realise par : Ayoub Hamssi

lycée jaber ben hayen

Révision : RDM
83.50 mm 29.50 mm 18 mm

ETUDE EN RESISTANCE DES MATERIAUX
Cette partie vise à vérifier la résistance mécanique de l’arbre moteur (5).

Vérification de la résistance de la biellette 8.
Objectif : Dimensionner cette pièce dans la zone la plus sollicitée. Cette étude sera menée lors « du décollage » du pantographe. Données – Hypothèses :
L’étude de statique a permis de déterminer le torseur des actions mécaniques s’exerçant sur la biellette 8 (soumise à deux glisseurs) au point E. Dans un repère lié au solide 8 :

Etude théorique simplifiée, en Résistance des Matériaux, de la sollicitation de l’arbre moteur (5).
Hypothèses :
- poutre droite élancée, sans variation brusque de section. - chargement mécanique dans le plan de symétrie (xOy) On ne s’intéresse qu’à la partie droite de l’arbre, au delà du point O, qui s’apparente à une poutre droite élancée encastrée sur sa partie gauche. Cette portion de poutre n’est soumise qu’aux deux actions mécaniques des embouts à rotules (45, 34) des bielles. Dans la configuration la plus défavorable, ces actions mécaniques sont modélisables par les glisseurs :

⎧− 8745 0⎫ ⎪ {E9→8 }= ⎪0 0⎬ ⎨ ⎪0 0 ⎪ ( u ,v , x ) ⎭ rrr E⎩
l = 40 mm
-

v l

Zone la plus sollicitée

e

E

u e=?

diamètre de perçage d = 16 mm

La section prise en compte sera une section rectangulaire d’épaisseur e, à déterminer, de largeur l. La contrainte dans la section à étudier est donnée :

σ=

F (l − d )e

Le coefficient de sécurité adopté est : s = 5. L’accident géométrique dû à la présence du perçage en E engendre un phénomène de concentration de contrainte de coefficient k = 3. La contrainte limite élastique de traction du matériau est : Re = 600 Mpa.

Questions :
⇒ Déterminer le torseur associé aux actions de cohésion au point E. ⇒ Préciser la nature de la sollicitation. ⇒ Déterminer la résistance pratique du matériau, notée Rpe. ⇒ Déterminer l’expression littérale de la contrainte maximale dans la zone à étudier. ⇒ En déduire l’épaisseur e de la biellette 8.

r Q 34 / 10

et

r R 34 / 10

de direction -Oy, et de norme identique de 4600 N. Le document ci-contre récapitule la modélisation et donne les diagrammes Ty et Mfz pour des sections situées entre x=0 et l’extrémité droite de la poutre. ● A partir des indications fournies par les diagrammes, compléter l’écriture du torseur de cohésion de la poutre au point O sur le document réponse, en précisant le symbole et la valeur numérique de chacun des termes : N = ? ; Ty = ?… ● Etablir l’expression littérale de la contrainte normale maximale, notée σo , pour une sollicitation de flexion simple d’une poutre cylindrique de diamètre d. ● Préciser pour les sections droites qui passent par 0 (φ=48mm) et P (φ=40mm), la valeur : - du moment fléchissant (N.mm) par lecture sur le diagramme. 4 - du moment quadratique de la section (mm ) par calcul. - de la contrainte maximale (MPa) par calcul. ● En déduire la section la plus sollicitée, en complétant le document réponse.

Etude de la résistance mécanique du verrou.
Le verrou 2 est soumis à 2 Actions Mécaniques modélisables par des glisseurs : - L’Action Mécanique du conteneur en D. - L’Action Mécanique des 2 demi noix au niveau de la gorge inférieure en E.
1 Mettre en place, sur le dessin ci-contre, les 2 résultantes de ces Actions Mécaniques en D et E. 2 En déduire la sollicitation subie par le verrou.

r Rappel : Ι (G,z )

π.d 4 = 64

3 Ecrire symboliquement le torseur de cohésion correspondant au point G dans le repère local de définition des sollicitations.

Modélisation par éléments finis (avec logiciel).
La poutre réelle présente dans les sections O et P, des variations de sections. Pour obtenir une estimation plus exacte des contraintes dans ces zones, on utilise un logiciel de calcul par éléments finis. Ce logiciel donne les contraintes et en fournit une image à partir de la géométrie de la poutre et de son chargement mécanique. L’image de la répartition des contraintes obtenue après calcul est la suivante : ● A partir de cette image, rechercher la valeur maximale de la contrainte normale
⎫ ⎪ ⎪ ⎬

Le matériau utilisé pour la fabrication du verrou est un acier faiblement allié 35 Ni Cr Mo 6 de limite élastique Re = 930 MPa. Une étude par un logiciel d’éléments finis a permis d’obtenir une image de la répartition de contraintes normales dans le verrou.
4 Relever la valeur de la contrainte normale maxi au niveau de la gorge inférieure.

σ max

(la borne supérieure de la zone sera retenue). 5 En déduire le coefficient de sécurité « s » adopté.

compressio n

Zone hors étude
σ>0

Zone étudiée

⎪ ⎪ ⎭

σ<0

La valeur de la contrainte théorique normale maximale obtenue par un simple calcul de RdM dans la zone de traction ( σ o > 0 ) est :

= 110.4 MPa

⎫ ⎪ ⎪ ⎪ ⎬ ⎪ ⎪ ⎪ ⎭

σ = 0 MPa
traction

σ o = 57 MPa.
● Calculer la valeur du coefficient de concentration de contrainte définit par :

σ>0

σ max = K t .σ 0 A quoi est due une telle différence entre cette valeur de contrainte et la valeur théorique de 57 Mpa ? R e = 580 MPa .

Le matériau employé est un acier 42CD4 (ou 42 Cr Mo 4, Nouvelle Norme) sa limite élastique à l’extension est
●Déterminer la valeur du coefficient de sécurité .

ayoubhms_17@hotmail.com