UNE PHILOSOPHIE FAITE AUTOUR DU MONDE

Pierre Macherey ERES | Savoirs et clinique
2002/1 - no1 pages 65 à 73

ISSN 1634-3298

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-savoirs-et-cliniques-2002-1-page-65.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Savoirs et clinique, 2002/1 no1, p. 65-73. DOI : 10.3917/sc.001.0065
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.4.85.188 - 29/11/2013 21h35. © ERES Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.4.85.188 - 29/11/2013 21h35. © ERES

Macherey Pierre, « Une philosophie faite autour du monde »,

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

professeur de philosophie à l’université de Lille III. dans des conditions bien sûr extrêmement variables.LITTÉRATURE Une philosophie faite autour du monde Pierre Macherey Cet article sera consacré à quelques réflexions en marge du roman du « très curieux Jules Verne ». PUF. © ERES Pierre Macherey. Autrement dit. auteur notamment de Pour une théorie de la production littéraire.. par des philosophèmes ou des scientèmes. abordés sous des angles quelque peu différents.cairn. et À quoi pense la littérature ?.29/11/2013 21h35. il serait intéressant de voir ce que des gens ne faisant pas métier de « savoir » ont à dire sur des thèmes qui.. voire d’une science hors les murs. et tentons d’en faire une lecture transversale. ce qu’ils font pourtant le plus souvent sous l’impulsion d’une naïveté corporatiste dont leurs propres pensées de philosophes et de savants ont finalement moins à gagner qu’à pâtir. Le Tour du monde en quatrevingts jours 1. © ERES . concernent aussi la philosophie et les sciences.85..190. 1966. marginalement ou principalement. presque toutes les productions de littérature sont concernées. attentive à certains présupposés philosophiques et scientifiques qui en innervent la trame narrative. un peu au hasard.. Et pour cela. dont les philosophes et les savants de profession auraient tort de se désintéresser. Pour commencer. Le fil conducteur de Document téléchargé depuis www. L’hypothèse qui sous-tend ces réflexions est que. 65 Document téléchargé depuis www.188 . 1990. Maspéro.190.cairn. de façon concertée ou à l’insu de leurs auteurs. entendons par là des schèmes de pensée susceptibles d’être traités pour euxmêmes dans d’autres contextes. la philosophie et la science étant sans doute choses trop importantes pour qu’on en abandonne l’usage aux seuls philosophes et savants. quelques mots au sujet des préoccupations générales qui leur donnent un arrière-plan.4.188 . par ce rapport intrinsèque à la pensée sous ses formes spéculatives et cognitives qui fait de tous les écrivains (ou presque) les praticiens d’une philosophie. un ouvrage comme on dit « de fiction ».info .85.4. par exemple sous la responsabilité de figures argumentatives ou explicatives recensées comme « philosophiques » ou « scientifiques ». Il s’agit de savoir sous quelles formes des œuvres cataloguées comme « littéraires » sont travaillées.29/11/2013 21h35.info . ouvrons.

on fait le tour sans s’arrêter : proprement. avec l’infortune que l’on sait.188 . face à eux en plein ciel. à l’endroit où devrait se trouver le soleil. fait tourner la fable en fiction.info .cairn.cairn. à qui cet exposé veut rendre un hommage sans solennité en cette année bien peu fêtée du bicentenaire de sa naissance. d’un héros et d’une intrigue pour faire. mais occupant une place bien plus considérable que celle que celui-ci devrait remplir. et on a Le Tour du monde en quatre-vingts jours. illuminé en son centre par une applique d’éclairage au gaz qu’y a planté la main de l’homme : c’est en quelque sorte l’ascension au ciel de la terre métamorphosée en astre. ces moyens de communication ne laissent aucune des régions du monde inaccessible et en relient idéalement tous les points.85.29/11/2013 21h35.190. et aussitôt adapté au théâtre à la Porte Saint-Martin dont il a fait les beaux soirs pendant longtemps et où il a émerveillé. un certain Raymond Roussel qui en a fait ensuite. un personnage (un gentleman flegmatique. comme un monde refermé sur lui-même et du même coup recentré au cœur de l’univers ! Vision proprement miraculeuse. entre autres ingénus.4. pris dans le réseau de ses différents moyens de communication. puisqu’à ce jeu on ne gagne rien et on risque de tout perdre. Au premier plan d’un paysage de fantaisie réunissant des scènes naturelles qui évoquent différents continents et mettent simultanément en scène les trois grands moyens de transport utilisés dans l’action (éléphant.Littérature 66 Document téléchargé depuis www. chemin de fer : les figures emblématiques de la traction animale et mécanique).. On met tout cela ensemble. ce dont on dira un mot pour finir.. On prend un décor (un monde que la pittoresque bigarrure de ses parties n’empêche pas d’être rond et parfaitement cerclé sur lui-même. ouvrage d’éducation récréative publié par Jules Verne en 1872 en feuilletons dans le journal Le Temps. tout. deux personnages non identifiés trahissent quelque émotion en se montrant ébaubis.4. réseau essentiellement « sympathique » selon la première théorisation qui en avait été donnée par les saint-simoniens. qui ne s’étaient d’ailleurs pas contentés de faire la théorie de la chose mais avaient mis la main à la pâte en vue de la réaliser . qui permet de passer de l’une à l’autre sans rupture de continuité. un modèle littéraire absolu.29/11/2013 21h35. il faut encore ajouter le grain de sable qui. avec un système de correspondances garanties. entendons une sphère parfaite.. même le tour du monde en quatre-vingts jours ! Ce monde rond est un monde serti. Commençons par planter le décor : un monde bien rond. © ERES .info . guidée par une secrète maxime qui pourrait être énoncée ainsi : pourvu qu’on s’en donne les moyens. bateau.188 .190. un roman. dont la représentation est excellemment visualisée à travers l’illustration qui servait de frontispice à la première édition du livre 2. se déplace imperturbablement à toute pompe parce qu’il sait l’art de voyager en restant immobile. l’image d’un globe terrestre réticulé de ses méridiens et de ses parallèles. © ERES cette lecture nous sera fourni par un rapprochement entre la structure du roman vernien et certaines orientations de la philosophie positive d’Auguste Comte. adhérent et soudé à lui-même. pour reprendre une distinction introduite par Foucault dans le texte qu’il a consacré à Verne. doué d’une force de caractère peu commune qui. en effectuant cette distanciation du mythe par rapport à lui-même qui constitue la fonction propre de la littérature. car si l’on y regarde d’un peu plus près. On a cela en principe. on l’entoure en en réduisant toutes les particularités à des dis- Document téléchargé depuis www. qui témoigne des prodiges accomplis par la science maîtrisant les choses et les recréant à son idée. bien que strictement quantifiables. traînant derrière lui un certain nombre de satellites. engagent une vie entière. on peut tout faire. ce qui permet d’en faire le tour dans un laps de temps déterminé). ce qui effectue une sorte de saut du positif à l’existentiel).. D’un tel monde parfaitement ajusté. on s’aperçoit qu’il ne suffit pourtant pas d’un décor. un roman animé des frémissements d’une raison narrative qui y tisse le réseau de ses philosophèmes et de ses scientèmes : pour ce faire. bien plus qu’une simple histoire.85. en rigoureuse application du principe de la relativité) et une intrigue (la fable d’un pari risqué dont les enjeux.

Fogg. hymne à la communication dont l’inspiration première est manifestement saint-simonienne. et ceci sans états d’âme inutiles. la relation de l’espace au temps établit. autrefois ! Est-ce que la terre a diminué par hasard ? – Sans doute. Cette révélation est donnée tout au début du livre. Ce monde clos ressemble fort à celui dont avait parlé Auguste Comte dont la philosophie astronomique.info . Un tel monde.85. par rapport à la vision qu’on pouvait en avoir auparavant.188 . sinon en marchant. entendons le monde qu’il a fait sien en en traçant la carte et en le pliant à des itinéraires et à des horaires inscrits dans des annuaires. dans la première moitié du XIXe siècle.. dit à mivoix Phileas Fogg … – Comment. par sa nature. La terre a diminué. n’est pas si grand.. malgré les obstacles de sa condi- Document téléchargé depuis www. cette pensée ayant l’avantage d’être. inunifiable pluralité rend impossible à maîtriser.29/11/2013 21h35. également énoncée dans la 22e leçon du Cours. dans un livre intitulé Du monde clos à l’univers infini : c’est en quelque sorte le chemin inverse qu’accomplit Phileas 67 Document téléchargé depuis www. en théorie et en pratique. © ERES .Une philosophie faite autour du monde tances et aux temps mis pour les parcourir. il ne veut plus rien savoir.cairn. parce qu’il l’a définitivement rejeté du côté de cet univers incertain dont. et l’idée de monde devient la pensée la plus étendue qu’il nous soit permis de poursuivre habituellement avec fruit .. au moment où se forme dans l’esprit de Phileas Fogg l’idée de ce parcours intégral. bien installé dans ce monde dont il fait le tour. ainsi libéré des menaces pesant sur lui du fait de l’illimitation d’un univers que son inépuisable et. précisément parce que la chaîne continue de communication qui le lie à lui-même ne peut plus être brisée : « Mais après tout. © ERES Fogg dans le laps de temps bien délimité qui le reconduit. avait. la terre est assez vaste.. tandis que l’autre est de toute nécessité vague et indéfinie. 3) Ainsi mise en évidence. Je suis de l’avis de Mr. que c’est l’homme qui entoure le monde. s’aperçoit-on avec émerveillement. Le Tour du monde en quatre-vingts jours est ainsi un hymne à l’universelle liaison incarnée dans le réseau des moyens de transport. par un emploi bien combiné de son activité.188 . ce qui n’est pas rien. car on n’en aura jamais fait le tour.29/11/2013 21h35. répondit Gauthier Ralph. l’existence d’un monde que la maîtrise de ses distances raccourcit en le resserrant sur lui-même. entre certaines limites. donc en en ramenant les qualités à des quantités objectivement déterminables et mesurables. Citons la vingt-deuxième leçon du Cours : « L’idée d’univers se trouve ainsi essentiellement exclue de la philosophie vraiment positive. afin de parvenir à les modifier à son avantage. au lieu que ce soit le monde qui entoure l’homme : découverte entre toutes apaisante parce qu’elle dissipe les angoisses traditionnellement associées à la vision d’un univers infini. le monde a rétréci.85. » C’est précisément ce dont Phileas Fogg fait la démonstration.4. de l’univers infini à un monde clos. et l’ensemble de l’humanité à sa suite.190. et en établissant une franche ligne de démarcation entre des imprévus qu’il estime pouvoir dominer en les contournant et un imprévisible auquel il ne prête nulle attention.190. du « tour » à effectuer dans lequel il s’engage sans réserve pour le pur plaisir de démontrer que. pilier de l’édifice du Cours de philosophie positive. qui fixe à la philosophie positive ses grandes orientations : « À l’idée fantastique et énervante d’un univers arrangé pour l’homme. – Elle l’était autrefois…. du moins en sautant de trains en bateaux et de bateaux en trains. A. nous substituons la conception réelle et vivifiante de l’homme découvrant par un exercice positif de son intelligence les vraies lois générales du monde. ce qui doit être regardé comme un véritable progrès. Et ainsi on découvre. en se pliant avec un sang-froid imperturbable aux aléas de l’événement. Koyré avait rendu compte de la grande révolution de la science classique et de sa rupture avec les structures représentationnelles du cosmos antique.info . exactement circonscrite. puisqu’on la parcourt maintenant dix fois plus vite qu’il y a cent ans… » (chap. où l’on risque en permanence la panne de communication. posé les conditions de cette fermeture d’un ordre recentré et recourbé sur luimême. en conséquence.4.cairn. Il paraît ainsi illustrer la maxime.

85. Phileas Fogg aurait parfaitement pu reprendre à son compte la devise du positivisme : « La seule chose absolue. sur la surface d’une terre où la bonne livre anglaise est partout convertible. © ERES . traverse Phileas Fogg. Allez. prévoyance d’où action ». pour ne pas rester sur le plan d’un pur fantasme. il n’a d’autre préoccupation que de faire à moments réguliers le point de ses gains et de ses pertes. c’est qu’il n’y a que du relatif. l’hommecoquille. maître de lui-même comme il veut être maître du monde sinon de l’univers. la seule condition pour le pratiquer étant d’avoir en permanence à sa main le sac où est enfermée la liasse de bank-notes qui sont le vrai moyen de communication universel : avec lui. C’est par ma faute que… – Je n’accuse personne. répond Phileas Fogg du ton le plus calme. Cet homme. c’est au valet français Passepartout qu’est dévolu le rôle alternatif du « badaud » qui se promène au lieu de voyager. sans se presser et sans s’arrêter.. tel qu’il le voit sans jamais consentir. c’est Phileas Fogg. des éléphants.190.info . » Et. dénervé et ainsi désinhibé. passons à présent à l’évocation du personnage.. ce dont Phileas Fogg n’a pas besoin de faire la pénible épreuve pour s’en convaincre. la peine et les compétences spéciales des hommes. il y a toujours un moyen de substitution envisageable. c’est bien celui dont parle A.info . ou de l’Empire-monde.4. d’une idéalité sans contenu. Sans illusion et sans rancune. Mais ces retards ne troublent pas sa sérénité parce qu’il sait que lorsque les lignes directes font défaut.Littérature Du décor. ce qui le conduit à s’intéresser aux particularités des pays traversés. quand il ne reste pas tout à fait impassible et muet. en tous les points duquel resurgissent à l’identique les structures de la ville industrielle moderne. Document téléchargé depuis www.4. et a généralement pour conséquence de déclencher quiproquos et catastrophes qui retardent les déplacements de son maître. pour les raisons les plus variées. des navires. Muni d’un itinéraire méthodiquement établi avec la minutie d’un plan comptable. autre devise du positivisme. les trains n’arrivent pas toujours à l’heure dite. consciemment ou non. doit coïncider avec la réalité d’un monde où. dans un même élan. l’homme-machine. l’homme-montre. Le trait le plus caractéristique de Phileas Fogg. faire la preuve que l’homme entoure le monde.. qu’il a réduit à son épure topographique. outre le fait qu’à la venue des catastrophes il se contente. à le regarder. du fait d’être entièrement soumis à la règle : « Science d’où prévoyance . 35). déposées comme des stations au long de ce qui a cessé d’être un chemin de croix pour devenir comme une unique ligne de chemin de fer allant et s’arrêtant partout.cairn. » Malgré tout. qui paraît se diriger dans la vie comme un automate parce qu’il n’a en tête qu’une seule idée : 68 Le modèle auquel Jules Verne s’est référé.188 . car ce qui ne dépend pas de lui ne peut en rien le concerner. cette vision. pour construire la psy- Document téléchargé depuis www. de dire : « Ah ! ». « Mon maître ! monsieur Fogg ! maudissez-moi. par principe.cairn.. Comte et que.85.190. De cela d’ailleurs celui-ci ne lui tient aucune rigueur : lorsque Passepartout vient s’excuser des fâcheuses conséquences provoquées par ses initiatives intempestives. on peut tout acquérir. d’un pas aussi régulier que possible. il faut la présence d’un homme vide.188 . comme les aiguilles d’une horloge bien agencée et remontée à fond. il pratique une uniforme clémence et indifférence à l’égard de troubles qu’il réduit en ne leur consacrant aucune attention.29/11/2013 21h35. Pour témoigner de la réalité d’un monde plein. en sachant au plus juste où il en est de ses déplacements et de ses horaires : car c’est à ce prix qu’il peut prétendre arriver à traverser de part en part un monde sans qualités et sans histoire. c’est sa totale absence de curiosité : jamais il ne regarde par la fenêtre du train le paysage dont la variété est parfaitement superfétatoire à la structure spatiotemporelle de son monde. assurant ainsi la continuité d’échanges dont la logique ne peut être rompue. Ce qu’on découvre en s’essoufflant à la poursuite de Phileas Fogg. » (chap. c’est ainsi la réalité de l’État-monde. Dans le roman qu’a écrit Jules Verne. © ERES tion. ce qu’il effectue en poursuivant invariablement son mouvement. Ce monde parfaitement adéquat à lui-même.29/11/2013 21h35.

composée d’une part du montant du pari.info . devant ses collègues du Reform-Club. même au risque de prendre quelque retard sur les horaires prévus.Une philosophie faite autour du monde 69 Document téléchargé depuis www. car cela signifie clairement que le monde complètement humanisé dans lequel Phileas Fogg effectue son impeccable trajectoire n’est pas uniquement soumis à des critères mercantiles qui identifient la rationalité à un calcul : ce qui maintient Phileas Fogg sur la voie qu’il s’est tracée. s’il réussit son entreprise. c’est celui. de faire le tour du monde en quatre-vingts jours. et la seule passion dont Jules Verne crédite son héros est précisément celle des cartes. c’est parce qu’il ne transige pas non plus avec cette sorte d’obligation. il le mène précisément comme une partie de cartes dont. et que. Dans ce sens précisément. Si Phileas Fogg est un être inflexible. l’amène à mettre en péril le déroulement de son programme. au cours de sa seconde carrière. il calcule minutieusement tous les coups sans Document téléchargé depuis www. ce n’est pas par l’appât du gain : la quête de quelque chose qui échappe à toute mesure quantifiable et qui ressemble fort à de l’absolu. nous le verrons quand le moment en sera venu. l’épilogue du roman. sans excès dionysiaques. à la surprise générale.85. ce n’est pas le sens de ses intérêts bien compris. à la sienne propre tout d’abord. pratiques auxquelles il convient impérativement de barrer la route. à y revenir. de le récupérer à l’identique.190. Phileas Fogg est l’homme tranquille ou tranquillisé parce qu’il a inscrit à son programme ce respect d’une loi non écrite qui lui garantit d’être en toutes circonstances en paix avec lui-même et de vivre en homme qui ne pense à rien moins qu’au mal et à la mort.. parti de Londres un mercredi 2 octobre à huit heures quarante-cinq du soir. un total d’un million qu’il prend le risque de perdre en totalité avec le seul espoir.29/11/2013 21h35. avec pour principe central ce qu’il a été le premier à appeler « l’altruisme » : par là.188 . on serait presque tenté de penser à l’éthique nietzschéenne du surhomme dont Phileas Fogg assumerait aussi. auxquelles. Ceci nous amène directement à considérer ce qui constitue le ressort de l’action : le pari fait par Phileas Fogg. Philéas Fogg engage la totalité de ses biens : une somme considérable. par exemple en s’engageant à délivrer du bûcher la veuve d’un nabab hindou. Toutefois. où la fable se mue en fiction. mais de la générosité..cairn.190. ce qui l’engage. s’il est poussé par quelque chose. et d’autre part des 20 000 autres livres qui constituent la caisse de voyage indispensable à la couverture des frais de son projet. Dans ce pari.188 . de manière inconditionnée et désintéressée. même en voyage.cairn. par l’autre côté. fait redevenir ce surhomme un homme comme tout le monde. à l’occasion.4.. 20 000 livres. une jeune femme charmante victime des barbares pratiques des prêtres de religions archaïques. mais un pur sentiment du devoir qui. et ceci à la suite d’une bienheureuse erreur de calcul commise bien sûr à son insu.29/11/2013 21h35. soit. ce qu’il finira par faire. tel qu’il se trouve au centre de la morale cartésienne. où il a institué dans sa classification une septième science. converties en francs-or de l’époque. © ERES . a assigné à celle-ci comme contenu la morale. ce qui témoigne clairement du fait qu’il s’agit d’une affaire des moins rentables.. ce qui n’est nullement incompatible avec les préceptes de la morale comtienne. même si cet absolu ne se trouve nulle part ailleurs que dans le monde du relatif.85. il a cherché précisément à démontrer que le nouveau monde créé par l’industrie humaine relève d’une « destination » qui transcende les valeurs de l’utilité. ces dernières devant toujours être subordonnées au principe d’un intransigible devoir. certaines orientations. il consacre le temps qu’il ne passe pas à manger et à dormir : son voyage autour du monde. offrant à ses partenaires un visage toujours impénétrable. qui ne répond à aucune vue particulière et conditionnelle mais s’impose absolument. Ce pari ne pouvait être lancé que par un joueur. Ici encore nous retrouvons Auguste Comte qui. non de l’intérêt tel que l’ont monté en épingle les utilitaristes anglais. pour témoigner de l’ordre du monde. Et ici. C’est très important. le samedi 21 décembre de la même année à la même heure. © ERES chologie de son héros. sereinement.info .4.

les joueurs ayant retourné leurs cartes sur la table. le chevalier de Méré. il y en a deux. bien au-delà de ses biens ou de sa vie. d’un seul bien certain..4. ou plutôt de ces grains de sable. En évoquant cet épilogue du roman qui. © ERES rien laisser transparaître de la tactique qu’une fois adoptée il suivra rigoureusement jusqu’au bout. de parfaite éducation européenne il est vrai. Suez. faire la traversée pour Liverpool qui devait le ramener à Londres en décembre.85. il a mené son tour du monde suivant un itinéraire allant d’ouest en est. et qui pourtant sont reliés entre eux par un secret appariement. au vu de leurs situations respectives. Le premier grain de sable – et il fait complètement déraper la fable – c’est le coup de théâtre final par lequel Phileas Fogg gagne son pari alors qu’il croyait dur comme fer l’avoir perdu. en sens inverse donc du mouvement apparent du soleil : ainsi. Ayant quitté Londres en octobre pour Douvres.. à qui une femme ose demander..190. la fable en travail sur la fable. il expose.cairn. qui ne se ressemblent pas. Mais au-delà des enjeux attachés à la situation profane qui en avait été l’occasion de départ. son existence personnelle dans ce que celle-ci a de plus intime. et ce fut pour une part l’origine du calcul des probabilités. le coup de grâce qui transforme le mythe en fiction. en prenant cet engagement.info . en franchissant chacun des 360 degrés qui jalonnent le globe terrestre des cartographes. en livre la signification profonde. Pascal se fit aussi pour son propre compte une interprétation qu’on peut dire transcendante de la question posée par le chevalier de Méré : la partie de cartes. Cet homme-programme qui est aussi un homme-défi n’est donc pas tout à fait de marbre et d’acier : c’est un flambeur impénitent.29/11/2013 21h35. Hong-Kong. serait-il possible.cairn. dans laquelle nous sommes tous embarqués. la vision du monde en action romanesque. Bombay. de l’épouser. a quelque chose d’une résurrection salvatrice .190. par rapport à elle-même. c’est la vie humaine. puis Brindisi. on évoque déjà le grain de sable. et dont nous pouvons être à tout moment débarqués. de là. et peut-on dire métaphysiquement. Ce dernier avait posé à Pascal la question suivante : étant donné une partie de cartes déjà engagée qu’un incident inopiné oblige à interrompre en plein milieu.188 .188 .info . New York et.4. il a gagné à chaque fois quatre minutes Document téléchargé depuis www. temps où l’univers élargi et libéré des contraintes du cosmos antique ne s’était pas encore rétréci en monde entourable. Yokohama.29/11/2013 21h35. à vrai dire fort mince.. © ERES . Il n’en reste pas moins que son pari n’est pas sans offrir quelque ressemblance avec celui théorisé par Pascal : s’offrant à tout perdre. en donna une formulation en termes mathématiques qui lui permit de démontrer ce qu’il a appelé la « règle des partis » qui en constitue la solution. une juste répartition de leurs mises à partir de l’évaluation des chances de chacun de gagner ou de perdre la partie au cas où celle-ci aurait pu être menée jusqu’à son terme ? Pascal trouva le problème intéressant. San Francisco. métaphore développée dans une page centrale du manuscrit des Pensées préparatoires à l’Apologie de la religion chrétienne. fait tout le génie de Jules Verne romancier philosophe et savant. c’est-à-dire du salut et de la damnation éternels. ce qui est bien la dernière chose à laquelle il se serait attendu. cette résurrection fait de l’épopée initiatique un roman de formation au cours duquel le conquérant d’un monde tout rond se fait lui-même posséder par les charmes ensorcelants d’une princesse pakistanaise. en vue de rejoindre Paris. de façon pressante. travail qui la distancie ironiquement.Littérature 70 Document téléchargé depuis www. L’élaboration de ce grain de sable. comme l’avait été en un autre temps. où l’on joue des biens incertains contre l’espoir. puisqu’elle va ressortir de l’aventure complètement perturbée sur le plan de ses inclinations. loin d’être un épisode accessoire. Calcutta. car à y regarder de plus près. et ainsi sommés de rendre des comptes en montrant le dessous de nos cartes et en nous exposant à être jugés ou jaugés au grand étalon des profits et pertes. qui fait de Philéas Fogg un homme qui a un cœur. De là la grande métaphore du pari. ce qui n’était absolument pas prévu au départ : et cette métamorphose. de décider.85. Les convictions religieuses de Phileas Fogg ne sont nulle part évoquées dans le roman écrit par Jules Verne.

C’est-à-dire qu’au fur et à mesure de son parcours. Or Phileas Fogg. selon la même logique qui ne lui apparaît qu’après coup. à son grand étonnement.4. dont il a fait un épisode romanesque émouvant et drôle à la fois.188 . il en avait fait le sujet d’une communication mi-érudite. © ERES . Gageons que Pascal. La voici telle que Jules Verne la reproduit : « Notre conversation d’hier m’a donné l’idée d’un problème dont voici l’énoncé : un monsieur. C’est-à-dire qu’il découvre inopinément. lui avait adressée.85. mais aussi fait grand peur à lui-même de ces paradoxes. à New York également… mais au retour. S’il avait fait son tour en sens inverse. ce dont il ne se rend pas compte lui-même sur le moment parce qu’en remettant à l’heure de Londres sa montre. d’un autre côté. et il aurait fait aussi quatre repas de plus. et se retrouver le même qu’on était au départ. Un an après la publication du Tour du monde en quatre-vingt jours. Jules Verne l’avait sans doute trouvée en lisant un conte d’Edgard Poe. secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. peut-il et doit-il jeter le jambon qui devient défendu ? Il est évident que la transition doit être brusque. il demande : quelle heure est-il ? On lui répond invariablement : midi. Mais supposez un parallèle tout entier sur le continent et habité par des peuples civilisés parlant tous la même langue et soumis aux mêmes lois..188 . Où se fait la transition ? Sur quel méridien notre voyageur. muni de moyens de transport suffisants. Yédo. etc. de là à New York. selon les cas.. À chaque station. il n’a pas pensé à faire la rectification compensatoire.4. La Semaine des trois dimanches. et les lecteurs du roman à sa suite. donc avec cinq minutes de retard sur son pari qu’il croit de ce fait perdu. on lui répond : vendredi. Il demande ensuite : à quel jour de la semaine vivons-nous ? À Brest.info . Ils n’auront pas vécu huit jours dans cette situation sans être arrivés à s’entendre sur le calendrier : l’équivoque cessera donc. Elle se fera en mer ou dans les pays qui ignorent le nom des jours de la semaine. » À ce jeu. La durée effectivement vécue reste la même mais les temps. dont il avait rendu compte en 1864 dans un article publié dans le Musée des familles. © ERES sur les 1 440 constituant à l’heure du soleil le total d’une journée complète. s’apprécient autrement. s’il est bon catholique. à Pontoise. et il revient à Paris après vingt-quatre heures de course. Cette idée. s’il en avait eu connaissance. il a précisément accumulé sans s’en rendre compte les quatre fois trois cent soixante ou vingt-quatre fois soixante minutes qui font toute une journée d’avance sur son horaire . ce qui conduit à toutes sortes d’équivoques et de méprises dont il faut tenir compte si l’on veut être sûr d’arriver à l’heure dite au bout du voyage.Une philosophie faite autour du monde 71 Document téléchargé depuis www. quitte Paris un jeudi à midi . mi-plaisante à la très sérieuse Société de géographie dont il était membre 4. au lieu de gagner un jour. il en aurait perdu un. il est clair qu’on risque de perdre la tête. Phileas Fogg est de fait arrivé la veille. dont il est bien précisé qu’elle indique les quantièmes. que quatre-vingts jours de 1 440 minutes d’une montre remontée à l’heure de Londres au méridien zéro font soixante-dix neuf jours d’une montre constamment réajustée à l’heure des pays traversés au long d’un voyage effectué d’ouest en est. se serait enchanté. Supposez. par l’ouest et non par l’est. le vendredi 20 décembre. savant et amusant à la fois. et l’on aura un mouvement perpétuel dans le dictionnaire des jours de la semaine.29/11/2013 21h35. il y aura deux voisins séparés par une haie dont l’un dira aujourd’hui à midi : nous sommes à jeudi . arrivera au bout de son voyage à l’heure dite mais se découvrant être luimême un autre homme.29/11/2013 21h35. soixante-dix neuf jours après son départ. par exemple. et quatre-vingt-un jours du même voyage effectué en sens inverse. à San Francisco.info . il se dirige vers Brest. à raison de quinze degrés à l’heure.190. c’est-à-dire les jours.cairn.cairn. communication dans laquelle il citait une lettre que le mathématicien Joseph Bertrand. lui qui a eu Document téléchargé depuis www. sans doute inspiré par la lecture de son roman. que l’un habite Sèvres et l’autre Bellevue..190. mais elle renaîtra ailleurs. et dont l’autre dira : nous sommes à vendredi.. où il avait présenté le phénomène traité par Poe comme « une plaisanterie cosmographique dite en termes curieux 3 » .85. croyant être arrivé à Londres le samedi 21 décembre à 8 h 50 du soir.. on lui répond : jeudi .

qui relate ce retournement à tous égards bouleversant : « Phileas Fogg prit une chaise et s’assit près de la cheminée. monsieur.cairn. Là est finalement la leçon du voyage qui. mais. Fogg. À trop voyager. Quoi ! pas un cœur pour y verser vos peines. Mais il y a aussi un autre hasard. il se trouve confronté à deux types d’aléas. répondit froidement le gentleman. ce qui eût tout changé. je n’ai besoin de rien. répondit Mr.85. madame. on peut l’estimer. et par là même se mue. Le Fogg du retour était exactement le Fogg du départ. de même qu’il ne savait pas. simultanément divertit le temps. – Vos parents… – Je n’ai plus de parents. il est parti ainsi poussé vers son Orient secret. On dit cependant qu’à deux la misère elle-même est supportable encore ! – On le dit. de tenir sa montre bien à l’heure.29/11/2013 21h35. comme le nez de Cléopâtre.Littérature 72 Document téléchargé depuis www. en face de Mrs.4. on perd la capacité de savoir quel jour on est. ce qui est le second grain de sable : ce sont ces incroyables révélations que lui apportera un voyage dont il pensait en l’entreprenant qu’il ne pouvait rien lui apprendre qu’il ne sût déjà. en conquérant conquis qui savoure pour finir les joies d’une triomphante défaite. Son visage ne reflétait aucune émotion. qu’il a effectivement rencontrée de ce côté-là. Aouda. Aouda. Phileas Fogg. qu’il avait un cœur. il s’est orienté dans le sens des aiguilles d’une montre. lui. Ceci signifie qu’au cours de son trajet. se superpose la complexité mouvante et impossible à maîtriser complètement de durées plus ou moins conventionnelles et fondées sur des compromis qui dilatent ou contractent ce même temps en retirant à la notion sacrée de « jour de la semaine » son apparente stabilité. monsieur Fogg. Il vaut la peine de relire entièrement la sublime page.info . que deviendrez-vous ? demanda Mrs Aouda. qui jette la donne d’une partie de cartes et confronte le joueur à la nécessité de faire au mieux avec ce qu’il a en main. dit alors Mrs. madame. en conformité avec le modèle auquel toute sa personne s’est automatiquement adaptée . car l’isolement est une triste chose.188 .. brouille les repères qui le font appréhender comme soumis au rythme d’un écoulement régulier et constant. en couvrant la surface du monde. madame. l’homme-montre. qui est la Femme. envisagez-vous donc le sort qui vous attend ? – Comme il convient de le faire. qui l’ont conduit là où il ne pensait pas aller au sens d’une pensée clairement réfléchie et contrôlée : instinctivement. à la main de l’homme. en divertissement. ne le savait pas en se mettant en route. qui. si Phileas Fogg a quitté l’Angleterre du côté de Douvres. – Je vous plains alors. sous l’influence de deux impulsions secrètes. c’est-à-dire plus généralement où on en est avec le temps des hommes : ce temps. en morale et en religion.. Cela. vous. ainsi qu’il s’y attendait. c’est bien là que veut nous conduire le roman de Verne. à un seul.info . donc parcourir un cercle vers la droite et non vers la gauche. du temps contaminé par l’instabilité et l’incertitude des mesures humaines. et non.4. – En tout cas.190. noué à l’espace qu’il lui faut bien habiter en chacun de ses points. dont il faut bien tenir compte dans ses calculs si on ne veut pas se perdre complètement dans un monde déboussolé et devenu impossible à maîtriser. Vos amis… – Je n’ai point d’amis. © ERES constamment le souci.85. reprit Mrs Aouda. voulez-vous à la fois d’une parente et d’une amie ? Voulez-vous Document téléchargé depuis www. Il y a le hasard. Même calme. sans qu’on sache où il était passé. c’est. – Monsieur Fogg.188 . comme tel. © ERES . Or. devient du temps perdu. au sens fort du terme. autre révélation entre toutes déroutante.190. ce qu’il savait moins encore. ne s’affronte pas en conscience : c’est celui qui fait quitter Londres par Douvres et non par Liverpool. qui se leva et tendit la main au gentleman.. puis retrouvé.29/11/2013 21h35. monsieur Fogg. – Moi. qui n’est pas univoquement réductible au mythème d’un monde clos et ramené. la misère ne saurait atteindre un homme tel que vous.cairn. c’est-à-dire en expérience métaphysique. prévisible et pour une part maîtrisable. calculée avec la minutieuse précision d’un relevé de marine.. même impassibilité… “Mais. À l’homogénéité d’un temps cosmique qui se poursuit imperturbablement à l’identique. Or. – Mais comment.

190. Mrs. l’austère Littré en tête. 3. avait. 4. en avance sur Phileas Fogg. Document téléchargé depuis www.188 . Ainsi s’achève le livre : sur cette vision déréglée et déréglante d’un monde complètement à l’envers.4. « sens dessus dessous ».info . 1990.cairn.info . lorsque le fondateur de la philosophie positive.. © ERES .. Il ferma les yeux un instant. c’est-à-dire à la science de l’affectivité. comme un tremblement sur ses lèvres. pour reprendre le titre d’un autre récit de Jules Verne. Delabroy dans la collection Presses Pocket. 329 et sq. ni surtout forcer leur intimité en prenant l’initiative de les pénétrer de leurs irrésistibles regards. 1 du dossier iconographique de l’édition utilisée.Une philosophie faite autour du monde NOTES 1.29/11/2013 21h35. 73 Document téléchargé depuis www. p. en vérité. La sincérité. Cf. ibid. Cf. Paris. Verne par J.85. les disciples de Comte l’avaient eux aussi éprouvé. Oui. adjonction qui en transformait le sens de fond en comble.85. émotion sans doute redoublée par le fait que rien n’avait pu les préparer à l’idée proprement inconvenante que les dames puissent demander les messieurs en mariage.. s’était levé à son tour. puis le pénétrèrent.cairn. 2. à cette parole. en portant la main à son cœur… » (chap. consacrée à la morale. comme pour éviter que ce regard ne s’enfonçât plus avant… Quand il les rouvrit : “Je vous aime ! dit-il simplement. ce qui devait ensuite arriver à Phileas Fogg dans la fiction rédigée par Jules Verne.. la droiture. la fermeté et la douceur de ce beau regard d’une noble femme qui ose tout pour sauver celui auquel elle doit tout. l’étonnèrent d’abord. dans le dossier documentaire de l’édition citée les pages 334 et sq. eu la révélation du fait que la femme est l’Orient de l’homme. et je suis tout à vous ! – Ah…” s’écria Mrs Aouda. série « Lire et voir les classiques » n° 6027. et aussitôt théorisé dans sa philosophie. On imagine sans peine l’émotion des jeunes abonnés du Magasin d’éducation et de récréation à la lecture de cet épisode.190. 35). © ERES de moi pour votre femme ?” Mr. Ce retournement. Est utilisée l’édition excellemment documentée et commentée du roman de J. Aouda le regardait.188 . Fogg. Il y avait comme un reflet inaccoutumé dans ses yeux. suite aux bouleversements de « l’année sans pareille » qui s’était terminée à la mort de Clotilde de Vaux..4. par tout ce qu’il y a de plus sacré au monde. je vous aime. Cette illustration est reproduite à la p. ce qui l’amena logiquement à reprendre le tableau de sa classification des sciences pour y ajouter – on y a déjà fait allusion – une nouvelle ligne.29/11/2013 21h35. On pourrait dire que Comte avait en quelque sorte vécu en réalité.