La Pensée (Paris

)
Source gallica.bnf.fr / La Pensée

Centre d'études et de recherches marxistes (France). La Pensée (Paris). 1939.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

REVUE

DU
ARTS

RATIONALISME
. SCIENCES
FONDATEUR

MODERNE

. PHILOSOPHIE

PAUL
COMITÉ

L\\GEVI\
DIRECTEUR

F. JOLIOT MARCEL FRANCIS

• CURIEPRENANT JOURDAIN
Secrétaire
RENÉ

de
M A

D' HENRI GEORGES GEORGES
la
U

WALLON TEISSIER COGNIOT

Rédaction
B L A N C

NOUVELLE

SÉRIE


19*7

\5

NOVlfMUHE - DÉCEMBRE

PARAIT

TOUS

LES

DEUX

MOIS

84,

RUE

RACINE,

PARIS,

6'

professeur LE NUMÉRO ABONNEMENT Ces nouveaux 71 francs . L. Cogniot. Koechlin. professeur Mme Cottorï. médecin-général. professeur Collège à la Sorbtinne. à l'École Jacques Chapelon. ne sont pas vendus. à -la Sorbonne.LA Revue du sous la direction de. 380 frs - 85 francs 456 frs Étranger. professeur "~" Ambroisé Peloquin. de la baisse de 5% du 2 janvier prix ont été fixés après application Pour les changements d'adresse. professeur Polytechnique. ingénieur de4a S. Barrabé. Willard.A est le LIBRAIRIE 3a. professeur . professeur de Paris. Mauguin. 24. au Muséum. Teissier. Supérieure Henri à la Faculté des Lettres de Bordeaux. professeur Henri au de France. ' membre de l'Institut. Georges Bourgin. professeur ' Daniel astronome. professeur Docteur Robert membre de l'Académie de Médecine. compositeur Docteur à la Faculté de Toulouse. Cohen. homme de lettres. Alfred à la Sorbonne. de Médecine Ducuing. Marcel en chef honoraire Bloch. de l'École directrice honoraire Normale de Sèvres. Wallon. directeur honoraire des Archives de France. Aragon.-France. peintre. P. professeur André à la Sorbonne. général des Beaux-Arts. Bruneau. professeur Paul Eluard. C. honoraire de la Sorbonne. Jolivet. Auguste Chevalier. compositeur à la Sorbonne. : Éditions Paris 4209-70 ADMINISTRATION: Sociales. honoraire Georges Lefebvre. Roger Désormière. N. _' • Prix Nobel. Prenant. Jourdain. architecte. PARIS-6" Les Directeurs et le Secrétaire Les manuscrits de Rédaction non insérés fie reçoivent que sur rendez-vous. Charles à la Sorbonne. Vildrac. professeur Jean artiste Lurçat.Paul PENSEE rationalisme Fondée en 1939 et Georges Cogniot moderne Langevin COMITÉ Frédéric Docteur Marcel Georges Francis Georges DIRECTEUR au Collège de France. Médecine de musique. . professeur Marcel directeur d'études à l'École des Hautes-Études. Aimé membre de l'Institut. . professeur ancien directeur Joseph Billiet. membre de l'Institut.Ch. F. 1947. Charles membre de l'Institut. Cott'oh. de l'Université. . rue Racine. — Etranger. professeur à la Sorbonne. Daudin. Joliot-Curie. à la Sorbonne. joindre 5 francs en timbres-poste. Cholley. de Paris. Marcel avocat. Jean à la Sorbonne. Chalonge. POUR 6 MOIS : France. agrégé député COMITÉ Louis Louis DE PATRONAGE " ~~ homme de lettres. distributeur rue du en DU Grand-Hospice. Belgique de MONDE 3o la ENTIER PENSÉE" à Bruxelles " LA Revue . à la Faculté de Debré. ' Charles homme de'lettres. Wyart. professeur Charles de musique.

Simone Esprels. Jean Kanapa. et tout ce qui intéresse la vie à fa campagne et à la ville. du juriste RASSEMBLE QUI POPULAIRE VÉRITABLE ENCYCLOPÉDIE les signatures de : Maurice Thorez. PARIS-6e {Jimt UN GUIDE de p<yuti(yie : POUR TOUS INDISPENSABLE L'iMNiii oimiii-pra 1948 23e ANNEE 400000 exemplaires 352 80 *f1ï Jf -¥ pages francs inédits. Jean AugerWurmçer.. Vercors. Besson. Georges Cogniot. chroniques Les conseils du jardinier. récits. etc. André et de Paul Éluard. l 000 renseignements : le petit . Jacques Duclos. Vermeersch.. Marcel Paul. Madeleine Rïffaud. Hélène Parmelin. chansons et noms de la littérature plus grands La revue des événements de l'année par l'image et par le texte.ÉDITIONS SOCIALES 24. Eugène Dabit. dates à'retenir. du docteur. Contes. de-l'enfant. guide des lois nouvelles. René Lefèvre. calendrier. etc. Jean-François Chabrun. Jeannette Marty. du ctiasseur. Tristan Rémy.. reportages et enquêtes.. Pierre Courtade. du fermier. du sportif. en France et dans le monde. les pratiques de la femme. nouvelles. Waldeck Albert Robert Paumier. poèmes entièrement et abondamment française signés des illustrés.. du vétérinaire.George Duvignaud. du pêcheur. UNE C O U V E R T U R E DE PAUL En vente COLIN partout En vente partout . Soboul. André Rochet. etc. rue Racine. Guillèvic. éphémérides. etc..

>. La psychologie philosophique UNE MYSTIFICATION PHILOSOPHIQUE — La métaphysique — La révolution de Bergson. 500 PEUPLES .. — La vraie figure de Bergson. psychologie texte d'une et la psychologie technique.. 50 fr. ••!! "' " POLITZER ' ( ---^ PRINCIPES Les '.126". — 296 idéologies. matérialisme pages. SIÈCLE 45 f r.quatre grands Le plus complef.TOME PREMIER (DEUX TOMES) une organisation de la ccopé ation Vous trouverez également rationnelle des peuples dans que. Ravue de l'Amitié av. « par les . RÉVOLUTION ' Le dernier ET CONTRE-RÉVOLUTION (Réponse à OR et SANG. L'ensemble et moderne constitue pouvant ou sans un servir manuel complet à l'étude avec . la Pologne et les autres . Un volume de 220 pages.. 1941.. 01-75 ^" Ouvrages """ de Georges ' . A* IS. phonétique tical. Les fr. MONNEMENTS 11 numéros fi 400 200fr fr. problèmes métaphysique. . — des articles et des chroniques de personnalités ou culturelles les d'appartenaaces politiques sur les relations entre la France.Reofus.ÉDITIONS NINA SOCIALES POTAPOVA LA REVUE ILLUSTRÉE PEUPLES AMIS LE MANUEL ' DE RUSSE LANGUE RUSSE POUR LES «FRANÇAIS AU SERVICE DE LA PAIX " Tribune " aux Internationale ouvre' une grande voix les plus autorisées qui s'élèvent dans le monde du rédamer un règlement entier pour efficace PROBLÈME ALLEMAND .. générale 70 fr. — Étude de "la dialectique et les — Le DE PHILOSOPHIE philosophique. — tes 12 numéros. pliis diverses. de Bergson. textes in-8 doquille de 196 pages. .—: 110 pages .v ouvrage Rosenberg) — 100 pages. (Deuxième de lecture. E CONTEMPORAINE — Où va la psychologie scientifique. le plus moderne actuellement en France existant . artistique Le Numéro: Numéro : 35 fr.économique. grammaire.. — et l'actual. . — des nouvelles inédites. (suite) Index et grammaalphabétique.r matérialisme — Le dialectique. — des reportages vivants et abondamment Illustrés . et syndicale en France et dans le monde. LE BERéSONISME.té pollt'que. (Première de lecture. professeur.. de la — Le 100fr..Etranger: . Un volume de sous couverture TOME Phonétipartie). textes Morceaux choisis. historique.. cartonnée PEUPLES AMIS DEUX Grammaire partie).. in-8 coquille r sous couverture cartonnée 160 fr. EDITIONS SOCIALES .PARIS-7» Franco-Polonaise . Juridique. Elisée. : In*.de écrit en M. matérialisme ÉLÉMENTAIRES philosophiques. —: La psychologie — 144 pages enquête. LÀ CRISE DELA PSYCHOLOG et Psychologie mythologique concrète.. 140 fr.Tél.na Ions européennes.. . de POLITZER AU XX . bergsonienne. — Étude .

' VIENT H. ENSE.LITTÉRATURE . 480 150 23. constituantes et les siens 248 pages. SCIENCE. de C... =» TAI.ARTS "ENSEIGNEMENT ET CULTURE" Éditions de l'Union Française Universitaire EXTRAIT WYART REY COGNIOT —Î TBISSIER UNE Les La hormones L'école DU les la CATALOGUE: solides.50 fr. par à. boulevard Maison (5e) . des êtres vivants 12 frs 12 frs 12 frs 2J frs \.. CHAMPETIER. • prolétarien origines avant 1848.. DE - PARAITRE des : et '/. l'Université C. Le Peleticr..._ ÉDITIONS JACQUES SOCIALES DUCLOS -. in-8 couronne. P. rue... tion du Président Tous les problèmes la IVe République qui confrontent à sa naissance. 40-83 PARIS " ' =» pages. AUBEL.SCIENCES . PÉRÈS. àl'Assembléehationale'jusqu'àrélecde la République. MUHLESTEIN Et un texte inédit Adresser 47. 15 frs forces science structure et des atomique corps et le développement populaires Proudhon L'avenV de DE LA POLITIQUE FRANÇAISE TEISSIER.GNEMENT . PARIS commandes Saint-Michel.. LE BRAS. 35 frs 40 frs à la Révolution.SOLOMON les masses : La pensée à MUe ufoplsme des française DEROUET. RAISONS VIENT DE PARAITRE D'ÊTRE : BATAILLES POUR LA ANDRÉ WURMSER RÉPUBLIQUE Préface Tous de MARCEL CACHIN les principaux du leader mentaires discours parlecommuniste à aux deux et ' l'Assemblée Assemblées consultative. 15 frs . 642-24 Croyances de J. 6 brochures LANGEVIN. i57fr.

S.alisme 186 pages . boulevard SOCIALES Augustè-Blanqui. La de Sartre. SOCIALE sociale. de la connaissance. . S. R. de DU JAPONAIS de la concurl'économie <. WOUVXA1TTES ET PROFITS. Les et place de La méthode. Réponse N'EST à Jean-Paul Ministre DU de LA SÉCURITÉ PAS Sartre.... LA suivie LÉGISLATION de l'Industrie TRAVAIL . légère EN U. CAPITAL La théorie . prix. .. . BARRET L'ÉVOLUTION (t. . 126 pages. / 140 Fr.. die la culture humaines et sa diffusion. 291 pages. II). . marxiste ARAGON LA ET LES CULTURE HOMMES. S.. HENRI LÈFEBVRE A LA LUMIÈRE Tome de DU MATÉRIALISME DIALECTIQUE.'. CAPITALISME et l'évolution des trusts secteurs . La dialectique moderne. ' A. S. R. * EXISTENTIALISTE. F. la pensée. * ÉDITIONS 64. de l'Ukraine R. par A. mouvements la logique leé fois de la dialectique.. LJexistenti. 164 pages iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiii KARL MARX' TRAVAIL SALAIRES. . PACHERSTNIK.. Soukhov. PARIS (13e) .'" . S.formelle... 650 Fr. .. S. querelle L'existentialisme jugé. rence I La position dans les /"principaux 268 pages. 150 Fr. I : LOGIQUE Théorie LOGIQUE FORMELLE.. UN HUMA66 Fr.. DIALECTIQUE. des salaires SALARIÉ PRIX et des ET suivi de 90 Fr. 50 Fr. JEAN > KANAPA L'EXISTENTIALISME NISME. 240 pages F... de la R. de la Prévoyance ministre •• . HENRI ' MOUGINLA SAINTE FAMILLE de l'existentialisme. rôle Histoire. 225 Fr. Les sources 92 pages. japonaise. EN U.

. (roman Agnès « x O...'... GRIMM : Contes LIVRES* .. Robi'nsons Paul JAMMES : des Docks . double .. du polonais) et Impasses traduit Pièges (roman ROBERTS : Dorothy 'de t'âméricàin)— Ardeur profonde (roman traduit FAST : Howard La Passion de Peter Altgeld traduit de l'américain).. .«DCDT HUMBERT David : (avec 16 reproductions).. Louis ESSAIS M. . L. Numéro CONNAISSANCE (4-5) consacré au DE I.. S. 160 fr. Simone La VAILLANT-COUTURIER Nous ferons se lever . en prose). : LITTÉRATURE le jour : — (choix (roman).. ru.. GRANDES . KAHN : La Grande Conspiration Erwin KISCH : Egon au Mexique Découvertes contre.ÉDITIONS HIER 24. FIGURES 140 fr.... 150 fr. 175 fr. DELARUE L'Amour CHAUVET: Les.e Racine ET AUJOURD'HUI PARIS (6e) DERNIÈRES Paul ' . de Préface 180 fr. Soviétique trentième-anniversaire l'Union 120 fr. CÉNÉRAL 120 fr..la ET Russie— DOCUMENTS 225 fr... — D'ENFANTS 160 fr.: *OS THAntJCTWOXS 150 fr.. -_.' U» R. CERVANTES: Don Quichotte P... .. ... — CATALOGUE . ' 175 fr. .. 200 fr.. '. DEMANDEZ NOTRE .\ : dés trois orangés 160 fr. SAYERS et A. de S. 225 fr..-... : Léon'KRUCZKOWSK. L'Ile aux quatre Familles. Marcel Cachin TÉRY Porte : du Soleil PUBLICATIONS FRANÇAISE de textes '.

. La fin Jean-François 'CHABRUN . ROY .. • LETTRES Les ' * mots ou le métier d'écrivain '"-' Pierre SEGHERS Gilbert MURY Charles EUBÉ Francis CRÉMIEUX PROTOS ' " ..D' Pierre SEÇHERS 40 OCTOBRE BRUN Corps mémorable Anna SEGHERS... le Brésil et Nous . Terre indienne (III) (Roman équatorien) Poèmes par Pierre Claude MORHANGE.......'... LES Jean KANAPA. Quatre tapisseries pour de Vergi la châtelaine Jorge ICAZA . mécontents présentés par René BERTELÉ critiques (COLETTE) Descriptions Poèmes TOURSKY '•'••'. CHRONIQUES La Poésie Les Romans Humanités d'aujourd'hui Radio à tous les étages Les jours se ressemblent * SIGNAUX Quelques livres ET COURRIER ..

.

.

HALDANE Le mécanisme TEISSIER : Georges sur remarques Quelques Marcel PRENANT : A propos d'un Colloque Henri WALLON Qu'est-ce : que la filmologie : Jeanne GAILLARD en Grande-Bretagne Crise COGNIOT Georges Ce que pense René MAUBLANC L'Université : française et : un savant l'évolution sur ? l'évolution " " soviétique la de la préhistoire ~. NUMÉRO : anniversaire DE : de l'évolution 15 (NOVEMBRE-DÉCEMBRE 1947) Fernand .." 1 153 XT NOTES BIBLIOGRAPHIQUES Par Ernest KAHANE.. SIMÀNE. - et René 136 147 .'.... DE NOS LECTEURS ÉTRANGÈRES LABÉRENNE. SAMARSKI par Nicolas II. MAUBLANC COGNIOT Georges DOCUMENTS : I..'.. B. MAGALHÂES-VILHENA et Hélène PARMELIN REVUES Par Paul LIVRES .-. André LENTIN. Jean VARLOOT :..LA PENSEE SOMMAIRE DU i.. : Claude CAHEN. : °r MAUBLA Yictor LAFITTE> : A.. Réflexions JOURDAIN sur le-même II. 3 10 11 18 21 29 35 PROBLÈME L'ÉVOLUTION J. : POLÉMIQUES Pour qui écrit Sartre ? par Pol GAILLARD du peintre par par René et de son milieu. par Cestmir III. R.'. DUCOMMUN par Maurice LA LES LES VOIX.. CHRONIQUE Henri : PHILOSOPHIQUE Lefebvre ou la philosophie : CHRONIQUE PÉDAGOGIQUE sur une composition Réflexions par par Jean KANAPA HALBWACHS 4 -.' ' gj 99 104 110 113 115 119 J22 127 Francis PAYSANNE : CHRONIQUE Trois de la vie rurale. de la société. de l'alliance franco-russe 44 51 Résistance vivante. RIVIÈRE problèmes par Robert THÉÂTRALE : CHRONIQUE Une saison est finie. par Guy LECLERC LITTÉRAIRE : CHRONIQUE La littérature. . S. S. 66 73 77 81 85 par _ Francis . ' ' ' Prosper ALFARIC. Les conditions actuelles de la vie en Tchécoslovaquie. S. L'autre commence. . Trente ans de livre soviétique. Les rencontres internationales de Genève. Le LE GRENIER trentième de l'U.. TABLE DES MATIÈRES DE L'ANNÉE . DRESCH 1947 et R. MAUBLANC . de sciences. : CHRONIQUE POLITIQUE : l'indépendance Un seul problème nationale.. Quelques remarques sujet. expression par Jean LARNAC : CHRONIQUES ARTISTIQUES d'un vieil artiste sur les rapports I.

c'est le grand amphithéâtre bonne qui s'est empli d'une foule frémissante de près de 2 000 personnes. l'école en 1848. iVoas comptons aussi réserver une place dans le même numéro à un autre anniversaire.NOTE DE LA REDACTION On trouvera dans ce numéro deux discussions. De l'aliénation hégélienne à l'aliénation marxiste. Musique atonale. l'une sur l'évolution-entre J. J'accuse. nous est un précieux' prise par notre revue dans la vie intellectuelle encouragement. l'heure avancée nous obligea à remettre à une autre séance la suite de la discussion. . Nous savons bien que le progrès de la connaissance ne peut venir que de la libre recherche. Haldane et Georges Teissier. * i Le 13 novembre a eu lieu à la Sorbonne la première des conférences organisées par les groupes parisiens d'amis de La Pensée. celui de la lettre de Zola. qui a suivi avec passiez et ponctué d'applaudissements l'exposé lumineux d'Henri Lefebvre. d'amicales controverses entre rationalistes sur les problèmes actuels de la science ou de l'art. Nous présenterons notamment des études sur l'idée nationale. Notre ami Henri Lefebvre y a montré brillamment comment le matérialisme dialectique peut et doit rajeunir et revigorer l'enseignement traditionnel de la philosophie dans l'Université. le numéro lu de La Pensée sera consacré essentiellement à commémorer le centenaire de la Révolution de 48. qui montre la place du pays. d'étudiants et de lycéens. et. contrairement à toutes les.calomnies. c'est seulement par lajoyale confrontation d'opinions diverses et non par l'application automatique de formules dogmatiques que nous entendons conquérir la vérité. Après sa conférence. Lefebvre commença à répondre à des dizaines de questions écrites que lui adressaient les assistants . le matérialisme et le socialisme utopique. publiée en janvier 1898. Parmi les articles que nous publierons ultérieurement. et nous nous efforcerons de répondre à l'attente du public par une série de conférences d'une haute tenue scientifique et philosophique. Nous espérions un succès . par Charles Koechlin. composée -en grande partie d'universitaires. et qu'ils seront heureux de trouver dans leur revue. ainsi qu'un bilan de 48. Alors que nous avions retenu l'amphithéâtre de la SorRichelieu. B. . la lutte des classes sociales. nous pouvons déjà citer : Y a-t-il encore un humanisme bourgeois ? parle savant suisse Hans Mùhlestein . Nous espérons qu'elles intéresseront nos lecteurs. à côté des polémiques dirigées contre les adversaires de la raison. S. les sciences. l'autre entre Francis Jourdain et René Maublanc sur ha création artistique. nous avons été surpris par son ampleur. Comme il a été annoncé déjà. . Ce succès triomphal. par Auguste Cornu.

combattent pour la liberté. qu'il est passé de la théorie à la pratique et écosur l'autre système politique irréfutable de sa supériorité démonstration Le monde change de base. C'est l'U. il n'y avait pas (ou tellement peu 1) d'industries chimiques. La Russie tsariste était essentiellement un pays agricole . Considérons Y industrie. En 1940. il nmmm AIIMSAII DE par FERNAND GRENIER Il y a eu trente ans le 7 novembre que naissait l'U. La naissance du pouvoir soviétique est. et dans une atroce misère du village. 190 millions d'êtres A eux se humains. ' années. 76 millions soit autant de familles La d'hectares.S. à travers le monde. ont trouvé des continuateurs tombaient. le plus grand événement L'anniversaire de l'histoire contemporaine. S. de machines-outils. son outillage et ses machines étaient neufs pour 80 p. S.d'aucun régime. Avant la Révolution 30 000 grands propriétaires terriens possédaient d'Octobre.à avancés. sa production était douze fois supérieure à celle de 1913. a introduit dans l'histoire la notion du plan (et la . victorieusement Son industrie est la plus moderne. S. . que 10 millions paysannes. noirs de poudre. un bilan . Le 7 novembre 1917 a commencé la première étape : la remise de la terre à ceux les paysans recevant gratuitement qui la travailîaîent.prodigieux est produit malgré la brièveté par l'Union soviétique.. d'électricité. sont joints les dizaines de millions d'hommes et de femmes qui. Trente c'est beaucoup dans la vie d'un homme. C'est une industrie héroïque socialiste. double caractéristique de cette époque consistait en l'emploi de méthodes de culture très arriérées.. Et pourtant.réalité des plans. qui. son industrie était peu développée et elle dépendait étroitement des capitaux de proétrangers .LT. c'est peu dans celle des peuples. ont commémoré cette date'glorieuse. d'aucun pays. etc. S. ni à nne banque^ "ni à aucun bénéficiaire de l'exploitation de l'homme par l'homme. grâce à l'effort des travailleurs manuels et intellectuels. sans nul doute. comme l'a chanté durant des nomique : le capitalisme. payer de dividendes ni à un trust. R. que nous célébrons signifie que le sociaet qu'il a fourni la lisme s'est fait chair. Un bilan sans précédent dans l'histoire . Les derniers combattants de la Commune qui fié dans le monde. * * Jf: Le Irïlan économique. des délais. 100 . prodigieusement. l'Union s'affirme première puissance indussoviétique trielle del'EuTope. S. au Mur des fédérés. Dans le développement de l'agriculture. 163 millions d'hectaTes. qui n'a plus h. qui triomphent. R. qui.seulement depuis que «dix jours ébranlèrent le monde ». En 1940. sur un sixième du globe. nous notons deux étapes historiques. elle a été créée sans capitaux étrangers. R. ralliant. duction automobile. appliqués l'un après l'autre). Trente années plus tard. Tiiente années . pour la première fois. a donné Octobre 1917 a tout modidans cette lutte des martyrs et des héros innombrables. moyenâgeuses. le progrès et la paix. sa cause les intellectuels décades la classe ouvrière.

gnement avant la Révolution à 1200 000. on compte officiellement connue : un million est suffisamment l'Union illettrés.dans suffire. supérieur. S. R. Depuis l'enseignement supérieur . dans un pays comme les Étatsbétisme a disparu-de l'Union soviétique.'. . S. En 1940.On lit dans le rapport qui fut présenté le 6 septembre-par le président du Comité exécutif de la grande cité. les années postérieures à la Révolution. à de personnes Sur 13 millions qui se livrent ont acquis leur formation un travail de nature intellectuelle. que 230 000 membres de l'ensei. 100 000 chercheurs Pour la science.. plus de 60 000 écoles neuves. intellectuelle * * et disons la science. Unis. d'élite. a parcouru une longue et glorieuse En trente ans. S.4 FERNAND GRENIER Le premier plan quinquennal (1928) a ouvert une autre étape : pour permettre l'emploi intensif des machines en vue de jeter les bases du socialisme à la campagne. l'Union d'enseignement soviétique compte avec un chiffre de 670 000 étudiants. à la formation attribue une grande importance Le gouvernement soviétique Le pays ne comptait des cadres pédagogiques. que Mosdu Soviet de Moscou. Popov. aux paysans tracteurs qui fournissent et la vie l'aisance contre 105 en 1913. c'est-à-dire plus que le nombre supérieur. collective. 1. R. sans compter lions d'hectares ensemencés. a commencé-à faire place à la culture la culture individuelle et 240 000 kolkhoz 4 000 sovkhoz on recensait (sortes de (grandes fermes d'État) de machines desservis par 7 000 stations de production).de la guerre. C'est la vérité même. scolaire. pour le monde entier. le foyer de la pensée scientifique avancée et des plus hautes en même temps que l'Académie des valeurs de civilisation. _ . à la veille de la dernière guerre. économique précisément quelques de l'enseignement Les succès remportés dans le domaine depuis la fondation du pouvoir des Soviets ont été mis en lumière dans la conférence qu'a donnée. S. le nombre total des écoles a atteint presque 200 000. spécialistes comprise / sous le tsarisme. Kaftanov. La situation_dans française sans école. A la veille de la de jeunes une promotion supérieur guerre. S. . Les effectifs de la population scolaire ont presque quintuplé à ceux de la Russie tsariste. publique saisissant. ce chiffre était' passé. en U.. les semisans compter 10 millions d'illettrés. l'enseignement supérieur avec 112 000 étudiants de haut enseignement carrière. G. dans on a versé la fin. à la au S. le ministre" de l'Enseignement fin de septembre.. deux chiffrés pourraient travaillent. pour le 800e anniversaire cou est devenu.' dans 76 instituts 1. sciences de l'U. L'analphapar rapport alors que. Au lieu de 91 établissements 800 établissements sous le tsarisme. M. on a bâti. '„ _ ennoblissant . Dans la seule période des douze années qui ont Musée polytechnique et précédé la dernière guerre. de recherches scientifiques Marx-Engels-Lénine-Staline. S. Là travaille. '. 100 000 combattants à l'heure actuelle en U. il sortait tous les ans de l'enseignement au lieu de 8 000 à 10 000 entre 100 000 et 110 000 personnes. mots du L'instruction ce bilan Après bilan culturel. coopératives paysannes Résultat : en 1940. un enfant noir à l'école sur 25 en Afrique d'enfants algériens musulmans noire.150 milet moissonneuses. V. de Moscou. débarrassés de tout souci matériel. l'Institut qui est le centre d'étude mondial et de diffusion de la théorie marxiste-léninste. -" le village. R. dans tous les autres pays d'Europe des étudiants pris ensemble. plus de 10 millions .

Les établissements d'enseignement supérieur y sont au nombre de 89. à Moscou. Jetons maintenant un regard sur les conquêtes du peuple au poupolitiques voir. J'ai vu. L'effort financier consenti pour le développement de la vie de l'esprit dans la capitale peut être caractérisé par le chiffre suivant : de 1946 à 1950. le courage. La radio de Moscou émet en 70 langues différentes pour les peuples de l'U. à Paris. ne sont pas fictifs. on dépense plus d'un milliard de roubles pour la construction et l'équipement des seuls instituts de recherche scientifique de la ville. en 1917. de clubs. Actuellement. et ils ne s'occupaient guère que de clientèle privée. Moscou n'y pas capitale davantage pour l'enseignement compte plus de 600 000 écoliers. S.sa qui essaie de nous entraîner chute. à sa juste valeur. 5 et des revues. qui vous empêche réciter Maïakovsky. Le ministre de la Santé publique de l'état dé son département.14 deux fois plus de médecins instituts qu'aux . La Constitution. R. a dit Staline •—et d'enrichir Et vous. S. il y en a aujourd'hui 81. S. à des thèmes optimistes l'effort. Un contenu nouveau a été donné au théâtre. à la protection travail. sur des matérielles effectives. a donné une de l'U. l'homme du pays.. possibilités Faut-il du problème parler de cette autre nouveauté qui porte loin : la solution des nationalités ? 80 millions de non-Russes ont les mêmes droits que les 110 millions de Russes par cet article 123 de la Constitution : qui proclame A Moscou fonctionnent en grand nombre des instituts de recherche industrielle. de la santé. l'amour le dévouement sans cesse ses connaissances. de maisons de culture. après cela. Les Jours et les nuits de Stalingrad. de salles d'exposition et de musées. R. En 1913. accorde à tous le droit au justement appelée stalinienne.. R. l'Union soviétique plus de 180 000 médecins. ils exaltent — «l'homme. I. ce cinéma frelatée. le 13 octobre. afin d'élever au peuple. des bibliothèques ainsi que dé leur tirage. et écrivainss'attachent . E. le capital le plus précieux ». de repos détruits le nombre délits par la guerre ne soient pas encore rétablis. tout l'Empire russe ne comprenait que 23 500 médecins Il y a aujourd'hui dans taires. Artistes au cinéma. les cimentiers ? Vous La Chaussée de Volokolamsk de lire. à la littérature. comme ailleurs. au lieu de 20 avant la Révolution. le professeur civils et miliEn 1913. de salles de lecture. forment Les établissements médical d'enseignement supérieurs chaque année États-Unis. R. * Les * conquêtes politiques. S. et en 32 langues étrangères. toute cette littérature apprécierez «noir ». . XIIe microbiologistes que présida congrès des hygiénistes. mais appuyés sur des conquêtes sociales. en ouvrant le image très complète et épidémiologistes. S. s'y monte à 273 000. c'est le Retenez ce fait symptomatique et le livre (5 roubles pour un gros ouvrage contre 120 roubles pour un litre journal de vodka). Moscou dispose du plus large réseau de bibliothèques. A.de médecine. On comptait. Semachko. S. N. Il a l'on de au monde où fasse des masses. S. la multiplication : ce qui coûte le moins cher en U. les sanatoriums de Russie comprebien que tous les sanatoriums et maisons naient en tout 2 000 lits. S. cette culture d'un monde finissant dans. du nombre des journaux à cela l'accroissement incroyable Ajoutez et des clubs populaires.LE TRENTIÈME ANNIVERSAIRE DE L'U. Smirnov. Pour diffuser les connaissances politiques et scientifiques dans le peuple. au repos : autant de droits qui à l'instruction.

lutter pour abaisses les prix -de revient. S.: On a traduit en langue du marxisme. Une authentique démocratie fait élire les députés à tous les échelons. S. c'est aussi la liberté de la presse. Les Tadjiks ont leurs propres ingénieurs. au suffrage universel. sociale et économique. On peut juger de Fefiort accompli dans les régions. Reaneoup de femmes sont médecins. * * * En U.. depuis le Soviet local jusqu'au Soviet*uparême del'U. des dizaines de milliers de femmes tadjikS'participent. de ehibs et de maisons de lecture. grâce à l'aide du peuple russe. par l'exemple d'une République' comme le Tadjikistan... R. hommes. trav vailleurs scientifiques. pas sous l'angle de la liberté de mentir. vue non. SANS DiSTmeTro-u L'égalité de la vie. pouvoir soviétique. cette unité morale et politique qui seule permet la création d'un d'intention.les domaines culturelle. S. aux paysans. La véritable démocratie. 99-. S. le pays est méconnaissable. La démocratie. S. direct et secret.000 écoles. de provoquer à la guerre. mais. sociale et-politique. politique. certes. la République compte 7 universités. mais. chaque quintal de blé supplémentaire servent à développer le bien-être de tous 1 .collaboration fraternelle. d'amender et de rectifier sans cesse pas mue critique eonstructïve. leurs poètes et leurs compositeurs. par tous les citoyens et citoyennes à partir de dix-huit ans. Les vestiges du passé disparaissent. les paysans élisent souverainement les dirigeants de leur koïkkoz. L'opéra est particulièrement renommé. d'abêtir à grand renfort de pÛTrup girla.R. former des professionnels.5 p. 3. Un corps d'intellectuels national se forme.. la vie économique du pays. Pareîtîement.périphériques de l'U. S. l'égalité dans tous les domaines de la femme et de l'homme. plus de classes aux intérêts opposés. ne signifie pas seulement le droit de déposer un bulletin' dans l'urne une fois tous les quatre ans : elle consiste aussi à. leur corps enseignant et leurs savants. c'est encore d'avoir instauré. dans tous. On joue sur les scènes de la République les pièces de Shakespeare comme celles d'Ostrovski et de Gogol. comme les nôtres de contrats collectifs et de protection âa travail. à l'activité politique. 10© d'illettrés. R. Quelle conquête) que ce cette unanimité vouloir commun aux ouvriers. leurs agrohomes. t La véritable démocratie. Tnstitutricesr ingénieurs. comme un moyen de dénoncer lès abus* de critiquer les défaillances. comme le font les syndicats.économique. chaque tonne de charbon arrachée au sol.6 FERNANB GRENIER BTDB RACE. Djabar Rassoulovrïe pays comptait avant la Révolution Grâce à une . R... ainsi que les chefstadjik beaucoup d'ouvrages fondamentaux d'oeuvre de la littérature classique russe et de la littérature universelle. S». qui étaient autrefois traitées en colonies.. 25 instituts techniques et Aujourd'hui. il faut y ajouter des centaines de bibliothèques.''.. aux intellectuels. en même temps qu'ils gèrent les assurances sociales. avec ' toutes les possibilités de vie CBltiirelle et sociale données à la mère par la multipM:cation des crèches (880 000 places cette année). est une loi en droits des citoyens D>KNATIONALITÉ delTJ. S. La République dépense chaque année des dizaines de millions de roubles pour la protection: de la saaatédie la mère et de l'enfant. Actuellement. à égalité avec les. Tels sont les»résultats oètemis par trente aanées de. participer directement à. ' immuable. D'après un article récent du président du Conseil des ministres tadjik. où s'instruisent environ 300 000-enfants . avec la possibilité donnée aux électeurs de révoquer à tout moment des élus défaillants. qui discutent. parmi . pour la première fois dans le monde. monde nouveau où chaque découverte des savants. et des jardins d'enfants. disposent aussi de toutes les possibilités pratiques pour accroître la production.

l'occasion était belle. -. Eh bien 1 ils ont aidé l'Armée rouge par tous les moyens. Presque toute l'Europe était contrainte de travailler pourla plus midable machine de guerre que le monde eût jamais connue. de se soulever contre Moscou. à l'abri des baïonnettes ennemies. Si la presse du dollar fait tant de cas des romans du second. S. d'autres preuves de la puissance du régime soviétique. S.. le niveau de'la production soviétique atteindra celui des'Ëtats-Unis. et ainsi. c'est que l'espèce est rare 1 Que les menteurs s'expliquent donc sur le fait que. a vu ruiner 71 170 de ses villes et de ses villages. trouver assez d'Ukrainiens et de Biélorussiens connus pour installer à Kiev et à Minsk même des embryons de gouvernements fantoches à l'image de celui de Vichy ! Il s'agissait pourtant là de peuples non russes. L'U. Comment croire que des hommes.( cependant habitués à la réflexion. S. l'ennemi n'a jamais pu.. des journalistes peuvent toujours bavarder sur la crise du logement à Moscou. a supporté seule tout le poids des combats contre l'Armée cette date. R. l'U. R. S. le pouvoir des auvriers. étrangère et quatre années de furieux combats Telle est l'oeuvre de ces géants de la pensée et de l'action qui s'appellent Lénine et Staline. 7 de guerre contre l'intervention lesquelles. * * * . trois années (1918-1920) contre les hordes nazies. 10 millions de victimes civiles l Ce qu'il faut sans cesse répéter. La cause est entendue. à la fin du quatrième plan quinquennal. sur la mauvaise coupe d'un pardessus moscovite ou sur tel film soviétique raté. souffert pour sauver le monde de l'esclavage. des intellectuels. En trente-trois ans. sont résolus. . sur la comptabilité mal tenue de quelque kolkhoz ukrainien. se laissent impressionner par la trahison d'un général Vlassov ou du diplomate Kravtchenko ! Les bourreaux nazis ont dû exterminer dans des camps spéciaux dès milliers d'officiers soviétiques prisonniers avant de trouver un seul traître. Quelle preuve de la supériorité du système socialiste sur le système capitaliste ! Après cela. aura réalisé ce que l'Amérique a mis cent cinquante années pour accomplir. dès avant la guerre. aura rattrapé sa production d'avant guerre. Les grands problèmes. ceux qui sont décisifs.» à bref délai. Aucun n'a versé autant de son sang : 7 millions d'officiers et de soldats tués (Angleterre : 245 000 . s'il en était besoin. S. Bien plus.LE TRENTIÈME'ANNIVERSAIRE DE L'U. S'ils avaient été-esclaves. R. La reconstruction apporterait.. malgré la terreur la plus féroce. Pour affaiblir l'U. S. on n'a consenti à établir le second front qu'en juin 1944. 25 millions de sans-abri. cependant.. Or. Le pays le plus sinistré — et de loin — sera le premier relevé. Qu'importe ! elle a été capable de les quatre-cinquièmes reconduire l'envahisseur des bords de la Volga jusqu'à Berlin l Aucun peuple n'a autant travaillé. c'est que la victoire n'a été possible que par la fermeté avec laquelle. Les autres Le seront. école de pensée claire et de courage. > à cour> F sûr. guides de ce Parti d'un type nouveau. des paysans. R. dès la fin de 1948. de ce Parti bolchevik intrépide dans les périodes les plus dramatiques. fut exterminée la cinquième colonne et. d'autre part. États-Unis : 274 000). rouge jusqu'à des armées fascistes. S. Dès 1950. combattu.si on l'exhibe dans toutes les feuilles vénales des États-Unis et dans les journaux européens colonisés. La lutte contre-l'Allemagne hitlérienne a confirmé avec éclat la force du régime forsoviétique. S. < A l'épreuve de la guerre. pilote » des dizaines de millions de bâtisseurs d'un monde nouveau. l'Ukraine et la Biélorussie étant occupées. par la confiance inébranlable et l'appui total du peuple. A la fin de la guerre.

Jamais aucun régime n'a été l'objet de tant de haine. telle position économique. R. leur livrent. toute nécessité de conquérir des débouchés ou ' . dictature sur les ouvriers et les paysans. du patrimoine français. en C'est aussi pourquoi l'U. Les raisons en sont évidentes : pas de trusts. là-bas. dans son étude L'Antisoviétisme d'avant guerre : faiblesses Jour cru sur les thèmes des campagnes antisoviétiques du pouvoir soviétique. S. pour essayer d'endiguer la appareil industriel. des Laval. par la réforme agraire. crise économique qui les menace de si près. Us ont développé un gigantesque Pour maintenir leurs bénéfices. S. S. R... 29. après. jour après jour. S. telle branche Financiers et industriels américains industrielle. Sur un plan contre la France 2. l'interdiction de l'arme atomique et des mesures pratiques contre les fauteurs d'une troisième guerre mondiale. R. ne peut avoir d'autre idéal que de développer toujours plus cette production. La Grande Conspiration contre la Russie 1. C'est aujourd'hui l'arme des trusts américains et de tous ceux qui. . la Allemagne. est la seule.. ' Les adversaires. R. S. dénoncés dans le réquisitoire de Vychinski. Collection Essais et Documents. des Giono. Le peuple. se sont formidablement enrichis de 1940 à 1945. rue d'Anjou. un système économique qui exclut toute perspective de crise. C'est pourquoi l'U. S. 100 en U. révèle une suite ininterde complots. mais en marchandises. jette un plus limité. l'appui aux forces démocratiques et aux syndicats ouvriers. S.FERNAND GRENIER Le puissant rempart de la paix. qui soient intéressés aux armements . tel secteur delà vie intellectuelle. poursuit avec tous les pays. pas plus qu'elle ne l'a fait lors de l'offre à la France de 15 millions de quintaux de blé. la réduction des armements. Paris (VIIIe). la mobilisation et de l'empoisonnement des consciences pour'décourager la France à l'époque de Munich et.des Doriot. S. échec des plans quinquennaux. ils ont'besoin de conquérir des marchés et de reprendre une politique de préparation à la guerre qui les enrichit. et en premier lieu avec ses voisins de l'Europe de l'Est. des André Gide dans les milieux intellectuels. mais L'antisoviétisme aussi celle des Paul Faure et des Belin dans les milieux ouvriers. l'Union soviétique est rigoureusement incapable de pratiquer une autre politique que celle de la défense de la paix. Elle ne leur impose aucune condition politique. des Jules Romains. chefs.. ne s'y trompent pas. nationalisation et l'éviction des trusts. payables. la réforme démocrapartielle de l'industrie tique de la justice et de l'enseignement. S. fardeau terrible pour les peuples (48 p. Éditions Hier et Aujourd'hui. non en dollars. U. d'ailleurs. de 1935. Le livre si précieux de Sayers et Kahn. Mais il faut ! masquer cette politique : quoi de mieux que de crier à l'expansionnismesoviétique Léon Blum et de Gaulle feront donc assaut de calomnies contre l'U. démocratisé. d'entreprises rompue de provocations. des Pétain. R. En fait. Tout cela était pure invention. 1. Armée roùge sans Il etc. de. d'espionnage. des sources de matières premières. une politique de bon voisinage et d'accords commerciaux. S. 2. — Prix : 15 francs. S. Édité par France-U.) . C'est pourquoi l'U. dans sa zone d'occupation dénazifié. Jean Baby. 100 du budget aux États-Unis. pour couvrir le sabotage du pacte franco-soviétique a été l'arme des Hitler. s'agissait de la préparation morale de la guerre. à avoir démilitarisé. S. a pu proposer à l'O. N. maître des moyens de production. et cela avec l'intention exclusive d'augmenter la masse des produits mis à la disposition des citoyens. contre 22 p. R.

S. Sur aucun point du globe. Voilà pourquoi nous saluons le glorieux trentième anniversaire avec autant de l'amiferveur. R. S. dans des organisations comme FranceU. S. par sa politique des plémentaires à l'amitié franco-soviétique réparations et par les solutions qu'elle préconise pour le règlement du' problème allemand. R. en rassemblant. . tous les démocrates. loin d'être une menace pour le monde. tous les hommes de progrès. ne s'opposent. S. il est encore des raisons supAjouterons-nous ? L'U. S. R. * * * que. R. Sa force.LE TRENTIÈME ANNIVERSAIRE DE L'U. agit dans le sens des intérêts français. 9 Toutes ces raisons expliquent que l'Union soviétique soit le plus puissant rempart de la paix. S. S. Notre alliance avec elle est le gage essentiel de notre sécurité. les intérêts des peuples de France et d'U. pour le peuple dé France. tous les Français à qui sont chères et la paix et l'indépendance économique et politiqup de la patrie. est l'appui le plus solide pour tous les hommes de progrès et pour tous ceux qui combattent les organisateurs d'une nouvelle guerre.. seule. avec une volonté aussi ferme de rétablir et de rendre indestructible tié franco-soviétique. S.

3 à 19 . directeur de notre Centre national de la recherche et Marcel Prenant. On se souvient des deux articles publiés ici en 1945 par Georges Teissier sur « Le mécanisme de l'évolution » 1. scientifique. professeur à la Sorbonne. on y verra combien la méthode dont ils se réclament l'un et l'autre. trois articles signés de trois des plus grands biologistes : J. sur le problème capital La Pensée a aujourd'hui de l'évolution. Georges Teissier. 1945. enrichie et corrigée par les résultats winienne. B. janvier-février-mars p.eorges Teissier. comment l'explication darcontemporains. La Pensée. membre de la Société royale de Londres . nouveaux de la science. S. la grande revue et discu. contemporains professeur à Universitg Collège.LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION le privilège de publier. C'est cet article dont tait quelques-unes et nous y joignons à notre tour une nous publions aujourd'hui la traduction. obstriomphe peu à peu des tendances irrationnelles qui ont'si longtemps curci le cerveau de trop nombreux Et c'est^une impression de biologistes. loin d'aboutir à un dogmamarxiste. Haldane. il y joignit un article où il commentait progressiste britannique des idées de son collègue français. nous scientifique réponse deG. n° 3. au progrès de la science. A ces deux articles s'ajoutent les réflexions de Marcel Preaujourd'hui nant sur un récent colloque qui réunit à Paris les meilleurs des paléontologistes et des généticiens On y verra. B. confiance et d'espoir dans le progrès de la science que nous donne finalement cet ensemble remarquable de travaux. 15 à 31. p. que La Pensée est particulièrement heureuse de présenter à ses lecteurs. Outre l'intérêt comptons qu'on y trouvera l'exemple et le modèle de ce que doit être la véritable liberté de pensée et de discussion . J. Haldane les traduisit luimême en anglais et les publia dans la Modem Quarterly. de ce dialogue. stimule la recherche et aboutit dans une généreuse et cordiale émulation. avril-mai-juin 1945. 1. . tisme stérile. n° 2. S.

Il est choisi comme reproducteur . en commun. Or„ les plantes sauvages varient dans de nombreux sens. S.. Les hommes primitifs collectèrent les semences de blés sauvages. nous avons^ Teissier et moi. eux-mêmes de purs mécanismes. les mêmes données biologiques et les mêmes vues philosophiques. Et. On a suggéré qu'ils les répandirent d'abord comme aliment sur les tombeaux des morts et que cette pratique donna naissance à l'idée qu' une mort humaine était nécessaire pour assurer le succès d'une récolte.LE MÉCANISME DE L'ÉYOLUTION par J. comme avons. je crois que les processus qu'il décrit dépassent néanmoins le mécanisme. Naturellement. le sien est trop modeste. Les effets de la sélection sur les chênes et les escargots peuvent être décrits exactement^ dans tes mêmes termes. HALDANE L'article du professeur Teissier sur « Le mécanisme de l'évolution » est un résumé si parfait du point de vue néodarwinden et j'en approuve si complètement l'essentiel nous que je crois qu'il vaut la peine d'en faire une critique détaillée. soit moi. Bien qu'ils aient un aspect mécanique. quoique incomplet. et ceux qui présentent le même caractère sont pris comme parents pour les générations suivantes. il est très probable qu'il acceptera au moins quelques-unes de mes critiques. Mon second point est beaucoup plus sérieux. Ce. Soit lui. Ils s'aperçurent qu'en les semant ils obtenaient une réeolte l'année suivante. On arrive finalement à uneTaee dont tous les membres présentent le caractère en question et on la maintient pure. d'ans notre oeuvre mathématique. laissé de côté. de même que les effets économiques d'un accroissement de la demande de pain ou de boules de billard dans le régime de l'économie capitaliste. nous avons plutôt tenté vde formuler une analyse causale de l'évolution que de la réduire au mécanisme. les éléments des processus ne sont pas. Mais. B. compte rendu de l'origine de la plupart des raees: modernes d'organismes de cette sq^te est exact. Un individu exceptionnel qui « paraît mériter d'être conservé » apparaît par hasard (ou plus exactement par l'effet d'événements qui sont actuellement hors des possibilités de contrôle par l'homme et largement au delà de la prévision humaine).. Deuxièmement. Certaines ont une constitution génétique qui les amène à produire plus de . ce qui serait à l'origine des notions de sacrifice humain et de la transformation de la victime en pain. * * Je ne pense pas que sou titre Soit mieux choisi que celui que je choisissais il y a quatorze ans pour un livre sur te même sujet t Les causes de l'évolution. les processus ont l'unicité caractéristique de l'histoire dont nous nions l'existence quand nous parlons de mécanisme. Il concerne la sélection par l'homme des animaux et des plantes domestiques. ses descendants sont examinés. Mon propre titre est trop prétentieux . dans chaque cas. Teissier constate qu'elle se déroule toujours en trois étapes. Je crois qu'il est entièrement faux en ce qui concerne leur origine première. En premier lieu. que l'on rencontre encore dans la religion. ce caractère d'unicité. Teissier et moi. le résultat effectif de la sélection est un événement historique unique.

La théorie précédente est. Dans la nature elle ne pourrait pas atteindre cinquante poussins. au voisinage des régions arctiques. Cependant. En fin de compte. leurs descendants ne constituent que ceux du type pas. parce_que. mais elles succombent bien plus facilement à l'action des animaux au pâturage. répète son procédé pendant quelques années et obtient une race dont il vend la semence. qui doit certainement effets secondaires. . Je me demande si la^sélection consciente a commencé avant que les plantes et les animaux domestiques aient transformé la société humaine au point qu'ils soient devenus les principaux sujets d'intérêt pour l'homme et que des hommes et des femmes aient commencé à étudier leurs différences. les blés cultivés par les hommes primitifs doivent avoir donné un rendement beaucoup plus élevé que les attribué à plantes sauvages. parce qu'il est plus résistant au froid. Ils poussent très bien sur un sol défriché. prouvée par un simple fait. et à planter ou ils n'auraient jamais pensé à isoler à greffer des boutures d'arbres de'prédilection. la sème en terre nue. A côté de la fécondité. les plantes et les animaux domestiques ont des populations trop denses en comparaison avec les espèces sauvages et. ils l'ont probablement leur propre magie ou à l'influence de dieux ou d'esprits. B. qui. Les plantes issues de cette semence donnent une semence bien plus abondante que celle des herbes ordinaires de prairie. l'absence de concurrence. non pas délibérément. je pense qu'à une époque où les hommes commençaient déjà à utiliser un individu favori comme reproducteur de chiens. En fait. par conséquent. des animaux ont aussi été sélectionnés pour leur docilité. ils sontévincés par des concurrents. S. parce qu'il leur manque d'autres qualités nécessaires pour survivre. HALDANE semences que la moyenne . je pense. semble. ou' à peu près. mais. et.un plant individuel génération suivante. quoique tout à fait avoir produit des inconsciente. de blé ou d'orge pour en faire la souche d'une partie-de la . des prairies issues de semences commerciales peuvent ne pas donner satisfaction pendant quelques années. même dans des conditions domestiques. plus exposées aux maladies infectieuses. mais probablement parce que les plus sauvages s'échappaient. Cela est démontré par la fréquence des mauvaises herbes dans les récoltes primitives et par le fait que le seigle. pondra seulement une douzaine d'oeufs. De la même manière on sélectionne des animaux domestiques pour leur fécondité. mais. semble-t-il.ou étaient tués comme indociles. On peut acheter dans le commerce la semence de beaucoup d'herbes de prairie. de chevaux où même de plants de haricots. ils ne peuvent produire un système de racines adéquat qu'en. En particulier. les variétés à semence abondante ont un grand avantage. dans le sens de l'immunité. Une volaille sauvage. dans la génération suivante.12 J. qui a été capable de produire des races d'herbe à pré ayant les qualités répondant aux besoins des éleveurs. nos blés cultivés ne survivent pas en concurrence avec d'autres plantes sauvages. en peu d'années. Si nos ancêtres ont noté le fait. En particulier. une fois qu'elles ont poussé dans des champs ou des jardins labourés ou binés. est une mauvaise herbe dans les champs de blé. dans la zone tempérée. Il y a eu et il y a encore une sélection constante. par an. avoir remplacé le froment par sélection inconsciente. Ce fait a été découvert par Stapledon d'Aberystwyth. mais c'est tout à fait possible si elle est protégée de ses ennemis et pourvue d'aliments. jusqu'à ce que la sélection naturelle par les dents et les sabots des animaux au pâturage ait eu le temps de renverser le processus inconscient de sélection par l'homme. dans un pré. en dépit de cela. mais produisant beaucoup moins de semence à l'acre que les races commerciales usuelles. Un grainetier recueille la semence d'une plante dans un pré. une proportion plus importante normal.

LE

MÉCANISME

DE

L'ÉVOLUTION

13

Le professeur Teissier est, je crois, tombé dans la même erreur que Rousseau à Rousseau croyait que la société était le résultat voulu propos de l'homme primitif. qui ont d'un contrat social. Teissier pense que les variations rapides et frappantes direct de la volonté étaient le résultat eu lieu chez les animaux certainement le même point de vue. Je pense que, jusque humaine. Darwin avait, naturellement, de l'homme sur ses animaux et ses plantes domestiques tout récemment, l'influence est décrite d'une façon pertinente par les paroles d'Engels : ces Les buts des actions sont voulus, mais les résultats qui suivent réellement actions ne le sont pas, ou s'ils semblent, au début, correspondre cependant au but des conséquences tout autres que celles qui ont été ils ont finalement poursuivi, voulues 1. La banane présente un bon exemple de résultat, non voulu. Les trusts des fruits Ils l'ont une banane standard propre à l'exportation. avec insistance cherchaient obtenue. Ils ont obtenu aussi un champignon qui attaque les racines de cette variété est toujours Une population exposée à trop uniforme particulièrement particulière. une maladie épidémique. lois et coutumes étaient quelque chose de donné. Si Pour les hommes primitifs, nos connaissances, les anciens Grecs furent les premiers hommes loin que remontent révolutionnaire à avoir l'idée vraiment pouque les lois et même les Constitutions vaient être changées à volonté par un procédé rationnel qui n'entraînait pas nécesde sang, et ce ne fut qu'à notre propre époque que Lénine et sairement d'effusion ses camarades remanièrent un régime spcial tout entier selon un système rationnel et économique. La modification délibérée d'animaux domestiques dépensée politique a probablement commencé à l'époque et la production délibérée de historique, de la comme la fraise cultivée, hybridation nouveaux, types de plantes absolument variété américaine et de la variété au xyme des siècle, à l'époque européenne, et américaine. révolutions Ce n'est qu'à notre propre époque que les française de la reproduction et de la création des États ont été compris principes scientifiques et appliqués. La raison de l'évolution très rapide des animaux et des plantes domestiques n'était pas, à mon sens, que les hommes ont voulu qu'ils évoluent comme ils l'ont . fait, mais qu'ils les ont placés dans des milieux entièrement nouveaux, où ils étaient soumis à des forces sélectives nouvelles et intenses. Dans de nombreux cas, l'évolution est allée dans le sens où le voulaient les hommes. Dans beaucoup d'autres, il en fut autrement. On peut se demander si nos arbres cultivés produisent de meilleur bois de construction bien que Sylvèn et d'autres que ceux des forêts naturelles, chercheurs suédois aient précisément commencé à sélectionner scientifiquement des arbres pour cette fin et qu'ils y aient même introduit des variations héréditaires. Dechambre croit que les vieux Égyptiens des anciennes dynasties avaient beaucoup ou plus de variétés d'animaux domestiques que leurs descendants d'aujourd'hui même que leurs descendants des moyennes dynasties. S'il en est ainsi, il est probable que ceux qui nechangeaient pas d'unefaçon marquée dansle sens d'un accroissement de la docilité, delà fécondité et de la production de lait, viande, etc., furent écartés. Il est même possible que la sélection volontaire n'ait commencé que lorsque les hommes eurent remarqué les différences produites par la sélection inconsciente entre les lignées domestiques et les individus sauvages de la même espèce et entre les dans les différents lignées domestiques l'étude des lois et des pays. Pareillement,
1. Fr. ENGELS, Ludwig-Feuerbach sociales, 1946, p. 38. et la fin de la vhilosophie classique allemande. Éditions

U coutumes

J. B.

S, HALDANE

semble avoir été un réel stimulant étrangères par les marchands pour les de Constitutions dans la Grèce ancienne. changements Peut-être ai-je traité ce point trop à fond, mais c'est que je crois de la plus lai grande importance que nous ne surestimions pas la sagesse de nos aneêtres'en de faits vou de coutumes qui, en réalité, se sont produits -sans la attribuant l'origine moindre intention consciente. Si nous faisons cela dans le cas d'organismes domestiqués, nous pouvons aussi le faire dans le cas de pratiques politiques, économiques ou religieuses, avec d'importants résultats. Mais cela est également important Considérons pour celui qui étudie l'évolution. un animal comme la martre, qui vient juste d'être apprivoisé. On prétend qu'il est très difficile de reproduire des martres qui ne sont pas en liberté ; d'antre part, la demande restera très grande pendant de nombreuses années encore, à moins que les Cela veut dire que, des individus goûts de notre propre espèce changent capturés, un petit nombre se reproduit, peut-être même un petit nombre de leurs descendants caractères mais que quelques héréditaires favorisant la fécondité et immédiats, la viabilité artificielles ont une valeur sélective très large, de dans des conditions sorte que les descendants de quelques couples peuvent avoir augmenté jusqu'à être des millions en moins de vingt ans. Par suite, l'évolution des traits physiologiques en captivité favorisant la fécondité et la viabilité a des chances d'être très rapide.la même chose qui a dû se produire dans le passé dans les occasions C 'est précisément relativement rares où une espèce a colonisé un habitat qu'aucune de ses semblables nos poissonneux n'avait colonisé auparavant. ancêtres ont Lorsque, au dévonien, ont dû connaître d'immenses et la difficultés,quitté l'eau, les premiers amphibies sans doute sans se reproduire. Mais ils n'avaient pas plupart d'antre eux moururent moins de parasites de concurrents, pas de rapaees, et probablement que leurs vivre sur .terre ont dû se multiplier ancêtres poissons. Ceux qui pouvaient énorménécessaire pour rendre .cela possible du minimum ment et l'évolution d'adaptation — eh des nageoires en pattes primitives—a la transformation dû se faire particulier En fait, nous n'avons pas de témoignage de cette mutation- qm. a très rapidement chez les animaux aussi rapidement dû se produire que les mutations domestiques Dès qu'il y eut concurrence le changement fut directe, depuis le néolithique. beaucoup plus lent, parce que la sélection était dirigée aussi bien en vue d'échapper aux rapaees, de rivaliser pour la conquête des femelles, etc., qu'en vue de l'adaptade variations tion à la vie .sur terre. Nous avons des témoignages de ce genres, dès narines remontant vers le baut de la tête, ce qui était sm comme le mouvement des marais, mais non une nécessité. Aussi, je avantage évident pour les habitants « l'homme de Teissier-que travaille mets en doute l'affirmation beaucoup plus vite des cas. Gela peut juste dans la grande majorité que la nature ». C'est certainement être faux pour certains cas critiques qui ont-eu aine gfcande importance historique. * * Teissier affirme que <« On peut ajouter quelques critiques moins importantes. les sont toujours ». C'est juste, pour une part de nature génétique qualités physiques en erreur. Oar ce n'est pas toujours vrai des différences mais cela risque d'induire ou artificielle; entre individus La. qui sont ce qui compte pour la sélection naturelle souris A est plus lourde que la souris B du même âge. Cela peut'très bien être parce En fait, si toutes deux avaient, eu le même régime, qu'elle a eu plus à manger. B aurait peut-être lien été plus lourde que A. La sélection expérimentale montre toutefois que, si nous prenons une centaine de souris d'une population mélangée, les plus lourdes différeront, somme toute, des plus légères dans un milieu uniforme,

LE

MÉCANISME

DE

L'ÉVOLUTION

15

le poids. Mais, si nous avons pris aa point de vue dès facteurs génétiques favorisant et nos légères d'une autre qui a été mal nourrie, nos souris lourdes d'une population, Ce point n'est pas sans il a pu ne pas y avoir de base génétique de la différence. des groupes humains si nous en venons à comparer différents, par importance de l'Est africain, ou des classes exemple, les tribus de pasteurs et d'agriculteurs différentes dans la société capitaliste. * * de mes propres théories, mais je 11 est possible que je sois prévenu en-faveur au sujet des tendances son argument crois que Teissier aurait pu accentuer [de de l'espèce, et, en particulier, du développel'évolution à l'extinction qui conduisent ment des cornes et autres armes au delà du stade où elles ont quelque valeur pour . l'espèce. Il indique avec justesse que les cornes sont souvent « des armes pour les doive conduire combats entre mâles » et qu' « il semble même qu'une telle évolution le groupe qui s'y engage ». Je pense que nous à une catastrophe presque fatalement et dire que des adaptations pouvons qui accroissent uniquement généraliser de la même espèce des individus l'aptitude dan^ la lutte contre d'autres individus et non dans la lutte contre d'autres inanimée sont espèces ou contre la nature en ce sens qu'elles tendent à diminuer le nombre total des individus de nuisibles, et à accroître sa tendance à disparaître. Cela n'est pas vrai l'espèce en question seulement des combats ouverts comme les luttes pour gagner les femelles. L'homme se développe plus lentement soit avant, soit après là que les autres mammifères, naissance 1. Ainsi les vaches sont plus volumineuses que les hommes, mais arrivent à maturité en deux ans. Il est évident naturelle rendrait un tel que la sélection ralentissement très pénible pour un animal comme le porc ou le rat, qui donne des Un membre de la portée qui se développerait portées nombreuses. plus lentement au monde comme un embryon avant que les autres avant la naissance viendrait terme. Un qui grandirait le sort habituel des plus lentement après connaîtrait « avortons ». En fait, l'existence delà concurrence à l'intérieur d'une portée fermerait une voie possible d'évolution s'est révélée féconde. qui en pratique Je ne suis pas d'accord avec Teissier sur le fait que

on n'en doit pas moins tenir pour établi que, dans toute espèce sauvage, la plupart des individus, sinon tous, sont hétérozygotes pour un certain nombre de gènes. Un petit nombre d'espèces sauvages sont à fertilisation directe.-Dans d'autres, de frère à soeur est la règle. Il est probable que de telles pratiques l'accouplement sont inhabituelles à ce que la plupart des précisément parce qu'il y a avantage individus soient hétérozygotes. cette question ne pourra être tranchée Néanmoins, aura fait nue comparaison que lorsqu'on soigneuse entre les facultés d'adaptation de deux espèces apparentées, l'une exogame, l'autre endogame. *
* *

On peut noter deux points moins importants dans la discussion de Teissier à propos de la naissance des espèces. Les diverses races de chien peuvent, dit-il, être facilement sont généralement croisées, et les hybrides Mais ceux qui vigoureux. résultent du croisement entre Saint-Bernard et grand Danois montrent habituelle1. Cf. MBDAWAH, Modem Quartetfg.

Il d'autres théories de l'histoire partisans est probable que les théories avancées par Teissier. Certains paresseux sont remontés beaucoup plus Les édentés n'ont certainement eu que récemau Nord. '•. quoique je le croie très improbable. de là. comme l'indique édentés ne sont pas limités à l'Amérique ce terme à l'ordre des Xenarthra.16 ment J. à mon sens. et il est la chance d'envahir ment (géologiquement parlant) l'Amérique significatif que le seul envahisseur qui ait réussi a été une espèce qui n'a pas trouvé dans son genre particulier de vie. Corvus corvus corone. et même les oiseaux d'un seul nid peuvent être différents. Il dit qu'il y a lutte et à moins que. comme celle de ou que certaines hypothèses . La fronet l'Ecosse du Nord. le meilleur résumé récent de l'a position sous une forme au point que je souhaite qu'il soit réimprimé la théorie darwinienne. assez différents dans leurs goûts ou leurs besoins pour pouvoir coexister . de concurrent en désaccord avec Teissier lorsqu'il note ce qui arrive Je suis plus sérieusement se rencontrent à deux espèces apparentées quand qui ont évolué séparément nouveau.de la doctrine nazie. Il y a une ceinture d'environ 100 milles de large où l'on trouve des corneilles de type mixte. des intéressant de faire en conclusion une remarque. deux groupes. Des cas semblables se produisent pour d'autres de la lutte ce fait parce que l'inévitabilité oiseaux et des rongeurs. et la corneille à manteau gris. HALDANE En fait. qui se croisent dans la nature. modifiées au cours du siècle prochain que le compte rendu historique montre Il se peut. le corbeau noir. pour. seront davantage à l'exception de l'évolution. y compris et un peu de l'Asie. se rapprocher de la ligne frontière ils ne se battent pas.'* * * mes critiques. l'Irlande tière entre espèces passe par le centre de l'Ecosse. la sélection humaine|a commencé par une paralysie de l'arrière-train. fait reconnu égalementpar et que le fer a remplacé ou ceux qui n'adoptent aucune théorie. l'autre. mais sans l'Angleterre. concernant que le hypothèse bronze a remplacé la pierre en tant que matériau pour les outils de l'homme en Europe et les les marxistes le bronze. L'évolution Il est peut-être et de plantes au cours des derniers cinq cents millions principaux groupes d'animaux au cours des celle des vertébrés d'années est assez bien connue. S... Mais plusieurs cas sont Il est certain qu'une espèce peut supplanter possibles. de l'embouchure de la mer d'Aral. qu'une étude de la mutation évolutif même dans un sens que ne que cet agent peut amener un changement favorise pas la sélection naturelle. Il y a deux sous-espèces ou espèces de corneille. • plus durable. une différence de l'un des genres que l'on trouve entre espèces. Corvus corvus cornix. Même si nous restreignons le tatou au Nord jusqu'au Texas. mais croisent. Je mentionne entre espèces ou variétés apparentées fait partie. L'évolution de même que c'est un fait historique son mécanisme. Et les reproduire strictement du Sud. alors qu'il n'y races humaines ne se conduisent a pas de raison biologique pour que les différentes pas entre elles aussi bien que le font les races de corneilles. Je les fais parce J'espère que le professeur Teissier me pardonnera actuelle de que son-article est. de Kiel à Gênes. l'espèce ne reste scindée eh une des races l'emporté inévitablement. du Nord. B. on rencontre Teissier. Les corneilles occupent la plus grande partie de l'Europe. particulièrement de toute est un fait historique indépendant quatre cents derniers millions. mais ils ont été exterminés. sans trop se gêner mutuellement. bien que je sois d'accord avec elles en tout point de quelques éléments de détail. Le long du Iénisséi aux monts de l'Altaï.

mais produisant des altérations ' qui ne peuvent être décrites comme pathologiques. Mais je crois qu'il est précisément plus important que soient connus les faits de base de la paléontologie et que chaque individu progressiste sente qu'il fait partie de son devoir d'acquérir et de répandre cette connaissance. BOTTIGELLI. les faits historiques de l'évolution sont incompréhensibles Malheureusement. peut le faire dans l'espace sans une connaissance de l'astronomie. C'est mais de mammifères plus primitifs. La discussion des causes de ces changements est importante. dimensions probables de leurs ancêtres a l'époque où la craie était en formation. Cela. sauf dans la mesure où.plus difficile à suivre. voir comment les notions que nous des découvertes futures pourraient modifier considérablement de groupes tels que les éléphants ou avons actuellement de l'histoire de l'évolution nombreux. sans spécimens de muséum. Neuf dixièmes de mes lecteurs croient Je doute qu'un dixième puisse donner la forme et les probablement à l'évolution. Et elle est. Il est important de pouvoir le comprendre. Sans une telle connaisdans le temps qu'il ne sance. mieux. l'homme ne peut pas plus s'orienter intellectuellement . J'ai consacré une grande partie de ma vie à élucider le « mécanisme » de l'évolution. faisant partie de notre pensée courante. Mais je ne puis. sans figures. tout autant que l'opposirend difficile de l'accepter comme tion réactionnaire à l'enseignement de l'évolution.) (Traduit . Un mécanisme concevable dans une espèce d'un nouveau type de de changement évolutif est la propagation protéine analogue aux virus causant les maladies. et l'article de Teissier nous y aidera certainement. Mais je crois qu'elle est moins importante pour la culture générale. mais une critique de notre culture „ contemporaine. le fascisme s'associe avec des idées fausses. d'amphibies et de poissons. " de l'anglais par E. où les vestiges fossiles sont extrêmement faits historiques de l'évolution devrait être La connaissance des principaux considérée comme partie intégrante de la culture humaine. seulement lorsque cela est aussi familier à l'imagination que la conquête normande ou l'exécution de Charles Ier que l'on a besoin de discuter les détails du processus.LE MÉCANISME DE L'ÉVOLUTION 17 Lamarck recueillent une fois de plus une large adhésion. sur ce point parmi beaucoup d'autres. de reptiles. Un enfant peut apprendre qu'il descend non seulement d'ancêtres humains. ou. Ce n'est pas une critique desdits lecteurs. les chevaux.

paru il y a deux ans "dans La Pensée. G. Aussi me serais-je abstenu de commenter à mon tour l'article de mon commentade cette occasion pour compléter ou pour teur. Tempo (1944). B. Tous sont d'accord pour reconnaître le caractère artificiel de nos cadres systématiques et pour affirmer que les barrières que l'on a tenté de placer à la limite des embranchements. que le passage de J. HUXLEY. A l'opinion. Si je devais l'écrire à nouveau aujourd'hui. des familles ou des genres. mais qui. SIMP-. MAYR. E. je donnerais sans doute d'autres exemples. s'opposent aujourd'hui unanimement les meilleurs des systématiciens et des paléontologistes. peut-être de façon un peu différente. Les frontières . s'estompent lorsque l'on remonte dans le passé. Le fait est d'autant plus digne de remarque que ces dernières années ont vu paraître plusieurs ouvrages dé premier plan sur le sujet et que paléontologistes et systématiciens ont tenu à discuter expressément les résultats acquis antérieurement par les biologistes et les généticiens \ Ces débats passionnants ont encore accru l'importance de la conception darwinienne et. mais je n'aurais rien à changer au schéma de l'évolution qui y est présenté. Systematics of species (1942) . des classes. dans le Modem Quarterly. sont purement illusoires. l'article sur « Le mécanisme de l'évolution ». *> s'avèrent superflues. je le présenterais. Evolution and the origin J. DOBZHANSKY. Haldane s'est donné la peine de traduire et de commenter. S. aujourd'hui. G. quUl apparaît clairement. HALDANE. Il se trouve cependant qu'à l'échelle où le sujet y a été traité il reste d'accord en 1947 avec les données les plus récentes de la science. C'est ainsi. (1942) . si évidentes aujourd'hui. Goldschmidt. nullement négligeable. si j'apportais aujourd'hui une retouche à l'esquisse que j'ai présentée. T. jusqu'à devenir purement conventionnelles dans certaines séries particulièrement riches en formes de transition. des ordres. mais tout à fait isolée de R. S. ce serait essentiellement pour atténuer ou supprimer certaines réserves que j'avais cru prudent d'y maintenir. B. déjà ancien. The Causes of mais 1. Genetics and the origin évolution je citerai of species (1937 et 1941) . si je n'avais été tenté dej)rofiter préciser certains passages de mon exposé. Outre l'ouvrage fondamental. qui persiste à opposer macroévolution et microévolùtion. and Mode in évolution SON.QUELQUES REMARQUES ' SUR L'ÉVOLUTION par GEORGES TEISSIER J. des classes ou des ordres de Vertébrés. i . pour ne prendre qu'un exemple. Son approbation générale m'est trop précieuse pour que je n'accepte pas de bonne grâce les critiques amicales qu'il fait de quelques points de cet écrit. (1932). dans une série de formes récemment découvertes et dont l'histoire s'étend sur cent rnillions d'années. * • * * L'article paru en 1945 dans les numéros 2 et 3 de La Pensée a été écrit en 1943 et ne fait état d'aucun ouvrage postérieur à 1939.

et s'il peut suffire de quelques centaines ou de celles qu'il de l'ampleur milliers d'années pour réaliser des transformations se trouve résolu des formes de transition souvent irritant envisage. S'il est vrai revanche. que. était incompaassure qu'il des espèces sauvages. restées jusqu'à présent enfermées ses créations Sur cette même question de la sélection artificielle. restée stable depuis un ou deux siècles au moins. qui a créé à partir d'ancêtres aquatiques a dû être des nageoires en pattes marcheuses. et je pense. que. outre son intérêt très générale. Mais je ne suis pas sûr. une valeur explicative J'ai peut-être été un peu trop absolu dans ce que j'ai dit touchant les événements qui surviennent au cours lorsque deux races d'une même espèce. dans l'avenir. * * * Haldane des évolutions regrette que je n'aie pas poussé plus avant l'étude favorables à l'individu et défavorables à l'espèce que j'ai amorcée à propos de l'orsexuels. Si Haldane a raison. entrent à nouveau en contact. en des corneilles soit entièrement démonstratif. que l'évolution d'améliorer pour son usage certaines espèces animales ou végétales. il n'est cependant pas douteux qu'en Ecosse elle s'est largement déplacée vers le Sud dans le même temps. historique propre. le partage sensiblement à celui qui convient au mieux aux besoins et aux goûts correspondant de l'une ou de l'autre des deux sous-espèces en concurrence. Haldane rablement plus rapide que l'évolution travaille n'est pas certain que l'homme plus vite que la nature et tient pour vrailes premiers semblable que l'évolution. ce que pour ma part je n'osais pas bien son matériel.QUELQUES REMARQUES SUR L'ÉVOLUTION 19 les plus anciens s'est fait presque insensiblement. c'est que chacune d'elles se trouve mieux adaptée que P autre au territoire du domaine d'extension totale de l'espèce qu'elle occupe. en m'appuyant domestiques. pas plus rapide. et qu'en cette région.le schéma qu'il nous propose présente. si la substitution d'une forme à l'autre n'est plante l'autre. J'ai entendu un des meilanimaux domestiques en conviction la même en vertébrés leurs connaisseurs exprimer primitifs sur le même exemple. en vue dans son effort conscient ou inconscient dirigée par l'homme. On peut même espérer. par conséquent. une des sous-espèces supJe crois au surplus que. s'appuyant opinions se confirme et je ne désire rien tant que d'avoir sous-èstimé la vitesse possible'de l'évolution. aussi rapide que celle qui. des évolutions brisant très largement le cadre encore bien étroit dans lequel sont les mieux réussies. que l'homme pourra. vertébrés terrestres et a transformé a fixé chez les extrêmement rapide. trop attentif j'ai eu le tort de négliger. aux mammifères des reptiles des mammifères étant de purs reptiles et les derniers ne différant que par primitifs des caractères tout à fait insignifiants. Mais. différenciées d'une longue séparation. je reconnais très volonagronomes ou les zootechniciens tiers l'importance du problème de la première évolution des espèces domestiques aux seules méthodes modernes. Je ne le regrette pas moins que lui et ne thogenèse des variants m'y suis . un si grand nombre de mutations. depuis le néolithique. dans son ensemble. réaliser en choisissant rêver. que l'exemple entre le domaine de la corneille noire et celui de la corneille mantelée que la frontière soit. sur le cas des animaux J'avais cru pouvoir dire. Je souhaite bien vivement que la justesse de ces . avec Haldane. comparée et opposée en une certaine mesure à la sélection naturelle. je ne pense pas qu'il soit utile de préciser les trois étapes de la création d'une race nouvelle je n'avais naturelqu'en décrivant lement pas l'intention d'affirmer et les premiers éleque les premiers cultivateurs veurs aient su pratiquer la sélection des qualités jugées désirables aussi bien que les modernes. cela dit. le problème dans une large mesure.

très différent et aussi important. sur l'évolution. en effet. borent généticiens. je n'aurais pas osé me montrer aussi hardi que quelques-uns des meilleurs parmi les Les débats qui se sont déroulés au cours du Colloque paléontologistes d'aujourd'hui. resterait mémorable. Evolution. portera ses fruits. rop longtemps délaissé parce que défendu par des tabous métaphysiques. le A l'heure même où se tenait cette conférence paraissait.20 GEORGES TEISSIER résigné que faute de place.. Il est vrai que sur ce point mes conclusions auraient sans doute été trop prudentes et que. Le darwinisme commence une nouvelle carrière. sur son propre terrain. que ce Colloque. mais aussi partir de l'exemple choisi pour examiner. systématiciens et paléontologistes. de l'orthogenèse. que les spécialistes anglais. le problème. On peut être assuré que ce renouveau d'intérêt pour le problème central de la biologie. et où chacun. aux États-Unis. défend des conceptions qui sont celles-là mêmes que j'ai présentées ici. à laquelle collapremier numéro d'une nouvelle revue internationale. qui a scellé l'unité profonde de conception de la paléontologie et de la biologie modernes. plus glorieuse encore et plus féconde que la première. . américains et suédois les plus qualifiés sont d'accord pour attribuer entièrement à la sélection naturelle ces modifications graduelles qui s'observent au cours de l'histoire de chaque groupe et semblent s'être produites dans une direction déterminée. Il eût fallu non seulement traiter la question de la concurrence entre jeunes d'une même portée sur laquelle il insiste avec juste raison. nous ont appris. dont Marcel Prenant rend compte ici même. dans son ensemble. N'eût-il eu que ce résultat. malgré tout mon désir. Les exemples précis qu'ils ont donnés touchant divers groupes de vertébrés sont tout à fait probants et permettent de vider définitivement de son contenu mystique cette notion d'orthogénèse qui a troublé tant de savants français.

sous la présidence de M. Pour l'origine des mammifères. à la rigueur admissible pour de petits groupes limités. Teilhard de Chardin. un des Colloques internationaux qu'organisent en France le Centre national de la recherché scientifique et la Fondation Rockefeller pour confronter. Celui-là devait faire le point sur l'état actuel de la question de l'évolution. britanniques. mais que son interprétation. et Watson. le maître incontesté des amphibiens fossiles. exige des données actuelles sur la vie. Teissier. Piveteau. De Grande-Bretagne étaient venus aussi le professeur Waddington. nul n'a contesté la notion d'évolution elle-même. puisque.A PROPOS D'UN COLLOQUE SUR L'ÉVOLUTION par MARCEL PRENANT Du 17 au 23 avril dernier s'est tenu à la Sorbonne. ou le premier vertébré aérien. Et comme l'évolution n'est pas affaire de pure paléontologie. Nous disait-on assez que l'évolution. Westoll. actuellement encore et tout près de chez nous. et le professeur Haldane. C'est heureuxpour le bon renom de la science française vis-à-vis de nos visiteurs étrangers. et la théologie du concile de Trente par les relents inconséquents d'un positivisme suranné . l'anatomiste clérical Vialleton ne craignait pas de soutenir chez nous un point de vue fixiste et créationniste à peu près sans mélange . français Arambourg. dont les lecteurs de La Pensée connaissent la culture large et profonde. il faut citer textuellement l'avis exprimé par Watson dans une de ses interventions : . dans les rapports des spécialistes les plus avertis. Vallois. Watson. suédois de la paléontologie. qui a ce rare privilège d'être à la fois paléontologiste et embryologiste. il y a dix ans seulement. Y avaient été invités des maîtres américains. ou même. le géologue Lemoine développait. comme le premier vertébré. estiment qu'il n'y a aucune difficulté à faire descendre ceux-ci de poissons tels que les dipneustes ou les crossoptérygiens. était inconcevable pour expliquer l'origine de types foncièrement nouveaux. Grasse. Prenant. Ephrussi. puisque. ou le premier mammifère. le zoologiste bâlois Portmann inclut dans sa philosophie conservatrice un doute systématique sur l'évolution. une thèse analogue. il est vrai. tout homme impartial considérera la cause comme jugée. sous les auspices et la protection du réactionnaire de Monzie. il y a vingt ans. prenaient part au Colloque des biologistes comme MM. qui y rencontraient leurs collègues. comme les professeurs Simpson. remplacé par la génération spontanée. Stensiô. Lwoff. où le Créateur était. qui depuis trente ans est. Piveteau. les opinions et les expériences de savants que la guerre a longtemps isolés. selon certains. qui connaissent mieux que personne la question des vertébrés aquatiques du primaire. pour qui depuis longtemps il ne saurait y avoir là aucune question. Caullery. puisque. le premier homme ! Nous disait-on assez que les séries paléontologiques laissaient toujours d'énormes lacunes dans les points décisifs ! Et voici que Westoll et Stensiô. Mais il faut le noter. qu'on ne peut mentionner ici. Cuénot. Viret. Après les résultats du Colloque. et ne diffèrent d'opinion que sur des points relativement secondaires. tout au moins. sur des sujets précis. Un premier point doit être marqué : dans ce Colloque où les catholiques militants étaient nombreux. D'autant plus que là même ont été apportés des documents décisifs récents.

le développement des groupes à celui des qui a comparé individus. le problème ainsi posé n'a rien de commun avec d'une espèce précise en une région nécessairement limitée. à notre avis : il révéla un certain nombre de problèmes faux ou faussement posés. détail d'ordre technique. Romer ont notablement précisé les faits. par de simples mutations. si l'on en juge par leur pullulation et par leur longévité : les ammonites dites « déroulées » ont duré pendant tout le crétacé. Les récents travaux des découvertes de A. leur origine reptilienne était connue. Quant à l'extinction des exigences très diverses car les diyerses espèces du groupe ont généralement vis-à-vis du milieu et ont même souvent des habitats tout différents. sous un jour L'évolution par exemple. * * * Mais les questions les plus épineuses se sont présentées à propos de problèmes généraux. excessive » qui ne permettrait comme une « sénescence » ou une « spécialisation plus aux espèces de s'adapter à des changements de milieu. celui de l'extinction des causes purement On peut être tenté. est due Cette hypothèse notamment à Hyatt. elle ne saurait être traitée de même. Ici encore. le beau rapport du professeur Vallois sur l'origine de l'homme mit en Enfin. Depuis longtemps. alors. que les ammonites. le Colloque eut un résultat très net. aient été des causes fatales de disparition. durant quelque se placent les Tritglodon. au sens de la biologie moderne. d'un groupe étendu. et rien ne prouve que les caractères dits de sénilité. Tout récemment russes. c'est-à-dire de façon continue. les uns à partir des autres. évidence parfaite et indiscutée les progrès considérables que font d'année en année humaine et la possibilité de faire dériver les nos connaissances en. les grands sauropodes pendant la majeure partie du secondaire. il paraît s'agir là simplement Mais. ou encore les grands reptiles marins (ichthyopar exemple. cent millions d'années et avec. il découle que. et parfois très complexes : elles font interles variations du milieu physique.22 MARCEL PRENANT des mammifères. peuvent être considérées comme continues. n'était un infime typiquement reptiliennes. plésiosauriehs. Lorsqu'on dit. S. . où sud-africaine de l'autre. d'invoquer internes à la lignée. note justement M. sans doute. deTexpression valable de la constatation du fait évolutif lui-même. insuffisamment espèce ne doivent être que rarement renseigné sur le milieu physique et vivant. paléontologie types humains fossiles connus. Les causes d'extinction sont un problème très concret. pythonomorphes)-ont disparu brusquement entière à la fin de l'ère secondaire. de la terre sauriens. mais souvent aussi tout venir non seulement du milieu biologique. et pour les grands groupes. de M. certains recouvrements partiels. ont révélé de nouvelles d'une part et séries de reptiles mammaliformes les séries américaine qui complètent De cet ensemble. tels que le gigantisme et les diverses dysharmonies organiques car les individus et les que l'on a signalées. Or. tandis que les premières de ces formes sont les dernières sont tellement évoluées que. Une telle étude montre que les causes espèces actuellement sont très variées d'une espèce à l'autre. dont les résultats ne sont pas encore entièrement publiés. elles seraient des mammifères. groupes qui en étaient porteurs ont vécu et prospéré. se présente aujourd'hui nouveau. nous connaissons désormais des séries qui. Arambourg des sur l'extinction C'est ainsi qu'un rapport très documenté espèces et des groupes a permis de voir combien la question serait faussement posée si l'on voulait la traiter à la fois et en termes généraux pour les espèces. dont la solution peut être cherchée surtout pour les en voie de disparition. Arambourg. du permien à l'infralias. prises isoléd'une espèce déterminée ment. de sorte que les vraies causes d'extinction d'une l'équilibre accessibles au paléontologiste.

de sans quoi l'on n'a employé qu'un mot creux. 3 . Une discussion doit donc paléontologistes. janvier-février-mars p. les derniers ichthyosaures de poissons et de céphadeux groupes : l'un à long cou et petite tête. 1945. 15. ».es constituent et disparaissent après le campanien.supérieur connu du monde entier au sénonien. se nourrissant du cou . Mais il ne faut pas non plus se payer de mots en ce qui concerne les. dont s'occupent et qu'il faut chercher là autre chose. en ce qui concerne l'extinction des formes vivantes.« disparitions du secondaire. le second groupe par la vitesse. portant sur des cas particuliers. fondées sur la sélection. Quant à la du groupe. * * * Tout le monde semblait donc d'accord pour reconnaître la position défectueuse de certains problèmes classiques. n° 2. disparitions la même idée par ces mots : exprimait « massives » ne sont simultanées Les extinctions que dans le raccourci visions paléontologiques. Nul ne peut donc lui dénier une valeur. Étant donné que l'accroissement de la d'un allongement de la vie et d'un ralentissement taille est souvent corrélatif on peut supposer. il faudrait préciser en qui ont eu une large descendance. . mais par la flexibilité lopodes cagturésrnon des formes à grande tête et à cou réduit. qui donneront 1. à laquelle qu'elle ne la « macroévolution les s'applique pas à l'évolution d'ensemble. dans les cas de « sénilité » par gigantisme. Je ne la résumerai et magistralement pas ici. en les modifiant. se troisième ensemble apparu tardivement. la discussion fut souvent animée. p. a raison : « sénescence » et « spécialisation M. Il n'en fut pas de même pour leur apparition. au sens strict. expérimentaux et qu'elle en rend parfaitement compte. Watson l'a bien montré à propos des reptiles marins D'abord. ont affaire les généticiens. Ce n'est encore là qu'une hypothèse. En connus datent du sénonien. capables de très grande vitesse comprenant aux dépens de poissons ou de reptiles de toute taille. n° 3. pour amener la disparition quoi elle s'est manifestée. Arambourg que l'on connaît des groupes dits « spécialisés » Georges Teissier a fait remarquer « sénescence ». il faut nous garder de réduire des millions d'années à un instant. surtout des changements répétés. quelques chéloniens géants persistent jusqu'à l'éocène de base. M. brusques ». s'engager sur ce problème : microévolution Puis les adversaires de la théorie dite « néodarwinienne » cherchent çà et là d'autres arguments. et macroévolution. dit-il. autour de l'enjeu suivant Il existe une théorie conérente de l'évolution. à variabilité génétique s'est trouvée réduite.A PROPOS D'UN COLLOQUE SUR L'ÉVOLUTION 23 » ne sont que des mots. continuant dans le maestrichtien. Ces deux groupes et se nourrissant au crétacé ont vécu côte à côte dans toutes les mers du monde. physiologiquement. lieu aussi à discussion : c'est 1' « orthogenèse » . et Seul le Champsosaure puis disparaissant. mais ses adversaires soutiennent ne s'applique très qu'elle qu'à une évolution une « microévolution limitée. que la reproduction. avec les théories mutationnistes par les génédéveloppées ticiens. sont très'abondants un Les pythonomorph. Cuénot de nos . Les plésiosaures comptent fait. avril-mal-juin 1945. Ici. Il ne s'agit donc pas de simultanées. M. Mécanisme de l'évolution. car elle a été longuement seulement exposée dans La Pensée par Georges Teissier \ Je rappellerai qu'elle est la seule théorie qui s'appuie sur les faits recueillis à l'époque actuelle. théorie souvent dite néo-darwiles vues néodarwiniennes nienne. et par suite la capacité d'adaptation de milieu. ». mais qui combine..

