglementation minière jusqu'à présent n'existe pas. La police et l’inspection des Mines comptent seulement neuf membres du personnel couvrant l'ensemble du territoire. Récemment, la police des mines a pu procéder au recrutement de 50 employés, placé sous le commandement du chef des Forces spéciales d'intervention. Cependant, avec la faiblesse des capacités techniques des nouveaux recrutés, tout porte à croire que cette « nouvelle » police des Mines risque de devenir très vite un appareil répressif et discrétionnaire. En effet, une des premières actions de la police des mines était l'arrestation de pierres précieuses commerçants et la saisie de leurs gemmes, prétendument parce que les commerçants n'avaient pas les documents requis (laissez-passer).

Rapport n°54277-MG Revue de la gouvernance et de l ’efficacité du développement Analyse d’économie politique de la gouvernance à Madagascar, Banque Mondiale, 2010

4

92

5.2. Procédures de délivrance de permis pétrolier 5.2.1. Cadre juridique

Le texte de base régissant le secteur pétrolier jusqu’à présent reste la Loi n° 96-018 du 04 septembre 1996 portant Code Pétrolier et le Décret n° 97-740 du juin 1997 relatif aux miniers d’exploration, d’exploitation et de transport d’hydrocarbures. Le code pétrolier spécifie : • • • Les Champs d’application du code: « la prospection, la recherche, l’exploration, l’exploitation, la transformation, et le transport des hydrocarbures liquides, solides ou gazeux, ainsi que le régime fiscal et douanier de ces activités » (article premier) ; Les Structures appelées à être mises en jeu dans le secteur : « Etat ; Organisme technique ; Société nationale » (art. 2 et 3) ; Principes essentiels régissant le secteur que sont : - « le régime juridique des gisements d’hydrocarbures solides, liquides ou gazeux sur le territoire national (art 5) ; - la délivrance d’un titre minier (art 9 et 11) ; - les contrats pétroliers (art 12 à 15) ; - la cession des droits et obligations (art 26) ; - et les dispositions environnementales du Code minier (art. 10 ; 15, al 7 ; 28 et 34) » - « les gisements ne sont susceptibles d’aucune forme d’appropriation privée en dehors des formes prévues par le Code pétrolier » (art 5)

Le décret MECIE complète ce cadre juridique de base du secteur, qui décrète que toutes les « activités amont » du secteur sont soumises obligatoirement à l’EIE. 5.2.2. Procédures

Selon le code pétrolier : L’Etat désigne un Organisme Technique spécialisé dans le domaine pour le représenter. Cet organisme est le gestionnaire du domaine minier national d’hydrocarbures (art 2 et 3) et est le détenteur du Titre minier pour toutes les opérations « amont »; A son tour, l’Organisme Technique confie les activités « amont » des hydrocarbures à une société nationale toute seule ou en association avec d’autres sociétés pétrolières placées sous sa tutelle au travers des « contrats pétroliers » (art 3) ; Aucune activité sur le domaine minier national, tel que défini par le code pétrolier, ne peut être exercé qu’en vertu d’un Titre minier d’hydrocarbures (article premier) ;

-

-

Ci-après les schémas des procédures attachées à la délivrance du Titre minier et l’établissement des Contrats.

93

Figure 7 - Schéma organisation du secteur pétrolier et procédures de délivrance de permis

Etat

Décret

Proposition

Gestionnaire Domaine minier national Hydrocarbures

Organisme Technique

Prise connaissance MinMines Situation Périmètre demandé

Titre minier

Opérations Amont

Société Nationale

Société pétrolière

………. ………

Société pétrolière

Contrat pétrolier

Activités amont ; - Prospection - Recherche - Exploration - Exploitation - Transformation - Transport

Source : Compilation des informations par les auteurs

5.2.3.

Le Contrat pétrolier

Le Contrat pétrolier est établi entre l’OMNIS, en sa qualité d’Organisme Technique chargé de la gestion nationale des ressources pétrolières qui agit au nom et pour le compte de la Société nationale (art. 96 de la Loi 96-018 portant Code pétrolier), et l’Opérateur pétrolier. Le Contrat est composé du Contrat de Partage de Production (CCP) et les annexes qui font partie intégrante du Contrat. Le CCP dans lequel l’Etat malgache est le propriétaire exclusif des ressources naturelles dans le Périmètre Contractuel spécifie, entre autres : • • • les termes et conditions suivant lesquelles l’Opérateur, au nom des Parties, entreprendra les Opérations Pétrolières ; les intérêts respectifs des Contractants ; d’une part, qu’à la requête du Contractant, l'OMNIS obtienne les titres miniers relatifs aux Opérations d'Exploration et quand nécessaire le titre minier Transport conformément à ce Contrat, y compris celles des Périodes d'Extension et de 94

• •

renouvellement ; et que d’autre part, les droits et obligations relatifs à ce Titre Minier soient transférés à l’Opérateur au nom des Contractants conformément aux lois en vigueur au moment de la délivrance du Titre Minier à l’OMNIS ; que toutes les Opérations Pétrolières relatives à ce Contrat soient menées diligemment suivant les Lois malagasy en vigueur et conformément aux pratiques en usage dans l’industrie pétrolière internationale ; que la planification et l’exécution des Opérations Pétrolières tiennent compte de la sécurité du personnel, de l’environnement et de la valeur économique que représentent les équipements et les vaisseaux ainsi que de la disponibilité de ces derniers ; que toutes les précautions raisonnables soient prises par l’Opérateur et ses Soustraitants afin de prévenir les dégâts sur la faune et les flores, les reliques, la propriété publique ou privée et aussi de prévenir la pollution et les dépôts d’ordures sur le territoire, son sous-sol, la mer et le fond des mers, et aussi l’atmosphère ; dans un chapitre (un article du Contrat) la « Protection de l’Environnement » comprenant une spécification particulière pour les « Zones de Réserves Naturelles » qui stipule la fourniture de tout effort de minimisation des impacts négatifs sur ces réserves naturelles, conformément aux pratiques environnementales généralement acceptées dans l'industrie pétrolière internationale.

Les annexes sont : • • • • • • Annexe A : La carte du Périmètre Contractuel Annexe B : Les procédures comptables et financières Annexe C : Le contrat d’associations des Contractants Annexe D : La garantie bancaire Annexe E : La garantie de la société mère de chaque Contractant Annexe F : Les données et rapports

En cas de contradictions entre les dispositions du CPP et ses annexes, seul le CPP prévaudra. La durée du Contrat comprend une Période d’Exploration et une Période d’Exploitation. L’Exploration est effectuée dans le Périmètre Contractuel, qui constitue le Périmètre initial du Contrat.
Tableau 33 - Période d'Exploration

Période d’Exploration Durée Phase Description Conditions On Off shore shore 04 Non • Les Contractants ne procéderont à la A Exploration initiale années spécifiée phase d’Exploration suivante que si Seconde phase 02 Non leurs obligations de la phase B d’Exploration années spécifiée précédente stipulées dans le Contrat soient réalisées conformément au Troisième phase 02 Non C Code Pétrolier en vigueur ; d’Exploration années spécifiée • Si les Contractants décident de ne pas entrer dans la seconde ou troisième Période 08 Non phase d’Exploration, l’Opérateur Total d’Exploration années spécifiée notifiera l’OMNIS au moins trente (30) jours avant l’expiration de la phase en cours ; 95

• Si le Comité de direction a estimé que l'évaluation complète du Périmètre Contractuel n'est pas terminée dans le temps imparti stipulé dans la loi en vigueur, les Contractants peuvent demander à l'OMNIS une extension de la Période d’Exploration pour compléter cette évaluation. Cette extension ne pourra pas excéder une période de deux (02) années. Source : Compilation des informations par les auteurs

5.2.4.

Problèmes et lacunes

Jusqu’à présent, un seul décret d’application est établi pour le texte de base du secteur pétrolier pour tout ce qui est des « activités amont ». Il concerne seulement trois (03) articles, laissant ainsi les treize (13) autres Titres et tous les autres articles restants sans textes d’application. Le Code pétrolier n’a pas prévu les droits et obligations des opérateurs mais les renvoie dans les contrats pétroliers (Titre III, articles 12 et 13 du Code).

Art.12- « Toute activité "amont" dans le domaine minier national ne peut être entreprise qu'en vertu d'un contrat pétrolier passé avec la Société nationale » Art.13- Tout type de contrat d'usage courant dans l'industrie pétrolière internationale peut être adopté pour fixer les droits et obligations relatifs aux activités "AMONT" dans le domaine minier national, notamment celui de partage de production et de l'association en jointventure. En tant que de besoin, la société nationale avec l'accord de l'Organisme technique peut conclure un contrat de partage de production avec des sociétés pétrolières. Dans ce cas, la Société nationale peut transférer à son cocontractant tout ou partie de ses droits et obligations afférents à un titre minier dont elle est titulaire. Dans le cadre d'une association en joint-venture, le contrat sera passé entre les sociétés pétrolières et la Société nationale. Art.14- Tout contrat portant sur des activités "amont" dans le domaine minier national est régi par le droit malgache .

96

Figure 8 - Aperçu des procédures de mise en œuvre d'un Contrat pétrolier
Début Contrat

Périmètre Contractuel

Exploration Non Découverte Commerciale Déclaration du périmètre de la découverte en Périmètre d’Exploitation Oui

Obtention du Titre Minier par OMNIS

Type Produit Pétrole Gaz naturels

Titre minier correspondant

Titre minier correspondant

Durée Période d’Exploitation & Titre minier correspondant à partir notification Décret dudit Titre: On shore : 25 années Off shore : 25 années

Durée Période d’Exploitation & Titre minier correspondant à partir notification Décret dudit Titre: On shore : 35 années Off shore : 35 années

Non Production Commerciale

Oui

Possibilité d’extension moyennant demande établie avant au moins deux (02) ans avant fin Période d’Exploitation (Valable pour On Shore et Off shore) Pétrole liquide : 05 années Gaz naturels : 02 années

Acquittement : • Taxes, Impôts • Obligations stipulées dans le Contrat

Commercialisation

Démobilisation

Fin Contrat

Source : Compilation des informations par les auteurs

97

5.3. Comparaison des procédures entre les mines et les pétroles Le tableau ci-après donne un aperçu des différences entre les procédures, respectivement au niveau des mines et des pétroles.
Tableau 34 - Tableau comparatif des procédures d’octroi de permis entre secteur minier et secteur pétrolier

Procédure Unité de mesure Dénomination autorisations accordées

Secteur minier Carré minier (625 x 625) m

Secteur pétrolier Bloc pétrolier Titre minier

des Permis minier, déclinés en PRE (Permis réservés aux petits exploitants, Permis de Recherche, Permis d’Exploitation) Autorité de délivrance BCMM pour une AERP BPCM pour AERP en Province Direction Interrégionale des Mines pour les PRE Ministère des Mines pour les PR et PE (sous forme d’arrêté) Durée autorisations

Président de la République (sous forme de Décret) : discrétionnaire

des AERP : 3 mois Phase d’exploration : 8 ans PR : 5 ans renouvelables 2 fois pour - Exploration initiale : 3 ans 4ans PE : 40 ans renouvelables une ou - 2nde phase plusieurs fois d’exploration : 2ans PRE : 08 ans renouvelables une ou - 3ème phase plusieurs fois pour 4 ans d’exploration : 2 ans Prorogeable une fois Phase d’exploitation : Pétrole : 25 ans, renouvelable pour 5 ans, une fois ; Gaz : 35 ans, renouvelable pour 2 ans, une fois Permis Minier = équivalent contrat Titre pétrolier délivré puis minier négociation des termes du contrat entre l’OMNIS et le promoteur (termes du contrat opaques)

Régime Définition assiettes ristournes redevances

fiscal : des des et

Le paiement de la redevance se fait au baril produit, donc, l’ensemble des barils est pris en compte (Article 47 du Code Pétrolier) Le promoteur est assujetti au régime Le promoteur est assujetti à fiscal de droit commun défini dans le une taxe spécifique aux Code Général des Impôts hydrocarbures : l’impôt direct sur les hydrocarbures en même temps qu’au régime fiscal de droit commun en ce 98

Le paiement de la redevance et des ristournes se fait sur la base de la première vente, le Contrat de vente attestant

qui concerne les autres impôts, droits et taxes tels qu'ils sont définis dans le Code Général des Impôts Définition assiettes des Assiettes des Redevances et L’assiette et l'affectation de la ristournes fixées par le Code Minier redevance sont définies annuellement dans la Loi des Finances Instabilité Participation des CTD Rôles dévolus aux CTD précisés Aucune mention sur les CTD et leurs attributions Obligations EIE environnementales

99

6. Analyse des dispositions et mécanismes de participation publique et d’accès a l’information dans le cadre des industries extractives
Nous proposons ici une analyse du cadre juridique relatif à la participation public et l’accès à l’information en matière environnementale. Nous passerons également en revue les dispositions légales et réglementaires prévues par les textes juridiques relatifs au régime minier et pétrolier. Nous tenons à faire remarquer que la méthodologie d’analyse que nous adoptons est basée sur celle de l’ACCESS INITIATIVE en matière d’évaluation de la démocratie environnementale. Le droit d’accès à l’information est une condition sinéquanone de la participation publique. En effet, sans information éclairée, le public ne peut participer de manière efficace au processus de prise de décision. Ces deux droits sont indissociables L’accès à l’information résulte de la capacité des citoyens à obtenir des informations environnementales en la possession des autorités publiques. « L’Information environnementale » comprend les informations sur la qualité de l'air et l'eau et de l'information quant à savoir si tous les produits chimiques dangereux sont stockés dans une usine à proximité. L'objectif de l'accès à l'information est de donner au public les outils nécessaires pour influencer les décisions qui affectent leur environnement L’on admet aussi que l’information est la pierre angulaire de la prise de décision et celui qui détient l’information détient le pouvoir. Elle met à la disposition du public la connaissance et les éléments lui permettant d'effectuer des choix judicieux en matière d'environnement et de contrôle de son état. L’évaluation de l’accès à l’information à Madagascar dans les cas sélectionnés par la Coalition Nationale, analyse en même temps les lois soutenant ce principe, les efforts du Gouvernement et l’efficacité de ces efforts. Elle implique une quarantaine d’indicateurs dont les indicateurs de loi, d’effort et d’efficacité. La «participation» désigne informer, en temps opportun et significatif, d'entrée et d'influence dans les décisions sur les politiques générales, stratégies et plans à différents niveaux et sur des projets individuels qui ont des impacts environnementaux. L'objectif de la participation publique est de prendre de meilleures décisions qui reflètent les intérêts et préoccupations des personnes potentiellement touchées et les entités. Selon l'Association internationale pour la participation du public, les valeurs de la participation publique sont : ♣ Droit de participer: La participation publique est fondée sur la conviction que ceux qui sont touchés par une décision, ou le sont potentiellement, ont le droit d'être impliqués dans le processus décisionnel. Cela inclut la promesse que la contribution du public va influencer la décision. Le droit de participer nécessite en amont la satisfaction du droit à l’information ♣ Communiquer les besoins: La participation du public favorise des décisions durables en reconnaissant et en communiquant les besoins et les intérêts de toutes les parties prenantes, y compris les décideurs. ♣ Encourager activement la participation: La participation publique cherche à faciliter la participation des personnes potentiellement concernées ou intéressées par une décision. La participation du public implique une demande d'avis des participants dans la conception de la manière dont ils participent. Elle communique aux participants comment leur participation a influencé la décision. 100

6.1. Cadrage juridique de l’accès à l’information et de la participation publique 6.1.1. Garanties générales d’accès à l’information et de la participation publique Dispositions • Garanties constitutionnelles de l’accès à l’information

Catégories de textes Constitution

D’une manière générale, Madagascar dispose d’un cadre normatif assez favorable en termes d’accès à l’information. L’article 9 dispose que – « L'exercice et la protection des droits individuels et des libertés fondamentales sont organisés par la loi ». L’article 6 stipule par ailleurs que : « Tous les individus sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés fondamentales protégées par la loi, sans discrimination fondée sur le sexe, le degré d'instruction, la fortune, l'origine, la croyance religieuse ou l'opinion » Le principe du droit à l’information est véritablement consacré par l’article 11 de la Constitution en ces termes : « Tout individu a droit à l'information. L'information sous toutes ses formes n'est soumise à aucune contrainte préalable, sauf celle portant atteinte à l'ordre public et aux bonnes mœurs. » La liberté d'information, quel que soit le support, est un droit. L'exercice de ce droit comporte des devoirs et des responsabilités, et est soumis à certaines formalités, conditions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires dans une société démocratique. La Constitution précise d’ailleurs que toute forme de censure est interdite. • Garanties constitutionnelles de la participation publique

D’une manière générale, la Constitution garantit à divers égards la participation publique, aussi bien de façon directe (active) qu’indirecte (passive) la participation des citoyens aux affaires étatiques et au processus de prise de décision, à travers notamment : - La consécration de la liberté d’association - La consécration de la liberté de circulation d’information - Le droit de vote - La notion de « Fokonolona » et d’autodétermination La Constitution énonce dans son préambule sa conviction que le Fokonolona, organisé en Fokontany, constitue un cadre de vie, d'émancipation, d'échange et de concertation participative des citoyens. 101

L’article 3 définit le cadre de réalisation de cette participation publique au processus décisionnel en décrivant le système d’organisation des collectivités territoriales décentralisées composées de Communes, de Régions et des Provinces. L’article 6 reconnait à tout individu l’égalité en droit et en jouissance des mêmes libertés fondamentales. La loi favorise l'égal accès et la participation des femmes et des hommes … aux fonctions dans le domaine de la vie politique, économique et sociale. L’article 152 reconnait le Fokonolona, organisé en fokontany au sein des communes, comme base du développement et de la cohésion socio-culturelle et environnementale. Les responsables des fokontany participent à l'élaboration du programme de développement de leur commune.

Lois et règlementations

La réglementation locale : le Dina En principe, réaliser la gestion communautaire devrait concrétiser les liens entre le droit traditionnel et le droit positif. Par exemple, le processus de création des aires protégées devrait intégrer le Dina selon le concept de la participation communautaire, pierre angulaire théorique des Projets de Conservation et de Développement Intégré5. La Loi 96-025 relative à la gestion locale des ressources naturelles renouvelables prévoit le Dina. D'une part, le texte reconnaît le dina et son rôle dans la communauté: "Les rapports entre les membres de la communauté de base sont réglés par voie de Dina. Les Dina sont approuvés par les membres de la communauté de base selon les règles coutumières régissant la communauté. Au cas où deux ou plusieurs communautés de base sont associées dans la gestion des ressources, le Dina applicable aux membres de chaque groupe est conforme aux règles régissant chaque communauté. » Dans ces provisions, le texte utilise le Dina' en tant que règle de base. En effet, le Dina établit les normes par lesquelles les actions locales sont mesurées et le recours devant la justice ne doit être engagé qu'après l'épuisement des procédures prévues par le Dina. Cependant, selon ce même texte, le Dina occupe la deuxième place, derrière le droit étatique : "Les Dina ne peuvent comporter des mesures pouvant porter atteinte à l'intérêt général et à l'ordre

5

Henkels (D), UNE VUE DE PRES DU DROIT DE L'ENVIRONNEMENT MALGACHE, African Studies Quarterly

102

public. Les prescriptions qu'ils contiennent doivent être conformes aux dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires en vigueur, ainsi qu'aux usages reconnus et non contestés dans la Commune rurale de rattachement." D'ailleurs, le texte soumet le Dina à l'autorité du Maire représentant l'Etat au niveau communal: "Les Dina ne deviennent exécutoires qu'après visa du Maire de la Commune rurale de rattachement" et « Les Dina régulièrement approuvés et visés par l'autorité compétente ont force de loi entre les membres de la communauté de base. L'application du Dina est toutefois suspendue jusqu'à l'intervention d'une décision de justice, en cas de recours exercé contre la décision du Maire autorisant l'application du Dina ». Tel qu’il est rédigé, ce texte soumet le Dina au droit étatique et ne reflète pas son champ d'application6. De même, la définition de la communauté de base telle qu'elle a été conçue légalement pourrait être source de conflit entre la population d'un même fokontany ou de fokontany différents7. Ainsi, même ce texte, bien que mieux adapté aux réalités du terrain que la loi 94-007, laisse des problèmes d'application.

6 7

Henkels (D), UNE VUE DE PRES DU DROIT DE L'ENVIRONNEMENT MALGACHE, African Studies Quarterly Rakotoninindrina, Narson, /Dina/ et Communauté de Base, Atelier vers la mise en place du droit effectif de l'environnement a Madagascar,1999.

103

6.1.2.

Cadrage de l’accès à l’information et la participation publique dans les dispositions environnementales Dispositions

Catégories de textes Garanties internationales de participation publique et d’accès à l’information dans les questions environnementales

Madagascar a adopté la Déclaration de Rio en 1992 qui énonce en son principe 10 : « La meilleure façon de traiter les questions d'environnement est d'assurer la participation de tous les citoyens concernés, au niveau qui convient. Au niveau national, chaque individu doit avoir dument accès aux informations relatives à l'environnement que détiennent les autorités publiques, y compris aux informations relatives aux substances et activités dangereuses dans leurs collectivités, et avoir la possibilité de participer aux processus de prise de décision. Les Etats doivent faciliter et encourager la sensibilisation et la participation du public en mettant les informations à la disposition de celui-ci. Un accès effectif à des actions judiciaires et administratives, notamment des réparations et des recours, doit être assuré » Madagascar a également ratifié la Convention d’Aarhus fixant les modalités d’accès à l’information et de participation publique Droit d’accès à Il s’agit d’un droit énoncé par la Commission Africaine des Droits de ’Homme et des Peuples à l’information en Afrique travers la Déclaration de Principes sur la Liberté d’Expression en Afrique, en son principe cinq relatif à la liberté d’information : - Les organes publics gardent l’information non pas pour eux, mais en tant que gardiens du bien public et toute personne a le droit d’accéder à cette information, sous réserve de règles définies et établies par la loi. - Le droit à l’information doit être garanti par la loi, conformément aux principes suivants: toute personne a le droit d’accéder à l’information détenue par les organes publics ; toute personne a le droit d’accéder à l’information détenue par les organes privés et qui est nécessaire à l’exercice ou à la protection de tout droit ; tout refus de communiquer une information doit être sujet à un recours auprès d’un organe indépendant et/ou des tribunaux ; les organes publics doivent, même en l’absence d’une requête, publier les principales informations d’un grand intérêt général ; nul ne doit faire l’objet de sanction pour avoir livré en bonne foi des informations sur des comportements illégaux ou qui divulguent des menaces sérieuses pour la santé, la sécurité ou l’environnement, sauf lorsque l’imposition de sanctions sert un intérêt légitime et est nécessaire dans une société démocratique ; et 104

Catégories de textes

Dispositions les lois sur la confidentialité doivent être amendées lorsque nécessaire, en vue de se conformer aux principes de la liberté d’information En appui, l’article 9 des Droits de l’Homme de l’Afrique signée et approuvée par Madagascar énonce clairement la nécessité de chaque Africain, y compris les Malagasy d’accéder à toutes informations publiques quel qu’elle soit

Lois et règlements

Loi n° 90 -033 du 21/12/1990 modifiée par les lois n° 97 012 du 6 juin 1997 et n° 2004 015 du 19 août 2004 portant Charte de l’Environnement La Charte de l’Environnement Malgache consacre le droit d’accès à l’information, environnementales à travers l’article 6 stipulant : « Toute personne a le droit d’accéder aux informations susceptibles d’exercer quelque influence sur l’environnement… » D’autres principes d’accès à l’information y sont également consacrés : - La protection et le respect de l’environnement sont un devoir citoyen. Le droit de toute personne d’être informée sur les décisions susceptibles d’exercer une influence sur l’environnement - Rôle fondamental des communautés de base quant à la gestion des ressources naturelles Loi n° 2004 -015 du 19 août 2004 modifie et complète certaines dispositions de l’annexe à la loi n° 90-033 du 21 décembre 1990 por tant Charte de l’Environnement Malgache et de la loi n° 97 – 012 du 06 juin 1997 Cette loi propose, en termes de modalités de participation publique : - Promotion de la gestion participative par les communautés riveraines, principales utilisatrices des ressources - Implication du secteur privé et de la société civile : une des bases de la pérennisation de la gestion environnementale à Madagascar Décret n° 99 -954 du 15 décembre 1999 modifié par le décret n° 20 04-167 du 03 février 2004 relatif à la mise en compatibilité des investissements avec l'environnement

105

Catégories de textes

Dispositions (MECIE) Ce décret évoque, à travers son article 10, le droit à la transparence de la vie locale et à l’information en prévoyant la participation du public à l’évaluation environnementale.8 En effet, aux termes de l’article 10 du Décret n° 2 005- 013 du 11 Janvier 20059, toute création d’aires protégées implique l’évaluation des ressources naturelles à protéger, les avantages et inconvénients sur le plan socioculturel et économique de l’aire protégée à créer. Aussi, toute création est soumise à une étude d’impact environnemental conformément aux dispositions légales et réglementaires en la matière. L’Arrêté 6830/2001 du 28 Juin 2001 fixe à cet égard les modalités et procédures de la participation du public à cette évaluation. Cette participation du public est prise dans un sens passif à la lecture de ce texte. Il ne s’agit que d’une simple procédure de consultation des documents se limitant à poser des questions au promoteur des investissements sur place, la population locale ne disposant pas de moyen pour empêcher celui-ci de nuire à leur environnement. Arrêté n° 6830/2001 du 28 juin 2001 fixant les moda lités et les procédures de participation du public à l’évaluation environnementale L’article 2 définit la participation du public à l’EIE comme étant son association dans l’évaluation environnementale des dossiers d’Etude d’Impact Environnemental (EIE) afin de fournir les éléments nécessaires à la prise de décision. Le second alinéa du même article précise que l’EIE a pour objectif d’informer le public sur l’existence du projet et de recueillir ses avis à ce propos. Elle se fait soit par consultation sur place des documents, soit par enquête publique, soit par audience publique et comporte une phase d’information et une phase de consultation durant laquelle il est procédé au recueil des avis du public. Art. 3 - Des critères sont donnés à titre indicatif sur la forme que peut prendre la participation du

8

Art.10. - Les projets d’investissements publics ou privés susceptibles de porter atteinte à l’environnement doivent faire l’objet d’une étude d’impact, compte tenu de la nature technique de l’ampleur desdits projets ainsi que de la sensibilité du milieu d’implantation.

106

Catégories de textes

Dispositions public à l’évaluation, qui est laissée à la libre appréciation des membres du Comité Technique d’Evaluation (CTE) suivant les contextes particuliers à chaque dossier d’EIE : - La consultation sur place des documents peut être requise lorsque l’investissement du projet concerné est inférieur à 10 milliards de FMG, ou lorsque le nombre de la population du lieu d’implantation du projet est inférieur à 10 000 personnes ; - 2° L’enquête publique peut être requise lorsque l ’investissement du projet concerné est supérieur à 10 milliards de FMG, ou si l’aire d’extension géographique du projet concerne au moins deux communes, ou lorsque le nombre de la population du lieu d’implantation du projet est supérieur à 10 000 personnes ; - L’audience publique peut être requise pour les projets qui peuvent donner lieu à une convention spécifique suivant les dispositions de l’article 45 du présent arrêté, ou lorsque la réalisation du projet requiert des expropriations pour cause d’utilité publique ou des déplacements de populations de plus de 500 personnes

107

6.1.3. Cadrage de l’accès à l’information et de la participation publique dans le domaine de l’industrie extractive

L’initiative EITI (Extractive Industrie Transparency Initiative) L’EITI est une norme mondiale encourageant la transparence des revenus miniers, pétroliers et gaziers, au niveau local. Elle est une coalition de gouvernements, d’organisations de la société civile, d’industries. Parmi les objectifs globaux de la mise en œuvre de l’EITI, les entités, qui y adhèrent volontairement, entreprennent de contribuer de façon pérenne, par la bonne gouvernance des ressources pétrolières et minières, à la croissance économique, à la préservation de l’environnement et à l’amélioration du niveau de vie général de la population malagasy,…. Les objectifs spécifiques qui sous-tendent les objectifs globaux sont d’arriver à : - Appliquer à Madagascar de façon créative, le principe de Corporate governance dans les secteurs pétroliers et miniers, - Améliorer la connaissance de la Société civile et des autres acteurs sur le secteur minier et pétrolier, - Améliorer de manière très nette la Fluidité des informations sur l’exploitation de la gestion maîtrisée des ressources minières et pétrolières à Madagascar - Intégrer la connaissance des ressources pétrolières et minières dans les programmes éducatifs, à tous les niveaux La disponibilité, l’accessibilité et la mise à jour des informations et statistiques sur les ressources extractives et leur gestion figurent parmi les résultats attendus et composantes l’EITI Madagascar. La communication intensive et la diffusion large des informations font partie des principes fondateurs de l’EITI. Plusieurs outils sont utilisés tels : site web, outils de sensibilisation adaptés aux cibles (membres, communautés dans les Régions extractives,…), publi-reportage, affiche, flyers, articles de presse, visite échange d’informations et d’expériences….

108

Les principes de l’EQUATEUR Publiés en 2003, les Principes de l’Equateur sont des normes volontaires et forment le socle d’un financement responsable. Les établissements bancaires qui en sont signataires s’engagent à tenir compte de critères sociaux et environnementaux lorsqu’ils décident de financer des projets de grande envergure. Une évaluation des impacts sociaux et environnementaux est la deuxième exigence des « Principes de l’Equateur ». De ce fait, une consultation et information des populations concernées est toujours de mise. Elle implique le développement d’un plan de gestion de plusieurs aspects, notamment les impacts socio-économiques, la protection de l’environnement, les Droits de l’Homme, et les normes de travail. L’accord de financement d’Ambatovy avec un groupe d’établissements prêteurs exige que le Projet soit conforme aux Principes de l’Équateur. Des ingénieurs indépendants représentant les prêteurs évaluent régulièrement les performances de l’entreprise

109

Tableau 35 - Analyse du droit d’information dans le secteur minier sur la base des indicateurs de l’IA

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

Le droit à l’information est-il garanti par des textes légaux en matière d’industrie extractives ?

La Charte de l’Environnement Malagasy est le cadrage global des questions environnementales à Madagascar. Elle stipule le droit de tout un chacun d’avoir des informations relatives à leur environnement et de participer à toute décision y afférente. Cette allégation est accentuée par les procédures d’Etude d’Impact Environnemental où le public sera informé du projet et pourra participer aux prises de décision par le biais de la consultation publique.,

La Constitution de 2007 consacrait en ses articles 35, 37 et 39 le le principe de la protection de l’environnement en précisant le rôle de chaque acteur. Ains, « toute personne a le devoir de respecter l’environnement ; Les fokonolona (la population) peuvent prendre des mesures appropriées tendant à limiter des actes susceptibles de détruire leur environnement, de les déposséder de leurs terres, d’accaparer les espaces traditionnellement affectés au troupeau de bœufs ou leur patrimoine rituel, sans que ces mesures puissent porter atteinte à l’intérêt général et à l’ordre public. Ce principe général n’a pas été reconduit dans la Constitution de 2010, actuellement en vigueur. La pratique de cette étape est bien souvent bâclée au niveau de la Commune. Nos différents entretiens révèlent que très souvent, les maires ne sont pas informés de cette exigence légale. Dans d’autres cas, il peut arriver que les documents arrivent effectivement auprès de la Commune, mais que les Maires font une rétention d’information La pratique veut que le Maire accompagne le titulaire du permis pour le faire connaitre auprès des Chefs Fokontany afin de constater de visu les limites du périmètre. Il s’agit d’une pratique très peu utilisée.

Y a-t-il des systèmes d’information prévu

Systèmes d’informations prévus par les dispositions légales et réglementaires Article 246 du DECRET N° 2006-910 du 19 août 2006 portant application du Code minier « le titulaire doit se présenter au Maire de la Commune du ressort et lui remettre les documents énumérés ciaprès, avant le commencement des activités minières : - Une copie de la carte d’identité du titulaire, de celle(s) de son ou ses associé(s) et de celle de son représentant, le cas échéant ; - Une copie du ou des Permis minier(s) détenu(s) par le titulaire dans le ressort de la Commune ; - Une copie de l’autorisation environnementale afférente aux activités à mener Article 247 : « Après l’accomplissement des formalités ci-dessus, le Maire de la Commune du ressort délivre un récépissé au titulaire, qui devra le présenter aux responsables locaux du ou des lieux où est (sont)

110

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

situé(s) le ou les périmètre(s), afin de se faire connaître et de solliciter, le cas échéant, leur intervention en cas de différends avec la population locale » La Loi sur les Grands Investissements Miniers à Madagascar (LGIM), Loi n° 2001-031 du 08 octobre 2002 modifié par la loi 2005-022 établissant un régime spécial pour les grands investissements dans le secteur minier Malagasy

La réalisation d’une EIE est une exigence environnementale dans le cadre de la grande Mine et des zones sensibles Décret N° 99-954 DU 15 DECEMBRE 1999 modifié par le décret n° 2004-167 du 03 février 2004 relatif à la mise en compatibilité des investissements avec l’environnement (MECIE) Article 11 (nouveau) : modalités de l’étude d’impact « Une directive générale précise le contenu d’une EIE qui doit au moins comprendre : Un résumé non technique rédigé en malagasy et en français, afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans l’étude ; ce résumé joint à l’étude et qui en fait partie intégrante, indiquera en substance en des termes accessibles au public, l’état initial du site et de son environnement, les modifications apportées par le projet et les mesures envisagées pour pallier aux conséquences dommageables de l’investissement à l’environnement. »

D’une manière générale, ce sont les grands investisseurs en phase de procéder à l’extraction qui adhèrent à l’option de la LGIM dont SHERRITT est actuellement le seul agréé. La présente Loi n’inspire pas clairement le droit d’information environnementale mais elle établit le régime spécial en matières des changes, fiscale, douanière, ainsi que juridique, applicable aux grands investissements dans le secteur minier. Les limites de chaque étape de l’EIE seront présentées dans la section qui suivra

111

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

Un document certifiant la situation juridique du lieu d’implantation du projet; - Une description du projet d’investissement ; - Une analyse du système environnemental affecté ou pouvant être affecté par le projet; cette analyse doit aboutir à un modèle schématique faisant ressortir les principaux aspects (statique ou dynamique, local ou régional) du système environnemental, en particulier ceux susceptibles d’être mis en cause par l’investissement projeté ; - Une analyse prospective des effets possibles sur le système précédemment décrit, des interventions projetées ; - Un Plan de Gestion Environnemental du Projet (PGEP) ; ARRETE n° 6830/2001 fixant les modalités et les procédures d’information et de participation du public à l’évaluation environnementale Article 2: « La participation du public à l’évaluation environnementale peut être définie comme étant son association dans l’évaluation environnementale des dossiers d’Etude d’Impact Environnemental (EIE) afin de fournir les éléments nécessaires à la prise de décision. Elle a pour objectif d’informer le public concerné par le projet sur l’existence du projet et de recueillir ses avis à ce propos. Elle se fera par enquête individuelle ou audience publique. » La participation publique fera l’objet d’une analyse plus poussée dans le présent rapport Article 74 du DECRET N° 2006-910 du 19 août 2006 portant application du Code minier Libre accès au données du BCMM

Modalités d’information de la population Les différents recoupements d’information dont nous avons eu connaissance nous renseignent sur le fait que l’information du public est bien souvent bâclée. La représentativité des participants est bien souvent remise en cause ce à quoi l’ONE rétorque l’insuffisance des fonds alloués à la consultation publique et qu’il convient de revoir les différents taux fixés au titre de frais à l’évaluation. Nous avons pu assister aux Assises Régionales sur la Gouvernance Minière auprès de la Région Atsimo Andrefana, organisées par l’AVG le 27 et 28 Septembre 2012 et au cours de laquelle des simples citoyens pourtant dans la zone d’exploration de Toliara Sands Project avaient témoigné de leur méconnaissance des tenants et aboutissants du projet, en particulier des impacts potentiels du projet sur leur mode de vie. Bien que les dispositions légales autorisent le libre accès aux titres miniers au sein du BCMM, il se trouve que nous avons été personnellement déboutée dans notre demande de consultation

112

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

Les registres et les cartes de retombées minières tenus par les bureaux du Cadastre Minier peuvent être consultés par le public pendant les jours ouvrables et durant les heures d’ouverture du bureau de consultation, dont la durée journalière ne peut être inférieure à cinq (5) heures. La consultation des registres manuels et informatisés est gratuite, sous réserve de l’observation d’une durée de consultation raisonnable. Tout extrait de document donne lieu à paiement, par l’intéressé, des coûts réels correspondants. Le Directeur du Bureau du Cadastre Minier fixe par note, dans ce cas, les tarifs uniformes à appliquer par tous ses bureaux. Le droit d’information des communautés sur les décisions communales est garanti par Loi n° 94-008 du 26 avril 1995 en ses articles 16 et 18. Le Conseil Communal délibère notamment sur le budget communal élaboré par le Bureau Exécutif. Le Conseil doit donc être informé des différents frais d’administration et ristournes collectés par la Commune Art. 16 - Les séances du Conseil sont publiques. Toutefois, sur proposition du Président du Conseil ou à la demande du Président du Bureau exécutif ou du quart au moins des conseillers présents, le Conseil peut décider de délibérer à huis clos. Art 18 – Le compte rendu des séances du Conseil est affiché sous huitaine. Le parlementaire de la circonscription concernée en est ampliataire. Art. 24 - Les travaux et débats au sein des Conseils sont préparés en commissions. A cet effet, le Conseil peut former, en son sein, des commissions permanentes ou temporaires pour étudier les questions qui intéressent sa collectivité sous leurs

des différents titres, autorisations et permis miniers auprès du BCMM d’Antananarivo au motif que l’Agence était en cours de réorganisation. La notion de « continuité des services étatiques » semble faire être ici une notion inconnue.

De manière générale, la culture de transparence budgétaire en est encore à ses prémices dans les communes malgaches où l’opacité de gestion a toujours été omniprésente. La démarche d’élaboration du budget participatif se fait encore sur une base de volontariat car non instituée de manière légale. Dans la pratique, rares sont les administrés informés des recettes et dépenses de la Commune. Beaucoup ignorent la possibilité d’assister aux séances du Conseil Communal. Les décisions, quand elles sont rendues publiques, ne sont accessibles qu’à une minorité des villageois, plus généralement ceux qui sont alphabétisés et qui ont élu domicile auprès du Chef lieu de Commune. La Commune devant être la structure par excellence de participation publique et d’accès à l’information, de nombreux administrés ne font pas confiance aux autorités communales. C’est davantage auprès du Fokontany que les citoyens préfèrent exercer leur droit de participation.

113

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

divers aspects

Quelle information disponible ?

est

-

-

Informations environnementales du projet Informations sur le cadastre minier Carte minière de Madagascar Informations sur les investissements et les fiscalités dans le domaine de la mine à Madagascar Publication annuelle de BCMM sur les frais d’administration versés auprès des Collectivités Territoriales Décentralisées Rapport d’audit dans le cadre d’ITIE Budget participatif, qui est un outil de redevabilité sociale Informations sur l’environnement disponible dans les outils d’information de l’Office National pour l’Environnement (ONE) : TBE, SIE, REE, et les autres réseaux pour l’environnement

- Informations sur les études d’impacts sociaux et environnementaux du projet (EISE), les rapports de suivi environnemental

- Seuls le Cahier de Charges Environnementales et les cahiers de doléance sont à la portée du public. Néanmoins, l’accès à ces documents se trouve être limité par la nature éminemment technique des documents ainsi que leur volume ou encore, la langue de rédaction (français ou anglais) - Manque de communication appropriée sur le projet (avancement, possibilités offertes : emplois, amélioration de leur qualité de vie, construction de routes, de petites infrastructures sociales, etc.) induit la mauvaise perception de QMM par le public (ce dernier connaît très peu le contenu du PGES) - Absence de vulgarisation environnementale des outils d’information

Cahier de Charges Environnementales

- Insuffisance de la diffusion de l’information environnementale par l’Administration auprès de la communauté de base L’accès à l’information est-il abordable en termes de coûts ? Y a-t-il des règles et des régulations ? Un cout est fixé par le BCMM pour la délivrance des informations. Ce cout reste toutefois abordable

- La Charte de l’Environnement malagasy ainsi que la Constitution de Madagascar évoquent les droits et obligations à l’accès à l’information

-

Vulgarisation de ces lois pour que le grand public connaisse ses droits et devoirs Lacunes dans l’application de ces lois

- l’ONE est tenu par une règlementation sur la propriété intellectuelle qui fait que certains rapports ne sont pas

114

Indicateurs

Dispositions légales et réglementaires

Lacunes

accessibles au public

Source : Compilation des informations par les auteurs

115

Tableau 36 - Analyse de la participation publique et dans le secteur pétrolier sur la base des indicateurs de l’IA

CADRE : ELABORATION ET MISE EN ŒUVRE DU CODE PETROLIER Un forum est-il prévu dans le Code Pétrolier? Est-ce que le forum assure que les voix sont écoutées ? Dispositions du Code Dispositions du Nouveau Lacunes pétrolier, loi n° 96-018 Code pétrolier (non encore adopté) Aucun forum favorisant la Les dispositions législatives - il n’y a pas de forum prévu participation publique n’est et réglementaires sur pour la participation prévu dans le présent code l’environnement seront publique que ce soit dans le intégrées dans le nouveau Code pétrolier en vigueur Code (article 7). De même, ou le nouveau dans ce même article, il est - le nouveau Code évoque prévu que : « Toute activité que le public doit être «amont», doit être conduite informé périodiquement des conformément aux principes conséquences généraux de droit environnementales du environnemental et aux projet mais ne cite en aucun bonnes pratiques cas sa participation à la généralement reconnues du prise de quelconque secteur pétrole et gaz en décision. Cette affirmation a matière d’environnement ». été authentifiée par notre De ce fait, toute activité interview et entretien sur amont pétrolier doit faire terrain (la population locale l’objet d’une Etude d’Impact ne connait même pas le Environnemental incluant contenu du Code pétrolier une consultation publique et et exprime leur besoin en la participation de celle-ci à renforcement de capacités la prise de décision sur les lois et règlementations en vigueur Le nouvel article 7-3-06 relatives au secteur amont stipule que « Le public doit pétrolier être tenu informé périodiquement des conséquences environnementales du projet pétrolier mais aucune mention légale sur la participation publique à la prise de décision. Qui sont habilités à participer et à quelle étape du processus de prise de décision ? Aucune mention explicite de qui peut être habilité à - Le document ne porte participer à la prise de décision et à quelle étape. aucune précision sur la Cependant, le nouveau Code, par l’insertion des qualité des acteurs dispositions environnementales, évoque que le public doit consultés (ex : société être informé des questions environnementales et que civile, secteur privé, l’opérateur doit suivre les règles et procédures responsables locaux…) environnementales en vigueur à Madagascar (Etude - Aucune mention de la population locale et des 116

d’Impact Environnemental avec une consultation publique)

Organisations de la Société Civile dans les 2 Codes

Quel genre d’information est disponible? les informations générales - Dans le nouveau Code, - La Loi n° 96-018 n’a pas relatives au titre minier, à la toutes les dispositions prévu des dispositions nature du bien et les environnementales (lois afférentes aux droits et dispositifs appliqués en cas environnementales obligations des opérateurs de litige sont visibles dans le obligations de l’opérateur) mais sont renvoyés au code sont prescrites et que le contrat pétrolier public soit informé - La disponibilité et la périodiquement des compréhensibilité des questions informations environnementales mais à environnementales font l’heure actuelle, il n’a pas défaut dans le Code encore de valeur judiciaire pétrolier en vigueur (Loi n° 96-018). Son contenu n’est pas connu de tout public. - Limite d’accès à l’information : elles sont disponibles seulement sur internet (site du MEF et ONE) mais il est inaccessible à tout public (partage) Existe-t-il un mécanisme de redevabilité des gouvernants ? Aucune mention légale de - Le nouveau code fait - Aucun mécanisme de redevabilité des gouvernants mention du droit du public redevabilité n’est n’est prévue dans le dit d’avoir des informations mentionné dans les deux code, seuls les environnementales codes. Toutefois, les lois responsabilités de la société périodiquement sans et règlementations en nationales sont évoquées toutefois faire mention vigueur à Madagascar explicite d’un mécanisme (décret MECIE, de redevabilité à Constitution, Charte de proprement parler. l’Environnement) définissent bien la participation du public à la gestion de l’environnement Les participants savent-ils comment leurs apports ont influencé les décisions prises Sur terrain, les participants ne sont même pas familiers avec - Sur terrain, comme le cas le Code pétrolier, preuve qu’ils n’ont pas participé à aucune de l’exploration on shore, décision => ils ne savent pas comment leurs apports ont la population ignore le influencé les décisions prises contenu du Code et de ses droits

117

o

Est-ce que le public a accès aux informations nécessaires dont il a besoin pour pouvoir participer au processus de prise de décision ?

De manière générale, l’accès à l’information se trouve extrêmement compromis dans les communes reculées, en particulier, les principales communes concernées par les différents projets miniers. Les informations ne font pas l’objet d’une publication permanente et continue. Elles ne sont en général communiquées qu’au tout début du projet et au cours des sessions de consultation publique dont le quorum et le taux d’assistance le plus souvent à désirer. Une rétention d’informations peut également émaner des responsables communaux. L’information est mieux desservie au niveau Régional. En guise d’illustration, la Région d’Atsimo Andrefana a permis que soit apposées dans son hall d’entrée des bannières informatives sur le projet Toliara Sands Project. Il existe un effort de transparence, toutefois, force est de constater que l’ensemble des informations est en français, ce qui restreint déjà le nombre et la qualité des personnes touchées. Le Service Information Environnementale (SIE) du Ministère chargé de l’Environnement publie un magazine trimestriel sur l’environnement : « Sitrano ny Tontolo » dans lequel certaines compagnies minières, à l’instar de Rio Tinto QMM, publie des articles d’informations10. Le mécanisme de dispatching de ce genre d’outils se fait au niveau Régional Outre ce magazine, une émission hebdomadaire sur la Radio Nationale Malagasy (RNM) : « Tontolo Iainana sy Tontolo manodidina » a été diffusée pour le cas de grands projets minier. Toujours dans le cadre de partenariat entre le Ministère chargé de l’Environnement et de la Compagnie minière, une émission consacrée à l’exploitation minière de Fort-Dauphin va être diffusée prochainement dans l’émission « Akoran’ny Tontolo » de la Télévision Malagasy (TVM) retransmise à chaque lundi fin du mois. Par ailleurs, on peut remarquer que l’information est plus accessible, quoique filtrée, pour les grands projets miniers dont les promoteurs ont adopté des normes internationales tenant en compte l’aspect « transparence » tels les principes de l’Equateur, les normes EITI ou encore ont intégré comme partie intégrante de leurs principes d’action la « Responsabilité Sociale des Entreprises ». Pour ces promoteurs, le laps de temps écoulé entre les études, le permis environnemental et le début de mise en ouvre aura plus ou moins engendré une évolution de la perception du public et des communautés affectées directement. Les participants savent-ils comment leurs apports influent sur les décisions ?

o

En général, faute de niveau d’instruction et de degré de compréhension, la majorité des participants ne savent pas comment leurs apports influent les décisions. Beaucoup d’efforts sont à déployer pour éradiquer ce vice. L’obligation de communiquer les éléments du Permis Environnemental aux Communes concernée est certes stipulée dans le Code Minier, mais beaucoup de promoteurs passent outre cet engagement. Quand ils consentent à l’appliquer, les informations restent trop techniques et quasi inaccessibles à la compréhension d’un citoyen lambda ce qui handicape cruellement la commune dans son rôle de suivi de la mise en œuvre des termes du cahier des charges environnementales qui ne peut plus objectivement compter sur le concours de la communauté en cas de constats d’illégalité.
10 ème ème

La Société QMM a en l’occurrence participé aux 3 de Janvier- Mars 2011

et 4

éditions d’Octobre – Décembre 2010 et

118

Par ailleurs, bien qu’un cahier des doléances soit tenu au niveau de la Commune, ni les responsables communaux, ni la communauté ne savent de ce qui adviendra des plaintes et aspirations ainsi recueillies, une fois qu’elles seront collectées par l’ONE du fait qu’aucun mécanisme de traçabilité de la gestion des plaintes ne soit établi. A titre d’exemple, au cours du débat public organisé à l’issue des Assises Regionales pour une gouvernance des industries extractives, l’une des principales préoccupations de la population était, d’une part, de connaitre les impacts environnementaux et d’autre part, les modalités de prise en charge de leurs plaintes, le cas échéant. La médiatisation des actions d’interpellation de la Société Civile s’avère être un moyen permettant le savoir comment les apports de la population influent sur les décisions, à la fois au niveau étatique qu’au sein des sociétés minières et pétrolières

o

Dans quelle mesure les réponses aux demandes d’informations émanant des citoyens ont-elles reçues une réponse favorable ? Dans l’affirmative, dans quelle mesure les réponses apportées sont-elles complètes, pertinentes et précises ?

