CAMUS ET SADE: UNE RELATION AMBIGUË Author(s): Raymond Gay-Crosier Reviewed work(s): Source: Zeitschrift für französische

Sprache und Literatur, Bd. 98, H. 2 (1988), pp. 166-173 Published by: Franz Steiner Verlag Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40617290 . Accessed: 15/07/2012 12:42
Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at . http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

.
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

.

Franz Steiner Verlag is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Zeitschrift für französische Sprache und Literatur.

http://www.jstor.org

Camus ou la parole manquante. „Le sadisme de Camus".Les citations tome I ou II de l'éditionde la Pléiade. de voir le nom de l'auteurde La Peste associé à celui de Sade. Dans une étude fondée. ce chapitre a contrario.1973. Pour ma part. où est questiondu sadisme dirigéversla mère.CAMUS ET SADE: UNE RELATION AMBIGUË Par RAYMOND GAY-CROSIER Le lecteur. marquisdans le toujours. un délirant.par dépitet donnantlibrecours à son libertinage solitaire prolongée. Revue des Lettres Camus 6 (1973). Partant. de L'Etranger. Acculé par la sociétéà une claustration cadre a. Dès le départ.cela ne fait pas de doute. arguments Camus signale que le „non absolu" du marquisarticulele cri d'un homme claustré transforme à des rêvesqu'un prisonnier ans.ou même antisocialqui lui convient. Les obsesde du marquisne laissentpas de nous rappelerles excès criminels sions et la frénésie 1 JeanGassin. sera étonné. Parmi les représentants de la révoltemétaphysique.Payot. systèmede pensées et d'actions ancré dans une révoltenée du ressenticomme le ment.Paris.Sa libidodominandifaitécho à sa volontéde puissance et confirme. égalementAlain Costes.donc. le modèle d'une révolte mal? qui tourne I. Sade échafaude. même averti. rienne semble plus éloigné de la saintetélaïque de Tarrou ou de l'héroïsmetêtude Meursaultque la frénésie sexuelleet les élucubrations des textes de Sade.1 assez semble [qui] généralement répanduparmiles personnagesmasculins"(p.A en croirel'auteurde L'Homla première offensive cohérente" me révolté. Albert Modernes. 121-144.je m'en tiendraià une exégèse notionnelle du chapitreque Camus consacre. 88 et ss. penseurmauditpar excellence. justificatrices du même simplismedéformateur sous-tend les Or cetteoppositionest tributaire qui clichés que je viens de reproduire et par lesquels on essaie trop souventde capter l'espritdes deux auteurs. En l'occurrence. pp. (II. Sade a lancé „historiquement. surtout. Qu'il y ait des élémentssadiques dans plusieurstextes allantdes excès de Caligula à ceux du „Renégat"en passantpar tellescène camusiens. 121)et insistesur leur fixationorale et leur empêchement génital. Camus distingueles pratimais aussi les dandys) d'avec quants de la négationabsolue (tels que Sade lui-même. les textesde fiction et dramaqui pratiquede préférence tiques d'AlbertCamus.En effet. rassemblant„en une seule et énorme machine de guerreles de la pensée libertine jusqu'au curéMeslieretVoltaire"(447).Albert de Camus sonttiréesdu p.de prime abord du moins. Cf. absolue (notamment ceux de l'affirmation Nietzsche). . dit Camus.Jean Gassin a récemment et. je me référerai égalementà quelques textesliminaires. surSade? Est-ilsimplement un exemple Pourquoi. que nous avons affaire pendantvingt-sept Camus situe le en „morale de domination"(447). 447) de la négation absolue.dans L'Homme à l'auteurde Justine. révolté. répertorié analysé „Le sadisme dans l'œuvrede Camus" en y Il détecte„une certainedispositionau sadisme visée une adoptant psychanalytique. que „touteéthiquede la solitudesuppose la puissance" (447).

