You are on page 1of 0

Stratégiquement en ligne

Voilà presque 25 ans que TraceParts diffuse du
contenu à destination des concepteurs. Cela a com-
mencé avec des disquettes, puis des CD, des DVD
et Internet est arrivé. C’est désormais la voie irréver-
sible dans laquelle l’éditeur français s‘est engagé.
Imaginez diffuser des DVD périodiquement à plus
d’un million et demi d’utilisateurs !
Mais ce choix n’est pas que logistique ou technique.
Il est surtout stratégique et il est profitable à tous.
D’abord, il garantit à l’utilisateur que les données sont
accessibles à tout moment, en tout lieu et dans leur
version la plus récente.
Ensuite, même si la vente en ligne B2B a eu plus de
mal à progresser que dans les biens de consomma-
tion ou la culture, le e-commerce s’impose désormais
au monde industriel. A l’image de RS Components
(page 2), chaque fabricant ou distributeur peut main-
tenant proposer sur une même page produit un mo-
dèle 3D et le symbole de son panier d’achat.
Pour les entreprises qui souhaitent rationnaliser l’utili-
sation des composants (voir Michelin page 3) Trace-
Parts Enterprise offre une vue personnalisée de leurs
catalogues en ligne, et donc aussi toujours à jour.
Enfin le web permet d’élargir à volonté l’accès instan-
tané aux informations sur un produit. Voilà pourquoi
TraceParts n’est plus seulement un service de télé-
chargement de modèles CAO, mais aussi de contenu
technique et de marketing 3D.
Bonne lecture interactive
Denis LOURME, Directeur du portail CAO.fr.
Le journal de la 3D en 3D
Une publication du portail
Fidèle à sa nouvelle signature « Product Content Everywhere » (des données produits
partout) l’éditeur réputé pour ses bibliothèques de composants mécaniques a élargi
son offre à la mécatronique et à l’automation.
Surtout, ne se contentant pas des 33 millions de modèles téléchargés dans le monde
en 2012 (un par seconde, jour et nuit), TraceParts va désormais au-delà de la simple
fourniture de données CAO : fiches techniques, spécifications, documents marke-
ting… Il est une vitrine pour les fabricants de matériels et s’invite même au cœur de
leurs propres sites de vente en ligne et dans un vaste réseau de sites partenaires. Il
n’est plus seulement indispensable aux bureaux d’études soucieux de gagner du
temps en conception, mais l’est aussi dans les entreprises qui veulent rationaliser
leurs achats et leurs stocks de composants. Bref, TraceParts aussi est « everywhere ».
Dans ce numéro
N°34
Juin 2013
mis à jour sept 2013

Le nouveau TraceParts
et l’expérience RS Components
Modèle 3D : le Raspberry Pi chez
RS Components
Michelin retient
TraceParts Enterprise
Modèle 3D : table d’azimutage
pour pneus

Infos pratiques & liens utiles : p 5
3 questions à
Gabriel Guigue
Directeur général de TraceParts.
1,7 million de membres !
a de bonnes fréquentations

1/5
Editorial
E-marketing : l’autre
force de TraceParts
L’expérience de DS SolidWorks.
+ 1 Modèle 3D bonus
Pas seulement
une question de look
Le portail TracePartsOnline.net a fait peau neuve depuis que
nous lui avons consacré un numéro (cliquez ici pour le re-
découvrir). Il faut dire que c’était en 2007 ! Vous avez remar-
qué et apprécié depuis quelques mois une interface plus ergo-
nomique, un nouveau viewer 3D et des performances optimi-
sées grâce à une toute nouvelle plateforme d’hébergement.
Elle est dimensionnée pour tenir à long terme le rythme soutenu
que vous et le million et demi d’autres utilisateurs lui imposez.
Et c’est essentiel avec un trafic en croissance de 30% par an !
Votre TraceParts
Derniers téléchargements, mise en favoris des catalogues,
des catégories, des produits et des références : voici qui vous
permet d’aller plus vite aux composants qui vous intéressent.
Il y en a quand même plus de 100 millions ! Mais pour trouver
celui qui répondra à vos contraintes techniques ou géométri-
ques, TraceParts vous propose la classification I.C.S...