Au cours des sessions de consultations publiques, les promoteurs sont tenus d’apporter des éléments de réponse aux questions posées par la communauté locale. Force est de constater que les plateformes de discussion au sein desquelles la population peut interagir avec des responsables font encore défaut. L’exemple du QMM avec la mise en place, au niveau régional, du Comité Local de Coordination (CLC), avec l’appui du PGRM mérite d’être cité comme étant une bonne pratique. Ce comité est composé des responsables des services techniques déconcentrés, de représentants de la compagnie minière et des maires des communes concernées, représentants de la population. Pour assurer le relais au niveau local, le Comité Local de Liaison (CLL) a été mis en place au niveau de chaque commune. Il s’agit d’une structure de dialogue avec la population locale. Les moyens et outils de communication utilisés sont, entre autre: enquête publique, audience publique, affichage, théâtre, « hira gasy » en dialecte local, film documentaire dont les acteurs sont les membres de la communauté locale. 6.2. Les mécanismes de concertation existant dans le domaine des industries extractives Les mécanismes de concertation sont en général des plateformes d’information, de communication et de participation multi acteurs. Si certains sont prévus par les lois et règlements en vigueur, d’autres résultent d’initiative privée. Nous ne prétendons pas ici relever tous les mécanismes existant. Nous tenons à mettre en relief ceux qui existent dans les Régions d’intervention ainsi que les bonnes pratiques.

119

Tableau 37 - Les mécanismes de concertation existant dans le domaine des industries extractives

Mécanisme

Description du mécanisme

Analyse des lacunes Les décisions rendues par les CNM et CPM sont de nature consultative et n’ont par conséquent pas force de Loi. Dans la pratique, de nombreuses décisions ministérielles ont été prises sans la consultation des CPM et CNM, notamment, l’augmentation de la fourchette des frais d’administration en 2010.11 En réponse, plusieurs compagnies minières ont adressé une lettre demandant l’annulation du Décret au motif que les dispositions du Code Minier (une Loi, par conséquent ayant une force juridique supérieure) ont été bafouées. De manière générale, les CPM effectivement opérationnels sont rares. Ce sont surtout dans les Régions où de grands projets miniers se développent (Anosy) qu’ils sont mis en place, leur fonctionnement étant assez budgétivore. En effet, aux termes de l’article 22, les dépenses du Comité National des Mines sont constituées par: - Les dépenses de fonctionnement; - Les indemnités du Président, des Vices Présidents et celles du Secrétaires Général; - Les indemnités de réunion des membres; - Les salaires du secrétaire que ceux des agents du Service administratif et financier; - Les frais de déplacement et hébergement des représentants des Comités Provinciaux des

Comité National et Provincial Le fonctionnement et les attributions du Comité National des Mines et Provincial des Mines sont prévus dans le DECRET N° 2002-1005 du 11 Septembre 2002 fixant les Attributions, l'Organisation et le Fonctionnement des Comités Provinciaux (CPM) et du Comité National des Mines (CNM) Définition des missions Aux termes de l’article 2 du décret : Ces Comités sont des organes paritaires de dialogue. de concertation et de collaboration entre d'une part, l'Administration Centrale et les Autorités Provinciales et d'autre part. le secteur privé opérant dans les mines, afin de favoriser la collaboration de ces différentes entités intervenant dans ce domaine et d'assurer leur participation à la politique de développement du secteur minier de la Nation. Attributions Les CPM sont des organes de recours en cas de litige entre titulaires ou entre ces derniers et les propriétaires des sols dans les Provinces Autonomes. L'accord intervenu s'impose alors aux parties concernées. - Le Comité National des Mines est consulté pour donner son avis motivé concernant tout projet de texte réglementant les activités minières. - Le CNM peut faire connaître au Gouvernement son avis sur l'exécution des programmes d'action

Le 25 Janvier 2010, le ministère des Mines a adopté le décret n °. 023/2010 qui a doublé le niveau des fr ais d'administration minière en 2010 par rapport à son niveau précédent.

11

120

Mécanisme

Description du mécanisme touchant le secteur Minier Organisation et composition L'Assemblée des Comités Provinciaux des Mines pour chaque Province Autonome comprend : - 2 représentants des opérateurs miniers - 1 représentant du Gouvernorat. - 1 représentant de la Direction Provinciale du Ministère de l'Energie et des Mines.

Analyse des lacunes mines

Par ailleurs, la nature des subventions prévues à l’article 21, entre autre : subventions, dons et legs, ressources de diverses natures, laisse une porte ouverte à la corruption. Dans la composition, la participation de la Société Civile n’est pas prévue, même en qualité de personne ressource. Il n’est d’ailleurs prévu la participation du public qu’à travers les autorités L'Assemblée Générale du Comité National des Mines provinciales, dont les organes ont été dissous suite à la réorganisation de la politique de décentralisation comprend : - Les 24 membres composant les Comités instituant uniquement 2 niveaux de décentralisation : les Régions et les Communes. De plus, la Provinciaux des Mines représentativité de la commune n’est garantie par - 1 représentant de la Primature - 02 représentants de la Vice Primature chargé des aucune disposition Finances et du Budget - 1 représentant du Ministère de la Défense Nationale - 1 représentant du Ministère chargé de l'Environnement - 2 représentants du Ministère chargé de l'Energie et des Mines - 1 représentant du Ministre de l'Intérieur et de la Réforme Administrative - 1 représentant du Ministère de la Justice - 1 représentant de la Gendarmerie Nationale - 1 représentant du Ministère de la Sécurité Publique - 2 représentants du Bureau du Cadastre Minier de Madagascar (BCMM). - 13 représentants des Opérateurs Miniers désignés par les organisations professionnelles du secteur mines 121

Mécanisme

Description du mécanisme Une liste de cinquante (50) membres suppléants est établie suivant la répartition ci dessus.

Analyse des lacunes

Comité National Mines – Forêts

L’arrêté ne précise pas la composition des membres du Comité mais suggère plutôt qu’un Décret les nommera. Le Décret en question n’est jamais sorti et par conséquent, ceux qui siègent actuellement de facto au sein du Comité ne sont normalement pas Missions : habilités. Le .Comité Interministériel a pour mission de piloter et de Le Comité est donc actuellement co-présidé par : superviser l’harmonisation des textes et la gestion des - Le Directeur Général des Mines, représenté par cas litigieux surgissant entre les deux secteurs. (article 2 le responsable de la Cellule Environnementale de l’Arrêté interministériel n° 7340/2004 du 16 Avri l 2004) - Le Directeur des Forêts, représenté par le responsable de la Commission SAPM Tâches - Organiser un atelier de formation et d'information Le Comité fait appel aux autres services étatiques concernant les textes régissant les deux secteurs pouvant être concernés quand il est question de - Engager et superviser un expert Juriste qui conduira revoir et d’établir la mise en protection temporaire. les travaux de mise en cohérence des textes Nos entretiens révèlent que le CIMF n’a jamais fait régissant les secteurs Mines et Forets appel à la Société Civile - Résoudre les cas litigieux. rencontrés en : Faisant l’inventaire et l'état des lieux des permis Le mode de fonctionnement du Comité est flou et miniers attribués dans superficies forestières ses interventions se font au cas par cas. Considérant le cas des ressources placées sous De manière générale, en matière de règlement de régime forestier litige, une descente sur terrain est effectuée par un Proposer des pistes de résolutions aux 2 représentant de la Cellule environnementale des Ministères sur la base des travaux du Consultant Mines et un représentant du MEF. Faisant appel, si besoin est, à des compétences extérieures aux 2 Ministères pour l’efficacité de Concrètement, les deux entités négocient avec leurs activités - Valider les travaux du Consultant engagé pour l’opérateur. En général, les issues de ces l’harmonisation et la mise en cohérence des textes concertations sont : - La mise en protection temporaire de certaines des 2 secteurs et les présenter aux 2 Ministères zones Le fonctionnement et les attributions du Comité National Mines-Forêt sont prévus par l’Arrêté interministériel n° 7340/2004 du 16 Avril 2004, complété par l’Arrêté n° 12720/2004 du 08 Juillet 2004 122

Mécanisme

Description du mécanisme

Analyse des lacunes - Le déclassement d’une partie d’aires protégées ou de réserves (cas de QMM avec Mandromondromotra, d’Ambatovy avec l’Amoron’ny Onilahy, le TSP, avec le parc de Mikea) - L’acception du promoteur de modifier les limites de ses permis - Le refus du promoteur de négocier (auquel cas, la procédure échoue) Nos entretiens révèlent que les promoteurs ne sont pas dédommagés. L’alternative proposée consiste souvent en l’octroi d’un autre carré minier. Cette absence de dédommagement peut constituer un frein à l’aboutissement de la négociation. Par ailleurs, l’issue de la négociation est conciliée dans un simple PV, n’ayant aucune force juridique, étant donné que le promoteur ne s’engage pas par écrit. Par conséquent, la procédure se révèle être parfois hasardeuse, d’autant qu’aucun suivi sur terrain n’est effectué. Ce PV est ensuite envoyé au BCMM. La procédure veut que la renonciation à tout ou une partie des carrés miniers soit soumise au paiement de frais par le titulaire. Dans le cas d’un promoteur ayant consenti à renoncer à une partie de ses carrés, cette procédure peut s’apparenter à une injustice dans la mesure où le titulaire perdant se trouve encore dans l’obligation de payer alors qu’il a consenti à faire un effort au cours de la négociation

123

Mécanisme

Description du mécanisme

Analyse des lacunes en réalité d’une procédure bancale car en renonçant à une partie de ses carrés,.

La modification des cartes de superposition laisse apparaitre l’image d’un important périmètre minier au sein même d’une partie de l’AP ou de la réserve ayant été déclassée, ce qui a pour effet de complique le suivi car, au final, le carré minier se trouve dans une zone qui perd son statut de protection. L’arrêté de mise en protection de 2010 expire en 2012, ce qui met à nouveau les NAP et réserves à statut temporaire dans une position fragile et précaire étant donné que les permis miniers recommencent à courir à l’expiration de la protection d’une zone donnée. Le fait que les missions de descentes sur terrain soient prises en charge par le promoteur peut s’avérer être un risque d’atteinte à l’indépendance du CIMF Les missions du CIMF se trouvent également être compromises du fait du manque de moyens financiers dont il dispose. Le programme PGRM, actuellement en phase de liquidation ainsi que le JARIALA, dont le financement a été interrompu par l’USAID étaient en effet les principaux pourvoyeurs financiers du CIMF pour ses déplacements en Région Enfin, nos recherches montrent que les Comités 124

Mécanisme

Description du mécanisme

Analyse des lacunes régionaux Mine-Forêts (notamment ceux de Matsiatra Ambony) n’ont été mis en place que lorsque les circonstances l’exigeaient, donc, en situation conflictuelle. Aucune initiative proactive n’est entreprise au niveau du CIMF pour prévenir les différends alors que les zones à fort potentiel minier et biodiversité sont déjà identifiés (cas notamment des 3 Régions d’intervention du PGME/GIZ)

CRC (Région Andrefana)

Atsimo La Région d’Atsimo Andrefana a mis en place l’équivalent du Comité Provincial des Mines institué par l’Arrêté n° 021/11/RAA/MIN portant COMITE REGIONAL DE COORDINATION relatif aux grands projets miniers dans la Région d’Atsimo Andrefana du 06 Juillet 2011 Objectifs de la création du CRC La création de ce comité a pour but d’intégrer les grands projets miniers dans le développement régional, dans le but d’optimiser leurs impacts socio-économiques jusqu’au niveau des communautés de base concernées. Composition - Le Chef de Région ou son représentant - Le Directeur de développement de la Région ou son Représentant - Le Directeur Interrégional des Mines - Les représentants du projet minier concerné - Le Directeur Régional de l’Aménagement du Territoire - Le Directeur Régional de l’Environnement et des 125

Bien représentation de la Société Civile soit prévue au sein du Comité, cette fonction est restée vacante depuis Juillet 2011. Par ailleurs, le mode de désignation de la Société Civile et la garantie de sa représentativité reste hypothétique. En termes de fonctionnement, nos entretiens ont révélé que jusqu’à ce jour, le fonctionnement de ce comité a été essentiellement pris en charge par les Sociétés Minières, à travers les dons et legs. Etant donné que ce Comité assure également en partie la fonction de suivi des actions des sociétés minières, le financement par les Sociétés Minières risque de mettre à mal l’indépendance du CRC, ne serait-ce qu’en matière de règlement de conflit. La perception du public sur ce Comité reste très mitigée. En matière de litige foncier, la Communauté souhaite en effet que les négociations d’indemnisation se fassent entre les principaux concernés. Il s’avère en effet que même en l’absence de conflits révélés, le CRC fasse une ingérence dans les négociations Informée des indemnités perçues par les membres

Mécanisme

Description du mécanisme Forêts Le Directeur Régional de l’Eau Le Commandant de groupement de la Gendarmerie Un représentant de la Société Civile Un représentant de la Chambre de Commerce Un représentant de chaque Commune et/ou des Communes membres d’une structure intercommunale desservie par le projet minier

Analyse des lacunes du CRC, une partie de la population se montre sceptique quant à l’objectivité du CRC et redoute que cette plateforme ne soit instrumentalisée par les Sociétés Minières. En prévision des futurs recrutements, la Région a sorti une note intimant le recrutement prioritaire des locaux à compétences égales. Cette disposition risque de contrevenir au principe d’interdiction de discrimination fondée sur l’origine et l’ethnie

Le Comité est ouvert à d’autres personnes ressources, au besoin, suivant les thèmes discutés Attributions - Interface entre les autorités locales et les grands projets miniers - Etablit les programmes prioritaires et le plan d’action y afférent - Facilite le mise en œuvre des projets miniers en mettant en place les comités et groupes de travail responsable du suivi des plans d’actions prévu - Organise les modalités de recrutement du personnel au sein de la Société - Etablir les thèmes prioritaires en se basant sur le PRD et le PGES du projet - Résoudre de manière concertée les problèmes éventuels Fonctionnement du CRC - Présidence de la session par le Chef de Région - Secrétariat technique assuré par le Directeur des Mines - Réunion du Comité une fois par mois - Possibilité de tenue d’une réunion extraordinaire à la demande du président ou du tiers des membres 126

Mécanisme

Description du mécanisme - Frais de fonctionnement (charges logistiques + communication + indemnités de déplacement + indemnité de session) supportés par la Région et les Sociétés Minières Cette cellule a été instituée par l’Arrêté n° 019/11/MATD/RSO du 31 Mai 2011. Il s’agit d’une cellule mise en place avant le CRC et est spécifique au projet Toliara Sands Définition de la mission Il s’agit d’un organe intermédiaire concerté, voyant la participation des autorités locales et de la Société. Elle a pour principale mission de veiller à la normalisation et la sécurisation des travaux d’exploitation et la Société TSP dans les communes de Ranobe, Ankilimalinika et Tsianisiha. Rôles de la Cellule (Article 2 de l’arrêté) Apprendre à la population locale concernée par le Site, le développement inclusif dirigé par une Société Etrangère Intervenir en cas de litige entre la population et la Société (foncier ou problème d’ordre administratif) Surveiller la réalisation des différentes promesses de la Société à la population Sensibiliser la population à un comportement correct et digne vis-à-vis des partenaires Etablir une convention de travail avec la Société Surveillance sociale de la bonne marche de la Société dans la Région Etablir une collaboration effective avec la population locale en vue d’assurer la sécurité du Site Assister la Société dans le respect des différents us et coutumes malgaches. 127

Analyse des lacunes

Cellule de Communication relative au travail de collaboration entre les autorités locales et la Société « Toliara SANDS »

Cette cellule a été instituée avant le CRC. Malgré la mise en place du CRC, elle n’a pas été dissoute. On assiste donc à un chevauchement des fonctions, notamment en matière de gestion des litiges. De même, il existe un cumul des indemnités perçues, des membres de la cellule également membres du CRC. L’ensemble des charges liées au fonctionnement de cette cellule est prévue être prises en charge par la Société TSP ce qui laisse présager un risque d’influence de cette dernière sur les décisions de la Cellule. La fonction de président de Cellule de la Communication et de chef de cellule de communication n’est pas différenciée

Mécanisme

Description du mécanisme Composition de la Cellule Président de la Cellule Communication Chef de cellule communication Représentant du Ministère des Mines Commandant de groupement de la gendarmerie Chef de district de Toliara II Les maires des 4 communes concernées Tsianisiha Ankilimalinika Belalanda Maromiandra 3 représentants du promoteur Les notables sont également prévus siéger au sein de cette cellule quand le besoin s’en fait sentir

Analyse des lacunes

Sous Comité Régional de L’article 6 de l’Arrêté n° 021/11/RAA/MIN portant Coordination (Région Atsimo COMITE REGIONAL DE COORDINATION autorisant Andrefana) que la Société Minière puisse établir une convention particulière avec le CRC pour le bon accomplissement de sa mission, les sessions de débat au cours des Assises régionales sur la gouvernance Minière dans la Région d’Atsimo Andrefana révèlent que la Région et la Direction Régionale de l’Aménagement du Territoire se préparent à valider une note pour la création du SousComité Régionale de Coordination (S.C.R.C.) et du Règlement Intérieur, de la société Toliara Sands

Les entretiens que nous avons pu avoir avec le Directeur Interrégional des Mines ainsi que le Coordonateur de projet auprès de la Région ont révélé qu’il était dévolu à ce sous comité les mêmes attributions que la Cellule Communication. Le souci de voir un foisonnement de structures ou sous structures est bien réel, en fonction des moyens que le promoteur consent à mettre en œuvre. Cette sous structure est une demande expresse de la Société TSP, seule grande exploitation disposant du Permis d’Exploitation à ce jour dans la Région Atsimo Andrefana

Cellule environnementale Les Articles 20 à 22 du de l’Arrêté interministériel n° Faute de moyens humains et financiers, seules les auprès du Ministère des Mines 12032/2000 sur la réglementation du secteur minier Directions Interministérielles des Mines de Majunga en matière de protection de l’environnement et de Fianarantsoa bénéficient des services d’une déterminent les missions de la Cellule, à savoir : 128

Mécanisme

Description du mécanisme

Analyse des lacunes

- le rôle d'interface entre les opérateurs miniers et Cellule environnementale déconcentrée l'Administration Environnementale. - Répond à toutes questions des opérateurs concernant l'interprétation de la réglementation applicable au secteur minier en matière de protection de l'environnement, l'évaluation de leurs EIE ou PEE, le contrôle de leurs PGEP ou PEE, et les procédures relatives au quitus environnemental En ce qui concerne les opérations minières soumises à l'EIE, la Cellule : - participe à l'élaboration des directives techniques sur la description des projets miniers et les mesures d'atténuation et de réhabilitation appropriées en fonction du type d'opération minière - est membre d’office du CTE constitué pour l’évaluation des demandes de convention spécifique, des dossiers d’EIE ainsi que des demandes de quitus environnemental - présente les projets miniers aux CTE constitués pour l’évaluation des demandes de convention spécifique, des dossiers d’EIE ou des demandes de quitus environnemental - assure le contrôle et le suivi des PGEP pour les opérations minières conjointement avec le Ministère de l'Environnement et l'ONE, et en association avec les Collectivités Territoriales Décentralisées, conformément aux dispositions du présent arrêté

Dans le domaine de l’industrie pétrolière, les mécanismes de concertation sont encore au stade de germination.

129

Mécanisme Groupe GIE (Groupe industries extractives)

Description du mécanisme des Date de création : Février 2012

Analyse des lacunes Le groupe en est encore à ses prémices et se réunit sporadiquement. Un atelier de lancement a été organisé en Juin 2012 pour sa mise en place.

Historique Emanation du groupe thématique de réflexion : CCPTF (Cercle de concertation des Partenaires Techniques et La composition du Secteur Privé gagnerait à être Financiers) davantage étoffée Composition - Administration et organismes rattachés - Groupements du secteur privé extractif, - Groupements professionnels : Chambre des Mines, Association Professionnelle des Pétroliers – Amont de Madagascar… - Organisations de la société civile - Partenaires Techniques et Financiers - Co-présidence du groupe : EITI et WWF - Nombre de membres non fixes Objectifs - Offrir une plateforme de dialogue OSC, PTF, Secteur Privé - Assurer un suivi effectif des développements dans le secteur afin d’assurer que les décideurs et la société civile aient des informations adéquates sur les bénéfices et risques ainsi des mesures potentielles à entreprendre. - assurer une communication adéquate entre les membres du groupe pour assurer le développement des approches coordonnées, notamment les échanges réguliers entre gouvernement, opérateurs privés et société civile.

130

Mécanisme

Description du mécanisme - promouvoir des meilleures pratiques adoptées et une politique de responsabilité sociétale sociale et environnementale par les compagnies minières er pétrolières. - porter un lobbying fort afin de saisir les communautés internationales sur la nécessité et le devoir de veiller à la qualité de la biodiversité et de l’Environnement à Madagascar. Taches : - Faire l’inventaire des outils sur les « meilleures pratiques » pour le secteur extractif et préparer des fiches techniques appropriées pour leur promotion et adoption - Formaliser le groupe afin de faciliter le travail de lobbying et les levées de partenariat

Analyse des lacunes

OIL FOR DEVELOPMENT

Description : Il s’agit d’un projet financé par le NORAD, dont la première phase a débuté en 2007 Objectifs Intégration de la dimension environnementale et sociale dans le développement des activités pétrolières en amont Sites d’intervention : Boeny, Atsimo Andrefana, Melaky Activités : 131

Mécanisme

Description du mécanisme • Dissémination des informations et connaissances sur l’environnement et les activités pétrolières en amont à tous les niveaux Renforcement de capacité et motivation des OSC, gouvernement et secteurs privés pour l’intégration de la gestion des ressources naturelles au niveau du développement des activités pétrolières Etablissement de partenariats-alliances pour un engagement effectif dans la politique et le processus de prise de décision Engagement de la société civile dans le développement des activités pétrolières par le biais d’un plaidoyer pour les meilleures pratiques et l’intégration des la gestion des ressources naturelles au niveau du développement des activités pétrolières.