Parallèlement M.. soutint des notre collègue Grasse. consciemment ou non. tous les avec exactitude pas en droit. P. . ou bien dans la considération d'une évolution sans le postulat d'un regardée comme déterminée mécanisme de cette détermination. pas tous marxistes * * * . Examinons les problèmes évolutifs sous de.. mais d'un inconnaissable ! Il était clair que sur ces problèmes devaient se former. puisqu'ils Dans son rapport sur Les Mécanismes de l'évolution. Toutefois. A tous des interprétations dont la principale est que peu d'exceptions près. Teilhard de Chardin.. la sélection naturelle. Simpson. Il faut croire cependant que ce reste inexplicable et inconnaissable ne s'impose pas à tous. Peu de peut être autrement admettent ou de croyants en l'orthogenèse qu'il y ait quoi que ce soit de vitaliste dans leurs vues.24 _ MARCEL PRENANT » . dans une réunion scientifique. dans le Colloque. ni de principe vital. plus à notre Il nous paraît sage de ne pas se ignorance actuelle qu'à sa propre vertu explicative. peut-être. n'ose pas dire son-nom. Cuénot et parmi lesquels on peut bien citer. Cuénot voulait conclure : x ' Il y a un reste inexplicable et inexpliqué. et il ne s'agit pas d'invoquer l'argument d'autorité. Il s'est contenté de réclamer qu'on admette l'existence. inventé par Haack en 1893 et vulgarisé par Eimer. La plupart de ceux qui ont exposé l'orthogenèse pensent qu'elle est l'effet d'une pensée interne ou d'un principe déterminant qui est inféré de ses résultats. deux naturellement les* trois collabora^ camps résolument opposés. M. il y a derrière cela toute une théologie qui. ». On devine tout de suite que. La première discussion sérieuse s'engagea sur l'orthogenèse. est habituellement L'orthogenèse proposée comme un principe opposé aux vues néodarwiniennes sur l'évolution.. et je crois bien que M. en faitjavec celles des douteurs.. Cuénot n'y a pas invoqué son dernier terme de vital. ils impliquent les tendances vraiment orthogénétiques ne sont pas guidées par. de l'oreille. mettre volontairement des oeillères. après s'être bruyamment déclaré matérialiste. qu'il préfère à bras-le-corps appeler théorie synthéet la secoua rudement. Il ne doit pas abuser de cet avantage qui tient. M. niais qui ne identifié à aucun facteur connu externe ou interne.. auquel j'emprunterai la définition même de ce terme : Le terme « orthogenèse ». dans la discussion. dans l'autre. Teissier et moi-même . 1' « antihasard non pas d'un inconnu. Partisan de la théorie « néodarwinienne tique. nous nous sommes trouvés d'accord avec tous les paléontologistes : savants qui ne sont cerétrangers et le généticien Ephrussi tainement !. Dans l'un figuraient teurs de La Pensée. Elle ni de finalité. Haldane.. a été employé dans bien des sens différents. c'est la perfection dû cerveau de l'oeil. • Mais les positions sont assez définies ainsi. multiples points de vue et disons-nous que bien des propriétés de la matière vivante nous sont encore inconnues. puisque. de soutenir qu'il interprète du s'est trouvée renforcée par l'effondrement Sa position aspects de l'évolution. il y a un élément mystique inévitable métaphysique dans le fait d'attribuer un phénomène évolutif à une cause inconnue. ils ont tous en commun de se référer à une évolution constante dans une direction. ni d'élan n'ose même y parler ni d'entéléchie. Simpson prit donc l'orthogenèse ». n'en font aucun mystère. camouflage. les théologiens. devant les faits. à la suite d'un rapport de M. ce sont les « coaptations humain. lamarckisme. le R. Quelque confus que soient les usages de ce mot. puisque voici la conclusion : thèses qui s'identifiaient Mais il ne nous paraît Le néodawwinisme explique certains aspects de l'évolution.

celui des évolutions parallèles. Dans l'impossiclassiques. fort intéressantes. M. la macroévolution. malgré lés efforts du R. plausible. d'orthogenèse et qu'en la qualifiant destiné à cadrer avec des idées préconçues ». ne soit pas la seule influence et quoiqu'elle longue durée est la sélection naturelle. En cette matière. . processus contrôde facteurs internes (mécanismes mendéliens. de l'orthogenèse. dans le rapport de Le. mutations et de facteurs externes (réaction sur les processus du déveloplant le développement) de phénomènes ne laisse aucun résidu significatif pement et sélection naturelle) différente serait requise et inexpliqués pour lesquels une hypothèse orthogénétique directrice et limitative des évolutions de l'influence Dans l'ensemble. Cette théorie de l'évolution au hasard. Ainsi. Toute modification dont le résultat du génotype serait un désordre grave dans les liaisons majeures » serait entre « organisateurs presque certainement avec la vie. outre Tonte réflexion sérieuse sur les «orientations les observations des paléontologistes sur les changements séculaires des groupes d'animaux des généticiens sur les mécanismes de pu de plantes et les conceptions l'hérédité et leurs modifications. il montra d'abord deux exemples typiques que l'évoluEnvisageant comme tion de la famille des chevaux (équidés) au tertiaire n'est pas orthogénétique mais qu'elle a donné de nombreux rameaux divergents on le prétend classiquement. M. Une appréciation de la morphogenèse. . et il semble que nous puissions trouver ici une explication du est dont le cas le plus remarquable petit nombre dçs directions prises par l'évolution. Grasse. qui reprit l'argument de l'orthogenèse. qu'elle ne puisse être considérée à part du substrat génétique sur lequel et avec lequel elle travaille. Teilhard de Chardin affirmant que quelque chose devait « lester » le hasard dans une certaine direction. s'adressant au darwinisme en général et ayant été déjà énoncés et réfutés bien des fois. le rôle des « organisateurs dans ses grandes lignes. je laisserai de côté certains d'entre eux qui. en félicitant « exorcisé le dragon de la caverne » : toutes les données modernes fournies et les néodarwiniens par les généticiens ' suffisent à expliquer toute l'évolution. contre la validité bilité de les discuter tous ici. reposent le plus souvent sur un malentendu ou un contresens.dragon reparaître. compris dans un sens purement nisme inconnu. dans la mesure où ils existent réellement. D'autre soit un arrangement subjectif dans la famille des gryphées ou huîtres enroulées de l'évolution part. et Georges Teissier pouvait M. « soit une vue inadéquate on traduit des faits. . aisément s'expliquent par la ment et. conclure : tels qu'ils sont connus n'exigent et n'appuient d'évolution Les phénomènes conçue comme une poussée interne d'un mécaaucune hypothèse orthogénétique Les phénomènes d'orthogenèse. tous très d'ensemble de la théorie synthétique. les faits connus avec la théorie Discutant parfaitement au secondaire s'accordent synthétique. Parmi bien des remarques qui se réfère aux résultats modernes de l'embryologie causale : » ou l'orthogenèse doit inclure. Simpson d'avoir conclure. P. . Simpson pouvait principes ensuite en détail les huit grands .. y compris * * * devait pourtant mais avec sept têtes. et je me limiterai à discuter les plus délicats : celui des coaptations et celui tiré des organes complexes. sont moins fréquents qu'on ne le suppose généraledescriptif et non interprétatif.A PROPOS D'UN COLLOQUE SUR L'ÉVOLUTION 25 et classiques. et en apporta six autres. la discussion ne laissait subsister aucun aspect miraculeux de l'orthogenèse. Westoll fit celle-ci. en tant que résultat de l'interaction théorie synthétiqfue. . Ce fait suflit à suggérer une certaine incompatible canalisation de l'évolution. du développe» est déjà défini ment réel du phénotype. M.

quand la coaptation est très précise. Enfin. mais d'en suivre le développement avec la même précision. sans négliger celles déjà étudiées par M.). au total. Corset.sans rapports l'une avec l'autre. et y sont assez fréquentes et variées. chez les mollusques céphalopodes.26 • MARCEL PRENANT On parle de coaptation quand deux parties d'un même animal. formées«. qu'il faudra étendre des recherches du même type à d'autres coaptations. De plus l'existence simultanée de détails complémentaires ne suffit pas toujours à réaliser la coaptation. où le choix des hypothèses fera toujours la part très large à l'adversaire. allant de l'indifférence complète à la nécessité. recule sans arrêt. Les coaptations sont particulièrement remarquables chez les insectes et les crustacés. Le résultat est si encourageant. se perd parfois quand la croissance continue et. Il y a des siècles que les finalistes s'extasient sur la complexité admirable et la de l'oeil. présentent des détails de forme qui se correspondent exactement et. comme l'oreille interne et le cerveau. en raison de la dureté de leur tégument. Ensuite. * * i \ Quand on prétend faire des organes complexes. pour faire bonne mesure. par exemple. ce cas du moins) par un modelage réciproque. par exemple. une fois réalisée au cours du développement. C'est ainsi que le R. et. D'abord la plupart des les uns des détails qui constituent la coaptation peuvent exister indépendamment autres. Cuénot et le' R. Un calcul très schématique. Tout en se défendant bien d'être finaliste. Georges Teissier faisait remarquer. P. la conformation de l'oeil est telle qu'il ne. Ce dernier fait est en parfait accord avec les effets de la sélection naturelle. on peut avoir l'espoir d'exorciser complètement le dragon de la caverne. plus. chez tous les petits mammifères (rongeurs. s'est préoccupé surtout. les coaptations étudiées par Legrand sont très explicables par la théorie dite néodarwinienne. précision de fonctionnement M. à propos de certaines coaptations des crustacés isopodes tels que les cloportes : si l'on se donne la peine. non seulement de les décrire minutieusement. en viennent à s'engrener avec une précision plus ou moins grande. on s'aperçoit que l'inconnaissable. des coaptations ou de faits du même genre. On note encore qu'une coaptation. on montre en tout cas que l'on n'a pas compris la puissance que donne à ce système la durée des temps géologiques. elle s'achève le plus souvent (en. Les faits essentiels acquis sont les suivants. d'y admirer le dessein du Créateur. les variations de l'oeil sont considérables. que les organes complexes sont fréquemment sujets à de larges mutations et que. ne peut être regardée comme -un but à atteindre. Cuénot. mais parfois très remarquable. question par l'expérience. et sont d'autant plus fixes et plus précises que cette utilité physiologique est plus grande. et de traiter aussi la si cher à M. après les avoir décrites. c'est ce qu'a fait voir récemment Legrand. un argument décisif contre l'évolution par le système mutation-sélection. va le montrer. Corset. disant que. Grasse a repris cet argument et. de. Qu'il soit possible d'aller beaucoup plus loin. il le renverrait pour malfaçon. si un fabricant d'instruments d'optique lui présentait un appareil aussi défectueux que l'oeil humain lui-même. a ajouté d'autres organes complexes. Peut-être oubliait-il l'opinion du grand physicien Helmholtz. M. Supposons que la durée de la vie sur terre ait été un milliard d'années (il serait sans doute plus . P. dans la thèse qu'il a consacrée aux coaptations des insectes. les coaptations ont une utilité variable suivant les cas. insectivores. etc. Peut-être oubliait-il que. de ce fait.peut donner aucune image nette. Cuénot a eu le mérite d'attirer avec force l'attention sur ce problème. Ici aussi. du point de vue du rationnel. mais on ne peut dire que ses élèves et lui aient fait tout ce qu'il fallait pour le résoudre dans un sens scientifique. comme il l'a fait.

Quand les choses seront plus claires. sans perspective autre . Teilhard de Chardin. Il leur a fallu des dizaines d'années pour abandonner le fixisme biblique. entre l'école de Lyssenko et les généticiens purs. et « » qu'un hasard à cette échelle peut être lesté par la' sélection. elle mènera peut-être à une certaine revision. est évalué à 1080. c'est-à-dire de la Providence ! C'est que. une des pièces les meilleures parmi 10292 On avouera que c'est une marge grâce à laquelle on peut avoir quelques réussites. Tout cela représente une série de marchandages sans grandeur. au sens que donne à ce mot le P. Dans ces conditions. Quand les mutations ont été des faits incontestables. progressivement. il y a autre chose nous que le néodarwinisme mutationniste. multiplié par lui-même trois fois "de suite.Le nombre des formes vivantes possibles serait donc à peu près égal à ce nombre d'atomes. Tandis que la critique apportée au Colloque a été trop souvent de nature scolastique et négative. la discontinuité psychique qui existe entre l'homme et les. parce que les expérimentateurs réussissaient à provoquer des mutations. Quand le miracle s'est évanoui. ils ont essayé d'en faire autant de miracles. les théologiens ne se résignent pas à battre largement en retraite. on veut que par son origine l'homme reste une espèce à part. Et comme le nombre des espèces linnéennes réelles est à peu près un million. après le rapport Vallois. avaient eu à trier. du psychisme animal.. Nous ne sommes pas des dogmatiques. le refuge essentiel de 1' « anti-hasard ». et. en biologie. là encore. comme si les faits de sélection environ. Mais elle doit sa valeur à son caractère expérimental : elle sort de l'expérience de laboratoire et de l'expérience pratique des agronomes. Cuénot de s'écrier que la sélection n'expliquait pas les callosités héréditaires que les chameaux présentent aux genoux. l'admettrons volontiers.* puisque le nombre d'atomes dans l'univers. P. Haldane : que cette discontinuité psychique ne doit pas être unique. que la vie ait eu pour origine une seule espèce initiale (il y en a très probablement eu davantage). Nous suivons attentivement. qui remarquait opportunément. Et le R. Par-dessus tout. au cours de l'histoire de la vie. anthropoides et se superpose à la continuité physique. dans le mécanisme de l'évolution. et c'est par elles qu'elle progresse de façon constructive. C'est la position sur laquelle a eu lieu la discussion au Colloque. que la durée d'existence d'une espèce soit en moyenne un million d'années (ce qui est peut-être vrai pour les grands vertébrés récents.'S. mais avec moins de franche netteté. Tout cela n'empêchait pas. et que chaque espèce. et que c'est par une série de mutations que le psychisme humain s'est détaché. mais multiple. celle de Vialleton il y a vingt ans. les Choses se sont passées. à cet égard. M. S. il y aura eu depuis l'origine environ mille renouvellements de la vie.A PROPOS D'UN COLLOQUESUR L'ÉVOLUTION 27 juste de dire deux milliards). soit un nombre qui s'écrit par un 1 suivi de 300 zéros : nombre impossible à énoncer et même à penser. Teilhard de Chardin. S. oubliait ce qui fut aussitôt ajouté par J. C'est la préoccupation essentielle d'un Portmann comme d'un Vialleton. devant les progrès de la science.. on s'est mis à contester et l'on a tenté de les que celles-ci eussent une telle importance dans l'évolution. R. en U. ait pu en donner deux par mutations (ne pas oublier qu'en cinquante ans la drosophile et bien d'autres espèces ont donné des centaines de mutations étudiées !). la controverse qui duré depuis quelques années. mais est sûrement très exagéré pour bien d'autres espèces). et il faut reconnaître qu'elle rejoint à peu près exactement. jusqu'aux nébuleuses spirales les plus éloignées. si toutes les formes possibles s'étaient conservées. Et voilà îes callosités des chameaux devenues. vers la fin de la discussion. avant de s'éteindre. à l'origine. si l'on nous montre que. et le nombre des petites espèces ou espèces jordaniennes à peu près cent millions. et. maître en paléontologie du quaternaire et en paléontologie humaine. nous devrions en connaître actuellement 21000. B. limiter à une microévolution sans valeur. soit environ 10300.

28

MARCEL

PRENANT

et M. Grasse se résignait que saint Thomas : M. Cuénot aspirait à l'inconnaissable, en fait à l'inconnu, puisqu'il ne suggérait rien qui pût nous en sortir. les paléontologistes En fin du Colloque, au cours de leurs interventions, Simpson, déclaré qu'à leur avis il n'y avait Watson, Westoll ont explicitement Waddington, et microévolution. Ils à faire entre macroévolution pas de coupure catégorique ainsi la plupart des généticiens modernes : ceux, en tout cas, qui se sont rejoignaient Et ce sont deux de ceux-ci, Georges Teissier occupés de génétique des populations. et J. B. S. Haldane, qui, en deux beaux exposés, ont résumé la théorie moderne de sous sa forme actuellement valable. Les lecteurs deLa Pensée connaissant l'évolution, déjà ce que Teissier a écrit pour eux, la conclusion de cet article sera celle du rapport de Haldane : En somme, il semble qu'il faille estimer, plus encore que ne l'a fait Darwin, le rôle Du Il y a d'abord un conflit au point de vue biochimique. du conflit dans l'évolution. l'hérédité est la reproduction exacte de certaines grosses point de vue biochimique, était parfaite, les possibilités de l'évolution se molécules, les gènes. Si l'hérédité de gènes préexistants. Mais la reproduction à la répartition n'est pas limiteraient parfaite. Avec une fréquence ne dépassant que rarement une fois par million, il se fait Il y a une mutation, témoin d'une une fausse copie qui est ensuite reproduite. féconde des processus biochimiques. imperfection Si toutes les mutations étaient conservées, les espèces dégénéreraient assez rapidement en un amas de types bizarres tels que ceux que l'on peut voir à une exposition de entre les individus qui poules ou de pigeons de fantaisie. C'est la lutte darwinienne cette conservatrice, trop-accusées. Quoique habituellement supprime les variations en général très lente, mais qui peut être assez' lutte peut effectuer une évolution, rapide lors de grands changements du milieu. semblent être réalisées lorsqu'une Les conditions optima d'évolution espèce est morcelée en petites tribus, comme le fut l'espèce humaine au pléistocène. Dans de de gènes qui n'eussent telles conditions, la chance fait apparaître des combinaisons Voilà donc un troisième conflit : le trop pu se produire dans une grande population. denses et en supprimant, grand succès d'une espèce, en réalisant des peuplements l'isolement des petites peuplades, semblé supprimer les conditions nécessaires â une évolution rapide. D'autre part, la sélection naturelle, fondée sur le succès des individus, peut, ainsi d'une espèce. Enfin il y a des luttes entre que nous l'avons dit, mener à l'extinction introduites, qui sont actuellement en espèces, comme cellels des espèces paléarctiques A chaque niveau existent donc des train de faire périr tant d'espèces australiennes. telle que les paléontologistes processus antagonistes, dont le résultat est l'évolution, la constatent.

QU'EST-CE QUE LA FILMOLOGIE?
par HENRI WALLON Le mot est nouveau. Il vaut ce qu'il vaut. Mais il en fallait un pour un ensemble nouveau d'études. Le cinéma, existe, avec les techniques qu'il utilise, avec les créateurs qui l'animent, avec son ou ses publics.; Il ne s'agit pas de venir le régenter, de jouer avec lui les mouches du coche. Mais, comme tout ce qui existe, il mérite d'être étudié.-C'est le propre de l'homme de projeter ses curiosités sur tout ce qui l'entoure, sans même savoir s'il tirera quelque profit de ses nouvelles connaissances. Mais, par quelque voie que ce soit, il n'y a pas d'exemples qu'elles n'aient trouvé ensuite leur application. Le cinéma est devenu une réalité parmi les autres. C'est une loi dialectique que ce qui était effet soit cause à son tour, que l'action devienne objet, que les créations de l'homme se superposent à celles de la nature comme quelque chose d'efficace. dans le monde Le cinéma est une réalité formidable. Il rassemble quotidiennement des masses innombrables de spectateurs. Il peut présenter simultanément dans tous les cantons de l'univers les mêmes images, les mêmes événements, les mêmes personnalités. Il peut être à la fois exotique et universel, en révélant au monde entier un campement un coin de la jungle, les danses rituelles de peuplades primitives, Agissant sur les masses, ce produit de l'industrie d'Esquimaux ou d'explorateurs. humaine n'est-il pas susceptible, si son action est profonde, de modifier la nature humaine? Sans doute, certains penseront-ils qu'il ne faut rien exagérer, que le cinéma peut servir à la consécration de certaines vedettes, qu'il peut être un instrument ^de propagande pour des hommes politiques, pour des partis, pour des nations, pour Cdes intérêts divers, qu'il peut même chercher à instruire "autant qu'à divertir. : Mais que, somme toute, il ne fait alors que meubler différemment l'esprit, que ; donner à des aptitudes ou à dés appétits constants une nourriture variable. Tout -au plus, lui appartiendrait-il ufie orientation plus ou moins temporaire d'imprimer -ou occasionnelle aux tendances innées de l'homme. Mais limiter ainsi ses effets, ce n'est qu'une hypothèse, peut-être.d'apparence a priori plus raisonnable que l'hypothèse opposée, mais dont il convient de vérifier l'exactitude. C'est le but que se propose la filmologie. Comme elle n'a pas encore d'histoire, il faut bien parler de sa naissance. Elle vient de tenir son premier congrès, Un an tout juste congrès international déjà, mais congrès de simple définition. assez diverse, de spécialisation intellectuelle auparavant, quelques Français, s'étaient concertés sur ce nouvel objet d'études, le cinéma ; et; pour bien distinguer leurs travaux de ceux auxquels le' cinéma doit son existence, ils avaient adopté le terme de filmologie, décidé la publication d'une revue dont deux numéros déjà ont paru et finalement invité dès étrangers, non pas des cinéastes, mais des philovsophes, des esthéticiens, des psychologues, des sociologues et même des linguistes, des mathématiciens, des physiciens, des techniciens divers, à venir discuter avec eux de la filmologie—s'ils lui reconnaissaient quelque raison d'exister. Plusieurs la Pologne, entre autres l'Angleterre, |pays se sont fait représenter effectivement, 'la Le délégué de la Hongrie, le Portugal. la Roumanie, Tchéco-Slovaquie, l'U. R. s. S., l'illustre Poudovkine, empêché d'arriver à temps, a envoyé des propositions dont se sont inspirées certaines résolutions-du congrès.

30

HENRI

WALLON

La diversité même de ses participants montre toute Congrès de définition. M. Gonseth, pense l'étendue que doit couvrir la filmologie. Un mathématicien, de l'esprit en catégories nouvelles, que le qu'elle devra constater l'enrichissement cinéma est en train d'y ouvrir. Naturellement certaines de ces catégories sont des catégories esthétiques, qui bouleverseront peut-être celles déjà formulées en fonction des arts plastiques, musicaux, dramatiques, le cinéma participant à chacun d'eux par quelque côté, mais les dépassant tous ensemble par la synthèse qu'il en fait pour les rapprocher de la vie. Des linguistes insistent sur le rôle expressif du cinéma. Il est incontestablement un moyen d'expression, différent du langage parlé, auquel d'ailleurs il peut être associé, mais dont il utilise le concours sans s'assujettir aux lois du développement oral. Il a sa logique, sa syntaxe, son vocabulaire, qui ne sont pas identiques aux exigences du discours fait de mots, de phrases et de raisonnements. Il ne se confond pas non plus, bien qu'il s'en serve, avec la mimique et le langage gestuel. Il traduit les sentiments, l'action, les péripéties de la vie autrement que ne le font le roman ou le théâtre. Les moyens expressifs doivent être étudiés sur le plan de la grammaire et sur celui du genre littéraire. • D'autres encore se demandent si lés du cinéma ne pourraient applications être étendues bien au delà de ce qui est actuellement réalisé. A côté du film qu'on et qui pose tant de problèmes philosophiques, pourrait appeler de divertissement au sens le plus étendu du terme, il y a déjà le film esthétiques et linguistiques d'information avec les actualités, de documentation ou de démonstration scientifique, d'enseignement pour les enfants de différents âges. Ne pourrait-il y avoir aussi le film thérapeutique, qui mettrait l'homme que menacent ou qu'accablent des troubles nerveux et mentaux dans des dispositions salutaires, grâce à son rythme, sa tonalité affective, ou même à l'aide d'un certain contenu qui pourrait répondre aux rêveries morbides, aux complexes refoulés dont il s'agit de délivrer le malade par une sorte de catharsis ? 11 est évident que cette utilisation psychothérapique du cinéma exigerait une beaucoup plus grande rigueur que l'actuelle dans la détermination et la connaissance des actions ou influences psychiques qui sont censées se traduire par la névrose ou l'aliénation. le film ne ferait qu'ajouter Autrement, le poids effrayant de ses impressions concrètes, et si proches en apparence de la vie, aux erreurs possibles de la psychanalyse. Mais à tous les problèmes que soulève le cinéma dans le domaine de ses applications, dans celui de l'art ou dans celui de la philosophie, il y a un soubassement psychique et technique qu'il est indispensable d'explorer pour les poser correctement. C'est la tâche qui était dévolue à la section expérimentale et à la section technique ' du congrès. Parmi les questions de départ suggérées par les psychologues, il y avait celle relative à l'écran, qui est un plan fixe sur lequel se déploient non seulement des ou mais aussi des mouvements perspectives en profondeur, d'éloignement et qui susciteraient dans la réalité des réflexes d'approche parfois foudroyants d'accommodation perceptive ou des réactions d'attitude plus ou moins brusques. L'immobilité de l'écran suffit-elle à les supprimer ou bien doivent-ils être réprimés et, dans le cas d'un conflit entre les nécessités de la vision sur un plan et les habitudes perceptives, quel en est l'effet immédiat ou différé sur le spectateur ? Une communication du professeur Maddison a montré que le problème de l'écran n'était pas un problème arbitraire. L'image qui s'y projette n'est pas vue en pro-

une vision étroitement polarisée avec insensibilisation K habituelle des impressions périphériques. le primitif étant au contraire obligé par |. s'aviserait-on que l'espace t objectif et l'espace filmé n'ont pas la même structure.' déjà avant l'âge de la lecture. que de 30° contre 180° pour | notre champ visuel.une réalité intrinsèque. Enfin. ce qui est sans mouvement. Le psychologue " suppose. mais en rapport avec les perspectives de recherche qui s'ouvrent à la filmologie. la caméra est soumise à Pour ne pas devenir kaléidoscopique. Mais il ajoute un trait dont le psychologue ne se serait sans doute jamais avisé . l'angle de vision de la caméra n'est. chezle primitif et chez le civilisé. que jamais il n'est tenu pour une simple apparence. que la transposition de l'un dans } l'autre a des exigences très déterminées S Car il n'y a pas seulement de problème * pour les rapports des mobiles et du fond. Enfin.travers un tuyau de pipe . Opérant pour nous. i Elle doit combiner champ et contre-champ en s'interdisant des visées quelconques % dans un ordre quelconque. De plus. A-t-elle pour cause un comportement perceptif diversement f orienté chez l'un et chez l'autre. Et le | technicien confirme que pour s'imposer au spectateur. en effet. des données en soi : ils sont une construction combinée de notre perception et de déplacements qui opèrent simultanément par corrections mutuelles parmi les JHOS objets immobiles ou en mouvement. en raison de la minutie variable qu'exigent les objets et en raison aussi des à manier et à connaître dans" les différentes civilisations espacesconfinés ou illimités qui sollicitent l'activité ? Simples hypothèses. sesactivités de plein air à une vigilance qui tienne en alerte toute l'étendue de son f champ visuel ? Mais à quel âge commencent ces dressages opposés ? N'est-ce pas '. I An psychologue de chercher à quoi tient la différence de perception qui en résulte *. spontanément. comme la lecture. Juesconditions beaucoup plus restrictives. son espace doit être un espace à coordonnées en nombre limité. à cette constatation que pour le primitif l'objet en mouvement escamote le fond % immobile. En réalité. le civilisé se livrant très tôt à des activités qui £ exigent. Les déplacements de la caméra n'ont pas la t même liberté qu'aurait un spectateur qui suivrait la scène en train d'êtrè*vfilmée. Est-elle le résultat de dispositions innées ? C'est s peu vraisemblable. . qu'il peut exister une difficulté perceptive liée au principe même de la projection cinématographique. exige une plus-longue succession d'images que les parties f animéesde la scène. Elle est plate et sans fondeur par des peuplades primitives £ épaisseur. I sous peine d'incohérence spatiale. 5 Rien ne saurait mieux que ces observations démontrer l'échange indispensable | desproblèmes et des connaissances entre les différentes disciplines. notre espace et ce qui le meuble ne sont pas . parce qu'ici aussi la difficulté est surmontée par l'homme civilisé : | c'est la différence d'angle de vision entre l'oeil de l'homme et celui de la caméra. * C'est un fait dont l'importance n'a peut-être pas été suffisamment soulignée : ' . Sansle dialogue du psychologue et du technicien. L'ethnologue rencontre des populations où cette difficulté existe si bien qu'elle n'est pas encore résolue.de façon purement théorique. elle leur semble représenter les choses comme à. La simple situation locale d'un objet V|'ou d'un personnage doit pouvoir être identifiée dans la suite de leurs présentations. L'analyse des précautions auxquelles elle est soumise pourrait beaucoup nous apprendre sur cette fabrication par nous-même de l'espace où notre activité doit s'insérer. il abolit 4 la vision du reste.QU'EST-CE H- QUE LA FILMOLOGIE? 31 * de l'Afrique du Sud. si un objet est vu en mouvement sur l'écran.par exemple le décor. le psychologue répond que le mouvement a dans la perception comme i.

concevoir la possibilité d'en distribuer les morceaux à sa guise. certes. au contraire.^ 32 HENRI WALLONS que le cinéma perçoit pour nous. Le cinéma. sans doute. en vue d'une l'importance impression totale qui s'harmonise avec l'action se déroulant sur l'écran. Couper dans l'espace et dans le temps. et le moyen a largement débordé ses origines. oeuvre humaine n'a eu à manipuler l'espace et le temps comme le cinéma. mais qui'ne doit pas déconcerter par excès ni par défaut le laps d'existence propre que le sujet a le sentiment de lui avoir consacré. L'ordre irrévocable des lieux extérieurs entre eux et des moments irréversibles pouvait donc être bouleversé. qui peuvent bien.y a des degrés possibles de durée entre les deux. On se souvient que Lévy-Bruhl. usant d'ailleurs de moyens beaucoup plus puissants que la' simple perception. Et c'est un problème de pédagogie qui n'a pas été suffisamment étudié de savoir l'effet produit sur les enfants : si c'est un entraînement à la docilité. mais qu'entraîné par une vision comme directe des événements. La conséquence est d'importance. ne pas faire trébucher le lecteur. les activités coutumières. a dû compter avec des ellipses nécessaires d'espace* et de temps. Mais trop facile. avait toute liberté dé promener ses lecteurs à travers le monde et les époques. Elle peut avoir à varier suivant l'effet à obtenir et aussi. Elle est la limite dans laquelle doit se mouvoir un acte simple d'appréhension. il y a. Il faut au film une densité temporelle. mais il impose au spectateur son-rythme et la succession des points de vue. Le temps d'une présentation est. le film présente une superposition de durées dont les unes sont plutôt techniques et les autres plutôt esthétiques. A tous ses niveaux de structure. c'était sans prise sur la sensibilité. un specy tateur de cinéma peut ne pas être en mesure d'accepter. Il ne s'agit que de suivre le développement de l'image. mais sans distinction immuable entre elles. à travers les pages d'un livre. on l'a vu. en regard de la durée globale que paraissent donner au film son rythmé et son contenu d'images ou de péripéties. ou suivant la structure et la composition du film lui-même. comme fait tout observateur devant l'objet à connaître . * * Jamais. il . que relative de leur développement doit être combinée. C'est un libre. puisque avec les gros plans. Pour les couronner. c'était sans conséquence. îhais il faut le suivre à sa vitesse. Purement narratif. Peut-être l'unou l'autre. suivant les âges. Mais c'est surtout entre les épisodes. fonction des rapports qui existent entre l'objet et le fond. les niveaux culturels. comme entre des mélodies. sans doute. le motif et l'accompagnement. Le roman. C'est lui qui fait alterner à son gré l'ensemble et les détails. Dé l'obstacle le cinéma s'est fait un moyen. qui peut varier selon ce qu'il met en scène. On a pu noter un désaccord entre les deux et une sorte de malaise ou de mécontentement consécutifs. La mesure de temps nécessaire pour intégrer "les impressions élémentaires dans des unités perceptives de base est sans doute analogue à la mesure en musique.suivant ou suivant le démonstrateur. suivant une réaction courante de la technique humaine . les enfants ou au contraire une leçon d'observation. la durée subjective du temps vécu durant Je spectacle. La succession pose des problèmes de temps qui sont loin d'être moins complexes que les problèmes d'espace. Il ne requiert évidemment pas les effort tout différent de l'investigation mêmes aptitudes. le mobile et Je décor. élémentaire et immédiate. c'était . Selon le résultat cherché. les dispositions individuelles. rencontrant dans des populations primitives . il fait comme brusquement passer une loupe devant l'oeil. Il l'a été.

Le cinéma a reproduit comprendre. . récente de la vue. f le concernent spécialement | par exemple. même d'une façon quelconque. il a métamorphosé et. des choses. mais qui reste '' comme dans nos rêves ou dans les féeries dont peuvent être toujours possible avides non seulement des enfants. du film sonore ou du film en couleurs.. dans leur le montrent. |des films comme Le Diable à quelles réalités psychiques Les effets cherchés par ce moyen nous montrent tj)s répondent. pensait même lieu ou au contraire du prélogique. «l'autre. . de ses perceptions usuelles. il ajoute un temps où les valeurs affectives sont comme exclusif en regard de l'espace défini par Descartes et devenu restaurées. une ritournelle l'accompagnait. il a largement entre elles. alors pourtant Qui s'aperçoit. des adultes. Retour à un syncrétisme depuis longtemps dépassé sans doute. en démontant leur mécanisme. S le primitif. que qu'un film est sans couleurs. géométrique où les choses deviennent. rapidement • La ritourvite obsédant. dans notre reconnaissance ] peu. de se raccrocher devenait projection auquel il arrivait nelle ridicule était donc une nécessité. Le film muet "n'a jamais pu rester muet : dans sa présentation. à titre a été à un film dans le silence. par des images : animées entraînait -et le cliquetis de la une tension insupportable. des expériences définition spécifique. En même temps. j/ nous savons que les objets sont colorés ? Mais qui. dans le sens du réalisme à Presque étrangère que doit aller le film en couleur. Il faut lui chose d'inhumain quelque pour l'homme meubler l'ouïe. l'espace du sens commun. P dùctibles entre elles deux périodes de l'esprit ce que nous estimions ne pouvoir |. . En ramenant . comme tel. la couleur Moins n'en existe que davantage pour elle-même. elle Elle est. au contraire. avec les scènes de l'écran. en détruisant ?. toute logique.QU'EST-CE QUE LA FILMOLOGIE? 33 la présence simultanée de plusieurs êtres en un des croyances qui impliquaient celle du même être en plusieurs lieux distincts. lecinéma étend le domaine \~ du rationalisme. J plus traditionnelle ou conventionnelle La couleur intervient très qu'éprouvée. d'assister L'attirance unisensorielle j: concluante pour ceux qui y ont participé. entraînait totémiques tout aussi inintelligible. mais éventuellement aussi celle l'imagination le merveilleux à ses sources psychologiques. dans les il a réinstallé au sein des choses cette « fluidité » : -dessins animés en particulier. Bien d'autres être posés et résolus grâce à lui. Par la surimpression. il a donné à deux objets ou à deux personnages la même >|.l'autonomie des mythes. Il n'est que de' voir les films d'Orson Welles ou :^de durées superposées au corps. garde : le souvenir des couleurs vues ? Dans la pratique la couleur est chose coutumière. Un jour Vaillant-Couturier lie plus souvent sans rapport a proposé. il a restitué l'espace dynamique . entre elles des formes distinctes '"&: identité locale. une acquisition relativement s'en élimine aisément. Assister à des scènes par la vue seulement £ de vie est doué d'audition. L'expérience d'essai. négative. les uns qui problèmes peuvent | et d'autres d'une portée beaucoup plus générale : celui. [l'objet . pour usé de retours rétrospectifs dans le temps. Au temps chronologique que nous avions pris l'habitude d'envisager de tout autre. La simultanéité et les événements des compli. même dans des conditions Ce n'est donc pas physiologiques. entre les événements actuels. et celui du public. ne rendait la transmutation de l'une dans pas inconcevable qui. devant c'est-à-dire chose d'étranger à quelque ie trouver devant d'existence entre les ancêtres et leur postérité. Opposer comme irréfcations ou des confusions-d'aspect c'était une attitude encore humain.

. Dans la salle obscure où il est fasciné par l'écran lumineux.34 HENRI WALLON essentielle. ce public n'est pas le public des théâtres. En face du film il y a le public. Quelle sorte de communion s'établit entre les spectateurs du cinéma ? quelle espèce de réceptivité collective. ni des grandes réjouissances populaires ou sportives. C'est en elle qu'il faut trou ver les accords qui doivent contribuera l'impression d'ensemble. ni des champs de course. quelles tendances solidaires ? Ou bien le cinéma est-il un plaisir purement individualiste ? Mais. ne chercherait-il pas à ses besoins incoercibles de sympathie un objet sur l'écran luimême ? D'où le pouvoir prestigieux des vedettes. Simple hypothèse d'ailleurs. La filmologie à ses débuts voit une vaste carrière s'ouvrir devant elle. c'est moins par des effets de ressemblance que par des effets d'expression symphonique. Mais ce sont là problèmes essentiels pour la connaissance de cette force nouvelle déchaînée sur lé monde : le cinéma. s'il était démontré que le spectateur ignore ses cospectateurs. elle est plus esthétique. Si elle a son rôle à jouer dans le film.

se la-hâte avec laquelle théoriciens certains Cependant. peut se faire sans douleur. qui parut en décembre intitulé « Un an de politique de Greystoke. complaisamment reproduit par Écho (mai J947). constatait dans l'économie qu'André britannique Siegfried une décomposition les célèbres lois de l'impéqui confirmaient pleinement 1. le ministre Congrès du Labour « Nationaliser. mais de privée. un. on verra peut-être se dégager un nouveau type de société. de même tout le système économique reviser parce qu'elle a perdu des marchés essentiels. . s'il pouvait surgir d'Angleterre alors lessusceptible de redorer le blason quelque peu terni du réformisme. C'est la conclusion que tire ingénument Barbara Ward dans un article du Foreign Affaira de New-York. aussi peu suspect de marxisme Déjà. l'exemple 1. ce n'est pas c'est lutter contre la non-entreprise lutter contre l'entreprise privée. comme On affecte souvent de considérer la crise britannique actuelle un résultat de la. on comprend à arriver Si l'on pouvait sont emparés des nationalisations anglaises. de même qu'un organisme peut avoir à se transformer a été détail de sa structure complètement parce qu'un est à de la Grande-Bretagne changé. seraient en défaut dés théories marxistes : on pourrait éluder la lutte de l'Union serait inopérant classes. ».. les trusts. des modifications brusquement lentement accumulées. Tel est le soviétique britann problème de principe que posent les nationalisations ques. » Voilà qui est net . les la guerre a seulement précipité un demidont était responsable industriel conséquences d'un délabrement siècle d'impérialisme . elle a agi à la manière de ces mutations qui rendent sensibles. dit-il. Les données de la crise anglaise.CRISE EN GRANDE-BRETAGNE par JEANNE GAILLARD de voir. autour de 1930. etc. par le moyen de prouver que le socialisme un socialisme occidental compromis habiles. En effet. dans un article de la Revue socialiste Il est assez piquant travailliste 1946. On y lit notamment que. au contraire sur leur caractère apolitique. les nationalisations 6ous la signature anglaises présentées des décisions du comme des mesures de socialisation prises en application insiste travailliste Party de 1945. En réalité.. observateur une anarchie. dans le règne animal ou végétal. vivant Et. il ne s'agit pas de détruire stimuler leur paresse. guerre. ». «si la Grande-Bretagne réussit à greffer de nouvelles formes économiques sur une communauté libre et constitutionnelle.

le capitalisme se résout à réviser Maintenant. les capitaux Ainsi contribuaient à édifier outre-mer britanniques des industries en rivales de l'Angleterre. nous.. cependant. évitent les pressions le gouvernement trop brutales. de manière à moderniser l'industrie dont la production servira à appâter la clientèle On incitera les anciens clients à s'endetter étrangère. Rien n'est donc changé au système . les socialistes anglais. Le 8 juillet 1947. Morcompensée par la rentrée invisible risson annonce un déficit de plus de 700 millions de livres.36 JEANNE GAILLARD 1 les formulées rialisme . certaines firmes anglaises doivent céder par la force leurs particidans des entreprises à des trusts américains . gros profit Les conseils d'administration. Survint de 1939-1945. parce que l'exportation des capitaux. l'exportation Il y a nationalisation et nationalisation. encore à la veille de la seconde guerre mondiale.. Colin (édition épuisée). à ce moment. 3 % seulement du revenu national était consacré au renouvellement de l'outillage. entre dans une phase aiguë : l'assise de l'économie se trouve britannique diminuée des marchandises n'est plus bouleversée. Paris. p. inspirés plus qu'autrefois par les banques et souvent même contrôlés par elles. Entre 1870 et 1926-1929. et glissait peu à peu au rang d'une puissance de second ordre. pations étrangères . des marchandises"fraie la voie à l'exportation des capitaux. a trop besoin de leur appui contre l'Allemagne britannique pour résister aux invites discrètes. il investit dans les entreprises nationales. cit. 43-44). M. auprès de la City pour acheter les marchandises le mécaanglaises . (Le déficit était de 435 millions de livres en 1946. S. les États-Unis. . et même. provisoirement. S. les capitaux sont évincés de marchés considéraient tomme leur britanniques qu'ils fief .) Le problème se pose donc de reconquérir les marchés perdus^ En 1938. le déficit des exportations était comblé par le revenu des capitaux anglais placés à l'étranger. A. par Lénine capitaux britanniques négligeaient des industries le rééquipement nationales un plus parce qu'ils trouvaient à s'exporter. André SIEGFRIED. sont tentés de se dire que les capitaux rapportent plus quand on lès place à l'étranger (op. La Crise britannique au XXe siècle.. la part de l'Angleterre dans le commerce mondial tombait de 32 à 9 % seulement . la crise latente Ainsi. A. S. le conflit un nouveau des partage marchés conformes à la puissance réelle des puissances s'opère . R. à la fin du siècle dernier. britannique ses méthodes . L'intervention de l'État ne suffit pas en elle-même à mettre l'économie au service de la nation. au lendemain de la guerre. Déjà. Siegfried à propos des mines. quand les U. l'Allemagne. A sa faveur. nisme de l'exportation des capitaux commencera à jouer de nouveau. écrivait A. tandis qui se posent aujourd'hui distancer que cette dernière se laissait par l'U. 1. sommes toujours capitaliste en Angleterre dans la phase de l'impérialisme décrite où par Lénine.

Siegfried dans un ouvrage auquel nous avons déjà fait allusion : Les mines de charbon.. D'autre part.. de 85 % en France (La Crise britannique au XXe siècle. de la Banque Voyons. de gaz. le capitalisme pour dont il veut faire les frais le moins possible. le plan de nationalisation à toutes les industries clefs d'après le en. Or. de quelques nationalisations montre bien d'ailleurs L'analyse qu'il et non d'une véritable de l'industrie s'agit d'un plan de réorganisation réforme démocratique. a été introduit L'État sur la première 1'tfadministration. alors que la proportion est de 80 % en Allemagne. pour réaliser une étape du socialisme. C'est dire que le recours à l'État .. Mais ce n'est pas une nationalisation bien méchante. Lyon-Caen).. de l'État. contiennent en grand nombre des puits qui sont parmi lés plus retardés d'Europe. la nationalisation et celle de l'industrie charbonnière. ou à rationaliser de mines en les forçant bien concentrer du charbon créé par le gouvernement l'industrie. La revue Droit social de décembre (article de M. surtout depuis que d'imporpèse proportionnellement ont été consentis aux industries en voie de rajeunissetants dégrèvements favorise un prélèvement sur la ment. Il n'en était rien. banque anglaise. les revenus publics sont constitués par Yincome-tax. • Il deux solutions : ou bien accorder des crédits y avait à cette situation aux propriétaires leur gestion. dits socialistes s'imaginèrent^ qu'il suffisait services d'eau. 1946 a donné l'analyse des nationalisations réalisées . La nationalisation effectuée en juillet 1946 de l'industrie du charbon n'a pas soulevé de véritable si Mais les mines sont actuellement opposition. comme les transports internationaux qui ont besoin d'un sérieux appui pour soutenir la concurrence des États-Unis. Tayenir est incertain. L'Office 1. de la banque est resté puisque l'ancien directeur dans le conseil [ en place et qu'un syndicaliste. 44). deviennent de l'intervention Par contre. je dis un. Dans l'ensemble. p. de voirie^ etc. 1. les capitalistes de partisans ne soit pas une l'État dès qu'ils sont en difficulté que l'État (à condition mais une force à leur service). que les secteurs industriels ou bien les entreprises nouvelles comme l'industrie dont charbonnière. à été rogné .. un quart tout au plus du charbon est lavé mécaniquement. délabrées que les propriétaires ont tout à gagner à la tutelle Voici ce qu'écrivait dès 1931 M.principe qui devait s'appliquer de 1945. il semble programme travailliste maintenant ne concerner les plus délabrés. Enfin. Let us face to future. d'Angleterre La Banque a été nationalisée dès la fin de 1945 avant d'Angleterre toute autre entreprise. l'aider à un rééquipement essentiellement Or. fortune nationale au bénéfice des trusts. suscite des oppositions seulement industrielle qu'on peut vaincre par la fait appel aux finances de l'État loi. Il fallait que l'État puisse diriger le crédit vers les secteurs les plus défavorisés de l'industrie. il «pourra» faire des recommandations» ^qu'une influence précaire.CRISE EN GRANDE-BRETAGNE 37 de municipaliser les fabiens. par exemple. qui plus sur les salaires. n'acquiert. la réorganisation démocratie véritable.

le chiffre du rachat a été fixé par un tribunal d'arbitrage comprenant deux juges et un expert financier par l'entremise les intéressés duquel a donc pu n'ont pas manqué de dire leur mot. n'est-il pas étonnant en particulier d'octobre 1946.m JEANNE GAILLARD à laquelle de l'État.bailleurs propriétaires. l'ensemble de 1 400~propriétaires dont le des Houillères nistré par un Comité national de neuf membres. que les comités Déjà le Labour Party ne soient pas^confinés dans un rôle technique . un qui supervise la gestion des houillères caractère technique. duction de syndicalistes même à titre purement consultatif et technique leur paraissent des innovations inquiétantes pour leur toute-puissance. C'était une nécessité de s'assurer le concours de des organisations ouvrières». Le contrôle de l'État. La finance'britannique dans des entreprises retirer sans perte les capitaux qu'elle avait investis de relever ruinées — et ruinées par sa faute. toujours d'après la même source. les capitalistes refusent véhémentement les nationalisations des conserpar le truchement vateurs. avec l'appui de puits. n'y avait pas moins puisqu'il des mines est admide puits. aussi. n'est pas'tout des divers conseils d'admila composition Pas plus que n'est rassurante nistration. On ne peut même l'introduction de syndicalistes à l'Office du charbon ou dans pas invoquer les comités d'entreprise. à celui deBrighton excessives («génédes protestations contre les indemnisations multiples reuses ». qui s'engage à avancer 150 millions de livres erf cinq ans. les trusts ont laissé faire. sont une bonne opération Ainsi. était et demeure une question particulièrement épineuse dans les mines anglaises. D'autre n'est les pour part. tandis que le rendement passait de une tonne un quart "en 1938 à une tonne seulement en 1946. et les syndicats font pression pour. car la question de la main-d'oeuvre. si les syndicalistes anglais ont réclamé avec vigueur des houillères.. Quant à l'Office du charbon il a surtout au nom de l'État. C'est pourtant ce qui arrive : la réfection des mines s'effectuera aux frais de l'État. Voilà pourquoi On ne peut pas non plus tirer du fait que les mineurs argument la semaine de travail en cinq jours au lieu de six pour présenter obtiennent des houillères la nationalisation comme démocratique.. M. Churchill s'est élevé contre celle de la métallurgie. les nationalisations pour les trusts. «personnes ayant une connaissance profonde comme dit la Revue socialiste. choix. Mais elles comportent l'intropour eux des risques. qui est bien . ils n'entendaient nalisation pas que l'État hérite uniquement des charges. L'industrie charbonnière avaient résisté jusque-là les propriétaires n'était pas en effet une industrie concentrée. débiteurs . dans les branches industrielles moins vieillies où les nécessités (par exemple la métallurgie^ de la guerre ont imposé un rajeunissement de l'outillage). accorde la Revue socialiste). dansles congrès syndicaux. Le nombre des mineurs est tombé de 1 172 000 en 1924 à 692 000 en 1946. et il fallait donner satisfaction aux mineurs. s'il faut en croire le Daily Worker. une concentration travailliste achève. Aussi. Désormais. à fait satisfaisant. l'expropriation pas désavantageuse ni surtout de fonds dont ils étaient les pour les. la natioEn effet.

p. des syndiqués. qui les petites entreprises . à propos de la première guerre mondiale. En principe. . ment sacrifie des disponibilités d'exportation trop fortes pour les industries i susceptibles. surtout vers la reconquête Ils ne vont pas à la bataille en ordre . mais on y va par la voie des trusts. S. F. ' Lénine écrivait : Déjà. elles insistent | industriel. d'urgence pour le rééquipement se plaignent . mais avec des forces sévèrement regroupées . dustrie textile aussi poursuit sa concentration. avec l'appui de l'État. développement avant guerre. Tradeles grandes . les deniers publics j. elles aussi substituent {proposant d'elles-mêmes la fabrication I donc à l'anarchie réglant qui faisait loi une organisation du coton. On va donc bien vers f à éluder le contrôle syndical et l'ingérence comme le laissent entendre les commentateurs de la Revue I la socialisation devient ] socialiste.. I dispersé..etc.. Seule la production — et le profit restent : sociale. etc. de masse anglaises. toute la réorganisation dont nous avons donné plus haut un aperçu est un branle-bas de i: combat. s La concentration en arrive'au point qu'il devient possible de faire l'inventaire . de l'État. concernant une multitude de | plan pour le quart de sa valeur. mais toutes ces ressources sont accaparées par de puissants groupements des marchés. le croire.•' s'applique accordé par l'État à la concentration . (L'Impérialisme. de se sou| ils refusent de nationaliser " Celui-ci ne doit pas être l'oeuvre. car l'État promet de financer le ï sont conviés à faire les frais de l'opération. d'un conseil démocratique des repréon pourrait comprenant ' de la Éentants des usagers. et la vente . il est vrai. 25). il émane tout bonnement c'est-à-dire d'un consortium i Fédération des maîtres fileurs eux-mêmes. La seule nouveauté est le patronage " et l'audace de l'opération. les meilleurs ingénieurs.. Unions.. l'État ne contrôle pas autre chose qu'un plan d'organisation orienté des marchés. Non seulement on procède à cet ï inventaire. à l'Angleterre Toute cette analyse actuelle. stade suprême du $ capitalisme... organisations et même . soc. cependant. f. Édit. avec les nationalisations sont d'accord ' la nécessité d'un plan de rééquipement plus simplement elles admettent Mieux que cela.).. l'ini se prépare à éliminer Ici encore. elles aussi à la nationalisation en . de au risque de des profits immédiats procurer .V CRISE EN GRANDE-BRETAGNE 39 financer son plan de sept ans. On évalue la capacité d'absorption approximative I que ces groupements se « partagent » par contrat Le monopole accapare la maind'oeuvre spécialisée.: approximatif de toutes les matières d'un pays. d'où l'ampleur Les nationalisations et le peuple anglais. capitaliste. — imparfaitement d'ailleurs. Les industries T. Quant aux industriels du coton. capable de mais ils acceptent leurs industries. que le gouverne. comme mettre à un plan de réorganisation. parfaitement . dont la fabrication était en plein f produits finis (linoléum. | monopolistes. des mines et autres industries essentielles. mesurer avec les géants américains. échappent un plan de rééquipement. parti travailliste.. elles parviennent comme les industries . Les trusts britanniques ont à se . l'appropriation f privés .

Mais. que des capitaux s'élargir. et au congrès de Brighton. une revue bien pensante octobre (Politique. ou encore l'article intitulé iLâ crise anglaise ». il a été suivi par le gouvernement. le gouvernement anglais prend parti pour les capitalistes. L'écart l'armature ne pourra compromettre économique. entre la politique d'exportation poursuivie par les trusts et une politique voulue par nationale d'indépendance les syndicats. d'accord avec cette politique des travailleurs 2. G. Les témoignages de désaccord abondent . sous le prétexte que cela signifierait pour le . dans l'ensemble. et le parti communiste c'est-à-dire les ouvriers. Les travailleurs perceptible à toutes les modalités du plan qui britanniques s'opposent âprement d'avoir une incidence sur leur niveau de vie. déjà les conflits ne manquent pas. il a fallu voter par écrit. De même au congrès de Brighton. avril 1947. d'autobus londoniens.. Par exemple. visant un relèvement général de la résolution partiel des salaires. invité soviétique. mais il en est d'autres. Refus du Conseil général qui soutient le gouvernement.salaires du rendement. Les directions le gouvernement . la rationaliparallèle à la progression sation doit donc se traduire du profit. comme en France. Contemporarg Review. retraité et le petit rentier. en dépit de leurs dirigeants les employés syndicaux. de juin 1947. par TARASSOV. par la suite. dans Temps nouveaux (1er décembre 1946). . sont pas « exagérées ».. T. alors que notre C. mettrait en danger la politique de plein emploi dont le maintien est d'un intérêt vital commun pour tous les salariés » 1. T. s'est élevé contre un relèvement partiel des : « expropriation salaires. par une élévation par une élévation générale du niveau de vie.. Il faut bien le dire. etc. Cette question des salaires est celle dont l'acuité est le plus évidemment au public français. M. et elles se multiplient en 1947 : les dockers. cielles (celles qui ne sont pas approuvées par la direction. Mais on lit quelques lignes plus haut : « Évidem» Eh oui ! il y a les grèves non offiment.40 JEANNE GAILLARD du pays. voir par exemple le compte rendu' du Congrès de Brighton. C'est ainsi que risquent 1. la C. et le parti communiste n'ont cessé de défendre une élévation des . Dans le premier cas. G.). certains délégués demandaient qu'un tarif analogue soit établi pour les professions similaires dans les diversesindustries. elle loue la modération anglais dont les demandes ne. 1946) parle de « nouveaux à la suite du refus par le Conseil meneurs». dans le second. dans Études (revue des Jésuites). 2. député libéral. dans l'immédiat. etc. où elles pèsent sur les prix. préconise une compression générale des salaires. cela aboutirait à une hausse des bas salaires ! La Revue socialiste prétend les ouvriers sont que. auquel nous avons déjà fait allusion. Beveridge. la position des salaires prise par le gouvernement anglais sur la question ne peut être approuvée Le ministère travailliste par les masses ouvrières. tant les opposants étaient nombreux et agités. des Unions. syndicales qui soutiennent risquent d'être englobées dans la méfiance qui se manifeste à l'égard de ce dernier. Quand français pour les producteurs. puis les mineurs qui s'obstinent à des « grèves frivoles ». il y a les grèves non officielles.

41 ï CRISE EN GRANDE-BRETAGNE 1 \ l'Economie Survey de 1947 prévoit un manque de main-d'oeuvre, aussitôt de la production charbonnière permettra de donner ique l'augmentation *àux entreprises le combustible nécessaire pour fonctionner à plein rende# ment. Il faut donc pourvoir les industries travaillant pour l'exportation, loù, estime l'Economie Survey, il manquera jusqu'à 50 p. 100 de main-d'oeuvre. Les méthodes proposées sont les méthodes classiques : augmenter la durée de la journée de travail, faire appel à la main-d'oeuvre féminine, f importer de la main-d'oeuvre étrangère. Mais, comme cette politique, dite ï de plein emploi, ne doit pas s'accompagner d'une hausse des salaires, les travailleurs britanniques y sont hostiles ; notamment les ouvriers qualifiés étrangère ne les chasse de leur anglais redoutent que la main-d'oeuvre emploi, ne fasse baiser les salaires, etc. Et ils n'ont point tort, car cette politique économique, tendue vers l'exportation, suppose un bas niveau de vie dans le pays producteur. La production anglaise, où son équivalent en devises étrangères, n'est,pas sous forme de biens consomdestinée à revenir au travailleur britannique mables ou à acheter des machines, mais à fournir de revenus les capitaux un rationneanglais maintient exportés. C'est pourquoi le gouvernement 5nient plus sévère que celui du temps de guerre. Cela lui permet de restreindre Le tabac, par exemple, vient d'être | les achats de denrées à l'étranger. s; rationné. En outre, de même que les industriels de Manchester réclamaient, ali xixe siècle, le pain à bon marché qui fait les bas salaires, de même les ? industriels britanniques d'aujourd'hui s'ingénient pour organiser la vie à i bon marché; ils mettent à la disposition de leur personnel des moyens de vie pratiques et peu coûteux, tels que cantines, etc. Mais ce sont, en partie, des trompe-l'oeil ; d'une part parce qu'ils obligent l'ouvrier à une vie médiocre dont l'amélioration ne dépend plus de lui, de l'autre parce que toute la famille de l'ouvrier ne peut bénéficier du même bon marché. Voici un exemple : d'après un article de Jean Allary paru dans la revue 'Écho de février 1947, un métallurgiste de Londres gagne en moyenne de 4 à 6 livres par semaine, soit 1 920 à 2 880 francs ; à la cantine, il ne paie sonrepas que 24 francs, mais il dépense au minimum 540 francs par semaine ! — car il y a un marché noir des loyers). pour son logement (officiellement S'il va au cinéma dans le centre, sa place lui coûte 240 francs ; en fait, ce jluxe lui est interdit. Le peuple anglais est conscient de la menace que le capitalisme fait j | peser sur lui, et il ne veut pas faire les frais de la politique de reconstruction; est nécessaire à l'Angleterre, mais I il sait parfaitement que l'exportation ;vâù congrès- de Margate* qui -s'est tenu en mai dernier, les délégués travaillistes ont souligné que l'Angleterre devait vendre sans doute pour payer ): son rééquipement industriel et ses matières premières, mais aussi pour ^acheter des biens consommables. Les choses en sont là. des travailleurs est indispensable Or, il est évident que la collaboration là la réussite du plan. Si une fraction au moins du patronat accepte de
1. Programme économique du gouvernementjanglais pour 1947.

42

JEANNE

GAILLARD

c'est parce que seul un parti ayant la avec le parti travailliste, collaborer à un effort des masses laborieuses ces dernières confiance peut inciter de la base et des militants accru. Mais comme, actuellement, l'attitude celle de l'ensemble des travailleurs n'est déjà plus celle d'une collaboration avec des précautions du parti est obligée d'adopter, amicale, la direction des méthodes de^ruse à. leur égard. naturellement, Voyons, par exemple, la loi sur le droit de grève votée le 22 mai 1946. en a été faite dans la revue Politique Uneanalyse (numéro d'avril 1947),. sous la signature des de Pierre Baratier. Il est évident que l'abrogation restrictions sévères apportées au droit de grève en 1927 est un progrès, de d'adhérer à une union même que l'autorisation pour les fonctionnaires Mais, en dépit de ces conquêtes, deux faitsedemeurent typiques syndicale. entre les intérêts du de ces méthodes de ruse qui prouvent la divergence et ceux du « légiféré ». D'abord, la loi de 1927 abrogée;! on n'en législateur et simplement a point créé de meilleure ; mais on en est revenu purement à ra vieille loi de 1875, loi obscure, incomplète, qui protège très imparfaitement l'exercice du droit syndical. L'attorney général a pu déclarer qu' « une sonne demeure, grève révolutionnaire après comme avant, illégale »;'cela comme une promesse formelle de ne pas rompre le pacte capitaliste ; mais une les ouvriers, batailler comme par le passé pour obtenir eux, devront favorable de la loi (en effet, le piquet de grève, par exemple, interprétation comme une manin'est pas expressément reconnu, il peut être poursuivi festation de violence ou menace de violence ; on devine, le parti que les tribunaux ont précédemment tiré de cette obscurité). En deuxième loi contient une disposition lieu, la nouvelle qui jette une étrange lueur sur.les rapports et du parti travailliste. des syndicats Les syndicats ont un fonds politique réservé à ce dernier. pratiquement Or, la loi de f927 prévoyait que les syndiqués désirant souscrire à ce fonds, devraient le notifier ; dorénavant, on en revient SUE.ce point à une loi de 1913 stipulant seulement pour les perest obligatoire que la notification sonnes ne désirant devient dit, la souscription pas souscrire ; autrement la règle. Voici le commentaire donne de cette mesure : que P. Baratier L'ardeur apportée à abroger l'acte de 1927 s'explique par le souci de renforcer l'autorité des dirigeants officiels, gravement battue en brèche par de- nouveaux meneurs dont l'influence se mesure à de nombreuses grèves non officielles.
* * * .

de la politique important anglaise vient de se produire ce printemps du plan économique 1947, qui risque de changer l'orientation travailliste. conçu par le gouvernement ce dernier avait défendu l'économie Jusqu'alors anglaise "contre un contrôle américain. les capiMais, de plus en plus nombreux, semble-t-il, talistes de Grande-Bretagne rêvent de devenir les brillants seconds des financiers américains. Part à deux, on exploite le monde en commun ! Le la mécontentement des syndicats et le vent de révolte qui a déterminé

Un tournant

I CRISE EN

GRANDE-BRETAGNE

'

43

ne sont probablement • naissance de «rebelles » au sein du parti travailliste à ce "penchant accentué que les trusts britanniques éprouvent rpas étrangers est juste le plan du Or, le ^plan Marshall soudain pour les États-Unis. «brillant second ». Les industries espèrent un prêt particulièrement imporun démarrage éclair de la production et ferait de la tant qui permettrait le premier de l'Europe occidentale. Le goui Grande-Bretagne exportateur sans de sérieuses ï vernement Attlee semble prêt à accepter le plan Marshall et politique de l'Angleterre. économique / garanties pour l'indépendance H. Morrisson que le ministre | Est-ce pour .forcer la main des récalcitrants avec un noir pessimisme à la Chambre des Communes, le 9 juillet l'soulignait ? Car il est bien difficile de justifier "dernier, que la crise était imminente national. achète aux i cette nouvelle orientation par l'intérêt L'Angleterre ses achats, ; États-Unis sept fois plus qu'elle ne leur vend. Si elle augmente encore la hausse des prix américains -; elle subira plus lourdement qui pèse déjà Alors qu'en Î946 il lui suffisait de 16 millions de livres I sur ses importations. il lui en a fallu 24 en juillet der| par mois pour solder sa dette commerciale, avaient été majorées de 40 p. 100 en un nier, mais les factures américaines était conclu, les États-Unis »' an ! En outre, si un accord financier exigenationalisation des transports ; raient que l'Angleterre renonçât à l'éventuelle s et de la métallurgie. Une telle garantie vaut bien qu'on accepte les servitudes d'une protection aussi nécessaire aux capitalistes britanniques que nuisible aux intérêts de la nation.

On connaît la formule : « L'alliance franco-russe est née de la question d'Orient. Rihot. de en du 24 août étrangères France. une précieuse leçon de méthode à propos d'une question déformée par des préjugés de plusieurs sortes. Nous voudrions aujourd'hui reprendre dans la livraison de janvier l'article de A. ou peu s'en faut. Michon. . de se lier à la France. BisHamman. etc. (Préface à toire de France.bien des opinions. Cette opinion paraît à la célèbre publication des Archives centrales l'historien russe refléter une incompréLes rapports russo-allemands. aux propre des accusations qui' visent son caractère documents du quai d'Orsay. d'un protecteur. » " A. S. préoccupés de réhabiliter Après avoir signalé tout ce qu'il y a marck. par Laboulaye.. ambassadeur de France à c'est-à-dire à une/Taériode antérieure à la à des Affaires Pétersbourg. les autres. — dont. Kurt Kcerlin. ministre conclusion^ de l'alliance austro-allemande. il. Manfred passe tout de suite à moyen légitime d'auto-défense. hostile à la version donnée par les publications officielles de .' Si l'alliance franco-russe est née de la question d'Orient. dans le dernier numéro qui nous est parvenu. R. au contraire. Michon ser la question des origines de l'alliance estime pour sa part que la volonté d'alliance franco-russe. affirment que la première intention toire de l'alliance de la lettre qui fut. Gutsch. S. Michon n'est pas originale. de disculper la politique allemande d'arbitraire dans l'habitude. comme on sait. si ceux-ci expliquent comme Michon l'alliance franco-russe par L'auteur ne se proposé nullement d'épuila crise de la question d'Orient. » Nous y voyons à la fois une mise au point fort utile en elle-même et. Elle est aux historiens allemands et L'ALLIANCE N'EST PAS NÉE DE LA QUESTION empruntée anglais (Hamman. et surtout et des calculs politiques. Le savant russe rappelle que cette -version de G. essentiellement pourquoi elle s'est efforcés. d'après qui sées. Manfred cette thèse de qualifié construction de l'esprit où l'ombre le dispute à la lumière.). Cependant.suit de là que la France a eu le beau geste en tendant une'main secourable à une Russie amoindrie par le congrès de Berlin et en quête. Manfred fait Sans contester l'intérêt des travaux de remarquer en passant que l'historien soviél'historien français. D'ORIENT. mais du moins voudrait-il de la Russie s'est renforcée après la Conclula renouveler en présentant le problème en sion du traité entre l'Allemagne et l'Autrichedehors de l'influence des opinions préconçues Hongrie . Ouvrant une parenthèse. date qu'ils peuvent ainsi présenter comme un 1890. de dater l'hisagressif. Volguine. « mesure de précaution » contre « le spectre «c une des pages les plus sombres » de l'hisde l'alliance russo-française ». Manfred : « Sur la préhistoire de l'alliance franco-russe. l'examen des thèses de Georges Michon. d'une façon générale. France. la Russie. C'est ainsi que. ont dû être révile point de vue de Michon. A..) hension complète de ce qu'il y avait de grave et de dramatique dans le problème Les historiens allemands parlent de prodes alliances pour la France d'après 1870.CE QUE PENSE UN SAVANT SOVIÉTIQUE DELA PRÉHISTOIRE DE L'ALLIANCE FRANCO-RUSSE par GEORGES COGNIOT Selon G. et c'est i l'Allemagne et TAutriche-Hongrie. frustrée au congrès de Berlin d'une partie de ses conquêtes telles que les avait reconnues le traité de San Stefano. adressée d'alliance franco-russe remonte à l'été 1879. Pokrovski. positions d'alliance qui auraient été faites revue de l'Institut d'hisL'importante toire près l'Académie des sciences de l'U. qui paraît mensuellement sous le titre de Questions d'histoire et dont le rédacteur en chef est l'académicien V. Volguine a lui-même donné une étude approfondie sur « Les tendances égalitâires et socialistes dans les sociétés secrètes françaises de 1830 à 1834 ». était mécontente de ses alliés. dirigeants de Paris. N. il considère comme « entièrement erroné et sans fondement » tique M. — est tombé xlans le piège et a qualifié l'alliance avec la Russie fut une faute l'alliance de Bismarck avec l'Autriche de fatale des milieux. celui de juin 1947. publie presque dans chaque livraison un travail consacré à des problèmes intéressant la France.

