You are on page 1of 12

1. DOMAINE DU RENFORCEMENTS DES SOLS 2.

LES COLONNES BALLASTÉES
2.1 Méthode d’exécution 2.2 Domaines d’application 2.3 Mécanisme de renforcement 2.3.1 Comportement d’une colonne isolée 2.3.2 Paramètres du projet 2.3.3 Calculs du tassement d’un sol renforcé par des colonnes ballastées

2 2
2 3 3 3 3 3

3. LES TIRANTS D’ANCRAGE
3.1 Technologie et définitions 3.2 Domaines d’application 3.3 Différences de comportement des tirants passifs et des tirants actifs 3.4 Protection contre la corrosion 3.5 Mise en service des tirants précontraints et essais de contrôle 3.6 Dimensionnement de la longueur de scellement des tirants

4
4 5 5 5 6 6

4. COLONNES INJECTÉES PAR JET SOUS HAUTE PRESSION (JET GROUTING)
4.1 Principe et mise en œuvre des colonnes de « jet grouting » 4.2 Domaines d’application 4.3 Essais, contrôles, vérification

9
9 12 12

B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03)

Cnam –Paris –Géotechnique

C. Plumelle

1

par vibro-substitution .50m à 1m mise en place au-dessus des colonnes assure le transfert des charges superficielles vers les colonnes.1. Plumelle 2 . Fig. par vibro-refoulement. les colonnes ballastées. La formation de la colonne est effectuée à la remontée du tube en compactant des agrégats calcaires ou silico-calcaires 15/30 à 20/40 ou plus. Keller) B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C. Une couche de forme de 0. Les colonnes ballastées 2. sont plus utilisées en France que les techniques par voie humide. sans que ce soit exhaustif. Les techniques par voie sèche. les tirants d’ancrage et le « jet grouting ».1 Méthode d’exécution Elle comprend une première phase de forage suivie d’une seconde phase de constitution et de compactage de la colonne (Fig. Domaine du renforcements des sols Les renforcements de sol traités dans ce chapitre concernent l’amélioration des sols avec inclusions. Par voie sèche la profondeur du traitement est limitée à 15m.1 Phases d’exécution d’un colonne ballastée (doc. 2. On étudie successivement.1).

de limiter les tassements. Pour les cas de semelles filantes et carrées Priebe a proposé des abaques permettant de passer de la valeur du tassement dans le cas du maillage infini aux tassements sous des semelles filantes ou carrées. tan2 (π/4 + ϕ’col / 2 ). l’angle de frottement ϕ’ de la colonne. Dans le cas d’un maillage infini. en particulier pour des entrepôts industriels. B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C. Les objectifs sont d’améliorer la portance du sol. La contrainte de rupture est égale à qu = σh . Le diamètre de la colonne varie suivant le matériel et le consistance du sol de 0. la résistance du sol encaissant. affecté d’un coefficient correcteur de profondeur. pour rendre le sol non liquéfiable. avec σh égal à la pression limite pressiométrique pl moyennée sur toute la hauteur de la colonne et ϕ’col pris généralement égal à 38°. voir d’assurer la stabilité de versants.2 Paramètres du projet Les paramètres du projet sont le diamètre de la colonne. dans ce cas il est nécessaire de rigidifier les colonnes en les injectant. 2. un facteur d’amélioration n qui est fonction de ϕ’col .2. Le maillage est fonction des charges maximales apportées par le dallage. 2. le maillage.2 Domaines d’application Le procédé s’applique aux sols fins de faible cohésion : vases . la méthode souvent utilisée en France est la méthode de Priebe. La colonne étant plus rigide que le sol encaissant le report des charges est plus important sur les colonnes. d’où une augmentation de la portance du sol renforcé et une réduction du tassement. d’accélérer la consolidation. du rapport entre la surface de la maille et la section de la colonne F/Fs et du rapport entre les modules d’élasticité de la colonne et du sol Es /EB.70 à 0.50m à 1m. 2.3.3 Mécanisme de renforcement 2.1 Comportement d’une colonne isolée La stabilité de la colonne composée de matériaux granulaires étant sans cohésion sa stabilité est assurée par l’effet triaxial du terrain encaissant. De plus la colonne peut se rompre par écrasement et par défaut de capacité portante. des stations d’épuration.2 ( en révision) impose un coefficient de sécurité de 2 sur qu pour calculer la contrainte « admissible » qa. argiles.3. sans les annuler complètement. elle – même limitée à 0. Les colonnes ballastées sont utilisées pour améliorer les plate formes des fondations superficielles.3 Calculs du tassement d’un sol renforcé par des colonnes ballastées Le calcul des tassements peut se faire suivant plusieurs méthodes. Le tassement du sol renforcé est alors égal au rapport du tassement du sol vierge par n. Une méthode plus moderne de calcul des tassements est l’utilisation de la méthode des éléments finis en axisymétrique (2D) qui permet de faire un couplage hydromécanique en tenant compte de la consolidation radiale apportée par les colonnes. des soutènements en remblai.80m. le rapport entre la contrainte dans la colonne et le sol et la compatibilité entre les déformations de la colonne et du sol. les appuis isolés. avec les notations de Priebe. les semelles filantes.3. limons. mais on verra qu’ il faut que le terrain ait quand même une certaine résistance . Le DTU 13. et la technique ne convient pas pour des épaisseurs importantes de tourbes ou d’ argiles trop compressibles.8 MPa. on définit. avec des valeurs de projet souvent prises de 0. Plumelle 3 .

généralement derrière les rideaux de palplanches. Fig.3). Les tirants à plaque qui sont mis en place à la construction des remblais. Les tirants d’ancrage 3. Soletanche. Plumelle 4 .Bachy) Pour les tirants à bulbe on distingue la partie libre sans liaison avec le terrain et la partie scellée qui transfert l’effort au terrain par frottement latéral tout le long du bulbe ( Fig. Leurs techniques d’exécution ont été décrites au chapitre 2. Ils sont constitués de plaques isolées ou filantes qui travaillent par butée et nécessitent donc un déplacement important. paragraphe 3. Les tirants à bulbe de coulis de ciment injecté dans le sol en place ( Fig. Fig.3 Schéma d’un tirant B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.2).2 Chantier de tirants d’ancrage (doc.3.1 Technologie et définitions On distingue 2 types de tirants d’ancrage.

parois berlinoises. sans précontrainte initiale. précontraints. Plumelle 5 .4 Dispositif de la protection de classe P2 (TA 95) B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.4 Protection contre la corrosion Les tirants d’ancrage doivent être protégés contre la corrosion. 3. sans pouvoir évidemment les supprimer. pour les tirants à plaque on prendra généralement une épaisseur sacrifiée à la corrosion.3. nécessite des déplacements importants pour équilibrer les efforts transmis par la structure. paragraphe 3) Fig. Les tirants à bulbe scellé dans le terrain en place sont généralement précontraints. pour les tirants d’ancrage à bulbe.4) que le sol est agressif et la durée de vie de l’ancrage longue (chapitre 2. Ils sont également employés pour équilibrer les sous pressions sous un radier. la protection sera d’autant plus sévère (Fig.2 Domaines d’application Les tirants à plaque sont généralement utilisés pour les rideaux de palplanches. Enfin ils s’appliquent au renforcement de stabilité de pentes et à des reprises en sous –œuvre. 3. Un tirant. est immédiatement actif et permet de limiter les déplacements de l’ouvrage. Ils sont associés le plus souvent à la stabilité des parois : parois moulées. avec précontrainte initiale.3 Différences de comportement des tirants passifs et des tirants actifs Un tirant passif.

0. il est obligatoire de faire des essais de conformité.9 Tc} A défaut d’essais préalables. avec un essai de fluage.5mm entre 2 et 12 min Terrain fluant Allongement < 1mm entre 6 et 22 min Les essais de contrôle sont obligatoires.15 Ts Tirant permanent Te = 1.66 Tu . ils permettent de vérifier statistiquement la qualité de l’exécution des tirants du chantier (TA 95) 3. Tableau 1. Tous les tirants d’ancrage sont soumis à cette traction d’épreuve (TA 95) Le tableau 1 indique les procédures d’essai et les critères de réception. comme pour les essais de pieux.6 Dimensionnement de la longueur de scellement des tirants La capacité portante des tirants d’ancrage à bulbe est généralement déterminée grâce à l’expérience de l’entreprise. la charge de rupture Tu et la charge critique de fluage Tc. 0.8 Tc} Pour les tirants provisoires : Ts = min {0. Dans le cas de nouveaux types de tirants ou de terrains difficiles à injecter il est obligatoire de procéder à des essais préalables qui permettent de déterminer. Pour les tirants permanents : Ts = min {0. Enfin. Pour ces 2 types d’essai les tirants ne sont pas réutilisables.3.5 Mise en service des tirants précontraints et essais de contrôle La mise en service de chaque tirant comporte une traction d’épreuve Te. Plumelle 6 . en début de chantier dans le but de vérifier la validité des hypothèses de dimensionnement.5) B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.25 Ts Terrain non fluant 12 min Terrain fluant 22 min Terrain non fluant Allongement < 1. on utilisera avec prudence les abaques de pré dimensionnement qui sont annexés au TA 95 Tableaux 2 et Fig. On en déduit la traction de service Ts. préalablement à l’opération de blocage. Essais à la mise en tension (d’après le TA 95) Tension d’essai Te Ts : traction de service Durée Critères de réception ESSAIS à la MISE en TENSION Tirant provisoire Te = 1.66 Tu .

Plumelle 7 .Valeur du coefficient α pour le calcul du diamètre du bulbe (TA 95) B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.Tableau 2 .

Le diamètre moyen du bulbe Ds est égal au diamètre de l’outil de forage multiplié par le coefficient α qui est fonction du type d’injection et de la nature du sol. Connaissant la longueur du bulbe Ls on en déduit la surface latérale sur laquelle s’applique le frottement latéral moyen qs indiqué par les abaques (ex : sable et gravier). Fig 5. Plumelle 8 . Abaque pour la détermination de qs B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.L’utilisation des abaques est particulièrement simple. On peut donc déterminer la capacité portant ultime Tu du tirant d’ancrage.

1 Principe et mise en œuvre des colonnes de « jet grouting » Le jet grouting consiste à exécuter in situ des colonnes de béton de sol (Fig. l’incorporation au reste du terrain déstructuré d’un coulis sous pression. Plumelle 9 . B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C. Colonnes injectées par jet sous haute pression (jet grouting) 4. l’extraction d’une partie du terrain jusqu’à la surface par les fluides du jet .4.6) par un procédé hydrodynamique qui combine : la déstructuration du terrain par un jet à très grande vitesse .

en déstructurant le terrain par un jet à haute pression et en incorporant un coulis de ciment .7): forage en petit diamètre (100 à 200mm) sur la hauteur du sol à traiter .7 Phases d’exécution d’une colonne de « jet grouting » (doc. Sefi) B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C. Fig. les volumes en excès de sol et de coulis (spoil) doivent ressortir librement à la surface du sol. remontée du train de tiges avec mise en rotation totale (colonnes) ou avec une petite rotation ( panneau).La mise en œuvre comprend les 2 phases suivantes (Fig. Plumelle 10 .

Enfin pour le jet triple la fonction de déstructuration est assurée par un jet d’eau entourée d’un jet d’air et la fonction d’ incorporation par un jet de coulis. B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.8 Schémas des différents types de jets Pour le jet simple.On utilise des jets simples. extraction et incorporation. le coulis assure les 3 fonctions de déstructuration. elle varie de 0. Le diamètre des colonnes dépend du type de terrain. doubles ou triples (Fig. L’épaisseur des panneaux est compris entre 5 et 30cm. Plumelle 11 .8) Fig.80 à 2m. Pour le jet double le coulis est entouré par un jet d’air coaxial qui permet de mieux déstructurer et extraire le sol. du nombre de jets et de la puissance des pompes.

En cours d’exécution les paramètres de perforation et d’injection sont enregistrés en continu. radier injecté . fondations d’appuis isolés sur sols compressibles . Plumelle 12 . 4. Les domaines d’application principaux sont : reprises en sous œuvre de fondations existantes . vérification Il existe actuellement une norme européenne d’exécution NF EN 12716 concernant le « jet grouting ». B7 / chapitre 12 (version du 20/05/03) Cnam –Paris –Géotechnique C.6) pour caler les paramètres de la méthode On peut alors mesurer sur carotte la résistance et le module du béton de sol de la colonne.2 Domaines d’application Le procédé s’applique à des terrains difficilement injectables par des injections d’imprégnation classiques. qui dépend du dosage en ciment et du type de sol. enceinte pour excavation de puits . Les contrôles après exécution ont pour objectifs de vérifier la continuité des colonnes et leurs caractéristiques mécaniques. On doit vérifier que le « spoil » remonte librement à la surface.4. renforcement du terrain dans la masse par inclusion de colonnes de « jet grouting »…. On suit obligatoirement les déplacements éventuels des structures existantes proches des travaux de « jet grouting ». Il convient pour des sols granulaires jusqu’aux argiles. soutènement par colonnes sécantes . On réalise généralement des plots d’essai (Fig. La détermination de la capacité de la colonne est réalisé par un essai de chargement qui peut être instrumenté. contrôles.3 Essais. pré soutènement de tunnel à l’avancement par voûte parapluie.