Analyse des lacunes

Parties prenantes du projet : • Administration et institution étatiques et para étatiques et démembrements : - Ministère des Mines - Ministère de l’environnement - STD - CTD - OMNIS - ONE - EITI • Compagnies pétrolières : CANDAX, MOSA, TOTAL

132

Mécanisme

Description du mécanisme • OSC/ONG CRS –DURELL –MNP –AVG – ARENA (Alliance pour le Respect de la Nature) ATSIMO ANDREFANA - FIMAMI (Fikambanana Miaro ny Alan’I Mikea) - MITOIMAFI (Miaro ny Tontolo Iainana Manombo Fiherenana) - FIMIHARA (Fikambanana Miaro ny Hara sy ny Ranomasina) - SOARIAKE - FMGFAA: Fikambanan’ny Mpanao Gazety amin’ny Faritra Atsimo Andrefana BOENY - AJM (Association des Journalistes de Mahajanga) - Association FAMPIVOARANA MELAKY - -SAF FJKM

Analyse des lacunes

Réalisations - Dissémination d’information - Ateliers villageois - Jeux radiophoniques - Organisation de l’atelier : « Environnement et Pétrole en Quartet », Boeny - Renforcement des capacités de la Société Civile

133

6.3. Participation publique au processus de prise de décision, cas de l’application du décret MECIE La participation publique au processus décisionnel en matière d’industries extractives se concrétise à travers la participation de la population dans le processus d’Etudes d’Impact Environnemental Rappelons que l’Arrêté n° 6830/2001 du 28 juin 2001 fixe les modali tés et les procédures de participation du public à l’évaluation environnementale L’article 2 définit la participation du public à l’EIE comme étant son association dans l’évaluation environnementale des dossiers d’Etude d’Impact Environnemental (EIE) afin de fournir les éléments nécessaires à la prise de décision. Le second alinéa du même article précise que l’EIE a pour objectif d’informer le public sur l’existence du projet et de recueillir ses avis à ce propos. Elle se fait soit par consultation sur place des documents, soit par enquête publique, soit par audience publique et comporte une phase d’information et une phase de consultation durant laquelle il est procédé au recueil des avis du public. Art. 3 - Des critères sont donnés à titre indicatif sur la forme que peut prendre la participation du public à l’évaluation, qui est laissée à la libre appréciation des membres du Comité Technique d’Evaluation (CTE) suivant les contextes particuliers à chaque dossier d’EIE : - La consultation sur place des documents peut être requise lorsque l’investissement du projet concerné est inférieur à 10 milliards de FMG, ou lorsque le nombre de la population du lieu d’implantation du projet est inférieur à 10 000 personnes ; - 2° L’enquête publique peut être requise lorsque l ’investissement du projet concerné est supérieur à 10 milliards de FMG, ou si l’aire d’extension géographique du projet concerne au moins deux communes, ou lorsque le nombre de la population du lieu d’implantation du projet est supérieur à 10 000 personnes ; - L’audience publique peut être requise pour les projets qui peuvent donner lieu à une convention spécifique suivant les dispositions de l’article 45 du présent arrêté, ou lorsque la réalisation du projet requiert des expropriations pour cause d’utilité publique ou des déplacements de populations de plus de 500 personnes. 6.3.1. Phase Identification Participation du public dans les étapes du Décret MECIE Participation publique Non obligatoire Initiateur Référence

Etude de préfaisabilité Etude faisabilité

Procédure environnementale Préparation Tri préliminaire (Screening) Cadrage (Scoping)

Non obligatoire

Promoteur Directives générales pour la réalisation d’une EIE Promoteur Directives générales pour la réalisation ONE Décret MECIE CTE Arrêté N° 6830/2001 Directives générales pour la réalisation d’une EIE Directives pour les procédures de participation des CTD

de Réalisation de l’EIE

Non obligatoire

Evaluation du dossier Obligatoire d’EIE

134

Phase Mise œuvre

Procédure Participation environnementale publique en Contrôle et suivi Obligatoire environnementaux Audit de fermeture Non obligatoire Non prévu

Initiateur

Référence

Promoteur PGEP – Annexes du ONE permis environnemental

Fin de projets Post Evaluation

Source : Evah Andrianboavonjy, Mamialisoa Lalao, « De la participation publique à la participation citoyenne dans la gestion de l’Environnement à travers le processus MECIE dans la Région Anosy » 6.3.2. Modalités de participation du public dans les étapes de préparation de l’évaluation du dossier Ces modalités sont présentées dans le tableau ci-après.

135

Tableau 38 - Modalités de participation du public dans les étapes de préparation de l’évaluation du dossier

Source : Evah Andrianboavonjy, Mamialisoa Lalao, « De la participation publique à la participation citoyenne dans la gestion de l’Environnement à travers le processus MECIE dans la Région Anosy 136

6.3.3.

Evaluation des mesures de participation publique dans le Décret MECIE

QUESTIONS CLES ET LIMITES Consultation Existence d’un forum sur place des La consultation sur place des documents prévoit deux principales formes de forums et d’échange dans les cadres documents desquelles la participation publique est prévue : - la mise à disposition du public d’un registre relatif à la consultation sur place des documents où sont consignés les dires, observations et suggestions des communautés locales (Art 4, al 3) - l’organisation de rencontre entre le promoteur et le public lors de séances d’information (Art 4, al 5) Disponibilité de l’information ? La consultation sur place des documents met à la disposition du public des informations relatives à : - l’existence du projet (Art 4, al 1) - la tenue de consultation sur place des documents (art 4, al 1) - l’avis d’ouverture des procédures de consultation sur place des documents (art 5) - aux termes de l’article 6 : l’objet du projet, les lieux – jours – heures de mise à disponibilité du résumé non technique du dossier d’EIE, les lieux – jours – heures des séances de rencontre du promoteur avec la population locale, la durée de la procédure de consultation sur place des documents, les nom et qualité de la personne contact pour les compléments d’information, la liste de l’intégralité des documents d’EIE (Art 6) - un résumé non technique du projet indiquant l’état initial du site et de son environnement, les modifications apportées par le projet et les mesures envisagées pour palier aux conséquences dommageables de l’investissement à l’environnement (Art 7) - Les documents d’EIE - Le registre public, les affiches (art 7, al 3) Limites L’article 8 fournit une liste des informations non publiables et non communicables au public (notamment les données relatives à la sécurité publique ou encore au secret commercial. Cet article prévoit par ailleurs la possibilité pour le promoteur d’adresser directement à l’ONE des informations qu’il estime non communicables au public. Cependant, aucune disposition ne prévoit de l’usage que l’ONE ou le comité technique d’évaluation en fera Garanties d’écoute des voix Les besoins et les intérêts des victimes sont-ils mis à la connaissance des acteurs concernés ? Au cours des séances d’information programmées entre le promoteur et la population, cette dernière est habilitée et invitée à émettre ses avis, préoccupations et recommandations lesquels seront consignés dans un procès verbal établi par 137

l’autorité locale et annexé au registre relatif à la consultation sur place des documents. Par ailleurs, un registre public relatif à la consultation sur place des documents est également laissé à la disposition de tout intéressé désirant y consigner directement ses observations, remarques et suggestions Limites « Les observations du public sont consignées directement par les intéressés sur un registre public » Le forum favorise surtout le recours à tout moyen écrit comme moyen d’expression de la population. Force est pourtant de constater que la grande majorité les communautés limitrophes des aires protégées est composée d’individus analphabètes. La présentation verbale des observations ne constitue bien souvent qu’une alternative non communiquée au public et quand un citoyen entend user de ce droit, son initiative peut se trouver inhibée par la qualité de la personne à qui les dispositions légales prévoient d’assurer la charge du recueil de ses dires. En effet, l’article 10 dispose expressément : « Dans le cas où l’intéressé entend présenter ses observations verbalement, l’autorité locale transcrit la déclaration sur le registre qu’il signe avec l’intéressé ». La société malgache est encore fortement marquée par une tradition centralisatrice fondée sur l’appréhension et l’inhibition face à la hiérarchie. Le risque de « non-dit » et de rétention d’information demeure donc élevé Existence d’un forum Dans le cadre de la procédure d’enquête publique, la diligence d’assurer la conduite de l’enquête et des consultations publiques est attribuée à une commission d’enquête et/ou une commission d’audience (composée d’auditeurs environnementaux), en collaboration avec l’autorité locale. La procédure d’enquête publique prévoit quatre principaux scénarii de forums : - L’organisation de séance d’information préalable entre le promoteur et la population locale - la mise à disposition du public d’un registre relatif à la consultation sur place des documents où sont consignés les dires, observations et suggestions des communautés locales (Art 21, al 3) - Le recueil des avis de la population affectée par le création de l’aire protégée (à travers des méthodes d’enquête prédéfinies) - L’organisation éventuelle de réunions publiques (al 6) Garanties d’écoute des voix Les préoccupations et avis du public sont pris en compte à travers différents mécanismes : - la réception par les enquêteurs, en audience privée, de toute personne désirant personnellement émettre un avis sur le projet. - le recueil par les enquêteurs des avis des membres de la communauté et des groupements ou associations directement concernés ou intéressés par le projet - un registre public relatif à l’enquête publique est également mis à la disposition de toute personne intéressée désirant y consigner directement ses observations, remarques et suggestions 138

Enquête publique

Audience publique

- un système de « counseilling » de la population locale est également mis en place à travers une permanence dans les lieux indiqués dans l’avis d’ouverture de l’enquête publique - l’organisation de séances de réunion publique lorsque les conditions de déroulement de l’enquête les rendent nécessaires et lorsque les moyens techniques, logistiques et financiers le permettent Existence d’un forum Formes de forum - L’organisation de séance d’information préalable entre le promoteur et la population locale - la mise à disposition du public d’un registre relatif à l’audience publique où sont consignés les dires, observations et suggestions des communautés locales () - Le recueil des avis de la population affectée par le création de l’aire protégée (à travers des méthodes d’enquête prédéfinies) - L’organisation de la tenue de l’audience publique est par ailleurs caractérisée par la possibilité de confronter le public affecté par le projet et le promoteur par l’intermédiaire des auditeurs, dans les locaux de la mairie ou en tout autre endroit désigné à cet effet, afin de permettre une meilleure information du public sur le projet et un échange de vue entre le promoteur et le public. - Dans le cadre d’une confrontation, chaque partie a la faculté de se faire assister par un expert pour chaque domaine. La réalisation d’une audience publique peut couvrir une échelle méso (locale) ou macro (régionale voire nationale) Garantie d’écoute des voix - La confrontation du public affecté et du promoteur du projet se fait sous la diligence d’une commission d’audience publique, assistée des responsables locaux. Compte tenu de l’envergure et de la complexité des projets de création d’AP faisant l’objet d’une audience publique, l’avis relatif à sa tenue fait l’objet d’une publication dans le journal officiel - Dans le cadre d’une confrontation, chaque partie a la faculté de se faire assister par un expert, également dénommé « personne ressource référence » pour chaque domaine. Toute personne désirant être entendue peut s’inscrire au préalable auprès de la commission d’audience. Le public adresse ses questions et observations et émet ses avis au président de séance. Ce dernier regroupe ces questions, observations et avis, les complète éventuellement et les présente à qui de droit. Les réponses, éclaircissements émanant du promoteur et des personnes ressources sont adressés au président de séance sous forme orale ou écrite. Type d’informations mises à disposition - L’avis relatif à la tenue d’audience publique indique : l’existence du projet ; l’objet de l’audience publique ; les noms et qualités des membres de la commission d’audience publique ; la durée de la procédure d’audience publique ; l’existence des séances d’audience publique au niveau local ; la possibilité d’organisation d’audiences publiques aux niveaux régional et/ou national - Le résumé non technique de l’EIE en malgache et en français Intégralité des documents EIE

Source : Recherches personnelles des auteurs 139

6.4. Analyse des moyens de recours disponibles Qui peut Actions Auprès de Qui demander Mécanisme Communes Vérification de la disponibilité des - Auprès du promoteur, si permis miniers/pétroliers et celui-ci n’a pas environnementaux ainsi que des communiqué ces permis de construction documents - Auprès du BCMM, à (Article 173 du Décret d’application tout moment du Code Minier) - Les personnes autorisées à faire de la prospection minière ou leurs représentants dûment mandatés doivent se présenter aux autorités de la Commune du ressort avant de commencer la prospection) A quelle étape Analyse des lacunes dans la mise en œuvre Beaucoup de responsables communaux ignorent leurs attributions en matière de suivi de permis miniers et pétroliers. Même si le Maire est informé de ses droits,face à des techniciens et d’importants investisseurs, il peut se sentir intimidé et n’osera pas exercer son droit (il est vrai que prévaut encore à Madagascar l’adage : « Atody tsy miady amam-bato » , autrement dit, les œufs ne s’affrontent pas avec les pierres) Après la délivrance des permis miniers et environnementaux Article 172.Ni le Maire ni toute autre autorité administrative ou décentralisée non compétente, ne peuvent ni s’opposer aux droits miniers accordés par Permis ou autorisations, ni donner un droit minier quelconque aux exploitants informels

Phase de prospection / Avant la phase d’exploitation proprement dite

Vérification et contrôle de Promoteur l’accomplissement en bonne et due forme les dispositions du cahier des charges et du PGEP Actions que la Commune peut engager : - Intimer au promoteur le respect des engagements - Informer au plus vite et par tous les moyens le Directeur Interrégional des Mines - Recours aux forces de l’ordre - Copies des PV de constats à la Région et au District

Les actions du maire sont limitées 140

Qui peut Actions Auprès de Qui demander Mécanisme (Articles 55 et 56 du Décret d’application du Code Minier)

A quelle étape

Analyse des lacunes dans la mise en œuvre car le principe de sécurisation du droit minier édicté par le Décret d’application du Code Minier prévaut

Droit d’accès aux informations BCMM : Durant la phase de concernant les frais d’administration Pour connaitre la situation recherche ou minière d’exploitation, tous les de recouvrement ans Trésor public : Pour éventuellement engager une procédure de recouvrement forcé après une première demande officielle adressée au Directeur Général du Trésor Tribunal Administratif, territorialement compétent pour conseils Demande d’intervention dans les cas Police Communale ou de « squatting » et d’exploitation Recours au District au cas illicite où la localité n’en dispose pas Article 171 du Décret d’application du Référence Code Minier Minière à l’autorité

A tout moment, dès que la Commune constate des activités d’exploitation irrégulières

Population et OSC

Le cas échéant, demande d’appui auprès du CPM Dès présentation des Demander des informations auprès Le Maire Obligation différents permis de la Commune sur les projets miniers d’organiser à l’intérieur de auprès des Maires sa circonscription, la 141

Le cas récent de l’exploitation illicite dans la Commune de Didy ainsi que l’histoire des ruées aux pierres précieuses à Madagascar montre les limites de ce mécanisme ainsi que l’incapacité de la Commune et de l’Administration minière à faire face au phénomène Les dispositions constitutionnelles stipulent que le « Le Fokonolona peut prendre des mesures appropriées tendant à s’opposer à

Qui peut Actions demander

Auprès de Qui A quelle étape Mécanisme sensibilisation de la population locale sur la nécessité de tenir la Commune informée de toutes activités de type minier entreprises par des personnes non autorisées. Article 172, al 2 du décret d’application du Code Minier

Formulation de plaintes

La Commune : A travers le cahier des doléances, placé au niveau de la Commune puis transmis par à l’ONE La Commune joue le rôle de facilitateur ONE Directement l’ONE (voir après)

Analyse des lacunes dans la mise en œuvre des actes susceptibles de détruire l’environnement. ». La Charte de l’environnement réaffirme ce droit en lui reconnaissant la faculté de participer à des décisions. Nos recherches ont révélé que la participation du fokonolona au processus de prise de décision est en générale défaillante du fait d’une faible capacité d’analyse (problèmes avec les documents administratifs) des leaders du fokonolona les empêchant de connaître les fins réelles des négociations dans lesquelles ils sont impliqués. Donc, les propriétaires profitent de cette faiblesse de la communauté à travers l’utilisation de certaines autorités étatiques. A partie de l’EIE et à Le cahier des doléances est un tout moment au cours outil qui reste au niveau de la de la durée de validité Commune du permis minier Il est réservé à ceux qui peuvent écrire

auprès schéma

de ci-

Le circuit est assez lourd et la traitement des plaintes prend du temps

142

Qui peut Actions demander

Auprès de Qui A quelle étape Mécanisme Région : Comité des litiges Il s’agit d’une spécificité de la Région d’Atsimo Andrefana qui a mis en place au sein même des locaux de la Région, en Mai 2012, un Comité des litiges chargé Auprès du promoteur Lorsque celui-ci a mis en place un mécanisme de gestion des plaintes conformément à

Analyse des lacunes dans la mise en œuvre Ce Comité n’en est encore qu’à ses prémices et très peu de citoyens connaissent son existence.

La Responsabilité Sociale des Entreprises n’est pas contraignante au sens du cadre juridique malgache. Elle repose en effet sur la volonté de l’entreprise. Seules les très grandes compagnies ayant adhéré à des normes internationales de qualité ont adopté cette démarche à Madagascar (cas de QMM, SHERIT et bientôt TSP et MADAOIL)

Conciliation de différend en cas de Premier recours : la Commune litige foncier Si non conciliation Représentant de l’Etat : District Si non conciliation Direction interrégionale des Mines Art 329 à 343 du Décret d’application du Code Minier

143

Figure 9 - Mécanisme de gestion des plaintes des projets ayant un permis environnemental- ONE (Source : ONE)

144

La notion de participation publique n’est pas encore maîtrisée par la plupart des acteurs à savoir les promoteurs du projet, les agents étatiques et la communauté locale. L’application de la loi est encore insuffisante en ce qui concerne les dispositions qui prescrivent la participation du public aux prises de décision (notamment la Charte de l’Environnement, arrêté n° 6830/2001 du 28 juin 2001 fixant les moda lités et les procédures de participation du public à l’évaluation environnementale). En outre, il existe une difficulté de conciliation des intérêts des industries extractives avec la protection de l’environnement. 6.5. Bonnes pratiques 6.5.1. Mécanismes de garantie d’accès à l’information

Cas QMM Cas de SHERITT L’information sur le projet est disponible au Comme outil de communication, niveau du centre « Fasimainty » et dans le Ambatovy a un bulletin trimestriel externe, site web de la Compagnie minière. Il est à «Banjina» qui incarne à la fois « Focus » noter que l’accès à l’internet dans la zone et « Vision », ou signifie encore « se d’intervention est très limité. Aussi, les tourner vers l’avenir et s’y concentrer ». informations sur internet sont destinées au Pour le projet, le nom n’a pas été ainsi grand public ayant les moyens d’y accéder choisi par hasard. Il reflète à la fois une volonté d’avancer vers un avenir meilleur mais non pas à la population locale Problème de pérennisation des et de garder le cap, sur fond d’un infrastructures mises en place qui sont partenariat dont l’objectif est d’associer la contribution d’Ambatovy au financées ponctuellement développement durable de Madagascar. Banjina est un bulletin d’information sur les défis d’Ambatovy, sur les enjeux auxquels il fait face et sur les efforts qu’il déploie au bénéfice de la Nature. C’est aussi un bulletin de partage comment Ambatovy vit en communauté avec les dynamiques et valeureuses populations incluses dans ses zones d’intervention. Ce bulletin externe veut être une liaison entre le projet et son environnement externe en publiant les programmes sociaux destinés à améliorer les conditions de vie de ces populations touchées par les activités du Projet, et s’imprégner davantage de ces touches gracieuses distillées au profit de l’environnement et de la biodiversité dont la protection constitue pour Ambatovy une priorité absolue. Le Service Information Environnementale (SIE) du Ministère chargé de l’Environnement publie un magazine trimestriel sur l’environnement : « Sitrano ny Tontolo » où Rio Tinto QMM a participé aux 3ème et 4ème éditions d’Octobre – Décembre 2010 et de Janvier- Mars 2011. La Société SHERITT a pour sa part, publié une fois. Le mécanisme de dispatching de ces magazines se fait par Région. Il appartient aux responsables régionaux de partager par la suite les informations y afférentes par le biais du Comité Local de Coordination, composé des responsables étatiques régionaux, et du Comité Local de Liaison qui est une structure de dialogue avec la population. Outre ce magazine, une émission hebdomadaire sur la Radio Nationale Malagasy (RNM) : « Tontolo Iainana sy Tontolo manodidina » a été diffusée pour le cas de Rio Tinto QMM. Toujours dans le cadre de partenariat entre le Ministère chargé de l’Environnement et de la Compagnie minière, une émission consacrée 145

à l’exploitation minière de Fort-Dauphin va être diffusée prochainement dans l’émission « Akoran’ny Tontolo » de la Télévision Malagasy (TVM) retransmise à chaque lundi fin du mois. Accès aux informations relatives à Accès aux informations relatives à l’environnement l’environnement Par le biais du Projet de Gouvernance de Une communication claire et régulière est Ressources Minières (PGRM), des comités entretenue régulièrement avec les parties incluant les responsables étatiques, les prenantes. Différents outils sont utilisés et services techniques déconcentrés, la adaptés à chaque cible (réunion formelle compagnie minière et la population ont été et/ou informelle, roadshow, affiche, mis en place pour assurer en une partie la théâtre,…) communication des questions relatives à Les communautés riveraines sont l’environnement. Au niveau de la Région, le informées, éduquées et sensibilisées à Comité Local de Coordination (CLC) a été l’environnement par le Département mis en place. Il est composé des Environnement d’Ambatovy. L’objectif représentants de la Région, des Services est de sensibiliser les communautés Techniques Déconcentrés, des Maires des locales à mener des actions efficaces pour Communes concernées par le projet ainsi la conservation des ressources naturelles, que les représentants du Rio Tinto QMM. Le et de développer chez les villageois un Comité Local de Liaison (CLL), qui est une réflexe environnemental responsable. De structure de dialogue avec la population ce fait, elles sont responsabilisées aux locale, assurera par la suite le relais du CLC. problématiques environnementales à Les moyens de communication restent les travers des séances d’informationmêmes : théâtre, hira gasy, réunions sensibilisation et diverses animations publiques, affichage. comme des radios-crochets et de projections de films sur la lutte contre la déforestation et les feux de brousse. Plusieurs parties prenantes dont la Direction Régionale de l’Environnement et des Forêts, le Cantonnement de l’Environnement et des Forêts du District de Brickaville, la Conservation Internationale et les collectivités locales sont toujours impliquées dans la mise en œuvre de ce programme d’éducation, d’information et de sensibilisation environnementale. S’ajoutant aux campagnes audio-visuelles et des émissions radio, des campagnes d’information publiques sont aussi réalisées par le biais des séries de réunions d’informations publiques, des campagnes d’affichages. Selon le responsable du département environnement du projet, des outils complémentaires d’informations seront développés d’ici peu. Roadshow de présentations trimestriel tout au long du Pipeline pour informer des milliers de personnes issues de dizaines de petites communautés sur les activités d’Ambatovy, les enjeux et les sujets qui les concernent 146

6.5.2.

Mécanisme de gestion des plaintes Cas SHERITT Un centre d’informations et de gestion des plaintes a été mis en place à Moramanga, depuis 2010. Il offre aux plaignants plusieurs options pour la transmission des doléances, dont la déposition auprès des agents de terrain, des trois bureaux du projet, la transmission par e-mail (à l'adresse électronique : doleances@ambatovy.mg et l’appel téléphonique via 3 numéros gratuits des trois opérateurs mobiles à Madagascar à savoir Orange 032 32 033 33 ; Zain 033 65 333 33 et Telma 034 30 333 33.

Cas QMM Mise en place du Comité Local de Coordination (CLC) composé des représentants de laRégion Anosy, de Rio Tinto QMM, des communes concernées par le projet et des Services Techniques Déconcentrés pour le suivi et le traitement de tous les problèmes relatifs au projet (ex : foncier,….)

