L'HOMME ET L'ANIMAL : QUI EST LE MAITRE ?

Singulière question par les temps qui courent ! La réponse est hélas claire,
l'homme devrait être le maître incontestable, mais il est un maître dégénéré...
En dehors de quelques systèmes philosophiques tels que le Bouddhisme qui
prône le respect de toute vie et en reconnaît l'égalité, l'animal est devenu pour
notre société, la victime désignée.
Nos sociétés, dites civilisées, pratiquent en fait le retour à la barbarie avec la
bénédiction des religieux et des politiques de tous bords...
A cause d'une inculture généralisée, soigneusement entretenue, l'on considère
l'animal comme un objet que l'homme peut utiliser à sa guise et cela sur tous les
plans possibles : nourriture, amusement (cirques, zoo), appât du gain (courses,
corridas),sport (chasse, concours hippiques), expérimentation animale sous
toutes ses formes (recherche scientifique, cosmétiques, médicaments, produits
ménagers, armée, agro-alimentaire, etc.........), habillement, ( vêtements cuir,
fourrures : c'est une peau qui change de bête ! Et se vêtir avec les vibrations
d'un animal sauvage ou autre... Quelle ignorance, qu'elle indécence) !
Voici une liste, hélas non exhaustive, dans laquelle l'animal est privé de dignité et
où il est généralement torturé avec la bénédiction de ceux qui devraient nous
informer et nous apprendre à les respecter en tant qu'habitants de la planète
au même titre que nous.
Ne juge-t-on pas le degré d'évolution d'une civilisation à la manière dont elle
traite les animaux ?
Pour comprendre combien est grande la dérive, nous allons brièvement rappeler
ce que nous dit la "GRANDE TRADITION" en ce qui concerne l'incarnation de
l'animal suivie par celle de l'homme.
D'après cette dernière, il existe 4 mondes:
Le monde DIVIN dont nous ne dirons rien ici, car il ne concerne pas notre sujet.
Le monde des "CIEUX LOIS" ou monde d'ADAM.
Le monde du SATAN ou monde des "FORMES" et enfin,
Le monde "PHYSIQUE".
Il s'agit ici d'archétypes et de "principes cosmogoniques universels", qui n'ont
évidemment rien à voir avec des concepts terrestres.
ADAM est un" principe cosmique universel", représentant toute l'humanité
passée présente et à venir. En aucun cas il ne s'agit d'un quelconque cousin du
singe actuel, encore moins d'un homme se promenant tout nu dans un jardin
en compagnie d'un vieillard décati (Dieu), dont le Pape serait un "bon"
représentant !
De la même façon, SATAN est un fabuleux instrument, capable de façonner les
formes afin de les individualiser et de permettre ainsi l'expression de la pluralité
des mondes, ceci sous la direction d'Adam qui devait en être l'administrateur.
Son code chiffré en Kabbale en fait une puissance incontournable, dont nous
allons voir qu'elle nous domine et nous asservi, qu'elle constitue la menace réelle
la plus dangereuse pour la survie de l'humanité. Il s'agit en fait de la bombe "P"
pour population. La multiplication dans la forme autrement dit la reproduction !
Il est aujourd'hui évident que l'humanité (ADAM) s'est individualisée et est
tombée dans le monde physique , ce que la Tradition avait prédit lorsqu'il avait
été dit à l'homme encore en Éden ; "si tu manges du Fruit de l'Arbre du Bien et
du Mal, tu subiras un changement d'état", traduction : "si tu penses, ( nous
verrons plus loin que la pensée crée), aux polarités qui sont nécessaires à la
manifestation, tu t'emprisonneras dans le monde que tu devais administrer".
De ce fait, entre le monde DIVIN et le SATAN, il n'y a plus de gouverneur,
SATAN ne reçoit d'ordres de personne et il fait ce pourquoi il est fait : il multiplie
les formes, il dilue l'Esprit, il isole ses créations, il génère le chaos. L'homme est
entièrement sous sa coupe.
Au passage il est bon de signaler que le retour à l'Unité est de plus en plus
difficile, car les partisans de la reproduction dans les corps, même s'ils prônent
l'Amour Universel et le partage, sont bien loin de le mettre en pratique dans les
faits !