La guerre de 1870 avait donné à la France une série dé graves leçons.. ortchakov. à propos de la loi française sur le service militaire . pouvoir se référer à ce mensongedans ses discussions avec la Russie : 'entretien avec Orlov le 1er octobre 1879. Mais. comme la France se rétablissait malgré tout. Celui-ci télégraphiait sa réponse • e 10 septembre. et on a eu raison de remarquer que a France. C'est le 8 septembre 1-879 que le <comte Andrassy en faisait part au prince fîteiss. trangères sans trouver aucune trace des rémarchesprétendues de la Russie. alerté par Reiss./congrèsde Berlin. le prince de i ohenlohe.sseétait prêt à reprendre avec elle les . La rumeur est née t dans l'été de 1879. encore une occasion dé victoire. de gagner des alliés. la presse jrusse faisait campagne contre l'Allemagne Jet. en prétendant que la France préparait la guerre. après le . il était poursuivi par le « cauchemar des coalitions ». sous le prétexte de la au propagande des catholiques français. Mais il peut y avoir des allusions dans les -EUSSE. . en 1878 et 1879. En réalité. écrit Manfred. -alors que les relations russo-allemandes brus-*t russo-autrichiennes s'aggravaient quement. beaucoup de choses avaient changé. [Bismarck. à . :'. et contre un État isolé.JjE LA PRÉHISTOIRE DE L'ALLIANCE FRANCO-RUSSE Mais de propositions trace. à Baden : h faut que vous soyez forts. La paix. Ainsi qu'il l'a avoué à Chouvalov. C'était un autre danger qui lui donnait de l'angoisse : le (langer que la France ne se trouve des alliés. On sait qu'il n'admettait pas non plus . Il savait bien que la formation d'un bloc capable de contenir ses plans proviendrait avant tout de la France et de la Russie. début de 1875. Rien Donplus dans les Documents diplomatiques fançais.. le gouvernement . Les victoires toujours douteuses de Napoléon III n'avaient été remportées qu'en alliance avec telle ou telle puissance. Malgré la position antirusse de la France an congrès de Berlin. « L'ambassadeur de France à Pétersbourg. effrayer l'empereur Guillaume. dans ses instructions à son ambassadeur à des affaires Paris. en mars 1879. 'diplomates ? Bismarck n'en utilisa pas moins une il voulait. Skazkine.:* Il n'y a pas un mot de vrai là dedans. Bismarck ne se lassait pas d'expliquer. Il ne s'agissait pas tant à ce moment de recouvrer les provinces perdues que de faire face à un renouveau de l'agression allemande. l'automne de 1873. depuis lors. se trompait pas en signalant ce revirement . en automne 1879. LA PAIX DE 45 d'alliance.anciennes relations de 1872-1878. entretien avec Sabouro'v. Alexandre II ^écrivit en marge du rapport de Sabourov : .ne des esprits à Waddington. avant longtemps. c'est-àdire le contact amical. » '•-' IL N'A BEMANDE FAIT ÉTÉ AU SUJET AUCUNE PROPOSITION OU D'UNE ALLIANCE FRANCO* DE FRANCFORT COMME SOURCE L'ALLIANCE FRANCO-RUSSE. Mais. aux prises avec la réaction féodale et absolutiste dans un conflit acharné. la preuve fut faite de l'incapacité* de la France à résister en combat singulier k un État européen puissant. a dépouillé les hives du ministère russe des Affaires. D'où le besoin impérieux de sortir de l'isolement et. par conséquent.. quand il eut été-mis «n cause par l'ancien ministre wurtembereois Warenbuller. que la 'stabilisation françaises était en contradiction directe avec les intérêts de l'Allemagne. qui a critiqué le premier les vues de okrovski en la matière. Vieille mystification. 9 I tende créée par^Bismarck. De nos jours. fonversationsprivées entre Waddington et les russes. le général Le Flô. Et il le prouve • :par les faits. il ne parlait pas sérieusement en invoquant la menace de revanche. était encore si faible point de vue militaire §|U qu'elle n'aurait pu apporter aucune aide sérieuse à la Russie. avant tout en matière de grande stratégie. à l'époque. . aucune % la France au cours de l'été 1879 par le fénéral Obroutchev et par le prince "Gort*hakov. l'historien S. » À Paris. La guerre avait démontré qu'on était bien éloigné des temps ou Barrère pouvait dire : « Encore un ennemi de plus. la France l'avait emporté sur des ennemis nombreux parce qu'elle représentait la force progressive de l'histoire : le régime bourgeois naissant. ambassadeur d'Allemagne à Vienne. le chancelier se mît à provoquer conflit sur conflit : en avril et mai 1872. t.' Le seul fait exact.. s'informa auprès ^de son ambassadeur à Paris. » Sous la Convention. de faire à l'Allemagne la guerre même la plus courte . La tournure nouvelle des relations francorusses a bien plutôt son origine dans la paix de Francfort. ^'autre part. fumeur qu'il savait fausse: l'une part. inclinait à un rapprochement avec la France. D. c'està-dire en matière d'alliances. En 1870. C'est en ce sens alement qu'il faut comprendre la phrase dite à un journaliste français par le prince . Waddington démentit par trois Ifois et publiquement.'' Orlov déclara à Bismarck que tous ces ^bruits n'étaient que fables.était à peine signée que Bismarck reprenait un langage menaçant. c'est que. Bismarck n'ignorait pas que l'armée française ne serait pas en mesure.

le dictait à Albert ministre Sorel. suffisantes en mai 1873. C'est pourébranlé par l'affaire voie tant dans cette que la diplomatie les Manfred rappelle française s'engagea. et l'attitude de cependant. française mélancolie non sans devait reconnaître ne renoncerait pas pour les que Gladstone de au principe beaux yeux de la France de Manchester. C'est. vers Pétersbourg. Enfin. chef se tourner des Affaires étranministre t Le nouveau à la plus grande gères. Les monarchistes le même problème. en même temps. longues instructions que Jules Favre adressa au général Le Flô dès le 7 juin 1871. et Vienne avec Pétersbourg ment qu'il fut toujours hostile aux plans de restauration en France. se posaient de tous Or. certains et déçut espoirs en dépit des efforts à l'Angleterre. de position à un de la cour de Pétersbourg l'hostilité enfin de la républicain. même avec une telle la guerre sans alliés serait force militaire.. dans le auprès de l'ambassadeur un facteur à Paris On savait apprécier l'absence de toute comme contradiction réelle entre la France et la Russie. un rival passablement sérieux. et tout renforcement une diminution des chances d'hégésignifiait Peu importait l'alliance monie allemande. isismarcK Si bien 1875. l'attaché militaire allemand. il avait donné au général dès lé 21 avril un avertissement Il se. Lors 4e la rencontre • en septembre à Berlin. on d'histoire courante. Mac-Mahon fit lui-même paix européenne d'aide en date du une demande analogue 7 mai. médiaire de Chouvalov.anfred rappelle en citant les déclarations de cette tentative du prince non équivoques Gorlchakov à -: : l'ambassadeur français à. par sa déclaration. agissait même sens. de Paris. sut joindre avec Bisdans les pourparlers souplesse efforts marck de sérieux pour gagner la La de la Russie. Bismarck le soutien avait russe essayé de s'assurer contre la France. à Beret Gorlchakov Alexandre arrivaient céda à lin. devant toujours le chancelier de fer. 1870-1871. gouvernement entre la faiblesse de la France disproportion de lors des événements et le relèvement.46 GEORGES COGNIOT : CE QUE PENSE UN SAVANT SOVIÉTIQUE entre les d'un "rapprochement l'éventualité vaincus de Sedan et ceux de Sadowa. taire comme 1' « arbitre sincère de la considéré ». de tous les alliés possibles. aussi bien que les dissensions les vieilles à prévoir faciles nouvelles trop disputes rendaient un rapprocolonial sur le terrain bien difficile. Thiers. Thiers déclara que. présent répondu Thiers du gouvernement les liens . . non-immixtion sembler A il vue. son secréà l'époque. Berlin Je vous l'ai déjà dit et je le répète encore une fois. si grave que Decazes pense déjà au repli du gouvernement sur la Loire . en contact avec Londres par l'intermettait le 10 mai. Quant à Alexandre II. de cette déclaration. un long appel au tsar. 1872. Pour l'instant. à Le Flô sur les intérêts communscatégorique des deux pays. tenant pour pas d'Allemagne. craignait qu'une qu'il parce monarchiste s'entendît France plus facile-. A la fin d'avril. et. nouvelle alerte. à la : l'appui des trois prêlé empereurs France par la Russie dé 1872 à 1874 a les coups préparés: de la France détourné et lui a ainsi donné le temps par Bismarck de se relever. un comme des forces armées blissement des facilement de trouver plus moyen comme Decazes alliés. avait ceux sur lesquels le duc de Gramont aucun n'avait bien compté. Decazes. du russe. devint si menaçante à l'automne 'l'Allemagne de la même année que la France dut dere-. dès la mi-avril. pouvait première de d'obtenir l'amitié encore plus difficile de sa tenir la Russie : il fallait compte favorable à la Prusse en 1870. nous avons besoin d'une France forte. D'autant chement plus que le ne libéral de Gladstone. notamment. Quant à du groupe influent campagne qui faisait Paris pour une orientation probritannique. qui devait donner réforme militaire au pays une armée de 864 000 hommes.le rétaconsidérait Gambetta une folie. prestige naguère de Crimée. l'échec M. bien la suite d'une politique naturellement établie en rendant courage au gouvernement. comme on le sait. de 1872. tremblant Mais Thiers. on comprenait de la France Berlin que l'avenir qu'à des du problème de la solution dépendait de la Au cours de la discussion alliances. chement avançait de Bismarck dans le sillage de la politique de Gambetta. bienveillance position russe était du gouvernement ellefavorable bien même déterminée par les intérêts était de la Russie : la France compris naturel de l'Allele contrepoids devenue 1 de la France magne. royaliste aussi bien Mais à Paris. quand qu'en variante de son jeu se livra à la nouvelle Alexandre pritl'empereur provocateur. témoignait des forces au regroupement d'indifférence La diplomatie sur le continent. Werder. Dans les livres fut si menaçant que le danger explique . des trois empereurs -. Bismarck la pression du tsar sur temte la ligne. gouvernement à l'époque. sa les réserves inspirait que lui malgré d'irriter crainte habituelle Bismarck. ne tira pas de conclusions Il partit.amicaux excluaient tout rappro„ avec la papauté L'Autriche avec l'Italie. légèrement en 1870.

l'alliance. POTEMIUNE. blicains. Waddington.ïàns une lettre î poser le premier jalon important dans la voie de . d'importance soit à ses origines anglaises. Mais il bourgeois sont au pouvoir ne s'agit pas d'éléments .• Et plus loin. des milieux supérieures de finance en premier lieu. Decazes * écarté après le 16 mai. Manfred sous sa forme juste estime cette opinion '( générale. précédentes. comme le dit Le Flô en 1876. francode l'alliance I Ainsi. .Berlin. C'était sa façon. parlait. à Vienne. Et cette se comprend : attaque Thiers et les autres chefs du centre gauche. l'amliassade allemande à Paris un théâtre où \ l'on montrerait le diplomate russe dans le personnage d'un ange gardien vêtu de blanc avec .nel'alliance franco-russe. gères. Au contraire. dans une lettre au gênerai Le Flô. comme l'a fait Ernest Daudet Jl Jrente et quelques années avant Michon. de lui garantir l'Alsace-Lorraine en lui promettant en en Orient : échange un soutien inconditionné il n'a pas eu de succès. Pour ces gens. ijfais nous ne devons ni oublier ni ignorer que de Chouvalov t'est seulement après l'arrivée v. d'Orient jinême année. {Histoire Vpubliée sous la " direction .d'Alexandre 7 Nous ne devons pas en parler trop fort ou dans i des termes qui pourraient blesser l'Angleterre. française change à l'automne Depuis la crise du 16 mai. des ailes et porlant cet écriteau : Gorlchakov. Les déclarations ne laissent hommes d'État français. 'f J'insiste sur le fait que nous ne pouvons pas . de à Decazes. chement avec l'Allemagne donne notamment des citations Manfred du Journal des débats. sa polipour expliquer ont accordé beaucoup tique. l'aile la plus conservatrice dés répuce qu'on appelle le centre gauche. les républicains à Paris. termes que l'apaisement a été l'oeuvre II : |. c'est Henri Waddington qui devint ministre des Affaires étran_. «telle a abouti parce qu'il n'y avait aucune contradiction réelle entre les deux pays. organiser à . de 1877.. se rappelant que son corbientôt l'ambassade occupera respondant Decazes précise : de Londres.DE LA PRÉHISTOIRE DE LALLIANCE "LA FRANCO-RUSSE 47 . exlérieure dès le 31 décembre 1877. d'un partage à égalité de l'amitié française : or c'était entre la Russie et l'Angleterre où les contradictions . Cette fraction liée aux milieux bancaires et à la avait déjà accusé Decazes grande propriété de provoquer le mécontentement de Bismarck. non plus ne s'y trompa'pas : . . des premiers intéressés. soit à d'autres traits de sa biographie. en 1876. les origines ~ russe sont à rechercher bien au delà de 1879. Decazes se 1878. V.) ^ ^Pde la diplomatie. à commencer par la lettre ambasJ4e Decazes au marquis d'Harcourt. Les historiens. autant compter sur l'Angleterre 'que sur la \ Russie. Il reste cependant à savoir laquelle 1 des deux puissances a joué le rôle principal. aux postes ministériels les qui a relevé éléments monarchistes et cléricaux.etsurson insistance que Lord Derby s'est adressé ta Rome et à Vienne en invitant ces deux cours à .de . i Elles ne résident pas dans de mystérieux mais dans les événements {pourparlers. la direction de la politique Cependant. ' les aucun doute. Decazes affirme en propres . en date du sadeur de France • 14 mai 1875. POLITIQUE PROALLEMANDE DE PARIS DE 1877 A 1885. avec l'Angleterre se compliquèrent dès J'aufomne de 1875 à cause des événements à partir de cette . .. la seule voie sur laquelle nous puissions . La France isolée a recherché l'alliance complètement .qui ont pris. Effectivement. l'essentiel était l'expansion coloniale et le des du renforcement positions capital en partifrançais dans les pays étrangers. une seule politique : se concilier les bonnes grâces de l'Allemagne. faut. logiquement. A leurs buts culier dans le Proche-Orient. Bismarck a eu beau demander à la Russie. là suite. toutes les responsabilités au compte de la essaient dans tout8 France. jusques et y-compris franco1877. au congrès range en toute occasion à la queue de la et redouble de bons anglaise délégation . \ prolecteur de la France. anglole moment extrêmement vives I russes étaient en même temps qu'on revisait Bientôt. compter. toute la politique cupides fut subordonnée de la France. les relations russes ont gardé le caractère d'une collaboration amicale. : connus d'une longue collaboration engendrée Par les nécessités historiques. et l'Angleterre.de la Russie contre la menace allemande.d'Egypte. Dans les années qui ont suivi. Le trait essentiel de l'orientation a suivie. démocratiques c'est..% joindre à la démarche de l'empereur Alexandre. en capilulards en qui se sont conduits 1870-1871 et.. la « politique russe » des années ouvertement on se mit à réclamer un rappro. ce fut sa qu'il aux calculs égoïstes des couches soumission de la bourgeoisie.: II disait que. qui vit la question la diplomatie passer au premier plan. à Francfort. icarté par la Russie et l'Angleterre. En bien curieuses de.r d? la Péri°de 1872-1873 la préhistoire 'H -. 26. pour glorifier le chancelier-pacifion pourrait catcur (Oortrhakov). ï Et Bismarck de la France les relations '. française considéra comme juste de marcher ja main dans la main avec la diplomatie ihisse.

— paradoxe inquiéOu bien elle reprendrait des forces et elle tant. dans leur haine de tout russe.utrichechement avec l'Allemagne justifiait offices envers l'Allemagne rétroHongrie. une série d'expéditions coloniales de moindre ' La diplomatie française était dans une envergure. et. ambassadeur à Berlin. où. qui eux-mêmes gences à Paris.. Depuis lors. c'est industrieletl'impérialismccolonial. le 30 sep. Mais il ne clairvoyance. déclara avec arroganci rait de plus en plus dans la dépendance de au banquet des attachés militaires : son vainqueur de 1871 en prenant le chemin La France et l'Allemagne unies domineraient des campagnes coloniales.) . les entreprises coloniales. La remise de Chypre à matique direct de l'Allemagne. CE QUE PENSE UN SAVANT SOVIÉTIQUE et l'R. sans cesse les Bismarck encourageait Chanzy. de sauvegarBismarck discuta le plan d'une entrevue der l'indépendance de sa politique étrangère avec Ferry . ou bien elle le ministre de la Guerre du cabinet Ferry. financière de France se prol'oligarchie Telle fut la politique de Paris jusqu'au nonçaient pour la deuxième solution. La France se trouvait La France était à la croisée des chemins. et en collaborant avec la Russie . à laquelle la d'une noire ingratitude. C'est ainsi qu'à dater de la fin de Cependant. continua en 1879 à se montrer de Saint-Vallier. Avec le soutien diplod'un camouflet. 141. Manfred rappelle comment Wadspectivement leur politique de 1870-1871 ' et leur donnait ainsi des atouts contre la dington posa à Berlin à la fois la question de l'accès de la Roumanie à la mer Noire démocratie avancée. et l'Italie. le rapproL'attitude envers l'Allemagne du nouveau gouvernement français. tembre 1885.tant de bien à la France. — l'unique État qui la traitât amideviendrait capable de résister à la pression calement était son implacable ennemi I. encore maintenant une politique nationale digne.p. à l'abri de considérations sublimes sur la mission civiliRETOUR A LA PRÉPARATIONDE L'ALLIAHCJ satrice de la France ou sur la restauration (1885-1887). le prince de Hohenlohe. en même temps. On eut ensuite l'expédition de Madane fut même pas contre-balancée par des et du gascar. Certains diplomates français allèrent très loin était restée correcte et Brisson-Freycinet. qui ne leur pardonnait et la question grecque sous une forme . de sa grandeur . fut à son tour récompensé Waddington Vint Jules Ferry. déclaration menaçante. malheusupposait simplement que Bismarck voulait reusement. faisait preuve d'une tout autre initiatives coloniales de Paris.1878-1904. elle s'engageouvrait devant lui. la conquête de l'Annam assurances formelles de Salisbury touchant Tonkin. s'affaiblirait en Europe. subitement. on parlait déjà d'alliance. les questions. la guerre contre la Chine et toute la Tunisie.48 GEORGES COGNIOT . mais sans se proposer d'isoler la et de son gouvernement en faisant perdre France en la brouillant avec l'Angleterre de vue les réalités européennes. diplomatique de l'Allemagne. Bismarck gardait le même ton patelin et soutenait la France dans toutes impasse. après s'être mis avait obstinément diplomatie française au service de Disraeli et de Bismarck. elle augmenterait ivre des grandioses perspectives qu'on le nombre de ses adversaires. Les désastre de Lang-song et à la chute de milieux bancaires voulaient s'enrichir dans Ferry en mars 1885. bienveillant envers la France. rapprochement « Des Russes ayant essayé de se ménager des intelliprévenante quand. la France pour la possession de l'Egypte. On se demandait à Paris Toutefois. l'affaire tunisienne et se ralliait en 1882 au ciation solennelle de la France aux provinces bloc austro-allemand . se trouva écartée. quittait » tueuse dénonce à son mari des propositions profita de sa visite d'adieu pour faire une » inconvenantes ». l'ambassade d'Allemagne à Paris. le gouvernement 1.. avec l'Angleterre atteignaient au paroxysme. qui donnait à cette dernière un avantage substantiel dans sa lutte avec s'empara de la Tunisie. le gouvernement russe. buts il visait en tendant suite quels autres enfin l'attitude de l'Espagne elle-même une main secourable aux colonialistes de devenait malveillante après la visite du Paris I Kronprinz en 1883. encore pourquoi cet ennemi implacable s'était mis plus fnécontent de Berlin et de Vienne que à vouloir. Les événements lui donnèrent faisait de doute pour personne que l'amitié raison : l'Italie devenait une ennemi» allemande ne pouvait pas être gratuite : irréductible de la France à la suite de Bismarck entendait obtenir une renon. Le comte de Paris. absolument seule. les contradictions et l'on a aussi découvert la par perdues.pas leur trahison de 1871 et qui exigeait nettement antirusse 1. la France l'Angleterre. le rêve de Tunis enflammait détourner des rives du Rhin les regards des de la ploutocratie toujours l'imagination Français. frayé la route depuis 1871. L'ambassadeur à Pétersbourg. les Français informèrent t comme une femme verBerlin de ces tentatives. après avoir payé la Russie 1877 l'alliance franco-russe. Bismarck et le monde. » (Maurice L'essor BEAUMONT.

favoriser Bismarck. et nous nous serions arrêtés. du rapprochement avec la Russie. suivit la même l politique. Alexandre III surmonta la résistance de Giers et de Lamsdorf. la Russie nous aurait dit à un certain moment : Arrêtez. lorsqu'ils demandèrent à quelle porte frapper pour implorer de l'aide. on a l'habitude de présenter le traité d'assurance mutuelle russo-allemand de de juin 1887 comme un chef-d'oeuvre de Bismarck. mais la ne laissait pas le gravité de la situation choix. elle fut confiée au vicomte Melchior de Vogué. écridans la marge :. seulement le traité ne donnait pas à la politique. lorsqu'ils virent les portes de Vienne et de Rome surmontées de l'emblème allemand. finit par céder. France par la Belgique. ils comprirent qu'à qu'il ne leur. et 1886. lorsque la guerre parut plus proche que jamais depuis 1870. Flourens envoyait une demande de soutien. » lui-même cette Bismarck a confirmé opinion. Il comprit qu'une défaite de la France ne servirait pas l'intérêt russe. Tout cela était de bon augure. plus-franche qu'aucune autre. Il était aisé à Bismarck de garder des liens amicaux avec elle. lorsqu'ils lurent l'article du Standard en date du 4 février qui admettait l'invasion de la. et pourtant il l'a faite. on a avant tout peur de la Russie. î Manfred qualifie cette version de légende grossière. le général d'Absac. II déclina cette proposition Alexandre de mission spéciale. Bismarck ayant dû accepter la thèse de Chouvalov : Sa Majesté ne peut permettre mortel soit porté à la France. .Son successeur. que ses opinions monarchistes. dans la conversation. sinon le retour d'après 1870. au contraire. ses relations.notable avant 1887. En 1887. Les informations de Pétersbourg donnèrent tant au gouvernement d. Flourens. Boulanger n'est devenu ministre et la propaÇdela Guerre qu'en janvierl886. '. dans la société pétersbourgeoise . \ Freycinet sut le comprendre et se rendre . tout le militaire. déclarait à l'ambassadeur français à Berlin : « Ici. Tout semblait. notamment en lui prêtant Mes bons offices dans les affaires bulgares. Dans les travaux historiques de l'Europe occidentale.et sa célébrité en Russie désignaient tout particulièrement. après avoir vu Guillaume Ier et le Kronprinz. vait mélancoliquement Alexandre H ne voulait pas non plus la guerre avec la Turquie.restait s'adresser à la Russie. Qu'est-ce qui pouvait sauver la France ? à la politique Rien. pendant y eut dans l'attitude la crise de 1887. sur le thème des relations russo-allemandes : Je comprends très bien que. qu'il eut en 1890. ganderevancharde n'a commencé que dans i l'été de cette même année. La Russie se heurtait à l'Angleà l'Autriche-Hongrie terre en Afghanistan. Bismarck. agréable au tsar. . partisans de l'orientation proallemande. et ce cas où l'opinion de l'autocrate réactionnaire a concordé avec ce qu'on appelait alors l'opinion publique est presque unique dans les annales de Russie. Le 21 janvier. isolément complet plan ! international. discrédit au point de vue miliSedan. Grévy. La Ligue des . l'art diplomatique Non Bismarck avait subi une défaite. enfin et surle sur tout. qu'un coup Trois mois après la signature du traité. à la surprise générale. mais il n'empêche qu'il de la Russie. en cas de succès de notre part. au moment de l'alerte '/monde put voir à quels résultats les conseils de Bismarck avaient conduit la France: i gaspillage de forces dans les expéditions . Toute la presse russe pensait comme le tsar. Et • lorsqu'en janvier l'orage éclata sur les dirise géants français épouvantés. En réalité. recevant de Pétersbourg un rapIII ne port qui faisait savoir qu'Alexandre voulait pas d'alliance avec la France. "': ' taire. mais il lui liait les mains pour l'avenir.DE LA PRÉHISTOIRE DE L'ALLIANCE FRANCO-RUSSE 49 j un lieu commun des travaux historiques à l'esprit de l allemands que d'attribuer la responsabilité des Français (revanche ' en 1885 des difficultés franco-allemandes .' Le cabinet . de l'inutilité de Singulier pressentiment l'alliance d'efforts tant pour empêcher . patriotes de Déroulède n'a joué aucun rôle /. avec Chouvalov. après sa disgrâce. puisque Lang-Song rappelait avec cette circonstance aggravante que les de Napoléon vainqueurs des petits-filsétaient cette fois les Chinois . Comment ses craintes ? Le expliquer secret du salut de la France réside dans ces paroles d'un observateur fortuit. Bismarck.espoir français qu'il se résolut à une démarche hardie : renvoi d'une mission spéciale . elle a commencé en Allemagne. à Pétersbourg. Au moment l'affaire Schncebelé. coloniales . l'un des inspirateurs de la politique était l'adversaire résolu Waddington-Ferry.Brisson était bien loin de contre l'Allemagne I ï penser à intervenir C'est à la suite de la démarche de Hoheni lohe que la campagne a commencé. si nous nous étions trouvés entraînés par la fatalité dans une guerre contre la France. De même. dans les Balkans. quelque chose de beaucoup plus important que l'acceptation que le tsar aurait de pu donner. et .allemande la liberté d'action qu'elle désirait à l'Ouest. qui.

disposant du formidable potentiel industriel et militaire de la Ruhr et non dénazifié 1. Mais l'autre aspect de la question n'est pas moins manifeste : le retour de la France à morale et au rôle de grande l'autorité puissance était lié à là conclusion de l'alliance franco-russe contre l'hégémonie allemande. L'ALLIANCE. ni dans le domaine de la politique continentale. bien qu'à cette date la Russie eût décliné la proposition relative à la mission de Vogué. la Russie a fait bénéficier la. sous américain. intérêts et calculs de PAutriche-Hongrie . Si la préhistoire de l'alliance franco-russe coïncide avec les années 18721873. diplomatique 3. Concluons. le principal a été le De ce point de vue. En France. 4.bourgeoise et par une Russie tsariste. une collaboration placement d'un gros emprunt russe à Paris en 1888 . ni au point de vue de la politique coloniale . mais en se transformant magne. menaçante pour la Russie et pour la France : L'accord de 1891-1893 entre la Russie et la France a été la conséquence de cet accord sur là paix en Europe qui était en fait un accord sur la guerre en Europe. grosse commande d'armes à la fin de la même année. l'AutricheHongrie. Dans l'accord avec l'Allemagne. rialiste n'est pas niable dans les conditions de l'époque. en 1926.. rapprochement De tous ces facteurs. Mais l'élément fondamental restait bien lié aux intérêts politiques et stratégiques : 1. non démocratisé. Mais.0 que. S. danger allemand. inquiète tous les amis de la paix. semble que cette conclusion s?impose d'ellemême. c'est de 1887. la collaboration politique était suivie d'affaires : par. d'un État de l'Alleprotectorat magne occidentale. tous les groupes sociaux se sont rendu compte de l'importance vitale d'un acte qui tirait la France de l'isolement et lui rendait son rang de grande nation. S. aucune contradiction entre les deux pays. L'historien soviétique n'ajoute pas. elle a.. il est bien évident . le danger allemand a Après l'alliance. n'a pas pu lancer des opérations suffisamment actives contre la France. dont les intérêts se heurtaient à ceux de la France comme de la Russie. même sans résultat immédiat. du 18 juin 1887. R. mêmes aspirations au rétablissement de l'équilibre européen compromis par la triple alliance et même besoin de lutter contre l'isolement . De 1887 à 1893. acculée à la guerre sur deux fronts. cm'il faut dater la préparation directe à une alliance. elle a garanti les intérêts de la France comme s'il se fût agi d'une alliée. la France allait insister sans arrêt pour la conclusion de l'alliance. été utilisée par ces deux États à des fins impérialistes. : l'Allesubsisté. et de l'aide accordée par la Russie à la France comme à une alliée. France des . conclue par une France. CONDITION DE LA GRANDEUR FRANÇAISE. Et les mensonges du Munichois Michon sur la signification réelle de l'histoire apparaissent dans tout leur danger. l'alliance franco-russe servait donc la paix. de conclusion applicable au rapport actuel des forces et aux Mais il nous problèmesv d'aujourd'hui. Au moment où. Il a considéré qu'elle a été comme une réplique à la conclusion de l'alliance austro-allemande. les légitimement enseignements du passé prennent toute leur valeur. en même temps. nécessité d'agir sur l'Angleterre.50 GEORGES COGNIOT : CE QUE PENSE UN SAVANT SOVIÉTIQUE de l'inutilité de l'instrument franco-russe. D'autre part. \ Manfred ne cache pas qu'après la concludont le caractère impésion de l'alliance. c'est-à-dire de la proposition d'accord formel mise en avant par la France. la constitution. diplomatique Ainsi. et qui amorçait un avec la-Triple-Alliance. Le rôle historique de cette alliance a été caractérisé dans le rapport de Staline au v ' XIVe communiste congrès du Parti de PU. la France a tiré parti de sa position renforcée en Europe pour se livrer de nouveau à une politique coloniale active. même péril émanant soit des intentions soit de certains agressives de l'Allemagne.. mêmes conditions stique l'Allemagne pulait pour son associée directe. 2. du moins dans cet article.

de 1940 à 1944. une documentation qui n'est point encore réunie. XI. au mois d'août 1946. les pensées. 36-52). où les souvenirs de la Résistance \et de la Libération étaient encore trop proches et semblaient trop vivants pour qu'il pût apprendre quelque chose aux lecteurs de La Pensée. seretournant contre. . Cette campagne est d'autant plus dangereuseque certains de ceux qui. Crise matérielle. je m'efforcerai du moins de donner quelques précisionssur les aspects de la Résistance universitaire que j'ai le mieux connus (je parlerai surtout de la Résistance à Paris) . Si incomplet que puisse être ce texte 1. leurs anciens compagnons d'armes. une ignoble campagne s'est développée qui prétend réhabiliter les traîtres et salir les hommes courageux et honnêtes qui ont risqué leur vie et leur liberté pour sauver là France du fascisme. n'ont pas craint de tendrela main aux collaborateurs des nazis. qu'il Mail peu utile de le faire paraître en France. Il nous . aux vichyssois mal épurés. dans la lutte de quatre ans que le peuple français mena sur sonterritoire contre l'oppression hitlérienne et pour sa libération. avec tous les résistants. nous espérons qu'il remettra nos lecteurs dans l'atmosphère des années de lutte. qui en a publié la traduction dans son numéro del'hiver 1947 (vol. combattaient Hitler et Pétain. j'espère qu'il aidera nos amis des États-Unis d'Amérique à se faire une idée de ce que furent. pour la revue américaine Science and.L'UNIVERSITE FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE par RENÉ MAUBLANC L'article qu'on va lire a été écrit. l'action des de France. la part del'Université française ? Il faudrait. je m'excuse d'avance des inévitables omissions et du caractère schématique de ce rapport. Society. professeurs et instituteurs * * Pendant l'année scolaire 1939-1940. a doncparu nécessairede rappeler par des faits incontestables quelques épisodes de la Résistance universitaire. Quelle fut. les espoirs et. à l'époque. Tel quel. se sont abaissés et reniés jusqu'à s'y associer et. entre 1940 et 1944. due à la mobilisation d'un grand 1. Le texte ci-dessous est conforme à celui qui a paru dans Science and Society. pour évoquer ce vaste sujet sous ^toutesses faces. p. sauf trois passages où j'ai rectifié des erreurs de date et une erreur d'interprétation. l'Université française avait vécu dans une pénible crise. n° 1. que certainsauraient tant d'intérêt à faire oublier aujourd'hui. Nous avions pensé. Mais. depuis lors. Dans les /notes qui vbnt suivre.

pour de leur occupation. normale d'un éventuel par sa présence et son autorité. un ancien élève de l'École. tandis qu'officiellement tout était mis en oeuvre pour aligner le régime français sur le modèle fasciste : guerre purement à l'extérieur contre l'Allemagne nazie. le moindre remerciement officiel pour avoir. la grande majorité du corps enseignant 1. au moment deTéntrée des Allemands à Paris. organisé.. d'autres. certains furent fusillés.52 RENÉ- MAUBLANC nombre de ses membres. Mais surtout crise morale de la. les élèves ayant eux-mêmes qui était admissible eux-mêmes l'ordre quitté leurs écoles). plusieurs ministres de l'Éducation les tendances rétrogrades et profascistes de Pétain et de sa clique en matière d'enseignement s'étaient révélées au grand jour. Entre le gouvernement de Vichy s'était temps. les lycées. surtout des fonctioncomprenant naires des Beaux-Arts et du Muséum d'histoire naturelle. où. restèrent ainsi sans défenseurs à l'entière discrétion des envahisseurs. que put commencer à s'organiser efficacemeiît la Résistance universitaire 1. déportés. comprenant déjà avant octobre 1940 . en même temps à tout esprit lucide leur dépendance de servile à l'égard qu'apparaissait Hitler. dans l'immense à travers notre pays. J'en citerai un seul exemple : l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Non seulement le personnel administration (ce enseignant reçut pour unique consigne de se disperser et de disparaître à la veille des vacances. ignorée sinon même désavouée par les pouvoirs publics. un peu plus tard. ainsi le groupe parisien du Musée de l'Homme. Sylvain Molinier. d'enseignement. En face de Vichy et du nazisme. Certains des universitaires. les hostilités étaient déclarées contre Hitler. « drôle de guerre ». Il n'a jamais reçu. mais les administrateurs reçurent d'abandonner les établissements et certains de. professeur au lycée Henri-IV. que par un concierge et un garçon . parmi les plus illustres et les plus précieux. ceux-ci. * * * C'est seulement à l'automne de 1940. C'est seulement la courageuse initiative de quelques universitaires. dans notre haute jusque et dans notre gouvernement. nationale s'étaient déjà succédé. comme Agnès Humbert. les collèges et. dans les facultés. ni négocier avec eux les conditions avant ni après la Libération. . la vie universitaire. Ses principaux chefs furent arrêtés à la fin de l'année 1940 et jugés en 1941 . lorsque le personnel enseignant se retrouva groupé dans les écoles. prit sur lui d'occuper le bureau directorial et d'y recevoir les officiers nazis. préservé l'École pillage. qui assura la garde de ces trésors de la culture française. comme Vildé et Levitzky . théorique et spécialement contre les antifascistes. avaient pu se constituer groupes. désarroi et la presque complète démoralisation qui avaient été si perfidement préparées et organisées par les traîtres. dont la bibliothèque est justement célèbre. n'était plus gardée. Lorsque survint la débâcle de juin 1940 et la ruée des armées allemandes cessa brusquement. contre guerre effective à l'intérieur les communistes.

fut un des premiers à organiser la Résistance et qui est. sieurs furent arrêtés dès ce moment . Particulièrement dans la zone nord ou zone occupée. aujourd'hui. Sorbonne. qui voyaient de là Providence* traître Pétain l'instrument chargé de combattre l'esprit ennemie. et son maître Hitler. des conquérant hommes qui se prétendaient socialistes avec le professeur de Faculté Ludole professeur d'École normale Léon Émery. soi-disant et prônaient Hitler la fraternité avec les bandits nazis . pendant les années précédentes. Plucontre Pétain le laquais clandestins. diants et lycéens. papillons une part active '. à la suite de laquelle jeunes gens furent Triomphe 1. des laïques et des rationalistes dressés contre les premières mesures venues de Vichy. qui.. les communistes. avaient vainement essayé de garantir et les plus énergiques. certains hommes d'extrêmesitaires pourtant d'Action à prétendre droite. les adversaires auxquels dans le vieux. tous les malheurs dont ils malheureusement. dès le début de l'automne 1940. grâce à la défaite et à l'occupation d'une idéologie dans les écoles. Delmas et certains amis de l'ancien de philosophie Marcel Déat. étaient maintenus dans les prisons et dans les camps de concentration sous la surveillance allemande. l'institutear vic Zoretti. française. aux Champs-Elysées. accomplis notre pays par leurs avertissements. Il y avait la masse des antifasexamen. déjà arrêtés par le gouvernement Daladier. commuC'est ainsi que. triotes révoltés par la trahison. et. D'autre néfaste. les plus clairvoyants la lutte qu'un Ceux-ci avaient d'autant plus de raison de mener hardiment "" très grand nombre de leurs meilleurs militants. était : « Quel dommage qu'un-si grand homme que Hitler farouches de la République et de la démocratie. professeur de ses anciens amis de l'Action . André . les tenants « de gauche ». qui. à leur tête. En face d'eux. se joignirent quelques catholiques fanatiques. dès lors. professeur Mais tout cela ne faisait pas grand monde : surtout le que dès ce moment arracha les meilleurs de ces « nationalistes » et . les autres prirent à la préparation des étude la première publique grande manifestation vers l'Arc de 1940. Dieu laïque et de réintroduire. qui avait. français). les Maurrassiens Française qui continuaient mais admiraient Hitler et Mussolini (leur thème favori j' haïr les.L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 53 d'hostilité d'univer\ Deux catégories français prit.. prétendue part. une attitude suivirent Pétain : d'une part. où la présence des Allemands de Vichy. le 11 novembre de nombreux de PÉtoile. les étudiants une intense nistes de Paris commencèrent par affiches et propagande.Allemands soit Allemand ! »). . se séparant immédiatement dans l'Enseignement j. l'amour cistes qui voyaient. membre du Parti communiste : supérieur. de la masse des Français (ainsi le biochimiste Eugène Aubel. se jetaient graux». de ces « socialistes pacifistes à la . de libre l'esprit de la vérité et de la raison. du gouvernement immédiatement le mirage d'une indépendance dissipa .. contre la volonté évidente des ministres de Pétain de détruire les traditions de la culture française. réflexe patriotique intégraux » à la trahison de leurs amis pour les rapprocher . dans les bras du par haine de la guerre. contagravement miné les mouvements d'intellectuels les « pacifistes intéantifascistes. . il y avait la masse des universitaires des padémocrates.

Frédéric Joliot-Curie refusa de travailler dans son laboratoire tant que le professeur Langevin n'aurait pas été libéré. A diverses reprises. lui donna un coup de fouet *. A la même époque. janvier Le 8 décembre. Jean-Claude arrêtés Lévy. le mathématicien Emile Borel. Cette créa une profonde émotion tout le arrestation. occasion dans la Résistance. française A la fin de novembre. tous les antifascistes. et ce fut une nouvelle de grouper. en même temps que le biologiste Maurice Caullery et plusieurs membres de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. les Facultés furent fermées par ordre des occupants et" généralisa . les meilleurs militants^des étudiants communistes se retrouvaient en prison. auxquels A la fin de l'année tiré à 15 000 exemplaires et 1940. Je voudrais citer ici au moins la pure figure de l'étudiant en médecine de Rennes. Pierre Kast. arrêté le 26 septembre . se joignirent un grand nombre de libéraux. au cours de ces années. torturés . En même temps qu'ils emprisonnaient les plus ardents des étudiants. A l'automne de 1941. L'Université numéro. à galvaniser la Résistance universitaire. à la fondation d'être associé et qui ne devait pas cesser pendant duquel j'eus l'honneur ans d'appeler les universitaires et les étudiants à l'action. M. les nazis» et les vichyssois à l'un des maîtres les plus vénérés s'attaquaient de l'enseignement : dès le 30 octobre 1940. le physicien Paul Lansupérieur gevin était enfermé à la Santé. le physicien Aimé Cotton. dans qui bien loin d'arrêter la Résistance universicorps enseignant. alors président de l'Académie des Sciences. Les étudiants donnèrent abondamment leur sang pour la Résistance. accusés d'agitation antifasciste (j'avais parmi eux cinq de mes anciens élèves : Jean Canale. furent également arrêtés. ils devaient passer en jugement naux français et être condamnés à des peines d'emprisonnement. libre. mais envoyé à Troyes en résidence surveillée. Cette volonté délibérée de décapiter la science française à chaque nouvelle vague contribua. Cotton fut de nouveau arrêté en avril 1942. Jacques assistant au Collège de France. Raymond Guglielmo. par la terreur taire naissante. 4941. après avoir accompli les tâches les plus difficiles avec un dévouement et le plus comexemplaire plet esprit de sacrifice. Pierre Daix. dès le début d'octobre. . le professeur Paul Langevin était libéré. le physiologiste Louis Lapicque et le géologue Charles Mauguin passèrent un mois à Fresnes. En quatre libre en était déjà à son huitième 1941. fusillé Je 15 décembre Bannetel. Paul Langevin fut arrêté une seconde fois à Troyes en octobre 1941.54 RENÉ MAUBLANC et certains tués par lès Allemands de Paris arrêtés. organisait de trois vité infatigable communistes : le pfîysicien Solomon. les premières mesures furent prises par le gouvernement de Vichy pour expulser de l'Université les professeurs israélites. membres de l'Institut. gendre du professeur Langevin. d'illustres savants. 2. En novembre 1940 paraissait le L'Université premier numéro d'un journal clandestin. le philosophe et le germaniste Daniel Decourdemanehet Georges Politzer (connu littérairement souS le nom de Jacques Decour). le 26 novembre) bientôt devant les tribu. tout cela fortifia la haine de la jeunesse intellectuelle contre les nazis. Elle aida au regroupement des professeurs et instituteurs l'actique. Il devait toute l'occuy rester pendant pation 2. un manifeste 1. d'arrestations.

par des miliciens français. sous des formes diverses. etc. Une institutrice. sa mère. sur la base d'une conscience nationale ». hommes du sinistre Darnand. professeur honoraire d'his: toire de l'art à la Sorbonne. fut sauvagement les environs de Lyon. avec son père.. âgée de quinze les* ans. Basch. à gaz des camps 'allemands. aux enfants la mystique obscurantiste.. Il y a également les victimes d'un malheureux hasard. son frère et tous les de la localité. et Martine. Il y a d'abord les malheureux. l habitants \ Il faut faire une place à part à Victor Basch. André Voguet. est mort lui-même d'épuisement en février 1945. qui devait jouer. R. Bernheim.. en citant quelques-unes quelques-uns • et de ces martyrs. qui périrent dans les chambres. dans un village de Saône-et-Loire. Les mêmes préparaient à clandestin. s'amplifier toujours davantage jusqu'aux batailles de la Libération et coûter des pertes sanglantes. l . arrêté à Paris en professeur 1 juillet 1944. membre de arrêté avec sa femme le 28 juillet 1944 à la place de leur fils l l'Institut. qui. le sociologue . . Maurice Halbwachs. Claude Blanchard. de . ~ i * * * Tels furent les débuts de la Résistance universitaire. en janvier Vaux 1944.. groupes. * recherché par la Gestapo. raires à la Sorbonne. le Syndicat national des Instituteurs ». Henri Abraham. fusillé le 13 juin 1944. de oes héros Mais. S. adversaire de l'enseignement contre le gouvernement primaire. L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 55 et institutrices de France lès appelait à se dresser adressé aux instituteurs de Vichy. dont il m'est impossible de dresser ici le bilan complet. L'École laïque. La lutte des membres et de leurs élèves de l'enseignement . transportaient lourds fardeaux d'encre et de papier d'un bout de Paris à l'autre. à Buchenwald.. Françoise. Le gendre de Victor . âgée de dix. en révoquée par Daladier 1940 pour propagande Henriette assurait le service communiste. les physiciens ' vieux Emile Weill. président de la Ligue des Droits de l'Homme. S. il les exhortait lutte résolue. devait. pour l'enseiparaître au printemps libre jouait déjà pour les enseignegnement primaire. de ces victimes. de lycée comme Sacerdote. soumettre qui veut « inculquer abolir chez les Français toute l'esprit français à une idéologie étrangère. professeurs tel encore le professeur au Collège de France Henri Maspero. de l'imprimerie avec son mari et ses deux filles. des États-Unis puis l'intervention ? d'Amérique. au risque de leur vie. je dois marquer qu'ils se rangent en plusieurs. le rôle que L'Université ments secondaire et supérieur. bien avant que la eût pris toute son extension et son véritable sens avec guerre mondiale * l'attaque de l'U. Geneviève Roulon. par Hitler. comme cet élève de l'École normale supérieure. tels deux professeurs honoet Eugène Bloch. Ce manifeste avait été dont il est bon que les noms soient connus : rédigé par quelques communistes Jeanne Éthève. Dheilly. Madeleine Marzin. qui massacré avec sa femme (tous deux étaient octogénaires) . otages ou déportés raciaux. au Collège de France. qui commença de 1941. à « faire renaître. Jean un journal Roulon..

en faisant partie d'un « réseau ». 1944. j après plusieurs voyages à Londres. relâché au bout de dix-huit protestajours par suite de la véhémente tion de l'Université. instituteur Trois noms . des professeurs parmi instituteurs. de Strasbourg.-. les membres de l'enseignement sont particulièrement j glorieux parmi Fernand du laboratoire : celui'du Holweck. ou enfin en combattant militaires. aux grands applaudissements » du à Radio-Paris. en 1943.' 56 comme comme •RENÉ MAUBLANC à la Sorbonne. les armes à la main. d'un « mot historique un mot d'une insolence \ . et généralement ou local. il y eût d'innombrables Parmi les héros qui périrent victimes < est celle d'André Là figure la plus sublime instituteurs. doyen de la Faculté des Sciences de Grenoble. de Parmi'les maîtres de l'enseignement on me permettra secondaire. celui physicien supérieur Marc Bloch et celui du. qu'on put retrouver de la région lyonnaise. chef d'une partie de la Résistance de la presse de Vichy et de > arrêté en 1944. qui n'ait compté parmi ses membres. fois comme otage par les nazis le 26 février arrêté une première supérieure./. Cet assassinat. \ provincial de faculté. tous du grand historien ] Holweck fut arrêté en décembre deux professeurs à la Sorbonne. ché par la Gestapo. un homme d'un courage et d'une audace légendaires. 1 les milieux parisiens. universitaires Avec eux. c'est seulement son corps. ! des ambitions dent compte à présent personnelles plus que qu'ils servirent i et risquèrent dans l'action tous du moins se lancèrent des intérêts nationaux. des nazis. à Londres des et en transmettant ou des messagers alliés. où était repliée l'Université soldats nazis à Clermont-Ferrand. que les «terroristes définitivement détruits. Fernand j membres de son organisation. tué par les fesseur à la Faculté des Lettres de Strasbourg. : leur vie avec la même ferveur patriotique. dans Sud-Ouest étaient le 16 juin 1944. '. voici les innombrables qui se sont mis au service a montré qu'elles de la Résistance sous des formes diverses dont l'expérience Mais si certains résistants se renne furent pas toutes d'uneégale pureté. le professeur de littérature Georges Ascoli. Philippe qui proclama. enterré anonymement. Pican. 1941 avec soixante-dix quelques jours après. Paul Collomp. j dans son cadaVre mutilé était rendu à la famille. le premier une profonde sensation. française de l'École normale le physicien directeur-adjoint Georges Bruhat. renseignements de résistance. > de ses élèves étaient et beaucoup de ses collègues tandis que plusieurs arrêtés et déportés. de collège ou de lycée et des ] ses chefs. Il n'y a pas un seul mouvement national. philosophe Jean Cavaillès. arrêté de nouveau le 4 août. et déporté à Buchenwald ticien René Gosse. L'helléniste Basch victime d'assassins français. en réunissant en organisant des maquis. l'Ain. ! l'année ^suivante 1943 et fusillé à Àrras au début de 1944 . fut comme . Henriot. citer un jeune professeur de philosophie à qui nous sommes redevables » digne de rester immortel. fut Marc Bloch. Victor proavait été. en recevant des aviateurs des postes d'émission en dirigeant clandestins. Curie. Il fut fusillé à Trévoux. à la place d'un élève recherLe mathémaet Sachsenhausen. j à Rouen. scientifiques produisit fut arrêté le 28 août Jean Cavaillès. .

emprisonnés ou déportés. professeur tué à Thiers à la tête des historien marxiste. comme le doyen de la Faculté des Lettres de Caen. le biologiste camarade rieure. trois professeurs de lycées de jeunes filles. Michelis. il avait répondu : « Vous pouvez tout me demander ». Central. sciences (parmi lesquels l'illustre biologiste de Par bonheur. ? à La Ferté-Saint-Aubin tous les universitaires S'il fallait à présent énumérer arrêtés. quatre de vingt-cinq huit de lettres. Jacques au lycée de Marseille. en sept mois.. à professeur de mathématiques tué'près la tête de ses maquisards. déportation professeur Chauvet. tué dans un maquis du Massif Monod. De 1940 à 1944. Emile Terroine). et . le 25 août 1944. eu vingt-cinq de l'enseignement arrestations de professeurs . à la Faculté des Lettres de Toulouse.L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 57 hautaine qui marque d'inf amiesesbourreaux. mort en Raymond Naves. Marcel Bennezit. cinq de médecine. un des pionniers universitaire. et mon vieux professeur . ou Georges Lamarque. quand on lui plus belle réussite de ma vie. professeur en 1944 . Thérèse Pierre. il y avait groupes de Résistance. Et que vous parlez à des officiers allemands : « Non. de l'École normale supésous-directeur Marcel Prenant. ou Charles Hainchelin. son dernier mot fut : « Ma mort est la au Mont Valérien. agrégé-préparateur tué en Italie à la tête de sa compaphilosophie à l'École normale supérieure. et. fusillé le même Lautman. directeur d'école à du syndicalisme mort en déportation Paris. trente ans et un jour après son de la Marne. » C'était avait demandé de prendre part à une action très difficile. etc.. il faudrait un très grand nombre de pages. tué à la bataille père. ValentinFeldmari.professeur comme Juif en juillet 1941 . — comme soit dans les Forces françaises de T Intérieur gnie—. fusillé dans la banlieue lyonnaise Gabriel Cahen. Suzanne Blin-Lanoy. en au Collège de Dieppe. qu'ils avaient rejointes à Londres ou à Alger — comme Stéphane de Piobetta. directeur d'école. Jacquesde lettres. Comme il répondait Résistance et torturé à leur interrogatoire. avait été révoqué février 1942. fusillés dans le Cantal en juin 1944 . en cinq semaines. Et de philosophie. francs-tireurs et partisans français. Le nombre est grand aussi des universitaires soit dans les armées Leclerc et Delattre de Tàssigny. du supérieur 6 juin au 14 juillet de la même année. en même temps que l'activité des arrestations D'octobre 1943 à avril 1944. tombés les armes à la main. juillet professeur mois . Madeleine mortes en prison au début de 1944. ils le frappèrent avec violence en lui ironiquement disant : « Vous oubliez »'. etc. le géographe René Musset. on en comptait aussi dont huit professeurs de droit. Mais combien d'autres victimes : Georges Lapierre. le8 septembre 1944. il fut arrêté par erreur. professeur au lycée de Montpellier. jeune professeur comment et lycéens parisiens attirés dans un oublier les trente étudiants un maquis en juillet 1944 guet-apens par un traître alors qu'ils rejoignaient et massacrés près d'Orléans. le rythme'des allait croissant. comme Jean Baillou. » Il fut fusillé Feldman leur répondit le 27 juillet 1942 . de Belfort. un communiste. Albert de philosophie. beaucoup de prisonniers et déportés sont sortis vivants ces épreuves. je viens de m'en apercevoir. .. au lycée de Montluçon. à la place d'un de ses camarades de la à Rouen par les officiers nazis.

quatre professeurs Et peut-on oublier que quatre professeurs de lycée. Jarlaud. L. T. un petit nombre de professeurs s'obstinèrent à rester à part pour adhérer à la Confédération catholiques des Travailleurs française chrétiens). et les préfets que la Libération installa commissaires de la République à la : place des traîtres vichyssois. un inspecteur primaire. après avoir rendu cet hommage dans la Résistance et la Libération. Janets. Dans l'enseignement secondaire des lycées. à la C. se constitua un Comité. entre son. retour comme prid'Allemagne qui remplit. R.) . pendant toute l'occupation. que Maurice Janets se chargeait de reproduire et de diffuser avec le plus grand courage . ancien professeur d'histoire le-Grand ? * * * . des sections se créèrent un peu partout 1.) aux côtés de Charles Tillon. indépendant (S3). T. En 1943. syndical de l'enseignement primaire. comme on l'a vu. d'hui directeur du Centre national Pour mieux marquer la place que les universitaires ont tenue dans il suffit de noter que. F. figuraient quatorze membres de l'Université de faculté. B. aujourprofesseur de la Recherche scientifique. c'est-à-dire établissements soit sous la forme des syndicats clandestins. Pastor. auxMérat. G. syndicat unique adhérent à la C. quelles participèrent Jarry et Maublanc. T. scindé en deux tronçons. Marcel Odette Paul Vigueur. les foncsonnier de guerre et son départ pour l'Allemagne tions et partisans de chef des francs-tireurs français d'état-major de l'Armement \ (F. au rôle général des universitaires Mais. Labrunie à travers la France avec . (seul.58 RENÉ MAUBLANC à la Sorbonne. 1940-1941. pour le syndicat confédéré. un recteur. Emile Merville. la constitution d'un après la Libération. Par contre. P. Nous lançâmes un certain nombre d'appels. G. Il s'ensuivit des réunions clandestines assez régulières. Le plus clair du travail fut de permettre. malheureusement. Binon et Cossard pour le S 3. on ne réussit pas à donner une vie réelle aux sections syndicales. les anciens dirigeants se réunirent du syndicat confédéré et cherchèrent à du S3 pour une action commune prendre langue avec les anciens dirigeants de résistance. L'article a été écrit en août 1946. biologiste. parmi l'ensemble de la Résistance les française. actuelleGeorges Bidault. soit sous la forme du Front national universitaire. quatre inspecteurs d'Académie. comme déporté.directeur du Syndicat national des Instituteurs fut formé avec Paul Delanoue. (iV. le président du Conseil national de la Résistance. également Georges Teissier. Dès 1941. le mouvement relancé. l'un adhérent était. l'actuel ministre en mai 1944 par un autre Son travail fut continué après son arrestation à la Sorbonne. d'enseignement. je dois revenir à la Résistance universitaire proprement à celle qui se fit àTintérieur même des dite. le mouvement syndical avant 1939. ment président de la République du gouvernement provisoire française \ est lui-même au lycée Louisun universitaire. (syndicat l'autre confédéré). mais. dès l'hiver solidement. Lacroix.

les sections reconstituées du Syndicat national des Instituteurs (la seule section de la Seine groupait alors obéissant aux mots d'ordre de la C. Mais une revue pédagogique' mensuelle. devait naturellement devenir l'organe du Front national universitaire (F. les deux organes ont dû cesser leur publication à la fin de 1946. L'École laïque. l'Oise. t . U. de la Creuse. N. lorsque celui-ci se constituai la fin de mai 1941 . Ce sont les instituteurs secrétaires maquis et prêts à l'insurrection de mairie qui leur ont permis de vivre. L'École du grand Paris pour la Seine.) . constituée en avril 1945 par la fusion du F. T. des milices patriotiques. N. 1943 à 10000 exemplaires 2. Au moment du débarquement. plus de mille membres clandestins). du Nord. il y eut. etc. au Service du Travail obligatoire. libre. En même temps était diffusée la très importante Esquisse d'une politique française de français. en juin 1944. N. le Son centième numéro paraissait 102e sortait au moment de la bataille de Paris. aide aux réfractaires. U. il ne cessa jamais de paraître pendant toute l'occupation. de la Nièvre. nazie et vichyssoise. lesTempIace aujourd'hui. 2. exprimant F. se lancèrent part active.). C. dans le combat de la Libération et y prirent une clandestine. du Pas-de-Calais. D. des commissions de travail sur les questions d'enseignement. au péril de leur liberté et de leur vie. G. le 1er août 1944. tout au long de l'occupation. . L'Université libre et L'École laïque ont continué à paraître comme organes bimensuels de l'Union française universitaire (U. Toute une constitution floraison de journaux clandestins apparût : L'École libératrice pour l'ensemble du mouvement. M. U. et des de l'ancienne zone sud de la France vichysComités nationaux de professeurs et d'instituteurs soise. c'est seulement dans le grand mouvement du Front national Le journal L'Université qu'une section spéciale fut réservée à l'Université. . Il y eut même. présentée par Georges Cogniot au nom du Parti communiste furent utilisés par la Commission de réforme de l'enseignement réunie à Alger en 1944. l'importance pour la France de l'action il y avait partout. un projet de réforme de l'enseicivile et militaire l'Organisation (O. à travers le pays.L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 59 d'ordre : lutte pour la défense de l'École laïque contre l'idéologie pour mots lutte contre le travail forcé. des Ardennes. dont j'ai le 1er juin 1941. F. L. L'École et la Libération d'autres publications dans les départements de pour la région-du Centre. L'École laïque. de la Marne. Ainsi 1. à ce moment. en leur réservant les tickets d'alimentation qui leur étaient nécessaires. * * * dans tous les groupements S'il y eut. On senthra. Depuis que ces lignes ont été écrites. parfois. en étroit accord avec le Front national universitaire. groupés dans des jeunes gens réfractaires nationale. des des instituteurs . recherches d'armes. U. fondé par Jacques Solomon en octobre 1940. des universitaires de la Résistance 1. bien entendu. par un simple détail. dont le premier numéro a paru en juillet 1947. Ces travaux l'enseignement. noir qui enrichissaient à laquelle se livrèrent cette fraude patriotique presque tous les instituteurs des villages. A côté des fraudes honteuses du marché des malfaiteurs.. continuait à paraître aux également signalé lajiaissance côtés de L'Université du la volonté de lutte des instituteurs libre. {N.) publia clandestinement gnement. de l'Aveyron. R.). elle ne cessa jamais non plus de paraître et tirait à là fin de.

(N. ne antifasciste de Solomon. des fonds. les écoles techniques Il comprede toutes tendances politiques. son magnifique Sang et Or. y travaillèrent. un précieux numéros petit cahier de La Pensée libre parut en 1941. Il avait fallu. des universitaires teurs. N. Mais juste au même moment. libre (U. sans fard qui s'installaient et la trahison hitlérienne la pure doctrine citait allait rue de Grenelle : ce soufflet lancé à la face de l'Université française à la fin de février et exiger un nouvel effort. une malheureuse chez une de la police. » de l'instabilité ministéentendait préserver la France du vice « républicain aussi abject par ses Abel Ronnard. R. les plus ardents. bénévoles. put atteindre zone nord. Bientôt on collecter à l'entreprise. Politzer et Decourdemanche La propagande la . les lycées. animé par les antinazis qui occupèrent une équipe en remplaçant une des deux journaux. L. groupait et fut constamment très grand de catholiques nait un nombre patriotes les communistes. faire reparaître d'ailleurs se limitait libre. les animateurs étaient succesDaniel Decourdemanche. Pierre Maucherat et les instituteurs Vigneron Léopold sur le journal à 500 exemplaires elle-même C'est M»* 3 Maucherat qui tirait » dut changer plusieurs L' « imprimerie machine de fortune. Georges Politzer. au cours de leur interrogatoire. corsetière. Mireaux. ils voulurent pas à L'Université eu que trois La Pensée. 1. qui n'avait moderne. D. les postes responsables les dirigeants. l'Éducation Rivaud. réunir des listes d'universides propagandistes dans les facultés. Gaillard.. au-début. tantôt fois de'domicile pour échapper aux recherches tantôt dans un atelier de reliure 1. Maurel. Jeanne avec le physicien Luce Langevin.) . 'qui avait déjà eu cinq titulaires. de leurs meilleurs Ils sivement avec quelques-uns arrêtés.). Jacques Solomon. libre. du racisme hitlérien de l'alliance démonstration péremptoire Le ministère de Au début de 1942. Chevalier depuis juin 1940 (car le fascisme vichyssois Ripert. autre à chaque fois que la répression frappait dé L'Université l'histoire sommairement de retracer Je me permettrai dans chaque lycée parisien et trouver. après la Libération. rielle). alors. et des trusts 2. U. Aujourd'hui réédité aux Éditions ' XX' siècle. Cécile Angrand.60 Le Front RENÉ MAUBLANC national universitaire. sociales sous le titre de : Révolution 'et Contre-révolution au 2. venait d'être occupé par l'infâme et les hommes à l'égard de Hitler. moeurs que par sa servilité Avec Bonnard Blanche le couple Etienne. de son cabinet ministériel. une pamphlet. grande revue du rationalisme en 1939-1940 . qui forma peu à peu des sections dans et parmi les institules facultés. Ces renseignements sont empruntés à des articles de Jeanne Gaillard parus dans L'Université en octobre-novembre 1944. furent comme les autres frappés et torturés des à Georges Politzer s'il connaissait Comme un officier nazi demandait avec il répondit affirmativement : « Les noms ? — Mais terroristes. libre et du F. écrivit Politzer aussi. la zone occupée. et Carcopino. taires capables de s'intéresser à travers toute la et L'Université libre se répandit la province. Des professeurs de lycées de jeunes filles. Mouraille. la lutte prit une nouvelle ampleur. nationale. et André Voguet. les collèges. de L'Université au début de mars 1942. compagnons. L.

L'atelier ne fut pas découvert. . formée de professeurs des lycées de Paris. Du moins les uns et les autres purent-ils échapper à la mort. Rossi trouva un imprimeur. Cécile. tous deux purent remplir leur rôle. où il fut appelé à d'autres fonctions de au F. . ou de l'exécution emprisonnés menacés de la déportation (nous avons pu ainsi arracher la libération de bon nombre de nos collègues) . Pierre Maucherat de l'instituteur et du physicien Francis Cohen. un ouvrier métallurgiste. qu'elle portait avaient été heureusement préservés . et de stigma2° De dénoncer les quelques traîtres cachés dans l'Université tiser les lâches (nous nous faisons gloire d'avoir empêché les professeurs et les élèves d'arborer de Pétain à leur boutonnière et d'avoir la francisque arrêté toutes les tentatives serment de pour faire prêter aux universitaires ' ' fidélité au traître Pétain) . la publication et ne suspendit pas un seul instant du journal. et un ouvrier bijoutier. les manifestations protestations collectives. Il s'agissait à la fois : pleinement 1° De tenir les universitaires de la répression". qui assurèrent seuls. Daniel Mont-Valérien. quarante son entrepôt angoissants. Maucherat et sa femme furent arrêtés. ce drame n'arrêta pas l'activité de L'Université libre. si importante par les consignes de courage et de confiance à travers le pays. maintenant qui occupaient personnes. l'impression.aidaient Mme Maucherat dactylo. le 30 mai. de susciter les au courant des en faveur les pétitions. ils passaient général von Stulpnagel devant le tribunal et tous trois étaient fusillés au en jugement allemand.. André Adler. une nouvelle équipe. Frémard. Voguet. pendant Francis Cohen. assuma la rédaction jusqu'à la fin de l'année 1943. sa livraison. le tirage au ronéo de chaque -numéro et de L'École laïque devenait de plus en plus difficile et. le matériel cette technique L'appareil qui servait à ronéoter humble feuille. » Bientôt après. Heureusement.L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 61 deux plus grands terroristes qui agissent en France. Pierre Angrand. et les deux journaux C'est alors que purent être présentés de façon beaucoup moins imparfaite. un au travail acharné. secondé par André plusieurs mois. à taper. L'Université Libre tirait alors à 3 000 ou 4 000 exemplaires . l'achat du la diffusion. ainsi que Husson et Adler. à la fin de mai 1942. Avant son exécution. ne donnait que des résultats médiocres. je le remplaçai alors à la rédaction L'Université libre. ce sont le plaisir. Nouvelle alerte en mars 1943. U. en septembre 1942. une . papier. A la suite de l'arrestation d'un livreur de papier. il fallait déménager secrètement tout le matériel dans une boutique cje fumiste du XIe arrondissement Rossi et sa femme. malgré. ainsi que la chaîne des distributeurs. posaient des problèmes . prit la place "des emprisonnés. le travail technique. Maurice Husson. mais la liaison fut difficile à renouer entre ce qui restait de la rédaction et les Rossi. Le journal tirait alors à 10 0Û0 exemplaires . écrivit cette splendide lettre d'adieu à sa famille qui reste Decourdemanche un des plus beaux textes de la guerre. début de l'année 1944. des universitaires résistants Cependant. Les et le maréchal Pétain. N. tirer et diffuser le journal.

cette attitude de lâche résignation qui attendait de nos seuls alliés la libération du sol national et conseillait de ne risquer aucune action civile ou militaire avant le débarquement. Le travail. le Dx Robert Debré. René Zazzo* de l'Institut professionnelle (Boris). nos étudiants et nos jeunes collègues . paraissant deux fois par mois. qui. soit dans l'appartement était composé du Dr Henri Wallon. les alertes aériennes. Gabriel Lé Bras. en était'le secrétaire. Nos journaux exaltaient donc l'activité de sabotage et de combat des francs-tireurs et partisans français (F. 5° Et toujours de lutter contre 1' «attentisme».. Cette propagande offensive était certes la plus dure à mener parmi le personnel enseignant. mais elle finit par porter ses fruits. aux travaux forcés. sous la direction d'Allègre. André Voguet. malgré des difficultés et dès dangers qui s'accroissaient avec les rafles. en mars et avril. représentant les professeurs de lycée (Lenoir). à la Sorbonne. ainsi les attaques des soldats et officiers allemands menées par des professeurs des lycées de Paris. professeur à la Faculté de Droit. à ce moment. René Maublanc. P. le Comité directeur du Front national universitaire se réunissait alors régulièrement. ainsi le coup de main de l'Union des Étudiants patriotes qui s'empara par la force. nous pouvions enregistrer des résultats positifs : ainsi les distributions massives de tracts sur le boulevard Saint-Michel.62 RENÉ MAUBLANC 3° De dresser le corps enseignant contre toutes les mesures de Bonnard visant à désorganiser et notre. pour récupérer les armes nécessaires à la prochaine insurrection nationale (les F. soit dans quelque laboratoire de la d'un ami. assez rebelle par tradition et par métier à ce genre d'activité . O. les barrages de police. En même temps que du présent. F. professeur à la Faculté des Lettres . Louis Barrabé. professeur au Collège de France (Adrien). combattaient seuls les nazis à main armée. étroitement cloisonné entre des hommes et des femmes qui ne devaient point se connaître. professeur à la Faculté des Sciences. ne bénéficiaient jamais des parachutages d'armes effectués par les avions alliés). qui prétendaient envoyer en Allemagne. empêchant ainsi la déportation de leurs camarades . professeuràla Faculté de Médecine. de Guilbert et de Pouilloux.. T. on y discutait de l'avenir. de la future réforme de l'enseignement et surtout de l'organisades mesures à prendre pour tion du régime provisoire de la Libération. à l'imprégner de ' à détruire l'esprit hitlérien . enseignement.) et engageaient professeurs et étudiants à les suivre. représentant les instituteurs (Jules) . représentant les d'orientation étudiants (Lemoine). Alfred Jolivet. professeur au Collège de France (Hubert dans la clandestinité) . de Frédéric Joliot-Curie. T. Pierre Kast. T. F. sous la protection des groupes d'auto-défense des étudiants parisiens . 4° D'organiser la résistance aux mesures dites du Service obligatoire du Travail. Pour ces multiples tâches. P. Il Faculté des sciences ou du Muséum. L'Université libre. des listes d'étudiants préparés pour le S.. Au printemps et au début de l'été 1944. ne cessa pas de tenir en alerte le personnel enseignant. nettoyer immédiatement De janvier à août 1944. l'Université des traîtres vichyssois. de façon à limiter les dégâts dans .

Robin. qui m'apportaitles supérieur. N. partaient . N. Collège de France. N. c'est seulement après la Libération que j'ai appris que j'avais reçu et publié ainsi. des articles de Mario Roques et Albert Dauzat. était naturellement très lent. Maurice Thiédot. et le le cas où l'un ou l'autre moindre incident — un rendez-vous manqué par suite d'une alerte aérienne — provoquait avant que le contact pût parfois des retards considérables être repris. l'écriture qu'en cas d'accident je faisais un projet de mise en pages pour le journal. où des visites régulières passaient facilement inaperçues. naturellement. en les condensant. Je le donnais à l'instituteur André Voguet. clandestins: le F. le F. dans des parcs de banlieue. je crois utile pendant Puisque je fus chargé dû journal pour donner une idée de notre vie d'ajouter quelques détails sur ce travail. Gustave Monod. N. Lablénie Bonin et Edmond Rolland (enseignement secondaire) . avec celle de l'ensemble du Front national. ensuite à travers et nos journaux kïque dans une arrière-boutique. pas signés .L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA RÉSISTANCE 63 serait arrêté.. D'autre part. dans des F. des médecins (Le Médecin français). à ceux qui n'ont pas vécu dans cette atmosphère. Je devais d'abord recueillir et des articles des divers groupements du des informations provenant dans des rues désertes de Paris. de ! etc. des artistes (L'Art le F. un défilé continuel des résistants de précieux . Marcel Cohen. par des rendez-vous René cimetières. (étudiants). mis à la retraite brutalement I teur de l'Académie i par Vichy et qui devait. Nous ne nous connaissions en général que par des pseudonymes les papiers que je recevais n'étaient et.. général et mon ami Henri Legrand de j Justin Chevaillier (aujourd'hui inspecteur . imprimait. je voyais successivement documents de l'enseignement Marcel Zazzo. des juristes (Le Palais ] français). n'avait jamais cessé de militer avec un courage exemplaire et faisait la liaison entre tous les rédacteurs des journaux clandestins du F. professeurs au Albert Pauphilet et Charles Bruneau. pour accorder l'action du F. etc. des entretiens avee le secrétaire j'avais fréquemment général du F. N. L'Université graphe. des écrivains (Les Lettres françaises). cette période. puis Laroche) chez une dentiste. \tibre).'l'Académie de Paris) les recopiaient pour L'Université libre. . Je recevais d'autre part mes collègues René Clozier. le F. U. et l'appareil technique qui se Un courageux ouvrier typoet de les distribuer. etc. ment secondaire. depuis l'automne de 1940. Villon coordonnait notre effort avec celui des divers Comités d'intellectuels du Front national et leurs journaux le F.. N. qui. son bureau voyait l'Université.-F. Je recopiais ensuite-.N. N. chargeait de les imprimer libre et L'École au risque de sa vie. les papiers recueillis (pour éviter et ne pût faire retrouver nos collaborateurs). L'ancien inspecde Paris. notamment. devenir directeur de l'Enseigne-' me fournissait aussi chaque quinzaine des documents . J. professeurs à la : Sorbonne. directeur d'études à l'École des Hautes-Études . les listes des universitaires arrêtés ou fusillés telles qu'elles régulièrement de l'Éducation arrivaient au ministère où l'inspecteur nationale. Nt U. Pierre Villon (alors Colbert. des techniciens (L'Action). à la Libération..

-F. sous la protection des F. Tandis qu'une partie des membres du F. ceux du syndicat de l'enseignement technique avec René Girard et Ravailhe . prenait possession de son poste. et j'avais l'honneur de lui servir de chef de cabinet. T. de Seine. N. Roger (commandant Darcourt) qui se couvrit de gloire en prenant d'assaut le réduit nazi delà place de la République. désigné par le Conseil national de la Résistance comme secrétaire général provisoire. matinée. Bonin. ainsi que le matériel sanitaire. tels ceux qui se sont battus sur les barricades du Quartier Latin. U. des nazis. les administrateurs indignes. occupaient les établissements et remplaçaient. N. N. et les membres du F. ceux des étudiants avec J. I. Zazzo . En même temps. Une heure ministère. les premières mesures révoquant les traîtres vichyssois et nommant des patriotes aux postes responsables les plus importants. P. En même temps partaient des tracts tirés au ronéo. Tout cela se passait en pleine bataille. le Dr Henri Wallon. d'abord en Normandie. en présence des Allemands. qui traversa les lignes allemandes pour aller dans la banlieue sud avertir l'état-major allié de la situation de l'insurrection parisienne. U. D'autres se battaient dans les rangs des F. des lycées. à mesure que le sol était libéré.. hissé le drapeau tricolore à la porte du' ministère. Voguet.. Les milices patriotiques facultés et des écoles combattaient. Seine-et-Oise et . dans la l'Insurrection avec Lablénie. les sections du F. les autres participaient combat : dans les laboratoires du Collège dé France et de là Sorbonne. qui furent utilisées contre les tanks . Ils y étaient accueillis par Robert Folliot. fumigènes. ceux du "syndicat national des Instituteurs Vigueur. Roulon . dans les lycées de Paris. Le 20 août 1944. dans toute la ville. C'est un assistant au Collège de France. s'occupaient ainsi de directement au . et qui furent soirement l'administration appliquées à partir de juin. à l'assaut du Luxembourg. les membres du Front national universitaire avec Delanoue. T. P. Rolland et la milice des nationale. qui ne devaient quitter la capitale que cinq jours plus tard^ après l'arrivée de la colonne Leclerc et des troupes américaines.64 RENÉ MAUBLANC les mots d'ordre de la Résisla France porter aux professeurs et instituteurs tance. comme l'appel : ou ces Instructions au personnel des lycées et collèges que Debout l'Université! j'avais rédigées dès janvier 1944 pour chasser les traîtres et organiser provides établissements d'enseignement. tel ce jeune étudiant J. là où il était nécessaire. chef de bureau au centrale.* remettre en ordre l'enseignement. F. . tandis que les étudiantes assuraient les liaisons entre les F. au pont de Flandre ou à Belleville. Immédiatement après avoir. * * * Tout était donc prêt dans la Résistance universitaire lorsque éclatèrent nationale et la bataille de Paris. les grenades et les mines.. agents des lycées prenaient possession du ministère de l'Éducation rue de Grenelle. puis partout en France. il signait. Seine-et-Marne. Alain Bussard. de l'administration après. certains fabriquaient les 300 ampoules! les 3 000 bouteilles incendiaires. conformément aux instructions reçues.

acclamaient. Si aujourd'hui. de rationalisme et de laïcité j-eprendre les grandes traditions et en chasser tous les relents de l'esprit de notre^ enseignement fasciste. . et nous savons bien que. penarquées. aujouravait failli rayer 'hui. une grande réforme à tous les démocratique pour permettre ntreprendre de recevoir grade leurs seules aptitudes. Versité française. leur oeuvre. un formidable 30 août. relever la tête ceux dont la lâcheté ou la trahison la France de la liste des nations vivantes. reste vigilant. Le mercredi dans ous la pluie. réalisé et si certaines se sont et idéal n'est point pleinement déceptions ' et instituteurs qui. éflnitivement de résistance de l'Université son esprit d'indépenI Mais l'esprit française. ouillée et des lâches qui s'étaient aplatis de libéralisme. général provisoire l'Université de quelques traîtres ation nationale. ance et de progrès.^L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE ET LA 'RÉSISTANCE 65 élan d'enthousiasme soulevait toute l'UniA ce moment. Henri Wallon. S'ils avaient été Jeur patriotisme. nfants de France. ils ne verraient aissésmieux à même de compléter pas. accourus à pied. nous avons combattu pour laquelle our laquelle sont morts lès meilleurs d'entre nous. la faute n'en est point aux professeurs avaient su donner la mesure de dant quatre ans. à proportion aussi complète uitement une instruction que possible et de rendre à leur de services : voilà les principes sur lesquels nous étions ays le maximum au deuxième anniversaire de notre Libération. ous d'accord. 1 330 professeurs. Nettoyer qui l'avaient devant Pétain et Bonnard. et 'oeuvre sera reprise et terminée. tôt ou tard. dans la France meurtrie. secrétaire à l'Édua cour du ministère. de tous les coins de Paris et de la banlieue. de leur courage et de leur clairvoyance.

on pouvait enfin la pratiquer. rile. une vie nouvelle. le en France.. Lefebvre qui. familières Le Matérialisme telle qu'il la comdialectique \ que: parce que la philosophie les Allemands. en interdirent N. pas le moins important. et surtout Le sur la dialectique phie classique contemporaine (car les exis-' Matérialisme d'être tentialistes ont beau proclamer leur système dialectique (qui vient « révolutionnaire encore que ».. traditionnellement sèche et sté•Quelques discipline. se vit si bien démonté une heure où l'on semble dé divers côtés redécouvrir mêmes. sur la nécessité de la et. en vérité. Aujourd'hui. l'éditeur. nu aux curieux. il rendra sûrement] 1 On a déjà parlé ici de L'Existentialisme les mêmes services qu'il a déjà rendus. savent encore — et assezs'est traduit en un certain nombre de livres pose. parce donnait tout naturellement à -. qu'il présente un tableau écrit d'une plume si alerte qu'on ledit comme matérialisme sous tous ses] dialectique philosophique. ce chapitre déjà placé H. 1946. Lefebvre Et l'existentialisme Et à contemporains. les introductions aux Morceaux febvre dénonce talentueusement » qui corsettè velle scolastique la philosos choisis de Hegel et aux Cahiers de Lénine de Hegel. et dont nous voud'une vérité qu'on. tous ces ouvrages de grande classe terriblement au premier n'est avaient classique !). pas bêtes. si intelligemles nazis français et allemands brûlèrent de lai d'autres. tion du monde et de l'action. Et le succès. P.vendu. queZes Temp Hegel. Voir La Pensée.. le chapitre choisis où Le-' aux Morceaux philosophie. important que les autres.CHRONIQUE HENRI OU LA PHILOSOPHIQUE LEFEBVRE VIVANTE . -retrouvent à la devanture de leurs librairies un sang humain. connaître ou entreprendre que reçut ce livre marqua le commencement pour approfondir A cet de la fin pour l'existentialisme. Et de mise en accusation. . malgré les limites des le résultat de l'immense activité tuelle durant cette période universitaire l'enseignement qu'il déploya qu'on leur im-'. . déjà pas un de philosopher.leur cache. plus précisément. C'est j . à propos de ce livre éclatant. mars-avril 1947. Alcan. d'avoir repris goût à la philosophie. 93. prenait. l'introduction la « non-? de K. de toute la collection certains de ses livres. Nouvelle Encyclopédie Paris.] lons parler aujourd'hui. E. Ce petit résumé d'une concepVinrent la guerre. précisément 1 «présenter caractère de mise en accusation comme on présente dans un salon un inconqu'il prénon seulen'est sente. mais de toute une Il n'était pas un inconnu. Car Henri Lefebvre ment de l'existentialisme. n» 11. tance — à laquelle H.. son porte-parole. il n'est réédité). 1. de la philosophie l'importance hégélienne Le coup. Lefebvre . tifiée. Paris. l'attention sur rien d'autre à répliquer attira que des chicane-' premier ries sur des inexactitudes de traduction. avait porté. est épuisé cl» une partie de la jeunesse estudiantine aujourd'hui.cette qu'il mois plus tard. Et intellec. p. était si bien. PHILOSOPHIE par JEAN KANAPA on lit le compte rendu d'un procès. c'était celui qui s'était le mieux] Henri Lefebvre en écrivit de'nouveaux. leur être utile dans leur difficile recherche . 1947. Personne des études matérialistes dialectiques. voilà le livre réédité . avaient porté sur. dans son comportement. les étudiante. Marx. notamment que c'est H. de « faire » de la manière inconnu avant la guerre : La Conscience mysA ce titre. 1 Editions du Sagittaire. Comme quoi. plus spontanément qui peut. « d'avantn'osa entamer la discussion avec Lefebvre —' Henri Lefebvre guerre » toute doit et le livre. rang des philosophes dans ses démarcha. il a été Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de » au public insisté sur \( Henri suffisamment Lefebvre. les étudiants — déceler le livre chacun parus depuis la Libération. bien ordonné du | je ne sais si. la résisla liste Otto. l'occupation. participa et si mal connue. tant discutée. ment fait que. il est bon de rappeler ne trouvèrent modernes.

l'exégète historique. Lefebvre l'histoire de la philosophie. l'importance nombreuses ont publications qui marqué de la simple philosophie passe le domaine de la naissance de Desle 350e anniversaire de la à tous les domaines pour s'adresser méthode de toutes ces cartes : car. certes. et bien bien confuse discipline.. comme en elle-même son on dit. dit. Et cette he ouDescartes 1. recommander ont pris naisance. nous saluerons des textes. — tante : puisque la science des idéologies trouvé son livre. à des contrade s'étonner moment et. il ne connaît pas. une même méCe qu'il veut dire est bien plus précis. pour autant. habituelles. bien cupations. té d'une libération Certes. histoire ne peut être qu'une histoire sociale des de la philosovrage sur le grand pionnier idées. A qui veut aborder une tique au marxisme. Mais. expliquer que cette phiet. que de vérité losophie qui venait « en son temps ». volontiers totale de l'homme.la méthode employée jusqu'ici de ce ment les contradictions historiques de la philosophie . plus l'histoire de la fut. avec H. cette science. la critique le seul qui à l'individu nisme. un critère objectif. ne donne plus satisfaction. de ce que l'on peut déjà appeler.des idéologies souchose assez bâtarde et plus jusqu'ici. paraissent tend pas.expliquer de cieuse de révéler les talents éventuels en même temps. ce H. on y trouve leverse la question ». à savoir que plus scientifique. philosophie que est la ment dit. —aura en particulier et de la philosophie de celui qui a pu se dire : dans la situation de se touet pour mélhode pour principe • considérons qui ont que la masse de travaux référer aux conditions historiques jours d'un très grand salué le 350e anniversaire t totales du moment envisagé-.la — il convient donc de culture en général défauts difmérites et aux (aux publications constituer la science des idéologies. mais il faut les rapporter étude sérieuse du matérialisme dialectique. déjà. Collection «Grandes Figures». Lefebvre n'avait pas encore trouvé leur auteur. de. en effet. notre tour.. presque simultanéQu'on ne s'y trompe pas : Lefebvre La Critique de la vie quoticlin d'oeil ment. Paris. en un sens. La confronêtre d'humavalablement qualifié puisse tation des textes et.. dans l'étude dictions possibles nous ferons renaître saluer.-=Ia lecture du livre requiert dès lors que l'historien interprète. de se dépasser lui-même Car il faut bien reconnaître. reliée à la critique sociale 'des idées. moyen le meilleur de propédeuconstitue l'étude ouvrage abandonner •qu'il faille. Autreplus valable. avec ses méthodes : l'humanisme le seul qui d'hui marxiste. Deux pôles de préocdu « milieu ». thode. éclectique. Lehaute. des textes mêmes . Éditions Hier ultérieurs. une philosophie seule qui puisse. et Aujourd'hui. Le seul souci. certes-. l'histoire de la philosophie ne peut s'écrire que réalisée. très exacteà autre chose qu'eux-mêmes—et et les la signification à qui veut comprendre du mouvement ment à l'ensemble historique du marxisme. une conséquence Cela entraîne imporHenri LeAutrement et constructive. Ainsi il devient évident que insiste tant aujoursur lequel H. febvre. loin Descartes et que. et en même temps que. leur « montage ». il fait une critique fondamentale férents). coup sur coup. il faut donc — c'est le seul de l'impasse. pour le mieux ces contradictions reconnaîtra perque sa véritable figure. s'il peut-être pas littéralement prendrait son ouvrage . Lefebvre toires. idéologique donne l'occasion de faire le point philosophe naturelletout elle sera amenée à exhiber en histoire de. qu'est l'histoire en une forme ment. d'esprit parfois pénible contradicChacun apporte ses préoccupations ne reil est des formules que H. on ne saurait buts trop les textes et les idées qu'ils au sein duquel de lire ce livre. contention .HENRI LEFEBVRE OU LA PHILOSOPHIE VIVANTE 67 l'attention ie thème apporte son « point de vue ». des idées et de la connaissance. nous poserons les fondele moment mettent seules de comprendre dans cette ments d'une méthode nouvelle Bien plus : que ces contradicidéologique. 1947. n'enPuis. la philosophie comme un chapitre d'une histoire générale de la culture. mais il n'en reste réécrivait ! Pour sortir Et terriblement subjectives dialectique. propre des moments philosophiques bryonnaire t. . par là. pas moins que Le Matérialisme est (c'est-à-dire — trouver tel qu'il Non presque parfait). deux illusDeux faces d'une unité. apporte « interne » des oeuvres philosophiques aboutissent une de et de méthode à une impasse. ait pu contenir qui veut se signaler à Chaque comingman emle développement dépassement. expriment . jusqu'ici internes tions seules. — moderne et on ne peut que phie française donc — et on comprendra II convient de ce qu'il soit venu après les se féliciter car elle déde l'affirmation. des historiens de la philosophie est. qui « bou" aspects et que. faire un simple dienne et le Descartes. c'est bien plus qu'un. trations. plus vraie. comme le dit d'interpréter mainteclair et aisé qu'il langage possède ' Lefebvre : une nant . en publiant s'est febvre. contemporain pensée vie qui soit en même temps espoir et Volonaffirmé d'ailleurs. à ce mopermirent de la philosophie. à une vague théorie tainienne un même esprit.