Depuis 2010, la Région d’Anosy a fait appel aux services de 3 Médiateurs, basés auprès de la Région pour coordonner la gestion des plaintes 6.5.3. Mécanisme de concertation

Cas QMM Cas SHERITT Mise en place d’un Comité de suivi environnemental régional (CSER) par l’ONE et la Région Anosy avec l’appui de l’USAID pour le suivi technique du PGE et CCE Au niveau de la communauté, mise en place du Comité Local de Liaison (CLL) qui est une structure de dialogue et de partage d’information environnementale. Chaque Commune, chaque Fokontany y est représenté Quatre (4) Structures De Dialogue-SDDcomposés des représentants de la population directement impactée par QMM, pour les villages d’Ambinanibe, Ilafiatsinanana, Mandena et Andrakaraka, qui assurent la collecte des informations et des préoccupations émanant de la population desdits villages et la diffusion d’informations fiables vers cette même population

147

7. Le Programme GM-E/GIZ et les IE
7.1. Référentiel du programme L’Offre, assimilée en « Document de projet » constitue le référentiel de base du PGM-E/GIZ au titre de la coopération au développement entre Madagascar et l’Allemagne. Le référentiel fixe les objectifs pour la phase et détermine les stratégies de mise en œuvre, basés sur le PE3 et ses indicateurs, en accord avec les grands concepts et principes de la « Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide (2005) » - Appropriation ; Alignement ; Harmonisation ; Gestion axée sur les résultats ; Responsabilité mutuelle. 7.2. Cadres et approches d’intervention La poursuite de l’objectif du PGM-E/GIZ, « l’amélioration de l’exploitation durable des ressources naturelles dans les zones sélectionnées des régions d’action prioritaire du nord et du sud-ouest » de Madagascar (Diana, Boeny et Atsimo Andrefana) », est articulée autour des trois grandes composantes (i) Appui-conseil en matière de politique sectorielles, (ii) Gestion décentralisée des ressources naturelles et (iii) Conservation durable de la biodiversité. Des chaînes d’impacts sont attachées aux composantes afin de générer des produits et sousproduits ou des thématiques du PGM-E/GIZ.
Tableau 39 – Liste des Produits et sous-produits ou Thématiques PGM-E/GIZ

Code SP-111 SPS-111-1 SPS-111-2 SPS-111-3 SP-114 SP-115 SP-116 P- 120 SP-121 SP-122 P-130 P- 210 (N) SP-212 SP-213 SP-214

Produits / sous-produits Promotion de la société civile (S.C) dans le secteur Environnemental et Forestier : Renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles Renforcement des capacités techniques de la S.C. Appui à la mise en œuvre des activités de la S.C. Certification Gestion du savoir CCPTFE Mise en œuvre des Conventions Internationales : Changement climatique REDD CBD/APA Planification et suivi-évaluation (interne) La planification spatiale et au développement est disponible et l’axe stratégique verte développé, y inclus le zonage forestier : Méthodologies spatiales disponibles (concepts SRAT et Zonage forestier ou ZF améliorés, méthodologie d'élaboration SAC développée) Premières versions de documents SRAT et SAC et plans d'actions vertes disponibles et soumises à la région et/ou aux communes Développement et renforcement des capacités (communes et guichets fonciers, prestataires, ONG, Comite Communal de Développement, CRAT, autres) en aménagement du territoire Renforcement des capacités communales en gestion des RN (financier et technique) dans les communes d'intervention : 148

P-220

SP-221 SP-222 SP-223 SP-224 SP-225 SP-226 (S) SP-227(S) SP-228 (S) SP- 229 SP- 240 SP-242 SP-243 SP-244 SP-245 SP-246

Formation des responsables communaux des communes en budget et la comptabilité communale avec un accent sur les lignes budgétaires vertes Formation sur la charte des responsabilités et transfert des outils TGRN et GIF Formation sur la planification verte, le montage de projet, développement de partenariat, normes sectorielles Formation sur l'OPCI et intégration de la FBE Capitalisation et affinage des outils divers Formation en coordination, négociation et promotion des actions vertes Mise en œuvre de partenariat WWF/PLAE/MNP Appui aux reboisements communaux subventionné par l'état Création et appui aux Cellules techniques pour les compétences locales en GDRN Des mesures contribuant à la modernisation de la filière bois énergie sont disponibles : Amélioration de la plus value dans la filière bois énergie (maillons : production et transformation) Mise en place des marchés ruraux et urbains de bois énergie (vision 2020 DIANA - maillon commercialisation) Modernisation de l'utilisation de l'énergie (Utilisation efficiente de l’énergie en milieu urbain) Elaboration d'une stratégie de modernisation de la filière bois énergie à travers les sociétés civiles (Vision 2025) Introduction des mesures politiques et réglementaires (Appui à l'application de l'ARBE dans les zones de production et de commercialisation de charbon de bois (ARBE) Suivi et collecte de données relatives à la FBE Application du test d’approche reboisement selon RVI et collaboration avec la Maison des Paysans Analyse de l'opportunité de la valorisation économique durable de la Station Forestière Appui à la finalisation technique des documents de GIF : Outils / supports de gestion de feux produits et diffusés au niveau des communes d’intervention Renforcement des capacités des acteurs clés Appui à l'intégration de l'aspect GIF dans le DINA et à son application Appui aux Communautés de Base à la mise en œuvre des TGRN (au niveau CoBa / régional) : Appui à la création / renouvellement des CoBa Appui à la gestion de la vie associative (y inclus organisation socioculturelle des CoBa) Appui technique en gestion durable des RN/RF Appui à la suivi-évaluation (système interne de suivi-évaluation des contrats) Information sur les coûts d’administration, et de gestion des contrats et d’accompagnement des COBA 149

SP-247 SP-248 SP-249 P-250 SPS-251 SP-252 SP-254 SP-260 SP-263 SP-264 SP-265 SP-266 SP-267

SP-268 SP-269 P-270 SP-271 SP-272 SP-273 SP-274 SP-275 P-280 SP-281 SP-282 SP-283 SP-285 SP-286

Accompagnement des Coba pour la mise en œuvre des TGRF Conception de modèle de valorisation diversifiée pour consolidation économique des TG Valorisation des nouvelles aires protégées : Appui à la création /gestion NAP Analyse des conditions de mise en œuvre et d'accompagnement Appui-conseil à l'opérationnalisation de la valorisation NAP Suivi et capitalisation des activités de valorisation des NAP Mécanismes de financement pérenne au service des AP Renforcement des capacités des PM pour la diffusion des kits Mad’ERE (stratégie de sortie et transfert) : Formation des PM sur l'utilisation des kits (REALISEE) Accompagnement dans l’utilisation des kits au niveau des écoles Diffusion de 20 kits envoyés par PGM-E Central. Evaluation des impacts de l’utilisation des kits au niveau des écoles Transfert de la diffusion des kits aux Partenaires stratégiques des mesures

Source : PGM-E/GIZ Sous la tutelle politique du Ministère de l’Environnement et des Forêts, en charge de l’ordre politique (régulation sectorielle et mise en adéquation des rôles s’y rapportant), le programme compte dans son implémentation les organisations d’exécution [MEF ; MNP ; CTD (communes, régions) ; Groupements professionnels (ONG, organisations d’auto-assistance locales) ; DREF ; Direction régionale du Ministère en charge de l’énergie et des mines à Diégo, Mahajanga, Toliara], des intermédiaires [techniciens et cadres des administrations (MEF, MNP, Energie & Mines, Finances, Décentralisation, organismes rattachés)], et des bureaux de consultance, des consultants indépendants, des prestataires de services et acteurs privés, ainsi que des multiplicateurs et du personnel enseignant dans les domaines de l’éducation environnementale et des relations publiques. Les groupes cibles du programme sont les populations rurales dans les régions prioritaires, incluant les ménages urbains et les consommateurs d’énergie, en ce qui concerne la composante 2, avec une attention particulière accordée aux femmes. Le développement du PGM-E/GIZ est représenté dans une approche à trois niveaux, aussi bien au niveau national dans tous les processus de négociation et de décision se rapportant au secteur, que sur le terrain à travers deux centres de réseau implantés dans les régions prioritaires (mise en réseau verticale et horizontale). Les actions du programme sont organisées sur et autour de : • Une approche méthodique fondée sur le développement des solutions applicables à grande échelle avec les décideurs malgaches, escomptées d’être intégrées dans les stratégies et programmes à caractère de diffusion, comprenant le Capacity development, la mise en réseau des acteurs (publics, privés, société civile) ; Un appui budgétaire et un regroupement de l’assistance technique (Pooling) ; Partenariat Public Privé (P-P-P) ; Synergie avec d’autres actions d’appui au développement ; 150

• • •

Limitation dans les trois régions prioritaires, des activités de terrain avec des impacts intéressant l’ensemble du territoire du pays.

Carte 3 – Les zones d’intervention du PGM-E/GIZ à Madagascar

Source : PGM-E/GIZ

151

Carte 4 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région DIANA

Source : PGM-E/GIZ 152

Carte 5 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région Boeny

Source : PGM-E/GIZ

153

Carte 6 - Zones d'intervention de PGM-E/GIZ dans la Région Atsimo Andrefana

Source : PGM-E/GIZ 154

7.3. Activités PGM-E/GIZ et IE La réalisation des activités du programme, notamment les activités relatives à la gestion décentralisée des ressources naturelles telles que le transfert de gestion des ressources forestières et la valorisation des nouvelles aires protégées, fait face actuellement aux industries extractives (IE) (pétrole & mines), prévues comme « risques importants » dans l’Offre. Le document de projet n’avait pas cependant donné des indications claires pour la gestion de ces risques. Ce qui oblige le programme à agir de manière prudente et sporadique, tant dans la conduite à tenir par rapport à l’émergence de ces IE et les initiatives en cours déployées par les parties prenantes, que par rapport à l’exercice de ses rôles dictés par son document fondateur, lorsqu’il s’agit surtout des populations, communes et services déconcentrés impliqués dans la gestion durable des ressources naturelles dans les zones d’intervention. D’une manière générale, ces derniers se trouvent totalement déconnectés des processus et procédures de toute nature associés aux IE, et s’éloignent de facto de leurs droits et des parts de revenus ou de bénéfices qui leur doivent en revenir selon les textes en vigueur (code minier, textes sur la décentralisation, textes forestiers, …). 7.3.1. Les Permis Environnementaux dans les zones d’intervention du programme Les tableaux ci-après présentent la situation des Permis Environnementaux dans chaque région où intervient le programme. Les références des permis miniers retrouvés dans les zones du programme, selon la source ONE, sont retrouvées dans la troisième colonne. (Source des informations : ONE) Il convient de préciser que : • • • les informations ci-présentes ne concernent que les dossiers qui sont soumis à l’EIE, et qui sont passés à l’ONE ; en corollaire, les sociétés ou compagnies qui ont reçu des permis miniers, et qui n’ont pas encore effectué leur EIE ne sont pas prises en compte dans les tableaux ; les dossiers soumis au PREE, qui relèvent des ministères de tutelle ne figurent pas non plus dans cette liste.

155

A. Secteur minier Région DIANA
Tableau 40 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région de DIANA
Nom Dossier CANALTA Gems MADACOLOR COLAS DIEGO TANTALUM RARE ORIENTAL Anivorano PAM MSCAR MINING
TYPE EIE EIE EIE EIE EIE

Permis minier PE N° 5188 PE N° 35 97 Autorisation Communale PR N° 6698 PR 25651-25652 PE N° 1090

Activités
Exploitation de saphir et or Exploitation minière Exploitation de carrière Recherche de pyrochlore Recherche de saphir Projet de aurifère recherche

NOM FIV NOSY BE AMBILOBE ANTSIRANANA II AMBANJA ANTSIRANANA II

Date Dépôt
11-Sep03 25-Sep06 22-janv.09 27-juil.09 23-mars09 10-juin10

Permis Env.
24-mars-04 12-Mar-07 6/7/2009 11/11/2009 3/12/2009 23/11/2011

Référence Permis
BE N° 59/04 AU MINENVEF n° 07/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 30/09/MEF/ONE/DG/PE n° 52/09/MEF/ONE/DG/PE n° 61/09/MEF/ONE/DG/PE n° 43/11/MEF/ONE/DG/PE

EIE

AMBILOBE

Source : ONE, septembre 2012

Région Boeny
Tableau 41 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région Boeny
Nom Dossier HANTAVOLOLONA HANTAVOLOLONA HANTAVOLOLONA WISCO
TYPE EIE EIE EIE

Permis minier PRE N° 19743 PRE N° 19779 PRE N° 19790 PR N° 37499 37498-

Activités
Exploitation minière Exploitation minière Exploitation minière Projet de recherche de fer

NOM FIV Mahajanga Mahajanga Mahajanga

Date Dépôt
5-Apr-06 5-Apr-06 5-Apr-06 25-mars11

Permis Environnementaux.
28-Jun-07 28-Jun-07 28-Jun-07 23/11/2011

Référence Permis
n° 27/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 28/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 29/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 36/11/MEF/ONE/DG/PE

EIE

SOALALA

Source : ONE, septembre 2012

156

Région Atsimo Andrefana
Tableau 42 - Permis Environnementaux et Industries minières dans la Région Atsimo Andrefana
Nom Dossier LEMURIA SARL WORLD SAPHIRE MAGASTORM JIN MSCAR MAGRAMA RASAMOEL SEM IANAPERA SEM MANIRY New Astor Trading SEM Ranobe RAZAKA Arie Harinirina Red Graniti Mscar MAGRAMA HUGO THESS MAROY BEVILANY RASOANAIVO J.D NAPOKE SANDRA NEW ASTOR TRADING DOS 2 MALAGASY MINING SEM MOROMBE
TYPE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE

Permis minier

Activités
Extraction de kaolin

NOM FIV AMPANIHY SAKARAHA SAKARAHA ANKAZOABO BENENITRA BENENITRA AMPANIHY BENENITRA TOLIARA II AMPANIHY BENENITRA BENENITRA SAKARAHA SAKARAHA BENENITRA BENENITRA SAKARAHA TOLIARA II

Date Dépôt
1-Dec-98 15-Jul-99 23-May00 15-Sep00 26-Sep02 4-Nov-02 4-Nov-02 20-Nov02 4-Jun-03 30-Jan04 16-Apr04 23-Apr04 8-Jun-04 29-Jul-03 17-May04 23-Sep04 6-Jun-05 29-Jul-05

Permis Env.
22-déc.-99 22-déc.-99 12-oct.-00 17-juin-02 10-févr.-03 10-mars-03 14-mars-03 1-oct.-03 26-août-03 17-mars-04 4-juin-04 4-juin-04 27-oct.-04 18-mars-05 2-mars-05 21-janv.-05 10-oct.-05 3-nov.-05

Référence Permis
988/99 1307/99 362/00 BE N° 106/02 AU MINENVEF BE N° 52/03 AU MINENVEF BE N° 97/03 AU MINENVEF BE N° 102/03 AU MINENVEF BE N° 333/03 AU MINENVEF BE N° 279/03 AU MINENVEF BE N° 50/04 AU MINENVEF BE N° 83/04 AU MINENVEF BE N° 83/04 AU MINENVEF n° 01/04/MINENVEF/ONE/DG/DEE n° 07/05/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 06/05/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 02/05/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 27/05/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 29/05/MINENVEF/ONE/DG/PE

PE N° G-56-9895 PE N° 1392 PE N° G-55-99140 PE N° 436 PE N° 53915392-5393 PE N° 5394 PE N° 1837 PE N° 33154320-4321-5068 PE N° 8341 PE N° H-59-0005 PE N° 1946 PE N° 9516 PE N° 8389 PE N° 5501 PE N° 1105811059 PE N° 14 331 PR N° 33163314-4076-40734471-5061

Exploitation de saphir Exploitation de saphir Exploitation de saphir Exploitation de labradorite Exploitation de labradorite Exploitation de labradorite Exploitation minière Exploration d' Ilménite Exploitation minière Exploitation de labradorite Exploitation de labradorite Exploitation minière Exploitation minière Exploitation de labradorite Exploitation de saphir Exploitation minière Recherche d'ilménite

157

Nom Dossier WORLD GEM COMPANY SEM Usine Pilote

TYPE EIE EIE

Permis minier PE N° 10971 PR N° 43204321-3315-50675068 PE N° 13 697 PE N° 59986655-6656 PE N° 12 492 PE N° 12 752 PE N° 13 844 PE N° 1993219933 PE N° 10565 PE N° 13 931

Activités
Exploitation minière Projet d' échantillonnage et usine pilote Exploitation de saphir Activité minière Exploitation pierres précieuses Exploitation pierres précieuses Exploitation pierres précieuses Exploitation de labradorite Exploitation minière activité activité d charbon charbon charbon charbon charbon charbon de

NOM FIV SAKARAHA TOLIARA II

Date Dépôt
17-Jun05 28-Nov05 16-Dec05 6-Jan-06 16-Jan06 16-Jan06 16-Jan06 21-Jun06 20-Jul-06 3-Aug-06 3-Aug-06 22-Sep06 15-Nov06 15-Nov06 15-Nov06 15-Nov06 15-Nov06 15-Nov06 19-Dec06

Permis Env.
6-janv.-06 4-avr.-06

Référence Permis
n° 40/05/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 10/06/MINENVEF/ONE/DG/PE

LA TERASSE Antanandava TAFITA MINING LA TERASSE Andraketa LA TERASSE Andamaka 1 LA TERASSE Soaserana MAGRAMA Saririaka RAFALIMANANA Bien Aimé LA TERASSE Andamaka 2 LA TERASSE Andamaka 3 NORCROSS EXPLORATION MCM PR 4474 MCM PR 4476 MCM PR 4477 MCM PR 4915 MCM PR 4916 MCM PR 8592 MADA AUST Ianapera

EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE

SAKARAHA SAKARAHA SAKARAHA SAKARAHA SAKARAHA AMPANIHY SAKARAHA SAKARAHA SAKARAHA AMPANIHY BETIOKY BETIOKY BETIOKY BETIOKY AMPANIHY BETIOKY BENENITRA

26-avr.-06 13-avr.-06 27-avr.-06 26-avr.-06 26-avr.-06 5-oct.-06 17-nov.-06 11-déc.-06 11-déc.-06 16-Mar-07 15-Mar-07 15-Mar-07 15-Mar-07 15-Mar-07 15-Mar-07 15-Mar-07 7-Mar-07

n° 14/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 13/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 15/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 14/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 14/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 29/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 41/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 53/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 50/06/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 14/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 13/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 08/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 11/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 10/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 09/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 12/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 05/07/MINENVEF/ONE/DG/PE

Extension minière PE N° Extension 15304&13436 minière PE N° 1664 Exploitation labradorite PR N° 4474 Recherche de de terre PR N° 4476 Recherche de de terre PR N° 4477 Recherche de de terre PR N° 4915 Recherche de de terre PR N° 4916 Recherche de de terre PR N° 8592 Recherche de de terre PE N° 25093- Exploitation 25094 labradorite

158

Nom Dossier MADA AUST Maniry VAVISOA CLEMENTINE RAMANANTSOA Patricia DYNATEC SOALARA HERINIRINA VOAHANGILALAO SEM Morombe Phase II RAZAFINDRATSIMA H.P PAM Madagascar PM N° 9651… PAM Madagascar PM N° 9652 TAFITA MINING Betioky MCM - PR 23316 MCM - PR 28687 MCM - PR 23318 MCM - PR 23319 MCM - PR 22447 MCM - PR 23101 MCM - PR 22 452 MCM - PR 22449 MCM - PR 23314 MCM - PR 28588

TYPE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE

Permis minier PE N° 25095 PE N° 12115 PE N° 13319 PR N° 18584 PE N° 119842303-25352 PR N° 3314 PRE N° 26795 PR N° 9652 PR N° 86008601-965120066 PE N° 17470 ET 12548 PR N° 23316 PR N° 28687 PR N° 23318 PR N° 23319 PR N° 22447 PR N° 23101 PR N° 22452 PR N° 22449 PR N° 23314 PR N° 28588

Activités
Exploitation de labradorite Exploitation de corindon Exploitation de saphir Exploration calcaires Exploitation corindons , rubis Travaux de forage de de

NOM FIV AMPANIHY Ampanihy Betioky sud Soalara Sakaraha Toliara II Ampanihy Betioky Betioky

Date Dépôt
19-Dec06 26-Mar07 8-May-07 27-Jul-07 12-Jul-07 10-Aug07 28-Jun07 8-May-07 8-May-07

Permis Env.
7-Mar-07 5-sept.-07 30/10/2007 6/11/2007 6/12/2007 20/12/2007 20/12/2007 12/2/2008 12/2/2008

Référence Permis
n° 06/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 40/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 44/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 48/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 53/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 63/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 64/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 03/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 04/08/MEEFT/ONE/DG/PE

Exploitation de cordiérite Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre Exploitation de saphir Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de terre Recherche de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon de charbon

EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE EIE

Betioky Sud Betioky Betioky Betioky Betioky Ampanihy Benenitra Ampanihy Betioky Betioky Betioky

25-Oct07 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08 5-Feb-08

0/1/1900 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008 22/4/2008

n° 05/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 13/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 22/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 16/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 23/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 18/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 21/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 19/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 20/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 15/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 14/08/MEEFT/ONE/DG/PE

159

Nom Dossier

TYPE

Permis minier

Activités
de terre

NOM FIV

Date Dépôt
5-Feb-08 5-Feb-08 8-Feb-08 28-mai08 9-janv.09 3-avr.-09

Permis Env.

Référence Permis

MCM - PR 22 453 MCM - PR 22 450 DYNATEC SOALARA II UNIVERSAL GEMS PECLE TSIMIRORO COAL MINING MSCAR

EIE EIE EIE EIE EIE EIE

PR N° 22453 PR N° 22450 PR N° 18584 PE N° 6962 et 25565 PRE N° 34975 PE N° 4578

KOLO Jean Yves MCM Exploitation SOALARA CALCAIRE DYNATEC Exploitation PAM SAKOA Soalara

EIE EIE EIE EIE EIE

Autorisation Communale PE N° 44764015-8592 PE N° 14542 PR N° 18584 PE N° 96528600-8601-965120066

Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre Campagne forage géotechnique Projet d' exploitation minière Exploitation de jaspe et de cristal Recherche et exploitation charbon de terre Exploitation de carrière Exploitation de charbon Projet de forage Exploitation de calciare Exploitation de charbon de terre

Benenitra Ampanihy Soalara Sakaraha BETIOKY BETIOKY

22/4/2008 22/4/2008 1/7/2008 31/7/2008 13/8/2009 7/9/2009

n° 24/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 17/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 38/08/MEEFT/ONE/DEE n° 45/08/MEFT/ONE/DG/PE n° 36/09/MEF/ONE/DG/PE n° 41/09/MEFTONE/DG/PE

TOLIARY II BETIOKY TOLIARA II TOLIARA II BETIOKY

9-janv.09 12-déc.08 11-sept.09 12-déc.08 25-avr.09

9/11/2009 7/12/2009 22/12/2009 8/1/2010 22/1/2010

n° 51/09/MEF/ONE/DG/PE n° 66/09/MEFT/ONE/DG/PE n° 69/09/MEF/ONE/DG/PE n° 01/10/MEF/ONE/DG/PE n° 05/10/MEF/ONE/DG/PE

JINDAL
JINDAL3

EIE
EIE

PR N° 36852
PR N° 3699036991-3699336988-36989 PR N° 36992 PR N° 26906 PR N° 26910

Projet de recherche de calcaire
Projet de recherche de calcaire Projet de recherche de calcaire Projet de recherche minière Projet de recherche minière

TOLIARA II

3-févr.10
22-juin10 22-juin10 14-oct.10 14-oct.10

31/8/2010 28/9/2010

n° 22/10/MEF/ONE/DG/PE n° 28/10/MEF/ONE/DG/PE

Toliary II

JINDAL 2 GOLD SAND GOLD SAND

EIE EIE EIE

Toliary II BETIOKY BETIOKY

28/9/2010 23/11/2011 23/11/2011

n° 29/10/MEF/ONE/DG/PE n° 40/11/MEF/ONE/DG/PE n° 41/11/MEF/ONE/DG/PE

Source : ONE, septembre 2012

160

B. Secteur pétrolier Les tableaux suivant présentent les Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier délivrés jusqu’à présent par l’ONE. Ils ne font cependant pas état des références des Titres miniers associés aux blocs pétroliers. Il est rappelé que toutes les opérations pétrolières font faire l’objet d’une EIE. Région DIANA
Tableau 43 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région de DIANA
Nom Dossier CANDAX Energy Candax Energy Bloc 1101b TYPE EIE EIE
Bloc pétrolier

Activités Acquisition onshore sismique

NOM FIV Ambilobe,Ambanja AMBILOBE,AMBANJA, DIEGO

Date Dépôt 19-juin-08 1-déc.-10

Bloc 1101 Bloc 1101b

Permis Env. 18-sept.-08 6/4/2011

Référence Permis n° 4 8/08/MEFT/ONE/DG/DEE n° 10/11/MEF/ONE/DG/PE

Forage d'exploration

Source : ONE, septembre 2012 Région Boeny
Tableau 44 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région Boeny
Nom Dossier HUNT OIL (forage Ambalakida-Belobaka) Vanco 1 VANCO 2 MAJUNGA OIL TYPE EIE EIE EIE EIE
Bloc pétrolier

Activités Travaux de forage Acquisition sismique off shore Acquisition sismique off shore Projet d' exploration par acquisition sismique Acquisition sismique off shore Forage d' exploration on shore

NOM FIV MAHAJANGA II MAHAJANGA I MAHAJANGA MITSINJO

Date Dépôt 31-mars-00 31-mai-01 21-juin-04 6-sept.-06

Permis Env. 21-juil.-00 17-déc.-01 28-juil.-04 9-nov.-06

Référence Permis 237/00 269/00 BE n° MINENVEF 122/04 AU

Bloc 2102 Bloc 2102 Bloc 2102 Bloc 2102

n° 40/06/ONE/DG/DEE

EXXON MOBIL Wilton Petroleum

EIE EIE

Bloc 2001C Bloc 2102b

Ampasindava MAHAJANGA

14-avr.-08 7-juil.-08

28-mai-08 3-mars-09

n° 30/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 08/09/MEFT/ONE/DG/PE

161

MAJUNGA OIL

EIE

Bloc 2103b

Acquisition sismique on shore

MITSINJO

17-juil.-08

16-juin-09

n° 27/09/MEF/ONE/DG/PE

Source : ONE, septembre 2012 Région Atsimo Andrefana
Tableau 45 - Permis Environnementaux relatifs au secteur pétrolier dans la Région Atsimo Andrefana
Nom Dossier TGS NOPEC 2 MEI Ltd TULLOW MSCAR MPI Ltd Bloc 2104 TULLOW OIL MEI Ltd Mscar Southern Petroleum Ltd TYPE EIE EIE EIE EIE EIE EIE bloc 3113 bloc 3109 bloc 2104 bloc 3111 bloc 3113 b
Bloc pétrolier

Activités Acquisition shore sismique off

NOM FIV TOLIARA I Sakaraha Beroroha Sakaraha Beroroha-Ankazoabo SAKARAHA
SAKARAHA

Date Dépôt 3-oct.-05 27-janv.-07 5-juin-07 13-août-07 7-mars-08 7-nov.-08

Permis Env. 1-févr.-06 4-sept.-07 19-déc.-07 1-janv.-08 28-nov.-08 6-mars-09 18-juin-10 12/9/2011

Référence Permis n°01/06/ONE/DG/DEE n°38/07/MINENV/ONE/DG n°60/07/MINENV/ONE/DG n° 0 1/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 56/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 10/09/MEFT/ONE/DG/PE n° 15/10/MEF/ONE/DG/PE n°30/11/MEF/ONE/DG/PE

Acquisition sismique Acquisition sismique Exploration petrolière Exploration sismique 2D Forage d' exploration

EIE EIE

Bloc 3112 ENERGIE

Projet sismique
Acquisition onshore

d'acquisition
sismique

17-mars10 8-nov.-10

PETROMAD

BETIOKY

Source : ONE, septembre 2012

162

7.3.2.

