You are on page 1of 26

Les Effets du Contrat de Vente au Maroc

La vente produit deux séries d’effets : elle transfère la propriété du vendeur à l’acheteur et elle engendre desobligations à la charge des parties. Le Transfert de La Propriété et des Risques : l résulte des articles !"# et !"$ du %.&.' que le consente(ent des parties transfère à l’acquéreur i((édiate(entet la propriété de la chose ainsi vendue et les risques de cette chose. )ais transfert de propriété et transfert derisque ne sont pas tou*ours liés les parties peuvent en effet déroger à la règle en fixant le *our auquel se transfère lapropriété et les risques. +lles peuvent (,(e dissocier du transfert de la propriété le transfert des risques convenus-donc que les deux transferts ne se réaliseront pas en (,(e te(ps par exe(ple : le transfert de propriété au *our del’échange du consente(ent et le transfert des risques au *our de la délivrance et cela peut se pratiquer en fait.

Paragraphe 1 : le transfert de la propriété :
A : principe : en (atière de vente le %.&.' rappelle le principe de transfert consensuel dans l’article !"# au ter(e de cet article .l’acheteur acquiert de plein droit la propriété de la chose vendue dès que le contrat est parfait par le consente(entdes parties / cet effet translatif est dit solo consensus. 0insi la vente n’est pas seule(ent un contrat consensuel quise for(e entre les parties par le seul échange de leur consente(ent (ais elle produit auto(atique(ent eti((édiate(ent par ce seul échange de consente(ent et donc sans aucune for(alité le transfert de la propriété dela chose vendue. Le droit de la propriété se trans(et ainsi indépenda((ent de la chose- le transfert de la propriétés’opère solo consensus tandis que la livraison de la chose est une obligation qui pèse sur le vendeur. B : exception : il 1 a des cas o2 ce principe ne *oue pas : #3 le droit de réflexion de l’acheteur : L’acheteur peut exa(iner si la chose à livrer correspond à ce qu’il a co((andé par exe(ple : la vente à l’essai n’estdéfinitive(ent conclue que si

l’essai est satisfaisant. 4uridique(ent elle est tou*ours présu(ée faite sous conditionssuspensives. l en est de (,(e de la vente sous réserve d’agré(ent ou d’agréage c’est la vente à go5ter l’anal1se destextes législatifs est délicate on peut 1 avoir une pro(esse unilatérale se transfor(ant en vente par l’agréage quiéquivaudrait à une levée de l’option. $3 le droit de réflexion du vendeur : '’est la vente à ré(éré selon l’article 676 du %.&.'- la faculté de rachat ou vente à ré(éré est un pacte par lequel le vendeur se réserve de reprendre la chose vendue (o1ennant la restitution du prix. 8uant aux (écanis(es le %.&.'envisage nette(ent la vente à ré(éré co((e une vente sous condition résolutoire. 4usqu’à l’exercice du ré(éré parle vendeur l’acquéreur est propriétaire du bien et peut libre(ent exercer ses droits sur la chose sous réserve de cequi est établit à l’article 6"6. &r aux ter(es de l’article 6"6 . le vendeur à ré(éré peut exercer son action contre unsecond acquéreur quand (,(e la faculté de rachat n’aurait pas été déclarée dans le second contrat /

Paragraphe 2 : le transfert des risques :
A : principe : Le principe de base en (atière de vente est que le transfert des risques suit le transfert de propriété. %evenaitpropriétaire dès la for(ation du contrat de vente réalisée par l’échange des consente(ents l’acheteur aura àsupporter dès ce (o(ent et sauf convention contraire des parties les risques des pertes et de détérioration de lachose vendue. %evenue sa propre chose alors (,(e que cette chose ne lui a pas encore été livrée et ne se trouve passous sa surveillance. L’acheteur supporte la force (a*eure telle est la règle posée par l’article !"9 aux ter(es duquel. la chose vendue est au risque de l’acheteur (,(e avant la délivrance sauf les conventions des parties /. 0insi parexe(ple si la chose périt après le transfert de propriété l’acquéreur doit (algré tout en pa1er le prix. La (,(esolution est ad(ise par le code civil fran:ais dans son article ##97 dans son alinéa $. La solution ainsi retenue parles législateurs (arocains et fran:ais est à *uste raison critiquée par la doctrine qui propose de retarder ce transfertdes risques *usqu’au (o(ent de la livraison c’est la solution retenue nota((ent par la convention de ;ienne du #7avril #"7< sur la vente internationale de (archandises. B : exception : il a des cas o! ce principe ne "oue pas :

#3 vente de chose de genre L’article !"! énu(ère un certain no(bre de vente o2 la date de transfert des

au co(pte.(esurés*augés. @@ @@ @@ @@ @@ @@ @@ La vente fait naAtre des obligations à la charge de l’un ou de l’autre des parties dont l’étendue varieconsidérable(ent selon qu’il s’agit des obligations du vendeur ou des obligations de l’acheteur.&. La garantie des vices cachés n’est pas la(.(e que la chose vendue est dé*à au pouvoir de l’acheteur.la garantie recouvre deuxobligations asseB distinctes : la garantie d’éviction et la garantie des vices cachés.(e d’après l’article !"? . La garantie d’éviction n’est pas la(.(e selon qu’elle a pour ob*et le fait du vendeur ou le fait d’un tiers. $3 vente de chose à transporter : =elon l’article !"> tant que l’acquéreur n’a pas encore re:u la chose vendue les risques de cette dernière de(eurentà la charge du vendeur. Le vendeur lui est débiteur de ladeuxiè(e obligation il doit livrer la chose.dégustés ou exa(inés et agréés par l’acheteur ou son représentantelles sont aux risques du vendeur alors (.sur dégustation ou sur si(ple description tant que les chosesn’ont pas été co(ptés.de produits d’un potagère ou d’une récoltependante les fruits et les légu(es sont aux risques du vendeur *usqu’au (o(ent de leur co(plète (aturation/. en cas de vente de fruit sur l’arbre. A : l%anal se de la notion de déli&rance : Pour éviter toute erreur nous rappelons quelques élé(ents essentiels de .risques est retardée à la charge du vendeur alors (. Les #$ligations du Vendeur : %’après l’article !"7 du %.(e selon que le vendeur est ou non un professionnel.(e qu’elles se trouvent dé*à aux pouvoirs de l’acheteur /.à l’essai. lorsque la venteest faite à la (esure. 93 vente de chose future : %e (.' le vendeur est dans une situation si(ple il est tenu de deux obligations principales :celle de délivrer et celle de garantir la chose qu’elle vend. 0ux ter(es de ce texte .à la *auge. Paragraphe 1 : l%o$ligation de déli&rance : L’acquéreur est à la fois propriétaire de la chose et créancier de la délivrance.essa1és. %ans la pratique ces obligations sont plus co(plexesl’obligation de délivrance s’acco(pagne souvent d’une obligation de renseigne(ent.

che(ent /. Tantque l’acquéreur n’a pas la chose entre ses (ains on dit qu’il est possesseur corporé3aliéno. Le droit de propriété est le droit de *ouir et de disposerdes choses de la (anière la plus absolue pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par lesrègle(ents. %ans ses articles 6<< et 6<# le %.tre la re(ise de la chose à l’acheteur pourles choses (obilières ou la re(ise de certificat de dépDt pour . #3 la propriété : La propriété est un titre *uridique qui confère un droit réel. $3 la possession : La possession est un fait (atériel qui suppose l’ani(us do(iné cCest3à3dire l’intention de se co(porter enpropriétaire. La détention est donc aussi un fait (atériel (ais quisuppose l’intention d’agir en respectant le droit de propriété ou de possession d’autrui. 93 la détention : La possession se distingue de la détention qui consiste dans l’exercice d’un pouvoir de fait sur la chose. L’ani(us est l’intention.lefructus ou le droit d’en percevoir des fruits et l’abus ou le droit de disposer de la chose. Le corpus est le fait d’avoir(atérielle(ent le bien en son pouvoir et d’.tre à (.ter(inologie.&.la volonté cheB le possesseur de sou(ettre une chose à l’exercice dudroit auquel nor(ale(ent correspondant les actes (atériels d’usages et de transfor(ations.exercé pourle co(pte du propriétaire ou titulaire du droit avec son autorisation ou en vertu d’une habilitation de la loi sans *a(ais co(porter contradiction aux droits de propriétaire. Le vendeur a perdu la propriété et la possession il est détenteur pour le co(pte de l’acheteur. L’acquéreur parcontre n’a pas la détention quand la chose est entre les (ains du vendeur (ais il en est légiti(e propriétaire. Le droit de propriété co(porte trois attributs traditionnels : l’usus ou le droit de se servir de la chose. Ladélivrance qu’est parfaite(ent distincte du transfert de propriété est l’acte pure(ent (atériel par lequel la chose va . La possession se co(pose de deux élé(ents : le corpus et l’ani(us. 0ux ter(es del’article !"" .(e d’acco(plir sur lui des actes (atériels de détention d’usageet de transfor(ation. l faut donc que le vendeur délivre la chose pour que l’acquéreur puisse exercer tous les droits attachés à la qualité de propriétaire.tre re(ise à l’acheteur. la délivrance a lieu lorsque le vendeur ou son représentant se dessaisit de la chose vendue et (etl’acquéreur en (esure d’en prendre possession sans e(p.' donneplusieurs exe(ples de la (anière dont peut s’acco(plir la re(ise se peut . La délivrance c’est donc la re(ise de la chose à la disposition de l’acheteur.

&.(e qui a été vendue.Pour ce qui est du lieu de la délivrance tout est affaire de convention.le vendeur ne peutlui en substituer une autre sans l’accord de l’acquéreur autre(ent il s’agirait d’une dation en paie(ent. Par ailleurs l’article 6<9 disposeque lorsqu’il s’agit d’une vente à distance la délivrance n’a lieu qu’au (o(ent o2 la chose parvient à l’acquéreur ouà son représentant. Là aussi sauf usage ou stipulation contraire des parties. $3 l’étendue de l’obligation des accessoires : Ede l’article 6#6 à 6$# du %.de pesage.les choses qui se trouvent dans un dépDt public parexe(ple ou la re(ise des clés s’il s’agit des choses i((obilières. 'e qui soulève des difficultés se sont surtoutles accessoires de ces choses qui au*ourd’hui co(prennent (.&.'F. Lorsqu’ils’agit d’une chose de genre la (archandise délivrée doit avoir aussi bien la qualité que la quantité prévue au contratl’article 6#9 alinéa $. tous les fruits et accroisse(ents de la chose tant civils que naturels appartiennent àl’acquéreur depuis le (o(ent o2 la vente est parfaite et doivent lui .tre délivrés avec elle s’il n’1 a conventioncontraire /. 0u ter(e de l’article 6#6 . #3 la chose : Lorsqu’il s’agit d’un corps certain la délivrance doit porter sur la chose (. =i rien n’a été convenu le lieu de délivrance estselon l’article 6<$ alinéa # l’endroit o2 était la chose au (o(ent de la vente.8uant au (o(ent de la délivrance si rien n’a été convenu et sauf les délais exigés par la nature de la chose vendueou par l’usage la date de la délivrance doit .ceux du notaired’enregistre(ent et de ti(bre pour ce qui est de l’acte de rachat à la charge de l’acquéreursur qui pèse l’obligation de prendre livraison.+nfin en ce qui concerne les frais de délivrance l’obligation de délivrance étant à la charge du vendeur et sauf stipulation des parties ou usage de cas contraire il supporte les frais qui entraAnent son exécution co((e celle de(esurage.'e dernier texte co((e la plupart des dispositions du %.(e la vente article 6#<.tre i((édiate article 6<! du %. B : l%étendue de la déli&rance : 0ppare((ent la règle est si(ple la délivrance doit porter sur la chose. L’article suivant a*oute . l’obligation de délivrer la chose co(prend égale(ent ses accessoires selon lesconventions des parties ou selon l’usage /. Par contre l’article 6## fait peser les frais d’enlève(ent et de réception de la chose vendue.(e article a*oute que sil’acheteur l’exige et si le contrat de vente précise que la chose se trouve dans un lieu autre que celui o2 elle se trouveréelle(ent le vendeur est obligé de transporter la chose à l’endroit désigné.&.(e des frais de courtage lorsque le courtier conclului3(.(e des obligations d’infor(ation et de conseil. L’alinéa $ du (.'.' relatives à la . l en est de (.de co(ptage ou de *augeage.

=’il s’agitd’une auto(obile on vend aussi la roue de secours et le tric.les titres qui en déter(inent l’origine l’i(portance etl’étendue. L’obligation est particulière(ent présentée lorsqu’il s’agit de produits nouveaux ou de chose dangereuse et que le vendeur est un professionnel et l’acquéreur un profane.vente est pure(ent interprétatives de la volonté des parties. '’est donc à elle qu’il convient de se référer pour connaAtre l’étendue des accessoires que le vendeur est tenu de délivrer à l’acquéreur. 93 devoir d’infor(ation et de conseil : La *urisprudence fran:aise i(pose égale(ent un devoir d’infor(ation et de conseil qui élargis l’obligation dedélivrance.Le produit qui réunit le plus souvent le caractère de danger et celui de nouveauté est le (édica(ent. La notion d’accessoire co(prend des choses : par exe(ple : quand on vend un i((euble on vend en (.La *urisprudence fran:aise est exigeante en #"79 la cour de cassation décide pour le produit infla((able que le seulfait de faire figurer sur l’e(ballage signifiant .' nous fournis toute une liste de choses devons constituer ou non l’étendue decette obligation de délivrance. facile(ent infla((able / ne suffit pas.une notice d’utilisation estnécessaire. %ans la pratique co((erciale elle co(prend aussi lese(ballages.'ette obligation est (oins étendue lorsque la chose est dangereuse (ais que l’acquéreur est un profane hGte àconnaAtre la chose. Par exe(ple : la cour de cassation fran:aise en #"7$ énonce que le fabriquant d’un produit doit fournir tousles renseigne(ents indispensables à son usage et nota((ent avertir l’utilisateur de toutes les précautions àprendre lorsque le produit est dangereux. a3 devoir d’infor(ation : Le fabricant ou le vendeur doit en livrant la chose donner à l’acquéreur les infor(ations relatives à la chose vendue.%e l’article 6#6 à l’article 6$" le %.carte grise ou vignette fiscale pour une auto(obile oudocu(ent se rapportant à la (archandise. 8uand la choseest dangereuse le vendeur doit prendre plusieurs précautions non seule(ent un e(ballage solide (ais une (ise engarde. ls doivent décrire le produitindiquer sa (odalité d’utilisation et donner les (ises en garde nécessaires.(e te(ps sauf stipulation contraire les i((eubles par destination.'ette obligation est encore (oins contraignante lorsque la chose n’est pas dangereuse et que l’acquéreur estprofessionnel hGte à connaAtre la . La *urisprudence se(ble énoncer une distinction en trois branches selon le danger du produit vendu et la qualité duprofessionnel ou du profane de l’acquéreur.tel que les titres de propriété pour un i((euble.&. La notion d’accessoire co(prend égale(ent les droits réels attachés à la chose par exe(ple : lesservitudes elle co(prend aussi les titres utiles à la propriété.

ts s’il a éprouvé un pré*udice.'ette *urisprudence s’explique par la co(plexité de la chose vendue il ne s’agit pas seule(ent d’une vente (aisaussi d’entretien et d’assistance.3prix pa1able à ter(e : l’exception d’inexécution disparaAt lorsque le prix est pa1able à ter(e.'. C : sanction de défaut déli&rance : le défaut de délivrance constitue de la part du vendeur l’inexécution de son obligation. La carence du vendeur doit . Le droit de la vente appliqueles règles prévues par la théorie générale des obligations. =i l’acheteur n’a pas pa1é leprix ce qui est l’exception d’inexécution ou si l’inexécution est due à la force (a*eure tout ceci n’est que l’applicationdu droit co((un.'. Le vendeur fabricant est souvent chargé de déter(iner les caractéristiques du (atériel le plus apte àatteindre les ob*ectifs fixés par le client. )ais le devoir de conseil n’existe pas lorsque la (archandise est si(ple sauf stipulation particulière. #3 l’effet *ustificatif du vendeur : le vendeur peut repousser l’action en exécution ou l’action en résolution de l’acheteur.(e siaprès le contrat il doute de la solvabilité de l’acheteur.chose.)ais il parait difficile ce qu’est une chose dangereuse. l n’en est autre(ent que dans le cas de faillite ou dedéconfiture de l’acheteur qui entraAne l’échéance du ter(e article 6<? du %. L’acheteur *ouit alors d’une option entre l’exécution et la résolution à quoi peuvent tou*ourss’a*outer des do((ages intér. Le vendeur nepeut alors refuser de délivrer la chose pour le (otif que l’acheteur ne pa1e pas co(ptant et ce (.&. b3 devoir de conseil : lorsqu’il s’agit des (atériels co(plexes tel qu’un ordinateur le vendeur est obligé de donner des conseils pour sonutilisation. b3 la force (a*eure : Hn événe(ent rendant i(possible la délivrance ne libère le vendeur .3vente au co(ptant : le vendeur est dispensé de délivré la chose si l’acheteur ne pa1e pas le prix l’article 6<!alinéa $ du %.bien qu’en général l’acquéreur soit aussi un professionnel (ais pas de la (.&.(e spécialité que le vendeur.tre sanctionnée sauf lorsqu’ila un fait *ustificatif. a3 exception d’inexécution : L’exception d’inexécution est invoquée par le vendeur elle a essentielle(ent sa place dans la vente au co(ptant(ais exerce un certain rDle dans les ventes o2 le prix est pa1é à ter(e.

L’ob*ectif de la clause résolutoire est d’. Le *uge a le pouvoir del’interpréter ce qu’il fait en général de (anière restrictive par exe(ple : si la clause se borne à prévoir la résolutionen cas d’inexécution il .tre co((inatoire. $3 l’option de l’acquéreur : L’acheteur peut à son choix de(ander ou la résolution ou l’exécution de la vente. %e si(plesdifficultés d’exécution rendant plus onéreuse la délivrance ne libère pas le vendeur. Lorsque la livraisonn’est que partielle l’acheteur peut soit résilier le contrat soit se contenter de la quantité livrée en le pa1ant enproportion article 6$> dernier alinéa. %ifférents cas sont prévus par le %. Le principe est que la résolution a un caractère *udiciaire sauf si une stipulationde la vente co(porte une clause résolutoire.l’acheteur peut de(ander(.d’obligation de délivrance que s’il a re(plit lesconditions de la force (a*eure cCest3à3dire irrésistible. E0rticle 6#9 dernier alinéaF b3 l’inexécution partielle : +n cas d’inexécution partielle et lorsqu’il s’agit de choses qui se vendent au poids et au no(bre et dont le prix nesubit pas de variation sensible lorsqu’il 1 a une différence en plus l’excèdent revient au vendeur.&. Laperspective d’une résolution extra*udiciaire incitera le vendeur à respecter ses engage(ents. Les dispositions relatives à la vente reprennent le principe général posé par l’article $6" pour tous les contrats s1nallag(atiques la partie enverslaquelle l’engage(ent n’a pas été exécuté peut en détenir l’exécution forcée du contrat ou en de(ander larésolution.i(prévisible et non i(putable au vendeur.(e des do((ages et intér.ts. =i l’exécution est encore possible l’acquéreur n’aurait pas alors lechoix de refuser la livraison sauf si elle devait avoir lieu dans un délai déter(iné si le vendeur ne peut invoquer lesfaits *ustificatifs l’acheteur bénéficie d’une option.'. a3 l’inexécution totale : +n cas de détérioration ou de destruction de la chose par le fait ou la faute du vendeur l’article 6#9 alinéa # donne àl’acheteur la possibilité de de(ander la valeur de la chose et lorsqu’il s’agit de choses fongibles le vendeur doitdélivrer une chose se(blable en qualité et en quantité à celle qui a fait l’ob*et du contrat. 93 les clauses résolutoires : =i l’acheteur ne veut ou ne peut obtenir l’exécution forcée de la délivrance il peut en de(ander la résolution aprèsavoir (is le vendeur en de(eure. La force (a*eure te(poraireentraAne seule(ent la suspension du contrat.

' en régle(entant dans les articles 699 à 6!7 la garantie contre l’éviction aura d’une part fixé les règles légalescelles qui s’appliquent de plein droit en cas d’absence de conventions contraires c’est ce qu’on appelle la garantie dedroit. Le contrat peut aussi stipuler que la vente sera résolue de plein droit par la seule échéance du ter(e sansso((ation ni autre for(alité cette clause résolutoire écarte le recours au *uge.le délai de grGce et la (ise ende(eure.&. 0ussi d’exa(iner les effets de la garantie nousexa(inerons d’abord la garantie légale et la garantie conventionnelle. +n effet il ne servirait àrien à l’acheteur d’avoir re:u la chose si ensuite il en était dépossédé ou ne pouvait s’en servir.àla possession ou à la détention de .'. 0utre(ent dit le %.tre retournée par l’acheteur sans retard. 1' la garantie légale : Le %. l’action en résolution du contrat et celle endi(inution ou en supplé(ent du prix doivent .&.Le %. Hne clause courante en (atière co((erciale et du genre satisfait aux re(boursés dans ce cas la(archandise doit .tre (odifiées par la convention. 'ette doubleobligation de garantie résulte de l’article 69$ du %.+n ce qui concerne le délai pour agir aux ter(es de l’article 69# .' i(pose au vendeur une double obligation de garantie lui3(.(e ne doit pas porter atteinte à la propriété.tre intentées dans l’année à partir de la date fixée dans le contratpour entrer en *ouissance et à défaut à partir de la date du contrat le tout co((e peine de déchéance / Paragraphe 2 : l%o$ligation de garantie : Le vendeur ne doit pas seule(ent délivrer la chose vendue il doit aussi en garantir d’une part la propriété c’est cequ’on appelle la garantie d’éviction et d’autre part son aptitude à usage nor(al c’est ce qu’on appelle la garantie des vices cachés ou garanties rédhibitoires se sont des obligations corrélatives à la délivrance.&.ne dispense de l’obligation de recourir au *uge (ais li(ite du par de ce dernier qui ne peutplus accorder ce délai de grGce au vendeur. La clause stipulant la résolution de plein droit en cas d’inexécutiondispense du recours au *uge (ais pas d’une (ise en de(eure constatant le défaut de délivrance.' d’autre part a envisagé les conventions susceptibles de (odifier la garantie ainsi établie c’est ce que l’onappelle la garantie de fait.' a prévu quels sont les faits qui vont donner lieu à des garanties(ais ces dispositions peuvent .&. A : la garantie d%é&iction : par la garantie d’éviction l’acheteur a la pro(esse du vendeur qu’il ne perdra ses droits sur la chose soit pour unecause antérieure à la vente soit pour une cause postérieure à la vente s’il s’agit d’un fait personnel du vendeur.&. Le%.

+n outre le vendeur doit e(p. qui doit garantir ne peut évincer / et elle est appliquée avec rigueur par l’article 6!! quiinterdit au vendeur de s’exonérer de cette obligation. 8u’il soit l’auteur d’untrouble de fait ou de droit le vendeur doit garantir (. a' la garantie du fait personnel : %’après l’article 699 la garantie du fait personnel interdit au vendeur de troubler la *ouissance ou la propriété del’acquéreur (. &n entend ainsi par trouble de fait l’atteinte que son acheteur ne prétend pas fonder sur un droit.par exe(ple : le cédant d’un fond deco((erce n’a pas le droit de faire concurrence au cessionnaire au (oins pendant une période rapprochée de la vente parce qu’il doit garantir l’acquéreur ou encore le vendeur d’un fond de co((erce en ce réinstallant dedétourner la clientèle du fond vendu co((ettrait égale(ent une éviction.Le fabricant d’un appareil (énager qu’aussitDt après avoir vendu un lot i(portant à un vendeur l’on serait une vaste co(pagnie pro(otionnelle e(p.chant. 0insi le vendeur devra alors réparer le pré*udice subit par l’acheteurévincé.&n entend ainsi par trouble de droit l’atteinte que son auteur prétend fonder sur son droit.l’acheteur c’est la garantie du fait personnel.(e si le fait d’éviction qui lui est personnel n’est pas acco(plipar lui de (auvaise foi et (algré toute convention contraire. $' la garantie légale du fait des tiers : Hn certain no(bre de condition est nécessaire pour que le trouble de droit causé par un tiers (et en *eu la garantiedu vendeur.cherque les tiers invoquant un droit sur la chose vendue ou portant atteinte à la propriété.+n effet d’une part le vendeur ne peut acco(plir des faits qui portent atteinte à la propriété de l’acquéreur alors(. Tandis que la garantie de fait personnel a pour ob*et uneinterdiction la garantie du fait de tiers a pour ob*et une protection.à la possession ou à ladétention de l’acheteur c’est la garantie du fait de tiers.(e que ces faits auraient été licites s’ils avaient été conclus par un tiers.Trouble de droit antérieur à la vente : d’une part le . La garantie du fait personnel aboutit donc à uneinterdiction de certains actes et faits.%’autre part le vendeur ne peut exercer une action en *ustice contredisant les droits de l’acquéreur par exe(ple : le vendeur a vendu la chose d’autrui et ultérieure(ent il en devient propriétaire puisqu’il aura hérité du véritablepropriétaire dans ce cas il ne peut la revendiquer puisqu’il doit garantir l’acquéreur. La garantie que le vendeur doit à l’acquéreur contre les tiers a un do(aine plus restreint aussi suppose3t3elle que le trouble ait une cause antérieure à la vente et surtout que le trouble soit de droit. La garantie contre les tiers a pour ob*et de faire protéger l’acquéreur par le vendeur contre les droits des tiers. '’est donc une obligation négative et qui s’applique aussi bienaux troubles de fait qu’aux troubles de droit. La règle esténoncée par l’adage .(e par des actes qui auraient été licites s’ils avaient été exercés par une autre personne.

%’autre part et surtout le vendeur ne doit pas non plus garantir l’acquéreur contre les troubles de faitprovenant des tiers.vendeur ne garanti pas les évictions qui ont une causepostérieure à la vente la garantie suppose une faute du vendeur cCest3à3dire que la cause d’éviction soit antérieure àla vente.Lorsque le tiers actionne en *ustice l’acheteur le tribunal l’avertit. I cause derisque d’expropriation qu’il fait peser sur l’acquéreur ou le vendeur a vendu la chose libre du droitprétendu.Hne action en *ustice : une si(ple récla(ation de la part du tiers ne suffit pas en principe.en principe donc il faut un *uge(ent (ais la *urisprudence a ad(is que l’évictionpuisse exister (. La garantie est en effet engagé lorsque la prétention du tiers est aucontestable et qu’il 1’a donc pour l’acquéreur cette *uste raison de craindre une éviction par exe(ple : le vendeur Jaura acheté de 0 un i((euble à un prix sensible(ent inférieur à sa valeur il revend quelque te(ps après à '. +xe(ple : si un tiersdépassé de l’acheteur celui3ci doit exercer une action possessoire qui le re(ettra en possession au contraire lorsqu’ils’agit d’un trouble de droit l’acquéreur doit recourir au vendeur prévu par l’acheteur pour lui défendre la procédureest claire(ent prévue par l’acheteur.'. +n effet à la différence de celle du fait personnel il faut concernant le fait de tiers distinguerentre les troubles de fait et ceux de droit Earticle 6!> dernier alinéaF.3=i le trouble causé est un trouble de fait le vendeur n’a pas à intervenir.&.(e en l’absence du *uge(ent. L’acheteur peut de(ander garantie au vendeur celui3ci estalors tenu d’une obligation positive à savoir prendre la défense de l’acheteur devant les tribunaux et fairere*eter la prétention for(ulée par le tiers. Trouble de droit i(putable au vendeur : le vendeur ne répond pas de l’inexécution de l’obligation de garantie quiprovient d’une cause qui lui est étrangère c’est nota((ent le cas lorsque le trouble de droit est causé à l’acheteurpar un tiers est la conséquence de faute co((ise par l’acheteur article 6!> du %. =i 0 exerce une action en rescision ' peut i((édiate(ent invoquer la garantie du vendeur.(enacé dans le droit qu’il a acquis. +n effet d’une part s’il prend l’initiative . 0insi si un tiers cause un trouble de fait à l’acheteur ce dernier doit se défendre tout seul.il est absolu(ent étranger à cetrouble il appartient à l’acheteur de se défendre seul.'.tre égale(ent l’h1pothèque.t à actionner non pas le tiers (ais le vendeur.ce tiers doit intenter uneaction en *ustice contre l’acheteur.à ce (o(ent qu’en suivant l’action en son no(personnel il s’expose à perdre tout recours contre son auteur si (algré cet avertisse(ent il préfère défendre directe(ent à l’action il perd donc tout recours contre le vendeur c’est l’article 69? du %. 'etiers peut prétendre se prévaloir d’un droit sur la chose vendue ces droits pouvant porter sur la chose enplus précisé(ent des droits réels principaux ces droits pouvant . 0utre(ent ditl’acquéreur a intér.30u contraire lorsque le trouble causé par un tiers est un trouble de droit le vendeur est tenu à la garantie.&.

l’acheteur ne perd son recours contre le vendeur lorsqu’il n’a pu à causede l’absence de ce dernier de le prévenir en te(ps utile et qu’il a été obligé en conséquence de se défendre contrel’évin:ant /. Lesconventions relatives à la garantie d’éviction sont diverses et peuvent faire l’ob*et de deux grands t1pes declassifications.(e si l’acheteurconnaissait le risque d’éviction ou l’existence des charges.(esi ne l’étant pas il était en fait connu de lui. La raison d’. Pour qu’il 1 est éviction engageant la garantie du vendeur il ne suffit pas qu’un tiers ait un droit sur lachose vendue il faut aussi que l’acheteur ait été de bonne foi. %’une part elles peuvent vouloir soit étendre soit li(iter soit écarter la garantie légale. %’autre partelles peuvent avoir pour ob*et soit la garantie du fait personnel soit la garantie contre les tiers ces conventions sonttou*ours d’interprétation restrictive.tre de cette règle est évidente l’acheteur n’apas à se plaindre si le risque d’éviction était apparent ou si ne l’étant pas il avait été déclaré à l’acquéreur ou (.La bonne foi de l’acheteur : en droit fran:ais bien qu’aucune disposition relative à la vente ne le dise expressé(enton a *ugé logique que par application des principes généraux de droit des obligations et contrats que le vendeur nedoive garantir que si l’acheteur était de bonne foi au (o(ent de l’échange de consente(entcCest3à3dire que s’ilignorait à ce (o(ent le risque d’éviction qu’il encourut.)ais par ailleurs l’article 6!7 énonce que . %e quoi l’acheteur pourra3t3il alors se plaindre K l a acheté enconnaissance de cause.&. La garantie légale interdit au cédant d’installer un autre fonds susceptible de porterconcurrence au cessionnaire puisque ce qui constitue un fonds de co((erce c’est la clientèle (ais le cédant peutétablir un autre fonds s’il n’est pas de nature à détourner la clientèle du fonds cédé.d’attaquerdirecte(ent le tiers il risque de perdre le procès et s’il a perdu le procès contre le tiers il ne peut se retourner par lasuite contre le vendeur. 2' la garantie con&entionnelle : Les règles de la garantie légale contre l’éviction prévue par le législateur sont pour la plupart des règles supplétivesauxquelles les parties peuvent les déroger et les re(pla:ant par une garantie conventionnelle contre l’éviction.+n droit (arocain la disposition insolite de l’article 6!6 i(pose au vendeur la garantie (. a' la garantie du fait personnel : Les clauses extensives de la garantie de fait personnel sont asseB rares on les trouve surtout dans les cessions defonds de co((erce. L’acte de cession peut élargircette .' ne prévoit pas de fa:onexpresse la bonne foi de l’acheteur il exonère au contraire le vendeur de toute obligation de garantie contrel’éviction lorsqu’il 1 a dol de l’acheteur Earticle 6!6F (ais dans la pratique il est difficile de distinguer la (auvaise foidu dol. )ais par ailleurs si le %.

ts elles nel’exonèrent pas de la restitution du prix.ce serait eneffet enlever toute sécurité à l’acheteur en le (ettant à la (erci du vendeur. les parties peuvent convenir que le vendeur ne sera sou(is à aucunegarantie cette clause n’a cependant pour effet qu’affranchir le vendeur des do((ages et intér.+nfin dans son article 6!> le %. +n droit fran:ais le texte ne le dit pas expressé(ent (ais la *urisprudence le décide par application des principes généraux.LLes do((ages qui sont la suite directe de l’éviction.(e /.obligation pesant sur le cédant en lui interdisant d’exercer un co((erce quelconque à condition que cetteinterdiction soit li(itée dans le te(ps et dans l’espace.L=i l’acheteur est troublé dans sa *ouissance par les voies du fait des tiers. Par ailleurs la clause restreignant la garantie d’éviction est privée d’effet sile vendeur est de (auvaise foi ou s’il 1’a dol de sa part.Les clauses restrictives de la garantie de fait personnel sont en principe nulles le vendeur ne peut *a(ais se réserverle droit d’évincer l’acquéreur Earticle 6!!F .LLes dépens *udiciaires qu’il a fait sur la de(ande en garantie.Les clauses restrictives sont au contraire plus fréquentes (ais d’interprétation très étroite. 'es différentes sortes deconventions li(itant la garantie du vendeur si elles exonèrent ce dernier de tous do((ages et intér. Le vendeur n’est égale(ent tenu à aucune garantie lorsque l’éviction a lieu par le dol ou par la faute de l’acquéreursi cette faute a déter(iné le *uge(ent définitif qu’elle a évincé Earticle 6!?F.L=i elle dépend du fait de prince à condition que ce fait ne soit pas la conséquence de circonstancesantérieures à la vente connues du vendeur et qu’il l’aurait a(ené à vendre. (' les effets de la garantie d%é&iction : ici la sanction &arie selon que l%é&iction est totale ou partielle) a3 l’éviction totale : =elon l’article 697 qui énu(ère les différents élé(ents de l’inde(nité due à l’acquéreur l’acheteur qui a souffertd’éviction totale de la chose a le droit de se faire restituer :LLe prix qu’il a déboursé et les lo1aux co5ts du contrat. La stipulation denon3garantie n’a aucun effet si l’éviction se fonde sur un fait qui est personnel au vendeur lui3(.' libère le vendeur de toute garantie dans un certain no(bre d’h1pothèse :L=i l’éviction a lieu par violence ou par force (a*eure. $' la garantie du fait des tiers Les clauses extensives garantissant l’acquéreur contre les troubles de fait provenant des tiers sont pratique(ent etlogique(ent très rares parce qu’elles i(posent une garantie très lourde au vendeur.ts (ais ne peuvent lelibérer de l’obligation de restituer en tout ou en partie le prix qu’il a re:u si l’éviction s’acco(plis.&.3 les lo1aux co5ts du contrat et frais .

ts.3 les do((ages intér.(e si elles résultent de circonstances que le vendeur n’avait pu prévoir telles que les i(pensesEdépensesF ou le plus value tenant à des causes écono(iques ou (onétaires. 0insi lorsqu’il s’agit dedépenses voluptuaires ou de pur agré(ent l’acheteur ne peut rien récla(er contre le vendeur de bonne foi (ais ilpeut de(ander tout ce qu’il a dépensé au vendeur de (auvaise foi cCest3à3dire au vendeur qui connaissait lors de la vente la cause qui devait annuler l’éviction encore faut il que l’acheteur soit de bonne foi.(e si cette chose a périt en cas fortuit article 69".L’acquéreur n’a droit à des do((ages intér. Les1stè(e est à cet égard plus avantageux à l’acquéreur que ne l’est le droit co((un.ts : si la restitution du prix les lo1aux co5ts du contrat et les frais *udiciaires ne suffisent pas àinde(niser l’acheteur du pré*udice que lui a cause l’éviction il a droit en outre à des do((ages intér. 8uoi qu’il en soit l’acquéreur est dans unesituation favorable car si la chose a aug(enté de valeur il a droit à des do((ages intér.&.tre re(boursé à l’acheteur : le particularis(e de la garantie d’éviction tient à ce que leprix doit tou*ours .Le s1stè(e est (algré tout est désavantageux pour l’acquéreur en ce qu’il prévoit que l’évaluation se fait au (o(entde l’éviction cCest3à3dire celui de la de(ande en *ustice exercée par le véritable propriétaire certains auteurspréconisent d’évaluer la chose au (o(ent du *uge(ent conda(nant le vendeur a inde(nisé l’acheteur. =elon l’article 6!# le vendeur doit inde(niser co(plète(ent l’acheteur pour toutes les plus3values prisespar la chose (.l’acheteur peut à son choix se faire restituer .3 les dépenses : suivant l’article 6!< . b3 l’éviction partielle : Tandis que l’éviction totale fait disparaAtre l’ob*et de la vente et entraAne la dissolution du contrat l’éviction qui neporte que sur une partie de la chose peut laisser subsister le contrat pour l’autre partie.ts que s’il a éprouvé un pré*udice que ne répare pas le re(bourse(entdu prix.Le prix pa1é au vendeur doit .' quiprévoit cette h1pothèse dispose que . en cas d’éviction partielle (ais de telle i(portance qu’elle vicie la chose vendue et que l’acheteur n’aurait pas acheté s’il avait pu la connaAtre. 0insi peu i(porte le do((ageréel causé à l’acheteur par l’éviction le vendeur doit restituer la totalité du prix (. L’article 6!$ du %.tre re(boursé par le vendeur à l’acquéreur (. le vendeur de (auvaise foi doit re(bourser à l’acquéreur de bonne foi toutesles dépenses (.(e si au (o(ent de l’inde(nisation la chose s’estdéprécié et ne vaut plus rien (.(e voluptuaires EcCest3à3dire de luxeF ou d’agré(ent que celui3ci a faites /.ts s’il 1’a dol du vendeurarticle 6!#.les frais d’enregistre(ent et de publicité foncière.(e si le pré*udice est inférieur.co(prennent tout ce qui a été pa1é à l’occasion d’une vente nota((ent leshonoraires du notaire. L’acheteur réalise en effet un bénéfice puisque au lieu d’un bien déprécié il récupère ce qui l’a versé. Pour ladoctrine cette solution se(ble plus *uste parce que confor(e au droit co((un de la responsabilité contractuelle.

+n l’absence de convention entre les parties la garantie des vices cachés est légale elle est i(posée au vendeur parles articles 6!" à 6?< du %.&. B : la garantie des &ices cachés : non seule(ent le vendeur doit délivrer à l’acheteur la chose pro(ise ce que l’obligation de délivrance a pour ob*et-non seule(ent il doit garantir à l’acquéreur la propriété de la chose vendue ce que la garantie d’éviction a pourob*et.La vente o2 la garantie des vices cachés o2 les plus souvent invoqués sont les ventes i((obilières.il 1 a aussisouvent des vices cachés dans les i((eubles par exe(ple en raison de la nature du sous3sol ou sol qui s’efface.d’autre part le délai pendant lequel la récla(ation doit . )ais si les choses sont de telle nature que l’on ne puisse lesséparer sans do((ages l’acheteur n’a droit à la résolution que pour le tout.chent cet usage.tre (odifiée par la volonté des contractants. Parailleurs au ter(e de l’article 6!9 lorsque la vente a pour ob*et plusieurs choses (obilières achetés en bloc et pour unprix unique l’acheteur qui est évincé d’une partie de ces ob*ets peut à son choix résilier le contrat et se faire restituerle prix ou bien de(ander réduction proportionnelle.(ais il doit aussi garantir à l’acheteur une chose qui soit apte à l’usage prévu ce que la garantie des vicescachés a pour ob*et.' (ais cette obligation peut parfois .leprix de la partie évincée et (aintenir la vente pour le surplus ou bien résilier la vente et se faire restituer le prixtotal /. Lagarantie des vices cachés est par ailleurs attachée à d’autre contrat que la vente.' dans ses articles 6!" à 6?6 concernant la garantie des vices cachés n’énoncent pas unegarantie de bon usage et de bon fonctionne(ent de la chose vendue (ais une garantie contre les défauts de la chose vendue qui e(p.tre exercée. 1' la garantie légale :a' les conditions : Les conditions requises pour que la garantie soit engagée tiennent à deux ordres d’une part la définition du vicecaché.par exe(ple le louage et le crédit bail font égale(ent naAtre des obligations (ais parfois selon des (odalités différentes.L %éfinition du vice caché : co((e la notion l’indique pour qu’il 1 est vice caché trois élé(ents doivent .tre réunis :il faut que la chose soit i(propre à l’usage auquel elle était destinéeque le vice soit caché et que ce vice se rattacheà la vente. L’option entre la résolution totale du contrat ou son (aintien pour la partie restante ne dépens pas du librearbitre de l’acquéreur.La question de savoir si l’éviction partielle est asseB i(portante pour pouvoir entraAner la résolution est unequestion de fait que les *uges peuvent apprécier pleine(ent c’est ce qui résulte de l’article 6!$ dernier alinéa. Plus précisé(ent le %. .&.

0insi ne constituepas un vice caché le vice apparent cCest3à3dire celui qui est parfaite(ent visible et ne peut échapper à l’acheteur. le vendeur n’est point tenu des vicesapparents ni de ceux dont l’acheteur a eu connaissance ou qu’il aurait pu facile(ent connaAtre /.(esdans la vente d’occasion que dans la vente de (archandises neuves et dans les (.Me sont pas davantage des vices rédhibitoires les vices qui peuvent se réparer rapide(ent chaque fois du (oins quela privation de *ouissance du à la re(ise en état serait de courte durée (ais si les réparations nécessairese(p.la chose livrée aurait en effetles qualités qu’il attendait il a acheté en connaissance de cause. 'ertains auteurs ont ainsi affir(é qu’il ne pouvait 1 avoir garantie des vices cachés dans les ventes d’occasion.Le vice n’est pas caché ce qui est le cas si le vice est apparent ou si le vendeur a pris soin d’attirer l’intention del’acheteur sur un vice occulte de la chose en infor(ant. Par contre le problè(e se pose de savoir quel degré doit atteindre le caractère occulte du défaut.(e (archandise neuve.chent longte(ps l’usage de la chose il 1’a vice caché. +ncore faut ilque le vice soit rédhibitoire cCest3à3dire qu’il e(p.des voitures. =i l’acheteur connaissait le vice de la chose il ne pourrait se plaindre.(e de l’article 69" que la chose soit i(propre à l’usageauquel elle est destinée.re occulte du &ice : Le vice pour donner droit à la garantie doit .(es conditions. Le caract.des (achines à laver qui to(bent souvent en panne ou conso((ent trop d’énergie-des (édica(ents qui tuent ou rendent infir(es ou des i((eubles dont les fondations s’effondrent.tre de bonne foi. 0u*ourd’hui il n’est plus contesté que les règles légales applicables à la garantie des vices cachés sont les (.le vendeur répond (. 0insi donc le viceest caché lorsque l’acheteur ne pouvait le découvrir et l’ignorait autre(ent dit l’acheteur doit .*+propriété de la chose : Pour qu’il 1 est vice rédhibitoire il faut selon l’expression (. lserait de (auvaise foi s’il de(andait garantie pour un vice qu’il aurait constaté et accepté (ais a*oute l’article 6?< .(e des défauts que l’acheteur aurait pu facile(ent connaAtre s’il a déclaré qu’ils n’existaientpas /. 'ette infor(ation pouvant apparaAtre par exe(ple dans le(ode d’e(ploi de l’appareil c’est ce qui résulte de l’article 6>" ainsi con:u . 'ette notion reconnue des situations diverses et très concrètes des situations concernantaussi bien les conso((ateurs que les fabricants tels que les produits industriels (al con:us ou (al fabriqués et quifonctionnent (al.che l’usage de la chose ce qui n’est pas le cas s’il affecte seule(entl’agré(ent ou les qualités secondaires de la chose.tre caché il ne doit pas au (o(ent de la vente se révéler à l’exa(en dela chose vendue.Les ob*ets d’occasion posent un problè(e particulier l’acheteur doit en effet s’attendre à une certaine usure donccertains défauts par rapport à la (.la raison en .

Toutefois les tribunaux fran:ais tiennent co(ptes des circonstances particulières à l’espèce. '’est ainsi par exe(ple que la cour de cassation dans son arr.Lorsqu’il s’agit de choses fongibles qui se vendent au poids. l en est ainsi par exe(ple lorsque . 'ependant seul le vendeurde (auvaise foi est tenu à des do((ages intér.tre un défaut rendant la chose i(propre à son usage et un défaut occulte (ais ildoit en outre exister antérieure(ent à la vente. Par ailleurs l’article 6?! définit le vendeur de (auvaise foico((e étant celui qui e(ploie des (anNuvres dolosives pour créer ou dissi(uler les vices de la chose vendue.&.t du #9 (ai #"7# a décidé .à la (esure ou sur description auquel cas le vendeurgaranti les vices qui existaient au (o(ent de la délivrance.' présu(e le professionnel est tou*ours de (auvaise foi car le vendeur professionnel connaAt tou*ours les vicesde la chose vendue. l’acheteur avaitdonc d5 se douter que la voiture qu’il achetait n’était pas en très bon état /.La *urisprudence fran:aise esti(e parfois que la (odicité du prix per(et de présu(er la connaissance du vice parl’acheteur. +n outre le vendeur de (auvaise foi ne peut prétendre à une clauseli(itant sa garantie. 0insi le bas prix de vente auto(obile inférieur à l’argus doit éveiller l’intention de l’acheteur. +n cas de vente successive d’un ob*et d’occasion la garantie du vendeur initial sera (.estque la plupart des ventes i((obilières sont des ventes d’ob*et d’occasion o2 s’applique pourtant la garantie des vices cachés.(e retenue si les vices cachés constatés lors de la dernière vente existaient dans la pre(ière. 'es deux notionsqualité de la chose vendue et prix de la chose vendue n’étant pas forcé(ent dépendantes l’une de l’autre. +n droit (arocain par contre il a été *ugé qu’on ne serait faire dépendre la qualité de la (archandise du prix auquel elle est vendue.ts. =i la bonne foi de l’acheteur est ainsi une condition de la garantie contre les vices cachés cette garantie est due par le vendeur qu’il soit de bonne ou (auvaise foi ou qu’il ait ignoré le vice de la chose vendue.à l’inverse lorsqu’une auto(obile est vendue au prix de l’argus l’acheteur est en droit de ne s’attendre qu’à quelques réparations (odiques et non à desgraves réparations découlant des dégradations i(portantes. Plus précisé(ent l’article 66$ distingue selon qu’il s’agit d’un corpsdéter(iné par son individualité auquel cas le vendeur garanti les vices qui existaient au (o(ent de la vente. Le &ice doit -tre i+puta$le au &endeur : El’article 6>!F lorsqu’il 1’a utilisation défectueuse de la chose le vice n’est pas i(putable au vendeur (ais àl’acquéreur. Le%. Le &ice doit -tre antérieur . =’il est de bonne foi et n’est pas professionnel son obligation de garantie ne s’étend pas à laréparation du pré*udice subit par l’acquéreur. la &ente : Le vice caché doit non seule(ent .

Lla réparation est technique(ent possible. pour les choses i((obilières dans les 9>6 *ours après la délivrance-pour les choses (obilières et les ani(aux dans les 9< *ours après la délivrance pourvu qu’il ait été donné au vendeur l’avis dont il est parlé à l’article 669 /)ais dans un .tre notifiés au vendeur aussitDt après leur découverte /.La *urisprudence (arocaine a*oute que le vice doit .t de la cour d’appel de Rabat du $# déce(bre #"6>. %’autre part qu’il l’exerce au titre de la garantie des vices cachés l’action rédhibitoire en résolution de la vente oul’action esti(atoire en di(inution du prix. %e (.le défaut résulte d’un (auvais (ontage d’une (achine à laver parl’acheteur ou par un défaut de (ontage d’accessoires auto(obiles par l’utilisateur.' ne le prévoieexpressé(ent il est logique de poser co((e règle que la garantie du vendeur n’est pas non plus engagée en casd’usure tendant à l’utilisation prolongée. Lelle ne di(inue pas sensible(ent la valeur de la chose. '’est *uste(ent pour cette raison qu’une condition particulière de délai est i(posée pour l’exercice de la garantie. Jien que le %.le vice dans ce cas est i(putable non pas au vendeur (ais au te(ps. %ans ce cas les vices de lachose doivent . La *urisprudence précise que le vice est réparable lorsque : Lles frais de réparation ne sont pas anor(aux eu égard à la valeur de la chose.&. L Les délais : d’une part aux ter(es de l’article 669 . Lelle rend la chose propre à l’usage auquel elle est destinée par nature ou par contrat. lorsqu’il s’agit d’une chose (obilière autre que les ani(auxl’acheteur doit exa(iner l’état de la chose vendu aussitDt après l’avoir re:u et notifier i((édiate(ent au vendeurtout défaut dont celui3ci doit répondre dans les sept *ours qui suivent la réception / alinéa $ : .qu’il récla(e en outre ou ne récla(e pas des do((ages intér. a défaut la chose estcensée acceptée à (oins qu’il ne s’agisse de vices non raisonnables par un exa(en ordinaire ou que l’acheteur n’aitété pour une cause indépendante de sa volonté d’exa(iner l’état de la chose vendue.+xe(ple de *urisprudence : l’arr.tre irréparable : dans le cas contraire il 1’a seule(ent lieud’ordonner la réparation ou le re(place(ent de la partie défectueuse au besoin par d’autre que le vendeur (ais àses frais.ts-l’acheteur doit agir aux ter(es de l’article 6?9 .sauf bienentendu si le vendeur avait convenu avec l’acheteur que la chose pouvait servir à cet usage anor(al.(e le vendeur ne doitaucune garantie lorsque le produit est utilisé par l’acheteur à un usage non prévu par le fabriquant.

l’acheteur de(ande que le prix lui soit inde(nisé(o1ennant restitution de la chose 66>.tre séparer sans do((age par exe(ple lorsqu’ils for(ent une paire il ne peutrésilier le (arché que pour le tout /.&. Toutefois précise l’article 667 . Le (.(e après délivrance faire résilier la vente pour la partie défectueuse de ces ob*etset se faire restituer une partie proportionnelle du prix / c’est ce que l’on appelle l’action esti(atoirel’acheteurde(ande que le prix soit réduit la vente étant (aintenue il 1’a alors réfaction de la vente. L )ais a*oute l’article suivant : . l est à noter enfin que la garantie des vices cachés dus par le vendeur n’a pas lieu dans les ventes faites par les autorités de *ustice E6?6F.(e texte dispose que si l’acheteur préfère garder la chose il n’auradroit à aucune di(inution du prix.s l%article 112 : .(e espèceexe(pte les défauts constatés /. si la vente a pour ob*et plusieurs choses différentes achetées en bloc et pourun prix unique l’acheteur peut (.' à partir du (o(ent de la délivrance (ais à co(pter du (o(entde la découverte du vice. b3 les effets de la garantie légale des vices cachés : en droit (arocain. La résolution d’une vente pour vice rédhibitoire i(plique nécessaire(ent la restitution de la chose contrere(bourse(ent du prix Earticle 6>#F. 'ontraire(ent au droit fran:ais o2 cette di(inution du prix fixé par un expertdoit correspondre à ce qui l’aurait pa1é au (oins s’il avait connaAt l’existence du vice lors de la conclusion ducontrat.%e toutes les fa:ons ces délais légaux n’ont pas un caractère i(pératif puisque les parties peuvent d’un co((unaccord fixer le délai soit en prolongeant soit en di(inuant les délais légaux.souci de protection de l’acheteur la *urisprudence (arocaine co((e la *urisprudence fran:aise faitcourir les délais non pas co((e le prévoit le %. / 0%apr.différents cas sont prévus : / 0ans l%action rédhi$itoire : qui a donné son no( au vice. le vendeur de (auvaise foi ne peut opposer les (o1ens de prescription établis en l’article précédent /. lorsque les ob*ets ne peuvent . /L %action en do++ages intér-ts : d’après l’article 66> alinéa $ si le vendeur connaissait les vices de la chose .le vendeur doit re(bourser à l’acquéreur les frais occasionnés par la vente. L’article 6?! a*oute par ailleurs que . lorsque la vente a pour ob*et un ense(ble de choses déter(inées et qu’une partie est viciée l’acheteur a le droit de se prévaloir de la faculté qui lui est accordée par l’article 66> O lorsque la vente a pourob*et des choses fongibles l’acheteur ne peut exiger que la délivrance d’une quantité de choses de la (.

ts envers l’acheteur.' le vendeur quiignorait le vice est seule(ent tenu de re(bourser le prix et les frais le vendeur de (auvaise foi est tenu lui outre larestitution du prix à des do((ages intér. =i donc d’après le %.&.tre exercées indépenda((ent et l’acheteur peut parfaite(ent récla(er unique(ent des do((agesintér.&.(e texte précise que tout vendeur professionnel connaAt ou doitconnaAtre les vices de la chose il est à cet égard assi(ilé à un vendeur de (auvaise foi.&. Le (.(e l’action rédhibitoire s’éteint au ter(e de l’article 6?$ :3si l’acheteur 1 a expressé(ent renoncé .L l n’1 a pas non plus lieu à la résolution dispose l’article 6>! : et l’acheteur ne peut de(ander qu’une di(inutiondu prix :3si la chose a été détériorée par sa faute ou par celle des personnes dont il doit répondre.&n a expliqué cette préso(ption irréfragable par le fait que le vendeur professionnel est tenu d’une obligation derésultat consistant à livrer un produit apte à l’usage pour lequel il a été vendu.' distingue entre deux catégories de vendeurs : le vendeur de bonne foi et celui de (auvaise foi.ts sans de(ander la rédhibition du contrat. 'es deux actionspeuvent .L l 1 a toutefois des cas o2 L’acheteur n’a droit à aucune restitution ni di(inution du prix : c’est le cas nota((entsi la chose a périt par cas fortuit ou par la faute de l’acheteur ou d’une personne dont cette dernière doit répondre.oul’absence des qualités par lui pro(ises ce que l’on appelle le vendeur de (auvaise foi il serait tenu en outre à desdo((ages intér.réparation des do((agessubis par le tiers du fait des accidents provoqués par les vices cachés de la chose.(e sur l’article 66> alinéa #. L’acheteur pourra doncrécla(er outre le re(bourse(ent du prix et les frais prévus par l’action rédhibitoire les frais qu’il a exposé pour laréparation de la chose. Le vendeur occasionnel de (auvaise foi et le vendeur professionnel ont tenu envers l’acheteur professionnel de réparerl’intégralité du pré*udice subi par l’acheteur du fait de vice caché de la chose vendue.L %e (.on l’a égale(ent *ustifié par l’obligation de vérification et deconnaissance de ses produits qui pèsent sur tout vendeur professionnel. 'ette responsabilité pèse sur tousles vendeurs professionnels qu’ils soient fabricants ou si(ple revendeur.ts fondés sur l’article66> alinéa $ du %.ts envers l’acheteur. %ès lors tout vice caché constitue un(anque(ent à cette obligation de résultat.s’il a transfor(é la chose de (anière qu’elle ne puisse plus servir àsa destination pri(itive El’article 6>$F.=i la chose a été volé ou soustraite à l’acheteur.l’inde(nisation du (anque de résultat à gagner à cause du vice. 0insi le %.' à son action rédhibitoire fondée elle3(. l est à signaler que dans la plupart des cas l’acheteur *oint sa de(ande en do((ages intér.(e si on avait (inutieuse(ent exa(iné la chose vendue après l’avoir détruite. 'e sera nota((ent le cas lorsque la chose est de très faible valeuralors que les conséquences do((ageables sont très graves. 0insi le vendeurprofessionnel ou le fabricant a l’obligation d’éli(iner les vices de la chose vendue et ne peut échapper à cetteobligation en prouvant sa bonne foi par exe(ple en dé(ontrant son ignorance du vice parce qu’il était indécelable(.3s’il l’a appliquée à un usage qui en di(inue notable(ent la valeur.

%ans la pratique les conventions relatives à la garantie sont très fréquentes car la garantie estdevenue une publicité. 2' les garanties con&entionnelles : Les règles posées par le législateur pour la garantie des vices cachés sont supplétives les conventions contraires sontalors valables.soit qu’elles per(ettent à l’acquéreur d’obtenir unegarantie particulière aug(entant la garantie légale. 3si depuis que le vice lui a été connu il a vendu la chose ou en a autre(ent disposé à titre de propriétaire. 3s’il l’a appliquée à son usage personnel et continue à s’en servir après avoir connu le vice dont elle estaffectée. 'ette règle ne s’applique pas aux (aisons et d’autres i((eubles analogues que l’on peut continuerà habituer pendant l’instance de résolution de la vente.' interdit le vendeur de (auvaise foi de soustraire à la garantie. Le %. +lles ont pour ob*et de préciser les obligations du vendeur soit qu’elles écartent ou li(itentles obligations du vendeur dans leurs étendues et leur durée. Toutefois le législateur ne précise pas si cesclauses sont sans effets aussi bien lorsqu’elles sont conclues entre un vendeur professionnel et un acheteuroccasionnel que lorsqu’elles sont conclues entre deux professionnels. a' les clauses restricti&es de la garantie : Le principe est qu’en théorie les règles sont dispositifs par conséquent les parties peuvent di(inuer la garantie des vices rédhibitoires voire le suppri(er co(plète(ent elles font alors une vente sans garantie.&. 3 l’acheteur occasionnel : le vendeur professionnel ne peut restreindre la garantie à laquelle il est légale(enttenu lorsque l’acquéreur est occasionnel. 3 l’acheteur professionnel : lorsque l’acheteur est un professionnel de la (.après avoir eu connaissance du vice de la chose.(e spécialité que le vendeur . Jien que fréquente dans la pratique sont nulles lesclauses par lesquels le vendeur professionnel restreint la durée de la garantie ou li(ite la garantie au re(place(entde pièce en laissant les frais de (ains d’Nuvres à la charge du client. Le législateur assi(ile au vendeur de (auvaise foi le vendeurprofessionnel et le fabricantil leur est donc interdit de restreindre et à plus forte raison d’écarter la garantie légaleparce qu’ils sont tenus de connaAtre la chose qu’ils vendent.

&.(e pour les vices indécelables à la condition que la clause soit explicite sur ce point.(e de connaAtre lesrisques de la chose qu’il achète. Paragraphe 1 : l%o$ligation de pa er le prix : .(e spécialité (.la validité de la clause li(itative ou exclusive de responsabilité est plus discutée.&.la clause peut prévoir l’échange de la chose vendue qui est défectueuse dans lesconditions plus favorables que les conditions légales. l se(blerait légiti(e que ces clauses soient dépourvus de tout effet dans les relations entre professionnel etconso((ateur et déclarées valables dans les relations entre professionnel de la (. $' les clauses expansi&es de la garantie : =ont incontestable(ent valable. Les #$ligations de l%Acheteur Les obligations de l’acheteur sont plus si(ples que celles du vendeur dont elles sont la contre partie. l’acheteur a deux obligations principales celle de pa1er le prix et celle de prendre livraisonde la chose /. 0ux ter(es del’article 6?> du %. Pour d’autres la clause devrait . l est à re(arquer que si les rédacteurs du %.%ans tous les cas la clause li(itant ou excluant la garantie doit avoir été acceptée par l’acheteur en outre les clausesdoivent .tre interprétées de fa:on restrictive et sur la question les *uges de fond ont un pur souverain del’appréciation.cela ne veut pas dire pour autant que les autres obligations ne sont que les accessoiresdes pre(ières ils ont seule(ent entendu que le fait de pa1er le prix et de prendre livraison de la chose constituerontles obligations les plus i(portantes. Pour d’autres cette clause ne devrait .tre valable puisqu’on raison de son professionnalis(e ou de sa co(pétence l’acheteur est à (. +lle peut aussi étendu la durée de la garantie ce qui n’a passeule(ent pour intér.tre déclarée co((e nullede ce fait que le vendeur est professionnel ou fabricant.(e spécialité.tre aussi une garantie de(arque prévo1ant que la réparation sera faite gratuite(ent par n’i(porte quel revendeur du réseau de la (arque cequi est une clause courante pour les ventes d’auto(obiles.' .t d’allonger la garantie légale (ais aussi de faire que toute ano(alie de la chose survenueavant l’expiration du délai est présu(ée d5 co((e un vice de la chose. Le contrat de vente peut (ettre à la charge du vendeur d’autres obligations par exe(ple : édifier un bGti(ent dans un délai déter(iné. La clause peut .' qualifient de principale les obligations de pa1er et de prendrelivraison de la chose vendue. Pour certains la clause devrait .tre valable que lorsqu’elle est stipulée entre vendeur et acquéreur professionnel de la (. L’obligation de prendre livraison de la chose porte le no( du retire(ent quand il s’agit de chose(obilière.

(e de la délivrance. Pour les entres ventes et tou*ours sauf stipulations particulières contraires lachose doit . 0utre(ent ditl’acquéreur doit re(ettre le prix au (o(ent o2 il prend livraison de la chose il 1’a donc exécution si(ultanée entreles obligations du vendeur et de l’acheteur.une partie lors de la livraison et la dernière quelques (ois après.&.tre fait au co(ptant cCest3à3dire les parties n’ont pas fixé le *our auquel le prix doit .(e lieu. $' les con&entions contraires : =i les parties veulent que le prix soit pa1é à un autre (o(ent que celui de la délivrance elles doivent le convenirexpressé(ent.A : les conditions de paie+ent : 1' le +o+ent : +n principe le paie(ent se fait au co(ptant sauf usages ou stipulations contraires des parties c’est ce qui résulte del’article 6?? et 6?7 du %.'.tre pa1é au do(icile du vendeur article 6<$ et 67<. l peutégale(ent exercer soit une action en exécution pour contraindre . Lorsque la vente est au co(ptant et qu’il n’1 a pas de stipulations particulières sur ce point le paie(ent doit . +n effet dans la pratique co((erciale il est courant que le prix soit pa1able par fraction parexe(ple : une partie lors de la co((ande.lorsque la vente est auco(ptant il *ouit d’une exception d’inexécution il a le droit de refuser la délivrance tant qu’il n’a pas été pa1é. 2' le lieu de paie+ent : Le paie(ent doit se faire en principe au lieu convenu entre les parties.tre si(ultanées.il est nor(al de supposer que les deux parties ont entenduqu’elles se feraient dans le (.tre effectué la délivrancece qui (arque bien l’interdépendance entre les obligations du vendeur et celles de l’acheteur. a' paie+ent au co+ptant : Lorsque le paie(ent doit .tre fait au lieu o2 il doit .tre livré au lieu o2 se trouvait et le prix doit . 'ependant la convention ou les usages peuvent écarter le principe de si(ultanéité.Par application des règles sur l’exception d’inexécution l’acheteur peut se refuser à pa1er le prix si le vendeur ne luilivre pas la (archandise. B : la garantie du paie+ent du prix : l suffit ici de rappeler les différentes garanties de paie(ent dont bénéficie le vendeur. 'ette règle se *ustifieparce que les deux opérations devaient .8uoiqu’il en soit l’échéance fixée par le contrat ou par la disposition supplétive de l’article 6?? s’i(pose à l’acheteur.trepa1é ce *our est au ter(e de la disposition supplétive de l’article 6?? celui (.

s’il se prévaut d’abord de la résolution il ne peut plus ultérieure(ent de(ander une exécution parce que la résolution est auto(atique(ent conso((ée du (o(ent que le vendeur l’a de(andé puisqu’il s’agit d’une clauserésolutoire.l’acheteur a l’obligation réciproque(ent d’en prendre livraison cequi présente un intér. la revendication a lieu (.Lorsqu’il 1’a clause résolutoire le vendeur est libre de ne pas se prévaloir pour exiger l’exécution du contrat cCest3à3dire le paie(ent du prix.t particulier en (atière (obilière o2 elle porte le no( de retire(ent. L’article 67$ précise que . .(e libéréde ses propres obligations.l’acheteur à pa1er le prix soit une action enrésolution et le vendeur a le choix entre ces deux actions.le vendeur i(pa1é dans les #6 *ours qui suivent la re(ise de la chose à l’acheteur a le droit de reprendre le (euble vendu.(e si la chose vendue a été incorporé à une chosei((obilière et à l’encontre de tout tiers a1ant des droits sur l’i((euble /.si son action ne réussit pas il pourra invoquer la clause résolutoire (ais l’inverse n’est pas vrai. )ais à la différence du droit de rétentionle droit de revendication disparaAt lorsque l’acheteur est (is en règle(ent *udiciaire ou en liquidation des biens. Paragraphe 2: l%o$ligation de prendre li&raison 3article 1456 : Le vendeur est obligé de délivrer la chose vendue.c’est là une faculté que confère tout contrat s1nallag(atique aucréancier d’une obligation inexécutée. (' la résolution de la &ente : 0u lieu d’opter pour l’exécution de la vente et donc pour le paie(ent du prix le vendeur i(pa1é peut de(ander larésolution *udiciaire de la vente article 67#. 1' le droit de rétention : %’après l’article 6<! alinéa $ le vendeur i(pa1é exerce le droit de rétention sur la chose dont il n’est paspropriétaire (ais si(ple détenteur. +n obtenant du tribunal la résolution du contrat il se trouve lui3(. 2' l%action en re&endication : Le droit de revendication que confère au vendeur i(pa1é l’article 67$ est un prolonge(ent du droit de rétention.cette clause résolutoire est appelée égale(ent pacteco((issoire.'ependant les parties peuvent s’accorder pour écarter cette obligation de recourir au tribunal pour prononcer larésolution de la vente.la résolution de la vente qui est facultative pour le vendeur est *udiciaire.en effet elles peuvent insérer dans le contrat une clause par laquelle la vente sera résolue deplein droit si le prix n’est pas pa1é à l’époque convenu.

.Le %.' a par ailleurs précisé l’étendue de la résolution pour défaut de retire(ent lorsqu’il s’agit d’une vente àlivraison successive l’article 67< alinéa $ dispose que sauf convention contraire des parties le défaut de retire(entdes ob*ets for(ant la pre(ière livraison produit les (. La convention des parties co((e l’usage local peuvent fixer en principe la date duretire(ent.&.sauf conventions contrairesdes parties si l’acheteur ne se présente pas pour la recevoir et lorsque la vente est faite au co(ptant on applique lesprincipes généraux relatifs à la (ise en de(eure du créancier.(es conséquences que le défaut de retire(ent de la totalité. 2' le lieu de retire+ent : Parce que corrélative à l’obligation de délivrance qui pèse sur le vendeur l’obligation de prendre livraison qui pèsesur l’acheteur s’effectue au (. Le retire(ent doit donc avoir lieu là o2 la délivrancedoit se faire autre(ent dit si ni l’usage local ni les parties ne fixent d’un co((un accord le lieu du retire(ent c’estle lieu o2 se trouve la chose vendue que l’acheteur doit en prendre livraison.&. 0insi la convention qui (odifie le(o(ent ou le lieu de la délivrance (odifie nécessaire(ent le lieu ou le (o(ent du retire(ent.ts en réparation du pré*udice qu’il aurait subis. B : les effets du défaut de retire+ent : Le %.(e (o(ent et au (.tre sou(ise à(oins qu’une convention contraire n’est prévue un autre (o(ent. &r selon le droit co((un le contractant victi(ed’une inexécution a le choix entre l’exécution forcée et la résolution.A : date et lieu du retire+ent : 1' le +o+ent du retire+ent : Le (o(ent auquel l’acheteur doit prendre livraison est générale(ent fixé par les parties si rien n’a été convenul’acheteur doit en principe prendre livraison tout de suite après la vente.' prévoit une sanction rigoureuse de l’inexécution de l’obligation de prendre livraison de la chose pourper(ettre au vendeur de libérer rapide(ent ses (agasins aux ter(es de l’article 67<.=’il existe toutefois un usage local pour le retire(ent de la chose vendue les parties sont sensées s’1 .(e lieu.+nfin a*oute l’article $6" que le vendeur opte pour l’exécution forcée de l’obligation ou pour la résolution du contratil a droit à des do((ages et intér. 0insi le législateur (arocain assi(ile la stipulation d’un délai pour le retire(ent de la chose vendue à la conventiontacite résultant d’un usage.