1

W
Y
j
_
l
_
j
ƒ
i

f
ƒ
Z
W
]
e
]
_
g
k
[
i Une initiative de la Ministre-Présidente du Gouvernement de la Communauté française

Préface .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Introduction .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
01 Aborder la question de l’homophobie à l’école :
pourquoi, comment, avec qui ? .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1 L’école, un espace d’émancipation individuelle et sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
. L’orientationsexuelleminoritaire:unsujettabou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
. L’école,lieud’intégrationdesévolutionssocialesetlégales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
.3 Uneampleuretdesconséquencesdramatiques.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2 Mettre en place un climat scolaire favorable au développement de chacun . . . . . . 13
. Questions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
. Savoirsetsavoir-être.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
.3 Desparolesd’ouverture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
.4 Lignesdirectrices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3 À qui en parler ? Dans quel(s) contexte(s) ?.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
02 S’appuyer sur des connaissances .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1 Quelques préjugés tenaces.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
. Exemplesdepréjugés.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
. Éclairagesdelapsychologiesurlaformationdel’identitésexuelle.. . . . . . . . . . . . . 26
2 La perception sociale de l’homosexualité à travers l’histoire.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3 Les avancées politiques et sociales.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3. Évolutionjuridique.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3. Évolutionsociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3 Persistancedel’homophobie.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4 Une question de genre et d’identité.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4. Unequestiondegenre.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4. Unequestiond’identité?.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
03 Mener des activités pédagogiques 3 Mener des activités pédagogiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
04 Ressources et références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Ressources pédagogiques.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Contacts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
.lossaire .lossaire.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Questionnaire d’évaluation.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Une initiative de la Ministre-Présidente du Gouvernement de la Communauté française
Rédaction
Tanguy Pinxteren avec la collaboration
de Florence Tamagne, historienne et maître de conférence
à l’Université de Lille 3, pour le chapitre « La perception sociale
de l’homosexualité à travers l’histoire ».
Conception
Cabinet de la Ministre-Présidente
du Gouvernement de la Communauté française
Gwendoline Allain, Luc Roger
Ouvrageréaliséavecl’aimablecollaborationde:
Klasse, la Holebifederatie, le GRIS-Montréal
qui ont autorisé la reproduction partielle de leurs publications.
Alexandra Adriaenssens, Nadine Bellay, Chantal Boucsin,
Olivier Collet, Yves Dario, Chille Deman, Eva Dumon,
Rosine Horincq, Luc Roger, Dan van Raemdonk,
Leen de Wispelaere qui ont contribué activement
à l’élaboration de l’outil.
Cetouvragepeutêtreobtenugratuitement
auprès du Ministère de la Communauté française,
Service du téléphone vert : 08000000
Il est également téléchargeable sur le site
www.enseignement.be/respel/
Éditeur responsable : Henry Ingberg, Bld Léopold II, 44 - B 1080 Bruxelles
Design : signélazer.com
3
Dans la longue histoire pour l’affrmation légale et la réalisation de l’égalité
des droits des femmes et des hommes qui forment l’Humanité, la question
de la reconnaissance de la multiplicité des identités sexuelles est sans doute
celle qui fait encore aujourd’hui, dans l’ensemble des sociétés, l’objet des
plus âpres controverses et des plus fortes résistances.
Certes, des avancées notables ont été réalisées en Belgique et en Europe ces
dernières années pour la reconnaissance de l’égalité des droits des gays et
des lesbiennes. Mais la fragilité de ces acquis suppose un engagement de la
société dans son ensemble pour que les discriminations et le rejet de l’Autre
soient combattus.
L’homophobie signife l’exclusion ou la discrimination d’un individu en raison de
son identité homosexuelle. Elle se traduit par des violences verbales, morales,
parfois physiques.
On sait que chez les jeunes gays et lesbiennes, la diffculté d’être accepté.e.s
socialement a parfois des conséquences tragiques : rupture familiale, isole-
ment, dépression, tentatives de suicide proportionnellement plus élevées que
chez les autres jeunes. A l’école, ce rejet peut aussi avoir un impact sur l’assi-
duité et la réussite scolaire des élèves.
En tant que Ministre de l’enseignement obligatoire, je considère qu’un des pre-
miers rôles de l’école est de permettre l’émancipation individuelle et sociale
des flles et des garçons.
Tant dans le Programme d’action gouvernementale pour la promotion de l’éga-
lité femmes-hommes, de l’interculturalité et de l’inclusion sociale adopté le 25
février 2005 que dans le Contrat pour l’école, j’attache une réelle importance à
cette mission sociale et citoyenne de l’école.
Préface

4
Aujourd’hui, que ce soit à travers la lutte contre les stéréotypes sexués
dans les programmes, la formation des enseignants au genre ou l’éducation
sexuelle et affective, des stratégies sont mises en place pour que l’homo-
sexualité ne soit plus un sujet de discussion tabou à l’école et pour que les
violences soient dénoncées.
Ce guide pédagogique est un premier outil qui propose aux enseignants des
clefs pour combattre l’homophobie à l’école primaire et secondaire. Il s’inscrit
pleinement dans la philosophie du décret « Missions ».
Comportant à la fois des connaissances et des activités pédagogiques, j’es-
père que ce guide permettra aux enseignants de réagir de manière appropriée
face aux insultes et aux violences que subissent certains jeunes en raison de
leur homosexualité présumée ou assumée.
De même, le programme 2006/2007 de l’Institut de formation continue com-
prend des modules de formation sur le genre intégrant la problématique de
l’orientation sexuelle. Ces formations peuvent également aider, de façon
complémentaire au guide, les enseignants qui le souhaitent dans ce travail de
sensibilisation.
La démarche de la Communauté française pour la promotion du respect de la
diversité sexuelle devra certainement être approfondie, à l’avenir, avec le sou-
tien des acteurs et des enseignants.
J’espère que ce guide ouvrira, à tout le moins, le débat au sein du monde sco-
laire et permettra à de nombreux jeunes et adultes de se sentir soutenus.
MarieArena
Ministre-Présidente du Gouvernement de la Communauté française
en charge de l’enseignement obligatoire et de l’égalité des chances

Introduction
* Les mots soulignés et
en italique dans le texte
sont défnis dans
le glossaire
Les objectifs de ce guide s’inscrivent dans la philosophie du décretdéfnis-
santlesnouvellesmissionsdel’école(juillet 1997),
qui prévoit en son article 6 que :
« La Communauté française pour l’enseignement qu’elle organise, et tout pou-
voir organisateur, pour l’enseignement subventionné, poursuivent simultané-
ment et sans hiérarchie les objectifs suivants :
1° promouvoir la confance en soi et le développement de la personne de
chacun des élèves ;
2° amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des com-
pétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre
une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
3° préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables
de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire,
pluraliste et ouverte aux autres cultures ;
4° assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale. »
L’article 8 évoque la manière d’atteindre ces objectifs généraux :
« À cet effet, la Communauté française […] et tout pouvoir organisateur […]
veillent à ce que chaque établissement […] éduque au respect de la per-
sonnalité et des convictions de chacun, au devoir de proscrire la violence
tant morale que physique et met en place des pratiques démocratiques de
citoyenneté responsable au sein de l’école. »
À l’école certains enfants souffrent de discrimination, de minorisation, de caté-
gorisation, de stigmatisation, à un moment où chacun cherche à se construire
une identité propre. C’est la raison pour laquelle le présent outil pédagogique
vise à contribuer au développement d’un milieu scolaire davantage respectueux
de la diversité sexuelle ; une école où l’étiquetage, le harcèlement et toute autre
forme de violence homophobe ne sont pas tolérés. Il aborde le problème de
l’homophobie
*
et présente des stratégies et des moyens pour la combattre.

La spécifcité de cet outil est d’être à la croisée de deuxpointsdevue rela-
tivement indépendants mais complémentaires. Le premier angle d’attaque
est celui de la souffrance vécue par l’enfant ou le/la jeune qui se sent
différent·e. La seconde optique est celle de l’apprentissagedeladiversité :
les différences étant constitutives de notre société, il est important de s’ouvrir
à la diversité dès le plus jeune âge et de l’accueillir comme une richesse plutôt
qu’une source d’embarras.
En outre, la conception de cet outil répond à l’évolution du cadre légal et de la
société belges. Sur le plan légal, la reconnaissance de l’égalité des droits des
personnes, quelle que soit leur orientation sexuelle, a été consacrée par l’adop-
tion d’une législation anti-discrimination, la modifcation des lois sur le mariage
et la reconnaissance, par les Parlements, d’une Journée internationale de lutte
contre l’homophobie (17 mai).
Cette évolution légale et une visibilité accrue des orientations sexuelles mino-
ritaires, par exemple les familles homoparentales ou le mariage d’un.e membre
du corps enseignant avec une personne du même sexe, confrontent l’école
et les enseignants à des situations nouvelles ou nouvellement énoncées. Ces
situations peuvent susciter le questionnement des élèves, des insultes homo-
phobes, voire des attitudes de rejet.
L’outil propose donc aux enseignant.e.s des informations et des pistes d’acti-
vités pédagogiques de manière à leur permettre de réagir positivement à cette
question qui concerne la société.
Bien qu’il s’adresse principalement au personnel enseignant des écoles pri-
maires et secondaires, cet outil peut aussi intéresser les professionnel·le·s non
enseignant·e·s, les intervenant·e·s en milieu scolaire ou dans le domaine de
l’aide à la jeunesse, les animateurs / animatrices de mouvements de jeunesse,
les éducateurs et éducatrices, les parents.
On sait que les discriminations, qu’elles se rapportent à la prétendue race, à la
différence physique, au handicap ou, en l’occurrence, à l’orientation sexuelle,
partagent un fondement commun : la peur de l’autre et de la différence. Les
apprentissagesvisés par ce guide sont relativement larges et peuvent ren-
contrer des éléments d’apprentissage relatifs à la lutte contre toute forme de
discrimination et à la déconstruction des stéréotypes, afn de permettre le
développement individuel de chacun.

Ontrouveradansceguidedesinformationsconcernant:
– les diffcultés vécues par les jeunes gays, lesbiennes et bisexuel·le·s
en milieu scolaire ;
– les diffcultés vécues par les jeunes ayant un ou des parents
homosexuel·le·s ;
– les défnitions et les notions de base concernant
l’homosexualité et la bisexualité ;
– les rôles sexuels, l’orientation sexuelle et l’identité de genre ;
– les manifestations et les effets de l’homophobie ;
– l’affrmation de soi et le respect des autres et de la diversité sexuelle ;
– les stratégies pédagogiques pour combattre l’homophobie à l’école ;
– les ressources disponibles.
Cet ouvrage se réfère à diverses expériences ayant déjà été menées en milieu
scolaire. Des outils comme « Maarten heeft twee mama’s ! » développé en
Flandre, la brochure québécoise « Démystifer l’homosexualité, ça commence
à l’école » et le manuel « S’orienter dans la diversité. Comprendre les différen-
ces culturelles et sexuelles des adolescents » édité dans le cadre du projet
européen TRIANGLE, ont inspiré le présent document, de même que les pis-
tes proposées par l’association suisse Lambda Education. Le contenu de cet
ouvrage a fait l’objet d’une discussion au sein d’un comité d’accompagnement
constitué de représentant·e·s d’associations LGBT et d’enseignant·e·s.
Lemanuelcomprendquatreparties:
01
La première partie présente les objectifs du guide en mettant en avant
la pertinence et le contexte dans lequel parler de l’orientation sexuelle
et de l’homophobie en milieu scolaire.
02
La deuxième offre des connaissances sur les orientations sexuelles,
sur l’histoire de l’homosexualité ainsi que sur les manifestations et les
effets de l’homophobie sur les jeunes.
03
Cette partie théorique constitue une introduction générale à la troi-
sième partie du manuel qui propose desactivités à réaliser en classe
et dans les milieux éducatifs. Les activités ont été conçues pour les élèves
fréquentant les écoles primaires et secondaires.
04
Enfn, l’ouvrage comprend un inventairederessources qui permet-
tront aux professeur·e·s et aux intervenant·e·s d’enrichir leur démar-
che éducative auprès des jeunes.
8
01

Aborder la question
de l’homophobie
à l’école : pourquoi,
comment, avec qui ?
Ce guide aborde la lutte contre l’homophobie
et promeut une école ouverte à la diversité.
L’orientation sexuelle minoritaire y est approchée
sans établir de hiérarchie morale ou sociale entre
les différences, de façon à informer objectivement
les jeunes et à ne pas leur imposer un modèle relationnel
adopté par la majorité.
Au moment où les jeunes découvrent et construisent
leur identité, l’orientation sexuelle est présentée comme
l’un des aspects d’un système relationnel comportant
plusieurs dimensions : amoureuse, émotionnelle, sexuelle,
identitaire, conjugale et parentale. L’accent est mis
sur l’abandon des préjugés et des attitudes ou
comportements homophobes et
sur le développement de l’estime de soi.
0
1 L’école, un espace d’émancipation
individuelle et sociale
1.1 L’orientation sexuelle minoritaire : un sujet tabou
Dansbonnombred’écolesbelges,l’homosexualitédemeureunsujettabou.
Au sein de chaque établissement, il y a des enseignant·e·s et des élèves
homosexuel·le·s, des enfants issus de familles homoparentales qui parfois sont
confrontés à une absence d’information et / ou de soutien.
Comme le souligne l’étude sur la « promotion de la santé concernant les jeunes
d’orientation sexuelle minoritaire » réalisée en Communauté française en 2003, le
contexte scolaire est l’un des principaux lieux d’apprentissage de la vie en société
et il recèle d’inestimables potentiels pour favoriser l’éducation à la diversité.
DeuxétudesréaliséesenFlandresontéclairantesàcetégard:
– L’asbl « De Holebifabriek » a fait une enquête dont les résultats (K. Pelleriaux, 2001)
démontrent que seuls 10 % des élèves disent qu’ils / elles ont reçu assez d’informa-
tions sur l’homosexualité ; 60 % d’entre eux / elles disent ne pas avoir de problème
avec l’homosexualité mais la majorité confent « si j’étais homosexuel·le, je ne le
dirais à personne ».
– Une étude de l’Université de Gand (J. Vincke, 1999) a mis en évidence que 85 % des
personnes d’orientation homosexuelle ou bisexuelle affrmaient ne jamais avoir en-
tendu parler de l’homosexualité dans leur parcours scolaire ; parmi les 15 % qui en
avaient entendu parler, 60 % se disaient insatisfait·e·s de la manière dont ils / elles
en avaient entendu parler ou du contenu de l’information reçue.
1.2 L’école, lieu d’intégration des évolutions sociales et légales
Dans bien des cas, le premier lieu où le jeune gay ou la jeune lesbienne fait
l’expérience de l’incompréhension et parfois de la violence homophobe est sa
propre famille. L’école est ensuite le lieu où se cristallisent encore trop sou-
vent les manifestations d’homophobie. Plusieurs jeunes gays et lesbiennes ou en
questionnement sur leur orientation sexuelle n’hésitent pas à affrmer que l’école
est pour eux un véritable cauchemar. Témoins ou victimes de violence homophobe,
ces jeunes vivent la plupart du temps leur orientation sexuelle dans l’isolement, le
secret et la honte. Craignant l’opprobre de leur entourage, ils / elles réclament peu
d’aide et, pour cette raison, ne bénéfcient pas du soutien nécessaire que pour-
raient leur offrir les enseignant·e·s et les intervenant·e·s en milieu scolaire.
L’homophobie qui s’exerce à leur endroit peut se manifester par une violence ver-
bale (moqueries, injures), psychologique (harcèlement et intimidation) et physique
(agression, viol).
L’homophobie peut aussi être dirigée vers des jeunes qui, par leur attitude, leur
comportement ou leur tenue vestimentaire, dérogent aux normes traditionnelle-
ment associées à la féminité ou à la virilité. Généralement, les injures et les moque-
ries à caractère homophobe se font entendre dans les classes et les couloirs de
l’école. L’intimidation et les agressions sont le plus souvent commises à l’insu du
personnel enseignant, dans des lieux comme la cour d’école, les vestiaires et les
bus scolaires, avant et après les heures de classe.
[…]
ces jeunes
vivent la plupart
du temps
leur orientation
sexuelle
dans l’isolement,
le secret
et la honte.

D’après l’étude de J. Vincke, ces actes de violence sont perpétrés le plus souvent
par des garçons, dès le deuxième cycle du primaire. Les témoignages de jeunes
gays et lesbiennes nous indiquent que la fréquence de ces actes et leur brutalité
s’intensifent au cours des degrés du secondaire (J. Vincke, 1998, 2000). Il ne faudrait
pas croire cependant que l’homophobie soit l’apanage des garçons : des flles aussi
sont auteurs de violences homophobes. Bien que moins fréquente, la violence
exercée par les flles prend le plus souvent la forme de l’étiquetage et de la stig-
matisation de leurs pairs. Si les garçons tendent à lancer bruyamment des injures
homophobes en public à des jeunes avec lesquels ils n’entretiennent pas ou peu de
liens affectifs, les flles, quant à elles, manifestent des préjugés et de l’exclusion à
l’endroit de leurs compagnes dans le cercle intime des amitiés féminines.
Les jeunes issus de familles dont la culture de référence accepte plus diffcilement
l’homosexualité manifestent souvent des résistances plus importantes encore
envers l’homosexualité. Ces résistances sont le plus souvent associées à des
croyances religieuses ou à des référents culturels, en particulier chez les jeunes dont
les parents proviennent de pays où l’homosexualité est criminalisée ou condamnée
publiquement par les institutions.
1.3 Une ampleur et des conséquences dramatiques
Peu d’études existent sur la fréquence des attitudes et comportements homopho-
bes en milieu scolaire. Néanmoins, des données recueillies entre autres aux États-
Unis témoignent de la fréquence alarmante de la violence homophobe vécue par
les jeunes homosexuel.les ou bisexuel.les à l’école et du sentiment d’insécurité
qu’elle génère chez eux
1
.
En Flandre, la Holebifederatie a recueilli une série de témoignages d’agressions
subies par des jeunes gays et lesbiennes :
– Suite à des tracasseries, une lesbienne a dû partir de l’école, les professeurs et la
direction n’ont pas réagi aux violences psychiques et physiques qu’on lui a fait subir.
– Il a été interdit à un garçon de voir son ami à l’internat, l’éducateur estimant « qu’il
doit avoir des relations avec des flles et qu’il n’y a pas un homo qui rentrera au foyer
(local de réunions) ».
– Avant sa nomination, un professeur a dû rendre des comptes à son pouvoir organi-
sateur sur son engagement dans un groupe local de jeunes gays et lesbiennes.
– Après le coming-out d’un élève, des professeurs ont propagé des préjugés sur les
gays et les lesbiennes.
– Un élève d’une sixième secondaire a reçu un zéro pour une rédaction sur les évé-
nements des vacances dans laquelle il avait rédigé un compte rendu des activités
d’un groupe de jeunes gays et lesbiennes. Selon la professeure de néerlandais
« on ne peut quand même pas traiter un sujet comme celui-là dans une rédaction ».
1 Le Gay Lesbian and Straight Educators Network (GLSEN) a effectué deux enquêtes nationales dans les
écoles secondaires américaines, en 1999 et en 2001. La dernière révèle entre autres les faits suivants :
près du tiers des jeunes LGBT ont admis avoir manqué au moins un cours durant le dernier mois car ils /
elles ne se sentaient pas en sécurité à l’école à cause de l’homophobie ; plus du quart des jeunes LGBT
ont affrmé être fréquemment victimes de harcèlement verbal homophobe de la part d’autres jeunes à
l’école tandis que près de dix pour cent ont rapporté avoir été fréquemment victimes de harcèlement
physique homophobe au cours de la dernière année scolaire.

Selon J. Y. Frappier, l’homophobie exercée par les pairs en milieu scolaire a un
impact considérable sur l’estime de soi et le bien-être des jeunes d’orientation
homosexuelle. L’un des effets les plus dévastateurs de l’homophobie est la honte et
la culpabilité ressenties par le / la jeune. Cette honte mine son épanouissement per-
sonnel et limite la conduite de sa vie (J. Y. Frappier et al., 1997). Par ailleurs, la majorité
des jeunes ne consultent pas un·e intervenant·e ou un·e enseignant·e pour des
questions relatives à leur orientation sexuelle, et ils / elles ne peuvent guère trouver
de renseignements à la bibliothèque de leur école, les ouvrages sur l’homosexua-
lité y étant souvent inexistants ou rares et périmés.
La crainte d’être identifé·e comme gay ou lesbienne, puis d’être stigmatisé·e à cause
de cela, est un motif important d’anxiété, de dépression et d’idéations suicidaires
chez les jeunes (J. Vincke, 1998). Une étude du Québécois Michel Dorais (2000) mon-
tre que le taux de suicide chez les jeunes hommes d’orientation homosexuelle
est de trois à six fois plus élevé que chez les jeunes d’orientation hétérosexuelle.
Chez les jeunes lesbiennes, le taux de suicide est encore plus élevé.
« L’école doit être un espace d’émancipation individuelle et sociale pour chaque
jeune ». Ce qui précède montre que la réalité scolaire est parfois bien éloignée de
ce qui est décrété. Pour remédier à cette situation, les établissements scolaires et
leurs principaux animateurs, les enseignant·e·s, ont la responsabilité d’informer les
jeunes sur les orientations sexuelles et de les sensibiliser au respect des différences.
L’école a la responsabilité morale d’entreprendre des actions concrètes ménageant
un climat de sécurité et de protection permettant le développement personnel et la
sécurité de tous les jeunes sans distinction. Ce travail de prévention et d’information
est nécessaire mais parfois délicat. Il nécessite la mobilisation soutenue des pou-
voirs organisateurs, des directions d’écoles, des enseignant·e·s et des jeunes.
L’homophobie exercée par les
pairs en milieu scolaire a un impact
considérable sur l’estime de soi
et le bien-être des jeunes
d’orientation homosexuelle.
3
2 Mettre en place un climat scolaire
favorable au développement de chacun
Pourassurerlebien-êtredesjeunesquiontuneorientationsexuelleminori-
taireouquiseposentdesquestionsquantàcetteorientation,ilconvientde:
1 Développer des habiletés cognitives et émotionnelles afn d’augmenter
leurs capacités, à prendre soin de soi, à faire face au monde et à adopter
des attitudes responsables.
2 Ménager un climat scolaire positif et ouvert vis-à-vis des différentes
orientations sexuelles.
3 Agir sur les variables du contexte scolaire : la formation des
enseignant·e·s, l’engagement des écoles et des directions, l’implication
des parents, la sensibilisation de tous les jeunes.
À cette fn, des pistes sont proposées à la section 3.
2.1 Questions
Lesenfantssont-ilstropjeunespourqu’onleurparled’homosexualité?
Quel est l’âge adéquat pour qu’un enfant voie deux personnes qui s’aiment ? Pour
qu’un enfant se rende compte de la pluralité des formes de l’amour et de la famille ?
Pour apprendre à respecter les autres avec leurs différences ?
En maternelle et au début du primaire, l’enfant découvre son corps et son sexe
(le sien et celui des autres). Les enfants en parlent déjà entre eux. Ils connaissent
déjà une panoplie d’insultes.
Puisque l’école doit faire en sorte que tous les élèves puissent se développer avec
leurs différences, il convient qu’elle offre à l’enfant un climat de confance, que
l’enfant puisse poser les questions qu’il souhaite, qu’il soit soutenu dans sa recher-
che et dans la construction de son identité sexuelle et qu’une information lui soit
apportée, en adéquation avec ses capacités intellectuelles et psychologiques.
Faceauxmotsquiblessenttelsque
«pédé,pédale,tante,tapette,lopette,gouine,etc.»:
1 il faut savoir que l’enfant n’en maîtrise pas nécessairement le sens ;
2 il convient d’agir et de réagir pour faire comprendre que ces mots font mal
et qu’ils entravent toute communication ;
3 il convient d’inviter l’enfant à rencontrer l’autre avec des mots qui font du
bien et non avec des mots qui font mal.
S’ils / elles ne sont pas trop jeunes pour intégrer des mécanismes sexistes et
homophobes, s’addresser des insultes, les enfants ne sont certainement pas trop
jeunes pour qu’on leur parle des diverses formes d’amour et qu’on leur enseigne
le respect de chacun·e.
4
N’est-cepasfairedu«prosélytisme»?
En abordant ouvertement le thème de l’homosexualité, beaucoup d’enseignant·e·s
et de parents y voient une forme de « prosélytisme ». Il ne s’agit pas de cela : en
abordant le thème de l’homosexualité avec des enfants, on peut faire passer un
discours de tolérance, d’acceptation, de respect des différences, on peut combat-
tre les images négatives, les discriminations, la violence qui va souvent de pair avec
la peur de la différence.
Chacun·e a une orientation sexuelle plus ou moins bien défnie, qu’elle soit hétéro,
homo-, ou bisexuelle. Donner de l’information objective à propos d’une réalité
individuelle et sociale ne « rend » pas homosexuel. Ainsi, bon nombre d’enfants
qui grandissent dans des familles hétérosexuelles s’identifent comme homo-
sexuels. De même, la plupart des enfants qui ont des parents homosexuels sont
hétérosexuels.
Est-cebienlerôledel’école?
L’école devrait être l’une des clés essentielles de l’épanouissement. Elle apprend
la vie en société et prépare les jeunes à affronter l’avenir, en transmettant non
seulement un savoir, mais aussi des valeurs. Cependant celles-ci ne refètent pas
toujours la réalité de l’amour entre les personnes de même sexe. L’amour entre
personnes de même sexe existe, et l’école doit pouvoir intégrer cette réalité sociale
dans son langage quotidien au même titre que d’autres thèmes de société.
Aux parents qui ne souhaitent pas que l’on parle de l’homosexualité à leur enfant,
on peut expliquer que c’est dans l’intérêt de leur enfant de recevoir une informa-
tion sur ce sujet. Si le jeune est d’orientation homosexuelle ou bisexuelle, il pourra
directement bénéfcier de cette information et construire son identité en harmonie
avec son entourage. Si l’enfant est d’orientation majoritairement hétérosexuelle,
l’information sur le sujet ne peut qu’éclairer son jugement et lui apprendre à respec-
ter les personnes lesbiennes, gay ou bisexuel·le·s.
Notreécolen’est-ellepasdéjàassezouverte?
Beaucoup d’enseignant·e·s et de parents peuvent avoir le sentiment que leur éta-
blissement manifeste déjà une grande ouverture à l’égard des jeunes d’orientation
homosexuelle ou bisexuelle et se positionne assez clairement contre les compor-
tements discriminatoires.
Les quelques questions suivantes permettront de faire le point à cet égard :
– Où se situe la limite d'acceptation et de tolérance concernant les modes de
vie homosexuels à l'intérieur de notre établissement (position de la direction,
opinion des collègues…) ?
– Parmi les enfants ou adolescent·e·s auprès desquels nous travaillons, où est
la limite d'acceptation et de tolérance vis-à-vis de sentiments homosexuels ?
(Et parmi les parents ?) L'homo- et la bisexualité sont-elles un sujet de discus-
sion ou un tabou ? Traitons-nous avec eux de l'homo- et de la bisexualité et des
rôles traditionnellement attribués aux sexes ?
– Quelle est la situation des jeunes gays, lesbiennes ou bisexuel·le·s dans l'éta-
blissement ? Comment les camarades de classe les traitent-ils / elles ? Y a-t-il de
la moquerie, du harcèlement ou de l'isolement ? Existe-t-il une violence et / ou
une discrimination à l'égard des gays et des lesbiennes ?
[…]
en abordant
le thème de
l’homosexualité
avec des enfants,
on peut faire
passer un discours
de tolérance,
d’acceptation,
de respect
des différences
[…]

2.2 Savoirs et savoir-être
Une bonne connaissance du sujet est certes indispensable, mais l’aisance avec
laquelle on en parle est tout aussi importante pour la réussite de l’activité. Souvent,
c’est le savoir-être, c’est-à-dire nos attitudes et nos valeurs à l’égard de l’homo-
sexualité qui, en défnitive, auront un effet plus déterminant sur les jeunes que les
connaissances que nous leur transmettrons. Quelles attitudes doit-on privilégier
lorsqu’on aborde les thèmes de l’homosexualité et de l’homophobie auprès d’en-
fants ou d’adolescent·e·s ?
Desadultesouvert·e·saudialoguesanstabousnipréjugés
Accepter de mener soi-même une réfexion sur le sujet avant d’entamer un effort de
conscientisation constitue un préalable : être concient·e de ses propres préjugés et
de ses stéréotypes ; prendre le temps de vérifer si ces préjugés s’appliquent aux
personnes réelles ; prendre garde aux généralisations abusives et éviter de confon-
dre les jeunes gays et lesbiennes avec les stéréotypes que l’on a d’eux / elles.
Au sein d’un groupe de jeunes, on peut alors affrmer une attitude « inclusive » :
– Reconnaître les relations amoureuses entre personnes de même sexe de la
même manière que l'on reconnaît la diversité ethnoculturelle. Se rappeler que
ce n'est pas parce qu'une réalité est minoritaire qu'elle est anormale. Les jeunes
gays, lesbiennes et bisexuel·le·s ont besoin de savoir, comme les autres jeunes,
que leurs sentiments amoureux sont normaux, sains et respectés.
– S'affrmer personnellement et professionnellement face aux manifestations
d'homophobie. Intervenir lorsqu'il y a des blagues, des propos ou du harcèle-
ment homophobes, moins en interdisant simplement des propos stigmatisant
qu'en interrogeant, par exemple, les auteurs sur l'origine et / ou la signifcation des
termes injurieux qu'ils / elles utilisent. Créer ainsi un environnement sécurisé pour
les jeunes gays et lesbiennes ou en questionnement sur leur orientation sexuelle,
tout en laissant des paroles moins convenues s'exprimer et être débattues.
– Poser des questions aux jeunes qui ont des préjugés ou de fausses croyances
à l'endroit des personnes homosexuelles afn de comprendre l'univers de leurs
valeurs et de leurs croyances face à l'homosexualité. Restructurer l'information
en transmettant des connaissances justes. Chercher à créer des alliances avec
les jeunes les plus ouvert·e·s d'esprit en les invitant à émettre leurs opinions.
Ne pas oublier que les jeunes ayant des comportements homophobes repré-
sentent une minorité.
– Être ouvert·e à accueillir sans jugement un·e jeune qui s'affrme comme gay ou
lesbienne ou qui se questionne sur son orientation sexuelle. Respecter la conf-
dentialité de cette information et lui offrir son soutien. S'il / elle est troublé·e ou
s'il / elle vit diffcilement cette situation, lui suggérer de demander de l'aide auprès
d'un·e intervenant·e scolaire qui pourrait l'accompagner dans sa démarche.

Uneécoleouverteetresponsable
Outre les interventions à réaliser en classe, de multiples moyens peuvent être mis
en œuvre afn de créer un milieu scolaire respectueux de la diversité des vécus
sexuels. C’est aussi l’école comme milieu de vie qu’il importe de sensibiliser à la
violence homophobe et à ses conséquences sur le bien-être des jeunes gays et
lesbiennes. Cela nécessite de développer des stratégies concertées impliquant
tous les acteurs : les pouvoirs organisateurs, les directions d’école, le personnel
enseignant, les professionnels non enseignants et les jeunes. Voici une liste indica-
tive de suggestions qui pourront vous aider dans cette démarche.
– Organiser une activité de sensibilisation sur l'homophobie auprès du pouvoir
organisateur.
– Etablir des politiques d'établissement visant l'adoption d'attitudes et de com-
portements non discriminatoires à l'endroit de l'orientation sexuelle des élèves
et du personnel en fonction dans l’établissement. Prévoir, par exemple, une poli-
tique contre le harcèlement homophobe et l'inclusion du respect de l'orientation
sexuelle dans le code de vie des élèves.
– Intervenir face aux comportements homophobes des jeunes ou des adultes.
Les actes d'intimidation et de violence homophobes devraient être rapportés
à la direction comme tout autre acte de violence et des mesures de réparation
devraient être prévues.
– Organiser des événements sur les thèmes de l'homophobie ou de la diversité
sexuelle : projection de flms, conférence, pièce de théâtre. Organiser une jour-
née thématique de lutte contre l'homophobie en milieu scolaire.
– Organiser une intervention pédagogique avec des représentant·e·s des as-
sociations gay et lesbiennes afn de démystifer l'homosexualité auprès d'un
groupe d'élèves.
– Mettre à la disposition des jeunes des livres permettant de démystifer l'homo-
sexualité ainsi que des romans jeunesse ayant des personnages homosexuels
dans les bibliothèques scolaires. Il en existe pour les écoles primaires et
secondaires.
– Créer des lieux d'échanges tels que des comités d'étudiant·e·s qui encouragent
le rapprochement entre les jeunes d'orientations sexuelles différentes et favori-
sent un climat d'acceptation des différences.
– Les jeunes gays et lesbiennes manquent souvent de modèles auxquels ils pour-
raient s'identifer. L'absence de modèles d'identifcation accroît le sentiment
d'isolement lié à la découverte de l'homosexualité chez ces jeunes. Le fait de
savoir qu'il existe aussi des enseignant·e-s gay et lesbiennes peut favoriser
l'épanouissement des jeunes concerné·e·s et contribuer à briser le cercle vicieux
de l’homophobie qui nuit aux jeunes, et parfois aussi aux enseignant·e·s.
[…]
créer
un milieu
scolaire
respectueux
de la diversité
[…]

2.3 Des paroles d’ouverture
Plus que les actes, ce sont d’abord les mots qui blessent, mais aussi qui réconfortent.
À l’instar d’autres minorités, les gays et lesbiennes ont été l’objet de nombreuses
expressions péjoratives. Notre attitude quant à l’usage de ces expressions permettra
d’instaurer un climat de respect. Si l’on souhaite exprimer les différences, on privilé-
giera l’usage des termes gay, lesbienne, bisexuel·le, et l’on se référera utilement au
glossaire en fn de manuel.
Par ailleurs, afn que bon nombre de jeunes ne se sentent pas exclu·e·s, on s’efforcera
d’utiliser un langageinclusif de leurs réalités lorsqu’on aborde, par exemple, l’univers
amoureux ou familial. Ainsi, l’expression « relation amoureuse entre garçon et flle »
peut être aisément remplacée par « relation amoureuse entre flles, entre garçons ou
entre garçons et flles ». Le terme « couple » est inclusif, mais l’on peut aussi utiliser
l’expression « couple de sexe différent ou de même sexe ». Utiliser l’expression « famille
homoparentale » plutôt que « famille homosexuelle » est judicieux, car une famille n’a
pas d’orientation sexuelle, ce sont les individus qui la composent qui en ont une.
Nommerpourmieuxnormer?
La désignation ou l’auto-désignation d’une personne au moyen des termes décrits
plus haut peut constituer une étape importante dans la construction identitaire de
l’individu, mais il ne faudrait pas qu’elle le fge une fois pour toutes dans une caté-
gorie bien assignée
2
. Lorsqu’elles apprennent qu’un·e jeune est lesbienne, gay ou
bisexuel·le, certaines personnes ont tendance à ne considérer que la dimension
sexuelle de sa vie, comme si celle-ci défnissait à elle seule sa personnalité. Pourtant,
la sexualité n’occupe pas en général une place plus importante dans la vie des gays et
lesbiennes que dans la vie des personnes hétérosexuelles. Les relations amoureuses
entre personnes de même sexe comportent une multitude de dimensions : affective,
émotive, physique, sexuelle, identitaire, etc. De plus, les relations amoureuses entre
femmes ou entre hommes recèlent un potentiel de bonheur aussi grand que les rela-
tions amoureuses entre hommes et femmes.
Employer des termes adéquats peut permettre au jeune en quête de repères de s’ap-
proprier des identités telles que « gay » ou « lesbienne », encore souvent empreintes de
clichés, mais c’est sans doute la découverte de la diversité des vécus sexuels qui l’amè-
nera réellement à se nommer de façon plus conforme à ses désirs et aspirations. Veiller
à utiliser un langage inclusif ne signife pas que les noms doivent devenir des normes.
2 Cf. activité « Étiquettes et rôles ».
8
2.4 Lignes directrices
Voici en résumé douze recommandations
pour combattre l’homophobie au quotidien
Êtreattentifauproblèmedeladiscriminationhomophobe,
cernertoutessesimplications.
S’informeretinformer,briserlesilence,
combattrepréjugésetstéréotypes.
3 Dédramatiser,sensibiliser,éduquerlesenfantsavecdesmotssimples.
4 Permettreauxélèvesdeposerlesbonnesquestions,
donneruncadrelangagieretaffectifadéquat.
Vocabulaire:donnerdesmotspositifs,employerunesémantique
adéquate.Parlerd’amour,durespectdesautres,d’égalité,
dedifférence,dediversité,deliberté.
Fairedisparaîtrelesentimentdemalaiseetdehonte.
Intégrer–banaliser:intégrercethèmedanslevocabulaire,
l’incluredanslathématiquepluslargedelasexualitéetdeladiversité.
Combattrelaviolenceverbaleetphysique,penseràlasanté
desadolescents,àlapréventiondusuicide.
8 Rassurerlesparents,répondreàleursquestionsavecassurance,
dépassionnerledébatavecl’informationàdisposition,
avecunerhétoriqueinclusivedetouteslesdifférences.
Utiliserdesmoyenscourants:situationsquotidiennes,comporte-
ments,livres,flms,articles.Utiliserdespointsd’ancragecommuns,
desévénementsd’actualité.
0 Prendreleproblèmeàlaracine:dèsleplusjeuneâge.
Secentrersurlamissiondel’école:éducationpourtoutesettous,
épanouissementindividueletsocialdechaquejeune.
Donnerdesinformationsutilesetconcrètes,
parexemple,lesadressesd’associations.

3 À qui en parler ?
Dans quel(s) contexte(s) ?
Nous suggérons ici quelques pistes de réfexion dont certaines seront approfon-
dies à la section 3. L’orientation sexuelle et l’homophobie sont des sujets qui
peuvent être abordés dans différents contextes et auprès de publics divers :
primaire, secondaire, supérieur. Ils peuvent également être abordés dans le cadre
d’événements thématiques s’adressant à tous les élèves de l’école comme les jour-
nées ou les semaines prévues au calendrier scolaire qui traitent de la prévention de
la violence ou du suicide, de la citoyenneté, ou encore lors d’événements spéciaux
comme la fête de l’école ou les voyages d’étude, etc. Cette stratégie pédagogique
suscitera peut-être moins de résistances chez les élèves qui craignent la plupart du
temps d’être étiqueté·e·s « gays » ou « lesbiennes » s’ils / elles manifestent un intérêt
pour cette question.
Enparleraufondamental
Souvent, les élèves du primaire font moins de distinction entre personnes hété-
rosexuelles et homosexuelles que les jeunes plus âgé·e·s. Mais cela n’empêche
pas le fait que des enfants puissent exprimer, en classe, des idées homopho-
bes entendues chez eux. Quel·le jeune n’a pas entendu les épithètes « tapette »,
« pédé » ou « gouine » dans la cour d’école sans nécessairement comprendre qu’il
s’agit de termes péjoratifs faisant référence à l’homosexualité ? Selon les cas, une
animation spécifque sur l’homosexualité peut s’avérer nécessaire afn de per-
mettre aux enfants de dire ce qu’ils pensent mais aussi de leur transmettre une
information objective.
Nous suggérons dans ce guide une série d’activités s’adressant aux élèves du
fondamental (maternel et primaire). Elles peuvent être intégrées dans le cadre de
cours ou d’activités thématiques qui traitent de la famille, des relations amoureuses
ou encore de la tolérance, de la diversité sociale et du respect des différences.
En effet, à l’école fondamentale, il est possible d’aborder les relations amoureu-
ses entre personnes de même sexe de manière inclusive en les présentant, par
exemple, comme un modèle relationnel au même titre que les relations amoureuses
entre personnes de sexes différents. Dans le cadre d’une activité sur la famille, on
peut aussi présenter la famille homoparentale comme une réalité parmi la diversité
des situations familiales existantes.
? ?
0
Enparlerausecondaire
Il est important de parler de la diversité des vécus sexuels dans les cours d’édu-
cation affective et sexuelle. Toutefois, les relations amoureuses entre personnes
de même sexe comme celles entre personnes de sexes différents ne sauraient se
réduire à la seule dimension sexuelle. Les thèmes de l’homosexualité et de l’ho-
mophobie peuvent aussi être intégrés dans d’autres domaines d’apprentissage de
manière transversale comme détaillé à la section 3 : domaine du développement
personnel, domaine de l’univers social et de la citoyenneté, langues, arts, scien-
ces, etc. Par ailleurs, le « savoir-être » revêt une importance cruciale (cf. §1.2.2.) :
le comportement inclusif et respectueux des adultes qui les encadrent doit inciter
les jeunes à faire preuve d’ouverture.
Enparlerdanslesupérieur
Il importe que les personnes travaillant avec un public jeune (futur·e·s enseignant·e·s,
éducateurs / éducatrices, intervant·e·s en milieu de la jeunesse…) soient sensibilisé·e·s
à la thématique de la diversité sexuelle et veillent à ne pas renforcer les stéréotypes
et clichés véhiculés dans le cadre scolaire. Il leur est aussi nécessaire de disposer
d’un minimum de connaissances qui leur permettraient de faire face à des situations
délicates ou de répondre aux attentes des jeunes en matière de sexualité, d’affectivité
et de respect des différences.

22
%'
3
S’appuyer
sur des connaissances
Les informations présentées dans cette section ont
pour but de familiariser l’utilisateur ou l’utilisatrice
du guide avec les termes et sujets abordés dans
les pistes pédagogiques développées à la section 3.
1 Quelques préjugés tenaces
Accepter l’autre avec ses différences implique bien souvent une révision de ses
propres craintes, de ses préjugés et même de sa façon de s’exprimer. Souvent, on
entend dire que les personnes homosexuelles ou bisexuelles sont anormales, mala-
des, immorales, voire perverses. Mais l’homosexualité n’est plus considérée comme
une maladie mentale par l’American Psychiatric Association depuis 1973
1
alors que
la bisexualité n’a jamais été considérée comme une maladie par les sciences psy-
cho-médicales. Ajoutons que les thérapies visant à changer l’orientation sexuelle
d’une personne sont désormais considérées comme une faute professionnelle par
de nombreux psychiatres et psychologues.
En dépit de cela, les préjugés à l’égard des personnes homosexuelles ont la vie
dure. Traditionnellement, la religion, l’éducation, les médias, la psychanalyse et la
psychologie populaire ont véhiculé l’image du couple homme-femme comme le
seul modèle acceptable de relation amoureuse. Et de nombreux « mythes » circulent
encore à propos de l’homosexualité ou de la bisexualité. Avant de présenter une
série d’informations objectives, il est proposé de passer en revue quelques-uns de
ces préjugés tenaces.
1 Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, il a fallu attendre 1993.
4
1.1 Exemples de préjugés
«L’homosexualitéestfondamentalementdifférentedel’hétérosexualité»
Beaucoup de gens pensent à tort que l’homosexualité constitue une sexualité dif-
férente. Cette fausse croyance datant du XIX
e
siècle a renforcé la peur et la dis-
crimination envers les gays et lesbiennes. En réalité, il y a peu de comportements
sexuels particuliers qui distinguent les personnes homosexuelles des personnes
hétérosexuelles. Les baisers, les caresses et la plupart des pratiques sexuelles sont
exercées tant par les personnes hétérosexuelles, bisexuelles qu’homosexuelles.
La diversité des pratiques sexuelles est commune à toutes les orientations sexuelles
et l’adoption d’une pratique est une question de goût et de préférence personnelle.
On ferait donc fausse route en considérant l’homosexualité ou la bisexualité comme
des sexualités différentes. C’est plutôt le sexe de la personne pour laquelle on éprouve
un attrait physique ou amoureux qui diffère d’une orientation sexuelle à l’autre.
«L’homosexualitéestcauséeparuneaversiondel’autresexe»
Certaines personnes croient à tort que l’on développe une orientation homosexuelle
parce que l’on a été insatisfait·e d’une relation amoureuse avec une personne de
sexe opposé ou parce que l’on a vécu des expériences traumatisantes comme
l’inceste, le viol ou toute autre forme d’abus sexuel. En effet, la majorité des femmes
ayant été victimes de violences sexuelles de la part d’un homme n’ont pas déve-
loppé une orientation homosexuelle. Il en est de même pour celles qui se disent
insatisfaites de leur vie conjugale. Le lesbianisme ne représente pas une forme
d’aversion envers les hommes. L’homosexualité comme l’hétérosexualité naissent
du désir et non de l’abus ou de l’insatisfaction.
«L’homosexualitéauneorigine:
culturelle/génétique/physiologique/psychique»
À notre époque, beaucoup de gens affrment encore que l’homosexualité n’est
pas « naturelle », ce qui est, d’une part, inexact car les pratiques homosexuelles
sont répandues dans le monde animal (B. Bagemihl, 1999) et, d’autre part, absurde
compte tenu du caractère non fondé de la distinction entre « nature » et « culture »
du point de vue de la biologie et des sciences sociales. Une étude réalisée au
début des années 1990 avançait l’hypothèse d’un gène prédisposant à l’homo-
sexualité. Depuis, d’autres études ont été réalisées et aucune n’a pu confrmer
cette hypothèse de manière rigoureuse, ce qui n’est pas fort étonnant quand on
sait que la neurobiologie montre qu’aucun comportement humain n’est dicté par
l’expression d’un seul gène.
La recherche des causes de l’homosexualité a débuté à la fn du XIX
e
siècle (M. Fou-
cault, 1976), et plus de 13 000 études ont été produites sur le sujet. Examinant tour
à tour le cerveau, les hormones, les chromosomes, l’oreille interne, les modèles
parentaux, l’absence du père, la surprotection de la mère, les rôles sexuels, l’édu-
cation, aucune étude n’est parvenue à des conclusions scientifquement valides et
généralisables à l’ensemble des personnes homosexuelles (M. Dorais, 1994). Après
plus d’un siècle de recherches, la science n’a pas trouvé de cause à l’homosexualité
et s’est même peu intéressée aux causes de l’hétérosexualité et de la bisexualité.

