You are on page 1of 5

Espaces métriques complets

1 Introduction
Les espaces complets jouent en analyse un rôle fondamental. La notion de complétude est, en effet, à l’origine de théorèmes aussi importants que le théorème du point fixe en topologie (duquel découlent les théorème d’inversion locale en calcul différentiel et de Cauchy-Lipschitz dans la théorie des équations différentielles), le théorème de Baire (toujours en Topologie) (et duquel découlent le théorème de Banach-Steinhaus,le théorème de l’application ouverte...), et le théorème de projection de Riesz dans la théorie des espaces hilbertiens... La pluspart de ces théorèmes sont des théorèmes d’existence (existence d’un point fixe pour le théorème du point fixe, existence de l’inverse d’une fonction pour le théorème d’inversion locale, existence des solutions à une équation différentielle pour le théorème de Cauchy-Lipschitz...). C’est la notion de complétude qui, en garantissant l’existence d’une limite pour une certaine catégorie de suite, permet de construire chacun de ces objets.

2 Notions de base
Dans tous ce chapitre (X,d) désignera un espace métrique . Définition On dira que la suite xn ¡

 

£

ε ¤ 0¥ N

¦

IN n § m ¤ N d xn § xm ¡©¨ ε

£

n IN

¢

est de Cauchy dans X si elle vérifie:

 

Proposition Remarquons qu’une suite de Cauchy n’est pas nécessairement convergente mais qu’une suite convergente est toujours de Cauchy. D’ailleurs: Définition Un espace métrique sur lequel les suites de Cauchy sont convergentes sera appelé espace complet. Exemple (IR ,| |) est un espace complet. Exemple Sur (IQ ,| |), on définit la suite suivante: Soit a ¦ IR

Ainsi. on a la propriété 1 . En l’occurence. u0 1 et n ¤ 0 un £ 1 1  a un  ¡ 2 un Cette suite est de Cauchy sur IQ et converge vers  a. Par contre. Remarque Ajoutons que cette notion de complétude dépend complètement de la métrique choisie pour l’espace et pas du tout de sa topologie. ce qui ne sera pas le cas pour l’autre. pour une des deux métriques les suites de Cauchy convergeront. il est possible d’exhiber des espaces munis de deux métriques différentes et qui induiront des topologies équivalentes . donc diverge dans IQ .

d) est   complet. Alors si (X. Démonstration Notons (X. toute suite de Cauchy convergente pour l’un est suite de Cauchy convergente pour l’autre. Mais notre sous ensemble U étant complet. 3 Propriétés Proposition Tout sous ensemble fermé d’un espace complet est complet. d1 ) est complet.     n ∞  2 . Il existe alors un unique élément x de X tel que    n IN il existe N dans IN tel que si n>N alors δ Fn ¡¨ ε. Proposition On suppose que (X. Soit Fn ¡ n ¢ IN une famille décroissante de fermés de X pour laquelle lim δ Fn ¡ 0.d2 ). Définition On appelle diamètre d’un élément A de      ¡ le nombre δ(A)=supx  y ¢ A d(x.y). il en est de même de (X. Notons x sa limite. toute suite convergente de points de F a sa limite dans F . Donc x est élément de F. il suffit de vérifier que toute suite convergente de ce sous   ensemble a sa limite dans le sous ensemble . dans un espace métrique. sa limite est nécessairement dans U. Démonstration Soit donc Fn ¡ n ¢ IN une famille décroissante de fermés dont le diamêtre tend vers 0 quand n tend vers l’infini. Comme lim δ Fn ¡ 0. Prenons donc une suite convergente xn ¡ n ¢ IN de U.d) l’espace métrique et U la partie de X qui est complète pour la métrique induite . par définition du diamêtre. Définition On dira d’une partie U de X qu’elle est un sous espace complet de X si elle est complète pour la métrique induite de celle de X. On montre ainsi que U est fermé. qu’un sous ensemble est fermé. Comme cette suite est convergente. Pour vérifier. ¢ Fn  x  n ∞  . Prélevons dans chaque Fn un élément   xn et montrons que la suite ainsi construite est de Cauchy. Proposition Soient X un espace et d1 .De plus.suivante. suivante est parfois utile dans les démonstrations faisant intervenir la complétude. La prop. Comme F est un fermé dans un espace métrique. Mais donc. elle est de Cauchy . Remarque Le diamètre d’une partie de X peut être infinie. Soit ε ¤ 0.d2 deux métriques équivalentes sur X. Démonstration Soit F un fermé de X et soit xn ¡ n ¢ IN une suite de Cauchy de F. Cette suite est donc convergente dans X. Proposition Tout sous espace complet d’un espace métrique est fermé.

Mais (X. on a: si n>N d xn § x ¡©¨ ε. d(x. chaque suite coordonnees   j de X . en   utilisant l’inégalité triangulaire .d) est complet. Donc sa limite x est élément de Ui ce qui est en contradiction avec notre hypothèse de départ.d j ) et ce pour   j xn ¡ n ¢ IN tout j dans I. d’après la remarque précédente. On a. ce qui prouve bien que la suite est de Cauchy. qu’elle est convergente. Comme xn ¡ n ¢ IN est de Cauchy   pour d. Il existerait alors i dans IN tel que x ne soit pas élément de Ui . Soit   aussi ε ¤   0 et n § m ¦ IN.xm )<ε. Supposons que ce ne soit pas le cas. on peut trouver Ni tel que si n>Ni alors vers   i x= di xn § xi ¡¨ ε.si n et m sont plus grands que N. Donc x est dans l’intersection des Ui .d) étant complet. d(xn . d   x § xn ¡ d x § xφ  m ¡!   d xφ  m § xn ¡   . comme xφ  n  ¡ n ¢ IN converge   vers x .d) est un espace métrique compact. Montrons maintenant que la suite x converge converge vers un élément x n ¡ n ¢ IN j   i x ¡ i ¢ I . Donc la jime suite coordonnée est de Cauchy dans (X j .y)=sup i ¢ I di (xi . Remarquons que si une suite  de Cauchy possède une sous suite convergente . Par definition de la métrique produit . elle converge vers un élément x de X. Pour ce N là et par definition de la métrique produit .d j ) est complet. Comme chaque (X j . Proposition IR n muni de la métrique produit est complet.di ) où i   ¦ I (et où I   est un ensemble fini) complets est complet pour la métrique produit (si x= xi ¡ i ¢ I et y= yi ¡ i ¢ I .   2 ε ε   Mais alors. d x § xn ¡¨ 2  2 ε. il existe N # tel que si n et m sont plus grands que N # ¡ 2 ¡ alors d xφ  m  § xn ¡¨ 2 . Mais Ui étant  fermé dans un espace complet. pour ε ¤ 0 donné.d) un espace métrique compact et soit xn ¡ n ¢ IN une suite de Cauchy de X. Proposition Tout produit fini d’espaces métriques (Xi . De plus. Démonstration Soit (X. Il reste à montrer que x est dans l’intersection des Ui . et ce dés que n ¤ sup N § N # ¡$ Nous sommes maintenant en mesure de traiter la démonstration de notre prop. comme N 2 ¡ tel que si m ¡ " ¡ ¨ ¡ φ  m 2 2  ε   ε xn ¡ n ¢   IN est de Cauε chy.yi )). Mais. il est complet pour la distance induite. Pour tout i dans I. Donc la suite xn ¡ n  i qui est incluse dans Ui et qui est de Cauchy pour la distance induite sur Ui converge dans Ui . Démonstration Soit xn ¡   n IN ¢ jime suite coordonnée. Soit ε ¤ 0. Posons   N=supi ¢ I  Ni  . Proposition Tout espace métrique compact (X. pour chacune des suites coordonnées: si n § m ¤ N.   une suite de Cauchy de ∏ Xi  i I ¢ Notons xn ¡ j   n IN ¢ la   3 .: Comme (X. il existe ε ε ε ¤ N alors d x § x . on a d xn § xm ¡©¨ ε. la   propriété de Bolzano-Weierstrass nous autorise à affirmer que la suite de Cauchy xn ¡ n ¢ IN possède une sous suite convergente et donc. il existe N dans IN tel que quelque soient n § m ¤ N. cela implique. on   j j a d j xn § xm ¡¨ ε. alors   elle est convergente: Soient xφ  n  ¡ n ¢ IN une sous suite convergente de xn ¡ n ¢ IN et x sa  limite.

4 Théorème du point fixe Soient (X.d) et (Y. Soit k un réél £ strictement positif. On s’intéresse dans cette partie à une application f : X %'& X . Définition Soient (X.δ) deux espaces métriques. Définition On dit que x ¦ X est un point fixe de f si f x ¡ x. On dit que f : X .d) un espace métrique.

Donc f x ¡ est aussi un point 4 . pour tout n ¦ IN xn 1 f xn ¡ . Comme f   est contractante. Mais pour tout m. Supposons que cette suite converge vers un élément x de X. on aboutit immédiatemment à une contradiction.d) est complet et que f est contractante alors f possède un point fixe dans X. comme X est complet. On a   alors   lim xn 1 x= lim f xn ¡ f lim xn ¡ =f(x) n ∞ n ∞ n ∞ et donc x est un point fixe de f . De plus. on a. Remarque Si f est lipschitzienne. donc   Supposons       que f ait deux points fixes x et y. xn f x0 ¡ . k<1 et donc kn & 0 quand n &   on peut alors trouver N assez grand tel que si n>N et m>0 kn   Ceci prouve que la suite xn ¡ n ¢ IN est de Cauchy . Mais alors f f n x ¡ f n f x ¡(¡" f x ¡ . Pour   ε  >0 donné. on a d f x f y d § ¡ ¡(¡¨ x § y¡ .n dans IN . ¡ m* d f n x0 ¡ § f n m         x0 ¡+¡. i ¦ IN d f x0 ¡ § f n i 1 x0 ¡+¡4 3 kn i d x0 § f x0 ¡+¡ . grâce à l’inégalité triangulaire :     d xn § xn 2   x0 ¡ § f n m   x0 + ¡¡   n i        £ Comme f est contractante. Corollaire Si (X. on dit que f est contractante . % & Y est lipschitzienne de rapport k si x§ y ¦         X δ f x ¡ § f y ¡(¡) kd x § y ¡ . Si de plus k<1.(la troisième égalité provient de la continuité de f ).d) est complet et que f n est contractante alors f possède un point fixe dans X. d f n x0 ¡ § f n     1   x0 ¡+¡-. ce point fixe est unique. n Démonstration Soit x0 un élément   de X./01 kn       m 1       2 ¡ d   x0 § f   x0 ¡+¡ 1 km 1 k 2  2 ∞. qu’elle est de Cauchy. Mais comme       x et y sont des points fixes d f x ¡ § f y ¡+¡© d x § y ¡ . En comparant ces deux expressions. ou encore. ce point fixe est unique. Démonstration Comme  f n est il existe un élément x de X qui est   contractante. Posons. d ¡ x0 § f x0 ¡+¡¨ ε . elle est continue .         point fixe de f n . Il s’agit donc de montrer que cette suite est convergente. De plus. m kn d x0 § f x0 ¡+¡-50/ kn     m 1 2   d x0 § f x0 ¡+¡* kn 1  k . On a donc. Montrons par l’absurde l’unicité du point fixe. pour tout n dans IN ./01 d f n   m 1 On a alors d xn § xn   On a alors montré que: d xn § xn m ¡ kn 112 2 kk ¡ d x0 § f x0 ¡+¡ Mais comme f est contractante. Théorème (du point fixe) Si (X. m ¡.

n IN 5 . pour tous ε ¤ 0.   £ ¢   £ ¦ B x § ε ¡!7    ¢ Un n IN B x § ε ¡!7    ¢ Un 3 / 0 n IN et comme x et ε sont arbitraires. que  ¢ Un est dense dans X. On a 0 . Mais.Comme cette intersection  est ouverte (intersection de deux ouverts ). Mais x∞ est. Posons r =inf( r r1 x dans X tel que B x r B x ε U ¡+7 1 3 1 f 1 1 ¡98 1   1   / . On peut donc trouver on a bien effectué la construcε / . Théorème (de Baire) Si (X. 6 ) est de baire si pour toute famille de fermé d’intérieur vide alors la réunion de ces fermés est encore d’intérieur vide.     Remarquons maintenant que la famille B xn § rn ¡+¡ n ¢ IN est une suite décroissante de fermé dont le diamètre tend vers 0 quand n tend vers l’infini. Il existe   ε / # ¤ 0 et § # § # . Mais d’après le théorème précédent. Donc f(x)=x. le point fixe de f n est unique. Comme X est complet. 6 ) (ou un espace métrique   £ (Y. c’est donc B f x1 § r1 ¡$8 B x § ε ¡+7 U1 3 0 à dire que l’on suppose trouvés n points x1  § /0 § xn de X   et n rééls strictement positifs ε / et ri 2 r1 § 0/ § rn tels que pour tout i dans  1 § / § n  . Posons enfin rn 1 =inf(rn ) et B xn § rn ¡+7 Un 1 3 0 . Supposons cette construction faite à l’ordre n. Montrons n 1 est   est / . alors  Remarque Cela revient à dire que (Y. Comme U1 est dense dans X. Fixons donc de X.B f xi § ri ¡98 B xi 2 1 § ri 2 1 ¡(7 Ui 3 0 i (On que l’on peut la continuer à l’ordre n+1. Comme U pose r0 ε). cette intersection dense dans X. Donc x∞ ce qui implique que n IN n IN ¢ Un Y.d) est un espace métrique complet alors il est de Baire. Soit x un élément / .B x § ε ¡(7 U1 3 0 ε ¤ 0.fixe de f n . # 1 2n : 1 tion voulue. 5 Le théorème de Baire Définition On dit qu’un espace topologique (Y. comme précedemment. B xn § rn ¡+7 Un 1 3 0   un rn # 1 ¤ 0 tel que B f xn 1 § rn 1 ¡98   sous ensemble ouvert de X. Démonstration Soit Ui ¡ i ¢ I vérifiant: n ¦ IN § U n X  Montrons que l’intersection de tout les éléments de cette famille est dense   dans X. par constuction élément de B x § ε ¡ et de Un n ¦ IN .2 ).   ceci implique que  B xn § rn ¡ est un singleton  x∞  où x∞ est élément de X .d))est de Baire si pour toute famille d’ouvert Un ¡ n ¢ IN de Y vérifiant: n ¦ IN § U n Y .