Je rappellerai pour mémoire que le premier acte de la vie du Christ - sa présence
aux "noces de Cana" - est sa participation à un mariage et qu'il n'y est pas
question des époux, encore moins de reproduction, mais du récit d'une
transmutation...
Je n'en dirai pas plus sur ce sujet qui demanderait bien plus de développement
en ce qui concerne la profondeur de la chute de l'homme, ce qui nous ramène
à notre sujet.
La "GRANDE TRADITION" nous informe des modalités de la chute, en résumé :
Dès que l'humanité a pris conscience de sa descente dans la matière, au travers
des différents plans, elle a tenté de ralentir sa chute par le "délestage" de ses
passions non maîtrisées, représentées par les animaux ! Ceci lui a été accordé "si
elle s'engageait à les reconnaître et à les gérer dans cette optique". C'est-à-dire
: devoir les réintégrer en son sein afin de se racheter puisqu'ils ne sont "in fine"
que d'autres dimensions de nous-mêmes. Dimensions qui, je le rappelle, n'ont
pu être assimilées par l'humanité en chute.
Le Christ a donné l'exemple de cette réintégration, lorsqu'il dit "le Tout est sorti
de Moi, le Tout est revenu à Moi". Il s'identifiait au Tout et à son Père, la
Conscience Universelle; aujourd'hui, en physique, nous dirions le "Champ Unitaire
Ultime" duquel émanent tous les autres champs et dont la définition:
"intemporel, spinoriel et acausal" peut fort bien convenir à ce que certains
appellent "Dieu" où "Conscience Ultime", sans cloisons étanches, sans
individualisation, qui ne pourra se produire, donc se manifester, qu'après l'action
du Satan - le faiseur de formes - dont les vibrations, (c'est-à-dire le mouvement
correspondant à l'inverse d'un temps), sont les porteuses de l'information, donc
de la Conscience, dont la pensée est l'expression !
Que disent nos religieux de tout ceci ? Vous expliquent-ils pourquoi, à la lumière
de cela, il ne faut pas prononcer le nom de Dieu, ne pas faire d'image taillée?
Faut-il pour cela qu'ils fassent appel à la physique quantique?
Prononcer un nom, (exprimer le verbe), c'est créer une vibration à laquelle
correspond une forme. Cette dernière s'isole du reste de l'univers et comme
elle, est informée et informante : elle définit Dieu; un Dieu défini est un dieu fini
et ne correspond plus à rien, sinon à une production humaine juste bonne à
générer des intégrismes, sources de conflits et de guerres.
Inutile de rappeler les Croisades et l'Inquisition, plus prés de nous le fanatisme,
au nom d'une notion mal comprise et d'une soumission au Divin inadéquate.
Le degré de récession de la culture religieuse de l'Occident est un abîme. je ne
citerai que deux cas et ne développerai que le second :
Pour l'Église Catholique, Caïn est un tueur et Judas un traître ; que l'on en
juge:
Judas n'a pas "trahi" Jésus, il l'a "livré", dans le sens où on nous livre le lait ou
toute autre chose. Son code chiffré en Kabbale signifie qu'il représente l'arrêt
du Divin dans l'incarnation. Il est le corps physique temple de l'Esprit et par
lequel il nous appartient de redevenir fils de Dieu. Nous avons vu comment plus
haut.
Jésus, lui, au travers de son code chiffré nous apporte le "300" ou "Souffle
Divin" perdu lors de la chute. "300" (il s'agit d'une Dimension Cosmique comme
le signale le chiffre des centaines. Judas n'en récupérera que le trente, chiffre
de l'existence actuelle). C'est la Lumière. C'est Judas qui est chargé d'apporter
la Lumière aux Ténèbres, lorsqu'il a rempli sa mission, (dont le prix est, comme
par hasard, "30 deniers") !
Il va symboliquement "se pendre", c'est-à-dire qu'il va faire ce que de
nombreux mystiques (dont Jean) ont fait avant lui : il se "débarrasse de sa
tête", c'est à dire de son "petit moi", dont il n'a plus rien à faire, puisqu'il a
réintégré sa véritable dimension. Ne pas oublier qu'il est "demandé à l'homme de
renoncer à lui-même pour devenir le Tout".
Le reste de l'histoire est édifiant : "avec l'argent - les trente deniers - on achète
le champ du potier" ce dernier est en effet le maître des formes, donc le maître
du Satan et la boucle est bouclée. L'homme peut enfin reprendre sa place et
cesser d'être l'esclave du Satan, il redevient le maître. Que nos religieux en sont
donc loin !
La réintégration de nos dimensions Divines peut se faire par compassion comme
le fit François d'Assise, par reconnaissance de ce qui précède, soumission aux
Lois Divines, ou par obligation, en intégrant le règne animal dans notre chair et
notre ADN, en les mangeant (manger signifie faire sien, on devient ce que l'on
mange!) car "ce que nous ne faisons pas par compassion, nous le ferons dans la
douleur et dans les larmes", dit aussi l'Écriture.
Nous savons maintenant ce que sont les animaux : une partie essentielle de
nous-mêmes. Il reste à l'humain un vague souvenir de cette Connaissance,
véhiculé par la "tradition" de la corrida qui est une dégénérescence de la
Tradition . En effet, il fut dit à l'homme déchu qu'il pourrait réintégrer son
Monde s'il parvenait à maîtriser ses désirs inférieurs qui, compte tenu de ce qui
vient d'être dit, sont toujours représentés par le "taureau"...
On voit hélas , aujourd'hui, ce que ces ignorants pervers en ont fait ! Un
pantin revêtu, au départ, de "l'habit de lumière", qui, anticipant sur le résultat
escompté, torture et met à mort, dans une barbarie indescriptible, un pauvre
animal qui n'est que le symbole de ce que l'homme est devenu : un animal
dégénéré, en proie à ses instincts les plus bas, ceux en qui il se reconnaît
évidemment ! Inutile de dire que tout cela concerne également le public qui
assiste à de telles horreurs, perpétuant ainsi la continuité de ces spectacles
dégradants... Quel karma est ainsi généré!!
On dit que "les meules de Dieu "font du grain très fin", ce qui veut dire que la
récolte des graines que l'on sème peut être tardive... Nous comprenons que
l'homme continue à ignorer qu'il récoltera un jour les fruits bien amers de ce
comportement suicidaire.
Nos dirigeants se gardent bien de nous en informer et de nous mettre en
garde - à supposer qu'ils en soient capables - trop occupés qu'ils sont à profiter
de leur position pour assouvir leurs besoins terrestres !
Ils devraient être pour nous des modèles (il n'y a pas de plus grande vertu que
l'exemple) leur déchéance actuelle, nous les fait renier et rejeter, ils ne sont
plus respectés... Ni respectables !
Qu'on le veuille ou non, ce sont les idées qui mènent le monde. Nos pensées,
nos actes, nos paroles dépendent de nos conceptions personnelles, ou de
celles que nous avons reçues pendant notre enfance. Elles sont déterminées et
conditionnées par les conceptions que nous avons intégrées, les influences que
nous subissons. A tel idéal, correspond donc tel homme...
Aujourd'hui est venu le temps du "JUGEMENT". l'humanité passe un examen. Le
monde est dans le chaos qui toujours précède un nouvel ordre.
On nous présente les factures et personne, sauf une infime minorité, ne tire les
leçons de ce comportement aberrant !
L'homme déchu s'est condamné à manger l'animal. Ce faisant, il l'intègre dans
sa chair ... et dans son ADN ! (incluant bien sûr toutes les horreurs ingurgitées
de force par cet animal, de sa naissance à sa mort, tels que vaccins, hormones,
anabolisants, anxiolytiques, antibiotiques, nourriture avariée, contre nature,
inadaptée au point de les rendre fous ! Sans parler des horribles conditions de
détention et d'abattage !...
Nous pouvons au passage nous demander ce que deviennent ces résidus
d'animaux, de virus ou microbes, injectés lors des vaccinations, quid aussi des
greffes d'origine animale, qui mélangent allègrement les champs informationnels
et qui font donc "redescendre" l'humain au niveau vibratoire de l'animal ! Quid
également des manipulations génétiques ?... Encore un "péché" - mortel -
contre la Connaissance !
Ce faisant, il fait siennes les souffrances, l'agonie de l'animal, et ne comprend pas
le cri désespéré qu'il lui lance afin de comprendre pourquoi son "dieu"
(l'homme) se comporte ainsi ! Quel Karma se préparent ces humains ! on en
frémit!
Il ne comprend pas davantage comment, par un phénomène de résonance, il y
a tant de souffrances actuellement sur la planète !
Certains, heureusement , sont végétariens, par amour et respect de l'animal et
peuvent, de ce simple fait, garder l'esprit clair, exempt de toutes ces pollutions !
"Nous sommes ce que nous mangeons, c'est-à-dire que la qualité de nos
pensées dépend de la pureté de notre sang, conséquence directe de la qualité
et des choix de notre alimentation...
Que dire de cette société pour laquelle seul compte le profit ? Société capable
de générer des conditions de vie pour les animaux dits "de boucherie "(quel
vilain terme), d'une barbarie inouïe ! Que dire de ces humains dénués de la
moindre compassion face à ce pauvre animal qui est dans leur assiette ?
Ils ne savent pas que la matière a une mémoire, que tout s'enregistre, que le
vivant est une machine à transférer de l'information, que cette dernière est un
vécu, que tout communique et que la souffrance du plus petit animal, du plus
humble au plus grand, sera vécue par les humains au titre de karma individuel
ou collectif ce qui explique que l'on puisse "pécher" par pensée, par parole, par
action et "par omission". (Qui ne dit mot consent)...
"Celui qui ne gueule pas la vérité lorsqu'il connaît la vérité se fait le complice des
menteurs et des faussaires" ! (Ch. Péguy). Mais un dicton arabe dit aussi que
"celui qui dit la vérité doit avoir un cheval rapide"!...
La médecine reconnaît que la plupart des maladies sont dans notre tête et dans
notre assiette...! Malgré tout, le lobby agro-alimentaire, soutenu par les
pouvoirs publics, nous obligerait presque à manger de la viande !
Peu importe si elle est impropre à la consommation : concentré de souffrances,
de médicaments, de révolte, de désespoir, de stress, de supplices - les animaux
sont tués trop tôt, rentabilité oblige - ils sont bourrés d'hormones de
croissance, nuisibles, elles aussi, pour notre organisme et j'en passe !
Les végétariens ne sont pas mieux lotis en ce qui concerne les végétaux aussi
"maltraités" que les animaux ! Avec une chimie omniprésente... Les
scientifiques, au service des différents lobbies, se sont transformés en
pourvoyeurs de laboratoires. Leur matérialisme exaspéré leur font dédaigner la
qualité au profit de la quantité .
Nous avons besoin de protéines ? Peu importe d'où elles viennent ! C'est ainsi
que de malheureux animaux végétariens se retrouvent non seulement
carnivores mais aussi cannibales ! Et l'homme n'est pas exclu de ce cannibalisme
car nous venons de découvrir - avec effroi et stupeur - que lesdites farines
animales contenaient non seulement des animaux morts de maladie, des
déchets d'abattoirs, mais aussi des placentas humains ! Peut-être même des
organes d'amputation! Ainsi que, pourquoi pas, des cadavres d'animaux morts
dans les laboratoires, dans les zoo, chez les vétérinaires, comme cela se pratique
en toute légalité pour les boîtes et croquettes pour chiens et chats ?
Dans l'horreur pas de limites ! Dans quels cerveaux malades (humains ?) a-t-il
pu germer de telles horreurs ?
Les conseillers scientifiques de tous poils sont directement responsables de ces
catastrophes. Qu'attend-on pour les poursuivre en justice ?
Comment croire à cette justice qui se satisfait de la comparution (je n'ai pas dit
condamnation) de quelques lampistes ?
Attend - on que la boucle soit bouclée et que les moutons que nous sommes
deviennent enragés ? Cela ne saurait tarder !
Et pourrions nous passer sous silence l'expérimentation animale ? Cette barbarie
dont les génération futures feront certainement le procès et qui coûte si cher à
la santé publique et sur bien d'autres plans ? Elle est non seulement
condamnable sur le plan de la morale mais sur celui de la science ! Elle
représente une monumentale escroquerie quant à la sécurité des soins apportés
!
Nous savons tous , combien de fois ne l'a-t-on répété, que l'on ne peut
extrapoler de l'animal à l'homme ; alors pourquoi persévérer ? Pourquoi
continuer, par exemple, à injecter des prions dans le cerveau de tous les
animaux possibles et imaginables pour en conclure que l'on ne peut rien
conclure !
Tout cela n'est il pas fait uniquement dans l'urgence pour "rassurer" les
consommateurs afin que la consommation reprenne, que la filière de la viande se
ressaisisse, que l'on arrête d'indemniser (avec nos impôts) et que les politiques
puissent reprendre leurs magouilles ? Dormez braves gens : les scientifiques
expérimentent, les politiques veillent, les penseurs pensent !... (L'ennui, c'est
que ce ne sont pas les mêmes) !
Continuons à nous décharger sur les autres, à faire payer les autres, le cosmique
nous donne de cuisantes leçons (sang contaminé amiante pesticides, Sida,
prions, etc......). Et nous ne comprenons rien, nous ne reconnaissons pas nos
fautes, nous continuons à utiliser l'animal pour trouver une solution à nos
dépravations ! On nous promet que le problème sera résolu, que l'épidémie (si
épidémie il y a) va s'arrêter d'elle même ! Que nous pouvons continuer à
manger en paix ! Bon appétit !
Le bilan de ces gabegies aujourd'hui est très lourd : après le" DDT" et autres
"icides", le "sang contaminé", "l'amiante.".. et bien d'autres scandales dus à
l'hypermatérialisme de notre société en décomposition... à son absence de
Compassion, de Conscience, de Spiritualité... Nous devons ajouter tous les
médicaments dangereux, malgré les millions d'animaux sacrifiés, torturés,
inutilement !...
Il n'est qu'à regarder le nombre de médicaments extrêmement toxiques retirés
chaque année du marché. Sans parler de ceux, innombrables, que l'on
"rentabilise" avant de les retirer, connaissant leur toxicité parfois 20 ans avant
d'en décider le retrait ! (ex: le Distilbène de sinistre mémoire) ! ...
Tout cela après que tous aient été - c'est la LOI - testés longuement sur les
animaux, leur infligeant des souffrances "inhumaines", révoltantes et indignes !
Il est vrai que le système induit d'autres maladies, dites iatrogènes, (dues aux
médicaments), lesquelles sont, elles aussi, prises en charge par la sacro-sainte
"Sécurité Sociale", - mais est-ce bien une "sécurité ? - (toujours avec nos
impôts, bien sûr) ... Pour le plus grand profit de l'industrie pharmaceutique et
des multinationales ! Avec l'approbation de la population qui croit - mal informée-
qu'avec l'expérimentation animale, elle souffrira moins (tant pis pour les autres),
fera avancer la recherche, évitera l'expérimentation sur l'homme... Qu'elle
bénéficiera enfin d'une innocuité médicamenteuse... Qu'elle pourra braver Les
lois et la Morale Cosmique, en mangeant sans mesure, en se reproduisant sans
mesure, en s'amusant sans mesure, en s'arrogeant le droit de vie et de mort sur
les autres occupants de la terre...
Hélas, elle se fourvoie à tous les niveaux, ne tenant pas compte du fait que les
poisons issus de la chimie sont aussi dans son assiette et lui reviennent tel un
boomerang : ce que vous jugerez bon pour les autres, pour le "Tout",
deviendra vrai pour vous !
Les Prions sont à l'ordre du jour . Ils affectent non seulement les vaches, les
veaux, les produits laitiers, mais aussi : moutons, porcs, volailles, tous les
animaux dits "de batteries", dont les conditions de vie sont intolérables ! Encore
un "juste retour des choses"...
Les lois Divines sont incontournables et l'homme moderne, totalement coupé de
ses racines et du Divin, a cru , dans son immense orgueil, pouvoir dominer la
nature et utiliser les animaux comme des biens de consommation et de profit...
Nous en constatons donc aujourd'hui les effets, alors que tout cela aurait pu
être évité... N'ayant aucune pitié pour nos "frères" dits "inférieurs", nous en
subissons les conséquences... Et devrons en boire la coupe jusqu'à la lie !
Nous avons irradié...
Nous avons massacré...
Nous avons empoisonné...
Nous avons privé de liberté et de dignité...
Nous avons rendu malade des animaux sains...
Nous avons pollué nos pensées autant que notre environnement...
Nous avons inventé les ghettos pour animaux...
Tout cela nous revient aujourd'hui : constatons l'état du monde, la violence, la
haine, l'égoïsme, la folie , qui nous reviennent, sans que nous puissions entrevoir
les moyens d'y faire face...
Ce constat est hélas très négatif pour l'humanité. Il faut arrêter la
désinformation. Il faut que nos concitoyens (les plus drogués du monde) se
ressaisissent et cessent de faire confiance à une médecine de symptômes,
ruineuse pour l'économie nationale et génératrice de maladies pires que celles
que l'on voudrait soigner... telles ces fameuses maladies appelées pudiquement
"de civilisation"... "dégénératives"...etc.... Qui sont la réponse à une médecine
erronée, non reconnue comme telle...
Qu'ils cessent également de fermer les yeux sur une science aveugle, des
politiques inconscients... Que chacun retrouve sa vraie place, sa dimension
Humaine Supérieure et les vertus et qualités presque partout oubliées ou
disparues...
Que chacun se sente responsable, se prenne en charge, s'interroge et
consulte son Guide intérieur pour un meilleur discernement personnel...
"Que tout ce qui est grand, beau et élevé retienne votre attention", disait St
Paul. En prenant cet exemple, nous pourrions cultiver des pensées positives,
faire de
notre Terre un lieu de Paix, d'Harmonie... Ce dont nous sommes fort éloignés
pour le moment !...
Il ne faut plus donner de blanc-seing aux chercheurs qui pratiquent
l'expérimentation animale, cette dernière est, comme toute exploitation de
l'animal, insupportable moralement et génératrice de "chocs en retour" dont
nous avons parlé plus haut.
La solution existe : elle demande un renversement complet de nos
comportements suicidaires. Il faut éduquer nos enfants. Il faut leur apprendre
que nous sommes autre chose que des ensembles d'organes que l'on peut
changer lorsqu'ils sont usés ; que nous sommes faits de champs immortels, donc
que nous sommes immortels. Nous changeons seulement de corps
(réincarnation), la vie physique nous est donnée pour nous perfectionner.
Nous devons respecter les autres occupants de la planète car ils sont une partie
de nous-mêmes. Nos actes, nos pensées, nos actions et nos lâchetés
s'enregistrent à tout jamais ainsi que, bien sûr, nos actes positifs... et nous
devrons en rendre compte etc....
Il faut réapprendre les données de la Tradition" la réincarnation, la Loi du Karma
et ce que nous ne ferons pas par amour nous le ferons, au moins, par égoïsme !
Ainsi la planète se portera mieux, son atmosphère cessera d'être irrespirable sur
tous les plans. Faute de quoi nous continuerons à régresser, à dégénérer,
comme nous pouvons le constater actuellement et nos sociétés crouleront
sous la violence et l'égoïsme.
Nous ne parlons jamais que de droits (quelle hypocrisie de parler des "Droits de
l'Homme") ! Personne ne parle des devoirs qui précèdent les droits... et
incombent à chacun d'entre nous !
Une société laxiste, des autorités laxistes, des tricheurs donnés en exemple de
réussite, des gestionnaires incapables ou malhonnêtes - impunis - des
responsables déclarés "non coupables", ( grâce à une dilution des
responsabilités), dans un système qui n'a d'autre but que de durer et s'enrichir
à tout prix...
Et l'on s'étonne de la réaction des jeunes qui n'ont jamais que des exemples de
gabegie et de gaspillage, de magouilles, d'irresponsabilité sous les yeux. ? Allons-
nous arrêter tout cela pendant qu'il est encore temps ? Dans le passé on a
décapité un roi pour bien moins que cela !
L'Église de son côté ne se satisfait-elle pas de la dégustation de "l'agneau
Pascal"? Consommé en famille, en signe de fête, en souvenir du Christ qui se
dit "l'Agneau de Dieu", "offert en sacrifice pour racheter nos péchés" ? Faut-il
signaler qu'il est facile d'offrir des sacrifices avec le sang et la douleur des autres
? De faire la charité avec l'argent des autres, en se servant aussi au passage,
avec la bénédiction de ceux qui étaient chargés de superviser... et qui pour des
raisons plus ou moins avouables, ont gardé le silence !
Que dire de la chasse, sinon qu'elle n'est pas non plus à notre honneur ? Après
avoir décimé d'innombrables espèces, nous en sommes arrivés au point, pour
pouvoir continuer le massacre, sous couvert de ce que l'on appelle "un sport
traditionnel" ! ... à élever en cage des animaux devenus familiers, que l'on va
mitrailler dès le premier jour de l'ouverture de la chasse ?
Comment peut-on tuer "par plaisir" ? Supporter la vue de l'agonie d'un animal
blessé ? S'imaginer que tous ces crimes resteront impunis ?
Et la plupart de nos concitoyens se réjouissent, sans honte, de ce "spectacle
champêtre" et des ripailles qui s'en suivent !
Est-il si difficile de comprendre, comme le faisait si justement observer Alexis
Carrel - prix Nobel - que : " Le Bien, c'est tout ce qui concourt à
l'épanouissement de la VIE. Tandis que le Mal, c'est tout ce qui s'y oppose" ?
De la question posée en titre de cet article, nous n'avons développé que le
côté "négatif et inquiétant" concernant le pouvoir ou la maîtrise que l'homme
exerce sur l'animal qu'on lui a appris à considérer comme inférieur... avec les
résultats que l'on sait...
Pourtant : et si l'animal était un maître pour l'homme ? s'il était, comme tout
maître devrait l'être, un modèle et que, pour des raisons de culture - pardon
d'inculture - nous ne sachions pas le voir ? sinon pour l'exploiter une fois de plus
!
Passons en revue les qualités de l'animal, que nous devrions mettre en pratique
pour que notre planète cesse d'être une poubelle surpeuplée, ingérable, dans
laquelle un tiers de l'humanité meurt de faim, les autres cherchant les moyens
de manger plus, sans en subir les conséquences... aidés en cela par une
recherche scientifique déshumanisée (science sans Conscience), en se mettant
au service de la démesure, (des milliards de francs pour des vaccinations, chez
des enfants qui ne pourront survivre faute de protéines pour les nourrir) !
Si les pays riches que nous sommes consommaient moins de viande, les
céréales utilisées pour engraisser le bétail pourraient servir à nourrir directement
les populations... Un végétarien permet à 10 humains de vivre... Qui en a
conscience ? Qui s'interroge ?
L'animal est fidèle. On dit que le chien est un cœur sur pattes. C'est ainsi que
l'on utilise, pour la vivisection, la race de chien "Beagle" choisie pour sa douceur!
j'ai honte de la dire ! Les expérimentateurs n'ont pas honte de le faire ! Ni les
pouvoirs publics conseillés par ces même scientifiques de l'imposer !
L'animal se met au service de l'homme et il est heureux de l'aider donnant
même sa vie pour lui : dauphins, chiens (d'aveugle, d'avalanche, de sauvetage
en mer, de handicapé, renifleur de drogues, d'explosifs, j'oubliais le pire, chien
de garde! Attaché dans des conditions souvent impensables chez des gens à la
conscience tranquille !
"Animaux-médicament", chez les "handicapés, dans les hôpitaux, animaux-
compagnons de détresse, de solitude, lorsque les autres humains ont déserté...
Le simple fait de caresser un chat ne fait-il pas baisser la tension artérielle de
quelque points ?
Animaux qui ne polluent pas, qui régulent leur reproduction en fonction de leur
territoire et de la nourriture disponible. Ne nous donnent ils pas une leçon?
Notre intempestive intrusion dans les écosystèmes avec notre classification de
prédateur pour les espèces qui nous dérangent, ou nous concurrencent , a mis
la planète à l'agonie et nous oblige à utiliser de plus en plus de produits toxiques
pour protéger nos récoltes. On a répandu des "icides" qui ont décimé les
oiseaux et les animaux qui se chargeaient de réguler les insectes etc. etc. La
liste des stupidités de l'homme occuperait toute une bibliothèque !
LE SEUL PRÉDATEUR SUR TERRE EST L'HOMME : ne l'oublions jamais !
L'animal renseigne aussi sur le caractère et les attitudes de son "maître". Ne dit-
on pas : "tel maître, tel chien" ? Il somatise souvent les maux du milieu familial,
jouant ainsi le rôle d'un miroir, lui indiquant parfois quelles sont ses erreurs de
comportement... Quel enseignant de choix pour qui sait l'observer !...
C'est ainsi que l'on a constaté que, chez des personnes nerveuses, les animaux
ont tendance à développer des eczémas et à se gratter, parfois jusqu'au sang,
tant ils sont irrités par les vibrations survoltées de leur entourage !
On sait aussi que les animaux de compagnie, chiens ou plus particulièrement les
chats, se couchent contre les zones douloureuses pour soulager les gens...
Réaction de l'homme : il tue les chats et commercialise leurs peaux comme anti-
rhumatisme ! Avouez qu'il faut le faire ! Certains même se régalent de les faire
en ragoûts...
Les exemples ne manquent pas pourtant d'animaux qui ont donné leur vie
volontairement pour sauver des hommes ou leur progéniture... Qui ont accompli
des actes d'héroïsme incroyables !
En conclusion l'animal n'a pas besoin de revendiquer sa supériorité par rapport à
l'homme elle se révèle chaque jour !
L'animal est intelligent, sensible, honnête, courageux. Il rend au centuple tout
signe d'affection et voue un véritable culte à celui dont il dépend, qui le
nourrit, et pratiquement, quels que soient les traitements infligés... Car il
pratique "l'amour inconditionnel" naturellement... Il est patient et sait pardonner
les erreurs, les injustices, les impatiences, les défauts, les emportements
intempestifs, l'incompréhension des adultes, la tyrannie des enfants...
Il respecte son environnement , gère intelligemment les ressources dont il
dispose et s'adapte aux Lois de la Nature, ne les transgresse pas... Il donne des
leçons de patience et d'amour désintéressé, respecte ses codes d'honneur :
Quelle sagesse !
Il est capable de générosité, d'abnégation, est d'une fidélité exemplaire ; toutes
ces grandes qualités n'ont presque plus cours aujourd'hui chez celui qui s'estime,
souvent à tort, "supérieur" !
Si ces quelques réflexions et mises au point étaient reçues favorablement et
incitaient quelques humains, à transformer leur vision des choses et donc leur
comportement, tous les espoirs seraient permis, l'atmosphère de la terre serait
un peu plus respirable et l'avenir de l'humanité un peu moins effrayant !
Si nous savions tirer les leçons que nous offrent à chaque instant la nature et les
animaux, nous ne pourrions que les admirer pour leur beauté, leur pureté, leur
sincérité, leur noblesse , leur grandeur d'âme, ainsi nous ne pourrions que les
aimer et les respecter pour leur perfection et leur qualité d'être...
Ils méritent toute notre attention, tous nos soins, notre amour, surtout notre
respect sous toutes ses formes, sans distinction de race, de taille, de couleur...
ni d'utilité reconnue ou non...
Puisque nous leur devons la vie, sachons rendre la leur plus joyeuse, confortable
et les "élever" vers nous, dans le sens de l'évolution. Ne dit-on pas de certains
animaux qu'ils ont "un regard humain" ? "Qu'il ne leur manque que la parole " ?
Gardons nos yeux d'enfants pour les regarder avec tendresse et admiration :
nous ne serons jamais déçus !

J. BOUSQUET
Extrait du livre : L'homme et l'animal qui est le maître ?
Éditions de la Reyne de Coupe 1997
Diffusé sur www.arsitra.org - (c) 2002
J. Bousquet
Digitally signed by J.  
Bousquet
DN: cn=J. Bousquet,  
o=arsitra.org, c=FR
Date: 2002.05.25  
13:50:37 +02'00'
Signature Not  
Verified