«Leshomosexuelssontdespédophiles»
Ce mythe est persistant même si la vaste majorité des études disponibles montrent
que les hommes homosexuels ne sont pas plus abusifs que les hommes hétéro-
sexuels. Au contraire, l’abus sexuel des jeunes garçons est majoritairement le fait
d’hommes qui se défnissent comme hétérosexuels. Les recherches les plus récen-
tes (M. Dorais, 1997) montrent d’ailleurs que c’est par des proches hétérosexuels que
le garçon comme la flle risquent le plus d’être sexuellement agressé·e·s.
«Lesgayssontplusefféminésetleslesbiennesplusmasculines»
Certains tendent à associer l’homosexualité masculine à la féminité et l’homosexua-
lité féminine à la masculinité. En réalité, il n’y a pas de caractéristiques physiques,
psychologiques, comportementales ou vestimentaires qui permettent assuré-
ment de distinguer les personnes homosexuelles des personnes hétérosexuelles.
Si certains jeunes gays montrent des caractéristiques dites féminines, on peut le
comprendre comme le résultat du processus d’étiquetage et d’auto-étiquetage qui
assigne à la personne homosexuelle certaines façons d’être. Autrement dit, le jeune
peut avoir lui-même intériorisé ce stéréotype qui constitue souvent le seul modèle
accessible. Il faut prendre garde toutefois à ne pas généraliser ces stéréotypes à
l’ensemble des jeunes gays et lesbiennes, car la plupart d’entre eux ne présentent
aucune caractéristique qui nous permettrait de les distinguer des autres jeunes.
«Lesenfantsdeparentshomosexuelsdeviennenthomosexuels»
Les enfants ayant eu un ou des parents homosexuels n’ont pas plus de chances de
développer une orientation homosexuelle que les enfants ayant un ou des parents
hétérosexuels (M. Dubé et D. Julien, 2000). C’est un mythe de croire que l’orientation
sexuelle se transmet de manière héréditaire ou que l’homosexualité du parent sera
apprise par mimétisme. En réalité, la très vaste majorité des personnes homosexuel-
les ont des parents hétérosexuels et la grande majorité des parents homosexuels ont
des enfants hétérosexuels. De plus, les enfants de parents homosexuels n’ont pas
plus de problèmes d’identité sexuelle que les enfants de parents hétérosexuels.
Il convient, par ailleurs, de souligner que l’orientation sexuelle d’un parent ne
garantit nullement ses capacités parentales. De nombreuses recherches ont été
effectuées auprès de parents homosexuels et aucune différence avec des parents
hétérosexuels n’a pu être constatée au plan des aptitudes et capacités parentales
(C. Patterson, 2001). Ce n’est pas parce que les parents ont en commun un sexe
biologique qu’ils adoptent nécessairement le même rôle, font preuve des mêmes
aptitudes et habiletés, ont la même personnalité et la même relation avec l’enfant.
En ce sens, deux parents de même sexe peuvent offrir à l’enfant des modèles
différents d’adultes aimants, sensibles et responsables.
«Labisexualitéestrépandueetbienacceptée»
Les personnes bisexuelles sont souvent perçues comme indécises ou plus actives
sur le plan sexuel. Cette image est véhiculée par la pornographie qui est de plus en
plus présente dans notre quotidien. En fait, les personnes bisexuelles ont simple-
ment le potentiel d’être attirées par des personnes des deux sexes, mais accom-
plissent rarement ce potentiel en vivant une relation avec deux personnes en même
temps. En réalité la bisexualité est souvent invisible. Les personnes bisexuelles que
nous côtoyons sont des personnes qui peuvent vivre, au cours de leur vie adulte,

une relation conjugale avec une personne de sexe opposé (étant alors perçues
comme hétérosexuelles) puis, après une rupture, elles peuvent vivre une relation
conjugale avec une personne de même sexe (étant alors perçues comme homo-
sexuelles). Sur le plan des sentiments, ces personnes ont la capacité d’être attirées
soit par un sexe, soit par l’autre.
«Lescoupleshomosexuelssontmoinsstables
quelescoupleshétérosexuels»
Les relations entre hommes et femmes durent aussi longtemps ou aussi peu long-
temps que les relations homosexuelles (J. Vincke et P. Stevens, 1999). Certaines ne
durent que quelques semaines, d’autres se maintiennent sur plusieurs années ou
même toute une vie. La seule différence est qu’une relation homosexuelle n’est
que rarement soutenue par la société ou les familles des partenaires. Ce manque
d’acceptation et de soutien extérieur fait que le couple a parfois plus de diffcultés
à résoudre les problèmes rencontrés dans la relation.
Beaucoup de jeunes homosexuel·le·s souhaiteraient vivre une relation stable et se
réjouiraient de vieillir aux côtés de leur partenaire. En ce sens, gays, lesbiennes et
bisexuel·le·s ne se différencient pas des hétérosexuel·le·s. Mais l’idéal de « l’amour
éternel » est loin d’être partagé ou vécu par tout le monde aujourd’hui. Au lieu de
rester avec un partenaire « jusqu’à ce que la mort les sépare », beaucoup d’indivi-
dus changent de partenaire deux fois ou plus au cours d’une vie, et ce quelle que
soit leur orientation sexuelle.
1.2 Éclairages de la psychologie
sur la formation de l’identité sexuelle
Une simple collecte de témoignages permet aisément de comprendre que les objets
du désir sexuel chez un individu humain ne sont pas si rigides que les catégories
communément admises pourraient le laisser entendre (B. Bagemihl, 1999). Dans son
célèbre rapport publié en 1948, le sexologue américain Alfred Kinsey a mis en avant
l’existence d’un véritable « continuum sexuel » et, selon lui, rares sont les indivi-
dus exclusivement homosexuels ou exclusivement hétérosexuels. La découverte
de cette variété d’orientations sexuelles, laquelle s’ajoute aux nombreuses autres
caractéristiques variables des êtres humains (la taille et la masse, la forme des
organes sensoriels, la pigmentation de la peau, la sociabilité, etc.), aide à la com-
préhension de ce qui fait l’essence de l’espèce humaine, à savoir la richesse des
différences entre les individus. Tout l’enjeu consiste à faire percevoir cette richesse
aux jeunes parfois tenté·e·s de simplifer les réalités sociales.
Ladéterminationdesrôlesetdesstéréotypes,
unobstacleàlaconstructiondel’identitésexuelle
On désigne souvent, à tort, l’orientation sexuelle en termes de « choix ». Si l’expres-
sion du désir ou de l’amour d’une personne suppose un choix, il est clair que per-
sonne ne choisit consciemment ses attirances. Celles-ci sont plutôt découvertes à
l’adolescence et au cours des cycles de la vie adulte. C’est à travers son histoire de
vie, ses besoins, ses attentes et ses expériences que chaque individu développe
son orientation sexuelle et sa vie amoureuse.
Outre l’identité sexuelle, qui est la reconnaissance par l’individu de la possession
d’attributs physiques et psychologiques mâles ou femelles, on parle souvent des rôles

socio-sexuels. Ceux-ci proviennent des normes et des attentes sociales à propos de
ce qui est considéré comme féminin ou masculin. Par exemple, la démonstration de
la force musculaire est attribuée au masculin, alors que la patience est attribuée au
féminin. C’est précisément cette division arbitraire des qualités et des rôles que le
féminisme a interrogée. Or, si d’importants progrès ont été réalisés en matière d’éga-
lité femmes-hommes au cours des dernières décennies, on constate une persistance
des stéréotypes sexués. Cette persistance se traduit, par exemple, par le fait qu’en
Europe, aujourd’hui, les hommes assument, en moyenne, moins de 40 % des tâches
ménagères et entre 25 et 35 % des tâches liées à l’éducation des enfants dans les
couples dont les enfants ont moins de 7 ans (Commission européenne, 2005).
La conviction que dans un couple gay ou lesbien un partenaire est « masculin » et
l’autre « féminin » est un cliché issu de préjugés hétérosexistes. Dans une relation
entre deux femmes ou deux hommes, beaucoup de gens pensent que l’un ou l’autre
des partenaires doit nécessairement entrer dans le modèle de rôle de l’autre sexe.
La volonté d’attribuer à un gay le rôle traditionnel de la femme ou à une lesbienne
le rôle traditionnel de l’homme n’a pas de sens. En réalité, on ne retrouve pas de
division stricte des rôles selon le sexe dans les couples homosexuels. La division
des rôles et des tâches chez les partenaires d’un couple homosexuel est fondée la
plupart du temps sur les goûts et les aptitudes de chacun·e.
Enfn, on parle parfois de « préférence(s) sexuelle(s) ». Cette expression désigne
habituellement les caractéristiques physiques, psychologiques et relationnel-
les qu’une personne recherche chez son ou sa partenaire. Par exemple, la taille,
la couleur des yeux ou des cheveux, les qualités et la personnalité peuvent fgurer
parmi les caractéristiques déterminantes de l’attirance envers une personne. Les
pratiques sexuelles et le type de relations vécues font aussi l’objet de préférences.
Il n’y a pas de préférences sexuelles particulières aux personnes homosexuelles ;
les goûts sont relativement semblables d’une orientation sexuelle à l’autre.
Lecoming-out,constructionsocialedel’identitésexuelle
L’une des (rares) spécifcités de la construction de l’orientation homosexuelle est
le processus de « coming-out ». Ce terme désigne couramment le moment où les per-
sonnes homosexuelles ou bisexuelles révèlent ouvertement leur orientation sexuelle.
Mais il y a souvent confusion : la « sortie du placard » est perçue comme le moment où
la personne se dévoile, alors que ceci n’est qu’une des étapes du coming-out. En réa-
lité, le coming-out n’est pas une décision unique mais plutôt une série ininterrompue
de décisions qui commence en règle générale à l’adolescence, au moment où quel-
qu’un reconnaît l’attirance qu’il / elle éprouve pour le même sexe et où il / elle l’accepte.
Chaque fois qu’ils / elles rencontrent une nouvelle personne, les personnes d’orienta-
tion homosexuelle doivent décider d’effectuer ou non un nouveau coming-out.
Au cours de ce processus, les lesbiennes, gays et bisexuel·le·s apprennent à compo-
ser avec la stigmatisation sociale, liée à leurs sentiments et attirances, qui a un impact
sur le développement de l’estime de soi. Cette démarche est infuencée par une série
de variables : sexe, origine ethnique, environnement (urbain ou rural), valeurs et com-
portements du groupe social dont la personne est issue et qualités individuelles
2
.
2 Le parcours souvent linéaire présenté dans la littérature LGBT est loin d’être un donné universel.
Il correspond plutôt à une « théorisation » issue des mouvements gay et lesbiens principalement
anglo-saxons. Pour des jeunes situé·e·s au confuent de plusieurs cultures accueillant diversement
les discours sur la sexualité et / ou les pratiques homosexuelles ou bisexuelles,
les parcours seront parfois radicalement différents.
8
La façon dont les flles et les garçons sont préparé·e·s à une vie sociale dans des
rôles sexués traditionnels infuence aussi notablement cette démarche.
L’estimedesoipours’épanouirdansladiversité
Dans une société encore fort imprégnée des normes hétérosexistes apportées
tour à tour, comme le rappelle la section suivante, par les doctrines religieuses
puis scientifques et pseudo-scientifques, il peut paraître légitime de tenter de
mieux comprendre les étapes marquant la construction de l’orientation sexuelle
d’un individu. Pourtant, le fait est que la plupart des chercheurs en sciences
sociales et psychologiques orientent aujourd’hui davantage leurs recherches sur
l’origine de l’homophobie.
Quellequesoitsonorientationsexuelle,un· ejeunequiveutconstruire
uneviesexuelleépanouiesembleentoutcasdevoirassumeruncertain
nombred’actes :
– Donner du sens à ses propres expériences et sentiments homosexuels ou aux
expériences et aux sentiments homosexuels d'autres jeunes ; en garder une
image positive.
– Faire face aux préjugés ou s'en défaire, et pour cela ne pas hésiter à mettre en ques-
tion les normes et les valeurs venant de son éducation et à les écarter au besoin.
– Combattre son sentiment de culpabilité et / ou sa crainte d'être atteint·e dans sa
propre sexualité ou dans son identité de genre ; surmonter le sentiment d’isole-
ment, de peur, voire de dégoût.
– Apprendre à se départir de l’homophobie de son entourage et du stress qui en
résulte si l'on s'en sent victime.
– Se construire un style de vie épanoui, en phase avec son orientation sexuelle et
respectueux de celle des autres ; accepter la diversité des vécus sexuels.
Comme évoqué plus haut (Cf. §1.2.3), la réappropriation de termes tels que « gay »,
« lesbienne » ou « hétéro » peut constituer une étape dans la construction identitaire
d’une personne. Mais bien souvent, se ressent ensuite un besoin de dépasser de
manière singulière des mots qui ont tendance à inscrire les individus dans des
catégories fgées.

2 La perception sociale de
l’homosexualité à travers l’histoire
L’amour et la sexualité entre hommes et entre femmes existent probablement partout
et depuis toujours *. Seules les conditions dans lesquelles ces relations se nouent
et les formes qu’elles prennent ont varié dans l’histoire. Plusieurs sources confr-
ment qu’au cours de l’histoire européenne, il y a eu des hommes et des femmes qui
avaient des relations sexuelles exclusivement avec des personnes de même sexe,
mais cela ne signife pas que toutes les cultures aient disposé d’un concept spé-
cifque identifant « l’homosexualité » (qui s’opposerait donc à « l’hétérosexualité »),
ni envisagé l’existence d’une catégorie distincte d’ « homosexuel·le·s ». Dans cer-
tains cas, la question de savoir quel partenaire joue un rôle « actif » ou « passif »
dans la relation sexuelle s’avérait déterminant, alors même que ces rôles sont fré-
quemment interchangeables.
Dans de nombreux pays, les relations entre personnes du même sexe étaient
considérées comme un péché ou un crime qui fut parfois puni de mort. Aujourd’hui,
la dépénalisation des actes homosexuels, mise en œuvre en France et en Belgique
dès la fn du XVIII
e
siècle, est acquise dans tous les États d’Europe occidentale
mais demeure parfois purement formelle dans les pays d’Europe de l’Est. Cepen-
dant, au cours du XX
e
siècle, l’émancipation des femmes, l’expansion des mouve-
ments gay et lesbiens et la libération de la sexualité en général ont permis à des
homosexuel·le·s de plus en plus affché·e·s de développer une identité positive en
tant que gays ou lesbiennes
3
.
L’historique présenté ci-après n’a pas pour ambition d’être exhaustif mais est sur-
tout destiné à informer sur le fait que la répression des personnes d’orientation
homosexuelle n’a pas toujours été généralisée en Occident (F. Tamagne, 2001 ; D.
Eribon, 2003 ; L. G. Tin, 2003). À des périodes de répression ont succédé des périodes
d’acceptation de l’homosexualité. Par ailleurs, la négation même de l’existence de
l’homosexualité a toujours été l’un des procédés les plus effcaces pour « oublier »
les droits des personnes homosexuelles. Cela est particulièrement vrai pour les
lesbiennes. Si l’histoire des femmes a souvent été minimisée, celle des lesbiennes
a été ignorée, voire délibérément occultée (M. J. Bonnet, 2001).
L’Europeantiqueetmédiévale
La Grèce antique (et à un moindre degré la Rome impériale) a longtemps fait
fgure de référence majeure pour les homosexuels et les lesbiennes qui, comme
Renée Vivien (Sapho, traduction nouvelle, 1903), André Gide (Corydon, 1924) ou
Marguerite Yourcenar (Mémoires d’Hadrien, 1951) voulaient y voir un modèle de
tolérance des amours entre personnes du même sexe. Celles-ci demeuraient
cependant extrêmement codifées. Ainsi, en Grèce, « l’homosexualité » était défnie,
de manière restrictive, dans le contexte à la fois initiatique et pédagogique qui unit
3 Il y a aujourd’hui de multiples identifcations possibles en fonction de la sexualité, qui ne correspondent
pas toujours à un terme ou à une « étiquette » générique comme lesbienne, gay, bisexuel·le ou transgenre.
Depuis les années 90, le terme queer (initialement un terme injurieux, qui signife « étrange», « bizarre»
mais aussi « pédé») est employé par ceux qui entendent résister aux normes de sexe et de genre et
qui ne se reconnaissent pas dans les identités « gay» ou « lesbienne», considérées comme porteuses
de nouvelles exclusions (liées à l’âge, au physique, à la « race»…).
* Cf. activité 23 :
« La diversité sexuelle
dans les sociétés
humaines »
30
l’éraste (l’homme adulte) à l’éromène (son aimé, âgé de 12 à 18 ans). Les amours
masculines sont alors célébrées dans l’art (sur les vases, à travers la statuaire) et la
littérature (Le Banquet de Platon), comme l’une des plus hautes formes d’amour, et
davantage valorisées que les relations hétérosexuelles, alors que l’homosexualité
féminine est plus rarement mentionnée. Tous les comportements ne sont pas tolé-
rés : les « efféminés » sont l’objet de sarcasmes car ils témoignent, à l’âge adulte,
d’une conduite passive jugée déshonorante (K. J. Dover, 1982 ; B. Sergent, 1996 ; D. Hal-
perin, 2000 ; J. Winkler, 2005). De la même manière, à Rome, autre société patriarcale,
marquée par la valorisation de la virilité, la soumission de la femme et l’esclavage,
le partenaire passif, s’il est adulte, et s’il est un homme libre, est l’objet d’un profond
mépris (F. Dupont et T. Eloi, 2001).
Latraditionchrétienne, sous l’infuence d’abord de saint Paul, puis saint Augustin
et saint Thomas d’Aquin, porte également un regard réprobateur sur le « sodomite »
4
,
jugé coupable d’un « crime contre nature » car il remet en cause l’ordre divin de la
différence des sexes. Néanmoins, « le sodomite » et « l’homosexuel » ne se confondent
pas complètement puisque l’accusation de sodomie pouvait recouvrir des pratiques
homosexuelles, mais aussi hétérosexuelles, ainsi que la bestialité. Le lesbianisme
restait par contre dans l’ombre, sauf lorsque la femme prétendait revendiquer des
privilèges masculins, par exemple en se travestissant ou en utilisant des godemichés,
ou lorsqu’elle cherchait à contracter un mariage avec une autre femme.
Des persécutions liées à la répression de l’homosexualité sont ainsi attestées dès
le IV
e
siècle de l’ère chrétienne. Les lois appliquées sous les règnes de Théodose et
de Justinien sont les premières qui prévoient le bûcher pour de tels actes.
Ensuite, du V
e
au XIII
e
siècle, la répression est présente mais inégale en Occident.
Durant le Haut Moyen Âge, on peut même parler d’une certaine reconnaissance de
l’homosexualité à travers certains rites agréés par l’Église.
Dès le IV
e
siècle et au moins jusqu’au XII
e
, particulièrement en Orient, on relève
de nombreux exemples de cérémonies qui solennisent, entre deux personnes du
même sexe, une relation affective stable reconnue par la collectivité et offcialisée
par l’autorité religieuse (J. Boswell, 1996).
Aux XI
e
et XII
e
siècles, l’amour courtois existe aussi entre hommes, comme en
témoigne la littérature chrétienne de l’époque (par exemple, Saint-Anselme, Saint-
Bernard de Clairvaux ou l’évêque Marbod de Rennes de l’école de Chartres, dont
les poèmes vantant l’amour entre hommes sont diffusés en Europe), et plusieurs
papes et hommes de pouvoir renoncent à poursuivre les actes homosexuels.
À la Renaissance, sous l’infuence de la pensée humaniste, ce courant dit néo-pla-
tonicien, en référence à l’Antiquité, connut un renouveau, que ce soit dans la litté-
rature (Dialogue sur l’amour de Plutarque, sensibilité « homosexuelle » chez Montai-
gne, Marlowe ou Shakespeare) ou l’art (thèmes de Saint Sébastien ou Ganymède,
inspiration homoérotique chez Michel-Ange, Léonard de Vinci, Le Caravage…).
On observe alors une disparité croissante entre le discours offciel, très culpabili-
sant et la complexité des pratiques et des modes de pensée.
4 En référence à l’épisode de Sodome et Gomorrhe relaté par la Genèse (XIX 1-23).
3
AprèslaRévolutionFrançaise
En France, l’Assemblée Constituante adopte en 1791 le nouveau Code Pénal, et
retire les relations entre personnes de même sexe de la liste des délits, tout comme
le blasphème, la magie ou le sacrilège. En 1810, le Code pénal Napoléonien (égale-
ment adopté en Belgique) confrme cette tendance. De manière plus générale, il est
alors possible de distinguer en Europe les pays de culture latine et catholique, tels
que l’Italie, l’Espagne ou le Portugal, marqués par l’infuence du code Napoléon, et
les pays de culture germanique, anglo-saxonne ou slave, soumis à des infuences
majoritairement protestantes ou orthodoxes et qui adoptent, entre la fn du XIX
e
et
le début du XX
e
siècles, une législation spécifque pénalisant les rapports homo-
sexuels entre hommes.
En Angleterre, sous le règne de la Reine Victoria, la peine de mort pour homo-
sexualité est abolie en 1861 et transformée en prison à vie, jusqu’au Labouchère
Amendment de 1885 qui punit la « gross indecency » (outrage à la pudeur) de
deux ans de travaux forcés. Oscar Wilde, en 1895, en est la plus fameuse victime.
Il mourra quelques années plus tard des suites de la maladie qu’il a contractée en
prison, non sans avoir fait connaître au grand public « l’amour qui n’ose pas dire
son nom ». Cette affaire est à la fois le signe précurseur des fambées puritaines
récurrentes aux XIX
e
et XX
e
siècles dans la société anglaise, mais aussi celui de la
constitution d’une conscience collective de soi des homosexuel·le·s.
EnAllemagne, Heinrich Hössli publie en 1836 le premier volume de Eros : L’amour
entre hommes chez les Grecs, un ouvrage qui a un impact considérable sur le
juriste et sexologue Karl Heinrich Ulrichs, auteur en 1864 de L’énigme de l’amour
entre hommes. Il invente le terme d’ « uranisme » pour désigner l’amour pour une
personne du même sexe et élabore la fameuse théorie du « troisième sexe » selon
laquelle « l’uranien » aurait une « âme de femme dans un corps d’homme »

. Cette
hypothèse est bientôt reprise par le sexologue allemand Magnus Hirschfeld, fon-
dateur en 1897 du premier mouvement homosexuel militant, le Comité scientifque
humanitaire (CSH ou WhK en allemand). Le mot homosexualité apparaît quant à
lui pour la première fois en 1869 dans une lettre de l’écrivain hongrois Karoly Maria
Kertbeny, adressée au ministre de la Justice de la Prusse et réclamant l’abolition
des lois pénales sur les « actes contre nature ». Ce néologisme à la consonance
médicale traduit bien l’intérêt nouveau que les médecins, psychiatres et sexolo-
gues portent à cette question. Tous s’affrontent quant aux origines de cette « per-
version » et aux moyens de la « soigner ». En 1857, le français Ambroise Tardieu,
médecin conseil auprès des tribunaux, avait déjà dressé une liste des « signes de
la pédérastie », utilisable par les juges. À la fn du XIX
e
siècle, ce sont désormais
les théoriciens de la dégénérescence, comme le viennois Richard von Krafft-
Ebing, qui rencontrent le plus vif écho. Le sexologue anglais Havelock Ellis (Sexual
Inversion, 1898) est davantage réceptif aux revendications homosexuelles, même
si sa défnition de la lesbienne selon le modèle de « l’invertie congénitale » n’est
pas exempt de stéréotypes.
Comme le souligne Michel Foucault dans La Volonté de savoir (1976) : « L’homosexualité est apparue
comme une des fgures de la sexualité lorsqu’elle a été rabattue de la pratique de la sodomie sur une sorte
d’androgynie intérieure, un hermaphroditisme de l’âme. »
3
En 1905, Sigmund Freud publie les Trois essais sur la théorie sexuelle, ouvrage révo-
lutionnaire par sa théorie de la sexualité infantile selon laquelle l’enfant est un « per-
vers polymorphe » qui connaît plusieurs manières de satisfaction. D’après Freud, à
l’adolescence, l’instinct sexuel se transforme pour arriver au désir du sexe opposé,
le « but sexuel normal ». Si le schéma d’évolution est interrompu ou mal vécu appa-
raissent les « aberrations sexuelles », parmi lesquelles l’inversion qui, selon lui, est
une perversion mineure et un arrêt dans le développement de la sexualité. Il ne pré-
sente cependant jamais l’homosexualité comme une maladie dont il faudrait guérir,
ni comme un « vice » dont la « faute » incomberait aux parents, en particulier à la mère,
ce que nombre de ses disciples et vulgarisateurs ne se priveront pas de faire
6
.
EnRussie, infuencé par le travail de Hirschfeld, le juriste Vladimir Nabokov, père
de l’écrivain auteur du sulfureux roman Lolita, avait lancé au tournant du siècle une
campagne pour la dépénalisation de l’homosexualité en Russie. Celle-ci est fna-
lement obtenue au terme de la révolution bolchevique de 1917 qui voit la promul-
gation d’un nouveau code pénal révolutionnaire. Cependant, si en Europe, l’URSS
– et les partis communistes – bénéfcient alors d’une aura progressiste en matière
sexuelle, leur positionnement demeure ambigu et l’homosexualité continue d’être
vue comme « anormale ». Avec l’arrivée de Staline au pouvoir, la priorité est donnée
à la famille et à la reprise de la natalité. Un décret de décembre 1933 re-pénalise les
relations homosexuelles tandis que l’homosexualité est désormais désignée par la
propagande communiste comme une « perversion fasciste ».
De«l’âged’or»deWeimarauxdéportationsnazies
Dans l’entre-deux-guerres, l’Allemagne s’affrme comme le centre de l’émanci-
pation homosexuelle en Europe, avec plusieurs mouvements homosexuels de
masse, une presse spécialisée, et des milliers de bars et de clubs gay et lesbiens
(F. Tamagne, 2000). La lutte contre la pénalisation de l’homosexualité devient une
cause pour laquelle des personnalités s’engagent

. En parallèle, la libéralisation
des mœurs s’accentue et la tolérance gagne du terrain dans les centres urbains,
surtout parmi les milieux favorisés. Le Berlin des années folles devient un bouillon-
nant centre de l’avant-garde artistique et littéraire, souvent ouverte aux thémati-
ques homosexuelles
8
. Néanmoins, les actes sexuels entre hommes, visés par le
§175 du code pénal, en vigueur depuis 1871, demeurent passibles de prison, et
le discours puritain de l’Église et de la presse ne tarit pas. À partir des années
trente, dans un contexte de crise politique, économique et sociale, ces discours
homophobes trouvent de plus en plus d’écho. L’arrivée au pouvoir de Hitler voit
la destruction de la scène homosexuelle allemande, marquée notamment par le
pillage de l’Institut pour la Connaissance Sexuelle de Magnus Hirschfeld, fondé en
1919 et de réputation internationale.
6 La médicalisation puis la « psychanalysation » de l’homosexualité ont, dès la fn du XIX
e
siècle, constitué
la main armée d’un « bio-pouvoir » dont le développement a eu comme conséquence, d’après Foucault,
« l’importance croissante prise par le jeu de la norme aux dépens du système juridique de la loi ».
De criminel, l’homosexuel est devenu « déviant » ou « pervers ». (op. cit.)
Albert Einstein, Léon Tolstoï, Hermann Hesse, Rainer Maria Rilke, Stefan Zweig, Thomas Mann, Émile
Zola, Richard von Krafft·Ebing, Sigmund Freud ou Max Brod, pour ne citer que les plus célèbres signent
la pétition lancée par Magnus Hirschfeld contre le §175. Le parti démocrate, le SPD (socialiste) et le KPD
(communiste) se prononcent également pour la dépénalisation.
8 Une iconographie lesbienne est véhiculée par des femmes artistes de renommée internationale
(Les Lesbianaires, n°31, novembre 1991).
33
La répression s’accélère en 1934 après la « nuit des longs couteaux » et l’élimina-
tion de Röhm, chef de la SA et homosexuel notoire. Celle-ci est motivée avant tout
par des fns politiques, mais Hitler sait la présenter comme une croisade en faveur
de l’ordre moral. Le § 175 est renforcé en 1935, et près de 100 000 homosexuels
sont fchés par les différents organismes de surveillance. Les homosexuels jugés
« à risques » (prostitué, pédophile ou simplement récidiviste) peuvent alors être
placés en détention préventive, ou envoyés en camp de concentration. Au total,
entre 5 000 et 15 000 homosexuels auraient ainsi été envoyés dans les camps, où la
plupart trouvèrent la mort, dans des conditions dramatiques, victimes des sévices
des gardiens, du travail forcé ou d’expériences « médicales » déshumanisantes
(castration). Souvent séparés des autres prisonniers (l’homosexualité est jugée
« contagieuse »), les « triangles roses »

souffrent tout particulièrement de l’isole-
ment, et de l’hostilité parfois non dissimulée des autres déportés.
Si les lesbiennes échappent, dans l’ensemble, aux persécutions, certaines d’entre
elles sont arrêtées au titre de la loi autrichienne, qui réprime depuis 1852 l’homo-
sexualité féminine, ou sous d’autres prétextes, et déportées comme asociales ou
communistes. Certaines d’entre elles sont placées d’offce dans les bordels des
camps, et livrées au viol systématique. Le nombre exact de lesbiennes victimes du
nazisme demeure aujourd’hui encore inconnu
10
. C’est que les témoignages sont
rares (H. Heger, 1981 ; P. Seel, 1994) : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le
§ 175 reste en vigueur
11
et les homosexuels se voient privés du statut de « victime
du nazisme », qui est alors octroyé aux autres déportés, et certains doivent même
fnir de purger leur peine en prison. En France, la déportation des homosexuels
vivant dans les départements d’Alsace-Moselle, sous le contrôle du Reich, n’est
pas davantage prise en compte d’autant que par l’ordonnance du 6 août 1942 le
régime de Vichy introduit pour la première fois depuis la Révolution française une
discrimination relative à l’homosexualité
12
.
Versla«libération»homosexuelle
Pendant vingt-cinq ans, les homosexuel·le·s subirent encore les foudres de la société
tant à l’Est avec les purges staliniennes qu’à l’Ouest, avec la chasse aux sorcières
du sénateur Joseph Mac Carthy aux États-Unis, qui visait autant les homosexuels
que les communistes. Pourtant, le sexologue Alfred Kinsey, dans ses célèbres rap-
ports sur la sexualité de l’homme (1948) et de la femme (1953), mit en évidence le
caractère répandu des pratiques homosexuelles, et avança l’idée d’un « continuum
sexuel », contre la volonté tenace de classer les individus en catégories défnitives
et exclusives (homos / hétéros). En 1973 l’American Psychiatric Association ôta
C’est le signe distinctif que les homosexuels devaient porter dans les camps.
Voir www.triangles-roses.com
10 Voir www.360.ch / presse / 2004 / 10 / lesbiennes_sous_le_iiie_reich_disparaitre_ou_mourir.php
11 La RFA conserva jusqu’en 1969 la version renforcée en 1935 du §175 ; la RDA revint à la version en
vigueur sous Weimar, fnalement supprimée en 1968. Une discrimination sur l’âge de la majorité sexuelle
fut maintenue jusqu’en 1994 dans l’Allemagne réunifée. Il fallut attendre mai 1985 pour que Richard von
Weizsäcker, président de la RFA, reconnaisse publiquement la persécution des homosexuels sous le
régime nazi et le 10 mai 2002 pour que le Bundestag vote fnalement la réhabilitation.
12 Elle prévoyait une amende et une peine comprise entre 6 mois et 3 ans de prison pour tout acte
homosexuel ou lesbien perpétré avec un mineur de moins de 21 ans, alors que la majorité sexuelle était
fxée à 13 ans pour les hétérosexuels. Cette législation, maintenue à la Libération (la majorité sexuelle
étant portée à 15 ans pour les actes hétérosexuels), fut aggravée en 1960 par l’amendement Mirguet, qui
ft de l’homosexualité un « féau social» et resta en place jusqu’en 1982. En Belgique, une discrimination
semblable fut mise en place en 1965 et supprimée en 1985.
34
l’homosexualité de la liste des maladies mentales et, le 1
er
janvier 1993, l’Organisa-
tion Mondiale de la Santé ft de même.
Les homosexuel·le·s s’organisent de plus en plus sous une forme militante, que ce
soit dans les années 50 par le biais d’associations « homophiles », comme Arca-
die, puis dans le cadre de mouvements révolutionnaires comme le FHAR (Front
Homosexuel d’Action Révolutionnaire) en France ou le Gay Liberation Front en
Angleterre qui voient le jour dans les années 70, à la suite des évènements de
Stonewall, aux États-Unis. Souvent critiques à l’égard de ces mouvements très
masculins, les lesbiennes jouent un rôle actif au sein des mouvements féministes,
et créent des mouvements autonomes. Tous ces mouvements allaient jouer un
rôle décisif dans la marche vers l’émancipation et la reconnaissance des droits
des homosexuel·le·s.
3
3 Les avancées politiques et sociales
Enquelquesdizainesd’années,lesavancéeslégislativesontétérapidesdansde
nombreuxpaysdumonde.Parallèlementàcelles-ci,laperceptiondelasexua-
litéetdel’homosexualitéenparticulieraaussifortementévolué.Cependant,
dansdenombreuxpays,auNordcommeauSud,lareconnaissancesocialede
ladiversitésexuelletardeàsemanifester,d’oùlapugnacitédesmouvements
enfaveurdel’égalitédespersonnesd’orientationhomosexuelle.
3.1 Évolution juridique
En juin 2003, les États-Unis d’Amérique ont déclaré inconstitutionnelle l’interdiction
de certaines pratiques sexuelles entre adultes consentants qui permettait à treize
États de discriminer légalement des homosexuel·le·s à divers degrés.
Chypre, la Bosnie, la Serbie et la Roumanie sont les derniers pays européens à
avoir dépénalisé l’homosexualité (qui était passible de peines pouvant aller jusqu’à
cinq ans de réclusion).
Le 18 janvier 2006, le Parlement européen a adopté une résolution condamnant
l’homophobie au sein des pays de l’Union.
Certains pays occidentaux ont opté depuis une dizaine d’années pour la recon-
naissance légale du couple homosexuel. Seuls quatre États autorisent le mariage
homosexuel – les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne et le Canada – mais différents
types de contrats de vie communes existent en France, au Royaume-Uni, en Afri-
que du Sud, au Massachusetts, etc.
En Belgique, les deux dernières décennies ont connu des avancées notables en
matière de droits des personnes homosexuelles :
– En 1987, la majorité sexuelle est abaissée à 16 ans, y compris pour les relations
homosexuelles.
– La loi du 15 février 1993 créant le Centre pour l'Égalité des Chances et la Lutte
contre le Racisme stipule bien dans son article 2 que « le Centre a pour mission
de promouvoir l’égalité des chances et de combattre toute forme de distinc-
tion, d’exclusion, de restriction ou de préférence fondée sur :
1° une prétendue race, la couleur, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique ;
2° l’orientationsexuelle, l’état civil, la naissance, la fortune, l’âge, la conviction
religieuse ou philosophique, l’état de santé actuel ou futur, le handicap ou la
caractéristique physique ».
– En 1995, une aide est accordée pour la création et le subventionnement de l’as-
sociation Ex-Æquo (asbl de promotion de la santé visant à une diminution des
infections sexuellement transmissibles et du VIH / Sida auprès des hommes qui
ont des relations sexuelles avec d’autres hommes).
– 1998 voit l’instauration du contrat de vie commune et l’adoption de la loi sur la
cohabitation légale.
– En 2003, le mariage civil est ouvert aux personnes de même sexe et la même
année les droits de succession pour les cohabitants légaux sont réduits.
– La loi anti-discrimination du 25 février 2003 incluait l'orientation sexuelle dans
la liste des critères de discrimination couverts. Cependant, un arrêt de la Cour
3
d’arbitrage du 6 octobre 2004 a supprimé cette liste. En pratique, pas de change-
ment : la discrimination basée sur l'orientation sexuelle reste bien condamnable
en Belgique, aussi bien en matière d'emploi qu'en matière de fourniture ou de
mise à disposition du public de biens et de services. Le Centre pour l’Égalité des
Chances et la Lutte contre le Racisme est habilité à recueillir et à accompagner les
plaintes qui ont pour objet des discriminations basées sur l’orientation sexuelle.
– En 2004, le Parlement vote la révision du Code de droit international privé et
ouvre par là le mariage entre Belges et étrangers de même sexe. Diverses pro-
positions de loi sont déposées, qui visent à ouvrir l’adoption d'enfants par des
partenaires de même sexe.
– En 2005-2006, une proposition de résolution pour une Journée Nationale de Lut-
te contre l’Homophobie (17 mai) est adoptée par la Chambre des Représentants
et les Parlements de la Communauté française, de la Région wallonne et de la
Région bruxelloise. Un premier colloque belge, « Pour une journée mondiale de
lutte contre l’homophobie », a lieu en mai 2005 à la Maison des Parlementaires.
– Le 8 juillet 2005, le Conseil des Ministres approuve le texte de la « Charte
de la citoyenneté » qui rappelle dans son article 4 qu’« aucune discrimination
n’est acceptable », que « vivre ensemble dans une société ouverte, c’est lutter
contre […] toutes les formes de discrimination » et en son article 5 que « La
démocratie belge consacre le droit à la vie, ainsi que […] le mariage des
personnes du même sexe. »
– La Chambre des Représentants vote en faveur de l’adoption par les couples de
même sexe le 2 décembre 2005. Approuvé par la Commission Justice du Sénat
le 7 mars 2006, le texte est adopté en séance plénière du Sénat le 20 avril 2006.
3.2 Évolution sociale
Suite au mouvement de Mai 68 et à la révolution sexuelle des années 1970 en Occi-
dent, et plus particulièrement aux émeutes de Stonewall à New York en 1969, un
nouveau mouvement de libération homosexuelle apparaît, luttant pour une recon-
naissance juridique et sociale de l’amour entre personnes de même sexe. À partir
de Stonewall, les homosexuel·le·s refusent l’anonymat, la persécution et la honte et
expriment des revendications pour l’égalité. Il faut souligner ici le rôle essentiel joué
par les mouvements féministes et lesbiens. L’émancipation des femmes redéfnit
les rôles sociaux et familiaux, et les revendications homosexuelles proftent large-
ment de ce courant émancipateur.
En Europe, la visibilité des mouvements gay et lesbiens, et plus largement celle
des personnes LGBT, est aujourd’hui plus grande : les Lesbian & Gay Pride
13
sont
devenues des manifestations populaires qui combinent visibilité, revendications,
esprit de solidarité et fête. De nombreux partis politiques les soutiennent et de
nombreux / nombreuses hommes et femmes politiques y déflent. En outre, les
médias, les spectacles et la télévision prennent part à cette visibilisation. Plusieurs
grandes villes organisent chaque année un festival du cinéma gay et lesbien.
Au quotidien, la vie est sans doute devenue plus facile pour les personnes d’orien-
tation homosexuelle ou bisexuelle qui choisissent de ne pas se cacher, mais la
situation reste encore diffcile pour beaucoup d’entre elles.
13 Aussi appelées « Marches des Fiertés », elles sont organisées de mai à juillet en commémoration des
révoltes de Stonewall.
3
Unevisibilitérelative
Le fait que les gays et lesbiennes soient souvent réduit·e·s à leur sexualité sans
qu’on tienne compte de leurs autres traits de caractère, ainsi que les diffcultés que
beaucoup d’entre eux / elles éprouvent encore à vivre publiquement leur orienta-
tion sexuelle, les incitent parfois à se tourner vers des lieux d’accueil spécifques.
Souvent, il s’agit de groupes de discussion qui se focalisent surtout sur le pro-
cessus de coming-out, où les gays et les lesbiennes peuvent rencontrer des gens
qui subissent le même type de discriminations, être soutenu·e·s et parler de leurs
expériences personnelles, de ce qu’ils / elles ressentent, de leurs peurs et leurs
désirs. D’autres associations occupent un terrain plus politique en se battant pour
les droits des gays et des lesbiennes. D’autres groupes encore se focalisent sur
l’éducation. Ces dernières années, de plus en plus de groupes avec des intérêts
particuliers ont été créés : par exemple, associations sportives, culturelles, de loi-
sirs. La plupart d’entre eux sont mixtes et ouverts à toutes et à tous, quelle que soit
l’orientation sexuelle.
Isolementou«communauté»?
L’expression de « communauté gay et lesbienne » recouvre-t-elle vraiment une
réalité ? Il règne parmi les personnes d’orientation homosexuelle une telle diver-
sité d’opinions, de modes de vie, de niveaux socio-économiques, de caractères
culturels, qu’il semble abusif de parler de « communauté », au sens où l’on entend
habituellement ce terme en Belgique francophone
14
. Mais, il est vrai que de nom-
breux bars et restaurants accueillent surtout des client·e·s gay et lesbiennes, où
ceux / celles-ci peuvent en toute quiétude rencontrer leurs ami·e·s ou sortir avec
leur partenaire. On peut en ce sens parler de « milieu gay et lesbien », fréquenté
somme toute par une minorité de personnes homosexuelles, beaucoup d’autres ne
s’y rendant pratiquement jamais.
Bien que la situation générale s’améliore, les associations, groupes et bars de
la « communauté gay et lesbienne » ne se trouvent que dans les grandes villes
et très rarement en zone rurale. C’est pour rompre avec un certain isolement
– atténué de nos jours par la possibilité de nouer des relations via l’Internet – que
les jeunes gays et lesbiennes se rendent plus souvent en ville et songent à s’y
installer. Ils / elles espèrent aussi que l’anonymat de la grande ville les protègera
des préjugés et discriminations.
Au-delà de la visibilisation accrue, c’est à présent à la reconnaissance, au respect
de leur différence qu’aspirent les personnes gay et lesbiennes. Ceci passe sans nul
doute par une plus grande vigilance de toutes et de tous à l’égard de l’homophobie,
et par sa condamnation sociale.
14 Dans les pays anglo-saxons, on parle de communautés culturelles, ethniques. En revanche, en France ou
en Belgique francophone, ce terme est plutôt réservé aux groupes religieux ou est utilisé dans le but de
circonscrire de façon souvent stigmatisante un groupe en réalité très disparate.
38
3.3 Persistance de l’homophobie
Malgré les avancées juridiques et sociales dans les pays occidentaux, la dis-
crimination y est encore souvent présente, à différents niveaux. Dans d’autres
pays, la loi condamne toujours l’homosexualité.
Àdiversniveauxetsousdiversesformes
Comme cela a été évoqué plus haut, l’homophobie se traduit souvent par une vio-
lence verbale et physique. Elle couvre toute une gamme de gestes et d’attitudes,
aux conséquences désastreuses. Les insultes, les sarcasmes, les moqueries,
ont pour effet de saper la confance en soi de nombreux / nombreuses jeunes.
L’étiquetage (pédé, tapette, tantouze, gay, lesbienne, gouine, pédale, etc.) stig-
matise les jeunes qui ne se conforment pas aux normes de la masculinité ou de la
féminité, de même que les jeunes gays et lesbiennes. Le harcèlement, l’intimida-
tion et la menace d’agression instillent un sentiment de crainte et de persécution.
L’homophobie peut parfois aller jusqu’à l’agression physique.
L’homophobie peut être le fait d’un individu ou d’un groupe d’individus et s’expri-
mer à différents niveaux de la société :
– Homophobie du langage : insultes, plaisanteries, vocabulaire négatif qui stigma-
tisent l’homosexualité et les personnes homosexuelles.
– Homophobie personnelle : sentiment / croyance que les homosexuel·le·s sont
anormaux, bizarres, malades. Sentiment de peur, insultes, évitement, violence
verbale, voire physique.
– Homophobie institutionnelle : institutions, lois, règlements qui discriminent les
personnes homosexuelles.
– Homophobie sociale et culturelle : normes sociales et culturelles qui favorisent
l’hétérosexualité au détriment de l’homosexualité.
– Homophobie intériorisée des personnes homosexuelles : ils / elles intègrent
eux / elles-mêmes les préjugés, les normes sociales homophobes et en viennent
à se dévaloriser, voire à se détester eux / elles-mêmes, et à dévaloriser, voire à
détester les gays et lesbiennes de leur entourage.
– Hétérosexisme : présupposé qui veut que tout le monde soit hétérosexuel, et
que l’hétérosexualité soit le seul modèle relationnel acceptable (cf. homophobie
institutionnelle et culturelle).
Si l’homophobie institutionnelle a pratiquement disparu en Belgique et ailleurs en
Europe, des défs importants restent à relever à d’autres niveaux.
3
Unphénomènemondial
Dans le monde, plus de cent pays criminalisent encore les relations entre per-
sonnes de même sexe. Selon un bilan cité dans un rapport d’Amnesty International
(2004), les relations homosexuelles sont passibles de dix ans et plus d’emprison-
nement dans près de trente pays (y inclus l’emprisonnement à vie au Bangladesh,
Bhoutan, Guyane, Inde, Maldives, Népal et Ouganda). Elles sont même passibles
de peine de mort dans au moins sept pays (Arabie Saoudite, Yémen, Iran, Nigéria,
Afghanistan, Soudan et Mauritanie). C’est ainsi qu’en 2002, trois hommes ont été
décapités en Arabie Saoudite pour homosexualité. En outre, il existe des pays sans
législation discriminatoire où les actes homophobes peuvent toutefois être tolérés,
voire encouragés, par les autorités (c’est le cas, par exemple, en Égypte).
Quant aux violences dont sont victimes les lesbiennes, c’est la loi du silence qui
prévaut le plus souvent. En effet, les lesbiennes ont parfois peur de dénoncer des
violations qu’elles subissent car elles craignent alors d’être mises au ban de la
société. Même les organisations de défense des droits des femmes se taisent très
souvent, et préfèrent ne pas dénoncer les abus dont elles sont victimes, de peur de
se retrouver elles-mêmes davantage marginalisées (Amnesty International, 1995).
Le terme « lesbophobie » est de plus en plus utilisé car il permet de rendre plus
visibles ces mécanismes spécifques. De la même façon, le terme « transphobie »
se répand progressivement pour rendre compte des violences subies par les per-
sonnes transsexuelles et transgenres.
40
4 Une question de genre et d’identité
L’une des différences les plus importantes entre l’homophobie et d’autres
formesdediscriminationtellesquelesexismeetleracismerésidentdans
le fait que les sentiments homosexuels ne sont pas visibles tant qu’une
personne ne les montre pas ouvertement. Les sociologues appellent cela
un «stigmate invisible», par opposition à un «stigmate visible», tel que le
sexe ou la couleur de peau. Pour éviter d’éventuelles discriminations, les
lesbiennesetlesgaysdoiventdoncenpermanencedéciderounondemon-
trerleurhomosexualité,tandisque,deleurcôté,denombreusespersonnes
hétérosexuellessevoientforcéesd’adapterleurcomportementpournepas
êtrestigmatiséescommehomosexuelles.
4.1 Une question de genre
Il semble avéré que les attitudes ou les comportements homophobes sont plus
présents à l’adolescence qu’à l’âge adulte et plus manifestes chez les hommes
que chez les femmes. L’adolescence est une période de la vie où l’on construit son
identité personnelle et sexuelle. Or l’identité masculine, contrairement à l’identité
féminine, se construit aujourd’hui de manière paradoxale. Par exemple, la société
laisse encore entendre aux garçons que pour devenir un homme, il ne faut pas
montrer ses faiblesses, être dur avec soi-même, ses proches, et en même temps
on leur demande d’être tendre, aimant et d’exprimer leurs émotions. Ces doubles
messages éducationnels traduisent à leur manière les transformations des rela-
tions entre sexes depuis trente ans et les diffcultés éprouvées par les garçons, et
plus généralement les hommes, à s’ajuster à de nouveaux rôles plus égalitaires.
Le conformisme de genre et l’hétérosexisme sont dès lors liés à l’homophobie.
Homophobieetsexisme
Il apparaît ainsi que les jeunes qui ont une vision conservatrice du genre (masculin
ou féminin) sont les plus susceptibles d’être mal à l’aise devant la diversité des
vécus sexuels et d’exercer une homophobie active. L’homophobie au masculin est,
semble-t-il, une attitude engendrée par la peur ou la hantise qu’ont les garçons
de retrouver en eux tout ce qui peut ressembler au féminin (D. Welzer-Lang, 1994).
Encore aujourd’hui, un garçon qui ne présente pas tous les gages de la virilité sera
étiqueté « gay ». Lorsqu’un garçon en traite un autre de « tapette », non seulement il
met en doute la masculinité de ce dernier, mais il affrme en même temps sa propre
virilité. À contrario, être traité de « pédé », de « gay » ou de « tapette » est souvent
ressenti par un garçon comme une grave injure, menaçant la construction de son
identité masculine, part importante de son identité personnelle. L’homophobie des
garçons est en quelque sorte une réponse violente à l’impérieuse nécessité de se
distinguer des flles et de pouvoir ainsi affrmer son appartenance au sexe mascu-
lin. En ce sens, elle est une manifestation supplémentaire de sexisme.
L’homophobie dirigée envers les flles semble moins violente et plus cachée (parce
qu’elle se vit surtout dans le cercle des amitiés féminines). Toutefois, il ne faudrait
pas conclure que les jeunes lesbiennes ou les jeunes flles perçues comme telles
ne souffrent pas des préjugés et de l’absence de représentations positives de l’ho-
mosexualité en milieu scolaire. Pour preuve, les jeunes flles s’identifent comme
4
homosexuelles en moyenne sept ans plus tard que les garçons. Il faut aussi sou-
ligner que les lesbiennes souffrent souvent d’une double discrimination : à la fois
en tant qu’homosexuelles et en tant que femmes. Ajoutons que c’est encore le
sexisme qui est à l’origine du rejet social dont sont encore trop souvent victimes les
personnes transsexuelles et transgenres.
Conformismedugenreethétéronormativité
En l’absence de « preuves » concernant l’orientation sexuelle d’autrui, il arrive fré-
quemment que l’homophobie soit dirigée vers des jeunes qui, par leur attitude, leur
comportement ou leur tenue vestimentaire, dérogent aux normes traditionnellement
associées à la féminité ou à la virilité. Afn d’éviter les sarcasmes et le harcèlement
homophobes, la majorité des jeunes apprennent très tôt à se conformer au modèle
de genre. Il s’agit là d’une stratégie adaptative qui requiert une forme de sacrifce :
chercher à éliminer en soi des valeurs ou des comportements qui sont souvent
positifs sur le plan humain, mais qui ne correspondent pas aux attentes que l’on a
vis-à-vis d’un garçon ou d’une flle. Pour une minorité de jeunes qui ne souhaitent
pas éliminer de leur personnalité certains attributs associés à tort à l’un ou l’autre
sexe ou qui n’y parviennent tout simplement pas, les moqueries, le harcèlement
accompagnent souvent leur parcours scolaire. L’homophobie ne concerne ainsi
pas uniquement les jeunes d’orientation homosexuelle, mais tous les jeunes qui
ne se conforment pas aux prescriptions de genre.
Le lien entre l’hétérosexisme et l’homophobie est désormais très clair. L’homopho-
bie fait partie d’une optique sociale et idéologique qui promeut des façons d’agir
codifées et érige certains choix en absolus. Ce cadre de pensée est également
appelé « hétéronormativité » parce que la norme prescriptive propose le mode de vie
hétérosexuel comme seul mode de vie possible. Ainsi, l’hétérosexisme englobe un
ensemble de valeurs et de normes qui forment un système global visant à attribuer
à chacun·e une façon déterminée d’être et d’agir. Selon cette vision, les sexes sont
complémentaires, ce qui implique que l’homme est créé pour la femme et surtout
l’inverse, et que leurs rôles sont radicalement différents. Le fait de voir des individus
qui ne se conforment pas à ces modèles est dès lors perçu par certains comme une
source d’insécurité. Ce sentiment d’insécurité peut générer de la violence morale et
physique, comme peuvent en attester de nombreuses personnes transgenres.
Un facteur aggravant la situation est que les manifestations d’hétéronormativité
sont multiples en milieu scolaire comme dans la société. Ainsi, dans les program-
mes d’éducation, les manuels scolaires, les discours des enseignant·e·s ou des
professionnel·le·s de l’éducation, les relations entre garçons et flles sont présen-
tées, sauf exceptions, comme l’unique modèle relationnel. Cette invisibilité des
relations amoureuses et conjugales entre personnes de même sexe ainsi que des
familles homoparentales crée chez les jeunes gays ou lesbiennes le sentiment de
ne pas être « normaux / normales » car leur réalité n’est pas incluse dans les modèles
qui leur sont présentés. C’est la raison pour laquelle, lutter contre l’homophobie
suppose de lutter contre les préjugés sexistes et les normes hétérosexistes liées
aux représentations de genre
1
.
1 Certain.e.s, à l’instar de M. Wittig (2001), vont jusqu’à remettre en question le concept même de
« différence des sexes » : « Pour nous, il n’y a pas d’être-femme ou d’être-homme. « Homme » et « Femme »
sont des concepts d’opposition, des concepts politiques ».
4
4.2 Une question d’identité ?
Comme l’identité sexuelle, le genre et l’orientation sexuelle, l’identité culturelle est
composée d’une multitude d’aspects. La conception contemporaine de l’identité
n’est pas celle d’un ensemble fxe depuis l’enfance, mais plutôt celle d’une multi-
plicité de strates parfois contradictoires qui se réunissent en un projet biographi-
que, qui peut changer au fl du temps, mais dont certains éléments restent stables.
Construire son identité n’est pas seulement une performance individuelle. Nous nous
fondons tous / toutes, quitte à nous en distancier, sur l’existence de modèles et de
rôles plus ou moins traditionnels. Les identités sont similaires à un patchwork en ce
qu’elles sont formées de divers éléments, il n’est donc pas possible de parler d’une
« essence » des Belges, des Musulmans, des travailleurs ou des lesbiennes. Parce
qu’aucun individu ne saurait être réduit à une parcelle de son identité, et que cette
« parcelle » elle-même évolue. Par ailleurs, le concept de « culture » n’est pas le sys-
tème statique, homogène, hermétique et clos que l’on a pu théoriser par le passé.
Quandlareligions’enmêle
Le facteur religieux joue un rôle non négligeable dans la stigmatisation des
jeunes gays et lesbiennes. Dans de nombreuses familles chrétiennes, juives ou
musulmanes, il reste diffcile d’être accepté·e en tant que gay ou lesbienne. Le
constat largement répandu est que toutes les religions s’opposent à l’homosexua-
lité. Quelques textes religieux semblent en effet désapprouver l’homosexualité
16
.
En pratique, ce sont surtout les croyant·e·s les plus traditionalistes qui s’insurgent
contre l’homosexualité, alors que de nombreux fdèles adoptent assez souvent une
attitude tolérante. Les textes religieux dénoncent par ailleurs des formes bien spé-
cifques d’homosexualité masculine. On n’y trouve en revanche presque aucune
référence au lesbianisme, ceci étant lié au phénomène plus vaste d’invisibilisation
des lesbiennes caractéristique du préjudice subi par les femmes homosexuelles, à
cause de la position sexiste selon laquelle les femmes « ne comptent pas ». Les les-
biennes, gays et bisexuel·le·s croyant·e·s sont souvent en proie à un confit intérieur
face à leur religion lorsqu’ils / elles deviennent adultes. Néanmoins, un grand nom-
bre d’entre eux / elles restent croyant·e·s, même s’ils / elles cessent de pratiquer,
parfois à cause de la discrimination qu’ils / elles subissent.
Les jeunes gays et lesbiennes issu·e·s de familles où l’homosexualité est rejetée
comme ne faisant pas partie de la « culture », pour des raisons sociales ou reli-
gieuses, sont encore davantage susceptibles de souffrir de l’homophobie dans le
contexte familial et / ou scolaire.
Minoritairesdanslaminorité
Les modèles d’identifcation pour les lesbiennes, gays et bisexuel·le·s sont peu
nombreux en général, mais ce problème est encore plus complexe pour les person-
nes d’origine étrangère. En effet, il n’existe pratiquement pas de personnages de la
vie publique issus de minorités ethniques qui vivent ouvertement leur homosexualité
et auxquels de jeunes gens pourraient s’identifer. Chez les gays et les lesbiennes
appartenant à ces minorités, cela contribue à aggraver le manque d’estime de soi et
le sentiment d’isolement. En tant que gay / lesbienne et, en même temps, membre
d’une minorité ethnique, la personne prend à double titre un statut socialement
16 Cf. les pistes pédagogiques développées à la section 3.4.
43
minoritaire. Une lesbienne de couleur doit, par exemple, à la fois se battre contre
l’infuence du racisme, du sexisme et de l’hétérosexisme. D’autres groupes peuvent
également être victimes de double exclusion : les personnes handicapées d’orienta-
tion homosexuelle ou bisexuelle ; les personnes transsexuelles et transgenres.
Soulignons que si les mécanismes d’exclusion peuvent obéir à quelques principes
similaires, il existe une différence entre le statut minoritaire lié à l’orientation sexuelle
et celui lié à l’origine ethnique. Un enfant appartenant à une minorité ethnique partage
cette différence avec sa famille qui le soutient et renforce son estime de soi. Cette
solidarité familiale peut voler en éclats lorsque l’enfant décide de révéler son homo-
sexualité à ses parents. L’homosexualité avouée est souvent perçue comme une tra-
hison, un rejet des valeurs familiales et identitaires, par le milieu d’origine. L’entourage
exprime, dans ces cas, des sentiments négatifs (peur, dégoût, haine, culpabilité) à
l’égard du jeune. Beaucoup de jeunes gays et les lesbiennes prennent dès lors le parti
de se taire et de mener une double vie, certain·e·s allant même jusqu’à accepter un
mariage hétérosexuel pour donner le change à leurs parents et à leur entourage.
Desréponsesadaptées
Il importe d’avoir à l’esprit ces diffcultés spécifques lorsqu’on est amené à exercer
sa profession éducative auprès de jeunes issu·e·s de minorités ethniques et de
connaître les différentes formes d’étiquetage. Ainsi, les personnes enseignant dans
des établissements à forte population maghrébine ou turque entendent très sou-
vent le terme « zamel ». En arabe dialectal marocain, ce mot constitue une insulte à
caractère sexuel, puisqu’il désigne de façon péjorative un homme qui prend le rôle
« passif » lors de l’acte sexuel avec un autre homme (en turc, on parle de « ibne »). Le
mot se réfère au péché de « liwat », qui stigmatise l’homme pénétré dans une relation
de sodomie. Dans de nombreuses cultures, il est considéré comme honteux pour
un homme d’être pénétré lors d’un acte sexuel anal. Ceci ne vaut pas pour l’homme
qui pénètre. Dans les cultures musulmanes, il n’existe pas de concept d’une rela-
tion égalitaire entre hommes, ce qui fait que les personnes non instruites donnent la
même signifcation à « liwat » et « homosexualité », à « zamel » et « homosexuel ».
Remarquons ici que l’exclusion dont les gays et lesbiennes font l’objet au sein des
actuelles cultures africaines et arabo-musulmanes s’est vue renforcée de manière
signifcative depuis la décolonisation, les revendications identitaires gay et lesbien-
nes étant perçues, à tort ou à raison, comme une intrusion de l’Occident dans
les cultures autochtones. Pourtant, dans de nombreuses sociétés humaines, les
regards posés sur les relations entre partenaires de même sexe semblent avoir
toujours revêtu un caractère à tout le moins ambivalent
1
. Si l’homophobie est
aujourd’hui un phénomène très préoccupant en Afrique et dans l’Asie arabo-musul-
mane, la situation évolue cependant à la faveur du développement des associations
gay et lesbiennes occidentales qui s’intéressent aux cultures minoritaires ainsi qu’à
celui, timide car souvent réprimé, des mouvements gay et lesbiens en Afrique du
Nord et aux Proche et Moyen Orients
18
.
1 Un exemple : « Soumise à un interdit strict, l’homosexualité est cependant largement répandue dans la
société marocaine. Elle peut constituer la première expérience sexuelle (avec partenaire) de l’enfant. [..]
La tolérance sociale vis-à-vis de l’homosexualité […] s’explique par le fait que cette pratique relève du
domaine du Silence. » (cf. A. Serhane, 1995)
18 En témoigne par exemple l’utilisation de plus en plus répandue des termes arabes « haboub(a) »
(« chéri (e) ») ou « misli (ya) » (gay / lesbienne), qui permettent d’éviter les termes péjoratifs.
Voir les sites www.glas.org/ahbab et www.bintelnas.org
44
D’une manière plus générale, l’inclusion de groupes minoritaires quels qu’ils soient
(allochtones, personnes handicapées, transsexuelles ou transgenres…) est un déf
pour toutes les cultures, et la société belge n’y échappe pas. Les réfexions autour
de l’intégration de la diversité questionnent nécessairement l’idée que l’on se fait
d’une norme sociale : de quoi cette norme est-elle constituée, comment est-elle
fabriquée, à qui sert-elle et dans quels intérêts ? L’hétérosexisme, comme tout
autre discours normatif, nous fait prendre conscience des effets d’exclusion et de
marginalisation des minorités sexuelles, de même que des conséquences dévasta-
trices qu’ils entraînent sur les plans psychologique et humain.
Ledéfquis’offreauxenseignant·e·setintervenant·e·squisouhaitent
contrerl’hétérosexismeetl’homophobieestceluidetransmettre
uneconceptioninclusivedeladiversitésexuelle.
Unereprésentationfondéesurlapluralitéetl’égalité.
4
M
o
n

m
e
i
l
l
e
u
r

a
m
i

e
s
t

g
a
y

/

M
a

m
e
i
l
l
e
u
r
e

a
m
i
e

e
s
t

l
e
s
b
i
e
n
n
2
5
25
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
03
mener
des activités
pédagogiques
4
03 Mener des activités pédagogiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
1 Agir dans le cadre du décret Missions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2 Agir dans le cadre d’un projet d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3 Mener des activités spécifques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3. Activitésspécifquesàl’écolefondamentale.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3. Activitésspécifquesàl’écolesecondaire.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
AC.IVI.ÉS AC.IVI.ÉS
01 Des rôles à vivre et à assumer.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
02 À la rencontre des familles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
03 L’histoire d’Éric, Chacun·e ses goûts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
04 Le récit de fction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
05 Une famille différente, des enfants comme les autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
06 .outes les combinaisons sont possibles ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
07 Les mots qui font mal .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
08 Au-delà des stéréotypes, les richesses de la personne .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
09 Je dis non aux préjugés .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
10 Étiquettes et rôles (1) .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
11 Étiquettes et rôles (2) .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
12 Qui suis-je ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
13 J’existe autrement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
14 à 19
Je m’ouvre à la différence .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
14 Mon meilleur ami est gay / Ma meilleure amie est lesbienne . . . . . . . . . . . . . . 86
15 L’histoire de .eneviève / L’histoire d’Alexandre .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
16 Une famille différente.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
17 Le bal des rhétos.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
18 Chacun·e son métier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
19 Un·e enseignant·e hors du commun .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
20 Je mène l’enquête sur l’homophobie .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
21 Des modèles d’identifcation différents .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
22 La diversité sexuelle dans les sociétés humaines .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
23 Les discriminations ont une histoire .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
24 La loi belge anti-discrimination .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
4 Pistes pédagogiques par discipline .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
4
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Mener des activités
pédagogiques
Ce dossier concernant la lutte contre l’homophobie s’inscrit dans le très large cadre
d’une éducation respectueuse de la diversité. Il ne s’agit en rien de stigmatiser
cette différence au détriment d’autres différences.
En effet, les options des uns et des autres, les particularités de tout ordre devraient
faire l’objet de partages, d’échanges et de débats, dans la sérénité relative d’une
école sécurisante et respectueuse de chacun.
S’il existe déjà quelques dossiers pédagogiques concernant la lutte contre des dis-
criminations, le racisme par exemple, il n’existait pas jusqu’à ce jour un dossier sur la
lutte contre l’homophobie. Ce dossier inédit se veut un outil d’aide pour les maîtres
confrontés au problème délicat des orientations sexuelles minoritaires et aux réac-
tions qu’elles provoquent. Problèmes face auxquels de nombreux partenaires de
l’éducation reconnaissent éprouver de réelles diffcultés d’action, d’interaction et de
réaction. D’autre part, ce dossier tente d’offrir aux responsables de l’éducation des
moyens variés de concrétiser sur le terrain les principes inscrits dans la législation
belge anti-discriminations et dans les lois régissant le mariage et la parentalité.
Cet outil pédagogique propose des situations mobilisatrices, tantôt dans une opti-
que de prévention, tantôt au service d’une première intervention dans l’urgence tout
en poursuivant un objectif commun : construire des réponses adaptées aux manifes-
tations de rejet homophobe. Ces outils peuvent être exploités en contexte scolaire,
avec la classe ou avec un groupe réduit d’élèves, lors d’une animation spécifque
ou dans le cadre des cours ordinaires. Ils peuvent également être utilisés avec un
groupe de jeunes hors du contexte scolaire. Ils apportent aussi des éléments de
réponse face à quelques situations concrètes rencontrées en milieu scolaire. Dans
un premier temps sont explicités les divers niveaux auxquels l’action d’éducation au
respect de la diversité sexuelle peut s’envisager. Ensuite des animations spécifques
sont proposées, à mettre en œuvre à l’école fondamentale ou à l’école secondaire.
Des pistes pédagogiques par discipline sont également suggérées.
48
1 Agir dans le cadre
du décret Missions
Les présentes activités s’inscrivent dans le cadre du Décret Missions, et tout parti-
culièrement les articles 6, 8 et 12.
L’article prévoit que « La Communauté française pour l’enseignement qu’elle
organise, et tout pouvoir organisateur, pour l’enseignement subventionné, poursui-
vent simultanément et sans hiérarchie les objectifs suivants :
1° promouvoir la confance en soi et le développement de la personne de cha-
cun des élèves ;
2° amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compé-
tences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place
active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
3° préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de
contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, plura-
liste et ouverte aux autres cultures ;
4° assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale. »
L’article8évoque la manière d’atteindre ces objectifs généraux :
« À cet effet, la Communauté française […] et tout pouvoir organisateur […] veillent
à ce que chaque établissement […] éduque au respect de la personnalité et
des convictions de chacun, au devoir de proscrire la violence tant morale que
physique et met en place des pratiques démocratiques de citoyenneté respon-
sable au sein de l’école. »
Dès l’école maternelle, le Décret prévoit en son article que l’enseignement mater-
nel « poursuit tous les objectifs généraux fxés à l’article 6 et vise particulièrement à :
1° développer la prise de conscience par l’enfant de ses potentialités propres et
favoriser, à travers des activités créatives, l’expression de soi ;
2° développer la socialisation ;
3° développer des apprentissages cognitifs, sociaux, affectifs et
psychomoteurs ;
4° déceler les diffcultés et les handicaps des enfants et leur apporter
les remédiations nécessaires ».
Les activités proposées visent non seulement les savoirs, mais surtout le savoir-
être : attitudes de compréhension, regard critique mais constructif et positif, respect
de soi et des autres, et attitudes inclusives.
Une bonne connaissance du sujet est certes indispensable, mais l’aisance
avec laquelle on en parle est tout aussi importante pour la réussite de l’activité.
Souvent, c’est le savoir-être, c’est-à-dire les attitudes et les valeurs adoptées à
l’égard de l’homosexualité qui, en défnitive, auront un effet plus déterminant sur
les jeunes que les connaissances qui leur sont transmises.
L’enseignant pourra à la fois donner accès à l’information de manière à ce que
l’élève puisse s’approprier des savoirs (voir les deux premières parties de cet outil
consacrées à l’information) et s’appuyer sur les activités proposées pour le déve-
loppement du savoir-être.
4
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
2 Agir dans le cadre
d’un projet d’établissement
La participation de tous les acteurs du milieu scolaire (élèves, enseignant·e·s,
direction, personnel non éducatif, intervenant·e·s extérieur·e·s ) rend la lutte contre
l’homophobie à l’école plus effcace.
L’approche de l’homosexualité en milieu scolaire exige une politique d’école claire.
C’est seulement lorsqu’une telle politique est élaborée et mise en œuvre que les ini-
tiatives individuelles des enseignant·e·s ne restent pas isolées, que l’équipe éduca-
tive travaille dans la même direction et que les professeur·e·s peuvent s’entraider,
communiquer leurs expériences, coordonner leurs initiatives.
Dans cette optique, il est sans doute utile de concevoir un plan d’action à long
terme qui, outre une approche pédagogique transdisciplinaire et diversifée, com-
portera par exemple les points suivants :
Motiver. Si de nombreux établissements ont estimé qu’il est raisonnable et
nécessaire de mettre en place une politique globale contre le harcèlement, les
drogues et la violence, on peut imaginer que la lutte contre l’homophobie puisse
devenir un projet mobilisateur.
Créerunclimatd’écolebienveillant,valoriserlesattitudesd’ouverture.
Une école qui met sur pied un accompagnement sérieux des élèves accorde
aussi de l’attention aux gays et aux lesbiennes. Dans le plan d’accompagne-
ment, l’école formule ce qu’elle va précisément faire, qui sera impliqué et quelle
structure l’école va mettre en place (enseignant·e·s de référence, service de
médiation, etc.). Aux valves on peut parmi toutes les autres affches placer,
par exemple, une affche pour un groupe d’entraide lesbigay. C’est ainsi qu’une
école peut montrer qu’elle ne fait pas un problème de l’orientation sexuelle.
3 Simultanément, déceler un climat éventuel d’homophobie au sein de
l’équipe éducative. Faire un tour d’horizon des préjugés et des résistances
chez les différents acteurs de l’école. Mettre un plan d’action au point avec des
spécialistes pour évincer les résistances. Ne surtout pas oublier les parents. Les
enfants réagissent souvent négativement à cause de leur environnement : « Mon
père trouve cela dégueulasse. »
4 Favoriserlesbonnespratiquesenmatièredeluttecontrel’homophobie.
L’école met-elle en pratique ce qu’elle préconise ? Les enseignant·e·s gay et
lesbiennes peuvent-ils / elles dévoiler leur homosexualité sans que cela prête à
conséquence ? Le coming-out d’un·e enseignant·e offre un tas de perspectives :
il offre aux élèves la possibilité de s’identifer à un modèle, il peut entraîner une
attitude positive de la part des élèves et conduire à plus de tolérance.
0
3 Mener des activités spécifques
3.1. Activités spécifques à l’école fondamentale
Les activités pédagogiques proposées ne visent pas à imposer une vision du monde
aux enfants, mais devraient, à partir de leurs propres représentations et vécus, les
amener à rester ouverts et respectueux de la diversité affective et sexuelle.
À l’école fondamentale, ne perdons pas de vue que :
1 l’enfant est dans une phase d’exploration, de découverte,
de construction de sa personnalité. Grandir demande du temps.
2 l’enfant est « acteur » dans la construction de ses apprentissages.
Il ne s’agira pas de transposer des problèmes d’adultes au niveau des enfants.
Mais d’agir avec en vue de :
1 respecter chaque enfant dans sa manière d’être au monde ;
2 le soutenir dans ses découvertes en tenant compte de toutes
les potentialités de sa personne y compris sa sexualité ;
3 l’amener à découvrir son corps et celui de l’autre,
à se respecter et à respecter l’autre ;
4 lui offrir des situations à vivre où il va agir sur le réel
et s’approprier le monde qui l’entoure ;
lui offrir des situations de communication propices
à la découverte de soi et des autres ;
6 respecter son rythme de développement ;
l’entourer dans la construction de son identité.
L’accent sera mis sur un apprentissage interculturel, collectif et participatif.
3.2 Activités spécifques à l’école secondaire
Préliminaire
Parmi les nombreux ouvrages de référence sur la question, J. Y. Frappier et al.
(1997) souligne quela question de l’orientation sexuelle à l’adolescence est diffcile
à aborder.
Il importe de ne pas stigmatiser une conduite homosexuelle comme étant
une orientation défnitive, ce qui risquerait de brimer l’adolescent·e, et de
respecter son souhait de faire connaître ou non son orientation sexuelle à
sonentourage.L’adolescentestunepersonneendéveloppementycompris
danssadimensionsexuelleetaffective.
Objectifs
Dans le secondaire, l’accent est mis, d’une part, sur la réfexion sur ses propres
comportements et, d’autre part, sur l’action de transformation que chacun·e peut
mener dans son entourage pour mieux vivre la diversité sexuelle et affective et
créer un milieu de vie permettant le développement de la personne dans ses mul-
tiples dimensions.
Remarquepréalable
Ce cahier d’activités
constitue
une proposition.
Chaque école pourra,
si elle le désire,
s’approprier les outils et
les adapter à son projet
d’établissement.

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Dispositifpédagogique
Les pistes pédagogiques présentées ici s’inspirent largement du manuel québé-
cois réalisé par le Groupe de Recherche et d’Intervention Sociale gay et lesbienne
(GRIS-Montréal, 2003) ; elles sont ici adaptées au projet pédagogique défni par la
Communauté française de Belgique.
Ainsipourchaqueactivitépédagogique,ledispositifsuivantaétéadopté:
.Unesituationmobilisatrice qui met en évidence des événements où apparaît
la discrimination, tout particulièrement l’homophobie.
Celle-ci constitue le « déclencheur » d’une intervention de protection de l’enfant
confé à l’école, d’une réfexion et d’une information formatives de tous afn de
contrer toute forme de discrimination et de favoriser l’inclusion des personnes
ayant une orientation sexuelle minoritaire.
Les principales situations mobilisatrices sont ici relevées
et classées en trois catégories :
A Intervenir sur le vif, lorsque l’enseignant est mis en présence :
– de « mots qui font mal » (ce sont des mots « ordinaires » qui,
dans le contexte où ils sont utilisés, prennent un sens négatif, blessant) ;
– d’insultes, de moqueries ;
– de préjugés homophobes ;
– de stéréotypes homophobes ;
– d’actes homophobes ;
– d’un climat général homophobe ;
– du besoin de soutien d’un enfant en situation de questionnement ;
– d’un « coming-out » d’un membre de la communauté scolaire.
B Prévenir et informer :
– actualité (manifestations, revendications de la communauté
gay et lesbienne) ;
– événements de la communauté gay et lesbienne
(Marche des Fiertés gay et lesbienne, journée du 17 mai, etc.) ;
– événements culturels (flms, romans, festival du cinéma gay et lesbien, etc.).
C Tenir compte de l’évolution de la société (notamment du cadre légal)
Unesituationd’apprentissage qui vise à éveiller la conscience des jeunes face
à l’homophobie, à les amener à analyser leurs propres comportements et à les
inciter à les transformer dans une perspective de respect et d’égalité.
3Uneactionqui :
– matérialiselestransformations du regard, des conceptions, des comporte-
ments au sujet des orientations sexuelles minoritaires ;
– engagelapersonne dans la lutte contre toute forme de discrimination et d’ex-
clusion et tout particulièrement de l’homophobie ;
– communique unengagement pour une citoyenneté ouverte ;
– exerceuneactiontransformatrice sur le milieu ambiant immédiat.

3
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
0
1
01
PUbLIC
dès le 1
er
cycle,
et après
Des rôles à vivre
et à assumer
SituationS mobiliSatriceS
Ensituationdeprévention:encouragerlesexpériencesàvivredans
lesdifférentessituationsproposéesetrespecterleschoixdechacun.
Ensituationd’urgence:
-unenfantrefuseunetâcheenfonctionde(âge,sexe…);
-unenfantenexclutunautre(mêmesraisons).
objectifS
1 Construire son identité, s’exprimer, communiquer ;
2 Prendre conscience de la diversité des rôles et des activités ;
3 Prendre conscience que l’exercice de ces rôles / activités ne doit pas répondre
à une représentation sexiste de la société mais être le fruit d’une nécessité de
famille, de goût du moment, de situations vécues…
activitéS propoSéeS
Desrôlesàvivre,àjouer,àassumer,
àtraversdessituationsd’apprentissageetdevie
Dansleslieuxdejeusymbolique,telsque:
Coin dînette / Coin poupée / Coin docteur / Coin garage / Coin coiffure
Coin magasin : boulangerie, pharmacie, boucherie, superette…
Dansdesactivitésdevie,tellesque:
Cuisiner / Jardiner / Peindre et aménager des bâtiments / Construire / Écrire…
3 Danslesactivitéssportives,tellesque:
Minibaskett / Escalade / Natation / Course / Cyclisme / Volley-ball / Judo…
Danslesactivitésd’éducationartistique,tellesque:
Théâtre / Danse / Musique / Sculpture / Peinture / Photographie / Décoration…
DémarcheS méthoDologiqueS propoSéeS
1 Ateliers libres, sans contrainte, au choix de chacun
2 Ateliers orientés où l’apprenant peut s’inscrire en fonction de référentiels,
de règles, de consignes à respecter
3 Des projets à vivre ensemble
D
e
s

r
ô
l
e
s

à

v
i
v
r
e

e
t

à

a
s
s
u
m
e
r
4
À la rencontre
des familles
SituationS mobiliSatriceS
Ensituationd’urgence:laleçonestuneréponseàunemoquerievis-à-vis
d’unenfantissud’unefamilledifférente,enraisondesacomposition
(familles monoparentales, homoparentales, recomposées, etc.)
oudesescaractéristiques(nationalité, origine sociale et situation économi-
que, signes extérieurs quels qu’ils soient, etc.)
objectifS
1 Sensibiliser à la diversité de composition des familles et
à la diversité de leurs caractéristiques ;
2 Contribuer au développement d’un cadre d’accueil et d’écoute des
différences.
activitéS propoSéeS
Des projets à vivre autour, par exemple :
- des anniversaires ;
- de la fête des mères, des pères ;
- de l’arbre généalogique.
En vivant ces projets, on peut, par exemple :
- préparer des cadeaux ;
- prendre des photographies ;
- écrire des lettres de vœux, d’invitation ;
- compléter l’arbre généalogique ;
- faire des recherches sur sa famille ;
- dessiner, représenter, peindre.
En vivant ces projets,  les élèves sont invités à accueillir les caractéristiques de
chaque famille sans préjugés ni stéréotypes.

02
0
2
À

l
a

r
e
n
c
o
n
t
r
e

d
e
s

f
a
m
i
l
l
e
s
RESSOURCES
- outils de référence en cas
de présence de familles
homoparentales :
« Dis, maman… » et
« Jean a deux mamans »
PUbLICCIbLE
dès le 2
e
cycle
et après

L’histoire d’Éric,
Chacun·e ses goûts
SituationS mobiliSatriceS
Ensituationdeprévention:enrichissementparladiversitédescomporte-
ments,éveilàsespropressentiments,àsesgoûtsetaurespectdesautres
objectifS
1 Sensibiliser à la diversité des sentiments et à la pluralité des vécus ;
2 Aider à faire prendre conscience que des comportements différents ne devraient
pas fonder des attitudes d’isolement ou de rejet ;
3 Faire réféchir sur les stéréotypes et les préjugés et leur nécessaire
déconstruction ;
4 Sensibiliser à des attitudes d’inclusion ;
Apprendre à écouter les autres et s’écouter.
activité propoSée
Création d’un théâtre de marionnettes à partir du récit de vie d’Éric : les élèves
jouent la saynète et assument chacun des rôles des personnages.
PUbLICCIbLE
dès le 2
e
cycle
et après
03
0
3
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

É
r
i
c
,

C
h
a
c
u
n
·
e

s
e
s

g
o
û
t
s
MAtÉRIEL
- L’exploitation de l’histoire
proposée ici se base sur une
représentation à l’aide d’un
théâtre de marionnettes où
les acteurs en présence sont :
Éric, la chienne Laïka,
la maman d’Éric, Colin,
Yasmine
- Support papier pour écrire
le projet et les représentations
des enfants
RESSOURCE(S)
- L’histoire d’Éric qui sert de
support à l’animation est la
traduction de « Het verhaal
van Niels », une histoire
écrite par Anne Mahieu
spécialement pour le guide
famand « Maarten heeft twee
mama’s ». Elle est reproduite
plus loin.
- Pour les plus grands, les flms,
« Billy Elliot », Stephen Daldry,
2000 et « Ma vie en rose »,
Alain Berliner, 1997.
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s

L’histoire d’Éric
« Éric est assis au jardin. Sa chienne Laïka est couchée dans l’herbe près de lui.
Laïka est grande, gentille et très intelligente. Éric lui parle souvent et il est convaincu
qu’elle peut le comprendre. Quand il est triste et qu’il le dit à Laïka, elle vient tout de
suite lui lécher le visage. Laïka est un chien femelle et Éric trouve cela chouette car
il trouve les flles bien plus gentilles que les garçons.
Ce sont les grandes vacances et Éric s’ennuie. Il aspire à retourner à l’école.
Maman vient se promener dans le jardin. Elle a apporté une bonne boisson pour Éric.
Elle lui donne le verre et lui dit : « Tu aurais quand même besoin d’un petit camarade
pour jouer dehors, Éric. » Éric la regarde, lui rend le verre et hausse les épaules.
Il se lève et commence à s’amuser avec Laïka. Maman soupire, hausse les épaules
à son tour et retourne à l’intérieur. Éric se rassure, car il avait peur que sa maman
ne recommence à lui poser des questions embarrassantes. « Pourquoi ne deman-
des-tu jamais à un copain de venir jouer avec toi ? » ou « Ne ferais-tu pas un peu
de sport ? Tu pourrais quand même jouer au foot comme Jonathan ou au basket
comme Olivier, non ? » Maman lui pose tout le temps des questions pareilles.
Éric pense aux garçons de l’école. Ils font presque tous du sport. Pendant les vacan-
ces, ils font des stages sportifs et à l’école ils jouent au football ou au basket. Éric
a déjà une fois ou l’autre voulu jouer avec eux, mais quand les équipes se forment
personne ne le choisit. Éric reste toujours le dernier. « Tu es trop petit », dit Jonathan,
« Et tu n’es pas assez rapide ». « Je n’ai qu’un an de moins que toi », se défend Éric.
« Oui, mais je suis deux fois plus grand que toi ! » répond Jonathan. Éric doit bien
admettre que c’est comme ça. Il doit aussi admettre qu’il ne raffole pas du football.
Il a peur que la balle lui cogne la tête ou que quelqu’un lui donne un coup de pied.
Le basket est aussi problématique, car il se trouve trop petit pour y jouer. Olivier, lui,
n’a qu’à sauter un peu, et mettre la balle dans le panier, tandis qu’Éric doit lancer la
balle à deux mains et n’arrive jamais à bien viser le panier.
Heureusement, les garçons construisent aussi parfois des cabanes à l’école, dans
le parc. Là Éric peut bien participer, parce qu’il sait faire de bons nœuds comme
son grand-père le lui a appris. Éric aime bien s’occuper d’aménager la cabane.
Il arrange des couvertures, dispose des petites tables et chaises à l’intérieur et la
rend très confortable et jolie. « Éric, la cabane est censée être un poste de police ! »,
protestent les garçons. Ils jettent la table et les chaises à l’extérieur. « La couverture
peut rester car c’est la couchette du prisonnier. », disent-ils. Éric se met alors à
chercher Yasmine. Peut-être qu’il pourra jouer avec elle. Yasmine imagine souvent
des petites pièces de théâtre avec ses amies.
« Non Éric, pas maintenant. », répond-elle alors qu’Éric lui demande de participer.
« Les rôles sont déjà distribués, tu devais être là depuis le début. » Éric va s’asseoir
et regarde de loin la pièce des flles. Comme elles font bien ça, se dit-il. Seulement,
ça paraît long quand on est en dehors du jeu. Il s’en va promener et s’approche des
petits de maternelle. Il est déjà depuis trois ans en primaire mais aime encore bien
jouer avec les petits. Il joue volontiers dans le bac à sable et il mange avec plaisir les
gâteaux ou les pâtés de sable que les petits lui proposent. Il a trouvé un petit truc
pour faire semblant qu’il les avale vraiment, et cela épate les petits.
0
3
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

É
r
i
c
,

C
h
a
c
u
n
·
e

s
e
s

g
o
û
t
s

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Éric repense au temps où il était en première maternelle. C’était chouette. Quand il
arrivait tôt le matin, il se ruait vers la malle à déguisements et enflait des habits de
princesse. Colin se déguisait aussi, en Zorro. Sophie et Catherine, les animatrices
de première, les laissaient s’amuser toute la journée dans le coin déguisement.
« Éric, n’as-tu pas trop froid avec ces habits ? », demandaient-elles parfois.
En deuxième et troisième maternelle, il y avait aussi un coin déguisement. Mais Éric
ne se déguisait plus en princesse. Les enfants plus grands trouvaient ça bizarre
et ils en rigolaient. Éric avait dessiné dans le livre de classe un gros nuage noir et
avait demandé à Valérie d’écrire à côté : « Je ne trouve pas chouette que les autres
enfants se moquent de moi parce que j’aime bien me déguiser. » L’institutrice avait
lu le lendemain matin cet avis à toute la classe. Les garçons moqueurs avaient
répondu qu’ils ne trouvaient pas grave qu’Éric se déguise mais que ça leur sem-
blait idiot qu’il s’habille en princesse. Yasmine l’avait défendu en affrmant avec
force et colère qu’Éric pouvait se déguiser en ce qu’il voulait, même en chien si
ça lui plaisait. Valérie et Malika, les institutrices du cycle, ne trouvaient pas grave
non plus qu’il se balade déguisé en princesse. « Avant, il y a longtemps », avait dit
Malika, « tous les rôles au théâtre étaient joués par des hommes, car les femmes ne
pouvaient alors pas faire du théâtre… » La discussion s’était close. Par la suite, les
grands garçons ne s’étaient plus moqués de lui, mais pour Éric la fête était de toute
façon fnie : il n’osait même plus se déguiser.
Soudain Éric sort de ses pensées. Il entend Laïka aboyer très fort au fond du jardin.
Il la rejoint pour voir ce qui se passe. De l’autre côté de la clôture, le chat du voisin
s’avance avec un air de déf. Il reste à une distance sûre de la barrière, mais ne
semble pas du tout avoir peur. Il n’a pas ses oreilles baissées et ne miaule pas vers
Laïka. Non, il tient sa queue bien haute et se promène tranquillement. Il sait très
bien que Laïka ne peut de toute façon pas l’atteindre. « Eh minou », crie Éric, « c’est
vexant ce que tu fais, on ne peut pas se moquer des autres comme ça. » Mais le
chat n’en a rien à faire et continue son chemin.
Éric revient dans le jardin et rappelle Laïka. Mais elle ne l’entend pas. Elle saute
dans tous les sens près de la barrière et la cogne comme une folle. Subitement,
Éric prend une décision : il va quand même faire du sport. Il va faire de la natation,
sans demander à un copain de l’accompagner mais en invitant sa meilleure amie.
Il rentre joyeux à la maison, saisit le téléphone et appelle Yasmine. »
Anne Mahieu
(Traduction de T. Pinxteren)
variante au Depart Du teXte
Pour les plus grands, à partir de 10 ans, voici un autre exemple d’exercice à pro-
poser aux élèves, pouvant servir de base à la discussion : les élèves découpent
les expressions ci-dessous et les placent dans les colonnes du tableau de la page
suivante d’après ce qui leur semble le mieux correspondre.
l’objectifdel’exerciceestdepermettrel’expressiondespréjugés
pourprocéderensuiteàleurdéconstruction.
0
3
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

É
r
i
c
,

C
h
a
c
u
n
·
e

s
e
s

g
o
û
t
s
8
…auxflles …auxgarçons …auxfllesetauxgarçons
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

É
r
i
c
,

C
h
a
c
u
n
·
e

s
e
s

g
o
û
t
s
Découpe les expressions et place les dans les colonnes du tableau
d’après ce qui te semble correspondre le mieux.
Convient :
0
3
JouerauLégo Jardinage Consoledejeuxvidéo
bricolage Police Dansedeballet
Robedesoirée Jouerdelafûtetraversière Coursedevoitures
Joueraufootball Joueraucow-boy Cuisiner
Construireunecabane Coiffure tondrelapelouse
Jouerdelaguitare Piloterunavion Sacàmain
Pleurer Chanterdansunechorale Fairedusnow-board
Joueràlapoupée Fairelavaisselle Grimperauxarbres

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
0
4
04 Le récit de fction
Situation mobiliSatrice
Éveilauxrelationsinterpersonnelles.
objectifS
1 Comprendre l’histoire imaginaire ;
2 Cerner les personnages, leurs caractéristiques, leurs rôles et
les relations qu’ils tissent entre eux ;
3 Sensibiliser aux différentes formes de relations socio-affectives et ce,
au service d’une meilleure compréhension des relations interpersonnelles.
introDuction
L’enseignant·e lit l’histoire aux enfants.
Une lecture par fragments peut s’avérer utile vu la longueur du texte.
eXploitation
Après une vérifcation globale de la compréhension de l’histoire, l’enseignant·e
demande aux élèves comment ils / elles ont trouvé l’histoire. Il / elle peut orienter la
discussion, au choix, sur les relations interpersonnelles, et plus précisément sur
les relations entre Maya et Isabelle. Il / elle favorise les échanges sur la diversité des
relations socio-affectives et répond aux éventuelles questions des enfants en se
servant des informations présentées dans le guide, si besoin en est.
actionS
1 L’enseignant.e demande aux élèves comment ils / elles ont trouvé l’histoire et les
incite à expliciter leur ressenti. Il / elle anime un bref échange sur la diversité des
relations affectives et répond aux éventuelles questions des enfants.
2 L’enseignant·e propose aux élèves de représenter le récit au moyen de fguri-
nes en plasticine, de crayonnés, de l’écriture de chansons. Exemple : les élèves
peuvent organiser eux-mêmes une fête dans la classe, avec des décorations
bricolées, des petits chapeaux, des déguisements de lutins ; ils / elles peuvent
confectionner des instruments de musique ainsi que des invitations, afn de
mieux s’imprégner de ce qui se joue en termes de relations entre les personna-
ges du récit.
variante : les élèves peuvent monter une petite pièce autour de l’histoire, et confec-
tionner décors et costumes, se maquiller, envoyer une invitation et un programme.
PUbLIC
3
e
cycle
MAtÉRIEL
L’histoire, le récit écrit.
RESSOURCE(S)
L’activité se base sur une
histoire écrite par Deirdre
Chuffart, écrite spéciale-
ment pour le guide famand
« Maarten heeft twee mama’s »
dont cette activité est issue.
L
e

r
é
c
i
t

d
e

f
c
t
i
o
n
0
La fête au Bois des Lutins
«Ilyadel’agitationauboisdesLutins.Onenvoitcirculerdanstouslessens.
Ils mettent au point les derniers préparatifs pour la grande Fête des Lutins. On cuit
du pain, on confectionne des cartes, on prépare des boissons délicieuses. Les
branches des arbres sont recouvertes de feurs. Tout le monde a l’air joyeux et
content. Tout le monde, sauf Maya.
Maya reste indifférente. C’est la deuxième fois qu’elle peut aller à la fête, et elle se
souvient encore de l’année passée, où elle ne s’y était pas du tout amusée. Cinq
petits lutins lui ont déjà demandé d’y aller cette année avec eux. « Peut-être », a-t-
elle répondu à chaque fois, « Peut-être bien ». En fait, il n’y a aucun lutin avec qui
elle a envie d’aller à la fête.
Une semaine avant la grande fête, Maya doit aller à la boulangerie pour sa maman.
Elle traverse le village en affaire et entend partout rire et chanter. Les lutins aiment
les fêtes. Ils aiment chanter et danser. Maya aussi, mais pas cette année. Soudain,
elle aperçoit un carrosse de lutins tiré par deux écureuils. Ils s’arrêtent devant la
plus grande maison du village. Curieuse, Maya reste là à regarder. Elle voit accourir
un tas de petits lutins près du carrosse, d’où descend Isabelle. Maya connaît bien
Isabelle. Elle est la flle de la reine des Lutins. Avant, quand elles étaient petites,
elles jouaient de temps en temps ensemble. Mais cela fait longtemps que Maya n’a
plus vu Isabelle. Comme elle a changé ! Et comme elle est devenue belle !
« Isabelle », demandent les lutins qui l’entourent, « Veux-tu aller avec moi au bal des
lutins ? ». « Peut-être », répond Isabelle à chaque fois, « Peut-être bien ». En fait, il n’y
a aucun lutin avec qui elle a envie d’aller à la fête. « Mais que désires-tu au juste ? »,
demande l’un des lutins, un peu vexé. « Ne sommes-nous pas assez malins ? Pas
assez gentils ? Tu mets beaucoup de temps à décider avec qui tu veux aller au
bal. ». « Tu as raison », dit Isabelle, « J’irai avec le plus vaillant d’entre vous. Montrez-
moi votre courage et je choisirai le plus valeureux. Je le promets. Demain soir, sur
la grand- place, je vous révélerai qui j’ai choisi. »
Les lutins s’empressent de partir. Le premier bondit sur son écureuil. Il compte se
rendre le soir même chez les humains, et ramener un objet trouvé dans une maison
humaine. Isabelle verra alors qu’il est le plus courageux. Un autre lutin se met rapi-
dement à marcher. Il veut grimper au sommet de la plus haute montagne et y cueillir
une feur qui ne pousse que là-bas. Cela montrera à Isabelle qu’il est bien le plus
vaillant. Chaque lutin trouve une idée audacieuse, qu’il veut vite réaliser.
Maya a entendu ce que disait Isabelle. Elle se met à réféchir. Elle préfèrerait de
loin aller à la fête avec Isabelle. Mais que penseraient les autres lutins de cela ? Et
qu’en penserait Isabelle ? Elle prend la décision d’accomplir quelque chose de très
courageux. La plus courageuse de toutes. Ainsi Isabelle la choisira, elle, puisqu’elle
a promis d’aller au bal avec le lutin le plus valeureux.
Maya parcourt le grand bois. Elle atteint un endroit où l’on n’entend plus le chant
joyeux des lutins. Le silence est tel qu’on entendrait une mouche voler. Ce soir Isa-
belle va choisir le lutin le plus vaillant… Maya doit un peu se dépêcher. Elle doit être
de retour au village à temps et elle a un peu peur dans le bois. C’est alors qu’elle
arrive devant le terrier d’un renard. Les lutins craignent beaucoup les renards. Ils
sont très rapides et peuvent avaler un lutin en une bouchée ! Le renard est couché
L
e

r
é
c
i
t

d
e

f
c
t
i
o
n
0
4

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
devant son repaire. Il dort. Maya veut arracher un poil de sa queue et le ramener à
Isabelle. Si ça n’est pas courageux ! Elle se faufle tout près du renard. Il ne lui reste
qu’à tendre la main et elle peut toucher sa queue…
À ce moment-là, le renard ouvre un œil légèrement, mais Maya ne le voit pas. Elle
fait encore un petit pas en avant. Le renard a maintenant ses deux yeux ouverts.
Maya prend soudain très peur et se met à s’encourir. Elle court, elle court, elle
court… jusqu’au village. Oh non, elle n’a pas accompli sa mission ! Elle n’est vrai-
ment pas courageuse. Elle arrive toute triste à la grand-place.
Il y a là une grande foule. Isabelle se trouve au milieu de la place. Tous les lutins
du village sont venus voir. Ils ont entendu qu’Isabelle allait choisir le lutin le plus
valeureux et sont curieux de voir qui cela va être. « Attention ! » proclame le roi des
Lutins, « Comme vous le savez, ma flle n’ira à la fête qu’avec le plus vaillant des
lutins. Que s’approchent maintenant tous les lutins courageux, afn qu’elle puisse
décider lequel est le plus valeureux. »
Le fls du boulanger lutin s’avance. Il tient dans ses bras une bougie d’homme.
Il a réussi à s’introduire dans une maison humaine. Les lutins l’applaudissent avec
ardeur. Le fls du cordonnier lutin s’avance ensuite. Il tient à la main une feur raris-
sime. Elle ne pousse qu’au sommet d’une haute et dangereuse montagne. Il est
chaleureusement applaudi par les lutins. L’un après l’autre, chaque lutin apporte
une preuve de son courage et reçoit à chaque fois une belle acclamation. Maya
ferme les yeux, inspire profondément et fait alors un grand pas en avant. Elle va se
mettre près des lutins courageux. Il y a soudain un énorme silence sur la place.
« C’est une blague ? » s’écrie le fls du boulanger. Les lutins se mettent à rire. « Non »,
dit Maya, « Je veux aussi accompagner Isabelle à la fête ». De nouveau, le silence
se fait. Isabelle s’approche. Elle regarde les lutins qui viennent de défler et leur dit :
« Ce que vous avez accompli est très courageux ! Mais ce que Maya vient de faire
est encore plus audacieux. C’est ce qu’il y avait de plus courageux. Maya, veux-tu
m’accompagner à la fête ? ». « Ca ne va pas », s’exclame le fls du boulanger, « Ca ne
marche pas comme ça ! Tu dois choisir l’un d’entre nous. »
La place se couvre de clameurs. Chaque lutin semble vouloir donner son avis. « Ca
ne se peut pas », dit l’un. « Ce n’est encore jamais arrivé », dit l’autre. « Elles vont
pourtant bien ensemble », répond un autre. « Silence ! », s’écrie soudainement le
roi. « Si ma flle veut aller avec Maya, alors c’est Maya qui l’accompagnera à la fête.
Et, pour être honnête, je trouve aussi que Maya est très courageuse et vaillante.
J’espère qu’elles s’amuseront bien à la fête ».
Ce fut en effet une très belle fête. Pour tous les lutins. Pour le roi, qui dansa comme
jamais. Pour Maya et Isabelle, qui dansèrent l’une contre l’autre. Même pour le fls
du boulanger, qui était d’abord encore un peu fâché, mais les lutins ne peuvent
jamais rester fâchés longtemps. Ainsi, cette fête fut pour chacun et chacune un
événement inoubliable ! »
DeindreChuffart
(traduction de T. Pinxteren)
0
4
L
e

r
é
c
i
t

d
e

f
c
t
i
o
n

Une famille différente,
des enfants comme les autres
Situation mobiliSatrice
FêtesdesMèresetPères,naissanceouadoptiond’unfrèreoud’unesœur.
objectifS
– Par cette activité, amener les enfants à prendre conscience de la diversité des
familles et les sensibiliser au respect des différentes situations familiales ;
– Sensibiliser les enfants à l’existence des familles homoparentales et éveiller
chez eux le respect de ces familles.
introDuction
Première phase : en équipe de deux, les élèves sont invité·e·s à dessiner une famille
de leur choix. L’enseignant.e invite chacune des équipes à venir commenter briève-
ment sa production : Qui est qui ? Où vivent-ils ? Que font-ils ? etc.
Deuxième phase : à partir des dessins, l’enseignant.e invite les enfants à confronter
les différentes formes de famille.
Troisième phase : il distribue à chaque équipe un type de famille qu’elle aura à
dessiner (parmi les différents types de familles énoncés ci-contre). L’enseignant·e
suggère aux enfants d’identifer en tête de leur dessin le type de famille sélectionné.
Chaque équipe est invitée à présenter son dessin à la classe et à rendre compte
des liens qui unissent les membres de la famille.
eXploitation
L’enseignant·e anime un échange sur la diversité des familles et identife, en utili-
sant les termes appropriés, les liens fliaux qui unissent les membres d’une famille :
mère, père, belle-mère, beau-père, conjoint, conjointe, etc., à partir des questions
suivantes : Dans une famille, peut-il y avoir plus d’une maman et d’un papa ? Com-
ment cela est-il possible ? Qu’est-ce qui importe le plus pour un enfant qui vit dans
une famille ? À travers la diversité des contextes familiaux, qu’est-ce qui unit les
membres d’une famille ?
Au travers de son approche, l’enseignant·e amène les élèves à se poser des ques-
tions quant aux préjugés les plus courants à l’égard des familles homoparentales.
05
0
5
PUbLIC
4
e
cycle
MAtÉRIEL
Tableau, matériel de dessin
et feuilles, fches avec les
différents types de familles :
Certainesfamilles :
– ont une maman et un papa.
– ont une maman.
– ont un papa.
– ont deux mamans.
– ont une maman et
son conjoint.
– ont deux papas.
– ont un papa et sa conjointe.
– n’ont pas d’enfant.
– ont plusieurs enfants.
– ont adopté des enfants.
– ont des parents d’origine
ethnique différente.
– ont des parents de
différentes religions.
– ont plusieurs membres qui
vivent sous le même toit.
– sont des familles d’accueil.
– ont une maman et
sa conjointe.
– ont un papa et son conjoint.
RESSOURCE(S)
– section 2.1.1. du guide
(exemples de préjugés).
– Témoignages éclairants à
puiser dans le livre « J’ai deux
mamans – C’est un secret. »
1
1 C. Breton, J’ai deux mamans
– C’est un secret, LEDUC.S
Éditions, Paris, 2005.
U
n
e

f
a
m
i
l
l
e

d
i
f
f
é
r
e
n
t
e
,

d
e
s

e
n
f
a
n
t
s

c
o
m
m
e

l
e
s

a
u
t
r
e
s
3
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
SuggeStionS
Pourallerplusloindanslaréfexion : Par groupes de deux, les enfants élaborent
une histoire autour du type de famille qu’ils ont dessinée. Ils communiquent leur
récit aux autres, le corrigent et l’affnent collectivement.
La classe fabrique un album sur la diversité des familles à partir des dessins et des
récits. Cet album pourrait être intégré dans la bibliothèque scolaire ou être exposé
lors d’un événement thématique sur la famille à l’école.
Jeux de bibliothèque : en consultant la quatrième de couverture des livres jeu-
nesse de la bibliothèque, les élèves sont invités à choisir un livre qui met en scène
un type de famille abordé. Après lecture, chaque élève est invité à venir présenter
son livre d’une manière attractive de façon à inciter les autres à le lire. Un nouveau
débat peut être engagé. L’enseignant.e sollicite les élèves afn qu’ils puissent faire
des liens entre les livres et les auteurs et classifer les récits selon le type de situa-
tion familiale rencontrée.
U
n
e

f
a
m
i
l
l
e

d
i
f
f
é
r
e
n
t
e
,

d
e
s

e
n
f
a
n
t
s

c
o
m
m
e

l
e
s

a
u
t
r
e
s
0
5
C
D
B
A
E
4
.outes les combinaisons
sont possibles !
Situation mobiliSatrice
moqueries,insultes,àl’égarddeladifférence(par exemple : une classe
en excursion croise un couple d’hommes ou de femmes qui se promènent
main dans la main, la classe se met à rigoler, ironise, se moque, etc.).
objectifS
Enrichissementparladiversitédesfamilles
1 sensibiliser à la diversité de composition des familles et
à la diversité de leurs caractéristiques.
2 contribuer au développement d’un cadre d’accueil et d’écoute des différences.
introDuction
L’enseignant·e peut tout d’abord proposer aux élèves le jeu suivant : un logigramme.
Comment remplir un logigramme ?
06
0
6
PUbLIC
4
e
cycle
MAtÉRIEL
Copies des logigrammes
RESSOURCE(S)
- Se référer au glossaire et
à la section 2.1. du guide
- Pour des idées de livres :
voir la sélection des livres
jeunesse sur le site HomoEdu :
www.homoedu.com
- Pour des idées de flms :
voir les dossiers
pédagogiques proposés par
Les Grignoux (Liège) :
www.grignoux.
be / ?content=dp
T
o
u
t
e
s

l
e
s

c
o
m
b
i
n
a
i
s
o
n
s

s
o
n
t

p
o
s
s
i
b
l
e
s

!

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Le logigramme
Voiciuneenquêtesimpleàrésoudresouslaformed’unegrilleàremplir.
Ilsufftdenoterdanslescasesdelagrillelesinformationsfourniesparlesindi-
ces(grâce à des O ou N [oui / non] par exemple)etlesdéductionsquetuentires.
tupeuxalorscompléterentoutelogiqueletableauenbasdujeu.
Ànoterquelagrilleelle-mêmeconstitueunindice…
SItUAtION
Trois couples d’amis et leurs enfants se sont réunis à l’occasion d’un bon repas.
QUEStION
Peux-tureformerlesdifférentscouplesetyassocierlenombredeleursenfants?
Voicitroisindicespourt’aideràtrouverlasolution:
– Pascal a 1 enfant
– Patrick est marié avec Caroline
– Céline a 2 enfants
Conjoint Nombred’enfants
Christophe Caroline Céline 0
Conjoint Pascal
Patrick
Patricia
Nombre 0

Personnage Conjoint Nombred’enfants
Pascal
Patrick
Patricia
T
o
u
t
e
s

l
e
s

c
o
m
b
i
n
a
i
s
o
n
s

s
o
n
t

p
o
s
s
i
b
l
e
s

!
0
6
d’enfants

eXploitation
Ce logigramme, assez simple à résoudre, a été conçu à l’attention des enfants et
jeunes adolescents. Outre l’exercice de logique pure, ce jeu servira d’événement
déclencheur à un débat sur l’homophobie.
Lors de la résolution, certains élèves seront peut-être amenés à utiliser des raccour-
cis qui leur paraissent « logiques ». Exemple : La liste des personnages ne contient
qu’une seule femme (Patricia), son conjoint est donc Christophe (seul homme dans
la liste des conjoints). Le jeu a évidemment été conçu pour que ce raisonnement
basé sur des clichés s’avère erroné. Il peut donc être intéressant d’exploiter ce type
de raisonnement et les mécanismes qui en sont à l’origine.
De ces échanges, l’enseignant·e dégagera les trois orientations sexuelles plus ou
moins identifées (hétérosexuelle, homosexuelle et bisexuelle) et invitera les élèves
à se documenter pour les défnir plus précisément. Il / elle amènera les élèves à se
poser des questions sur le type d’émotions et de sentiments que vivent les person-
nes, qu’elles soient hétérosexuelles, homosexuelles ou bisexuelles.
L’enseignant·e tentera au travers de ces démarches de déconstruire les préjugés les
plus courants à l’égard de l’homosexualité. Exemple : l’homosexualité est anormale,
elle est une maladie, une perversion, elle est un choix, les gays sont efféminés et les
lesbiennes masculines, etc. L’enseignant·e développe des projets susceptibles de
faire comprendre aux élèves comment les préjugés peuvent blesser les personnes
gay, lesbiennes ou bisexuelles. Un jour ou l’autre, les jeunes côtoieront des person-
nes homosexuelles dans leur environnement.
action
À partir de la réfexion développée en classe, les élèves réparti·e·s en équipes
confectionnent des affches contenant un message pour combattre les préjugés
homophobes à l’école. Ces affches peuvent être exposées lors d’une journée thé-
matique visant à contrer l’intimidation, la violence ou plus spécifquement l’homo-
phobie à l’école.
Solution
Les éléments inscrits en noir sont les éléments tirés directement des indices.
Les éléments inscrits en bleu sont, quant à eux, déduits de ceux-ci.
Conjoint Nombred’enfants
Christophe Caroline Céline 0
Conjoint Pascal O N N N O N
Patrick N O N O N N
Patricia N N O N N O
Nombre 0 N O N
d’enfants O N N
N N O
Personnage Conjoint Nombred’enfants
Pascal Christophe 1
Patrick Caroline 0
Patricia Céline 2
T
o
u
t
e
s

l
e
s

c
o
m
b
i
n
a
i
s
o
n
s

s
o
n
t

p
o
s
s
i
b
l
e
s

!
0
6

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Les mots qui font mal
SituationS mobiliSatriceS
Utilisationde«motsquifontmal»danslecadredel’école;
JournéeMondialedeluttecontrel’homophobie(mai).
objectifS
1 Identifer les mots péjoratifs associés aux personnes homosexuelles ;
2 Accroître chez les élèves un sentiment d’empathie
en se plaçant dans la peau de l’autre ;
3 Prendre conscience des effets néfastes de l’étiquetage ;
4 Prendre conscience de ses propres actes et de leurs conséquences
pour soi et pour autrui.
Situation D’apprentiSSage
- L’enseignant·e invite les élèves à répondre individuellement au questionnaire
« Les mots qui font mal ».
- L’enseignant·e anime une période de mise en commun des réponses : il invite
chaque élève, à tour de rôle, à communiquer à ses condisciples, ce qu’il a écrit.
Il / elle aide les jeunes à exprimer avec précision les sentiments qui les habitent
en leur permettant d’enrichir mutuellement leur vocabulaire au besoin (confus·e,
honteux / honteuse, embarrassé·e, frustré·e, irrité·e, anxieux / anxieuse, choqué·e,
isolé·e, agressif / agressive, triste, etc.).
- L’enseignant·e fait état des mots qui font mal utilisés par les élèves, mais que les
élèves n’ont pas repris dans l’exercice.
action
L’enseignant·e invite les jeunes à se regrouper en équipe, pour réaliser une affche
visant à sensibiliser aux effets néfastes de l’homophobie. Ces affches peuvent
servir de promotion à la journée de prévention de l’homophobie ou être intégrées
à toute autre journée thématique visant à contrer l’intimidation ou la violence en
milieu scolaire. Les élèves peuvent aussi organiser des kiosques, rédiger un article
dans le journal des élèves ou encore former un comité des élèves qui œuvre à la
prévention de la violence à l’école.
complement
L’activité Les mots qui font mal peut être enrichie en incluant d’autres formes d’éti-
quetage fondées, par exemple, sur le sexe, la couleur de peau, l’origine ethnique ou
sociale, les caractéristiques physiques, etc. Un modèle d’exercice est reproduit à
l’activité 9. Les objectifs et le déroulement de l’activité restent les mêmes.
PUbLIC
à partir du
3
e
et 4
e
cycles
DURÉE
2-3 périodes
MAtÉRIELÉLèVES
- Grandes feuilles de papier
et questionnaire.
RESSOURCE(S)
- section 2 du guide ;
- voir aussi les pistes
proposées à l’activité 12.
L
e
s

m
o
t
s

q
u
i

f
o
n
t

m
a
l
07
0
7
8
Questionnaire des « Mots qui font mal »
Ai-je déjà utilisé un mot qui fait mal ? Si oui, lequel ?
Comment me suis-je senti à ce moment ?
Est-ce que je sais comment l’autre s’est senti à ce moment ?
Pourquoi est-ce que j’utilise ce mot ?
Comment me sentirais-je si on m’appelait comme cela ?
L
e
s

m
o
t
s

q
u
i

f
o
n
t

m
a
l
0
7
Ai-jedéjàutilisé
unmotquifaitmal?
Sioui,lequel?

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Au-delà des stéréotypes,
les richesses de la personne
Situation mobiliSatrice
Exemplesdestéréotypes.
objectifS
1 Les élèves prennent conscience des stéréotypes associés aux gays, aux les-
biennes, aux personnes bisexuelles ou aux personnes transgenres et sont
incité·e·s à transformer leurs perceptions au-delà des préjugés. Une mise en
garde s’impose : il s’agit bien de déconstruire les stéréotypes et dès lors de
veiller à ne pas les renforcer !
2 Faire ressortir le fait que chaque être humain est unique et que l’orientation
sexuelle d’une personne ne saurait la défnir totalement. Au-delà de l’orienta-
tion sexuelle, il y a un individu qui a de nombreuses caractéristiques qu’on ne
saurait réduire à un stéréotype.
3 Mettre en évidence que les stéréotypes sont caractérisés par l’ethnocen-
trisme et que l’on a tendance à allouer à son propre groupe des caractères
positifs et aux autres des caractères négatifs.
Situation D’apprentiSSage
Pré-requis : L’enseignant·e annonce qu’il / elle abordera aujourd’hui la question
de la diversité des vécus sexuels et de la perception que nous avons des per-
sonnes hétérosexuelles, homosexuelles et bisexuelles. Il / elle explique que notre
perception peut être infuencée par un stéréotype ou par la réalité que nous ob-
servons tous les jours, en prenant soin de bien défnir ce qu’est un stéréotype.
Unstéréotypeestuneopiniontoutefaitequel’onad’unepersonne.Ilse
construitàpartirdefaussescroyancesetapoureffetderéduirelariches-
sed’unindividuàquelquestraitsphysiques,psychologiquesoucompor-
tementaux arbitraires. Le stéréotype est, par défnition, une perception
fgéeetréductriced’unepersonneoud’ungroupedepersonnes.
Déroulementdel’activité:
L’enseignant·e divise la classe en sous-groupes de cinq élèves. Il / elle deman-
de à chaque équipe de décrire en quelques mots sur une fche de couleur ce
que pourraient être les caractéristiques d’une personne selon son orientation
sexuelle. Chaque équipe doit identifer par une fche de couleur différente s’il
s’agit d’un stéréotype ou d’une caractéristique réelle.
08
0
8
PUbLIC
1
er
degré
du secondaire
DURÉE
2-3 périodes
MAtÉRIELÉLèVE
- Trois grands cartons collés
au mur, chacun ayant
comme en-tête une orienta-
tion sexuelle : homosexuelle,
hétérosexuelle, bisexuelle.
- Dix petits cartons (de la taille
d’une fche) par sous-groupe
d’élèves.
Les fches sont de 2 couleurs :
une pour identifer un stéréo-
type et l’autre pour identifer
une perception réaliste.
Cinq de chaque sorte sont
distribués à chaque équipe.
RESSOURCE(S)
- sections 2.1. et 2.4. du guide.
A
u
-
d
e
l
à

d
e
s

s
t
é
r
é
o
t
y
p
e
s
,

l
e
s

r
i
c
h
e
s
s
e
s

d
e

l
a

p
e
r
s
o
n
n
e
0
– Y a-t-il des traits ou des signes (physiques, psychologiques, comportementaux ou
vestimentaires) qui caractérisent les personnes selon leur orientation sexuelle ?
– S’agit-il d’un stéréotype ou d’une caractéristique réelle ?
Les jeunes sont invité·e·s à discuter ensemble en sous-groupes et à créer, si pos-
sible, des consensus quant aux réponses à apporter.
Chaque équipe nomme un·e porte-parole qui devra rendre compte des réfexions
du sous-groupe à la classe et indiquer s’il y a eu ou non un consensus quant à
savoir s’il s’agit d’un stéréotype ou d’une caractéristique réelle qui identife les
personnes selon leur orientation sexuelle. La personne désignée ira coller les
fches sur les trois cartons.
L’enseignant·e anime la période d’échanges et de mise en commun. Il / elle invite les
élèves à souligner d’abord les convergences, puis les différences dans les répon-
ses apportées par chaque équipe. Si certains stéréotypes ressortent avec force,
on demandera aux jeunes d’expliquer pourquoi ils / elles associent ceux-ci à une
orientation sexuelle particulière (par exemple, port d’une boucle d’oreille chez les
gays, cheveux courts chez les lesbiennes, sexualité débridée chez les personnes
bisexuelles). Cette caractéristique est-elle généralisable à l’ensemble des person-
nes de cette orientation sexuelle ? Les jeunes connaissent-ils / elles une personne
de cette orientation sexuelle qui n’a pas cette caractéristique ?
Lebutdel’exercicen’estpasdeconforterlespréjugés,maisd’identiferles
stéréotypes les plus courants à l’endroit des personnes homosexuelles et
bisexuellesetdesusciterundébatsurleurdimensionréductrice.
action
Les élèves sont invité·e·s àrédigeruntexte sur les effets néfastes des stéréotypes
à partir d’une expérience qu’ils / elles ont vécue ou dont ils / elles ont été témoins.
Les textes pourraient être reproduits dans le journal étudiant de l’école afn de
sensibiliser d’autres jeunes aux impacts négatifs des stéréotypes. Ils pourraient
aussi être utilisés dans le cadre d’une journée thématique sur la prévention de l’ho-
mophobie, du racisme, du sexisme ou de la violence.
0
8
A
u
-
d
e
l
à

d
e
s

s
t
é
r
é
o
t
y
p
e
s
,

l
e
s

r
i
c
h
e
s
s
e
s

d
e

l
a

p
e
r
s
o
n
n
e

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
PUbLIC
1
er
degré
du secondaire
DURÉE
1-2 période(s)
09
0
9
Je dis non aux préjugés
Situation mobiliSatrice
Exemplesdepréjugéshomophobes.
objectifS
1 Prendre conscience de ses préjugés homophobes.
2 Développer un esprit critique face aux préjugés homophobes.
Cette activité peut être couplée à la précédente .
3 Favoriser l’auto-évaluation voire l’auto-correction.
Situation D’apprentiSSage
L’enseignant distribue une liste d’affrmations (page suivante) qui représentent des
fausses croyances associées à l’homosexualité. Les jeunes sont invité·e·s à remplir
le questionnaire individuellement. Cet exercice permettra aux jeunes de prendre
conscience de leurs opinions à l’égard des personnes homosexuelles.
eXercice
L’enseignant·e anime une période d’échanges et de mise en commun des réponses.
Il / elle donne au préalable comme consigne aux élèves de respecter l’opinion d’autrui
et de ne pas juger les personnes qui ont des positions différentes des leurs.
Un élève lit à haute voix la première affrmation et communique ses réponses à
ses condisciples. L’enseignant.e suscite les échanges en invitant les jeunes à
exprimer tant leurs opinions personnelles que ce qui est véhiculé dans la société.
L’enseignant·e engage un débat constructif de manière à clarifer les faits. Il / elle
passe ensuite à la deuxième affrmation et ainsi de suite.
action
En conclusion, l’enseignant·e explore avec les jeunes si leurs opinions se sont
transformées au cours de l’exercice. Qu’ont-ils / elles appris de nouveau ? Qu’est-ce
qui les a le plus étonné·e·s ? S’ils / elles rencontraient prochainement un gay ou une
lesbienne, quelle serait leur attitude ?
MAtÉRIEL
- Liste de préjugés
homophobes tenaces

RESSOURCE(S)
- section 2.1.
J
e

d
i
s

n
o
n

a
u
x

p
r
é
j
u
g
é
s
c
a
m
io
n
n
e
u
s
e

le
maladie
effém
iné

Quelques préjugés tenaces
a.
L’homosexualitéestunchoix. ▫ oui ▫ non
b.
c.
2 un gay est un homme qui aurait aimé être une femme. ▫ oui ▫ non
b.
c.
3 Dans un couple de femmes, il y en a une des deux
qui a le rôle de l’homme et l’autre celui de la femme. ▫ oui ▫ non
b.
c.
4 les gays ne pensent qu’au sexe et
ont de nombreux partenaires. ▫ oui ▫ non
b.
c.
5 Si une femme est lesbienne,
c’est parce qu’un homme a déjà abusé d’elle. ▫ oui ▫ non
b.
c.
6 l’homosexualité est une maladie. ▫ oui ▫ non
b.
c.
7 les gays sont des garçons efféminés,
les lesbiennes sont des garçons manqués. ▫ oui ▫ non
b.
c.
8 les couples de même sexe
ne peuvent pas être de bons parents. ▫ oui ▫ non
b.
c.
9 les enfants ayant un parent homosexuel
vont devenir homosexuels à leur tour. ▫ oui ▫ non
b.
c.
10 les personnes homosexuelles n’ont pas
une vie heureuse. ▫ oui ▫ non
b.
c.
a.As-tudéjàentendu
cepropos?
b.Dansquelles
circonstances?
c.Commentle
comprends-tu?
Réponds
par écrit
au questionnaire
suivant
J
e

d
i
s

n
o
n

a
u
x

p
r
é
j
u
g
é
s
0
9
c
a
m
io
n
n
e
u
s
e

le
maladie
effém
iné
73
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
c
g
i
q
u
e
s
10
&
%
Étiquettes et rôIes I1!*
SITUATION MOBILISATRICE
Exemples d’étiquetage.
OBJECTIFS
1 Identifier les étiquettes et les mots péjoratifs associés aux personnes
en raison du genre, de l’appartenance à une minorité, de l’apparence
physique, ou pour toute autre raison discriminatoire;
2 Accroître chez les élèves un sentiment d’empathie
en se plaçant dans la peau de l’autre.
SITUATION D’APPRENTISSAGE
La classe est divisée en sous-groupes de quatre à cinq élèves et l’enseignant·e leur
demande de réaliser l’exercice«les mots qui font mal » en répondant aux questions.
La troisième question suggère aux élèves d’être le plus honnête possible quant aux
sentiments qu’ils/ elles pourraient éprouver s’ils/ elles étaient appelé·e·s par ces
noms. Pour aider les jeunes à développer une attitude empathique, l’enseignant·e
leur suggère de fermer les yeux pendant quelques minutes et d’imaginer que les
autres jeunes leur crient ces noms dans les corridors, à la récréation, dans l’auto-
bus scolaire et à la sortie de l’école. Dès qu’ils/ elles ont rouvert les yeux, il / elle leur
demande d’écrire immédiatement comment ils/ elles se sont senti·e·s.
VARIANTE: proposer aux élèves d’imaginer qu’ils/ elles découvrent sur un banc,
un mur de l’école ou encore sur la façade de leur maison un graffiti associant leur
prénom et leur nom de famille à une insulte.
RÉFLEXION
L’enseignant·e anime une période de mise en commun des réponses de chaque
groupe. Il / elle inscrit ces réponses au tableau ou sur de grandes feuilles et clarifie
au besoin le sens de certaines expressions injurieuses. Il / elle aide les jeunes à
exprimer avec précision les sentiments qui les habitent (confus·e, honteux/ hon-
teuse, embarrassé·e, frustré·e, irrité·e, anxieux/ anxieuse, choqué·e, isolé·e, agres-
sif / agressive, triste, etc.). L’enseignant·e invite les élèves à prendre conscience
de l’origine de ces insultes ou des idées reçues, des préjugés. Les raisons pour
lesquelles des jeunes utilisent des étiquettes insultantes relèvent habituellement
de la difficulté à accepter les différences, du pouvoir et du contrôle exercés par
certain·e·s jeunes sur d’autres jeunes, des pressions des ami·e·s ou de la sociali-
sation (ce qu’on apprend dans la famille et dans son milieu de vie).
PUBLIC
2
e
degré
du secondaire
DURÉE
2-3 périodes
+ extension possible
MATÉRIEL
- Questionnaire et
grandes feuilles de papier.
RESSOURCE(S)
- Sections 2.1. et 2.4. du guide.
* Cette activité et la suivante
sont reprises sur RESPEL,
le site des ressources
pédagogiques en ligne
de la Communauté française:
www.respel.be
Mot-clé: homosexualité.
É
l
i
q
u
e
l
l
e
s

e
l

r
ô
l
e
s

l
1
I
10 10
74
ACTIONS
Variante 1 : Demander à chaque groupe de se spécialiser dans la lutte contre
une forme d’étiquetage: étiquetage raciste, homophobe, sexiste,
etc. pour la préparation d’un poster.
Variante 2 : Proposer la rédaction d’un article sur une des formes d’étiquetage
ou sur l’expérience vécue à publier dans le journal de l’école.
Variante 3: Formation d’un comité étudiant qui œuvre à la prévention de la vio-
lence dans l’école.
Variante 4: La classe sans étiquette: sur le mode des actions du type «une
classe sans tabac», la classe s’engage à devenir un modèle dans la
lutte contre les discriminations.
0uesticnnaire des « Hcts qui fcnt maI »
Ai-je déjà utilisé un mot qui fait mal ? Si oui, lequel ?
Comment me suis-je senti à ce moment ?
Est-ce que je sais comment l’autre s’est senti à ce moment ?
Pourquoi est-ce que j’utilise ce mot ?
Comment me sentirais-je si on m’appelait comme cela?
&
%
É
l
i
q
u
e
l
l
e
s

e
l

r
ô
l
e
s

l
1
I
75
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
c
g
i
q
u
e
s
Étiquettes et rôIes I2!
11
&
&
SITUATION MOBILISATRICE:
Je suis affublé d’une étiquette (complément de l’activité 10).
OBJECTIFS
– Prendre conscience des étiquettes en s’y identifiant (s’identifier à, incorporer,
intérioriser les impressions liées à l’étiquetage) ;
– Comprendre de l’intérieur l’effet réducteur de l’étiquetage (la personne est
réduite à une seule de ses caractéristiques, la personne qui étiquette se pré-
sente comme simpliste et peu nuancée, l’image de l’étiqueteur s’en trouve
ternie, tout autant que l’image de l’étiqueté) et son effet dévastateur ;
– Changer éventuellement d’attitudes, devenir plus nuancé,
plus soucieux d’autrui.
SITUATION D’APPRENTISSAGE
L’enseignant·e a retourné les étiquettes sur une table de manière à ce que les élèves
ne puissent pas les lire. La classe est divisée en deux groupes, un groupe d’obser-
vateurs qui fait cercle autour d’un groupe d’acteurs. Chaque élève acteur / actrice se
munit au hasard d’une étiquette et après en avoir pris connaissance se la colle sur la
poitrine et essaye de s’identifier à l’étiquette qui lui colle à présent «à la peau».
Pendant une dizaine de minutes, les élèves-acteurs/ actrices circulent en silence et
miment les gestes que leur inspirent éventuellement leurs étiquettes. Les élèves-
observateurs/ observatrices notent leurs observations et leurs réactions éventuelles.
Dans un deuxième temps, on inverse les rôles: les observateurs/ observatrices
deviennent acteurs/ actrices et les acteurs/ actrices observateurs/ observatrices.
Cette première partie se déroule avec une consigne de silence.
PUBLIC
2
e
degré
du secondaire
DURÉE
1-2 périodes
+ extension possible
MATÉRIEL
- Étiquettes autocollantes
(modèle, voir tableau
à la page suivante)
RESSOURCES
- glossaire et section 2.4.
du guide

É
l
i
q
u
e
l
l
e
s

e
l

r
ô
l
e
s

l
2
I
2
76
RÉFLEXION
L’enseignant·e divise la classe en groupes de +/ - 6 élèves (trois de chaque groupe
précédent) et leur demande de partager vécu et observations. Le groupe se choisit
un·e secrétaire-rapporteur·e.
Pour les y aider, l’enseignant·e peut proposer de répondre aux questions suivantes:
– Mon vécu par rapport à mon étiquette: accepterais-je de la porter
dans la cour de l’école, dans la rue, à la maison, tous les jours?
– Certaines étiquettes me paraissent·elles plus acceptables que d’autres?
Plus confortables à porter que d’autres?
– Est-il supportable d’être étiqueté·e? Est-ce que cela peut nuire à mon
image de marque, à mes relations avec ma famille, mes ami·e·s,
au bon déroulement de mes études, de mon choix professionnel,
de ma carrière professionnelle?
La classe est finalement réunie et chaque rapporteur·e rend compte des échanges
de son groupe.
VARIANTES
Le tableau qui suit est à compléter, à adapter
ou à modifier selon les réalités vécues.
POUR APPROFONDIR LA RÉFLEXION
1. TEXTES GÉNÉRAUX
Insulte
Étiquetage, étiquette classificatoire, insulte:
«L’étiquetage, qui est l’équivalent «savant » de l’insulte, est aussi une stratégie
commune, et d’autant plus puissante que l’étiquette est à la fois plus stigmatisante
et plus vague, donc irréfutable. » (P. Bourdieu, Choses dites, p.169, Minuit, 1987)
«La logique de l’étiquette classificatoire est très exactement celle du racisme, qui
stigmatise en enfermant dans une essence négative. »
(P. Bourdieu, Choses dites, p.39, Minuit, 1987)
CORPULENCE
CHETIVE
… … … …
ASIATIQUE NOIR
FORTE
CORPULENCE
ALLOCHTONE
COMMUNAUTE CULTURELLE
MINORITAIRE
BISEXUEL/ LE LESBIENNE LUNETTES
TRES GRANDE
TAILLE
COMMUNAUTE MINORITAIRE
RELIGIEUSE
AUTRE GAY HANDICAP PETITE TAILLE
COMMUNAUTE LINGUISTIQUE
MINORITAIRE
É
l
i
q
u
e
l
l
e
s

e
l

r
ô
l
e
s

l
2
I
&
&
77
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
c
g
i
q
u
e
s
Honte
«La honte corporelle et toutes les espèces de honte culturelle, celles qu’inspire un
accent, un parler ou un goût, sont en effet parmi les formes les plus insidieuses de
la domination, parce qu’elles font vivre sur le mode du péché originel et de l’indi-
gnité essentielle, des différences qui, même pour les plus naturelles en apparence,
comme celles qui touchent au corps, sont le produit de conditionnements sociaux,
donc de la condition économique et sociale. »
(P. Bourdieu, Le couturier et sa griffe: contribution à une théorie de la magie, Actes
de la recherche en sciences sociales, n°1, janvier 1975, p.36)
Insulte et injure au regard de l’étymologie
Texte extrait de «Insulte, injure et juron» de Isabelle Huard, mis en ligne sur le site
du journal du barreau français:
[…] «Insulte» et «injure» n’ont pourtant pas la même origine: «insulter » (en
latin insultare), c’est d’abord «sauter sur », alors on est près de l’assaut. Puis le
sens s’est dirigé vers «braver » et «outrager ».
L’«injure», quant à elle, a une origine différente et un peu plus juridique: elle
vient d’injuria, signifiant proprement «contre» (in) «le droit » (juris), c’est-à-dire
la violation du droit et le dommage qu’il cause. Au départ, le mot signifie «injus-
tice». Racine disait, tout comme Montesquieu, qu’ «une extrême justice est
souvent une injure». Vers le XII
e
siècle, il prend le sens d’outrage.
Au niveau du droit encyclopédique, l’injure est en réalité «toute expression outra-
geante, terme de mépris ou invective, qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ».
En droit romain, l’injure consistait en une violence corporelle ou dans une atteinte
à l’honneur ou à la dignité d’une personne. La «Loi des Douze Tables» fixait une
peine tantôt corporelle, tantôt pécuniaire. La Loi Cornelia de injuriis introduisit
une poursuite publique pour certains cas. Peut-être y voit-on déjà les premiers
balbutiements du droit à l’image?
Si de nos jours les deux mots « insulte » et « injure » sont très proches et pres-
que synonymes, c’est qu’ils se ressemblent et que les différences sont bien
subjectives.
Injure ou juron?
Attention, ne confondons pas «injure» et «juron». Ce dernier mot est de la même
famille, bien sûr, mais il dérive du verbe jurare qui donne «jurer ». Le verbe signi-
fie d’abord, toujours juridiquement, «prêter serment », puis «promettre» et «être
certain» (le sens s’étant laïcisé et affaibli). Mais d’un autre côté, il a pris le sens d’
«invoquer de manière sacrilège», de «blasphémer ». Et c’est là qu’on comprend le
sens du mot «juron» qui a voulu dire «serment » mais qui, aujourd’hui, ne signifie
plus que «blasphème», mot qui exprime la colère, la surprise et l’indignation. […]
É
l
i
q
u
e
l
l
e
s

e
l

r
ô
l
e
s

l
2
I
&
&
8
2. l’eXemple De l’inSulte homophobe, DeS teXteS pour réfléchir
L’école,lieudedénietdesouffrancepourles«jeunespédés».
« Entre garçons, « pédé » est l’insulte la mieux partagée. Les flles, elles, écopent
d’un « sale gouine » quand elles refusent des avances. Dans les collèges et les
lycées, au moment même où certain·e·s jeunes se découvrent homosexuel·le·s,
l’insulte homophobe est reine. » (Le Monde, 25.06.01).
Extraitdel’entrée«injure»dansleDictionnaire de l’homophobie 
« […] Tout d’abord l’injure renvoie à l’anormalité, à l’infériorité d’un individu ou d’une
catégorie d’individus désignés par rapport aux autres : elle les hiérarchise arbitraire-
ment. Mais plus fondamentalement encore l’injure participe également à la construc-
tion intime de l’identité de celui ou celle à qui elle s’adresse, d’une personnalité néces-
sairement inférieure. Et ce, qu’elle soit ouvertement proférée ou plus insidieusement,
que l’appréhension de sa violence en fasse une menace permanente.
La force de l’injure ne réside d’ailleurs pas seulement dans la conscience qu’a son / sa
destinataire de pouvoir être, à un moment ou à un autre, assigné·e à cette place
inférieure. Elle tient aussi au profond ancrage de ces valeurs d’exclusion dans le lan-
gage commun, celui-là même que tout individu se voit inculquer. À l’égard des gays
et des lesbiennes, l’expérience de ce langage a pour conséquence supplémentaire
de formater des personnalités qui intègrent totalement, en leur conférant le caractère
d’une évidence indépassable, les sentiments de honte, de peur et d’infériorité sociale
qu’il suscite et perpétuent la représentation d’une hiérarchie sociale arbitraire.
Par le biais de l’insulte, au travers de sa force et de son effcacité, le langage se
révèle un vecteur important de l’homophobie. Mais les mots ne sont pas seulement
des agressions ponctuelles. En substance, ils traduisent et perpétuent la représen-
tation d’une hiérarchie sociale arbitraire déterminée par l’orientation sexuelle. Plus
encore il peut ne pas s’agir seulement de formules objectivement violentes (« sale
pédé », « sale gouine »), mais également, de manière plus globale, de l’ensemble
des discours qui élaborent, justifent ou expriment la discrimination à l’encontre de
l’homosexualité […] ». D. Borrillo et T. Formond, 2003
3. DeS chanSonS peuvent Servir De Support à la réfleXion
Par exemple « P’tit pédé », de Renaud, ou des chansons de Zazie.

4. mort ou fif *
[…] « Nicolas était depuis des années la cible de propos blessants et homophobes de
la part de ses camarades de classe sans que quiconque à l’école intervienne. Étudiant
modèle, il ne se plaignait jamais. Ses compagnons le considéraient néanmoins insuff-
samment masculin et le bruit courait qu’il était ff. Un jour, alors que sa classe passait à
côté de la piscine de l’école, des garçons le précipitèrent dans l’eau, tout habillé. Tout
le monde, y compris le professeur, rit un bon coup. Pour Nicolas, humilié et désem-
paré, ce fut, c’est le cas de le dire, la goutte d’eau qui ft déborder le vase. C’en était
trop. Le lendemain, il s’est jeté du haut du pont de chemin de fer qui traversait son
village. Après les funérailles, un professeur récemment engagé a, en vain, tenté de
sensibiliser l’école à la relation possible de cause à effet entre l’ostracisme dont Nico-
las était victime et son suicide. On l’a fortement incité à se taire. L’année suivante, son
contrat ne fut pas renouvelé. Cette histoire véritable nous a été racontée par la mère de
l’adolescent, mort par suicide, il y a moins d’un an. Il avait quinze ans. » […]
Extrait du texte de M. Dorais, 2000
1
1
É
t
i
q
u
e
t
t
e
s

e
t

r
ô
l
e
s

(
2
)
* fif
est l’équivalent
québécois
de « pédé »

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Qui suis-je ?
Situation mobiliSatrice
Exemplesdecomportementsconsidéréscommeanormaux.
objectifS
1 Découvrir la relativité des notions de « normalité » et d’« anormalité » ;
2 Prendre conscience des dangers qu’il y a exclure quelqu’un·e ;
3 Découvrir le comingout et les diffcultés qu’il présente ;
4 Découvrir et pratiquer l’attitude inclusive.
Situation D’apprentiSSage
L’enseignant·e montre aux élèves une série d’images d’hommes et de femmes suscep-
tibles d’être classifé·e·s comme « normaux / normales » ou « différent·e·s ».
Il / elle leur demande de mettre les images dans un ordre de continuité allant de
« normal » à « différent ».
réfleXion
Sur la base des réponses, l’enseignant·e mène une discussion sur la frontière entre
« normal » et « anormal ». En règle générale, chaque personne place cette frontière à un
endroit différent. Discuter brièvement de cette relativité avec les élèves.
L’enseignant·e pose ensuite une série de questions commençant par « qui ».
Par exemple :
Qui a fumé au moins une fois dans sa vie ?
Qui a déjà pris le bus sans payer ?
Qui a déjà embrassé un garçon ou une flle ?
Qui connaît une lesbienne ou un gay ?
Qui rentrerait dans un bar lesbien ?
Qui irait dans une boîte de nuit gay ?
Il / elle peut ainsi préparer une liste de questions portant sur l’amour, le couple et la
sexualité. Sur deux murs opposés de la pièce, il / elle accroche deux feuilles de papier
où sont inscrits pour l’un le mot « moi » et pour l’autre les mots « pasmoi ».
Les jeunes marchent dans la pièce et, à chaque question posée, doivent se ranger
d’un côté ou de l’autre de la pièce. Les participant·e·s doivent donc se séparer à
chaque question en deux groupes, « moi » et « pas moi ».
12
1
2
MAtÉRIEL
- Plusieurs jeux d’images
d’hommes et de femmes
- Deux grandes feuilles intitu-
lées « MOI » et « PAS MOI »
RESSOURCE(S)
- Section 2.1.2. du guide.
Q
u
i

s
u
i
s
-
j
e

?
PUbLIC
2
e
degré
du secondaire
DURÉE
2 périodes
80
Q
u
i

s
u
i
s
-
j
e

?
Chacun·e observe alors qui est de son côté, qui est en face, et doit porter une
attention particulière à ce qu’il / elle ressent dans cette situation.
Ensuite les élèves se remettent à marcher et se rangent à nouveau à la question suivante.
Il n’est pas autorisé de rester au milieu, sachant que l’on aura auparavant prévenu
les élèves que les réponses pourraient être diffciles
1
.
Il est demandé aux participant·e·s de ne pas parler ni faire le moindre commen-
taire pendant le jeu, qui doit permettre de donner une idée des conséquences
engendrées par la réponse que l’on fait à une question particulière et d’observer
la répartition des personnes entre les deux murs. Il est important de préciser aux
participant·e·s qu’ils / elles ont le droit de mentir. Personne n’est obligé de se dévoi-
ler. La dernière question posée est : « Avez-vous menti une ou plusieurs fois dans
vos réponses à ce jeu ? »
2
.
Ensuite, au cours d’une discussion en groupe, les élèves peuvent dire ce qu’ils / el-
les ont ressenti pendant le jeu, s’ils / elles ont remarqué quelque chose ou ont été
surpris·es à certains moments par leurs réponses, leurs sentiments, etc.
information
L’enseignant·e conduit la discussion dans le sens d’une défnition de « normal », « anor-
mal » et « différent ». Ces modèles sont tous subjectifs. Lorsque nous défnissons qui
est inclus dans le groupe, nous excluons automatiquement d’autres personnes.
Il / elle discute des répercussions de l’exclusion et de la manière dont on peut s’ac-
commoder des différences avec respect, y compris des différences en matière
d’orientation sexuelle. Il / elle peut bien sûr se servir pour ce faire des éléments
développés dans le guide.
L’enseignant·e souligne les diffcultés rencontrées par les personnes qui doivent
dissimuler une part importante de leur vie. Il abordelaquestionducoming-out
pour les jeunes gays et lesbiennes.
Il / elle souligne la « normalité » des personnes d’orientation homosexuelle et des
couples gay et lesbiens en déconstruisant certains préjugés.
Il / elle peut, par exemple, faire réagir les élèves aux questions suivantes :
– En quoi les personnes homosexuelles sont-elles différentes des autres ?
– En quoi les couples gay et lesbiens sont-ils différents
des couples hétérosexuels ?
– Les « rôles » sont-ils différents d’un couple à l’autre ?
– Quelle infuence une situation juridique discriminatoire peut-elle avoir
sur des relations homosexuelles ?
– En quoi le quotidien des relations hétérosexuelles se différencie-t-il
de celui des relations homosexuelles ?
1 Cet exercice est adapté aux jeunes qui sont capables de prendre de la distance par rapport à leur propre
point de vue, et habitué·e·s à argumenter d’un point de vue individuel. Les jeunes ayant grandi dans
des cultures plus « collectives », ressentiront peut-être cet exercice comme diffcile et observeront les
réactions des autres. Pour parer à cela, la discussion peut se concentrer davantage sur des groupes ou
des opinions culturelles différentes.
2 Il est important que l’enseignant·e participe aussi au jeu et le termine en répondant « oui » à la dernière
question, « Qui a menti au moins une fois au cours de ce jeu ? ». Si l’adulte ne le fait pas, il y a en effet fort à
parier qu’aucun·e élève n’osera avouer avoir lui-même menti.
1
2
8
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
action
Les élèves peuvent décider d’adopter des comportements plus inclusifs lors
d’événements qui font la vie de l’école : le bal des rhétos, la fête de l’école, la Saint-
Valentin… Ils / elles peuvent se donner l’un ou l’autre objectif à atteindre dans ce
sens pour le reste de l’année, et sensibiliser d’autres élèves.
complement
Afn de mieux comprendre pourquoi le processus du coming-out peut être très
diffcile pour les lesbiennes, gays et bisexuel·le·s, on peut également proposer
l’activité suivante
3
:
- Les élèves se répartissent en groupes de trois non mixtes. Dans ces petits grou-
pes, ils / elles doivent s’imaginer ceci : qu’est-cequichangeraitdansleurvie
s’ils/ellesétaientgaysoulesbiennes?
- Laisser le temps aux petits groupes de réféchir et de discuter cette question.
Comment réagiraient-il/elles? Comment leurs ami·e·s réagiraient-ils/
elles?S’agit-ild’idéespositivesounégatives?Pourquoi?Pourquoipas?
On peut compléter cet exercice par la lecture d’un extrait d’autobiographie d’un·e
auteur·e gay ou lesbienne.
3 Cette activité peut être très désagréable pour des élèves homosexuel·le·s, en particulier s’ils / elles
ne sont pas « out ». Il faut donc rester prudent·e. Par ailleurs, si quelqu’un a des diffcultés pour s’imaginer
qu’il / elle est homosexuel·le, lui suggérer qu’il / elle s’imagine que la majorité est homosexuelle et
que seules quelques personnes sont hétérosexuelles. Qu’est-ce que cela signiferait alors pour
la minorité hétérosexuelle ?
1
2
?
Q
u
i

s
u
i
s
-
j
e

?
82
J`existe autrement
SITUATION MOBILISATRICE
Exemples de coming-out et d’attitudes inclusives.
OBJECTIFS
1 Réfléchir à la notion d’appartenance à un groupe;
2 S’identifier, expérimenter les sentiments de quelqu’un qui appartiendrait à
une minorité, trouver des similarités et des différences avec l’appartenance
à la majorité.
SITUATION D’APPRENTISSAGE
Qu’est-ce que cela signifie, émotionnellement,
de faire partie d’un groupe stigmatisé?
RÉFLEXION
L’enseignant·e demande aux jeunes de réfléchir à quels différents groupes ils/
elles appartiennent (par exemple: turc, footballeur, scout, etc.).
Il / elle donne trois morceaux de papier aux participant·e·s et leur demande
d’y noter les réponses aux questions suivantes:
– À quel(s) groupe(s) suis-je fier.e d’appartenir ?
– À quel(s) groupe(s) je ne désirerais pas appartenir ?
– À quel(s) groupe(s) ai-je honte d’appartenir ?
Les feuilles anonymes sont alors punaisées au tableau ou lues par les élèves. Il est
important de créer une atmosphère respectueuse avant de réaliser cet exercice,
car plusieurs jeunes peuvent avoir un problème avec la question «À quels groupes
ai-je honte d’appartenir ?». Il est également important de ne pas effectuer cet exer-
cice avec des petits groupes où l’anonymat des réponses ne serait pas garanti.
Sur la base des réponses, l’enseignant·e mène une discussion sur la frontière entre
les différents groupes et sur l’aspect disjoint de ceux-ci. Il / elle évoque l’appar-
tenance à une minorité sexuelle en apportant des éléments d’informations sur la
diversité des vécus sexuels.
Il / elle peut éventuellement reprendre le jeu des questions avec positionnement
présenté dans l’activité précédente.
13
&
(
J
`
e
x
i
s
l
e

o
u
l
r
e
m
e
n
l
PUBLIC
2
e
degré
du secondaire
DURÉE
1-2 périodes
MATÉRIEL
- Tableau; trois morceaux
de papier par élève.
RESSOURCE(S)
- Section 2.1.2. du guide
83
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
information
L’enseignant·e conduit la discussion dans le sens d’une défnition de « normal », « anor-
mal » et « différent ». Ces modèles sont tous subjectifs. Lorsque nous défnissons qui
est inclus dans le groupe, nous excluons automatiquement d’autres personnes.
Il / elle discute des répercussions de l’exclusion et de la manière dont on peut s’ac-
commoder des différences avec respect, y compris des différences en matière
d’orientation sexuelle. Il / elle peut bien sûr se servir pour ce faire des éléments
développés dans le guide.
Il / elle souligne les diffcultés rencontrées par les personnes qui doivent dissimuler
une part importante de leur vie. Il aborde la question du coming-out pour les jeunes
gays et lesbiennes.
action
Les élèves peuvent décider d’adopter des comportements plus inclusifs lors d’évé-
nements qui font la vie de l’école : le bal des rhétos, la fête de l’école, la Saint-Valen-
tin… Ils / elles peuvent se donner l’un ou l’autre objectif à atteindre dans ce sens
pour le reste de l’année, et sensibiliser d’autres élèves.
complement
Afn d’analyser les préjugés qui entourent l’idée de « communauté », en particulier
celle de « communauté » gay et lesbienne, on peut réaliser l’activité suivante :
– Demander aux adolescent·e·s ce qu’ils / elles pensent lorsqu’ils / elles entendent
l’expression « communauté gay et lesbienne ».
– Écrire les commentaires au tableau. Mettre ensuite en relation les mots similai-
res avec des traits de craie.
– Écrire au tableau les remarques négatives dans une autre couleur que les posi-
tives (par ex. négatif = jaune et positif = vert). Demander pourquoi il y a plus de
commentaires jaunes que de verts, examiner si ces commentaires sont des faits
ou des préjugés (appréciations et jugements qui ne correspondent pas aux faits),
et quels sont les opinons et les sentiments personnels des adolescent·e·s.
– Vérifer ce qu’ils / elles savent de la « communauté » gay et lesbienne et comment
ils / elles ont appris ce qu’ils / elles croient savoir.
– Expliquer ensuite de manière factuelle ce que recouvre cette « communauté » en
se référant au §2.3.2. du guide.
– Terminer en demandant si l’exercice a fait changer le point de vue des élèves.
Il s’agit ici de se préparer de manière à pouvoir donner le cas échéant des infor-
mations adéquates sur les associations LGBT locales. Il est envisageable d’inviter
des représentant·e·s de ces associations pour donner des informations sur les
activités locales. Souligner que pour de nombreux / nombreuses gays, lesbiennes
et bisexuel·le·s, la « communauté » gay et lesbienne est avant tout un réseau social
où ils / elles peuvent rencontrer d’autres lesbiennes, gays ou bisexuel·le·s.
Cette activité complémentaire peut tout à fait s’inscrire dans le cadre d’une dis-
cussion plus large sur le concept de « communauté », avec d’autres exemples de
systèmes d’inclusion / exclusion.
J

e
x
i
s
t
e

a
u
t
r
e
m
e
n
t
1
3
84
Je m’ouvre
à la différence
Situation mobiliSatrice
Jedécouvremapersonnalitéenmêmetempsquecelled’autrui.
objectifS
1 Développer une compréhension empathique des diffcultés rencontrées
par les jeunes d’orientation homosexuelle ;
2 Développer les capacités d’autoévaluation et d’auto-correction.
Situation D’apprentiSSage
L’enseignant·e divise la classe en sous-groupes mixtes ou non mixtes de cinq élèves
et demande à chaque équipe de lire la mise en situation et de répondre aux questions.
Chaque équipe nomme un·e porte-parole qui résumera ses réponses lors de la mise
en commun. Les réponses peuvent être variées à l’intérieur d’une même équipe et
il importe d’en rendre compte sans juger l’opinion d’autrui.
Pour aider les jeunes à développer une attitude empathique, l’enseignant·e demande
aux élèves de répondre de manière authentique aux questions en imaginant que la
mise en situation est réelle.
réfleXion
L’enseignant·e anime la période de mise en commun des réponses aux questions,
à l’exclusion des deux dernières. Ces premières questions interpellent les attitudes
possibles des élèves face au scénario. L’enseignant·e souligne d’abord les conver-
gences, puis les différences entre les réponses des équipes. S’il y a lieu, il / elle
notera les différences entre les réponses des équipes de garçons et celles des
équipes de flles. Au cours de cette mise en commun, l’enseignant·e fera ressortir
les éléments indiqués à la suite du scénario.
variante
Plutôt que de mettre en commun par écrit leurs réponses, chaque équipe pourrait être
invitée à jouer la mise en situation devant la classe en intégrant les réponses aux ques-
tions proposées dans le jeuderôle. Cette méthode pédagogique favorise davantage
la compréhension empathique des diffcultés rencontrées par les jeunes d’orientation
homosexuelle et l’élaboration des pistes de solution constructives pour accroître le
bien-être de ces jeunes. Si l’on choisit cette méthode, le nombre de personnes par
équipe reste le même. Il faut, par contre, prévoir plus de temps afn que chaque équipe
invente des personnages secondaires et distribue les rôles à chacun·e.
PUbLIC
2
e
degré
du secondaire
DURÉE
2 périodes
1
4

>

1
9
J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
Lesactivités4à
présententdesmises
ensituationdontle
déroulement,similaire,
estdécritci-dessous.
Lesscénariosontété
regroupésàlasuite
despistesderéfexion.
Onpourrachoisirun
ouplusieursdeces
scénariosafnde
sensibiliserlesélèves
auxdiversesformes
etmanifestationsde
l’homophobietelleque
vécueparlesjeunes
gaysetlesbiennes
enmilieuscolaire.
MAtÉRIEL
- Copies des scénarios
proposés et des questions.
RESSOURCE(S)
- Sections 2.1. et 2.4. du guide.
- Consulter le § 4.1. pour
proposer un livre ou un flm
en guise d’introduction
ou de complément.
activitéS 14 à 19
14 19 >
8
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
action
L’enseignant·e anime la période de mise en commun des réponses aux deux der-
nières questions. Ces questions interpellent les attitudes et réactions possibles
des élèves face à l’homophobie dans leur milieu. Elles appellent à des actions tant
sur le plan individuel que collectif.
Au cours de cette mise en commun, l’enseignant·e fera ressortir les éléments indi-
qués à la suite du scénario ainsi que les éléments suivants :
– Les manifestations possibles d’homophobie : rumeurs, préjugés, étiquetage,
mépris, harcèlement, violence, etc ;
– Les effets de l’homophobie sur le bien-être des jeunes gays et lesbiennes ;
– L’importance d’intervenir pour que cesse l’homophobie en milieu scolaire ;
– Le rôle des ami·e·s comme aidant·e·s et agent·e·s de changement.
Au terme de cet exercice, l’enseignant·e conclura en demandant aux élèves si leur
perception de l’homosexualité s’est transformée après avoir réalisé cet exercice.
À partir des suggestions émises par les élèves quant aux moyens à développer pour
contrer l’homophobie à l’école, l’enseignant·e pourra aider les jeunes à réaliser ces
projets : campagne de sensibilisation, affches, expo, pièces de théâtre, etc.
complément
L’enseignant·e peut inviter des représentant·e·s d’associations LGBT locales afn
de réaliser une activité de démystifcation de l’homosexualité auprès des élèves ou
de les informer des activités organisées localement pour les jeunes LGBT.

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
1
4

>

1
9
8
Mon meilleur ami est gay /
Ma meilleure amie est lesbienne
Structure De l’activité
Voir le modèle « Je m’ouvre à la différence »
– Quelsseraientmesvéritablessentimentssimonmeilleurami
oumameilleureamiem’annonçaitaujourd’huiunetellenouvelle?
– Aprèsavoirvéculechocdecetterévélation,quelleseraitmonattitude
vis-à-visdemonmeilleuramioumameilleureamie?
N.b. Pour cette activité-ci, il est sans doute préférable de diviser la classe en sous-
groupes non mixtes. L’enseignant·e distribue aux équipes de garçons la mise en
situation « Mon meilleur ami est gay… » et aux équipes de flles celle intitulée « Ma
meilleure amie est lesbienne… » reproduites plus loin.
réfleXion
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– Hugo et Émilie (personnages des mises en situation) sont les mêmes personnes
qu’auparavant : il et elle ont les mêmes qualités et la même personnalité. Seule-
ment, nous connaissons une caractéristique de plus de notre meilleur·e ami·e :
son orientation sexuelle, voire ses sentiments amoureux. La personne n’a pas
changé, c’est la perception que nous avons d’elle qui peut s’être transformée à
cause des préjugés que nous avons intégrés sur l’homosexualité.
– Hugo et Émilie ont eu le courage de nous confer leur secret malgré leur crainte
d’être rejeté·e·s.
– Hugo et Émilie ont besoin d’être accompagné·e·s dans leur démarche. Il et elle
ont besoin d’être écouté·e·s, soutenu·e·s et rassuré·e·s quant à notre amitié.
14

M
o
n

m
e
i
l
l
e
u
r

a
m
i

e
s
t

g
a
y

/

M
a

m
e
i
l
l
e
u
r
e

a
m
i
e

e
s
t

l
e
s
b
i
e
n
n
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
1
4
8
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Mon meilleur ami est gay
Hugo est ton ami depuis que tu fréquentes la 1
ère
secondaire. Il a le même âge que
toi et habite le même quartier. C’est un garçon sportif et vous faites tous deux partie
de l’équipe de foot de l’école. Hugo est un adolescent plutôt grand et costaud qui a
de l’humour. Tous les gars de l’équipe l’apprécient, car il est drôle et possède un bel
esprit d’équipe. C’est un garçon populaire auprès des flles, même s’il n’a pas de
copine. Vous aimez sortir ensemble, écouter de la musique, parler de tout et de rien
et parfois des flles, ce qui le fait bien rigoler. Tu admires Hugo, c’est ton meilleur
ami et tu ne souhaiterais pas que cette amitié se brise peu importe le motif.
Depuis quelque temps, Hugo est distant et rigole beaucoup moins. Il n’est pas venu
au dernier entraînement de foot. Tu sens qu’il a envie de te dire quelque chose, mais
il hésite. C’est vendredi et tu l’invites à venir chez toi pour écouter de la musique. Au
cours de la soirée, alors que tu parlais de ton attirance pour une flle, il t’annonce
que les flles ne l’attirent pas, qu’il ne se sent pas normal, et qu’il craint ta réaction
s’il te parlait de l’attirance qu’il ressent pour un garçon à l’école. Tu ne t’attendais
pas à pareille révélation.
– Comment réagis-tu à cette annonce ?
– Est-ce que cette nouvelle a transformé ta perception d’Hugo ?
– Est-ce que cette nouvelle pourrait transformer votre amitié ?
– Que pourrais-tu dire à Hugo pour le rassurer ?
– Si la nouvelle se répandait, quelles pourraient être les réactions
des autres membres de l’équipe de foot ? Des autres jeunes à l’école ?
– Que ferais-tu si Hugo se faisait traiter de « pédé » ou de « tapette »
par d’autres à l’école ?
Ma meilleure amie est lesbienne
Karine,LouiseetSandra sont mes meilleures amies depuis que je fréquente l’école
secondaire. Nous sommes presque toujours dans la même classe et nous dînons
ensemble tous les midis à la cafétéria de l’école. J’aime beaucoup mes amies. On
s’amuse vraiment toutes les quatre même si on est différentes. Karine est celle avec
qui je m’entends le mieux. Ensemble, on peut se confer tout ce qui nous tient à cœur.
Dernièrement, Karine ne cesse de me parler de Philippe qu’elle trouve à son goût et
cette nouvelle me trouble. J’aimerais lui dire que je ne me sens pas attirée par les
garçons, même si je m’entends bien avec eux. Je sens que je suis plutôt attirée par
les flles. Pas nécessairement par Karine, c’est d’abord mon amie. Simplement, je
ne me sens pas comme les autres flles qui souhaitent sortir avec un mec, j’aimerais
mieux vivre une relation amoureuse avec une flle. Si c’était vrai, cela voudrait dire
que je suis lesbienne et cela me fait peur. J’ai tellement de questions dans ma tête
et j’ai besoin d’en parler à quelqu’un. Il me semble que Karine est la seule à qui je
pourrais confer mon secret. Pourtant, j’ai peur qu’elle ne veuille plus me voir. Et si
elle le disait aux autres, est-ce que je perdrais leur amitié ?
– Que ferais-tu à la place de cette jeune flle qui s’appelle Émilie ?
– En parlerais-tu à Karine ? Si tu ne le faisais pas, comment te sentirais-tu ?
– Comment aborderais-tu le sujet avec elle ?
– Quelle serait la réaction de Karine à l’annonce de cette nouvelle ?
Aurait-elle une perception différente de toi ?
– Est-ce que cette nouvelle pourrait transformer votre amitié ?
– Quant aux autres amies, quelles seraient leurs réactions ?
1
4

M
o
n

m
e
i
l
l
e
u
r

a
m
i

e
s
t

g
a
y

/

M
a

m
e
i
l
l
e
u
r
e

a
m
i
e

e
s
t

l
e
s
b
i
e
n
n
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
88
L’histoire de .eneviève /
L’histoire d’Alexandre
Structure De l’activité
Voir le modèle « Je m’ouvre à la différence »
– Quelsseraientmesvéritablessentimentssij’étaislecompagnon
oulacompagnedeclassedeGenevièveoud’Alexandre?
– Commentagirais-jesij’étaistémoindelasouffrance
deGenevièveoud’Alexandre?
réfleXion
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– Geneviève est la même personne qu’auparavant : elle a les mêmes qualités et la
même personnalité. Elle n’a pas changé, c’est la perception que nous avons d’elle
qui peut s’être transformée à cause des préjugés que nous avons intégrés sur l’ho-
mosexualité. Aurions-nous eu la même réaction si elle avait dansé avec un garçon ?
– Geneviève est peut-être lesbienne ou peut-être ne l’est·elle pas. En réalité, nous
ne le savons pas. Ce sont les rumeurs et les préjugés à son endroit qui nous font
penser qu’elle pourrait l’être.
– Aurions-nous eu la même réaction si Alexandre avait joué au ballon avec des
amis ? Pourquoi se fait-il traiter de la sorte ? Alexandre est pourtant la même per-
sonne qu’avant l’incident. C’est la perception que nous avons de lui qui peut s’être
transformée à cause des préjugés que nous avons intégrés sur l’homosexualité.
– Alexandre est peut-être gay ou peut-être ne l’est-il pas. En réalité, nous ne le
savons pas. Ce sont les rumeurs, les préjugés et l’homophobie à son endroit qui
nous font penser qu’il pourrait l’être.
– Les préjugés homophobes et l’étiquetage produisent des effets néfastes pour
les jeunes qui en sont victimes : exclusion, isolement, sentiment de rejet, an-
goisse, détresse, pensées suicidaires, etc.
– Geneviève / Alexandre a certainement besoin de soutien dans cette épreuve. Elle / il
a besoin d’allié·e·s qui pourront la / le comprendre, la / le respecter et la / le défendre.
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d
e

G
e
n
e
v
i
è
v
e

/

L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

A
l
e
x
a
n
d
r
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
15
1
5
8
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
L’histoire de .eneviève
Geneviève est une compagne de classe avec qui tu dînes de temps à autre à l’école
en compagnie d’un groupe d’amies. C’est une flle un peu timide mais sympathique.
Elle réussit bien en classe et tu apprécies sa détermination et sa simplicité. Avec
elle, pas de complication, de médisance ou de confit.
Il y a un mois, Geneviève est allée danser à l’occasion de la fête d’Halloween.
Tu étais présente à la fête avec plusieurs amies. Lors de cette soirée, elle a dansé
avec une flle d’une drôle de manière et depuis, la rumeur circule à l’école qu’elle
serait lesbienne. Tes amies les plus proches racontent que Geneviève aurait été vue
tenant une flle par la main. D’autres rapportent qu’elle aurait déjà embrassé une
flle. Elles trouvent cela dégoûtant. Elles ne veulent plus se tenir avec elle, de crainte
que tout le monde pense qu’elles sont aussi lesbiennes. Geneviève ne comprend
pas ce changement d’attitude autour d’elle. Elle se sent profondément attristée par
toutes ces rumeurs. Désormais, elle dîne seule et aucune flle n’ose venir lui parler.
Elle est déprimée, sa motivation et sa santé se détériorent un peu plus chaque jour.
Elle n’en parle à personne pas même à ses parents qui sont pourtant inquiets et
songent à la changer d’école. Tu es témoin de sa souffrance.
L

h
i
s
t
o
i
r
e

d
e

G
e
n
e
v
i
è
v
e

/

L

h
i
s
t
o
i
r
e

d

A
l
e
x
a
n
d
r
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
1
5
– Quels sont tes sentiments vis-à-vis de Geneviève ?
– Selon toi, pourquoi Geneviève vit-elle autant d’exclusion ?
– Ces raisons justifent-elles le rejet à son endroit ?
– Peux-tu faire quelque chose pour aider Geneviève ?
– Si tu agissais, comment les flles autour de toi réagiraient·elles ?
Aurais-tu peur qu’on te traite à ton tour de lesbienne ?
– Que pourraient faire les jeunes pour que l’histoire de Geneviève ne se répète plus ?
L’histoire d’Alexandre
Depuis sa troisième année, Alexandre ne cesse de se faire traiter de « pédé », car
un jour il s’est fait surprendre à jouer à la corde à danser avec ses sœurs et leurs
amies. On l’appelle « Alex la tapette », « Alexandrine », « pédale », « la tante », « le
gay », etc. Il pensait qu’en arrivant à l’école secondaire, ces paroles méprisantes
cesseraient et qu’il pourrait alors se faire de nouveaux amis. Ce fut pire, hélas. De
nombreux jeunes de son école primaire fréquentent aussi le collège et ont continué
à l’injurier avec encore plus de méchanceté.
Il se fait harceler dans les corridors, les salles de cours et dans l’autobus scolaire
sans que personne n’intervienne. Il se demande pourquoi on le traite ainsi. Pas un
garçon ne veut partager un repas avec lui à la cafétéria. Il s’est lié d’amitié avec
quelques flles, mais il préfèrerait avoir un ami comme tous les autres garçons. Il se
sent isolé et réussit de moins en moins bien ses cours. La semaine dernière, il s’est
fait battre par deux gars à la sortie de l’école. Il n’a rien dit à ses parents, mais il
en a assez. Il se demande certains jours si la vie vaut encore la peine d’être vécue.
Tu es dans la même classe qu’Alexandre et tu es témoin de la souffrance qu’il vit.
– Comment te sens-tu face à sa situation ? Selon toi, pourquoi vit-il autant de mépris ?
– Ces raisons justifent-elles la violence à son endroit ?
– Comment penses-tu qu’Alexandre se sent à l’école ?
– Peux-tu faire quelque chose pour aider Alexandre ?
– Si tu agissais, comment les jeunes autour de toi réagiraient-ils ?
Aurais-tu peur qu’on te traite de « tapette » si tu prenais sa défense ?
– Que pourraient faire les jeunes pour que l’histoire d’Alexandre ne se répète plus ?
0
Une famille différente
Structure De l’activité
voir le modèle « Je m’ouvre à la différence ».
Parcetteactivité,lesélèvessontappelé·e·sàdévelopperunecompréhension
empathiquedesdiffcultésrencontréesparlesjeunesayantunparenthomosexuel
etàélaborerdespistesdesolutionpouraccroîtrelebien-êtredecesjeunes.
– Quelsseraientmessentimentsspontanéssij’étaisl’ami·ed’un·ejeune
ayantunparenthomosexuel?Unefoisl’effetdesurprisedissipé,
quelleseraitmonattitudevis-à-visdecet·teami·e?
RÉFLEXION
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– De nombreuses personnes homosexuelles ont des enfants. Ces enfants peuvent être
issus d’une union hétérosexuelle antérieure, c’est le cas notamment de François. Les
couples de femmes peuvent aussi avoir conçu un enfant par insémination artifcielle.
Enfn, les couples de même sexe peuvent adopter des enfants en Belgique. Il serait
donc faux de croire que les couples de même sexe ne fondent pas de famille.
– Il existe une multitude de situations familiales en Belgique, les familles homoparen-
tales sont l’un des types de famille possibles. Dans chaque école, il y a des enfants
qui ont un ou deux parents d’orientation homosexuelle. Souvent, des jeunes ayant
une mère lesbienne ou un père gay hésitent à parler ouvertement de leur situation
familiale de peur des préjugés portés sur ces familles. Ils / elles présentent souvent
la situation conjugale de leurs parents en utilisant des termes fous ou inexacts afn
de se protéger du jugement des autres.
– Selon les études scientifques, les parents homosexuels ont les mêmes capacités
parentales que les parents hétérosexuels. Il est important de déconstruire les préjugés
à l’endroit des familles homoparentales et d’inciter les jeunes à respecter ces familles.
ACtION
Éléments à faire ressortir pour le temps d’action :
– Les manifestations possibles d’homophobie auxquelles un·e jeune ayant
un parent homosexuel peut être confronté·e : rumeurs, préjugés,
étiquetage, mépris, exclusion, intimidation, harcèlement… ;
– Les effets de l’homophobie sur le bien-être des jeunes ayant
un parent homosexuel ;
– L’importance de respecter la confdentialité de l’information,
si tel est le souhait du jeune ;
– Le rôle des ami·e·s et témoins de la violence homophobe
comme aidant·e·s, allié·e·s et agent·e·s de changement.
16
1
6
U
n
e

f
a
m
i
l
l
e

d
i
f
f
é
r
e
n
t
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Au terme de cet exercice, l’enseignant·e conclura en demandant aux élèves
si leur perception des familles homoparentales s’est transformée après avoir
réalisé cet exercice.
complément
L’enseignant·e peut aider les jeunes à faire une recherche sur les familles homoparen-
tales et à communiquer les résultats de leurs recherches à la classe. L’enseignant·e
pourra notamment référer les jeunes qui veulent entreprendre une recherche sur le
sujet aux ressources gay et lesbiennes fournies à la section 4 du guide.
Une famille différente
tuconnaisFrançoisdepuistroisans.Vousfréquentezlamêmeécoleetvous
êtesdanslamêmeclasseengéographie.Ilfaitpartiedetoncercled’amiset
tuappréciessapersonnalitéfrancheetréservée.Vousdevezfaireuntravail
scolaireensembleetFrançoisdécidedet’inviterchezluiaprèsl’écolepour
effectuercetravail.C’estlapremièrefoisqu’ilt’invitechezlui.Laplupartdu
tempsvousallezcheztoi,cartamaisonestsituéeplusprèsdel’école.
En arrivant chez lui, vous vous installez dans sa chambre pour écouter de la musi-
que et étudier. Au moment du souper, sa mère t’invite à partager le repas et tu
acceptes cette invitation. Lors du repas, il y a une autre femme qui prend place
à table. François te présente cette personne comme étant l’amie de sa mère. Tu
comprends soudainement que la mère de François est lesbienne. Tu croyais que
les parents de François étaient divorcés et que sa mère vivait avec un conjoint. Tu
te demandes pourquoi François ne t’en a jamais parlé.
– Quelle est ta réaction spontanée face à cette situation ?
– Pourquoi penses-tu que François a hésité à te présenter sa famille ?
– Pourquoi penses-tu que François a utilisé le mot « amie » pour présenter
la conjointe de sa mère ?
– Si la mère de François est homosexuelle, François pourrait-il l’être aussi ?
– Est-ce que cette situation pourrait transformer votre amitié ?
– Si ce n’est pas le cas, que dirais-tu à François pour le rassurer ?
– Tu connais maintenant sa situation familiale. Que feras-tu de cette informa-
tion ? En parleras-tu à tes amis ou garderas-tu cette information pour toi ?
– Si des jeunes traitaient François de « pédé » ou de « tapette » à l’école,
quelle serait ta réaction ?
1
6
U
n
e

f
a
m
i
l
l
e

d
i
f
f
é
r
e
n
t
e

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e

Le bal des rhétos
Structure De l’activité
voir le modèle « Je m’ouvre à la différence ».
– Commentréagirais-jesilebaldesrhétosdel’écoleétait/n’étaitpas
ouvertauxcouplesdejeunesgaysetlesbiennes?
– Quelleseraitmonattitudesij’étaisl’ami·edeMathieuoudeNathalie?
réfleXion
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– Aurions-nous la même réaction si Mathieu / Nathalie allait au bal des rhétos
accompagné d’un·e jeune de sexe opposé ?
– Pourquoi l’inclusion des couples de jeunes gays et lesbiennes à cette activité
est·elle dérangeante ?
– Qui cela dérangerait-il ?
– Avons-nous des attitudes différentes lorsque deux jeunes de même sexe expri-
ment des signes d’affection en public (comme se tenir la main) comparativement
à deux jeunes de sexe opposé ? Pourquoi ?
ACtION
Éléments à faire ressortir pour le temps d’action :
– Dans notre école secondaire, les jeunes gays et lesbiennes qui veulent venir
accompagné·e·s de leur partenaire de même sexe au bal des rhétos seraient-
ils / elles bien accueilli·e·s ?
– Quelles actions pourraient être entreprises dans notre école afn que les jeunes
gays et lesbiennes se sentent inclus·es au bal des rhétos ?
– Le rôle des ami·e·s comme aidant·e·s, allié·e·s et agent·e·s de changement.
Au terme de cet exercice, l’enseignant·e conclura en demandant aux élèves si leur per-
ception des jeunes gays et lesbiennes s’est transformée après avoir réalisé cet exercice.
L’enseignant·e encourage et soutient les élèves à mettre en œuvre les propositions
émises lors de l’exercice qui visent à favoriser l’inclusion des couples de jeunes de
même sexe au bal des rhétos.
Il / elle pourra aider les jeunes à réaliser d’autres projets visant à contrer l’homophobie
à l’école : campagne de sensibilisation, affches, kiosques, pièces de théâtre, etc.
17
1
7
L
e

b
a
l

d
e
s

r
h
é
t
o
s

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
3
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Le bal des rhétos
(Mathieu)
Mathieuaans. L’automne dernier, il a fait la rencontre de Stéphane, un élève de
5
e
secondaire et depuis, c’est le grand amour ! Après tant d’années à se questionner
sur son orientation sexuelle, à se sentir différent voire anormal, à vivre ce malaise
en secret, il a enfn rencontré un jeune gay comme lui, et qui l’aime de surcroît.
Depuis, c’est la joie. Mathieu et Stéphane sont devenus inséparables. Mathieu a
parlé de son homosexualité à ses parents qui, après le choc de la nouvelle, l’ont
bien acceptée et soutiennent activement leur fls. À l’école, c’est plus compliqué.
Mathieu en a parlé à quelques amis et amies qu’il avait soigneusement sélectionnés
au préalable : leurs réactions ont aussi été très positives. Carmen lui a même dit
qu’elle était heureuse pour lui et que ça ne changeait rien à leur amitié. Toutefois,
Mathieu et Stéphane sont discrets à l’école. Ils ne souhaitent pas en effet se faire
traiter de « pédés » ou de « tapettes ».
Dans quelques mois, le bal des rhétos aura lieu à l’école. Mathieu souhaiterait
ardemment pouvoir y aller accompagné de Stéphane, mais il craint la réaction des
autres jeunes. Déjà, un compagnon de classe lui a demandé avec quelle flle il irait
au bal. Un autre, informé de sa relation amoureuse, lui a demandé, un sourire en
coin, lequel des deux porterait une robe lors de l’événement. La période d’inscrip-
tion pour participer au bal des rhétos se termine dans deux semaines. Mathieu se
sent déchiré et ne sait pas quoi faire.
tuesun·eami·edeMathieu:
– Que conseillerais-tu à Mathieu quant à la décision qu’il a à prendre ?
– Les couples de jeunes gays ou lesbiennes devraient-ils être admis
au bal des rhétos ? Pourquoi ?
– Comment anticipes-tu les réactions de la direction de l’école, des parents et
des autres jeunes si Mathieu allait au bal des rhétos avec Stéphane ?
– Les réactions des garçons seraient·elles les mêmes
que les réactions des flles ?
– Peux-tu faire quelque chose afn de soutenir Mathieu ?
– Dans ton école, qu’est-ce qui pourrait être fait afn que les jeunes gays et
lesbiennes se sentent inclus·es au bal des rhétos ?
1
7
L
e

b
a
l

d
e
s

r
h
é
t
o
s

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
4
Le bal des rhétos
(Nathalie)
Nathalieaans. L’automne dernier, elle a fait la rencontre de Charlotte, une élève
de 5
e
secondaire et depuis, c’est le grand amour ! Après tant d’années à se ques-
tionner sur son orientation sexuelle, à se sentir différente voire anormale, à vivre
ce malaise en secret, elle a enfn rencontré une jeune lesbienne comme elle, et qui
l’aime de surcroît. Depuis, c’est la joie. Nathalie et Charlotte sont devenues insépa-
rables. Nathalie a parlé de son homosexualité à ses parents qui, après le choc de la
nouvelle, l’ont bien acceptée et soutiennent activement leur flle. À l’école, c’est plus
compliqué. Nathalie en a parlé à quelques amis et amies qu’elle avait soigneusement
sélectionnées au préalable : leurs réactions ont aussi été très positives. Carmen lui
a même dit qu’elle était heureuse pour elle et que ça ne changeait rien à leur amitié.
Toutefois, Nathalie et Charlotte sont discrètes à l’école. Elles ne souhaitent pas en
effet se faire insulter ou agresser.
Dans quelques mois, le bal des rhétos aura lieu à l’école. Nathalie souhaiterait
ardemment pouvoir y aller accompagnée de Charlotte, mais elle craint la réaction
des autres jeunes. Déjà, une compagne de classe lui a demandé avec quel garçon
elle irait au bal. Une autre, informée de sa relation amoureuse, lui a demandé, un
sourire en coin, laquelle des deux porterait un complet veston lors de l’événement.
La période d’inscription pour participer au bal des rhétos se termine dans deux
semaines. Nathalie se sent déchirée et ne sait pas quoi faire.
tuesun·eami·edeNathalie:
– Que conseillerais-tu à Nathalie quant à la décision qu’elle a à prendre ?
– Les couples de jeunes gays ou lesbiennes devraient-ils être admis
au bal des rhétos ? Pourquoi ?
– Comment anticipes-tu les réactions de la direction de l’école, des parents et
des autres jeunes si Nathalie allait au bal des rhétos avec Charlotte ?
– Les réactions des garçons seraient·elles les mêmes
que les réactions des flles ?
– Peux-tu faire quelque chose afn de soutenir Nathalie ?
– Dans ton école, qu’est-ce qui pourrait être fait afn que les jeunes gays et
lesbiennes se sentent inclus·es au bal des rhétos ?
1
7
L
e

b
a
l

d
e
s

r
h
é
t
o
s

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Chacun·e son métier 18
1
8
Structure De l’activité
voir le modèle « Je m’ouvre à la différence ».
– Queconseillerais-jeàmoncompagnonoumacompagnedeclasse
s’il/ellevivaitcedilemme?
réfleXion
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– Il est erroné de croire que les gays occupent surtout des emplois dans les secteurs
de la restauration, des arts et des services (coiffure, soins infrmiers, etc.). Il est
également faux de penser que les lesbiennes se spécialisent surtout dans les mé-
tiers traditionnellement masculins (policière, chauffeur de camion, ébéniste, etc.).
– Cette perception est associée au fait que nous avons longtemps attribué er-
ronément l’homosexualité masculine à la féminité et l’homosexualité féminine
à la masculinité. En réalité, les personnes homosexuelles sont généralement
confortables avec leur identité d’homme et de femme et occupent des emplois
dans tous les secteurs d’activités.
– Cependant, les personnes homosexuelles ne sont pas nécessairement visibles
dans tous les métiers. Selon une étude américaine, 85 % des lesbiennes et 75 %
des gays n’abordent pas leur vie amoureuse et leur orientation sexuelle dans le
cadre de leur emploi par crainte de préjudices.
– La visibilité des gays et lesbiennes dans certains métiers doit être attribuée au
degré d’ouverture de leur milieu de travail à la diversité des vécus sexuels. Les
recherches réalisées sur l’homophobie en milieu professionnel montrent qu’il
serait plus diffcile pour un gay et pour une lesbienne de s’affrmer dans un mi-
lieu de travail où les hommes sont majoritaires (service de police, secteur de la
construction, etc.) que dans les milieux de travail où les femmes sont majoritai-
res (secteurs de la santé, des services sociaux, etc.).
– L’enseignant·e soulignera que Sandro et Mélissa sont courageux de partager
leurs craintes avec les élèves de la classe, car l’homophobie existe bel et bien
dans les domaines de la formation et de l’emploi.
action
Éléments à faire ressortir pour le temps d’action :
– Il est important d’encourager Sandro et Mélissa à réaliser leurs rêves profession-
nels tout en conservant une vigilance quant à l’éventualité d’être confronté·e·s à
des préjugés et des attitudes homophobes.
– Les compagnons et compagnes de classe peuvent jouer un rôle majeur de sou-
tien auprès de ces jeunes.
C
h
a
c
u
n
·
e

s
o
n

m
é
t
i
e
r

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e

– Il importe que Sandro et Mélissa conservent la confance en leurs capacités à re-
lever ce déf et gardent espoir de trouver un milieu de travail qui saura les accueillir
tels qu’ils / elles sont, avec tout le respect qui leur est dû. Ce n’est pas parce que
l’homophobie existe qu’elle est généralisée à tous les milieux de travail.
– La discrimination fondée sur l’orientation sexuelle est interdite en Belgique. Les
personnes homosexuelles peuvent faire valoir leur droit à l’égalité auprès du
Centre pour l’Égalité des Chances et la lutte contre le racisme s’ils / elles sont
victimes de discrimination ou de harcèlement homophobe.
– Sandro et Mélissa peuvent apprendre à développer des sentiments de liberté
d’action, de pouvoir personnel et de dignité qui leur permettront de faire face à
l’homophobie au cours de leur vie.
Au terme de cet exercice, l’enseignant·e encourage et soutient les élèves à mettre
en œuvre les propositions, émises lors de l’exercice, qui visent à favoriser l’inclu-
sion des jeunes gays et lesbiennes dans la vie professionnelle.
Chacun son métier (Sandro)
Sandro a quitté l’école sans avoir obtenu son diplôme du secondaire supérieur.
Il fréquente désormais un service d’éducation des adultes qui vient en aide aux
jeunes qui ont décroché de l’école. Sandro est un jeune homme gay dont le par-
cours scolaire a été parsemé d’embûches, et sa motivation à suivre ses cours a
suivi la trajectoire des montagnes russes. Depuis qu’il fréquente l’école Nouveaux
Horizons, il a retrouvé peu à peu confance en lui-même, quoique certains jours, il
se considère parfois comme un bon à rien. Qu’à cela ne tienne, il obtiendra bientôt
son diplôme d’études secondaires.
Sandro veut étudier pour devenir policier. Il craint toutefois que son homosexualité
ne l’empêche d’accéder à un emploi de policier. Comment ce milieu très masculin
accueille-t-il les hommes homosexuels ? Devra-t-il subir les préjugés et l’étiquetage
qu’il a connus à l’école secondaire ? Va-t-il se faire traiter une fois de plus de « zamel »,
de « pédé » ? Quel policier voudra travailler aux côtés d’un gay dans la même voi-
ture de patrouille ? Ces questions le hantent. Certains jours, il se dit qu’il vaudrait
mieux choisir de travailler comme infrmier ou coiffeur, comme cela il risquerait moins
d’être importuné. Demain, Sandro doit faire une présentation devant la classe sur
ses espoirs et ses doutes concernant son avenir professionnel. Il a décidé de parler
franchement de son dilemme.
tuesdanslamêmeclassequeSandro:
– Sandro a-t-il raison d’avoir des craintes ? Pourquoi ?
– Les gays et les lesbiennes occupent-ils / elles certains emplois spécifques
ou une variété d’emplois ?
– Que conseillerais-tu à Sandro quant à son avenir professionnel ?
– Comment les jeunes de la classe peuvent-ils / elles soutenir Sandro ?
– Quels changements pourraient être apportés afn que des jeunes gays comme
Sandro sentent qu’ils ont leur place dans le monde professionnel ?
C
h
a
c
u
n
·
e

s
o
n

m
é
t
i
e
r

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
1
8

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Chacune son métier (Mélissa)
Mélissaa quitté l’école sans avoir obtenu son diplôme du secondaire supérieur. Elle
fréquente désormais un service d’éducation des adultes qui vient en aide aux jeunes
qui ont décroché de l’école. Mélissa est une jeune lesbienne dont le parcours scolaire
a été parsemé d’embûches, et sa motivation à suivre ses cours a suivi la trajectoire
des montagnes russes. Depuis qu’elle fréquente l’école Nouveaux Horizons, elle a
retrouvé peu à peu confance en elle-même, quoique certains jours, elle se considère
parfois comme une bonne à rien. Qu’à cela ne tienne, elle obtiendra bientôt son
diplôme d’études secondaires et s’inscrira dans l’enseignement supérieur.
Mélissa veut étudier pour devenir éducatrice dans une garderie. Elle sait que les
établissements d’enseignement spécialisés en technique de garde recherchent des
candidates issues de minorités culturelles. Voilà ma chance, s’est-elle dit. Elle craint
toutefois que son homosexualité ne l’empêche d’accéder à un emploi d’éducatrice.
Comment ce milieu très féminin accueille-t-il les femmes homosexuelles ? Devra-
t-elle subir les préjugés qu’elle a connus à l’école secondaire ? Comment les parents
réagiront-ils s’ils apprennent qu’elle est lesbienne ? Vont-ils penser qu’elle n’est pas
un bon modèle pour leurs enfants ? Va-t-elle pouvoir prendre les enfants dans ses
bras sans être soupçonnée d’abuser d’eux ? Ces questions la hantent. Certains
jours, elle se dit qu’il vaudrait mieux choisir de travailler comme serveuse dans le
quartier gay, comme cela elle risquerait moins d’être importunée. Demain, Mélissa
doit faire une présentation devant la classe sur ses espoirs et ses doutes concernant
son avenir professionnel. Elle a décidé de parler franchement de son dilemme.
tuesdanslamêmeclassequeMéllssa:
– Mélissa a-t-elle raison d’avoir des craintes ? Pourquoi ?
– Les gays et les lesbiennes occupent-ils / elles certains emplois spécifques
ou une variété d’emplois ?
– Que conseillerais-tu à Mélissa quant à son avenir professionnel ?
– Comment les jeunes de la classe peuvent-ils / elles soutenir Mélissa ?
– Quels changements pourraient être apportés afn que des jeunes les-
biennes comme Mélissa sentent qu’elles ont leur place dans le monde
professionnel ?
1
8
C
h
a
c
u
n
·
e

s
o
n

m
é
t
i
e
r

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
diplôme
8
Un·e enseignant·e
hors du commun
Structure De l’activité voir le modèle « Je m’ouvre à la différence »
Par cette activité, les élèves / étudiant·e·s sont appelé·e·s à développer une com-
préhension empathique des diffcultés rencontrées par les enseignant·e·s d’orien-
tation homosexuelle et à élaborer des pistes de solution pour améliorer leur recon-
naissance et ainsi accroître le bien-être des jeunes d’orientation homosexuelle.
– Quelsseraientmesvéritablessentimentssij’étaisélève
deMmeVoudeM.H?
réfleXion
Éléments à faire ressortir pour le temps de réfexion :
– Mme V et M. H (personnages des mises en situation) sont les mêmes personnes
qu’auparavant : il et elle ont les mêmes qualités et la même personnalité. Seule-
ment, nous connaissons une caractéristique de plus de notre professeur·e : son
orientation sexuelle. La personne n’a pas changé, c’est la perception que nous
avons d’elle qui peut s’être transformée à cause des préjugés que nous avons
intégrés sur l’homosexualité.
– Mme V et M. H doivent faire face aux préjugés mais ne tiennent pas à parler de
leur privée.
– Des jeunes gays et lesbiennes de notre classe, de notre école, ont sans doute
aussi besoin d’être écouté·e·s, soutenu·e·s et rassuré·e·s quant à notre accep-
tation de leur orientation sexuelle.
action
Éléments à faire ressortir pour le temps d’action :
– Les manifestations possibles d’homophobie : rumeurs, préjugés, étiquetage,
mépris, harcèlement, violence…
– Les effets de l’homophobie sur le bien-être des jeunes gays et lesbiennes.
– L’importance d’intervenir pour que cesse l’homophobie en milieu scolaire.
– Le rôle de la direction d’école et du corps enseignant.
C
h
a
c
u
n
·
e

s
o
n

m
é
t
i
e
r

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
19
1
9
PUbLIC
3
e
degré du secondaire,
enseignement supérieur
pédagogique

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Ma prof de français est lesbienne
Mme V est ta professeure de français. Tu la trouves passionnante. Elle parle rare-
ment de sa vie privée mais tu sais par d’autres élèves qu’elle est maman d’un petit
garçon. Elle habite dans ton quartier et de temps à autre tu la croises en compagnie
de la dame qui tient la librairie en face de l’école. Un jour, un élève de ta classe les
aperçoit toutes deux à la sortie de la piscine, tenant par la main le fls de Mme V.
Le lendemain, cet élève en parle à toute la classe. Ton amie Amélie décide, lors de
la rentrée de janvier, de profter du début du cours pour demander à Mme V si elle
et « son mari » sont partis en vacances. Celle-ci lui répond que cela ne la regarde
pas et que de toute façon elle est mariée à une femme. Amélie feint alors l’éton-
nement et s’exclame avec une moue de dégoût « Une femme ? ». Une autre élève,
Laure, répond alors à Amélie « Et alors, qu’est-ce que ça peut te faire ? ». Mme V
commence ensuite son cours sans rien ajouter.
– Comment réagis-tu lorsque tu apprends que Mme V est lesbienne ?
– Est-ce que cette nouvelle a transformé ta perception de ta professeure ?
– Est-ce que cette nouvelle pourrait transformer ton attitude envers son cours ?
– Comment réagis-tu à l’interpellation d’Amélie ?
– Si la nouvelle se répandait dans l’école, quelles pourraient être les réactions
des autres élèves ? Des autres professeur·e·s ? De la direction ?
– Que ferais-tu si tu entendais des élèves de l’école parler de Mme V
comme de « la gouine » ?
Mon prof de maths est gay
Ton professeur de mathématiques, M. H, vient d’être engagé dans ton école. Il est
assez jeune et plusieurs flles de ta classe le trouvent plutôt mignon. Après quelques
semaines de cours, tu apprends que l’une d’elles, Cécile, l’a même suivi dans le
métro pour savoir où il habitait ! Elle a aussi demandé à ton ami François de recher-
cher des informations sur lui via l’internet. Un jour, François arrive en classe avec
des photocopies d’un texte parlant sans équivoque de l’homosexualité de M. H. Tout
le monde est très surpris. François, lui, semble choqué par cette découverte, voire
dégoûté. Pendant un cours, alors que M. H lui fait une remarque pour qu’il se taise et
se retourne ensuite vers le tableau pour écrire, François s’exclame « sale pédé » sans
que toute la classe l’ait entendu. M. H continue son cours comme si de rien n’était.
– Comment réagis-tu lorsque tu apprends que M. H et gay ?
– Est-ce que cette nouvelle a transformé ta perception de ton professeur ?
– Est-ce que cette nouvelle pourrait transformer ton attitude envers son cours ?
– Comment réagis-tu à l’insulte proférée par François ?
– Si la nouvelle se répandait dans l’école, quelles pourraient être les réactions
des autres élèves ? Des autres professeur·e·s ? De la direction ?
– Que ferais-tu si tu entendais des élèves de l’école parler de M. H comme
du « sale pédé » ?
1
9
C
h
a
c
u
n
·
e

s
o
n

m
é
t
i
e
r

/

J
e

m

o
u
v
r
e

à

l
a

d
i
f
f
é
r
e
n
c
e
x
3
+ 2x +1 =…
00
Je mène l’enquête
sur l’homophobie
Situation mobiliSatrice
Rédactiond’uneenquêtesociologiqueetanalysedesrésultats.
objectifS
1 Prendre conscience de ses perceptions à l’égard de l’homosexualité ;
2 Identifer des pistes de solution pour contrer l’homophobie à l’école.
Situation D’apprentiSSage
L’enseignant·e divise la classe en quatre ou cinq sous-groupes d’élèves. À partir du
questionnaire reproduit dans les pages suivantes, chaque groupe recueille, auprès
d’une vingtaine d’élèves de même niveau ou plus jeunes, les informations nécessai-
res à l’enquête sur l’homophobie. Les questionnaires sont remplis de manière ano-
nyme. Le répondant ou la répondante NE DOIT PAS s’identifer par une signature.
Chaque groupe d’élèves sera invité à compiler et à analyser les résultats ainsi qu’à
les présenter en classe à une période ultérieure.
analYSe
Les élèves compilent les résultats et notent le nombre total de jeunes ayant répondu
à chacune des catégories de réponse. Selon leur niveau, les jeunes font ressortir
à l’aide de tableaux ou d’autres moyens, les différences entre les réponses des
flles et celles des garçons, ainsi qu’entre les élèves qui connaissent une personne
homosexuelle et ceux qui n’en connaissent pas.
Chaque sous-groupe dresse un certain nombre de constatations quant à la per-
ception de l’homosexualité qu’ont les jeunes ayant répondu au questionnaire.
20
2
0
PUbLIC
3
e
degré
du secondaire
DURÉE
1 période de cours
+ divers moments
pour l’enquête
MAtÉRIEL
– Copies du questionnaire
de l’enquête
RESSOURCE(S)
– Se référer à la section 2
du guide
J
e

m
è
n
e

l

e
n
q
u
ê
t
e

s
u
r

l

h
o
m
o
p
h
o
b
i
e

101
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
c
g
i
q
u
e
s
Quelques questions peuvent les guider dans cette démarche:
– En général, les jeunes partagent-ils/ elles les mêmes attitudes
face à l’homosexualité?
– Y a-t-il des différences entre les réponses des filles et celles des garçons?
– Y a-t-il des différences entre les réponses des jeunes qui connaissent
déjà une personne homosexuelle et les réponses de celles/ceux
qui n’en connaissent pas?
– Existe-t-il encore des préjugés à l’endroit des personnes homosexuelles?
– Si oui, pouvez-vous identifier ces préjugés?
L’enseignant·e aidera chacune des équipes à démystifier l’homosexualité à l’aide
des informations contenues dans la section 2 du guide.
ACTION
À partir de ses analyses, chaque sous-groupe identifie des moyens pour accroî-
tre l’aisance des élèves face à la diversité des vécus sexuels et en discute.
Il présente ensuite les résultats de son enquête et les moyens d’actions à mettre
en œuvre. Ces moyens sont de façon générale ceux habituellement utilisés par
les jeunes pour sensibiliser et mobiliser : affiches, kiosques, articles dans le jour-
nal étudiant, radio, forums, etc.
'
%
J
e

m
è
n
e

l
`
e
n
q
u
ê
l
e

s
u
r

l
`
h
o
m
o
p
h
o
b
i
e
0
Enquête sur la perception de l’homosexualité
Afn de réaliser notre enquête
l
nous te demandons de bien vouloir remplir ce ques-
tionnaire. Lesrenseignementsobtenusdemeurerontconfdentiels.
Réponds ce qui exprime le mieux tes sentiments face aux situations qui te sont
présentées. N’aie pas peur d’être honnête, c’est ce que nous désirons !
1 En quelques mots, peux-tu décrire ce que tu penses de l’homosexualité ?
Suruneéchelledeà4,de«trèsàl’aise»à«trèsmalàl’aise»,
cochelaréponsequicorrespondlemieuxàtessentiments.
très trèsmal
àl’aise àl’aise
2 Si j’étais obligé de faire un travail d’équipe avec une
personne homosexuelle de même sexe que moi, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
3 Si j’étais obligé de faire un travail d’équipe avec une personne
homosexuelle de sexe opposé au mien, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
4 Si je devais participer à des activités sportives avec des
personnes homosexuelles de même sexe que moi, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
Si je devais participer à des activités sportives avec des
personnes homosexuelles de sexe opposé au mien, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
6 Si j’apprenais que ma meilleure amie est lesbienne, je serais : ▫ ▫ ▫ ▫
Si j’apprenais que mon meilleur ami est gay, je serais : ▫ ▫ ▫ ▫
8 Si j’apprenais que ma sœur est lesbienne, je serais : ▫ ▫ ▫ ▫
Si j’apprenais que mon frère est gay, je serais : ▫ ▫ ▫ ▫
10 Si je voyais deux lesbiennes exprimer des signes
d’affection en public comme se tenir la main, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
11 Si je voyais deux gays exprimer des signes d’affection
en public comme se tenir la main, je serais :
▫ ▫ ▫ ▫
Suruneéchelledeà3,de«d’accord»à«pasd’accord»,
cochelaréponsequicorrespondlemieuxàtessentiments.
Pas
D’accord d’accord
12 Les jeunes gays et lesbiennes devraient être traités avec
le même respect que les jeunes hétérosexuels à l’école.
▫ ▫ ▫
13 Les personnes homosexuelles devraient avoir les mêmes
droits que les personnes hétérosexuelles dans la société.
▫ ▫ ▫
14 Les couples de même sexe et leurs enfants devraient être
traités avec le même respect et la même considération que les
familles ayant deux parents de sexe opposé dans la société.
▫ ▫ ▫
> <
profil Du réponDant
Nous te demandons
de bien vouloir répondre
à ces questions
qui servent à compléter
notre enquête.
1 Quel est ton âge ?
ans
2 Quel est ton sexe ?
▫ Femme
▫ Homme
3 Connais-tu au moins
une personne
homosexuelle
dans ton entourage ?
▫ oui
▫ non
4 Si oui, quel est ton lien
avec cette personne ?
▫ Parent (père ou mère)
▫ Frère ou sœur
▫ Cousin ou cousine
▫ Oncle ou tante
▫ Ami ou amie
▫ Voisin ou voisine
▫ Collègue de travail
▫ Connaissance
▫ Autre
N’inscrispastonnom
surlequestionnaire
!
> <
J
e

m
è
n
e

l

e
n
q
u
ê
t
e

s
u
r

l

h
o
m
o
p
h
o
b
i
e
2
0
03
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Des modèles
d’identifcation différents
Situation mobiliSatrice
Proposhomophobes.
21
2
1
D
e
s

m
o
d
è
l
e
s

d

i
d
e
n
t
i
f
c
a
t
i
o
n

d
i
f
f
é
r
e
n
t
s
PUbLIC
3
e
degré du secondaire
DURÉE
1 période
objectifS
1 découvrir la contribution des personnes homosexuelles et bisexuelles au
développement des sociétés et reconnaître leur présence dans l’histoire, au
même titre que les personnes hétérosexuelles ;
2 favoriser la prise en compte de la pertinence ou de la non pertinence du coming
out dans la compréhension d’une personne ;
3 permettre aux jeunes d’orientation homosexuelle de découvrir des modèles
d’identifcation constructifs au travers de personnages célèbres.
Situation D’apprentiSSage
L’enseignant·e demande à chaque jeune de tirer une carte et de ne pas en dévoiler
le contenu immédiatement. Il / elle explique que ces cartes portent le nom d’une
personne célèbre dans le passé ou aujourd’hui. Les élèves doivent trouver ce que
ces personnes ont en commun. Pendant une période de dix minutes, les élèves
sont invité·e·s à se déplacer dans la classe et à discuter entre eux pour découvrir
ensemble ce que ces personnages historiques ou ces personnes contemporaines
possèdent comme caractéristique commune.
réfleXion
L’enseignant·e recueille au tableau les suggestions quant à la caractéristique com-
mune de ces personnes. Si aucun·e élève n’a trouvé la réponse, inscrire au tableau
l’expression « Gays, lesbiennes et personnes bisexuelles célèbres ». Si une per-
sonne a trouvé la réponse, lui demander comment elle est parvenue à trouver cette
information sur l’orientation sexuelle de ces personnages ou personnes.
Dans la plupart des cas, le fait que les personnes mentionnées plus loin étaient
homosexuelles n’est pas, du point de vue historique, d’une grande importance,
dans la mesure où leurs penchants ou relations homosexuelles n’ont pas eu d’inci-
dence en soi sur le cours de l’Histoire. Cette remarque n’est pas moins valable pour
les hétérosexuel·le·s. Cependant, de tels personnages représentent aujourd’hui
encore, pour nombre de lesbiennes, gays et bisexuel·le·s, des modèles auxquels
ils / elles peuvent s’identifer et dont on leur avait bien souvent caché l’orientation
homosexuelle. En effet, les jeunes pensent qu’ils / elles ne connaissent personne
d’orientation homosexuelle ou bisexuelle, ou encore ils / elles les considèrent comme
MAtÉRIELÉLèVE
– une boîte contenant des
cartes mentionnant le nom
d’une personne homosexuelle
ou bisexuelle célèbre à partir
de la liste fournie dans les
pages suivantes.
RESSOURCE(S)
ENSEIGNANt
– bibliographie à la section 4.1
04
« bizarres » et ne les perçoivent pas comme des personnes qui contribuent à l’avan-
cement du savoir, au développement de la culture et à l’histoire des sociétés. Il en
est de même pour les jeunes gays et lesbiennes qui manquent de modèles auxquels
s’identifer et leur permettant de développer une image positive de l’homosexualité.
L’enseignant·epeutanimerunediscussionàpartirdesquestionssuivantes:
– Est-ce que cette information affecte votre perception de ces personnes
célèbres ? Comment ? Pourquoi ?
– Pensez-vous que l’orientation sexuelle de ces personnes célèbres a eu
un impact sur leur carrière ? leur vie personnelle ? Croyez-vous que ces
personnes ont pu être l’objet de préjugés malgré leurs talents ?
– Pourquoi pensez-vous que leur orientation sexuelle fut effacée de l’histoire ?
– La diversité contribue-t-elle à notre culture et à notre société ?
– Comment peut-on s’assurer que la diversité ne suscite plus la peur
et soit célébrée ?
– Reconnaître et apprécier la contribution des personnes homosexuelles,
comme de toute minorité, à la culture et à l’histoire des sociétés favorise
l’acceptation de la diversité sociale.
– Au terme de cet exercice, votre perception des personnes homosexuelles
ou bisexuelles a-t·elle changé ? Comment ? Pourquoi ?
action
L’enseignant·e invite les élèves à identifer, seul·e·s ou en équipe, des moyens afn
que la diversité sociale sous toutes ses formes ne suscite plus autant de crainte et
de méfance, mais soit reconnue, acceptée et célébrée à l’école et dans la société.
varianteS
1 Demander aux élèves de compléter la liste par un ou des exemples.
2 Visionner le flm documentaire The Celluloid Closet (R. Epstein, 1995) et entamer,
à partir de ce flm, une discussion sur les impacts du coming out.
3 Le jeu des célébrités. Les élèves doivent identifer des célébrités (stars du
rock, comédien·ne·s, politicien·ne·s, etc.), dont ils / elles savent ou pensent
qu’ils / elles sont homosexuel·le·s ou bisexuel·le·s.
D’où tiennent-ils ces informations ? Peut-on les croire ? La carrière de ces cé-
lébrités a-t-elle été touchée après que leur identité sexuelle ait été rendue pu-
blique ? Etait-ce la propre décision de ces personnes d’affrmer leur orientation
sexuelle publiquement ? Pourquoi cela intéresse-t-il les élèves ?
L’enseignant·e n’a pas à savoir si la célébrité citée est réellement homo-
sexuelle ou non. Cet exercice se rapporte plutôt aux circonstances dans
lesquelles quelqu’un a appris (ou pense savoir) que quelqu’un est homo-
sexuel et pourquoi cela est considéré comme important pour les autres.
Il faut impérativement attirer l’attention sur le fait que cette méthode ne sert
PAS à faire du voyeurisme.
2
1
D
e
s

m
o
d
è
l
e
s

d

i
d
e
n
t
i
f
c
a
t
i
o
n

d
i
f
f
é
r
e
n
t
s
0
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
Personnages célèbres
d’orientation homosexuelle ou bisexuelle
4

A
Alexandre le Grand (356-323 av. JC). Conquérant macédonien.
Almodovar, Pedro (1949). Cinéaste espagnol.
B
Béjart, Maurice (1927). Chorégraphe français.
C
Capote, Truman (1924-1984). Écrivain américain.
César, Jules (110-44 av. JC). Consul et dictateur.
Cocteau, Jean (1889-1963). Dramaturge français, poète et artiste.
Colette (1873-1954). Écrivaine française, chanteuse et mime.
D
da Vinci, Léonardo (1452-1519). Peintre, sculpteur, artiste, scientifque italien.
Dean, James (1931-1955). Acteur américain.
Delanoë, Bertrand (1950). Homme politique français.
de Montherlant, Henry (1896-1972). Ecrivain français.
de Staël (Madame) (1766-1817). Ecrivaine française et analyste politique.
Dietrich, Marlène (1901-1992). Actrice et chanteuse américaine d’origine allemande.
Di Rupo, Elio (1951). Homme politique belge.
E
Édouard II (1284-1327). Roi d’Angleterre.
F
Foucault, Michel (1936-1984). Philosophe et écrivain français.
Frédéric Le Grand (1712-1786). Empereur prussien.
G
. Garbo, Greta (1905- 1990). Actrice américaine d’origine suédoise.
Genet, Jean (1910- 1986). Auteur et dramaturge français.
Gide, André (1869- 1951). Écrivain français.
Goethe, Johann Wolfgang (1749-1832). Poète, dramaturge et scientifque allemand.
H.
Hadrien (76-138). Empereur romain.
Hâfz (1326 ?-1389 ?). Poète persan.
Holiday, Billie (1915-1959). Chanteuse de blues afro-américaine.
J.
John, Elton (1947- ). Chanteur britannique.
Joplin, Janis (1943-1970). Chanteuse américaine.
K.
Kahlo, Frida (1907-1954). Peintre mexicaine.
Kemal Pacha Mustafa, dit Atatürk (1881-1938). Héros de la révolution turque.
Kerouac, Jack (1922-1969). Écrivain et poète américain d’origine canadienne.
Keynes, John Maynard (1993-1946). Économiste britannique.
L.
Lawrence, T. E. (1888-1935). Conquérant de l’Arabie, espion et écrivain britannique.
Lorca, Federico Garcia (1898-1936). Poète et écrivain espagnol.
Louis II de Bavière (1845-1886). Roi de Bavière.
Lully, Jean-Baptiste (1632-1687). Compositeur français.
4 Sources : M. J. Bonnet (2000) ; T. Cowan, 1988 ; A. L. Rowse, 1977. P. Russell, 1995 ;
Cette activité est une adaptation d’un scénario tiré de Gay and Lesbian Educators of BC (2000).
Voir aussi www.gayhistory.com.
2
1
D
e
s

m
o
d
è
l
e
s

d

i
d
e
n
t
i
f
c
a
t
i
o
n

d
i
f
f
é
r
e
n
t
s
0
M.
Marais, Jean (1913-1998). Comédien français.
Mauresmo, Amélie (1979). Joueuse de tennis française.
Michaël, George (1963). Chanteur britannique.
Michelangelo (Buonarroti). Peintre, sculpteur, poète et architecte italien.
Molko, Brian (1972). Chanteur du groupe anglais Placebo.
Montaigne, Michel de (1533-1592). Ecrivain français.
N
Navratilova, Martina (1956). Joueuse de tennis américaine d’origine tchèque.
Nijinsky, Vaslav (1890-1950). Danseur russe.
Nin, Anaïs (1903-1977). Écrivaine française.
O
Olivier, (Sir) Lawrence (1907-1989). Acteur britannique.
P
Pape Benoît IX (1021-1052). Pape catholique romain.
Pape Jean XII (937-964). Pape catholique romain.
Pape Jules III (1487-1555). Pape catholique romain.
Pape Léon X (1475-1521). Pape catholique romain.
Pasolini, Pier Paolo (1922-1975). Réalisateur de flm italien.
Perkins, Anthony (1932-1992). Acteur américain.
Platon (427 ?- 347 av. JC). Philosophe grec.
Porter, Cole (1891-1962). Compositeur américain.
Poulenc, Francis (1899-1963). Compositeur français.
Proust, Marcel (1871-1922). Écrivain et essayiste français.
R
Ravel, Maurice (1875-1937). Compositeur français.
Richard Cœur de Lion (1157-1199). Roi d’Angleterre.
Rimbaud, Arthur (1854-1891). Poète français.
Roosevelt, Eleanor (1884-1962). Diplomate américaine,
pionnière de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
S
Saint-Saëns, Camille (1835-1921). Compositeur français.
Sappho (circa 600 av. JC). Poétesse grecque.
Shakespeare, William (1564-1616). Poète et dramaturge britannique.
Socrate (469-399 av. JC). Philosophe grec.
Sophocle (496-406 av. JC). Écrivain et dramaturge grec.
Stipe, Michaël (1960). Chanteur du groupe américain REM.
T
Tchaïkovsky, Petr Ilitch (1840-1893). Compositeur russe.
Tolstoï, Léon (1828-1910). Écrivain russe.
Trenet, Charles (1913-2001). Chanteur français.
Turing, Alan (1912-1954). Mathématicien, pionnier de l’ordinateur.
V
Verlaine, Paul (1844-1896). Poète français.
W
Warhol, Andy (1930-1987). Artiste et réalisateur américain,
pionnier du « pop art ».
Whitman, Walt (1819-1892). Poète américain.
Wilde, Oscar (1854-1900). Poète, dramaturge et essayiste britannique.
Williams, Tennessee (1911-1983). Écrivain et dramaturge américain.
Woolf, Virginia (1882-1941). Écrivaine et essayiste britannique.
Y
Yourcenar, Marguerite (1903-1987). Écrivaine française d’origine belge.
2
1
D
e
s

m
o
d
è
l
e
s

d

i
d
e
n
t
i
f
c
a
t
i
o
n

d
i
f
f
é
r
e
n
t
s
0
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
La diversité sexuelle
dans les sociétés humaines
Situation mobiliSatrice
Lesclichéshomophobesd’aujourd’huiformulésparunélève
oudécouvertsdanslapresse.
objectifS
1 Découvrir la diversité des vécus homosexuels et bisexuels dans de nombreu-
ses sociétés humaines, hier et aujourd’hui ;
2 Confrontation d’un cliché homophobe à quelques expressions de l’alter-
sexualité à diverses époques en différents lieux.
Situation D’apprentiSSage
Au départ d’une situation mobilisatrice, les élèves sont divisé·e·s en sous-groupes
de deux ou trois et sont invité·e·s à effectuer un travail de recherche sur la diversité
sexuelle dans une région précise et / ou à une époque déterminée. Chaque sous-
groupe veille à mettre en évidence dans son analyse les spécifcités de la société
ou l’époque étudiée au plan de la sexualité en tentant aussi d’en souligner les simi-
litudes avec les réalités actuelles.
L’enseignant·e organise avec les élèves une mise en commun des travaux de recher-
che, sous forme d’une présentation orale ou écrite. Il / elle fait remarquer aux élèves
que les défnitions historiques et culturelles des identités et orientations sexuelles
permettent de répondre à des questions portant sur la cohabitation quotidienne
entre les individus. Il / elle met aussi en exergue que le fait de réféchir aux change-
ments dans l’évolution historique et sociale permet aux jeunes gens de mieux com-
prendre les origines des modes de vie d’aujourd’hui. De cette manière, on comprend
comment certaines idées, certains mots sont apparus dans l’histoire. Cette façon de
voir aide à rompre les croyances rigides que les jeunes ont peut-être sur la sexualité
et les modes de vie, et leur donne la possibilité de se forger leur propre opinion.
refleXion
L’enseignant·e apporte quelques éléments de connaissances au sujet de la
diversité des vécus sexuels. Il / elle explique aux élèves que l’homosexualité s’est
exprimée sous des formes différentes au cours du temps et suivant les régions
du monde. Parmi ces expressions courantes, à certaines périodes de l’histoire
et dans certaines sociétés contemporaines, on trouve les contacts homosexuels
entre soldats, les relations avec les mentors, le travestisme et l’échange de rôle
entre les sexes, notamment lorsque les femmes prirent des rôles masculins dans la
vie publique. Dans d’autres sociétés passées ou présentes, on ne parle pas d’ho-
22
2
2
L
a

d
i
v
e
r
s
i
t
é

s
e
x
u
e
l
l
e

d
a
n
s

l
e
s

s
o
c
i
é
t
é
s

h
u
m
a
i
n
e
s
PUbLIC
3
e
degré
du secondaire
DURÉE
1 période
+ temps de recherche
et de présentation
MAtÉRIELÉLèVE
– exemples de cas dans la
section 4.2. du guide
RESSOURCE(S)
PROFESSEUR
– section 2.2. du guide
08
mosexualité mais on fait seulement la différence entre sexe « actif » et « passif »

.
Cette distinction se calque sur la division discriminante des rôles sexuels selon
les clichés sexistes traditionnels. En général, dans ce cas, le partenaire « passif »
est moins estimé que le partenaire « actif ». Toutes ces formes se différencient
assez fortement de l’homosexualité telle qu’on l’entend actuellement, qui désigne
des relations entre personnes adultes de même sexe se défnissant elles-mêmes
comme gays ou lesbiennes.
action
Les divers travaux présentés peuvent ensuite faire l’objet d’une exposition
ou d’un recueil qui seraient présentés à d’autres élèves.
À diverses époques, en divers lieux…
des expressions multiples de l’altersexualité
– Dans la Grèce antique, les relations entre personnes de même sexe étaient ac-
ceptées à condition qu’elles respectent un code très strict, y compris dans les
pratiques sexuelles qu’elles impliquaient, et qu’elles aient lieu entre un homme mur
et un jeune homme. Les relations entre les hommes étaient un moyen de renforcer
des règles de comportement social, de développer la croyance en la force des
hommes et de transmettre un savoir philosophique. Elles permettaient aussi de
consolider une liaison personnelle dans le but de motiver deux combattants.
– Dans le mondearabo-musulman médiéval, les attirances homosexuelles étaient
considérées comme naturelles et très séduisantes, bien que de telles relations fus-
sent interdites par le Coran. En témoigne la grande richesse des poésies arabe et per-
sane qui évoquent les amours masculines : voir les œuvres de Abou Nawas (VIII
e
s.),
Al-Jahiz (IX
e
s.), Omar Khayyâm (XI
e
s.), Hafz de Chiraz (XIV
e
s.)

(Cf. § 4.2.).
De nos jours, aussi longtemps que les hommes ne rendent pas leurs comporte-
ments publics, de nombreuses pratiques homosexuelles sont admises, surtout en
raison du tabou sévère sur le sexe hétérosexuel avant le mariage. On peut remar-
quer qu’en dépit de ce qu’affrment les fondamentalistes religieux, l’homosexualité
n’est ni nouvelle, ni une importation occidentale ou colonialiste.
– La bisexualité rituelle existe dans différentes ethnies d’Asie centrale et septentrio-
nale, liée au chamanisme
6
. James Georges Frazer, dans un appendice du Rameau
d’Or consacré aux coutumes des habitants des îles Pelew, mentionne plusieurs
cas de travestissements sexuels rituels et, parmi eux, celui des chamanes tchoukt-
ches. D’après Frazer, il y a une transformation de l’homme qui peu à peu prend
des caractéristiques féminines pour devenir fnalement une femme, non seulement
dans ses attitudes mais également dans une partie de ses fonctions : lien avec les
enfants, travaux de couture, mariage. Frazer pense que ces travestissements n’ont
pas forcément un rapport avec le matriarcat, mais qu’ils peuvent éventuellement
servir à conjurer le mauvais sort

.
5 On attribue souvent le rôle « actif » à la personne qui pénètre et le rôle « passif » à celle qui est pénétrée,
ceci correspondant à une conception bien simpliste et sexiste de la relation sexuelle.
6 Le chamanisme est attesté dans une vaste aire géographique :
Arctique, Amérique du Nord et du Sud, Indonésie, Océanie.
7 Comme cela se retrouve dans des mariages grecs : à Cos, le marié est habillé en femme alors
qu’à Sparte la mariée avait la tête rasée et portait un manteau masculin lors de la nuit de noce.
Pour la même occasion, les flles d’Argos mettaient une fausse barbe.
L
a

d
i
v
e
r
s
i
t
é

s
e
x
u
e
l
l
e

d
a
n
s

l
e
s

s
o
c
i
é
t
é
s

h
u
m
a
i
n
e
s
2
2
0
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
À noter que plusieurs historiens ont mis en évidence des éléments chamaniques
dans la mythologie grecque (Orphée, Tirésias).
– Les peuples autochtones d’AmériqueduNord avaient un respect particulier pour
les personnes dites « à deux facettes », appelées également « berdaches ». Ces
personnes n’étaient ni hommes, ni femmes, et elles étaient souvent des savant·e·s
dans les domaines de l’art et de la médecine. Pour la plupart des cultures amérin-
diennes, il n’y a pas de lien entre préférences sexuelles et identité sexuelle.
8

– Plusieurs peuples autochtones d’Amérique latine présentent aussi des formes
d’altersexualité. Ainsi, les Zapotèques, une ethnie de l’État d’Oaxaca, au Mexique,
sont réputés pour leur tolérance vis-à-vis de certaines formes d’homosexualité
masculine. En effet, les hommes ayant un « cœur de femme » (désignés sous le ter-
me de muche) sont socialement acceptés comme un genre supplémentaire. Du fait
que la virginité des femmes avant le mariage est considérée comme indispensable,
il n’est pas rare de voir des jeunes hommes former des couples avec des muche,
qui sont souvent considérés comme des personnes de compagnie agréable. Ces
couples sont toutefois généralement éphémères, les couples hétérosexuels étant
la norme pour la formation du noyau familial. Toutefois, la grande tolérance des Za-
potèques pour les muche contraste avec le reste du Mexique. Ainsi, il n’est pas rare
de voir des muche immigrer en pays zapotèque pour y vivre plus sereinement.
– Bon nombre de rites et traditions de peuples d’Afrique montrent que l’homosexua-
lité masculine était (est ?) encouragée par l’habitude, courante chez les garçons, de
coucher dans le même lit et par la masturbation réciproque, qui dans de nombreux
groupes n’est pas interdite (B. de Rachewiltz, 1963).
Les pratiques homosexuelles étaient (sont ?) répandues surtout chez les Daho-
mey (Bénin), les Ila (Zambie), les Langa (Ouganda), les Nama (Namibie), les Siwa
(Égypte), les Thonga (Mozambique), les Wolof (Sénégal), les Zandé (Congo), les
Gisu (Ouganda). Des « mariages pédérastiques » ont existé chez les guerriers zou-
lous, comme un moyen de renforcer la solidarité. La danse rituelle des Foulan (Ni-
géria) s’accompagne de chants où les garçons s’exaltent eux-mêmes en mêmes
temps qu’ils contemplent leur image dans une glace de poche. Chez les Langa,
les impuissants pouvaient s’habiller en femmes et en adopter toutes les caracté-
ristiques, allant jusqu’à simuler la menstruation et vivre en femmes avec d’autres
hommes. L’homosexualité revêtait un caractère obligatoire chez les habitants de
l’oasis de Siwa (ouest de l’Égypte), où les personnages de haut rang échangeaient
mutuellement leurs fls et où celui qui refusait de s’adonner à cette pratique était
considéré comme « bizarre ». Dans les grands empires d’Afrique de l’Ouest, il était
également possible pour certains hommes puissants de vivre avec un homme
qui bénéfciait du statut d’ « épouse légitime » (Cameroun, Mali). En Côte d’Ivoire
subsiste la tradition du couple woobi / yossi, où un jeune homme (woobi) vit en
couple avec un yossi et assume les fonctions traditionnelles de l’épouse.
– Les femmes Nandi (Kenya) justifent le lesbianisme (ou « tribadisme ») par des ré-
cits étiologiques

, alors que les femmes Mboundou et Nama (Namibie) utilisent un
8 À noter qu’avec les débuts de la sexologie qui supplanta au XIX
e
siècle la vision religieuse de l’homo-
sexualité, des médecins allemands inventèrent un troisième sexe, auquel devaient soi-disant appartenir
les personnes qui se sentaient attirées par des personnes du même sexe.
9 C’est en l’absence des hommes partis pour la guerre que les femmes auraient commencé
à jouir l’une de l’autre.
L
a

d
i
v
e
r
s
i
t
é

s
e
x
u
e
l
l
e

d
a
n
s

l
e
s

s
o
c
i
é
t
é
s

h
u
m
a
i
n
e
s
2
2
0
pénis artifciel pour des masturbations réciproques. Les femmes Zandé (Congo)
emploient un phallus de bois et parfois un fruit que la femme, qui assume le rôle
de l’homme, s’attache aux hanches à l’aide d’une fcelle
10
. Chez les Bobo (Burkina
Faso), on trouve le cas de femmes stériles assez riches, et d’un âge avancé, qui
épousent des jeunes flles en observant toutes les règles matrimoniales, y compris
le versement de la dot.
En Afrique du Sud, l’histoire des reines Modjadjis, qui régnaient jusqu’il y a peu
sur les Lobedu, peuple matriarcal du Limpopo (dans le nord du pays), est assez
singulière. La « Rain Queen », célèbre pour son pouvoir de faire pleuvoir dans cette
région aride, n’a pas le droit de se marier à un homme, mais peut en revanche avoir
plusieurs épouses. Offciellement
11
, aucune Modjadji n’épouse un homme ; comme
les rois africains, elles prennent plusieurs épouses, mais elles portent des enfants
issus d’unions secrètes. La reine est à la fois guide religieux et séculier, elle est
« mère, père et enfant – trois personnes en une ».
12
– On peut discerner une présence des relations entre personnes de même sexe dans
l’ancienne religionhindoue
13
, dans laquelle, avant l’application de la philosophie
patriarcale d’aujourd’hui, les aversions pour les relations entre personnes de même
sexe étaient méconnues. Il existait même des dieux homosexuels, comme on peut le
voir aujourd’hui encore sur les sculptures des temples et dans les livres épiques, les
poèmes et la littérature. L’ambivalence des concepts de désirs a pour conséquence
une absence de discrimination entre les comportements homo et hétérosexuels.
Le célèbre traité Kamasutra (traduction littérale : traité du désir et de l’amour physi-
que) décrit également les actes homosexuels, mais les éditions actuelles que l’on
trouve dans les librairies sont d’ordinaire épurées de ces passages-là
14
. Une des
différences fondamentales réside dans le fait que les relations sexuelles ne sont
pas réservées à la procréation, comme dans la morale chrétienne. L’homosexualité
a été malmenée dans la culture indienne sous la domination musulmane, puis sous
l’infuence de la morale victorienne
1
.
– Le Népal compte traditionnellement une population signifcative de personnes ho-
mosexuelles, parmi lesquelles beaucoup sont des hommes efféminés, les Metis. Ils
se sont longtemps cachés en raison de la stigmatisation sociale et de l’oppression
dont ils étaient victimes et se sont rassemblés dans des endroits généralement
ignorés du grand public.
10 Mais si le mari surprend sa femme dans cette situation, il lui infige une correction.
11 Les documents anthropologiques indiquent que la lignée des Modjadjis est née en 1800,
quand Mugodo, chef de la tribu des Dzugudinis, eut une vision le poussant à épouser sa flle et
à fonder une dynastie féminine.
12 Voir le dossier de Jeune Afrique et le documentaire Everything Must Come to Light qui raconte l’histoire
des sangomas (doctoresses traditionnelles) de Soweto qui revendiquent leur homosexualité et veulent
montrer que celle-ci n’est pas incompatible avec le respect des traditions africaines.
13 Voir par exemple les sculptures des temples de Khajuraho (X
e
siècle) dans le Madhya Pradesh, qui
présentent une multitude d’unions sexuelles sur un mode presque clinique.
14 Jacques Dupuis, anthropologue spécialiste de l’Inde, affrme : « Pour un Indien qui n’a pas été effeuré
par les idées occidentales, il n’existe pas de catégories sexuelles différentes et chacun peut passer
d’un comportement sexuel à l’autre. » (J. Dupuis, 1996).
15 Victoria a été la première Impératrice des Indes, son administration imposant au pays les lois anglaises,
dont l’interdiction de relations homosexuelles masculines (art. 377 du Code pénal indien).
L
a

d
i
v
e
r
s
i
t
é

s
e
x
u
e
l
l
e

d
a
n
s

l
e
s

s
o
c
i
é
t
é
s

h
u
m
a
i
n
e
s
2
2

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
– En Chine, les tongzhi (nom désignant les gays) ne furent pas, pendant long-
temps, réprimés ou persécutés comme ce fut le cas dans des pays occi-
dentaux où la mentalité sociale est habituellement guidée par la croyance
religieuse, chrétienne par exemple. Sous certains aspects, on peut
comparer la Chine traditionnelle à la Grèce antique : une attitude calme
et indifférente envers le phénomène homosexuel y prévaut, même si
l’on perçoit une montée de l’hostilité à partir du XVII
e
siècle (fn de la
dynastie Ming, début des Qing). La littérature chinoise est parsemée
de merveilleuses histoires ou de beaux poèmes d’amour entre garçons,
qui auraient horrifé les missionnaires jésuites de l’époque. Un euphémisme
pour désigner l’amour avec le même sexe encore utilisé aujourd’hui est « couper
les manches ». L’expression vient d’un empereur des Han qui trouva son amant en-
dormi sur sa manche, et plutôt que de le réveiller, il la coupa pour pouvoir se lever.
16
– Au Japon, les apprentis samouraïs formaient un couple avec de plus vieux guer-
riers, pour être entraînés dans les arts de la guerre et de l’amour, et même le Sho-
gun disposait – en plus de ses concubines – de nombreux garçons, leurs amours
« Nanshoku » nous furent rapportées par les écrivains et les peintres Shunga qui
immortalisèrent la « Shu-Dô », la Voie des Éphèbes. Ils immortalisèrent également
les vies diffciles des Tobi-Ko, de jeunes acteurs itinérants de Kabuki, qui devaient
peiner sur scène le jour et satisfaire au lit leurs clients la nuit.
– Les premiers navigateurs européens à avoir abordé les îles de l’archipel polyné-
sien signalaient déjà la présence des Rae rae ou mahu, nom donné aux travestis
masculins en Polynésie. Ils rapportent ainsi que ces garçons différents reçoivent
une éducation particulière, dès l’enfance. Plus âgés, ils s’épilent et se travestissent
librement ; mangent à l’écart des hommes et dansent et chantent avec les femmes.
Ils occupent souvent un poste de domestique auprès d’un noble. Ils sont cependant
exclus des cérémonies religieuses. Ils ont des relations sexuelles fréquentes avec
des adolescents. Plus tard, au XIX
e
siècle, Paul Gauguin en peindra à plusieurs
reprises. Les rae rae sont donc depuis longtemps admis dans la société polyné-
sienne, dans laquelle ils occupent une place particulière. Autrefois appelés mahus,
il sont aujourd’hui plutôt appelés rae rae, un terme apparu dans les années 1960. On
les retrouve souvent dans le corps enseignant ainsi que dans les métiers de la gas-
tronomie ou de l’hôtellerie, des métiers qu’ils peuvent parfois pratiquer travestis.
– En Nouvelle-Zélande, plus de deux cents ans après les débuts de la colonisation,
il est apparu clairement que la société traditionnelle des Maoris accordait une gran-
de importance à la diversité sexuelle sous toutes ses formes. Les relations sexuel-
les entre partenaires de même sexe n’étaient pas seulement tolérées, elles jouaient
un rôle important dans la structure globale de la société maorie. Les personnes qui
s’y adonnaient jouissaient d’une grande estime auprès de leurs communautés.
1
16 Selon Li Yinhe, dans son ouvrage Histoire de l’homosexualité en Chine, les données historiques fournies
sur l’homosexualité masculine remontent à la dynastie des Shang (XVI
e
- XI
e
s. avant l’ère chrétienne).
Elle y cite des documents de la dynastie des Han qui disent que presque tous les empereurs des Han de
l’Ouest (202 av. notre ère - 24 de notre ère) avaient des amants du même sexe. Cf. références au §4.1.2.
17 Voir sur www.enkidumagazine.com un aperçu des travaux de Clive Aspin, Maori Sexuality Project, Interna-
tional Research Institute for Maori and Indigenous Education, University of Auckland, Nouvelle-Zélande.
L
a

d
i
v
e
r
s
i
t
é

s
e
x
u
e
l
l
e

d
a
n
s

l
e
s

s
o
c
i
é
t
é
s

h
u
m
a
i
n
e
s
2
2

Les discriminations
ont une histoire
Situation(S) mobiliSatrice(S)
Casdecriminalisationdanslemonde.
Portdesignesd’appartenance(trianglerose,couleursarc-en-ciel,…).
objectifS
Prendre conscience que la perception de l’homosexualité et de sa répression
sont une composante importante du contrôle social ; elles varient dans le
temps et dans l’espace.
Situation D’apprentiSSage
À partir de la situation mobilisatrice choisie, les élèves sont divisé·e·s en sous-
groupes de deux ou trois et sont invité·e·s à effectuer un travail de recherche sur
la perception de l’homosexualité et son éventuelle répression dans une région
précise et / ou à une époque déterminée. Ils / elles peuvent se baser sur des docu-
ments fournis par l’enseignant·e, sur les références indiquées à la section 4, ou sur
tout autre document traitant de ce sujet.
refleXion
L’enseignant·e organise avec les élèves une mise en commun des travaux de
recherche, sous forme d’une présentation orale ou écrite.
Il / elle fait remarquer aux élèves que les défnitions historiques et culturelles des iden-
tités et orientations sexuelles permettent de répondre à des questions portant sur la
cohabitation quotidienne entre les individus et sur l’origine de l’exclusion de certains
d’entre eux. Il / elle souligne que de nombreux / nombreuses gays et lesbiennes sont
encore aujourd’hui victimes de persécutions diverses et de discriminations.
eXempleS De SituationS mobiliSatriceS
1 Cas de criminalisation de l’homosexualité dans les différents pays du monde
18
.
Plusieurs pays dans le monde condamnent les pratiques homosexuelles et vont
jusqu’à les punir de la peine de mort. C’est ainsi que la justice au Nigeria, en mai et
juin 2005, a condamné des hommes à la mort par lapidation pour pratiques de so-
domie. La communauté internationale s’est à de nombreuses reprises élevée contre
ces condamnations, parfois avec succès. À l’inverse, dans d’autres pays comme la
Belgique, diverses lois ont contribué à la normalisation des relations de personnes
18 Voir par exemple l’information fournie par Amnesty International, Human Rights Watch ou la Fédération
Internationale des Droits de l’Homme (FIDH).
23
2
3
L
e
s

d
i
s
c
r
i
m
i
n
a
t
i
o
n
s

o
n
t

u
n
e

h
i
s
t
o
i
r
e
PUbLIC
3
e
degré
du secondaire
DURÉE
1 période
+ temps de recherche
MAtÉRIELÉLèVE
– Divers documents de
situations mobilisatrices
– Accès Internet
RESSOURCE(S)
ENSEIGNANt
– sections 2.2. et 2.3. du guide
3
a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
de même sexe (en Belgique : nouvelle loi sur le mariage qui inclut la possibilité du
mariage des personnes de même sexe, loi anti-discrimination qui porte notamment
sur l’interdiction des discriminations portant sur l’orientation sexuelle, protection de
la vie privée, vote d’une loi sur l’adoption par des couples de même sexe).
2 Des participants aux marches des fertés gay et lesbiennes (« gay pride »)
arborent un triangle rose.
Diverses associations de défense des droits des gays et lesbiennes utilisent
ce symbole lors de diverses manifestations de défense de leurs droits ou de
revendications. Une association militante comme ACT-UP l’utilise comme logo,
des monuments en mémoire des victimes des camps de concentration nazis
reprennent la forme du triangle, des compositions forales en forme de triangle
sont déposées en hommage au pied de ces monuments par des membres de
mouvements associatifs.
Tu t’interroges sur l’origine de ce symbole et sur le pourquoi de son utilisation
actuelle. Par ce biais, il est loisible d’aborder la répression et la déportation des
homosexuels sous le régime nazi.
Exempledesitespourélaboreruneproblématiquederecherche:
http://perso.wanadoo.fr / d-d.natanson /
site consacré à la mémoire juive et à l’éducation, comporte aussi des documents
et des explications qui concernent l’objet plus particulier de ta recherche.
www.triangles-roses.org
site consacré spécifquement à la persécution et à la déportation des homo-
sexuels sous le régime nazi qui comprend plus de 700 documents archivés.
Tu peux par exemple choisir de répondre aux questions suivantes et sélectionner
sur ces sites les documents qui s’y réfèrent.
1 Quelle est la construction théorique par laquelle les idéologues nazis ont
condamné et interdit les rencontres et les pratiques homosexuelles ?
2 Effectue une recherche de documents sur la vie des homosexuels à Berlin
dans les années 120, avant la répression nazie.
3 Effectue une recherche de documents et témoignages sur le quotidien des
homosexuels dans les camps de concentration.
4 Le diffcile cheminement de la mémoire : pourquoi la reconnaissance de la
persécution contre les homosexuels a-t-elle été beaucoup plus tardive que la
reconnaissance d’autres catégories de déportés ?
La législation allemande en matière d’homosexualité : établis l’historique
du paragraphe 1 depuis sa première publication jusqu’à sa suppression
du code pénal.
action
On demande aux élèves d’imaginer comment ils pourraient se mobiliser contre la
discrimination et l’exclusion des personnes homosexuel.les.
Les divers travaux présentés peuvent ensuite faire l’objet d’une exposition ou d’un
recueil qui seraient présentés à d’autres élèves.
2
3
L
e
s

d
i
s
c
r
i
m
i
n
a
t
i
o
n
s

o
n
t

u
n
e

h
i
s
t
o
i
r
e
4
La loi belge
anti-discrimination
SituationS mobiliSatriceS
Unfaitd’actualitéauchoix(manifestations,revendications,…).
Unactediscriminatoirevécudansl’entourage.
objectifS
1 Faire prendre conscience que les actes discriminatoires sont punissables
par la loi en Belgique.
2 Informer sur l’interdiction légale de toute discrimination en Belgique.
3 Favoriser les attitudes et les comportements non discriminatoires.
Situation D’apprentiSSage
Au départ d’une situation mobilisatrice, l’enseignant·e distribue une copie du texte
de la loi anti-discrimination belge, et tout particulièrement son article 2§4 qui
énonce le droit à l’égalité des personnes quelle que soit leur orientation sexuelle.
réfleXion
L’enseignant·e anime une discussion avec les élèves à partir des questions suivantes :
Qu’est-ce qu’un droit ? Qu’est-ce que l’égalité ? Qu’est-ce que la discrimination ?
Qu’est-ce que le harcèlement ?
Il / elle divise la classe en cinq ou six sous-groupes d’élèves.
Il / elle demande à chaque équipe :
– Si le droit à l’égalité contenu dans la loi anti-discrimination s’applique aux
personnes homosexuelles.
– Quels sont les effets de ce droit à l’égalité des personnes homosexuelles
dans le domaine des lois, de l’emploi, de la reconnaissance des couples
de même sexe et de leurs familles ? Quand y a-t-il égalité / discrimination ?
Donnez des exemples.
– Comment réagissez-vous face à l’égalité des personnes homosexuelles
en Belgique ? Est-ce une bonne chose ?
– Tous les pays accordent-ils un droit à l’égalité aux personnes homosexuelles ?
L’enseignant·e anime ensuite une période d’échange et de mise en commun des
réfexions de chacune des équipes.
24
2
4
L
a

l
o
i

b
e
l
g
e

a
n
t
i
-
d
i
s
c
r
i
m
i
n
a
t
i
o
n
PUbLIC
3
e
degré
du secondaire
DURÉE
1-2 périodes
MAtÉRIEL
POURL’ÉLèVE
– Copies des extraits de la loi
anti-discrimination
– Exemples de situations
mobilisatrices
RESSOURCE(S)
PROFESSEUR
– section 2.3. du guide
Qu’est-ceque:
l’égalité?
ladiscrimination?
leharcèlement?

a
c
t
i
v
i
t
é
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s
action
Les élèves avec l’enseignant·e soulignent l’importance de développer :
– la reconnaissance et le respect des droits des autres
– l’acceptation de la diversité
– l’empathie pour ceux et celles qui se voient refuser leurs droits
– le sentiment de liberté d’action, de pouvoir et de dignité
– l’engagement personnel à combattre les préjugés et la discrimination
Il / elle peut demander aux élèves si, à l’école, les jeunes garçons et flles d’orienta-
tion homosexuelle ont droit au même respect et à la même dignité que les autres
élèves. Quelles solutions pourraient être proposées pour que ces jeunes sentent la
même liberté d’action et le même respect qui leur sont dus à l’école ?
eXempleS De SituationS mobiliSatriceS
– Montrer une photo d’une manifestation de la Lesbian & Gay Pride et demander
aux jeunes s’ils / elles connaissent le sens et le but de telles manifestations.
Leur demander des commentaires.
– Sans doute, quelques remarques particulièrement négatives émaneront
de certain·e·s adolescent·e·s (pour certain·e·s, la représentation publique
d’homosexuel·le·s n’est pas acceptable). Il s’agit ici de parler des répercussions
de la discrimination et de la ferté sur l’identité et la dignité d’une personne.
– Beaucoup de personnes sont choquées par les attitudes parfois extrêmes lors
de la Marche des Fiertés. Tenir compte dans la discussion de l’infuence des
médias et de la grande diversité des modes de vie des homosexuel·le·s.
2
4
L
a

l
o
i

b
e
l
g
e

a
n
t
i
-
d
i
s
c
r
i
m
i
n
a
t
i
o
n
Cette loi incluait l’orientation sexuelle dans la liste des critères de discrimination
couverts. Cependant, un Arrêt de la Cour d’arbitrage du 6 octobre 2004 a supprimé
cette liste. En pratique, pas de changement : la discrimination basée sur l’orientation
sexuelle reste bien condamnable en Belgique, aussi bien en matière d’emploi qu’en
matière de fourniture ou de mise à disposition du public de biens et de services.
Pour le texte complet, cf. site du Centre pour l’Égalité des Chances
et la Lutte contre le Racisme :
www.antiracisme.be / fr / lois / discrimination / belgique / antidiscrimination.htm
Laloidufévrier003stipuleensonarticle
§4que«toutediscriminationdirecteou
indirecteestinterdite,lorsqu’elleportesur:
– la fourniture ou la mise à la disposition du
public de biens et de services ;
– les conditions d’accès au travail salarié, non
salarié ou indépendant, y compris les critères
de sélection et les conditions de recrutement,
quelle que soit la branche d’activité et à tous
les niveaux de la hiérarchie professionnelle,
y compris en matière de promotion, les
conditions d’emploi et de travail, y compris les
conditions de licenciement et de rémunéra-
tion, tant dans le secteur privé que public ;
– la nomination ou la promotion d’un fonction-
naire ou l’affectation d’un fonctionnaire
à un service ;
– la mention dans une pièce offcielle ou dans
un procès-verbal ;
– […]
– l’accès, la participation et tout autre exercice
d’une activité économique, sociale, culturelle
ou politique accessible au public.
Extrait de la loi belge anti-discrimination

4 Pistes pédagogiques par discipline
À l’école, certains propos clairement homophobes sont parfois véhiculés. Mais
l’hétérosexisme est tout aussi intégré, or il est invisible. Il pèse cependant autant
que l’homophobie sur le mal-être des jeunes. C’est dans le cadre même de votre
cours, par votre ouverture à la diversité, votre savoir-être que les messages pour
ces jeunes passeront le mieux. Il ne s’agit donc pas d’envisager l’homosexualité et
la bisexualité comme quelque chose à part de l’hétérosexualité. Les orientations
sexuelles sont disposées sur un continuum et de nombreuses personnes se retrou-
vent dans les nuances de ces entre-deux.
Au-delà des animations spécifques réalisées par des enseignant·e·s ou des
intervenant·e·s extérieur·e·s, il importe que chaque enseignant·e, quelle que soit
sa discipline, veille à promouvoir une plus grande ouverture à la diversité sexuelle.
Un changement d’attitude ne sera possible que si l’approche de l’homosexualité ne
reste pas limitée aux seuls cours de religion ou de morale. La thématique de l’homo-
sexualité peut être abordée dans toutes les disciplines. Ce chapitre fournit quelques
pistes dans ce sens, principalement pour l’école secondaire. Des séquences de
cours plus spécifques peuvent aussi être réalisées en s’inspirant d’activités propo-
sées à la section 3.3. ou se basant sur des références données à la section 4.
Les disciplines reprises ici sont regroupées en six grands domaines :
– domaine du développement personnel (cours de psychologie, de philosophie,
de morale, de religion, ateliers transdisciplinaires,…) ;
– domaine de l’univers social
(cours d’histoire, de droit, de sciences sociales ou socio-éducatives,…) ;
– domaine des langues
(cours de français, de langues modernes, de langues anciennes) ;
– domaine des sciences et de la technologie
(cours de géographie, de biologie, de mathématiques,…) ;
– domaine des arts (cours de théâtre ou d’expression scénique,
de peinture, d’arts plastiques, de musique,…) ;
– domaine du développement corporel et du bien-être
(cours d’éducatio
n physique, ateliers santé,…).
4.1 Domaine du développement personnel
Danslescoursdepsychologie,demorale
oudesatelierstransdisciplinaires
Il est possible de réaliser des activités en classe à l’aide des scénarios 8 à 19 pro-
posés à la section 3.3. du guide pédagogique, ou de trouver des moyens de faire
passer l’information contenue dans l’un ou l’autre paragraphe de la section 2.
Quelques pistes :
– Animer des discussions sur la diversité sociale en y incluant les personnes LGBT et
leurs réalités. Déconstruire les préjugés, par exemple à l’aide des activités 8 et 9.
– Présenter l’un ou l’autre témoignage de personne LGBT, ou se servir des activités
12 à 15 pour favoriser la compréhension des situations vécues par les jeunes
d’orientation homosexuelle ou bisexuelle.

– Durant une séquence de cours sur la discrimination ou la moquerie : l’enseignant·e
donne l’exemple d’une flle qui est raillée à l’école parce que son frère aîné a un
copain et non une copine. Voir aussi les activités 9 à 12.
– Durant une séquence de cours sur la maternité / paternité : l’enseignant·e appro-
fondit la situation où Caroline et Valérie élèvent ensemble un enfant. S’inspirer
par exemple de l’activité 16.
– Proposer des exemples ou des sujets qui, dans leur libellé, incluent la diversité des
vécus sexuels. Ainsi, plutôt que de présenter uniquement le modèle de la famille
nucléaire, on considérera également les situations de familles monoparentales,
recomposées ou encore formées de parents de même sexe. Plutôt que de parler
de « Frédéric et Nadia » pour illustrer une mise en situation traitant du couple, on
peut aussi donner les exemples de « Gaëlle et Mélanie » ou de « Aziz et Olivier ».
– Inviter un·e représentant·e d’une association LGBT afn d’établir un dialogue avec
les jeunes sur la question de l’homophobie.
Danslaformation«Servicessociaux»
Le programme de cette section prévoit un module savoir-vivre au deuxième degré.
Dans le cadre de l’apprentissage des comportements adéquats dans différentes
situations de la vie quotidienne, il serait peut-être intéressant de mettre les élèves en
situation face à la « différence ». Pour cela, reprendre par exemple les activités 13 à 16.
Quelques pistes sont aussi données dans la partie « Domaine de l’univers social ».
Danslescoursditsphilosophiques
Les religions représentent un sujet aussi important que délicat, et une source de
questionnement pour de nombreux jeunes gays et lesbiennes. On peut aborder la
thématique de l’homosexualité au travers des éléments d’information présentés
au §2.4.2. et dans les pages suivantes. On peut également demander aux élèves
d’effectuer un travail de recherche sur ce sujet. Il est aussi possible de réaliser
des petites animations spécifques sur cette thématique (voir par exemple celles
proposées par le projet européen Triangle).
QuelquesremarquesLes responsables d’institutions religieuses donnent parfois
des vues très unilatérales de la religion et de la signifcation des textes sacrés, ce qui
contribue à favoriser l’homophobie sociale. Face à l’expression d’une pensée fon-
damentaliste, on peut répondre que la Constitution garantit les droits de l’homme et
parmi eux le libre développement de sa propre personnalité. Il convient par ailleurs
de tenir compte du fait que, dans de nombreuses religions, les croyant·e·s ont des
avis différents sur un grand nombre de questions morales. Les personnes croyantes
sont habituellement plus ou moins tolérantes face aux différences d’opinion des
autres. Pourquoi dès lors le seraient-elles nettement moins lorsque ces opinions se
rapportent à la sexualité ? C’est une question qui peut être abordée avec les élèves.
Face aux convictions religieuses des parents, il s’agit d’expliquer que votre mission
est de donner une vue d’ensemble des différentes approches de la religion, ainsi que
de favoriser le respect mutuel et la compréhension réciproque entre élèves, dans le
respect de la laïcité. Dites-leur que vous les encouragez à discuter avec leurs parents.
Incitez les parents à faire des propositions sur la manière dont vous pourriez traiter des
sujets tels que la religion, la diversité et le respect dans le cadre de l’enseignement.
8
4.2 Domaine de l’univers social
Danslescoursd’histoireoudeformationhistorique
Quelques pistes :
– Accorder de l’attention à l’histoire de la sexualité en général et de l’homosexualité
en particulier, sous l’angle de la tolérance (pédérastie dans la Grèce antique ou
dans le monde arabo-musulman médiéval, par exemple), ou celui de la répression
(par exemple les procès de lesbiennes pour sorcellerie, les camps de concentra-
tion et d’extermination nazis, les discours homophobes soviétiques,…) (cf. §2.2.)
– Ne pas occulter l’homosexualité ou la bisexualité de quelques grands personna-
ges (cf. Activité 22).
– Proposer des documents ou des pistes à exploiter dans les domaines couverts
par les activités 21, 22 et 23.
Danslescoursdesciencessocialesousocio-éducatives
Le programme de la formation en sciences sociales prévoit au deuxième degré
d’aborder le thème de la famille dans notre société et notamment ses différentes
formes : nucléaire, étendue, monogame, polygame, monoparentale, recomposée.
Il est important ici de ne pas sous-estimer l’existence des familles homoparentales
(cf. activité 16). On peut aussi mettre en exergue la diversité affective et sexuelle
dans les sociétés humaines, par exemple au moyen de l’activité 22.
Par ailleurs, le cadre juridique de la famille sera également examiné. Ainsi, lorsque
le mariage et la fliation seront abordés, il ne faudra pas oublier de mentionner
qu’aujourd’hui, en Belgique, le mariage est ouvert aux personnes de même sexe,
ainsi que l’adoption (cf. activité 24 et §2.3.1.).
Un livre-témoignage qui peut aider à alimenter le débat : J’ai 2 mamans, c’est un
secret, C. Breton, Leduc. S Éditions, Paris, 2005.
Au cours du troisième degré, le programme de la formation en sciences sociales
recommande l’étude individuelle d’un fait social. Quelques propositions sont sou-
mises telles que le suicide (dont le taux chez les jeunes homosexuel·le·s avoisine
les 20 % !) ou encore l’homosexualité.
Il peut par exemple être proposé aux élèves de réaliser une enquête sur l’homopho-
bie dans l’école (cf. activité 20).
Un autre sujet tel que l’homoparentalité peut également être soumis aux élèves
(cf. activité 16).
En socio-économie, les compétences à acquérir au terme du deuxième degré
comprennent notamment les points suivants :
– s’informer de la diversité des idées, des cultures, des croyances, des valeurs,
des traditions
– Comprendre l’évolution de la structure sociale, les rapports de force, les
mécanismes d’exploitation ; l’existence des inégalités sociales, de la pauvreté,
de l’exclusion.
La diversité affective et sexuelle et la discrimination peuvent dans ce cadre être abor-
dées de manière inclusive (cf. ressources sur la discrimination à la section 4.2.).

Au cours de droit : on peut évoquer les différents traitements juridiques des diver-
ses formes de relations affectives.
Durant une leçon sur la maternité / la paternité, l’enseignant·e peut approfondir la
situation où Caroline et Valérie élèvent ensemble un enfant (cf. activité 16).
L’enseignant·e peut aussi aborder la question de l’égalité des personnes homo-
sexuelles et présenter l’évolution de la législation belge à leur endroit. Se référer
par exemple à l’activité 24.
Dansdesséancestransdisciplinairesd’éducationàlacitoyenneté
Quelques pistes :
– Aborder la question de l’égalité des personnes homosexuelles et présenter l’évo-
lution de la législation belge à leur endroit. Se référer par exemple à l’activité 24.
– Inviter un·e représentant·e d’une association LGBT à venir discuter de la situa-
tion des gays et lesbiennes ailleurs dans le monde, ou présenter vous-même les
rapports publiés sur cette thématique (cf. références à la section 4.1.3.) ;
– Souligner la présence ou les réalisations des gays et lesbiennes dans l’his-
toire et dans différents domaines comme les arts, la littérature ou la politique
(cf. activité 21) ;
– Animer des discussions sur la diversité sociale en y incluant les gays et lesbien-
nes et leurs réalités ;
– Animer des discussions sur l’intolérance ou la violence en y incluant la thémati-
que de l’homophobie ;
– En formation à la citoyenneté politique : attirer l’attention sur le programme des
différents partis politiques en matière de diversité sexuelle.
4.3 Domaine des langues
Au cours de français, tous degrés confondus, le thème de l’homophobie peut être
exploité à maintes occasions. En effet, le cours de français utilise différents supports
afn de faire acquérir des compétences à la lecture, l’écriture et l’expression orale.
Exemples plus spécifques :
– Écrire une lettre (pour un cas proposé par Amnesty International, par ex.) ;
– Rédiger une lettre persuasive ;
– Écrire le texte d’une chanson engagée ;
– Mener un débat sur un problème de société ;
– Prendre notes lors d’un exposé (ou vidéo) et en faire une synthèse ;
– Préparer un exposé oral sur un thème de société ;
– Réaliser la maquette d’un prospectus.
Pour cela, fournir des références de différents supports : romans, pièces de théâ-
tre, vidéos, articles de presse, statistiques, textes de lois, chansons, poèmes, flm,
courts-métrages, essais.
Tous ces supports sont à un moment donné exploités lors d’un cours de français.
D'autres pistes :
– Proposer la lecture de textes ou de romans mettant en scène des personnages
de différentes orientations sexuelles ;
0
– Suggérer la rédaction de textes sur des thèmes liés aux stéréotypes, aux diff-
cultés vécues par les jeunes, à la violence, au couple ou à l’amour, où l’on pro-
posera l’homosexualité ou l’homophobie comme thématiques parmi d’autres ;
– Chaque fois qu’au cours d’une leçon il est question de sexualité ou de formation
à la relation, la question de l’homosexualité peut elle aussi être abordée. Non
comme un cas à part, mais en même temps que la variante hétérosexuelle ;
Par exemple à l’école primaire, si une leçon se donne sur le thème de la famille,
on peut aussi mentionner des familles avec deux mamans ou deux papas ;
– Dans un cours de littérature : citer des poèmes ou des romans qui mettent en scène
l’homosexualité, vécue de manière positive ou sous l’angle de la discrimination ;
– Dans une discussion, une saynète ou un jeu : les élèves peuvent être invité·e·s à
se mettre dans la peau de personnes lesbigay dans leur vie quotidienne.
Dans un cours de languemoderne :
– Placer l’un ou l’autre terme inclusif dans une leçon de vocabulaire sur « tenir une
maison » ou « faire les courses » ;
– Glisser dans un exercice de traduction une petite phrase du genre « Isabelle
habite déjà depuis dix ans avec Valérie » ;
– Dans une discussion, une saynète ou un jeu : inviter les élèves à se mettre dans
la peau de personnes lesbigay dans leur vie quotidienne ;
– Diverses lectures peuvent être judicieusement choisies et proposées aux élèves
au départ des références données à la section 4 ;
– Pour des exercices de compréhension à la lecture ou à l’audition : des documents
écrits ou audiovisuels en néerlandais qui abordent le thème de l’homosexualité
ou de l’homophobie sont disponibles sur le site de l’asbl « De Holebifabriek » :
www.holebifabriek.be
Dans un cours de languesanciennes ou de cultureantique :
– Ne pas occulter les allusions à l’homosexualité, à la pédérastie ou au saphisme
dans certains textes ;
– Mettre en évidence les différences de perception des pratiques homosexuelles
entre l’Antiquité et l’époque contemporaine au travers de divers extraits de texte ;
– Montrer l’infuence dans les arts antiques du regard posé sur l’homosexualité
(voir D. Fernandez, 2005).
4.4 Domaine des sciences et de la technologie
Au cours de géographie : aborder la naissance et l’évolution de modes de vie
particuliers, par exemple la formation de ghettos gay et lesbiens dans les grandes
villes américaines.
Au cours de biologie, on peut aborder des exemples de comportements homo-
sexuels ou bisexuels chez les animaux (les pratiques homosexuelles ne sont pas
spécifquement humaines). Consulter pour cela Biological Exuberance, Animal
Homosexuality and Natural Diversity de B. Bagemihl (1999).
Lorsque la question de la reproduction animale, humaine en particulier, est abordée,
veiller à souligner les différences entre les notions de sexualité et de reproduction.
Chez beaucoup d’espèces animales, et singulièrement chez les primates, les com-
portements sexuels ont bien plus qu’une fonction reproductrice : ils peuvent servir
à réguler la vie du clan, à établir des relations, à affrmer des positions au sein du
121
groupe, à assurer une domination ou au contraire à signifer une soumission, etc. Le
fait de ne pas éluder cette question permet de laisser entendre que les comporte-
ments homosexuels, loin d’apporter le « désordre » ou la « déstabilisation » comme
d’aucuns le prétendent, peuvent aussi jouer un rôle régulateur, éventuellement
bénéfque pour la société entière.
Au cours de mathématiques, le programme prévoit la découverte du traitement de
données : réalisation de graphique à partir de tableau, étude des notions d’effectif,
moyenne arithmétique, mode, étendue. Toutes ces notions peuvent être décou-
vertes à partir de données concernant l’homosexualité. Celles-ci pourraient être
obtenues auprès d’un organisme ou encore récoltées par les élèves en réalisant
une enquête. Cette activité peut être envisagée en collaboration avec le professeur
de français pour la rédaction du questionnaire et le professeur de morale pour
l’interprétation des données récoltées. Cette analyse peut donner lieu à un débat
et à un échange d’informations.
Autres exemples :
– Durant une leçon de calcul, la question ne parle pas de Jean et Nathalie qui
achètent ensemble une maison, mais plutôt Jean et Pierre.
– Dans les généralités sur les fonctions : aborder les notions d’appartenance
(domaine, ensemble-image) et d’inclusion / exclusion en glissant des exemples
diversifés, comme dans l’exercice ci-dessous.
On considère la relation « est amoureu / amoureuse de »
de A vers B.
Voici son diagramme sagittal :
1) Cette relation est-elle une fonction ? Justife.
2) S’il s’agit d’une fonction, décris en extension son domaine,
son ensemble-image et son graphe.
— François
— Magali
— Axel
— Patricia
— Martin
— Aurélie
— Jérôme
— Christina
Nicolas —
Stéphanie —
Guillaume —
Antonio —
Vanessa —
Jérémie —
Claire —
Myriam —
Luc —
A B

4.5 Domaine des arts
Quelques pistes :
– Proposer des pièces de théâtre mettant en scène des personnages homosexuels.
– Suggérer des projets de création artistique ayant pour thèmes la diversité, la
non-violence, l’amour, et favoriser l’inclusion des thématiques de l’homosexua-
lité ou de l’homophobie.
– Ne pas occulter l’homosexualité ou la bisexualité d’artistes renommé·e·s
(cf. activité 21).
– En histoire de l’art, montrer par exemple l’infuence dans les différentes discipli-
nes artistiques du regard posé sur l’homosexualité
1
.
4.6 Domaine du développement corporel et du bien-être
Des pistes peuvent être explorées sur le plan du savoir-être :
– Favoriser la mixité au sein des cours d’éducation physique.
– Eviter de cloisonner les disciplines ou de les « genrer ».
– Organiser des compétitions sportives mixtes ou favoriser davantage
les jeux coopératifs.
– Sensibiliser les élèves à divers types de discrimination par le biais
de jeux collectifs.
D’après les témoignages cités dans la première partie de ce guide, c’est souvent
au cours d’éducation physique que des remarques à caractère homophobe se
manifestent. Il s’agit d’y être attentif / attentive et de veiller à ne pas renforcer les
stéréotypes sexistes.
1 Cf. L’amour qui ose dire son nom, Dominique Fernandez, Stock, 2005.
04
ressources
& références
4
1 Ressources exploitables en classe
Ressources en ligne
Liste de liens vers des sites belges et internationaux proposant des ressources
pédagogiques, une bibliographie ou une flmographie dignes d’intérêt :
– Les ressources pédagogiques en ligne surlesiteRESPELdelaCommunauté
française comportent plusieurs fches rattachées au mot-clé homosexualité
www.enseignement.be/respel/
– AlterEduc : www.altereduc.be
– Amnesty International Belgique Francophone : Combattre l’homophobie à l’école
www.amnestyinternational.be/doc/article3528.html?var_recherche=homosexuel
– Holebifederatie : Ik weet wie ik ben, outil coproduit et diffusé par
le Ministère famand de l’Égalité des Chances
www.holebifederatie.be/dossiers/onderwijs/docs/d_onderwijs1.pdf
– Klasse : le dossier « Holebi » est téléchargeable sur www.klasse.be
en introduisant holebi dans le moteur de recherche.
La traduction française de ce dossier est accessible sur le site RESPEL.
– Lambda Education : www.lambda-education.ch
– HomoEdu : www.homoedu.com
– Le réseau québécois des GRIS met en ligne le guide pédagogique
Démystifer l’Homosexualité, ça commence à l’école : www.gris.ca
– La brochure française à destination des enseignants L’homophobie : savoir et
réagir est téléchargeable sur www.ligneazur.org/homophobieLight.pdf
– Le réseau américain Gay Lesbian Straight Education Network propose
une série de ressources (en anglais) : www.glsen.org
– Littérature « gay et lesbienne » : www.lgbth.com/livres/index.html
– Littérature jeunesse :
www.univ-lille3.fr/jeunet/themes/societe/homo02/homo-som.htm
– Romans, romans jeunesse, essais : http://culture·et-debats.over-blog.com/
– Pistes de lecture : www.prix-chronos.org/theme/articles/theme_art_08_7.htm
– Sur l’homoparentalité :
www.360.ch/presse/2004/02/maman_et_maman_sont_au_boulot.php
– Dossiers pédagogiques sur les flms pour enfants, proposés par l’asbl
Les Grignoux : www.grignoux.be/?content=dp
– Romans et nouvelles (en famand) :
www.holebifederatie.be/dossiers/basis/brochures.php

R
e
s
s
o
u
r
c
e
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s

Manuels
– Démystifer l’homosexualité, ça commence à l’école,
Irène Demczuk et GRIS-Montréal, 2003.
– S’orienter dans la diversité. Comprendre les différences culturelles et sexuelles
des adolescents, Ministère de la Santé du Land de Rhénanie du Nord - Westpha-
lie, Düsseldorf, 2004. www.diversity-in-europe.org
– Maarten heeft twee mama ‘s ! Educatieve map - integratie van het holebithema
in het lager onderwijs, Holebifederatie / Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap
Departement Onderwijs, 2005.
– Ik weet wie ik ben, Holebifederatie / Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap,
Departement Coördinatie, 1999. Une version papier gratuite de cet outil peut être
obtenue auprès du Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap, T 02 553 58 46.
– Challenging Homophobia in Schools : A Handbook for Educators, Gay and
Lesbian Educators of BC, Vancouver, 2000. www.galebc.org/main.htm
Ouvrages pour les enfants
– Breton C., J’ai deux mamans – C’est un secret, Leduc S. Éditions, Paris, 2005.
– Douru M., Dis… mamans, Éditions gaies et lesbiennes, Paris, 2003.
– Texier O., Jean a deux mamans, L’école des loisirs, Paris, 2004.
Études
– Promotion de la santé concernant les jeunes d’orientation sexuelle minoritaire
(homosexuelle, bisexuelle) : éducation sexuelle et affective en milieu scolaire et
prévention du suicide, Communauté française de Belgique, 2003. 
- Social Exclusion of Young Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender people
(LGBT) in Europe, ILGA-Europe, IGLYO, 2006.
www.ilgaeurope.org/europe/publications/non_periodical /social_exclusion_of_
young_lesbian_gay_bisexual_and_transgender_people_lgbt_in_europe_april_2006
2 Ouvrages à proposer aux jeunes
qui se sentent davantage concerné·e·s
– Héraud X., Guide des jeunes homos, Marabout, 2004.
– Martel F., L’homosexualité – la longue marche des gays, Gallimard, Paris, 2002.
– Perreau B., Homosexualité – Dix clés pour comprendre, vingt textes à découvrir,
J’ai Lu, coll. Librio Document, 2005
– Picquart J., Le droit d’aimer (combattre l’homophobie), Éditions Syros, Paris, 2005.
– Vaisman A. - Maja D., L’homosexualité à l’adolescence, éd. de La Martinière, Paris, 2002.
– Verdier E., Dorais M., Petit manuel de gayrilla ou comment lutter contre
l´ homophobie au quotidien, H et O Éditions, 2005.
– Le monde de William, Ex-æquo, Bruxelles - www.exaequo.be (accessible sur RESPEL).
– Féminin, masculin, c’est pas que de la grammaire, SIPS, Liège, 2003
(accessible sur RESPEL).

3 Autres ressources
Orientation sexuelle et droits des L.B.
– Différentes publications parues en Flandre sur le thème de l’homophobie sont accessi-
bles sur le site du « Steunpunt Gelijkekansenbeleid » : www.steunpuntgelijkekansen.be
– Le site web de l’association famande « Wel jong niet hetero » propose des ressources :
www.weljongniethetero.be
– Sur le suicide des jeunes LGBT en Belgique, voir la synthèse de la journée d’études
organisée en 2001 par les Facultés universitaires Saint-Louis « Vulnérabilité des jeunes
gays et lesbiennes et risque de suicide - État de la question et pistes de prévention » :
http://centres.fusl.ac.be/OBSERVATOIRE/document/Nouveau_site/Publications/
Suicide/Suicide.html
– « Suicidal acts and ideation in homosexual and bisexual young people :
a study of prevalence and risk factors », Van Heeringen C., Vincke J.,
Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 2000.
– Sur le suicide, voir également Mort ou ff – la face cachée du suicide chez les garçons
de M. Dorais, sur http://homoedu.free.fr/mortouff.htm
– Informations sur le mouvement Queer : www.gayways.to/Queer.htm et
www.next-party.be/queer.html
– Droits des LGBT en Belgique : www.lgbth.com/histoire/europe/belgique.html et
www.holebifederatie.be
– Droits des LGBT en Europe : www.lgbth.com/droits/index.html
Diversité sexuelle dans les sociétés humaines
Pour approfondir les questions et thèmes abordés dans l’activité 23, on pourra consulter
le portail LGBT de l’encyclopédie en ligne Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:
LGBT, ainsi que http://www.androphile.org/gay_france.html
Europe
– BOSWELL J., Christianisme, tolérance sociale et homosexualité :
les homosexuels en Europe occidentale des débuts de l’ère chrétienne au XIV
e
siècle,
Gallimard, Paris, 1985.
– BOSWELL J., Les unions du même sexe dans l’Europe antique et médiévale,
Fayard, Paris, 1996.
– DOVER K. J., Homosexualité grecque, La Pensée sauvage, Grenoble, 1982.
– DUPONT F., ELOI T., L’Érotisme masculin dans la Rome antique, Paris, Belin, 2001.
– DUBY G., Mâle Moyen Âge, Flammarion, Paris, 1990.
– GODARD D., Le Goût de Monsieur, H & O Éditions, 2002.
– HALPERIN D., Cent ans d’homosexualité et autres essais sur l’amour grec,
EPEL, Paris, 2000.
– LEROY-FORGEOT F., Histoire juridique de l’homosexualité en Europe,
Médecine et Société, 1997.
– SERGENT B., Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens,
Payot, Paris, 1996.
– SPENCER C., Histoire de l’Homosexualité, De l’Antiquité à nos jours,
Le Pré aux Clercs, 1998.
– TIN L. G., PASTRE G., Homosexualités : Expression / répression, Stock, 2000.
– WINKLER J., Désir et contraintes en Grèce ancienne, EPEL, Paris, 2005.

R
e
s
s
o
u
r
c
e
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s

Afrique
– RACHEWILTZ B., Eros noir- Mœurs sexuelles de l’Afrique de la préhistoire
à nos jours, La Jeune Parque / Longanesi, Milan, 1963.
– Homosexualité, un tabou africain, Dossier Jeune Afrique -
L’intelligent, n°2330 (septembre 2005). À commander à l’adresse suivante :
www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.
asp?art_cle=LIN04095intolseritn0
Quelques articles de ce dossier ont été mis en ligne sur les sites suivants :
www.frequencevih.ca/article.php3?id_article=160
http://lezzone.canalblog.com/archives/2005/09/17/
– Sur l’histoire des reines Modjadji : www.tzaneen.co.za/ice/modjadji_history.htm
– Everything must come to light, de Mpurni Njinge et Paulo Alberton, co-produit par
les Gay and Lesbian Archives of South Africa et par le Festival du Film Gay et Lesbien
« Out in Africa » : documentaire sur les « Sangomas » de Soweto.
– Sur la répression de l’homosexualité en Afrique, voir le site de l’association Behind
the mask : http://www.mask.org.za/SECTIONS/AfricaPerCountry/ABC/all %20africa/
all %20africa_index.htm
Asie et Amériques
– Histoire de l’homosexualité en Chine, par Li Yinhe, docteur de l’Institut chinois des
Sciences Sociales à Pékin, auteur de Leur Monde (radioscopie du milieu homosexuel
chinois, premier livre consacré à l’homosexualité en Chine).
– Dupuis J., Une introduction à la connaissance du monde indien, Ed. Kailash, 1996.
– Au Népal : Blue Diamond Society : www.bds.org.np
– Actes du colloque « Competing Diversities » organisé en juin 2005 à Mexico :
www.enkidumagazine.com/art/2005/250205/E_009_250205.htm
www.enkidumagazine.com/art/2005/110105/E_063_110105.htm
(sur les Muxe du Mexique)
www.enkidumagazine.com/art/2005/290305/E_008_290305.htm
(sur les Maoris de Nouvelle-Zélande)
– COWAN T., Gay Men & Women Who Enriched The World, Macmillan, New York, 1988.
– ROWSE A. L., Homosexuals in History, Macmillan, New York, 1977.
– RUSSELL P., The Gay 100, Citadel Press Book, New York, 1995.
Monde arabo-musulman
– ABÛ NUWÂS, Le vin, le vent, la vie…, Éditions Sindbad – Actes Sud.
– AL-JAHIZ, Éphèbes et courtisanes, Payot & Rivages, Paris, 1997.
– BEN JELLOUN T., Partir, Gallimard, 2006.
– CHEBEL M., Encyclopédie de l’amour en Islam,
Petite Bibliothèque Payot & Rivages, 2003.
– DIALMY A., Jeunesse, Sida et Islam au Maroc –
Les comportements sexuels des Marocains, EDDIF, Casablanca (Maroc), 2000.
– HAFIZ de C., Le livre d’or du divan, Seghers, 1991.
– KHAYYAM O., Rubayat, éditions Poésie / Gallimard.
– KHAYYAM O., Les quatrains d’Omar Khayyâm, coll. Poche, Albin Michel, 2005.
– SERHANE A., L’amour circoncis, EDDIF, Casablanca (Maroc), 1995.
– Al-Fatiha Foundation (homosexualité & Islam) : www.al-fatiha.org
– Safra Project (lesbiennes arabo-musulmanes) : www.safraproject.org
– Sehakia (lesbiennes maghrébines) : www.sehakia.org
8
Répression de l’homosexualité
en Occident et ailleurs dans le monde
Homophobie dans le monde
Outre les ouvrages traitant d’homophobie cités dans la bibliographie,
on pourra consulter, par exemple, les rapports d’Amnesty International :
– Sex, Love & Homophobia, Amnesty International UK, 2004, 152pp.
– Briser le silence, Amnesty International, EFAI, 1998.
– Identité sexuelle et persécutions, Amnesty International ACT 40 / 016 / 01, 2001.
– En Belgique : www.amnestyinternational.be/doc/rubrique87.html
– Québec : www.algi.qc.ca/asso/amnistie/
– Royaume-Uni : www.amnesty.org.uk/lgbt/
– États-Unis : www.amnestyusa.org/outfront/index.do
– International : www.ai-lgbt.org/links.htm (ce site LGBT international contient
vraiment beaucoup de liens dans le domaine des violations des droits humains
des personnes LGBT).
Autresassociations
– Journée Mondiale de lutte contre l’homophobie : www.idahomophobia.org/
– International Lesbian and Gay Association (ILGA) et ILGA-Europe : www.ilga.org et
www.ilga-europe.org/
– International Gay & Lesbian Human Rights Commission : www.iglhrc.org/site/iglhrc/
– Magnus Hirschfeld Centre for Human Rights : http://come.to/humanrights
Sur la répression nazie en Europe
– HEINZ Heger, Les Hommes au triangle rose : journal d’un déporté homosexuel
1939-1945, Persona, Paris, 1981.
– RECTOR F., The Nazi Extermination of Homosexuals, New York, Steinand Day, 1981.
– SEEL P., Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel : récit, Calmann-Levy, Paris, 1994.
– Site présentant beaucoup de documents : www.triangles-roses.org (repris par RESPEL)
– Sur les lesbiennes victimes des nazis :
www.360.ch/presse/2004/10/lesbiennes_sous_le_iiie_reich_disparaitre_ou_mourir.php
– Exemple de travail de recherche réalisé par des élèves :
www.tpeexclusion-homosexuels.c.la/
– Les Français Jean Le Bitoux, Président-fondateur du Mémorial de la Déportation
Homosexuelle et auteur, notamment, de l’ouvrage « Les Oubliés de la Mémoire »,
et Franck Dennis d’HomoEdu, sont disponibles pour participer bénévolement à des
conférences / débats en milieu éducatif / associatif sur le thème de la persécution des
homosexuels sous le régime nazi (Franck Dennis : T +33 06 82 39 22 80).


R
e
s
s
o
u
r
c
e
s

p
é
d
a
g
o
g
i
q
u
e
s

Sur les religions
– Pour la position de l’Église catholique (il peut être intéressant de proposer aux élèves
une recherche sur homosexualités et religions) : chercher « homosexualité »
sur le site web du Vatican www.vatican.va
– Sur l’Islam et l’homosexualité : www.al-fatiha.org
(voir aussi Safra Project pour sexualité, genre et Islam : www.safraproject.org ).
Les différentes formes de discriminations
– L’asbl Écoles sans racisme propose cours et activités qui peuvent contribuer
à transformer perceptions et attitudes : www.ecolesansracisme.be
– Dossier pédagogique d’Amnesty International Belgique francophone,
Les dérives identitaires. Identités et discriminations (2005) :
www.amnestyinternational.be / doc / rubrique925.html
– Femmes – Une égalité de droits, Amnesty International - Act 77 / 01 / 95-1995
– Sur l’étymologie juridique des termes « insulte » et « injure » :
www.barreau.qc.ca / journal / frameset.asp ?article= / journal / vol34 / no18 / etymologie.html
– Site du Centre pour l’égalité des chances en Belgique : nombreuses informations
sur les différentes formes de discriminations : www.diversité.be
– Site de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité, en France :
nombreuses informations à propos de toutes les discriminations
et notamment celles liées aux handicaps : www.halde.fr
– Site néerlandophone « Tolerante Scholen » : www.tolerantescholen.net
– Rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes, Commission européenne, 2005.
30
1 Associations L.B. francophones
– Fédération des Associations Gayes et Lesbiennes : www.fagl.be
– Alliage (association liégeoise) : www.alliage.be
– Belgian Business Association : www.belgianba.org
– Brussels Gay Sports : www.bgs.org
– Communauté du Christ Libérateur (chrétiens gays) : www.ccl-be.net
– CHE (Cercle Homo Étudiant de l’ULB) : www.che-ulb.be
– CHEL (Cercle Homo Étudiant de Liège) : www.chel.be
– CHL (Cercle Homo Étudiant de Louvain-la-Neuve) : http://membres.lycos.fr/chlln/
– ENPH (Ecolo nous prend homos) : www.ecolo.be / gt / enph / index2.htm
– Fédération Arc-en-ciel (activités de loisirs) : www.arc-en-ciel-bxl.be
– Gay Belgium (services en ligne) : www.gaybelgium.be
– Genres d’à côté (activités culturelles) : www.genres-d-a-cote.org
– Homoparentalités : www.homoparentalites.be
– Infor Homo : www.inforhomo.be
– Magenta (services sociaux et aide psychologique) : www.magenta-asbl.be
– Merhaba (lesbigays originaires du Maghreb ou du Moyen Orient) : www.merhaba.be
– Pluri’ELLES (bien-être des femmes) : plurielles@hotmail.com
– Tandem (association namuroise) : www.tandemasbl.org
– Maison Arc-en-ciel de Bruxelles (centre associatif) : www.rainbowhouse.be/fr
– Tels Quels (centres à Bruxelles et en Wallonie) : www.telsquels.be
– Garance (lesbiennes) : www.garance.be / fr / docsfr.htm
– Ex æquo (prévention VIH / sida) : www.exaequo.be
– Site « généraliste » géré par Ex æquo : www.eurogayway.org / belgique /
– Vie LGBT à Bruxelles : www.gaylive.be/extern.php ?url =www.lesbigaybrussels.be
– Fonds Suzan Daniel (archives gay et lesbiennes belges) : www.fondssuzandaniel.be
2 Associations L.B. internationales
– International Lesbian & Gay Association (ILGA) : www.ilga.info / index.html
– International Gay and Lesbian HR Commission : www.iglhrc.org / site / iglhrc /
– The Magnus Hirschfeld Centre for Human rights : http://come.to / humanrights
– Human Rights Watch LGBT : http://hrw.org / doc / ?t=lgbt
– Concernant l’Afrique : “Behind the Mask” www.mask.org.za
– Monde arabo-musulman : www.bintelnas.org - www.glas.org / ahbab / -
http://floumektoub.free.fr /
3 Centres psycho-médico-sociaux (P.M.S.)
Annuaire général : www.agers.cfwb.be / citoyens / cpms / cit_annuaires.asp
4 Centres de planning familial
Liste des centres agréés : www.guidesocial.be / _lesassociations / search.
php ?c=18

C
o
n
t
a
c
t
s
3
5 Centres locaux de promotion de la santé (CLPS)
Direction générale de la santé : www.cfwb.be / sante.
Centrelocaldepromotion
delasantédebruxelles
avenue Émile de Beco 67
B-1050 Bruxelles
Contact : Catherine Vegairginsky
T +32 (0)2 639 66 88
F +32 (0)2 639 66 86
Centrelocaldepromotion
delasantédubrabant Wallon
avenue de Wisterzee 56
B-1490 Court St-Etienne
Contact : Viviane Demortier
T +32 (0)10 62 17 62
F +32 (0)10 61 68 39
Centreliégeoisdepromotion
delasanté
boulevard de la Constitution 19
B-4020 Liège
Contact : Chantal Leva
T +32 (0)4 349 51 44
F +32 (0)4 349 51 30
Permanences :
lundi au vendredi : 8h30 -17h30
Centrelocaldepromotiondelasanté
deHuy-Waremme
chaussée de Waremme 139
B-4500 Huy
Contact :
Benoît Dadoumont - Véronique Martin
T +32 (0)85 25 34 74
F +32 (0))85 25 34 72
Permanences :
lundi au vendredi : 8h30-16h30
+ sur rendez-vous
Centreverviétoisdepromotion
delasanté
rue de la Station 9
B-4800 Verviers
Contact : Paul Halleux
T +32 (0)87 35 15 03
F +32 (0)87 35 44 25
Permanences :
lundi au vendredi : 9h-12h30 & 13h-17h
+ sur rendez-vous
Centrelocaldepromotion
delasantédeCharleroi-thuin
avenue Général Michel 1B
B-6000 Charleroi
Contact : Viviane Vandenberg
T +32 (0)71 33 02 29
F +32 (0)71 31 82 11
3
Acceptation. On parle d’acceptation lorsque quelqu’un, loin de se limiter à une simple
« tolérance » du fait homosexuel, est intimement convaincu·e de l’égal respect de tous et
soutient les minorités, les groupes marginaux et les anticonformistes dans leur demande
d’une reconnaissance et d’une protection sociale égale. ( voir « tolérance »)
bisexualité.Voir « sexualité »
Clichés.Convictions négatives rigides partagées par un groupe social à l’encontre d’un
autre groupe social ; les clichés se caractérisent par la généralisation et l’ethnocen-
trisme (attribution exagérée de caractéristiques positives au groupe dont on fait partie
et de caractéristiques négatives au groupe étranger). Il existe quatre genres de clichés
par rapport à l’homosexualité : les clichés concernant la non-conformité sexuelle (« les
lesbiennes sont des camionneuses ») ; les clichés concernant les rôles sociaux (« gays,
lesbiennes et bis sont déviant·e·s, ils / elles enfreignent la norme ») ; les clichés concer-
nant les relations et le comportement sexuel (« les homosexuels sont pédophiles et vola-
ges » ; « les lesbiennes ont une sexualité immature ») ; des clichés concernant les causes
de l’homosexualité (un des parents d’un homosexuel aurait préféré avoir une flle, un
garçon avait un père trop absent, abus sexuel… ).
Coming-out.On parle de « coming-out » ou de « sortie du placard » lorsqu’une personne
décide de parler ouvertement de son homosexualité ou de sa bisexualité, ou tout sim-
plement de ne plus la cacher particulièrement. Lorsque cette décision réside plutôt dans
le fait de reconnaître envers soi-même ses désirs et attirances pour le même sexe,
on parle de « coming-out intérieur ». Lorsque cette décision consiste à rendre public
ce fait, ou à en parler avec ses amis et proches, on parle de « coming-out extérieur ».
Le coming-out n’est pas une action bien délimitée dans le temps : la question se pose
pratiquement à chaque nouvelle rencontre, dans chaque nouvelle situation.
Communautégayetlesbienne.On parle de « communauté » (même s’il ne s’agit pas d’une
communauté au sens sociologique) pour désigner tous les lieux de socialisation destinés
aux gays et aux lesbiennes dans une ville (bars, boîtes, restaurants, centres associa-
tifs,…). Lorsqu’on parle de « milieu gay », c’est également à cela qu’on fait référence.
Culturegayetlesbienne.Cette sous-culture englobe certains lieux de rencontre de gays
et de lesbiennes, mais elle n’a pas forcément une référence locale comme la « com-
munauté ». Elle englobe également quelques activités ou événements particuliers. La
culture gay et lesbienne s’est développée parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’espace
ou de tolérance pour les gays et lesbiennes dans la culture hétérosexuelle. C’est la raison
pour laquelle les gays et lesbiennes ont commencé à se construire une culture propre
dans laquelle ils pouvaient vivre à leur guise sans être observés par les autres ou jugés
en raison de leur différence. C’est toujours une expérience impressionnante pour les
gays et des lesbiennes lorsqu’ils croisent pour la première fois cette culture où l’homo-
sexualité est la norme et non l’exception.
Discrimination.Il y a discrimination lorsque des personnes sont traitées de manière iné-
gale sans qu’il y ait de raison objective. Il y a de nombreuses formes de discrimination.
Cela va des insultes et du harcèlement moral jusqu’à la violence et au meurtre, en pas-
sant par l’ignorance ou le mépris des modes de vie des autres. Il faut distinguer entre
la discrimination structurelle, celle qui est inscrite dans la loi, et passe par la crimina-
lisation ou la pathologisation, la discrimination institutionnelle, lorsque par exemple
les homosexuel·le·s sont exclu·e·s de certaines professions ou services, la discrimi-
nation individuelle, comme les insultes verbales, la violence physique et morale. (voir
également « Hétéronormativité », « Hétérosexisme », « Stéréotypes »). Certaines de ces
discriminations peuvent n’être que ressenties, mais plusieurs tombent sous le coup de
la loi « anti-discrimination » du 25 février 2003 qui stipule en son article 2 §4 que « toute
discrimination directe ou indirecte est interdite, lorsqu’elle porte sur : la fourniture ou la

.
l
o
s
s
a
i
r
e
33
mise à la disposition du public de biens et de services ; les conditions d’accès au travail
salarié, non salarié ou indépendant […] ; la nomination ou la promotion d’un fonction-
naire ou l’affectation d’un fonctionnaire à un service ; la mention dans une pièce off-
cielle ou dans un procès-verbal ; l’accès, la participation et tout autre exercice d’une
activité économique, sociale, culturelle ou politique accessible au public. »
Diversitéetgestiondeladiversité.La diversité renvoie à tout mélange de personnes ou
de choses caractérisées par l’identité et la différence, comme l’origine ethnique, l’âge, la
religion, le handicap, la différence des sexes et de l’orientation sexuelle. On parle de ges-
tion de la diversité ou des différences lorsque des groupes établissent des règles visant
à favoriser la représentation de la diversité, en termes d’identité et d’orientation sexuelle,
de religion, de handicap, et d’âge au sein de l’entreprise ou de l’institution. Les entreprises
et services publics qui ont ce genre de politique en retirent de nombreux avantages, en
termes de bien-être de tous, et une meilleure atmosphère sur le court et long terme.
Gay. Ce motdésigne aujourd’hui un homme qui éprouve de l’affection et de l’attirance,
tant émotionnelle que physique, pour les hommes. Il s’agit en fait d’un ancien terme
français, qui désignait au temps de la monarchie le « mignon » du roi, c’est-à-dire son
amant. Dans les années 1960, le mouvement de revendication pour les droits des per-
sonnes homosexuelles aux États-Unis a repris ce terme afn de supplanter la notion
d’« homosexuel » jugée trop sexuelle.
Genre.Par opposition au terme « sexe », qui renvoie au sexe biologique d’une personne, le
« genre » est l’ensemble des représentations sociales et culturelles qui défnissent l’iden-
tité et les rôles sociaux des hommes et des femmes. Toutes les cultures attribuent des
rôles différents à chaque sexe. La décision que prend l’homme de continuer à travailler,
alors que la femme s’occupe des enfants implique l’idée que le rôle social de la femme
est liée à la reproduction et le rôle social de l’homme à la production. En réalité, il s’agit
de traditions culturelles et de conventions sociales.
Hétéronormativité – Hétérosexisme. L’hétérosexisme défnit l’hétérosexualité comme
seule forme de sexualité « normale » et reconnue dans une société. L’hétérosexisme a des
conséquences au niveau structurel, institutionnel, social et individuel. L’hétérosexisme,
en ce qu’il se fonde sur une idée de « complémentarité » des sexes, est à la source de
l’homophobie. Il force les gays et les lesbiennes à sortir du placard en permanence, car
il présuppose que tous sont hétérosexuels. Il s’agit là d’une discrimination dont la plu-
part des hétérosexuels ne se rendent même pas compte. L’hétérosexisme se traduit aussi
dans la loi, par l’absence de reconnaissance des couples homosexuels, en termes de
contrats mais aussi de pratiques sociales (l’état civil d’une personne est souvent résumé à
« divorcé », « marié », « célibataire »… ).
Hétérosexualité.Voir « Sexualité »
Homophobie.Ce terme décrit une série d’émotions qui englobent des sentiments tels que
l’indisposition, le dégoût, l’aversion, le dépit, le malaise et la peur des lesbiennes, gays
et bisexuel·le·s. Un certain nombre de scientifques ont critiqué ce terme car l’homo-
phobie n’est pas une phobie classique. Comparée à d’autres phobies (par ex. la claus-
trophobie, la phobie des araignées, etc.), l’homophobie ne consiste pas en une peur des
gays et des lesbiennes eux-mêmes, ce sont plutôt des valeurs et normes culturelles qui
caractérisent les gays et les lesbiennes comme quelque chose que l’on devrait craindre.
En outre, l’homophobie n’est pas une maladie qui doit être guérie, mais plutôt une atti-
tude qui peut être changée positivement.
Des chercheurs pensent qu’un terme plus adapté pour décrire une prise de position
négative envers les homosexuels serait homo-discrimination, puisque les connotations
propres à ce type de discrimination rejoignent celles concernant l’ethnie (discrimination
raciale, racisme, etc.) ou encore le sexe (sexisme, machisme, misogynie, etc.).
34
Homophobieintériorisée.L’homophobie intériorisée est un thème central dans le travail
de soutien psychologique des personnes lesbiennes, gay et bisexuel·le·s. Il est pra-
tiquement impossible que les gays, lesbiennes, et bisexuel·le·s n’aient pas intériorisé
au moins quelques messages négatifs sur leur sexualité s’ils / elles ont grandi dans
une société occidentale. Ces messages négatifs peuvent provoquer chez certains une
« haine de soi » par rapport à cette partie de leur propre identité. Une homophobie inté-
riorisée peut s’exprimer par certains sentiments et émotions : peur de la découverte ;
malaise par rapport aux lesbiennes, gays et bisexuel·le·s qui ne se cachent pas ; rejet
et dénigrement de tous les hétérosexuel·le·s ; un sentiment de supériorité vis à vis des
hétérosexuels. Les personnes qui souffrent d’homophobie intériorisée pensent parfois
que les lesbiennes, gays et bisexuel·le·s ne se différencient pas des hétérosexuel·le·s et
ont, malgré cela, peur d’être rejetées parce que d’autres les ressentent comme différen-
tes. Elles peuvent avoir des diffcultés à mener des relations durables car leur homopho-
bie intériorisée peut également se manifester contre leur propre partenaire.
Homosexualité.voir « Sexualité »
Identité de genre. Il s’agit de la conviction intime d’un être humain d’être de tel ou tel
genre. Selon les personnes cette identité peut être simple (c’est à dire « homme » ou
« femme ») ou beaucoup plus complexe (par exemple « Homme et femme », « ni l’un
ni l’autre », « beaucoup de l’un moins de l’autre », etc.). Cette conviction que l’on cueille
au cœur de soi a la forme d’une évidence. Elle n’est pas la résultante de l’éducation et
ne peut en aucune manière être infuencée par elle. Quels qu’en soient les mécanismes,
il semble de plus en plus clair que cette conviction est innée et inamovible.
Dans la quasi totalité des cas, l’identité de genre d’une personne est en conformité avec le
sexe indiqué par ses organes génitaux internes et externes. Dans un cas sur 2500, l’iden-
tité de genre d’une personne et son sexe biologique sont en opposition si radicale que la
personne a entrepris une opération de réattribution de sexe. Il semble que les personnes
non prises en charge sont environ 10 fois plus nombreuses, soit environ une personne
sur 250. Pour fnir, les personnes transgenres semblent 10 fois plus nombreuses que les
personnes transsexuelles non prises en charge, soit environ une personne sur 25.
Il ne faut pas non plus confondre l’identité de genre d’une personne avec le savant
mélange de potentialités dites « féminines » et de potentialités dites « masculines » que
l’on trouve chez chaque être humain. Ce mélange est totalement indépendant de l’iden-
tité de genre de la personne. il existe des femmes très « butch » qui ne mettront jamais en
cause leur identité de femme et des hommes qui ont une très forte dimension féminine
et qui, pour autant, se sentent clairement des hommes.
Identitédesexe. Cette expression désigne l’ensemble de caractéristiques anatomiques,
physiologiques et génétiques qui font dire que telle personne est soit mâle soit femelle,
soit hermaphrodite, soit intersexuée plutôt masculine, soit intersexuée plutôt féminine.
L’existence des personnes intersexuées et des personnes transsexuelles tend à prouver
qu’il existe plus de deux sexes dans l’humanité.
Identité sexuelle. Cet aspect important de toute notre identité est le résultat d’un pro-
cessus de développement complexe dans lequel les aspects biologiques, l’éducation et
les aspects culturels sont en interaction. L’identité sexuelle se compose de l’identité de
sexe (le sexe « biologique »), de l’identité de genre (le sexe « psychique »), du rôle sexuel
(l’identifcation d’une personne avec les rôles, culturellement déterminés, de la virilité et
de la féminité) et de l’orientation sexuelle.
Intersexeou intersexué·e.Le sexe d’un être humain est déterminé par la génétique, les hor-
mones, et des facteurs psychosociaux. Il y a parfois des différences entre le sexe chromo-
somique, le sexe des gonades (ovaires, testicules), les caractéristiques sexuelles primaires
et secondaires, et ces différences renvoient à ce que l’on appelle « intersexe ». Cela arrive

.
l
o
s
s
a
i
r
e
3
pour à peu près une naissance sur 2000. L’identité sexuelle se développe généralement
avant le 14
e
mois, mais peut encore changer par la suite. Des changements dans le déve-
loppement du fœtus peuvent infuencer les caractères sexuels primaires et secondaires
et donc mener à un individu intersexe. Les personnes intersexe peuvent plus que dans le
reste de la population être asexués, ou être en porte à faux par rapport au sexe qui leur
a été assigné. Cette insatisfaction peut mener au désir de réassigner leur sexe biologi-
que. De nombreux intersexe se plaignent de traumatismes importants dus aux pressions
sociales ou aux opérations chirurgicales et à leurs conséquences désastreuses (perte de
la capacité à ressentir du plaisir sexuel). Dans certains pays, ils se sont constitués en
groupes d’aide et de soutien
1
.
Lesbienne
2
. Ce terme désigne une femme qui éprouve de l’affection et de l’attirance, tant
émotionnelle que physique, pour les femmes. Il tire ses origines de l’île de Lesbos en
Grèce, où habitait au VI
e
siècle avant notre ère une femme nommée Sappho. Des poè-
mes sur l’amour et la beauté des femmes sont encore publiés aujourd’hui (cf. section 4).
Dans les années 1950 et 1960, les femmes qui aimaient les femmes ont repris le terme
« lesbienne » afn de remplacer la notion d’« homosexuelle »
3
.
Lesbigay. Ce néologisme désigne de manière abrégée une personne d’orientation homo-
sexuelle ou bisexuelle. Il s’inspire du terme famand « holebi ».
Lesbophobie. Discrimination homophobe et sexiste visant les lesbiennes, en raison
de leur orientation sexuelle. La question de la lesbophobie pourrait être considérée
comme un cas particulier de haine contre les homosexuels des deux sexes. Toutefois,
parce que ne répondant pas à l’image dominante, masculine, de l’homosexualité,
et parce que réputées plus discrètes dans leur distanciation avec le modèle social
hétérosexiste que les hommes homosexuels, les lesbiennes sont souvent absentes
des représentations usuelles de l’homophobie. Elles sont néanmoins tout autant vic-
times des injures et de la stigmatisation que les hommes homosexuels, même si les
agressions verbales sont souvent « plus discrètes ».
LGbt.Acronyme utilisée pour parler des lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et transgenre.
Modedevie.Un mode de vie est défni comme une série cohérente de comportements,
d’opinions et de valeurs défendus par un individu ou par un groupe de personnes.
Ensemble, ils défnissent la manière dont une personne souhaite vivre, il s’agit donc là
d’une interprétation subjective de la réalité. On peut par exemple parler d’un « mode de
vie de promiscuité » lorsqu’une personne décide qu’elle désire avoir régulièrement des
relations sexuelles avec plusieurs partenaires différent·e·s. Il est important de savoir
qu’il n’existe pas un mode de vie gay ou lesbien en général. Un mode de vie peut englo-
ber des aspects liés à l’identité, la sexualité, la vie de couple, le travail, l’appartement,
etc. ; il s’agit toutefois d’une affaire très individuelle qui ne peut pas être transposée de
manière générale sur un groupe de personnes.
Orientationsexuelle.Renvoie à l’attirance sexuelle que l’on ressent par rapport à d’autres
personnes. On peut ressentir une attirance sexuelle pour le même sexe ou l’autre sexe
ou envers les deux. La sexualité englobe plus que seulement le sexe - il ne s’agit pas
seulement de la question de savoir avec qui on a des rapports sexuels. Elle englobe
aussi les besoins affectifs et le besoin de se sentir en sécurité dans une relation avec
une autre personne. Des scientifques ont découvert que l’acte, le fantasme et l’identité
sexuelle ne concordent pas forcément.
1 Les personnes hermaphrodites ou intersexué·e·s ne rentrent pas dans le vocable transgenre défni
plus loin. Certains spécialistes, comme Louis Gooren, estiment même que c’est au contraire
le transsexualisme qui est une forme d’intersexualité, le cerveau étant considéré comme un organe
sexuel (ou du moins sexué) à part entière.
2 Adjectifs lesbien, lesbienne, lesbiens, lesbiennes.
3 Au départ, « gay » désignait (en américain) indifféremment hommes et femmes homosexuel·le·s.
3
Outing.Action de rendre public l’homosexualité de certains personnages publics contre leur
gré. Cette pratique a été rendue célèbre dans les années 1980 et 1990 lorsque des activis-
tes gay et lesbiennes ont menacé de rendre public les noms de personnes responsables
de lois homophobes ou de positions réactionnaires des églises alors qu’ils avaient eux-
mêmes des pratiques homosexuelles. Tous les homosexuels n’approuvent pas l’outing, et
certains considèrent que cela viole le droit à la protection de la vie privée.
Queer. Ce terme, qu’on pourrait traduire par « déviant » ou « bizarre », désigne un mouve-
ment politique et social qui vise à décloisonner les genres et les orientations sexuelles.
Il revendique un continuum dans les genres et voit dans la distinction homme-femme le
fondement de l’idéologie hétérosexiste voire hétérosexuelle
4
.
SexualitéLa sexualité englobe toute forme de comportement sexuel humain. La sexualité
ne signife pas uniquement les relations sexuelles, mais aussi les fantasmes, rêves éroti-
ques, l’orientation sexuelle, etc. Les trois formes essentielles d’orientation sexuelle sont
l’hétérosexualité (sexualité avec une personne du sexe opposé), la bisexualité (sexualité
avec des personnes de l’un ou de l’autre sexe) et l’homosexualité (sexualité avec des
personnes du même sexe). Il est important de savoir qu’il n’existe pas de limites rigides
entre les différents genres d’orientation sexuelle, mais que les limites doivent être consi-
dérées comme foues. Le rapport Kinsey a montré que très peu de gens pouvaient être
défnis comme étant à 100 % hétérosexuels ou homosexuels. Les termes indiquent uni-
quement une direction ou une tendance et ne décrivent pas globalement la sexualité.
Stéréotypes.Un stéréotype signife qu’une certaine qualité, caractéristique ou un compor-
tement sont attribués à une lesbienne, un gay ou un·e bisexuel·le uniquement en raison de
son orientation sexuelle. Les caractéristiques schématisées collées sur les gays, lesbien-
nes ou bisexuel·le·s sont souvent le résultat de clichés. Cette pensée par stéréotypes peut
avoir une forte infuence sur les lesbiennes et les homosexuels. Lorsqu’une personne est
soumise pendant une longue période à une telle pensée en schéma, elle peut réellement
commencer à développer cette caractéristique caricaturale parce qu’elle est traitée de
cette manière et que, ainsi, elle répond aux attentes de son environnement.
Stigmate. Une propriété caractéristique d’une personne, par exemple la couleur de sa
peau ou son orientation sexuelle. Lorsqu’une de ces caractéristiques peut être utilisée
pour isoler un individu de la majorité de la population, elle peut être utilisée comme base
de discrimination. Alors que la couleur de la peau est un stigmate visible qui ne peut pas
être caché, l’homosexualité est un stigmate invisible qui ne peut guère être découvert
par quelqu’un tant que la personne concernée ne l’avoue pas ouvertement. Des stig-
mates invisibles comme l’homosexualité peuvent entraîner un dilemme important. Une
personne homosexuelle ou lesbienne sait que, au moment où elle « sort du placard », son
stigmate invisible devient évident. Elles peuvent, de ce fait, devenir plus vulnérables car
certaines personnes pourraient utiliser ce stigmate contre elles.
Stonewall.Le « Stonewall Inn » est le nom d’un pub gay sur la Christopher Street à New
York City. À la fn des années 1960, les pubs gays dans la ville étaient souvent la cible
de descentes de police. Le 27 juin 1969, une descente de police était effectuée dans le
Stonewall Inn, mais, cette fois, les travestis, les gays et les lesbiennes se sont défendus
contre la police. Cela a provoqué une importante émeute de rue qui a duré trois jours.
De nombreux rebelles étaient des transgenres, et souvent aussi issus de minorités eth-
niques. C’était la première fois dans l’histoire que des gays et des lesbiennes ont lutté
pour le droit de vivre leur vie comme ils l’entendaient. L’enseigne du Stonewall Inn a
ainsi permis une réappropriation positive de l’histoire et une mémoire collective pour les
gays et les lesbiennes, permettant aux gens de rejeter la honte et l’opprobre et d’agir en
citoyens fers dont les droits inaliénables avaient été bafoués. Cet événement a marqué
4 Sur l’hétérosexualité comme idéologie totalitaire, voir M. Wittig, « La Pensée straight », Balland, 2001.

.
l
o
s
s
a
i
r
e
3
le début du mouvement gay et lesbien américain. Aujourd’hui, il est commémoré cha-
que année par des fêtes et des déflés dans de nombreuses grandes villes du monde
entier. Dans les villes européennes, cette commémoration s’appelle souvent « Lesbian
and Gay Pride » ou « Christopher Street Day » (CSD), et ces manifestations sont parfois
absorbées par la culture commerciale. Ces manifestations attirent désormais beaucoup
de touristes et de sponsors publicitaires.
tolérance.Par opposition à « l’acceptation », la tolérance ne renvoie pas à un soutien par-
ticulier pour les droits des gays et des lesbiennes ainsi que des anticonformistes et des
autres minorités. La tolérance est plutôt une attitude de laisser-faire à leur égard (du latin
tolerare : souffrir, supporter, endurer). La tolérance est un non-rejet. C’est un terme plus
faible et plus passif que celui d’acceptation. La tolérance n’est pas forcément respectée
et honorée par tout le monde. On ne peut pas se prévaloir en droit sur le fondement de
la tolérance. Une tolérance abstraite peut se doubler d’une discrimination de fait. Il est
donc diffcile d’en faire un objectif ou un mot d’ordre. La tolérance s’accorde et se retire de
manière discrétionnaire.
transgenre. Le terme « transgenre » est un terme générique pour toutes celles et tous
ceux dont l’identité ou l’expression sexuelle diffère du sexe qu’on leur a attribué à la
naissance. Pour certain·e·s transgenres, le sexe attribué à la naissance et l’identité psy-
chique de genre ne correspondent pas. Les transgenres peuvent être « female-to-male »
(F to M, de femme à homme), « male-to-female » (M to F, d’homme à femme) ou peuvent
se défnir de manière complètement différente

.
transphobie. Actes et sentiments de haine, effectués ou ressentis, en raison de l’orienta-
tion et l’identité sexuelles, vraies ou supposées, de la victime. Ce terme est de plus en
plus utilisé car il rend compte de mécanismes spécifques de comportements haineux
et / ou discriminations à l’encontre des trans (transsexuel·le·s et transgenres), que le
terme homophobie a tendance à invisibiliser.
transsexualisme. Chez une personne transsexuelle, l’identité de genre diffère du sexe
biologique. Cette personne va donc souhaiter rejoindre physiquement le sexe qui est le
sien par le biais, éventuellement, de la chirurgie. Dans bien des cas, il ne s’agit pas d’un
simple souhait, mais d’une véritable nécessité, car c’est souvent dans la souffrance que
se vit l’inadéquation entre sexe biologique et sexe psychique. Le transsexualisme est un
phénomène autonome qui ne concerne pas directement l’orientation sexuelle, en ce que
les personnes transsexuelles peuvent être homo-, hétéro- ou bisexuelles.
travestissement.On parle de travestissement lorsqu’une personne porte, occasionnel-
lement ou régulièrement, en partie ou en totalité, des vêtements qui, culturellement,
sont réservés à l’autre sexe. Deux éléments différencient fortement le travestissement
du transsexualisme : la volonté et le plaisir, qui sont les moteurs d’une transformation
opérée de manière provisoire.
Violences homophobes. Il existe de nombreux types de violence homophobe : violence
physique, psychologique, sexuelle, verbale et symbolique. Dans les cas les plus extrêmes,
certaines personnes, les « casseurs de pédés », recherchent spécifquement les lieux de
rencontre des personnes LGBT pour les agresser et les blesser physiquement. Toutefois,
la violence corporelle n’est généralement pas préméditée. Elle se manifeste spontanément
lorsque ces « casseurs de pédés » croisent des individus qu’ils identifent comme des gays
ou des lesbiennes. Il existe dans la plupart des grandes villes européennes des services de
police spécialisés dans l’accueil des victimes de violence homophobe.
Les enfants aussi peuvent exprimer dans leur comportement une non-conformité entre leur sexe biolo-
gique et les attentes sociales qui y sont attachées. Il ne s’agit pas toujours dans ce cas d’une question
d’identité de genre, mais plus souvent de rôle social. Les flles seront des « garçons manqués » (tomboy),
les garçons « efféminés » (sissy). Cependant parmi eux / elles, à l’adolescence ou à l’âge adulte, certain·e·s
se révéleront homosexuel·le·s et / ou transgenres, mais une minorité demandera le changement de sexe.
38
Ouvrages de référence
BADINTER Elisabeth, L’Un est l’Autre, Odile Jacob, Paris, 1986.
BADINTER Elisabeth, XY – De l’identité masculine, Odile Jacob, Paris, 1992.
BAGEMIHL Bruce, Biological exuberance – Animal homosexuality and natural
diversity, St. Martin’s Press, New York, 1999.
BONNET Marie-Jo, Les relations amoureuses entre les femmes du XVI
e
au XX
e
siècle,
Odile Jacob, Paris, 2001.
BONNET Marie-Jo, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art,
éd. Blanche, Paris, 2000.
BORRILLO Daniel, L’homophobie, Coll. Que sais-je ? n°3563, P.U.F, Paris, 2001.
BUTLER Judith, Trouble dans le genre, La Découverte, Paris, 2005.
DORAIS Michel, Mort ou ff, la face cachée du suicide chez les garçons,
Éditions VLB, 2000.
ERIBON Didier, Réfexions sur la question gay, Fayard, Paris, 1999.
ERIBON Didier (sous la direction de), Dictionnaire des cultures Gays et Lesbiennes,
Larousse, 2003.
FERNANDEZ D., L’amour qui ose dire son nom, Art et homosexualité,
Stock, Paris, 2005.
FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité, Gallimard, Paris, 1976.
FRAPPIER J.-Y., GIRARD M., MEILLEUR D., RYAN B., La santé des adolescents :
approche, soins, prévention, Presses de l’Université de Montréal, Doin (Paris),
Payot (Lausanne), 1997.
GROSS Martine, L’homoparentalité, Coll. Que sais-je ? n°3675, P.U.F, Paris, 2003.
LAMOUREUX Diane, Les limites de l’identité sexuelle,
Éditions du Remue-Ménage, 1999.
PICQUART Julien, Pour en fnir avec l’homophobie, Éditions Léo Scheer, 2005.
TAMAGNE Florence, Mauvais genre ? Une histoire des représentations de
l’homosexualité, Paris, EDLM, 2001.
TAMAGNE Florence, Histoire de l’homosexualité en Europe, Berlin, Londres,
Paris, 1919-1939, Paris, 2000.
TIN Louis-Georges (sous la direction de), Dictionnaire de l’homophobie,
P.U.F., Paris, 2003.
VERDIER Éric et DORAIS Michel, Petit manuel de gayrilla ou comment lutter vers
l´ homophobie au quotidien, H et O Éditions, 2005.
VERDIER Éric et FRIDION Jean-Marie, Homosexualité et suicide ou le suicide
qui n´ose pas dire son nom, H et O Éditions, 2004.
WITTIG Monique, La pensée straight, éd. Balland, Paris, 2001.

B
i
b
l
i
o
g
r
a
p
h
i
e
3
COMBA..RE L’HOMOPHOBIE
POUR UNE ÉCOLE OUVER.E À LA DIVERSI.É
Questionnaired’évaluation
QUEStIONNAIRESEMI-OUVERt INDICEDESAtISFACtION
Qualité du contenu de l’outil : 0 1 2 3 4 5
Quepensez-vousdelacohérenceinternedanslaconstructiondel’outil
(cohérence contexte – objectifs – compétences - mise en œuvre proposée)?
□ □ □ □ □ □
Quepensez-vousdelacohérenceentrelescompétencesàenseigner
devotredisciplineetlesactivitésproposées?
□ □ □ □ □ □
Pensez-vousquel’informationcontenuedansl’outilestsuffsante? □ □ □ □ □ □
Pensez-vousquel’informationcontenuedansl’outilestcorrectementactualisée? □ □ □ □ □ □
L’outilvoussatisfait-il?Sioui,enquoi?(aspectspositifs,pointsforts) □ □ □ □ □ □
L’outilvoussatisfait-il?Sinon,enquoi?(aspectsnégatifs,pointsfaibles) □ □ □ □ □ □
Lesactivitésproposéesauxélèvesrépondentellesàvosattentes?Sivousestimezun
oudeschangement(s)nécessaire(s),voudriez-vousnouslescommuniquer?
□ □ □ □ □ □
Selonvous,yaurait-ildescorrectionsàapporteràl’outil?Lesquelles? □ □ □ □ □ □
Cocher la case qui correspond le mieux
à votre sentiment de satisfaction
sur une échelle de 1 à
Répondre de façon synthétique et si possible par mots-clés
(traitement par analyse de contenu :
occurrences d’unités conceptuelles)
40
Qualité de la présentation de l’outil: 0 1 2 3 4 5
Lamiseenpagevoussatisfait-elle?(lisibilitédel’information) □ □ □ □ □ □
Lesillustrationsvoussemblent-ellesjudicieuses? □ □ □ □ □ □
L’appréciation des élèves: 0 1 2 3 4 5
Commentlesélèvesont-ilsvécul’activité,
dupointdevuedel’acquisitiondeconnaissancesetdecompétences?
□ □ □ □ □ □
Commentlesélèvesont-ilsvécul’activité,d’unpointdevuepersonnel/émotionnel? □ □ □ □ □ □
Commentlesélèvesont-ilsvécul’activité,d’unpointdevuesocial? □ □ □ □ □ □
Quedisentlesélèvesdeleurexpériencevécueentermesdesatisfaction? □ □ □ □ □ □
Cetoutilvousa-t-ilpermisd’atteindrelesobjectifsvisés? □ □ □ □ □ □
MERCI DE RENVOYER CE QUESTIONNAIRE D’ÉVALUATION
à Madame Gwendoline ALLAIN
Cabinet de la Ministre Présidente
par mail gwendoline.allain@cfwb.be
ou par fax +32 (0)2 227 33 21
4
Vous.êtes.victime.d’une.discrimination.
sur.base.de.votre.orientation.sexuelle.?
La loi du 2 février 2003 tendant à lutter contre la discrimination peut vous permettre de vous défendre.
Afn de vous soutenir dans vos démarches, vous pouvez contacter le service
« Discriminations non raciales » du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme.
Ce service enregistre les plaintes liées à l’orientation sexuelle, accueille les victimes
et les conseille après avoir analysé les situations rapportées.
Il peut mener des conciliations et éventuellement, dans certains cas,
déposer plainte devant les tribunaux, avec l’accord de la victime.
Centre pour l’égalité des chances
et la lutte contre le racisme
Rue Royale, 138
1000 Bruxelles
T +32 (0)2 212 30 00
F +32 (0)2 212 30 30
Ligne verte (plaintes) : 0800 14 12
centre@cntr.be
www.diversite.be
142
Une initiative de la Ministre-Présidente du Gouvernement de la Communauté française

Master your semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master your semester with Scribd & The New York Times

Cancel anytime.