Iso Classification Standard
Sous ce terme un peu barbare, se cache une exclusivité fort
intéressante. Cette classification normalisée (par exemple
Paliers et roulements > roulements à billes à contact radial) se
situe concrètement au dessus de tous les catalogues des four-
nisseurs. Elle permet de trouver le matériel qui vous convient
sans choisir trop en amont une marque ou un distributeur. En
outre, la Recherche avancée, vous permet de fixer à chaque
étape des valeurs de certains paramètres ; on peut citer la
Charge dynamique ou la vitesse dans notre exemple.
Cliquez sur cette image
pour vous rendre sur la
page « roulements à bille à
contact radial » du site
TracePartsOnline.net.
L’option « Recherche
avancée » vous permet de
fixer un grand nombre de
paramètres avant même de
choisir un fournisseur.


RS Components propose une
base de données très complète de
produits électroniques associée à
une recherche multi-critères.
Parmi les 50 000 modèles 3D déjà
accessibles chez RS Components,
on trouve le fameux Raspberry Pi,
un ordinateur à peine plus grand
qu’une carte de crédit, pouvant se
connecter à un téléviseur et à un
clavier. Le modèle B (512 MB de
RAM) est vendu moins de 33 € sur
le site de RS Components.
Ce modèle 3D a permis à un grand
nombre de passionnés de conce-
voir des boitiers d’accueil person-
nalisés et imprimables en 3D.
RS Components est le plus grand distributeur de composants
électroniques, électromécaniques et industriels pour l’Europe
et l’Asie Pacifique. Son offre multimarque de plus de 550 000
références adresse les professionnels de l’électronique, de la
maintenance, des automatismes et du contrôle. Son succès
repose sur l’étendue de son catalogue, la disponibilité des
articles, la rapidité d’expédition, une hotline gratuite et, désor-
mais, sur ses catalogues de composants 3D.
« Une expérience incroyablement positive »
C’est David Pike, Ingénieur Marketing chez RS à Oxford qui
nous présente le programme RS 3D CAD :
« Nous avons analysé ce que nos clients souhaitaient pour
accélérer et améliorer leur processus de conception. Nous
avons noté que la part d’études réalisées en 3D était en forte
croissance, au point d’atteindre 70% en Europe. Nous avons
donc engagé un partenariat avec nos fournisseurs pour qu’ils
nous permettent de proposer à nos clients les modèles 3D de
la majorité de leurs composants.
Nos exigences étaient grandes. Parmi celles-ci, la qualité du
service rendu, des modèles dans tous les grands formats
CAO et une forte visibilité.
Sur les conseils de nombreux fournisseurs et clients, nous
avons retenu TraceParts pour fédérer les catalogues 3D exis-
tants, créer ceux des fournisseurs rejoignant notre programme
et les intégrer sur nos sites, sur TracePartsOnline.net et sur
les sites membres du TraceParts Publishing Network. Depuis
le lancement de notre programme, plus de 500 000 modèles
ont été téléchargés. C’est une expérience incroyablement
positive menée avec professionnalisme par TraceParts.
Nous avons touché beaucoup de nouveaux bureaux d’études
en bénéficiant d’une visibilité accrue. Mais le plus important
est que, grâce à ce nouveau service, nos clients traditionnels
nous commandent plus de matériels. A chaque modèle 3D est
associé le code article RS, qui apparaît ainsi dans la nomen-
clature d’achat. Quoi de mieux pour fidéliser notre clientèle ?
L'intégration de nos modèles 3D dans notre site de vente en
ligne a aussi transformé la façon dont les clients perçoivent
les articles que nous vendons. Nous pouvons d’autant mieux
le vérifier que le tableau de bord TraceParts permet à notre
équipe de direction de suivre d’un seul coup d’oeil la crois-
sance et les retombées commerciales des téléchargements. »
Visitez RS Components en cliquant ici.
RS Components : des clients fidélisés avec TraceParts
2/5
Chez Michelin, TraceParts Enterprise tient parfaitement la route !
Le leader mondial
du pneumatique optimise ses
processus de standardisation
grâce à une large bibliothèque
de composants 3D en ligne.
Fidèle à sa stratégie de « production cœur des marchés »,
Michelin dispose de 70 sites de fabrication dans 18 pays. Pour
fournir chaque année près de 200 millions de pneus, il s’ap-
puie sur de milliers de machines dans les usines du groupe et
de ses sous-traitants. Ce parc couvre la préparation des pro-
duits semi-finis, l’assemblage du bandage, les presses de
cuisson, les postes de contrôle, etc.
Les Bureaux d’Etudes Conception Machines (BE CM) de Mi-
chelin comptent environ 2000 personnes dans le monde. Les
BE CM historiques de Clermont-Ferrand et d’Amérique du
Nord réalisent la préconception des machines des autres si-
tes, qui assurent le déploiement, la mise en conformité et la
maintenance de ces équipements.
TraceParts depuis 1995
La Bibliothèque de Composants Michelin (BCM), développée
par TraceParts selon des spécifications géométriques spécifi-
ques, répondait déjà partiellement aux objectifs de standardi-
sation du Groupe. Mise à jour périodiquement, elle proposait
un accès aux seuls composants du commerce (et produits
normés) codifiés par le Département Méthodes. Ce dernier a
en effet en charge la standardisation interne des pièces utili-
sés dans la conception des machines afin d’en limiter la diver-
sité. Les catalogues de la BCM étaient déployés localement
sur chaque poste de travail. Mais le cycle long des mises à
jour et les limites imposées en termes de catalogues incitaient
les concepteurs à chercher hors de la BCM. Il en résultait des
standardisations « a posteriori » ou des reprises d’études coû-
teuses. Le nombre de pièces de rechange explosait…
Michelin Parts Library
L’appel d’offres lancé en 2010 pour le nouveau projet MPL
(Michelin Parts Library) répond à plusieurs objectifs entrant
dans une démarche de progrès continu pour l’entreprise :
 offrir aux concepteurs de machines une très large bibliothè-
que en ligne de modèles CAO 2D et 3D dans les formats
AutoCAD et SolidWorks et intégrée avec le SGDT Smar-
team en place ;
 la mettre à jour en temps réel suivant les standardisations
effectuées par les Méthodes ;
 favoriser l’utilisation des composants standardisés par les
Méthodes suivant différents degrés (ex : standardisés, à
usage restreint, interdits, obsolètes,…) - voir illustration
page suivante ;
 automatiser la génération des demandes pour l’utilisation
d’un composant non codifié et fournir un workflow interactif
entre BE et Méthodes pour la traçabilité, la motivation et le
suivi de ces demandes et des non-conformités ;
 favoriser l’interchangeabilité en permettant aux Méthodes
d’associer des composants de fournisseurs différents à un
même code article.
TraceParts Enterprise retenu par Michelin
Judith Noyelle, responsable support informatique des équipes
BE a dirigé ce projet, désormais en phase de déploiement :
« Nos bureaux d’études étaient déjà familiarisés à l’utilisation
de ces bibliothèques mais ce ne fut pas la raison principale du
choix. TraceParts a montré sa capacité à intégrer l’acquis de
la précédente bibliothèque BCM et a proposé un outil complet
de gestion du workflow des demandes utilisateurs, parfaite-
ment intégré au processus de choix et à notre environnement
PLM. »
Lire la suite page suivante
Témoignage
3/5
Manipulez en 3D ce
modèle de table d’azi-
mutage conçue par le
Bureau d’Etudes CM
(Conception Machines)
de Michelin.
Elle permet d’orienter
le pneu cru (bandage)
conformément au be-
soin de la presse de
cuisson, suivant de la
position d’un "code
barre" situé sur le flanc
du bandage.
Ce modèle contient à la
fois des composants
du marché et des com-
posants propres à l’en-
treprise, issus de la
librairie MPL.
MPL permet l’accès
à des millions de
composants, affiche
des codes couleurs
pour préciser leur
statut et intègre un
menu de gestion
des demandes de
standardisation.
Cliquez sur
l’image pour
l’agrandir
Chez Michelin, TraceParts Enterprise
tient parfaitement la route ! (suite)
« Notre base de composants MPL évoluera en temps réel,
poursuit Judith Noyelle. Elle apportera une grande synergie
entre les BE CM et les Méthodes. Nous offrons à nos centai-
nes de concepteurs en interne et chez nos sous-traitants un
outil moderne qui les sensibilise à l’importance de la standar-
disation pour le Groupe, tout en les aidant à concevoir plus
vite et plus efficacement de nouvelles machines. »
Manuel Calamote est Responsable Méthodes Mécaniques
chez Michelin : « Une demande particulière sur un composant
du commerce, initiée par le Bureau d’Etudes, devra être trai-
tée dans les 7 jours. Nos experts pourront proposer une alter-
native dans les composants ou chez les fournisseurs référen-
cés, ou jugeront de l’intérêt de rentrer le composant dans la
MPL. Dans tous les cas un processus sera engagé et un suivi
assuré. Notre Département, en synergie avec la Direction Gé-
nérale des Achats, va jouer un rôle central, en faisant bénéfi-
cier les Etudes d’une vision Groupe, et en renforçant sa mis-
sion de prescripteur et de support auprès des utilisateurs de
MPL. »
Les gains attendus par Michelin en termes de coûts et de pro-
ductivité sont très importants : politique d’achats auprès de
fournisseurs reconnus pour la qualité, la fiabilité et le prix de
leurs matériels, rationalisation des approvisionnements, opti-
misation des stocks pour la réalisation et la maintenance des
machines, etc.
TraceParts Enterprise permet donc aux industriels d’intégrer
des processus PLM qui leur sont propres tout en les faisant
bénéficier de la souplesse d’utilisation et de la richesse de ses
catalogues 3D en ligne.
Pour la communication de SolidWorks,
TraceParts est aussi un modèle …
E-marketing
Les histoires de Dassault Systèmes SolidWorks et de
TraceParts sont jalonnées de partenariats. TraceParts est par
exemple le premier fournisseur de données pour le portail de
téléchargement 3D ContentCentral, bien connu des utilisa-
teurs SolidWorks.
Depuis 2007, DS SolidWorks utilise régulièrement les services
de e-marketing de TraceParts. Par des bannières sur le portail
de téléchargement TracePartsOnline.net ou dans la newslet-
ter, mais surtout par le
biais d’e-mailings, l’éditeur
informe la communauté
CAO internationale sur ses
nouveaux produits.
Antony Hervo est Senior
Marketing Manager chez
DS SolidWorks pour l’EMEA (Europe, Moyen-Orient Afrique) :
« Le e-marketing est une composante importante de notre
communication. Avec TraceParts, nous pouvons adresser des
messages à une base d’utilisateurs CAO de dimension inter-
nationale qui est à la fois active et constamment remise à
jour. Plus de 1,7 million de concepteurs utilisent leurs catalo-
gues de composants 3D dans le monde et sont donc poten-
tiellement intéressés par SolidWorks ou, s’ils sont déjà utilisa-
teurs, par les produits qui le complètent (SolidWorks Enter-
prise PDM, 3DVIA Composer, SolidWorks Electrical…) »
Certains messages partent simultanément en direction de
dizaines de milliers de concepteurs français, belges, espa-
gnols, hollandais, … dans leur propre langue. « Nous appré-
cions l’expérience acquise par TraceParts dans le routage de
nos messages, poursuit Antony Hervo. Au vu des résultats
des campagnes que nous lui confions - et que lui confient mes
homologues américains - nous savons que les utilisateurs de
TraceParts constituent une communauté dynamique en quête
d’innovations. »
Pour en savoir plus sur les services e-marketing de Trace-
Parts, cliquez ici.
Modèle 3D
Bonus
Les catalogues TraceParts
sont intégrés à elecworks et
à SolidWorks Electrical pour
la conception des installa-
tions électriques alimentant
les machines spéciales.
Le modèle a été allégé de la
partie câblage. Vous pouvez
retrouver ce modèle com-
plet dans le numéro 30 de
notre journal.
4/5
(3D)
2
: En présentant TracePartsOn-
line.net comme une vitrine pour les
fabricants de composants, vous vous
devez de leur donner des chiffres de
fréquentation fiables. Comment leur garantissez-vous la
visibilité de leurs produits ?
Gabriel GUIGUE : TraceParts est le seul fournisseur de
composants en ligne à être certifié par l'IVW, un organisme
indépendant allemand qui audite et certifie les diffusions des
principales publications papier et en ligne. En Mai 2013, il a
validé les chiffres de 507 000 visiteurs et 4,3 millions de pages
vues, avec une moyenne impressionnante de 8,5 pages par
visite ! Le fait que ces résultats soient validés par l’IVW est
important pour garantir la visibilité du contenu mais aussi
pour celle des bannières publicitaires de nos annonceurs.
