Appel pour la paix, Malaga, 10 octobre 2013

Les signataires appellent le gouvernement fédéral allemand à récuser totalement la validité du jugement du Tribunal de Nuremberg de 1946 et annuler le Traité d’Allemagne (*) ainsi que le Traité des « deux plus quatre » (**) et, dans la mesure où elle repose sur ce procès, de réviser et réécrire l’histoire sous l’autorité de l’institut Max Planck de droit public et international comparé. Les éléments suivants nous incitent à entreprendre cette démarche : a) Les médias allemands (à l’exception du journal Die Welt du 14/06/2013) ont en grande partie passé sous silence la dissimulation suivie du vol, par « l’accusateur » adjoint de l’époque Robert Kempner, du volumineux Journal d’Alfred Rosenberg condamné en 1946 par le « Tribunal de Nuremberg » comme « criminel de guerre ». De toute évidence cet acte visait à faire disparaître des éléments à décharge pour l’accusé. Le journal Die Welt s’enhardit à citer des médias américains qui disent que l’histoire devra être réécrite (http://www.welt.de/geschichte/zweiterweltkrieg/article117125532/Papiere-des-NS-Chefdenkers-veraendernGeschichte.html). Ces documents à décharge sont actuellement cachés par le Centre Simon Wiesenthal qui s’est frauduleusement approprié ces documents et cherche à les réinterpréter. A ce « Tribunal de Nuremberg » d’autres cas gravissimes relevant de la violation du droit et de la falsification ont été soulevés ou ont été reconnus par la recherche historique. b) Par ailleurs les médias allemands taisent (à l’exception du journal Die Welt du 06/09/2013 – http://www.welt.de/geschichte/zweiter-weltkrieg/article 119841027/Wie-echt-ist-die-mysterioese-Akte-von-Rudolf-Hess.html) la révélation de l’assassinat du prisonnier Rudolf Hess par les Services secrets de Sa Majesté rapporté récemment par la presse britannique qui se référait à Scotland Yard (The Independent – http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/adolf-hitlers-nazi-deputyrudolf-hess-murdered-by-british-agents-to-stop-him-spilling-wartime-secrets8802603.html). Hess devait emporter la vérité dans sa tombe. c) Par contre les médias ne nous ont pas caché la déclaration du ministre des finances Wolfgang Schäuble qui reconnaissait que, près de 70 ans après la fin de la guerre, l’Allemagne n’avait toujours pas recouvré sa souveraineté (http://www.bundesfinanzministerium.de/Content/DE/Reden/2011-2011-1118-european-banking-congress-html?view=renderPrint ). En conséquence nous demandons donc instamment au gouvernement fédéral allemand : 1. D’informer officiellement le peuple allemand que l’Allemagne, en 1945, n’a pas été occupée par les Forces alliées pour être « libérée » mais pour être soumise, trompée et pillée ;

2. De demander non seulement la publication des originaux du Journal de Rosenberg mais aussi tous les dossiers subtilisés ou transférés à l’étranger (USA, GB, URSS), d’ouvrir une enquête sur le meurtre du prisonnier Rudolf Hess (après une détention d’un demi-siècle) et de mettre en accusation les assassins britanniques et leurs commanditaires politiques ; 3. D’exiger de la FED la restitution à la République fédérale allemande de l’or allemand dérobé aux Allemands et de prier les alliés occidentaux de retirer immédiatement leurs agents et troupes d’occupation afin de rétablir la souveraineté de l’Allemagne après des décennies de tromperie et de servitude. Dr. Rigolf Hennig, Udo Voigt, Gerd Honsik, Jurij Below, Günter Deckert, Adrian Preissinger, Dr. Herbert Fritz (*) Accords de Bonn, 1952. (**) Signé le 12 septembre 1990 à Moscou par les ministres des Affaires étrangères des deux Etats allemands ainsi que des Etats-Unis, d’URSS, de Grande-Bretagne et de France.