You are on page 1of 4

PREMIERE PARTIE : L'ETATISATION DES SOCIETES L'État est définit par Max Weber (notamment dans Le Savant et le Politique

) comme : "l'entreprise institutionnelle qui revendique avec succès dans l'application de ses règlements le monopole de la contrainte physique légitime". Cette définition ne veut pas définir un idéal étati ue : elle se veut une définition exploratoire ui va permettre de distin!uer l'État entre des formes multiples de pouvoir politi ue (sans contrainte p"#si ue). Cette définition permet de réfléc"ir sur des processus par les uelles les sociétés se sont étatisés. $l'État revendi ue le monopole de la violence% de la coercition p"#si ue : c'est l'institution ui est parvenu & désarmer tous ceux ui ne sont pas lui. $l'institutionnalisation : l'État est une institution et non une personne% ni un !roupe. $l' État revendi ue le monopole de la violence lé itime : il prétend incarner la lé!itimité. 'l ne se contente pas de désarmer les individus par un rapport de force% mais réussit & convaincre les individus u'ils ont bien fait de s'en remettre & cette institution tutélaire. (our )a#mond *ron% une définition est plus ou moins féconde + selon lui celle$ci permet de voir la sin!ularité de l'État moderne% par rapport aux formes de pouvoir précédentes. !" L'ETAT COMME MONOPOLISATION DE LA #IOLENCE $N% ELIAS& La sin!ularité de l'État moderne est u'il monopolise la force : il parvient & construire un rapport de forces tr,s diss#métri ue% & son profit et au dépend de la société civile. Cette définition de l'État moderne n'accorde aucune place aux fonctions de l'État (soin% transport% éducation% etc.) : il privilé!ie les mo#ens de l'État. (our Weber% cela permet d'éviter de faire un constat des différentes fonctions dans les différentes formes d'État. *u tournant du --,me si,cle on peut comprendre ue la violence apparaisse comme la caractéristi ue principale de l'État : pour Marx l'État est l'instrument de la bour!eoisie pour réprimer le prolétariat. Weber est beaucoup plus nuancé : il reste neutre vis$&$vis de l'État. .u'est$ce u'une société dans la uelle les individus ont déposé les armes / I" La cent'alisation de la coe'cition *0 L'État moderne comme monopole de la violence L'État moderne% par exemple la 1rance% au2ourd'"ui se caractérise par un monopole & peu pr,s ac"evé de l'utilisation de la violence. La violence d'État c'est la 2ustice% la police% l'armée : des institutions ui ont le pouvoir de contraindre d'exercer des violences sur le corps. 3ous considérons cette violence comme lé!itime et nécessaire. Cette monopolisation reste tendancielle% inac"evée. 4lle pose un certain nombre de débat : débat sur les polices municipales (faut$ils armer les fonctionnaires des collectivités locales/)% uestion de la privatisation du maintient de l'ordre (privatisation des prisons% de l'armée)% probl,me des sociétés de surveillance (les vi!iles ont$ ils le droit de nous contraindre/)% débat sur la possibilité donnée aux individus de posséder des armes 56n voit la différence entre un État ui a commencé & centraliser le pouvoir au -''$ -''',me si,cle (comme la 1rance) et un État plus 2eune comme les États$7nis o8 il n'# a pas de sacralisation de l'État9 'l reste un certain nombre de violences (con2u!ale% de rue% liées & la délin uance ou au terrorisme) mais celles$ci n'ébranlent pas le pouvoir d'état. *u -'-,me on pouvait encore penser con uérir le pouvoir étati ue. L'exemple fran:ais incite & observer d'autres sociétés

3orbert 4lias rappelle ue Louis -'= a été traumatisé par la 1ronde (parlementaire% aristocrati ue% reli!ieuse) % lors ue les !rands aristocrates espéraient la fin de l'absolutisme et le retour & un parta!e du pouvoir. *idé par MaGarin% Louis -'= réussit & neutraliser les !rands sei!neurs par la I curialisation J% c'est$&$dire la transformation des !rands princes en courtisans.cles) s'est construit sur les ruines du s#st.me et le --.me carolin!ien (='''$-.cle% avec des moments de recul (!uerres de reli!ions% la 1ronde) $les maria!es Ces deux processus débouc"ent sur la monarc"ie absolue (Louis -''' et )ic"elieu ?@?A$?@BC% Louis -'= ?@BC$?D?E% Louis -=% ?D?E$?DDB).t et proposent des services. Les deux portent l'épée% et les valeurs de la !uerre. . La société de Cour est le point d'arrivée du processus de monopolisation du pouvoir par le centre.vent l'imp.se sur la Cour de =ersailles.me si. La politi ue I a cessé d' tre une lutte ! mort 5K9 c'est devenu une compétition civilisée J.me sont tout de m>me caractérisés par des pouvoirs centralisés. 'l fait l'essentiel de sa carri.re dans une université de Hrande$<reta!ne travaillant sur le sport% sur la solitude des mourants. (ar opposition l'épo ue féodale est une compétition & mort : C"arles le Léméraire (-=. 'l est lié aux idées de civilisation et de pacification des sociétés : l'État monopolise la violence% il en résulte des bouleversements ant"ropolo!i ues tr. 3orbert 4lias% La dynamique de l'Occident) Le cas fran:ais est% selon les "istoriens% le premier État moderne% né de la crise de la féodalité.o8 l'État n'arrive pas & monopoliser la violence% étant concurrencer par des forces aussi puissante ue lui% par man ue de lé!itimité% man ue de ressources économi ues : des États d'*fri ue centrale% du Mo#en$6rient% les narco$États comme la Colombie% les mafias ('talie) ui l. Le monar ue détient en réalité tr. <0 Le processus de monopolisation pro!ressive (cf. =ersailles est le lieu condensé d'une compétition politi ue extr>mement dure mais pour la uelle la violence directe est interdite. La violence interne au ro#aume peut se déplacer "ors de l'État : la !uerre ne se fait plus entre les armées nationales mais entre nations. Cependant le courtisan n'a plus le droit d'exercer la violence : il porte une épée d'apparat (le duel est interdit par )ic"elieu & la Cour).me si. C'est une société de morcellement du pouvoir politi ue en une multitude de petites unités : c"a ue sei!neur se définit par sa prétention & accomplir toutes les fonctions politi ues. II" La paci(ication politi)ue 3orbert 4lias (La civilisation des mœurs) est un sociolo!ue allemand contemporain% il fuit le naGisme et trouve refu!e en 1rance o8 il travaille & sa t". Fi Louis -'= peut se sédentariser c'est parce ue la violence est & peu pr. ()ic"elieu détruit les places fortes% puis =auban dessine une carto!rap"ie de places fortes positionnées aux fronti.cle) finit dévoré par les loups.res du pa#s). (etit & petit% les d#nasties successives% en particulier la d#nastie capétienne% vont réussir & fabri uer un ro#aume relativement stable% et & imposer une souveraineté (par différence & la suzeraineté féodale) & travers : $la !uerre% les con u>tes militaires mené depuis le centre% du -'''.s peu de pouvoir : il est tr.s profonds avec l'invention d'une créature nouvelle% l'individu civilisé c'est$&$dire celui ui doit contr.me au -=. Fi la )évolution fran:aise remet en cause la monopolisation de la violence% le -'-.cles).s dépendant de ces sei!neurs.me si.s monopolisée : il dispose d'une armée ro#ale (appartenant aux Fei!neurs devenus courtisans) et peu stopper les révoltes.me si. Le s#st. 4lias s'intéresse & la différence entre les !rands sei!neurs et leurs lointains descendants% les courtisans.me féodal (-$-''.ler ses pulsions.