Nous avons aussi optimisé notre référencement dans les mo-
teurs de recherche et particulièrement dans le premier d’entre
eux, Google. Près d’un million de nos pages y sont indexées.
C’est ce qui permet, lors d’une recherche d’un composant
depuis ce moteur, de placer les produits de nos clients en
excellente position.
Enfin, avec déjà plus de 1,7 million de membres, la commu-
nauté TraceParts est très dynamique. C’est elle qui nous per-
met d’afficher un trafic en hausse de plus de 30% depuis dé-
but 2013.
(3D)
2
: Dans notre numéro de 2007, nous présentions l’ex-
périence d’Airbus qui rationnalisait grâce à TraceParts la
conception de ses outillages. Qu’est ce qui distingue
cette expérience de celle de Michelin (page 3) ?
Les objectifs de rationalisation sont les mêmes mais les
contextes sont différents. En particulier, l’avionneur doit mettre
à disposition de ses concepteurs d’outillages un grand nombre
de composants « maison ». Airbus a donc fait le choix de dis-
poser d’une partie de notre bibliothèque (fournisseurs et maté-
riels agréés) sur ses propres serveurs. Ce qui implique des
mises à jour régulières et des déploiements sur tous les sites,
y compris ceux de ses sous-traitants.
Michelin dispose d’une vue personnalisée sur notre bibliothè-
que en ligne. La moindre modification ou l’ajout d’un matériel
par un fabricant est immédiatement pris en compte sur tous
les sites de Michelin et de ses partenaires, même si ce com-
posant doit rentrer ensuite dans le processus interne de stan-
dardisation.
L’important dans les deux cas est que l’accès rapide aux com-
posants s’inscrive dans le processus PLM, que la bibliothèque
puisse être connectée à l’ERP ou avec les services achats.
C’est cela que permet TraceParts Enterprise : s’intégrer dans
le système et les choix de l’entreprise tout en gardant sa ri-
chesse intrinsèque et sa capacité d’évolution. Vous avez cité
Airbus et Michelin mais nous pouvons aussi évoquer l’expé-
rience réussie du géant aéronautique et militaire américain
Northrop Grumman et le choix récent de notre technologie
par le groupe français Brioche Pasquier qui dispose de 63
sites de production en Europe, aux US et en Corée.
(3D)
2
: Pourquoi avoir choisi de mettre vos bibliothèques
à disposition des utilisateurs sur d’autres medias que
TracePartsOnline.net ?
C’est notre force et elle devient donc celle de nos clients fabri-
cants. Le « TraceParts Publishing Network » permet de dé-
multiplier les possibilités d’accéder à leurs composants, aux
modèles et autres données associées. Il s’adapte aux habitu-
des de travail des concepteurs, ou à leurs préférences de
navigation sur Internet.
Notre contenu s’intègre ainsi dans les logiciels CAO ou les
portails associés (SolidWorks 3D ContentCentral, Autodesk
Manufacturing Community, DraftSight, …), dans ceux des
distributeurs (Axemble myCADservices), dans des medias
comme votre site cao.fr ou le nouveau réseau d’échanges
lynkoa.com pour ne parler que des sites francophones. Car ce
réseau s’étend aussi dans de nombreux pays, par exemple
cad.de en Allemagne et Sketchup 3D Warehouse aux USA.
Ces partenaires offrent une audience cumulée supplémentaire
de près de 8 millions d’utilisateurs et jouent un rôle impor-
tant dans notre mission de diffusion de contenu partout dans
le monde.
Fréquentation, TraceParts Enterprise, partenaires…
Gabriel GUIGUE, directeur général de TraceParts, répond à nos questions
Interview
www.traceparts.com
Découvrez les journaux en 3D déjà parus et gagnez peut-être une souris 3D ...
5/5
Un tirage au sort
par mois en 2013
parmi les abonnés.
En partenariat avec
lynkoa.com et
3Dconnexion.

… en vous abonnant gratuitement à la newsletter de CAO.fr
Ce numéro a été réalisé avec le logiciel Adobe Acrobat Pro Extended, en collaboration avec le ou les acteurs mentionnés. Tous les produits et marques cités dans ce document appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Copyright 2013 - Rédacteur Denis LOURME - ma-CAO.fr – SARL au capital de 10 000 euros - RCS Toulouse 452 266 109 – NAF 723