Interférences des IE avec les activités du PGM-E/GIZ

Le rapprochement des résultats de l’exploitation des informations émanant des responsables du PGM-E/GIZ avec les informations collectées sur les Permis Environnementaux et la carte « Exploration Blocks – 2009 » de l’OMNIS, est rapporté dans les tableaux ci-dessous. Ils concernent les régions Atsimo Andrefana et Boeny, et le niveau central, les informations sur la zone d’intervention de la région DIANA, n’étant pas disponibles. Les tableaux présentent d’une part, les données et informations que disposent PGM-E/GIZ sur les IE, et les actions que le programme a déjà entreprises. D’autre part, les tableaux présentent et complètent à chaque fin de la partie relative à l’IE recensée par le programme des réalités supposées qui prévalent sur les zones d’intervention du programme, établies à partir des informations collectées. Il s’agit surtout de la situation de l’IE par rapport à l’évaluation environnementale. (Partie des tableaux coloriée en vert clair ou bleu). Les éventuels effets et impacts identifiés par l’équipe du programme sur les activités / actions sont aussi rapportés dans les tableaux. A ce titre, les acteurs concernés par les IE sont généralement les partenaires, parties prenantes ou acteurs aux actions du PGM-E/GIZ, mis à part les opérateurs miniers ou pétroliers [Etat : Ministère concernés et ses services, Districts; ONE; CTD (Communes, Région) ; Communautés et populations locales, et en certains endroits les ONG, les organismes ou entités œuvrant pour l’environnement (ASITY Madagascar, Durrel). Malgré l’absence des indications claires dans son document fondateur en ce qui concerne les IE, le programme a pris l’initiative de s’enquérir des informations sur les IE présentes dans ses zones d’intervention sur les terrains et de s’intégrer dans la structure ou dispositif accompagnant le PE3, nouvellement mis en place, qui s’occupe en particulier des cas d’industries minière et pétrolière (Groupe de réflexion thématique sur les IE). Des rapprochements avec les responsables nationaux des secteurs minier et pétroliers ont été initiés (Cadastres miniers à Tuléar et à Mahajanga, Responsables des secteurs à Antananarivo), ainsi que des participations à des réunions avec les opérateurs.

163

Tableau 46 - Activités PGM-E/GIZ et les IE dans la Région Atsimo Andrefana
Zones d’intervention de PGM-E/GIZ IE & Localisation Exploitation de calcaire dans la Commune de Soalary Type Grande mine Connaissances PGM-E/GIZ sur les IE Permis Réalités inconnu • Très peu d’informations disponibles sur ce projet, • Installation sur le site déjà effective. Structures existantes concernées • Etat : Ministère concernés et ses services ; • ONE ; • Commune de Soalary. • La Société DYNATEC. • Communautés et populations locales PGM-E/GIIZ Effets / impacts sur Actions activités entreprises • Commune de Soalary • Néant situé sur rive gauche à • l’embouchure de l’Onilahy, tout proche de St-Augustin sur la rive droite • Risque de forte demande de produits forestiers. • Conservation et gestion durable des ressources naturelles de la NAP Tsinjoriake menacées.

Réalités
DYNATEC SOALARA DYNATEC SOALARA II SOALARA CALCAIRE DYNATEC Exploitation Soalara

TYPE EIE EIE EIE EIE

Permis minier PR N° 18584 PR N° 18584 PE N° 14542 PR N° 18584

Activités
Exploration de calcaires Campagne forage géotechnique Projet de forage Exploitation de calcaire

NOM FIV Soalara Soalara TOLIARA II TOLIARA II

Date Dépôt
27-Jul-07 8-Feb-08 11-sept.09 12-déc.08

Permis Env.
6/11/2007 1/7/2008 22/12/2009 8/1/2010

Référence Environnemental
n° 38/08/MEEFT/ONE/DEE n° 69/09/MEF/ONE/DG/PE n° 01/10/MEF/ONE/DG/PE

Permis

n° 48/07/MINENVEF/ONE/DG/PE

Charbon de terre : Betioky / PAM Sakoa Coal

Grande mine

Recherche

Recherche de terre

charbon

de

• Etat : Ministère de l’Energie et des Mines ; • ONE ; • Communes concernées. • La Société PAM Sakoa. • Communautés et populations locales

• Principal effet : création d’un corridor routier pour l’évacuation des produits vers le port de Beheloka traversant deux forêts transférées à des communautés locales Ampotaka et

• Participation à une multitude de réunions et rencontres menées par le Programme avec les divers acteurs et concernés à Antananarivo et

164

Itomboina

à Toliara. • Possession de divers documents sur l’exploitation, • Etablissement de relation de collaboration entre l’antenne S.O. et les responsables de PAM Sakoa à Betioky.

Réalités
PAM Madagascar PM N° 9651… PAM Madagascar PM N° 9652 PAM SAKOA

TYPE EIE EIE

Permis minier PR N° 9652 PR N° 86008601-965120066 PE N° 96528600-8601-965120066

Activités
Recherche de charbon de terre Recherche de charbon de terre Exploitation de charbon de terre

NOM FIV Betioky Betioky

Date Dépôt
8-May-07 8-May-07

Permis Env.
12/2/2008 12/2/2008

Référence Environemental

Permis

n° 03/08/MEEFT/ONE/DG/PE n° 04/08/MEEFT/ONE/DG/PE

EIE

BETIOKY

25-avr.09

22/1/2010

n° 05/10/MEF/ONE/DG/PE

Zones transférées Protocole de collaboration PAM SAKOA Coal SA & MEF

Une nouvelle délimitation sera de mise pour arranger les sous-zones afin de répondre aux attentes de la communauté et les exigences techniques. Actions à entreprendre : élaboration d’un nouveau plan d’aménagement du site de transfert de gestion • Etat : Ministère Energie et des Mines ; • Région ; • Communes concernées • La société privée MMF. • Les communautés et populations locales. • Carrés miniers jouxtant la NAP Tsinjoriake, • Exploitation minière = entrave aux appuis en matière de conservation et de gestion durable des ressources naturelles • Risque de dégradation rapide, voire • Information des responsables du Bureau du cadastre minier de Madagascar/Toli ara sur l’existence de la NAP et remise des coordonnées de

Ilménite : Nord Andatabo, Commune Betsinjaka / MADAGASCAR MINERALS FIELDS

Grande mine

Prospection

• Obtention de carrés miniers (source : carte fournie par le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar/Toliara (BCM) du 31/05/2011)

165

disparition des ressources naturelles aux environs de la NAP utilisées par la population locale • Risque de Forte pression sur la NAP (exploitation illicite des ressources naturelles de la NAP).

la NAP.

Réalités

TYPE

Permis minier

Activités

NOM FIV

Date Dépôt

Permis Env.

Référence Environnemental

Permis

Non disponible
Ilménite : Ranobe / Toliara SANDS PROJECT. Grande mine Recherche • La société a déjà fait une campagne de consultation publique et d’informations à Toliara. • Beaucoup de détails sur l’exploitation sont disponibles. • Déjà titulaire d’un permis environnemental • Etat : Ministère de l’Energie et des Mines ; • ONE ; • Région ; • les communes concernées ; • La Société Toliara SANDS. • Communautés et populations locales. • Site très éloigné des communes d’actions, • Port d’embarquement pour l’exportation qui pourrait être implanté à Saint Augustin, site de la NAP Tsinjoriake que nous appuyons. • Décision encore floue sur le port. • Aucune action particulière n’est indispensable pour le moment

Réalités
SEM Ranobe

TYPE EIE

Permis minier PE N° 33154320-4321-5068 inconnu

Activités
Exploration d' Ilménite

NOM FIV TOLIARA II

Date Dépôt
4-Jun-03

Permis Env.
26-août-03

Référence Environnemental

Permis

BE N° 279/03 AU MINENVEF

IE non définie : Nord Andatabo, Commune Betsinjaka / JINDAL MADAGASCAR

inconnu

• il s’agit d’une demande d’octroi de carrés miniers (source : carte fournie par le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar/Toliara (BCM) du 31/05/2011).

• Etat : Ministère de l’Energie et des Mines ; • ONE ; • Région ; • les communes concernées ; • La Société privée. • Communautés et populations locales.

• Carrés miniers jouxtant la NAP Tsinjoriake (partie nord), • Autorisation exploitation minière = dégradation rapide, voire disparition des ressources naturelles aux environs de la NAP qui sont utilisées

• Information des responsables du Bureau du cadastre minier de Madagascar/Toli ara sur l’existence de la NAP • Remise des coordonnées de

166

par la population locale • Risque de forte pression sur la NAP (exploitation illicite de ses ressources naturelles). • Entrave aux appuis en matière de conservation et de gestion durable des ressources naturelles

la NAP

Réalités JINDAL
JINDAL3

TYPE

Permis minier

Activités Projet de recherche de calcaire
Projet de recherche de calcaire Projet de recherche de calcaire /

NOM FIV TOLIARA II

EIE
EIE

PR N° 36852
PR N° 3699036991-3699336988-36989 PR N° 36992

Date Dépôt 3-févr.10
22-juin10 22-juin10

Permis Env.
31/8/2010 28/9/2010

Référence Environnemental
n° 22/10/MEF/ONE/DG/PE n° 28/10/MEF/ONE/DG/PE

Permis

Toliary II

JINDAL 2

EIE

Toliary II

28/9/2010

n° 29/10/MEF/ONE/DG/PE

OR : Ejeda (Manakaravavy). / Individuel

Carrière

Aucun anarchique

• il s’agit d’activités d’orpaillage pratiquées par des individus dans l’anarchie totale

• Etat : District d’Ampanihy Ouest ; • Commune d’Ejeda. • Chercheurs d’or individuels

• Pas de risque majeur. • Le site de Manakaravavy est éloigné du TGRF que nous appuyons dans cette commune

• Aucune action particulière n’est nécessaire

Réalités

TYPE

Permis minier

Activités

NOM FIV

Date Dépôt

Permis Env.

Référence Environnemental

Permis

Non disponible Pétrole : Mahaboboka / MADAGASCAR OIL Grande mine Recherche • un site de forage est visible de la RN7. • Mais d’après les informations auprès de la commune, c’est du gaz que la société aurait trouvé ?? • Etat : Ministère de l’Energie et des Mines ; • ONE ; • Région ; • Commune Mahaboboka ; • La Société chinoise. • Communautés et • Pas de risque immédiat. • Forage dans la partie sud de la commune, au bord de la RN7 vers Toliara. • Activités de reboisement au nord • Aucune action particulière n’a été entreprise par le Programme

167

populations locales

de la commune assez loin de la RN7. • A terme une exploitation pétrolière aura forcément des impacts négatifs sur l’environnement par les pressions qu’entrainera une forte concentration de population. Permis Env. 18-juin-10 1-févr.-06 Référence Permis n° 15/10/MEF/ONE/DG/PE n°01/06/ONE/DG/DEE

Réalité : Nom Dossier Mscar Southern Petroleum Ltd TGS NOPEC 2

TYPE

Bloc pétrolier

Activités

NOM FIV

Date Dépôt

EIE
EIE

Bloc 3112

Projet sismique
Acquisition shore

d'acquisition
sismique off

SAKARAHA

17-mars10
3-oct.-05

TOLIARA I

Raffinerie de pétrole : Saint-Augustin / inconnu (une société chinoise)

inconnu

inconnu

• Acquisition de terrain inclus dans la NAP Tsinjoriake pour l’installation de la raffinerie serait en cours (source : information verbale du service des Domaines, du Maire Commune de Saint-Augustin, du Présidents de TAMIAS gestionnaire de la NAP), mais encore aucune confirmation ou pièce officielle. • Pour la raffinerie, la situation actuelle reste à l’affectation de terrain de 50ha dans la NAP, avec une demande d’extension. • On n’a pas d’autres informations sur l’opérateur et ses projets, sauf que c’est un chinois.

Pas d’informations claires

• Le projet de raffinerie (si elle se concrétise) dans ou à proximité d’une aire protégée remet en cause la raison d’être de celleci, vu ses effets et impacts qui ne sont plus à démontrer : impacts environnementaux et sociaux. • L’effort de responsabilisation de la population locale dans la gestion de ses ressources naturelles se trouve entravé. • L’implantation d’une raffinerie de pétrole entrainera une forte concentration de population avec toutes

• Plus d’informations ont été recherchées auprès de la Région du Sud Ouest et de la Commune de Saint-Augustin sur la Société promotrice du projet et sur l’avancement du projet, • Aucune réponse précise satisfaisante. • La seule information obtenue est que c’est une société chinoise. • Une rencontre

168

• En fait, il ne s’agit pas d’un carré minier ou d’une demande de permis d’exploitation, mais une acquisition de terrain privé (les travaux de repérage va nous fournir la situation exacte sur le terrain affecté à l’opérateur).

les pressions que cela entrainera sur les RN.

avec le DG des hydrocarbures à Tana également, mais il n’est pas aussi au courant du projet. • A noter qu’une prospection de pétrole est implantée à Sakaraha et Mahaboboka mais on ignore les liaisons entre les deux projets et cette raffinerie.

Réalité : Nom Dossier

TYPE

Bloc pétrolier

Activités

NOM FIV Non disponible

Date Dépôt

Permis Env.

Référence Permis

IE

non

identifiée NAP

jouxtant la Tsinjoriake :

• Carte délivrée par le BCM de Toliara montre l’existence de plusieurs carrés miniers autour de la NAP Tsinjoriake • Aucune exploitation n’a été faite jusqu’à maintenant. • Pour la partie nord de la NAP, il s’agit d’une demande de permis de recherche (situation mai 2011 date de la carte)

• Même si les carrés miniers et les exploitations sont en dehors de la NAP, les impacts probables sur celle-ci sont évidents : • Zone environnante de la NAP : lieux d’exercice des droits d’usage de la population locale en matière de prélèvement de produits forestiers • Risque : gestion durable des ressources utilisées non possible au vu des travaux de décapage faits par les exploitants miniers. • Conséquence : la

169

population va se rabattre sur les ressources naturelles de la NAP entravant ainsi la gestion durable de celles-ci. • Les expériences avec les petites, moyennes et grandes exploitations minières montrent que les emplois directs et indirects générés par les exploitations entrainent une migration ou une augmentation du nombre de la population, provoquant ainsi une augmentation considérable de la demande en produits forestiers. D’où l’augmentation des pressions sur la NAP. D’autant plus que les migrants sont difficiles à gérer, vu les expériences connues dans diverses régions de Madagascar. • Pour les routes d’évacuation des produits miniers, outre la grande largeur nécessitant un défrichement (c'est-àdire perte de ressources naturelles), le passage dans ou à côté de la NAP entraine une fragmentation des

170

habitats naturels avec les divers effets sur la faune et la flore. • même si les exploitations minières sont relativement loin des NAP ou des TGRF, l’augmentation de la demande en produits forestiers risque toujours d’avoir des répercussions sur ceux-ci.

Réalités

TYPE

Permis minier

Activités

NOM FIV

Date Dépôt

Permis Env.

Référence Environnemental

Permis

Non disponible Zones d’intervention de PGM-E/ECO SO Connaissances PGM-E/GIZ sur les IE Permis Réalités • Prospections et extractions à environ 10 km des sites de reboisement de Mahaboboka par certaine populations locales • Personnes récemment arrivées • Ces extractions se manifestent par de multitude de trous de 1m environ de diamètre, mais un très grand pourrait avoir 20m de diamètre • Non encore dans les sites de reboisement à vocation énergétique • Très gros risque avec le rythme de l’extension de la prospection et le nombre PGM-E/GIIZ Effets / impacts sur Actions activités entreprises • Découverte éventuelle Néant de filon pourrait amener une explosion de cette activité d’extraction minière au détriment du projet de reboisement à vocation énergétique • Extension des sites d’extraction sur les terrains déjà reboisés pouvant anéantir les efforts déployés et les investissements effectués depuis le lancement du projet de reboisement, • Explosion des sites d’extraction sur les

IE & Localisation Saphir : Mahaboboka

Type

Structures concernées

existantes

171

croissant d’habitants (hommes et femmes) qui s’y mettent, il y a de quoi s’alarmer

• •

sites d’extension du reboisement déjà identifiés par PGME/ECO et les reboiseurs, rendent difficile l’extension et entraînent une réduction de la surface destinée au reboisement. (valable pour Bezaha) Conflit au niveau des ressources, en particulier l’eau qui est primordiale à la fois pour la reboisement que pour l’extraction minière, Crainte de détournement des cours d’eau ou la surexploitation des eaux de surface ou des nappes (utilisation de motopompe) pour faciliter l’extraction des pierres précieuses, (valable pour Bezaha) Conflit sur le plan foncier, (valable pour Bezaha) Délaissement de l’activité de reboisement ou des activités culturales au profit de l’extraction minière. Vu que le reboisement à vocation énergétique ne pourra profiter aux reboiseurs qu’à partir de la cinquième année, et que les

172

alternatives d’amélioration des niveaux de vie des populations locales ne sont pas bien en place, on peut s’attendre à ce que les reboiseurs et les populations locales soient attirés vers l’extraction minière. Déboisement progressif qui va accentuer les problèmes environnementaux actuels notamment le changement climatique qui aggravera les conditions actuelles du site, le rendant ainsi à moyen et long terme impropre au reboisement, Difficulté de l’équipe de PGM-E/ECO pour rejoindre les sites de reboisement car même dans le cas actuel, les pistes sont déjà sujettes à dégradations dues à l’extraction de saphirs, obligeant l’équipe à créer des petites déviations, Accroissement de l’insécurité (migration massive vers Mahaboboka), (valable pour Bezaha). Augmentation accélérée de la

173

population et de la densité entrainant une augmentation des pressions sur les ressources naturelles : besoins en eau, en bois énergie… Il s’agit probablement des petites mines illégales profitant de la présence des exploitations de saphir légales ci-dessous TYPE NOM FIV Permis minier Réalités Activités Date Permis Env.

Dépôt
RAMANANTSOA Patricia TAFITA MINING Betioky
EIE EIE

Référence Environnemental

Permis

PE N° 13319 PE N° 17470 ET 12548

Exploitation de saphir Exploitation de saphir

Betioky sud Betioky Sud

8-May-07 25-Oct07

30/10/2007 0/1/1900

n° 44/07/MINENVEF/ONE/DG/PE n° 05/08/MEEFT/ONE/DG/PE

Bezaha : minières

extractions

• Un projet pétrolier serait prévu à Bezaha où l’extension du reboisement à vocation énergétique va démarrer cette année. Mais ce sont encore des informations non officielles

• Répercussion considérable sur la situation hydrique de la zone (tarissement des cours d’eau avec pas moins de 100ha de terrain devenus secs).

Réalités

TYPE

Permis minier

Activités

NOM FIV

Date Dépôt

Permis Env.

Référence Environnemental

Permis

Non disponible

Source : Compilation des informations par les auteurs

174

Carte 7 – Carte zone du projet IE SAKOA et Sites de conservation

Source : PGM-E/GIZ, Antenne Atsimo Andrefana 175

Carte 8 - Mine et NAP Tsinjoriake

Source : PGM-E/GIZ, Antenne Atsimo Andrefana

176

Tableau 47 - Activités PGM-E/GIZ et les IE dans la Région Boeny
Zones d’intervention de PGM-E/GIZ Boeny Connaissances PGM-E/GIZ sur les IE Permis Réalités Connu / Prospection • Wilton Petroleum est une société d'exploration et de production pétrolière. • Cette compagnie est une société privée, de droit anglais, filiale d'International Energy Holdings AG autorisée par l'Etat Malgache depuis 2006, à conduire des investigations pour identifier la présence de pétrole ou de gaz dans le sous-sol, et d'en exploiter les gisements le cas échéant. • Cette autorisation fait l'objet d'un accord entre le gouvernement, via son agence d'exécution l'OMNIS, et le Promoteur. PGM-E/GIIZ Effets / impacts sur Actions activités entreprises • Recherche et • La société Wilton collecte envisage de réaliser d’informations depuis 2009 un programme de forage d'exploration pétrolière au site d'Anjohibe Est situé dans le bloc 2102 au nord-est de Mahajanga, à environ 25km du village de Mariarano • La zone cible est comprise dans un rayon de 5km autour du puits d'exploration, et occupe environ 20km². • Le projet pourrait entraîner un empiétement sur les ressources naturelles et les systèmes productifs (travaux de terrassement pour la construction de la plateforme de forage et voies d’accès, une plus grande pression sur les écosystèmes, des flux de migration avec les déplacements volontaires/involontair es induits qui perturberaient la paix sociale des

IE & Localisation Pétrole : Forage d’exploration du Bloc 2102 d’Anjohibe Est, village d’Ambalafaly, Fokontany de MadirovaloAmpasimaleotra, dans la Commune de Mariarano, District de Mahajanga II, Régio Boeny / WILTON Petroleum, filiale de Energy Holdings AG qui est à son tour filiale de Masefield Group

Type Grande mine

Structures existantes concernées • Ministère de l’Energie • (OMNIS), • Ministère des Mines, • Ministère de l’Eau (ANDEA), • Ministère de l’Environnement et des Forêts (MEF + ONE + DREF) ; • Région Boeny, • District Mahajanga II, • Commune Mariarano. • La compagnie WILTON Petroleum. • CoBa existantes dans le District de Mahajanga II, • Populations locales.

177

communautés. • Ce qui menacerait la conservation et la gestion durable des ressources naturelles de la Commune rurale de Mariarano et de l’ensemble du District de Mahajanga II. L’IE a déjà obtenu un Permis Environnemental. Cependant comme tous les cas des IE pétrolières, les références du Permis ou du Contrat ne sont pas connues. Il s’agit d’un Forage d’exploration On shore. Bloc Réalité : Nom Dossier TYPE Activités NOM FIV Date Dépôt Permis Référence Permis pétrolier Env. Wilton petroleum n° 08/09/MEFT/ONE/DG/PE EIE Bloc 2102b Forage d' exploration MAHAJANGA 7-juil.-08 3-mars-09 on shore Minerai de Fer : Village Malainolo (Commune Ankasakasa), Villages Kizombivavy et Kizombilahy (Commune Ambohipaky) dans le District de Soalala, Région Boeny / Consortium WISCO Grande mine Prospection • Permis minier n° 37498 pour Forages de confirmation • Suite à un appel d’offres lancé en 2008 par le Gouvernement Malgache, l’exploitation du Fer de Soalala a été attribuée au Consortium Chinois WISCO en 2010. • Etat : Ministère de l’Energie (OMNIS), • Ministère des Mines, • Ministère de la Pêche, • Ministère de l’Environnement et des Forêts (MEF + • ONE + • DREF) ; • MNP, • ASITY Madagascar, • Durrel Madagascar, • Région Boeny, • District Soalala, • Commune Ambohipaky, • Commune Ankasakasa. • La compagnie WISCO. • CoBa existantes dans la NAP CMK, MMZ • (Plateforme Marambitsy Miaro ny Zavabohary), • populations locales. • Vu la proximité de la NAP CMK (District Mitsinjo), les appuis et efforts en matière de conservation et de gestion durable des ressources naturelles seront menacés et perturbés par l’exploitation du minerai de Fer : accroissement des exploitations illégales et destruction rapide, voire disparition des ressources naturelles de la NAP CMK y compris son noyau dure (forêt sèche de Tsiombikibo) à cause du gonflement de la demande en charbon de bois issus des forêts naturelles et l’explosion de l’exploitation illicite des mangroves. • Information et sensibilisation des CoBa riveraines, Plateforme OSC Komanga, MMZ (cogestionnaire de la NAP CMK) sur les menaces sur les ressources forestières environnantes de la zone.

178

Réalités
WISCO

TYPE

Permis minier PR N° 37499 37498-

Activités
Projet de recherche de fer

NOM FIV

Date Dépôt
25-mars11

Permis Env.
23/11/2011

Référence Environnemental
n° 36/11/MEF/ONE/DG/PE

Permis

EIE

SOALALA

Source : Compilation des informations par les auteurs

Tableau 48 - PGM-E/GIZ et les IE au niveau central
Niveau central Objet En cours Structures existantes concernées (chefs) WWF EITI CI Activités / Actions • Faire l’inventaire des outils pour le secteur extractif à l’instar du « Budget Participatif », du « WAVES », de « l’EITI », de la responsabilité sociale de l’ICCM,… • Il faudra par la suite faire un bilan afin d’orienter les stratégies communes pour l’amélioration de la gouvernance des industries extractives. • Ces stratégies se baseront sur les « best practices » issues de cet inventaire. • Favoriser le débat en intégrant les autres partenaires à l’exemple des groupes asiatiques entre autres. • Formaliser le groupe afin de faciliter le travail de lobbying • Organiser des évènements réguliers. • Trouver le budget de fonctionnement pour assurer les activités • concernant l’EITI plus particulièrement, malgré le contexte problématique actuel, le futur de l’EITI est parmi l’objectif du groupe. La transparence des flux financiers dans le secteur extractif sera un outil essentiel dans la Perspectives • s’élargir et accepter l’admission des groupements professionnels comme la Chambre des Mines et l’Association Professionnelle des Pétroliers – Amont de Madagascar • secteur public : Ministère des Mines et de ses organismes rattachés, • entités techniques / critères spécifiques • Sortir de CCPTF-E

Sous-Groupe Industries Extractives : Groupe Thématiques Industries Extractives

Amélioration TDR : • création d’une plateforme d’échanges d’informations à travers chaque entité respective est devenue nécessaire • objectif principal la collaboration avec les domaines d’activités parallèles à la protection de l’environnement : secteur extractif, de l’administration et des bailleurs • constitution du groupe, ainsi que les tâches spécifiques sont à revoir

179

mise en œuvre d’une cohésion entre la protection de l’environnement et une croissance économique du pays pour un Développement Durable. • activités à prévoir : organiser des conférences – débats sur des thèmes bien précis sur le secteur extractif et sa gouvernance et que chaque manifestation sera suivie de recommandations : WAVES, petites mines, …

Source : Compilation des informations par les auteurs

180

7.3.3.

Commentaires

A. Implantation des IE dans les zones d’intervention En référence à la carte « Exploration Blocks – 2009 » de l’OMNIS, les zones d’intervention du PGM-E/ZI semblent être comprises dans les blocs : • • • Sud-ouest : 3110 (Essar Energy) ; 3111 (Tullow) ; 3112 (Madagascar Southern Petroleum) ; 3113 (Madagascar Energy International Ltd); 3114 (Petromad), 3115 (Essar Energy) ; Boeny : 2102 (Wilton Petroleum); 2103 (Majunga Oil Sarl); DIANA : 1101 (EAX/Candax);

Par rapport aux exigences en matière environnementale, selon les situations établies par l’ONE, seules les sociétés EAX/Candax, Wilton Petroleum, Majunga Oil Sarl, Madagascar Southern Petroleum, Petromad, disposent de permis environnementaux, à la date de cette étude (septembre 2012). Il est à remarquer que les noms des sociétés varient d’un document à l’autre. Ce qui complique encore les travaux de recherche qui sont déjà confrontés au problème d’opacité des informations sur les secteurs minier et pétrolier.

B. Impacts potentiels ou risques On pourrait avancer à la lumière des expériences des zones qui ont connu des IE (Anosy, Alaotra-Mangoro), et en se basant uniquement sur les réalités tirées des documentations sur les zones d’intervention de PGM-E/GIZ, que : Les IE portent atteinte gravement à l’intégrité des sites de transfert de gestion (cas des TGRF traversés par le corridor routier de PAM SAKOA dans la région Atsimo Andrefana ; des sites de reboisement à vocation Bois énergie dans la région de Bekily ; la NAP Tsinjoriake) ; Les IE perturbent et favorisent la perte de la biodiversité bien qu’elles n’intéressent pas directement les sites mais se trouvent dans leurs alentours immédiates [cas de la NAP Tsinjoriake, NAP CMK et des sites de TGRF à Mariarano (à 25 km du forage)] ; Les IE augmentent les pressions sur les ressources naturelles autour des sites TGRF, NAP, CMK et leurs alentours, pouvant entraîner en conséquence des exploitations illicites des ressources des sites sous conservation, voire aggraver les trafics d’espèces protégées citées en annexes de la CITES (exemple : tortues ou plantes grasses) ; Les IE vont favoriser une augmentation vertigineuse des besoins en Bois Energie, avec une venue massive certes des personnes en quête de travail dans les mines ou pétrole (en référence à ce qui s’est passé dans la zone de Moramanga avec l’installation du projet Sheritt), ou tout simplement des miniers en quête de tenter leurs chances aux alentours des IE légales (cas de l’exploitation de saphir à Mahaboboka. Dès qu’il y a une exploitation légale ou une rumeur de l’existence de pierres précieuses, entre autres le saphir ou le rubis, il faut s’attendre à une ruée et à un envahissement rapide de ces zones, comme l’on a constaté dans le corridor Ankeniheny – Zahamena à Didy ou Bemainty ou Anosibe An’Ala)) ; La gestion des terrains de parcours et des actions GIF vont accuser probablement les effets de la présence massive des humains et des flux sur les routes de desserte au service des IE ;

-

-

-

181

-

D’une manière globale, l’aménagement et la gestion du territoire de la commune ou de la région même va connaître des bouleversements, non seulement aux niveaux des infrastructures, mais aussi sur le plan économique, social, et les composants naturels de l’environnement (eau, air, sol).

De prime abord, les statuts actuels des terres ou des sites d’intervention semblent insuffisants pour assurer leur protection ou leur sécurisation, et en prolongement, les investissements y implantés, malgré leur importance sur le plan de gestion durable ou de la protection de l’environnement. Des interrogations se posent alors quant à la pertinence, l’efficacité et à l’application du cadre juridique et institutionnel régissant ces sites, ainsi que sur les dispositifs et les procédures mis en œuvre pour les protéger ou les sécuriser.

8. Propositions
Les propositions avancées sont de deux ordres, qui peuvent se compléter ou tout simplement, qui se font appel mutuellement à l’un et à l’autre pour la concrétisation et l’application. 8.1. Propositions d’ordre général Plusieurs objets peuvent être évoqués, mais les plus urgents en rapport avec le sujet de l’étude sont : a. Sécurisation juridique des terres / sites forestiers Jusqu’à présent, les IE se réservent de s’implanter dans les zones stipulées interdites par leur cadre juridique et institutionnel. L’objectif est d’augmenter la sécurisation juridique des terres ou sites forestiers, et de se rapprocher des concepts des zones interdites par le code minier. Ce qui mettrait en valeur et augmenterait la valeur des caractéristiques intrinsèques, la valeur marchande, et de surcroît, apporterait plus de sécurité aux investissements apportés dans les zones forestières. Il est clair que jusqu’à présent, la législation régissant les IE semble dominer la législation des autres secteurs, notamment le secteur Environnement et Forêts. Ce qui paraît être favorisé par les lacunes et les vides constatés au niveau du cadre juridique et institutionnel de ce secteur. Aussi, il y a lieu de combler ces lacunes des cadres juridiques et réglementaires, et de mettre en place et rendre opérationnels rapidement les procédures ou dispositifs, surtout ceux qui sont nécessaires pour faire face aux IE, dans le but de protéger les investissements et les initiatives forestières. Ces occasions constitueraient des moments forts quant à la relance des discussions et réflexions sur la gouvernance forestière et la gestion des zones forestières, incluant les droits et bénéfices des populations de ces zones, surtout en rapport avec l’expansion des secteurs minier et pétrolier, et peut-être la codification des textes forestiers. Il s’agit surtout d’élaborer et de finaliser, entre autres : Code de l’Environnement ; Code des Aires Protégées ; Textes d’application du Titre V : Des périmètres soumis à des régimes spéciaux – de la loi n° 97-017 (loi forestière) (art. 48 à 51) ; Décret de classement des NAP ; Zonage forestier Régional ; Procédures de sécurisation des terres forestières (sites de reboisement, sites TG, sites de parcours (GIF), …) ;

182

-

-

Les dispositifs : Commission Forestière Régionale ; gestion du foncier forestier (Commission Foncier – Forêts Régionale ou Commission ad hoc stipulé dans les textes sur les AP et SAPM) ; Commission SAPM ; Commission Mines – Forêts ; Schéma Régional de l’Aménagement du Territoire (SRAT);

Spécifiquement, il urge de : sortir les décrets portant statuts et classement des NAP (avant la fin de l’année 2012, date d’expiration de la protection temporaire des futures aires protégées) ; adopter et officialiser par des textes régionaux ou communaux ou ministériels / interministériels les référentiels de planification ou de développement locaux et/ ou régionaux : SAC, PCD, SRAT, Zonage forestier. L’intérêt est qu’en cas d’IE, les prescriptions de ces référentiels doivent être impérativement prises en compte dans les EIE, en application de l’alinéa 3 de l’article 11 (nouveau) du décret n° 2004-167 (MECIE) ; développer et officialiser en même temps que les textes, les procédures de leur application ; b. Spécification des droits des populations aux informations notamment sur les IE et stipulation des dispositions contraignantes à l’endroit des IE en matière d’informations En vertu du principe du droit à l’information (individus, groupements, associations), il y a lieu de sortir le Texte de loi sur information / communication avec des dispositions spécifiques sur les mines, le pétrole et LGIM, et textes d’application ; c. Elaboration de mécanismes et procédures de gestion unique des recettes issues des IE au niveau des CTD (Régions, Communes) y compris un système de péréquation de répartition des recettes Il s’agit de faire bénéficier les CTD et les populations de leurs acquis de droit dans les meilleurs délais. d. Coordination des actions face aux IE Le CCPTFE est appelé à coordonner la réalisation de ces propositions d’ordre général, au travers le Groupe Industries Extractives (GIE) pour l’ensemble des secteurs minier et pétrolier. Ce qui n’empêche pas qu’il y aurait des sous-groupes qui vont s’occuper respectivement du secteur minier d’une part, et du secteur pétrolier d’autre part. Le GIE pourrait constituer le centre d’informations en ce qui concerne les IE dans les zones d’activités environnementales et forestières et d’en jouer le rôle de veille. Il sert à planifier et programmer les actions d’ordre général ainsi que de centre de partage des bonnes pratiques pour faire face à la problématique IE. A ce titre, le PGM-E/GIZ pourrait jouer le rôle de ce « Centre d’informations et de partage de bonnes pratiques » au sein du GIE. La présence des IE tant minières que pétrolières, industrielles qu’artisanales, ainsi que ses stratégies et méthodologies dans ses zones d’intervention, mettant en avant le partenariat public – privé, les OSC, la collaboration avec les niveaux locaux (communes, communautés de base), et surtout sa présence physique sur les terrains au travers de ses antennes régionales, constituent des raisons majeures justifiant cette proposition. Les expériences de la collaboration technique de l’Allemagne un peu partout dans le monde profiteraient et renforceraient davantage les rôles du PGM-E/GIZ dans ce GIE.

-

183

Dans ce positionnement, le PGM-E/GIZ disposerait des informations pertinentes pour apporter et faciliter les appuis de ses partenaires quant au développement et à la formulation des propositions des textes, outils et procédures nécessaires pour faire face aux IE. Dans la réalisation de ces rôles, le GIE doit s’appuyer sur les différentes plates-formes et OSC œuvrant pour l’environnement tant à l’échelle centrale qu’au niveau des régions et locales. L’organisation et le mécanisme de fonctionnement du GIE restent à déterminer. Des traductions dans le court terme et le moyen terme de ces propositions au niveau du PGM-E/GIZ font l’objet du paragraphe suivant. 8.2. Propositions spécifiques au PGM-E/GIZ et ses activités Compte-tenu des impératifs imposés par le choix politique de l’Etat malgache, « mettant en avant les IE pour le développement du pays », ainsi que pour être en accord avec les valeurs et grands principes de la « Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide (2005) » [Appropriation ; Alignement ; Harmonisation ; Gestion axée sur les résultats ; Responsabilité mutuelle], la cohabitation avec les IE est incontournable. Il appartient au programme d’en tirer profit, et peut-être d’assurer la continuation des activités par les communautés elles-mêmes à la fin du programme, sur les financements générés par les IE. Il importe de relever qu’à notre sens et au vu de tout ce qui précède, le niveau de développement et approche méthodique décrits dans le document fondateur du programme restent valides et semblent être appropriés pour mener des activités / actions aidant à faire face aux IE. Cependant, il y a lieu d’élargir des produits ou sous-produits et thématiques de la chaîne des impacts, et en corollaire de développer des activités / actions y afférentes ou sous-tendant leur production, entre autres sur l’évaluation environnementale, les mesures pour gérer les IE, la gouvernance locale, y inclus les renforcements de capacité des acteurs / partenaires / parties prenantes au programme. Ces élargissements intéressent autant les paragraphes du chapitre « B.3.3 Structure du partenaire » de l’Offre que des mécanismes de mise à jour des référentiels (SAC, …) à établir. Les propositions sont donc surtout axées sur le renforcement juridico-institutionnel et le foncier des sites forestiers, zones d’intervention du programme, et les initiatives à prendre dans les activités / actions tenant compte des IE au niveau des activités, des populations et des produits ou thématiques du programme, qui sont valables à court terme qu’à moyen terme et long terme. A. Phase de préparation : Pas d’IE mais en prévision de venue éventuelle

d’IE
Cette phase est applicable pour les nouveaux projets, ainsi que pour les zones d’interventions, voire les sites qui ne sont pas encore confrontés aux IE. Elle concerne à la fois le PGM-E/GIZ central (à Antananarivo), que nous qualifierons par la suite le « niveau central », qui s’occupe des aspects politiques et des stratégies ou actions intéressant tout le pays ou toutes les zones d’intervention du programme, soit d’ordre national et global, et les antennes régionales que l’on va appeler par la suite « niveau terrains ». Niveau central • Dans les accords de collaboration technique avec le MEF (dans le futur ou dès retour à la normale de la situation politique), prévoir ou négocier des conditionnalités obligeant le MEF à: 184

o o

saisir à temps le programme dès apparition d’une idée d’IE dans les zones du programme ; de déterminer de manière concertée avec les programmes concernés les mesures ou dispositions à prendre en compte dans les PGES ou Protocole d’accord avec l’opérateur le cas échéant ;

• Participer au GIE. Il s’agit de : o élaborer et de proposer aux autorités concernées (ONE, MEF, Mines, Energie et Hydrocarbures, Finances, …) au travers le GIE via les OSC, OPCI ou autres structures de gouvernance (AVG), les démarches, mécanismes et procédures, sur la base des bonnes pratiques : (i) de consultation publique dans les évaluations environnementales, (ii) d’informations du public sur les IE, (iii) de déblocage et de mise à disposition rapide des parts des recettes issues des IE qui doivent revenir aux collectivités ; o établir des séances périodiques d’échanges et d’informations, et de discuter directement, avec les opérateurs IE. L’objectif est de faciliter les contacts et de débattre les problèmes de terrains avec les opérateurs en vue trouver rapidement des solutions concernées aux problèmes éventuels (par exemple : compensations des communes qui ont subit des dommages et préjudices) ; • Etablir un Partenariat avec ONE en matière d’EE : o développer et compacter dans un seul document les rôles et attributions des communes et des régions en ce qui concerne les mines, les pétroles et les évaluations environnementales y afférentes. Il s’agit de faire disposer aux responsables des CTD un petit aide-mémoire qui les guiderait dans la gestion des IE et leur suivi et contrôle ; o appuyer l’ONE dans la formulation et la mise à jour des guides et référentiels d’évaluation environnementale au vu des enseignements et pratiques que l’on rencontre depuis avec l’implantation des IE ; • Participer à la mise en place d’un système d’alerte en prévision d’IE [à l’instar de ce qui se fait au niveau de la « Gestion des Risques et Catastrophes » (GRC) dans le pays] qui ne peut-être efficace que si on est en relation avec le BCMM, au travers le GIE, soit donc, • Etablir un Partenariat de collaboration étroite avec le BCMM et les Directions Régionales des Mines pour alerter à temps le programme sur les dynamiques des carrés intéressant les zones d’intervention. Le système d’information du programme (Système de Suivi & Evaluation) doit donc intégrer un module permettant de capter les données géo référencées des dynamiques des carrés dans ou autour des zones d’intervention du programme. Ceci aiderait les prises de décision rapide de l’équipe du programme et de la détermination des conduites à tenir ; • Avant la mise en place de nouveaux sites, s’assurer des statuts des terres et des situations des carrés miniers dans la zone ; • Inclure dans les thématiques du projet / programme, la démarche de la sécurisation juridique des sites d’intervention, en appui au MEF ou aux CTD. Niveau terrains (sites, communes, OPCI, CTD, ONG, communautés) • Evaluation environnementale o Encourager la dotation ou appuyer la Région dans la réalisation d’une EES, PER

185

o

Participer à l’Information des partenaires / acteurs sur les EE en collaboration avec ONE dans le cadre d’un protocole de partenariat ;

• Sécurisation des sites forestiers o Appuyer la mise en œuvre de la sécurisation des sites forestiers : sites de reboisement (FBE), sites TG (GCF), NAP (SAPM), Terrains de parcours (GIF) : procédures, au travers la mise en place et l’opérationnalisation de dispositif comme Commission Foncier Forêts régionale ou Comité ad hoc stipulé dans les textes sur le SAPM (expérience Alaotra-Mangoro) pour l’élaboration et la mise en œuvre de procédures de sécurisation appropriées aux zones d’intervention. Au niveau central, cette Commission Foncier Forêts existe, mais son opérationnalisation est très lente. Le but de la proposition est de commencer les actions sur les terrains sans attendre les résultats de la commission au niveau central. Les résultats obtenus sur les terrains seront communiqués à la commission centrale afin qu’elle puisse établir et sortir des procédures uniques plus tard. • Planification spatiale et au développement o Appuyer techniquement et financièrement les communes et les régions dans l’élaboration et l’officialisation des référentiels de planification et de développement, intégrant un mécanisme suivi et évaluation de leur mise en œuvre, et de leur mise à jour (SRAT, PCD, SAC, Zonage forestier régional et terrain de parcours, …). Le but visé est d’institutionnaliser par voie de texte réglementaire ces référentiels pour que plus tard, en cas d’IE et d’évaluation environnementale (EIE), ces initiatives doivent prendre en compte (en application de l’alinéa 3 de l’article 11 (nouveau) du décret n° 2004-167 (MECIE)). o Appuyer financièrement la large diffusion de ces référentiels, notamment au niveau des autorités sectorielles, des populations et des usagers ; • Appuyer techniquement et contribuer financièrement au renforcement des capacités des acteurs sur les nouveaux sous-produits / produits / thématiques (communautés, CTD, SC, …) o Textes liant Environnement – IE – CTD ; o Renforcement des capacités et Formation des acteurs, partenaires du programme sur les nouveaux produits.

B. Phase d’urgence : Prise de connaissance d’une IE
Evaluation rapide • Dès acquisition des informations / connaissances sommaires sur l’existence d’un permis dans la zone du projet, faire un état des lieux préliminaire sur l’initiative ; o Equipe PGM-E/GIZ sur les terrains : Collecte de données et informations auprès du BCMM, DREF, DGF, ONE, Commune, Promoteur, ONG locale, populations locales sur la base des questions simples : quoi, où, comment, qui, quand, pourquoi, … ; Envoi des données et informations à PGM-E/GIZ central ; Equipe PGM-E/GIZ central : Vérification des données et informations ; Sensibilisation : GIE, saisine ONE, MEF, ministères concernés, les autres parties concernées ; Préparation d’une Evaluation approfondie le cas échéant. 186

o

Evaluation approfondie • En cas de confirmation de l’existence d’IE o Equipe PGM-E/GIZ central : Réalisation d’une évaluation approfondie par équipe de consultants ; Descente sur les terrains ; Etat des lieux sur les terrains ; Mobilisation : GIE, saisine ONE, MEF, ministères concernés ; Evaluation des activités du programme (Points de situation des activités) et les risques potentiels sur les activités ; Prise de décision sur la suite à donner aux activités du programme. Equipe PGM-E/GIZ sur les terrains : Information des acteurs sur les terrains ; Mobilisation des communautés, Commune, OSC, tous les partenaires ; Préparation et formation des acteurs à la participation au processus Evaluation Environnementale, incluant participation, (EIE, PGES) sur droits, obligations, relations, bénéfices demandant des rôles & attributions desdits acteurs ;

o

Réalisation Evaluation Environnementale o Etablir un Partenariat avec ONE en matière d’EE sur : Etude et possibilité de co-validation technique des TDR de l’EIE ; Participation à l’évaluation technique du CTE ; Conduite des processus de consultation publique dans les zones du PGME/GIZ sur la base de la démarche élaborée ; Discussion et Collaboration avec MEF et les DREF sur les PGES : Détermination des dispositions et clauses spécifiques pour les zones d’intervention du PGM-E/GIZ ; Discussion et Collaboration avec les Mines, Cellule environnementale et Direction inter régionales : Détermination des dispositions et clauses spécifiques pour les zones d’intervention du PGM-E/GIZ dans les programmes d’engagement environnemental des opérateurs ; Appuyer techniquement et financièrement la mise en œuvre des stratégies et procédures de mobilisation et de participation des populations à l’évaluation environnementale (communautés, communes, ONG, CTD) au travers les platesformes environnementales (FAMARI, KOMANGA, OSCE DIANA) : consultation publique ; appui des OSC pour la collecte des avis et observations des populations à prendre en compte ; Appuyer les communautés, communes, ONG, CTD dans la formulation des mesures ou dispositions à prendre en compte dans le PGE ou PGES ; Proposer et participer à la formulation des mesures ou dispositions concernant les sites d’intervention PGM-E/GIZ à prendre en compte dans le PGE ou PGES ; Appuyer les populations dans le suivi de la réalisation de l’évaluation environnementale (appui méthodologique aux populations, OSC, CTD) ; 187

o

o

o

o

o

o

o

Mettre à jour les référentiels opérationnels du programme en intégrant les résultats de l’évaluation environnementale ;

C. Phase de développement : mise en œuvre IE
• Préparer la Société Civile et les communautés à participer dans le processus EITI : o Etablir un Partenariat de collaboration avec EITI pour la formation de la Société Civile sur : les Principes EITI et critères EITI (critères 5 : La société civile participe activement à la conception, au suivi et à l'évaluation de ce processus et apporte sa contribution au débat public.) rapport de réconciliation ; Débats publics sur les dépenses des recettes issues des ressources naturelles non renouvelables ; Participer au mécanisme de surveillance multi-actionnaire, afin d’assurer une mise en œuvre efficace dans les délais des processus EITI ; • Appuyer techniquement et financièrement l’Intégration des IE dans les référentiels régionaux et locaux (SAC, PCD, PLOF, …) ; • Informer et appuyer les communes à intégrer les carrés miniers et les permis miniers dans la carte d’occupation des sols, référentiel de l’aménagement du territoire de la commune ; • Appuyer la mise en place au niveau des communes concernées un poste pour appuyer la commune à l’exécution des rôles et attributions qui lui sont dévolues en matière de mines et pétrole. Ce poste sera supporté par le budget de la commune et financé à partir des recettes générées par les exploitations minières et pétrolières. Ceci nécessite une délibération du conseil communal et l’adoption par un texte communal (arrêté). Ce poste sera inscrit dans le budget de la commune. Mais au début, le fonctionnement de ce poste est proposé d’être appuyé par le PGM-E/GIZ dans le cadre d’un protocole avec la commune, si c’est éligible. Ces appuis ne concernent pas seulement les communes où est localisée l’IE, mais aussi les communes qui bénéficient des parts issues des recettes générées par les IE ; • Dans le cas des communes qui ont subit des dommages et qui ont reçu des compensations en contre partie, appuyer ces communes dans la planification, programmation et la mise en œuvre des mesures de redressement en accord avec les référentiels établis ; • Appuyer l’ONE pour la mise en place d’une antenne pour le suivi (à l’instar des régions Anosy, Alaotra-Mangoro, Atsinanana) et, l’appui au développement et à la mise en œuvre d’un dispositif et de procédures de participation des populations dans le suivi (CSER : Comité de Suivi Environnemental Régional). Cette approche pourrait être plutôt plus appropriée au travers une OPCI qu’à l’échelle régionale si on se réfère au cas de PAM SAKOA ; Comme les sites du PGM-E/GIZ sont répartis dans trois régions, les antennes envisagées pourraient être remplacées par une équipe mobile localisée à Tana, qui est composée d’un technicien minier, d’un technicien en environnement et forêts, et d’un personnel de l’ONE en charge du suivi de la mise en œuvre du cahier des charges environnementales ; • Appuyer la mise en place d’une OPCI pour faciliter la répartition des revenus issus des IE et faciliter les actions de plaidoirie ou de lobbying, ou d’interpellation ou de délation en cas de manquement des opérateurs. Avec la mise en place d’une OPCI, on constitue une 188

plate-forme de concertation et d’échanges entre les communes pour l’installation d’un système de péréquation pour la répartition équitable des recettes et le suivi de recouvrement des recettes fiscales et parafiscales ; • Appui à la commune pour la mise en place d’une démarche d’élaboration d’un Budget participatif communal, tenant compte des indications du référentiel d’aménagement et de développement du territoire de la commune. Il s’agit de s’entendre sur le pourcentage des montants à affecter pour la réalisation des investissements définis d’un commun accord par toutes les populations. Le but recherché est de montrer que les montants obtenus des IE ont été utilisés pour la satisfaction des investissements qui correspondent et répondent au consentement de toutes les populations. Auparavant, il y a lieu d’initier et de former les populations sur le processus de Budget participatif ; • Appuyer la commune pour la mise en place de stratégie et de mécanisme de « Contrôle et Fiscalité décentralisée » sur les exploitations des ressources naturelles dans sa juridiction (forêts, mines, pétrole, pêche, …) ; • Mobiliser la plate-forme Bois-Energie afin d’accélérer la formulation de la vision FBE tenant compte des IE (Mahaboboka) et de ses effets et impacts ( augmentation besoins BE vs diminution eau) ; • Appuyer techniquement et financièrement la mise en place d’une commission ou d’un groupe thématique IE au sein de plate-forme OSC régionale œuvrant pour l’environnement pour soutenir les réflexions et les actions à mener en rapport avec les IE ; • Appuyer la mise en réseau des plates-formes OSC environnement confrontées à la problématique IE afin de faciliter les échanges d’informations et de partager les bonnes pratiques en rapport avec la cohabitation Environnement – IE ; • Etablir un partenariat avec l’opérateur IE afin de mener des actions environnementales ayant dépassé les prévisions du programme. Cette expérience a donné des résultats probants dans la région Anosy dans la mise en place du site de conservation, devenu NAP Ambatotsirongorongo actuellement. Elle a été entreprise dans le cadre du projet de l’USAID GDA LARO et associait Pact Madagascar – WCS – QMM. Les actions menées concernaient le reboisement, le site de conservation, l’appui des pêcheurs dans les zones littorales de l’Anosy. Pour le cas des sites du programme, les actions visées seraient à titre indicatif, le RVI à but énergétique, le NAP Tsinjoriake ou encore l’aménagement des parcours. • Participer au suivi et contrôle de la mise en œuvre du PGEP en vertu de l’article 33 du décret MECIE.

9. Conclusion
L’Etat malgache a décidé de mettre en perspective ses ressources minières et pétrolières au travers l’implémentation des IE. Considérées comme moteur principal pour le développement du pays, les IE sont escomptées de générer sur le long terme, des recettes considérables non seulement pour l’Etat, mais aussi pour les Collectivités Décentralisées et les populations. La mise en œuvre de ces IE n’ont pas cependant jusqu’à présent générés les résultats attendus. Elles ont par contre engendré des effets et impacts sur l’environnement en général de leur lieux d’implantation, entravant ainsi le bon déroulement des initiatives environnementales et forestières dans leurs zones d’intervention, à l’instar du PGM-E/GIZ dans les régions Atsimo Andrefana, Boeny et DIANA. 189

Pour mieux appréhender cette situation, l’étude « Analyse du secteur des industries extractives à Madagascar » diligentée par le PGM-E/GIZ a essayé d’établir, d’une part, un aperçu général des enjeux majeurs des secteurs minier et pétrolier dans le contexte du développement durable ainsi que les procédures et règlementations officielles y rattachées, et d’autre part, d’esquisser les enjeux d’interférences de l’industrie extractives avec les activités du PGM-E/GIZ. A la fin de la démarche, les éléments stratégiques permettant de mieux orienter les interventions du PGM-E/GIZ, face aux enjeux de l’industrie extractive, sont proposés. Au terme de l’analyse, on peut en conclure que les ayant droits sur les IE s’éloignent de facto de leurs droits et des parts de revenus ou de bénéfices qui leur doivent en revenir selon les textes en vigueur (code minier, textes sur la décentralisation, textes forestiers, …). Cette situation pourrait être attribuée au non participation des populations aux processus et procédures de toute nature associés aux IE, entre autres l’évaluation environnementale, alors qu’elles sont escomptées d’y jouer des rôles et attributions importants, respectivement en ce qui les concerne. Ce fait est à attribuer à la complexité des dits processus et procédures, et surtout à l’opacité des informations sur le sujet considéré stratégique, notamment en ce qui concerne le secteur pétrolier. Quoi qu’il en soit, des bonnes pratiques visant la participation des populations et le partage équitable des revenus issus des IE, ainsi que des prises d’initiatives pour améliorer les situations sont relevées. Comme la cohabitation avec les IE est devenue incontournable sur les terrains, convient-il alors de prendre en considération dans les stratégies et approches d’intervention les bonnes pratiques reconnues, tout en restant dans et en exploitant au mieux les dispositions légales et réglementaires en vigueur, et d’en proposer des améliorations. Les propositions adressées au PGM-E/GIZ vont dans ce sens et se soucient tant du court terme que du moyen terme et du long terme, aux fins d’une cohabitation acceptable avec les IE sur les terrains.

190

Annexe – Termes de Référence

TERMES DE REFERENCE
Analyse du secteur des industries extractives à Madagascar

1.

Contexte

Suite à l’adaptation de plusieurs textes juridiques depuis les années 90 par le Gouvernement Malgache et en raison de l’abondance des ressources minières et pétrolières du pays, les industries extractives attirent de plus en plus les investissements privés. D’une part, les industries extractives représentent un grand potentiel pour l’économie du pays. Sur le long terme, le secteur pourrait générer des recettes considérables pour l’Etat et les Collectivités Décentralisées si les règles de la bonne gouvernance sont respectées. De plus, les activités dans les secteurs minier et pétrolier peuvent engendrer la création de nouvelles infrastructures ainsi que des emplois indirects et directs et constituent ainsi un moteur pour le développement du pays. D’autre part, la prévention, voire la limitation des pressions exercées sur l’environnement dues à l’exploitation de ces ressources constituent des défis majeurs pour le Gouvernement Malgache et sont partiellement en contradiction avec la politique de conservation de la biodiversité en vigueur à Madagascar. Dans son intervention actuelle, le PGM-E/GIZ vise l’amélioration de la gestion durable des ressources naturelles, par les acteurs pertinents du secteur de l’environnement et de l’énergie domestique, dans les zones prioritaires sélectionnées (Diana, Boeny et Atsimo andrefana), Pour y parvenir, trois principales composantes sont mis en œuvre : l’Appui conseil politique sectorielle, la Gestion décentralisée des ressources naturelles et la Conservation durable des ressources naturelles. Dans la réalisation de ses activités, le PGM-E/GIZ entre de plus en plus en contact avec les problématiques qui résultent de l’exploration et de l’exploitation de ces ressources minières et pétrolières. Plusieurs zones d’intervention du Programme sont affectées par l’exploitation et la construction des infrastructures s’y rapportant. Les activités les plus touchées concernent celles relatives à la gestion décentralisée des ressources naturelles telles que le transfert de gestion des ressources forestières et la valorisation des nouvelles aires protégées. En même temps, les populations, communes et services déconcentrés localisés dans ces zones ne sont jusqu’à présent pas intégrés à temps conformément aux lois et règlements dans le processus de consultation et information publique, la planification et la réalisation/mise en œuvre des activités dans les secteurs minier et pétrolier. Les compétences disponibles actuellement ne permettent au programme que suivre sporadiquement l’émergence de ce secteur ainsi que les initiatives en cours déployés par les parties prenantes. Alors que l’imminence de ce problème d’interaction au niveau des znes d’interventions ainsi que la préparation des la revue du portefeuille du programme dans le cadre de l’extension de son intervention jusqu’à la fin 2014 nécessite une bonne base en terme d’analyse du secteur des industries extractives à Madagascar. 2. Objectif

Le PGM-E/GIZ est en mesure d’orienter son approche stratégique à court et moyen termes et de renforcer ses capacités dans le secteur des industries extractives. 3. Résultat attendu

191

-

Le PGM-E/GIZ dispose d’un aperçu des enjeux majeurs des secteurs minier et pétrolier dans le contexte du développent durable ainsi que les procédures et règlementations officielles nécessaires à l’orientation stratégique de ces interventions face aux enjeux de l’industrie extractive Les enjeux d’interférences de l’industrie extractives avec les activités du PGM-E/GIZ ainsi que les pistes d’orientation nécessaires en termes d’approche sont identifiés

-

4.

Attributions du prestataire

L’analyse du domaine des industries extractives effectuée par le consultant contiendrait trois aspects :
a. Analyse des secteurs minier et pétrolier et aperçu des procédures et règlementations officielles

• •

Etablir une liste des études traitant des sujets similaires et capitaliser les résultats pertinents pour enrichir la présente étude ; Comparaison des procédures officielles pour l’obtention des différents permis (recherche, exploration, exploitation). Ces procédures sont aussi à analyser concernant la participation des populations, régions, communes et services déconcentrés, indiquant les lieux, moments/étapes et modes de participation et information. L’analyse doit également faire ressortir les procédures officielles et le traitement réel observés et ceci spécifiquement relatif aux zones protégées ou temporairement protégées ; Recueillir et synthétiser les procédures et règlementations officielles a) que les petits exploitants et les promoteurs des grandes investissements en matière de l’Industrie Extractive (IE) doivent respecter pour obtenir les différents types de permis ; b) se référant à la participation des populations, régions, communes et services déconcentrés dans les processus de l’information/consultation publique, planification et implémentation de l’exploitation ; c) relatives aux ristournes, redevances et autre recettes que les Collectivités Territoriales Décentralisées, l’Administration de l’Etat déconcentrée et l’Etat au niveau central peuvent percevoir dans le secteur IE aussi bien pour les petites exploitations que pour les grandes exploitations.

• • •

Identifier les différentes ressources financières pour les CTD et l’Etat issues des activités Potentiel ou réalisé du secteur IE (potentiel ou réalisé); Démontrer les différences entre les procédures officielles entre le secteur minier et le secteur pétrolier ; Identifier les droits d’information, y compris les procédures pour y accéder avec référence légale dont les communes, les citoyens, la société civile organisée disposent à l’égard des projets en planification et en exécution dans le secteur minier et pétrolier et leurs promoteurs ; Identifier et analyser les mécanismes et leur efficacité de concertation au niveau interministériel, notamment avec le ministère chargé de l’Environnement, relatif à la genèse et à la planification des projets et à l’octroi des différents types de permis.

192

b. Analyse des interférences avec les activités du PGM-E/GIZ

Se documenter sur le cadre stratégique, les approches d’intervention des PGM-E/GIZ problématiques relatives à l’interaction due secteur de l’IE ainsi que sur les autres expérines au niveau de la GIZ Madagascar (Partenariat Public Privé). Inventaire des permis existants dans les zones d’intervention du PGM-E/GIZ et présentation de leur état actuel

c. Proposition d’éventuelles approches pertinentes

Proposer des approches possibles du PGM-E/GIZ - en coopération avec ses partenaires - au cas où leurs activités sont directement ou indirectement menacées ou risquent de l’être dans l’avenir par des projets minier ou pétroliers Proposer des approches possibles, dans le cas où seule la cohabitation entre le projet minier ou pétrolier et les actions de conservation du programme et de ses partenaires est envisageable ou possible

5.

Déroulement

La prestation se déroulera à Antananarivo et devrait commencer le 23 juillet 2012. Dans l’ensemble, 15 jours seront mis à disposition du consultant. Une réunion de mise au point est souhaitable après 5 jours. 6. Produits livrables • Rapport final en trois exemplaires imprimé et sous forme d’une fiche électronique en format Word. Le rapport doit contenir en annexe les textes légaux concernés en format pdf (Lois, Décrets, Arrêtés). Le texte du rapport doit contenir des références juridiques. Tant que possibles la présentation des procédures doit contenir une présentation graphique facilitant une lecture et compréhension rapide.

7.

Profil du prestataire • • • • • Diplôme d’études supérieures en droit ou sciences sociales Bonne connaissance des secteurs minier et pétrolier à Madagascar ainsi que du secteur de l’environnement Connaissance la gestion durable des ressources naturelles dans le secteu de l’environnement et des forêts Expériences liées à l’attribution des permis dans les deux secteurs est un atout Parfaite maîtrise des langues française et malgache Excellentes capacités d’analyse, de synthèse et de rédaction

8. Dossier à fournir Le Consultant est prié de rédiger une offre technique reflétant la compréhension du mandat et les modalités de mise en œuvre avec une proposition de calendrier d’activités ainsi qu’une offre financière. Les pièces administratives suivantes sont également à fournir par le prestataire : • • • • Curriculum vitae Photocopie d’une pièce d’identité (CIN) Photocopie des diplômes/certificats pertinents par rapport au mandat Numéro d’Identification Fiscale (NIF) et carte professionnelle (Numéro statistique)

193

L’ensemble des dossiers sera à envoyer à l’adresse email du Bureau de la GIZ, gizmadagaskar@giz.de avec la mention « Analyse industries extractives» au plus tard le 17/07/12 Pour plus de renseignements sur les termes de références, veuillez appeler le 032 05 425 42 (Mme Paula Becker).

194

Bibliographie
Documentation PGM-E/GIZ Etude d’Impacts sur l’Environnement du projet de construction de Corridor routier reliant la Mine Sakoa et le Port à Antseraka – Soalara – Avril 2009 – ITALIAN –THAI DEVELOPMENT Public Company Limited – I.S.G.I.E. Madagascar Sarl EXTRAIT OFFRE 2eme Phase du PGM-E/GIZ : 2008 -2011 (+ extension 2012) Guide méthodologique pour l’élaboration d’un Schéma Communal d’Aménagement du Territoire pour le Développement Durable ou SCADD - Version finale non validée Avril 2011 – PGM-E/GIZ Guide simplifié d’élaboration d’un le SCHEMA D’AMENAGEMENT COMMUNAL (SAC) pour les communes rurales dotées d’un Plan Local d’Occupation Foncière - PGME/GIZ Les Questionnaires sur l’Etat de lieu des activités minières ou pétrolières dans les zones d’intervention du PGM-E Antenne Sud ouest - Date : 27/07/2012 Les Questionnaires sur l’Etat de lieu des activités minières ou pétrolières dans les zones d’intervention du PGM-E Antenne Bioeny - Date : 31/07/2012 Plan d'action annuel 2012 de l'antenne Sud-ouest du PGM-E/GIZ Plan d'action annuel 2012 de l'antenne Nord - Ouest du PGM-E/GIZ Plan d'action annuel 2012 du niveau Central du PGM-E/GIZ Protocole de collaboration entre l’Administration forestière et le Projet PAM SAKOA COAL Sarl en vue de la cohabitation des activités de gestion de la biodiversité de Beheloka, d’Anakao, d’Onilahy et de Nosy Ve, Androka avec les activités de construction et d’exploitation du corridor routier et ferroviaire du projet d’exploitation de charbon de terre de Sakoa – Mars 2011 – DGF et PAM SAKOA SA

-

-

-

Ouvrages spécifiques Evah Andrianboavonjy, Mamialisoa Lalao, « De la participation publique à la participation citoyenne dans la gestion de l’Environnement à travers le processus MECIE dans la Région Anosy » Henkels (D), Une vue de près du droit de l'environnement malgache, African Studies Quarterly Djacoba TEHINDRAZANARIVELO, Fokonolona et développement à travers l’histoire, RAKOTOARISON, J. et al, Vers la Gestion et la Gouvernance communautaire des Ressources Forestières dans la Contexte de la Politique de Décentralisation à Madagascar: Cas des Parcs Nationaux de Ranomafana et Masoala, Dimensions Sociales, Economiques, et Légales, Rapport, CIFOR 1997 RAMBININTSAOTRA Saholy, ANDRIANANTENAINA Manitra, Etudes pour le recueil et l’analyse de textes forestiers, Juriste Environnementaliste, 2010

-

-

Rapports et autres documents de travail Etude de base sur la gouvernance de l’exploitation minière à Madagascar, Catholic Relief Services, Janvier 2010 Enquête des ménages concernant l’indice de pauvreté, les conditions de vie et la contribution du secteur minier dans les communes concernées par les activités de

195

-

-

-

-

gestion décentralisée des ressources minérales du PGRM, PGRM, Etude effectuée par le Cabinet SAGETEC, Mai 2005 Mise en œuvre du budget participatif dans la Région Anosy, PGRM Etude réalisée par l’Association RAVINTSARA, Avril 2009 Activités minières artisanales à petite échelle à l’intérieur et autour des aires protégées et des écosystèmes critiques – Projet ASM-PACE, Etude réalisée par Rupert COOK er Timothy HEALY, Financée par : PROFOR, USAID, WWF, BM, Tiffany and CO fondation, Juin 2012 Premier rapport de Madagascar en matière d’évaluation de la démocratie environnementale, DELC pour le WRI, Février 2012 Evaluation Environnementale Stratégique du secteur minier à Madagascar, TECSULT, Pour le PGRM, 2003 Rapport n° 54277-MG -Revue de la gouvernance et de l’efficacité du développement, Analyse d’économie politique de la gouvernance à Madagascar, Banque Mondiale Division des réformes du secteur public et du développement des capacités, (AFTPR), 2010 Rapport d’audit et de réconciliation des paiements effectués par les industries extractives a l’Etat malagasy et des recettes perçues par l’Etat – exercice 2010, Cabinet Ernst and Young pour EITI, Septembre 2012 Réflexions sur le Droit Pétrolier à Madagascar, Tsiambakaina ANDRIAMANANORO pour MCI Gemstone mining in Madagascar ; transnational networks, criminalization and global integration, Rosaleen DUFFY, journal of Modern African Studies, 4, 2007 Global environmental governance and the challenge of Shadow States : the impact of illicit sapphire mining in Madagascar, Rosaleen DUFFY Enquête des ménages concernant l’indice de la pauvreté, les conditions de vie et la contribution du secteur minier dans les communes du PGRM: Contribution du Secteur Minier, Organisation du suivi des impacts, Mai 2005, SAGETEC pour PGRM Les ressources minières à Madagascar, état actuel et perspectives de développement de l’exploration démontrées par les travaux du PGRM, Bernard MOINE, Enrique ORTEGA, pour le PGRM, 2006 Recueil des résolutions du grand débat organisé par l’AVG pour le groupe des Industries extractives, Juin 2012 Etude sur la faisabilité de la Tertiarisation des activités de recouvrement de la redevance minière, Phase I, II, III, PGRM, Juillet 2005 Rapport pour la conception et l’évaluation d’une étude de base sur l’or – Organisation et contrôle de la filière de commercialisation et mesures d’accompagnement, CSA group pour l’Unité de coordination du Projet Conditions légales et économiques de la petite exploitation minière et les industries en avalà Madagascar, Dr WOLFGANG, Intermediate Technology Consultants, Aout 2001 Volet normalisation de la petite exploitation minière – Plan de Gestion intégré, Konigstein Rugby, Aout 2012 Rapport des travaux de consultance sur le thème industries extractives de la Région Atsimo Andrefana – Mise en contexte, Septembre 2012, AVG Résolution des acteurs dans le cadre des Assises régionales sur gouvernance minière à Atsimo Andrefana, 27 – 28 Septembre 196

-

-

-

-

-

-

Rapport sur la fiscalité locale – Cabinet Miara Mita, 2005 Draft Procès-verbal Groupe Thematique Industries Extractives du 08 mai 2012 Protocole d’accord entre le Ministere des mines et le programme du WWF à Madagascar et dans l’ocean indien occidental (WWF) sur les activités d’intégration de la dimension environnementale dans la planification et la mise en valeur du potentiel minier et pétrolier de Madagascar, rendant le développement des industries extractives acceptable d’un point de vue environnemental et également cohérent avec les orientations générales d’un développement durable et instaurer le reflexe environnemental dans le développement du secteur minier et pétrolier

Manuels et guides Directive générale pour la réalisation d’une Etude d’impact Environnemental A Madagascar - Direction de l’Evaluation Environnementale/ONE - Ministère de l’Environnement / Office National pour l’Environnement Manuel pratique d’Etude d’Impact Environnemental pour les Collectivités, Juin 2007 ONE Guide pour la réalisation d’une Etude d’Impact Environnemental et social pour les projets de création des Nouvelles Aires Protégées (NAP), Commission SAPM Août 2006 Guide de création des aires protégées du Système d’Aires protégées de Madagascar (SAPM), Commission SAPM– Août 2009 Guide sectoriel pour la realisation d’une etude d’impact sur l’environnement des projets forestiers - Office National pour l’Environnement Guide de consultation communale, Commission SAPM Juin 2008 Guide pour l’élaboration des plans de sauvegarde sociale, Peter Leonard, Consultant International sur les Études environnementales et sociales – Mai 2008 Inventaire des meilleures pratiques et proposition de directives pour les EES à Madagascar, JARIALA, pour l’ONE, Juin 2006 Manuel pratique d’EIE pour les collectivités, ONE, Juin 2007 Guide de Suivi Environnemental – Ministère de l’Environnement et des Forêts – Août 2007 Guide d’Etudes d’Impact Environnemental pour les Mines à Ciel Ouvert – Guide Sectoriel, ONE, Novembre 2005 Guide pour l’elaboration d’une etude d’impact environnemental d'un projet de construction et de rehabilitation de route- Ministère de l’Environnement / Office National pour l’Environnement. Guide sectoriel pour la réalisation d’une étude d’impact environnemental des projets d'opérations pétrolières « amont » Guide pour les opérateurs miniers à l’usage du Cadastre Minier, BCMM, 2002 Classification des gîtes fossilifères de Madagascar, PGRM, Crédit n° 3754 MAG Comment élaborer un SAC – Guide simplifié, GIZ Les Evaluations Environnementales Stratégiques (EES) – Fact sheet – Décembre 2010 - WWF

-

-

-

Articles

197

-

Mining and Indigenous Peoples Issues Review, International Council on Mining and Metals, 2007 Rémi Pelon, A la recherche des trésors de la grande ile: les ressources minérales, Banque Mondiale, 2006 Good practices guidance for Mining and biodiversity, International Council on Mining and Metals, 2008 Madagascar OIL reprend les activités d’exploration, Lantoniaina RAZAFINDRAMIADANA, EXPRESS DE MADAGASCAR, 25 Juin 2011 Tsimiroro : la production du pétrole sur la bonne voie, Lantoniaina RAZAFINDRAMIADANA, EXPRESS DE MADAGASCAR, 25 Juin 2011 Pétrole ou biodiversité ? Géostratégie de la France dans le canal de Mozambique, ACTUALITES D’AFRIQUE, Agnès JOIGNEREZ, 03 Aout 2012 Madagascar, nouvelle frontière pétrolière, LE FIGARO, Fabrice NODE-LANGLOIS, 04 Mai 2012 Recherche pétrolière : 17 Compagnies pétrolières opèrent à Madagascar, Navalona R.,MIDI MADAGASIKARA, 18 Février 2012 Journée du Pétrole Amont : médiatiser la recherche à Madagascar, Dimisoa, NEWS MADA, les actus de Madagascar, 29 Septembre 2012

WEBOGRAPHIE http://www.developpement-durable.gouv.fr/Participation-directe-du-public-a.html http://www.7sur7.be/7s7/fr/2765/Environnement/article/detail/1226356/2011/02/22/87-payssignent-la-charte-du-Forum-international-de-l-Energie.dhtml

198

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful