You are on page 1of 2

Journal Electronique

18/12/13 21:08

19 décembre 2013 ART

article suivant Le " Printemps de Bourges " change...

Au Centre Pompidou, la conservatrice Catherine Grenier sur la sellette

En janvier 2010, avec le plasticien Christian Boltanski (au centre), au Grand Palais. GILLES BASSIGNAC/DIVERGENCE

La candidate malheureuse à la direction du musée a reçu une lettre mettant fin à son détachement Double peine pour Catherine Grenier : candidate malheureuse à la direction du Musée national d'art moderne (MNAM), logé au Centre Pompidou, la conservatrice est maintenant en passe d'être remerciée par cette institution parisienne présidée par Alain Seban. Elle a reçu le 10 décembre de la direction des ressources humaines un courrier lui signifiant la rupture anticipée de son détachement, avec effet prévu le 27 décembre qui, coïncidence, est aussi la date officielle du départ à la retraite du directeur du musée, Alfred Pacquement. Lors du pot de départ en l'honneur de ce dernier mardi 17 décembre, il n'était question que de cela. Catherine Grenier doit être incessamment reçue par la directrice générale de Beaubourg, et selon les services de communication du centre, " aucune décision n'est prise " … Mais cette procédure, si elle va jusqu'à son terme, serait sans précédent pour un conservateur en fonction depuis vingt ans. Une procédure d'autant plus étonnante que Catherine Grenier a assuré en octobre le ré-accrochage des collections modernes du MNAM sous le libellé " Modernités plurielles ". Et elle est jusqu'à nouvel ordre commissaire de l'exposition " Martial Raysse " programmée en mai à Beaubourg. Les conservateurs du musée dépendent de la Direction des musées de France et sont détachés auprès de l'établissement public du Centre Pompidou pour une durée déterminée, renouvelable. La rupture anticipée d'un détachement doit être motivée et le ministère de la culture ne l'acceptera que si un autre poste est disponible. Rue de Valois, on paraît bien embêté par ce nouveau rebondissement, après une campagne pour la direction du centre très mouvementée. " Aucune demande de licenciement n'a été faite de la part du ministère ", martèle l'entourage d'Aurélie Filippetti, inquiet d'une méchante rumeur selon laquelle la ministre aurait quelques griefs

http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege/20131219/html/944248.html

Página 1 de 2

Journal Electronique

18/12/13 21:08

envers la candidate malheureuse qui avait bataillé ferme pour défendre son programme. " Catherine Grenier est une grande conservatrice qui a réalisé un bel accrochage des collections du musée. Cette question ne relève pas de l'exercice de la tutelle mais de la seule responsabilité du président du Centre Pompidou, Alain Seban " , précise-t-on Rue de Valois. Ce serait donc ce dernier qui veut le départ de Catherine Grenier. En septembre, cette dernière était toujours en piste pour remplacer Alfred Pacquement à la tête du musée, figurant dans la liste finale de candidats transmise par Alain Seban à Aurélie Filippetti. Elle avait face à elle l'Autrichien Max Hollein, l'Allemande Marion Ackermann et Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Metz. Coup de théâtre, Catherine Grenier et Laurent Le Bon décident alors de s'allier pour proposer une candidature commune (Le Monde du 12 novembre). Cette alliance déplaît en haut lieu. Dès le lendemain, Max Hollein et Marion Ackermann retirent leur candidature. Trois jours plus tard, le choix du ministère se portefinalement sur Bernard Blistène, conservateur au MNAM, dont le nom ne figurait pas dans la liste finale. Un choix jugé pacificateur après sept mois de tensions et de cafouillage. Même si, de bonne source, Bernard Blistène ne soutiendrait guère sa rivale au moment où elle pourrait être remerciée. D'abord conseillère pour les arts plastiques à la Direction générale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Catherine Grenier intègre Beaubourg en 1992. Elle organise plusieurs grandes expositions pluridisciplinaires et publie quelques livres importants, dont un volume d'entretiens avec l'artiste Maurizio Cattelan (Seuil, 2011). Après un passage en 2005 au cabinet du ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres, Catherine Grenier dirige la préfiguration du projet avorté de Centre Pompidou-Alma, qui devait trouver sa place au Palais de Tokyo, puis lance le programme " Recherche et mondialisation ", voulu par le président du Centre Pompidou, Alain Seban. Catherine Grenier est directrice adjointe du MNAM depuis 2009. Roxana Azimi et Harry Bellet
© Le Monde

article précédent Un programme éclectique pour Noël...

article suivant Le " Printemps de Bourges " change...

http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege/20131219/html/944248.html

Página 2 de 2