You are on page 1of 105

SPECIFICATION TECHNIQUE EDF

OCTOBRE 2000

HN 64-S-44 version E 2ème édition

Coffret d’interface de télécommande des interrupteurs 400 A (ITI)

ELECTRICITE DE FRANCE / CENTRE DE NORMALISATION

EDF SPECIFICATION TECHNIQUE

HN 64-S-44
Octobre 2000 2ème édition

Titre

Coffret d’interface de télécommande des interrupteurs 400 A (ITI)
(Interfacing unit for the telecontrol of 400 A switches)

Nombre de pages

104 (y compris annexes)

Type

Spécification technique

Document(s) associé(s)

HM-24/98/077C Annule et remplace la spécification « Coffret d’interface de télécommande des interrupteurs 400 A (ITI) » HN 64-S-44 ère 1 édition de mars 1991. Cette spécification technique s’applique aux coffrets d’interface permettant la télécommande d’interrupteurs HTA400 A situés dans l’appareillage préfabriqué sous enveloppe métallique monobloc ou modulaire. (This technical specification applies to interfacing units for telecontrol of switches HTA 400 A inside metal enclosed prefabricated switchgear single-pices or modular).

Résumé

Auteurs

Cette spécification a été rédigée par : - G. SONZOGNI (DER-ERMEL-LGE) A. BARTHELEMY (DER-ERMEL-LGE) - R. LALAIRE (EDF GDF Services - CETE) - J.P. DRIEU (EDF GDF Services - CETE)

Classe AFNOR / UTE Direction responsable EDF GDF Services CEDEX 8 92080 PARIS LA DEFENSE EDF POLE INDUSTRIE - Division R&D Centre de Normalisation 1, avenue du Général de Gaulle 92141 Clamart Cedex Tél. : 01 47 65 55 30 Fax : 01 47 65 53 33 EDF POLE INDUSTRIE - Division R&D Département CIVAP - Bât. N 1, avenue du Général de Gaulle 92140 Clamart Tél. : 01 47 65 51 59 Fax : 01 47 65 31 24 Libre © EDF - 2000

Editeur

Distributeur

Accessibilité

-3-

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

AVANT-PROPOS

Cette deuxième édition annule et remplace la première édition de mars 1991. Elle intègre les nouvelles fonctions que sont : – les détecteurs de défauts HTA directionnels (DDD) ; – l’automatisme décentralisé alarmé (ADA) ; – la permutation des sources (PS) ; – le poste asservi (PA). Elle adapte l’ITI : – aux liaisons RTC par fibre optique ; – aux nouvelles commandes électriques de type 2 et de type 3 conformes à la spécification HN 64-S-43, et en particulier l’utilisation de connecteurs BT spécifiés ; – aux nouvelles conditions d’exploitation des commandes électriques que sont la neutralisation sur l’unité fonctionnelle et la condamnation des connecteurs BT débrochés ; – à son utilisation dans les armoires de coupure (dimensions réduites, fonctionnement à - 15 °C, nouvelle tension d’alimentation) ; – à son utilisation pour la télécommande des interrupteurs aériens de type 3. Elle améliore les conditions de mise en oeuvre (sans outil) d’exploitation (définition de l’interface homme-machine) et de sécurité (définition de niveaux d’accès). Le fil conducteur de son écriture a été l’harmonisation avec les spécifications et normes en vigueur (HN 64-S-41, HN 64-S-42, HN 64-S-43, HN 64-S-46 et recommandations CEI 61000-4).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

-4-

SOMMAIRE

Pages 1. Domaine d’application. Objet ......................................................................................................... 7 1.1 1.2 2 Réseau souterrain HTA ....................................................................................................... 7 Réseau HTA aérien ............................................................................................................. 7

Références normatives.................................................................................................................. 8 2.1 2.2 2.3 Documents EDF .................................................................................................................. 8 Normes françaises homologuées ........................................................................................ 8 Documents et normes CEI et ISO ....................................................................................... 9

3 4

Termes et définitions ..................................................................................................................... 9 Conditions de service................................................................................................................... 11 4.1 4.2 Conditions normales de service ........................................................................................ 11 Conditions spéciales de service ........................................................................................ 11

5

Caractéristiques fonctionnelles .................................................................................................... 11 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6 5.7 5.8 5.9 Rôle de l’ITI ........................................................................................................................ 12 Atelier d’Energie (AE) ........................................................................................................ 12 Télécommande .................................................................................................................. 13 Détecteurs de défauts HTA (DD HTA) .............................................................................. 15 Automatisme Décentralisé Alarmé (ADA) ......................................................................... 20 Fonction Permutation de Sources (PS) ............................................................................. 21 Regroupement de Fonctions (RF) ..................................................................................... 24 Accessibilités - Condamnation .......................................................................................... 26 Interface Homme Machine (IHM)....................................................................................... 26

5.10 Consignation des commandes électriques ........................................................................ 30 6 Caractéristiques assignées.......................................................................................................... 30 6.1 6.2 6.3 6.4 6.5 6.6 6.7 6.8 6.9 Niveaux d’isolement assignés ........................................................................................... 30 Atelier d’Energie (AE) ........................................................................................................ 31 Télécommande (PA, AT, BTFO) ....................................................................................... 35 Détecteur de Défauts HTA (DD HTA)................................................................................ 36 Insensibilité aux perturbations électriques conduites ........................................................ 37 Insensibilité aux décharges électrostatiques ..................................................................... 38 Insensibilité aux champs électromagnétiques ................................................................... 38 Insensibilité aux champs magnétiques impulsionnels ....................................................... 38 Susceptibilité des équipements internes au coffret ........................................................... 38

6.10 Caractéristiques de fiabilité................................................................................................ 38

-5-

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

6.11 Caractéristiques de maintenabilité .................................................................................... 41 7 Caractéristiques constructives..................................................................................................... 42 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 7.6 7.7 7.8 Technologie ....................................................................................................................... 42 Coffret ................................................................................................................................ 45 Atelier d’Energie (AE) ........................................................................................................ 47 Ensemble de détection de courants de défauts HTA ........................................................ 48 Interface Homme Machine ................................................................................................ 49 Tenue mécanique aux vibrations ...................................................................................... 50 Endurance mécanique et électrique .................................................................................. 51 Caractéristiques des matériaux - Protection contre les agents d’environnement ................................................................................................................ 51

8

Essais de type ............................................................................................................................. 51 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 8.7 Généralités ........................................................................................................................ 51 Conditions générales pour les essais................................................................................ 51 Essais initiaux .................................................................................................................... 54 Essais aux limites d’emploi fonctionnelles......................................................................... 63 Essais d’appréciation du comportement dans le temps .................................................... 69 Essais finaux ..................................................................................................................... 71 Essais de comportement sur défaut interne ...................................................................... 71

9

Règles pour la commande, le conditionnement, le transport, le stockage, la mise en oeuvre et l’exploitation ................................................................................................................. 72 9.1 9.2 9.3 9.4 9.5 9.6 Limites des fournitures. Précisions pour la commande. Conditionnement (voir annexe BB) ........................................................................................................................ 72 Plaque signalétique. Identification des interfaces ............................................................. 73 Transport ........................................................................................................................... 74 Stockage ........................................................................................................................... 74 Mise en oeuvre .................................................................................................................. 74 Dossier d’identification....................................................................................................... 74

ANNEXE AA (normative) Coffret ITI - Liaisons fonctionnelles ............................................................. 77 ANNEXE BB (normative) Répartition des fonctions par famille d’ITI.................................................... 78 ANNEXE CC (normative) Fonctions ADA et détecteurs de défauts HTA............................................. 80 ANNEXE DD (normative) Configuration du sens de défaut pour les DDD ........................................... 82 ANNEXE EE (normative) Permutation de Sources (PS). Schéma général et liaisons fonctionnelles ......................................................................................................................................... 84 ANNEXE FF (normative) Définition, identification et regroupement des informations lumineuses et télésignalisations. Paramétrages - Configurations ......................................................... 85 ANNEXE GG (informative) Niveaux d’accessibilité (exemple) ............................................................. 90 ANNEXE HH (normative) Encombrement, fixation et liaisons des sous-ensembles ........................... 92

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

-6-

ANNEXE II (normative) Connecteurs d’interfaces avec les commandes électriques........................... 97 ANNEXE JJ (normative) Nombre de défaillances tolérées, par an, en fonction du parc d’ITI en service....................................................................................................................................... 98 ANNEXE KK (normative) Cycles de fourniture du 48 V et du 12 V....................................................... 99 ANNEXE LL (normative) Essais de type du DDA ............................................................................... 100 ANNEXE MM (normative) Tableau de gravité des événements redoutés et classe de gravité................................................................................................................................................... 103

-7-

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

1. Domaine d’application. Objet 1.1 Réseau souterrain HTA

Les interrupteurs HTA actuellement utilisés dans les réseaux HTA souterrains sont conformes aux spécifications EDF HN 64-S-41 et HN 64-S-42. Ces interrupteurs, de tension assignée 24 kV et de courant assigné 400 A, assurent les fonctions « Arrivée interrupteur » dans les tableaux HTA modulaires (HN 64-S-41) ou monoblocs (HN 64-S-42), de fonction « coupure d’ossature » ou « coupure de dérivation » dans les armoires de coupure (HN 64-S-49) et de fonction « coupure d’ossature » dans les postes HTA/BT préfabriqués (HN 64-S-36) (voir figure 1). Les tableaux HTA peuvent comporter 1, 2, 3 ou 4 interrupteurs équipés d’une commande électrique (HN 64-S-43), permettant une télécommande de l’interrupteur HTA en utilisant soit le réseau radio EDF, soit le réseau téléphonique commuté (R.T.C.) comme support de transmission (voir schéma de l’annexe AA), la procédure de dialogue utilisée étant de type normalisée HN 45-S-53.

I.T.I. 1 ou 4 m HN 64-S-43 HN 64-S-44 RTC

HN 64-S-41 HN 64-S-42

HN 64-S-33 HN 64-S-36 HN 64-S-49 Postes HTA/BT

Figure 1 : Environnement des coffrets I.T.I. 1 et I.T.I. 4 1.2 Réseau HTA aérien

Les interrupteurs aériens de type 3 assurant la fonction de « coupure d’artère » sont conformes à la spécification HN 64-S-46

HN 64-S-42 m HN 64-S-43

RTC I.T.I. aérien HN 64-S-44 HN 64-S-46

Figure 2 : Environnement du coffret I.T.I. aérien

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 La présente spécification définit : – les conditions de service ; – les caractéristiques fonctionnelles ; – les caractéristiques assignées ; – les caractéristiques constructives ; – les essais de type ;

-8-

– les règles pour la commande, le conditionnement, le transport, le stockage et la mise en oeuvre ; – le dossier d’identification ; du coffret ITI. 2 2.1 Références normatives Documents EDF

HN 45-S-25 : 1977, Relais électriques à courant continu de tout-ou-rien instantanés à contacts. PrHN 45-S-51 : 2001, Réseaux HTA souterrains - Détecteur de défauts monophasés directionnels et polyphasés non directionnels. HN 45-S-53 : 1997, Postes asservis en liaison non permanente. prHN 64-S-33 : 2001, Postes de distribution publique en élévation. HN 64-S-36 : 2000, Postes de distribution publique préfabriqués, en élévation, de hauteur réduite. HN 64-S-41 : 1997, Appareillage modulaire sous enveloppe métallique pour courant alternatif de tension assignée égale à 24 kV. HN 64-S-42 : 1994, Appareillage monobloc sous enveloppe métallique pour courant alternatif de tension assignée égale à 24 kV. HN 64-S-43 : 1995, Commande indépendante électrique pour interrupteur 24 kV - 400 A. prHN 64-S-46 : 2001, Interrupteurs aériens de type 3 télécommandés. HN 64-S-49 : 1995, Armoires de coupure de réseau souterrain HTA. 2.2 Normes françaises homologuées

UTE C 00-191 : 1999, Liste des composants électroniques sous assurance de qualité et homologués. NF C 15-100 : 2000, Installations électriques à basse tension : Règles. UTE C 18-510 : 1988, Recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre électrique. NF C 33-223 : 1998, Câbles isolés au polyéthylène réticulé de tension assignée 12/20 kV pour réseaux de distribution. NF EN 50-102 : 1999, Degré de protection procuré par les enveloppes de matériels électriques contre les impacts mécaniques externes (code IK). NF EN 60-529 : 2000, Degrés de protection procurés par les enveloppes. NF C 93-700 : 1982, Cartes imprimées : Prescriptions générales. NF C 93-423 : 1982, Connecteurs multicontacts encartables et enfichables pour cartes imprimées double-face au pas de 2,54 mm - Type HE 9 : Prescriptions générales. NF C 93-424 : 1982, Connecteurs multicontacts encartables et enfichables type A et leurs embases correspondantes au pas de 1,27 mm - Type HE 8 : Prescriptions générales.

-9-

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

X 06-501 : 1984, Applications de la statistique - Introduction à la fiabilité. X 50-500 : 1978, Durée de vie et durabilité des biens - Vocabulaire. X 60-500 : 1988, Terminologie relative à la fiabilité - Maintenabilité - Disponibilité. X 60-510 : 1986, Techniques d’analyse de la fiabilité des systèmes - Procédures d’analyse des modes de défaillance et de leurs effets. X 60-520 : 1988, Prévisions des caractéristiques de fiabilité, maintenance et disponibilité. NF EN 13306 : 2001, Terminologie de la maintenance CECC 00-200 : 1992, Listes de produits homologués. 2.3 Documents et normes CEI et ISO

CEI 60068-2-1 : 1990, Essais - Essais A : Froid. CEI 60068-2-2 : 1974, Essais B : Chaleur sèche. CEI 60068-2-6 : 1995, Essais Fc et guide : Vibrations (sinusoïdales). CEI 60068-2-11 : 1981, Essais Ka : Brouillard salin. CEI 60068-2-14 : 1984, Essais N : Variations de température. CEI 60255-22-1 : 1988, Vingt-deuxième partie : Essais d’influence électrique concernant les relais de mesure et dispositifs de protection. Première partie : Essais à l’onde oscillatoire amortie à 1 MHz. CEI 60529 : 2001 : Degrés de protection procurés par les enveloppes. CEI 60617-1 : 1985, Symboles graphiques pour schémas CEI 61000-4-2 : 2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 2 : Essai d’immunité aux décharges électrostatiques - Publication fondamentale en CEM. CEI 61000-4-3 : 2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 3 : Essais d’immunité aux champs électromagnétiques rayonnés aux fréquences radioélectriques. CEI 61000-4-4 : 1995, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 4 : Essai d’immunité aux transitoires électriques rapides en salves - Publication fondamentale en CEM. CEI 61000-4-5 :2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 5 : Essai d’immunité aux ondes de choc. CEI 61000-4-8 : 2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 8 : Essai d’immunité au champ magnétique à la fréquence du réseau CEI 61000-4-9 : 2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 9 : Essai d’immunité au champ magnétique impulsionnel CEI 61000-4-12 : 2001, Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 4 : Techniques d’essai et de mesure - Section 12 : Essai d’immunité aux ondes oscillatoires. CEI 61180-1 : 1992, Partie 1 : Définitions, prescriptions et modalités relatives aux essais. CEI CISPR 22 : 1997, Appareils de traitement de l’information. Caractéristiques des perturbations radioélectriques. Limites et méthodes de mesure. 3 Termes et définitions

AC : Armoire de Coupure. Terme général (HN 64-S-49) qui regroupe les armoires de coupure à commande manuelle (ACM) et les armoires de coupure télécommandées (ACT et AC3T).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 10 -

ACT : Armoire de Coupure comportant un interrupteur HTA Télécommandé. AC3T : Armoire de Coupure comportant trois interrupteurs HTA Télécommandés. ADA : Automatisme Décentralisé Alarmé. AE : Atelier d’Energie. AT : Accès Transmission. Terme général désignant l’interface entre un équipement (PA) et une liaison de transmission. ATR : Accès Transmission Radio : AT dont la liaison est une liaison radio. ATT : Accès Transmission Téléphone : AT dont la liaison est une liaison téléphonique issue du Réseau Téléphonique Commuté (RTC). BLFO : Boîtier Ligne de Fibre Optique. C’est l’interface entre la liaison RTC et une liaison par fibre optique. BTFO : Boîtier Terminal de Fibre Optique. C’est l’interface entre un équipement (PA) et une liaison par fibre optique. CS : Connecteur Séparable (prise de courant HTA). DD HTA : Détecteurs de Défauts HTA. Terme général qui désigne un dispositif permettant de détecter et de signaler les défauts sur les réseaux HTA. Il comporte des capteurs (mesure de I et de U), un dispositif de détection et des dispositifs de visualisation et d’information. DDA : Détecteur de Défauts HTA Ampèremétrique. DDD : Détecteur de Défauts HTA Directionnel. DRR.A : Disjoncteur Réenclencheur en Réseau Aérien. DRR.C : Disjoncteur Réenclencheur de type Cabine. FO : Fibre Optique. IAT : Interrupteur aérien Télécommandé : terme général regroupant tous les types d’interrupteurs Aériens Télécommandés. IA2T : Interrupteur Aérien de type 2 (NF C 64-140) Télécommandé : 100 A. IA3T : Interrupteur Aérien de type 3 (HN 64-S-46) Télécommandé : 400 A. IPT : Interrupteur de Poste Télécommandé. OMT : Organe de Manoeuvre Télécommandé. Terme général qui regroupe les organes de manoeuvre manoeuvrables à distance par télécommande : – matériels sur supports aériens : IA2T, IA3T et DRR.A ; – matériels pour postes HTA/BT : IPT et DRR.C ; – matériels en armoire de coupure (AC) : ACT et AC3T. P/A-UHTA : Présence/Absence de Tension HTA. PA : Poste Asservi : module assurant la fonction de conduite des OMT en réseau. PAR : Poste Asservi utilisable avec une liaison Radio. PAT : Poste Asservi utilisable avec une liaison Téléphonique. PC : Poste de Commande. PPACS : Prise de Potentiel Amovible pour Connecteur Séparable. PS : Permutation de Sources. RF : Regroupement de Fonctions. RTC : Réseau Téléphonique Commuté. SIT : Système Information de Téléconduite. UF : Unité Fonctionnelle.

- 11 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

4 4.1

Conditions de service Conditions normales de service

a) Température – Domaine nominal de fonctionnement : ITI 1 et ITI 4 - 15 à + 55 °C, ITI aérien - 25 à + 55 °C. – Limites extrêmes de stockage : - 25 à + 70 °C. b) L’altitude n’excède pas 2 000 mètres. c) L’air ambiant ne contient pratiquement pas de poussière, de fumée, de gaz et vapeurs corrosives ou inflammables ou de sel. d) Les conditions d’humidité sont à l’étude mais, en attendant, les chiffres suivants peuvent être utilisés comme guide : – la valeur moyenne de l’humidité relative, mesurée sur une période de 24 h, n’excède pas 95 % ; – la valeur moyenne de la pression de vapeur, sur une période de 24 h, n’excède pas 22 mbar ; – la valeur moyenne de l’humidité relative, sur une période d’un mois n’excède pas 90 % ; – la valeur moyenne de la pression de vapeur, sur une période d’un mois, n’excède pas 18 mbar. Dans ces conditions, des condensations peuvent occasionnellement se produire. 4.2 Conditions spéciales de service

Si les coffrets ITI doivent être utilisés dans des conditions différentes de celles mentionnées au paragraphe 4.1, le constructeur devra être consulté. 5 Caractéristiques fonctionnelles

Les coffrets ITI comprennent deux familles : – les coffrets ITI équipés d’un détecteur de défaut ampèremétrique, – les coffrets ITI équipés d’un détecteur de défaut directionnel. Chaque famille se déclinant selon trois types : – les ITI 1 qui permettent la télécommande d’un seul interrupteur HTA (non évolutif) ; – les ITI 4 qui permettent la télécommande de 1 à 4 interrupteurs HTA (une version 2 voies non évolutive peut être proposée) ; – les ITI aériens qui permettent la télécommande des interrupteurs aériens de type 3 télécommandés (IA3T) ; en utilisant : – pour l’ITI 1 une liaison téléphonique, issue du Réseau Téléphonique Commuté (RTC) et son interface d’Accès Transmission Téléphonique (ATT) ; – pour l’ITI 4 et l’ITI aérien : soit une liaison téléphonique RTC et son interface ATT ; soit une liaison radio et son interface d’Accès-Transmission-Radio (ATR).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 12 -

5.1

Rôle de l’ITI

L’interface de télécommande d’interrupteur HTA permet : a) La télécommande des interrupteurs HTA.

-

La fonction « Poste Asservi » (PA) assure l’interface entre ces voies de transmission et les autres fonctions de l’ITI. Le raccordement téléphonique RTC fait l’objet de dispositions particulières (décrits dans la convention EDF/FT : L97001). Dans ce cadre, deux modes de raccordement peuvent être envisagés : raccordement direct, raccordement via un dispositif d’isolement déporté (fibre optique et ses deux interfaces par exemple) : le boîtier Terminal de Fibre Optique (BTFO) situé entre la fibre optique et l’ITI et le Boîtier Ligne Fibre Optique (BLFO) situé entre la ligne RTC et la fibre optique.

b) La commande électrique de 1 à 4 interrupteurs HTA, soit à partir du synoptique de contrôlecommande situé dans le coffret ITI, soit par télécommande. c) La fourniture de l’énergie nécessaire à la télécommande ou la commande électrique locale des interrupteurs HTA en présence ou en l’absence d’alimentation extérieure alternative. C’est la fonction Atelier d’Energie (AE). d) La surveillance des courants HTA, la détection, la signalisation et la télésignalisation des défauts HTA. C’est la fonction Détecteur de Défauts HTA (DD HTA). e) La détection du départ HTA en défaut, l’émission d’un ordre d’ouverture à l’interrupteur HTA correspondant et la télésignalisation du fonctionnement de cette fonction appelée « Automatisme. Décentralisé. Alarmé » (ADA). f) La permutation de sources (PS), en option dans le cas de l’ITI 4. g) Son autosurveillance et son autocontrôle, laissés à l’initiative du constructeur. Les composants et éléments remplissant ces fonctions sont situés à l’intérieur d’un coffret contenant également la connectique permettant les liaisons avec les éléments extérieurs au coffret. Les principales liaisons fonctionnelles de l’ITI sont présentées dans l’annexe AA. 5.2 Atelier d’Energie (AE)

Le coffret ITI fournit les sources nécessaires au fonctionnement interne et externe de celui-ci, y compris l’énergie nécessaire au fonctionnement des commandes électriques associées aux interrupteurs HTA, à partir d’une source alternative extérieure au coffret. Tout autre type d’alimentation devra faire l’objet d’un accord entre le constructeur et EDF. (Présentation d’un dossier de crédibilité). 5.2.1 Alimentation alternative

Une alimentation auxiliaire alimente le coffret ITI. Elle est issue : – soit des circuits auxiliaires (Phase et Neutre) du poste HTA/BT de distribution publique ou du poste HTA/HTA, sous une tension de 230 volts ; – soit du tableau BT (HN 63-S-61) du poste HTA/BT de distribution publique, sous une tension de 230 volts ;

- 13 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

– soit du transformateur auxiliaire HTA/BT situé dans la partie coupure de l’interrupteur aérien (HN 64-S-46) ou dans le tableau HTA (HN 64-S-42) d’une armoire de coupure de type ACT (HN 64-S-49). Ces transformateurs ayant un rapport de transformation de 20 000/230, la tension auxiliaire alimentant l’ITI peut donc être soit de 230 V (réseau 20 kV), soit de 172,5 V (réseau 15 kV). Cette alimentation auxiliaire peut provenir d’un réseau aérien HTA équipé d’un dispositif de réenclenchements provoquant des absences de tension de 0,3 s et de 15 s. La mise sous ou hors tension alternative de l’ITI ne doit provoquer aucune anomalie de fonctionnement, aucun dysfonctionnement et aucune destruction des équipements du coffret. Un transformateur d’isolement BTA/TBT sert d’interface entre la TBT des équipements et l’alimentation auxiliaire alternative du coffret ITI. 5.2.2 Redresseur

Un redresseur régulé assure la recharge de la (ou des) batterie(s) et alimente les charges internes et externes de l’ITI. L’alimentation alternative est prise au secondaire TBT du transformateur d’isolement BTA/TBT présenté en 5.2.1. 5.2.3 Batterie(s)

En l’absence de l’alimentation alternative BTA, la (ou les) batterie(s) doit(vent) permettre le fonctionnement de toutes les fonctions du coffret ITI ainsi que le changement d’état des interrupteurs HTA. Les conditions de maintien de cette fourniture sont celles décrites au chapitre 6.2.5. 5.2.4 Alimentations continues

L’atelier d’énergie de l’ITI assure : – une alimentation 12 volts continus permettant le fonctionnement de l’interface ATR (Accès Transmission Radio) et de l’interface BTFO (Boîtier Terminal de Fibre Optique) ; ITI 1, ITI 4 – une alimentation 48 volts continus permettant le fonctionnement des commandes électriques (HN 64-S-43) associées aux interrupteurs HTA et des dispositifs de détection de présence et d’absence de tension HTA. ITI aérien – une alimentation 12 ou 48 volts continus permettant le fonctionnement de la commande électrique (HN 64-S-43) associée à la coupure de l’interrupteur aérien. L’alimentation continue des autres équipements de l’ITI est réalisée par l’atelier d’énergie (AE) du coffret, sous une tension dont la valeur est laissée à l’initiative du constructeur du coffret ITI. 5.3 Télécommande

La télécommande des interrupteurs HTA est réalisée depuis un Poste de Commande (PC). 5.3.1 Voie de transmission

La voie de transmission entre le PC et l’ITI peut être : – une liaison radio (ondes électromagnétiques 80 MHz) :

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 14 -

Interrupteur HTA Interrupteur HTA R.F.

A.T.R. P.A.R.

ERA Radio

I.T.I.

Poste HTA/BT ou A.C.

P.C. EDF

Figure 3 : ITI et liaison radio – une liaison téléphonique issue du Réseau Téléphonique Commuté. La liaison RTC peut soit aboutir directement dans le coffret ITI sur l’ATT, ou être raccordée via un dispositif d’isolement déporté (BLFO, BTFO et Fibre Optique (FO) :
R.T.C.

Interrupteur HTA

R.F.

P.A.T.

A.T.T. 2

R.T.C.

Modem

I.T.I.

R.T.C.

Interrupteur HTA

R.F.

P.A.T.

A.T.T. 4

B.T.F.O. F.O.

B.L.F.O

I.T.I.

Poste HTA/BT ou A.C.

R.T.C.

P.C. EDF

Figure 4 : ITI et liaison RTC 5.3.2 Accès Transmission (AT)

La fonction Accès Transmission a pour but : – d’assurer la fonction de connexion entre le réseau de transmission et le PA ; – d’assurer la transmission des signaux de télécommande entre le PC et le PA. 5.3.2.1 Accès Transmission Radio (ATR)

Le choix de vitesse, par action simple et locale, sera possible de la part de l’exploitant entre les vitesses suivantes : 200 bauds, 600 bauds, 1 200 bauds. La fonction est assurée par un poste émetteur récepteur alternat (ERA). Les émetteurs récepteurs sont conformes à l’avis R 38 A. Cet avis définit six voies différentes (Canaux C1 à C6). Chaque canal transmet sur un spectre de fréquence couvrant la bande 300 à 3 000 Hz. Le canal utilisé est le canal C3 (espacement 12,5 kHz). Les vitesses de modulation 600 et 1 200 bauds seront conformes à l’avis V23 et respectivement au mode 1 et au mode 2. 5.3.2.2 Accès Transmission Téléphone (ATT)

En réseau commuté, les modems sont conformes à l’avis V21 du CCITT (vitesse de modulation : 300 bauds), et à l’avis V25 du CCITT pour les mécanismes de mise en communication. L’ATT assure en outre une partie des fonctions de protection figurant dans la convention EDF / France Télécom (L97001) : garantir l’isolement 6 kV entre la ligne RTC et l’installation d’énergie et protéger la ligne RTC. La valeur de l’isolement demandée à la fonction ATT par EDF est de 8 kV.

- 15 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

5.3.3

Poste Asservi (PA)

Le Poste Asservi (PAT ou PAR) sert d’interface entre la fonction RF et le PC. Il traite le message émis par le PC et retransmis par l’AT (ATR, ATT), puis éventuellement émet un ordre de manoeuvre à la commande électrique de l’interrupteur HTA, via le regroupement des fonctions (RF). 5.3.3.1 Procédure de dialogue

La procédure de dialogue (liaison PC/PA) sera conforme à la procédure décrite dans la norme HN 45-S-53 et de son avenant n° 1. Dans le cas d’une exécution de télécommande (chapitre 3.3.2.4), la valeur de la durée d’impulsion (DIMCO) sera comprise entre 1 s et 15 s, avec une tolérance de 10 % par rapport à la valeur paramètrée. La procédure de transmission normalisée (EDF HNZ) sera conforme aux sous-ensembles « trame variable sans initialisation » et « trame courte sans initialisation » (complément à la HR 47507) pour la radio, et à la procédure « trame variable avec initialisation » pour le RTC. L’établissement de la communication sera généralement initié par le PC. Dans certains cas, l’activation de la fonction téléalarme du PA permettra l’établissement de cette communication. 5.3.3.2 Mode alarme

Le mode alarme est décrit dans le paragraphe 4.1 de la HN 45-S-53. L’information de « numéro brûlé », selon la norme PAA 1257 du CNET, sera regroupée avec l’information « manque d’alimentation ». 5.3.4 Interrupteurs Télécommandés

L’ITI 1 et l’ITI aérien ne permettent la télécommande que d’un seul interrupteur HTA. L’ITI 4 permet la télécommande de 1 à 4 interrupteurs HTA. L’ITI 4 peut être équipé des éléments nécessaires à la télécommande de m interrupteurs selon l’indication fournie à l’achat du matériel, m pouvant varier de 1 à 4.

Exemple : pour télécommander trois interrupteurs HTA, il est nécessaire d’utiliser un ITI de la famille des ITI 4. Le réseau HTA situé en aval de l’interrupteur télécommandé est appelé « Départ HTA ».

m

m

m

Départs HTA I.T.I. 4

Figure 5 : Exemple d’utilisation d’un ITI 4 5.4 Détecteurs de défauts HTA (DD HTA)

Une fonction détecteur de défauts HTA peut être associée à chaque interrupteur télécommandé. Les fonctions DD HTA peuvent être de deux types : – DD HTA de type ampèremétrique : DDA Ce type de détecteur de défauts est installé sur les réseaux HTA dont le neutre est mis à la terre soit par une impédance de limitation (Résistance de Point Neutre (RPN) ou Bobine de Point Neutre (BPN).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 16 -

– DD HTA de type directionnel : DDD Ce type de détecteur de défauts peut être installé sur des réseaux HTA dont le neutre est mis à la terre soit par une impédance de limitation (RPN ou BPN), soit par une impédance de compensation. Le choix entre DDA et DDD se fera à la commande de l’ITI. Les dispositions de remplacement d’un DDA par un DDD seront indiquées dans la notice constructeur. 5.4.1 But du DD HTA

Quelque soit le type de détecteur de défauts, celui-ci doit : – permettre l’identification du tronçon de réseau défectueux. Pour cela : s’il s’agit d’un ITI avec DDD, fourniture de deux signalisations (une verte et une rouge) par DDD sur le synoptique de contrôle-commande de l’ITI, deux télésignalisations au Poste de Conduite (PC) par DDD et deux signalisations (une verte et une rouge) fixées sur le support pour l’ITI aérien; s’il s’agit d’un ITI avec DDA, fourniture d’une signalisation par DDA sur le synoptique de contrôle-commande de l’ITI, d’une signalisation lumineuse à l’extérieur de l’ouvrage (poste HTA/BT ou armoire de coupure) ou fixée sur le support de (l’ITI aérien) pour l’ensemble des DDA et une télésignalisation au Poste de Conduite (PC) par DDA ;

-

– fournir une information de sortie logique aux fonctions ADA et PS lors de la d étection d’un courant de défaut HTA ; – revenir automatiquement en position de veille si le départ dont il dépend a été remis ou est resté sous tension, ou au maximum deux heures après l’apparition de la signalisation lumineuse locale. 5.4.2 Dispositions générales

L’ensemble des DD HTA pour les départs est composé de la manière suivante : – les capteurs de courant, placés sur les câbles HTA des départs HTA ; – les capteurs de tension (pour les DDD), placés prioritairement sur les diviseurs capacitifs des connecteurs séparables de type B ou A ou sur les traversées de l’appareillage HTA ; – les dispositifs de détection, de réglages, d’essais et d’autocontrôle situés dans le coffret ITI ; – un dispositif de signalisation lumineuse, visible de l’extérieur de l’ouvrage (Poste HTA/BT ou AC) lorsque l’ITI (ITI 1 et ITI 4) est équipé de DDA ou un dispositif de signalisation lumineuse, fixé sur le support, simple lorsque l’ITI aérien est équipé de DDA et double (verte et rouge) lorsque l’ITI aérien est équipé de DDD.

5.4.3

Détecteur de défaut ampèremétrique (DDA)

Lorsque les valeurs correspondantes dépassent un seuil déterminé pendant un temps déterminé, le dispositif de détection mémorise l’information correspondante et commande les organes de sortie (dispositif de signalisation lumineuse dans l’ITI et à l’extérieur de l’ouvrage, dispositif de télésignalisation et automatismes (ADA, PS)) jusqu’au retour de la tension sur la source auxiliaire alternative liée directement au rétablissement de la HTA, ou au maximum pendant deux heures.

- 17 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

5.4.3.1

Eléments de mesure des courants
1

Chaque détecteur comprend trois éléments de mesure des courants, permettant la mesure du courant résiduel 3 I0 et des courants de phase. Les diagrammes de fonctionnement sont présentés dans l’annexe CC.1. 5.4.3.1.1 Temps de fonctionnement et temps de dégagement

Toute intensité dépassant la valeur d’ajustement définie en 6.4.1.2 et d’une durée supérieure à 350 ms doit provoquer une information de sortie logique sur le dispositif de mémorisation en moins de 400 ms. Toute intensité dépassant la valeur d’ajustement définie en 6.4.1.2 et d’une durée inférieure à 250 ms ne doit pas provoquer d’information de sortie. Les temps de dégagement doivent être inférieurs à 100 ms. 5.4.3.1.2 Pourcentage de dégagement

Dans tout le domaine d’ajustement de la grandeur caractéristique, la valeur de cette grandeur pour laquelle chaque élément de mesure doit dégager est comprise entre 92 % et 98 % de la valeur de fonctionnement de cette grandeur. 5.4.3.2 5.4.3.2.1 Mémoire Mise en mémoire

Lors de la détection d’un courant de défaut, correspondant à l’apparition d’une information de sortie logique sur l’élément de mesure de courant, qu’il y ait ou non présence de tension alternative, le défaut est mis en mémoire. 5.4.3.2.2 Remise à zéro

Celle-ci est effectuée par la présence de la tension alternative (ou immédiatement lors du retour de cette tension) lorsque la valeur de celle-ci dépasse le seuil défini en 6.4.1.5. Cependant, cette remise à zéro est inhibée pendant 3 s après la mise en mémoire du défaut. Le relais à temps spécifié non ajustable assurant cette temporisation doit avoir un temps de récupération inférieur à 100 ms. En l’absence du retour de la tension alternative, la remise à zéro sera effectuée automatiquement deux heures (± 10 min) après l’apparition de la signalisation lumineuse. 5.4.3.3 Elément de mesure de la tension alternative

Les prescriptions concernant la grandeur caractéristique de cet élément sont données en 6.4.1.5. Le temps de fonctionnement de l’élément ainsi que son temps de dégagement doivent être inférieurs à 100 ms. 5.4.3.4 Signalisations, télésignalisation et information logique

Lorsque le courant de défaut du départ HTA concerné dépasse le seuil déterminé et pendant le temps déterminé sur le détecteur (350 ms), celui-ci doit fournir les informations suivantes, jusqu’au retour de la tension d’alimentation du coffret et au maximum pendant deux heures, que le coffret soit en mode local ou en mode télécommande.

1

Dans tout ce qui suit, on utilise, pour définir les caractéristiques des éléments de mesure, la terminologie des relais de mesure (voir norme NF C 45-211 « Relais de mesure à une seule grandeur d’alimentation d’entrée à temps dépendants spécifié »).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 5.4.3.4.1 Signalisations lumineuses

- 18 -

a) Internes au coffret : une indication lumineuse par détecteur, rouge, clignotante, clairement identifiée, située à l’intérieur du coffret sur le synoptique de contrôle-commande et visible du niveau 0, doit permettre d’identifier rapidement le tronçon de câble en défaut. b) Externes au coffret : un dispositif lumineux, situé à l’extérieur de l’ouvrage (ITI 1 et ITI 4) ou sur le support de l’interrupteur (ITI aérien), doit permettre d’informer l’exploitant qu’un défaut HTA se situe à l’aval de l’un des tronçons HTA issu de l’ouvrage HTA. Cette signalisation lumineuse, rouge ou blanche, visible de jour comme de nuit à une distance de 50 m (dans un angle de 90 ° dans le plan horizontal et de 30 ° dans le plan vertical), doit être clignotante de période comprise entre 1 et 2 s. Ce dispositif doit fonctionner correctement lorsqu’il est alimenté à partir de l’ITI par un câble type 2 U 1000 R02V de section 1,5 mm et d’une longueur maximale égale à 20 m. Pour les cas particuliers où cette longueur excède 20 m (mais inférieure à 50 m), une adaptation du circuit extérieur peut être réalisée manuellement (strap) à l’intérieur de l’ITI. 5.4.3.4.2 Télésignalisation

Le détecteur doit fournir une information logique au PA sur la Télésignalisation simple correspondante qui sera transmise au PC sous l’appellation « Passage de défaut » (voir annexe FF). 5.4.3.4.3 Information logique

Lorsque l’ITI comporte la fonction Permutation de Sources (PS) ou une fonction ADA, le détecteur de défaut doit fournir une information logique « Passage de défaut » : – pour la fonction PS, chacun des DDA associés aux interrupteurs télécommandés des voies A et B doit fournir cette information logique à l’automatisme PS ; – pour la fonction ADA, chacun des DDA associés aux interrupteurs télécommandés des voies A, B ou C, doit fournir cette information logique à l’automatisme ADA. Les informations logiques sont fournies aux automatismes selon les diagrammes de l’annexe CC.1 (T4 pour PS et T5 pour ADA). 5.4.4 Détecteur de Défaut Directionnel (DDD)

Le DDD fait l’acquisition des transitoires tension et intensité lors de l’apparition du défaut. Après comparaison des phases respectives il mémorise l’information et délivre les signalisations correspondantes. 5.4.4.1 Composition

La fonction Détecteur de Défaut Directionnel (DDD) est celle définie dans la spécification HN 45-S-51 avec les précisions suivantes. Chaque fonction DDD comprend : – les capteurs de courants de phases et de courant résiduel, ces capteurs sont situés sur les conducteurs du câble HTA dont l’interrupteur HTA associé est télécommandé ; – l’ensemble de traitement des signaux transmis par les capteurs et la logique de traitement ; – les signalisations visuelles locales et les informations logiques vers les autres fonctions de l’ITI. Pour l’ensemble des fonctions DDD, le coffret ITI comporte : en standard : – Une entrée tension permettant le raccordement de la liaison des prises de potentiel amovibles pour connecteurs séparables (PPACS) en option : – Une deuxième entrée tension permettant le raccordement d’une deuxième prise PPACS.

- 19 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

L’affectation des voies tension aux fonctions détecteur de défaut, lorsqu’une deuxième voie tension est utilisée, sera réalisée sur site dans l’ITI, manuellement ou par programmation. La fonction DDD est alimentée par l’atelier d’énergie de l’ITI. 5.4.4.2 Traitement des défauts (signalisation, télésignalisation et information logique)

Lorsque la détection directionnelle (défauts HTA monophasés - terre) ou la détection ampèremétrique (défauts HTA polyphasés ou monophasés doubles) a détecté un défaut HTA, le détecteur de défauts HTA doit fournir les informations suivantes, jusqu’au retour de la tension directe ou au maximum pendant deux heures : 5.4.4.2.1 Signalisations lumineuses

a) ITI 1,ITI 4, ITI aérien, Internes au coffret : deux indications lumineuses clignotantes : – l’une de couleur rouge (LR) ; – l’autre de couleur verte (LV). Elles sont situées à l’intérieur du coffret, sur le synoptique de contrôle-commande sur la voie de télécommande correspondante et visibles du niveau 0 (ITI 1 et ITI 4). Elles seront, de préférence, positionnées l’une côté jeu de barres de la cellule (indication lumineuse verte) l’autre côté tête de câble HTA (indication lumineuse rouge).
Note : le fonctionnement de la signalisation lumineuse située sur le synoptique est identique au fonctionnement de l’indication lumineuse externe décrit dans la HN 45-S-51.

b) ITI aérien : un dispositif lumineux fixé sur le support de l’interrupteur aérien, doit permettre d’informer l’exploitant qu’un défaut HTA se situe sur l’un des tronçons HTA encadrant l’ouvrage HTA. Cette signalisation lumineuse, rouge et verte, doit être visible de jour comme de nuit à une distance de 50 m (dans un angle de 90 ° dans le plan horizontal et de 30 ° dans le plan vertical.

Le principe de fonctionnement de ces signalisations est celui de la spécification HN 45-S-51. 5.4.4.2.2 Télésignalisation

Chaque fonction DDD doit fournir deux informations au PA qui formera deux télésignalisations simples correspondantes qui seront transmises au PC sous l’appellation « Passage de défaut Rouge », « Passage de défaut Vert » pour chacune des voies. Ces télésignalisations seront formées selon le principe de fonctionnement des contacts CV2 et CR2 à destination de la téléconduite, précisé dans la spécification HN 45-S-51. 5.4.4.2.3 Information logique

L’information logique « Passage de défaut », destinée à la permutation de sources, est utilisée de la même manière que celle du DDA (cf. 5.4.3.4.3). L’information logique transmise à la PS et à l’ADA est formée selon le principe de fonctionnement des contacts CV1 et CR1 à destination de l’horodatage , précisé dans la spécification HN 45-S-51(C.f. diagramme de l’annexe CC2).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 5.5 5.5.1 Automatisme Décentralisé Alarmé (ADA) Principe de l'ADA

- 20 -

Un interrupteur HTA télécommandé par un ITI peut alimenter un réseau HTA de type aérien. Dans ce cas, le circuit situé en amont de l’interrupteur, c’est-à-dire issu d'un poste source HTB/HTA, est alimenté à partir d'une Unité Fonctionnelle (UF) « Départ Aérien » pouvant effectuer un Réenclenchement Rapide (RR) et deux Réenclenchements Lents (RL) espacés de 15 secondes. Si la mise à la terre du neutre HTA du poste HTB/HTA comporte une impédance de limitation, le poste source peut comporter un disjoncteur shunt ; si elle comporte une impédance de compensation, le poste source ne comporte pas de disjoncteur shunt. Le but de l’ADA est d’ordonner l’ouverture de l’interrupteur HTA, suite à un réenclenchement lent (lent 1) non réussi du disjoncteur « Départ aérien », lorsqu’un défaut permanent est détecté sur le réseau aval alimenté par l’interrupteur HTA. Cette ouverture ne peut avoir lieu que lorsque le réseau est hors tension, l’interrupteur ne possédant pas le pouvoir de coupure nécessaire. De plus, il doit permettre l’émission d’une alarme au PC en utilisant la voie de transmission reliée à l’ITI. 5.5.2 Fonctions à remplir par l’ADA

Lorsqu’elle est en service, la fonction ADA effectue les fonctions suivantes sur chaque voie. 5.5.2.1 Détection d’un défaut permanent

Un défaut est considéré comme permanent si le disjoncteur de l’UF « Départ aérien » du poste HTB/HTA, alimentant le défaut, effectue un réenclenchement lent (lent 1) non réussi. Pour l’ADA, un défaut situé en aval de l’interrupteur HTA sera considéré comme permanent si le coffret ITI, par son détecteur de défauts HTA, détecte deux informations de passages de courant de défaut, dans les cas où la mise à la terre du neutre HTA comporte une impédance de limitation (RPN ou BPN) ou une impédance de compensation. Le détecteur de défauts HTA est du type DDA ou DDD. La fonction détecteur de défauts HTA fournit l’information logique « Passage de défaut » selon les précisions du paragraphe 5.4.3.4.3 dans le cas d’un DDA et du paragraphe 5.4.4.2.3 dans le cas d’un DDD. Si après un temps T1 configurable entre 20 et 50 secondes (17 à 37 s pour un DDD), après le premier et le second passages de défaut, aucun autre passage n’est détecté, la fonction ADA retourne en veille : Valeur de réglage de T1 : T1 > 1,2 × (temps du lent 1 + 0,5 s + 3 s). 5.5.2.2 Ordonner l’ouverture de l’interrupteur HTA

L’ordre d’ouverture de l’interrupteur HTA est transmis au regroupement de fonctions (RF) en 2 s ( -1 + 0) non configurable après le second passage de défaut HTA (voir annexe CC) et s’il y a absence de tension directe (information généralement issue de l’alimentation 230 volts du coffret ITI). L’interrupteur HTA devra être ouvert au plus tard 10 secondes après la détection du défaut permanent (la durée d’ouverture de l’interrupteur HTA est inférieure ou égale à 7 s). 5.5.2.3 Informer l’utilisateur

Ce sont les informations ADA en service, défaut HTA et l’ouverture de l’interrupteur HTA qui informent l’opérateur au poste de conduite (PC) du fonctionnement de l’ADA. La TSD « Automatisme ADA en ou hors service » n’est pas modifiée lors du fonctionnement de l’ADA.

- 21 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

5.5.3

Dispositions générales - Configuration du choix du sens du défaut

L’implémentation de la fonction ADA (activation ou inhibition) s’effectue localement interrupteur HTA par interrupteur HTA (opération réalisée manuellement avec ou sans microportable), l’ITI étant en position « Local ». La mise en/ou hors service globale (pour les trois interrupteurs HTA, A, B et C) s’effectue soit localement au niveau 1 (aisément, sans outil ni microportable spécifique) par l’exploitant, l’ITI étant en position « Local », soit par télécommande. La fonction ADA ayant pour rôle de protéger le réseau situé d’un côté de l’interrupteur qui lui est associé, d’un défaut concernant le réseau situé de l’autre côté de la coupure, une seule information de défaut venant du DDD est nécessaire « défaut aval en schéma normal d ’exploitation » ou « défaut polyphasé ». Le choix de l’information sera réalisé sur site, dans l’ITI, manuellement avec ou non l’utilisation d’un micro portable à la mise en service de la fonction ADA. La configuration est effectuée selon les indications de l’annexe DD. 5.6 Fonction Permutation de Sources (PS)

La fonction PS est proposée en option pour les coffrets ITI 4. 5.6.1 Cas d’utilisation de la fonction PS

Un poste HTA/BT de distribution publique, un poste HTA/BT de client ou un poste HTA de répartition peuvent être alimentés par deux réseaux HTA distincts (source A, source B). En schéma normal d’exploitation, un seul de ces deux réseaux HTA alimente le poste HTA/BT ou le poste de répartition. En cas de manque de tension sur ce réseau, on peut permuter l’alimentation du poste sur le second réseau HTA, s’il est sous tension. C’est le rôle de la fonction Permutation de Sources. 5.6.2 Rôle de la fonction PS

Lorsque la fonction PS est en service, son rôle est, lors de la disparition de la tension sur la canalisation alimentant le poste HTA/BT ou HTA/HTA, de provoquer, si les conditions en sont réunies, la permutation des alimentations, reportant ainsi l’alimentation du poste sur l’autre canalisation. Le schéma général et les liaisons fonctionnelles sont présentés dans l’annexe EE. 5.6.3 Conditions de permutation

En exploitation normale, la fonction PS en service doit ordonner et faire exécuter complètement la permutation des sources A et B (dont la commande des interrupteurs est raccordée respectivement aux voies A et B de l’ITI), si toutes les conditions ci-après sont remplies simultanément pendant une durée (retard à la permutation) de t secondes consécutives : a) b) c) d) e) f) g) h) l'interrupteur d'une UF « Arrivée interrupteur » A ou B est fermé ; l’interrupteur de l’autre UF « Arrivée interrupteur » A ou B est ouvert ; absence de tension sur l’UF dont l’interrupteur est fermé ; présence de tension sur l’UF dont l’interrupteur est ouvert ; tension 48 volts continus correcte, permettant d’assurer une permutation complète des sources ; sens de permutation autorisé ; aucune des deux commandes électriques n’est neutralisée ; absence d’ordre de verrouillage par défaut HTA.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 22 -

Si une ou plus de ces conditions n’est plus remplie pendant le retard à la permutation, la temporisation qui assure ce retard doit être remise à zéro en 150 ms au plus, et repartir de zéro lorsque toutes les conditions se trouvent à nouveau simultanément remplies. Les valeurs du retard à la permutation sont indiquées en 5.6.5. 5.6.4 Consistance de la permutation

La permutation commandée par la PS dans les conditions ci-dessus comporte systématiquement l’enchaînement des deux opérations suivantes : – ordre d’ouverture de l’interrupteur fermé si les conditions 5.6.3 sont remplies ; – dès l’ouverture de celui-ci, ordre de fermeture de l’interrupteur ouvert, même si les conditions c et d du 5.6.3 ne sont plus remplies. L’ordre de fermeture de l’interrupteur ouvert ne doit être donné que si l’ouverture de l’interrupteur fermé résulte d’un ordre donné par l’automatisme. 5.6.5 Retard de la permutation

Un retard de la permutation doit permettre d’éviter un changement d’alimentation pendant des à-coups ou des creux de tension ou pendant le fonctionnement des automatismes installés sur les réseaux amont. La durée T1 de retard à la permutation doit pouvoir être choisie égale à 5 s ou 25 s ou 45 s ± 20 %. Cette durée T1 correspond à l’intervalle de temps entre la disparition de la tension HTA sur l’alimentation normale et l’émission de l’ordre CO par l’ITI vers l’interrupteur HTA fermé. La durée T1 est paramètrable localement, manuellement à l’aide ou non d’un microportable. 5.6.6 Verrouillage par défaut HTA

La permutation des sources est verrouillée, lors d’un défaut dans le tableau HTA, que l’alimentation se fasse par l’interrupteur HTA, A ou B. L’information logique de verrouillage par défaut HTA est issue des détecteurs de défauts HTA, de type DDA ou DDD. Cette information logique est définie au paragraphe 5.4 et est présentée dans l’annexe CC (T4 pour un DDA ; « Information horodatage » pour un DDD). La réception de cette information logique doit verrouiller instantanément tout ordre de fermeture ou d’ouverture des interrupteurs quelle que soit son origine (fonction PS, commande locale ou télécommande). 5.6.7 Remise à zéro

Celle-ci est effectuée par la présence des informations « Présence tension HTA » fournies par les deux UF arrivée interrupteur du tableau HTA. Cependant, cette remise à zéro est inhibée pendant 3 s après la mise en mémoire du défaut. Le relais à temps indépendant spécifié non ajustable assurant cette temporisation doit avoir un temps de récupération inférieur à 100 ms. En l’absence du retour des informations de « Présences tension HTA », la remise à zéro pourra être effectuée manuellement par action sur un bouton-poussoir situé sur le synoptique de l’ITI. 5.6.8 Dispositifs d’information de présence et d’absence de tension HTA

Les dispositifs d’information de présence et d’absence de tension sur chacune des canalisations HTA sont situés dans les UF arrivée interrupteur et leurs caractéristiques sont définies dans la spécification HN 64-S-41.

- 23 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

L’information « Présence tension » est donnée pour une tension simple (V) du réseau HTA supérieure ou égale à 4 kV par un contact fermé, isolé de toute source d’alimentation. L’information « Absence tension » est donnée pour une tension simple inférieure ou égale à 1,2 kV par l’ouverture du contact « Présence tension ». Ces informations sont destinées : – à remplir les conditions de permutation (c) et (d) du § 5.6.3 ; – à autoriser la remise à zéro du dispositif de PS (voir 5.6.7). 5.6.9 5.6.9.1 5.6.9.1.1 Dispositions complémentaires Manoeuvre des interrupteurs Manoeuvre manuelle locale

Les manoeuvres manuelles de fermeture et d’ouverture de l’interrupteur de chaque UF (UF A et UF B) sont possibles localement par les commandes mécaniques manuelles situées sur le tableau HTA. Elles permettent la fermeture ou l’ouverture simultanée des deux interrupteurs, c’est-à-dire la mise en parallèle des sources ou la mise hors tension de l’ouvrage HTA. 5.6.9.1.2 Permutation automatique

La mise en/ou hors service de la fonction PS est réalisée soit localement dans l’ITI sans l’aide d’un microportable, ITI en « Local », soit par télécommande. ITI en position « Local », une signalisation lumineuse verte doit indiquer « PS en service » et une signalisation lumineuse jaune indique « PS hors service ». La PS en service assure la permutation des sources selon le 5.6.2. 5.6.9.1.3 Manoeuvre électrique locale et télécommande

En plus de la manoeuvre manuelle locale et de la permutation automatique, il est possible de manoeuvrer électriquement localement (depuis le synoptique de l’ITI) ou par télécommande, les interrupteurs HTA. Les différents verrouillages et priorités sont présentés dans le tableau 1 ci-après.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 24 -

Tableau 1 - Verrouillages et priorités
Permutation automatique PERMUTATION EN SERVICE • Télécommande Un interrupteur HTA fermé Deux interrupteurs HTA fermés • Local Un interrupteur HTA fermé Deux interrupteurs HTA fermés A NA A NA PERMUTATION HORS SERVICE NA NA NA A A A A NA NA Manoeuvre électrique locale Télécommande des interrupteurs HTA

• Télécommande Un ou deux interrupteurs HTA fermés ou ouverts

NA

A

• Local Un ou deux interrupteurs HTA fermés ou NA A ouverts NEUTRALISATION (NC) D’UNE COMMANDE ELECTRIQUE Permutation en ou hors service NA I pour l’UF NC Local ou télécommande Un ou deux interrupteurs HTA fermés ou A ouverts pour autre UF A : Autorisé - NA : Non autorisé - I : Impossible

NA

I pour l’UF NC A pour autre UF

5.6.9.2

Choix du sens de permutation

Il est possible de configurer manuellement depuis l’ITI, dans la position « Local », avec ou sans microportable, le sens de la permutation automatique. Le sens pourra être soit de A vers B (identifié A → B), soit de B vers A (identifié B → A), soit indifféremment de A vers B ou de B vers A (identifié A → B ou B → A). Le changement de sens de permutation doit pouvoir s’effectuer sans entraîner de manoeuvre des interrupteurs HTA (le changement d’état des interrupteurs HTA étant réalisé avant ou après le changement du sens de permutation). 5.7 Regroupement de Fonctions (RF)

La fonction Regroupement de Fonctions (RF) est l’interface entre les commandes électriques et les fonctions de l’ITI (AE, PA, ADA, PS, DD HTA et synoptique de contrôle-commande) et permet les échanges entre les fonctions de l’ITI. 5.7.1 Interface avec les commandes électriques

Les commandes électriques sont conformes à la spécification HN 64-S-43, généralement de type 2 et de type 3 lorsque l’ITI comporte la fonction Permutation de Sources (PS). Le regroupement de fonctions fournit à chaque commande électrique :

- 25 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

5.7.1.1

Les + et - 48 V (ITI 1 et ITI 4) ou les + et - 12 ou 48 V (ITI aérien) de puissance nécessaires à la commande électrique. Les ordres CO et CF correspondants aux Commande d’Ouverture (CO) et Commande de Fermeture (CF) de l’interrupteur HTA.

5.7.1.2

A la réception des ordres CO et CF en provenance du PA, des ordres CO et CF en provenance du synoptique de commande, des ordres CO et CF en provenance de la fonction PS, de l’ordre CO en provenance de la fonction ADA, le RF élabore les impulsions correspondantes CO et CF vers la commande électrique. Ces impulsions sont transmises par une polarité + 48 V pendant un temps identique aux impulsions ou recalibrées de telle sorte que leur durée soient égales à 3 (+ 0 ; - 1) s. Les circuits CO et CF extérieurs à l’ITI ont une constante de temps inférieure à 40 ms et le courant n’excède pas 100 mA sous 48 V. Les circuits CO et CF internes à l’ITI doivent être protégés contre un court-circuit entre les sorties CO et CF et la masse du connecteur BT. Le courant de court-circuit des sorties CO et CF vers la commande électrique avec la masse ne doit pas être inférieur à 1 A. Pour le coffret ITI de type aérien, la fonction anti-pompage de la commande électrique est installée dans le coffret. La nature de l’interface entre le regroupement de fonctions et la fonction anti-pompage (ordre CO et CF) est laissée à l’initiative du constructeur. La fonction anti-pompage doit satisfaire aux essais de bon fonctionnement du paragraphe 7.6 de la spécification HN 64-S-43. 5.7.1.3 Retransmission de la position des interrupteurs HTA

En provenance des contacts répétiteurs de position de chaque interrupteur HTA, ces positions sont transmises par trois conducteurs : C (commun), F (interlock F/O) et O (interlock O/O) (voir HN 64-S-43). On utilise la polarité - (0 V) du conducteur C pour transmettre ces positions au coffret ITI.

5.7.1.4

Présence / Absence de tension HTA

L’information présence ou absence de tension HTA est élaborée dans l’Unité Fonctionnelle « Arrivée interrupteur » (cf. 5.6.8) et est élaborée selon la spécification HN 64-S-41. Elle est transmise à l’ITI par une polarité - 0 V du conducteur C via le conducteur P/A U HTA. Cette information n’est fournie que par les commandes électriques de type 3. 5.7.1.5 Commande électrique neutralisée

La neutralisation d’une commande électrique de type 2 ou 3 selon la spécification HN 64-S-43 est réalisée par la manoeuvre d’un interrupteur de neutralisation situé sur le synoptique de l’unité fonctionnelle dont l’interrupteur HTA est motorisé. Pour signaler cette position à l’ITI, une polarité - 0 V est émise par l’interrupteur de neutralisation vers le RF de l’ITI. A partir de cette information, le RF doit activer la signalisation jaune clignotante « Commande électrique neutralisée » qui regroupe l’ensemble des neutralisations des commandes électriques. Cette signalisation peut être différenciée par voie. Compte tenu de l’inaccessibilité de la commande électrique de l’interrupteur aérien, (au sommet du support), l’interrupteur de neutralisation est placé dans le coffret ITI de type aérien au niveau 1 (Cf.§ 5.8 et 5.9). Cette fonction « interrupteur de neutralisation » doit être conforme au paragraphe 6.3 de la spécification HN 64-S-43.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 5.7.2

- 26 -

Interface avec les autres fonctions de l’ITI

Toutes les informations destinées à être transformées en signalisation lumineuse et/ou en télésignalisation transitent par le RF. Les signalisations et les télésignalisations doivent respecter les définitions, les couleurs, le mode de fonctionnement, les implantations et les affectations définies à l’annexe FF. 5.8 Accessibilités - Condamnation

Les niveaux d’accessibilités définis ci-après doivent permettre de sérier les conditions d’accès aux organes de manoeuvre, aux dispositifs de réglages et de protection et aux composants de l’ITI. Deux types d’interventions sont généralement nécessaires pour l’exploitation d’un ouvrage HTA : – intervention des agents d’exploitation du distributeur : ces agents doivent pouvoir manoeuvrer les interrupteurs par une manoeuvre manuelle locale sur le tableau HTA, une manoeuvre électrique locale, et réaliser une neutralisation des commandes électriques. Ils ne doivent pas avoir accès aux dispositifs de réglages et de protection et aux composants de l’ITI ; – intervention des agents de maintenance : en plus des possibilités autorisées aux agents d’exploitation, ces agents doivent pouvoir accéder aux dispositifs de réglages et de protections ainsi qu’aux composants de l’ITI. En conséquence, les différents éléments et composants de l’ITI seront sériés en trois niveaux d’accessibilités : – niveau 0 : accessibilité libre (situation d’exploitation) ; – niveau 1 : accessibilité aux agents d’exploitation EDF ; – niveau 2 : accessibilité aux agents de maintenance EDF. L’attribution des niveaux aux éléments de l’ITI est définie dans l’annexe GG. Les besoins des agents d’exploitation sont couverts par le niveau 1. Les agents de maintenance peuvent avoir accès aux niveaux 1 et 2. Les accès au niveau 1 puis au niveau 2 doivent s’effectuer sans outil. Le niveau 1 étant accessible, la non-accessibilité aux composants du coffret sera réalisée par le respect de l’indice de protection IP 2X de la norme CEI 60529. Les connecteurs BT des liaisons avec les commandes électriques peuvent se situer soit au niveau 0 soit au niveau 1 (seulement en niveau 1 pour l’ITI aérien). 5.9 5.9.1 Interface Homme Machine (IHM) Niveau 0

La libre accessibilité du niveau 0 correspond à une situation d’exploitation normale. L’IHM du niveau 0 doit permettre à l’exploitant : – de prendre connaissance rapidement de l’état des équipements du coffret ITI ; – d’identifier le tronçon de câble HTA en défaut.

Le coffret en niveau 0 doit permettre la visibilité : – d’un voyant vert « Equipements en veille ». Cette information lumineuse fixe (avec une extinction périodique au bout d’un temps compris entre 5 et 10 s) vert, visible ITI en « Local » ou en « Télécommande », regroupe les fonctions suivantes : présence 12 V continu ; présence 48 V continu ou présence 12 ou 48 V commande électrique pour l’ITI aérien ;

- 27 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

-

présence de l’alimentation auxiliaire alternative (230 ou 172,5 V) ; équipements électroniques ou micro-informatiques en état de veille ;

– d’un voyant rouge « Equipements en défaut ». Cette information lumineuse fixe rouge, visible ITI en « Local » ou en « Télécommande », regroupe les fonctions suivantes : anomalie 12 V continu ; anomalie 48 V continu ou anomalie 12 ou 48 V commande électrique pour l’ITI aérien ; anomalie alimentation auxiliaire alternative (230 ou 172,5 V) ; anomalie des équipements électroniques ou micro-informatiques ; anomalie batterie (éventuelle) ; débit charges externes supérieur à 2 A.

NOTES : 1. Cette information lumineuse « Equipement en défaut » ne peut apparaître que si l’information lumineuse « Equipement en veille » disparaît. 2. Ces deux informations peuvent être réalisées par une led bicolore verte et rouge.

– des voyants associés aux détecteurs de défauts HTA soit : une information lumineuse rouge clignotante par DDA ; deux informations lumineuses, une rouge et une verte, clignotantes par DDD.

Les connecteurs type C10 des liaisons avec les commandes électriques peuvent être situés au niveau 0. Dans ce cas, il doit être possible de condamner l’embrochage des connecteurs mâles soit individuellement, soit collectivement sur les embases femelles. Pour le coffret ITI aérien, les signalisations de niveau 0 et le connecteur BT vers le bloc de motorisation sont obligatoirement implantés en niveau 1. 5.9.2 Niveau 1

L’accessibilité du niveau 1 est réservée aux agents chargés de la conduite des réseaux HTA. Le coffret en niveau 1 doit permettre, en plus l’accessibilité du niveau 0 : 5.9.2.1 La mise en ou hors service de l’AE

La mise en ou hors service de l’Atelier d’Energie (AE) s’effectue impérativement par la manoeuvre d’un dispositif de sectionnement visible (phase + neutre) du circuit d’alimentation 230 V du transformateur d’isolement. 5.9.2.2 Le choix du mode de commande des interrupteurs

Un commutateur permet le choix entre deux positions clairement identifiées : – « Télécommande » : dans cette position, les ordres et les positions des interrupteurs HTA sont transmis du PA vers les commandes électriques, et réciproquement. La commande électrique locale des interrupteurs est alors impossible depuis l’ITI en position « Télécommande » ; – « Local » : dans cette position, la télécommande est aliénée. Aucun ordre en provenance du PA ne doit être transmis aux commandes électriques. Une indication lumineuse rouge fixe, clairement identifiée, permet de visualiser rapidement cette position d’exploitation. 5.9.2.3 Commande électrique des interrupteurs HTA

En position « Local », il est possible de commander électriquement chacun des interrupteurs en actionnant simultanément deux boutons poussoirs . Trois actions doivent être réalisées : sélection de

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 28 -

l’organe à manoeuvrer, choix de la commande à effectuer (CO ou CF) et validation de la commande (bouton CO de couleur verte, bouton CF de couleur rouge). Cette dernière action se traduit par une impulsion (CO ou CF) + 48 V pendant un temps de 3 −1 s vers la commande électrique sélectionnée (pour l’ITI aérien, l’interface avec la commande électrique est de la compétence du constructeur).
+0

En position « Local », le PA fournit une télésignalisation simple qui est transmise au Poste de Conduite (PC) sous l’appellation « Poste en local ». En position « Local », l’information de position des interrupteurs HTA (fermé ou ouvert) est transmise à la téléconduite ; de plus, cette position des interrupteurs HTA est précisée par une indication lumineuse fixe, verte pour la position « ouvert » et rouge pour la position « fermé », à proximité des boutons de commande, visible du niveau 1ou 0. 5.9.2.4
Mise en ou hors service des automates

La mise en ou hors service globale de l’ADA s’effectue en niveau 1 sans outil et sans microportable lorsque l’ITI est en position « Local ». La mise en ou hors service de la Permutation de Sources (PS) s’effectue en niveau 1 sans outil et sans microportable lorsque l’ITI est en position « Local ». Les positions en ou hors service des fonctions ADA et PS sont visibles du niveau 1. Elles sont matérialisées soit par la position d’un commutateur soit par la présence de signalisation lumineuse fixe lorsque l’ITI est en position « Local », de couleur verte pour l’état en service, et de couleur jaune pour l’état hors service. Dans tous les cas, les positions sont clairement identifiées « ADA en ou hors service » et « PS en ou hors service ». Les fonctions ADA et PS ne sont jamais implantées simultanément dans le coffret ITI 4. 5.9.2.5
Fonctions et informations diverses

– Les informations lumineuses d’aide au diagnostic en cas d’anomalie d’une fonction de l’ITI, telles que : – absence d’alimentation alternative ; – présence 12 V continu ; – présence 48 V continu (présence 12 ou 48 V commande électrique pour l’ITI aérien) ; – anomalie batterie ; – défaut équipement ; – débit charges externes supérieur à 2 A pendant plus de 3 min.

peuvent être proposées par le constructeur. Elles sont visibles du niveau 1, l’ITI étant en position « local »
– Information lumineuse « Commande électrique Neutralisée » : lorsqu’une commande électrique est en position « Commande électrique neutralisée », une polarité - 0 V, disponible sur le connecteur C10, est envoyée à l’ITI. Une information lumineuse clignotante jaune identifiée « Commande électrique neutralisée » doit être visible du niveau 1 lorsqu’au moins une commande électrique est en position « Neutralisée » et l’ITI en position « Local ». Rappel : Cette signalisation peut être différenciée par voie. – Fonction RAZ : la fonction Remise à Zéro (RAZ) du dispositif micro-informatique et des signalisations doit pouvoir être activée à partir du niveau 1 par un bouton poussoir clairement identifié « RAZ ». – Fonction Test : une information test, des DD, du dispositif micro-informatique, des voyants de signalisation ou du dispositif à affichage alphanumérique peut être proposée par le constructeur de

- 29 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

l’ITI. Sa commande d’activation doit se situer en niveau 1. Cette fonction ne doit pas entraîner de manoeuvre.
– Les connecteurs type C10 des liaisons avec les commandes électriques peuvent être situés au niveau 1. Dans ce cas, la condamnation de l’embrochage des connecteurs mâles peut être réalisée soit individuellement sur chaque embase femelle, soit collectivement en condamnant l’accès au niveau 1.

5.9.3

Niveau 2

L’accessibilité de niveau 2 est réservée aux agents de maintenance. Les informations et les commandes de fonctions accessibles au niveau 2 doivent permettre la configuration et le paramètrage des fonctions assurées par l’ITI ainsi que le diagnostic d’un mauvais fonctionnement. Le coffret en niveau 2 doit permettre en plus, l’accessibilité des niveaux 0 et 1.
5.9.3.1 Configurations

Les configurations peuvent être réalisées manuellement sans outil spécifique, ou à l’aide d’un microportable ou d’un clavier déporté.
– La configuration de la fonction ADA, c’est-à-dire l’activation ou l’inhibition de la fonction ADA pour chaque interrupteur HTA (cf. 5.5.3). – La configuration du sens de permutation de la PS (cf. 5.6.9.2). – La configuration des détecteurs de défauts HTA directionnels est réalisée selon l’annexe DD (uniquement le nom des postes), – La configuration de l’adressage du PA et des voies télécommandées. – D’autres configurations peuvent être proposées par le constructeur, avec l’accord d’EDF. 5.9.3.2 Paramètrages

Les paramètrages peuvent être réalisés manuellement (sans outil spécifique), à l’aide d’un microportable ou d’un clavier déporté.
– Paramètrage du temps T1 de l’ADA (cf. 5.5.2.1) compris entre 20 et 50 s. – Paramètrage du temps T1 de la PS (cf. 5.6.5) : à choisir parmi les trois valeurs de 5, 25 ou 45 s. – Paramètrage de l’élément de mesure de courant résiduel 3Io du DDA (cf. 6.4.1.2) : à choisir parmi les valeurs de 20, 40, 80 ou 160 A. – Paramètrage du DDD : voir HN 45-S-51. – D’autres paramètrages peuvent être proposés par le constructeur, avec l’accord d’EDF.

5.9.3.3

Informations diverses

Les informations lumineuses peuvent être réalisées à l’aide de leds ou d’afficheurs alphanumériques. Elles sont soit simultanées soit successives. Si elles sont successives, elles doivent être présentées à la demande de l’opérateur dans l’ordre chronologique de l’annexe FF et, l’opérateur doit être informé, si besoin, que d’autres informations non visibles sont présentes. Les informations complémentaires à l’annexe FF doivent se situer en fin de présentation.
– Les informations lumineuses éventuelles, l’ITI étant en position « Télécommande », de l’Accès Transmission présentées au paragraphe 7.5.3. – D’autres informations peuvent être proposées par le constructeur en niveau 2, elles doivent être une aide au diagnostic en cas d’anomalie des équipements.

Si les informations sont réalisées à l’aide de leds, leur couleur sera rouge et leur allumage fixe ou clignotant.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 30 -

Ces informations restent visibles en niveau 2 tant qu’un opérateur n’a pas utilisé la fonction RAZ. 5.10 Consignation des commandes électriques 5.10.1
Consignation

La consignation d’une commande électrique (pour une opération de maintenance) comprend les opérations suivantes :
– passage de l’ITI en position « Local » ; – débrochage du connecteur BT correspondant à l’UF motorisée (identification A, B, C ou D) sur l’ITI ; – condamnation de l’embrochage des connecteurs BT sur l’ITI. 6 Caractéristiques assignées Niveaux d’isolement assignés Transformateur de sécurité du coffret

6.1 6.1.1

Afin de pouvoir considérer la source d’alimentation alternative du coffret ITI comme une source de sécurité très basse tension, au sens de la norme NF C 18.510, le transformateur d’isolement BTA/TBT doit comporter un écran entre le primaire et le ou les secondaire(s) qui sera réuni à la masse du coffret. Ce transformateur doit présenter les tenues diélectriques suivantes : – entre le primaire et l’écran + le(s) secondaire(s) : - 10 kV - 50 Hz - 1 min ;
- 20 kV à l’onde de choc 1,2/50 µs ; – entre le(s) secondaire(s) et l’écran + le primaire : - 10 kV - 50 Hz - 1 min ; - 20 kV à l’onde de choc 1,2/50 µs ; – entre l’écran et le primaire + le(s) secondaire(s) : - 10 kV - 50 Hz - 1 min ; -

20 kV à l’onde de choc 1,2/50 µs.

Les circuits primaires à l’intérieur du coffret, y compris la protection par fusibles (ou par disjoncteur associé à un dispositif de sectionnement), doivent avoir une tenue diélectrique de 10 kV 50 Hz 1 min et 20 kV à l’onde de choc 1,2/50 µs, par rapport à la masse du coffret. Dans le circuit primaire est compris le dispositif d’adaptation à la tension HTA (20 kV ou 15 kV). 6.1.2
Autres équipements du coffret

Les équipements du coffret, y compris :
– les connecteurs BT femelles d’interface avec les commandes électriques des interrupteurs HTA ; – le raccordement par câble de l’alimentation auxiliaire alternative ; – les capteurs courant, les capteurs tension et leur liaison avec le coffret ITI ; – le voyant V3 (signalisation passage défaut HTA pour le DDA) situé à l’extérieur de l’ouvrage HTA et sa liaison au coffret ITI ;

- 31 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

doivent pouvoir supporter entre toutes les bornes réunies entre elles et la masse, ainsi qu’entre chacun des circuits galvaniquement indépendants et tous les autres réunis entre eux et à la masse (essais en mode longitudinal ou mode commun) :
– 2 kV efficace à 50 Hz pendant 1 min ; – 5 kV crête à l’onde de choc 1,2/50 µs.

La rigidité entre bornes de contacts ouverts (mode différentiel) des sorties (ordres CO et CF) doit être de :
– 1 kV efficace à 50 Hz pendant 1 min ; – 2 kV crête à l’onde de choc 1,2/50 µs.

6.1.3

Liaison RTC (Réseau Téléphonique Commuté)

Dans le cas d’utilisation du RTC comme support de transmission, la rigidité diélectrique entre les conducteurs du câble RTC entrant dans le coffret ITI, et les masses et circuits électriques du coffret ITI reliés entre eux est de 8 kV efficace à 50 Hz pendant 1 min. 6.2 6.2.1
Atelier d’Energie (AE) Charges internes et externes

Le coffret ITI doit comporter un atelier d’énergie fournissant les sources d’alimentation nécessaires au fonctionnement de ses équipements internes (charges internes) et des charges externes. 6.2.1.1
Charges internes

Elles comprennent :
– le dispositif de maintien en charge de la ou des batteries ; – l’Accès Transmission (AT) : -

s’il s’agit d’un ATR, sa consommation est de 400 mA maximum en veille et de 4 A maximum en émission. Le cumul des temps d’émission nécessaires à la télécommande d’un changement d’état d’un interrupteur HTA est inférieur à 20 s. L’ATR est alimenté sous une tension de 12 volts continus par le coffret ITI.
Charges externes

6.2.1.2

Elles comprennent :
– les commandes électriques des interrupteurs HTA. Le coffret doit permettre la télécommande ou la commande électrique locale d’un seul interrupteur HTA (ordres de manoeuvre successifs et non simultanés). En dehors de l’exécution d’un changement d’état, la consommation est nulle . ITI 1 et ITI 4 Les commandes sont alimentées sous 48 V, la consommation nécessaire au changement d’état d’un interrupteur HTA est au maximum de 5 A pendant 7 s. Au début de chaque cycle de fonctionnement de l’interrupteur, le courant peut atteindre 15 A pendant 50 ms. ITI aérien Les commandes sont alimentées sous 12 ou 48 V, la consommation nécessaire au changement d’état de l’interrupteur est précisée par le constructeur

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 32 -

– un voyant (V3), situé à l’extérieur de l’ouvrage HTA ou sur le support HTA, indiquant le passage d’un courant de défaut. Le voyant étant fourni avec le coffret ITI, sa consommation est à l’initiative du fournisseur d’ITI (consommation voisine de 0,2 à 0,3 VA). Son fonctionnement est au maximum de 2 heures avec un allumage clignotant ; – deux dispositifs de détection de présence et d’absence de tension HTA. Avec l’option PS, chacune des deux unités fonctionnelles HTA UF A et UF B comporte un dispositif de détection de présence et d’absence de tension, alimenté à partir du 48 V fourni à chaque commande électrique. La consommation permanente d’un dispositif est au maximum de 100 mA ; – un boîtier terminal de fibre optique. Ce boîtier est alimenté sous une tension de 12 volts continus à partir du coffret ITI. Sa consommation permanente en veille est au maximum de 2,5 VA et de 3 VA en fonctionnement.

6.2.1.3

Consommations totales

En l’absence de l’alimentation auxiliaire alternative du coffret ITI (ITI 1, ITI 4 ou ITI aérien), l’alimentation continue fournie par l’atelier d’énergie au coffret ITI en état de veille en mode « Télécommande » avec ATR, ou avec ATT, option PS et option BTFO, est au maximum de 15 VA. En état de télécommande (50 ms après la réception d’un ordre), pendant la télécommande d’un changement d’état d’un interrupteur HTA avec ATR et option PS, l’alimentation est au maximum de 250 VA. Elle est au maximum de 200 VA avec ATT, option PS et option BTFO. En présence de l’alimentation auxiliaire alternative (ITI 1, ITI 4 ou ITI aérien), en état de veille depuis 72 heures (batterie(s) chargée(s), en mode télécommande avec ATT), l’alimentation alternative du coffret est au maximum de 50 VA. Elle est au maximum de 80 VA, l’ITI étant en état de veille et batterie(s) déchargée(s). 6.2.2
Alimentation auxiliaire alternative

L’alimentation auxiliaire alternative du coffret ITI est soit une alimentation 230 volts (phase et neutre) 230 × 15 000 V issue d’un transformateur de distribution publique, soit une alimentation 230 volts ou 20 000 issue d’un transformateur 20 000/230 V alimenté entre phase par un réseau 20 000 V ou 15 000 V. L’adaptation aux tensions 230 V ou 172,5 V s’effectue sur site dans le coffret ITI. Les équipements sont conçus pour une tension d’alimentation soit de 230 V soit de 172,5 V 50 Hz ± 15 %. Le primaire du transformateur de sécurité (cf. 6.1.1) est protégé par un fusible HPC de calibre 2 A, de type gF et de dimension 10 × 38 mm. 6.2.3
Redresseur

Un redresseur régulé doit alimenter la (les) batterie(s) et les charges externes et internes du coffret ITI indiquées ci-dessus. La charge des batteries doit être effectuée dans les conditions indiquées par leur constructeur, sa durée ne doit pas excéder 24 heures pour une batterie déchargée à 80 %. L’alimentation alternative sera prise au secondaire du transformateur défini en 6.1.1. L’absence de la source de tension alternative 230 V (seuil 180 V ± 10 V) sera détectée et sera signalée dans l’ITI par une indication lumineuse rouge fixe ou clignotante (elle sera identifiée par « Absence 230 V » et une télésignalisation « Manque tension alternative » sera fournie au PA. Lorsque le coffret est équipé d’un ATR, un dispositif de surveillance de la consommation est présent, afin de mettre hors tension le poste Radio en cas d’émission permanente. Pour cela, si le courant de l’ensemble des circuits 12 V dépasse 2 A ± 0,3 A pendant 3 min (± 30 s), l’alimentation des charges externes sera coupée (contrôle de la polarité positive). La remise en marche normale, après interruption des charges (2 A, 3 min), est réalisée par action sur le bouton-poussoir « RAZ alimentation » situé sur le synoptique de contrôle-commande de l’ITI.

- 33 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

Lorsque la source de tension alternative est coupée depuis 8 heures (± 1 h), l’alimentation de toutes les charges par la ou les batterie(s) doit être coupée ; ceci afin d’éviter une décharge importante de la batterie, ce qui pourrait lui être préjudiciable par basse température. Si après coupures des charges, une consommation subsiste, Il doit être possible de réaliser 4 cycles FO après un délai de 4 jours et, le constructeur devra prendre les mesures nécessaires pour éviter une décharge profonde de la batterie. Deux minutes après le retour de l’alimentation alternative, le redresseur réalimentera automatiquement les utilisations internes et externes, sans intervention locale, ou à distance. Cependant, dans le cas où l’absence d’alimentation alternative se prolonge au-delà de 8 h (± 1 h), il est possible de relancer localement par action sur le même bouton poussoir « RAZ alimentation » un nouveau cycle de 8 h (± 1 h) d’alimentation des utilisations à partir de la (ou des) batterie(s). Cette nouvelle temporisation ne peut être lancée qu’une fois la première écoulée. 6.2.4
Sources 12 et 48 volts continues

L’atelier fournit une source 12 V et une source 48 V ou 12V destinée à la commande électrique ayant les caractéristiques assignées suivantes.
NOTE : D’autres tensions, au choix du constructeur, peuvent être utilisées pour le fonctionnement interne de l’ITI.

6.2.4.1

Tensions assignées

En veille ou pendant un cycle de changement d’état des interrupteurs HTA, les caractéristiques suivantes doivent être maintenues (y compris pendant les 50 ms qui suivent la réception d’un ordre) : a) Tension assignée de 48 volts destinée à la commande électrique (ITI 1 ou ITI 4). La tension doit être comprise entre 40,8 V et 55,2 V (48 V ± 15 %). La présence tension 48 V (seuil du 48 V supérieur à 42 −0 V ) sera signalée par une indication lumineuse de couleur verte fixe. Elle sera identifiée par « Présence 48 V ».
+1

Pour une tension inférieure à 42 V, toute permutation automatique, toute commande électrique (locale ou à distance) sera verrouillée, et la PS reste en service. b) Tension assignée de 12 ou 48 volts destinée à la commande électrique (ITI aérien). Les tolérances sur la tension d’alimentation destinée à la commande électrique sont de la compétence du constructeur. Les performances de l’interrupteur aérien doivent être assurées dans tout le domaine nominal de fonctionnement lorsqu’il est alimenté par son contrôle-commande. Le constructeur devra indiquer dans le DI les limites de tension admises par la commande de l’interrupteur aérien. c) Tension assignée de 12 volts. La tension doit être comprise entre 10,8 V et 15,6 V (12 V, + 30 %, - 10 %). 6.2.4.2
Taux d’ondulation

Pour les sources 12 et 48 volts, le taux d’ondulation résiduelle doit être inférieur à 2 %, sur toute l’étendue de la plage de fonctionnement. 6.2.4.3
Mise à la terre des circuits des tensions continues

La mise à la terre des - (0 V) 12 et 48 V sera réalisée à l’intérieur du coffret ITI.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème 2 édition 6.2.5
Batteries

- 34 -

En l’absence de l’alimentation 230 V alternative, les batteries doivent permettre l’ensemble des essais dans l’ordre chronologique suivant, avec un coffret ITI comportant un ATR et option PS :
– soit : -

un état de veille de l’ITI pendant 8 heures à 20 °C, c’est-à-dire une alimentation des équivalents internes, et des deux détecteurs de présence tension du tableau HTA ; et 30 cycles F/O d’un interrupteur, le permutateur et sa batterie étant à + 20 °C ;

– soit : -

un état de veille de l’ITI pendant 8 heures à - 15 °C ; et 10 cycles de permutation ou 10 cycles F/O d’un interrupteur, le coffret et ses batteries étant à - 15 °C (- 25° C pour le coffret ITI aérien) ;

– soit : -

un état de veille de l’ITI pendant 8 heures à + 55 °C ; et 10 cycles de permutation ou 10 cycles F/O d’un interrupteur, le coffret et ses batteries étant à + 55 °C ;

– soit : -

un état de veille de l’ITI pendant 16 heures à 20 °C, c’est-à-dire une alimentation des équipements internes, et des détecteurs de présence tension du tableau HTA ; et 10 cycles F/O d’un interrupteur, le coffret et ses batteries étant à + 20 °C.

Pendant la réalisation de ces cycles, les tensions 48 V et 12 V mesurées aux bornes des charges externes et internes doivent se situer dans la plage définie en 6.2.4. 6.2.6
6.2.6.1 Protection des utilisations 12 et 48 volts continus Protection de la tension destinée à la commande électrique contre les surintensités

Une protection du + de la tension destinée à la commande électrique doit protéger l’ensemble des utilisations (internes et externes). Elle doit :
– interrompre le circuit pour un courant de court-circuit correspondant à un défaut situé sur le câble de liaison d’une commande électrique. Après le fonctionnement de la protection, le coffret doit converser toutes ses caractéristiques, après avoir effectué une RAZ et une remise en état des protections.

ITI 1 et ITI 4 : tension de commande de 48 V
– permettre un régime permanent de 5 A ; – permettre un régime de 15 A pendant 50 ms ;

ITI aérien : tension de commande de 12 ou 48 V
– permettre le fonctionnement de la commande électrique ; – les valeurs des courants en régime permanent et transitoire de la commande électrique de l’interrupteur aérien devront être communiquées par le constructeur.

- 35 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème 2 édition

6.2.6.2

Protection du 12 volts contre les surintensités

Une protection du + 12 volts doit protéger l’ensemble des utilisations 12 V (internes et externes). Elle doit assurer une séparation du circuit 12 V en un temps inférieur à une seconde pour un courant de 7,5 A. Eventuellement, une protection du + 12 V située sur le RF ou l’AE pourra protéger la liaison n° 1 (annexe HH). Elle devra être coordonnée avec le fusible 6,3 A situé dans la liaison n° 2. 6.2.6.3
Protection contre les inversions des polarités

Toutes dispositions doivent être prises pour rendre impossible toute inversion accidentelle des polarités. 6.3 6.3.1
Télécommande (PA, AT, BTFO) Alimentation auxiliaire

Le poste asservi et l’ATT sont alimentés par l’atelier d’énergie du coffret ITI sous une tension au choix du constructeur. L’ATR est alimenté sous une tension 12 volts continus issue de l’atelier d’énergie de l’ITI. Le boîtier terminal de fibre optique (BTFO) est alimenté sous une tension 12 volts continus issue de l’atelier d’énergie de l’ITI. 6.3.2
Caractéristiques de l’ATR

L’ATR est d’un modèle agréé par EDF GDF SERVICES. Les informations nécessaires à l’interfaçage de l’ITI avec l’ATR sont celles de l’annexe HH.
Valeurs nominales des signaux Audio Fréquences (AF) – Réception PA :

Sortie AF de la prise de données Ancien réseau Nouveau réseau
– Emission PA :

Impédance de sortie 600 Ω 600 Ω (asymétrique)

Signal VHF modulé 1 000 Hz 1 000 Hz

Indice de modulation Nominal Nominal

Valeur du niveau AF 0 dB - 10 dB ± 2 dB

Entrée AF de la prise de données Ancien réseau Nouveau réseau

Signal VHF injecté sur la prise d’accès données

Impédance

Valeur du niveau 0 dB - 10 dB

Indice de modulation Nominal Nominal

1 000 Hz 1 000 Hz

600 Ω 600 Ω (asymétrique)

Ces caractéristiques nécessitent une possibilité de réglage des cartes modems associées (a minima) à - 10 dB ou à 0 dB. Le réglage pourra être effectué à l’aide d’une manoeuvre simple par l’exploitant. Le niveau de réglage par défaut est - 10 dB. 6.3.3
Caractéristiques du BTFO

Le BTFO est d’un modèle agréé par EDF GDF SERVICES.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème 2 édition 6.4 6.4.1 6.4.1.1
Détecteur de Défauts HTA (DD HTA) Détecteur de défauts ampèremétrique Alimentation auxiliaire

- 36 -

Les dispositifs de détection, y compris les signalisations internes et externes au coffret ITI, sont alimentés par l’AE de l’ITI. 6.4.1.2
Grandeurs caractéristiques des éléments de mesure

La valeur d’ajustement des éléments de mesure de courant de phase est de 450 A. Les valeurs d’ajustement de l’élément de mesure de courant résiduel 3 I0 sont de 20 A, 40 A, 80 A et 160 A. Les valeurs indiquées ci-dessus sont prises au primaire des capteurs (transformateur tore ou autre dispositif). Les détecteurs doivent pouvoir fonctionner normalement pour un courant primaire de 12 500 A transitant dans 1, 2 ou 3 capteurs pendant 1 seconde. La tension apparaissant aux bornes d’un capteur, non raccordé au détecteur, et mesurée au connecteur du coffret, ne doit pas dépasser 1 000 V efficace et 5 000 V en valeur de crête pour un courant primaire variant de 0 à 12 500 A. Les capteurs du détecteur de défaut du coffret ITI aérien doivent être de type extérieur. Il n’est pas demandé qu’ils soient de type ouvrant. 6.4.1.3 6.4.1.3.1 On définit :
– une erreur relative d’ajustement εa égale à la différence entre la valeur mesurée Vm (en général la moyenne d’une série de mesures) et la valeur d’ajustement Va pour les valeurs de référence (assorties de leurs tolérances) des grandeurs et facteurs d’influence ; cette différence est rapportée à la valeur d’ajustement : Précision Grandeurs ajustées ou ajustables

εa =

Vm − Va Va

– une variation d’ajustement ∆a à partir d’une valeur mesurée Vm’ en un point quelconque du domaine nominal de fonctionnement :

∆a =

Vm' − Vm Va

Le tableau suivant indique les limites admises pour les valeurs absolues de l’erreur d’ajustement et de la variation d’ajustement, pour les grandeurs considérées :
Tableau 2 - Limites de l’erreur d’ajustement et de variation d’ajustement

|εa| Seuil de courant résiduel : 20 A - 40 A - 80 A et 160 A Seuil de courant de phase : 450 A Temporisation d’inhibition de la remise à zéro : 3 s
* Avec ou sans courant de charge inférieur ou égal à 400 A

|∆a| 5% 5% 20 %

10 %* 10 % 20 %

- 37 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

6.4.1.3.2

Grandeurs définies par une ou deux limites

Ces grandeurs limites doivent être respectées dans tout le domaine nominal de fonctionnement.
Tableau 3 - Grandeurs limites

Durée d’inhibition Durée minimale des défauts pris en compte Temps de mémorisation effectif Pourcentage de dégagement des éléments de mesure de courant Temps de dégagement des éléments de mesure de courant Temps de récupération de la temporisation d’inhibition de la remise à zéro
* De la valeur de seuil mesurée dans les mêmes conditions.

250 ms 350 ms Inférieur à 400 ms 92 % à 98 %* Inférieur à 100 ms Inférieur à 100 ms

6.4.1.4

Insensibilités aux harmoniques

Chaque élément de mesure du courant résiduel 3 I0 ne doit pas donner d’ordre pour toute intensité inférieure à 400 A à 150 Hz et à 160 A à 250 Hz traversant le primaire d’un capteur, lorsqu’il est réglé à 40 A à 50 Hz. 6.4.1.5
Elément de mesure de la tension alternative

L’élément de mesure sera alimenté par la TBT du transformateur d’isolement. La valeur d’ajustement du seuil doit correspondre à une tension de l’alimentation inférieure à 30 % de sa valeur assignée (soit 70 V pour une alimentation de 230 V). 6.4.2 6.4.2.1
Détecteur de défauts directionnels Alimentation auxiliaire

Les dispositifs de détection, y compris les signalisations internes et externes au coffret ITI, sont alimentés par l’AE de l’ITI. 6.4.2.2
Détection des défauts

Les principes de détection, de validation, de paramètrages et de vérifications, ainsi que le traitement des défauts sont définis dans le projet de spécification HN 45-S-51, constitué à ce jour des deux notes suivantes : • HR-45/98/015/B du 12 juin 1998 : spécification fonctionnelle des DDD, • HM-63/96/163/E du 18 juin 1998 : spécification d’essais des DDD. Pour l’ITI, seule la version « Détecteur de Défauts Directionnel » d’aide à la conduite et à la téléconduite avec alimentation auxiliaire sans compteur est à prendre en compte. La détection du retour de la tension directe peut être réalisée par une mesure de l’alimentation alternative, au secondaire du transformateur de sécurité présente dans le paragraphe 5.2.1. 6.5
Insensibilité aux perturbations électriques conduites

Toutes dispositions doivent être prises pour que l’ensemble des équipements soit insensible à l’apparition de surtensions transitoires conduites sur l’un quelconque des circuits entrée ou sortie du coffret, tels l’alimentation alternative, la liaison RTC, les circuits de la commande électrique ou les capteurs.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 L’insensibilité est définie comme suit :

- 38 -

– aucun matériel ou composant ne doit être ni endommagé ni détérioré ; – aucune défaillance ou perte temporaire de qualité ne doit affecter le fonctionnement des sousensembles ; – aucune anomalie ne doit venir affecter le dialogue de téléconduite ; – aucun ordre ne doit être transmis aux commandes électriques ; – aucune signalisation (locale ou à distance) ni alarme intempestive ne doit se produire.

L’insensibilité doit être assurée pour des ondes oscillatoires amorties et pour des tensions transitoires rapides. Les niveaux de sévérité sont définis dans le chapitre « Essais ». 6.6
Insensibilité aux décharges électrostatiques

Toutes dispositions doivent être prises pour assurer l’insensibilité (telle que définie au 6.5) aux décharges électrostatiques. Les niveaux de sévérité sont définis dans le chapitre « Essais ». 6.7
Insensibilité aux champs électromagnétiques

Toutes dispositions doivent être prises pour assurer l’insensibilité (telle que définie au 6.5) de l’ensemble des équipements et de ses liaisons lorsqu’ils sont exposés à un champ électromagnétique sinusoïdal permanent modulé dont la fréquence est comprise entre 80 MHz et 1 000 MHz et dont la composante électrique a un niveau de sévérité de 30 V/m. 6.8
Insensibilité aux champs magnétiques impulsionnels

Toutes dispositions doivent être prises pour assurer l’insensibilité (telle que définie au 6.5) de l’ensemble des équipements et de ses liaisons lorsqu’ils sont exposés aux champs magnétiques provenant de courant, consécutifs aux chocs de foudre, circulant dans le collecteur général des masses des équipements HTA de l’ouvrage. 6.9
Susceptibilité des équipements internes au coffret

En raison des performances de l’ATR (insensibilité aux champs électriques rayonnés inférieurs à 0,3 V/m, émission de champs électriques rayonnés inférieurs à 0,3 V/m), les équipements du coffret doivent fonctionner normalement lorsqu’ils sont exposés à un champ électrique inférieur ou égal à 0,3 V/m et ne pas émettre de champ électrique supérieur à 0,3 V/m. Si un élément particulier du coffret émettait néanmoins un champ électrique supérieur à 0,3 V/m, ou était susceptible à un champ électrique inférieur à 0,3 V/m, toutes les dispositions doivent être prises pour permettre un fonctionnement correct des équipements de l’ITI et de l’ATR (compartimentage, blindage, filtrage...). De plus, l’ensemble des équipements et de ses liaisons doivent être insensibles lorsqu’ils sont exposés à un champ magnétique sinusoïdal 50 Hz permanent de 30 A/m et de 300 A/m de champ magnétique impulsionnel (classe de sévérité 4 de la norme CEI 61000-4-8). 6.10 Caractéristiques de fiabilité On rappelle que l’Accès Transmission Radio (ATR) n’est pas concerné par ce chapitre. Ce chapitre fait référence aux normes suivantes :
– X 06-501 ; – X 60-500 ; – X 60-510 ; – X 60-520 ; – X 50-500.

- 39 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

6.10.1

Objectifs

Il s’agit de fixer pour l’ensemble des équipements de l’ITI ou pour certains éléments particuliers :
– les exigences de fiabilité, c’est-à-dire : -

la limite supérieure du nombre de défaillances par heure de fonctionnement ; la limite inférieure de la durée de vie utile ;

– les conditions d’évaluation de la fiabilité prévisionnelle ; – les conditions d’évaluation de la fiabilité opérationnelle.

6.10.2 6.10.2.1

Définitions Défaillance

Est considéré comme défaillance, tout événement attribuable à une faiblesse inhérente aux équipements du coffret, dans leur domaine de fonctionnement et dans la limite des performances électriques et mécaniques requises, entraînant la cessation de l’aptitude du coffret à accomplir l’une de ses fonctions. Cette définition inclut les défaillances ou pertes temporaires des qualités de fonctionnement nécessitant ou non l’intervention d’un opérateur. Ne sont pas comptabilisées comme défaillances :
– les défaillances causées par négligence, utilisation anormale, accident, vandalisme, non-respect des instructions définies dans la notice du constructeur ; – les défaillances dues à une modification des équipements réalisée sans accord préalable du constructeur ; – les défaillances dues à un dépassement des performances électriques et mécaniques spécifiées.

6.10.2.2

Taux de défaillance spécifié

Le taux de défaillance, noté λ, est défini comme le nombre de défaillances par heure de fonctionnement : λ= où :
– n est le nombre de coffrets en service, au temps t0 + T, pendant leur durée de vie utile ; – t0 est le début de l’intervalle d’observation ; – T est la période d’observation, exprimée en heures ; – K est le nombre de défaillances pendant l’intervalle [t0 ; t0 + T].
NOTE - Les calculs de fiabilité sont réalisés sur la base du fonctionnement des coffrets 24 heures par jour, 365 jours par an.

K n⋅ T

6.10.2.3

Fiabilité opérationnelle

La fiabilité opérationnelle est évaluée en exploitation. Compte tenu des incertitudes statistiques dues au faible parc et à la durée d’observation limitée, le taux de défaillance opérationnel estimé peut s’écarter en plus ou en moins du taux de défaillance vrai du matériel.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 40 -

En conséquence, on définit une limite supérieure à 90 % de degré de confiance au taux de défaillance opérationnel estimé. Si le taux de défaillance opérationnel estimé dépasse cette limite, le matériel sera considéré comme ne respectant pas la présente spécification. Pour plus d’information, on peut consulter la norme NF X 06-501. Cette limite est définie par la formule suivante (loi de Poisson) dans le cas extrême où le taux de défaillance vrai est juste égal au taux de défaillance spécifié :

! e −( λNT )
i=0

k

(λNT) i!

i

= 0,9

où :
– N est le nombre de matériels en service, au temps t0 + T, pendant leur durée de vie utile ; – t0 est le début de l’intervalle d’observation ; – T est la période d’observation, exprimée en heures ; – K est le nombre de matériels défaillants maximal toléré.

K sera calculé sur l’ensemble des matériels en exploitation, à compter de leur mise en service et pendant leur durée de vie utile. 6.10.2.4
Durée de vie utile

La durée de vie utile d’un coffret ou de ses équipements est définie par la période durant laquelle il doit remplir la totalité de ses fonctions avec un taux de défaillance spécifié. La durée de vie utile du coffret et de ses équipements est décomptée à partir de leur mise en service. 6.10.3 6.10.3.1
Exigences quantitatives Durée de vie utile

La durée de vie utile du coffret et de ses équipements, excepté la (les) batterie(s), est d’au moins 15 ans. La durée de vie utile de la (les) batterie(s) est d’au moins 5 ans. Pendant au moins 10 ans, les surfaces métalliques altérées ne devront pas excéder 5 % de la surface totale en contact avec l’air ambiant, dans les conditions normales de service définies au paragraphe 4. 6.10.3.2
Taux de défaillance

Le taux de défaillance spécifié pour l’ensemble des fonctions remplies par le coffret ITI (hors batterie) -6 est au maximum de 2,8⋅10 défaillances par heure de fonctionnement. Le taux de défaillance spécifié de la (les) batterie(s) est au maximum de 2,3⋅10 défaillance par heure de fonctionnement.
-7

6.10.4

Fiabilité prévisionnelle du matériel

Le constructeur fournira un dossier, avant la qualification du matériel, présentant la fiabilité prévisionnelle de son matériel, permettant d’atteindre les exigences définies au paragraphe 6.10.3. Une Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité (AMDEC) sera réalisée en conformité avec la norme X 60-510. Pour ces calculs, le fournisseur doit utiliser les recueils de données de fiabilité du CNET (édition la plus récente) ou la norme MIL.HDBK.217 (édition la plus récente) pour les composants qui y figurent, avec indication précise du mode et des paramètres choisis, et justifier le choix des taux de défaillance des composants n’y figurant pas.

- 41 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

La présentation de l’étude de fiabilité prévisionnelle sera réalisée en conformité avec la norme X 60-520. Pour ces calculs, les hypothèses retenues sont : environnement « Ground Benign » et une température d’environnement de 25 °C. L’étude de fiabilité fonctionnelle est réalisée avec utilisation de la liste des événements redoutés présentée en annexe MM. 6.10.5
Fiabilité opérationnelle

Le nombre de défaillances sera déterminé par le retour d’expérience d’EDF, en collaboration avec le service après-vente du constructeur. La période d’observation T sera d’un an (voir 6.10.2.3). La figure en annexe JJ donne, en fonction du parc de coffrets en fonctionnement, le nombre maximal de défaillances tolérées. 6.11 Caractéristiques de maintenabilité Cet article fait référence aux normes NF EN 13306 et X 60-500. 6.11.1.1
Objectifs

Il s’agit de fixer, pour l’ensemble du coffret ou certains éléments particuliers, les liens entre les activités de maintenance et les exigences de maintenabilité. Le constructeur donnera, dans le dossier d’identification, la synthèse des informations de maintenabilité contenues dans le dossier d’Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité (AMDEC) (voir paragraphe 6.10.4). 6.11.2
Maintenance préventive

Aucune maintenance préventive ne doit être prévue, tant sur le coffret que sur l’un des sousensembles, pendant leur durée de vie utile. 6.11.3
Maintenance corrective (dépannage)

La maintenance corrective (dépannage) se limitera à l’échange de sous-ensembles :
– cartes électroniques des différentes fonctions de l’ITI ; – poste radio (ATR) ; – synoptique d’exploitation ; – voyants de signalisation ; – batterie ;

ce qui nécessite des mécanismes de localisation des sous-ensembles en défaut. Ces mécanismes seront vérifiés par des essais de comportement sur défauts internes, détaillés dans le chapitre « Essais ». Le temps maximum de remise en service de l’ITI, suite à une panne, devra être inférieur à 2 heures, ce délai courant à partir de l’arrivée sur place de l’opérateur de maintenance. Le constructeur précisera les opérations nécessaires à l’échange de chacun des sous-ensembles et à leur remise en service. 6.11.4
Maintenance des logiciels

Chaque ensemble logiciel de l’ITI sera identifié par un numéro de version, qui évoluera suite aux corrections éventuelles relatives aux anomalies détectées au cours des essais chez le constructeur, en cours de qualification et pendant la période d’exploitation.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 42 -

Un cahier de maintenance devra être établi pour chaque ensemble logiciel avec toutes les indications relatives aux anomalies de fonctionnement, ainsi que la durée des indisponibilités, et les corrections apportées aux logiciels pour remédier à ces anomalies.
7 Caractéristiques constructives Technologie Choix des composants

7.1 7.1.1

Pour assurer le niveau de fiabilité qu’il prévoit pour son matériel, le constructeur doit maîtriser la qualité des composants électroniques et la pérennité de leur approvisionnement. Le choix des divers composants électroniques et des fournisseurs associés devra donc être fait selon des critères de qualité et de pérennité de leur fabrication. Les composants électroniques et électromécaniques doivent être de fabrication courante et conformes aux publications et recommandations en vigueur. Le constructeur doit pouvoir démontrer que les composants électroniques utilisés pour la réalisation du matériel répondent à l’un des critères suivants et sont commandés comme tels : 1. Appartenance à un recueil de composants électroniques sous assurance de qualité et homologués d’un des systèmes :
-

international : IECQ - International Electrotechnical Commission Quality assessement system for electronic components (liste QC 001005) ; européen : marque CECC - Cenelec Electronic Component Committee (liste CECC 00-200) ; national : marque NF (liste UTE C 00-191).

2. Appartenance à des listes préférentielles établies par les organismes officiels tels que :
-

Délégation Générale pour l’Armement (liste GAM-T1) ; etc.

Pour les composants qui ne seraient pas choisis dans les listes recommandées (certains composants actifs par exemple), le constructeur doit faire la preuve que de tels composants sont fiables et soumis à une surveillance de qualité, soit au sein de son établissement, soit au sein d’organismes nationaux ou internationaux spécialisés, EDF se réservant le droit de juger de la validité de tels systèmes de surveillance. Dès que possible, mais de toute façon avant les essais de qualification, les plans et la nomenclature des composants du matériel doivent être soumis à EDF. La nomenclature des composants doit mentionner à la fois le type, la référence, le boîtier, la filière technologique pour les ASIC, les fournisseurs principaux et secondaires ainsi que les homologations ou appartenance à des listes préférentielles. EDF se réserve le droit après enquête et examen des procédures de surveillance de qualité de refuser l’emploi de types de composants ou le choix d’un fabricant qui ne présentent pas les garanties requises. En règle générale, il doit être possible de se procurer tous les composants auprès de plus d’une source d’approvisionnement. Dans le cas contraire, l’accord d’EDF doit être requis. Les composants électroniques standards dont l’ancienneté de fabrication est inférieure à un an ne sont pas utilisés, sauf cas dûment justifié. Pour les produits spécifiques tels que les ASIC, c’est l’ancienneté de l’utilisation en production de la filière technologique dont est issu le composant qui est prise en compte. Une filière technologique est définie comme la succession d’étapes technologiques élémentaires à réaliser pour obtenir le composant. Elle est souvent caractérisée par une finesse de gravure donnée en microns.

- 43 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

7.1.2

Câblage interne au coffret

Tous les sous-ensembles doivent pouvoir être changés facilement sans outil spécifique. Les fixations de ces sous-ensembles doivent permettre le débrochage et l’embrochage des connecteurs sans difficulté et sans contrainte mécanique excessive pour les sous-ensembles.
– Circuits imprimés

Ils doivent être conformes aux normes en vigueur, et notamment aux normes NF de la série C 93-7xx. Ils doivent être conçus de façon à permettre le remplacement, sans détérioration pour le reste du circuit, de tout composant défectueux. Aucun cavalier nécessaire au changement d’une fonction, monté sur circuit imprimé, ne doit être soudé directement à ce circuit. Il doit être aisément accessible en laboratoire. Les circuits imprimés doivent obligatoirement assurer à chacun des composants discrets un emplacement bien différencié. Tous les éléments fixés sur circuit imprimé doivent en règle générale être soudés par toutes leurs connexions. Des points tests définis dans les spécifications particulières doivent être prévus. L’emploi de support se limite au montage des composants du type reprogrammable lorsque leur effacement et leur programmation nécessitent par principe une extraction du circuit imprimé et, si leur emploi s’avère indispensable à celui des microprocesseurs et microcontrôleurs (par exemple, pour la testabilité des cartes). Les circuits intégrés pour montage en surface présentés en boîtier céramique sont montés sur support, excepté dans le cas où le circuit imprimé est réalisé en stratifié dont les caractéristiques thermiques sont adaptées à celles de la céramique. Dans tous les autres cas, l’usage des supports est à justifier.
Commentaire : l’extraction des circuits intégrés s’effectue à l’aide d’un extracteur adapté. – Filerie

La filerie est réalisée à l’aide de conducteurs souples en cuivre à isolement thermoplastique. Elle est disposée de façon à ne pas masquer les repères distinctifs des éléments fonctionnels. Il convient de prendre toutes précautions pour minimiser les couplages inductifs et capacitifs entre circuits de nature différente. 7.1.3
Connecteurs

Les connecteurs de cartes imprimées enfichables doivent répondre aux spécifications des normes NF C 93-423 et NF C 93-424. Ils doivent être munis d’un dispositif de détrompage. Il doit être possible de déconnecter et de reconnecter chaque sous-ensemble sous tension, sans détérioration des composants et sans fonctionnement anormal du reste du coffret, le coffret ITI étant en mode « Local ». 7.1.4
Visserie. Serrurerie

Toute la visserie et serrurerie doivent être inaltérables par nature ou protégées contre les agents atmosphériques. Les vis de serrage doivent être munies obligatoirement de rondelles ou de dispositifs empêchant le desserrage. 7.1.5
Raccordements externes. Connexions liaisons

Les câbles doivent pénétrer par sa face horizontale inférieure de l’ITI.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 7.1.5.1

- 44 -

Câble d’alimentation auxiliaire alternative

Non fourni avec l’ITI, il pénètre dans le coffret ITI par un presse-étoupe et est connecté directement sur le porte-fusibles de protection du transformateur de sécurité. Ce câble est de type U.1000 R02V, et comporte deux conducteurs (phase et neutre) de 2,5 mm de section. Pour le coffret ITI aérien, le câble d’alimentation doit être équipé d’un dispositif permettant le remplacement du coffret de contrôle-commande en toute sécurité pour l’opérateur (risque électrique) et pour le dispositif d’alimentation (risque de court-circuit etc.). 7.1.5.2
Liaisons coffret ITI - capteurs de courant et de tension
2

Les câbles de liaison entre le coffret ITI et les capteurs de courant et de tension, définis dans la spécification HN 45-S-51, sont fournis avec le coffret ITI. Ils pénètrent individuellement dans le coffret ITI par un presse-étoupe. Les connexions avec les capteurs et le coffret ITI s’effectuent sans aucun outil. Les liaisons sont, côté capteur, soit raccordées en usine par le constructeur sur les capteurs, soit équipées de connecteurs embrochables détrompés. Côté ITI, les liaisons sont équipées de connecteurs embrochables. Dans les deux cas, liaisons raccordées ou débrochées, ces connexions respectent l’indice de protection IP2X de la publication EN 60529. Le coffret doit pouvoir être remplacé sans démontage des connecteurs.
7.1.5.3 Liaisons coffret ITI - commandes électriques

ITI 1 et ITI 4 Les liaisons électriques entre l’ITI et les commandes électriques sont fournies avec les commandes électriques et les extrémités connectées à l’ITI comportent un connecteur dont les caractéristiques sont les suivantes :
– connecteur type Han 10 A (réf. HARTING ) : connecteur mâle comportant 10 broches, contacts à sertir capot bas profil avec sortie latérale, utilisable sur une embase comportant un verrouillage. Le connecteur comporte deux vis et deux tourillons. Tous les connecteurs sont livrés avec un détrompage correspondant à la voie A de l’annexe II.
1

Le coffret ITI comporte autant d’embases que de voies de télécommande ; ces embases ont les caractéristiques suivantes :
– embase type Han 10 A (réf. HARTING ) : embase femelle comportant 10 broches, contacts à sertir. Embase comportant un verrouillage et utilisable avec connecteur mâle dont le capot bas profil a une sortie latérale du câble. L’embase comporte deux tourillons. deux vis Les embases sont livrées avec un détrompage correspondant aux voies A, B, C ou D de l’annexe II.
1

Pour le coffret ITI 1, le détrompage n’est pas demandé. ITI aérien
– La liaison de raccordement entre la commande électrique et le coffret de contrôle-commande est fournie avec l’appareil. Cette liaison est réalisée en câble de type U-1000-R2V de section supérieure ou égale à 1 mm². L’une des extrémités de cette liaison est raccordée à la commande électrique. Un connecteur comportant un nombre de broches égal au nombre conducteurs du câble de la liaison, avec contacts à visser est également fourni. Ce connecteur doit comporter un dispositif de verrouillage.

Une embase correspondant au connecteur de la liaison vers la commande électrique implantée au niveau 1 du coffret ITI.

est

1

Les connecteurs sont également commercialisés par les sociétés HTS (AMP-SIMEL)et ILME.

- 45 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

– Les conducteurs non utilisés sont référencés à la masse du coffret ITI. – Le coffret doit pouvoir être remplacé sans démonter le connecteur de la liaison BT vers le bloc mécanisme de manoeuvre de l’interrupteur.

7.1.5.4

Liaison coffret ITI - voyant extérieur
2

La liaison électrique entre l’ITI et le voyant extérieur est fournie avec le coffret ITI. Cette liaison est constituée d’un câble de type U.1000 R02V d’une section minimale de 1,5 mm . La longueur, de 7, 12 ou x m à préciser par l’acheteur à la commande, ne peut excéder 50 m. Le type des raccordements de cette liaison au coffret ITI et au voyant est laissé à l’initiative du constructeur. Les raccordements doivent s’effectuer sans outil. 7.1.5.5
Liaison de télécommunication

a) Télécommande par liaison RTC Le câble isolé à 6 kV pénètre dans le coffret par un presse-étoupe et est connecté directement sur l’ATT. Ce câble est constitué d’une quarte PTT de 9/10 référence 19.243 D . En liaison aérienne, il est équipé d’un porteur. Son diamètre est de 11 mm. b) Télécommande par liaison radio Le câble d’antenne de type KX 4 pénètre dans le coffret par un presse-étoupe. La liaison entre le câble d’antenne et le poste radio est réalisée par un câble KX 15. Les câbles et connecteurs sont fournis avec le coffret suivant les indications de l’annexe HH, liaison n° 6. c) Télécommande par liaison RTC et interface en fibre optique Le boîtier d’interface BTFO s’il est nécessaire est situé à dans le coffret ITI. Le constructeur de l’ITI doit prévoir l’implantation de deux BTFO agréés par EDF dans le coffret ITI. La liaison entre le BTFO et l’ATT est fournie avec le BTFO. Cette liaison est constituée d’un câble type quarte France Télécom cuivre de section 8 ou 9/10. L’alimentation 12 V sera réalisée par le connecteur 12 V prévu pour l’ATR (voir annexe HH). Les deux autres conducteurs seront raccordés sur les bornes vissées prévues pour une liaison RTC directe. 7.2 7.2.1
Coffret Présentation

Les différents sous-ensembles et composants doivent être installés dans un coffret destiné à être fixé sur une paroi verticale.
Tableau 4 - Dimensions maximales du coffret, en exploitation normale (accessibilité de niveau 0) en mm

Type de coffret ITI 1 ITI 4 ITI aérien

Hauteur 650 700 700

Largeur 310 600 310

Profondeur 350 330 350

Des variantes dimensionnelles des coffrets pourront être proposées avec l’accord d’EDF notamment lorsque l’interchangeabilité n’est pas demandée. Un coffret 2 voies de type ITI 4, non évolutif, respectant les contraintes dimensionnelles des coffrets ITI 1 pourra être proposé.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 46 -

Les volumes maximums, nécessaires aux opérations d’exploitation et de maintenance (accessibilité de niveaux 1 et 2), sont définis en annexe HH. Les poids des coffrets tout équipés ne doivent pas excéder :
– ITI 4 60 kg. – ITI 1 40 kg – ITI aérien 50 kg
NOTES : 1. Les rails de fixation sont symétriques à l’axe de l’ITI. 2. Les volumes nécessaires aux opérations de maintenance peuvent être pris sur l’aire d’exploitation de l’ouvrage (ITI coulissant sur des rails). Le passage des câbles en face inférieure de l’ITI 4 doivent être contenu dans une hauteur inférieure à 150 mm.

7.2.2

Fixation

ITI 1 et ITI 4 Afin d’éviter tout phénomène de condensation, le fond du coffret sera situé à 20 mm de la paroi verticale sur lequel il est fixé. Le coffret ITI 4 devra pouvoir être fixé sur deux rails verticaux d’entraxe 560 mm ± 1 mm, à l’aide de quatre vis ou goujons M10. Le coffret ITI 1 devra pouvoir être fixé sur deux rails verticaux d’entraxe 250 mm ± 1 mm. ITI aérien Le coffret doit pouvoir être fixé sur un support par cerclage, le bas du coffret étant à 1 m (+ 30 cm) au dessus du sol. Si le support est de section carrée ou rectangulaire, le coffret et sa fixation doivent laisser libre deux angles du support diamétralement opposés 7.2.3
Degrés de protection

a) Accessibilité de niveau 0 (situation d’exploitation normale, avec ou sans condamnation) Les degrés de protection des coffrets et de leurs raccordements sont ceux désignés par le symbole IP 2XC pour l’ITI 1 et ITI 4 et IP 35 pour l’ITI aérien de la publication EN 60-529. De plus, il doit résister aux impacts mécaniques d’une énergie de
– 2 J correspondant au code IK 07 pour l’ITI 1 et l’ITI 4 et 20 J correspondant au code IK 10 pour l’ITI aérien du document EN 50-102.

b) Accessibilité de niveau 1 Lorsque le coffret permet l’accès au niveau 1, la non-accessibilitéaux composants internes au coffret est assurée par le respect de l’indice de protection IP 2X de la publication EN 60-529. 7.2.4
Disposition des équipements internes

Toutes dispositions doivent être prises afin de limiter la susceptibilité entre les équipements internes aux perturbations rayonnées, lors de leurs fonctionnements respectifs. Toutes dispositions doivent être prises pour faciliter les opérations suivantes :
– lecture des signalisations ; – modification des réglages d’adaptation à l’exploitation ; – échange des éléments dans le cadre de la maintenance.

- 47 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

Dans l’ITI 4 et l’ITI aérien, un emplacement doit être réservé pour l’ATR (C.f. annexe HH). 7.2.5 7.2.5.1
Mises à la terre Mise à la terre des - (0 V), 12 et 48 V

Les - (0 V) 12 et 48 V seront référencés à la masse du coffret par des liaisons clairement identifiées afin de permettre une séparation des circuits lors des essais. La surface de fixation de l’ATR et le blindage du câble d’antenne type KX 4 seront reliés à la masse du coffret. 7.2.5.2
Mise à la terre des masses métalliques

Les masses métalliques des différents équipements et du coffret s’il est métallique, et l’écran du transformateur d’isolement seront interconnectés et mis à la terre des masses du poste HTA ou de l’interrupteur aérien. Une vis ou goujon M8 situé à l’extérieur du coffret permettra le raccordement de ces masses à la terre des masses du poste ou à la descente de terre de l’interrupteur aérien. Un symbole de la masse, réf. 02.15.01 de la publication CEI 60617.1, devra être visible à proximité de ce point de raccordement. 7.2.6
Protection contre la corrosion. Entretien

Toutes dispositions doivent être prises pour assurer une bonne protection du coffret et des équipements intérieurs contre la corrosion. Le coffret et ses équipements ne doivent nécessiter aucun entretien autre que le remplacement des batteries en fonction de leur durée de vie garantie. Les revêtements de surface des différents matériaux constitutifs du coffret et des équipements internes ne doivent nécessiter aucun entretien ni renouvellement. Les produits utilisés et leur mise en oeuvre doivent être conformes aux normes en vigueur et utilisés suivant les règles de l’art. Pendant au moins dix ans, les surfaces altérées (oxydation, rouille, manque de revêtement) ne devront pas excéder 5 % de la surface totale en contact avec l’air ambiant, dans les conditions normales de service définies au paragraphe 3. 7.3 7.3.1
Atelier d’Energie (AE) Alimentation 230 V

Le fusible HPC (phase) et la barrette (neutre) du circuit d’alimentation 230 V de l’AE doivent être aisément accessibles et situés le plus près possible du transformateur d’isolement. La barrette du neutre est toujours située à gauche du fusible de la phase. Si la barrette et le fusible sont dans un plan vertical, le câble d’alimentation sera raccordé directement sur leurs bornes inférieures. S’ils sont dans un plan horizontal et dans l’axe perpendiculaire à la face d’accès, le câble sera raccordé sur les bornes les plus près de la face avant. L’ensemble fusible, barrette et support doit avoir un degré de protection correspondant au symbole IP 2X de la publication EN 60-529, y compris pendant les opérations de remplacement de fusible ou de barrette. 7.3.2
Redresseur

Si le redresseur comporte une compensation en température, elle devra se situer le plus près possible des batteries. Si la masse des composants est fixée à un potentiel, toutes précautions seront prises pour éviter leur contact avec les masses métalliques du coffret ou des divers éléments. Lors de réglages éventuels, tout contact accidentel avec les masses du coffret devrait être impossible.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 7.3.3
Batteries

- 48 -

Il doit être possible de connecter et de déconnecter les batteries, le coffret étant en ordre de marche. Lors d'un échange des batteries, toute inversion dans les raccordements des liaisons avec le redresseur doit être impossible. Les conducteurs et connecteurs seront clairement identifiés. Le constructeur précisera dans sa notice les conditions d'interchangeabilité des batteries (précautions à prendre et type de batterie à utiliser). Les batteries doivent être étanches et leurs raccordements doivent être "détrompés" si elles sont différentes. 7.3.4
Protections

Chaque protection électrique sera clairement identifiée à proximité du composant. Un schéma représentant la position géographique des protections mentionnera son identification, son type et son calibre. Ces mêmes repères d'identification seront utilisés dans les schémas électriques fournis dans le dossier d'identification. 7.4 7.4.1
Ensemble de détection de courants de défauts HTA Présentation

Cet ensemble (excepté les capteurs) est situé dans le coffret ITI. 7.4.2
Capteurs courant

S'il s'agit de capteurs électromagnétiques, ils seront de type ouvrant (sauf ceux destinés à l’interrupteur aérien) de manière à permettre leur mise en place dans un poste existant, sans démontage des câbles HTA. Chaque détecteur est alimenté par trois capteurs de courant pouvant être placés sur des câbles 2 tripolaires conformes à la norme NF C 33-223 de section 95, 150 ou 240 mm . Ils devront pouvoir être fixés sur les conducteurs par un dispositif simple ne nécessitant aucun outil spécifique, c'est-à-dire autre que tournevis et clefs d'usage courant ; leur diamètre hors tout ne devra pas excéder 150 mm. Si le circuit magnétique est isolé (3 kV, 50 Hz, 1 min), il ne sera pas nécessaire de le relier à la masse de l’appareillage HTA. S'il est accessible au toucher, un dispositif devra permettre son raccordement à l’appareillage HTA par 2 un conducteur cuivre de 6 mm de section. Chaque capteur portera une marque, si possible une flèche dirigée vers le haut, permettant d'identifier la position de montage. En cas d’utilisation de tores, ceux-ci seront repérés de la manière suivante : - la face supérieure, de couleur verte, sera positionnée côté jeu de barres du tableau HTA ou côté interrupteur HTA dans le cas de l’interrupteur aérien, - la face inférieure, de couleur rouge, sera positionnée côté réseau HTA. Chaque secondaire sera connecté au câble de liaison vers le détecteur par une prise embrochable détrompée. Embrochés ou débrochés, les connecteurs devront respecter l'IP 2X du document EN 60-529. Chaque secondaire (S2) sera mis à la terre sur l’appareillage HTA par un conducteur cuivre (vert et 2 jaune) d'au moins 2,5 mm de section, de 50 cm de longueur comportant une cosse sertie ayant une plage percée d'un trou de 10 mm de diamètre. Le câble de liaison vers le détecteur comportera 4 ou 6 conducteurs en cuivre d'au moins 1,5 mm de section type U-1000 R 02 V. D'une longueur de 7, 12 ou x m, il comportera à l'une de ses extrémités les connecteurs permettant le raccordement sur les capteurs et à l'autre extrémité si possible des connecteurs détrompés permettant un raccordement rapide dans le coffret ITI. Ainsi, les raccordements entre capteurs et coffret ITI doivent pouvoir être prééquipés et permettre une mise en oeuvre simple, rapide, sans outils et sans risque d'erreur de câblage.
2

- 49 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

Le capteur fixé sur le câble devra permettre le passage de la tresse isolée en provenance des extrémités de câbles HTA (type EUIC ou connecteurs séparables HTA) et le passage d'un câble cuivre 2 isolé de 35 mm de section utilisé lors des contrôles dans le poste HTA/BT (soit un diamètre minimum de 30 mm). 7.4.3
Capteurs de tension

Les capteurs de tension nécessaires à l'élaboration de la tension résiduelle (Vr) du détecteur de défaut directionnel sont conformes aux PPACS. 7.4.4
Détecteur de défaut HTA

La liaison entre chaque capteur (courant et tension) et le détecteur sera découplée par un isolement galvanique de 2 kV 50 Hz et de 5 kV crête en tension de choc (onde 1,2/50 µs). Les connexions entre les câbles des liaisons capteurs courant et les circuits de l’ITI se feront soit par connecteurs embrochables détrompés, soit par l’utilisation de cartes embrochables et verrouillées mécaniquement. 7.4.5
Dispositif externe de signalisation lumineuse

Il est constitué d’un boîtier voyant, soit encastré dans le mur de béton de l’ouvrage, soit fixé en saillie à l’extérieur du mur de l’ouvrage, soit fixé à l’intérieur de l’enveloppe métallique de l’ouvrage, soit fixé sur le support de l’interrupteur aérien. Fixé en saillie, aucune partie du voyant ne doit se situer à plus de 5 cm de la surface verticale du mur extérieur. Son indice de protection est donné par l’IP 3X de la publication EN 60-529 et il résiste aux impacts mécaniques d’une énergie de 20 J correspondant au code IK 10 du document EN 50-102. De couleur rouge ou blanche, à préciser à la commande (ITI équipé de DDA), ou vert et rouge (ITI aérien équipé de DDD), en fonctionnement, il doit être visible de jour comme de nuit par temps clair, à une distance de 50 m dans un angle de 90° dans le plan horizontal et de 30° dans le plan vertical. 7.5 7.5.1
Interface Homme Machine Commandes et visualisation en local

L’ensemble des commandes et visualisations en local (accessibilité de niveau 1) sera regroupé sur une platine, située à l’intérieur du coffret et aisément accessible. Un commutateur permettra le choix entre deux positions clairement identifiées : télécommande ou local. 7.5.1.1
Commandes et signalisations associées

Les commandes en mode local sont décrites dans le chapitre 5.9.2.3. L’état des signalisations associées aux commandes doit être précisé par deux indications lumineuses (vert : ouvert, rouge : fermé), permanentes en mode local. Leur signalisation correspond aux signaux présent sur les broches « O » et « F » des connecteurs C10. 7.5.1.2
Signalisations

Les signalisations du niveau 0 sont réalisées à l’aide de voyants lumineux (leds ou ampoules), visibles en mode « Local » ou « Télécommande ». Les signalisations de niveaux 1 et 2 sont réalisées soit à l’aide de voyants lumineux (leds ou ampoules) soit à l’aide d’un seul afficheur alphanumérique.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 7.5.1.3
Vérrouillage des accès

- 50 -

Le verrouillage de l’accès aux niveaux 1 doit pouvoir s’effectuer à l’aide d’un cadenas dont l’anse a un diamètre compris entre 6 et 8 mm. 7.5.2
Configuration de l’ITI

Si la configuration de l’ITI et certains paramètrages sont réalisés par microportable, celui-ci sera un compatible PC portable, raccordé à l’ITI par l’intermédiaire d’une liaison série de type RS 232. La prise de paramètrage 9 points femelle de type SUB-D sera prioritairement située en niveau 2. Si elle est située en niveau 1, elle devra être clairement identifiée et ne pas gêner l’exploitation.Le constructeur fournira un logiciel de configuration et de paramètrage sous MS-DOS ou sous Windows, exécutable sur disquette, convivial et sécurisé. Le logiciel de configuration devra permettre de :
– initialiser l’ensemble des paramètres définis comme étant modifiables en cours d’exploitation à partir d’un fichier préalablement établi ; – modifier un ou plusieurs de ces paramètres ; – transférer ces paramètres vers l’ITI, après vérification de la cohérence, en provoquant la mise hors service des fonctions Automatismes et Conduite. La remise en service de ces fonctions dans leurs états antérieurs, se fera après validation des modifications, si rien ne s’y oppose par ailleurs ; – relire ces paramètres.

7.5.3

Aide à la maintenance

Le constructeur peut proposer des fonctions d’aide à la maintenance et de lancement de programme de test depuis le compatible PC de configuration. 7.5.3.1
Accès aux Signaux Radio (ATR)

Sur les ITI connectés en radio, le constructeur devra prévoir un dispositif de test permettant, par le biais d’un oscilloscope, de visualiser les signaux suivants du niveau 2:
– entrée du signal audiofréquence provenant de la radio ; – sortie vers la radio du signal audiofréquence émis par l’ITI ; – masse audiofréquence ; – commande émission (alternat) ; – présence porteuse (Squelch) : c’est une information donnée par l’émetteur-récepteur radio à l’ITI ; c’est une présomption de l’occupation du réseau.

7.5.3.2

Accès Transmission (AT) : signalisations par LED visibles du niveau 2

Des voyants situés sur le sous-ensemble concerné (ATT ou ATR) indiquent les états suivants :
– émissions de signaux (LED verte) ; – réception de signaux (LED verte) ; – présence de porteuse ou signal squelch (LED verte) ; – défaut sous-ensemble (LED rouge).

7.6

Tenue mécanique aux vibrations

Le coffret équipé de tous ses sous-ensembles doit pouvoir subir les contraintes définies dans la publication 60068-2-6. Les critères de sévérité et de sanction sont précisés dans le chapitre « Essais ».

- 51 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

7.7

Endurance mécanique et électrique

Tous les composants du coffret doivent permettre la réalisation de 1 000 cycles fermeture-ouverture espacés de 3 min, d’un interrupteur HTA par l’automatisme ou par commande locale ou à distance. Tous les interrupteurs, commutateurs, boutons poussoirs ou organes comportant plusieurs positions, doivent pouvoir supporter 1 000 changements d’état. Tous les connecteurs débrochables doivent pouvoir supporter 100 cycles embrochage-débrochage sans détérioration. 7.8
Caractéristiques des matériaux - Protection contre les agents d’environnement

Les différents matériaux (métaux, matériaux synthétiques ou organiques) ou leur revêtement de surface et leur mise en oeuvre doivent être conformes aux prescriptions des normes en vigueur et utilisés suivant les règles de l’art. Le constructeur devra apporter tous les éléments lui permettant de garantir leur bon comportement pendant toute la durée de vie utile du coffret. Les matériaux synthétiques, thermoplastiques ou thermodurcissables doivent avoir une réaction au feu correspondant à la classe M0 et M1 définie dans l’arrêté du 4 juin 1973.
8 Essais de type Généralités

8.1

Selon le type du (des) coffret(s) ITI 1, ITI 4 et/ou ITI aérien, les essais de type à réaliser pour une acceptation de type du matériel sont définis par EDF. Les essais de type ainsi définis pour chaque type de coffret (ITI 1, ITI 4 ou ITI aérien associés à un DDA ou à un DDD) sont réalisés sur deux coffrets (Spécimens) complets, c’est-à-dire comportant toutes les fonctions, toutes les options, tous ses capteurs, toutes ses liaisons et ses batteries chargées, prévues dans cette spécification. La répartition des options et des versions est réalisée par EDF. Les essais sont réalisés en associant le coffret ITI à un dispositif représentant au mieux les commandes électriques et les interrupteurs HTA, les caractéristiques électriques étant celles des valeurs limites de la spécification HN 64-S-43. Pour une partie des essais, le coffret ITI pourra être associé à un interrupteur HTA équipé d’une commande électrique conforme à la spécification HN 64-S-43. Dans tous les cas, les caractéristiques demandées dans le paragraphe 5 « Caractéristiques fonctionnelles » de ce document s’imposent au fournisseur et peuvent être vérifiées par des essais relatifs à ces caractéristiques et non prévus initialement. 8.2 8.2.1
Conditions générales pour les essais Conditions atmosphériques normales d’essais

Lorsqu’elles ne sont pas spécifiées, les conditions atmosphériques normales d’essais sont les suivantes (tolérances larges) :
– température de l’air ambiant : entre 15 °C et 35 °C ; – humidité relative : < 75 % ;

Avant l’ensemble des essais, le matériel est placé durant 24 heures dans ces conditions.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 8.2.2
Conditions de référence

- 52 -

Sauf indication contraire, les essais seront effectués dans les conditions de référence dont les valeurs, pour chaque grandeur ou facteur d’influence, sont données ci-après :
Grandeur d’influence Tolérances pour les essais

Température de l’air ambiant Humidité relative Tension d’alimentation Fréquence Taux de distorsion 8.2.3
Classification des essais

20 °C ± 2 K < 75 % 230 V ± 0,5 % 50 Hz ± 0,5 %

≤2%

Les essais proposés dans ce paragraphe sont regroupés de la façon suivante :
– essais initiaux ; – essais aux limites d’emploi fonctionnelles ; – essais permettant l’appréciation du comportement dans le temps ; – essais finaux ; – essais de comportement sur défaut interne. But des essais initiaux

Ces essais ont pour but de mesurer les principales caractéristiques constructives et fonctionnelles du matériel à l’état neuf, en particulier celles retenues comme critères de dérive ou de comportement dans le temps dont le contrôle est repris au cours de la séquence des essais.
But des essais aux limites d’emploi fonctionnelles

Ces essais ont pour but de vérifier certaines composantes de la sûreté du matériel, c’est-à-dire que :
– dans le domaine nominal de chaque grandeur d’influence variant seule, les caractéristiques fonctionnelles restent à l’intérieur des valeurs limites spécifiées ; – dans le domaine limite de chaque grandeur d’influence variant seule, le matériel alimenté est apte à en supporter les contraintes et que les caractéristiques fonctionnelles contrôlées après retour dans le domaine nominal restent à l’intérieur des valeurs limites spécifiées. But des essais d’appréciation du comportement dans le temps

Ces essais ont pour but de vérifier une autre composante de la sécurité du matériel. Ils permettent l’estimation de la robustesse et de la qualité du matériel soumis à un certain nombre de contraintes de fonctionnement et d’environnement spécifiques.
But des essais finaux

Ces essais ont pour but de vérifier certaines caractéristiques du matériel à l’issue de la séquence d’essais d’appréciation du comportement dans le temps.
But des essais de comportement sur défaut interne

Ces essais ont pour but de vérifier l’intégrité du matériel, c’est-à-dire que le comportement en présence de défaut interne assure un fonctionnement déterministe et une signalisation du défaut conformément aux spécifications.

- 53 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

8.2.4

Ordre de succession des essais

Outre l’examen visuel initial (§ 8.3.1) et l’analyse de la liste des composants électroniques utilisés (§ 8.3.2), les spécimens de qualification subiront dans l’ordre les essais récapitulés dans le tableau ciaprès.
Tableau 5 - Répartition et chronologie des essais de type
Essais à réaliser Essais initiaux Examen visuel Analyse de la liste des composants Séquence de bon fonctionnement Degrés de protection de l’enveloppe Résistance d’isolement Essais diélectriques Fourniture 48 V et 12 V Protection des circuits 48 V et 12 V Contrôle des caractéristiques fonctionnelles, assignées et constructives Contrôle des perturbations radioélectriques émises à l’extérieur Contrôle des perturbations radioélectriques émises à l’intérieur du coffret Essais aux limites d’emploi fonctionnelles Influence de la température Influence de l’alimentation auxiliaire : - variation de tension dans le domaine nominal - insensibilité aux coupures brèves - variation de fréquence dans le domaine nominal - présence d’harmoniques Autonomie batterie Influence de l’humidité Influence de perturbations conduites : - onde oscillatoire amortie - transitoires électriques rapides Influence de décharges électrostatiques Influence d’un champ électromagnétique rayonné Influence d’un champ magnétique impulsionnel Influence au champ magnétique 50 Hz Influence aux ondes de choc en service Essais de comportement sur défaut interne Essais d’appréciation du comportement dans le temps Essai de variations rapides de température Essai de vibrations mécaniques Essai de tenue au brouillard salin Essai de mise sous tension prolongée Essais finaux Rigidité diélectrique à 50 Hz Résistance d’isolement Tenue diélectrique au choc Vérification finale du fonctionnement Paragraphe 8.3.1 8.3.2 8.3.3 8.3.4 8.3.5 8.3.6 8.3.7 8.3.8 8.3.9 8.3.10 8.3.11 8.4.1 8.4.2.1 8.4.2.2 8.4.2.3 8.4.2.4 8.4.3 8.4.4 8.4.5.1 8.4.5.2 8.4.6 8.4.7 8.4.8 8.4.9 8.4.10 8.7 8.5.1 8.5.2 8.5.3 8.5.4 8.6.1 8.6.2 8.6.3 8.6.4 Spécimen 1 x x x x x x x x x Spécimen 2 x x x x

x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x

NOTES : 1. Toute modification devra faire l’objet d’un accord constructeur / EDF. 2. Les essais composant la vérification des caractéristiques fonctionnelles (§ 8.3.9 et 8.310) ainsi que les essais aux limites d’emploi fonctionnelles peuvent être effectués dans un ordre quelconque à l’intérieur de leur famille d’essais respective.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 8.3 8.3.1
Essais initiaux Examen visuel

- 54 -

Ce contrôle est fait sur le matériel à l’état neuf, ainsi qu’à l’issue des essais d’évaluation du comportement dans le temps.
Modalités

Sur le matériel à l’état neuf, on vérifiera la conformité des cartes électroniques des liaisons et des interfaces, au dossier d’identification, ainsi que la qualité générale de fabrication :
– présence éventuelle de défauts majeurs (au sens de la norme NF C 93-713) au niveau de la gravure ; – éventuelles réparations et retouches effectuées ; – qualité de la mise en oeuvre, du repérage et du câblage des liaisons.

A l’issue des essais d’évaluation du comportement dans le temps, on observera :
– les éventuelles dégradations mécaniques (chute de composants, fissuration des isolants...) ; – la présence éventuelle de trace de corrosion (trace d’oxydation au niveau des soudures, changement d’aspect au niveau des cartes à circuit imprimé, parties métalliques de l’enveloppe) ; – le brunissement éventuel du circuit imprimé dû à la dissipation thermique d’un composant. Sanctions

Sur le matériel à l’état neuf :
– schéma de la carte conforme au Dossier d’Identification ; – aucun défaut majeur n’est admis ; – les réparations et retouches doivent respecter le guide UTE C 93-723 ; – câblage des liaisons conformes au § 7.

A l’issue des essais d’évaluation du comportement dans le temps :
– aucune dégradation mécanique ; – en cas de changement d’aspect au niveau des cartes à circuit imprimé, il pourra être procédé à une analyse chimique afin de vérifier l’absence sur la carte de composés chimiques susceptibles de corroder les circuits, la soudure ou la carte. La responsabilité de cette analyse incombe à EDF ; – si un brunissement est observé à l’issue de l’essai de fonctionnement prolongé, celui-ci pourra être poursuivi pour investigations complémentaires ; – sur les subjectiles métalliques (enveloppe du coffret, plaques métalliques internes), le cliché de référence est le cliché Ri 1 de la norme ISO 4628/3 ou le cliché Re 1 de l’échelle européenne de degré d’enrouillement pour peinture antirouille.

8.3.2

Analyse de la liste des composants électroniques utilisés

Une analyse de la liste des composants électroniques utilisés sera effectuée selon deux axes d’investigation :
– analyse de la qualité et de la fiabilité des composants électroniques utilisés ; – analyse de la fiabilité et de la pérennité des sources d’approvisionnements.

Cette analyse de liste pourra être complétée par une visite chez le constructeur, au cours de laquelle sera évoquée sa politique dans le domaine des composants électroniques.

- 55 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

8.3.3

Définition de la séquence de vérification de bon fonctionnement

Le but de cette séquence est de faire fonctionner le matériel de façon à mettre en évidence la défaillance d’un de ses composants. On réalisera cette séquence avec ses mesures correspondantes chaque fois que l’on voudra s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil. On utilisera cette séquence comme sanction d’essai à l’issue des essais de type. Cette séquence sera également utilisée pour vérifier le bon fonctionnement de l’ITI sous contrainte CEM, elle sera réalisée pendant l’application des perturbations. Pour chaque contrôle, on vérifiera le bon fonctionnement des indications lumineuses et des télésignalisations. La séquence de vérification de bon fonctionnement et les mesures correspondantes s’établissent comme suit. 8.3.3.1
Etat initial

Sauf spécification contraire, le coffret ITI est placé dans les conditions normales d’essais, alimenté par une tension alternative 230 V ± 5 % et raccordé aux commandes électriques des interrupteurs HTA ou au dispositif les représentant. 8.3.3.2
Contrôle des fonctions AE et commande locale

Vérification de la présence du 12 V et de la tension pour la commande électrique 12 ou 48 V. Réalisation d’un cycle CO de l’un des interrupteurs HTA en local :
– mesure de la consommation du circuit de la commande électrique ; – contrôle des ordres CO et CF (impulsions de durée 3 −1 s ) ; – contrôle des signalisations lumineuses de positon de l’interrupteur HTA ; – vérification d’une télécommande impossible.
+0

8.3.3.3

Contrôle de la fonction télécommande

Réalisation d’un cycle CO de l’un des interrupteurs HTA en télécommande :
– mesure de la consommation du circuit de la commande électrique et du circuit 12 V (si ATR) ; – contrôle des ordres CO et CF (impulsions de durée 3 −1 s ) ; – contrôle des TSS1 à TSS8 ; – vérification d’une commande locale impossible.
+0

8.3.3.4

Contrôle de la fonction DDA HTA

(Les essais du DDD seront réalisés selon la spécification HN 45-S-51). On réalise successivement les quatre séquences suivantes, le détecteur étant réglé sur le seuil de courant résiduel minimum (Ir mini : 40 A) : a) Séquence 1 : On injecte un courant de 1,2 Ir mini ou de 1,2 Ia mini pendant 200 ms au primaire d’un capteur. Le détecteur ne doit pas mémoriser la présence du défaut. b) Séquence 2 : On injecte un courant de 0,8 Ir mini ou de 0,8 Ia mini pendant 420 ms au primaire d’un capteur. Le détecteur ne doit pas mémoriser la présence du défaut.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 c) Séquence 3 :

- 56 -

L’alimentation alternative se fait sous 80 V. On injecte un courant de 1,2 Ir mini ou de 1,2 Ia mini pendant 420 ms au primaire d’un capteur. Deux secondes après avoir injecté le courant de 1,2 Ir ou de 1,2 Ia pendant 420 ms, on coupe l’alimentation alternative du coffret. Le détecteur doit indiquer la présence défaut : maintien de la TSS « Passage de défaut » au PC et de la signalisation lumineuse en local. Présence de TSS « Manque tension alternative » au PC et de la signalisation lumineuse en local dans le coffret. Après ces deux vérifications (pendant 3 s au minimum), on réalimente le coffret sous 80 V pendant une période comprise entre 120 et 200 ms. Le détecteur doit cesser de mémoriser la présence du défaut : effacement de la TSS au PC et extinction de l’indication lumineuse en local. d) Séquence 4 : L’alimentation alternative se fait sous 60 V. La séquence est identique à la séquence 3. A la réalimentation du coffret sous 60 V, le détecteur doit continuer à mémoriser la présence du défaut, la TSS est maintenue au PC et l’indication lumineuse est maintenue en local. 8.3.3.5
Contrôle de la fonction ADA

La fonction ADA est configurée pour ordonner une ouverture de l’interrupteur dans le « creux » du deuxième lent, le temps T1 est configuré à 30 s. Le DD HTA est configuré en DDA. On effectue les deux séquences suivantes : a) Séquence 1 : On injecte dans le primaire d’un capteur du DDA un courant de 1,2 Ir mini (voir § 8.3.3.4) selon la séquence CC1.A de l’annexe CC (I défaut correspondant à 1,2 Ir mini). L’ordre d’ouverture doit être donné à l’interrupteur HTA au temps T9 du diagramme CC1.A. b) Séquence 2 : On injecte dans le primaire d’un capteur du DDA un courant de 1,2 Ir mini selon la séquence CC1.A de l’annexe CC, à l’exception de la temporisation T6 - T5 qui est de 35 s. Aucun ordre d’ouverture ne doit être donné à l’interrupteur HTA. 8.3.3.6
Contrôle de la fonction PS

La fonction PS est en service, le temps T1 est configuré à 5 s et le sens de permutation est configuré de A vers B. Le DD HTA est configuré en DDA et le seuil réglé sur Ir mini. L’interrupteur A est fermé, et l’interrupteur B est ouvert. On effectue les deux séquences suivantes : a) Séquence 1 : pas d’injection de courant. Un manque de tension HTA sur A supérieur à 5 s et une présence de tension sur B entraînent une permutation automatique de A vers B. Un manque de tension HTA sur A inférieur à 5 s et une présence de tension sur B n’entraînent pas de permutation.

- 57 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

b) Séquence 2 : On injecte un courant permanent de 1,2 Ir mini dans le primaire d’un capteur du DDA. Un manque de tension HTA sur A supérieur à 5 s et une présence de tension sur B n’entraînent pas de permutation. 8.3.3.7
Mesures

Toutes les mesures de consommation devront être dans les limites définies au paragraphe 6.2. Toutes les mesures relevées au cours de la réalisation de la première séquence figureront sur le compte-rendu d’essais et serviront de référence. Toutes les mesures qui seront réalisées ultérieurement au cours des séquences de vérification de bon fonctionnement à titre de sanctions d’essais ne devront s’écarter de plus de 15 % de ces mesures de référence. 8.3.4
Vérification des degrés de protection de l’enveloppe

Ces essais seront réalisés dans l’ordre suivant pour les niveaux d’accessibilité 0 et 1 :
– vérification aux impacts mécaniques conformément aux prescriptions du document EN 50-102 et du § 7.2.3. Après cet essai, les degrés de protection du matériel et des personnes doivent être conservés ; – vérification des degrés de protection du matériel et des personnes (voir 7.2.3) conformément au document EN 60529 sur le coffret ITI.

8.3.5

Résistance d’isolement

Modalités

L’essai est effectué dans les conditions atmosphériques normales d’essai, après un préconditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant non alimenté. Les points d’application de la tension sont les mêmes que ceux définis pour l’épreuve de rigidité diélectrique sur les composants du coffret autres que le transformateur de sécurité de l’atelier d’énergie (§ 8.3.6). La mesure de la résistance d’isolement est effectuée sous une tension continue de 500 V, après une durée d’application de la tension égale à une minute.
Sanctions

La résistance d’isolement doit être supérieure ou égale à 100 MΩ. 8.3.6
Essais diélectriques

La liaison entre les - (0 V) et la masse du coffret sera déconnectée pour l’ensemble des essais diélectriques. Les essais sont réalisés selon les modalités de la norme 61180-1. 8.3.6.1
Modalités Essais diélectriques sur le transformateur d’isolement

L’écran entre le primaire et les secondaires est déconnecté de la masse. Le connecteur reliant les bornes du secondaire au circuit imprimé de l’atelier d’énergie est également débranché. La liaison entre les bornes du primaire et le fusible de protection du transformateur est maintenue lors des essais. Le câble d’alimentation 230 V du coffret sera connecté au fusible de protection et pénétrera dans le coffret par l’intermédiaire du presse-étoupe prévu à cet effet. C’est sur l’extrémité de ce câble à l’extérieur du coffret que sera appliquée la tension sur le primaire du transformateur.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
Exécution

- 58 -

a) Essais diélectriques à 50 Hz (tension sinusoïdale de fréquence nominale 50 Hz) La tension à 50 Hz est augmentée progressivement jusqu’à la valeur prescrite ci-dessous. Cette valeur est maintenue pendant 1 min. Le transformateur doit présenter les tenues diélectriques suivantes :
– entre primaire et écran + secondaire : – entre secondaire et écran + primaire : – entre écran et primaire + secondaire :

10 kV ; 10 kV ; 10 kV.

b) Essais de tenue à l’onde de choc La valeur de crête de l’onde de 1,2/50 µs appliquée est de 20 kV. Les points d’application sont ceux définis au paragraphe a). Il est appliqué cinq tensions de choc positives et cinq tensions de choc négatives à des intervalles de temps d’au moins 5 s.
Sanctions

Pendant les essais, il ne doit être constaté ni amorçage, ni perforation, ni contournement, ni effluve, ni courant de fuite à 50 Hz d’intensité supérieure ou égale à 3 mA. 8.3.6.2
Autres équipements du coffret

Si les matériels ne comportent pas de dispositifs limiteurs de tension, les modalités d’essai et le conditionnement des équipements en essais sont ceux de la norme CEI 61180-1, sections 5 et 6, avec les précisions suivantes :
– essais en tension alternative : les valeurs de la tension d’essai et de la durée de l’essai sont celles du § 6.1.2 ; – essais de tension de choc : -

les valeurs de la tension d’essai sont celles du § 6.1.2 ; la forme d’onde de choc sera vérifiée en utilisant des chocs de valeur comprise entre 50 % et 80 % de la tension de tenue assignée présentée dans le § 6.1.2 ; le mesurage de la tension d’essai et de la forme de l’onde de choc est fait avec l’équipement en essai dans le circuit ; il est appliqué successivement cinq ondes de choc de polarité positive puis cinq ondes de choc de polarité négative. Deux chocs successifs sont séparés par une durée d’au moins cinq secondes ;

– s’il est fait usage de dispositifs limiteurs de tension entre les conducteurs et la masse, les essais à réaliser sur les équipements munis de leurs dispositifs limiteurs de tension sont ceux de la section 8 de la norme CEI 61180-1. Les précisions nécessaires à la réalisation des essais seront données par EDF selon les caractéristiques des dispositifs limiteurs de tension ; – les essais à réaliser sur les dispositifs limiteurs de tension séparés sont ceux de la section 7 de la norme CEI 61180-1. Les spécifications nécessaires à la réalisation des essais sont données par EDF selon les caractéristiques de ces limiteurs de tension.

a) Rigidité diélectrique à 50 Hz
Modalités

L’essai est effectué dans les conditions atmosphériques normales d’essai, après un préconditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant non alimenté.

- 59 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

La tension d’essai est appliquée pendant une minute successivement :
– en mode longitudinal : -

entre chaque circuit galvaniquement indépendant et l’ensemble des autres circuits reliés entre eux et à la masse ; entre tous les circuits reliés entre eux et la masse ;

– en mode transversal, entre les bornes de chaque contact de sortie (contact ouvert), excepté les circuits de contact protégés par dispositif écrêteur entre contact.

Remarque : pour les circuits correspondant à des câbles livrés avec le coffret, l’essai sera fait en incluant le câble. Dans le cas du circuit d’entrée RTC, la tension d’essai en mode longitudinal sera de 8 kV. A l’issue de l’essai, on effectue un contrôle de bon fonctionnement (§ 8.3.3) ou éventuellement une séquence d’essai simplifiée proposée par le constructeur et validée par EDF.
Sanctions – On ne doit constater aucun amorçage, ni perforation, ni contournement, ni courant de fuite d’intensité supérieure ou égale à 3 mA ; – celles prévues au paragraphe 8.3.3.

b) Tenue diélectrique aux chocs
Modalités

L’essai est effectué dans les conditions atmosphériques normales d’essai, après un préconditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant non alimenté. La tension d’essai est appliquée successivement :
– en mode longitudinal : -

entre chaque circuit galvaniquement indépendant et l’ensemble des autres circuits reliés entre eux et à la masse ; entre tous les circuits reliés entre eux et la masse ;

– en mode transversal, entre les bornes des circuits issus des capteurs HTA et du circuit d’alimentation alternative, ainsi qu’entre les bornes des circuits de commande électrique des interrupteurs HTA.

Remarque : pour les circuits correspondant à des câbles livrés avec le coffret, l’essai sera fait en injectant la tension à l’entrée des câbles. A l’issue de l’essai, on effectue un contrôle de bon fonctionnement (§ 8.3.3) ou éventuellement une séquence d’essai simplifiée.
Sanctions – Pour les essais en mode longitudinal, on examine la forme d’onde de chaque choc afin de mettre en évidence un amorçage éventuel : si aucune décharge disruptive ne se produit, l’essai est satisfaisant ; si l’on constate plus d’une décharge disruptive, l’essai est non satisfaisant. Si l’on constate une seule décharge disruptive, on applique dix chocs supplémentaires ne devant donner lieu à aucune décharge disruptive ; – celles prévues au paragraphe 8.3.3.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 8.3.7

- 60 -

Contrôle de la fourniture du 48 V et du 12 V

L’essai consiste à contrôler que l’AE peut fournir, avec ou sans présence du 230 volts alternatifs :
– ITI 1 et ITI 4 une alimentation 48 volts continus aux commandes électriques avec un courant de 15 A pendant 50 ms puis 6 A pendant 7 s, et une alimentation 12 volts continus à l’ATR ou (BTF0 pour l’ITI 1) selon le diagramme de l’annexe KK. – ITI aérien, une alimentation 12 ou 48 volts continus à la commande électrique de l’interrupteur HTA associé, et une alimentation 12 volts continus à l’ATR selon le diagramme de l’annexe KK.

Pendant cet essai, on contrôle que les consommations du coffret ITI sont conformes aux valeurs définies en 6.2.
Modalités

Pour les essais des coffrets ITI 1 et ITI 4, les charges externes seront remplacées par des charges résistives permettant de réaliser un courant issu du 48 volts, conforme au diagramme présenté dans l’annexe KK. Pour les essais du coffret ITI aérien, on utilisera sa commande électrique associée ou un dispositif simulant sa consommation. L’essai sera réalisé avec puis sans 230 volts alternatifs alimentant l’atelier d’énergie.
Sanctions

Pendant cet essai, les tensions 12 V et 48 V mesurées aux bornes des charges externes et internes doivent se situer dans les plages définies au paragraphe 6.2.4. 8.3.8
Protections contre les fortes intensités des circuits « alimentation commande électrique » 48 V et 12 V Pour les circuits « alimentation commande électrique »

8.3.8.1

ITIT 1 et ITI 4 a) Dans les circuits 48 V, on fera débiter successivement 5 A et 15 A. On s’assurera alors pour chacun de ces courants que le comportement des fusibles de protection respecte les exigences présentées dans le paragraphe 6.2.6, à savoir :
-

pas de fusion à 5 A ; fusion après 100 ms pour 15 A.

b) On réalisera des courts-circuits en reliant successivement entre eux les conducteurs + 48 V et - (0 V), + 48 V et O, + 48 V et F, - (0 V) et CO, - (0 V) et CF en extrémité du câble de liaison côté commande électrique. Aucun composant ne doit être détérioré (sauf fusibles éventuels ou tout autre dispositif de protection). ITI aérien a) On réalisera des courts-circuits en reliant successivement entre eux les conducteurs en extrémité du câble de liaison côté bloc de motorisation. Aucun composant ne doit être détérioré (sauf fusibles éventuels ou tout autre dispositif de protection). 8.3.8.2
Pour les circuits 12 V

On fera également débiter 2,3 A et 7,5 A dans le circuit 12 V ; on vérifiera que l’alimentation des utilisations 12 V est coupée au bout de 3 min (± 30 s) pour un courant de 2,3 A et que le fusible de protection des circuits 12 V fond en moins d’une seconde pour un courant de 7,5 A. A l’issue des essais, on réalisera une séquence de vérification de bon fonctionnement conformément au paragraphe 8.3.3, après avoir effectué une RAZ et remis en état les protections.

- 61 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

8.3.9 8.3.9.1

Contrôle des caractéristiques fonctionnelles, assignées et constructives Autres vérifications

– Vérification des dispositions constructives du paragraphe 7 ; – contrôles des interfaces selon les paragraphes 5.7.1 et 5.7.2 ; – contrôle de l’interface Homme-Machine (§ 5.8, 5.9, 5.10 et 7). Pour le contrôle de la fonction « Contrôle batterie », la ou les batteries seront déchargées jusqu’à l’apparition de la signalisation « Anomalie batterie », puis on réalise les cycles définis au paragraphe 5.9.3.4.

8.3.9.2

Contrôles fonctionnels

a) Télécommande et commande locale La manoeuvre électrique de tous les interrupteurs sera vérifiée en mode « local » et en télécommande, soit par ATT soit par ATR. Les essais concernant la procédure HNZ sont décrits dans l’additif n° 1 de la spécification HN 45-S-53. Les tests fonctionnels, sont réalisés tels que décrits ci dessous (projet HN 45-S-58)
Test de la fonction TS – Essai unitaire des TS : chacune des TS (simples et doubles) sera changée d’état manuellement puis sera rapatriée au PRR par une demande de CG.

Sanctions : chaque changement d’état devra être pris en compte et signalé au PRR.
– Essai simultané des TS : un changement d’état sera appliqué simultanément sur toutes les TS de la carte PA, puis une demande de CG sera effectuée.

Sanctions : tous les changements d’état devront être pris en compte, et rapatriés dans le même CG.
– Essai d’avalanche : un changement d’état battant sera appliqué sur une entrée signalisation.

Sanctions : - il ne doit pas y avoir arrêt du programme ; - la prise en compte des autres TS ne doit pas être perturbée ; - la fonction TC doit s’exécuter correctement (sauf si TS « Poste en local »).
Test de la fonction TC – Essai unitaire des TC : chaque TC sera sollicité sur une demande du PRR dans les quatre configurations suivantes :

1° ITI en télécommande, organe en discordance : commande d’ouverture sur position fermée de l’organe ; commande de fermeture sur position ouverte de l’organe. 2° ITI en télécommande, organe invalide. 3° ITI en télécommande, organe en concordance : commande d’ouverture sur position ouverte de l’organe ; commande de fermeture sur position fermée de l’organe. 4° ITI en local, organe en discordance. Sanctions : seul le premier cas doit aboutir à une exécution TC. Les TC seront refusées pour les autres cas et donneront lieu à un compte-rendu négatif défaut peu grave (2° et 3°) ou défaut grave (4°).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
Influence de l’alimentation – Tensions d’alimentations limites :

- 62 -

Modalités : l’équipement est alimenté successivement par une source réglée à 10,8 V puis à 15,6 V. Simultanément, des TS et des demandes de CG seront exécutées ainsi que 20 séquences de télécommandes (10 à 10,8 V et 10 à 15,6 V), Sanctions : le fonctionnement de l’équipement ne doit pas être altéré, on ne doit pas constater de fonctionnements défectueux ni intempestifs.
Contrôle des circuits d’entrées-sorties – Tenue au court-circuit :

Modalités : des courts-circuits permanents, puis des mises à la masse seront réalisés sur les points d’entrées-sorties. Sanctions : pendant l’essai, aucun échauffement anormal ne devra être constaté. Après cet essai, l’intégrité des fonctions de l’équipement devra être retrouvée.
– Temps de prise en compte des entrées :

Modalités : des impulsions calibrées de 9 à 21 millisecondes (± 0,5 ms) seront appliquées aux entrées signalisations. Sanctions : à 9 ms, aucune signalisation ne doit être prise en compte, à 21 ms toutes les signalisations doivent être prises en compte. Durée des ordres de commande : si la durée des ordres TC est paramètrable, vérifier que celleci correspond à la valeur indiquée. La forme et la durée seront particulièrement vérifiées.
Contrôle des modems

Le contrôle du bon fonctionnement des modems sera effectué en continu au cours des essais. La mise en communication ayant lieu à travers des lignes directes ou au travers de PABX privés. b) Fonction DD HTA Les essais du DDA sont définis dans l’annexe LL. Les essais du DDD sont définis dans la spécification HN 45-S-51. c) Fonction ADA Les essais doivent permettre de s’assurer que les fonctions définies dans le paragraphe 5.5.2 sont remplies. d) Fonction PS Toutes les mesures et tous les contrôles nécessaires sont réalisés afin de s’assurer que la fonction PS remplit toutes les caractéristiques fonctionnelles du paragraphe 5.6, et en particulier les conditions de fonctionnement et de non-fonctionnement.

- 63 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

8.3.9.3

Contrôles des caractéristiques assignées

Pendant les contrôles fonctionnels, les mesures de tension, de courant et de temps doivent être conformes aux valeurs assignées du paragraphe 6. 8.3.10
Contrôle des perturbations radioélectriques émises à l’extérieur

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI CISPR 22 en vigueur. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. On effectue la mesure des perturbations rayonnées dans la bande de fréquence 30 MHz à 1 GHz, et ceci pendant une phase de repos et une phase de télécommande par ATR d’un interrupteur HTA.
Sanctions

Les valeurs limites acceptables, pour les perturbations rayonnées mesurées à 30 m, sont les suivantes (classe A de la norme) :
Gamme de fréquence MHz Limites quasi-crête dB(µV/m)

30 à 230 230 à 1 000

30 37

Dans la bande radiocommunication EDF, de 72,525 MHz à 73,1125 MHz, la valeur limite acceptable, pour les perturbations rayonnées mesurées à 3 m, est de 0 dB(µV/m). 8.3.11
Contrôle des perturbations radioélectriques émises à l’intérieur du coffret

Modalités

L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. Dans le but de s’assurer de la compatibilité du contrôle-commande avec l’ATR, on effectue la mesure des perturbations rayonnées à l’emplacement de l’ATR, dans la bande de fréquence 1 MHz à 1 GHz, et ceci pendant une phase de repos, une phase de télécommande d’un interrupteur HTA.
Sanctions

La valeur limite acceptable, pour les perturbations rayonnées mesurées à l’emplacement de l’ATR, est de 0,3 V/m, dans toute la bande de fréquence 1 MHz à 1 GHz. 8.4 8.4.1
Essais aux limites d’emploi fonctionnelles Influence de la température ambiante

Modalités

Le comportement du matériel est étudié simultanément dans le domaine nominal de température (voir § 4.1) et dans le domaine nominal de la tension d’alimentation auxiliaire (voir § 6.2.2).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 64 -

Le matériel alimenté est placé dans une enceinte non ventilée (ventilation inférieure à 1m/s) portée successivement aux paliers de température suivants :
Palier n° Température Alimentation auxiliaire

1 2 3 4

+ 20 °C - 15 °C ITI 1 et ITI 4 - 25 °C ITI aérien + 55 °C + 20 °C

230 V 195,5 V 264,5 V 230 V

Entre deux paliers, la vitesse de variation de la température est inférieure à 1 K par minute. Les paliers 1 et 4 (+ 20 °C) doivent permettre le passage par les paliers 2 (- 15 °C ou 25 °C) et 3 (+ 55 °C) sans choc thermique lors de la mise sous contrainte du matériel. Il n’y a pas de temps de stabilisation pour ces paliers à 20 °C. Pour les paliers 2 et 3, après quatre heures de stabilisation à la température du palier, on effectue un contrôle de bon fonctionnement ou éventuellement une séquence d’essai simplifiée. On vérifie par ailleurs la tension continue aux bornes des charges externes.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. La tension continue aux bornes des charges externes doit se situer entre 40,8 V et 55,2 V pour le 48 V (seulement ITI 1 et ITI 4), et entre 10,8 V et 15,6 V pour le 12 V, et le taux d’ondulation résiduelle doit être inférieur à 2 % (± 0,24 V). 8.4.2 8.4.2.1
Influence de l’alimentation auxiliaire Variation de tension dans le domaine nominal

L’essai de variation de la tension d’alimentation auxiliaire dans le domaine est regroupé avec l’essai d’influence de la température ambiante (voir § 8.4.1.). 8.4.2.2
Insensibilité aux coupures brèves

L’insensibilité aux coupures brèves est vérifiée lors des essais fonctionnels.
Modalités

On effectue 10 coupures de l’alimentation auxiliaire alternative pendant 20 ms espacées d’une seconde. A l’issue de ces coupures, on effectue une séquence de bon fonctionnement.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.2.3
Modalités Variation de la fréquence dans le domaine nominal

L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. On effectue un contrôle de bon fonctionnement (§ 8.3.3) pendant lequel le matériel est alimenté par une tension dont la fréquence est fixée à 47 Hz.

- 65 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

On effectue de même une vérification du bon fonctionnement, pendant laquelle le matériel est alimenté par une tension dont la fréquence est fixée à 53 Hz. La séquence peut éventuellement être une séquence d’essais simplifiée.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.2.4
Modalités Présence d’harmoniques

L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. On effectue un contrôle de bon fonctionnement (§ 8.3.3), pendant lequel le matériel est alimenté par une tension comportant, outre le fondamental, des harmoniques dont le taux est fonction de leur rang. On se limitera aux harmoniques de rang inférieur à 10.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.3
Autonomie de la batterie

Modalités

L’essai consiste à simuler la réalisation de cycles CO en l’absence de l’alimentation alternative, en respectant la chronologie et les conditions de température de la figure KK1 de l’annexe KK. La vitesse de variation de la température, entre D et E, G et H, I et J, L et M est de 1 °C/min. Pour cet essai, les charges externes (commandes électriques et voyant extérieur) seront remplacées par : ITI 1 et ITI 4 - des charges résistives sur les circuits 48 V CO et CF ayant une consommation de 6 A ± 5 %, ITI aérien - des charges résistives sur le circuit de motorisation ayant une consommation équivalent à la motorisation de l’interrupteur aérien et la charge interne par ITI 4 et ITI aérien - une charge résistive sur le circuit 12 V ayant une consommation de 1 A ± 5 % et de 6 A ± 5 % correspondant à la consommation de l’ATR, ITI 1 - une charge résistive sur le circuit 12 V ayant une consommation de 150 mA ± 5 % et de 500 mA ± 5 % correspondant à la consommation du BTFO. Les cycles correspondant à l’apparition des charges interne et externe seront réalisés suivant le diagramme et les valeurs définies dans les figures KK2 de l’annexe KK. Après chaque série de cycles CO, c’est-à-dire à partir des points C, H et M du diagramme de l’annexe KK, l’alimentation alternative 230 V sera rétablie et la recharge de la ou des batterie(s) sera effectuée dans les conditions indiquées par le constructeur, afin que la ou les batterie(s) soient chargée(s) à leur capacité nominale avant chaque série de cycles.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
Sanctions

- 66 -

Après 1 min de la coupure de l’alimentation alternative 230 V, on s’assurera qu’une TSS permanente annonce bien au PC l’absence de l’alimentation alternative 230 V. Pendant la réalisation de ces 80 cycles, les tensions 12 et 48 volts entre les points B et C, F et G, K et L, et mesurées aux bornes des charges externes et internes doivent se situer dans les plages définies au paragraphe 6.2.4. Après la réalisation de ces 80 cycles et après recharge de la batterie, on effectuera une absence 230 V. Huit heures après cette absence d’alimentation, c’est-à-dire huit heures après le point N du diagramme de l’annexe KK, on vérifiera que l’alimentation des charges externes et internes par la ou les batterie(s) a été coupée dans un temps compris entre sept et neuf heures. On s’assurera également qu’après ces huit heures d’absence d’alimentation alternative, il est possible de relancer localement un nouveau cycle de huit heures d’alimentation des charges. Enfin, on s’assurera qu’après 16 heures d’absence d’alimentation, c’est-à-dire du point N du diagramme de l’annexe KK, il est possible de réaliser dix cycles CO à 20 °C. 8.4.4
Influence de l’humidité

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 60068-2-3, hormis pour la durée des essais ramenée à quatre heures minimum (essai d’influence uniquement). L’essai est effectué coffret en accessibilité de niveau 1. Le matériel, alimenté, est amené à une température de 40 °C avec une humidité relative de 93 %, en évitant toute condensation. Après quatre heures de stabilisation à 40 °C et 93 % d’humidité, on effectue un contrôle de bon fonctionnement (§ 8.3.3). A l’issue de cette vérification, le matériel est placé en reprise des conditions normales d’environnement pendant deux heures.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.5 8.4.5.1
Modalités Influence des perturbations électriques conduites Onde oscillatoire amortie

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61004-12. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. L’essai est effectué sur les circuits suivants :
– circuits issus des capteurs HTA ; – circuit d’alimentation alternative ; – circuits de commande électrique des interrupteurs HTA ; – circuits d’entrée RTC ou antenne radio.

Les valeurs de la tension de crête maximale (première alternance) sont les suivantes :
– 2,5 kV en mode longitudinal, entre la masse et les bornes du circuit reliées entre elles ; – 1 kV en mode transversal, entre chacune des bornes du circuit.

- 67 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3), pendant laquelle on applique la perturbation.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.5.2
Modalités Transitoires électriques rapides

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61000-4-4. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. La tension d’essai est appliquée en mode longitudinal sur chacun des circuits suivants :
– circuits issus des capteurs HTA : 4 kV ; – circuit d’alimentation alternative : 4 kV ; – circuits de commande électrique des interrupteurs HTA : 2 kV ; – circuits d’entrée RTC ou antenne radio : 4 kV ; – circuit du dispositif externe de signalisation lumineuse : 2 kV.

On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3), pendant laquelle on applique la perturbation.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.6
Influences des décharges électrostatiques

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61004-2. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. La méthode utilisée est celle de la décharge au contact avec un niveau de 6 kV (classe de sévérité 3) sauf si les surfaces accessibles sont non-conductrices, auquel cas la méthode sera celle de la décharge dans l’air avec un niveau de 8 kV (classe de sévérité 3). Les points d’application sont ceux accessibles à l’opérateur en exploitation normale, y compris les réglages protégés par un capot. On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3), pendant laquelle on applique les décharges électrostatiques.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.7
Influence d’un champ électromagnétique rayonné

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61000-4-3. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 68 -

Le matériel (coffret fermé) est soumis à un champ électromagnétique rayonné d’intensité 30 V/m et -3 dont la fréquence varie entre 80 MHz et 1000 MHz (vitesse de balayage de l’ordre de 1,5 × 10 décades/s). On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3) pendant l’application du champ électromagnétique. Plusieurs balayages pourront être effectués afin de couvrir toute la séquence.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.8
Influence d’un champ magnétique impulsionnel

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la future norme CEI 61000-4-9. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. Le matériel est soumis à un champ magnétique impulsionnel 1 000 A/m crête (classe de sévérité 5). On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3) pendant l’application du champ magnétique.
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.4.9
Essai d’immunité au champ magnétique 50 Hz

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61000-4-8. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté. Le coffret ITI, en niveau d’accès 0, est soumis à un champ magnétique de 30 A/m pour l’essai permanent et d’amplitude 300 A/m pour l’essai 1 à 3 s (classe de sévérité 4 de la CEI 61000-4-8). On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3) pendant l’application du champ magnétique.
Sanctions

Celles prévues au paragraphe 8.3.3. Aucune perturbation des éventuels afficheurs n’est admise pendant l’essai en champ permanent. Une perturbation temporaire des éventuels afficheurs est admise pendant l’essai 1 à 3 s, pourvu qu’elle soit réversible. 8.4.10
Essai d’immunité aux ondes de choc

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 61000-4-5. L’essai est effectué dans les conditions de référence après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant alimenté.

- 69 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

La perturbation est appliquée sur chaque circuit galvaniquement indépendant. Les niveaux sont les suivants : Tension d’épreuve, couplage entre : Circuits Raccordés aux capteurs de courant et de tension Raccordés aux tensions auxiliaires continues de 48 V et de 12 V Fils de ligne 1 kV 1 kV Fil et masse 2 kV 2 kV

On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3) pendant l’application des ondes de choc.
Sanctions

Celles prévues au paragraphe 8.3.3. 8.5
Essais d’appréciation du comportement dans le temps

Afin d’évaluer son comportement dans le temps, le matériel subira dans l’ordre :
– un essai de variation rapide de température ayant pour but de provoquer des chocs thermiques et de contraindre les matériaux constituant les composants ainsi que les soudures des circuits imprimés ; – un essai de vibrations mécaniques devant amplifier les fissures créées précédemment et vérifier la robustesse des soudures ; – un essai de brouillard salin qui va corroder ces fissures ; – par ailleurs, le matériel subira un essai de mise sous tension prolongée.

8.5.1

Essai de variations rapides de température (VRT)

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 60068-2-14. Afin d’assurer de réels chocs thermiques, l’essai est effectué coffret ouvert (porte ouverte). L’air de la chambre doit être brassé. La vitesse de circulation de l’air dans la chambre, mesurée à proximité du spécimen en essai, ne doit pas inférieure à 2 m/s. Le matériel est non alimenté pendant l’épreuve. Cet essai comprend cinq cycles successifs, chacun comportant les phases suivantes :
– le matériel est introduit dans une enceinte portée à la température basse de stockage, soit - 40 °C. Il y séjourne pendant trois heures ; – le matériel est introduit dans une enceinte portée à la température haute de stockage, soit + 70 °C. Il y séjourne pendant trois heures.

Les intervalles de temps séparant soit la phase 1 de la phase 2, soit deux cycles consécutifs, sont compris entre deux et trois minutes.
Sanctions

A l’issue de l’épreuve, examen visuel (selon § 8.3.1), puis contrôle de bon fonctionnement (selon § 8.3.3).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 8.5.2
Essai de vibrations mécaniques

- 70 -

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 60068-2-6. L’essai est effectué dans les conditions atmosphériques normales d’essais, après un pré-conditionnement d’au moins trois heures, le matériel étant non alimenté. Pour cet essai, les batteries sont retirées du coffret. Le matériel est fixé sur la table vibrante dans sa position normale d’exploitation par l’intermédiaire de son dispositif normal de fixation. Il est soumis à des vibrations sinusoïdales qui lui sont appliquées pendant les trois directions tri-rectangulaires. Les essais comprennent les trois phases suivantes :
– la détermination des fréquences critiques ; – un essai d’endurance à fréquence variable de 10 cycles de balayage (durée : 2 h) dans chacune des trois directions (une octave par minute) ; – un essai d’endurance à fréquence fixe de 10 minutes dans chacune des trois directions, pour l’ensemble des fréquences critiques éventuellement découvertes ou à une fréquence fixe de 100 Hz.

Les paramètres de l’essai sont les suivants :
– gamme de fréquence : 10 Hz à 500 Hz ; – fréquence de transfert : comprise entre 57 Hz et 62 Hz ; – amplitude de l’accélération constante : 1 g (valeur crête) ; – amplitude du déplacement constant : 0,075 mm (valeur crête). Sanctions

Entre chaque phase de l’essai et à l’issue de l’épreuve, examen visuel (selon § 8.3.1), puis contrôle de bon fonctionnement (selon § 8.3.3). 8.5.3
Essai de tenue au brouillard salin

Modalités

Les modalités de cet essai sont conformes à celles de la norme CEI 60068-2-11. Le matériel est non alimenté pendant l’épreuve. L’essai est effectué coffret fermé (porte fermée). La durée d’exposition est de 178 heures.
Sanctions

A l’issue de l’épreuve, examen visuel (selon § 8.3.1), puis contrôle de bon fonctionnement (selon § 8.3.3). 8.5.4
Essai de mise sous tension prolongée

Modalités

Le matériel, configuré et paramètré comme pour la séquence de bon fonctionnement, est placé pendant 1 000 heures à + 55 °C coffret fermé (porte fermée), la tension d’alimentation auxiliaire étant de Un + 10 %, et un courant correspondant à 0,8 Ir mini ou à 0,8 Ia mini est injecté dans un capteur du DD HTA. Après une reprise de 16 heures dans les conditions de référence, sans interrompre le courant parcourant les éléments de mesure de courant, le matériel doit répondre normalement, dès la première sollicitation, à un courant correspondant à 1,2 Ir mini ou à 1,2 Ia mini (prise en compte du courant de défaut, signalisation et télésignalisation).

- 71 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

8.6 8.6.1

Essais finaux Rigidité diélectrique à 50 Hz

Modalités

On reprend le contrôle de la rigidité diélectrique selon les modalités du paragraphe 8.3.6.2.a (hors séquence de bon fonctionnement).
Sanctions

La rigidité diélectrique ne doit pas être inférieure à 80 % des valeurs assignées. 8.6.2
Résistance d’isolement

Modalités

On reprend la mesure de la résistance d’isolement selon les modalités du paragraphe 8.3.5.
Sanctions

La résistance d’isolement doit être supérieure ou égale à 100 MΩ. 8.6.3
Tenue diélectrique au choc

Modalités

On reprend le contrôle de la tenue diélectrique au choc selon les modalités du paragraphe 8.3.6.2.b.
Sanctions

La tenue diélectrique ne doit pas être inférieure à 80 % des valeurs assignées. 8.6.4
Vérification finale du fonctionnement

Modalités

On effectue une vérification du bon fonctionnement (§ 8.3.3).
Sanctions

Celles prévues au § 8.3.3. 8.7
Essais de comportement sur défaut interne

Généralités

Les essais ont pour but de vérifier le comportement du matériel en présence de défaut interne (composant, connectique...) :
– aptitude à : détecter, signaler, localiser les défauts ; – comportement fonctionnel : continuité de mission, état de repli ; – comportement opérationnel : procédure d’intervention, réinitialisation, redémarrage. Modalités

Ces essais seront faits sur un matériel à l’état neuf. Quatre types de défauts internes sont réalisés :
– retrait de carte et ouverture de connecteur ;

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 72 -

– défauts de connectique (sur les broches et les connecteurs réellement utilisés) ; – retraits de circuits intégrés numériques montés sur support ; – défauts sur les broches des circuits intégrés numériques.

Ces différents types de défauts sont appliqués de façon systématique ; toutefois, pour des raisons pratiques, EDF peut décider de n’effectuer qu’une certaine proportion des défauts réalisables dans un type donné. Une telle décision est du seul ressort d’EDF. Les points d’application seront déterminés après une analyse du schéma électronique qui sera soumise au constructeur pour avis.
Exécution

Les défauts sont créés pendant le déroulement de la séquence de bon fonctionnement (§ 8.3.3). Pour chaque défaut créé, on relève le comportement du matériel selon les critères définis dans les sanctions ci-après.
Sanctions

Les sanctions concernant le taux de couverture de la signalisation et le taux de pertinence de la localisation sont données dans le tableau ci-après.
Défauts Critères
Retraits cartes et ouverture connecteurs Défauts connectiques Retrait circuit intégré logique Défaut sur broche circuit intégré

Signalisation (taux de couverture)

-

à distance (TSS1) locale (LSS1)

100 %

(*)

≥ 90 % ≥ 90 % ≥ 80 %

≥ 90 % ≥ 90 % ≥ 80 %

≥ 90 % ≥ 90 % ≥ 80 %

100 %

Localisation (taux de pertinence)

(*)

locale (led)

≥ 80 %

Sauf si le défaut concerne la fonction de téléconduite.

Le taux de couverture de la signalisation est défini comme le rapport du nombre de défauts signalés au nombre de défauts créés. Le taux de pertinence de la localisation est défini comme le rapport du nombre de défauts signalés et correctement localisés au nombre total de défauts créés. La localisation locale (par led) pourra être discriminante (pas en dessous d’une carte). En aucun cas il ne devra se produire d’événements de gravité supérieure ou égale à G5 (voir annexe MM).
9 Règles pour la commande, le conditionnement, le transport, le stockage, la mise en oeuvre et l’exploitation Limites des fournitures. Précisions pour la commande. Conditionnement (voir annexe BB)

9.1

La fourniture du coffret ITI comprend :
– un coffret munis de tous ses presse-étoupes et des connecteurs de liaison avec les commandes électriques ;

- 73 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

– tous les équipements internes : AE, RF, PA, ATT (éventuel), DD HTA avec ses capteurs et ses câbles de liaison ; – la liaison souple (0,5 m câble KX 15) avec l’ATR; – le logiciel de dialogue et de paramètrage sur disquette 3" 1/2 (éventuellement); – une notice d’exploitation en français ; – une notice de montage et de mise en service.

Précisions à fournir pour la commande :
– type de coffret : ITI1, ITI4 ou ITI aérien – type de détecteur de défauts associé ; – type de PA : PA (R ou T) : -

R pour liaison radio (ATR non fourni avec l’ITI) ; T pour liaison RTC (ATT fourni avec l’ITI) ;

– nombre de DD HTA ;

Préciser les options :
– option ADA : ADA toujours sur les trois voies A, B et C ; – option PS : PS toujours sur les voies A et B ; – option voyant extérieur (ITI équipé de DDA) : préciser sa couleur (rouge ou blanc) et la longueur (Y) du câble de liaison avec le coffret ITI : Ym. (ITI aérien équipé de DDD) : préciser la longueur (Y) du câble de liaison avec le coffret ITI : Ym.

Préciser la longueur des câbles de liaison avec les capteurs courant et tension :
– 5, 12 ou Xm (la même valeur pour chacune des liaisons).

L’ensemble des fournitures, à l’exception éventuelle de la batterie, sera livré dans un même colisage. Toutes précautions doivent être prises en conditionnement, par le constructeur de l’ITI, pour que le matériel soit livré en bon état. L’ensemble doit être en état de marche, batterie chargée. Les commutateurs seront en position arrêt, hors service ou local, et la batterie sera déconnectée. Le coffret ITI sera configuré pour une alimentation auxiliaire alternative de 230 V. 9.2
Plaque signalétique. Identification des interfaces

Une plaque extérieure facilement repérable doit permettre l’identification du coffret. Elle doit mentionner :
– le nom du constructeur ; – l’année de fabrication et un indice (numéro d’ordre) permettant de le situer dans la fabrication ; – chaque connecteur HAN de liaison avec les commandes électriques sera clairement identifié A, B, C ou D, de gauche à droite, ou de bas en haut ou du fond vers l’avant (sauf ITI 1 et ITI aérien) ; – chaque connecteur et chaque câble de liaison avec les capteurs sera identifié IA, IB, IC, ou ID et UA, UB, UC ou UD. – les conducteurs actifs seront identifiés N, L1, L2 ou L3 ; – le porte-fusible 230 V sera identifié N pour le neutre (à gauche) et PH pour la phase (à droite du N).

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 9.3
Transport

- 74 -

Le constructeur précisera les conditions de manutention et de transport, en particulier pour les circuits imprimés et la (ou les) batterie(s). 9.4
Stockage

Les conditions de stockage sont définies au paragraphe 4. Ces conditions sont applicables à la (ou les) batterie(s) chargée(s), pendant une période de trois mois. 9.5
Mise en oeuvre

La mise en oeuvre, c’est-à-dire la fixation du coffret, ses raccordements et sa mise en service, doit pouvoir être réalisée sans outil spécifique et sans réglage. Toutes les opérations à effectuer pour la mise en oeuvre doivent être clairement présentées dans la notice d’exploitation. 9.6 9.6.1
Dossier d’identification Généralités

La procédure d’acceptation de type débute par la fourniture, par le constructeur, d’un dossier d’identification déposé en quatre exemplaires auprès d’EDF. Avant le début des essais de type, le constructeur doit fournir tous les éléments relatifs à la détermination précise de chacune des caractéristiques constructives et fonctionnelles particulières (dossier d’identification) ainsi que les éléments permettant d’apprécier l’aptitude du matériel (dossier de crédibilité). Le contenu du DI, ainsi que la procédure de gestion des modifications sont décrits dans le Statut des Liaisons (Réf : STLE document 2 version 3). 9.6.2
Contenu du dossier d’identification

Le dossier d’identification doit contenir : 9.6.2.1
Les caractéristiques fonctionnelles

– Principe de fonctionnement. – Schéma fonctionnel.

9.6.2.2 9.6.2.3

Les caractéristiques électriques Les caractéristiques constructives

– Généralités sur les techniques et les technologies utilisées. – Nomenclature complète des constituants du matériel : pour les composants électroniques, nomenclature ainsi qu’ensemble des caractéristiques fonctionnelles nominales. La nomenclature précisera à la fois le type, la référence, le boîtier, la filière technologique pour les ASIC, les fournisseurs principaux et secondaires sélectionnés. Par ailleurs, on indiquera clairement quels sont les composants : -

qui font l’objet d’une homologation de la part d’un organisme français ou étranger (avec indication des normes ou spécifications de référence) ; qui sont soumis à une procédure permanente d’assurance de la qualité (avec indication de l’organisme français ou étranger chargé de sa conduite) ; qui font l’objet d’une action qualité directement conduite par le constructeur (ou pour son propre compte). Dans ce cas, la communication des spécifications particulières et celle de la liste des fournisseurs habituels sont souhaitées.

- 75 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

– Configuration. Modularité. – Schémas des circuits électriques. – Liste des circuits galvaniquement indépendants, en liaison avec les circuits extérieurs au coffret (commandes électriques, voyants, capteurs, alimentation alternative). – Plans de réalisation (connexions intérieures et extérieures, schémas de localisation des composants). – Une fiche de suivi des versions logicielles. – Eléments relatifs aux études de la fiabilité prévisionnelle. – Eléments relatifs aux études prévisionnelles de l’évolution des caractéristiques fonctionnelles, à partir des contraintes d’environnement et de vieillissement. – Classe de température des différents isolants. – Description du contrôle de qualité. Contrôle des matières premières (à l’exception des composants électroniques). Contrôle des constituants sous-traités. – Plans de contrôle en cours et en fin de fabrication. – Indication sur les critères de maintenabilité définis au paragraphe 6.11.

9.6.2.4

Plan qualité du logiciel

Les contraintes demandées à l’équipement, en terme de sûreté de fonctionnement (disponibilité et crédibilité), imposent un suivi strict du développement logiciel puis de la maintenance. Avant tout développement, le constructeur communiquera à EDF :
– le plan qualité logiciel relatif à l’ITI ; – le manuel qualité logiciel interne à l’entreprise.

Ce plan qualité logiciel (maximum 20 pages) décrira l’organisation et les procédures que le constructeur se propose de mettre en oeuvre pour garantir le respect des clauses qualité demandées (fiabilité, disponibilité, sûreté). Le manuel qualité logiciel du constructeur décrit les procédures générales applicables à tout projet développé chez le constructeur. C’est un document à caractère général. Par ailleurs, le constructeur décrira l’organisation interne à l’entreprise retenue pour l’ITI et s’attachera à donner tous les renseignements permettant de juger dans quelle mesure l’organisation adoptée favorise la qualité de la conception, du développement et du test des logiciels de l’ITI (responsable qualité, indépendance responsable qualité et équipes de développement, équipes de tests, structure hiérarchique de l’ensemble). Ce système d’assurance de la qualité sera mis en place conformément au plan qualité logiciel. Le constructeur fournira également un dossier de conception générale, qui décrira la solution retenue au cours de la phase de conception, pour répondre aux spécifications de l’ITI. Ce dossier de conception générale contiendra :
– la décomposition fonctionnelle du logiciel de l’ITI et son implantation matérielle ; – l’architecture logicielle correspondant à ces fonctions, c’est-à-dire la définition des composants logiciels, des données principales et la définition des interfaces internes et externes ; – la liste et l’emplacement des paramètres configurés chez le constructeur et/ou en exploitation.

Le constructeur indiquera de plus les méthodes, moyens, outils et normes qu’il utilisera pour chacune des phases de développement du logiciel : méthodes de conception, normes de programmation, langage de programmation, outils de mise au point, méthodes de tests, etc.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 76 -

En vue de vérifier l’application du système d’assurance de la qualité, EDF se réserve le droit de procéder ou de faire procéder chez le fournisseur à des audits donnant lieu à des rapports, qui seront notifiés au fournisseur. 9.6.3
Contenu du dossier de crédibilité

Le dossier de crédibilité doit contenir l’ensemble des résultats d’essais que le constructeur aura réalisé, ou fait réaliser. Les modalités précises seront détaillées ainsi que les résultats obtenus.

- 77 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE AA (normative) Coffret ITI - Liaisons fonctionnelles
RTC Tableau BT AE
Fibre optique

ou
IA3T ou AC

ou
48 V 12 V

V3 Tableau HTA ou Interrupteur aérien
UFB UFA

BTFO

! "
A A B R.F. C ADA PS PA

ATR ATT

ou

Commande

B

électrique

ou RTC

ID

IC

IB

IA D

B

$
A

PPACS

1 2

Réseaux HTA

#

A B C D

DD HTA

Synoptique de contrôlecommande

ITI
Repère UFA,B,C,D I A,B,C,D AC IA3T AE ATR ATT RTC PA ADA Fonction Unités Fonctionnelles du tableau HTA Interrupteur HTA de l’UFA, B, C, D Armoire de Coupure HTA (ACT ou AC3T) Interrupteur aérien de type 3 télécommandé Atelier d’Energie Accès Transmission Radio Accès Transmission pour RTC Réseau Téléphonique Commuté Poste Asservi Automatisme Décentralisé Alarmé Repère RF DD HTA BTFO ! " # $ V3 PS

HN 64-S-44

Fonction Regroupement de Fonctions Détecteur de Défauts HTA Boîtier Terminal de Fibre Optique Tableau HTA HN 64-S-42, HN 64-S-41 ou HN 64-S-46 Commande électrique HN 64-S-43 Capteurs de Courant Capteurs de Tension (PPACS) Voyant extérieur à l’ouvrage HTA Permutation de Sources

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 78 -

ANNEXE BB (normative) Répartition des fonctions par famille d’ITI

BB.1

Répartition des fonctions par famille d’ITI

BB.1.1
Famille ITI

Coffrets installés sur des réseaux souterrains
Régime de neutre
Impédant Compensé Nombre de télécommande

Produits AT ADA PS

Oui Oui
avec un DDA

Non Non Non Non Non Non Non Non Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui

1 4 4 1 4 4 4 4 1 4 4 1 4 4 4 4

ATT ATT ATR ATT ATT ATR ATT ATR ATT ATT ATR ATT ATT ATR ATT ATR

Non Non Non Oui Oui Oui Non Non Non Non Non Oui Oui Oui Non Non

Non Non Non Non Non Non Oui Oui Non Non Non Non Non Non Oui Oui

ITI1-T-A ITI4-T-A ITI4-R-A ITI1-T-A-(ADA) ITI4-T-A-(ADA) ITI4-R-A-(ADA) ITI4-T-A-(PS) ITI4-R-A-(PS) ITI1-T-D ITI4-T-D ITI4-R-D ITI1-T-D-(ADA) ITI4-T-D-(ADA) ITI4-R-D-(ADA) ITI4-T-D-(PS) ITI4-R-D-(PS)

Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui

avec un DDD

Oui Oui Oui Oui Oui Oui

BB.1.2

Coffrets installés sur des réseaux aériens
Régime de neutre
Impédant Compensé Nombre de télécommande

Famille ITI avec un DDA avec un DDD

Produits AT ADA

Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui

Non Non Non Non Oui Oui Oui Oui

1 1 1 1 1 1 1 1

ATT ATR ATT ATR ATT ATR ATT ATR

Non Non Oui Oui Non Non Oui Oui

ITI aérien-T-A ITI aérien-R-A ITI aérien-T-A-(ADA) ITI aérien-R-A-(ADA) ITI aérien-T-D ITI aérien-R-D ITI aérien-T-D-(ADA) ITI aérien-R-D-(ADA)

- 79 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

BB.2

Précisions à fournir à la commande

Chaque coffret de base est défini par un numéro de nomenclature des matériels, ce qui permet de présélectionner :

– Le type de coffret de télécommandes : ITI1, ITI4 ou ITI aérien. – Le type de liaison de communication : RTC ou Radio. – Le type de détecteur de défaut associé : DDA ou DDD.

Les précisions suivantes doivent, ensuite, être apportées :

– Le nombre de télécommandes (ITI4) – Le nombre de détecteurs de défauts et la longueur de la liaison avec les tores. – La couleur du voyant extérieur et la longueur de la liaison dans le cas d’un DDA. – Les options éventuelles : ADA ou PS.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 80 -

ANNEXE CC (normative) Fonctions ADA et détecteurs de défauts HTA

CC1. Détecteur de défauts ampèremétrique. Cas d’un défaut permanent situé en aval de l’interrupteur avec ADA A - Cas d’un poste HTB/HTA sans disjoncteur shunt
I défaut VA I charge T4 T7

T1 T2 T3 O Position interrupteur HTA

T5

T6

T8

T9 T11

T

F T9 T10

T

B-

Cas d’un poste HTB/HTA avec disjoncteur shunt

FS OS I défaut VA I charge T4 T7

T1 O Position interrupteur HTA

T2 T3

T5

T6

T8

T9 T11

T

F T9 T10

T

Légende CC1
T1 FS OS T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9 T10 T11 Apparition du défaut Fermeture disjoncteur shunt Ouverture disjoncteur shunt Ouverture disjoncteur « Départ » par RR Fermeture disjoncteur « Départ » par RR Information lumineuse locale et extérieure Télésignalisation « Passage défaut ». Prise en compte par la fonction Permutation des Sources Ouverture disjoncteur « Départ » par protections Prise en compte du 1er passage par l’ADA Fermeture du disjoncteur « Départ » par 1er RL Prise en compte du défaut par le détecteur Ouverture disjoncteur « Départ » par protections Prise en compte du 2ème passage par l’ADA Ordre d’ouverture de l’interrupteur HTA par l’ADA Signalisation lumineuse et télésignalisation par l’ADA Ouverture de l’IAT Fermeture disjoncteur « Départ » par 2ème RL VA = Valeur d’ajustement des éléments de mesure (de phases ou 3 I0) FS - T1 = 50 à 100 ms OS - FS = 0,3 à 0,4 s T2 - T1 = 50 à 100 ms (sans disjoncteur shunt) T3 - T2 = 0,3 à 0,4 s T4 - T3 = 250 à 350 ms T5 - T3 = 0,4 à 1 s T6 - T5 = 15 à 30 s T7 - T6 = T4 - T3 T8 - T6 = T5 - T3 T9 - T8 = 1 à 3 s T10-T7 < 10 s T10 - T9 < 7 s (temps réponse interrupteur HTA) T11 - T8 = T6 - T5

- 81 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

CC.2

Détecteur de Défauts Directionnel

Réseaux à mise à la terre du neutre par impédance de limitation. Cas d’un défaut permanent situé en aval de l’interrupteur avec ADA

1 Rapide + 2 Lents et ouverture de l’interrupteur HTA par l’ADA :
T1 T4

I HTA

U BT

T'1 T2

T5 T6 T8

Information horodatage

Fonctionnement ADA

1

2 T7

tempo "mise en veille ADA"

1

retomb e info horodatage "d faut aval sch ma normal" et absence tension directe

Légende CC2 I HTA Courant départ HTA U BT Tension directe (220V du poste) T1 et T’1 Apparition du défaut T2 et T5 retombée information horodatage T4 Fermeture disjoncteur « Départ » par lent 1 T6 Ordre d’ouverture de l’interrupteur HTA par l’ADA T7 retombée « mise en veille ADA » T8 Interrupteur HTA ouvert

T2 - T’1 T6 - T5 T8 - T6 T7 - T2

= 3 s + 100 ms (1) <2s <8s temporisation de mise en veille ADA configurable de 17 à 37 s

(1) Les contacts de signalisations se ferment pendant 100 ms, 3s après la confirmation du défaut dans le module du détecteur.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 82 -

ANNEXE DD (normative) Configuration du sens de défaut pour les DDD

DD.1

Schéma de principe
C

Tableau HTA I1 I2

A Source A R V

Vr ITI DDD1 ⊗ Vert ⊗ Rouge TSS DDD2 ⊗ Vert ⊗ Rouge TSS

B V R Source B

DD.2
Source

Tableau de choix (Hypothèse : I1 et I2 fermés - Alimentation soit A soit B)
Type défaut Position du défaut A Monophasé terre A Polyphasé ou monophasé double B C A B C A Monophasé terre B Polyphasé ou monophasé double B C A B C DDD1 Rouge (1) Vert Vert Vert et rouge Vert et rouge Rouge Vert(1) Vert
(1)

DDD2 Vert (1) Rouge Vert Vert et rouge Vert Rouge (1) Vert Vert et Rouge Vert et rouge
(1)

Verrouillage PS Non Non Oui Non Non Oui Non Non Oui Non Non Oui

Fonction ADA

DD1 vert ou DD2 rouge

DD1 rouge ou DD2 vert

Vert et Rouge -

(1) Le défaut peut être détecté si la capacité du réseau situé en aval du tableau est suffisante.

- 83 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

DD.3

Raccordement des capteurs courant installés dans un tableau HTA
Face supérieure verte Coté « barres »

Appareillage HTA

Vers ITI Réseau Face inférieure rouge Coté « réseau » Câble HTA

DD.4

Raccordement des capteurs courant installés sur un interrupteur aérien

Face rouge côté ligne

Face verte côté interrupteur

Coté ligne Coté support rouge vert

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 84 -

ANNEXE EE (normative) Permutation de Sources (PS). Schéma général et liaisons fonctionnelles

ITI 2-4

$
DD HTA RF PS

$

10 UF A

!

10 UF B

"

m

m

"

P/A UHTA

P/A UHTA

#
Source A

#
Source B

Repère

Fonction

Repère ! " # $

Fonction

UF A et UF B RF DD HTA P/A UHTA

Unité Fonctionnelle « Arrivée » interrupteur Regroupement de fonctions Détecteur de Défauts HTA Présence/Absence de Tension HTA

Tableau HTA HN 64-S-41

HN 64-S-42

ou

Commande électrique HN 64-S-43 de type 3 Capteurs de courant du DD HTA Capteurs de tension du DD HTA

- 85 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE FF (normative) Définition, identification et regroupement des informations lumineuses et télésignalisations. Paramétrages - Configurations

FF.1

Informations lumineuses
AFFICHEUR Fonction
Ordre chrono.

VOYANT Couleur Verte Rouge Rouge Fonctionnement F* F C Mode de fonctionnement L et T L et T L et T Niveau de visibilité 0 0 0

Texte Défaut équipement Défaut HTA voie A, B, C ou D Défaut HTA monophasé vers poste XXX Défaut HTA monophasé vers poste YYY Défaut HTA polyphasé voie A, B, C ou D

Equipements en veille Equipements en défaut Défaut HTA - DDA voie A, B, C ou D Défaut HTA - DDD " Défaut HTA monophasé par # vers poste XXX DDD # Défaut HTA monophasé $ vers poste YYY Défaut HTA polyphasé voie A, B, C ou D Position des interrupteurs HTA pour chacune des voies A, B, C ou D : - Interrupteur fermé - Interrupteur ouvert Poste en mode « Local » PS : - en service - hors service

4 9

10 11 12

Rouge Verte R et V ci-dessus

C C C

L et T L et T L et T

0 0 0

5 6 8 1 2

PS en service PS hors service Commande électrique neutralisée Absence alimentation alternative Présence alimentations continues

Rouge Vert Rouge Verte Jaune Verte Jaune Jaune Rouge Verte

F F F F F F F C F ou C F

L L L L L L L L L L

1 ou 0 1 ou 0 1 1 1 1 1 1 1 1

ADA : - en service - hors service Commande électrique neutralisée Absence alimentation alternative Présence 12 V-48 V continu

Débit charges externes > 2 A Accès transmission : - Emission de données - Réception de données - Présence porteuse Autres informations de diagnostic F : Fixe L : ITI en mode « Local »

13

Débit charge externe supérieure à 2 A Au choix du constructeur ITI C : Clignotante (1 allumage/s)

Rouge

F ou C

L

1

-

Verte Verte Verte Jaune

F F F F ou C

T T T L ou T

2 2 2 2

T : ITI en mode « Télécommande »

* Information lumineuse fixe avec une extinction périodique au bout d’un temps de 5 et 10 s Le mode de fonctionnement est informatif.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
FF.2 Télésignalisations PA 1 (PA 1 R ou T) PA 1
TCD 1 TCD 2 TSS 1 TSS 2 TSS 3 TSS 4 TSS 5 TSS 6 Télécommande voie A Manque alimentation Poste en local Passage de défaut Défaut urgent Défaut non urgent -

- 86 -

FF.2-A

PA 1 D
Télécommande voie A

PA 1 ADA
Télécommande voie A Télécommande ADA Manque alimentation Poste en local Passage de défaut Défaut urgent Défaut non urgent

PA 1 D ADA
Télécommande voie A Télécommande ADA Manque alimentation Poste en local Défaut ”rouge” Défaut ”vert” Défaut urgent Défaut non urgent

Manque alimentation Poste en local Défaut ”rouge” Défaut ”vert” Défaut urgent Défaut non urgent

NOTES : TSS 2 : TSS 5 : TSS 6 : l’ouvrage peut être un poste HTA/BT DP, une armoire de coupure HTA ou un interrupteur aérien. Défaut urgent. Peuvent être regroupés dans cette télésignalisation, les anomalies n’affectant pas le coffret ITI mais ses périphériques. Défaut non urgent. Cette TSS peut comprendre : - défaut filerie : cas où ADA en service et pas d’ADA implémenté ; - anomalie batterie ; - autres fonctions de télésurveillance ou d’auto-contrôle.

- 87 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

FF.2-B

PA 4 (R ou T) PA 4 PA 4 D
Télécommande voie A Télécommande voie B Télécommande voie C Télécommande voie D Manque alimentation Poste en local Défaut ”rouge” voie A Défaut ”rouge” voie B Défaut ”rouge” voie C Défaut ”rouge” voie D Défaut urgent Défaut non urgent Défaut ”vert” voie A Défaut ”vert” voie B Défaut ”vert” voie C Défaut ”vert” voie D Non utilisée Non utilisée Non utilisée Non utilisée

PA 4 ADA ou (PS)
Télécommande voie A Télécommande voie B Télécommande voie C Télécommande ADA ou (PS) Manque alimentation Poste en local Passage défaut voie A Passage défaut voie B Passage défaut voie C Non utilisée Défaut urgent Défaut non urgent

PA 4 D ADA ou (PS)
Télécommande voie A Télécommande voie B Télécommande voie C Télécommande voie ADA ou (PS) Manque alimentation Poste en local Défaut ”rouge” voie A Défaut ”rouge” voie B Défaut ”rouge” voie C Non utilisée Défaut urgent Défaut non urgent Défaut ”vert” voie A Défaut ”vert” voie B Défaut ”vert” voie C Non utilisée Non utilisée Non utilisée Non utilisée Non utilisée

TCD 1 TCD 2 TCD 3 TCD 4 TSS 1 TSS 2 TSS 3 TSS 4 TSS 5 TSS 6 TSS 7 TSS 8 TSS 9 TSS 10 TSS 11 TSS 12 TSS 13 TSS 14 TSS 15 TSS 16

Télécommande voie A Télécommande voie B Télécommande voie C Télécommande voie D Manque alimentation Poste en local Passage défaut voie A Passage défaut voie B Passage défaut voie C Passage défaut voie D Défaut urgent Défaut non urgent

NOTES : TSS 2 : TSS 7 : TSS 8 : idem TSS 2 du PA 1. idem TSS 5 du PA 1. idem TSS 6 du PA 1.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
FF.3

- 88 -

Etat des paramétrages et configurations
Fonction Valeurs
1 à 4 voies R ou T Adressage du PA et des voies

Réalisation
Constructeur Constructeur M ou PC M ou PC M ou PC M ou PC M ou PC M ou PC Constructeur M ou PC M ou PC M ou PC

Réf. chapitre
5.3.2 5.3.2

PA4 PA

DDA DDD

Courant résiduel 20, 40, 80 et 160 A Noms des postes Seuils et temporisation

6.4.1.2 Annexe DD voir HN 45-S-51 5.5.2.1 5.5.3 5.5.2.3 5.6.5. 5.6.9.1.2 5.6.9.2

ADA

Temps T1 (20 à 50 s) si DDA et (17 à 37 s) si DDD Implémentation des voies de l’ITI avec la fonction ADA (voies A, B ou C) Alarme (inter ouvert par ADA)

PS

Temps T1 (5, 25 ou 45 s) Mise en ou hors service Choix du sens de permutation A -- B B -- A A -- B ou B -- A (indifférent)

Synoptique de contrôle-commande Mode exploitation

Choix des interrupteurs (A à D) Commande changement d’état (CO et CF) Télécommande ou local

M M M

5.8.1 5.8.1 5.8.1.1

M : Manuel local PC : compatible PC portable ou clavier déporté M ou PC: au choix du constructeur de l’ITI

NOTE : Les configurations et paramétrages ne peuvent s’effectuer que si l’ITI est en mode « Local ».

- 89 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

FF. 4

Informations lumineuses spécifiées
Option ADA Option PS

Fonction Equipements en veille Equipements en défaut Si DDA voie A, B, C ou D Défaut HTA Si DDD * voie A, B, C ou D Défaut HTA monophasé ”Rouge” ou ”Vert” Défaut HTA polyphasé ”Rouge” et ”Vert” Position des interrupteurs HTA pour chacune des voies A, B, C ou D* : - Interrupteur fermé - Interrupteur ouvert Poste en mode « Local » PS : - en service

ITI-1 % %

ITI-4 % %

ITI aérien % %

ITI-1 % %

ITI-4 % %

ITI aérien % %

ITI-1 % %

ITI-4 % %

ITI aérien % %

Niveau 0 0

%

%

%

%

%

%

%

%

%

0

% %

% %

% %

% %

% %

% %

% %

% %

% %

0 0

% % %

% % %

% % %

% % %

% % %

% % %

% % %

% % % %

% % %

1 ou 0 1 ou 0 1 1

ADA : - hors service Commande électrique neutralisée Absence alimentation alternative Débit charges externes > 2 A % % % % % % %

% % %

% % % %

% % % % % % % % % %

1 1 1 1

Notes:

Une information spécifiée est une information obligatoire. Dans l’ITI aérien, les signalisations de niveau 0 sont placées en niveau 1

* Lors de l’utilisation des fonctions ADA ou PS la voie "D" est affectée à la télécommande de l’ADA ou de la PS.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 90 -

ANNEXE GG (informative) Niveaux d’accessibilité (exemple)

GG.1

Niveau d’accès 0 des ITI 1 et ITI 4 (niveau d’exploitation)
Coffret ITI
Veille (vert) Equipement en défaut (Rouge) DD HTA (par voie) DDD Rouge Vert DDA Rouge

Niveaux 1 et 2

Connecteurs C10 Niveau 0 ou 1 A UF A B UF B C UF C D UF D Niveau 0

Commandes électriques des interrupteurs HTA

NOTES : 1. Les accès aux niveaux 1 et 2 peuvent être condamnés. 2. Les connecteurs C10 peuvent être de niveau d’accès 0 ou 1. 3. L’embrochage des connecteurs C10 de l’ITI doit pouvoir être condamné (individuellement ou collectivement).

GG.2

Niveau d’accès 1 des ITI 1 et ITI 4 (niveau de conduite et d’exploitation)
Coffret ITI
Veille (vert) Equipement en défaut (Rouge) DD HTA (par voie) DDD Rouge Vert DDA Rouge
TEST CO CF Rouge (inter F) Vert (inter O) PS
Jaune (commande électrique neutralisée) Rouge (défaut équipement) I>2A Vert (présence 12-48V)

Télécommande Local Rouge (Local)

Voies A, B, C, D
ADA ES Vert (ES) Jaune (HS) Rouge (Ab

ES HS Vert Jaune

Niveau 2

HS
)

RAZ

Connecteurs C10 A B C D Niveau 1
NOTES : 1. Non accès au niveau 2 par IP.2X. 2. Accès au niveau 0. 3. Certains voyants peuvent être remplacés par un afficheur.

- 91 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

GG.3

Niveau d’accès 2 des ITI 1 et ITI 4 (niveau de maintenance)
Coffret ITI
Veille (vert) Equipement en défaut (Rouge) DD HTA (par voie) DDD Rouge Vert DDA Rouge
TEST CO CF Rouge (inter F) Vert (inter O) PS HS Vert Jaune Télécommande Local Rouge (Local) Voies A, B, C, D
ADA Vert (ES) Jaune (HS) Rouge (Ab

Compatible PC portable ou clavier déporté Paramétrage configuration
Protections 230 V - 12 V - 48 V

ES HS
)

Jaune (commande électrique neutralisée) Rouge (défaut équipement)

ES

Voyants ou afficheurs d’aide à la conduite
V Emission V Réception V Squelch

Vert (présence 12-48V)

I>2A

RAZ

R Défaut

Connecteurs C10 A B C D Niveau 2
NOTE : Du niveau 2, accès aux niveaux 0 et 1.

GG.4

Niveau d’accès 1 de l’ITI aérien (niveau de conduite et d’exploitation)
Veille (vert) Equipement en défaut (Rouge) DD HTA DDD Rouge Vert DDA Rouge
TEST CF CO Rouge (inter F) Télécommande Local Vert (inter O) Rouge (Local)
Jaune (commande électrique neutralisée)

Validation
ADA ES Vert (ES) Jaune (HS) Rouge (Ab

HS
)

Rouge (défaut équipement)

Niveau 2
I>2A

Vert (présence 12-48V)

RAZ

Connecteur

Interrupteur de neutralisation
Commande électrique neutralisée

Exploitation normale

Niveau 1

GG.5

Niveau d’accès 2 de l’ITI aérien (niveau de maintenance)
Veille (vert) Equipement en défaut (Rouge) DD HTA DDD Rouge Vert DDA Rouge
TEST CF CO Rouge (inter F) Télécommande Local Vert (inter O) Rouge (Local)
Jaune (commande électrique neutralisée)

Paramétrage configuration

Validation
ADA ES Vert (ES) Jaune (HS) Rouge (Ab

HS
)

Rouge (défaut équipement)

Voyants ou afficheurs d’aide à la conduite
V Emission V Réception V Squelch R Défaut

Vert (présence 12-48V)

I>2A

RAZ

Connecteur

Interrupteur de neutralisation
Commande électrique neutralisée

Exploitation normale

Niveau 1

Niveau 2

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 92 -

ANNEXE HH (normative) Encombrement, fixation et liaisons des sous-ensembles HH 1 Encombrement et fixation de l’ITI 1

Volume de l’ITI 1

310 mm

650 mm

350 mm

Volume d’emprise maximum de l’ITI 1
vue de dessous 350 mm Rails de fixation 20 mm 250 mm

ITI 1

350 mm

350 mm

60°

vue de face 20 mm

vue de gauche 700 mm

ITI 1
800 mm

ITI 1

150 mm Rails de fixation Le volume nécessaire à l'ouverture des portes doit être contenu dans le volume d'emprise Rails de fixation

Volume réservé aux raccordements

- 93 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE HH (normative) Encombrement, fixation et liaisons des sous-ensembles HH 2 Encombrement et fixation de l’ITI 4

Volume de l’ITI 4

600 mm

700 mm

330 mm

Volume d’emprise maximum de l’ITI 4
vue de dessous

Rails de fixation 20 mm

640 mm 560 mm

ITI 4

350 mm

350 mm

60°

vue de face 20 mm

vue de gauche 700 mm

ITI 4
850 mm

ITI 4

150 mm Rails de fixation Le volume nécessaire à l'ouverture des portes doit être contenu dans le volume d'emprise Rails de fixation

Volume réservé aux raccordements

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 94 -

ANNEXE HH (normative) Encombrement, fixation et liaisons des sous-ensembles HH.3 Encombrement et fixation de l’ATR

L’espace réservé à l’ATR comprend un emplacement équipé d’une plaque métallique munie de trous taraudés permettant la fixation de l’ATR (la visserie nécessaire à la fixation est fournie avec l’ATR).

70 B: Fixation radio B T B 76,5 60 76,5 60 B T 10 75 56 65 295 25 Logement câbles 75 B 109,5 75 T 210 T: Fixation radio BOSCH KF81 THOMSON TMF 123 THOMSON TMF 223 ALCATEL ATR 423

Figure HH1 : Enveloppe nécessaire pour l’ATR (320 x 210 x 70)

- 95 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

HH.2

Définition de la connectique et des signaux électriques pour ATR

Lorsque l’ITI est exploité à partir d’un Système Informatisé de Téléconduite (SIT), la connexion de l’ATR est définie comme suit :
Antenne 2 1 AE 5

ATR 4 3

PAR

Liaison n° 1 : Fonction Caractéristiques : : alimentation 12 V du poste radio. 2 cordon souple 2 x 2,5 mm , longueur : 50 cm, polarité positive protégée éventuellement par un fusible, coordonnée avec le fusible 6,3 A type HA 21 F de la liaison n° 2. fournie avec le coffret ITI. type AMP Faston femelle (voir dessin), réf. : 0.180.923.1

Fourniture Connecteur

: :

+ Liaison n° 2 : Fonction Fourniture Liaison n° 3 : Fonction Fourniture Liaison n° 4 : Fonction Fourniture Caractéristiques Liaison n° 5 : Fonction Fourniture : : : : : : : alimentation 12 V de l’ATR (poste radio). fournie avec l’ATR. Liaison ATR - PAR. fournie avec l’ATR. Cordon souple d’antenne permettant la mobilité de l’ATR. fournie avec l’ITI. cordon coaxial type KX 15, longueur 50 cm, connecteur type N femelle côté câble et type BNC mâle côté ATR. raccordement vers l’antenne. fourni par le centre.

: :

Schéma des liaisons (chaque connecteur est figuré par un carré)

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2 Connecteur module conduite relié à la liaison 3 :

- 96 -

Connecteur 9 points mâle type Sub. D, isolé à 2 000 V, avec verrouillage par plaquettes à ressort. Références : connecteur : DE 9 P - plaquettes à ressort : D 11 0277. Détails du connecteur 9 points : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 = = = = = = = = = ne pas utiliser BF réception sur 600 Ω (sortie AF) masse masse BF émission sur 600 Ω (entrée AF) (1) commande émission squelch masse masse

(1) Envoi d’un 0 V pour le passage en émission du poste radio.

- 97 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE II (normative) Connecteurs d’interfaces avec les commandes électriques II.1 II.1.2 ITI 1 et ITI 4 Embase femelle 10 broches type HAN 10 A
Vis 6 7 8 9 10 Tourillon 1 2 3 4 5 Vis Broche contact

Tourillon

Figure II1 : Identification des broches-contact (Ex voie A côté broches) II.1.2 Fonctions des broches
C10 Télécommande (TC) N° Fonction broche 1 - 48 V 2 Commande fermeture HTA 3 Commande ouverture HTA 4 Inter HTA ouvert 5 Inter HTA fermé 6 + 48 V 7 Commande Neutralisée (N) 8 Présence/Absence U HTA 9 Utilisation réservée 10 Utilisation réservée

Abréviation - 48 CF CO O F + 48 CN P/A U HTA

II.1.3

Détrompage des connecteurs
Voie A Voie B Voie C Voie D

Connecteur mâle (câble)

Embase (ITI)

Vis Le détrompage des voies supplémentaires est laissé à l’initiative des constructeurs. Les éléments permettant le détrompage des connecteurs mâles seront livrés avec le coffret ITI.

Tourillon

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 98 -

ANNEXE JJ (normative) Nombre de défaillances tolérées, par an, en fonction du parc d’ITI en service

1000

100

Nombre de défaillances/an
10 1

1

10

100 Parc ITI en service

1000

10000

- 99 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE KK (normative) Cycles de fourniture du 48 V et du 12 V

Cycles de fourniture du 48 V et du 12 V
- Cycles CO - Circuit 12 V Cycle C/O I 500 mA 6 A ITI 1
40 s

T1

150 mA 1A ITI 1 B, F, K ou P - Cycles CO - Circuit 48 V I 6A
5s 14 s

Temps C, G, L ou R T1

Temps 3 min > T1 > 40 s T1 à préciser par le constructeur (par défaut 2 minutes)

- Test de fourniture du 48 V pour la commande électrique (ITI 1 et ITI 4

I 15 A 50 m s

7s 6A Tem ps

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

- 100 -

ANNEXE LL (normative) Essais de type du DDA

LL.1

Essais de précision des éléments de mesure de courant résiduel Essais sans charge triphasée

LL.1.1

a) Modalités Les trois capteurs L1, L2 et L3 étant raccordés successivement à chaque détecteur, un courant est injecté successivement au primaire de chacun des capteurs. Pendant ces essais, la tension HTA est présente sur les deux UF arrivée interrupteur. b) Mesures et sanctions Pour chaque capteur et pour chaque détecteur, l’essai permettra de mesurer les seuils de l’élément de mesure de courant résiduel et des diverses temporisations dans les conditions de référence définies au paragraphe 6.4.1. Les valeurs mesurées pendant ces essais doivent être conformes aux valeurs spécifiées dans les tableaux du paragraphe 6.4.1. LL.1.2
Essais avec charge triphasée

a) Modalités Pour chacun des détecteurs, les trois capteurs L1, L2 et L3 étant raccordés, on injecte des courants triphasés de valeur 400 A au primaire des capteurs. L’une des trois phases, en aval du capteur, sera ensuite reliée à la terre. Le courant de défaut à la terre est de 100 A. Le schéma d’essai pourra être réalisé en BT suivant le schéma LL1 ci-après. Les impédances de charge Z0, Z1, Z2 et Z3 sont du choix du laboratoire d’essais.
N relié à la terre

Ph1

Ph2

Ph3

Z0 100 A

L1

L2

L3

Z1

400 A

Z2

400 A

Z3

400 A

Figure LL1 - Schéma d’essai de l’ensemble des détecteurs de défauts HTA

b) Mesures et sanctions Le détecteur doit fonctionner dans les limites de ses valeurs assignées.

- 101 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

LL.2

Essais de précision des éléments de mesure de courant de phase

a) Modalités Pour chacun des détecteurs, les trois capteurs L1, L2 et L3 étant raccordés, on injectera successivement un courant :
– de sens opposé dans L1 et L2 ; – de sens opposé dans L2 et L3 ; – de sens opposé dans L1 et L3.

b) Mesures et sanctions L’essai permettra de mesurer les seuils des éléments de mesure de courant de phase. Aucune des valeurs mesurées ne doit s’écarter de plus de 10 % des valeurs assignées (450 A).
LL.3 Contrôle de l’insensibilité aux harmoniques

a) Modalités Pour chacun des détecteurs, on injecte un courant de fréquence 150 Hz puis 250 Hz dans le primaire de l’un des capteurs. Les éléments de mesure de courant résiduel sont réglés à 40 A. Pour ce contrôle, les éléments de mesure de courant de phase seront inhibés. b) Mesures et sanctions L’intensité pour laquelle les relais ne doivent pas donner d’ordre doit être au moins égale à 400 A à 150 Hz et à 160 A à 250 Hz.
LL.4 Essai de non intégration

a) Modalités Pour chacun des détecteurs, le seuil de courant résiduel étant réglé à IF (20, 40, 80 ou 160 A), on applique au primaire d’un capteur, pendant 5 s, un courant sinusoïdal modulé en créneaux périodiques avec une fréquence de 2,5 Hz (deux demi-périodes de 200 ms ; voir figure LL2) :
– amplitude de la première demi-période : 1,2 IF ; – amplitude de la seconde demi-période : 0,8 IF.

b) Mesures et sanctions Le détecteur ne doit pas mémoriser la présence du défaut.

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
LL.5

- 102 -

Essai de tenue et de fonctionnement aux valeurs limites

a) Modalités L’essai est effectué sur un détecteur équipé de ses trois capteurs. b) Mesures et sanctions Capteurs déconnectés, on applique successivement au primaire de chaque capteur un courant de 12 500 A efficace pendant une seconde. La tension mesurée (voltmètre d’impédance > 1 MΩ) sur le connecteur situé en extrémité d’un câble de 5 m de chaque capteur ne doit pas excéder 1 000 V efficace et 5 000 V crête. Capteurs connectés sur l’un des détecteurs, on applique dans le primaire des trois capteurs un courant triphasé de 12 500 A pendant une seconde. Le détecteur doit fonctionner normalement pendant et après chaque essai, et doit rester dans les limites de précision définies en 6.4.1.

1,2 IF IF 0,8 IF Temps

200 ms

200 ms Temps de l’essai : 5 s

IF : seuil de réglage de l’élément de mesures du courant résiduel

Figure LL2 - Diagramme d’essais de non intégration

- 103 -

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2

ANNEXE MM (normative) Tableau de gravité des événements redoutés et classe de gravité

MM.1

Rappel

MM.1.1 Objectifs de fiabilité fonctionnelle La fiabilité des différentes fonctions de l’ITI dépend de la fiabilité des différents matériels qui le composent. Les objectifs concernant la fiabilité fonctionnelle à atteindre ne sont pas spécifiés explicitement. Néanmoins, la liste des événements redoutés pour le fonctionnement de l’ITI est indiquée ci-après au paragraphe MM.2. Ceux-ci devront faire l’objet d’une étude de fiabilité prévisionnelle définie ci-après. MM.1.2 Etude de la fiabilité prévisionnelle de l’ITI au niveau fonctionnel (évaluation prévisionnelle de l’occurrence des événements redoutés) Les études de fiabilité prévisionnelle concernant les matériels demandées au chapitre 6.10 de la présente spécification, permettent d’évaluer la fiabilité de chaque partie matériel de l’ITI mais ne permettent pas d’évaluer la fiabilité au niveau fonctionnel. La réalisation d’une fonction requiert la sollicitation de plusieurs matériels (contrôle-commande et interrupteur HTA). Dans le cadre d’une approche fonctionnelle de l’ITI, un ensemble événements redoutés a été listé (voir paragraphe MM.2 ci-après). Une étude de fiabilité prévisionnelle ayant pour but d’évaluer les occurrences de chaque événement redouté concernant le fonctionnement de l’ITI sera fournie par le ou les constructeurs chargés de la réalisation de l’ITI. Cette étude prendra en compte les défaillances dues à l’ensemble des matériels qui compose l’ITI (contrôle-commande : électronique et logiciel, batterie...), celui-ci étant exploité dans les conditions normales de fonctionnement. Les études de fiabilité concernant le matériel peuvent être mises à profit pour étudier la fiabilité prévisionnelle au niveau fonctionnel. L’étude de fiabilité prévisionnelle à réaliser est définie dans le paragraphe MM.3 ci-après. A l’issue de ces études, le constructeur devra fournir pour l’ensemble des événements redoutés leurs occurrences prévisionnelles, ainsi que la liste des éléments matériels de l’ITI, critiques en terme de fiabilité. MM1.3
Définition de l’étude de fiabilité prévisionnelle

Les méthodes utilisées pour réaliser l’étude de fiabilité sont laissées au choix des constructeurs. Ils devront néanmoins indiquer quelles ont été les méthodes, qualitatives ou quantitatives, utilisées : analyse fonctionnelle, AMDEC, arbre de défaillance... ; et les sources des données de fiabilité : base de données, retour d’expérience...

HN 64-S-44 Octobre 2000 ème édition 2
MM.2 Liste des événements redoutés

- 104 -

Les événements redoutés sont les suivants :
Niveau de gravité Evénement redouté

G1 G1 G2 G2 G2 G2 G2 G3 G3 G3 G3 G3 G5 G5 G6

Non génération TS « Commande électrique neutralisée » Génération intempestive d’alarme Ouverture intempestive d’un interrupteur HTA Refus de fermeture sur commande Ouverture intempestive en condamnation Non indication « Passage défaut HTA » Refus de changement d’état sur télécommande Non fonctionnement de l’ADA Refus d’ouverture sur commande (en local ou à distance) Non génération d’alarme sur TS Permutation automatique sur défaut Aval Refus de changement d’état sur TC et local Fermeture intempestive Unicité de la commande (en local ou à distance) Fermeture intempestive en condamnation

A chaque événement redouté est associé un niveau de gravité. L’échelle de gravité comporte six niveaux dont les critères sont les suivants : G1 : G2 : G3 : G4 : G5 : G6 : Conséquences mineures : gênes (surcharge de travail, inconfort). Conséquences significatives : interruption de la fourniture d’électricité sur le départ en aval de l’interrupteur HTA. Conséquences très significatives : interruption de la fourniture d’électricité sur le départ, en amont et en aval de l’interrupteur HTA. Conséquences critiques : interruption de la fourniture d’électricité sur le poste (déclenchement de l’arrivée). Conséquences graves : danger pour le personnel d’exploitation. Conséquences très graves : danger pour les tiers.

Les événements redoutés peuvent être regroupés en quatre catégories :
– Le changement d’état ou de mode de fonctionnement : G2 : Refus de changement d’état sur télécommande. G3 : Refus de changement d’état sur TC et local. – L’ouverture ou la fermeture d’un interrupteur HTA : G2 : Ouverture intempestive en condamnation. G2 : Ouverture intempestive d’un interrupteur HTA. G2 : Refus de fermeture sur commande G3 : Non fonctionnement de l’ADA. G3 : PS sur défaut Aval. G3 : Refus d’ouverture sur commande (en local ou à distance). G6 : Fermeture intempestive en condamnation. – Sûreté et assurance de l’information ou de l’ordre transmis : G1 : Non génération de TS « Commande électrique neutralisée » G2 : Non indication « Passage de défaut HTA ». G5 : Unicité de la commande (en local ou à distance). – Alarme : G1 : Génération intempestive d’alarme. G3 : Non génération d’alarme sur TS.