You are on page 1of 2

Office KGDVS - Design Express

L’architecture est faite d’obstacles
Alors que Rem Koolhaas a été récompensé lors de la Biennale de l’architecture de Venise pour l’ensemble de son œuvre, le bureau d’architectes Office KGDVS a quant à lui reçu le Lion d’argent du jeune entrepreneur le plus prometteur pour son œuvre 7 pièces / 7 Rooms. Le jury a loué la vision d’ensemble de Kersten Geers et de David Van Severen, et l’analyse de leur photographe attitré, Bas Princen.

En 2009, Office KGDVS réalise le projet « 7 Rooms » à la demande de deSingel, le Centre d’art international de la Flandre. L’exposition raconte, en une vingtaine de projets, l’histoire du Bureau d’architectes de Bruxelles. Le couloir de vingt mètres de long de deSingel était fait pour être divisé en 7 pièces. « Les années précédentes, nous avions réalisé de nombreuses maquettes, mais si on les disposait telles quelles, elles semblaient perdues dans l’immensité de ce couloir. En divisant l’espace en sept pièces identiques, en suivant le tracé des stores extérieurs, nous avons créé une séquence rythmique. » Le projet « 7 Kamers / 7 rooms » couvre de nombreuses formes d’architecture. Depuis la première réalisation du bureau - une étude de notaire à Anvers - jusqu’au pont de la salle de concert « Handelsbeurs », pour lequel Office a reçu en 2009 le Prix Belge pour l’Architecture, en passant par un poste frontière aux États-Unis et une cité administrative en Corée du Sud. Bien qu’Office ait remporté le concours organisé pour ces deux derniers projets, ceux-ci n’ont pas été réalisés. Les questions frontalières restent en effet un sujet politiquement sensible aux États-Unis, et la ville coréenne ne s’est pas concrétisée en raison d’un changement imprévu de régime. « C’est dommage, mais c’est la réalité. Ces projets ne progressent pas, mais ils existent de toute façon pour nous. »

minable à la frontière. Généralement, un passage de frontière est presque invisible, avec un pont et des postes de garde, où des gens avancent en traînant des pieds dans la chaleur. Nous voulions créer quelque chose à partir du vide du désert. Quelque chose qui fait obstacle. C’est pour moi une définition de l’architecture dans son sens le plus littéral: un mur, une proportion de l’espace, un ensemble de colonnes, une ouverture. Et vous devez entrer par le côté car cela vous permet de ressentir l’espace. »

Maison ouverte
Les villas sont moins chargées. La plus remarquable est la villa VOKA (Chambre de commerce de Flandre occidentale): un ensemble de bureaux organisés en une villa située en bordure de la ville de Courtrai. Le siège de la Chambre de commerce de Flandre occidentale est véritablement une maison ouverte avec une façade constituée entièrement de verre côté rue, si bien que l’on peut aisément voir le syndicat patronal en activité.

Turnhout, New York et les Aztèques
« L’architecture est faite d’obstacles » est un des crédos du bureau d’architectes Office. « Ce que nous voulons dire par là, c’est que l’architecture, ce n’est pas a priori une solution. C’est quelque chose qui s’oppose à nous, et qui rend donc aussi certaines choses impossibles. Et c’est ce qui fait que cela vaut la peine d’y travailler à nouveau », précise Kersten Geers. Office applique ce principe au vaste plan de réaménagement de Turhnout. La digue/tunnel qui doit se substituer au ring existant, saturé et dangereux, rapproche le centre et le côté sud de la ville.

Terre promise
Avec le poste frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, Office voulait créer une zone de transition vers la Terre promise. Les architectes ont par la suite découvert que leur projet ressemblait fortement à la Représentation du Jardin d’Eden de l’artiste de la Renaissance Kircher. « Il est facile de sortir d’un pays, mais il est bien plus difficile de parvenir à y entrer », déclare Kersten Geers. « Pensez à cette attente inter-

46 DIMENSION

Nous avons donc proposé de n’enterrer le tunnel qu’à moitié. « Cette citation s’applique également à nous ». » Kersten Geers (°1975) et David Van Severen (°1978) ont créé Office KGDVS en 2002.A B C D E F G H I 40. son œuvre parle de la dégradation du rêve américain. Le style de vie actuel des gens n’est pas fondamentalement différent de celui qu’ils avaient il y a cent ans.60 HEM 320 33. Dans ses publications. de nouvelles opportunités se créent.officekgdvs. ce n’est pas trouver de nouvelles solutions à de prétendus nouveaux problèmes. Certaines sont morcelées en chambres d’étudiants. aussi bien sur le plan technologique que sur le plan « pratique ». » Les temples aztèques ont été une importante source d’inspiration. Un nom a été cité à plusieurs reprises: celui d’Ed Ruscha. de ses projets et de ses réalisations. il était encore question d’un tunnel sous-terrain. » Dans le livre-entretien « Leave any information at the si- gnal ». On peut penser que cet obstacle est ennuyeux. Mais nous trouvions qu’un tunnel ne ferait que « dissimuler » les problèmes sous terre. » Ed Ruscha Les architectes ont fait référence dans leurs interviews et lors de conférences à de nombreux artistes. pas les moyens. Rusha avance que le plus important est la fin.5 8 HEM 320 HEM 320 29. Avec le tunnel à moitié enterré. Mais en fait. et derrière lui. et philosophes contemporains.70 « La question que nous nous sommes posée était: où commence l’infrastructure et où finit le paysage? ». Central Park est également une référence. Une maison de maître en est la parfaite illustration. elle crée un obstacle qui à son tour offre des possibilités. écrivains. mieux c’est. « Ce qui fait la beauté de ces temples. « Son travail est souvent assimilé à du pop-art. Et ce qui constituait à la base un obstacle est devenu un élément structurant: il y a quelque chose devant lui. Office KGDVS utilise souvent des dessins Vectorworks en 2D et 3D. c’est qu’il est difficile de distinguer le paysage de l’architecture. C’est également valable pour nous. dit Kersten Geers. tout le monde était convaincu que nous aurions besoin d’espace et d’infrastructures supplémentaires pour les câbles des ordinateurs.55 39. mais surtout la façon dont les gratte-ciels viennent s’implanter jusqu’au bord du parc.30 HEM 320 HEM 320 30. Ensuite. l’architecture. dont la conception est parfois très stylisée.04 bestaand terreinprofiel 27. Dans ce cas. cette solution est moins onéreuse. et qui sont présentés comme une œuvre graphique. l’artiste américain qui a percé au début des années 60 notamment grâce à une série de portraits de stations-essence. « Lorsque le concours a été publié. www.94 2 0 1 5 4. » « Plus nous retournons à des choses simples. et l’arrière d’une colline. indique Kersten Geers. et dans le travail duquel des mots et des fragments de phrases apparaissent souvent. D’autres retrouvent leur grandeur d’antan.5 1 0 27. Le parc pourra ainsi être visible de loin.com © design express -Photo © Bas Princen / Office KGDVS DIMENSION 47 REPORTAGE . Le bureau utilise Vectorworks pour la conception et la présentation de ses études. Parce que l’architecture même est déjà confrontée à de nouveaux problèmes.60 26.00 29. et aujourd’hui. Il y a dix ans. sans verser dans le sloganesque. L’avant est fait d’escaliers. comme un mur qui se dresse sur le chemin. L’architecte doit créer un cadre qui permet une certaine forme de flexibilité. « Pour nous. architectes: il est possible de produire du culturel tout en restant critique. Et s’il est conçu de manière intelligente. Premièrement.88 36. on crée un objet dans le paysage: une digue.00 3 0 30. Mais un mur crée également un espace. la digue fera partie du parc. ce problème a spontanément disparu.

Related Interests