l'empereur Caligula.dans les Noteslittéraires. Ce qui marque ces personnages.la premièrepar contumace et exécutéen effigie en 1772.de „la passion (447). qui connaîtl'opinion de Jean Paulhan favorableà Sade. Caligula.c'est. et le mal. judicieusement comme des .Sade. En effet. selon l'expression pirede la servitude" d'une libertéimpossible. Camus décèle une âme meurtrie 2 Paris.le fait qu'ils fondentleurs actions et leurs plaisirs sur une cérébralité leur capacité de gouvernéepar les passions et rehaussée à la méthode." in: La Littérature . qui a lu le fameux et Sade monprochainde Pierre le Lautréamont Klossowski. donc. de Sade jusqu'à la caricature d'autre part.coiffele chapitresur Sade dans L'Homme d'un sous-titre dont l'ambiguïté n'estpointtransparente: révolté. ce n'est pas seulement sadiens. 218).„Sade. avide de domination. Arpenteurs. dont on se plaît à prônerla mesurematricielle.de Mersault l'apanage des protagonistes La Mort de et de héros heureuse) (le Caligula.Philippe Roger relève sont désignés le faitque „P]es hérossadiens. Assoifféd'une liberté sexuelle et sociale sur le sentiment qu'il sait inaccessible.deux fois condamné à mort. La philosophiedans le pressoir2.de lettres de son siècle en traind'éclater.p. de par son agressivité. Chercher le bonheur dans le plaisir. entièrement il fallaitque les êtresque j'élisais ne vécussent dit-il.paru en 1947. 1502). Mersault.paru en 1949.Gallimard.mais aussi de Don Juan.„Pour que je vive heureux. point" (1508). La philosophiedans lepressoir. libertin romainet l'aristocrate par tousle moyensdontleurimagination puisse quêtent. De Caligula à Clamence (dans La l'absolu qui est autant un immoralisme n'a cessé d'êtreattiré Chuté).lu également Sade de Maurice Blanchot. 123. Camus accorde à Sade un de Mais il entier chapitre pour lesquelles a y davantage. les nantir.ceux et le mécanique . quelques raisons L'Homme révolté." mais victime. en fin de compte."1 C'est. PhilippeRoger.1976. destructrice qui faitdu marquis „notrecontemporain"(447). Derrièrel'individualisme outré du marquis. Il est possédé.la seconde en 1794et sauvé par la chutede Robespierrederrière cetindividualisme en proie à un outré. imbu des grandsphilosophesqui l'ont devancé dans „L'homme de lettres. déjà types conquérant.acteurs'" (p.Paris.dans La Mortheureuse.Sade transforme philosophiqueavec laquelle il bafoue la censureet la bourgeoisieascendantede son époque. ils s'érigent une lune inaccessible. „le premier de la fureur récriminatrice. théoricien de la révolteabsolue" (447) fonde sa logique Selon Camus.Grasset. qui paraîtraen 1951.Sade la revendiqueavec une exaspérationqui le mène à „l'emde Bataille. sur le plan philosophiqueme semble-t-il. paradigmatiques de ce ludisme fonctionnaient comme le comédien et le Juan. Les représentants c'est-à-dire Don de la conditionabsurde dans Le Mythede Sisyphe. romaintransforme qui font par des personnages L'empereur sa chasse au bonheur en terreur universelle et Clamence. d'une part leur statutirréelet. Camus. dédoublement.1957. sa plume en armede sa révolte cachet. dans son expériencecarcérale.Camus. en professeurs d'une moralede Ce faisant. GeorgesBataille. Dans son essai sur Sade.c'est-à-dire Ce sont là. existentiel qui justifieses excès par ce que Camus appelle „la morale de quantité". de la démesureune vertu. absolu. de l'absolu et championsde l'absurde. la démesure de l'intelligence.est livréaux „doux rêvesd'oppression"(1. Clamence et bien d'autrespersonnagescamusiensobéissent à leur pulsion de mortou d'assassinat qu'ils associent au plaisir.Camus etSade: unerelation ambiguë 167 tous les deux.

. commele feraBlanchoten 1949.n'avaitpas hésitéà placer le marquisen compagnie de l'auteurdes Maximes. 454) des bourreaux modernes.Camus se trouvait. où rienn'està légiférer.Blanchotet Klossowski. Pour sa part. non outrePaulhan. fût-elle leur manque en révolte. dans le contextede l'angoisse qui règneaux lendemainsde la seconde guerre. Blanchot ne manque pas de releverle critèred'impénétrabilité qui marque l'idéologie passionnée de Sade.des éclairagesbrusques. dit. 47) Mais si Camus caractérise de la révolte"(1106). le premier. des coups de sonde. et relatif de la littérature. réelles des systèmestotalitaires l'on et. Camus consacreau marquisune étude s'étonneradavantageque." moraliste (p.ne paraîtront Sade.dontchaque génération se plaîtà affubler Lorsqu'on place les mythes Sade depuis sa mort. réprouvé.posé les questionsen termes de L'Homme aussi le cadre conceptuelde l'interrogation métaphysique qui formeront révolté: Nousavonsla chance deconnaître unouvrage [La Nouvelle au delàduquel à aucunautre écrivain.en excellente réputation compagniepuisque." Et Camus d'ajouter que Sade comme Chamfort aussi bien entrer non par maximes.4 trop pourl'homme? Par la suite. commel'un de ces rebellesprototypes mêmede sa réprobation publique et prolongée. exaspérée. nousne nousnecherchons pasà l'interroger? ilestindépaspourquoi pasà luidemander songeons d'éternellece qu'ilya en luid'excessif. fïctionnels des textessadiens lorsqu'on se rappelle que les horreurs étaient communément considérées comme des signes avant-coureurs des horreurs des camps de concentration. p. fabricants de formules remarquable:„On déclame contreles passions sans songerque c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien. mais aussi de les clichés s'y rapportant et communément associés à la vie et aux textesde corriger et le mal. in: Lautréamont de Sade". Justine] nulmoment. notamment. 17. dès sa préface aux œuvresde Chamfort datantde 1944. 1963. unvéritable absolu.168 Raymond Gay-Crosier Autrement besoin de communication. bien sûr. aprèstout. 1101)Camus n'iraitpas juqu'à appeler Sade. et les clichés. à ce moment précis. Ce sontdes traits.] qu'en imagination.„un de „moraliste Chamfort de puretradition. cependant.Paris. . pour lui. Minuit. nousavons dansce monde si doncenquelquesorte sousla main. qui pimentent (456). Sade est un moralistede la 4 Maurice etSade.son ami Georges Batailleétaitsusceptible seulementd'enseignerd'excellentesleçons sur l'économie des excès. Il classe lui-mêmecelui-ciparmi les précurseurs „sans doute. „La raison Blanchot. Quant à l'exécutionen qui transforment l'auteurde L'Homme révolté faitremarquer qu'en dépitdes orgiesmeurtrières effigie. sable. „n'a tué[. nuancée. . Pour ce qui est de la révisionde la du marquis. dans le coursd'un récit. ment fort Etrange négligence. Tous les deux apportent (II. Les essais réunisdans La Littérature qu'en 1957.dès 1949. Camus.ni même dans ses écrits. avait. on pourraitdire que." une matière ce ne sontpas des lois.mais par remarquesqui pourraient „s'expriment. n'a réussi à s'aventurer. mais encore modeste" (p. ses textes." Sade. Afind'établirque ni l'un ni l'autrene sont de simples il reproduit une phrasede Sade qu'il juge citablesou incitables.Sade apparaît à Camus comme un grand mais par le statut exemplaireni par ses actions.Mais c'est Blanchotqui.

] une légionde révoltés de la plume du XVIIIe siècle a produit la sociétérévolutionnaire solitude de l'ont emmuré dans sa et de l'épée. ou sans sans fureurs ne peutallersans désordres. logie. écritBlanchot.le „divin marquis" y apparaît à quasi-perpétuité. Sade représente qui vise à la totalité pourfend l'oppressionpar des outrances." (1108) Pour autantque Chamfort sacrifices de sa dans la frénésie Sade s'est fourvoyé s'estperdudans les dédales de la révolution. une espèce d'iinmoraliste „Le métier méthodiquede la révolte. aussi de sa négativité."(1108) Tous les deux préfigurent fort. le Zeitgeist . ils ont relatif que.et ce avant la lettre. Ayant „pourunique occupation[. .Sade. 133). l'expression de la sionsqui aboutità „une philosophiede combat" (p. adresse à Camus Sade le même l'excès. Châtelet. de reproche Implicitement. 30).qu'à Kierkegaardet à Kafka. Homme le et est certes. Tous les deux.au filde son incarcération mortelle reflète celle de la prison.Textespolitiques et philosophiques. „Sade aima le Mal. le genred'esprit et qui. Systèmede l'agression.c'est-à-dire perpétuel qui amena de Sade à la littérature de dévotion(p. intellectuelils cher leurs aventures et comme celui-ci. de danser sur eu déconfiture.commele dit Camus de Chammoralesurune passion personnelle la morale de la „la cohérencejusqu'à la mort. pour y parvenir. cependant. . les volcans" (1103).A lire entreles lignes.ce monstre rageuragit en conquérantqui a su que. dans Le Mythede Sisyphe. 5 Noëlle Châtelet. plus tard. Système forgé. assigné par plume."(p.aux yeuxde Camus.Prisonnier c'est l'exigencede du monde sadique. Face à leurdilemmeexistentiel. dit Bataille en soulignantle verbe.Camus etSade: unerelation ambiguë 169 de moraliste. la monotonie est due à un absolutismeimaginaire des textesdont l'aberration qui force prolongée. d'une époque en et Sade reflètent les. Ce sont ces mêmes piliersdans lesquels est ancré L'Homme révoltéen général.ou alors il n'est qu'une feinte odieuse.fondentleur passion destructrice. se souviendraque. Nietzsche se ferale et la valeurs un siècle transmutation des démesure dont. négation. On intellectuelle. bien plus à réfléchir qu'à agir.ChronoChoix de textes. „Le centre s'affirmant la souveraineté par une immensenégation. payent conquêtes champion. qu'il Sade a tissé. Chamfort ainsi.l'auteur les textes Klossowskià comparer une Journées des Cent-vingt déploya son énergieà échafauder. lettres. p.et chacun à sa manière. . 34) Aux yeux de Camus. qu'il maniaitégalement s'imposerà la postérité à de une écriture dont en mort. Sade l'est comme un homme doublementincarcéré. ceux-cise voyaientaccusés de trahir le ils avaientpourtant assumé. Ayantopté pour le Mal en tantqu'objet de son désir il en faitle but unique de son êtreet de son écriture. partant. 129) Par le truchement l'étatd'inassouvissement monotonie de la débauche. dans son déchaînement avec aisance.Introduction. sans mesure. Honni par ses contemporains qui de Vagresa selon de Noëlle un Sade Charenton. Paris. mais non pas par l'épée.[son] œuvreentierveut rendredésirable le Mal. Pour sa démonstration à a Sade révoltée de la Révolution Camus parce l'époque française. dont ils poussent. IL Mais.Et. espèce d'athéologie de trahison de suicide philosophique.la lecturedu chapitre en question permetaussi de dégager avec précisionles deux piliers sur lesquels il repose: l'ontologiqueet le moral. écrit Camus dans cettemêmepréface.Aubier Montaigne. par-delàla dimensionvécue de la révolte sadienne.1972. opté pour pensée verbal." de récits interminablement les déboires qui relatent („Sade".

surle mais connivence de Camus à Sade. des insurgés estde catégoriser le comportement projetd'ensemblede L'Homme révolté d'après la Révolutionet de juger ce qu'ils ont faitde leur révolte. L'absurde camusien. Par-delà l'analyse ontologiqueet moralequi permetde dégagerles racinesde avec Sade. „Yenversde la vie" (p. à son tourla conditionabsurde contre entrevoir l'espoirdans ses romans. superbement cetteliberté totales'avèreune les libertins sadiens éternellement inassouvis.On sait que ce les jugement n'a pas eu que preneur. d'êtreacculés à une pareillehétérogénéité conscients leur hétérodoxie. professent mais aussi et notionviciée non seulementdu point de vue de la justice distributive. Sade.en sacrifie La liberté la jouissance absolue que l'endroit. à en croireses critiques.surtout théologale. les grandsrévoltésde l'histoirese rejoignent viscéraleet affichant Camus les fait dans leurrefusd'une moralecoercitive. insolublesurle plan existentiel ontologique. commechez Kierkegaard et Kafka.le dilemme sur est arbitrairement tranché et pratique. du pointde vue ontologique. doublestitres allantde L'Enversetl'endroit nombreux III.Dans les deux cas. et si Kafka laisse formequ'il prend chez lui en tant que saut religieuxirrationnel. surtout Les arguments avancésjusqu'à présent pour le moins. entrerdans la vaste confrérie l'absurde.Toujours est-ilque Sade. connivencedonc surla réponseà la conditionabsurde plan ontologiquede la révolte. A forcede chercher.excluttoutespoir. mais égalementcatégorique:le désespoir. agit comme ressortpermanentde la révolte.Cettelignede force motif et le résultat demeureet le l'échec inévitable textesde Camus. cependant.170 Raymond Gay-Crosier faitglisserdans leur discoursl'espoird'un absolu salvateur. moyennant lequel le lecteursaura comptersur la résolution du dilemme de l'absurde.le relatif le cède donc le plan théorique. permettent. Le du monde. Le conflit existentiel que crée l'absurdeest communà tous les révoltés.mais de cetteaction. L'absurde. nous intellectuels où baignent les rapports que Camus entretient l'ambiguïté ses conclusionsune autreraison dans la notionde „mesure"qui sous-tend trouverons Jem'empressed'ajouterqu'il ne s'agit de l'auteurde L'Homme révolté.de conclureque.en revanche. tels Lautréamont. Chez Sade. s'annonce dès les premiers la révolte les de qui sous-tend postulats dualisme et se reflète accorde au traduit le Elle se jusque dans les qui qu'il par privilège à L'Exil etle royaume.sous la provisoire. celui du Bien ou celui du Mal. éventuelle soit imminent. de maudits et fait partie de cette fraternité dandys. 141). des réticences ne seraitque le signed'une pointd'une mesurebanalisée qui. fût-il Bataille. dans l'optique camusienne. tantquêtée à travers totale. . selon le termede à l'absolu. Nietzsche et les surréalistes. selon lequel non seulement du paradoxe fondateur.imbu d'un relativisme lorsque celui-ciprendla formed'une espérance passionné.Or si Kierkegaarda réintroduit c'est-à-dire l'espoir.mais à une action toujours conduit pas à une solutionmétaphysique à la révolte. leur révolteet les âges parce qu'ils sont marginauxqui lie tous les rebellesà travers Dans leur insurrection foncière.Sade trahit à la différence opposée prèsque son saut à lui va dans la direction laquelle il se révolte. dans son insolubilité. MoyennantL'Homme révolté. il n'ya adhésionni surle fondni surla forme. cet absurde camusien ne du problème. conçu comme le conflitentre le non-sens fondamentaldu monde et notre insatiable besoin de réponse et d'unité. d'un salut soit accessible.

à une étude récente sur Bataille et Camus où permis de renvoyer. démesureet refus R. Camus. de la pensée camusienneen général. sur les textesfondateurs particulier. celle du désaccord. donc l'ouverture de sa pratique. „L'Affaire Critique 67 (décembre 1952).je dégage la fonction la différence le jeu commemesureproductrice associé au travail.[i]ly a confronter Pascal. que prône la dernièrepartiede mon exposé: la négation charnière sur laquelle je concentrerai affirmative.et une attitudeconcrète. Camus tientà rapprocher le travaildu jours dans sa conclusionde V créatrice jeu.fût-ce Homme révolté. démesure. 1019-27. chez Camus.c'est-à-dire hypo-khâgne Nietzsche.à traversla révolte.pp. les idéalistesallemands et Kierkeoù Camus trouvait s'ajouter. capable de maintenir mais apte aussi à refuser de résoudre. (l'altérité). mais au à fournir de vivreavec la tensionsinon grâce à elle.Qu'il me soit à ce propos.Par-delà les formes variées que peut d'échapper à la forcedécentrante celui-ci est amené à ne pas seulementassumer la prendrele ludisme existentiel.souverainetéet jeu chez Bataille et Camus: étude conceptuelle".pp. toude communication qui en découlent.Le jeu en tantque travailet le travailen tantque Georges Bataille. 1077-81." Critique56 (janvier 1952). 448).Pascal.mais aussi d'accepterle besoin et le devoir répétition. Au contraire: résignation de la révoltesous le titre de „Pensée de midi" est un enjeu. de la révolte.Camus etSade: unerelation ambiguë 171 la mesurequi est proposée au termedu discours aberrante. la souveraineté. Dans son commentaire sur Sade. Viennent et de ludismeparadoxal. proposedans „la pensée de midi"et qui gouverne en faitdès le débutde sa carrière.une réductrice où pourraitsombrer d'éviterla synthèse totalisant. Sade inclus. „Le de L Homme révolté? Temps de la révolte(II). Revuedes Lettres Albert Modernes." Critique55 (décembre 1951).en passant par les gnostiques. La mesure est à la fois correctif provisoirede la de synthèse.capable d'établir. Camus 12: La révolte en question(1985). négationaffirmative susceptiblede penser la révolte. Je dis ludismeparce que la de véritables leçons d'ambiguïté désigne à la fois une notion abstraite. la les deux à une notion la renvoient toutes et telle Sade. risque marquis jusqu'à l'enjeu que ainsi un pari libertin qui est la réplique du pari pascalien" (p. le travailet le jeu.où a conduitchez Hegel .bien sûr. „Révolte. Camus les confronteavec l'impossibilité dans l'optique du ludisme existentiel. Autrement est une recettequi dit. En plaçant les protagonistes de la révolte.7 Au j'examine les relations médiatrice et médiatisante du jeu termede cettemême étude. structure par excellence. originelle par une synthèse l'éternel conflit des contraires. 6 . Gay-Crosier. la négation affirmative permetde vivreface à l'absurde. Camus va pensée victimede son vertige à le celui de disantqu'. Chevilleouvrière et du discoursde la révolte en cettenotionparadoxale s'achoppe.voire d'en jouer sans en désespérer.les textesde Grenierlui-même gaard. de ceux qu'il a pratiqués avec Jean Grenieren de sa pensée. Il s'agit notamment de textesallant des manichéistes à et à la facultéd'Alger. étroites entrela révolte.. C'est pourquoi.6La mesureen tantque ludisme existentiel. abstraite. La mesurequ'il ses arguments dès le débutde l'essai. ne tendpas à abolirla tensiondes opposés. un pari qui a pour but .„Le Temps de la révolte(I). pp. Ce n'est une possibilité contraire a hasard Bataille cru devoir exprimer que publiquementson accord avec pas par telle que l'esquisse Camus sur ce point. 7-35.pp. 29-41.un rapport vivable avec le monde.

Ici comme ailleurs. déroulentles orgies imaginaires.le désirest souventconsidéré comme le ressortde tout discours. irrépressible nostalgiedes îles et des cimes et d'une logorrhéemonologique. marquiset du juge-pénitent au concertde ses échos et parfoisà participer. toujoursselon Camus. Car Camus est scandalisé par ce qu'il appelle du désir"(p. ce sont les tréteaux. Clamence.dans les momentsde repos. à la fois substitut.d'autre part. Denoël/Gonthier. etils'est mesure plusdecommune toutes surce planendonnant pour pour placéunefois 8 Béatrice 1976. . par propres Répondant qui imagination de l'ouverturetotale. que. elle exprime. Dans le cas du marquis comme dans le cas de il s'agitde fairechambreséparée. duquel pourra évoluer.Sade. dans le textesadien. espèce sera Cet isolement aussi celui que quêtera sans frein. que le raisonnement cesse jamais d'être ambigu ou légitime"(p.au-delà de la communication une rupture non seulement aboli."(p. puisque. sublimationdu plaisir erotique (201). „le centredu monde sadique.] s'est L'homme placésurunplanoù il n'a avec[lesautres]. des où elle s'exerce à travers paradoxalementforcéede passer par des lieux fermés du Issu d'une révoltedébridée. Le méritede Sade est d'avoir su en son temps.d'une part. Camus dira. . au désir un effort crée et vit selon ses lois. Quant à Sade. 449). le lieu clos où se le château dans la forêtallemande inaccessible.de crier. l'avocat cherchant refuge une à l'intérieur un isolementimpénétrable. de minerdonc la la révoltedont ce texte est pourtantoriginaire. que propos.le néant. équivalent et d'injurier"se faisant. c'est-à-dire totalisant."Jen'ai guèrebesoinde souligner qu'il y auraitbeaucoup à diresurcetteremarquecritique.l'alliance présomptueuse „avec une clairvoyance refuser.172 Raymond Gay-Crosier de la négation dans cetteoptique. langage (p. en fin de compte. Didier.de nos jours. et le est absolue" l'écrivain montre „l'arme libertin. dudésir. Ainsila codification du vice dans le textesadien a-t-elle pour conséquennarcissiques. „n'obéit de la liberté en réalitéqu'à la loi du désir. nous l'avons déjà vu. . Sade. le locus malorumoù le désir la de couvent de débauche. les „ferments du conflit" me crimeet désirforment (452). Or dès que l'un des pôles de la négationaffirmative mais aussi. se imaginaire déployer peut d'une La saisi le héros de Chute.de trouver à Amsterdam. de celui-ci„ne affirmative.Camus renoue avec Blanchotpour qui.le besoin de communication excès d'asservissement. se voit la quête de la libertéabsolue. comme la pratique privilégiée jeu se présentent.touten reconnaissant „l'étendueterrifiante que. 450). „la volupté de parler. Uneécriture Paris. pour et lui d'une part. à ce Je de renvoyer.sans entraves. c'est l'exigence de la souveraineté du chapitresur s'affîrmant par une immensenégation. sa parole narcissique „se heurteau mur de l'incommunicabilité revienten écho" (200). Mais. il en résulte du silence. D'autre part. à une espèce de contre-sofaitappel à une sociétéfermée. 34) Les lignesdirectrices a une partie fait sienne de conclure Camus Sade dans L'Homme révolté que permettent la visée transcendante Blanchot offre de des qui que importante analysespercutantes la frénésie sadienne: sous-tend de Sade[. 452). ce de subvertir au-delà du bien pour d'autantmieux et fondatrice. ciété idéale qui se complaîtà assister. exceptionnelle et de la vertu"(p. Sade s'installe négationaffirmative se voit se camperen deçà du mal. 200) que si. permets du désir* à Une écriture et où elle Didier consacre à l'étude Béatrice Sade.

en ses plaisirsdépendent.En finde compte. qui. elles.toutéchec estenseignant.vise autrechose qu'elles.(p. passe infiniment dans la mesureoù l'hommesadique pad'autrestermes. selon le code de l'hommeabsurde. l'actegénéralde l'infini. 34) 173 du discourssadien versle monologue.pour l'auteurde la révolte L'Homme révolté. surchaque cas particulier.va bien au delà d'elleset ne faitque vérifier à frénétiquement. .Camus etSade: une relation ambiguë horizonà son projetdestructeur quelque chose qui déEn les hommeset leurpeu d'existence. l'insurrection du marquisconstitue manquee d'un homme de la et de son a passé sa vie à le cachot société dans double enseveli imagination.Il ne fautcependantpas oublier trouver que. raîtétonnamment c'estque la violence. dont libreà l'égardde ses victimes. le discoursde son propremanque originel. II va de soi que Camus déplorele glissement versla redondancede l'écho et le silencedu néant. destruction par lequel il a réduitDieu et le mondeà rien.