La Pensée (Paris

)
Source gallica.bnf.fr / La Pensée

Centre d'études et de recherches marxistes (France). La Pensée (Paris). 1939.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

LA PENSEE
REVUE DU RATIONALISME
ARTS • SCIENCES •

MODERNE

PHILOSOPHIE

r
FONDATEUR

1
• « Les folles journées », pap Maroel CORNU

PAUL LANGEVINt

COMITE

DIRECTEUR

L'homme

dans

le cosmos,
par Georges COGNIOT

HENRI WALLON PRENANT MARCEL GEORGES TEISSiER JEAN ORCEL GEORGES COGNIOT PAUL LABERENNE HELENE LANGEVIN LOUIS FRUHLING
• Nouveaux aspects • La révolution cubaine, • La route du cosmos,

par N SISSAKIANE

par

Georges

FOURNIAL

du problème
par

allemand,
Gilbert BADIA

Secrétaire

de Rédaction

Leibniz,

MARCEL CORNU

critique

de Descartes,
par Lucie PRENANT


NOUVELLE SÉRIE

Les théories

artistiques S.M. Eisenstein,

de par Marc Le BOT

N97
MAI•JUIN

19 168,

6

1 DU

PARAIT

TOUS

LES

DEUX

MOIS

RUE

TEMPLE,

168

PARIS-IM*

LE NY.N. Compositeur Jean WYART. BESSE. honoraire Professeur Daniel CHALONGE. Ernest KAHANE. Jacques HADAMARD.I. Docteur H. Michel PARAIN. Docteur G. Secrétaire BOITEAU. honoraire Professeur à l'Ecole Sorbonne. Dr Inouïs FRUHLING. Ecrivain. de consultation à la Faculté de Médecine de Paris.T. A. Professeur l'Institut. hôpitaux. Membre de l'Académie Charles BRUNEAU. Louis ARAGON. Maître de Conférences Montpellier. musique. Albert Roger MAYER. à la Sorbonne. Artiste peintre. Professeur KLOTZ. de Conférences à la Sorbonne. Eugène AUBEL. musique. Jacques CHAPELON. de Compositeur Jean DRESCH. SOBOUL. PRENANT. Poudres. la membre de Docteur DUCUING. à Sorbonne. Docteur Henri DESOILLE. . l'Ecole Eugénie COTTON. normale Jeanne LEVY. Directeur d'études Etudes. honoraire Professeur André CHOLLEY. Gouverneur France. Léon MOUSSINAC. de la Seine. Astronome.C. Inspectrice primaire Eisa TRIOLET. Jean LURÇAT. Pierre GEORGE. Jean VARLOOT. d'Appel de à la de Paris. Cinéaste. honoraire de la Banque de à la à Sorbonne. Hélène LANGEVIN-JOLIOT-CURIE. à l'Hôpital Broca.E. Pierre COTTON. Sorbonne. à la Professeur Sorbonne.-Pierre Médecin des Emile LABEYRIE. Directrice honoraire de Sèvres. l'Université. à la Faculté Professeur Roger DESORMIERE. des de Médecine de Pierre ABRAHAM. de rédaction Jean BRUHAT. honoraire DIRECTEUR Georges COGNIOT. à Professeur Toulouse. Ecrivain. Ecrivain. des Agrégé Facultés de de Droit.-G. président de Georges Maître FOURNIER. de l'Université. Fernande SECLET-RIOU. Médecine. à l'Ecole des Hautes Polytechnique.LA PENSÉE Fondée en 1939 sous la direction de Paul LANGEVINt et Georges COGNIOT COMITE Docteur Henri WALLON. COMITE Marcel Guy CORNU. à la Professeur Jean ORCEL. de Professeur agrégé Professeur Marcel au Collège de France. MILHAUD. BOITEL. Alfred JOLIVET. Ecrivain. honoraire Professeur Emmanuel Sculpteur. Professeur Sorbonne.-F. la Faculté de Sorbonne. supérieure Docteur Chef Jean DALSACE. Gérard RIOU. Sculpteur. Inspecteur primaire Daniel FLORENTIN. Charles Paul MELER. BOURGUIGNON. Maurice Avocat AURICOSTE. Ecrivain. au Muséum. à la Cour Jean FREVDLLE. Professeur à la la de Médecine de Paris. Faculté de Médecine de Jean WIENER. Agrégé Paul LABERENNE. Ancien directeur VU. Pierre COT. Sorbonne. COMITE DE PATRONAGE Aurélien FABRE. à Professeur la Marcel COHEN. à la Professeur Marcel GIMOND. Eugène HAUDRICOURT. Membre de l'Institut. Maître de recherches au de la Recherche Scientifique. Centre National Georges TEISSIER. de Louis DAQUIN. à la Faculté Professeur Strasbourg. de la Seine. DE REDACTION J.

roblème allemand 27 Nouveaux André Lecture d'Heraclite parallèle (« Feuerbach Engels (« Ludwig Fragments ») ») et de Friedrich 39 Jean Lucie Mcrc Boulier-Frcissinet Méfiance et pensée : rationnelle 47 Prenant Leibniz.. Eisenstein 83 CHRONIQUES Jean Paul Gacon La Labérenne Gilbert : et : Mury : et la création poétique 112 : « Essor ou déclin du catholicisme français? ». cubaine . .LA PENSÉE SOMMAIRE DU NUMERO 97 (MAI-JUIN 1961) Marcel « Georges Cornu Les folles Cognioi : journées : le cosmos 10 » 3 L'homme N. . Sissakiane La Georges route dans : du cosmos . Le Les Bot théories : : critique de Descartes 57 artistiques de S. . 12 Fournial La révolution 19 Gilbert Badia Lazos : : aspects du P. M. 108 ses historiens . 102 Commune Jean Varloot Aragon ..

Par Charles 1960). A. — Louis Hautecceur : Histoire '. Paul Maurice Roland Meier. D. 145 Sciences Jean : Fallot : Prestiges de la science 149 Histoire ge'oux phase : Scheler : L-wolsieret de Bondaroy.DA. — Wilfred . À. Par 153 Marcelle Jean hane.LES TRAVAUX ET LES JOURS — Etats-Unis. Parain 133 LES LIVRES Politique Maurice et Economie Thorez : Qu'est : français. Desné. Lucien Chesneaux. en R. : Political Messianism. la Révolution Talmon II. Jean Bouvier-Ajam....1— Lewis : Georges and Socialism ._ 134 Cogniot the individual des travailleurs : La paupérisation — John ce que le communisme? Union Soviétique Elisabeth Moos : : Soviet éducation to-day and to morrow 141 Chine et Extrême-Orient Tibor Mende tant le Mékong : La Chine : et son ombre. I.. L. révisionniste ricains. Le Journal deFoufrançaise. et aux La concentration capitaliste de ce non améet marchands à la retraite Généraux — — Contrien R._. L'agitation au du militant bution . Dautry. III notre métier. Bgrchett : En rémon143 Philosophie Roger : Mucchîelli : Le Mythe de la cité idéale . . 128 (Varsovie. Bottigelli. Léon Moussinac.. guesdiste portrait LES REVUES Marxism Par Ergon 123 Today Paul Meier (juillet-Décembre 1960). Haudricourt. Ernest KaSève.. II. The romantic 150 Lucien Arts : Louis Daquin de l'Art (tomes : Le cinéma.— J.

Tout-le-Monde. ces jugeque ces qualificatifs jaillis ments ne refléter innocemment un peu naïve. les nie quand elles ont éclaté aux yeux de tous. On le voit s'empresser de l'aggraver... on avait Je ne sais s'il y a moins d'humour et moins de vérité dans la dont on parle de naguère. Son système de gouvernement en faillite. moment où l'homme de la folle nuit. chacun eut ce mot aux lèvres certain lundi de la AD avril les heures ou 1 on venait d entendre le chef du gouverévoquer pour nement de la panique. « à pied ou en voiture au-devant des envahisseurs attendus »... du souffle les Français à courir. à lui. notre prestige On sait par expérience des foules. des sirènes. ne serait-ce étrange. TI explosent. qui vont loin dans la réalité des choses : « Drôle de guerre était la façon ». qui semblent qu'une surprise sont le plus souvent des traits acérés. plus folle encore. ans. à sa l'esprit populaire perdrait-il la vérifé d'une situation bien singulière ? Douze jours façon propre. annonçait qu' « im-man-qua-ble-ment La suite de ces journées devait être. folie aujourd'hui que dans la drôlerie La folle nuit. Mais comment son droit à exprimer. dès l'hiver 40. Tout au contraire. — et si l'on ne comont sur le champ préparé la résistance cratiques populaire faire un beau contre-sens sur le mot : prenait —. radio. pas resté désinvolte du chef du gouvernement d' « une épreuve Quand la voix angoissée parlait d'une exceptionnelle gravité ». Si l'on n'avait si l'on n'avait pas vécu ces jours d'alerte. défiée. ». pas vu la masse des Français aussitôt conscience du péril contré et se dresser les prendre si l'on ne savait pas avec quelle diligence démoles organisations comploteurs. sur un ton pathétique. aujourd'hui. bafoué.. on disait : les folles journées !. — mais dans cette foule de contradictions P*r exemple leur qui montrent .. quant la nation international abaissé ». l'insurrection militaire s'étant tout soudainement à peu près au d'Alger effondrée. jadis. fol. avec l'arme redoutable de leur civisme face aux inoffensives mitraillettes des légionnaires ! Quarante-huit heures plus tard. très tôt. — et ! — pour que l'on quelque temps quelles catastrophes la vérité de cet humour venu à l'esprit de comprît spontanément ' M. avait eue de dénoncer le que l'on n<eud effroyable de contradictions devinait dans un début de guerre qu'on Mais « folle ».. écrié : « Voici Français l'Etat s'était. le sang allait être versé ». dès l'appel appeler. on pourrait pas l'humour le Pays n'est et narquois. nul n'en doutait.« LES FOLLES JOURNEES » par Marcel CORNU L y a vingt Il fallut dit. pas un peu la même chose ? Cette fois des contradictions Le Pouvoir refuse dé les voir. Non.. en vérité. Le général de Gaulle avait qu' « un incident visiblement oublié à la même s'adressant aux mêmes que lui-même. la drôle de guerre. apparaît dans la persévérant même voie. cette fois devant l'Assemblée nationale. « l'exceptionnelle » n'était gravité plus aux yeux du chef de l'Etat. après la constatation du chef du gouvernement.

Le 8 mai. le chef de l'Etat. On aurait vrail'Algérie.. laquelle discipliné.. d'octobre 58 à février 59. applaudissaient paisiblement. comme on vient de le voir. puis. indépendamment de l'article à l'Exécutif des pouvoirs extrêmement 16.. — a été Cet autre — Beaufort de l'Armée.4 MARCEL CORNU assez répété avait-il le chef de l'Etat choisir ? — par exemple. le salut public nationale. invulnérable des factions. Oserons-nous dire que c'est tout de même « un peu fort » ! Il en tire aussi une leçon pratique. longtemps Et du Ministre combattants. les plus intransigeants . aux trusts et aux monopoles.. le plus débile de ces régimes comme ciamento que l'impérialisme militaire. prévoyait La raison de ce rengagement ? Elle est évidente. Et qui sont en certains pays de l'Amérique des Etats-Unis prolonge ces révoltés P Les plus étoiles de ses généraux. cerla dernière ils ont eu les faveurs du Pouvoir. les affaires de la France quand elle était au bord de la guerre civile. Un Challe. du Sud. le complot à l'heure même où les parade Néron dans Britannicus Française. enfin. de la Constitution.. depuis trois ans que le Pays avait enfin un régime solide. Ce régime où les comploteurs sont dans la place depuis le premier jour (Qui t'a fait roi ?) est livré aux grandes affaires. en chef en Algérie. il s'était fait déléguer pour un an le pouvoir législatif à la fois pour tout ce qui concerne le « maintien de l'ordre »• et la sauvegarde de l'Etat. n'avait eu la moindre velléité d'utiliser contre les comploteurs. nommé par le Général de Gaulle Commandant » qui porte son nom. le Pouvoir jamais songé à dissimuler dans tous les blait ou les tolérait. il y a trois ans. qu'il jamais On remarquera également que. parce qu'il Et le voilà secoué soudain par un pronunavait mis à la raison la démagogie. envahissant et qu'il débarrassé d'un s'était parlementarisme rité. Il l'avait pris aux heures chaudes. . qui avait de l'autoConstitution qui assurait la stabilité.. A préet l'unité sent. minute. il recourt à à l'insuffisance l'écrasant article 16 de la Constitution. Un Zeller : de « pacification auteur de ce plan fameux Le chef de l'Etat l'avait rappelé en service pour le celui-là était à la retraite. Tel encore était installé au Cabinet des Anciens tous ces colonels qui ne cessaient de crier à qui voulait les entendre qu'ils étaient » et qui n'avaient les plus purs. le 4 février 1960. Attribuant sans doute la faiblesse de son gouvernement de ses pouvoirs. une aux luttes partisanes.. cohérent. d'autoritarisme Et le peuple la devine aisément. Il le garde ensuite. Jusqu'à une date récente. tête. chutistes montaient Il ne fallut attendre qu'une semaine et demie. sauf pendant une année (de février 59 à février 60).parmi les « activistes « fort » les comleurs opinions fascistes. mettre à la tête de l'Etat-major à l'Elysée. l'Exécutif ne s'était pas contenté « normaux »•. Le gouverdéjà des pouvoirs nement usa d'abord de pouvoirs législatifs en vertu de l'article 92 exceptionnels. va expliquer inaltérable. au coeur même du Pouvoir. ce régime (Assure. ment pu croire qu'il le putsch. à l'assaut. Ces monstres-là régime nouveau. le chef du Cabinet militaire. à son usage. tains mêmes jusqu'à avait de l'opération avaient d'ailleurs été les artisans Tous étranglé qui sont nés dans les oeufs couvés par le la IV 0 République. Il tombe sous le sens que la Constitution. Ils avaient tissé un réseau de complicités rien savoir ! Il fut saisi de services de l'Etat. aux Français la grande leçon qu'il faut tirer des événements qui les ont émus : « Un régime nouveau a pris en main. débarrassé de l'anarchie Un pouvoir. Le Pouvoir « fort » ne semblait à la Comédie Les grands du régime surprise.. donnait pourtant étendus.. ».

Buron. avancés parmi pour justifier l'armée de métier.. grands chefs qu'ils quel trouveront ceux-ci dans un prestige soutien.« LES Il FOLLES JOURNEES » £ Ceux est administré et gouverné des grands Corps de l'Etat. populaire référenIl refuse tout contrôle démocratique réel. est sans lien réel avec le peuple et parce que les intérêts qu'il qu'il représente Un sont fondamentalement et aux aspirations du peuple. en en marquant plus fortement la vraie nature. Le ministre à l'heure de son (retour d'Alger-. peut-être quelle secrète contrainte. M. Au contraire. Buron devrait d'ailleurs quille. de GAULLE : Vers l'armée de métier. également de faire de l'armée'française l'armée est un vrai décrasdu peuple. parce et la Nation.. dûment » x. mais profond. la réflexion suivante : « Les foules passagères. Il est faible.. 124-125. et il ne cachait cette attitude du contingent pas son émerveillement pour : « C'est aux petits gars du contingent à leur bon ajoutait que je fais confiance. Mais l'auteur de Vers l'armée de métier a-t-il. dont après se remplissaient les rangs. revisé ses anciennes conceptions ? Rien. les par idéal quelle emprise prendront auront le temps et le goût de connaître ! Inversement. Charles pp. usant du truc qui s'appelle où l'excitation dum ou se complaisant de ces voyages officiels dans l'illusion de mains à ceux qui de la curiosité. Il verrait on essaie si. et parce que c'est l'armée est une armée de métier. » Redites donc cela huit jours après dans l'Humanité. sur les professionnels rivés à l'ordre militaire et par habitude. après le pronunciamento. les bravos des badauds et les poignées l'absence totale de relations les « corps constitués » masquent représentent entre le gouvernement si fort qu'il se croie. racontez les faits qui trandans « le bon sens et le patriotisme prouvent qu'on peut avoir confiance » des jeunes soldats. Ils auraient sans doute beaucoup d'Histoires fort tristes à lui raconter. sens. niables ont été produits. acquis sur leurs subordonnés 1. par les commis invariablement au secteur privé.. de l'organisme une rénovation des cellules sage et une refonte ou si elle se limite militaire et au châtiment de quelques à quelques sanctions félons de haut lignage. à leur patriotisme tranquille pour relever le pays de demain. si l'épuration des structures. du secteur public qui passent indifféremment fidèles à la bourgeoisie. opposés aux intérêts seul homme a donc maintenant concentré tous les pouvoirs. les signes C'est même étonnant comme les choses vont vite et comme d'hostilité au peuple se multiplient. et voilà le journal saisi. gent — le peuple en uniforme. ne nous laisse penser qu'il va renier ses idées de toujours et comprendre de métier. on traite dans les casernes d'Algérie essayer de savoir comment aujourd'hui les « petits gars du contingent. ». et sans enflure. vraiment. après l'épreuve. Il répugne à toute participation organisée. Office français d'édition (édition de 1Q44* . qu'elle qui s'est rebellée à Alger. Ainsi tout le monde sait parfaitement que sur le territoire la rébellion a été brisée essentiellement algérien par la résolution compacte et par les courageuses initiatives des jeunes soldats du continmille faits indéCent preuves indiscutables.. Cet autoritarisme ne fera qu'aggraver la faiblesse foncière du régime. de quoi eussent-elles chaque hécatombe pu nourrir leur sympathie entrevus à peine et qui les menaient à la pour des généraux mort par messages dactylographiés ?. Il est pourtant plaisant de trouver les arguments dans ce livre.

la perspective doit devenir la réalité. de gauche leur résolution et que les organisations par une grève impressionnante n'ont pas perdu de temps pour mobiliser leurs militants. Mais sans doute faudra-t-il encore que son espoir et sa volonté se manifestent d'une manière et efficace. Ils apparaissent nettement aussi dans les principes de la négociation qu'à posés le Général die Gaulle le 8 mai. dans le civisme des masses et de leurs Il -faut républicain organisations. vue en rêve. qu'en que l'exigence été. si l'on veut renforcer : empêcher "l'Etat dorénavant les fonctionnaires. la l'Algérie. Des trois hypothèses envisagées par lui. évident seule a un sens. en ce qui concerne le déroulement . aujourd'hui. les de 'tout ce qui est démocratique-et défiance à l!égard que se multiplient menaces à l'égard du peuple. c'est dans 'tous les 'domaines >et de toutes les -façons possibles la du tpronunciamento. En vérité cette histoire « 'folle » est la logique si l'on veut bien même.6 On voit -que chaque mot -porte ^étonnamment juste. dont on connaît les salaires. 'Débré. . tel que nous ayons essayé de l'analyser. » Une tâche s'impose donc en premier l'autorité de lieu. montré chacun a pu voir 'que la classe ouvrière et que la masse 4° En revanche ont aussitôt marqué des fonctionnaires se sont levés comme un seul homme. En réalité. de se servir du seul moyen efficace dont ils disposent pour améliorer leur ordimaïre : la grève. Conclusion : Le danger principal. « accorder plus d'importance à la pression de gauche qu'à la révolte de droite. ainsi que 'le révèle Use 'Monde du 8 -mai.. le gouver1* iC'est un fait que les militaires renverser voulaient insurgés nement et remplacer le chef de l'Etat. considérer la nature du régime actuel. en dépit du démenti qu'on des faits. 3° Nous avons pu observer d'autre part qu'une partie ont de politiciens dits -de 'droite et plusieurs journaux que nombre grands de la complaisance à l'égard-de la rébellion. pleinement représentatif. D'inquiétants obstacles demeurent. n'ont 2° Il ne nous échappe pas que les comploteurs en métropole pas mais qu'ils des postes imporeu le temps de se démasquer occupent toujours cabinets ministériels tants {Est-on sûr de n'en plus avoir dans nos propres ?) et qu'un certain danger subsiste. Il le sait. Théorisée par M. •Mais voici qu'est enfin annoncée la négociation franco-algérienne. Depuis tant d'années retentit en est clamée ! Ce l'exhortation. réside.des négociations il est tout à fait d'Evian. de la bourgeoisie. tout de suite. « Nul n'est contraint âe faire carrière au service de V'Etat ». MARCEL 'dans cette CORNU prévision clairvoyante. jeette comment on peut a l'apparence du plus éclatant bon sens. Wbici politique le [raisonnement reconstituer : . Dans l'esprit du peuple français.TNT. une telle perspective. . 'se manifeste crue chaque l'écrasement depuis jour. indépendante libérée du cauchemar n'est plus France.. . aujourd'hui. énergique Ils apparaissent dans les réserves toujours maintenues à l'égard du F. celle qu'il qu'une appelle l'association. à ne pas reconnaître comme s'obstine. précisera le Général de Gaulle.L. Après tout. de toute évidence. C'est possible. le dernier de l'abominable septième (guerre.

malgré compris trouver l'introuvable la guerre.nl. en effet. pour évoquer le point essentiel sa manière littéraire habituelle. solutions.A. en somme. nationale. nu le: pays accédant. tème d'infrastructure. d'une mainprofite: et même: les.<( LES FOLLES les JOURNEES » •*}. et.de Gaulle appelle : « la. EUe continue continue. que permet d'oeuvre Il s'agit bien d'aider au développementde la nouvelle: à. se bûtisse l'Algérie celles de leur gouvernement. formelle se. ayant pas qu'il puisse cesser. indispensables: leur Le' vrai. le.statut politique flatteur maïs pour l'essentiel. commerciaux ? des. avec un. autres. inefficace P Le. le G. qu'ils premier Dans volonté la (reconquête.nnMixte. en évoquant une Algérie souveraine et associée ? Quelle est la de l'association d'une entente deux nature entre profonde proposée ? S'agit-il vraiment l'une et l'autre. Mais celui-ci. colons et le. "voit s'il change de forme. perdant là condition de 1 colonie.: deux. nén-r. Ne serait-ce pas fblïè métropole de restreindre et de gêner son ravitaillement en matières ses débouchés preles. l'éclat de mots à dessein équivoques la pensée au lieu de l'éclaipour obscurcir rer et il a si vite passé T C'est pourtant" ici que les plus longues explications Qu'èntends'imposaient. voit contraint de se lier a l'ancienne métropole. fe seul' critère de* l'indépendance. nation ! Ces investissements non sur lès industries se. cette enclave moderne Ce morceau d'Algérie irréalisme ! Les nombreuse et misérable. dès deux autres l'Etat.bien. qui semble. Mjii Sous le régime dû néo-colonialismeindustriels lés investissements^ ne sont faits par les trusts de l'ancienne continuer a toucher les métropoleque pour l'utilisation. quel pressée par une population à comme c'est l'évidence fixeraient objectif Algériens frustrés. ». choisiraient ce que.capitaux ainsi offerts manifestent mières ?' C'est pourquoi une grande répud'industrie de base et pour la création d'un gnance pour. assez couramment pratiqués d'être nettement pour que la question.néo-colonialisme est assez répandu dans le monde. % sous sa forme.P. pleinement choix politiques et de. souveraines. du cas où les Algériens. à cette fois.solution voter sur l'autodétermination.industries^ le plus aux finanmais évidemment pendance qui' rapportent le-mieux avec la production ciers: « associés » et qui» s'accordent de l'ancienne et' avec les intérêts de son commerce extérieur. de leurs' nations maîtresses. les terres pauvres aux fellahs et florissante arraché à l'Algérie. Le regroupement alors annoncé dé sécession et de rupture — le côté riche pour les anciens. du chef de Reste « l'association en effet. sur place l'accession développer tout. afin que. l'idée maîtresse ». troisième on ne.mérite précisée ! Pour le pays qui se libère> c'est tout son avenir qui en dépend. conflit Dans la deuxième hypothèse.leurs décisions alliance de plein nouant économiques.traités gré. il exactement. c'est l'a possibilité pour le pays .. Que peut. particuliers. — c'est une réanimation du feu de la guerre. quand prévoit ans serait la façon dont l'autodétermination proposée avec. signant la relation du type.envisage-t-il à F indépendance. vouloir suffrages y des Algériens à toutes les responsabilités. pas le Général de Gaulle actuelle. des Européens. Il s'agit.R.portent 1 habituellement doit se donner en premier comme base de son indéqu'un: pays sous-cBveloppé sur les. tout espoir immédiat d'une souveraineté réelle ? Conservant. surprofits. qui a parlé net et clair quand il s'agissait a repris. la guerre le cas où il ne s'entendrait. bon' marché.-isur : « hâter et dire la phrase des Algériens. » ? Sinon : nous poursuivrons nouvelle espérant force. Ou.les installations sysà un pays sous-dévelbppé. partage de l'Algérie c'est-ià-dire.

jusqu'ici. pas sur une association c'est-à-dire libre. En apparence il est toujours soumis. a pour effet d'enchaîner algérienne Ses échecs comme ses succès ne laissent pas place au doute quant à sa signification. Ainsi pour l'agriculture. avec une redistribution un effort collectif de modernisation. Quant au développement il est combien encore I Est-il grâce au Plan de Constantine. la partie agricole du Plan est suffisamment tique qui domine avait rêvé que l'on pourrait créer une petite catégorie de paysans-propriétaires relativement au prix du dénuement de la majorité. qui dispose de à la française. par rapport libéré.R. a été appliqué ne débouche qu'il véritable. et qui dont vit l'énorme des Algérien» majorité est dans toutes les terres de l'intérieur on sait que si arriérée et si misérable. Jusqu'ici la politique du gouvernement économique français en Algérie n'a fait que préLe Plan de Constantine. a dans son programme une véritable agraire. laisserait-elle algérien cette transformation radicale des structures agraires ? industriel comme il est prévu et en partie réalisé. de lier pour longtemps l'économie à l'économie franalgérienne l'a précisé notamment en septembre dans sa çaise.. les une couche sociale sur laquelle la France aujourd'hui. Dans les conditions Mais l'idée polide la guerre.P. une des terres. Son économie restée dépendante lui interdirait toute liberté et politique l'asservirait à la politique même si les formes extéétrangère* de son tuteur. ont concentré leurs installations dans la zone côtière ? Dans la zone à forte population Dans la européenne. La révolution dans ce pays où 80 % de la population agraire. prise.. Souvent a été cité le individuelle officiel où l'on peut lire : « La possession d'une propriété rapport et d'élévation dans la hiérarchie essentiel de progrès est un facteur personnel de la masse. Faut-il ne vise en rien à doter Français répéter que le Plan de Constantine de base qui donneraient une réalité à sa future l'Algérie indépendftndustries dance ? Longtemps. utilisation indisdes ressources démographiques pour l'équipement hydraulique On est dans un autre monde ! L'armée pensable.' au sens "officiel. une sorte d'élite privilégiés. tone est attachée à la terre et languit dans son bled de misère. » sociale. a été conçu et tel tel qu'il parer ce néo-colonialisme. nul parmi les officiels n'a cherché à dissimuler que le déveindustriel inscrit dans le plan de Constantine avait pour objectif. plus significatif besoin de rappeler et que d'autres industriels que les monopoles incroyablement favorisés par de généreuses subventions. Au contraire cette entreprise considérable. rien de sérieux n'a pu être réalisé. en dépit des crédits" qui lui ont été affectés. qui se bat depuis plus de six ans pour l'indépendance est constituée essentiellement par la masse payautochsanne. il l'estime nécessaire et en usant des moyens d'action qu'il juge bons pour ' lui. auraient forces nationales réactionnaires. lui.8 MARCEL CORNU d'orienter son développement comme qui accède à l'indépendance. de l'administration rieures et du gouvernement ont été grandement modifiées à l'époque coloniale. économique. Le chef de l'Etat dernier.A. On indicative. tout ne pouvait qu'échouer. de l'indépendance véritable. Or tout laisse craindre » qu'on brillante de « l'association que l'étoile montre du doigt aux Algériens ne soit le leurre du néo-colonialisme. est la condition. à côté des miséreux. zone prévue pour le regroupement « de ceux des Algériens rester qui voudraient ». Elle permet le développement d'une élite différenciée révolution Le G. l'économie puissants moyens. loppement au contraire.. demain. . « L'assoréelle et d'un développement primordiale ciation au gouvernement à le droit ».

voulu ? et la responsabilité de la tâche ? Et pourquoi les monopoles l'auraient-ils En réalité crochet le Plan de Constantine devait être un puissant jeté de fondamenParis sur le corps de l'Algérie. de formules variées. avait cette formule quant à la France grâce au Plan. comment l'eût-on fait en pleine guerre avec ceux à qui revient la charge rienne. . à lui. avec la guerre et le racisme toud'oppression d'une si là-bas et l'incompréhension jours rougeoyant population européenne affreusement Mais cette tâche ardue est la seule entreprise aveuglée. Le temps des équivoques est passé. qui soit C'est aujourd'hui le moment si entravé juste et humaine. Mais le noeud du problème est resté intact. talement. Delouvrier. coopération après tant d'années et de persécution.« LES FOLLES JOURNEES » 9 conférence : amarrer de presse. tactiques.. Nous savons bien que l'amitié future de l'Algérie et de la France et qu'une libre entre les deux peuples ne sont pas aisées. aujourd'hui. en dépit de variations d'accommodements divers. Ainsi y a-t-il toujours eu dans la politique en Algérie une réelle française continuité de vues. M. la protestation du peuple français. soit par le régime politique où il est tenu. Nous voici au moment parvenus décisif. il est à reviser A l'heure d'Evian. en dépit aussi des plus affolantes péripéties. la réprobation d'un grand nombre de pays étrangers ont obligé peu à peu à des concessions. L'opiniâtreté de la résistance des Algériens. l'Algérie Aider harmonieux de la nation à un développement algésystématique. qu'il (10 mai 1961). de le dire haut et clair. pour le peuple français.

L'HOMME DANS LE COSMOS
par Georges COGNIOT

E n'est point le hasard qui a porté avant tout autre un Soviétique une ère supérieure dans le dans le cosmos. Le mérite d'ouvrir de l'humanité revenir au devait naturellement développement créatrices. La science est une, et pays des grandes novations il est compréhensible que la conquête de la nature, la victoire les plus hostiles aille de sur les forces physiques à l'homme avec rationnelle d'une société meilleure, pair avec la conquête de l'humanité même. lucide sur les forces inhumaines la victoire l'homme se rend maître de la mécanique, En U.R.S.S. de la physique, sociales. Les au .même titre domine de l'aérodynamique les relations qu'il de la science. de la politique sont aussi les révolutionnaires révolutionnaires là Il fallait pas dans la marche aux étoiles fût accompli que le premier au talent et à l'énergie de chaque où le régime social ouvre un Champ illimité de l'humanité fussent réaenfant du peuple. Il fallait que les rêves séculaires de l'extraordinaire. lisés par le peuple pionnier est une fois de plus distancé. C'est Le plus puissant des Etats capitalistes en vain qu'il a importé des milliers de savants : la persécution d'un d'Europe ont produit leur La le maccarthysme, les listes noires fruit. Oppenheimer, de et arriérée au point Russie, qui, il y a quarante-trois ans, était misérable vue économique et technique, marche en tête de tous les peuples grâce au socialisme, qui signifie progrès et liberté. Notre revue, tous ses lecteurs, leurs félicitations tous ses amis adressent chaleureuses à l'Académie des sciences de l'U.R.S.S. La pénétration dans le cosmos de l'homme avec sa pensée et sa volonté vraiment non l'ouverture d'un chapitre nouveau de la science et de marque mais l'entrée la technique, dans un âge neuf de l'histoire de notre espèce et en général de l'histoire de la vie. de la terre, des machines, des satellites artificiels Quand c'étaient seulement si perfectionnées sur l'orbite les mythes fussent-elles, qui se plaçaient prescrite, les antiques sur les « limites » de la nature humaine millénaires, superstitions leur emprise sur la conscience commune : la race d'Adam avait été gardaient eréée d'après la vieille sur la terre. Et au conlégende pour régner seulement cours, général des lycées, en France, cette année même, on donnait à commenter la maxime de la Bible : « Celui qui augmente sa science augmente déprimante aussi sa douleur. »• Dans les Archives de philosophie de juillet-septembre 1959, on écrivait : « La transcendance n'est vraiment est perçue que si la finitude sentie. La via indigentiae est caractéristique de la. philosophie profondément » chrétienne. l'homme est sorti de la via indigentiae, Depuis le 12 avril, prouve qu'il du dénuement et de la dépossession. Il prouve la puissance sans bornes de la raison humaine et de l'effort Le ciel aussi lui appartient, humain. et le vide des espaces infinis inconnus n'a pas effrayé Youri parsemés de mondes Rien de plus comique des défenseurs du mythe Sagarine. que les tentatives

L'HOMME

DA,NS

LE

COSMOS

ïl

— tels M. Thierry et de la superstition,. Maulnier dans le Figaro et M. Danieltout maintenir envers, et contre le scepticisme, Rops dans la Croix,, —gour le fidéisme err rabaissant la raison. l'agnosticisme, Dans les jours la radio du Vatican a qui ont suivi l'exploit sublime, déclaré : « Le développement de: Voe technique réalisé par „les mains humaines recèle un immense danger: : l'homme que c'est lui le créateur, peut s'imaginer l'oeuvre de son que tout ce qui a été créé sur terre par ses mains est seulement et de ses mains. Mais l'homme n'est pas le créateur ; il ne fait esprit que et ce que lui indique ce qm-, lui est accessible le Seigneur découvrir Dieu. Le à tomber doit pousser les hommes à genoux, et à prier Dieu progrès, technique «Mjec- une. foi encore plus: grande. » Yourit Gagarine; le Pr.ométhée. des temps modernes,, effraie tous les obsci*tous les adversaires; de- la raison. ramtistes,. tous les réactionnaires, Mais la' victoire de la raison, est. aussi une victoire de. la paix. Le; 112 avril de l'Union loin de promême;, le gouvernement, Soviétique, fiter de son avance technique et militaire, a lancé un nouvel appel à- la. consolidation de la paix, au désarmement universel et total. Il a invité tous les pays à. cesser la course aux armements, dans les; activités de création: pour rivaliser A quarante heures les: Etats-Unis, ont répondu d'intervalle, parpacifique. contre Cuba. l'agression Deux mondes, deux politiques. Le socialisme à l'homme offre la pleine utilisation de toutes Tes forces- productives^ à- commenceren par la science, même temps que la pacification du globe. L'impérialisme lui offre les conflits, les contradictions entre la- science et la société, en même temps- que les catasmilitaires-. trophes Aux Etats-Unis les savants se rendent âkr mieux en mieux mêmes, coraptedè l'impasseoù' aboutissent les méthodes, de l'a politique américaine;. étrangère Dans lé Bulletin de janvier 1961, M. Otto Feinsteiis, of ihe Atomise Scientisês et dirigeant de New University professeur- à Wayne Uhîversity Thought, exprâniait de graves pensées : On s'aperçoit et sociales que lès transformations scientifiques-, technologiques a un rythme de plus en. plus rapide et qu'elles- ortà des répercusprogressent sions' considérables sur la situation internationale et sur notre dam position cette situation. N^tre- puissance et militaire, a décline... relative, économique Cette réalité mondiale est très éloignée de celle que-nous nôtre presse présentent et notre gouvernement... Nous sommes sur le plan idéologique en désaccord* avec la plus grande' partie dii- mondé, et lès- buts que nous nous- sommes fixés ne sont-' même pas- clairs pour nos propres Les théories et les stfrafe concitoyens:.. sont mcapables dcj résoudre l'es' problèmes gèmes militaires poéê's par la transde là société 1: formation: foivdttmentale De telles considérations de poids encore prennent beaucoup plus après1 exploit du 12 avril. Les « transformations' » de notre fondamentales temps le triomphe de la coexistence sur la poliexigent impérieusement pacifique 1 tique de guerre et de course aux armements; Les savants et tous les intellectuels: ne peuvent dé' soutenir la manquer dé paix du pays de Gagarine, la politique de- paix de tout homme politiqueraisonnable.

LA ROUTE DU COSMOS
par N. SISSAKIANE
Membre de l'Académie des Sciences de l'U.R.S.S.

'HOMME dans le Cosmos 1 !... « Ces instants de tension dramatique,' ces instants extraordinaires où le tournant des événements, qui commande non seulement le présent, mais l'avenir, s'accomplit sont rares dans en un jour, en une heure, voire en une minute, » C'est ainsi et rares au cours de l'histoire. la vie de l'homme des moments décisifs. Il les appelait les que Stefan Zweig parlait à heures stellaires de l'humanité, resplendissent parce qu'ils comme les étoiles éternelles. jamais dans l'histoire, c'est plus qu'une Etre témoin et contemporain de ces faits déterminants, Et nous, Soviétiques, nous sommes fiers de n'être chance, c'est un bonheur. mais créateurs d'un tel bonheur. témoins, pas seulement

Les démarches

gigantesques

du

progrès

scientifique

L'histoire de la science et de la technique ne présente pas de cas où en aussi peu de temps qu'il s'en est écoulé depuis le lancement réussi, en U.R.S.S., de la Terre, le 4 octobre 1957, on ait mis en avant du premier satellite artificiel du genre et traité à fond un grand nombre de problèmes' des plus compliqués, de ceux que posait le vol cosmique de l'homme. On trouve ici un nouvel et brillant considérables du régime exemple des supériorités socialiste, qui ouvre un champ illimité au dévelopement de la science. Le temps n'a pas été bien long depuis le 15 mai 1960, date où, en Union le lancement du vaisseau cosmique a inauguré en fait la préparation Soviétique, immédiate du vol cosmique de l'homme. A bord de ce premier vaisseau, on avait installé une cabine hermétique, munie de tous les équipements nécessaires dont le poids était représenté pour le vol de l'homme, par une charge présente dans la cabine. Peu de.temps vaisseau après, le 19 août 1960, était lancé le deuxième Il un container avec deux chiens et beaucoup cosmique. portait catapulté d'autres tant végétaux organismes Dans la cabine se trouvaient qu'animaux. l'es appareils et les équipements réalisant les conditions nécessaires pour la vie des animaux, le largage et l'atterrissage du container. Grâce au troisième vaisseau cosmique, au quatrième et au cinquième, on une grande de données précieuses sur la construction put recueillir quantité du vaisseau et les appareils nécessaires au vol de l'homme, et également sur le-caractère des àctipns exercées sur les organismes vivants. constante du poids et des dimensions des satellites artifiL'augmentation eiels soviétiques et des fusées cosmiques tendait à un seul but : réaliser un

1. Le texte qu'on

va lire

est la version

résumée

d'un

article

paru dans la presse soviétique.

cessent de foncl'accélération. le retour de Pour la première on a réussi à obtenir fois dans l'histoire. On a réalisé le guidage lourds précis des vaisseaux et leur orientation continue en vol . de celui-ci. vol pour le premier cosmonaute de son retour sur terre. tirer au clair l'influence sur le foncdu vol cosmique tionnement de l'organisme.que le poids du deuxième vaisseau. Les conditions de la circulation sur fusée sont fondamentalement différentes de celles qui caractérisent le vol sur les avions ou les aérostats. le placeet le vol programmé des puissantes fusées porteuses qui garantissent ment des satellites sur leur orbite.. de le vol et au moment de l'homme nécessaires pour la vie normale pendant cosOn a réalisé la liaison radio sans à-coups avec les vaisseaux l'atterrissage. que l'homme précise des conditions pendant à la suite des observaOn a obtenu des matériaux abondants expérimentaux des fusées : des animaux tions biologiques faites lors du vol vertical ont été et sont revenus en bonne lancés en hauteur à plusieurs centaines de kilomètres condition sur terre. vaisseaux d'un poids considérable avec des êtres vivants à bord. qui sont thermique. et de la certitude En même temps qu'ils étudiaient et résolvaient les nombreux problèmes de construction et toutes les questions les savants techniques qui se posaient. des satellites à l'aide ont permis de se faire une idée ciels de la terre et des vaisseaux cosmiques doit rencontrer le vol cosmique. son le comportement physiologique activité dans la cabine . il eût été possible de loger aussi sans difficultés un homme dont particulières le poids aurait constitué moins de 2 % du poids de l'appareil. sont arrivés à des résultats dans l'étude d'un satisfaisants soviétiques grand nombre de problèmes extrêmement importants biologiques pour le vol cosde l'homme. miques dans les deux sens. mique cher aux questions : étudier du vol et l'état suivantes les conditions physique de l'espace cosmique . Quand les moteurs tionner et que la fusée suit la trajectoire balistique (phase passive)'. l'organisme . sur lequel un grand à terre d'êtres ont volé dans l'espace de revenir vivants avant cosmique dans les meilleures était de 4. de régénération. Au moment du lancement de la fusée. Avant il fallait s'attade lancer l'homme dans l'espace. pendant la période de fonctionnement de est soumis à l'action de ses moteurs simultanée (phase active). préciser le rendement de tous les ensembles techniques et les particularités de leur fonctionnement. vaisseau Les lancements à haute altitude par fusées artifiLes nombreuses études conduites des fusées.6 tonnes. Mais les profonds sentiments d'humanité de et la conscience la science soviétique qui animent ses responsabilités la mise en oeuvre de toute une série de lancements exigeaient du en sorte que l'on soit tout à fait convaincu de l'innocuité expérimentaux.LA ROUTE DU COSMOS 15 nécessaires pour le vol sans toutes les conditions cosmique comportant sur la planète. nombre On sait . Les conditions du vol cosmique de l'homme ont été mises au point et techniques scientifiques bien avant que ce vol n'eût lieu. Sur un aussi grand appareil. conditions. l'organisme des vibrations et du bruit. de régulation etc. on a vérifié la sûreté des systèmes de conditionnement. dans l'espace et son heureux retour danger de l'homme on a mis au point le départ Lors du lancement des vaisseaux cosmiques.

SISSAKJANE la fusée entre dans de l'inpondérabilité. la hauteur du vol des fusées a été portée à 220 kilomètres. ments de température. indépendamment de façon à permettre la respiration et la composition métrique gazeuse de l'air. aux secousses d'expérience et aux vibrations. On leur apprenait qu'ils devaient à supporter avec calme une présence de trois à cinq heures dans la cabine hermétique. Quant au gaz carbonique expiré par les animaux et à l'humidité.75 kilomètre à la seconde. la durée de l'impondérabilité peut déjà atteindre de la terre ou des vaisseaux Dans le cas de vol sur orbite des satellites artificiels la durée de l'impondérabilité est pratiquement illimitée. de la cabine. l'état des animaux était excellent. Les résultats des études conduites sur les fusées géophysiques qui montaient à 110 kilomètres. ensuite. vertical des fusées à une hauteur Lors du lancement se fait à la hautrois minutes . spéciale. pour cela utiliser Nos savants ont dû créer des appareils employées en laboratoire. les indices de l'activité enregistrer de la respiration. complémentaire. extérieures. A toutes les étapes du vol. était compensée contenormale. qui puissent. Après atterrissage. si le lancement dure environ l'impondérabilité elle dure de 5 à 6 minutes. la pression barodes conditions niveau déterminé. Cependant. solidement attachés au plateau qui était fixé sur le fond de la cabine. déterminait leur résistance à l'action de l'accélération. Les études ont montré et son équipement que la cabine hermétique protésûrement les animaux geaient contre l'action nuisible de la pression baroméextrêmement basse dans les hautes couches de l'atmosphère trique et contre celle de la partie du spectre de la radiation solaire biologiquemenf active. métalUne couche d'isolant à l'intérieur les parois recouvrait thermique les êtres vivants les changede façon à protéger contre liques de la cabine. des on atteint D'autre 500 kilomètres. sans aucune régulation sans d'une façon sûre et automatique. de la pression ainsi que le comportecardiaque. Avant les chiens subissaient une préparation On chaque envol. Dans la suite. en commun des biologistes et des ingénieurs a permis de réaliser Le travail d'un où étaient à un une cabine modèle entretenues hermétique original. aucune intervention de l'expérimentateur. La déperdition d'oxygène grâce a des ballons nant un mélange d'air et d'oxygène. en cas de lancement des dizaines de minutes. se {rouve dans les conditions Lorsque et que son de la descente^ les couches denses de l'atmosphère (au nioment subit à nouveau l'influence de l'être vivant est freiné. du lancement l'atterrissage jusqu'à on enregistrait le comportement et l'état des différentes fonctions des animaux On ne pouvait les méthodes habituellement physiologiques. on a décelé une augmentation de la pression sanguine. lors du retour de la cabine dans les couches denses de l'atmosphère.. Des caméras photographiaient le comportement des animaux. du vol cosmique des facteurs L'un caractéristiques de cent kilomètres. ment des animaux soumis à l'action de l'accélération. de la fréquence du pouls et de la respiration. ont montré les conditions du que les animaux supportaient vol de très bonne façon. Les . cosmiques. et environ 10 minutes quand teur de 200 kilomètres. mouvement l'organisme considérables. sanguine. sans aucun ébranlement important quant à la respiration et à la circulation lors de la phase active du vol et sanguine. d'accélérations est l'impondérabilité. des vibrations et des autres facteurs rencontrer en vol. absorbés par des composés ils étaient chimiques. Sa durée atteignait et la vitesse était d'environ déjà 12 minutes 1.U N. fusées. balistique part.

toute' une série de caractères exclusivement au vol cosmique. motrice. aux appels. Les expériences conduites lors du lancement 450 kilomètres des fusées géophysiques jusqu'à et l'atterrissage étaient absolument prouvèrent que les systèmes de récupération sûrs. < etc. On obtint ainsi les premières données expérimentales au point directes de vue de la qui offraient beaucoup d'importance des changements intervenant dans la coordination des mouvecompréhension ments et l'orientation du corps pendant l'état On constata d'impondérabilité. Dans les premières minutes de l'état la fréd'impondérabilité. chez la plupart l'augmentation s'accélérait la respiration. on notait le retour progressif de ces indices à la normale. Les sucGès de la biologie cosmique à l'aide des fusées ont conduit*» biologiques ils n'épuisent des questions une grande Pourtant. Leur comportement ne manifestait aucune déviation remarquable de la normale. surtout dans les couches denses de l'atmosphère. en règle générale. en effet. En 1959. On observait étaient dues surtout aux effets de l'accélération. irianque propres Les résultats des recherches . mangeaient répondaient de bon appétit. Il faut noter qu'au moment du vol.. au sens strict du terme. On conclut à la nécessité d'améliorer les systèmes de stabilisation et de freinage. les animaux étaient suffisamment calmés. La pellicule pour échapper seulement moment où montré c'est au cinématographique que apparaît l'état d'impondérabilité les animaux lever brusqu'on voit. pas l'ensemble importance. les lancements vertirelatives de même que les vols de fusées sur trajectoire caux de fusées à haute altitude. ce qui s'explique quement par le fait que le tonus des muscles extenseurs du cou et du dos cessait de se trouver en correspondance avec la force de pesanteur. restaient quence du pouls et de la respiration élevées. la tête. cahotiques. Tous les revinrent animaux heureusement sur la terre. chez tous les animaux de la fréquence du pouls . particulièrement dans la phase d'imponles animaux aucune réaction aucun effort ne manifestaient dérabilité. Il fallait surtout assurer le retour nombreuses sur terre. mais au bout de 4 à 6 minutes. des fonctions essentielles et du comporles plus importants que les ébranlements tement des animaux intervenaient dans la phase des accélérations considérables et de directions diverses lors de la descente de la cabine vers la terre. Ces vols permirent en particulier d enregistrer le tonus des muscles et ses modifications de l'accésous l'influence lération et de l'impondérabilité. Tout compte conclure les moins favorables fait. à l'envoi de l'homme dans le cosmos . Ils leur ne sont pas les vols cosmiques balistique. on pouvait que les influences pour l'organisme étaient celles des accélérations à l'instant où la fusée qui se manifestent est freinée. Les ébranlements signalés s'expliquaient également aussi dans une mesure déterminée à la situation des animaux par la réaction secousses inhabituelle créée lors du lancement de la fusée : bruit très fort.LA ROUTE DU COSMOS 1& et à là respiration modifications notées paf rapport à la circulation sanguine Pendant le vol. après l'atterrissage> Ils réagissaient vivement à leur entourage. des vols furent accomplis par quatre chiens et un lapin. Cependant. aux courroies avec lesquelles ils étaient attachés.

suffisant d'observarépertoire tions relatives à l'influence du bruit sur l'organisme humain. il était Avant ne se mît en route pour le voyage cosmique. organismes vivants. physiologiques de l'organisme humain à la pression Quant à l'isolement baropar rapport en baisse. pour créer les conditions ment étudier les doses et le caractère physique mais rechercher du rayonnement. genre publicitaire. miques Le vaste programme faites sur les vaisseaux cosd'expériences biologiques a fourni des matériaux de se former miques une idée des qui permettaient du vol cosmique d'êtres conséquences vivants. métrique a trouvé' également La littérature d'observations concernant scientifique comporte beaucoup l'action de la température sur l'organisme de l'homme. de l'accélération dans la phase d'envol quand fonctionnent les moteurs et de l'impondérabilité le vol sur l'orbite. C'est pourquoi maintenir dans la cabine les conditions de température les meilleures. connaît suffisamment le caractère des facteurs inhabituels contre lesquels il faut défendre l'homme au cours des vols cosmiques. pas d'établir des problèmes intérêt On affronte scientifiques purement sportif. on y réalise soigneusement une iraconductibilité au son qui permet . Cet plus ou moins éloignées a une importance hors de pair pour créer les conditions aspect de la question d'un vol de l'homme sans danger. pendant A l'heure la science "dispose d'un actuelle.16 Le vol du rations un offrant de l'homme dans N. il fallait mettre en lumière les conséquences des radiade l'action génétiques tions sur l'organisme. Aujourd'hui. en particulier sur l'organisme humain étudiée. L'action à prolongée la fois des hautes et des basses températures diminue brutalement la résistance de l'organisme à l'ensemble des facteurs il faut du vol cosmique. ultra-violette etc. Les savants ont résolu encore ce problème. ce problème sa solution. Le prindes météorites. c'est le danger des radiations. L'influence du rayonnement de différente des radiations sorte. soviétiques Le groupe suivant les facteurs du vol lui-même. En construisant la cabine. Un premier les conditions de l'espace cosmique. C'est à cette fin qu'on a logé à bord des vaisseaux cosdivers êtres vivants. des plus simples aux plus compliqués. d'oxygène et corpusculaire. ration des communications interplanétaires. Toutes ces données ont été utilisées par nos savants pour créer les moyens de protection et écarter complètement les effets nuisibles à qui se rattachent la modification des fonctions de l'organisme. que l'homme sur d'exécuter un programme de recherches nécessaire scientifiques approfondi les animaux placés à bord des vaisseaux cosmiques. non seulefallait-il. comprend qui dépendent Il s'agit'du bruit. Les conditions et biologiques sur la terre sont fondaphysiques qui régnent mentalement de celles 'qui régnent on différentes dans le cosmos. à la connaissance et à la préparelatifs des lois de l'espace cosmique profonds. Aussi est encore insuffisamment cosmiques d'un vol humain sans danger. cipal de ces facteurs.. trique. du danger mique. termes. groupe comprend physiques Il s'agit en premier lieu du niveau baroméextrêmement bas de la pression de l'absence cosde l'influence de la radiation moléculaire. comment les différentes influent sur les soigneusement espèces de radiation •surtout sur leurs propriétés En d'autres héréditaires. Ces longues recherches ont abouti à la détermination des actions stimulantes comme des actions d'inhibition que les du vol exercent conditions sur la capacité de vie des différents organismes. SISSA'KIANE le cosmos ne peut pas être dicté par des considéIl ne s'agit un record d'altitude. des vibrations.

et également de gauche à droite et de droite à gauche. de l'état La modification y reste pendant de l'organisme humain dans de telles conditions offre un grand physiologique intérêt scientifique et pratique. après l'arrêt le bruit nede la fusée. surtout lors de sa mise en place sur l'orbite et lors de son entrée dans les couches denses de l'atmosphère au moment doit se du retour sur la terre. n'inter: vient que dans la phase active. Il est fort important de tirer au clair l'influence du facteur gravitationnel de la terre sur le fonctionnement du système cardio-vasculaire. Les observations montrent que. Un rôle très important dans cette compensation sera les correctifs nécesjoué par l'analyseur visuel. sérieux au vol cosmique On a étudié suffisamment l'influence de la vibration. Il en résulte que dans le vaisseau cosmique. Quant au vol sur l'orbite. dans les conditions il n'est pas possible de réaliser l'état*" puisque. Il est permis de penser de l'organisme humain l'inque les vastes possibilités d'adaptation compensent de la sensibilité vestibulaire et en partie de la sensibilité terruption profonde musculaire et articulaire. . Cette question est encore insuffisamment étudiée. l'homme trouver à demi couché. toutes ces considérations ont besoin d'une vérification scientiCependant.se rattache au champ gravitationnel sont les possibilités humain de l'organisme dans les conquelles d'adaptation ditions dans quelle mesure se maintient la capacité de travail d'impondérabilité. qui est capable d'introduire en le « renseignant saires dans la conduite et l'action de l'homme. elle aussi. c'est-à-dire le vaisseau cosmiqueQuand les accélérations quand est placé sur son orbite. scientifique pour déterminer le caractère de l'action de l'accélération sur l'organisme. En résumé. moteurs crée pas d'obstacle de l'homme. est commencée Cette vérification de Youri grâce à l'exploit Gagarine. la considère que l'organisme humain est en état de s'accoudes chercheurs majorité tumer aux conditions inhabituelles de l'impondérabilité. tout le cours du vol sur l'orbite. - ' ' ' . d'amortisseurs on a accumulé une expérience considérable Enfin. il se fait dans le silence absolu. qui. qui ne peut être accomplie qu'au cours du vol d'un homme. agissent l'homme les surcharges un temps considérables peut supporter propendant longé. terrestres. de l'homme. fique rigoureuse. » sur la du corps dans l'espace. sur la tension situation nécessaire des muscles pour exécuter les actions convenables. En se fondant sur les idées biologiques relatives à la haute plasticité de tout ce qui vit. dans l'état Il l'homme se trouve d'impondérabilité. Le bruit d'y diminuer accompagnera la fin de la mise endans la phase de lancement c'est-à-dire active.LA ROUTE DU COSMOS 17- le vol dans sa phase le niveau du bruit. jusqu'à des appareilsc'est-à-dire place sur l'orbite. Il existe une série de propositions de réalisation divers. d'impondérabilité pendant Il a fallu avant tout préciser comment se reflète sur l'état du système nerveux l'interruption de la signalisation à partir de la vaste zone des récepteurs nerveux dont le fonctionnement de la Terre. L'homme dans les conditions de l'impondérabilité ont cessé. On a établisont le plus supportables que les surcharges quand elles agissent dans la direction de la poitrine au dos ou du dos à la poitrine. si les accélérationsdans la direction du dos à la poitrine ou de la poitrine au dos. un temps prolongé.

C'est un facteur essentiel que la sécurité du retour sur la terre. . ses rapports avec les dispositifs de protection. SISSAK/ANE sur de l'action s'attache à l'étude détaillée qu'exercent grand intérêt de à l'impondérabilité et inversement. En ce qui concerne les questions d'alimentation. pas les mesures nécessaires. . dans la préparation à leur entraînement physique et volitif.s'arrêtent est placé sur son orbite. importance des cosmonautes.18 Un N. d'une. des têtes de fusées porteuses d'animaux après vol cosmique. il faut étudier et résoudre la conservation de la nourriture comme et de l'eau d'importants problèmes et le moyen de les absorber dans l'état d'impondérabilité. L' 1 « isolement » du cosmonaute un temps prolongé. que l'organisme à l'imponl'état de passage des surcharges supporte beaucoup plus facilement dérabilité que l'inverse. présente de considérables difficultés sérieusement de caractère psychique . on a fait toute une série d'expériences sur le guidage On a des atterrissages. la des excitants dans les conditions tension émotive. on peut affirmer motrice Dès maintenant. excitants visuels. Pour la sécurité du cosmonaute dont les facteurs Il est enfin d'une haute importance de bien apprécier Il faut signaler l'homme il est dans la cabine hermétique. En Union on a étudié pendant une longue période de temps la récupération. l'atmosphère » du cosmonaute pendant tation. La combinaison les conditions la limitation brutale des excitants habituels d'impondérabilité. Le vol de l'homme dans le cosmos représente une brillante victoire de la science et de la technique Il est encore difficile de prédire toutes soviétiques. dépend quand de l'alimensurtout artificiellement les particularités entretenue. un nouveau chapitre est ouvert dans l'histoire glorieuse de l'étude et de la conquête de l'espace cosmique. les passages des. s'attache quoi. tout cela. Le nécessaire est atteinte et que le vaisseau cosmique où le vaisseau à la surcharge débute au moment passage de l'impondérabilité cosmique quitte le vol sur orbite grâce à la mise en service. les conséquences de ce grand exploit. remarquables démontré est parfaitement les cabines hermétiques qu'il possible de récupérer avec leurs habitants. se prolonge. à n'en pas douter.installation humain de freinage. F « isolement la brusque diminution le vol. milieu obscurité et ne donnant pas cosmique environnant. l'impondérabilité les moteurs de la fusée. surcharges l'organisme Le passage des surcharges à l'impondérabiaux surcharges. C'est seulement après tout cela qu'a été décidé l'envoi d'un homme dans le cosmos. parsemée d'étoiles la sensation de la profondeur de ces facteurs avec de l'espace. En tout cas. les dimenpendant sions réduites de la cabine. extérieurs habituels de la vie sur terre. une si grande. Soviétique. il faut encore étudier l'influence et élaborer les mesures rationnelles à diminuer propres négative de ces facteurs. étant donné le silence qui lui sont habituels du absolu de l'espace étant donné l'obscurité cosmique . le régime de travail et de repos. la limitation des mouvements. du travail et du repos) et l'isolement du cosmonaute l'homme à de graves dérangements peuvent conduire psysi on n'élabore C'est pourchiques et végétatifs. quand la vitesse lité intervient au moment où. l'homme est privé d'un grand nombre Quand le vol cosmique des excitants : excitants sonores. où le rythme au moment normal de la vie est violé (par exemple en ce qui concerne l'alternance du jour et de la nuit.

n'avait révolutionnaire » . C'était le 16 octobre 1953. moins de ses « frères cubains » (le mot est de lui). Ce ne fut pris la responsabilité total était déjà éclaque trois jours plus tard. parmi de cette agression « indirecte ». Central Intelligence Agency. où contre-révolutionnaires. ne peut s'expliquer par l'aviation que par un soutien massif au gouvernement de Fidel Castro et par le caractère nouveau populaire de l'armée cubaine entourée des milices populaires.Dull. « démopour donner à Fidel Castro d'avoir « trahi la Révolution cubaine.Président Eisenhower avait inaugurée. sur la plage cubaine de Giron. « improvisé en croire. Fidel Castro assuma lui-même sa défense.LA REVOLUTION CUBAINE par Georg-es FOURNIAL le lundi 17 avril. un réquisitoire aussi contre les deux plaies principales de Cuba : le dictature.A. i. qui pouvait personne avoir les dirigeants des Etats-Unis. qu'on mystification — on ne les imaginait et si mal vices secrets nord-américains pas si crédules — et de Miami. il reprochait cratique oublier aussi non seulement la longue série d'actes hostiles au gouverC'était nement de La Havane que le . c'est que l'écrasement des pas de programme forces d'invasion armées la instruites. Victor Alba développe des- .S. équipées. ». M. dans la province chars Sherman au monde ne se demanda de Matanzas. ». » du 3 avril Mais le curieux du « pamphlet mérite reproche Kennedy examen pour deux raisons au moins : la première est qu'on s'évertue dans les 1 à accréditer dévouées là la politique nord-américaine l'idée publications que Fidel Castro. Mr John F. dirigée par Mr Allan. le débarquement des premiersORSQUE commença. Contrairement à ce qu'avancent des services intéressés et aussi ceux des amis sentimentaux de la Révolution cubaine surtout sur son qui s'extasient caractère « non-idéologique » même à les original. Kentaque amphibie mis au point un document du Département d'Etat nedy avait personnellement à l'agression contre Cuba une justification dans lequel. la seconde. Trois journalistes seulement étaient présents. mais en du jeune Kennedy au cours de sa campagne outre les déclarations fracassantes électorale. recrutées. empirique. Fidel Castro avait depuis longtemps défini son programme de gouvernement. Jugé à Santiago de Cuba par un tribunal dévoué au dictateur Batista avoir conduit la fameuse la contre pour attaque-suicide caserne Moncada. Deux d'entre eux purent sténographier intégralement l'extraordinaire c'était un réquisitoire contre la plaidoirie qu'il prononça. alors que l'échec d' « un véritable et majeur tant et que la presse put parler dése hâta d'accréditer l'idée d'une énorme des sersastre ». de la politique bien. par 2 et soutenues CI. arguments parfaitement 2.es. « lorsqu'il commandait ses hommes dans la Sierra Maestro. Par exemple dans la (Revue Socialiste de mars 1961. outillés » des émigrés cubains de New-York par « l'intoxication bien rapidement de quinze jours C'était là oublier avant l'atque. ». financées. U.

