22 avril 2013 

Document d’information sur le Programme de modernisation du siège
Le mandat de la Banque du Canada consiste à favoriser la prospérité économique et financière du pays.  La Banque s’emploie à remplir ce mandat en s’acquittant de quatre grandes fonctions : maintenir  l’inflation au Canada à un taux bas, stable et prévisible; favoriser la stabilité et l’efficience du système  financier; produire et distribuer des billets de banque que les Canadiens peuvent utiliser en toute  confiance; fournir des services de gestion financière au gouvernement fédéral.    La Banque compte 1 200 employés réguliers, dont la plupart travaillent au siège de l’institution et  exercent des activités très spécialisées et essentielles au fonctionnement de l’économie canadienne,  notamment le traitement quotidien de 15 milliards de dollars de paiements par l’intermédiaire du  système de transfert de gros paiements et la gestion de plus de 600 milliards de dollars de dette et de  68 milliards de dollars de réserves de change du gouvernement fédéral. Les employés du siège  effectuent également des analyses économiques et financières de pointe destinées à orienter la  conduite de la politique monétaire et à favoriser la stabilité financière. Il est indispensable que la  Banque dispose d’installations de travail résilientes pour continuer à exécuter son mandat, qui consiste  à favoriser la prospérité économique et financière du Canada.    Le complexe du siège, situé au 234, rue Wellington, abrite les locaux de la Banque depuis 1938. Il  comprend l’immeuble du Centre, composé de cinq étages, érigé dans les années 1930, ainsi que deux  tours de douze étages et un atrium inséré entre les deux, construits dans les années 1970. Ce complexe  vieillissant doit être rénové en profondeur.    Les systèmes essentiels du bâtiment – ventilation, chauffage, plomberie et électricité – arrivent au  terme de leur vie utile. Les installations doivent également être mises à niveau afin de répondre aux  exigences et aux normes actuelles en matière de santé et de sécurité ainsi que de stabilité sismique, et  pour mieux satisfaire les besoins changeants de la Banque sur le plan de la sécurité et des opérations. La  modernisation offre aussi l’occasion de rendre le siège plus écoénergétique, efficient et durable sur le  plan environnemental.    Par conséquent, la Banque lance un projet visant la remise à neuf complète de tous les systèmes ainsi  que la rénovation et la modernisation du bâtiment. Les travaux de construction, dont le coût estimatif  total s’élève à 460 millions de dollars, se déroulera sur une période de trois ans et débutera en 2014.  D’ici la fin de 2013, tous les employés du siège seront réinstallés dans des locaux provisoires au  234, avenue Laurier Ouest. Le fait de quitter le complexe permettra d’effectuer les rénovations plus  rapidement, d’écourter la période de perturbations, de diminuer le risque de défaillance des systèmes  ainsi que de réduire les coûts du projet. Les coûts de réinstallation du personnel de l’ordre de  150 millions de dollars, qui seront engagés pendant le projet, seront compensés en partie par la baisse  des charges opérationnelles liées au complexe du siège sur la rue Wellington pendant les travaux de  construction. La mise en œuvre de ce projet d’infrastructure, le plus important entrepris par la Banque  depuis la construction des deux tours de verre dans les années 1970, permettra à l’institution  d’accomplir son mandat sans interruption et de répondre aux attentes élevées des Canadiens. 

Processus ayant mené à la décision de moderniser les installations  La Banque s’est donné comme grande priorité, dans son plan à moyen terme 2010‐2012, de renforcer la  résilience de ses systèmes et son infrastructure. Pour atteindre ses objectifs, la Banque a formé une  équipe chargée du Programme de modernisation du siège ayant pour mandat de trouver et d’examiner  diverses solutions en vue de moderniser son siège. De plus, elle a embauché divers spécialistes du  domaine de la construction, pour qu’ils vérifient l’état des systèmes des installations et de leurs  composants, ainsi que des architectes, des ingénieurs et des consultants en coûts, pour qu’ils viennent  en aide à l’équipe chargée du projet.    En 2010‐2011, l’équipe chargée du projet :   a effectué une évaluation de l’état des systèmes du bâtiment et de leurs composants;   a fait une analyse qui a mené à la détermination des besoins opérationnels actuels et à long  terme;   a examiné diverses solutions pour remédier aux lacunes des installations du siège.    En 2012, l’équipe chargée du projet a précisé davantage ses estimations des coûts et ses plans afin de  déterminer la meilleure option à recommander au Conseil d’administration de la Banque. L’option  recommandée a été approuvée par le Conseil en septembre 2012.    Objectifs et principes directeurs  La recherche d’une solution au vieillissement de l’infrastructure de la Banque visait deux objectifs :  moderniser et renforcer les installations de l’institution afin d’en assurer la résilience et le rendement, et  préserver les éléments qui font de la Banque un milieu de travail exceptionnel.    Les principes directeurs suivants ont été établis pour guider le processus décisionnel :   Responsabilité financière – La saine gestion des fonds publics tout au long du projet est  primordiale – les fonds, les installations et les biens doivent être gérés de manière rigoureuse et  responsable.   Efficacité du travail – L’objectif consiste à concevoir un milieu de travail professionnel qui  favorise un rendement élevé et l’excellence.   Sécurité – Veiller à ce que l’information, les biens et les services conservés par la Banque soient  protégés et à ce que les personnes soient en sécurité dans le milieu de travail.   Patrimoine architectural – Préserver le patrimoine architectural du bâtiment et maintenir  l’intégrité et l’emplacement du complexe du siège.   Durabilité – Accroître l’efficacité et la durabilité environnementale du bâtiment.   Ouverture et transparence – Démontrer que la Banque gère prudemment ses opérations.    Quatre options  Après avoir embauché des spécialistes de l’extérieur pour contribuer à l’élaboration d’estimations de  coûts détaillées, la Banque a défini et évalué quatre options :   Réfection – Réparer et reconfigurer le bâtiment du siège sur une période de douze ans, tout en  maintenant les opérations et le personnel dans le bâtiment. Les coûts de construction ont été  estimés à 520 millions de dollars.   Modernisation – Effectuer une remise à neuf complète des systèmes, et rénover et moderniser  le bâtiment sur une période de trois à quatre ans pendant que le personnel est hébergé dans  des locaux loués. Les coûts de construction ont été estimés à 460 millions de dollars. 

 

Reconstruction – Démolir les tours du siège existant et reconstruire des structures relativement  semblables pendant que le personnel est hébergé dans des locaux loués durant une période de  4,5 à 5,5 ans. Les coûts de construction ont été estimés à 615 millions de dollars.  Nouvelle construction – Construire un nouveau siège à un autre emplacement, pendant que le  personnel demeure dans le bâtiment actuel, pour une durée de trois à quatre ans. Les coûts de  construction ont été estimés à 530 millions de dollars. 

  Analyse en deux étapes  Afin de déterminer l’option la mieux adaptée à ses besoins et la plus économiquement avantageuse, la  Banque a effectué une analyse en deux étapes.    À la première étape, chaque option a fait l’objet d’une analyse initiale des coûts et a été évaluée selon  les critères essentiels suivants, qui reflètent les objectifs et les principes directeurs de la Banque  considérés comme nécessaires à la réussite du projet :    a)  renouveler les systèmes mécaniques (y compris le système de chauffage, de ventilation et de  climatisation) et le système électrique, ainsi que leurs composants;  b)  mettre le bâtiment à niveau pour qu’il soit conforme aux codes actuels en matière de santé et  de sécurité;  c)  répondre aux besoins changeants et actuels liés aux opérations et à la sécurité;  d)  préserver le patrimoine architectural du bâtiment existant.    Les options de la « reconstruction » et de la « nouvelle construction » ont été éliminées, car elles ne  respectaient pas tous les critères, notamment la préservation du patrimoine architectural du bâtiment.  Elles comportaient également d’autres inconvénients :       L’option de la reconstruction comprenait les coûts les plus élevés en raison de la nécessité de  démolir complètement le siège, ce qui aurait entraîné l’élimination de composants actuellement  en bon état.     L’option de la nouvelle construction venait au deuxième rang des options les plus coûteuses,  mais elle n’exigeait aucune dépense liée à la réinstallation temporaire. Elle présentait des  risques liés à la défaillance des systèmes et d’autres lacunes, puisque le personnel de la Banque  serait demeuré dans le bâtiment actuel jusqu’à ce que la construction des nouvelles installations  soit terminée. En outre, le gouvernement fédéral aurait eu à assumer les coûts de rénovation du  complexe situé au 234, rue Wellington (estimés à 460 millions de dollars), alors que la Banque  aurait engagé des dépenses pour l’achat d’un terrain et la construction d’un nouveau bâtiment  qui aurait abrité le siège (530 millions de dollars).    Restaient deux options viables : la réfection et la modernisation. À la deuxième étape de l’analyse, la  Banque a évalué la mesure dans laquelle chaque option répondrait à ses exigences et a effectué une  estimation rigoureuse des coûts ainsi qu’une analyse des risques.     L’option de la modernisation a obtenu le meilleur résultat selon les critères de la Banque. C’est  cette option qui permettait les plus grandes économies au chapitre des coûts d’occupation (une  réduction de 140 millions de dollars sur une période de 30 ans, comparativement à 90 millions  de dollars pour la réfection) et qui atténuait le mieux les risques liés à la santé et à la sécurité et  à la résilience des systèmes. 

  Par comparaison, la réfection a obtenu un résultat relativement peu satisfaisant en ce qui a trait  à l’amélioration du rendement de l’immeuble et à la diminution des coûts de fonctionnement,  d’autant plus qu’elle aurait entraîné une période de perturbations prolongée pour les employés.  Cette option aurait également augmenté les risques liés à la défaillance des systèmes et à  d’autres lacunes des installations. 

  Décision  L’analyse approfondie effectuée par la Banque a révélé que l’option de la modernisation était la plus  avantageuse sur le plan économique – le principal critère d’évaluation des différentes options. De plus,  elle est la meilleure option pour aider la Banque à atteindre son objectif de créer un milieu de travail  plus performant et économique dans un bâtiment durable du point de vue environnemental. En outre,  la modernisation augmenterait considérablement la valeur à long terme du siège de la Banque, car les  systèmes et l’environnement de travail de l’immeuble seraient entièrement conformes aux codes du  bâtiment actuels ainsi qu’aux exigences liées aux opérations, à la technologie et à la sécurité. Enfin,  cette option réduit grandement la période de perturbations pour le personnel, atténue au maximum les  risques de défaillance des systèmes et n’expose pas l’institution aux risques associés à l’occupation d’un  bâtiment faisant l’objet de travaux de construction.    L’option de la modernisation est la plus économiquement avantageuse pour la Banque, car elle  permettra :   d’accroître le rendement et la fiabilité des installations;   de produire des économies de 140 millions de dollars en coûts d’occupation sur une période de  30 ans, soit une réduction de 40 %;   d’obtenir une réduction de 65 % de la consommation d’énergie;   de se conformer à tous les codes du bâtiment existants;   de régler complètement les enjeux sur les plans de la santé et de la sécurité;   d’accroître les mesures de protection relatives à la sécurité matérielle;   de renforcer la résilience globale des systèmes;   d’accroître la durabilité en obtenant la certification LEED (Leadership in Energy and  Environmental Design). 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful