You are on page 1of 5

Antoine Héron de Villefosse

Deuxième rapport sur les fouilles du lieutenant Marius Boyé à Sbeïtla, Sufetula (Tunisie)
In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 28e année, N. 3, 1884. pp. 373376.

Citer ce document / Cite this document : Héron de Villefosse Antoine. Deuxième rapport sur les fouilles du lieutenant Marius Boyé à Sbeïtla, Sufetula (Tunisie). In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 28e année, N. 3, 1884. pp. 373-376. doi : 10.3406/crai.1884.69019 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1884_num_28_3_69019

Cette voie passe ensuite à Aïn-Beïda. ANT. DEUXIÈME RAPPORT SUR LES FOUILLES DU LIEUTENANT MARIUS BOYÉ À SBEÏTLA. » Dans les ruines ro situées sur ce point. PAR M.i 8 de hauteur | AE ] . Il est à sou qu'il continue ses recherches avec la même ardeur . con tenus haiter dans le nouvel envoi du lieutenant Boyé. il annonce en même temps l'arrivée d'une caisse contenant les estampages de ces textes. la seconde. Le lieutenant Boyé a continué ses fouilles sur l'emplace ment du mur d'enceinte de l'amphithéâtre. Deux autres inscrip tions incomplètes consistent : la première en un fragment por tant seulement deux lettres de om. en une inscription funéraire . SUFETULA (TUNISIE). du 22 au 29 juin dernier.— 373 — borne milliaire dont l'inscription est très omètres maines dégradée par le kil temps. le résultat de ses travaux ne peut manquer d'intéresser tous ceux qui s'occupent des antiquités de l'Afrique romaine. M. il y a découvert sept inscriptions. Dans la lettre qui accom pagne cet envoi. HÉRON DE VILLEFOSSE. quatre sont gravées sur de grands blocs de pierre et une sur le couronnement d'un piédestal. aussi bien au point de vue de l'épigraphie que de la géographie ancienne. Le lieutenant Boyé a envoyé à l'Académie la copie de dix inscriptions inédites recueillies dans un nouveau voyage à Sbeïtla. qui paraît appartenir à une grande inscription monumentale dont les débris se retrouvent autour de l'amphithéâtre et sur le mur d'enceinte du temple. Boyé a relevé une inscription grecque. Ne VII. Tels sont les renseignements précieux. à /i5 de Gilma et à h ι de Rérouan.

stori 10 allecto-inp ateucias familias trivmviro a-a-a-f-f-seviro-t\rnî. ce qui nous prive des noms inscrits en tête du texte : NOOS-C-V cioft.EtALVEI-TIBERIS 5 cmR-ALIMENTORVM îï. ANNIS.. elle nous fournit un cursus honorum fort intéres sant.— 37Λ — mutilée qui était encore en place au-dessus d'un petit tombeau contenant les ossements d'un jeune enfant appelé Datus : D Φ M..VIKO'S'F'X· VIRO«rbis-romae-leg-nv midiae-praet-vrbnq candidato · qviî. c(larissimo) v(iro). [cur(atori) aqjuarum et Mini[ciaé] e[t] ahei Tiberis . e-e-q-q-r-r-patrono per i5 petvo-aelivs felix-et FABIVS DONATVLVS· . [cu]r(atori) alimentorutn ..no.. Malheureusement elle est dégradée dans sa partie supé rieure . co(n)s(ulî)... Caecilius La plus importante des inscriptions découvertes par le lieu tenant Boyé a été élevée en l'honneur d'un patron de la cité de Sufetula. s CAECllius DATVStua. [quindecim] viro s(acris) .

devint légat de Numidie et arriva au consulat. renseignement bien insuffisant pour re connaître le personnage. et en cette qualité il entra au sénat. Les lacunes des lignes 3 à 7 sont faciles à remplir. et les deux noms qui apparaissent aux dernières lignes sont par conséquent ceux U Cl. par une faveur spéciale de l'empereur. c'est que le cognomen était terminé en . Iriumviro a(uro) a(rgento) a(eré) f(lando) f(eriundo) . leg(ato) Numidiae . puis il devint questeur. où. on la trouve dans une inscrip tion d'Utique(1) et dans une autre de Béjal2).. L. praetor urbanus candidatus. patrono perpetuo Aelius Félix et Fabius Donatulus. nus.— 375 — flaciundis) . Les lignes 2 à 7 renferment les ment ions des charges qu'il a exercées après sa légation de Numidie. puis il L'expression palronus perpetuus qui se lit à la fin du texte n'est pas nouvelle en Afrique. . Cette intéressante mention fait regretter la perte des noms du personnage. . quaestori alleclo in patricias familias . elle s'applique évidemment au patron de la cité. VIII.t. Tout ce qu'on peut constater. sévir turmae equitum romanorum. La première partie de sa carrière est aussi très clairement indiquée. il exerça ensuite une des fonctions du vigintivirat . D'abord com mandant d'un des six escadrons de chevaliers romains. triumvir a(ere) a(rgento) a(uro) filando) fieriundo) . n° 1181. ■ i2) Ibid. praet(ori) urbano candidalo . les compléments sont certains. On remarquera le titre decemvir urbis Romae... Il parvint ensuite à la préture urbaine sur la r ecommandation du prince . n" 1 a 2 2 . decemviro [u]rbis Romae.il appartenait donc à une famille plébéienne. qui se rapporte à un honneur urbain dont je ne connais pas d'autre mention ainsi libellée. il prit place parmi les patriciens. seviro turmae eq(uitum) r(omanoi*uni) . celle de triumvir monétaire. allectus in patricias familias . quoique le texte ne contienne aucune indication précise à cet égard .

qui avait rendu de signalés services à sa patrie. l'inscription qui le constate a été éga retrouvée. Pour lui exprimer sa reconnaissance. . le lieutenant Boyé comprend en outre la copie d'une borne milliaire du temps de Constantin et celle de plu sieurs inscriptions funéraires. Une autre inscription a été relevée par le lieutenant Boyé sur un piédestal qui supportait une statue de Gordien III. Un second piédestal porte une dédicace en l'honneur d'un citoyen appelé M. Un autre personnage. Aelius Félix et Fabius Donatulus. Rasinius Saturninus Maximianus. ancien édile.— 376 — de deux magistrats municipaux . re çut lement le même honneur. Magnius Severus . Son zèle et sa persévérance mér itent d'être soutenus et encouragés. elle a été gravée en l'année 2 3ο.. duumvir quinquennalis . L. le lieutenant Boyé a été assez heureux pour en faire déjà une ample récolte. Les documents de ce genre fournissent cont inuellement d'importants renseignements. il se propose de continuer. on y lit les noms du prince. Les découvertes que le lieutenant Boyé a faites à Sbeïtla enrichissent d'une façon intéressante l'épigraphie assez pauvre de cette ville et remettent sous nos yeux quelques feuillets de son histoire. chargés d'élever le monument. le splendidissimus ordo Sufetulensis lui avait voté une statue érigée aux frais de la ville. L'envoi de M.