Dès le 10 octobre 1958. qui commença « d appliquer une réforme agraire (mais sans toucher aux latifundia) et nationalisa en pratiquement les . Une seule exception notable : celle du Président du Mexique Lâzaro Cardenas. ils restèrent 12 pour commencer la lutte armée..stra. un gouvernement Il s'était initialement le programme proposé. Il y a deux cent mille familles paysannes qui ne possèdent pas un lopin de terre où semer des légumes pour leurs enfants affamés 5 de terres caballerias et. millions . par contre. la protège et l'oriente. 13. était la charte Ce document célèbre. et la prospérité de notre nation d'une paysannerie grandeur dépendent saine et vigoureuse d'un Etat qui qui aime la terre et sache la cultiver. aux mains de puissants intérêts. si la pays éminemment agricole. en débarquèrent Pris sous le feu des troupes près de Niquero. comment est-il possible que continue cet état de choses ? Fidel CASTRO : L'Histoire m'absoudra. que Mr John Kennedy "pouvoir de des Etats-Unis le souci constant connaissant Il est plus probable. de Batista.des combattants débarqués la dictature._2o GEORGES FOURNI AL du pays par l'impériaet politique et la domination économique latifundium et largement exprimé.'la Sierra Mae. au Second front oriental « Frank Pais » et à tous les fronts sous le commandement 3. étrangères. fois dans l'histoire » affirme cepamphlet Kennedy issu d'un mouvement authentique populaire -. Compagnies pétrolières = Une caballeria ha. de Fidel venant de Tuxpan Castro.. près de trois cent mille producrestent incultes.. 300. qu'il respecte intégralement du large soutien du ailleurs la raison non seulement de chercher . d'ha. — donnerait aux douze survivants Latine en Amérique ef même ailleurs 3 la base 1956 » le 2 décembre Granma du « popu. Et précisément à Cuba viennent passionnelle de l'Ajmé: pour là première.42 = eab. qui est la province Fruit unissent la côte Nord à la de la United Co et de la West Indian côte Sud. les terres En Oriente. 5. l'application .rique Latine 4. que le mécontentement du contraire de ce que le d'ailleurs. dans tout le pays diffusé clandestinement révolutionnaire . serait difficile et grandissant mais aussi de l'immense cubain à son gouvernement. si elle a conquis son indépendance. et très clairement lisme étranger. iignoré. C'était en même temps. vivent sous la menace expulsés perpétuelle des meilleures terres cultivées sont en des mains Plus de la moitié la plus étendue. Le « Granma » est un yacht de . cubains et 85 % des petits agriculteurs paient une rente foncière d'être de leurs parcelles. Si Cuba est un tives. le programme qui. 82 hommes. peuple dans toute l'Amérique cubaine de Fidel Castro et de la révolution prestige '. déterminer d'Etat et son hostilité du Département „ américaines. du de la Sierra Maestra. Cet « état de choses » n'a pas continué.000 plus de 4. laire de masse qui en deux ans de combats abattrait m'absoudra intitulé « L'histoire ». le Haut^Commahdement de l'armée rebelle une « loi n° 3 » portant promulguait réforme et a titre transitoire en ordonnait immédiate « à agraire.. 4.8 pieds. latino» des révolutions « démocratiques les limites eux-mêmes . 1938 nord-américaines et 'britanniques. (Mexique). Il est resté le programme des combattants politique l'ait On a peine à croire révolutionnaire.«Latine.

ait été de posséder une terre à Cuba (qu'elle interdit aux étrangers frappa acquise en vertu d'un achat ou d'un héritage) . janvier i960).341 hectares — 653 pour des rizières ou des pâtud'un maximum perêtre prouvé que ces terres affermées pouvait rages — lorsqu'il la production. Il fut des paysans et des petits planteurs. Les avait déjà commencé. le soin d'exposer l'écode son pays : des journaux nomie de la Réforme et la réaction immédiate dominés Ministres se sont de fonds des Etats-Unis Les pires craintes des bailleurs de la Loi sur la avec la promulgation en juin confirmées trouvées Réforme Agraire.priorité entre 700. Le 7 février 1959. fermement la mettait en vigueur dans tout le pays.5 % d'intérêt. avait strictement de plus de 404 hectares et demi. la Loi de Réforme Agraire de l'hebRobert nôrd-américain au Taber. vingt ans.d'anciennes de leurs lots de terrain. d'apprendre leur seraient versées sur la pour expropriation que les compensations base de ces mêmes évaluations. cette interdiction les compagnies auraient pu également par actions dont les étrangers être actionnaires. The Nation.leur Bien qu'ils aient pendant de 4. .LA REVOLUTION CUBAINE 21 le Conseil des par les forces rebelles » '. Le 17 mai 1959. L'étape suivante — aux termes de la propriété des dispositions de Loi sur la Réforme Agraire — fut de se réclamer cubaine de 1940 qui. reçu la en vertu . bien qu'elle n'eût jamais été applila Constitution de grandes la possession interdit propriétés quéê. inemployées des. n° II (cahier extraordinaire. la possession permettant La nouvelle loi accorda des dérogations de 1. gratuitement. de moulins à broyer les cannes à La loi interdit aux propriétaires les vastes cela afin de supprimer sucre de posséder des plantations. d'améliorer mettaient furent Les terres dépassant les maxima légaux frappées. qui avaient absentéistes sur des terres nominalement possédées par des propriétaires avaient également cessions espagnoles. parcelles gouvernementales vécu pendant des générations guajiros de la Sierra Maestra. ont été scandalisés Les possesseurs de terres expropriées par les ont été offertes : des bons gouvernementaux à compensations qui. La presse américaine a promptement dénoncé la réforme agraire comme une mesure de confiscation. dans l'intérêt monopoles.000 paysans cubains qui en étaient dépourvus. d'en acheter trois deux « caballerias » f27 hectares). dans la Sierra était officiellement actuellement appliquée Maestra. la . c'est-là-dire rurales (latifundios). étant accordée aux métayers ou aux squatters qui vivaient effectivement A chaque famille on assura. qui rapportent d'un taux d'imposition extrêmement bas nombreuses années profité ils furent alors atterrés résultant d'estimations minima. Laissons journaliste promulguée. d'exprofurent et celles qui furent ainsi acquises par l'Etat répartie" priation. de New -York (23 janvier domadaire 1960). Bulletin légftSatif de Cuba. entre les paysans qui étaient dépourvus La répartition. Les doléances du cartel du sucre se sont traduites dans la langue la plus accessible au public des journaux : 6. sur une propriété expropriée. et le privilège autres. de terres.

elle "exporte liés cuirs experte dau sucr. le ranch.. 6°' Le commencement de la. Ce sont : une large déjà en.vue comme produits de l'agriculture de hauts rendements-.: par ^'organisation à une grande échelle de de « Magasins du Peuple coopératives! de logements. inspiné par. près de. geste final. de là produc» (vêtements..e pour importer des chaussures.diversification dé l'agriculture.réforme.estime que l'étendue.. modernisation avec obtention la planification. la diminution des terribles différences entre la ville et là campagne en. 809. On estimait six objectifs à savoir : économiques fondamentaux. Cuba alimentaires.Américains On. Otto Vilches.delàproduction. Tabm-. fois.N. tion industrielle « non^sucriere etc. 4° La création des bases d'une industrie de transformation des produits de et de l'élevage.Krem>la libre entreprise.totale: des autres sur 13.dans un pays en pleine.22 GEORGES FOURMAL de réforme Ib programmeagraire était un complot. D.géographe. King.'autres conséquences de. Sauf quelques industries le bois et les textiles. qui s'étend possédé par des.Cuba.avait atteint dans l'agridu latifundium1° La. dans Uey. pour la. des. Réforme à Cuba. lin pour détruire continue Robert Bans l'ensemble'. . continue d'être une _factorerie: de.sucre 1 possédés par lés Etats-Unis plantations le.).600 ha.. en conséquence. déjà.7 qu'après Nufiez Jimenez. une année seulement la. le « programme de la Mbncada » est devenu une réalité^ quoditienne enthousiasmante. l'im».F'I.cannes à.4M) ha de ou: contiiôles. les vilde terrains plantation d'écoles. du a* novembre io6o. furent désignés pour l'expropriation.liquidation et dés vestiges semi^féodaux culture. M. Agraire.R:A>.première fois dans Fhistoire de.la Réforme selon le même auteur. du développement actuel. l'agriculture B" La productionselbn des. (Institut agraire) que préside avec de l'armée rebelle Antonio autorité 1 le. Réforme tion de. pour la première de là. chaussures. de. ce qui concerne le niveau de vie. Fexpropriation a été appliquée sans retard sous la direcagraire Depuis lors. elle exporte du fer pour importer pour importer des 7. là construction de dispensaires. Hi ne fait aucun doute que.caramels. Le premier de ne pas gêner la production va être exproprié. le paysan connaît un progrès matériel et culturel lages tes plus: lbintains. de sports jusque dans.le.objectifs préalablement fixés..matière productrice Elle première. pour lui.production agricole qui arrive sur les marchés. et capitaine spéléologue. dire que là Réforme agraire a eu pour résultat essentiel de faire accéder la paysannerie la moitié de la popu(qui représente lation cubaine) à une vie nouvelle. la Réforme National' de là.554 lia àc Camaguey:. et des autres: terres désignées pour ranchs possédés par les Américains est à'environ 404. par leurs capitaux de 1959-1960' afini étant reporté après la « zafra » (ou récolte d'hiver) des gros élevages de sucre. sont agraire. 3° L'élargissement du marché intérieur et. grandissant. on peut. 2° L'augmentation. social Mais.

'N. et de stagnation industrielle sucriire imposé par les monopoles nord'anïéricams. de son aviation. Il s'y ajoute désormais une très grande aide extérieure \ ' en -crédits et en matériel. confisqué. nationalisé Ayant puis d'abord les installations pétrolières ". et d]abord sans aide l'effort l'I. résister à la concurrence alimentaires industries pour qu'elles puissent de lait de fromage. Fidel CASTRO : L'Histoire m'absoudra. Cuba peut devenir un pays industrialisé. puis les compagnies de téléphones et les centrales le révolutionnaire assure d'électricité. pour nationale des richesses du pays : la révolution a mis fin que la récupération au pillage et à l'exploitation des impérialistes. . qu'il chimiques giques.. et un énorme C'est une oeuvre de judicieuse. qui doit être « l'année de qu'après » dans le calendrier montrera dans quelle planification mesure et à cubain. loin de ibaisser. — même rapides — ne se feront dont les résultats haleine. les industries ruineuse européennes que livrent de . des usines métallurdustrialiser le pays est urgente.. les mesures sociales prises par le poupar rapport voir révolutionnaire leur niveau de vie.JJA REVOLUTION CUBAINE 23 sur ce que la nécessité -d'inest d'accord Tout le monde (charrues. Aux premiers ont amélioré notablement mois -du nouveau les loyers d'habitation avaient été déduits régime. des quelques cubains capitalistes et des politiciens voleurs à leur service. fournissent comme que les pays du camp socialiste travail de planification on sait. condensé. de liqueurs et d'iiuiles et celles. les travailleurs leur sort : outre que la liberté leur a été rendue totalement. d'ailleurs longue sentir un délai de plusieurs années. américaines.conserves .Etats-Unis le nombre des chômeurs 9 a diminué de plus économique de des salaires a augmenté de 31 % au cours des 200. de plus de 50 millions de dollars de cré. et sans quoi l'industrialisation indépendante ne serait évidemment et planifiée n'est encore l'essentiel pas possible. que la masse globale 6 premiers mois de 1960 alors que le pouvoir du peso. grâce à l'investissement dits d'Etat cubains. de ces installations industrielles existantes que le progrès indépenéconomique — — dant du pays moins visible rapidement que celui de la Réforme agraire et va le faire. acheté par le de monoculture . le iboycott que -malgré des .000 nombre 9. C!est à partir flotte^.A.000.. sous la direction industriel ait commencé dès 1959. peut se poursuivre ont bénéficié d'une amélioration très considérable de Déjà. que la menace de licenciements abusifs ne pèse plus sur les ouvriers. 'extérieure. que manquent faut des usines de produits des papeteries. d'achat s'élevait 'légèrement à 1958. améliorer l'élevage. à le « normal » des chômeurs sous le régime On estimait 600. du Département de l'Industrialisation de remarquable que. attend les calendes grecques. (de 50 %) 8. et l'élaboration de nos la technique les cultures. En riposte aux Compagnies nord-américaines refusant de raffiner le pétrole cubain à l'Union gouvernement Soviétique. de ses installations portuaires. quel rythme Ce qui a été fait jusqu'ici. un des points L'industrialisation depuis longtemps qui était évidemment délais -essentiels du programme demande d'autres révolutionnaire. de sa de ses mines ^t gisements. de Cuba.R. de mise en pratique Mais il faut considérer comme que la Réforme agraire. du capital sous mais les possesseurs exigent passent que les ouvriers se croise les bras et l'industrialisation leurs fourches l'Etat caudines. 1962. sucrièresJ gouvernement au peuple cubain la propriété de ses chemins de fer..

de collèges de centres techniques. les autres recevront ressources une rente viagère de 150 pesos.N. les immeubles grâce à l'administration Nationale de la Loterie et au produit (dont désormais les loyers qu'il perçoit deviennent des bons « épargne-logement même perdants »). dix mille école pour qu'on y installe. dans son programme dans de l'armée nationale et sa volonté de développer la même phrase sa conception sans attendre l'instruction Ces objectifs fixés ont publique. (300. depuis le 1er janvier la campagne nationale « d'alphabétidernier. respecter le peuple et protéger cent pesos. io. Et les forces armées de Cuba casernes ont déjà été convertis et les milices Rebelle » d'environ 30. Dans 5 a 20 ans selon la date de construction 10 de tous neufs que construit l'I. à la création des "grands « . depuis si longtemps en ce qui concerné été atteints l'armée. il ne vaut rien que la République dépense un cenet le camp de Columbia en une time pour l'armée. pendant à 1958) pendant par rapport dans les immeubles plus récents. à d'apprentissage l'institution de bourses d'ét. le monles billets tant cïuHioyerjpiv^ Quant aux seront les très riches durement seuls anciens propriétaires d'immeubles.000 anatteints : ils ne percevront que 600 pesos par mois au maximum encais1 équivalent des loyers qu'ils ciens francs environ) .surtout professionnelle et civique des instituteurs nécessaires . saient. une très impora constitué urbaine Le 15 octobre 1960. les tarifs de téléphone de même que les médicaments. aU lieu de soldats. tante étape dans l'élévation devient décente et sûre : chaque locataire à tous le droit réel à une habitation de 50 % de son logement après avoir payé son seul loyer (réduit propriétaire date d'avant 5 ans si son immeuble 1940.ndf-s suffisantes en nombre et en volume pour assurer à chaque enfant le droit a la plus haute culture. et presque à La Havane. des complètement Quant au progrès scolaires ils se mesurent institutions et universitaires. Instituto Nacional de Ahorros y Vivienda (d'épargne et du logement). . le citoyen.V. Le camp en Cités scolaires. . il est juste qu'un solnation. doit être converti enfants. chissements. etc. toutes les autres de Columbia. L'Histoire m'absoudra. la Loi de Réforme en donnant du niveau de vie de tous les Cubains. à la construction de dix rurales — en 15 mois là peine . qu'ils pouvaient d'immeubles. à la formation mille classes —. même si la masse des locataires On ne voit pas bien comment de la n'avait cette loi révolutionnaire pas été annoncée au temps des combats de la plagie les mercenaires avec enthousiasme Sierra Maestra. On remarquera de fa Moncada. et s'ils n'ont pas d'autres de Cuba..Centres SQÙlaires^ji. Fidel Castro définissait souci déjà.000 hommes (une « Armée populaires) sans doute avec quel sont aujourd'hui « le peuple en armes ». Mais si c'est pour tuer et assassiner. .Ai. dat gagne au moins la nation les intérêts le peuple et trahir et défendre pour opprimer d'un petit groupe. Fidel CASTRO .24 GEORGES FOURNI AL les rafraîet d'électricité. Il s'ajoute naturellement à cet effort. aurait accueilli de avec quelque raison tenir pour les avant-coureurs de Giron. des grands propriétaires l'armée défendre la Et je dis aussi que si c'est pour servir la République.

Loi Du dans le Sierra Maestra.nnp dp. pour être libre. . de réaliser Préoccupé comme il l'était immédiatement son programme agraire et son action contre l'analphade Marti que. : « A-t-on licencié armée ? »• la question bennr. et même des cuisinières en série. en somme. . Moi je pensais à li. qui se montra de faire aujourd'hui armée. incendies. camp militaire et construisit comme inexpugnable. Mais ne va pas imaginer une armée restant du matin au soir le fusil & l'épaule. avec le concours de plus de cent mille instructeurs bénévoles et des deux millions de livrets édités par l'Imprimerie de lecture les 40 % de la population abandonnaient Nationale.LA REVOLUTION CUBAINE 25 sation » grâce à laquelle. sur son emplaceconsidérait qu'on aux enfants ment la « Ville-Liberté » qu'il inaugura par un discours océan pour l'écouter) : l'un des meilcubains (il y en avait un véritable leurs qu'il ait jamais faits. Ils se mêlent peu » peu à pu finir les milliers Au début. que la réforme latine a toujours été l'histoire d'armées aux l'Amérique étrangères intérêts nationaux et populaires. If est évident fait qu'elle de l'industrialisation partie du plan général et s'allie à la fois aux perspectives de Cuba et de progrès technique de son agriculture. le peuple les reconnaissait et les boycottait la. Dès janvier de la dictature était 1959. bétisme conformément à l'aphorisme il envie de dépenser du faut savoir. rageux pour mériter partie de la nouvelle Je serais presque tenté de dire que cette transformation radicale de l'armée a autant de L'histoire d'importance agraire. Fidel Castro n'avait pas la moindre en temps de paix. où ont bien de soldats de la dictature. pour tous les pays du Continent. étaient mis en jugement et condamnés ". promulguée journal Psese Sera. précédents que les régimes à l'ignorance sauront lire et écrire à la fin de 1961. qui vint trouver Mais les choses tournèrent de telle sorte que Castellano mit cet entretien 'à profit pour faire échapper à temps son maître avec toute sa cour Tu vas me demander de sbires. Ou bien il s'agit de cas qu'on sur les doigts. .. pas dans l'armée un seul soldat ayant fait partie de l'ancienne rebelle armée. Il démolit en un temps et de l'argent pour l'armée ce sinistre de Batista clin d'ceil la forteresse Columbia. Une telle tâche n'a jamais été affrontée dans aucun pays d'Amérique Latine. de l'Armée il est très exactement Quant au caractère celui rebelle.yols et pillages Mais peut-être vaut-il des textes de loi pour mieux. l'armée et ceux de ses membres commis dissoute. ensuite il les a laissés tranquilles. d'âme mercenaire. soldats de l'ancienne Pas beaucoup. Tous. Castellano. ici ce que disait le cinéaste italien Cesare rappeler à son retour de Cuba. « Los rebeldes » travaillent à construire des écoles.. viols. vie productive. en réponse à Gianfranço Corsini 12 qui posait Zavattini. Mais on ne saurait néglison aspect exemplaire ger. du 28 janvier 19158. tortures. plutôt que d'évoquer nous assez hermétiques. en vertu de l'instruction civique qui l'accompagne. La dernière tentative faite par l'ancienne armée pour s'insérer dans la Révolution fut faite (de façon déloyale) par le général des forces de Batista Fidel Castro la veille de la fuite de Batista. qui avaient assassinats. que Fidel Castro avait voulu et défini. comme celui du peut compter un ennemi assez loyal et assez coucapitaine Quevedo. il n'existe Aujourd'hui. d'assassins et d'exploiteurs. Ce texte a été publié dans Les Lettres Françaises. la.

c'est l'armée en tenue civile. Il est certain que cela sera future classe dirigeante.000 dans la presse pro-américaine. marche dins. . de la Police. l'appareil mais aussi parce que. qui s'entraînent née de travail.26 de Cuba l'avenir gens de l'armée armes. citar vaillent. suis toi. de même que tu es moi. on rencontre file à droite. La révolution cubaine a répondu au poète. ce n'est: pas niable . provenant inédit. on l'a vu au cours des de de l'agression d'avril. les usines. . je le suis . mais que: son existence même donne à la révolution cubaine la conscience. je. Instruites rebelle. les bureaux. de son avenir. par les cadres de l'Armée milices se sont formées de volontaires. les docks. hommes et femmes. Nous sommes la même chose. Nicolas Guillen rêvait — en combattant serait réconcilié Il disait avec son armée nationale. je suis d'en bas. — du Au temps de la dictature. ainsi que je l'ai dit. accomplissant le programme dès l'abord) qui l'animait elle a pu distribuer au peuple tout entier les armes de sa défense. ont été constituées sur l'ensemble du populaires Depuis lors. désormais. par groupes d'une dizaine . arrière. toi aussi. dans. Toi. Comme disait Camilo Cienfuegos. ner. que je te hais ? Je souffre que parfois tu oublies qui je suis Caramba. ont appris excellent pour la matériel humain GEORGES FOURNIAL le jour où s'incorporeront à sa vie civile ces jeunes le maniement des « rebelde » qui. nous pouvons le peuple. Tu es pauvre. ce matériel humain réduisait à peu de qu'auparavant l'analphabétisme chose. étroitement aux « non-professionnels au combat volontaires après. que je te hais . au caractère Ces milices journées ajoutent populaire l'Armée: rebelle et. ils veulent s'entraîmais encore venant de l'intérieur. . les milices territoire du gouvernement envers la des Etats-Unis . Soldat. ajouter qu'à Cuba. qui aura du choix dans un de la campagne. on peut l'imaginer un peu moindre. leur jour». les écoles et l'Université les magasins. non seulement en vue d'attaques de celles qui seraient susceptibles de venir de l'extérieur. jour où le peuple cubain alors : Je ne sais pourquoi tu penses.. les « rebeldes » tra*de tâches. alors très étendu. naires paraissait les inévitable. avant. Leur effectif total n'est pas . dans les villages et les coopératives ouvriers. Soldat. Elle a pu le faire certes parce a détruit_complètement qu'elle militaire et policier de la dictature. Précisément parce que. D'où as-tu donc pris.. Moi. dans les syndicats exactement connu : on l'évaluait mais à 200. depuis que l'hostilité révolution cubaine et que l'agression de leurs merceest devenue manifeste. s'acquittent propres la nuit ces citadinsrlà faisant marche avant. d'apprendre là se former un caractère. constitue Que cette sorte d'armée populaire une force militaire. c'est le peuple en uniforme l'armée. révolutionnaire en les mêlant. habituellement aux seuls.

notre article goriquement nouvelle (l'Allemagne ». la Pensée. Des historiens vont jusqu'à supposer chez lui une sorte de vice héréau coeur de l'Europe. démocratique allemande. des .&:D. Défions-nous de ces accusations fédérale soit-elle encore en 1961 — a beaucoup Changé. iDans la vie . i. démo: la 'République fédérale et la République deux Etats distincts rien n'est réglé. que «on frontières. Il inquiète dynamisme alliés 1. le visage -de . nucléaire armement la guerre ne sont pas réglées : Berlin. On dirait que ce peuple n'a pas trouvé sa place. la 'Pologne et-la «elle a ne-. inquiète pas.&.à être canalisé. xix* et au début du :xx° siècles. Déclaration télévisée du 10 avril 1961. -ou. n° $4). sa voie. Aussi absurde Adenauer à d'ailleurs comme vient -de le 'faire le chancelier que d'affirmer. les questions En dépit de la stabilité ou désarmement. de Weimar. L n'est Les Allemands ont bonne conscience occidentale à toute force l'Allemagne Il -est absurde de vouloir ramener 'de 1961 à cette grande ombre lugubre qui se profile derrière elle. la majorité pourtant de la iRépublique fédérale allemande.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLÈME ALLEMAND par «riïbert BABiA pas d'autre pays en Europe qui ait comm autant de régimes -en 'des commissaires ans : Empire vvHlhelminien. SUlea signé . HIe Reich.Le national-socialisme la veille de -l'ouverture du procès Eiebmann il le peuple allemand. ce cauchemar des chancelleries de frontières . Dans cet article il sera à peu . ditaire. Et pourtant cratique à la fin du n'existe plus .près uniquement question sta République -elle.les' SFcbécoslovaquie.. nées de des deux Etats allemands. existe toujours. (Voir . •sur la justice » 3.un :traité dîamitié-avec elle :a orompu caté••renoaeé :à -tout arm-ement irrucléaire. ne connaissent plus de contestation est On serait tenté de dire-qu'il le problème allemand.sans appel Avec :1e :nazisme.et . quarante Rëpuîïlique et admidu peuple. ne pose pas :de sproblèrmes -de ce >genre à >ses -voisins. les Balkans. qu'on voudrait expliquer parfois par sa situation entre les Slaves. dans un espace sans frontières naturelles. n'existe : « . n'est pas le IIP Reich. occupation République de naissance et confirmation nistration du pays par les vainqueurs.000 hommes.et les Latins. Cette Allemagne. ses voisins -et même ses nei réussit pas . La République matique sa politique son idéologie. Ses structures politiques. La question d'Orient allemande. plus aigu que jamais. -aussi sont profondément différentes. lui. etc. 2. elle a limité :son aimée à 90. .morale du peuple allemand plus parmi Nous sommes un Etat fondé n'existe plus de sentiments nationaux-socialistes.Allemands de l'Ouest •Ce que dit le Chancelier. -« la . — si problééternelles.

visitant Varsovie avec un groupe de touristes..D. Pour la plupart même facilement s'érigerait : ne se veutla République fédérale aurait dépassé le nationalisme habitants. question . Conceptions généralisées. ? Elle n'a pas de occidentale elle et ne se sent-elle pas européenne. six ans après la capitulation. atlantique. sur un territoire un peu plus grand que la moitié de celui de la France. Or. André contemporaine. oceidtentale a aujourd'hui le croient. La République fédérale est un pays neuf. ABOSCH : L'Allemagne sans miracle. Le arrêtait devant les plaques rappelant l'exécution en Allemagne. . l'Alsace et. Les fusillés d'hier sont encore coupables. et humains. Heinz Julliard.A. est fondée la République fédérale qui.A. On ignore souvent que cette expression vaut encore plus pour la R. intégration etc. absence ou étouftique. c'est l'américanisation Deux grands partis au programme voisin. de la Pologne. qui Naturellement. ne datent pas d'aujouret les Etats-Unis Les analogies entre l'Allemagne des moeurs. Sans doute le phénomène n'est pas unique. aux U. on a forgé dans le monde l'expression » *. un pays à la conscience vierge. alors le géant allemand écrase de sa masse ses partenaires. l'Italie et la Hollande peuvent avancer des taux d'expansion Mais si l'on passe des taux aux plus élevés. industrielle cinquième puissance d'Europe. En 1918. dit-on. économique Le Boom économique ce pays écrasé sous les bombes. i960. oete évolution n'a-t-elle été possible que grâce à la « Prosperity fédérale connaît depuis dix ans un essor ». production. s'est maintenu. quantités produites. que le guide couple allemand de Polonais par des nazis. Elle n'en est pas moins comparaison. Sur cette PIETTRE : L'économie allemande 4. depuis dix ans.D. réformistes meilleur. taux d'accroispuisque les sement de la production industrielle sont en sensiblement supérieurs République démocratique allemande. dix ans plus tard. le groupe et rentrer plein de rancoeur couple a fini par quitter contre ces Polonais assez dépourvus de tact pour agir de la sorte 3. mise à part la « crisette » de 1958.. a retrouvé. En 1949. — non seulement ses villes bombardées parce qu'effectivement la République sont neuves aujourd'hui. du c'est sur les instances Si elle a réarmé. en 1929 il retrouve et dépasse les chiffres de production de 1913. voir accéléré. est lft fement de toute opposition.A. intellectuelle. chrétiens « monde libre » et. colonies ni de guerre d'Algérie. mais parce que sur le vieux continent. pour la défense d'idéaux d'un Heine Abosch raconte l'indignation Dans l'Allemagne sans miracle. de la vie polid'hui. en 1960. qui n'aurait gardé du passé que ses grands hommes et ses bonnes traditions. 28.. 3. Un pays neuf. la République en Europe occidentale du moins. fédérale est de tous les Etats. L'Allemagne de ses en censeur de ses voisins. en pourcentage.28 GILBERT BADIA Elle bonne conscience. à peu près sans précédent.. le Reich capitule. En 1945.. Dans la seule Europe des six. Paris. celui qui rappelle le plus le Nouveau Monde.cf. Sans doute.Or l'essor économique « le miracle allemand de la République fédérale.S. syndicats à la vie économique. p. conviction que le mode de vie allemand des le plus juste. ses chiffres de production de 1936.. la soutenir dans la plupart la des secteurs tout au moins. 1952. entièrement Lorsque occupé. Ce qui est nouveau. le Reich perd une partie de la Silésie. en ce les chiffres de ne saurait concerne la R.

Haniel'. de la. ils assurent presque la de l'industrie allemande moitié de la production en année). publie etc. 8 % du nombre fournissaient la moitié total des entreprises existant en R. des consde l'électricité. tructions en 1960. rival français. mais presque toujours records d'investissement 5.o millions de DM (soit plus de 70 milliards d'anciens francs) à leurs invespréparent et Hcechst dont le chiffre d'affaires a augmenté tissements. actuellement moins de 3 % des entreprises produit d'affaires total! la moitié et réalisent 55 % du chiffre des ouvriers emploient En dix ans. allemands eux-mêmes sont inquiets. depuis 19-50. Grâce à des avantages fiscaux consentis par l'Etat élevés.7 milliards de D.F. en 1960 (soit Il faut bien citer des chiffres. du: En 1950. car la bataille souvent.. total des entreprises alors que le nombre régressait. à l'autofinancement. chimique (et leur part croît d'année ils occupent 194... A eux trois. augmenté. G.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLEME ALLEMAND 29* deux fois plus d'acier plus que le IIIe Reich • que celle-ci et beaucoup produit dans ses années de production maxima. Concentration industrielle sans précédent Deux phénomènes ont accompagné nomie allemande. par exemple. Les trusts chimiques Bayer. moderniser. Flick. le surplus étant pour l'essentiel les consommateurs. Tous les grands trusts de l'acier. naliser. . Krupp. Bayer. Sans doute les industriels. les firmes allemandes ont pu consacrer. Ces chiffres sont des indices. en un an de 25 %. 34 millions de tonnes d'acier le double de la production et presque autant que tous les autres parfrançaise Près de deux fois tenaires du Marché Commun ensemble : 47 % exactement). britannique. d'automobiles (2. Thyssen. Prenons le cas de l'acier : six trusts (Thyssen. les banquiers éco-> « Ça ne peut pas durer ! » lit-on. Records (en moyenne d'exportation. de la chimie. et aux prix de vente relativement 5. chacun-50 milliards d'anciens francs aux investissements et versent aux actionnaires un dividende de 18 %. ce sont eux -qui fournissent les d'un véritable impôt que paieraient puisque de ces investissements. nomiques. de l'écoce développement spectaculaire un accroissement des profits. ont dépassé notablement. leurs ventes de 1959mécaniques Records de dividendes de 10 à 15 %). mesure. encore que ceux-ci aient. etc..5 % de 1959 à 1960.A. des sommes considérables Alors qu'avant de 70 à< distribués aux actionnaires dans la proportion 1929 les bénéfices étaient 80 % en moyenne. Hcechst. : Siemens. en 1961. chaque semaine. Les recettes budgétaires çaises réunies 1960 à 1961 de 42 à 48 milliards La de marks (sans augmentation d'impôts). concurrence ne fait que commencer et les grandes firmes veulent encore ratiosur accroître leur de production évincer.055. Badischc Anilin de 15 à 20 % eh 1960. accélérée. Merkur. nominalement.depuis la dernière guerre on ne répartit plus que le tiers. moyens à consacrer 6. vont consacrer. périodiquement dans les hebdomadaires le Rheinischer En attendant. Krupp. capacité pour le rival ou dans une moindre le • de nouveaux marchés. FARBEN. Une concentration bien plus rapide que celui des salaires.000 plus qu'en marque (Volkswagen) produit presque autant d'autos que toutes les firmes franvont passer deet dépasse le million. voire le quart des On a pu parler à ce propos consacré à l'autofinancement. Une seule France véhicules en 1960). le nombre au capital de 100 millions de des sociétés anonymes marks et plus a doublé. et le chiffre d'affaires de chacun d'eux (environ d'anciens-• 300 milliards francs : Hcechst : 2. bénéfices. On pourrait les multiplier.000 personnes. Records de chiffres d'affaires AEG. en i960) est supérieur au chiffre d'affaires de l'ex-I. de nouveaux records.M. Klôckner. social brut. Voici chiffres à titre Les usines Thyssen se:' quelques d'exemple. le volumedes matières a augmenté production synthétiques des transports fluviaux de 20.

G. exerçaient où les On pourrait faire des constatations dans l'industrie analogues chimique. précédente). L. » Puis il déclare que « nos efforts tendent à opposer de ses à cette concentration du capital une déconcentration de production » pour ajouter aussitôt : « Cela ne se réalise naturellemoyens de production on ne dispose pas [des moyens] ment pas du jour au lendemain. électrique). tir la position dominante de la sidérurgie et de l'industrie chimique. banques s'affirme Cette concentration du chanest favorisée ouvertement par le gouvernement celier Adenauer s'il s'en défend. qui nous renseigne 6.G. Klôckner Hcechst Hôrder Hiittenunion (grands (sidérurmagasins). de ses usines. trois firmes.6 litres de plus que (3% l'année Une famille sur cinq possède voiture et machine à laver. dans la Banque. Supplément « qu'il Chrétienne Démocrate : C. Badische de les Grands de l'Allemagne occidentale et dominent Hcechst). (sidérurgie). Demag. par les autorités d'occupation. Bayer (chimiel. les salaires ont augmenté. La gie). guerres. certes que la producDepuis i960. d'un de charbon de la Ruhr. Au récent 7.. les plus importantes de R. qui voire encourage la concens'interdit de toucher à la propriété tolère.. s'accroît. au Bulletin de presse du gouvernement fédéral du 22 mars 1961. Hibemia. de l'économie d'abord Erhard que « la technique explique moderne de production sur une grande échelle et une grandeexige des formes concentration des moyens. la il s'est encore entremis pour faire autoriser reconstitution. p.D. (chimie).CA. 3. (sidérurgie charbonnages. (ciga(chimie). de leur chiffre des 25 d'affaires. liste fait ressorRheinhausen et etc. Anilin. Farben.U. Dans le discours a prononcé à l'Université de le 8 février dernier qu'il le ministre \ienne. résultat de l'éclatement de l'I. qui étaient très tivité. G.E. privée.30 GILBERT BADIA assurent 70 % de la production. aujourd'hui tête : Mannesmann et divers). Stahlwerke. où la position dominante des trois grandes de nouveau (Deutsche Bank en tête) 6. La consommation La consommation intérieure bas. reprises auprès de la Haute Autorité pour faire revenir de vendre une partie gation faite naguère à Krupp. (sidérurgie). de bière par tête d'habitant a atteint en 1960 94. sous forme de Comptoir cartel des producteurs de vente. si l'on prend pour base les salaires de 1950.). lorsque les Vereinigte un monopole de fait dans cette branche. (industrie Opel (autos). tration de mains. Plus récemment. Voici à titre d'indication la liste. mais si des décala plupart de ces firmes figurent encore dans le groupe de lages ont pu se produire. Krupp (sidérurgie Volkswagen (autos). (chimie). à plusieurs même Lui-même est intervenu sur l'oblila C. figurent parmi nouveau le marché. Unilever Badische Anilin Daimler-Benz Esso Reemtsma (autos). sur quatre un réfrigérateur. Phoenix-Rheinrohr Siemens Shell rettes). Erhard a expliqué était Congrès de son parti (l'Union — — décidé à défendre la liberté institution de l'économie de marché d'entreprise indispensable contre la critique et l'hostilité » de toute opposition . sur le niveau de la population. par ordre d'importance. On ne saurait mieux social serait mauvais reconnaître que cet Etat. (sidérurgie). Il paraît qu'on boit en Allemagne une famille cinq fois plus de Champagne Mais ce ne saurait être là un indice qu'avant-guerre. Nous en sommes pratiquement Werner-Gren) les Aciéries revenus aux beaux temps de l'entre-deux réunies. qui perà porter et les biens et le principe consistant mettent de disséminer la propriété de prétendus atteinte à la propriété défauts de l'ordre privée en vue de corriger » 7. de la puissance industrielle entre un petit nombre Niveau de vie et idéologie Moins vite. Cette liste date de quelques entreprises années. (pétrole). (pdtrole). Hcesch. ils ont augmenté.).E. (Bayer.A.F. mais enfin.

« Le concept d'action au Congrès de la C. en fait. il est vrai. lui demande intérêt fices que la bourgeoisie au nom d'un national. mille d'en haut » comme (die Oberen Les s'accroît Zehntausend). par. Cette tendance des couches à monopoliser la notion d'intérêt dirigeantes national ne date pas d'hier. aidé d'ailleurs c'est que le gouvernement fédéral. sur ce terrain. profits qui leur permettent de confortables dividendes sements et de distribuer (de 10 à 20 % en moyenne). investisde fantastiques de réaliser des entreprises. est bon pour qui est bon pour l'Allemagne Il est fappant de voir les questions dans les journaux quelle place tiennent : pas d'hebdomadaire à grand Économiques tirage qui ne consacre plusieurs de telle ou telle firme. 9. en Allemagne un brillant Elle connaît fédérale renouveau. de jeu C'est tout. les directions s'efforce une idéologie de collaboration de propager syndicales.F.'. Elle a consisté à vendre à un certain nombre d'ouvriers de la firme. la bourgeoisie. Cette manoeuvre à long terme rendue d'un est évidemment possible par l'absence parti réel.. demeure grève des métallurgistes peu élevé. si l'essor se poursuit. rable. pages à rendre compte de la production La « société sans classes » et l'opération Volkswagen Erhard de l'avènement société sans classes. L'objectif. augmente classes. mais constante Ce qui est certain. un emprunt.U. voire joyeusement. proportionnellement plus vite que le salaire moyen.A. . c'est d'intégrer la classe ouvrière à la société idéologiquement de l'amener à accepter les sacrisans protester. On dirait ici « Tout ce pour les Etats-Unis s'appliquer « l'industrie » (die Industrie) ». capitaliste. le fossé se creuse entre les si die n'est pas absolument parfaite Le nombre des millionnaires leurs revenus. il pense d'une Lorsque parle à ce qu'on le <c capitalisme » et singulièrement à l'opération appelle populaire de l'entreVolkswagen *_. H est frappant marqué tater qu'en le nombre du travail. » aux ouvriers Résumons-nous : l'entreprise des capitaux « emprunte et leur verse en échange une prime.D.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLEME ALLEMAND 31 à dire que nous Erhard a beau assurer : « Je me crois autorisé Le professeur même de réaliser une société sans classes. sommes maintenant sur le point » . depuis ia grande du Schleswig-Holstein. «Mivriers. La fameuse phrase « Tout ce qui est bon pour la General Motors est bon » pourrait à la R. incarnerait qu elle. UNE action de l'usine en était désorqui possède Volkswagen I mais propriétaire Cette distribution a donné d'actions lieu à d'énormes Volkswagen (payante) spéculations boursières. des conflits Allemagne occidentale. de classes et qu'il a. prétendu 8. si l'on considère on dit en allemand et le revenu des « tDia. assurait-on. On comprend d'entrée 8. de consdes points. à leur proposer prise des actions c'est-à-dire qui. Il l'a avoué fort nettement correspopulaire à notre inévitable pond volonté du capital productif. L'interdiction l'autorité fédérale du Parti communiste d'abord à ce d'opposition par répondait but : permettre de développer sans entraves cette idéologie de collaboration de classes si profitable aux grands monopoles. sont sans commune fort modeste des salaires amemesure avec le relèvement nuisé d'ailleurs hausse des prix. une concentration d'opposer à la concentration » Comme si l'ouvrier de 2a propriété. Une partie les actions ont des ayants-droit revendu immédiatement n'ayant pu payer et ce sont des capitalistes leur titre des actions qui ont racheté aux seuls destinées. leur marks économique rapportera quelques d'intérêt. par une lente. En Europe seule la Hollande connaît une « paix sociale » compaoccidentale.

32 GILBERT BADIA ne présiet qu'ils des ouvriers ne changera rien à la situation -que l'opération conserve la aux destinées de l'entreprise -deront (dont l'Etat pas plus qu'avant à la spé» va tout au plus permettre /direction Cette « reprivatisation effective).).P. défendre et qui ne sauraient de Toutes ces remarques : élévation du niveau de vie en raison relative 'l'essor et des directions tentative de la bourgeoisie syndicales économique. l'humanisme sont. cessé d'exister. dans les du etc. 51 ministres sénateurs ou secrétaires d'Etat. 43 membres de la Confédération administrative etc.offerts aux dirigeants Pool du Marché syndicaux organismes charbon-acier. 1961. de la Commission Lânder. est de Berlin-Ouest). Norden. Mais elle vaut à un grand nombre social-démocrate de bonzes syndicaux Le dirigeant des traitements confortables. chargé il a borer un nouveau du parti.D. du D'abord « Les racines toute référence au marxisme est supprimée. . ouvrière. sous la République 'Celui de Frédéric Ebert et d'Hermann Mûller. Mais ce parti. Aussi s'est constituée depuis -plus de 25. d'abord s'est opérée en deux temps. que le nom. d'Allemagne n'a plus rien de commun. 1959) et plus récemment 1960). Pourtant un candidat social-démocrate Il présente Le parti continue.-. expliquent dans le pro•sans doute les changements de s'opérer profonds qui viennent de la social-démocratie allemande. Il au poste de chancelier Brandt. gramme n'est qu'une a trahi la classe ouvrière Dire que la social-démocratie phrase a été pos• creuse si l'on n'essaie pas de comprendre cette trahison pourquoi sible et comment elle s'est opérée. grassement rétribués. sous le fallacieux de collaboration préd'une aristocratie texte d'intérêt constitution national. le droit Les lois sur la cogestion (1951 et 1952) ont donné aux syndicats d'avoir des entreprises (sur 11) au conseil d'administration cinq représentants d'administrades Conseils et de désigner le tiers des membres sidérurgiques tion des sociétés par actions. de Bebel est morte La social-démocratie en 1961.. d'administration et les Directions des grandes entreprises : 29 chez Mannesmann. en Europe. d'élaLe Congrès de Godesberg était un Congrès extraordinaire. détiennent de la sorte 929 sièges dans les Conseils syndicale. (Willy bourgmestre sa ligne. démocratique io. de développer une idéologie de classes. . Commun. et rsocialisme la morale chrétienne. à considérer le second parti occidentale. soit 3 millions 1952 une aristocratie de fonctionnaires qui ne mènent pas du tout syndicaux "la même vie que leurs mandants leurs intérêts 10. membre du Conseil 1959 tion de Mannesmann depuis 1959! Il aurait perçu de ce fait pour l'année d'anciens francs. les résultats programme Voyons auxquels abouti. y ajouter les postes. Voir l'article n° î. au Congrès de Godesberg La rupture au Congrès de Hanovre "(13-15 novembre (21-25 nov.00Û marks. du Comité directeur du parti socialiste de ce parti dans les que 30 membres (S. culation les dirigeants à laquelle participent syndicaux. avec le parti de Bebel et même avec de Weimar. de se donner libre cours. 42 dans les sociétés Krupp. 30 -chez etc. Ici encore. 51 maires sociaux-démocrates. leur présence ne peut en rien modifier la nature de l'entreprise ni même sa marche. Il rappelle sur ce point d'Albert dans la revue Eiraheit. à ce titre. à il est juste de dire que la social-démocratie allemande. 27 cher Flick. Mais ceci s'insère dans une grande manoeuvre. Il faudrait Klockner. d'administraCarlo Schmidt est par exemple.

il préconise dans ce cadre « des systèmes régionaux de sécurité » qui seraient un pas vers un désarmement général et vers la détente. options dont aucun parti pas plus que politique d'aill'Etat n'a à déterminer le contenu ». de cette « économie de marché ». tend pas proclamer par respect pour l'homme en matière de foi. la. Le parti social-démocrate groupera à rester fidèles à leurs leurs des gens venus d'horizons divers et qui continuent initiales .. économique. La propriété économique privée des moyens politique : doit être protégée et encouragée » : ici. classes sociales antagonistes. Toutes les citations de Godesberg sont extraites de l'hebdomadaire du Congrès Die Débatte. (spécialiste tions économiques) ne diffère guère de celui du Pr.. titution) Elle veut la liberté d'entreprise.. n° 41 qui a publié et celui le texte complet du programme des interventions des principaux leaders. soyons précis. à l'Etat . Sur les questions fondamental reste de politique le programme étrangère. la paternité de la politique de Bonn. même celle des moyens de production de l'a et la liberté sont des éléments importants de concurrence d'entreprise de social-démocrate. Mais avec sans équivoque Cependant il se prononce pour la défense nationale. du parti. on donne « quelques pays d'Europe d'une société établis sous des gouvernements sociaux-démocrates les fondements nouvelle. d'un vague prudent. ce qui les unira. Par philosophie il faut entendre de Kant Celle classique classique allemande. Elle soutient expressément sation économique. : « La liberté protéger la propriété privée. En outre. le « socialisme de les options de « vérités dernières. philosophie en premier lieu. il salue Il affirme d'internationalisme la vocation les Nations Unies. pour tâche de Au contraire. Erhard. Comme modèle. pas l'instauration social-démocrate des quesSur ces points. » (Il s'agit évidemment des pays Scandinaves). économique tout en regrettant : la concentraqu'elle aboutisse à ses conséquences logiques tion économique de puissance entre les mains d'un petit et une accumulation où ont été déjà nombre. d'objectifs politiques de commun n'ont Mais ces buts politiques eux-mêmes pas grand-chose de Il n'est plus question avec les buts traditionnels de la social-démocratie. Ce qui signifie que chacun doit apporter de Bonn.. le langage de Deist. C'était en novembre miques 1959. La social-démocratie se rallie au libéralisme Elle revendique même. 1959-... à mots couverts. à la politique du gouvernement -Non seulement la social-démocratie (là Consapprouve la Loi fondamentale au fond l'organide la République mais elle en approuve fédérale.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLEME ALLEMAND 33 » ne préla philosophie démocratique classique » 11. bastion social-démocrate 1960. même netteté il condamne de la Bundeswehr : « La l'armement atomique ne doit ni fabriquer ni utiliser des armes atoRépublique fédérale allemande ou tout autre moyen de destruction massive »•. Le En parti socialiste approuve le réarmement atomique a été emporté. ce dernier novembre Le Congrès de Hanovre s'est prononcé de la Bunatomique pour l'armement deswehr « L'Allemagne doit avoir un gouvernement. chez le plus grand nornbre « une conscience sociale et le sens de développer la coresponsabilité son concours ». nov. le parti se donne. . c'est une même croyance à la « liberté conceptions de l'esprit » et la poursuite identiques. une toute petite restriction production « dans la mesure où elle n'empêche d'un ordre social jusjte ».. honnêtequi remplisse ment toutes les obligations de la République de sa particifédérale découlant n.

Il ne faut pas se laisser prendre au piège des termes .34 GILBERT BADIA d'un armement à l'O. qui ne réarmement une atomique. et grisés par l'exemple de Kennedy. n'y a plus de différence « Le parti social-démocrate social-démocrate la position et celle d'Adenauer.P. ticulier de l'armement ont suscité. de profonds remous et provoqué du cannombreux membres du parti. il n'y a pas d'alternative possible questions importantes accentue son anticommunisme allant En même temps.P. ist damft zum Hauptstôrenfried in der 14. On reproche aux intellectuels injiure. Les textes du Congrès de Hanovre ont paru dans le Voïwârts des z et ^ décembre i960.. en bonne justice. Brandt 15.D.D.D.. 1961) le publiciste analyse longuement cette évolution : les limites de la de l'Etjat de étroites démocratie formelle singulièrement Bonn. Le parti communiste est interdit. Ibidem. en parreconnaître Il faut..D.D. il n'agirait 15. le S. En tout cas. c'est déjà un mot péjoratif de penser « subjfectiveet d'être fascinés par 7a dialectique ». affirmer qui ne que le parti socialiste » et que ce parti est devenu « le prinvit que grâce aux baïonnettes soviétiques » l 4. gressé. (n° 1. Sans parler de l'habileté il est peu probable d'affaires d'Adenauer. a dit que. traduis littéralement : « Die S. que les milieux et les milieux misent sur le S. en butte aux tracasseries jours policières formes 1G. politique existe pas de grand parti d'opposition. De nombreux universitaires entre les deux Allemagne! qui militent pour le rapprochement sont révoqués ou menacés de suspension. atomique l'acceptation de la démission dans les rangs du S. Les généraux de la Bundeswehr. a proRhénanie-Westphahlie que la tactique pas payante. la mori social-démocrates.U. Willy Etouffement Cet de toute vie politique de la social-démocratie alignement actuel en Allemagne occidentale. s'il était élu chancelier. terme d'intellectuel de devenir Reich. qui préconisent coexistence sont réduits à leurs pacifique.D. le S. abstraitement. pensent a 85 ans). partisans de se résignent pas à la politique confrontation loyale avec l'Est et la isolés et touseules forces. gegenwârtigen Epoche geworden. souvent les toutes qui peuvent prendre Le « Mouvement contre. De même pendant longtemps Adenauer parla « d'armes modernes » quand il voulait dire a armes (atomiques ». ç> i960. Dans les Frankfurter chrétien Dirls Walter Hefte. Je » De telles allégations se passent de tout commentaire. et son équipe veulent battre Adenauer sur son terrain.T. il s'agit toujours important de rassurer la petite bourgeoisie. parce que sur toute une série de » 13.D.F.P. suspect et l'objet d'attaques» Comme sous le III* le te est en une convergentes.A. Brandt du pas « en tant que mandataire Parti » mais qu'il réserverait sur chaque point sa liberté de décision . Nous n'insistons Brandt pas ici sur l'aspect électoral du Congrès de Hanovre.. ment. les récentes élections en catholiques municipales ont montré Brandt n'était La C. voué à l'échec. recule. II montre comment tout intellectuel non conformiste est a priori. p. Vorwârts. dernier. d'autant que le jeune prétendant du vieux chef {Adenauer (Brandt a 47 ans) triomphera des deux partis coïncident Ce calcul nous parait plus facilement que les programmes presque. de guerre à l'époque actuelle cipal fauteur du Congrès. a armement efficace » signifie bien « armement atomique ». Les Allemands traqués.] efforts devenus nécessaires. » est sabordé par les personnalités atomique l'an dernier aux postes de direction. dire qu'il importante. permet C'est 12. dans leur mémorandum d'août effrayait réclament « carrément des armes atomiques ». décembre 13. 16.D.P. jusqu'à « impose un régime unifié de la R.N et dote la Bundeswehr efficace » ia» C'iest pation entre en politique extérieure. Les calomniés. Il s'agit d'habituer peu à peu l'opinion.U.E.A. portées souvent nouveau la « Frieparti pacifiste. commune* extérieure sur pied une politique sas efforts pour mettre poursuivra [avec la C.Â. de la paix y sont brimés. passe en R. que le mot atomique il y a quelques années. qui est évident. hégélienne . que les décisions de la Bundeswehr. 7. qui n'ont que peu goûté la proclamation didat au poste de chancelier. Le cas le plus récent est sans doute celui du Pr Renate *Riemeck. Le mieux le climat d'imaginer Il n'y un climat étouffant.

le soir de la mort dei Wilhelm de la République Le au président Pieck. partie d'entre eux.F. une accusation lancée contre tout opposant et qui peut avoir pour celui-ci des conséquences graves. de Marburg n'est une manifestation A vrai dire. on laissera aux spécialistes Les plus modestes parlent de 1. Nous retrouvons ici ce concept de que M. en République non seulement n'a pu fédérale. les territoires sont allemands. diants. ne revenons il est mort. colloque organisé à leur intention. pour la défense des valeurs chrétiennes selon eux représenterait. se limite cette passivité 13. est boycotté par tous les moyens. 18. le croit — manifester et contre la dictature pour la liberté. La politique est l'affaire de spécialistes On aurait tort — devant ces exemples — d'en conclure : la simplement R.'Le 13 janvier i960. littéraire etc. la page de l'histoire criminel.500 étuLes chiffres avancés varient.D. pas fréquente attitude sur un problème Elle suppose une prise de position qui politique. L'Allemagne sans doute avec l'Espagne Sâlazar un triste privide Franco et le Portugal_de un diable sans cesse agité lège : le communisme y est une question passionnelle.quoi. mais ils condamnent probablement (même s'ils lui accordent des circonstances atténuantes).A connaît un régime autoritaire. question réelle et disposant opposition . qu'on n'enseigne pas pas les hitlériens. cadres de des autres officielle selon laquelle les citoyens une vérité 19. mais il a été insulté. diants 17 ont organisé contre sa venue une manifestation A de type fasciste. petites villes.A. c'est que les étudiants y a de nouveau. des écrivains venus d'Allemagne de l'Est sont arrêtés au cours d'un Munich. Cependant en même ils diffusent temps de R. On a peine en France. de Marburg des bouteilles de bière à la tête de M. en R.F.. aux jeunes l'histoire leur de l'hitlérisme. qu'on = Nazisme Communisme.. pas sur le ne poursuit passé. président de la Chambre du peuple de R. sinon pour l'équation proposer La position celle d'Israël : c'est une victime d'Adenauer sur Eichmann curieusement expiarejoint toire qui évite de parler de la responsabilité l'hitlérisme. molesté et plusieurs d'étumilliers prendre la parole. Or ces vérités « officielles berg constitua faute d'une de larges moyens d'expression. même sous le régime autoritaire que nous connaissons depuis trois ans. etc. Après. n'a pu jouer que dans des Ensemble. comme celle.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLEME ALLEMAND 35 densunion fédérale partage ». L'Université de Marburg en compte 6. d'ailleurs. devant une opinion facilement intoxiquée depuis des années. Le Bertiner lors de sa dernière tournée. Dieckmann -qui jettent — du moins une bonne s'imaginent.A. Ce qu'il en 1961.A. nazisme affreux est tournée. La position : Hitler était un officielle est à peu près la suivante vis-à-vis du. le procès de Nuremà l'est de l'Oder » ne sont pas remises en un grave déni de justice. pour le encouragent de vote de venir tous les quatre ans déposer un bulletin citoyen à la possibilité — et singulièrement dans une urne. C'est au nom de ces principes. Les pouvoirs publics tend à devenir de plus en plus étrangère là là population. ne sont pas libres. invité par un groupé d'étudiants de l'Université de Marburg. à concevoir le climat réel de la République politique fédérale allemande : certaines pièces de Brecht ne peuvent y être représentées. 17. Ces étudiants ignorent sans doute l'histoire Eichmann du nazisme 18. où les survivances du fascisme hitlérien sont nombreuses.000 au total. Dieckmann « bonne conscience » dont nous avons parlé plus haut. H n'a pas été autorisé à organiser.. une soirée d'hommage démocratique. c'est fini. selon Adenauer.D.. La démocratie.

répétée que le quelques le péché et que les socialistes.D. Adenauer septembre du pouvoir.F. une idée voisine. sairement » 22.000 est parfaitement hommes.R. qu'en Le succès électoral suffi. C'est une idée constante d'Adenauer politique que la République fédérale n'a plus sur le plan de la politique mondiale la liberté de mouvements dont jouissaient le IIe ou le IIP Reich. fait de la Bundeswehr l'ont Les généraux Il n'est pas seul à les réclamer. de discours politique l'idée sarcasmes contre ton bonhomme. la force miliannées à faire de la Bundeswehr Strauss a réussi en quelques du continent 120. au dernier Gerstenmaier. autonome entre les deux pour l'instant. il s'est assuré en Allemagne de la C. etc. de Le développement le rôle de leader de la coalition et assumé l'U. et son dangereux aussi publiquement. les citoyens le grandleure façon de passer leurs vacances. est affaire de spéciaDans le régime de la République fédérale. en France ensuite. avec celle-ci qu'un seul parti. Il entretient des liens étroits l'étranger. La Frankfurter définissait en janvier cette politique en disant : Zeitung ci Vis-à-vis de nos partenaires nous sommes libres occidentaux de notre polimais vis-à-vis de l'Est. retrouvera.S. base politique solide en se faisant élire président Les options de la République fédérale Les changements que nous avons notés dans la façon dont le problème se pose aujourd'hui. mécanisée.' 36 GILBERT BADIA — le soin de diriger les affaires du pays. Adenauer. nous n'avons tique. . Adenauer. 1961. s'ils ne sont pas rouges. pense pour eux. l'adversaire. exprimait Congrès de la C. sont tout de même un peu roses : c'est tout. une avec les généraux du Pentagone. : s'il réclame des armes atopère.S. entraînent des modifications considérables dans allemand l'orientation de la R. à réfléchir sont invités listes. On peut lui faire confiance doivent être nécessaires.. j'eus l'ocà lui.D.U en déclarant que « rAIlerriagné éviterait à f avenir de faire une politique de grande 26 avril.U. Pas de programme. à gagner de l'argent. en Espagne d'abord. est le mal incarné. du chancelier.A. Cela a Tout donne â penser d'Adenauer l'a prouvé. En outre. d'ailleurs approuvés par le Chancelier de la nouFranz Joseph Strauss.. électorale pas casion de suivre la campagne faites sur un des causeries lénifiantes : des homélies. (Le Monde.) Evidemment puissance ».S. un des hommes les plus inquiétants dauphin velle génération. La Christlich-soziale Union est la version bavaroise de l'Union chrétienne-démocrate 2JElle ne constitue (C.' 21. la politique là la ineilà vaquer à leurs affaires. communisme l'Antéchrist.A. nous devons nécespas le choix. 22. le chemin avec des arguments identiques. des U.U. _ troupe fortement équipée d'armes modernes.S. En 1957. Le président du Bundestag. Grands et choisit de « coller » le plus étroitement des possible à la politique 20. il convient de ne pas prendre l'expression au pied de la lettre. Traduisons : l'impérialisme allemand faire bloc avec l'Occident à pratiquer une politique renonce. c'est qu'elles miques pour la Bundeswehr. puis il a réclamé des bases à taire de loin la plus importante. revendiqué atlantique ne saurait être qu'un font qu'elle des « brillants seconds » par les Etats-Unis.). comme nous allons le voir. mais conserve cependant une organisation autonome. « notre plus puissant allié » pour reprendre une expression adenauérienne courante. La Bundeswehr ne compte mais cette que 300.

Certains du moins milieux nationalistes 23. sérieux et nous Kennedy sur les problèmes imméconsulteront notre sphère d'intérêts qui débordent etc. Le Rhèinischer mot à dire dans les affaires mondiales. C'est gouvernement rêvent sans doute d'une politique ce ne sont pas eux qui mais. cela ne veut pas la course du peloton. comme l'a été l'idée de l'Europe par exemple.A. l'attitude de l'impérialisme allemand l'inspour tant. est de posséder les armes. Et c'est ce désir « d'être considéré. Quand Strauss ou Adenauer réclament des bombes atomiques ils insistent encore sur pour la Bundeswehr. est le seul qui Or.A.A. depuis « Payons et nous serons considérés ». Merkur. ni qu'il ait abandonné à dire. le fait que cette dotation serait effectuée dans le cadre de l'O.. vont nous tenir pour un partenaire. plus indépendante. Robert Schuman déclarait atlantique la politique du Adenauer. d'un Etat démocratique. . 23.S-A. Par ce moyen d'ailleurs. pour l'instant.A. l'alliance étroite avec jamais l'espoir les U. L'O'.S. i960.A.S. En pas de terrains qu'elle ne disposerait réalité. poursuivis par là ne sont pas seulement psychologiques.N. qui mérite naires. l'aide aux pays sous-développés.F. disions-nous.F.A. de sérieuses consenties les concessions financières « dire son mot » qui explique du mark.T. L'essentiel allemands Ensuite pour les généraux — et des Accords de Londres et de Paris est là pour le prouver — l'exemple il est toujours les clauses d'infacile de faire sauter les verrous et de tourner terdiction. de tous les pays de la coalition atlantique. nous acceptons notre part des charges et responsabilités de l'alliance atlantique.F. le désarmement.. puisque diats : le Laos. seul. peuvent n'être qu'un moyen. déterminent dit la politique de la R. une armée avec laquelle on peut collaborer. D'où une 4e puissance nucléaire.A.. les objectifs ils sont militaires.NOUVEAUX ASPECTS DU PROBLEME ALLEMAND 37 le gouvernement fédéral espère avoir son U. Il s'agit d'habituer est française 'à l'idée que la Bundeswehr l'opinion une armée « pacifique l'armée ». cinq ans à peine après la fin de la guerre. formule territoriales au delà de la frontière des revendications Oder(territoire : « L'Alliance Neisse).F. de Rapallo.A. d'assurer en Europe son hégémonie économique. de Gaulle de venir s'entraîner La Bundeswehr a obtenu du gouvernement en France. sous prétexte suffisants.T.A. la R.T. Le 8 février 1952'. ni qu'il renonce là infléchir d'atteindre ses buts propres. Rhemischer Merfcur. » financièrement Telle est.N. avec la Wehr'macht. ». et militairement™. Le gouvernement Adenauer s'efforce de persuader occidentale l'Europe d'être appuyé par ses parteest un Etat pacifique que la R. qui n'a plus rien de commun Dangereuses revendications territoriales la R. organe officieux des semaines une campagne tenace sur le thème de Bonn.A.F. : « Les U. C'est sous le couvert de la communauté européenne qu'a été rendu possible le réarmement de la R.F.A. Autrement renonce officiellement à la encore. aide au sousau cours des derniers mois par Bonn (revalorisation à au lendemain de la visite d'Adenauer Même commentaire développement). mène . l'appui prêté au projet Herter de faire de l'O. politique 21 avril 24.N. et la communauté des Six est encore aujourd'hui un moyen pour la R. Mais s'il ne songe pas aujourd'hui à faire cavalier.

tous les colonels de la Bundeswehr ont servi sous Hitler ne suffit pas. démode même qu'il se refuse à reconnaître la République un traité et à conclure de paix.F.A. de retiendra la cathédrale ou les brasseries que les autostrades. Tout augmentent conoourt a créer une situation telle que nous dépendrions de la R. à expliquer la genèse de l'Allemagne qui contribue actuelle. officiers passés récemment en vue de « libérer ». explore l'espace. Les deux Grands hésitant à employer loppent il y aurait.A. à l'Allemagne ses frontières de à réunifier en étendant aux deux Etats le régime de la R. sous ce nouveau ne . Peu sera amenée l'occident sera assez fort. échanges est le pays d'Eichmann.A. pour des conflits de type classique. pour employer démocratique la terminologie fédéral. en 9 ans. cents Rappeller que la R. C'est une raison suffisante pour ne pas vivre sur des illusions et tenter de comprendre la réalité nouvelle de cette inquiétante Allemagne.A. si l'Allemagne à l'Est à la sur les territoires allemandes des revendications en raison perdus rien perdu. l'humanité disent-ils. soviétique occidentale militaire mand puisse songer à utiliser la coalition pour satisfaire ses revendications territoriales.S. Munich.F. pendant la vie quelques dé l'Europe. dizaines à dominer probablement d'années. et de loin. atomique. par peur de détruire Et les révélaentre eux si l'on peut dire. : en substance ne cesse de répéter est au pouvoir Adenauer Depuis qu'il à négocier 25. C'est pourquoi le gouverhabituelle au gouvernement nement de Bonn s'est toujours d'une zone à armement opposé à la création limité en Europe. . Les échanges franco-allemands se sont en effet beaucoup au cours des dernières développés années. son ne sont pas ceux du nazisme.A. encore de le redire au Congrès 25. cesse de se renforcer et d'étendre ses ambitions. de nos échanges extérieurs. quand cosmonaute au temps où le premier que la déclaration paraisse ridicule importe allec'est que le gouvernement Ce qui est grave. l'Allemagne 26. on peut prédire allemand conque le problème tinuera. » Cette affirmation'n'a suite de la seconde guerre mondiale. Mais ils présentent des aspects malsains. Son climat. les que l'on. La République fédérale s'est occidentaidéologie américanisée lisée. la France que pour n'est tant entre partenaire la République fédérale qu'un d'autres. on peut craindre occidentale ne menace politique que l'Allemagne encore la paix du monde. donnent à penser tions faites par certains en R.. Pour l'industriel ou l'économiste. avril chrétien-démocrate. Voilà des aspects nouveaux quelques-uns la République fédérale a pris aujourd'hui un air trompeur de pays « comme les autres ». entière. déveIl y a plus grave. l'U. Sans jouer lés prophètes. devient le premier pour la France. le pays avec lequel c'est nos sont les plus importants 26. client. ne dépendrait"de beaucoup plus qu'elle nous. que plus de huit des fonctions juges nazis y exercent judiciaires. masque. l'impérialisme allemand. 19-61. Pour le touriste c'est un pays prospère et accueillant.D.R.&. Mais la République fédérale n'est pas le III 0 Reich. 1933. Et pour le cette négociation devrait aboutir à rendre gouvernement fédéral.F. H vient 2. allemande cratique du problème allemand en 1961. place. que tous les officiers généraux. Certes c'est là un fait objectif. Le commerce avee la R. de son exactitude.F.A. représente le cinquième En outre nos importations bien plus vite que nos exportations.38 GILBERT BADIA occidentale cesserait d'être une alliance y était admise défensive.prépare !à Bonn les plans d'une campagne millions de citoyens de la Répubique allemande..F. Il n'en de Cologne. Certains » d'outre-Rhin « théoriciens militaires l'arme l'idée d'un conflit limité. Alors la R.

Boulier-Fressinet. De son côté. Physis et Cosmos. imite l'objectivité par la transcendance. ajoute-t-il. ENGELS (« LUDWIG FEUERBACH ») par DEBAT Nous SUR LES André LAZOS DE LA PENSEE RATIONNELLE ORIGINES ici deux réponses à notre enquête sur les publions démarches de la pensée rationnelle (n° 94). — QUELLES ATJTBESOPINIONS? u "NE analyse marxiste de la pensée d'Heraclite. elle emprunte comment en les démarquant des explications comment elle scientifiques. Lazos rappelle que. premières A. de loi intemporelle. au passage J. et de rationalisme sont le fait de l'aristocratie sent le poulorsqu'elle voir lui échapper et qu'elle conçoit donc quelque doute à l'égard des dieux et des cultes. vinrent ci trouver aussi onéreux que peu effiémanant caces les sacrifices des brahmanes . et d'ailleurs la critique des cultes aboutit à créer d'autres cultes. d'après les premiers éléments de dialectique plusieurs auteurs. A. d'eux cet embiyon ne pouvait de rationalisme être consistant ni durable. sur le tâtonnement entre deux idées de la nature. surtout ports entre la dialectique des rapports entre la dialectique et le rationalisme éléménprimitive . a d'abord été le fait remarque de rois qui en. J. d'Heraclite. serait un travail extrêmement complexe et qui ne saurait être effectué sans une étude préalable des rapet la logique formelle des Grecs. de la place qu'elle occupe dans l'histoire de la philosophie. sur son hésitadialectique tion entre l'idée scientifique du devenir et l'idée métaphysique de cycle fermé. Boulier-Fraissinet donne d'intéressants indiens. Lazos attire opportunément l'attention sur la pensée.LECTURE PARALLELE D'HERACLITE (« FRAGMENTS»> DE FR. mais. dans l'Inde. — de qui émanent les Sur cette question fondamentale prede quelle classe sont-elles l'oeuvre ? mières ébauches rationnelles. sur l'utilisation àty thèmes qui ne sont pas encore des concepts. La désacralisation de la nature et des hommes. dans la philosophie grecque et dans la philosophie chinoise. exemples montrant comment la religion s'insère dans les lacunes de l'observation et de l'explication. déjà mais encore confuse.

du mouvement. ni un métaphysicien comme matérialiste Ce n'est pas non plus un matérialiste Le Logos. absolue du monde. Feuerle besoin de surmonter l'esprit humain. 113). et révèle aux autres. dialectique. Ce n'est certes pas Engels ou Lénine qui auraient à Heraclite cette valeur absolue de son Logos. Le principal reste à faire. Nous appelons donc a système » la consconforme truction d'un ensemble de catégories et de syllogismes parfaitement sur ces lois de la pensée spéculaaux lois de la logique. Sa pensée n'est pas une construction spéculative . Or Heraclite se considérait. mais qui ne sont pas posés expressément la position s'était fixé comme tâche de définir simplement parce que celui-ci marxiste par rapport à Hegel et à Feuerbach et non pas par rapport à Heraclite . 10). « absoqu'un lument ». on s'est arrêté de creuser à un certraitées ici ont été arbitrairement tain moment. (L. Il s'agit simplement énoncés par Engels contenue dans les fragments d'Heraclite et les principes de densité et de netteté. Nous avons pensé cepentaire qui ont précédé la naissance de la philosophie. Ce « de » sépare le métaphysicien matérialiste du dialecticien façon ou d'autre Duhring matérialiste et Empiriocriticisme. bach. Editions Sociales. Soc.40 ANDRE LA&OS.. c'est là un fait dont on ne saurait douter. 1946. ce qui ne périra pas de l'oeuvre hégélienne. vérité objective homme comme Heraclite connaît tout entière. loin d'être prouvée par la suppression de toute contradiction. Hegel. comme ce qui est « issu d'un besoin impérissable toutes les contradictions ». c'est-à-dire de l'homme et de l'humanité indépendante <{ Il faut. comme un révélateur de la vérité absolue . dant qu'il ne serait pas sans intérêt de procéder à un premier examen des fragdu matérialisme tel qu'il est exposé à la lumière ments d'Heraclite dialectique Feuerbach et la fin de la philosophie classique par Engels dans son Ludwig d'un travail de comparaison entre la pensée allemande. seul le Logos est absolu. La philosophie d'Heraclite est-elle un « système » ou une « méthode » ? de. c'est la Dûhring. passe. p. miers. c'est. éternel et tout-puissant. de ce la suppression « la prétendue vérité absolue ». dit Lénine. Il n'est ni un dialecticien idéaliste comme Hegel.. Le contraire du système. c'est-à-dire qu'Engels appelle tout comme de toutes les contradictions. tout est relatif. Engels » (Matérialisme Heraclite n'a jamais précisé sa façon d'admettre la vérité absolue. Les questions dans ces quelques pages si frappantes limitées . . monde est en mouvement. si « Logos » n'était reproché qu'un terme pour désigner la réalité objective. 1948. soit un système ? Est-ce à dire que la pensée qui se dégage de ses fragments Il est évident que non. ». Sa parole est le Logos même. fondé uniquement tive et ayant comme résultat la découverte de la « vérité absolue ». admettre de façon ou d'autre la vérité absolue. p. c'est dire. toute Le « système » est défini par Engels comme la partie périssable de oeuvre de philosophe. « la vérité objective. Ed. en changement Tout perpétuel. indissolublement liés aux prearrivé devant certains problèmes tout dans cette oeuvre d'Engels. sa vérité est l'affirmation dit que le autrement que la contradiction régit la réalité objective. que les questions omises par nous dans cette petite étude sont fondamentales dans la pensée d'Herade ce qu'il y a d'unique pour l'appréciation clite.

comme des sourds. 56. 40. La question du rapport de toute la de la pensée à l'être est le fondement héraclitéenne mais elle n'est nulle posée philosophie part dans les fragments peut faire. en un exposé complet étaient classées d'une héraclitéennes plus pouvons-nous supposer que les formules Même façon voulue. 101 a. mais la grande majorité conscience . d'Heraclite est une révélation. 36. Pourtant cette révélation une initiation. il ne peut évidemment pas être une méthode. 118. 89. 77. qui suppose qui est plus précisément et donc une technique de la pensée et de la parole de la part de l'initiateur. 71. Tout ce que le lecteur moderne de plus près à cette question des de chercher dans les formules qui touchent éléments matérialistes ou pré-idéalistes. plus exactement tion est ce dont l'époque d'Heraclite à la place de l'outil que pouvait disposer nous appelons la « méthode ». donc elle ne signifie 2e idée : l'âme la pius sèche est la plus sage (fr. 34. c'est l'harmonie . par la Diké (fr. 55. 57). sagesse du singe comparée certaines choses comme et considèrent justes que tout est Un. 83. font. 2. 51. est certainede la part des disciples la possibilité cette révélation d'être initiés. 28).HERACLITE ET ENGELS Ai Si l'enseignement dit encore la méthode. la qualité de l'âme conformément d'expliquer 3e idée : le monde. 75. à tous les hommes le logos. 19. 116). et une mulsens n'apprennent titude de connaissances ne suffit pas à donner de l'intelligence (fr. 72. la 5e idée : la sagesse de l'homme à celle du dieu est comme comparée à celle de l'homme . le dieu voit que tout est juste. ment plus proche de la rnéthode cette initiaque du système . Mais les beaucoup rien de vrai aux hommes qui ont l'âme barbare. c'esl expressément pour être résolue. aujourd'hui Le3 formules gnoséologiques d'Heraclite nous est parvenue dans lequel l'oeuvre d'Heraclite Malgré l'état fragmentaire nous pouvons être sûrs que cette oeuvre n'a jamais consisté en un développede réflexions dérivant les unes des autres . 72. la méthode dialectique. 1" idée : les sens sont des instruments et il faut avoir de connaissances si on cherche la sagesse (fr. les hommes comme d'autres (fr. 2. ment matérialiste ni antimatérialiste . comme qui oublient sont incapables de comprendre. D'autre de ces formules n'est pas construite de façon à part chacune contenir tout l'enseignement héraclitéen sur un certain sujet. ces hommes (Fr. comme ou comme ceux qui se trouvent au des non-initiés. 78. 117). 1. prennent pas. 104). 17. Tentative à la théorie matérialiste du Feu. nous n'aurions d'une pas l'ensemble doctrine. 114. 73. 107. injustes hommes à Heraclite) 6a idée : ce que les autres ne com(contrairement des contraires (fr. 35). la pensée sont communs des hommes n'en a pas (fr. tout au ment. si nous avions l'ensemble de ces formules. de connaissance. 113. n'est ni spécifiqueLa première la deuxième partie est tout à fait matérialiste. tant se comportent des endormis ce qu'ils en absents. comme des présents qui pourpremier stage de l'initiation. groupées peut-être autour de certains thèmes fondamentaux. Engels. La règle de construction est une règle de style et c'est la technique à antithétique qui permet de représenter ce qui forme le noyau de sa pensée : chaque phrase d'Heraclite l'unité et la lutte des contraires. découvert et puni mais il est toujours 4° idée : le mensonge est possible. rien de clair. 102). 86).

en faisant inquiétants fragment chose d'indépendant de tout le reste et qui existe en dehors de l'esprit quelque il annonce les voies idéalistes humain. de certaines conceptions métaphysiques. par ses résonances est plus» troublant encore en terminologie destin) que ce qui y correspond moderne : la nécessité . celui qui comme à la nature (fr. L'expression (Guerre descriptive tout à fait satisfaisante. qui pas décisifs fragments la possibilité laissent apparaître la possibilité d'une limitation de sa dialectique. c'est une réponse qui prouve qu'on du problème. 93. Heraclite s'est servi de ce mot parce religieuse ne disposait débarrassées d© la que son siècle pas de notionscomplètement vieille imagerie mythologique. 32) . elle est donnée dans des faut savoir interpréter (fr. clite en disant de toutes choses se produit selon Fexprime que lé devenir l'Eris et 1© Chréon et Nécessité) est (fr. 123). la nature (fr. (oracle. HeraCe que nous appelons la loi de l'unité et de la lutte des contraires. 4e. a le premier dans le mythe que Platon exprimé parfaitement ce qu'il les ombres. Il y a des fragments un germe métaphysique en ce qu'ils qui contiennent . grecque que devait suivre la philosophie Heraclite. un homme des contraires ?) n'est pas exposé. nous l'appelons des reflets. c'est de connaître ce qui gouverne le Logos c'est d'écouter et de reconnaître que tout est Un (fr. 112). 6e et 7e points font partie du problème non barun homme de ce problème par lequel (quel est le processus. mais il faut peut-être supposer que. signes qu'il de base mais le noyau Les 3°. 112)). tout en jouissant de la résonance de sa formule. à des formules qui n'éclairent rien le rapport du logos du monde au logos de l'âme. 5*. nous passons de la formule d'intuition admirable matérialiste d'après dire la vérité à exposer les choses en les délimitant. 1. Un mythe appelle platonicien énoncée en est l'aveu de l'impossibilité de donner au problème une solution termes logiques a pleinement . 1). ne se tait pas. c'est ce Pour l'idéalisme en général la réalité n'est qu'un de la caverne . après Matérialisme et dialectique se 108 montre combien le matérialisme d'Heraclite Si le fragment primitif fait de nouveaux révèle peu solide au moment où la pensée antique critique il y a d'autres dans le domaine de l'abstraction. la comprendre que le nom de Zeus veut et ne veut pas être prononcé sagesse est séparée de tout (fr. c'est de (fr. en les consiste laquelle selon leur devenir naturel en définissant (fr. que le terme du devenir. naturel l'harmonie les signes et reconnaît comme Heraclite interprète bare. Ceci rend un son sagesse parle et agit conformément de ionien si on se rappelle à fait surtout tout matérialiste. 108). du problème est encore conscience Chez Heraclite la conscience confuse . le mot Chréon. reflet de l'idée . en tout cas. 41). 80). de la sagesse Ce dernier est des plus . la vérité. celui qui possède la Heraclite connaît 8e idée . 50). « Physis » contient l'idée à conformément : c'est de parler et d'agir 9e idée : La sagesse est unique tout à travers tout (fr. il serait absurde de demander une définition à l'époque d'Heraclite de style prophétique .42 7e idée ANDRE LAZOS : la vérité ne se dit pas.

Dans le mot métron Le feu s'allume et s'éteint à intervalles façon parfaitement réguégaux d'une de l'unité de mesure n'a ni monotone . du mot Métron Mais l'emploi liée. il ne faut pourtant pas imaginer dictant comme des puissances surnaturelles qui sont citées dans ce fragment. (du et inconsciente 108 d'après du fragment la chose sage navire conduit lequel paT la Gnome) nous voyons est séparée de tout. 30). C'est dans le fragment métaphysique qui en exclut absolument la mesure que le Soleil ne saurait dépasser.HERACLITE ET ENGELS 43 semblent le devenir dans le temps (« condition fondamentale ignorer perpétuel de tout développement ». Mais le mot le plus d'un de ce fragment c'est le verbe ÏLybernein. L. pure de tout contact n'est pas le matériaLe matérialisme fondée sur 1© matérialisme. du matérialisme siques soaat liées aux insuffisances Feuerbach du Ludwig l'éviIl faut lire certains pour sentir paragraphes seule dialectique non limitée. le Métron que le Soleil est obligé de respecter. pas tout à fait dialectique Le monde. c'est plutôt la loi de l'ensemble du Cosmos dont le Soleil n'est qu'une partie à toutes les autres. ce feu qui n'a jamais été créé et qui a touinfini dans le temps . le commencement et la fin. du premier puisque au premier et ainsi sans fin (fr. La pensée matérialiste n'a pas trouvé moyen de nier de l'Ionie imagine dans le temps sans s'écarter de la' vraie que le monde ait eu un commencement de l'évolution dans le temps. (fr. Engels. arbitrairement leur loi au Soleil . ce Métron n'est pas une loi interne peutêtre la transgresser et la Diké. métaphyque ces tendances d'Heraclite. toute métaphysique intemporel le. (conduit) elle a l'ambivalence reconnaît au terme que l'on Logos. antidialectiques. Le monde. du soleil. commencement ni fin. il est bien plutôt à la façon dont toute religion. puisque celui-ci voudrait sité. les Erinyes . divin. transgresser. Ce n'est passe au second pour revenir comse sert souvent du terme Cosmos (arrangement pas par hasard qu'Heraclite dans l'espace) au lieu de celui de Physis des premiers plexe des phénomènes dans lequel la notion de temps est si sensible. par la loi même. : il ne peut y avoir qu'une dence de cette vérité : c'est la dialectique avec la métaphysique non bornée. 19-20) . et cette répétition automatique lière. à la fois comme commencement point peut être considéré on ce qui est nouveau et ce qui est vieux sont identiques. capitaine pilotant la Griomé comme un sujet et nous abstrait nous oblige à considérer qu'il cette Gnome comme la loi interne même d'interpréter avec certitude empêche Si nous rapprochons maintenant cette image de la nature. pour dire la loi nous ramène à cette conception du temps. dialectique à l'état chez et la dialectique trouvés chacun lisme pur par Marx et Engels réunis : c'est et artificiellement un les philosophes après précédents coup ici « instrument de travail » et une « arme » créés par eux et dont nous pouvons outil palpable. puisque de cercle tout sur une circonférence et comme fin (fr. conception dialectique 41 la sagesse consiste à connaître la Gnome qui dirige D'après le fragment tout à travers tout. . ce verbe est si peu homme. on saisit celle d'un Les imperfections de saisir l'unité comme la dialectique d'Heraclite de son matérialisme qui sont dues à l'insuffisance sont une autre preuve de la même vérité. existe et existera toujours. Ioniens. Et cette nécesMétron. c'est la même chose. à la nécessité qui donnent 94 le le hasard. La Gnome est le sens du monde et de la pensée . pp. Feuerbach. Il y a encore des fragments le sens à la loi. 88). c'est du Feu éternel et s'éteint en mesure (métra) qui s'allume l'idée d'unité de mesure stable est trop sensible. 103) . qui évoque l'image inquiétant d'un « tout à travers tout » . n'est pas vraiment jours existé.

de son âge de pensée . ne dit-il Et dans le fragment 114 Heraclite pas que la loi du monde est à valable pour tout et pour tous et que même ce « tout » n'est pas une limite abolissant sa puissance ? Ne dirait-on pas que la dernière partie de la formule ? de définition de l'infini les limites de la philosophie grecque est une tentative c'est que dans la héraclitéenne de la nôtre. Ce qui sépare la dialectique et d'esprit. l'arrangement une un joueur dans l'arrangement accidentel. En tout exactitude que celle qui se manifeste de toute idée de nécessité absolue. les contraires héraclitéens dans le système stade Parménide avait imposé tique que la logique aux Grecs. avant de pouvoir pendants de la dialectique moderne. Il fallait indéà un degré d'abstraction la formation de concepts statiques. il y a le temps (le temps de vie de contredit de manier des l'homme ou le temps en général ?) qui est un enfant en train de deviner le sens exact de cette dernière image pions. le changement. Ramnoux (dans : Heraclite L'interprétation entre les choses et les mots. 49 o) . Il est difficile de sa pensée avait une autre s'en serait-il servi si le contenu (mais Heraclite cas. et cependant lirait. sont affirmés catégories n'est pas exposée. 35). Ce les uns des autres mouvants. Quoi qu'il en soit. qui permette former les concepts concrets. 12. aucun philosophe aucun n'est arrivé grec n'a pu l'ignorer. incapacité consciente de répondre. inséparables n'est donc pas une.logique d'abord Il fallait étudier les choses avant de pouvoir étudier les processus. Snell citée par Cl. sauf « en sauvant le nouveau contenu prophétique. Feuerb. acquis par elle ».44 ANDRE LAZOS du fleuve qui de l'écoulement il y a chez Heraclite Heureusement l'image celle du cercle (fr. est toujours restée présente lectique spontanée d'Heraclite. Platon. de façon matérialiste à la question du rapport entre l'être et la pensée qui explique peur quoi cette question n'a pas été clairement formulée par Heraclite . elle dans des images ?). « Il fallait ne pouvait lectique pas naître avant la . (ou l'ontologie) Platon n'a pas su discerner ce qui était l'élément ce qu'il nouveau. il ne s'agit formelle n'a il ne s'agit pas de concepts . il y a ici communion figure significative de la nécessité et du hasard : une fois de plus. n'a pas (donc l'idéalisme philosophique pas encore été créée comme théorie diapu naître encore non plus à cet âge de la pensée grecque) . 1959. le « système » du Logos est la dialectique en est libérée. Paris. mais cette dial'intuition de la vie. de les rapports entre les catégories opposées de matière première. n'est même pas conçue . viable. un enfant joue aux dames (ou aux échecs). de ces mais non explorés . sophie ne fût pas encore l'objet pleinement Les successeurs d'Heraclite ont créé la logique formelle et en même temps l'idéalisme (poussant trop loin dans une direction exclusive) . de destin imposé nous éloigne certainement renonce à sa théorie du Logos. les uns des autres. etc. c'est le caractère général de sa pensée. il est compréhensible fondamental de toute philoque le problème conscient de la recherche. non plus à la dépasser. dans leur pensée. de sens. d'abord p. c'est-à-dire à en détruire la forme préconceptuelle. de jouer. (Engels : L. dans une partie »-. savoir ce qu'était observer les modificat telle ou telle chose avant de pouvoir arriver tions opérées en elle ». de tous a essayé toute sa vie durant de faire entrer qui le plus consciemment le mouvement. au monde . la logique pas encore de catégories. la philosophie n'avait fait que ses tout premiers pas. à vrai dire. p. brisé. sauver de la pensée d'Heraclite fallait : il a espéré sauver la dialectique tout . et la logique d'abord formelle. 449) est peut-être la bonne : « Quand des pions ne fait pas . l'histoire nécessité et de hasard. ce qui ne veut pas dire qu'Heraclite ou l'homme de B.

n'a pas nié l'existence du divin. à son tour. de l'autre.HERACLITE ET ENGELS 45 métaen abandonnant Il n'a réussi qu'à créer une nouvelle le matérialisme. mais nous sommes très loin des dieux de l'Olympe. d'une part. P. Si sous la forme et le nom du jour et de la nuit. n'oublions pas que le Feu. de la satiété et de la faim. on serait tenté de dire anti114). Heraclite et la religion un prophète du matérialisme serait de la Voir en Heraclite dialectique néces« du caractère naïveté métaphysique. 53. et arbitraires à la façon des rois dont ils sont personnels divinisée. Et si le divin semble par moments être un des noms de la loi naturelle. 15. il faut reconnaître le divin matériel en (fr. 30). p. c'est que ce divin est extrêmement abstrait. Feuerb. 83). par exemple) . phénomène même temps que synonyme du divin. est extrêmement physique . (Engels : L. constate bien (sans pouvoir que celui qu'Heraclite entendu l'analyser) : rapport d'échange entre l'or et les marchandises et d'équivalence entre l'or (le feu). riche et attrayante. ne constituaient parce que ces mythologies pas des de son pays et de son temps. 1957). ce serait ne pas avoir conscience des sairement borné de toute connaissance acquise. 67). Moscou. et. C'est vouloir réduire sa philosophie à un moment de l'histoire de la relisa position matérialiste gion. dogmes religieux obligatoires pour tout tomme Ce que les cités grecques imposaient à leurs citoyens. on comprenait tous les fils de sa pensée à la mythologie essaye de rattacher grecque ou orientale. avec phénomènes plus apparents de ce le même rapport monde. 79. mais nous trouvons chez lui un Heraclite divin qui n'a rien de surnaturel il est àTélément . . On s'applique lequel (ou lesquels) des courants que il a suivi et développé dans son enseignement cette tradition . 14. Il faudrait éclairer la dépendance de l'intuition justement géniale d'Herades conditions clite à l'égard dans lesquelles elle s'est produite pour pouvoir dire en quoi cette oeuvre a été vraiment Heraneuve. aussi naturel que ce dernier. 90). Avant cette haute abstraction prouvée par l'existence même de la monnaie. c'était le respect du rituel. est supérieur à l'élément animal. comme un adulte est supérieur à un enfant. 5. clite avait hérité de la très riche tradition de la sagesse et des mystères relisouvent à découvrir gieux. de l'hiver et mythologique. 67. s'il est supérieur Humain. 78. Heraclite s'est révolté contre ce rituel (fr. de la loi des contraires (fr. qui. l'image Heraclite n'a pa eu à se révolter contre la mythologie ou les mythologies en cours dans son milieu. 35). comme on semble quelquefois parce qu'il en préférait le supposer. vraiment philosophique. (fr. Prétendre est une création divine est aussi faux que de la considérer que la nature comme une création de l'homme (fr. Kadjan : Religuia i atéizm v drevnem mire. il est vrai que sa métaphysique parce qu'il y a en elle (et contre elle) le désir de ne pas complètejustement ment renier Heraclite. de l'été. 62. 96) et non pas du tout un autre. C'est ignorer qui pour être confuse n'en est pas moins certaine. de la guerre et de la paix. toutes les marchandises (tous les phénomènes naturels) (fr. du culte (A. a. il y en a eu peut-être d'autres exprimées entre autres dans des croyances religieuses (pareilles à celle du « màna » étudiée par l'ethnologie moderne. de sa dépendance à l'égard conditions dans lesquelles elle a été acquise ».

héritier du pouvoir royal et sacerdotal qui a renoncé à ce pouvoir.' 195. ce ments cités ci-dessus pourraient l'absurdité du culte. d'Heraclite.'46 ANDRE LA&QS- tout rite. . plus matérialiste. Et si.. Volume II. terminons cette petite étude en notant nous à servi à définir qu'elle le problème de la dialectique fondamental héraclitéennë. voyant leur puissance forces sociales et non proattaquée par la montée des nouvelles la garantir. comme l'a bien senti Arisnaire. sagesse et art populaires ce qui est imagination l'autre) <et pensée primitives . contre toute pratique absurde aux yeux d'un Il s'est révolté contre de cet âge où le rationalisme homme des fragétait déjà mûr.Nous . à <ce proiblem'equi nous dépasse.. -se révoltent conte les tégée par la divinité qui semblait jusqu'alors et donnent les premières rationalistes diu croyances métaphysiques explications monde. d'un officielle de côté. entre. La deuxième du problème est la plus difficile mais aussi la iptas partie féconde : ce qu'il ce n'est pas la personnalité s'agit de découvrir. inséparables des courants dé pensée paiatérialisfees. mais dialectiques et il faut essayer de comprendre comment Heraclite s'est servi de ce matériel traditionnel moins pour créer aine dialectique naïve. contes. la révolte contre le rituel et le culte de l'aristocratie est caractéristique des cités grecques au moment où son autorité est ébranlée puis renversée par la classe marchande et les nouvelles formala prise de pouvoir de cette classe. c'est-à-dire l'idée révolutionlectique qui comprend déjà sous le vocabulaire semi-religieux de îoi naturelle!. Thomson (dans : Siudies in Anci-ent Greek Society.l'évolution de la. problème que nous ne sommes pas en mesure d'aborder ici mais qui sous-tend -tous ceux que nous avons examinés : il faut chercher dans la mythologie été grecque (qui n'a jamais divisée en religion. idée préparée. une comparaison s'impose il faut -noter que dans l'histoire pensée grecque et celle de la pensée chinoise. de la philosophie chinoise aussi les" premiers éléments de dialectique. ' Peking„ . sont déjà des raisonnements de ce qui est le prouvant fondement de tout culte. -(Hou WAI-LU : A >Short Mistory of Ghimse Philos&phy. antireligieuse tote. par les efforts de pensée des Milésiens. 1956). c'est le caractère irévolationaiairse de son époque. The finst phiiosophers.. D'après Rajdan. certes. comme tions politiques qui reflètent l'a déjà constaté G. sont attribués aux ^aristocrates qui.9). dans le -cadre de la discussiom sur les «origines de la un -CGilafeorateur de la Pensée T» s'atteqraer pensée rationnelle. Quelques-uns facilement être développés *n syllogismes . les sources historiques de son intuition» Nous espérons que. de la vie. plus rationnelle une dia(dans le sens le plus lange de ces deux mots).

pp. La technique. SILBURN: Instant et Cause. i. pour c'est intervenir au lieu d'attendre. La pensée cèdent. là la compléter en créant ce qu'elle ne fournit enfin là la tenir toujours en pas spontanément. L. 2° On s'en rend parfaitement et brahmacompte dans le rituel védique On n© croit pas que le soleil se lèvera tout seul. Mais ce que ni Spinoza ni Bergson ne semblent de l'homme envers une nature qui ne le prend pas pour but conduit déception à une méfiance normale de . Sans doute une telle méfiance porte essentiellement Je rapport de la nature à l'homme bien plus que sur la nature elle-même. l'oeuvre qu'il la nature ou de la fuir mythiquement. que. 1° La nature n'a pas pu ne pas apparaître. l'organisation ne considère comme une mère ou comme supposent qu'on pas la nature d'une Providence.la nature. en se méfiant d'elle. que les saisons se sucde tout rite. est alors un chaos que le rite transforme en ordre. Agir. là la vieillesse et à la mort. la nature en ennemie. à leur place dans l'année. Vrin. que la science (et par congénéralement. désordonnée parce qu'elle présente un ordre que nous n'avons pas voulu (Bergavoir vu c'est que la son). de s'agisse de corriger magiquement sorte que la religion aussi d'une procède origine irréligieuse. il ne cataclysmes.MÉFIANCE ET PENSÉERATIONNELLE par Jean BOULIERrFRAISSINET La N considère méfiance envers la nature à juste titre. traiter aussi par la violence ou la ruse. le travail. que les saisons viennique. comme une marâtre à l'homme encore malgré les étonnantes l'est puisqu'elle primitif. Paris. les éclipses cessent. apprendra à l'homme que le soleil se lève. aux aux bêtes sauvages. . dront spontanément H faut que le rite intervienne. mal gré. envers le fonctionnement considérée en abstraction faite de l'homme. La religion elle-même contient cette méfiance. 'Pfour l'homme à la faim. 1-103. Le discontinu dans Ja philosophie de l'Ivre. elle-même. a douloureusement l'homme. des sciences. et de l'effort collectif de l'homme pour soumis dominer son destin. même en l'absence ^955. sociale suspicion. aux intempéries. à la maladie. parce qu'on la plus élémentaire et la plus constante -appris par l'expérience qu'on ne peut sur pas se fier à la nature. de rétablir dialecunie à la confiance. dans l'auune confiance requiert séquent la pensée rationnelle) et le déterminisme tonomie de la nature. Or l'expérience. fasse lever le soleil et établisse les saisons x. La nature peut paraître mauvaise et déçoit nos attentes parce qu'elle (Spinoza). le plus clair de son activité consiste à C'est pourquoi peut en être autrement. dans la constitution de la pensée tiquement rationnelle. bon gré. réussites des techniques. Il convient toutefois le rôle de la méfiance à l'égard de la nature. L'histoire des religions est pleine de cérémonies La nature pour empêcher que les éclipses ne soient définitives.

de l'obpréjugés simplificateurs. 234.. En systématique finalité. se méfier de ses globales Et il faudra aussi. » Dans la théorie de l'hérédité. comme qu'elle prête attention et au rare. l'impossibilité la conscience d'expliquer ou chimiques par les connaissances lui mécaniques R. 1957. 1058. aux hasards. Taton. FILLIOZAT : La science t. cit. de Montpellier. philosophy. P. L'idée d'une génération c'est-à-dire notamment spontanée. fait tomber le fait dans l'anormal. le philosophe « Le 'Bienfaisant indien défend la palingénésie : le germe est censé représenter en minia(Çankara) ture chaque organe d© l'organisme du père et contenir en puissance tout l'organisme qui en sortira 4. Cosmology. comme les vers et les moustiques 6. la fluidité etc. La loi véritable mais suivra l'observation minutieuse. assignés à des causes observables comme le choc. cours inédit B. Me GOVERN : Manuai of indienne dans « Histoire antique. 73-80.N. p. de lois simplifiées. la pression. et les efforts de la systématisation. I. cit. La suivra. épier et même espionner la nature. mais des cendres de la méfiance. op. aux dieux les plus hauts dont la naissance pourra s'appliquer sera dite apparitionnelle. 6. . En physiologie. p.48 JEAN BOULIER-FRAISSINET envers la régularité et l'autoalors certes une confiance affirme rationnelle ses connaturels. de et sur leur base on sera tenté d'abord naissances sont encore lacunaires. sur « VHistoke de l'astronomie » à l'Univ. nature derrière l'irrégularité. et le raisonnement L'expérience faisant défaut.. confiance dans le déterminisme de la nature renaîtra. d'expliquer les malformations de dont les parents sont normalement seront des crises que constitués l'embryon la pensée rationnelle devra affronter pour se constituer. « le Bon Ordre » 2. avant que la raison ne retrouve l'ordre de la apparences. : positive ç. sommairement faire endosser là la nature un déterminisme de des nombres multiples d'application connues. figures parfaites. p. 1046-47. HUMBERT : 3. à cette irrégularité. pp. servation précise. 177. De telles crises de la pensée rationnelle supposent que les connaissances soient lacunaires. figureront des mouvements dus à des causes inconnues tel le mouvement du feu vers le haut. En mécanique à côté de mouvements par exemple. sciences ot the ancient Hindus. l'attraction de l'aimant. 2.. 151 sq. les lacunes. La nécessité pratique un calendrier d'avoir qui ne soit pas en désaccord massif avec le ciel en quelques années. â l'exceptionnel aux monstres. 7. La dialectique de la loi et du fait. J. I. aux limites. Buddhist t. Ainsi beaucoup comme l'année plus tard en Europe. on ramènera ces cas à d'autres d'ordre : la mythologique la magie morale 5. plus rigoureuse devra donc se méfier des pour échapper à cet esprit de paresse contemplative il faudra passer par l'empirisme Ce faisant. op. Mais elle est insuffisamment nomie des phénomènes mûrie.F. SEAL The 4. Cette confiance absolue dans la perfection de simplicité d'une observation et de régularité des lois de la nature prévient les résultats La pensée rationnelle et stérilise pour un temps la recherche. la diffusion des gaz. se substitue de ce fait à la l'explication religieuse. P. Mais ij est nécessaire que la pensée rationnelle passe par cette crise salutaire. La facilité des mesures astronomiques inexactes célestes fera admettre 12 aux phénomènes de 360 jours. tant que la loi reste globale. dans le bouddhisme 7. des ovipares et des vivipares. positives Dans limités. sans sexualité. Caraka placera à côté zoologique. les animaux nés spontanément. p. Delhi. générale des sciences » dir. 133. seulement. Copernic sur la base de la circulaires des planètes s'obstinera à considérer les orbites avoir invétérée célestes ne pouvaient que des croyance que les mouvements donc circulaires 3. science.U.

paraîtra Or en fait. astronomes n'évitent anciens de l'Inde pas plus que les autres cet échec. FHXIOZAT : op. à l'aide d'unités de temps » s'exprime appelées les « kalpas incalculables en 60e position d'eux égale le nombre . du dans un travail à paraître 10. Regiomontanus Les ce n'est qu'au xvi° siècle seulement. 230-. 11. le bouddhisme. la série des innombrables la carrière d'un Bodhisattva. les « yuga ». en 4 époques. révélation D'où D'une ? Point du tout. profite de celles de la raison en voie de constitution. fournies 9. .320. Indications grâce à l'obligeance l'Institut de Pondichéry. elle doit mettre en évidence des faits qu'elle doit considérer provisoirement comme anormaux encore inexpliquées le champ ouvrent . sons montrer. avant qu'il ne devienne un Bouddha dans sa dernière existence. chacun quand on compte les années selon une progression de base 1 et de raison 10.000 le « Maliâyuga années.N. B. cit. de fournir ses pseudo-explications dans le domaine n'a où la science général laissée propas encore accès. Or tous les 5 ans le calendrier (Jupiter) civil se remet en accord avec le calendrier luni-solaire : alors les données du calendrier civil correspondent entier de révolutions 'à un nombre du soleil et de la lune. La religion faiblesses.. Que géométrique ce choix de la 60* position ? Dans les moeurs représente astronomiques 60 représente un cycle du calendrier On admet que la révoluindiennes. c'est en pillant et en déformant la connaissance scientifique ses constructions Dans que la religion organise imaginaires. même 9. p.MEFIANCE ET PENSEE RATIONNELLE 49 le cas le plus intéresEn astronomie. Mais si le bouddhisme il le magnifie et l'installe dans un système démesuré d'une qui est la distorsion L'hindouisme fournit un exemple Parmi ses pratique astronomique. de M. y compris un utile complément à la science. : on sait que cette planète est difficilement sant est celui de la planète Mercure solaire et parce que douée observable parce que souvent noyée dans la lumière d'une forte excentricité. mais les anomalies à la démagogie de l'explication La religion est la pire ennemie mythologique. cit. français d'Indologie 10. de la science moins encore par ce qu'elle lui oppose que par ce qu'elle substitue à ses lacunes et â ses faiblesses La religion de toutes les provisoires. tout au contraire. Et c'est ce qui fait le drame de conquête l'histoire de la pensée rationnelle : pour dépasser les préjugés simplificateurs. cycles cosmiques mythologiques. » s'étale sur 4. vies successives qui forme par exemple. Jupiter ". qu'on y est parvenu. analogue. fera assigner une essence surnaturelle". alors acquise en astronomie. C'est pourquoi le dieu-régent de la planète Mercure fera figure Aryabhata dans les mythologies sous le nom de de maître des secrets et des destinées. de la Grande Année cosmique. Mais ce n'est que tous les 60 ans (12 X 5) que la concordance s'établit use de ce nombre aussi avec la planète 60. jovien. auxquelles Cette période est divisée ï 8. SEAL : op. mais de vient ce nombre fabuleux? la notion. Sur la formation du bouddhisme primitif. Billard spécialiste d'histoire de l'astronomie . Ainsi la religion. La religion rationnelle se fait contre la religion. que le type mythologique Bouddha indien se rattache non contente à la même veine. Nabou à Sumer ou d'Hermès Nous penà l'époque Trismégiste hellénistique. occupe immédiatement chaque lacune particulière visoirement est donc l'envers de la science et chaque par la science. période des corps célestes se trouvent au terme de laquelle les positions à nouveau les mêmes ". tion de Brihaspati est de 12 ans environ. J. et en Europe. Aussi pendant n'a-t-on longtemps pas réussi à la soumettre comme le remarque encore à une mesure rigoureuse.

trad. P. et cette confiance aveugle parce sont censés détenir est acceptée comme un mystère inéluque la vérité qu'ils cidable par le simple fidèle. pp. l'oeuvre Les religions mêmes ne se caractérisent par cette foi en Dieu pas non plus essentiellement hommes conside certains car leur Dieu n'est connu que par l'intermédiaire Eux: fondateurs. Harivansa ou Histoire de la famille de Hm. seet.simples en extraordinaires miracles. que l'admettre est garantir son bonheur éternel. n'apparaît relle. Langlois. prêtres. seraient inspirées par une période astronomique observations de 5 ans. le roi commis les méfaits Çiçupâla rappelle par Krishna : comment ce dernier lui a enlevé sa fiancée. ROY : 21 éd. qu'il de voir se créer une légende religieuse autour de Krishna et de voir transformer des faits très. et nous aurons 5 périodes de dégénérescence La Dans méfiance envers certains hommes de la rencontre donc l'obstacle sa constitution. A une assemblée de rois.C. les calendriers du temps de 5 années en 5 époques d'une durée totale égale à celle de la Grande le alors pour donner à l'hindouisme Année. considérés comme dépositaires d'une vérité secrète est une confiance capable de sauver du mal . 43-47 qui cite les travaux s. Calcutta. selon les dite crépuscule. elle est conMais si la religion positives. de là part de qui. qu'en douter est le péché suprême. . H. dérés comme exceptionnels prophètes. t. Sabaha Parva. Et la religion mêmes sont redevables à leur éducation religieuse dans entre elle et Dieu. que nous pouvons de méfiance la rationalité d'une attitude selon laquelle l'hypothèse dépendrait envers certains hommes. Nous savons que cette période de 5 ans est celle au terme de laquelle On aurait donc étalé cette division lunaire et solaire s'accordent. qui prétend se passer d'intermédiaire des religions l'histoire résidu du processus de désagrégation que comme l'ultime n'est pas foncièrement foi en Dieu. a tué par traîtrise son ne pouvait vaincre franchement. Mais cette définition qui convient par'la en niant le orthodoxe n'est pas universelle : le bouddhisme l'exclut. en certains. 85-102. théistes ellesou la providence d'un Dieu souverain. 2° Les traditions indiennes nous rapportent que peu de temps après des sacrifices les habitants du pays Kuru sanglants furent considérables. Où et cette défiance. 37^45. mais systématique seulement de dégager cet aspect qui semble être en effet fondamental.. t. de Benfey. mystiques. Des causes sociales interviendront progressive.50 JEAN BOULIER-FRAISSINEli Ces 5 époques. natuhumaine. fiance en certains hommes. Si donc la confiance aveugle hommes définit l'attitude il s'ensuit formuler religieuse. pp. une époque de transition s'ajoute des spécialistes ia. H s'indigne ami. 1835. relià certaines définir foi en Dieu. le roi du Magadha. et envers qui ? Lorsqu'elle quand s'établit existe fondè-t-elle une rationalité ? 1° C'est la méfiance envers les ennemis qui conduit au rétablissement des faits positifs dans l'histoire du roi Çiçupâla que nous rapporte l'épopée indienne du Mahâbhârata 13. d. Tr. la pensée rationnelle a tendance à la entendre ? L'européen Mais que faut-il par religion religion. Paris-Eonères. gions. regret du passé. Il n'est pas question de l'y réduire. 8e lecture. vexé de voir les honneurs décernés en premier au chef militaire Krishna fait l'incarna(dont la tradition tion du dieu Vishnou). I. et en refusant de voir dans le monde liyré au mal caractère divin de l'absolu. 13. victimes 12.

-On en trouvera la preuve dans :ce manuel cynique. que la capitale. Dacca. Mais la confiance en l'efficacité ruinaient protectrice les prêtres veillaient . De telles calamités n'étaient la population pas rares 15i.une doctrine adéquate. . par la dévotion :. -Cowell. et obligée de la magie sacrificielle. supercheries d'autant accueillie connaîtra de toutes parts des Hai'tis plus favorablement qu'on Les nobles et les rois obligés de doter le sacerdoce analogues.dieu terrible. ait intérêt des ibrahnaanes. 6 vol.si graves de sauterelles d'invasions qui ravagèrent en fut détruite. çM. a»-.. On accusera donc les prêtres familiales la mauvaise de leurs traditions 17. maintenant. en lutte contre le saoesrdoce. cas requiert tion. 19155. 6° éd. ils réussissaient en partie.: iRolitical histary of anciant fndia. exige aussi an n'en soit pas dupe. p. On trouvera. Le :sàcrifice ne peut réussir que s'il est accompli erreur entraîne des catastrophes La moindre 16. racontés. ou qui a osé . ch. et l'on morale. I. EJ3. LAUNAY. .sous l'angle de la lutte des classes. dans leur brutale tel peut être un aspect impornudité. Mais l'expérience est à la désaffection comment dans un. 20. -ce qui fit un effet désastreux sur Hastinâpura. de fuir-1*. 1898. et cette dénonciation Elle ^sera reposera sur des faits. Londres. croyances. toujours l'admettre. Hazra. princièrement aux exigences de financer des sacrifices au point coûteux de tes démesurées. 8 catholicisme des missions de l'Inde. Heureusement DAMSUYANX dans « Le Matérialisme dans i'Jnde ancienne'» cité par M.MEFIANCE ET PENSEE RATIONNELLE 51 leurs récoltes -&t d'inondations . LÉvr : La doctrine du sacrrfke dans les BrShmanas. 16. C'-est ce que diront les Purâina 1S.bouddhique des Jâtaka1S est rempli d'anecdotes sur les fraudes Bt les des malheurs tet des -effrois dont les prêtres se servent pour profiter mensonges en prescrivant des sacrifices -cruels qui leur .. TV.. -Une Providence. 14. 47). I. Le sacrifice oublié sera remplacé corrompus. livre . RIC-VEDA. Paris. Mais la conduite de la dominasi elle permet et dans certains le mensonge. The Jâtaka. (La Pensée. 15. tant de . au parfois responsables. Elle deviendra dénonciation des et des ruses. si mal ch-oîsi ses ministres dieu <est chargé de punir les inexactitudes On qu'un spécial imaginera : Varuna. quand perte des secrets le temps des sacrifices étaient vertueux est passé pour les hommes . MAHABHARATA. 19. les sacrifices : autrefois les hommes réussissaient. Tant il est vrai que la religion l'abandon même de ses échecs. du culte. 1898. 1940. qu'il IHrtilise selon nn plan machiavémystificateur qu'il (de la situation -et 'des gens auxlique dont le succès dépend de la connaissance de politique quels il a affaire. Voir les « Studies in the Furénic 'Records » de R:C.-monde rempli -de là. Que les temps rituelles vengeur dans des guerres soient troublés. du terrain. et prêchera â la technique la ferveur. Ces moyens de défense -voulaient s'efforce de profiter paTer des fidèles . l'Arthaçâs-ttra de Kautilya 20.. 1957. de longue date. que les :sacrifices :s'avèrent inefficaces implaauTa recours à une théorie de la décadence -et de la: cables. .-se substituer aux officiants w. des saintes lois 1B. dh. H. 'ministre de Chandragupta Maurya (321-297 av. douleurs ? questionnera le bouddhisme. S. Histoire Paris. Calcutta. des faits analogues les conversions naïvement d'hindous an pour 17. X. 98. et la méfiance sera systématique. . iLa dévoilement des faits. 18.sacerdotales on incriminera même le roi qui a bénéfice des familles rivales. qualité . auront tout intérêt à discréditer et leurs les brahmanes iLe ruiner. le prêtre substituera d© l'âimie soumise à la volonté de ©ien. ils avaient élaboré . selon des rites très minutieux.la pensée rationnelle . RATCHA'umrm .assurent d'énormes richesses. éd. Et la méfiance gagnera a iruiner le crédit Qu'iune classe sociale. n° 92. t. aux xvir et xvin» siècles chez le P.par exemple cités par le précédent.3° On ©bjeotera tout aiutamt à la sans doute que cette lutte peut conduire calomnie cqu'au dévoilement d'une vérité de fait.

Mysore. Le Prince politique profit et de prestige. gens ainsi plus gens religieux et l'aisance déguisés. Sans doute ne peut-on pas dire sorte de ruse où la religion naisse de ces supercheries. Nous maintenons cette idée conformément aux documents historiques et aux plus anciens travaux orientalistes la tendance de certains malgré minimiser ou l'escamoter pour des raisons idéologiques. outre la description dont il fit la fortune. une doctrine politique pratique est préconisé. installé de telle manière qu'à tout moment les sorciers. le labeur intellectuel. 1957. à l'égard tique ? Que le succès du pouvoir repose sur une méfiance systématique Et la supercherie dont use le pouvoir de la population à espionner. mais la méfiance contribue de façon essentielle à sa constitution en suscitant l'éveil de la conscience.52 JEAN BOULIER-FRAISSINET. Tr. inventer et installer répandre des prophéties des miracles et des interventions divines favoou simuler et des mensonges etc. le Prince sache tout de son pays. et minutieux Un vaste réseau méthodique d'espionnage mique. Mais il sont aussi utilisés à des fins dans les entreprises les fonds des'temples. Ces espions sont nécessaires aux missions de déplacements des ce qui suppose l'intérêt d'abord chargés d'informer. doute la pensée rationnelle ne sort pas de la méfiance tout armée comme Pallas du crâne de Zeus . où la pensée rationnelle du bénéperd l'essentiel fice acquis dans la critique. elles profitent du crédit puisqu'enfin que la religion mais l'Arthaçâstra montre sans ambages que la déjà acquis par la religion. Le roi Çiçupâla est réduit au silence par les calomnies de ses adver: c'est un individu. recrutés Ces espions sont surtout parmi ou bien ce sont de simples généralement. La pensée rationnelle religion forme d'une organisation d'un souci d'information méthodique. éd. les plus incontestables. Pour que cette construction ne soit pas l'esprit critique. la mystification de la magie morale du bouddhisme et du jaïnisme. anglaise Shamashastry. religieuse la suspicion. des morts. il faut qu'elle déborde le cas particulier d'une et la vigueur d'une campagne de la personne (1°). semble impliquer trichent que les prêtres eux-mêmes par désir de de sorte que le pouvoir les imiterait. d'une Or que suppose cette polirecherche de l'efficacité par des moyens appropriés. diverses : détourner de nouveaux cultes rémunérateurs. . C'est que nobles et rois ont besoin d'une idéologie 21. l'observation minutieuse.. que la avec la méfiance envers certaines Sans pensée rationnelle apparaît personnes. et aux rapports. étudie d'ailleurs le inatérialisme. auteurs modernes à la . précise de la J. est présente ici sous la n'est pas toute naïve. A chaque situation rables au pouvoir une certaine précise correspond a la place de choix. et éconode l'organisation société du temps. des familles hérétiques.-C). Alors cette construction ressés. qu'elle devienne une stratégie de domination polidevient vitalement nécessaire pour les intétique (3°). On pourrait citer bien d'autres Ils montrent exemples analogues. qu'elle acquière l'ampleur lutte des classes (2°) . et ne semble guère la dupe de croyances religieuses. un simple avantage épisodique. les les ascètes errants. 22. à cause du prestige d'un état qui favorise la confiance. On y remarque 21. Pourtant la rationalité qui apparaît dans nos exemples n'est pas susceptible indéfinie de définitives d'expansion qui lui garantisse historiquement acquisitions. et par la mort qu'ils lui infligent Les nobles et les 22 rois ennemis des brahmanes sacrificateurs substitueront à la mystification ritualiste ou dévote du brahmanisme. pour une connaissance et de réussir le moyen de parer aux différends faits capables de déterminer du gouvernement. exacte. saires.

Le prestige des livres et des textes. dans le mouvement imite la raison. Questions Dans « Hist. t. ne s'enferme l'un Et justement. 49-50. parce que le fidèle voit se présenter lui un enseignement extérieur qui dément ses propres fantaisies personnelles. par les barbares ». européens obtenaient 8 siècle se Citons le cas de ce roitelet du Sud de l'Inde qui au début du xviii laissa convaincre au catholicisme avait su lui expliparce que le missionnaire usaient aussi de la critique quer le mécanisme des éclipses 25. Le théologien par son érudition. p. »-B4.R. relativise et décentre. et à son milieu proche ». Op. C'est souvent ainsi que les missionnaires des conversions. Des parents ou des maîtres pieux en profiteront. Elles se replient sur l'intériocations rité. . et maintenant tout à la fois.W. ces moines bouddhistes.. Alors que la pensée rationnelle où on est « le centre entouré par l'infait de l'endroit la pensée traditionnelle « les expliforme. XXXV. Enfin le qui soumette le peuple sans lui donner le moyen de devenir Prince de Kautilya garde par devers lui le secret de sa stratégie qui réussit est ignorée des autres. Dambuyant rappelait que « La religion » qui freine « le nécessaire tribue à maintenir premier l'anthropocentrisme vers une référencé extérieure à l'homme progrès de la pensée vers l'Objectivité. Les missionnaires rationnelle des rites et croyances locales pour faire admettre une supériorité de connaissance.. répond : « J'ai été reçu dans l'ordre je ne connaissais pas alors le but suprême. ils seront capables de m'éduquer et par eux j'ai été éduqué . je sais et je comprends L'enfant étudie son catéchisme ou d'arithmécomme son livre de géographie sa subtilité son argumentatique. Il rencontre un corps de doctrines constituées qui impose une discipline à sa vit et il admet comme objective l'autorité subjectivité religieuse. l'intérêt La méfiance de la religion envers elle-même et les premières démarches Dans son article sur « les anciennes civilisations fort utilement conde la raison » 23. t. M. PENSEE RATIONNELLE 53 lucide. cit. Nagasena pourquoi Nagasena alors quç j'étais simplement: un enfant. Le prestige de la connaissance sert de véhicule aussi bien aux mythes. comme d'ailleurs le suggère le même article. I. Devant le progrès de la pensée rationnelle de type religieux lâchent du terrain. des missions 25. Launay. doctrinale. Lorsque le roi indo-grec Ménandre demande au moine il s'est converti à la vie religieuse. dans la première. tion apologétique se croit objectif. que la religion des plus graves obstacles que la religion ne réside oppose à la pensée rationnelle mais bien plutôt pas dans ce conflit primaire anthropocentrisme-objectivité. Pour que la pensée rationnelle parce qu'elle justement il faut qu'elle soit le fait d'une classe dont devienne une acquisition durable. Paris. parce qu'il dans un milieu qui l'admet aussi. 1° L'imitation de la raison par la religion se manifeste d'abord comme simulacre à d'objectivité.MEFIANCE ET. Davids SBE. ne profite que de la vérité. 1898. Mais je pensais : ce sont des sages et des savants.. tr. T. pour un temps. D'objectivité. 2-4. pp. au point que. » en Inde du P. portée par lequel la religion vers la seconde. des diplômes et de l'éru- 23. 46. o( King Mihnda. » Il nous semble cependant. une société peut s'enliser indûment. pas dans ces caractéristiques.

continuelle gines magiques protestation L'homme insatisfait fait autre démuni. op. dont la réussite phète. sur un continuel et à la transcendance.Nirvana l'extériorité. dans un principe la causalité la -confiance enversEt quand transcendant. Les indiennes aussà . S. il s'agit-d'obtenir vient aussi d'un d'un religieuses plus évoluées. ce .appel à l'extérieur. . Buddhjsm t. Le pivot du monde -dans le bouddhisme et l'iiindouisme est justement ce . le mythe substituera le dieu au sorcier. JLa cosmologie le centre dii aisément religieuse placera 20 monde en (dehors du lieu . 50-54. appel à un que. 2° Or il . : Manual Hanoi. Ce» par exejnple 26. voùlait adversaire de Rîome qui cherdire ce philosophe des premiers chrétiens chaient à le convertir : je serais prêt à croire à vos doctrines. P. Mais même quand on croit au sorcier. pairce qu© toute doctrine.sîappuie . d'une secte ? on vousreligion n'a pas d'objet répond que la discussion car vous êtes sur le plan idu mental le . Par un résultat autre que lé donné présent. mythe même a pour fonction de rejeter au delà de d'immédiat.cit.aux antipodes. Mais l'objectivitécomme . le sorcier. et surtout Me GOVERK. Ier. Ce dernier a reçu d'un autre un secret qui le dépasse. '.s'agit d'atteindre >et du» .ù l'on est.s'amplifier . soi.. Ibid.caractère se renforce à une métasingulièrement lorsque la neligion aboutit surtout lorsque cette métaphysique des explicaa tendance à fournir physique.Mais le -recours incessant psychique. au mystère.: le passassedes rites védiques aux TJpanishad -et au Védânta l'illustre. Mus l'a brilkmmeaf montré en ce . et dont on est . le message religieux maître. l'univers au tdelà du discours quand il . 28.est hien plutôt SQ Mmnilacre d'objectivité.peuple le plus saint. logique..a connu un par. of 1955.niveau magique .et mythod'objectivité. si je comprenais ce que vous me demandez de croire. leur répondait-il. spécial . de l'éloquence S'exerce sur (bien des gens.supr. même.au lieu de fournir religieuse Et c'est sans doute ce queun recours au myetèite. magique.. .54 di€on 1EAN mMLIER-FRAISSINET.séparé par -des mers et des montagnes Les peuplesinfranchissables. dans ses ori^ C'est qu'en effet la religion est déjà une contre l'immédiat. souvent une divinité et inaccestexte.dehors du pays. Le comme du père jésuite des « Provinciales est une conduite d'excuse pour ceux qui. dans un . tions à partir de principes.comme ennemis proches) {sauf -ceux que l'on connaît jae sont pasétrangers des barbares : la tradition indienne toujours fait vivre le . au secret.ordinaire.fait que . Barabudur.au cours de l'histoire religieuse àndifinine.. .Brahman ni l© .eil mouvement ésotérique . ^réelle implique inévitaMenaent . anonymes.qui concerne le bouddhisme de plus en plus 2S et l'orthodoxie en Inde . n© sont (donnés pour psycholoVoulez-vous discuter .. Il en va de toute religion » " il sort qoamd al «st embarrassé. HARDY 27.. désavoue la prétention religieuse d'expliquer.avec des initiés giques.bien dépasser mystiques prétendent l'intériorité quem le .. pp.. Dieu deviendra et souverain sorcier.mont Mér-u situé -en . /Dans des formeslui. celui-ci est due 1 une supériorité d'une distance -infinie: par laquelle il dépasse parfois l'homme . Platon. tels les sophistes que raille mystère savoir ae qu'ils ignorent.o. parfois lointaine sible. religieuse une Eannaissance. au prol'unique ^est considéré comme -un homme -exceptionnel. le -sorcier reculera. représentant supérieure.semble <bien que le rejet -de l'immédiat au bénéfice dm transcendant n'ait . par le donné présent.au .continent derrière le Méru 27.CMnental. Le. prétendent Sirnukcre toute religion. les Uttarakuru. donc ta l'inconnu.

et ailleurs.a fortement décru que les miracles sont devenus moins évidents: La religion donne l'apparence d'une intériorisation à notre époque parce qu'elle a reculé du physique immédiat sur les problèmes à. d'un domaine à un plus contrôlable -autre moins contrôlable. On mesurera phénomène si anthropomorphique. dont on ne peut qui serait la limite. de Kant. la religion de ses prétentions des plus qui peu à peu déboutent explicatives. 30. à plus forte raison. d'où procède-t-il ? Des progrès de la pensée rationnelle cendance. de la relide plus en plus décidé prouve que la raison même vit à l'intérieur des systèmes de croyances qui éludent construire gion. et les quelques occidentaux en Orient qui viennent n'ont puiser aux sources mystiques y viennent justement parce qu'ils pas trouvé en Occident cette intériorité et déplorent recherchaient. On n'appellera pas intériorisation de l'a religion un phénomène comme celui d'un Lanza del Vasto ou d'un Christ de Montfavet. Guide des Egarés. et szils recourent de plus en plus à situer l'au-delà plus au-delà eux est née et se développe une méfiance. de Gandillac. Sans théologie: recule. se ratioseulement. il n'est pas douteux que depuis la fin du xixe siècle notamment. L'intériorisation des: miracles montre doute l'histoire ont cédé la que l'es miracles cosmiques inédicaux et ceux-ci ont tendance là être remplacés place aux miracles par des miracles psychologiques. Il a fallu successivement de la science c'est-à-dire habilement les objections de plus en plus subtilement à notre époque.sujets d'étonnement Les hindous et les bouddhistes modernes sont justement frappés par le déclin de l'intériorité en Occident. qui sont des. religieuses nalisent aussi . c'est qu'en Le recul dans un irrationalisme de l'explication inavouée. souvent selon des méthodes de Parthes ou de guérilleros. et c'est parce que l'intériorité religieuse. Munie. la religion masses comme dans la fermeté des dogmes. D'un autre côté (et nous croyons a accru considérablela religion remarqué) que ce processus n'est pas toujours au rationament ses structures sociales et ses moyens de résistance idéologique lisme. bon gré. immédiates aux plus lointaines. 31. Mais ces progrès ne font pas reculer les idées de l'extérieur Les croyants. Cette idée n'est pas neuve : A.au moins dans son existence par des « preuves ». tr. tr. Traités les travaux de M. Mais encore faut-il. vis-à-vis religieuse. au bénéfice du mystère qui n'est pas problème. généralement encore. l'insistance moraux. Gandillac. ou. de Maïmonide 29. de Maître Eckhart 30. de Nicolas de Cues 31.. Comte la a déjà remarqué au polythéisme que du fétichisme puis au monothéisme de la religion n'est pas mieux assurée. mal gré. passage. Cela explique le caractère contradictoire en D'un côté. totale 4° Où ce mouvement conduit-il ? Le recul jusqu'à une transcendance vacuité bouddhique.MEFIANCE ET PENSEE RATIONNELLE 55 n'est pas exclusivement: la distance entre le indien. C'est: au contraire aux époques anciennes où la relid'intériorité gion était saturée d'une mystique que le inonde pouvait paraître le théâtre des miracles . pur mystère divin 29. il est plutôt le.s'entendre : ce recul n'est pas une intériorisation :. de la prétention Dieu Le recul très net dans les milieux à atteindre catholiques . de la religion à-la foi. voire de scandale. reli3° Cet immense l'histoire mouvement qui nous semble caractériser la transsans cesse grandissante sur l'inaccessible. en est aussi le signe. qu'ils qu'en Orient même elle se perde aussi. et sermons. Voir . et le Dieu inaccessible Dieu d'Israël. dans les a perdu du terrain Inde comme en France. gieuse avec une insistance le mystère. S.

En droit déjà la religion est morte.. est aussi l'un des plus célèbres réduisait tionaiiste. t. Maïmonide mistes de l'histoire prépare Spinoza. » Le champ rendre compte de la religion même sous les formes exténuées qu'elle prend chez les Spinoza et les Hegel. Voir notre petit indienne. d. penseurs tique dans l'hindouisme. : La III. indienne 3\ En Europe. livre englïsh à paraître transition prochainement of the dans Is'vava la Collection Piatyabhijnâ. négative bien : « \Dieu est un cercle dont le centre est partout et la circonférence). Lorsque se nettoie de sa présence. avec Spinoza Dieu est-il partout. toutes positives. Que la pensée religieuse son appel au transcendant et au mystère : elle sonne par là son irrationalisme. au sens où Hegel clôt en droit la philosophie pure. en impitoyable est-il résulté ? En Inde. sociales et psychoétende donc de plus en plus franchement son logiques. parce qu'il et ne surgit des événements un et des choses comme particulier pas au railieu le -disait être distinct ou un miracle La vieille théologie exceptionnel. Elle se tue dans le passage à la limite. Eckhart le la transcendance est présentée comme pur mystère. La raison triomphera parce que cet irrationalisme pour la société comme pour la pensée pratiquement inutile. BHASKARÎ : An pp.56 rien JEAN BOULIER-FRAISSINET secret insaisissable du mysdérivées du judaïsme. inspire Hegel. . LH-LV. 32. dire. il n'est nulle part en Mais justement est partout. qu'en chitout à la vacuité 32. en un sens. nulle* à la construction rationaliste. en abondant dans son propre sens. dans les religions dans l'histoire Et certains y sont parvenus. monde Certes. « Que Lucknow. deviendra propre glas.. Philosophie 33. le même Nâgârjuna irraqui. Elle va maintenant est libre part. à partir de causes. sajs-/e ?» s. et Hegel.

ramenés au mouvement. La table des matières . « L'oeuvre de purification intellectuelle qui avait été tentée par Descartes se trouve à nouveau compromise ». i960. Mais M. Peut-être pour se diriger. et compromise par Leibniz ? La « purification intellectuelle d'une expérience sen». sans l'y déterce dont sa position miner. CRITIQUE DE DESCARTES par Lucie PRENANT trahison. de spécifique la rend capable. les phéy compris nomènes de la vie et ceux qui relèvent de la psychophysiologie. de le classer et qui principes.. la révolution ou de conservation de tout état . (« la vertu dormitive » en est la caricature) l'opium d'un principe . comme on a dit à la soutenance (car il s'agit d'une thèse) — et qui porte sur l'antagonisme des deux formes essentielles prises par le rationalisme à sa naissance dans les temps modernes ? Résumer un tel 1 dont la les nuances font la ouvrage densité. .SUR LA THESE D'Y. à ce qu'a peut-on le prendre comme une réplique écrit autrefois humaine et la causalité Brunschwicg (L'expérience physique.R. p. n'a pas permis les progrès de cette science. § 105. avec vérification précise des techniques avec l'Ecole et adapet des résultats. c'était l'élimination sible non élaborée. dans sa métaphysique. la pensée — étant seule mise à pure. valeur probatoire. — genres et espèces — d'une classification L'élimination aussi des « formes substantielles » (les descriptive. A toute cette « battologie cartésienne substituait. la constance de la naturelle cipe d'inertie de mouvement. qui permettent le rendent du changement) connaissable) . explicatif anthropo: la finalité morphique (le dessein du sculpteur quand il fait sa statue). en physique. de l'altération (forme . sous la conduite au moyen de l'équation et grâce à la rupture avec les formes logiques traditionnelles. N. A la fois « le plus ancien. la précision. surcroît de rationalité. de cette spécificité. le prin». Belaval va reprendre la question. critique fil conducteur. Paris. BELAVAL LEIBNIZ. (p. dans l'être. — celle de l'intellect. de considérer quantité qui devait permettre quantitativement tous les phénomènes de la nature. une faut OMMENT rendre en quelques travail aussi compte pages d'un riche — aussi « monumental ». 222). Toute la science devenait ainsi explicative de l'évidence. et enfin. part. est déjà un excellent analytique. lui permet de devenir. Il veut voir.F. renouant tant les vieux concepts à la science du siècle. en parler. de Descartes. dans une substance. le plus moderne ». un il n'a pas apporté à l'univers si. qualitative de la puissance qui. mise en place dans les cadres. Et il Yvon BELAVAL : Leibniz. si Leibniz.i. 524). ressemble à une gageure — ou peut-être à Il faut bien cependant le risquer si l'on veut en parler.

et n'a vu dans l'histoire XVI.. Descartes est un révolutionnaire Leibniz s'insère dans le courant historique. Il rompt M.(v. p. — qui ne visent pourtant que la méthode — il des deux M. . puisque l'un — mourait où l'autre une erreur d'optique du dernier venu est due presque au moment naissait. 50-51 et ailleurs). abstracti. ni surtout la "valeur épistëni l'importance.Descartes. — Mais l'effort volontaire de Descartes -est pour rompre et tout avec la tradition pas là . éd. La différence Leibniz ne s'accuse au mieux à propos du doute cartésien. TBelaval 2. Cependant il laisse entendre qu'elles révolution ressemble -â un accident. système. le doute difficile. à un centre de perspective différent chez lui de chez son devancier. de se rappeler fondamental est celui que pour Descartes le problème de la connaissance/Dès les Regulae . Mais quelles furent les suites de cette révolution et qu© cette ne portèrent pas très loin. Belaval fait un grand effort historique « nous sommes tous des post-kanavec le Descartes des philosophes actuels. philosophie à son éclectisme : chaque doctrine côté positif qui donne .. . Et c'est bien là ce qui pose pour Descartes le premier : des problèmes de même rationnelle ? Xa perfection quelle peut être la valeur de sa certitude. que le souvenir des héros.il lui -arrive de d'objectivité Souvent. H soulignera à quel point certaines attaques de Leibniz restent en dehors de cette méthode et de son esprit 3. 3. même C'est dans l'extrémité loin-qu'il peut l'être. dont il faut le féliciter. des actes remarquables. Mais peut-être profondément le jeu est-il dangereux de s'essayer à voir Descartes avec les yeux de Leibniz ? Il m'a semblé parfois qu'en les dépassant l'un et l'autre il arrive à l'auteur de faire la pour parler au nom de l'histoire. Gerhardt. reconstruire de Leibniz.son oeuvre. et une source de maximes morales. une philosophie du progrès. autant dire : que le droit s'appuie sur le fait. le ch. Il lui aurait valeur logique ne peut interne . avec discernement. Leibniz. 36-37) à quel point la métaphysique fait corps avec la méthode chez Descartes.. instrument doute sincère et non verbal. puis pour celle de Leibniz. V. VI. de son objet ? M. historique (v. parce qu'elles restent en dehors de cette métaphysique. 80). n'estmême ? La métaphysique. que la certitude s'appuie sur une expérience être qu'une persuasion très parfaite . 451-452). Descartes est essentieltiens ». la persuasion ne peut se reconnaître Le d'analyse. G. aussi que la essentielle fallu admettre mologique (pp. le départ dans sa pensée. II — c'est trop et-en . — montrer ce combat qui ne peut être un dialogue. (Révolution) '(Tradition) . qu'en évident donnant à la philosophie son autonomie à la théologie. § n. — — misme l'a porté vers une certaine de l'histoire. celui pour la continuer d'or cachées dans ses rochers stériles. par quelque sa contribution à ce progrès (v. Belaval elle là que pour garantir à la physique l'existence d'une pensée pour l'admettre. Belaval n© le précise pas. Belaval. et applicable à tout formel. DescaTtes. Je tiens à insister sur l'effort comme ici. « hyperbolique ». De son côté. — H est très important. 2. prenant dans Têtre (p. Mathernafische t. Belaval marque bien cette opposition l'exprime (Règle VIII). -essentiellement. d'une méthode racine de l'arbre dont la physique est le tronc. — Et pour Descartes luilement l'auteur et d'une physique. IV. 59-62).' et qu'enfin possible ou histoire abstraite « historien du monde. nellement. — 'M. faites quelles sont du seul point de vue opératoire. -n'échappe marque bien que . dans le Tractatus motus la qu'il faut découvrir. il a permis par rapport une histoire de la philosophie il a écrit -une manière de cosmogonie . 434-436 pp. fin de l'Usais. Nouveaux Essais. -étroite part au cartésianisme de méconnaître certaines possibilités de l'intuition cartéspécialement sienne. a influencé et que son optilaquelle Buffon.58 LUCIE PRENANT. de M. I. dans des adversaires comment. Janet. Leibniz. la question n'est Schriften. passe-partout en effet. la Protogaea. ?• M. pouvait en admettre la sincérité. par ex. que par le doute. "Sur Descartes et Leibniz du livre). lui » de par ses fonctions d'histomalgré s'est surtout intéressé à la probabilité de la vérité riographe. Pour sa génération. H monétudie trop profondément la structure trera (p. pp. cherchant en elle les veines . — éd.un sens profond apportant. a écrit cepenqu'il dant une histoire concrète de la terre. pensé aussi décèlera seul l'indubitable. en Ini-même pas à l'histoire — . traditionphilosophes.

par Pîëïade.modèle ihgenii *. in-40) . de la notion et qu'on cherche à simplifier support — d'une miner. Schriff. système de références. de Leibniz. Belaval. La démonstration est donc fondée. Je citerai l'Entretien d'Adam avec Burman (chez Vrin). et la notion de probabilité exclusivement Il est aussi juridique.. titre). intuition —. avec M. l'imagination. si on l'accepte.-T: pp. Descartes (12 vol'. les Leibniziens Mathematische Schriften (7 vol. autorité ou d'un instrument de quelque comme une forme logique .)-. T. parc© que personnel — que ce soit celle de nos propres souvenirs. sique de ma valeur liée à mon origine. de Descartes et Fermât à Leibniz la plus renouvelée. plus avancée. nécessaires. les mathématiques la forme d'abord de la géoprennent métrie par opposition au calcul. le Kvre analysé.par Math. de sa pensée qui dbute) et qu'il posera (sur l'existence en règle l'évidence des idées claires et distinctes.un ouvrage qui vis© spécialement — — ouvrage de jeunesse antérieur sans dbute à toute métaphysique achevée.dépendant par ordre les unes des la même clarté. est ici une espèce dé révélation. des OEuvres de. X. Descartes est le contrôle de là vérité . Leibniz est avant l'édition Pléiade par A. mais en sens inverse de celui qu'il exerce chez Descartes. sur ce qu'au xvn* siècle on appelait s'appuie se Même réduite à une droite. et qui allait être.. Cette similitude les deux pensées antagonistes rapproche au point et souvent toutes deux par le même langage. sous les mots. de l'attention dominant de Le souci conversion de l'esprit animadversio). métaphysuasion. Si l'on quitte. elle se « voit » — à la fois simplifie et aussi dans son corps dans ses propriétés intellectuellement. A. se saisit d'un coup . (littéralement. La preuve. <. Elle est ascèse. Je désignerai 4. Leibniz Scrirïten von-G. C'est alors que se pose le problème d'où nous étions partis. Elle.. La démonstration se déroulé à partir d'une évidence première. la autres à partir dé la première. sorties. totalement et Newton. on y trouve plus visiblement » qui a inspiré Descartes. son « modèle » n'est pas Pour Leibniz il en est tout autrement. chaîne le long de laquelle Ainsi doit se continuer. estimable » existera pour lui. de la science la plus ancienne. par G.ici. Adam Tarnery. l'édition Dîe Phrlosophischen (7 vol:). mathématique D'ans la méthode. CRITIQUE DE DESCARTES 59 du doute que Descartes découvrira une idée si claire et si distincte qu'aucun doute n© peut rester. nous dira-t-on tout — à' l'heure sur des figures .. M. Règle V. (traduction) la 20 édition de. Métaphysiques pour. Maisi surtout. D'abord. on lé verra bientôt. J'y reviendrai plus loin. qu'elles s'expriment ji'admire alors la finesse précise avec laquelle. celle des Grecs — celle de Descartes encore. en mathématiques. la nature de mon esprit. même la même luminosité intérieure distinction. et qu'on d'une pensée telle qu'on la pénètre entièrement l'existence éprouve-t-on a ïe sentiment de ne pouvoir lui refuser son adhésion . c'est pour cela qu'on la lui donne.. Pour Descartes. l'élisans pouvoir d'image.la Pléiade . mathématique. je ne m'appuie que sur moi-même. 37-119.. mon état de perMais en dernier lieu.avant tout sur une orientation — (« la pointe de son esprit ». ou tradition. contrôle direct.LEIBNIZ. — est abandon et risque d'erreur. l'image mais subsiste. B'elàvàl retrouve l'es significations divergentes. Mais la géométrie.les Méditations la méthode. a fortiori. G'erhardt. par Bel. toute médiation. W. d'après la traduction . on le voit. n est tout naturel que les deux formes opposées du rationalisme soient la ou pour une grande part. 359^469. les mathématiques aussi 1 un grand jouent rôle . pp-.. par une chaîne d'évidences. l'es Regulae ad directianem I© «.

sûre de la possibilité de son objet. pp. ». La vérité est-elle plus en pratique qu'en vraiment communicable ? Il y. expressément. et M. . recours à des métaphores » .60 LUCIE PRENANT tout attiré par l'art des combinaisons . Contre Leibniz aux cartéest plus l'intuition. et il en verra que la forme pas au syllogisme de toute l'efficacité sera témoignée dont l'ampleur par l'invention opératoire. Mais la form© est là pour permettre à la série d'aller à l'infini. une « grande lumière qui doit avoir (« intueri dans l'entendement dans et 13° rép. je pourrai 5. § Ji. H. subjective. Il ne dressera donc pas ses mathématiques . et à l'évidence d'être. En effet la méthode Descartes n'a pu songer à en n'est pas enseignable. N. en fera l'expression du procédé opératoire tale. à Descartes de ne pas employer cette forme de pensée. et qui a agi sur lui très positivecontre la logique d'Aristote ment. dans la preuve modestes. la forme est efficace. l'attaque grave. Meditationes de cognitione. il sera frappé de leur pouvoir mais qui suflivre de compte . Bel-. il a été formé Enfin. enfin l'oeuvre montrer avec précision Par exemple. son calcul. jusqu'à pourquoi. par neuf. et sens. Règle III des Regulae. exemples fisent à montrer ne se limite . très en accord avec la pensée de Leibniz. mais dans les 6" Réla fin). XXI. pour inventer ? — Elle est vide et stérile. et en surveiller pas. La méthode donc une « pensée aveugle » 6. Belaval emploie en général en ce sens. de l'esprit. sans la nommer Discours de Métaphysique. ne peuvent former et « les dialecticiens l'application aucun syllogisme vraie s'ils n'en ont en règle qui aboutisse à une conclusion la matière ? » Mais d'abord n'est pas toute forme le syllogisme pas. au nom de acceptera de signes . mais qui est absurde. que celle du collège de la Flèche 5. à laquelle donner un coeca (v. d'un formel dans les dispositions au contraire.. 85 et 102. Ainsi l'idée du mouvement les mots semblent le plus rapide. reproche siens d'être des « visionnaires comme nous dirions ». et. v. la coeca. par les afin mêmes raisons aussi en persuader d'autres » qui m'ont persuadé. à l'algorithme.. a un problème de l'expression chez Descartes. 3e Réponses). protestante. capiprobationes »). Belaval possible . au Voilà s'adressant ponses. de la commodité une manipulation qu'apporte en commun surtout de l'objectivité des vérifications (« com(au sens moderne) une importance. lecteur « qui voudra méditer sérieusement avec lui ». § XXV . Essais. dans ces Méditations les mêmes pensées par lesquelles d'être parvenu je me persuade à une certaine et évidente connaissance de la vérité de voir si.M. faire un traité : elle consiste théorie. 171-174)- . . pensée aveugle ? pas totalement. aujourd'hui. pp. relève de la cogitatio veritate ïdefls. il ne l'oppose mais à la pensée vraiment pas à l'intuition. Elle De ceux qui portent on vient à bout facilement. on voit tous les griefs qui opératoire peuvent s'échanger. Pléiade p. mécanise n'ont et les sophismes trompé que les sophistes ? l'esprit. « voit » que la « même raison » subsiste. à partir et rejoindra continue avant la géométrie l'étendue — du nombre. 5. il placera. G. C'est l'exemple : « Une idée si claire et si distincte » qui prouve du cogito-Méditation (il s'agit Voilà écrit volontiers Descartes III). jamais Mais n'en faut-il la « machine ». 541.10°. Cependant Leibniz lui-même non pour reprocher cogitatio utilise le terme le plus souvent. à Hobbes. par quels procédés dans une série . pourquoi l'histoire de sa pensée (non seulement dans le Discours. analysée. eu d'abord saura de Leibniz est là pour répondre. par la scolastique générale plus libérale. d'une conception très. mais de l'employer inconsciemment . M. Belaval n'oublie pas l'histoire. au signe. distincte. contre la technique. v. 6. au nom la sécurité. On. « j'exposerai. parce qu'elle — technique Conversion de l'esprit . l'arithmétique logiquement. Elle attachera lui-même.

je ne peux plus la mettre en doute que des lèvres. qu'il exprime l'est plus et peut être déformée . avec toutes les facultés ^c'est-à-dire l'esprit — ou les ennemis. et de réalisé. ? sinon la véritable assurer-ce eût triomphé (R. au contraire. le livre étudié. II). il y ajoute la stérilité des cartésiens. variable indispensable — « c'est une bonne sion qu'à l'invention. mais l'idée. p. opposées sont en lutte depuis longtemps. ingenium . Pléiade. même elle peut être si claire.' — de la raison . p. d'invention et sagacité. écrit Descartes au P. monde la mieux elle n'est qu'une « puissance » (la seul© avec la partagée. au problème de la durée (v. R. plus loin. peut-être tel qu'il est donné en nous. 7. Belaval nuancera très heureusement. — par-dessus tout. La luminosité en de l'idée n'est pas sans provoquer moi une réaction. Belaval. parce qu'accette exprestuelle. Or l'attention est un acte volontaire action que de l'avoir ». non ce qu'elle peut donner. suivant leur usage. sion quand il touchera. avec M. Belaval rappelle le mot du P. Lenoble du penseur solitaire ou. habitudes plus ou moins ample ou présente . non de l'esprit. rément. 145. « Car que . 9). par opposition 9. celhvci ne pourra Si la saisie directe de la vérité est ce qui fonde l'évidence. Lewis des Médi(Préface au lecteur interne . Regulae. Descartes). c'est ce qu'elle apporte. 7 chez Elle s'actualise dans et par Vingenium volonté. et de l'esprit de « cavillation « controverse ». 66). Et l'on serait vraiment de traduire.. à l'occasion du nombre. . 24-29-. avant tout sur une expérience tations. plus loin p. CRITIQUE DE DESCARTES 61 — non traduite dans la lro éd. car Descartes y partie du Discours. « Ponctuelle » — M. truire peur avant de publier. par génie. — V. Mais comment triomphe autrement de valeur sociale et efficace ? Leibniz un© discipline dit. Au double sens de présent à l'esprit de p. A. déterminent une magna propensio. ? — AssuToutes ces conditions vont-elles laisser à la vérité son universalité en en principe. véritable. qui sont. »• . aimer sinc軕 ou de rement la vérité . imagination notre pensée : toutes faites (préjugés) habitude de diriger ou. La méthode s'appuie — autres des objections ce qui amène Descartes à réclamer c'est d'ailleurs — pour s'assurer contre ses erreurs . les auxiliaires. appel de note (5)). 117 1. p. avec lui cette vérité qu'il ne peut que lui « montrer que le lecteur retrouve sur la sixième comme du doigt ». 143147 . ce qui l'amène aussi à consexpériences Il a toujours de n'être pas une métaphysique. apporter fait généralement précéder ses attaques contre la méthode par l'éloge du génie tenté de Descartes .LEIBNIZ.« Programme ». V. 1166 — haut à virtuel. mémoire de pensées . M. Mais en fait ? Il y a bien une force de la vérité qui fait que lorsque deux thèses c'est qu'elles sont toutes deux fausses. Mesland 8. Chacun a même un ingenium éducable (v. attenperspicacité en intensité et en direction. autant à la compréhention. car il faut même quand il a des démonstrations « évidentissimes compris. le 2 mai 1644. puisque chacun a en soi un « bon sens » à mettre action. 11671 . 8. L'intuition est donc « ponctuelle » et passive parce que présente. Sa clarté et sa distinction une grande inclination à l'affirmer . seuls instruments . éd. accuse toutes les difficultés soulevées pour lui par une collaboration car si le « bon sens » ou raison est la chose du Cette solitude s'explique. bas de p. notre souvenir est actuel 9. 69 et note 30. T. Les éléments moraux s'introduisent ainsi dans la méthode : il faut être « de bonne foi » . si distincte. ce que l'esprit aperçoit diatement dans une idée.. IX et X). Passive — Ici encore il faut des nuances (v. se libérer des préjugés. d'autre immépart. ne être que présente.IV.

Non dans une géométrie de type euclidien ou apollonien. iéguiser les figures ». ment du jugement le Descartes a cherché L'intuition Cela va de soi.ïormes' dé grandeur. 4-10 : nous concevons la raison formelle . l'habitude » et « mesure »-. de 1629 à 1841. quand ou plutôt car un tel on multiphfe les. 98). de confondre « rigueur M. dans mon affirmation. Et c'est alors.» (une étendue hors' des choses « qui ne tombent étendues) sous. des corps s'approfondira. Mais ce n'est pas par une sorte de purement opératoire. nos lois logiques imite la sont aussi celles de Dieu. Règle XII. Pléiade. et les « notions l'idée bien davantage. J'ai dît incidemment. intelligible les choses sont possibles ou ne le sont pas. (p. Dieu seul connaît immémais au degré près. « II y a peu de choses. et. L'ouvrage est d'ailleurs de.. ^imagination dans les (Pléiade. choses corporelles. que j'affirme. « . pas en. chercher. région ainsi. qui fait l'activité et qui vient de ma volonté.nous n'en pouvons. et ce sera une difficulté . Je pense au (Pléiade.. 33. d'ailleurs. 1. que nous puissions. c'eslexistent. C'est c'est par son entendement. et l'achèveune responsabilité. infimes elles. lue du vrai. ni ces vérités et qu'on appelle éternelles ne sont fictives.'. » (De rerum G. non par sa volonté. mesure qui permettra de comparer quantitativement des figures.choses ainsi indéfiniment.... même corporelles. modèle de sa certitude à l'entendement : elle ne sert que de soutien donne la certitude que l'image ~ qui voit la notion pure avec toute sa nécessité . à la valeur absodonne cette fois encore sa caution Dieu. des fût-elle réduite à une simple droite. » .GfZ nous LUCIE PRENANT. Ici je ifèrai quelque réserve.*f êtres philosophiques de cette sente. il va jusqu'à invoquer les. l'infini Mais. faut le comprendre amenée ici à se dégager de: la métaphysique. où il signale d'ailleurs. p. arithmétique et géométrique. c'est tout un. déclare « qn'S ne connaît pas. originatione Par suite. (p. jeunesse . j'atteins. y s'opposer scolastiques. sinon et permettent de « découvrir les propriétés distinguent qui font leur différence que notre par leurs lois de construction ? N'y a-t-il pas. — ne l'épuisé pas ? et distinctement s'il ne le comprend c'est-à-dire. écrit « flexible et « morceau de cire »• de la Méditation. mais (qu') elles qui les concernent si l'on peut s"exprimer en une certaine des idées.. puisque est imaginative. 1. esprit conçoit clairement pas de l'infini (v. l'être absolu. il faudra . dont l'imagination. Du moins il en est ainsi dans l'étude 10 en écarter choses corporelles au contraire. ni ces essences. réalité p. telles l'existence. » . est chez Leibniz . radicali. que par intuitration — comprend: les: « natures communes »• — (communes: aux deux espèces' de substances.. Belaval va plus au fond. 15. surtout qui ont pris pour les géomètres. 1-4). a là de ma part un engagement. 174. mais où il montre la prévalence de la — — Rien la est d'étonnant r l'unité commune géométrie règle: pour. Belaval ne tient peut4tre des dates que pas assez compte les textes sur Pour montrer. appui sur l'infini. douter » (2e* Rêp. sur la ligne. ellec'est par la métaphysique même. indéfini ou l'infini.. M. à leur manière. — Encore faut-il Il y le plus haut degré de ma liberté.là. 1126). ne pouvons pas douter de ces choses-là sans penser à elles. p: 305. instant) . donc. trad^ Adam. (Pléiade. antérieur à toute métaphysique Pour aux entités des Descartes générale. 7. encore muahle ne saurait. comme: indléfini. Burman. oS^O) à propos de la méthode de Descartes au contraire faisait qu'elle corps avec la métaphysique de celle de Leibniz.nous n'y pouvons jamais penser sans croire qu'elles sont vraies. l'esprit métaphysique des sens.. ou l'es conceptions se au chiliogone et au myrJogone mais dont dont les images se confondent. Réponse^ à Caterus. deviennent l'infini. p. zéro.part du sensible dans la science des portent lesquels il s'appuie. durée et leurs négaPléiade. mais. maïs qui lia voit dans l'image. p. (Méditations! bien ou 1644 (Principes). et notre raison sienne d'ans sa structure. « Entretien av. la. Cogi'tationes Privatae et note 61. 353.concevons. nous. Même la classification des natures simples — qu'on ne peut connaître Regulàe. à-dire en Dieu même. H'.. dans ces deux exemples. que jamais. si la méthode positivisme logique qu'il. Pléiade 380).. p. duites par « mixtes ». imaginer en de à Mersenne les concevoir Descartes 1641 que nous juillet soyons capables ». Mais le langage accusera communes (-néant. et l'intellectualisation. 280) . citation — Son texte de base est la régie XIV des Regulae. seulement.... la mise en parallèle dés deux.. On retrouve la vieille notion de « monde » qui fait que rapports. 81-82). dans l'intellect divin les idées vraies et leurs que « sont ». l'unité* tions » ou axiomes. comment. Cependant io.

Il faut donc qu'une idée s'analyse réelle — c'est-à-dire. Adam. (nous aurons à revenir sur la notion générale d'expression). nous ne pouvons que les exprimer " c'est-à-dire.des nombres en approche à les dégager.aucune espèce de « providence dans ïa réalité. nominale. chez Spinoza : entre l'intelêtre « univoques » avec les nôtres. est pour lui perfection. de toute réduction de sa propre pensée 13.. Au contraire de la raison est pour pour Leibniz r. (Ethique I. est « toute et volonté.. plus loin. dans l'Entretien avec B.(tanquam hominem magnum alioquem »). d'une dans la mesure où l'idée gendre. infinité. 12. son unité absolue qui fait qu'entendement immensité.. la raison d'exister à la raison le principe de raison. pure » « voir et vouloir v. « . Et Leibniz. lui est antérieure. qu'elle non seulement mais ce qui suffirait à une définition classifîcatrice. comme et volonté en lui ne sauraient sa simplicité. mais de lui. Plusieurs réelles sont qu'elle de l'idée est l'expression possibles d'un même objet. . 18-14). simple telles qu'entendement des. V. parfaite). avons-nous dit . Il peut seulement connaître clairement la et distinctement absolue de l'être qui doit être sa cause . 10-13)5 Mais il est peut-être marque » de parvenir « La connaissance .. le principe de contraC'est d'abord diction 14 bfe qui va régler le minimum exige d'une idée logique . XVII. la non-contradiction par exemple. 2-V-1624. va sans doute beaucoup user — et abuser —. il ne sera pas question tout de suite (voir plus loin page 71). ils sont nécessaires pour Dieu — dans son intellect. Même tendance. positivité d'être positivité qui l'empêche Telle est la signification de cette « véracité divine » dont Descartes trompeur. capable d'ajouter 14 bis. ce qui est des 28s Réponses tout-ârfait de Dieu ». se développe ©n définition pour être légitime .urman (trad. 373). en avoir discursivement un certain nombre : des définitions. où Descartes montre comment que nous nous faisons au lieu de poser d'abord son dement et une volonté les nôtres. des lois instituées valables. mais que je n'aime guère voir l'auteur appeler « principe théologique »•. que la causalité. succession logique est ici applicable. 47} « Nous concevons Dieu comme -un surhomme » . cependant. distinct de sa volonté — comme pour l'homme. ne -précise pas davantage. p. » et les critiques de Leibniz à portent 13. 70. Ge sera ensuite d'être vrai . portée à l'extrême le chien. A vrai dire.. — La raison humaine table structure 14 . et l'idée de perfection se réclamant à son tour d'une cause d'être (Ens amplissimum). facultés L'action. la valeur des principes lui isans limites .. 1167-1168. cit. par Dieu . indigne de Dieu lui donne un entenl'idée p. parce que cela eût contrarié qui pensait l'avoir rationnellement établie 13. définitions établisse la possibiHté de son objet. mis en moi par Dieu ainsi que les « natures simples ». Cest une manifestatipn de ma fmitude distinguer que de vouloir dans l'être. plénitude Il se défend de tout anthropomorphisme de Dieu aux lois . c'est-à-dire une imperfection qui suppose ©n lui l'idée de la certitude . p. d'équivalents possibles retournons à Descartes.absolue. animal aboyant Scolie). des Ainsi 1 peut être le premier carré. 4. nous'avons et indéfinissables en nous des notions primitives qui sont » (Meditationes. Dans les problèmes et la considération de l'infini. et toute » sont une même chose (Au P. ^14. 76-77.. Pléiade. sont des créatures . celui qu'on pour qu'elle soit pensable. Les principes de logique. qui comportent n'a donc pas une véripour Dieu. or une expression n'est qu'un « point de vue » : complet. 1. à ma connaissance. 423. et qui sont absolument ne disons pas « pour un esprit fini » — Dieu les respecte — mais « à l'échelle du fini ». Notons qui prouve Dieu. du parfait . Mieux encore : v.LEIBNIZ. à propos de la finalité. faux. signe céleste. Le Dieu qu'il Auparavant pense avoir atteint (par son doute. note 32. ou l'élément « à 11. p. Elle ne :s'appuie sur . La définition qui est en Dieu. 1. mais non seul possible. P. (Op. sur ce plan. c'est une autre affaire. c'est-à-dire possible. le texte très explicatif (Pléiade. impossible fort. CRITIQUE DE DESCARTES 63 ces essences — ce qui nous délivre de l'évidence et autorise la pensée diatement formelle — . il y a -autant de rapports qu'entre et le chien. et qui l'enLa question sera reprise pp. mais portés à l'infini. dont il va être question. elles-mêmes leur propre G. ici. elle ne peut se tourner vers tout objet avec une autorité absolue et sans nuances. Mesland. lect de Dieu et l'intellect de l'homme.

édition expérimentale 17. dans chacune des deux métaphysiques. Il me de la notion d'unité. peut métaphysique Mais dans la substance spirituelle? V. leur construction. conséquences. Belaval (v. — La ou la limite d'une série fractionnelle nombres. donc trouver daas la matière un fondement 19. Belaval l'a bien rappelé. p. Traité de l'Enchaînement des idées fondamentales. pp. Et sans doute impliquet-elle le passage à la limite. manifeste. homogènes. les notions sont possibles 10. rejoignent minimum. . tangente peut être une droite qui touche un. ce Mais il est évident. bas de la page 65. sont les définitions les meilleures par causales. Il a fort bien montré aussi ce qui. etc.64 LUCIE PRENANT. qui revient à dire. par des propositions la synthèse et l'analyse leibniziennes. étant de les appliquer (v.1/8. de pensée. la réalité des choses est faite d' « unités profonde vraies » 20 ou « monades sur l'univers. fractionnables. et qui. en vérité ! Toute la difficulté les pensées les plus composées. c'est-à-dire. que signale souvent M. comment une chaîne de substituEt pour le développement de la pensée logique. comme tout mécanisme la chose est incontestable et M. autrement ne peut valider absolument le principe. comme. 5. G. Belaval à sa source. seulement. Ici l'influence sur Cournot. fixe 15. 19-11. Studïum bonae mentis) et la curiosité pouvait présenter qu'il avait sans doute pour toutes les formes qu'elle traité sur le (petit perdu génie de Sfocrate). l'autre. G. (Achille rattrappe pas dans sa continuité. § 43 (ch. rappelle M. Belaval. que Descartes n'a pas inventé le calcul infinitésimal. coml'intuition bien accablée. la vérification § 5 . V. p. véritables réalisera. discrète — pour Leibniz. l'usage du « rationnel » (à peu près ce que Leibniz au logique pur et sans ») par opposition appelle le « raisonnable finalité (v. 303) est déjà cartésienne. passage. me semble-t-il. Que Descartes méprise assez fort le calcul. Mais il faut tenir compte aussi du caractère général d'insertion dans la vie de l'esprit qu'a pris très. Cette définition.on va voir. répliquera Belaval. qu'un —« phénomène bien fondé » fondé sur ces monades par leur répétition et par Voici donc 15. 47-48). " la matière n'est que la substantialisation la quantité de l'étendue . le continu. que Descartes admet — il ne l'exprime Ce la tortue) . 18. essai de Leibniz qui est de 1666 — antérieur à son séjour à Paris et à son initiation aux mathématiques des modernes. chacune enveloppant de qualités qui 20. Nouveaux Essais. — les prédisposait à faire prévaloir la quantité continue l'une. IV. tôt pour lui le problème de la certitude (v. dit. cartésienne Mais pour mieux remontons avec M. XVII. la géométrie 18. qui expliquent.1/4 H. (mais en physique n'a point lieu » "). équations logiques. ses capitale de la méthode géométrique souvenirs de collège sont là pour le confirmer. ou la limite en un point. De même il nous renvoie à bon droit au premier en combinatoire. la division des difficultés selon le Alors que celles de Descartes mèneront » (de connaissances « requis » (pour rejoindre nombre de « parcelles parcellaires) le simple — mais quel sera le fil conducteur de cette division ?) . 1/2 -+. dès les mathématiques. plus loin.cercle avec vient se confondre d'une sécante dont le point de sécance qui est mobile ne sont pas égalel'autre possibles qui est. p. prendre l'attaque. est particulièrement Cournot dans le choix de la « bonne » définition. etc. 466. « identiques »-. M. aux tions des définitions aux définis permettant un aller et retour des principes « le retour des conséquences aux principes. et qui l'ex». puis recons« par ordre » (un© vérité servant de règle pour en connaître une autre) truira Beaux conseils. Toutes les définitions ment bonnes. pour Descartes. D'unités une infinité sans véritable la singularisent et qui la distinguent des unités idéales du nombre. 4. 329-330). centres de perspectives chacune de son point de vue. L'étendue n'est priment totalement. voyait. 16. Je ne méconnais pas l'importance pour Descartes . « waies » et réelles.

LEIBNIZ, l'abstraction

CRITIQUE

DE DESCARTES entre système de rapports précède logiquement, qu'il

66 ces ses

substances, nécessaires. conditions Ainsi Descartes sera placé sous le signe de la géométrie ; celle des Grecs, — et encore Archimède mis à part —, qu'il ne dépasse pas 21. Leibniz, lui, intellection toute réalité se réclame d'une substantielle, qui, pour rejoindre de toute image ; c'est alors qu'elle la nature doit se dépouiller peut unifier les principes ne peuvent être que formels. des substances. D'une telle intellection, deux A ces vues préalables sur la réalité profonde, il faut faire répondre analyses du nombre. est difficile est une L'entreprise pour Descartes parc© que le nombre « nature simple », c'est-à-dire une de ces notions que les philoinanalysable; en essayant de les définir. M. Belaval en cherche sophes réussissent à obscurcir Il les « requisits », comme dirait Leibniz ; les conditions pourtant logiques. trouve un « ordre des raisons » '22 dans cette suite de a natures simples » de même type : substance — durée — ordre — nombre. Le nombre a été classé dans les Regulae, et repris dans ce sens par les Méditations et les Principes, communes aux deux les natures simples « mixtes parmi », — c'est-à-dire, et la matière, de mes pensées ou des parties de substances, l'esprit (nombre Cette notion est innée. Elle apparaît bien ainsi dans la Méditation III l'étendue). par exemple, (Pléiade, p. 293, 1. 31-32 ; A. T. IX, p. 35, 1. 27-28), ou dans les Principes, (I, § 59) ; Descartes en montre l'usage comme spontané pour désigner des objets de natures différentes en faisant l'abstraction de leurs différences. Les être comptés dans nos pensées ? D'autre objets ne peuvent-ils part, je trouve en ma pensée la « distinction réelle » des deux sortes de substances (Principes, 1, § 60 ; Méditation comme le dit VI). Ne puis-je donc tirer de moi-même, la Méditation III (Pléiade, p. 292 ; A. T. IX, 34, 1. 13-15) cette expressément du nombre ? Il n'en est rien, dit M. Belaval 2B b,s . première application

de leur singularité Un qualitative. — l'espace —, donne à l'étendue,

2i. Leibniz est à cet égard moins sévère que M. Belaval. Il dit en général (par ex. à François de la Chaise (?) mai 1680 (?) édition Reichl II/I, G. 4, p. 277, 1. 1-2), p. 511, 1. 5-7; à Molanus, -a fait autant de progrès de l'époque de Descartes à la sienne qu'elle n'en avait fait que la géométrie — — à Descartes, — tout en spécifiant des Grecs, plus précisément d'Apollonius que ce progrès n'est pas seulement la suite de ce que Descartes a apporté. Mais la question va être reprise, pp. 67-68. 22. J'y verrais plutôt une énuméîlation, ne saurait être question de déduire le nombre, puisqu'il nature simple. Dira-t-on va de la substance ou existence que, 1' « ordre des raisons t dans les Méditations à la Mais le présent est simultané durée de ma à la (le cogito) (le présent persuasion. substance et d'ailleurs, suffit-il la déduction', à donner là durée?), (rien ne permet puis à l'ordre la distinction a-t-elle besoin réelle des deux substances. Mais puis au nombre (par la distinction d'être « réelle » pour donner le nombre? III, N'apparaît-il pas dès la Méditation, Pléiade, p. 293, — semble1. 31-32 ; A. T., IX, p. 35, 1. 27-28)?) En vérité, Descartes, qui donne, indifféremment » (Cf. Regulae, R. XII, un ordre, tantôt un autre à ces « natures communes t—il, tantôt Pléiade, ne fait entre 81-82 ; Méditation, elles de I, §§ 54, 55, 57, 58), III, p. 293, 1. 17 sq, Principes, côté les substances (§ 54) et les qualités distinctions qui explicites que dans les Principes ; d'un choses sont en elles (§ 55 : lai durée) ; de l'autre, notre aux les qualités que esprit applique (le là trace d'une suite de 11 a subordinaet les unilversaux, temps, § 57 ; le nombre n'y pas § 58). tions logiques. Pléiade 22 bis. H invoque un passage un peu antérieur de la même Méditation, 289 ; A.-T., — tant nos En IX bas de la p. 31, et mal son interprétation. que idées, je comprends « » états de conscience confuses « de ou sont toutes nos », façons penser (nos distinctes, ou aucune différence ». dirions-nous. « entre elles Descartes ne reconnaît inégalité en tire dans ma pensée? M. Belaval N'est-ce pas dire qu'elles ont toutes même égalité d'existence « que ce serait cependant » (de valeur?) « que de vouloir le entre elles une inégalité introduire » ; privilège nombre concerner d'abord les choses spirituelles, qui se puis les choses matérielles conccvrair « doutant moins que l'objet », c'est la substance étenpar exceïïance des mathématiques » ne va-belle 1" « inégalité due. — Si je fais passer la substance matérielle devant la spirituelle, se trouver de la renversée ? J'ai le sentiment que jamais Descartes n'a voulu se poser le problème du du nombre des pensées ou déduction du nombre, de l'antériorité logique ni, par suite, nombre des parties de l'étendue.

6(3

LUCIE

PRENANT

1 c'est bien M'. ce qui 'Bè'lavaL, par' Mais en vérité, que l'Objet matérielle est la substance ; c'est' donc excellence des sciences mathématiques dont la du nombre ; l'étendue; faut chercher dans l'étendue l'origine qu'il est d'être paries exfra partes. nature , De nouveau, il va trouver (v.' plus haut noté 10), appui dans là Êègle XÏV, — qui s'y prête, vu son intention mesure » qui servira spéciale. La « commune dé droite. sera vin segment d'unité pour toutes figures ne d'Une addition n'est pas avoir le nombre. Avoir l'unité La'suggestion se tourne Dès lors, M'. Belaval de droite, juxtaposés. peut se tirer des segments — de musique 23 dé 16Î9', antérieur vers le Compendium Musicae, petit traité dé synthèse'addiil y trouve sans doute aux Regulae; à la fois, et un modèle et imbriquées) dés temps sonores ;' et une bien intérestive par étapes (tranchées de la pensée sante interprétation de là durée, au point de vue dû développement dans chez Descartes. Il est amené ainsi à corriger tout ce qu'il' y avait d'abusif oriente ici' C'est l'image de « ponctuelle » accordée tout d'abord' à l'iritûition. l'épithète ». Le point « point d'un « champ visuel qui convient ici, plutôt que celle d'un — l'instant;—• est un zéro de durée 24. Il rie saurait à 1' « objet correspondre » de l'intuition. Cet objet peut être très corixplexe ; par exernple, un unique et sa première L'attention premier III). principe conséquence (Règle marginale peut même voir poindre la seconde conséquence et passer ainsi, en contià son prolongement dans la durée, la déducnuité, (R. VII et XI), de l'intuition — ce que n'est tion; L'intuition est un présent de pensée ; une pensée actuelle Mais ce présent doit durer pour plus celle dont on ne possède que le souvenir. démonstration soit suivie. Il ne sera donc pas instantané, qu'une pas plus que ne sera simple 25. son'objet Entrons sur le terrain maintenant leibnizien. plus solide dû nombre Ici la métaphysique incontestablement la primauté de la quantité prépare discrète ; parce qu'il substantielles dont n'y a pas deux natures symétriques une matière étendue, mais deux plans de réalité : le plan profond des substances, ou « monades », ou unités vraies ; le plan des apparences ; celui Imaginatives de l'étendue. Par confusion, notre ne distingue dans cette perception plus étendue l'infinité des substances et les abstrait en un continu qui s'y répètent a phénomène » — mais « bien fondé », puisqu'il aux subhomogène, répond stances ; puisqu'il les exprime. Dès la perception (en continuité, ici, avec l'intelle nombre est en quelque sorte irnmanent ; car la perception lection)-, est, — comme oh vient dé le voir de l'étendue, mais sous toutes déjà pour l'image ses autres formes, — l'expression d'un infinité d'influences d'une multi; l'unité Ce sera cette fois, l'apërception sensible, plicité. déjà consciente, qui" lui donnera occasion d'exercer cette structure. Car le norribre est inné chez Leibniz comme chez Descartes ; mais d'une innéité virtuelle qui ne se dégagé que dans : devant ceci ou cela, présent ici ou là; : existence, l'expérience lieu, temps, sont — Cependant donc des « requisits » de la notion de nombre. ce nombre est confus » ; traduire : il faudra le « formaliser ses données en purs rapports ; de tout à parties dans l'étendue sensible de quarapports ; rapports (qu'antitê) lité sensible à- qualité sensible selon leur ressemblance, la notion qui devient

23. Ni d'esthétique pure, ni de physique pure — mais dés; conditions que la nature et psycho-physiologique des sons offre à la subjectivité physiologique du plaisir musical. . 24. 'Regulae, Règle, XIÏ, Pléiade, p. 82. avec Burman, trad. Adam, 25. V. dans l'Entretien p. 11.

physîqiié,

LEIBNIZ, si féconde ne qu'on

CRITIQUE

DE DESCARTES

67

de la similitude. « Deux choses sont parfaitement semblables lorsles saurait .discerner ». Par comprésence, que per compresentiam l'une sur l'autre ; par mesure ; par quantité. « Car c!est-à-dire par application si toutes les choses du monde qui nous regardent étaient diminuées en même il est manifeste que pas un ne pourrait ce changement w, remarquer proportion, avant Poincaré disait déjà Leibniz (à Jean Gallois, IX, 1677, éd. Reichl, II/I, intellecp. 380) .11 y a donc une qualité des figures capable de les exprimer et de fournir des méthodes de démonstration tuellement sans image et aussi .sans bien plus directes que par l'algèbre 26. La science en est l'Analysis équation, situs. C'est une similitude entre les segments de la, droite qui permet de concevoir positivement, à l'infini. Toute par une « même raison », son prolongement se manifestera la portée de la similitude dans l'étude des séries et dans le cal— C'est surtout cet aspect qualitatif cul infinitésimal. de la quantité, figures — qui distingue, ou nombres la pensée mathématique de par sa complexité, de celle de Descartes. Ce n'est pas pour Leibniz la quantité continue Leibniz —. qui engendre le nombre ; elle en est bien incapable, — elle n'a pas d'éléments ou similitude à une identité Mais c'est la ressemblance qui conduit qualitative. Ici ou là, les choses identiques en unités homogène. s'épurent 11 n'y a plus qu'à passer de l'unité au nombre ; c'est-à-dire à donner de l'unité à un groupe d'unités. Car l'unité est, dans le nombre à la fois élément et principe (de sa qualité). » donne en effet L' « unité-principe (de sa quantité) au nombre ordinal « et cela a lieu dans les nombres encore plus sa spécificité, car deux figures semque dans les figures, inégales peuvent être parfaitement blables l'une à l'autre, mais jamais deux nombres » (Nouv. Ess. II, XVI, § 5 — G. 5, p. 143). L'identité des unités constituantes est imparfaite, sans quoi elles se fusionmise à une certaine neraient, comme dans l'addition logique. Il faut que l'unité place apporte au nombre des qualités nouvelles. les Et les propriétés des nombres les combinaisons, permettent spécifiques de recherches bien différent de l'ordre .— tout un ordre formel permutations, des « raisons » cartésiennes. linéaire Une telle arithmétique Elle apporte des définitions est dynamique. causales, : 2 + 1, est la définition constructives de 3 ; 1/2 -+- 1/4 4- 1/8..., etc. — 1 est la définition de 1. Elle use de la série et de l'infini dynamique qu'elle comporte. Ainsi fait-elle dans la notion tout à fait générale du nombre, qui ne pénétrer considère plus l'unité composante comme un absolu. Le nombre en général n'est Et il comprend mais est homogène à l'unité. jjas fait d'unités, alors le « sourd » (l'incommensurable ; ex. : V 2), le rompu (la fraction ; ex. 1/2), le transcendant (qui ne peut pas être calculé par un nombre limité d'opérations arithmétiques, ex. log. 3), « et il y a là aussi peu de minimum ». (Nx.que dans le continu Ess. II, XVI, G. 5, p. 142). Ainsi le nombre, § 4— premier logiquement, le continu et peut .s'exprimer rejoint, par sa continuité par une ligne, opératoire, tout comme la multitude des monades fonde retendue. A partir le caractère de ces conceptions de base, M. Belaval va montrer

26. Si directes que Leibniz M. Belaval en cite un exemple parle d'elles en style quasi-cartésien. Je (p. 2141). En voici un autre, particulièrement : « Ma voie ai ceci de particulier qu'elle frappant donne » (le théorème <t par une simple vue de l'esprit, sans s'embarrasser de calculs des tangentes) ni de figures » (au Marquis de Math. de THospitaJ, Schrift., I-II, 246. — Il s'agit du problème des tangentes Leibniz et la dynamique, pp. 74 sq.). Tschirnhaus, par les foyers, V. Costabel,

XIV. . 491. par elle. 1. Belaval ne le pense pas. et qui contient matique. généralisatrice Pléiade. . d'avoir universalisé 27. 492. cité (v. p. 279-289). 137. note 10) bien qu'il se soit abstrait de la citation. d'un ordre. 4-6). très conscient 479. comment la mise en évidence. 1. mathéd'une physique tout le principe (vitesse. — Cela dépend de ce que en a-t-il eu conscience de la transformal'on envisage dans ce « tout ». non — (ce serait anti-historique rément assuré? Moins de l'avenir la voie du dynamisme que Fermât. 491-493 . que de sa gloire Il reste le point essentiel et Leibniz : leur attitude qui oppose Descartes sur toute la science vis-à-vis de l'infini en nia thématiques. à'adégalité qui apportait « statique ». mathématique a été à l'égal. spatiale. ou réclamer comme il écrit à propos d'un lui avait fait de n'avoir point reproche qu'on nommé « ceux qui ont écrit ». faibles l'aurait dit ». Je dirais plutôt.Qg LUCIE PRENANT infinie des généralicartésiennes à côté de l'ampleur borné des mathématiques sations de Leibniz aT. qui'savait cher aux points et qui n'était adversaire le grand que de Descartes. qui était subtil. Si. comment universelle » (de la règle IV). etc. et mieux apportée (A. il suppose. Tirés conscient aussi en physique la comparaison rigoureuse par l'équation-~ enfin de la puissance (R. surtout id. 62. 1. Attitude qui retentit et la métaphysique et du dynamique dans le du virtuel . Et il. Pléiade. Belaval use d'un argument à la Géométrie de 1637 un avenir Imprévu par psychologique pour attribuer son auteur. Mais enfin. M. Il » (pp.). pp. Mersenne C'est le sens de ce qu'il corporelles.. « Si Descartes en eût été conscient.T. son pouvoir technique souligne (ex. le tableau p. pour se classer. 19 sq. il marque mais aussi physique non seulement sion ou grandeur mesurable. Sur la complexité de la logico-mathématique de Leibniz. c'est de 1' « histoire ». 1. IV. par sa Géométrie pp.pense bien l'avoir 26. — très des découvertes à certains (R. de l'Optique avant moi (avant II. sur toute possibilité monde et pour l'esprit. tout. Leibniz. p. Descartes à la géométrie. 47-48). 1-16). dans le livre. il l'aurait dit ». Lui. A. il rend justice à la « géométrie algébrique Cependant dans la notation son progrès de simplification . v. 97) . Attitude dont le lien avec les méthodes peut sembler manifeste. l'étude des sciences d'avoir intellectualisé Mais Descartes a été très conscient dans le texte déjà écrit au P.T. généralisateur continue . tel une proportion des ou la parenté elle dégage la continuité elle abrège et simplifie . indices. lui) trouvée. d'ordre <c semences de vérité » qui sont en nous. — des Grecs dans des d'est en faveur cette d'ailleurs limitées direction. Descartes a-t-il eu conscience ? Assude l'infini tion de l'analyse dépasse l'algèbre qui d'ailleurs par l'usage sur Etait-il de penser qu'il le pouvait). C'est il recherche la vérité. (( si Descartes touen eût été inconscient. p. la règle de Descartes sur les vraies et les fausses racines) . sur lui Mais ce n'est de Descartes de se retourner beaucoup pas le fait une prise de date — cela. pesanteur. 478-480. l'intérêt de ses idées qui le domine. Descartes la notion ou tendance ment. 1-7 . tout ce qu'allait permettre l'algèbre ? M. Suret conduit vers la « mathématique équations celle de la dimende sa généralisation tout l'intérêt capitale. « plus soucieux de son et il est vraiment honneur ».I. dans les Regulae encore.

dans certaines familles. Elle est opératoire. la difficulté serait 30. dès qu'on connaît celles du plus simple P De la notion d'indéfini. un exemple de plus ? Dans les 4* Réponses. A. p. ce statisme est absolument 30. II. « Et comme ces sortes de démonstrations ne sont point » . — En ce qui concerne l'usage du virtuel en mathémaà les attrapper. contrairement — Sur le plan non plus entre les deux états. l'existence à la différentielle. cependant un certain virtuel cartésien (le morceau de cire est flexible . I. Il est inexact part de nier toute — A. 336-337) . la en lui donnant l'être. par ce moyen. justement pour dans l'innéité cartévirtualité d'autre tinction d'avec la pensée. Belaval a donc raison de penser que l'intuition ne Principes( II. 460-461) — bien qu'il y ait là fusion idées claires qui devraient rester distinctes. et la perfection ou l'essence même de que. 303-313). la « quantité évanouissante ». — d'un conatus qui est bien mouvement •a de mouvement — et cela. acceptait. M. Ajouterai-je pour soutenir contre Àrnauld que Dieu est. mécaniquement proposée /infini. Dans tous les cas. de voir entre cette opération essentielle. à la transfigurée apporter science.. (v. En physique en puissance . 516 — Cité par M. n'intropression actuelle —. (la solution apportée par Descartes au des tangentes inverses posé par de Beaune 2S —) Descartes escamote problème la continuité de l'infini et la suppose épuisée. une pour lui dans le caractère statique des présents d'intuition « même raison » peut se saisir d'un seul coup. à propos de quatre exemples tirés des oeuvres et examinés avec précision mathématiques (pp.. Suit aucune variation déterminée .. Elle offre surtout sans y adhérer pleinement. dans le seul cas de l'être parfait. — pp. et la méthode une incompatibilité Le nouveau calcul est. N'en est-il pas ainsi de la fluidité d'un polygone de la cire ? Des propriétés convexe quelconque. Descartes. pas les idées innées de la faculté rapproche bien travaillés la ou la gravelle. §VI) . elles ne sont pas en nous toute formées. qui peut prendre une valeur positive (« parce que nous apercevons — « suit nécessairement de la nature de la matière » qu'elle » — la divisibilité — M. Ici « On pense approcher à de plus en plus. on vient et muable.LEIBNIZ. au sujet du plus grand nombre :• possible ou impossible ? (Ch. La différentielle. joue le rôle de cause efficiente OT avec d'exister perfection (preuve dite « ontologique ») — use d'une analogie le « passage à la limite » d'Archimède : la cause formelle tend ici vers la cause efficiente comme le polyèdre inscrit dans une sphère tend vers la sphère. IV. ces sortes de démonstrations. et. (id. (Pléiade. et métaphysique dans Mathématiques est lointaine 29. Cependant. note 10). 451. une magnifique démonstration de ce que la vieille — mais combien notion ! — pouvait de virtualité. (A. 458). mais en elle-même et dans son actualité. malgré. pp. mais qui. L'analogie (v. T. 1. Belaval). aucune continuité est une évidence. T. que Descartes Jsles Vuillemin. T. mais déterminée. elle peut être « claire et distincte »... sa « cause formelle »-. Il n'y a que des états actuels de repos incontestable. je pense. qu'ils aient des dispositions sous la forme Il y s toléré technique. au § XII VIII. il n'est qu'accidentellement tiques. § 35). il sienne. enfin. Descartes grandeur 3091-311. lui. pp. sa critique l'intérêt de montrer note III. De toute façon. favorise guère le dynamisme du passage à la limite. v. non pas sans cause. 11 insiste cependant sur le désapprouvées. Mais il en use avec une certaine gêne. d'en parler . — sauf pour le 4e et dernier exemple. 5-6) . 357-358) de penser . les enfants ne sont par goutte plus que. mais aurait tort. mais causa sui. p. Si Descartes des esprits? de notre franc-arbitre proteste L'expérience présente maintenir sa dis» de la c'est eontre les « tendances » et les « attractions matière. les notions en d'absorber comme des cas particuliers permet antagonistes d'une A-a déterminée se sert (réponse technique) 28. approximation » la ligne construire de là iuste longueur. 144). Dans la Réponse au Placard de Regius (Rép. sans doute . chez Descartes. CRITIQUE DE DESCARTES 60 Belaval oppose à cet égard Descartes et Leibniz à plusieurs reprises : au sujet du paradoxe de Zenon d'Elée (Achille ne rattrappera jamais la tortue . d'Archipassage de concept à concept : on ne saurait refuser la démonstration mède en refusant de considérer la sphère comme « une figure rectiligne dont les côtés sont infinis de deux ». comme d'une différence décroissante. 228-229 ..

Belaval. par -essence. une 'distance et la coïncidence comme infiniment de son contradictoire).être -très ample » .avis.13).dans -sa positivité. répondre dynamique Leibniz Math. ambiguë L'étendue. (pp.-non-rètre :» (gt . réduction l'impossibilité — aux continus le principe .Burman.et <sa limite ».do tiers exclu. à mon . part Nous des deux mentionné.ponr Leibniz de contradiction entre un continu .Rép. .2 -et . ou à la religion) « on :ne peut . trop d'inertie » et des « lois de la nature une « nature un certain ». ..actuel . Toute il s'agit des créatures. Ainsi du mouvement se trouve la conservation et dans l'équilibre. de l'autre. .. etc. expérience possible un et d'une création D'un d© ma persuasion .. On ne devrait . ici « l'inspiration subsistance est création. II/'II. '51) mais comme . Rien ne bride de M.entraîne 3-1. du fait même de l'originalité de l'existence quand — selon le » divine.« la . .dit — M. IV. — ce 'défaut dn formalisme Le . . les erreurs et les apparences de succès de la mécanique Il introduit faut maintenant. fonde de la question. de quoi s'affirme-t-il ? Au nom de 1' « Immutabilité divine ». surcroît comme avons méthodes déjà voir dans de les deux « visions note — ce du 13) monde — la ».. à celle de la force Schrift -p. de l'autre. II.63. Belaval. (Essai. H.7® la appliquant un mouvement loi d© continuité « .. 63. Belaval montre ici (pp. (pp.appel à ïla -idi —.1' m . — — était garanti© une première nécessité Donc.1a Hrornperie . 218). l'entendre .la fait-il ici la finitude de notre esprit intervenir à notre connaissance —. être -chez :les Turcs r» philosophiequi peut reçue (Entret. Il LUCIE PRENANT de considérer le repos comme est permis à une espèce comme (c'est-à-dire -équivalent infiniment petit.comporte à donner .En. est ou n'est pas infinie . engageait valent » cartésiens.oppoest un. ..-^exigences internes idéveloppemcnt — Textes . 1702. Schrecker.Non . 33.A -. 1© double à Dieu même.op . » {à Varignon.. .passage sur le plan de l'Infini .. 77.aussi bien Descartes a pas lieu de faire intervenir ne . comme la dernière et l'égalité de la un cas particulier devient la statique Math. M. par un second principe d'une notion à une espèce de sa contradictoire .. nécessairement. côté. en les dépassant explique eartésienne. l'être. à imaginer -une -éventualité janalogue ? V.{à l'Hyperasp/stes. n'est que phénoménale .une — :avec . finies de notre des choses mais nécessité d'institution et dans le cadre d'une de Leibniz.labyrinthe .de un des .autoriserait-il . . de Dynamique. la logique des possibles sans logique. que par rapport même d'une notion —7. des inégalités.fait . p.comme . dont principe à tout changement sans cause (Principes. la raison les « possibles qui .autreraejrt.'Dieu $ît touttà-fait immusbje.prise comme substance. ce que Leibniz même rationalité. il n'y — .indifférence ait -daas les .: -Dieu est . « et „bierj qulil .petite.« J'ai .. mot. :! 6) .» parée que. notes vonlait entendre l'introduction . droit qui s'impose encadre une contingence Chez Descartes. Cette.non A x. plus loin p.décrets de Dieu :». qui.un .» (par . .. etc. p. Schrift. Mais la continuité de la disdu mouvement. métaphysique § <5) -—.forme eu ilie^saoei de .. signification et d'autre. l'ambiguïté « . les choses sont. La continuité donnée. Jîai :déjà dit plus 1._ se référant à une communication de M. VH'I. —' Rien ? c'est il y a d'existence étant dire. une seconde nécessité à son tour physique garantie « théologique » 32.de tels principes. haut Descartes 32. .le continu -— qui est un tance.comment.Descartes logique.« sition à la morale -.pas séparer nécessité -xt . Tabsoluité sans réserve des possibles . § 37). « /] faut qu'une chqse soit . elle ne . assez anthropomorphique. 93)S 1. Il le faut bien qui s'oppose pour faire Mais de la au nom science.— d'appliquer « il car ne peut 7 avoir .occasion peut pas d'éléments. fait.la différence avec Descartes et sa notion 338) avec précision d'indéfini. ou ïie sont pas en nqmbre infini . 2.. . d'un côté. mathématique par la véracité — — se trouve de Dieu . 11641.

' nécessité » (Entret.. du principe de raison. Principe dit Mi Belaval. que Leibniz nécessité' métaphysique v0l6htè. peut: dire »• dé l'exprimé projection 9 oct. et un celui. Spinoza critique-cette ». même• discursive parce qu'acte pur.. — Ce que Leibniz » à la nécessité « indifférence cette a bien vu lorsqu'il assimile aveugle l'antlucmais la' préfère'à conception. — telle la a-ifiirvoia itàvx* d'Hippocrate.connaissons du vrai et diverses » 33. Dieu. (Ethique indivis à . o& aussi: bien . Roy. aussi bien-. « C'est ainsi qu'une de et de l'exprimant. par quelque de la structure. Mais principe — (c'est un point faudra davantage^ qu'il exige la continuité qu'il préciser v.Je ne dis pas que nous puisdont lés conditions Dieu dans le calcul »• qui le détersions-suivre « dé maximis et.indifférence. vient ici compléter logique. ne peut choisir dés systèmes possibles . des principes logique explicatifs des démonstrations en et de l'élégance la considération des définitions de la fécondité rejoignent ' mais mon systématisées avant Leibniz. 112.. pour se réaliser. alors-que crée-lés nous. pp. en dériveront) siquement (les autres parlant. 1687. Cette dans la méthode' (pp. entraîne l'optimisme. perspective exprime de modifications Le. n'est moral. par expression a déjà. mesure. Le monde créé est donc le meilleur des mondes possiblesEt le principe de raison ou non-contradiccelui d'identité (qui enveloppe tion: comme « raison de possibilité de pure lés exigences »).été mentionnée 33.. déjà aperçues et utilisées. 75-76)'.une différencede nature^ proquement. CRITIQUE DE DESCARTES 23- cartésienneA< là. savons ce pour pratiquer» A l'échelle est celle de Dieu —et réci> genre" de calculs. de' pure: logique-. Et la valeur du monde des principes corollaires exige. Tout sera: dans tout. il connaît parce que les posdans son intellect sibles se réalisent et parce qu'il choses .notre-raison Ce n-est pas ^ue l'échelle ne fasse. éd. que lémeilleur métaphymorales et physiques. —ou par: « expression projections du réel dans notre esprit. V.LEIBNIZ.l'attaquer: à connaissance à Clarté. en effet). noté' 11).' 1. G. propos^ dés définitions « afchifectonique : » Toute cette finalité. à tous les compossibles:— dit en tant qu'il (qui s'applique « architéetonique » si en tant « système » dit « ordre ». . Mais il'choisit en « sage suprême manière ». Notions mathématiques. où la raison Une' telle création. 81).contingence-'une' leibnkiemitëu répond contingence sont plus à notre.que Dieu est immatériel sans pensée confuse parce' qu'illimité. 2. sollicite le choix par le plus grand degré d'être. (G/ 4V pi 2815. sinon Dieu-'ne 1créerait pas. 17-24X De nlênïe. C'est-à-dire. c'est-à-dire. Il ne peut agir sans raison —et nisme fondé sur une valeur'calculée. près. Il y en a un.qui ce détermiseul.: constructeur et orienté 34. pas nécessité aveugle. valable : l'efficacité donne à la finalité un sens très intéressant et actuellement de leur économie de leur l'estimation en raison simplicité. mais nous. d'être est une prévalence. son géométral » (à Arnauld. d'une en quelque sorte homogène à la nôtre: —Les se systématiser possibles -doivent un-monde entrer Ceux qui peuvent dans un même système pour'fairepossible: sont des « compossibles » (possibles ensemble) . 180-181). par sa perfection morale. une multiplicité La perception exprime ajvec une souveraine il a cependant' temps agi en même agi avec' une' souvérâit/é'.. p. P° XXIII. l'interaction dé toutes Cette continuité va entraîner (idéale) » de ce les modifications dés substances exprimées par tous lés « phénomènes De là vient monde. li Et c'est sur ce terrain de'la à là nécessité morale. hanc Seolie opimonem. la notion constant et réglé entre ce qui se féconde ou « rapport d'-expression.. de' la tradition: II. 63. Le premier d'entré eux est le principe d'ordre.la création Il m'empêche de la création par l'Etre que Descartes glisse aisément par. p. p.minimis à choisir mine ce monde-ci le créer. mais sur une valeur. arec Burman. valeurs. L'Écrit § 30. aime à. « Fateor pemorphîsme: I. .

La substance est essentiellement sujet . Par toute cette construction s'obtient l'harmonie du « meilleur des mondes ». interaction n'est qu'idéale. — étant d'une César sera conduit parfaite rigueur.. qualités de » soient inclus fassent dans le sujet . ». autant d'oppositions au cartésianisme *'. » toutes mais cette substances et réagissaient agissaient réciproquement. son identité. à notre raison. le système . sujet de ses « prédicats — A est A — exige d'identité «.2 LUCIE PRENANT: alors extérieures confuse. 63-64) : que les définitions naturelle » et « connaissance cette différence n'est que de degré . Elle en est comme un « point de vue »• unique sur l'ensemble ou même inconsciente.. graduée mais unifiée 3y. sensible sont distinctes données par l'intellect (v.227-228). plus haut.7. le développement de ses virtualités immanente. non seulement rigoureux principes est constant. Il peut dès lors « exprimer » physique les états réels des substances le développement de chaque qui le fondent. — nous sommes au xvns siècle. « point de vue » — le « situs » — est déterminé de. qui s'accordera Elle.. mais aussi bien toutes les caractéristiques — — sont ramenées à des forces spéciales mouvement sa direction. orientation de l'action même inconsciente. équations Schrift. « perception » sont les espèces d'un même genre (id. car chaque doit de l'univers. est parfaitement des forces. que la science va étudier. cas particulier du principe d'ordre ou de continuité. Mais le principe ». La conscience ne définit qui donne pleine satisfaction plus une substance absolument à une autre. étendue. attributs ou états. 69. moins de force aux pensées conscientes de sa délibération. — « notion évidente de sa logique complète ». en actions. — comme ne saura être qu' a immanente profond© ». p. avec celles des autres substances. expression par la qualité. II/II. — d'oriparce que l'action de la subgine externe —. La causalité hétérogène purement sa finalité. et de changements de rapports homogène spatiaux. qui nous affecte . exprimables par tr°is (Essai de Dynamique. effet intégral. Ainsi le déterminisme est sans faille. du des mouvements. Tel est le fameux système de l'harmonie préétablie.). note 30. progressif la nature qualitative de ses états purement internes une conception permettent de toutes les substances. pp.« Tout se passe donc comme substance dans le système des compossibles.s'accordera substance être considérée sans s'identifier. substance lorsqu'en Chaque « notion à la « raison » des séries mathématiques . Sur la virtuaHté. Ce sont ces « expressif c'est leur mécanisme Ce mécanisme phénomènes. répond la notion de « phénomène bien fondé » — bien fondé. si. Tel est l'immobilisme de la logique Donc. — intérieure aura sa nous une pensée conduit à une autre. Tout un déterminisme inconscient donnant) plus ou y a contribué. v. comparable loi originale de développement.. la par la position logique —. . Le mais plus ou moins consciente l'expression totale. Inconscient . est pour rejoindre l'être profond « transitive Les interactions ne sont qu'idéales. c'est-à-dire » du réel. virtualité de l'acte . apparaît comme absurde en regard de la conception » ou stance. — c'est une exigence interne. vers même physique une fin . qu'ils partie que: les « prédicats d'Aristote. y compris Math. Aux apparences aux apparences de continuité d'interaction comme réelle. intellectuelle et de notions de principes toute cette construction complexe Cependant des choses . A quelques nuances près. la causalité au sujet. toutes soumises au principe de l'égalité de la cause pleine et de son p. par sa propre pensée à au moment même où les lois de la mécanique faire passer 1© Rubicon le feront à son corps. &a complète ».

Entre pensée et étendue. . Pléiade. 85-87. « Et je n'ai en moi aucune autre faculté ou! puissance le vrai du faux qui ne puisse enseigner que ce que cette lumière pour distinguer naturelle me montre comme vrai ne l'est pas »). 36. p. pour l'union 37. répondrait chez l'être à une action absurde suprêmenégative. d'autres mais qui deviennent valables dès -qû'k inférieures. 378. — les autres interprétations possibles étant — que. Et sans doute faut-il ajouter les souvenirs intellectuels (à Arnauld. trois de l'âme « notions et du corps : trois primitives principes explicatifs dont le troisième doit totalement à deux s'appliquer indépendants natures sans aucun rapport ! Discontinuité l'union entre elles pour en réaliser sans doute du texte de M. La CRITIQUE DE DESCARTES 73 science elle-même. même au regard de l'appel au « sentiment masque l'effort de l'âme et du corps. Mais Dieu est « vérace » " : toute la « nature » qu'il m'a donnée ne saurait être trompeuse. riel — ce morceau variété de figures par exemple — sous l'infinie et qui doit se trouver soit au repos. Pensée — étendue » . 13-16 . Il procède davantage .LEIBNIZ. moi ne saurait la dépasser. aucune mise en rapports ne saurait être comprise clairement et distinctement 36. qui.. L'union commandera toute la vie de la pensée. V. lett. or. mis — union à part la raison substantielle et la volonté 38. représenter . p. III. il est en moi est vrai contre Cependant. celle. du phénomène et le respect l'abstraction malgré du mécanisme. § 2. je reçois mes sensations des objets qu'elles semblent éliminées. note 32. ». 38. espèces d'évidence. Dans ce qui suit. autant de moyens pour tenter l'individualisation de la « mens ». 288. s'il était faux. édition les sympathies 6-VI-1647. Pléiade. invisibles les lois de Galilée avec les prévisions seule.. C'est donc à elle seule que je dois me fier . leur tour elles ne peuvent plus être dépassées . elle peut s'accorder que permettent dans la chute des corps ou les lois de Huygens pour le choc. d'autre conduit-elle ? part. par ex. enfin.. Pléiade. est riche d' « effets futurs dans l'actuel . de cire-ci. « expressifs » de la loi de l'être : scrupuleux exige des principes la « force ». propres à l'âme (à Chànut. V. ce qui » . de rationalisation. la raison cartésienne Les « idées claires et distinctes » nous ont fait. —^ par exemple. 1303). qu'il peut recevoir.) et les sentiments intellectuels. du sentiment très vif que j'ai d'être uni à un corps autrement qu'aux à son navire. le soleil de l'astronome celui de l'imagination. p: 1277. Belaval. 1278. Pléiade. qui me « porte à croire ». 1. très clairs et très exacts. aussi Méditad'aucune autre faculté' naturelle. autres objets du monde . du 29-VII-1648. passim) . 70. plus haut p. seule condition nécessaire et suffisante à l'existence d'un objet matél'étendue. prendre conscience de deux formes absolument de réalités : la pensée qui ne substantielles hétérogènes mon existence et sans laquelle suffit pour affirmer je ne saurais la concevoir. celles des souvenirs d'évidences de ma démonstration le présent qui soutiennent . s'ils « nosi jugements étaient faux. soit en mouvement. . qu'on peut reconnaître doublent un signe affectif quand ils portent (le qu'ils opposé à celui des 1 passions » organiques plaisir des larmes à la tragédie. ment positif qui m'a créé. je m'écarte e» faisant appel à la connaissance préalable des textes et sans suivre l'ordre des raisons . tion. celle aussi de l'inclination naturelle. qui permet d'attribuer le mouvement à un corps et d'échapper ainsi à sa relativité. autrement qu'un pilote Le Dieu vérace valide alors ce sentiment de l'union de l'âme et du corps. pp.. . 15 sqq. l'évidence intellectuelle rien en Lorsque peut s'exercer. ne pourraient être corrigés par d'autres plus clairs ni par l'aide » (2e Rép. 1. A quel monde. Lewis. c'est elle seule qui garantit alors la véracité divine .

le logicien. v. faits prouvent hypothétiques. le dynamique.n'insiste. premier .. scientifique L'analyse » Bel. III. le ? Alors que.de irréparable. incarnées dans l'image ou myriogone s'en -jéométriques (chiliogone par ex. II/L. Belaval. repos. une « sollicitation ». plus présides faits. 1318.chez' à. lui échappe—mais v. 1 Le duaoù l'on permet à la raison de. qui unifie proen une image sonore les sons successifs d'une mélodie gressivement (Bel..même. p. subjective Enfin. Tléiade. invoque ane manière à la-. le 1-6).l'un .pensées.—> D'autre part.note 4. un acte libre est un . d'abord les faits.-40). plus haut p. car'-'dans . 61-62) nuancer la passivité de l'idée .. Entendons-nous expression apparentée la conscience. ou ce qui peut devenir la réflexion.. intuition Tout le virtuel. est -Vessence pour:soi.' Leibniz. — Autre coupure . ici note-42). qu'il Le il reste nécessaire d'achever l'acte de l'esprit de la. lisme de la pensée et de l'étendue crée une dislocation obligée. 1678.. c'est pour une pensée que la matière Sur les possibilités peut-être expressive.-sa défense Descartes auprès de -'Moriri. —le monde de Descartes est assurément phénomènes -moins satisfaisant pour l'esprit que celui de Leibniz. ici-lignes. Reich. p. 39. elle n'est guère totalement inerte et elle peut être pratiquement déterminante. par son. un caractère nettementinductif— de même Leibniz itonps —' la preuve. Leibniz peut considérer comme infiniment » ou un mouvement repos petit .. à l'exclusion totale de toute expression possibilité d'analyse 39 sur le rôle de l'expérience : subordonnée: aux: principes chez.ni -p. commencement absolu. pour ne garder. personne. le sensible fait et D'autre failt donne à l!expérience son vérificateur (v.pour — de l'âme. au lieu de continuité rique comme entre les êtres.dernier auquel -hypothético-deductif -Bernard. elle se trouve liée. grâce au nouveau proquement calcul. 399. — ainsi que l'harmonie des ensembles . 481) somme Chez l'autre. nous dit M. 1© rapport de tout ai parties.part qui suivent note .. Dualisme au lieu d'unité et premiers ((force morte commencements. génédes substances dans les reliées en un système .-elle : de toute à la connaissance .de raisonnement son. Morin.pas-sur de toute cartes. àdes principes. (id. 20-26). les idées géométriques 481). (Discours..doute. serait donc plus tourné vers l'induction fait. . de.Belaval .^d'autant: plus iqu'ils nombreux et que les principes sont plus :simples. d'expression chez Descartes. « consiste seulement à éliminer. p.-remarquer que Descartes. : la nature de sa per©st. 1 M.-Puisque conscience. la manièrerde 206) Leibniz.. mais trop larges .plus TV.(Pirt«cfpes. Bacon. «u signalétique 1. par l'adhésion dans le doute hyperbolique montre l'on peut mener l'indéterminisme jusqu'où ~ jugement. des sens a en effet. 40.. et par jinvenJaires ^méthodiques 40. devant l'évidence. /'Descartes est limité : il veut « voir ». au sommet de la science. Sans doute faut-il (on l'a vu plus haut p.) s'intellectualisent pour et c'est ainsi que la connaissance intuitive des corps n'est dégager (v. §§ 205. pour : comprendre.mouvement. -une-ionduction'bacbnierme. dans la d'états ne sont d'ailleurs discontinus 'Les changements pas moins matière et réci...: note. mais en principe. 215.8&.. son intuition est discontinue. géométriques ». deux méthodes. La donnée (Pléiade. qui expliquent Pléiade. Ken qu'elle c'est l'intellect ait souvent• recours à l'image: Et sans. si difficile de ne pas affirmer. à la-négation complète du réel 38 bi* . sont. A. un rôle pratique 1. » qu'il « implique Les idées sensible. chez Descartes. que.: plus inductivernent. la place du-sensible dans les deux . DesJe.'74 WGIE PRENANT. mais que les.\ comment un corps passe-t-dl du.'Claude /. sei réclamer rationnellement d'un appel à l'irrationnel. en elle-même.. déléguer ses-pouvoirs ©t-incohérence. 4-7) 327-328. plus loin. 76. 1. 178 . soit. Chez. absolu au . /J'ai hâte d'en venir à la responsabilité des.. à des principes a..par les faits — confère à Conring. 1013-1014): et: prouvent. de toute-expression 38 bis.-note pas imaginative 10).: p. 69.

« estimable s'il n'apporte pas encore la science de ce calcul. Mais pour Descartes. 241 A .valeur d'une réalité substantielle. fini en un relèverait d'un© « notion ». expressive • semble Que penser de c© bilan ? Il est dur pour Descartes . (c'est-à-dire n'aura qu'il pas la « vraie » qui « se donne d'un seul coup » .Dieu. De ipsa originatione § 11. Comte. § 21.. pour lui permettre » par le calcul. à ce titre.tes deux méthodes antagonistes. l'explication en être du côté de Leibniz. » de la création dans l'acte libre. à la manière complète sens (p. de le principe chez Leibniz. préservé de tous ces écarts par l'a forme logique. d'autre avec la cause immanente de l'inclusion part. De rerum première phrase . quasi substantielle. dira Newton. Mais de plus. il n'est pas valable pour tous les mondes possibles. 77). de finalité M. mais tout d'abord de deux remarques secondaires. principe p. lui. Et la. le probable considère d'absorber qu'il large. — quand à la foi devient un sentiment ce n'est pas un recours l'intuition» — (mais v. d'un système de compossibles à l'interaction ? Mais pourquoi l'unité universelle et non d'essence. de la cause par la raison .LEIBNIZ. en tout sens . d'ordre n'est en aucun Seconde remarque : le principe très limitée sens de pure logique. âme du monde —. ou de continuité. se confondant logique. se dégrade facilement suasion D'imaginative. l'infinité de perfection). révélée par salité. plus haut note 32). un cosmos dont l'unité prétation d'une substance . Ou bien elle est conçue très de Hume ou d'Auguste comme une succesà la manière positivement. n'eût jamais tel un ensemble indénombrable. la mesure en témoignera. dit-on. davantage un concept utile qu'une idée à laquelle s'attacherait la. me débarrasser Je voudrais revenir sur ce jugement . et après lui Brunsl'us»g© de la causalité. Or. Mais il fera des expériences vraiment pas d'hypothèses démonstratives » rigoureusement. 8 siècle « non fingo dépassée au xvm Hypothesis »-. qui « colleront — avec sa notion d'attraction. la cauch-wicg' en l'appliquant « posé » par lui (v. elle-même au principe d'ordre la cause substantielle. « Causa sive ratio » disait Spinoza.loin. est synonyme principe 1 d© continuité.meilleure chez l'un et l'autre auteur. Les textes de Leibniz n'y suffirait-elle pas ? Unité de relations. Belaval prête à Leibniz. assez variée. la cause mécacette interprétation que reviendrait à l'équation entres. sera Cependant. II. me paraissent absolument décisifs à cet égard (v. Nouveaux Essais. serait tout entière dans. Déjà la compossibilité — et chez M. radicali. tout le positif Et non pour des raisons d'époque . un supplément serait telle qu'elle de l'univers comme un tout. XIII.). dans laquelle . 386) — fini parce que créé. de l'expression liée elle-même Le cosmos srrait par la théorie appelé. Belaval —. Natura. — des principes (« invocation tkéologiques la conçoit assez Leibniz. pierre de touche est de comparer.la cause pleine et l'effet rattachée nique rattachée intégral. plus. Erd. il serait infinité — Leibniz en un autre sens infini. sub fine. CRITIQUE DE DESCARTES "75 en promotion du vraisemblable. à la pensée de Descartes. comme celle de Descartes. sion constante et inexplicable d'états C'est à Leibniz psycho-physiologiques. avec l'interje pense. Le vidé n'est pas absurde il eût plu à Dieu de : une sphère. etc. la pensée scientifique de Leibniz. est surtout 1' « expérience. est un luxe logique. d© cosmos avec ce qu'elle évoque de finitude accepté cette notion d'unité avec sa menace d'hérésie —. qui n© s'embarrassera « supposées ».

une signification repré- est considérable dans la philosophie de Descartes. comporter et du corps (v. p. le Traité relève de l'union d© l'âme incompréhensible matEématiser de la Lumière. toute la masse — — assurément de la terre » (à Meresnne. certaine ». de Il en est tout autrement « expression à la matière. 1. 5-6 à part. liée à l'interaction intuitionà la continuité. dans ses modalités sensibles. — invoquant au service de sa notioa une interaction semble considérée comme réelle (et pas encore idéale). 9-X-1687. « Lors seulement qu'un homme se promène. Math. est dissemblable à des variétés dans les corps : n'est-ce . Aussi Leibniz. mais ses variétés répondent — Assurément ne comporte les expriment? pas dire qu'elles pas l'expression ici l'interaction universelle. 52 . de l'étendue divisible de par la continuité dans son monde. gnon. G. perceptions sons. ressemble au créateur . La qualité. Belaval le note avec un excellent texte. abolue . n'est pourtant La correspondance causale du corps à l'âme 42. Et c'est ainsi qu'il toutes Méditation VI (Pléiade 326) « qu'il y a dans les corps d'où procèdent des sens » (couleurs. écrit-il. » . par ex. 4. av. 3. G. par sa nature. Mais selon Belaval. à l'appui 41. si féconde. mais sans doute parce qu'il peut le faire. I).par sa méthode elle-même serait interdite ». chaleur. d'opposer sens vulgaire au sens large. mais limitée de l'existence ne peut que signaler la connaissance sensible qui. physique. rôle de la causalité n'est pas structurée M. Liv. du bas p. Le au fait. — le Compendium sensible Musicae en témoigne n'empêche pas l'analyse de la perception (v. ces variétés dureté.— . purement physique liée à la continuité d'une matière essentiellement divisible dont il a été d'abord C'est que l'expression ne s'appuie question. 18-23 i 182. faut comprendre écrit dans la ce qu'il p. on trouve Cependant une à l'infini. cité haut de la p. 1638. 20-21 . pp.) « quelques variétés qui leur répondent. 113. 1. Burm. Elle n'en continuité. p. — II. zienne d'expression. L'espace. Il est vrai pour que le plus souvent. elles sont absurdité ne sont pas d'une les lois du choc de Descartes en une nécessité fait de ce principe « incongrues ». pins — haut pp. ». que Descartes il fait tant soit peu mouvoir 41. 181. quoique peut-être ne leur soient point en effet semblables ». propres. — « la le défend ». 65-66 et note 39. XII. il peut dire que toute créature. Sa pauvreté la rend incomparable 42. saveurs. non seulement à l'expression à cette expression mais même leibnizienne. Cette pauvreté pas absolue. représenl'objet — (c'était contre la physique tative de la qualité sensible encore une réaction à cette ressemblance de 1' « image au Mais il lui arrive d'Aristote). 2-3). « je crois qu'en tout ceci un cartésien sera de mon sentiment » (A Arnauld. car elle m'est en rien intellection . 384). Schrif leibi: la notion à des questions Venons-en maintenant plus générales liée de toutes les substances. à Vari« mais il réussit encore en physique géométrie. Belaval dit que la raison cartésienne ne repré. etc. en tant que telle. 39). nous dit-on. car elle avec eux la moindre ses objets sans jamais ressemblance. ne fût-ce qu'en tant que substance (Entret. 112. p. « architectoniques sans principes niste et sa « raison-sans structure M. et dans le livre de M.. d'expression qui. p.76 LUCIE PRENANT. 1. psycho-physiologique plus sur la comme celle du monde mais sur la causalité. ces diverses odeurs. note 4} ses modalités confuse. 215. 1. surtout. jusque-là. 93). donne pas moins sentative.'une ressemblance — même « l'effet est semblable à sa cause ». » (à Bayle. à l'usage_ d'Arnauld. une pierre —. qu'elle sente qu'une sorte de positivisme « pose » seulement logique . à Descartes. faire le vide ne rapprocherait géométrie pas ses parois. au nom de l'axiome commun. édition Le Roy. sur cette absence de valeur Descartes insiste de la physique.

il est. l'indétermination fait Rien ne doit restreindre surgir qui divine. M. je démontre qu'il est contradictoire. n'est-elle de la raison ? Par exemple au sujet du nombre infini. Notre quelque esprit certitude sont pour nous objets d'une pendant que mous les pensons et d'une parfaite persuasion — est Causa sui. logique). Pléiade 455-457). comme dit avec lé cogito. Descartes ne pouvait commencer auxquelles. le monde est-il fini ou infini ? Descartes répond. sera encore applicable ? » Je sais l'abîme scientifiques — Assuré<t pose » le principe de raison à la fin du 58 Ecrit à Clarté. quand nous aurons à examiner l'infiniment la logique. 1950. Il n'y a pas de texte — l'axiome « pour penser il faut être ». « Qui nous dit que dans le monde de demain. N° 12. de mon impossible. bien entendu. pp. — d'où procèdent Dieu comme de persuasion leurs droits. CRITIQUE DE DESCARTES 77 le déduire ?ia) le principe de causalité. cette distinction. mais que sa meilleure source (devrait-il très vif. Mais m'apparaissent sont-ils tels pour Dieu ? — Très judicieusement. à son égard. de songer. Mais il est de Descartes qui fasse expressément 44. à Dieu. Il y a plus : si Dieu absolue dès qu'ils d'atteindre nous ont permis c'est son essence. (v. mais peut-être apparaît-il autrement sur le plan de l'infini ? Leibniz ne doit-il pas — le rapprochement est de M. Mais ce à quoi Descartes pensait peut-être. — faits de création Quant aux autres principes. degrés » dans le nombre ou l'étendue bien comme tels. C'est toujours Dieu pour atteindre (preuve par les effets) . et la causalité. comme Leibniz de cause — ne soyons pas postla raison cartésienne ment. elle « tend » vers la cause formelle (4e Rép. Dieu comme lié par que cette essence est créée par lui? — Mais il ne faut pas nous représenter et le rationnel de l'être ces principes. (l'indéfini Je ne peux le concevoir que toujours plus étendu . pas davantage elle ne distingue un principe expérience posé avant d'application. mais créés.LEIBNIZ. disait Descartes. leur nature de faits. mais ce principe vérité réalisée dans l'entendement même de raison. Belaval plan des phénomènes. toutes les natures simples — comme sont créés autrement. qui s'applique « coextensifs à M. admis implicitement manifeste que deux de ces principes — sont privilégiés . ils sont. 123-152) IV. de compour nous permettre comme celle d'endes notions prendre et à notre usage. Les uns (contraet axiomes mathématiques) tiers exclu. parce que. malgré la finitude Certains « derniers esprit. dès la recherche nous de la première existence connaissable après la nôtre. qu'il permet seul d'atteindre. V. De même. Gouhier de philosophie. Mais. les principes de nécessité physique pour Leibniz —. Mais— ajoute M. Dieu. c'est à 1' « expérience » du changement de nature de la cause efficiente lorsqu'il à l'infini l'applique elle devient indistincte de son effet et dès lors ne le précède pas . Les autres (« que pour penser il faut se présentent comme valables avant toute créaêtre » . pour moi. mais dans ma connaissance). surgit première celle de Dieu. Belaval invoque sembles transfinis. par en moi. macroscopetit dans la matière. c'est sur le plan de l'infini absolu. 70 et note 31). pour Descartes. postulats créés nécessaires avec diction. Il est pas une abdication absolument affirme Leibniz. bien qu'elle les présente souvent côte à côte. renoncer au tiers exclu ? (v. il y a une causalité créatrice (preuve ontoDieu est causa sui. libre de nos actes. — c'est sur le p. (Revue internationale s'exerce pour atteindre existant. qui nous vient des phénomènes de connaissances piques. plus haut. Belaval — dans le continu. Ils l'existence a besoin d'eux dès qu'il ». n'apporte pas avec soi la catégorie toute kantiens . si l'on demande. Dira-t-on comment créature? La cause qui engendre la causalité serait-elle Dieu. que Descartes appelle la liberté .. indéfini n'est pas indétermination dans l'être. 4e Rép. Peut-être faut-il semble avoir deux sortes de « notions communes » La logique cartésienne ou axiomes **. et surtout la causalité).). 43. sur la cause que Descartes s'appuie tion. dans l'expérience est dans le sentiment que nous avons d'être cause faire ici quelques distinctions. de Dieu .

ou encore. de la Chaise (1680.. maintenant avouer que le monde de Descartes n'est guère satisfaisant pour la pensée. « adéquate » -— c'est-àde prendre conscience comme telle d'une connaissance éoe'c dire parfaite et achevée (4è Rép. — qualité les vieux concepts aristotéliciens ou altération^ virCependant. ad art. qui conduit (rapport de la simplicité l'optique de la voie la plus facile . et son cbmniéntàiré Ëàrmàn. Mais le mécanisme laisse même de cette matière-quantité des fissures et le changement dans la « détermination » (direction) de mouvement n'est pas mis en compte comme dépenseiS. qui donne en mécanique le principe de la plus courte descente . etc. ration de l'incidence choc la de du Leibniz dans . — n'étaient-ils tualité ou puissance. généra] à Descartes prédominance mathématique. p. 46. 52. — Descartes Leibniz. dirions-nous aujourd'hui de direction pour.. 511) en ce qui concerne les mathématiques pures. parce que à bien. une finalité du simple au multiple) qui est harmonie . Leibniz eût-il jamais remanié ces notions comme il l'a fait.. poUr toujours inadéquate que Descartes expérience. devant dans le domaine choses ouverture des Même l'impossibilité finies.. 6-9) n'interviennent vements .. économie.. . une « expression » d'univers . 1' « absence de structure échelle . Cartèi.. profonde .un dans les mouchangement (i'd. critiqué II. — G. (rapport des voies à la richesse des effets) .._. ou tout au moins l'influence méeaniste ".. une qualité qui est un ordre original de points ou d'unités. eh le nuançant.— Mais. tantôt 45.78 LÙCÏÊ PRÈNÀm — déà fëflëxibhè Scbwaftz d© ces lignes — de Laurent contenu qui séparé. ad art. La géométrie la lettre de Leibniz alors facilement donner cette impression.. s'expliquent. II/I. . M. 52). qui constituer de moindre action un accueil pourra plus tard pour le principe tel qu'un de priorité se poser. Voyons Il faut l'oeuvre de cette raison cartésienne. 46. à la_fin. p.AnimadversipneS.. 4.. ni aucune dépense « énergétique ». pouvait au P. 40-44. changements. métaphysiques » doit s'interpréter certain par une ouverture sens.Mais . logique sont-elles en problème pourra ne sont pas aléatoires . 374. (v. Prm'c. 21).. jusqu'à les rendre utilisables ? Une virtualité sans indéterminisme et qui « colle » scientifiquement à un mécanisme plus complet que celui de Descartes ...par quantité. a achevé de separ opposition que la pensée dé Leibniz — Ce qui donne constituer une justification au sujet du livre étudié..desj corps. R. plus une direction nouvelle grande qui impose considéII. l'esprit . Aucune exigence d'ordre ni de structure . pas les grands fournisseurs verbales P Cette rupture avec eux n'était-eile plications systématique pas oeuvre d'assainissement ? Sans Descartes.c'est ^Descartes sans Descartes peut .. de la voie la plus déterpar le principe minée . ou encore. déclare achevée sa géométrie ? Achevée ? Peut-être . qui a donné Et d'ailleurs on . ces. témoin. Belaval. D'abord toute qualité comme de sa « géoméest absente de sa géométrie trie concrète » ou physique. Tout ce que j'ai voulu montrer. toute son ampleur à cette influence. aucune virtualité non plus : la « tendance » exprimée par l'inertie porte sur lé maintien d'un « état ».. p. Mais. fait remarquer et. tantôt. il le « croit ». humain. aucune (Principes. ils. d'exfinalité. à une autre d'une expérience devant l'inconnu souple des concepts déclare il faut l'avouer.§§ 39. aucun principe de calcul tel qu'est la loi de conservation de général la quantité de progrès chez Leibniz.p..le c'est qu'en un de Descartes. Aux yeux de Descartes par la résistance renverse de l'obstacle la une qui de mouvement direction. . Surtout.« c'est dans le cadre dire d'un rationalisme ». T. Pléiade 440-441.. 380) .

Comme pour le problème des corps. l'affirme très au nom du sentiment qui ne sacrifie jamais vif qu'il en a . . les êtres. une odeur.. quelque chose d'analogue tielle n'est plus liée à la conscience mais' à la forme de causalité . Mais cette « distinction réelle »• fait qu'il d'existence .est donc levé ? . son sens du réel. puis. appelle une . faisant. de la créaLe problème.».LEIBNIZ. de « phénomènes Mais la matière ? le mouvement ? la science ? Autant du fond des choses et des bien fondés ». Spinoza. ce qui est tout différent que de com» sera donc admise comme un fait prendre qu'il a besoin de manger. expriment mouvement. 1' « inclination conclut. du déterentre les natures des substances. du mécanisme Mais il accumule A la logique trop simple vient en métaphysique. Je laisse de côté « substarice composée ». Belaval le « ^dualisme apparent de rompre cette continuité si » de Leibniz. . Une — ((monade » ou « unité vraie ». l'union des substances* 7. Les rapports existent. essenà une pensée? L'opposition tion .CRITJQUE continuité DE DESCARTES ' 79 avec les instruments linéaire de la scolastique verbaux ? La « puriintellectuelle » apportée par Descartes me paraît donc incontestable.risque satisfaisante pour la raison. Il n'y a. qui. ici inexpliqué. Je conçois Le dualisme direct et distinctement la pensée comme condition nécessaire et suffisante clairement l'étendue. sur laquelle l'intelligence a prise mais qui lui est si parLes rapports de l'âme et du corps sont le problème faitement étrangère. des discontinuités s'ajouter.. naturelle naturelle » Dpnc. d'apparences expressives réglées. Il a préoccupé Malebrancb©. à des modalités qualitatives qui. tputes partie d'un même une expression nouvelle. profondes . « L'union de l'existence mais valable. est un centre de perspective sur l'univers — différencié on l'a . de même. est le produit du principe de l'évidence. » de l'époque n'a. par excellence du xvnc siècle. chacune. le problème de l'unité du corps — l'unité de ce que Leibniz. pense Descartes. qu'elle ne peut résoudre. « tout se passe comme si » ces interactions étaient réelles.Est-U vraimeTft levé ? 11 y a ce qu'on peut appeler avec M. entre pensée et étendue . pu interne « appétitions ».de (les monades l'expression qualitativement « s'entre-rêppndent » mais aucune n'est identique à une autre). en physique. fication les difficultés. sont une perception nouvelle du monde. la question en supprimant résoudre des l'hétérogénéité deux substances.pas été satisfaite de cette Cependant la « raison naturelle matière « opaque ». dans la continuité minisme. la « lumière » ne peut conclure. Comment une couleur. que des différences de degré. Rationnellement. selon sa loi de développement.vu à propos.leur correspondance système de compossibles. Descartes. intelligibles n'y a plus de rapports D'où la capitulation nécessaire de la « lumière naturelle » devant ce problème Car il y a problème. l'explication Leibniz a1 voulu 47. en dernier lieu un » -ils par et dans une « percep» -ils et s' « expriment «. Elle passe en suivant ses propres tendances .Si l'on accepte Dieu et la logique de la commud© l'âme et du corps n'est plus qu'un cas particulier tion. nication . et interaction idéale va de soi. d'abord . entre âme et corps. substances universelles. entre tous.. il a faim dans son corps.c'est-à-dire.

une personne. de Métaphysique. ou infiniment (Remarques petit de M. d'expression — sont alors volonté les tendances d'intelligence. à la et l'acte est dit libre. rationnellement nature propre. disons. . Toute interne. '61 et 72. IV.. ou non une : a-t-il rentre seulement et en fasse l'expérience en/soi-même volonté et absolue? » (Entret. il n'est ni soumis Déterminé. une décision ou un progrès réel se trouve « vu »• par Dieu à la manière historique d'un nombre de toute éternité. Foucher (f). 493). il « coupe le noeud ». une rupture ». ni au déterminisme » Dieu en quelque mesure . 471. Elle se confond Pour Leibniz. Mais si qui détermine — donc. pas même quel déterminer quel degré de vitesse un esprit donnera » (à' de l'esprit donner au corps à l'occasion degré de vitesse Dieu voudrait est. — La seconde cartésien est dans l'usage du espèce de faille dans l'univers « Que chacun Ici encore. La responsabilité remonte § XXXI). Ce qui s'oppose ici à toute synthèse véritable et créatrice. si superficiel Or Dieu luia finalement raison. Burman. « imite L'homme à dont la raison détermine la volonté Dieu. qui rend ses fins conscientes. cette loi répond . parfaite parfaite (par le calcul) choisir le meilleur » des mondes — le monde où il faut Judas. rien qui puisse autre. mais le sens de l'expérience ? Descartes dira Leibniz. La chaîne des causes. Ici encore. 1. qui est le déterminisme ment M.). c'est l'immanence de la causaparfaite lité logique . il n'est plus aveugle . «77 n'y a nulle proportion à un corps.pirituel avec le développement d'une loi interne tous ses états. première grâce (Discours à Dieu.. parfaite p. 304. — pour qu'elles lacunes du « système ». Le monde est une pièce si savamment montée que ce qui apparaît à nos esprits finis comme un événement.80 est rationnelle à l'intérieur LUCIE PRENANT » des de chaque série causale : causalité « immanente " les unes ou des efforts (G. mais une fois. distincte à un degré d'activité. IV. c'est l'idéalité de l'interaction. Leibniz a-t-il résolu le problème ? — Assurément non. Mais c'est pour les avoir ainsi posés qu'il . Aujourd'hui dit fort juste49. soit. dans sa Arnauld. 51). . pp. l'expression par le phénomène n'est pas expliquer ».. des sentiments et des impulsions. 48. « exprimer inexplicable dans dit fort bien M. à travers entre un esprit et un corps . 493 (f) et appétitions par les autres . un mystère et la théologie est satisfaite . Belaval. . 1687). Belaval (p. G. la personne devient un « automate s. 6-7) et il y a une discontinuité logique — une fois pour toutes. la « nature » est. Autrement dit. a mis en branle toute la difficulté est alors dans le lien rationnel entre "l'effort. perceptions à un d'un mouvement un espace-phénomène. et. comme dit Leibniz. objections au xvrp siècle. interne. l'horloger toutes les horloges qui remonte aux doit suppléer sonnent en même temps.opiou$ spatial ou conatus. le monde . C'est dire que. 11 les pose avec brutalité pose les problèmes. Voltaire qu'il même est prisonnier des exigences intemporelles de son intellect. il faudrait le définir : « la limite d'une jprobafciKté croissante ». qualité et l'effort de mouvement sur les â7. » n'est plus La « science moyenne irrationnel. . la lieu du choix d'un acte ou d'une doit se sentir responsable en dernier personne du jugement est « indubitable adhésion à un jugement ». plus haut. Elle est un premier commencement dans la « chaîne des causes »-4S. av. Le « système » n© donne pas l'explication attend de l'efficacité d'une qu'on originale Tout est joué d'avance . Descartes fait appel à l'expérience libre-arbitre. même si l'évidence c'est la personne qui le confirme (v. « transitive causalité ». inconscient nécessité brute du principe de contradiction. seul « compatible avec la rédemption.

platement mécanique. a la matière. a Et lorsqu'il «'est alors qu'elle chose de profond. III. statique. — qui effectivement. . CRITIQUE DE DESCARTES 81 — Sa. plusde profondeur. science ? Elle est bornée. — le rôle M. l'admiration principe malgré — encore une fois remercions profonde que l'on doit éprouver pour Leibniz. du verbalisme J© dis « définitivement » . a ouvert la voie à par sa dynamique.LEIBNIZ. toute rationnelle impuissance peu' près profondément théologie . de la contradiction entre Descartes et l'Ecole. tels que Leibniz les a ressuscites. Mais intellectuelle ce que M. une précision.. à Frédéric50.. 6. tant qu'on voudra. quidnam (Deus) porte que sur la naturede la grandeur qui. « La matière prend successivement de Dieu v. par son substances corporelles. qu'elle peut aller. en a été. exclut ai anti-anthropomorphique qui passim) . fin du § 80. le P. § 36. de lien avec la tradition.. Descartes. p. sert plus de filum maïs avec un dési. mais avec combien plus d'ampleur d'une physique mathématique 50. mais ils sont nés. V. 274-422. » (la raison) « détruit semble qu'elle en même temps les deux thèses opposées. nous ade prendre d'une socialisation conscience de la pensée permis indispensable c'est Descartes qui nous a appris par son exemplequi n'a rien d'une abdication. ment. Math. car. II. 4. en s'attachant à — en dernier lieu par la force —. dialectique au spinozisme 53 — a nettement affirmé la libération prouvé. Belaval de l'avoir si bien mise en lumière que Descartes a joué. l'aspiration principe intelligente. Dès lors Leibniz. Aussi Leibniz a-t-il applaudi à la n censure » de Huet. 52. d'efficacité et avec quelle différence d'ampleur. V. Les qualités sensibles deviennent des « dimensions » et l'idée de la constance selon une de ces <c dimensions » 51 dans le monde apporte un principe formellement à celui qui présidera comparable plus tard aux calculs il a libéré les esprits. 1681.. 288-289. Il ne faut pas oublier. § 47. Leibniz Schrift. la plus larhistorique. édition Reiche. qu-ae— » La ne discussion conservare in sene decreverit ritur. AnimadVersiones generalem. Et Leibniz la forme de Descartes . c'est la démonstration loin de que l'oeuvre de Leibniz. d'originalité. a compromettre » cette purification. — mais avec combien comme l'a dit Brunschwicg. la pensée philosophique Y compris celle de Leibniz. nous promet aussi loinr pourvu que nous la suivions quelque » (Discours de la conformité de h foi avec la raison. et avec une vigueur. Après Mpntaigne. — peut conduire de la philosophie à l'égard de la théologie. Schrader.— « . 1..ardent mediranrf. G. à la manière . G. Belaval apporte. 519. pp. mais sans doute parce qu'alors ne lui ajoute ici. d'échanges définitived'énergie. presque au début. . peut-on dire. Enfin. L'oeuvre de Descartes est donc bien de « purification ». et par son effort même pour renouer avec la tradition. 97). qui l'a suivi. p. 14-17. spiritualiser dû. pp. dans le va-et-vient du progrès. L'un et l'autre philosophes comme l'essence même du progrès :• représentent l'effort de révolution à la continuité critique. S. II/II. . Si Leibniz d'accent. fumeux qui les encombrait. que sa géométrie dépasse celle des Grecs autant a dépassé la sienne. I/II. — il a été le maître à penser des temps modernes. — avec celle de Galilée. pour répondre au M^ de î'Hospital. par son interaction. « id tamen in pprteni 51. On peut dire aussi qu'elle que celle de Leibniz ! — l'idée éveille. gement féconde des répliques. on peut dire avec Leibniz Cependant.. ce ne sont plus les mêmes concepts. un sens des nuances incomparables.. et par sa nécessité de la recherche des fins de Dieu en 53. évêque d'Avranches. non pas avec un esprit de dispute. — « » — les droits et les devoirs de la personne dans ses jugehyperbolique ments.. Si Leibniz. Il cite en fait un de ses plus grands arguments volontiers dans les physique (Leibniz toutes les formes dont elle est capable » — Principes. par sa conception à individualiser les. Par sa condamnation aveugle contre lui. de rechercher et de démêler la vérité ». se conserve. — l'histoire une conception l'asa.

79) le prqblèrne pour l'autre stance. introduire a profité . Enracinement . rationalité sur lequel pline régulatrice physique.sub(v. précision. du changement a prise intégralement.82' LUCIE PRENANT cette notion avec une rigueur dont la science au mécanisme cartésien.tel est au moyen du calcul infinitésimal par la pensée rationnelle l'apport moderne.de sa recevoir. pour se faire nuancer subtilement l'activité rationnelle sans rien lui retirer . tout comme elle a profité d'un finalisme qui a dû. des deux philosophies au rationalisme antagonistes essenMais l'une. et l'autre laissent ouvert — sous la forme d'un dualisme tiel pour l'un. de notre pensée. des mathématiques assimilation rigueur —. plus qu'apparent dé la. mais discide la raison dans l'expérience la du monde nécessaire . p.

Puis. une forme à pouvoir émotionnel. est Or. Eisenstein un de ces hommes avec la Réqui sont nés à la vie artistique volution d'Octobre et qui ont été les premiers à vouloir mettre en accord leur activité d'artistes avec les principes et les fins du [marxisme. M. trouveront ici un large extrait Nos lecteurs d'une étude consacrée à Eisenstein théoricien de l'art moderne. et la spécificité l'autonomie définir . son auteur justifiait son propos : étudier les théories d'Eisenstein en elles-mêmes et dans leurs relations avec certains courants de la grands en mettant les oeuvres comme pensée artistique.LÈS THÉORIES ARTISTIQUES DE S. Mais pour autant qu'il reste sur propre à là pensée artistique. par la nouvelle qu'Eisênstein sociale de l'art et donc s'était posé la question de là fonction actiSu langage artistique. à d'Eisenstein 'cet échec de la spéculation théorique purement est de la pensée artistique. à tous. parmi d'autres. l'esprit. a Eisenstein en effet et méthodiquement constamment élaboré toute une théorie de l'art. Dans une première d'abord partie. en effet. de la conscience sociale. enire-pàrénthèses. il arrive à une le plan d'une spéculation théorique. La rédaction et la publication de ses nombreux essais sur l'art s'étendent de 1923 à la veille de sa mort. ? La logique de son 'Sont oh peut faire une théorie scientifique amène Eisenstein à chercher à ratiorévolutionnaire Ttttinàhisme la logique Il tente de définir naliser la crêàtibn artistique. contemporaine. de des lignes de force culturelles caractériser quelques-unes nôtre époque. parallèlement à son oeuvre créatrice. il rappelait que c'est en réponse aux proet blèmes les plus généraux soulev>ê~spar le monde moderne société socialiste en particulier. L'art n'èst-il de la hatute qu'une bu nh décor une illustration vité superfétatoire de. et un dans l'art. purement impasse . de mieux est un moyen. que Cependant. 'ajouté à iine pensée qui s''élab6re en dehors dé lui ? Ou est-il. un mëâè Spécifique au contraire. âistmgïicr. dont L'élaboration n'est pas de l'oeuvre contenu idéologique il apparaît nécessairement le fait de l'artiste. EISENSTE1N par Marc LE BOT Il a fallu un temps assez long pour que les films d'Ëisenstein franchissent nos frontières et pour de que l'ampleur son génie apparaisse. il à posé au départ que l'art est un langage c'ësl-à-dirè qu'il a dû imagé qui parle des émotions humaines. Mais on ignore encore souvent un autre aspect de son oeuvre et de sa personnalité.

Avant d'en quelles s'opéra son travail arriver à l'essentiel. saient de formalisme.84 contredit . n'ont dans une certaine mesure peut-être contribuaient efficacepas compris que même ses thèses les plus contestables ment à la définition dont l'art peut disposer pour explodes moyens véritables rer la réalité. contrairement de pure forme. de réflexion. inexacts inventer des contenus ou plus nouveaux du débat. comme d'instinct. de ses oeuvres. c'est encore pour tenter de la surmonter qu'il ses réflexions sur les problèmes de la forme. si l'on veut reprendre les termes convenus mais c'est-à-dire. N effet. dont on se sert sont la substance de ce qu'on Ses conceptions exprime. imagée. avec raison. qu'il va à l'essentiel. velles ne ressortent d'ailleurs pas seulement Dans ses essais théoriques. de On comprend. pour au moins dans ses grandes lignes. En vérité. ce sont les spéculations sur ce qu'il considérait d'Eisenstein de comme des questions de forme. désigne T'organisation essentiels. Et ceux qui l'accutrouverait qu'il par là une réponse à toutes ses questions. et contenu Forme sont des catégories fondamentales du matérialisme diaElles reflètent des aspects essentiels des phélectique. il est évident que la façon dont le débat était engagé dans la Cependant société où il vivait et plus généralement les conditions dans leshistoriques ont pesé 6ur ses décisions. au sens strict du interne de ces caractères et non l'appamot. dans le contexte d'un débat idéologique portant notions essentielles du marxisme. au demeurant. comme il est normal. la façon dont les questions de la forme se sur plusieurs posaient pour lui. de problèmes parce que les moyens d'expression nou.. ses considérations appelle le contenu vent figure de digressions de sa pensée. que théoriques. font sousur ce qu'il des oeuvres d'art. leurs caractères La forme. loin . façon artistique qu'il intellectuelles ainsi dans les faits la spécificité des fonctions si l'on Cela ne peut surprendre assumées par les oeuvres d'art. Eisenstein s'efforce aussi de les préciser explicitement. aussi bien dans ses réalisations que dans ses recherches à tel point fut l'invention de nouvelles formes artistiques. C'est donc par là. à Eisenstein n'existe lui-même. pour artistiques exactement des idées artistiques nouvelles. On est frappé en le lisant. artistiques partir qu'il C'est un extrait de cette seconde partie de l'étude en question que nos lecteurs trouveront ici. entendent souvent « l'essence intime » des phénodésigner ce qu'ils appellent et propriétés essentiels. qu'il pas pense. 11 devinait. tout en étant demeuré enfermé sans issue où l'avait d'une forme dans cette contradiction engagé la distinction existant à pouvoir et d'un contenu émotionnel. les théoriciens du marxisme que sociaux. ait été en butte à des reproches qu'il dans la voie de la part des artistes soviétiques engagés de concert formalisme du « réalisme socialiste ». idéologique indépena poussé aussi damment d'elle. mènes. qui l'ont amené à concevoir établissant nouvelle le langage invente. pour la pensée marxiste tant naturels nomènes Par contenu. alors qu'il ne cesse d'affirsur la forme imagée. de ses inventions. MARC LE BOT dans une large mesure par la réflexion qu'il opère à des formes invente. par le fait que mer la primauté du contenu idéologique son souci constant. il convient donc de s'y arrêter brièvement saisir.

Il convient donc d'étueffectivement dier les arts en tant que modes d'information. et que les oeuvres d'art soient de ce mode de la conscience. du des que ce qui est vrai langage verbal l'est également langages artistiques. plus ou moins adéquates d'une base économique déterminée. dès qu'Eisenstein avant que le vocable n'ait été inventé. tentation d'esthétisme chez lui. la forme artistique serait pur© apparence. de l'art c'est-à-dire la spécificité comme mode de 'la conscience sociale. libérée de^ matériaux du langage. Il par ses oeuvres à l'édification pensait que l'art d'une telle société était nécessairement un art réaliste. sont des interprétations inconcevables du point de scientifique. d'un contenu idéologique pré-déterminé par une pensée politique. que si l'on entend par contenu la réalité que l'information s'efforce de déchiffrer et d'organiser. déchiffre artistique qu'elle et organise avec plus ou moins de vérité. K. fonction essentiels de la réalité historique ont pour aux caractères qu'elles sur le plan d'un certain type de valeurs spirituelles. Marx. Il semble qu'en dernière rence purement analyse les une théorie rencontrées difficultés esthétique par Eisenstein pour constituer confudu marxisme. entendant par là que l'art a pour fonction la conscience de s'engager et d'engager i. du nom de réalisme socialiste. en tant qu'insen tant que superstructures titutions idéologiques idéologiques historiques. d'informer pas de formes sans contenu. que l'art soit un mode spécifique de la conscience sociale. religieuse. humaines En matière de phénomènes sociaux. en effet. d'organiser. sinon en paroles. ne peuvent faire oublier qu'il a toujours voulu contribuer de l'art d'une société socialiste. à nier en fait. les formes sont des institutions constiInstitutions qui peuvent être plus ou moins adéquates à leur contenu. . C'est du réalisme socialiste se réclame lui aussi et même. soient nées d'une certaine en accord avec les principes sion. si l'on peut dire. d'informer. un contenu. « LA LANGUE EST LA RÉALITÉ IMMÉDIATE DE LA — Il est évident PENSÉE. in le Marxisme et les problèmes de linguistique : « Quelles que soient les pensées qui viennent à l'esprit de l'homme et à quelque moment ce elles ne soit. ni de contenu sans formes. du point Distinguer de vue de la critique marxiste. on ne ferait que déplacer le problème et il resterait à expliquer cet arbitoujours traire et cette convention. il n'y a pas de pures formes. Elles consistent à refuser l'expression spécifique la thèse marxiste de la pensée » 1. entre forme et apparence. » (K. Il n'y a pas de pensée nue. comme mode spécifique tations de la conscience spécifiques toutes les interprétations de l'art comme forme-habillage sociale. dans certains aspects de sa pensée. d'artiste ne sont jamais Ses intentions Même les manifestations de ce qui peut apparaître comme une équivoques. Au contraire. sont des formes. Elles consistent vue du marxisme. c'est-à-dire comme manifesde la pensée. que « la langue est la réalité immédiate Ainsi conçue. l'art étant conçu par principe comme mode de la conscience sociale. Les arts. particulièrement fallacieuse nécessaire de la forme et du conpuisque le lien dialectique — ou plus exactement tenu deviendrait tout arbitraire et conventionnel.LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 85 sensible des phénomènes. tuées en vue d'organiser. libérée de la K MATIÈRE NATURELLE » de la langue. que sur la base des termes et des phrases de la langue. une forme et un contenu de l'oeuvre d'art n'a donc de sens. Marx)». philosophique. cité par Staline. que peuvent naître et exister que sur la base des matériaux de la langue. Dans ces conditions. les théoriciens du marxisme ont été amenés à qualifier l'art et du mouvement d'une société socialiste qui répond aux besoins spirituels socialiste dans son ensemble.

poursuit les mêmes fins. la création mais comme une de ses fonctions fétatoire de l'esprit. artiste révolutionil faut aussi considérer à quoi le caractère socialiste qu'un sur le plan des voulait donner à son art.8e MARC LE BOT et de cette société dans les voies de. l'engageait naire comme Eisenstein formelles. — que seul le cinéma était armé pour réaliser cette synthèse. en général. la question iniplicite de savoir si l'élaboration de la réalité à quoi l'art procède. l'art est un agent parmi dé la conscience sociale. propre. il a pensé que les fonctions intellectuelles de la pensée -et de la pensée scientifique étaient en dernière artistique analyse absolument rêver de leur synthèse dans un mode d'expression total. d'orgueil de son art. la tâche de l'artiste. objectivement du progrès qui mène au de l'actualisation défini. de leur travail. puisque nous demeurons d'un contenu idéologique blème des rapports et d'une forme imagée de l'art. son point On se rappelle de départ : l'objet en général. Il identiques. 1© jugement de Lénine affirmant de tous les arts ». C'est là sa façon constante de se défendre contre les reproches de formalisme essentiel qu© l'artiste qu'on lui fait. répond aux mêmes besoins spirituels que les sciences ou la philosophie. de ces lois générales pour inventer sur la connaissance de s'appuyer objective de intellectuels des concepts ou des formes artistiques qui seront les outils et politique Même si l'on conteste le contenu cette évolution. Là position à laquelle Eisenstein s'est tenu. essentielles . intellectuelle de l'art qui semble tion rejoint le sentiment de la haute dignité et qui les amène souvent animer la pensée des plus grands artistes modernes de créer. est de considérer que l'élaboration de la vérité sociale étant le fait des masses révolutionnaires dans leur la tâche principale de l'artiste était d'élaborer ensemble. dans le domaine Eisenstein donc que la ses recherches comprend d'un contenu « socia(question posée est d© savoir si la recherche. certaines de ses conceptions comme quoiqu'on puisse considérer fournissant les éléments d'une solution de ce problème. Le problème avait à résoudre. lui paraissait donc être. de la réflexion. Enfin cette concepmais un agent primordial d'autres. 11 n'a jamais claireque « le cinéma est le plus important ment résolu. Il pouvait alors faire grief à certains artistes comme lui attachés au réalisme de négliger soviétiques. étant le réel. étant le matérialisme et social dialectique est chacun dans son dotnaine comme celle du savant et du philosophe. les formes artistiques expressives de ce contenu nouveau. auxquelles rerait à elle-même si l'art identique effectivement qui s'y rapporte n'était pas . prime à ce adéquates contenu nouveau. du monde naturel des lois de l'évolution communisme. la compréhension esthétique des membres social réel'. cet aspect socialiste. n'imposait-elle des modes devait tenter de manifester pas à l'artiste met en doute la valeur de nouveaux ? Puisqu'on formels également d'approche de la forme. C'est en ce sens qu'on devait entendre. à concevoir d'une façon nouvelle les objets d'art qu'ils ont l'ambition enfermés dans ce faux protoujours Cependant. comme nous l'avons dit. En d'autres termes cette vérité sociale nouvelle recherches que l'art à sa façon. celui de l'expression dans un traduisant la vie même de la pensée ©t non seulelangage imagé et affectif. jusqu'à — ce mouvement est bien d'un artiste amoureux ajoutait d'ailleurs. selon lui. théorique L'expression et historique. ment les conclusions d'une vision du monde qui demeuelle aboutit. par l'artiste. ou non celle des formes artistiques liste » de son art. philosophique de l'art non comme une activité superil reste la conception de cette position. artistique répond à un besoin de la vie de l'esprit .

lorsque Eisenstein de vérité ce surcroît étudiées pour elles-mêmes. ment . une vérité proprey voit s'exprimer plutôt apparaît élabore par les moyens de l'invention formelle.\LES THEORIES' ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 87 deux caractères en ainsi à l'art contradictoires. est aussi ancien que le cinéma d'Eisenstein reste souvent attaché.. par un asseniblage.. de la pensée qui amène l'art Par ce glissement aux concepts scientifiques. d'art. Lorsqulil parle de forme. film est constitué il suffit de constater iCinénia. Eisenstein. formel entre les éléments qui composent l'oeuvre. de cette contradiction. et faute de prendre vraiment est seul à pouvoir et d'inventions de recherches voué à un. dans son système. en considération que sur le. nom qu'on lui donne. ^puisqu'il de ses artistes.des formes artistiques comme une vérité. quoique le langage verbal.la science. imagé de l'art. c'est-à-dire. et.le. s'est toujours posé à toutes les quelque En ^ce qui concerne le sortes d'art. phrases.à la théorie de. Le problème du montage au cinéma.que.telles: indications qui.de qu'un à l'oeil un type dont la succession caractérisé bouts d® pellicule présente mobiles qu'on appelle des plans et qui de configurations d'images mouvantes. la totalité . Et non moins comme l'observe évident.vérité. que ce problème lui-même. ainsi que l'entend Eisenstein. sont . constituent apport. l'art . de ce qu'on nomme encore. par l'activité il la trouve dans ce fait que l'art. ticulièrement L'art est le seul langage qui enlève la pensée discursive. d'autre auquel le nom part. il soulève en principe. C'est pourquoi rende compte est son caractère c'est-à-dire sa forme d'expression sensible. parLa résolution aux idées toute la charge est en mesure'de redonner le cinéma. y compris spécialisée. que l'artiste son meilleur Ce. que ce problème général de la forme. de ses membres. définit donc. du montage Il est évident.aux. des En matière de films. de vérité qui manque C'est Ja forme qui est porteuse de ce surcroît . autre.est vers ce à tourner son attention en venait nécessairement Eisenstein accomplir. Mais cette comme les qualités formelles de l'oeuvre considérait qu'il dans les acquisitions de l'esprit émotionnelle richesse ré-intrpduit que l'art surcroît de vérité apporté par l'art à la pensée ? IL semble. ceux Xes problèmes ceux le montage.comparer. un peu 1© rôle des mots dans jouent.qu'un la valeur expressive au contraire. plus généralement C'est bien de la composition de l'oeuvre à tous les niveaux de sa fabrication. inventé. qu'il . refusant d'existence à une entité sociale qui n'a pourtant l'attribue que . de la:disposition.jeu rapports ou montage. Ces plans sont ensuite assemblés en séquences qu'on peut de l'oeuvre serait l'équivalent d'un iiençoje. bien . des parties l'établissement relative dans un tout. s'attache à caractériser .artistique. . là comparaison soit très inexacte.terrain de. i. sont de .n'est-elle.moderne.type qu'il l'art.valeur la question .Il semble attribuer de la vérité d'une valeur irremplaune manifestation constitue affirmant qu'il de la une pleine responsabilité dans l'élaboration çable mais en lui .essentiellement de la forme artistique.et donc de la.affective qu© leur le caractère de la vérité dans tous ses aspects.malgré certaines confusions. Il est inhérent à la nature du langage.distinctif.

E. où d'abord les oeuvres dites de propagande. posées par tente à son tour de répondre-aux questions de le montage 2. d'idées cinématographique Les expériences de Lev Koulechov dans son « laboratoire célèbres expéri» vinrent mental s'inscrire contre cet intellectualisme heureusement excessif dans la conception du montage. ait été assez illusoire. de leur réalité pour faire d'eux de pures abstractions. la destruction celles c'est-à-dire dans des conditions à travailler en extérieur. syntaxe Eisenstein Lorsque ' MARC du montage est donc LE BOr sorte de syntaxe. Les membres à l'école du documentaire. avec celles de l'art soviétique des tendances réalistes impulsion qui s'accordaient son ensemble. en fait. Certes l'écran les conventions imposait l'écran inédits . grâce au décor naturel à celui des une évolution russe avait suivi tout comparable cela. pendant une forte Ainsi pouvaient recevoir le jeune Etat. les matériaux à ces étaient réduits puisque artistiques documents « réalistes » et que de leur montage se dégageait une idée qui. de transporter Il était assez facile. celui d'une syndes séquences.'' 88 discours. et en des moyens on pouvait tirer dont d'expression particulières en transformé le studio de la caméra permettait outre la mobilité de quitter si elle était même dans l'action scène de théâtre et d'introduire dramatique. se faisait en fonction éléments en une totalité. Ils filmaient donc des documents. qui approchaient de guerre toute cette période avaient dans lesquelles pour travaillé. Le productrices grandes Il avec la tradition. article de la revue L. Le langage était un discours illustré. généralement des conventions de la scène. à la signification était substituée une signification dramatique qui idéologique oeuvres traditionnelle des était la formule cinématographiques. syntaxe de l'oeuvre. N° 3. dans des termes tels que le Cuirassé Potemkine le cinéma A sa naissance. solution répond magistrale qui leur ou plus au théâtre l'essentiel de son esthétique avait naturellement emprunté sur en effet.. à la littérature. Peu importe de l'idée préconçue que l'auteur que l'objectivité à coup sûr.S. de la vie réelle.B. exactement. en rupture ne fut pas d'abord soviétique jeune cinéma deux sociaux inclina seulement à traiter des thèmes Cependant plus réalistes. le cinéma de films et avec une maîtrise nations autres égale.. C'est dans ces conditions que Dziga Kino-Glaz ou Cinéma-OEil. films en 1925. semble-t-il. il . Bien qu'Eisenstein ne s'y réfère pas explîciteles vidait 2. Le problème taxe des plans. Certains posé le problème les plus conscients. Enet aux scènes prises sur le vif de la vie quotidienne. fonda le groupe Vertov. est atteindre L'essentiel qu'ils prétendaient de noter que la question du montage était ainsi posée d'une façon extrêmement claire mais limitative. Ils prétendirent dans du en 1922. voulait illustrer.S. jusqu'alors les réalisateurs des studios par la guerre amenait D'autre part. des tranches de vie découpées dans la réalité sociale et l'organisation de ces contemporaine c'est:à-dire le montage de l'oeuvre.F. des éléments ou romanesque de type théâtral par exemple. de ce groupe avaient tous été formés se passer entièrement du jeu de l'acteur et du décor artificiel. Ce furent du cinéma soviétique. comme une apparaît. elles ont déjà été élaborées par les auteurs cinématographique ont même en U. Dès 1923 dans un étudie le montage théâtral. intitulé le Montage d'attractions. dans le développement nouveaux intervinrent éléments très vite. les auteurs de documentaires.

. exprimait c'était d'une part le rôle actif du spectateur de l'oeuvre et d'autre part le pouvoir la mise en forme de deux images. la frontière mais elle est capable de transgresser d'apparence des phénomènes. ce qui alors prendre pour ses analyses des exemples empruntés montre intéressant toutes bien que pour Eisenstein d'un problème les formes il s'agissait général de l'art. d'un et J. de Koulechov 3. A partir de là. Eisenstein pour critiquer simpliste parle parfois mais il ne fait pas allusion veut traiter des questions ont souà ses expériences qu'elles lorsqu'il levées. de orientation de ses recherches pour tel ou tel moyen pratique artistiques. par sa théorie du montage. A chacune des occasions où il doit prendre parti pour telle ou telle plastiques. Lev Koulechov voulait étudier méthodiquement les moyens d'expresIl eut l'idée de raccorder d'un sion propres au cinéma. L'art. plusieurs analyses. il apparaissait alors que l'acteur la faim. les bases de ses propres qui que se trouvent réflexions '. Ce qui était mis ainsi en évidence. il s'agissait du Cinéma. c'est évidemment avaient cours à ce moment. Sadoul dit qu'en l'occurence d'une assiette de soupe. généraliser n'est pas vouée à la découverte hasardeuse d'un hypothétique pensée artistique absolu artistique. dont mous cercueil et d'un enfant). SM. il devenait possible de prendre consciemment plusieurs C'est en ce sens qu'Eisenstein jouera un rôle de premier partis très différents. lui en présente le spectacle. le Comme Eisenstein par le montage voulait pour son propre compte. c'était là analyser un mécanisme psychologique dont la connaissance devait permettre à l'artiste de le contrôler. Pour le spectateur de ces trois films.LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 89 là ou du moins dans les recherches du même ordre ment. au même titre que la littérature. Cinéma et Art abstrait La signiCes constatations sont donc à la base des réflexions d'Eisenstein. fication des images artistiques est fonction de la mise en forme des éléments avec ses moyens propres. Non seulement la et juger. prenant ici le mot au sens restrictif d'objets représentés. Au demeurant aucune de ces découvertes concernant la psychologie n'était de l'imagination vraiment nouvelle. titre que les sciences. mais. Cette ou plus exactement cette image totale avec sa signification. SADOUL : Histoire de fart (G. G. procède à une analyse et à qui les constituent. suggérée au spectateur par la façon dont l'auteur c'est-à-dire de ses éléments constitutifs. l'horreur et le désir *. Il n'est sans doute pas pour découvrir sa conception du montage. Ce qui l'était c'était de prendre conscience de davantage. 4. est signification. le visage inexpressif à une assiette de soupe. repwaions ici. — en suggestif du montage. peut-analyser. — prend une signification en fonction des capacités psychologiques de celui qui l'interprète. La conjonction. comme nous allons le voir. au même Eisenstein est guidé par cette idée que l'art. en partie. à un cadavre et enfin à une femme acteur successivement nue. 11 est un langage et en cela 1© cinéma est pleinement la musique ou les arts un art. Cf. Il préfère à la littérature. l'essence de la réalité. Mitry. plan non seulement par ses oeuvres. Eisenstein. une recomposition structurante du réel. réaliser ses intentions. la capacité particulière du cinéma à mettre en jeu les puissances de l'imagination.

réussissant encore.. Eisenstein reconnaît donc que les solutions de l'art abstrait. qu'Eisenstein ture de gauche est d'autant à peu près exactequ'elle rejoint plus intéressante ment celle qu'il L'art adressait en son temps au cinéma intellectuel. du rythme. pendant des' Nous avons vu'la peinturé des difficultés en incroyables efforts dizaines d'années. Le raccourci de la prise de vue révèle ce que la nature tenait caché. dans ces lignes. fier pour cela le côté figuratif et la concrétisation' De tous lès arts plastiques. d'ailleurs vainement.K. tous les prosans rien perdre de sa faculté de concrétisation figurative. Le dynamisme La logique « de gauche » se dépenser. mais il est capable de résoudre les problèmes posés et surtout il est le seul. pour ces artistes. eh ce sens que l'écran: né révèle pais-' et leur essence. etc. La juxtaposition des angles de prise de vues révèle le point de vue sur le phénomène. y arriver du figuré. leur contêxture de leur devenir:. ment. toujours au cinéma. convenue. du fait de la nature de ses moyens. subjective Rien n'est perdu <c de gauche » s'est des buts que la peinture avec la plénitude Et tout vit pourtant assignés avec une âpre rigueur. pp". de leur être. P. révolutionnaire. abstrait. le cours interne des phénomènes ». 164-5. bien qu'il lui ait fallu sacriSans toutefois entièrement. de la conversion plastique. dé citer inutile. à Sergé Pïokofiev Prôkoïïev est fait pour l'écran. à réaliser plus dé surcroît blèmes que là peinture se pose. de la lumière. pour résoudre dû mouvedont le cinéma vient à bout sans peine : la représentation du passage d'une forme à' une. seul le cinéma a résolu en se jouant. de l'artiste du phénomène du montage marie la réalité objective L'agencement à l'attitude du créateur de l'oeuvre. pour préciser davantage : des pages de l'étude qu'il a consacrée. (Serge PUOKOFIEV) in Réflexions d'un Cinéaste.R. d© se authentiquement refuser à construire dans leurs oeuvres des figurations n'offrant transqu'une dé la réalité dans le registre d'une Beauté dévalorisée et suspecte" de position 5. laisse se perdre son caractère figuratif puisque c'est là son appellation dit Eisenstein.90 MARC LE BOT un<& eh quel sens l'entend Eisenstein 1.F.. mais encoreseulement des phénomènes l'apparence interne. . de vie du concrets. semble nécessaire ou à la peinture qui. même si elles lui paraissent ou erronées. La critique de la peindes ambitions fait. au moins dans son premier mouvement. sont une tentative contestables pour à la question essentielle a été amené kf se poser et répondre que l'art moderne il juge que cet art « de gauche » fut.V. Au contraire ce le cinéma conserve non seulement fiquement artistique caractère figuratif selon lui. autre. du réel. Il s'agissait en effet. puisque lui seul est capable de récréer avec tant de profondeur en ainsi que l'écran ©t de plénitude le cours interne des phénomènes port© témoignage. de réaliser une analyse spécipour tenter.. à pouvoir « recréer.

qu'Eisenstein artistiques. Nous sommes en train d'admirer la perfection de l'église du Sauveur-de-Nérédits. de son contexte telle formulation. et même de l'art moderne en général. — « l'écran en porte témoignage justifier ». Et cette sensibilité à l'art ne va jamais chez lui sans la conscience. qui lui paraît l'art moderne ? Cette raison. le son.LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 91 une conception pour tenter de leur faire exprimer mystification. sur 1© costume. aspects de l'histoire ? Cependant tirer de cette reconstitution la vérité enfin. pour comprendre sur. selon Eisenstein. par mise en forme. très précisément.comme une pensée humaine pas. de l'expression des lois que découvre la conscience dans la réalité en analysant et en valorisant ses éléments constitutifs une objective. parce qu'on ne l'avait : considéré . esthétique. se livrer à une enquête infinie sur les Fallait-il. tout s'éclaircit soudain. moeurs. Alexandre autour Plutôt . — se trouve dans les moyensi d'expression propres au spectacle cinématographique. langage spécifique 'Ces dernières idées.. comment restituer la Yie russe à cette époque ? dans sa réalité quotidienne cette vérité. que l'art est un langage chargé d'une somme d'informations d'un certain — bien qu'on est seul à pouvoir type qu'il transmettre. d'une certaine du langage cinématograexpriment façon toute sa conception on voit que. l'activité a pour fin la connaissance artistique du réel et que le problème du montage. dans le domain© des arts. pourrait-on historique était là. comme une chose belle et incompréhensible. d'abord. pleinement L'art. abstrait© et celle du sucQuelle est donc la raison de l'échec de la peinture cès du cinéma. Nous verrons qu'elles. chères à Eisenstein. Pour la pureté des lignes et l'élégance des propordu douzième siècle n'a peut-être tions. « . bientôt et le relief. s'il n'avait qu'il pas été plus ouvert au langage de l'art qu'à aucun autre. dans le caractère inédit des images du film le mouvement qui introduisent — à quoi s'ajouteront dans les arts plastiques. celui de la forme artistique objective en général.artiste d'accomplir sa tâche. peuvent à première vue paraître assez simplistes. voici que d'extraire l'analyse. se demandait-il au moment comAlexandre Comment. qui permet à 1'. Il n'en est rien. la couleur. phique. cette élaboration et misé en fornie L'expression est le fait de toute une série de langages spécifiques. d'entreprendre Nevsky. ce monument Ces pas d'égal. de ces lois. dans la alors que l'un et l'autre s'engageaient d'une connaissance recherche recherche objective de la réalité. toujours plus exacte des lois du devenir naturel et social. tous les mille ? Quel sens. ne serait pas Eisenstein l'artiste a été. les a vues. et souvent reprises par lui.. Nous tournons pierres ont vu Alexandre. dans la forme d'un monument qu'on avait au premier coup d'oeil regardé ccwme une sorte de fait de nature. fait d'une de ses expériences beaucoup plus probante. puisse trouver insatisfaisante la définition tente de donner de l'art théorique qu'il comme d'un langage spécifique. riche ou pauvre de moyens. Pour la première fois dans l'histoire une formule des synthétique arts est née. est posé par Eisenstein comme un cas particulier. Mais pour l'instant. ment vivait-on au xni 6 siècle ? Quelle était la vérité de la vie sociale de ce temps.

semble-t-il. ses rapports noir du ciel par exemple.92 MARC LE BOT sur la montagne comme nous avions fait à Péréiaslavl d'Alexandre. p. des lignes. que quelques mois pour l'élever. Nous l'avons réduit à sa formule et dès lors il devede feindre puisqu'on tenait la vérité 8. pp. d© la perfection de pénétration dans la psychologie de l'oeuvre. de plus en plus. pas de langue sur une pancarte accrochée qui vive. . Il touchera au fond du problème au moment où la critique de ses se faisant particulièrement vive et où. p.. 45. ni des n'étaient ni des icônes. Inutiles. mais les qui nous parlent pierres désormais coltinées 6. rences. in Réflexions dans Film Sensé. 67 sqq. Et soudain nos regards s'arrêtent commencée à du musée : « Construction par les soins de la direction direztelle date. des gens comme ]Ce m'est' plus les mais estampes. »• hommes taillées. ce faux réalisme qui consiste à reconstituer. Terminée à telle date. C'est lui qu'il convient parce qu'il à copier les appachoses. Ils sont tout proches. le fait où Vobjet » 7. Mais comment. langue nous relie à eux. vous et moi.. palpables. 11 n'y a pas encore de communion tions. pmblié Réflexions Réflexions d'un d'un Cinéaste. est vraiment mais la seule langue splendide. les opérations. n'a fallu. Montage 1938. au douzième siècle. p. 42-43. Eisenstein significative pourrait-H continuer de parler du contenu de l'art comme d© sa signification qui aurait une existence indépendamment de cette forme et serait déterminé antérieurement à elle P L'utilisation de ces deux concepts le gêne. Inutile. Oui. il tentera de s'en expliquer dans qu'on lui fait lui paraissant un essai qui constitue une manière d'autocritique". et content leur histoire. 7. 5 sqq. que nous ayons pour l'instant en commun des proporavec lui. p. 8. d'un Cihelaste. vivante. 9. Cinéaste. il on découvre d'architecture que cette merveille qui nous enchante. le reproche de formalisme conceptions en partie justifiée. humain . les gestes du travail perçus du A travers les siècles. c'est celle de l'esthétique. Du verre fondu et de la craie répandue dans les vergers diront la vérité de l'hiver russe : « Nous n'en avons pris que l'essenPotylikha de valeurs sonores et lumineuses. Un texte sous le titre de Word and Image. » Rien de bien extraordinaire. La pancarte de ces colonnes de engendre une nouvelle perception dans le dynamisme pierre. une neige et des glaçons véritables la bataille pour tourner de du lac Péïpous.. une dedans. vous. mais si on soustrait le second « à telle daté » du premier. même 6. 52. de ces arcs. à oe point nait inutile sur la valeur de ses réflexions de la forme. qui les ont assemblées. mais dans les actes. de ces voûtes : on les contemple de leur du labeur on les sent dans le dynamisme poussée-éclair. pas dans une méditation extérieure sur les comportements. Les hommes en quelques mois cette cathédrale qui ont édifié ni des miniatures. la langue trois fois sainte d'un grand peuple au travail. ». L'édifice une éminence artificielle élevée au bord du lac Pléstchéev. le blanc du terrain et le tiel. beaucoup plus complet est Ibid. ni des statues. dira-t-il derrière Il y a un « schéma dynamique de retrouver est la vérité des ailleurs.

interne de la séquence. (la méthode à assembler (le contenu de la séquence). Ceux qui m'ont la chose se sont empressés de présenter critiqué comme du un manque d'intérêt même des éléments pour le contenu confondant l'intérêt de l'expérimentateur un certain montage. en affaiblissant de l'expéril'accent que l'attention mentateur dû faire porter aurait sur lés éléments de la juxtaposition. y a d'irrelatif qu'il du moncomme par la volonté soi. et à des cas de cet à une matière affaire essentiellement Ayant de la à la possibilité amené à réfléchir on était naturellement ordre.-. du mouvement à l'intérieur et à de l'épisode l'action. elle a pratiquement abouti à étioler teur. des expériences : « Deux bouts quelconques [de pelliaccolés se combinent en une représentation cule] immanquablement nouvelle. l'intérieur du drame tout entier. des comportements.LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 93 Expérimentation Eisenstein ou formalisme ? d'abord la constatation fondamentale y rappelle découle. « — mission sa mission de son rôle de connaissance d'accomplir inséparable — à savoir de fournir un exposé logiquement cohérent du sujet. c'est-à-dire vers le contenu ce qui rassemble. de du thème. séduire à se laisser Le premier excès consistait par la technique le second par les éléments de l'assemblage de montage). du reste. A quoi fallait-il excès à la normale qui surfout ? prêter attention pour ramener ces deux 11 fallait se tourner vers l'élément fondamental égaqui détermine de lement le contenu interne de chaque séquence et la juxtaposition du tout. en se trouvant juxtaposées malgré corrélatifs. de l'ensemble.. à la nature . est celui qui permet à toute oeuvre d'art. Et l'on accordait moins d'attention analytique ne A soi seule. cette attention même des éléments juxtaposés. . en général. Je leur laisse la responsabilité à ce laissé prendre tout d'abord vrai je m'étais Je pense qu'au du montage dans les composantes souvent. sur le contenu suffit seulement pas. de ces matériaux. » Et il ajoute ceci : élément avons nous-même nous Quel négligions-nous. lorsque fois l'incontestable de ce phénoindiqué pour la première importance mène pour la compréhension et l'emploi du montage ?. qui. issue de cette juxtaposition comme une qualité nouvelle ». pour avec l'attitude dudit aspect et un certain côté du problème expérimentateur à l'égard de la réalité représentée. Il a également rappelé du montage de porter un© signification de que ce pouvoir par l'accouplement deux bouts de pellicule. juxtaposition. terme » et deviennent « un troisième engendrent en somme laissé prendre à des possibilités Je m'étais qui n'étaient de la composition dans les conditions cinématographique point typiques normale. Portant avec toutes les suites le montage. en découlent. qui de Koulechov entre autres. La faute consistait à mettre l'accent sur les possibilités principal de juxtaposition. de l'imputation.

question 10. d'une certaine façon. Tout au plaisir créateur de faire naître des des images significatives. habituels. les éléments aussi bien que les conditions prévu. Mais le tableau complet de la façon dont se déterminent sera plus de l'une et de l'autre. chose d'indéles éléments n'existent présent. bien que cette force ne s'appliquât point à l'objet d'autre objet qu'elle-même.M Il fallait - WARÇ L¥ B0T de unificateur. de la main qui 10. tel qu'on le lui que. pour cela. dus. et le contenu séquence.fait a souvent reproché. Il fallait s'intéresser aux cas ou les éléments ne sont pas le tout a été seulemesnt corrélatifs. le thème en revivront tique où l'auteur. le montage ces cas qui se démonstratif et plus évident. de l'expéMais il fallait en premier lieu. d'une fabrication où le savoir-faire. Ce sont les cas normaux. reste qu'il a conscience d'avoir choisi la bonne voie et usé du bon instrument. s'occuper plus de la nature de ce principe dans une égale mesure ce principe qui pour chaque oeuvre engendre aussi bien le contenu de la séquence que celui que révèle la juxtaposition des séquences. procédés les plus logiques et les plus légitimes pour faire apparaître le réalisme du contenu. dans cette image synthéet après lui le spectateur. l'ensemble. mêmes. que le montage ainsi conçu ? Dans le cas Qu'est-ce. voire a prédéterminé les plus répande la juxtaposition. contre loin d'avoir 1© résultat l'ensemble. il d'expérimentateur. Et ce sont justement révèlent typiques pour le cinéma. étant considéré sous cet angle. est radicale. qui les traverse de ces détails particuliers mode de montage dans un certain appelle à la vie. il lui est arrivé de se complaire à Teur rareté ou à leur force explosive. qui a engendré elle les relie les uns aux autres dans un tout. en effet. surgissait final. . la maîtrise un premier rôle. il lui est arrivé de les considérer comme si formes. les. unique particulière La juxtaposition thème d'ensemble tous également. d'une main qui pense. la nature même du montage. rend perceptible l'ensemble chaque partie. technique jouent il s'agit aussi. toute attente. pp. rimentateur ne se portât point vers les cas paradoxaux été prévu. 6a-7^. Dans la fabrication d'un film. Au lieu de prendre comme pierre de touche de leur vérité la réalité à laquelle elles se rapportaient. même s'il est tombé dans des excès de virtuosité. plus comme quelque mais comme une représentation d'un pendant. La critique Eisenstein de son propre formalisme. elles existaient comme si elles pouvaient elless© signifier pour elle-mêmes. de rompre du réalisme se présente comme un des principes cinématographique.séquences comme Le montage véritable. leur se trouvent juxtaposition placées dans leur rapport loin avec les Bien plus. mais où le résultat final. Aussi bien l'oeuvre d'art est-elle le produit d'une expérimentation. que l'intérêt où le toit. Ici aussi l'ensemble comme un « troisième absolument surgira la terme ». précis de sa recherche et pût ainsi sembler n'avoir Il se qualifie donc modestement Mais si cela est vrai. Réflexions d'un Cinéaste.

peut exprimer en effet. les possibilités de la juxtaposition. Comment. pratique qu'on Eisenstein dit très bien. Cependant vité créatrice. au sein de laquelle une dishomogène tinction de cette sorte n'a plus aucun sens. les bouts de film à monter. de la réflexion de l'artiste l'objet suscite de sa part un oertain intérêt. Certes-. se voit attribuer par lui une certaine signification. pour un que l'on retrouve sur l'écran.. La réalité représentée par l'oeuvre. parmi toutes les formes possibles. c'est-à-dire de la forme. une seule la signification des objets en question. au corps du film parfbis les cadres de Ja pensée dont elles sont issues. A ptopos le Cuirassé Potemlcfne. artistique. que cette signification « réelle » est déterminée au antérieurement travail de l'artiste et par quelqu'un d'autre que par lui. la vérité recherche Mais se découvre l'oeuvre n'existe dans qui 1 son achèvement avàritf et c'est la raison évidente la plus jamais simplement l'oeil vie d'art'n'est d'une idée préconçue* 1. que de savoir écouter à l'écran de leur vie propre en crevant les scènes qui vivent s'a/ustant. de maître dès cérémonies intellectuelles. que ces objets réels sont en quelque sorte — et transférés dans l'image tous les artistique. L'artiste devient une sorte d'ordonnateur. ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 95- dès/' mains 1© regard collaborent de plutôt qui diriger pour fût-elle anime la très confuse. reprenant en cela une tradition donne habituellement ? Eisenstein doit renvoyer en effet à un ensemble. de l'artiste.. .. c'est penser que l'oeuvre d'art utilise des signes qui sont en quelque sorte des doubles des objets réels. que peut en faire comme outil intellectuel. enfiri. d'autre part. la contingence s'intègre comme une nécessité inéluctable. Gomment parler. dans ces conditions. de la conscience esthétique ? La fausseté de la spécificité du problème écMë ici et Eisenstéiû donne au moins tous les éléments de sa solution. comme l'escalier d'Odessa il. des trouvailles qui marquent ou te brume qui n'étaient pas prévus par le scénario. Mais' ri'arrive-t-ori conclusion à cette dernière lorsqu'on pas nécessairement parle d'un principe unificateur qui ne peut être que la pensée même de l'artiste. détails imprévus d'îm décor que vous avez conçu. ce qui laisse supposer. dit-il. mais une représentation marxiste comme elle aussi l'usage a pour critère Eisenstein. Eisenstein écrit ceci : « Cest un grand bonheur. une intention mécanique. et c'est tout un art que de savoir entendre la nature ou les ce que vous soufflent et comprendre en ce que vous disent. en effet. pour laquelle pas l'habillage Ea signification artistique Eiseristeiii de telles expériences que pense' donc que c'est effectivement"par se réalise la création il retrouve. Eisenstein né dit pas' que cette signification est étrangère à la pensée Il ne dit pas non plus qu'elle est d'ordre spécifiquement artistique. les tranches de vie les plus réalistes Car. la caméra peut enregistrer dans le style le plus dépouillé : ce n'est en aucun cas la réalité brute d'artifices dont la vérité. dans le sens qu'Eisenstein. 29. Mais sJexprimer eri ces termes. parler tenace.LES' saisit l'oeil THE&MÈS la caméra. p. » RéfJeKibr) d'un Cinéaste. que totalité. que. ou les faits considérés ? le. parmi modes de juxtaposition possibles. initiale. jugement esthétique porté par lui sur l'événement Or cette pensée s'exprime dans une image synthétique qui est l'oeuvre eri tant et de encore d© contenu dans ces conditions. en analysant son actiartistique. leur forme. cette contradiction entre les éléments de la juxtaposition qui auraient un contenu ou plus exactement une signification et pré-déterminée. à Une manifestation évidemment de la pensée.

Réflexions d'un Cinéaste. un contenu réaliste. religieuse politique.98 MARC LE BOT « dans le cas. entrent en nombre déterminé dans la composition et qui a trait à une de cette information que l'oeuvre est destinée à transmettre réalité infiniment plus riche et plus complexe que le schéma de pensée auquel la réduit. comme Eisenstein. Tantôt. pour autant qu'on l'oppose au mot contenu. 11 reste. phique. ces éléments de réalité qu'on s'imagine retrouver à l'état désigner brut dans — une femme nue. l'oeuvre. Ce sont alors ces relations. de la créaà tous les moments intervient le choix artistique cipe unificateur. à travers ces peut la confirmer. par exemple. moins réalistes. par là qu© l'art est créateur concrètement entre des éléments des relations formes en tant qu'il détermine renvoient tous les signes utilisés par tout langage." comme ces formes qui sont porteuses de la à la réalité. n'est pas: un© pour faire apparaître Il n'y a pas un catalogue de procédés plus ou façon très claire de s'exprimer. ou^qui masquent telle que l'expérience Mais en fin de compte. des signes qui Le choix des objets. Si on l'emploie. 135. à la traduire sous forme de vérité philosoou même scientifique. il n'est pas douteux que cet essai de 1939. la maturité de la pensée d'Eisenstein. fonde plus justement marquer qu'aucun autre l'affirmation de la spécificité de la pensée artistique. perceptibles qui. celle-ci dans sa genèse. de il faut entendre très ambigu. Le prinpendant. en analysant de réalité des petits morceaux découvrir au terme d'une sorte d© dissection est donc insécables. lorsqu'il telles qu'il 12. l'analy3e de les constituer fait oeuvre de créateur. présent les éléments n'existent plus comme quelque chose d'indé» Toute expression est mise en forme d'un système de signes. p. Il faut. d'ailleurs que ce plus ou moins choix est le fait de l'artiste et non celui d'une conscience sociale idéale. en définitive. donné amorphe et neutre. est en accord général avec là pensée il coopère et les intentions d'un groupe humain à l'avenir déterminé. ou plus exactement signification artistique. mais par lequel elle prend la responsabilité l'information artistique Il est évident de l'interpréter. inême dans le cas où l'artiste. tion de l'oeuvre et l'on ne saurait espérer. ambigu. au contraire. mal et toujours en l'appauvrissant. Le mot forme. écrit d'ailleurs « détruire en soi-même le Eisenstein. . est un aspect de l'oeuvre. ou une assiette de soupe. duquel en tant qu'artiste. correctement. que me dicte mon attitude de mon univers mental. lesquels sont notre idéologie et notre univers mental 12. Il peut seulement pour exprimer y avoir des oeuvres qui découvrent la réalité dans sa vérité objective. L'arfc-oonrlit enfin par choisit qu'Eisenstein C'est des qualités de ces images synthétiques. qui semble ambiguïtés d'expression. attitude émanant de mon idéologie. d'une que l'oeuvre est l'expression pensée et dire. V « être » indépendant des événements et des phéà la conception de cet « être » nomènes. on entend par là la signification générale de l'oeuvre dont on croit d'elle parce qu'on tant bien que qu'elle peut exister indépendariiment arrive. pour le rajuster ensuite conformément à son égard. » il n'est pas moins Tantôt on lui fait Quant au concept de contenu. comme Eisenstein. « est un des procédés les plus logiques et que le montage les plus légitimes le réalisme du contenu ».

en fonction des principes du matérialisme Il en déduit donc.. 45 sqq. de même l'art est « projec— tion du même système des choses.. présente un spectacle de figures de cires en ombres chinoises). fabriquent L'art immédiate n'est pas davantage sorte de communication le mode d'une Il 13. d'une certaine somme de connaisou 'moins sances plus et concernant une véridiques.« A Dialectic Approach to the Film Form ». se distingue d'abord L'art. p. toujours dialectique. 3e en ce qui concerne sa mission sociale parce que . intellectuelle. L'hypertrophie — dilue un devient l'art dans l'informe. — les trice d'abstractions car il a pour fin la fabrication d'objets. — de la logique de l'aspect nature organique tomique). dans le registre de l'art. dans la reconnaissance de la de l'art comme mode de la pensée. une peinture de Saint Sébastien devient une étude anatopographique. scientifiques. d'affirmation volonté L'hypertrophie — ossifie l'art sous forme de technirationnelle de la logique principes d'un une carte calisme (La peinture paysage devient mathématique. . — dans le procès de la de type abstrait. â aucun autre de la irréductible En marxiste avec lui-même. 1° en ce qui concerne sa mission sociale. La limite est l'art. les modes de création principes pour définir artisde la création ici une définition de la spécificité trouvons caractéristique de la pensée créadit en effet Eisenstein. que : l'art est toujours conflit. de la forme rationnelle A l'interla Nature. — dans le cerveau humain. qu'apparaîtra mais aussi le caractère rique contemporaine. l'art de manifester entre En ce qui concerne sa nature parce que : sa nature est conflit et Entre inertie existence naturelle et tendance créatrice. sa méthodologie.. conséquent à un essai de 1929 13 que de même que la philosophie épigraphe est « projection de la dialectique — dans des inventions des choses. — dans des créaiians d& type concr&t. est de la forme La limite (le principe passif de l'être) organique est l'Industrie. Celles-ci en effet des objets d'usage purement pratique. Eisenstein notera en pensée artistique. au terme objets d'art. organique — des de la volonté d'affirmation.c'est la tâche de En ce qui concerne les contradictions de l'Etre. proposées par l'artiste réalité historique c'est dans la détermination des qualités de l'oeuvre donnée. dons des formés ». 2° en ce qui concerne sa nature. in Film Form. tique. Nous valent tous. le plus loin. pensée ». lorsque en oeuvre. Ces qualités veut spécificité qu'Eisenstein donner à ses oeuvres ne sont pas choisies arbitrairement. (Un Malévitch organique un Archipenko Kîaulbach. Les formes artistiques étant l'expression. — qui sont d'une "autre nature que les objets engendrés de la spéculation et l'industrie la mettent la technique scientifique. non seulement son intelligence de la réalité histopar cet artiste.LES ira THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 97 sur la base de ses expériences. section de la Nature et de l'Industrie de considérations n'y a peut-être pas dans toute la pensée d'Eisenstein dont les Nous sortons de la théorie plus déterminantes générale que celles-là.

Mitry. le voit élaborer son système propre de la réalité d'interprétation contempodes raine. s'affirhie avec une belle hardiesse l'opposition d'Eisenstein à ce qu'il considère comme une conception de l'oeuvre périmée d'art : l'oeuvre-discours. lient l'homme moderne à la réalité moderne. importe des idées qu'il ne Cessera de développer possession de l'ensemble par la suite. sur le plan esthétique. Représmter un événement sur la scène. C'est au cours de laquelle on donc aussi toute sa carrière qui se trouve en question.F. comme de l'art. dira d'un corps à corps qui met aux prises la nature et l'esprit. ailleurs qui lui confère Eisenstein. d© la conscience esthétique offerte à une révélation des sensations et soi-disant livrée au flux indifférencié Eisenstein à propos des termes de son anadu Beau. objet relevant son usager dans le mouvesorte une vie propre qui introduit..Dziga Vertov devait réaliser. reconstituer son cours chronologique dans un « déroulement de l'action logique ». Cf. mise en scène d'Un Homme Un Sage. historique expressive de ses partis-pris d'armettent en cause l'ensemble de ses propres inventions. dans lesquelles plus tard bien des variations mais aucun essentiel ". La conscience avec la Nature. un article intitulé Le Montage d'Attractions. se fige ordinairement l'oeuvre d'art fabrication d'une ni simplement postechnique.. il aspects qui apparaissent de noter que. il publie dans la revue L. Un tel objet est capable d'inune valeur évidemment particulière. en l'occurence la mise en scène théâtrale conçue comme agencement de type discursif des « éléments de représentation ». idée. une longue citation maintenant de cette étude..) analysées par l'auteur . c'est-à-dire au moment où il travaille au théâtre du Proletkult et où il n'a encore eu qu'une avec le prise de contact pour ainsi dire accidentelle cinéma 1S. — Certes on peut chicaner d'un conflit. changement OEuvre-discours et oeuvre-objet Ainsi. op. Ce texte fondamental le point de départ de toutes ses théomarque on pourra observer et des ries. dont les idées essentielles sont ici. développements. Expressive lyse . d'Eisenstein sur la méthodologie Quant aux considérations ellesessentiels des conflits à une réalité déterminée. in Film Form. dès cet essai de 1923. 14. p. 16. (Nous devons supprimer de ce' texte. 15. J. « A Dialectic Approach to the Film Form ».E. sède en quelque et cheraux prises avec les phénomènes ment vital de l'imagination se trouvant et d'organisation de nouvelles formes de compréhension chant à déterminer de la réalité. du cinéaste obligea Eisenstein empêchement à faire le film lui-même. cit.cig MARC LE BOT n'est pas passive. 45 à 47. ». dès les premières il était déjà en années de sa carrière. cette année-là. A travers les formes artistiques invente et dont il veut fonder théoqu'il du monde la valeur. telle qu'elle d'une Ni substitut dans les cadres de l'habitude. spirituelle 14 de la perception troduire un dynamisme nouveau « dans l'inertie ». assez clair. dans un « développement d& l'intrigue. En 1923. tiste. Bien qu'il soit hors de question de faire intégralement l'histoire et qu'il soit suffisant d'en dégager d'Eisenstein conceptions pour notre propos seulement les quelques essentiels et constants.un petit film qu'Eisenstein voulait insérer dans la. . c'est toute sa conception riquement qui se révèle. pp.. 12. selon une certaine de traduire logique les rapports qui lui semble incapable qui. le fond de sa pensée semble pourtant l'oeuvre d'art. interne est un objet doué d'un dynamisme.

pour originale de son oeuvre. dans l'oeuvre serait passif. « arbitraire » réinventée signification Organisation par le spectateur. Eisenstein peut qu'il particulière de demeurer dans les cadres généraux convient mais avec cette restriction qu'il ou cette liberté C'est-à-dire du sujet ou du thème de l'oeuvre. la vérité esthéSi l'oeuvre est confinée dans les « limites du déroulement tique qu'il poursuit. Eisenstein ne ceux de la pensée discursive. Concernant — repréCes matériaux. que cet arbitraire et le droit de l'artiste d'utiliser de façon n'est rien d'autre que la capacité traduire ces attractions. mais qui est cerl'économiste. de l'action sans doute communiquer une « interprétation ». ces matériaux artistiques. point l'esprit même de le spectacle son ordre et sa signification. trouvera qui est le thème forces attracl'oeuvre. mais significative. lui-même C'est le spectateur qui. de formes. en quelque psychologiques par le moyen de « perceptions de vue d'où est attiré vers un certain point de vue sur les choses. sur une intuition. tainement incorrecte ne traduit pour l'artiste parce qu'elle pas. A cette conception de l'oeuvre-discours dont les « éléments de représentaselon « les pieuses conventions de la logique tion ». si on les enchaîne ».. tionnel. sage de la pensée artistique verbale. d'art. est en accord général avec la pensée politique et philosophique du groupe social auquel il appartient. en l'illustrant. qui le mènera Celles-ci mais il reste que concorderont avec celles que lui suggère l'auteur. Mais un tel reflet. à la rigueur. attiré par ces mille conclusions à ses propres tives. mais d'un il s'agit « reflet de l'oeuvre d'art ».LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 99 offrir c'est peut-être ce qu'on d'une appelle un « reflet correct épaque ». l'oeuvre serait statique. chine à analyser celui la réalité. L'oeuvre se présente donc sous leur forme pas révélées par l'artiste comme une sorte de constellation est la de forces opposées. « monteur dispose de matériaux ». de des matériaux du langage de la vérité et la nature fiquement artistique entre eux un type de rapports l'art établisse qui ne sont pas impose qu'on ce type de rapports. d'objets. provoquent » artistiques sorte. toire pré-élaborée. son fonctionnement entraînent qui l'utilise dans les « voi&s de la connaissance est un instrument de la vi© ». . dont la résultante de l'oeuvre. selon d'attraction. conjuguées qualité chez le spectateur des réactions les procédés de la pensée artistique. en termes de « conclusions idéologiques ». . fera le chemin idéologiques. Cette pensée » spécifiquement le « principe artistique unificateur — qui n'est certes pas d'ordre irrase fonde. c'est-à-dire statique que la logique se calque sur une structuration de l'événement satisfaisante qui est peut-être le politique ou le philosophe.. comme il est vrai dans le cas d'Eisenstein. ne font que refléter sous forme imagée ce que dit une Hisrépéter passivement. une vérité des choses telle qu'elle aurait été interprétée au travail de l'artiste et par antérieurement un mode de pensée autre qu'artistique. dit-il aussi. sa pensée. pour l'historien. et pour utile que puisse être ce pasde telles idées ne seront à la pensée conceptuelle. Le d'attractions oeuvre dont les structures d'une nature en général l'artiste. elle pourra logique de la pensée de l'auteur correcte » qui. de sons. le mouvement de cette masystème interprétatif spécifique. si la pensée de l'auteur ou du spectateur transposée peut être. Elle exprimerait. de l'imitation reprendrait de la nature et de la tradition littéraire ». — ont tous sentations d'actions. de couleurs. L'oeuvre . c'est-à-dire dit utiliser librement : arbitrairement. en commun Ces attractions. donne dans ce texte que des indications très générales. et. nouvelle Eisenstein veut-il substituer ? Une quelle conception sont définies comme « montage ». — spécicomme on le verra par la suite des réflexions d'Eisenstein. dit dans son langage Eisenstein qu'elle à son compte « les pieuses conventions de la logique. leur dit-il.

doté mais la pensée artistique directement perçue.) ne sont pas les seules à suggérer l'image 17. multitude etc. c'est que théories Ce qui en ressort principalement. que l'image artistique En tout état de cause.100 de l'esprit. une attraction organisée . couleurs. mathématique qui . la mise en évidence de sa valeur opératoire que conception soit assez générale à cette iépoque et qu'il de la machine s'agisse d'un significatif. oeuvre-machine. d'Eisenstein MARC LE BOT selon les intentions une sorte de machine pour penser.. d'éléments. et d'un intellectuel. sont étudiés les liens théoriques entre qui existent la pensée d'Eisenstein et celle de larges courants de l'art occidental moderne. du discontinu. l'audonnera teur examine les développements à ses qu'Eisenstein initiales. selon ses intentions. Elle est n'est pas une pure représentation. C'est à tique de ces considérations de partir que. La pensée et l'oeuvre d'Eisenstein d'une oeuvred'une objet. cette instrumentale de l'oeuvre d'art. en tant qu'élément de d'idéogramme. Remarquant du Kabuki et que de façon inattendue (d'où le titre de ston essai) la méthode celle du montage d'attractions — se rejoignent. l'image artistique — — sons. impose du conflit. de la disproportion. Elle devient à une oeuvre-objet ce qu'on 17. faite d'une en combinaison constituer immédiatement pour qui entrent de ces attractions. elle est un équivalent et non un substitut du concept. — se réalise à nouveau dans 1 un instrument-machine fonctionne sans erreur ». D'autre le mode d'association des stimuli part. langage. il note : « Ce mode de pensée qu'est le montage qui est l'accomplissement d'une de sentir et le monde en différenciée tant façon dtonaîyselr qu'organisme. objet esthétique conceptuelle. p. d'une existence matérielle pouvoir (Dans les dernières pages de cette partie de son étude. qui sont la matière du langage une esthéà l'artiste artistique. par exemple dans The Unexpected (1928) (Film Form. dans une dernière partie ce travail. phénomène L'image se trouve d'ailleurs chez Eisenstein lui-même. il semble Quelle que soit la justesse de ces expressions métaphoriques. pour l'opposer pourrait appeler — non pas l'apparence revêtue une pensée dont se trouve l'oeuvre-discours. 27).. et la combinaison constitue une image. par l'artiste Longest une sorte Eisenstein dira temps.

devant un de la section Arts et littérature.E. encore qu'Eisenstein On a remarqué d'une optique à de la forme et du contenu. que les deux aspects sont indissociables. On s'est étonné C'est ainsi . moins à obtenir des images qu'à transformer A quoi Marc Le Bot a répliqué d'esprit. où ont participé entre autres des historiens de la littérature et de la musique. spéciale au cinéaste. en définitive dans sa définition semble prisonnier. qui l'amène au « montage » conçu à l'avance. et dont nous croyons bon de donner un aperçu pour en montrer sans l'intérêt. aussi de l'épithète » appliquée « arbitraire par Eisenstein et on l'a opposée à la théorie du reflet. M. a fait l'objet d'un débat d'habitude. à notre compte toutefois toutes les idées émises : la discussion reste prendre sur un sujet éminemment ouverte complexe. dont Marc et la pratique esthétiques artistique a ilonné un résumé oral dans un exposé fait au C. la pratique. conet sur le caractère qui est moins dynamique naissance que création. dont la qualité a été reconnue. dans l'acte créateur fur la liberté insistait répété qu'Eisenstein qui intervient » concrets de la « forme aux matériaux et a pris l'exemple utilisés. et que la connaissance aussi est une activité qui vise à transformer. loin d'être commode comme le pense Marc Le Bot. a paru dangereuse.M. du mot « information » qu'on y a critiqué l'emploi ambigu à la fois mise en forme et informations véhiculées : l'ambivalence pour signifier du terme.LES THEORIES ARTISTIQUES D'EISENSTEIN 101 NOTE Le théories Le Bot texte DE LA REDACTION est un fragment sur les d'une étude qui précède importante de S. Eisenstein. conaccorder une importance prépondérante fond-forme trairement au poète et au musicien paraît pour qui le dualisme sans grande signification. Marc Le Bot a à l'activité créatrice. par rapport d'une même réalité ou socialiste économique pour montrer que par capitaliste le critère du reflet étant » l'art est une institution 1' « information humaine.R. Comme de recherche méthodologique groupe cet exposé. de l'art et de la pensée spéOn a insisté enfin sur la différence spécifique culative de l'art en général. qu'à amener qui consiste moins à saisir un mouvement le public un état à y participer.

la semaine universitaire contre toute vérité. Alors et les manuels se dépêque la Sorbonne traient à grand-peine et très partiellement. Ecrits et conclusions longtemps. du socialisme ». environnant n'a pas été sans effet sur la Commune. Et pendant ce temps. La d'arà des prospections de Marx ou de Lénine connus pamphlets historique. de la révolte du prolétariat français de Paris est passée. La Commune : « Crise et essor en tête du chapitre plan de tout l'ouvrage. . ». 1961. Et ce sont ceux les que l'on accusait dogmatisme. d'un le livre donne d'histoire 1. n'est pas dû tellement à des découvertes. et voulu soulèvement contre la bourgeoisie far Marx ». durant est on se conduit avec la même férocité » ! Pourtant le glissement part et d'autre d'un sensible mence Ce chives sont comme et significatif.candidats bacheliers édité à la de conférences agrégé et maître professeur dans nos lycées. est un des plus répandus au en préface de Paris y figure Commune et y est ainsi définie en caractères gras : « La Comsur la IIIe République chapitre LE SYMBOLE du mune qui avait été faite SANS IDÉE SOCIALE. moins nécessaires du aujourd'hui d'érudition une vaste monde que doit et irréprochable Avec A Vassaut nouveau 1. On a repensé la 1 tour a affirmé sa vitaparce que l'Etat soviétique lité et le mouvement communiste mondial son essor. éventail allant d'ouvrages de vulgarisation. deviendra pour les ouvriers au nom de la lutte des classes. Commune un modèle de préjugés qu'a nous livrer pour du nécessaire travail étayés Paris eux aussi par naguère distillés la Un bel moisson. ne sont plus considérés peu de temps qu'ils Il faut avouer du monde que la pression d'ivoire universitaire. Elle est désormais définie de la sorte : « La Commune qui n'est pas tel. sous la poussée du dehors. que faisaient les historiens marxistes ? Il est aisé d'imposer silence à qui parle de leur sclérose. même si l'on s'en défend. son édition Ouvrons 1953. sans valeur mais voici L contemporaine Hatier librairie par M. Genêt. Sans mais qui sera considéré comme un mouvement socialiste. uniquement théorie du « mythe doute l'auteur sacrifie-t-il encore largement à la trop commode ouvrier de la Commune » qui n'aurait influencé le mouvement que par l'exaltation d'une sérieuse refonte du de l'impartialité « exemple » ! Sans doute continue-t-il idéalisé le jeu dérisoire « de en décrétant. ils travaillaient imposée par trois quarts la lancée de féconde des maîtres d'a-priorisme. une aux riche non qui. de la gangue de siècle de falsifications sur et d'interdits. à la faveur Ouvrons maintenant l'édition 1958. que. à la considérer glissement qui auraient depuis L'histoire avec « officielle » fait sa place à la Commune et complus d'objectivité. ciel nous : la Duclos annonciatrice vivante. dessillé certains yeux. sanglante..CHRONIQUE LA COMMUNE HISTORIQUE ET SES HISTORIENS par Jean GACON E manuel d'histoire à l'usage des. ont bourgeoisie.. Jacques ouvrages documentation. d'Etudes à l'Institut Politiques. la pratiqué du marxisme. 334 p. Editions sociales. non encombrés par recherche la plus sereine.

être composée ? Est-ce d'avocats ? Non. pour cette classe. — N. ce qu'est la « classe ouvrière rétorque-t-on. lui-même de 7 ans. publié ïiciales. numéro Editions . même si pour eux le mot conscient. i960. voire au machiavélisme peuple pour la naissance de la Commune. vieux c'était l'an blique et finalement des travailleurs Si Marx exactement II. dans un 1 vol. » .R. Genêt) qu'il ne faut pas non plus faire la part trop belle à la spontanéité. et certes. Choury avec une audace certaine. pour lui.. le eu connaissance de cette observation. Genêt. aux confuses du « petit de Thïers. Et sans doute. aspirations ».L. ». lui. Dans La Commune ouvrier. 1961. ». lors de la préparation des élections du 8 février 1871. selon l'expression feste des 60. tandis ne voyaient dans les candidatures socialistes-révolutionnaires que certains proqu'un soient « représentés chère au manicédé pour que les travailleurs ». en bâtiment. en 1961. comment retenir le sens et le de celle jetée sur le papier par les militants de ce « Comité central » dès la fin du mois de septembre 1870 : « De quoi la Commune ? Non. le prolétariat n'y avait-il pas que des « socialistes parisien n'avait-il la prise du pouvoir en un complot bien réglé ! pas minutieusement prémédité Mais Jean Dautry et Lucien Scheler viennent de nous apprendre à (et d'apprendre M. pas tout militant latin 2. amoureux Rossel par exemple) de son sujet. les problèmes controversés (le rôle de où il se sent à l'aise . n'était pas. non sans motifs écrit.D. le rôle d'éclaireur des vingt républicain arrondissements Sans attacher de Paris une de septembre ne pas ». Henri Goullé disait que. Tersen rendra compte de ces deux livres récents de la Pensée. il a su nous faire sa passion conjuguée partager Dans son manuel précité.N. pour les néo-jacobins. comme prolétariat réminiscence de 1793. c'est-à-dire ». à Frankel me semble perdre trop de temps à des bagatelles tristement valables : « La Commune et à des querelles On voit qu'il influences que celle des y a d'autres personnelles. Maurice au quartier allie le pittoresque et l'émotion en un récit coloré. ne la trouvent » est un concept tellement pour qui la « classe ouvrière pur qu'ils : en 1871 elle n'existe évidemment sous le scalpel de l'historien-sociologue pas jamais encore . eiïe n'existe constatant que la répression déjà plus ! Ainsi. M. la Répu» mais aussi « la fixation du but de l'Etat par le prolétariat de la « nécessité de l'avènement des candidats politique parlait et Varlin. comme en écho anticipé que 'la Révolution Si nous ne faisons rien a été faite par la classe ouvrière. du vainqueurs A SES DÉBUTS. les parmi r8 Mars. 225 p. aussi.R. le 13 mai 1871.. A partir des papiers inédits de Constant expliquer ils ont montré du Comité central Martin. avant d'avoir lucide Frankel : « Nous ne devons pas oublier écrit. un mouvement socialiste ». qui suivit la Commune priva Paris de « la moitié des peintres d' « artisans et cordonniers zingueurs. pour être révolutionnaires Chouteau et ses camarades entrevoyaient « Commune » était Une dictature 1870 à mai exagérée à une 18713. Un peu plus tard. Dans l'ouvrage sous ce titre avec le concours du C. et y ajoutant plombiers du 18 mars 2. 3. couvreurs. tout en abordant. prochain 269 p. Car il y a des gens Reste à définir. « proposition déjà. ce même 13 mai. La de Paris doit-elle De' bourgeois importance vocabulaire Commune toutes cette du date de Paris et ne doit être sortes soient qu'ils l'international de composée essentiellement que par des travailleurs » A reconnus et socialistes. l'affiche ». Genêt hasarde encore et pour la rive : « La Commune gauche.S. ChJb des Amis du Livre Progressiste. révolutionnaire pour l'idéal M. ouvriers ».. Notre collaborateur E. je ne vois pas la raison d'être de la Commune ».CHRONIQUE avoir lu non HISTORIQUE 103 mais tout citoyen éclairé.

Jean mon propos. et de l'exploitation qui de la bourgeoisie des temps Et à dater de la Commune. « au vent dp l'histoire à la myopie !) qu'en ». saisir. les « 183 maîtres de capitalisme la France » dont en 1869. peut continuer I prolétarienne fondé sur un oubli : le proest très simplement Ce tour de passe-passe astucieux ou de la du bâtiment de 1871 est un monde très divers et les compagnons létariat des premières cordonnerie en font évidemment partie. Georges des des banques. reconnaît Michel conseiller de l'empereur. une incidente : « Proudhon est directement Chicanerai-je inspiré par le Maniils si les rédacteurs du Manifeste sont proudhoniens. justement le fait essentiel que la aux tendances contradictoires si l'on néglige qui s'y affrontent. précisément parce est étayé d'exemples de chiffres. Il est impossible de résumer ce tableau nuancé. feste des 60 » (p. je n'avais profondes lisant ce elle commence. On ne comprend rien aux balbutiements grandes entreprises. revendications présentent. Ne vaudrait-il dire que Proudhon. s'aggravant. il quand abordent clairvoyants dès qu'ils modernes) III. auquel j'ai emprunté qui à l'avenir. du rôle révolutionnaire La Commune de 1871 signé d'équipe les citations 4. justement et en province. Et c'est dans ce contexte Chevalier. de pages (des barricades de 1848 à la de la guerre de 1870) nous montre ce qu'est le prolétariat à d'alors. au même titre que les ouvriers de la Commune. sur cet épisode crucial de notre magnifique ouvrage. n'en détiennent aussi les leviers de l'Etat. les anarchistes. elle comme la notion de prolétariat. Duch'êne. 431 pp. Editions sociales. ce que peuvent de préciser concrètement N'est-ce pas l'une des tâches de l'historien à tel ou tel ou par les philosophes. . dirigeants chemins de fer et des usines. du cordonnier et voilà biffée à nouveau l'alêne 1 Ici et là. 40) ? Même avec franchise. précisément si aussi bien compris les raisons de cette cécité (même jamais. la force dirigeante le relais de individuel cher à Jules Moch vient prendre le moteur électrique poraine. que s'inscrivent la renaissance du mouvement ouvrier et les débuts de l'Internationale. « dictature du prolétariat » a vu le jour dans une typique première période de tranentre sa mue et où se saisit sur le vif le contraste sition. ouvrière permet de comprendre que celle de 1961 (qui n'est plus celle de 1936) soit plus que jamais très contemSous telle plume révisionniste des luttes démocratiques. que la « classe moment. pas moins Les conditions de travail les budgets ouvriers comme le s'amenuisent. très en que reprendront pas mieux 4. pour mieux » de 1871 (sans être déjà celle de 1936) ait été vivante et combattive. où le prolétariat accomplit « classe ouvrière » d'usine au sein même d'une l'ouvrier et le compagnon d'atelier. i960. d'amples (des chambres syndicales purement accueille avec tiédeur (voir sa lettre à Larremat du 29 février ouvrières) que Proudhon même de la représentation il opposera le « Votons blanc » 1864). fut pas essentiellement étudiants CHRONIQUE HISTORIQUE ne à suggérer que la Commune ». la réalité d'une oppresprécis. révolutionnaire dévolu au prolétariat. journalistes. à tourner de l'incontestable. bourré prouvant soixantaine inexcusable. sont de M. employés par les politiques l'essence de ces termes ? Car. parle. de les promesses s'affirme en tant que telle et comme portant qui déjà cependant l'avenir humain. bilan scientifique histoire Une veille Paris qu'il sion nationale forte et de l'histoire introduction d'une du mouvement ouvrier.104 « employés. Genêt pour l'époque de la Commune l'est dans le manuel refléter les vocables oubliées créent Le Dautry rendra s'agit le rôle l'appropriation entré les ouvriers travail magistral et Emile-Tersen de production des moyens capitaliste foncière une identité d'intérêts. de camoufler l'illusoire césarisme social dé Napoléon capitaliste que tente Si l'on n'est pas encore dans l'ère du de monopoles. d'ailleurs. Au principe ouvrière. la cécité des historiens (pourtant Jean illustrent Bruhat.

de tout parti. grâce à Tersen collectif du 18 mars personnalités de l'Etat.CHRONIQUE retrait HISTORIQUE 105 ouvrière sur l'avant-garde influence mais qui est plus que lui en contact qu'il a cherché. débordant de la spontanéité.on le sait. l'appareil Pourtant le Comité sailles. combien enfourchent le vieux dada de la « spontanéité » ! Parce que le Comité central ne populaire fut pas l'instigateur du 18 mars. pulvériser rieure nationale du pays. Emile Tersen et Jean nous donnent un nouveau récit des événements. qu'il ne briguait. nationale tions du récit qui de Tersen conjugue est. « inopinée » (le mot est de Lénine) entre les mains de ce Comité central d'un pouvoir ni ne rejetait non plus. syndicats plus révopopulaire lutionnaires seraient moins organisées ! Ce qui est archi-faux qu'elles pour 1936 (où l'action des masses est incompréhensible d'action si l'on ne tient pas compte de l'unité revendicative et antifasciste ne l'est pas moins pour 1871 scellée entre partis ouvriers) du pro(où c'est l'insuffisance les possibilités et non l'excès d'organisation qui limite On voit trop en quelle impasse veulent fourvoyer le mouvement ouvrier ceux létariat). prélude à une paix préservant prussien ne fut qu'un de l'intérêt national. Halévy. une explosion victorieuse d'autant et Front Les masses seraient même. on déduit fut passif et porté par une central de la garde nationale que le Comité n'avait ni prévue. et initiatives Puis. vague de fond qu'il juin 1936 fut. à solliciter la capacité politique les conclusions des 60 en faveur ? de . leur est insupportable « fièvre obsidionalè nards devient des « facdonc. selon les mêmes théoriciens du peuple. émeute. expression supéchapitre qui doit beaucoup nous aux conduit recherches de la déclaration guerre et Scheler. dès vilèges. non pas central dans une l'action. transforme la volonté de Thiers de désarmer Paris en déroute (partiellement calculée). il permet plus encore de faire justice d'un certain nombre de pieux mensonges entretenus par maints historiens Dansette ou Chastenet) sur cette période. la veille encore. « Paris. de alors. mais de à la capitulation est l'occasion de de voie l'indépendance « un qui se choisit en Thiers central de la garde nationale cristallise . quand retrouvent dans les trois organismes. tantôt ». et brillant Dautry qui entraînent d'abord un certain effacement du Comité des vingt arrondissements et de la section devant le Comité central de la garde nationale. tapageuses . à cause des provocations gouc'est le sursaut populaire. tantôt prétexte tactique » au profit de la révolution ! Le grand mérite de telles assertions et de montrer comment. assumé par le prolétariat montant. éri général correctement établis aujourd'hui. même au détriment non par chauvinisme lors. ce jourlà. : De posthume des classes ouvrières. A partir de ces faits. parce que c'est une riposte populaire qui. ici. partis. Ceux(D. chef à sa mesure » et le Comité sur l'affaire des canons et aboutit à la journée du 18 mars. étroit. ! On les vertus de la spontanéité l'inutilité et proclament qui prônent voit bien aussi. Scrupule : la révélation. national Que cet intérêt soit. mais comme corollaire de l'émancipation : le patriotisme des Commusociale. dans son ouvrage avec les réalités de la lutte quotidienne. ni même comprise. de militants mais une et non responsables prise de possession à la marche d'une immédiate sur de de Verinter- Le conflit réactionnaire légaliste d'élections préféra l'organisation et faute tactique que crainte plutôt . parisienne de l'Internationale parce que c'est dans celle-ci bien même certains se dirigeants que sont les masses.ces thèses conciliatrices Le Pans de Dautry s'il clarifier le rôle précurseur du « Comité central républicain des vingt arrondissements ». cherche (non et la libération sociale entre l'Assemblée sans hésitation) la » (p. le caractère anonyme et ce que signifiait et Dautry. Ainsi. l'abandon de Paris par Thiers et la chute vernementales. ci veulent excuser l'égoïsme d'une la guerre à l'envahisseur bourgeoisie pour qui « baroud d'honneur ses pri». 88).

politiques « socialistes aux problèmes vraiment ». ce sont les Versaillais leurs prisonniers . souvent et longtemps. d'insister aujourd'hui puisque des générations ont été intoxiquées clichés. mais aussi d'esprit commissions. directe ». ce sont les qui fusillaient Versaillais une infirmière. montrent Il n'est pas superflu. moins nombreux. Sans doute l'exemple venait-il d'ignobles de très haut puisque dès juin de « la Commune avec 1871. Si l'isolement des internationaux et des radicaux. que le partage des voix et tendances autant. par l'union divorce avec les forces progressistes de parisiens ne fut pas vraiment reste dans leur (reflétant évoluée) n'étaient 1871 déjà plus au printemps avancées de l'automne républicaines 1870. ce sont les Versaillais aux massacres de la semaine qui ajoutent 5. pesèrent sur l'oeuvre de la Commune par le jeu d'une sorte de « démocratie sent tout dans le conseil et ses et même plus. joua. sur cette réfutation encore. ne prit pas l'ascendant et la minorité. Tersen nous invite à ne expressément : la majorité et minorité factice et simpliste entre majorité pas grossir l'opposition un liée aux niasses. lecteurs de la Pensée connaissent du province.' 106 vention ment des Prussiens aux est retourné problème conciliatrices (Clemenceau) ? Le CHRONIQUE sous tous ses angles HISTORIQUE et lié fort 26 mars. le pape Pie IX parlait ses hommes échappés de l'enfer le feu dans Paris ». Et pourtant. compagnons et ouvriers (où les contrastes au tranchés la mise au point d'un qu'à Paris) niais surtout énorme et fructueux défrichement sur les mouvements de septembre 1870 provinciaux à mai 1871 : les sept mois d'autonomie au Creusot dans le fief municipale populaire Schneider seille . (les Communards pillards.. l'arbitraire de cette distinction. « La Commune » ne compte et les forces populaires pas moins de 47 pages et analyse notamment les liens de la Commune avec les clubs et avec les sections de l'Internationale qui. Op. faits d'adhésion Rapports profonde voeux et suggestions. Et c'est là qu'apparaît lectif que viennent sociales l Le chapitre de publier les Editions V. D'une entre majorité et minorité installée. . attentifs surtout aux problèmes . N° aussi 81. à double face. auguste et jusque dans les manuels de l'école laïque ! supposés des Communards. en son sein. Nantis d'une qui ont promené comment ne pas broder à l'envi sur les mauvais instincts caution. septembre-octobre 1958. en la en éveil : les masses adressent à la Commune critique des représurveillant et les membres du conseil demeurent véritablement jalousement sentants Les et Pierre Angrand trop Jean Bouvier pour il faut dire tout le bien que qu'on les leur présente et qu'on les leur vanté ! Et pourtant sans se référer à je pense de leur apport. villes et de ses calomnies des campagnes. justeTrès jusqu'au qui durent intrigues élue et aussi sont les pages consacrées au clivage. part radicaux ceux qui. pétroleuses) pages. la légende dont d'excellentes l'inanité. confusion pas moins que structure sociale moins des insurrections que les séquelles Commune a péri parce que Thiers avait réussi le blocus de Paris « comme pour arrêter la propagation de la peste bovine » (Marx) et avait su inonder la province. accordent une primauté parce qu'ils se veulent « sociaux On ». l'échec » marquée des Communards il n'en une de Lyon .. la partie de l'introducEt nous devons à Jean Bouvier tion entre artisans. une fois la Commune substantielles et blanquistes. la longue et complexe « Commune de Maretc. ne peut plus. tandis qu'elle donne qui le 11 mai assassinent froidement des soins à un blessé . contrôlés par lui. ici. d'autre part. colle plus neuf de l'ouvrage sans doute l'apport rôle décisif. partageux . La provinciaux les mouvements bakouniniste à la province sens moderne sont plus consacrée peuple. Voir la Pensée. écrire sur les Versaillaiss Pierre dont on retrouve le coup de patte dans l'étude de la lutte armée Angrand entre les Fédérés et Versailles.

. Un les chamarrés rien ne bouge.. les chefs détestaient également le pamphlétaire de la collusion entre militaristes allemands et versaillais. c'est à peine si j'y apprends qu'Edouard Vaillant. ' une Commune Nommons rouge. c'est parce qu'elle Et nous le gage éclatant d'un avenir meilleur. qui rendra sans excuse les à-peu-près des faiseurs de manuels. ». faire une place à part aux précieuse? notes biographiques que le lecteur de tout autre livre sur la Commune sera tenté de consulter : certaines de ces notes ont la valeur de véritables mises au point critiques. demeure. comme celles sur le « conspirateur en chambre » malgré leur volontaire Félix Pyat ou justement sur le blanquiste Edouard Vaillant. appelant à manifester Marcel Cachin écrivait : « Il est nécessaire plus que jamais que les jeunes générations soient renseignées sur lé passé historique de leur classe. Mai 1961 verra au mur des Fédérés le 90= anniversaire de la Semaine sanglante. iconographie .'Tout parmi les Communards. avait été gouverneur de l'Algérie de 1864 à 1870 ? Déjà le prolétariat français et le peuple algérien courbé sous le joug colonial avaient mêmes intérêts et mêmes ennemis en face d'eux. aux « abattoirs » dont parle Camille Pelletan.. répondu à son voeu et fait mieux encore : avec les livres de Jacques Duclos et de Maurice Choury. Si j'ouvre le grand Larousse. avec la Commune de 1871 de Bruhat. Va-nu-pieds. Dautry et Tersen est absolument remarquable. pour ce 90e anniversaire. et des moins mage aux martyrs. sécheresse. dont.CHRONIQUE HISTORIQUE 107 sanglante. Tersen. Bientôt. l'homd'information des « jeunes générations ». marchons de l'avant. malgré ses que la biographie ne mentionne à Meaux et son premières compromissions) pas que son arrestation transfert à Versailles furent opérés de connivence entre les armées française et bava* : un exemple parmi d'autres roise. Et pourtant c'est parmi les ComSatory et des déportations munards que l'on peut recenser par dizaines les exemples de bravoure. Mais à l'heure même de l'hommage aux martyrs. Dautry. Il nous faut rééditer les histoires véridiques de la Commune ». par solidarité entre opprimés : se souvenaient-ils que Mac-Mahon. On regrette toutefois de Rochefort (qui est encore en 1871 « le lanternier ». se double d'une incontestable élévation du niveau scientifique des études sur la Commune. Il est aujourd'hui émouvant de songer à ces tirailleurs Commune particulièrement algériens ralliés à la cause populaire. mais aussi de du « turco de la Alphonse Daudet se moquait lourdement générosité et de fraternité. pieusement célébré. « soutint les doctrines les plus exaltées » (sic) et encore est-il l'un des moins maltraités dont beaucoup sont simplement ignorés. La foule qui sent sa détresse Commune vengeresse. Rouge comme un soleil levant.. reviennent les couplets enflammés d'Eugène Pottier : frisson nous court sous la peau . l'effort jeunes.. comme son illustration . au mur. par son rayonnement. répertoire tifique (sources et bibliographie du livre de Bruhat. Dans un de ses derniers articles. mais il faut. Chez . l'appareil sciendes journaux et affiches) . les horreurs du camp de en Nouvelle-Calédonie. ces ouvrages sont aussi des actes militants et si la Commune revit pour nous sur le papier. qui commandait l'armée de Versailles. Prendra ton linceul pour drapeau. Les historiens marxistes ont. même pour le grand public.

cependant dont il parle dans cette Introduction. à notre connaissance philosophe qu'un première de la foi manière aussi franche n'hésite mant du marxisme. Van der Meersch d'abord. dialogue encore que le à établir que l'on cherche l'accueil fait à cet ouvrage confirmer cet espoir. Nous ne doutons certes i. i960. comme premières entre communistes rapports la Religion apparaîtra. a paru une sorte de philosophe assez éloigné. Gilbert m-8°. les abbés Daniel. Pin. naître.MARXISME GILBERT DU MURY ET RELIGION : « ESSOR OU FRANÇAIS DÉCLIN ? » CATHOLICISME par Paul LABÉRENNE sociales et viennent d'éditer pour dès les aux L OUVRAGE de inaugurer Gilbert la Mury que les Editions Marxisme nouvelle collection extrêmement et chrétiens l. qui professe (il le dira plus loin) un « animisme hautement évolué » et fonde « toutes ses tentatives de justification rationnelle sur une expérience vécue ». ensuite. d'autre part. aussi nettement est vraisemblablement affirmée. original pages. Boulard. à de nature Une telle attitude. à tous ceux qui s'intéressent se réclafois. Certaines favoriser croyants. d'une dans avec certains façon durable ne divers milieux catholiques paraisse guère Le fait d'avoir plus facilement nous Mury Le chrétien à l'auteur de comprendre été croyant a pu. par le chanoine Houtart et bien par le R. Mais en imaginant à l'image qu'il trop d'autres catholiques de celui qu'il sur la nature même du catholifut. pas à faire état d'une et mysde ferveur la sienne et du « climat religieuse catholique qui fut autrefois le parti de la classe ouvrière. en effet. Petit. non seulement du chrétien mystique. d'autres encore. pour certains français. mais même de bien des prêtres que nous avons pu conpratiquant ait été ce mystique pas que Gilbert Mury sympathique et généreux nous décrit. en tout cas. ne se ferait-on pas des illusions cisme et sur ses possibilités d'évolution ? est certain. sans recourir aux prétendues affective preuves de la Révélation. MURY : Essor ou déclin du catholicisme français? Paris. du type courant. Il a acquise des milieux chréqu'il les travaux de sociologie religieuse et le romancier par l'abbé Godin le professeur Le Bras et M.-P. permettre ».• Editions sociales. tique » où il vécut avant de rallier C'est humain constituent ainsi un véritable témoignage pages de l'Introduction tout au long de son et expliquent la sympathie ne cessera de montrer. que la connaissance tiens a permis à Gilbert d'utiliser au mieux Mury qui ont été récemment entrepris par des croyants. que l'auteur courants du catholicisme étude. sans songer au pari pascalien nous inspiré par la crainte de la mort. Gilbert certains « mouvements à la conscience chrétienne propres si nous posons ici un timide pardonnera point d'interrogation. 318 p. .

« Durant devant la tout urbain. fondamentale. étude. D'abord va précipiter les événements il insiste tout véritable civilisation siècle. de celle de l'incapacité plutôt catholique pour entre son idéologie et les réalités sociales contemporaines. non pour possibilités « plumer la volaille rassembler « d'immenses masses de ». Leur sans indulgence et souvent de mauvaise critique erreurs de détail. explique ». inévitables dans un ouvrage foi.S. Mury particulièrement sur l'exemple de la Vendée et de la le lien qui unit bien souBretagne. en fait. ce qu'est à l'heure à tort parfois considère Cette. capitalisme A tion propos du catholicisme la classe une le xixe de progressive même aller jusqu'à parisienne.MARXISME En ET RELIGION nombre des des églises 109 et des baptêmes selon les classes sur des faits précis concernant le s'appuyant enterrements le pourcentage de fréquentation religieux. sens et paraissent . de christianisme ces chapitres est surmonter l'opposition des prêtres laisse Mury sociales. revues. 312). archaïque. dont les vicissiet finalement l'interbien illustrées par les mésaventures ouvriers.N. « une économie vent une structure cléricale et une pensée fataliste. Le réveil du syndicalisme et du socialisme développement de la revendication de détourner les travailleurs ». sous là directoin du professeur Le Bras. Dans le catholicisme Gilbert en effet. ou de l'intérêt national Dans tables. l'implantation et détaillé de qu'on Gilbert religieuse. le cathoconçu avec « la volonté licisme social « ne s'enracine pas moins. ajoute-t-il. traditionnelle Mais en présence de cette Eglise de France qui « ne parvient son pas a retrouver » et dont Gilbert « internes a si bien su analyser les mouvements ». d'un intérêt a été passé au crible dans certaines considérable. féodalité et. devant la mise à nu des bases sociales et politiques de la religion dans les campagnes et dans les villes de notre pays. 218) : « Le fidéisme à des affirmations comme quand elle aboutit du xxe siècle fait Il rendait. parfois entrevoir qui la possibilité se dégage d'un. si cette nous étude si éloquente argumentée solidement par du ses constatations point de vue précises et ses chiffres irréfude marxiste. 65). de certaines de cette importance. bon marché du moins. en s'appuyant rural. les résultats des élections en liaison avec a pu dresser un tableau à la fois général Mury actuelle la religion en France.R. « mais. surtout celle-ci (p. industrielle G. idéologiques base de leurs revendications » (p. et la grandeur du catholicisme libéral ». dissimule mal la véritable universitaires rage dés quelques catholiques qui cherchent en France à mettre la main sur les études religieuses. comme désarmée Mury (p. dénonce. syncrétisant » (p. dans des couches sociales vouées par leur condition même à la protestation établie ». désaffection qui peut « rupture c'est le cas dans la région ». des réserves. 216). quelques phrases l'impression la religion appeler cependant -— et c'est là un Nous regretterons d'abord. des faiblesses du que la critique rationalisme idéaliste du xixe siècle soit faite sans les nuances des laïques nécessaires. reproche que nous serions tenté de — faire à certaines études de Sève parues ici-même. sociales. le rapide ». mais pour catholique ' sur la de simples gens de ce pays par delà leurs divergences travailleurs. l'Eglise parut fut lent. cette religion catholique un bloc homogène comme et sans fissures. d'un tel rationalisme. équilibre Mury d'immenses sont ouvertes à la politique de la « main tendue ». comme les Archives de Sociologie des religions éditées par le C. ouvrière sur la désaffecparticulièrement à l'égard de la religion. l'auteur. contre l'injustice A partir de cette contradiction ce qu'il la « misère appelle tudes sont particulièrement diction du mouvement Gilbert Quoique rénové au contact des luttes bien mieux on comprend avec l'auteur.

une différence de cette sorte doit être faite et nous comprenons sans peine que Gilbert Mury critique sur ce point certaines positions gauchistes d'Hainchelin. pour les néoïkantistes et les positivistes du siècle dernier (et pas davantage pour les'matérialistes mécanistes. que nous voulions défendre la politique analysé les insidieuses entreprises). dans son livre sur les Origines de la Religion. Le problème est important. La survie de certaines croyances Enfin . ne songe plus à défendre. Il s'agit de savoir s'il faut faire avec Kautsky une : « un opposition essentielle entre les deux aspects qu'il distingue dans la religion et une « autoexcessif idéalisme éthique » d'un côté (qui serait son aspect individuel) rité oppressive » de l'autre (qui serait son aspect social). 294) que Lénine « a manifesté son accord avec les opinions de ce doctrinaire à cette époque ». il serait exagéré. certes. 298). comportent quelque équivoque (p. » Les grands penseurs du marxisme n'ont pas été tendres. Et de ce point de vue l'auteur a raison d'écrire que « la religion est antérieure ë. Au point de vue de l'action en commun avec les croyants progressistes. incarnation. à notre avis. Mais il serait faux. et être qu'il est pour nous impensable qu'une Eglise. à seule fin de faciliter un aujourd'hui. On avant la constitution discerne. à sa persistance même en Union Soviétique. Mais ce n'était certes pas pour leur opposer les vertus d'un quelconque fidéisme. En tout cas il conviendrait de serrer de plus près le problème. Si grands qu'aient été. qu'il n'y a plus de place. l'insérant lettres de feu : création. sont plus proches de la véritable pensée marxiste. de l'ériger en absolu. péché. au à partir de travaux contraire^ que les idées développées sur ce point par Hainchelin. de nier les côtés positifs qu'a pu avoir à un peu naïve en la science. d'autre part. p. Il nous semble. quelle qu'elle soit. pour qu'un marxiste ne reste pas particulièrement Nous avouons aussi avoir été surpris lorsque nous avons lu. dans la polireprésentative du génie tique du Vatican. et à juste titre. Mury (p. puisse jamais représentative du génie du pays de Descartes et de Voltaire. l'apparition des classes » (page 29c). par exemple. pour une Eglise de France véritablement national. 281 : « Elle (la terreur des intégristes) signifie. que les propos de Gilbert Mury concernant la fidélité à « l'animisme fondamental ». » des intégristes Non pas. Elles témoignent de l'impuissance de l'homme devant des forces naturelles qu'il ne peut comprendre et qu'à plus forte raison il ne saurait maîtriser. attardés). Mais cette approbation de Lénine concernait essentiellement. soviétiques. accordé par G. bien entendu. fût-ce celui d'un Pascal. Mais il ne faudrait pas qu'on en arrive à conclure à une sorte d'indépendance de la croyance religieuse individuelle par rapport à la religion considérée comme phénomène social. Nous pensons. fin des temps. là lutte que Kautsky menait alors contre le révisionnisme de Bernstein. des manifestations d'esprit religieux des classes sociales. les défauts d'un scientisme que personne. mais parce (dont Gilbert Mury a remarquablement que les termes employés nous paraissent beaucoup plus gallicans que marxistes. autant que nous sachions. La lutte de la réaction cléricale contre l'esprit scientifique a pris trop souvent la forme hypocrite d'un combat contre les illusions du scientisme vigilant en ce domaine. 293 et suivantes) aux écrits l'intérêt particulier nous rappelle bien (note de Kautsky sur la religion nous semble excessif.110 MARXISME ET RELIGION dans ce drame inachevé que Pascal évoquait en perspective à l'histoire en. une époque donnée une confiance dialogue. Nous ne connaissons pas de texte où il aurait effectivement approuvé l'ensemble des vues du social-démocrate allemand sur la religion. à ce sujet. L'auteur de la p.

Elle s'oppose. Mais ne pas présenter ce fait précisément comme une survivance (il y a d'autres survivances sur le plan moral. en insistant précisément (p. en particulier. dans lesquelles Gilbert son Mury résume excellemment étude. en particulier. à notre avis). qu'elle que soit la réalité sociale. un peu ambigu. Cette insistance à reprendre les thèses de Kautsky surprend d'autant plus qu'elle est. (Il en est. de même du titre choisi. en un sens. contredite par l'ensemble de l'ouvrage. aux pages de conclusion. le « vieil » homme dont de la dictature du avec l'instauration parlait Lénine ne meurt pas automatiquement de prolétariat) pourrait amener le lecteur — ce qui n'est pas dans les intentions •Gilbert Mury — à admettre la permanence de certaines tendances religieuses. 312) sur l'erreur qu'il y aurait à « se faire trop » sur l'avenir d'illusions du catholicisme français et en soulignant. l'utilisation réacde la politique par l'Eglise hiérarchique du pouvoir gaulliste actuel. du reste. transitoire. tionnaire .MARXISME ET RELIGION 111 est un phénoleur apparition religieuses par rapport aux conditions qui expliquent mène historique. dans les dernières lignes.

pas su le rabattu sur Le littéraire du journal le critique vu. qui pour y trouver précédents. sorte la une idée et je vais à vous en montrer plus de n'est votre G leur Monde. qu'il pour répondre il nous livre ni faut fin. Et remarquons n'est pas. Il même le ne un volontairement qui mène au là de la présomption. On peut en effet le lire comme tique d'Aragon. semble-t-il. . d'écrire entendu. « abattu avoir Après les démarches de sa création pas pour Aragon. qui » pour lui. qu'il la qu'à comment suivre définition Laissons-nous poésie se définit donc à laquelle il ne livre. veut qui résultat lui ». le miroir qui pend ausur le mythe de poème ou des deux à la fois. Mais s'il a aperçu ne manquait pas de discernement. éditeur (i960). d'un poème. bien ce qu'avait Emile il n'a s'est Henriot. Nous allons nous dans l'attitude de cet autre dont aussi Reverdy. qui. des Symbolistes. tes mots : « Ce que le public quand veuille lui montrer autre chose que ce qu'il cherche ». la Ce serait ce désir. si Aragon son! feu » bien au du fil n'avait en tant justement que écrit au et celui-ci.' faites de poésie apparemment bien les yeux ouvrez d'une habitude. ou plutôt il l'a trouvé suivre. Gallimard. savoir par donnent ce résultai-. d'une : A la recherche mais on pourrait aussi bien l'intituler grisante musique. n'est-ce pas le non-poète. trop « embrouillé la du qualité artistique au niveau du lecteur volume. : en disant définition C'est en rester. dans sa chambre l'édredon versé du lit et la glace de la cheminée ou rouge dessus de la cuvette. du Quartier entre latin. le fil. ne exposé l'oublions consentira d'abord professoral. se bat les flancs un pour composer Prométhée ? Est-il l'élève des Parnassiens. 'EST ainsi que parle le de la poésie. banal auquel pensait il écrivit ne veut pas comprendre.CHRONIQUE ARAGON ET Jean LITTÉRAIRE POÉTIQUE LA CRÉATION par VARLOOT Mesdames. ARAGON : Les Poètes. C'est cette enquête d'une aller au courant romancier. poégrand ouvrage les ouvrages Les Poètes 1. type de lecteur parle « L'artiste rier offre comment il Il chemin un résultat a fait aime les oeuvres public sa serrure. dit-il. après tartiste. en son temps. même à au serrujamais qui ne demande où l'artiste obtenir est passé pour le l'illusion suit. Le provisoirement par ce qu'elle étudiant à moustache petit qui en 1890. et il C'est à la page 81 du dernier Montreur. un s'agit article dans poétique. de critique. pas. de vous d'admirables enchantent poèmes. vous Vous Sommaire Avoir Qui messieurs. se suffit »* Pierre Reverdy « c'est. placer. 1. qu'on nous.

car il ne chante pas : Et qu'à un arrangement de mots. Apollinaire.. se rendant compte de l'insuffisance de sa définition : « Un vocabulaire critique. Mais le petit jeune homme à la moustache 1890. Mais forme et le conpour bras-le-corps. Les gens qui savent toujours à quoi s'en tenir n'ont pas de faire des gorges manqué. Mais il que Verlaine.en vers par l'effet de sa désinence Nom qui ne peut redoubler Sans l'o vocatif qui de lui-même le sépare. doit sans cesse être révisé ». Au moment contraintes malherbiennes. en doute Aragon pas ces bonnes intentions. je ne commencerai point par l'invocation Et ce n'est pas moi dès le début qui vais le traiter de voleur de l'allumette. Qui me sers si communément Ces recherches n'aboutissent tique. le non-poète se caricature en méditant sur ces interdictions . du bel canto.. sans lequel il n'y a pas de poésie . non.. de l'octosyllabe Non. impuissant. montré ce qu'on peut tirer en français du thème prométhéen illustré par Shelley. tenu. et il s'élevait contre ceux qui le croyaient converti à la poésie pure : « Oà prend-on lé qui se chante on doive perdre le sens de ce qui est proprement ans plus tard. c'est-à-dire le résultat final d'un que pour tenir.CHRONIQUE LITTERAIRE 113 ? Sans de cette lignée qui va de Leconte de Eisle à Valéry en passant par Mallarmé n'écrase-t-il sans doute a-t-il lui-même. est un fabricatêur avant tout un versificateur comme Aragon appelle Valéry. qu'il y a naïveté ou imprudence part à sembler m'en réclamer. entre le chant et la signification. si soucieux de ses effets de cravate dans lé salon de Madame Y. faute peut-être de meilleur terme ? Il y écrivait : Nous Le mystère du chant. et dès la première minute de cette chronique. disait lui-même.. un admirable pastiche comme les aime Picasso. épinglant La Fontaine et Hugo René Ghil et Supervielle. en 1946 quand il intitulait partons donc du point que marquait Aragon ses chroniques de la revue Europe les Chroniques du Bel canto. non-dialectique. le « remarquable orfèvre en bijouterie fausse » qu'il dénonça dans lés Chroniques même où le vers français se libère définitivement des du Bel Canto. décrié. Aragon n'a plus à se défendre de Quatorze entre la pour résoudre l'opposition métaphysique.qui n'a rien dé poé- qu'est-ce que c'est que cette musique sans le chant de muets dans un sérail sans amour Que cette musique Où les signes de l'alphabet cessent de caresser l'oreille Un cimetière de consonances tues Des caractères sans bruit que le froissement du papier domine. pour se tenir à jour.. Car pour eux chaudes. remontant dans le Moyen Age. ce chant ? » ce soupçon. il va prendre la réalité à analyser ce qu'est la poésie. que je l'aie mise sous l'invocation l'affaire est entendue : bel canto implique quelque chose de si parfaitement ou aveu de ma classé. et une expression.. processus vivant.. Peut-être serait-il temps de s'expliquer sur un titre. Il s'agissait du caractère musical de la poésie.. aussi bien Aragon en donnait des exemples. . étiqueté.. ô voleur de fêu Prométhée.

« un cheval surgi de l'avoine avec un regard vague et doux ». dans son poème « Je ne sais ce qui me possède ». l'orienter dans fait Mais l'essentiel n'est pas là. Cette kyrielle (page 131-2) de sensations révèle à coup sûr . « une barque et ma main qui pend la rivière fraîche la mord ». mais aussi bien à Hugo ou à Ronsard. la vocation peut être qualifiée de divine et apparaît comme une espèce dé possession. On pourrait du poème. Etre un sens qui la marque : Etre poète se décider d'être poète engage un homme Comme d'avoir vu son ombre un soir et de ne plus pouvoir l'oublier Immense avec ses manches sur les murs Il ne s'agit pas de plaire mais de trancher sur le fond de la vie D'être différent se profiler différemment On voit quune telle définition remonte non seulement à Rimbaud et à Baudelaire. Je n'ai plus maîtrise dé ma langue à la fois torrent et ce qu'il roule Je . Un poète c'est un poète. extérieurement par sa façon de parler autrement que les Jamais personne ainsi Il y aura des gens qui n'a les mots ensemble se rencontrer te reconnaîtront à ces accouplements sonores poète.114 Un poème est la forme que prend la poésie Un poète est celui qui fait des poèmes CHRONIQUE LITTERAIRE dire aussi que la poésie est le caractère fait-il dire à un jeune poète. Affirmée dès l'enfance.. Lé second jeune homme de La Nuit des Poètes ne se contente pas d'exister comme la poésie. c'est choisir toute sa vie.. Mais il ne trouve qu'une succession Jacques Vaché. une place de province où les baladins montent leur cirque. pitants.n'ai plus le choix de né point proférer ces sons chargés d'ivresse comme [les grains d'un raisin noir] Je ne puis faire que je ne les aie point prononces.à quoi voyez-vous que c'est un poète En quoi vraiment est-ce un poète A partir d'où peut-on se dire poète A partir de quand A quoi reconnaît-on qu'un garçon comme un autre un beau jour Est un poète La veille il ne l'était pas encore et le voilà Poète Le poète se manifeste gens du commun. Partons donc de ce qu'est le poète : c'est ce qui est étudié en la personne du preLa Nuit mier des trois jeunes gens qui sont mis en scène dans l'ensemble intitulé des poètes. et le poème ce que fait le poète. Il essaie de définir de prises de vue sur le monde extérieur : un charnier d'oiseaux pald'impressions. Aragon parle lui aussi des régions « divines » d'où s'en viennent les poètes-cygnes. dit-il. ou encore liminaire.

non-poètes. 167). souvent. Mais elle ne dépasse pas. dans la réalité banale. Mais il ne va pas plus loin ici vers une définition de la poésie.CHRONIQUE LITTERAIRE 115 une aptitude à déceler ce que le réel contient dé poésie pour qui sait le regarder. lui-même : « Me voilà bien avancé j'ai l'horreur en général de ce jargon philosophique' H est vraisemblable que c'est. de Francis Carco. telle qu'Aragon l'a écrite dans la a pris mon. Ce coup d'oeil ne s'acquiert pas d'emblée Allusion sans doute et Aragon d'obscurité. coude et m'a forcé d'écrire à son Résistance (« Ainsi parfois l'Histoire idée »). 110. mais aussi au coup d'oeil « naïf » de l'artiste. mais Cette poésie toute de fraîcheur et de sensireste au niveau du pur impressionnisme. Il s'agît de voir « Le linge de couleur qui sèche Et d'abord comme si c'était appeler les choses Par un nom qui leur ressemble et qui n'est pas le leur Et soudain comme si c'était appeler les choses Justement de ce nom bizarre qui est le leur à la poésie la plus claire. dans l'action des poètes. qui retrouve la fraîcheur du vocable usé comme une pièce dé monnaie. Aussi le troisième échappe aux autres hommes. admet que pour les jeunes poètes le langage étant donné ce délire qu'est leur vie : Il s'agit Moi la puisse être encore enveloppé d'être ivre ou courir ce monde cruel et dément démence dans les mots m'y paraissait une innocence Et je comprends ceux qui se font une bouche d'obscurité Ils sont à leur tour aujourd'hui ce qu'hier nous avons été. Dans cette conclusion à la Nuit des Poètes. Le mot « trahir » est révélateur. Et la poésie est-elle cet assassin recherché Peut-être Que va trahir une blessure. le premier terme de la correspondance elle n'est pas la « voyance » rimbaldienne. la dernière rature ». à la mansarde des mots ». Je disais donc que toute poésie est l'être qui entraîne le savoir au delà de l'avoir c'est-à-diré au delà de la donnée de l'expérience directe de l'acquis de la' connaissance énumérative et le poète celui qui crée au moyen d'une hypothèse image aperçoit à partir de la réalité un rapport jamais vu par un chemin qui est celui de l'invention musicale à la fois et de l'imagination .?. la perception de ce qui baudelairienne. qui déteste le vocabulaire idéologique. de Pierre Reverdy et bilité peut donner des chefs-d'oeuvre comme ceux de Verlaine. l'auteur exprime surtout une grande confiance dans la poésie. à qui Aragon rend hommage et avec qui il rivalise parfois (pages 104. qui conquièrent le monde « autrement que par le canon » et où ils jettent joyeusement leur gant dans la balance. Mais il prend soin de s'expliquer. de la part d'un écrivain comme une excuse à Il ajoute d'ailleurs. L'importance de cette formule se mesure à son caractère abstrait. précise : « Toute poésie est l'être qui entraîne le savoir au delà de Vavoir ». Il faut maintenant se reporter à la fin de l'ouvrage pour en trouver une ou plutôt une définition positive de la de l'activité Prenons-la tout de suite dans sa formulation signification poétique. poète dit-il : « Ce qui me tue I Ce sont Maman les choses tues ».

en même temps caractère caractère que l'importance ressent à refléter raine.. mais le marxisme la pensée sont artistique loin de peut se repérer apercevoir a explicité le nouveau Ce sur lui. comme inconnu supplémentaire sans le yeux » auquel Aragon fait encore bouche guide un inconnu « sens de incapable de Rimbaud. LITTERAIRE et supplémentaire je tentais de dire du radar souligner la connaissance la conformité d'ordre artistique de cette nouveau ici. qu'on appelle radar..] souvent rien pensé vécu plié signalisé doutes et craintes pour mes jours mes nuits chu de mon haut rongé parfois saigné N'était-ce du Minotaure au bout du labyrinthe. Tais-toi Tu As-tu Après génie d'Aragon poète qui explique. en disant : allusion Je -vois Je suis Phare phare que aux clameur sans je suis une obscur pensée. rencontre mais aussi substituer alphabet coeur le radar inconnaissable poésie. On verra comment plus loin auparavant quelques il pages Il A faut l'ancien à Eisa faut plus s'arrêter haut : ô sur l'importance canto. poétique création tente Aragon de cette notion l'analyse radar-poésie. les contemporains afflige. il de la où tu fis état précisément parlant le fait de la science que la chauve-souris avec les yeux mais par un sens faire croyons cloue son bec la voilà sa langue si bien que l'on parfaitement » Ce radar-poésie la voyance de sa cage ouverte. je crois.116 scientifique c'est tantôt Est-il et de Gorki nécessaire sur comme ce que de s'il était doué d'un parlant sens CHRONIQUE inconnu poésie. c'est qui est peut-être au chant. et le poète s'en Vous brûlez. inachevé le le découragement première personne et qu'accentue ici le sentiment émouindividuel du génie poétique. en comment d'ailleurs. pas pour vous garder Ai-je Usé On intermittent vant le de la retrouve en effet dans le Discours C'est à la si sensible vieillesse lyrique et du dans de le Roman la mort. de cette qu'on démarche. c'est-à-dire à la fois verbale et imaginative. lui « ce dis rappelle de création poétique se non radar point sittoê S'adressant cours cette comme dans sortir un de SaintfDenis donnée récente nous qui est alors « entrée dans le poème ». phare qui prospecte et Baudelaire l'a illustrée. mon signal d'Aragon toujours leur au carrefour comme une auto la lampe [verte. parce remonte comparaison ces intuitions le à travers romantiques.. au bel bale. chose les de suivant es trop à suivre quelque et tous vu jamais le carnaval triste plus retombés serpentins qu'une chaise . dit-il.. est. donnée à l'amour dans la création cette impuissance poétique. phare. La par accordée démarche analyse avec l'intermédiaire à l'invention de la celles de de Lénine ? Ce verest l'image musicale. passé. mais La obscur. précisant l'avenir dans la réalité. qu'il dans sa/poésie les transformations de la réalité rapides contempochanson lente Laisse la au miracle place les merveilles.

CHRONIQUE

LITTERAIRE

117

la poésie à l'heure où l'imagination Voilà pourtant Est si lente que le fait précède l'hypothèse. : « // n'y aura pas d'automation du poème » ; Et le voilà qui se raidit en affirmant ». la poésie gardera ce caractère « artisanal » de la chanson « qui ressemble à l'amour le grand créateur comme tout grand homme reste un individu, et ia Assurément création suppose une maturation parfois lente, parfois qui avorte : Pindare n'improChénier visait pas sur le stade et ce n'est pas- la guillotine qui a empêché André d'achever l'Hermès. Peut-être était-il bon cependant de le réaffirmer 2. On s'étonnera évoquant sa victoire sur la postérité, cette davantage de lire sous la plume d'Aragon ». Il est exact que la statue grecque image : « Samothrace au loin morte à l'Histoire de Samothrace nous est venue coupée de ses circonstances histodite de la Victoire riques, et que c'est un bon exemple pour poser le problème de la pérennité de l'oeuvre ses liens avec les « circonstances ». A la page suivante d'art qui semblé contredire Aragon revient sur

et cet effacement du passé ce caractère périssable de l'Histoire cette moralité contraire au contraire à ce que j'eusse de l'événement de sang-froid les pieds sur la terre et non pas entraîné par l'écriture avec la crainte d'offenser ma propre idéologie je me reprends je relis je redis pour toi ces vers à ta semblance.

pensé Alors

Ici encore la « crainte » me semble mal fondée. Un marxiste ne saurait prétendre connaissance conceptuelle, des circonstances est nécesqu'une historique scientifique, saire pour percevoir la valeur artistique d'une oeuvre. Loin d'être « mortes à l'histoire », les oeuvres d'art sont parfois les 'moyens uniques (mais efficaces) pour réssus^ — celle des citer une civilisation autrement celles des précoinconnue, Etrusques, lombiens. Nous sentons devant elles, bien que sans pouvoir le contrôler par la science, par l'histoire événementielle, que le reflet qu'elles nous en donnent est authentique, d'autant plus authentique qu'elles sont plus belles. Nous n'attendons pas d'Aragon, qu'il se mue en théopas plus que d'Eisenstein, ricien. Ce qui nous réjouit, c'est de les voir tirer de leur pratique, à la lumière de la théorie générale qui est la leur comme la nôtre, quelque chose dont les autres créateurs sont incapables, une analyse consciente de leur création. Qui d'autre qu'eux dans les Poètes appelle « ce voyage de l'esprit que personne peut décrire ce qu'Aragon après moi ne fera plus s'en tenant à ce que la plume a laissé sur le papier bleui cette pauvreté du signe comme une abréviation ce que d'une de la chose signifiée lettre après tout sait un buvard » ? sommaires du Bel Canto, mais dans la ligne des textes Dépassant les indications son intervention au IIe Congrès des écrivains soviétiques et la qui comprennent préface aux Yeux d'Eisa, Aragon se soucie dans les Poètes de filmer en quelque sorte cet art verbal qui à partir de la « grande nuit des mots » débouche sur la clarté (et non sur l'obscurité d'une prétendue poésie pure). Le premier aspect que révèlent les « aveux » du poète, c'est pourtant le caractère spontané de la création verbale, où le matériau, en l'occurrence le mot, paraît
2. Au vrai, Aragon vise ici la grande querelle ouverte depuis un an en Union soviétique sur les rapports de la science et de la littérature. Le lecteur pourra se documenter avec l'article instructif son (dans de Korneli Zelinski OEuvres et ambiguïté dans de mars même) opinions 1961. L'analyse que tente Aragon de sa création vise aussi à prouver le caractère artisanal et singulier de l'art.

11,8 choisi une vient pour lui-même. certaine mesure de comme Comme l'or

CHRONIQUE

LITTERAIRE

entrailles

et l'argent dont Marx nous dit qu' « ils sont dans extrait des native dans sa pureté de la lumière que l'homme il lui ou plutôt de son système la terre audio-vocal, », le poète extrait à lui : des mots qui s'imposent d'un volcan en éruption Une de plénitude syllabe de sens une variation de revient et se gorge qui dans les lèvres d'abord infime moins odeur si musique entrebâillées pas un

encore

on dirait que recèle goût animée une vivante mûre sa pulpe Mon On cette et

soudain mot une part de ce mot qu'un dans de fruit de ce mot un goût profond cette reverdie...

lai langue avec le noyau joue. Dieu est ce mai des mots ce retour quel à ce jeu de gagner retrouvé cette et fait non point pile le réévaluation d'un

dirait

angoisse à tout un sens tragique de mort. Retenons gratuit. le mot Poésie déjà que ce jeu

mais on l'entend jeu comme de toute chose par le jeu qui donne de vie ou ou face toujours question

a,

dès

a Aragon est premier

41 et reprise été la sienne que jusqu'en 1923). Le poète a dès l'enfance à l'égard Qui Me me rendra rendra le sens du du

depuis longtemps à l'idée dans (par exemple où dans les Yeux d'Eisa, du

une signification, principe, idéaliste la conception rejeté la il lettre relève un

le

n'est de la

nullement poésie où

dans à Joe Bousquet publiée n'a de voir que cette façon véritable émerveillement.

langage oh qui

l'enfance première comme garde cette

mystère chant

la Quand Est neuve Mais le

venue phrase de une paire attitude de tout cet toute

gants sa vie. du monde

poète

Je peux

me

consumer perdrai me

l'enfer

Jamais je ne Du langage Jamais Je parle Comme D'où D'où je ne

émerveillement d'entre les

réveillerai voix le

mots

à haute

si je faisais me vient-il ce goût puéril me viennent les mots que ce plaisir verbal. beau n'en de morose

des vers langage l'essai de ma folie et pervers je lie et délie et monotone

Qu'est-ce que Ce passe-temps Cosmos intérieur

comme aurai

les

mains fini ces

Je n'en ai pas je De ces formations De A sion « ces geysers du

jamais cristaux de

jointes de m'émerveiller précipitations surgies de constater momentanée en qui que de la parole

sens ces eaux dernières » de

des profondeurs

confronter passe-temps en train »

ces deux verbal d'attendre plein

est (il « geyser

il est essentiel citations, ne traduit qu'une impression mots-matériaux Eisa) ; les significations. C'est un

l'expresdu poète fait d'un rien de

intérieur

surgissent affleurement

n'a

CHRONIQUE

LITTERAIRE

119

de vide. Ce n'est pas un jeu où la conscience du poète n'aurait mécanique, mystérieux aucune part : « celui qui parle » n'est pas « dans la persuasion que sa parole est inachevé, genèse » (le Roman p. 81) ; il ne semble y avoir jeu que parce que le poète tourne et retourne le mot comme le sculpteur avant de lui donner vie. Ne l'argile, dit-il pas aux D'abord Et Et Don puis jeunes on voilà gens : des mots pris comme des oeufs font une les jets d'eau ? chaleur vivante

se servait qu'us : ont

dans

la paume

Quichotte

Chaque Elle dit

n'est plus ce qu'elle était mise en branle parole autre chose que ce qu'elle dit, que ce qu'elle disait... le caillou roule et Quand et tombe et rebondit m'échappe Ce n'est point le sens qui meurt mais autre chose qu'il devient. vient donc cette coloration des mots, cette transposition, mots n'y sont sinon du « cosmos

D'où intérieur

si bien Aragon-? Les l'appelle pas des équivalents comme dans la pensée conceptuelle, mais sont modelés comme des matéalgébriques, riaux par la pensée artistique, plastiques qui va du mot au mot! dans un mouvement et en apparence Et finalement ininterrompu capricieux. « Les Une erreur courante mots sont non pas le départ mais l'arrivée ».

», comme

en effet, c'est la dichotomie entre contenu abstraite et forme. Non seulement on confond contenu et sujet, ramenant l'art à la pensée conceptuelle, mais on applique la distinction et l'on voit arbitrairement faite, chronologiquement le contenu un préalable comme et conceptuel. abstrait, Mais -en forme au mot comment se traduit au le matériau, ? Aragon s'en ... et qu'à voici ma stupéfaction en ce siècle et de au mon mot. Aragon, comparant les douleurs du créateur à celles de je constate d'aventures ce siècle mental avoir de au donné le plus clair de mon décisif du cosmos intérieur l'apport cours de ce mouvement de va-et-vient là-dessus très clairement : ? Qu'est-ce dialectique qui du met mot

explique

temps d'écoulements le

de fracas

tragédies passage du mot à -l'image et

plus clair de l'image autre

temps

Dans ï'acrobate,

un dira

passage encore : faut dire

Il et

n'est pourtant que le rétablissement le mot et l'image Qu'on s'y perd et que ces bracelets de cuir dissimulent

pas

toujours

facile

entre

l'image

des douleurs

qui

vous

sont incom-

préhensibles. En termes mot, c'est l'image. philosophiques, une des deux façons dont le monde extérieur se reflète est, avec le concept, l'image dans la conscience. le terme est équivoque le mot reflet, en Mais, comme d'image Non seulement il est trop îa immédiate français. près de la connaissance qu'est Ainsi, moule <ù se modèle le le

Dans son Discours à la première personne (n° 8). Pierre Reverdy a écrit en 1927 (Le Gant de airi) : « Le propre de Himage forte est d'être issue du rapprochement spontané de deux réalités très" distantes dont l'esprit seul a saisi les rapports ». . Et il ajoute : Où donc ai-je vu déjà se produire une telle métamorphose C'était une jeune femme et non pas un vieux carnassier comme moi Un immeublé neuf au vingtième siècle une histoire de tant par mois Dans la décomposition des roses Qu'est-ce qu'il me prend de Pathmos à tourner vers la Porte d'Orléans Mes yeux nocturnes traversant au loin lés espaces anachroniques. C'était voir dans l'image d'une espèce différente de la généralisation une forme de pensée 1 une généralisation. D'autre part. diffus de tique. et je lis cette strophe : 3). mais également Aragon supérieure conceptuelle. pages qui sont un magnifique dialectique. témoignage poète se compare à saint Jean à Patmos. dans Eisa entre dans le poème (n° question du radar poésie. la conscience. dynamique et centrale. De cette image « forte ». Parlant de l'image poétique. mais il n'a aucune valeur dynamique. il est. mais qui se trouve aussi dans Roses à crédit. Dans les pages d'analyse où il montre à Eisa la « trame du le de rationalisme chant ». est acte. non seulement liée au radar dans le discours de Saint-Denis. à crédit où Martine trahie devant l'homme qu'elle aime se change en chauve-souris battant les murs de 1a chambre les parois de son malheur. « oiseau prisonnier centrale : affective. de la pensée à mes yeux Tout ce qui cherche à résumer l'acheminement intérieurs prend soudain lumière de mensonge et les voies de l'idée en moi toutes précaires à expliquer où je déborde ce carrefour aveuglant où je me dis c'est là Si par delà ces explications parcellaires je ne découvre pas en le terme commun à moi l'élément une autre sorte d'image organisateur secret où la plusieurs images qui ne sera pas formulé une espèce de miroir lumière se réfracte et change de nature. Dans le contenu total. le poète se compare à saint Jean à Pathmos. Eclaboussé du chant de la mer à la roué Je vis comme un marin dans l'écume des proues des vers plus forts que les baisers Je vais formant Revenant alors sur ce dernier poème où il veut insérer huit vers. Voici d'abord les éléments. marxiste à la simple perception. Réinventant le jour dans les vagues brisées. elle est un élément organisateur qui fait du reflet une création.. l'image organisatrice. nous l'avons dit. Aragon se demande quelle a pu être l'image-carrefour. Il la trouve dans la chauve-souris. Aragon donne un exemple pris sur le vif de sa création : celle de la chauve-souris. « arrivé par la mer ». « oiseau prisonnier de son malheur qui se débat aux barreaux incompréhensibles de sa cage et s'y déchire à plaisir les ailes ». processus. oeuvre d'Eisa encore : et par deux fois dans tes écrits la chauve-souris s'est levée et je voyais d'abord cette scène effrayante de Roses. comme nous T'entendons. « arrivé par la mer ». éclaire ce processus..120 CHRONIQUE LITTERAIRE artisOr l'image connaissance sensorielle.

Rien ne peut rem- . un départ de vers comme « ce que j'écris ressemble au calcul » « ne fera jamais un vers » .. Raisons n'admet : le vers compté (on se pas toutes les expressions techniques : voici un vers alexandrin de treize pieds . de la et par le de Cheval Samo- à expliquer Aragon . du poème. Maïs aucun possède-t-on parfois ne nous a renseignés sur tous les cheminements non-écrits de sa pensée. le mot drin en diérèse est impossible « échiquier » prononcé pendant que tu y es » . La raison esthétique. entre ces navires grecs et le débarqueMais tout à la fin. Aragon il s'analyse) (il se détriple quand d'ailleurs intervient alors. de la correcou plus souvent le travail postérieur tion stylistique. perd qui mais nous voilà bien loin du sur- des deux dans le poème dont nous avons interpoler ici essayer de classer seulement lecture de ces pages éclairantes. réalisme. Exigence « il ou l'autre des moi l'un ce que signifient entendra pour n'y a que moi pour mots » . Sur de nous ce travail. J'en retiendrai trois : les raisons techniques. sur cette dernière aussi.CHRONIQUE Mais LITTERAIRE est double. tout qu'elle poupe Victoire : le torrent je découvre il semble du je dirai remontant vient strophes plus haut je vis comme un marin souterrainemént qui Je verrais ment de saint Aragon Martine Sans va aussi surgir un en comme point cette comparaison Louvre mais de trois innocente et caetera par quoi moi la statue de guerre au s'engendre milieu de l'Archipel.. tout caractère dans cette élaboration dynamique. dire en des « choses de nature ».. pourrait-il qu'un espérer le même résultat ? Encore avant les brouillons successifs d'un auteur. Je voudrais de clarté. des navires lien. Bien entendu. n'oublions une ? Jean encore Reste Et pas que de fois à Eisa. que l'écrivain le dise il y a ici confirmation de la éclatante lui-même. de la composition C'est ce que révèle l'analyse qu'Aragon placer la veut étape de la se dédouble n'a pas manqué création. voici le mot « branrappelle Prométhée) de l'alexancher » qui « entraîne à des mot£ qui n'entrent pas dans le cadre étroit « Véchiquillier » . et remplacer car « c'était étaient dans ma pensée qu'elles équivoque. pas de rim)e en français de clarté : écrire « Je branche qui je veux » n'est pas se faire comprendre. ne possédant texte achevé. le cas est exceptionnel où le créateur consent à « abattre son jeu » ou plutôt à reconstituer tout les démarches de la partie a jouée. dont Aragon le papier ne garde que des jalons. « je les prends je les lève » est parlant ces pièces » .. Comment qu'il autre que lui. tique. car pas reconnu Martine à Pathmos dans le discours de 121 le lien n'aviez-vous l'Evangéliste Et roux thrace. en posfc-scriptum à son analyse. l'exigence l'élimination du banal. dans Roses à crédit. le mot chiffre ne peut être laissé en fin de vers car « il n'a ». Ici l'écrivain renseigner en inventeur et critique. bien que ténu. théorie de l'image et du processus dans la création artisorganisatrice imaginatoire Aux antipodes de l'exercice surréaliste de l'imagination.. les raisons du choix. strophes supplémentaires parlé. l'apparition. Jean à Pathmos. découvrira vient scène de directement de la même que la Victoire d'Eisa.. de remarquer d'abord ne me saint Jean à la on passe à l'Apocalypse.

tend à mettre le critique dans son jeu. est un juge de soi-même. Dira-t-on qu'il justifie les commentateurs.. au poète lui-même. comment n'aurait-il Quant pas bonne conscience. par des poèmes qui resteront comme d'admirables réussites ? Aussi a-t-il raison de proclamer : « J'ai barre par les mots sur la réalité ». sachant et sans doute lourdequ'il illustre toute cette analyse que nous avons patiemment. et il y revient ici . Le créateur certain humour. et déjà l'auteur. qu'il leur permet les rapprochements les plus surprenants. enfin du banal et du superflu : répétitions inutiles (« ce qui deux Elimination fois se dit insulte au lendemain ») . pour l'écrivain en général. Résumons avec ces paroles de l'auteur qui se peint poUr leur désade la sono- 1 ajustant à des rimes choisies le mouvement de mon esprit les rejetant des raisons diverses comme leur emploi trop récent dans le poème ressemblance avec d'autres chansons ou la banalité ou ce sentiment d'un mot trop voyant ou l'insuffisance gréable de la simple répétition satisfaisant de langue à offrir dans son vocabulaire un rapprochement rités similaires. ces vers-ci quand on arrive où la rime est d'usage d'autobus quand il sonne complet J'y fais le geste du conducteur Que cela rime ou non l'écho n'en revient qu'avec un sacré retard. La Je ne compare pas les chosesi Je démens Leurs rapports d'autres lois de nature J'établis J'ouvre sans la toucher la porte et m'aventure Qù rien n'obéit plus qu'à mon commandement.122 CHRONIQUE LITTERAIRE « je veux dire qu'ils ne sont que la. Il faudrait souligner dans ce travail. raison critique prend donc de plus en plus de droits à mesure que l'on de la création. et conLa poésie a des domaines divers qu'il faut savoir reconnaître naître et cela suppose de la part de qui la juge au moins un certain degré de science acquise et ce n'est point de façon nécessaire le partage de tous ceux qui savent lire et écrire. ment retracée. s'éloigne du moment privilégié par un clin d'oeil. il va même jusqu'à s'apprécier Ainsi Aragon parlant de ses vers de dix-huit pieds : avec un . dans cette autocritique permanente l'importance de la culture. qualifiés de byzantins par les ignorants ? Il donne en tout cas bonne conscience dansi leur métier aux historiens des littératures. Depuis les Chroniques du bel canto Aragon n'a cessé de marquer la nécessité de la culture pour le poète.. . par « je prends les mots » n'est pas clair car donnée ». banalités comme celles relevées dans Prométhée : Nu comme un x en chair sur le front de l'Elbrouz Saint-Antoine Rien de cela n'est possible ni cet ixe du Faubourg Pour villa de banlieue Ni ce zède sans féminité qui peut tout au plus faire du zèle sur la pelouse MaÏ9 qu'écarte ta xénophobie ô vers français.

000). employés pour un chiffre 146.000 et 300. U.LES TRAVAUX ET LES JOURS • la concentration est de EN REPUBLIQUE FEDERALE ALLEMANDE.000 personnes.G. General Electric et YUnilever chacune.2 milliards de D. collaborateur G. Mais les chiffres réels sont sûrement note la revue Analyses supérieurs. de l'Allemagne l'analyse politique a rédigée pour ce numéro même fédérale que notre de La Pensée. ces cent sociétés du grand capitalisme sentent 0. Mais ces 0. Badia Pour • A TITRE DE COMPARAISON.000 d'affaires qui a progressé de près de 9 % sur le chiffre de 1958. (E. de chiffre d'affaires. allemand repréD'après Les Echos. est considédont le chiffre d'affaires oil (Etats-Unis) Quant à la Standard elle n'emploie de dollars.000 d'affaires . ont.04 % du nombre total des sociétés industrielles de l'Allemagne fédérale. la General 557.E. Son chiffre d'affaires s'élève à 11.000) et Krupp (106. puisqu'il que approche Ford personnes. £t Documents loi n'oblige les firmes à four(n° 9). distançant A. emploient. aisément Ces approximations Elles font comprendre suffisent cependant. au budget français ! Son chiffre d'affaires est donc presque équivalent entre la taille des géants du nous en sommes aux comparaisons Puisque la monde Deutsch-Shell sachez que la Royal (Grande-Bretagne).000 millions rable. de 5356 millions (Etats-Unis) de dollars a 160.233 millions de dollars pour 1959. capitaliste. qui fait observer qu'aucune nir les renseignements économiques indispensables pour établir des statistiques «xactes. La société la 188.04 % des sociétés réalisent industriel 32 % du chiffre d'affaires fédérale.000 personnes. (Hollande) (Etats-Unis) entre 250. capitaliste plus en plus marquée.000 personnes. de l'Allemagne nous ajoutons les lecteurs curieux de précisions statistiques que ces cent plus grosses firmes font 88. capitarappelons que la plus grosse firme avoue 873 milMotors liste.300.M. sur l'année 1959 montrent Les statistiques portant que les cent plus grosses chiffre industrielles réalisé un firmes ouvriers.) emploie lions de dollars de bénéfices nets. est Siemens qui emploie plus importante (109. de 8.000 seulement. avec leurs 2.

» Ce Charles General Pour Motors). l'amiral ou conseillent etc.V. C'est l'osmose généraux qui se produit des armesociétés industrielles du Pentagone et les grandes qui fabriquent ments. à l'heure de leur deviennent D'une part. Wilson : « Tout ce qui est bon pour la General de la Défense. nommé E. 33d'affaires de chacun des ministres sont précisées.. der Vertiebenen : Union la des Déplacés). pp. E. ont été choisis dans les milieux liés à l'industrie à expliquer le mot admirable de l'un deux. portant Trois des organisations révisioncent cinquante dépendent journaux . à la rigueur. de la Guerre. publié par La nouvelle revue internationale en annexe de l'article de A. dans les mêmes sociétés. en France la vigueur continue officielle et la caution qu'insiste l'auteur de la propaest lui l'étude de 1961.D. espèrent plus tard qui. Les liaisons Forrestal Thomas Gates (i960 — janvier (1947-1948) jusqu'à 1961). que nous avons montrée plus haut et dont le réarmement on sait. dans son de numéro reproduit copieux février-mars de cette extraits à l'imiter. principale organisation.124 LES TRAVAUX ET LES JOURS • aux est observable TRÈS CARACTERISTIQUE D'OSMOSE UN PHÉNOMÈNE entre le corps des officiers Etats-Unis. de l'Aviation. la production ou de ceux qui financent conseillers des producteurs d'armes ne citer quelques Bradley. Les faits cités ont été classés et fort bien présentés par la revue suisse Contacts. La qui de forte de 2 millions est la B. ment. des Ostens : Jeunesse allemande de l'Est) D. ces généraux des marchés : ils vendent des armes avec les services de l'armée pour conclure à leurs anciens trouver un à leur subalternes. étude Notre dans confrère son a déjà Europe numéro d'Avril. que Me Narney. où les trusts ont la puissance comme s'accélère. Une autre (Bund organisation. C'est ainsi. 150. emploi Mais on observe d'autre de rares exceptions part qu'à près tous les ministres de la Défense. Leonidov remarquer intermédiaires nationale d'avril sont de parfaits et amiraux 1961. se reporter au tableau plus de précisions. que les Ministres de la Marine. ministre de guerre (ce qui suffirait Ch. La de la question nous incite gravité On méconnaît trop souvent irrédentiste en Allemagne fédérale gande sur ces deux C'est donnée. retraite. Ridgway. tour. Clay. pour Lucius noms très connus. ou. Jugend groupe (Deutsche l'uniforme. Wilson a été président de la Motors est bon pour le pays.000 membres. depuis James 36). Mac Arthur.J. voici diverses sur la propagande de revanche précisions qui y sévit. d'adhérents. des sociétés d'armeque Omar de guerre (les exceptions sont fort rares). « POUR REVENIR A L'ALLEMAGNE FÉDÉRALE. Comme le fait dans La nouvelle revue interA. caractéristiques publiée par Contacts. Leonidov (n° d'avril. président Radford. que leurs adjoints.O. tous les généraux des Etats-Majors actionnaires membres des conseils d'administrations.

en ce qui concerne fait historique. Dùsseldorf. objectif de masse. par les organisations fois ment Le gouvernement mais spectaculairement officialisée.. ne permettent d'avoir une idée guère essentielle le congrès fédéral des i960.000 place parleurs quelques qui n'avaient pas trouvé dans la salle où s'entassaient 20.. c'est le fameux qui représentait fait déjà en 1958 à la « Journée il l'avait comme fédéral. en i960. succinctes et rares. à l'Allemagne du rattachement en parlant personnes » conscient. Un ministre ou un autre le des rage ainsi un . et politique la guerre l'ancien état de fait que rétablir Malheureusement cela n'a été pos» Malheureusement.. a rassemblé Allemands se 360. gouvernement de « la nazi avait parlé.000 Allemands manifestaient sous le Que. En 1958.000 disant des Sudètes ? originaires à Bochum. 80. qui éditent.000 les cris d'enthousiasme Ehrard lui-même suscite on de la Haute-Sibérie. Inquiet. au début de la quer Dantzig deuxième le corridor a fait retour à l'Allemagne. Allemands des Sudètes ». Ainsi.LES TRAVAUX ET LES JOURS 125 nistes. mot d'ordre : « Pommern uns » (La Poménarie nous appartient) ? gehôrt Et que. démocratique est toujours : ce Mitteldeutschland centrale ». juridique. ans seulement. n'a 9 CES DÉMONSTRATIONS est la question qu'à propos journal anglais le vice-chancelier DE SURETE ? Telle SONT-ELLES DES SOUPAPES se posait le de Diisseldorf de cette manifestation : « Cependant il répondait quand Daily Telegraph. par hautaux manifestants 40. mondiale. une des plus puissantes à est le Congrès des transférés de Haute-Silésie. c'est-à-dire appelée Allemagne — la Silésie étant. l'Allemagne de l'Est. parfois les cartes de géographie doivent sans cesse rappeler les territoires à qui Dans leur la République allemande terminologie.. y assiste et harangue Seebohm à Munich. guerre polonais On peut penser ce qu'on veut des injustices commises dans cette guerre . cet ancien représenté.000 membres de l'organisation plus tard. qu'en réuni des Sudètes. Sait-on. polonaise Mais l'activité tions de masse. reconquérir. Allemands de ces organisations consiste dans les manifestaen France. de Prusse occidentale des transférés à Munster se réunissaient revendipour ? Leur journal alors : « Comme écrivait on sait.000 personnes. par exemple. ce territoire. presse quotidienne. quelques semaines 20. La République C'est l'aspect de l'arjQeà disposer mande une armée et aspire fiévreusement qui se refait et le soutien ment atomique que l'on sait 1) complicités (avec les incroyables fixe à son réarmement. un peu plus de cinq sible que pendant manifestations annuelles Comme on s'en doute. à Munich. de leur importance. organisées des manifestations Il faut savoir en effet que chacune tolérée par le gouverneest non seulement révisionnistes. ne peut s'empêcher d'y voir un acte politique fédérale allede la question le plus sérieux. pour eux. Ce sont ces organisations et placardent en affiches. les mêmes jours.. final Le meeting était retransmis les 27 et 28 août. y est chaque les foules. La les informations. de 60. L'été il s'est Tenu dernier.. les 5 et 6 juin. y fait parfois mais allusion.

avait orientale. Une partie de cette communication est consacrée à la composition sociale qui extrême l'origiexpriment accorde à la qu'il . de Bochum saluée par un poméranienne von avait officiellement son ministre d'Adenauer. le 14 février sur le thème suivant : s'est tenu en l'Hôtel dernier. espérer que la paix et la liberté beau pays natal — La Prusse votre que vous sera restitué seront restituées Autrement dit : quand la paix et la liberté Prusse orientale. le guesplus encore que les militants blanquistes. à la manifestation Prusse foules. A Dusseldorf. Adenauer. » On voit qu'il les buts nettement indiquait d'une éventuelle allemande et la préparation . restons fidèlement de la paix et de de nos auprès seront restituées au monde. comme ils se tiennent alliés. nous reviendra. au monde.) Willard dans sa communication et peut-être Claude montre qu'autant allemanistes ou anarchistes. Mais il se distingue nettement par.128 LES TRAVAUX ET LES JOURS de vient de l'Est » et des « loups et autres animaux qui ont pénétré qui^nous l'Est et qu'il faut abattre. du a -consisté une dans mécaniste du souvent guesdisme interprétation marxisme. télégramme qui délégué ' Mierkatz. à la question mande. trait de l'équité. Souvent il mène une vie périlleuse. notamment par l'importance théorie et par la cohésion de sa doctrine. les misères des autres socialistes révolutionnaires par divers traits nalité du guesdisme. autodidacte. récent. la faiblesse Mais. La veille. tenait à déclarer aux manifestants : « En tant que représenLequel tants d'une partie de l'Allemagne. le chancelier les en personne. employées le contexte la promesse par international finale. la des formules parcouru de son discours. fondamentale ayant et par là. car ils sont enragés » ! la réunion était L'été dernier. » orientale. du xixe siècle. Le lendemain. s'engage accablée et les persécutions. — inévitable dans et leur ambiguïté ambiguïté — ne font que rendre d'aujourd'hui plus menaçante • CONTRIBUTION AU PORTRAIT DU MILITANT GUESDISTE : Tel est le sujet Claude traité collaborateur lors d'un Willard. diste totalement. une impressionnante retraite aux flambeaux en conclusion les rues de la ville. auprès La lourdeur coup. Adenauer. du même le Chancelier sur le terrain de ces valeurs. qui harangua le samedi soir. La vulgarisation en fit inclinait au schématisme et manifesqu'il tait une méconnaissance des conditions à la France et des modispécifiques fications Le avait subis depuis avait que le capitalisme rédigé que Marx Capital. (Ce colloque Le militant dans la seconde. et solidement la liberté et si nous nous tenons fidèlement de nous. : « vous incarnez même une cause non seulement allemais européenne. qui colloque par notre de Rohan. l'équité) guerre (l'unité poli de cette guerre tique (cause européenne). cette phrase où chaque mot est pesé : « Si nous prononçait c'est sur le terrain et fortement nous pouvons et par cela même. ajoute l'historien. de la paix du monde. au plus vite. moitié ouvrier français était d'histoire français organisé par l'Institut sociale. vous incarnez la cause de toute la nation » Il ajoutait allemande. les 9 et 10 juillet de des transférés i960.

. rue Taitbout. 22 tiennent « à base essentiellement à Ainsi le parti possède. à l'intérieur la répartition. de présente dans le Nord. On sait aussi l'échelon une direction petite-bourgeoise dans la hiérarchie du parti. pour avoir noudes éléments sont à même d'apporter approché personnellement Jaurès. ». d'ailleurs ! Le fait Là-dessus. Paris (IXa). 1895. par exemple. malaisé. tandis que des régions aux structures disme un terreau favorable. indispensable leur parti et ne sont-ils de ces militants pas les précurseurs qu'on appellera » ? Ce qui n'empêche eut tendance plus tard les permanents que la solution dans quelques cas à devenir une véritable institution et a confiné au parfois népotisme. guesdiste local et régional. dit Claude essentiellement. ont constitué le guespour du Parti lyser forte allant dans la période documents d'archives. prolétarienne. Yvonne veaux sur son activité à Madame ou sa personne. telle qu'on peut l'anaL'auteur a constaté à que les régions comme le Nord. Au surplus ont souvent électifs. ou bien il prenait par la municipalité qui venait un petit estaminet. n'ont-ils se demande un chaînon l'auteur. En définitive « ces cabaretiers. de faire savoir demande nous D'ÉTUDES JAURÊSIENNES de recueillir des personnes les témoignages qui. dans le Nord. « Chiffre » un estaminet.LES TRAVAUX ouvrier. municipaux. . sur et que celle des intellectuels croissait cadres ouvriers s'abaissait huit intelon comptait les quatorze élus sur un programme guesdite. mais révélateur. record. poursuit par le nombre important de militants ou ouvriers de guesdistes qui. S'adresser Régnier• LA SOCIÉTÉ a entrepris qu'elle Jaurès. la proportion des mesure s'élevait qu'on qu'à : en 1898. Le militant chassé de son emploi était tout naturellement recruté ouvrière d'être élue . 72. encore fortela Région comme lui ment furent d'un accès plus artisanales. étaient employés mairie ou encore cabaretiers. députés lectuels et seulement deux anciens ouvriers. s'explique par la répression patronale. a-'t-on assez daubé. moins facilement gagnés au guesdisme que les métallurgistes? le rapporteur.. les mineurs particularités. Willard. les d'après concentration ET LES JOURS 127 de 1890 à 1900. pourquoi. parisienne. qui n'a cessé d'être féroce. Mais de la classe ouvrière. ces employés municipaux. certes. postes ces hommes les villes A de souche du Nord ouvrière mais qui cessaient d'être ouvriers la direction du parti et les monopolisé On est dans sur 36 conseillers en Roubaix.. frappé également. curieuses ont-ils été Ainsi. industrielle. dans pas constitué.

la puissance des forces de paix dans le monde révolutionnaire rend désormais les guerres évitables et la coexistence nécessaire. Pollitt. économiques. l'exemple la difficulté sont autant une stratégie commune de facsocialistes. Harry auquel est rendu à la rédaction de Marxism hommage (août). Pollitt avait su part qu'elle prend qui la frappe.LES REVUES Marxism Today. communiste de Grande-Bretagne est en deuil d'un de ses plus le grand militant vaillants un juste lutteurs. Celui-ci n'est effectivepérialisme ment Dutt nous en donne un et R. dans un article rédigé à l'occasion du Parti communiste les thèses qui gramme britannique. et notre revue exprime Today la au deuil Les idées que H. lence et selon des formes propres résider dans la lutte doit donc désormais contre l'imL'effort principal et geôlier fauteur de guerre des peuples. en une suite de commentaires fait le tour de l'actualité dans les mordants. les aspirations nationales. moins pesants Les articles eux-mêmes sont désormais et abstrus. époque n'est plus celle de l'impérialisme au socialisme . d'y constituer les antagonismes la concurrence des pays américaine. et la politique répandre qu'il avait défendue se trouve exposée en termes clairs et précis par James Klugdu dixième anniversaire du promann qui. Palme plus triomphant. d'imposer teurs d'affaiblissement et de dislocation. le passage qui ne supprime à la vioest désormais au socialisme possible dans certains pays sans recours à chacun d'eux. depuis l'économie la musique en politique jusqu'à : voilà une forme excellente de critique passant par le roman et la télévision est plus vivante et plus concrète. (septembre) du Commonwealth en analysant la situation actuelle isigriificiatiiË exemple : les représentants des conférence de ses premiers ministres après la dernière peuples de couleur s'y trouvent déjà à égalité avec ceux des peuples de race blanche en attendant la majorité . Nous sommes heureux de constater dans les livraisons de ces six derniers mois un effort considérable numéro d'amélioration et d'allégement. plus variés. développe (octobre) deux mois plus tard par la conférence de Moscou : notre seront reprises mais celle du passage triomphant. Mais contrairement à la légende qu'il s'efforce d'accréditer. plus convaincante qu'elle moins longs. ce pacifique ni la lutte des classes ni la lutte pour la paix . le cas du Nigeria dont Idris Cox (décembre) Le Parti . Chaque s'ouvre maintenant sur un éditorial de conception originale qui. Londres (juillet-décembre i960).' le gouvernement « généreusement » conservateur n'octroie et forcé par la lutte tenace des peuples colol'indépendance que contraint comme en témoigne nous niaux. d'autant marxiste. idéologique domaines les plus divers. continuent à vivre avec une vigueur accrue.

qu'elle par les britannique manoeuvres des dirigeants syndicaux de droite autant que par celles du patrola lutte et démocratiser nat. il s'est prode se conformer aux décisions adoptées par l'instance suprême. juillet). le Congrès a confirmé il a affirmé le devoir pour le groupe parlementaire des moyens de production.T. fait remarquer (août). R. D. Ces préparatifs de guerre Bretagne développe à juste titre les peuples libérés du joug colonial : ils ne peuvent inquiètent éviter de comparer l'aide liée à des conditions redoutables économique que les puissances occidentales avec l'aide désintéressée et construcproposent qui leur est accordée par les Etats socialistes (Jack Woddis. les forces de gauche. Ils dénoncent moins coûteuses le contrôle absolu qu'exercent les militaires sur leur utilisation. l'impéà l'Afrique. deviendront rapidement et plus efficaces encore. intensifier l'appareil des trade-unions. le danger dénoncer constitue la course aux armements effroyable que nucléaires. est d'ailleurs de la lutte économique Un tel combat propreinséparable en fait être considérablement ment dite. Mann éclaire britannique utilement sur les plans de stratégie nucléaire (novembre) que la Grandeà partir de ses bases du Kenya. rialisme se cramponne nous B.N. Campbell. août). en effet. elle américain. Cette politique orientée à la guerre n'est pas le seul vers la préparation fait des ministres conservateurs. y compris les communistes. novembre). sur le plan économique mais aussi sur le plan militaire. et financier.A. De telles armes. disent les auteurs.LES REVUES retrace les combats 129 obstinés et nous décrit les perspectives. vaines les illusions d'une limitation d'un conflit ou d'une protection quelconque des populations. anglais renoncé il n'en demeure pas moins que quinze mild'adhérents. n'a pas nucléaire unilatéral. et pour faire respecter les décisions pour autant toutes il faudra des masses groupant susciter un large mouvement Congrès. Mais l'aile droite noncé pour un désarmement du à sa politique. Non seulement. est pourtant bien soit freinée remarquable. Il faut entraîner les masses contre l'exploitation . Goodwin le syndicalisme Dennis Si. son attachement au principe de la socialisation lytes. groupe huit millions La combativité de la classe ouvrière lions de salariés ne sont pas syndiqués. (Sam Rus— Pourtant aux Etats-Unis mêmes des voix se font entendre pour sell. Le grand savant J. Bernai de (décembre) analyse une brochure Harrison Brown et James Real qui décrit l'effet d'une bombe de dix mégatonnes sur Los Angeles. Il faut. Inspirée par l'impérialisme trouve un appui solide auprès des dirigeants travaillistes de droite et de leur chef Gaïtskell qui semble avoir lié son sort à celui de l'O. leur tive La politique intérieure se trouve dominée par deux faits : l'opiniâtreté droite du Parti travailliste dans l'opportunisme avec laquelle l'aile s'obstine et la collaboration avec le grand capital (J. et l'échec septembre) du parti au Congrès de Scarboretentissant que lui a infligé la base ouvrière et de ses acoMalgré les efforts de Gaitskell rough (John Mahon. dont les bases pourraient élargies. en dépit d'eux et contre eux. R. américains à échappant toute ingérence du pouvoir enfin à quel point Ils montrent sont politique.

A partir de faits précis. Falber. gnotés par entre gens du même bord. à mesure que les pouvoirs où force accrue dans les ministères une avec s'exercent l'Exécutif. par les transformations nécessaires du centre de Londres et de la plupart des agglomérations urbaines en effet. étrangère. Arnold Kettle déclare n'a aucunement que le Parti communiste britannique l'intention de se livrer elle à des attaques contre et que sa systématiques vise au rassemblement de toutes les bonnes volontés unies pour la politique défense de la paix et du progrès social. de l'Etat. Irwin Ross (juillet) nous démontre subsistera tant qu'on n'aura à la que l'impasse pas mis un frein le terrain et pratiqué une politique socialiste des spéculation.. Il faut lutter particulet) dépasse largement en défenautomobile lièrement sensibles dans l'industrie (Jack Moody.. selon une étude circonstanciée capitaliste contre les licenciements 100 %. sont insensiblement du Parlement grilistes qui. Irwin sur ce problème Ross. municipalisé Michael Cohen (octobre). sans cesse au mythe de la neutralité s'attaquer de pression des groupes capitaexcellente dissèque l'activité analyse (juillet). timorée des édiles travaillistes à l'égard des intérêts commerciaux a de surcroît des résultats désastreux. l'on se retrouve ce tableau Pour compléter indiquons que la Grande-Bretagne politique.130 LES REVUES Burns d'Emile (juildont le taux. a été vigoureuse dans la campagne gène et assez inorganisé pour le désarmement rente et la défense des peuples coloniaux. octobre) et en refusant les compromis dant le droit au travail (Les Burt. il pense même que le tableau (décembre) présenté par Kettle est déjà dépassé. avec cet idéalisme moralisant à l'Angleterre. aborder. Mais. les problèmes et culturels nous est offerte politiques Les difficultés soulevées devenues par l'urbanisme. décembre). il est possible dès maintenant loyers. Il est bien évident des monstrueuse que l'extension « conurbations » rend caduque leur division en de multiples munigrandes La' transition entre . efficace. pour devenir est d'abord Mais la bataille politique dans une R. que cette jeunesse de gauche se politise rapidement et que des contacts avec eNe sont déjà possibles et fructueux. Un autre problème non moins urgent se trouve directement lié à ceux : c'est celui de la réorganisation administrative que nous venons d'évoquer de la Grande-Bretagne. et elle doit. et anarchisante. capitaliste. Les problèmes sociolopour les questions mais des influences américaines s'exercent sur sa façon de les giques l'attirent. Son attitude est assez négative à l'égard de la lutte des classes et de l'Union et elle incline au neutralisme en politique soviétique. objecte de parvenir à des réalisations à condition de s'appuyer sur un mouvement de masse. revenant abonde dans ce sens . Cette gauche est fort diffénucléaire de celle des années 1930 : elle est à la fois moins éduquée politiquement individualiste et plus démocratique Elle est évidemment par son recrutement. et » petite-bourgeoise sa « nouvelle gauche possède également aujourd'hui définit les traits avec une remarquable dont Arnold Kettle étudiante (octobre) de ce mouvement L'action lucidité peu homoqui s'efforce d'être objective. qui est propre et se passionne surtout culturelles. des questions insolubles en régime L'attitude posent.

LES REVUES

131

et impuissantes. rivales H. Bourne Mais, cipalités remarque pertinemment la question est de savoir si ces grands ensembles administratifs (novembre), seront gouvernés les régionaux par des autorités désignées qui favoriseront intérêts des grandes sociétés spéculatrices ou par des conseils élus sur le plan et local, comme le demande le Parti communiste, entendre régional qui feront les exigences vitales des administrés. Voilà un problème que les Parisiens affrontent et sur lequel nos amis britanniques semblent s'être penégalement chés sérieusement. Il semble à tirer de leur parti que nous ayons intérêt réflexion.

articles retiennent notre attention. Lewis Quelques théoriques John à propos des travaux de Max Weber et Karl Mannheim, réaffirme (septembre), les principes de la théorie marxiste-léniniste de la connaissance et explique avec clarté et précision le caractère de celle-ci ne saurait pourquoi progressif autoriser (juillet), le moindre commentant recours un à l'éclectisme ou à un relativisme récent de Brian Simon, nous ouvrage stérile. R. Bull donne à partir La controverse

concrets une définition marxiste de la liberté. d'exemples continue, enfin, à propos des écrits du jeune Marx, et c'est encore John Lewis basées sur une condamnations (juillet) qui nous met en garde contre certaines mécaniste du matérialisme : il nous rappelle notamment interprétation que « ce n'est pas seulement dans ses premiers écrits que Marx parle de l'influence mais tout au long du Capital... ». capitalisme, Si nous passons au domaine avec un immense nous lisons sociologique, traduit du russe (octobre) sur la famille en régime intérêt l'article de Khârchev franchement certaines imperfections que dénonce soviétique, qui déjà, malgré devient une réalité l'auteur, supérieure grâce à la suppression qualitativement de à la libération morale et matérielle de propriété des rapports capitalistes, à l'intervention de l'Etat quotidiennes, de traréduction enfin de la journée nouveau extrait d'un un important vail. La revue, d'autre part, publie attirent notre attenles auteurs livre de S. et V. Leff (août) ; dans ce chapitre mentales dans le monde moderne redoutable des maladies tion sur l'extension à cette alarmante des moyens mis en oeuvre pour remédier et sur l'insuffisance la femme, à la socialisation des corvées à la dans le domaine de l'éducation, situation. déshumanisante du

s'efforce de dégager une définition assez confus, débat, parfois manifeste Edwin H. Dare (août) d'une socialiste. scepticisme. quelque A l'opposé, Lionel capitaliste pense que même en régime Munby (septembre) l'attention sur le parti qu'il être atteints et il attire certains résultats peuvent universitaire réseau d'enseignement convient de tirer de l'extraordinaire pour Un long culture si le mouvement adultes qui existe en Grande-Bretagne, de façon plus active. Michael Cohen (décembre) pense se garder de tout gauchisme sectaire et, savoir recueillir ouvrier également l'apport y participe faut qu'il considérable

Ï3B

LES REVUES

est inséparable de à la culture ; mais la lutte pour la culture du capitalisme la lutte des classes, et c'est ce que lés idéologues jusqu'à anglais: ont ignoré — Il nous semble utile de rattacher à. cette discussion l'étude Morris. William des « paperextraordinaire que John Prime (décembre): consacre à l'extension de la tradition backs » ou livres de poche qui, révolutionnant britannique très sérieux : il est universitaires vont jusqu'à des ouvrages l'édition, publier Honorablement s'y trouve que la littérature progressiste agréable de constater représentée. l'autre histoterminer deux l'un articles, scientifique, Signalons pour nous rend laisser indifférent. Karl Sacher (novembre) rique, qui ne sauraient de l'homme abonsur l'origine qui confirment compte des travaux soviétiques damment les conceptions formulées par Engels à propos des bonds qualitatifs du milieu et par les nécessités de la corrélation provoqués par l'influence —. A. L. Morton interne. avec une clarté d'exposition (décembre), remarquable étudie à propos de la Révolution dans un problème aussi complexe, anglaise et polidu xviie siècle l'interpénétration des phénomènes dialectiquereligieux saisir l'évolution du concept tiques. Il nous fait en particulier parfaitement calviniste de la prédestination en fonction des qui n'a cessé de se modifier événements et du rapport des forces entre les classes sociales en présence. Il y a dans cet article des considérations sur l'apogée et le déclin de la démocratie protestante une valeur magistrale. qui lui confèrent Paul MEIER

ZeitsGhrift

fur Anglistik

und Amerikanistik,

Berlin-Est

(i960).

Nous voudrions, faute de place,, attirer sommairement l'attention sur l'exn° 4 de cette revue marxiste cellent trimestrielle d'études On y anglaises. trouvera trois copieux articles de haute qualité, écrits tous trois en anglais. Gôsta Langenfelt étudie de quelle manière et dans quel esprit les travailleurs sont décrits dans la littérature antérieure au xvne siècle. Lionel agricoles l'histoire de la Grande-Bretagne, fait ressortir le analysant religieuse croissant du catholicisme. V. Evachova, danger enfin, dans un essai traduit du russe, dégage les grandes tendances de l'esthétique littéraire moderne et insiste sur le fait qu'en dépit des apparences, la bataille du réalisme est encore loin d'être gagnée. Munby, P. MEIER

LES

REVUES

133

vol. II Ergon, Kwartalnik Naukowe, La

(Fascicule Historii Warszawa.

supplémentaire Kultury

au

Materialnej),

2 du vol. Panstwowe

VIII,

i960,

de

Wydawnictwa

de l'Institut revue trimestrielle de la Culture d'Histoire grande matérielle des Sciences publie, de l'Académie un de temps à autre, polonaise dans les grandes occidentales afin de faire .supplément rédigé langues plus les plus importants connaître les résultats de son activité. Un prelargement dans paru en 1958 et signalé *959> P- X15) était consacré aux problèmes Le deuxième cialement en Pologne. volume tales d'histoire avant tout polonaise. rurale, volume, Les mier 83 de la Pensée (janv.-févr. de la révolution industrielle, spéde questions fondamens'occupe le n°

des chroniques rendront les plus spécialistes y trouveront qui leur sur l'organisation des recherches grands services, portant 1945 et anadepuis les plus importants rurale en général, lysant les travaux (histoire paléobotanique, sylviculture, géographie agricole). Les articles les chroniques, ne manqueront qui précèdent pas, d'autre de lecteurs. L'étude du plus étendu des forces productives la première et de ce y occupe développement place de vue la science polonaise se trouve vraiment à l'avant-garde. point (Le très bel article de J. Kolendo sur la moissonneuse en Gaule romaine, antique de nov.-déc. Hisdans Annales i960, avait d'abord paru dans Przeglad publié W. Hensel tome LI, avec des références nous donne plus complètes). toryczny, part, d'intéresser beaucoup en tête du volume un suggestif essai dans de division l'antiquité en quelque façon d'introduction âge, à personne : l'une de J. Wielowiejski sur le développeportance n'échappera à l'époque des contacts avec ment de l'agriculture dans les territoires polonais l'autre sur les origines les civilisations et romaine, de Zofia Podwinska celtique et propagation influences celtiques ralement. Enfin après des un la de la charrue comme de Marta sur plus les territoires apparaît article considérable polonais. ne qu'on Le rôle des génépensait ment de l'agriculture essai qui sert en Pologne du développepériodes et au début du haut Moyen à deux études dont l'imen un nombre

et la culture permanente l'évolution biennal en assolements médiévale, Hongrie aborde un aspect particulier des transformations J. Ochmanski qui ont donné à l'Europe une physionomie orientale au début des temps modernes originale, la réforme au xvi* siècle. Les en Lithuanie et en Ruthénie blanche agraire sont analysés avec et sociaux de la réforme caractères économiques techniques, sur Belényesy et triennal indiscuElle des améliorations la netteté souhaitable. apportait techniques excessif de la terre et à l'introdu morcellement tables grâce à l'élimination triennal Mais en même temps, si elle réparduction de l'assolement régulier. elle les augmentissait les charges des paysans d'une façon plus rationnelle, servitudes. en fin de compte, tait ainsi Elle sensiblement était, que leurs essentiellement réserves des seigneurs à l'avantage féodaux, les revenus. accroissait considérablement dont le développement des

Charles

PARAIN

d'abrutissement. C'est dire indique non s'exprime ligne générale qui manière impas d'une et continue. en raison du jeu de facteurs antagonistes. du côté de la classe opposé. fermement exprimée. pital de ride telle sorte qu'accumulation chesse à un pôle. où affecte une partie de la l'entrepreneur à l'augmentation de ses plus-value de production. ET ECONOMIE contraire engendre. du révisionnisme. et en satisfaisant c'est le phénomène constante l'oppression capitaliste. à retourner un temps parvient pour la situation Mais elle met apparente. Plus la plusmoyens value augmente. augmente plus et enplus augmente production Le capital core la plus-value. peut vérité disparaître n'engendre et n'incite résignation Elle catastrophique. en garde contre les duperies du pade l'interventionnisme cl ternalisme. est une. veut surde la re-_ production reconstitue tion égale et celui où l'entrepreneur simple. Paris. pauvreté. précédé d'une Editions étude d'Henri CLAUDE. C'est une loi. Capital. morale. le capital même ». et qui établit une « corrélation fatale ».obliayant dit que produire gation vivre. centre et se centralise. d'ignorance. mais d'une mapassible nière mouvementée et inégale. Avant de l'énoncer dans Le Marx. gradation d'esclavage. Jois de tendance ». considéré comme une machine. La loi de l'accumulation constate que ce sont les mêmes causes qui du cala force expansive développent de la condition pital et la dégradation ouvrière. telle que Marx l'a définie lui-même. Liée au régime elle ne capitaliste. et le creuse entre une bourgeoisie se confossé se uniquement soucieuse de ses intérêts financiers et un prolétariat de plus en plus « aliéné ».LES LIVRES POLITIQUE Maurice THOREZ : La paupérisation des travailleurs français. Alors que le développement de la puissance de production devrait à l'homme de produire permettre plus en travaillant moins mieux ses besoins. parfois. c'est égale accumude lation de souffrance. Elle rentre dans la catégorie des «. ils affectent quand de penser que le capitalisme peut évoluer ploitation d'une de manière l'homme telle par que l'exl'homme . cette le capital qui empêche de réaliser ses fins inhupleinement cette bataille maines. qui. 1961. Cette de consigne à aucune vision exalte au condu proléqu'elle une de la reproduction élargie. traire tariat la bataille contre bataille qu'avec aucune lui. duit de déau pôle qui pro-. pour toute société qui a étudié le mécanisme paupérisadans le régime des pièces essen- jamais de la inutile de du cafatale entre l'accumulation et l'accumulation de la misère. les moyens d'une producà la production antérieure. la posplus augmente sibilité la d'investir. . est celle tion que le slystème capitaliste La loi de la paupérisation « établit une corrélaqui Il n'est rappeler du taon sans doute que la loi prolétariat est une capitaliste tielles de l'analyse marxiste. sociales.

mouvement s'est accéléré depuis lors. Maurice Dans la et pratique. ne pas misère prolétarienne. nécessaire Il était assurément que et réédices pages fussent regroupées encore autées. A assurée et en irrécusables l'aide d'exemples refoulant les arguments pernicieux de Douglas de Pierre Méndès Dillon. de en donnent une large conLe Henri Claude Ainsi que le souligne dans sa préface. on lit desseins les premiers plus clairement d'une néo-capitaliste qui ses balbutien'en était encore qu'à ments et qui a dû tenter depuis de se doctrine Les réponses à Mendès-France et à constituent les deux Ramadier. qui suivants et qui sont datées chapitres l'une d'août et l'autre d'octobre 1955. On en mesure mieux la la valeur documentaire. l'impérialisme. jourd'hui core. L'extension de la considérable mainmise des monopoles sur la distribution commerciale assez. telles celle de Jeanplus^ récentes. son ultime constitué premier chapitre. étudie la situation de la économique France à cette époque. la bourgeoisie les cherche à persuader amélioratravailleurs que la relative aux tion de leur sort par rapport années de crise a une valeur absolue et &t de continuation. Sur des exemples empruntés . vodans le présent 1957 regroupés fut de porter son analyse sur lume. qui consiste en une supdes emplois d'ouvriers pression qualifiés bien plus que proportionnelle à la création d'éd'emplois techniques les chelons Les enquêtes supérieurs. Nous à avoir sommes nombreux — et à souffrir souffert enparfois core — des sarcasmes et des plaisanteries à la loi adressés déplacées même marxiste de la paupérisation par des hommes qui se disent. une période où l'économie française En de tels moments. rique les évolutions analyser en nous demandant mesure les perspectives quelle ont été ou non confirmées. et parfois se croient. par un article daté du 25 janvier 1955.LES en LIVRES ou • y deviendrait in- 135 d'autres sentiers. Une hâtive relecture du Capital suffirait pourtant à leur montrer le problème combien est grave. deuxième est le texte chapitre du discours de clôture du 27 janvier Central.. pourquoi du capiespérer en un adoucissement talisme et pourquoi persister ? intention révolutionnaire dans une n'admet et plus encore pas que le. était ascendante. Le problème 1955 au Comité de la déqualification professionnelle y est abordé. enFaure et d'autres France. Non frayer seulement nous nous trouvons en présence de la conjoncture et soéconomique ciale de la France à un moment histomais encore nous déterminé. montre. d'Edgar Thorez brisa l'illusion offrait d'optique que le capitalisme aux ouvriers français. firmation. le mérite de Maurice dans les articles de 1955 à Thorez. Entre autres' choses. il souligne l'extension du pouvoir des monopoles et montre que les discours sur la rationalisation des méthodes industrielles et commerciales ne visent qu'à préparer la disdes firmes se révèlent parition qui non aux compétitives par rapport trusts. marxistes. pouvons rieures Le ultédans d'alors disparaîtrait sensible. combien le semble-t-il. Claude Poulain dans le premier numéro des Cahiers du Communisme 1961. Si l'on capitalisme accroissent la phase. portée théorique réfutation des thèses adverses. réfutent les théories réformistes et diverses tencorrigent interprétations dancieuses d'écrits de Marx et d'Enà gels.

vie. et dont le but est de « répondra aux questions de notre fondamentales époque ». dernier est extrait du chapitre d'octobre 1957 des Cahiers Il de montre l'univer- numéro du Communisme. pasà plusieurs mois d. L'essor des idées marxistes en c'est France. lui outre celle nécessairement. il dénonce l'exten» du temps de « para-travail du fait de l'allongement le domicile ouet le drame des . catégories quelques la recherche capitaliste trepreneur et la plus compétente main-d'oeuvre Il accorde la moins onéreuse possible. communisme ? Paris. il l'hystigmatise d'austébourgeois de l'année COGNIOT : Qu'est-ce que le Georges Ed. comme être soulignés. évidemne suffit Maurice Thorez. à établir entre ces besoins objectifs doit satisfaire que la classe ouvrière sa force de pour que se renouvelle et tous les autres besoins.136 la France» à la Grandeà l'Amérique. Cette qu'en » qui est comme la de tous les faits commenl'exsupprimer le capileurs supprimant évocation de quelquesrapide sens essendes idées. Il fait sur sa réalité le bilan une chat 1956. tante l'essor France. 206 p. C'est une pour de l'édition part impormarxiste en sion — surtout des distances entre — vrier et l'usine logements ouvriers il faut saluer pourquoi Comme un heureux événement la nais sance de la nouvelle « Nôtrecollection sotemps ». i960. pour saisir c'est et la portée de la paupérisation. salité de la loi la paupérisation dans le monde et l'accord capitaliste des partis marxistes-léninistes général et son actualité. la sala pression arrache besoins prolétade certains tisfaction : la riens conditionne force satisfaction l'entretien des besoins qui la de toute formule conclusion bien simple. Une . qui apporta baisse du pouvoir d'anouvelle des salaires . Certes.'intersages écrits valle et sur tout çais. (( Notre temps ». faut toute la vie du travailleur qu'il la et non examiner. LES LIVRES lapidaire et de tous exposés taires : « On ne peut ploitation talisme. et qui sont ceux que l'ouvrier satisprécisément fait de moins en moins et parfois ne satisfait Le pas. L'idée d'une thèque encyclopédique accessible aux larges étroitement un réel à la besoin. passages ceux. pas seulement de du salaire ou la condition courbe L'ende salariés. sociales. devraient des sala paupérisation qui étudient et des petits lariés exploiagricoles ou la prolétarisation tants grandiscouches des classes sante de certaines à l'initiative Nous devrons moyennes. ceux travail de travail qui tion conditionnent vraiment l'élévade la vie humaine. toute en évidence ment pas à mettre Bien d'autres sa substance. bibliopetite du marxisme. inou à la Suède. à mon unes de dans le livre contenues tielles. l'auteur Bretagne la nature dique bien que. prétendue redistribution du revenu les national. aisésociales de pouvoir des Editions ment nous référer aux divers passages de ce mince et précieux recueil. intentions sordides du patronat devant les progrès de l'automation. masses et liée à correspondait il existe déjà des plans pocrisie les duperies d'une rité. Maurice BOUVIER-AJAM qui un jettent âge du une vive clarté francapitalisme reque la production Il y a donc une discrimination quiert. lancée par les Editions ciales. coll. que des masses.

127) — en tant que mouvement son est aujourinfluence politique. comme rapproche (p. rien qui ne soit rigoureusement sous-tendu modèle marxistes. conle premier volume. le posait. lecteur ordinaire et en écartant par énoncés théoriques certains conséquent ou philosophiques. prodigieusement chapitre premier condition tion socialiste. cela. de. du livre de Ces risques. classe ouvrière . Mais des les domaines livres qui •question tout en étant des travailleurs riot livres dans ne fassent le tour de manière accessibles ». pleinement que la parce et l'ampleur sûreté de vue théorique conréponse que se posent tant de Français lorsqu'ils envisagent les perspectives conde leurs luttes le pouvoir des monovergentes contre se fera la nécessaire poles : comment transformation tion ? Partant socialiste de la nade trois faits essentiels : constante de la lutte et le travail. Gode tels et d'une pas lorsqu'ils dans un plan systématique de publiC'est cation. la collection combler En voici avec le livre donc. •G. accompagnent texte d'un commentaire des perpétuel docplu6 réussis. du condition révolution communisme tion socialiste. une loincommunisme a cessé d'être taine : « le lointain se anticipation le note l'auteur ». d'hui et déterminante. réalité frannous présente. Les notes en bas de où par page. qui chantent. Cogniot sait à merveille citer le le chiffre. en Cependant.LES LIVRES 137 de l'information s'allient chez l'auteur à un style remarquablement clair et au plus vif sens du concret. 203) aux tâches du présent. comme grande fondamentale « à la masse le dit G. — la période du capitalisme — le socialisme passage du socialisme — la société commuau communisme le parti niste — et enfin communiste de transi— le au socialisme sans lequel toute la marche au communisme serait impossible. réfuter la cafait. A universelle tous égards <( questions époque ». Cogniot. 8). Ce choix s'imEn tant que système social. Rien de froidement dans un tel livre. ne s'inscrivent existent. et à l'échelle politique de deux mondiale. G. en l'espace cents pages — il fallait montrer que toute la matière immense. la nécessaire. qui l'affaila misest la l'aggravation le capital entre blissement sion de la de l'impérialisme. donner lomnie le qui frappent. et que chantait déjà Hésiode (p. un peu abstraits » <( avec les risques que cela comporte <p. sont pas légion jusqu'ici. diffusion C'est des un idées bien des livres marxistes susceptibles de satisfaire les besoins ou la curiosité de toutes sortes de lecteurs dans les plus divers. Cogniot reconnaîtra qu'ils surmontés. il d'aujourd'hui. Cette fresen conclusion le donc que ramène des lendemains lecteur. le lecteur ont été G. chronologique la dialectique Partant du çaise dans leur capitalisme. sacré au communisme. exemple. la rédaction des problèmes et dominer d'un difficiles mettre tel . nisme — apporte une vaincante à la question Le — la révoludu commu- conqui bien que ou économique. dant. enchaînement épouse communisme. la vie culturelle aussi et la pratique théorie du relèvent d'une science communisme du mais dans le langage rigoureuse. cette lacune que vient « Notre temps ». en sont qui exaltées. livre posait car •ordre cerne il fallait une il est bien des la première de notre fondamentales son Avertissement. et cepentrinaire. Le plan de l'ouvrage et logique même du est à la fois r il de par large la doctrine.

pages. Ainsi et » qui transforpour en faire dirigé par la est dénoncée seule seulement le socialisme. avec la domination capitalisme L'anarchie au place la nieux. lisme ciété est achevé. de l'impuis mense essor des forces productives ainsi libérées — « le socialisme est le produit de la » industrie grande — et la kolkhopropriété dans le talistes. sont de grande importance politique. peuple tion des capitalistes. l'intérêt clairement car elles montrent à s'allier les classes moyennes qu'ont en finir avec la classe ouvrière pour : non du capital. la sosocialisme socialiste est née. pay|sans forme moins mûrie de provailleurs. y a « supériorité et de ses du côté de la classe ouvrière alliés et que la bourgeoisie se trouve obligée de céder » (p. période Seulement c'est une lutte dans lasous • la direction du quelle. l'objet gniot souligne repose que le socialisme non sur une. paupérisation l'accroissement liberté. rieuse. tions qui elles LES LIVRES n'ont pas à redouter mais « plus le socialisme meilleures sont les condiêtre à la' faites » (p. Les rapports d'amitié . leurs viennent peuple à bien-être. Cochapitre. concrètement La entier. selon la formule de Lénine. classe ouvrière transformer pour nomie. parti les exploiteurs sont de plus marxiste. par Temps par théoriciens de l'intégration graduelle du socialisme au capitalisme. Son étude fait au Etat l'essence bourgeoise de toutes les thèses Revue socialiste réactionnaire de la colportées. est puissant. mière forme qui joue le rôle pilote. de l'éviction des capide la pouvoir politique servant d'instrument radicalement l'écodu du troisième G. se déploie de plus en plus largement. 65). ouvrière. Ce qui ne petite bourgeoisie évidemment signifie pas que la lutte des classes s'atténue au début de cette : elle se renforce au contraire. ne laisse pas pierre sur pierre de ces » dervivant façades de « socialisme rière lesquelles se dissimule en réalité la et le du marxisme liquidation reniement Dans du socialisme. qui a son origine volontaire des pement) en détail les avanmontre au socialisme tages que le passage à la classe ounon seulement apporte laboà la paysannerie mais vrière. En une trentaine brosse alors la supériorité sur fait le maines. ou de Jules Moch. l'auteur de un tableau saisissant du socialisme écrasante dans dans tous les dola production harmodéveloppement des la le travaildu dedu continu culture bien (p. à ce inévitable sociale. à Esprit en passant les les modernes. Ces pages aux intellectuels. — la chapitre pédu capitalisme riode de transition au — l'auteur socialisme analyse en déde sur l'expérience tail. 35) — mais que reste pas moins ce passage n'en en « bouleversetoute circonstance un ment mera un classe révolutionnaire radicalement l'Etat des travailleurs. en plus isolés tandis que « la création peuvent vivante des masses ».138 classe révolutionnaire jusqu'au démontre bout. mais priété C'est la prestade de développement. la propriété sociale est étaLorsque blie dans toutes les branches de l'école passage du capitanomie nationale. en s'appuyant le deuxième les pays formes variées tous les camp socialiste. Cogniot febvre. Qu'il Led'Henri s'agisse de Serge Mallet. Il le groutra-. mais sur deux formes de : la propriété du sociale propriété résultat de l'expropria-entier. Cogniot que le pasaux mains du prolésage du pouvoir tariat marxiste dirigé par un parti une forme s'il peut prendre pacifique de forces écrasante. G. G. de . 92) zienne.

d'inspi ration est déclenultra-réactionnaire. nous. société commula à s'étendre à niste. la substance nier chapitre de G. parti L'histoire table tariat tel parti. s'agirait qu'il Ces pages de G. ce qui lui permet. pouvoir chez une où. il en montre mie concrète. « De même. Cogniot est particulièrement et opportune. qu'il de grandeur » (p. plaise Simon. conditions matérielles mais ralentie. nomique « les avantages dont à commencent se faire térieur dial ter ment ciété du la dès aujourd'hui à l'indu monsocialiste système » (p. progressif. temps lui prépare un avenir de force. certes. font condes de la démocranationale. dépendance tie et de la paix ? Oui vraiment. présenté « vieillerie de ce der». Cogniot chapitre. Cogniot utopie.LES et LIVRES Et 139 retourne qui tout naturellement à l'action. comme une transition Analysant impétueuse. qui éduque. écrit G. n'en déBref. à l'échelle internationale. Codans son dernier gniot chapitre. dans — la société comle chapitre suivant — de ne le muniste pas présenter communisme « idéal » comme un mais comme le fruit du mouvement réel. trait traitant Ainsi. périence G. Son mûrisdont. 172). là d'une par conséquent. en guerre ne saurait qu'une troupe se passer d'un état-major expérimenté. communiste en général comme une particulier. aux personnalistes à la P. H. d'entr'aide la deviennent règle entre Etats socialistes. Cette manière de traicommunisme bonne. le proléque ne peut triompher de ses ennemis en conquérant le pouvoir d'Etat. peut en montrer les premiers linéaments dans la coopération écopar exemple. comme la est incontestablesurtout dans une sonôtre où l'abîme est sentir entre la réalité immense et présente cet avenir et l'idée tenace. ce n'est pas seulement pour la de l'acier. au pour parvenir « qui accomplira communisme l'humain dans l'homme à chaque étape un seul vité ment apte à fondre des éléments 183) il faut communiste. (( défend muniste et la lil'honneur en même France. de l'U. avec soin l'exen ce nouveau expose alors les et morales de la physiono- et à les conduire à prolétarien la victoire. comme l'écrit le Parti coml'auteur. "que le compéti- le socialisme ne supprime toutes les séquelles du ca- est issu.. dominant de de la fraternité. instrument au service nopoles impérialistes. pas encore de tout l'homme la dans l'emporte le capitalisme. chée contre les partis en politiques et le parti. l'époque offensive grande idéologique. de même il est impossible dans la des classes — dont les condiguerre tions plus compliquées des opérations des armées que — que la classe ouvrière modernes se tire d'affaire et aille à la victoire en d'un l'absence communiste.R. rêver. qui forces.il pitalisme sement même à met nécessairement du jour l'ordre le passage au comnon comme un passage rémunisme. Car.S. mais pour l'épaproduction nouissement socialisme tion avec Pourtant. et qui est appelée tout le genre l'auteur humain.S. parti en un tout l'actidivers du mouve» (p. 189). et peut moins encore le conserver » (p. nir de la classe ouvrière et de toute la nation sans un marxisteparti léniniste de l'inqui relève le drapeau des grands moquel serait l'aveA a fourni sans un la preuve irréfusont celles encore ce passage. mais d'un rêve qui donne vainc. 192). radieux. et de bonheur berté la de . mais non volutionnaire. précieuse Dans le régime du pouvoir personnel.

paraîtra-t-elle Elle un peu superficielle. au besoin par la violence. sont considérés des inadaptacomme tions au conformisme social.S. dres. and the IndiJohn LEWIS : Socialism Lonand Wishart. Souhaitons que le livre de G. et de de la domination se confond pas avec la société. fréquents. compétitif de inséparable « instrument l'Etat de classe » qui ne à la lourdeur. au contraire. modestes. Le socialisme.S. mais c'est la condition de la Lewis majorité insiste de l'épanouissement et John des individus. tons nous lumes velle aussi que donnent les Editions sociales vobientôt d'autres dans la nouqualité temps Lucien ».R. ni dans ni l'abstraction dans métaphysique. construisent sonnalité rage de de les condamner Les perspectives par la marche essentiellement ponsabilité soviétique propre et de les corriger i> ouvertes désormais au communisme sont marquées par la rescroissante de l'individu socialement son forgeant bonheur. que les. ont pour tâche de répsychanalistes duire. et que les questions brûlantes du présent y sont illuminées par la persimmense du communisme.140 comprend. Il ne cherche nullement à dissimuler les phénomènes aberrants des dernières années du gouvernement de Staline. de cette collection « Notre la liberté autrui Certes. Lawrence viduel. nopole et à l'écrasement L'étude de quelques textes d'apolofourgistes du mode de vie américain nit à cet égard des indications très: en particulier les cas de suggestives de plus en plus névrose. Cogniot. construit bilité un monde où entre ceux toute les de disparaît l'individu et incompatiintérêts de la société. Paul MÈIER . Cogniot ait beaucoup Et souhaide lecteurs. est extrême. le style alerte On Après marxiste l'utile rappel de l'individu LES LIVRES de la définition la société. aux dimensions extérieurement de G. SÈVE î'étroitesse de la aboutit fatalement au mode l'individu. Peut-être le mérite et clairs de et notre de 88 pages et sommaire a néanmoins à juste titre sur les immenses possibilités à chacun offertes en U. 1961. d'exploiter est retirée. pective sans que l'exposé verse jamais. l'auteur analyse les traits essentiels du réoù l'individualisme gime bourgeois. à une minorité de privilégiés. de poser en termes simples essentiels un des problèmes celui de l'individu époque. après cette brève et en refertrop sèche analyse. fausse vulgarisation. le régime y a-t-il un autre soviétique reconnaître qui de telles régime que ait eu le couerreurs. demande-t-il mais. cette brochure à certains. on est rappris C'est sa densité que mais Une densité que fait sans cesse échapper confondu tant dé d'avoir choses et appris essentielles. et elle répond maà l'accusation de façon efficace propagande jeure portée par l'énorme libre » anti-communiste du « monde de soi-disant étouffement de la perqui humaine dans les pays le socialisme. pourquoi mant le livre. pertinemment. en régime de la liberté capitaliste et en régime socialiste .

S. préparer de vue pratique tant au point qu'au de vue psychique. a écrit : société autre douteux qu'aucune autant d'énergie dépensé :pour l'instruction de ressources que l'Union Soviétique autant 11 est ait et en consacre un développement spécial aux « modifications en 1958 ». et ravi par ce que i'ai J'ai . Tacltkent. point au travail dans l'intérêt de productif la société. Milton à -l'Université vu. aux Etats-Unis et pédas'est intéressée de expérimentée. SOVIETIQUE Dès la naissance du nouvel les Etat. se sont comportés à l'égard soviétiques dirigeants de l'enseignement avec plus de sérieux que les de n'importe autre dirigeants politiques quel pays.S:S. l'histoire éducation mixte. jusqu'à Le premier chapitre du livre expose duite fants la de Técole russe d'avant écrasée sous le poids de Révolution.été surpris elles sont meilLes crèches sont magnifiques. date à l'enseignement soviéen 1950 une broElle a publié d'insintitulée : Le système en Union Soviépublique et en une deuxième 1956 tique en étude : L'enseignement supérieur de 1959 Union Son livre Soviétique. semblables leures -que j'ai que les institutions eu l'occasion de voir en Amérique. des jardins le fonctionnement crit à Lenind'enfants a visités qu'elle et Tachkent. cises : éducation au sérieux des études. Elizabeth Moos De son côté.LES LIVRES 141 UNION Elizabeth To-day 1959Elizabeth trice d'école gogue longue tique. Ce sérieux est partagé par les élèves et pai les enseignants de tous les types d'école.S. enseignegation. une force de volonté et dès la période de 1940. on ne compdans tait plus que 10 % d'illettrés le profesl'immense pays. ment enseignement polytechnique. j'ai et leur été étonné le dévouement et équipement a pu : quapar la haute des du personnel leur fonctionnement- . chure truction Moos : Soviet and To-Morrow.R. Elizabeth de la chaire de pédiatrie du dirigeant Senn : de Yale. ainsi que des cabiElle montre nets médicaux. les jardins d'ende pionniers de et les palais toute FU. ce qui n'existe pas aux Etats-Unis. avec de -répandre l'instruction trepris extraordinaire. truction en U. Elle analyse commencées en détail la loi « sur le renforcement des liens de l'école avec la -vie ». SoviéKlein. Elle s'étend grad. «qui vise à mieux la jeunesse. à participer.R. soviétique. que le d'enfants s'assigne soviétique jardin très des tâches prépédagogiques de l'auto-discipline. qui. préinitiation et amicale à une attitude paration fiumains. a envernement dit-elle. Leningrad depuis. et l'obscurantisme (76 % d'illettrés) les étapes principales par où est pasL'auteur sée lecole rapsoviétique. lie goudans la langue amaternelle. dépense. Tiffis des dorsur le fait qu'ils comportent toirs pour la sieste. dans les rapports fraternelle sur de sa propre opinion A l'appui Moos cite l'avis les crèches. du livre traite des Un chapitre L'auteur déinstitutions préscolaires. lification crèches. au sur L'enseignement soviétique et demain est le fruit d'une jourd'hwi sur place. Adlaï Stevenson écrire dans le New York Times Partout. Education New York.. Elle cite seur de Columbia 'George 'UTirversity. ayant -visité l'Union tique en 1958. pelle les caractères -essentiels de l'insobli: -gratuité. qui l'a conlongue enquête dans les écoles.. ancienne direcMoos.

de fer et les flottilles d'enfants. les clubs d'enfants. Mais ils n'ont service à tour presque entre eux. Nous avons pu l'observer le métro. regardent cela sans bagarres mais tout journaux muraux. i modelage : Jes péda"des enfants. de fraternité et de le respect du le patriocamaraderie. elle écrit du bon Pendant la récréation. au club. même dans les premiers temps de notre nous essayions histoire. . à des pédagogues expérimentés et à des spéciacomme il con. ce qui est d'une extrême le travail avec les enfants est confié importance. mais ils respectent est interdite tion qui humilie l'élève . lisation des établissements.S. j'ai remarqué que les enfants russes pleurent rarement et que même calme et paront une conduite les plus petits faite.ne trouvez pas de récits à base de crimes et de les enfants à l'aide de '•^Violences. L'auteur que chaque groupe a droit à soit-il. mangent les lisent par les fenêtres. géants de l'enseignement et de la vie général . ses études . Les Ces iiri possibilités sont P/ ' '"" ch'âpftre *"" spécial ' dans exposées sur le travail • Le chapitre 5 est consacré à l'enseiOn trouve gnement supérieur. L'auteur écrit : Le troisième chapitre à l'école d'enseignement est consacré On peut entre les essayer une comparaison institutions enfants de l'U. dans • tous les postes dirirencontre. L'auteur grammes. . attribue sation des loisirs d'enfants Un mation juvénile à la bonne organile fait qu'il y a peu en U. et sans cris.S. à la télévision. etc. au cinéma. "'• 4 — : les rationnelle des loisirs l'organisation ont . la surveillance à de grands élèves. rien à faire : les élèves. etc. Sur le comportement des voile : élèves. Ce comportement dégagé et calme eux-mêmes n'est pas d'enfants qui se contrôlent dans limité à l'école. y toutes les données sur le nombre des leur étudiants. ils n'ont le pas . travail. questions des. conversent sanddes pommes et d'énormes rient.143 En ma qualité de grand-papa. au théâtre. leurs proleur financement. etc. les cercles. que l'économie dir pays en voie de développement lui offrira d'énormes d'avenir et possibilités considération ne limiter? qu'aucune économique .. : d'étuplan ces jeunes femmes sociale. les chemins niers. programmes.S. Elizabeth liste de la son Moos. à la radio. aux clubs et aux autres participation institutions est absopour enfants de l'U. — le sentiment d'assurance : chaque enfant 3 lui sait qu'il aura un travail qui plaira. Toute puni- d'Elizabeth L'exposé conditions de vie des termine par cet extrait World 28 Telegram juillet 1958 and : se enseignants du New York Sun en date du dans la société enseignants communiste d'un améjouissent prestige que les enseignants ricains n'ont jamais eu. la forétudie souligne si faible cadres sur les spéciadans délinquants Quels minent ce comportement i — l'attitude envers les sont les facteurs ? enfants qui déter- chapitre spécial des maîtres. On éduque entre matériaux en valeur l'amitié qui mettent le sentiment les peuples. Tachkent. le d'apprendre ^ sport. nos maisons de district. tous les enfants indépendamment de la race et de la nationalité. Et. lument Les enfants n'ont à payer augratuite.R.S. de la musique. . ouzbéques encore le dont les mères portaient noir. Les maisons de matériel. qui criminalité est une pays. LES LIVRES les maisons de pionextra-scolaire. dont le labeur est rétribué vient. wpches. tisme. et nos pour clubs de scouts. statistiques. Mais la comparaison ne sera pas à notre avantage. montre en particulier comment on .S.S. national. quand de liquider et estimions l'insl'analphabétisme truction. en cours. La aux cercles. — le milieu environnant : dans la littéra2 vous ture.R.•' enfants de larges possibilités de faire du la danse. ses propres Moos exigent beaucoup gogues soviétiques chacun d'eux. d'enseignants. qui sont de ordre incombe de rôle.R. les clubs sont ouverts à pionniers.à acheter les instruments. listes. changements À l'auteur controversées. cune cotisation . la spéciarépartition.

Armand Pierre chacun Gatti. le reintelligence cours à de solides dossiers bien tenus à jour. dont on regrette donner idée sommaire. et le « biqui présentent lan » économique et social de la Chine populaire depuis dix ans. tout le chérir le troisième il a cru de file et centrisme. MENDE Paris. sans se non cette combien plus plus problématique écrits de l'auteur. Mende ne s'est pas départi d'une méthode et avait élaborées au qu'il contact de pays à l'avenir moins assuré ? On ne peut de s'empêcher n'a pas penser. dont le rayonnement international est considérable. c'est là l'aspect positif d'une oeuvre abondante. en un un langage. est bien documenté. Mais «l'ombre»} parmi T. menée enquête et vivacité. et un prophétisme naïf et pompeux contribué qui au a sans doute succès beaucoup commercial des avec qui serait capable de sauver le tiersmonde du communisme en apportant néanmoins une solution authentique à ses problèmes de base. Ici encore. ET et i960. complet. On sait que depuis une dizaine d'années il s'emploie avec zèle et talent à dénoncer le vieil européosouligner l'importance du renouveau du « tiershistorique monde » . ce à la fois tryptique original comprend une sur le terrain. à ses ouvrages .N. un Son livre est certaison d'une théorie réussite en rend la réalisation. l'ouvrage est aussi un livre d'Elizabeth objectif et CHINE Tibor ombre.. ici. T. sons-le pourtant à ses inquiétudes à ses spéculations ! laiset Est-ce parce que. On connaît bien les thèses de Tibor Mende. et l'auL'ouvrage teur sait autant tirer parti des nombreuses publications du gouvernement chinois populaire que de ses impressions de voyage . sont les meilleurs. Disons d'emblée que l'auteur y reconnaît pour • et l'essentiel la réussite économique politique renoncer dissimuler de la Chine populaire. Il n'a jamais cessé par ailleurs. Mende a constamment eu dans tous 333 p. Il n'a jamais cessé non de pathéplus de lancer à l'Occident capitaliste.. lés chapitres qui anales méthodes lysent de économiques « décollage ». pour tiques appels qu'il son dote cette « troisième voie » de infrastructure maindispensable térielle. à produ Sud-Est pos de l'Inde. « monde de demain ». Mende avait ici une belle occasion de sacrifier à ses penchants vaticinatoires.. EXTREME-ORIENT son On quelle recours connaît à laaussi la méthode T. Courtade. 143 pu quitter Livre Moos la production. avec dépour accepte d'assurer qu'il sintéressement son soutien politique et financier à ce grand dessein. de rêve bien incertain d'une « » afro-asiatique dont force trouver en Nehru le chef asiatique.LES peut LIVRES faire des études supérieures sans de n'avoir vrai. La Chine et son ombre ne fait pas exception. le livre achevé. dans son dialogue avec le géant chinois. Claude Roy. et il ne s'en est pas privé. comme avaient su le faire il y a quelques années. qu'il vraiment « senti » la Chine. . La Chine et son ombre doit avant tout être située par rapport à ces thèses fondamentales. qu'une A. de l'Amérique de latine. sans à ses chères idées. : La Chine Le Seuil.

parce que ce à l'actualité. en fonction sur s'interroge et dans laquelle plus guère que sera au Quel de laquelle l'avenir de T. dont luttent dans. 13 à 223) partie décrit la situation au Cambodge deles Accords de Genève et les puis efforts tenir du prince la neutralité Sihanouk pour mainde son pays en déaméricaines. anglais Cambodge mais cet ouvrage est toujours d'actualité. à se demander. et dans le « royaume augmenta Bourt le père du prince du Own était roi. laotiens proprement formèrent . ? CHESNEAUX continue à porter cences populaire Jean Wilfoed Mékong. 225-334) concernant le Laos est plus intéressante non seulement encore.. recul On avec trois peut voir comment une analyse ans de exacte de prévoir les événements. française: Upstream C'est lé peuple Lao-theng et les paysans rizicul(Lao d'en haut). tones connus avec clave) de retard beaucoup que nous l'édition en langue parvient de « Mékong ». les rangs du Pathet comment L'auteur nous raconte madone natio1950 les différentes nalités. Le fait chinoise refuse remarques lèvres. exclusives néanmoins. La seconde partie (pp. tos.du Laos aïïïèe& dans la résisféodal.éo. manifestation de l'état nement mise au point sur le du célèbre LES LIVRES journaliste et le Laos. Le récit s'accom- aussi le faire une un peu particulier de l'aud'esprit teur de la question ? Assez inhumaine aussi est cette mécanique géopolitique à base de cercles. du et de genre de vie de ses habitants. à la fois naïves et sont les questions déplacées qu'il teurs. la féocoloniale. permet La première (pp. le Fleuve pho- des sommets). tance en liquidant le servage des hauts sommets.144 solidement beaucoup plus étayé que les trois témoignages précéle contact ne et dents. mais pays est toujours est encore le moins connu parce qu'il Pendant de l'ex-Indochine française. fants et les petits-enfants Lao. vue du point de histoire et qui diffère de celle vue cambodgien qu'on a l'habitude de lire dans les ouvrages français. total la réaction intéressé grand public toujours par la en même Chine.. Editions cartes. Mende la Chine. calculs ? Ou ne retiendra-t-iï pas plutôt la. pourtant Révélatrices semble pas s'être établi. teurs de la plaine. d'axes et de triangles. est-il climat nous surtout pose à ses interlocufemme qu'une jeune à des de répondre à indiscrètes sur le rouge vraiment d'un significatif voudrait pesant qu'il et n'est-ce pas là croire. ses intellectuelles. son histoire. ne sont du pays. rouge. 340 pages.réalité et l'ampleur du bilan viendra-t-iï présenté ? N'en pas alors T. comme le fait les Mende si sont justifiées lui-même. les montagnards de des Bolovens s'insurgèrent plateau de Ko1910 à 1937 sous la direction du sud dont les en(tué en 1937). la contre politiques ici et Chine qu'on ailleurs. l'oppression période dale sur les minorités montagnardes » . conLes minorités s'Unirent en nues surtout le sous le nom de iM. temps que familier ? avec un auteur qui a une notoriété dans ses rétiSuivra-t-il ce dernier ses doutes. BURCHETT : En remontant Hanoi. formèrent Lao-sung (Laopeuple les montagnards autochsous le nom de Kha (es- pit des intrigues des événements politiques du pagne d'une description les peuples des pions sans âme. 1957.

Utopia malmené souest plutôt avoir pour serait l'expression tenu que l'utopie d'ua de revendications politiques . formèrent (Lao d'en de ces trois bas). « utopies » sociales. "Souphanouvong. pénétré démocratique Les l'O. Des élections faites sous la pression de ses troupes au poule ramenèrent voir (1960). Après' de cette offensive. Enfin l'auteur les intrigues rappelle «américaines au Laos de 1954 les accords de Genève. jchef du Pathet son demi-frère Lao. ont d'auteurs récents qui : . pour Mais bientôt le ministère fut confié à beau-frère du féodal Boun Katay. et malgré la Souvanriâ Phouaméricaine. II idéale « est paru à Francfort en 1936. aine explication quasi Roger Mucchielli reprend le thème de la cité idéale. Oum. de enquêteurs (dont montrèrent l'inanité Bourguiba fils) de et Phoumi ces mensonges (1959). ministéde s'entendit Phouma.F. s'arrête étant mort américains un récit "Rappelons <d'alcoolisme. chinoises récemment exnationalistes Viende Birmanie. échouant. qui ont toute la nouvong population derrière eux. HAUDRICOURT prisonné «dans les provinces Souphanouvong L'offensive (1958). le ministère et sireprendre accord avec son demi-frère là.U. que Souvanna Mais Phoumi se réfugie au Cambodge.U. Mucchielli se démarque l'abord traité heim. Mais Souphanouvong s'évade et une des troupes partie dirigée par le caet remetpitaine Cong-lé se révoltent tent Souvanna au ministère. Phouma Alors d'un nouveau Phoumi. MUCCHIELLI Idéale. les appliquer. villes. avec le prétendit" 145 armée du Vietnam qu'une avait au Laos. Le qui l'armée à la lança royale où s'était des deux provinces le Pathet Lao (1955).N. pourvu matériel aidé des troupes américain. et. le preroyal. de la phénoménologie *le l'ouvrage de nologie s'intitule la cité Sa visée est celle — le livre II Phénomé».. Après vanier ministre du gouvernement Souvanna à 1957.Karl Manndu même sujet dont le livre und Idéologie à son C'est tour à la fois une oeuvre polémique et un à travail d'analyse qui veut aboutir des définitive. A. Un coup Souvanna fut emmilitaire Phoumi Phoumi Phouma tandis rielle. conquête regroupé l'échec pression ana put gner <i956). P. Katay les le leur services général investiture politique entièrement par militaire renversa et pour est (l'armée eux). : le Mythe de la i960. PHILOSOPHIE JRoger Cité M. l'essence de s'agit donc de découvrir à travers les la construction utopique oeuvres de ce type dont multiples de la pensée est jalonnée.3LES LIVRES le peuple Lao-lum «dits. faisant roi de Louang-Prabang. La ne contrôle que quelques de Souphaest aux mains campagne et de Cong-lé. et la réunion formèrent jpeuples sur le pied d'égalité la nation Lao. reprend pulsées tiane au cours d'un combat sieurs jours. fut obligé de se retirer du ministère. 'trouvèrent «exécuter payée sd'état Phouma de Burchett la suite. l'histoire dès M. le prétendant Boun avant fait accorder une plusur le chantage en mettant ea se Oum.

l'ceuvre de Marx et la critique existentialiste de d'Engels. moins sa tentative caracd'explication en dans l'ouvrage paru térologique et les utopies. volonté de délivrance. de M. une vaste sujet quand » de les « utopistes Morris. Mannheim et Ruyer. idéale. son collègue de l'Université Ruyer. Mucchielli de la Cité Idéale ». Mucchielli traire que aux auteurs d'utopies. une protestation un état de choses profondément main. Ruyer). Mucchielli marque de Nancy.. Morus.. chefs politiques Mucchielli accorde aux auRoger teurs contemporains qu'il attaque. exactement comme agir-pourplus » C'est la Yensemble-dans-l'ensemble.s cité idéale non seulement mais utopistes. la rél'analyse duction du mythe (apprésociologique ciation sur les tenqui porte surtout échec tatives marxiste)7 d'inspiration de la réduction (contre psychologique Donc recours à une méR. du volumineux conclusion ouvrage de consacré R. un tout autre sens que d'être ou bien la révolte ou d'une classe opprimée. en l'intellectualicontre inhucollective sant. comme son authenticité un acte pur et total de la personne engagée dans et la participation.. songe à tous Platon à William au « Mythe thode réformes et les théoriciens LES LIVRES révolution- naires. et qui présente comme autant de métamorphoses du mythe de la les idées de. politico-social les auteurs consune cité compensation celles cette révolte a pour lui idéale. Phénoménoloinsfortement gie et personnalisme. une à un autre ordre.. que la histosatisfacl'ascen- cette seulement sion politique d'un groupe. Leibniz et Kant. sont les d'Emmanuel Mounier. idéologies à l'égard de M. Le phinouissement une solitaire construit losophe qui cité idéale exprime. C'est la n'arrivant qui. pirés de M. clés de l'ouvrage à la « Nous avons voulu contribuer construction d'un nouveau relationnisme. La on cité idéale. la coopération ou comme être-à-autrui-et-à-l'humanité. Machiavel et comme des philosophes comme Montesquieu. humaine de vue de la condition point en général. » « conscience devient malheureuse s'exprime ciens de la réformateurs et par cité ou la voix des théorivisionnaires. Mucchielli les auteurs pose d'étudier l'esprit qui se prode plans de aspiration conscience réaliser dans sa dimension sociale. révolutionnaires. des politiques des théologiens. pas à se . y a bien qu'il une révolte à l'origine des utopies contre l'époque truisent le système et que de. 1950 L'utopie Raymond Ces intentions forment polémiques va se construire la trame sur laquelle de l'auteur : échec de.146 donné contre les groupe historique et le système social en place. par Mais à travers ses se place au expressions historiques. veut soutenir au conrévolte. un peu plus de cirmais n'en détruit pas conspection. mais l'épade la personne. Mucchielli. bien l'expression d'un caractère déterminé propre M. découvrant phénoménologique cachée l'intention morale permanente du sous les métamorphoses historiques mythe de la cité idéale. en passant Rouspar THomas. Nous pensons que la source des valeurs se trouve dans la relation dans le lien c'est-à-dire interhumaine. Campanella. et Jaspers jusqu'au personnalisme Mounier ou même aux d'Emmanuel de Constitution de certains projets de la Résistance. seau et les socialistes du xix" siècle mais encore plus vaste dans français. de la protessous couvert tation contre les particulières riques tin visée n'est pas conditions . dans en considéré social lui-même.

du pauvre ou dites. de l'article essentiel privée. sociologues. Mandeville tres dont il n'est pas sans mérite de les doctrines. bien présenter Le vel de et l'Utopie deux utopies comme veut Mucchielli de MachiaPrince Thomas Morus opposé. Robert Wallace. Machiavel de à une vue pessimiste déçu. de Fou- L'avocat exemple. la croyance » Le chapitre sur les « Révolutions à faire pouvait paraître plus difficile entrer dans le cadre de la thèse. l'auteur étudie trois cas de plus particulièrement communautés : la république petites communiste les Shakers rier. absoest pour lui l'autorité qui obligera vers le bien les hommes . animées mythe par le même mouvement de protestation que cite les utopies proprement Peter Chamberlen. ni convaincre en lance son cri espérant peuple il à servira quelque qu'un jour est un républicain chose ». Gerrard ley et sa Loi de la Liberté (1652). ressem: il s'agit des cris de que parée de la phénoménologie et thèse ne brille sa pré- ni par pas par son originalité Elle autorise cision. et leurs le Samaritain Winstand'Angleterre (1649). damental terminé une des hommes de à un réalité culturelle de Fourier qui doit culturelle actuellement type dé: voilà beauaméau- critique coup à l'anthropologie ricaine si en faveur lue du Prince une disposition ment. « belle schémas proposés démonstration de professeur au tableau ». puistout il ne s'agit pas de « cité qu'après idéale » toujours à faire. près de réforme est la rencontre l'esprit du mythe de la cité idéale et de l'op— timisme du optimisme penseur moins d'ailleurs la nature concernant humaine et que la vertu de l'exemple au progrès linéaire. l'oriente et l'explique.LES Si LIVRES l'auteur se rencontre constater la avec R. des formes atténuées du de la cité idéale. L'échec dû. d'aspect il retrouve chez l'un et l'autre. De semblables disle moins peuvent pour paraître cutables. pour même des chrétienne des et les phalanstères Guaranis. pre: Thomièrement une attitude réaliste mas Morus a cherché la cause des il l'a trouvée dans la maux sociaux. deuxième- des essais fouriéristes est à la simplicité l'auteur. propriété de la son système sera la suppression a dénoncé l'ins. sous ce réalisme. où la doctrine patents. bien des prestiges de son langage. à la méconnaissance des véritables fondements de la sociologiques et de l'attachement foncoopération. peut toriques des être confrontée avec l'expérience . 147 l'auteur étudie les plans de Quand à des époques réformes. Par leurs méthodes si M. cette des. Il peut sembler que. de Moncontemporain tesquieu. auteur Il de comme monotonie Ruyer pour des utopies éminem(idée d'ailleurs ment discutable à notre avis) il refuse de l'expliquer par l'effet blances caractérologiques pour lui de la monotonie révolte chez les hommes. des rapprochements et des assimilations qui défient l'histoire des idées et passent allègrement sur les intentions nettement aussi bien annoncées par les auteurs sur que sources. John Bernard et d'auBéliers. Passant aux rappeler essais de réalisation. ramené être humaine la nature qui ne peut sauvée d'elle-même que par l'autorité réductions du Prince. de certains Bref. toujours promais de faits hisjetée dans l'avenir. James Harrington. qui se situent bien il les considère différentes. morale qui « ni conThomas Morus ne pouvant le vertir les puissants. Machiavel propriété cause de tabilité comme politique l'anarchie le remède à se tourner et de la division de l'Italie.

puis des xiir=. et Saint-Simon et mystiques Marx : « A travers ces exemples. Etrange. Mucchielli se soit contenter Marx. n'admet naturels . Mucchielli aurait-il pu se demander si cette « originalité » ne tenait et à l'objectivitér pas à la profondeur de l'analyse ? économique de l'avenir et âer 3° une conception l'histoire fondée sur cette économie et qui éveille chez ses lecteurs le utimythe de la cité idéale : « Marx chez ses lecteurs le mythe de &r cité idéale en entraînant la conviction. écrit voulu chielli. de la cité idéale. il se bien. les auteurs auxquels une thèse falsipour appuyer bien connue sont etc. Cela s'appelle en logique une contradiction dans les termes. à sac en imposant oeuvre révolutionnaire présupposé nécessairement Marcelle le à n'importer ou réont moTal. ait de seconde main.du christianisme. et le Père Bigo : Rubel. phètes. peuples. xve siècles. Muc». si l'on » comme définition de la « personne d'Emmaque celle du personnalisme mais il est permis d'ert nuel Mounier. bien sûr. que faire du mythe de la cité idéale. — si peu origiPassons sur l'idée ne saurait nale elle aussi — qu'on de Marx. émanant de papes. proprédictions. ne gêne nullement M: Mucchielli de situer il entreprend Marx quand des utopistes dans la grande lignée théoriciens R. par sa rigueur scientifique. saints et réformateurs religieux dans les premiers siècles. la grande Et espérance. de la doctrine confrontation de Marx Cela avec les révolutions socialistes. nous avons la charge émopréciser tionnelle a que le mot de révolution ce à son profit acquise en catalysant qu'on pourrait appeler l'espérance millénariste de la conscience collective malheureuse M. que M. der et de définir la personne discuter manière plus concrète. une soupe tion lise Berdaiev. M. trois y aurait dans le développhases dialectiques de sa pensée : pement i° une révolte du même personnelle et des rétype que celle des utopistes teur développe formateurs . A vouloir même quelle formiste aboutit éclectique. visions de Svedenborg. de son syspar la rigueur scientifique tème. alorsles mêmes prémisses les auqu'avec teurs précédents aboutissaient à l'utoen effet : peut-êtri? pie.. tisme Aussi réfère ficatrice C'est aller loin dans l'éclecet la simplification sommaire. : il BOTTIGEIXI . encore dans les doctrines révolutionnaires le mythe du progrès.. jusqu'aux On trouve ainsi dans le même chades développements sur ces pitre sur. » C'est se moquer du monde r car enfin si Marx entraîne la convicil n'a. Jean Marchai une affirmation tramétaphysique — sa concepverse l'oeuvre de Marx créatrice tion de la collectivité que le prolétariat et l'affirmareprésente L'aution de sa mission historique. dont Mucchielli retrouve 2° une réflexion ment de la vie sur LES LIVRES le fonctionne- économico-politique Ici l'auteur veut bien admettre que son originalité est d'aboutir à l'inéluctabilité de la révolution.. — de se reporter au millénarisme doctrine née de l'Apocalypse de Saint devait se réaJean et selon laquelle liser un règne du Messie temporel la durée était fixée à 1000 ans . de la personne humaine. puis à toute une série de prophéties. qu'il d'ouvrages ignoré le sens nouveau que prennent » et la avec lui le mot « révolution de l'homme dans la soconception dans le tout mettre ciété. parparler d'un humanisme ce qu'il n'y a pas chez lui une idéede ses droits.148 en particulier de nos jours. xrv*. il est regrettable sur Bref.

la guerre. et se documente dans le l'anecdote. nom.LES LIVRES 149 SCIENCES Jean FALLOT : Prestiges Ed. La arrive pourêtre Puis-" pourrait est exclusive. à ce qu'il le prosemble. il n'ira pas au-delà sième ligne de l'Introduction : l'auteur nous y avertit que sa proposition fondamentale est « tous. 1961.. Sauf dans le dernier cas. des roimaginatifs manciers et des cinéastes . il sait ce Au long de 300 pages.. affabilité plus redoutable le lecteur mériterait le Mais d'être étudié avec soin. elle la science influence même farine. ou pour la délectation de ses humeurs moroses. celles de la religion. mais et trop être louird trop long pour amusant. M. fort bien présentées et imprimées. II lit pour son instruction. contre la science. . c'est la science. le génie des « hommes » se haussait d'Etat dans les années 30 jusqu'à exiger qu'on « un moratoire de la proclamât science ». avec des arguments est de fait que le thème « On bénéficie des choses moins qu'on positives » (p. appartiennent L'imprudent qui l'attend. sion. la science. pour son plaisir. mais • resterait si l'outrance n'atteijuste. d'en faire la recenque la violence. non seulement de la connaissance et de la ce qui va de soi. et Que l'ami avec Cornu cette ne lui en a pas demandé. 32). pour même pas le mérite de la nouveauté. de la politique. purement sportifs. et d'autres. : « . est prévenu. Il y a une logique de l'absurdité. Puisque le moteur d'automobile et la piste de Fautodrome sont construits selon une techdont les bases sont scientinique et puisque les courses sont fiques. 46) ne pâtit des négatives nécessaire soin s'appelle et porte encore cet autre l'objectivité. la méthode scientifique. Fallot cer de nous montrer la science intervenant dans les affaires. qu'il s'aen accusade mettre git précisément tion ! Cruel embarras ! Pauvre philoM. » ! (p. de la finance et jusque du sport. Il appartenait à un philosophe de cette thèse à l'âge atomique présenter Et il renouvelés. de la guerre.les effets d'une chose lui ». et d'après à l'égard de cédé employé par Jupiter ceux qu'il veut perdre. de la science. des journaux l'absurde gnait dédiés à entendez. Fallot se réfugie dans sophe. ce plus ia guerre qui est néfaste. Un de la Baconnière. bout du volume. bon sauvage . la « proposiM. déçu ne s'en prenne s'il a le sombre couqu'à lui-même. fait divers. Le passage cide dessus. rage d'aller jusqu*au Il n'est pas en service commandé. où il sera assuré de trouver matière à nourrir sa misanthrode la troipie. que n'est Non. dans la bonne tradition va s'efforsuisse. C'est moins immédiat. Fallot. pamphlet assez bien enlevé. et paradoxal trop superficiel être et qui n'a convaincant. elle indivise. de sont dans la logique tion fondamentale » de de ce qui responsabilité rait être partagée.. qu'on « enchaînât le Prométhée de la science » pour remédier à la grande crise économique du monde capitaliste. Neuchâtel.. Rousseau nous a appris il y a longtemps les mérites du. la confusion entre l'état de nature et la félicité est entretenue par les moins des journalistes. mais dans technique. si l'on veut.

Fallot qu'une. 24des courses 31). est une « offrande progrès nombreuses scientifique qui un à la » riables : il choisit- LES parmi LIVRES les effets il choSsid parmi comme les causes. Il l'incrimine qui fois qu'il rencontre chaque quelque chose qui ne va pas au mieux. et qui joua ainsi sorte de recteur des idées du un rôle dans la diffusion grand chimiste. habillé de volume.150 commandées des rivalités compar merciales s'abritent derrière le qui du les paravent progrès technique. Peu lui néfaste soit luiimporte que l'effet même lié à d'autres sont favoqui Cet ouvrage a peut-être un mérite. et périoste la chimie finit intéresser. que par ils eurent d'elle besoin quand pour aller dans une découverte plus loin ces du monde. beau toutes les de Lavoisier à l'Académie Collègue des Sciences. » qui en use aussi somun « penseur mairement linéairement avec la réalité. de Bruxelles.en 1955 ou des Mille Milles en 1957 sont à mettre au passif de la science. plus proche supérieur la vérité de l'Université des Annales libre. et de la science seule (pp. commodités de l'érudition. II. qui chanceler. . Dieu au jour où la métaphymerci. se pique de dialecsique elle-même on est heureux de rencontrer. A vrai tion de étaient capables de l'ache- dire. aussi (p. que de l'Université dont fut en 1793. s$). Des causes se concertain juguent pour produire n'en retient effet. Ai-je eu tort de lui. celui de nous montrer à quelles extrémités en est réduit celui qui veut plaider une mauvaise cause. i960. consacrer crois pas qu'il comme les Spartiates et de mettre yeux du public sait ?. en publiant relative au Lycée une brochure des Arts. Paris. pourrait ces lignés soit inutile ? Je ne de faire les Ilotes pour l'aberration sous les dont le bon sens. M. les forces dont ils espéraient que humaines ver. tique. c'est-àdire à tout bout de champ. surtout nome. à laquelle scientifique ne de l'Encyclopédie contemporains et fixaient aucune limitation divine. la est science. établissement d'enseigneà ment libre. Le développement internationales au science. avec le Lavoisier « président du directoire ». Le journal de Fougeroux de Bondaroy. comme son oncle Duhamel du Monceau. en évidence le rôle du mettre pour dans la croissance des os. proche que Scheler nous présente dans un Lucien Lucien des expérimentateurs curieux. Sciences. avec la causalité. Auguste-Denis Fougeroux de est. parfois Ernest KAHANE HISTOIRE Lucien SCHELER : Lavoisier et la Révolution française. par exemple. Mais un botaniste et un agrol'un et l'autre sont des le Scheler avait ouvert de cycle de ses études sur et autour il y a quatre Lavoisier ans. Hermann. il n'est nullement quesde de Fougeroux l'activité . des Vingt-quatre heures catastrophes du Mans . Bondaroy (1732-1789). esprits la garance qui utilisent. inédit C'est maintenant le journal titre une de d'un membre de l'Académie des de Lavoisier.

possédants qu'ils ne bornent pas au coup d'épaule dont la haute avait bebourgeoisie pour Fougeroux Les soin culbuter note éclairé par pourvue comme la noblesse. Ils sont au nombre de dix-sept mille et ils donnent beaucoup d'inles renquiétude parce qu'on ne sait comment voyer (pp. Il a craint la victoire de celui qui n'était et se réjouit. fois. qu'habitent Lavoisier étant le plus jeune de près de onze années. déjà rentré . de classe. qui l'exemple naires verseurs qui jour revendique de Barnave problème posé aux cette bourgeoisie opude châteaux et de mieux de un les douée finances. bourgeois et Lavoisier Fougeroux n'appartiennent mie pas seulement et à la même au même à la même classe Acadésociale. disant Et de du réellement il fallait une personne faire certaines dépenses plutôt qu'un militaire (p. 153-154). beau-frère) des acteurs du 10 août de la Convention. comme pas de la <cgarde bourgeoise il dit. dont la citadelle de la Bastille royale nos deux hommes. membre suivi comme responsable des massacres de septembre 1792 par les réacteurs de l'an III. naire tirant ». L'autre du frère choix 151 eût été celui possible dont le beauSanterre. terres historiens qui n'est le pas sans charme parsi l'on qui 1792. en état au fait Ce raison n'est mettre il s'agit sauf une pas une raison. qu'il Le explique à sa manière. mais il les trouve gênants autant le désordre des tenant. leur donner du pain. mais encore district de Paris. : qui en est. On comprendra l'imimmédiatement du document portance qui nous est offert de précise que le journal le commence 12 juillet Fougeroux 21 août 1789 et se poursuit jusqu'au dans une à la bonne franlangue quette. riche et cultivé. Il ne conteste pas qu'ils ont pris la Bastille cinq semaines plus maintôt. puis un beau fait défection. ainsi le 18 août : moment révolution- ouvriers de Montmartre. Thiers nationaux fréde lui-même. et de aux quais de la la rue Saint-Antoine C'est dans le même district. pour- comme Bondaroy velle publication C'est Lucien brasseur (ou le sera un le citoyen et le grand bourgeois seuls riche et cultivé qui apparaissent du Lavoisier et grand citoyen auprès lui aussi. augmentent en nombre tous les jours. mais son fils y exerce un comLe 14 de mandement au mois d'août. les affaires qu'elle pour d'enthousiasme qui adhère lution. de sang pour ses frères. d'ores Il mourra et est grand bourgeois dans sa coquille. soutenait la candidature dans le district Saint-Louis-de-la-Culture où il demeurait.LES LIVRES savant de dans la nouScheler. le choix contrôde l'ancien leur des Finances d'Ormesson général un des premiers pour postes de la lui heureux. au quartier Saint-Louisde-la-Culture de 1789. Sçine. nationale. relève. à la révoà l'ancien régime. On mir croirait entendre devant les ateliers M. que et la crise subsistances économique. que l'on n'avait occupés à couper la montagne que pour. qui va de la rue des « Nonaindières » aux fossés de l'Arsenal. en les faisant travailler. Fougeroux quinquagén'est vers la soixantaine. n'héFougeroux site guère entre les deux hommes. 147}. collabore avec eux. un pas de son monde du succès de celui peu hypocritement. Est lente. futur Panis. ce mois. quand il s'agit de des bataillons sur pied ! Mais aussi du chômage des nonet de leur turbulence. garde paraît craint aussi les chô1848 ! Fougeroux meurs du faubourg Saint-Antoine vers le 20 août.

comme il prétend. Talnuméros Deux J. semble bien décidé la même voie. — en au France écrire.-L. Talmon. Secker L'auteur. devrais-je xvmc siècle. Qu'ils démocratie totalitaire veuillent bien se reporter pour le sens » aux récents disdu mot <( totalitaire la cours d'un . « Le socialisme. coup sont toujours très orientées. TALMON : iPolitical Messianism. les diM. qui des deux en avril Mondes arrive après les flagorneries de mars. à Londres et à Democracy of Totalitarian gins Boston sous le titre The Rise of Totaune contribution litarian Democracy » à la guerre froide « idéologique: e_t à la guerre chaude. — tout et certaines de ses remarques sont de considéradignes critiques tion. les naseaux temps Democracy. selon M. s'il est un homme libre. Talmon . Talmon a beau- majuscules pour une. Jean DAUTRY le ce gros ouvrage fait M. « même dans mon se l'approprie. est né de l'imma— des des idées. et Warburg. Sa notoriété et récidiviste dans à continuer le monde angloen a publié vient de ce qu'il saxon sous le titre The Ori1952. de la Je ne ferai pas aux lecteurs londe leur expliquer Pensée l'injure ce qu'est. — mais. Talmon utilise pour lequel et !e verses doctrines utopiques <( sage » libéralisme bourgeois. ait donc qu'il du l'audace de quitter le troupeau mauvais berger 1 Pour la besogne antiil ne manque courante. Talmon Sans doute est-il capable un travailleur cord'être scientifique ce qu'il dit n'est pas rect. général monstre de tous connu. elle est sous dangereuse que quand les verrous.. Talmon traite du socialisme et de la démocratie en Europe du xixe sièdurant la première moitié cle pour démontrer la que jamais « démocratie » n'est plus: totaliiaire. désinimprobable reM. soviétique pas de moindres manoeuvres. absurde.152 pas le plus tard et n'aura loisir en ce court laps de temps de se tout à fait en contre-révoluchanger tionnaire. ou quand les soldats de la fusillent les barderrière Cavaignac ricades. Londres. trois mois Jean DAUTRIY LES LIVRES » : qui donc irait se méfier politique de ce pacifique avatar ? En clair. Mais la bête a la vie dure au de mieux en mieux Khrouchtchev. M.Donc le culée Idées. L'historien à raisonnable qui croit la des consubstantialité idées ne des hommes et être satisfait saurait à aucun moment de ce jeu de cachecache avec des spectres désincarnés. Tant pis pour les cadavres des insurgés de Juin. Talmon ne s'intéresse âmes leurs qu'à exorcisées. qui professe est un i960. guement ». et crachait déjà le feu par au de Babeuf. M. tégration sauf le C'était Totalitarian thème de The Origins of conception avec trois et se porte de temps atomique. s'il porte la valeur lui fournit 1 le fantôme d'un argument M. à l'Université de Jérusalem. cette opinion Revue des 1848. Le détail de apparaître que mais que ses lectures travaillé. la plume pour nous dépeindre prend l'animal dans sa période de mue appa« Messianisme remment inoffensive. The Romantio Phase. M. Qu'imdu livre qu'il lit. c'est la barbarie de la sinistre ».

Le ton de mes j'y ai renoncé. et en particulier miques. rien : les Dans n'est faits ces pages. spéculation commandent. mais sa maîtrise jusnous fait tement. ses vertus de connaissance et d'émotion. prement et de la en studio. intelEt en cet ouvrage désormais Daquin compte meilleurs de ceux qui ont — mal ce que j'appellerai littérature cinématograIl contient. avec toutes ses contradictions. de DAQUIN : Le Cinéma. pourraient — art et indu cinéma connaissance — explorée dustrie par un jugement ou et personnel. ou même « morale en définitive les difficultés peuvent la mesure profonds. parfois. Et on le discerne dans cet aveu : « Sciemment je le problème n'ai capital pas abordé ou de la critique cinématographique. » tant l'étude de la question. méPaSa être surmontées. spécifiques de celle-ci. lectuelle tout. denses. Et René Clair a parfaitement son de déclarer gens dans qui les jeunes sa préface que du métier rêvent cinématographique peuvent apprendre dans le livre de Louis « non • Daquin . une étapes de la et du choix tion. bientôt ce « proque l'en il est homme si. du sujet au scénario de l'adaptation de son écriture. de Maître des Frères après Dieu. se défend d'avoir compter voulu et de critique : faire oeuvre d'historien « J'ai mon tenté. perd'avancer les plus créa- Préfacé Louis les enrichi « la parmi déjà —. égard. avec les acteurs.LES LIVRES 155 ARTS Louis tier. de la Rabouilleuse a dé cidé de consacrer sa vie. notre Editeurs Réunis. à sa dont j'apprécie Louis Daquin. met à l'auteur les explications sur pertinentes objectif de Bel et les les à la Ami vues fois. de nous mêmes de la met ec acquises encore été confirmées il a le mérite essen- les données rappeler création cinématograavec les caractères phique. envers et contre nourries. son expression du réel et ce que le réel non seulement mais annonce. ». Tout fait ses sociales. par René Clair.. l'esprit critique cause certaines opinions qui par tiel n'ont pas l'expérience. contribution au progrès inappréciable d'un art ques-uns nos réflexions. ris. d'exposer de vue sur quelques problèmes point essentiels. et de déterminés exclusivejugements ment l'exercice du par authentique <( métier » auquel l'auteur de Premier de cordée. en effet. phique suite de réflexions d'observations. combien tique ». des hommes. dans réponde aux besoins auquel à avoir toute nous voué quelle meilleur.de que ce progrès possible déuniversels raisommes partie butte aux aussi bien en sorte techniques qu'esthétiques. et auétait par trop polémique ne s'en dégacune idée constructive auJe n'abandonne pas pour geait. du montage vail composition du travail L'auteur sans musicale. produ tradu découpage. du Point du jour. Et déterminé exprime par une société qui est ce qu'elle est.. plutôt notes valeur me puisse blème l'oeuvre permettra reprendre cinématographique. JLouis Daquin est démonstrative à cet du métier. Bouquinquant. Français 1961. de souhaiter qu'il. mieux comprendre disons « artisque toute spéculation ». » On ne saurait Mais. pourtant. financiers L'oeuvre de que politiques. jà. dite. créateur — cela cinéma des évidences — est en obstacles les plus divers de contradictions écono- » de la critique dans capital une un Ce serait nouvel ouvrage. féliciter. dit-il. de Bel Ami. à aller plus loin encore.

Hautecoeur des au public cultivé vient de donner trois volumes qui consnon-spécialistes Après l'histoire une étude tituent de chronologique tout l'art du monde. a sim- gardé. du l'académisme du . d'exposition se dispuétablis. neurs ») des origines à nos jours. tions ». oeuvre. L'auteur de suivre leurs migra- HAUTECOEUR : Histoire de l'Art. annonce des différents face. cette Histoire de l'Art à une attente : répond maniable de réposséder .un ouvrage férence à 1' « honnête qui permette » de situer homme un artiste. Flammarion. de nombreuses et des séjours missions dans plusieurs prolongés pays étranune activité de conservateur gers. L. une une époque. Que les titres de chacun des volumes ne fassent pas illusion : il ne nullement d'essais s'agit esthétiques. adoptée considérée observe tisme en séparément. de sentation l'ouvrage pédagogique le dessein : trahi mais qui en aurait cultivé mettre à la portée du lecteur la plus récente et puisée l'information sources. . attitudes intellectuelles. Il fallait la com— déjà connu de l'auteur pétence avant la première mondiale guerre sur le XVIII 0 siècle par des recherches — tenter cette gapour aujourd'hui geure : assumer seul une synthèse de l'histoire de l'art dans tous les domaines (architecture. d'une mise en forme conceptuelle de la création livre à plement de grandes étapes historiques : l'autre. de la Magie à la 3 volumes De la (684 pages) . pays pris c'est dans chaque tradition nationale.154 ce que ce métier depas seulement vrait être. soigneusement tent la faveur du public. ensuite. II. peut-être. sculporfèvrerie et arts dits « miture. — dans différents musées le dont — garantissent Louvre le sérieux de l'ouvrage. on aura quelde cette synque idée de l'ampleur thèse. (674 pages). son esprit et ses thèmes. Si l'on ajoute qu'un index général des noms d'artistes et de lieux groupe sur 150 pages une dizaine de milliers de références. peinture. Ce n'est pas aux meilleures » rassurant un « digest que propose L. en se serà son tour. enfin néo-classique retour à la nature au milieu du xvinc siècle aux tendances les plus récentes. les formes. pour cela. un style.de l'art actuel. ou généralisade toute simplification. de découvrir spisociaux. : I. des mais une somme recherches entreprises par les spécialistes les plus avertis et que le lecteur. ce de sa grandeur que sont les conditions ». rituels. l'auteur dans sa Présuivre. facilité la prétion qui eût. peut consulter. les manifestations peinture l'auteur que du romanen La méthode bibliographie ajoutées au troi- s'est bien (en Angleterre. mais aussi ce qu'il est. Hautecoeur. 1959. techniques qui les déd'assister à la naissance terminèrent. est étudié dans les différents ensemble . à l'Abstraction De la Nature III. « de. les transformations les phénomènes arts. M. vant de l'abondante (80 pages très serrées) sième volume. est celle d'un : ainsi — pour comparatisme souple nous tenir à un exemple — le romantisme dans ses origines. Alors tant de monographies que L'auteur artistique. Des années d'enseignement en Faculté. vouée à carrière une longue de l'art. de l'art des cavernes à celui des cathédrales réalisme à médiéval . et l'étendue de ses servitudes Léon Louis MOUSSINAC LES LIVRES tant de catalogues illustrées. Religion Réalité à la Beauté (686 pages) . de ces éléments de l'art que sont les les thèmes. voulu d'un marquer.

fasse l'objet un peu perdu dans un louse-Lautrec. malgré ce qui est dit dans la préface. » de race est d'ailleurs artificielle p. Touzac. quelques Ce auraient été bienvenus. où il est à la fois question de chapitre et de Bonnat. précise. meure. : « Son sort trois volumes . 431). des par l'apport Roland DESNÉ reconnaît. recherche aux ordonformes. aujourd'hui. Gellée doive se contenter que Claude de quinze à cinq lignes — soit quatre fois moins qu'on en accorde à son conLesueur. et les rapports entre l'art la société sont à peine esquissés. faute d'être complétées par une image — ne serait-ce que par une vignette. p. à ce titre. Mais le sang aryen ? Que vient conde l'art dans une histoire faire. 137). connaître faire peut-on. Mais. Certes. peut s'étonner que Daumier ne fasse pas l'objet d'un paragraphe . ? L'auteur hidérienne la mystique lui-même (celui de l'art) ne plus loin race — l'idée fut lié à celui d'aucune. dosage Mais dans ces livres où la place est le reconet où — il faut comptée — l'auteur naître sait faire preuve d'une belle concision. (( Faut-il imité pas à 1 étude oeuvres . Si encore l'auteur dier en profondeur s'attachait à étu- et des critiques et. mation mener et sur ce plan.LES LIVRES en Belgique. ces réserves. aux affinités entre qui à certaines époques existent les arts arts et d'autres plastiques comme la littérature et la musique. Hautecoeur. Sans doute. en marge du texte. de surannée cette notion sciencieuse. La de la causalité en art de: « Faut-il. même n'est pas sûr que le lecteur. et. L. à une telle faveur 1 pas droit Deux autres réserves pourraient être Il faites et sur deux plans différents. on peut utiliser Malgré le travail de L. bien superficielle ou attribuer à l'influence grecque le bien à l'action du aryen sang changement que les Perses imposent. » (I. nances orientales? thèmes dit. n'a de Détaille Millet. lui.). puisse sans effort explications saire des termes les du guide : un glostechniques. suivre assez cultivé. avec profit l'accès à une facilité Par lui se trouve enrichie documentation chaque jour • chercheurs. Mais L. etc. ne des aux se borne en Allemagne. Commettre ment en parallèle peut-on ? deux ordres de causes aussi différents L'influence se déceler peut grecque et les dans les formes objectivement aUx aux thèmes. l'équilibre temporain d'un ne dépend ouvrage pareil pas d'un strict typographique. (III. Hautecoeur réussitprécieuse. Hautecoeur assez sûre nous l'avons possède une inforpour et assez vaste le jeu des rapprocheà bien ments. ici. l'art pays Trop de tous les temps et de tous les en se passant de photographies ? de comme celle-ci : phrases même Etude les causes qui peuvent expliquer à telle époque l'apparition et d'art de telle manifestation sous-tendre ainsi l'histoire des arts l'histoire de la civilisation. L'auteur descriptive leur place le prototype de SAQégyptien ou des BENI-HASSAN QARAH (I. le lecteur p. donc. il sait faire théories des créateurs croire que les Grecs 155 aient France. l'ensemble d'art sont les livres nombreux trop illustrations : il qui par du texte l'indigence suppléent Mais le luxe des reproductions. à situer les oeuvres et les il toujours hommes selon leur relaimportance tive ? On. on par moins d'illustral'absence regretterait tions. on est tout de de Segonsurpris que Dunoyer d'une page. aussi. schémas des à poser le problème oblige qui n'y en a aucune dans des trois livres. 127) » laissent perplexe.

SALES : Résurrection Baconnière). et ]. PEYRET : L'UJi. L.R. de Béranger J. Bruxelles). F. de Moscou). de la d'Allah (E. VIGON : L'esprit H.). MICHEL communisme(Le (Remarques seuil). . à Mussolini (Armand Pétrarque Colin). Nation G.R. DELAFOSSE et Florence). CHÔMÉ : Lumumba C. LUPORINI e materia in kant Florence). algérienne (Editions (Editions (Editions sociales). LEWIN J. TOUCHARD GAUTHEREAU : Autopsie populaire (Buchet-Chastel). congolaises.). ARDANT VISCONTI : La Tunisie : Rocco et de demain d'aujourd'hui et ses\ frères (Buchet-Chastel).S. LACOMBE ENGELS GAMARRA trine (Nouvelles dans le ciel classe éditions Debresse). SPIRITO : Inïzio di N. GUYÈN-DU siècles A.). O. en laborieuse (E. militaire Le Prat). R. de la (Editions Baconnière). : Cicéron C.F. : Journal 1854-1855 (N. sociales). I. S. historique M. du library. : Kim CL. F. : Les de la ou trusts science chute le au Congo (Editions de l'Occident (Société de la (Calmann-Lévy). VAUSSARD : De SORIA : Cuba KIERKEGAARD PALMADE D. a changé Le monde (P. Populaire d'Editions.F. NICOLET et A. JOYE et R. Commune banderilles du una Van (Buchet-Chastel). 1936 (Armand Colin).. PALLENBERG : Les secrets du Vatican E. L. BROSS : Prévisions BODIN et J. (Sansoni R. KAHANE : Claude Bernard (Editions M. L. D. et Loening. ARON : Dimensions de la conscience (Pion). dépassement (Librairie Fischbacher). M. ciel (Editions nuova Kiêu època (Club RUNES my (Philosophical sociales).U. J. G.S. GOUREV DURREL CHOURY D. MONESI : Darwinisme : Le : Citrons : La : Les : Letters et religion grand acides to septennat MORALEVITCH (Buchet-Chastel). M. H. Angleterre (Editions Berlin).R. : Le commerce (Armand VIALLET : Le J. de réception des livres qui nous ont été T.F.).F. P. Bruxelles). EGRETATJD : Réalité de la.LIVRES REÇUS La adressés liste par ci-dessous les auteurs : Vws : Une : La : Les l'unité branche situation jardins est ou un accusé simple les éditeurs. New-York). FISCHER : Pierre-Jean (Rûtten : Spazio C. sociales). espagnol (Guy Sédov (Seghers). (N. P. : L'unité J. PHLIPPONNEAU :' Géographie et action (Armand Colin). des sciences et : Front humaines décisions (Dunod). CUNY : Léonide M. FALLOT : Prestiges E.). ROIRON L. rationnelles (Dunod). G.E. à l'heure Castro (Editions mondiales). I. de Moscou). DUCLOS i A l'assaut U. G.R. latin au quartier teacher (Buchet-Chastel). (Sansoni. des amis du livre progressiste). sel de Brouage aux xvne et xvine LAVEAU Colin). I.

.

.

.

Comte-Jacquet.— Bar-le-Duc (Meuse). Imprimerie 1061. L'administrateur-gérant . N° d'éditeur 30. Dépôt légal : 20 trimestre : Joseph PINTUS.

.

.

Contribution au portrait du militant guesdiste LES REVUES Marxism Today (Juillet-Décembre 1960). Par Paul Meier Ergon (Varsovie. L.J.Wilfred Burchett: En remontant le Mékong Philosophie: Roger Mucchielli: Le Mythe de la cité idéale Sciences: Jean Fallot: Prestiges de la science Histoire: Lucien Scheler: Lavoisier et la Révolution française. D. I.John Lewis: Socialism and the individual Union Soviétique: Elisabeth Moos: Soviet education to day and to morrow Chine et Extrême-Orient: Tibor Mende: La Chine et son ombre. D. 1960). . . A. . . . A.Louis Hautecoeur: Histoire de l'Art (tomes. Eisenstein CHRONIQUES Jean Gacon: La Commune et ses historiens Paul Labérenne: Gilbert Mury: "Essor ou déclin du catholicisme français?" Jean Varloot: Aragon et la création poétique LES TRAVAUX ET LES JOURS La concentration capitaliste en R. The romantic phase Arts: Louis Daquin: Le cinéma. II. notre métier.Généraux à la retraite et marchands de conon américains. et aux Etats-Unis. Talmon: Political Messianism.Marcel Cornu: "Les folles journées" Georges Cogniot: L'homme dans le cosmos N. critique de Descartes Marc Le Bot: Les théories artistiques de S. III) . Sissakiane: La route du cosmos Georges Fournial: La révolution cubaine Gilbert Badia: Nouveaux aspects du Problème allemand André Lazos: Lecture parallèle d'Héraclite ("Fragments") et de Friedrich Engels ("Ludwig Feuerbach") Jean Boulier-Fraissinet: Méfiance et pensée rationnelle Lucie Prenant: Leibniz. .Georges Cogniot: Qu'est ce que le communisme? . II. Le Journal de Fougeroux de Bondaroy. M. Par Charles Parain LES LIVRES Politique et Economie: Maurice Thorez: La paupérisation des travailleurs français.L'agitation révisionniste en R.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful