You are on page 1of 17

3 Mouharram 1435 - Jeudi 7 Novembre 2013 - N°14969 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.

com - ISSN 1111-0287

Répondre aux besoins de la population locale
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

VISITE DU PREMIER MINISTRE À ADRAR

« Les wilayas du Sud auront leur part de développement »
AMAR GHOUL :

M. SELLAL AUX REPRÉSENTANTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET AUX ÉLUS LOCAUX :

« Réflexion sur la faisabilité de lancer des avions-taxis »
ABDELMALEK BOUDIAF :

« Mise en place d'une commission d'enquête sur les cas de malaria enregistrés récemment »
MOHAMED EL-GHAZI :

« Un site internet pour faciliter l'accès aux informations sur le service public »
AMARA BENYOUNES :

« Redynamisation du comité Doing Business in Algeria »

De notre envoyé spécial dans la Saoura, Makhlouf Aït Ziane
RÉUNION DE CONSULTATION AU NIVEAU DES CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DES PAYS DE L’UNION AFRICAINE

La wilaya va bénéficier d’une enveloppe complémentaire de près de 33 milliards de dinars.

PP. 3 à 5

déclare M. Messahel
P. 32

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, a annoncé, hier à Oran, que le gouvernement a décidé la réouverture de la pêche du corail, et ce dans un cadre organisé, pour éviter l’exploitation irrationnelle de cette richesse marine. P. 11

P. 9

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

Anep n° 310320 du 07/11/13

Ph. A. Hammadi

« La création de la CARIC renforcera l’appropriation par l’Afrique de son destin »,

M. FERROUKHI AU SALON INTERNATIONAL DE LA PÊCHE ET DE L’AQUACULTURE

Réouverture de la pêche du corail dans un cadre organisé

« Il faut tout faire pour redresser les entreprises »

M. ZAÏM BENSACI, PRÉSIDENT DU CONSEIL NATIONAL CONSULTATIF POUR LA PROMOTION DE LA PME, INVITÉ DU FORUM ÉCONOMIE D’EL MOUDJAHID :

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

ENSOLEILLÉ

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat M. Mohamed Amine Hadj Said, préside ce matin à 9 h à l’Ecole nationale supérieure du tourisme l’ouverture d’un séminaire intitulé : «Le développement qualitatif des ressources humaines du tourisme par la formation».

Tourisme et ressources humaines

CE MATIN A 9 H A L’ENST

CET APRES-MIDI A 14 H AU PALAIS DES EXPOSITIONS

*********************

A l’occasion de la tenue de la 4e édition du Festival culturel international Abalessa - Tin Hinan des Arts de l’Ahaggar (FIATAA), Tamanrasset, le commissariat du festival organise samedi 9 novembre à 10 heures une conférence de presse au Centre de presse d’El Moudjahid.

Conférence de presse sur le 4e Festival culturel international Abalessa

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 10 HEURES

A l’occasion de célébration de la journée nationale de l’Artisanat, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat M. Mohamed Amine Hadj Saïd présidera cet après-midi à 14 h, au palais des expositions au Pins Maritimes, la cérémonie d’ouverture de la 18e édition du Salon international de l’artisanat traditionnel. *********************

18e Salon international de l’artisanat traditionnel

Au Nord, prédominance du soleil en cours de journée. Les vents seront variables (15/25 km/h). La mer sera belle à peu agitée. Sur les régions Sud, le temps sera généralement ensoleillé. Les vents seront variables (10/20 Km/H).

L’ouverture de la 4e assemblée générale de l’association des oulémas algériens musulmans, aura lieu demain à 9 h au centre familial de la mutuelle de construction de Zéralda.

AG de l’association des Oulémas algériens musulmans

DEMAIN A 9 H A ZERALDA

DEMAIN A 16 H AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (27°-16°), Annaba (25°-16°), Béchar (27°-13°), Biskra (28°-17°), Constantine (24°-10°), Djanet (27°-12°), Djelfa (25°-11°), Ghardaïa (27°-15°), Oran (26°-13°), Sétif (23°-9°), Tamanrasset (27°-12°), Tlemcen (27°-11°).

Les infections respiratoires

LES 9 ET10 NOVEMBRE A 9 H, A MEDEA

L’Ecole nationale supérieure des sciences politiques organise une journée d’étude sur «La gestion des ressources en eau en Algérie» samedi 9 novembre à partir de 9 h.

« La gestion des ressources en eau »

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 9 H A L’ENSSP

Dans le cadre de la coopération culturelle entre l’Algérie et la Chine, un mémorandum d’entente sera signé entre la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi et le vice-ministre chinois de la Culture, demain à 16 h au Palais de la culture Moufdi-Zakaria ; la cérémonie sera suivie de l’inauguration d’une exposition-photos à 17 h 30.

Exposition -photos

DEMAIN A 10H AU SIEGE DU PARTI
Le Front du changement organise, demain à 10 h en son siège, une rencontre nationale des responsables, des étudiants et des jeunes en vue de la préparation des prochaines élections, sous la présidence de M. Abdelmadjid Ménasra. *********************

Front du changement  : rencontre nationale

Activités des partis

La Forem en partenariat avec l’Université de Médéa organise un colloque international sur les inf e c t i o n s respiratoires les 9 et 10 novembre à l’université de Médéa (nouveau campus) à partir de 9 h.

AGENDA CULTUREL
CET APRES-MIDI ET SAMEDI A 14 H AU PAVILLON CENTRAL B50
Le Stand Dahleb du pavillon central B50 abritera cet après-midi à 14 h une vente-dédicace de Youcef Ferhi pour son ouvrage intitulé  Douce France et samedi à 14 h, il signera Témoignage 10 ans de presse 19621972. *****************************************

Vente-dédicace de Youcef Ferhi

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 10 H A BEJAIA

DEMAIN A 11 H AU STAND CASBAH EDITIONS

MERCREDI 13 NOVEMBRE A 9 H A L’HOTEL EL-AURASSI
A l’occasion de la journée mondiale du Diabète, la Fédération algérienne des associations de diabétiques et le laboratoire LAD Pharma organisent le 7e séminaire national ayant pour thème  :  «Traitement et prise en charge du l’ulcère du pied diabétique» mercredi 13 novembre à 9 h à l’hôtel El-Aurassi.

« L’ulcère du pied diabétique »

Le Salon international du livre d’Alger, stand Casbah-Editions (pavillon central), abritera demain à 11 h une vente-dédicace de Zohra Drif qui présentera son livre Les mémoires d’une combattante de l’ALN, zone autonome d’Alger.

Vente-dédicace de Zohra Drif

Le président du Front militantisme national, M. Abdallah Haddad, présidera samedi 9 novembre à 10 h à la maison de culture de Bejaia une rencontre populaire dans le cadre de l’installation du bureau de wilaya. *********************

FMN : Meeting populaire

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 10 H

DEMAIN A 15 H AU STAND CASBAH EDITIONS
L’auteur Noureddine Benamara dédicacera son livre Meknassas demain à partir de 15 h au stand Casbah Editions, pavillon central. *****************************************

Noureddine Benamara dédicace son livre Meknassas
CET APRES -MIDI A 14 H AU STAND CASBAH EDITIONS …

*****************************************

En marge des réunions régionales des cadres du parti, le président de Ahd 54, M. Ali Fawzi Rebaine animera une conférence de presse, samedi à 10 h, en son siège. *********************

Ahd 54 : Conférence de presse

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 16 H A MEFTAH

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 13 H
L’association des enfants intégrés dans les classes spéciales organise le samedi 9 novembre à 13 h à son siège, centre culturel Lakhdar Rabah (ex-11 Décembre) Belcourt, une conférence de presse portant sur les classes spéciales et présentation de l’association, ses objectifs et ses activités.

Conférence sur les enfants handicapés des classes spéciales

Le stand Casbah-Editions abritera demain à 15 h une vente-dédicace de trois auteurs : le Pr Chems-Eddine Chitour dédicacera son livre Palestine, le calvaire d’un peuple, Sarah Kaminsky signera son ouvrage Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire et Hosni Kitouni son livre La kabylie orientale, des Kutamas aux crimes coloniaux. Jeudi 7 Novembre 2013

Le stand Casbah-Editions abrite cet après-midi à 14 h une vente 6dédicace de quatre auteurs : Messaoud Djennas qui dédicacera son livre  Docteur Aroua, mon ami, Mohamed Sekkal signera son livre Au nom de la civilisation, Hafid Derradji Douminou et Maamar Mami son livre L’amertume et l’espérance, témoignage sur la guerre de libération. *****************************************

Ventes-dédicaces

Le parti Jil Jadid organisera le samedi 9 novembre à 16 h un meeting populaire à la maison de jeunes Mohamed-Torki à Meftah, wilaya de Blida. *********************

Jil Jadid : meeting populaire

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 9H30 AU SIEGE DU PARTI

… ET DEMAIN À 15 H 

Les travaux de la réunion des mouhafedh des 48 wilayas présidée par le SG du FLN, Amar Saïdani, s’ouvriront samedi 9 novembre à 9 h 30 au siège central du parti.

FLN : réunion des Mouhafedh des 48 wilayas

EL MOUDJAHID

Répondre aux besoins de la population locale
INSPECTION DE PLUSIEURS PROJETS

VISITE DU PREMIER MINISTRE À ADRAR

Nation

3

C’

L

est exactement une enveloppe complémentaire de 32,622 milliards de dinars qui a été attribuée, hier, à la wilaya d’Adrar et cela à la faveur de la visite de travail et d'inspection qu’a effectuée le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Ce montant additionnel, dont les détails ont été énoncés dans un document remis à la presse au cours de cette visite, permettra entre autres, la réalisation de 30 nouvelles opérations relevant de divers secteurs d'activité dont l'habitat, l'urbanisme, la santé, les travaux publics et les ressources en eau. Tout cela dans la perspective de « renforcer et moderniser les infrastructures de base et améliorer les conditions de vie des citoyens », indique le document. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre, accompagné d’une forte délégation ministérielle s'est rendu  dans cette wilaya de l’extrême sud-ouest du pays où il a été accueilli par l’ensemble des représentants des autorités locales et de la société civile. Cette visite, s’inscrit dans le cadre de  l'évaluation de l'état d'exécution et d'avancement du programme de  développement socio-économique dans cette région. Le Premier ministre a entamé sa visite d’inspection par le projet de route reliant Adrar à la daïra d’Aoulef, sur une distance de 150 km. Lors de l’exposé sur les travaux de la réalisation de ce projet, le ministre a mis à profit cette occasion, pour insister sur  la nécessité d’accélérer les travaux de réalisation de ce projet. Il a souligné à cet effet l’importance d’intégrer davantage les entreprises privées, qui ont des capacités en la matière, s’appuyant dans ce cadre sur la réhabilitation des axes routiers au niveau des différentes régions de la wilaya et ce, dans les plus brefs  délais.  Inscrit dans le cadre du programme complémentaire de soutien à la croissance de 2011, pour une enveloppe de plus de 2,7 milliards de dinars, le projet a été réparti en quatre lots attribués à une entreprise publique et deux entreprises privées de travaux publics. Le Premier ministre a inspecté ensuite le projet de pôle de santé au chef-lieu  de wilaya.  Ce dernier regroupe un hôpital gériatrique (120 lits), un hôpital de 240 lits, un centre psychiatrique de 120 lits et un centre anticancéreux.  Un centre dont le chantier a été lancé fin 2012 et qui devrait être réceptionné à la fin de 2015.

De notre envoyé spécial dans la Saoura :  Makhlouf Ait Ziane

l La wilaya va bénéficier d’une enveloppe complémentaire de 32,6 milliards de dinars.

accompagner sur le terrain les agriculteurs et les investisseurs dans ce domaine, notamment les jeunes. Ensuite, l’hôte d’Adrar a visité le projet de la ferme éolienne de Kabarten, distante de 70 km du chef-lieu. Selon les explications de l’un des responsables de ce projet sa production  est estimée à 10 MW. Il a fait savoir que cette « ferme a été confiée au consortium CEGELEC (Algérie-France) pour un délai de 18 mois et un coût de 13 millions d’euros et 590 millions de dinars. »

Ce dernier, qui sera doté d’un pavillon de radiothérapie, s’est vu attribuer une enveloppe de plus de 6 milliards de dinars. M. Sellal a également appelé les responsables du secteur à travailler dans la perspective de préparer la wilaya à abriter, dans le futur, un centre hospitalo-universitaire. Concernant ce  point, Abdelmalek Sellal a insisté sur la construction de logements de fonction destinée aux médecins près de l’hôpital. Tout en précisant  le   fait que «  la wilaya d’Adrar est en phase de développement, il est nécessaire de construire des hôpitaux basés sur des techniques modernes. » Le Premier ministre s’est dirigé vers le pôle d’aménagement urbain situé au quartier Tillilène. A cette occasion, il n’a pas caché son mécontentement quant à  l’anarchie qui existait dans  la réalisation des villes au niveau national, en s’exprimant en ces termes : « Malheureusement la plupart des villes dans notre pays sont construites de façon anarchique est sans le respect des normes de la modernisation. » Il est  nécessaire  aujourd’hui, a-t-il dit, «  de construire des villes en respectant l’aspect traditionnel et culturel  de chaque région. » M. Sellal a dans ce cadre ordonné l’arrêt de ce projet et de rechercher des solutions afin de construire dans des règles modernes. Allant plus loin il dira aux responsables locaux, que «

Obligation de construire des logements réservés aux médecins

e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé à Adrar que les wilayas du Sud auront leur part de développement conformément aux instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Lors de sa rencontre avec la société civile au terme de sa visite de travail dans la wilaya d'Adrar, M. Sellal a indiqué que le Président de la République a insisté sur l'intérêt "particulier" qui doit être accordé au Sud, soulignant qu'il "aura sa part de développement et de progrès". Le Premier ministre a ajouté qu'Adrar "connaîtra un grand développement en raison des découvertes pétrolières et gazières dans cette wilaya", mettant en exergue par ailleurs la nécessité de préserver les valeurs, religieuses et socio-culturelles de la région. Il a également mis en avant l'impératif de développer les secteurs de l'agriculture et de l'industrie à Adrar à l'instar des autres régions du pays pour ne plus dépendre de l'importation et construire une économie diversifiée. "Il est inadmissible qu'un Etat comme l'Algérie reste dépendant de l'importation", a-t-il dit. A cette occasion, le Premier ministre a promis aux agriculteurs et aux investisseurs de la wilaya de prendre les mesures à même de faciliter la commercialisation de leurs produits à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Au sujet du printemps arabe qui

« Les wilayas du Sud auront leur part de développement »
a secoué nombre de pays de la région, le Premier ministre a déclaré que ''L'Algérie n'a pas été affectée par ce qui est appelé ‘‘le printemps arabe’’ parce que son peuple est uni, cohérent et solidaire'' . ''Nombreux sont ceux qui se sont interrogés sur les raisons pour lesquelles l'Algérie n'a pas connu ce qui est appelé communément ‘‘le printemps arabe’’. La raison en est, pour leur répondre, que le peuple algérien est uni, cohérent et solidaire''. Et le Premier ministre d'ajouter : ''Il est vrai que le peuple algérien n'accepte pas l'exclusion, l'arbitraire ni la Hogra, mais il reste un peuple solidaire'', affirmant que ''l'Etat œuvre avec tous les moyens dont il dispose pour lutter contre l'exclusion''. "Nous avons connu l'amertume durant les années 1990 et nous aspirons aujourd'hui à vivre en paix. Cependant nous n'avons de leçons à donner à personne'', a-t-il poursuivi. Par ailleurs, le Premier ministre a rappelé dans son intervention ''la politique coloniale dont le but était de séparer le Nord de l'Algérie de son Sud, de diviser son peuple entre arabes et berbères, mais elle a échoué, parce que le peuple algérien est resté attaché à ses racines amazighe et musulmane, et la wilaya d'Adrar en est le meilleur exemple'', a-t-il encore ajouté. D’autre part, Abdelmalek Sellal a affirmé que "la sta-

M. SELLAL AUX REPRÉSENTANTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET AUX ÉLUS LOCAUX :

la construction  des villes dans l’anarchie est une atteinte à la dignité des citoyens ». Cette déclaration confirme, encore une fois l’importance qu’a accorde le Premier ministre à la modernisation des villes et le respect de l’aspect  de chaque région. Pour revenir au pôle, celui-ci contient un programme de 1.000 logements de type public locatif (200 de la tranche 2010 et 800 de la tranche 2011), pour un coût de plus de 2,4 milliards de dinars. Ce projet, dont le chantier a démarré en fin 2011 avec un délai de réalisation de 24 mois, a contribué à la création de 2.000 emplois directs et 400 autres indirects. Par ailleurs il est prévu également de mettre sur chantier un nouveau programme de lotissements totalisant 3.000 lots de terrains à bâtir, at-on fait savoir au Premier ministre qui a eu par la suite, à inaugurer un collège baptisé du nom du regretté ''moudjahid Benferdjallah Kheireddine''. L’aménagement de ce lotissement, pour lequel est consacrée une enveloppe de 324 millions de dinars, couvrira une superficie globale de 169,43 hectares, localisée à la sortie ouest de la ville d’Adrar. Le projet, qui générera 180 emplois permanents et 460 postes temporaires, permettra la réalisation de 3.000 logements sur des sites entièrement aménagés et viabilisés, susceptibles d’abriter une population de près de 18.000 habitants. Après ce point le Premier ministre a visité une exploitation agricole privée, située à la sortie nord d’Adrar.  Le Premier ministre n’a pas manqué   d’exhorter les responsables locaux à

Le Premier ministre a assisté à une présentation sur le secteur de l’énergie, notamment en matière d’énergie renouvelable et le potentiel de la wilaya en hydrocarbures. Selon lui, le développement de différentes activités au niveau de cette wilaya telles que le secteur agricole et industriel, nécessite, le développement des énergies renouvelables, notamment les énergies solaire et éolienne. Par ailleurs, une briqueterie qui se trouve à la zone d’activité de la wilaya a également été l’une des haltes de la délégation ministérielle. D’une capacité de 300.000 tonnes/ an, celle-ci qui relève d’un investissement privé, a bénéficié des avantages mis en place par l’Etat à travers le guichet unique décentralisé de l’Agence nationale de développement de l’investissement, pour une extension d’activité. D’un coût de 1,6 milliard de dinars, cette extension a été rendue nécessaire par la forte demande locale sur ce produit, notamment en matière d’habitat et d’équipements publics dont bénéficie la wilaya d’Adrar. Sellal a achevé sa visite de travail par l’inauguration, au chef-lieu de wilaya, d’un nouvel Institut national spécialisé de la formation professionnelle. Il a procédé  ensuite à la remise des clefs de véhicules-ateliers à trois jeunes, dans le cadre du dispositif de l’ANSEJ. D’une capacité de 400 places pédagogique et doté d’un internat de 200 lits, cet institut qui propose une large gamme de filières de formation, notamment celles relatives à l’activité hydrocarbures, selon les besoins du marché local de l’emploi, recevra à son ouverture quelque 1.180 stagiaires. Il y a lieu de signaler que cette infrastructure qui a été réalisée pour un coût de 295 millions DA sera encadrée par 75 fonctionnaires et compte offrir 200 postes temporaires. M. A. Z.

Une wilaya à fort potentiel en hydrocarbures et énergies renouvelables

bilité que connaît l'Algérie, aujourd'hui, a influé positivement sur son développement politique et

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé que la politique de l'Etat algérien "repose essentiellement sur le principe de non-ingérence dans les affaires des autres Etats, y compris des pays voisins". "La politique et la doctrine de l'Etat algérien font qu'il ne s'ingère pas dans les affaires des pays voisins sauf si ces derniers sollicitent son aide dans leur intérêt", a affirmé M. Sellal lors d'une rencontre avec les représentants de la société civile, au terme de sa visite à Adrar. L'Algérie "ne ménage aucun effort pour préserver sa sécurité nationale", a indiqué d'autre part le Premier mi-

L'Algérie ne s'ingère pas dans les affaires des pays voisins

socio-économique, une vérité reconnue par tous les pays". "Je peux vous affirmer, aujourd'hui, que l'Algérie se

porte bien et se développe à tous les niveaux, et c'est une vérité reconnue par tous les pays", a souligné M. Sellal. "La stabilité que le pays connaît aujourd'hui a grandement favorisé son développement politique et socio-économique", a-t-il ajouté, précisant que cette stabilité nous permettra de préserver l'Algérie et l'économie nationale en particulier. Après avoir exprimé sa conviction que le pays "passera à un niveau supérieur", le Premier ministre a indiqué que de nombreux pays nous ont demandé de faire de l'Algérie la force agissante dans la région. L'Algérie "œuvre, aujourd'hui, à consolider l'Etat et la République dans tous les domaines" pour ne pas retomber dans les mêmes problèmes rencontrés par le passé.

nistre, ajoutant que "l'Armée et les services de sécurité demeurent mobilisés pour contrer toute tentative de porter atteinte à la sécurité" du pays. "Adrar est une wilaya qui a des frontières avec des pays qui connaissent des problèmes", a-t-il relevé. La wilaya d'Adrar "n'a connu aucun trouble ni atteinte à l'ordre public excepté les incidents mineurs enregistrés à Bordj Badji Mokhtar et qui ont été vite maîtrisés", s'est-il félicité, assurant que "l'Etat est là pour rassembler non pour diviser".

Jeudi 7 Novembre 2013

4

L

e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a inspecté hier lors de sa visite de travail d’une journée dans la wilaya d’Adrar, le projet de route reliant les communes d’Adrar et d’Aoulef, sur une distance de 150 km. Inscrit dans le cadre du programme complémentaire de soutien à la croissance de 2011, pour une enveloppe de plus de 2,7 milliards de dinars, le projet a été réparti en quatre lots attribués à une entreprise publique et deux entreprises privées de travaux publics. Les travaux du projet, qui ont démarré en avril de l’année dernière, sont à 45% d’avancement, et génèrent 250 emplois temporaires. M. Abdelmalek Sellal a insisté sur le respect des normes de qualité dans la réalisation et de l’accélération du rythme d’exécution de ce projet, au regard de l’importance de cet axe routier pour le

L’impératif respect des normes de qualité
INSPECTION DU PROJET DE ROUTE ADRAR-AOULEF

VISITE DU PREMIER MINISTRE À ADRAR

Nation

EL MOUDJAHID

L

L

e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a inspecté, le chantier de réalisation d’un pôle de santé, regroupant un hôpital gériatrique, un hôpital psychiatrique, un centre anticancéreux et un établissement public hospitalier de 240 lits. D’un montant d’investissement de 15 milliards de dinars, ce pôle, couvrant une surface de 20 hectares, est à un stade de réalisation avancé. D’une capacité de 120 lits, l’hôpital gériatrique, dont les travaux de réalisation sont à un stade avancé, renferme un bloc opératoire composé de trois salles, trois autres salles d’imagerie médicale, une autre abritant le scanner, en plus de 16 logements de fonction. Cette structure médicale sera dotée d’une station de traitement et d’épuration

Reconversion du projet d’hôpital gériatrique en hôpital mère-enfant
PÔLE DE SANTÉ DE LA WILAYA
la couverture médicales, aussi bien de la wilaya d’Adrar que des régions limitrophes. Concernant le projet de centre anticancéreux, d’une capacité de 140 lits, il a été lancé en chantier fin 2012 et devra être livré à la fin de 2015. Le projet, qui a été doté d’une enveloppe de plus de 6 milliards DA, disposera de la radiothérapie, a-t-on indiqué. Sur le site du pôle de santé, le Prede l’eau, d’un incinérateur, de générateurs électriques susceptibles de remédier aux coupures électriques, notamment en période des grandes chaleurs. M. Sellal s’est également enquis du projet de l’hôpital psychiatrique d’une capacité de 120 lits, doté d’une pharmacie et de structures nécessaires à une bonne prise en charge de ses pensionnaires, dont des douches et un salon de coiffure. Le nouvel établissement public hospitalier de 240 lits, dont les travaux de réalisation, confiés à l’entreprise algérienne Cosider, ont été lancés récemment, a bénéficié d’une enveloppe de 3 milliards de dinars. Occupant une surface de six hectares, cette structure de santé, livrable à la fin de 2014, devra contribuer à l’amélioration des prestations et de mier ministre a instruit les responsables concernés pour œuvrer à la reconversion du projet de l’hôpital gériatrique en hôpital mère-enfant, en veillant à finaliser sa réalisation dans un délai de 6 mois. M. Sellal a également appelé les responsables du secteur à travailler dans le sens de préparer la wilaya à abriter, dans le futur, un centre hospitalouniversitaire, tout en insistant sur la

désenclavement de la commune d’Aoulef et de ses ksour, et de sa connexion à la wilaya limitrophe de Tamanrasset. Le Premier ministre a,

dans le même contexte, souligné la nécessité de veiller ensuite au volet de la maintenance et de l’entretien de cette route.

e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a inspecté le pôle d’aménagement urbain dans la zone de Tillilane. Le pôle renferme un programme de 1.000 logements de type public locatif (200 de la tranche 2010 et 800 de la tranche 2011), pour un coût de plus de 2,4 milliards de dinars. Ce projet, dont le chantier a démarré en fin 2011 avec un délai de réalisation de 24 mois, a contribué à la création de 2.000 emplois directs et 400 autres indirects. Sur le site du pôle d’aménagement urbain, un exposé a été présenté à M. Sellal sur le nouveau programme de lotissements totalisant 3.000 lots de terrains à bâtir. L’aménagement de ce lotissement, pour lequel est consacrée une enveloppe de 324 millions de dinars, couvrira une superficie globale de 169,43 hectares, localisée à la sortie ouest de la ville d’Adrar. Le projet, qui générera 180 emplois permanents et 460 postes temporaires, permettra la réalisation de 3.000 logements sur des sites entièrement aménagés et viabilisés, susceptibles d’abriter une population de près de 18.000 habitants. Après avoir écouté un exposé sur la situation du secteur dans la wilaya, le Premier ministre a mis l’accent sur la nécessité de revoir la situation des équipements publics, tout en insistant sur la réalisation de ces équipements publics à l’intérieur du périmètre urbain et de veiller à la création d’espaces verts. M. Sellal a, par ailleurs, procédé, sur le même site, à l’inauguration d’un collège baptisé du nom du regretté ‘‘moudjahid Benferdjallah Kheireddine’’.

Nécessité de revoir la situation des équipements publics

PROJET D’AMÉNAGEMENT URBAIN DANS LA ZONE DE TILLILANE

Des logements de fonction pour les médecins

mise de logements de fonction, en nombre suffisant, à la disposition des praticiens spécialistes. Evoquant l’avenir de la wilaya dans le domaine énergétique, le Premier ministre a souligné le grand intérêt à accorder au volet de la santé, à travers une complémentarité entre ses établissements, la qualité de leurs prestations et leur dotation en équipements médicaux nécessaires.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a appelé, les responsables de la santé à consacrer des logements de fonction aux médecins travaillant dans les établissements hospitaliers. « Il est important désormais de consacrer plus de deux logements de fonction pour chaque service de santé dans les établissements hospitaliers », a indiqué M. Sellal en

VISITE D’UNE EXPLOITATION AGRICOLE PRIVÉE

L

e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a visité une exploitation agricole privée dans la zone de Tillilane, à Adrar. M. Sellal s’est enquis des activités de cette exploitation de 5 hectares exploitée par un jeune ayant bénéficié d’un financement de 1,2 million DA dans le cadre des dispositifs de soutien à l’emploi des jeunes. L’exploitation, qui a permis d’employer quatre jeunes, s’est spécialisée dans la phoeniciculture et l’élevage bovin. Le Premier ministre a exhorté les responsables concernés à accompagner les jeunes porteurs de projets dans le domaine agricole, et mettre à leurs dispositions les connaissances en matière de développement agricole, susceptibles de les aider à réussir leurs projets. Sur site, le Premier ministre a aussi écouté un exposé sur la situation des secteurs de l’agriculture et des ressources en eau dans la wilaya, avant de procéder à une remise symbolique de titre de concession agricole à 9 jeunes sur un ensemble 2.285 jeunes, sur une superficie agricole globale de 10.834 hectares. M. Abdelmalek Sellal a également procédé à une remise, à 6 jeunes, de financements, pour un volume de 8 millions DA, de projets montés par le biais des dispositifs de l’Agence nationale de

Sellal appelle à accompagner les jeunes porteurs de projets
soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) et de la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac). Concernant des doléances soulevées par des agriculteurs et portant notamment sur l’ouverture de pistes agricoles et la réduction de la tarification de l’énergie électrique, M. Sellal a indiqué que la question sera étudiée afin de lui trouver des solutions adéquates. Il a aussi appelé à accélérer l’achèvement du projet d’alimentation en eau potable de la commune de Cherouine (nord de la wilaya) à partir du champ de Bouguema dans la commune voisine d’Ougrout, sur 80 km, surtout qu’il ne reste à réaliser de ce projet que 20% qui concernent l’installation des équipements de pompage.

Le Premier ministre visite une briqueterie à Adrar Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a visité hier à Adrar une bri-

visite de travail dans cette wilaya avant de faire remarquer que « deux logements restent insuffisants ». « Il est impératif de garantir des logements aux médecins spécialistes qui viennent des autres wilayas », a précisé le Premier ministre insistant sur la réunion des « moyens indispensables au développement des régions du Sud ».

Inspection du projet de ferme éolienne
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a inspecté le projet de la ferme éolienne de production d’énergie d’une capacité de 10 mégawatts, première du genre à l’échelle nationale. La réalisation de cette ferme éolienne, dans la zone de Kabertène, à quelque 80 km au nord d’Adrar, a été confiée au consortium CEGELEC (Algérie-France) pour un délai de 18 mois et un coût de 13 millions

d’euros et 590 millions DA, selon les responsables locaux du secteur de l’énergie. Le projet, dont CEGELEC se charge de l’étude et la réalisation et la société Ettarkib (filiale du groupe Sonelgaz) de la partie génie-civil, est implanté sur une surface de 50 hectares et comprend une douzaine d’éoliennes déjà installées, a-t-on fait savoir. Le projet, qui génèrera de nombreux emplois, est respectueux de l’environnement, de par sa production d’une énergie propre, et entre dans le cadre de la stratégie de développement des énergies renouvelables. Le choix de la région de Kabertène, relevant territorialement de la commune de Tsabit, a été fait suite à une étude cartographique sur les grandes régions de vent en Algérie, et à l’issue de laquelle les régions de Tindouf et d’Adrar ont été définies, selon une présentation du projet dont la production ira à la consommation domestique une fois connecté au réseau d’électricité de la wilaya d’Adrar. Sur site, une présentation a été faite au Premier ministre sur le projet en question, ainsi que sur les programmes d’électrification et d’extension du réseau de gaz naturel dont a bénéficié la wilaya, ainsi que sur les taux de couverture de cette dernière.

queterie au niveau de la zone d’activités de la wilaya. Cette unité de production d’une capacité de 300.000 tonnes/an, fruit d’un investissement privé, a bénéficié des avantages mis en place par l’Etat à travers le guichet unique décentralisé de l’Agence nationale de développement de l’investissement, pour une extension d’activité. Cette extension d’activité, d’un coût de 1,6 milliard DA, a été rendue nécessaire par la forte demande locale sur ce produit induite par les importants programmes d’habitat et d’équipements publics dont a bénéficié la wilaya d’Adrar. La briqueterie offrira, une fois opérationnelle, au 1er trimestre 2014, plus de 150 postes permanents et 80 temporaires, a-t-on indiqué. Le Premier ministre a écouté une présentation sur la consistance de l’extension de cette briqueterie dont il a visité certaines structures.

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a procédé, à la mise en exploitation d’un nouvel Institut national spécialisé de la formation professionnelle (INSFP). D’une capacité de 400 places pédagogique et doté d’un internat de 200 lits, cet institut qui renferme une large gamme de filières de formation, dont celles relatives à l’activité hydrocarbures, selon les besoins du marché local de l’emploi, recevra à son ouverture quelque 1.180 stagiaires. Un nombre important de stagiaires pour offrir l’opportunité d’une formation et donc d’un emploi au plus grand nombre de jeunes, notamment la gent féminine, ont indiqué les responsables locaux du secteur. L’INSFP, qui a été réalisé pour un

Mise en service d’un institut national spécialisé
FORMATION PROFESSIONNELLE

coût de 295 millions DA au quartier Tillilane, sera supervisé par 75 encadreurs, entre staff pédagogique et administratif, et offrira 200 postes temporaires. Le Premier ministre a, sur site, écouté une présentation sur la situation du secteur de la formation professionnelle, avant de présider une cérémonie symbolique de remise des clefs de trois véhicules-ateliers attribués à des jeunes promus de la formation, par le biais du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes. Le Premier ministre a saisi l’opportunité pour appeler à étendre la gamme de spécialités destinées à la femme rurale et à programmer des spécialités qui répondent aux besoins du marché local de l’emploi.

Jeudi 7 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

VISITE DU PREMIER MINISTRE À ADRAR

Nation

5

« Un site internet pour faciliter l'accès aux informations sur le service public »
MOHAMED EL-GHAZI :

Le ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme du service public, Mohamed El-Ghazi, a annoncé, à Adrar, la création prochaine d'un site internet visant à faciliter l'accès des citoyens aux informations relatives au service public. "Nous projetons de lancer, prochainement, un site internet relayé à l'ensemble des institutions de service public dans le but de faciliter l'accès des citoyens aux informations administratives concernant le service public", a indiqué le ministre dans une déclaration à l'APS, en marge de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Adrar. "Ce projet s'inscrit parmi une série de mesures prises pour améliorer la qualité du service public en Algérie", a-t-il précisé. Parmi les mesures annoncées, figure le recensement de l'ensemble des documents administratifs demandés par les services de l'État, afin d'"élaguer les moins utiles et alléger les dossiers administratifs", a-t-il ajouté. Le ministère a exhorté, par la même occasion, l'ensemble des structures de service public, à œuvrer pour l'amélioration de la qualité d'accueil des citoyens, à travers, notamment, la formation des agents administratifs préposés aux guichets. Mohamed El-Ghazi a fait savoir, par ailleurs, que des inspecteurs vont sillonner le territoire national pour faire une évaluation des prestations du service public et y apporter les "correctifs nécessaires", précisant que ces fonctionnaires seront désignés, dès la parution du décret portant organisation du ministère de la Réforme du service public.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a affirmé, hier à Adrar, qu'une commission d'enquête a été constituée pour définir les causes des cas de malaria enregistrés récemment dans plusieurs régions du pays. "Six cas de malaria ont été enregistrés en Algérie", a indiqué le ministre dans une déclaration à l'APS, en marge de la visite de travail qu'effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d'Adrar, soulignant que "l'enquête sur les causes de contagion se poursuit toujours et ses résultats seront annoncés jeudi". L'Algérie "a pu éradiquer cette maladie contagieuse, grâce aux moyens consacrés par l'État", a rappelé M.

« Mise en place d'une commission d'enquête sur les cas de malaria enregistrés récemment »
ABDELMALEK BOUDIAF :

Réalisations multiples et aspirations à plus de développement
La wilaya de Tamanrasset, qui s’apprête à accueillir aujourd’hui le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a concrétisé, ces dernières années, plusieurs projets, mais aspire à davantage de développement afin de répondre aux attentes de la population locale. Les indices de développement font état de l’achèvement, dans cette collectivité, de plus de 2.070 opérations sur les 2.851 opérations dont elle a bénéficié depuis 1991 et ayant englobé tous les secteurs d’activité. La wilaya a bénéficié d’un projet de transfert de l’eau potable de la région d’In-Salah vers la capitale de l’Ahaggar, appelé à ouvrir des horizons de développement prometteurs pour cette région dans l’extrême sud du pays. Ce mégaprojet, d’une importance économique et stratégique, doté d’une enveloppe globale de 197 milliards DA (environ 2 milliards de dollars US), a été mis en service par le Chef de l’État, M. Abdelaziz Bouteflika, en avril 2011. Concernant l’assainissement, le taux de raccordement aux canalisations des eaux usées a atteint 93%, à travers un réseau de 506 km et 29 stations de relevage, en plus de huit (8) stations de traitement réparties à travers plusieurs communes de la wilaya, ainsi que deux autres stations en phase de réalisation à In-Guezzam et In-Salah, selon la même source. Les différents projets de développement accordés à la wilaya ont permis de concrétiser plusieurs projets de routes, dénotant la détermination de la collectivité à surmonter le problème du désenclavement et permettre aux zones reculées de jouir des chances de développement local. L’agriculture constitue l’un des grands défis que la wilaya tente de relever, en offrant toutes les conditions susceptibles de promouvoir l’activité agricole dans la région. Les opérations dont a bénéficié le secteur se sont traduites, à la faveur de l’encouragement de l’investissement, par l’extension de la surface agricole de 5.900 hectares en 1999 à 11.378 ha exploités actuellement, dont 10.786 ha en irrigués, selon les données de la Direction des services agricoles (DSA). L’Ahaggar, qui recèle d’énormes atouts, reste une région touristique par excellence, aussi bien pour le tourisme national qu’international. Le secteur du tourisme et de l’artisanat s’est vu accorder, au titre de la préservation et de la promotion des potentialités touristiques locales, une série d’installations susceptibles de redorer l’image touristique de la région. Le secteur de l’habitat de la wilaya de Tamanrasset a attribué, cette année, à leurs bénéficiaires, plus de 700 logements publics locatifs, et entend procéder au lancement, avant la fin de l’année en cours, d’un programme de 5.400 unités de même type, selon l’OPGI. Le parc immobilier de Tamanrasset sera quant à lui étoffé en 2014, grâce à la réalisation de deux programmes quinquennaux de développement (2009-2014), à savoir la construction de 55.534 logements devant contribuer à la réduction du taux d’occupation du logement, en le ramenant de six personnes par unité en 1999 à 4,2 occupants par logement actuellement. Le secteur de la jeunesse et des sports, pour sa part, a été doté, ces dernières années, de nouvelles structures, en plus de 12 autres en perspective, consistant notamment en la réalisation, à In-Guezzam et In-Ghar, de deux auberges de jeunes, d’une capacité globale de 100 lits, d’une piscine semi- olympique à Tamanrasset et d’une autre à In-Salah, en plus de la réalisation et d’un stade communal revêtu d’une pelouse synthétique à Tamanrasset. De nouvelles structures de santé sont projetées à travers la wilaya pour améliorer la couverture sanitaire dans la région et renforcer les structures existantes, portant actuellement sur deux hôpitaux à Tamanrasset et In-Salah, 19 polycliniques et 63 salles de soins. Parmi les structures projetées, un centre psychiatrique de 120 lits au quartier Taberkat, au chef-lieu de wilaya, d’un coût de 760 millions DA et dont les travaux sont à 20% d’avancement, une polyclinique à In-Salah d’un coût de 140 millions DA, en plus de l’équipement d’un service de gynécologie obstétrique. Le secteur a élargi dernièrement l’encadrement médical dans cette wilaya par un renfort de 21 praticiens spécialistes, qui porte à 70 leur nombre total dans une vingtaine de spécialités.

M. SELLAL AUJOURD’HUI À TAMANRASSET

Boudiaf, soulignant qu'il est difficile "de maîtriser cette maladie quand elle provient d'un autre pays". Les services épidémiologiques "sont appelés actuellement à redoubler d'efforts en

matière de prévention contre ce type de maladies", a-t-il dit. Les personnes atteintes "déclarent souvent qu'elles rentrent d'un autre pays", a précisé M. Boudiaf.

« Les prochaines promotions de médecins spécialistes seront affectées dans les wilayas du Sud »
cette wilaya. "Par conséquent, nous avons adopté une méthode de travail qui consiste à orienter les médecins spécialistes vers les établissements sanitaires des régions du Sud à l'effet d'améliorer la prise en charge médicale des populations", a-t-il ajouté. M. Boudiaf a, dans ce cadre, fait savoir que sur instruction du Premier ministre, des logements d'astreinte seront mis à la disposition de ces médecins pluridisciplinaires, concernés par l'affectation, et dont "sont exclus les cas comme celui des femmes ayant des enfants en bas âge".

« Réflexion sur la faisabilité de lancer des avions-taxis »
AMAR GHOUL :

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a également déclaré que les prochaines promotions de médecins spécialistes seront affectées aux wilayas du sud du pays dans le cadre du service civil. "Nous avons constaté que le problème du manque de médecins spécialistes ne se pose plus dans les régions nord du pays. Par contre, il se pose avec acuité dans celles du sud", a indiqué à l'APS, le ministre de la Santé, en marge de la visite de travail du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans

Une réflexion "approfondie" est menée sur la faisabilité de lancer des avions-taxis, dans le but de renforcer le transport aérien, notamment dans les Hauts Plateaux et le sud du pays, a indiqué, hier à Adrar, le ministre des Transports, Amar Ghoul. "Nous réfléchissons profondément sur la faisabilité de lancer l'avion-taxi en Algérie", a affirmé M. Ghoul dans une déclaration à l'APS, en marge de la visite de travail qu'effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d'Adrar. Il a précisé que "le dossier relatif à cette question a été ouvert et sera discuté lors des assises de l'aviation civile prévues prochainement". Selon le ministre, "le lancement des avions taxis, qui seront dotés de 8 à 12 places, permettra d'encourager l'activité économique dans les régions intérieures du pays et d'effectuer des évacuations sanitaires". Il a ajouté que le marché des avions taxis "sera ouvert aux investisseurs publics et privés". Par ailleurs, M. Ghoul a relevé les efforts de son département de lancer de nouvelles destinations vers "le Canada, l'Autriche, l'Espagne et la Turquie", ajoutant qu'il cible également le marché asiatique. Il a indiqué, en outre, que son département "travaille à renforcer la part des marchés des compagnies nationales Air Algérie et Tassili Airlines".

Le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l'investissement, Amara Benyounes, a annoncé, hier à Adrar, la redynamisation du comité "Doing Business in Algeria" visant à augmenter l'attractivité de l'Algérie en matière d'investissements directs étrangers (IDE). "Le comite Doing Business in Algeria a été redynamisé il y une dizaine de jours, car il constitue une référence pour le classement du climat d'affaires en Algérie au niveau international", a déclaré à l'APS M. Benyounes, en marge de la visite de travail qu'effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d'Adrar. Selon le ministre, la redynamisation de ce comité "permettra de faire gagner à l'Algérie quelques places dans les classements internationaux d'ici une année". Relevant que le climat

« Redynamisation du comité Doing Business in Algeria »
AMARA BENYOUNES :

des affaires en Algérie "reste très attractif", il a fait savoir que plusieurs projets de partenariat avec des firmes étrangères sont "en cours de négociations". À une question sur l'avancement du projet de fabrication de voitures

Renault, il a précisé que les travaux de construction de l'usine ont démarré "depuis plus d'un mois", affirmant que les "premières voitures sortiront sur le marché vers novembre ou décembre 2014".

Jeudi 7 Novembre 2013

6

B

onne nouvelle pour les enseignants des cycles primaire et moyen, diplômés de l’Institut technologique de l’éducation et occupant, selon le statut de l’enseignant, des «postes en voie de disparition». En effet, le ministère de l’Éducation nationale vient de prendre des dispositions au profit de ses anciens maîtres d’école qui ont, pour leur majorité, opté pour une carrière dans l’enseignement primaire, dans les années 1970, avec un niveau scolaire de terminale, voire de la quatrième année moyenne. Ces enseignants en fin de carrière, armés d’une longue expérience, mais lésés et classés à la catégorie 10, ne demandaient qu’un simple geste de reconnaissance de la part de leur tutelle passeront à la catégorie 11 (pour les enseignants du primaire) et la catégorie 12 (pour les enseignants du moyen), et ce après une formation de courte durée programmée durant les vacances de 15 jours. Ce recyclage qui touchera environ 60.000 encadreurs sera sanctionné par une attestation de succès équivalente au diplôme de licence. En prévision du lancement de cette formation, le ministère de l’Éducation nationale a saisi les 51 directions de l’éducation afin de procéder à un recensement au nombre global d’instituteurs du cycle primaire, d’enseignants du cycle moyen, des enseignants des matières de dessin, de musique et de l’éducation physique et sportive. Assurée par des enseignants spécialisés dans divers

Formation de courte durée pour les enseignants du primaire et du moyen relevant des postes «en voie de disparition».

60.000 enseignants bénéficieront d’un diplôme supérieur
ÉDUCATION NATIONALE

Nation

EL MOUDJAHID

CORPS COMMUNS DE LA SANTÉ PUBLIQUE

L

a coordination nationale des corps communs de la santé publique sera érigée en syndicat national afin de pouvoir siéger et participer au congrès de la Fédération nationale des travailleurs de la santé, affiliée à l’UGTA, et qui se tiendra dans quelques semaines, a-t-on appris hier à Alger auprès de représentants des sections syndicales des corps communs du secteur. La coordination nationale des corps communs de la santé, qui a célébré ses deux années d’existence, sera promue syndicat national, a annoncé son coordinateur national, Betraoui Mounir, lors d’une rencontre avec les représentants des 48 wilayas, tenue à la maison du Peuple à Alger. «Nous allons travailler d’arrache-pied pour arriver à la mise en place du syndicat national des corps communs. C’est le grand chantier qui nous attend les jours à venir», a indiqué le coordinateur, sans toutefois préciser une échéance. M. Betraoui a affirmé que «des discussions ont déjà été entamées avec la centrale syndicale, et la coordination a obtenu des garanties de la part du secrétaire général de l’UGTA (Ab-

La coordination sera promue syndicat national

modules pendant les vacances d’hiver et du printemps, les samedis, ainsi que les mardis après-midi, cette formation complémentaire leur permet des promotions en fin de carrière. Durant les journées pédagogiques, l’Université de formation continue (UFC) leur assure également des formations et des stages en se focalisant essentiellement sur l’aspect théorique. En outre, ces enseignants peuvent recevoir une formation à distance à l’aide des tablettes numériques en imprimant leurs leçons, tandis que le ministère de l’Éducation leur garantit une formation pratique au niveau des établissements scolaires, sanctionnée par des examens et un mémoire de fin de formation à préparer à la l’issue de

leur stage où ils bénéficieront d’une attestation qui leur sera remise, grâce à laquelle les instituteurs du primaire se verront classés à la catégorie 11 au lieu de la catégorie 10, tandis que les

À l’horizon 2015, la formation à distance assurera la formation de 214.000 enseignants non titulaires d’une licence. Elle entre dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif et la mise en place d’un système de formation et de perfectionnement de l’encadrement pédagogique et administratif. Selon les responsables de la tutelle, le secteur veut atteindre un niveau de réussite de 90% en la matière. Ce niveau de l’encadrement au niveau du primaire et du moyen passera à 90% de licenciés en 2015.

5 milliards de dinars au profit de la formation des enseignants

enseignants du moyen seront promus à la catégorie 12 au lieu de la catégorie 11.  Cette procédure leur ouvre le droit de passage des grades de base aux grades supérieurs (principal et

formateur) créés par le nouveau statut particulier. Ils auront ainsi la possibilité d’être promus au poste de professeur formateur et professeur principal, tels que le stipulent les textes de loi régissant la profession du corps enseignant. Ainsi, le décret ministériel n°12240, qui a complètement chamboulé l’intégration des enseignants, ayant cumulé une expérience dans les nouvelles classifications et celle des professeurs «intégrés» comme professeurs encadreurs, est enfin rectifié. L’enseignant du primaire ou du moyen, diplômé de l’Institut technologique de l’éducation, aura enfin le droit de participer au concours de promotion au poste de directeur d’établissement scolaire suite à son expérience, ses compétences et sa formation. Il aura enfin les mêmes droits que les nouvelles recrues du système éducatif. S. SOFI

CONFÉRENCE SUR LES ACCIDENTS DE LA ROUTE À L’UGCAA

Les enseignants relevant du cycle primaire sont encadrés par les 8 IFPM implantés à travers le territoire national. Par contre, ceux du moyen sont encadrés par les ENS et les universités de la formation continue. Le gouvernement a alloué une somme de 5 milliards de dinars au profit de la formation d’une manière générale et dont 2,4 milliards de dinars sont inscrits à l’indicatif du ministère de l’Enseignement supérieur pour le compte du ministère de l’Éducation nationale, pour la formation des enseignants du cycle moyen. S. S.

delmadjid Sidi Saïd), ndlr». «L’important dans cette entreprise n’est pas l’aspect administratif, mais la mobilisation des travailleurs de la santé», a-t-il souligné à l’APS, en marge de la rencontre. À l’occasion de cette rencontre-bilan et perspectives, la coordination de la santé a réitéré ses revendications, notamment celles relatives à l’intégration des 24.500 contractuels et la prime de contagion. Il s’agit des points qui seront débattus lors d’une prochaine rencontre avec le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, pour «un règlement définitif», d’autant, a poursuivi le coordinateur, que «le nouveau ministre a affiché une volonté réelle et une disponibilité à nous écouter». Par ailleurs, la coordination a tenu, à la fin de la rencontre, à dénoncer «la violation du consulat d’Algérie à Rabat et l’arrachage de l’emblème national». «Nous sommes prêts à faire face à tout acte attentatoire à notre souveraineté nationale», a noté le représentant de la coordination de la région Est, M. Guerfi Rachid. APS

L

CHU MILITAIRE SPÉCIALISÉ À STAOUÉLI
La Direction centrale des services de la santé militaire du ministère de la Défense nationale a organisé, hier, les premiers ateliers sur la radiographie et l’anesthésie locale. Cette rencontre a été tenue au CHU militaire spécialisé à Staouéli (ouest d’Alger), sous le parrainage du directeur central des services de la santé militaire, le général major Abdelkader Bendjelloul, en présence du directeur général de l’Hôpital central de l’armée, le général major, Souid Mohamed El-Bachir, et le directeur général du CHU militaire spécialisé, le général Bilal Nouredine. Ont également pris part à ce rendez-vous scientifique, des cadres de la direction des services de la santé militaire du ministère de la Défense nationale et des spécialistes en radiographie et en réanimation pratiquant dans des établissements hospitaliers nationaux et étrangers. Les intervenants ont souligné, lors de cette première journée, la nécessité de s’intéresser au développement des techniques de réanimation, d’anesthésie et de radiographie au regard de la hausse du nombre des interventions chirurgicales dans certaines spécialités. Une exposition des différents appareils et matériels de réanimation et d’anesthésie modernes est prévue. Les participants aborderont d’autres thèmes, dont l’anesthésie locale par imagerie ultrasonore et son utilisation dans la douleur chronique et la douleur post-chirurgicale, notamment, et plus tard dans la perfusion intraveineuse.

Ateliers sur la radiographie et l’anesthésie locale

es intervenants qui ont pris part, hier, à une conférence sur les accidents de la routes ont mis l’accent sur l’importance de prodiguer une formation spécialisée au profit des chauffeurs des transports publics, et notamment ceux des bus. Organisée par l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), au siège de cette dernière, à Alger, cette réunion a été une occasion pour dénoncer les comportements inappropriés de certains chauffeurs qui provoquent des accidents de la route particulièrement graves. Dans son intervention, M. Hichem Neche, président du bureau circulation a la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), a cité les principales causes qui provoquent des accidents de la route les plus fréquents. Évoquant, entre autres, des facteurs aggravants tels que l’excès de vitesse, le non-respect de la signalisation, ainsi que l’utilisation du téléphone au volant, le représentant de la DGSN a précisé que le facteur humain vient en tête des facteurs responsables de 97% de cas des accidents de la route. Il a, dans ce contexte, lancé un appel pour plus de sensibilisation à l’adresse des automobilistes, dont une grande partie fait preuve d’inconscience sur la route. M. Neche a indiqué que malgré le durcissement, ces dernières années, des dispositions du code de la route, infligeant des mesures coercitives contre les usagers contrevenants, tels que le retrait de permis et la revue à la hausse des amendes contre les fautifs, l’Algérie ne cesse d’enregistrer des cas

Les professionnels appellent à une formation spécialisée des chauffeurs de bus 

d’accidents graves et de plus en plus impardonnables (beaucoup plus de décès et de blessés qui s’en sortent avec de lourds handicaps). Pour sa part, le représentant des transporteurs a rappelé que les chauffeurs de bus ne bénéficient pas d’une formation spécialisée pour le transport public. À ce sujet, le porte-parole de l’UGCAA, M. Hadj Tahar Boulenouar, a lancé un appel aux propriétaires de bus pour que les transporteurs ajoutent un document attestant de la formation des chauffeurs pour la conduite d’un bus. Côté chiffres, le représentant de la DGSN a fait savoir que 450 chauffeurs de taxi ont été impliqués dans des accidents de la route en zone urbaine en 2012, et 585 chauffeurs du transport public et de marchandises ont été à l’origine de carambolages. Il a également énuméré quelque 17.170 accidents qui ont été enregistrés en 2012 en milieu urbain et en zone urbaine, ayant fait 20.066 blessés et 710 morts. Toujours selon les statistiques, et durant les neufs premiers mois de l’année en cours, le nombre d’accidents a atteint 13.259. Il y a eu 15.653 blessés et 594 personnes décédées. Qualifiant la situation d’alarmante, le spécialiste recommande la conjugaison des efforts en matière de sensibilisation, notamment avec les représentants du mouvement associatif, en vue de diminuer le nombre d’accidents et donc de victimes. Kamélia H.

Jeudi 7 Novembre 2013

Des peines allant de 3 à 7 ans de prison ferme ont été prononcées hier par le pôle judiciaire spécialisé du tribunal de Sidi M’hamed (Alger) contre 21 individus reconnus coupables de contrebande de carburants en 2012 portant préjudice à l’entreprise Naftal. Les inculpés font partie d’un groupe de 26 individus, dont 5 ont été acquittés par le pôle judiciaire spécialisé en affaires de corruption. Le chef de la sécurité interne de la station Caroubier

Des peines de 3 à 7 ans de prison contre 21 inculpés

AFFAIRE NAFTAL

(Alger) de l’entreprise Naftal, principal accusé dans cette affaire, s’est vu infliger une peine de 7 ans de prison ferme, alors que les 20 autres accusés ont écopé de peines allant de 3 à 6 ans de prison ferme. Les mis en cause, dont la plupart sont des employés de l’entreprise Naftal, ont été reconnus coupables de détournement de deniers publics et d’abus de fonction.

EL MOUDJAHID

Les nouvelles facilitations au profit de l’investissement, comprises dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2014, qui sera soumis au vote de l’APN mardi prochain, profiteront surtout aux investisseurs privés, a assuré, hier, le ministre des Finances, Karim Djoudi.

Les facilitations à l’investissement profitent surtout aux entreprises privées
M. DJOUDI REVIENT SUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2014

Nation

7

L

e projet prévoit une hausse de 16% des dépenses d’équipement et "offre ainsi un plan de charges important aux entreprises privées", a déclaré le ministre à la Radio nationale. L’impact de la suppression du plafonnement de l’exonération fiscale pour la réalisation des investissements ou l’annulation du passage obligatoire par le Conseil national d’investissement (CNI ) concernant les investissements supérieurs à 500 millions de DA et inférieurs à 1,5 milliard de DA, sera "ressenti dans l’immédiat", a promis M. Djoudi. Les mesures du PLF 2014 s’articulent en outre sur des facilitations au profit des transactions, l’encouragement de l’implantation d’agences bancaires à travers le territoire national, la préservation du pouvoir d’achat du citoyen et l’encouragement de l’investissement à travers notamment la réduction de la pression fiscale, a-t-il rappelé. La pression fiscale est déjà « très faible » en Algérie qui consacre annuellement plus de 500 milliards de DA pour des exonérations fiscales, a-t-il fait remarqué, écartant toute réduction des taux de l’IBS (impôt sur les bénéfices des sociétés) ou de celui de la TAP (taxe sur l’activité professionnelle) dans le futur. Le ministre a considéré que la suppression de la TAP, qui rapporte 300 milliards de DA/an aux communes, apporterait "un coup dur" à leurs trésoreries, évoquant une réflexion en cours pour "remonter un autre impôt qui arrange les entreprises sans priver les communes de leurs ressources". L’Etat continuera à soutenir les produits de base Reconnaissant que la baisse constatée du volume des exportations d’hydrocarbures, accompagnée d’une chute des prix du pétrole, allaient engendrer une baisse des recettes de l’Etat, M. Djoudi a assuré que le soutien étatique des produits de première nécessité sera maintenu. "Nous allons continuer à soutenir (...) mais il est évident que l’Etat sera appelé, dans le temps, à revoir sa politique de soutien tout en essayant de conserver le pouvoir d’achat des citoyens ", a-t-il avancé. Interrogé sur la question de la dépréciation du dinar, M. Djoudi a souligné

En prévision de sa présentation au débat général, en séances plénières, la commission des affaires administratives, juridiques et des libertés de l’APN reprendra, dimanche 10 novembre, ses séances de travail, consacrées à la poursuite de l’examen du projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance n°66156 portant code pénal. L’examen par les membres de la commission spéciale du projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance du 8 juin 1966 portant code pénal, endossé lors du dernier conseil des ministres vise en réalité à mettre la législation nationale en conformité avec les engagements internationaux auxquels l’Algérie a souscrit dans le domaine de la lutte contre le phénomène de la criminalité qui affecte les enfants et la protection des droits des personnes en adaptant les dispositifs actuels de prévention de cette criminalité. L’examen du texte de loi qui a été présenté devant les membres de la commission des affaires administratives juridiques et des libertés de l’Assemblée, mardi 22 octobre, par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, se poursuit au niveau de la commission avec les auditions des responsables du secteur de la justice et des juristes pour mieux cerner les dispositifs du projet modifiant et complétant l’ordonnance portant code pénal. Dans son exposé des motifs de l’amendement du code pénal, le ministre de la Justice

Reprise dimanche de l’examen du projet de loi amendant le code pénal
COMMISSION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, JURIDIQUES ET DES LIBERTÉS DE L’APN
a indiqué que le projet de loi s’inscrit dans le cadre d’une adaptation de la législation nationale aux conventions internationales, notamment celles liées à la lutte antiterroriste et contre les formes de criminalité ayant pour cible les enfants. Il a précisé que les amendements introduits portent sur quatre axes, citant la protection pénale des mineurs, le renforcement des dispositions relatives à la lutte antiterroriste, la criminalisation de la discrimination et le durcissement des peines. Autrement dit, le texte de loi propose de définir à dix ans l’âge minimal pour l’établissement de la responsabilité pénale tout en garantissant aux enfants âgés entre 10 et 13 ans de bénéficier des mesures de rééducation. Une autre disposition introduite concerne la criminalisation de la traite d’enfants, l’enlèvement et l’exploitation de mineurs dans la mendicité et la prostitution et le durcissement des peines prévues à cet effet. Il est en outre proposé l’amendement de l’article 87 bis du code pénal en citant les actes terroristes et la consolidation de la lutte contre toutes les formes de discrimination ainsi que la révision de l’article 5 relatif à la durée de détention préventive. Les séances d’audition des responsables et organisations du secteur de la justice se sont poursuivies au niveau de la commission qui a reçu à la fin du mois écoulé, successivement, le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH), M. Ksentini, le président du Syndicat national des magistrats (SNM), M. Djamel Aidouni, l’ancien et le nouveau directeur général du Centre de recherches juridiques et judiciaires, ainsi qu’une représentante du président de l’Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA). Protection pénale des mineurs et renforcement de la lutte antiterroriste En effet, l’Algérie œuvre depuis des années à assurer la protection de cette frange de la société dans les domaines, éducatif, social et même juridique, à travers la promulgation de textes de loi garantissant leur protection. Dans ce sens, l’amendement du code pénal dans sa nouvelle composition juridique et législative portant protection de l’enfance qui sera soumis à la session actuelle du Parlement, propose la création d’un poste de délégué national chargé de la protection des enfants, notamment ceux exposés à des dangers ou se trouvant dans des situations sociales critiques. Le projet de loi propose la création d’une instance nationale présidée par un délégué national chargé de la protection des enfants, lequel défendra les droits des enfants en danger dans le cadre de la protection sociale ou de l’accompagnement judiciaire de cette

d'emblée que la situation "s’est légèrement inversée" au cours des 10 derniers jours puisque le taux de change euro/dinar est passé de 113 à 109, avec une légère appréciation du dinar par rapport au dollar. Il a ensuite expliqué que la dépréciation n’était pas liée à l’inflation, qui est en revanche en train de décroître, ni à la masse monétaire mais plutôt à "la liquidité du marché résultant de la demande d’achat ou de vente de devises consécutive à des opérations d’importation". Sur le recours de l’Algérie à user de son droit de préemption sur l’usine de pneumatiques Michelin à Alger, après que le propriétaire eut décidé de la fermer suite à des difficultés à l’international, M. Djoudi a souligné que cette démarche visait seulement à récupérer le foncier sur lequel l’usine était installée. "L’activité de Michelin à Alger a disparu avec la fermeture de son usine, l’Algérie exerce son droit de préemption fondamentalement pour récupérer le foncier, maintenant

il peut y avoir des investisseurs dans la pneumatique qui souhaiteraient y investir et ils seront bien accueillis ", a-t-il assuré. Selon le ministre, l’exercice du droit de préemption, instauré par la loi de finances complémentaire en 2009 ne signifie pas la nationalisation, mais "reprendre un actif et de le remettre sur le marché".

Dossier Djezzy : quelques questions encore à régler Cette opération vient s’ajouter au dossier de l'opérateur de téléphonie mobile Djezzy sur lequel l’Etat a aussi fait valoir son droit de préemption. "C’est un long dossier sur lequel nous continuons de négocier quasi quotidiennement. Il ne manque que 2 ou 3 questions à régler sur le volet financier (...) nous souhaitons que ça (l’accord) se fasse rapidement ", a-t-il fait savoir. Evoquant, par ailleurs, les réserves de change de l’Algérie, estimées à près de 200 milliards de dollars, il a encore précisé que seuls 6% de ces réserves sont placées auprès des banques commerciales, multilatérales ou centrales à l’étranger. Le ministre a réfuté toute frilosité de la part des banques à financer les investisseurs, citant pour preuve le taux de croissance des crédits à l'économie qui a atteint les 17% durant le premier semestre 2013. Selon M. Djoudi, le retour du crédit à la consommation pour la production nationale, exigé avec insistance par les partenaires économiques et sociaux est conditionné par la mise en place de la centrale des risques. "Il faudrait attendre que la Banque d’Algérie mette en fonctionnement sa centrale des risques pour éviter que des ménages se trouvent dans une situation de surendettement", a-t-il dit. Pour ce qui est de l’autorisation d’importation, proposée par la Centrale syndicale, il a enfin expliqué que les accords internationaux qui lient l’Algérie aux autres pays du monde interdisaient le recours à ce genre d’autorisations.

La commission des finances examine 27 amendements proposés
La commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) s'est réunie hier, sous la présidence de Khalil Mahi, son président, pour examiner 27 amendements proposés au projet de loi de finances 2014, a indiqué un communiqué de l'APN. Le bureau de l'APN a soumis les amendements remplissant les conditions juridiques à la commission ad hoc lors de sa réunion tenue jeudi dernier, a ajouté la même source. La réunion s'est déroulée en présence du ministre des Finances, Karim Djoudi, et du ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud Khedri, a conclu le communiqué.

frange de la société. Il s’agit, notamment, des enfants de la rue, des enfants victimes de violences ou encore ceux exploités à des fins de mendicité. Le projet de loi définit les missions du délégué national, notamment en matière de protection et de promotion des droits de l’enfant, à travers la mise en place de programmes nationaux, en coordination avec différentes administrations et institutions publiques et toutes les parties concernées. Le délégué national sera également chargé de mener des actions de sensibilisation, en matière de protection de l’enfance, d’encourager la recherche dans ce domaine et d’élaborer des rapports sur la situation des droits de l’enfant. Aussi, le texte de loi, qui sera voté lors de l’actuelle session du parlement, prévoit une protection judiciaire aux enfants délinquants, en proposant des mesures juridiques souples tout au long de la poursuite judiciaire et en garantissant à l’enfant délinquant le droit de donner son avis. En vertu de ce texte, l’instruction et l’examen des affaires impliquant des enfants délinquants relèveront de la compétence du juge des mineurs. Le texte prévoit, par ailleurs, l’élargissement de la compétence de la section des mineurs à tous les crimes et délits commis par l’enfant. Houria Akram

Jeudi 7 Novembre 2013

8

Appui au développement de la bourse d’Alger
L
a liste des nouveaux opérateurs économiques et organismes publics éligibles pour une entrée en bourse, avalisée par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), est composée de l’opérateur de la téléphonie mobile, en l’occurrence Mobilis, de Cosider-Carrière, le CPA, la CAAR et trois cimenteries relevant du groupe GICA. Le président de la commission d’organisation et de surveillance des opérations en Bourse (Cosob), M. Abdelhakim Berrah qui a fait cette annonce, hier, lors d’une cérémonie de signature du protocole d’accord de coopération avec Paris Europlace organisée à la résidence «El Mithak», a qualifié l’initiative «de signal fort de la part des pouvoirs publics pour dynamiser l’économie et diversifier les ressources financières» destinées à l’économie algérienne. Il indiquera, pour la circonstance que, l’entreprise privée «Avenir Décoration» s’apprête également à rejoindre le lot. M. Berrah a également fait savoir que la COSOB vient d’agréer Société générale en tant qu’intermédiaire en opérations de Bourse (IOB) ainsi que deux promoteurs en bourse. Présidée par le chef de cabinet du ministère des Finances, M. Zaïdi, cette cérémonie qui devra ouvrir la voie à une coopération accrue entre les deux institutions a regroupé différents acteurs du marché financier algérien, notamment les

LA COSOB SIGNE UN PROTOCOLE D’ACCORD DE COOPÉRATION AVEC PARIS EUROPLACE
Mobilis, Cosider-Carrière, le CPA, la CAAR et trois cimenteries relevant du groupe GICA sont retenus par le CPE pour une entrée en bourse

Economie

EL MOUDJAHID

banques ainsi que de représentants du patronat. Le représentant du ministre des finances a d’emblée rappelé que «le processus de dynamisation du marché financier est un objectif assigné à son importante composante» qui est la Bourse. A ce propos, il a mis en avant les actions entreprises par les pouvoirs publics qui «ont permis la mise en place du socle réglementaire» nécessaire au

L

RENCONTRE SUR LE SYSTÈME NORMATIF

a normalisation. Voila un aspect économique qui mérite d’être sérieusement pris en charge par les entreprises algériennes si elles veulent améliorer la productivité et accroitre la croissance. Considérée par les spécialistes comme étant un outil de développement «inestimable» et un instrument «clé» de promotion de l’innovation, la normalisation est malheureusement négligée dans notre pays pendant que sous d’autres cieux, elle est érigée en un véritable choix stratégique. Un gage de sécurité pour les entreprises. «Nous sommes devant deux choix. Soit on crée la norme, soit on la subit. Malheureusement, en Algérie, on la subit», a résumé la Directrice générale de l’Institut algérien de normalisation lors d’une ren-

Le phénomène de la contrefaçon est mondial et l’Algérie n’échappe pas à la règle. Le problème est là et le consommateur algérien n’a aucun moyen de faire la différence entre un produit d’origine et un produit contrefait, payé au prix du vrai et qui parfois peut lui coûter la vie. «C’est dans la perspective de lutter contre ce phénomène qu’un colloque sera organisé les 25 et 26 novembre à l’hôtel Mercure», a déclaré hier, M. Hocine Saibi, conseiller auprès de World Trade Center Algeria (WTCA). Intervenant lors d’une conférence de presse, organisée hier, au siège de WTCA, M. Saibi a affirmé que «la contrefaçon en Algérie est devenue en quelques années un phénomène ravageur. Les produits contrefaits sont légion sur le marché, ceci d’autant que tous les domaines ou presque sont touchés», a-t-il ajouté. Selon le conférencier «la contrefaçon favorise et conforte les réseaux de transactions informelles et frauduleuses». Aussi, «Outre les préoccupations d’ordre économiques et

Colloque international sur la contrefaçon
sociales que cela peut susciter, ce phénomène induit aussi pour l’Etat de lourds manques à gagner en matière de revenus fiscaux», a-t-il dit. Devant l’ampleur que revêt ce fléau mondial auquel est également confrontée l’Algérie et à l’effet d’«en cerner les actuelles implications et futurs développements pour notre économie et de sensibiliser encore plus l’environnement économique et social», a souligné M. Saibi. En attendant un plan national de lutte contre ce phénomène, les opérateurs, parfois à titre individuel parfois en groupes, organisent des journées d’information pour prévenir des dangers dont pourraient être à l’origine certains produits contrefaits populairement appelés produits «taiwan» ou «chinois». Estimant que la contrefaçon est un «crime» contre notre économie, M. Saibi a indiqué que les pertes estimées ont engendrés plus de 200.000 postes de travail dont 100.000 emplois en Europe. Et ce n’est pas tout, puisque «5.5 milliards de dollars de

LES 25 ET 26 NOVEMBRE

contre sur le système normatif, organisée hier à Alger, par le Forum des chefs d’entreprise (FCE). Mme Ratiba Chibani s’est attardée sur les rôles et les missions de l’IANOR, elle a confié à cette occasion que son organisme a adopté depuis sa création, en 1998, plus de 7.000 normes et certifié une trentaine de produits à la norme «Tedj» dont le robinet d’arrêt de la société BCR est le premier de la liste à connaître une telle performance. En France par exemple, ce sont pas moins de 400.000 normes qui ont été adoptées. «En Algérie, nous examinons en moyenne 750 normes par an et à ce jour, l’IANOR a examiné quelque 10.000 normes nationales», a-telle ajouté, énumérant au passage les avantages tirés par les entreprises qui accordent un intérêt

Un visa pour l’exportation

fonctionnement et à la supervision du marché financier tout en soulignant le rôle du secteur privé qui reste «le pourvoyeur naturel» de ce dernier. La Cosob, a-t-il poursuivi, a été chargée, dans le cadre du projet de réforme de la bourse d’Alger, d’entreprendre des actions pour identifier les entreprises, publiques, notamment, éligibles à la bourse». Leur entrée en bourse, devrait concourir à «renforcer leurs

fonds propres, améliorer leur gouvernance, et enclencher une dynamique forte de croissance». Aussi, a ajouté M. Zaïdi, «le développement du marché financier assure un essor du marché des valeurs mobilières et encourage un recours à l’épargne publique» de même «qu’il contribue à moderniser le système des procédures et du cadre légal». La démarche engagée devra être maintenue à la fa-

veur de la convention signée avec les Français puisqu’il s’agira de poursuivre la mise à niveau, de mettre en œuvre une organisation adaptée et de mobiliser les ressources nécessaires pour faire bénéficier le marché financier algérien de l’expérience française en matière de formation, entre autres, a souligné l’intervenant. M. Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace, a pour sa part souligné «la croissance importante » de l’économie algérienne, son potentiel jeunesse et le «défi à construire une économie compétitive ouverte sur les entreprises étrangères ». Paris Europlace qui déjà signé des conventions avec la Chine, Shanghai, le Qatar et la Russie, entend s’investir dans cette coopération en apportant son soutien dans le domaine de la recherche en particulier. Aussi, les axes du partenariat envisagé porte sur quatre thèmes, devait-il préciser, à savoir, le soutien au projet d’Alger dans le développement et l’organisation de sa place financière, l’accompagnement du développement de la Bourse d’Alger, le développement des échanges entre les PME/PMI et le développement des échanges dans les domaines de la formation et la recherche, entre les universités particulièrement. Un comité mixte sera mis en place pour suivre la mise en œuvre des actions à entreprendre, a déclaré M. Bresson. D. Akila

Ph : Nacéra

particulier à la norme. «C’est un atout important pour leur développement. Elle leur permet d’abord l’accès aux marchés internationaux, améliore grandement la qualité des produits et des services ainsi que la compétitivité et rassure enfin aussi bien les clients de l’entreprise que les consommateurs», a indiqué à ce propos la DG de l’Institut algérien de normalisation qui soulignera que la norme facilite les transactions, rationalise la production, assure le transfert du savoir-faire et contribue aux choix stratégiques des entreprises. «Cependant, c’est une application volontaire, c’est-à-dire qu’elle n’est pas obligatoire», a-t-elle nuancé, rappelant dans la foulée que l’IANOR accompagne les opérateurs écono-

marchandises de contrefaçon ont été enregistré en 1982, celles-ci sont passées à 500 milliards de dollars, 20 ans après», a-t-il fait savoir, ajoutant que «25 millions de produits saisis en 1999 passant à 85 millions de produits saisis en 2002». M. Saibi a assuré, par ailleurs que «le marché du médicament en Algérie est totalement sécurisé». Cette deuxième rencontre sur la contrefaçon, qui sera organisée par le WTCA, «est fondée sur une approche autant technique qu’opérationnelle, en collaboration avec les institutions publiques compétentes et des organismes internationaux spécialisés», a-t-il fait savoir. La rencontre est prévue avec la participation d’éminents experts internationaux qui «animeront des ateliers thématiques sur la contrefaçon et ses conséquences économiques et sociales», dit-il et qui «constitueront le support privilégié des démarches à préconiser dans ces domaines». Sihem Oubraham

Jeudi 7 Novembre 2013

Les accréditations délivrées aux organismes d’évaluation de la conformité en Algérie seront reconnues en Europe dès début 2014, a indiqué hier, le directeur général de l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac), Noureddine Boudissa. Une délégation de l’organisme européen de l’accréditation (EA) séjournera en Algérie entre le 13 et 17 janvier 2014 pour évaluer les compétences d’Algerac, ses capacités et ses méthodes afin de le reconnaître, a indiqué à l’APS M. Boudissa en marge d’un séminaire de vulgarisation sur l’accréditation. Une première évaluation a été effectuée en novembre 2012 par l’EA qui devrait reconnaître officiellement après enquête de janvier prochain qu’Algerac a les moyens humains et techniques nécessaires pour la déli-

Les accréditations d’organismes d’évaluation de la conformité reconnues en Europe début 2014

M. BOUDISSA, DG DE L’ORGANISME ALGÉRIEN D’ACCRÉDITATION

miques en élaborant les normes et en étant à leur écoute. Outre la certification du produit, l’IANOR assure également la veille sur l’évolution des normes et fait de la sensibilisation et la formation l’une des principales tâches. Le forum des chefs d’entreprise qualifie de son coté la normalisation de «visa» aux exportations et considère par la voix de son vice-président que la non-application des normes sur les produits entraînerait une prolifération accrue de la contrefaçon, la concurrence déloyale et l’économie informelle. «C’est une démarche à la fois noble et complexe», a affirmé Moncef Athmani. Rappelons que la première fois où ce concept a été appliqué remonte à … 38 siècles. SAM

vrance des accréditations. «Après cette évaluation, notre statut passera du membre associé au sein de l’EA au membre à part entière. Ce sera un pas très important vers la reconnaissance des autres organismes dans le monde entier», a-t-il souligné. Cette procédure s’inscrit dans le cadre du système de reconnaissance multipartie qui permet à une société accréditée dans son pays de voir cette dernière reconnue dans les autres pays signataires, afin de faciliter les échanges internationaux. Ainsi, les produits algériens certifiés par un organisme d’évaluation de la conformité aux normes, accrédité par Algerac, pourront être exportés en Europe sans être obligés d’obtenir une certification d’un organisme européen.

EL MOUDJAHID

Invité hier du Forum Économie d’El Moudjahid, M. Zaïm Bensaci, président du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME (CNCPPME), s’est félicité de la volonté politique affichée par l’État par la mise en place progressive de la bonne gouvernance économique, consistant particulièrement à favoriser tous les dispositifs de reconnaissance et de soutien de l’entreprise, sans distingo entre le public et le privé, tel que cela a été affirmé par le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, M. Amara Benyounès, selon lequel les pouvoirs publics sont parfaitement conscients de ce rôle de plus en plus important que jouent les PME, d’où la résolution à promouvoir et à protéger cette catégorie d'entreprises.

« Il faut tout faire pour redresser les entreprises »
M. ZAÏM BENSACI, PRÉSIDENT DU CONSEIL NATIONAL CONSULTATIF POUR LA PROMOTION DE LA PME, INVITÉ HIER DU FORUM ÉCONOMIE D’EL MOUDJAHID :

Economie

9

I

l a également salué l’engagement du secrétaire général de l’UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, en faveur de la promotion de la production nationale, tout en faisant preuve d’une attitude très positive de l’UGTA qui apporte son soutien aux entreprises algériennes. Ainsi, mettre les PME parmi les premières priorités de développement constitue l’une des recommandations phares de la 15e tripartite. «Une rencontre qui n’est pas seulement l’une des plus importantes qui aient jamais eurent lieu pour discuter du développement économique en général et du développement industriel en particulier ; elle est aussi l’une des plus significatives, dans ce sens qu’elle a fait le point des idées afin d’élaborer un nouveau programme qui devrait, en principe, générer un avenir meilleur à l’économie nationale.» Une seule ombre au tableau, selon les témoignages des représentants du patronat, nombreux à assister à cette conférence-débat, «l’ambiguïté liée à l’installation de la commission finances, sans consultation des autres partenaires de la tripartite, notamment le patronat». Cela dit, le constat de M. Bensaci, concernant la situation du secteur de la PME, est sans appel : «Le développement d’un tissu de PME important en Algérie (2 millions d’entreprises) est loin d’être atteint.» Certes, plus personne n’en doute, la PME constitue le cœur du développement économique et social, et est la clef de voûte de toutes les stratégies de croissance. Intégrées à leurs aires d’influence économique, consommant biens, services et matières premières, créant des emplois, les entreprises jouent plus que tout autre acteur économique, le rôle de courroie de transmission entre cette croissance forte que le pays génère et les espérances légitimes de la société à une redistribution plus équitable des fruits de cette croissance. «Malheureusement, les PME souffrent de contraintes importantes qui pèsent sur leur développement, et il faut tout faire pour qu’elles puissent se redresser», affirme, avec regret, M. Zaïm Bensaci. L’occasion a été pour lui aussi d’évoquer l’ouverture économique corollaire aux accords de l’OMC et à ceux du libre-échange

avec l’Union européenne, ainsi que l’avènement de la nouvelle économie induite par la percée des technologies de l’information. Partant de là, et lorsqu’on sait que la PME fait face à diverses difficultés, on se rend compte rapidement que la plus grande part du défi à relever réside dans la promotion de la PME qui doit, de ce fait, être au centre des préoccupations de toute réforme, compte tenu de ces engagements qui auront sûrement des implications profondes sur l'économie algérienne, analyse M. Bensaci. Par là même, la PME devra faire face à de grandes difficultés, car souffrant déjà de plusieurs maux chroniques dont la fragilité de ses structures, elle sera exposée à une concurrence internationale inéquitable en matière de productivité, d'efficacité, d'innovation et d'adaptation rapide aux mutations. «L’entreprise, à différents degrés selon son domaine d’activité, se trouvera confrontée à une dynamique concurrentielle grandissante dont elle

ne peut contenir les pressions et y faire face que par l’amélioration continue de sa compétitivité», a-t-il expliqué. «La promotion de la PME, bien qu’accentuée, pose un certain nombre d’obstacles qui sont liés, d’un côté, à l’environnement externe hostile, à savoir le financement et l’insoutenable lourdeur et complexité administrative, etc, et, de l’autre côté, les contraintes internes inhérentes aux capacités managériales expliquées principalement par le manque de formation tant à l’esprit d’entreprise qu’à la gestion et l’absence d’accompagnement en termes d’assistance et de conseil», a-t-il indiqué.

Défis et obstacles
Dans tous ces domaines, la PME algérienne manifeste encore des signes de retard. Ce n’est pas tout, parce que cela vient s’ajouter la prédominance de l’informel, au poids insupportable des importations qui augmentent crescendo chaque année et de ses conséquences sur l’accès des chefs d’entreprise aux services essentiels en matière de financements. Le conférencier déplore aussi la gestion prudentielle excessive adoptée par les banques en matière d’octroi des crédits, sans pour autant dénier la légitimité d’une telle attitude. M. Bensaci

Promouvoir la création d’entreprises pour faire émerger un tissu de PME dynamiques à même de contribuer à la relance de l’industrie nationale constitue un enjeu majeur pour toute la société, et pas seulement pour l’État, sachant que les préoccupations concernent des questions aussi sensibles que l’emploi, la réduction des importations de produits alimentaires et d’autres biens (médicaments, pièces de rechange… ), l’offre de services en matière de tourisme, d’internet, etc. où la demande est importante, mais n’est pas satisfaite tant sur le plan de la quantité que de la qualité. Le débat ouvert hier au Forum d’El Moudjahid, avec les contributions de M. Zaim Bensaci, président du Conseil consultatif pour la promotion de PME/PMI, invité du Forum, d’opérateurs écono-

miques, d’économistes et de responsables d’institutions, a été riche en idées et propositions traduisant la volonté des différents acteurs de sortir des sentiers battus et d’aller réellement de l’avant en matière de création et de développement de PME performantes. Certes, l’état des lieux, tel que décrit par la plupart des opérateurs s’agissant des conditions où évoluent les entreprises depuis le stade de projet à sa concrétisation pour passer à la phase de production dans le contexte propre à notre économie, fait ressortir de nombreuses contraintes et difficultés où l’on souligne les méfaits de la bureaucratie, le parcours du combattant imposé aux porteurs de projet, le problème de l’informel qui fausse les règles de la concurrence loyale, l’absence de frein à la frénésie d’importer massivement toutes sortes de produits dont une

Promouvoir la culture entrepreneuriale
bonne partie n’est pas indispensable, surtout quand des produits de même nature sont fabriqués par nos entreprises, mettant en péril leur existence et les revenus de leurs travailleurs. Tout en tenant à exposer les problèmes qui empêchent l’émergence d’entreprises performantes, en interpellant, à l’occasion, les pouvoirs publics, les opérateurs et les associations patronales auxquels ils sont affiliés, ils tiennent à relever les initiatives positives décidées par le gouvernement pour améliorer l’environnement de l’entreprise et promouvoir l’investissement créateur de richesse et d’empoi. La création d’un ministère en charge de la Réforme du service public est une bonne chose, et laisse espérer que la bureaucratie paralysante ne sévira plus avec la même nocivité et en toute impunité. «On jugera selon les résultats sur le terrain», observe M. Bensaci. La disponibilité du gouvernement à œuvrer dans le sens de favoriser l’émergence d’entreprises compétitives en apportant un soutien à toutes les entreprises, quel que soit leur statut public ou privé, de même que sa disponibilité à l’écoute, au dialogue et à la concertation, sont autant d’éléments encourageants . La volonté de l’État de booster la relance de l’industrie nationale à travers, notamment, le partenariat, notamment public-privé national, la récupération de la majorité du capital du complexe d’El-Hadjar, l’exercice du droit de préemption concernant l’usine Michelin de Bachdjarrah et les importantes potentialités disponibles tant au plan des ressources naturelles que des compétences incitent aussi à l’optimisme. Le président du Conseil consultatif pour la promotion

souligne, avec insistance, que le financement des entreprises est indispensable et invite les banques publiques à participer massivement à leur financement. «Ensuite, il y a l’absence ou l’accès difficile à une offre adaptée de services d’appui, ainsi que la complexité des démarches de création d’entreprises en termes de délais, de coûts et enfin de l’environnement faiblement incitatif à l’esprit entrepreneurial, les obstacles à l’établissement d’un tissu dense de PME-PMI, sont importants», relève le président du CNCPME. «Les mécanismes financiers d’appui aux entreprises exportatrices mis en place ne sont pas toujours portés à la connaissance des entreprises éligibles, et s’ils le sont, l’information est mal transmise», a-til également noté. Revenant sur le programme de mise à niveau des PME, auquel est allouée une enveloppe de 3 milliards de dollars, lancé en 2010, il indique que seulement une cinquantaine d’entreprises en ont bénéficié, bien que près de 1.300 dossiers aient été déposés au niveau de l’Agence nationale de développement de la PME (ANDPME), qui se charge de la mise en œuvre dudit programme. M. Bensaci déplore ce retard, d’autant plus que l’objectif de mettre à niveau 20.000 PME à la fin de 2014 est difficile à atteindre. Pour remédier à cette situation, il préconise un nouveau statut à l’ANDMPE, qui soit indépendant des circuits bureaucratiques. «Il faut accorder à l’ANDPME, un statut favorable et qui offre des services incitatifs», a-t-il martelé. L’analyse

du président du CNCPME fait ressortir aussi que dans un environnement caractérisé par la complexité aussi bien au niveau national qu'international, la PME algérienne est appelée à déployer beaucoup d'efforts à tous les niveaux, et particulièrement sur le plan managérial, en vue d'améliorer ses performances et de participer activement au développement économique et social. Il a également plaidé en faveur de l’amélioration rapide des conditions d’attractivité pour encourager les entreprises à adhérer à ce programme. Il cite, à titre d’exemple, l’inadéquation de certaines mesures, comme le plafonnement de l’aide à 1,5 million de dinars pour une PME qui a besoin de 10 millions de dinars pour renouveler ses équipements. Le président du Conseil national consultatif de la promotion de la PME déplore également la marginalisation des sous-traitants locaux dans la filière mécanique, en particulier, alors qu’il y avait un peu plus de 300 soustraitants qui ont travaillé durant de longues années avec la SNVI. Ce pourquoi il recommande d’encourager la création d’entreprises en se basant sur la cartographie actuelle des PME et sur les territoires considérés comme économiquement rentables. «Il est également judicieux de définir les filières créatrices d’emplois et de contrecarrer l’attrait des importations», a-t-il insisté, ajoutant que cela va se faire, notamment, dans le cadre de ce qui sera désormais appelé, une nouvelle cartographie des PME, actuellement au stade de l’étude. «Ces sous-traitants ne sont plus là puisque les partenariats qui ont été signés avec Renault et les autres constructeurs ne leur accordent aucune place», a-t-il regretté. M. Bensaci a appelé les grandes entreprises publiques à donner la priorité aux entreprises nationales, qui ont des pièces à sous-traiter. «Que l’importation des pièces qui peuvent être fabriquées ici en Algérie cesse», a-t-il revendiqué. Intervenant à cette occasion, Abdelmalek Serrai, expert et consultant international, souligne que «le développement des PME passe avant tout par une bonne communication, et la promotion de l’information à cet égard est un gage de compétitivité et d’essor de ce tissu entrepreneurial». D’autres intervenants ont apporté des témoignages sur leurs propres expériences qui pourraient servir d’exemples en matière de contraintes rencontrées par les opérateurs économiques dans divers domaines d’activité. Farid Bouyahia

Ph. : A. Hammadi

de la PME, M. Bensaci, recommande de développer la culture entrepreneuriale en optant pour les filières nobles qui favorisent l’acquisition du savoirfaire et de la technologie, davantage d’efforts en matière de formation, pas seulement dans les centre de formation professionnelle, mais aussi au sein des entreprises. L’initiative de l’institution qu’il préside de réaliser une cartographie de la PME qui donne une vue exacte du tissu de PME sur l’ensemble du territoire national, avec les détails sur les potentialités des régions, les bassins d’activités, — certainement d’une grande utilité tant pour l’État que pour les autres acteurs, et ce par la valeur des informations qui seront collectées — montre combien la dialectique qui joint les actes à la parole peut être féconde. M. Brahim

Jeudi 7 Novembre 2013

5e SALON INTERNATIONAL DE LA PÊCHE ET DE L’AQUACULTURE
Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, M. Sid-Ahmed Ferroukhi a procédé, hier à Oran, à l’inauguration de la 5e édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture (SIPA-2013).

EL MOUDJAHID

Un gisement d’investissement

Economie

P

lus d’une centaine d’exposants dont certains d’une dizaine de pays étaient présents à cet évènement qui se déroule pour la première fois en dehors de la capitale. Cet événement placé sous le haut patronage du Président de la République est organisé par la chambre Algérienne de la pêche et de l’aquaculture «CAPA». Manifestation à michemin entre le Salon professionnel et le grand public, le SIPA se veut un espaces de rencontre et d’échanges entre les professionnels et opérateurs du secteur, nationaux et internationaux, certains habitués à participer tels la France, l’Espagne, l’Italie, le Japon, alors que d’autres prennent part pour la première fois : la Mauritanie, la Corée du Sud, l’Argentine, la Guinée Bissau et la Libye. Une occasion pour partager leur savoir-faire et discuter des nouvelles solutions technologiques en cours dans le monde de la mer. L’objectif est de promouvoir les activités liées à la pêche et à l’aquaculture et valoriser les facteurs et les moyens de production en relation avec les ressources halieutiques. En parallèle aux rencontres autour des dispositifs d’accompagnement et de financement des activités lancées par les jeunes, trois forums thématiques, indique le programme officiel, seront animés lors de ce Salon : le système d’accompagnement des investissements dans la pêche et l’aquaculture, le programme de développement de l’aquaculture et enfin, la pêche artisanale. Il y a exactement une année, une feuille de route, validée par les professionnels et partenaires du secteur a identifié cinq domaines pour donner corps à une «révolution» de la pêche : la modernisation et l’intégration des filières de la pêche maritime, la promotion et le développement de l’aquaculture, l’amélioration et la valorisation des moyens de subsistance des ménages de pêcheurs à travers la pêche artisanale et l’aquaculture rurale. C’est dire que cette édition intervient dans un moment où ce secteur a mis en place un vaste plan de modernisation de l’ensemble de ses segments. L’organisation onusienne FAO, l’organisation arabe du développement agricole, des agences de coopération internationales, coréenne et japonaise notamment participent à ce Salon aux côtés de nombreuses institutions et entreprises algériennes, toutes concernées par cette activité qui se décline aussi bien dans l’artisanal que dans l’industriel. la construction navale, les équipements, le transfert des produits halieutiques, des établissements bancaires, des sociétés d’assurances, les différents dispositifs de soutien à l’emploi, les centres de recherche et bureaux d’études ….. M. Koursi

L

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, a annoncé que le gouvernement a décidé la réouverture de la pêche du corail, et ce, dans un cadre organisé pour éviter l’exploitation irrationnelle de cette richesse marine. Animant une conférence de presse, M. Ferroukhi a indiqué que certaines régions du pays, ayant une tradition dans la pêche du corail et disposant de capacités pour exploiter ces richesses, verront une relance de cette activité. Le ministre a également indiqué que des partenaires dans ce domaine ont un grand rôle à jouer dans l’organisation de cette activité pourvoyeuse d’emplois. Le SIPA 2013, auquel prennent part des professionnels du corail, constitue une occasion pour exposer les produits et préparer la réouverture de la pêche du corail, a souligné le ministre qui a visité les stands de cette manifestation qui met en exergue des activités liées à ce secteur, des projets et des programmes d’investissement visant à les promouvoir et à développer les ports de pêche. Il s’est également enquis des projets réalisés dans le cadre de la coopération internationale.

Réouverture de la pêche du corail dans un cadre organisé

M. FERROUKHI

es fluctuations des cours de change du dinar algérien, qu’elles soient à la hausse ou à la baisse, démontrent leur «parfaite flexibilité», a indiqué hier la Banque d’Algérie (BA), soulignant que les évolutions des cours de la monnaie nationale ne devraient en aucun cas aboutir à une hausse systématique des prix domestiques. «Il est économiquement inintelligible d’ancrer une quelconque anticipation à la hausse des prix intérieurs sur la flexibilité des cours de change du dinar, d’autant que la désinflation entamée au début de l’année 2013 se confirme tendanciellement au quatrième trimestre en cours», a expliqué la BA dans une note d’information transmise à l’APS. Ainsi, le taux d’inflation en moyenne annuelle à décembre 2013 serait toujours proche de l’objectif de moyen terme arrêté par le Conseil de la monnaie et du crédit, à savoir 4 %, contre une inflation de 8,89 % en 2012, a souligné la BA. La flexibilité du taux de change du dinar, qui constitue un mécanisme opérationnel de la politique de stabilité du taux de change effectif réel du dinar «implique de facto des fluctuations à la hausse comme à la baisse des cours de change», soutient la BA alors que la dépréciation du taux de change du dinar par rapport à l’euro alimentait la scène médiatique depuis quelques jours. Une flexibilité qu’il ne faut cependant pas assimiler à la volatilité des taux de change qui caractérise les marchés de change de plusieurs pays émergents, a-t-elle fait remarquer. Etant un élément important dans le dispositif de conduite de la politique de taux change par la BA, cette flexibilité «ne saurait constituer, comme dans les économies émergentes à régime de changes flottants, un handicap pour les opérateurs liés aux importations», a rassuré la banque dans sa note.

Les fluctuations du taux de change du dinar n’alimentent pas systématiquement l’inflation

SELON LA BANQUE D’ALGÉRIE

11

Par ailleurs, le ministre a annoncé que les premiers résultats d’une enquête socio-économique ayant ciblé de nombreux professionnels de la pêche à travers le pays seront connus dans un mois, le ministre a indiqué que ce projet, ayant concerné 19 ports dans le cadre du programme d’action de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est en phase de “vérification des données”. Lancée depuis deux mois, cette enquête ciblant également des catégories ayant un lien avec le secteur de la pêche, permet le classement des professionnels sur le plan socio-économique ainsi que le recensement de leurs préoccupations, a ajouté M. Ferroukhi. L’élément humain, a-t-il affirmé dans ce contexte, a un grand rôle dans le développement du secteur de la pêche et l’économie ne peut se développer sans connaître les indices liés aux professionnels, a-t-il dit. Pour ce qui est de la coopération de son département ministériel avec la FAO, le ministre a annoncé que l’observatoire socio-économique de la pêche sera généralisé à tout le littoral algérien après s’être limité à trois ou quatre wilayas, pour former des encadreurs et concrétiser des opérations de détermination des indices socio-économiques à suivre. Au sujet de la coopération avec l’Organisation arabe de développement agricole, M. Ferroukhi a fait état d’un nouveau programme d’aquaculture en mer ou dans les barrages, outre des projets de développement des relations avec cette organisation. Concernant la création de l’Agence nationale de la pêche, le ministre a indiqué que son département est en phase de préparation du cadre légal de cette agence au rôle important de surveillance, qui sera créée en 2014.
partenariat entre l’Algérie et les Nations unies dans ce domaine. Prochainement, l’Algérie abritera un Observatoire national socio-économique de la pêche. rée par notre partenaire algérien. Si la finalité est l’amélioration des conditions de travail des gens de la mer et la préservation des ressources halieutiques entre autres, il s’agit aussi de préciser que ce système «onusien» se décline en trois phases : Un état des lieux, une étude sectorielle et enfin, une adaptation a des standards élevés des circuits de commercialisation, de conservation et de transformation des produits de la mer. Un travail de fourmi pour basé sur des opérations chiffrées, de statistiques pour définir techniquement un mode opératoire nécessaire si on a à cœur l’amélioration des conditions de vie des populations en leur offrant un produit qui «voyage» de la mer pour aboutir à l’assiette dans un circuit sain.

Les premiers résultats d’une enquête socio-économique sur la pêche dans un mois

l est tout naturellement dans notre intérêt réciproque, d’exploiter d’une manière efficiente nos potentialités  et d’œuvrer à l’actualisation et à la finalisation  des cadres juridiques appelés à structurer les échanges bilatéraux, l’investissement et le partenariat entre nos deux pays». C’est par ces termes que s’est exprimé, hier à Belgrade, Hocine Necib, ministre des Ressources en eau qui a co-présidé la 20e session de la commission mixte de coopération économique, scientifique et technique Algero-Serbe, avec son homologue Aleksandar Vucic, Premier vicepremier ministre et ministre de la Défense. Cette 20e session a été consacrée à l’évaluation de l’état d’exécution des recommandations de la 19e session tenue à Alger en février 2012 et à l’examen de nouveaux projets de coopération avec  la Serbie. Pour M. Necib, ce rendez-vous d’une importance capitale, «constitue un outil indispensable pour le développement des relations bilatérales dans les domaines de coopération que nos deux pays ont identifié». Et d’ajouter : «il est important de rappeler que le processus initié dans le cadre de la commission mixte a permis d’instaurer la confiance nécessaire à une relation stratégique et durable entre nos deux pays amis». Le ministre a indiqué qu’il est grand temps d’aller de l’avant car

Pour la structuration des échanges bilatéraux entre Alger et Belgrade

20e SESSION DE LA COMMISSION MIXTE ALGÉRO-SERBE

«

I

D LAHSEN ABABOUCHE, DIRECTEUR EXÉCUTIF DE L’ÉCONOMIE ET POLITIQUE DE PÊCHE (FAO&ROME )
R

PROPOS DE PARTICIPANTS

De 30 à 32 % des stocks halieutiques sont surexploités. Quels instruments mettre en place pour limiter les effets dévastateurs sur des ressources a gérer de façon intelligente ? Un code de conduite pour une pêche responsable est un moyen pour préserver cette richesse. Cette cinquième édition est justement placée sous le thème de «Ensemble vers une pêche responsable, économique et intégrée» qui garantira plus de stock dans la durée. Je signale qu’il existe un accord de

Pour un code de conduite

CRISTINA AMARAL COORDINATRICE RÉSIDENTE DES NATIONS UNIES

Un système, fruit d’un partenariat entre le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques est déjà en place en Algérie. Schématiquement, il concrétise techniquement un volet pratique de la feuille de route élabo-

Une stratégie durable pour préserver les ressources

L

Propos recueillis par M. K.

Jeudi 7 Novembre 2013

e chiffre d’affaires du secteur des assurances en Algérie pourrait atteindre les 120 milliards de dinars en 2013, selon les prévisions de clôture annoncées, hier à Alger, par le président de l’Union des assurances et des réassurances, M. Lamara Latrous au cours d’un séminaire sur les assurances des entreprises organisé par la Compagnie centrale de réassurance (CCR). M. Latrous a précisé que l’assurance du risque lié à l’entreprise est estimée à 30 % en 2013, faisant remarquer que les PME sont «mal ou pas du tout assurées». Cependant, ce responsable déplore le fait que les chefs d’entreprises assurent mal

Le chiffre d’affaires atteindra les 120 milliards DA en 2013

SECTEUR DES ASSURANCES

«toutes les conditions sont réunies pour insuffler un nouvel élan à nos échanges bilatéraux qui sont loin de refléter les potentialités complémentaires que recèlent les économies respectives de nos deux pays». M. Necib a lancé un appel aux opérateurs économiques des deux pays de «se mettre en relation et d’explorer toutes les possibilités de coopération à l’effet de promouvoir un réel partenariat économique, à travers la création d’entreprises et Bureaux d’Etudes mixtes et la promotion des échanges commerciaux». Selon lui, la création de deux entreprises mixtes crées entre nos deux pays «doit être citée en exemple et amener nos opérateurs économiques à le suivre». Fouad Irnatene

leur patrimoine. En faisant un parallèle avec les années 1970, M. Latrous a affirmé que durant cette période, «les biens des entreprises étaient neufs et ils étaient assurés à la valeur d’origine». Il a estimé que les risques «doivent être vérifiés et contrôlés», considérant que les assureurs doivent «apporter des conseils aux clients pour les sensibiliser en faisant beaucoup de communication sur les produits proposés». La CCR a estimé que l’essor des assurances en Algérie peut aider à alléger la dépense publique destinée à la couverture des risques lourds tels que les catastrophes naturelles ou la protection de l’environnement».

16

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a débuté hier sa mission au Proche-Orient avec des entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à El Qods, en vue de relancer le processus de paix israélo-palestinien en difficulté, ont rapporté les médias.

Relancer le processus de paix israélo-palestinien
JOHN KERRY AU PROCHE-ORIENT

Monde

EL MOUDJAHID

DIALOGUE NATIONAL EN TUNISIE

Le président Marzouki optimiste

M.

Kerry devait se rendre ensuite à la mi-journée à Bethléem en Cisjordanie, pour s'entretenir avec le président palestinien Mahmoud Abbas. Cette nouvelle étape de discussions relancées en juillet, après près de trois ans d'interruption, se déroule dans une atmosphère de crise. Les Palestiniens ont fait part mardi soir de leur refus de poursuivre les négociations tant que la colonisation israélienne continuerait. A la veille de la visite de M. Kerry, Israël a lancé dimanche, des appels d'offres pour construire près de 2.000 logements en Cisjordanie occupée et à El Qods-Est occupée. «La partie israélienne est déterminée à continuer la colonisation et nous ne pouvons pas poursuivre les négociations sous cette offensive sans précédent dans les colonies», a déclaré un haut responsable palestinien, cité par l'AFP. «Les négociations palestinoisraéliennes ont capoté pendant la session de mardi soir», a ajouté la même source à l'issue d'une rencontre très houleuse entre négociateurs palestiniens et israéliens à El Qods. M. Kerry s'est malgré tout déclaré «optimiste» le week-

end dernier quant au processus de paix, affirmant espérer des

«progrès dans les prochains mois».

Le président Abbas a pour sa part réaffirmé mardi «être sérieux pour la paix et croire à la paix avec Israël», lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef de l'Etat polonais Bronislaw Komorowski à Bethléem, en Cisjordanie.. Les négociateurs palestiniens réclament que les discussions se tiennent sur la base des lignes antérieures au début de l'occupation israélienne de El Qods-Est, la Cisjordanie et la bande de Ghaza en juin 1967, avec des échanges de territoires équivalents.

Les rapports suisse et russe concernant les prélèvements en 2012 sur la dépouille de Yasser Arafat ont été remis aux dirigeants palestiniens, a-t-on indiqué mardi de sources officielles palestiniennes. «Le rapport a été remis» par le laboratoire suisse, a déclaré à l'AFP Taoufiq Tiraoui, le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, sans autre commentaire. L'agence officielle palestinienne Wafa a pour sa part rapporté que l'Agence fédérale d'analyses biologiques russe avait remis son rapport le 2 novembre, précisant que les conclusions en seraient rendues publiques ultérieurement.

Les rapports suisses et russes remis aux dirigeants palestiniens
MORT DE YASSER ARAFAT

L e président tunisien Moncef Marzouki s'est dit extrêmement optimiste que le dialogue national continue et qu'une solution soit trouver dans les prochains jours, ont rapporté hier les médias. «Le dialogue national n'a jamais cessé. Il continue, aujourd'hui même, il doit continuer, même derrière les portes», a déclaré M. Marzouki mercredi lors d'une interview accordée à la radio France info. «Nous allons trouver une solution. Nous sommes un pays sage, il y a une classe politique sage et c'est cette sagesse et cette modération des Tunisiens qui me permettent d'être extrêmement optimiste», a-t-il ajouté. Le président Marzouki avait affirmé mardi sa neutralité dans le choix d'un nouveau Premier ministre, reporté sine die faute d'accord entre le parti au pouvoir Ennahda et l'opposition. La suspension du dialogue national intervient alors que le pays est confronté à l'essor des violences qui ont culminé en octobre avec la mort de neuf policiers et gendarmes et deux attentats ratés qui ont visé pour la première fois des sites touristiques.

LE SG DE L’ONU EN TOURNÉE DANS LE SAHEL

L'émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a déploré que les discussions de mardi à Genève avec représentants russes et américains n'ont pas permis de fixer une date pour la Conférence de paix dite Genève-2. M. Brahimi a exprimé «l'espoir» qu'une date puisse être fixée «pour avant la fin de l'année» et a annoncé qu'une nouvelle réunion tripartite se tiendra à Genève le 25 novembre. «Un travail intensif a été accompli et nous espérons la conférence d'ici à la fin de l'année», a-t-il déclaré lors une conférence de presse. L'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe a souligné qu'il est demandé à l'opposition syrienne «de venir avec une délégation crédible». «Les différentes composantes de l'opposition syrienne sont en contact les unes avec les autres, c'est une des choses qu'ils doivent décider», a-t-il dit en référence à leur participation et au choix d'une délégation pour

Lakhdar Brahimi : « Pas de date pour Genève-2 »
CRISE SYRIENNE

rence, le diplomate a affirmé que «les discussions ne sont pas terminées».

Washington «sceptique» sur l'inventaire chimique syrien
L'ambassadrice américaine à l'Onu, Samantha Power a souligné mardi que son pays continuait de vérifier l'exactitude de l'inventaire des armes chimiques transmis par la Syrie à la communauté internationale ainsi que son programme de destruction de cet arsenal. Celle-ci a aussi fait part de son «scepticisme»quant aux déclarations de Damas. «Il reste encore du travail pour s'assurer que la liste des sites officiels transmise par le gouvernement syrien est exhaustive et que le processus est en bonne voie, en particulier la phase de destruction, qui semble très compliquée», a déclaré Samantha Power après une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux armes chimiques syriennes.

Ban Ki-moon assure le Mali et le Sahel de la solidarité internationale

cette conférence visant à trouver une issue politique à la crise syrienne. «La conférence doit avoir lieu sans condition préalable», a-t-il insisté. Interrogé quant à une participation de l'Iran à cette confé-

PRÉSIDENTIELLE AU TADJIKISTAN
Les bureaux de vote ont ouvert hier matin au Tadjikistan où environ quatre millions d'électeurs ont commencé a se rendre aux urnes pour choisir leur nouveau président. Ouverts à 06h00 locales (01h00 GMT), les bureaux de vote fermeront à 20h00 (15h00 GMT). Les premiers résultats sont attendus jeudi, de même que l'avis des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Après quatre heures de vote, quelque 40 % des électeurs s'étaient déjà rendus aux urnes, a annoncé à la télévision à 10h00 le président de la Commission électorale tadjike, Chermoukhammad Chokhien.

Début des opérations de vote

Brèves… Brèves… Brèves…
une Afro-américaine, a écrasé son adversaire républicain Joe Lhota, avec plus de 70 % des suffrages selon des résultats encore partiels. «Les New-Yorkais ont demandé haut et fort une nouvelle direction pour notre ville, unis dans l'idée qu'aucun New-Yorkais ne doit être laissé sur le bord du chemin», a déclaré M. de Blasio, mardi soir, remerciant ses supporters, entouré de sa femme et de leurs deux enfants métis, qu'il avait placés au centre de sa campagne. «Combattre les inégalités n'est pas facile, cela ne l'a jamais été. Les problèmes ne seront pas réglés en un jour (...) Mais je ne cesserai jamais de me battre», a-t-il insisté.

DISCUSSION DE PAIX EN BIRMANIE
Les Nations unies se sont félicitées des progrès dans les pourparlers de paix cette semaine entre le gouvernement birman et des groupes armés de minorités ethniques qualifiés de «pas important» pour mettre un terme à des décennies de guerres civiles. A l'issue de leur première rencontre en territoire birman, les représentants du gouvernement et de plusieurs groupes ethniques se sont mis d'accord mardi pour travailler à la mise en place d'un accord de cessez-le-feu national et organiser un dialogue politique, selon un communiqué du gouvernement.

Les New-Yorkais ont élu massivement mardi le démocrate Bill de Blasio maire de leur ville, pour remplacer le milliardaire Michael Bloomberg. De Blasio, un Italo-américain de 52 ans marié à

Le démocrate Bill de Blasio élu maire de New York

ELECTIONS MUNICIPALES AUX ETATS-UNIS

L'Onu se félicite des progrès

Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon a affirmé mardi à Bamako que la communauté internationale restera «aux côtés des peuples du Mali et du Sahel». Le Mali est la première étape d'une tournée au Sahel qu'effectue M. Ban avec plusieurs chefs d'institutions africaines et internationales, dont l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE), la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD). Tous se rendront ensuite au Niger, au Burkina Faso et au Tchad. «Ensemble, nous le disons haut et fort : nous resterons aux côtés des peuples du Mali et du Sahel», a déclaré le patron de l'ONU lors d'une conférence de presse mardi soir. Les problèmes du Sahel «ont des racines profondes. Mais il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous pouvons faire front. (...) L'expérience nous a appris que la paix ne peut venir qu'avec le développement, et que le développement ne peut venir qu'avec la paix», a-t-il dit. Il s'exprimait à son retour d'une brève visite dans la ville historique de Tombouctou (nord-ouest), où il a rendu hommage aux populations ayant «beaucoup souffert pendant la période de l'occupation» du Nord malien par les groupes armés qui ont commencé à être chassés à partir de janvier 2013, par une opération militaire francoafricaine, toujours en cours. Auparavant, Ban Ki-moon avait participé mardi matin à Bamako à une réunion avec sa délégation et les autorités maliennes.

Jeudi 7 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

L'intérêt pour le roman historique et les mémoires de figures marquantes de l'histoire de l'Algérie, ancienne et plus récente — une tendance apparue depuis quelques années — est motivé par le besoin de connaître les « petites histoires personnelles qui irriguent la grande histoire », disent les amateurs de ce genre de littérature.

Intérêt pour la littérature algérienne francophone et les classiques français
18e SILA

Culture

17

L

e goût des lecteurs algériens, parmi les visiteurs du SILA (Salon international du livre d'Alger), pour la fiction, le roman historique et les classiques de la littérature française se confirme encore à l'occasion de cette 18e édition, révélant une tendance qui se renforce d'année en année depuis l'existence du Salon. Dès l'ouverture du Salon au public, jeudi dernier, les différents stands d'éditeurs algériens et étrangers parmi ceux qui proposent les ouvrages de littérature (fiction, roman et classiques) ne désemplissent pas, preuve que "le lectorat (algérien) +a encore soif+ d'ouvrages sur l'histoire et de romans inspirés de son quotidien", ainsi que l'a résumé le responsable des éditions APIC. L’actualité algérienne et du monde arabe connaît elle aussi un certain succès, surtout auprès des jeunes lecteurs, même si ces sujets sont proposés sous forme d'essais, at-on constaté sur place. Des lecteurs plus âgés et portés sur le roman se retrouvent en nombre aux stands des éditeurs spécialisés dans la littérature, à l'instar des éditions Barzakh dont le responsable appuie les affirmations de ses collègues éditeurs concernant la demande du lecteur algérien "attiré par les romans tirées du vécu". De leur côté, des visiteurs du Salon, interrogés par l'APS, confirment le constat des éditeurs. Tout en avouant être "influencés" par la "médiatisation de certains auteurs", ils disent rechercher naturellement dans le

roman, le sentiment de l'évasion qu'il procure au lecteur. L'intérêt pour le roman historique et les mémoires de figures marquantes de l'histoire de l'Algérie, ancienne et plus récente — une tendance apparue depuis quelques années — est motivé, lui, par le besoin de "connaître les +petites histoires personnelles qui irriguent la grande histoire", disent les amateurs de ce genre de littérature.

Des maisons d’édition françaises, désormais des habituées du SILA, spécialisées dans la littérature, soulignent, elles aussi, l’intérêt pour les littératures du monde et pour les classiques de la littérature française, les publications récentes surtout, même si le prix pratiqué est élevé pour les bourses moyennes et souvent décourage les acquéreurs potentiels. Plus accessibles, les rééditions d'ouvrages

La littérature algérienne en langue arabe forte de créativité
CONFÉRENCE
Les participants à une conférence sur "Les niveaux de la langue arabe dans les nouvelles œuvres" ont indiqué, mardi à Alger, que la littérature algérienne en langue arabe était forte d'"une créativité de haut rang à même de concurrencer la littérature orientale". Pour les intervenants à cette conférence organisée par le Conseil supérieur de langue arabe (CSLA), dans le cadre de sa participation au 18e Salon international du livre d'Alger (SILA), les écrivains et poètes algériens "ont su fertiliser les espaces d'utilisation de la langue arabe en termes de quantité et de qualité, et élevé le niveau de leurs œuvres". Dans ce contexte, l'académicien et poète Mechri Ben Khalifa a indiqué que la créativité de la littérature algérienne contemporaine en langue arabe a été élevée à un rang supérieur et a pu émerger au niveau arabe jusqu'à décrocher d'importants prix tels ceux remportés par Ahlam Mostaghanemi et Ouassini Laâradj. Il a, cependant, déploré "la disparité entre les niveaux de la langue arabe chez les étudiants et chercheurs, et même au niveau des journaux et chaînes télévisuelles et radiophoniques". De son côté, le critique Omar Azradj, établi en Grande-Bretagne, a indiqué à l'APS que l'Algérie "se considère comme étant un pays en marge, car ne possédant pas jusqu'à présent de politique pour faire une incursion au sein des centres oriental et occidental". Le dialogue avec ces deux centres, a-t-il estimé, requiert nombre de conditions, dont "la restructuration des affaires internes à travers l'édification de maisons d'édition de haut niveau et la publication de revues culturelles de qualité, outre l'instauration de médias puissants à même de faire de l'Algérie un acteur principal de l'équation culturelle mondiale".

CLÔTURE DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU THÉÂTRE DE BÉJAÏA

L

e rideau sont tombé hier soir, sur la 5e édition du festival international du théâtre de Béjaïa (FITB 2013) qui s’est déroulé du 29 octobre au 5 novembre, par une cérémonie de clôture qui s’est déroulée à la maison de la Culture, en présence des autorités de wilaya, les comédiens et un large public. Cette cérémonie a débuté avec l’Orchestre symphonie qui a gratifié l’auditoire d’un émerveillement musical. C’était une atmosphère de fête qui a mis fin à huit journées de théâtre, avec la participation de 20 pays et quelque 150 comédiens. Hier, un plateau d’artistes a offert à l’assistance, des moments pleins d’ambiance avec le chanteur Djamel Allam interprétant sa chanson Djawhara. Ensuite, vint le moment des remises des trophées aux troupes participantes, ainsi qu’un hommage rendu à la troupe artistique locale du Théâtre régional de Béjaïa.

Un rendez-vous à parfaire

d'auteurs algériens d’expression française, à l’image de Kateb Yacine ou de Mohamed Dib, trouvent preneur par contre et connaissent un regain d'intérêt, en particulier parmi les étudiants et les lycéens. Cette tendance, si elle venait à s'installer dans la durée, pourrait développer le goût de la lecture de masse, contribuer à l'émergence d'un jeune lectorat et asseoir, à terme, une "culture du livre",

selon le souhait des éditeurs qui ont opté pour la réédition. A contrario, plusieurs éditeurs du livre arabophone se désolent que le roman d'expression arabe n'attire qu'un public "très restreint, avisé et à la cherche d'œuvres ou d'auteurs précis", alors que le livre religieux, ou encore les ouvrages académiques connaissent un succès renouvelé année après année. Ahlam Mosteghanemi, l’une des romancières les plus lues à travers les pays arabes, a marqué son passage au SILA en fêtant, avec ses lecteurs algériens, le 20e anniversaire de la sortie de Dhakirat el djamaa (Mémoires de la chair), son premier roman, une œuvre qui connaît toujours un succès populaire en dehors de l'Algérie, plusieurs fois primée et adaptée à l'écran. À cette occasion, plusieurs centaines de lecteurs n'ont pas hésité à attendre de longues heures avant d'obtenir la dédicace de leur auteure préférée que d'aucuns considèrent, "avec Assia Djebbar, comme la meilleure ambassadrice de la littérature algérienne". Son confrère francophone, Yasmina Khadra, a lui aussi créé l’évènement deux jours de suite aux éditions Casbah, son éditeur algérien, où les admirateurs de l'auteur formant des queues interminables ont dû patienter avant de se faire dédicacer son dernier roman, les Anges meurent de nos blessures. Le 18e SILA se poursuit jusqu’à vendredi au palais des Expositions des Pins Maritimes.

Ph. Louiza

LE THÉÂTRE DE KATEB YACINE EN DÉBAT À TIZI OUZOU

L

e théâtre de Kateb Yacine est un théâtre conçu pour le peuple, a indiqué, lundi à Tizi Ouzou, le dramaturge Bouziane Ben Achour. Le conférencier, qui a donné une communication à la maison de la Culturelle Mouloud-Mammeri, dans le cadre des Journées culturelles du théâtre de jeunesse, a expliqué que lorsque Kateb Yacine s’est lancé dans le théâtre avec la troupe "l’Action des travailleurs algériens", à la fin des année 1960, "il avait compris que le théâtre dans sa version classique ne l’aidera jamais à toucher beaucoup de gens". Il a donc opté pour un "théâtre en vadrouille", par réaction à "celui fermé et réservé aux espaces clos et à un public restreint". Avec l’auteur du Cercle des représailles, c’est le théâtre qui va vers le public, d’où le choix de Kateb Yacine de réduire le décor au strict nécessaire et son choix de l’arabe algérien comme langue

Magie créatrice et pouvoir poétique

La dernière journée de ce festival a été marquée également par le passage en scène de la troupe Ateliercuncheon, d’Italie, à la maison de la Culture, alors que le TRB a accueilli la troupe du Théâtre universitaire de Syrie sous le titre Chobache, une pièce qui traite d’un amour raté entre deux personnes forcées par un mariage qui

en fin de compte se transforme en une vie de calvaire par les soupçons illimités d’un mari jaloux de la beauté de sa partenaire. De même, la troupe théâtrale du Koweït, El-Khalidj El-Arabi, intitulée Narfana, qui relate une philosophie boudhiste entre un couple et dont la femme, toujours exigeante, impose ses conditions, à

savoir ne pas voler, ni mentir, ni tuer et pas d’alcool. Une pièce très suivie qui pourrait transformer l’être par la force d’autrui. Certes, cette dernière édition a connu des perturbations dans la programmation. Les organisateurs qui avaient misé sur une réussite totale se sont retrouvés face à une réalité du terrain. Un déséquilibre organisationnel : absence d’espaces devant abriter les scènes dans les communes retenues, le non-respect de la programmation des troupes et un public qui s’est vu refouler aux entrées faute de places disponibles. C’est dire que les organisateurs de ce festival doivent d’ores et déjà penser à mieux planifier les prochaines éditions et prendre les initiatives pour «dénicher» d’autres espaces ou simplement construire des salles de spectacles plus vastes qui devraient abriter les troupes qui prendront part dans ce festival. M. Laouer

d’expression, a expliqué le même dramaturge. Il voulait un théâtre qui va vers son public, un public qui n’avait pas pour habitude d’aller au théâtre, donnant ainsi directement la parole au peuple, a-t-il relevé.

M. Ben Achour a indiqué que les pièces de Kateb "n’avaient pas besoin de grands décors et se déplaçaient vers les villages, les universités, les écoles et les usines, pour montrer une réalité vécue, un message d’insurgés et rendre compte de la réalité et des luttes des peuples opprimés". Selon le conférencier, l’intégration de chants du répertoire folklorique algérien est perçue, chez "l’enfant des Keblouti", comme "un acte nécessaire à l’implication du spectateur dans l’interpellation du contenu de ce théâtre au style caricatural et burlesque". Abordant l’œuvre katebienne de manière générale, le conférencier a observé que l’auteur de Nedjma a toujours été impliqué dans l’amour, (amour de la femme, des siens, de son pays et l’amour porté à d’autres), et dans la Révolution, qui "a nourri la magie créatrice de son œuvre et imprégné son pouvoir poétique".

Jeudi 7 Novembre 2013

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3558
SOMBRES ——————————— FONÇA ——————————— OPPOSÉ AU DUALISME PAREMENT ——————————— LOYALEMENT ——————————— TRONÇON ROUTIER
PRÉPOSITION ————————————— UNE LADY ———————————— REJETTE DE LA BOUCHE
PATRONYME ————————————— ANCIEN —————————————— SALIRA ——————————————— IMBÉCILE MARIER ——————————————— CHICANAIS —————————————— PEUT ÊTRE REMIS EN CAUSE ———————————————— PARTIS

21

Mots CROISÉS
Nº 3558
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT
I-Enrichir une terre II-Beau vêtement-Seul. III-Equipement. IV-Roche poreuse-Un drôle de bonhome-Préposition.V-Borde-Protection pour une couturière-Gai participe.VI-Un ressentiment-Fleuve d’Europe. VII-Là-Terme de court-Refus enfantin.VIII-Pouvoir de suzerain IX-Pays d’Asie-Sierront. X-Se dit d’une fuite.

POISSON ———————————— POSSEDENT ———————————— DE MÊME

D’ACCORD ——————————— CÉRÉALE ——————————— S’EMPÊTRA

MIT À UN NOUVEAU RÉGIME ————————————— RÉCIPIENT ————————————— COI

VERTICALEMENT
1-De fait-Qui stabilise 2-Feras perdre à demi connaissance. 3-Dort avec grand bruit-Solide.4-Mit au secret-S’empêtra. 5-Partirez-Socle.6-Un CoconVoyage dangereux. 7-Mettre en gravure-Période.8-Résidu de cèréalesDifformité d’un membre. 9-Validant.10-Cheval de Don quichotte .

VALLEÉ FLUVIALE ——————————————— THÉÂTRE AU JAPON ——————————————— ENSEMBLE DE LA PLOMBERIE

EN BREF ——————————— POISSON ——————————— O N Y DANSE

MISE DE CÔTE ————————————— EN LIBERTÉ ————————————— DÉGAGE DU NEZ

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
E T O

3
R

4
T

5
I

6
L

7
I

8
S

9 10
E

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

F
A

R

Grille
3. Effondrer 6. Taiseuses 33. Surdosage 34. Prototype 11. Décongleler 35. Nina ricci 12 . Cultivable 13. Franquiste 14. Utilitaire 36 . Pesanteur

3558

Mot CACHÉ
M E C N O C N I P U Q E S E E Z G

O
N
F

U
T

R
E
N

M
A
G

O
N

N
T

O
S

15 . Drôlerie

C

L L T
I

E L L E R

V A R A C A I
T B U
I

T

U

Z

I

E

S
I

20 . Triompher 22 . Régresser 23 . Etat-major

E E D A N A L F F

S

T I E

O

R
D

L
E

E

D
T
E
E

E

R
H
I

L A H T

I

N E

I S

R E
I E N E I

E N E R V A
E V

N
L

R
T
R

N
A
N T E

E L U C A T N E T
I

E D R A N

C
A
L

I
R A S R
O

N
E
R
B

37. Renfrogne 38 . Blessant 24 . Eglantine 25 . Serpenter 27 . Floralies 29 . Druidisme 30 . Gueuserie 1. Quinconce

O D C F U S D R O L E R N E U R T T R D C L A E N B I F
2 . Caravelle 4 . Esplanade 5. Subtilité

T R E

S M S

I S A

A

O M P H E

T E T A

I

L
M

O
T

N
T

16. Remorquage 39. Vergogne 17. Etourderie 18 . Salutation 19. Mirobolant 21. Tannique 26. Bifurquer 28. Respecter 31. Rubicond 40. Treuiller 41. Deutérium 42 . Quartzeux 43. Trente six 7. Zénithal 8. Créneler 9. Tentacule

I I

R E G R E

S

S J I I

R A M O L R U E R S E

E

C

P

E

R O T N L E T A T M A

O R N O U U O S

I

Q I S

E G L A N T S E R D R U

N R R T B E I
Q D A O S
T L R I

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
O

R G V U T

P E N T E I D I

3
N O

4
C R
E

5
E

6
S
E

7

8
R

9
U

10
A
T

E A L B

A F L O R A L I

Q U E E G
I

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

F

I

S M E U A R

A E
S P C

I
D
E

N

M O N

E M I

N I R

E L T R G U E U S

E R S

O N

A
X

M

V
E
N

T

U R E E E R R U B

C O N D A E E N T
U R D O S I
N A R F

T

R

A
Q

R A E R O D R O M E U

A G E E C C

L
E
M E

E

S
O

I
N

A

I

S
E

T
E M
U

S
M E

A
L
L

U
A
B

32 . Aérodrome 10. Veinardes

Q P R O T O T Y P E N

I

I

P E

S A N T E U R R E N S S A N T T U V E I

R O G N E T
I S U M R I

I
T

L

E

E

R

N

LE PARQUET

E R

B L E

R G O G N E E T E R N T E

T R E U

L L E R D E U

N
T

O

I
Y

D
U

E
T

B E R

A

L
E

U

A

I

SOLUTION PRÉCÉDENTE: FAUX-SEMBLANT

R Q U A R T Z E U X T R E

X E

JEUDI
•08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) •09h30 : Ouled el houma (02) rediff •10h10 : La mer méditerranée (28) •10h35 : Les règles d'Angelo (08) •11h00 : Culture club ''rediff'' •12h00 : Journal en français+météo •12h20 : Tous mes enfants (41+42) •13h50 : Zamen el berghoute (07) •14h40 :Samia et son père •16h20 : Madinet (16) •16h45 : Santé mag •17h30 : Takder tarbah •18h00 : Journal en Amazigh •18h25 : Ouled el houma (03) •19h00 : Journal en français+météo •19h30 : Khali el bir beghtah (09) •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Dit autrement (direct) •22h15 : Combien tu m'aimes •23h30 : Festival de la musique andalouse concert andalous

Télévision
Sélection
Combien tu m'aimes
22h15

Sélection
Ma fille restera ma fille
20h45

Avec:Racim Zennadi, Nadjia Debbahi-Laaraf, Abdelkader Tadjer, Nourdine Alane, Louisa Habani, Loubna Boucheloukh, Mohamed Lotfi Draiaia, mohamed Bounoughaz, Yasmina Soltani, Zahir Bouzrar, etc. En Algérie, de nos jours. Adel, huit ans, a été emmené chez ses grands-parents Khadidja et Lounès, car ses parents, Rachid et Safia, se sont disputés. Adel était censé rester chez eux pour une semaine seulement ; mais la semaine suivante s'écoule, et Adel manque l'école. Peu à peu, Adel a le sentiment qu'il appartient à cette vie depuis toujours. Khadidja, une femme au foyer, va essayer de le familiariser avec son nouveau chez lui, pendant que Lounès, retraité, va lui faire découvrir les animaux.

Réalisé par Yahia Debboub Avec : Mustapha Laribi Manel Touati
C’est l’histoire d’Ali, un brave et honnête homme qui préférait avoir des garçons plutôt que des filles et rêvait d’un héritier mâle, voyant en lui le futur Zidane et le n°10 de l’équipe nationale de football. Sa déception était à la hauteur de ses espérances puisque sa femme Samia accoucha successivement de trois filles.

•09h00 : Bonjour d'Algérie week-end •10h30 : Ouled el houma (03) rediff •11h00 : Sur le fil ''rediff'' •12h00 : Journal en français+météo •12h25 : Massadjid oua tarikh (13) •13h20 : Prière du vendredi (direct) •13h45 : Association Mustapha Belkhodja •14h00 : Réflexions •15h00 : Aila qui el nass •16h25 : Match à l'affiche ''''direct •17h50 : Journal en Amazigh •18h00 : Match à l'affiche ''''direct •19h00 :Journal en français+météo •19h30 : Khali el bir beghtah (10) •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Ma fille restera ma fille •22h20 : Gala artistique gala •23h20 : Sketch de cocktail

Vendredi

Jeudi 7 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du jeudi 3 Moharram 1435 correspondant au 7 novembre 2013 :
- Dohr.........….............12h32 - Asr.............................15h23 - Maghreb................... 17h48 - Icha……...……....... 19h08
Vendredi 4 Moharram 1435 correspondant au 8 novembre 2013 :

- Fedjr........................05h50 - Chourouk.................07h19

Les familles Kaïdi dits Sassi de Miramar et Bousarouala ont l’immense douleur de faire part du décès de leur cher et regretté Kaïdi Mehdi survenu en France à l’âge de 35 ans. Elles informent proches et amis que l’arrivée de la dépouille mortelle est prévue pour demain vendredi. La levée du corps se fera à partir du domicile familial sis à Miramar. L’inhumation aura lieu vendredi après la prière du Dohr au cimetière de Miramar. Qu’Allah Tout Puissant Accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’Accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. El Moudjahid/Pub du 07/11/2013

DECES

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er-Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci-Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed-Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

El Moudjahid/Pub

Le ministre des Affaires étrangères, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaires étrangères, très affectés par le décès de leur collègue M. Abrous Abdelhamid, présentent aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le ToutPuissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde.
République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural Direction de l’Administration des Moyens N°33/2013 NIF n° : 40.80.14.0000000.99

CONDOLEANCES

Vie pratique

29
République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural Direction de l'Administration des Moyens

Annulation d'un avis d'attribution provisoire de l'appel d'offres national
N°15/2013 PORTANT SUR LE DIAGNOSTIC, L’ÉTUDE, LE SUIVI ET LE CONTROLE DES TRAVAUX D'AMENAGEMENT

N° : 40.80.14.0000000.99 Le Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural, Direction de l'Administration des Moyens, informe l'ensemble des soumissionnaires que l'avis d'attribution provisoire du marché au «BET-TASSAMIM» relatif au diagnostic, l'étude, le suivi et le contrôle des travaux d'aménagement du siège du MADR, objet de l'appel d'offres national n°15/2013, est annulé par le service contractant.
El Moudjahid/Pub ANEP 548773 du 07/11/2013

ANEP 549346 du 07/11/2013

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Energie et des Mines GROUPE MANEL Spa EPE ORGM Spa NIF : N°0983350 19 043618

Avis d’infructuosité de l’appel d’offres national
Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) informe l’ensemble des soumissionnaires que l’appel d’offres national n°33/2013, relatif à l’acquisition de KITS IBR est déclaré infructueux par le service contractant conformément aux dispositions de l’article 122 du décret présidentiel n°20-236 du 7/10/2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics.
El Moudjahid/Pub

AVIS DE SELECTION

ANEP 548740 du 07/11/2013

Avis d’infructuosité de l’avis d’appel d’offres national et international restreint
N°02/EPE ORGM Spa/2013
Les sociétés ayant soumissionné dans le cadre de l'avis d'appel d'offres national et international restreint n°02/EPE ORGM Spa/2013, portant sur la fourniture et la livraison de cinq (05) sondeuses carottantes et accessoires, inséré dans le BOMOP, le BAOSEM et les quotidiens nationaux Echourouk et El Moudjahid sont informées qu'en application de l'article 15 du document «Instructions aux soumissionnaires», l'EPE ORGM Spa a déclaré l'infructuosité dudit appel d'offres. Motif : Une seule offre retenue après l'évaluation technique.
El Moudjahid/Pub ANEP 548701 du 07/11/2013

France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Cherche une Entreprise spécialisée en travaux d'étanchéité pour travaux et réfection des balcons au niveau du Centre national des chèques postaux d'Alger. Pour toute information, contactez-nous à l'adresse suivante : Centre national des chèques postaux Alger Service des moyens généraux 05, avenue du 1er-Novembre - Alger Tél/fax : 021 43 06 08 Le délai de clôture des offres est fixé à sept (07) jours ouvrables à compter de la date de la première parution dans le journal.
El Moudjahid/Pub ANEP 549089 du 07/11/2013

Jeudi 7 Novembre 2013

30

Bras de fer entre Boulhabib et Garzitto
LIGUE1 / CS CONSTANTINE
Le jeu du chat et de la souris entre l’homme à tout faire au club, Mohamed Boulhabib, et l’entraîneur des séniors, Diego Garzitto, semble de plus en plus prendre les allures de bras de fer entre les deux hommes.

Sports

EL MOUDJAHID

Un palpitant USMB-WAT à l’affiche
LIGUE II (11e JOURNÉE)

D

E

n effet, tout avait commencé par des déclarations de Boulhabib à la presse concernant l’attaquant Samir Henaïni, ramené par Garzitto dans ses valises et «imposé» au sein de l’effectif, selon le dirigeant, par ce dernier. L’entraîneur faisant la sourde oreille et continuant à faire confiance à son poulain, Mohamed Boulhabib n’a rien trouvé de mieux à faire que de cacher la licence de Henaïni, juste avant la rencontre face au CR Belouizdad samedi dernier, ce qui a rendu impossible la présence du joueur sur la feuille du match et surtout, mis

dans tous ses états le technicien franco-suisse qui aurait même menacé de démissionner. Cependant, une entrevue entre les deux hommes et la présence de Garzitto à la séance de reprise, lundi, a fait croire que l’incident était dépassé et que la hache de guerre était enterrée. Erreur, les hostilités ont repris de plus belle avant-hier lorsque le prétendant au remplacement de Henaïni au mercato, Nasreddine El Bahari, absent à la reprise, a été prié par l’entraîneur de quitter le terrain sous prétexte qu’il n’aurait pas besoin de ses services, chose qui a fait sortir de ses gonds Boul-

habib, partisan du recrutement dudit joueur, lequel affirmera que les jours de Garzitto au sein du club étaient désormais comptés. Le paradoxe, c’est que ces querelles interviennent au moment ou le CSC, invaincu depuis 26 journées, est leader du championnat de Ligue 1. Les supporters, quant à eux, espèrent que l’actionnaire majoritaire, Tassili Airlines, vienne mettre un peu d’ordre dans les affaires du club, notamment en pourvoyant le poste de directeur général, vacant depuis le départ de Badreddine Makroud en juin dernier. Issam B.

Le tirage au sort du 3e et dernier tour régional de la coupe d’Algérie de football, s’est déroulé lundi après midi au siège de la LRF Annaba à la Tabacoop. Ce tirage au sort du 3ème tour de la coupe d’Algérie 2014, est marqué par l’entrée en lice de l’USMAnnaba, le seul club de la ligue deux. Il s’est effectué en présence de personnalités du monde de football et à leur tête, le président de la ligue régionale Ahmed Mebrèk ainsi que les représentants des dix clubs engagés dans cette compétition. Le dernier tour nous propose des empoignades très chaudes à l’image du derby entre les deux équipes de Tébessa, à savoir l’UST et le WMT, le premier est sociétaire de la division nationale amateur par contre le second évolue en inter-régions. C’est une rencontre à suivre de près. L’affiche de l’ultime tour, est celle qui mettra aux prises, le nouveau promu de l’inter-région, le NRB El Kala à l’USMAnnaba au stade de l’Opow d’El Tarf. C’est un match difficile, pour les tuniques rouges contre une équipe motivée à domicile. Idem pour la confrontation entre deux pensionnaires de l’inter régions Est, qui opposera l’IRB El Hadjar au NRBChréa au stade d’Ouenza. D’ailleurs les dirigeants d’El Hadjar, ont émis des réserves sur la domiciliation de cette rencontre à Ouenza, près de Chréa dans la wilaya de Tébessa. Néanmoins, le duel qui devra se dérouler au stade Abda Ali de Guelma, entre, le CSHama Loulou de Souk-Ahras et la JSPont-Blanc d’Annaba, deux clubs évoluant en inter –régions EST, s’annonce très équilibré. En fin, l’Escadron noir de Guelma croisera le fer avec la cendrillon de cette étape, la JSChbaita-Mokhtar, un club de la régionale deux, au stade chabou d’Annaba. B. Guetmi

Des confrontations très chaudes
LRF ANNABA/ COUPE D’ALGÉRIE (DERNIER TOUR RÉGIONAL)

Programme des rencontres
Vendredi 15 et samedi 16 novembre à 14 heures 30mn A El Tarf (OPOW) : A Ouenza : A Annaba (Chabou) : A Tébessa (OPOW) : A Guelma (Abda Ali) : NRB El Kala – USM Annaba IRB El Hadjar – NRB Chréa ES Guelma – JS Chbaita Mokhtar US Tébessa – WM Tébessa CS Hama Loulou – JS Pont Blanc

La sélection nationale du Ghana effectuera du 11 au 18 novembre, un stage de préparation en Turquie, en prévision du match contre l'Egypte, prévu le 19 novembre au Caire, en barrages retour qualificatif au Mondial 2014, a indiqué mardi, la Fédération ghanéenne de football (GFA). Ce stage préparatoire devait avoir lieu à Addis-Abeba en Ethiopie, avant que la GFA ne décide de le délocaliser. «Les plans initiaux prévoyaient de se préparer en Ethiopie. Mais, finalement les joueurs seront en stage en Turquie à partir du 11 novembre», écrit la GFA sur son site officiel. Aucune raison n’a été évoquée pour justifier ce changement de lieu. En prévision de cette rencontre retour, le sélectionneur des «Black Stars», Kwesi Appiah a convoqué 24 joueurs dont le revenant, le milieu du terrain Kevin-Prince Boateng (Schalke 04/Allemagne).

Les Black stars délocalisent leur lieu de stage
EGYPTE-GHANA

éfaits contre toute attente lors de la précédente journée, le leader l’USMBA et son dauphin l’ASMO, espèrent renouer avec la victoire à l’occasion de la 11e journée du championnat de ligue 2. En effet, les deux équipes reçoivent sur leur terrain respectivement l’ASK et l’ABS, qui sont loin de constituer des foudres de guerre, même si on football, il ne faut jamais jurer de rien. Une manière pour eux de signifier aux autres candidats à l’accession, qu’ils ne sont pas disposer à leur céder du terrain et qu’ils ne lâcheront rien dans la perspective d’arriver à bon port d’ici la fin de la saison. L’OM, l’actuelle équipe surprise de la ligue 2, devrait évoluer sur du velours en accueillant dans son antre et devant son public l’ESM, Lanterne rouge du championnat et qui n’a pas fini de manger son pain noir. Potentiel candidat à l’accession en début de saison, l’Espérance est en train de vivre un véritable cauchemar. Les gars à Slimani espèrent un réveil et un sursaut d’orgueil rapide pour espérer sauver leur saison pour éviter le purgatoire. Certes, leur périlleux déplacement à Médéa tombe mal, toutefois, ils ne désespèrent pas d’accrocher les Médéens. Avec un seul point au classement, les Mostaganémois n’ont plus droit à l’erreur au risque de s’effondrer. Le choc de cette 11e journée, nous propose un sulfureux USMB-WAT, dans une confrontation qui ne manquera pas de piment, entre deux adversaires qui se connaissent bien et qui jouent à fond la carte de l’accession cette saison. Les Blidéens défaits au stade du 20 août face au Nasria, le week-end dernier, auront à cœur de se racheter de leur fauxpas devant leur exigent public. Une

bonne performance leur permettra de se rapprocher d’avantage du peloton de tête. Le Widad de son côté, ne se déplacera pas à Blida en victime expiatoire et fera tout pour ne pas rentrer bredouille à la maison, auquel cas il sera devancé par son adversaire du jour au classement. Le NAHD qui reprend des ailes depuis l’arrivée de Younès Ifticen, aura lui fort à faire au vu de son difficile déplacement à Saida où le Mouloudia local l’attend de pied ferme. Un match qui s’annonce indécis pour les deux équipes qui certes sont mal parties pour disputer la montée aux actuelles équipes de tête, mais qui gardent espoir néanmoins d’un retour au premier plan. Cela passera impérativement par une série de résultats positifs lors des prochains matches. Le CAB et l’USMAn qui sont logés à même enseigne en milieu de tableau, ne se feront pas de cadeau. Les débats s’annoncent serrés entre ces deux formations qui tiennent absolument à rattraper le temps perdu et à réussir leur saison. Enfin, USC-ABM et USMMH-MSPB seront à suivre avec curiosité, puisqu’elles opposeront des équipes pas très au point en ce premier tiers du championnat, en occupant le bas du classement. Mohamed-Amine Azzouz
Programme : Vendredi à 15h00 CAB - USMAn ASMO - ABS OM - ESM USC - ABM USMMH - MSPB MCS - NAHD USMB - WAT USMBA - ASK

Il semblerait que le président du Mouloudia de Constantine, Abdelhak Demigha, ait décidé de maintenir le manager général du club, Djamel Adlani, au poste d’entraineur de l’équipe fanion, et ce à la faveur du visage présenté par les blancs face à l’AS Aïn Mlila vendredi dernier (2-1). On se souvient qu’au lendemain de la démission de Nour Benzekri, le président avait demandé à Adlani d’assurer l’intérim, et qu’en dépit d’une défaite étriquée face au WA Ramdane Djamel (0-1), l’équipe avait montré beaucoup plus de combativité que par le passé. Signe qui ne trompe pas : les joueurs de Adlani, menés dans un premier temps contre l’ASAM, ont pu revenir au score et remporter la rencontre, ce qui dénote un état d’esprit nouveau et plus de volonté et de hargne. Pour rappel, l’ancienne fi-

Adlani parti pour rester
MO CONSTANTINE

gure du grand MOC des années 70 a déjà eu a driver les blancs lorsqu’ils évoluaient au premier palier du championnat. Sur un autre plan, le défenseur latéral gauche, Lotfi Dahemri, n’a pas donné signe de vie depuis plus de deux semaines. Selon certaines sources, ce dernier bouderait le club depuis la décision du nouveau coach de ne pas l’aligner face au WARD. I. B.

Jeudi 7 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

Cette 11e journée du championnat national de Ligue1 sera incontestablement marquée par le grand derby du Centre entre le MCA et l'USMH, au stade de Bologhine. Ce face-à-face éclipsera les autres empoignades.

MCA-USMH : derby indécis
LIGUE 1 (11e JOURNÉE)

Sports

31 Dans la lucarne

T

outefois, les amateurs de la balle ronde ne vont pas manquer de suivre avec une attention particulière ce que fera l'ESS et la JSK, les deux codauphins face respectivement à la JS Saoura et au CABBA. Si ces deux formations parviennent à bien négocier leurs sorties, elles pourront se maintenir en haut du tableau au cas où le leader constantinois n'arriverait pas à passer, à Blida au stade Brakni, l'écueil du RC Arbaâ. Il est évident que les fans usmistes vont suivre avec une attention accrue la virée oranaise des "Rouge et Noir" à Zabana devant le MC Oran, une équipe capable du meilleur comme du pire. Il y a lieu aussi de mettre en exergue le grand face-à-face entre les deux lanternes rouges, la JSM Béjaïa et le CRB Aïn-Fekroun. Ces deux équipes comptent cinq points chacune. C'est très insuffisant du fait que l'écart sur le troisième club relégable est assez important. Ceci dit, la grande fête aura lieu au stade de Bologhine entre deux grands rivaux. La saison écoulée la manche retour entre le MCA et l'USMH n'a pas eu lieu à cause du fait que la LFP avait refusé de la programmer au stade du 5-Juillet. Comme la structure de Kerbadj avait maintenu sa domiciliation au stade du 1er-Novembre d'El Mohammadia, les supporters du MCA, au Sheraton avaient empêché les joueurs de jouer ce match. Conséquence, le MCA a perdu sur tapis vert après que le forfait eut été officialisé. Cette fois-ci, les fans du MCA vont se déplacer en masse à Bologhine en vu de soutenir leur équipe à glaner les trois points comme elle l'a fait devant le RCA Date Samedi 09 Novembre 2013 « « Rencontre

et la JSK. Il est certain que cette enceinte sera pleine comme un œuf par les fans des deux équipes On a prévu la tribune opposée à celle dite officielle aux fans harrachis. Le MCA sera amoindri par l'absence de quelques "cadres" comme Kacem, Gharbi, Ghazi, Hachoud (suspendu) et Metref. Néanmoins, Geiger aura assez de cartes pour composer une équipe assez compétitive pour stopper les Harrachis qui seront animés d'une farouche détermination à faire oublier à leurs supporters leur semi-échec at home devant les Chélifiens sur le score de 1 à 0. Charef ne pourra pas compter sur Karaoui qui reste incertain. Toutefois, il Catégorie Horaire Lieu Stade 20 Aout 55 Alger

pourra aligner une équipe qui sera capable de damer le pion aux Mouloudéens, même s'ils évoluent à domicile. Il est certain que les problèmes financiers auxquels les "Jaune et Noir" sont confrontés actuellement, certains joueurs ont été payés alors que d’autres ne l'ont pas été, vont poser quelques problèmes à l'équipe. Néanmoins, les dirigeants, pour désamorcer la crise ont demandé à leurs joueurs de ne parler d'argent qu'après le déroulement derby. Les Mouloudéens qui évolueront dans leur jardin pourront profiter de cette situation. Que le fairplay soit au rendez-vous ! Hamid Gharbi

Le doyen des clubs algériens est secoué ces derniers temps par quelques remous concernant son sigle et les couleurs du club. Ils ont été pourtant acquis officiellement par la Sonatrach dans les règles de l’art lorsqu’Omar Ghrib était le président du CSA. Comme il a été suspendu de toutes activités sportives par la LFP, la querelle entre le CSA d’Amar Brahmia a refait surface. Cette structure veut qu’elle soit reconnue par la SSPA. Elle exige pour cela une somme faramineuse sur 3 ans en plus de 33%, sinon, elle va retirer le sigle et les couleurs du club de Sonatrach. Elle a donné une semaine comme ultimatum avant de passer à l’acte. La réponse des responsables de la SSPA/le doyen à leur tête le DG, Boudjemaâ Boumella, n’a pas tardé à venir. Ils refusent catégoriquement de signer la convention comme le leur avait proposé le CSA de Brahmia. Ils estiment qu’ils sont dans leur droit et que personne ne peut leur enlever ni le sigle, ni les couleurs du club. Les responsables de la SSPA semblent sûrs de leur position et ils ont même voulu, en filigrane, les défier d’agir comme ils l’entendent. « Qu’ils s’aventurent d’enlever le sigle et les couleurs du club », avait-on dit. Ils ont exhibé les règlements qui leur donnent raison. Le CSA de Brahmia aussi a basé ce qu’il avance sur les règlements. L’un parle de l’article 8 et l’autre du 15 des statuts. Il faut dire que le MCA, le doyen des clubs algériens ne mérite pas de vivre une telle situation. Car avec la prise en main de l’équipe par la Sonatrach, l’entreprise « nourricière » de l’Algérie, on avait tous pensé que désormais les querelles de clocher sont du domaine du « has been ». Voilà que le feuilleton mouloudéen refait surface. Dans les autres clubs, tout le monde a remarqué que le CSA ne fait pas la « une », contrairement au MCA qui contribue, malgré lui, à noircir, chaque jour que Dieu fait, la plupart des journaux sportifs. Il est certain que les supporters du club mouloudéen ont besoin plus que jamais de sérénité afin de permettre à l’équipe de ne penser qu’à réaliser les grands résultats, et notamment jouer le titre de champion ou la coupe d’Algérie. Que cessent ces querelles stériles et surtout nuisibles pour la stabilité du club et qui contribuent par leurs répétitions à nuire à sa bonne réputation. Hamid Gharbi

G

Boumella et le CA intransigeants
LITIGE SSPA/LE DOYEN MCA-CSA

CRB / MCEE Séniors 16H00

MCO / USMA Séniors 17H45 Stade Zabana Oran

Mohamed Bichari dirigera le derby MC Alger-USM Harrach

1er Novembre JSK / CABBA Séniors 17H00 Stade Tizi Ouzou Vendredi 08 Novembre MCA / USMH Séniors 16H45 Stade Bologhine 2013 Alger Stade 08 Mai 45 « ESS / JSS Séniors 18H00 Sétif Boumezreg « ASO / MOB Séniors 18H00 Stade Chlef « « RCA / CSC Séniors 15H00 Brakni Blida Stade de l’Unité MaJSMB/CRBAF Séniors 18H00 ghrébine Bejaia Huis

L'arbitre international, Mohamed Bichari, dirigera le derby algérois entre le MC Alger et l'USM Harrach, prévu ce vendredi au stade Omar Hamadi (16h45), comptant pour la 11e journée du championnat professionnel de Ligue 1, rapporte la ligue de football (LFP) sur son site. Bichari sera assisté de Salaouadji et Bourouba, alors que le quatrième arbitre est Hallalchi.

Les condoléances du président de la FAF
DÉCÈS DE LOUNIS MATEM

Le président de la Fédération Algérienne de Football, M. Mohamed Raouraoua, ainsi que les membres du Bureau Fédéral et l’ensemble des cadres et personnels de la FAF, profondément touchés par le décès de M. Lounis Matem, ancien joueur de l’équipe nationale et de l’ES Sétif, présentent leurs condoléances les plus attristées à la famille et aux proches du défunt et leur expriment leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant, accorder au défunt Sa sainte miséricorde.

Rolland Courbis n’est plus l’entraîneur de l’USMA. Comme il fallait s’y attendre, le technicien marseillais a démissionné de son poste d’entraîneur en début de semaine suite, dit-il, à un problème relationnel avec le DG de la SSPA /USMA. Bien qu’il ne l’ait jamais nommé directement, Courbis a toujours fait allusion à lui, le traitant de « pyromane à l’intérieur du club, mettant le feu pour ensuite l’éteindre dans la foulée pour plaire au président ». Alors qu’il disait qu’il n’était pas pressé de démissionner, Courbis a fini pourtant par jeter l’éponge. Tout s’est accéléré pour le consultant de RMC ce dimanche. Lui annonce sa démission après une entrevue avec Ali Haddad. Celui-ci ne s’est pas opposé à son départ. Mieux, il lui a trouvé un successeur dans la foulée : Hubert Velud. L’ancien coach de l’ESS, champion d’Algérie en titre s’est engagé officiellement avec l’USMA jusqu’à la fin de la saison. « Je n’ai pas eu besoin de réfléchir. J’ai dit oui directement car le discours du président a été convainquant. Il m’a rassuré quant aux conditions de travail. Nous nous sommes entendus sur les objectifs à

« Je n’avais pas besoin d’être motivé pour dire oui »
HUBERT VELUD (NOUVEL ENTRAÎNEUR DE L’USMA) :

Quatre joueurs du championnat d'Algérie de Ligue 1 professionnel de football sont suspendus pour un match, assorti d'une amende de 30.000 DA pour "contestation de décision", lors de la 10e journée de la compétition disputée les 1er et 2 novembre dernier. Les quatre joueurs suspendus sont Hachoud Abderrahmane (MC Alger), Fellah Ahmed (RC Arbaâ), Cheurfaoui Tarek (RC Arbaâ) et Bousmaha Nabil (JS Saoura). D'autre part, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a infligé une amende de 30.000 DA au MC Oran, au MC El Eulma, au CR Belouizdad et au MO Bejaia pour "utilisation de fumigènes". Le MC Oran a écopé d'une autre amende de 50.000 DA pour mauvaise organisation lors du match contre le CA Bordj Bou Arréridj disputé le 26 octobre dernier. D'autre part, la LFP a laissé ouvert le dossier de la rencontre JS Saoura-JSM Bejaia (2-0) de la 10e journée pour complément d'informations.

Hachoud, Fellah, Cheurfaoui et Bousmaha suspendus
SANCTION

atteindre. Il ne reste plus qu’à se mettre au travail », a-t-il déclaré dans la foulée de sa nomination. L’ex-sélectionneur du Togo a été présenté à la presse hier. Il devra entamer sa mission dans les prochaines heures, surtout qu’il vient d’être présenté à la presse. Reste après à s’entendre sur certains points, notamment la composante du

staff. Car il se dit que l’ancien staff devrait être renouvelé. Pour le moment, aucune décision n’a été prise. Bilel Dziri pourrait être retenu, mais tout dépendra de l’aboutissement des négociations en interne. Tout devra se décider dans les toutes prochaines heures. A. Benrabah

Jeudi 7 Novembre 2013

Pétrole Le Brent à 105.80 dollars

L

"La création de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (CARIC) renforcera l’appropriation par l’Afrique de son destin", a affirmé, mardi à Pretoria, le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, dans son intervention devant les participants à la réunion de consultation au niveau des chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Union africaine (UA), consacrée à l’examen des modalités d’opérationnalisation de la CARIC. e ministre de la Communication, qui a représenté le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à cette réunion au sommet, a précisé que le déploiement de cette force "devrait se faire sous mandat de l’UA, conformément à l’acte constitutif de l’Organisation panafricaine". M. Messahel a, par ailleurs, rappelé que "de nouvelles menaces sont apparues comme le terrorisme et le crime organisé qui sévissent dans plusieurs régions d’Afrique", ainsi que "la disponibilité de l’Algérie à apporter son soutien matériel, en formation et en matière d’échange de renseignement à la CARIC, et ce, dans la limite de ses CARIC, dans des situations d’urgence, d’une contribution financière. Les moyens". Plusieurs chefs d’État ont s’inscrit dans le cadre de l’architecture chefs d'État et de gouvernement ont pris part à cette réunion qui a soutenu africaine de paix et de sécurité de également examiné les résultats de la la mise en place de la CARIC, dont la l’UA. réunion des chefs d’état-major qui création a été décidée lors du dernier Les chefs d'État d’Afrique du Sud, s’est tenue le 3 novembre 2013 à Presommet de l’UA, tenu à Addis-Abeba d’Ouganda, de l’Angola et du Tchad toria, au cours de laquelle ont été défien mai 2013. Les participants ont rap- ont annoncé la mise à la disposition de nis les modalités et principes pelé que le déploiement rapide de la la CARIC, de contingents militaires et d’opérationnalisation de la CARIC.

« La CARIC renforcera l’appropriation par l’Afrique de son destin » déclare M. Messahel

RÉUNION DE CONSULTATION DES CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DES PAYS DE L’UNION AFRICAINE

Monnaie L'euro à 1.353 dollar

D E R N I E R E S

L e président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a évoqué, hier à Alger, avec l'ambassadeur des Emirats arabes unis, Ahmed Ali Elmil Elzaabi, qui lui a rendu une visite de courtoisie, les relations bilatérales dans les domaines politique et parlementaire. Lors de l'entretien qui a porté sur "les relations bilatérales dans les domaines politique et parlementaire", les deux parties ont salué le niveau de ces relations privilégiées, qui reflètent la volonté des responsables des deux pays et les liens de fraternité entre les deux peuples et leur aspiration à réaliser davantage de progrès", indique un communiqué du conseil. L'entretien a également permis de passer en revue "la situation générale prévalant dans le monde arabe et les défis actuels auxquels sont confrontés les pays de la région". Sur le plan parlementaire, "les deux parties ont salué la poursuite des consultations entre le Conseil de la nation et le Conseil national fédéral, ainsi que leur attachement à coordonner les positions lors des rencontres parlementaires régionales et internationales".

M. Bensalah évoque avec l'ambassadeur émirati les relations bilatérales politiques et parlementaires

L

e Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major Hamel Abdelghani, a insisté, hier à Tipasa, sur la nécessité, pour les forces de police, de se conformer au respect des droits de l’homme dans le traitement des mouvements de protestation. Dans une déclaration à la presse, à l’issue de sa visite de structures de la Sûreté nationale dans la wilaya, le DGSN a rappelé qu’il accorde "une extrême importance au respect des droits de l’homme dans le traitement des mouvements de protestation, en se conformant aux techniques de gestion

Le général major Hamel insiste sur le respect des droits de l’homme lors de mouvements de protestation

LE DGSN EN VISITE D’INSPECTION À TIPASA

APRÈS LA PROFANATION DE L’EMBLÈME NATIONAL AU CONSULAT D’ALGÉRIE AU MAROC

démocratiques des mouvements de foule, qui ont fait leur preuve d’efficacité en plusieurs fois". Interrogé sur la lutte contre la criminalité et la délin-

quance en milieu urbain, le premier responsable de la Sûreté nationale a assuré que "les unités territoriales des forces de police sont constamment prêtes pour la protection des personnes et des biens, et ce tant au niveau central que local". Durant sa visite, le général major Hamel a inauguré un nouveau siège de la sûreté urbaine dans la ville de Tipasa, ainsi qu’un centre familial de repos à Aïn Tagouraït. Le DGSN a présidé également une cérémonie en l’honneur de retraités de la Sûreté nationale, en reconnaissance des services rendus durant leur parcours professionnel.

U

A

l’instar de nombreux partis politiques et acteurs de la société civile, l’Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC) a fortement dénoncé la violation des locaux du consulat général d’Algérie à Casablanca, mais aussi la profanation de l’emblème national par un groupe «d’énergumènes» à la «solde du makhzen du Maroc». «Profaner notre drapeau pour lequel un million et demi de martyrs ont sacrifié leur vie pour que nos couleurs flottent en toute liberté, c’est tout simplement ignoble et inadmissible», a déclaré Tayeb El-Houari, secrétaire général de l’ONEC, lors d’un regroupement de protestation et de dénonciation des membres de l’organisation, hier, à l’hôtel Dar Diaf de Chéraga. Ce qui est certain, ce groupe d’individus, affirme le responsable de l’ONEC, qui a osé profaner notre emblème, n’a pas agi de son propre gré, mais c’est un acte commandé par le makhzan. «C’est un acte criminel», dit-il. Il a, par la suite, exigé des autorités marocaines d’infliger les sanctions les plus sévères aux auteurs et à présenter leurs excuses au peuple algérien qui considère le peuple marocain comme un peuple frère. «Toute cette campagne médiatique hostile menée par le régime marocain, qui ne dit pas son nom, contre

L’ONEC dénonce et qualifie l’acte de « criminel et ignoble »

notre pays, dénote, une fois de plus, la haine qu’éprouvent les dirigeants de ce pays à l’égard de notre patrie», a-t-il lancé. L’ONEC a également affirmé son appui aux démarches de l’État algérien «sous la direction clairvoyante du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika», concernant «la position constante de l’Algérie en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux décisions de l’ONU, de l’Union africaine (UA) et bon nombre d’organisations internationales». Tayeb El-Houari ajoute : «Bafouant d’une façon intolérable les droits de l’homme en opprimant le peuple sahraoui qui lutte pour son indépendance et ne considérant aucunement les conventions de Genève, le régime marocain a dépassé les limites en montant de toutes pièces ce qu’il appelle l’acte isolé. Il (le régime marocain, ndlr) n’arrête pas de créer des crises avec l’Algérie, et les résultats de la dernière rencontre africaine de soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination tenue à Abuja (Nigeria, ndlr) ont accentué son attitude indigne vis-à-vis de l’Algérie. Ces agissements sont condamnables, au regard des liens et relations fraternels et historiques entre les deux peuples.»     Mohamed Mendaci

Une tentative de transfert Lounis Mattem , illicite de 4 millions de dollars une icône déjouée ne tentative de transfert illicite d’environ 4 mildu football lions de dollars américains a été déjouée hier par les services de douanes à Béjaïa, a annoncé à national Oran, le directeur général des douanes. "Nous venons de

IL A ÉTÉ INHUMÉ HIER À SÉTIF

ne mission regroupant une centaine de hadjis prise en charge par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, est rentrée, mardi soir, au pays, après avoir accompli les rites du hadj 2013 dans de bonnes conditions. Cette mission est composée de hadji issus de plusieurs wilayas et résidant, pour la plupart, dans des centres pour personnes âgées relevant du secteur de la Solidarité nationale, ainsi que des personnes démunies. La mission a été accueillie à l'aéroport Houari-Boumediene par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Souad Bendjaballah. Les hadjis ont adressé un message de "remerciement et de reconnaissance" au Président de la République qui leur a permis d'accomplir les rites du hadj. Dans leur message, les pèlerins ont souhaité "un bon rétablissement et un longue vie" au Président de la République pour qu'il puisse "parachever le parcours pour lequel il a travaillé sans relâche depuis son jeune âge au service du pays et hisser ce dernier au rang des pays développés". Tout au long de leur pèlerinage, ont déclaré les hadjis, "nous avons prié Dieu Tout-Puissant pour préserver notre cher pays, ainsi que toute la nation musulmane".

Retour d'une centaine de pèlerins

HADJ 2013

BÉJAIA

U

C’est par une foule nombreuse, composée de responsables , anciens coéquipiers et foot- balleurs venus de tous les coins du pays, amis et anciens inconditionnels, que Mattem Lounis, le feu follet de la glorieuse Entente de Sétif et de notre équipe nationale durant les années soixante, a été accompagné hier vers sa dernière demeure au cimetière de Sid El- Khier, où il a été inhumé. Dans le climat émouvant qui caractérise ces instants emprunts également de beaucoup de tristesse, chacun s’attelait à se remémorer la brillante carrière de grand footballeur que l’on peut qualifier, sans nous tromper, d’icône du football algérien et de grande star qui brilla de mille feux dans ce merveilleux périple à l’Entente de Sétif. F. Zoghbi

déjouer une tentative d’exportation et le transfert illicite de 4 millions de dollars", a déclaré à l’APS, M. Mohamed Abdou Bouderbala, en marge de la cérémonie de sortie de la première promotion des officiers des brigades à Oran. "Ceci est le fruit d’un important travail que nos services mènent pour protéger l’économie nationale", a ajouté le même responsable, sans donner d’amples détails sur cette affaire. "Une enquête est ouverte pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire", a également précisé M. Bouderbala, assurant que ses services poursuivront la lutte contre "les personnes indélicates qui tentent de transférer illégalement de l’argent". "La lutte contre le transfert des capitaux et le blanchiment d’argent demeure une des priorités et des missions de la douane algérienne", a encore rappelé le DG de ce corps constitué.

L’ambassadeur d’Algérie au Mexique, Abdelhamid Abrous, est décédé mardi à Mexico à l’âge de 59 ans suite à un AVC, a-t-on appris hier auprès du ministère des Affaires étrangères. Abdelhamid Abrous a occupé, durant sa carrière, plusieurs postes de responsabilité au ministère des Affaires étrangères, dont celui de directeur du département Europe. Il a également été ambassadeur d'Algérie au Zimbabwe.

Décès de l’ambassadeur d’Algérie au Mexique