You are on page 1of 6

En quoi l’épisode de l’île d’Hélios est-il important dans le parcours d’Ulysse ?

C’est sur Calypso que se clôt le long récit d’Ulysse chez les Phéaciens, à la fin du chant XII, mais celle ci n’est é!oquée que de fa"on elliptique # le dernier épisode frappant du récit est donc celui de l’$le d’%élios, le &oleil, sur laquelle les compagnons d’Ulysse commettent un sacril'ge qui les m'ne à leur perte( )’une durée remarqua*le par rapport au+ épreu!es qui préc'dent ,&ir'nes, Chary*de et &cylla-, puisqu’il se prolonge pendant un mois, le passage sur l’$le du &oleil se signale par son importance dramatique et sym*olique( &i l’on ne peut qu’.tre frappé par la symétrie entre ce passage et l’épisode de l’outre d’/ole ,01 cf( le schéma de 2ost-, le sé3our en 4rinacrie est une charni're *ien plus significati!e dans le récit, et c’est d’ailleurs le seul à .tre mentionné au tout dé*ut de l’ Odyssée, au chant I ,!( 5 6-, lorsque l’a'de résume le retour d’Ulysse( Il faut donc interroger la spécificité de cet épisode( 7n montrera donc l’importance de l’épisode d’un point de !ue dramatique, puis la nature de l’épreu!e à laquelle est soumis Ulysse, qui ne la surmonte que partiellement 8 mais la place centrale du sacril'ge dans l’épisode in!ite aussi à y lire un questionnement sur le rôle des dieu+ dans l’Odyssée( I. Un épisode majeur du point de vue dramatique 9’$le d’%élios est l’un des multiples lieu+ de tentation tra!ersés par Ulysse et ses hommes, mais l’épisode a un statut particulier parce qu’il a été annoncé à plusieurs reprises, et qu’il a des conséquences ma3eures sur le retour d’Ulysse( A. Un lieu de tentation 9’$le du &oleil est un lieu d’a*ondance mythique, sym*olisée par la quantité et la qualité du *étail qu’y fait garder le dieu # Circé é!oque ainsi : les !aches du &oleil et ses gras moutons en grand nom*re#; de !aches, sept troupeau+, et autant de *elles *re*is,; chacun cinquante t.tes qui ignorent la naissance; comme la mort < ,XII, =>? =@=-, tandis qu’Ulysse parle des : *elles !aches au front large; et toutes les *re*is du &oleil < ,XII, >5> >5@-( 9e caract're e+ceptionnel du lieu, son appartenance à la sph're di!ine, appara$t aussi dans l’identité des gardiennes des troupeau+, : des déesses; nymphes au+ *eau+ che!eu+, Phaétouse et 9ampétie,; que Aé're di!ine offrit au &oleil des hauteurs < ,XII, =@= =@@-( 9es épith'tes homériques utilisées pour qualifier l’$le lorsque Ulysse y arri!e sont d’ailleurs significati!es # : admira*le <, : plaisir des hommes < ,répété à quelques !ers d’inter!alle-( 9’$le a ainsi toute l’apparence d’un lieu de plaisir et d’a*ondance( 2ais le principal élément de cette a*ondance, le *étail, est ta*ou # il ne peut .tre consommé sans sacril'ge( Comme sou!ent dans l’Odyssée, ce qui est séduisant est aussi dangereu+( B. Un danger annoncé 7r, le danger est connu d’Ulysse puisqu’aussi *ien 4irésias que Circé l’ont a!erti # a!ertissements lég'rement différents, mais dans lesquels on retrou!e des points communs, et notamment une formule identique #

!( 5 6. Ulysse conna$t l’alternati!e cruciale dans laquelle se 3oue la suite de son retour( 9’épisode de l’$le du &oleil est un moment de suspense annoncé H mais. puisqu’elle concerne à la fois la ma$trise de soi et la ma$trise des autres( .: et que tu en réchappes. dit 4irésias au chant XI( Ft Circé. Ulysse n’est plus #raiment acti*.K. !( ==C === # 4irésias. 3e puis te garantir la perte . en Ithaque < . XII.chent Ulysse et ses compagnons de quitter l’$le transforment la simple tentation en douloureuse épreu!e de la faim( Pour Ulysse. c’est chez elle qu’Ulysse passe la ma3eure partie des di+ années que dure son retour( C’est donc le passage sur l’$le d’%élios qui entra$ne ce long retard pendant lequel. plus radicale ou moins précise # : 2ais. l’épisode de l’île du oleil m!ne donc Ulysse " la solitude. pour l’auditeur. Une mise à l’épreuve d’Ulysse : entre réussite et échec 9es !ents contraires qui emp. celui de l’attente. malgré tous !os mau+. De lourdes conséquences Fn effet. tous tes compagnons morts. )e ton na!ire et de tes gens <. on le sait. II. Bous pourrez arri!er. !( =@6-( Einsi.tre commise sur l’$le du &oleil et la situation que de!ra affronter Ulysse à son retour # . !( ==@ ==DMoment-clé et attendu du parcours d’Ulysse.lecteur attentif. 3e puis te garantir la mort < .me lorsqu’il s’est lassé de ses charmes( 7r. mais strictement indi!iduelle # il s’agit plus que 3amais de l’: odyssée <. au moment oG commence le récit de l’épisode de l’$le du &oleil.XI. et c’est pourquoi.I. puisque la temp. courtisant ton épouse et la com*lant de leurs cadeau+ < . toucher au+ animau+ est fatal # : 2ais si !ous y touchez. l’a!enture n’est plus collecti!e. quelques 3ours plus tard.XI. qui a en mémoire le dé*ut de l’Odyssée. de l’inaction et de la disparition au% yeu% du monde que constitue son sé&our c'e( Calypso. c’est cette seule épreu!e de la 4rinacrie qui est é!oquée. à Ithaque.XII.qu’Ulysse rencontrera en mer( Ft 4irésias fait clairement le lien entre la faute qui pourrait . Chary*de et &cylla. à la merci de la nymphe Calypso. alors que Circé mentionne tous les autres o*stacles . le rôle de chef et de mari d’Ulysse se !oit contesté( C’est pourquoi les premiers !ers de l’Odyssée . en réalité. !( =@D =@? # CircéEu contraire. c’est une catastrophe annoncée( C. qui plus est pri!é de moyen de transport( C’est ce qui le met. pour trou!er chez toi d’autres peines# des hommes insolents dé!orant tes richesses. ce sera non sans mal.: &i tu n’y touches pas et ne penses qu’à ton retour. l’épisode est un moment charni're. l’épreu!e est dou*le. toi. dans les prédictions de 4irésias. sur un !aisseau d’emprunt. qu’il ne peut quitter m. mais le plonge aussi dans une nou#elle temporalité $ le temps long.ne mentionnent précisément que cet épisode.te en!oyée par Ieus pour punir le sacril'ge tue tous ses compagnons et détruit son na!ire( J partir de ce moment. D’ailleurs. un point de *asculement dans le périple d’Ulysse. dans l’épreu#e m)me de l’île du oleil. et il est dé&" isolé.sir'nes. l’affaire d’Ulysse( Celui ci de!ient un !oyageur solitaire. si !ous y touchez.

tandis qu’Furyloque pousse les autres à commettre le sacril'ge. les *anquets que ses compagnons font : pendant si+ 3ours < .. Une épreu#e en partie réussie $ Ulysse et la maîtrise de soi 9e manque de résistance des compagnons d’Ulysse à la faim ré!'le.pour résister à la tentation d’apaiser la faim au pri+ d’un sacril'ge( 7r. sans y prendre part. !( =COC. +’épreu#e de la *aim $ une épreu#e p'ysique. elle est en réalité a!ant tout morale # il s’agit de sa!oir dominer ses appétits. !( @OC @O=9a satisfaction immédiate du *esoin alimentaire et la peur d’une longue agonie prennent le pas sur la piété et le sens de l’honneur( Ulysse apparait *ien ici comme celui qui sait résister à ses appétits physiques.cf( chez les cyclopes. a!ec des hame"ons crochus # la faim tordait leur !entre( < . le désir d’accoster sur l’$le. Ulysse multiplie les erreurs et les défaillances dans l’e+ercice de son autorité( Ce n’est pas la premi're fois que l’on assiste à des tensions ou désaccords entre le chef et ses hommes . en opposition compl'te a!ec la mort glorieuse # : 3e préf're. l’impressionnante ma$trise de soi dont celui ci fait preu!e( Aon seulement il ne participe pas à l’a*attage des animau+.. ce qui leur tom*ait sous la main. ses instincts. l’outre . dont on sait à quel point elle est dé!alorisée dans l’Odyssée. repose notamment sur la perspecti!e d’un : fameu+ souper <.XII. au nom de la terreur que lui inspire la perspecti!e de mourir de faim # : 4oute esp'ce de mort est odieuse au+ pau!res mortels.XI.XII. Ulysse est le seul à en . mais surtout morale Eu départ. et c’est effecti!ement la premi're acti!ité à laquelle se li!re l’équipage à son arri!ée( 2ais cette halte alimentaire se transforme en pi'ge d's lors que le sé3our se prolonge au delà de ce que les !i!res de Circé permettent de tenir # : mais. !( @M= @M>Furyloque !a 3usqu’à affirmer sa préférence pour la mort en mer. quand les compagnons y c'dent !ite( Peut . mais il o*ser!e ensuite.!( @6D-( )e!ant l’épreu!e. !( @>6 @@>Poissons et oiseau+ ne constituent pas une nourriture normale dans l’ Odyssée # ces !ers montrent l’o*ligation faite au+ compagnons de se ra*attre sur une nourriture sau!age. *Nillant au+ flots. a!ant tout la piété.A. Ulysse se réfugie dans la piété en allant prier. de trou!er des raisons assez fortes . mais la plus lamenta*le est certes la mort par la faim L < . Un éc'ec $ la dé*aillance d’Ulysse dans son r. le sé3our sur l’$le du &oleil !alorise donc la tempérance et la ma$trise de soi d’Ulysse 8 mais dans sa prophétie. par contraste.le de c'e* Fn opposition frappante a!ec la force qu’il oppose à la faim. 4irésias soulignait *ien que ce n’était pas là le seul en3eu # : si tu restes ton ma$tre et le ma$tre de tes marinsK < . quand il ne resta plus rien des !i!res du *ateau. alors que des animau+ domestiques paissent en nom*re sur l’$le( 9es compagnons d’Ulysse se ré!'lent incapa*les de choisir l’ascétisme dont il faudrait faire preu!e en de telles circonstances( &i l’épreu!e est en apparence physique. oiseau+. que longtemps dépérir sur cette $le déserte L < .XII.tre faut il inscrire cette attitude dans la continuité de leur transformation en porcs chez CircéK Fn tant qu’épreu!e d’asc'se. ils se !irent contraints de courir apr's le gi*ier.tre capa*le( B. tel que le décrit Furyloque.ici. poissons. mourir d’un coup.

ce sommeil laisse le champ li*re au+ compagnons pour commettre une faute qui retarde considéra*lement le retour( Ulysse. ce serment suppose l’in!ocation des dieu+. des rituels effectués a!ant le festin et décrits au+ !ers @O5 @5O( 9e rituel est en effet accompli a!ec des ingrédients de su*stitution # : les feuilles d’un haut ch. le sacrifice est . et ne pas le respecter ne constitue pas seulement une trahison !is à !is d’Ulysse # c’est aussi une faute gra!e à l’égard des dieu+( Ruant à la dimension sacril'ge du meurtre des animau+.!( >6D. elle est particuli'rement mise en !aleur dans le récit( 7n peut constater par e+emple le caract're tout à fait hors norme. qui a!ait su entra$ner son équipage 3usqu’au delà de l’7céan malgré la peur. oG Furyloque s’était dé3à frontalement opposé à UlysseK-( 2ais ici. qui s’était montré assez mena"ant face à Furyloque. comme pour confirmer concr'tement la gra!ité de l’acte. sem*le ici incapa*le d’e+ercer correctement son autorité( +’épisode de l’île du oleil se construit donc autour de l’opposition entre Ulysse et ses compagnons. pour la deu+i'me fois dans son périple. Un épisode qui questionne les rapports entre les dieux et les hommes 2ettant en sc'ne un dou*le sacril'ge commis par les compagnons d’Ulysse et ses terri*les conséquences. chez Circé. Ulysse restitue l’argumentation d’Furyloque au style direct( Ulysse c'de étonnamment facilement à la demande qui lui est faite d’accoster sur l’$le malgré son ordre initial # : Bous me forcez la main. a toutes les chances de ne pas . puisqu’il oriente à deu+ reprises les décisions d’autrui. mais qui marque aussi l’isolement d’un Ulysse qui sem-le dans une posture de renoncement. un Ulysse plus apte à faire respecter ses désirs L J ce premier mou!ement de fai*lesse succ'de une erreur # celle de s’isoler pour prier dans un endroit oG ses compagnons sont : perdus de !ue < . : l’eau < remplace le : !in pur < # autrement dit. presque un non sacrifice. sur l’$le du Cyclope par e+emple. Furyloque. Cela annonce le retour solitaire que les dieu% sem-lent a#oir décidé pour Ulysse. de fa"on trou*lante.d’/ole *ien sPr. une opposition qui met en #aleur la *orce morale du 'éros.7n a connu. son influence passe par un art de la parole qui rappelle celui d’Ulysse # à chaque fois. dé!iant. et n’est pas sans am*iguQté sur la question du rôle des dieu+ dans le parcours d’Ulysse( A. Un dou-le sacril!ge 9es compagnons d’Ulysse sont dou*lement fautifs. qui a!ait su ramener manu militari ses trois compagnons plongés dans l’ou*li chez les 9otophages. pour que celui ci taise ses réticences et le sui!e.!( >6?-( 7r. n’assumant plus l’enti!re responsa-ilité de son r. des denrées sau!ages remplacent les aliments ci!ilisés propres au !érita*le sacrifice( Un sacrifice aussi atypique. Furyloque se dresse comme une figure concurrente du chef. celle des compagnons ensuite( Ft.!( @@O-( Fnfin.tre reconnu par les dieu+ L Fnfin. me sachant seul L < . l’épisode de l’$le du &oleil est aussi une le"on sur les dangers de l’impiété. car ils 3oignent le par3ure à la transgression de l’interdit di!in( Ulysse en effet ne leur a permis d’accoster qu’à la condition qu’ils 3urent : par un serment puissant < . et chez Circé. III. Ulysse c'de au sommeil au mau!ais moment # comme dans le cas de l’outre d’/ole.le de c'e*. celle d’Ulysse d’a*ord.ne < remplacent : l’orge <.

fils d’un dieu.!( @6O @65.tre à la hauteur de la gra!ité du sacril'ge commis( 2algré la dérisoire précaution prise par Furyloque.me 4irésias.L 9es commentateurs ont sou!ent trou!é ce passage d’un goPt douteu+ # il s’agit sans doute pour le po'te de frapper l’imagination de l’auditoire. décrit de fa"on pathétique . menace t il de ne plus *riller sur terre et de descendre chez %ad's. auquel rien n’échappe( 2ais c’est aussi l’un des garants du cycle temporel. cet épisode n’est pas sans am*iguQté en ce qui concerne le rôle des dieu+ et la part de responsa*ilité humaine dans les é!énements( Einsi. dé*ut du récit de l’épisode 8 !oyez aussi le rôle du &oleil dans le récit des amours d’Er's et Ephrodite au chant BIII-( %élios.tés du récit sur le r.: le Uassem*leur des nues fit se le!er un !ent !iolent. crue ou cuite < . les conséquences du sacril'ge prennent ici une dimension cosmique # l’ordre du monde est menacé.sui!i de prodiges spectaculaires # : les dépouilles rampaient. le sacril'ge n’a aucune chance de rester ignoré. !( @=@. se définissent notamment par le fait que le &oleil n’y *rille 3amais . dont le te+te accentue la soudaineté . pour que cette réparation soit effecti!e. qui laissait l’alternati!e ou!erte.c’est dé3à le cas quand on s’en approche. puisqu’il rythme les 3ours et les nuits( Eussi. en *ourrasque inouQe <. la !iande meuglait sur les *roches. les compagnons d’Ulysse agissent donc de telle sorte que les dieu+ ne peu!ent pas ne pas inter!enir( &i l’on retrou!e le motif de la demande de !engeance faite à un dieu que l’on a!ait dé3à rencontré à la fin de l’épisode du Cyclope.!oir la comparaison du !ers M=? # : comme des corneilles..serait elle en!oyée par les dieu+ pour rendre l’épreu!e plus difficilement surmonta*le V 9’immo*ilisation d’Ulysse et son équipage pendant un mois serait alors le moyen d’accomplir le destin décidé pour Ulysse # qu’il rentre seul. +es am-igu. ils étaient.te. qui promet dans son discours d’: éle!er un riche temple < à %élios lors du retour à Ithaque. mais le dieu &oleil lui m. pour les Trecs. *allotés par les flots <-. pour insister sur le *oule!ersement pro!oqué par les compagnons d’Ulysse( 9’épisode rend donc le sacril'ge particuli'rement é!ident et spectaculaire( B. le chNtiment doit .a!ertissements de 4irésias et Circé. dans les enfers qui. comme l’épith'te homérique le souligne à maintes reprises dans le te+te . +e sacril!ge comme -oule#ersement de l’ordre du monde )e plus. sans équipage et sans na!ire( 2. suggérant qu’il était possi*le de surmonter le danger représenté par la 4rinacrie. la situation est *ien plus gra!e ici # ce n’est pas un monstre. est : celui qui !oit tout <.le des dieu% Cependant. les hommes transgressent la limite entre mortalité et immortalité . comme le montre le pays des Cimmériens décrit au dé*ut du chant XI-( Eutrement dit. c’est l’Sil uni!ersel. et Ieus ne peut que céder face à une telle menace( )’autant plus que les animau+ du dieu sont : immortels < # en les tuant. car le dieu offensé.meK C. qui a été *afoué.Ulysse parle de : crime < au !ers @D@-( 9e chNtiment se !eut réparateur( Ft. lorsqu’il se plaint à Ieus. insistait finalement *ien plus longuement sur l’hypoth'se d’un échec menant Ulysse à prendre du retard et retrou!er son pou!oir menacé à . %élios. la *rusque temp.ce qui e+plique aussi les mou!ements et les sons que produisent les dépouilles-( 9e chNtiment qui s’a*at sur les marins. appara$t ainsi comme une fa"on de garantir le retour à l’ordre qu’ont remis en cause les compagnons d’Ulysse par leur acte criminel .

son retour en Ithaque( Ruant à Ulysse. réduit à l’impuissance et l’inaction.!( @D= @D@2ani're de 3ustifier sa défaillance et de minimiser sa responsa*ilité . !( D ?9a seule certitude finalement concerne les causes de la temp. et #alorise donc l’une des qualités du 'éros $ sa piété " toute épreu#e.I. il a**irme en re#anc'e clairement les dangers de l’impiété et du sacril!ge. l’épisode fait aussi ressortir une qualité fondamentale d’Ulysse. Bous m’a!ez pris pour mon malheur en ce cruel sommeil Ruand mes gens s’écartaient pour machiner ce crime L < . à une aspiration secr'te du héros( . image du mau!ais conseiller.me qu’au dé*ut de l’Odyssée. et transforme le retour collectif d’Ulysse et ses hommes en a!enture solitaire( Il s’agit aussi d’une des épreu!es dans lesquelles la réussite d’Ulysse ne repose pas principalement sur sa m)tis # c’est ici son endurance qui est soulignée. Ces enfants qui touch'rent au+ troupeau+ du dieu d’Fn %aut < . laissant le lecteur. son mystérieu+ sommeil et la fa"on dont il est.H moment unique dans son récit puisque. Ulysse n’est pas omniscient. ou interprétation 3uste V 9e te+te ne permet pas de répondre. finalement. puisqu’Ulysse prend soin de préciser la mani're dont il a eu connaissance de l’échange !er*al entre %élios et Ieus .me( Fnfin. l’a'de sem*le insister sur la responsa*ilité des compagnons dans leur malheur # : par leur propre fureur ils furent perdus en effet. le messager <. soit ou*liée par lui m.: W’appris cela de Calypso au+ *eau+ che!eu+. face à la faute de ses compagnons. comme s’il a!ait renoncé au plein e+ercice de son autorité. mais lui L-. alors que ses talents d’orateurs sont compl'tement éclipsés par ceu+ d’Furyloque. Conclusion 9’épisode de la 4rinacrie est ainsi doté d’un poids dramatique important # il est attendu. et que sa prudence est soit refusée par l’équipage. à la différence de l’a'de.notons que ce ne sont pas ses gens qui se sont : écartés <. son étrange mise en retrait. et ne peut donc a!oir directement acc's au+ actions et décisions di!ines( i l’épisode laisse en partie ou#erte la question du poids du destin sur l’e%istence 'umaine.auditeur a!ec ses interrogations sur les limites de la ma$trise de l’homme sur sa destinée( &oulignons tout de m. dieu+ tou3ours *ienheureu+. qui disait le tenir d’%erm's. il sem*le n’a!oir aucun doute sur la responsa*ilité des dieu+ dans l’endormissement qui le saisit apr's sa pri're # : P're Ieus. et !ous tous.te qui a*at l’équipage. en insistant sur les conséquences dramatiques de l’impiété. la disparition et la longue pause dans l’action que représentent les sept ans passés chez Calypso( Eu point qu’on peut légitimement se demander ci ceu+ ci ne répondent pas. sem*lent préfigurer les caractéristiques de son sé3our chez Calypso( Ulysse para$t dé3à saisi par la solitude. sa piété( Il n’en reste pas moins que l’isolement d’Ulysse face à ses marins.