Conclusion Le processus de civilisation touc"e tout le monde : monde pa#san% monde ouvrier s'# convertissent au --. Felon les nouvelles r.!les du 2eu politi ue% on se bat avec de bons mots% de l'esprit% de la culture. .le + par consé uent l'usa!e de la violence est omniprésent (les "istoriens introduisent des nuances).4lias fait une double lecture de ce processus : $une lecture macro$sociolo!i ue% tout comme Weber : le pouvoir politi ue est soit dispersé% soit ramassé. C"eG 1reud% cette dualité est propre & la nature "umaine + pour 4lias cette dualité a une "istoire. Felon 4lias% au Mo#en$*!e% il n'# a pas de différence entre ce ue les individus font et ce u'ils pensent + & l'inverse% dans une société de Cour c'est l'invention d'un individu parta!é entre son devoir et son désir. $une lecture micro$sociolo!i ue inédite : il s'intéresse & la ps#c"olo!ie des acteurs. Le corps devient "onteux. Ces individus doivent apprendre & apprécier les *rts% & s'autocontr.me si. *u contraire% le courtisan est fondamentalement "étéronome : il dépend du monar ue et du re!ard ue le monar ue porte sur lui. Les courtisans apprennent & I sauver la face J & rire de soi avec le )oi% mais ne pas rire du )oi Le s#st. (our 4lias% les !roupes sociaux et l'aristocratie ont fait en plusieurs si.me aléatoire. C'est un personna!e dép"asé% mais surtout s#mpat"i ue parce u'il est entier% parce u'il n'est pas faut $$yrano de %ergerac d'4dmond )ostand : c'est un sei!neur dans un monde de courtisan% "abité par la passion.res civilisées sont per:us comme des si!nes d'appartenance & l'élite sociale% elles sont valorisées. Le Fei!neur n'est donc pas contraint% c'est un personna!e entier% autonome% dont les pulsions de violences s'expriment librement% avec éclat% sans auto$contr.ler.ne)% les !uerres I propres J (I frappes c"irur!icales J).s + Oon . La nostal!ie c"evaleres ue repose sur une criti ue de l'"#pocrisie propre & la civilisation.se d'4lias : $Les liaisons dangereuses de Laclot $"on #uichotte de Cervant.res de tables% on confine le sexe dans un lieu précis. Le ressort de ce mouvement est aussi la capacité de l'aristocratie & surenc"érir dans la finesse% dans le refus de l'animalité : ainsi s'inventent la toilette% les mani.cle. I Les manières civilisées vont se diffuser de la no&lesse d'épée vers la no&lesse de cour' de la petite no&lesse vers la no&lesse de ro&e' de la &ourgeoisie vers les classes moyennes puis au ((ème siècle vers les milieu) populaires * du centre vers la périphérie' du sommet vers la &ase J (arce ue les mani. 'l # a donc une dualité entre la fa:ade de straté!ie% et les coulisses (le I :a J freudien) socialement censurés. La violence devient illé!itime : le sport est une concession encadrée aux pulsions violentes.uic"otte est un !rand sei!neur dans une 4spa!ne en voie de pacification% il devient fou en lisant des romans de c"evalerie. Celui ui est frappé de dis!rMce est seulement banni : c'est une mort politi ue. Louis -'= distribue l'estime% le mépris selon un s#st. La violence d'État% celle ui demeure% s'est elle$m>me civilisée : adoucissement du droit pénal% adoucissement de la répression d'État (Mai$@P : on ré!ule la révolte étudiante% mais sans faire de mort% d'o8 l'invention des balles en caoutc"ouc% du !aG lacr#mo!.cles ce ue l'enfant fait en uel ues années : c"evalier0courtisan N enfant de C ans0 enfant de D ans.me de Cour invente la I fa:ade J : ce ue l'on montre de soi en situation d'interdépendance resserrée. Lrois illustrations de la t".

Milos 1orman R liaisons dan!ereuses (atrice C"erau R La )eine Mar!ot <enoit Sac ot R les *dieux & la )eine .La nostal!ie c"evaleres ue est une donnée structurelle de notre temps + elle se manifeste par le romantisme (le désir d'éc"apper aux situations d'interdépendance serrée).cle (notamment la F"oa") / Felon les éliasiens% la F"oa" est différente de la Faint$<art"élém#% lors ue les cat"oli ues se bai!naient et 2ouissaient du plaisir de tuer les protestants.me si.se d'4lias% du recul de la violence% est$elle tenable face & la violence du --. La t". Le naGisme au contraire est le fait d'individus I civilisés J : le s#st.me les mettaient & lQabri du spectacle de leurs crimes par une implacable division du travail.