Le présidentialisme et la démocratie Juan Linz

L’essai de Linz, « Démocratie présidentielle ou parlementaire : y a – t – il une différence ? », écrit en 1985 soutient que le présidentialisme est moins probable à soutenir des régimes démocratiques stables. Linz soutient que le présidentialisme est oriente vers un résultat de type « le gagnant prend tout ! » Le présidentialisme est un régime ou le président est toujours le chef de l’exécutif, étant élu par vote populaire pour un mandat fixe et qui peut élire toujours ses ministres. Linz évoque les périls du présidentialisme : 1. Dans le système présidentiel, le président et l’assemblée ont des revendications

concurrentes de légitimité (les deux sont élus par le peuple et le conflit peut y apparaitre) ; 2. démocratie ; 3. 4. Le système favorise le résultat « le gagnant prend tout » ; Le style du président qui est le représentant de toute la nation peut être intolérant Le mandat fixe du président introduit une rigidité qui n’est pas favorable à la

contre l’opposition ; 5. Les outsiders politiques sont favorises à gagner le mandat du chef de l’exécutif dans

le système présidentiel avec des effets comme des déstabilisations. Les auteurs de l’article Scott Mainwaring et Matthew Shugart proposent des contrearguments. Ils ont dit que les conflits apparaissent souvent entre la Chambre Haute et la Chambre Basse d’une législature bicamérale, chacune ayant la prétention d’exercer un pouvoir légitime. Une autre source potentielle de conflit de la légitimité dans la république parlementaire est le rôle du chef de l’Etat, qui est d’habitude nomme « président », mais qui tend à être élu par le Parlement et qui acquiert des pouvoirs plutôt constitutionnels que cérémoniels. Les auteurs considèrent que la réélection devrait être permise, le mandat le plus convenable étant de 4 ans. Ils constatent que le présidentialisme se fonde sur un système de checks and balances, qui inhibent les tendances « le gagnant prend tout ». L’argument 4 de Linz va dans la même logique. Les auteurs sont d’accord avec l’argument 5 de Linz, mais évoquent les exceptions Costa Rica, Uruguay, Colombie et Venezuela qui n’ont pas élu un président outsider pendant les dernières décennies. Les avantages des systèmes présidentiels :

La responsabilité électorale = les moyens par lesquels les décideurs politiques sont responsables devant les citoyens . Introduction exclusive des propositions législatives dans certains domaines de la politique . 3. Le choix plus grand des électeurs qui élisent le chef de l’Etat et du Gouvernement . L’identification électorale = l’habilite des électeurs à avoir un choix avant les élections fondée sur leur capacité a évaluer le spectre probable des gouvernements postélectoraux . . 2. Par veto .1. Puissance par décret . 3. Les pouvoirs présidentiels : 1. Les auteurs soulignent que le parlementarisme ne résisterait en Amérique Latine à cause des partis qui ne sont pas très disciplines. 2. L’indépendance du Congres dans les questions législatives. 4.