cela nous soit impossible à toire.)' rieur de la philosophie. dessine enfin le — un vrai de. prudent et brave ? Et que le Discours.-J.) et aux Cahiers de Lénine sur H. c'est-à-dire en voie de se bien supposer que c'est à sa seule connaisrésoudre. 122. doit être lu en lui restituant sa tranchante et toujours neuve clarté ? Mais alors. 'fait le tour Et on peut bien supposer/me c'est justement de tout le cartésianisme. s'il faut ddiiner un exemple l'histoire de la philosophie commoderne. des revues étrangères : l'article de M. bonhomme. juillet-août coup renvoie 1947. Si la contradiction est à la fois cause et du cartésianisme'.. est déjà bien avanLe problème : On reste ainsi dans l'intemporel. de l'hisphilosophiques (ou idéologiques) ici. d'ailleurs. Discours de la bourgeoisie est le manifeste vouloir qu'il n'ait pas été à la fois idéaliste et et libérale le Traité ascendante ». R. subjective. ou bien le matérialisme de ces travaux dans une précédente revue très postérieur à Descartes. mé. Lefebvre. toutes nant l'a choisi pour que H. savant—: Faut-il répéter que le cartésianisme poussiéreux [des universités et des discours de comices agricoles] n'a rien de commun avec l'homme qui naquit voici trois cent cinquante ans. je le sais. Lefebvre—. suivant le moment. de mouvement. La Pensée.) (en toire des études cartésiennes et d'un seul man). d'une méthode inauguration.» . p. à la fois. et II est contraire au matérialisme des historique de signaler science justice que cette dialectique de prêter à un penseur des problèmes inconnue en France idéologies. pourquoi l'interdire Descartes ? Pourquoi s'obstiner à introduire dans quelques pages. Lefebvre une date dans l'hismarquera R. à. car on voit tout de suite' dire tout cela et bien d'autres cartésienne. se hausse au niveau de la pensée rationnelle et de la raison lient son devenir à celui de d'une société dans laquelle les contradictions de toutes sortes — mais d'abord les contradictions classe — s'accentuent. par rapport à ce problème.Descartes grand visage un grand un grand philosophe. il faut en arriver à la conclusion que Lede febvre exige comme condition préalable : toute étude d'histoire de la philosophie JEAN KANAPA bées comme une plaie saine.. ou ouvrage que la nouveauté C'est dire que le problème « passion(quel dommage que l'expression bien » ne peut se poser pour Descartes . H. — qui se trouvents'en sur tous les moments inspirerait qui on conçoit bien que livre de H. du marxisme sance approfondie et à sa par. F..' des passions « dépasse »le sec schéma d i C ogito et même. collaboration avec N. et bien vivant. ne peut être résutoires ?. mais non pas déjà sur le plan de la eu connaissance de ces travaux. jusqu'au et des solutions qui n'étaient pas de son temps.. Fort de cette méthode. n» 13. Chose remarpour nous..Descartes fut à la fois et simultanément doit faite lucidité de dialecticien cette qu'on matérialiste et idéaliste. dans une confusion — en France. qu'il permis — et sur — autre Kant crucial moment mole sujet central de la critique prendre chez contradictions toutes les Hegel. moment dans toute son essence dialectique fouille sa métaphysique comme son oeuvre un moment décisif.68 De ce que les conditions objectives de la conscience qui. quable. cée en Union soviétique. Lefebvre de sa prechamp privilégié d'application mière ébauche d'une science des idéologies. pense plus précisément de la Mais.. sa mécanique. comment tantôt et tantôt matérialiste. Descartes de Lefebvre. il y aurait à effectuer un travail quel profit dans le choses encore. 1. fécondes. un tourcontradictoire. GuterHegel (N. F. Nous pouvons et 2 . ni un représente parce que le cartésianisme la médecine ni de Descartes. et il faut contradiction consciente. les conjonctures et _?arrive à une véritable ? représentation parfois..— fondamental shitz sur J. <f'ai cité un exemple » est « ou bien l'idéalisme.. l'autre. Restituer la vérité effet — condition et symptôme — de recherches à ne peut se faire en la suite de Lefebvre. le thème autour duquel sont conscientes et utilisées dans leur de Descartes : le les positions à l'égard — sauf les essence même dp contradictions « matérialiste r' » Que ou idéaliste dilemme siennes propres*. suivant les interlocuteurs sociale de l'individu ». — contradictions exhiscientifique et. car nant comme un roman » soit galvaudée : je de lui. peu à peu. Lifdevons Supposer que. l'un. sophe du xvne siècle restait mal différenciée. et qui fut. n'oubliant rien. pourquoi ne pas admettre que DesOn comprendra entrepris qu'un ouvrage. en un Lefebvre.. au façon dont Lefebvre applique sa méthode bien on aimerait lire ce genre d'étude sur de nous soit cartésianisme. rend passionnant « ou bien. pour lui — qui aboutit à poser le proultéd'étude blème objectivement dans le développement jusqu'ici insoupçonnée.. quelle est la signifiIl ne faut pas hésiter à dire que ce texte du Dieu de la métaphysique cation véritable est fondamental . —la pensée d'un philoH. si l'on Et. Lefebvre a déjà ébauché ce travail sur On ne peut que le répéter : le Descartes de aux Morceaux choisis Hegel dans ses introductions de Hegel (N. au néant tous ces ouvrages 2. ce glaive rouillé. Dire ainsi en quel sens « le et son oeuvre une cohésion illusoire peut-être. Winckelmann. n'a jamais contradictoire . il ne se pose précisément qu'à partir l'aurais volontiers employée !). cartes et la pensée cartésienne furent contradicavec des bases aussi riches. ? dit là-dessus Lefebvre à la plus élémentaire (On doit. qui s'ordonnent derne. .

mais il. renet ratiocinations gainons lyrisme métaphysiques : en 1947.) de la vie quotidienne 2 est un La Critique non moins imporévénement philosophique tant que le Descartes. dès Principes dance. de son essence. nouveau conscience de l'homme Le marxisme. en même temps. à l'homme qui vient apporter du « commun » . de « moments dantes privilé— « » de que la grandeur giés ». tous lieux où Mury aurait pu trouver et de manifestations tant d'indications de — dont il fait gloire cet humanisme à juste — à Descartes. m seulement des mor aussi et surtout connaissance de façon à en faire v de la transformer. . Cet homme nouveau pense. contribuera à résoudre le problème de la vie. pour se retrouver lui-même. «Les Témoins >. Et lui critique efficace. la religion accumule toutes les impuissances de l'homme. l'intron'est certes duction bien pas mauvaise. Lefebvre. étudiants. elle est cette critique ellemême : une critique réactionnaire et destructive. (A côté de lui. fausse toute je ne lui vois pas de raisons. superficielles nées . si le Descartes se situe dans le sophique. est certain que la publication conjointe de de l'ouvrage Lefebvre lui portë"*d'autant plus ombrage. quotidiennes.de sa de sa vie telle qu'il se la fait situation. Editions Grasset. humaine. la concret philosophie qui cesse de dédaignerle et le quotidien. c'est. l'homme . catif des soucis humanistes même de l'activité de sa conception philoCar. Paris.. de recréer luC'est exactement cidement la vie quotidienne. de la vie quotidienne la critique n'est pp connaissance de cette vie. dans la lutte mène qu'il plus exactement à partir d'une lucidement (c'est-à-dire connaissance) pour désaliéner cette vie. qui. il existe une société et des dans cette veulent hommes société. en de rares endroits. Il de textes se compose d'une/introduction.. et de connaître notre condj' comprendre elle contient aussi les raisons dialectiques de sa négation la . en effet. apporte une de la vie. 1947. Elle apporte une critiqué de la vie . La culture et la conscience humaine s'intègrent toutes les acquisitions de l'histoire et tous les moments dépassés. quotidienne pleinement plus aliénée. faire la chair même de ses expji fouiller. citations. et Lefebvre en. Avec la Critique. être et sont parfois heureux . Collection Paris. d' aventure se trouve dans sa vie quotidienne . mais^le choix des textes soulèvera : on y trouve tout le Discours. la compréhension . La critique de la vie quotidienne. blique. Le but. c'est de changer la vie. C'est ainsi que se pose la question du véri» et que se dévoile la table «engagement de nos péde l'engagement duperie truqué dafits angoissés. et nouvelle conscience du monde. — le passé. Le bonheur ? Cessons donc d'en parler en termes d' « école ». qu'est-ce que cela veut dire ? Telle est la façon dont on — et seule doit poser la question l'analyse de la situation matérialiste et dialectique totale de l'homme moderne peut répondre 1. Et. si l'aliénation permetEt. de « fuite ».que des Regulse doublent bien souvent le Discours. non du contenu) de l'étude la philosophique.. et non moins signifide H. Comme à toutes les questions de la liberté. Muryx fait un peu pâle figure. sous le coup des criqu'elle tombe souvent adresse aux exégètes tiques que Lefebvre » .— comme on dit assez bêtement — la connaissance. de plain-pied avec le réel. elle appelle et provoque de cette condition en une transformation où l'aliénation ne condition supérieure — « nécessaire soit plus qu'un souvenir ».. kantien c'est-à-dire qu'on y pose à quelles conditions la question de savoir est possible et réalisable une vie quotidienne réellement humaine t L'action définie par le marxisme — transformation du monde réalisée par un parti politique les grandes s'efforçant de guider et d'entraîner — masses humaines tend vers un nouveau type humain. Par contre. bien qu'elles erroet. 1947. Sortie des oubliettes froides des bibliothèques et des monastères la philosophie devient universitaires. La critique de la vie peut-on dire au sens quotidienne est_ donc une critique du ternie. l'inverse du but de la religion. mais pense au niveau du réel. qu'un régime politicoet rendu avait arraché social particulier «A l'Fnfant poète ». là"J . celles de l'amour. choisis et de notes-commentaires . Je ne veux d'ailleurs pas dire que le Descartes de Mury soit un mauvais livre . on ne manquera pas d'être surpris par totale l'absence d'extraits du Traité deset de la Corresponpassions. se place sur un Critique de la vie quotidienne et singulièrement original plan totalement fécond*. sans compter. cadre traditionnel (je parle du cadre. nous faisions notre maigre pâture. L'aliénation est.HENRI LEFEBVRE OU LA PHILOSOPHIE VIVANTE 69 scolaires ou universitaires dont. et qu'on la lui fait. le donc des situations humaines depui: l'analyse Marx a su la reprendre. Lefebvre toutes les idéologies contre dégrarappelé. constructive seul 1 d'avoir On ne saura trop gré à H. il faut bien dire que le Descartes de G. titre d'ailleurs Cette absence la perspective et cartésienne. en dégageant son double aspect négatif ou positif. de la vie pour tout dire. les notes ne sont pas mau« interprétants soient assez vaises non plus. puCar agissante. l'étonnement et une bonne partie toutes les Méditations les extraits des Regulse . Collection 2. en effet. à la question.

la plus grande émulation . abstrait. l'Apport directement à l'enseignement de la liberté. Lefebvre Et puisque les limites de cette chronique l'ousérieusement moyen de répondre : m'empêchent d'analyser l'intention vrage lui-même (j'ai d'ailleurs beaucoup d'hommes ne sentent Aujourd'hui. Sa compoeffet. cette découverte le mot mique. déjà libres I — (encore en usage actuellement dans les lycées et comme autrefois ils persuadaient aux esclaves les facultés) ne contient pas la moindre allusion qu'ils l'étaient de toute éternité [voir les stoïsi ». "aura à la Sorcollection sans doute déjà prononcé du Un choix de textes "de Marx sur la question bonne sa conférence sur. le l'homme ont changé 1 Le fait demeure. action pratique. mais qu'il polépas d'un ouvrage-fondamentalement de 1-a dialec» (on emploie Seuleim. Éditions sociales. se manisur l'ensemble sur la Liberté (avec une majuscule) travail collectif. historique encore un imporDe Suisse. de l'homme. blèmes philosophiques. péjorativement la encore idéalisme ou même aveud'un mande d'ailleurs qui maintient pourquoi). à l'analyse. mais devenait —. général et notamlibération ment réel de où tous les prohumaine. sur un non humain. dominée par trois thèmes : suscitera le plus de louanges et de critiques — et surtout de abstraite. réelles » de la réalisation des « possibilités insiste à juste titre sur ce point — de mettre l'homme. L'asservissement est en eux. te. Pour obtenir d'eux cette acceptation. que l'homme Qu'on ne s'y trompe pas : il ne s'agit devenait libre. 1. Le marxisme (enfin) est une philosophie inutilisable par l'universipas d'un traité — Lefebvre . de philosophie marxiste ment contre tout effort des masses pour se toutes les questions. comme Bergson l'a fait. ou histoOu plutôj. — et lui-même U aura. et collective. t. taire parce que trop « dangereux » à citer pratique de la liberlé. construct-if. n'était pas libre. Lalande leur ont fait croire qu'ils sont libres. L'évolution au « matérialisme dialectique ciens]. particulièrement livre. / Genève-Paris. lui seul en fait une qu'un mot consolateur présente comme un travail une et concrète. 2. liberlé d'autre font un peu penser au que la libération.aujourd'hui. comme les existenqu'il faudra quand même bien se décider à nous le font . Lefebvre de Lefebvre tant travail Quand on lira ces lignes.70 se retrouver à lui-même. comme la contre-partie de la philosophie. tome 1 s'intitule sut voir que la liberté raisons historiques) logique formelle et logique dialectique 1. 3. mot reste pris dans sa signification antique (art 1.. « Les Classiques de la liberté if 1. Lui seul le montre de façon très serrée — fait de la Au la devant l'examinateur. au point. je ne saurais mieux faire que pas plus leur asservissement que la pression de citer H. vue.. réel et Vidée tome d'une Ce livre. 1947. sa présentation de l'aliénation c'est-à-dire la suppression Traité de Logique. c'est le premier logique de l'asservissement : Â la lumière du matéaile de la Liberté a toujours servi concrèoeuvre monumentale tement d'arme dans la lutté contre le mouverialisme sorte de traité dialectique. donne le nous sommes déjà libres.nous parvenait > : un Marx. liberlé à un niveau glé. l'exploitation — c'est La liberté. de mettre à jour la philosophie On pourra donc bien venir nous chanter. La discussion métaphysique. avec? quel profit !) par quiconque.dogmatique plan idéal. contraire. . en même temps. Éditions 1947. le plus important peut-être. le premier (et pour des : Théorie de la connaissance. (et dialectique en ne Le marxisme. 1. liberlé autre chose qu'un mythe. bien vieilli. JEAN KANAPA Et il appartient au marxisme de dénoncer la libération ce fait et de promouvoir réelle. être envisagés. de Goblot — de c'est une autre affaire I par la suppression (du côté du sujet) quant au contenu.. des Trpis-Collines. dans la H. hanté. présenté-son dernier ou retraduits par Lefebvre celui qui une introduction riche. n'était pas. C'est Hegel qui. obsédé par un marxisme à courte Il ne s'agit et unilatéral. autre chose et logique se dialectique Logique formelle volontairement . d'y revenir). Le libérer de l'exploitation tous les détails doivent économique. délibérément utilisable historique universitaire. et H. conçoit sition. Paris. par l'apport. Lefebvre car il s'agit avant tout pour le marxisme. pour étranger homme total et réalisé dans la quotidienneté. les maîtres Le Dictionnaire philosophique de M. de la rajeunir traditionnelle. tialistes que du matérialisme reconnaître. Les moyens de domina'tion de l'homme de l'homme par caractéristique et si importante du mot « dialecsur l'homme et l'exploitation tique » ne s'y trouve même pas mentionnée .. chez Hegel. Lefebvre à cet égard : l'air sur leur corps. rique). dialectique.. c'est affaire de rajeunissement (du côté 'objectif . «partisan — je me ded'habitude tique ic 'a liberté reste entachée. souvent traduits marxisme philosophique.

Ensuite. ilfaut noeuvres fiettre l'absence de tout exposé du matérialisme dialectique dans son ensemble.économique et sociale)— plus exactement parce qu'elle ne perd jamaisde vue ce fondement — la méthode du matérialisme dialectique apporte l'ordre et la clarté ansles domaines les plus éloignés de la pratique mmédiàte et de l'action. d'Heraclite à nos jours. on mesure tout le progrès qu'a effectué Lefebvre dans la clarté de son exposition depuis son petit Matérialisme dialectique). en tant que concepion du monde s'efforçant vers l'expression totale dela réalité. Le tome IV déterminera d'abord avec précision les rapports du matérialisme historique et du matérialisme dialectique. -La présente série d'études sur le Matérialisme dialectiques'efforce de combler une lacune et de •présenterdans toute'son ampleur la conception son Wectique du monde —• et dans-toute efficacité la méthode dialectique. >'-.. c'est-à-dire du désordre congéd'une certaine structure sociale. et née à la Vie. rigoureuse. Rey Consacraau matérialisme dialectique une page iplâireet assez bien informée..ïfJENRI LEFEBVRE OU LA PHILOSOPHIE VIVANTE 71 de la discussion. plus profonds encore.. en toute onneconscience — l'expression et la gardienne e l'ordre établi. Elle part des problèmes posés par la théorie de la connaissance et" par la logique pour aboutir aux problèmes de l'esthétique. La résistance.. à la fois... justifiée amplement parleContenu même du livre : La méthode dialectique se révèle ainsi. la philosophie tablie se montre — en toute sincérité. Sans perdre de vuele fondement solide de l'être humain dans la pâture et la pratique (dans la vie. l'inertie "aturelle de la scolastique moderne s'est renforcée d'autresmotifs. Il déterminera l'idée de l'homme total. capable de détecter tous les aspects des choses. ' lie peut devenir la «nouvelle conscience du onde » et la « conscience de l'homme nouveau ». de la "hilosophie établie à toutes les innovations est rjin fait assez connu. Dans le tome I de cette publication. de mythes. une action subversive. et surtout.. Freud en psychologie et bien 'autres en ont fait l'expérience parfois pénible. du matérialisme et du matérialisme dialectique. désencombreret organiser la conscience du monde et de l'homme.. S Pour beaucoup de penseurs plus ou moins offliels. ment aride.. . par H. une fois de plus. La méthode dialectique s'applique à la vie et à l'art : à la vie individuelle et quotidienne comme | la vie esthétique la plus subtile.Elle n'est pas une méthode dont lé domaine d'application se restreindrait à l'action politique eu à la science éponomico-sociale.travail collectif il aurait atteint son but I Ce tome I s'achève sur une note de victoire et d'espoir.. ance « reconnu » — comme disent les diplomates — et admis parmi les grands courants de Ja pensée moderne. celle des « meneurs » ou «politiciens » du marxisme. Elle-vient mettre de l'ordre. auxquels on e garde bien de faire allusion . Ainsi. il a fallu attendre l'Encyclopédiefrançaise. Ainsi. c'est-à-dire peu âvantla guerre de 1939-1945. Le tome V développera les thèmes de l'humanisme concret. f Pour que le matérialisme dialectique soit en . un fait de culture parmi tant d'autres. celui du combat ou sociales). d'ailleurs . forces oppressives (naturelles celui de la conquête de l'homme par l'homme lui-même.. D'un tel ouvrage. y compris les «vulnérables à aspects par où les choses sont ' l'action »... inévitablement déficient sur certains autres. M. Le tome I détermine les rapports exacts entre la logique formelle et la logique dialectique. Le tome VI sera consacré à l'examen des questions complexes que soulève la morale. soit brusquement ramestérile et inhumaine. et à le lire. ". le capitanital ' i me. le — : celui de l'humanisme en plus noble contre les humain acte. 'ans le cas du matérialisme dialectique. Le tome III contiendra une histoire de là dialectique.. et la plus féconde.. traditionnelleQue la logique elle-même. i A peu près à la même époque. mouvante sans nous justifie féconde. ationnelle. et ainsi seulement..).. Lefebvre. i Parmi les conditions qui permettent. ment considérée comme détachée du concret. Jean Wahl se figurait encore qu'il pouvait « exécuter » cette tendance philosophique et scientifique en un bref petit poème satirique (paru dans l'ex-Nouvelle Revue française. et à la vie riche. Lefebvre manifeste son souci le plus intense — pour nous. les maidéologiques et les mystifications. il montrera l'application détaillée de la méthode à la sociologie scientifique moderne. il doit être bien entendu qu'il ne représente qu'une tentative individuelle dans le cadre général d'un grand mouvement de pensée et d'action. CEuvre individuelle. il en aura les avantages et les inconvénients : audacieux et peut-être même novateur sur certains points. Le tome VII s'efforcera de déterminer la structure concrète de l'individualité. Le. dans cet ouvrage sans complaisance (modérédidactique. activité toute subjective de ije pensée qui confronte les thèses contradictoires).tome II examine les questions posées par la méthodologie des sciences spécialisées. qui viendrait s'ajouter aux autres et encombrer un peu plus une culture déjà pasblement compliquée.. par ailleurs d'un éclectisme bâtard. doute assez de le considérer comme le prode la le plus lucide moteur aujourd'hui philosophie vivante.. Cette situation s'explique assez bien. S'il soulevait assez de critiques pour qu'elles exigent un approfondissement ou un élargissement des thèses — si quelque jour prochain cet essai sur le Matérialisme dialectique pouvait se •— transformer en un plus vaste .qui n'ont aucun rapport rationnel avefc jMtte action. se revêt d'idéologies..s'il est permis d'employer ici ce mot. Enfin le tome VIII donnera les grandes lignes d'une esthétique. Einstein dans le domaine : cientifique. { Cette méthode dialectique n'est pas un phénomène intellectuel de plus.. n reliant la lucidité de l'individu et l'universalité. de travestissements philosophiques. M.

qui comphiques.-S. 1947. instructives. auquel on se reportera souvent. une„ pour terminer. Ludwig prennent. belle réédition des Études très philosode Marx et Engels 1.72 * ** P. . Paris. les Thèses sur Feuerbach et \ à l'histoire* Contribution du matérialisme et des lettres. et pourtant bien négligées. JEAN KANAPi 1. sociales. — Je signale. Fëuèrbach notamment. trop souvent français^de-Marx. Un _ très bon index et une présentation agréable font de ces Études philosophiqmt un livre utile et précieux. Éditions et la fin de la philosophie classique allemank de Engels.

CHRONIQUE

PÉDAGOGIQUE

SUR UNE

RÉFLEXIONS COMPOSITION
par

DE

SCIENCES

FRANCIS HALBWACHS

Il est bien connu que c'est un destin misérable de se trouver, par un jour de grosse chaleur, en face d'un paquet de quelques cent cinquante copies de bachot à corriger. Parmi les infortunés correcteurs, tous ne se rendent peut-être pas compte de l'intérêt et de la portée de l'exploration qu'ils vont entreprendre dans l'univers intellectuel de la jeunesse dite cultivée. Mais ceux qui en sont conscients doivent souvent, quand la dernière note à l'encre rouge a séché sur la dernière copie, n'éprouver aucun soulagement devant la corvée finie, aucune satisfaction devant le devoir accompli, mais ressentir plutôt un, grand découragement. Car cet univers intellectuel, c'est nous qui le façonnons, c'est lui qui donne sa signification à notre métier, qui justifie notre existence. Et il est assez amer de constater soudain qu'on a une existence si mal justifiée. Voici, quant à moi, mon rapport sur l'image du monde d'exploration physique dans la tête de la jeunesse studieuse de nos lycées. Je précise qu'il c'ests'agit delà classe de philo-lettres, à-dire, d'une part, de la catégorie la plus nombreuse de candidats ; d'autre part, de jeunes gens qui mettent le point final à leur éducation scientifique, qu'ils n'auront plus, une fois bachede compléter liers, l'occasion systé» matiquement ; enfin de «littéraires pour qui les études scientifiques ont été matière à culture entièrement désintéressée, sans aucune arrière-pensée utilitaire. Il faut ajouter que trop souvent, par un parti pris absurde, ces « littéraires » se désintéressent systédes études scientifiques. matiquement

La première constatation qui saute aux yeux, c'est qu'il y a, dans l'univers des candidats, une cloison absolument étanche entre les notions acquises en classe et la réalité de tous les jours, > la connaissance pratique du monde physique que possèdent forcément des' jeunes gens qui savent monter à bicyclette, surveiller un grille-pain, régler un poste de T. S. F., souvent conduire une auto, et qui, lorsque leur mère les envoie chercher l'huile pour la salade, savent fort bien ne pas rapporter la bouteille d'esprit de sel. Ainsi, il fallait, dans une des « applications numé- , riques », calculer le temps nécessaire un litre d'eau à pour faire bouillir l'aide d'une bouilloire électrique fonctionnant dans des conditions tout à fait courantes. Or les candidats étaient guettés par deux erreurs classiques d'unités donnaient qui respectivement comme résultats 0,3 secondes ou 10 heures 1 Bien entendu, un nombre d'entre eux sont tombés respectable dans le panneau, —il est humain de faire des erreurs, — mais, fait remarces résultats absurdes sont quable, énoncés par tous avec une splendide assurance, souvent encadrés, sans qu'aucun signe graphique vienne témoigner d'une hésitation ou d'une surprise. De même une bonne dizaine de copies débutent par- cette phrase : le benzène, ou benzine, est un gaz incolore ! Encore une fois, il s'agit là d'erreurs tout à fait courantes et sans réelle gravité, tant de à l'intérieur qu'on se cantonne l'univers physique clos dès candidats. Confondre certaines propriétés des corps

74 étudiés respectivement aux chapitres « benzène » et « éthylène », porter dans une formule le diamètre d'un fil au lieu de l'aire de sa section, ou prendre des microhmcentimètres des 'ohmpour centimètres, ce ne sont pas là cas pendables. C'est par référence au monde réel, ou l'on dégraisse des pantalons et où l'on fait cuire des oeufs à la'coque, que l'énormité éclate. Mais c'est justement cette référence au monde réel aux candiqui manque complètement dats. On sent très nettement que, pour constitue eux, la physique ' scolaire un monde séparé, abstrait, structuré par les titres des chapitres de l'aidemémoire, obéissant à sa logique propre, qui est un pur mécanisme déductif, possédant un type spécial de beauté à ce intrinsèque qui tient justement au fond mécanisme, mais constituant une immense absurdité, dans la mesure où est absurde ce qui ne se rattache à "rien dans le monde réel. Comme les mystérieux impératifs du programme les forcent à se fourrer dans la tête ce grimoire insane, ils l'ingurgiteront plus ou moins consciencieusement, mais, une fois l'examen passé, ils l'oublierpnt aussi complètement que possible, tant ils sont persuadés que cela ne peut leur servir à rien.

FRANCIS

HALBWACHS

chlore dans du benzène liquide contenant de l'iode ou du chlorure de fer). Les corps chimiques ne sont pas des produits matériels possédant une couleur, une odeur, unesaveur, ils sont des symboles, des formules. Les réactions ne sont pas concrètes des transformations ayant lieu en milieu gazeux ou en solution, à chaud, sous pression, ou moyennant de un catalyseur, et s'accompagnant d'efferd'explosions, précipitations, vescertces, elles sont des équations obéissant à une algèbre déterminée. Les outils du chimiste ne sont pas des fours, des éprouvettes, des cornues, des réfrigérants, mais quelque chose comme de desquelles il petites pinces à l'aide peut à volonté accrocher les atomes de chlore à telle ou telle place. Que dis-je, il suffit d'un torchon pour effacer les H au coin dé l'hexagone tracé au tableau et d'un bâton de craie'pour inscrire des Cl à la place.

de la repréCe caractère abstrait est encore plus frappant^ sentation dans l'exposé des réactions de la ehimie" car là il est absolument organique, général. Je relève par exemple cette typique : « Pour transformer fihrase 'acide benzène-suifonique en phénol, il suffit... » — on s'attend à : faire agir tel réactif dans telles conditions (ici, la soude caustique en fusion) ; non, vous — « ... il suffit de n'y êtes pas remplacer le groupement S03H par le groupement OH » 1 De même, les réactions d'addition et de substitution du chlore sur le benzène sont, dans la très grande majorité des copies, caractérisées exclusivement par leurs équations-. On oublie de préciser ce qu'il faut généralement faire en pratique pour qu'il y ait addition (action de la lumière solaire sur un de mélange de" chlore et de vapeur de (courant benzène) ou substitution

A quoi tient cette déformation de la pensée des élèves ? pythagoricienne A ce que l'enseignement qu'on leur ? donne est insuffisamment exprimental Je ne crois pas, bien que la chimie organique soit assez pauvre en expériences spectaculaires. Mais il est bien connu que rien des expéles élèves ne retiennent riences qu'on a exécutées devant eux et leur substituent aussitôt dans leur mémoire les figures statiques et incolores de leurs manuels. En somme, ils ne voient pas les expériences, même quand on leur met le nez dessus. Cette année, une de mes élèves a reçu dans la figure d'un flacon d'acétylène qui l'explosion avait accidentellement été mis en contact avec du chlore. Grosse émotion dans la d'un docteur, soins classe, consultation à la cornée, etc.. pour une brûlure Comme expérience on ne frappante, pouvait faire mieux, et, pour ma part, de sitôt. je ne risque pas de l'oublier Or, cette même élève, — ainsi que la majorité de ses compagnes, — m'a décrit un peu plus tard dans une composition écrite la réaction lente du chlore sur l'acétylène sous l'influence de la lumière à l'expérience de ses sojaire, substituant démêlés personnels avec ces gaz son intuition abstraite des réactions gêné-

FLEXIONS '

SUR

UNE'COMPOSITION

DE

SCIENCES

75

es du chlore en chimie organique. Il y a donc autre chose. Il y a l'état 'esprit général d'un enseignement à endance idéaliste, pour qui les études ttéraires par excellence sont les humanités gréco-latines, et pour qui la reine es sciences est la mathématique, pour ui, par conséquent, seul importe en hysique et en chimie -ce qui peut être et se athématisé, ce qui est quantitatif 'rête au calcul: D'où l'importance donée dans les examens aux problèmes et pplications numériques, qui force souent le professeur à dénaturer complément l'aspect de ces sciences, à en aire des sciences de symboles, des Cet état ciences de raisonnement. 'esprit, soit tendance spontanée, soit fluence des principes généraux de est devenu naturel aux Renseignement, lèves. Dans une leçon, ils oublient stantanément tout ce qui est descriptif, alitatif et pratique, c'est-à-dire tout j; qui est concret. Seuls méritent d'être ètenus et reportés sur une copie la éduction logique des lois, la démons•ation more geèmetrico, l'algèbre des Orrnules, tout ce qui leur rappelle èurcours de mathématiques, avec son fluctation de généralité, son souci de 'gueur absolue. Cette royauté de l'absaçtion mathématique, qui s'exerce rincipalement à travers les problèmes es concoujs d'entrée aux grandes coles, déforme de proche en proche utl'enseignement scientifique et réduit essciencesde la réalité à n'être plus' que esdomaines d'application des procédés athématiques, des sciences mineures, 'u reste, elles sont peu à peu évincées. !.nne les enseigne plus comme matières 'écrit dans aucune des premières 'f, B ou C) de nos lycées. Elles sont facultative impies matières d'option ans les premières ; modernes des colet ne sont plus obligatoires à les Jcrit de la première partie que pour le .accalauréattechnique. De plus en plus affirme cette ultime conception de la ture bourgeoise : l'intelligence est ne faculté une et indivisible, qu'on eut former indifféremment au contact .e n'importe quelle discipline — la des~ Jférence étant donnée, pour sons d'économie de pensée, aux plus 1res, aux plus abstraites, grammaire u algèbre —, et qu'on pourra ensuite

avec succès à n'importe appliquer quel autre domaine ,de la connaissciences naturelles, sance, physique, etc.. politique,

Mais mes copies m'ont encore appris autre chose. C'est que l'enseignement donné dans cet état d'esprit manque même le but qu'il s'est fixé : former la faculté de raisonner correctement. Qu'on en jugé. La question de physique était ainsi posée : loi de Joule, résistance. On sait que la quantité de chaleur dégagée par un courant dans un conducteur (effet Joule) est proportionnelle au temps de passage du courant et au carré de son intensité, et qu'elle dépend en outre du conducteur. Certains conducteurs s'échauffent beaucoup, d'autres s'échauffent peu dans les mêmes conditions. Les premiers sont dits très résistants, les seconds peu résistants. On fait apparaître ainsi une propriété nouvelle des conducteurs, la résistance, qu'on pose par définition au dégagement de chaproportionnelle leur, toutes choses étant égales d'ailleurs. Or, dans la presque unanimité des copies; les candidats décrivent trois séries d'expériences avec schémas et tableaux de résultats à l'appui. Dans les deux premières, le dégagement de chaleur est comparé aux indications d'un chronomètre, puis d'un ampèremètre, ce qui est juste. Mais, dans la troisième, on branche successivement différents conducteurs de résistances connues, et on « constate » que les dégagements de chaleur sont proportionnels à ces résistances." Ce qui est tout au idiot, puisque, théoriquement moins, ces résistances ont été étalonnées par la mesure dé leurs dégagements de chaleur', si bien qu'on croit découvrir une loi expérimentale, alors qu'en réalité on retrouve dans le phénomène précisément ce qu'on y avait mis à l'avance. Cette incapacité de distinguer entre un fait d'expérience qui nous est imposé par la nature et une relation conventionnelle que nous décrétons nous-même est tout à fait typique. arbitrairement Le professeur Hogben d'Aberdeen écrit quelque part, pour caractériser le niveau de pensée des premiers mathéma-

qu'ils ne distinguaient pas les deux de l'autre l'une nettement : 13 est un nombre prepropositions néfaste. la conclu. sur le pi à fausser philosophique. et 13 est un nombre mier. aucun de ceux qui se sont essayés à me Ils peuvent n'y est parvenu. l'exposer d'une ensuite sans tautologie parler « loi » expérimentale de proportionnaet les lité de l'effet Joule à la résistance. car i on étudie la réalité même et non conséquences logiques de certaines hyp thèses arbitraires. d'autant trop pluj ont modèles d'illustres dans 1" qu'ils modernes. p ils ont pris la question distraction. leur en vouloir. qu'il y a lie. n'ont Nos bacheliers pas une notion beaucoup plus claire et plus scientifique ils énoncent côte à des choses quand les deux côte et avec la même valeur au Joule est proportionnel lois : l'effet Joule est et l'effet carré de l'intensité. p il ne faut p les deux bouts à. du savoir. commencer toujours par le même boui celui où il y a une expérience . Je sais bien que certains manuels — à qui le manuel d'Eve en particulier on peut faire bjien d'autres reproches. et l'hypothè sion devenant hypothèse • conclusion. de réagir contre la place exorbitant donnée aux mathématiques dans not Non qu'o enseignement scientifique. ils posent la ques? tion : mais qu'est-ce que la résistance sans hésiter : la résiset ils répondent tance est une propriété qui caractérise de chaleur et qui lui est le dégagement Ils ne s'aperçoivent pas proportionnelle. de promais beaucoup qu'adoptent d'élèves par un goût fesseurs et surtout — défieffort du moindre blâmable nissent d'abord <la résistance indépenune Joule de l'effet damment par — d'ailleurs tout à abstraite démarche car fait inintelligible pour les élèves. On en arrive. lesPeano grands axiomatistes ' les Russell. de mes candidats copies de beaucoup un comprocertainement représentent ont méthode mis entre cette qu'ils trouvée exposée dans leurs livres et la formellement méthode impoclassique et sans doute suisée par le programme Mais ce corn-.rétament par les deux bouts. laprâ ses droits qu'ave tique ne retrouvera l'avènement de la classe ouvrière. qu'ils ont pensé que c'étal la même chose en physique. ont qui entfep l'édifice des mathémi de bâtir tout tiques précisément par cette méthoi la méthode du serpent qui se mo la queue. une certitude plus noble et plii haute — c'est-à-dire. Le ont les plu elles-mêmes mathématiques beaux résultats d'une tell* à attendre transformation.' 76 ticiens grecs. d'e image faire le modèle de tou canonique connaissance. Il est bien plus grave qu' n'aient pas compris qu'en physique il est imposé i n'a plus le choix. en dernière anï lyse. doive négliger cette branche essentiell. la théorie d la pratique? Ilfaut remettre la sociét à l'endroit redresser l'enseigne pour ment. * Je crois. passant l'expérience tant. . présenté Après et de l'expérience. et ils ont tellement-pris affaire à des démonsl'habitude d'avoir FRANCIS HALEWACB se prendre indiff trations qui peuvent . complètemen dans l'esprit des élèves le sens de — la démonstratio vérité scientifique avant et appoi. enlève toute valeur que cette définition à leur expérience. et suffisantes. à leur faire voir le monde à l'enve Mais précisément le monde social o nous vivons n'est-il pas un monde l'envers ? Et comment l'école n'y serai elle pas détachée de"la vie. à la résistance. Et si. vie par leurs professeurs. d'une essentielle reste entaché promis et dénote chez les erreur de logique' de élèves de graves lacunes dans l'art Leur cours de géométrie raisonner. les Hilbert. la fois. proportionnel eux d'entre Du reste. loi comme résultant comme l'énoncé leur impose de préciser la notion de résistance.' bon nombre encore mieux le cercle vicieux mettent la avoir en évidence. mais on a coutume de 1 et d'une supériori parer d'un prestige à so qu'elle de mérite pas et d'édifier les sciences de la nature. nécessaires ses conditions réciproques. les embrouillé leur a irrémédiablement et directs avec ses théorèmes idées. en conclusion. et le monde de l'activité.

laissant les villes se repaître de maïs. payé à un prix dérisoire. La récolte de blé avait été. et le citadin en vacances trouvait son compatriote paysan fort arriéré. mais l'exploitant ne pouvait ère espérer réunir assez d'argent pour se livrer à de grosses dépenses afin d'améliorer son habitation ou son exploitation. qu'elle.. tout en signalant que les lications ou commentaires ne sont Sdemoi.ture sur des étendues réduites qui ^permettent pas d'édifier de grosses unes. es faits que je rapporte sont d'ordre 'ctement local. de traiter dans le dre d'un court article l'ensemble du blême paysan. et le département. Avant la guerre. mais constituent la synthèse opinions exprimées par les. aussi belle qu'elle pouvait l'être sur des plateaux calcaires qui ne constituent pas une région bien fertile. J'ai cru e de présenter ces faits aux lecteurs La Pensée. dans sa . bien qu'exclusivement rural. Qu'une telle représention du cultivateur français soit fausse . le froment n'y était cultivé que pour les besoins "familiaux . et pourtant c'était faux. Ces préionsgéographiques me semblent avoir r importance. sa culture a reculé. Il n'y a pas ù d'en tirer une conclusion générale? 's on peut y trouver l'explication de ''ts de la vie paysanne qui choquent lecitadin (surtout à l'heure présente) .CHRONIQUE TROIS "PROBLÈMES par ROBERT PAYSANNE DE LA VIE RURALE RIVIÈRE Il n'entre ni dans mes intentions.aît utile/d^ajouter que les cultivais de la contrée. au cours de mes eances. Il y a donc du blé. dans le moindre petit village. Avant la guerre. Ils ont été constatés s le département du Lot. La vie de chaque jour était rée. Quand se manifestèrent les premiers symptômes de la crise du blé (ou plutôt quand elle devint si aiguë que le gouvernement ne pouvait plus fermer les yeux). -mêmesou par des gens vivant depuis gtemps à la campagne. t encore' admise comme vraie par . en 1946.qui contribuent à consolider -là léijde du « cul-terreux » avide d'argent. ucoup est malheureusement exact et sert qu'à creuser davantage le fossé Ticiel qui sépare villes et campagnes. Mais. égoïste et indifférent ncesd'autrui. tous ou presque tous 'ts propriétaires. faisant place au maïs plus avantageux et surtout au tabac. pratiquent la poly. préfet. le citadin habitué (si l'on peut dire) au pain jaune ne pouvait en qu'être désagréablement surpris constatant que. mais en petite quantité.. aux soufare. tout le monde se-nourrissait de pain blanc Et le malheureux de se dire qu'il y avait là un bel exemple de l'égoïsme paysan qui se manifestait une fois de plus. fort belle. ni nsmes possibilités. alors que des stocks de blé devaient se trouver dans tous les greniers. parlemenlocales prirent taires et notabilités immédiatement la direction delà collecte . ie sud plus précisément. l'extrême morcellement du sol (un remembrement s'imposerait) ne permettait que rarement Les prod'envisager la motorisation. cédés de culture restaient archaïques. a de tout temps été déficitaire. En juillet 1947. D'autre part. ils vivaient ment au prix de beaucoup de vail. dans le Lot comme partout ailleurs. tout comme il me .j'ai eu l'occasion d'entendre cuter en ma présence de trois faits ressant le monde rural. Cela pouvait paraître évident.paysans .me paraît plus à démontrer .

mais le brillant succès de la première collecte. car celui que les paysans ont recueilli pour eux au cours de la seconde collecte semi-clandestine avait été conservé les besoins de la pour ferme des volailles. des (nourriture. qui. qu'il faudra acheter 4 000 francs le" quintal.. on peut faire là deux constatations qui seront deux condamnations. en moins à l'avenir. au cours de laquelle les producteurs ont livré du grain qu'ils eussent pu garder. la baisse. semblait dire : « Débrouillez-vous ! ». d'autre part. les cou. Cet appel à la solidarité . Il est insensé que personne n'ait songé avaient que certains paysans pu se démunir de blé (c'est complètement arrivé) ou que l'on oublie qu'il y avait dans les campagnes des non-producteurs (fonctionnaires. sans l'élan deso' darité locale qui a alors joué. d posant de production "m. dans 1 les produits statistiques. ni blanche. concurrence. hors de tout contrôle.odernes e moyens rationnels et capables de lancer suri marché d'énormes quantités de marchait dises . recueilli. par de l'orge tout aussi coûteux. auraie attendu la prochaine récolte p0 retrouver le goût du pain. Mais serait peut-être bon de ne pas oubli de la paysannerie $ que l'ensemble divise en deux catégories bien distincte d'une part. chaque village semblait même mettre un point d'honneur à en livrer le plus possible. utile à son bétail. ou vous le garde et alors nous fermerons les yeux sur so » Si le paysan livre de moi utilisation. et le préfet ne cessait de distribuer des félicitations aux communes animées d'une louable émulation. prix de revient aid' astronomiques qu'ils imposent. ni jaune. retraités. par la nécessité d'assurer dont! bénéfice aux petits producteurs. Néanmoins. générale du blé. ce fut très simple : les boulangers des communes rurales ne reçurent plus un gramme de farine. la bonne habitude de se poser en délea seurs de l'ensemble du monde rural etd justifier. qui. comme avaient pu le craindre certains. Les campagnes étaient. sens civique.. Il fan. les grands propriétaires di de capitaux considérables. au prix de 1 000 francs le quintal pour la remplacer ensuite par du maïs. Le blé fut livré. au matériel à la productio archaïque. mais parce qu'il n'est pas un homme qui consentira à se démunir d'une céréale. Jès petits exploitan sans argent jusqu'à ces dernières anné. montre qu'il ne s'agit pas de cela. il ne doit pas s'étonner que les producteurs se refusent à sacrifier 3 000 francs par quintal de céréales atténuer les résultats pour de la politique de. Les premiers-ont p peu abondante. pouvons-nous ' vrai ment lui donner tous les torts ? Le niveau'élevé des prix agricoles un argument facile pour lés démagogu C'est un fait incontestable qui fourni une base solide à toute une littératu tout le monde dans qui.. Et n'y a-t à la fraud pas là un bel encouragement à la dissimulation ?•« Il faut choisit semble dire l'administration : ou vo livrez votre blé intégralement et no vous privons de pain.78 en faveur des citadins menacés par la disette. condamnation de la politique D'abopd. et il est âa heureusement trop exact que. ou. Et après ? Après. pourraient provoquer aussi parler des intermédiaires. ministre Deuxième celle de l'administration. ils ont refait pour eux la collecte. ni grise. non par manque de jeunes bestiaux). fait de tous les paysans ind' les grands. et le blé ainsi écrasé aux moulina de village. mettant même sac.son catastrophiques de l'Agriculture. pierre angulaire . sont élevés.. Les ruraux se sont débrouillés .on tout intérêt à acheter cher pour légitima leurs gros bénéfices. en cela par le manque de devises qui interdit les importations massives q. agricoles ( du blé) figurent avec u' l'exception coefficienfNd'augmentation supérieur ' celui dès produits industriels. Tout n'est pas faux da une telle argumentation. Il fallait procurer pointai nourrir ces gens. et dont la sqlid rite a tué sans rémission cette fameuse de tou.. s'est transformé en beau pain blanc Il est facile de parler d'égoïsme . responsables tinctement la vie chère.ne fut pas vain. Quand un trouve normales des gouvernement absurdités aussi évidentes..laissées sans pain par une administration qui . condamnation. commerçants) qui allaient se trouver du jour au lendemain dans l'impossibilité de se ROBERT RIVIÈ du pain.

la vie a repris son cours normal. et c'est là l'important. sans aucune influence sur l'ensemble du marché.cette période d'enthousiasme et de solidarité. si les prix industriels sont moins élevés que les siens sur les statistiques. et les bénéfices ont recommencé à s'accumuler. malgré une très légère baisse due à ce que le consommateur se fait tirer l'oreille pour acheter à ces prix-là ! Il est évidemment facile de dire que rien n'oblige le petit à producteur vendre à ces prix. Je ne citerai que deux exemples/Dans . en fonction des. Or. puisque aussi bien tout achat était impossible en raison du manque de marchandises. Ce sont les ramasseurs qui font le cours. le vin s'achetait couramment 15 ou 20 francs le litre à la production (le vignoble du Bas-Quercy est de peu important et les gros viticulteurs la région ne disposent guère de plus de 50 barriques par an). mais. 1944 a été une patriotique période de manque à gagner : le maquis achetait à la taxe et tous lui vendaient de bon coeur. il en est autrement quand il s'agit de faire un achat chez un détaillant. Ces produits ne coûtent pas plus cher qu'à la ville. Il y a fort longtemps qu'il considère certaines dépenses de comme nécessaires : amélioration l'habitation et des locaux d'exploitation. tout travail de maçonnerie est subordonné à une chasse aux matériaux susceptibles . d'autant que le paysan pratiquant' des cours normaux serait un'isolé que personne ne suivrait. Quand l'autorisation de vendre librement une partie de la récolte a été donnée. ils sont très rares. Voici un an. en principe. mécanisation ou même motorisation (là où elle est possible) de l'exploitation elle-même. * * * Il est de bon ton de ne pas parler aux en avant les paysans sans . c'est-àdire depuis que le petit propriétaire a de l'argent.mettre fameuses lessiveuses-coffres-forts chères aux chansonniers. En 1945 (ou plutôt dès la fin de 1944). un village que je connais bien. et tous ont su porter le cours des produits agricoles à un niveau élevé et les y maintenir au nom de la. volontés des grands aviculteurs qui imposent leurs tarifs et les appuient en lançant sur le marché des milliers d'oeufs chaque semaine. Depuis 1940. le rural a eu tout loisir de faire des économies. rien de tout cela n'a été possible : les machines ne s'acquièrent que contre bons délivrés au compte-goutte . Le fait de vivre dans un village n'a jamais dispensé qui que ce soit d'avoir besoin. de vêtements. Le paysan se serait volontiers débarrassé de cet argent autrementqu'en souscrivant aux emprunts d'État (les seuls-qu'il connaisse). Il vendait ses produits à des prix rémunérateurs et gardait sesbillets. La surenchère a joué : le vin vaut "maintenant 50 francs le litre. et chacun mettait un point d'honneur. la douen juillet zaine d'oeufs se vendait 140 francs en moyenne (contre 10 francs à la même période de 1940). aux yeux duquel l'oeuf vendu au juste prix par un petit producteur paraîtrait d'une qualité inférieure à celle de l'oeuf vendu 15 francs. Là encore la légende contient une part de vérité. le département vivait en autarcie.TROIS PROBLÈMES DE LA VIE RURALE 79 Il s'est système d'économie libérale. quantité tout à fait insuffisante pour amener une baisse. de chaussures ou de casseroles. et de collecteurs. mais il est tout de même impossible de demander à des milliers de paysans de faire montre d'un désintéressement qu'ils seraient les seuls à pratiquer. Pendant l'occupation. peu nombreux mais puissants. Le bénéfice est coquet. nombreux et solidaires . en. le rural s'est aperçu depuis longtemps que. La tentation est trop forte. Par ailleurs. trafiquants divers. défense de la paysannerie. les producteurs reconnaissent que le prix de revient est environ de 70 francs. ce qui laisse de beaux jours au marché noir 1 La quasi-obligation qui est faite au paysan d'acquérir ces objets au marché parallèle est bien faite pour l'inciter à profiter lui aussi de cours qui font la fortune des grands propriétaires et des intermédiaires. à ne pas abuser de son prochain. une huée de négociants avides de gros bénéfices s'est abattue sur le pays. intermédiaires. Ajoutez à cela l'Incompréhension du public. même dans le pays de petits propriétaires qu'est le Lot. alors que la fermière n'en a que quelques douzaines. ainsi constitué une féodalité de grands propriétaires spécialisés dans certaines productions.

Il se rend compte' que. Il est maintenant trop tard . sa prospérité présente est provisoire. si l'on avait pu lancer sur le marché intérieur des produits industriels à prix .de sécurité à laquelle la prudence recommandera de ne pas toucher. En effet. redevenus normaux. ce n'est que quand l'économie française aura retrouvé son équilibrev quand les prix agricoles seront. N'étant point spéculateur par nature et se trouvant contraint par les circonstances à ne pas utiliser son argent. peut-être même l'essentiel. Je ne me cache pas que d'autres problèmes que ceux-là se posent dans nos campagnes et que certains les dépassent en importance. . sur les prix agricoles ou sur la thésaurisation. Je me contente de souhaiter que. bon gré mal gré. le rural se trouve donc réduit à conserver une monnaie dévalorisée à ses yeux par son inutilité pratique. qui ne durera sans doute pas. De plus. et le sujet est loin d'être épuisé. il reste beaucoup à dire. l'argent dort dans les lessiveuses. Quelle que puisse être la valeur des opinions que j'ai pu recueillir sur ces trois points précis. qu'il consentira à gaspiller en travaux qui ne lui ROBERT RIVIÈRE paraîtraient pas strictement indispensables ce qui ne sera plus qu'une réserve . ou plutôt une aisance. méprisé par ses possesseurs (ce mépris de l'argent qui ne roule pas n'est peut-être pas étranger à une certaine justification psychologique des'prix élevés) etildormira longtemps. Que ce soit sur le problème du blé (que je n'ai d'ailleurs effleuré que « par la bande »). elles puissent aider à comprendre les Français ruraux trop souvent dénigrés à des fins de démagogie facile ou de recherche de succès littéraire. Je ne me fais aucune illusion sur la portée des remarques que j'ai pu faire. dans l'organisation économique du monde moderne.» aurait été normaux. Il répugne à afficher une richesse.80 de décourager le plus patient des hommes. elles n'ont pas une valeur générale. et peut-être même d'en tirer des conclusions concrètes. Il serait ainsi possible de façon plus complète d'approfondir et plus précise les questions que nous venons d'évoquer. Il est certain que. quand le producteur devra se contenter d'un bénéfice raisonnable. et c'est une mauvaise habitude quijmarque son homme. ce qui l'amène à se refuser ce qui pourrait passer pour un luxe de riche. bien qu'elles ne constituent pas une défense systématique de la paysannerie. Je serais heureux de connaître sur les points traités ci-dessus (et sur d'autres aspects de la vie paysanne) l'opinion des lecteurs de Là Pensée qui vivent dans un milieu rural. le paysan a l'habitude d'être pauvre. la thésaurisation évitée (il me paraît intéressant de noter que le paysan qui consent par nécessité à payer au prix Jfort les objets indispensables se refuse absolument à acquérir aussi ce qui peut être considéré comme superflu).

jamais gratuit. la suite. que la radio a fait connaître à des millions d'auditeurs.-La poésie en est aussi précieuse que celle de L'Apollon de Marsac . LA ROUTE AU TABAC La pièce tirée par J.. comme tant d'écrivains et de dramaturges français. Jouvet révélait à 1' « élite » le dernier acte de Jean Giraudoux. La Messaline de Claude Vermorel ne tenait l'affiche que quinrife jours dans les ingénieux décors de Douking. Les banquiers.. Bernard-Charles Miel offrait aux infortunés spectateurs quelques couplets « métaphysiques » (avec refrain vichyssois) sur la matière qui mange l'esprit et la nécessité pour les patrons et les ouvriers de revenir aux bonnes vieilles traditions artisanales (La Termitière). d'abord (Nuits noires). de son côté. et peu de lignes suffisent pour faire un sort aux « événements » qui l'ont marquée. On y cultiva ensuite le coton. cependant. n'est pas ennuyeux.CHRONIQUE THEATRALE UNE SAISON EST FINIE. M. Louis Jouvet. l'indigence de la choseétait éclatante. Jean Genêt l'occasion de porter un acte — Un seul. Mlle Dominique Blanchar y enchantait. Deux présentations doivent être rappelées. Et puis les hobereaux du lieu raflèrent aux fermiers ruinés leurs terres ancestrales. raflent leurs vastes territoires aux hobereaux pour y . il n'en a malheureusement pas été de même pour. » « ou moins d'une recette plus éprouvée pour fabriquer une « tranche de vie ». où John Steinbeck peignait avec une sobriété saisisdes sante la démoralisation progressive nazis.donné à M. par l'espoir qu'elle a donné à beaucoup que le théâtre populaire peut enfin prendre corps en France. mais bien d'une réalité âpre et sordide qu'il nous' restitue sous un éclairage cru. plus encore. le public. la sympathique tentative d'André Delferrière et du Théâtre de la République. toujours haut en couleurs. et chacun a déjà oublié jusqu'à leur titre.autrefois. il nous peint un de ces groupes de misérables qui jalonnent La Route au tabac. Là. à leur tour. de M. truculent. FIN DE SAISON Si la première partie de la saison théâtrale 1946-1947 prêtait à. Quelques bons morceaux de farce réchauffés dans une sauce philoindisophico-sentimentale effroyablement geste. abattus dans l'ombre. cernés à mort par la haine de tous les peuples épris' de liberté. A Sarah-Bemhardt. dans le Sud des États-Unis. penser qu'elles avaient appris leur langue à. par les sentiments qu'elle exalte et. Avec la famille Lester. Les trois beaux actes sur la Résistance. Dullin n'améliorait pas la situation de sa trésorerie en montant et en interprétant avec toute la conscience qu'on lui connaît L'An Mil. D'Alexandre Arnoux. A l'Athénée. grossier même. au moins. ici. Il fallait bien une consolation à ce dernier. quelques considérations. mais bien long I — M' « actif » de la dramaturgie existentialiste en nous présentant des Bonnes empoisonneuses (dans tous les sens du mot) et dont la conversation amena de nombreux spectateurs à.. mais Giraudoux. poésie précieuse et esprit de salon mis à part. Verein. toujours passionné. a. la Nouvelle Revue française. L'auteur n'est pas parti.. une fois de plus.. bien court celui-là. n'est pas une bonne pièce. Et puis.. Kirkland du roman de Erskine Caldwell a fort heureusement relevé le niveau de cette seconde partie de la saison. Au cours du même spectacle. on cultivait le tabac. M. suivis. de Maurice Guéritte. M. L'AUTRE par GUY LÉCLERC COMMENCE.. avec un dialogue violent. nous vîmes L'Amour des trois oranges. alors installés sur le tiers de la planète. mais épiés.. A quoi bon continuer ? Les pièces dont je pourrais parler se jouaient il y a quelques mois. M. car. on le sait. Mais c'est une pièce grande par les personnages d'ardents patriotes qu'elle met en scène. Jules Romains..

chante des cantiques et allie à ouvertes.. de MM. Si l'adaptation française de Marcel Duhamel et la mise en scène de Jean Darcante sont de premier ordre.. Et tout ce monde s'agite. n'en défigure pas moins quelque peu les personnages du livre : Pierre Asso est trop GUY LECLERC au bout de jeune pour incarner un vieillard son rouleau . un sursaut de feinte énergie. affolée par le désir de son mari. DÉBUT DE SAISON La saison 1947-1948 est déjà entamée. que toute la famille laisse crever de faim dans son coin. qui était dans le roman de Caldwell.. trois seulement sont demeurés dans la région : une fille que ses parents ont vendue pour quelques dollars à un cheminot et qui. Et la femme : « Pas possible l Pas répète -avec stupeur possible I Pas possible l » Ce qui n'est pas possible. sa femme ne désire Aigrie et famélique.. et il assure alors à qui veut l'entendre qu'il va se faire pousser une récolte. et Pierre Brasseur. s'accrochent désespérément à un sol qui fut le leur et qui ne les nourrit plus. a bien. Depuis vingt ans. que. La fille va se pendre. n'est sans doute pas essentiel. La vérité se fait jour. voilà 1. car La Pensée n'a pas de place. aveuglées par la cupidité de-Camus S pas lu ou vu Le Malentendu seules dans toute la salle. Il se veut philosophique. Linon. et fort ardente. réduits à l'état de pauvres bêtes. hélas I c'est le sujet et la manière dont il a été traité. La mère vase noyer. macabres. Mais les spectateurs du Théâtre de la Renaissance — qui a repris l'oeuvre cette saison — n'ont Pas plus que les pas eu de mal à la trouver. Des dix-sept enfants de ce couple déchu. la grand'mère abrutie. l'innocence du primitif livré à ses seuls instincts une hypocrisie et un sens de la casuisa tique des plus éhontés. Je ne parlerai pas de Pois chiche.. cependant. des thèmes assez Développant. dénudés.. fait l'amour toutes fenêtres s'empoigne. Et nous voilà loin des subtilités dialecd'auteurs tiques pseudo-révolutionnaires. ni ses lecteurs de temps. Que le fils ne soit pas reconnu après vingt ans d'absence par sa mère et sa soeur. résignée. et la torpeur le ressaisit bientôt. croupissant sa crasse. Sidney Kingsley. LES ENFANTS DU BON DIEU lui aussi. en fin de compte. son héros était parti de l'auberge natale.. écrit par Jean Cocteau en 1927 et joué à l'OperaComique avec la musique de Darius Milhaud. La Route au tabac constitue un puissant acte d'accusation contre ceux qui. dans Jeeter. Mouloudji et ses «soeurs ». Il y revient une belle nuit et se fait passer aux yeux de sa mère et de sa soeur pour un riche marchand de laminoirs.82 « rationalisée la culture ».. Sinon pour noter. à perdre. dépouillés. reviendra chercher secours auprès de sa mère . elles sont cependant à faire d'un grand livre une impuissantes véritable avec une vraie pièce de théâtre. plus qu'une chique de tabac pour tromper sa faim et une robe à la mode pour être enterrée dedans.. les auteurs trouvent le des considérations moyen d'introduire pseudans une comédie mido-métaphysiques américaine. Peinture de la conditionvigoureuse la plus misérable. intrigue et une action qui rebondit. du Bon Dieu. de nos jours. en effet.. mi-burlesque façon La manie « métaphysique » semble. dans Les Enfants Jean-Marie Dunoyer a au moins le mérite de la cohérence. réduisent des individus à la misère et à la faim et commettent l'acte le plus impardonnable : transformer l'homme en animal. aussi répandue cette année. récidive avec Le Mascaret. . Il n'est qu'ennuyeux. dans la dernière « pièce » nommée. au contraire. tout cela. en passant. sans importance. Elles l'égorgent sa de son portefeuille. ni d'Une mort blanc. représentée en 1944. qui ont — à juste boycotté cette pièce par eux jugée — titre fort de dangereuse pour l'ordre M. et n'ayant Mais. se chamaille pour un sac de navets qu'il engloutit crus. de M. procès impitoyable » qui vise à entretenir soiesprit « religieux l'abrutissement de ces pauvres gneusement hères. le père de famille. de temps en temps. trop mûrs déjà pour jouer les enfants sauvages. point rebuté par l'échec que lui avait valu Un Ange passe. le mâle qui voudra la prendre .. Truman. Mais il n'a pas même un dollar pour s'acheter de la semence. Survient parent femme. Et organiser tous les Lester. un grand vaurien de fils se laissera pratiquement violer par une évangéliste fort mûre. contre la Il y a aussi promesse d'une automobile. De même. La solution fait défaut. A noter que cette pièce d'Albert Camus. reprend le thème du Paume Maielot. cela pour tenter de proun social foncièrement longer système absurde et malfaisant. Mais tout cela.. Thomas ni des Hommes en Murecay. policière. une autre fille à la bouche affreusement déformée guette. l'interprétation (de laquelle se détache Pierre Asso). directeurs des salles américaines. les deux femmes ne l'identifient et s'empas. de M. humaine satire sociale d'un certain violente. Yvan Noé et A. que l'an passé. est aussi dans la pièce de Kirkland. si excellente qu'elle soit.

Cet alerté et truculent morceau de réalisme — du vrai. mais comme une telle et bonne chose. Le Procès. est arrêté chez lui au saut du lit. Tout homme est coupable dès sa naissance.. c'est l'éternel problème du péché originel. Obscure.. au cours du même spectacle. d'autres n'ont-ils pas même prétendu yoir dans cette pièce la peinture. Malheureusement. même lorsqu'elles sont issues de lui (ainsi la justice et son appareil).. Il tendra lui-même son. à des images d'Epinal.1' « univers concentrationnaire ». a priori. étant donnés les conditions dans lesquelles il revient et Je jeu qu'il joue. mais les policiers sont incapables de lui dire de quoi il est accusé et qui l'accuse. et c'est en vain qu'il essaie par tous les moyens de s'informer et de se défendre.3. non comme un prétexte à s interroger anxieusement. Jean-Marie Dunoyer se complaît dans ce tableau grand-guignolesque sans en tirer aucun bénéfice. Puis ils s'en vont. l'excellente farce paysanne de Roger Martin du Gard : Le Testament du père-Leleu. malgré tous ses défauts. seul.. puis se résigne à ce qu'il finit par juger inévitable. Voilà qui nous change heureusement des ! Philosophaceries ». et ce châtiment donne. en liberté provisoire. dit l'un. Le monde qu'il nous présente n'est autre que . de cette faute. c'est l'unique écrasé par le collectif. s'il l'entreprend. Raison de plus pour être sévère avec lui et lui demander d'abandonner ce genre de sujets. ce n'est pas là du meilleur théâtre. Kafka avait prévu la persécution nazie contre Israël.' A partir de ce moment.une signification sociale. Non..cette absurdité que Jean-Louis Barrault a tenté d'exprimer . pieds et poings liés. maternelle ou fraternelle ? Que la misère pousse parfois au crime ? On s'en doutait. n'a certes pas à reculer devant la peinture du sordide et de l'ignoble. vous l'avez deviné.. Et qu'est-ce que cela prouve ? Que ces. crai aime la vie. se désespère. de redresser ses erreurs et de nous donner bientôt occasion de l'applaudir. à qui l'on doit la mise en scène de cette pièce. l'homme libre (le zéro) assassiné par la société (l'infini).. prétend un troisième. celui-là — lui permet de confirmer sa grande classede comédien. Une chose semble certaine. par exemple.. en tout cas : Kafka a voulu dénoncer dans son livre l'absurdité du monde et l'« aliénation » de l'homme livré. à des forces qui le dépassent et sur lesquelles il ne peut agir. se révolte.. Mais le-livre de Romain Rolland recèle une telle-vie et un tel optimisme que l'on pardonne assez volontiers aux faiblesses de sa traduction scénique. sa tentative révèle des dons certains. son « affaire » suit son cours inexorablement. tour à tour il s'humilie. COLAS BREUGNON Alerte--et truculent aussi est le chefd'oeuvrede'Romain Rolland Colas Breugnon. ce doit être avec l'intention d'en dégager. Le livre de Kafka est certainement une des oeuvres les plus obscures et. à vrai dire ! Nous avons vraiment trop vu de ces drames où l'on entasse' les cadavres dans une atmosphère d'horreur et d'absurdité. l'infatigable spectacles du Théâtre du temps. Et pourtant. il y a peu de temps. de Fresnes en 1947 ? Sans doute en étaientils sortis. dit l'autre. Dès 191. toujours sans comprendre. Surtout lorsqu'il est servi par des metteurs en scène d'un incontestable talent. Poussant plus loin encore le souci d' « actualiser » Kafka. en effet. d'une faute qu'il n'a pas commise. Je fais maintenant allusion. Les sphères dans lesquelles s'élabore son destin lui demeurent jusqu'au bout inaccessibles.. Mais. Combien d'interprétations. Raoul Marco interprète avec rondeur et vigueur le « Bourguignon salé » qui aime le vin généreux de sa province et les discussions joyeuses.deux femmes ne possèdent aucune fibre secrète. dont le Théâtre national populaire du Palais de Chaillot vient de présenter une adaptation. ils interrogent. fondé de pouvoir grande banque.. Les souffrances qu'il subit sont le châtiment. graciés par une clémence criminelle. présente. c'est la question juive. Rien de tel ici. enfermé dans une situation issue et victime d'un ordre incompréhensible. Bref. en dépit de l'allure insolite de quelques scènes de facture assez surréaliste. Le réalisme auquel — souci fort louable — l'auteur veut rester fidèle. des solutions. comme disait Jules Vallès 1 Hélas ! une hirondelle ne fait pas le printemps et le pessimisme a la vie dure.cou au couteau de cuisine du bourreau. l'explication Le Procès.. peut-on en donner ! Le Procès. animateur des ) Pierre Valde. et l'on pense plus d'une fois. d'une Joseph K. tandis qu'il vaque à ses occupations habituelles. Ils perquisitionnent. la douceur des matinées printanières et le travail créateur. au nouveau spectacle de Jean-Louis Barrault. Guillot de Saix et André Chancerel. devant ces" six tableaux. fondamentale Et c'est. due à MM. LAUTRE COMMENCE «LE PROCÈS» DE KAFKA 83 qui n'a rien de très étonnant. laissant Joseph K. de faire entrevoir. les plus antithéâtrales qui soient. sans Ainsi.. au' moins.UNE SAISON EST FINIE...

que les nazis ont condamteur Labisse et à l'excellente troupe du théâtre Marigny. C'est la grâce que je Kafka. à figurer sont en la marche implacable du destin qui broie indépendance. justice . Nous le considérons chant inavoué pour Pérotisme. Derrière dit encore Paul Reiman. plus particulièred'ensemble au rythme impeccable.Et qui se pincent pour avoir l'ait de souffrir. et qui eut le mérite de nous lancer un « avertissement » et un « appel ». Ayant compris cela. Il est dommage et 'ses compadélaissant dès lors toutes mortifications et que Jean-Louis Barrault laissant croupir dans leur jus tous le gnons aient mis leur grand talent au service d'une telle entreprise. agir sur ces causeset Car. mais il ne l'a Octobre 1947. lui. pensable de donner à Kafka ce regain de vie ? Comme le disait. castrer notre jeunesse et.. Il a senti l'innous souhaite. qu'il faut « brûler m'a laissé parfaitement de décor. faisant flèche de mobilisé toutes les ressources visuelles et Mais il y a les sous-Kafka qui pullulent. sibilité d'émotion vraie. l'individu jeu. à construire. Et. metteur en scène. le tic tac du tiques »-. et non par haine de rault. comme l'homme qui a perdu son il tout a bois. aussi bien. je n'ai cessé clairement conscience que l'absurdité du de l'homme ne de sentir la présence d'une intelligence trop monde et l'aliénation tiennent pas à de vagues raisons métaphyfroide et d'un calcul trop lucide. « procès » avec la société. Les procédés simultanéistes et les Trop souvent beaucoup moins « autheninterférences de dialogues. froid.. tout simplement. laquelle.. derrière Kafka ».: Il faut prendre chaque changement chaque geste et chaque mime. était-il vraiment indisfaire une société plus saine. mais comme la victime dé de Tâche ardue. il s'est révolté contre elle.' GUY LECLERQ sphère qui entoura son oeuvréne suscitent pasen scéniquement en respectant. notre jeunesse intellectuelle. trop ingénieuse.84 '-. Or masochistes et pseudo-masochistes escaliers qui surgissent et s'effacent. je dois bien dire que cette né. Puisse Jean-Louis Barrault procéder de l'écrivain tchèque Paul Reiman : même pour le théâtre. était authentique. Et qui — cela est beaucoup métronome à l'obsédante régularité et le — répandent autour d'eux l'esbruit du tam-tam qui pénètre plus profonplus grave dément en' nous pour y tordre les nerfs. ni dépassée ni maîtrisée.. Tout à un cela est destiné à provoquer chez le specment. il faut refuser ce monde absurde. l'hommage qui convient à Jean-Louis BarC'est pour cela. [Son souvenir et] l'atmo- . existentialistes de la création. non comme l'avocat. il n'y a pas longtemps. plus virile. les prit de résignation et de mortification. sonores dont dispose de nos jours le. moment où la vie même de notre pays et son tateur une tension insupportable. La virtuosité même m'a semblé étouffer ici toute possiques. les mouvements .. maisbien à des causes historiques et sociales déterminées. metteur en scène-acteur.. de l'auteur nous l'animosité que nous portons aux réactiontchèque l'humour sinistre et certain pennaires ennemis du progrès. A un moment où nous avons tant de progressivement hébété. pour l'accomplissement l'ordre périmé. mieux équilibrée. Entendez par là.. comme le machinerie très ingénieuse. au décoraKafka lui-même. ruines à relever. une société Eh bien ! franchement. les ne sont que criminels de contribuer ainsi ï trappes qui escamotent. après avoir rendu toute neuve.

alluma une cigarette. On me reprocherait rité de cuistre distribuant avec largesse les les témoignages de pensums et gardant satisfaction au fond de son tiroir. Ne faudrait-il pas lire . Contre ses dents. Irma de MANZIARLY. qu'il faut en sortir dans un autre : voici pour pénétrer Katje. Il se leva. S.je suis plus fatigué que d'habitude ?» se demanda-t-il. sur les lèvres. (p. Il se passa la pût tangue sur les gencives.. 1946 . J. «Est-ce que. F. DERMENGHEM. BÉGUIN. bien des romanciers s'engluent dans une introduction sans vigueur. car le chapitre en question couvre à peine — deux pages on est saisi au coeur par une poigne redoutable. TATEOSSOV. Ceux qui se mêlent d'écrire savent combien il est difficile de capter l'attention du lecteur . de Clermont. Kanapa Il leur doit certaineFaulkner. E. acre ? . dit « bonjour » aux enfants sans les embrasser et s'assit devant son bol de café. 1947. MOUNIN. Curieuse techau cinéma par l'interménique empruntée américains. sur le perron : une petite tache de sang. A. R..CHRONIQUE LA LITTÉRAIRE LITTÉRATURE DE LA SOCIÉTÉ par JEAN LARNAC EXPRESSION — Jean BIBLIOGRAPHIE. il sentit dans sa bouche un de sang. que le regard parcourt avec ennui. R. Et il décida que non. Puis Jacques.. Dèsle premier chapitre—il vaudrait mieux dire : dès la première « séquence ». hélas I qu'avec beaucoup de retard au moment où un second s'annonce — révèle un en librairie tempérament peu commun de romancier à qui l'on peut prédire un bel avenir. ARCINIEGAS. maisle goût ne disparaissait pas. SPEAIGHT. 1947 . de de périodes balancées. L. d'un beau rouge. BERGE. ne viennent une dissertation. Puis Paul. ' Il arrive qu'un critique découvre un chefd'oeuvre chaque fois qu'il écrit une chronique. M. âpre l et déplaisant. R. Aldous HUXLEY. le goût du sang était plus fort. entrer dans le drame quotidien d'un des personnages de Comme si la lutte entière. Plus de beaux vivent. L'Étoile d'Ajours. tili commentaire ralentir le récit. C. Éd. Et Jacques encore. Éd. A. qui ne laisse pas échapper sa prise. 1947 .. Corréa. C. Aussi me trouvé-je d'autant plus libre pour dire que — il ne le premier roman de Jean Kanapa m'est parvenu. du Sagittaire. s'étalait doucement sur le ciment. brutal. Comme si lu lutte entière. Civilisation. le tuberculeux. DESROCHES. soigneusement les pages enrubannées métaphores marquant 1. Ch. absinthe. avant qu'il ait eu le temps d'y tremper ses lèvres. FUNCK-BRENTANO. horriblement choqué les auteurs qui aurait Jamais deLa Princesse de Clèveset d'Adolphe. CAILLOIS. Paul : Sitôt qu'il se réveilla. CASTELLI. L.. Jean Kanapa. 11). Où allons-nous ? Quel sera le sujet du récit ? Il n'importe. Éd. Jean diaire des romanciers a beaucoup lu John dos Passos. nous voici sous le charme du narrateur.. Devant des êtres nous. Plus discours. E. parlent Plus d'analyses minutieuses. André Arcane 17 enté BRETON. de GORTER. A peine sommes-nous entrés dans l'univers de Paul. PRÉVOST. il se sentit un besoin de cracher qui le fit courir dehors. Maria LE HARDOUIN. Brice PARAIN. de TRAZ. Nagel. G. plus épais. Je ne suis guère tombé dans ce travers jusune sévéplutôt qu'ici. ment son style direct. lui.. il peut nous conduire où il veut. de BROGLIE. CHAVARDÈS. M. sans artifices. voire grossier. Éd.. KANAPA. de nouveau. Caldwell. Du premier il nous fait coup.. Harold NICOLSON. Mais. SAUVY.. H. Il regarda par terre. ne s'embarrasse pas de préparations savantes. de CORTE. dont le nom sert de titre à la deuxième séquence. TOYNBEE. Et il ne se fait pas faute de nous tyranniser. John dos PASSOS. A.

tour à tour présentés. dont il saura de l'aimer. si bien qu'à le lire on éprouve une sorte d'angoisse. avec Annie.. qu'il : ceux d'hommes dans la qui s'exaltent leur accomplisse? volupté. ils forment appelés à réagir les uns sur les agissants. Et le jour où je pourrai me dire : j'ai fait quelque chose pour ce garçon de café qui essuie une table chaque fois qu'il me sert un bock. . (p. 280)..* — et ceux Mais ce que je puis affirmer.. de multiplier sans nécessité suffisante les tableaux de haut ragoût. chers aux adversaires du progrès consistait à feindre de s'intéresser de aux mouvements pensée les plus hardis en invitantleurs adeptes à venir expliquer leur point de vue concurremment-avec les représentants des opinions et à noyer le discours ou l'étude adverses. à deux ou à nouent des rapports dans la ville des groupes trois. les révolutionnaires de salon et abandonnant la révolution dans le de café qui échafaudent il travaillera de l'absolu. des du jpartisan marxiste dans. Louis Aragon Giraudy l'enthouL'Homme communiste. l'un des procédés Depuis la Libération. comme il y en a trop peu chez nous. ils y pourront suivre l'évolution d'un sehsuel. pour ce patron de bistro qui traîne ses pantoufles derrière son zinc sans zinc. se sont déchaînés violence contre les Soviets et que neuf Partis communistes se sont déclarés européens fermement unis contre leurs adversaires. Mais. les deux nouvelles inconvénient écrites par et "après son adhésion. En nous faisant sentir la vie par tous les sensr Jean Kanapa nous aide à-la Comprendre. il a beau se rebeller. quelque part. . et je saurai que j'ai fait ce que j'avais à faire. En attendant le moment où tomberont les derniers masques. Roger dans dans Antée. par des hommes. pour cette putain qui a froid et qui s'ennuie. Il y a certes des longueurs dans ce curieux un abonroman qui offre à notre sensibilité de destinées : bien qu'elles dant bouquet nous permettent de nous rendre compte que son adhésion au communisme a changé juson supprimerait sans qu'à son esthétique.. pour Noël. Le •tapo que l'on découvrira désir qu'éprouve Jacques. qu'un romancier une oeuvre dense et forte. c'est qu'il y a quelques semaines JEAN LARNAQ avec une indulgence supérieure de j'aurais-souri cet humanisme militant qui me tient maintenant sérieusement aux boyaux. les temps de guerre sont ceux « de la volupté. foi ne se contentent pas de professions rapides et de slogans conçus pour la propa-' gande feront bien de lire Comme si là lutte entière. mais plus tard qu'elle continue nécesle juge veule. le conduira vers l'action saire contre l'occupant. le roman s'organise . parmi les hommes et pour les hommes : Je ferai mon salut avec des hommes. il se fort bien que l'interdit soit de noupourrait veau jeté sur les indomptables ou qu'on les tienne pour des réprouvés.. peu à peu. qui ne partagent pas lés convictions politiques de l'auteur ne me contrediront pas. —c'est nous est né qui nous offre. Aucun du romancier apparent entre ce Paul. ont exprimé du militant convaincu. Maintenant que les Étatsavec une extrême Unis. où les jurons ennemi de toute boursouflure.. jeune philosophe de sortir du marasme où l'a plongé agrégatif. ceux qui trouvent ment dans un austère travail social ? Il est de ceux-là plus souvent question que de ceux-cit dans son livre . pour ce type sans âge. de. ne dit-il l'auteur aime deux types pas. cette Katie. comme domaine Annie. pour Annie. et les gros mots abondent.. hostiles opinions va continuer jurerais pas que ce procédé d'être en honneur. Il semble que l'on se trouve en présence d'un recueil de contes à l'emporte-pièce. nous incite à l'aimer. Y a-t-il là tendance personnelle due au tempérament ? née' d'une contagion fréquentation trop des romanciers américains ? prolongée péché de jeunesse ? Nous l'apprendrons en lisant les prochaines oeuvres de Jean Kanapa. et un recueil intitulé Civilisation collectif. pour la gosse de Racine. siasme com'municatif Katie." garçon contre laquelle qu'une logique implacable. du sang et delà mort ». nous pousse à laïendre meilleure pour tpus.8B Mais un langage bourru. de des artifices sans que l'on s'aperçoive liaison. arrache aux discussions vers le parti pour le conduire idéologiques des gens qui ne se payent pas de mots. Mais de Comme si la lutte entière. le Jacques de Kanapa dit sa joie de pouvoir échapper à de veulerie dont il souffrait l'accusatiQn tant. responAprès avoir fait disparaître « Racine » sable de la mort du communiste auprès de qui il avait pris contact. On Jacques avant à Kanapa de pourrait également reprocher nous faire vivre trop souvent dans une atmosphère de sensualité exacerbée. qui vient d'avaler un café à toute vitesse. cultivé. rapport ce Jacques.. la multitude -Je ne au communisme. ce jour-là je serai aussi heureux que le jour où j'ai couché pour la première fois avec Annie.. au chiffre de l'artiste. autres. Des esprits curieux se demandent parfois Ceux qui comment on devient communiste. Certes. pour tous les autres. le départ de son amie Annie. de la caméra continuel Le déplacement déconcerte le lecteur. intelligent. Le plus drôle et le plus agréable à penser en même temps. La liaison de Katie avec un homme riche qui la mène dans les grands restaurants et lui promet un manteau de fourrure de la Gesla prépare à devenir l'indicatrice par la suite. les personnages ou isolés se connaissaient que l'on croyait entre eux .

perspective décourageante que celle d'un anéantissement ultime de toutesles activités et les valeurs humaines.. Chez Berge comme chez beaucoup d'autres penseurs de son milieu.augmentent preguère. la science humaine. « adaptons s'adapter Vivre. Raymond A'ron lui prétendait nous ramener vers l'éternel. Chemins du monde. raison. désir louable. auront disparu : même si l'homme devait céder la place sur la terre à quelque surhomme. matérialiste quand elle travaillait de la tutelle à s'affranchir à toutes les nobiliaire. pour l'avenir ses fils. EXPRESSION DE LA SOCIÉTÉ 87 les auspices de la « revue interpublié sous nationale ». société. produit d'une évolution plus avancée.. s'arrête-t-il pour cela d'étudier la physique et de jouir des plaisirs que peuvent la fortune et la gloire ? Et puis -procurer sait-il de quoi l'homme sera capable contre d'années ? On la nature dans des milliards dirait que toute une catégorie d'écrivains—et même de savants — n'a pour objet que de nous empêcher de vivre en nous acculant au des questions démodésespoir. comme les surfaces cultivables n'. car de François presque tous les collaborateurs Berge se montrent englués dans le pessimisme. de sanature essentielle dans le renoncement aux determinismes les plus immédiats de sa matérialité. et qui gémit d'être arraché par l'événement aux habitudes chéries. d'ailleurs. truire des théories sans fondement. la civilisation humaine. desvaleurs soustraites au temps et au lieu. Spécialiste Albert Sauvy constate que la graphiques. philosophie. (p. témoigne de début la bonne volonté montrée. ne se les problèmes d'aménagement posent-ils pas tous les jours à chacun de nous' ? et familiale dans sa vie professionnelle » la c'est . que ce besoin d'immanence n'engendre pas la joie. apparaît comme une lutte quotidienne avec la certitude d'être finalement vaincu. n'ont pas : leur place dans le monde d'aujourd'hui Il est désormais admis que l'intérêt est le seul fondement respectable et. on sent ce besoin de maladive à dépassement. (p. car nul n'est à l'abri ou de la maladie qui mettra fin de l'accident à son oeuvre . 29).. le seulmoteur véritable de l'activité humaine. déclarel'éditorialiste François Berge. Nous devons consciencefaire en commun un effort d'élucidation. Sauvy et non du sociaest l'homme de la synarchie.. Il espère amener l'homme à pouvoir trouver un épanouissement suprême. sur les idées si est-il possible de s'entendre des intérêts l'on fait abstraction qui les les ignorer pour s'abssuscitent ? Prétendre c'est constraire dans la pure. Paroles sensées. comme les sources de matières il se plaît à mières ne sont pas inépuisables. 11). imaginer que des hommes gagnait le progrès si la multiplication de vitesse. pourtant bien lointain à 1'« échelle humaine ».. par un certain clan patricien Ce n'est pas en celant nos divergences que nous trouverons les principes d'un langage commun. jusqu'au : de cette année. le sophiste..LA LITTÉRATURE. cette aspiration autre chose que le réel qui tourmente une bourgeoisie jadis positive. Il n'y a guère. 21). d'une faillite finale de tous les efforts. De tels propos plaisent aux esprits religieux qui s'en servent pour montrer la nécessité de croire en la vie éternelle. Mais sont-ils bien sérieux ? Louis de Broglie peut mourir d'un moment à l'autre. somme la vie de chacun de nous. «hislisme. le célèbre physicien Louis de Broglie imagine le jour.aussi préfère-t-il — que dis-je I — de « l'esprit ». nous seronstoujours attirés par les idolâtries modernes qui détachent de 1' « échelle humaine ».. elle aboutirait sans doute à un carnage sans précédent. ! Il ne Que de regret dans cette affirmation plairait guère à François Berge de dévoiler les intérêts qui font agir ceux de' sa caste . L'attitude de François Berge ne manque d'ailleurs pas de pathétique : on devine un homme qui aimerait vivre tranquille avec ses dieux lares de sans avoir rien à craindre. dansT » de l'Europe. se tenir sur leplan des idées. Robert de Traz décèle. ee qui n'implique d'ailleurs essentiellement qu'une adhésion de notre conscience à .. François bien rendu compte que Berge s'est d'ailleurs l'idéologue. Ah ! s'il pouvait ramener vers l'immanence les insensés qui n'ont pas su garder la foi ! Si nous n'appréhendons à nouveau l'éternel "de quelque façon. ce surhomme à son tour n'aurait devant lui qu'une carrière limitée.. Avec une délectation morose. où toute civilisation aura disparu dans les catastrophes cosmiques : Un jour viendra où la pensée humaine. Nous découvrirons mieux ce qui nous unit si nous prenons de ce qui nous sépare. Avec bien de désagrégation par l'intérieur des sij Brice Parain médite sur la « mort des Mais . un « processus toire spirituelle ». population augmente dans tous les pays et. (p. faisons cesser les causes sociales de misère I Tournons toutes les forces humaines à la lutte contre la nature. une manie parmi les croyants et parmi aussi C'est ceux de leurs qui. s'étant détachés dé la religion leur ancêtres. Mais voilà. Le progrès de la civilisation. aujourd'hui prête mystifications que pour ne point reconnaître son affranchissement de doit être suivi l'affranchissement du prolétariat. inacceptable pour sentent le besoin d'une mystique capable de détourner l'homme de certaines tâches Et il faut croire urgentes. Hélas 1 M. le rhéteur..

il en arrive à dénoncer le pouvoir politique quel qu'il soit. qui croient encore au dévouement du général de Gaulle à la cause publique. est devenu le groupement urbain le plus typique de notre temps. afin de ne pas décider. agréable. qui a fort bien décelé l'endroit où le bât blesse ses contradicteurs : . (p. Mais que toutes ces études. cependant. . en liaison avec les AngloSaxons. découvrirait le progrès de la vers le mieux-être civilisation par le travail et la volonté de justice. Ils ouvrent une enquête sur le capitalisme et le communisme. mais que ne ferait-on civilisations avec des si ? Si Brice Parain était une mens sana ' in corpore sano. nisme.la métaphysique. Qu'on appelle le phénomène communisme ou dictature fasciste. mais le grand État ouvrier qui sur le sixième des terres émergées s'épanouit n'est pas de son goût. l'écrivain anglais Robert Speaight rapporte le repréde rencontrer qu'il eut l'occasion sentant de la Résistance française au moment où nos troupes. dociles ou indisciplinés. et. Le monde ne sera sauvé «ni par le manifeste du commude Truman>. 57). dans ses romans. John dos Passos. (p. le mot du compagnon devant son qui s'installe établi : Au boulot I ce .. . à qui mieux mieux sur les ghem pleurent ruines del'univers spirituel et nous annoncent avec un sadisme maussade les pires cataMarcel de Corte voit strophes. un acte capable de réaliser ce qu'il peut y avoir de commun dans les désirs des « gens de bonne volonté » appelés à la discussion : Les uns se réfugient dans une inquiétude insoluble aux frontières du marxisme.. (p. puis sur l'art et les partis. s'apprêtaient_à débarquer ~ sur les rivages normands.. (p. ces calomméditations. puis une autre ensuite sur l'existentialisme et le marxisme. quelques émules au moins de Koestler auraient eu le sentiment de leur dimension vraie devant cette civilisation dont ils désespèrent un peu prématurément. une de ces révélations monstrueuses dont les du marché noir entretiennent trafiquants leurs clients afin de dériver une indignation être fâcheuse pour l'avenir du qui pourrait négoce illégal. Après tant de vaines paroles. dans l'établissement de relations internadans l'effacement des différences tionales. tremble sur ses bases . il pense que « la prose entoure société humaine est. ils commentent interminablement l'idée de s'engager.. Aucun espoir n'est donc permis : Dans les immenses territoires de l'État soviétique et de la plus grande partie de l'Europe. L'évocation On croirait lire un papier sorti des officines de Goebbels. les résultats sont les mêmes. et. s'il maniait un autre outil que la plume.Toutes les fois que notre civilisation a mué. ou supprimés toutes les fois qu'un fonctionnaire décide de presser sur un bouton. s'ils avaient relu la fin de Bouvard et Pécuchet seulement. Dans son étude. 75). le camp de concentration où des hordes de malheureux à demi morts sont employés comme esclaves. Aucun des adversaires de Mounin n'a envie d'aboutir à une conclusion. de coutumes. Le capitalisme. c'est à Truman que vont ses Il est vraiment préférences. de moeurs. Aldous Emile DermenBrentano. ils délibèrent. après de dédaigne analyses de l'histoire pertinentes politique et sociale... derrière les difficultés du moment. après tous ces entrepreneurs de pompes funèbres. d'intérêts.. 55). Paradoxal. La sécurité garantie à la vie ou à la propriété par la loi a disparu. à confondre dans le même mépris un gouvernement de nietzschéens mus par la volonté de puissance avec un gouvernement de travailleurs n'ayant en vue que le bien commun : II n'est pas d'homme au monde à qui il soit prudent de confier un pouvoir absolu sur d'autres hommes. (p. afin de ne pas s'engager.. lui. Les hommes se tordent. Huxley. la stupide cruauté. les partisans de la vieille çeau ont crié à la mort : le langage delà polémique intellectuelle est monotone. le héros de Kanapa. s'il en reste. impuissants.. il jouirait peut-être du plaisir de vivre et. de rencontrer Georges Mounin.. faut choisir. ces ces démonstrations.. dont il a souligné. . ou réduits en esclavage. dans les filets de la police secrète.. Toute civilisation qui s'universalise est marquée du sceau de la mort. de nos jours. Mais je ne voudrais pas abandonner triste recueil sans en extraire une anecdote à éclairer propre ceux. c'est-à-dire à une décision. Mais. même du déclin : JEAN LARNAG le signe » . Comme presque tous les essayistes dont la la sienne. s'il avait les deux pieds solidement campés sur le sol. Les petits succès frelatés de l'existentialisme permettent à Enrico Castelli d'affirmer la faillite «du criticisme kantien et en général la faillite de tout intellectualisme». est savoureuse. sur le déclin »..88 r. ils peuvent pareillement être déracinés. Ils interrogent jusqu'à la consommation des temps'pour éviter le moment de répondre. 68). semblables à celles qui avaient fini par lasser Jacques. après laquelle on ne pourrait que devenir communiste ou se mépriser. nies mélodramatiques sont donc ennuyeuses I Que cette pensée de bons apôtres est indiChristian Funckgeste 1 Harold Nicolson.. mais ils ne feront ni l'un ni l'autre : ils ouvriront une nouvelle enquête sur l'humanisme et le communisme. 117). un seul mot a sa place.. ni par la doctrine déclare Robert s'il Speaight .

André Breton. elle prodigue la m&taphore jusqu'à l'incohérence. un avion était mort. la sensation la plus intérieure. 20). non la femme qui parle àla tribune du Palais ou qui déchaîne les millions de Bourbon. Mais entre Comme quelle différence de technique si la terre entière. qui provoque le trouble. dont certains ont fait grand cas. la femme Je ne bonté .LA LITTÉRATURE. du militant ment «rejetertous Parce que l'auteur les modes de raisonnement tend nous intéresser. non pessimistes à plus. ce n'est pourtant Ce n'est pas par une sèche législation. André point sera qu'il toutes Breton conseillait aux poètes derejeter les règles de la logique pour tenter de cueillir dans la poésie à sa naissance dans l'émotion. et les chapitres critiques de Civilisation. de dont les hommes sont si pauvrement verte est femme.. bien entendu). affirme-t-il. Pas difficile. (p. et tout le contenu de celui-ci roula sur le sol. Elle reconnut en lui Charles de Gaulle. par un mystérieux décret de ces puissances (il s'agit des«puissances éparses dans l'âme de son temps »). tournoyait un moment comme la roue du soleil. resté à la vieille notion des deux principes le féminin et le masculin. . Cette crise est si aiguë que je n'y découvre pour ma part qu'une solution : le temps serait venu de faire valoir les idées de la femme aux dépens de celles de l'homme. pour a vécu en Amérique et de nous. (p. il faut seuleles idées as^ez banales auxquelles l'ajusteur.. 122). J'ai dit ailleurs ce que je pensais de ces divagations solennelles. (p. absinthe. ment. par des appeler programmes. en "raimajeure.. dont la faillite se consomme assez tumultueusement. comme tant d'autres ennemis du progrès il méprise ce qui fait notre confort et qui pourrait faire notre bonheur. il doit être tout à la fois leur victime et leur dispensateur. Lorsque le service fut terminé. qu'on change .et entre les toits. à capter les messages subconscients dont on peindre des femmes fatales ou des anges de sait qu'ils dévoilent la vérité profonde. car il y dénonce et s'y pose en prophète^ le rationalisme ne fournit-elle Sans doute la France plus guère de disciples à.. à son L'Étoile fiers. à 'la veille de l'ouverture du second front. EXPRESSION DE LA SOCIÉTÉ 89 C'était par un chaud dimanche de juin 1944. et confier nos intérêts sexe une importance mais. eût fort bien pu joindre sa études Arcane dernière oeuvre. les recherches esthéLorsque. assistait à la messe à A côté d'elle. avait un grandO/fficier en uniforme français. pas sur la forme que je voudrais ni sur le fait que Maria Le Harl'attention. elle pré? Non. Mais. pour moi! France. aux réunies par François Berge. Rapporté par un écrivain qui n'avait l'intention de souligner l'égonullement centrisme de Charles de Gaulle. une longue jambe de fumée noire colonnait dans le ciel. des plans. En un clin d'fflil. elle réserve. de confesseur ou d'orateur..lemonde. des régimes. Séparé de ceux qui travaillent à modifier le monde pour l'ajuster à leurs besoins. dont un fils était le chef d'un commando et dont l'autre était parachutiste. il se redressa objets répandus. qu'il a toujours été et que. d'. la sensualité joue un grand rôle. Quand et dit : «Priez pour moi. un autre prenait feu. beaucoup plus apte que l'homme elle se refuse | son de son vouloir artistique.. des puisque l'action deux romans se déroule en France durant et que. on pouvait discuter sur la tentative. et L'Étoile absinthe 1Maria Le Hardouin aime le néologisme prétentieux. des paroles douin prête à ses personnages ni sur Serait-ce par le travail du laboureur.opposer l'oeuvre de Jean Kanapa celle de la romancière. Veut-on un exemple ? Voici comment se trouve décrite la chute d'un avion touché par un obus : Mais parfois une croix d'argent se détachait. si misérablement dupes». àla femme. de • d'écrivain. furent des années de souffrances en sa mission : luttes. la raison. Une amie. 17. ce prophète depuis qu'il les années qui. qui ne sait plus à quoi se prendre.. Si tapageuse qu'elle soit. André Breton en est volts d'an cyclotron. mais il croit toujours C'est en ce sens que cet homme est (il s'agit de lui. La « femme-enfant et ». un tel mot juge l'homme. aussi nous présente-t-elle sans à la fois séduisant et s'est comme un monstre galège pas. lorsque Breaux politon prétend étendre son conseil ou. le second par mier caractérisé par l'intuition. Breton exprimé ambages : vénéneux. madame.. de Gaulle fut à genoux pour ramasser les il eut fini. -dans l'un comme dans l'occupation l'autre. elle laissa tomber son sac. Il ne serait pas difficile de trouver quelque parenté entre le dernier roman de Maria Le L'Étoile Hardouin. il est difficile de ne point sourire de ne point s'indigner selon spn tempéra-. J'ajouterai donne l'imseulement ici qu'André Breton pression d'un homme désaxé. le prespirituels. traînant "" derrière lui 'disparaissait i ses racines de flammes.. poursuivant dit : « Mon premier tiques de celui qui avait faut déraisonner ». tiques. » et non pour tous ceux qui Pour moi! et non pour la allaient périr. il y l'église des Jésuites de Londres. engendre . bien entendu. 87).

380). Quant à la vertueuse Laure. Miette me paraît la mieux venue. les rédacteurs d'arts d'aimers'amusent ainsi à décrire les jeux de l'envie. il est permis de la considérer comme le pire des poisons. qui crève les yeux de son chat bien-aimé afin d'atteindre le comble on se croirait transporté du renoncement. dont les traditions s'effondrent les unes après les autres sous l'ironie du romancier. 1. Une telle passisi l'on ne devinait.. consentira aux pires déchéances sans éprouver. Maria Le Hardouin s'entend à mêler la sensualité. Lorsque celui-ci décide. à aucun moment. auquel se mêle une satanique odeurde soufre.90 le drame. dans l'indoà la-tranquillité lente Miette. Le démon habite Laure. elle cherche Dieu dans le péché de la chair à la manière de sainte Marguerite de nous a Cortone. afin de ne pas brouiller l'image qu'il s'est faite de Laure. Lorsque la foi atteint de telles extrémités. Bien qu'elle se situe durant la dernière guerre. le besoin de se reprendre. mais la mort de la civilisation bourgeoise. l'oeuvre dé Maria Le Hardouin paraît vieillotte. (p. dans je ne sais quel antre voué à la magie de charité noire. dont François Mauriac conté l'histoire \ Je possède comme toi. elle ne sait pas plus que Miette résister à l'homme qui s'éprend d'elle. Flammarion. vit avec un n'aimant que les intellectuels. dont l'un. comme il habite Miette. que vité surprendrait Maria Le Hardouin est hantée par le mythe biblique du serpent. Avec Taraglas. de mettre fin à l'aventure avant le dénouement. 1945 .. fid. la pour morale. De ses deux héroïnes. lorsqu'elle pousse un Taraglas à s'acoquiner avec un couple de brutes et à mutiler son chat. Elle vivait tranquille auprès de ses amis d'enfance. Vincent incarne un-esprit bien rare depuis le Moyen Age. Constant. que les femmes grossier illettré. de la fuite et de l'approche dont les règles ne changent guère. c'est afin de sauver le jeune homme. Et un homme l'arrache en découvrant. « comme d'un bien qu'elle eût perdu. la métaphysique. de l'amour qu'il lui avait porté ». Comme Mauriac. ce curieux sensde l'âme à qui la vie rie suffit pas . Laure se trouve à délivrée du péché qu'elle s'apprêtait mais elle commence bientôt à commettre. Ce n'est pas la mort des civilidû décrire les collaborasations qu'auraient teurs de François Berge. préparer un plat de haute saveur que la psychologie épice à souhait. Un parfum de violettes fanées s'en dégage. Sous l'empire de la sensualité. souffrir. comme Charles Plisnier. La dévote Laure se : si elle se soumet donne des prétextes aux volontés de Luc. une sensuelle qui s'ignorait. dit Miette à Luc venu la voir dans la maison du péché. mariée etmère de deux enfants. ce monstre moral qui prend plaisir à se vautrer dans la honte* le dégoût et. Quant à Miette. Ah ! ce n'est pas une saine sensualité que celle des personnages de L'Étoile verte. lorsqu'elle incline Miette à s'offrir aux caresses des amis et des amies de son amant. deux frères. élégantes et sensibles. est devenu son mari. Ne voilà- JEAN LARNAQ t-il pas des subtilités de sentiments propres à faire pâmer d'aise les délicats ? Depuis Ovide. comme il habite Taraglas. n'aimant minces. et dont les croyances religieuses elles-mêmes se décomposent. mais ne pense jamais. Miette abandonnera le foyer. couche avec une énorme dondon. la religion. il lui faut Dieu ou se détruire.

Pour lui assurer un l'ornement de sa solitude. — en matière . signalée. X>ès que l'on ne se contente plus de voir dans l'art vif selon les individus la satisfaction d'un besoin inégalement et. . dit-il. d'émettre Si je ne rougis pas (au fait. a été. superflu fait qu'en dépit de maint préjugé.CHRONIQUES . fort particuliers geabilité de certains traits. et dont le problème des à tous les frères ne fait qu'embrouiller irréfléchie l'application fins de l'art. avec les Parisiens saisit l'occasion d'entrer en conversation moindre hypocrisie. . sans la par un cycliste qui met pied à terré. depuis quelques semaines. d'une entrée satisfait manifestement « L'astre des nuits nous éclaire ». mal défini. il faut bien reconnaître leur spécificité. REFLEXIONS SUR LES RAPPORTS par D'UN DU PEINTRE FRANCIS VIEIL ET DE JOURDAIN ARTISTE SON MILIEU Clair de lune. la correspondent pas à des besoins identiques. pour m'amuser de la platitude ce cliché il ne suffit pas de rendre les arts au genre masculin pour débarrasser d'erreur. surtout. sur le d'insister c'est que je ne crois pas. la pratique de tous les arts n'est pas régie ils ne relèvent Par le même statut. L. sont soeurs. ils ne disposent pas tous de la même liberté. souvent obscur. à dire vrai. . qui vous dit que je ne rougis-pas?) de pareils lieux communs. pour autant. Cette rencontre — restée sans lendemain — remonte à quelque quarante ans. qui. nous sommes rejoints Une route en Ile-de-France. demande à laquelle elle répond n'est point formulée comme le sont les exigences imposées à l'architecture.a paresseuse reconnaissance de cette prétendue permet à bien interchanelle facilite la fâcheuse des sophismes de faire figure d'axiomes. — le dispense de préciser qu'il est. Les liens de parenté qui unissent de ce. C'est le curé de Coutevrouit. cependant . » tous les lirts l'abbé ajoute : « D'ailleurs. Nous sommes déplorablement enclins à prendre pour idées générales ce qui est seulement hâtives généralisations.à. ce n'est pas Si j'ai souvent repensé depuis à mon assoiffé de beautés esthétiques. dès que l'on cherche à préciser la mission les difféde chacun des arts.dont letour pas vrai? n'est:il — lui aussi — un'artiste. fraternité dit. musique et l'architecture que le philosophe on est bien obligé d'avouer du génie humain ne que ces deux manifestations La musique a sa fin en soi. et nous ne tardons pas à savoir que la musique est Cette confidence est un appât. et partant vouloir élever entre la rences de leurs déterminations. ^ . maximum d'efficacité. . dont la présence dans le village lui. de ses images ou de leur audace grammaticale. ne pourrait une barrière franchir. >" / i ARTISTIQUES ~ -. Sans. chaque art. A mi-côte. que la routine y a introduit ils ne sont pas de l'ordre qu'on les arts sont moins étroits qu'on ne dit.

souvent. ce n'est ni prendre souci Non. peint. d'un matériau élu et raisonnablement employé. S'il n'y a qu'une différence de degré entre le Parthénon et la bicoque de l'actuel il y a banlieusard. et peuvent sans dommage n'être pas entenexigences sont moins impératives avec profit. Il parle avec l'espoir d'être entendu. Nous voyons mieux les relations que ce qui détermine de cause à effet existant entre la maison et son occupant et la le tableau qu'entre . ni avoir le goût de l'ordre. différent. est impensable. elle ne peut remettre en question même de ses prévisions et de ses l'objet elle ne peut que dans une faible mesure modifier lés surfaces. faculté et modifié'la coutume. Ce fut la passion et la Passion des plus grands. tend l'oreille peint — non de sa conscience mais d'un désir qui exprimé ou pour la satisfaction deviné — lui est étranger. respectables. être impunément par le peintre. Tout possibilités judicieusement bâtiment est une réponse à une demande du corps ou de l'esprit. c'est-à-dire à leur raison d'être. Pour ne parler encore que de deux d'entre de eux. mais celui-ci l'applique à résoudre un problème dont les données lui sont fournies. de toujours qui il sert. fait ne doit pas être étendu à ce qu'une carence de la langue nous contraint à nommer aussi les usages. Il est à ce service est préjudiciable dépendant que tout manquement un mauvais artiste sa serviteur. Tant que fenêtres et cheminées sont dues.. s'il ne s'est pas résigné à « peindre comme l'oiseau chante ». m'objectera-t-on. souvent l'inquiétude ne l'être pas. voire être bousculées Le respect dû à l'usage qui en est utiles.92 FRANCIS JOURDAIN et son art est au service de l'homme pas de la même éthique. certes. Leur audace fut féconde. Ce qui détermine convenons mieux l'architecture. d'autrui tandis Que l'architecte puisse ne pas se préoccuper le peintre pour qui les habitudes d'autrui sont déterminantes. de véritables nos sommations. sans l'avoir sans être sûr qu'il n'a pas prêché rencontré. concevoir qu'une Raison. tandis que le peintre s'est plus ou moins clairement posé luimême les questions il s'efforce de auxquelles plus ou moins heureusement répondre. les volumes. tous les arts dans le même sac. Nous ne pouvons. dure loi qui crée des formes adaptées propre fantaisie en même temps qu'aux à leurs fonctions.— à cet art. par son essence. quand il substitue quand il est un mauvais à la loi de la nécessité. qui se plie aux règles de la bienséance. mais il ne' cède pas à une sollicitation. Il n'est guère dé grands peintres qui n'aient peu ou prou usé de cette" contrariés. mettre de leur santé. une 'différence de nature entre deux chefs-d'oeuvre. prévenances. L'architecte — je dis bien son art et pas seulement en est si étroitement sa technique. Le peintre ne connaît pas son interlocuteur. qu'est méprisable aux appels d'alentour. . Eh! le propre de la Raison est de guider chacun sur la voie qu'il a ses raisons de choisir. les relations sont cependant d'un ordre très arrive de précéder ceux-ci au lieu de les suivre) il n'a pas à le connaître.édifié et l'autre apparentables. les dimensions humain a édictés et qui sont que le comportement alors que dans le domaine des arts d'agrément. L'architecture est. et il n'y a pas de commune mesure entre les raisons qu'avait Nicolas Poussin ' de peindre le Déluge et celles qu'a eues Hardouin-Mansard de dessiner le plan et la façade du palais de Versailles. même de valeur égale et volontiers si l'un est. l'architecte et que justifie élaboré à tel moment de l'histoire réalise toujours un programme la condition humaine à ce même moment. il disparaît si neuf qu'il est longtemps incomdans le désert. que nous le distinguons la peinture. de ce fait. la noble servitude qui est la raison d'être et fait l'éloquence l'architecture n'est plus chez le peintre que servilité. et son langage est parfois La peintre un art tellement individuel qu'il ne sait pas pratique préhensible. Ceux-ci peuvent. elles sont. avec ses contemporains du peintre (il lui Indéniables. prévoyante. Je ne veux pas dire que l'audace soit interdite à l'architecte.

vingt Renoir. bien avant le règne de Louis XIV. « terre à terre » et sans lyrisme d'hui l'impressionnisme pour spécifiquement avec lequel dans un tel propos que le sang-froid bourgeois. est de l'ordre qui. Monet. n" 3. Il est. des arts un exemple commise par Plekhanov donne le menuet comme Baby rappelle l'erreur lorsqu'il « une expression d'une classe non productrice de là psychologie ». « une activité économique. des activités humaines qui n'ont que des rapports lointains et difficiles à. Dans un excellentbien dit quel danger il y a à vouloir expliquer. car elle suppose la connaissance d'un nombre considérable de faits dont beaucoup sont malaisés à découvrir et atissi parce qu'il faut se défier des explications superficielles' ou tendancieuses des événements. honnie. glorieux -Van Gogh. répéter nous ne devons pas forcer sa pensée. pour saisir l'étendue mais hier à cet impressionnisme personne ne demandait. la soit le propre des peintres soumission auxquels Qu'une. succès de sa s'obstinant dans un art qui. Sous peine d'entendre Marx son fameux Je ne suis pas marxiste. Il n'est d'admirable des vérités va à l'ëncontre la moins contestable lorsqu'elle peut être travestie n'a rien retrouvé de soi dans une La bourgeoisie de la thèse la plus effrontée. comme » et les artistes un trafic commercial engendrant une industrie donc à travailler « engagés dans les nécessités qui les mènent ». qualité d'artiste ma foi. aussi honteuse est justement cela est admis'sible (encore faudrait-il refusée. elle "demandait dégradant à l'idéaliste plus de rêve. que non seulement ne le pouvant digérer. toujours Bouguereau travaillait bon gré. n'étant pas le résultat ne saurait caractériser L'homme dont la foi n'est pas qu'une vertu théologale. pour que l'on puisse raisonnablement de la loi de l'offre et de la demande. en cette matière. et pour apaiser sa soif de poésie. Sans remonter l'efficacité. De fort toujours plus de sirop. ce débitant pour la clientèle qui le faisait vivre. (dans là mesure où prévoir (i) La Pensée. se recommander ~ . par des influences économiques directes. « Doute de tout. et. découvrir avec les conditions matérielles de l'époque considérée. su crever la faim tout aussi bien que les meilleurs).*': de la Pensée (1)/ l'historien Jean Baby a fort article . faire valoir refusaient à faire le trottoir. que tout le monde vomissait. On donne volontiers aujour-. qu'elle peinture de ce « réalisme ». alors que le menuet était. Prenant dans l'histoire de ce genre d'imprudences. générale prodigue jeunesse. M valut. après les brillants à Rembrandt et une vieillesse misérable. Gauguin. lui faire dire ce qu'il ne dit pas. il suffit. p. elle est plus difficile à appliquer. ont connu la misère parce qu'ils se Trop de grands artistes. avril-mai-juin 1945. insultée. voilà qui me semble pour le moins léger. en tout cas. -lui faire porter déductions Jdréés par nous avec une assurance et une suffisance dont eût été scandalisé' celui qui avait pris pour devise :. condamnés « bon gré mal gré pour la clientèle qui les fait vivre ». à mon avis. Si elle est relativement facile à comprendre. il ne peut prédire. la défaveur de rappeler le sort fait d'une semblable erreur. autres? Mais Cézanne. » Une certitude de la Révélation de l'expérience. 80-86. Pissarro. oubliant les leçons de scrupule de la responsabilité qu'il nous donna. religieuse que la théorie H peut prévoir est supposer). ne peut admettre proprement précède l'observation. et que les étourdis de Marx. se garder d'imprudemment généraliser. Elle avait a réprouvée.. artistes de méchants ayant.RÉFLEXIONS D'UN VIEIL ARTISTE 93 fort inopinément. aux ordres des classes dirigeantes n'est pas Affirmer qu'ils se sont conformés ne craignent pas en outre de qui s'y risquent sérieux. . . trop simple société où il surgit — parfois — c'est-à-dire inexact — de considérer l'art comme. horreur maudite. H serait faux de croire que la conception matérialiste de l'histoire soit une' chose simple. dansé par les paysans.

sans le moins du monde. la musique est moins que la peinture exposée à l'audace interde nos pseudo-marxistes. convaincant. dit Taine. Et il n'est certes pas malhonde ne pas faire il l'est. Velasquez. dit-il. il n'en est pas moins vrai que cette détermination déterminé. comme pourrait l'être toute révélation sur la composition de sa son hygiène ou ses manies . essayer de dissiper qui empêche de distinguer et l'objet de sa représentation. de clefs. l'art. de clefs. pas absolument La notion de race est si fragile abandonnée qu'elle est presque complètement conscients de ce qu'ont d'incertain par les savants. en démontant « à rechercher de tout geste. il ne saurait Bien soit cette instinctive paresse à laquelle ou nous procurer nous avons fourni un long effort pour fabriquer sûr. quant à lui. la musique ne tend pas à repréprétative tandis que la. pas sur ce" qui est proprement son art. Car ce que le tableau représenté représente est une chose.94 . La banalité de ces redites confine au scandale : elles ne sont cependant pas la plupart de ceux. des chefs-d'oeuvre dont le sujet est absurde ou insignifiant et des croûtes dont ' le sujet est pathétique.assez tenu compte de telle particularité Peut-être d'un passe-partout. à moi. place au' sujet. non pas un trousseau de clefs que de serrures. comme cela est certain.. senter. trouvé l'origine c'est Yanatomie de la société ». milieu. Je voudrais bien arrivé peinture?. Ah! me voici à un point crucial. Peut-être... nous sommes enclins à lui prêter la faculté merveilleuse d'ouvrir toutes les portes. les vertus c'est-à-dire une clef. La splendeur de la représentation ne doit s'y intéresser donc rien au fait Renoir d'émotion devant à Madrid représenté. On peut être bouleversé de Delades croisés à Constantinople par l'Entrée croix sans rien savoir. des sociétés. quant rappeler que « le. Ce qui est. puisque de la société ne le peuvent dans leurs démonstrations faire qu'en accordant • la toute première . nous pas. Race. le moyen de sa représentation en est une autre. marxiste sait que rien n'est un plus difficile que de déterminer pourquoi homme a pensé ce qu'il pense ». parmi « Métèques » dont le génie a donné à la doctrine raciste d'émouvants démentis. ni avoir envie de rien apprendre de cet événement. peinture. et c'est cette — qui est. C'est que. en cas d'insuccès. autant de fabriquer un nombre incalculable très expérimenté. mais le moyen Il nous a légué non pas une clef. qu'il à la lutte de classes. l'invention A vrai dire. soit. et pas davantage sur ce qui a orienté son esthétique ou celle de ses contemporains. toute autre Que l'art activité. un marxiste Sans avoir la ridicule d'être je ne prétention — le mécanisme — pour le transformer crois pas que Marx ait. ou la croyant n'avonsde l'échec. soit pleinement Que cette hésitation justifiée. De l'importance dans l'économie politique. seulement. au autre chose — sans commune mesure avec la première plus vrai sens du mot. devoir du rationaliste est de refuser Le premier céder sans déchoir. Il n'est pas douteux du tempérament que le choix du sujet est significatif de l'artiste. de telle serrure. personne ne le sait mieux le nombre étant énorme eux des que les artistes. qui étudient les rapports de l'art et superflues. avoir pensé qu'il n'y a pas deux serrures identiques. ou d'imprécis les termes de leurs définitions. Ce n'est moment. en la fabriquant perfectionner. l'aveu nête de tenter l'aventure.. mais ce choix n'éclaire garde-robe. aussi est-il de croire à la possibilité Marx chimérique semble bien. le malentendu le tableau de l'art.. lorsque d'un talisman. La .'Et pleurait le portrait d'une Altesse dont il se souciait moins ne se soucie qu'un hareng d'un entrecôte l'auteur du portrait était Il est Bercy. il ne faut pas déduire qu'il lui attribue donne si justement de la fugue et du contrepoint.' FRANCIS JOURDAIN si tentée que tout a priori. est souvent moins évidente la déconcertante que ne le laisserait supposer assurance de certains. plaisir à entendre J'ai.

Sisley Anglais. de la très grande majorité Off enbach que nous devons la musique la plus typiC'est au Juif allemand du second Empire. Il n'est pas exclu de penser que c'est assurer à peu de frais l'infaillibilité du principe de causalité. de ses i ravissantes oisives déguisées en bergères. possible d'être plus Français que Montaigne ? Sa mère était Juive portugaise de son père d'origine et la famille anglaise. tandis qu'en dépit de son ascendance quement parisienne est aussi allemand flamande Beethoven que le Slave Conrad est Anglais.' porain Wattëau. aussi Français Juif indiscutablement c'est-à-dire antillais. ou Normand Scandinave. dit Michelet. . de s'y tromper : personne n'incarne mieux cette impossible légèreté. qu'il faudrait. durant de l'académicien et essayant de révélé que la mère l'occupation. en effet. Du moins. Barrés dont on peut dire qu'il se nourrissait passion. '. Barrés n'en tenait pas moins les déracinés Jean Moréas — Grec — — Roumaine — pour les meilleurs de et Anna de Noailles poètes français dans une langue ignorée leur temps. attaches avec le Flamand ses et le Néerlandais. la religion de racines. Ce que la race n'explique l'aller Régionalisme pas. l'impressionnisme eût fort bien pu être la conséquence normale du grand et audacieux mouvement de libé. Watteau était fils d'ouvrier. une place essentielle et une importance excessive à l'époque. rade Pissarro^ comme Poussin. pouvons-nous les attribuer à la vie * fastueuse de la misère populaire ? Ce serait que menait cet aristocrate ignorant i satisfaisant. du moins après Mistral. le charme de ses belles écouteuses. l'oeuvre d'art. On recourt à Un argument à peine moins précaire en donnant. Le malheur est que c'est Chardin le Parisien et Watteau le Valenciennois. espagnol que le Greco. l'insou. Et le plus Ecossais Lermbntoff Dostoïewsky d'un Abyssin :. que Zola et le demi-Grec André Chénier sont Français. Authenétait aussi noir que le grandrpère Murillo est cependant moins profondément. naturelle et fatale du milieu. rendre à la «race» la grande voix de ses morts auvergnats (1). tentation de souligner voisins. encore'faut-il ne pas ériger en principe absolu l'une ou l'autre t de ces propositions et confesser que l'honnête constatation de cette antinomie •J est incompatible avec la généralisation de l'une ou l'autre de ces thèses.i RÉFLEXIONS D'UN VIEIL ARTISTE 95 dans la réintégration sérieusement demander pourrait Qui donc. mais ce serait faux. cette grâce. ' * n'est pas racisme. lui. cette élégance que l'on ne trouve qu'à Paris. ciance heureuse de son Indifférent. Cretois. qui. d'artiste naisse dans une famille et dans ce cas on argue de la d'artistes. formé par l'Italie. les hitlériens français de Barrés était allemande 1 camp le cadavre nous ont.le grand-père de Pouchkine russe des Russes est le petit-fils haïtien de notre Alexandre Dumas. Il y a cependant une certaine sagesse à accepter cette dualité. on ne résisterait pas à la ses. moins typiquement tique Andalou. Sur le plan de la seule logique. '.. Jamais famille ne fut aussi riche en sévères pasteurs et protestants que celle du fougueux ' s ardent Van Gogh. pour expliquer . Si le premier était de Valenciennes. « sorti de sang slave »! Est-il bien Flamand. Barrés qui alla écouter en Lorraine mand. faut-il "demander à la petite patrie ? Prenons l'exemple de Chardin et de son contem'. n'est-ce pas? Il est. Né en Prusse rhénane. on fait valoir emprise "/ la non moins naturelle et non moins fatale réaction de l'individu contré son milieu. s'exprimait des Français. la de la racine. Watteau. que son camal'Ecole anglaise de notre Sisley. Barrés qui avait la manie.-que le demile demi-Italien et le demi-Polonais sont Russes. et comme tel probablement mâtiné de Turc. dans le cas contraire. puisque NorGermain ou Celte. c'est-à-dire à l'événement. Là encore. (i) Ayant décidé de traîner dans leur justifier leurs efforts. . Il est d'ailleurs tout à fait exceptionnel qu'une vraie vocation . Rubens est d'Arménien ou de Juif. la démonstration n'est pas d'une très grande rigueur. ' . bon peintre tout..

coiffa le casque romain. de Cézanne et le guingois de son compotier. d'autre part. ou bien les mémoires du terrible Saint- . qu'un grand peut être singulièrement. même sur ce terrain. la guerre de 70. à la noble pureté de ses moeurs. par exemple. Rousseau pour le responsable L'histoire est toute de ce retour à la nature. Je dis « pas encore ». Où? Quand? Les hommes de ma génération ont vu dans leur enfance d'innombrables images peintes.96 FRANCIS JOURDAIN ration que fut la Révolution alors tenir Jean-Jacques et l'on pourrait française. la preuve autrement. continuait à meurtrir la nation tout entière ? on mè répond qu'un artiste Si. nous qui savons bien qu'il ne pouvait en être différente. Pourquoi la bourgeoisie n'extériorisait-elle pas sa haine des naiseries ne mérite le nom «rouges»?). telles annales. à la solidité de ses assises et à son sens de. le développement et le déclin l'histoire d'une civilisation. mode pour n'étonner personne. Cet étonnement semble impliquer été autrement qu'il en aurait jadis. la mesure. gardons-nous ce tableau d'interroger sur des circonstances qu'il a négligé de connaître. être examinées avec une précaution et une. les conquêtes coloniales. ils sont assez nets pour constituer de sûrs points de repère et l'oeil le moins exercé situe facilement un tableau dans le temps et dans l'espace. la Galerie des Machines. à cette question. dans combien de tableaux nous décelons un je "demanderai — faute de la représentation de l'épisode — du moins témoignage pittoresque un reflet de ses conséquences sociales ou morales. Cela n'est ni aussi fréquent jalonnent ni aussi pertinent qu'on le répète complaisamment. Ces points de contact existent. la Commune. les crises financières. d'une part. inspirées par la guerre de 70 (et non la Commune. ne saurait consentir à l'anecdote (encore un bobard. Or. sans lesquelles de hâtives déductions prudence conduiraient à de grossières erreurs d'interprétation. les luttes motion. Pourtant. qu'il était bien moins que le monument de ne trouver obligé de connaître. et auquel quelques admirables démentis ont été donnés). ce qui est une façon d'exprimer l'espoir que sera plus sérieusement l'étude d'un problème entreprise auquel on ne nous insuffisantes. Mais. Les points par lesquels Fart pictural adhère à la société ne sont pas encore très visibles. craintif par quels petit bourgeois est reliée à l'histoire. qui fut. Le goût sur a un Mansard. à l'Exposition de 1889. obsédait tous les esprits. seule de ces misérables d'oeuvre d'art. encore un coup. mais il serait vain de vouloir le graphique des événements qui se déroulaient au temps de celle-ci. la trace appahistoriques. du socialisme. Mais ouvrez telle chronique. le progrès ouvrières. relations à effet doivent. gravées. d'un Le Nôtre ne semblet-il pas avoir fait de Versailles une image singulièrement d'une expressive société qui devrait à sa parfaite sagesse. d'entre nous s'étonnent dans l'oeuvre des peintres aucune trace dé l'effroyable drame d'aujourd'hui d'hier. liens son étonnante aventure intérieure Personne ne ni l'influence énorme de cet étrange et admirable songe plus à nier l'importance tracer la courbe "de son évolution sur maître. et. incomparable? telle correspondance. David. les consébourgeois.. de cause ces.. la consolidation le développement de l'industrie. sculptées. rente de ces grandes idées dont la naissance. de ces faits (pris au hasard parmi possible et sensé de le faire entre certains bien d'autres) et. la modulation il est beaucoup plus arbitraire de tenter le moindre rapprochement qu'il n'est. Est-ce un hasard qu'aucun des vrais artistes d'alors n'ait été tenté d'entretenir ses proches de ce qui hantait toutes les mémoires. Au coeur du peintre — par ailleurs audacieux soixanterégicide —. Le conventionnel David. pas une. il y avait plus de soumission qu'on n'en eût pu trouver obscur le marguillier quinze ans plus tard dans l'âme du peintre qu'était dont il est malaisé de distinguer Cézanne. Pour plus visibles qu'elles soient dans l'architecture. qui devait donner à Napoléon artiste conciliant. une sorte d'émouvante un ordre véritablement sérénité. une belle et significative étape de l'architecture. et nous sentons bien. Certains. Nous propose que des solutions les connaissons mal. la transformation des moyens de locoquences de la méthode expérimentale. répudiant alors déjà assez à la la frivolité du régime défunt. d'ailleurs. du pouvoir" Entre.

n° 3. exceptionnel. les marsacres Sardanàpale. Aussi prennentils pour une condition du génie créateur cette contrainte exercée de l'extérieur. Jésus. on l'oublie trop souvent. Apollon et son char. ici (1). cette contrainte serait à — donc l'origine de l'oeuvre d'art. Je veux ne nous autorise à prétendre. — mais la question n'est pas là. Versailles : il était peuplé de sauvages. iort peu de tableaux illustrent cette thèse. il est exact que le christianisme (après. suivait — volontairement ou non — en peignant Dante et son enfer. du tigre avec le serpent. On va. d'un pays. Si l'architecture. Sans quitter Delacroix. fats. mais qu'on n'aille point nous le présenter est un des sommets de temps. Elle est de savoir si. des batailles. la peinture. de l'art. la Pensée. ils la confondent avec la règle que se donne volontairement l'artiste soucieux — pour rendre son message — de mettre de l'ordre dans plus convaincant ses idées et. l'argument-massué souvent et splendide composition utilisé de la Tour les obstinés locataires justement d'Ivoire. m'objecter accorda. admirable de Mansard et de Le Nôtre se souvienne de Que le chef-d'oeuvre Descartes. de montrer que la spécificité il n'y a de vraiment dans une image religieuse. pour déloger confondre ceux pour qui servir c'est déchoir. Cette je suis comblé par Delacroix guidant peignant est aussi. Subie ou volontaire. Vénaux. du cheval avec la panthère. Delacroix une ardeur démocratique prêter au monarchiste qu'il n'avait point. art collectif. généralisant le cas trop — hélas! de cette paradoxale on peut voir dans toute Liberté. £les centaines d'années de silence) a fourni à la plastique quantité a (d'ailleurs au mépris de l'intangibilité du dogme) de thèmes que l'imagination voire déformés. oeuvre d'art un geste de propagande. ce geste fût-il non délibéré. qu'au xin" siècle unanime à vénérer la religion illustrée l'était le peuple italien. dispose généralement direct. jaloux. si j'ose dire. qu'il évoque en nous le souvenir de Racine. la répugnante Simon. dire que rien. qui n'est d'ailleurs soutenable au sujet une place usurpée. et sa. à la religion d'attribuer un rôle de truchement entre la foule et l'art. la lutte de Jacob avec l'Ange. Aimant tout qu'en accordant à la fois — c'est bien mon droit — la bonne peinture et l'esprit révolutionnaire. Ariane. par Cimabué. corrompus. Que l'image religieuse est une tique aux yeux de qui elle s'est vidée de tout son contenu idéologique. quasi ne saurait inconscient. rend la civilisation ailleurs et bien souvent mieux compte du milieu d'où elle est issue. voire seulement d'une classe. V (i) De Pascal Pages 36 à 38. avril-mai-juin 1945. aussi à apprécier et de misère J'ai. qui aurait ainsi une valeur de démonstration dé propagande. peine à croire que des siècles d'obscurantisme aient aussi heureusement affiné une sensibilité que les damnées presses de ensuite criminellement à rien. il n'en est pas moins inconsidéré audacieusement renouvelés. religieux que le sujet. n'envisager que notre ère. la qualité de cette illustration. Réflexions d'un vieil artiste. sinon la loi. Roméo et sa Juliette( un harem. par exemple. de Scio.RÉFLEXIONS D'UN VIEIL ARTISTE ' 97 crasse la goujaterie. Trajan le Tasse et sa prison. imposaient de3 sujets à l'artiste est aujourd'hui ne savoir regretté par certains qui avouent que faire de la liberté dont ils jouissent ou plutôt dont ils souffrent. au long que l'art religieux à la foule. mimétisme auquel l'artiste demandons-nous alors quelles fins il pouréchapper. la Liberté le peuple. ses sensations. Pour . d'un langage moins expressif et moins art individuel. quant à moi. il serait téméraire de Certes. 7 . j'en tombe bien volontiers d'un comme le fidèle miroir d'accord. Admis ce point de vue. J'ai déjà. à Antêe. Chopin. je le sais bien. matérielle et morale d'une bande d'intrigants cruels. réduite Gutenberg auraient Le « bon temps » (sic) où les moeurs. et vous voilà fixés sur la'mesquinerie. bassement superstitieux. Cet argument est moins solide et plus sophisdés siècles. essayé preuve que le sujet n'est pas partie intégrante de l'art religieux n'a jamais pu être établie et que. l'artiste ait conservé toute sa valeur artistique qu'on ne croit. justice. déterminé par une sorte de.

Les choses ne sont applicable. beaucoup d'autres resteraient l'enrichissement d'une classe. sortant tout armée du cerveau d'un dieu?. partout ce qui n'est que le résultat d'un examen rapide. déesse de la Sagesse et ^ies Arts. Nous prenons volontiers pour une loi éternelle.de et vérité. Napoléon III. une découverte ou une invention concordant ici avec une renaissance des arts. L'art est un effet.là avec leur à telle époque ce que la prospérité déchéance. « ressemble à un hymne composé en l'honneur dit Baudelaire.98 FRANCIS JOURDAIN On voit bien « l'inguérissable amertume » répandue dans cet oeuvre qui. au temps où s'exhalait cette amertume. la fatalité et de l'irrémédiable douleur ». Il n'y a que des cas d'espèce et il n'y a pas d'effets sans causes. Minerve. Notre erreur vient de la hâte avec'laquelle. On voit moins bien comment.. résolue. . de vérités qu'est faite la -vérité. une révolution. nous attribuons une valeur déterminante. à une patiente à tel ou tel des composants analyse et à un scrupuleux dosage. pas si simples..-aux ne sont pas très Pays-Bas différents de ceux qui ont accompagné le développement profondément de l'Ecole celle-ci a-t-elle connu un extraordinaire réveil et française.. aucune des réponses données n'est pleinement qui pourraient satisfaisante. Les événements qui ont coïncidé avec le déclin paraît déterminer des plus belles écoles en Italie. la cause existe. Ce mythe est inepte. parler que de deux des contemporains Cette énigme serait-elle sans réponse. débuts de la HP République) où le mauvais sévissaient goût et le paresseux pastiche avec une niaiserie rarement de cet ordre égalée ? A tant et tant de questions être posées. Pourquoi une surprenante audace en un temps (Louis-Philippe. une guerre. la misère semblant provoquer à telle autre. en Espagne. pour chaque cas. de. c'est de cette poussière. au lieu de procéder. la même conjoncture et le même sang justifieraient aussi la tendre sérénité de Corot et la fine bonne humeur de Daumier. Sans doute chacune d'elles contient-elle une parcelle>. pour ne du grand lyrique.

s'arrêtant superfile lecteur s'égarât en de fausses intercielle. ï . .!'. C'est ici que Francis Jourdain proteste à juste titre contre des systèmes d'explication absolus et simplistes qui donnent de l'oeuvre d'art une interprétation mécapurement nique. l'« infrastructure n'est pas la condition immédiate. en dernière instance. En dernière instance: c'est dire que. que 'influence économique ne se fait pas sentir de la même façon sur tous les arts et que. et spécialement d'une oeuvre picturale. On m'excusera si je juxtapose à la spirituelle fantaisie d'un artiste la construction pesante i d'un cuistre professionnel. On ne saurait trop répéter la formule d'Engels : f D'après la conception matérialiste de l'histoire. Le rationalisme dain s'insurge contre cette solution-idéaliste. plus riche et subtile.II QUELQUES REMARQUES SUR LE MÊME SUJET par RENÉ MAUBLANC - et suggestif L'article savoureux qu'on : vient de lire suscitera. II ne craint point de . qui ne dépend que d'elle-même et qui n'a point à être de Francis Jourexpliquée. la production et la reproduction de la vie réelle. que . qu'elle ne parfois joue qu'à travers des intermédiaires et complexes. : . aux matériaux niques de construction. dain. dans de l'art l'histoire comme dans celle des religions et de toutes les « superstructures économique» idéologiques». elle est sur et plus impérieuse plus importante l'architecture que sur la peinture. comme le note Francis Jourdain. Il s'agit de découvrir les causes ou. choquer son lecteur pour le mieux amener à ' réfléchir . C'est bien "pour faire réfléchir et discuter que Francis Jourdain l'a écrit . et ses causes matérielles il s'agit seulement de les découvrir. et les dernières lignes de son article sont pour déclarer « inepte» le mythe de « Minerve.. quelques . rement et déformer une réalité infiniment. U est parfaitement exact. je pense. et il n'a pas tort de mettre sur lé même ou plan là fausse explication biologique géographique par la race ou les climats et l'explication pseudo-marxiste par une action directe et exclusive des conditions économiques. les conditions déterminantes qui expliquent la création d'une oeuvre artistique. le danger serait plus profondément à une impression que. nous ne nous ait donné à ses étonnerons point qu'il sremarques un tour volontiers paradoxal ou ' même agressif et qu'après avoir posé un : problème délicat etcomplexe il se soit amusé. l'habitaet complèétant plus directement tion tement que le tabeau asservie aux condiet aux techtions de vie. aux besoins matériels. : solutions faciles et simplistes qu'avec les du monde certains . meilleures intentions . déesse de la Sagesse et des Arts-. controverses. le facteur déterminant dans l'histoire est. Certains diront : il n'y en a point d'autre que le génie de l'artiste. . sortant tout armée du cerveau d'un dieu ». d'autre part. c'est-à-dire une force mystérieuse et irrationnelle. L'oeuvre d'art a ses causes. prétendent lui donner. si l'on préfère. * * Le problème posé par Francis Jourdain est d'importance. et tel que nous le connaissons. Aussi suis-je d'accord avec l'auteur pour ne se de l'art réclamer que l'historien contente pas de ces formules hâtives. et que prétendre nombreux expliquer l'oeuvre d'art en se référant à ces exclusivement et conditions économiques schématiser arbitraic'est directement.. cause absolue. C'est pourquoi je crois utile d'ajouter ici sans tarder quelques commentaires. à dénoncer les avec sa verve impitoyable. i et s'abstînt de cet effort d'approprétations Francis JourJ londissement auquel l'invite .

-est un phénomène ignoré. le commerce et la finance. n'a été possible que dans certaines conditions sociales et à de certaines époques : le peintre des temps féodaux qui ne peut vivre que par les commandes de la cour ou de l'Église dépend de son public. possession des terres. d'époque. En ce sens.pas par hasard . mais sur l'industrie. si restreint soit-il.cis Jourdain reconnaît qu'il y a là deux types de peintre. avec une véhémence contre narquoise. Il est bien vrai qu'en ce sens l'impressionnisme.100 semblent vérifier quelques exemples astucieusement choisis. sonnelle n'a jamais Tout artiste a besoin de s'appuyer sur un public. sans servilité et par un accord spontané. qui n'ont jamais. il n'a étroitement pu commencer à exister qu'à une certaine de l'art. Je voudrais discuter amicalement avec lui quelques-unes de ses remardu peintre avec son ques sur les rapports • milieu social. de « philistin » bien pensant : la bourgeoisie avec son idéalisme de louis-philipparde pacotille. Et ces analyses sont le seul moyen aux divagations idéalistes sur d'échapper du génie créateur et l'indél'autonomie à l'égard de pendance absolue de l'artiste la société. où je crois trouver les traces d'un certain esthétisme individualiste. il est lié à cet état social qu'est le capitalisme bourgeois. il peut aussi chercher à se le créer. L'artiste méconnu. adaptés à ses goûts. obéit Il est bien vrai que le peintre à une moins directement que l'architecte « commande sociale ». qui d'ailleurs ne se sont jamais non plus ap atis devant lui. je fais personnellement quelques de Franréserves sur certaines affirmations cis Jourdain. car je crois bien qu'en fait le romantisme de l'artiste solitaire perqui oeuvre pour sa seule satisfaction été qu'une légende. mais sur l'argent. on ne puisse nier qu'ils existent. RENÉ MAUBLANC Cela posé. peut le peintre. ou même anarchiste. comme le romantisme littéraire de Musset d'Hugo. du moins. que je sache. certaine indépendance de l'artiste en face de son public . qui apporte à l'art son renouvellement le mais faut-il donc mépriser premier ? Nous devrions alors mépriser bien des grands artistes à commencer d'autrefois. car c'est lui surtout particulière . telle que la dénonçait le romantisme pictural de Delacroix. comme le précise justement Francis Jourdain. comme la vie de Bohème est un L'individualisme phénomène d'époque. remplaçant les nobles de l'ancien non plus sur la naisrégime et s'appuyant non plus sur la sance. qui serait inconcevable au xme siècle ou même au xvne. Mais. mais que contredisent des faits bien plus nombreux. d'un Gauguin ou d'un van Gogh. Je dis théoriquement. anarchisant n'est pas un caractère inhérent à l'art en soi. Ainsi le cas d'un Cézanne. s'il est vrai que l'art est une communication ou une communion entre des hommes. liée à l'invention est la condition nécessaire d'unel'huile. individualiste qui lutte pour conquérir son public. Lorsque Francis Jourdain proteste. possible au goût bourgeois. ce n'est certes . Fran. mais se sont trouvés. « maudit ». c'est en un tout autre sens. théoriquement travailler pour lui tout seul et se'passer de public. avec ses goûts et ses exigences. Bien plus. et de Théophile Gautier et le romantisme musical de Berlioz. Il s'agit d'établir par des analyses incontestables « les points par lesquels l'art pictural adhère à la société ». l'épithète de « bourgeois » accolée à l'impresavant tout sionnisme. assez strictement temps et dans l'espace . lorsque des marxistes parlent de régime bourgeois. en l'opposant au que le régime féodal et en constatant xixe siècle a vu l'accession et la consoli* dation au pouvoir d'une nouvelle classe dirigeante. tel qu'il s'est organisé en France depuis la Révolution. mais il considère que le premier est « méprisable » et réserve sa tendresse au à celui-ci une second. doit être d'un étudié en fonction certain état économique et social. et cela parce que l'architecte a besoin de clients pour réaliser tandis que les produits de son imagination. grâce à cerpériode de l'histoire taines inventions techniques : la toile de de la peinture à chevalet. et se borner à le satisfaire ou à lui obéir '. heurté leur public. Il faut ajouter que le type de l'artiste et révolté. E ien que. je crains qu'iln'yaitlà une équivoque de langage. et cela ne l'a pas empêché de peindre des chefs-d'oeuvre. J'accorde volontiers sympathie. le fresquiste ne pouvait travailler que sur commande. . que je tiens pour injustifié et dangereux. par Raphaël et Rubens. oints qui « ne sont pas encore très visibles ». et s'il apparaît spécialement au xixe siècle. il n'est plus absurde ni scandaleux de considérer l'impressionnisme comme une forme d'art bourgeois : cela signifie seulement . elles perde dissiper un malenmettront peut-être tendu. qui est aussi à sa est aussi opposé que façon un romantisme. Si ces remarques sont justes. en bousculant ses habitudes et en lui imposant une vision neuve du monde. et pour exiger de lui une étude aussi complète et approfondie que possible. mais à une certaine forme délimitée dans le d'art. Il semble prendre le mot de bourgeois au sens traditionnel d'homme borné et sottement traditionaliste. Mais le peintre peut avec ce public avoir des rapports divers : il peut le trouver tout fait.

un épisode ou une scène sur les . dant des siècles. le paydes sociales ou des tabous sociaux. les seules qui répondent à la i conception individualiste Allemands. . un accessoire. de dérivatif Il vient ensuite une ^concentre l'intérêt.Paubigny et Courbet. et notamment pour la postérité une valeur permanente de . non "Seulementdans la Hollande du xvne siècle. et les carnets d'esquisse des pein' reproduire dans leurs dessins et leurs tres italiens de la Renaissance sont pleins. un impérissable d'oeuvre avec un compotier de pommes et bourgeoisie. celi pose un problème. où le religieux (sur ce point. Francis Jourmais à-Venise au xvnie. sont plus discutables.Hollande est un pays particulièrement la peinture religieuse de la Renaissance beau. sont. dans l'oeuvre offerte au Mais ici encore le fait est que lé nu traité public. Encore une condition qui attache une certaine forme d'art à un milieu et à Un : féodale.QUELQUES REMARQUES SUR LE PEINTRE ET SON MILIEU 101 j qu'il eût été impossible dans la société Chevreul. et il y aurait la Hollande. peinture impressionniste est essentiellement étroits que ne semble le croire Francis Jourdain. mais encore sociale. (les seules oeuvres que l'ariiste fasse esquisses de nus. Francis Jourdain a lui-même . la peinture de est une invention moderne. . Un élément essentiel du plaisir que Francis Jôur: dain aime à se faire de l'artiste) . qui montre qui est si bien marxiste que Karl Marx . chez van Eyck comme chez Bottipour lui-même est une invention récente. et il une étude piquante à faire sur les nus masculins et la sensualité homosexuelle dans lerait puéril de le résoudre en disant que la . mais penesthétique. qui détournait encore. arbres. et d'abord en un seul pays. que les Hollandais italienne). et aussi à la beauté des villes . ou allégorique a servi de c'est sur les personnages. l'interdépendance des diverses « superlui-même l'a'posée et discutée : comment.intéressants pour les contemporains. été sensibles comme la nature morte ou le nu. gardé taines recherche's physico-chimiques aux travaux de yCoùleurs. souvent aussi le tableau époque. d'ailde l'Église catholique sur la peinture. et seules des conditions sociales. la production expliquent (ormes nouvelles. or. Il pose ainsi une question importante. le tableau sage n'est qu'un fond. le milieu. le moment. par tempé. que les peintres ont toujours aimé à reproduire •sans doute ont-ils toujours essayé de la la beauté du corps humain. la beauté du à des . picturaux. chez -Jean Fouquet comme chez Titien. et aussi en France. ' peinture de nu. la création artistique. les peintres de tous les temps Ont-ils ordre avec d'autres genres. apparaît en même temps qu'une littérature non féodale. chez Durer comme chez Vinci.se Structures » : à savoir que sa technique est fait-il qu'une oeuvre d'art qui représentait : liée à un certain état de la science. Ici leurs de religion protestante. je développe au xvme et prend toute sa valeur au xixe avec le triomphe chefde la qu'on peut faire. C'est peut-être une simplus que ne le dit Francis Jourdain. A L'impressionnisme apparaît alors comme un panneau hideux avec un épisode exaltant de la Résistance ou de la Libération. ciel. Sans On pourrait esquisser une analyse du même paysage f doute. dans l'ensemble de que l'histoire de la peinture de paysage . comme ceux des Flamands et des pour lui seul. V Qu'on réfléchisse seulement à ce fait : la . une peinture de paysage . note qu'un tableau peut nous Lorsqu'il émouvoir alors que son sujet nous indiffère.par exemple. particulièrement pement autonome de la peinturé de nu est beauté de la nature. la sensualité. sur les scènes mythologique ou de masque à la ileligieuses ou profanes représentées que se prétexte. doute. sous l'ancien régime. Que ce pays soit religieux du sentiment religieux. c'est pour une raison différente.de l'emprise d'unecertaine bourgeoisie mercantile. et pour raison de distinguer le sujet paysage est traité parfaitement conquiert son autonomie. et l'expliquer. mais il n'en est pas moins vrai * 'quele développement de la peinture de pay* * sage est toujours et partout parallèle au Tout cela amène à poser le problème du développement de la classe bourgeoise. comme la' comédie de Molière. il a raison sans nul fdu xixe siècle. peuvent Pendant des siècles. à cerun personnage. oeuvre d'art maintenant il apparaît seulement à la fin peut être en quelque mesure indépendante de l'intérêt de son sujet. moment de l'histoire par des liens plus . les classes inévitablement ses artistes des formes d'art sociales et les conditions économiques de traditionnelles et les orientait vers des et commandent. s'y trouve satisfait. Mais le fait est que la lié à des transformations sociales et au dévehollandaise du xvne siècle répond -peinture loppement de la bourgeoisie. /•plificationgrossière de nommer le paysage un ftrt bourgeois. dain fait là-dessus des remarques qui me où l'art'du semblent fort pertinentes et d'autres qui paysage. ï'de la mer. jjié à un régime social.ou. ceux manifesté par l'affaiblissement. des commancelli. et si donc la valeur artistique d'une. spécialement ' :à des besoins sociaux déterminés. rôle du sujet dans la peinture. Je pense qu'ici encore le dévelopsensibles à la îrament. après l'école de Barbizon. Il est clair.

je paradoxal qu'il est d'accord sais bien que Francis Jourdain se félicite avec moi sur ce point. On ne peut douter elle la favorise. de cette pensée en -. événements. faut bien dire que cette empereur. artiste conscient de D'où il suit qu'un l'influence qu'il est capable de prendre sur à bon ses contemporains peut considérer un devoir droit comme de. d'un seigneur Et il. ou même Raffet.que « le sujet n'est pas de l'art » et de laisser croire partie intégrante n'a en conséquence pas à que l'artiste ? Je ne le pense pas. RENÉ MAUBLANQ \ et spéOr. ne l'était pas et. hélas I » des qui ! exceptionnel. David. que le et la beauté des -tableaux à sujets nombre aient contribué à mah> longtemps religieux ferveur tenir une certaine même religieuse. démocrates aussi que tionnaires. Et je rappelais cette personnalité déjà tout à l'heure ses justes analyses sur dit religieux. Mais. les portraits. l'inspiration et heureusement nécessairement profane. qui l'anime. au début du siècle. apparences Malgré quelques s'est amusé à prendre. par définition ^peinture aux préoccuétrangère peine de se renier. plutôt.: sèment à une propagande politique. du même Delacroix. soient indignes des artistes et que ceux-ci doivent piration en faisant se réfugier dans leur tour d'ivoire abstraction de ce qui se passe autour d'eux. Il est incontestable qu'un est de rendre beau tableau populaire capable une de faire aimer un homme. de ne pas peut légitimement sociale que se désintéresser de l'influence . il est incontestable que l'art. s'inspirant Gros. et l'on citerait Bach qui ne se gênait de Jean-Sébastien les mêmes morceaux. dans de la peinture. pour utiliser point sacrées selon les besoins. la . qui ou "« bobard » selon lequel la circonstance n'aurait l'anecdote jamais produit" que des serait si bien oeuvres médiocres. étaient Neuville artistes. a . ? documentaire encore lorsa raison Francis Jourdain qu'il observe que le sujet n'est souvent qu'un sa pour l'artiste. phique. de la bonne satisfont à la fois son goût de citoyen. Il aurait pu rappeler Le Massacre de Scio. politique * * * et le ton. ce n'est pas que de tels d'exciter l'ins. de pitié en faveur Francis Jourdain est même si bien d'accord '? avec moi qu'il déplore que le cas soit « trop_ oeuvres . je suis même sûr de prévenir de. conscience le prestige de son art à répandre d'employer et à faire aimer l'idéal philosoreligieux. ou pendante loin de gêner l'action sociale de l'art. plus brillantes même les en France les Flandres. sur commande travaillant avaient peint des oeuvres valables et parfois des oeuvres belles. . contribue à séduire des coeurs tendres à aujourd'hui la mythologie catholique. si leur inspiration n'était point très pure ou même parce ou précisément . ou social. puisqu'il ' le peuple. artiste le premier à le sera d'ailleurs cis Jourdain le haut dénonçait plus reconnaître. intérêt et même tout intérêt actuel. que. de cela des exemples paral(On trouverait le cas lèles dans l'art musical.102 alors que son sujet est beauté et d'actualité. il s'agit même l'epôquè.ou ou haïr idée. très orthodoxe. avec Mais a-t-on le droit d'en conclure. une influence large et profonde. qui y exprime prétexte d'une scène à propos personnalité propre avec désaccord qui peut être en complet même. pression sociale n'a jamais empêché un grand Frande peindre des chefs-d'oeuvre. pour prendre un qu'elle exemple. Géricault et souvent même eux aussi de l'actualité directe de l'État. tout a perdu absolument oublié. lui demander. était. périmé. de et aux circonstances de l'heure pations la vie sociale" Il ne s'agit pas sans doute de 'i réclamer de l'artiste qu'il se consacre exprèsmaison . Si la tions. la sensualité très profane et presque suspecte du tableau du Corrège. soit des préoccupade l'époque. et ses aspirations peinture de travers Je ne crois donc pas interpréter sa pensée. pour lui comme et sous n'est pas. s'en préoccuper tout à l'heure J'ai déjà essayé de montrer le sujet certaines apparences. d'une véritable commande sociale. qu'il" artiste de s'y abaisser. Francis Jourdain. l'art a sur les hommes cialement pictural. comme à certaines des époques les cela s'est produit en. Le Mariag» encore ' mystique de sainte Catherine. indigne d'un véritable Le cas n'est donc pas si rare qu'il le dit témoides oeuvres picturales qui portent gnage de leur époque. soit des événements que guerre de 70 n'a laissé dans la peinture des traces dérisoires. de piètres et Aimé Morot. une bonne caricature est capable' comme de ridiculiser un homme ou un parti. malgré Jourdain. dont le sujet est sans l'art à la mythologie doute emprunté païenne ou est mais dont chrétienne. plus que ne le dit Francis le milieu et sinon imposé par suggéré Dans certains cas. Lade Francis Jourdain remarque que la valeur est dans une large mesure indéartistique du sujet ne fait rien à l'affaire. de c'est tout simplement que Détaille. pour les tableaux tableaux d'église. ou d'un à la gloire d'un roi. une -influence encore d'exercer aujourd'hui révoluréconfortante sur les ". qu'il exerce sur une importante action sociale ceux qu'il charme ou émeut. le beau que La Liberté guidant ait exercé et continue tableau de Delacroix. fausses interprétations disant pour moi. Italie.. dans des cantates ou des cantates profanes). que. joué son rôle pour soulever le peuple français » Et des Grecs martyrs.

en nous apprenant le ciel.engagé ». D'où il suit qu'il bataille et même absurde serait injuste. citoyen pour y vouer son et la plus la plus riche l'oeuvre effort. la mer et les villes avec des yeux nouune féerie inconnue. quoique là bataille de la LibNédifficile. nous dénonçons je pense d'artiste et de commun que son devoir sera de choisir. si elle est aussi belle formellement. Or. nature morte ou un portrait elle et. sont-ils du moins une conquête valable et précieuse de l'art moderne. qu'il peut aussi faire de bonne ce soit sans doute plus peinture. par en août à Paris 44. . d'une proclamation un art qui d'un acte. se soit exprimée " façon assez _ grossière et maladroite).sens. ou même (si j'en Î crois lest endances à la mode. l'héroïsme pour la postérité celte oeuvre. Car c'est une sottise de croire qu'il y a contradiction entre le beau et l'utile. que l'intérêt du sujet est autre chose que la valeur esthédemeure tique de la toile et que celle-ci un bon boul'essentiel. Et plus près de nous. si un artiste est capable. de Mais il appartient à chaque artiste user raisonnablement de sa liberté savoir pour donner à son talent ou à son génie son maximum d'efficacité. au service de ses convictions. veaux et à y découvrir ils nous ont rendu un service inappréciable et ils ont bien rempli leur fonction de grands artistes . contrairement à de tenaces préjugés. mais les seconds eu et gardent encore une résoont toujours nance sociale plus grande que le premier. et qu'il peut faire de bonne peinture en un bouquet de fleurs. Et je résume ainsi ma au fond. une barricade l'ende communiquer à ses contemporains et d'immortaliser thousiasme qui l'anime des résistants. d'être ne fera que gagner en valeur plus Le Boeuf écorché de Rembrandt significative. nature. d'un art «. L'Enterrement de conférence. Mais je ne m'en féliciterai de rencontrer que davantage d'autres peintres qui se sont efforcés de faire passer dans leurs toiles leurs enthousiasmes ou leurs colères de citoyens : l'oeuvre dessinée et gravée d'un Daumier a pour moi d'autant une valeur plus grande que sa forme admirable traduit des aspirations et peut communiquer au que j'approuve des idées et des sentipublic qui l'admire ments que je partage et dont la diffusion me' réjouit. traduit : en offrant à leurs contemporains prolétariat une vision neuve et pure de la beauté de la à voir les champs. dans étant alors que l'irréligion à Ornans ou Le Retour de la . pour employer un mot à la mode. celle qui aura le plus de sens et la plus la celle féconde influence.. les horreurs de Buchenwald ou la condition prolétarienne. qu'une oeuvre cesse d'être belle dès qu'elle signifie quelque chose. n'est pas — toute l'histoire de l'art le prouve. qui prendra et valeur d'un message. à valeur artistique égale. Il est bien entendu. que par conséquent quet de fleurs vaut mieux qu'une-mauvaise de la Libération. . qu'est beau seulement ce qui ne sert à rien. en peignant. ils leur tempérament ont bien fait de le faire. si c'est cela. reproduisant un arbre. aura et de résonance qu'une plus d'ampleur de femme nue. l'artiste de s'intéLoin donc de détourner son public et d'intéresser resser lui-même au sujet de son oeuvre. tout entier. de plus. dangereux de repréde prétendre interdire à l'artiste et de lui enjoindre de senter le premier peindre la seconde. mais il doit être entendu aussi. la fusillade des otages. comme le font les dont de l'art théories stériles pour l'art. celle où il se mettra complète. Je ne reprocherai pas non plus au «comou au communiste muniste Paul Signac de n'avoir Albert Marquet pas. et il ne saurait être question d'y renoncer. est un aussi beau morceau de peinture que d'Emmaûs Les Pèlerins . la mystification. Ainsi se développera seulement oVamusement ou ne sera point en humanité mais qui gagnera d'évasion.QUELQUES REMARQUES SUR LE PEINTRE ET SON MILIEU 103 son oeuvre. mais on peut se féliciter peint aussi autre chose et qu'il ait voulu exalter la vie paysanne et protester par ses '' certain réactionnaire toiles contre esprit (la seule chose regrettable qu'il réprouvait de Courbet. un Steinlen s'est honoré — ce n'est pas Francis Jour— de mettre son art dain qui me contredira . qui l'inspiration. pour lesquelles j'ai spersonneilemcnt peu de goût) en inune simple combinaison de lignes ventant et de taches colorées . et qu'un artiste se renie en intéresser ou émouvoir • son prétendant public par le sujet même qu'il transporte sur sa toile. sans rien perdre de sa beauté formelle. dans leur la misère ou les espoirs du oeuvre. et je le rappelais tout à l'heure — une conart dition nécessaire du grand pictural. de celle de Francis Jourdain. la liberté de le choix personnel du sujet. un nu. ce qui ne prouve rien. Ainsi se justifie la notion ou se réhabilite I tant honnie par nos esthètes'd'un art militant ou. en évoquant ration. Aussi bien. qui n'est pas différente position. est bien entencKi qu'un-peintre n'accomplit sa mission qu'en faisant de bonne peinture. exemple. que les poussait à faire. Il j'en suis sûr. qu'il ait vagues. ce qui n'a aucun . Il n'est avoir pas pourrait à Courbet d'avoir question de reprocher des chevreuils ou des peint des rochers. une rue de Paris. et cela seulement. je mets en fait que.

Il expliont absoquerait que la France et les autres pays qui sont dans des situations comparables lument besoin d'acheter beaucoup de marchandises aux États-Unis et qu'ayant épuisé leurs réserves ils se trouvent malheureusement de dollars pour ce faire. il y a fort à parier qu'il répondrait en citant la faim de dollars. soit la coalition hétéroclite du Rassemblement du peuple. U. « L'économie de l'Europe au seuil de l'hiver » (Izvestia'iu 4 octobre). par conséquent. aux Indes. P. besoin d'acheter C'est pourquoi. à l'un quelconque Si l'on demandait de ces nombreux Français.. en matières premières et en biens d'équipement. du plan Marshall et de ce qu'on a appelé la conférence des Seize. qu'à la lumière du plan américain * Les deux voies. leur emprunter de quoi payer ces mêmes denrées et.. ne voit que. Telle nous paraît être l'affirmation fondamentale qu'il importe avant toute chose d'examiner. un grand fait est subitement apparu sur la dans toute sa tragique scène de l'univers : l'expansionnisme des États-Unis. en entraînant des marchandises. L'intérêt que les hommes des trusts américains" portent d'affaires au marché européen est d'autant plus vif que leurs où ils avaient compté espérances ne se sont pas réalisées en Chine. la caractéristique dominante de l'écoquelle est présentement nomie de son pays. par conséquent accepter sous -— modérées ou non — et de famine les conditions? peine d'asphyxie d§s Américains Premier point'. Jdanov dans son exposé sur la situation internationale^ la conférence des 1. tous ces faits ne peuvent se comprendre correctement d'asservissement de l'Europe.CHRONIQUE POLITIQUE UN SEUL PROBLÈME : L'INDÉPENDANCE NATIONALE par GEORGES COGNIOT Aux mois de septembre et d'octobre 1947..menace d'aggraver et d'accélérer la crise économique qui monte outre-Atlantique.français. du chaos de l'économie en France et impérialiste dans les pays' de l'Europe à la veille de l'hiver. se montrer accommodants avec eux relativement à — certaines exigences. l'impossibilité dê*se tirer d'affaire sans le dollar est-elle une réalité objective ? Est-il bien exact qu'il faille à tout prix importer d'Amérique. autant nous avons aux États-Unis. N..américaines l'arrêt de l'écoulement au dehors. électoral. . dépourvus avant d'acheter aux Américains les denrées indispensables. importance et le cours ouvertement agressif de leur politique. autant ils ont besoin de nous vendre. — deux tiers du corps — qui n'ont pas voté pour le Parti communiste aux élections du 19 octobre. etc. mais ont suivi soit le Parti socialiste. en Indonésie. de la conférence d'information des neuf Partis communistes tenue — fin septembre en Pologne. dit A. de l'Europe qui en résultent pour l'approvisionnement caines en Europe que les difficultés en denrées de consommation.assuré : l'épuisement des réserves en dollars des pays importateurs. de la restauration d'une Allemagne et réactionnaire. de la vie des États. Voir VICHNBR. Parti communiste. soit le M. Oui ou non. la moitié de la question K Comme Maurice Thorez l'avait très clairement signalé. trouver et d'amples de après la guerre un vaste débouché pour leurs produits possibilités Celui donc qui ne voit dans l'arrêt des importations amériplacement pour leurs capitaux. — qu'il s'agisse de l'Assemblée Tous les événements générale de l'O. chiffres à dans son rapport au congrès de Strasbourg du. Il faut donc. occidentale des élections municipales en France et en Angleterre. l'appui. dont d'ailleurs sans doute notre honnête —les ajouterait citoyen communistes exagèrent beaucoup la gravité. R.

et en des réparations . Personne. . lui. On a accepté américains. Plus un pays manque Pas trace de philanthropie de charbon et de blé. dans tout cela. la communication en Tchécoslovaquie. 'trusts américains. économique entraîne le mettent sous . orientés 6'attendent à un hiver marqué de difficultés les pays de aiguës. tout en exigeant (surtout multipliant les relations économiques avec les pays qui acceptent les échanges à droits égaux la Pologne.des masses. semblent à cet enfant qui veut gagner.nVeà la situation Les usuriers se conduisent en maîtres dans notre maison. l'Angleterre où tous les observateurs 1' « aide » ^américaine que par les honnêtes n'ont pu caractériser •trois petits mots terribles : peu. les autres démocraties nouvelles. : avec les fatale. Des affres de la pénurie de dollars. même si l'Europe elle ne serait pas en état de procéder à cette opération. Jlperd aussi le contrôle de sa propre vie politique intérieure.de solution ou avec leur propre peuple et avec les peuples libres. le 5 mai. l'Amérique pourra se voir obligée de reculer *. A la réunion des Seize à Paris. . 24).aux États-Unis a simplement pour but de trouver et écouler des pays où investir l'excédent de capitaux l'excédent de marchandises. les États-Unis lie l'inégalité des droits et des avantages. Mais tout cela. L'Italie. ^ombres. tard et cher.constitutionnel. sions sur l'interprétation . pas. Toute l'histoire des grands pays depuis des décades enseigne que le contrôle aussi la perte de l'indépendance nationale et de la liberté politique. l'encouragement de l'Allemagne le charbon). . l'avenir avec regarder plus rapide qu'il —-peuvent guerre à un rythme relaconfiance. l'une façon beaucoup moins-réjouissante pour la France. Rapport sur la situation internationale (Paris. effets. U perd sa liberté d'agir selon ses propres intérêts d'ans les affaires extérieures. . pays. comme en fait foi par exemple. Le commerce extérieur repose sur les principes resComme on l'a dit. On l'a bien vu en France.de sesgouvernants. unilatéraux. n'oserait affirmer de la France à la veille de l'hiver que la situation La situation de l'écofa été allégée par la politique de défection nationale qui a été pratiquée. nomie française est restée profondément vit des jours non moins alarmante. Par consédes marchandises à expé(ce qui. la France à Shyloçk. économiques démocratie nouvelle. qu'une adroite nationale du Parti Messieursobéissaient à ceux à qui avait souverainement déplu la politique 1. 1947. plus les usuriers lui imposeront : c'est le cas de la de dures conditions /France. Un enfant. mais ipar des conséquences heureuses pour l'Amérique et les pays analogues. c'est la première méthode qu'on a préférée. comme l'Union soviétique. I pays le joug de la dépendance économique indépendant par l'appel aux énerrageusement pour assurer à son pays un développement à Fessor du travail productif gies du peuple et à la confiance du peuple. André JDANOV. comme la session récente du Comité central du Parti com'ffiuniste français l'a clairement diversion : en réalité. — pour ne rien dire de l'Union soviétique. p. au jeu toutes les billes et ne consent à les redistribuer • : ensuite qu'à des conditions inacceptables.Bn «sauvant » un pays de la famine et de la ruine. a préféré livrer aurait compris qu'en prévision 1' « aide » à l'Europe de la crise imminente . on ne saurait donc se tirer que de l'une des deux façons soi-même sur son américains et par là appesantir suivantes : ou bien recourir aux emprunts — ou bien se mettre à l'oeuvre couet politique. ment évident que sa faim de dollars ne peut être apaisée par des exportations dirigées sur des États-Unis fondamentaux l'Amérique. Le résultat au cours des semaines qui "ont suivi s'est traduit tous les diktats —* positions renforcées partout —. si les pays européens font preuve de la maîtrise nécessaire et de la volonté de résister aux conditions • decrédit asservissantes.le même phénomène : Ramadier et Léon Blum. Georges Bidault de divergences et Maurice Sclfumann parlaient avecles communistes en avant des discussur les salaires et les prix .iljS SEUL PROBLÈME : L'INDÉPENDANCE NATIONALE 105 : Neuf. pourtant. qui exécute le plan d'aprèsn'était prévu. . L'Angleterre la Hollande et bien d'autres eux aussi à P « occident ». a eu lieu vers la même date en Italie et en Belgique. et sans dollars. Notre gouvernement. Poursuivons. Au contraire. dans ce même numéro. et il est parfaitedier aux États-Unis. en général^Ji'est pas le cas)'avait îquent. Ainsi. en effet. : les trusts se sont mis Corollaire de la crainte de la concurrence étrangère en Amérique en provenance :à l'abri des importations d'Europe par des tarifs douaniers élevés. les trusts américains régime colonial. ces n'était reconnu. Un choix est possible pour les gouvernements . quand les communistes ont été écartés du gouvernement sur l'ordre formel les mêmes Comme les mêmes causes produisent de Washington. par exemple le libre choix. ils mettaient portant sur les droits du premier Parti et le jeu de la règle démocratique.

R. etc. Cette évolution était. trois semaines avant les élections françaises. vence avec le Gaullisme.' -. le Parti communiste est sorti de la lutte avec des forces inentamées. de la ce qui alourdit terriblement la balance des paiements. Bien au contraire. : municipales en France. là où ils ont affaire à des collègues ou à des confrères qui thèques. Malgré la fureur de l'assaut c nvergent lancé contre lui par tous les autres partis. Un Français. . Une part impormilitaires^que à l'entretien tante de ces dépenses correspond de troupes anglaises en terre lointaine.et en Angleterre.106 dans des questions comme communiste de la sécurité. sans augmenter de poids. etc. — en exaltant en calomniant la gauche et en égrasignés Léon Blum). Que nos lecteurs en française depuis la Libération. obéissant aux direclivei de Washington. cynique des postes entre socialistes et néo-fascistes qui a marqué dans 95 p. consistait Non que les communistes eussent perdu des suffrages. . une chose. pour ainsi dire. — comme l'a dit la résolution du Comité central — sur l'essentiel.. sont prêts à réaliser. Et toutes les forces réactionnaires. dans leur politique intérieure et extérieure. sont socialistes et qui suivent la politique droitière de Léon Blum. dans les laboratoires. le programme désiré par les^ïkats-Unis (France. avant de croire sur parole Guy Mollet et les « gauches » vainqueurs au congrès de Lyon. fassent l'expérience dans les bibliopar eux-mêmes dans les lycées. se fier aux actes et non aux paroles.. du gouvernement de la France. dans les hôpitaux. Les élections celles des Réparations GEORGES et du charbon COGNIOT de la Ruhr. A cela s'ajoutent l'insuffisance du charbon. Le Parti socialiste s'est enfoncé dans son marasme. en effet. après avoir fait le jeu du Gaullisme depuis la Libérade Gaulle (dont les éloges les plus flatteurs et les plus immérités sont tion.. à les exclure des municipalités. Les actes de la dernière Le Parti socialiste s'est constamment senti de conni. ' derrière le R. de l'Union française. en pratiquant l'anticommunisme. Une politique des fruits semblables en Angleterre. se sont regroupées derrière . est nécessaire : la confiance dans le peuple.. analogue a produit L'épuisement ressources en dollars de la Grande-Bretagne ne s'explique pas seulement par les conditions : un grand rôle est joué par les formidables asservissantes des prêts américains dépenses le. elle qui explique que le Parti socialiste.. au contraire. André Jdanov avait dit : h'aide américaine entraîne presque automatiquement des modifications de la ligne politique du pays qui reçoit celle aide . à l'Amérique 'l'anticommunisme.. s'est effondré. il fallait attendre les lendemains. Ils ont. viennent'-au pouvoir des partis et des personnalités qui. et leur retour massil sonnel. P. à peine la droite. maintenu et renforcé leurs positions. solidarise entièrement Et c'est Cette acceptation le Parti socialiste avec le Gaullisme. du de réclame ouvertement la le néo-fascisme qui dissoGaulle. gouvernement travailliste a continuées et développées. 100 des cas la des magistrats désignation municipaux. à la direction des affaires. P. Le M. au service d'une politique extérieure détestable : les comptes se règlent en devises étrangères. lutio'n de l'Assemblée nationale. — en soit arrivé à ces monstrueuses à ce partage tig'nant collusions. fin septembre. c'est-à-dire sur la soumission et sur du Parti communiste. Italie. Pour échapper à la subordination à l'Amérique. la réhabilitation complète de tous les vichystes et collaborateurs la dissolution du Parti communiste. l'abolition de toutes les conquêtes sociales enregistrées depuis la Libération. l'appel aux énergies populaires. général la revision de la Constitution dans le sens du pouvoir per.). Le Parti socialiste a-t-il lutté contre le regroupement des forces de la réaction et du / fascisme ? Nous avions marqué au numéro précédent de cette revue comment. André Jdanov avait présenté à la conférence d'information de neuf Partis communistes-d'Europe siégeant en Pologne. F.: le vrai terrain de divergence avec ces hommes. etc. c'est leur acceptation résignée de la vassalité envers l'Amérique! La moindre discussion avec eux le prouve. la seconde étape Après qu'on eut écarté les communistes On y est arrivé au mois d'octobre. et particulièrement le retard dans l'extraction production .[ période ont justifié nos appréhensions. d'accord avec lui. industrielle et agricole. prédite dans le rapport que. des . C'est précisément ce qui est interdit au Parti socialiste par toute l'orientation que lui a imprimée l'homme : le plus néfaste de la politique Léon Blum. une Française sur trois leur a donné sa voix.

dans'ceux de l'automobile. le Parti Communiste. Le gouvernement de Bevin n'a pas pris au sérieux les négociations commerciales avec l'U. sa vie spirituelle autonome. etc. qui suppriment en fait toute protection douanière de la production française. S. On llrn avec le plus grnnd profit. Les protestations qui s'expriment actuellement dans les milieux du cinéma français. Il n'a rien fait pour empêcher les machinations financières des capitalistes britanniques. . dans de très larges couches de la population. de l'aviation. Les comitésde défense de la République. de la couture. Même au congrès des trade-unions.centrale et orientale faciliteront la tâche. Il s'agit de sauver les hommes d'affaires américains à "la veille de la crise.. le gouvernement travailliste s'est Sous l'injonction discrédité en renonçant à la nationalisation de" l'industrie métallurgique et à toute « expérience dangereuse ». plus la réaction demandait la réduction des salaires et la compression du budget des dépenses sociales. R. La nationalisation des branches principales'de l'industrie. qui. André Philip a paraphé au nom du gouvernement Ramadierles accords de Genève. lourde et des transports a donné aux démocraties nouvelles la possibilité d'établir des plans de développement économique praticables et effectivement créateur de la "classe appliqués 1. «organe du Bureau d'informations à Helgrade ». L'appui des masses de la population et'l'enthousiasme ouvrière sont garantis à tout gouvernement qui s'engagera sur une telle voie. sur les petites gens. Tout ce que les travaillistes ont su faire. S. On peut comparer la méthode « occidentale » dés emprunts américains à n'importe quel prix. ' ' . d'autre part. grandit la répugnance à la colonisation américaine. et' les pays de démocratie nouvelle. Il va sans dire qu'un gouvernement de valets de l'Amérique ne fera jamais cette politique. po-tr une démocratie populaire. le plan gouvernemental avait été accueilli sans aucun enthousiasmé. les échanges tant avec l'Union soviétique qu'a-vecdes démocraties de l'Europe.UN SEUL PROBLÈME : L'INDÉPENDANCE NATIONALE 107 Le gouvernement travailliste. qui. c'est-à-dire où là classe ouvrière et son parti. il a fait la preuve de l'impuissance dont cette même réaction l'accusait. son industrie et son agriculture. et toute entrave à l'importation des capitaux américains. entreprises rt'fttat en entreprises d'un type socialiste conséquent et la transformation des éléments du capitalisme privé en éléments de capitalisme d'État créeront la base pour la marche en avant ultérieure^vers le » socialisme. » Plus le gouvernement travailliste s'engageait dans cette voie. v II faut sauver le pays. G. travailler plus. pour imposer à l'Amérique et à l'Angleterre le respect des décisions prises en la matière à Yalta et à Potsdam et. en s'avérant incapable d'assurer à l'Angleterre une politique démocratique indépendante et une direction indépendante et nationale de l'économie. de connivence avec les hommes des monopoles américains. accompliront en même temps une oeuvre de sauvegarde du patrimoine national et de reconquête de l'indépendance économique et e> politique^ Le 14 novembre. Sur la Pologne. Comment tirer notre pays de l'impasse ? Les solutions économiques sont claires. pratiquent à grande échelle l'exode des capitaux. Le désastre électoral subi le 1er novembre était logiquement au bout de cette politique de capitulation. c'a été d'aggraver le fardeau qui pèse sur la classeouvrière. Elle exige un gouvernement de signe contraire. En cédant à la pression de la réaction. 1. Il est tout a fait certain que. à l'appel de la C. sacrifié par les néfastes accords Blum-Byrnes. de la soumission servile au dollar. a porté de l'eau au moulin des conservateurs. de l'enrichissement des monopoles. en lançant pour unique recette le mot d'ordre : « Manger moins. exerceront enfin une influence déterminante pour le plus grand bien de l'indépendance nationale. du capitalisme financier américain. se forment sur des bases très larges pour lutter contre le danger gaulliste. le rapport d'fîdouard des Partis communistes Kardelj : «Ta Yougoslavie actuelle est en période rie passage du capitalisme au socialisme^-avec des éléments sociar listes prédominants ». et la méthode des transformations démocratiques et de la planification économique véritable qu'on pratique ailleurs. On lui donnait raison devant le suffrage universel du moment qu'on faisait sa propre politique. Wladislaw -La transformalion de nos Gomulka (Wieslav) déclare . La lutte pour obtenir les Réparations allemandes.. au n° i de Pour une voix durable. fût-ce en condamnant la France à la stagnation et au chômage. T. L'issue. qui ne pouvait que faire valoir les « solutions » de l'adversaire. sont bien caractéristiques à cet égard.

dans la science. Truman consacre des millions en France la reconstruction des écoles confessionnelles de dollars à faciliter dans les départements alors que les écoles laïques restent en ruines . et dans les sinistrés. que nous ne voulons propagé par la philosophie t. dans le Bolchevik. le pendule oscille dans l'autre sens : il faut que les forces irrationnelles de notre nature animale aillent à leur sabbat des sorcières a I on comprend la revue progressive Mainstream américaine : écrivant Où trouvons-nous dans la littérature américaine d'aujourd'hui cette joie de la création. cette soif du avec les nommes et nouveau. 1947. Symbolique parodie de progrès que représente le « Siècle' américain ». Avec le désespoir du condamné. qui considère les rapports sociaux existants comme immortels. dans le progrès gagne. et à l'ambassadeur des États-Unis. d'innombrables résumer de l'impérialisme. Le but est le même : camoufler un et l'antisoviéet une volonté de' domination effrénés. De même que Hitler faisait subventionner par Pétain les écoles libres. même au risque de se démasquer grossièrement milieux rationalistes comme dans des ceux de l'Université des lois du devenir. signifie aussi la guerre. comme Lénine le disait de l'impérialisme. » et le « gouvernement comme les valets de Hitler prêmondial » exactement politisme chaient hier F « Europe » et le «socialisme européen ». La bourgeoisie américaine jette un regard d'angoisse sur la science. Cité par V. joignant au la répudiation d'un idéalisme phidu matérialisme. de la réaction indigène sous là haute direccapitaliste tion américaine. 1947. sur le terrain de l'école. les images de violence forcenée. de décomposition et de mort occupent de plus en plus de place 8. la littérature. 2. n° 15 (en russe). 1942. courageuse. arriérée. sur la vie réelle. 3. dans Démocratie nouvelle. La pénétration toutes les formes et intellectuelle et la corruption mentale prennent « pacifiste » comme celui de la réaction tous les masques : celui du socialisme s'ajustent cléricale. des lumières. p. New-York. qui lui refuse tout avenir. « la réaction sur toute la ligne ». n» 10. Langer quand elle écrit en conclusion de son livre Phi-. tel'un cancer.108 GEORGES COGNIOT La vie intellectuelle que la vie économique. Comme . Ce n'est pas en vain que déjà le plan Marshall avait réservé de toute évidence un rôle privilégié dans la soi-disant reconstruction de l'Europe aux consortiums et aux monopoles allemands 1 L'influence du capital américain obscurantiste. La résistance active.. Voir Georges COONIOI : « La philosophie réactionnaire américaine ». L'enjeu est aussi grave qu'au le « cosmoLes laquais de Truman vantent aujourd'hui temps de la bataille contre Hitler. pourvu des ex-commanditaires du nazisme.. de l'absurde Nous. l'administration préfectorale -au prélat. KÉMÉNOV. guerre. Dans cette littérature. Ils sont dûment prévenus du genre de « pensée » dont la diffusion accompagne la mainmise économique et politique des réactionnaires Le programme est donné en d'Amérique. du progrès. Paris. M. cette confiance dans l'avenir de l'humanité qui se fondent sur l'fciriité sur la compréhension de leur histoire ? Une crise alarmante de la foi dans l'homme. octobre 1947.. ~ ~ losophy in a New Key \ Après le siècle de la science et du progrès. du Calvados. Moscou. la diffusion prêchi-prêcha cosmopolite losophique dégradant qui conduit tout droit au fidéisme. Jefferson CafM«T Suhard. parce qu'elle signifie. des arts. Léon Blum. elle tente de remettre-en honneur. pour la liberté française de création et de développement dans le domaine de la littérature. voilà la tâche sacrée de tous les intellectuels français amis de la paix. de la trahison. prédécesseurs. BTKHOVSKI : « Le Marasme de la philosophie bourgeoise contemporaine ». cité par B. la négation théologique française. s'associe cérémonies publiques d'actions de grâce. parasitaire. la mentalité moral de la République et de la L'obscurantisme doit lui servir à préparer le désarmement France. La française subit d'aussi graves atteintes lutte pour le respect de l'âme nationale. «La dégénérescence de l'art bourgeois contemporain». grandissante décadent. K. Il sait la signification — imminent — d'un État séparé d'Allede l'établissement à l'heure où nous écrivons industriel et militaire d'un haut potentiel et remis aux mains magne occidentale. dans le domaine de la pensée sous toutes ses formes. en se portant des intentions garant de la bonne volonté. vous trouvez la réaction moyenâgeuse. c'est Léon Blum. ouvrages des pseudo-philosophes qu'on pourrait tous par la formule qu'emploie S. nous ne voulons pas plus du culte de la mystique. Le héraut inlassable de cette infâme propagande. atteint d'ores et déjà un point critique. intellectuels français. dans celui des sciences et de la philosophie. dans le Bolchevik Moscou. confiante. tisme servent de diversion aux agresseurs d'aujourd'hui. 64 (en-russe). et de l'inconscient américaine pour 1' « élite ». pures des trusts a parfaitement conscience de tramer la troisième américains. : grattez la méprisable manifestation fery. L'anticommunisme expansionnisme comme à leurs. n° 16.

le pessimisme et le culte de la mort. par l'irratiônalisme."UN SEUL PROBLÈME: L'INDÉPENDANCE NATIONALE 109 de la dépravation du cinéma américain offrant à la masse ses procédés pseudo-réalistes. Depuis la fin de la guerre. Avec tout leur peuple. d'indépendance et de grandeur trop éclatant pour qu'on puisse espérer les plier à la nouvelle tyrannie. la propagande en faveur de F « esprit américain » s'infiltre partout. d'un patrimoine de liberté. Les intellectuels français sont les héritiers d'un trop beau passé. l'exaltation chauvine et raciale.8 . •. ' Nous ne voulons pas d'une « pensée » caractérisée par la peur animale de la bourgeoisie la conception de l'homme comme un réactionnaire -devant la réalité. ils défendront les espoirs de la vie et de la civilisation. être antisocial. son exaltation du gangster et son érotisme vulgaire. par les tapageuses mises en scène de Hollywood comme par les exemplaires du Readers'Digest glissés dans tous les paquets de livres de prix du lycée Henri-IV ou les tableaux de Salvador Dali qui ne représentent le monde que sous la forme de cadavres en putréfaction. Nous ne serons pas les disciples résignés de ceux qui répudient la conscience et la raison. .

il faut que j'avoue mon incompétence. Une exception. clé. ils y puissent trouver aucun trait de mes condlllons et humeurs. comme par hasard. ils réapproprient la totalité de l'être à l'homme et referment l'humanité sur l'univers [sic) (800). que tout l'existentialisme se déduisait d'une cerdécoulait. les oeuvres les plus efficaces (tout en étant parmi les plus belles). doit toujours s'engager dans toute son oeuvre : II n'est pas vrai qu'on écrive pour soi-même : ce " serait le pire échec. des plantes. comme dit Brice Parain. bée des cieux vides. et non comme un enfant. le Bien..POLÉMIQUES POUR . Que devient alors la distinction établie par lui entre prose (nécessairement engagée) et poésie (nécessairement inengagée) ? Il ne pouvait mieux nous montrer qu'elle était complètement arbitraire. Sartre. c'est-à-dire en somme. l'écrivain. existentielle. lecteur. ce Sésame. .. rendez-vous allemand. sont des « pistolets chargés ». les phrases les plus importantes de son analyse : j p Le but final de l'art.. Comme je crois maintenant que je ne comprendrai jamais. cette je n'ai réussi à atteindre de la doctrine.. etc.. Curieux ! Mais continuons. (782).. QUI ÉCRIT SARTRE? Sous le titre Qu'est-ce que la littérature? Jean-Paul Sartre a publié dans les six derjiiers numéros des Temps Modernes un essai très hypocrite très long et très révélateur. La fonction de l'écrivain est de faire en sorte que nul ne puisse ignorer le monde et que nul ne s'en puisse dire innocent. dans cet essai du maître et dans les autres. c'est de récupérer ce monde-ci en le donnant à voir tel qu'il est. Après ce bel exorde sur nécessaire des écrivains prosa-. Moi. en de multiples formules sonores. qui aimaient mieux se voir dénoncer comme philistins que comme exploiteurs. que Montaigne s'est peint lui-même tout entier. malgré de très sérieux efforts. ne le savez-vous pas. La Diane Au française.. en visant des cibles. de l'écrivain L'explication par le milieu est déterminante : le milieu produit l'écrivain . L'art pour l'art I On sait bien que l'art pur et l'art vide-sont une. Il peut se taire. ou inconsciemment) sous sa (consciemment franchise et lucidité apparentes.. gagement. mais ou la muobjet 1. est toujours engagé tout que l'écrivain tout entier entier. dit. Jean-Paul résoudre les problèmes écrit-on? -. » Autrement Sartre sique. par les implications réciproques de leurs exigences. il afllrme. qu'il avait toujours à la bouche. La littérature est l'oeuvre d'une liberté totale s'adressant à des libertés plénières (101)... ils nourrissent plus entière et plus vive la connaissance qu'ils ont eue de moi. par exemple. essentielle. (780). par ce moyen. . La Légende des siècles. dont il n'est pas inutile de parler un peu ici. il leur est défendu même de s'engager (777) . Le Mal n'est pas une apparence. voudrait nous faire éliminer du domaine poétique des oeuvres comme Les Châtiments. c'est pour cela que je n'y crois pas [sic). mais jamais.. le Mal (avec des majuscules). par exemple. être jamais je n'ai compris ce que pouvait au juste pour Sartre cette étrange Liberté et tompremière.. (790). il faut que ce soit comme un homme. ma sottise : j'ai bien constaté à chaque page. je préfère vous livrer telles dans l'obscure clarté quelles. [L'écrivain idéal de la société idéale] doit s'exprimer tout entier. qui des tombe étoiles. en fermant les yeux et pour le seul plaisir d'entendre les détonations. m'ayant perdu. ouvre-toi. taine conception métaphysico-mystique de la Liberté avec un très grand L.. n'en est pas à une bourde près .choisit d'en appeler à la liberlé des autres hommes pour que. même chose et que le purisme esthétique fut une brillante manoeuvre défensive des bourgeois du siècle dernier. au contraire. sans en avoir le dessein et par-dessus le marché > (785) ! ! Est-il besoin de rappeler le début des Essais : J'ai voué mon livre à la commodité particulière de mes parents et amis. il tire. n'est pas langage. il me semble que c'est la même choseï de ou plutôt deux aspects complémentaires du milieu.. tout comme la peinture 1. que les livres actuels de prose « existent à la façon des choses. pour mieux teurs... à ce que.. Ici. Sartre commence d'abord par réaffirmer avec éclat. la connaissance . ni suggérer lui-même qu'il ne l'avait sans doute inventée que pour les besoins de sa cause. je suis moi-même la matière de mon livre. mais « involontairement. (781).. dans sa philosophie. L'écrivain sait que les mots. comme une totalité émergeant du monde dans le vidé (1216). etc. sont dispensés de l'enparmi les écrivains. des événements et non d'abord comme des produits de l'homme » (1634). et que.. je vous assure.. d'ailleurs. un peu plus loin. mais comme -s'il avait sa source dans la liberté humaine. Le public l'appelle.. toutefois : les seuls poètes. au hasard... mais. car la poésie. mais je ne l'influence identique suis pas existentialiste : j'oublie.'pourquoi nous entraîne avec iui pour qui écrit-on?. Ce qui n'empêche pas Sartre de souhaiter. l'engagement Sartre donc. S'il parle. Ainsi. puisqu'il a choisi de tirer. l'essence même de la poésie leur défend de s'engager. cette source.

iqu'ilsente. il souhaiterait teurs qui. à la tour d'ivoire. à la fin. que le lecteur y soit et qu'il soit jeté d'une conscience dans Rattrapé uneautre. en effet. et il n'y aurait pas dë~Parti communiste en France que Les Chemins de la liberlé n'auraient pas un lecteur de plus parmi les ouvriers. la Russie.(déjà né. hélas! il s'en faut) et à faire vrai. qui n'est passive ni la du femelle. s'ils sont lucides. que je sache. d'outre-Atlan:tique (113) . absolument rien 2! «J'aime mieux 1. Le Mal. il n'est pas J'effet de passions qu'on 'pourrait guérir. dans d'autres circonstances historiques. discutent avec l'écrivain et une nouvelle relation lui-même. bien trouQu'est-ce que ceux-ci pourraient ver d'intéressant dans la pourriture du premier tome ? Et le livre est aussi tombé des mains à beaucoup d'intellectuels que je connais. du public avec l'auteur comme celle apparue ni l'attente et là-bas. la bêlise pitoyable des malheureux nul n'ont pas encore pris conscience d'eux-mêmes. La Putain respectueusedénonce par le rire l'hypocrisie des riches Blancs du sud des États-Unis. c'est tout ne lui simplement parce qu'il offre rien. enfin. Point n'était besoin. la philosophie de dénoncé. que chacune de leurs humeurs :jl chaque mouvement de leur esprit enferment l'humanité entière et sont. en fait. le nazisme.'' fOUR QUI ÉCRIT SARTRE K 111 .. les commerçants se moquent pas mal de lui l Mais est-ce la faute du Parti communiste ? Pas du tout. jescentesans recours vers le Mal ou une montée vers le Bien qu'aucun ne pourra contester etc. A dire vrai. c'est d£ns la mesure oii les lois mêmes du théâtre obligent l'auteur à laisser plus ou moins sa philosophie et ses complexes de côté (pas toujours. » ces « mystifications presque identiques que sont pour lui le le catholicisme. en conservant pour principe directeur les droits de la liberlé totale.. comme des libertés formelles' et synthèse effective matérielles » . en somme.ou à l'universalisme abstrait dénoncés par lui dans le xours de son ouvra'ge. investi présent. que les hommes sur terre peuvent être capables. débordé par leur pliant sous le poids de leur avenir. qui ont voulu le lire par nécessité I Si Sartre n'est pas lu du public populaire. il déclare que la révolution totale esl impossible dans les circonstances actuelles et conduirait aux pires catastrophes. 2. 86 et 87). L ouvrage comprend aussi une histoire à vol foiseau de la littérature française. que toute sa politique tendait à l'éviter. c'est-à-dire de devenir de plus en plus libres. excuser. comme en Russie. même des •qu'il soit incertain de l'incertitude héros. réduit. s'il en vient tout de même. niais il n'a jamais jeté feux pouvait et flammes. est absolu comme le iBien(sic) (1627). Là notre écrivain juge et condamne avec une hauteur superbe et une feinte impartialité. tout a fait analogue. celle d'une » qui ne comprendrait «Europe socialiste ni l'Angleterre. inquiet de leur inquiétude. t. Si les pièces de Sartre sont meilleures et peuvent intéresser valablement un assez grand public. sur une espèce de plateau bien solitaire et bien protégé. (1632).d'une ignorance qu'on pourrait éclairer dit 0. c'est celle qui serviprécisément. en dernier ressort. les employés. il sent bien que « le sort de la littérature est lié à celui de la « des lecclasse ouvrière ». mais ni. le principal personnage de Huis-Clos. par leurs perceptions et par leurs sentiments comme par de hautes falaises insurmontables. et. dont je n'ai pas «Placede parler Ici. il réserve ses meilleurs coups aux Partis communistes. d'aucune façon. il ne s'oppose pasau Bien comme une idée confuse à une idée distincte. repris.—:c'est pour une raison toute spéciale que Sartre en veut au Parti communiste. au sein de l'histoire et malgré l'escamoune tage perpétuel du" présent par l'avenir.«ar les causes ne le dissipe pas. la guerre seule. dont l'apparence sérieuse abuser. Nous souhaitions donc que chaque personnage denos livres fût un piège. L'Être et le Néant. comme d'un univers absolu et irrémédiabledans un autre univers pareillement absolu. d'agir sur eux-mêmes et sur le monde. il prétend bien « prendre parti contre toutesles injustices d'où qu'elles Tiennent. comme par hasard. communisme (107) . qu'ils préparent la guerre. et constituerait client idéal pour les trusts. Même L'Époque et Paroles françaises n'étaient pas allées jusque(-là. nous persuade finalement. En deux mots. en leur temps et en leurlieu. assimilé. >• ne peut. Le Parti communiste a surtout à juste titre. surtout. La personnage le plus sympathique et le plus rort de Morts sons sépulture n'est pas du tout rexistenlialiste. contre Les Chemins de la liberté. fruit d'une yoiontélibre et souveraine. mais il reproche pourtant au Parti communiste de ne pas être le parti de cette révolution pour rien dans la nuit ! Lorsqu'il est bien obligé de donner raison au Parti communiste. Évidemment. de tendre un rideau de fer entre lui et les travailleurs l Comme écrivain. Enfin Garcin. n'a pas été inutile à notre lui qui mpère : il lui permet de déboucher. roclamait si fort tout à l'heure la liberté de 'engagement. il est loin du compte : les ouvriers. fait le mieux les États-Unis. juge et condamne. 1? tunnel Mais ce long philosophique yousallez le voir. mais le vieux communiste grec. d'une peur qu'on pourrait surd'un égarement passager qu'on pourrait <{nonter. dont il ne craint pas d'affirmer.il le Parti conjmuniste adopte cette position presque malgré lui. me semble-t-il. lorsque celui-ci exige affirme gratuitement que la paix avecleViet-Nam. par exemple. au terme d'une analyse que je voudrais pouvpir citer M entier pour montrer à quel point elle est x contradictoire (p. c'est-à-dire la pire ait encore osé proférer calomnie qu'on contre eux. être tour(. Il l'accuse les d'empêcher ouvriers de lire ses livres. critique spécialisée clerc » (85). — cela se voit nettement dans toute la fin de l'essai. . à proposer une solution. un l'Allemagne bien sûr. le gaullisme. Sartre ne peut s'empêcher d'être de son public habituel de dégoûté snobs et de bourgeois. je l'ai montré ici.

ont offert la radio comme tribune au seul directeur des Temps Modernes (pas une autre grande revue n'a ce privilège.. nous ne pouvons demeurer tranquillement au sein de notre classe ef. Pis encore. invente ou propage des calomnies dont il sait qu'elles feront leur chemin. ni Europe. . pas même à nous. Il fait très exactement la politique de Ramadier et des maîtres de Ramadier : il dénonce violemment le mais sur la forme.. métier I Personne Joli ne peut plus se tromper Bit tout cas sur le existentialiste. nous avons connu l'angoisse bourgeoise. Mais c'est qu'en effet il est de gagner le beau titre d'écrivain incipable serviteur du peuple. dépris de-l'illusion aristocratique. il a le public qu'il mérite : les"'bourgeois. nous avons eu cette âme déchirée. non sur le fond. c'est de refléter dans nos miroirs leur conscience malheureuse.. elles leur demandent leur aide pour obtenir le micro. P. L'existentialisme. qu'on n'était jamais hors de l'histoire. POL GAILLARD désert. que tout écrit était un acte. notre bonne volonté ne sert à personne. L'un des acolytes auquel le maître veut bien réserver dans son émission une petite minute de au parole a même osé dire au micro que le succès Jf?. La vérité. donc. nous restons en l'air. en fait. F. et. sans souci de se contredire. en commençant. Bourgeois nous' même. entendu La Pensée). Et c'est bien pourquoi les services mêmes de la présidence du Conseil exauçant aussitôt le souhait de. séparés du prolétariat par l'écran communiste. a accepté immédiatement. pays pour le plus grand profit des trusts américains. il faut que nous soyons ses fossoyeurs. (83).. qu'on ne parlait jamais dans le 1. mais puisque le d'une conscience malheureuse est de vouÎ>ropre oir s'arracher à l'état de malheur.is pas de difficultés pour admettre la description marxiste de l'angoisse « existentialiste » comme phénomène d'époque et de classe.quand elles sont devenues des malédictions. cela ne signifie pas que ces intuitions et ce dévoilement soient des illusions de la conscience bourgeoise. On ne saurait mieux se condamner soimême. Je cite la suite pour donner une idée des réponses de Sartre : « Mais que cette décomposition puisse dévoiler certains aspects de la condition humaine et rendre possibles certaines intuitions métaphysiques. elj^ non pas gouvernementale. comme il ne nous est plus possible d'en sortir d'un coup d'aile en nous donnant les dehors d'une aristocratie parasitaire. il est devenu sans honte fossoyeur et laquais.protestant qu'il n'y croit pas. gaullisme. Nous sommes tombés en dehors de l'histoire et '" nous parlons dans le désert (94).. de Sartre. Pour autant que certains milieux bourgeois de bonne volonté reconnaissent que la spiritualité doit être simultanément libre négativité et libre construction (?l sic). La Pensée. Tout le monde philosophe sait maintenant pour qui il travaille. c'est que Sartre a effectivement une influence. 1. pourquoi. Et Sartre.. . Seul Tartuffe.. aux revues comme elles estiment que la radio doit être natioC'est nale. sous sa forme contemporaine. Quant. Bourgeois en rupture de classe. Je ne fa. si chatouilleux à l'en croire sur la liberté d'expression pour tous. et en disposer librement et d'une à l'opposé de la servilité façon responsable. mais restés de moeurs bourgeoises. tandis qu'il essaie de saper les bases mêmes de la confiance populaire dans le Parti communiste x. pouvoir enfin atteindre tous les publics exprimé par lui dans les dernières pages de son essai. n'est-ce pas ? Mais ce n'est pas encore assez dire pourtant. «Cela ne le signale pas apr'o* ri. A grands renforts de liberté existentielle. mais on avouera qu'il y a de très fortes chances . même si nous courons le risque de nous ensevelir avec elle (85). il en est bien ainsi. c'est-à'-dire d'avancer un peu plus la décomposition de leurs principes." 112. mais" que cette influence est réactionnaire. sans doute. nous sommes avec ces bourgeois contre le parti communiste" (98). Pol GAILLARD. Lui hier : « J'aime mieux être qui affirmait fossoyeur que laquais-»'. ni bien Intellectuelle. s'écrie-t-il à l'adresse des écrivains dédaigneusement communistes.ni Esprit. 'Sans doute afïlrmait11ne pas le croire lui-même. (> Nous écrivons contre tout le-monde. soit. dénonçant par exemple les deux quand cela le sert pour attaquer blocs la croyance en un Bien et en un Mal absolus lui-même dans Les qu'il prêche Temps Modernes. apparaît sur la décomposition de la bourgeoisie et son origine est bourgeoise 1. nous écrivons à contre-courant (93).. il soutient tant qu'il peut la fameuse « Troisième Force » qui prépare en fait l'arrivée du dictateur au pouvoir et ruine le. ou des représentations mvthiques de la situation. être fossoyeur que laquais ».. s'adressant à tous les démocrates.. mais l'effet voulu était produit. ni la Vie ni La Nef. en . Tout ce que nous pouvons faire. nous avons cette tâche ingrate de leur reprocher leurs fautes. et d'ailleurs Sartre se contredit ici une fois de plus : il a montré.. aux élections d'octobre avait peut-être été voulu par le Parti communiste.

transformé en un immense établissement scolaire. où tout 4e monde étudie et où le livre est devenu un article d'importance vitale. 414 millions d'exemplaires ont paru en librairie aux États-Unis. environ 4 en Moldavie.5 en Lithuanie. un vaste obligatoire a été introduit réseau d'écoles primaires. Dès 1946. mais aussi leur culture . on a publié au pays des Soviets 858. 6. S. En 1937. millions en U. dans les trois années qui ont précédé la guerre contre le fascisme. d'exemplaires. En trente ans. Le pays s'est. S. R. de clubs. collective.été publiée dans les -régions dévastées par l'occupation allemande : 43 millions xd'exemplaires en Ukraine. 43. Bien que les tirages soient extrêmement élevés. pour ainsi dire.716 millions d'exemplaires. alors que le peuple soviétique était encore occupé à rétablir l'industrie ruinée et à panser les blessures de la guerre mondiale et de la guerre civile. ruiné les plus grandes imprimeries. et qui a affecté toutes les couches de la population soviétique et tous les /domaines de la vie sociale.000.5 en Biélorussie. l'Union soviétique n'a pas seulement dépassé la Russie tsariste. la moyenne annuelle des livres édités-fut de 16. Pour la production des livrés. ils ont pillé et détruit les collections les plus précieuses. dans les régions occupées. secondaires et supérieures.145 livres étaient édités. S.-près de 5 en Lettonie. de bibliothèques et d'institutions. Telle est précisément la base de la révolution culturelle qui s'est produite en U. d'importants 23. les livres sont épuisés en quelques heures. socialiste. elle a aussi devancé des pays tels que les États-Unis et la Grande-Bretagne. avec 463 millions d'exemplaires. la misère. 6. Voici des chiffres caractéristiques. dotée d'une industrie très développée et d'une agriculture mécanisée.. On comprend que l'invasion hitlérienne ne pouvait manquer d'exercer des répercussions sur l'édition. les crises. Même au cours des dix premières années qui ont suivi la Révolution d'Octobre. le peuple soviétique. ' ' ' • l'industrie du clichage et du papier.5 en Esthonie et 600. Enfin.qui est la plus progressive du monde . Les journaux.DOCUMENTS i TRENTE ANS DE LIVRE par NICOLAS SAMARSKI SOVIÉTIQUE L'ancienne Russie a changé radicalement de physionomie. Les fascistes se proposaient d'exterminer non seulement les peuples soviétiques. il a aboli le chômage et l'exploitation de l'homme par l'homme. L'enseignement . entreprit succès étaient obtenus dans ce domaine : publications. en s'attaquant ment en particulier de reconstituer la base matérielle • des économique général. Le peuple soviétique en a fait une grande puissance socialiste. R. " au rétablisseQuand la guerre fut finie. une quantité très élevée a . avec un total de 10. ainsi que les conditions qui engendrent les classes exploiteuses. Sur ce total.300 livres. avec 118 millions d'exemplaires. mais 693. . avec 558 millions. Dans le courant de la deuxième décade.000 exemplaires environ sur le territoire de la République carélo-finnoise. les revues et les livres paraissent en très grand nombre.200 livres furent publiés annuellement avec 604 millions d'exemplaires.700 ouvrages en 119 langues.de recherche scientifique a été créé. S. cette moyenne monta à 44. 7.

On peut affirmer que.200 ouvrages littéraires de tout genre (1. L'immense travail par lequel ont été réalisés les plans de reconstruction et le de l'économie a engendré une demande sans précédent de littédéveloppement rature technique.000). Les chefs-d'oeuvre étrangers jouissent d'une grande popularité. Cette littérature représente une arme puissante dans la lutte pour consolider et développer la société socialiste et édifier le communisme.000. de Shakespeare à 1.000 livres (2.000.000).000) . S. Le peuple soviétique a produit plusieurs centaines d'écrivains dont .000 ouvrages d'agriculture ont été édités (1. d'Anatole France à 1:846.000. Gorki (44.000.000).000). etc. de Zola à 2. Les éditions les plus volumineuses sont celles de la littérature russe classique. Elle est révolutionles plus avancées et de l'expérience naire. Tourguénev(l 1. profonde dans ses méditations sur les hommes.173. Ainsi que le disent justement les écrivains soviétiques. tandis que.000 exemplaires. sur leurs cheminements et sur leurs destinées. même dans leur pays.810.926. Chevtchenko (5. R.127.265. d'exemplaires lés oeuvres des savants célèbres. au service de l'édification pacifique et dans la lutte armée contre les ennemis de l'intérieur et l'extérieur. Elle est caractérisée par les idéaux les plus élevés qu'ait conçus l'humanité. de Cervantes à 850. S. à 9 milliards 530 millions d'exemplaires. tels que Timiriazev (1.000. de Goethe à 586.000). Darwin (289. pleine de majesté dans son ampleur épique. Gogol (9.000. En dix-neuf ans. dont Pouchkine (34. Mitchourine (213. S. sociale et économique est représentée par 162.139. Lermontov (9.000). Elle est populaire au sens le plus substantiel du terme. La publication de la littérature scientifique a pris une ampleur considérable. de Heine à 1.107 millions d'exemplaires).573.114 NICOLAS SAMARSKI Examinons maintenant le caractère des livres.287. Nékrassov (9. Quel démenti plus efficace aux calomnies de la réaction impérialiste sur le prétendu « rideau de fer » qui séparerait les civilisations de l'Ouest de celles de l'Est ? T entièrement nouvelle Depuis la fondation du régime soviétique.000. Lyssenko.611.299. on a édité 84.900 livres scientifiques (1.075.391. celles de Barbusse à 2. Chez les paysans kolkhoziens. De 1928 à 1946.817. ces écrivains n'ont pas été publiés pendant la même période en d'aussi fortes éditions. .000 livres techniques (746 mil' lions d'exemplaires).000 livres environ. Léon Tolstoï (26. la littérature politique. mais dans le monde.000.007.000).000).435 millions d'exemplaires). celles de Balzac à 2. deMaupassantà 3. la demande dé livres est donc intense. de Schiller à 683. une littérature s'est développée . dans les deux siècles qui ont précédé la Révolution. on a publié en tout 700.862.000 exemplaires).000 exemplaires). Tsitsine. De vastes exploitations paysannes collectives ont été créées dans tout le pays .000. de Hugo à 4. de Dickens à 2.000). La littérature agricole paraît aussi en grande quantité. les éditions sont d'une extraordinaire richesse. Maiakovski (9.000.065.000 livres agricoles seulement avaient On a édité par centaines de milliers paru en Russie (45 millions d'exemplaires). En ce qui concerne les belles lettres. De 1917 à 1946. de 1928 à 1946.000).ur l'ensemble. Prianitchmkov et de beaucoup d'autres ont aussi paru en fortes éditions. on a publié 39. non seulement en Russie.000).000. De 1928 à 1946.000. Tchékhov (17. elle reflète avec vérité et avec force les hauts faits accomplis par les hommes de l'U. on a édité les oeuvres de Byrôn à 499.910. 99.781 millions dont plus de d'exemplaires. elles utilisent largement la technique moderne et les données de la science socialiste. En vingt-neuf ans.000.976 000. De 1928 à 1946. les ouvrages des remarquables savants soviétiques "Williams. empreinte des idées philosophiques vivante des hommes en lutte contre la réaction et pour la construction du nouvel État socialiste. Griboïedov (1. on a édité 155.000).475. de Stendhal à 681. Herzen (1.256.107. de Romain Rolland à 2. 700 millions d'exemplaires des classiques du marxisme-léninisme). 25. cette littérature est passionnée dans ses élans.110 millions d'exemplaires).122.

dans la République de Russie seulement. Beaucoup d'autres ont paru dans les quinze autres Républiques fédérées. 100 pour le nombre des ouvrages et à 14 p. R. 100 et cette part est montée en 1946 à 36 p.988 livres d'enfants ont été édités à 328 millions d'exemplaires. Le gouvernement soviétique accorde une attention particulière à l'éducation des enfants et à leur développement mental et physique. S. Yanka Koupala et Pétrov. de N. 100 pour celui des exemplaires. Tvardovski. On en trouve une preuve dans les publications soviétiques destinées à la jeunesse. Les oeuvres de Gorbatov et de Grossman ont lions). S. Les livres d'enfants ont continué à paraître pendant les dures années de lutte contre l'envahisseur. se rapprochent de 2 millions. celles de Fadéev. de Novikov Priboï (6 millions). on en a publié 708 à 60 millions d'exemplaires environ. de Fourmanov. Pareil accroissede la culture des un témoignage éloquent de l'épanouissement ment fournit peuples de l'U. Ostrovski. Léonov. 368 livres à 16 millions d'exemplaires pour les enfants d'âge préscolaire. à 2 ou 3 millions .. Fédine. De 1941 à 1945. De 1937. Sur le total des ouvrages littéraires édités de 1936 à 1946. nationale par la forme et socialiste par le contenu. enfantine. Citons celles de Cholokhov (16 millions d'exemplaires).TRENTE ANS DE LIVRE SOVIÉTIQUE 115 les oeuvres sont éditées par-millions d'exemplaires. 10.. En 1939 seulement. d'Ehrenbourg paru à 5 ou 6 millions d'exemplaires . Aséev. Gladkov. de Simonov (12 millions). d'Alexis Tolstoï (12 millions). celles de Lebédiev Koumatch. R. l'Édition de Moscou du livre d'enfants a fait paraître. S. 700 livres à 15 millions d'exemplaires pour les enfants d'âge moyen. A elle seule. de Panféroy. 629 livres à 37 millions et demi d'exemplaires. on a édité n'édite une aussi nombreuse littérature en U. . S. de Kataev (7 mil(6 millions). Wirt. Pavlenko. celles de Tikhonov. les livres des écrivains soviétiques non russes ont représenté 31 p. Ni la Russie ni aucun pays bourgeois au monde n'a jamais édité ou d'avant la Révolution. de Sérafimovitch (7 millions). 576 livres à 9 millions d'exemplaires pour les adolescents. à 4 ou 5 millions . au cours de cette période.à 1946.

à droite. en TchécosloJe crois utile de rappeler. partis tiennent les mesures prises ont été bienfaisantes du peuple. mais par des décrets du président de la République. quatre l'Ouest. vaquie. le transfert des Allemands hors de nos la formation des syndicats ouvriers. réalisées à l'époque non par la voie parlementaire. qui a duré. nous pensons qu'il peut inviter les Français à des comparaisons utiles et leur faire mieux comprendre à quelles conditions est liée la renaissance d'un pays durement frappé par la guerre. plus de six ans.II LES CONDITIONS CESTMIR ACTUELLES SIMÂNE DE LA VIE EN TCHÉCOSLOVAQUIE par Cestmir Simâne. la vie dans ce pays et de l'effort qui y est fait pour la image de ce qu'est actuellement reconstruction. Entre eux. Elles ont été peut-être pas été approuvées paî toutes les. banques et mines de charbon. Bénès. quftravaille du Collège de France. en quelques niots.les Mais à éviter de mécontenter telle ou telle catégorie d'électeurs. A gauche. On a ainsi diminué la circulation des billets. la situation politique après l'occupation. pour l'ensemble Voici comment s'est faite la stabilisation de notre monnaie. les salaires ont été payés dans la monnaie nouvelle. seraient sans doute plus difficiles à réaliser dans l'état actuel. M. par l'armée rouge à l'Est et par l'armée américaine à Après la libération ont été formés en Moravie et en Bohême. où. de chimie nucléaire actuellement en France au laboratoire nique de Brno. Aucun parti n'a la absolue. immédiatement du pays. qui en ont tous accepté la responsabilité solidaire. une et internationale de. classes de la population. le Parti communiste. ingénieur de l'École polytechUn jeune savant tchécoslovaque. la Tchécoslovaquie. Certaines de ces mesures n'auraient frontières. quatre partis politiques en Slovaquie. chez nous. et l'on a aussi obligé au travail tous ceux qui vivaient du marché noir . le partis correspondants Parti catholique. nationale L'article qu'on va lire ne prétend pas poser les grands problèmes de politique mais il donne. majorité Dès la fin de la guerre. comme on les appelle règles dites démocratiques. on a bloqué tout l'argent liquide de tous les citoyens et l'on a donné à chacun 500 couronnes (une couronne correspond Le mois suivant. 50 français). chez nous. la nationalisation des usines. tous les partis ont formé un Front national. le Parti socialiste national (deuxième parti en Bohême et Moravie) est plus à droite que" le Parti démocrate social. tous à 2 fr. des mesures ont été prises pour la stabilisation immédiates de notre monnaie. Par la collaboration de ces partis. A la fin de novembre 1945. a bien voulu rédiger pour La Pensée quelques notes sur son pays. Dans son cadre volontairement limité. On peut nous reprocher de n'avoir pas agi selon les et ces conquêtes de la révolution. par des exemples précis.

je donnerai tous les chiffres-suivants directement en francs). de grands propriétaires fonciers. et le peuple tout entier sait qu'il doit réussir. dont dépend le standard de notre vie dans l'avenir. Les paysans utilisent beaucoup de machines. on a favorisé les ouvriers. 11n'y a plus.LES CONDITIONS ACTUELLE S DE LA VIEEN TCHÉCOSLOVAQUIE 117 pendant la guerre. qui est contrôlé. un phénomène assez Après la-Libération. qui jouit d'une entière liberté. Une grande place dans notre plan de deux ans est réservée à la mécanisation de nos villages. maïs elles ne doivent pas dépasser cette. nous. en Tchécoslovaquie.ti communiste. S. Tous les partis au Parlement ont voté le plan de deux ans. qui appartiennent souvent aux coopératives. Les ouvriers spécialistes gagnent au moins 10. mais à un prix officiel. Aussi. ce qui n'empêche pas les critiques de la presse. etc. on ne savait pas d'abord si cette expérience réussirait.000 francs par mois.300 francs par mois s'il n'est pas marié. Ils peuvent vendre le surplus. moitié par l'employé. et le salaire du mineur au moins à 24. F.000 francs. chez nous. en comparant les résultats des entreprises de la même catégorie. ce qui équivaut. Il n'y a pas de grèves chez.Tes mineurs 12. tandis que les traitements dés fonctionnaires sont maintenus à des taux assez bas. . Pour pousser les gens à quitter leur emploi. Gottwald. général dans tous les pays d'Europe : l'afflux des candidats dans les services d'État comme fonctionnaires. dont ont besoin d'autres secteurs de l'industrie. à 7. Elles ne l'ont dépassé que de quelques dizaines pour cent. pour ne pas épuiser la réserve de matières premières. On leur a imposé de lourdes amendes et on les a désignés à la T. Il y eut parfois à la tête des entreprises nationalisées certains hommes peu consciencieux et peu'capables . on a pu éliminer la plupart de ces hommes.000 francs français (pour plus de commodité'. Ce plan a été proposé par M. agents de police. Les Assurances sociales sont obligatoires pour tous et payées moitié par le patron. dans tous les partis. le salaire minimum 14. Comme le pouvoir d'achat de notre couronne est de deux à trois fois plus fort que celui du franc (j'en donnerai plus loin quelques de 3. * * * La production agricole n'est pas nationalisée.000 couronnes par mois. A titre de comparaison. parleur nom comme de malhonnêtes gens. . Les usines nationalisées Batâ sont productives . * * # Le niveau. au taux officiel du change. Une deuxième réforme agraire est en projet. Les paysans sont tenus de livrer un certain contingent de leur récolte au ravitaillement. il s'est produit. une "grande bonne volonté pour le réaliser. Le salaire le plus bas d'un ouvrier auxiliaire est de 3. une première réforme agraire ayant déjà été faite après la guerre de 1914-1918. qui ont parfois causé de grandes pertes à la propriété nationale. Les entreprises nationalisées ont déjà souvent dépassé le programme mensue du plan de deux ans pour la reconstruction nationale.propbrtion. beaucoup de fonctionnaires sont-ils redevenus ouvriers ou artisans. chef du Par. et l'on s'en est aperçu trop tard.de vie des ouvriers a augmenté. Il y a eu encombrement des fonctions publiques. mais il n'est pas pour nous une question politique.000 francs. On trouve vraiment.000. elles fournissent à bon marché des chaussures d'excellente qualité.. Pour la nationalisation des usines. Les ouvriers se rendent compte dé la nécessité de faire réussir le plan. je signale qu'un assistant habilité de l'Université gagne net 8. La réussite du plan de deux ans dépend de la classe ouvrière autant que des spécialistes.000 couronnes correspond au moins à preuves).

Voici quelques autres prix : la charcuterie est à 150 francs le kilo. On a pu constater que six semaines passées dans une brigade n'exercent aucune influence fâcheuse sur le progrès dans les études. le pain blanc à 23 francs.500 de viande . nous apportera pas de surprises désagréables. On a trouvé un moyen : ce sont nos brigades. Les étudiants de l'enseignement supérieur. lke. 6 kilogrammes de pain noir (à noter que le pain noir a toujours été chez nous la nourriture principale. nous sommes devenus très pauvres. qui est en vente libre et dont la qualité est celle d'avant guerre. Les fruits et légumes sont en vente libre et coûtent moins cher qu'en France : les pommes de terre sont à 5 francs le kilo . peupler et exploiter toutes les régions de notre frontière qui avaient été habitées par des Allemands. 250 grammes de graisse de porc . pendant l'occupation.500 francs par mois. en conclusion.118 CESTMIR SIM ÂNE Ils ne trouvent d'ailleurs pas beaucoup de clients. tandis qu'en France un seul bonbon coûte 20 francs. d'employés de banque. s'ils peuvent faire la preuve de leurs progrès scolaires. reçoivent un salaire de 3. * * * Nous nous efforçons de produire dans nos campagnes tout ce qui nous est nécessaire pour nous procurer des devises étrangères et acheter ainsi des matières premières pour notre industrie. tandis que nous nous contentons de vêtements en fibranne. avec de la vraie crème. etc. le lait à 13 fran'cs le litre. Il faut. 3ks. apportent leur aide aux mineurs et aux paysans ou travaillent dans les forêts. car les rations des tickets d'alimentation sont suffisantes. la viande à 130 francs. Les bonbons de chocolat sont à 24 francs les 100 grammes. et elles sont touchées intégralement. * * * Je peux affirmer. ce qui est suffisant pour vivre. coûte au moins trois fois moins cher qu'en France. I ks. notamment. maintenant expulsés du territoire national.500 de farine. les rations du mois d'août 1947 pour un adulte. tout ce qu'on veut) . de fonctionnaires. 100 grammes de bonbons au chocolat et 150 grammes d'autres bonbons. parmi les fruits. en fait. Le travail dans une brigade est même-une condition nécessaire pour l'entrée d'un étudiant à l'Université ou dans une école supérieure . qu'on vit aujourd'hui plus facilement chez nous qu'en France. mais les étudiants qui préparent un examen en sont exempts. et l'on est en droit d'espérer que l'avenir ne. 150 grammes de beurre . par exemple. 600 grammes de margarine par mois . Nous sommes assez raisonnables pour comprendre la nécessité de ces sacrifices. et que nous mangions avant la guerre très peu de pain blanc). et nous avons conscience que. II y a dans notre vie économique des secteurs qui manquent de travailleurs. les pommes de Yougoslavie à 24 francs. 125 grammes de vrai café ou 30 grammes de thé .750 de sucra. lks. les pommes à 17 francs.. qui.500 de pain blanc . Nous exportons les meilleurs tissus et les vêtements. Voici. formées d'étudiants. sans suppléments : Un demi-litre de lait par jour (on peut obtenir. les poires de première qualité sont à 19 francs le kilo. . Les prix sont stabilisés. pendant six semaines ou deux mois. le pain noir à 12 francs. La pâtisserie.

que poursuit Tous ceux-là furent mis hors rapidement de combat. se révéla rapidement trop à la vigueur de la disâgé pour résister Tout l'intérêt des. présenta. et par J. André Siegfried. En 1946. Croce. par professeur à la Sorbonne et ancien chef d'état-major des F. il semblait fussent que toutes garanties données pour que les débats ne heurtent bienséant. va de l'Elbe Cette année. Un disciple dhommesque quant hindou de Ramakrishna. D'un bout à l'autre du Léman. ne cessa pas un instant Car le marxisme d'être au centre des débats. B. un retournement elles inattendu. il fut disert. économiste. venu de Madrid. circonvoqu'une pensée aux nombreuses lutions a finalement amené à une sorte de christianisme communisant à la fois abscons et naïf. Haldane. élégant de pensée. Pierre Daily HenPé fermait le triangle des marxistes. fit un disciple discours cicéronien et prupar la forme an fond. Georges qu'appuyait vint trop dont la conférence que Mounier. où des problèmes les plus graves n'arrivent encore que les échos assourdis. qui parlait de prière. Dans les entretiens. Nicolas même. Worker. le Swami Siddhesvêtu de somptueux warananda. une opération à celle Réforme. clownesque. ces Rencontres 1' « esprit » — celui qui à glorifier européen au Pacifique. T. Berdiaev M. guidait l'opposition Lescure et quelques avec Aron. Spoerri. pour pays s'entretenir du même en public thème. du progrès moral et duV progrès en l'Aula technique. tenta une vaste synthèse habits des diverses et conceptions philosophiques où l'on put apprécier surtout politiques. Dans une admirable conférence. En Suisse. taine de d'invités divers. déterminé tout d'abord par des lois natul'homme ne saurait relles auxquelles pas autre animal. de notre devaient être temps problèmes servirent discutés. Un protestant suisse du côté de la enfin. Il disparut du reste des entretiens dès le premier matin. de Ruggiero. rendit à la démocratie de-ridile service culiser le fascisme une exhibition par M. le savant directeur du grand britannique. tandis Friedmann. en compagnie d'une trenréunissaient. Marcel Prenant en exposa Il souligna essentiels. P. Les Rencontres neuf confégroupaient renciers parlant. M. où Franco le nomma à la direction des Beaux-Arts. analogue • le catholique Mounier. l'initiative de lendemain où les grands Rencontres internationales.''le du baroque. La qu'aucun plus échapper retour à l'âge d'or repose d'un nostalgie . par le champ d'une de la furent victoire pensée marxiste. à la lumière des conférences prononcées. M. Rencontres se cussion. pas dût craindre de telles qu'on surprises. sa bonne volonté. la presse vertueuse anticommuniste d'une frémit il ne semblait Pourtant.ni LES RENCONTRES DE GENÈVE MAURICE DUCOMMUN INTERNATIONALES par des représentants les plus Quelques-uns de la bourgeoisie intellectuelle éminents de Genève avaient bien pensante pris. S. paraît-il. torien. qui n'éprouva. autres Quelques sans conférenciers eurent aussi un sort théoricien gloire.. professeur de Benedetto italien. le cales principes inéluctable du progrès ractère technique. de l'Université du » « meilleur garnie se Le matin. soir après soir. les conférenciers public. au de la guerre. pas les cadres d'un académisme Ce fut du reste un académicien qui ouvrit les Rencontres his: M. sur les conférences concentra donc proMarcel noncées Prenant. Eugenio d'Ors. indignation. Genevois lancés à l'assaut du matérialisme dialectique. aucun Pétain sous ressentiment contre et vide l'occupation . tard pour être discutée.

Pierre Hervé. de effort. essayèrent Prenant et Hervé ripossions mémorables. au cours produits d'une intervention un désarroi qui jeta dans le public choisi des rageur trop dans osa affirmer sa confiance entretiens. Pour acccompagner d'un colcet article laborateur de la revue genevoise Socialisme. au contraire. Il ignore les forces spirituelles. de l'Uniplus distingués représentants se transversité et de la pensée officielle forma. Il faut sauver l'homme. de la peur intense morale. pas marxiste. après paraissait avoir entendu Mounier. technique de la crise. Marx en n'était vérité mais existentialiste. Mais ce n'est pas seuà l'homme lement la guerre qui demande des vertus plus hautes. de invités. Dans la société moderne. où il ne sert à rien de nier qu'il se trouve. avait envers l'individu . Le problème des relations entre le progrès et le progrès c'est celui moral. qui prononça tenter de la dernière conférence. par son propre sur sa destinée. et d'existentialistes. Les véritables aujourporteurs sont les communistes. justifié. parce qu'ils sont les seuls à exiger tout de l'homme. place hors de l'homme puisqu'il des Valeurs qu'en fait il a lui-même créées. « à celui de la liberté tenir. par la seule vertu de la claire raison. Haldane pourtant. C'est ainsi qu'une manifestation qu'orgales dans la Genève calviniste. de protestants. Il ne restait à Mounier. Quelles surtout Genevois. irritaient. Les Genevois de gradoivent beaucoup titude aux artisans de cet événement. Tout ce qu'il les conférenciers et les y avait. Nous vivons un âge héroïque. parmi de catholiques. dans son appel à un chrisdes tianisme semblaient résonner rénové accents de désespoir. Ce n'est du reste antipas par hasard que les propagandes dans l'arsenal techniciennes ont figuré le nazi. s'y deux Dans discuspourtant. organe du Parti de la textes édifiants extraits quelques presse» suisse. précisément. de Dieu. noupar l'action veaux sont ceux que l'homme apparus. La société moderne issue de la technique ne peut subsister que Des devoirs collective. Se rendait-il compte ainsi dans un univers humanisé. Mais. des valeurs de la éternelles. du abandonnant naïf trop l'optimisme siècle dernier. en risque. du chômage. que l'âge d'or a existé. Prenant montra que cette contradiction était la conséquence d'un où la logique système économique est un acte collectif production accompli le de pour profit privé quelques-uns. sinon à l'y main». de résistants ne pouvait obéir aux groupe MAURICE DUCOMMUN morales mêmes normes qu'un bourgeois du début du siècle. Il devenait difficile de reprocher aux les valeurs marxistes d'ignorer spirituelles et de priver l'homme de sa liberté. qu'à aussi suivait prouver que le christianisme ce chemin. Notre désorientée époque. conquiert par des lois qui le la conscience prend qu'il déterminent. capable d'agir faire sa propre histoire. voici suisse du Travail. Il néglige la réalité transcendantale. historique Les constatations de Prenant ne furent pas du goût de tout le monde. en défense et illustration du marxisme. éprouqu'ils vaient tous que les communistes n'aient raison et qu'il ne leur faille descendre de leur socle d'absolu pour entrer dans la vie réelle. spiritualistes s'élança ' donc à l'attaque. et Haldane que Prenant enthousiasdéconcertaient. a' servi les puissiècles. entier ont fait la guerre pour les détruire. capitaliste le désaccord entre la puissance s'aggrave matérielle dont l'homme dispose grâce à la science et à la technique. B. qui n'est pas mieux s'il reste certain que le perfectionnement des moyens au service de techniques l'homme n'entraîne pas automatiquement une amélioration morale de l'humanité. une première illusion. est devenue civisme. d'hui.. L'homme sa liberté tèrent.120 celle de croire sur. Le drame de ces relations ne ressort pas d'une « humanité éternelle ». contre Dieu est devenu inutile ? Sentait-il lui le poids dé l'histoire d'une Église qui. ce progrès moral de l'humanité. il doit aujourd'hui les remplir La charité pour la communauté. Le marxisme fait • de l'homme un robot. de la guerre. interAu lendemain des Rencontres . parmi ques-uns. que. mais d'une situation concrète. par désordre du régime capitaliste. au nom de l'Esprit. Rien ne prouve que la révolution socialiste soit vraiment la bonne. seulement las maient. Le spiritualisme sur lequel on veut bâtir transcendantal la grandeur de l'homme le diminue. S. qui des vertus Le chef d'un exige héroïques. les y contraignit J. Il devient. et qui croît et le développement culfantastiquement. pendant vingt sants ? Le public. qui paraît arrêté ou parfois même en régression. On lui les camps de concentration nazis. nisaient. il n'est pas moins vrai que tous les progrès moraux a historiquement que l'homme été en relation avec les l'ont accomplis et ne se seraient pas progrès techniques sans eux. de morale. turel et moral. objecta les soldats du monde Mais. à vouloir que son génie le fasse passer du « régne de la nécessité ». de sombrer dans un pessimisme Car.

Il semble que la plupart des interlocuteurs des Rencontres aient été à ce point séduits par là « vérité » partielle du marxisme se sont trouvés de rejoindre qu'ils incapables leur définir son erreur. à l'étoile : dans une égaré se situe par rapport de crainte révérentielle de perdre le espèce contact I De telle sorte qu'en face de marxistes leurs thèses et ne qui affirmaient pleinement cédaient rien. 1.. : suivantes de Genève en jugera n'était par pas les moins lignes souvent byzanQuinze jours de discussions ont laissé à l'auditeur tines des objectif Rencontres internationales ^impression que les marxistes ont constamment dominé lé ».avec les de spiritualisme et concepts de transcendance. tant dans le domaine 1. Courrier de Genève.. l'histoire on n'a guère respecté . de base. Le Monde : journal des résultats de ces de la conférence grand amphithéâtre novembre à dernier.de la philoce qui ' aurait sans doute nui au sophie. bientôt à supérieure. 23 oc- . que le courant de pensée marxiste est à peu près le seul vivant et qu'il ne trouve en face de lui aujourd'hui chrétiennes1. Gazette de Lausanne. : plus. juger intellectuelle en Europe d'après ces Rencontres il apparaîtrait internationales. le 15 la réunion organisée et ce récent Pensée. tendent là. leurs « jeu arhis s'en soient il Que réjoui. jeunes et brillants philosophes d'inspiration 2. nationales qui ont été' organisées La Gazette de du Ier au 13 septembre.. proprement" .. non seulement comme un sociologue peut se situer en face d'une des grandes réalités contemporaines. Mais que des n'y a là rien que de très normal. comme l'enfant «fasciné se situe par rapport à l'aîné ou au maître comme le voyageur qu'il admire. 18 septembre 1947. Ils ne nous l'ont leurs concepts pas Les définitions ont fait défaut de dit. 13 septembre 2. dans leur conduite gens qui.. 1947.. Reste à savoir ce (qu'ils end'authenticité. par les communistes Le Courrier On chagrin.. les succès de controverse que sourires pour des tenants d'un matérialisme.LES RENCONTRES INTERNATIONALES DE GENÈVE 121 à Genève. les considérations mélanLausanne publiait : que Voici coliques ont jonglé Les anticommunistes.. on a vu (sauf exceptions rares) » plus préoccupés des « spiritualistes des positions de l'adversaire et que des leurs propres leurs thèses au' marxisme d'adapter que de le peser. et quels par systèmes philosomoraux et ils tireront de politiques phiques. c'est en fonction des positions marxistes les plus que même les adversaires convaincus'du matérialisme se sont historique situés. » (Le Monde. propre pour pensée à qui voudrait de la situation Ainsi. I dogmatisme francs : la bataille a été gagnée Soyons " 1.. de la pensée que dans celui de la puissance. la moindre répudient par préjugé bourgeois mesure sociale et professent dans leurs milieux un anticommunisme. souvent danpropres n'aient eu gereux par son oaractère négatif. . marxiste. . quotidienne. que des velléités On peut rapprocher Rencontres le triomphe d'Henri Lefebvre au de la Sorbonne. Jean LACROIX. « Hegel et Marx tobre 1947). Et cela.. mais comme la souris se situe en face du chat dont les yeux verts luisent dans la nuit. En fait. la notoriété une pléiade de philosophique. de La par les Amis aVeu publié dans 1& L'on voit maintenant arriver à l'École normale à l'agrégation. historique qu'ils ont l'air de trouver aimable tant s'en qu'il ' aux tient thèses : voilà est générales qui inconcevable.

inspirées par Celui qui a paru dans notre n° 13 sur les romans et les romans policiers popu* nous a valu de M. il faut absolument distinguer « littéraires » et des romans policiers policiers « populaires » (en laissant à ce dernier mot son sens péjoratif).aujourd'hui à la voix de nos lecteurs. le propre de toute science n'était au grand pas de se produire jour »). Je ne suis point de ceux (s'il s'en trouve) qui voient inconvénient à ce qu'une publication comme La Pensée ait consacré quelques pages à la littérature dite populaire.. sous une du roman à l'ensemble commune. Georges Simenon ni André Wurmser. Bon gré mal gré. chez les lecteurs 1. Évidempales demandes voir développer les ment. dans les discussions épistolaires qu'ils' provoquent. chez les humbles comme chez les « grands ». souhaiterait voir une consacrée à la littéplace plus importante rature marxiste. dans la mesure du possible. et. nous Bergson et Auguste demande de parler de ce dernier... chacun voudrait : sujets particulièrement qui l'intéressent l'un aimerait que fût donné plus d'extension à la partie de. Véry. ses faiblesses et ses positif dangers. Mais il faudrait de beaucoup de la situation écoplace. DES LECTEURS DEMANDENT. intéressante lettre dont voici de trop brefs extraits. une différenciation trop entre romans « littéraires » et romans marquée « populaires » ne peut être que réactionnaire. Comte. et l'incertitude constante du coût de la montée nomique.(sans parler du Claude Aveline de Suite Il n'en est que plus regrettable de policière). Ne croyezr-vous pas qu'il y aurait beaucoup à littéraire dire. nous écrit l'un d'eux.. s'appuyant fait que cette année les candidats à l'inset à la direction des écoles . Agatha Christie.LA VOIX Nous DE NOS LECTEURS la vie et les difficultés croissantes qu'éprouvent nos abonnés et nos lecteurs à équilibrer leur budget à maintenous obligent nir encore la périodicité bimestrielle de la revue. la « detective-novel sa place dans la vie intellectuelle. voir que les écrivains démocrates délaissent trop souvent ce genre. qui a tant d'influence sur tant d'esprits divers. nous trouvons le plus tonique encouragement. son apport à la science.. Nous nous efforcerons. Au cours de son travail. la télépathie... n° 13. que ce soit » a conquis heureux ou non. purement scientifique tel autre la revue. J'ai été quelque peu surpris de voir que vous assimilez les romans policiers. économique Nous avons déjà dit combien était délicate la tâche du secrétaire de rédaction à chaque à donner qui s'applique numéro le plus de variété afin de possible. que les et financiers problèmes économiques n'aient pas leur juste place dans La Pensée. A. On nous réclame encore une discussion d'ensemble sur le freudisme. et en particulier à la « policière ».. Passons d'abord en revue les princide nos lecteurs. notre courrier a été fort abondant. SUR LES ROMANS ET LES ROMANS Nombreuses POLICIERS POPULAIRES la chroreprenons .P. Cependant. au contraire. nique réservée les vacances. et l'astrologie toutes les sciences dites occultes (« comme si. laires une de Haubourdin et longue (Nord).. il a bien souvent l'occasion de penser au bon fabuliste du son pis et l'âne.juillet-août 1946 . sont également les lettres de nos certains articles. ni à ce qu'elle lui en consacre éventuellement d'autres .. sur l'effondrement de la barrière entre les deux genres ? . rubrique Dans la mesure où la distinction populaire. sous prétexte qu'elle a engendré la série des Fantomas.. Chronique littéraire de René MADBLANC. Steeman. Meunier. d'ailleurs Malgré peut-être à cause des vacances.-. Bridenne. 92 à 97.pection primaire normales d'instituteurs auront à étudier Descartes. on ne peut décemment continuer à ignorer Dorothy Sayers. Un directeur sur le d'école. Nous les reproduisons d'autant soulevées plus volontiers que les questions sont parmi celles par notre correspondant notre attention et qui avaient déjà attiré dont nous nous proposons de parler ultérieurement. on se plaint à juste titre Enfin. entre la « vraie » littérature et l'autre garde un des romans sens.. du point de vue proprement comme du point de Vue social. A mon humble avis du reste.-J. Dans l'intérêt que suscitent un grand nombre de nos articles. J. . satisfaire toutes les catégories de lecteurs. A.. de donner satisfaction à ces demandes. tant de demandes. parmi nous avons retenu le désir exprimé par lecteurs devoir La Pensée traiter plusieurs ces sujets en marge de la science que sont la radiesthésie.

voire le travailleur l'ouvrier. Est-il de simplifier le langage scienpossible des péri? Je le crois. mais ceux qui simpliste nous accusent. qui par de de son pays. du rationalisme victoune forme élémentaire rieux ? Car il n'en est point. expérimentaux et tifs) chasse lès fantômes. là aussi. après que le sourire n'est^e tout. j'aime «populaires soient induehumains par des moyens (qu'ils ou même intuitifs. C'est là. qui les plus car ils nous stimulants. toujours la victoire du bon droit de compte (en général on incite le bon droit de la société en place). Il ne 's'agit de substituer au français pas aujourd'hui au un jargon technique incompréhensible non spécialiste. que le mystère ce car l'effet est d'autant plus grand lorsque et que ce qui se résoud naturellement. au désir du » sauveur ». pratique. Cela exige parfois tifique ou des explications phrases supplémentaires. : le . comme ou de mais. à l'étranger D'un : français professeur rendu de l'enquête faite Le compte auprès montre bien ce de vos lecteurs que représente . Il faut qu'il leur concepétudie par exemple. Lealors. qu'en argot considérable dresse je crois.. le français. de cape et d'épée ou d'avencomme le roman tures modernes.Je sais bien ce qu'on peut m'opposer ou moins roman plus policier. il est tout aujourd'hui soit de comprendre qu'un physicien capable le point de vue du biologiste et du chimiste. Or il est souvent découragé parce que les mémoires de ses collègues sont illisibles pour lui. de même que fait la lecture de Delly et consorts attendre • Mais aux bergères le prince qui les épousera. pas ce dernier qui. répond fond « mouvement » de l'esprit et du coeur des du peuple. dompte l'angoisse des faits noir sur blanc la matérialité prouve les plus bouleversants et de leur responsable. fortifie un certain culte du des héros "susceptible pires répercussions A faire aimer ces personnages sociales. Juif au plus proHolmes ou le Grand Soir. intellectuel.béat qui domine tantôt tournant au mysticisme » que tant de romans aussi bien « littéraires où un homme. apparence. écrivait au déjà cité qui nous des Notes d'un correcteur au bachot. M. Le détective de torts n'est fâcheux est le que lorsqu'il de Samat on commissaire bien pensant trop Ne l'ami du trustman de presse d'Apesteguy. par explication d'autant Une oeuvre de ce genre est même meilleure est plus étrange en que son action est plus troublant. parmi encouragements arrivent ceux nous de loin sont reçus. sujet il nous Comme M. si j'ai pris un peu trop de Sartre il me produira le même effet réconBarjavel. une barrière qu'on entre une discipline et ses voisines. remplacer qui est ses précepteurs. ? Et rien science. volontiers de simplisme savent SCIENTIFIQUE Dans un précédent nous avions numéro. vu de romans d'aventures Combien n'ai-jepas « scientifiques » ou sentimentales historiques. cultivés aisément à Cette constatation. etc.. de l'auteur. Leclerc. que « ça change » ? pourrait-on sinon Et puis qu'est-ce que le roman policier. C'est peut-être ? Soit. l'annonçait clerc se penche cette fois sur le problème du vocabulaire scientifique. je ne crois guère que se trouve dans des tentatives. mystère le surnaturel se ramène à une fleurait parfois Devant l'irrationaplus ou moins fine astuce. public On tester chent nelles. quelles que soient les conceptions morales et métaphysiques. tion de l'expérience.LA VOIX DE NOS LECTEURS 123 bien utiliser des artifices de cet ordre dans leurs romans » de tout « idéalistes calibre. que » leur « boulot et les lourds soucis du pressent de voir des hommes jour. etc. ne se termine qui ésotériques une résolument matérielle.. être beaucoup lu (et apprécié veilleux pour on le voudrait) comme par. fut l'ancêtre des détectives-nouvellistes ? SUR LE VOCABULAIRE comme chez ceux qui ne le sont pas. toujours Certains savants ne savent s'exprimer plus autrement de laboratoire. font usage d'un nombre croissant de néologismes. Certaines branches de la science. la midinette. lisme à la mode. mais un savant dans la tête devrait se mettre qu'il n'écrit pas seulement pour un petit nombre de de ses collègues. surtout des hommes le hommes. DE NOS AMIS LOINTAINS les tous Mais. à pronous trouvera prêts toujours contre tous les obstacles qui empêrationla diffusion des connaissances tort de Descartes n'avait point était la langue de le latin. Je n'aurai trouver même point la_balourdisede que le meilleur roman policier serve le rationalisme une page de Langevin ou de Wallon. et que l'usage de l'argot aboutit à un laboratoire dans les mémoires certain hermétisme de la science. peut-être la preuve dn rayonnement de apportent notre effort. et je pense en particulier à la biologie. de l'outillage. trop grave et ne concéni à un certain merdant pas assez à l'action. fidélité faire ! Car. peut conduire voire à se considérer comme tel. roman « prolétarien ». résignation à ïa tradition. scientifique à fait nécessaire Or. tantôt malsain et annihilant. dans la à un individualisme dangereux. fortent de Voltaire. Aussi suis-je heureux du roman comme Wurmser tâter ou policier semi-policier. être celle compris pour <t ceux tous que de leur qui ne se servent raison naturelle toute pure ». classique. déductifs. avec Zadig. ce contrepoids comme celle du si remarquables 'soient-elles.. qui. grès. qu'on l'appelle justicier Monte-Cristo ou le Sherlock errant. ceux-ci ». triomphant plus inexassurant en fin tricables situations. impades vides et infaillibles... Et. ou moins ouvertement les plus exprimant : faillite du pro« hautes » pensées rétrogrades vanité de la systématique. au que l'aspiration (à tort ou à raison) j'estime social ou collectif. d'une même les pousse à l'édification qui redresseur société plus humaine. en contrepoids (ou si peu) pour l'état présent des choses. faire. je l'étendrais dé la «littérature l'ensemble populaire».

les grands du courageusement. Tel article de Nicolle sur la vie en U.. tandis que le peuple meurt de faim. J'ai quitté Paris en janvier 46 pour Fort-deoù j'enseigne les lettres au lycée France. etc. de propagande moscovite instrument On reconnaît le vocabulaire qui servait déjà du temps de Gcebbels... qu'un Mais . L'un d'eux précise : si peu que j'en Le communisme m'effraye souhaite l'avènement. elle l'est si peu en France. une milice fasciste une jeunesse (Legiâo portuguesa)... et je dirai tout particulièrement pour moi. qui nous ont écrit à trois d'intervalle dans des termes jours Ils l'un déclarent presque identiques. parce que l'auteur calmeparlait ment et objectivement. Sans elle. L'oeuvre culturelle de La Pensée est d'une grande portée pour la diffusion des idées chères à beaucoup d'intelde chez nous. On lit avec. élém. Et cette Martinique page : qui nous vient de la . ensuite sur les grands Tous deux s'apitoient effort savants qui se sont associés à notre dans des termes voisins : J'ai la ferme conviction. J'aipu constater le prodigieux effet. un peu surprenante. Teissier sur techniques l'évolution. excusez-moi. des camps de aux îles du Cap-Vert concentration (Tarrafal) et sur le continent (Péniche). Voici donc des extraits lettres de désapprobation des quelques avons de reçues depuis plus que nous six mois . Votre revue est la seule à poser clairement. et même j'y fais un embryon de première supérieure et. des morts. j'aimerais mieux mourir. et que je le considère comme la seule forme de société qui puisse assurer le bonheur à tous. laphiloauxélèvesdemath. et ! en tout cas si oubliée déjà. comme vous prouvez vous en douter. que cela devait être vrai. Faites connaître la Résistance (comme le font les derniers numéros reçus) . Tout cela pour vous dire que La Pensée rem— un rôle plit ici — comme ailleurs sans doute que. CEUX QUI NE SONT PAS CONTENTS notre tour d'horizon ne serait pas si nous ne citions aussi les très complet lecteurs rares . recevant des consignes du Kremlin. qui nous désapprouvent leurs lettres donnent une vue assez claire de cerde l'emprise.. . La Pensée est l'un des liens les plus solides à vos luttes et qui nous qui nous rattachent soutiennent le mieux dans les nôtres. Pensez donc à vos amis lointains. La ligne philosophique dont elle est seule capable de satisfaire un s'inspire esrrit éclairé.. En somme. qu'elle de liberté de pensée ». Mais.. comme l'autre que notre revue leur appa« manque raît « servile ». qu'elle « n'est en somme qu'un ». Schoel her. U y a d'abord deux lecteurs belges. isolé depuis un an sur ce plateau d'Asie centrale. une censure de presse avec interdiction d'importation pour un grand nombre de publications étrangères. J'ai même eu l'occasion de parler nommément de La Pensée à mes «philosophes » comme de la revue parfaite du rationalisme moderne.. des torturés et (Aljube. S. lectuels et de travailleurs Il est temps vraiment d'ouvrir les yeux et que le monde progressiste comprenne que le fascisme existe au Portugal parce qu'il y a une dictature d'un parti unique. qui sur La Pensée les aider à compour comptent battre loin de vous. organisée militairement {mocida portuguesa)... . elle est très mal connue ici et sans doute hors de France de façon générale . des syndicats verticaux fascistes. ne possède aucune autre source de documentation de cette qualité. dans' des conditions parfois pénibles. Pour nous. taines propagandes. jsur certains esprits. le même intérêt les chroniques des premières pages et les critiques des toutes dernières.. dont le peuple est notre frère et notre ami.. . D'un lecteur portugais : LA VOIX DE NOS LECTEURS La Pensée a parmi nous beaucoup d'amis.obtenu de la par le caractère « sérieux » et impartial . S. Malheureusement chaque numéro revient au change officiel à 250 francs. des privilèges pour les forces armées qui touchent double ration alimentaire. jour. Je pense à vos articles et même à des exposés plus comme celui de G. des salaires de famine. je n'espérais pas : ouvrir des croire définitivement yeux qu'on pouvait fermés ou couverts d'oeillères. dit l'un. qui fit de notre cher pays une tête de pont pour l'invasion de l'Espagne républicaine et pour mater la démocratie montante dans l'Espagne vaillante et généreuse. si Franco existe. c'est parce qu'avant Salazar existait. La Pensée m'a C'est" là surtout été fort que utile. qui.. qui ignorait on pouvait vivre là-bas. et qui m'a fait cette remarque. il nous semble de les élégant mettre ici en parallèle avec les passages choisis dans un très abondant précédents courrier. a très vivement frappé un de mes de bon coeur comment collègues.. revue.. notre est de correspondant ceux qui souhaitent la victoire de leur cause pour le lendemain de leur mort. bien que je ne sois pas « spécialiste ». des bastilles Trafaria et Caxias). plutôt que de subir un régime s'inspirant du stalinisme. je crois qu'au bout de mon séjour ici j'aurais perdu tout contact sérieux avec l'esprit français — le vrai — car La Pensée incarne la France. une police politique (Pide). et ce serait un excellent culturelle moyen de propagande qu'elle fût diffusée plus largement à l'étranger. semble-t-il . et l'intérêt qu'elle suscite croît de jour en. ce qui est trop élevé pour nos bourses. habitant la même ville. Et que ce même monde comprenne aussi lui que. R. problèmes monde'actuel...124 pour nous votre admirable revue.

l'indépendance aurait nale. il inquiète laisse percer sa crainte. certaines réformes politiques. également la du monde incontestable. d'asservir leur pays à une enthousiasme. Un autre abonné nous écrit. sa haute tenue. Petkov au procès ? Si été prouvée bilité a-t-elle à inédits nous avions eu des documents en participant. de n'avoir Nous avons conscience jamais mérité un tel reprocher. Paul Langevin par son savoir et son prestige/ à l'élan de La Pensée. qui nous adjure en termes émouvants sur le procès et de dire notre opinion l'exécution de Nicolas Petkov à Sofia . est admise correspondant et triomphe dans un certain nombre de . de La . et non de communisme l'a vécu jusqu'à ce jour. d'autre part. aurait-il rationaliste pronatioau nom de testé. ce n'est certes pas nous. les nouvelles l'Est Comment européen. de pour sauvegarder un homme supprimer qui s'est entendu avec une puissance et s'est fait étrangère subventionner par elle pour détruire par voulu et la force le régime par le peuple asservir celui-ci à l'étranger ? La réponse. est un esprit mais. su liquider sa cinquième aussi. et derrière cette « interrogation ». fidèles à l'exemple lui dirigent du grand disparu. désintéresser ? Notre semble correspondant penser excelscience et une philosophie. de pays. La lutte philosophique qui s'y est intéressante et retient en poursuit partie mon adhésion. et ces raisons. : une nation a-t-elle le droit. Et l'autre renchérit : à des d'exploiter Je ne puis vous approuver l'adhésion fins de propagande généreuse que ont artificieusement staliniens les reçue tels et aveud'hommes que. Mais c'est un fait que tous les problèmes se posent sur un plan interd'aujourd'hui national . reconnaissaient sans difficulté que nous été sauvés en grande partie avions parce années quelques que l'U. J'ai pour les Russes un peu de sympathie. semble adhérer. Si des Français avec résignation ou même avec acceptent. ignorant tout de la politique. démocraties Le droit des nouvelles popucontre de semblables laires de se défendre et l'on ne peut trahisons est incontestable. son excellente présentation. s'était. pourrions-nous nous en. soviéde suivre l'exemple que les féliciter d'avant guerre plutôt que le nôtre. 'proclame c'est un « idéaliste » liste et communiste.r libre de tout parti. un naïf dupé par d'astucieux et aveuglé. S. Esprit très indépendant. Mais je ne J'en ai connu de braves en captivité. conçois pas que des Français. pendant l'occupation Il suffit de consulque depuis la Libération. qu'une lentes en elles-mêmes. matérialiste. de fait : le Bulgare Reste la question et sa culpaétait-il bien un traître. que conception notre et à laquelle que nous défendons. campagnes soit foulée aux individuelle que la liberté ». . qu'un réactionnaire et mystique. l'Union soviétique démocraties de plus en plus. S. la fin du XVIII 6 siècle et qu'il eût été alors et matérialiste. placent la . puis. lui en meilleure en 1940 s'il avait. débarrassée « procès de de son état-major (ces fameux on avait Moscou » avec déjà lesquels soulever des démotenté de l'indignation et que notre pays se serait trouvé crates). suivante son indépendance. tion pourrait bien se poser aussi pour nous crimiles faiblesses de ne pas renouveler nelles de 1936-1940. posture colonne. à notre avis. tous les Français de bonne foi Libération. Langevin Joliot.LA VOIX DE NOS LECTEURS 125 d'abord. que nomment « stalinisme » . alimentée par des bien de presse orchestrées. leur idéalisme autant par que par leur glés' naïveté de savants. ne peut faire aucun doute . R. sujétion étrangère. j'ai su apprécier la valeur scientifique Pensée. Est-il utile de laver la haute mémoire de Paul Langevin d'une si puérile accusation ? a expliqué Paul à maintes Langevin reprises -—et ici même — les raisons de son ati adhésion d'aucuns marxisme. des traîtres avant la guerre. s'il se déclare lucide et fort. scientifiques. Car il est bien entendu savant. S. parce qu'une revue de son'pays et des Encyde Diderot publié des textes ? clopédistes Voici enfin un vieil abonné de La Pensée le n° i de 1939). et nous avons lutté contre toute coloniaussi bien sation. R. Aussi. deviennent inacceptables dès qu'elles sont soutenues dans un S'il avait vécu à Moscou à pays étranger. et politiques. il n'y a pas de liberté individuelle qui tienne Au moment de la contre la trahison. S.France en satellite. philosophiques elles sont partagées par notre ami Frédéric et les grands* savants qui avec Joliot-Cùrie La Pensée. ancien institu(depuis teur. s'il se sociarationaliste. à quelque-rite. tique de le dire Il est d'autant plus important à pas nous-mêmes que nous ne sommes et que la quesd'un pareil l'abri danger. ter nos sommaires pour y voir que les et la culture problèmes français française sont au constamment y premier rang. c'est un autre fait. malhonnêtes politiciens. Mais un trop grand nombre d'articles révèlent son attachement à soutenir chez nous l'influence'de l'U. culte ou parti qu'ils appartiennent. regrettetout fait son mouvement rait maintenant tel qu'on d'idéalisme. nouvelles pieds dans les « démocraties : Il nous paraît qu'il y a ici deux questions et une question une question de principe La question de principe est la de fait.

probable qu'à l'heure où paraîtront ces lignes cette délaissant une affaire propagande. article et de plus il nous semble qne des documents suffisants ont paru dans la presse et hebdomadaire quotidienne pour apaiser les scrupules honorables de gens insuffisamment informés et égarés par une proAussi bien. Nous ne les avons pas. LA VOIX DE NOS LECTEURS Nous avons de donner à nos l'espoir assez d'esprit lecteurs leur critique pour de résister d'eux-mêmes à de permettre semblables campagnes. et aurions aurions consacré nn publiés au procès. aura cherqui décidément ché un autre terrain d'attaque. . prochains Le nombre des lettres de insignifiant protestation que nous recevons. qui ne feront que se multiplier les dans mois. M. ragement que cet espoir est justifié.est-il pagande suspecte. R.126 au public nous les apporter français. ne rend pas. .. par rapet d'encouport aux lettres d'approbation nous prouve bien enthousiaste.

précisons-le. n'a pas entièrement notamment. Le numéro de juin 1946 de la revue Mercurio (éditée à Rome) nous en donne un exemple Cette revue caractéristique. mique) américain Le numéro du 28 juin 1946 de Questo un long Mondo d'autre consacrait. « qui a atteint des aspects et des proportions inégalés dans n'importe quel' autre » (reproche pays d'Europe qui ne manque pas de saveur dans la bouche d'un ancien il conclut sujet de Victor-Emmanuel III). objectif. théâtre de Sartre. d'un passé pénible et encore proche. article. il a tout l'air d'un peuple fini. Contini soit transitoire. n'en difficultés connaît de graves pas moins et les vieilles tendances économiques. Et les efforts qu'il fait pour cacher sa propre décadence ne font que la dénoncer un peu plus.LES REVUES LES REVUES ÉTRANGÈRES ITALIENNES et répugnante attitude des que la vieille noires à l'égard chemises de notre pays. violemment le Et. à lire comme il la juge. après avoir critiqué « collaborationisme » de certains Français. veut bien souhaiter Certes. sans qu'il en reste quelque chose. particularistes. les manifestations aient continué malgré démentis d'Éluard montre y avait qu'il bien autre chose qu'une réaction patriotique à propos du problème et que la de Trieste du manifeste sur Trieste était. ne signifia pas {pour notre pays] la chute fatale d'un peuple surfait. témoignent de la sympathie avec lesquels les journalistes et les écrivains italiens étudient les choses de notre pays. mais le subit écroulement d'un peuple en décomposition. certains mots parfois nous font souvenir.la transforet automation de Venise en ville libre nome 1 tandis que Nino Russo Perez. de valeur comme compte des collaborateurs Moravia et a une intéressante litpartie téraire . vivaces en Italie. aux assez «. N. Questo Mondo Fontoni se propose 17 août 1946. organe de la Chambre merce. à laquelle la guerre a épargné les destructions. Si la grande majorité des revues dont nous rendons compte de l'intérêt et. on est conduit à penser que ce sont là des voeux de pure forme : La catastrophe de 1940. tant une bonne soixantaine de publications milliers de pages. Il ne peut et plusieurs de faire des comptes donc être question rendus détaillés. soupire. pour et plus siffler un poète français. ' : aimablement A considérer la réalité le d'aujourd'hui. pouvoir encore un poète français antifasciste. Malheureusement. Tout à propos du cela. avant tout. « l'appui matériel après (politico-écono». spectacle que l'on découvre au delà des Alpes n'est pas des plus réconfortants : quand à un peuple il ne reste que ses défauts. locales. mais elle donne aussi asile à M. dont notre critique vraiment bien informé des choses de France ont Depuis que les échanges intellectuels une douzaine nouvelle. qui s'étend longuement sur la « défaillance » de la France. part. Leurs préoccupations sont.'U. comme beaucoup de lâches. dit-il. semble-t-il. incidents ont le marqué voyage qui scandale à d'Éluard en Italie : (Éluard le fait que les Venise). souvent même. M. plus « pratique » et moins soucieux d'indépendance. à part les deux Nous mettrons d'abord sont hebdomadaires qui nous parvenus de Venise : Questo Mondo et le Giornale de comeconomico. question un simple prétexte pour certains. par contre. disparu. que cette défaillance mais. toujours du Dans réapparaissent. en leur parlant avec mépris de la « pourriture » et en faisant d'ignobles française plaisanteries sur la sorella latrina. Mario même de réclamer à l'O. Nous nous contenterons bien plutôt de dégager les tend'essayer dances de toute cette production* Encore ne pas oublier que La Pensée est faudra-t-il loin d'avoir reçu toutes les revues italiennes dignes d'intérêt. On n'empoisonne des pas impunément jeunes gens pendant plus de vingt ans. repris avec l'Italie ont envoyé des de revues de la péninsule isolés à La Pensée ou fait avec exemplaires le tout représenelle un service d'échange. Ermanno Contini. La ville des Doges. Il est certain que la gangrène fasciste a et laissé de nombreuses séquelles en Italie .

un peu la revue française tion. par mutation. nisme — car c'est de cela. Mais les rédacteurs de temps en temps sur l'Ultima retombent l'écrivain commuterre. à à la civilisation américaine capitaliste Life propos d'un article de l'hebdomadaire d'avril 1947) : (Ultima La mentalité de « tout est possible au dollar » occidentale. polémique dénie avec Mougin au sujet de Descartes. par exemple. a proclamé un nouvel humanisme. référendum pour savoir s'il y a un contact possible entre 1' « Orient russe » et 1' « Occident ». déclare. contraire au antichrétien. Et. une image exacte de sa comme donnant prétendue déchéance). table pensée des rédacteurs en sorte que leur référendum est. il ironise sur la de Forest. universel et réflexible et*solidariste. Son touche des sujets fort divers. effectivement dix longues pages. liques diaiev qui a eu le tort de se rallier à l'Église orthodoxe de Moscou et les chroniques de le « bolchevisme qui dénoncent Spectator. critiques revue. dès le de toute signification. aussi antifrançais. elle-même. » de Staline.tous Pensée la moindre compétence' philosoet conclut en leur donnant une phique. d'autre part. qui se traduit pratiquement. notamment eux aussi. soit pour attaquer Elio on reproche niste Vittorini. de la vingtième Semaine rendu détaillé : sociale des catholiques italiens indiFace à la tourmente du matérialisme vidualiste et collectiviste. départ. rédimais moins volcanique. privé La Pensée. information Le numéro 6 de 1947 contient. les • qui prétend illustrer noms « de Le Senne. en fait. Mais le programme de Life. les nombreux termes. intégral. antioccidëntal. inhumain. lisme. Les quesconception religieuse sont parfois tions scientifiques plus étranC. ' . les collaborateurs de La en bloc à. les pithécanainsi descendre. non fiable. Ferri (n° 9 de 1946) fait gement traitées. hiérarchico-théandrique. cependant. laro dans le numéro de janvier-mars 1947. pleines d'un juste courroux feint d'abord de Montesi spirituellement de ne pas trouver. étude sur Kandinski et les une curieuse abstrait et une certaine liens entre l'art du monde. un peu décousues. comme Maritain (La Crise de la civilisation) et Daniel Rops (Pascal et notre coeur). aux de comme bien l'on pense. revue de poésie et de « métasophie ». les utilisé du reste. avec une élocette Semaine. « plume sublime » de Maublanc. faux. non sans soit pour découvrir morales quelques qualités peine d'ailleurs. auquel à la française son « obscénité ». gée d'une manière parfois obscure. Elle s'occupe surtout de_ questions mais l'écho du monde extérieur religieuses. d'aspect plus publications aux d'abord. Gemeltoute quence particulière. qu'il est — suffit déjà à en fausser tous les question Au reste. personnaliste et héroïque. ne convient en rien à la civilisation qui a en soi quelque chose de bien plus immatériel. Rationalisme cette Sous le titre semble écarlate. dans une. encyclopédique éditée à Florence. Ghiliano Montesi. plus large que Par son format et sa composiSalesianum. paraît-il. n'échappe pas. est une L'Ultima. Elle contient despages d'un de la assez confus. la présence . donné par un compte y est. elle rappelle Études. Des écrivains français y collaborent. » et « panslave impérialiste mieux encore sur la vérinous renseignent de Humanitas. Le « rationaliste écarlate » la Rédemption facilement dans cette que je suis verrait nouvelle « sophie » une preuve supplémencausé par la guerre taire du déséquilibre de dans certains esprits. par fréquemment détracteurs de notre pays à l'étranger. de Parodi » . par la politique naire de M. de Gasperi. le P. de Marcel. catholique petite revue bibliographique Rassegna et la Ultima. LES REVUES ÉTRANGÈRES — Laissons là ces gentillesses qu'il toutefois de convenait relever pour éviter — à des d'oublier et venons-en trop vite sérieux. rationalisme laïque français lui-même ? J'oubliais : de français il y a « le cartésianisme » ou moscovite. d' « étendre « métasophie — non envisagé à tout le domaine spirituel •— l'oeuvre de expressément par l'Évangile ». le but mysticisme » étant.128 de psychologie à la fait un « ex-professeur Sorbonne » (le côté « noir » et souvent pludes écrits existentialistes tôt putride est. mais (n° 12 de 1946).revue s'étonner la pensée française. galimatias réactioncomme on le sait. toute récente revue 'trimestrielle Salesianum est — par les en latin —en partie publiée de l'Athénée de professeurs pontifical Turin. la Humanitas. publications d'inspiration : Salesianum. « français » : bonne leçon de patriotisme Qu'y a-t-il de « français » dans ce rationaantiméditerranéen. Mais le fait de poser ainsi le problème du marxisme et du christiades rapports La. à revue mensuelle éditée Humanitas. lui consacre . de Maritain. articles aux « persécutions » des cathoconsacrés les critiques contre Berruthènes. qui avoir vu rouge. du premier et sinanthropes thropes couple créé Dieu ! humain par Humanitas ouvert un a. un public touche Brescia.

C'était un savant remarquable et un ardent du Parti communiste français. un rôle important de la au secrétariat IIIe internationale sous le nom de Ercole Ercoli. ainsi que l'importance à notre Des des pages consacrées pays. L'Esprit et la tradition philosophique encyclopédique de Mougin . qui joua.LES REVUES ÉTRANGÈRES 129 d'un tel programme dans une revue comme Life peut encore donner beaucoup à espérer. En idéaux « sans volonté les c'est une publication fait. négligés traités par les publications anglo-saxonnes la fin de la depuis analogues (surtout à Elle n'hésite pas. pour en effet. Frédéric Nitti s'était réfugié dans notre pays après l'arrivée du fascisme au pouvoir. matérialiste. et dans l'émigration. c'ontre les Benedetto Croce écrit un article les partis guérisseurs du monde. Rinascita s'adresse à un public déjà et contient des études plus éduqué plus L'une de ces comme l'autre approfondies. Signalons Nitti sur Les méthodes de l'étude de Frédéric rend Pasteur. disparu précocement 1. que. de tendance . Ce sont donc deux organes contrôlés par le Parti Les communiste italien. à l'âge de quarantedeux ans. Pourquoi je suis française. liens se passionnaient plus pour tel ou. tous les vrais démocomme revue. articles de La Pensée sont De nombreux : traduits ou aussi commentés également et Idéologie. Avant de passer aux revues encore marxiste. ment intellectuel leurs tous les clercs à confronter amener de polémique ». reproduire d'ilya Bloch.et Minerva est une revue éditée à Turin. sinon agir à tort et bavarder ne Mais le message du vieux philosophe dans la trouve d'audienceplus beaucoup Le temps n'est plus où les Itapéninsule. aussi de Haldane. qui a déjà si souvent fait souffler en Europe le vent de la liberté et dont la renaissance est l'une des bases de la reconstruction d'un monde épuisé par là guerre. des articles Ehrenbourg. (publiée dont le directeur est Palmiro Togliatti. Rinascita (Renaisde politique sance) est une revue mensuelle et de culture italienne à Rome). •hommes de bonne volonté leurs à leur côté . Cornu . Pour ceux qui animent cette Fougeron. crocéenne ne tente plus les masses. » italiens. Dans le numéro de décembre 1946. aboutisLe libéralisme auquel giolittie'n la philosophie sait. jadis. Elle prétend en Italie). éditée (on notera. mais elle a sur eux l'avantage de ne pas être rédigée au delà des mers. le dessins et des poèmes illustrent souvent avec plaisir les texte. Nous noterons tout particulièrement la cultugrande part accordée aux problèmes rels dans Rinascita. en vain. Minerva. deux publications sont remarquablement On se rend compte en les lisant rédigées. à propos de laquelle Rinascita si au jeune physicien un juste hommage J. signatures de Jean Cassou. d'Éluard. A. ou de Jean-Richard d'Henri Wallace est une Carro Minore (Le Petit Chariot) et de vie nouvelle revue de «culture à Trente" en morale ». notre crates italiens. conclut-il. dans l'illégalité à les communistes italiens ont réussi conserver un noyau d'excellents militants. fait une part plus équic'est-à-dire qu'elle du monde table à toute une série d'aspects ou malvolontairement moderne. et nous avons trouvé d'André Chennevière. se contentent l'existence des nobles il s'agit de démontrer les impérialistes sentiments qui animent d'U. qui défend « classiques » du libéralisme conceptions italien. signalons Carro Minore. il avait acquis la nationalité française et était devenu chef de Pasteur. sont essentiellement Quaderni politiques et ont pour but d'instruire les militants de base. et de bon sens . tel « président » que pour tel ou tel programme. Fils de l'ancien premier ministre italien. qui ont en face du péril connu son impuissance l'éeho bien plutôt fasciste. secrétaire du même parti. de Léon-Blum. Il est mort subitelaboratoire à l'Institut ment en mars dernier. en dernière analyse. des des revues selon la formule conçue Reader's digests. c'est-à-dire à programme : non la multiplication Souhaitons. du mouvel'extrême dispersion passant. guerre). del propagandista Quaderni (Cahiers du propagandiste) sont' la publiés par commission de du Parti propagande communiste italien . c'est tout ce qu'il nous est donné de faire parce qu'on ne peut faire autre chose. Marxisme d'A. par exemple. pays n'est « pourrie » que décrivent pas cette France les insulteurs formés par complaisamment le fascisme : c'est la grande démocratie voisine. S. proche par la langue et la culture. écoutons plaçons-nous conseils . et nous trouvons dans les des aspirations de ces masses nous sont revues d'extrême-gauche qui del propagandista. 9 Les . : Il Quaderno parvenues Rinascita et Politecnico.' militant Sa disparition prématurée endeuille à la fois les marxistes de France et ceux d'Italie . mais des des projets et des programmes. à Rome. Comme quoi les « métasophes de beaucoup dé scrupuleux moraà l'instar listes « occidentaux ». de Picasso ou de d'Aragon. par à peu de frais quand exemple.

rédigé 32 recouvertes d'une écriture 2. cahiers. Peirce octobre (Rinascita. être marxiste. la première des ayant constantes et la seconde des exigences seulement momentanées.. cependant.130 Les polémiques sur l'art. peuvent enfin profiter de l'apport consithéorique dérable qu'ils représentent. Tal Coat. Son directeur. en quelque sorte. Fougeron'. ou dans la mesure où le peut l'être seulement marxisme est positif aussi pour les nonmarxistes. nous exprimer avons exprimé une exigence historique de la elle-même. cùk ture et politique. 1946) : les peintres progressistes ont très (italiens) bien pu. l'étranger. l'écrivain Elio est du Parti membre Vittorini. plus inattendu de lire dans le numéro de janviermars 1947. en est actuellement l'une des sorte_ qu'elle les plus originales publications européennes et les plus riches. et l'équipe du Politecnico est ainsi conduite à des équivoques finalement assez graves. Peirce cette différence par le explique fait qu'en Italie il n'y a pas encore eu cette « immixtion d'éléments ouvriers dans la en culture nationale » qui a déjà commencé France et qui entraîne le prolétariat à refaire dans le domaine de l'art l'expérience : déjà faite par la bourgeoisie Gischia. le « beau livre » du P. et en Pietro Nenni. octobre cléricaux se 1946). analogies un élément fait cependant. un long ironique éloge du Zéro et l'Infini de Koestler par Giuseppe Del Bo (notons que Del Bo s'occupe égalelui ment de notre pays. Je crois en Togliatti. Pignon. créer rien d'original ni de personnel. il conviendrait. tourner le dos à cet art et à ce goût. avec tout juste une courte note de Vittorini. critique termes voilés Le Matérialisme et l'EmpirioEn . puisque. dont il constate aussi la « décadencé » et dont il juge bien curieusement le mouvement littéraire. notre tyran qui fut conçu par la vertu de Staline. souffrit sous Benito Mussolini. se réfugia et fut enseveli à etc. hélas ! — d'unir Blum à Thorez dans un semblable credo fantaisiste ! Il faut enfin mentionner les extraits des écrits de captivité d'Antonio le Gramsci. Mais il existe. Il paraît regrettable également que le seul article traitant des rapports de la science et du : La Philosophie de la science dans marxisme de Giulio Preti VAnti-Dûhring drEngels. La situation politiques italienne politique présente dé nombreuses avec la nôtre. déclarent ses rédacteurs (numéro de juillet-août 1946). du reste. son fils unique. les remarquables articles de cette revue. de juin 1946). Nos propres — bien actuellement et avec garderaient raison. se pose cependant. s'efforce de justifier son titre par la variété de son contenu et y réussit bien souvent. Nous avons insisté jusqu'ici sur la partie culturelle de Rinascita. Elle contemporaine. de communiste. par exemple. l'être : vouloir Par notre invitation à renouveler la culture italienne. La publication de ces textes n'a pu être entreprise la libération de la qu'après et les marxistes italiens péninsule. positif qui défaut à la démocratie : la solide française unité d'action des communistes et des socialistes italiens que les réactionnaires de la péninsule confondent dans une même haine : dictateur tout-puissant. La exigences contradiction avec la conception marxiste est évidente. On ne peut pas dire. Il est. expérience de goût et de culture. quand il sera devenu effectivement libre. surprenant cette revue recommander côte à côte des de Maïakovski et des d'Iline. écrit-il.848 pages et fine. Le problème. selon les mots de G. de Lubaç sur Proudhon). reprenne certaines (numéro en thèses idéalistes d'Eddington. créateur du chaos et du désordre. fut persécuté. Il Politecnico est une revue mensuelle de culture éditée à Milan. par exemple. tandis qu'ils travaillaient en usine pendant la le peuple français journée. qui ont étudié dans les écoles françaises du soir. que la revue soit véritablement Elle se défend. admirant. Gramsci mourut en 1937 après un Lorsque de neuf ans dans les prisons long martyre il avait fascistes. représentent qui son une refait. comme place nous manque pour étudier. communiste italien. différemment ou plus exactement il ne s'y pose pas. encore livres d'Hemingway. naquit du faisceau de Bologne. ouvrages Il est. Notre travail est culture italienne aussi bien un travail de marxistes qu'un travail de non-marxistes. intérêt. et avec grand profit. expérience sans laquelle ce peuple ne pourrait un jour. arrivent à opposer. dans lesquelles il applirégulière marxiste aux sujets les plus quait l'analyse LES REVUES ÉTRANGÈRES divers. cette idéolodéveloppant position Vittorini et ses collaborateurs en gique. dit un tract spirituel diffusé par les Jésuites dans les italiennes églises (Rinascita. qui opposent. des en France. par suite. de voir . nous n'avons pas voulu une exigence de communistes. et le plan sur lequel il se déroule ne peut. en Italie. et adversaires partisans tendances sont suivies avec abstraites. le plus qui touche directement les intellectuels La français. pour compte propre. créateur dû Parti communiste italien.

où il explique janvier-mars Petitcomment il est venu au communisme. les Au temps de mon euphorie d'autodidacte. de fer. beaucoup traîne. qu'il s'était et Togliatti lui-même qû'Âlicata critiques n'ont pas manqué de faire dans Rinascita. II (printemps Les nos 2 et 3 du volume des études d'hiset été 1947) contiennent de philosophie de littérature. égale « philosologique . d'art. étudie Maurice Cornforth critiquement beauà laquelle une certaine philosophie. Il Politecnico de remplir pleinepar contre. qu'il (cela. Comme beaucoup d'intellectuels italiens fasciste. au moins à Syracuse. ce « positivisme proposerait logique ». de la dialectique l'originalité du « posiElle partage. physique de Maurice Cornforth Le mérite est. d'une très haute tenue. et cherche finalement criticisme à opposer 1' « authentique pensée de Marx » (qui serait celle des thèses sur Feuerbach) I au matérialisme d'Engels dialectique Il ressort de tout cela une certaine impression de confusion idéologique. Il lui est ainsi impossible des rapports le problème poser clairement et le Parti. n° 10. intellectuel pur. janvier-février 1947.. en Donc. : pas dans les pièges de la fausse évidence elle va au fond des choses. Nous tant en Amérique qu'en Europe. Ce sens. l'horreur » à l'égard du mysticisme tivisme logique mais elle ne tombe et de -l'irrationalisme. l'erreur et la superde dénoncer d'abord. de sera-t-il maintenant au titre proposé » ? « rationalisme occidental » pourrait « Le grand bazar occidental de son alors satisfaire tous les goûts on aimable clientèle. si elle empêche. un seul regret : la parutrons d'exprimer trimestion de cette revue est seulement la voir plus fréet nous aimerions trielle. à l'usage des seconds). du « positivisme L'un des fondateurs ». dogmatique. de Mais nous saurons gré à l'auteur a contrario. qui se sont formés sous la dictature fut donc sa connaissance du marxisme tardive et reste encore imparfaite et. je n'adhérai pas à une philosophie à une m'inscrivant *à notre Parti. sur le En criant fois : « Haro chaque marxisme I ». La Pensée. nous en choisirons (un peu arbitraireà et les présenterons ment !) quelques-uns « d'échantillons titre ». mais un bon -sens un peu court. discussions relatives aux ou critiques les articles ou que soulèvent qu'appellent Nous nous permetparus précédemment. de science sont tentés de se coup d'hommes en effet. ajoute-t-U. «révolution spiriprésenterait quelque » ou quelque « dialectique existentuelle on aux rationalistes.^ nous faire comprendre. chérie d'une philosophie qui prétend de toutes les batailles au-dessus placer de et qui ^donne. le bon ranger : -elle semble flatter. dont politique. toire. d'économie etc. certes. consacrer lignes à chaque article quelques dans la simple énuméraet par là de tomber tion. culturelle d'éducation ment le programme Et l'on comprend les proposé. sont toujours des extraits de numéro contient Chaque des communications lettres de lecteurs. Cela explique pourquoi Vittorini le marxisme semble voir dans véritable plus un guide qu'un politique de humanisme. se . quemment. par l'influence de Croce. peut plaire à certains intellectuels. Nous un grand intérêt. qui. et il ne se entre les intellectuels rend pas compte qui le que la générosité — sur le plan conduit à vouloir repousser — certaines exigences » culturel « politiques à de « sectaires ») l'amène (qu'il qualifie des faire assez naïvement le jeu même ennemis pour jurés de ce progrès culturel lequel il veut lutter. Rudolf Carnap. tielle » . THE MODERN QUARTERLY (Londres) Nous avons déjà rendu compte ici même 1 des revue qui traite de cette intéressante de vue du sujets les plus variés du point Les articles en matérialisme dialectique. ficier d'une assez large audience 1. Paul LABÉRENNE... Je n'avais pas lu une seule oeuvre de Marx quand je me suis inscrit au Parti.LES REVUES ÉTRANGÈRES 131 textes de Marx ne se trouvaient déjà plus dans le monde des livres. n'ayant que des écoles fréquenté il se défend d'abord d'être un techniques. sans inconsciemment faussée doute. de Lénine. r24. comme Sésame. ouvre-toi une méthode basée sur tous les problèmes. p. de métaau fond. aux autres. J'adhérai lutte et à des hommes. mieux marxiste. chacune présente ne pouvons songer à les analyser toutes : la Et plutôt que de place nous manquerait. de Parce est le fait que le marxisme butés » (c'est ce qu'on dit quand «scientistes on parle aux premiers). fils d'un employé de chemin fils d'ouvriers. Aux irrationalistes. des sciences. et Parce qu'il est démodé. A ces critiques Vittorini a répondu par une longue et émouvante lettre (numéro de en détail 1947). la pure « logique du langage ». à béné» commençait «positivisme logique vers 1939.

disputes tendances et les idéologies des classes dans la société moderne. donnerait encore des leçons à beaucoup d'écrivains et d'essayistes. phie bourgeoise Mais l'article de Maurice et Cornforth. sociales et économiques. il faut (et pour pas que les gardes : ne sous-entendent-ils sont les «'bonnes » relations qu'ils étudient » ? D'autres « moou les « seules possibles leurs anadernes » sont appelés à compléter par des considérations lyses économiques et morales qui les contredisent.132 » à « anaphie » à « logique » et « logique lyse du langage ». quant à nous. ne doit parfois s'adresser qu'à une certaine philosophie. telles que : présente « Organisation sociale de la Chine ancienne ». fausse mais certes. la défiance. en conduiiant ces recherches dans les cadres de l'économie politique marxiste. de pures querelles et confuphilosophes. Franck à la Verulam. un article et la sant de Charles Gibson. La direction de la Modem a eu l'excellente Quarterly idée de présenter aux lecteurs lé passage de à une critique de la philosol'Introduction phie du droit de Hegel où se trouve la phrase célèbre : Là religion est l'opium du peuple. à côté . (dans le numéro à cette lecteur des compléments apporte étude). grands à Goethe. de premier et économistes philosophes de mauvais écriordre. oïl obtient encore une nouvelle et fort méchante philosophie. qui conditionnent le détail des problèmes économiques particuliers dont s'occupent les économistes « modernes ». en vérité. etc. Mais. mais on ne sait trop quelle Toute la pureté ou cohérence syntaxiques. de artistes. si l'on érige ce mépris en système. intitulé « Les économistes la théorie de la plus-value tiemes : fin d'un article « modernes » et ». Et nous sommes Shakespeare certains de son style : mouveque l'étude ment épique de la phrase. ils peuvent apporter leur contribution aux problèmes de détail qui intécessent les économistes et « modernes » et marxistes. vains. défiair les mots on s'accorderait souvent plus vite. c'est pour cela que nous en avons rendu aux hommes de compte en détail. La théorie de la plus-value de Marx nous permet de comprendre les relations d'ordre^ général. mais un matérialiste Ce caractère « méthodique » le conduit à dire que la..-H.. antagonistes d'ailleurs être un matéCarnap prétend « méthodique ». le temps d'un d'honorer la mémoire homme à qui nous devons le meilleur de ce : ce n'est pas là une que nous sommes préoccupation académique. politiques Moralité : se méfier des « spécialistes ».. truire de belles phrases. Elle conduit comme critère à la'science. L'article qui suit l'étude de P. assez sectaires et grossiers. rialiste. formes honteuses de l'idéalisme qui n'ose à donner plus dire son nom. question de savoir si la matière ou non l'esprit n'a aucun sens. poursuit en substance l'auteur. Signalons. On peut admettre volontiers que les économistes marxistes peuvent apprendre beaucoup des recherches des économistes « modernes » et des statisticiens. et. passage classique avec une courte présentation pour situer le texte dans l'histoire et dans le développement de la pensée dé l'auteur ? Si nous ajoutons que la Modem Quarterly des études d'histoire. à Pamela Hansford Johnson s'attaque une idée.en passant. non son accord avec la réalité. Le « positivisme logique » dans les disputes des voit. Johnson est.. métaphores.. science consisterait. diront des tâches plus certains. Il y a. précède Nous reconnaissons une des la.. Car. par exemple. L'idée nous paraît excellente et nous la ' soumettons aux lecteurs et amis de La Pensée. Mais nous savons surtout qu'en ^dernière reflètent les analyse ces. qui envisage en marxiste l'histoire les d'une des plus importantes parmi du commerce et du transport techniques une lettre d'-un suivant. « Les premiers chrétiens ». En fait. conclut en ces LES REVUES ÉTRANGÈRES « modernes » n'allant pas au fond des choses sur ses rester cause !). Mais 'on peut trouver aussi urgentes. « Le Navire Société ». sions de langage des (dues a l'imprécision termes). marxisme. Ne souhaiteraient-ils pas trouver dans une bonne traduction. qu'ils éprouvent envers la philosophie. Bien. les constructions formelles et formalistes des Cartraduisent tin nap et autres von Neurath de la philosoaspect de la décomposition : elles nient la philosophie. montrera science que le mépris. les intéres. que le lanet qu'à mieux gage joue un rôle important. Ce panmathématisme naïf rejoint évidemment les idées de Lénine dans MatériaMach. quelque d'un « du marxisme ». parfois. même frottés de selon laquelle Marx et Engels. que pourfendit lisme et empiriocriticisme. de quelques partant dorméss de l'expérience à consimmédiate. Nous savons. répandue chez beaucoup de gens. Marx s'est formé à la lecture des plus de Dante à Dickens. de Marx lui-même. seraient pourtant lourds et compacts.

le mépris de la raison et de ont eues toutes les conquêtes de la civilisation et ont encore pour l'humanité. Ils.Face à l'alternative « vie ou mort de la a pris position. les esthéticiens. les sociologues. « au sens large de le mot rationalisme dé la raison. dont il faut surtout Monles contributions de Rodolfo retenir et volontarisme dans dolfo sur Déterminisme . souligne -les origines de la doctrine de Husserl. Toutefois. définitive de tout projet d'appli-" cation directe de la spéculation philosophique à des objets qui ne sont pas des jugements ou des propositions.montre faite par ses disciples. Angles B. la crise de l'homme et de sa culture. seront de guerre. partout articles nous montrent-^les Quelques de l'irrationalisme actuel. le mythe du sang et de la terre. l'application Cari Max Schmidt. Les intellectuels conscients de leur res- (Buenos-Ayres) ponsabilité du torial sociale —-souligne —' dernier numéro encore l'édi- doivent entamer au plus tôt la révision. qui en toute innocence ont assimilé et diffusé partout cette doceux-mêmes leurs doivent constituer trine. — de la hitlériens notoires phénoménologie de la philosoaux domaines husserlienne des valeurs phie du droit. sévère auto-critique. Maximilian une Beck. à euxdoivent tribunaux. l'histoire. . espagnole (et peut-être à l'insoumis années depuis plusieurs des fluence irrationalistes philosophies dont l'existentialisme —alleallemandes. Le problème philosophique de notre époque n'est plus celui de Y origine de la connaissance. doivent troisième horribles conséquences que le culte de l'instinct. jugés et condamnés commé*"criminels et c'est ce qu'ils sont : ils ont préparé et préde le conflit le plus horrible tendu justifier Mais les philosophes. Minerva d'après guerre contre pris part à la bataille les survivances qui proidéologiques milil'hitlérisme allemand écrasé longent sur le champ de bataille. nous. imposer propres Et cela mêmes une. est l'auteur Bunge. Dans précurseurs étudie un bref article. Élafaillite borée à un moment où les sciences naturelles existaient déjà hors de l'AUt magne. Isidoro Flaumbaum les rapports de Maître Eckhart et de Heidegà l'irrad'Oswàld Spengler ger. un numéro à Nietzsche. les termes mêmes D'après qui servent de présentation à la revue. du destin de l'intelligence et de le problème leurs créations. de la philosophie.trées'dans la culture par la porte laissée grande ouverte de l'irresponsabilité de nompolitique breux intellectuels. L'apport tionalisme est examiné par . richesse du contenu de la Modem la revue de nos amis anglais. —. Stern guerre totale et de l'État l'auteur du Génie de la guerre et la montre comme l'un des grands guerre allemande du national-socialisme. confiance dans le pouvoir a d'attitude plutôt que d'école ». nologie. . Minerva avait comme de combattre « pour programme la raison et contre l'irrationalisfnei qui n'est que la raison se dévorant elle-même ». examine la signification Alfred Stern de la phénoménologie. n'est que peu importe la formule la plus récente. économique le lecteur aura une idée de la variété et de la LENTIN.. contre Sa faillite est la faillite. Prenant Minerva raison'.LES REVUES ÉTRANGÈRES. de la autre étude : Max Scheler philosophe totalitaire . les collaborateurs de Minerva se sont à combattre engagés l'idéologie obscurantiste où elle s'est exprimée. d'articles traitant dés investissements et de l'industrialisation dans les colonies. dans les pays de langue pu être que salutaire aussi au Brésil). mais celui de la valeur de la connaissance.tion de la mort. de C'est la raison. mand pu français. Reinach..». Larentz. de la science. consacré tout Minerva a. à en regretter Six numéros son influence n'a peine ont paru. ne pouvons que trop la disparition. sur VApogée et la d'une de la philosophie de la nature. Sachant pertinemment que cette bataille doit être menée sur tous les secteurs d'un vaste front. de la philosophie Dans une et de la philosophie politique. ' MINERVA est une belle revue Minerva philosoconsacrée à la défense du phique argentine rationalisme . étude très lucide. la dénonciation des principales consignes nazies infil. La tairement 1945 : déjà.[du romantisme allemand]. avec elle. en avril revuet écrivait Les idéologues officiels du nazisme. d'autre part. C'est la prétendue crise de la raison qui est en jeu et.nous présente de la phénoméIntroduction à une critique . Tout le but de l'ontologie est dans le fond une tentative de faire revivre le cadavre pourri de la philosophie de la nature.. André 133 Quarterly. ceux qui l'ont consciemment servi_ avec joie. ou de la stratégie de l'Angleterre.. 'les historiens. la philosophie de la nature romantique a été une réaction la science. — tous Nikolai Hartmann des " Scheler. Mario origines directeur de la revue. scolastiques . et C. aux philosophes surtout qui n'ont s'applique qui se indescriptible pas su voir la bestialité cachait derrière la phraséologie obscure et tromdu peuse des sinistres et érudits professeurs réfléchir sur les Reich. l'exalta.

gressistes est La Pensée. pas toujours l'esprit . celle de Mario Bunge sur . de la « conception problème de façon à préciser définie Après l'avoir sur le sujet et antérieures ses réflexions et' la racine des avoir examiné l'origine du monde en tant que « vision conceptions totale de la réalité pour chaque homme ou et vécue plugroupe humain » spontanée Romero montre tôt que réfléchie et critique.. Mgnerva a. R. Minerva Interrompant laisse un vide difficile à remplir : la meilleure revue américaine de philosophie a Nous ne pouvons que souhaiter. entre autres. est constituée de ses chroniques et de ses par l'ensemble comptes rendus. Hartmann. et nécessaire réapparition. sa publication. et on finit Spengler. en outre. BOLCHEVIK revue théorique et polidu Parti commucentral tique niste (bolchevik ) de l'U. Critique la façon dont la philosophie cartésienne a été considérée dans La Pensée. de l'irratiode l'intrusion Le problème dans la science est abordé nalisme par : L'irrationalisme dans S. etc.sa disparu. 221) — sont visibles et bien connus.134 de Nietzsche et de Julio Rey la philosophie et celle Pastor sur la philosophie fictioniste. p. Buchenwald et Auschwitz. cependant. Elle cite les travaux d'Henri Mougin. le développement de la remarque sur les éléments que Hegel a apportés à la question dans sa Phénoménologie de l'esprit. S. la revue la lutte menée par La Pensée.. nier la raison dans ce qui est son essence même. Le Bolchevik. M. Le Bolchevik. ment intéressantes sont. de M. par là. Neuschlosz Cet article. dans la littérature. comme le considéré Romero. publié d'excellentes Particulièresur d'autres études sujets. à notre avis. leading philosopher même pour ceux qui n'acceptent pas sa pose quelques-unes personnelle. dans la conscience des hommes. souligner l'apport Une des parties les plus intéressantes de la revue Minerva. de La Pensée en la fondation rappelle et Georges Cogniot. Avec par ~ Himmler. a pour but de extrêmement suggestif.. des lettres. n° 3. Nous espérons aussi que Romero ne mand'élaborer et de quera pas. prochaine L'oeuvre a réalisée est riche qu'elle : c'est un devoir pressant d'enseignements de l'heure actuelle et une tâche immense élaborer un plan concerté) (dont il faudrait de combattre l'irrationalisme sous toutes ses formes et tous ses masques et partout où il se présente : dans la philosophie. les théories réactionnaires. Cet article est un que tardivement LES REVUES ÉTRANGÈRES en préparation extrait d'un ouvrage que à lire le tous ceux qui se sont habitués attendront avec impaphilosophe argentin tience. L'auteur pose le problème scientifiques et du matériadu rationalisme des rapports matérialiste est-il lisme. celle sur la philosophie de de Rodolfo Mondolfo Giordano Bruno. Heidegger.et une autre de Francisco l'épistémologie de la conception sur le problème Romero du monde. aujourd'hui de l'Amérique latine. 1939 par Paul Langevin les plus émii) nomme les représentants de la phinents de la science. Bunge sur Nietzsche et la science. approuve à l'aide dû matérialisme contre dialectique. « L'un des organes avancés et prodit Le de la presse française. Un irrationalisme entre possible ? Y a-t-il un lien intrinsèque et le rationalisme ? le matérialisme — dit l'auteur — est Le fait indiscutable comme attitude philosoque l'irrationalisme en combiphique se préiente presque toujours naison avec une forme quelconque d'idéalisme. ce que Langevin dénoncer et de combattre « l'emploi abusif de la' physique appelait des tendances antimoderne pour appuyer ». ralliée au matérialisme diane manifeste lectique. On commence par ruiner la philosophie et. » Bolchevik. et l'on finit par détruire la civilisation et la culture. dans ce livre. inestimable de Marx. La Pensée. parle ' du 15 août dans son numéro 1947 du et hebdomacombat qui oppose revues à l'offensive renforcée daires progressistes en sur le plan idéologique ~de la réaction France. dans la science. etc. On commence Scheler. — « si Les dangers d'une telle doctrine on peut appeler doctrine la négation de la raison et de ses oeuvres » (Mario Bunge. de ce problème n'a été l'examen pourquoi élaboré. étude de six pages Au cours d'une à notre Le Bolchevik consacrée revue.. déjà si riche et variée dans son corps principal. philosophiques en particulier contre l'existentialisme. Rosenberg. la physique contemporaine. MAGALHÂES-VILHENA. qui se groupent losophie. en estimant que notre revue. Nous aimerions voir. dialectique Paul en par Langevin juin 1945 et paru dans le numéro 12 de La Pensée. S. par Kierkegaard. Après avoir cité de longs extraits du discours sur « Matérialisme prononcé mécaniste et matérialisme ». position essentielles soulevées parle des questions du monde ». du Comité (Moscou) autour de etc. Avec le talent qu'on lui connaît.

S. par . S. entre dans cette lignée. critique qu'il pas pris l'attitude les donne Elle l'impression que toutes tendances apparues après philosophiques du cartéseraient Descartes ( des variétés lui Le marxisme. Le Bolplus ou moins cette erreur. La Pensée n'a la philosophie cartésienne. les mensonges comment La Pensée démolit et accumulés contre l'Union soviétique cite l'article consacré au cinquantenaire Arnaud d'Alexandrov M. il signale littéraire. Denjoy. soviétique il insiste sur l'influence Enfin croissante de La Pensée. Hélène PARMELIN. l'article de Le Bolchevik cite longuement Frédéric consacré à la science Joliot-Curie dans le numéro 7 de La Pensée. scientifique. conclut Le Bolchevik.l'étranger et des milieux France et ouvriers. R. intellectuels la revue « De fait. sont fiers avec raison de cette et juste de leurs appréciation objective de la part d'un éminent mathémérites. aussi. maticien français (voir notre n° 8). il parle du bon progressistes : livré dans tous les domaines combat culturel . donne des extraits des lettres de la rédaction' venant élogieuses pour ou de. En mettant en relief de suite nécessaire. chevik signale ensuite comment montre Le Bolchevik La Pensée défend les positions économiques et politiques . sianisme. une telle La Pensée mérite progressive » appréciation. eût fallu.LES REVUES ÉTRANGÈRES 135 de disant les milieux scientifiques que l'U.

apporte une preuve supplémentaire à la conception dialectique du monde. A l'action de l'antigène introduit dans des antil'organisme répond la formation ainsi modifié n'est corps. précipitantes. de ses organes. dont les conclusions commencent à être sanctionnées. l'immunologie. de ses tisIl faut sus. 1947. la vaccinothérapie.LES LIVRES de l'immunoloL'importance pratique consacre un gie est immense. La pathologie infectieuse a été comtransformée plètement par la vaccination (immunisation active). cytotoxiques. de publier. de ses systèmes régulateurs. un volume remarquable sur Infection et immunité. de l'immunologie conduit aux grands problèmes de la biologie et' de la pathologie. il est en l'état d'allergie. nouprésente des modalités réactionnelles ' velles. pas insisté davantage sur le rôle du système nerveux et des régulations neurohormonales dans les processus infectieux et immunologiques. aussi bien le microbe que l'organisme attaqué. se propose l'étude de l'adaptation vivants devant les processus organismes infectieux provoqués par l'attaque microbienne. de la lutte contre l'infection. de l'origine de la vie à la nature de la maladie.actuelles sur cette nouvelle discipline scientifique que constitue Après maladies directeur vient de l'immunologie. Aux confins de la biologie. où le grand biologiste résume ses conceptions sur la science. représentant des formes des plus rudimentaires de la vie et les espèces situées au sommet de l'échelle zoonous fait assister à logique. résultats. hémolytiques.). l'immunologie toute une série d'actions réciproques. agglutinantes. certains savants se mettent à douL'étude D1 Jules BORDET : Infection et immunité. que l'auteur n'ait regretter. D'importants progrès sont encore à réaliser dans ce domaine. des facteurs et des moyens de défense de infectieux contre les microbes et les l'organisme toxines. aux prises avec les problèmes concrets qui le Au moment où. Nous savons maintenant que le déséquilibre que constitue la maladie est caractérisé par une atteinte de l'ensemble de l'organisme. L'action microbienne ou toxinique met en branle toute une série de réactions. dont le résultat est de modifier. l'immunisation mixte protéinothérapie. in-8. (sérum-toxine. à cet égard. sur l'immunité dans les infectieuses. La chimie biologique scrute de plus en plus la constitution chimique des antigènes et des anticorps et leur signification physiologique. 300 pages. la sérothérapie (immunisation la passive). les unes tissulaires (phagocytose). son Traité . bactériolytiques. le Dr Jules Bordet. Il s'agit là d'un chapitre nouveau de biologie générale. quittant le préoccupent. etc. mais de la généralisation de l'expérience quotidienne du chercheur. du point de vue thérapeutique. par de remarquables L'auteur fait précéder l'étude détaillée de l'infection et de l'immunité d'une introduction philosophique. sérum-virus). les autres humorales (réactions antitoxiques. On y retrouve une conception matérialiste. qui résulte non d'une philosophie générale du monde. de la biochimie et de la patholodérivée direcgie générale. Entre les microbes. antiblastiques. tement des travaux de Pasteur sur l'infecdes tion. à chaque instant. Flamrrfarion. L'étude de l'immunologie. terrain solide de leurs recherches scientifiques. résumant nos connaissances. de la bactériologie. de l'Institut Pasteur de Bruxelles. dans la Bibliothèque philosophie scientifique. et l'auteur de l'imimportant chapitre au problème munité acquise. et l'organisme il plus le même.

GAUDEFROY-DEMOMBYNES titutions musulmanes.LES LIVRES de la science. qu'un mode d'activité soumise par conséquent aux lois qui gouvernent celle-ci. par Ici la entamer si. M. il ne s'agit pas du tout de chose. l'organisme Par l'étude d'un aspect de toute captivant une vie de la Et à écrire porquelqu'un mien. Résumer en "deux cents pages les instiles divers aspects consanature. expressions qui dispensent de chercher et font croire que le problème est résolu avant d'être abordé. la même d'étude. : Les in-16. Gaudefroy-Deavait son mombynes. d'achever Dans prussienne d'alors. Jules Bordet 137 Avec ce perpétuel besoin d'amélioration du savant et du professeur que connaissent bien en l'auteur tous ceux qui ont eu le l'approcher. Elle n'est cependant de la matière vivante. illustration de la loi dialecquelle tique de l'action réciproque que cette formule de l'auteur. ris. a été retracée. Les renseignements qu'elle nous fournit ne sont pas illusoires. sée. Flammarion. L'histoire communauté de cette musulmane. sociales et religieuses. comme son élève. n'a 220 pages InsPa1946. des deux ou trois sépare pas l'étudiant un à l'étranger. on prononce des mots tels que cause première. Il me signaler qu'au plaisir que cas eu. où. avec l'interpénétration des divers éléments avec leur évolution caractérisent. vis-à-vis des microbes. matériels et spirituels de la vie sociale de dont l'extension va peuples géographique du Sénégal à la Malaisie et l'histoire du VIIe au XXe siècle serait une complète gageure maintes les bouleversés. en terre d'Islam toute jeune encore. là-bas. On livre" qui ni à louer pas à présenter est depuis un quart de siècle même et souvent France. « presque troisième de nouveau édition. je me souviens et courageuse comme de pensée délicate l'un des réconforts me sont qui. fois dans des cadres politiques institutions conception monde et de la vie. depuis douze ou treize siècles avec une relative à seulement immutabilité. conduit scientifique matérialiste dialectique D* Victor LAFITTE. malgré l'âge. bien plus intimement mêlées encore que dans notre Moyen Age ne s'étaient transmises chrétien. que commence la révolution économique moderne. . livre. en donne aujourd'hui. malde travail une gré les conditions actuelles. Et plus loin : Pour dissiper les ténèbres. montrant que virulence et réceptivité ne sont que des notions corrélatives : La virulence est l'immunité des microbes vis-à-vis des propriétés de antimicrobiennes l'immunité est la virulence de l'organisme. qui déjà refondu nous ouvrage lors d'une deuxième édition. pour ses premiers débutante. Jules arrive à la conception matérialiste Bordet * du monde : \ On a pris l'habitude de représenter la penla pensée scientifique. mais plutôt^ d'un précis institution institution. impulsion créatrice. entièrement récrite ». et spécialement comme une entité indépendante et souveraine comme une spectaqui nouss est extérieure. il n'avait compte rendu d'un lorsque se ma captivité de cette que je venais la débâcle. initiateurs dont ne se en matière d'Islam. parvenus. trice hautaine et sûre d'elle-même qui plane au-dessus des choses et des êtres à la façon d'un juge ou d'un arbitre. au courage pour privilège de ter de la valeur déclare : Il ne faut cependant pas douter du pouvoir de la science. dans le volume du monde à l'Histoire froy-Demombynes qui et qui est certainedirigée par Cavaignac. donné par Gaudesiècles. se joint' aussi un souvenir temps récent déclarer son tant un nom pas hésité ouvrage produisit où il fallait intérêt pour du genre du un du de permettra en tout j'aurais à parler de son : car. Une fois de plus que la recherche la la preuve est ainsi faite à du ou plutôt même tutions. à la suite crée aux recherches scientifiques. un en 3e édition. ment ce qui a été écrit de plus intelligent à la fois comme et de plus savoureux d'histoire musulmane d'ensemble exposé en France.

en fin du volume. « la charité ». Le premier. à propos des faits religieux par exemple. Son orthodoxie nous est garantie. grand de l'histoire Suivent deux chapitres. parus. Le lecteur y trouvera cependant beaucoup à prendre. dans la collection « Christianisme ». qui tient en une page. de telles réponses. . Nietzsche. plus généralement. DarMontaigne. en sa forme initiale. comme un point de départ nécessaire à l'étude des conditions modernes qu'ils poursuivront alors mieux armés. de traditions encore si de beauvivaces .civilisations . avec des changements notables. dans le présent survit. et une <<introduc. L'inconsistance de la position conservatrice a été depuis longtemps et maintes fois mise en lumière. « le Christ rédempteur ». 254 p. faits surtout de citations. nous laisse ignorer les liehs de ces aspects les uns. de ce qui caractérise ver la description l'Islam. Maritain doit pourtant bien savoir le contraire. Paris. sont fort tendancieux. Il s'ouvre Yimprimatur sur une courte « biographie » de l'apôtre. la signification qu'ils prennent retrempés dans l'ensemble des phénomènes religieux humains. d'un compaa été incorporé gnon de l'apôtre. d'après les passages les plus caractérisPas un tiques des épîtres pauliniennes. mot sur l'authenticité des textes. car un certain nombre sont totalement d'épîtres apocryphes et celles qu'on peut tenir pour enen substance abondent authentiques Les travaux du pseudo interpolations. Le lecteur de La Pensée. et six autres sur « la loi et la grâce ». « l'économie du salut » et « l'homme nouveau ». il y a déjà vingt ans. Sans que cela signifie le moins du monde que l'auteur. Editions Corrêa. „ * M. dans une oeuvre d'inspiration différente. le plus de la civilisation ». Confucius. L'un et l'autre. Claude CAHEN. Textes choisis et présentés par Jacques MARITAIN. d'après les. sont. Le second est encore plus sujet à caution. où sa « mission » est présentée comme « un événement capital. obstat d'un théologien et par le Nj. le sentiment que l'Islam moderne doit évoluer vers des formes qui ne soient ni un attachement stérile aux vieilles forla mules qu'entretient pour son intérêt ni une copie de classe des théologiens.tion ». ou. le témoignage des Actes est loin de concorder avec celui des Epîtres. Sur la vie et l'apostolat de Paul. LES LIVRES Ce livre fait partie d'une collection : « Les pages immortelles » où ont déjà défilé Kant. Schopenhauer. win. d'abord. plus tard. où il a pris un sens tout autre. qui sait l'importance que présente aujourd'hui pour la France une juste compréhension des peuples dont la vie est associée à la nôtre dans surl'Union française. avec les autres. Le vrai livre de Pages pauliniennes est La Pensée de saint Paul. qui est bien trop humain. « le mystère d'Israël ». tout à fait décisifs. consacrée aux Douze et surtout à Pierre. Actes des apôtres. formes européennes étrangères au tempérament de la plupart des peuples musulmans. s'imaginer que tout le monde s'accorde à leur faire confiance.. s'il vient. sur sa « vie » et son « apostolat ». 1947. une saine appréciation coup d'entre elles en face d'autres. ni sur la valeur documentaire faut leur qu'il 'attribuer. d'ailleurs. pas toujours ceux Demombynes de La Pensée. à cet égard. in-12. Henri Delafosse (abbé Joseph Turmel). de lui.hil d'un archevêque. Un lecteur candide pourra. l'auteur se défend toute action politique.138 le lecteur curieux peuvent troul'étudiant. nous demandera tout ce que le livre de Gaudefroy-Demombynes apporte comme réponses aux problèmes de l'Islam moderne et de ses rapà Etranger ports avec notre civilisation. même pour son attitude en face conde l'Islam moderne : l'indispensable naissance. en conclud'apporter sion d'un livre consacré surtout au passé ou à ce qui. Je n'en suis que plus à l'aise pour exprimer le souhait que son livre soit lu de beaucoup des nôtres. chrétiens compris. Les points de vue de Gaudefroyne sont.

contribuera à éclaircir cerla la « servitude ». En réalité. 534 p. s'y trouve incluse. Prix : 600 fr. tout particulièrement Un tel livre permettrait d'entrevoir. le « péché » hérité d'Adam* à la « grâce » procurée par le chef de Les lecteurs de la Pensée sont. de l'Epître authentiques physique. des premières juive. pour l'humanité nouvelle. Mais ce n'est'pas notre ambassadeur au en Espagne". assez peu sensibles à ces « an-. En première place. ment révélatrices des transformations qu'a saïques où se trouve consignée la Loi subies le paulinisme. Moïse de Léon. La Kabbale. ajoute-t-il. et il consiste en un assemde morceaux disblage assez incohérent Prosper ALFARIC. devraient y figurer les passages sûrement nés. qui en restent les victimes. Grasset. d'essence métades reprédans ses missions à l'hostilité physique. sa psychologie mystique. par un rabbin peu connu. pages de la Genèse. demeure très hermétique. il s'est heurté et comment circoncire. composés vers l'an 170. peu naire. il tianisme primitif a été composé vers la fin du xme siècle. tions très difficiles.LES LIVRES 139 Henri SEROUYA : la Kabbale. bien plus tardives. Pourquoi ne pas y joindre quelques fragmalgré la traduction française en six voluments des six lettres. Il nous initie aux arcanes du Paul. après 150. seconde. combien le chrisa rapidement évolué. viendraient les interrelatives aux origines » de cette doctrine absconse. ne de s'intéresser à ceux qui en ont été ou En appendice. raconte avec fougue comment il s'est senti appelé à la faire connaître aux nous dit M. Zohar. à la est à cet égard très instructif. à son avis. s'appliquant à tout concilier. Ses 'origv encore à écrire. « Héaux Corinthiens. qui oppose la tique. qui tiennent d'un autre interpolateur. d'une vive curiosité objet breu fils d'Hébreux ». d'un pseudo-Paul. fait que tout brouiller. violemment antijuif. sans doute postérieures à l'an 100. sans les obliger à se faire propos. de la première et surtout de la deuxième où le vrai Paul. . 194% in'4°. caractéristiques archaïque et qui n'ont plus de sens dans d'un apologiste catholique qui a donné du « rationalisme mola perspective au recueil. énigmes qui ont provoqué les angoisses des métaphysiciens de tous les temps. car une sagesse profonde. car rien d'huêtre rattachés à la première pourraient main ne leur est étranger. polations. En troisième ligne leur part. Mais ils ne peuvent manquer et qui. Il nous troisième quelques extraits des Actes de introduit dans le monde fermé des kabbalistes. Son prinsentants de ceux qu'il appelle ironiquecipal souci a été de la mettre en relief. ment les « surapôtres » de Jérusalem. et il se réclame d'une tradition secrète. qui a nécessité un long effort dans des condi« loi mosaïque » à la nouvelle « foi ». C'est. qui a eu la révélation intérieure du connue. sa meta' aux Galates. « sans négliger. série quelques textes de la rédaction initiale des Actes. Vatican qui l'écrira. très regrettable. mes publiée de 1906 à 1912 par Jean de de saint Paul à Sénèque ? Elles ne sont Pauly. Serouya dans son avant« Gentils ». pas plus apocryphes que les Epîtres à Cet écrit mystérieux se présente comme Tite ou à Timothée et elles sont égaleune sorte de commentaire des livres mo. imposée par ' prede taines énigmes de la nature profonde » qu'apporte la mière à la « liberté l'être. à la seconde quelques de M. qui est. seraient mises en valeur les gloses les plus à une formation goisses ». Paris. Serouya L'ouvrage imposant autres passages du second rédacteur. sa forme actuelle derne ».pourtant les questions Sur un second plan.comme leur Bible et qui. où la • légende catholique achève de s'épanouir. doctrinaire gnosNous espérons. mystique et visionest au fond pour beaucoup d'esprits. Christ. • que le judaïsme lui-même. que ce travail. qui serait aussi ancienne sous le signe de' Paul.

à mettre en relief la conception générale de l'univers où Dieu et le monde se complètent de manière à former un tout harmonieux. les justes déde la Cité future. Aucun peuple n'est resté le même au cours de son histoire. a évolué plus encore que beaucoup d'autres. ils s'ingénient à discerner dans ses moindres fragments. S'il a été élaboré par un rabbin. aux combinaisons infinies. H possède de s'assusurtout le secret inappréciable rer. malgré tout. dans le premier mot de la Genèse. sur le diable et sur Dieu. est bien vague explication et. le présent est gros de l'avenir. plique justement par le danger que leur faisait courir l'énorme pression de Rome Le Zoet. Aussi s'efforce-t-il de reléguer à comme des excroissances l'arrière-plan. Les difféparticulièrement rences sexuelles se retrouvent en toutes les créatures et jusque chez le Créateur en qui elles ont leur archétype. par anticipation. Le corps y apparaît comme une Les figure de l'âme. restée foncièrement identique à travers les âges. non seulement sur tout leur entourage. les gages d'un bonheur éternel en un monde meilleur. le qu'avec éprouvent besoin de se donner une philosophie à eujc. qui ne veulent pas plus pactiser avec l'Islam le • christianisme. mais sur la nature entière. Pour légitimer a de nouveau dans leur doctrine. c'est que les maîtres en Israël. Il a subi tour à tour l'influence des Babyloniens et des des Syriens et des Perses. en particulier. par contre. de Dieu lui-même. Forcés vpar leur éducation et leur milieu social de la chercher dans le cadre de la Bible. plus tard. qui a été laborieusement compilé pour assurer. des propriétés cachées. à cette époque et en ce arabe ' jouit d'un pays. où il n'a plus été. Réduits à une condition misérable. Le Zohar est la revanche du ghetto. Etrangers à ils" affectent de officiel. traditionalisme har. Prosper ALFARIC. D'autre Un part. Privés de toute influence réelle sur la vie de la nation. font profession d'ésotérisme. a subi dans une proportion bien plus l'influence du monde environgrande nant. des Egyptiens. dans sa lettre initiale. de Constantinople. . Il y a là de quoi faire tourner sans fin des têtes peu solides. Grecs et des Romains. le maintien des traditions nationales. ils savourent en esprit. qui témoigne d'un beaucoup plus faible et plus inconsistant. en conséquence un adoptent langage conventionnel qui déroute les profanes et en impose aux initiés. M.représenté que par de faibles au sein de populations minorités le plus Une telle LES LIVRES souvent hostiles qui lui rendaient la vie dure. au cours de cette existence chétive et tourmentée. S'il paraît au xin" siècle et en Espagne. Dédaidommagements gnés par les grands. Les moindres phrases de la Bible hébraïque. sur les anges et les démons. s'ex. une émulation trépidante. Serouya en convient. Israël. la civilisation grand prestige et suscite. ils s'érigent en familiers du Très-Haut. puissance d'une culture plus avancée. Le Talmud. bien contestable. les moindres mots. les moindres lettres y prennent une signification transcendante doublée d'une vertu Les nombres y acquièrent prestigieuse. Cette évolution n'a fait que s'accélérer à partir du moment où il a perdu sa nationalité. c'est que. un sens profond que les autres ce qu'il y n'y voient pas.140 un mysticisme confus parâtes qu'inspire à tendance magique. modeste qu'il par suite de la position en Palestine entre de grands occupait Etats d'une très supérieure. qui puisse être opposée à celle des écoles rivales. par surcroit. ils s'attribuent une autorité fantastique. et recettes magimorbides. lignes du visage et celles de la main sont révélatrices. les formules Il s'applique. dans les synagogues comme dans les églises. et ils tirent vers eux tous les textes anciens à tendance gnostique qui peuvent les servir. l'enseignement le dépasser. ques les plus inquiétantes. et il présente ce panthéisme mystique comme un pur produit de la mentalité juive. ils se de la « Kabposent en représentants bala » ou tradition. kabbaliste instruit sait discerner en chaque sujet la somme de chances et d'infortunes dont se trame sa destinée.

bransemble de la foi ne peut qu'aggraver de la liberté à celui de la préférer l'exercice le la charité aux agenouillements. Fessard. et bord.autre chose de figurer sur le le re- de l'orthocôté qu'à de dogme exige l'Église et que le orthodoxie politique. aux cathomorale qu'il L'inertie reproche ' et à la compoliqûes tient à la structure La hiérarchie actuelle. rencontre qu'il . s'oppose-t-il humaprétendus Maune sont. Bordas. Comme dit lui-même le poète. des commodités bourgeoises Moi-.'marxistes. du laïc. Il appelle ses frères à régénérée. Il s'en prend violemment « cardinaux du silence ». Sermon « Ustaroquois lief Il fait preuve et il en proclame de remarquables l'Eglise. celui de la charité. de la liberté. Paris. ». d'un qui traite Loys Masson d'étourneau et de perest rallié au commuparce qu'il roquet. Car la liberté de la condition ne se sépare pas du relèvement de l'homme. je n'en doute pas.des . qui que des «dessus bourgeoisie les besoins solu. ces délicieux ciboires de Vickers et de Schneider. quand les besoins de l'homme ront au satisfaits lieu d'être le mysticisme. ce faux sacré pour lequel un jour ou l'autre on pourrait bien nous forcer à reprendre les armes saintes. comme aux de cheminée de la ignore d'ab- chrétiens. le prophète ensuite. Le Solstice son cas. sérénité. la nécessité-. mais on véhémence héritée la sent dons naturelle de chez lui. catholique aussi. de l'Eglise sition gouvernementales. l'homme de chair et l'esclave à sauver. aux Suhard et autres qui dir Gerlier. les ficelles de bien Mais sont des marionles résis- de celui d'Aubigné'et réclament et le droit Ces pauvrës-là qu'une majuscule significatives. Le patriote poète de la grande nuit a tnal et des Chroniques un dans Pour une Eglise certain réuni nombre de textes déjà connus. parvis des églises. Aussi nistes riac. chroniques Véhémentes et sincères la présente réédition. de Délivrez-nous du la colère Il croit de Dieu ne reste mythe. toujours pétainiste aux laboratrice. toutes les trahisons de la hiérarchie cathoet souvent collique. aux tranquilles. bien. une Loys "Masson met dans ses attaques de Léon Bloy. auxquels s'ajoute. une Eglise son l'indique' dans « le bon à la foi frémissante atcatholique tirent les foudres P.LES LIVRES une Église. pas le est comLa diffi- .. Pareille civilisation n'est que : l'exigence que l!Ëglise.. Loys Masson a connu. si la religion à disparaître d'elle-même avec les classes. sesociales. comme résistant. L'homme d'abord. prêtre pût qu'un membre Mais viennent Masson du les de Parti l'autre bolchevik. comme Jésus Il réclame pas a chassé une Eglise militante titre. ou ». Léprise dans le conflit être nine admettait. de la fraternité. C'est muniste Position culté n'est accueillent de combat. temporelle dit-il à Bernanos. Il montre aussi proscrivait jadis l'usure. Il que « le visage le faux de civilisation condamne concept chrétienne. difficile. combat contre les chaînes de l'homme à ce paradis promis. Pour un du lui parmi les accessoires 141 de la Pour 'Loys MASSON *: 1947. sens ». nisme. pourquoi et chrétien. doxie en matière en fait Vatican nettes tances une tire d'espérer d'oublier polémiste. Le. qui fraternellement leur camarade est destinée Car. il n'en reste pas m'oins que d'abord compte la position social. Passion. qui n'est résignation dévot de la paresse ». en. Son dans le par exemple les la diatribe contre style retrouve Lamennais. » et prêche la le « drapeau du profit aux inégalités sociales. je souhaite de tout coeur que la Russie ne rentre pas dans la communauté occidentale et que nous autres la quittions. une les Libre défenses à Loys réforme de difficultés par la refoulés société vers communiste. Ce pseudo-humanisme de l'homme sous prétexte Loys a-t-on fait Masson dit. temple que les marchands. Solstice Ces d'un dans de la foi.

D'un autre'côté. Mais là ne se borne pas son originalité. d'une : Marcel COHEN : Histoire langue à le français origines (des lointaines « Hier et Aunos jours). la recherche et expose le savant est souvent aléatoire à des explications simplistes. hébergent les miliciens. d'analyse un esprit à l'égard souplesse tout dire. Cohen ne se départ pas de son attitude Comme dans ses chroniques scientifique. des causes y tive avant tout. par exemple. Les mouvements de propagation. je veux dire la classe ouvrière. d'un marxiste. de resserrement. En dans un stade supérieur qu'il disse caractéqui se réet synthéle latin rigueur Mais était ici de mise. croisade serait vite sanglante. Il décrit ensuite assez comment se sont pour expliquer formées les langues romanes. à'la légère. il voit dans le français des évolutions ».^ Enfin. l'épineuse question de l'interaction des dialectes. Éditions « Civilisation fran». M. ce double. chacune des étapes de l'histoire précéder de la langue d'un chapitre où il relève les circonstances et sociales qui économiques ont conditionné son évolution. nous tenons pour uh mérite essentiel de l'Histoire du français la leçon qu'elle .142 comme jadis prêche la morale bourgeoise la féodale : c'est au nom du moindre risque et la collaboration. si elle devene sanait facile. d'être et nous l'appersonnel. des Etoiles. l'excuse tyrs. . Surtout. et pratiquement ignorés de ceux qu'intéresse le plus cette partie. qu'il excellemment toutes les replace parmi langues du monde. Paris. écueil. bleaux d'éviter LES LIVRES II était assez difficile. imprudent des Les progrès y sont lents et exigent la méfiance extrêmes. a encouragé qu'elle marSes prochains maintenant. La science du langage en est au stade de Science descripla chimie prémoléculaire. comme toutes les autres. les plus lointaines de notre langue ». schémas. 1947. seront les prêtres qui les serD'ailleurs. avec joie il faut accueillir du livre de Marcel la publication Cohen. buts visés à la fois à un ans à ont comC'est face du français contemporain. C'est la la plus neuve et l'aspect le plus partie attachant de l'ouvrage. de ne pas utiliser des moyens pédagogiques taélémentaires comme notes. domaine sont peu connus du pu. pour rompu à la dialectique. dont le plus apparent est d'être conçu sur le plan chronoM. tingue risent par un jeu des contraires sout tique. la seule partie qui nous Personnellement. Et la les soviétiques. ne suit pas toujours un plan assez cription net et repose sur une terminologie mal A notre avis. Cohen remonte aux « origines logique. cette réserve de détail n'ôte rien aux mérites de l'ouvrage. collection jourd'hui çaise ». ait semblé prêter à la critique est l'exposé du français moderne. il évite de juger ou regrettées de prévoir décrire et nullement voulant avant tout Cela ne l'empêche expliquer.blic. une plus grande précisée. que possède seul. engénéral d'entrer détaillé. La desgrammatical. oeuvre d'un linguiste émérite. quand « la source populaire du cours français entraîné l'auteur naturellement et aux inconvénients promis à son sultent. Cohen a semé les réflexions d'un pertinentes linguiste Les spécialistes eux-mêmes dialecticien. dans une fine analyse. récapitulatifs. ou si les messeigneurs leurs clients trop attachés à leurs vaient haine pantoufles. On reprochera trop dans qui en rélivre d'être prouvons entièrement. rialistes. pourquoi et fruit l'Université Les deux d'un de cinq enseignement ouvrière de Paris. pu insuffisamment des précisions parfois discontinues. différenciation. et parmi elles il fait les dialectes de la Gaule. de leur patrimoine national. . où il trouveront à lire le chapitre profit met au point. de d'unification. Presque à chaque page. à la sainte mons du dimanche désignent : les matéles nouveaux Albigeois les Rouges. M. Jean VARLOOT. les résultats déjà acquis dans ce. par exemple. scrupules des hypothèses une aventurées. à bon compte.

fier de l'ascension de sa classe. les respecter ». son désir ' de bousculer préjugés et idoles tout en affectant de. Nous aurions aimé le voir pousser plus loin son analyse. Les grandes tendances qui se révèlent dans l'organisation progressive d'une langue-demandent à être analysées minutieusement. Il est dû à une opposition morale foru damentale. du mérite et de l'opinion. Que de sottises n'a-t-on pas tirées de l'idée de structure! M. avec un espoir non exempt d'appréhension. 1946. permettent à un lecteur de replacer l'oeuvre dans son époque. bourgeoisie attachée avant tout à l'argent. devant le nouvel état L'Eglise. s'il ne cesse de graviter dans le cercle de Bossuet. mais en tant que technique active. Collection « Histoire des chefs-d'oeuvre littéraires ». Malfère. La Bruyère est tenté par la nouvelle morale du siècle. ne pas mettre sur le même plan tous* les problèmes . Pierre RICHARD : La Bruyère et ses Caractères. parfaitement documentée et agréablement écrite. insister sur l'évolution de la pensée à travers les éditions successives des Caractères. Attristé de voir les guides naturels de la Nation se dérober à leur tâche et toute grandeur décliner. si P. il écrit sous le coup du malaise deda fin du siècle. comme il s'en produit quand on modernise un outillage. moyennant un comproOn voit donne et les voies qu'elle indique pour les futures études marxistes sur le langage. où s'accentue de plus en plus une critique sociale plus hardie que celle de Fontenelle. La Bruyère a prétendu suivre un plan. Cohen lui-même nous parle encore .' Il présente une mise au point. Richard expose clairement la question de l'unité de l'oeuvre. la réalisation libre-pensée. préciser par exemple la dette de La Bruyère envers les « théophrastiens » anglais . s'inclinant de choses. et le livre à son temps.chard. exécuter un dessein : celui d'exalter la monarchie et la religion. 114). il conviendrait d'analyser ce que révèle cet échec. Le Systemzwang est à notre avis une explication oiseuse. dont La Bruyère souffre le premier : peut-on être à la fois bourgeois et chrétien ? Eri tant que bourgeois cartésien. de la fortune et défendue par acquise par le travail une vie réglée : issue de la révolution elle est l'expression d'une mercantile. Le langage est un outil de notre cerveau pour avec d'autres cerveaux. et balance entre des aspirations généreuses un pessimisme désenchanté de la nature e. né de l'insécurité militaire et financière. S'il reste sous .f? humaine. communiquer C'est pourquoi nous entrevoyons bien des progrès possibles. on se contente d'une métaou d'images empruntées phore juridique. ce n'est pas la résoudre que de voir seulement dans les Caractères le journal d'un moraliste en exploratioa à travers son temps.LES LIVRES 143 le couvert de l'Eglise. Ri. au vocabulaire du bâtiment. échec. ' . Utilisant en effet la déjà vieille et toujours solide thèse de Lange. des principales données historiques qui. a. Enfin. avec « son sens de l'opportunité. Quand il s'agit du phénomène de l'analogie. La Bruyère est un bourgeois de la fin du dix-septième siècle.. celle de la mesure. la triple puissance prochaine de l'argent. dans là mesure où l'on étudiera ce langage non plus comme l'enregistrement d'un donné. •• Jean VARLOOT. que les aperçus pénétrants ne manquent pas dans l'ouvrage de P.d'un certain « obscur sentiment des systèmes » (p. son goût non avoué du risque. ce bourgeois. pour mieux en saisir la portée. pressenti. Le mérite de P. de combattre la est un Or. qui sent un peu le finalisme. « loi » fondamentale de l'évolution du langage. Trop souvent. il souligne à quel point l'auteur est lié à son livre. le premier. nous pensons qu'il faut y voir simplement un aménagement technique. Il n'a pas cherché non plus à renouveler la question. Plutôt l'auteur que de défendre par des raisons esthétiques et de fines nuances psychologiques. Richard est d'avoir évité le défaut du genre : l'anecdote romancée. Amiens. tolère.

éloigné de tout jésuitisme. scrupule on devra noter la mesure et le avec lesquels Solomon nuance ses . aujourd'hui Jacques SOLOMON. il laisse un exemple dont beaucoup de jeunes se réclament et qui restera un des plus purs. 13). qui glissera bientôt vers l'anticléricalisme. c'est pour étaler la plus candide inexpérience. celles d'un Lamennais et d'un Loys Masson. reconnaissance de la valeur de l'esprit humain. l'influence de ses idées fut si restreinte au siècle suivant. Ceux qui d'ordinaire écrivent sur ce thème sont des historiens de la littérature ou de la philosophie qui ignorent tout de l'histoire de la science . il proteste contre l'orgueil de la pensée bourgeoise. ou bien. Mais le goût des idées claires et des formules nettes. que Jacques Solomon créa clandestinement. on devait les humanistes. c'est moins le "talent qui donné sa valeur à une oeuvre dont Thistoire littéraire a beaucoup réduit l'origila haine nalité. Jean VARLOOT. pas de verbiage ni d'affectation. que l'accent personnel. Il aime le petit peuple. Paris. au quatrième anniversaire de sa mort. personnelles. par opposition aux scolastiques. t. Pour nous. J'en prends un seul exemple. alors que son talent littéraire y était loué et imité. s'ils essaient d'en parler. Ce qui frappe en second lieu. sociale. je dirais presque l'humilité l'exposé. et par là il est « révolutionnaire ». Paul Langevin. la poésie) pour la de l'esprit. en mai 1946 : Commencée sous le signe de l'intelligence. ce travail la culture scientifique de l'auteur. Trois traits me semblent dignes d'être spécialement notés. La Pensée franà la Révolution. chure de 50 pages : 40 francs. en novembre 1940. de Charlemagne à 1789 : quarante pages pleines de faits. ils enseignaient des arts (tels que l'éloquence. libre. le 23 mai 1942. ° les « esprits forts ». / L'Union a rendu française universitaire animateur de son hommage au premier L'Université journal. Elle l'a fait écrit par précéder d'un texte émouvant son beau-père. sainte colère continue à nous toucher comme nous touchent profondément. moins violemment aux « partisans ». qu'on y sent contre l'injustice Bien que cette indignation ne mène La Bruyère (et tant d'autres depuis) qu'à l'utopie d'une monarchie idéale à la Fénecette lon. ou bien ils la négligent complètement. s'expliquent par des rancunes tenaces de il ne s'en prend pas bourgeois humilié). ce Pascal. cette morale étrangère au sentiment religieux. LES LIVRES les nazis. A l'heure où tant de gens parlent d'humanisme .. des origines Avec un texte de Paul LANGEVIN.144 mis extérieur. pas de Vocabulaire compliqué. trop brève existence s'est achevée sous celui sa du courage civique. aux aux riches. Enfin. sans doute. devait devenir un des traits essentiels de la pensée française (p. Il violemcritique ment. contre c'est pas sur le terrain métaphysique qu'il se place . après que ce jeune savant d'élite eut été fusillé par L'étude de Jacques Solomon est un résumé extrêmement dense de l'histoire de la pensée française. la société de son temps. Union Une brofrançaise universitaire. en publiant un des manuscrits retrouvés dans ses papiers. comme parvenus. de noms et d'aperçus curieux. Savant de grande classe avant vingt-cinq ans. au contraire. appeler parce qu'au lieu de se livrer aux spéculations théologiques. l'accent original qu'apporte à D'abord. il est mort en héros à trente-quatre . Ici. Et c'est pourquoi. c'est la de simplicité. on a affaire à un savant qui peut dire. au nom d'un christianisme sincère. se référer à cette défion peut utilement • nition de Solomon : Dès lors (a la fin du XVe siècle) se multiplièrent ceux que. ou des banalités. Si ses critiques contre les grands sont chez lui l'expression du bourgeois (certaines de ses indéniablement attaques. Mais en même temps La Bruyère est foncièrement chrétien. S'il lutte. çaise. c'est-à-dire la culture L'humanisme. modèle bon-tyran bon-pasteur.à tort et à travers. Pas d'étalage d'érudition. sur le dévelopou l'influence pement des mathématiques autre chose que des âneries newtonienne.

nouvelle. au lieu de s'amuser à leur poser des énigmes L'émotion qui nouvelles viennent honnêteté et leur de leur et à. nous de : qui ont le respect de leurs lecteurs et s'efforcent de leur rendre aisé et agréable l'accès de leurs ouvrages. est la aussi. nazie sur un de la persécution percussions de la bourgeoisie parisienne petit garçon aisée et cultivée. avec leur redoutable mêler la tarabiscotage. Elle évoque plus poignante antide façon inoubliable la persécution sémite dans la France occupée. généassimilée au peuple rations profondément le désespoir et l'angoisse qui l'acfrançais. à Paris et dans les campagnes. Jean-Jacques Paris. vol. le port de l'étoile jaune. en général pudiquement fait par les critiques. sont analysés au suicide ici avec une lucidité et une pénétration qui culent finalement 1. 150 francs.LES LIVRES 145 et de toute que possible de toute prétention littérature. sans forcer la note. le visage de la trahison. d'origine est depuis de nombreuses israéKte. La d'une humanité discrète MAUBLANC. Bernard. on vient de Quand d'essayer lire quelques romans à la mode. Un Michel. de chaque et nouvelle. une famille juive de Paris. Voir mon compte rendu dans le n° 3 La Pensée (avril-mai-juin 1945). Albin BERNARD : Le Pain 1947. et des lieux. avec une franchise de trois . 127-128. Bernard comme L'Evasion de G. on pourrait même dire. personnelles et l'importance donne à ce courant qu'il essentiel de la pensée française. et je souhaite que La Pensée puisse un jour à fond. Ce texte peut être opposé avec quelque de apparence accusent à ceux raison. son élan sentimental vers une religion naturelle devaient exercer une influence prépondérante sur les futurs révolutionnaires. BerLe Camp de Ayant écrit dans Le Camp de la mort lente ses souvenirs de captivité. Un village de France. le visage de la dans L'Intouchable. trois récits. Tel est le lien entre ces évocations où la détresse enfantine prend des visages si différents : dans Le Pain rouge. Cognot. trois figures d'enfants. le rôle qui. consciente ou inconsciente et leur incessant brassage des personnages. formules temps qui reproduisent le dernier et le plus exécrable snobisme du cinéma et du roman américains. au récit des faits prétention le déroulement leur de de des Il est visible que ses préférences Vont à la pensée matérialiste. la plus développée . des écrivains avec avec Les idées de Rousseau. dépouillés qui a Les résuscité" de très vives polémiques. se croira obligé Et il a raison d'écrire : Jean-Jacques. La prière d'insérer s'exprime rouge. 10 dans déjà expliqué lente 1. qui ou truquera la pensée de Destronquera cartes pour en faire. Le Pain rouge de J. pour grandir Diderot de salir et L'Encyclopédie. trouve ce problème juif sur lequel nard la s'est mort la terreur On y reJ. René je pourrais faire serait que le lecteur un peu surpris du contraste entre les conclusions brutales et presque violentes. in-16 ainsi : seconde. qui est jugements.-J. conséquent . le visage du sacrifice. dont la famille.-J. trois nouvelles. contre toute vérité un matérialiste historique. persécution . intérêts de son étude. laissé dans l'ombre un des principaux Mais il se garde des comme des injus- brutales simplifications tices. c'est peut-être et la plus riche. l'auteur de Martine nous offre aujourd'hui trois visions du temps de l'occupation. de diminuer parfois Rousseau au XVIIIe Jean-Jacques siècle de près. "de 232 pages. leur jouer des tours. sur le déroulement dé la Révolution française elle-même (p. 45). les rafles de Juifs.-J. ce n'est pas lui non plus qui. ou mieux trois figures. « trois enfants dans la fournaise ». L'Intouchable. la Bretagne résistante : tels sont les trois décors aux couleurs contrastées qui forment les volets de ce triptyque. et sont autant de défis à la clarté et au bon pensée sens. se dégage de ces trois d'évocation puissance authenticité et de la totale La seule réserve que est de l'auteur. p. il est bien apaisant de retrouver. Ce n'est pas lui. ' Ce sont récits donc très longues aussi simples. mélodramatiques la nature même du talent en'demi-teintes de J. et nuancée. le traiter le problème mérite d'être étudié . dans Monique. par exemple.

au pis geoises aisées. mort et fusillés sont dix-neuf communistes (p. la bourgeoisie complètement pourrie 1 » Je dus lui qu'il exagérait. elle fut relâchée quelques jours après. hommes et non-communistes. de son vrai nom Huguette Prunier. fut trop souelles.. Il n'y a point ici de thèse. Gaulle voulait s'appuyer sur le peuple. un témoignage qui restera. entré communistes passa en jugement. La plupart de ces femmes sont des bourprécautions les plus élémentaires (et qui ne risquaient d'ailleurs eux-mêmes. à l'égard de leurs compatriotes israélites. La seule fois que j'eus l'occasion M. ' et un sans plaire patriotisme défaillance. au mois de novembre 1943. 120 francs. On voudrait solidarité de la prison. non retrouvaient à Fresnes. elle faisait partie d'une chaîne qui aidait et hébergeait des chanté pour eux La Marseillaise et L'Interêtre sûr que la aviateurs alliés. Un ports d'amitié avec Juliette et n'a oublié vol. n'est-ce pas. Enfermée à Fresnes.146 font de ces pages. et femmes. elles parviennent à échapper au déVent inutilement sespoir. de bonté. que le sort privilégié des prisonniers de guerre). à lire ces pages elle. d'autre part. Grâce à la volonté tenace et à l'ingéniosité inventive des meilleures d'entre que cette forme de la Résistance. uniquement 1. avaient risqué héroïplus que de grandiloquence : un récit déquement leur liberté et même leur vie (car certains ne sont pas revenus de déportation) taillé. Aucune preuve n'ayant été retenue contre . Flammarion. de que le général démagogie face à l'envahisseur nazi 1. les seuls détenus qui. Voire d'héroïsme. J'espère qu'aucune des coà Noémi HANY-LEFEBVRE : Six mois détenues de Fresnes n'a oublié ses rapFresnes. en même temps qu'une oeuvré d'art. tate qu'à côté de tant de lâchetés. compagne de Robert Blache. Paris. et les sentiments des Juifs français envers les Juifs étrangers . 250).. au ministère nées terribles. 111) : il s'agit de Juliette. camarades à Paris le 19 juin 1943 . elle nationale. elles appartiennent parfois au « grand monde » aller. qui n'était point la plus efficace. une petite partie de la bourgeoisie française sut. et aussi de lâcheté déguisée en prudence. Gaston Palewsky depuis la Libération de voir « car. y aient été condamnés à René MAUBLANC. 1946. frémissantes. montrer un courage exemil crut bon de me dire. vilités et de trahisons. Bernard y a noté avec une extrême délicatesse les multiples réactions des autres Français. Ce récit sans littérature était menée. elle a avec toutes ses. de" serRené MAUBLANC." un peu grossière. 156-160). et une analyse sincère de l'état pour cacher et rapatrier des aviateurs alliés. il a dosé fort justement ce qu'il y eut alors chez beaucoup de dévouement. souvent cultivées . J. Je ne puis. par l'inet avec le dehors. dont beaucoup ne prenaient même pas les d'esprit de certaines détenues.. à Paris et à la campagne. à la prison même. à établir une solidarité conscience de ceux en faveur de qui elle dans la résistance. avec reste aujourd'hui trente accusés de la même affaire. De plus. On peut bien dire à présent parisien. aussi vivante qu'en 1943. ne pas me rappeler les hisElle raconte sa détention. LES LIVRES Il est à remarquer que la seule femme communiste dont il soit question dans ce livre est aussi la seule que les nazis aient brutalisée et martyrisée dans leurs interrogatoires (p. à organiser des liaisons entre elles dangereuse.-J. qui devait être fusillée à Fresnes le 5 août 1944 (p. non plus que. pendant les anen septembre de la Guerre. est française faire observer (c'était . dont l'authenticité paraît inattaquable. rédacteur à h'Humanité. pendant le séjour de l'auteur dans la prison. in-16 de 252 pages. qui se mier ordre. avec une minutoires lamentables de folles imprudences tie et aussi une sincérité et une lucidité qui furent si nombreuses pendant l'occuqui font de son livre un document de prepation : ces hommes et ces femmes. rue 1944. et qu'elle a gaspillé trop de est profondément émouvant : on y consvies précieuses. par une Saint-Dominique). lorsque les dix-neuf sortirent Mme Noémi Hany-Lefebvre fut arrêtée de la salle où ils venaient d'être condamnés à mort.

la recherche et l'industrie.leur devoir national. permettront à notre pays de regagner une partie de son retard sur l'étranger. éd. on donnait encore l'impression de soutenir un paradoxe lorsqu'on prétendait que l'emploi des produits de remplacement se justifiait non seulement par des considérations de prix de revient ou au mais. buera à susciter les initiatives qui. Mais si nous admettons qu'en effet elles ont manqué d'initiative. Jacques Duclaux a écrite pour la collection Matériaux de synthèse. contrien même temps qu'il l'éclairera. pages. d'esters la fabrication aux Etats-Unis de la cellulose.NOTES Matériaux BIBLIOGRAPHIQUES plastiques. par 420 francs. — bakélites. La France n'occupe dans ce développement qu'une place bien modeste..000 tonnes en 1940. puisqu'il est à la veille de fermer ses laboratoires faute de crédits. Ces lignes. a dépassé organiques 50. et son effacement est généralement attribué à la timidité des "grandes sociétés industrielles. MONTHÉARD. dans l'enseignement. qui. des hommes technique. par une véritable supériorité sur les produits dits «naturels» auxquels on les substituait. 172 pages. éd.000 tonnes en 1945. — Dérivés cellulosiques. des résines et des textiles artificiels. lui. G.. de solidité. du marLe développement foudroyant ché . en apportant au public français des éléments d'information aussi étendus que possible. Paris. 1947. Il faut espérer que les industriels comprendront que leur intérêt. Il n'y a nulle part de préparatidn spéciale. 1947. par P. Il n'y a pas davantage de laboratoire officiel consacré aux matières . d'indépendance moins pour certaines applications. de Pierre publiée sous la direction PIGANIOL. 330 francs. montrent à quel point la situation est critique en France.. extraites de la préface que M. de résistance aux agents chimiques sont désormais évidents à tous les yeux. Il n'y a guère plus d'une quinzaine d'années. Une série de mises au point précises. et sans connaître aucune de leurs difficultés. économique. Phénoplastes. et celle des résines phénoliques 40. ignore simplement les hauts polymères ?. 276. et que son personnel est cinq à dix fois moins nombreux qu'à l'étranger.des matières plastiques. que dirons-nous de l'enseignement officiel. qui connaît en fait des difficultés plus grandes que les grandes sociétés industrielles. et chacun sait que les possibilités de recherche et de industrielle dans le domaine réalisation des « hauts polymères » sont un élément d'une nation essentiel de la prospérité moderne.. collection de synthèse. et quel puissant effort serait né' cessaire pour qu'elle soit rétablie. stérile et en définitive fausse de la sécurité. au milieu des charges écrasantes qui incombent aux membres d'un personnel universitaire' ou technique incroyablement anémié. Dunod. aura le moyen d'organiser enfin le haut enseignement scientifique et En attendant. actifs et de bonne volonté font de leur mieux. Il faut espérer que l'enseignement supérieur. Paris. et finalement les ingénieurs qui travaillent dans les services de recherches des usines doivent tout apprendre par euxmêmes. leurs avantages manifestes de souplesse. CHAMPETIER. Ernest KAHANE. Dunod. documentées à toutes les sources accessibles — car le secret technique règne traditionnellement dans ces domaines industriels où la mise au point de détail est un élément essentiel du succès —. exige que l'esprit de recherche et d'entreprise l'emporte sur une conception étroite. d'accord avec . Pour ne citer que deux chiffres.

ni aux accomplir. l'âme. la misère des noirs. dont neuro-végétative l'origine subjective est peut-être un garant suffisant aux yeux de. L'héroïne de ce livre. l'auteur l'érigé en quelque sorte au en principe et restreint l'intelligence des mécanismes les rôle de pourvoyeur : plus purement instinctifs Nous Tout l'être humain proprement physiologique est soumis à la domination des centres neuro-végétatif s qui. révélatrice de phénomènes biologique^ inédits. soit l'apaisement du système neuro-végétatif. .par cette union le jet de l'intuition. Marthe ARNAUD : Manière de blanc. de la part des commerçants — parfois métis — et même des missionnaires.-F. physiopathologiUn volume. est prise par l'atmo< sphère et la vie du pays. ne saurions souscrire ni à l'épigraphe de cet ouvrage.. Elle l'entraîne encore à adopter. Nous pûmes nous rendre à l'évidence que les centres neuro-végétatifs ne se trompaient jamais sur ce qui était favorable ou non à notre organisme". tirée de Georges Duhamel : « Pour un homme. l'écueil de la subjectivité. trop rare dans le domaine physiopathologique. Son attitude de renoncement à l'esprit critique l'entraîne tout naturellement à accueillir l'intuition comme une véritable révélation : Cette démarche orgueilleuse d'une intelligence à soi-même complaisante conduira inévitablement à la stérilité dans le domaine qui nous intéresse. Paris. édit. partie en Afrique du Sud pour évangéliser les noirs.. préparaient à la tentative d'une ample synthèse.noire surtout. misère physique. montre à quel point une claire formation matérialiste est nécessaire pour aborder la construction d'une oeuvre scientifique. plus l'exploitation ou moins consciemment. Nous ne pouvons que déplorer les vingt années d'observations et de réflexions aiguës que l'auteur a consacrées à un travail fondé sur des prémisses aussi hasardeuses. comme celle des « mierômes » ou celle de la « cause première » exclusivement de toute maladie. de ce fait. mais non à ceux du lecteur. Edit. Efnest KAHANE. PORTIÉ : Essai d'exploration Recherches maine. En un mot. se borne à la recherche l'expérimentation empirique des conditions qui provoquent soit l'irritation.. ques et épistémologiques. règlent seconde par seconde le cours précis de son destin.. l'étendue et la diversité de son information.l'auteur. il n'est essentiel : celui qu'il est qu'un travail seul à pouvoir ». Libre au contraire d'imprégner le champ de l'intelligence. est une jeune missionnaire qui. il affirme la nécessité de cette condition : et du patient. et d'observation bases de raisonnement adoptées par l'auteur. Le récit met en relief. quoique avec réserve. de philosophie 406 pages. influencée par leurs sortilèges. dû à un homme que la forme de son esprit. Hier et aujourd'hui. elle les aime tels qu'ils sont. et enfin combien le combat mené par ' la Pensée est juste dans son principe. Presses universitaires de France. identité de l'enquêteur pour la réussite de l'entreprise. ses moyens et les effets que nous en attendons. infaillibilité une fois admise. Ne pouvant éviter.148 huJ. au sommet de l'édifice. $on repliement sur soi-même. l'instinct Cette NOTES BIBLIOGRAPHIQUES fécondant celle-ci va engendrer. matérielle et morale. 1947. partage leur existence. Paris. de façon frappante. avec leurs qualités et leurs défauts. Contraint par une longue maladie de se choisir lui-même pour objet d'étude. Bibliothèque contemporaine. leurs joies et leurs peines et est même séduite par leurs croyances. quel chemin reste encore à parcourir un siècle après la publication de l'immortelle Introduction à la médecine expérimentale. le pire des radiesthélangage pseudo-scientifique sistes ou des homéopathes. Elle l'entraîne également à échafauder un système étendu sur des hypothèses. et dont ils sont l'objet. présenté Sous forme de roman. Elle vit près des noirs. Leur instinct était d'une sûreté inégalable dans l'établissement d'une diététique à laquelle nous ne pouvions nous dérober.. 1947. Ce gros ouvrage.

Paris. secrète. niste Georges Politzer. nous voulons une conspiration millénaire qu'il y ait eu des. reconnaître on devra reconnaître . et surtout le paganisme allemand en puisse. ici sur la et la seule explication apporte-t-elle à une série de phénomènes contraplausible contemdictoires. Georges chologie contemporaine. en Allemagne de ces deux traditions l'Ordre païenne. sa richesse de vues. soit. : L'Allemagne à sa à la très mais sobre. avec sa passion. bien l'homme extraordinaire que nous avons question. Paul WINKLER Hachette. brotionnaire feront l'objet d'une nouvelle chure dans la même collection. de la psychologie. toutes les aussi bien MATJBLANC. la psychologie traditionnelle de la «vie comme intérieure ». c'est que les hobereaux socialeétaient. il serait utile ces textes avec des d'ailleurs de confronter comme ceux qu'il puarticles postérieurs. physioloque les essais de psychologie mécafondés sur un matérialisme gique. des treize ». sainte Vehme. Avec la verve et l'agilité d'esprit qu'on lui connaît. numéros de blia en 1939 dans les premiers et La Pensée. expliquer est une idée assez amusante. J.opposait ce qu'il insuffisant. n'a pas perdu son constate que la question ni son acuité et. Je suis convaincu nous aide à comprendre que cette réédition comment la psychologie place dans l'ensemble lumière du marxisme. on en tombera facilement et Kanapa est le premier à le d'-eccord. DRESCH. AUGER-DUVIGNAUD. Qu'il y ait ici des outrances tantôt tantôt de langage. mais aussi que le problème essentiel du fondement d'une psychologie de sa scientifique. qu'il avait fondée et qui n'eut que deux numéros. à revenir Nous aurons donc certainement qu'un je souhaite des textes de autour large des commenPolitzer. il se corrige ou se complète . 1947. et est une contribution sincère à la cridu colonialisme. Ceux-ci appellent On y retrouve taires et des discussions. plume est extrêmement attachant alerte. d'une le travail incessant pensée qui se dépassait sans cesse. D'un article à l'autre. ce qui nous paraît plus véritable. hobereaux prussiens pour la conquête du monde. teutonique). y attaquait formes connues de psychologie. déterminés à ment et économiquement. Nous ne nions pas le rôle des hobedu fasr reaux prussiens dans la formation cisme . et de sa possibilité. pour discuter en présentant ces textes. est posé ici légitimité avec une grande vigueur. mais cette idée nous semble un tant soit peu la Que les nazis continuent romanesque. ne suffit pas à établir ce que prétend prouver La survivance Winkler. «Problèmes». bien Oui. puie à répondre à conviait tous les psychologues un questionnaire ces thèmes. condamnée idéaliste.NOTES Ecrit BIBLIOGRAPHIQUES d'une le livre même 149 de pensée. tique A. Les contradictions de jouer l'histoire allemande ne s'expliquent point par le romantisme. C'est POLITZER : La Crise de la psyCollection so- Éditions la réimpression de deux importants en 1929 dans articles par Politzer publiés la Revue de psychologie concrète. des obscurités. un tel rôle. discutant du fondement. Paris. la psychologie concrète. On ne peut expliquer « histoire le nazisme par une gigantesque il y a quelque à puérilité expliquer par tout le passé teutonique. ciales. Vehme et (la sainte basées sur une morale Il y. débat s'institue connu. et qu'on un puisse établir entre les hitlériens et les anparallélisme ciens défenseurs d'une morale païenne. rééditant le quesactualité tionnaire de Politzer. appelle qu'il apIl sur le matérialisme dialectique. invite à son tour les sur le à une large discussion psychologues de posé du fondement problème toujours Les résultats de ce queslà psychologie. que quelque nazisme le façon que ce soit. qui n'a rien d'historique. qu'elles eu un rôle déterminant. par lesquels l'Allemagne a souvent dérouté les peuples de poraine » ? Que ces trala « civilisation occidentale ditions aient aient mais existé. peut s'insérer de la science R. Et Hitler . Jean Kanapa.

Essais. La vie d'Edgar Margaret de l'anglais BERTraduit par Sabine NARD-DEROSNE. industrielle des du États- L'Économie GEORGE. Pierre GEORGE. Henriette Renan et la guerre PSICHARI. BÉsus. Julliard. Paris. Rpma. Éditions des Quatre-Vents. Traduit de l'anglais THIES. NOUGUIER." Albin DAPHNÉ DU MAURIER. par Henri Albin Michel. Le Vautour. ZADÔRNOV. Paris. Albin Michel. Pierre BAILLARGEON. TU leur Montréal. Éditions Variétés. et nouvelles. Livres d'en recommander reçus ne veut Nos comptes rendus et nos notes bibliographiques nullement dire Livres recommandés. Pierre du GEORGE. La Symphonie. Paris. Traduit de l'américain par Marcel DUHAMEL. Richard Les Enfants de l'oncle WRIGHT. de Virgile. Corrêa. TraKAYE-SMITH. Les pages immortelles et expliquées par Corrêa. . Paris. éditions Arc-en-Ciel. Nicolas Amour. Bertrand de Ganges. Edmond BUCHET. Traduit Henry de l'anglais par René WAUQUIER. J.LIVRES REÇUS (Du 16 août au 15 octobre 1947. Contro Roma.. Montréal. seuls le sentiment de no's collaborateurs sur la valeur des ouvrages récemment expriment publiés. Presses lection universitaires de France. littéraire. Paris. Tom. Paris. Sheila Rose Deeprose. duit de l'anglais M. du Pavois. Paris. Le grand-père du russe par Stefan Traduit CHRIPOUNOFF. Même Pierre Unis. degli Speculatori. GREEN. Histoire « Que sais-je ? ». Collection « Que sais-je ? ». Paris. Flammarion. IV. Nagel. Romans. VILLARET. Traduit FEDOROV. Géographie agricole monde. Géographie collection. Eugène du russe par Stefan CHRIPOUNOFF. diras.) consiCertains lecteurs se sont étonnés de voir figurer sous ce titre des ouvrages qu'ils Nous tenons à préciser que ces listes constidèrent comme médiocres ou même dangereux. Paris. Orage sur Londres. de I8JO-JI et la Commune. Maurice la guerre DOMMANGET. Wallace. Commerce. Henri CHABROL. Les Demidov. Chrïstiane Pion. d'un solitaire. par Pion. Paris. Claude SEIGNOLLE. Paris. Confessions. tuent seulement un accusé de réception à l'usage des auteurs et des éditeurs qui ont fait l'intention ni à La Pensée un service de presse. Les Vies secrètes.-J. choisies Jean GIONO. Les Les ROUSSEAU. Le Général du Roi. Julliard. Un homme pour rien. Mauro SCOCCIMARRO. LANE. Paris. Géographie. ColVILAR. Jules ROMAINS. Presses universitaires de France.. lection Éditions nationales. tions Arc-en-Ciel. L'Imposta naria patrimoniale. Histoire. Michel: Paris. ni même de les signaler à l'attention. Histoire DELMAS. Paris. Paris. T. monde. Marie la louve. Paris. DomatMontchrestien. Poésie. Paris. il governo straordi-. Nagel. Dans ce monde de loups. de yo. Paris. éditions Variétés. édi-: Paris. politiques. Mauro SCOCCIMARRO. et qu'en les inscrivant ici nous n'avons la lecture. Contes Bernard Paris. Blanqui. ColRêveries promeneur « Les Classiques verts ». Même collection. Pierre de l'Espagne. Essais Les Iles de la nuit. éditions Henry JACOMY.

Utrecht. Réponse à Staline. Coopération. des mineurs en Assurances-pension Orbis. Éditions Paris. tion «Présences». Souvenirs duit de l'anglais AUDOUINpar Gilberte DUBREUIL. IÇ3Ç-IÇ45. KEIM. de la notion Jean PELSENEER. Buenos-Ayres. (texte loi). mo. Collectieve EYSINK. minis- de la dissertaRené DURET. H. Paris. I. sa vie. De Gaulle et les siens. Prof. Philosophie sciedtifique. Calmann-Lévy. Paris. sophie. A la lumière du matérialisme I. H. Sciences sociales. De beiekenis van de anthrophcenomenologische of existentiele Utrecht. philosophie scientifique. tère de l'Éducation nationale.. Techniques industrielles. Las Editorial Buenos-Ayres. LESNIK. marion. Traduit CARY. tique. J. Vigil Constancio Emile SCHAUB-KOCH. Giacinto CARDONA. formelle. Report. en les Luciano Allende LOS Elementos. L'Éducation Jacques MARITAIN.LIVRES REÇUS La BERLINGUER. per la democrazia. Pots de fleurs dans la éditions Arc-en-Ciel. Paris. Pion. Jean A. in voorstellingen het denken der Natuurvolken. témoignages. Blomberg. Reproduction sexuelle et histoire naturelle du sexe. One world or none. aux divers Paris. . La Les Tchécoslovaquie. Roger VERCEL. Prague. WAGNER et Page COOPER. Constancio C. de presse et de publicité. Edited MASby Dexter TERS and Katharine WAY. 'Prague. S. 151 Marisa Enrico Musu. Un Nouvel Art: sonore. Raisons d'être. El Ateneo. de les Epistemologiay. ediciones de la y su obra. R. Paris. Orbis. Éditions Paris. LEZAMA. Paris-La Havane. Je reviens de Russie. logique dialectique. Francisque Collection BORNET. VIGIL. S. Trois pièce d'eau. Louis BOUNOURE. Henri SEROUYA'. Éditions Sibeney. ».. trielle des transformateurs. Michel. Albin Michel. Paris. HériFriedling de Bayreuth. de France. lisme et la chez Sofia. et divers Professeur LAIGNEL-LAVASTINE et la Vie. sociales. Milano. Librairie des chemins. « Choses vues ». Pédagogie.-B. pologie in de psychiatrie. Divers. Pion. U. Office international de librairie. 1946-1947. indusAlbin Les Libertés en S. Paris. André WURMSER. L'Évolution de phénomène des primitifs à physique Bohr et Louis de Broglie. Sciences physico-chimiques. Jusqu'à l'incendie du Reichstag à la crise FritschParis. Buenos-Ayres. Tchécoslovaquie. L'Inscindibilità di teoresi e di prassi dall' riconfermata existenzialistica del marxisinterpretazione Castellani. Pologne. Sciences biologiques. C. Paris. VAN DEN BERG. Tratage de feu. Documents et et pertes Compte rendu des dommages causés par la guerre durant Pologne années Varsovie. Albin Michel. Spinoza. Philosophie. International les Territoires récupérés. La Méthode tion au et baccalauréat philosophique examens et concours. Metodologia Ciencias. De GiSEVius. Poznan. Pratique Paris. Le Plan économique biennal tchécoslovaque de la Orbis. Bordas. Prague. sa philo- Maurice La DENIS-PAPIN. Pétère Le SociaTCHOLAKOFF-ZARINE. Éditions internationales Paris. Lotta délia gioventù Roma. Whiftlesey Me Graw-Hill Book Co. R. Paris. CollecLes Rythmes auteurs. Logique dialectique. politiques du russe par Ed. Pion. Bruxelles. La Réforme de l'enseignement. la lie. Sciences psychologiques. Bibliothèque de FlamParis. Washington. Atlantida. Bank and for Reconstruction Second Annual Development. le Cinéma Victor Marxisme et DialecKRONSTADT. . « Andhra Research University à la croisée universelle Henri LEFEBVRE. Vérdades occultas. House. Esthétique. l'auteur (en langue bulgare).

Espéra. Bollettino dell' Istituto (Roma). de l'Académie des R: S. MONOD-HERP. Jacques et G. Le Message de Sri Aurobindo Ashram. prions nos lecteurs de les rétablir comme suit : lire : Aniceto. Pedagoski Przeglad Bulletin l'U. Temps Rad-(Zagreb). L'Art des contacts MARCIREAU. lire : Agostinho. Parallèle France des revues signalées précédemment. (Moscou). Filozoficzny (Warszawa-Krakow). S.-B. di studi socialisti » (Brescia). LIVRES REÇUS Épîtres (Gand). Au lieu Au lieu Au lieu Au lieu de Agostino. quelques noms portugais Nous nous en excusons et orthographiés. Tarrapal. tiers. Au lieu Au Heu Cortesâo. Jacques sociaux. lire : A Naçào. Le Moulin de Francis Éditions Paris. Paris. PoiÉditions Marcireau. L'art d'exercer le pouvoir. nouveaux (Moscou). SAINT-HILAIRE et son ZEN. Cose Belle (Bologna). Au lieu de Jaym Cortezàs lire : Jaime Cortesâo. Domingo. Texte Renoir. siècle (Ottawa). pages 35ont été mal 36).152 de la Galette. Le lingue estere Adamo (Firenze).) Lancelot (Koblenz). Au. Braun. Revues. lieu dé Sinceto. lire : Esfera. sciences de 50. Outremer. A Naçâo. Adrien-Maisonneuve. Vingtième ERRATA Dans la lettre d'Abel Salazar publiée notre dernier numéro dans (n° 14. . de Judith lire : Judith Cortezàs. JOURDAIN. (En plus Fontaine. de de de de lire : Domingos. lire : Tarrafal. allemands Témoignages (Poznan).

De l'Université aux camps de concentration La Pensée de Saint Paul Henri Serouya : La Kabbale ANGRAND (Pierre) : Les livres. XV. Lamennais : La Liberté trahie Notes bibliographiques. X. XII. Paul Winkler : L'Allemagne B. Paul Langevin et la défense des droits de l'homme BELLON (Jacques). X. Max BAREL ALEXANDROV (G. 53 XII. de la poésie Les livres.-D. à la mémoire de Paul Les savants soviétiques rendent hommage Langevin BAYET (Albert). XII. Henriette Psichari : Usines 42 Claude de Fréminville : Bunoz BÉRA (Marc-André). (J.).). X.). Nardain : Vers l'armée de la République ARCOS (René). Hampden Jackson: Jean Jaurès. Mikhaïlov : Géographie économique de l'U. Les livres. secrète. XI. Albert Soboul : L'Armée nationale sous la Révolution. XI. XI. XIV. « Crimes » et «"libertés » Le contre l'humanité démocratiques. XII. Le Romantisme anglais BERNAL (J.Les revues : Renaissances La Revue internationale Notes bibliographiques. Les livres. XIV. 11 136 138 139 146 147 143 31 128 129 132 114 154 149 ALFARIC (Prosper). XV. le second indique la page. XIII. (29 mars 1940) to^ Témoignage Fs§ Trois lettres (août-septembre 1940) Bosc (René). Edgar Allan Poe : Le Principe XI.). Les revues étrangères : Mysl Wspolczesna (Lodz) Zycie Nauki (Cracovie) ACGER-DUVIGNAUD (Jean). XIV.. Heiden Konrad : L'Homme gui défia le monde . XIII. S. X. J. XIII. N.TABLE (Numéros DES MATIÈRES 10 à 15 de la nouvelle Année 1947 série) Le premier chiffre indique le numéro de la revue. XII. S. 79 59 143 156 155 157 146 17 3 11 148 . R. Les livres. des juristes démocrates Congrès international BACH (Lydia). 79 A LA MÉMOIRE DE DEUX HÉROS : Jacques WOOG. XI. et l'Angleterre Langevin BLOCH (Jean-Richard). XII. his life and work B. Le souvenir de George Chennevière ARNAUDIÈS (J. XV.-. XII. XI. La démocratie soviétique XI.

(Jacques). XIII. Langevin » (II) Le centenaire de « Philosophie de la Misère La démocratisation de l'école allemande en zone soviétique Ce que pense un savant de la de l'alliance soviétique ' préhistoire franco-russe : Le gouvernement à composition de transition Chroniques politiques socialiste homogène Ni gaullisme avec de Gaulle. X. X. XII. Karl Marx et la pensée moderne Pier Westra Notes : Georg Buchner . ' CAHEN (Claude).. XIV. DES MATIÈRES ** BRUHAT (Jean). XI. : La situation des transports en Europe Les revues Les livres. de Jean-Richard Sur la formation Bloch dans les années d'enfance et de jeunesse Discontinuité et dépassement Notes en Egypte Publications marxistes bibliographiques. Gaudefroy-Demonbynes et la Croisade. . XIII.. . XIV. Paul Lebel : Les noms de personnes en France L'activité intellectuelle en Palestine . XV. bibliographiques. Pierre : Les Régions George polaires : Balkans Notes Bernard Newman bibliographiques. 131 139 143 146 156 153 154 155 131 139 144 137 154 154 152 119 en U. XIV. . X. . XIV. X. qui comptent Un seul problème : l'indépendance nationale Les Livres. 65 : Astronomie.. Joseph Emil : Staline Ludwig Jules Cotte : Un ingénieur Notes bibliographiques. XI. E. XIV. XIII. XIL. " CORNU (A. XI. 23 . ni gaullisme sans de Gaulle 1 Le Congrès de Strasbourg et la vie intellectuelle Du Congrès ce sont les lendemains socialiste. X.. ràdioélectriques Nouvelles du soleil de l'astronomie X. : La Revue de synthèse Les revues Les livres. russe Jean Savant : Epopée et l'Occident Alexandre Herzen : La Russie sans lumière André : Villes Armengaud XII.).. XV. Usines. XIV. XI'. Walter von Wartburg : Problèmes et méthodes de la linguistique. Leibovici et Gilbert : Les Thyroïdectomisés.. XIV. l'empirisme XIII. XIII. XI. XI. XI. de l'unité : La Formation Calmette espagnole Joseph '.. S. XIII. XII. XI. Perroy : La Guerre de Cent ans de la société française : Lés Origines A. R... aux obsèques Discours de Paul . métallurgie XIII. XII.154 TABLE . R. Chroniques scientifiques soviétique Astronomie. Thalamas musulmanes : Les Institutions M... . 19 81 155 155 156 156 23 155 . d'Arc Edith Thomas : Jeanne CANALE (Jean). Ëlie : Manuel des études vivaroises. : Pierre l'Ermite Notes Y. géomètre Mathématiques. XIV. X. Émissions CHAPELON Monge. XIII. XV. : Politique Les revues : Rénovation Les revues étrangères (Bruxelles) à Moscou E. Le Febvre bibliographiques.. Chronique scientifique borélien CHALONGE (Daniel). XIII. 153 153 ~ 7 43 43 44 J&l 112 75' 106 104 130 82 84 37 136 133 152 et Jacobin CLOZIER (René)... XIV. S. Polémiques : Marxisme authentique : et marxisme La fin abâtardi de ? CASANOVA (Gaston). XIV. XI. XIV. Davies : Mission Les livres. Reynier et voies ferrées de là région privadoise L'année 1947 ferroviaire COGNIOT (Georges).. Dreyfus COHEN (Marcel).

L'oeuvre scientifique . XIII. XV. XIII. 127 . Marthe Arnaud 62 148 121 121 129 119 63 13 157 145 35 98 147 155 152 DRESCH (Jean). XV.). Humanisme et matérialisme la pensée : La DREISER (Théodore). XII. XIV. José Carrera Andrade : Poesias Escogidas. XIV. X. XI. japonais. XIII.). XV. Le colonialisme et la DENIS (Henri). XIII.TABLE DES MATIÈRES François Barret de : L'Évolution Paul Langevin à l'École normale de Sèvres. XII. 155 145 21 41 55 85 65 33 49 CORONAT (F. FERRUCCI (A. • : Le Journal des poètes (Bruxelles) . du capitalisme XI. cinématographique Chronique autres brûler : Faut-il Polémiques « Carrefour » dangereux Ici Rome Justice et vérité chez les ? Pour Sartre qui écrit Les revues : Études Esprit GAUCHERON (Jacques). et réanimation de de concentration Madagascar de Karl logique Marx de ma vie. XII. à travers La vie de l'esprit le monde lettre de Théodore Dreiser DRESCH (A. Paul Langevin maître de conférences CREUSSOL (R.). André Sève GAILLARD Crise : Ortho . Jorge de l'Europe Emmanuel Berl : Histoire : Films-de ? festival. Langevin FERRER (J. (Jeanne). : Manière soviétique (Paris-Montréal) de Genève de blanc XV. XIII.). Dreyfus Jacques Kayser La Fosse aux Icaza : Notes bibliographiques. XI. XII. XIII... ": Candide Indiens GAILLARD (Pol). de l'histoire propos LORME (Jean). XII. XIII. Chronique A médicale : Mort des grande apparente camps île dans (Pierre). X. XI.. XII. Les revues : Europe Revues de province L'Arche Les revues étrangères Labyrinthe (Genève) et quelques XIV.)\ Les livres. Notes bibliographiques. Une XIII. 128 . DÀix DE (Docteur)... de l'économie Les revues : Les Cahiers France-Asie (Saigon) Les revues étrangères : Le Monde français DUCOMMUN (Maurice). XIII. XI. XI. XIV. XIII. XII. Les livres. Documents : Les rencontres DUPUY (Paul). XIII. La fixation et le contrôle des prix D. XI. Notes bibliographiques. en Grande-Bretagne sous le second : La vie ouvrière Empire Polémiques : L'Affaire Les livres. 87 117 118 123 101 110 114 110 137 117 120 127 128 Bons Pères . XIII. XI.COTTON (M™e Eugénie). XIII. COTTON (Aimé). Souvenirs EINSTEIN Paul sur Paul Langevin internationales (Albert).

" sur une composition : Réflexions Chronique pédagogique HALDANE (J. 130 157 158 158 153 152 147 148 150 145 147 143 66 62 106 117 130 122 123 124 78 73 5 11 15 5 57 11 65 91 154 156 148 130 131 125 138 143 135 de sciences. : Georges Politzer et la calomnie Polémiques Les revues : Les Temps modernes Les revues : Deux revues américaines. XIII.. Bechhofer Paul : Crimes à Montmartre Darcy dans le plan Monnet Sur un oubli Fred Vlès : Introduction à la photochimie Matériaux de synthèse . XII... La logique de ma vie. X. XV. XV. XIII. étrangères philosophiques and Phenomenological Research Philosophy (New-York) and Society Science (New-York) Mainslream (New-York).. XII. : Les transformations récentes Chronique scientifique dustrie de l'acide sulfurique-. Léon Moussinac : L'Age du cinéma ingrat : L'Invention du cinéma Sadoul Georges Léon Lemonnier : Dickens XI. Grasset : Invention Roberts :. X. I. XIII. XTV. Hugues Quelques poèmes Anna : Transit Seghers GEORGE (Pierre). Portié : Essai d'exploration humaine KAHANE (Jean-Pierre). d'urbanisme Le Corbusier : Propos Marcel Brion : Rembrandt KAHANE (Ernest). ! russe KANAPA (Jean). d'éducation : Cahiers Les revues laïque '. XV. C. XIII.. R. X. XIII. XIV. Hoffmann : Un siècle d'opéra Les livres. franXIV. XV. ' XIII. XII. . Une lettre de Théodore Dreiser .- 81 . XII. L. XV. XI. R. 46 (Genève) Les revues étrangères : Université Revue des questions scientifiques (Louvain) : Les Rayons Les livres. G. 111 3 31 151 150 146 Panassié : Douze années de jazz (1927-1938). X. XTI. E. Pourquoi je suis matérialiste Le mécanisme de l'évolution IOFFÉ (A..M. „ JOLIOT-CURIE (Frédéric). Chroniques artistiques Jean Lebrelon : La Cité naturelle Les livres. XIII. S. XII. . „ dans l'inXI. XIII. XV. A. XI..). S HADÀMARD (Jacques).. Discours aux obsèques de Paul Langevin rationaliste JOURDAIN (Francis). Leprince-Ringuct Maurice Daumas : L'Acie_ chimique à Auschwiiz Wellers : De Drancy Georges Albert Demolon : L'Évolution scientifique çaise Notes bibliographiques. Chronique philosophique à travers La vie de l'esprit le monde. P. S. Les livres. B.).. XI. XIII. : Henri Lefebvre ou la philosophie vivante. XI. XII. Le trentième anniversaire de l'U. XII. XIV.. Langevin .-F. en X. X. X. le monde : l'Enseignement La vie de l'esprit à travers civique Tchécoslovaquie GRENIER (Fernand).. A la mémoire d'un maître et Paul ami. Confession Paul le militant Langevin : Réflexions d'un vieil artiste. J. de France Paul au Collège Langevin HALBWACHS (Francis).156 TABLE DES MATIÈRES XI. XI. XII. X.. 88 . R. cosmiques et l'agriculture de l'amour E • biologique ~.' XI. X. XV.

la paix livres à ne pas lire Quelques : Une philosophie de l'expérience. (P. . et techniciens Renelle. d'un théâtrales : Bilan hiver Chroniques commence Une saison est finie. Friedmann : Leibniz de pédagogie : traité René Hubert générale Le Notes révolutionnaire gouvernement bibliographiques. étrangères de Paul : Valosàg (Budapest) . (Mons) LAZAR (André). X. mathéX. jusqu'à XI. Les livres. du calcul XI. infinitésimal Gustave-L. XIV. Poésie. XV. -/Principes X. Les Radars (II) LANGEVIN (Paul) La Science et la Paix mécaniste et Matérialisme Matérialisme dialectique des de Paul Bibliographie publications Langevin LARNAC (Jean).-S. Les revues: Les Cahiers de la Pléiade. XII.. René Zazzo et Spinoza G. Daval et G. 105 .. Les Cahiers du Sud. XII.). XII. Chroniques La littérature de la société. LE ROLLAND L'unité (Paul). XV. 57 125 127 128 97 81 131 158 34 149 80 125 133 LENTIN (André). XIV. Paul Langevin (La Havane-Cuba) .. : L'humanisme Polémiques Les livres. XIT. Les revues : Demain • ••• . XIII. L'autre : The modem Jean-Marie -... XV. XIII. d'union XIII. XII. R. de Paul : (Londres). littéraires : la Bataille des idées dans les livres. 1944) XII. XIII. Docteur Jean LANGEVIN (André). X. XV.-H. XIV. revues retour . Troyat : Pouchkine LONGPRÉ (Docteur Tombeau de JDaniol). eX-LAFFONT. MAGALHÂES-VILHENA. XIV.. de la pensée Henri 124 . : Tarsadalmi Szemle (Budapest) Les revues étrangères LECLERC (Guy). Mercier : La Vie dans l'univers à l'ombre de la Bordet : Infection «Croix» et immunité LAFITTE (Docteur Victor). LIPSKI (V. Les revues : les revues italiennes étrangères Les livres. Fournier. XI. XIV. XI. XII. XV. et de la vie Langevin XII. LAVALLÉE (Léon). : Dialectica Les revues étrangères Minerva (Buenos-Ayres) X. XII. ingénieurs Michel Ponirémoli de l'Institut de l'économie : Cahiers d'études brésilienne. XV. Quarterly Lange . (Bêla). XI. Trois : Victor R. XI. Les revues étrangères Notes bibliographiques. XIV.. expression 85 . spinozistes. XIV. X. Les revues étrangères.TABLE DES MATIÈRES X. XIII. XII. d'action nationales. 88. Le Langevin en France (septembre LABÉRENNE (Paul). 99. sociale : Le Problème Chronique démographique.. et XI. André Darbon Études KÔPECZI Les L.-T. Guilbaud : Le Raisonnement matique de l'atome Lemaître : L'hypothèse Georges primitif Notes René Guenon : Les Principes bibliographiques. 157 151 140 142 155 157 156 129 77 101 127 132 133 156 151 103 136 21 3 3 8 82 95 85 127 : Le Devenir de l'intelligence Les livres.-de).

XV. de A. XIII. XI. Renaud : L'Avenir de Jouvenel : Jacques Politis : L'AlleVingt années ^erreurs politiques.... I x : Suite française. Herzen L'importance historique MOLINIER (Jean-Pierre). à travers La vie de l'esprit en U. XII. Fernand Auberjonois : Le Bon lait d'Amérique George Magnane .). : des «Lettres Claude Morgan Chroniques françaises» MORT DU PROFESSEUR ABEL SALAZAR (LA) MOUGIN (Henri). Les revues étrangères : Giornale di metafisica (Pavie) ' MAUBLANC (René).. XI. : La Crise de la psychologie contemporaine Georges Politzer MITINE (M.. XIII. Les livres.• et son maître Denis. XI. George Besson : Sisley. Les livres. XV. Bernard : Le Pain rouge Jean-Jacques : Six mois à Fresnes Noémi Hany-Lefebvre Notes bibliographiques. La neutralité irlandaise (1939-1945) XIII. XIV. R. XIV. Henry Morgenthau a-t-elle magne est notre problème . X. S.. XII. 110 . X. XIII. Courte histoire NEEFS (Yvette). je vis. XIII. XII.. des origines à la Révolution. Georges Noël : Durer Francis Jourdain : Luc et quelques autres Léon Carias : Les Carnets intimes d'Anatole France : L'Évasion Georges Cogniot de Marivaux Théâtre complet Léon Moussinac : Les statues de sel '.-:. La conjuration Chamine d'Alger : Un Anglais dans le maquis George Millar de l'Europe . ' Bloch : Moscou-Paris Jean-Richard ... Marie-Louise Villiers : Moi. XII. Les livres.. XV. . Georges Soria : L'Allemagne ' : Sur les routes de l'Europe. XIV.. : A propos de quatre essais de psychaChronique philosophique nalyse et quotient d'âge.. XV. XII. XIII. XIV.. 1945-1946 . XIII. allemande contre la Pologne.' XIV. 69 149 140 129 75 51 92 99 109 124 115 150 152 150 150 147 148 149 144 145 146 156 149 71 51 113 140 144 131 137 139 142 MOLINIER (Sylvain). S. littéraire : Romans policiers et romans populaires Chronique du : Quelques sur les rapports artistique remarques Chronique peintre et de son milieu : Une protestation de M&e Leone Bourdel.. X. X.. Polémiques Défense de la ponctuation un peu Pour s'amuser . XIV. XIV. Léon Noël : L'Agression : La leçon des grèves américaines. XV.. Ilya Ehrenbourg Notes bibliographiques. S XI.158 TABLE DES MATIÈRES MALRIEU (Philippe). 134 153 154 154 153 153 154 154 155 65 32 140 Marcel NICOLLE (Jacques). A. XIII. R. L'attitude rationaliste et la Résistance L'Université française . XIV. : Une histoire trotskiste de la Révolution Polémiques française... XIII. S Jean Bruhat : Présentation Pertinax : Les Fossoyeurs. René Zazzo : Intelligence Emmanuel Mounier : Traité du caractère ' MARTIN (Charles). S. XIII. XI... XIV. Diderot : Jacques le Fataliste Jacques Solomon : La pensée française. perdu la guerre ? . de l'existentialisme Prenant : Darwin le monde : Les Vacances des savants (III) XIV. XV.. André Ribard de France :. t. Histoire de la Commune : Histoire Lissagaray de Napoléon Léon Chardigny : Les Maréchaux : Découverte des sources Bertrand Flornoy : Mon village U. XIV..-I. Roger Picard ' de l'U. Les livres. XIII. XIII. XIV. X.

Les revues étrangères PARREAUX La Vie : L'Univers concentrationnaire Francis : Confucius Bar : Les X. X. XIII. SÉCLET-RlOU (M»e F. X. XIV. Leroy bibliographiques. SALAZAR Une (Abel). (M. : Géographie Pierre George économique du monde sociale / Géographie en : Révolution Chevalier. XI.TABLE DES MATIÈRES 159 NORDMANN (Marie-Elisa). B. XV. J. (novembre SÂMARSKI (Nicolas). Wolff Les livres. XV. : Astrophysique* Chronique scientifique théories cosmogoniques Paul Couderc : Les Étapes Les livres. XV. XIII. de Pasteur Actualité sur l'évolution remarques Quelques THIÉDOT (Maurice). X. PARAIN (Charles). 45 116 SIMÂNE (Cestmir).. S. XIII.). 153 Deromieu : L'Inquisition. XIII. monde . XII. Leprince-Ringuet Les livres.* de comd'un de recherches une monographie pour plan Esquisse rurale munauté Forêt et habitat nouvelle : Démocratie Les revues et économique de André Fichelle : Géographie Les livres. - de l'astronomie XII. 138 134 (André). : Trente Documents ans de livre soviétique Récents progrès dans les SCHATZMAN (E. XI. X. Etienne : Les Changements de sexe Notes A. S. 91 135 Paul Langevin éducateur conditions actuelles de la vie en Tchécoslovaquie. XIV. Alexis Rygalofï : Bolchevik (Moscou) XIV. l'U. de l'esprit à travers le monde : Note sur la réforme de l'enen Grande-Bretagne seignement La crise de l'enseignement aux États-Unis Les revues : Science and Society étrangères (New-York) Socialisme . et sociale de la France. coloniaux Justin : Le sang dans la vie de l'organisme Jolly RIVIÈRE (Robert). literario : Mundo Les revues (Lisbonne) étrangères XIII. X. agriculture Auguste Dumont : Le Problème René français agricole TEISSIER (Georges). XI.). XIV. L. Chevalier et J. Les revues : Cahiers franco-polonais i . nouvelle La Pologne (II). XIV. XI. Haldane Le professeur Abel Salazar A propos d'un sur l'évolution Colloque REY (Pierre). S. XIV. 116 107 123 135 144 3 32 21 130 152 151 77 137 35 113 PRENANT (Marcel). XIV. XV. XV. XV. XIV. physique R. Les livres. (Genève) Les livres. David Rousset Lç£ livres. 34 58 107 133 133 132 132 18 18 69 136 137 131 . lettre du professeur ' Abel : Les Rayons Salazar cosmiques 1946) ' : Les Fruits XIII. : Trois de la vie rurale Chronique paysanne problèmes ROCHETTE (Madeleine).OBOUL (Albert). XI. XII. : Les Documents S. Georges Rouies de l'autre PARMELIN (Hélène). Henri Guillemin : Histoire des catholiques au français XIX* siècle (1815-1905) X.). d'aujourd'hui Pologne V.

Robert une Église Masson : Pour Loys d'une le français Marcel Cohen : Histoire langue. XV. XII. XIII.. Ophrys de Paris Fièvres . L. XIII.' Fontaine. XV. XII. XI. XIV. XIII. (LA) ? X.- WALLON (Henri). (S.156 68 3 122 29 17 25 VARLOOT (Jean).. XIV. Le Gérant : Louis PROUVQST. XI.).. XIII.. et ses caractères Pierre Richard : La Bruyère Peillard Notés bibliographiques. . X. XIV. La vie de l'esprit à travers le monde : En Grèce Les revues : L'Armée française La Presse française. XIV.. Qu'est-ce que WILLA'RD (Marcel). O. 122 . XIII. XV. XI.'. 1947.. Corbeil Dépôt légal : 4e trimestre — C. (S. Jean-Richard filmologie Bloch XIV. 6478-12-47. Léonce : Le Capitaine : Inconstances Marianne Pierson-Piérard . science soviétique DE NOS LECTEURS la 118 .' de Troie Marcel Schneider : Les Trésors "VASSART Paul VAVILOV La Voix (Robert^. XI. En France ... XV. 31-1631. ' Cornil Bart. . WURMSER (André).-et-O.).160 TABLE DES MATIÈRES 117 134 134 120 123 124 125 126 127 149 141 142 143 156 157 ... Langevin à Troyes (1941-1944) . N° d'éditeur f 4. Cahiers Caliban renaître Les revues : Pour étrangères (Liège) Les Cahiers du Nord (Charleroi) Aron : Retour à l'Éternel Les livres. . — Imprimerie CRËTÉ. Notre liberté. XI. XV.

.

Les revues: Politique XII.B. Notes bibliographiques. Notes bibliographiques.). Les revues: La situation des transports en Europe XI. COGNIOT (Georges). COGNIOT (Georges). Le Romantisme anglais XII. Les rencontres internationales de Genève.L'année ferroviaire 1947 XIII.Paul Lebel: Les noms de personnes en France XIV.Walter von Wartburg: Problèmes et méthodes de la linguistique XIV. BOSC (René). Claude CAHEN. (J. CAHEN (Claude). L'autre commence. R. CHAPELON (Jacques).S.). Joseph E. Les revues: Renaissances XI.. CAHEN (Claude). ANGRAND (Pierre): Les livres. AUGER-DUVIGNAUD (Jean). Publications marxistes en Egypte XI. CAHEN (Claude). CAHEN (Claude).). Albert Soboul: L'Armée nationale sous la Révolution X.M. COHEN (Marcel). "Crimes contre l'humanité" et "libertés démocratiques. Chroniques scientifiques: Astronomie. COHEN (Marcel). Les livres. Les livres. Karl Marx et la pensée moderne X..Elie Reynier: Manuel des études vivaroises. COGNIOT (Georges). La fin de l'empirisme borélien XIII. Témoignage (29 mars 1940) XIV. MAUBLANC TABLE DES MATIERES DE L'ANNEE 1947 TABLE DES MATIERES (Numéros 10 à 15 de la nouvelle série) Année 1947 Le premier chiffre indique le numéro de la revue. Les livres. COGNIOT (Georges).Alexandre Herzen: La Russie et l'Occident XII. par Georges COGNIOT POLEMIQUES: Pour qui écrit Sartre? par Pol GAILLARD DOCUMENTS: I. géomètre et Jacobin XIII." Le Congrès international des juristes démocrates XI. CLOZIER (René). Les livres. A LA MEMOIRE DE DEUX HEROS: Jacques WOOG. Discours aux obsèques de Paul Langevin X. ARCOS (René).S. par Nicolas SAMARSKI II. Prosper ALFARIC. Edgar Allan Poe: Le Principe de la poésie XII. Polémiques: Marxisme authentique et marxisme abâtardi? XI. Chroniques scientifiques:Astronomie. Thalamas: Les Origines de la société française XIII. Notes bibliographiques. COHEN (Marcel). BRUHAT (Jean). Perroy: La Guerre de Cent ans X.S. Chronique scientifique: Mathématiques. CAHEN (Claude). BACH (Lydia).La Pensée de Saint Paul XV. Chroniques politiques:Ni gaullisme avec de Gaulle.). HALDANE: Le mécanisme de l'évolution Georges TEISSIER: Quelques remarques sur l'évolution Marcel PRENANT: A propos d'un Colloque sur l'évolution Henri WALLON: Qu'est-ce que la filmologie? Jeanne GAILLARD: Crise en Grande-Bretagne Georges COGNIOT: Ce que pense un savant soviétique de la préhistoire de l'alliance franco-russe René MAUBLANC: L'Université française et la Résistance CHRONIQUE PHILOSOPHIQUE: Henri Lefebvre ou la philosophie vivante. ANGRAND (Pierre): Les livres. Monge. Le Febvre: Pierre l'Ermite et la Croisade XI. Les revues étrangères:Zycie Nauki (Cracovie) X. par Maurice DUCOMMUN LA VOIX DE NOS LECTEURS LES REVUES ETRANGERES: Par Paul LABERENNE. COGNIOT (Georges).Trois lettres (août-septembre 1940) XIV. Henri Serouya: La Kabbale XV. BELLON (Jacques). par Francis JOURDAIN II.Discontinuité et dépassement XIV. Les livres. LE PROBLEME DE L'EVOLUTION J.R. BERA (Marc-André). La démocratie soviétique XI.Joseph Calmette: La Formation de l'unité espagnole XI. Les livres. BLOCH (Jean-Richard). Pier Westra: Georg Büchner XIII. Les livres. Notes bibliographiques. par Jean KANAPA CHRONIQUE PEDAGOGIQUE: Réflexions sur une composition de sciences.-D. Jules Cotte: Un ingénieur en U. BELLON (Jacques).S. CHALONGE (Daniel). BRUHAT (Jean).L'activité intellectuelle en Palestine XIV. Mikhaïlov: Géographie économique de l'U. B. BAYET (Albert). Lamennais: La Liberté trahie XI. COHEN (Marcel). DRESCH et R. Les revues: La Revue de synthèse XI. ALFARIC (Prosper). Notes bibliographiques. COGNIOT (Georges). CLOZIER (René). par Cestmir SIMANE III. Les savants soviétiques rendent hommage à la mémoire de Paul Langevin XII. le second indique la page. Chroniques politiques:Le Congrès de Strasbourg et la vie intellectuelle XIII. CORNU (A. Les livres. COHEN (Marcel). Nardain: Vers l'armée de la République XI.A. CAHEN (Claude).André Armengaud: Villes sans lumière XIV. CHALONGE (Daniel). ALFARIC (Prosper). ARNAUDIES (J. CAHEN (Claude). N. Emissions radioélectriques du soleil XIV. AUGER-DUVIGNAUD (Jean). CLOZIER (René). BLOCH (Jean-Richard). Notes bibliographiques. Notes bibliographiques.Ce que pense un savant soviétique de la préhistoire de l'alliance franco-russe XV. ce sont les lendemains qui comptent XIV.Jean Savant: Epopée russe XII. Y. Paul Langevin et la défense des droits de l'homme XII. Usines. CORNU (A. MAGALHAES-VILHENA et Hélène PARMELIN LES LIVRES: Par le Dr Victor LAFITTE..La démocratisation de l'école allemande en zone soviétique XI.). Notes bibliographiques. Notes bibliographiques. Gaudefroy-Demonbynes: Les Institutions musulmanes XV. Trente ans de livre soviétique. ni gaullisme sans de Gaulle! XII. Notes bibliographiques. André LENTIN. CANALE (Jean). CLOZIER (René). Les Livres. Les livres. Sur la formation de Jean-Richard Bloch dans les années d'enfance et de jeunesse XIV. Notes bibliographiques. COGNIOT (Georges). Réflexions d'un vieil artiste sur les rapports du peintre et de son milieu. Les revues étrangères: Mysl Wspolczesna (Lodz) XI. AUGER-DUVIGNAUD (Jean). S.Edith Thomas: Jeanne d'Arc XIV. ALEXANDROV (G. Chroniques politiques:Du Congrès socialiste. Notes bibliographiques. R.S. métallurgie et voies ferrées de la région privadoise XIII. Les conditions actuelles de la vie en Tchécoslovaquie. Bernard Newman: Balkans XIII.J. his life and work X.Paul Winkler: L'Allemagne secrète XV. Leibo vici et Gilbert Dreyfus: Les Thyroïdectomisés XIII. BRUHAT (Jean). BRUHAT (Jean). BRUHAT (Jean). Notes bibliographiques. BRUHAT (Jean). S.Henriette Psichari: Usines 42 XII.Emil Ludwig: Staline XI.Claude de Fréminville: Bu oz XIV. Les livres. Notes bibliographiques. COGNIOT (Georges). Quelques remarques sur le même sujet. ARNAUDIES (J. Chroniques politiques: Le gouvernement de transition à composition socialiste homogène X. AUGER-DUVIGNAUD (Jean). E. XI. BRUHAT (Jean).B. XI. par Robert RIVIERE CHRONIQUE THEATRALE: Une saison est finie. COGNIOT (Georges). Notes bibliographiques. Notes bibliographiques. Notes bibliographiques. Nouvelles de l'astronomie soviétique X. De l'Université aux camps de concentration XIII. BELLON (Jacques).R. par René MAUBLANC CHRONIQUE POLITIQUE: Un seul problème: l'indépendance nationale. Davies: Mission à Moscou X.). Pierre George: Les Régions polaires XIV. Notes bibliographiques.SOMMAIRE DU NUMERO 15 (NOVEMBRE-DECEMBRE 1947) Fernand GRENIER: Le trentième anniversaire de l'U. CLOZIER (René). ANGRAND (Pierre): Les livres. Konrad Heiden: L'Homme qui défia le monde XII. Hampden Jackson: Jean Jaurès.Le centenaire de "Philosophie de la Misère" (II) X. Le souvenir de George Chennevière XIII. BRUHAT (Jean). Notes bibliographiques. Jean VARLOOT et René MAUBLANC NOTES BIBLIOGRAPHIQUES: Par Ernest KAHANE. expression de la société. BELLON (Jacques). BERNAL (J. COHEN (Marcel). CASANOVA (Gaston). Les livres. Langevin et l'Angleterre XII. par Francis HALBWACHS CHRONIQUE PAYSANNE: Trois problèmes de la vie rurale. Les revues étrangères: Rénovation (Bruxelles) XII. Chroniques politiques:Un seul problème: l'indépendance nationale XV. par Guy LECLERC CHRONIQUE LITTERAIRE: La littérature. Les revues:La Revue internationale XIII. COGNIOT (Georges). Notes bibliographiques. . Max BAREL X. A.). par Jean LARNAC CHRONIQUES ARTISTIQUES: I.

JOURDAIN (Francis). Mercier: La Vie dans l'univers XIV. Notes bibliographiques. KAHANE (Ernest). GAUCHERON (Jacques). Jose Carrera Andrade: Poesias Escogidas. KANAPA (Jean). KAHANE (Jean-Pierre). Les livres. KANAPA (Jean). Docteur Jean Bordet: Infection et immunité XV. JOURDAIN (Francis).). Les livres. Chronique philosophique:La vie de l'esprit à travers le monde.Le mécanisme de l'évolution XV.Paul Langevin rationaliste XII. LANGEVIN (Paul) X. KAHANE (Ernest). GAUCHERON (Jacques). Notes bibliographiques. Jacques Kayser: L'Affaire Dreyfus XI. Notes bibliographiques.. Hugues Panassié: Douze années de jazz (1927-1938) XI. Les livres. Les livres. GAILLARD (Jeanne).Paul Langevin le militant XII. La fixation et le contrôle des prix X. André Sève: Ortho XII. Les livres. GAILLARD (Jeanne).-F. JOLIOT-CURIE (Frédéric). IOFFE (A. Une lettre de Théodore Dreiser XIII. François Barret: L'Evolution du capitalisme japonais XI. Bechhofer Roberts: M. DE LORME (Jean). Les revues: Les Temps modernes XIII. JOURDAIN (Francis). ex-LAFFONT. Notes bibliographiques. GAUCHERON (Jacques). LABERENNE (Paul). La logique de ma vie. René Guénon: Les Principes du calcul infinitésimal XI. Daval et G. Les livres. JOLIOT-CURIE (Frédéric).S.Matériaux de synthèse XV. DRESCH (A. GAILLARD (Pol). COTTON (Mme Eugénie). DENIS (Henri).S. Documents: Les rencontres internationales de Genève XV. Grasset: Invention de l'amour XI.B.I. Les livres. Les revues étrangères: Valosàg (Budapest) XIV.G. Les revues: Les Cahiers de l'économie soviétique XIII.J. LANGEVIN (Paul)Matérialisme mécaniste et Matérialisme dialectique XII.Quelques poèmes XII. Les revues étrangères: Université 46 (Genève) X.B. XV. Polémiques: Georges Politzer et la calomnie X. Les livres.Georges Wellers: De Drancy à Auschwitz XIII. Guilbaud: Le Raisonnement mathématique X. Chroniques artistiques: Réflexions d'un vieil artiste XI. KAHANE (Ernest).Maurice Daumas: L'Acte chimique XII. KAHANE (Ernest).Marcel Brion: Rembrandt XI. Les livres. HALBWACHS (Francis). KANAPA (Jean). Les livres. Les livres.S.R. DRESCH (Jean).).).). DREISER (Théodore). Les revues étrangères: Le Monde français (Paris-Montréal) XIII. GAILLARD (Pol). GAUCHERON (Jacques). KANAPA (Jean). LABERENNE (Paul). Notes bibliographiques. DUCOMMUN (Maurice). GAILLARD (Jeanne). Polémiques: La vie ouvrière sous le second Empire XIII. EINSTEIN (Albert). Polémiques:Ici Rome XII. Chronique scientifique: Les transformations récentes dans l'industrie de l'acide sulfurique XI. CREUSSOL (R. LABERENNE (Paul).Le Corbusier: Propos d'urbanisme X.E. GAILLARD (Pol). GEORGE (Pierre).-S. GAUCHERON (Jacques). KAHANE (Jean-Pierre). E. KANAPA (Jean). Confession X. Chronique sociale: Le Problème démographique XII. KAHANE (Ernest). Notes bibliographiques. Les revues: Cahiers d'éducation laïque XII.). René Zazzo: Le Devenir de l'intelligence X. Polémiques: Faut-il brûler Candide? XI. Humanisme et matérialisme dans la pensée de Karl Marx XIV. GAILLARD (Pol). Les revues: Etudes XI. Polémiques:"Carrefour" dangereux XI.G. KAHANE (Ernest). KANAPA (Jean). Chronique médicale: Mort apparente et réanimation X. COTTON (Aimé).Paul Darcy: Crimes à Montmartre XI. LABERENNE (Paul). GAILLARD (Pol).S. Polémiques:Pour qui écrit Sartre? XV. Chronique philosophique: Henri Lefebvre ou la philosophie vivante XV. Les livres.C. KANAPA (Jean). Les revues étrangères:Labyrinthe (Genève) XIII. Notes bibliographiques. XI.Sur un oubli dans le plan Monnet XII. Les livres. KAHANE (Jean-Pierre). Les livres. Les revues étrangères:Mainstream (New-York) XIII. Les livres. LAFITTE (Docteur Victor). Notes bibliographiques. KAHANE (Ernest). KAHANE (Ernest).-T. R. . Notes bibliographiques. Notes bibliographiques. Marthe Arnaud: Manière de blanc XV. Les livres. Paul Langevin au Collège de France XII. GAUCHERON (Jacques). (Docteur). Les revues étrangères: Le Journal des poètes (Bruxelles) XIII. Les revues:Esprit XI. Les livres. GRENIER (Fernand). Pourquoi je suis matérialiste XI. DAIX (Pierre). Chronique pédagogique: Réflexions sur une composition de sciences XV.Léon Moussinac: L'Age ingrat du cinéma XIII. XIII. Souvenirs sur Paul Langevin XII. Les revues:Revues de province XIII. DRESCH (Jean). DRESCH (Jean).Léon Lemonnier: Dickens XIV. GAUCHERON (Jacques). Le gouvernement révolutionnaire jusqu'à la paix XI. Les livres. KANAPA (Jean). L.A. Le trentième anniversaire de l'U.). Portié: Essai d'exploration humaine XV. Polémiques:Justice et vérité chez les Bons Pères XIII. KAHANE (Ernest). Paul Langevin maître de conférences à l'Ecole normale de Sèvres XII. Les livres. HALDANE (J.). Les revues: Europe XI. Crise en Grande-Bretagne XV.CORONAT (F. KOPECZI (Béla). Les revues étrangères: Deux revues philosophiques américaines X. KAHANE (Jean-Pierre). GAILLARD (Jeanne). LABERENNE (Paul).R. Les Radars (II) XI. JOURDAIN (Francis). LABERENNE (Paul). LANGEVIN (Paul)La Science et la Paix XII. Les livres.André Darbon: Une philosophie de l'expérience. R. A propos de l'histoire des camps de concentration XIV. FERRUCCI (A. Hoffmann: Un siècle d'opéra russe XI. HALDANE (J. KANAPA (Jean). KANAPA (Jean). La vie de l'esprit à travers le monde: l'Enseignement civique en Tchécoslovaquie X. L'oeuvre scientifique de Paul Langevin XII. LAFITTE (Docteur Victor).. Les revues:L'Arche XIII. Discours aux obsèques de Paul Langevin Paul Langevin rationaliste X. Friedmann: Leibniz et Spinoza XI. KAHANE (Ernest). JOURDAIN (Francis). Notes bibliographiques.Quelques livres à ne pas lire XII. Les revues étrangères: les revues italiennes XV. Notes bibliographiques. KANAPA (Jean). Polémiques: L'humanisme à l'ombre de la "Croix" XIII. GAILLARD (Pol).). Jorge Icaza: La Fosse aux Indiens XII. JOURDAIN (Francis). Notes bibliographiques. Les livres. La vie de l'esprit à travers le monde: La logique de ma vie. KANAPA (Jean).Georges Lemaître: L'hypothèse de l'atome primitif X.Gustave-L. Le retour de Paul Langevin en France (septembre 1944) XII. Notes bibliographiques. GAILLARD (Pol). KANAPA (Jean). HALBWACHS (Francis). (P. GAILLARD (Jeanne).Anna Seghers: Transit XIV.Revue des questions scientifiques(Louvain) XIII.René Hubert: Traité de pédagogie générale XIV. KANAPA (Jean). Notes bibliographiques.Emmanuel Berl: Histoire de l'Europe XIV. Une lettre de Théodore Dreiser XIII. Notes bibliographiques. KAHANE (Ernest).Georges Sadoul: L'Invention du cinéma XIII. Les livres. DUPUY (Paul). Jean Lebreton: La Cité naturelle X. Les revues étrangères:Philosophy and Phenomenological Research (New-York) XIII. GAUCHERON (Jacques). L. D. HADAMARD (Jacques). A la mémoire d'un maître et ami XII. Le colonialisme et la grande île de Madagascar XI. KAHANE (Ernest). P.Albert Demolon: L'Evolution scientifique et l'agriculture française XIV. GAILLARD (Pol). Leprince-Ringuet: Les Rayons cosmiques X.). Paul Langevin XII. Les revues étrangères:Science and Society (New-York) XIII. KAHANE (Ernest). LANGEVIN (André). Chronique cinématographique: Films de festival. Etudes spinozistes XIII. et quelques autres XIV. FERRER (J. Les revues:France-Asie (Saïgon) XIII. Les livres. KAHANE (Ernest).Fred Vlès: Introduction à la photochimie biologique XIV.

VARLOOT (Jean). MAUBLANC (René).Une saison est finie. Esquisse d'un plan de recherches pour une monographie de communauté rurale XIII. L'attitude rationaliste X. Marie-Louise Villiers: Moi. Les livres. PARREAUX (André). LIPSKI (V. MAUBLANC (René). THIEDOT (Maurice). Etienne Wolff: Les Changements de sexe XIII. J. Marcel Prenant: Darwin XII. MAUBLANC (René). MOLINIER (Sylvain). Les revues:Pologne d'aujourd'hui XI. B. . Notes bibliographiques. MOLINIER (Sylvain). (M. Notes bibliographiques. NORDMANN (Marie-Elisa). RIVIERE (Robert). Documents: Les conditions actuelles de la vie en Tchécoslovaquie XV. Poésie.Francis Jourdain: Luc et quelques autres XI. Les Cahiers du Sud XII. S. Chroniques littéraires:La littérature expression de la société XI.René Dumont: Le Problème agricole français XIV. Les livres.Emmanuel Mounier: Traité du caractère XIV. Polémiques:Pour s'amuser un peu XIV.Fernand Auberjonois: Mon village U. XIV. XIII. Les livres. Paul Couderc: Les Etapes de l'astronomie X. La vie de l'esprit à travers le monde: Les Vacances des savants en U. PRENANT (Marcel). MAUBLANC (René). MAUBLANC (René). MOLINIER (Sylvain). R. MAUBLANC (René). MAUBLANC (René).-I. Les livres. Les livres. Les livres. La conjuration d'Alger XIII.George Millar: Un Anglais dans le maquis XIII.Jacques Politis: L'Avenir de l'Europe. R. Notes bibliographiques. Notes bibliographiques. REY (Pierre). L'unité de la pensée et de la vie de Paul Langevin XII. LAVALLEE (Léon). SALAZAR (Abel). SAMARSKI (Nicolas). S.Pierre George: Géographie économique et sociale de la France. Polémiques: Une protestation de Mme Léone Bourdel X. L'autre commence XV. Les livres. Leroy: Les Fruits coloniaux XIII. SOBOUL (Albert). LAVALLEE (Léon). Les livres. Chronique paysanne: Trois problèmes de la vie rurale XV. Actualité de Pasteur X. PARREAUX (André). PARMELIN (Hélène). Les livres. L. MOLINIER (Sylvain).Justin Jolly: Le sang dans la vie de l'organisme XIV.). A. MAUBLANC (René). Une lettre du professeur Abel Salazar (novembre 1946) XIV. Georges Soria: L'Allemagne a-t-elle perdu la guerre?. Les livres. Les livres. LARNAC (Jean). XI.Léon Moussinac: Les statues de sel XIV. Polémiques:Défense de la ponctuation XII. Les livres.). Les livres. MOLINIER (Sylvain).Georges Cogniot: L'Evasion XIII. MITINE (M. LENTIN (André). TEISSIER (Georges). Chronique littéraire: Romans policiers et romans populaires XIII. George Besson: Sisley. Les revues étrangères:Minerva (Buenos-Ayres) XV. SCHATZMAN (E.Jean Bruhat: Présentation de l'U. PARAIN (Charles). SOBOUL (Albert). MAUBLANC (René).Jean-Richard Bloch: Moscou-Paris XIV.Quelques remarques sur l'évolution XV. MAUBLANC (René). Les livres. MOLINIER (Sylvain). MOLINIER (Sylvain). Les livres. Georges Deromieu: L'Inquisition. Les livres. Alexis Rygaloff: Confucius XIV. PRENANT (Marcel).Georges Politzer: La Crise de la psychologie contemporaine XV.). MALRIEU (Philippe). Georges Noël: Dürer XI. MAUBLANC (René). Paul Langevin éducateur XII. Chronique scientifique: Astrophysique. Les livres. MOLINIER (Sylvain). David Rousset: L'Univers concentrationnaire X. Henry Morgenthau: L'Allemagne est notre problème. La neutralité irlandaise (1939-1945) XIII. R. Les revues étrangères:Socialisme (Genève) XII. PARREAUX (André). Les revues: L'Armée française XI.Roger Picard: La leçon des grèves américaines.Théâtre complet de Marivaux XIV. MOUGIN (Henri). Les revues étrangères: Giornale di metafisica (Pavie) X. Chronique philosophique: A propos de quatre essais de psychanalyse XIII. REY (Pierre). Notes bibliographiques. L'importance historique de A. Les livres. MOLINIER (Sylvain). Les revues étrangères: The modern Quarterly (Londres) X.Lissagaray: Histoire de la Commune XIII. S. SOBOUL (Albert). Géographie sociale du monde XIII. MOLINIER (Sylvain). Les livres.L'Université française et la Résistance XV. LECLERC (Guy).LANGEVIN (Paul)Bibliographie des publications de Paul Langevin XII. Tombeau de Paul Langevin XII. S. Les livres. S. Chroniques théâtrales: Bilan d'un hiver XI.Denis Diderot: Jacques le Fataliste et son maître XIV. Documents: Trente ans de livre soviétique XV. Les revues:La Presse française XI. SECLET-RIOU (Mme F. Les revues étrangères: Bolchévik (Moscou) XV. PARREAUX (André). Herzen XIV.George Magnane: Le Bon lait d'Amérique XIV. MAUBLANC (René). Les revues étrangères: Tarsadalmi Szemle (Budapest) XIV. MOLINIER (Sylvain).). Polémiques: Une histoire trotskiste de la Révolution française XI. Notes bibliographiques. TEISSIER (Georges). André Fichelle: Géographie physique et économique de l'U. Notes bibliographiques. MARTIN (Charles). Fournier. PARREAUX (André). LONGPRE (Docteur Daniel). SIM NE (Cestmir).Forêt et habitat XIV. MOLINIER (Sylvain). MOLINIER (Sylvain). MAUBLANC (René). Notes bibliographiques. Courte histoire de l'existentialisme (III) X. La Vie de l'esprit à travers le monde: Note sur la réforme de l'enseignement en Grande-Bretagne X. Notes bibliographiques. t. Léon Noël: L'Agression allemande contre la Pologne X.Pertinax: Les Fossoyeurs. Leprince-Ringuet: Les Rayons cosmiques X. LAVALLEE (Léon). XIII.Auguste Chevalier: Révolution en agriculture XIV.Léon Carias: Les Carnets intimes d'Anatole France XII.Bertrand Flornoy: Découverte des sources XIV. La Vie de l'esprit à travers le monde:La crise de l'enseignement aux Etats-Unis XI.). THIEDOT (Maurice). Les revues: Démocratie nouvelle XIII.Chamine: Suite française. V. Haldane XI. Les livres. Les livres. LAZAR (André). Henri Troyat: Pouchkine XIII.-H. André Ribard: Histoire de France XIII. Notes bibliographiques. SOBOUL (Albert). Chevalier et J. PRENANT (Marcel). MAUBLANC (René). MAUBLANC (René). Les revues étrangères: Dialectica (La Havane-Cuba) X. SOBOUL (Albert). Les livres. MAUBLANC (René).Jacques Solomon: La pensée française. 1945-1946 XII. Les revues: Les Cahiers de la Pléiade. REY (Pierre).Léon Chardigny: Les Maréchaux de Napoléon XIII. NICOLLE (Jacques). je vis XII. I XIII. MOLINIER (Sylvain). MAUBLANC (René). Les livres. Les livres. LARNAC (Jean). de). Notes bibliographiques. René Zazzo: Intelligence et quotient d'âge XIII. MOLINIER (Sylvain). Il y a Ehrenbourg: Sur les routes de l'Europe XIV. LE ROLLAND (Paul). Trois ingénieurs et techniciens: Victor Renelle. Les revues étrangères: Science and Society (New-York) X.Claude Morgan: Chroniques des "Lettres françaises" XIV. Michel Pontrémoli XIII. Les livres. Les revues étrangères: Demain (Mons) XIV. Notes bibliographiques. Récents progrès dans les théories cosmogoniques XII. Les livres. Chroniques littéraires: la Bataille des idées dans les livres X. A.Noémi Hany-Lefebvre: Six mois à Fresnes XV. Jean-Marie Lange: Principes d'union et d'action nationales XI. des origines à la Révolution XV. MORT DU PROFESSEUR ABEL SALAZAR (LA) XI. Renaud de Jouvenel: Vingt années d'erreurs politiques. MALRIEU (Philippe). LENTIN (André). Les revues: Cahiers de l'Institut d'études de l'économie brésilienne XIV. THIEDOT (Maurice). VARLOOT (Jean).Le professeur Abel Salazar XIV. Les livres. Henri Guillemin: Histoire des catholiques français au XIXe siècle (1815-1905) XIV. MAGALHAES-VILHENA. Notes bibliographiques. SCHATZMAN (E. MAUBLANC (René). Les revues: Cahiers franco-polonais XI. VARLOOT (Jean). S. La Pologne nouvelle (II) XI. LARNAC (Jean). NEEFS (Yvette). Les livres. Les livres. MAUBLANC (René). MOLINIER (Jean-Pierre). La vie de l'esprit à travers le monde: En Grèce XIV. R. SOBOUL (Albert). LECLERC (Guy). ROCHETTE (Madeleine). S. Les livres.Jean-Jacques Bernard: Le Pain rouge XV. SOBOUL (Albert). Les revues étrangères: Mundo literario (Lisbonne) X. MOLINIER (Sylvain). MAGALHAES-VILHENA.A propos d'un Colloque sur l'évolution XV. MALRIEU (Philippe). S. Francis Bar: Les Routes de l'autre monde. Chronique artistique: Quelques remarques sur les rapports du peintre et de son milieu XV.

VARLOOT (Jean). Robert Aron: Retour à l'Eternel X.Marianne Pierson-Piérard: Inconstances XI. Notes bibliographiques. VARLOOT (Jean). Les livres. VOIX DE NOS LECTEURS (LA) X. Cahiers de Paris XIV.Pierre Richard: La Bruyère et ses caractères XV. VARLOOT (Jean). La science soviétique XIII.Marcel Cohen: Histoire d'une langue. Notes bibliographiques. Paul Langevin à Troyes (1941-1944) XII. VARLOOT (Jean). WURMSER (André). Les revues étrangères:Les Cahiers du Nord (Charleroi) XIII. WILLARD (Marcel). Léonce Peillard: Le Capitaine Cornil Bart XI. Qu'est-ce que la filmologie? XV.VARLOOT (Jean). Notre liberté XIII. Les revues:Caliban XIV. VARLOOT (Jean). VARLOOT (Jean). VARLOOT (Jean). Les revues:En France. Les livres. VARLOOT (Jean).Marcel Schneider: Les Trésors de Troie XII.Loys Masson: Pour une Eglise XV. VARLOOT (Jean). VARLOOT (Jean). Les revues:Fontaine XIII. Notes bibliographiques. . Les revues étrangères: Pour renaître (Liége) XIII. VASSART (Robert). VARLOOT (Jean). Les livres. Jean-Richard Bloch XIV. Les revues:Fièvres. VARLOOT (Jean). WALLON (Henri).). le français XV. Les livres. VAVILOV (S. Ophrys XIV.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful