You are on page 1of 7

QUAND UNE BOBINE DEVIENT UN AIMANT

1- LE VIBREUR – PRINCIPE D’UNE SONNETTE ELECTRIQUE A- Dans le montage ci-dessous :

contact électrique

B

A

Lorsqu’on ferme le circuit en réalisant un contact entre le clou B et l’extrémité du bobinage, on obtient une vibration de la lame. L’objectif consiste à expliquer cette vibration. Mais en partant du pré-requis suivant : une bobine de fil conducteur isolé se comporte comme un aimant lorsqu’elle est parcourue par un courant électrique. Cet effet est renforcé si l’on place un noyau de fer ou d’acier à l’intérieur de la bobine. C’est le principe de l’électroaimant qui peut être montré aux élèves de cycle 3 mais que bien évidemment l’on ne peut chercher à expliquer. Les photos qui suivent montrent comment l’on peut réaliser cette mise en évidence :

Comment réaliser un bouton poussoir ?
(pour circuits à faible tension !!)

Nous voyons là qu’une lamelle de pile usagée ( trouée à l’aide d’un petit clou et d’un marteau) et deux punaises suffisent !

Si l’expression « devient un aimant » passe mieux. .Montage permettant de constater l’effet magnétique du courant électrique. Ainsi à mon sens il est totalement inutile de parler de champ magnétique. adoptons-là. Ils retombent dès que le circuit est ouvert B – Dessin de ce montage en vue de dessus Le chemin du courant au stylo rouge1 Deux remarques importantes : .Sans l’explicitation du chemin du courant pas de construction de connaissances ! C. le tube de fer attire les petits clous. l’ensemble gros clou + bobine se comporte2 comme un aimant. Je propose une explication de ce type : Lorsque je ferme l’interrupteur. effet qui à notre niveau est inexplicable. 1 2 Pratique que l’on peut instaurer à propos du jeu question-réponse ou du jeu d’adresse.A l’école mieux vaut un dessin épuré qu’un schéma trop abstrait ! Cela n’exclut pas quelques règles : la lame en vue de dessus est représentée par un trait. doit toujours dans un premier temps. Il restera donc « magique » ! Lorsqu’on appuie sur le bouton poussoir.Pourquoi ça vibre. se dépouiller de toute formulation « scientifique » n’ayant pas de sens pour les enfants. étapes par étapes Il est important d’entraîner les élèves à sérier les étapes. . Le maître lui.

Dessin n° 2 et n° 3 La lame est bien dessinée vue en vue de dessus sur le n°3. C’est aussi le cas de nombreux adultes ! Sur le dessin n° 4. reprend sa forme initiale lorsque les deux forces ne s’exercent plus ». 4 En sciences aussi. Le circuit s’ouvre alors au niveau du petit clou A. sa partie supérieure).Quelques productions d’élèves traduisant des conceptions. En classe on peut expliciter le chemin parcouru mais ce qui circule reste implicite. Rappel : à l’école la notion ou le concept se construisent à partir du concret et donc de l’exemple. La lame qui est élastique3 revient dans sa position initiale. Sur les dessins n° 2 et 3 les élèves semblent penser que le courant « se propage » le long de la lame. Tout recommence… La lame va et vient sans cesse : elle vibre5. Le mot élastique appartient au langage courant mais possède une signification précise en physique : « matériau qui lorsqu’il est déformé sous l’effet de deux forces opposées. La bobine cesse alors d’être aimantée et n’attire plus la lame. nous savons utiliser le participe présent à bon escient !! 5 Noter ici que le mot « vibre » (vibration) est amené par l’exemple. 3 . Ce n’est pas vraiment gênant mais il n’est pas Dessin n°1 possible d’avancer dans ce sens. D . un élève a au contraire deviné (compris ?) que le courant ne passait que dans un partie de la lame entre les points de contacts. fermant4 à nouveau le circuit. Le courant en tant que mouvement d’électrons n’est même pas abordé au collège. Comment tenter de dépasser ces conceptions ? Dessin n°2 Dessin n°1 tentative de représentation d’un sens du courant. cette définition s’applique ici.- La lame est donc attirée (en réalité. il faut accepter que notre enseignement ait ses limites.

Dessin n°4 Dessin n°3 Afin de tenter de dépasser l’idée selon laquelle le courant passerait le long de la lame. le principe du filament de l’ampoule à incandescence6. 2 contact du petit clou A. Seule la partie du fil située entre les deux bornes devient incandescente . On pourra faciliter le transfert auprès des élèves en rapprochant dans l’espace les schémas des deux expériences : A Il faut remettre totalement en cause l’idée selon laquelle une expérience de physique ne pourrait avoir qu’une seule utilisation pédagogique. La bonne attitude me paraît consister à puiser dans nos diverses connaissances ce dont nous disposons qui pourrait tendre à faire évoluer les conceptions des élèves. permet de montrer aux élèves (qui ne connaissent pas la loi de Joule). En ce qui concerne le vibreur le circuit passe seulement entre les 2 contacts : 1-fils jaune-lame . Trouver une solution satisfaisante demande parfois du temps à l’enseignant. On place un fil d’acier fin7 entre les bornes d’une pile plate. L’incandescence matérialise « là où le courant passe ». 7 A extraire d’une paille de fer pour le récurage des casseroles 6 . je propose de revenir à l’expérience qui en général.

E – Quelques indications pour la construction du montage. Dessin n° 6 : Tentative intéressante mais il y a un croisement de fils. Il vous faut un montage pour 4 élèves au maximum. ) On peut rappeler ici que le fil du bobinage est isolé et qu’en conséquence le courant ne peut passer dans le gros clou. Réaliser un aller.Acheter quelques gros clous.Avec du fil téléphone réaliser un bobinage serré sur le clou.b. . Pour réaliser cette dernière opération vous disposez de deux solutions : . enlever la peinture ( au moins là où il y aura contact électrique ) puis fixer la lame.Lame de scie à métaux : Il faut : la couper en deux en la pliant. un retour et à nouveau un aller (trois couches) -c.a. (j’ai pu constater que certains étudiants concevaient les choses ainsi. mais il aura tout aussi bien pu penser que le courant passait à travers le gros clou. c’est fâcheux. .Dessin n°6 Dessin n° 5 Dessin n° 5 : L’élève n’a peut-être pas réfléchi en voulant faire vite.

verticaux . Le moteur Jeulin ci-contre est constitué d’un aimant ( stator : partie rouge à gauche) et de bobines incrustées de fer doux (rotor). se comporte comme un aimant. Tous les moteurs électriques sont basés sur ce principe de la bobine qui.Réaliser les divers contacts -e-Tester en jouant sur la distance : lame – gros clou 2. Cette bobine (rotor) sera mise en mouvement en étant attiré par un aimant (stator). à droite sur la photo) assure le fait que la bobine soit toujours attirée dans le même sens par l’aimant du stator.REALISER UN MOTEUR ELECTRIQUE ELEMENTAIRE. Ce dernier peut être lui même un électroaimant.Soit utiliser le trou de fixation de la lame : rapide) soit avec des petits clous :( moins élégant. . Il peut être motivant et instructif pour les élèves de construire et faire fonctionner le moteur électrique élémentaire ci-dessous : Le pouce levé de la pile constitue un bon présage : ça va marcher !! Il faut du fil de cuivre pour bobinage8 : ATTENTION contrairement aux apparences ce fil est isolé par une couche de vernis. 8 Que l’on peut acheter chez Jeulin ou Pierron ou mieux récupérer sur des vieux transformateurs ou moteurs. Un système de contacteurs « balais » (en cuivre. plus -d. parcourue par un courant.

Chantal – Centre IUFM de Melun – Mai 2007 .réaliser la petite bobine : une gomme peut servir de gabarit. Il faut ensuite bien sûr plier la grande lame afin que la bobine.P. Attention le trou sur la petite lame doit se situer le plus haut possible afin de laisser de l’espace à la bobine au-dessus de l’aimant. il n’y aura plus d’attraction et la bobine par inertie continuera de tourner jusqu’à ce que le contact se rétablisse et qu’elle soit attirée de nouveau….Enfin et c’est le plus important : il faut gratter avec du papier de verre LES DEUX EXTREMITES DE LA BOBINE (son axe) MAIS SEULEMENT D’UN SEUL COTE DU FIL.percer les lames de la pile à l’aide d’un petit clou. elle oscillerait alors ( attirée puis repoussée sans cesse). ») Voilà comment on peut établir une liaison entre ce que l’on propose aux élèves en électricité d’une part et les expériences réalisées avec des aimants d’autre part. soit horizontale . Sur la photo ci-contre la bobine est vue floue car elle tourne !!! L’aimant puissant et plat utilisé ici. POURQUOI ? Afin que la bobine ayant effectué un demi tour sur ellemême soit pas repoussée par l’aimant. En ne grattant que d’un côté la bobine sera attirée puis le courant sera coupé.Etapes principales de la construction -a. -b. une fois logée dans les trous. est du type ferrite fourni par Jeulin (voir cours : « Le matériel en S. -c. Le but de ce document consistait donc à mettre à votre portée ces activités qui ne manqueront pas de passionner vos élèves de CM. M. Attention elle doit être équilibrée c’est à dire que la masse doit être la même d’un côté et de l’autre de l’axe.