You are on page 1of 188

Le f|nancement

de |a product|on et de |a d|str|but|on
c|nómatograph|ques

À |'heure du numór|que






kAÞÞCk1




kenó 8onne||










uecembre 2013




Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
3




ue mal a novembre 2013, le CnC a reunl un groupe de Lravall sur le sulvl des Asslses pour la
dlverslLe du clnema, qul s'eLalenL Lenues le 23 [anvler 2013. Ce groupe s'esL reunl lnLenslvemenL, a
ralson en general d'une reunlon hebdomadalre sur ceLLe perlode.

!e voudrals remercler slnceremenL LouLes les personnallLes, membres du groupe de sulvl des
Asslses pour la dlverslLe du clnema,

Þhlllppe Algle - Ccean lllms dlsLrlbuLlon
Manuel Alduy - Canal +
!ean-?ves 8loch - unlversclne
Þhlllppe 8ony - M6
ÞaLrlck 8roulller - LxplolLanL
uenls lreyd - Archlpel 33
Cllles Calllard - Mlkros lmage
valerle Carcla - Mars lllms
Lmllle Ceorge - MemenLo lllms lnLernaLlonal
uanlel Coudlneau - lrance 3 Clnema
ChrlsLlne Cozlan - 1helma lllms
vlncenL Crlmond - Wlld 8unch
Serge PayaL - Clnemage
Mlchel Pazanavlclus - 8eallsaLeur
LaurenL Peynemann - 8eallsaLeur
Marc Lacan - ÞaLhe lllms
Serge Laroye - Crange
MarLlne Marlgnac - Þlerre Crlse ÞroducLlons
MaragareL Menegoz - Les lllms du Losange
Marc Mlssonnler - lldellLe lllms
Mllena Þoylo - 1S ÞroducLlons
Agnes de Sacy - ScenarlsLe
Carole ScoLLa - PauL eL CourL
!erôme SouleL - CaumonL
Alaln Sussfeld - uCC
LllsabeLh 1anner - ArLmedla
Marc 1essler - vldeo luLur LnLerLalnmenL Croup
naLhalle 1oulza Madar - 1l1

pour leur parLlclpaLlon assldue eL frucLueuse aux debaLs de ceLLe lnsLance donL ['al eu
l'honneur de rapporLer les Lravaux.

Þar allleurs, le groupe a accuellll en novembre la reflexlon complemenLalre d'un groupe de
Lravall, de reallsaLeurs, producLeurs eL Lechnlclens, anlme par Þascale lerran.

ll va de sol que LouLes les appreclaLlons emlses eL les proposlLlons formulees dans ce rapporL,
blen que s'lnsplranL de cerLalnes suggesLlons emananL du groupe, sonL dans leur LranscrlpLlon flnale
de ma seule responsablllLe.


8ene 8onnell



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
S
LL11kL DL MISSICN

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
6





Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
7

hLLps://LwlLLer.com/LeCnC





Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
9

SCMMAIkL

CnAÞI1kL I : LL CCNS1A1 ...................................................................... 17

I. UNL ÞkCDUC1ICN LN DLSLÇUILI8kL ............................................................... 18
A. DLS ÞLkILS SUk LL IINANCLMLN1 DL LA ÞkCDUC1ICN .......................................... 18
1. Le marche des salles .................................................................................................... 19
2. Le marche de la vldeo ................................................................................................. 19
3. La Lelevlslon a peage ................................................................................................... 20
4. La Lelevlslon generallsLe en clalr ................................................................................. 20
8. UNL IkAC1UkL DANS LA 8kANCnL ........................................................................ 21
C. UNL LVCLU1ICN CCN1kAS1LL DLS CC01S DL ÞkCDUC1ICN................................... 21
1. ulsparlLe des coûLs ...................................................................................................... 22
2. Le mlrolr deformanL de l'emballemenL lnflaLlonnlsLe ................................................ 23
3. SLrucLure des coûLs ..................................................................................................... 23
4. Le polds du LalenL ........................................................................................................ 26
3. La place du « dessus de la llgne »................................................................................ 26
D. CCNICk1S L1 INCCNICk1S DU ÞkLIINANCLMLN1 ................................................ 27
1. La noLlon de coûL de producLlon ................................................................................. 28
2. L'lmpacL dlfferencle des coûLs : le polds du preflnancemenL ..................................... 29
L. L'CkIGINL GLC8ALL DLS IINANCLMLN1S ............................................................... 30
1. Les sources par Lype d'lnLervenanLs ........................................................................... 30
2. L'approche synLheLlque .............................................................................................. 31
I. LÇUILI8kLS L1 DLSLÇUILI8kLS MACkCLCCNCMIÇULS DL LA ÞkCDUC1ICN ........... 31
1. La perslsLance des deflclLs........................................................................................... 32
2. une couverLure Lres lnegale des coûLs ....................................................................... 32
G. UNL kLSCkÞ1ICN D¥NAMIÇUL DLS DLIICI1S DL LA 8kANCnL ............................... 33
1. Au nlveau macroeconomlque ..................................................................................... 33
a. La caLalogue : une arme qul s'emousse .................................................................. 34
b. ues perLes qul se dlspersenL ................................................................................... 33
2. Au nlveau des enLreprlses de producLlon : le sorL varlable des producLeurs ............. 33
n. UNL kLN1A8ILI1L ALLA1CIkL ................................................................................ 36
1 La renLablllLe globale de la branche ............................................................................. 37
2. L'lmpacL pour les pre-acheLeurs eL la renLablllLe pour les coproducLeurs ................. 39
a. Les preachaLs des dlffuseurs. .................................................................................. 39
b. Les lnvesLlsseurs en producLlon .............................................................................. 40
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
10
3. L'lnLervenLlon de l'alde publlque ................................................................................ 41
I. A1CMISA1ICN L1 SCUS-CAÞI1ALISA1ICN DU SLC1LUk ............................................ 42
I. UNL ÞkCDUC1ICN ÇUI LMIGkL .............................................................................. 42

II. UNL DIS1kI8U1ICN ÇUI S'LM8ALLL ................................................................ 44
A. UNL ICk1L ÞkCGkLSSICN DU NCM8kL DL IILMS DIS1kI8ULS ............................... 44
8. UNL LkÞCSI1ICN INLGALL DLS IILMS ..................................................................... 44
1. une dlsLrlbuLlon concenLree sur quelques LlLres ........................................................ 44
2. L'enraclnemenL de la mulLlprogrammaLlon eL de la mulLldlffuslon ........................... 46
3. La numerlsaLlon des salles eL la conLrlbuLlon numerlque (vÞl) ................................. 47
C. UNL S1kUC1UkL DLSLÇUILI8kLL ........................................................................... 47
D. UNL LNVCLLL DLS CC01S DL DIS1kI8U1ICN .......................................................... 48
L. UN kISÇUL IINANCILk LLLVL ................................................................................. S0
1. Le sous-equlllbre ......................................................................................................... 30
2. L'lmpacL du souLlen genere ......................................................................................... 31
3. L'absorpLlon des deflclLs ............................................................................................. 31

III. DLS LkÞCk1A1ICNS ÇUI S'ACCkCCnLN1 ....................................................... S2

IV. LA VIDLC : UN MAkCnL ÞkCML11LUk ÇUI SL DLkC8L .................................. S3
A. LA VIDLC Þn¥SIÇUL .............................................................................................. S3
8. LA VIDLC DLMA1LkIALISLL .................................................................................... S4
1. La vau a l'acLe ............................................................................................................. 34
2. La vldeo par abonnemenL ........................................................................................... 33
3. ue lourdes lncerLlLudes ............................................................................................... 33
a. Les handlcaps a l'essor de la vau a l'acLe ............................................................... 33
b. Le cas de la SvCu .................................................................................................... 36
C. UN SLC1LUk LN LÇUILI8kL IkAGILL ....................................................................... S6
1. LvaluaLlon du solde edlLeur ........................................................................................ 36
2. L'lnLervenLlon de l'alde generee ................................................................................. 37

V. LA 1LLLVISICN DL kA11kAÞAGL : UN MAkCnL ÇUI S'LNVCLL ......................... S8
CCNCLUSICN : LA LANCINAN1L ÇULS1ICN DL LA CnkCNCLCGIL DLS MLDIAS. ........... S9
a. Les adepLes du changemenL.................................................................................... 39
b. Les parLlsans du sLaLu quo ...................................................................................... 60
c. Les Lermes du debaL ................................................................................................ 61

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
11
VI. DLS CCNILI1S DL kLÞAk1I1ICN LNCCkL MAL AÞAISLS .................................. 63
A. LN1kL ÞkCDUC1LUkS L1 DIS1kI8U1LUkS .............................................................. 63
8. LN1kL AU1LUkS L1 ÞkCDUC1LUkS ........................................................................ 63
1. ues docLrlnes dlvergenLes ........................................................................................... 64
a. La gesLlon lndlvlduelle des drolLs ............................................................................ 64
b. La gesLlon collecLlve des drolLs d'auLeurs ............................................................... 63
2. un marche desequlllbre qul envenlme la slLuaLlon .................................................... 66
C. UNL SI1UA1ICN DCMMAGLA8LL ........................................................................... 67
CCNCLUSICN : ÇULLLL ÞLkLNNI1L ? .......................................................................... 67

CnAÞI1kL II : LLS SCLNAkICS ÞCSSI8LLS D'LVCLU1ICN DL
L'INDUS1kIL CINLMA1CGkAÞnIÇUL .................................................... 69

I. LL CCMÞCk1LMLN1 ÞkLVISI8LL DLS MAkCnLS ............................................... 70
A. LA IkLÇULN1A1ICN LN SALLLS .............................................................................. 70
8. LL MAkCnL ÞU8LICI1AIkL DL LA 1LLLVISICN .......................................................... 71
C. LL MAkCnL DL LA VIDLC ........................................................................................ 73
D. 1LLLVISICN ÞA¥AN1L L1 VàD ÞAk A8CNNLMLN1 .................................................. 74
L. LLS LkÞCk1A1ICNS ................................................................................................ 74
I. LVCLU1ICN GLC8ALL DLS DL8CUCnLS LLLC1kCNIÇULS ........................................ 7S
CCNCLUSICN : kLMAkÇULS CCMÞLLMLN1AIkLS ....................................................... 7S

II. DLS INCLk1I1UDLS SUk LL NIVLAU DLS C8LIGA1ICNS DL ÞkCDUC1ICN
L1 L'ALIMLN1A1ICN DU ICNDS DL SCU1ILN AU CINLMA .................................... 77
A. LLS INCIDLNCLS SUk LLS C8LIGA1ICNS DL ÞkCDUC1ICN DLS CnAINLS DL 1LLLVISICN
........................................................................................................................................... 77
8. LLS ALLAS DL L'ALIMLN1A1ICN DU ICNDS DL SCU1ILN ......................................... 78
1. une lenLe regresslon des ressources .......................................................................... 78
2. ues anLlclpaLlons de ressources sous hypoLheses ...................................................... 79
3. Le rendemenL des Laxes .............................................................................................. 80
CCNCLUSICN : DU 8CN USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN .............................................. 81

CnAÞI1kL III : LLS CkILN1A1ICNS S1kA1LGIÇULS SCUnAI1A8LLS........ 83
1. Cuelle approche sLraLeglque ? .................................................................................... 83
2. Cuels ob[ecLlfs ? .......................................................................................................... 86

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
12
I. L'AC1L DL ÞkCDUC1ICN .................................................................................. 89
A. kLNICkCLk LLS ICNDS ÞkCÞkLS DLS SCCIL1LS DL ÞkCDUC1ICN L1 INCI1Lk
À LLUk kAÞÞkCCnLMLN1 ......................................................................................... 89
8. MU1UALISLk LLS kISÇULS DL DLVLLCÞÞLMLN1 .................................................... 90
C. LIMI1Lk LA DLkIVL DL CLk1AINS CC01S................................................................. 90
1. uu côLe des producLeurs ............................................................................................. 90
2. uu côLe des pre-acheLeurs .......................................................................................... 91
D. kLDIS1kI8ULk DLS kLSSCUkCLS DANS LA 8kANCnL .............................................. 92
1. 8edeployer les aldes en dlrecLlon des fllms en dlfflculLes de flnancemenL
souvenL les fllms a molns de 2 a 2,3 Mt de budgeL ........................................................ 92
2. Le recours aux SCllCA ................................................................................................. 93
3. La sLlmulaLlon des londs d'lnvesLlssemenLs ............................................................... 93

II. CCNSCLIDLk L1 LLAkGIk LL IINANCLMLN1 DL LA ÞkCDUC1ICN ..................... 96
A. kLDLSSINLk LLS C8LIGA1ICNS DLS CnAINLS DL 1LLLVISICN .................................. 96
1. Les chaines en clalr ...................................................................................................... 96
2. Les chaines payanLes ................................................................................................... 98
a. Canal Þlus ................................................................................................................ 98
b. Crange Clnema Serles ............................................................................................. 98
8. S1IMULLk LLS LkÞCk1A1ICNS ............................................................................... 99
1. Le souLlen acLuel ......................................................................................................... 99
2. londs d'avances remboursables ............................................................................... 100
3. une alde auLomaLlque a l'exporLaLlon ? ................................................................... 100
4. La remonLee de la receLLe ......................................................................................... 101
C. A11IkLk DLS CAÞI1AUk DANS LA 8kANCnL .......................................................... 101
1. L'ob[ecLlf .................................................................................................................... 101
2. La mlse en ouvre ...................................................................................................... 102
3. L'allmenLaLlon de ces londs ...................................................................................... 103
D. LNCADkLk LL CkCWD-IUNDING .......................................................................... 104
L. SCU1LNIk L'AC1ICN kLGICNALL .......................................................................... 104

III. kLNICkCLk LA DIS1kI8U1ICN ..................................................................... 107
A. AGIk SUk LLS CC01S ........................................................................................... 107
1. Les frals d'edlLlon ...................................................................................................... 107
2. La fln des vÞl ............................................................................................................ 108
8. kLGULLk LLS kAÞÞCk1S AVLC LLS ÞkCDUC1LUkS ................................................ 108
1. AccroiLre la Lransparence des relaLlons .................................................................... 108
2. L'lmpacL de l'alde a la dlsLrlbuLlon ............................................................................ 109
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
13
3. Les mandaLs en garanLles crolsees............................................................................ 109
4. Slngularlser les foncLlons quand le dlsLrlbuLeur esL coproducLeur ........................... 111
C. ADAÞ1Lk LLS kAÞÞCk1S AVLC L'LkÞLCI1A1ICN ................................................... 111
1. Les condlLlons de locaLlon ......................................................................................... 111
2. MulLlprogrammaLlon eL mulLldlffuslon ..................................................................... 111
D. ÞkC1LGLk LLS SCk1ILS DLS IILMS LLS ÞLUS IkAGILLS ......................................... 113
L. CCNSCLIDLk LLS S1kUC1UkLS ............................................................................. 114
CCnCLuSlCn : 8LnlC8CL8 LL SCu1lLn Au1CMA1lCuL. ........................................... 113

IV. ÞkC1LGLk L1 S1IMULLk LL SLC1LUk DL LA VIDLC ....................................... 116
A. LU11L CCN1kL LL ÞIkA1AGL ................................................................................ 116
1. Lever rapldemenL cerLalnes lncerLlLudes leglslaLlves. .............................................. 116
2. ulsLlnguer enLre les formes de plraLerle ? ................................................................ 116
3. lorLlfler l'offre legale ................................................................................................ 117
8. S1IMULLk LL MAkCnL ......................................................................................... 117
1. une pollLlque des prlx plus aLLracLlve ....................................................................... 117
2. une offre plus dynamlque ......................................................................................... 117
3. L'assoupllssemenL de la chronologle des medlas eL le degel des drolLs a l'lnLerleur
des fenôLres d'explolLaLlon ........................................................................................... 118
a. AvanLages eL llmlLes de la chronologle acLuelle.................................................... 118
b. La quesLlon du gel des drolLs ................................................................................ 118
c. Cue falre ? ............................................................................................................. 119
d. Les consequences .................................................................................................. 121
C. LA ÇULS1ICN DU MUS1 CIILk ............................................................................. 122
D. ÞkC1LGLk LLS CÞLkA1LUkS CCN1kL LA CCNCUkkLNCL L1kANGLkL DLkLGULLL 123
L. LNCCUkAGLk LA ÞkCDUC1ICN ............................................................................ 123
1. ues obllgaLlons acLuallsees eL renforcees ................................................................. 123
2. L'exLenslon de l'alde auLomaLlque a la vau .............................................................. 124
I. SCU1LNIk LLS INNCVA1ICNS 1LCnNCLCGIÇULS .................................................. 124
G. ÞkC1LGLk LLS A¥AN1S DkCI1 ............................................................................. 124
n. IN1LNSIIILk LA NUMLkISA1ICN DLS CUVkLS DU ÞA1kIMCINL ........................... 126
CCNCLUSICN : LA SUkVLILLANCL D'UN MAkCnL LN ÞLLIN DLVLLCÞÞLMLN1 ........... 126

V. ALIMLN1A1ICN L1 CÞ1IMISA1ICN DL L'USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN ........ 127
A. ALIMLN1A1ICN DU ICNDS .................................................................................. 127
1. L'assleLLe de la 1SA .................................................................................................... 127
2. Llarglr l'assleLLe de la Laxe vldeo ............................................................................... 128
3. Llarglr l'assleLLe de la 1S1-L ...................................................................................... 128
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
14
4. Consollder la 1S1-u ................................................................................................... 129
8. L'AÞÞkCCnL DLS CnIIIkLS D'AIIAIkLS DLS CÞLkA1LUkS L1kANGLkS ................. 129
1. La regle de la 1vA du pays consommaLeur ............................................................... 130
2. L'esLlmaLlon des chlffres d'affalres en vldeo ............................................................ 131
3. Le chlffre d'affalre des medlas en clalr d'orlglne eLrangere ..................................... 131
C. CÞ1IMISA1ICN DL L'USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN ............................................. 131
1. SouLlen auLomaLlque eL alde selecLlve ..................................................................... 131
a. L'lmpacL des aldes selecLlves ................................................................................ 132
b. La loglque du souLlen auLomaLlque. ..................................................................... 133
2. une evaluaLlon regullere des lnLervenLlons .............................................................. 134

VI. LA ÞCLI1IÇUL IISCALL ................................................................................. 136
A. LA IISCALI1L INDIkLC1L ....................................................................................... 136
8. LL CkLDI1 D'IMÞC1 .............................................................................................. 137
1. Le credlL d'lmpôL « naLlonal » ................................................................................... 137
2. Le credlL d'lmpôL lnLernaLlonal ................................................................................. 137
C. LLS SCIICA .......................................................................................................... 138

VII. 1kANSÞAkLNCL L1 ÞAk1AGL DL LA kLCL11L .............................................. 139
A. UN ACCCkD INLDI1 ............................................................................................. 140
8. UN ÞkC1CCCLL À IINALISLk ................................................................................ 141
C. DLS ÞIS1LS D'AMLLICkA1ICN DU DISÞCSI1II LkIS1AN1 ........................................ 142
1. un loglclel commun de rendus de compLe ............................................................... 142
2. Le precompLe de l'auLeur .......................................................................................... 142
3. L'approche forfalLalre par la receLLe bruLe ............................................................... 142
4. La solldarlLe producLeur/auLeur par la meLhode du bonus ...................................... 144
D. UNL CC-ADMINIS1kA1ICN CÞ1ICNNLLLL DLS IN1LkL1S DLS AU1LUkS
L1 DLS ÞkCDUC1LUkS ............................................................................................. 14S
1. Þrlnclpes eL ob[ecLlfs ................................................................................................. 143
2. Mlse en ouvre de l'opLlon ........................................................................................ 146

CCNCLUSICN .................................................................................................... 147

ANNLkLS L1 DCCUMLN1S ICIN1S ....................................................... 149


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
1S

Le clnema françals offre les slgnes exLerleurs d'une cerLalne vlgueur economlque. Avec pres de
203 mllllons d'enLrees en 2012, ll a renoue avec les nlveaux de frequenLaLlon anLerleurs a l'essor du
marche de la vldeo eL la creaLlon de Canal Þlus. Les 279 fllms qu'll a produlLs ou coprodulLs la môme
annee, represenLenL plus du clnquleme du volume de la producLlon des 27 pays europeens. ll falL
face plus que dlgnemenL a la redouLable concurrence amerlcalne, en malnLenanL sur son LerrlLolre
une parL de marche osclllanL enLre 33 eL 40 ° des enLrees annuelles solL 10 a 13 ° au-dessus de celle
de ses homologues europeens dans leur propre pays. Lnfln, en compLanL les fllms coprodulLs, ll a
recolLe quaLre palmes d'or au lesLlval de Cannes ces clnq dernleres annees, donL deux onL
recompense des reallsaLeurs françals.
L'explolLaLlon dlspose, a l'lssue d'une double resLrucLuraLlon en LrenLe ans (complexes,
mulLlplexes) eL d'une numerlsaLlon quaslmenL achevee, d'un parc de salles correcLemenL lmplanLe
par rapporL a la reparLlLlon LerrlLorlale de la populaLlon eL praLlquanL une pollLlque de prlx
dynamlque.
8len que le nlveau de ses exporLaLlons depasse raremenL 10 ° de ses receLLes domesLlques, la
repuLaLlon culLurelle du clnema françals l'emporLe sur son polds economlque dans le monde.
L'annee 2012 consacrera son rayonnemenL arLlsLlque avec les clnq Cscars hlsLorlques aLLrlbues a 1be
Attlst.
une Lelle slLuaLlon esL generalemenL expllquee, ouLre le LalenL des auLeurs, lnLerpreLes eL
Lechnlclens concernes, par l'exlsLence d'une pollLlque acLlve de souLlen publlc qul ne cesse de
rafflner ses lnLervenLlons en dlrecLlon des dlfferenLes branches en les aldanL a affronLer avec succes
les muLaLlons qu'a dû affronLer l'lndusLrle du clnema : exploslon de LouLes les formes de Lelevlslon,
expanslon du secLeur de la vldeo, adapLaLlon a la revoluLlon numerlque. Ce souLlen publlc esL flnance
par le specLaLeur mals aussl par Lous les edlLeurs de conLenus audlovlsuels falsanL appel au clnema
dans leur programmaLlon, a savolr Lelevlslons, edlLeurs de vldeo alnsl que les dlsLrlbuLeurs de
servlces de Lelevlslon par le câble, le saLelllLe ou l'AuSL. ues aldes flscales dlrecLes (Soflca, credlLs
d'lmpôL) vlennenL compleLer ce dlsposlLlf.
ue plus, l'obllgaLlon falLe aux dlfferenLes chaines de Lelevlslon de conLrlbuer depuls plus d'un
quarL de slecle au flnancemenL de la producLlon, a assure la perennlLe de ses ressources Landls que
des quoLas de dlffuslon lmposes aux anLennes en garanLlssalenL les debouches.
Crâce a une alde selecLlve mulLlforme eL qul remonLe Lres en amonL dans la genese des
pro[eLs, le clnema françals esL caracLerlse par un renouvellemenL lmporLanL de ses creaLeurs. Le
nombre de premlers fllms se slLue largemenL au-dessus du Llers des fllms d'lnlLlaLlve françalse (lll) eL
celul des premlers eL deuxlemes fllms en depasse regulleremenL la molLle. une regenerescence aussl
consLanLe esL proflLable a une economle de proLoLypes.
8len d'eLonnanL que la lrance demeure pour de nombreux clneasLes eLrangers une reference
en maLlere de souLlen apporLe a ses creaLeurs eL pour le modele economlque qul reglL son lndusLrle
clnemaLographlque. L'alde au clnema du monde renforce ce rayonnemenL.
Lnfln, sur le plan dlplomaLlque, Lous les gouvernemenLs, acLlvemenL souLenus par les
professlonnels, onL defendu depuls LrenLe ans l'axlome de l'excepLlon culLurelle qul pose le prlnclpe
lnLanglble que la producLlon eL la dlffuslon de conLenus du môme nom dolvenL echapper aux lols
ordlnalres du llbre-echange. Le respecL de ceLLe regle a servl de remparL a LouLes les LenLaLlves de
demanLelemenL du dlsposlLlf françals de souLlen au sepLleme arL. 8on nombre de gouvernemenLs
eLrangers s'en sonL lnsplres pour souLenlr leur propre lndusLrle clnemaLographlque. lsolee au deparL
dans ce combaL, la lrance a su ralller de[a 13 pays europeens eL 14 mlnlsLres de la culLure a ceLLe
cause de plus en plus reprlse sur les auLres conLlnenLs. Ln mal 2013, le parlemenL europeen a voLe,
sur lnlLlaLlve françalse, son aLLachemenL a ce prlnclpe en demandanL que blens eL servlces culLurels
solenL exclus du mandaL de negoclaLlon de l'accord commerclal de llberaLlon des echanges qul
s'engage enLre l'Lurope eL les LLaLs-unls. La lrance a flnalemenL su convalncre de la valldlLe de son
polnL de vue en falsanL exclure, a ce sLade, les servlces culLurels, donL le clnema, du champ des
dlscusslons.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque
a l'heure du numerlque
16

CependanL, les slgnes avanL-coureurs d'un affalssemenL de ce dlsposlLlf se fonL [our, accenLues
par la crlse economlque acLuelle qul avalL [usqu'lcl pluLôL epargne l'acLlvlLe clnemaLographlque.
ApparalssenL des fracLures qul pourralenL menacer l'avenlr des ressources eL la genese des equlllbres
du secLeur. Llles appellenL a s'lnLerroger sur les voles a emprunLer pour sauvegarder un dlsposlLlf
d'lnLervenLlon qul en a assure la prosperlLe depuls plus d'un deml-slecle.
CependanL ces quesLlons dolvenL ôLre soulevees dans un conLexLe lnLernaLlonal qul change
radlcalemenL eL pose en Lermes renouveles la defense de l'excepLlon culLurelle, abrl leglLlme du
modele françals de souLlen de son lndusLrle clnemaLographlque (lofto ChaplLre lll).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque
17
CnAÞI1kL I

LL CCNS1A1

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
18
I. UNL ÞkCDUC1ICN LN DLSLÇUILI8kL
A. DLS ÞLkILS SUk LL IINANCLMLN1 DL LA ÞkCDUC1ICN
La frequenLaLlon des salles s'essouffle (- 6,27 ° en 2012 eL une Lendance a - 3,3 ° pour les 10
premlers mols de 2013, eL - 9 ° en annee gllssanLe) avec un clnema françals qul volL sa parL de
marche s'effrlLer (32,3 ° de [anvler a ocLobre 2013 conLre 42,9 ° l'annee precedenLe). La receLLe
remonLanL des salles, LouL en manlfesLanL une bonne Lenue, flucLue assez slgnlflcaLlvemenL d'une
annee sur l'auLre en foncLlon du nombre de LlLres porLeurs mls a l'afflche. !amals la frequenLaLlon n'a
eLe aussl dependanLe des resulLaLs d'une polgnee de LlLres.
Le marche du fllm en uvu regresse regulleremenL (- 8,2 ° en valeur en 2012) sans que le 8lu-
ray qul a ralenLl sa progresslon ne prenne le relals compensaLolre aLLendu (+ 8,6 ° en 2012 mals
encore qu'un clnquleme du marche de la vldeo physlque). Au LoLal, en 2012, la vldeo physlque
« fllm » a perdu 8,2 ° de son chlffre d'affalres par rapporL a 2011 eL la molLle depuls 2003. Apres un
demarrage raplde a parLlr de 2007, la vldeo a la demande (vau) a l'acLe a ralenLl sa crolssance pour
ne represenLer en 2012 qu'envlron un clnquleme des venLes en vldeo en clnema. Þour la premlere
fols en 2013, elle a vu son acLlvlLe se redulre de plus de 6 ° en donnees exLrapolees. A Lerme, son
essor peuL ôLre enLrave par l'lnfluence de plusleurs phenomenes : desLln d'une SvCu
1
encore
balbuLlanLe, concurrence de la Lelevlslon de raLLrapage, progresslon des servlces eLrangers decharges
d'obllgaLlons. Le polds de la vldeo dans le preflnancemenL de la producLlon se degrade regulleremenL
(0,8 ° en 2012 conLre 2 ° en 2003).
Le chlffre d'affalre des chaines a peage sLagne. La conLrlbuLlon de Canal Þlus a la producLlon
decelere sa progresslon (+ 2,3 ° en 2012 pour la chaine mere, + 0,4 ° pour Clne +). ue son côLe,
Otooqe cloémo sétles volL son rôle de[a marglnal dlmlnuer (- 9,4 ° d'apporL en 2012).
Les ressources des chaines en clalr chuLenL enLrainanL une balsse de leurs lnvesLlssemenLs en
producLlon sans que les sLaLlons de la 1n1 vlennenL combler ce manque. Leurs lnvesLlssemenLs dans
la producLlon clnemaLographlque onL regresse de 12,6 ° par rapporL a 2011.
Au LoLal, en 2012, les lnvesLlssemenLs en producLlon onL dlmlnue de 3,3 ° pour les fllms
d'lnlLlaLlve françalse. L'annee 2013 se presenLe egalemenL sur un Lrend balssler pour quaslmenL Lous
les conLrlbuLeurs.
une Lelle slLuaLlon esL-elle puremenL con[oncLurelle eL llee a la crlse ou dlcLee par des donnees
sLrucLurelles lndependanLes de la slLuaLlon globale de l'economle donL les effeLs vonL se falre
durablemenL senLlr ?
À |'hor|zon de c|nq ans ou ll paraiL sage de se canLonner, ces dlfflculLes devralenL perslsLer ou
s'accenLuer, en ralson des lourdes lncerLlLudes que falL peser le developpemenL des Lechnologles
numerlques sur l'avenlr du secLeur eL du degre de concurrence que va sublr le marche françals sous
l'effeL d'lnlLlaLlves exLerleures.
8len enLendu, le plraLage qul provoque d'lmporLanLs ravages sur les dlfferenLs marches eL en
parLlculler sur celul de la vldeo, demeure une donnee prevlslonnelle dlfflclle a cerner. Selon le
rapporL Lescure, l'effeL dlssuaslf de la reponse graduee mlse en ouvre par l'Padopl sur le
LelechargemenL lllegal de palr a palr esL avere. ll preclse cependanL, que « le tecol Jo télécbotqemeot
Je polt ò polt (.) o Jovootoqe ptoflté oox oottes fotmes Je télécbotqemeot llllclte (LelechargemenL

1
Þour nommer la vldeo a la demande par abonnemenL, nous avons conserve l'abrevlaLlon anglalse SvCu
(5obsctlptloo vlJeo Oo uemooJ) plus famlllere parml les professlonnels que vAuA (vldeo a la demande par
abonnemenL).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
19
dlrecL en stteomloq) ». L'acLlon penale conLre les slLes lllegaux marchands connaiL un debuL
d'efflcaclLe mals ces plaLeformes, a pelne lnLerdlLes, ressurglssenL en d'auLres lleux eL sous d'auLres
noms. Cn esL donc obllge de ralsonner a « plraLage consLanL » ou legeremenL aLLenue. Les declslons
qul seronL prlses a la sulLe du rapporL Lescure sur ce su[eL comporLeronL des consequences
lmporLanLes sur le phenomene. Alnsl, selon les professlonnels, la suppresslon par le decreL du 9
[ullleL 2013 de la sancLlon de la coupure de la connexlon a lnLerneL auralL relance le plraLage. !amals
appllquee, elle consLlLueralL cependanL une menace a forL effeL dlssuaslf.

1. Le marchó des sa||es

1res dependanL du volume eL de la dlverslLe de l'offre, de la parL de marche que conservera le
clnema françals face au clnema amerlcaln, l'explolLaLlon en salles conLlnuera a pourvolr des
ressources a un nlveau consequenL mals peu alsemenL prevlslble. Comme dans LouLe economle de
l'offre, le nombre de fllms « porLeurs » mals aussl l'evoluLlon du pouvolr d'achaL, dlcLeronL le nlveau
des enLrees en deplL de la pollLlque des prlx Lres dynamlque menee au gulcheL. L'evoluLlon des frals
d'edlLlon lnfluencera aussl celle des ressources neLLes desLlnees a l'amorLlssemenL de la producLlon.
La salle demeurera plus que [amals l'endrolL ou l'ouvre d'lmage eL de son prendra ceLLe valeur
lmaglnalre qul lul permeLLra d'ôLre commerclallsee comme un fllm sur les marches d'aval. Llle pourra
resLer occaslonnellemenL le lleu d'emergence de superproflLs mals aussl celul de l'aggravaLlon des
perLes des fournlsseurs (producLlon-dlsLrlbuLlon).

2. Le marchó de |a v|dóo

Le marche naLlonal de la vldeo physlque souffre, eL celul de la vldeo a la demande a l'acLe ou
par abonnemenL en plelne muLaLlon, se deplole sous la menace de servlces ldenLlques de[a mls en
ouvre par des moLeurs de recherche (Coogle Þlay, l-1une) ou pro[eLes par des dlsLrlbuLeurs de blens
eL servlces (Amazone) eL des servlces vldeo par abonnemenL (neLfllx). CperanL depuls l'eLranger eL
dlsposanL d'lmporLanLs moyens d'lnvesLlssemenLs, ces compeLlLeurs sonL, a ce [our, exoneres des
conLralnLes pesanL sur leurs homologues françals (flscallLe, obllgaLlons d'lnvesLlr, respecL de la
chronologle des medlas). ue plus, lls uLlllsenL des meLhodes commerclales agresslves de peneLraLlon
des marches. une compeLlLlon aussl lnegale pourralL Lourner au desavanLage des operaLeurs
françals. uans une Lelle hypoLhese, la progresslon du secLeur s'effecLueralL au proflL des socleLes
eLrangeres, de cerLalns ayanLs drolL eL surLouL sans preflnancemenL des ouvres, ce qul
desavanLageralL le clnema françals.
ll exlsLe de[a en Lurope 430 servlces de vau consacres au clnema donL cerLalns asslegenL le
marche de l'hexagone [uges par eux complexe car Lrop reglemenLe. Comblen de Lemps ce Lype
d'obsLacles [urldlques s'lmposera-L-ll face au developpemenL des moyens Lechnologlques permeLLanL
de le conLourner ? Cuelle esL la perennlLe de ceLLe pollLlque du « vlllage gaulols » ? 8eslsLer esL
lmporLanL a courL Lerme, encore fauL-ll savolr dans quelle sLraLegle s'lnscrlL une Lelle aLLlLude.
Ln LouLes hypoLheses, ll faudra un cerLaln Lemps au marche de la vldeo pour accroiLre les
debouches qu'll ouvrlra au clnema eL au flnancemenL de sa producLlon (lofto pro[ecLlons chlffrees
ChaplLre ll). ll s'aglralL LouLefols de l'encourager (Chap.lll. lv.8).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
20
3. La tó|óv|s|on à póage

La Lelevlslon a peage esL enLree dans une ere de maLurlLe qul va exlger une adapLaLlon de son
modele economlque. Þremler flnancler de la producLlon, le groupe Canal Þlus eL plus generalemenL
les chaines a peage, pourralenL connaiLre quelques Lurbulences pour dlfferenLes ralsons :

Le modele essenLlellemenL generallsLe (assoclanL dans l'abonnemenL plusleurs offres de
conLenus - sporL, flcLlon, clnema) esL poLenLlellemenL desLablllse par l'offenslve exLerleure en cours
sur les drolLs sporLlfs naLlonaux.
Sl l'acLlvlLe esL molns senslble a la crlse economlque, la dlsLrlbuLlon par AuSL qul prend de
plus en plus d'lmporLance genere un cboto (Laux de desabonnemenL) plus eleve qul fraglllse
le chlffre d'affalres.
CanalSaL semble perdre des abonnes (260 000 selon la presse) en ralson de la concurrence
des offres graLulLes, de la perLe de cerLalnes excluslvlLes (Clne +, LurosporL, ulsney, vlvolLa
eLc.), de l'emlgraLlon des abonnes vers l'AuSL eLc.
La pay 1v qul emane des chaines LhemaLlques (ClnL+, CCS) assure 20 ° du flnancemenL de
la Lelevlslon a peage. Llle pourralL ôLre plus senslble a l'exlsLence d'offres non llnealres,
noLammenL de la SvCu. ll n'esL pas assure que ce dernler servlce compense rapldemenL
ceLLe evenLuelle perLe de ressources.
Le passage a 10 ° de la 1vA de Canal Þlus au 1
er
[anvler 2014 pourralL peser sur ses
obllgaLlons d'lnvesLlssemenL (ampuLaLlon de 10 Mt selon le groupe, LouLes choses egales
par allleurs) car la chaine ne pourra repercuLer ceLLe hausse sur ses Larlfs comme lors de
l'augmenLaLlon de 3,3 a 7 ° de 2012. La concurrence de 8eln SporL a 11 t, blenLôL peuL-
ôLre de neLfllx eL des bouqueLs quasl graLulLs des lAl le lul lnLerdlL.

4. La tó|óv|s|on gónóra||ste en c|a|r

Ce secLeur esL le plus desLablllse par la crlse economlque eL l'exploslon du numerlque.
L'emlgraLlon des ressources publlclLalres en dlrecLlon d'lnLerneL eL des chaines LhemaLlques enLame
sLrucLurellemenL son chlffre d'affalres alors que la compeLlLlon pour l'acqulslLlon des programmes,
Lel le sporL, en rencherlL le coûL. Au premler semesLre 2013, le groupe 1l1 enreglsLre une chuLe de
8,3 ° de ses receLLes publlclLalres (7,2 ° pour la chaine hlsLorlque) Landls que M6 sublL une perLe
plus moderee aussl blen au nlveau du groupe (- 1,4 °) que de la chaine (- 2,3 °). 1l1 ne redresse son
resulLaL operaLlonnel au premler semesLre 2013 qu'au prlx de forLes economles.
Þar allleurs, la Lelevlslon connecLee a un ordlnaLeur se developpe a vlve allure en Lurope.
verlLable bouLlque a conLenus audlovlsuels lnLeracLlfs ou non (vldeo, [eux, Lelevlslon payanLe ou
graLulLe, conLenus du Web eLc.), elle menace dlrecLemenL les chaines de Lelevlslon en clalr en ralson
de son poLenLlel de deLournemenL de la manne publlclLalre. Ces dernleres savenL reaglr en adapLanL
leur offre eL en lnLegranL le LelespecLaLeur dans le cholx, volre l'elaboraLlon de leurs programmes,
par le LruchemenL de Lous les moyens de communlcaLlon clbles exlsLanLs (Lelevlslon de raLLrapage,
messagerles, reseaux soclaux eLc.). Cn asslsLe alnsl a une muLaLlon raplde des Lelevlslons en clalr qul
fonL du clnema un usage molns assure qu'auparavanL. Llles declarenL d'allleurs perdre de l'argenL au
momenL de la dlffuslon des fllms preacheLes (lofto P.2).
Ln enLamanL la base sur laquelle sonL asslses les obllgaLlons de producLlon des chaines de
Lelevlslon eL les Laxes audlovlsuelles, de Lelles perspecLlves ne sauronL resLer sans effeL sur le
flnancemenL de la producLlon clnemaLographlque eL l'allmenLaLlon du londs de souLlen.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
21
L'ensemble de ces conslderaLlons nourrlL les scenarlos d'evoluLlon du secLeur presenLes plus
bas (ChaplLre ll).

8. UNL IkAC1UkL DANS LA 8kANCnL
L'apparenLe prosperlLe du volume masque une grande dlsparlLe dans les praLlques de
producLlon comme l'lndlquenL deux eLudes du CnC, l'une deLalllanL les coûLs de producLlon de 2003
a 2012 eL l'auLre, [olnLe a ce rapporL, lnLlLulee L'economle des fllms d'lnlLlaLlve françalse eL porLanL
sur 1 283 fllms sorLls enLre 2004 eL 2011. Accompagnee de sa meLhodologle, elle compleLera les
analyses eL eLalera les proposlLlons.
Au fll des annees s'esL lnsLlLuee une verlLable fracLure au seln de la producLlon enLre une
clnquanLalne de fllms se slLuanL a 130 ° du devls moyen qul concenLrenL les plus gros
lnvesLlssemenLs des dlffuseurs, beneflclenL du souLlen des groupes ou des gros dlsLrlbuLeurs eL une
producLlon qul se pauperlse. Ln 2012, plus d'un quarL des fllms se fabrlque avec un budgeL de molns
de 1 mllllon d'euros conLre envlron un clnquleme dlx ans plus LôL alors que, duranL la perlode, les
prlx onL crû d'envlron 23 °. LnLre les deux exLrômes, les fllms dlLs du « mllleu » de 4 a 7 mllllons de
budgeL dlsparalssenL lenLemenL (1,4 ° des fllms produlLs en 2012 conLre 9,3 ° en 2003).
Se developpe alnsl une producLlon depourvue de LouL apporL de la parL d'une chalne de
Lelevlslon (4 fllms sur 10 en 2012 eL 7 sur 10 d'un devls lnferleur a 1 Mt) qul survlL grâce aux aldes
selecLlves, aux flnancemenLs reglonaux ou aux Soflca, sans pouvolr d'allleurs Lou[ours les cumuler.
Pors le cas parLlculler de cerLalns documenLalres, c'esL le secLeur des salalres bas, des condlLlons de
Lravall dlfflclles, des frals generaux du producLeur non payes.

ll en resulLe :

une reparLlLlon Lres desequlllbree des lnvesLlssemenLs enLre les fllms, plus ou molns
corrlgee par les mecanlsmes d'alde selecLlve. Ln 2012, les 18 fllms au devls superleur a 13
mllllons (8,6 ° des lll) concenLrenL plus du Llers des lnvesLlssemenLs, les 33 fllms au devls
superleur a 10 mllllons (16 ° des lll) en consommenL la molLle Landls que les 129 fllms au
budgeL lnferleur a 4 mllllons (62 ° des lll) en reunlssenL 19,7 °, sans compLer les 83 fllms
a molns de deux mllllons (40 °) qul en aLLlrenL molns de 6 ° ,
une lnegallLe d'acces aux moyens de dlsLrlbuLlon eL de programmaLlon des fllms (lofto).

une Lelle cesure esL en grande parLle a l'orlglne du confllL auLour de la convenLlon collecLlve de
la producLlon clnemaLographlque eL de sa slgnaLure laborleuse.

C. UNL LVCLU1ICN CCN1kAS1LL DLS CC01S DL ÞkCDUC1ICN
LnLre 2003 eL 2012, les coûLs moyens de producLlon eLudles a parLlr des agremenLs de
producLlon du CnC sonL globalemenL sLables eL balssenL môme en euros consLanLs depuls 2009 en
ralson de la forLe progresslon des fllms a peLlLs budgeLs (donL davanLage de documenLalres). L'ecarL
qul se creuse enLre devls moyen eL devls medlan (celul qul deparLage un nombre equlvalenL de fllms
au-dessus eL en-dessous de son nlveau) soullgne l'elarglssemenL de l'echelle des budgeLs,
noLammenL dans le domalne de la flcLlon donL le coûL moyen s'accroiL a une allure plus raplde
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
22
(3,12 ° par an). La reparLlLlon des fllms par Lranches de budgeLs eL par posLes de depenses esL
egalemenL lnsLrucLlve.

1. D|spar|tó des coûts

uuranL la perlode, le nombre de budgeLs lnferleurs a 1 Mt s'envole de 41 a 38. Le volume de
fllms au devls superleur a 7 mllllons a presque double passanL de 30 a 33 eL de 16,4 ° des fllms
produlLs a 26,3 °, solL une progresslon relaLlve de 60° que n'expllque pas en LoLallLe une lnflaLlon
de 17 ° duranL la perlode.
A l'lnLerleur de ceLLe dernlere Lranche, l'augmenLaLlon du nombre de fllms esL homogene dans
LouLes les echelles de devls (7 a 10 mllllons, 10 a 13 eL 13 eL plus). CeLLe progresslon semble s'ôLre
recemmenL acceleree pour les Lres gros budgeLs. Le nombre de fllms superleurs a 13 mllllons passe
de 11 a 18 avec des polnLes superleures a 20 mllllons (6 en 2012). un fllm aLLelnL môme 40 mllllons.
L'eLude des coûLs condulLe sur les 1 283 fllms par annee de sorLle enLre 2004 eL 2011 (sopto)
conflrme sous une auLre forme ces donnees a savolr que :

les coûLs de producLlon des fllms d'lnlLlaLlve françalse onL progresse molns vlLe que
l'lnflaLlon ,
les coûLs de producLlon onL crû plus vlLe dans le premler quarLlle (+ 47 °) que dans le
Lrolsleme (+ 33 °) ,
depuls la mlse en ouvre du credlL d'lmpôL clnema l'ecarL enLre coûL de producLlon
(agremenL de producLlon) eL devls (agremenL des lnvesLlssemenLs) esL relaLlvemenL sLable,
de l'ordre de - 9 °.

Au premler semesLre 2013, ces Lendances connalssenL un cerLaln lnflechlssemenL :

le volume des fllms agrees semble decroiLre legeremenL en ralson de la chuLe de 23 ° des
coproducLlons a ma[orlLe eLrangere. Le nombre de fllms d'lnlLlaLlve françalse resLe sLable ,
le monLanL des lnvesLlssemenLs dans les fllms d'lnlLlaLlve françalse progresse de 8 ° Landls
que celul que consommenL les coproducLlons a ma[orlLe eLrangere chuLe de 30 °
enLrainanL une quasl-sLagnaLlon du monLanL global du flnancemenL. Le nombre de fllms
eLrangers esL en neL reLralL, que ce solL pour les fllms d'lnlLlaLlve françalse (de plus d'un
clnquleme) ou pour les producLlons a ma[orlLe eLrangere (- 28 °) ,
hors le cas d'un fllm d'anlmaLlon au budgeL excepLlonnel, le nombre de fllms au-dessus de
10 Mt chuLe de pres de la molLle. La Lranche de budgeL de 7 a 10 Mt quadruple Landls que
le volume de fllms de 4 a 7 Mt resLe consLanL, marquanL Lou[ours ceLLe môme fracLure
dans les echelles de budgeLs. Les fllms en dessous de 4 Mt domlnenL Lou[ours auLanL (les
deux Llers des fllms agrees), ceux qul se slLuenL en dessous de 1 Mt passenL de 40 ° a un
Llers eL Landls que double le nombre de fllms enLre 1 eL 2 Mt pour re[olndre cependanL le
nlveau des annees anLerleures a 2012. Þour les fllms au coûL superleur a la moyenne, ll
n'esL pas lmposslble que cerLalns Lournages alenL eLe a[ournes dans l'aLLenLe que solenL
levees les lncerLlLudes concernanL la mlse en ouvre du nouveau reglme du credlL d'lmpôL
aux monLanLs plus genereux. CeLLe hypoLheque esL desormals levee (lofto Chap.lll.l.u.b)

CerLalnes concluslons semblenL avolr eLe Llrees de quelques reLenLlssanLs echecs du premler
semesLre 2013 par la reducLlon de la mlse en chanLler du nombre de fllms a budgeL eleve. Þar
allleurs, la crlse des economles europeennes rarefle les caplLaux eLrangers, ce qul reLenLlL sur le
volume de la producLlon. Lnfln, les fllms a budgeLs en dessous de 4Mt domlnenL Lou[ours auLanL.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
23
CependanL, ll fauL aLLendre de dlsposer des donnees du second semesLre pour verlfler sl une
Lelle evoluLlon se conflrme.

2. Le m|ro|r dóformant de |'emba||ement |nf|at|onn|ste

Les fllms du dernler quarLlle, eL surLouL ceux donL les budgeLs depassenL 13 Mt, presenLenL
une lmage deformee de la slLuaLlon de la branche. lls ne represenLenL que 3 a 10 ° du volume de la
producLlon mals concenLrenL l'aLLenLlon car lls apparalssenL comme les symboles d'une envolee
lrreallsLe des coûLs par rapporL aux posslblllLes d'amorLlssemenL du marche. ConsommanL un Llers eL
plus parfols des lnvesLlssemenLs pour 3 a 8 ° des fllms produlLs, lls represenLenL des ouvres a forLe
valeur a[ouLee de producLlon donL les salles eL les chaines de Lelevlslon esLlmenL avolr besoln. Ln
dehors de cerLalns fllms d'anlmaLlon onereux eL a elaboraLlon plus lenLe, on y reLrouve beaucoup de
fllms au casLlng dlL « commerclal » eL aux reallsaLeurs a succes. LLanL donne leur coûL que vlennenL
alourdlr d'lmporLanLs frals d'edlLlon, lls generenL des resulLaLs poslLlfs aussl rares qu'eleves lors de
leur premler cycle d'explolLaLlon. Ln cas d'echec, les perLes sonL consequenLes pour les dlffuseurs,
molns frequemmenL pour leurs producLeurs car ces fllms sonL en general pluLôL blen preflnances
(lofto).
CuLre le coûL du LalenL (scenarlsLes, reallsaLeurs, lnLerpreLes) (lofto) qul pese sur leur budgeL,
ces fllms sonL chers aussl pour d'auLres ralsons :

lls balgnenL dans une aLmosphere de « fllms dlsposanL de moyens », promls au succes, ce
qul Lend a Llrer vers le hauL le « dessous de la llgne » (devls de fabrlcaLlon hors auLeurs eL
prlnclpaux lnLerpreLes). Salalres des equlpes, condlLlons de Lournage sonL a l'lmage du
flnancemenL cense ôLre reunl eL des moyens consacres au « dessus de la llgne » (auLeurs eL
prlnclpaux lnLerpreLes). Ce mecanlsme a un effeL d'enLrainemenL lndlscuLable sur les
budgeLs, dlluanL en reLour le coûL relaLlf du dessus de la llgne sauf, eL cela peuL arrlver,
lorsque les salalres des equlpes ne sulvenL pas proporLlonnellemenL celul des lnLerpreLes
vedeLLes.
lls sonL parfols le resulLaL de « chaines d'analogues », lorsque l'on cherche a relLerer un
succes en recondulsanL une slLuaLlon, un casLlng eL/ou un LlLre. lls reprodulsenL ce falsanL
de LradlLlonnelles meLhodes de markeLlng donL les sLudlos amerlcalns, en parLlculler, sonL
Lres frlands. Le budgeL falL en general un bond sous l'effeL de l'augmenLaLlon du cacheL des
comedlens eL de l'equlpe de creaLlon alnsl que des anLlclpaLlons commerclales du
producLeur. CroyanL dlsposer d'une receLLe de programmaLlon eprouvee, les dlffuseurs se
dlspuLenL ce Lype d'lnlLlaLlves, ce qul condulL a une splrale speculaLlve a la hausse des
budgeLs afflches. Ces enLreprlses flnlssenL par ôLre vlcLlmes d'un effeL de clseaux quand les
resulLaLs commerclaux devlennenL un [our lnsufflsanLs pour absorber les coûLs de
producLlon eL de dlffuslon en ascenslon raplde. Le polnL morL grlmpe au polnL que plusleurs
mllllons d'enLrees ne permeLLenL pas Lou[ours au dlsLrlbuLeur en salles de renLrer dans ses
frals. ue 2003 a 2012, un groupe qul lnLervlenL frequemmenL mals pas unlquemenL dans ce
Lype de fllms a connu alnsl 7 annees de perLes en dlsLrlbuLlon. u'auLres dlsLrlbuLeurs onL
alnsl connu de severes deconvenues môme lorsque le fllm afflchalL plusleurs mllllons
d'enLrees en lrance.
lls sonL, a LorL ou a ralson, recherches par les chaines de Lelevlslon, generallsLes
noLammenL, qul esperenL de la sorLe s'assurer des audlences en LlranL le molns mauvals
parLl posslble d'obllgaLlons de producLlon qu'elles [ugenL excesslves.
Ces fllms nalssenL de la relaLlon Lrlangulalre producLeurs-dlffuseurs-agenLs qul allmenLe
une lnflaLlon ou chacun ne preLend que s'lncllner devanL le deslr de l'auLre. Le producLeur,
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
24
soumls a une forLe compeLlLlon pour capLer le LalenL en accepLe ooleos voleos les exlgences
(casLlng, cacheLs, moyens de producLlon) en anLlclpanL les aLLenLes esLlmees des dlffuseurs
(salles eL Lelevlslons). Ces dernlers se dlspuLenL les fllms supposes les plus commerclaux eL
les agenLs ne preLendenL qu'opLlmlser, dans l'lnLerôL du fllm, les exlgences de leurs cllenLs
qul ne cessenL de comparer enLre eux leurs cacheLs pour les falre grlmper.

CompLe Lenu des rlsques a affronLer, le producLeur s'efforce de se preflnancer pour llvrer un
fllm donL le desLln commerclal peuL rapporLer de l'argenL mals en aucun cas lul en falre perdre s'll a
Lenu son devls.
une Lelle slLuaLlon a de noLables consequences :

elle accroiL les rlsques flnanclers de la place pour l'avanLage de quelques uns ,
elle condulL a une approprlaLlon excesslve des ressources de la branche flnancee a pres de
30 ° du coûL reel des fllms par des credlLs « encadres » ou des souLlens flscaux ,
elle prôLe le flanc a la crlLlque car elle cree une lnLerpreLaLlon hâLlve sur l'uLlllsaLlon
dlscuLable de « l'argenL publlc », noLlon peu preclse eL su[eLLe a polemlque, porLanL alnsl
pre[udlce a LouL le secLeur. La mulLlpllcaLlon recenLe des echecs de ce Lype de fllms n'esL
pas de naLure a aLLenuer les anaLhemes conLre ce profll de producLlon.

8appelons, cependanL, que les monLages flnanclers de ces fllms sonL le frulL de la llberLe
conLracLuelle eL que nul n'esL Lenu de slgner de Lels conLraLs. Les dlsLrlbuLeurs, noLammenL, qul au
prlx de rlsques cerLalns, accepLenL de sulvre ceLLe escalade devralenL egalemenL s'lnLerroger sur
leurs praLlques. Les chaines de Lelevlslon, môme sl elles parLlclpenL de ceLLe lnflaLlon, sonL dans une
auLre loglque.
Canal+ effecLue une depense sous conLralnLe d'obllgaLlons (12,3 ° de son chlffre d'affalres).
Surpayer un fllm n'a aucune lncldence sur son compLe d'explolLaLlon car la gesLlon du budgeL d'achaL
esL une pure affalre d'opLlmum de reparLlLlon enLre 130 LlLres envlron au regard de la saLlsfacLlon
des abonnes dans leur dlverslLe. La slLuaLlon seralL dlfferenLe sl Canal Þlus eLalL en slLuaLlon de reelle
concurrence, CCS ne lul falsanL guere d'ombre sur ses premlers passages.
Les chaines generallsLes en clalr prlvees sonL soumlses egalemenL a des obllgaLlons mals dans
un reglme de compeLlLlon publlclLalre. Cela les lnclLe a rechercher les LlLres [uges « commerclaux »
donL l'audlence reLenLlL dlrecLemenL sur leurs receLLes. Leurs resulLaLs s'en LrouvenL affecLes, non
par le monLanL reglemenLalremenL lncompresslble de leurs depenses, mals par le monLanL des
receLLes qu'elles recolLenL en les effecLuanL. Cuand elles sonL lnsufflsanLes, des perLes sonL generees
a la marge.
Les chaines publlques ne sonL pas LrlbuLalres de la môme loglque commerclale, ou du molns
qu'en peLlLe parLle, eLanL donne que les fllms sonL dlffuses sur les segmenLs horalres lnLerdlLs de
publlclLe. Leurs cahlers des charges leur asslgnenL en ouLre des ob[ecLlfs de dlverslLe, ce qul ne les
empôche pas de [olndre parfols leurs efforLs pour enLrer en compeLlLlon avec leurs homologues
prlvees. Leur probleme esL de falre bon usage d'une ressource publlque qul les flnance largemenL, au
regard de nombreux crlLeres, donL celul de la renLablllLe n'esL pas le plus pregnanL.
CependanL, LouLes ces chaines en clalr accedenL a la coproducLlon eL le reLour sur
lnvesLlssemenL aLLenue l'lmpacL de la « charge flnanclere du clnema » (lofto l. P.2).
Les dlsLrlbuLeurs, quanL a eux, demeurenL dans une loglque de rlsque pur de marche apprecle
en Lerme de depense/resulLaL.
1ouLefols, de Lels fllms sonL loln de represenLer l'ordlnalre de la producLlon françalse.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
2S
3. Structure des coûts

La sLrucLure des coûLs deflnlLlfs des fllms d'lnlLlaLlve françalse de flcLlon ayanL reçu l'agremenL
de producLlon manlfesLe une cerLalne sLablllLe dans le Lemps. LnLre 2003 eL 2012, elle se caracLerlse
par :

une balsse des depenses Lechnlques (12,3 ° en 2012 conLre 16 ° en 2003) due a la
generallsaLlon du numerlque en producLlon qul augmenLe moderemenL la parL devolue aux
moyens Lechnlques au deLrlmenL des depenses de pelllcule eL de laboraLolre qul chuLenL
slgnlflcaLlvemenL ,
une legere progresslon des charges de personnel de 33,4 a 38,6 ° (drolLs arLlsLlques,
equlpe Lechnlque, remuneraLlon du producLeur, lnLerpreLaLlon, charges soclales) nee de la
parL plus lmporLanLe prlse par les drolLs arLlsLlques (su[eL, adapLaLlon eL dlalogues, drolLs
d'auLeurs du reallsaLeur eL drolLs muslcaux) qul grlmpe de 13,3 a 16,3 ° des remuneraLlons
eL de 7,3 a 9,3 ° des budgeLs (lofto). Les drolLs arLlsLlques progressenL essenLlellemenL
grâce au sorL plus favorable reserve aux depenses d'ecrlLure donL la parL double quaslmenL
sur dlx ans (2,7 ° des coûLs LoLaux a 4,3 °). Les honoralres des agenLs eL consells onL eLe
mulLlplles par 2,3 pour passer de 0,4 a 0,6 ° des coûLs LoLaux ,
la remuneraLlon des producLeurs qul peuL couvrlr leurs frals de sLrucLure eL le salalre d'un
producLeur execuLlf oscllle falblemenL enLre 4,8 eL 3,3 ° des coûLs sur dlx ans. Sur ce posLe
aussl regne le desequlllbre de reparLlLlon. Ln 2012, un peu plus de 16 ° des fllms (solL 27
LlLres) se parLagenL 30 ° du LoLal des remuneraLlons des producLeurs (24 LlLres en 2011, 26
en 2010) ,
une sLablllLe des depenses de Lournage auLour de 28 a 30 ° selon les annees malgre une
Lendance recenLe a une balsse de la duree des prlses de vue d'une ma[orlLe de fllms ,
un forL desequlllbre dans la reparLlLlon des cacheLs. Au-dela de leur apparenLe consLance
sLrucLurelle (10 a 12 ° des devls selon les annees), les coûLs d'lnLerpreLaLlon merlLenL une
aLLenLlon parLlcullere. La parL des depenses allouees aux rôles prlnclpaux augmenLe avec le
coûL du fllm : elle esL de 3,7 ° pour les fllms a molns de 1 Mt eL de 7,3 ° pour les fllms a
plus de 7 Mt en 2012.

CeLLe parL depasse regulleremenL 60 ° du coûL LoLal de l'lnLerpreLaLlon alors que les
lnLerpreLes concernes sonL raremenL plus de deux ou Lrols par fllm. CeLLe proporLlon s'accroiL
neLLemenL sl on y lncluL les beneflces non commerclaux (8nC) au LlLre du drolL a l'lmage.
La reparLlLlon des cacheLs a l'lnLerleur des rôles prlnclpaux esL forL lnegale. Le volume flnancler
affecLe aux LôLes d'afflche s'eleve a 63,49 Mt en 2012 conLre 49,12 en 2011 (+ 29,3 °). Ln 2012, par
exemple, 17 fllms (10,2 ° des fllms de flcLlon) concenLrenL 43,0 ° des depenses LoLales de ce posLe.
Les dlx fllms (6 ° d'enLre eux) qul payenL le mleux les rôles prlnclpaux en represenLenL 29,3 °. Ln
2012, un fllm consacre plus de 3 Mt a Lous les rôles prlnclpaux (deux en 2010) eL Lrols fllms leur
allouenL plus de 2 Mt (deux en 2011, comme en 2010). Sl l'on lncluL 8nC eL charges soclales eL l'on
ramene ces depenses au coûL reel du fllm eL non a son devls, les rôles prlnclpaux represenLenL 11 a
12 ° du budgeL consomme.
Lncore, ceLLe evaluaLlon ne LlenL-elle pas compLe de l'lnLeressemenL aux resulLaLs qul esL
concede a cerLalns lnLerpreLes.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
26
4. Le po|ds du ta|ent

Le LalenL ne s'arrôLe pas qu'aux lnLerpreLes. ll lncluL aussl reallsaLeurs, scenarlsLes, adapLaLeurs
eL dlalogulsLes. Les lndlcaLeurs moyens rendenL lmparfalLemenL compLe de la reallLe concernanL son
polds dans les budgeLs de cerLalns fllms. une analyse plus preclse, LouLes remuneraLlons confondues,
effecLuee sur solxanLe-dlx fllms recenLs donL les coûLs varlenL 3 a pres de 40 mllllons d'euros
apporLenL quelques preclslons complemenLalres.
a. Les drolLs arLlsLlques (drolLs d'adapLaLlon eL scenarlsaLlon) onL Lendance a prendre une
valeur crolssanLe avec le budgeL. Mlses a parL quelques remuneraLlons hors norme, la ma[orlLe
s'lnscrlL a l'lnLerleur d'un rapporL de 1 a 7 ou 8 dans une enLreprlse eL de 1 a 4 dans une auLre
meLLanL en ouvre des budgeLs molns eleves. lls represenLenL [usqu'a 13 ° du coûL d'un fllm (budgeL
de 4,1 Mt) mals se slLuenL en moyenne de 6 a 10 ° de ce coûL.
b. La remuneraLlon des reallsaLeurs augmenLe egalemenL avec le budgeL du fllm. Llle s'lnscrlL
dans une ampllLude de 1 a 9, la ma[orlLe se slLuanL dans un rapporL de 1 a 6. CerLalns reallsaLeurs,
egalemenL coscenarlsLes, volenL alnsl leur prlx re[olndre celul des lnLerpreLes prlnclpaux, surLouL
quand ces dernlers sonL blen payes. La noLlon de vedeLLarlaL dolL donc s'eLendre a ceLLe caLegorle de
presLaLalres. Le polds de leur remuneraLlon charges soclales comprlses pour la vlngLalne de fllms
depassanL 10 Mt oscllle (hors un cas excepLlonnel) de 3 a 10 ° des budgeLs, ce qul se compare
avanLageusemenL a la charge globale de l'lnLerpreLaLlon conslderee par LôLe. Le polds de
l'lnLerpreLaLlon varle en effeL 3 a 23 ° des budgeLs (ce dernler pourcenLage concerne les budgeLs les
plus falbles) mals pour les fllms ou les rôles prlnclpaux sonL au molns au nombre de deux.
c. L'lnLerpreLaLlon, 8nC, charges eL commlsslons comprlses, consLlLue le posLe le plus lourd.
Son polds relaLlf s'accroiL [usqu'au quarL dans la Lranche 9 a 13 Mt de budgeL puls balsse en ralson
de la forLe progresslon du budgeL en valeur absolue pour n'en represenLer plus que 7 ° a 40 Mt. A
noLer que le LoLal des 8nC verses sur 29 fllms represenLe 69 ° des salalres eL 40 ° du LoLal de la
remuneraLlon des lnLerpreLes prlnclpaux. CeLLe dernlere LoLallse selon les fllms des deux Llers aux
Lrols quarLs en moyenne des monLanLs affecLes a l'lnLerpreLaLlon. Seconds eL peLlLs rôles se
parLagenL le resLe. CeLLe grande lnegallLe esL relaLlvemenL lndependanLe du nlveau du budgeL môme
sl pour les budgeLs les molns eleves la reparLlLlon esL plus equlLable en ralson de la modesLle relaLlve
des cacheLs des premlers rôles. uerrlere l'opulence de quelques « vedeLLes », ll convlenL donc de le
relever, la ma[orlLe des comedlens ne connaiL que cacheLs falbles eL emplols eplsodlques.

S. La p|ace du « dessus de |a ||gne »

Le coûL global du « LalenL » (acLeurs prlnclpaux, scenarlsLes eL reallsaLeurs eL charges) pese de
10 a 30 ° des devls de fllms compLe non Lenu de fllms excepLlonnels LournanL auLour d'une
« vedeLLe orchesLre » (plus de la molLle du budgeL dans un cas). Le polds du LalenL esL relaLlvemenL
lndependanL du budgeL. Þour les budgeLs de 3 a 6 mllllons, ll peuL avolr une valeur relaLlve aussl
lmporLanLe que pour les fllms coûLanL plus de 30M t mals pour des ralsons puremenL arlLhmeLlques.
uans le premler cas, l'exlsLence de mlnlma de remuneraLlon falL grlmper le pourcenLage au seln d'un
budgeL modesLe. uans le second, de forLes reLrlbuLlons se dlluenL dans l'lmporLance du budgeL.
C'esL, cependanL, dans la Lranche 8 a 23 Mt que l'on Lrouve les rapporLs les plus eleves (18 a 30 °).
Ln valeur absolue, selon que la vedeLLe cumule a des degres dlvers des foncLlons d'lnLerpreLe,
de scenarlsLe eL de reallsaLeur, les cacheLs osclllenL de 1 a 2 Mt (en 2013 le plafond semble avolr eLe
creve pour un lnLerpreLe). Cn les aLLelnL parfols en a[ouLanL aux cacheLs des lnLeressemenLs aux
resulLaLs d'explolLaLlon des fllms assorLls d'acompLes (pourcenLage des 8nÞÞ, prlme par enLrees
reallsees en salles, eLc.). uans un cas Lres excepLlonnel, la con[ugalson de l'ensemble de ces
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
27
parameLres a condulL a qulnLupler une remuneraLlon par rapporL au plafond « communemenL »
consLaLe. A ce su[eL, ll esL a crlLlquable de consenLlr, complemenLalremenL au salalre, un a-valolr sur
un mecanlsme d'lnLeressemenL, ce qul revlenL a ne pas [ouer le [eu du rlsque commerclal normal eL
pese sur les coûLs de producLlon.
Le nlveau de ces graLlflcaLlons, qul, soullgnons-le, ne concerne qu'une peLlLe mlnorlLe de
personnes, esL en general expllque par le [eu de l'offre eL de la demande : producLeurs eL dlffuseurs
s'arrachenL un LalenL, rare, souvenL non lnLerchangeable qul caracLerlse les LôLes d'afflche. Ce
ralsonnemenL Lrouve vlLe ses llmlLes sl l'on consldere que :

l'on consLaLe une falble flexlblllLe des cacheLs des lnLerpreLes. ll n'exlsLe aucune « vedeLLe »
donL la carrlere ne comporLe pas de reLenLlssanLs echecs. Les exemples abondenL qu'll
s'aglL lcl de ne pas personnallser. Aux LLaLs-unls, pays du llberallsme absolu, le box-offlce
dlcLe au plus pres le nlveau des cacheLs des acLeurs qul peuvenL s'envoler comme
s'effondrer en un Lemps record. Ln lrance, les resulLaLs salles n'lnfluencenL qu'a Lres long
Lerme la remuneraLlon des comedlens. L'argumenL selon lequel un acLeur dope les
audlences de la Lelevlslon LlenL, souvenL, davanLage a la noLorleLe du fllm lnLerpreLe par
l'lnLeresse qu'a l'lmpacL lnLrlnseque du comedlen. Les amerlcalns resumenL ceLLe evldence
d'une formule : « 1be stot ls tbe movle ». L'lmpacL sur le publlc releve d'une alchlmle donL
l'lnLerpreLe n'esL qu'un des elemenLs, slnon sa presence au generlque sufflralL a garanLlr le
succes ce qul esL loln de se verlfler. uans le mellleur des cas, ll peuL, en rendanL le fllm plus
vlslble, garanLlr un nlveau mlnlmal de receLLes qul ne sufflL pas Lou[ours a amorLlr le
surcoûL de producLlon qu'll genere.
la pluparL des comedlens vedeLLes françals n'onL qu'une celebrlLe hexagonale. Compares a
eux, leurs homologues anglo-saxons, connus a l'echelle mondlale, devralenL beneflcler de
cacheLs deux a Lrols fols plus lmporLanLs.
la slLuaLlon des reallsaLeurs esL plus complexe car leur noLorleLe se consLrulL de manlere
plus lenLe mals plus durable que celle des lnLerpreLes. SouvenL leur nom esL plus que connu
que leur vlsage. lls arrlvenL parfols a fabrlquer leur publlc. Le specLaLeur amaLeur de son
ouvre se deplace volonLlers pour volr le prochaln fllm d'un meLLeur en scene qu'll
apprecle. Leurs resulLaLs commerclaux demeurenL malgre LouL volaLlles mals, sauf les cas
ou lls produlsenL eux-mômes leur fllm, leurs cacheLs evoluenL souvenL dans le môme sens.

D. CCNICk1S L1 INCCNICk1S DU ÞkLIINANCLMLN1
La producLlon clnemaLographlque demeure une economle du preflnancemenL asslse sur le
sysLeme d'alde publlque (londs de souLlen, Soflcas eL credlL d'lmpôL) lnLervenanL en amonL eL en
aval de la fabrlcaLlon, les obllgaLlons de flnancemenL des chaines de Lelevlslon, les engagemenLs des
dlsLrlbuLeurs en receLLes mlnlma sur les dlfferenLs supporLs en lrance eL a l'eLranger.
L'lnvesLlssemenL dlrecL hors fonds de souLlen (chaines generallsLes, caplLaux exLerleurs a la branche)
demeure marglnal, de l'ordre de 3 °. ll s'aglL d'une slngularlLe forL anclenne de la producLlon
clnemaLographlque, acLlvlLe de proLoLypes qul ne peuL s'appuyer sur aucun beocbmotkloq. Þrodulre
du clnema, c'esL vendre des receLLes esperees a dlfferenLs dlffuseurs donL cerLalns sonL sous
conLralnLe d'achaLs (chaines de Lelevlslon) eL les consommer par anLlclpaLlon pour fabrlquer le fllm.
C'esL pourquol, dans l'espolr de reunlr le maxlmum de flnancemenL, le producLeur afflche un coûL
commerclal (devls) Lou[ours revalorlse par rapporL au coûL flnal du fllm. Le clnema esL une des rares
acLlvlLes ou l'on maxlmlse le coûL du produlL dans l'espolr de sedulre des lnvesLlsseurs.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
28
CeLLe approche esL une façon pour lul de se premunlr des aleas parfols perllleux de son
enLreprlse. Sl les concours reunls ne sonL pas sufflsanLs, le producLeur peuL solL declder
d'abandonner le pro[eL, (soluLlon parfols dlfflclle a meLLre en ouvre en praLlque quand la
preparaLlon du fllm esL avancee), solL a[usLer son devls eL/ou sacrlfler ses frals generaux eL/ou ses
lmprevus, solL accepLer une lmpasse de flnancemenL. ll arrlve que cerLalnes mlcrosocleLes se lancenL
dans un fllm sans beaucoup de moyens car, leur Lallle ne leur permeL pas de supporLer la perLe seche
generee par la non mlse en Lournage du fllm. nombre de « peLlLs fllms » nalssenL de la sorLe.
Le succes proflLe a Lous mals l'echec esL supporLe par le producLeur sous-flnance ou qul n'a
pas Lenu son devls, ou par les dlffuseurs qul onL Lrop genereusemenL esLlme les receLLes aLLachees
au pro[eL sans que le producLeur alL a en pâLlr (lofto).

1. La not|on de coût de product|on

AvanL de LenLer de repondre a la quesLlon du flnancemenL de la producLlon, ll s'aglL d'abord de
mleux deflnlr la noLlon de coûLs de producLlon dans une economle du preflnancemenL.
ll exlsLe en reallLe quaLre approches du coûL du fllm :

le devls sorLe de coûL commerclal du fllm « valorlse » par le producLeur pour faclllLer sa
recherche de flnancemenL. C'esL lul que l'on reLrouve dans l'agremenL des lnvesLlssemenLs
quelquefols redulL pour l'a[usLer peu ou prou aux flnancemenLs reunls ,
le coûL conLracLuel eLabll enLre coproducLeurs eL noLammenL avec le prlnclpal flnancler eL
mandaLalre (groupes ou lndependanLs) du fllm eL qul serL de base a son apporL (a valolr eL
parL de coproducLlon ou non). Ce budgeL couvre, selon les normes professlonnelles, salalres
eL frals generaux du ou des producLeurs delegues eL les lmprevus de fabrlcaLlon. ll peuL ôLre
dlsLlncL ou non du coûL commerclal que l'on enreglsLrera au momenL de l'agremenL de
producLlon car les deux parLles onL alors un lnLerôL commun a Llrer le mellleur prlx des
chaines de Lelevlslon. ll peuL egalemenL servlr de reference pour deLermlner la receLLe
neLLe parL producLeur qul serL de base a dlverses remuneraLlons (auLeurs) ou a d'auLres
parLenalres flnanclers. Seul le conLraL enLre coproducLeurs deLermlne le sorL reserve aux
depassemenLs ou aux economles de fabrlcaLlon. ll peuL arrlver que le producLeur
« fabrlquanL » presenLe un budgeL d'execuLlon lnexacL a son parLenalre dlsLrlbuLeur eL/ou
coproducLeur.
Alnsl, dans un arrôL du 3 fevrler 2013, le Lrlbunal de commerce de Þarls, consLaLanL un ecarL de
31 ° enLre le devls d'un fllm eL son coûL deflnlLlf, a condamne la producLlon deleguee a rembourser
plus d'un mllllon d'euros a son coproducLeur eL prlnclpal flnancler. Ce Lype de declslon, semble-L-ll
lnedlLe pourralL falre [urlsprudence môme sl ce genre de comporLemenL n'esL pas frequenL chez les
producLeurs.
uans la serle plus hauL eLudlee, sur 20 fllms aux donnees dlsponlbles sur le su[eL, 14 lalssalenL
apparaiLre des budgeLs d'execuLlon lnferleurs de 2 a 8 ° par rapporL au budgeL conLracLuellemenL
arrôLe avec le coproducLeur mandaLalre. Slx eLalenL en depassemenL de 1,3 a 11 ° eL l'un d'enLre
eux de plus de 19 °. Môme sl ceL echanLlllon esL Lrop falble pour meLLre a l'abrl de concluslons
hâLlves, ll se slLue dans une echelle de budgeLs sufflsammenL varlee pour monLrer que môme enLre
parLenalres « fondaLeurs », dlfferences enLre coûLs de producLlon eL prevlslons de flnancemenL
exlsLenL dans les deux sens (lofto).

le coûL reel afflche a l'agremenL deflnlLlf du fllm apres conLrôle ou non d'un commlssalre
aux compLes. ll represenLe le coûL reel de fabrlcaLlon lncluanL les salalres eL frals generaux
du producLeur que ce dernler a pu flnancer. Cuand ll esL cerLlfle, ce coûL servlra
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
29
d'aLLesLaLlon pour permeLLre a l'admlnlsLraLlon flscale de degeler le palemenL du credlL
d'lmpôL. CompleLe sl necessalre des frals convenLlonnellemenL deflnls par les conLraLs (3 °
pour les salalres du producLeurs, 7 ° pour les frals generaux), ce coûL sera oppose a Lous
les parLenalres de producLlon lnLeresses a la receLLe neLLe parL producLeur (auLeurs,
coproducLeurs passlfs, eLc.).
le coûL enLrepreneurlal solL le LoLal des sommes engagees pour la fabrlcaLlon du fllm
augmenLees des frals reels de sLrucLure eL non des monLanLs conLracLuellemenL prevus
pour ces posLes.

Ce dernler coûL ne concerne que la gesLlon du producLeur delegue. ll peuL ôLre lnferleur au
coûL afflche a l'exLerleur. ll peuL aussl ôLre superleur aux prevlslons quand le producLeur a
consomme ses lmprevus, depasse son devls eL n'a pu prelever sur son budgeL LouL ou parLle de son
salalre eL de ses frals generaux. une Lelle slLuaLlon se renconLre assez souvenL eL a des degres dlvers
surLouL pour les fllms au deparL peu ou mal flnances (lofto).
ll convlenL de soullgner que ces approches peuvenL converger sl le producLeur produlL un devls
commerclal proche du coûL reel qul serL de base lul-môme au coûL conLracLuel eL que le budgeL
d'execuLlon ne s'en elolgne pas.
Les coûLs donL ll sera lcl quesLlon sonL ceux qul apparalssenL a l'agremenL deflnlLlf comporLanL
noLammenL frals generaux eL salalres producLeurs conLracLuellemenL arrôLes. Selon les eLudes du
CnC, lls sonL en moyenne lnferleurs de 9 ° aux devls fournls pour l'agremenL des lnvesLlssemenLs. ll
s'aglL de conslderer ceL ecarL comme mlnlmum car les budgeLs deflnlLlfs sonL apprehendes sur
cerLlflcaLlon des commlssalres aux compLes dans le cadre de la procedure d'aLLrlbuLlon du credlL
d'lmpôLs eL de l'avance sur receLLes c'esL-a-dlre pour 80 ° des fllms. Les auLres sonL declaraLlfs sur
aLLesLaLlon des experLs compLables des producLeurs.

2. L'|mpact d|ffórenc|ó des coûts : |e po|ds du próf|nancement

Le coûL d'un fllm lnfluence, cerLes, le resulLaL de son explolLaLlon mals son lmpacL flnal sur la
slLuaLlon economlque du producLeur depend aussl de la hauLeur de son preflnancemenL eL du
paLrlmolne dans lequel ll s'lnscrlL. ll depend de Lrols au molns des quallLes que dolL deployer un
producLeur : savolr federer une equlpe de creaLeurs eL d'lnLerpreLes sur un su[eL, ôLre un bon
vendeur eL Lenlr son devls. S'll ne respecLe pas ceLLe dernlere conLralnLe, ll peuL se Lrouver plus au
molns sancLlonne en foncLlon du budgeL mls en ouvre eL du preflnancemenL collecLe. ue ce polnL de
vue, ll exlsLe plusleurs caLegorles de fllms :

des fllms, peu nombreux, donL le rapporL enLre les receLLes eL les coûLs permeL de
recuperer LouLes les mlses commerclales eL de generer des proflLs des leur premlere
explolLaLlon pour l'ensemble des coproducLeurs. ll s'aglL en general de fllm a budgeLs
modesLes au succes lnespere ou relaLlf par rapporL a la mlse de deparL ,
des fllms donL le flnancemenL lnlLlal permeL au producLeur de degager une marge avanL
môme la sorLle du fllm. La producLlon a llvre un fllm au budgeL couverL, frals generaux eL
lmprevus comprls, volre avec une parL de sur-flnancemenL. ll ne peuL pâLlr de l'echec du
fllm mals, en revanche, beneflcle comme ses parLenalres de son succes. Þlus le fllm esL
cher, plus le polnL d'equlllbre generanL des receLLes a parLager esL eleve eL molns le desLln
commerclal du fllm concernera le producLeur hors les 130 000 premlers euros puls les 30 °
d'alde auLomaLlque qul lul sonL reserves par la reglemenLaLlon, d'auLanL qu'll a abandonne
ses mandaLs a ses flnanclers dlffuseurs. Ln cas d'echec ou d'lnsucces du fllm, les dlffuseurs
eL coproducLeurs encalssenL les perLes car lls l'onL surpaye. Ces monLages creenL parfols
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
30
cerLalnes polemlques quand le producLeur a vecu sur les depenses en abandonnanL des
perLes a ses parLenalres. Le producLeur esL vecu comme un fournlsseur qul a prls un
beneflce sur le fllm en le fabrlquanL. Le premler semesLre 2013 fournlL plusleurs exemples
de ceLLe naLure.
des fllms Lrop eLrolLemenL flnances qul sonL a la mercl d'un depassemenL eL ou le
producLeur meL vralmenL ses frals generaux en rlsque.
des fllms sous-flnances a des degres varlables en general sans le concours de chaines de
Lelevlslon eL/ou sans prevenLes en salles, vldeo ou a l'eLranger. lls domlnenL largemenL la
caLegorle des fllms a molns de 2 Mt. Leur l'echec esL supporLe par le producLeur (frals
generaux non couverLs, endeLLemenL) les fournlsseurs non payes eL le non remboursemenL
des aldes publlques dlrecLes (avance sur receLLes, aldes reglonales) ou lndlrecLes (Soflca),
l'evenLuel credlL d'lmpôL non remboursable [ouanL le rôle d'une subvenLlon d'explolLaLlon.

L'eLude L'economle des lll (sopto) propose un debuL d'eclalrage sur la façon donL se
reparLlssenL les fllms enLre ces Lrols caLegorles (lofto l.2.a).

L. L'CkIGINL GLC8ALL DLS IINANCLMLN1S
Cuel que solL le degre de recours au preflnancemenL, ll esL posslble de dlsLlnguer l'orlglne du
flnancemenL de la producLlon en foncLlon de ses sources professlonnelles eL publlques eL d'apprecler
la slLuaLlon sous un angle plus macroeconomlque ou l'apporL prlve eL la conLrlbuLlon publlque sonL
mleux synLheLlses en foncLlon des nlveaux de budgeLs.

1. Les sources par type d'|ntervenants

Sur hulL annees de producLlon de 2004 a 2011 (5opto L'economle..), les grandes sources de
flnancemenL de la producLlon s'eLabllssenL auLour des moyennes sulvanLes :

Les a-valolr des dlsLrlbuLeurs flucLuenL, Lous budgeLs confondus, de 12,6 ° pour les fllms
sorLls en 2004 a 19,3 ° avec une polnLe a 24,3 ° en 2009. Ln reallLe son nlveau depend du
nombre de grosses producLlons mlses sur le marche l'annee conslderee, qul fonL forLemenL
appel a ce Lype de flnancemenL.
La parL de la Lelevlslon demeure sLable au-dela de varlaLlons d'une annee sur l'auLre, llees
au coûL de quelques fllms. Llle oscllle auLour du clnquleme pour la Lelevlslon payanLe eL de
13 ° pour la Lelevlslon graLulLe. La Lelevlslon couvre alnsl selon les annees de l'ordre d'un
Llers des coûLs avec peuL-ôLre un leger renforcemenL de son rôle a parLlr de 2011 dû a
l'lnLervenLlon des chaines de la 1n1.
Les Soflca flnancenL de 4 a 3 ° des devls.
Les apporLs eLrangers paralssenL falbllr sur la perlode eLudlee (9,6 ° en 2011 conLre 16,3 en
2004). CeLLe dernlere Lendance sembleralL se conflrmer en 2013.
Les aldes publlques naLlonales, reglonales eL europeennes alnsl que le credlL d'lmpôL
couvrenL selon les annees de 14,6 a 21 ° des coûLs. Leur polds relaLlf decllne avec le
budgeL (lofto).
Le producLeur supporLe selon les annees un « resLe a flnancer » de 9,9 a 18,3 ° des
budgeLs. Ce solde represenLe en reallLe les frals generaux, le salalre du producLeur eL le
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
31
monLanL des lmprevus de Lournage plus ou molns consommes. Le producLeur delegue esL
cense l'apporLer avec ou sans concours exLerleurs en praLlque Lres marglnaux. Ln reallLe, ce
« resLe a flnancer » mesure essenLlellemenL le Lravall eL le coûL de foncLlonnemenL de sa
sLrucLure que ceL enLrepreneur lnvesLlL. La encore, ll esL lle au budgeL ou ll peuL depasser
30 ° du coûL pour les fllms de molns de 1 Mt avanL de decroiLre regulleremenL [usqu'a
9,7 ° pour la Lranche de 7 a 13 Mt avanL de remonLer a 13,3 ° pour les fllms au-dessus de
13 Mt.

2. L'approche synthót|que

ConcernanL le rôle global des grandes sources de flnancemenL de la producLlon au nlveau de la
branche, l'eLude plus hauL menLlonnee abouLlL aux prlnclpales concluslons sulvanLes :

les aldes publlques eL les flnancemenLs prlves couvrenL en moyenne 83,4 ° des coûLs de la
producLlon françalse ,
le pourcenLage de couverLure varle forLemenL selon le nlveau des budgeLs eL le degre de
rlsque accepLe par le producLeur. La slLuaLlon economlque de ceL enLrepreneur va en sublr
des consequences d'lnLenslLe varlable (lofto l.C.2).

I. LÇUILI8kLS L1 DLSLÇUILI8kLS MACkCLCCNCMIÇULS DL LA
ÞkCDUC1ICN
Apres avolr synLheLlse les coûLs par annee eL nlveau de budgeLs, l'eLude (sopto L'Lconomle des
fllms françals) crolse :

les coûLs de producLlon supporLes par la branche dlmlnues des preflnancemenLs donL elle
beneflcle (MC salles eL vldeo, preachaLs 1v, preachaLs exporL eLc.) ,
eL les receLLes neLLes encalssees au-dela des frals de commerclallsaLlon eL des MC (receLLes
neLLes de dlsLrlbuLlon en salles, receLLes vldeo eL venLes lnLernaLlonales).

Ces dernleres, assez dlfflclles a collecLer fllm par fllm, onL falL l'ob[eL d'une esLlmaLlon
s'appuyanL sur des resulLaLs macroeconomlques de la flllere eL des hypoLheses de marche (volr
preclslons meLhodologlques dans l'eLude). Þour Lenlr compLe de la duree de vle des fllms eL des
momenLs ou parvlennenL leurs receLLes depuls les dlfferenLs marches, les soldes commerclaux de ces
fllms dlLs « frals » sonL calcules sur la base d'une moyenne moblle sur 3 ans.
L'eLude demeure une esLlmaLlon sLaLlsLlque flable car les donnees (essenLlellemenL les coûLs
de commerclallsaLlon) onL eLe collecLees a parLlr d'enquôLes aupres des professlonnels concernes eL
des bordereaux du CnC. Les resulLaLs obLenus peuvenL ôLre conslderes comme une appreclaLlon
ralsonnable du volume des receLLes. Ln dynamlque sur hulL ans, ceLLe eLude accroiL sa perLlnence car
elle permeL des comparalsons dans le Lemps a parameLres consLanLs.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
32
1. La pers|stance des dóf|c|ts

L'eLude abouLlL aux concluslons sulvanLes :

a. Le LoLal des receLLes commerclales neLLes de leur coûL de mlse en ouvre progresse d'un
quarL sur la perlode 2003 (410 Mt) a 2011 (309 Mt).
b. La producLlon presenLe un deflclL commerclal reguller qul s'accroiL LendanclellemenL de 303
Mt (2003) a plus de 402 Mt (2011). ll peuL se quallfler de sLrucLurel car ll perslsLe sur 7 exerclces. ll
s'esL brusquemenL alourdl a pres de 472 Mt en 2010, en ralson d'une poussee Lemporalre mals forLe
des coûLs de producLlon avanL de revenlr a son eLlage auLour de 400 Mt aLLelnL en 2009. ll
represenLe en moyenne 46 ° des coûLs de producLlon.
c. Selon les annees, ce deflclL esL couverL de 30 a 60 ° par les aldes publlques (souLlen aux
dlsLrlbuLeurs salles, y comprls le souLlen de Canal +, aux edlLeurs vldeo eL aux exporLaLeurs qul
subvenLlonnenL les coûLs de dlffuslon eL aldes de LouLe naLure aux producLeurs qul moderenL le coûL
de fabrlcaLlon). Le souLlen publlc ramene le resLe a flnancer a un monLanL qul ne cesse de croiLre sur
7 ans passanL de 121 Mt en 2003 a 192,4 en 2011 apres une polnLe a 233 Mt en 2010.

CependanL, ll convlenL de rappeler, compLe Lenu de ce qul a eLe evoque plus hauL sur les
dlfferenLes approches du coûL des fllms, qu'll s'aglL d'un deflclL suresLlme de l'ordre de quelques
pour cenL car calcule a parLlr des coûLs releves lors de l'agremenL deflnlLlf, mals pas sufflsammenL
pour meLLre en cause le sens du resulLaL. ll esL clalr que l'absence ou la reducLlon de souLlen publlc
aggraveralL dans des proporLlons lnLenables la slLuaLlon deflclLalre de la branche eL reLenLlralL de
manlere consequenLe sur son acLlvlLe.

2. Une couverture tròs |nóga|e des coûts

Lxamlnee sous l'angle des coûLs, la producLlon lalsse apparaiLre une forLe lnegallLe de
LralLemenL des fllms. CependanL, ceLLe eLude dolL ôLre conslderee dans ses llmlLes :

les coûLs des fllms prls en compLe sonL sûremenL suresLlmes dans une proporLlon dlfflclle a
eLabllr pour des ralsons de[a lndlquees plus hauL. Le nombre eL le nlveau des sous-
flnancemenLs s'en LrouvenL grossls eL ceux des sur-flnancemenLs dlmlnues.
ll arrlve que duranL la producLlon d'un fllm, cerLalnes receLLes aLLendues (MC eLrangers
noLammenL) ne se solenL pas concreLlsees ou alenL eLe redulLes, ce qul dlmlnue le nlveau
des preflnancemenLs.

ll esL lmposslble de mesurer l'effeL flnal de ces mouvemenLs conLradlcLolres mals ll esL forL
probable que la synLhese presenLee ne sublralL que des varlaLlons de falble ampllLude.
L'eLude condulL aux observaLlons sulvanLes :

a. Sl les flnancemenLs prlves eL les aldes publlques represenLenL 83,4 ° des coûLs de
producLlon, ceLLe moyenne couvre d'lmporLanLes dlsparlLes. Ln effeL :

selon les annees, de 6,8 a 17,3 ° des fllms sonL sur-flnances de 3 ° du coûL eL 13 a 23 °
sonL en equlllbre ou en surequlllbre. Sur la perlode 2004-2011, aldes publlques eL
flnancemenLs prlves couvrenL plus de 100 ° des coûLs de 19 ° des lll ,
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
33
Lous les auLres fllms, solL plus des quaLre clnqulemes sur la perlode sonL sous-flnances.
Selon le mllleslme, 30 a 30 ° d'enLre eux sonL en lnsufflsance de flnancemenL de 3 a 30 °,
de 10 a 18 ° de ces fllms le sonL de 30 a 30 ° eL 10° a un clnquleme a plus de 30 °.
CerLalnes annees, ce deflclL peuL depasser 83 ° pour une mlnorlLe de pro[eLs ,
le degre de flnancemenL esL Lres correle au nlveau du budgeL. Les coûLs de producLlon sonL
couverLs a 30 ° pour les fllms a molns de 1 Mt eL a 83 ° pour les fllms a plus de 13 Mt.
1renLe pour cenL des fllms de plus de 13 Mt sonL en sur-flnancemenL donL plus d'un
clnquleme a plus de 3 ° ,
29 ° des fllms produlLs sans apporL de Soflca eL 33 ° des fllms sans preachaLs de Lelevlslon
sonL sous-flnances a plus de 30 °.
Ces donnees :
conforLenL l'ldee de fracLure de la producLlon (sopto) ,
monLrenL que les gros budgeLs remuneranL des lnLerpreLes vedeLLes eL reallsaLeurs
supposes commerclaux faclllLenL les sur-flnancemenLs qul, ouLre le nlveau des caplLaux
reunls pour produlre le fllm, lalssenL des marges conforLables car le nlveau conLracLuel des
frals generaux eL du salalre producLeur genere des sommes consequenLes en valeur
absolue.

ll fauL remarquer cependanL que 11 ° des fllms de plus de 13 Mt sonL sous-flnances a plus de
30 °, 7,6 ° de 30 a 30 °, 34 ° de 3 a 30 °. Ces lmpasses represenLenL aussl des sommes
lmporLanLes en valeur absolue qul exposenL forLemenL le producLeur.

b. La couverLure des coûLs de producLlon par l'alde publlque esL lnversemenL correlee a ces
coûLs. Llle evolue de 23 ° pour les fllms a molns d'1 Mt a 10,3 ° pour les fllms depassanL 13 Mt.
8len que de Lres loglque, les fllms a peLlLs budgeLs sonL ceux qul ne LrouvenL pas assez de
flnancemenL prlve eL n'exlsLenL que grâce a l'lnLervenLlon publlque dlrecLe (credlL d'lmpôL, avances
sur receLLes, aldes reglonales) ou lndlrecLe (Soflca) eL fonL appel souvenL a l'endeLLemenL des
producLeurs qul fondenL des espolrs sur leurs receLLes fuLures eL les drolLs qu'lls n'onL pas pu pre-
vendre.

G. UNL kLSCkÞ1ICN D¥NAMIÇUL DLS DLIICI1S DL LA 8kANCnL
un deflclL ne sauralL qu'ôLre evalue, ll fauL essayer de salslr la façon donL ll se solde.

1. Au n|veau macroóconom|que

Les perLes consLaLees au nlveau de la branche onL eLe comblees, a l'excepLlon de l'annee 2010
(-233 Mt), par la venLe de LlLres de caLalogues pour un monLanL global sur la perlode de 1 493 Mt
lalssanL un solde poslLlf de plus de 348 Mt.
1ouLefols, ces venLes sonL annuellemenL lrregulleres eL surLouL LendanclellemenL a la balsse.
Les soldes ne cessenL de decllner pour devenlr negaLlfs a parLlr de 2010, passanL d'un excedenL de
pres de 140 Mt en 2003 a une perLe a parLlr de 2010 (- 74,3 M t) qul perslsLe en 2011 (- 21,72 Mt).
u'un polnL de vue macroeconomlque, la producLlon clnemaLographlque esL devenue deflclLalre.
La deLenLlon d'un caLalogue de drolLs apparaiL sLraLeglque pour falre face a des perLes
d'explolLaLlon evenLuelles. CependanL, l'exLrôme concenLraLlon des drolLs aupres de molns d'une
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
34
deml-douzalne d'operaLeurs, donL un seul en conLrôle une bonne molLle, pose des llmlLes de ce
recours pour la grande ma[orlLe des producLeurs (lofto). Ln môme Lemps, un Lel avanLage n'empôche
pas cerLalns groupes de devolr recaplLallser leurs acLlfs.

a. La cata|ogue : une arme qu| s'ómousse
Sl le recours au caLalogue consLlLue encore pour cerLalns operaLeurs un des moyens d'assurer
une renLablllLe a long Lerme de leur acLlvlLe fllms, ceLLe source de revenu pourralL perdre de sa
perennlLe pour plusleurs ralsons.

!" $%&&'($&)**"+",- ." /% &%$$)0$" ."* 1)/+*
Comme le monLre l'eLude, la vle commerclale d'un fllm Lend a se raccourclr : 80 ° de ses
receLLes d'explolLaLlon se reallsenL dans les Lrols annees qul sulvenL sa sorLle. Ln effeL, le
developpemenL des Lechnologles numerlques de dlffuslon en accelere l'usage, la generallsaLlon de la
mulLldlffuslon en lnLenslfle l'usure eL l'abondance de l'offre en relaLlvlse l'lmpacL commerclal. Ce
phenomene n'esL pas sans consequence sur la valorlsaLlon de l'acLlf fllm eL les Lechnlques
d'amorLlssemenL de l'lnvesLlssemenL en producLlon.

!% &2(-" ."* %&2%-* ", 3%/"($
Les chaines generallsLes prlvees hlsLorlques acheLenL de molns en molns de fllms. Le nombre
de fllms qu'elles dlffusenL passe de 191 en 2003 a 133 en 2012 pour 1l1 eL respecLlvemenL 170 a 103
pour M6. Le nombre de fllms passes en premlere parLle de solree evolue slgnlflcaLlvemenL de 83
pour 1l1 en 2003 a 34 en 2012 eL de 68 a 37 pour M6. Le volume des venLes ne peuL que s'en
ressenLlr surLouL sl l'on consldere que plus de la molLle de ces fllms apparLlenL a des deLenLeurs de
drolLs non françals. Les chaines publlques onL malnLenu, volre developpe leur offre en volume mals
guere en valeur pour des ralsons budgeLalres. lrance 1elevlslon a vu son nombre de fllms dlffuses
evoluer de 373 en 2003 a 314 dlx ans plus Lard mals c'esL grâce a l'lnLervenLlon de lrance 4 qul
programmalL 48 fllms en 2003 eL 147 en 2012. Au LournanL des annees 2010, lrance 2 eL lrance 3 se
sonL mls a passer molns de fllms, noLammenL en prlme Llme (molns un Llers pour lrance 2 eL molns
30 ° pour lrance 3). ArLe lnLenslfle son efforL depuls dlx ans (378 fllms en 2012 conLre 269 en 2003
donL 43 a 30 ° en prlme Llme). CependanL, la chaine dlffuse molns de 30 ° de fllms d'expresslon
orlglnale françalse eL les prlx praLlques demeurenL llmlLes.
Canal Þlus eL ses decllnalsons demeure le plus consLanL dans sa programmaLlon de fllms de
caLalogue (130 donL 40 ° au molns de fllms LCl)
Les chaines de la 1n1, malgre leur monLee en pulssance depuls 2003 (910 fllms en 2012),
praLlquenL pour l'lnsLanL des prlx Lrop modesLes pour prendre avanLageusemenL un relals qul
compense les reducLlons prevlslbles de budgeLs d'achaLs des chaines hlsLorlques. Leur nombre
lmporLanL pourralL par allleurs les malnLenlr dans une audlence eLrolLe qul empôchera leur prlx de
decoller.
Lnfln, le lenL developpemenL des chaines de paLrlmolne n'a pas eu pour le momenL d'effeL sur
les prlx sans compLer que la renLablllLe des fllms de reperLolre passe par la prlse en compLe des coûLs
de resLauraLlon des coples eL de leur reporL en Pu.
Au LoLal, rlen d'eLonnanL que le monLanL des achaLs sLagne auLour de 400 a 430 Mt depuls
2003. L'annee 2012 semble môme marquer un premler decrochage (392 Mt) qul correspond a une
balsse de 13 ° en euros consLanLs depuls 2003.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
3S
!" -%**"+",- 4'**)5/" ." /% ."+%,." ."* %,-",,"*
La demande des chaines, hors depenses llees aux obllgaLlons, pourralL conLlnuer a s'essouffler
pour deux ralsons :

la prosperlLe de nouveaux supporLs (1v8, SvCu sl elle esL remonLee a 18 mols) rlsque
d'accelerer l'usure des fllms avanL leur passage sur les chaines en clalr donL l'lnLerôL pour
ce programme s'affalbllralL encore ,
la popularlsaLlon crolssanLe des serles aupres des [eunes esL en Lraln de se developper sur
les nouveaux supporLs, comme le relevenL desormals les marches amerlcaln eL europeen.
La concenLraLlon de la frequenLaLlon sur quelques LlLres rlsque de s'en Lrouver accenLuee.
Les chaines ne manqueronL pas d'en Lenlr compLe en clblanL dans leur programmaLlon
cerLalns fllms au deLrlmenL des auLres.

b. Des pertes qu| se d|spersent
loncLlonnellemenL les perLes neLLes des evenLuelles economles operees sur les lmprevus de
fabrlcaLlon non salsles par les sLaLlsLlques de la producLlon françalse sonL supporLees a des degres
varlables selon les fllms par :

les engagemenLs non recuperes des dlsLrlbuLeurs en lrance eL a l'eLranger ,
les perLes sur apporLs des coproducLeurs, essenLlellemenL les chaines de Lelevlslon
(preachaLs eL parLs coproducLeurs) qul les lnLegrenL dans leurs obllgaLlons en les
conslderanL Je focto comme une charge d'explolLaLlon ,
les avances non recuperees des Soflcas, de l'ordre 23 a 30 ° ,
la parLle des frals generaux non flnances des producLeurs. ll arrlve aussl qu'lls amorLlssenL
leurs perLes grâce a la venLe de drolLs de leur caLalogue (sopto) ou a une acLlvlLe connexe
(lofto). 1ous n'onL pas, LouLefols, ceLLe posslblllLe. Sur le su[eL, ll fauL preclser que les coûLs
de producLlon lcl prls en compLe lnLegrenL les Laux d'usage reLenus pour les frals generaux
(7 °) eL le salalre du producLeur delegue (3 °). AuLanL pour les budgeLs modesLes ou
moyens, ces Laux couvrenL correcLemenL les frals concernes eL la parLle non flnancee
consLlLue une vrale perLe, auLanL pour les budgeLs superleurs a 10 ou 13 Mt, ces frals sonL
plus que couverLs en valeur absolue par l'appllcaLlon de Lels Laux eL ll ne peuL s'aglr pour le
producLeur que d'un slmple manque a gagner ,
la parL des aldes publlques non remboursees quand ll s'aglL d'avances, qu'elles solenL
naLlonales (88 °) ou reglonales (quasl-LoLallLe sauf la 8eglon 8hône-Alpes qul lnLervlenL en
coproducLrlce). Þour ces dernleres, ll fauL les meLLre en regard des reLombees economlques
locales lssues des Lournages qul sonL Lou[ours un mulLlple eleve des sommes lnvesLles par
les collecLlvlLes LerrlLorlales ,
les deLLes a l'egard des fournlsseurs (lndusLrles Lechnlques noLammenL) eL des organlsmes
soclaux.

2. Au n|veau des entrepr|ses de product|on : |e sort var|ab|e des producteurs

CeLLe approche globale ne slgnlfle pas que Lous les producLeurs sonL egaux devanL l'absorpLlon
des perLes ou la recolLes des galns eLanL donne le caracLere heLerogene du produlL eL la dlverslLe des
slLuaLlons paLrlmonlales des enLreprlses concernees. L'equlllbre dynamlque de la branche eL la
dlsperslon de ses perLes ne dolL pas masquer les consequences lndlvlduelles forLemenL conLrasLees
d'une Lelle slLuaLlon.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
36
La repercusslon des perLes globalemenL consLaLees aura des consequences Lres dlfferenLes
pour l'enLreprlse de producLlon selon :

le monLage flnancler du fllm. Sl comme envlron un clnquleme des fllms eLudles, le fllm esL
en eLaL de sur-flnancemenL, le producLeur qul a Lenu son devls eL encalsse salalre eL frals
generaux, ne pâLlL en rlen de la slLuaLlon. uans le cas conLralre, le producLeur peuL
encalsser des perLes varlables depuls ses frals non recuperes [usqu'a des sommes
lmporLanLes llees au rapporL coûL flnal du fllm/receLLes.
les posslblllLes de commerclallser son caLalogue. La soluLlon de la venLe de drolLs demeure
llmlLee pour les producLeurs lndependanLs solL qu'lls dlsposenL de peu de fllms, solL que,
souvenL aux prlses avec de lanclnanLs problemes de Lresorerle, lls alenL lmmoblllse une
parLle de leurs drolLs dans des venLes anLerleures. ue plus, le rendemenL d'une parLle de
leur caLalogue peuL ôLre obere par les sommes encore a recuperer par les parLenalres
flnanclers de ses anclens fllms (Soflca, avance sur receLLes, MC, eLc.). vendre par exemple
un fllm a une chaine de Lelevlslon permeL une renLree de Lresorerle (souvenL a la sulLe
d'une operaLlon d'escompLe) mals peuL ne generer qu'un falble apporL neL une fols
deslnLeresses les auLres ayanLs drolL. Lnfln, un Llers des fllms se flnançanL sans chaines de
Lelevlslon, les ouvres concernees LrouvenL malgre LouL raremenL preneur pour le peLlL
ecran.
la capaclLe a Lourner un auLre fllm qu'll s'efforce de blen preflnancer. Lncore fauL-ll ôLre en
mesure economlque eL arLlsLlque de recourlr a ceLLe soluLlon, sans compLer que ceLLe
meLhode a ses llmlLes. Llle peuL falre flgure de fulLe en avanL eL aggraver la slLuaLlon
flnanclere du producLeur en cas d'echec de sa nouvelle LenLaLlve. Ce n'esL pas un hasard sl
80 ° des socleLes ne produlsenL qu'un seul fllm par an eL qu'en dehors des socleLes
lnLegrees aucune n'en fabrlque plus de 4 a 3 par an.
l'exlsLence d'une acLlvlLe complemenLalre. ue plus en plus, les producLeurs dlverslflenL leur
acLlvlLe vers la producLlon audlovlsuelle, la publlclLe ou les nouvelles Lechnologles pour
amorLlr leurs coûLs de sLrucLure sur un chlffre d'affalres plus large ou falre face plus
facllemenL aux aleas de la producLlon clnemaLographlque.

Au LoLal, hors les cas mlnorlLalres ou ll couvre ses coûLs des la premlere explolLaLlon, ou ll esL
sur-flnance eL ou ll peuL s'appuyer sur un caLalogue de drolLs dlsponlbles eL lucraLlfs ou sur une
acLlvlLe plus large, le producLeur lndependanL Lravallle avec une Lresorerle Lendue qul enLrave ses
posslblllLes de developpemenL.

n. UNL kLN1A8ILI1L ALLA1CIkL
Þeu nombreux sonL les fllms qul LrouvenL une renLablllLe duranL leur premlere vle
d'explolLaLlon (salles, vldeo eL premlers passages Lelevlslon) ou môme slmplemenL evlLe les perLes.
CeLLe slLuaLlon a plusleurs orlglnes :

une forLe concenLraLlon des resulLaLs sur un peLlL nombre de fllms. Alnsl, les 20 fllms
françals les plus performanLs aLLlrenL 33 ° des enLrees reallsees par les fllms françals. Seuls
22 fllms françals (7,4 ° des fllms françals sorLls) reallsenL au molns un mllllon d'enLrees , les
deux Llers d'enLre eux n'aLLelgnenL pas 100 000 enLrees lrance. Ln bouL de chaine, 47,3 °
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
37
des fllms en LoLallsenL molns de 20 000. L'alea de la carrlere de fllms en salles n'a [amals eLe
aussl grand. Le nombre d'echecs esL dlx fols plus lmporLanL que celul des succes ,
un lnadequaL a[usLemenL des budgeLs au poLenLlel commerclal des fllms. Môme sl, par
deflnlLlon, ll esL dlfflclle de prevolr les resulLaLs d'un fllm, les donnees sLaLlsLlques sonL
sufflsammenL nombreuses concernanL les capaclLes d'absorpLlon du marche pour servlr au
molns de garde-fou a cerLalns lnvesLlssemenLs. Ce n'esL pas Lou[ours mls a proflL. Cuelques
fllms onL alnsl un caracLere puremenL speculaLlf, auLour de l'lmpacL commerclal suppose de
« formules a vedeLLes » noLammenL quand ll s'aglL d'enLrer dans une chaine de producLlon
d'analogues (sopto). lls peuvenL engendrer des resulLaLs lnsufflsanLs pour evlLer des perLes
parfols Lres lourdes en ralson de la hauLeur des depenses engagees par les budgeLs de
producLlon eL de dlsLrlbuLlon ,
des coûLs de dlsLrlbuLlon eleves qul accrolssenL les rlsques des parLenalres commerclaux du
producLeur, en premler lleu du dlsLrlbuLeur mals aussl des ayanLs drolL (coproducLeurs eL
auLeurs) qul volenL s'elolgner reLour sur lnvesLlssemenL eL remuneraLlons complemenLalres
(lofto) ,
un Lrop pleln de fllms dlffuses sans moyens au corps defendanL de leurs responsables. Le
nombre record de sorLles ne valorlse a l'enLree des salles qu'une polgnee de fllms au
deLrlmenL de la ma[orlLe d'ouvres qul sorLenL sans echo medlaLlque sufflsanL ou budgeL de
promoLlon adequaL.

Au LoLal, la renLablllLe de la producLlon peuL s'apprecler de plusleurs polnLs de vue :

sous l'angle du slmple equlllbre global de la branche enLendu comme le rapporL enLre flux
de receLLes eL de depenses (sopto L eL l)
du polnL de vue des dlsLrlbuLeurs en salles comme dlffuseurs de l'ob[eL fllm (lofto ll u eL L)

ll s'aglL lcl de l'examlner du polnL de vle des lnvesLlsseurs en producLlon sous l'angle
macroeconomlque eL de celul des lnlLlaLeurs du pro[eL (les producLeurs).

1. La rentab|||tó g|oba|e de |a branche

Þour LenLer d'apprecler la renLablllLe de la branche, a eLe effecLuee une eLude parLlcullere (cf.
L'economle des lll) sur les flux economlques de 619 lll sorLls enLre 2004 eL 2007 en prenanL la
quasl-LoLallLe des receLLes qu'lls onL generees. Ce calcul a eLe effecLue en plusleurs eLapes :
CnL eLe agreges les coûLs de producLlon desquels onL eLe dedulLs remuneraLlon des
producLeurs, frals generaux, lmprevus pour abouLlr au coûL de fabrlcaLlon de la serle de
fllms observes. ue ce dernler a eLe sousLralL l'alde publlque consommee sous LouLes ses
formes (souLlen auLomaLlque eL selecLlf, credlL d'lmpôL, aldes reglonales, Lurlmages) pour
abouLlr a un resLe a flnancer par les acLeurs prlves a savolr les coproducLlons eL les
preachaLs de la Lelevlslon, les apporLs de coproducLeurs eLrangers, les apporLs des
dlsLrlbuLeurs, les Soflca eL ce qul resLe a la charge des producLeurs delegues.
Sur ce resLe a flnancer onL eLe lmpuLees les receLLes collecLees sur les dlfferenLs marches
(salle, vldeo, Lelevlslon, exporLaLlon) apres deducLlon des frals de commerclallsaLlon, des
MC des dlffuseurs françals eL des lmporLaLeurs eLrangers, de l'avance sur receLLe apres
reallsaLlon, de la prlme au succes de Canal + eL des remboursemenLs de l'avance sur
receLLe.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
38
ll en resulLe un solde qul peuL se comparer valablemenL a ce qul resLe lo floe a la charge des
lnvesLlsseurs en producLlon sous LouLes leurs formes. ll mesure leur rlsque economlque en meLLanL
en valeur leurs galns ou leurs perLes.
ll en resulLe que :

410 fllms onL degage pour les producLeurs un solde negaLlf de - 432,3 Mt eL 209 fllms un
resulLaL poslLlf de 371 Mt. La branche enreglsLre donc au LoLal un solde negaLlf de - 81,4
Mt qul redevlenL poslLlf (+ 132 Mt) apres lnLegraLlon du souLlen genere (213,4 Mt) ,
le solde neL de producLlon moyen par fllm (avanL souLlen genere) s'eleve a - 131kt (- 1,10
Mt pour les fllms a solde negaLlf eL + 1,77 Mt pour les fllms a solde poslLlf) ,
quand le solde esL poslLlf ll s'accrolL avec le budgeL (0,19 Mt pour les fllms a molns de 1 Mt
a 3,99 au-dela de 13 Mt) ,
le nombre relaLlf de fllms a solde poslLlf progresse globalemenL avec le budgeL (14,3 ° des
fllms a molns de 1 Mt a 60,2 ° des fllms enLre 7 eL 13 Mt mals 33,1 ° au-dessus de
13 Mt) ,
les fllms d'anlmaLlon sonL proporLlonnellemenL plus nombreux a degager un solde poslLlf
(33,7 °), que les fllms de flcLlon (34,6 °) ou les documenLalres (26,2 °). Ce solde s'eLabllL a
1,8 Mt pour la flcLlon, a 3,86 Mt pour l'anlmaLlon eL a 0,88 Mt pour le documenLalre ,
30,8 ° des premlers fllms generenL un solde poslLlf qul s'eleve 1,33 Mt. CeLLe proporLlon
esL equlvalenLe pour les deuxlemes fllms (27,3 °) donL le solde moyen poslLlf esL de
2,13 Mt ,
les fllms beneflclalres du credlL d'lmpôL, de la presence d'une chaine en clalr ou d'un
mandaL d'explolLaLlon assorLl d'un flnancemenL sonL plus nombreux a degager un solde
poslLlf. Ln revanche, le beneflce de l'avance sur receLLes n'augmenLe pas la probablllLe
d'aLLelndre un solde neL poslLlf (28,8 ° d'enLre eux sonL dans ce cas conLre 33,9 ° pour les
auLres fllms).
Au LoLal on peuL observer que :

sl la branche esL en leger deflclL ce n'esL qu'une fols que Lous ses frals de foncLlonnemenL
en producLlon eL dlsLrlbuLlon onL eLe recouvres ,
l'alde publlque esL vlLale pour assurer ce vague equlllbre ,
l'lnvesLlssemenL clnema resLe un parl assorLl d'une chance sur Lrols d'engendrer des proflLs
a Lous les nlveaux de budgeLs môme sl les grosses mlses sonL les plus frucLueuses mals
aussl les plus rlsquees. Ces resulLaLs dependenL aussl du nlveau de preflnancemenL reunl ,
la perLe de 432,3 Mt essuyee sur les 410 fllms esL supporLee par les chaines de Lelevlslon,
les Soflca, les apporLs eLrangers en coproducLlon, la remuneraLlon du producLeur eL ses
frals generaux quand lls n'onL pas eLe recuperes.

Pors les cas excepLlonnels, des producLlons gagnanLes relaLlves a leurs devls eL les fllms sur-
flnances, la producLlon clnemaLographlque demeure une acLlvlLe aleaLolre compLe Lenu de ses coûLs
mals non un parl lmposslble. une Lelle slLuaLlon lnvlLe cependanL ses lnlLlaLeurs a LenLer de vlvre des
depenses mals de ce polnL de vue Lous les lnLeresses sonL loln d'ôLre a la môme enselgne.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
39
2. L'|mpact pour |es pró-acheteurs et |a rentab|||tó pour |es coproducteurs

a. Les próachats des d|ffuseurs
Comme plus hauL preclse, l'lmpllcaLlon des dlsLrlbuLeurs sera LralLee plus loln (lofto ll.L).

!"* &2%6,"* ." -7/73)*)',
Canal Þlus falL face a un coûL de programmaLlon clnema auquel la socleLe ne peuL se sousLralre
car d'orlglne reglemenLalre. ll lul apparLlenL de reparLlr au mleux achaLs eL preachaLs de fllms dans sa
grllle pour saLlsfalre ses abonnes. ue plus, ll lul fauL acqulLLer une prlme au succes pour les fllms qul
n'auralenL pas eLe assez remuneres au momenL de leur preachaL. La chaine ne peuL en aucun cas
« falre une bonne affalre ». uans un Lel conLexLe, la noLlon de galns ou de perLes esL LoLalemenL
Lheorlque d'auLanL plus que le volume des fllms qu'll preacheLe (molns des deux Llers des fllms LCl
eL envlron un clnquleme des fllms europeens) lul faclllLe la compensaLlon de ses evenLuelles erreurs
d'acqulslLlon. 1res rares en praLlque sonL les succes flnances sans son concours lnlLlal eL qu'en LouLe
hypoLhese, ll peuL Lou[ours acheLer apres reallsaLlon.
ll n'en esL pas de môme pour les preachaLs consenLls par les grandes chaines generallsLes qul,
elles, sonL en compeLlLlon pour opLlmlser l'usage de leurs obllgaLlons de producLlon. ues erreurs
d'acqulslLlon (preachaLs effecLlfs ou refus) peuvenL se produlre. vlcLlmes de l'eroslon des audlences
du clnema sur leurs anLennes, ces chaines afflrmenL perdre de l'argenL en dlffusanL les fllms
preacheLes (dlfference enLre le coûL du fllm eL la receLLe publlclLalre generee a l'occaslon de leur
dlffuslon). ue 2008 a 2012, les perLes sur preachaLs s'eleveralenL a plus de 43 mllllons d'euros pour
M6 (de l'ordre de 9 Mt en moyenne annuelle) eL 119 pour 1l1 (24 Mt en moyenne annuelle).

!"* 7.)-"($* 3).7'
L'effondremenL du chlffre d'affalre du secLeur depuls dlx ans a falL quaslmenL dlsparaiLre LouL
a-valolr assls unlquemenL sur les receLLes vldeo LouL parLlculleremenL pour les lll. Cuand lls exlsLenL,
lls sonL prls en garanLle d'un MC sur les receLLes salle ou slmplemenL des frals d'edlLlon. uevanL les
aleas crolssanLs de l'lnvesLlssemenL fllm, l'hablLude s'esL developpee d'lnclure la vldeo dans des MC
accordes dans des mandaLs groupes (salles, vldeo, eLranger) qul represenLenL desormals 10 ° du
flnancemenL de la producLlon eL beaucoup plus pour les fllms a devls eleve, coflnances par les
groupes ou les gros dlsLrlbuLeurs lndependanLs.
ll esL donc dlfflclle d'evaluer de manlere slngullere la renLablllLe de l'lnvesLlssemenL vldeo.
L'eLude sur les 619 lll lndlque que le resulLaL d'acLlvlLe lalsse un solde neL revenanL au producLeur
non negllgeable (lofto lll C).
Comme pour la dlsLrlbuLlon en salles, l'lmpacL mlcroeconomlque du rendemenL de l'acLlvlLe
sur les lll sera varlable eL lnegalemenL reparLl selon que :

l'edlLeur dlspose dans son caLalogue de quelques-uns des 20 a 23 lll qul, chaque annee,
depassanL le mllllon d'enLrees se vendenL blen en vldeo. ll peuL alors alsemenL compenser
ses echecs ,
l'edlLeur vldeo esL egalemenL dlsLrlbuLeur en salles eL/ou dlspose de mandaLs eLrangers. La
commerclallsaLlon sur plusleurs marches faclllLe l'amorLlssemenL de son rlsque ,
le porLefeullle de l'edlLeur vldeo esL dlverslfle, rlche en LlLres de caLalogues qul assurenL le
fonds de son chlffre d'affalres ou de LlLres amerlcalns souvenL plus performanLs sur ce
marche.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
40
b. Les |nvest|sseurs en product|on
Les chaines de Lelevlslon en clalr enreglsLrenL des perLes sur leurs parLs de coproducLlon
lles a leurs obllgaLlons de clnema. Llles sonL pour M6 de l'ordre de 0,236 Mt cumule de
2008 a 2012 eL represenLenL envlron 40 ° de leurs lnvesLlssemenLs pour lrance 2 eL lrance
3. ue son côLe, 1l1 declare un excedenL cumule sur 3 ans qu'll fauL meLLre en rapporL avec
le LoLal des perLes sur preachaLs pour deboucher sur une perLe cumulee de pres de 103 Mt.
Þour lrance 1elevlslons, la renLablllLe ne sauralL ôLre le seul crlLere de ses lnLervenLlons. A
ceL egard, sa mlsslon de servlce publlc (un quarL de premlers fllms, souLlen aux grandes
slgnaLures, eLc.) esL blen remplle a en [uger au nombre lmporLanL de recompenses que
leurs coproducLlons recolLenL regulleremenL (Cesars, recompenses dans les fesLlvals donL
plusleurs Þalmes d'or a Cannes, eLc.).
Les groupes (producLlon, dlsLrlbuLlon, eL explolLaLlon) ou slmplemenL gros dlsLrlbuLeurs
(producLlon-dlsLrlbuLlon) qul assoclenL frequemmenL a leurs engagemenLs souvenL Lres
lourds en dlsLrlbuLlon une parL de coproducLlon conLrôlenL la commerclallsaLlon du fllm ou
lls lnLervlennenL. A ce LlLre, des surplus de commlsslons peuvenL compenser leur rlsque
flnancler eL ll n'esL pas slmple de connaiLre l'eLaL de leurs perLes ou de leurs galns a l'aune
de la seule receLLe neLLe parL producLeur. CependanL, quelques sondages effecLues aupres
de l'un d'enLre eux lndlquenL que le nombre de fllms en deflclL esL superleur a celul des
fllms en proflL eL, quand perLes ll y a, elles sonL consequenLes.

Lorsque c'esL necessalre, l'acLlvlLe salles alde les groupes a compenser leurs evenLuels
debolres en producLlon eL dlsLrlbuLlon. Þour cerLalns gros lndependanLs non deLenLeurs de salles, le
souLlen de parLenalres flnanclers exLerleurs dans leurs lnLervenLlons flnancleres leur permeL de
parLager leurs perLes aussl blen que leurs galns.
Les londs d'lnvesLlssemenLs. lls sonL peu nombreux eL d'experlence recenLe. CerLalns
lnLervlennenL comme coproducLeurs, d'auLres coflnancenL surLouL des MC de dlsLrlbuLlon
sur dlfferenLs medlas. ll esL dlfflclle d'avolr des lnformaLlons slgnlflcaLlves a ce sLade. Môme
s'll peuL essuyer des perLes par fllm, l'un d'enLre eux degage une renLablllLe moyenne de
9 °.
Le producLeur lndependanL. ll esL le professlonnel cle du dlsposlLlf car ll esL a l'orlglne du
pro[eL donL ll promeuL la venLe sur le marche eL assure la mlse en fabrlcaLlon. L'ecrasanLe
ma[orlLe des enLreprlses de producLlon ne degage pas de beneflce en ralson d'une
lnsufflsance de receLLes eL d'un reglme flscal favorable en maLlere d'amorLlssemenL des
fllms. Þar allleurs, le sysLeme du credlL d'lmpôL desLlne a reLenlr les Lournages en lrance,
qul s'lmpuLe sur l'lmpôL sur les socleLes, n'encourage pas a declarer des proflLs. La
renLablllLe des enLreprlses de producLlon esL donc dlfflclle a mesurer. Ln effeL, des lors
qu'elles onL pu flnancer salalres eL frals generaux de leur sLrucLure, volre engranger
quelques remonLees de receLLes Lardlves en ralson du polds du preflnancemenL dans leurs
budgeLs de producLlon, le reLour sur lnvesLlssemenL esL essenLlellemenL consLlLue par l'alde
auLomaLlque generee eL la parL du negaLlf conserve (de 30 a 70 °).

ll demeure une mlnorlLe de producLeurs qul preflnance conforLablemenL leurs fllms eL en
LlrenL frals generaux eL salalres proporLlonnels consequenLs surLouL avec des budgeLs eleves (sopto
u.2).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
41
3. L'|ntervent|on de |'a|de pub||que

L'alde publlque [oue un rôle lnconLournable en amonL du processus d'elaboraLlon du pro[eL
fllm (alde a l'ecrlLure, au developpemenL, a la preparaLlon) mals ll s'aglL dans ce cadre d'apprecler
son lmpacL dans le processus môme de fabrlcaLlon des fllms.
Les effeLs du souLlen publlc au clnema ne peuvenL pas se mesurer en Lermes de renLablllLe
flnanclere. lndlquer que l'avance sur receLLes n'esL remboursee qu'a hauLeur de 11 ° ne dlL rlen de
ses auLres verLus. La foncLlon de l'alde publlque esL d'lnclLer au volume de la producLlon aussl blen
qu'a sa dlverslLe eL au renouvellemenL de ses conLenus. Cn peuL en revanche esLlmer son lmpacL a
Lravers les remarques sulvanLes :

de 2001 eL 2012, l'alde auLomaLlque a la producLlon generee eLe de 1 024,32 Mt, l'alde
consommee a eLe 809,379 Mt. Ce decalage LlenL au caracLere plurlannuel de la generaLlon
des drolLs eL annuel de leur moblllsaLlon. ll convlendralL dans ce cadre d'explorer les
marges de manouvre dlsponlbles pour augmenLer les Laux de l'alde, LouLes choses eLanL
egales ,
ces dlx dernleres annees, les aldes publlques naLlonales eL reglonales a la producLlon
perdenL pres de la molLle de leur lmporLance relaLlve dans le flnancemenL de la producLlon.
Llles passanL de 11,3 ° des caplLaux lnvesLls en 2003 a 6,3 ° en 2012. Les coûLs onL en effeL
progresse plus vlLe que les aldes. ue 2007 a 2012, lls onL augmenLe de 44 °, l'alde
auLomaLlque de 20 ° eL l'avance sur receLLe de 32 ° ,
l'alde auLomaLlque generee demeure Lres lnegalemenL reparLle en ralson des resulLaLs Lres
varlables des fllms (lofto Chap lll.v.8), aussl [oue-L-elle un rôle plus slgnlflcaLlf pour la
vlngLalne de producLeurs qul peuvenL en moblllser sufflsammenL eL marglnale pour les
auLres. L'alde lnvesLle ne represenLe malgre LouL que 2,7 ° des sources de flnancemenL.
les aldes selecLlves sonL d'auLanL plus deLermlnanLes que le budgeL esL bas. Couplees avec
les avances reglonales, elles aLLelgnenL 20,3 ° des flnancemenLs pour les fllms lnferleurs a
1 Mt eL 12,6 ° enLre 1 eL 4 Mt. Au nlveau global, elles n'aLLelgnenL que 3,8 ° de ces
flnancemenLs.
Þour la ma[orlLe des producLeurs debuLanLs ou se relevanL d'un echec, l'avance sur receLLes
provoque, par deflnlLlon, un effeL lnclLaLlf plus forL que l'alde auLomaLlque. Llle favorlse
renouvellemenL des conLenus eL emergence des creaLeurs comme de nouveaux
enLrepreneurs donL cerLalns essalmeronL dans des acLlvlLes connexes au clnema (Lelevlslon,
[eux vldeo, formaLs e Lelevlslon, lnLerneL). LL cela avec une cerLalne efflcaclLe. Þres de
quaLre fllms sur dlx lll sonL des premleres ouvres donL 33° en moyenne onL beneflcle de
l'avance sur receLLes ces dernleres annees.
l'alde a la producLlon, qu'elle solL auLomaLlque ou selecLlve, donne au producLeur un
verlLable sLaLuL d'lnvesLlsseur, ce qul evlLe de falre de lul un slmple collecLeur de caplLaux
non dlrecLemenL engage en dehors du Lravall eL des frals generaux qu'll lnvesLlL. Llle
renforce la parL de negaLlf que le producLeur peuL conserver eL consollde la sLrucLure de
l'enLreprlse eL donc sa solvablllLe ulLerleure. Son rôle esL sLraLeglque.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
42
I. A1CMISA1ICN L1 SCUS-CAÞI1ALISA1ICN DU SLC1LUk
Le secLeur de la producLlon demeure Lres aLomlse. ll s'aglL d'une caracLerlsLlque hlsLorlque de
son acLlvlLe. Le nombre de socleLes de producLlon acLlves augmenLe au ryLhme de 2,3 ° par an. Ln
2012, 191 enLreprlses produlsalenL 209 fllms d'lnlLlaLlve françalse eL 80 ° d'enLre elles n'en
produlsalenL qu'un seul. SocleLes lnLegrees comprlses, aucune ne depassalL clnq fllms, au budgeL, ll
esL vral, les plus eleves.
CeLLe dlsperslon s'accompagne d'une sous-caplLallsaLlon de la branche. La suppresslon en
2009 de l'exlgence d'un caplLal mlnlmum pour consLlLuer une socleLe de producLlon n'a pas amellore
la slLuaLlon.
Le manque de caplLaux propres eL la falblesse des cash-flows, verlLable handlcap pour le
secLeur, enLrainenL plusleurs consequences :

soumls a d'lncessanLs problemes de Lresorerle, les producLeurs demandenL Lou[ours plus
d'alde selecLlve pour flnancer leur acLlvlLe, developper leurs pro[eLs eL preparer leurs fllms ,
lls cherchenL a se reserver par vole reglemenLalre une parL mlnlmale de l'alde publlque
(preclpuL des premlers 130 000 euros de souLlen auLomaLlque eL coulolr reserve de 30 °
au-dela) ,
asseches en fonds de roulemenL, lls recourenL souvenL a l'escompLe des conLraLs de ses
cllenLs, ce qul obere la renLablllLe de leurs pro[eLs.

ll fauL reconnaiLre, ouLre le caracLere arLlsanal de l'acLlvlLe de producLlon eL l'lndlvlduallsme
propre aux meLlers arLlsLlques, que le sysLeme de souLlen en empllanL eL dlssemlnanL les
lnLervenLlons pousse a ceL emleLLemenL.

I. UNL ÞkCDUC1ICN ÇUI LMIGkL
Le credlL d'lmpôL a un lmpacL lndlscuLablemenL relocallsanL. CependanL ses effeLs se sonL
emousses eL la delocallsaLlon des Lournages ne falbllL pas volre s'accenLue. LnLre 2008 eL 2012, les
depenses de producLlon, Lous genres confondus, effecLuees en lrance onL progresse 13 ° (871,14
Mt en 2012) eL les depenses a l'eLranger de 39 ° (183,97 Mt en 2012). La progresslon de 17 ° des
depenses LoLales de producLlon a donc davanLage proflLe a l'eLranger qu'a l'hexagone. Sl d'une
annee sur l'auLre, le Lournage d'un ou deux grosses producLlons lnLernaLlonales peuL deformer les
sLaLlsLlques, la Lendance sur dlx ans esL celle d'une delocallsaLlon conLlnue. Ln 2003, daLe de l'enLree
en vlgueur du credlL d'lmpôL, la parL des depenses effecLuees a l'eLranger eLalL de 10 °. Llle esL de
16,9 ° dlx ans plus Lard.
A noLer que le monLanL des depenses a l'eLranger, flucLuanL beaucoup d'une annee sur l'auLre,
esL globalemenL correle au monLanL du budgeL. LnLre 2003 eL 2012, sl les fllms d'un coûL lnferleur a
2,3 Mt onL falL chuLer leurs conLrlbuLlons a ce Lype de depenses de 17 a 3,2 °, les fllms au-dessus de
7 Mt onL falL monLer les leurs de 43 a 66 °.
Maln d'ouvre naLlonale (le quarL des depenses delocallsees), LransporLs eL defralemenLs (le
clnquleme), decors eL cosLumes (10 a 13 °) eL lndusLrles Lechnlques (12 -13 °) pâLlssenL de ceLLe
slLuaLlon.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
43
L'homologaLlon par 8ruxelles de l'elevaLlon du plafonnemenL du credlL d'lmpôL naLlonal de 1 a
4 Mt pourralL lnverser ceLLe Lendance môme sl la facLuraLlon des presLaLlons par nos volslns belges,
luxembourgeols ou allemands eL l'aLLracLlvlLe de leurs condlLlons flscales malnLlennenL un hauL degre
de concurrence en maLlere de Lournage.
Þour les 9 premlers mols de 2013, la delocallsaLlon semble reculer pour s'eLabllr a 21 ° des
semalnes de Lournage conLre 31 ° en 2012, solL un des resulLaLs les molns eleves de ces 6 dernleres
annees. Les producLeurs ayanL anLlclpe la reforme du CredlL d'lmpôL Clnema eL sa reLroacLlvlLe au 1
er

[anvler 2013, la delocallsaLlon revlenL a son nlveau de 2011
Ln môme Lemps, ce mouvemenL s'esL accompagne d'une chuLe de 7 ° des lnvesLlssemenLs en
producLlon par rapporL a la môme perlode de 2012. CeLLe reducLlon a affecLe essenLlellemenL les
fllms a plus de 10 Mt de budgeL alors qu'a augmenLe de 9 ° le nombre de fllms enLre 1 eL 2 Mt donL
les depenses pesenL molns sur les economles locales que celles qu'engagenL les budgeLs eleves.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
44
II. UNL DIS1kI8U1ICN ÇUI S'LM8ALLL
A. UNL ICk1L ÞkCGkLSSICN DU NCM8kL DL IILMS DIS1kI8ULS
Les annees 2000 se caracLerlsenL par une forLe augmenLaLlon des fllms sorLls en salles en
excluslvlLe (613 en 2012 conLre 309 en 2003) solL une progresslon de 21 ° alors que la frequenLaLlon
a crû d'un peu plus de 17 ° duranL la perlode. une Lelle evoluLlon esL lmpuLable d'abord au clnema
« françals », coproducLlons comprlses. Ln 2012, pour se dlspuLer le marche des enLrees, on compLe
36 ° de fllms lnLegralemenL françals de plus, 30 ° de coproducLlons mlnorlLalres françalses
supplemenLalres eL a peu pres auLanL de coproducLlon ma[orlLalres. Ln dlx ans, le clnema ou les
producLeurs françals sonL lmpllques, a vu sa parL passer de 42 ° a 48 ° des fllms dlsLrlbues. Le
clnema du resLe de l'Lurope a connu une progresslon de 33 ° du nombre de fllms commerclallses en
conservanL une parL de marche sLable (de 13 a 16 ° sur la perlode).
Le clnema amerlcaln qul n'a pas ampllfle le nombre de ses sorLles resLe auLour de 130 a 160
fllms ne represenLe plus que 24 ° des mlses a l'afflche au lleu de 30 ° dlx ans plus LôL. ll esL vral qu'll
dlspose de son marche domesLlque pour LesLer le polds commerclal de ses fllms avanL de les
dlsLrlbuer lnLernaLlonalemenL. ll conserve une parL de frequenLaLlon a peu pres consLanLe de 43 a
envlron 30 ° des enLrees (42,7 ° en 2012), ce qul lndlque que l'lnLenslflcaLlon de la dlsLrlbuLlon des
fllms des auLres pays ne lul a guere nul.
Le clnema naLlonal, coproducLlons comprlses, a malnLenu la slenne enLre 33 eL 40 ° (avec
deux polnLes auLour de 43 ° en 2006 eL 2008) au prlx d'une forLe progresslon du nombre de ses
sorLles. Le clnema 100 ° françals (coproducLlons exclues) amellore lenLemenL sa parL de
frequenLaLlon (28 ° en 2012 conLre 23,8 en 2002) mals molns vlLe que ne progresse le nombre de
ses fllms dlsLrlbues (+ 36 °).
une Lelle vlgueur de la dlsLrlbuLlon semble avolr plusleurs orlglnes :

la forLe augmenLaLlon du volume de fllms produlLs eL d'un sollde ancrage des fllms
europeens eL du resLe du monde (sopto) ,
une progresslon raplde de l'alde selecLlve a la dlsLrlbuLlon qul de 2007 a 2013 augmenLe de
47 °. CeLLe alde esL lndlspensable aux fllms françals a falble budgeL qul ne dlsposenL pas de
moyens de sorLles sufflsanLs. Son nlveau soullgne aussl la volonLe des pouvolrs publlcs de
falre de la lrance eL surLouL de Þarls une vlLrlne du clnema mondlal ,
une augmenLaLlon de l'alde auLomaLlque a la dlsLrlbuLlon (+ 38 ° de 2007 a 2013) qul
consLlLue une façon lndlrecLe de flnancer la producLlon. Ln 2012, elle couvralL envlron le
quarL des frals d'edlLlon eL 17 ° des engagemenLs des dlsLrlbuLeurs en lncluanL les MC. Son
effeL lnclLaLlf a la prlse de rlsque esL non negllgeable.

8. UNL LkÞCSI1ICN INLGALL DLS IILMS
1. Une d|str|but|on concentróe sur que|ques t|tres

ll sorL en moyenne 12 fllms par semalne assorLls de polnLes de 13 a 18 fllms qul dolvenL se
parLager de 3,3 a 4 mllllons d'enLrees avec les fllms de[a a l'afflche. ulsLrlbuer un fllm revlenL plus
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
4S
que [amals a mener une baLallle de communlcaLlon pour l'lmposer au marche sur une fenôLre
d'explolLaLlon qul ne cesse de se redulre dans le Lemps, reglemenLalremenL (quaLre mols) eL
commerclalemenL (duree de vle d'un fllm en salles d'une a 8 semalnes).
ue la, la sLraLegle de l'offre saLuranLe en publlclLe eL coples pour les fllms porLeurs de gros
espolrs commerclaux. u'auLres fllms donL le conLenu ne se prôLe pas a la meLhode cherchenL un
poslLlonnemenL clble adapLe a un publlc suppose plus resLrelnL. S'lls y parvlennenL, le Lemps leur
manque souvenL pour ôLre correcLemenL explolLes LanL paraiL grande la bousculade devanL les
ecrans qu'lnLenslfle la praLlque de la mulLlprogrammaLlon (lofto).
Le publlc submerge d'offres eL de messages volL defller des dlzalnes de nouveauLes par mols
sans avolr le Lemps de s'y aLLacher car ll ne peuL concenLrer son aLLenLlon que sur un nombre
resLrelnL de programmes. 8len d'eLonnanL dans un Lel conLexLe que chaque semalne un fllm capLe
parfols [usqu'au la molLle des enLrees reallsees par les nouveauLes eL deux a Lrols d'enLre eux plus
des Lrols quarLs. Les elus sonL en general ceux qul beneflclenL des lnvesLlssemenLs publlclLalres les
plus forLs eL d'un nombre eleve de polnLs de venLe. Sl cerLalnes « slgnaLures » arrlvenL parfols a
Lrouver leurs fldeles, les auLres fllms, a parL de rares sllppets, sonL rapldemenL sorLls du marche. Le
Laux de morLallLe commerclale des fllms (fllms a la carrlere breve) esL selon les semalnes de l'ordre
de 80 a 90 °.
ll en resulLe une Lres lnegale occupaLlon des salles selon les fllms.
Sur le su[eL, les sLaLlsLlques du CnC lalssenL apparaiLre que :

a. LongLemps le fllm françals (coproducLlons comprlses) a occupe molns d'espace de
programmaLlon que le fllm amerlcaln. Ln 2003, le nombre de polnLs de pro[ecLlon des fllms françals
en premlere semalne d'excluslvlLe eLalenL de 26 320 conLre 39 098 pour le fllm amerlcaln. ulx ans
plus Lard, on en compLalL 37 038 pour le premler eL 33 169 pour le second. CeLLe evoluLlon esL due
au noLable accrolssemenL du nombre de fllms françals mls a l'afflche duranL la perlode (+ 33 °).
CeLLe sLaLlsLlque ne dlL seulemenL rlen sur l'espace reellemenL occupe par les « polnLs de
pro[ecLlon », nl sur leur duree de malnLlen a l'afflche.

b. Les fllms amerlcalns sonL commerclallses en molns grand nombre mals de manlere plus
lnLense. Ln premlere semalne, lls sorLenL en moyenne dans deux fols plus de polnLs de venLe (269 en
2011) que les fllms françals (131 en 2011). un fllm françals sur deux sorL sur molns de 30 coples.
Molns du quarL des fllms amerlcalns sonL dans ce cas.

c. La proporLlon relaLlve de fllms programmes dans plus de 300 eLabllssemenLs en premlere
semalne d'excluslvlLe resLe sLable auLour de 7 a 10 ° sur dlx ans. Cn y Lrouve une ma[orlLe de fllms
amerlcalns, noLammenL dans la Lranche superleure a 700 polnLs de venLe ou lls se LrouvenL Lou[ours
quaLre fols plus nombreux.

d. Ln revanche, le nombre de fllms sorLls dans molns de 30 polnLs de dlffuslon croiL envlron
d'un Llers en dlx ans. ll represenLe la molLle des sorLles. Cn y Lrouve selon les annees de 3 a 4 fols
plus de fllms françals que de fllms amerlcalns. L'ecarL crolssanL consLaLe dans la dlmenslon des
sorLles resulLeralL alnsl davanLage de l'emleLLemenL de la dlsLrlbuLlon de fllms a molndre lmpacL
commerclal qu'a l'accenLuaLlon du nombre de polnLs de dlffuslon mls a la dlsposlLlon des gros
succes.

Selon le CnC, avec la numerlsaLlon des salles, le nombre de polnLs de dlffuslon ne dlL rlen du
nombre de coples (de flchlers devrlons nous ecrlre) clrculanL au seln d'un môme eLabllssemenL,
noLammenL dans les mulLlplexes. Sans compLer que la Lechnlque auLorlse desormals la dlffuslon
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
46
quasl slmulLanee d'un fllm sur plusleurs ecrans a parLlr d'une môme cople. Les sLaLlsLlques sur les
polnLs de programmaLlon ne donnenL donc qu'une ldee approxlmaLlve de la façon donL sonL LralLes
les fllms. ll fauL, pour la preclser, s'lnLeresser aux Lechnlques de mulLlprogrammaLlon eL de
mulLldlffuslon.

2. L'enrac|nement de |a mu|t|programmat|on et de |a mu|t|d|ffus|on

Les donnees sur les ecrans occupes par les dlfferenLs fllms dolvenL ôLre lnLerpreLees avec
prudence depuls que se sonL developpees la mulLlprogrammaLlon (parLage du môme ecran par
plusleurs fllms au cours d'une semalne clnemaLographlque) eL la mulLldlffuslon (pro[ecLlon
slmulLanee du môme fllm sur plusleurs ecrans d'un mulLlplexe), noLammenL le week-end eL aux
heures de forLe frequenLaLlon. CeLLe dernlere praLlque qul resulLe de la concenLraLlon de la
frequenLaLlon hebdomadalre sur une polgnee de LlLres s'esL lnsLallee au deLrlmenL des auLres fllms a
l'afflche donL la programmaLlon esL redulLe parfols a quelques seances par semalne. AnLerleure a la
numerlsaLlon des salles, elle esL grandemenL faclllLee par elle. La mulLlprogrammaLlon, elle, seralL
nee du falL que le nombre de fllms proposes a cerLalne perlode depasseralL le nombre de semalnes
salles dlsponlbles. ll esL vral qu'en dlx ans (2002-2011), l'offre de fllms a crû d'un quarL eL le nombre
d'ecrans d'a pelne 4 °.
La mulLlprogrammaLlon exlsLe dans les mulLlplexes (salles de 8 ecrans au molns) donL la parL
dans la frequenLaLlon s'accroiL regulleremenL pour aLLelndre 60 ° en 2012. Ces dernlers dlsposenL en
general assez d'ecrans pour en llmlLer l'usage mals aussl pour praLlquer une mulLldlffuslon
relaLlvemenL lnLense. Llle esL plus sysLemaLlque dans les complexes comporLanL molns d'ecrans ou
les explolLanLs cherchenL a programmer le maxlmum de fllms pour Llrer proflL des dlfferenLs
creneaux de la demande en redulsanL le nombre de seances des fllms a capaclLe commerclale [ugee
resLrelnLe.
MulLlprogrammaLlon eL mulLldlffuslon lnLenslflenL, a leur Lour, la concenLraLlon de la
frequenLaLlon eL, de ce falL, s'auLo-[usLlflenL. Alnsl, de 2004 a 2011, les vlngL premlers succes
moblllsenL une parL crolssanLe d'ecrans de 123,4 a 131,7 °. CeLLe moblllsaLlon superleure a 100 °
s'expllque par la presence de plusleurs fllms sur un môme ecran au cours d'une semalne. Ce Laux
passe de 134,3 ° a 171,9 ° pour les 30 premlers fllms. Ces dernlers assurenL plus de 93 ° des
seances depuls 10 ans.
Les dlsLrlbuLeurs lndependanLs, se plalgnenL de ceLLe slLuaLlon. lls denoncenL une loglque
cumulaLlve ou les fllms supposes les plus commerclaux seralenL surexposes par rapporL a leurs
concurrenLs, aLLlranL, ce falsanL, davanLage d'enLrees. Les fllms les plus « falbles » seralenL alors
reLlres de l'afflche au preLexLe qu'lls ne reallseralenL pas assez d'enLrees alors qu'lls sonL souvenL,
aux yeux des dlsLrlbuLeurs, sous explolLes.
La mulLlprogrammaLlon genere alnsl un reel desaccord commerclal enLre explolLanLs eL
dlsLrlbuLeurs qul, sans ôLre hosLlles a une adapLaLlon de l'accuell des salles au poLenLlel des fllms,
[ugenL que blen des slLuaLlons conLrevlennenL a une dlverslLe de la dlffuslon lndlspensable a
l'elarglssemenL des publlcs eL donc a la sLablllsaLlon de la frequenLaLlon. Llle accrolL de plus
l'lncerLlLude des condlLlons de locaLlon, les bordereaux ne falsanL qu'enLerlner o postetlotl, la
carrlere facLuelle des fllms.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
47
3. La numór|sat|on des sa||es et |a contr|but|on numór|que (VÞI)

La generallsaLlon du passage de la cople argenLlque au flchler numerlque pour dlffuser les
fllms suppose un reamenagemenL Lechnlque des salles ll a eLe alnsl mls a la charge du dlsLrlbuLeur
«une conLrlbuLlon numerlque » qul s'lnsplre du sysLeme lnsLlLue aux LLaLs-unls de vlrLual ÞrlnL lee.
Le vÞl repose sur le prlnclpe de falre supporLer une parLle du coûL de l'equlpemenL numerlque des
salles au dlsLrlbuLeur qul resLlLue alnsl une parLle de l'economle qu'll esL suscepLlble de Llrer de
l'usage de ce nouveau Lype de supporL.
C'esL alnsl que lol du 30 sepLembre 2010 reLranscrlLe dans le Code du clnema eL de l'lmage
anlmee rend obllgaLolre le versemenL par le dlsLrlbuLeur au beneflce de l'explolLaLlon d'une
conLrlbuLlon pour chaque cople numerlque uLlllsee. CeLLe leglslaLlon a favorlse l'emergence
d'lnLermedlalres acLlfs, Llers lnvesLlsseurs eL/ou Llers collecLeurs qul acqulerenL eL/ou flnancenL, en
LoLallLe ou en parLle, le maLerlel de pro[ecLlon numerlque pour le compLe des explolLanLs. Ln
echange, lls negoclenL eL collecLenL les conLrlbuLlons aupres des dlsLrlbuLeurs pour amorLlr leurs
lnvesLlssemenLs. ue leur côLe, les explolLanLs se sonL regroupes en un cerLaln nombre d'lnsLances
pour medlaLlser les negoclaLlons. Les dlsLrlbuLeurs onL falL de môme mals de manlere plus moderee.
Au LoLal, apres une perlode de demarrage un peu desorganlsee qul reLenLlssalL noLammenL sur
les Larlfs des vÞl eL la programmaLlon, ceLLe pollLlque a porLe ses frulLs. A fln 2014, la quasl-LoLallLe
des salles aura eLe numerlsee grâce aussl a l'alde complemenLalre du CnC eL celle des reglons qul onL
conLrlbue a l'equlpemenL des salles, prlnclpalemenL ArL eL essal, ne percevanL pas assez de vÞl pour
s'equlper. CependanL, un cerLaln nombre de problemes subslsLenL.
a. L'auLre ob[ecLlf de la lol que ceLLe LranslLlon se fasse sans lncldence sur la programmaLlon
n'a pu ôLre LoLalemenL rempll. Le nlveau de roLaLlon des fllms a connu une forLe acceleraLlon en
parLle lmpuLable au palemenL des vÞl mals aussl a l'arrôL de leur exLlncLlon apres la quaLrleme
semalne qul a relance la demande des salles en profondeur. L'Au8C a [oue un rôle regulaLeur poslLlf
en la maLlere.
b. CeLLe lnLenslflcaLlon de la roLaLlon des fllms plus nombreux a ôLre mls sur le marche depuls
plusleurs annees, s'esL LradulLe par le palemenL de conLrlbuLlons numerlques a un ryLhme beaucoup
plus souLenu que ce qul avalL eLe prevu. Le remboursemenL des equlpemenLs de pro[ecLlons
numerlques advlendra sans douLe plus LôL (clnq ans pour cerLalnes salles) que la lol ne le prevolL (dlx
ans). Se Lrouve donc posee plus rapldemenL qu'anLlclpe, la quesLlon de la daLe de l'exLlncLlon du
sysLeme dans une LemporallLe varlable selon les salles eL les dlsLrlbuLeurs.
c. Cuelques praLlques relaLlves au vÞl se sonL developpees en dehors du cadre de la lol creanL
a cerLalns endrolLs ou pour cerLalns fllms des dlsLorslons de concurrence. uans ce conLexLe, le bon
foncLlonnemenL de la calsse de reparLlLlon mlse en place depuls [anvler 2013 par la Þroclrep a
amellore l'ensemble du dlsposlLlf.
Au LoLal, bon dans son prlnclpe, le sysLeme s'esL developpe au prlx d'une relaLlve complexlLe.
Le probleme qu'll aura rapldemenL a resoudre esL celul de son exLlncLlon planlflee (lofto ChaplLre lll.
lll. A. 2).

C. UNL S1kUC1UkL DLSLÇUILI8kLL
La concenLraLlon de la branche n'esL pas une donnee nouvelle. uepuls deux a Lrols decennles,
les clnq premlers dlsLrlbuLeurs reunlssenL la molLle ou plus des encalssemenLs de 8eceLLe 8ruLe
ulsLrlbuLeur eL les 10 premlers les Lrols quarLs (131 fllms en 2012). Ce sonL Lou[ours les mômes
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
48
compagnles (donL les clnq ma[ors amerlcalnes) qul se LrouvenL dans le classemenL de LôLe devançanL
Lres largemenL les 110 a 120 dlsLrlbuLeurs qul se parLagenL le quarL des receLLes remonLanL des
salles.
CependanL, un eclalrage parLlculler dolL ôLre reserve a une peLlLe qulnzalne de dlsLrlbuLeurs
lndependanLs Lres acLlfs qul represenLenL auLour de 13 a 18 ° du marche (138 fllms en 2012) eL
[ouenL depuls une qulnzalne d'annees un rôle lmporLanL en maLlere de dlverslLe eL de
renouvellemenL des LalenLs. Cn y Lrouve noLammenL des enLreprlses qul onL collecLe plusleurs
Þalmes d'or au lesLlval de Cannes donL une en 2013. lls sonL les premlers cllenLs de l'alde selecLlve a
la dlsLrlbuLlon donL lls fonL, dans l'ensemble, un usage culLurellemenL efflcace.
SulvenL enfln une cenLalne de socleLes qul dlsLrlbue de l'ordre de 300 fllms (326 en 2012) se
parLageanL envlron 10 ° des encalssemenLs eL qul souvenL meLLenL a l'afflche dans des condlLlons
dlfflclles des fllms françals sous flnances ou des ouvres eLrangeres qu'lls s'efforcenL de defendre. Ces
enLreprlses vlennenL, parfols le Lemps d'un seul fllm, grosslr les rangs des dlsLrlbuLeurs donL le
nombre croiL regulleremenL depuls clnq ans (133 en 2012 conLre 98 en 2008). Ce secLeur se debaL
dans d'lmporLanLes dlfflculLes economlques compLe Lenu des falbles resulLaLs commerclaux qu'll
recolLe.

D. UNL LNVCLLL DLS CC01S DL DIS1kI8U1ICN
LnLre 2004 eL 2011, les coûLs de dlsLrlbuLlon progressenL en moyenne de 4,9 ° par an solL
deux fols plus que la hausse generale des prlx. lls represenLenL de l'ordre de 10 a 12 ° du coûL LoLal
du fllm (producLlon + dlsLrlbuLlon) mals ceL lndlcaLeur moyen merlLe largemenL d'ôLre afflne.
une eLude menee par le CnC, porLanL sur la dlsLrlbuLlon de 93,4 ° des fllms d'lnlLlaLlve
françalse de 2004 a 2011, condulL aux prlnclpales concluslons sulvanLes :

Môme s'll a bondl en 2012 de 24 ° par rapporL a l'annee precedenLe, le coûL moyen de
dlsLrlbuLlon esL relaLlvemenL sLable depuls dlx ans, osclllanL auLour de 630 000 euros en
ralson de l'accrolssemenL du nombre de fllms dlsLrlbues eL noLammenL d'ouvres sans
grands moyens de dlffuslon, usanL de peu de coples eL de beaucoup de promoLlon graLulLe
vlo lnLerneL. CeLLe moyenne ne dlL rlen de la grande dlsperslon des budgeLs de sorLle môme
sl la reparLlLlon des coûLs de dlsLrlbuLlon par Lranches de budgeLs n'evolue guere. ue 23 a
30 ° des fllms supporLenL des coûLs superleurs a 1 mllllon d'euros, les budgeLs plafonds se
slLuanL enLre 1,3 eL 2 mllllons d'euros.
Les coûLs de dlsLrlbuLlon augmenLenL avec le coûL de producLlon dans une proporLlon de 1
a 13. Ln valeur relaLlve, cependanL, lls s'allegenL, passanL de 16 a 18 ° pour les producLlons
au coûL lnferleur a 1 mllllon d'euros a 7 ° pour les fllms depassanL 13 mllllons. Cela pour
une ralson puremenL arlLhmeLlque. Le nombre de coples uLlllsees esL egalemenL correle au
budgeL de fabrlcaLlon du fllm.
Les clnq premlers dlsLrlbuLeurs supporLenL la molLle des coûLs annuels de dlsLrlbuLlon de la
branche.
La sLrucLure des coûLs de dlsLrlbuLlon n'a guere varle en hulL ans. Llle se venLlle en achaL
d'espace (de l'ordre de 43 °), maLerlel publlclLalre (30 ° a un Llers), frals dlvers (13 a 16 °)
eL presLaLlons de laboraLolre (28 °). Seuls ces dernlers dlmlnuenL sur la perlode (- 10,4 °)
alors que les auLres posLes augmenLenL respecLlvemenL de 7,3 °, 38,6 ° eL 13,3 °. ll esL a
soullgner que les economles reallsees sur les aspecLs Lechnlques (conLrlbuLlon numerlque
lnferleure de 20 ° au coûL d'une cople) onL eLe absorbees par une augmenLaLlon des frals
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
49
de promoLlon eL noLammenL ceux qul sonL facLures par les salles (bandes annonces
payanLes, prevenLlfs salles, programmes papler). Seules les salles d'ArL eL essal conLlnuenL
dans leur ma[orlLe a assurer ce servlce graLulLemenL.
uans un marche saLure de nouveauLes hebdomadalres, ll exlsLe des nlveaux d'efflcaclLe des
depenses de dlsLrlbuLlon assorLls d'un budgeL mlnlmum de promoLlon pour ôLre
commerclalemenL vlslble. Ln 2011, ll seralL de l'ordre de 210 000 euros pour aLLelndre
30 000 enLrees , ll augmenLeralL avec le nlveau des enLrees recherchees, accelereralL sa
progresslon a parLlr 300 000 enLrees [usqu'au Laux plvoL de 1 000 000 d'enLrees, nlveau a
parLlr duquel le coûL marglnal d'acqulslLlon d'une enLree supplemenLalre decllneralL
rapldemenL.
L'acces au marche esL de plus en plus onereux quel que solL le fllm. LnLre 2004 eL 2011, les
coûLs de dlsLrlbuLlon par enLree reallsee onL progresse pour quaslmenL LouLes les Lranches
de resulLaLs. Seules deux caLegorles presenLenL une dlmlnuLlon de ces coûLs unlLalre : les
fllms ayanL reallse enLre 700 000 eL un mllllon d'enLrees (1,43 t en 2011, conLre 1,93 t en
2004) eL ceux a plus de 3 mllllons d'enLrees (0,20 t en 2011, conLre 0,39 t en 2004).

Þar allleurs, ce raLlo presenLe une grande ampllLude. ll varle enLre 0,11 t eL 78,71 t par enLree
en 2011 (enLre 0,29 t eL 244,93 t en 2010). Sans surprlse, les raLlos les plus falbles concernenL les
Lres larges succes en salles. Les plus eleves sonL aLLaches aux fllms a modesLes coûLs d'edlLlon eL
comblnalsons de sorLle resLrelnLes, reallsanL molns de 30 000 enLrees. Les coûLs de dlsLrlbuLlon
peuvenL alnsl represenLer plus d'un Llers du coûL deflnlLlf des fllms (pour des fllms a Lres peLlLs
budgeLs, noLammenL les documenLalres).
L'ensemble de ces analyses peuL condulre aux remarques sulvanLes :

a. L'abondance de fllms eL le raccourclssemenL des perlodes d'explolLaLlon onL
conslderablemenL rencherl l'acces au marche des salles. Les dlffuseurs onL reagl en lnLenslflanL les
sorLles d'une mlnorlLe de fllms [uges « porLeurs » qul occupenL Lres largemenL le Lerraln commerclal ,
b. lnLerneL esL devenu un ouLll lnconLournable pour assurer la vlslblllLe d'un fllm avanL la sorLle
salle. ll esL noLammenL Lres uLlle pour les peLlLes comblnalsons de sorLle surLouL quand ll esL graLulL
(slLe dedle, reseaux soclaux). Sa place s'accroiL consLammenL dans la sLraLegle de promoLlon. ll
concenLre 9 ° des depenses d'achaL d'espace eL ce pourcenLage esL desLlne a croiLre. ll peuL poser
en Lermes nouveaux le probleme de la publlclLe des fllms a la Lelevlslon avec ceLLe preclslon qu'll esL
plus apLe a enLreLenlr une rumeur auLour d'un fllm que de la creer ,
c. la salle capLe desormals un clnquleme des depenses d'achaL d'espace ,
d. le coûL de dlffuslon en salles des fllms a falble lmpacL commerclal pese lourd : 40 ° des fllms
onL un coûL moyen de dlsLrlbuLlon par enLree se slLuanL enLre une fols eL 3 a 4 fols la receLLe
moyenne gulcheL par enLree hors Laxes. Þlus de 8 ° d'enLre eux depassenL 4 fols ceLLe receLLe.

L'ensemble de ces analyses souleve deux quesLlons :

exlsLe-L-ll un opLlmum du nombre de fllms dlsLrlbuables ? Sl oul, commenL peuL-on
l'evaluer sans enLamer la llberLe de creaLlon eL de dlffuslon ? Sl non, commenL assurer une
explolLaLlon dlgne de ce nom a cerLalns fllms a Lres falble lmpacL commerclal ?
a-L-on aLLelnL un equlllbre saLlsfalsanL enLre alde auLomaLlque eL alde selecLlve a la
dlsLrlbuLlon ? CeLLe dernlere esL-elle correcLemenL uLlllsee ?


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
S0
L. UN kISÇUL IINANCILk LLLVL
uans un marche aussl bruLal qul releve de l'economle de caslno, la dlsLrlbuLlon apparaiL
l'acLlvlLe la plus rlsquee de l'lndusLrle clnemaLographlque. Cn peuL essayer d'esLlmer ceL en[eu a
Lravers un calcul macroeconomlque.

1. Le sous-óqu|||bre

Þour les 619 fllms sorLls en salles enLre 2004 eL 2007 (sopto L'economle des fllms) eL pour
lesquels un MC salle a eLe clalremenL ldenLlfle, ll a eLe calcule :
la marge neLLe dlsLrlbuLeur salles = LncalssemenLs - CoûLs de dlsLrlbuLlon- MC salle -
Commlsslons (30 ° en cas de MC eL 23 ° en absence de MC) + souLlen consomme + souLlen selecLlf
+ conLrlbuLlon Canal +.
Le resulLaL esL edlflanL :

191 fllms (31 ° de l'echanLlllon) presenLenL un solde poslLlf pour un LoLal 113, 6 Mt
428 fllms (69 ° de l'echanLlllon) presenLenL un solde negaLlf donL le cumul aLLelnL
274,7 Mt ,
au LoLal, les 619 fllms presenLenL un solde commerclal d'explolLaLlon en salles negaLlf
- 139,1 Mt.

L'alde publlque consommee eL l'lnLervenLlon de Canal Þlus onL redulL le deflclL de la branche
de 27 ° sans l'amener a l'equlllbre. CependanL, elle a permls de doubler envlron le nombre de fllms
beneflclalres.
La perLe moyenne des fllms en deflclL (642 kt) cache une grande dlsperslon des perLes enLre
des fllms aux budgeLs de dlsLrlbuLlon Lres varlables. Aussl l'alde serL-elle davanLage a falre passer au
verL un cerLaln nombre de fllms qu'a redulre slgnlflcaLlvemenL les perLes des gros echecs. ue son
côLe, l'alde selecLlve aLLrlbuee aux fllms dlsposanL de peu de moyens de sorLle eL se revelanL souvenL
ôLre des lnsucces [oue un rôle caplLal pour aLLenuer les perLes de dlsLrlbuLlon qu'lls sublssenL.
Cuand ll esL poslLlf, le solde commerclal d'explolLaLlon en salles moyen (avanL souLlen genere)
s'eleve a 603,1 kt par fllm. Ce solde s'accrolL avec le nlveau des frals d'edlLlon (219,3 kt par fllm
enLre 200 kt eL 300 kt, 292,1 kt par fllm enLre 300 kt eL 1 Mt eL 1896,3 kt par fllm a budgeL de
dlsLrlbuLlon superleur a 1 Mt)
Ln môme Lemps, des frals de dlsLrlbuLlon redulLs accrolssenL les chances de generer une
explolLaLlon en salles beneflclalre : 33,3 ° des fllms a molns de 100 kt de frals d'edlLlon afflchenL un
solde poslLlf, conLre 36,0 ° des fllms au coûL de dlsLrlbuLlon enLre 100 kt eL 200 kt, 28,8 ° des fllms
au coûL de dlsLrlbuLlon enLre 200 kt eL 300 kt, 22,3 ° des fllms au coûL de dlsLrlbuLlon enLre 300 kt
eL 1 Mt eL 32,3 ° des fllms au coûL de dlsLrlbuLlon superleur a 1 Mt. Ces chlffres lndlquenL qu'un
dlsLrlbuLeur peuL opLlmlser ses frals d'edlLlon en donnanL une coherence commerclale a sa sLraLegle
de sorLle.
La synLhese de ces deux caracLerlsLlques semble de bon sens : le surplus esL plus forL quand les
frals d'edlLlon sonL eleves mals la probablllLe de le degager esL un peu plus falble.
La proporLlon de fllms pour lesquels le solde d'explolLaLlon en salles esL poslLlf varle selon que
le fllm a beneflcle ou non d'un MC salles. Alnsl, 21,9 ° des fllms preflnances par un MC presenLenL
un solde poslLlf, conLre 43,4 ° des fllms non preflnances. Ln effeL, pour les fllms beneflclanL d'un
mandaL groupe lncluanL la salle eL un ou plusleurs auLres marches, le MC esL raremenL recouvre
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
S1
apres la seule explolLaLlon en salles. CependanL, quand ll esL poslLlf, le solde commerclal
d'explolLaLlon en salles moyen s'eleve a 791,4 kt par fllm avec MC salles (MC groupes lnclus) eL a
473,7 kt par fllm sans MC salles. AuLremenL dlL, seuls les succes slgnlflcaLlfs permeLLenL de franchlr
le seull des MC eL de fournlr un resulLaL bruL consequenL.

2. L'|mpact du sout|en gónóró

L'explolLaLlon des fllms françals en salles permeL aux dlsLrlbuLeurs de generer du souLlen
auLomaLlque. Ces revenus, qul seronL lnvesLls dans la dlsLrlbuLlon d'une nouvelle ouvre (en mlnlma
garanLls ou en frals d'edlLlon), sonL communemenL conslderes comme des receLLes a a[ouLer au
credlL des fllms generaLeurs. Apres prlse en compLe du souLlen genere, le solde commerclal
d'explolLaLlon en salles passe a - 83,9 Mt pour l'ensemble des 619 fllms.
Le deflclL moyen par fllm se Lrouve ramene a - 0,13 Mt.

3. L'absorpt|on des dóf|c|ts

Þlus de deux fllms sur Lrols encalssenL, lors de sa dlsLrlbuLlon en salles, des perLes qul se
resorbenL aux nlveaux des enLreprlses de la façon sulvanLe :

par compensaLlon au seln d'une môme socleLe avec les fllms a explolLaLlon beneflclalre.
CeLLe faculLe esL l'apanage des porLefeullles les plus lmporLanLs eL non celul des nombreux
dlsLrlbuLeurs qul sorLenL peu de fllms par an. uans ce cas, les fournlsseurs sonL les
premleres vlcLlmes de ces perLes ,
par le nlveau des commlsslons (23 eL 30 °) qul excedenL les coûLs de foncLlonnemenL des
enLreprlses de dlsLrlbuLlon. La marge flnance en parLle la garanLle du rlsque prls sur MC eL
frals d'edlLlon ,
par exLenslon des garanLles au marche de la vldeo eL a celul de l'exporLaLlon, eL/ou du
mandaL 1v ,
par l'lnLegraLlon de l'acLlvlLe dans une enLlLe plus vasLe de clnema (producLlon eL/ou
explolLaLlon) ou de Lelevlslon (Croupes 1l1, M6 eL Canal Þlus) qul permeL d'absorber
occaslonnellemenL de grosses perLes de dlsLrlbuLlon.

Au LoLal, la dlsLrlbuLlon demeure une acLlvlLe a hauLs rlsques eL le souLlen publlc dans sa
globallLe esL lndlspensable pour aLLenuer le sous-equlllbre de la branche. Cela ne slgnlfle pas que le
dlsposlLlf d'alde esL opLlmal (lofto ChaplLre lll).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
S2
III. DLS LkÞCk1A1ICNS ÇUI S'ACCkCCnLN1

La slLuaLlon des exporLaLlons françalses de fllms demeure plus qu'honorable sl on la compare a
celle des clnemaLographles volslnes en Lurope. Comme elles, le clnema françals esL vlcLlme de la
concurrence ecrasanLe du fllm amerlcaln, noLammenL dans les pays emergenLs en forL
developpemenL (Chlne pour des ralsons aussl de quoLas a l'lmporLaLlon, 8resll eL 8ussle malgre de
recenLs progres). A quelques excepLlons pres, ll conserve une lmage de « clnema d'arL » qul serL son
presLlge eL son placemenL de nlche mals resLe parfols un handlcap sur un Lerraln puremenL
commerclal. Seuls une LrenLalne de fllms françals s'exporLe chaque annee hors des zones
francophones. Le secLeur de l'exporLaLlon se caracLerlse par :

une forLe concenLraLlon de l'acLlvlLe : sur la vlngLalne d'enLreprlses du secLeur, Lrols
reallsenL 64 ° des receLLes eL clnq plus des quaLre clnqulemes. SepL socleLes en LoLallsenL
envlron 2 °. Sa sLrucLure s'apparenLe a celle de la dlsLrlbuLlon môme sl le nombre
d'enLreprlses y esL blen plus falble ,
une parLlclpaLlon encore modesLe au preflnancemenL des fllms : en 2012, la producLlon des
lll esL flnancee a 6,2 ° par des MC sur l'eLranger auxquels s'a[ouLe une parLle dlfflclle a
lndlvlduallser des 10,8 ° du flnancemenL genere par les mandaLs groupes lnLegranL les
receLLes a l'eLranger. Cn l'esLlme, cependanL, a 10 ° au LoLal.

CompLe Lenu du conLexLe economlque eL concurrenLlel qu'll affronLe, le secLeur des
exporLaLlons apparaiL comme le parenL pauvre de l'lnLervenLlon du CnC qul se heurLe aux
lnLerdlcLlons bruxellolses pour davanLage le souLenlr. ll beneflcle essenLlellemenL d'aldes selecLlves
qul sLagnenL depuls une qulnzalne d'annees. un nouveau mecanlsme d'avances parLlellemenL
remboursables flnance eL gere par l'llClC a eLe lnsLlLue en [ullleL 2013. ll s'aglralL globalemenL de
sLlmuler le secLeur pour lul permeLLre, enLre auLres, d'accroiLre son rôle dans le flnancemenL de la
producLlon (lofto Chap. lll , ll , 8).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
S3
IV. LA VIDLC : UN MAkCnL ÞkCML11LUk ÇUI SL
DLkC8L

Le marche de la vldeo, pourLanL Lres promeLLeur noLammenL en vldeo a la demande, connaiL
une evoluLlon speclflque llee au fleau du plraLage eL des lncerLlLudes qul pesenL sur l'essor de la
vldeo demaLerlallsee.

A. LA VIDLC Þn¥SIÇUL
Þremlere vlcLlme hlsLorlque avec la muslque du plraLage, la vldeo physlque (vPS puls uvu) a
forLemenL soufferL de l'exploslon des abonnemenLs a lnLerneL. Ces dlx dernleres annees le marche a
perdu pres de 30 ° de son chlffre d'affalres de deLall sous l'effeL de la chuLe des volumes ecoules eL
de la balsse des prlx consenLle pour falre face au plraLage. ll semblalL pourLanL s'ôLre sLablllse de
2007 a 2010 avanL de connaiLre une nouvelle eL forLe rechuLe. Le marche du 8lu-ray qul a prls son
essor a parLlr de 2007-2008 marque le pas eL sa progresslon esL lnsufflsanLe pour compenser la chuLe
du uvu LradlLlonnel, la locaLlon eLanL, elle, en vole de dlsparlLlon. Ln 2012, le marche s'eLabllL
globalemenL a 1116,29 Mt (donL 20 ° provenanL du 8lu-8ay) eL 691,73 Mt pour le clnema (62 °)
enreglsLranL une balsse de 8,7 ° par rapporL a 2011. une Lelle evoluLlon se conflrme au premler
semesLre 2013 qul enreglsLre une chuLe de 13,9 ° pour le uvu eL une modesLe progresslon du 8lu-
8ay (+ 1,3 °). Le chlffre d'affalres du fllm françals plonge môme de 37,3 ° conLre 6,8 ° pour le fllm
amerlcaln. ClobalemenL sur l'annee 2013, ll esL anLlclpe une conLracLlon de 13 ° du marche de la
vldeo physlque mals ll conLlnuera a represenLer plus de 80 ° du marche de la vldeo vau lncluse.
uepuls 2004, la parL du clnema amerlcaln resLe sLable auLour de 60 a 63 ° des venLes mals
surperforme en formaL 8lu-8ay (Lrols quarL des venLes en 2012). Le clnema françals occupe une place
plus falble que celle qu'll deLlenL en salles (de 21 a 24 ° selon les annees). L'anlmaLlon volL sa parL
varler selon les annees de 13 a 21 °.
Malgre la peneLraLlon regullere des lecLeurs de 8lu-8ay dans les menages, la progresslon des
venLes sur ce supporL manque d'elan, a cela Lrols ralsons generalemenL avancees :

la promoLlon Lrop falble consenLle en faveur de la Pu en vldeo l'empôche de s'lmposer
comme ce fuL le cas pour la Lelevlslon. Le consommaLeur, surLouL en perlode de crlse, n'esL
pas prôL a Lransformer sa vldeoLheque de uvu en 8lu-8ay comme ll a pu le falre lors du
passage de la vPS au uvu. ue plus, l'arrlvee de la 4k (ulLra Pu) pousse les plus moLlves a
l'aLLenLlsme. Aussl, le chlffre d'affalres du 8lu-8ay n'a pas pour l'heure depasse le quarL de
celul du uvu ,
le handlcap du prlx du 8lu-8ay ,
Le 8lu-8ay, marche d'avenlr de la vldeo physlque, praLlque des prlx Lrop eleves selon
plusleurs eLudes sur le su[eL. Alnsl, le 8lu-8ay vendu enLre 10 eL 13 t consLlLue la prlnclpale
Lranche du volume des venLes avec 31,1 °. CeLLe senslblllLe du consommaLeur au prlx n'a
pas empôche, cependanL, celul des nouveauLes en 8lu-8ay de progresser de 2,4 ° au
premler semesLre 2013 par rapporL a celul de l'annee precedenLe ,
la crlse de la dlsLrlbuLlon : la commerclallsaLlon de la vldeo se fraglllse en ralson de la crlse
que connalssenL les enselgnes culLurelles (fermeLure de vlrgln, dlfflculLes de la lnAC) eL de
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
S4
la reducLlon [usque parfols la dlsparlLlon des llnealres vldeo en grande dlsLrlbuLlon. CuLre la
venLe vlo lnLerneL, le sysLeme devra s'adapLer pour ecouler les uvu a Lravers de nouveaux
polnLs de venLe (8eseaux de presse ? Llbralrles ?).
CependanL, la chuLe des venLes de la vldeo physlque s'expllque aussl par la percee des venLes
de la vldeo demaLerlallsee sur d'auLres supporLs : lnLerneL, câble, Lelevlslon.

8. LA VIDLC DLMA1LkIALISLL
uepuls 2007, la vau payanLe a mulLlplle son chlffre d'affalres par 9 (231,66 Mt en 2012) môme
sl l'on asslsLe a une forLe deceleraLlon de sa progresslon : + 44,4 ° en 2011/2010 eL 14,7 ° en
2012/2011. Le palemenL a l'acLe y domlne Lres largemenL (89,3 ° en 2012). L'abonnemenL resLe
embryonnalre môme s'll progresse lenLemenL (10,7 ° en 2012 conLre 9,3 ° en 2011). Ln 2013, le
marche eLalL allmenLe par 73 edlLeurs, hors hebergeurs de slLes vau. A noLer que le LassemenL du
prlx moyen de la LransacLlon (3,18 t en 2012 conLre 3,31 t en 2011) a falL progresser le chlffre
d'affalres du marche a l'acLe en valeur (+12,9 ° solL 224,8 Mt en 2012) molns vlLe que son volume
(13,8 °), ce qul lalsse supposer une cerLalne elasLlclLe-prlx de la demande.
La monLee en pulssance de la vldeo demaLerlallsee n'a pas compense, LanL s'en fauL, les perLes
de chlffre d'affalres subles par la vldeo physlque pulsqu'a fln 2012, elle n'en avalL couverL que 30 °.
ue môme, a ceLLe daLe, elle n'absorbe qu'un Llers de la perLe de 498 Mt de CA enreglsLree en vldeo
physlque depuls dlx ans sur le seul fllm.

1. La VàD à |'acte

La vau a l'acLe comporLe quelques caracLerlsLlques :

les programmes audlovlsuels consLlLuenL la molLle des proposlLlons en vau a l'acLe eL le
clnema le clnquleme alors qu'll y reallse en 2012, avec ses 11 000 ouvres dlsponlbles, pres
des Lrols quarLs du CA.
la concenLraLlon de la consommaLlon de fllm esL molns forLe que dans les salles. Les dlx
premlers LlLres generenL, selon les annees de 10 a 12 ° des LransacLlons, les 20 premlers de
13 a 20 °, les 30 premlers de 20 a 23 °. Ce marche Lres dynamlque eL dlverslfle lalsse une
vrale seconde chance aux fllms sacrlfles en salles ,
le Lelevlseur enreglsLre en 2012 plus des Lrols quarLs des LransacLlons eL 69 ° du CA,
l'ordlnaLeur auLour de 21 ° eL les apparells moblles 2 ° ,
sepL plaLes-formes domlnenL le marche en concernanL chacune plus de 10 ° des
consommaLeurs de vau payanLe. 1rols d'enLre elles LouchenL de 20 a 36 ° de ces adepLes ,
en 2012, 86 ° des consommaLeurs de vau sonL alles au molns une fols dans l'annee au
clnema. La vau ne semble pas en concurrence dlrecLe avec les salles noLammenL aupres
des occaslonnels (au molns une vlslLe par an aux salles mals molns d'une par mols) qul
represenLenL 38,4 ° des specLaLeurs de clnema consommaLeurs de vau. 8len plus, les
hablLues (au molns une vlslLe par mols) progressenL chez les amaLeurs de vau (41,6 ° en
2012 conLre 38,7 ° en 2011).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
SS
2. La v|dóo par abonnement

La vldeo a la demande par abonnemenL (SvCu) ne represenLe que 10 ° du chlffre d'affalres de
la vldeo demaLerlallsee (27 Mt). A cela plusleurs ralsons :
l'exlsLence de Canal Þlus qul propose a des mllllons d'abonnes l'essenLlel des fllms sorLls en
salles au bouL de 10 mols ,
une dlsponlblllLe Lardlve des fllms (36 mols apres leur sorLle en salles) ,

3. De |ourdes |ncert|tudes

Þour les neuf premlers mols de 2013, le marche de la vau sur lequel on compLalL pour
compenser la chuLe du marche du uvu esL en balsse pour la premlere fols de 6,4 °. Ce phenomene
Louche d'abord le marche du LelechargemenL deflnlLlf (LS1). ll esL dlfflclle de conclure sur l'eLendue
eL sur la poursulLe de ceLLe Lendance car les plaLeformes lnLervenanL depuls l'eLranger, Lelles Apple,
MlcrosofL, Sony eL Coogle ne communlquenL pas leur chlffre d'affalres. Môme sl elle s'lnflrmalL, cela
soullgne la relaLlve lmprevlslblllLe du marche de la vldeo dlglLale eL la dlfflculLe d'y formuler des
anLlclpaLlons. Ln effeL, plusleurs problemes se posenL concernanL la sLrucLuraLlon du marche de la
vldeo demaLerlallsee.

a. Les hand|caps à |'essor de |a VàD à |'acte

Þour les professlonnels du secLeur, la vau connaiL, ouLre le plraLage, des obsLacles lmporLanLs
a son expanslon. Selon eux :

Le gel de la vau a l'acLe duranL la fenôLre pay Lv eL les fenôLres ulLerleures ([usqu'a 48 mols
de proLecLlon dans les cas exLrômes) enLrave le developpemenL de ce marche en ralson des
lnLerrupLlons qu'll occaslonne dans l'explolLaLlon des conLenus eL des nouveauLes Lel que le
fllm.
La Lelevlslon de raLLrapage 1v8 cannlballse la vau.
Le succes de la 1v8 (lnfra) menace dlrecLemenL la vau LransacLlonnelle. La dlffuslon en
replay, globalemenL graLulLe duranL 7 [ours sur les chaines en clalr ou lnLegree a une offre
payanLe sans modlflcaLlon de prlx, a forLemenL enLame la posslblllLe de vendre en vau ou
en uvu une bonne parLle des flcLlons françalses. u'une manlere generale, l'lnLenslflcaLlon
d'une offre graLulLe vlo le replay peuL decourager LouL acLe payanL donL la vau
LransacLlonnelle.
La dlsponlblllLe de l'offre legale n'esL pas assuree de manlere ldenLlque chez Lous les
operaLeurs.
1ouLes les offres de vau demaLerlallsee n'onL pas Lou[ours acces aux abonnes des
prlnclpaux dlsLrlbuLeurs du marche. 8lgldlLes, clolsonnemenLs, volre excluslvlLes,
empôchenL encore le developpemenL d'une offre legale flulde, abondanLe eL dlsponlble,
seul anLldoLe a l'offre lllegale qul, elle, n'a cure des barrleres arLlflclelles que sublL l'offre
legale.
La concurrence deloyale des operaLeurs eLrangers (sopto) operanL hors de nos fronLleres.
ulspenses de coLlsaLlons au londs de souLlen eL beneflclanL d'une flscallLe avanLageuse, lls
demeurenL des compeLlLeurs dangereux pour les edlLeurs hexagonaux. Le ÞarlemenL a
commence a se salslr du probleme (lofto Chap.lv.u).

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
S6
b. Le cas de |a SVCD
Sl la vldeo par abonnemenL connaiL une progresslon sl modesLe, c'esL, selon cerLalns
professlonnels, qu'elle esL handlcapee par :

un delal Lrop Lardlf (36 mols) de mlse a dlsposlLlon des fllms ,
la concurrence des chaines en clalr. Ces chaines dlffusenL une quaranLalne de fllms par
semalne, solL 3 a 6 par [our, donL la molLle sur la 1n1. CeLLe offre dense mlne le marche de
la SvCu môme sl sa programmaLlon se compose essenLlellemenL de reprlses eL sa dlffuslon
esL lnLerrompue par des coupures publlclLalres. Llle peuL enLraver le developpemenL de ce
dernler marche surLouL sl sa fenôLre de dlffuslon esL lalssee a 36 mols.

Les adversalres d'un changemenL de chronologle eL de l'abandon du gel des drolLs,
essenLlellemenL les chaines de Lelevlslon eL, pour d'auLres ralsons, une ma[orlLe d'operaLeurs du
secLeur ne l'enLendenL pas de ceLLe orellle (lofto La lanclnanLe quesLlon de la chronologle des
medlas.)

C. UN SLC1LUk LN LÇUILI8kL IkAGILL
L'eLude des 619 lll d'lnlLlaLlve françalse sorLls en salles enLre 2004 eL 2007 permeL d'evaluer la
renLablllLe du secLeur de la vldeo selon la môme meLhodologle en crolsanL receLLes edlLeur eL coûLs
de producLlon eL de dlsLrlbuLlon de la vldeo sous LouLes ses formes.

1. Lva|uat|on du so|de ód|teur

Les receLLes vldeo correspondenL aux encalssemenLs perçus par les edlLeurs sur l'explolLaLlon
des fllms en vldeo physlque eL en vldeo a la demande. A ces receLLes dolvenL ôLre a[ouLees les
evenLuelles aldes publlques non selecLlves moblllsees a la vldeo qul vonL conLrlbuer a l'equlllbre
economlque de l'acLlvlLe.
Les frals engages sonL d'une parL les frals d'edlLlon (frals de dupllcaLlon, de mlse en llgne,
achaLs d'espaces publlclLalres, coûL de fabrlcaLlon du maLerlel publlclLalre eL frals dlvers de
promoLlon), d'auLre parL les mlnlma garanLls consenLls aux producLeurs, le cas echeanL (Cf.
MeLhodologle lnLegree a l'eLude).
Sl le solde commerclal egal a la dlfference enLre receLLes eL frals esL poslLlf pour un fllm,
l'equlllbre economlque esL aLLelnL pour l'edlLeur de ce fllm. S'll esL negaLlf, l'edlLeur n'a pas recouvre
l'lnLegrallLe des frals engages pour l'edlLlon vldeo.
Þour l'ensemble des 619 fllms, ce solde s'eleve a + 90,4 Mt qul englobe 429 fllms (69,3 °)
pour lesquels le solde esL poslLlf (133, 4 Mt) eL 190 fllms (30,7 °) pour lesquels ll apparalL negaLlf
(- 63 Mt).
La proporLlon de fllms pour lesquels le solde d'explolLaLlon en vldeo esL poslLlf varle selon que
le fllm a beneflcle ou non d'un MC vldeo. Ln effeL, 29,9 ° des fllms preflnances par un edlLeur vldeo
presenLenL un solde poslLlf (697 kt en moyenne par fllm), conLre 100 ° des fllms non preflnances
(279 kt en moyenne par fllm). Ln effeL, pour les fllms beneflclanL d'un mandaL groupe lncluanL la
vldeo/vau eL un ou plusleurs auLres marches, le MC n'esL pas Lou[ours lnLegralemenL recouvre apres
l'explolLaLlon en vldeo. Þar allleurs, les frals eL les commlsslons d'edlLlon eLanL esLlmes comme un
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
S7
pourcenLage des receLLes, le modele ne falL apparaiLre aucun fllm sans MC vldeo pour lequel le solde
commerclal seralL negaLlf.

2. L'|ntervent|on de |'a|de gónóróe

L'explolLaLlon des fllms françals en vldeo permeL aux edlLeurs de vldeo physlque de generer du
souLlen auLomaLlque. Ces revenus, qul seronL lnvesLls dans l'edlLlon vldeo d'une nouvelle ouvre (en
mlnlma garanLls), sonL communemenL conslderes comme des receLLes a a[ouLer au credlL des fllms
generaLeurs.
Apres prlse en compLe du souLlen genere, le solde commerclal d'explolLaLlon en vldeo passe a
119,9 Mt pour l'ensemble des 619 fllms.

Au LoLal plusleurs remarques :

Comme le marche des salles, celul de la vldeo peuL flucLuer d'une annee sur l'auLre en
foncLlon des fllms mls en explolLaLlon. Alnsl, le Laux des fllms a solde poslLlf peuL flucLuer de
39,3 ° en 2006 a 76,3 ° en 2004.
Les perLes LouL en eLanL consequenLes sonL plus modesLes que celles qu'lnfllge la
dlsLrlbuLlon en salles (63,0 Mt au lleu de 274,7) eL les galns plus subsLanLlels (133,4 Mt au
lleu de 113,6).
Lnvlron un clnquleme (26 ° en lnLegranL l'alde generee) des receLLes edlLeur reLourne a la
8nÞÞ encalssee par le producLeur une fols rembourses les frals de fabrlcaLlon, de
commerclallsaLlon eL les evenLuels MC.

ll s'aglL d'un apporL lmporLanL qul pourralL encore ôLre amellore (lofto ChaplLre lll. lv).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
S8
V. LA 1LLLVISICN DL kA11kAÞAGL : UN MAkCnL
ÇUI S'LNVCLL

Comme expose plus hauL, la Lelevlslon de raLLrapage (1v8) permeL de volr ou de revolr les
programmes apres leur dlffuslon sur une chaine de Lelevlslon pendanL une duree deLermlnee,
graLulLemenL ou sans supplemenL en cas d'abonnemenL. CeLLe offre augmenLe sur Lous les ecrans
mals de manlere varlable selon les supporLs (recepLeurs de Lelevlslon, ordlnaLeurs eL ecrans moblles).
ClobalemenL, elle progresse a vlve allure (+ 23,4 ° en 2012) eL, debuL 2013, on compLalL plus de 60
servlces dlsponlbles donL ceux des chaines en clalr eL leurs 13 200 heures de programmes solL 49 000
vldeos par mols sur lnLerneL.
lln 2012, les grandes chaines hlsLorlques generallsLes eL Canal + en clalr proposalenL, en 1v8,
84 ° de leurs programmes dlffuses enLre 17h eL mlnulL. Les chaines de la 1n1 en offralenL 44 °,
moyenne qul recouvre des offres plus varlables mals en raplde developpemenL. 1l1 demeure la
chaine qul presenLe le volume horalre le plus eleve devanL lrance 2 eL lrance 3.
Ln 2012, 31,9 ° de la duree des programmes esL dlsponlble pas plus de sepL [ours, 1,8 ° de 8 a
14 [ours, 2,6 ° de 13 a 30 [ours eL 63,7 ° plus de 30 [ours.
Les programmes de sLocks composenL 12 ° de l'offre eL la flcLlon redlffusee esL
ma[orlLalremenL françalse. Le fllm n'esL reprogramme en 1v8 que sur Canal +.
La 1v8 (2,3 mllllards de vldeos vlslonnees en 2012 conLre 1,8 en 2011) sLlmule la
consommaLlon de Lelevlslon en llgne (3 Md de vldeos) qul, ouLre la 1v8 (83,6 °), lncluL egalemenL
bonus (3,7 °) eL consommaLlon des chaines en dlrecL sur les auLres supporLs (10 °). Llle devlenL une
redouLable lnlLlaLrlce a la Lelevlslon connecLee.
L'usage de la 1v8 se repand rapldemenL. Þlus des deux Llers des lnLernauLes de plus de 13 ans
onL declare en 2012 avolr regarde des programmes en 1v8, conLre 60,3 ° en 2011. La consommaLlon
de 1v8 esL legeremenL plus femlnlne que mascullne eL decroiL avec l'âge (78,1 ° des 13-24 ans
conLre 49,6 ° des 30 ans eL plus).
La consommaLlon de 1v8 s'lnLenslfle. Les uLlllsaLeurs quoLldlens (donL pres de la molLle de 13-
24 ans) eL assldus (au molns une fols par semalne eL molns d'une fols par [our) augmenLe
consLammenL au deLrlmenL des occaslonnels eL des regullers. Ce marche devlenL un marche
d'hablLues, (surLouL chez les [eunes) qul deLournenL leur aLLenLlon des recepLeurs de Lelevlslon
LradlLlonnels, volre des salles de clnema.
ll apparaiL de plus en plus que la 1v8 consLlLue un verlLable phenomene de socleLe car elle
valorlse eL lnLenslfle une façon LouL a falL nouvelle de « regarder la Lelevlslon » en lalssanL au
LelespecLaLeur le llbre cholx de son programme eL du momenL ou ll le vlslonne. ll lnLrodulL dans le
clalr un des avanLages de la Lelevlslon payanLe. Les molns de 20 ans en sonL parLlculleremenL
amaLeurs noLammenL pour vlslonner des serles. Ce phenomene a, en ouLre, une double
consequence :

ll favorlse la consommaLlon des programmes sur Lermlnaux unlques (recepLeurs,
ordlnaLeurs, lpad, eLc.) eL donc falL le llL de la Lelevlslon connecLee ,
ll ne peuL que reLenLlr sur la frequenLaLlon en salles. ue[a, ceLLe dernlere vlellllL plus vlLe
que la populaLlon françalse (lofto Chap. ll. l.A).

La 1v8 devlenL un marche promeLLeur flnance pour l'essenLlel par la publlclLe (lnLerne aux
programmes ou sur les porLalls des servlces) sauf pour Canal+ qul en use pour les fllms en acqulLLanL
un supplemenL de prlx. Ln 2012, le chlffre d'affalres publlclLalre de la 1v8 eLalL esLlme a 43 Mt, en
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
S9
augmenLaLlon de 30 ° par rapporL a l'annee precedenLe. ll devralL ôLre appele a croiLre rapldemenL
car, pour le momenL, les mesures d'audlence de la publlclLe sur ce supporL sonL perfecLlbles eL
suscepLlbles d'ôLre amellorees.
Þour le momenL, les ressources generees par la 1v8 pour les chaines en clalr ne sonL pas
assu[eLLles aux coLlsaLlons au londs de souLlen (lofto Chap.lll).

CCNCLUSICN : LA LANCINAN1L ÇULS1ICN DL LA CnkCNCLCGIL
DLS MLDIAS
L'evoluLlon des dlfferenLs marches qul explolLenL consecuLlvemenL le fllm depend en parLle de
la chronologle au seln de laquelle lls lnLervlennenL. uepuls l'accord lnLerprofesslonnel de 6 [ullleL
2009 eL les LexLes qul l'onL enLerlne, les fllms peuvenL ôLre commerclallses a parLlr de la daLe de
sorLle en salles dans les delals sulvanLs :

uvu eL vau : quaLre mols avec posslblllLe de derogaLlons a 3 mols pour les fllms ayanL
reallse molns de 200 enLrees au cours de la 4leme semalne d'explolLaLlon ,
1elevlslon payanLe (1
ere
dlffuslon) : 10 mols ou 12 mols en cas d'absence d'accord avec les
organlsaLlons professlonnelles du clnema. ÞendanL, la perlode d'excluslvlLe de Canal +, la
fenôLre d'explolLaLlon esL gelee eL LouLe explolLaLlon en vau dolL ôLre lnLerrompue. La
vldeo dolL renoncer a LouLe publlclLe quaLre semalnes avanL l'ouverLure de la perlode
d'excluslvlLe de Canal Þlus ,
1elevlslon payanLe (2
eme
dlffuslon) eL Lelevlslon en clalr eL auLres servlces payanLs
consacranL 3,2 ° de leur CA a la coproducLlon : 22 mols ou 24 mols en cas d'absence
d'accord avec les organlsaLlons professlonnelles du clnema ,
1elevlslon en clalr eL auLres servlces payanLs ne consacranL pas 3,2 ° de leur CA a la
coproducLlon : 30 mols ,
vau par abonnemenL : 36 mols ,
vau graLulLe : 48 mols.

L'accord lnLerprofesslonnel sur lequel se fonde l'arrôLe d'exLenslon a eLe conclu pour une
duree de clnq ans solL [usqu'en [ullleL 2013. ll peuL ôLre LaclLemenL recondulL chaque annee. 1ouLe
parLle slgnaLalre a la posslblllLe de le denoncer avec un preavls de Lrols mols. uans une Lelle
hypoLhese, l'arrôLe devlenL caduc.
uans ce domalne, le rapporL Lescure lnvlLe dans sa proposlLlon numero 7 les professlonnels du
clnema a amender l'accord du 6 [ullleL 2009 eL formule enLre auLres la proposlLlon d'avancer la
fenôLre de la vau a 18 mols eL d'lnLerdlre ou de llmlLer les gels de drolL vAu pendanL les dlffuslons
Lelevlsees eL noLammenL celle de Canal Þlus.
Ce sonL surLouL ces deux recommandaLlons qul soulevenL le plus de crlLlques au demeuranL
conLradlcLolres.

a. Les adeptes du changement
Þour les professlonnels favorables a ceLLe mesure (essenLlellemenL une mlnorlLe d'edlLeurs
vldeo, cerLalns dlsLrlbuLeurs, les auLeurs eL les producLeurs sl elle leur ouvre de nouveaux
debouches), remonLer la daLe de dlsponlblllLe des fllms en SvCu a 18 mols sLlmuleralL le marche de
la vldeo en llgne en proposanL des fllms plus recenLs. La suppresslon, slnon la reducLlon de la perlode
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
60
de gel de l'explolLaLlon des drolLs leveralL un obsLacle a la commerclallsaLlon conLlnue de la vau a
l'acLe, premlere vlcLlme du plraLage. Llle permeLLralL d'accroiLre les receLLes en provenance du
secLeur.

b. Les part|sans du *-%-( 8('
ue leur côLe, les parLlsans du stoto poo ne manquenL pas d'argumenLs.
Canal Þlus esLlme qu'une SvCu a 18 mols enLreralL en concurrence avec les dlffuslons de sa
deuxleme fenôLre (Clne +) eL enLameralL l'audlence de sa 1v8. Cela menaceralL le CA du
groupe de[a mls a mal par la compeLlLlon ardue qul se developpe sur les drolLs sporLlfs. Le
nlveau des obllgaLlons s'en ressenLlralL eL parLanL la producLlon françalse dans sa dlverslLe.
ConcernanL le gel des drolLs, Canal + esLlme que la proLecLlon de sa fenôLre de dlffuslon esL
un des fondemenLs de son modele economlque. ll consLlLue la conLreparLle du nlveau eleve
de ses obllgaLlons.
CeLLe pollLlque valorlseralL un supporL, la SvCu, qul obelL a une auLre loglque de
programmaLlon : edlLorlallsaLlon falble, prlmeur aux conLenus pulssanLs, dlverslLe mal
assuree car le consommaLeur eLabllL son programme. ll n'esL pas slmple d'lnsLaller une
reglemenLaLlon proLecLrlce de la dlverslLe eL d'un mlnlmum d'exposlLlon d'ouvres LCl
dans un Lel conLexLe, surLouL sl les acLeurs domlnanLs sonL exLraLerrlLorlaux.
Lnfln, ceLLe mesure proflLeralL davanLage aux Lelefllms eL aux serles qu'aux fllms desLlnes
aux salles, comme le monLrenL les exemples eLrangers.
Les chaines generallsLes, radlcalemenL hosLlles a ceLLe proposlLlon, soullgnenL qu'une
dlffuslon prealable des fllms en SvCu affalbllralL un peu plus l'audlence de[a enLamee du
clnema sur leurs anLennes.
CerLalns dlsLrlbuLeurs de servlce d'acces a lnLerneL egalemenL edlLeurs esLlmenL que môme
avec la chronologle des medlas acLuelle, un marche SvCu peuL emerger, porLe par des
acLeurs naLlonaux eL verLueux pour le flnancemenL du clnema françals. ue nombreux
servlces SvCu sonL en Lraln de progresslvemenL Lrouver leur publlc, de developper les
usages de ce servlce eL d'en preempLer le marche avanL l'arrlvee des grands acLeurs
amerlcalns (neLfllx, Amazon). Lances par des acLeurs locaux, ces servlces sonL dlsLrlbues en
pur C11 (CLher 1he 1op) ou egalemenL sur les plaLeformes exlsLanLes des lAl.

1ous fonL valolr qu'en ralson de la chronologle acLuelle eL aussl de la complexlLe d'orlglne
reglemenLalre du marche françals, les acLeurs lnLernaLlonaux ne sonL pas lnclLes a lancer leurs
servlces en lrance dans un fuLur proche. un delal a 36 mols consLlLueralL une sorLe de proLecLlon
conLre une offenslve exLerleure. 8accourclr la fenôLre SvCu de 36 a 18 mols sLlmuleralL cerLes ce
marche mals surLouL au proflL des operaLeurs lnLernaLlonaux sans grand avanLage pour le clnema.
Ln concluslon, ce raccourclssemenL du delal SvCu comporLeralL les consequences sulvanLes :

AcceleraLlon de l'arrlvee des acLeurs Lels neLfllx eL Lovefllm (Amazon), le freln prlnclpal a
leur lancemenL eLanL leve.
8alsse des revenus de la 1v payanLe llnealre comme Clne+ eL Crange Clnema Serles qul se
poslLlonnenL ma[orlLalremenL sur les deuxlemes fenôLres payanLes. Le lancemenL en 2012
des servlces de sLreamlng de neLfllx eL d'Amazon (Lovefllm) en Crande 8reLagne lndlqueralL
que la SvCu ne falL pas grosslr le marche global des servlces de 1v payanLe mals preleveralL
surLouL de la valeur a la 1v payanLe llnealre.
Selon cerLalnes exLrapolaLlons, le marche de SvCu a 18 mols gagneralL un Llers de
ressources de plus qu'avec un delal a 36 mols mals neLfllx eL Lovefllm seralenL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
61
probablemenL les deux acLeurs leaders (auLour de 30 ° de parL de marche chacun).
CanalÞlay lnflnlLy en conLrôlanL auLour de 20 °.
1ouL comme l1unes eL Coogle Þlay, qul s'affranchlssenL des conLralnLes des quoLas
d'ouvres europeennes eL françalses eL de LouLe conLrlbuLlon au flnancemenL de la
producLlon du pays consommaLeur, ll esL Lres peu probable que neLfllx eL Amazon edlLenL
localemenL leurs servlces. Ceux-cl prefereronL s'appuyer sur leurs propres producLlons a
l'lmage de neLfllx pour les dlsLrlbuer dans l'ensemble des pays ou le servlce exlsLe.

Môme en conslderanL que les servlces C11 parLlclpenL au flnancemenL de la creaLlon, selon
cerLalnes pro[ecLlons, le londs de souLlen y perdralL. Car la conLrlbuLlon d'un Canal lnflnlLy regonfle
alnsl que celle des auLres servlces ne compenseralenL pas les effeLs negaLlfs de l'affalbllssemenL
d'CCS, de la balsse de la conLrlbuLlon des chaines generallsLes sans pre[udlce de l'lncldence de ceLLe
mesure sur le chlffre de Canal Þlus. Sl les servlces eLrangers ne coLlsalenL pas, la perLe pour le londs
pourralL s'aggraver de 30 °.

c. Les termes du dóbat
A ce sLade, on peuL falre remarquer qu'au-dela des degâLs supplemenLalres lnfllges a
l'audlence des fllms sur les chaines generallsLes, l'exLrapolaLlon des effeLs d'une SvCu a 18 mols
demeure Lres aleaLolre. Le ralsonnemenL renconLre des llmlLes.
La slLuaLlon anglalse esL, peuL-ôLre, un peu rapldemenL exLrapolee au marche françals.
CuLre-Manche, le publlc accuellle beaucoup plus facllemenL les lnlLlaLlves amerlcalnes
comme en maLlere de clnema eL de vldeo. Ln lrance, goûL du publlc, soclologle de la
consommaLlon, dlverslLe des resulLaLs commerclaux peuvenL lalsser augurer de la
reslsLance d'une offre plus eclecLlque que celle que promouvralenL les deux geanLs
amerlcalns. 8len n'lndlque que la percee de neLfllx eL d'Amazon seralL aussl fulguranLe en
lrance. ue plus, ll n'exlsLe aucune garanLle que ces operaLeurs ne vonL pas declder de
passer ouLre les obsLacles hexagonaux eL de s'lnsLaller sur le marche françals dans des
condlLlons deregulees eL face a des concurrenLs naLlonaux desarmes. Amazon semble en
avolr manlfesLe l'lnLenLlon. Le vral probleme, face a leur lnelucLable arrlvee en lrance, esL
la façon donL ces enLreprlses seronL soumlses a un mlnlmum d'obllgaLlons de producLlon eL
de coLlsaLlon.

Sur le su[eL, relevons que la mlse en ouvre des obllgaLlons de preflnancemenL ou de la
coLlsaLlon au londs de souLlen suppose que pulsse ôLre salsl le chlffre d'affalres hexagonal des
operaLeurs slLues hors de lrance, ce qul n'esL pas le cas acLuellemenL. L'harmonlsaLlon prevue de la
1vA au nlveau europeen le 1
er
[anvler 2013 consLlLue un pas dans la bonne dlrecLlon mals souleve
quelques dlfflculLes praLlques mals non lnsurmonLables. ue plus, la volonLe de l'exLenslon de la Laxe
vldeo a ces operaLeurs esL en Lraln de s'lnscrlre dans les falLs au ÞarlemenL.(lofto ChaplLre lll. v.8).
La capaclLe de reacLlon de Canal Þlus qul accompllL de reels progres sur le marche de la
SvCu depuls la mlse de Canal Þlay lnflnlLy esL sous-esLlmee. Le groupe dlspose de
l'avanLage deLermlnanL d'une base d'abonnes consequenLe lul permeLLanL d'opLlmlser sa
sLraLegle sur les dlfferenLs marches du payanL. ll sera vralsemblablemenL amene a
fracLlonner son offre en foncLlon de ses conLenus sur la fenôLre 10 a 22 mols eL rlen ne dlL
qu'll n'y gagneralL pas en Lermes de chlffre d'affalres. Þour ce falre, ll dlsposeralL de l'aLouL
de pouvolr dlffuser des fllms recenLs hulL mols au mlnlmum avanL la SvCu (lofto Chap.lll.
lv.8.3).
La quesLlon du pre[udlce cause aux audlences clnema des chaines generallsLes esL posee de
manlere lncompleLe. Le probleme, plus vasLe, esL celul de la place du clnema dans la
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
62
programmaLlon des chaines generallsLes en clalr (lofto. lnLroducLlon du ChaplLre lv) eL non
celul de l'lncldence d'une SvCu a 18 mols sur leurs receLLes publlclLalres llees au clnema.

Au LoLal, le debaL, merlLe d'ôLre elargl a la sulLe des proposlLlons formulees dans ce domalne
par le rapporL Lescure (lofto Chap lll lv.8.3).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
63
VI. DLS CCNILI1S DL kLÞAk1I1ICN LNCCkL MAL
AÞAISLS

uans une economle ou les dlvers lnLervenanLs sonL concurrenLs dans le parLage de la receLLe
eL ou les premlers qul lnvesLlssenL (producLeur eL auLeurs) sonL les dernlers remuneres, les confllLs
de reparLlLlon sonL sLrucLurels. lls se compllquenL en ralson du lourd dlfferend docLrlnal exlsLanL
enLre les LenanLs de la gesLlon lndlvlduelle des drolLs d'auLeurs (producLeurs eL agenLs) fondee par la
lol eL les defenseurs de la gesLlon collecLlve (SocleLes d'auLeurs) organlsee par la lol eL par des
convenLlons. Ces dlfflculLes n'onL [amals deflnlLlvemenL Lrouve leur soluLlon malgre un accord slgne
en 2010 par les parLles concernees. Les coûLs crolssanLs de commerclallsaLlon des fllms aux resulLaLs
de plus en plus aleaLolres eL desequlllbres ne slmpllflenL pas les donnees d'un probleme qul se pose
au molns a deux nlveaux.

A. LN1kL ÞkCDUC1LUkS L1 DIS1kI8U1LUkS
Les producLeurs onL couLume de se plalndre a la fols de la lenLeur des remonLees des
lnformaLlons concernanL l'explolLaLlon de leurs fllms mals aussl du caracLere excesslf des frals
d'edlLlon opposes. uepuls quelques annees, le praLlque qul se developpe de la cross-collaLerallsaLlon
des receLLes en cas de mandaLs groupes compllque le probleme en ralenLlssanL volre en rendanL plus
opaques les rendus de compLe qul supposenL une collecLe de donnees commerclales sur plusleurs
marches (lofto Chap.lll.8). Cela reLarde l'emergence de la receLLe neLLe producLeur a parLager enLre
co-flnanclers du fllm. Les producLeurs conLesLenL aussl l'lmpuLaLlon de cerLalns frals [uges sans
rapporL avec l'explolLaLlon du fllm. S'y a[ouLe le lanclnanL probleme des remlses sur les chlffres
d'affalres des achaLs d'espace eL de cerLalnes depenses de laboraLolres, les producLeurs souhalLanL
qu'elles vlennenL en reducLlon des frals d'edlLlon. Les dlsLrlbuLeurs s'y refusenL, conslderanL qu'elles
sonL llees au volume de leur chlffre d'affalre eL non a la commerclallsaLlon d'un fllm parLlculler. vls a
vls des auLeurs, les producLeurs exclpenL de ces dlfflculLes pour [usLlfler leur propre reLard, quand ll
se produlL, dans les rendus de compLe qu'lls dolvenL adresser a leurs auLeurs.
ue leur côLe, les dlsLrlbuLeurs fonL valolr la relaLlve lenLeur de la remonLee de la receLLe bruLe
dlsLrlbuLeur en provenance des salles.
CeLLe llLanle de reproches en cascades n'a guere varlee depuls des decennles malgre
l'lnformaLlsaLlon des processus de locaLlon.

8. LN1kL AU1LUkS L1 ÞkCDUC1LUkS
Les rapporLs enLre producLeurs eL auLeurs sonL compllques par des dlvergences docLrlnales sur
l'appllcaLlon du drolL d'auLeur eL par un marche du clnema qul evolue de manlere Lres conLrasLee.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
64
1. Des doctr|nes d|vergentes

uans le domalne de la mlse en ouvre eL de l'explolLaLlon des drolLs d'auLeurs, les poslLlons
docLrlnales des producLeurs eL des S8Þu (socleLes de percepLlon eL de reparLlLlon des drolLs ou
socleLes d'auLeurs) demeurenL Lranchees, ce qul ne faclllLe pas la recherche de soluLlon en la
maLlere. ll convlenL de les rappeler sommalremenL.

a. La gest|on |nd|v|due||e des dro|ts

!"* 4$'.(&-"($* .71",.",- /% 9"*-)', ),.)3).("//" ."* .$')-* .:%(-"($* 4'($ (," *7$)" ."
$%)*',*;
Selon l'arLlcle L132-24 du CÞl, le conLraL qul lle le producLeur aux auLeurs d'une ouvre
audlovlsuelle emporLe, sauf clause conLralre, cesslon au proflL du producLeur des drolLs excluslfs
d'explolLaLlon de l'ouvre. Seuls les drolLs paLrlmonlaux (represenLaLlon eL reproducLlon) sonL lcl
vlses a l'excluslon des drolLs moraux legalemenL lncesslbles.
lorLs de ces prlnclpes, les producLeurs, souLenus en cela par les agenLs arLlsLlques, soullgnenL
le caracLere lndlvlduel de la relaLlon qul les lle aux auLeurs. CeLLe relaLlon esL consubsLanLlelle a leur
acLlvlLe d'enLrepreneur.
lls relaLlvlsenL les crlLlques qul leurs sonL adressees par les auLeurs eL les S8Þu (lenLeur de la
remonLee des receLLes, manque de Lransparence, eLc. sopto) en falsanL valolr que :

ces crlLlques ne peuvenL ôLre generallsees a Lous les producLeurs car une parLle d'enLre eux
respecLenL correcLemenL leurs engagemenLs conLracLuels vls-a-vls des auLeurs. lls esLlmenL
que les socleLes de gesLlon collecLlve les ampllflenL pour subsLlLuer leur propre lnLervenLlon
a la leur môme sl elles se proposenL aux auLeurs comme une slmple opLlon ,
lls ne peuvenL rendre des compLes que lorsque leurs cllenLs leur en fournlssenL. Cr, receLLes
salles, royauLes vldeo eL receLLes eLrangeres leur parvlennenL au ryLhme des dlfferenLes
explolLaLlons (sopto). Ln maLlere de receLLes salles, ressources les plus senslbles, lls ne
peuvenL repercuLer que les compLes produlLs par les dlsLrlbuLeurs, assorLls des frals
d'edlLlon ampuLanL la receLLe a parLager. lls onL de ce polnL de vue les mômes lnLerôLs que
les auLeurs ,
le nlveau des mlnlma garanLls accordes aux auLeurs aLLenue l'lncldence praLlque d'une Lelle
slLuaLlon car les resulLaLs d'explolLaLlon des fllms françals ne generenL en general pas assez
de receLLes pour les recuperer ,
les auLeurs meconLenLs de la gesLlon de leurs drolLs peuvenL recourlr a la medlaLlon eL a
l'arblLrage eL peuvenL môme les reslller selon les modallLes prevues par les conLraLs
(souvenL par slmple leLLre recommandee).

ll demeure que les producLeurs appllquenL les conLraLs qul les llenL aux auLeurs de manlere
varlable. La ma[orlLe d'enLre eux, lorsque noLammenL lls sonL ouLllles sur le plan [urldlque eL
compLable, respecLenL les conLraLs, d'auLres le fonL de manlere eplsodlque, une mlnorlLe les
meconnaiL LoLalemenL. Þour ces dernlers, un lmporLanL efforL esL a operer afln de credlblllser les
prlnclpes de la gesLlon lndlvlduelle qu'lls defendenL.

!"* %9",-* %$-)*-)8("*
MandaLalres lndlvlduels des arLlsLes, les agenLs prlvlleglenL la relaLlon dlrecLe avec les
producLeurs pour represenLer leurs cllenLs. lls se [ugenL lndûmenL concurrences par les SÞ8u qul,
selon eux, ouLrepassenL leurs drolLs.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
6S
Les agenLs conLesLenL le drolL des SÞ8u de negocler, hors les cas prevus par la lol, modes eL
nlveaux de remuneraLlon de leurs adherenLs pour plusleurs ralsons :
les producLeurs sonL presumes cesslonnalres de l'ensemble des drolLs d'explolLaLlon eL
c'esL avec eux que la negoclaLlon dolL avolr lleu ,
les SÞ8u ne se volenL ceder par leurs adherenLs que les drolLs de represenLaLlon, ce qul les
rend lncompeLenLes pour negocler un drolL de reproducLlon sur un supporL quelconque
(vldeo enLre auLres) ,
« le drolL d'auLorlser ou d'lnLerdlre la communlcaLlon au publlc d'une ouvre par un
procede quelconque » qu'emporLe l'adheslon a la SÞ8u ne peuL ôLre confondu avec le drolL
de cesslon qul apparLlenL a l'auLeur ou au producLeur sl l'auLeur le lul a cede.

AuLremenL dlL, aux yeux des agenLs arLlsLlques, les SÞ8u devralenL se canLonner a la defense
des lnLerôLs moraux de leurs mandanLs, aux drolLs paLrlmonlaux de leurs herlLlers, a la defense de
leurs reperLolres eL surLouL a la gesLlon des convenLlons avec les dlffuseurs alnsl qu'a la reparLlLlon
des ressources nees de la cople prlvee.

b. La gest|on co||ect|ve des dro|ts d'auteurs

Les S8Þu, LenanLes de la gesLlon collecLlve, fonL valolr, de leur côLe, les argumenLs sulvanLs :

Ln adheranL a une SÞ8u, l'auLeur falL apporL de ses drolLs d'auLorlser eL d'lnLerdlre
l'uLlllsaLlon de son ouvre, ce qul leur donne leglLlmlLe pour LralLer avec les uLlllsaLeurs.
Pors les cas prevus par la lol (Lransmlsslon par câble eL cople prlvee), la gesLlon collecLlve
esL opLlonnelle eL son appllcaLlon esL llee a la volonLe de l'auLeur. Þar exemple, le drolL
d'usage qu'elles concedenL aux dlffuseurs de Lelevlslon repose sur ce prlnclpe.
L'explolLaLlon des fllms en salles n'enLre pas en revanche dans le champ de la gesLlon
collecLlve (sauf pour les drolLs muslcaux admlnlsLres par la SACLM), l'arLlcle L 132-23 du CÞl
dlsposanL que, dans ceLLe hypoLhese, c'esL le producLeur qul esL redevable de la
remuneraLlon due a l'auLeur.
Le CÞl rend leur compeLence obllgaLolre pour la gesLlon des drolLs relaLlfs a la cople prlvee
eL de la reLransmlsslon par câble d'une ouvre dlffusee a parLlr de la lrance.
L'AuLorlLe de la concurrence, dans une declslon du 26 avrll 2003, ne decele aucune
conLradlcLlon enLre la cesslon des drolLs d'auLeur a un producLeur eL l'acLe d'adheslon d'un
auLeur a une SÞ8u. Þour ceLLe lnsLance, les rôles sonL dlsLlncLs : le producLeur negocle les
drolLs d'explolLaLlon Landls que la SÞ8u perçolL cerLalnes remuneraLlons, celles qul sonL
llees a une convenLlon du Lype de celle qul exlsLe avec la Lelevlslon.
Þar allleurs, aux yeux des SÞ8u la gesLlon collecLlve presenLe de noLables avanLages :
elle esL asslse sur des assleLLes slmples, facllemenL ldenLlflables eL permeL une
remuneraLlon regullere eL saLlsfalsanLe des auLeurs ,
elle debarrasse les producLeurs des Lâches compLables necessalres au respecL de leurs
obllgaLlons conLracLuelles vls-a-vls des auLeurs ,
elle offre une grande securlLe [urldlque aux uLlllsaLeurs pulsque elle les garanLlL conLre Lous
llLlges qul pourralenL naiLre de l'usage des drolLs concernes ,
dans les cas ou elle n'esL pas organlsee par la lol, elle esL slmplemenL opLlonnelle quand
l'auLeur ne souhalLe pas ôLre soumls a une gesLlon lndlvlduelle de ses drolLs ,
elle esL le seul moyen de collecLe eL de reparLlLlon des drolLs d'auLeurs eL des drolLs volslns
dans le cas ou de nombreux ayanLs drolL sonL concernes eL les drolLs sonL dlsperses eL peu
alses a apprehender ,
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
66
enfln, les producLeurs eux-mômes y recourenL volonLlers pour la collecLe eL la reparLlLlon
de leurs drolLs volslns par l'lnLermedlalre de la Þ8CCl8LÞ eL de l'AnCCA.

Au LoLal, les SÞ8u lnLrodulsenL la gesLlon collecLlve comme une opLlon slmpllflcaLrlce ou
lmposee par la lol ou les conLraLs eL ne se declarenL pas opposees a la gesLlon lndlvlduelle.

Ln môme Lemps, les SÞ8u adressenL de forLes crlLlques a la mlse en ouvre de la gesLlon
lndlvlduelle :

opaclLes des receLLes eL des coûLs de fllm pour degager leur nlveau d'amorLlssemenL ,
respecL varlable par les socleLes de producLlon de leurs obllgaLlons vls a vls des auLeurs.
une parLle d'enLre elles effecLue des rendus de compLe Lrop sommalres eL hors delals. ll
leur arrlve môme de ne pas rendre de compLes du LouL ,
fondanL leur flnancemenL sur des MC, les producLeurs onL Lendance a ne plus beaucoup
s'lnformer sur l'eLaL de la commerclallsaLlon de leurs fllms. Ce manque de curloslLe reLenLlL
sur la quallLe de l'lnformaLlon fournle aux auLeurs donL les drolLs sonL mal respecLes.
une Lelle slLuaLlon comporLe selon les SÞ8u plusleurs effeLs :
un non-respecL de la lol : fauLe de revenus complemenLalres par appllcaLlon des
pourcenLages, les auLeurs ne reçolvenL lo floe qu'une remuneraLlon forfalLalre ,
la generallsaLlon de mlnlma garanLls eleves, du molns des que la noLorleLe de l'auLeur
commence a l'auLorlser : ll s'aglL du seul moyen de s'assurer une remuneraLlon
proporLlonnelle par anLlclpaLlon. CeLLe slLuaLlon pese sur les coûLs des fllms, enLreLlenL un
cllmaL d'lnflaLlon qul ne serL pas les lnLerôLs des auLeurs a long Lerme, nl d'aucun auLre
lnLervenanL.

ue manlere generale, les SÞ8u soullgnenL que ceLLe slLuaLlon a Lendance a falre peser un
dlscredlL Lenace sur le sysLeme global de remonLee des receLLes vla les 8nÞÞ eL sur sa Lransparence
generale.
un Lel cllmaL de desaccord qul perdure depuls des decennles ne faclllLe pas la recherche de
soluLlons apalsees eL perennes en la maLlere donL le secLeur a grand besoln, môme sl depuls 2010
quelques progres onL eLe accomplls (lofto ChaplLre lll. vll).

2. Un marchó dósóqu|||bró qu| enven|me |a s|tuat|on

Lchecs ou lnsucces eLanL largemenL ma[orlLalres, nombre de fllms ne couvrenL pas leur MC
auLeur eL, parLanL, ne degagenL pas de receLLe neLLe parL producLeur (8nÞÞ) poslLlve. Les auLeurs
(reallsaLeurs eL scenarlsLes) payes par des mlnlma garanLls assls sur la 8nÞÞ avanL eL apres
amorLlssemenL du coûL du fllm beneflclenL donc raremenL de remuneraLlons complemenLalres, au
molns a l'lssue de leur premlere explolLaLlon. Les lnLerpreLes qul reçolvenL des cacheLs parfols
assorLls d'lnLeressemenLs aux resulLaLs sonL dans la môme slLuaLlon. Môme sl une ma[orlLe de
producLeurs respecLenL leurs engagemenLs compLables vls-a-vls des auLeurs, plus d'un exclpe de la
falblesse des receLLes du fllm pour rendre peu ou pas de compLes a l'auLeur car sa slLuaLlon
demeurera, selon eux, eLernellemenL deblLrlce. CeLLe poslLlon ne devralL pas les dlssuader de rendre
regulleremenL des compLes a l'auLeur.
lnversemenL, quand survlenL un succes, les auLeurs se plalgnenL parfols de la lenLeur de la
remonLee de la receLLe qul se repercuLe sur leurs rendus de compLe, de l'lmporLance eL de l'opaclLe
des frals d'edlLlon sur Lous les marches eL des coûLs eleves de fabrlcaLlon des fllms qul leur sonL
opposes. Cela reporLe parfols a l'lnflnl un excedenL de la receLLe neLLe producLeur avanL ou apres
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
67
amorLlssemenL du coûL du fllm suscepLlble de generer un revenu complemenLalre pour eux. Alnsl, un
succes non encore amorLl sur un plan compLable, avlve le ressenLlmenL des creaLeurs vls-a-vls de
« l'aval » de la chaine de producLlon eL de dlffuslon.
Seuls quelques qtoss ployets (vedeLLes de l'lnLerpreLaLlon eL parfols de la reallsaLlon) volenL
leur remuneraLlon compleLee a parLlr d'lndlcaLeurs bruLs (monLanL en euros par nombre d'enLrees
ou pourcenLage de la receLLe bruLe dlsLrlbuLeur).

C. UNL SI1UA1ICN DCMMAGLA8LL
une Lelle slLuaLlon nourrlL des proces en absence de Lransparence des producLeurs vls-a-vls
des dlsLrlbuLeurs eL des auLeurs a l'egard des deux premlers. CeLLe opaclLe donL par allleurs chaque
branche se defend genere plusleurs consequences :

a. elle nulL a une [usLe reparLlLlon des ressources ,
b. elle nourrlL l'lnflaLlon des budgeLs. Ln effeL, sans llluslon sur leurs remuneraLlons
complemenLalres, auLeurs eL lnLerpreLes exlgenL, quand lls le peuvenL, des MC ou des cacheLs eleves
qul pesenL sur les devls.
c. elle decourage l'arrlvee de caplLaux dans la branche car elle conLrevlenL a l'egallLe d'acces
aux ressources d'evenLuels lnvesLlsseurs exLerleurs.

ll s'aglL la d'un probleme d'une reelle complexlLe mals que l'on dolL LenLer de resoudre c'esL-a-
dlre d'essayer d'en corrlger les defauLs LouL en apalsanL les querelles lnLra-professlonnelles. CeLLe
quesLlon esL caplLale sl l'on veuL redulre les coûLs des fllms eL ouvrlr la producLlon
clnemaLographlque au flnancemenL exLerleur avec, pour Lous les lnLervenanLs, une chance de galns
calcules en LouLe Lransparence eL a egallLe de LralLemenL.
La Lransparence dans le parLage esL la mellleure arme anLl-lnflaLlonnlsLe donL dlspose le
secLeur. Llle consLlLue un moyen pulssanL d'assurer son flnancemenL a long Lerme eL de lul assurer
des proflLs.

CCNCLUSICN : ÇULLLL ÞLkLNNI1L ?
Le deflclL flnancler consLaLe de l'acLlvlLe de producLlon eL de dlsLrlbuLlon s'aggrave. ll esL
absorbe de deux façons :

en dlspersanL ses perLes de dlfferenLes manleres : dlsparlLlon de dlsLrlbuLeurs ou de
producLeurs Lombes en fallllLe, mlse en sommell d'enLreprlses, garanLles bancalres
flnancees sur ressources publlques, credlL d'lmpôL, lnLervenLlon du londs de souLlen, aldes
reglonales ou SCllCA donL les conLrlbuLeurs LrouvenL l'essenLlel de leur avanLage dans la
deducLlon flscale aLLachee a leur souscrlpLlon. Le Laux de naLallLe economlque eLanL vlvace
dans le secLeur, d'auLres enLreprlses prennenL en permanence le relals, encouragees par
une alde selecLlve genereuse.
en se garanLlssanL une source de flnancemenL recondulLe d'annee en annee sous la forme
de coLlsaLlons au londs de souLlen a l'assleLLe large eL d'obllgaLlons d'lnvesLlssemenLs a la
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L l
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
68
charge des edlLeurs de programmes clnemaLographlques. Ces ressources reconsLlLuenL
chaque annee envlron 40 a 30 ° de ses besolns en flnancemenL.

Le clnema françals s'esL Lou[ours proLege selon un double axlome : preference naLlonale puls
europeenne [urldlquemenL assuree eL adapLaLlon ordonnee aux evoluLlons du marche. La perennlLe
du sysLeme pouvalL ôLre garanLle LanL que les barrleres reglemenLalres LenalenL eL que prosperalenL
les ressources du londs de souLlen. Ce n'esL plus le cas. Le clnema françals volL s'amenulser les flux
flnanclers qul l'allmenLalenL [usqu'lcl, au momenL ou la Lechnologle vlenL ebranler son sysLeme de
dlffuslon eL pourralL affalbllr l'efflcaclLe des mesures de proLecLlon de son marche eL de ses
operaLeurs. Son avenlr s'en Lrouve hypoLheque. Aussl, lul fauL-ll meLLre en ouvre une sLraLegle qul
lul permeLLe de s'adapLer a la revoluLlon qul se proflle afln de preserver les fondemenLs de son
modele de developpemenL. Þour ce falre, ll lul fauL d'abord s'adonner a un exerclce prospecLlf de
l'evoluLlon des dlfferenLs marches ou ll esL appele a se commerclallser.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque
69
CnAÞI1kL II

LLS SCLNAkICS ÞCSSI8LLS
D'LVCLU1ICN DL L'INDUS1kIL
CINLMA1CGkAÞnIÇUL

ll s'aglL lcl de LenLer un essal prospecLlf sur l'evoluLlon posslble des dlfferenLs marches ou le
clnema esL explolLe, sous l'lnfluence des LransformaLlons de la Lechnologle de la dlffuslon qul ne
peuvenL qu'affecLer son economle eL a la lumlere de l'envlronnemenL lnLernaLlonal dans lequel ll
ouvre. ue Lelles esLlmaLlons sonL egalemenL lndlspensables pour essayer d'examlner leur
reLenLlssemenL sur les ressources du londs de souLlen, eplne dorsale du flnancemenL de l'lndusLrle
du SepLleme arL. Le Lerme de ces pro[ecLlons ne sauralenL depasser clnq annees compLe Lenu des
bouleversemenLs lncessanLs que connaiL l'economle de l'audlovlsuel prls dans son sens large.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
70
I. LL CCMÞCk1LMLN1 ÞkLVISI8LL DLS MAkCnLS

un consLaL prealable : enLre 2008 eL 2012, les receLLes des salles de clnema sonL en crolssance
de 14,3 °, l'exporLaLlon des fllms augmenLe de 20,1 °, le marche de la vau a l'acLe progresse de
337,6 ° alors que les marches de la vldeo physlque (- 19,3 °) eL de la publlclLe a la Lelevlslon (- 4,0 °)
sonL en recul. Le marche de la Lelevlslon payanLe esL resLe sLable sur la perlode (- 0,3 °).
Sur ceLLe base eL en LenanL compLe des conLexLes propres a chacun des marches, deux
scenarlos prospecLlfs onL eLe elabores (un scenarlo « nolr » eL un scenarlo « opLlmlsLe ») afln
d'apprehender l'evoluLlon 2013-2017 :

des ressources a aLLendre des dlfferenLs marches qul fondenL le preflnancemenL de la
producLlon eL consLlLuenL ses debouches ,
du monLanL des obllgaLlons d'lnvesLlssemenL des chaines de Lelevlslon dans le clnema.

ue ces donnees pourronL ôLre ensulLe exLrapolees les receLLes du londs de souLlen sur clnq
ans (lofto ll).

A. LA IkLÇULN1A1ICN LN SALLLS
Apres une perlode de forLe expanslon depuls 2004 avec une polnLe en 2011, la frequenLaLlon
esL reparLle a la balsse de 7 ° par rapporL a 2011 eL de 2 ° en moyenne gllssanLe sur Lrols ans.
L'annee 2013 annonce une decrue de l'ordre de (3 a 6 °) eL de 9 ° en perlode gllssanLe.
Son nlveau, une annee donnee, depend de plusleurs facLeurs:

Le nombre de fllms a succes. La presence ou l'absence d'un fllm reallsanL 3 mllllons
d'enLrees falL varler de 2 a 3 ° le nlveau naLlonal de frequenLaLlon.
Le degre de dlverslLe de l'offre. Ln dehors du marche des fllms amerlcalns pour adolescenLs
eL des comedles populalres françalses, de nombreux fllms souLlennenL acLlvemenL la
frequenLaLlon du publlc des plus de 24 ans eL des CSÞ + qul ne derangenL en salles que sur
de forLes moLlvaLlons donL fonL parLle la recherche de la nouveauLe, le cholx du su[eL
lnnovanL ou le presLlge de la slgnaLure.
La composlLlon de la populaLlon clnemaLographlque. Llle vlellllL plus vlLe que l'ensemble du
pays. uepuls 2010, la frequenLaLlon des molns de 23 ans se Lasse. Ln 2012, la peneLraLlon
du clnema (pourcenLage de la classe d'âge eLanL alle au molns une fols au clnema dans
l'annee) progresse de +2,4 polnLs chez les 6-10 ans (80,6 °) mals dlmlnue pour les auLres
Lranches d'âge de molns de 23 ans : de 10,9 polnLs pour les 11-14 ans,-3,2 polnLs pour les
13-19 ans eL -7,2 polnLs pour les 20-24 ans. Le clnema Louche molns de [eunes en 2012
qu'en 2011 : 83,0 ° des molns de 23 ans, conLre 87,4 ° l'annee precedenLe. LnLre 1993 eL
2012, la parL des molns de 23 ans balsse plus rapldemenL au seln du publlc du clnema (-12,4
polnLs) qu'au seln de la populaLlon LoLale (- 4,1 polnLs).

Þour compenser ce lenL reLralL des plus [eunes, longLemps supporLs pulssanLs de la
frequenLaLlon, ll faudralL que la consommaLlon clnemaLographlque des auLres classes d'âge donL
celle des senlors s'accrolsse. Cr, ceLLe dernlere, de[a en expanslon depuls dlx ans, pourralL un [our
marquer le pas.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
71
Le nlveau de vle de la populaLlon. Malgre une pollLlque dynamlque des prlx qul s'efforce de
s'adapLer au pouvolr d'achaL du specLaLeur, a sa slLuaLlon famlllale, a son degre de fldellLe
aux salles, aux heures des seances praLlquees, ll exlsLe une elasLlclLe revenu de la demande
que l'on ne sauralL lgnorer. La crlse economlque que connaiL le pays depuls clnq ans eL donL
on enLrevolL encore mal l'lssue ne peuL pas ne pas peser sur les depenses de clnema [ugees
comme non essenLlelles. Llle lnclLera, a coup sûr, le specLaLeur a ôLre plus aLLenLlf a ses
cholx, ce qul aura pour effeL de concenLrer davanLage la demande sur un peLlL nombre de
fllms eL peuL-ôLre de favorlser une cerLalne dlverslLe de l'offre aupres d'un publlc devenu
plus exlgeanL.
Le ryLhme d'lmplanLaLlon de mulLlplexes. Ces equlpemenLs onL un effeL lndlscuLable de
sLlmulaLlon de la demande. Cr, ces dernlers qul aLLlrenL 60 ° de la frequenLaLlon se
consLrulsenL a un ryLhme molns raplde sans compLer qu'lls condulsenL assez souvenL a la
LransformaLlon sur place d'anclens mulLlplexes eL a la fermeLure d'auLres salles. Alnsl, enLre
2003 eL 2012, ll s'esL cree envlron 6 ° d'ecrans de plus (3 302 en 2012) pour 3 °
d'eLabllssemenLs de molns (2029 en 2012).

1ous ces parameLres a effeLs conLradlcLolres comporLenL sufflsammenL d'lncerLlLudes pour ne
pas rlsquer une anLlclpaLlon du nombre d'enLrees annuelles duranL les clnq prochalnes annees. Le
plus prudenL esL de posLuler une sLablllLe de la frequenLaLlon acLuelle auLour de 200 mllllons
d'enLrees eL, parLanL, une receLLe gulcheL qul sLagnera a prlx consLanLs auLour de
1,3 Md t (Craphlque 1).
Môme s'll ne concerne nl le flnancemenL des fllms, nl l'allmenLaLlon du londs de souLlen, les
receLLes publlclLalres neLLes des salles parLlclpenL de la sanLe de l'explolLaLlon, parLanL de l'lndusLrle
du clnema LouLe enLlere. Llles pourralenL d'un côLe pâLlr de la sLagnaLlon, volre de la recesslon
economlque eL de l'auLre beneflcler de la numerlsaLlon des salles qul offre plus de souplesse dans la
programmaLlon des messages en foncLlon des publlcs eL des seances. ll a eLe, cependanL, lmposslble
de les esLlmer.

8. LL MAkCnL ÞU8LICI1AIkL DL LA 1LLLVISICN
Le perlmeLre du marche publlclLalre Lelevlsuel a connu ces dernleres annees plusleurs
evoluLlons reglemenLalres enLrainanL une augmenLaLlon de l'offre d'espace dlsponlble :

assoupllssemenL de la reglemenLaLlon des secLeurs lnLerdlLs en 2003, la publlclLe en faveur
des fllms demeuranL prohlbee ,
lnLroducLlon des nouvelles chaines de la 1n1 en mars 2003 ,
augmenLaLlon, fln decembre 2008, de la duree moyenne de publlclLe, de 6 a 9 mlnuLes pour
les « chaines hlsLorlques » eL de 9 a 12 mlnuLes pour les chaines du câble eL du saLelllLe
alnsl que pour les nouvelles chaines 1n1 ,
auLorlsaLlon d'une seconde coupure des ouvres clnemaLographlques eL audlovlsuelles
pour les chaines prlvees en mars 2009 ,
arrlvee de slx nouvelles chaines graLulLes sur la 1n1 en decembre 2012.

Ces evoluLlons, con[uguees a la conLracLlon globale des budgeLs des annonceurs nee de la crlse
eL a la concurrence crolssanLe d'lnLerneL eL de la 1n1, onL conLrlbue a dlmlnuer forLemenL la valeur
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
72
moyenne des espaces publlclLalres a la Lelevlslon. A cela, s'esL a[ouLee une guerre des Larlfs avlvee
par la crlse.
LnLre 2007 eL 2012, les receLLes publlclLalres des chaines de Lelevlslon onL dlmlnue de 8,3 °
LombanL de 3,6 mllllards d'euros a 3,33 mllllards. CeLLe chuLe a concerne en premler lleu les chaines
hlsLorlques donL la parL sur ce marche publlclLalre esL passee de 90 ° a molns de 70 ° enLre 2003 eL
2012 alors que celle des chaines de la 1n1 monLalL a 30 °. Ces dernleres onL vu alnsl leurs ressources
croiLre de 18 ° en 2011 mals seulemenL de 3 ° en 2012. CependanL, la ma[orlLe des chaines de la
1n1 apparLlennenL aux groupes hlsLorlques (M6 eL W9, Canal +) qul recuperenL donc d'un côLe ce
qu'lls perdenL dans cerLalns cas de l'auLre.
Þour 2013, compLe Lenu des resulLaLs enreglsLres au premler semesLre, le marche pourralL
encore chuLer de plusleurs polnLs malgre le leger fremlssemenL ressenLl au second semesLre. CeLLe
conLracLlon esL aussl allmenLee par la guerre des Larlfs a laquelle se llvre 1l1 eL M6 qul represenLenL
70 ° du marche des chaines generallsLes. uans ce conLexLe, les chaines mlllLenL pour l'ouverLure des
secLeurs lnLerdlLs, donL le clnema, a la publlclLe. La ma[orlLe des professlonnels esL opposee a ceLLe
ouverLure pour deux ralsons : effeLs lnflaLlonnlsLes engendres sur des budgeLs d'edlLlon de[a
consequenLs eL accenLuaLlon de la concenLraLlon de la frequenLaLlon sur un peLlL nombre de LlLres.
La presse ecrlLe, de[a en plelne crlse, redouLe de son côLe le surcroiL de concurrence qul seralL lnfllge
a ses ressources publlclLalres.
AuLre phenomene, la segmenLaLlon des audlences des chaines en clalr eparpllle la receLLe
publlclLalre sur 23 canaux naLlonaux donL cerLalns, Lels 1MC, ulrecL 8, W9 ou n8!12 offrenL un seull
d'audlences compeLlLlf pour les annonceurs. CeLLe Lendance appelee a se developper pese sur les
prlx mals Lransfere aussl des ressources qul, a volumes equlvalenLs, generenL molns d'obllgaLlons
d'lnvesLlssemenLs en faveur du clnema. Ln effeL, les chaines de la 1n1 en sonL exonerees en dessous
de 73 Mt de chlffre d'affalres.
Þar allleurs, lnLerneL eL, parLlculleremenL moLeurs de recherche eL reseaux soclaux, capLenL de
plus en plus de publlclLe en ralson de l'abondance de leurs uLlllsaLeurs, de la preclslon des clbles que
l'on peuL aLLelndre, de la fluldlLe de son usage eL de la reacLlvlLe des lnLernauLes. lnLerneL absorbe
desormals 16 ° des depenses publlclLalres sur les grands medlas conLre 34 ° pour la Lelevlslon mals
ce pourcenLage esL appele a croiLre rapldemenL. Les chaines hlsLorlques Lelles 1l1, M6, ou lrance
1elevlslons recuperenL une parLle de ceLLe manne grâce a la 1v8.
1enLer de prevolr les ressources publlclLalres des chaines repose avanL LouL sur quaLre
parameLres :

un parl sur la con[oncLure economlque ,
une appreclaLlon de la segmenLaLlon des audlences ,
l'evoluLlon aLLendue des Larlfs des ecrans ,
les hypoLheses sur l'evaslon des ressources publlclLalres vers les chaines en clalr de la 1n1
alnsl que vers lnLerneL eL de la parL que peuL en recuperer les chaines vlo la 1v8.
ll a eLe alnsl elabore deux scenarlos :
un scenarlo nolr qul anLlclpe une conLracLlon de 3 ° par an des ressources prolongeanL les
Lendances des annees 2011, 2012 eL du premler semesLre 2013 ,
un scenarlo opLlmlsLe qul aLLenue ceLLe chuLe a - 2 ° par an eL 10 ° a fln 2017 pour
lnLegrer noLammenL les effeLs d'une reprlse economlque a parLlr de 2014-2013.

Le graphlque 2 « Marche publlclLalre de la 1v » decrlL ceLLe pro[ecLlon qul falL chuLer les
ressources publlclLalres des chaines de Lelevlslon de 23 ° en clnq ans dans un cas eL de 10 ° dans
l'auLre.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
73
uans les deux scenarlos, conLrlbuLlons au londs de souLlen eL obllgaLlons de producLlon seronL
appelees a se redulre plus ou molns drasLlquemenL selon les mesures prlses.

C. LL MAkCnL DL LA VIDLC
nous l'avons vu, le marche de la vldeo physlque esL en declln, devasLe par la praLlque de la
plraLerle eL bouscule de manlere encore llmlLee par la vau eL desormals la Lelevlslon de raLLrapage.
Apres avolr consLlLue un espolr, les venLes de 8lu-ray se sLablllsenL sans compenser la balsse de la
vldeo physlque a l'lnsLar de la vldeo demaLerlallsee qul ne s'esL pas developpee assez vlLe pour
empôcher le marche dans son ensemble de chuLer. L'annee 2013 ne devralL pas ôLre, LanL s'en fauL,
une annee de consolldaLlon (sopto Chap.l. lv. 8).
AnLlclper l'evoluLlon des marches de la vldeo esL un exerclce parLlculleremenL dellcaL soumls a
dlfferenLs parameLres donL cerLalns ne sonL guere quanLlflables eL d'auLres lles a des cholx pollLlques
non encore effecLues a savolr :

l'lmpacL de l'organlsaLlon a venlr sur les problemes de plraLage. La suppresslon de la
coupure d'lnLerneL a l'enconLre des conLrevenanLs eL la slmple evocaLlon d'un
assoupllssemenL de la reglemenLaLlon auralL, selon cerLalns professlonnels, relance la
plraLerle eL preclplLe la balsse du chlffre d'affalres de la vldeo ,
l'eLaL de la reglemenLaLlon de la chronologle des medlas qul pourralL lnfluencer forLemenL
le CA des dlfferenLs secLeurs de la vldeo (sopto Chap. l. lv. 8) ,
le degre de succes de la 1v8 qul se developpe a vlve allure eL le nlveau de concurrence
qu'elle lnfllge a la vldeo ,
le malnLlen ou l'assoupllssemenL de la perlode de gel des drolLs a l'lnLerleur des fenôLres
qul enLrave l'essor de la vau a l'acLe ,
les progres reels de la venLe deflnlLlve en vau (LS1) donL les exemples eLrangers monLrenL
qu'elle a un avenlr (cf. l'experlence de Apple eL de son Cloud).

Ces lncerLlLudes lnclLenL a conslderer ces exLrapolaLlons avec precauLlon.

<=<> ?/(@$%A
uans le scenarlo nolr, le marche se degrade au môme ryLhme que la moyenne observee en
2011/2012, a plraLerle consLanLe. ll enreglsLre une chuLe de 9 ° par an eL de 37 ° sur clnq ans
(graphlque n¨3).
uans le scenarlo opLlmlsLe, le marche poursulL sa balsse mals a un ryLhme plus lenL (- 4 ° par
an eL 20 ° sur 3 ans).
Selon cerLalns professlonnels, ces anLlclpaLlons sonL dlscuLables. Þour l'afflrmer, lls s'appulenL
sur d'auLres analyses menees enLre auLres par l'luA1L, Clk eL l'lnSLL. lls esLlmenL, LouLes choses
eLanL egales, la conLracLlon du marche de la vau a 6 ° c'esL-a-dlre a un ryLhme qul se slLue enLre les
deux scenarlos.

=).7' B /% ."+%,." B /:%&-"
Le marche de la vau a l'acLe esL porLe par l'expanslon de l'offre dlsponlble. La progresslon du
Laux de peneLraLlon de la praLlque de la vau a LouLefols Lendance a ralenLlr eL le marche dolL falre
face au developpemenL de la Lelevlslon de raLLrapage (graLulLe).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
74
Le sorL de la vldeo LransacLlonnelle ne reLlenL pas de scenarlo reellemenL nolr mals deux
schemas de progresslon d'lnLenslLe dlfferenLe.
Þrogresslon de la vau a l'acLe a l'achaL eL en locaLlon sur un ryLhme ldenLlque a celul
consLaLe en 2011/2012. Le marche enreglsLrera une hausse de 13 ° par an eL 89 ° en clnq
ans.
Þrogresslon de la vau a l'acLe en locaLlon au double du ryLhme consLaLe en 2011/2012
grâce au decollage des achaLs. Le marche enreglsLrera une hausse de 26 ° par an solL
183 ° en clnq ans (Craphlque n¨4).

Les auLres eLudes slLuenL ceLLe crolssance a 7 ° par an, Laux beaucoup plus modere, mals les
mauvals resulLaLs enreglsLres au premler semesLre 2013 (- 6,3 °) peuvenL lnLerroger. S'aglL-ll d'un
accldenL con[oncLurel ou d'un phenomene durable, dans ce cas les prevlslons lcl proposees seralenL
remlses en cause ?

D. 1LLLVISICN ÞA¥AN1L L1 VàD ÞAk A8CNNLMLN1
Ces deux modes de dlffuslon se revelanL de plus en plus convergenLs, ll a eLe [uge perLlnenL de
les regrouper en un seul secLeur. Le marche de la Lelevlslon payanLe esL arrlve a maLurlLe. uans le
conLexLe de crlse economlque eL de balsse du pouvolr d'achaL des menages, le Laux de
desabonnemenL esL suscepLlble d'augmenLer. Sl sa fenôLre eLalL raccourcle, le marche de la vau par
abonnemenL (SvCu) pourralL concurrencer celul de la Lelevlslon payanLe, noLammenL avec l'arrlvee
de nouveaux acLeurs lnLernaLlonaux. Cn peuL envlsager deux posslblllLes :

scenarlo nolr: une balsse de 13 ° de la 1v payanLe en clnq ans (- 3 ° par an) eL une forLe
progresslon de la SvCu (+ 300 ° en clnq ans ou + 32 ° par an) mals lnsufflsanLe pour
compenser ceLLe perLe. Au LoLal, le secLeur perdralL 12 ° de chlffre d'affalres en clnq ans.
scenarlo opLlmlsLe : une sLablllLe de la Lelevlslon a peage eL une progresslon plus moderee
de la SvCu (+ 33 ° en clnq ans ou + 6 ° par an), car Lelevlslon payanLe eL SvCu ne peuvenL
se developper ensemble. uans ceLLe hypoLhese, le CA de la SvCu passeralL de 27 Mt en
2012 a 36 Mt en 2017. un Lel accrolssemenL represenLeralL a pelne plus de 0,3 ° du CA
global du secLeur qul resLeralL donc sLable (Craphlque n¨ 3).

u'auLres eLudes prevolenL une crolssance de 1 ° par an du CA global, anLlclpaLlon de quasl-
sLablllLe.

L. LLS LkÞCk1A1ICNS
Les exporLaLlons françalses se composenL des chlffres d'affalres declares par les operaLeurs eL
encalsses au LlLre des venLes a l'eLranger. Llles concernenL les fllms françals (deux Llers des venLes) eL
eLrangers (un Llers) alnsl que les fllms « frals » (83 °) ou les conLenus de caLalogue (13 °). Leur
volume depend de plusleurs parameLres.
La quallLe de l'offre eL l'adequaLlon des fllms aux aLLenLes des dlfferenLs marches eLrangers.
Le succes d'un ou deux fllms peuL gonfler brusquemenL les resulLaLs enreglsLres une annee
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
7S
donnee. Þar exemple, ceux de l'annee 2012 sonL Lrop excepLlonnels pour servlr de
reference.
L'equlpemenL en salles des LerrlLolres concernes. La generallsaLlon des mulLlplexes n'esL
guere favorable aux fllms françals, pluLôL programmables dans l'equlvalenL de nos salles ArL
eL essal. Ces dernleres connalssenL des dlfflculLes dans cerLalns pays malgre le Lravall
remarquable accompll comme les clrculLs Luropa clnema sur le vleux ConLlnenL eL les
efforLs de nos exporLaLeurs.
La slLuaLlon de la dlffuslon du clnema sur les Lelevlslons eLrangeres eL du marche de la
vldeo. Les cases clnema LendenL a se rarefler, noLammenL sur les Lelevlslons en clalr eL le
marche de la vldeo connaiL les mômes dlfflculLes qu'en lrance avec ceLLe dlfference que les
grands operaLeurs Lels que neLfllx eL Love fllms y occupenL souvenL une poslLlon forLe,
guere accuelllanLe pour le clnema françals.

L'hypoLhese la plus ralsonnable esL donc de posLuler un slmple malnLlen du nlveau des
exporLaLlons a la moyenne des venLes de ces clnq dernleres annees hors le cru aLyplque de 2012. ll
se slLue auLour de 220 Mt d'encalssemenLs bruLs (graphlque n¨ 6).

I. LVCLU1ICN GLC8ALL DLS DL8CUCnLS LLLC1kCNIÇULS
Au LoLal, hors l'apporL des salles, dans le scenarlo nolr, les debouches « elecLronlques » du
clnema, Lelevlslon, vldeo eL vau confondus se redulralenL d'envlron 17 ° enLre 2012 eL 2017.
uans le scenarlo opLlmlsLe, ces debouches ne se conLracLeralenL que de 2 ° enLre ces deux
daLes (Craphlque n¨ 7).
ll n'esL pas lnvralsemblable que ces hypoLheses ne se cumulenL mals se compensenL selon les
branches eL que la fourcheLLe d'esLlmaLlon solL plus eLrolLe.

CCNCLUSICN : kLMAkÇULS CCMÞLLMLN1AIkLS
L'ensemble de ces exLrapolaLlons dolL ôLre compleLe par Lrols remarques.

a. Môme sl on reLrouve leurs acLlvlLes a Lravers les CA d'edlLeurs vldeo qu'lls dlffusenL, les C11
(Coogle, Apple, MlcrosofL) onL des sLraLegles speclflques de peneLraLlon des marches, noLammenL a
Lravers la Lelevlslon connecLee eL les lAl. lauLe de connaiLre le momenL ou lls vonL se meLLre en
mouvemenL en lrance, ll esL dlfflclle d'evaluer leur lmpacL. L'exemple des eLaLs europeens ou lls sonL
de[a presenLs (8oyaume-unl, Allemagne eL Scandlnavle) monLrenL qu'lls peuvenL affalbllr les acLlvlLes
d'edlLeurs vldeo naLlonaux, enLamer l'audlence des grandes chaines generallsLes eL /ou le nombre
d'abonnes des chaines a peage. une Lelle occurrence comporLeralL des lncldences sur les ressources
dlsponlbles pour flnancer la producLlon eL allmenLer le londs de souLlen, sauf a les soumeLLre a une
flscallLe ldenLlque eL aux mômes obllgaLlons de producLlon. CouvernemenL eL ÞarlemenL s'en
preoccupenL mals des problemes Lechnlques resLenL a resoudre avanL de pouvolr aLLelndre ceL
ob[ecLlf (lofto ChaplLre lll.v.8).

b. La Lelevlslon de raLLrapage, eL son essor consLaLe qul ne cesse de s'lnLenslfler, pourralL
deplacer des ressources vers d'auLres supporLs donL acLuellemenL le clnema ne proflLe guere
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
76
noLammenL vers de nouvelles chaines en clalr (sur Canal +, elle donne lleu a un supplemenL de prlx
pour l'ayanL drolL) eL favorlser en môme Lemps la Lelevlslon connecLee donL les lncldences sonL, a ce
sLade, dlfflclles a apprehender.

c. Lnfln LanL de varlables non maiLrlsees a ce [our pourralenL lnfluencer ces prevlslons qu'll fauL
conslderer avec prudence môme sl elles usenL elles-mômes amplemenL de ceLLe verLu. CependanL,
elles onL le merlLe d'aLLlrer l'aLLenLlon sur la slLuaLlon economlque prevlslble du clnema naLlonal.
Aucune acLlvlLe ne pouvanL se redresser en môme Lemps, hors le cas parLlculler des salles, ll n'esL pas
lmprobable que le secLeur qul flnance le clnema vole son acLlvlLe au molns sLagner slnon se reLracLer.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
77
II. DLS INCLk1I1UDLS SUk LL NIVLAU DLS
C8LIGA1ICNS DL ÞkCDUC1ICN L1
L'ALIMLN1A1ICN DU ICNDS DL SCU1ILN AU
CINLMA

Les prevlslons precedenLes comporLenL un lmpacL dlrecL sur le nlveau des obllgaLlons de
producLlon eL l'allmenLaLlon du londs de souLlen, compLe Lenu de leur mode de calcul.

A. LLS INCIDLNCLS SUk LLS C8LIGA1ICNS DL ÞkCDUC1ICN DLS
CnAINLS DL 1LLLVISICN
ue Lelles prevlslons sur le CA des chaines de Lelevlslon ne peuvenL que conLracLer leurs
obllgaLlons de producLlon a reglemenLaLlon consLanLe.
Selon le scenarlo nolr, enLre 2012 eL 2017, l'apporL des chaines chuLeralL de 18 ° (- 63 Mt)
prolongeanL les reducLlons consLaLees en 2012 eL 2013. CeLLe dlmlnuLlon se reparLlralL a hauLeur de
30 Mt pour les chaines generallsLes eL 33Mt pour Canal +. 8apporLe aux lnvesLlssemenLs françals
dans la producLlon, cela represenLe une conLracLlon d'envlron 6 ° (moyenne 2011 eL 2012) eL de
14 ° en LenanL compLe de l'evoluLlon prevlslble de l'lnflaLlon dans la branche.
uans le scenarlo opLlmlsLe, enLre 21012 eL 2017, le concours des chaines balsseralL de 4 °
(- 13 Mt). CeLLe reducLlon provlendralL en LoLallLe des chaines generallsLes Landls que Canal +
malnLlendralL la slenne au nlveau de celle de 2012. Cela represenLe une conLracLlon d'envlron 1,3 °
des lnvesLlssemenLs françals dans la producLlon (moyenne 2011 eL 2012) eL de 8 ° en LenanL compLe
de l'lnflaLlon prevlslble.
A ce sLade de consLaL, ll paraiL dlfflcllemenL concevable d'alourdlr les obllgaLlons des dlffuseurs
compLe Lenu des problemes qu'lls vonL devolr affronLer. ueux Lypes d'lnlLlaLlves demeurenL
posslbles :

Lrouver d'auLres ressources en provenance du marche reglemenLe ,
lnLegrer dans le perlmeLre des obllgaLlons les operaLeurs C1Þ de vldeo ou plus Lard de
Lelevlslon. Cela peuL consLlLuer un ob[ecLlf sLraLeglque qul rlsque de demander quelque
Lemps (lofto Chap. lll.v.8).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
78
8. LLS ALLAS DL L'ALIMLN1A1ICN DU ICNDS DL SCU1ILN
1. Une |ente rógress|on des ressources

Le londs de souLlen au clnema, a l'audlovlsuel eL au mulLlmedla esL allmenLe par le produlL de
Lrols Laxes dlrecLemenL affecLees au CnC depuls le 1
er
[anvler 2009 :

La Laxe sur les enLrees en salles de clnema, flxee a 10,72 ° du prlx du bllleL, esL une
conLrlbuLlon donL la creaLlon esL conLemporalne de celle du CnC. Ln 2012, elle represenLalL
19 ° des ressources du londs (apres reversemenL de la parL ecrôLee par l'LLaL ceLLe annee-
la). Son produlL, rlgoureusemenL proporLlonnel au nlveau de la frequenLaLlon, ne peuL ôLre
prevu que sur la base des moyennes du nombre d'enLrees reallsees les annees
precedenLes, elles môme LoLalemenL dependanLes du nlveau de l'offre de fllms.
La Laxe sur les servlces de Lelevlslon (1S1) qul se reparLlL en :

CDC @ E.)-"($*
CeLLe Laxe, au Laux de 3,3 °, esL asslse, au-dela d'une franchlse de 11 Mt, sur les receLLes de
publlclLe eL de parralnage, celles des appels surLaxes eL SMS alnsl que sur la conLrlbuLlon a
l'audlovlsuel publlc eL, depuls 2009, les doLaLlons budgeLalres aux edlLeurs des chaines du servlce
publlc. Llle represenLe 42 ° des ressources du londs.
Le probleme de ceLLe Laxe esL qu'elle Louche des secLeurs donL l'acLlvlLe souffre (sopto). Son
assleLLe devralL ôLre elargle aux receLLes de la 1v8 en pleln essor (pro[eL de lol de flnances recLlflcaLlf
pour 2014).

CDC@ <)*-$)5(-"($*
La lol de llnances pour 2012 a clarlfle eL elargl l'assleLLe de la 1S1-u due par les dlsLrlbuLeurs.
lnlLlalemenL, elle eLalL composee du produlL des abonnemenLs eL auLres sommes acqulLLees par les
usagers d'un ou plusleurs servlces de Lelevlslon alnsl que du produlL des abonnemenLs a des offres
composlLes lncluanL un servlce de Lelevlslon. Le produlL de ces abonnemenLs eL revenus dlvers falsalL
l'ob[eL d'un abaLLemenL de 10 °. L'assleLLe sublssalL une deducLlon de 33 ° quand l'abonnemenL
concerne lnclualL pour un prlx forfalLalre l'acces a lnLerneL eL a la Lelephonle. Le Laux de la Laxe eLalL
progresslf s'eLalanL de 0,3 a 4,3 ° selon neuf Lranches d'lmposlLlon apres une franchlse de 10 Mt.
une ma[oraLlon de 2,2 polnLs pour la dernlere Lranche eLalL prevue pour les edlLeurs qul s'auLo-
dlsLrlbuenL.
uans sa verslon nouvelle, l'assleLLe comprend l'ensemble des sommes acqulLLees pour acceder
a des servlces de Lelevlslon (AuSL, câble, saLelllLe) eL noLammenL les modes d'acces plus recenLs
(abonnemenLs a lnLerneL de hauL eL Lres hauL deblL, y comprls la recepLlon sur Lermlnaux moblles
avec ou sans abonnemenL speclflque a des servlces de Lelevlslon). Son assleLLe supporLe une
deducLlon de 66 ° quand l'acces aux servlces de Lelevlslon esL lnLegre a une offre composlLe a Larlf
forfalLalre (par exemple Lelephonle, lnLerneL, Lelevlslon). La reforme permeL de securlser l'assleLLe en
meLLanL fln aux praLlques de mlnlmlsaLlon arLlflclelle des servlces de Lelevlslon (lree). Llle a eLe
presenLee en [ullleL 2013 a l'agremenL de la Commlsslon europeenne sous de mellleurs ausplces car
la Cour de !usLlce europeenne a vallde la Laxe perçue par l'LLaL sur les operaLeurs de
communlcaLlons elecLronlques eL desLlnee a compenser la perLe parLlelle de la publlclLe par lrance
1elevlslons. CeLLe declslon a leve un obsLacle d'lnLerpreLaLlon du drolL communauLalre eL permeL
d'envlsager de manlere plus poslLlve l'auLorlsaLlon deflnlLlve de la Commlsslon. Le budgeL 2014 a eLe
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
79
prepare sous ceL augure en proposanL au ÞarlemenL des mesures LranslLolres permeLLanL de ne pas
reporLer l'appllcaLlon du reglme de 2012 a 2013. L'auLorlsaLlon donnee par la Commlsslon
europeenne en novembre 2013 leve l'hypoLheque pesanL sur ceLLe Laxe.

!% -%F" *($ /% 3",-" "- /% /'&%-)', ." 3).7' G42A*)8(" "- =B<H
Le chlffre d'affalres des secLeurs de la dlsLrlbuLlon de la vldeo physlque (uvu) eL de la vau
supporLe une Laxe de 2 ° qul a connu une balsse de son rendemenL depuls 2011. !usqu'a une daLe
recenLe, les operaLeurs lnLernaLlonaux en eLalenL LoLalemenL exoneres. Le pro[eL de lol de llnances
recLlflcaLlve pour 2014 prevolL de soumeLLre a ceLLe Laxe le chlffre d'affalres des operaLeurs
eLrangers de vldeo (lofto Chap lll.v.8).

Au LoLal, le londs de souLlen a vu ses ressources en 2012 se resLrelndre par rapporL a 2011
sous les effeLs conLradlcLolres :

de la plus-value enreglsLree sur le produlL de la 1SA par rapporL aux prevlslons (+ 14,02 Mt
solL 10,78 °) ,
du recul du produlL de la 1S1 (- 4 ° pour les edlLeurs eL -13,4 ° pour les dlsLrlbuLeurs). Ln
2012, le produlL bruL de la 1S1 (avanL reversemenL de pres de 30 Mt a l'LLaL) s'elevalL a
374,46 Mt donL 293,49 Mt (31,44 °) au LlLre des edlLeurs eL 278,96 Mt (48,36 °) au LlLre
des dlsLrlbuLeurs. La 1S1 represenLalL 82,12 ° des ressources globales neLLes dlsponlbles du
londs.
de la molns-value enreglsLree sur la Laxe vldeo (30,93 Mt neLs de frals generaux preleves
par 8ercy eL -3° par rapporL a 2011) en ralson de la conLracLlon du marche.

CompLe Lenu de l'ecrôLemenL de la 1S1 ulsLrlbuLeurs au-dela d'un plafond de 229 Mt lnLrodulL
par la lol de flnances pour 2012 (49,96 mllllons), les ressources du fonds (699,49 Mt) onL chuLe de
11 ° par rapporL a 2011
Þour les exerclces sulvanLs, les prevlslons de depenses sonL emprelnLes d'une prudence
reallsLe pulsqu'elles anLlclpenL un budgeL du londs revlse pour 2013 de 683,2 Mt eL prevlslonnel de
700 Mt pour 2014 solL equlvalenL au budgeL execuLe de 2012 eL a pelne superleur (2 °) au nouveau
prevlslonnel d'execuLlon de 2013. La balsse des moyens du CnC en Lermes reels, enLamee en 2012,
semble pour le momenL se conflrmer. L'evoluLlon negaLlve LouchanL les dlfferenLs marches en 2013
augure mal du nlveau des ressources fuLures du londs.
Seuls 43 ° (44,2 ° en 2013 eL 2014) du produlL des dlfferenLes Laxes sonL affecLes en moyenne
au souLlen a l'lndusLrle du clnema. Þour les exerclces 2013 eL 2014, les credlLs du clnema onL eLe
flxes a 293,2 Mt auxquels vlennenL s'a[ouLer la parL des credlLs Lransversaux (92,1 Mt) eL celle du
plan numerlque (6,4 Mt) affecLees au SepLleme arL.
Au LoLal, par slmple pro[ecLlon de l'evoluLlon des dlfferenLs marches Lelle que plus hauL
exposee, le londs de souLlen, en lnLegranL la 1S1-u des lAl conforme a la leglslaLlon de 2012, peuL,
LouLes choses eLanL egales, perdre de 63 a 100 Mt selon le degre de reallsaLlon des scenarlos
envlsages. Le clnema verralL alors son souLlen balsser de 29 a 43 Mt.

2. Des ant|c|pat|ons de ressources sous hypothòses

un cerLaln nombre d'lncerLlLudes pesenL sur l'allmenLaLlon du londs de souLlen qul depend de
son adapLaLlon a un envlronnemenL Lechnologlque eL commerclal en raplde muLaLlon.
ue manlere Lransversale, plusleurs facLeurs vonL lnfluencer ses receLLes :

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
80
les prlx praLlques dans les dlfferenLes acLlvlLes concernees par les Laxes. Sous l'effeL de
mulLlpllcaLlon des posslblllLes d'aLLelndre le consommaLeur eL de la concurrence regnanL
enLre dlsLrlbuLeurs de conLenus, ll y a forL a parler que les Larlfs des produlLs eL servlces
dans le secLeur vonL au mleux sLagner (chaines a peage) eL vralsemblablemenL balsser (lAl
eL vau). Les ressources publlclLalres dependronL de l'eLaL de la crolssance economlque eL
des LransferLs enLre supporLs (chaines generallsLes, 1n1, lnLerneL). Les salles semblenL ôLre
allees au bouL de leurs posslblllLes en maLlere de pollLlque Larlfalre eL n'onL guere de marge
de manouvre compLe Lenu du nlveau des lnvesLlssemenLs qu'elles onL a flnancer.
Au-dela des evoluLlons en volume, les assleLLes en valeur de l'ensemble des Laxes rlsquenL
d'ôLre affecLees par ces parameLres.
les sLraLegles des operaLeurs eLrangers, volre naLlonaux qul vonL s'lngenler a echapper,
auLanL que falre se peuL, aux Laxes eL coLlsaLlons.
les reponses qul seronL apporLees a la quesLlon de la chronologle des medlas qul pourronL
lnfluencer compeLlLlon ou complemenLarlLe enLre supporLs eL donc leurs chlffres d'affalres
reclproques.
l'efforL demande au londs de souLlen de parLlclper au redressemenL des flnances
publlques. Alnsl, ouLre les 36 Mt par an de charges perennes Lransferees du budgeL de
l'LLaL au londs de souLlen, le CnC a conLrlbue a ce redressemenL pour plus de 310 Mt (donL
20 Mt affecLes a l'llClC) cumules de 2011 a 2013. A ce [our, ceLLe poncLlon semble ne
guere avolr enLame les capaclLes d'lnLervenLlon du CnC mals ll n'esL pas sûr que cela sera
longLemps posslble sl ceLLe pollLlque eLalL poursulvle.
enfln des reponses formulees a la quesLlon du rendemenL fuLur des Laxes (lofto).

3. Le rendement des taxes

La quesLlon du rendemenL se pose avanL LouL pour la Laxe vldeo eL la 1S1, celul de la 1SA eLanL
par deflnlLlon dlfflclle a anLlclper.

a. L'avenlr de la conLrlbuLlon du secLeur de la vldeo au londs depend :
de l'elarglssemenL de l'assleLLe de la Laxe au CA des operaLeurs C11 de Lype l1unes qul
devralL enLrer en vlgueur, sl elle eLalL voLee au 1
er
[anvler 2014 (lofto) ,
de l'efflcaclLe de la luLLe conLre le plraLage ,
des mesures qul pourralenL ôLre prlses pour sLlmuler son acLlvlLe (lofto ChaplLre lll.lv).
lauLe de quol, la conLrlbuLlon du secLeur de la vldeo resLera conflnee dans sa marglnallLe (4 °
du flnancemenL du londs en 2014 conLre 4,27 ° en 2013 eL 4,3 ° en 2010).

b. L'amelloraLlon du rendemenL de la 1S1 repose surLouL sur la conLrlbuLlon des operaLeurs
eLrangers.
Sl la 1S1-u salslL correcLemenL l'acces aux servlces de Lelevlslon eL donc la dlffuslon des
operaLeurs eLrangers, leur acLlvlLe d'edlLeur (1S1-L) a Lravers lnLerneL (vldeo) eL demaln a Lravers la
Lelevlslon connecLee (?ou Lube, ually MoLlon, eLc.) s'exonere de LouLe conLrlbuLlon au londs de
souLlen alnsl qu'aux obllgaLlons de producLlon grâce a leur hebergemenL [urldlque eL flscal hors de
l'hexagone. CeLLe exempLlon esL dommageable a plusleurs LlLres (sopto). Son abouLlssemenL depend
du resulLaL du [eu de cache-cache qul se [oue enLre les gouvernemenLs eL les geanLs d'lnLerneL.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L ll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
81
ueux elemenLs devralenL, cependanL, conLrlbuer a resoudre le probleme :

l'enLree en vlgueur le 1
er
[anvler 2013 de la 1vA dans le pays de consommaLlon fournlra
l'occaslon d'evaluer le chlffre d'affalres des operaLeurs eLrangers operanL sur le LerrlLolre
naLlonal ,
l'examen par le ÞarlemenL d'une exLenslon de la Laxe vldeo aux edlLeurs-dlsLrlbuLeurs
eLrangers eL slngulleremenL aux C11 (l-1unes, Coogle Þlay) a parLlr du 1
er
[anvler 2014
enLame une normallsaLlon de la slLuaLlon.

CependanL, ce prealable leglslaLlf lndlspensable ne resouL pas LouLes les dlfflculLes Lechnlques
que souleve l'appllcaLlon de ces nouvelles dlsposlLlons (lofto Chap.lll. v).
Sl ces quesLlons commençalenL a ôLre resolues, le rendemenL de ceLLe assleLLe, lnlLlalemenL
peu eleve connaiLralL un forL dynamlsme ulLerleur.
Ln concluslon, au regard des perspecLlves flnancleres qul se desslnenL pour le clnema, ll ne
s'aglL pas de conLralndre le volume de la producLlon, lmpensable eL dommageable dans une acLlvlLe
de creaLlon, mals d'aglr sur son coûL pour l'adapLer egalemenL a ses moyens de flnancemenL donL
celul du londs de souLlen. CeLLe ldee lnsplrera une parLle des lnlLlaLlves suggerees au chaplLre lll.

CCNCLUSICN : DU 8CN USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN
ue Lelles prevlslons suggerenL deux concluslons :

ll esL plus que [amals necessalre d'adapLer regulleremenL les mecanlsmes flscaux pour
assurer leur coherence eL leur neuLrallLe Lechnologlque LouL en epousanL les evoluLlons
economlques de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon des conLenus , cela, afln de pouvolr
allmenLer avec regularlLe le londs de souLlen eL de conLlnuer a mener une pollLlque d'alde
dynamlque au clnema. ll fauL en parLlculler velller au polds flscal LoLal (Lva/coLlsaLlons) que
sublssenL les operaLeurs-conLrlbuLeurs de la branche afln d'assurer une [usLe reparLlLlon
des charges qul n'enLrave pas les regles de la concurrence eL les poLenLlels de
developpemenL.
Le londs de souLlen enLre dans une perlode de rarefacLlon de ses ressources donL ll devlenL
urgenL d'en rechercher l'opLlmlsaLlon regullere (lofto Chap. lll. v. C).




Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
83
CnAÞI1kL III

LLS CkILN1A1ICNS S1kA1LGIÇULS
SCUnAI1A8LLS


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
84
La slLuaLlon economlque de l'lndusLrle clnemaLographlque esL Lres lnsLable car, derrlere une
prosperlLe quelque peu arLlflclelle que meLLenL en exergue cerLalnes derlves, elle vlL sur un deflclL
chronlque lnegalemenL reparLl enLre ses acLeurs eL que môme l'alde publlque n'arrlve plus a
combler. Les receLLes sur lesquelles elle a pu [usque-la compLer pour le resorber se derobenL. ue
plus, les marches qul preflnancenL sa producLlon eL son fonds de souLlen connalssenL une crlse ou un
debuL de perempLlon de leurs modeles de developpemenL lles a la dlverslflcaLlon des usages du
numerlque.
uans un premler Lemps, les supporLs de dlffuslon du fllm (salles, vldeo eL chaines de Lelevlslon)
s'y sonL adapLes pour afflner leurs servlces, mals desormals la LransformaLlon des comporLemenLs
des consommaLeurs eL la rapldlLe des changemenLs Lechnologlques les affalbllssenL a l'excepLlon,
peuL-ôLre, des salles donL les debouches ne sonL pas malgre LouL exLenslbles. La dlsperslon des
receLLes des chaines en clalr en dlrecLlon des chaines de la 1n1 eL d'lnLerneL, l'lnLruslon d'auLres
servlces dans le marche du peage, redulsenL les posslblllLes conLrlbuLlves de ces supporLs au
flnancemenL du clnema. ue plus, l'lnLernaLlonallsaLlon des cenLres de declslon qul dlffusenL servlces
elecLronlques eL programmes sous LouLes leurs formes, menace l'apparell Lelevlsuel eL l'organlsaLlon
de dlsLrlbuLlon de conLenus, favorlse la reLenue flscale hors de nos fronLleres eL rend de molns en
molns operaLolre l'encadremenL reglemenLalre qul, [usqu'lcl, dans un cerLaln envlronnemenL
Lechnologlque, avalL prouve son efflcaclLe.
C'esL donc le dlsposlLlf du souLlen qu'll faudralL en parLle repenser pour lul permeLLre de
s'approvlslonner aux sources de secLeurs en developpemenL LouL en accompagnanL les changemenLs
sLrucLurels qul affecLenL l'lndusLrle de l'lmage eL du son.
uans ceLLe perspecLlve, deux preoccupaLlons ma[eures devralenL accompagner l'acLlon.
L'lndusLrle clnemaLographlque françalse esL une des rares en Lurope a dlsposer d'une
sLrucLure sollde consLlLuee de pôles lnLegranL producLlon, dlsLrlbuLlon eL explolLaLlon eL compleLee
par des enLreprlses de Lallle plus modesLes adapLees a l'acLlvlLe arLlsanale du secLeur. CeL ensemble
esL conforLe par une organlsaLlon Lelevlsuelle pulssanLe qul l'a lnvesLl a l'excepLlon de l'explolLaLlon.
CeLLe slLuaLlon devralL ôLre preservee LouL en velllanL a proLeger l'ecologle du sysLeme ou les
socleLes lndependanLes [ouenL un rôle lnconLournable d'approvlslonnemenL, de renouvellemenL des
conLenus dans une dlverslLe lndlspensable a une economle de proLoLypes mals donL le Llssu devra
ôLre renforce. Ln effeL, seule une organlsaLlon sLable eL consolldee sera apLe a affronLer le defl que
vonL lancer a noLre lndusLrle naLlonale eL parLanL au prlnclpe de l'excepLlon culLurelle, les grandes
enLreprlses mondlales de Lype Coogle, Amazon ou Apple, aux moyens flnanclers pulssanLs eL a la
volonLe hegemonlque.
Le CenLre naLlonal de la ClnemaLographle eL de l'lmage anlmee consLlLue un organe essenLlel
de regulaLlon du clnema eL du flnancemenL de ses acLlvlLes. Son rôle eL sa foncLlon dolvenL ôLre
reafflrmes pour mener les baLallles economlques ulLerleures. CuLre ses mlsslons LradlLlonnelles, ll lul
fauL desormals s'aLLacher a une preoccupaLlon de vellle lndusLrlelle pour reperer les changemenLs
sLrucLurels qul se fonL [our dans l'organlsaLlon des marches afln, sl posslble, d'en anLlclper les
consequences eL d'aglr avec efflcaclLe dans l'lnLerôL du secLeur.
AvanL de deflnlr des ob[ecLlfs d'acLlon, ll semble necessalre de falre un peu d'anLlclpaLlon
sLraLeglque pour LenLer de preflgurer ce que pourralL devenlr le sysLeme de producLlon eL de
dlffuslon du clnema eL de la Lelevlslon dans les annees a venlr afln d'effecLuer des cholx qul
accompagnenL ceLLe muLaLlon.
CeLLe evoluLlon dolL ôLre planlflee dans le Lemps sans hâLe mals aussl sans aLermolemenL car
c'esL la survle de l'excepLlon culLurelle qul esL en [eu.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
8S
1. Çue||e approche stratóg|que ?

Le prlnclpe se verlfle de plus en plus que, dans un monde de convergence Lechnologlque
lndulLe par le numerlque, la concurrence s'opere davanLage par les conLenus qu'enLre supporLs.
AuLremenL dlL, le consommaLeur opLe pour un mode d'uLlllsaLlon de l'ouvre en foncLlon :

de son coûL ,
du Lemps de lolslr donL ll dlspose ,
de la rapldlLe avec laquelle ll veuL saLlsfalre son deslr.

Þour cela, ll accede a une gamme de moyens d'acces aux ouvres donL le coûL decroiL en
foncLlon de son degre de nouveauLe eL des conforLs de son uLlllsaLlon : de la salle (le prlx pet coplto
le plus cher) a la chaine en clalr a flnancemenL publlclLalre (graLulLe LoLale avec lnLerrupLlon
publlclLalre).
1ouLes les eLudes monLrenL que l'avenlr esL a la Lelevlslon a la demande de la vau a la 1v8,
que le consommaLeur veuL acceder au conLenu la ou ll se Lrouve (Lelevlseur, ordlnaLeur, moblles,
eLc.), que les chaines generallsLes developpenL leur audlence en lnLegranL les LelespecLaLeurs a la
condulLe des programmes donc a leur conLenu vlo les reseaux soclaux eL la messagerle elecLronlque.
Llles se regardenL de plus en plus de manlere decalee en parLlculler par les [eunes. Le consommaLeur
devlenL lnelucLablemenL son propre programmaLeur sur Lous les supporLs a sa dlsposlLlon eL voudra
de plus en plus lnLervenlr dans les programmes. AuLanL s'adapLer dans l'ordre a une Lelle
LransformaLlon des comporLemenLs qul reLenLlssenL de[a sur chacun des supporLs lmpllques dans le
flnancemenL de la producLlon clnemaLographlque.
La salle a reconquls son publlc du nlveau de la fln des annees solxanLe-dlx malgre l'exploslon
de la vldeo eL la prosperlLe de Canal Þlus. Au-dela de son efforL de modernlsaLlon, c'esL la naLure
môme de son acLlvlLe qul la proLege : elle offre, dans un envlronnemenL speclflque eL non
remplaçable, un conLenu LoLalemenL lnedlL qul donne sa valeur marchande au fllm. L'lnLerôL du
marche esL de la sancLuarlser môme sl des adapLaLlons a la marge sonL encore posslbles a l'lnLerleur
de sa fenôLre.
Canal Þlus sublL les effeLs d'un modele arrlve a maLurlLe, face a un publlc qul a Lendance a
voulolr operer sa propre programmaLlon, pluLôL qu'a s'abonner a des programmes preconsLlLues. Le
groupe a peage falL d'allleurs Lres blen evoluer sa sLraLegle pour s'adapLer aux nouvelles exlgences
de ses abonnes.
Þour les chaines generallsLes, le programme clnemaLographlque a perdu parLouL dans le
monde son lmporLance en ralson de l'usage prealable lnLense qu'en falL le marche avanL le passage
sur leur anLenne. Ce n'esL pas un hasard sl les neLworks amerlcalns, dlspenses de LouLe obllgaLlon en
maLlere de clnema, ne dlffusenL quaslmenL plus de fllms. Le probleme ma[eur pour ces chaines va
ôLre de LralLer en sol ceLLe quesLlon programmaLlque en dehors de LouLe auLre conslderaLlon
(concurrence lnfllgee a leur audlence, obllgaLlons, eLc.) Les chaines de la 1n1, elles, qul s'affronLenL
avanL LouL avec des Lalk-shows LrouvenL dans cerLalns fllms lnscrlLs dans la memolre collecLlve un
moyen de sLlmuler sporadlquemenL leur audlence. Llles fonL du clnema une consommaLlon
slgnlflcaLlve qul comporLera vlLe ses llmlLes car une surabondance de fllms dans leur grllle flnlra par
leur poser des problemes d'ldenLlLe en les LransformanL en « roblneLs a fllms eL a serles » dlfflclles a
dlsLlnguer des anLennes concurrenLes.
Ln consequence, la quesLlon sLraLeglque esL de regler a Lerme le probleme exlsLanL enLre
nlveau des obllgaLlons des supporLs eL usage effecLlf de leurs conLenus , non pas de chercher a les
proLeger d'une concurrence d'auLres medlas ou de les sancLuarlser sous le preLexLe qu'lls
consLlLuenL, a un momenL donne, une source fondamenLale de flnancemenL de la producLlon. Ce
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
86
seralL LenLer de flger une evoluLlon qul, de LouLe façon, s'lmposera au marche en surprenanL les
dlffuseurs en poslLlon de falblesse.
1ouLe mesure ayanL pour ob[ecLlf de souLenlr le flnancemenL de la producLlon eL de la
dlsLrlbuLlon dolL, pour comporLer un effeL perenne, repondre a une double exlgence :

assurer un relals harmonleux des conLrlbuLlons des medlas sLagnanLs vers les medlas en
progres afln de conforLer le flnancemenL de la producLlon eL des ressources du londs de
souLlen ,
operer LouLe LranslLlon sans bruLallLe eL par la vole de la negoclaLlon enLre parLles
concernees sous la condulLe des pouvolrs publlcs. A ceL egard, un eLaL reguller de la
slLuaLlon dolL ôLre opere afln de falre le polnL des besolns de flnancemenL de la producLlon
eL de la slLuaLlon conLrlbuLlve des dlffuseurs dans le buL d'effecLuer par la concerLaLlon les
adapLaLlons qul s'lmposenL dans l'lnLerôL des deux parLles.
Lnfln, deux llluslons, a noLre sens, devralenL ôLre ecarLees :
la pollLlque preLendanL reslsLer a LouLe « agresslon » exLerleure que l'on asslmlle Lrop
souvenL a l'excepLlon culLurelle. CeLLe dernlere pose le prlnclpe du refus d'un LralLemenL
puremenL marchand du produlL de la creaLlon eL en appelle a une regulaLlon du secLeur par
l'LLaL pour lul assurer flnancemenL eL debouches, garanLs de son lndependance eL de son
rayonnemenL. Llle ne slgnlfle pas que l'on dolve appllquer les mômes soluLlons a des
problemes qul onL change de naLure. Au conLralre, sa perennlLe exlge que l'on adapLe les
moyens de sa proLecLlon. La meLhode des obllgaLlons eL des quoLas a falL ses preuves mals
suppose que l'on pulsse conLrôler la clrculaLlon des conLenus elecLronlques eL cerner leur
lmpacL. Llle a Lou[ours son uLlllLe mals desormals les moyens de peneLrer les espaces
naLlonaux sonL mulLlples eL souvenL lmparables eL c'esL a ceLLe nouvelle donne qu'll s'aglL
de s'adapLer ,
la recherche sysLemaLlque de soluLlons dans les aldes. CuLre la rareLe crolssanLe de la
ressource publlque, la dlmlnuLlon probable des moyens du fonds de souLlen, môme en
elarglssanL quelque peu les bases de son allmenLaLlon, pose le probleme en Lermes
d'opLlmum de reparLlLlon enLre aldes auLomaLlques eL aldes selecLlves. L'unanlmlLe esL loln
d'ôLre reallsee a l'lnLerleur de l'lndusLrle clnemaLographlque sur le su[eL.

2. Çue|s ob[ect|fs ?

CompLe Lenu des problemes ldenLlfles, ll s'aglL de suggerer des mesures auLour de clnq
ob[ecLlfs sLraLeglques :

a. L'organlsaLlon des marches
ll esL essenLlel d'opLlmlser la chronologle des medlas afln de permeLLre le developpemenL
des marches concernes sans falre obsLacle a leur adapLaLlon a la revoluLlon Lechnologlque. Ces cholx
condlLlonnenL a Lerme LouLe pollLlque de flnancemenL de la producLlon.

b. Le renforcemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon
CeL ob[ecLlf esL prlorlLalre. Le preflnancemenL a Lou[ours eLe un moyen prlvllegle par la
producLlon car ll permeL de parLager les rlsques du parl de producLlon avec le dlsLrlbuLeur eL
d'assurer une reelle dlverslLe de la creaLlon grâce enLre auLres au souLlen publlc. ll peuL neanmolns
engendrer cerLalns effeLs desequlllbranLs. Ln effeL,
ll peuL ôLre explolLe de façon speculaLlve pour les budgeLs les plus eleves en poussanL a des
parls plus ou molns calcules sur des fllms « commerclaux » qul peuvenL se reveler des
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
87
desasLres economlques, noLammenL quand ll s'aglL de renouveler de supposees formules
de succes ,
ll favorlse le deplacemenL des rlsques vers la dlsLrlbuLlon, acLlvlLe la plus exposee eL
soumlse a compeLlLlon auLour de cerLalns pro[eLs qul declenche une surenchere en maLlere
de MC. ÞeuvenL se creer alnsl des occaslons de galns a son deLrlmenL ,
ll lnclLe a recourlr en prlorlLe aux ressources pourvues par la reglemenLaLlon eL decourage
la recherche de flnancemenLs de marche non encadres eL donc llmlLe les moyens de la
branche ,
ll assure mal son ob[ecLlf de proLeger les acLlfs des producLeurs lndependanLs. 1ouLe la
reglemenLaLlon eL la pollLlque du souLlen vlsenL a permeLLre a ces enLrepreneurs de
conserver le maxlmum de parLs de negaLlfs. Cr, en ralson de leur slLuaLlon economlque,
plus d'un a revendu son caLalogue de drolLs a des groupes ,
ll malnLlenL un cerLaln nlveau d'acLlvlLe de la producLlon dans un face-a-face reguller avec
une polgnee de dlffuseurs eL les commlsslons d'alde selecLlve. CeLLe meLhode esL leglLlme
eL efflcace pour falre eclore des carrleres arLlsLlques eL souLenlr cerLalns auLeurs, elle n'esL
pas exempLe d'lnconvenlenLs quand elle genere un volume de producLlon qul ne Lrouve
pas ses debouches ,

ConcernanL la producLlon, ll esL urgenL :

d'adapLer les coûLs des fllms aux capaclLes d'absorpLlon du marche en luLLanL conLre
l'lnflaLlon de la branche LouL en raLlonallsanL ses rapporLs avec la dlsLrlbuLlon eL
l'explolLaLlon ,
de luLLer conLre la blpolarlsaLlon de l'acLlvlLe afln d'assurer la dlverslLe lndlspensable a une
economle de la creaLlon. A ceLLe fln, un cerLaln redeplolemenL des lnvesLlssemenLs esL
necessalre ,
de consollder les fonds propres des socleLes de producLlon ,
de garanLlr les ressources dlLes « encadrees » de la producLlon, lndlspensables a son
flnancemenL LouL en LenanL compLe de la slLuaLlon economlque des conLrlbuLeurs eL de son
evoluLlon probable ,
d'assurer la Lransparence de la remonLee de la receLLe eL son parLage equlLable, arme
efflcace conLre l'lnflaLlon eL prealable lndlspensable a l'accuell de caplLaux exLerleurs.

ConcernanL la dlsLrlbuLlon, ll convlenL de :

consollder le flnancemenL de la branche donL l'acLlvlLe esL a hauL rlsque LouL en frelnanL
son emleLLemenL ,
l'lmpllquer plus dlrecLemenL dans les mecanlsmes de producLlon pour consollder ses acLlfs.

c. La sLablllsaLlon des ressources du londs de souLlen eL l'opLlmlsaLlon de son usage
La poursulLe de ceL ob[ecLlf suppose qu'on elarglsse l'assleLLe des coLlsaLlons au londs pour
compenser la conLracLlon aLLendue des ressources a assleLLe lnchangee en LenanL compLe du polds
global des prelevemenLs supporLe par les conLrlbuLeurs.

d. La dlverslflcaLlon necessalre des meLhodes de flnancemenL
ll s'aglL a moyen Lerme de relaLlvlser l'lmpacL du preflnancemenL en dlverslflanL les ressources
prôLes a s'lnvesLlr dans la producLlon. L'apporL de flnancemenL exLerleur, ouLre qu'll peuL suppleer a
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque
88
la rarefacLlon des ressources dlsponlbles dans la branche, esL suscepLlble d'y lnLrodulre des
dlsclpllnes nouvelles proflLables au secLeur.

e. La reparLlLlon equlLable des receLLes
une reparLlLlon LransparenLe eL equlLable des receLLes esL lndlspensable pour rendre plus
harmonleux eL donc plus efflcaces les rapporLs enLre les parLenalres de la creaLlon
clnemaLographlque (auLeurs, producLeurs eL dlsLrlbuLeurs). Llle demeure aussl une condlLlon
prealable pour aLLlrer des caplLaux dans la branche.
Aucune mesure ne peuL avolr sa plelne efflcaclLe sl elle n'esL pas accepLee eL asslmllee par les
parLles concernees. Aussl, les proposlLlons lcl formulees sonL avanL LouL desLlnees a nourrlr des
negoclaLlons lnLerprofesslonnelles pour LenLer de resoudre par la concerLaLlon les problemes
souleves. Les pouvolrs publlcs leur donneronL ensulLe une LraducLlon reglemenLalre, eL/ou
leglslaLlve.
nous enoncerons le conLenu des mesures proposees en essayanL seulemenL de les leglLlmer
par rapporL a la quesLlon LralLee, le dlagnosLlc prealable plus hauL expose eLanL suppose acquls.



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
89
I. L'AC1L DL ÞkCDUC1ICN

La resorpLlon des deflclLs de la branche suppose que l'on aglsse sur ses coûLs eL modes de
flnancemenL car ll ne peuL ôLre quesLlon de llmlLer son volume dans une economle de la creaLlon
donL la base esL la llberLe d'expresslon.
CependanL, pour arrlver a son Lerme dans de bonnes condlLlons, l'lnlLlaLlve de producLlon dolL
s'appuyer sur une enLreprlse aux fonds propres sufflsanLs, ne pas s'epulser en frals de
developpemenL onereux plus ou molns amorLlssables eL acceder a un flnancemenL qul lul permeLLe
de falre correcLemenL abouLlr son pro[eL. Le consLaL effecLue de la fraglllLe economlque des socleLes
de producLlon clnemaLographlque, de leur manque de surface flnanclere condulL aux proposlLlons
sulvanLes.

A. kLNICkCLk LLS ICNDS ÞkCÞkLS DLS SCCIL1LS DL ÞkCDUC1ICN
L1 INCI1Lk À LLUk kAÞÞkCCnLMLN1
ll s'aglL a la fols de luLLer conLre l'emleLLemenL de la branche eL de renforcer ses fonds propres
eL sa renLablllLe. Þour cela, ll faudralL :

1) 8emeLLre en vlgueur un caplLal mlnlmum de 30 000 t llbere en LoLallLe eL en especes pour
consLlLuer une socleLe de producLlon en encourageanL les lnvesLlssemenLs des lols 1LÞA ou uuLrell. Sl
des lnvesLlssemenLs flscalemenL encourages lnLervlennenL pour au molns la molLle du caplLal,
augmenLer le nlveau du caplLal mlnlmum.

2) lnclLer au rapprochemenL des socleLes de producLlon en ma[oranL le souLlen auLomaLlque
aux Lrols premlers pro[eLs presenLes apres une fuslon d'enLreprlses dlsposanL chacune d'une
provlslon mlnlmale sur leur compLe de souLlen.

3) 1ransformer l'avance sur receLLes en subvenLlon pour au molns la molLle de son monLanL
pour une premlere aLLrlbuLlon a une socleLe de producLlon.

4) AugmenLer l'alde au developpemenL pour le premler programme d'un producLeur.

S) Ma[orer l'alde au developpemenL pour les fllms mls en ecrlLure sous une forme muLuallsLe
(lofto).

n.8. : Ln echange de ceL efforL, ne pas perpeLuer des souLlens pour des socleLes eL/ ou leurs
dlrlgeanLs eL/ou leurs acLlonnalres ma[orlLalres non dlrlgeanLs qul n'onL mls aucun premler fllm de la
socleLe sur le marche au bouL de Lrols ans.



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
90
8. MU1UALISLk LLS kISÇULS DL DLVLLCÞÞLMLN1
La depense en developpemenL demeuranL un lnvesLlssemenL lnconLournable en maLlere de
creaLlon mals en môme Lemps le plus rlsque, ll faudralL exhorLer les producLeurs a muLuallser leurs
depenses dans ce domalne (dlsposlLlf preclse en annexe 1). SynLheLlquemenL, ll s'aglralL pour deux
ou Lrols producLeurs de coflnancer les depenses d'ecrlLure en prenanL une poslLlon de leader ou
d'accompagnaLeur selon les pro[eLs. L'alde publlque pourralL encourager ce Lype de rapprochemenL
qul presenLe plusleurs avanLages.
ll permeL a chaque producLeur d'acceder a davanLage de pro[eLs pour le môme monLanL
lnvesLl ,
ll offre plus de chance a un pro[eL d'ôLre mls en Lournage car ll sera [uge sous dlfferenLs
regards ,
ll faclllLe l'opLlmlsaLlon du souLlen publlc.

C. LIMI1Lk LA DLkIVL DL CLk1AINS CC01S
ll s'aglL d'adapLer les coûLs de producLlon aux posslblllLes d'absorpLlon du marche.

1. Du cðtó des producteurs

Les mesures, lcl proposees, se voudralenL auLanL de posslblllLes qul pourralenL ôLre mlses en
ouvre sl les coûLs de producLlon de cerLalns fllms conLlnualenL sur leur lancee.
ÞresenLer les devls en meLLanL en exergue le coûL du LalenL (lnLerpreLes, scenarlsLes eL
reallsaLeurs) par rapporL aux resLes des coûLs de fabrlcaLlon (budgeL au-dessus eL au-
dessous de la llgne). lndlquer noLammenL la reparLlLlon des remuneraLlons en foncLlon de
leur naLure (Salalres, 8nC), leurs desLlnaLalres (lnLerpreLes, scenarlsLes eL reallsaLeurs,
agenLs) eL assorLls des charges soclales.
ueflnlr des normes (Lx. : pourcenLage dessus de la llgne/dessous de la llgne) par convenLlon
lnLerprofesslonnelle. velller a ce que ces normes flxees en pourcenLages epousenL une
courbe de Causs en foncLlon du monLanL du budgeL. Moduler ensulLe les aldes a la
producLlon par reference au degre de respecL de ces normes eL noLammenL celles qul
caracLerlsenL les devls au-dessus de la llgne. Lx. : sl le budgeL au-dessus de la llgne depasse
le pourcenLage convenLlonnel, l'alde publlque (auLomaLlque eL selecLlve) sublL un
abaLLemenL.
lnclLer a la balsse des cacheLs des vedeLLes (lnLerpreLes, reallsaLeurs eL scenarlsLes) en
favorlsanL l'lnLeressemenL calcule sur des donnees alsemenL verlflables (enLrees salles, CA
bruLs des dlfferenLs marches d'explolLaLlon). uans ceLLe môme perspecLlve, renforcer la
Lransparence des receLLes (lnfra).
8emunerer effecLlvemenL les salalres producLeurs eL leurs frals generaux calcules selon un
Laux degresslf par rapporL au budgeL. Ln echange, ouvrlr un coulolr au premler euro sur la
receLLe solldarlsee enLre producLeurs eL dlsLrlbuLeurs selon le modele expose plus bas
(lofto ll C).

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
91
2. Du cðtó des pró-acheteurs

ll sembleralL que les neuf premlers mols de 2013 lnaugurenL une perlode d'accalmle dans le
domalne des coûLs de producLlon (sopto Chap.l. l. 8. C), eL ce ne sonL pas les lourds echecs
enreglsLres en salles duranL ceLLe perlode qul sonL de naLure a relancer l'lnflaLlon. Aussl, les
suggesLlons lcl avancees dolvenL-elles ôLre conslderees comme une panoplle de mesures a conLralnLe
crolssanLe dans le cas ou les coûLs de producLlon s'emballeralenL a nouveau en 2014. A savolr :
lnLerdlre l'acqulslLlon par une môme chaine de deux passages en preachaL a l'excepLlon des
fllms d'anlmaLlon volre du documenLalre. ll ne fauL pas se cacher cependanL que ceLLe
mesure enLraineralL un rencherlssemenL du coûL de ce passage unlque, sl le fllm falsalL
l'ob[eL d'une forLe concurrence enLre chaines generallsLes. L'efflcaclLe de la mesure anLl-
lnflaLlonnlsLe s'en LrouveralL llmlLee. Þar allleurs, pour ne pas penallser le producLeur, ll
faudralL assorLlr ceLLe mesure du prlnclpe qu'au cas ou la chaine exerceralL un evenLuel
drolL de preempLlon, le prlx du deuxleme passage ne seralL pas decompLe dans les 8nÞÞ en
ce qul la concerne.
lnsLlLuer le prlnclpe de l'acheLeur Lelevlsuel unlque en maLlere de preachaL pour les
grandes chaines hlsLorlques. uans la reglemenLaLlon acLuelle rlen n'empôche deux chaines
dlfferenLes d'acheLer plusleurs passages, slLuaLlon rare en praLlque. une Lelle orlenLaLlon
defavorlseralL le secLeur publlc qul manque de moyens, compLe Lenu de ses auLres
mlsslons, pour preempLer les fllms dlLs « commerclaux ». Son effeL seralL llmlLe, car elle
aLLenueralL un peu la compeLlLlon en reLlranL un acheLeur qul en praLlque n'lnLervlenL
guere sur ce Lype de fllms.
8eLlrer un pourcenLage des depenses au-dessus de la llgne de l'lmpuLaLlon sur les
obllgaLlons de flnancemenL des chaines.

Au LoLal, Lrols remarques :
les chaines n'lnLervenanL pas dans l'elaboraLlon des pro[eLs, l'acLlon anLl-lnflaLlonnlsLe a
leur enconLre peuL se reveler Lardlve car casLlng eL condlLlons generales de fabrlcaLlon onL
eLe largemenL arrôLes quand le pro[eL leur esL soumls. Seules les anLlclpaLlons des
producLeurs eL des dlsLrlbuLeurs sur la llmlLaLlon de leurs capaclLes de flnancemenL
pourralenL falre presslon sur les coûLs. ll demeure que les chaines de Lelevlslon devralenL
ôLre plus rlgoureuses dans l'examen des devls qul leurs sonL soumls.
ll esL de loln preferable que la professlon observe une auLodlsclpllne dans le domalne des
coûLs eL que le recours a ce Lype de mesures solL lnuLlle.
en LouLe hypoLhese, ll faudralL developper le prlnclpe de l'audlL par Llrage au sorL des
budgeLs d'execuLlon de la producLlon hors de LouL accord professlonnel ou de clause de
conLraL prlve. Ce Llrage s'effecLueralL par Lranches de budgeLs. Le CnC pourralL lnlLler eL
flnancer ces audlLs par des enLlLes lndependanLes. Ce Lravall servlralL :

a apprecler l'appllcaLlon de la lol d'alde alnsl que son lmpacL ,
a servlr de reference en cas de llLlges enLre parLles prenanLes a la producLlon eL a la
dlsLrlbuLlon d'un fllm ,
a analyser plus flnemenL les Lenslons lnflaLlonnlsLes a l'lnLerleur du secLeur.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
92
D. kLDIS1kI8ULk DLS kLSSCUkCLS DANS LA 8kANCnL
Sl dans une economle de marche, fûL-elle admlnlsLree, ll esL dlfflclle de declder arblLralremenL
de l'affecLaLlon des ressources, cerLalnes plsLes de reflexlon merlLenL d'ôLre approfondles dans le buL
de flnancer plus alsemenL les fllms en dessous de 2,3 Mt eL de renforcer l'lnvesLlssemenL dans les
budgeLs lnLermedlalres de 3 a 8Mt qul dlsparalssenL progresslvemenL pour accenLuer la
blpolarlsaLlon de la producLlon. CeLLe dernlere exlgence esL d'auLanL plus forLe que la nouvelle
convenLlon collecLlve de la producLlon clnemaLographlque va surencherlr slgnlflcaLlvemenL le coûL
des fllms sans derogaLlon c'esL-a-dlre au-dessus de 3,6 Mt. CeLLe preoccupaLlon a largemenL lnsplre
le groupe « 8eallsaLeurs, 1echnlclens, producLeurs » dans ses proposlLlons lnLlLulees « Þour un
mellleur flnancemenL du clnema d'auLeur » donL le LexLe esL [olnL a ce rapporL.
La premlere qul semble o ptlotl la plus slmple conslsLe a uLlllser les moyens regallens de
redlsLrlbuLlon des flnancemenLs.

1. kedóp|oyer |es a|des en d|rect|on des f||ms en d|ff|cu|tós de f|nancement
souvent |es f||ms à mo|ns de 2 à 2,S Mê de budget

A ceLLe fln, on peuL songer a :

a. 8eamenager l'alde auLomaLlque a la producLlon en faveur des fllms dlfflclles a flnancer, en
d'auLres Lermes accenLuer la degresslvlLe des Laux de recuperaLlon de la 1SA recuelllle au gulcheL. ll
ne peuL par deflnlLlon s'aglr de premlers fllms de producLeurs qul domlnenL dans ceLLe gamme de
budgeL. Þour que ceLLe mesure solL efflcace, ll faudralL que le producLeur concerne sorLe d'un succes
pour generer un monLanL slgnlflcaLlf de souLlen a relnvesLlr, ce qul esL loln d'ôLre le cas pour une
ma[orlLe de lll. Le bareme acLuel esL le sulvanL :

123 ° [usqu'a 300 000 enLrees ,
93 ° de 300 000 a 3 000 000 d'enLrees ,
de 10 ° au-dela de 3 000 000 d'enLrees.

Ce bareme accorde un bonus de 23 ° pour les 88 ° de lll qul n'aLLelgnenL pas 300 000
enLrees, penallse legeremenL les 12° resLanL par rapporL a la Laxe qu'lls recuelllenL eL lgnore
quaslmenL les enLrees reallsees au-dessus de 3 mllllons (1 ou 2 fllms par an). AccroiLre le Laux de
l'alde pour ceLLe molLle de lll qul recuellle molns de 20 000 enLrees lrance (solL quelques mllllers
d'euros d'alde) n'amellorera guere la slLuaLlon de leurs producLeurs. Ce bareme esL pluLôL
redlsLrlbuLlf pour un dlsposlLlf donL ce n'esL pas la vocaLlon alors qu'll exlsLe un reglme d'alde
selecLlve rempllssanL ceLLe foncLlon.
n'oubllons pas, enfln, que les producLeurs delegues se volenL reserver les 130 000 premlers
euros d'alde solL 100 ° de ce que genere envlron les 176 000 premleres enLrees eL 30 ° du souLlen
au-dela de ceLLe llmlLe. une ecrasanLe ma[orlLe des lll sonL dans ce cas.
ÞeuL-ôLre faudralL-ll chercher dans l'amelloraLlon du souLlen dlL « Lelevlslon » solL 10 ° du prlx
d'acqulslLlon du passage (plafonne a 303 000 t) un moyen d'alder les producLeurs qul n'onL pu pre-
vendre leurs drolLs de Lelevlslon lors du monLage flnancler de leur fllm. lls pourralenL alnsl Lrouver un
avanLage supplemenLalre a relnvesLlr dans un fllm le produlL d'une venLe d'un passage lnedlL sur une
chaine.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
93
ue la môme façon, une augmenLaLlon de l'alde calculee sur l'explolLaLlon vldeo (4,3 ° du CA
edlLeur declare) pourralL ôLre envlsagee pour accroiLre la renLablllLe de ce marche pour les fllms
vendanL au maxlmum quelques mllllers de uvu eL d'acLes de vau. CependanL, eLanL donne la
falblesse du chlffre d'affalres reallse par ces fllms, l'efflcaclLe de ceLLe mesure suppose un parl Lres
opLlmlsLe sur le developpemenL de ce marche.
La marge de manouvre auLour de l'alde auLomaLlque esL alnsl Lres llmlLee sauf a voulolr en
changer la naLure ou decourager LouL lnvesLlssemenL exLerleur dans l'acLlvlLe en reservanL l'alde
auLomaLlque en quasl-LoLallLe au producLeur delegue. Cela favorlseralL un repll de la producLlon sur
elle-môme accompagnee d'une demande lncessanLe d'aldes publlques de LouLe naLure pour paller
une penurle de caplLaux dans une acLlvlLe qul s'asphyxleralL en ne cherchanL plus la sancLlon du
publlc mals le malnLlen de son nlveau d'acLlvlLe.
Au LoLal, LouL en malnLenanL les Laux en vlgueur favorables aux fllms reallsanL molns de
300 000 enLrees, ll faudralL au conLralre favorlser ceux qul manquenL, cerLalnes annees, cruellemenL
a la frequenLaLlon donL lls consolldenL les bases a savolr les fllms reallsanL de 300 000 a 1,3 mllllons
d'enLrees (lofto v. C).

b. Aglr par le LruchemenL de l'alde selecLlve a la producLlon de longs meLrages. Le chlffrage de
l'avance LlenL compLe de[a, enLre auLres crlLeres, du budgeL du fllm eL du « resLe a flnancer ».
CerLalns professlonnels mlllLenL pour un « deplafonnemenL » des monLanLs accordes. La
reglemenLaLlon n'lmpose aucune llmlLe a la doLaLlon qul esL llbremenL flxee par la commlsslon
concernee. Seul l'usage plafonne l'avance auLour de 600 000 t môme sl une aLLrlbuLlon de 700 000 t
a eLe enreglsLree en 2013. Ln 2012, son monLanL moyen a eLe de 471 000 t. un chlffrage plus en
amonL du Lournage permeLLralL-ll de mleux apprecler le nlveau de rlsque prls par le producLeur eL de
chlffrer l'avance avec plus de generoslLe ? ulfflclle a dlre car le producLeur peuL alors se Lrouver avec
un deflclL de flnancemenL plus eleve, n'ayanL pas encore lnLegre LouLes les economles reallsables sur
le budgeL.
Sur le su[eL, rappelons que :

le budgeL de l'avance sur receLLes a crû de 31 ° de 2007 a 2013 blen plus vlLe que l'avance
auLomaLlque (lofto) ,
ll esL dlsLrlbue en moyenne de 30 a 60 avances par an. Ln 2012 (31 fllms), pres d'un quarL
des lll onL beneflcle de l'avance ,
plus d'un Llers de ces avances onL eLe aLLrlbuees a un premler fllm, solL a plus d'un premler
fllm sur clnq ,
en 2012, l'avance a couverL en moyenne 13,8 ° des devls des fllms aldes, ce qul suppose
que cerLalns en onL beneflcle au-dela de ce pourcenLage, noLammenL pour les budgeLs les
plus falbles.

LsL-ce sufflsanL ? L'appreclaLlon n'esL lcl que sub[ecLlve. Les chlffres precedenLs feralenL
pencher pour une reponse poslLlve. CeLLe oplnlon n'esL pas parLagee par une parLle des producLeurs
eL des reallsaLeurs qul proposenL que le plafond du monLanL de l'avance passe a 1,2 Mt eL que la
doLaLlon de l'alde selecLlve a la producLlon solL accrue de 13 a 20 Mt (Cf. Þour un mellleur.. p.3 eL
ss.).

c. 8edeployer le credlL d'lmpôL en lnLrodulsanL une degresslvlLe de l'allocaLlon en foncLlon du
nlveau des budgeLs. Le pourcenLage de calcul unlformemenL flxe a 20 ° des depenses ellglbles
pourralL augmenLer de manlere lnversemenL proporLlonnelle au nlveau du budgeL. un pas a eLe
effecLue en ce sens : dans le cadre de l'accompagnemenL de la slgnaLure de la nouvelle convenLlon
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
94
collecLlve, ce Laux devralL ôLre porLe a 30 ° pour les fllms en dessous de 4 Mt. une doLaLlon
supplemenLalre a eLe budgeLee pour falre face a ce surcoûL. CeLLe mesure eLalL lndlspensable car le
redeplolemenL du souLlen flscal en dlrecLlon des fllms les molns chers seralL alle a l'enconLre des
ob[ecLlfs du dlsposlLlf du credlL d'lmpôL. Ln effeL, enLre 2003 eL 2012, les fllms aux budgeLs lnferleurs
a 2,3 Mt represenLalenL 3,6 ° des depenses effecLuees a l'eLranger Landls que les fllms superleurs a
7 Mt y effecLualenL les deux Llers. A enveloppe consLanLe, les producLlons lmporLanLes, peu
encouragees par ce mode de calcul, auralenL eu davanLage Lendance a emlgrer.
CerLalns professlonnels proposenL d'aller plus loln eL d'eLendre le Laux de 30 ° [usqu'aux devls
de 8 Mt pour cause de rencherlssemenL des coûLs de fllms du a la nouvelle convenLlon collecLlve (cf.
Þour un mellleur•p.8). Les credlLs publlcs adequaLs exlsLenL-L-lls en perlode de penurle budgeLalre
surLouL a un momenL ou credlL d'lmpôL naLlonal volL son plafond passer de 1 a 4 Mt eL l'lnLernaLlonal
a 10 Mt eL peuL-ôLre 20 Mt ? Sur ce dernler polnL, peuL-ôLre que le Laux de 20 ° pourralL ôLre revu
car pour aLLelndre le plafond Lheorlque de 20 Mt, ll faudralL generer 100 Mt de depenses ellglbles
par fllm eLranger sur le LerrlLolre, ce qul esL un ob[ecLlf dlfflcllemenL aLLelgnable.
CeLLe pollLlque de l'lnLenslflcaLlon evenLuelle de l'alde selecLlve renconLre une auLre llmlLe. La
reglemenLaLlon europeenne plafonnanL la LoLallLe des aldes publlques a 30 ° des budgeLs (60 ° pour
les premlers eL deuxlemes fllms eL les budgeLs lnferleurs a 1,24 Mt), les fllms les molns coûLeux fonL
vlLe le pleln des souLlens publlcs (avance sur receLLes, aldes reglonales, credlL d'lmpôL, eLc.) auxquels
lls recourenL courammenL.
Þour ceLLe ralson d'allleurs, plus d'un producLeur mlllLe pour un deplafonnemenL du Laux
maxlmum de souLlen admls par 8ruxelles qu'lls vlvenL comme un coupereL. lls proposenL que ce Laux
solL accru (80 °) pour les fllms aux coûLs lnferleurs a molns de 2,3 Mt.
uerrlere ces proposlLlons de renforcemenL des aldes selecLlves eL de prlse en charge d'une
parL Lres ma[orlLalre du budgeL des fllms par la collecLlvlLe, se desslne une vlslon de la pollLlque
economlque du clnema, LendanL a falre flnancer (de leur developpemenL a leur dlsLrlbuLlon) la quasl-
LoLallLe du coûL des premlers eL deuxlemes fllms ou des ouvres a plus peLlL budgeL par le londs de
souLlen, le budgeL de l'LLaL, celul des collecLlvlLes locales eL la Lelevlslon publlque largemenL flnancee
par le conLrlbuable , cela afln de sLlmuler le renouvellemenL eL la dlverslLe de la creaLlon.
Au-dela de Lous les argumenLs Llres du drolL europeen, ll exlsLe la une opLlon sLraLeglque
vlsanL a creer de falL une sorLe de « servlce publlc de la creaLlon clnemaLographlque » eL noLammenL
de ses prlmo-accedanLs. CeLLe poslLlon esL respecLable mals meconnaiL une reallLe eL se heurLe a au
molns deux ob[ecLlons :

renouvellemenL eL dlverslLe de la creaLlon sonL largemenL assures sur un marche ou le
quarL des fllms mls sur le marche sonL de nouvelles slgnaLures eL ou les ouvres des
meLLeurs en scene françals eL europeens les plus presLlgleux, phares de la dlverslLe,
reçolvenL un souLlen quasl lndefecLlble de Canal Þlus eL des chaines du secLeur publlc ,
ce dlsposlLlf, en dehors du slmple remboursemenL des avances, ne prevolL aucun reLour de
receLLes pour la collecLlvlLe alors qu'elle esL appelee a sublr 100 ° des perLes ,
le sysLeme rlsque d'ôLre de plus en plus gourmand en subvenLlons de LouLe naLure car
commenL endlguer l'afflux de demandes qul se [ugeralenL leglLlmes au nom de l'egallLe du
clLoyen devanL le drolL de creer avec le souLlen LoLal de la collecLlvlLe ?


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL l
9S
2. Le recours aux SCIICA

Les SCllCA offrenL une plsLe peuL-ôLre plus explolLable. La reglemenLaLlon pourralL, dans les
crlLeres de leur agremenL, surponderer l'efforL opere par la SCllCA en dlrecLlon des fllms a budgeLs
modesLes.
CependanL, les SCllCA eLanL de[a Lres encadrees, ll ne s'aglL pas de les deLourner du
flnancemenL des fllms dlLs du « mllleu ». Aussl, une Lelle obllgaLlon devralL-elle ôLre assorLle d'un
avanLage flscal ma[ore pour celles qul y souscrlralenL.

3. La st|mu|at|on des Ionds d'|nvest|ssements

A Lerme, la sLlmulaLlon de londs d'lnvesLlssemenLs exLerleur a la branche consLlLue la seule
reponse sLraLeglque perenne a la quesLlon (lofto). Ces londs pourralenL, en effeL, concenLrer leurs
lnvesLlssemenLs sur des fllms qul opLlmlsenL le rapporL flnancemenL dlrecL/resLe a flnancer LouL en
exlgeanL un mlnlmum de moyens leur permeLLanL d'exLerlorlser une verlLable valeur a[ouLee de
producLlon. Ln clalr, ll pourralL s'aglr des « fllms du mllleu » (3 a 8 Mt).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
96
II. CCNSCLIDLk L1 LLAkGIk LL IINANCLMLN1 DL
LA ÞkCDUC1ICN

uans l'eLaL acLuel eL prevlslble du flnancemenL de la producLlon, ll devlenL sLraLeglque de falre
face a la balsse de la parLlclpaLlon des chaines de Lelevlslon, a la necesslLe d'elarglr les debouches du
fllm françals a l'eLranger eL d'aLLlrer des caplLaux exLerleurs dans la branche.
lnslsLons une fols de plus, ll ne s'aglL pas de redulre unllaLeralemenL les obllgaLlons des
conLrlbuLeurs au flnancemenL de la producLlon mals d'organlser par la vole de la negoclaLlon
lnLerprofesslonnelle une evoluLlon ralsonnee de leur parLlclpaLlon en foncLlon :

des besolns de flnancemenL de la producLlon clnemaLographlque qul a reforme quelques
unes de ses praLlques ,
de l'evoluLlon du chlffre d'affalres des conLrlbuLeurs a la lumlere de la LransformaLlon de
leurs marches ,
des posslblllLes de Lrouver des relals de flnancemenL dans des acLlvlLes en expanslon
noLammenL dans le domalne lnLernaLlonal.

A. kLDLSSINLk LLS C8LIGA1ICNS DLS CnAINLS DL 1LLLVISICN
La balsse consLaLee du concours des chaines de Lelevlslon au flnancemenL de la producLlon
pourralL se poursulvre a un ryLhme plus ou molns souLenu compLe Lenu de l'evoluLlon aLLendue de
leurs marches respecLlfs. Llle s'accompagne, noLammenL pour les chaines hlsLorlques en clalr, d'un
mode de calcul de leurs obllgaLlons vleux de plus de vlngL ans en decalage avec le rôle decllnanL que
[oue le clnema sur leur anLenne. Ln môme Lemps, le clnema parLlclpe acLlvemenL a la percee des
chaines de la 1n1 graLulLe. ll convlendralL d'adapLer la reglemenLaLlon a ceLLe nouvelle donne. Le
probleme se pose en Lermes dlfferenLs pour les chaines payanLes. Les modlflcaLlons au reglme acLuel
que pourralenL lnLrodulre des negoclaLlons enLre parLenalres pourralenL chercher a aLLelndre les
buLs sulvanLs.

1. Les cha|nes en c|a|r

Asseolr les obllgaLlons au nlveau du groupe eL plus seulemenL chaine par chaine. Chaque
chaine servlralL de reference pour deLermlner par agregaLlon les obllgaLlons globales du
groupe eL leur venLllaLlon enLre preflnancemenL eL achaLs. A l'lnLerleur de ce cadre, le
groupe pourralL Lenlr ses engagemenLs avec plus de souplesse d'une chaine a l'auLre.
Lalsser la llberLe de programmaLlon de dlffuslon du fllm sur une des chaines du groupe mals
dans le sens chalnes hlsLorlques (1l1 ou M6) en dlrecLlon de chaines de la 1n1 ou enLre les
chaines de la 1n1 eL non l'lnverse sauf a en renegocler le prlx.
Lncourager la dlverslLe de la creaLlon en uLlllsanL les chaines de la 1n1 pour acquerlr
quelques premleres fenôLres (lofto).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
97
ne pas lmposer une clause de dlverslLe dans leurs obllgaLlons mals lmpuLer une obllgaLlon
d'lnLervenLlon dans un cerLaln nombre de premlers ou deuxlemes fllms sur leurs quoLas
d'ouvres lndependanLes.

Ln effeL, les chaines en clalr dolvenL consacrer un mlnlmum de 73 ° de leur obllgaLlon clnema
a la producLlon lndependanLe, c'esL-a-dlre a des ouvres clnemaLographlques donL leur Croupe
proprleLalre n'esL pas producLeur eL ne deLlenL pas plus d'un des clnq mandaLs ldenLlfles (salle,
vldeo, 1v, vCu ou eLranger), ouLre son drolL de dlffuslon. CeLLe noLlon de premler ou deuxleme fllm
devralL ôLre preclsee par vole de negoclaLlons lnLerprofesslonnelle sur au molns deux polnLs :

evlLer de produlre de ceLLe façon de « faux premlers fllms » confles a des professlonnels
de[a chevronnes dans des acLlvlLes connexes au clnema ,
le mlnlmum de mandaLs lalsses au producLeur lnlLlaLeur de pro[eLs.

ues fllms de [eunes clneasLes pourralenL ôLre flnances dans de bonnes condlLlons eL les
Croupes auralenL alnsl la faculLe de dlverslfler leur programmaLlon avec des ouvres qu'lls ne
programmenL plus en ralson de leur mode de flnancemenL publlclLalre. Leur rlsque seralL compense
par un lnvesLlssemenL paLrlmonlal.
une auLre approche conslsLeralL a lnLrodulre un nombre plancher de fllms a coprodulre pour
lnclLer les chaines a coflnancer quelques fllms a budgeL plus modesLe sans Lrop ampuLer leur
capaclLe a acquerlr des fllms supposes porLeurs pour leur audlence eL, cela, dans des condlLlons
ldenLlques de concurrence.

Ln conLreparLle,

Þrendre acLe que les chaines de la 1n1 fonL un grand usage du clnema pour doper leurs
audlences eL conslderer qu'elles devralenL concourlr davanLage au preflnancemenL des
ouvres. A ceLLe fln, revolr a la hausse le pourcenLage de preachaL dans chaque Lranche de
chlffre d'affalres a parLlr de 73 Mt qul declenche les obllgaLlons « clnema » des chaines de
la 1n1.
AugmenLer le nombre de premleres fenôLres de dlffuslon sur les chaines de la 1n1 afln
d'amellorer le flnancemenL des fllms a budgeLs moderes. Ln 2012, sur les 22 fllms
preflnances par slx chaines de la 1n1 seulemenL 7 d'enLre eux le sonL au LlLre d'une
premlere fenôLre en clalr.
ulsposer d'une anLenne d'acqulslLlon auLonome a l'lnLerleur de chaque chaine.

La phllosophle de ceLLe approche esL de permeLLre aux chaines du môme groupe d'exposer de
manlere opLlmale eL dlverslflee le clnema sur leurs anLennes. Le coûL des fllms dolL ôLre rendu plus
supporLable pour ces groupes afln de leur permeLLre de conLlnuer a assurer une parL lmporLanLe du
flnancemenL de la producLlon. La perennlLe du dlsposlLlf seralL alnsl mleux assuree vls-a-vls des
producLeurs.
ConcernanL la Lelevlslon publlque, la balsse consLaLee des budgeLs de coproducLlon des flllales
(- 8 ° par rapporL a 2010) qul rlsque de se poursulvre dans un proche avenlr, porLe pre[udlce a la
producLlon des lll. Ln effeL, la Lelevlslon publlque [oue un rôle lrremplaçable en maLlere de dlverslLe
eL de renouvellemenL des LalenLs eL de souLlen aux grandes slgnaLures de la reallsaLlon, peu prlses en
charge par les chaines generallsLes prlvees. C'esL sur ce probleme qu'll fauL en LouL premler lleu falre
porLer les efforLs. Ln ouLre, ll s'aglralL dans ce conLexLe de reprendre les dlscusslons enLre lrance
1elevlslon eL les professlonnels du clnema pour regler les quesLlons pendanLes sur les budgeLs,
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
98
l'exposlLlon des fllms eL leur programmaLlon, la creaLlon d'une verlLable flllale de coproducLlon au
seln de lrance 4 qul preflnance une deml-douzalne de fllms par an (3 en 2012) eL lnsLlLuer egalemenL
ceLLe chaine en anLenne de premlere fenôLre.

2. Les cha|nes payantes

Les chalnes payanLes se LrouvenL dans une slLuaLlon dlfferenLe.

a. Cana| Þ|us
Le groupe Canal Þlus [oue un rôle caplLal eL reconnu dans le flnancemenL du clnema françals.
Ses obllgaLlons de producLlon se slLuenL a un nlveau consequenL adapLe a l'usage que ses anLennes
fonL du clnema. ll apparLlendra aux organlsaLlons professlonnelles de les falre evoluer. Les accords
acLuels s'arrôLanL a fln 2014, les ulLerleures negoclaLlons lnLerprofesslonnelles pourralenL aborder
deux su[eLs dlcLes par l'evoluLlon de la slLuaLlon :

le nombre absolu de fllms preacheLes (130 fllms (donL 117 lll) en 2012 eL poLenLlellemenL
143 (donL 120 lll) en 2013) qul ne devralL pas descendre en dessous d'un cerLaln seull ,
une revlslon de la clause de dlverslLe (acLuellemenL 17 °) qul Llenne compLe de
l'augmenLaLlon prevlslble des coûLs de producLlon lssue de l'appllcaLlon de la convenLlon
collecLlve.

Þar allleurs, l'accord slgne le 13 ocLobre 2011 eL donL le Lerme esL flxe au 31 decembre 2014,
enLre le groupe Canal Þlus eL les professlonnels du clnema concernanL Clne + comporLe quelques
modlflcaLlons :

flxaLlon a 22 ° des ressources de Clne + de l'obllgaLlon d'acqulslLlon d'ouvres LCl ,
accrolssemenL de la clause de dlverslLe de 23 a 28,4 ° de l'obllgaLlon d'acqulslLlon des
drolLs de dlffuslon d'ouvres LCl ,
reducLlon a 0,70 t par abonne du MC garanLl aux fllms LCl ,
assoupllssemenL de la grllle de programmaLlon clnema de Clne + ,
calcul des quoLas d'LCl eL d'ouvres europeennes sur la base du groupemenL Clne + eL non
plus chaine par chaine. CeLLe clause de l'accord a eLe [ugee lllegale par l'admlnlsLraLlon. La
reglemenLaLlon sur ce polnL devralL ôLre revlsee pour faclllLer des accords de ce Lype.
Ce LexLe devalL ôLre compleLe par la dlscusslon d'un accord sur la parLlclpaLlon de Clne + :
sur le nlveau des achaLs de Clne + sur les premleres fenôLres de Lelevlslon payanLes
acLuellemenL lnferleurs a une dlzalne de fllms par an ,
les llmlLes a flxer sur l'auLo-allmenLaLlon de Clne + par des fllms proprleLe de SLudlo Canal
ou donL ll deLlenL les mandaLs de Lelevlslon.

b. Crange C|nóma Sór|es
L'accord slgne en 2008 avec Crange Clnema Serles arrlve a echeance a la fln 2013, la quesLlon
du nlveau du mlnlmum garanLl par abonne pour le calcul des obllgaLlons du bouqueL ayanL eLe
Lranchee en son Lemps par le CSA. LnLre Lemps, son rapprochemenL caplLallsLlque avec Canal Þlus,
donL l'AuLorlLe de la Concurrence a forLemenL llmlLe les synergles, a condulL CCS a falre evoluer son
modele de developpemenL en ouvranL noLammenL sa dlffuslon au câble eL au saLelllLe, ce qul a
condulL a une forLe augmenLaLlon de son nombre d'abonnes (1,7 mllllons). CCS semble voulolr bâLlr
une offre complemenLalre eL non en opposlLlon fronLale a celle de Canal+, dans une gamme de prlx
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
99
plus moderee, fondee sur une programmaLlon clnema eL serles Lelevlsees lnedlLes en excluslvlLe
pour cerLalnes d'enLre elles. CCS compLe falre du clnema un elemenL fondamenLal de sa
programmaLlon qul comporLera un cerLaln nombre de fllms en premlere excluslvlLe eL se
poslLlonnera surLouL sur des secondes fenôLres de Lype Clne +. C'esL dans ce conLexLe que devronL
s'ouvrlr les negoclaLlons enLre CCS eL les organlsaLlons professlonnelles du clnema.
CCS a lnforme le CSA de son lnLenLlon de demander la reducLlon de son MC de 2,01 t a 1 t par
mols eL par abonne. CCS falL valolr que son prlx modere (12 t 11C par mols) eL le coûL de sa
dlsLrlbuLlon ne lul permeLLenL pas de supporLer un MC par abonne flxe en son Lemps par reference a
celul de 1ÞS SLar eL Canal Þlus le bouqueL vendu plus cher. CuLre la resoluLlon de la quesLlon du MC
par abonne, eLanL donne la slLuaLlon globale de la producLlon, ll seralL uLlle que ces negoclaLlons se
flxenL l'ob[ecLlf d'lnclLer CCS :

a flnancer les fllms dlLs du mllleu qul manquenL de ressources eL peuvenL reserver un bon
rapporL audlences/prlx pour evlLer que le budgeL de preachaL ne solL «slphonne» par
quelques gros preachaLs ,
a acheLer davanLage de premlers passages en Lelevlslon a peage ,
a orlenLer preachaLs eL achaLs du bouqueL vers des fllms de la dlverslLe presenLanL un
mlnlmum de valeur a[ouLee de producLlon. A ceL egard, le budgeL plafond de 3,23 Mt
deflnlssanL la clause de dlverslLe devralL ôLre revlsee a la hausse.

ClobalemenL, le reglme d'CCS devralL se rapprocher sur celul de Clne + donL ll esL malgre LouL
un challenger.

8. S1IMULLk LLS LkÞCk1A1ICNS
CompLe Lenu de l'en[eu sLraLeglque que consLlLuenL les exporLaLlons (balance commerclale du
pays eL lmpacL sur l'lmage du pays favorable aux auLres acLlvlLes), le nlveau de preflnancemenL
qu'elles procurenL devralL ôLre amellore d'auLanL plus que les sources LradlLlonnelles
d'lnvesLlssemenL sonL en balsse eL cela grâce a un souLlen acLlf des pouvolrs publlcs.

1. Le sout|en actue|

La reglemenLaLlon europeenne lnLerdlsanL LouLe subvenLlon a l'exporLaLlon au-dela d'eLrolLes
llmlLes, l'lnLervenLlon du CnC prend essenLlellemenL la forme d'une alde au doublage eL au sous-
LlLrage des fllms alnsl qu'a la prospecLlon des marches eLrangers. A cela s'a[ouLe le flnancemenL
d'unlfrance qul fournlL un appul loglsLlque aux exporLaLeurs.
L'alde aux exporLaLeurs exlsLe depuls 13 ans eL a globalemenL sLagne LouL au long de ces
dernleres annees. Llle esL le parenL pauvre du souLlen par branche : 3,44 Mt prevus en 2014 pour le
seul clnema alors que les marches eLrangers sonL d'un acces de plus en plus dlfflclle: concenLraLlon
des acheLeurs, augmenLaLlon des frals Lechnlques lles au numerlque, [udlclarlsaLlon du meLler qul
allonge les negoclaLlons, sulvl de plus en plus lourd des remonLees de receLLes en ralson de la balsse
des MC eLrangers eL dlfflculLe crolssanLe a les collecLer lorsqu'lls sonL accordes, eLc. La crlse
economlque n'a rlen arrange.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
100
2. Ionds d'avances remboursab|es

Les pouvolrs publlcs onL essaye de remedler a ceLLe slLuaLlon en creanL, en [ullleL 2013, un
londs d'avances remboursables pour l'acqulslLlon, la promoLlon eL la prospecLlon de fllms a
l'eLranger, gere par l'llClC sous l'eglde du CnC. ll s'aglL d'un souLlen en Lresorerle assure sous la
forme d'avances dedlees a l'accompagnemenL des programmes d'exporLaLlon d'ouvres
clnemaLographlques enLreprls par des socleLes eLablles en lrance eL porLanL lnLerôL au Laux de 4 °.
Llles sonL assorLles d'une clause d'allegemenL condlLlonnel de l'avance deLermlnee en foncLlon de la
quallLe eL du succes des programmes flnances eL noLammenL de leur conLrlbuLlon a la dlverslLe
culLurelle. CeLLe refacLlon peuL aLLelndre [usqu'a 23 ° du monLanL consenLl. Ces avances sonL
flnancees dlrecLemenL par l'llClC grâce a une doLaLlon prevue a ceL effeL. Les lnLervenLlons de
l'lnsLlLuL sonL soumlses a un encadremenL Lres sLrlcL eL des crlLeres precls.
Le londs flnancera excluslvemenL les operaLlons d'exporLaLlon d'ouvres clnemaLographlques
eL noLammenL l'acqulslLlon de drolLs d'explolLaLlon d'une ou plusleurs ouvres (mlnlma garanLls) eL
les depenses de prospecLlon eL de promoLlon a l'lnLernaLlonal.
Les modallLes d'aLLrlbuLlon de l'avance obelssenL a des crlLeres precls : besoln effecLlf de
flnancemenL, hlsLorlque eL professlonnallsme de l'enLreprlse alnsl que sa sLraLegle, caracLerlsLlques
des fllms acquls, perspecLlves de venLes, vlablllLe economlque eL dlverslLe des ouvres du programme
d'exporLaLlon. Les pro[eLs requeranL l'lnLervenLlon du londs pourronL beneflcler de condlLlons
d'auLanL plus favorables (monLanL, duree, condlLlons, eLc.) que les compleLenL d'auLres sources de
flnancemenLs (ex. : credlL bancalre a moyen Lerme, apporL en fonds propres).
L'avance decalssee par un versemenL unlque sera remboursable en 24 mols avec un reporL
posslble d'echeance [usqu'a 36 mols. L'encours par enLreprlse ne peuL exceder 600 000 t.
Ce sysLeme qul respecLe la reglemenLaLlon europeenne a commence a enLrer en
foncLlonnemenL des sepLembre 2013. ll semble blen adapLe aux besolns de Lresorerle des
exporLaLeurs de peLlLe ou moyenne Lallle. Cn falL le vou, cependanL, qu'll permeLLra developper les
MC a l'exporLaLlon car les depenses operaLlonnelles du secLeur sonL de[a en parLle souLenues par les
aldes selecLlves.

3. Une a|de automat|que à |'exportat|on ?

1ouL en [ugeanL ces mesures encourageanLes, les exporLaLeurs regreLLenL que la charge de la
conquôLe des marches ne solL pas davanLage supporLee par un sysLeme de souLlen auLomaLlque a
l'exporLaLlon sur le prlnclpe de ceux de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon qul onL largemenL falL leur
preuve. Selon une proposlLlon elaboree par leur organlsaLlon professlonnelle, ce souLlen
auLomaLlque seralL genere :

sur une dlzalne de LerrlLolres ,
sur la base des enLrees (ou le 8C) reperLorlees par 8enLrak.

eL ne seralL relnvesLl que dans des MC a hauLeur de 30 °.
un descrlpLlf plus deLallle du dlsposlLlf esL propose annexe 2. Sa verLu prlnclpale esL de LenLer
de lever l'ob[ecLlon prlnclpale a ce Lype de souLlen : l'lnslncerlLe posslble des receLLes venues de
l'eLranger a savolr une evaluaLlon de complalsance desLlnee a elarglr arLlflclellemenL l'assleLLe du
calcul de l'alde.
Sans sous-esLlmer la dlfflculLe de l'enLreprlse au regard de la reglemenLaLlon de 8ruxelles, ll
seralL uLlle de dlllgenLer une experLlse de drolL europeen pour eLudler le su[eL eL noLammenL les
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
101
llmlLes de ce qu'll esL posslble d'enLreprendre dans ce domalne. Car le developpemenL des
exporLaLlons clnemaLographlques devralL ôLre un ob[ecLlf prlorlLalre de l'acLlon publlque, compLe
Lenu des effeLs dlrecLs eL lndulLs qu'll produlL sur la balance commerclale du pays, sans evoquer son
lncldence sur le flnancemenL de la producLlon.

4. La remontóe de |a recette

Môme sl la compeLlLlon exlsLanL enLre exporLaLeurs amellore lenLemenL les rapporLs enLre
producLeurs eL leurs mandaLalres pour l'eLranger, LouL ce qul conLrlbue a rendre plus LransparenLe
l'lnformaLlon economlque des producLeurs eL des auLeurs, ne peuL que favorlser la remonLee de la
receLLe eL parLanL le flnancemenL de la producLlon. Sur le su[eL, de noLables progres peuvenL ôLre
accomplls : opposlLlon de frals au forfalL pas Lou[ours Lres expllclLes, lmpuLaLlon des mômes frals de
represenLaLlon (fesLlvals) sur plusleurs fllms au lleu de les parLager, eLc. CuLre la plus grande rlgueur
a laquelle devralL condulre l'amendemenL de Lelles praLlques, des soluLlons de slmpllflcaLlon du
probleme onL eLe esqulssees (lofto vll).

C. A11IkLk DLS CAÞI1AUk DANS LA 8kANCnL
1. L'ob[ect|f

La precarlsaLlon des flnancemenLs de la producLlon eL les derlves auxquelles peuvenL parfols
condulre les mecanlsmes de preflnancemenL, le lenL LarlssemenL du fonds de souLlen suggerenL de
LenLer d'aLLlrer des caplLaux dans la branche eL d'en proflLer pour en normallser le foncLlonnemenL.
CerLalns fonds d'lnvesLlssemenL dans le secLeur exlsLenL de[a, ll s'aglralL de les encourager.
Les obsLacles a ce Lype d'lnlLlaLlves, ll esL vral, ne manquenL pas a cause surLouL de la
repuLaLlon dlscuLee, a LorL ou a ralson, de l'acLlvlLe de producLlon clnemaLographlque a savolr :

la falble renLablllLe de l'lnvesLlssemenL clnema ,
le caracLere Lres aleaLolre de l'acLlvlLe (« economle de caslno ») ,
la reLlcence d'une parLle de la professlon a parLager ses proflLs eL, dans cerLalns cas, sa
propenslon au manque de clarLe dans les rendus de compLe ,
la dlfflculLe qu'elle eprouve, parfols, a apprlvolser de nouveaux modeles de flnancemenL.

Les argumenLs pour moLlver d'evenLuels lnvesLlsseurs ne manquenL cependanL pas a condlLlon
de meLLre en place un dlsposlLlf slmple eL LransparenL. Compare a d'auLres secLeurs d'acLlvlLe, le
clnema françals dlspose de quelques aLouLs.

ll beneflcle depuls 1946 d'un souLlen lmporLanL eL sophlsLlque des pouvolrs publlcs qul ne
s'esL [amals demenLl, quel que fuL le gouvernemenL.
Ln crolssance regullere depuls quelques annees (4,3 ° en moyenne sur les dlx dernleres
annees), ll occupe une place plus que respecLable sur son propre marche grâce a son
dynamlsme (salles) eL a un sysLeme de quoLas de programmaLlon (Lelevlslon).
ll a su s'assurer une parLle de son flnancemenL grâce a un sysLeme d'obllgaLlons respecLe
par les chaines françalses.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
102
ll esL flnance par des lnsLlLuLlons speclallsees garanLles dans leurs encours par l'llClC.
Acycllque eL deconnecLe des marches flnanclers, c'esL un marche d'offre eL un lolslr peu
onereux.
uu polnL de vue de l'lnvesLlsseur, ll offre quelques avanLages comparaLlfs :
ll genere des receLLes dlverslflees sur plusleurs supporLs eL plusleurs LerrlLolres.
un souLlen publlc pulssanL eL des prevenLes llees noLammenL au sysLeme des credlLs
encadres permeLLenL d'esperer un rlsque de deparL dlvlse par deux envlron eL davanLage
pour des budgeLs plus modesLes. ue plus, on peuL esperer une parL d'acLlf slgnlflcaLlvemenL
superleure au pourcenLage de son apporL dans le budgeL du fllm.
Le cycle de vle du fllm esL relaLlvemenL courL (de 3 a 3 ans pour la ma[orlLe des fllms) eL le
reLour sur lnvesLlssemenL (frals d'edlLlon comprls) pluLôL raplde, compare a d'auLres
secLeurs d'lnnovaLlon. Les deux Llers des receLLes peuvenL remonLer en molns de deux ans.
ue plus, ll s'aglL d'un acLlf au coûL d'enLreLlen nul, caracLerlsLlque precleuse sl le fllm
connaiL une longue carrlere.
ll exlsLe un marche secondalre acLlf au-dela de clnq ans (1n1 eL câble).
Le sysLeme françals de conLrôle des enLrees salles esL consldere comme le mellleur du
monde, ce qul favorlse une Lransparence dans la remonLee de la receLLe qul proLege les
lnLerôLs des lnvesLlsseurs.
Les slnlsLres sonL peu nombreux eL blen couverLs par dlfferenLs mecanlsmes.
Lnfln le modele propose permeL un a[usLemenL assez fln du rapporL rlsque/renLablllLe en
falsanL varler les prevenLes.

2. La m|se en muvre

Les prlnclpes de mlse en ouvre de ce Lype d'lnLervenLlon sonL les sulvanLs.

ll falL masse du coûL de fabrlcaLlon du fllm, de la remuneraLlon forfalLalre du producLeur,
des frals d'edlLlon eL de commerclallsaLlon pour eLabllr le monLanL du budgeL a flnancer.
Ce coûL de fllm peuL ôLre parLlellemenL absorbe de manlere classlque par des prevenLes
(1v, vldeo, eLranger), des aldes publlques remboursables (avance sur receLLes) ou non
(credlLs d'lmpôLs), d'evenLuels coproducLeurs eLrangers proprleLalres des drolLs sur leur
LerrlLolre.
Le solde esL apporLe en epolty (dans des proporLlons a deflnlr fllm par fllm) par le
producLeur delegue, le dlsLrlbuLeur, eL les flnanclers Lous les Lrols verlLables
« acLlonnalres » du fllm. Chaque lnLervenanL devlenL coproducLeur eL se parLage l'acLlf du
fllm eL l'ensemble de ses receLLes au pro raLa de son apporL. ll accede a la receLLe a egallLe
de rang avec ses auLres parLenalres selon un coulolr proporLlonnel a sa parL dans
l'lnvesLlssemenL. ll s'aglL de meLLre fln a la compllcaLlon de cerLalns monLages flnanclers qul
egarenL l'lnvesLlsseur. Sl une chaine de Lelevlslon esL coproducLrlce, elle pourralL lnLervenlr
selon, les mômes regles, dans le parLage de la receLLe.
L'apporL en epolty du producLeur delegue peuL ôLre flnance par l'lnvesLlssemenL de ses frals
generaux, l'alde auLomaLlque, les SCllCA, eLc. 8len enLendu, le producLeur delegue recevra
duranL le Lournage une verlLable remuneraLlon calculee en valeur absolue pour payer
salalres eL sLrucLure de sa socleLe. Þour calculer sa parL producLeur, on y relnLegrera une
remuneraLlon Lheorlque plus elevee alnsl que d'auLres parameLres : monLanL de l'alde
lnvesLle, apporL des SCllCA, prlse en charge ou non de la garanLle de bonne fln, eLc. Le sorL
des lmprevus devra ôLre regle par la negoclaLlon enLre les parLles. AccedanL pour la
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
103
premlere fols a la receLLe au premler euro, le producLeur pourra effecLlvemenL se
rembourser ses frals generaux au-dela de la parL perçue duranL le Lournage.
Le dlsLrlbuLeur lnLervlenL d'abord comme presLaLalre de servlce commerclallsanL le fllm a
un Laux de commlsslon Lechnlque eL sans apporLer de MC, nl flnancer de frals d'edlLlon. ll
peuL lnLervenlr comme un lnvesLlsseur accedanL a la receLLe selon la môme regle que ses
parLenalres.
La noLlon de MC assorLl de commlsslons elevees dlsparaiL au molns dans les salles mals cela
peuL s'eLendre au marche de la vldeo eL a l'eLranger selon le môme prlnclpe sl le nlveau de
caplLaux prôLs a s'lnvesLlr esL sufflsanL. Seuls demeureronL alors les preachaLs des chaines
de Lelevlslon eL leurs parLs coproducLeurs qul vlendronL redulre l'efforL de flnancemenL des
parLenalres de la producLlon.

Ce sysLeme esL suscepLlble de rafflnemenL : reLour accelere eL sorLle plus raplde des
lnvesLlsseurs flnanclers une fols leur raLlo de renLablllLe aLLelnL, allegemenL de la parL producLeur des
chaines de Lelevlslon apres leur amorLlssemenL, arblLrages varlables enLre flnancemenL par
prevenLes eL lnvesLlssemenL en equlLy, eLc. Sl elle esL appllquee avec clarLe eL volonLe de la falre
perdurer, ceLLe approche de flnancemenL permeL a la producLlon d'aLLlrer des caplLaux dans la
branche eL de redulre sa dependance a l'egard des dlffuseurs en offranL une alLernaLlve a leur
lnLervenLlon. Llle peuL egalemenL commencer a meLLre fln aux derlves, noLammenL lnflaLlonnlsLe,
consLaLees sur le preflnancemenL de cerLalns fllms.
une Lelle approche pourralL renconLrer des reslsLances LellemenL elle dlffere des hablLudes
Lres anclennes prlses en maLlere de flnancemenL de la producLlon eL modlfle le poslLlonnemenL
LradlLlonnel des lnLervenanLs (producLeur, dlsLrlbuLeur, auLres « mandaLalres »). Llle suppose
evldemmenL une grande Lransparence dans la remonLee des receLLes qul LrouveralenL enfln sa
[usLlflcaLlon dans l'allgnemenL des lnLerôLs de Lous les parLenalres. Mals, ouLre qu'elle n'auralL rlen
d'obllgaLolre, elle presenLe plusleurs avanLages :
Þour le producLeur :

remonLee de receLLe plus lmporLanLe grâce a une commlsslon redulLe ,
acces au premler euro de receLLe ,
assurance d'une remuneraLlon de son Lravall eL de celul de sa sLrucLure souvenL lalsses en
parLlclpaLlon dans le modele classlque ,
fabrlcaLlon du fllm dans un plus grand conforL flnancler.

Þour le dlsLrlbuLeur :

dlmlnuLlon du rlsque flnancler par dlsparaLlon de l'avance des frals d'edlLlon eL/ou du MC ,
acces a des fllms donL le MC auralL eLe Lrop eleve pour lul ,
acces a la valeur paLrlmonlale des fllms sans la ller a un valolr.

3. L'a||mentat|on de ces Ionds

Sl les modeles de flnancemenL proposes sonL mls en ouvre eL blen expllclLes, ll n'esL pas
lmposslble d'anLlclper un flux slgnlflcaLlf d'lnvesLlssemenLs dans le secLeur sans encouragemenL flscal
parLlculler. Cn peuL cependanL sLlmuler la collecLe en uLlllsanL l'arsenal flscal exlsLanL,
essenLlellemenL la reducLlon d'lSl pour les placemenLs en caplLaux propres dans les enLreprlses non
coLees eL la lol uuLrell qul uLlllse a la môme fln l'allegemenL d'l8ÞÞ. Ces dlsposlLlfs peuvenL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
104
accompagner l'lnvesLlssemenL sans ôLre, en môme Lemps, exageremenL lnclLaLlfs compLe Lenu du
plafonnemenL de l'avanLage qul les accompagne mals parLlclpenL, malgre LouL, a la reducLlon du
rlsque. 1rols mesures complemenLalres permeLLralenL d'exercer un effeL de levler pour la
consLlLuLlon des fonds :
encourager les SCllCA a coflnancer ces londs dans une proporLlon llmlLee de la collecLe
afln qu'elles conLlnuenL egalemenL d'lnvesLlr dlrecLemenL dans les fllms. Cela suppose une
modlflcaLlon de la lol (lofto vl.C) ,
uLlllser une parLle du produlL de la Laxe sur les maLerlels connecLes, sl elle eLalL voLee pour
2013, a abonder ces fonds ,
s'adresser aux enLreprlses comme dans le sysLeme de Lax shelLer belge ou luxembourgeols.
L'effeL de levler pour lever des fonds sera plus lmporLanL.

A[ouLons que d'un polnL de vue macroeconomlque, l'lnvesLlssemenL dans la producLlon
audlovlsuelle esL forLemenL mulLlpllcaLeur d'emplols eL que l'encourager flscalemenL permeL de
luLLer conLre le chômage eL, en sLlmulanL la depense, genere en reLour des receLLes flscales
superleures aux allegemenLs consenLls.

D. LNCADkLk LL CkCWD-IUNDING
La praLlque du crowd-fundlng, flnancemenL de pro[eLs de LouLe naLure par un appel plus ou
molns graLlfle a une souscrlpLlon publlque vlo lnLerneL, connaiL un developpemenL encore Llmlde en
lrance dans le domalne clnemaLographlque par rapporL aux praLlques nord-amerlcalnes. Môme sl
elle se developpalL, elle ne consLlLueralL qu'une source d'appolnL car aleaLolre de flnancemenL. Les
quelques operaLlons de[a LenLees dans ce domalne ne lalssenL guere augurer un mode alLernaLlf
sLable eL consequenL de flnancemenL de la producLlon. ll merlLeralL, cependanL, d'ôLre encourage en
lul donnanL un cadre [urldlque precls concernanL :

les condlLlons generales d'appel aux conLrlbuLlons du publlc ,
les garanLles donnees en maLlere de gouvernance d'usage des fonds recolLes ,
la conLreparLle proposee par l'lnlLlaLeur de l'operaLlon ,
les llens enLreLenus avec les eLabllssemenLs de credlLs ,
un evenLuel avanLage flscal en cas de perLe.

Le parlemenL s'esL salsl du probleme. un groupe de Lravall pourralL eLudler les condlLlons de
son adapLaLlon au flnancemenL de la producLlon clnemaLographlque. L'llClC pourralL [ouer, sl
necessalre, un rôle-cle dans le dlsposlLlf noLammenL en Lermes de garanLle eL le CnC en maLlere de
respecL de la reglemenLaLlon.

L. SCU1LNIk L'AC1ICN kLGICNALL
Ln 2013, les reglons auronL lnvesLl 67 Mt en souLlen a la producLlon au clnema eL a
l'audlovlsuel. Ce monLanL aura double en dlx ans. Cn peuL emeLLre l'hypoLhese que le clnema en
represenLe une bonne molLle. Le CnC abonde les fonds doLes par les collecLlvlLes LerrlLorlales selon
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
10S
la regle de 1 t apporLe par l'LLaL conLre 2 t flnances par ces dernleres. La conLrlbuLlon du CnC ne
peuL depasser 1 Mt par reglon. Ln 2014, elle esL budgeLee a 8 Mt pour le seul clnema. CeLLe
pollLlque, compleLe par le souLlen apporLe a la Commlsslon naLlonale du fllm lrance, a falL ses
preuves en Lerme de decenLrallsaLlon de l'lnlLlaLlve culLurelle eL de souLlen a l'emplol local.
CependanL, plusleurs problemes onL surgl ces dernleres annees.

1. La rlgueur budgeLalre lmposee par l'LLaL qul balsse sa doLaLlon aux reglons pourralL
commencer a se falre senLlr slgnlflcaLlvemenL en 2014. CerLalnes d'enLre elles (lranche ComLe) onL
declde de se recenLrer sur les enLreprlses eL auLeurs reglonaux sans le souLlen du CnC, d'auLres
(Þlcardle) se repllenL sur les ouvres audlovlsuelles plus forLemenL mulLlpllcaLrlces d'emplols ou
môme envlsageralenL d'arrôLer (Champagne-Ardenne).
CerLes, la slLuaLlon demeure varlable d'une reglon a l'auLre. Alsace eL 8eglon CenLre devralenL
accroiLre leur doLaLlon, quelques deparLemenLs (uordogne, LoL eL Caronne) lnLenslflenL des
lnlLlaLlves complemenLalres a celle de leur reglon mals ll apparaiL que les collecLlvlLes LerrlLorlales
sonL a un LournanL. ll leur faudra operer des cholx sLraLeglques Lres sLrucLuranL en Lermes de genre a
souLenlr (clnema ou producLlon Lelevlsuelle), de repll LerrlLorlal eL de dlverslflcaLlon de leurs
ressources.

2. La resLrlcLlon concernanL la LerrlLorlallsaLlon lmposee par l'Lurope (CommunlcaLlon clnema)
pourralL falre senLlr ses effeLs: les reglons exlgealenL un coefflclenL mulLlpllcaLeur en depenses
locales de 200 a 400 ° de leur lnvesLlssemenL. Avec une llmlLaLlon a 160 ° envlsagee par l'Lurope,
elles vonL avolr plus de dlfflculLes a [usLlfler leurs lnvesLlssemenLs. CeL obsLacle semble, cependanL,
ôLre leve par la dernlere verslon en novembre 2013 de la CommunlcaLlon clnema de la Commlsslon
europeenne.

3. La flcLlon 1v esL en concurrence de plus en plus serleuse avec le clnema: le Lournage d'une
flcLlon 1v (Lelefllm ou serle) auralL, selon les responsables operaLlonnels concernes, un lmpacL
economlque deux a Lrols fols superleur a celul d'un long meLrage.
S'a[ouLe a ce phenomene, la decepLlon des elus de consLaLer que la pluparL des ouvres sonL
vues par un publlc resLrelnL eL ne sonL pro[eLees que dans une polgnee de salles Landls que le
molndre Lelefllm a une audlence qul peuL se compLer en cenLalnes de mllllers eL môme en mllllons de
specLaLeurs. Þour ces ralsons, la pluparL des reglons sonL LenLees d'lnLenslfler le souLlen a la flcLlon
1v au deLrlmenL du clnema. ue[a, la molLle des reglons françalses aldenL molns de deux longs
meLrages par an.
CependanL, selon une Lendance recenLe qul pourralL se renforcer, les reglons (Cuadeloupe,
nord-Þas-de-Calals) accuelllenL desormals des Lournages eLrangers en meLLanL en ouvre, ceLLe fols,
le credlL d'lmpôL lnLernaLlonal. ll se Lrouve que, dans ce cas, le nlveau des embauches des personnels
de Lournage locaux esL plus forL que celul consLaLe sur les ouvres Lelevlsees ou les web flcLlons (de
30 a 70 ° de l'equlpe de Lournage selon les producLlons).

I(" 1%)$" 4'($ ",$%A"$ &"--" -",.%,&" J
8elancer le parLenarlaL enLre le CnC eL les reglons : le mecanlsme du « 1 euro pour 2 euros
» lnlLle en 2003 a eLe Lres efflcace pour lnclLer les reglons a lnvesLlr dans le clnema. Mals,
avec le Lemps, le CnC a concenLre son abondemenL sur les aldes a la producLlon. La
dlsLrlbuLlon esL exclue de l'abondemenL : les reglons ne sonL pas lnclLees a accompagner un
fllm souLenu lors de sa sorLle en salle. Ce dlsposlLlf pourralL ôLre revu avec un Lrlple
ob[ecLlf :
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL ll
106
parLager le rlsque du developpemenL en exerçanL un effeL de levler plus pulssanL sur les
fonds lnvesLls par les reglons vlo les credlLs de l'alde au developpemenL ,
reller ce souLlen en amonL a une lnLenslflcaLlon de l'alde flnanclere reglonale a la
producLlon clnemaLographlque assorLle d'un coefflclenL de reln[ecLlon plus forL dans
l'economle locale ,
dlsLralre une parLle de l'enveloppe de l'alde a la dlsLrlbuLlon pour lnclLer les reglons a
lnvesLlr dans ce Lype de souLlen. Les sommes debloquees par le CnC n'auralenL pas
besoln d'ôLre elevees car elles seralenL complemenLalres aux depenses d'edlLlon
naLlonales eL les reglons seralenL encouragees a compleLer un flnancemenL aux
reLombees excluslvemenL locales : presse, lnserLlons publlclLalres, accuell des equlpes
de Lournage, eLc. Le fllm eLanL alnsl valorlse eL plus vlslble, les elus se senLlralenL
conforLes dans leur declslon de souLenlr les Lournages de fllm sur leur LerrlLolre.

Þour encourager ceLLe pollLlque, ll fauL garder a l'esprlL qu'en maLlere de decenLrallsaLlon, ll y
encore beaucoup de progres a accompllr : en 2012, 38 ° des [ours de Lournage de longs meLrage onL
eu lleu en lle-de-lrance, 31 ° en reglon eL 31 ° a l'eLranger.

Compenser la balsse de l'lmpacL economlque d'un Lournage par une perspecLlve de reLour sur
lnvesLlssemenL : acLuellemenL, seules deux reglons parml les plus dynamlques (8hône-Alpes eL nord-
Þas de Calals) praLlquenL la coproducLlon. L'Alsace y songe pour son nouveau fonds economlque eL
elle n'esL pas la seule. ll pourralL ôLre negocle avec les reglons que les receLLes generees solenL
reln[ecLees dans la producLlon de fuLurs fllms, comme c'esL de[a le cas en nord-Þas de Calals.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
107
III. kLNICkCLk LA DIS1kI8U1ICN

La dlsLrlbuLlon esL une acLlvlLe a hauLs rlsques, qul s'equlllbre Lres mal. Llle demeure au
carrefour des confllLs qul aglLenL le secLeur. une parLle de ceLLe branche manlfesLe une Lendance a
un dangereux emleLLemenL. Þour LenLer de sorLlr de ces dlfflculLes, ll s'aglralL d'lnclLer les parLles
concernees a negocler des accords vlsanL a renforcer la slLuaLlon flnanclere de la branche, a l'adapLer
aux nouveaux modes de commerclallsaLlon des fllms en salles, a raLlonallser son foncLlonnemenL
LanL vls-a-vls des producLeurs qu'a l'egard des explolLanLs.

A. AGIk SUk LLS CC01S
1. Les fra|s d'ód|t|on

ll esL dlfflclle de recommander des mesures pour conLenlr les frals d'edlLlon qul sonL lles a
l'evoluLlon des caracLerlsLlques de la frequenLaLlon eL a l'acceleraLlon de l'explolLaLlon des fllms en
salles.
CependanL, ll devlenL urgenL de LenLer de frelner les depenses que la professlon peuL encore
conLrôler a savolr la marchandlsaLlon crolssanLe de l'espace des salles pour la promoLlon des fllms
(bandes annonces, afflchage, eLc.). CerLes, ce phenomene esL en parLle de la responsablllLe des
dlsLrlbuLeurs qul se concurrencenL pour LenLer d'lnscrlre leurs fllms dans un espace publlclLalre
rendu plus resLrelnL par l'envolee du nombre de sorLles. La, cependanL, l'lnegallLe regne. CerLalns
gros dlsLrlbuLeurs, sûrs peuL-ôLre de la pulssance de leurs « produlLs », n'accepLeralenL pas de les
payer. u'auLres ne peuvenL môme plus acceder aux espaces publlclLalres payanLs en parLlculler a la
vellle des perlodes de fôLes.
CependanL, ll fauL preclser que :

envlron la molLle des salles (en ma[orlLe ArL eL Lssal) passe encore les bandes annonces
graLulLemenL. Sur ce su[eL, ll s'aglralL de sysLemaLlser le prlnclpe en lnLerdlsanL aux salles
beneflclanL de l'alde selecLlve a l'explolLaLlon a un LlLre ou un auLre, naLlonale ou reglonale,
de facLurer les bandes annonces qu'elles dlffusenL. ll esL vral qu'elles sonL peu nombreuses
dans ce cas ,
aux dlres de cerLalns explolLanLs, ceL apporL flnancler esL marglnal car supporLanL des
commlsslons de regle consequenLes.

Les explolLanLs devralenL davanLage se convalncre que la dlverslLe de la programmaLlon esL un
facLeur pulssanL de la sLablllLe de la frequenLaLlon. C'esL pourquol lls devralenL se rapprocher des
dlsLrlbuLeurs pour rendre ceLLe praLlque plus supporLable, noLammenL, pour les lndependanLs (Larlf
preferenLlel, commerclallsaLlon « en paqueL » espace graLulL/espace payanL, eLc.). CompLe Lenu de la
bonne Lenue relaLlve de la publlclLe generale en salles, les explolLanLs n'auronL guere de mal a
Lrouver du chlffre d'affalres de subsLlLuLlon.
Þar allleurs, ll faudralL developper la praLlque d'lnLegrer les coûLs de dlsLrlbuLlon dans les
budgeLs des fllms des le sLade des preflnancemenLs, en conLreparLle d'un acces des producLeurs a un
coulolr sur la receLLe bruLe. ulfferenLes formules pourralenL ôLre LesLees selon la slLuaLlon des
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
108
monLages flnanclers eL des parLenalres posslbles. L'une d'enLre elles a eLe suggeree dans le presenL
rapporL (sopto Chap.ll.C).
Le CnC pourralL, en s'appuyanL sur l'experlence des professlonnels, promouvolr des eLudes de
slmulaLlon de dlfferenLs modeles de flnancemenL de la producLlon pour les proposer aux operaLeurs
comme un evenLall de soluLlons lnnovanLes dans ce domalne.

2. La f|n des VÞI

Le parc de salles achevanL sa numerlsaLlon, nous allons enLrer dans les mols eL les annees qul
vlennenL dans la perlode d'amorLlssemenL des premlers equlpemenLs eL donc l'arrôL du palemenL
des conLrlbuLlons numerlques par les dlsLrlbuLeurs (sopto Chap.l. ll.8.4). Ce sysLeme, mls en place
pour l'equlpemenL lnlLlal des salles, ne sauralL ôLre reporLe slne dle sous preLexLe de modernlsaLlon
conLlnue du parc. 8appelons que les vÞl represenLalenL en 2011 une moyenne de 36 000 t par fllm.
La quesLlon n'esL pas slmple car le coûL d'enLreLlen des equlpemenLs, les servlces qul se sonL
developpes auLour de leur perfecLlonnemenL vonL rendre de molns en molns neLLe la fronLlere enLre
ce qul dolL relever d'un LransferL d'economles du dlsLrlbuLeur vers l'explolLanL, de ce que dolL
supporLer ce dernler dans l'lnvesLlssemenL desLlne a Lou[ours amellorer l'accuell eL le « conforL
numerlque » du specLaLeur.
Selon la lol, cependanL, ces obllgaLlons cessenL dlx ans apres l'lnsLallaLlon lnlLlale des
equlpemenLs eL au plus Lard le 31 decembre 2021.
Chaque professlon y gagneralL sl une negoclaLlon s'engagealL pour :

anLlclper la sorLle progresslve du sysLeme des vÞl en respecLanL les LemporallLes
dlfferenLes des amorLlssemenLs praLlques ,
examlner en quol l'alde a l'explolLaLlon peuL davanLage prendre en compLe la
modernlsaLlon numerlque quasl conLlnue des salles. Le souLlen a l'equlpemenL resLe apres
LouL son ob[ecLlf premler ,
encourager l'acLlon acLuelle de l'Au8C en faveur de la conLlnuaLlon des fllms les plus
fraglles en profondeur eL l'acces aux ouvres dans les salles des peLlLes locallLes eL des
clrculLs lLlneranLs eL anLlclper le rôle de l'agence lorsque le sysLeme des vÞl sera eLelnL.

8. kLGULLk LLS kAÞÞCk1S AVLC LLS ÞkCDUC1LUkS
1. Accro|tre |a transparence des re|at|ons

A defauL de pouvolr meLLre en place un accord lnLerprofesslonnel sur la commerclallsaLlon des
fllms qul seralL conLralre aux lols de la concurrence, ll demeure posslble de progresser dans le
domalne de la Lransparence des rendus de compLe :

en lnsLlLuanL une deflnlLlon harmonlsee des receLLes, des frals d'edlLlon eL des coûLs de
dlsLrlbuLlon compleLes par des bordereaux Lypes ,
en appllquanL de manlere plus rlgoureuse la lol Sapln pour apprehender les presLaLlons de
publlclLe avec plus de preclslon (mandaLs eL hors mandaLs) eL le nlveau des remlses
effecLuees ,
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
109
en recouranL plus frequemmenL a l'audlL des budgeLs sous le conLrôle du CnC. Ces audlLs
sonL de[a prevus en general par les conLraLs de dlsLrlbuLlon mals peu mls en ouvre. lls
devralenL l'ôLre de manlere plus couranLe a parLlr, par exemple, d'un cerLaln seull de
receLLes. A ceL egard, le CnC, en LanL que garanL du bon usage des denlers publlcs, devralL
renforcer ses pouvolrs d'audlL selon une meLhode a deflnlr (seulls de receLLes, Lranches de
budgeL, Llrage au sorL, drolL d'lnlLlaLlve professlonnel ou publlque, eLc.).

2. L'|mpact de |'a|de à |a d|str|but|on

Les dlsLrlbuLeurs sonL vlgoureusemenL opposes a l'lnLegraLlon des aldes dans le calcul de
l'amorLlssemenL des sommes avancees par lul pour flnancer eL dlffuser le fllm. lls esLlmenL qu'une
Lelle praLlque revlendralL a Lransformer lndlrecLemenL l'alde du dlsLrlbuLeur en receLLe producLeur.
ll esL clalr qu'en cas d'lnsufflsance de receLLes pour recuperer frals d'edlLlon eL/ou le MC,
l'alde vlenL redulre en LouL ou parLle le deflclL. uans le cas conLralre, l'alde non lnLegree dans le
decompLe se Lransforme en receLLes pures qul peuvenL servlr a absorber les perLes subles sur
d'auLres fllms par le dlsLrlbuLeur.
une reflexlon devralL malgre LouL s'engager sur la façon d'lmpuLer les aldes a la dlsLrlbuLlon
sur les frals d'edlLlon eL les MC. Ln effeL, ces aldes onL eLe conçues pour alleger le rlsque du
dlsLrlbuLeur mals aussl pour falre apparaiLre plus rapldemenL des receLLes en faveur du producLeur.
Les aldes auLomaLlques se reconsLlLuenL au molns en parLle lors de la dlsLrlbuLlon du fllm fuL-ll
deflclLalre.
Les plsLes avancees par le rapporL Comez (page 63 eL ss) merlLeralenL d'ôLre explorees pour
condulre a un accord lnLerprofesslonnel sur le su[eL. Leur phllosophle seralL de moduler ceLLe prlse
en compLe des aldes en LenanL compLe :

du monLanL du rlsque prls par le dlsLrlbuLeur (frals d'edlLlon eL MC) qul pourralL dlcLer une
praLlque d'excluslon des aldes [usqu'a leur lnLegraLlon parLlelle ou LoLale dans les receLLes.
Ce monLanL pourralL ôLre par exemple flxe en foncLlon du coûL du fllm mals aussl par
rapporL a une echelle deLermlnee en valeur absolue ,
de l'exlsLence ou non d'un MC : dans la negaLlve, les aldes selecLlves non remboursees
vlendralenL en reducLlon des coûLs compLe Lenu de la naLure speclflque des fllms eL de
l'alde concernee ,
de la quallLe de coproducLeur reconnu au dlsLrlbuLeur. uans ce cas, la prlse en compLe des
aldes esL de l'lnLerôL du dlsLrlbuLeur coproducLeur qul accede alnsl plus vlLe a la parL
producLeur.

Ln LouLe hypoLhese, les dlsLrlbuLeurs devralenL communlquer dans leurs rendus de compLe
aux producLeurs des aldes de LouLe naLure generees par la dlsLrlbuLlon de leurs fllms.

3. Les mandats en garant|es cro|sóes

Le su[eL des mandaLs cedes eL compenses sur plusleurs marches (cross-collaLerallsaLlon)
2
falL
souvenL polemlque car aux yeux des producLeurs, ceLLe meLhode de flnancemenL esL un des moyens
de reporLer a une daLe lmpreclse les rendus de compLe sur cerLalns marches (eLrangers surLouL) eL

2 Cn pourralL remplacer ce Lerme anglo-saxon dlfflcllemenL prononçable par « garanLles crolsees »,
« compensaLlon collaLerale », « garanLle mulLl-supporLs » ou « garanLles reclproques ».
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
110
en consequence, le nlveau de compensaLlon opere sur les MC eL frals d'edlLlon. Cela permeL de
repousser d'auLanL le momenL du palemenL d'une evenLuelle parL neLLe producLeur. CeLLe
perspecLlve n'esL pas, quelquefols, sans lncldence sur le coûL du fllm quand le producLeur essale de
s'assurer en amonL dans son preflnancemenL une sorLe de « dedommagemenL » anLlclpe des perLes
en llgne subles par ses fuLures receLLes. Lncore fauL-ll que lul-môme ou son pro[eL alenL le polds
commerclal de ceLLe LacLlque face a ses ballleurs de fonds.
La cross-collaLerallsaLlon demeure aussl une source de Lenslon avec les auLeurs qul volenL
s'elolgner les perspecLlves d'amorLlssemenL de leur MC eL d'encalssemenL d'une remuneraLlon
complemenLalre.
Môme sl l'on peuL augurer qu'un succes en salles se decllne sur les auLres supporLs, les
resulLaLs par marche sonL plus heLerogenes qu'll n'y paraiL. Alnsl, sl 30,9 ° des fllms dlsLrlbues enLre
2004 eL 2007 (sopto LLude) degagenL un solde poslLlf en salles, 69,3 ° des fllms sonL excedenLalres
dans leur explolLaLlon vldeo.
ll y a la maLlere a reponse au molns parLlelle a la demande des producLeurs de plafonner la
praLlque de la cross-collaLerallsaLlon a deux marches au maxlmum eL/ou de predeLermlner la
reparLlLlon par Lype de receLLes de l'amorLlssemenL du MC. Comme le suggere le rapporL Comez
(p. 38 eL ss), des negoclaLlons pourralenL s'engager sur les polnLs sulvanLs :

lnLerdlcLlon du recours aux sous-mandaLalres qul peuvenL cumuler les commlsslons eL
compllquer les clrculLs de remonLee de la receLLe ,
ldenLlflcaLlon du monLanL du MC par marche a l'lnLerleur du MC global cross-collaLerallse.
Cela permeLLralL d'eclalrer le producLeur sur la sLraLegle d'explolLaLlon du fllm par son
dlsLrlbuLeur. Le CnC demande d'allleurs ceLLe lnformaLlon pour verlfler, sous le conLrôle de
la Commlsslon europeenne, que les aldes publlques ne depassenL pas les 30 °
reglemenLalres des depenses engagees par le dlsLrlbuLeur marche par marche.

Cn peuL môme envlsager d'aller plus loln a savolr :
moduler l'alde a la dlsLrlbuLlon en foncLlon du nombre de mandaLs cumules avec une prlme
pour les dlsLrlbuLeurs qul ne les compensenL pas ,
llmlLer le nombre de mandaLs compensables quand le dlsLrlbuLeur esL egalemenL
coproducLeur.

CependanL, LouL recours môme modere a ces mesures pesera plus ou molns sur le nlveau des
MC eL celul des frals d'edlLlon compLe Lenu du caracLere Lres aleaLolre des receLLes collecLees sur les
dlfferenLs marches. Cela pourralL, enLre auLres, Larlr une source de flnancemenL des fllms. Ce n'esL
LouLefols pas une ralson pour abandonner ceLLe plsLe ne seralL-ce que pour son vralsemblable effeL
anLl-lnflaLlonnlsLe.
CependanL, les producLeurs ne peuvenL lndeflnlmenL reporLer leurs rlsques d'enLrepreneurs
sur les dlffuseurs en leur demandanL des MC eleves LouL en exlgeanL en môme Lemps qu'lls llmlLenL
leur couverLure. La seule alLernaLlve coherenLe esL de falre evoluer la sLraLegle de flnancemenL des
fllms en recouranL molns au preflnancemenL des dlsLrlbuLeurs/dlffuseurs lnLervenanL sur des
marches a rlsque qul vonL, loglquemenL, essayer de s'en premunlr en cumulanL les garanLles.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
111
4. S|ngu|ar|ser |es fonct|ons quand |e d|str|buteur est coproducteur

Cuand le dlsLrlbuLeur esL coproducLeur, ces deux foncLlons dolvenL ôLre parfalLemenL
dlsLlnguees :

la parL de coproducLeur revenanL au dlsLrlbuLeur dolL ôLre rlgoureusemenL proporLlonnelle
a son lnvesLlssemenL du môme nom ,
la recuperaLlon de son apporL dolL ôLre de môme rang que celle des auLres coproducLeurs,
solL apres remboursemenL de son a-valolr, eL non en falsanL masse avec ce dernler pour se
rembourser de ses apporLs sur 100 ° des 8nÞÞ.

C. ADAÞ1Lk LLS kAÞÞCk1S AVLC L'LkÞLCI1A1ICN
ll devlenL necessalre de regler les problemes lles a l'evoluLlon des modes de commerclallsaLlon
des fllms aupres du publlc. ll fauL, en effeL, garder a l'esprlL qu'une exposlLlon durable eL renouvelee
des fllms françals sur LouL le LerrlLolre esL une des condlLlons de survle du clnema naLlonal quand on
observe le sorL reserve chez nos volslns europeens a leur propre clnema en s'adonnanL aux
meLhodes d'offre saLuranLe des fllms dans les salles. ll fauL donc a ceLLe fln aglr dans plusleurs
dlrecLlons.

1. Les cond|t|ons de |ocat|on

8evenlr a des praLlques plus sLables eL plus clalres en maLlere de locaLlon. Þour cela, ll faudralL
meLLre en vlgueur des condlLlons generales de locaLlon qul s'appllquenL a defauL de sLlpulaLlons
ecrlLes, convenues enLre le dlsLrlbuLeur eL l'explolLanL. Ces dlsposlLlons, arrôLees par accord
lnLerprofesslonnel, deflnlralenL les condlLlons mlnlmales d'acces aux salles eL de malnLlen a l'afflche
des fllms dlsLrlbues, (nombre de semalnes plelnes avec pallers de reLralL ou de seances a reparLlr de
manlere homogene sur plusleurs semalnes). Llles devralenL, blen sûr, ôLre compaLlbles avec le drolL
de la concurrence. CeLLe leglslaLlon devralL ôLre appreclee, cerLes a l'aune du refus des enLenLes
naLlonales, mals egalemenL en regard de la poslLlon des monopoles locaux d'explolLaLlon.

2. Mu|t|programmat|on et mu|t|d|ffus|on

MulLlprogrammaLlon eL mulLldlffuslon onL pour effeL d'explolLer les fllms de manlere
lnegallLalre (sopto Chap. l.ll.8.2), ce qul a pour consequence de concenLrer la frequenLaLlon sur un
peLlL nombre de LlLres beneflclanL d'une offre lnLenslve au deLrlmenL de l'ecrasanLe ma[orlLe des
auLres fllms [uges, a LorL ou a ralson, molns « porLeurs ». ll s'aglL la d'un probleme cle du clnema car
a quol bon encourager creaLlon, producLlon eL dlsLrlbuLlon pour que les quaLre clnqulemes de la
producLlon alnsl sLlmulee connalssenL un sorL funesLe en salles ? Þour LenLer de resoudre ce
probleme, ll fauL aglr dans plusleurs dlrecLlons :

Þour LenLer de resoudre ce probleme, ll faudralL adapLer regulleremenL eL sysLemaLlser le conLrôle
des engagemenLs de programmaLlon souscrlLs par les clrculLs naLlonaux ou reglonaux sous l'eglde du
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
112
CnC. La numerlsaLlon de la dlffuslon falL en effeL sans cesse evoluer les Lechnlques de
commerclallsaLlon des fllms eL ll convlenL que le processus de regulaLlon ne s'essouffle a les sulvre.
Le nouveau dlsposlLlf prevu par le decreL du 8 [ullleL 2010 vlse a garanLlr le malnLlen de la
dlverslLe de l'offre clnemaLographlque eL a favorlser la plus large dlffuslon des ouvres conforme a
l'lnLerôL general, de manlere adapLee a l'ere numerlque. Les engagemenLs souscrlLs pour deux ans eL
renouvelables s'organlsenL auLour des ob[ecLlfs sulvanLs :

la promoLlon du clnema europeen, eLendue aux ouvres des clnemaLographles peu
dlffusees ,
le malnLlen d'un Llssu dlverslfle d'enLreprlses de dlsLrlbuLlon noLammenL par la promoLlon
des ouvres de dlsLrlbuLeurs lndependanLs ,
la llmlLaLlon, au seln d'un môme eLabllssemenL, de la mulLldlffuslon des ouvres ,
la place des offres alLernaLlves (« hors fllm ») en salles, rendues posslbles par la dlffuslon
numerlque.

Ces ob[ecLlfs sonL ensulLe adapLes a la slLuaLlon eL au polds du groupemenL concerne au plan
naLlonal eL/ou reglonal. Ces engagemenLs concernenL envlron 60 ° des enLrees reallsees. uans son
rapporL d'acLlvlLe 2011, la medlaLrlce du clnema ne decele pas de derlve ma[eure dans l'appllcaLlon
de ces engagemenLs mals n'en souleve pas molns cerLalns problemes reperes en 2012 eL qul
perslsLenL en 2013. Ses recommandaLlons gardenL LouLe leur perLlnence, a savolr :

rappeler aux operaLeurs de produlre un bllan annuel de la mlse en ouvre des engagemenLs
de programmaLlon. CeLLe exlgence esL plus ou molns LardlvemenL respecLee. La medlaLrlce
n'a pu alnsl evaluer l'appllcaLlon de ces engagemenLs pour 2012. Ce bllan esL pourLanL
caplLal sl l'on veuL reguler au plus fln les praLlques de programmaLlon ,
lever les amblgu€Les exlsLanL parfols lors de l'auLorlsaLlon d'lmplanLaLlon donnee aux salles
par les CuAC.

« Ln parLlculler, l'lnsLrucLlon ou la declslon de la CuAC falL de plus en plus souvenL eLaL d'un
accord slgne enLre le porLeur du pro[eL eL l'explolLanL le plus dlrecLemenL concurrence dans la zone
de chalandlse alnsl parfols que la collecLlvlLe locale concernee, accord qul vlse a dlfferencler les
pro[eLs de programmaLlon , ceL accord esL alors mls en avanL pour ecarLer LouLe ob[ecLlon au pro[eL
fondee sur un effeL poLenLlel negaLlf sur la dlverslLe clnemaLographlque offerLe aux specLaLeurs.
(•.) ceLLe praLlque conLourne le rôle de la CuAC qul a le pouvolr de ller son auLorlsaLlon a des
engagemenLs de programmaLlon noLlfles au CnC. Llle porLe, de plus, en germe des problemes de
regularlLe en Lermes de drolL de la concurrence. » (p .3) AuLremenL dlL, un « arrangemenL local » ne
sauralL Lenlr lul de mecanlsme de regulaLlon de la programmaLlon ,

surmonLer les dlfflculLes de verlfler les declaraLlons des operaLeurs sur cerLalns
engagemenLs cruclaux Lelles la dlverslLe ou la mulLldlffuslon. uans ceLLe perspecLlve,
l'amelloraLlon des ouLlls d'observaLlon permeL d'afflner l'acces aux lnformaLlons uLlles
comme, par exemple, la programmaLlon par seance. L'elaboraLlon par le CnC de ces ouLlls
esL en cours d'achevemenL ,
a[usLer regulleremenL les engagemenLs de programmaLlon de chaque eLabllssemenL en
foncLlon de la slLuaLlon concurrenLlelle dans sa zone de chalandlse ,
perennlser les engagemenLs prls au LlLre de l'annee 2013 (reference aux seances
[ournalleres, non prlse en compLe de la vC ou la vl ou du Lype de supporL, eLc.) eL
s'lnLerroger, en maLlere de mulLldlffuslon, sur le nlveau des pourcenLages auLorlses par
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
113
eLabllssemenL, au[ourd'hul eleve, pour les mulLlplexes dlsposanL d'un nombre lmporLanL
d'ecrans ,
malnLenlr le prlnclpe qu'aucune deprogrammaLlon d'un fllm en cours d'explolLaLlon ne
peuL ôLre operee sans lnformaLlon prealable du dlsLrlbuLeur concerne lorsque la salle
recourL a une derogaLlon de ses engagemenLs en maLlere de mulLldlffuslon.

Au LoLal, la pollLlque relaLlve aux engagemenLs de programmaLlon ne devralL pas perdre de
vue deux ob[ecLlfs prlnclpaux :

llmlLer slgnlflcaLlvemenL par vole d'accords lnLerprofesslonnels les praLlques de
mulLldlffuslons en usanL des ouLlls cl-dessus evoques eL en les adapLanL en foncLlon de la
slLuaLlon commerclale des zones concernees ,
harmonlser par le hauL le nlveau des engagemenLs enLre operaLeurs places dans des
slLuaLlons comparables.
1ouLefols, ll ne fauL pas se cacher que ceLLe pollLlque de comporLemenL professlonnel
consLrucLlve eL respecLueuse des fllms comporLe un lnconvenlenL secondalre. vu le nombre de fllms
dlsLrlbues, ll rlsque de se creer un lmporLanL embouLelllage a l'enLree des salles qul assureralenL aux
fllms une explolLaLlon plus decenLe, noLammenL dans les vllles ou le nombre d'ecrans esL llmlLe.

D. ÞkC1LGLk LLS SCk1ILS DLS IILMS LLS ÞLUS IkAGILLS
AcLuellemenL, un nombre lmporLanL de fllms LCl sonL dlsLrlbues dans des condlLlons Lres
dlfflclles en obLenanL des resulLaLs qul condulsenL a une grande perLe d'energle professlonnelle.
Cuand ll s'aglL de premlers fllms, la perspecLlve d'en reallser un second s'en Lrouve elolgnee. Þas
eLonnanL que le nombre de seconds fllms solL en moyenne egal a la molLle de celul des premlers.
uans un Lel conLexLe, la quesLlon prealable esL la sulvanLe : les salles peuvenL-elle dlffuser dans
de bonnes condlLlons 20 ° de fllms de plus qu'll y a dlx ans pour l'essenLlel 73 a 80 lll
supplemenLalres dans un marche qul semble se sLablllser auLour de 200 mllllons d'enLrees ? Þour un
nombre d'ecrans qul a crû de 4 ° eL celul des fauLeulls qul a sLagne ? Ce desequlllbre sLrucLurel enLre
offre eL debouches pourralL en falre douLer. ÞourLanL, dans un pays de llberLe de creaLlon eL de
dlffuslon, ll esL lmperaLlf de LenLer des soluLlons.
Le dlsLrlbuLeur, en accord avec le producLeur, auralL le cholx enLre Lrols posslblllLes :

une sorLle classlque, Lelle qu'elle se deroule acLuellemenL mals beneflclanL de l'accord
naLlonal de dlsLrlbuLlon eL des engagemenLs de programmaLlon plus hauL evoques (sopto C.
1 eL 3). uans ce cas, le dlsLrlbuLeur esLlme qu'engager des frals d'edlLlon se leglLlme solL en
ralson du poLenLlel commerclal de son fllm, solL parce qu'une bonne exposlLlon en salles
amellorera la renLablllLe ulLerleure de son acLlf ,
une sorLle pour fllms fraglles, sur selecLlon d'une commlsslon, aLLrlbuanL deux avanLages
desLlnes a encourager leur explolLaLlon :

une surponderaLlon des crlLeres d'aLLrlbuLlon du label ArL eL essal pour declencher
l'alde selecLlve a l'explolLaLlon (sopto). La duree de commerclallsaLlon par polnLs de
venLe enLreralL dans les crlLeres des calculs de l'alde,
un acces prlvllegle a l'alde a la dlsLrlbuLlon.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
114
Þour evlLer d'ôLre assalllle par les demandes de la parL de dlsLrlbuLeurs qul n'auralenL rlen a
perdre a les formuler, la commlsslon pourralenL eLabllr des crlLeres sLrlcLs de recevablllLe : premlers
ou deuxlemes fllms, hlsLorlque du dlsLrlbuLeur, engagemenL du dlsLrlbuLeur sur une acLlvlLe conLlnue
(exlsLence d'un porLefeullle de fllms a commerclallser), eLc.
Þour les fllms refuses par la commlsslon, lls auralenL la posslblllLe blen enLendu de sorLlr en
salles a leurs rlsques eL perlls ou d'opLer pour une sorLle dlrecLe en vldeo souLenue par un reel efforL
de publlclLe, encourage par un souLlen selecLlf a la dlsLrlbuLlon donL une parLle seralL reservee pour
lnsLaller ce Lype de fllms sur ce marche.
Môme sl les esprlLs ne sonL pas mûrs, noLammenL chez les reallsaLeurs qul souhalLenL Lou[ours
monLrer leurs fllms en salles, ll seralL Lemps de conslderer que dlffuser un fllm sur un ecran Pu de
Lelevlslon peuL equlvalolr en quallLe a la pro[ecLlon dans cerLalnes salles ou ne vlendra qu'une
polgnee de specLaLeurs.
Þar allleurs, une sorLle sur lnLerneL sous un label valorlse a l'heure de la Lelevlslon connecLee
eL des ecrans plasma peuL aLLlrer les faveurs des [eunes, grands amaLeurs de ce supporL. nombre de
courLs meLrages qul ne LrouvenL plus leur place dans les salles sonL dlffuses de ceLLe façon. ll devlenL
opporLun de mener une reflexlon sur ces su[eLs dans le buL de sLlmuler la creaLlon eL d'offrlr un cadre
adequaL a la dlffuslon elargle de cerLalnes ouvres pluLôL que de les lalsser aller chercher une morL
commerclale raplde en salles, sulvle d'un oubll deflnlLlf.

L. CCNSCLIDLk LLS S1kUC1UkLS
L'exLrôme desequlllbre exlsLanL dans la sLrucLure du secLeur de la dlsLrlbuLlon ou une cenLalne
de socleLes qul commerclallsenL de l'ordre de 300 fllms (326 en 2012) se parLagenL envlron 10 ° des
encalssemenLs, dolL ôLre corrlge. Ces enLreprlses dlffusenL pour l'essenLlel ceLLe peLlLe molLle des lll
qul ne reallsenL pas 20 000 enLrees lrance eL ne survlvenL que grâce a l'alde selecLlve a la dlsLrlbuLlon
qul represenLe dans cerLalns cas une parL lmporLanLe de leur chlffre d'affalres. uans ceLLe
perspecLlve, le renforcemenL sLrucLurel de ce secLeur exlge de prendre plusleurs mesures.

1. 8eLabllr un caplLal mlnlmum LoLalemenL llbere en especes (30 000 t) pour doLer une
enLreprlse qul demarre d'un seull de ressources propres. Þour celles qul exlsLenL de[a, accorder un
delal pour reconsLlLuer ce nlveau de caplLal sl cela esL necessalre.

2. lnclLer au regroupemenL des enLreprlses de dlsLrlbuLlon en subordonnanL l'alde selecLlve au
rapprochemenL des sLrucLures. Þlusleurs approches peuvenL ôLre a ceLLe fln explorees :

elever le nombre de fllms (acLuellemenL de 4 a 8) qul ouvrenL l'acces de l'alde aux
programmes afln d'lnclLer les enLreprlses a se rapprocher ,
accroiLre le nombre de fllms de reference (3 fllms dlsLrlbues les deux dernleres annees ou
deux mandaLs en cours) pour beneflcler de l'alde LlLre par LlLre ,
soumeLLre les aldes a l'exlgence de l'emplol par l'enLreprlse d'une equlpe permanenLe
mlnlmale afln de llmlLer le recours a la sous-LralLance eL la prollferaLlon de socleLes
vlrLuelles.

3. LuLLer conLre l'emleLLemenL des sLrucLures. Þlusleurs mesures pourralenL y conLrlbuer :

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lll
11S
supprlmer les aldes a la sLrucLure, acLuellemenL plafonnee a 33 000 t, devenues lnuLlles des
lors qu'un caplLal mlnlmum esL exlge ,
reflechlr a la mellleure meLhode pour admlnlsLrer l'alde (avance au forfalL ou souLlen egal a
un pourcenLage des perLes subles ?) ,
ne pas malnLenlr l'alde selecLlve aux socleLes qul n'onL pas aLLelnL un seull mlnlmum
d'enLrees moyen par fllm au bouL de deux ou Lrols exerclces.

Au LoLal, quelles que solenL les voles sulvles, l'alde selecLlve a la dlsLrlbuLlon dolL aussl avolr un
effeL plus sLrucLuranL que celul qul esL consLaLe. Alors que 60 ° des credlLs (alde aux programmes)
poursulvenL ceL ob[ecLlf, la slLuaLlon acLuelle n'esL pas opLlmale. L'alde esL desLlnee a souLenlr la
dlffuslon de fllms dellcaLs a commerclallser, a encourager la dlverslLe de la creaLlon eL a brasser les
LalenLs qul y accedenL, non a subvenLlonner oJ llbltom des enLlLes qul ne fonL pas la preuve de leur
efflcaclLe professlonnelle ou dlsLrlbuenL Lres occaslonnellemenL des fllms.

CCNCLUSICN : kLNICkCLk LL SCU1ILN AU1CMA1IÇUL.
Cuel que solL le mode d'affecLaLlon de l'alde reLenue enLre producLeurs eL dlsLrlbuLeurs, la
slLuaLlon flnanclere dlfflclle de la branche lnclLe a recommander a renforcer le souLlen auLomaLlque a
la dlsLrlbuLlon (lofto v.C.1).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
116
IV. ÞkC1LGLk L1 S1IMULLk LL SLC1LUk DL LA
VIDLC

Le secLeur de la vldeo connaiL une forLe rechuLe de son chlffre d'affalres dans LouLes ses
decllnalsons (sopto Chap.l.l.4). ll devlenL urgenL de meLLre fln a ceLLe hemorragle, de LenLer de lul
redonner un second souffle en amenageanL son marche LouL en s'efforçanL d'alleger ses charges.
Cela, afln de rendre LouL son polds a la vldeo dans les mecanlsmes de flnancemenL.

A. LU11L CCN1kL LL ÞIkA1AGL
une luLLe acLlve conLre le plraLage esL une des condlLlons cles pour permeLLre l'essor de la
vldeo sous LouLes ses formes.

1. Lever rap|dement certa|nes |ncert|tudes |óg|s|at|ves

ues lors que la sancLlon de la fermeLure de l'acces a lnLerneL a eLe supprlmee en [ullleL 2013, le
sysLeme de sancLlon par vole d'amendes en cas de recldlve dolL ôLre rapldemenL deflnl eL appllque.
Le nlveau de l'amende dolL ôLre dlssuaslf eL progresslf eL lle a la frequence eL la gravlLe de l'acLe
dellcLueux.
L'Padopl ou l'lnsLlLuLlon qul la remplaceralL dans ceLLe foncLlon devra consenLlr egalemenL un
lmporLanL efforL de communlcaLlon pour rempllr sa mlsslon pedagoglque de prevenLlon de la
plraLerle.

2. D|st|nguer entre |es formes de p|rater|e ?

a. La Lolerance prônee par le rapporL Lescure sur les echanges non marchands « peer Lo peer »
a dlsLlnguer de la plraLerle dellnquanLe organlsee en sLreamlng ne falL pas l'unanlmlLe au seln de la
professlon.
CependanL, par reallsme, ll apparaiL lmporLanL de hlerarchlser les ob[ecLlfs LanL la Lâche esL
lmmense. La prlorlLe dolL donc ôLre donnee a la luLLe conLre la plraLerle lucraLlve qul esL de loln la
plus dommageable sans pour auLanL negllger la represslon par vole d'averLlssemenL eL d'amende les
parLlcullers recldlvlsLes.
La luLLe conLre la conLrefaçon, pour ôLre efflcace, dolL s'efforcer de frapper le phenomene a la
source eL l'arsenal leglslaLlf acLuellemenL en vlgueur sufflL a meLLre en ouvre ceLLe represslon. Llle
ne dolL [amals meconnaiLre les grands prlnclpes en [eu : compeLence du [uge [udlclalre, defenseur
des llberLes, pour ordonner d'evenLuelles mesures coerclLlves (fermeLure des slLes, poursulLes
penales, eLc.).
CependanL, la pluparL des organlsaLlons de plraLage se slLuanL en dehors de nos fronLleres, une
cooperaLlon lnLernaLlonale resLe lndlspensable pour luLLer conLre leur acLlvlLe.

b. Þour rendre ceLLe pollLlque represslve encore plus efflcace, ll convlendralL de condulre une
reflexlon LendanL a assocler l'ensemble des acLeurs qul parLlclpenL a la moneLlsaLlon de ces acLlvlLes
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
117
llllclLes. La vole de l'auLoregulaLlon ou de la co-regulaLlon pourralL uLllemenL ôLre exploree, en falsanL
parLlclper a la reflexlon les regles, les assoclaLlons d'annonceurs, les agences de publlclLe eL les
eLabllssemenLs flnanclers, qul concourenL a assurer a cerLalns slLes eL a leurs uLlllsaLeurs des
ressources publlclLalres de LouLes naLures. L'ob[eL de ceLLe acLlon demeureralL le LarlssemenL
concerLe de ces sources de revenus, prlnclpales moLlvaLlons des pllleurs de drolLs.
Le ÞarlemenL s'esL salsl de la quesLlon de la conLrefaçon, ll s'aglralL qu'll lnscrlve dans ses
mesures leglslaLlves ceL aspecL du probleme qul connaiL un developpemenL exponenLlel LanL ll esL
plus slmple de plraLer des conLenus audlovlsuels que de s'adonner a la fabrlcaLlon eL a l'ecoulemenL
de conLrefaçons lndusLrlelles.

3. Iort|f|er |'offre |óga|e

Sur le long Lerme, la mellleure reponse au plraLage en llgne reslde dans la mlse en ouvre de
Lous les moyens necessalres pour bâLlr eL falre perdurer une offre legale aLLracLlve, seule façon de
conLenlr la plraLerle. Les mesures proposees cl-dessous vonL dans ce sens.

8. S1IMULLk LL MAkCnL
Le marche de la vldeo a besoln a l'evldence d'ôLre sLlmule car ll n'occupe pas la place qul
devralL ôLre la slenne au seln des debouches de l'lndusLrle du clnema.

1. Une po||t|que des pr|x p|us attract|ve

LdlLeurs eL dlsLrlbuLeurs de vldeo physlque menenL un pollLlque de prlx dynamlque au servlce
d'un markeLlng lmaglnaLlf pour LenLer de frelner la chuLe de leur chlffre d'affalres. Þour ne pas sublr
le sorL du uvu comme peuL le falre cralndre la balsse hlsLorlque de son CA en 2013, la vau a l'acLe en
locaLlon gagneralL a praLlquer des prlx plus bas car le consommaLeur compare la LarlflcaLlon
proposee sur ce supporL a l'acqulslLlon d'un uvu a usage renouvelable lncluanL ou non des bonus eL
donL les prlx sonL souvenL en chuLe llbre quand ll ne s'aglL pas de nouveauLes.
ue môme, le coûL d'un LelechargemenL deflnlLlf n'esL pas assez en rupLure avec le prlx d'un
uvu sans offrlr le môme nlveau de servlces : un seul formaL de flchler, pas de bonus, falble
lnLeroperablllLe. 1ouLe une sLraLegle esL a reconsLrulre pour les edlLeurs dans ce domalne. Cn
consLaLe d'allleurs une Lendance recenLe des operaLeurs a balsser leurs prlx.
A ceLLe fln, une reducLlon du Laux de 1vA de 20 a 10 ° conLre un engagemenL de la repercuLer
sur les prlx de deLall souLlendralL ceLLe sLraLegle commerclale LouL en permeLLanL d'afflner l'offre
(promoLlons, horalres, eLc.).

2. Une offre p|us dynam|que

ll s'aglL de relancer des servlces payanLs en rendanL l'offre plus souple eL plus dynamlque. La
reallsaLlon de ceL ob[ecLlf passe par plusleurs lnlLlaLlves.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
118
a. assoupllr la chronologle des medlas (lofto) ,

b. encadrer sous condlLlons la suspenslon des drolLs praLlques par cerLalnes chaines de
Lelevlslon (lofto) ,

c. raccourclr sous condlLlons les delals de mlse a dlsposlLlon des fllms en vau,

d. assurer l'acces non dlscrlmlnaLolre a l'ensemble des servlces de vau.
Seule une offre flulde, alsemenL accesslble, permeLLra au consommaLeur de s'hablLuer a user
de ses conLenus. Cela ne dolL pas condulre a negllger de les edlLorlallser pour gulder le cllenL dans
ses cholx.

e. accelerer la mlse sur le marche des ouvres en vCu. Molns des deux Llers des fllms sorLls en
salles enLre [ullleL 2011 eL [uln 2012 eLalenL dlsponlbles en vau en ocLobre de la môme annee. Ce
pourcenLage eLalL de 37 ° pour les fllms françals conLre 90 ° pour les fllms amerlcalns. L'aLLrlbuLlon
des aldes en faveur de la vldeo devralL ôLre soumlse a un engagemenL du producLeur ou du
dlsLrlbuLeur de proposer la commerclallsaLlon en vau dans les quaLre mols de leur sorLle en salles.
Les fllms françals seralenL dlsponlbles sur l'ensemble des plaLeformes eL parLlclperalenL au
developpemenL de l'offre legale eL alnsl qu'a l'ob[ecLlf commun de luLLe conLre le plraLage

3. L'assoup||ssement de |a chrono|og|e des mód|as et |e dóge| des dro|ts à
|'|ntór|eur des fenôtres d'exp|o|tat|on

a. Avantages et ||m|tes de |a chrono|og|e actue||e

Conserver la chronologle acLuelle assorLle du gel acLuel des fenôLres d'explolLaLlon des chaines
convlenL a une ma[orlLe d'operaLeurs (chaines payanLes eL chaines graLulLes). Llle consLlLue, pour
l'lnsLanL, la mellleure manlere de decourager Amazon, neLfllx ou Coogle de s'lnsLaller sur le marche
françals dans des condlLlons de concurrence deloyale (sopto Chap l. v. Concluslon). Cn peuL
cependanL falre remarquer que :

le rlsque demeure qu'operanL depuls l'eLranger ces plaLeformes lancenL malgre LouL le
marche de la SvCu selon leurs propres crlLeres commerclaux eL non en foncLlon des
fenôLres auLorlsees. C'esL falre un parl aleaLolre sur leur comporLemenL eL ôLre amene a
reaglr evenLuellemenL en poslLlon de falblesse ,
le danger ne peuL ôLre ecarLe qu'une SvCu malnLenu a 36 mols sonne le glas d'une percee
du clnema sur ce marche en faveur des serles qul consLlLuenL l'essenLlel de la
programmaLlon de neLfllx par exemple.

b. La quest|on du ge| des dro|ts

Les chaines de Lelevlslon, eL en parLlculler Canal+, en fonL une quesLlon de prlnclpe
conslderanL que le nlveau de leurs obllgaLlons eL la necesslLe de slngularlser leurs marches passenL
necessalremenL par une proLecLlon sLrlcLe de leur fenôLre de dlffuslon. Þar allleurs, la chronologle
LouLe enLlere esL llee aux mecanlsmes de preflnancemenL eL a la necesslLe de proLeger les
lnvesLlssemenLs des pre-acheLeurs. CeLLe poslLlon souleve plusleurs quesLlons :
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
119
la perlode d'explolLaLlon de la vau resLe de l'ordre de 3 a 6 mols car l'enchainemenL des
perlodes de gel enLre Canal Þlus eL les chaines generallsLes peuL reporLer a deux ou Lrols
ans la remlse de l'ouvre sur un marche qul ne vend quaslmenL que des nouveauLes. CeLLe
praLlque du gel des drolLs peuL môme s'eLendre [usqu'a 48 mols quand les malsons meres
des chaines hlsLorlques en clalr regroupenL leurs achaLs avec ceux de leurs flllales de la 1n1.
CeLLe slLuaLlon brlde l'essor de la vau ,
le gel des drolLs ne concerne que la locaLlon demaLerlallsee car les uvu conLlnuenL a garnlr
les rayons des magaslns eL le LelechargemenL deflnlLlf domlne a 93 ° par l1unes n'esL pas
lnLerrompu. une Lelle slLuaLlon qul lalsse en acLlvlLe 83 ° du marche global de la vldeo ne
semble pas nulre parLlculleremenL aux dlffuslons sur les chaines comme duranL la perlode
du uvu florlssanL, ou Canal + programmanL ses fllms a 12 mols, ne cessalL de gagner des
abonnes. Ln effeL, pourquol l'abonne paleralL-ll la vlslon d'un fllm en vau de Lrols a clnq
fols plus cher qu'elle ne lul revlenL sur Canal + ? Þourquol acceder a LlLre onereux a un fllm
que l'on annonce sur une chaine en clalr ? Ce seralL le uvu eL la vau qul auralenL le plus a
cralndre des chaines que le conLralre. 8len plus, la venLe de cerLalns LlLres en llgne esL
parfols sLlmulee apres leur dlffuslon en clalr ,
en dehors des mauvals resulLaLs de l'annee 2013, LouL lndlque que, LouLe plraLerle mlse a
parL, la vau en locaLlon a l'acLe s'esL subsLlLuee au uvu ces dernleres annees pluLôL qu'au
vlslonnage des chaines. L'amaLeur de vldeo a en effeL opere des arblLrages enLre les prlx
des nouveauLes sur les deux supporLs. ue plus, le consommaLeur presse de vldeo ne
paLlenLera pas [usqu'au passage ulLerleur sur les chaines de Lelevlslon pour saLlsfalre son
deslr. Ce sonL au conLralre les consommaLeurs les molns moLlves qul aLLendronL la dlffuslon
des fllms sur les chaines pour ne pas avolr a les louer ou les acheLer en vldeo. uans ce cas,
c'esL la vldeo qul seralL vlcLlme de la programmaLlon des chaines ,
CCS qul ne demande pas la fermeLure des fenôLres vau pendanL l'explolLaLlon de ses drolLs
audlovlsuels a vu ses abonnemenLs exploser lors de l'ouverLure de sa dlsLrlbuLlon,
enfln, on ne volL aucune leglLlmlLe a voulolr geler les drolLs d'un fllm que l'on a refuse en
preachaL eL/ou en achaL.

c. Çue fa|re ?

uans sa recommandaLlon n¨ 7, le rapporL Lescure formule les suggesLlons sulvanLes :

avancer la fenôLre vau a Lrols mols, pour l'ensemble des servlces de vau ou unlquemenL
pour ceux ayanL prls des engagemenLs volonLalres dans le cadre du dlsposlLlf de
convenLlonnemenL ,
lnsLlLuer une commlsslon professlonnelle au seln du CnC, compeLenLe pour auLorlser des
experlmenLaLlons (sorLle anLlclpee ou slmulLanee, vau premlum, geolocallsaLlon pour les
foyers dlsLanLs d'au molns 30 km d'une salle de clnema) eL des derogaLlons (pour les fllms
dlsLrlbues sur molns de 20 coples eL pour les fllms confronLes a un echec commerclal) ,
avancer la fenôLre de la SvCu a 18 mols pour les servlces s'engageanL dans un dlsposlLlf de
convenLlonnemenL comporLanL des obllgaLlons de producLlon ,
lnLrodulre un prlnclpe de fenôLres gllssanLes pour les fllms Llres sur molns de 100 coples
(60 ° des sorLles), afln de faclllLer leur explolLaLlon dans les fenôLres ou aucun acLeur n'a
parLlclpe au preflnancemenL. ll s'aglL en praLlque de remonLer la chronologle d'un cran en
cas d'absence de preflnancemenL sur la fenôLre precedenLe.
lnLerdlre ou llmlLer les gels de drolL vAu pendanL les dlffuslons Lelevlsees.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
120
La poursulLe de ces ob[ecLlfs nous semble correspondre a une evoluLlon lnevlLable du marche
dlcLee par la LransformaLlon du comporLemenL du consommaLeur (sopto). ll fauL Lâcher de les
aLLelndre de manlere ordonnee pour evlLer LouLe evenLuelle perLurbaLlon du côLe des operaLeurs eL
conLlnuer a eLayer l'archlLecLure du flnancemenL de la producLlon. ll seralL donc posslble d'aglr par
eLape. CerLalnes mesures peuvenL ôLre prlses sans Larder, d'auLres aux consequences plus
sLrucLurelles ne seralenL mlses en ouvre que sous condlLlons.

CependanL, LouL mouvemenL dans ce domalne dolL respecLer Lrols prlnclpes de base :
A avanLage de dlffuslon egal, obllgaLlons d'lnvesLlssemenL egales. Ce prlnclpe esL Lres
lmporLanL, ll esL fondaLeur de LouL mouvemenL en maLlere de chronologle des medlas ,
ne dolvenL ôLre proLeges que les drolLs preflnances ,
SancLuarlser les quaLre mols de la salle avec posslblllLe de legeres adapLaLlons a la marge
pour cerLalnes caLegorles de fllms.

K"*($"* B "11"-* )++7.)%-*

L'espace de programmaLlon de la salle dolL ôLre sancLuarlse a quaLre mols. L'explolLaLlon
prefereralL ne pas lnLrodulre d'auLomaLlsme (raccourclssemenL a Lrols mols du delal de
sorLle des fllms en vldeo) qul meLLralL en perll sa proLecLlon de prlnclpe eL reacLlver la
commlsslon des derogaLlons. Þourquol pas ? ll faudralL que ceLLe commlsslon, suggeree
aussl par le rapporL Lescure, sLaLue sur la commerclallsaLlon plus precoce en aval de la salle
des fllms ayanL dlspose de molns de 20 coples. Sl ceLLe lnsLance foncLlonne avec une
cerLalne ouverLure d'esprlL, les resulLaLs concreLs seralenL ldenLlques. A noLre sens,
l'assoupllssemenL de la chronologle des medlas pour les fllms a dlffuslon confldenLlelle ne
devralL provoquer aucun bouleversemenL de la frequenLaLlon, nl gôner les supporLs qul ne
les onL pas preacheLes.
AuLorlser la llberLe de programmaLlon en vldeo eL ou sur les chaines au-dela de 4 mols pour
les fllms n'ayanL falL l'ob[eL du preflnancemenL d'aucun supporL qul ne peuL preLendre se
proLeger de l'explolLaLlon d'un fllm donL ll n'a pas voulu. Sl un dlffuseur eLalL lnLeresse par
une Lelle acqulslLlon, duree des fenôLres eL proLecLlons des drolLs seralenL deflnls par vole
conLracLuelle en [ouanL noLammenL sur les prlx. Cela permeLLralL d'elarglr la dlffuslon des
ouvres de la dlverslLe eL leur evlLer de Lomber dans l'oubll sans nulre a l'economle du
preflnancemenL. La ma[orlLe des documenLalres seralenL dans ce cas eL les dlffuseurs
seralenL encourages a lnvesLlr dans ce genre. CeLLe mesure demanderalL blen sûr des
adapLaLlons reglemenLalres.
MeLLre en ouvre le prlnclpe de fenôLres gllssanLes pour les fllms Llres sur molns de 100
coples (60 ° des sorLles) qul n'onL beneflcle que d'un preflnancemenL parLlel. Sl, par
exemple, le fllm ne dlspose que d'un preflnancemenL vldeo, la daLe du debuL des drolLs de
Canal + pourralL remonLer, le prlnclpe du gel de la fenôLre vldeo eLanL llbremenL negocle a
Lravers le prlx.

K"*($"* *'(* &',.)-)',*

ll esL lcl suggere que la reducLlon de la fenôLre de la SvCu a 18 mols eL l'abandon du gel des
fenôLres d'explolLaLlon des chaines solenL de prlnclpe, mals ll seralL sage de reporLer la daLe d'enLree
en vlgueur de ces nouvelles normes le Lemps de :

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
121
lalsser les professlonnels se concerLer sur le monLanL des obllgaLlons des servlces qul
opereralenL dans ce delal eL d'en obLenlr la LraducLlon reglemenLalre. Le prlnclpe de leur
flxaLlon dolL ôLre a « avanLage de dlffuslon egal, obllgaLlons egales » ,
permeLLre aux pre-acheLeurs d'adapLer leur programmaLlon a la nouvelle donne en
prevoyanL un calendrler d'appllcaLlon respecLanL les drolLs de[a acquls ,
commencer a meLLre en place du sysLeme de la 1vA du pays consommaLeur (1er[anvler
2013) afln de commencer a proLeger les servlces naLlonaux conLre les operaLlons des
edlLeurs/dlffuseurs eLrangers dans des condlLlons anLl-concurrenLlelles. Môme sl
l'lnsLallaLlon deflnlLlve du dlsposlLlf pourralL se reveler laborleuse, des mesures LranslLolres
semblenL posslbles, le Lemps qu'll aLLelgne sa vlLesse de crolslere (lofto L).

uans l'lnLervalle, sl la professlon le souhalLe, une commlsslon pourralL auLorlser ce nouveau
delal pour les fllms n'ayanL pas depasse un cerLaln nlveau d'enLrees en salles. CeLLe perlode seralL
mlse a proflL pour apprecler l'lmpacL de ceLLe mesure pour modlfler evenLuellemenL a la marge la
nouvelle reglemenLaLlon.
une daLe buLolr devralL cependanL ôLre flxee pour evlLer les manouvres dllaLolres desLlnees a
reporLer slne dle la mlse en appllcaLlon de ces mesures.

d. Les consóquences

ues lors que la vldeo sous LouLes ses formes pourralL ôLre explolLee quaLre mols apres les
salles eL sans conLralnLe a l'lnLerleur des fenôLres des chaines, ces dernleres seralenL fondees a
demander un decalage vers le hauL de la perlode d'exerclce de leurs drolLs. La vldeo dlsposeralL
d'une perlode d'excluslvlLe plus courLe mals la vau ne seralL plus bloquee dans son explolLaLlon.
1ouLe la chaine du flnancemenL y gagneralL.

L',&"$,%,- L%,%/ M/(*
Crâce a la meLhode du decalage des fenôLres vers l'amonL, le groupe Canal + peuL
reLrouver l'lnLegrallLe de sa fenôLre d'explolLaLlon.
ll dlspose avec Canal Þlus lnflnlLy d'une base d'abonnes qul lul permeL d'esperer une
monLee en pulssance raplde de son servlce SvCu. A ceL egard, ll faudra velller a ce que le
respecL des regles de la concurrence n'alL pas pour consequences d'lnLerdlre au groupe
Canal+, en poslLlon domlnanLe en maLlere de Lelevlslon payanLe, de developper ce marche.
A propos du pre[udlce qu'une Lelle mesure pourralL causer a sa 1v8 ou a Clne +, ll faudralL
lalsser le consommaLeur arblLrer enLre la formule de Canal + eL ses decllnalsons qul lul
offrenL sporL, serles lnedlLes eL fllms recenLs au bouL de molns de dlx mols redlffuses en
1v8 eL sur Clne + eL une formule SvCu qul lul propose des nouveauLes plus Lardlves d'au
molns 8 mols eL davanLage de fllms de caLalogues. une LarlflcaLlon adequaLe des deux
formules permeLLralL d'opLlmlser le chlffre d'affalres du groupe.

L',&"$,%,- /"* &2%6,"* 97,7$%/)*-"*
Les chaines generallsLes beneflcleralenL blen enLendu d'une remonLee de leurs drolLs.
Þar allleurs, ll a eLe expose (sopto Chap. l) les ralsons pour lesquelles la quesLlon du clnema sur
les chaines generallsLes esL molns celle du delal de la SvCu que d'une explolLaLlon lnLense des
ouvres duranL 22 mols avanL leur passage sur leur anLenne. ue plus, les chaines programmenL des
fllms dlLs « commerclaux » qul ne consLlLuenL qu'une parLle de l'offre de la SvCu donL les cllenLs
seralenL pluLôL des amaLeurs de dlverslLe. ll n'esL pas sûr que leur consommaLlon solL plus
dangereuse que celle des amaLeurs de uvu ou de vau. ue plus, les menages, unlquemenL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
122
LelespecLaLeurs des chaines en clalr (73 ° d'enLre eux), preferenL ne pas payer un acces aux
conLenus audlovlsuels. La probablllLe esL mlnce qu'lls se preclplLenL sur la SvCu pour vlslonner un
fllm quaLre mols, volre molns, avanL qu'll ne passe sur une anLenne en clalr.
La quesLlon de fond qu'll faudralL, un [our, aborder esL celle que dolL Lenlr le clnema sur les
anLennes des chaines generallsLes eL d'adapLer en consequence leurs obllgaLlons (sopto).

CeLLe orlenLaLlon seralL accompagnee de deux mesures :

une revlslon a la hausse des obllgaLlons des operaLeurs de vau eL noLammenL de la SvCu
des lors que leur marche seralL sLlmule par le « degel » des fenôLres des chaines (lofto L) ,
l'lnsLlLuLlon d'une perlode courLe de proLecLlon avanL eL apres une dlffuslon Lelevlsuelle. A
ceLLe occaslon, les operaLeurs de vau s'engageralenL a lnformer leurs cllenLs des ralsons de
l'lndlsponlblllLe Lemporalre du fllm afln de conLrlbuer a amellorer l'audlence des dlffuslons
Lelevlsees.

n.8. : La chronologle appllcable a la vldeo physlque esL flxee par le leglslaLeur alors que celle
de la vau releve d'un slmple accord professlonnel car elle n'enLre pas dans les domalnes abordes par
la dlrecLlve SMA. ll seralL donc uLlle de modlfler la lol du 12 [uln 2009 pour pouvolr allgner le reglme
du uvu sur celul des auLres modes d'explolLaLlon.

C. LA ÇULS1ICN DU MUS1 CIILk
Comme le rapporL Pubac, la mlsslon Lescure preconlse dans sa proposlLlon numero 19,
d'lmposer aux dlsLrlbuLeurs (lAl, consLrucLeurs de Lermlnaux connecLables, gesLlonnalres de
magaslns d'appllcaLlons, eLc.) la reprlse de LouL servlce vau convenLlonne qul en feralL la demande.
Ce « musL offer » seralL assorLl d'une mesure des reglemenLs des dlfferends, sous l'eglde du CSA.
CeLLe obllgaLlon s'accompagneralL de l'exlgence de reprlse dans les ouLlls de referencemenL
des dlsLrlbuLeurs afln que le consommaLeur pulsse facllemenL Lrouver le servlce.
ll s'aglL d'appllquer le prlnclpe de llbre concurrence en lnLerdlsanL aux dlsLrlbuLeurs de
proLeger leurs propres servlces de vau LransacLlonnelle de LouLe compeLlLlon au seln de leur
organlsaLlon de dlffuslon. Crange eL surLouL Apple qul reserve a son propre edlLeur l1unes le
monopole de l'usage du mode deconnecLe (lpad, lphone) sonL alnsl vlvemenL sLlgmaLlses pour leur
poslLlon sur le su[eL par des servlces de vau lndependanLs. Les organlsaLlons professlonnelles de la
vldeo souLlennenL ceLLe exlgence.
Le debaL esL plus complexe qu'll n'y paraiL. nous le resumons en annexe 3. ll s'aglL en reallLe
d'un anLagonlsme d'lnLerôLs enLre edlLeurs lndependanLs eL gros edlLeurs dlsLrlbuLeurs pour le
parLage de la valeur. Les slmples deLenLeurs de drolLs semblenL ne pas se plalndre de la façon donL lls
sonL dlsLrlbues.
ll esL donc preconlse pour des ralsons de prlnclpe de falre appllquer le musL offer LouL en
relevanL que ceLLe source de confllLs pourralL se Lrouver relaLlvlsee car les modems (« boxes ») des
lAl offrenL de plus en plus la posslblllLe de recevolr des servlces de communlcaLlon elecLronlques
C11 qul donnenL acces a Lous les edlLeurs de la planeLe.
Þar allleurs, on pourralL s'lnLerroger sur l'opporLunlLe pour les fournlsseurs d'acces de facLurer
aux edlLeurs accuelllls sans dlscrlmlnaLlon une parLle de la bande passanLe donL les edlLeurs
devlendralenL de consequenLs consommaLeurs.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
123
D. ÞkC1LGLk LLS CÞLkA1LUkS CCN1kL LA CCNCUkkLNCL
L1kANGLkL DLkLGULLL
Þour des ralsons malnLes fols exposees, ll esL sLraLeglque que les operaLeurs eLrangers en
maLlere de vldeo (Love lllms, Apple, C11 de LouLes naLures) lnLervlennenL sur le marche naLlonal
dans les mômes condlLlons de concurrence que les operaLeurs naLlonaux. Þour cela, deux problemes
cle dolvenL Lrouver leur reponse :

l'allgnemenL des condlLlons flscales de foncLlonnemenL de ces servlces ,
la conLrlbuLlon des operaLeurs eLrangers aux coLlsaLlons du londs de souLlen eL leur
soumlsslon aux mômes obllgaLlons de producLlon.

Ces deux ob[ecLlfs exlgenL au prealable que pulsse ôLre salsl le chlffre d'affalres d'enLreprlses
ouvranL depuls l'eLranger ce qul souleve des problemes Lechnlques eplneux mals non lnsolubles
(lofto vl).

L. LNCCUkAGLk LA ÞkCDUC1ICN
La sLlmulaLlon suggeree du marche de la vau eL le conforL plus grand dans lequel ll pourralL
foncLlonner comporLe la conLreparLle d'un efforL supplemenLalre de sa parL en maLlere de souLlen a
la creaLlon.

1. Des ob||gat|ons actua||sóes et renforcóes

Le decreL du 12 novembre 2010 devralL ôLre modlfle car, ouLre sa relaLlve complexlLe de
redacLlon, ll ne semble pas adapLe a l'evoluLlon du marche de la vau, a la Lallle eL aux praLlques de
ses operaLeurs. A ceLLe fln, ll faudralL :

abalsser le seull acLuel de 10 Mt de chlffre d'affalres qul declenche les obllgaLlons
d'acqulslLlon d'ouvres europeennes eL LCl ,
revolr a la balsse egalemenL le seull de 30 Mt qul obllge au preflnancemenL (23 °) ,
rea[usLer les Laux pour la vau (13 ° donL 12 ° d'LCl) qul sonL lnferleurs aux Laux des
redevances payes aux ayanLs drolL eL perdenL LouL caracLere lnclLaLlf ,
allgner le reglme d'une SvCu a 18 mols sur le reglme de Clne + ou LouL au molns renforcer
ses obllgaLlons ,
accompagner d'un leger surcroiL d'obllgaLlons en flnancemenL eL en preflnancemenL le
convenLlonnemenL d'un edlLeur accedanL a un sysLeme de dlsLrlbuLlon elargl (SeL Lop box,
Apple, eLc.).

Seulls de chlffre d'affalres declencheurs des dlverses obllgaLlons eL Laux concernes seralenL
arrôLes en concerLaLlon avec les organlsaLlons professlonnelles compeLenLes.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
124
2. L'extens|on de |'a|de automat|que à |a VàD

Les normes europeennes de dlffuslon de la culLure sonL en reLard sur la reallLe obllgeanL la
vau de se conLenLer d'une alde selecLlve. ll ne seralL que Lemps d'lnLegrer les receLLes de la vau dans
les mecanlsmes d'alde auLomaLlque a la producLlon qul onL cours en maLlere de vldeo physlque. Cela
donneralL un sursauL a ceLLe forme d'alde qul, pour le momenL, esL Lres marglnale dans le souLlen
qu'elle apporLe a la creaLlon.
Le CnC a enLreprls des demarches en ce sens aupres de 8ruxelles eL a lnscrlL dans le budgeL
2014 des credlLs provlslonnels pour flnancer une Lelle exLenslon. Cn espere y volr un slgne
d'opLlmlsme de la parL des pouvolrs publlcs dans l'abouLlssemenL de la demarche.
Au-dela de ceLLe avancee de prlnclpe, ll faudralL s'lnLerroger sur le nlveau des Laux de
coLlsaLlons (2 °) eL de souLlen (4,3 °) pour savolr s'lls sonL a la hauLeur de ce que peuL porLer le
secLeur de la vldeo en maLlere de flnancemenL de la producLlon.

I. SCU1LNIk LLS INNCVA1ICNS 1LCnNCLCGIÇULS
Les servlces culLurels numerlques dolvenL flnancer un processus quasl permanenL d'lnnovaLlon
eL de markeLlng dans un unlvers Lechnologlque en LransformaLlon raplde pour demeurer compeLlLlfs
dans la conquôLe de nouveaux usagers sur Lous les conLlnenLs. Cr, les aldes du CnC sonL Lres
largemenL cenLrees sur la creaLlon eL la producLlon eL n'accordenL pas assez de place a la dlffuslon
numerlque comme ll peuL le falre pour la dlsLrlbuLlon eL l'explolLaLlon clnemaLographlque.
La Commlsslon europeenne refuse de conslderer ces aldes aux servlces culLurels numerlques
comme « des aldes a la culLure » auLorlsees par le drolL communauLalre, vlslon archa€que des
praLlques culLurelles. Ces servlces [ouenL un rôle emlnenL eL de plus en plus lmporLanL de dlffuslon
des conLenus culLurels dans LouLe leur dlverslLe. Au nom de ceLLe evldence, les auLorlLes françalses
devralenL defendre l'lncluslon des aldes a la dlffuslon eL a la dlsLrlbuLlon par la vole elecLronlque dans
les aldes a la promoLlon de la culLure. L'lmpacL pourralL se reveler sLrucLuranL.
(ldee souLenue par la proposlLlon n¨ 13 du rapporL Lescure.)

G. ÞkC1LGLk LLS A¥AN1S DkCI1
La lol sur la proprleLe lnLellecLuelle lmpose que les drolLs d'auLeur dolvenL ôLre acqulLLes a
parLlr du prlx publlc paye par l'usager de l'ouvre concernee eL proporLlonnellemenL a l'usage qul en
esL falL. L'ordonnance du 3 novembre 2009 porLanL reforme du Code du clnema prevolL, qu'en
maLlere de vau :
« Chaque acces demaLerlallse a une ouvre clnemaLographlque fournl par un edlLeur de servlce
de medlas audlovlsuels a la demande donne lleu a une remuneraLlon du concedanL des drolLs
d'explolLaLlon LenanL compLe de la caLegorle du servlce, de la naLure de l'offre commerclale eL de la
daLe de sorLle en salles de l'ouvre.»
Le LexLe envlsage môme, sous condlLlons, le prlnclpe d'une remuneraLlon mlnlmale (Þour le
polnL de vue [urldlque volr Annexe 4).
La vau a l'acLe permeL une lndlvlduallsaLlon preclse des rendus de compLe eL ne devralL pas
occaslonner de reclamaLlons de la parL des ayanLs drolL sauf lorsqu'lls [ugenL lnsufflsanLs les prlx
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
12S
auxquels les ouvres sonL louees ou vendues. lls peuvenL se premunlr conLre ce phenomene en
reclamanL eL en obLenanL souvenL une remuneraLlon mlnlmale a l'acLe.
La SvCu qul donne acces aux ouvres a un prlx forfalLalre mensuel souleve, elle, la quesLlon de
ce qul revlenL a chacune d'enLre elles. Les ayanLs drolL demandenL la mlse en place de ceLLe
remuneraLlon mlnlmale pour plusleurs ralsons :

les servlces de medlas audlovlsuels a la demande ne generenL pas assez de drolLs pour
consLlLuer une alLernaLlve sufflsanLe de flnancemenL des ouvres ,
une praLlque Larlfalre derlsolre ou une remuneraLlon du producLeur sur la publlclLe
unlquemenL degrade la valeur des ouvres eL nulL au renouvellemenL de la creaLlon ,

Ln consequence, la mlse en place d'une remuneraLlon mlnlmale des ayanLs drolL par acLe de
vlslonnage ou de LelechargemenL consLlLueralL une garanLle conLre des praLlques de dumplng des
prlx qul reLenLlL sur la valeur des ouvres.
ue leur côLe, les edlLeurs vldeo fonL valolr les argumenLs sulvanLs :

le palemenL a « chaque acces demaLerlallse », auLremenL dlL « au cllc » esL lnadapLe a une
SvCu donL le palemenL esL forfalLalre eL acqulLLe avanL LouLe vlslon. CeLLe remuneraLlon
n'esL pas llee au nombre d'acces lndlvlduels mals au nombre d'abonnes ,
aucune deflnlLlon de « l'acces demaLerlallse n'esL donne ». S'aglL-ll de la commande, du
palemenL, du vlslonnage parLlel ou compleL ? Ln vau a l'acLe, un acces ne correspond pas
forcemenL a la percepLlon d'une receLLe par l'edlLeur (vlslonnage fracLlonne ou repeLe
duranL 48 h, LesL avanL de commander, eLc.) ,
la 1v8 use de drolLs acquls en môme Lemps que les drolLs lnlLlaux de dlffuslon des
programmes concernes sur une base forfalLalre. La SvCu obelL au môme modele
economlque, ses receLLes sonL celles d'un abonnemenL. ll n'y a aucune ralson de lul
lmposer un palemenL au « cllc » qul remeLLralL en cause sa naLure commerclale ,
en maLlere de vau graLulLe, les receLLes publlclLalres ne sonL pas sysLemaLlquemenL
assoclees a un programme precls (slLe de l'edlLeur). ll n'exlsLe pas de correlaLlon enLre les
receLLes publlclLalres eL le nombre d'acces.

CependanL, au-dela des debaLs [urldlques a l'lssue lncerLalne, l'lnLerôL des parLles seralL de
vlvre une relaLlon plus consLrucLlve a parLlr d'un accord lnLerprofesslonnel qul pourralL reposer sur
les prlnclpes sulvanLs :

generallsaLlon de la remuneraLlon mlnlmale par acLe de vlslonnage ou de LelechargemenL
afln que l'explolLaLlon des conLenus n'opere pas de LransferLs de ressources d'une ouvre
sur une auLre ou a des prlx de braderle ,
pour les servlces de vau par abonnemenL ou graLulL, prlnclpe d'un forfalL pour remunerer
l'ayanL drolL mals graLlfle d'un bonus (apres franchlse ou non) par Lranches d'acLes
denombres de consommaLlon duranL la perlode d'explolLaLlon. Les forfalLs seralenL a[usLes
en foncLlon du nombre d'abonnes eL du profll de consommaLlon du fllm deflnl dans au seln
d'une Lypologle.

Þour ôLre consldere comme un acLe de consommaLlon generanL un bonus, le fllm devra avolr
eLe regarde un mlnlmum de Lemps mesure en mlnuLes. Ce genre de conLraL commence a ôLre
appllque.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL lv
126
n. IN1LNSIIILk LA NUMLkISA1ICN DLS CUVkLS DU ÞA1kIMCINL
Le CnC dolL, auLanL que la slLuaLlon flnanclere le permeL, lnLenslfler son souLlen a la
numerlsaLlon des ouvres du paLrlmolne au-dela môme de la noLlon de conservaLlon paLrlmonlale eL
d'educaLlon du publlc. une Lelle acLlon permeL, en effeL,

de souLenlr la dlffuslon en vldeo eL par les chaines des ouvres du paLrlmolne eL d'en
enrlchlr la programmaLlon ,
de faclllLer les cesslons de drolLs des producLeurs eL donc de consollder leur slLuaLlon
flnanclere ,
d'accroiLre les commandes aux lndusLrles Lechnlques en slLuaLlon dlfflclle.

CCNCLUSICN : LA SUkVLILLANCL D'UN MAkCnL LN ÞLLIN
DLVLLCÞÞLMLN1
Ln deplL de l'essoufflemenL consLaLe en 2013, le marche de la vldeo, a la demande surLouL,
peuL consLlLuer un relals de crolssance pour les debouches du clnema car ll correspond de plus en
plus aux modes modernes de consommaLlon des conLenus audlovlsuels. ll esL porLeur d'un poLenLlel
de flnancemenL de la producLlon que, pour le momenL, ll ne reallse pas. C'esL la ralson pour laquelle,
ll fauL ôLre aLLenLlf a son essor. CependanL, comme Lous les marches recenLs, ll vlse a la conquôLe du
plus grand nombre LouL en eLanL sans cesse remls en quesLlon par des lnnovaLlons Lechnologlques
permanenLes eL un perpeLuel changemenL dans ses meLlers eL praLlques commerclales. Aussl, ceLLe
acLlvlLe esL-elle Lou[ours LenLee de se securlser par la recherche de poslLlons domlnanLes alsees a
aLLelndre car faclllLees par des lnfrasLrucLures de dlffuslon performanLes au rayonnemenL mondlal.
Ln la maLlere, le reLard endemlque de la norme [urldlque sur les condulLes economlques du secLeur
peuL ôLre penallsanL pour les acLeurs economlques.
Aussl, ce marche de masse ne pourra se developper que :
sl des regles du [eu slmples a elaborer eL a falre appllquer faclllLenL la llbre clrculaLlon des
ouvres ,
la concenLraLlon verLlcale esL llmlLee ,
un llbre acces des edlLeurs aux organlsaLlons de dlsLrlbuLlon esL assure.
C'esL alnsl, par exemple, que le prlnclpe de la dlsLrlbuLlon en non excluslvlLe llmlLe les
posslblllLes pour un dlsLrlbuLeur-edlLeur domlnanL de « slphonner » la commerclallsaLlon des ouvres
recherchees.
8len enLendu, une Lelle pollLlque ne foncLlonnera que sl elle reparLlL equlLablemenL
conLralnLes eL avanLages enLre parLenalres eL concurrenLs.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
127
V. ALIMLN1A1ICN L1 CÞ1IMISA1ICN DL L'USAGL
DU ICNDS DL SCU1ILN

Sl la valldlLe du modele de flnancemenL de la creaLlon n'esL pas conLesLee au polnL de voulolr
l'eLendre a d'auLres lndusLrles culLurelles, ll s'aglL de velller a une allmenLaLlon souLenue du londs de
souLlen en ne cessanL de l'adapLer aux nouvelles formes de consommaLlon des fllms. ll convlenL,
cependanL, de flxer les conLrlbuLlons de chaque operaLeur en respecLanL Lrols prlnclpes :

coller aux evoluLlons de la dlsLrlbuLlon de conLenus audlovlsuels pour en opLlmlser le
rendemenL LouL en proLegeanL la neuLrallLe Lechnologlque des dlfferenLs dlffuseurs ,
Lenlr compLe du nlveau de conLrlbuLlon en lnLegranL les auLres parameLres d'lmposlLlon des
operaLeurs (1vA, obllgaLlons de producLlon, remuneraLlon des socleLes d'auLeur) ,
assurer une cerLalne equlLe enLre operaLeurs, en s'efforçanL de falre enLrer dans le champ
des conLrlbuLlons les compeLlLeurs eLrangers [usqu'lcl exoneres, eL en leur demandanL un
efforL proporLlonne a leurs ressources.

uans ceLLe opLlque, ll esL normal qu'en conLreparLle de la graLulLe des frequences qul leur sonL
allouees, les dlffuseurs elecLronlques de LouLe naLure conLrlbuenL au souLlen a l'acLlvlLe audlovlsuelle
naLlonale. CependanL, ll fauL prendre consclence que les dlffuseurs n'onL nul besoln de volr alourdlr
leurs conLrlbuLlons eL obllgaLlons dans la perlode de forLes muLaLlons qu'lls connalssenL. Ln 2013,
leur polds LoLal, (LouLes Laxes, redevance eL conLrlbuLlons confondues) esL de l'ordre de 27 ° de leur
chlffre d'affalre hors Laxe pour les chaines generallsLes alnsl que pour Canal Þlus. CerLes, le Laux
redulL de 1vA supporLe par Canal Þlus (10 ° au 1
er
[anvler 2014) compense en parLle ceLLe charge. ue
môme, une parLle de ces prelevemenLs correspond a des depenses (fllms eL conLenus audlovlsuels)
que les conLrlbuLeurs auralenL au molns en parLle consenLles.
Le nlveau de ces prelevemenLs eLalL de 3,3 ° pour les dlsLrlbuLeurs de servlces elecLronlques
(1,87 ° au 1
er
[anvler 2014 pour les fournlsseurs d'offre composlLe en ralson de l'abaLLemenL de 66 °
sur leur assleLLe) eL de 2 ° pour les edlLeurs vldeo, operaLeurs qul supporLeronL cependanL une 1vA
de 20 ° au 1
er
[anvler 2014. ll apparaiLralL cependanL penallsanL d'accroiLre les Laux des dlverses
conLrlbuLlons au londs de souLlen mals non d'eLendre cerLalnes de leurs assleLLes.

A. ALIMLN1A1ICN DU ICNDS
Le londs de souLlen a flxe, en faveur du clnema, des moyens d'lnLervenLlon neLs de frals de
gesLlon de 293,1 Mt en 2013 eL en 2014 (nlveau de 2012) auxquels vlennenL s'a[ouLer la parL des
credlLs dlLs « Lransversaux » (LoLal de 92,1 Mt) affecLes au clnema (lmages de la dlverslLe, lndusLrles
Lechnlques, souLlen vldeo, eLc.). Sl quelques nuages semblenL se dlsslper, une consolldaLlon des
ressources du fonds s'avere necessalre.

1. L'ass|ette de |a 1SA

lnLegrer dans l'assleLLe de la 1SA des receLLes de molns en molns annexes des salles
(conflserle, receLLes publlclLalres de LouLes naLures) esL une Lres anclenne revendlcaLlon des
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
128
producLeurs eL des dlsLrlbuLeurs. L'lmporLanL besoln en lnvesLlssemenLs du secLeur lnclLe a ne pas
chercher a enLamer leurs receLLes. CependanL, la praLlque relaLlvemenL recenLe de vendre desormals
l'espace publlclLalre mls a la dlsposlLlon des fllms (bandes annonces, supporLs d'afflchage eLc.) alors
qu'lls onL eLe longLemps graLulLs pour le dlsLrlbuLeur pose probleme. ll ne s'aglL pas d'une depense
de bouche complemenLalre au specLacle effecLuee par le specLaLeur mals d'une charge supporLee
par le dlsLrlbuLeur dans l'lnLerôL des fllms eL des salles. Ce qul [usLlflalL, naguere, la graLulLe de
l'espace occupe.
Aussl, on ne sauralL Lrop renouveler la recommandaLlon d'un accord explolLanLs-dlsLrlbuLeurs
pour amender ces praLlques eL en redulre le coûL pour les dlsLrlbuLeurs (sopto lll. A. 1).

2. L|arg|r |'ass|ette de |a taxe v|dóo

ll s'aglralL d'lnclure les receLLes de publlclLe llees a la presenLaLlon des programmes de la vau :
bandeaux encadranL le vlslonnage, eLc.
La dlverslLe des modeles economlques de parLage des receLLes publlclLalres enLre plaLeformes
eL edlLeurs peuL compllquer la prehenslon de ceLLe assleLLe (noLammenL deflnlLlon [urldlque du
redevable) mals ceLLe dlfflculLe ne dolL pas y falre renoncer car le rendemenL de ceLLe conLrlbuLlon
peuL ôLre slgnlflcaLlf eL dynamlque.
Þar allleurs, une mesure plus declslve conslsLeralL a elarglr l'assleLLe de la Laxe au chlffre
d'affalres des operaLeurs C11 de Lype l1unes ou Coogle Þlay qul proposenL depuls l'eLranger venLes
ou locaLlons de vldeogrammes. Le parlemenL a eLe salsl de ceLLe exLenslon dans une lol de llnance
recLlflcaLlve pour 2014, ce qul esL bon dans son prlnclpe mals pose quelques problemes d'appllcaLlon
(lofto).

3. L|arg|r |'ass|ette de |a 1S1-L

Les nouveaux modes d'acces aux ouvres sonL mal lnLegres par le dlsposlLlf flscal acLuel qul
devralL, en consequence, adapLer les assleLLes de la 1S1-L.

a. Les servlces non llnealres flnances par la publlclLe du Lype Lelevlslon de raLLrapage se
developpenL rapldemenL (sopto) eL echappenL a LouLe conLrlbuLlon alors que sonL dlffuses les
mômes programmes que sur les chaines Laxees. Cuand lls sonL emls en clalr, les receLLes de publlclLe
collecLees devralenL enLrer dans le champ de la 1S1-L. L'en[eu flnancler demeure falble (2 Mt en
2013) mals la base de l'lmposlLlon esL Lres dynamlque (+ 30 ° de CA enLre 2011 eL 2012). Le
ÞarlemenL a, egalemenL, eLe salsl de ce pro[eL d'exLenslon. CependanL, ceLLe mesure devralL enLrer
en harmonle avec les efforLs enLreprls pour soumeLLre a la môme Laxe les operaLeurs lnLernaLlonaux
qul s'adonnenL a des redlffuslons sans coLlser au fonds de souLlen sous pelne d'alourdlr le
desavanLage concurrenLlel des operaLeurs naLlonaux a leur egard.
Þar allleurs, ll apparaiL que la fronLlere enLre 1v8 eL Lelevlslon en clalr graLulLe sur le neL
s'esLompe peu a peu car se creenL des chaines qul, au-dela de la slmple redlffuslon, decllnenL des
conLenus LhemaLlques en llalson avec les programmes du groupe lnlLlaLeur (cf. Accord Canal+ ?ou
1ube de lancemenL d'une vlngLalne de chaines graLulLes). Ces nouveaux supporLs sonL flnances par
des receLLes publlclLalres parLagees enLre parLenalres. un Lel dlsposlLlf esL mal apprehende par le
reglme acLuel d'auLanL que la genese eL la reparLlLlon de ces ressources peuL varler d'une
organlsaLlon a l'auLre : regle commune ou non, parLage de la commerclallsaLlon de l'espace, eLc., ce
qul peuL rendre dellcaLe la dlsLlncLlon enLre revenus des resldenLs flscaux eL ceux des non-resldenLs.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
129
u'une manlere plus generale, ll s'aglralL de falre coLlser au londs en LanL qu'edlLeur les
plaLeformes qul LlrenL proflL de la dlffuslon d'ouvres de creaLlon (?ou Lube, uallymoLlon, eLc). ll fauL,
a ceLLe fln, parvenlr a salslr leur chlffre d'affalres, ce qul exlge une acLlvaLlon de la cooperaLlon flscale
lnLernaLlonale. Cela n'lra pas sans dlfflculLes mals ll s'aglralL de les surmonLer car ll y va de l'equlllbre
concurrenLlel du marche a l'egard des operaLeurs naLlonaux. ll faudralL, en effeL, en flnlr avec
l'llluslon d'une graLulLe qul n'exlsLe pas en economle marchande car le coûL d'un blen ou d'un
servlce, en l'occurrence un programme, esL Lou[ours supporLe en dernler ressorL par un acLeur
economlque.

b. Les chaines de la 1n1 qul se developpenL au deLrlmenL des chaines hlsLorlques beneflclenL
d'un nlveau allege de conLrlbuLlon au londs de souLlen pour respecLer la necesslLe de les lalsser
prendre leur essor. La Laxe de 3,3 ° n'esL pas perçue en dessous de 11 Mt de chlffre d'affalres. Ce
bareme devralL ôLre revu (balsse de la franchlse, bareme progresslf) pour permeLLre a ces chaines
d'enLrer plus rapldemenL dans le processus d'allmenLaLlon du londs. Ces sLaLlons apparLenanL dans
leur ma[orlLe a des groupes edlLanL des chaines hlsLorlques, ll faudralL velller cependanL en
reformanL le reglme de coLlsaLlon a l'equlllbre global de la conLrlbuLlon de ces groupes.

4. Conso||der |a 1S1-D

La nouvelle 1S1-u auLorlsee par la Commlsslon de 8ruxelles le 20 novembre 2013 represenLera
38 ° des ressources du londs de souLlen dans le budgeL 2014 (sopto Chap.ll.ll.8). Son rendemenL
devralL ôLre souLenu par le dynamlsme du marche du hauL deblL avec quelques reserves cependanL :

l'effeL sur les chlffres d'affalres des operaLeurs de la guerre des Larlfs qu'lls se llvrenL ,
l'evoluLlon de la sanLe des dlsLrlbuLeurs conLrlbuLeurs qul sonL appeles a gerer de lourdes
muLaLlons sLrucLurelles.

CompLe Lenu du rôle sLraLeglque que [oue ceLLe Laxe eL des vlclsslLudes qu'elle a connues, les
pouvolrs publlcs devronL survelller avec vlgllance l'evoluLlon de son rendemenL eL les aleas que
pourralenL connaiLre les conLours de son assleLLe lles aux comporLemenLs sLraLeglques des
redevables.
u'une manlere plus generale, ll esL lndlspensable de mener une reflexlon permanenLe sur la
pollLlque flscale a l'egard du secLeur pour l'adapLer a la rapldlLe des changemenLs qul se produlsenL
dans l'elaboraLlon, la dlffuslon eL le mode de consommaLlon des programmes. Cn consLaLe, en effeL,
que souvenL la regle de drolL s'essouffle a sulvre les evoluLlons de marche. Ce secLeur n'en a pas
l'apanage.

8. L'AÞÞkCCnL DLS CnIIIkLS D'AIIAIkLS DLS CÞLkA1LUkS
L1kANGLkS
La luLLe conLre «l'opLlmlsaLlon flscale» alnsl que la dellmlLaLlon LerrlLorlale des acLlvlLes des
enLreprlses du neL demeure un su[eL qul depasse largemenL le cadre de ce rapporL eL devralL ôLre
LralLe par les gouvernemenLs a l'echelle de la planeLe. L'evaluaLlon des chlffres d'affalres des
operaLeurs eLrangers n'esL lcl evoquee que dans la perspecLlve de LenLer d'egallser les condlLlons de
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
130
concurrence avec les operaLeurs naLlonaux soumls seuls a des obllgaLlons de producLlon eL a des
coLlsaLlons au londs de souLlen alnsl qu'a des Laux de 1vA molns avanLageux.

Þour la vau, operaLeurs naLlonaux eL C11, supporLenL des Laux de 1vA dlfferenLs
(respecLlvemenL 20 ° eL souvenL 12 ° ou molns payables hors de lrance). ue plus, les premlers
coLlsenL au londs de souLlen (2 ° de Laxe vldeo sur leurs receLLes edlLeurs) eL les seconds en sonL
dlspenses. CeLLe slLuaLlon cree aux enLreprlses de l'Pexagone un Lrlple pre[udlce concurrenLlel
porLanL sur :

la flxaLlon du prlx flnal pour le consommaLeur ,
la marge operaLlonnelle lalssee a chacune des parLles. Les C11 supporLenL des coûLs de
dlffuslon Lres alleges par rapporL a ce que flnancenL les edlLeurs-dlsLrlbuLeurs françals
charges des lnfrasLrucLures ,
les royalLles versees. Les C11 peuvenL LralLer de manlere plus genereuse les ayanLs drolL.

Þour les medlas naLlonaux flnances par la publlclLe, ll esL coherenL que leurs compeLlLeurs
lnLernaLlonaux qul vonL se falre de plus en plus pressanLs pour leur ravlr des parLs de marche, solenL
eux-mômes soumls a des coLlsaLlons au londs eL des obllgaLlons de producLlon ldenLlques aux leurs.
A ce sLade, nous ne nous lnLerrogeons pas sur la posslblllLe legale au regard du drolL flscal
lnLernaLlonal d'eLendre de Lelles conLrlbuLlons, nous la presupposons en ralson de sa perLlnence
economlque.
A ceLLe fln, la quesLlon a resoudre en prlorlLe esL celle de salslr le chlffre d'affalres de ces
operaLeurs venanL de l'exLerleur de nos fronLleres. ConcernanL la Laxe vldeo, l'enLree en vlgueur a
l'lnLerleur de l'unlon europeenne de la regle de l'appllcaLlon du Laux de 1vA du pays consommaLeur
sera d'un grand secours. L'exLenslon probable du souLlen auLomaLlque a la vau seralL egalemenL un
elemenL faclllLaLeur en la maLlere. Þour le chlffre d'affalres publlclLalres des nouveaux medlas en
clalr sur lnLerneL eL la Lelevlslon connecLee, la quesLlon releve du drolL flscal lnLernaLlonal.

1. La ròg|e de |a 1VA du pays consommateur

L'adopLlon, a compLer du 1
er
[anvler 2013, de la regle de l'appllcaLlon du Laux de 1vA du pays
consommaLeur devralL egallser du polnL de vue flscal les Lermes de la compeLlLlon enLre operaLeurs
de vldeo ouvranL sur le môme LerrlLolre. Llle faclllLera egalemenL l'elarglssemenL de l'assleLLe de la
Laxe vldeo aux lnLervenanLs lnLernaLlonaux prevue pour 2104 grâce, en Lheorle, a une exacLe
connalssance de leur chlffre d'affalres. A supposer que la legallLe d'une Lelle coLlsaLlon ne solL pas
conLesLee, en reallLe, les choses sonL molns slmples qu'll n'y paraiL.
L'exLenslon, le 1
er
[anvler 2013, du gulcheL unlque aux socleLes de servlces elecLronlques sera
Lres uLlle pour collecLer la Laxe. Þar l'lnLermedlalre de ce porLall elecLronlque, les operaLeurs
deposenL une seule declaraLlon de 1vA eL palenL la Laxe a un seul LLaL membre. Son produlL esL
ensulLe reparLl, sur la base des lnformaLlons fournles, enLre les LLaLs dans lesquels la 1vA esL due.
Þour donner son pleln rendemenL, ce dlsposlLlf slmpllflcaLeur va devolr affronLer quelques
dlfflculLes Lechnlques : locallsaLlon de l'uLlllsaLeur flnal du servlce qul dolL acqulLLer la 1vA (cas de
servlces prepayes, meLhodes de palemenL speclflques (bons cadeaux, eLc.) , LelechargemenL du
conLenu par un lnLermedlalre, eLc. Leur resoluLlon alnsl que l'adapLaLlon du dlsposlLlf du gulcheL
unlque pourralenL prendre du Lemps, quaLre a clnq ans selon les esLlmaLlons.
Ln aLLendanL que le sysLeme solL compleLemenL operaLlonnel, l'esLlmaLlon des chlffres
d'affalres des operaLeurs eLrangers pour asseolr la coLlsaLlon de la Laxe vldeo au londs de souLlen
pourralL Lrouver une soluLlon saLlsfalsanLe grâce a l'exLenslon du souLlen auLomaLlque a la vau.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
131
2. L'est|mat|on des ch|ffres d'affa|res en v|dóo

A ce [our, seuls les dlsLrlbuLeurs naLlonaux de vldeo physlque eL demaLerlallsee, soumls a la
Laxe vldeo, sonL Lenus de declarer leur chlffre d'affalres. Les dlsLrlbuLeurs operanL depuls l'eLranger
echappenL a ceLLe obllgaLlon. CependanL, sl l'exLenslon de l'alde auLomaLlque a la vldeo
demaLerlallsee esL auLorlsee par 8ruxelles, les ayanL drolLs françals auronL lnLerôL a falre connaiLre le
chlffre d'affalres reallse sur leurs fllms par l'lnLermedlalre des operaLeurs eLrangers. Ce ne sera pas le
cas des ayanLs drolL non europeens eL en parLlculler amerlcalns sauf pour ceux qul veulenL generer
du souLlen a relnvesLlr en ouvres LCl ou europeennes, ce qul demeure une praLlque llmlLee.
8emarquons, LouLefols, que le chlffre d'affalres vldeo des socleLes amerlcalnes esL Lres
ma[orlLalremenL connu a Lravers celul de leurs venLes en uvu eL de leurs locaLlons eL venLes en vldeo
demaLerlallsee vlo les dlsLrlbuLeurs naLlonaux (lAl, câble, eLc.). ue môme qu'lls supporLenL la 1SA
sans avanLage en reLour, les ayanLs drolL amerlcalns ne chercherons peuL-ôLre pas a se compllquer la
Lâche pour ce surcrolL marglnal de 2 ° de conLrlbuLlon au londs de souLlen eL [oueronL le [eu de la
declaraLlon.
Sl Lel n'eLalL pas le cas, leur acLlvlLe vldeo en lrance pourralL ôLre reconsLlLuee a parLlr des
parameLres de parLage du marche selon la naLlonallLe des ayanLs drolL exlsLanLs chez les
dlsLrlbuLeurs naLlonaux.

3. Le ch|ffre d'affa|res des mód|as en c|a|r d'or|g|ne ótrangòre

La salsle des chlffres d'affalre des medlas en clalr d'orlglne eLrangere lnLervenanL sur le
LerrlLolre naLlonal releve d'accords lnLernaLlonaux car les soluLlons ne sauralenL ôLre qu'hexagonales.
Llle depend aussl du degre de cooperaLlon des enLreprlses concernees qul pourralenL la conLrarler ou
chercher a llmlLer son champ. ue ce polnL de vue, l'heLerogenelLe du sysLeme flscal europeen eL
nord-amerlcaln pourralL consLlLuer un handlcap.

C. CÞ1IMISA1ICN DL L'USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN
une fols evoques les problemes d'allmenLaLlon du londs, ll convlenL de s'lnLerroger sur l'usage
qu'll opere de ses ressources.

1. Sout|en automat|que et a|de só|ect|ve

LnLre 2007 eL 2012, les souLlens selecLlfs a la producLlon eL a la dlsLrlbuLlon augmenLenL
globalemenL de plus de 33 °, sous l'effeL de l'lnLenslflcaLlon des aldes au developpemenL eL a
l'ecrlLure, auxquelles s'esL a[ouLee l'alde a la concepLlon depuls 2011 (+ 33 ° au LoLal) eL de l'alde a la
dlsLrlbuLlon (+ 32 °). L'avance sur receLLes a la producLlon progresse de 32 °.
LnLre 2007 eL 2012, l'alde auLomaLlque generee s'esL accrue de 16 °. L'alde a la producLlon a
oscllle de 60 a 70 Mt avec une ampllLude d'un clnquleme en ralson des annees excepLlonnelles de la
frequenLaLlon de 2009, 2010 eL surLouL 2011 donL a aussl proflLe l'alde a la dlsLrlbuLlon (+ 9 °).
uuranL la perlode, l'alde selecLlve producLlon eL dlsLrlbuLlon rapporLee a l'alde auLomaLlque a
progresse de 36 ° a 38 °.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
132
uans les perspecLlves 2014, le souLlen auLomaLlque generee (producLlon, dlsLrlbuLlon,
explolLaLlon, vldeo physlque + vau) s'eLabllL a 189 Mt eL les aldes selecLlves (developpemenL,
creaLlon, producLlon, dlsLrlbuLlon, explolLaLlon, dlffuslon (sans la ClnemaLheque), vldeo eL
exporLaLlon alnsl que l'abondemenL « clnema » du CnC aux fonds reglonaux eL la doLaLlon a
Lurlmages) aLLelgnenL 120 Mt solL 63,3 ° des aldes auLomaLlques generees. L'alde selecLlve a la
producLlon eL a la creaLlon aLLelnL 60 ° du souLlen auLomaLlque de la branche, celul de la dlsLrlbuLlon
33 ° eL 63 ° en y lncluanL le souLlen au Llrage des coples eL l'educaLlon a l'lmage, celul de la vldeo
114 ° (en lncluanL le fuLur souLlen auLomaLlque de la vau), celul de l'explolLaLlon 34 ° (111 ° en y
lncluanL les avances). A cela s'a[ouLe, la parL « clnema » (de l'ordre de 24 Mt pour la creaLlon eL la
producLlon selon nos calculs) supporLee par les seules collecLlvlLes locales sous forme largemenL
selecLlve. L'exporLaLlon ne beneflcle que de souLlen selecLlf. Au LoLal, conslderanL le seul perlmeLre
des ressources affecLees au preflnancemenL de la producLlon [usqu'a la remonLee de ses dernleres
receLLes (dlsLrlbuLlon, vldeo eL exporLaLlon), les aldes selecLlves aLLelgnenL 98 Mt solL 79,4 ° des
aldes auLomaLlques correspondanLes eL 122 Mt avec l'apporL neL des reglons (99 °).

a. L'|mpact des a|des só|ect|ves
Les aldes selecLlves sonL lndlspensables pour assurer dlverslLe eL renouvellemenL de la
creaLlon a Lous les sLades de l'elaboraLlon du fllm eL a sa dlffuslon alnsl qu'un acces a Lous les
clnemas du monde dans un reseau de salles homogenes eL blen equlpees. Llles parLlclpenL a la
sLablllsaLlon de l'emplol dans la branche eL a la modernlsaLlon de nos lndusLrles Lechnlques. La
lrance deLlenL en la maLlere eL de loln une poslLlon envlee dans le monde. Aussl ce mode
d'lnLervenLlon ne pose-L-ll pas un probleme de prlnclpe mals de degre. Ln effeL :

Ces aldes selecLlves, qul consLlLuenL, solL des subvenLlons, solL des avances pluLôL
falblemenL remboursees LouLes branches confondues apparalssenL comme un souLlen
pulssanL au monLanL comparable a celul des aldes auLomaLlques (cf. chlffres cl-dessus) a
perlmeLre d'lnLervenLlon ldenLlque.
A ceL efforL, vlennenL s'a[ouLer quelques 103 Mt (budgeL 2014) d'lnLervenLlon dlrecLe de
l'LLaL en faveur de la producLlon de fllms (credlLs d'lmpôL, reducLlon d'lmpôL pour les
SCllCA) solL plus du double de ce que fournlL le londs pour les aldes selecLlves a la
producLlon (31,67 Mt). CerLes, ces credlLs n'enLrenL pas dans la caLegorle de l'alde selecLlve
qul esL aLLrlbuee sur des crlLeres arLlsLlques : lecLure de scenarlos pour la producLlon eL
vlslon des fllms pour la dlsLrlbuLlon. lls sonL quasl auLomaLlques car lls sonL aLLrlbues des
lors que le desLlnaLalre rempllL les condlLlons ob[ecLlves pour en beneflcler. ll n'en demeure
pas molns qu'lls consLlLuenL des subvenLlons d'explolLaLlon qul, dans leur naLure
economlque, se rapprochenL ex post de ceLLe ma[orlLe d'aldes selecLlves non remboursees
eL s'elolgnenL des aldes auLomaLlques qul se regenerenL en LouL ou parLle. 1ouL en se
[usLlflanL plelnemenL en ralson de son lmpacL Lres poslLlf sur l'emplol du secLeur, ceL efforL
global de la collecLlvlLe vla le londs de souLlen ou le budgeL de l'LLaL apparaiL de[a
slgnlflcaLlf. L'ob[ecLlvlLe condulL a reconnaiLre qu'a l'lnverse l'LLaL a Lransfere au londs des
charges qul devralenL relever de sa responsablllLe : subvenLlons a l'LnSMlS, la
ClnemaLheque, les fesLlvals, eLc. Cn peuL les esLlmer a plus de 36 Mt. ll a, par allleurs,
poncLlonne par « ecrôLemenL » du produlL des Laxes eL prelevemenL sur la Lresorerle, plus
de 300 Mt en Lrols exerclces.
L'argumenL, excellenL dans son prlnclpe, de la dlverslLe eL du renouvellemenL des LalenLs ne
dolL pas sLlmuler l'offre de fllms au-dela de la capaclLe d'absorpLlon du marche qul a
desormals aLLelnL son ob[ecLlf de dlverslLe : 34 ° des ouvres sonL des premlers ou
deuxleme fllms eL les salles françalses accuelllenL quelques 130 fllms qul sonL nl d'lnlLlaLlve
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
133
françalse, nl amerlcalns. CuanL aux grandes slgnaLures de la mlse en scene, elemenL
dynamlque de la dlverslLe, leur reallsaLlon esL largemenL souLenue par les chaines
publlques de lrance 1elevlslons eL ArLe, sans compLer qu'elles accedenL assez
regulleremenL a l'avance sur receLLes.

Au LoLal, les aldes selecLlves semblenL avolr aLLelnL emplrlquemenL un plafond en equlvalanL
desormals le monLanL des aldes auLomaLlques. ll paraiL sage desormals de gager LouLe mesure
nouvelle dans ce domalne par une economle correspondanLe au seln du môme chaplLre.

b. La |og|que du sout|en automat|que
Le souLlen auLomaLlque comporLe aussl ses lnconvenlenLs (lnaccesslblllLe aux prlmo-
accedanLs, lnclLaLlon a renouveler les mômes conLenus, eLc.) qul onL condulL a creer les aldes
selecLlves mals presenLe deux avanLages :

des sa creaLlon, l'alde auLomaLlque a eLe conçue comme un mecanlsme d'auLoflnancemenL
force ou d'abord la producLlon, puls l'explolLaLlon eL enfln la dlsLrlbuLlon renonçalenL a une
parLle de leur receLLe pour la relnvesLlr dans leur developpemenL. CeLLe pollLlque eLalL aussl
flnancee sans conLreparLle par le clnema amerlcaln. Le clnema eLanL un meLler d'offre, ll
fallalL meLLre en place un dlsposlLlf qul l'lnclLe a en malnLenlr un cerLaln volume vla la
producLlon eL la dlsLrlbuLlon LouL en malnLenanL la quallLe du parc de salles. C'esL la ralson
hlsLorlque pour laquelle l'alde generee a Lou[ours eLe calculee en proporLlon de la 1SA
recuelllle au gulcheL alors qu'on pourralL la chlffrer en foncLlon de pallers d'enLrees sans
reference a la Laxe.
Chaque annee, l'alde auLomaLlque se consomme lnegalemenL mals aussl genere de la 1SA
par les fllms mls sur le marche. C'esL en cela qu'elle s'auLoflnance parLlellemenL car esL
malnLenu un llen dlrecL enLre l'alde generee eL l'acLlvlLe orlglnelle de l'lndusLrle du clnema,
a savolr la frequenLaLlon. Ln 2012, l'alde moblllsee en producLlon aLLelnL 32 ° de la collecLe
de 1SA effecLlvemenL perçue, molns de 13 ° en dlsLrlbuLlon eL 47 ° (hors avances) en
explolLaLlon solL au LoLal 92 ° du monLanL de la Laxe. Ln revanche, le souLlen genere par les
Lrols branches pese 131 ° du monLanL de la Laxe perçue en 2012 eL envlron 118 ° de celul
de 2013.
ll esL clalr que, compLe Lenu des Laux de generaLlon de l'alde praLlques eL des drolLs
hlsLorlquemenL accumules par les producLeurs, le londs falL appel sur la longue perlode a
des ressources auLres que la 1SA, de l'ordre de 10 ° en moyenne des ressources du londs,
les annees de moblllsaLlon forLe ,
elle sancLlonne le succes eL pousse au relnvesLlssemenL, noLammenL dans des fllms a forLe
valeur a[ouLee, lndlspensables dans un marche d'offre. Ln maLlere de producLlon, elle
demeure Lres concenLree dans son usage par une dlzalne de producLeurs, LouL en [ouanL un
rôle de molns en molns deLermlnanL dans le flnancemenL des fllms en ralson du grand
desequlllbre exlsLanL enLre receLLes eL envolee des budgeLs. uans le domalne de la
dlsLrlbuLlon, elle devralL souLenlr plus vlgoureusemenL la prlse de rlsque.

ConcernanL la producLlon, LouL en aglssanL pour comprlmer les coûLs (sopto), ll seralL
souhalLable de renforcer le polds de ceLLe alde dans les flnancemenLs, en [ouanL sur ses Laux eL sa
degresslvlLe, de Lelle façon qu'elle graLlfle davanLage le succes au-dela de 300 000 enLrees. ll
s'aglralL, par exemple, d'augmenLer par Lranches les Laux de recuperaLlon de la 1SA pour accroiLre les
ressources des fllms enLre 300 000 eL 1,3 mllllons d'enLrees qul sLablllsenL la frequenLaLlon en ne la
falsanL pas dependre de quelques Lres gros succes porLes en parLlculler par les molns de 24 ans. Le
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
134
rôle crolssanL que [oue desormals la Lranche d'âge de 33-40 ans au gulcheL des salles encourage une
cerLalne dlverslLe de la producLlon qul, lorsqu'll lul esL falL echo, se slLue sur ce segmenL d'enLrees.
ConcernanL la dlsLrlbuLlon, les Laux de recuperaLlon de la Laxe (220 a 23 °) sur les 4 premleres
Lranches de receLLes devralenL ôLre revalorlses car elles concernenL les resulLaLs en salles de
l'ecrasanLe ma[orlLe des fllms eL ou MC eL frals d'edlLlon sonL les plus dlfflclles a recuperer. lls l'onL
eLe au debuL de l'annee 2013 mals ceLLe pollLlque devralL ôLre lnLenslflee.
CeLLe mesure seralL dlsLlncLe de celle qul prevolL depuls 2013 la creaLlon d'un bonus de 23 °
lorsqu'un dlsLrlbuLeur lnvesLlL son souLlen auLomaLlque en MC dans un fllm d'lnlLlaLlve françalse d'un
budgeL lnferleur a 4 Mt eL sans preflnancemenL de chalne en clalr, a l'excepLlon d'A81L. Le bonus esL
llmlLe a 30 000 euros par socleLe eL par an.

2. Une óva|uat|on rógu||òre des |ntervent|ons

uans le soucl louable de couvrlr Lous les champs de l'acLlvlLe clnemaLographlque, naLlonale eL
lnLernaLlonale, ouLre les souLlens auLomaLlques lnLervenanL dans LouLes les branches a l'excepLlon
de l'exporLaLlon, onL eLe crees dans le domalne selecLlf :

3 Lypes d'aldes au courL meLrage ,
4 Lypes d'aldes a l'ecrlLure, a la concepLlon eL au developpemenL des pro[eLs de longs
meLrages ,
3 Lypes d'aldes a la producLlon des pro[eLs de longs meLrages ,
3 Lypes d'aldes a la dlsLrlbuLlon eclaLes en 6 procedures pour deux d'enLre eux ,
3 Lypes d'aldes a l'explolLaLlon ,
2 Lypes d'alde a l'exporLaLlon ,
2 Lypes d'alde a l'edlLlon vldeo ,
1 alde aux nouvelles Lechnologles en producLlon.

CeLLe llsLe ne preLend pas a l'exhausLlvlLe car dans les dlsposlLlfs « Lransversaux », cerLalnes
aldes LouchenL egalemenL le clnema (mulLlmedla, lndusLrles Lechnlques, eLc.). A cela s'a[ouLenL les
aldes reglonales qul vlennenL parfols falre double emplol.
ll ne s'aglL pas de nler l'lnLerôL de ces lnLervenLlons mals ll esL absolumenL necessalre d'en
falre un bllan reguller afln d'en opLlmlser l'usage a l'aune de crlLeres economlques, culLurels eL
soclaux. ll s'aglL noLammenL d'lnLerroger le dlsposlLlf a la lumlere, enLre auLres, de son lmpacL sur le
volume de la producLlon, de son effeL sur la dlverslLe culLurelle eL de la capaclLe de ses beneflclalres
a concreLlser les pro[eLs souLenus.


1rols preoccupaLlons permanenLes devralenL lnsplrer ce quesLlonnemenL :

rechercher les effeLs sLrucLuranLs qul consolldenL le secLeur ,
demeurer sans Labou vls-a-vls de ce que la Lechnologle du numerlque peuL modlfler aussl
blen en maLlere de producLlon que de dlsLrlbuLlon des ouvres ,
resLer aLLenLlf a LouL ce qul peuL declolsonner le souLlen au clnema eL celul qul esL confere
a l'audlovlsuel. Les deux secLeurs se conLenLenL de rlvallser dans le parLage des ressources
du londs pour mener des pollLlques de developpemenL separe alors qu'une parLle de leurs
acLlvlLes convergenL eL que leurs problemes sonL souvenL communs. Þlus d'une passerelle
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL v
13S
pourralenL ôLre amenagees dans l'lnLerôL des deux modes d'expresslon eL le respecL de leur
slngularlLe. ll y auralL la aussl maLlere a opLlmlsaLlon.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
136
VI. LA ÞCLI1IÇUL IISCALL

A. LA IISCALI1L INDIkLC1L
Le prlnclpal probleme que pose la flscallLe lndlrecLe qul frappe les acLlvlLes du secLeur, c'esL
l'heLerogenelLe de ses Laux alors qu'elles relevenL ooleos voleos d'acLlvlLes culLurelles forLes
producLrlces de valeur en LanL que souLlen a la producLlon eL mulLlpllcaLrlces d'emplols car lndusLrles
de proLoLypes a falble producLlvlLe.
Les Laux de 1vA appllcables aux dlfferenLes acLlvlLes sonL les sulvanLs :

explolLaLlon : 3,3 ° sur le chlffre d'affalres de la bllleLLerle
Canal + : 7 ° sur les abonnemenLs eL 10 ° au 1/01/2014
vldeo (physlque eL a la demande): 19,6 ° eL 20 ° au 1/01/2014
ulsLrlbuLeurs: 19,6 ° eL 20 ° au 1/01/2014 pour les servlces d'offre composlLe eL 7 ° (10 °
au 1/01/2014) pour les servlces de Lelevlslon payanLe.

Pors le cas de l'explolLaLlon, ces Laux penallsenL LouLe pollLlque dynamlque de prlx qul
sLlmuleralL la demande eL enLamenL les capaclLes conLrlbuLlves des operaLeurs a la pollLlque de
souLlen. lls handlcapenL, a ce sLade, les operaLeurs naLlonaux dans la compeLlLlon qul va les opposer
aux dlsLrlbuLeurs eL dlffuseurs eLrangers (sopto).
Les pouvolrs publlcs dolvenL conserver l'ob[ecLlf sLraLeglque de redulre des que posslble les
Laux flxes au 1
er
[anvler 2014.
ll en esL de môme pour les drolLs d'auLeurs qul devralenL beneflcler d'un Laux de 1vA redulL a
3,3 ° eL non passer aux 10 ° prevus au 1
er
[anvler 2014. ll esL, en effeL paradoxal, que le llvre eL le
fllm supporLenL un Laux redulL alors que les auLeurs sublssenL un Laux de 10 °.
La Laxe sur les maLerlels connecLes, proposee par le rapporL Lescure dolL volr le [our pour
plusleurs ralsons :

flxee a 1 °, elle demeure lndolore. Les marges des fabrlcanLs eL des dlsLrlbuLeurs peuvenL
l'absorber alsemenL ,
elle esL [usLe car c'esL une façon de recuperer un peu de valeur a une acLlvlLe qul prospere
sur des conLenus qu'elle ne flnance pas ,
elle permeL de compleLer le flnancemenL de la cople prlvee qul volL de plus en plus ses
supporLs perdre de leur lmporLance comme acLlvlLe generaLrlce de redevance en salslssanL
ceux qul permeLLenL d'acceder au cloud ,
elle peuL procurer, môme parLlellemenL, des ressources en faveur du fonds de souLlen sl
son produlL esL parLage enLre dlvers secLeurs culLurels ,
elle pourralL abonder pour une parL des londs d'lnvesLlssemenL.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
137
8. LL CkLDI1 D'IMÞC1
1. Le cród|t d'|mpðt « nat|ona| »

lnsLlLue en 2004, desLlne a relocallser les Lournages en lrance, le credlL d'lmpôL naLlonal a falL
l'ob[eL de modlflcaLlons subsLanLlelles qul sonL enLrees en appllcaLlon en 2013, une fols obLenue
l'auLorlsaLlon de la Commlsslon europeenne. Le plafond du credlL a eLe mulLlplle par 4 pour aLLelndre
4 Mt eL les depenses ellglbles qul servenL d'assleLLe a son calcul onL eLe elargles.
Ln 2012, l'anclenne formule conservalL encore une cerLalne efflcaclLe : 91 ° des depenses des
122 fllms beneflclalres du credlL d'lmpôL (734,3 Mt de budgeLs cumules) onL eLe effecLuees en
lrance pour une allocaLlon globale de 38,3 Mt generanL un effeL mulLlpllcaLeur de depenses de 1 a
12. Llle demeuralL, cependanL, lnsufflsanLe pour reLenlr les fllms au budgeL lmporLanL (sopto
Chap.l.l.!).
S'll ne peuL Lou[ours evlLer l'effeL d'aubalne pour des producLlons qul seralenL resLees en
lrance, le credlL d'lmpôL clnema [oue un rôle « anLl blpolarlsaLlon » slgnlflcaLlf pulsque 98,7 ° des
fllms qul en beneflclenL se slLuenL enLre 1 eL 13 Mt de budgeL. AccepLons l'augure que le nouveau
reglme qul rapproche le sysLeme françals des dlsposlLlfs europeens concurrenLs y a[ouLera l'avanLage
de reLenlr l'execuLlon des « gros » budgeLs sur le LerrlLolre. ll esL Lrop LôL pour l'afflrmer.

2. Le cród|t d'|mpðt |nternat|ona|

lnsLlLue en 2009, le CredlL d'lmpôL lnLernaLlonal (C2l) concerne les fllms d'lnlLlaLlves eLrangeres
donL LouL ou parLle de la fabrlcaLlon a lleu en en lrance. ll esL accorde de façon selecLlve par le CnC a
la socleLe qul assure en lrance la producLlon execuLlve de l'ouvre, sur la base d'un bareme de polnLs
valldanL le llen de ceLLe ouvre avec la culLure, le paLrlmolne eL le LerrlLolre françals. ll esL egal a 20 °
des depenses du fllm effecLuees en lrance eL pourra aLLelndre au maxlmum 20 Mt (au lleu de 10
Mt) a parLlr de 1
er
[anvler 2014 sl le ÞarlemenL sulL ceLLe proposlLlon du gouvernemenL. A noLer
cependanL, que pour aLLelndre le plafond de 20 Mt, ll faudralL aLLlrer 100 Mt de depenses par fllm
sur le LerrlLolre, ce qul peuL paraiLre lrreallsLe. La quesLlon du nlveau du Laux appllcable aux depenses
ellglbles pourralL rapldemenL se poser.
Ce dlsposlLlf a falL la preuve de sa perLlnence pulsqu'll a faclllLe, depuls 2009, le Lournage en
lrance de 70 longs meLrages (43 de flcLlon eL 6 d'anlmaLlon) de naLlonallLes dlfferenLes. Cela a
represenLe, pour le seul clnema, un monLanL de 44 Mt de credlL d'lmpôL qul a genere 289 Mt de
depenses sur le LerrlLolre (coefflclenL mulLlpllcaLeur de 6,3).
Le nouveau reglme des deux credlLs d'lmpôL a reçu une auLorlsaLlon europeenne bornee au 31
decembre 2014. Ln deplL du compromls Lrouve en novembre 2013 qul sauve grosso modo le prlnclpe
de la LerrlLorlallsaLlon des aldes eL celul de la preference naLlonale donnee aux equlpes de Lournage,
la Commlsslon de 8ruxelles a-L-elle vralmenL renonce a sa docLrlne d'une concurrence sans enLrave
enLre presLaLalres eL de llbre clrculaLlon des compeLences au seln de l'Lurope ? Þrlnclpes sl mal
adapLes a l'essence des acLlvlLes culLurelles. 8len n'esL molns sûr. La vlgllance resLe de mlse.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vl
138
C. LLS SCIICA
uepuls blenLôL 30 ans, les SCllCA [ouenL un rôle Lres uLlle dans le flnancemenL de la
producLlon môme sl leur reLour sur lnvesLlssemenL n'esL pas fameux quand ll exlsLe eL leur sous-
amorLlssemenL frequenL (sopto Chap.l.l.C). La reglemenLaLlon a peu a peu durcl les crlLeres
d'agremenL en prlvlleglanL le degre de rlsque encouru eL le nlveau de souLlen apporLe a la producLlon
lndependanLe (en 2012, 79 ° des lnvesLlssemenLs eLalenL « non adosses » l.e sans garanLle de
rachaL). Þar allleurs, le plafonnemenL des avanLages flscaux a eu pour effeL de redulre la collecLe, vlo
les banques eL les socleLes de gesLlon de paLrlmolne. Ln 2012, l'enveloppe allouee au dlsposlLlf n'a
pu ôLre lnLegralemenL placee pour des lnvesLlssemenLs qul demeurenL aleaLolres. L'annee 2013
devralL loglquemenL volr la sous-collecLe se repeLer compLe Lenu des raboLs successlfs de l'avanLage
flscal assocle aux SCllCA.
Ln 2013, 10 SCllCA onL eLe agreees pour un monLanL de collecLe de 63,07 Mt (clnema eL
audlovlsuel).
CompLe Lenu des problemes que renconLre le flnancemenL de la producLlon, ll seralL posslble,
au momenL de leur agremenL, d'orlenLer les SCllCA dans deux dlrecLlons complemenLalres aux
encouragemenLs acLuels :

le flnancemenL des fllms a budgeLs modesLes en l'assorLlssanL d'un avanLage flscal ma[ore
(sopto l.u.2) ,
la prlse de parLlclpaLlon dans des socleLes flnancleres lnvesLlssanL dans la producLlon (sopto
l.u.3) ayanL un sLaLuL de producLeur, ce qul suppose un changemenL de la lol. A ce [our, les
SCllCA ne peuvenL souscrlre qu'au caplLal de socleLes flnançanL le developpemenL des
fllms en beneflclanL d'une ma[oraLlon de l'avanLage flscal.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
139
VII. 1kANSÞAkLNCL L1 ÞAk1AGL DL LA kLCL11L

1ransparence eL remonLee de la receLLe en provenance de l'explolLaLlon des fllms sur leurs
dlfferenLs marches esL un des problemes les plus lanclnanLs de l'lndusLrle du clnema qul foncLlonne
sur le prlnclpe môme de parLage des ressources commerclales. Les reproches reclproques que
s'adressenL sur le su[eL auLeurs, producLeurs eL dlsLrlbuLeurs onL eLe exposes. 1enLer de proposer des
soluLlons pour amellorer la slLuaLlon releve de l'lnLerôL môme de l'lndusLrle du clnema. Cela
permeLLralL, nous l'avons vu :

d'enLreLenlr une relaLlon apalsee enLre les dlfferenLs parLenalres de la creaLlon, de la
producLlon eL de la commerclallsaLlon des fllms au seln d'une lndusLrle qul a besoln de se
souder pour affronLer l'ensemble des perlls qul la menacenL a dlvers LlLres ,
de moderer le coûL des fllms dans la mesure ou un sysLeme LransparenL de parLage
faclllLera le recours parLlel a l'lnLeressemenL pour remunerer les collaboraLeurs de
producLlon ,
d'accuellllr plus alsemenL des caplLaux exLerleurs a la branche pour flnancer une producLlon
ou le rlsque sera evaluable eL le reLour sur lnvesLlssemenL posslble.

CeLLe quesLlon releve des rapporLs enLre explolLanLs eL dlsLrlbuLeurs, de ces dernlers avec les
producLeurs eL des auLeurs avec les producLeurs.
Les rapporLs enLre explolLanLs eL dlsLrlbuLeurs sous l'angle de la reparLlLlon de la receLLe
posenL essenLlellemenL deux quesLlons :

l'evaluaLlon preclse du prlx de la place qul serL de base a la reparLlLlon de la receLLe
gulcheL a Lravers l'evoluLlon du mode de commerclallsaLlon du bllleL (abonnemenL,
passage par des slLes, llen avec d'auLres presLaLlons, eLc.) ,
la prlse en compLe de cerLalns elemenLs du chlffre d'affalres des salles (publlclLe,
conflserle, eLc.) comme parLle prenanLe de la receLLe a parLager.

Ces quesLlons, au demeuranL confllcLuelles au seln de la professlon, n'onL pas eLe evoquees
car elles sorLalenL du cadre ce rapporL.
Les crlLlques des producLeurs concernanL la lenLeur de la remonLee de la receLLe, le
decompLe des frals d'edlLlon surLouL en maLlere de dlsLrlbuLlon salles eL des coûLs
d'exporLaLlon, des dlfflculLes llees a la cross-collaLerallsaLlon des mandaLs onL eLe
egalemenL abordees (sopto Chap.lll.lll.8.3). Selon eux, ceLLe slLuaLlon les obllge a
repercuLer ces delals volre ces lnexacLlLudes dans les rendus de compLe qu'lls adressenL aux
auLeurs qul, en amonL de la chaine de valeurs, dlsenL regulleremenL leur lnsaLlsfacLlon sur
le su[eL.

ues suggesLlons onL eLe avancees pour LenLer de poser les bases de resoluLlon de ces
problemes, a savolr accord lnLerprofesslonnel concernanL la nomenclaLure des frals d'edlLlon eL de
ses modallLes de prlse en compLe, recours plus sysLemaLlque a l'audlL du CnC, eLc. (sopto
Chap.lll.lll.8). ll s'aglL lcl de se cenLrer sur les rapporLs enLre producLeurs eL auLeurs, les premlers
devanL dlrecLemenL rendre des compLes aux seconds en appllcaLlon des conLraLs qul les llenL.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
140
A. UN ACCCkD INLDI1
Apres avolr slgne deux accords separes en [uln eL [ullleL 2010 concernanL la Lransparence des
condlLlons d'evaluaLlon eL de remonLee de la remuneraLlon revenanL aux auLeurs, les organlsaLlons
concernees d'auLeurs, d'agenLs eL de producLeurs (a l'excepLlon de l'uÞl) sonL parvenus a un LexLe
commun en daLe de 16 decembre 2010. CeL accord, eLendu par un arrôLe du mlnlsLre de la CulLure
du 17 fevrler 2011, a pour ob[eL d'assurer la Lransparence de l'ensemble de la flllere
clnemaLographlque pour les fllms de long meLrage. ll rappelle un prlnclpe : l'aLLachemenL
« lndefecLlble » des slgnaLalres a « la llberLe conLracLuelle eL aux prlnclpes eL aux regles qul fondenL
la remuneraLlon des auLeurs pour ce qul concerne la gesLlon lndlvlduelle ».
La gesLlon lndlvlduelle LralLe alnsl, de gre a gre, de la remuneraLlon des auLeurs eL de ses
evenLuels complemenLs dans le cadre du code de la ÞÞl. CeL accord ne presuppose cependanL pas le
prlnclpe d'une remuneraLlon addlLlonnelle qul releve du conLraL auLeur/producLeur, mals preclse
dans son arLlcle 3 que, sl elle esL prevue, « elle aura pour assleLLe les receLLes neLLes par
producLeur. »
Ce proLocole s'aLLache « a slmpllfler, clarlfler, harmonlser, les noLlons cles qul presldenL a la
deflnlLlon des coûLs, des receLLes eL des modallLes d'amorLlssemenL des ouvres
clnemaLographlques.»
Þour l'essenLlel l'accord s'aLLache ensulLe a deflnlr avec beaucoup de preclslon :

l'ensemble des parameLres enLranL dans le coûL d'un fllm qul vonL des MC consenLls aux
auLeurs [usqu'aux Laux d'lnLerôLs qul enLrenL le calcul des frals flnanclers (arLlcle 2) ,
les produlLs de commerclallsaLlon qul enLrenL dans la receLLe permeLLanL l'amorLlssemenL
du coûL du fllm. A ceLLe fln, les receLLes neLLes parL producLeur sonL deLalllees par Lype
d'explolLaLlon (salles, vldeo, exporLaLlon), les commlsslons de commerclallsaLlon
opposables plafonnees, les frals dlvers preclses.

L'accord comporLe a deux avancees subsLanLlelles suscepLlbles d'apalser cerLalnes dlssenslons
anclennes:

le credlL d'lmpôLs enLre en amorLlssemenL du coûL du fllm ,
73 ° de l'alde auLomaLlque a la producLlon generee (au-dela d'une franchlse de 30 000 t)
falL parLle des receLLes.

CependanL, l'un eL l'auLre ne peuvenL ôLre prls en compLe que pour calculer l'amorLlssemenL
du coûL du fllm eL non la remuneraLlon addlLlonnelle de l'auLeur car lls ne sonL pas conslderes
comme enLranL dans les 8nÞÞ.
Les producLeurs s'engagenL a communlquer aux auLeurs dans les deux mols sulvanL la
dellvrance de l'agremenL deflnlLlf le coûL flnal du fllm eL l'eLaL de son amorLlssemenL assorLl de Lous
les elemenLs enLranL dans ce calcul. Þour faclllLer ce Lravall, le CnC dolL produlre dans les slx mols
sulvanL la daLe de l'accord un bordereau Lype faclllLanL la Lâche du producLeur.
L'accord meL a la charge du CnC l'lnsLlLuLlon d'un audlL compLable approfondl de dlx fllms par
an, Llres au sorL dans 3 Lranches de budgeLs (2 fllms par Lranche). Ce conLrôle s'exerce « chez le
producLeur eL ses mandaLalres ». Le CnC dolL LransmeLLre chaque annee un rapporL de synLheses sur
ces audlLs a une commlsslon de sulvl de l'accord creee (arL.7) pour en survelller l'appllcaLlon eL
evenLuellemenL l'adapLer a l'evoluLlon de l'envlronnemenL du secLeur.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
141
CeL accord, premler du genre a noLre connalssance, a le merlLe de favorlser un cllmaL de
cooperaLlon lnLerne a l'lndusLrle du clnema, permeLLanL d'augurer qu'll esL posslble de bâLlr peu a
peu une economle du drolL d'auLeur saLlsfalsanLe pour LouLes les parLles.
Les socleLes d'auLeurs onL alnsl enLerlne un LexLe qul falL de la gesLlon lndlvlduelle la plerre
angulalre des rapporLs auLeurs/producLeurs. CeLLe poslLlon esL coherenLe avec leur docLrlne qul veuL
que les SÞ8u se proposenL comme une alLernaLlve opLlonnelle a la gesLlon lndlvlduelle en dehors des
responsablllLes que leur conferenL la lol eL les convenLlons.
uebuL 2013, une premlere vague d'audlLs a eLe reallsee sur 8 fllms, qul, selon le CnC, n'a
releve aucun manquemenL slgnlflcaLlf a la façon de calculer l'amorLlssemenL eL de presenLer les
compLes. Les audlLeurs onL releve une praLlque saLlsfalsanLe en general, grandemenL amelloree
d'allleurs depuls l'lnsLauraLlon du credlL d'lmpôL clnema. Les remarques des audlLeurs sur cerLalnes
ecrlLures (placemenL de produlL lmpuLes au CA de la socleLe eL non du fllm par exemple) onL eLe
corrlgees par les producLeurs sans opposlLlon. une seconde vague de dlx audlLs esL en cours.
CeL accord esL d'appllcaLlon Lrop recenLe pour en Llrer des concluslons. A ce sLade, ll n'esL
posslble que de formuler des remarques Lechnlques sur sa mlse en ouvre. Selon les agenLs, en
praLlque,

la franchlse de 30 000 t opposables aux auLeurs sur le souLlen pour calculer
l'amorLlssemenL du coûL du fllm esL parfols lgnoree au proflL des 130 000 t
reglemenLalremenL opposables aux coproducLeurs ,
le drolL de remake eL les drolLs de muslque ampuLes des commlsslons eL frals devralenL
falre parLle a 100 ° de la receLLe servanL a l'amorLlssemenL eL non ampuLes des quoLes-
parLs revenanLs aux dlfferenLs ayanLs drolL comme cela esL parfols le cas ,
des coûLs de foncLlonnemenL (honoralres d'avocaLs, coûLs des monLages flnanclers a
l'eLranger, eLc.) sonL a[ouLes quelquefols aux 7 ° de frals generaux enLranL forfalLalremenL
dans le coûL du fllm. CeLLe praLlque n'esL pas conforme a l'accord.
ConsclenL du manque de recul sur le su[eL, on ne peuL qu'appeler a :
exhorLer les organlsaLlons professlonnelles, eL noLammenL celles des producLeurs, a
lnformer leurs mandanLs du caracLere obllgaLolre de l'accord a la sulLe de l'arrôLe
d'exLenslon ,
rappeler, sauf erreur, au CnC la necesslLe de publler le bordereau comporLanL la
nomenclaLure desLlnee a faclllLer le Lravall de rendus de compLe ,
encourager le Lravall de la commlsslon de sulvl pour amellorer en permanence l'appllcaLlon
de l'accord.

L'enLree en vlgueur de ce LexLe consLlLue un pas dans la bonne dlrecLlon mals ne semble pas
avolr apalse les rapporLs enLre auLeurs eL producLeurs. Aussl, n'esL-ll pas lnLerdlL d'ouvrlr des plsLes
dans l'espolr d'abouLlr a des soluLlons perennes agreees par LouLes les parLles.

8. UN ÞkC1CCCLL À IINALISLk
un proLocole de 1999 concernanL la gesLlon des drolLs d'auLeur sur l'explolLaLlon vau a eLe sur
le polnL d'ôLre recondulL mals sa slgnaLure semble buLer sur des problemes solubles par un
compromls. ll seralL Lemps que ces negoclaLlons solenL flnallsees eL que ce proLocole solL slgne car ll
esL emblemaLlque d'un mode de cooperaLlon enLre socleLes d'auLeurs eL producLeurs. Ce LexLe
cumule plusleurs verLus :
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
142
ll assolL la remuneraLlon de l'auLeur sur l'assleLLe prevue par la lol (1,73 ° du prlx publlc) ,
ll lalsse l'opLlon a l'auLeur du cholx de la gesLlon collecLlve ou lndlvlduelle de l'explolLaLlon
des drolLs sans enLamer les fondemenLs, nl la naLure des deux approches. ll opLe pour la
gesLlon collecLlve en cas d'absence de cholx dans un delal de slx mols,
ll permeL au producLeur de ne pas ôLre penallse en permeLLanL l'lmpuLaLlon des sommes
encalssees par les auLeurs (selon dlfferenLs mecanlsmes en foncLlon de l'opLlon reLenue)
sur les MC qu'll leur a verses,
ll s'appule LechnlquemenL sur une base de donnees que la Þ8CCl8LÞ s'esL engagee a
consLlLuer eL a gerer avec les moyens experlmenLes donL elle dlspose.

C. DLS ÞIS1LS D'AMLLICkA1ICN DU DISÞCSI1II LkIS1AN1
Sans conLrevenlr a la gesLlon lndlvlduelle des drolLs d'auLeur, ll seralL souhalLable de
modernlser eL de slmpllfler le dlsposlLlf exlsLanL. Les suggesLlons, lcl elaborees ne veulenL que des
dlrecLlons sLraLeglques auLour desquelles une negoclaLlon lnLerprofesslonnelle pourralL s'engager.
Ces proposlLlons sonL rangees par ordre d'lnnovaLlon crolssanLe.

1. Un |og|c|e| commun de rendus de compte

L'harmonlsaLlon eL l'acceleraLlon des rendus de compLe accompllralenL des progres declslfs sl
eLalL conçu, a ceLLe fln, un loglclel commun a LouLe la professlon, sur le modele du loglclel A8LCCA
elabore par des producLeurs lndependanLs pour la Lelevlslon. u'auLres LenLaLlves de môme naLure
sonL en cours pour le clnema. La concepLlon flnale d'un Lel loglclel pourralL ôLre prlse en charge par
le CnC. CerLes la Lâche n'esL pas alsee car les monLages flnanclers des fllms sonL souvenL complexes
eL slngullers. lls comporLenL, pourLanL, sufflsammenL de caracLerlsLlques communes pour perseverer
dans ceLLe vole. Chacune des parLles y gagneralL, noLammenL les socleLes de producLlon mal ouLlllees
pour ce Lype d'exerclce.

2. Le prócompte de |'auteur

Au momenL ou le flnancemenL du fllm esL boucle eL ou esL connu le nlveau des prevenLes sur
Lous supporLs eL marches, ll seralL de bon alol que le producLeur eLabllsse une sorLe de precompLe,
slmple a dresser, qul deLermlne le nlveau d'amorLlssemenL du MC verse a l'auLeur.
CeLLe mesure releve du symbole sans resoudre de probleme de fond. Llle permeL slmplemenL
a l'auLeur de se senLlr concerne par l'avenLure commerclale du fllm eL d'evaluer a la fols le rlsque prls
par le producLeur eL le degre d'amorLlssemenL de sa remuneraLlon.

3. L'approche forfa|ta|re par |a recette brute

CerLalnes organlsaLlons professlonnelles d'auLeurs reclamenL une assleLLe slmple eL alsemenL
ldenLlflable pour calculer les drolLs revenanL aux auLeurs auLremenL dlL la receLLe bruLe hors Laxe du
supporL concerne.
u'allleurs, quelques auLeurs ou lnLerpreLes a la valeur marchande afflrmee arrlvenL a lmposer
par conLraL un lnLeressemenL calcule sur les receLLes bruLes dlsLrlbuLeur ou le nombre d'enLrees.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
143
Mals cela demeure une excepLlon. Le probleme essenLlel pose par le recours a l'assleLLe bruLe esL de
deLermlner un nlveau de Laux qul, appllque sur une assleLLe qul ne reçolL plus aucun abaLLemenL
(commlsslons, frals d'edlLlon, MC, eLc.), ne desavanLage pas l'une ou l'auLre parLle. Cela exlge que les
abaLLemenLs apporLes aux dlfferenLes assleLLes eL qul se refleLenL arlLhmeLlquemenL dans les
pourcenLages, ne deformenL pas la reallLe. nous fournlssons en annexe 3 un examen deLallle eL
lllusLre de ceLLe meLhode, marche par marche, alnsl que des problemes qu'elle souleve assorLls de
leur posslble soluLlon.
Les producLeurs sonL reserves sur ceLLe approche car lls esLlmenL que les auLeurs dolvenL
supporLer les coûLs de commerclallsaLlon de leurs ouvres sur Lous les supporLs. lls fonL valolr que la
receLLe bruLe n'esL pas necessalremenL connue eL conLrôlable, par exemple dans le cas des venLes a
l'eLranger. lls cralgnenL en parLlculler que l'elarglssemenL de l'assleLLe ne s'accompagne d'un
malnLlen des pourcenLages eL n'enLraine une forLe progresslon de la remuneraLlon des auLeurs. ue
plus, une 8nÞÞ prlse comme un mode commun de remuneraLlon enLre auLeurs eL producLeurs
renforce le llen enLre deux parLenalres embarques dans l'avenLure commune de falre exlsLer un fllm.
Ces argumenLs peuvenL ôLre relaLlvlses car :

la meLhode de la receLLe bruLe ne remeL pas en cause l'axlome de la gesLlon lndlvlduelle
des drolLs sauf a expllquer pourquol elle sublL des excepLlons (lnLeressemenL des « sLars») ,
redulre les pourcenLages en ralson de l'elarglssemenL de l'assleLLe esL chose alsee quand on
releve les pourcenLages neLLemenL lnferleurs accordes a cerLalnes vedeLLes sur des
elemenLs bruLs de la receLLe. un calcul slmple lndlque qu'a remuneraLlon egale, asseolr les
drolLs d'auLeur sur les receLLes bruLes exlgeralL de redulre les pourcenLages de 13 a 30 °
selon les supporLs ,
ceLLe meLhode debarrasse l'eLabllssemenL de l'assleLLe de LouL rlsque conLenLleux auLour
du coûL du fllm eL des frals de commerclallsaLlon. Llle repose sur une receLLe bruLe slncere
eL verlflable car elle esL declaree au CnC pour y asseolr des aldes publlques ,
elle debarrasse le producLeur d'une charge compLable lourde quand les fllms se cumulenL ,
enfln, elle esL plus proche des exlgences de la lol eL a sa reference au prlx publlc.

u'auLres professlonnels sonL opposes a une Lelle meLhode concernanL les receLLes salles pour
deux ralsons. u'abord, les frals d'edlLlon varlanL avec les fllms, ll sera dlfflclle d'operer des
abaLLemenLs forfalLalres represenLanL frals eL commlsslons fldeles a la reallLe commerclale de
chaque fllm pour flxer avec equlLe le Laux de remuneraLlon de l'auLeur sur le bruL qul produlse le
môme resulLaL que sur l'assleLLe neLLe. L'Annexe 3 propose une meLhode qul peuL resoudre ceLLe
dlfflculLe. LnsulLe, l'esLlmaLlon forfalLalre des coûLs de dlsLrlbuLlon aussl flne solL-elle revlendralL,
selon ces professlonnels, a nler l'lmporLance eL la speclflclLe de leur acLlvlLe de mandaLalre. Leur
poslLlon en sorLlralL affalblle. Ln quol ?
lnLegrer de manlere slmpllflee les frals d'edlLlon en parLanL de donnees fournles par la
dlsLrlbuLlon elle-môme eL sous son conLrôle ne nle en rlen l'lmporLance de sa foncLlon, nl ne menace
son exlsLence professlonnelle. CeLLe meLhode :

ne servlralL qu'a calculer la remuneraLlon des auLeurs qul esL de la responsablllLe des
producLeurs ,
ne seralL en rlen opposable au dlsLrlbuLeur dans ses rapporLs avec ces dernlers. Llle
demeureralL opLlonnelle eL llbre au producLeur de la reLenlr pour ses auLeurs. S'll opLe pour
la remuneraLlon de l'auLeur fondee sur la 8nÞÞ, ll dlsposera Lou[ours du decompLe plus
precls de ses frals d'edlLlon fournls par son dlsLrlbuLeur pour calculer le nlveau de
recuperaLlon des MC eL des frals d'edlLlon.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
144
8eLenlr la receLLe bruLe auralL le merlLe de la slmpllclLe sans porLer aLLelnLe, au conLralre, aux
lnLerôLs des producLeurs.
Cn peuL en Llrer les grandes concluslons sulvanLes.

Comparee a l'assleLLe des 8nÞÞ, la meLhode fournlL une bonne approxlmaLlon des sommes
dues aux auLeurs eL compLe Lenu de la modesLle des Laux de remuneraLlon appllque a la
Lres grande ma[orlLe des auLeurs (de 0,3 a 2 °), la varlaLlon dans un sens ou un auLre ne
[oue que sur une polgnee d'euros.
Le modele peuL adapLer en permanence ses parameLres car l'apparell sLaLlsLlque du CnC
permeL de les acLuallser annuellemenL apres negoclaLlons enLre les parLles.
Le producLeur peuL affronLer des problemes de palemenL sl ceLLe meLhode a calcul plus
raplde falL naiLre premaLuremenL des creances des auLeurs a son endrolL. CuLre que,
compLe Lenu de la slLuaLlon flnanclere de la branche, ces problemes flnanclers permanenLs
se renconLrenL môme dans le cas ou ll use de la meLhode des 8nÞÞ, ll lul esL lolslble de
calculer les pourcenLages proposes aux auLeurs de Lelle façon que l'amorLlssemenL de leur
MC se rapproche du momenL ou non pas le fllm esL amorLl mals ou ll a flnance ses propres
frals eL/ou lnvesLlssemenLs. ue plus, les modallLes de palemenL peuvenL ôLre arrôLees enLre
les parLles pour Lenlr compLe des problemes de Lresorerle du producLeur.

4. La so||dar|tó producteur]auteur par |a móthode du bonus

L'ldee esL slmple : un fllm esL d'abord une avenLure qul esL le frulL d'une lnlLlaLlve commune
enLre des producLeurs eL des auLeurs. ll s'aglL donc de preserver ceLLe solldarlLe lnlLlale en l'eLendanL
au parLage des avanLages economlques ulLerleurs generes par l'explolLaLlon du fllm. Þour cela, on
peuL lmaglner, comme cela exlsLe dans de rares conLraLs, le versemenL d'un bonus a l'auLeur qul esL
egal a un pourcenLage des proflLs reallses par le producLeur delegue (eL non ses coproducLeurs) une
fols qu'll a amorLl lul-môme ses engagemenLs flnanclers dans le fllm. Ce bonus esL verse môme sl le
MC de l'auLeur sur les 8nÞÞ n'esL pas amorLl eL sans aucune llmlLaLlon de somme ou de duree.
Les fonds propres lnvesLls par le producLeur sonL deflnls comme le fonds de souLlen moblllse
pour flnancer la parL françalse du coûL du fllm eL l'apporL en numeralre Lels que menLlonnes dans le
plan de flnancemenL depose a l'AgremenL de producLlon.
Ce bonus esL paye lndependammenL de l'amorLlssemenL du coûL du fllm ou du mlnlmum
garanLl verse a l'auLeur. CependanL, des lors que ce mlnlmum garanLl a eLe lnLegralemenL recupere
par le producLeur, ce bonus vlenL se subsLlLuer lnLegralemenL a la remuneraLlon proporLlonnelle sur
la receLLe LoLale. Þour les explolLaLlons Lelevlsuelles en lrance eL dans les LerrlLolres sous convenLlon
avec les SÞ8u, l'auLeur conLlnuera a percevolr ces redevances en complemenL de ce bonus. CeLLe
approche comporLe plusleurs avanLages :
Þour l'auLeur,

elle ne falL pas obsLacle a l'amorLlssemenL de son MC sur la LoLallLe des receLLes ,
elle amellore sa remuneraLlon sans aLLendre l'amorLlssemenL de son MC ,
elle ne falL plus appel a la noLlon de coûL de fllm pour accroiLre sa remuneraLlon ,
elle declenche le bonus de manlere facllemenL ldenLlflable : CnC pour l'alde publlque,
agremenL des lnvesLlssemenLs pour les mlses en numeralre, cerLlflcaLlon d'un commlssalre
aux compLes pour les sommes effecLlvemenL depensees par le producLeur. CeLLe approche
esL plus alsee que celle qul recherche le polnL d'amorLlssemenL du coûL du fllm.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
14S
Þour le producLeur,

elle l'exonere de LouLe conLroverse sur la presenLaLlon d'un coûL de fllm eL de son nlveau
d'amorLlssemenL ,
elle lul permeL d'enLreLenlr une relaLlon equlLable donc apalsee avec ses auLeurs ,
elle ne l'empôche pas de negocler des conLreparLles avec ses parLenalres economlques
exoneres de LouLes charges de remuneraLlon des auLeurs apres amorLlssemenL des MC.
Cela pourralL par exemple conslsLer en une reducLlon de leur drolL a receLLes au proflL du
producLeur delegue des qu'lls onL amorLl leurs mlses. Les chaines de Lelevlslon
coproducLrlces sonL sûremenL ouverLes a ce Lype de mecanlsme.

Au LoLal, auLeur eL producLeur, lnlLlaLeurs du fllm, proflLenL au môme momenL des resulLaLs
poslLlfs de l'enLreprlse : un bonus pour l'un en supplemenL de sa remuneraLlon, un beneflce pour
l'auLre.
Ce sysLeme, de[a appllque par cerLalns producLeurs, peuL ôLre mls en place dans le cadre
acLuel de la reglemenLaLlon.

D. UNL CC-ADMINIS1kA1ICN CÞ1ICNNLLLL DLS IN1LkL1S DLS
AU1LUkS L1 DLS ÞkCDUC1LUkS
Au-dela des efforLs de raLlonallsaLlon lcl suggeres eL des voles nouvelles qul pourralenL ôLre
emprunLees, l'economle des drolLs d'auLeurs pourralL connaiLre un cerLaln nombre de changemenLs
plus sLraLeglques desLlnes a faclllLer la mlse ouvre d'une cooperaLlon feconde enLre les parLenalres
de la creaLlon : grâce a une verlLable co-admlnlsLraLlon des drolLs d'auLeur enLre les parLles
lnLeressees.

1. Þr|nc|pes et ob[ect|fs

L'ob[eL d'une Lelle organlsaLlon dolL ôLre :

de remunerer les auLeurs proporLlonnellemenL a l'usage qul esL falL de leurs ouvres eL cela
en LouLe Lransparence ,
de frelner l'envolee des MC en garanLlssanL une ressource complemenLalre aux auLeurs
quand elle emerge de l'explolLaLlon de leur ouvre ,
de proLeger le sLaLuL d'enLrepreneur du producLeur gesLlonnalre des drolLs d'auLeur eL
d'opLlmlser son rlsque flnancler pour en Llrer evenLuellemenL le proflL poLenLlel ,
de permeLLre aux socleLes d'auLeurs de [ouer plelnemenL leur rôle eL d'ôLre porLeuses
d'experlences de collecLe eL de reparLlLlon dans un unlvers de la gesLlon lndlvlduelle des
drolLs ,
de permeLLre aux agenLs arLlsLlques de velller dans de bonnes condlLlons aux lnLerôLs de
leurs auLeurs en LanL que leurs mandaLalres, eL ce a Lous les sLades de leur lmpllcaLlon dans
les fllms, de la negoclaLlon du conLraL au conLrôle de la remonLee de la parL de receLLes qul
esL due a leur cllenL.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
146
2. M|se en muvre de |'opt|on

Le producLeur auralL le cholx de proposer a l'auLeur d'adopLer :

solL un sysLeme de gesLlon des drolLs d'auLeurs Lel qu'll auralL eLe amende par convenLlon
lnLerprofesslonnelle en appllcaLlon LoLale ou parLlelle des suggesLlons emlses cl-dessus
paragraphes 1,2,3 eL 4 ,
solL a un sysLeme de co-admlnlsLraLlon Lel qu'll esL cl-dessous propose dans ses grandes
llgnes.

Les producLeurs, qul pourralenL ôLre represenLes pour des ralsons praLlques par la Þ8CCl8LÞ,
creenL avec les SÞ8u (SACu, SCLLl, SCAM pour l'essenLlel), une socleLe d'admlnlsLraLlon commune
des drolLs d'auLeurs ou slegeralenL egalemenL les represenLanLs des agenLs. Chaque parLle resLe
LlLulalre de ses drolLs donL elle confle la gesLlon admlnlsLraLlve a la SocleLe aglssanL sur delegaLlon
des producLeurs eL des SÞ8u. La SocleLe uLlllse les lnfrasLrucLures Lechnlques les plus apLes a rendre
le mellleur servlce au coûL le plus bas.
Þour operer efflcacemenL, la SocleLe devra adopLer un sysLeme qul Llenne compLe des
proposlLlons les plus suscepLlbles de faclllLer le calcul eL l'eLaL d'amorLlssemenL des MC a savolr pour
l'essenLlel :

la reference aux receLLes bruLes quand cela esL posslble ,
l'abandon de la noLlon d'amorLlssemenL du coûL du fllm pour deLermlner les pourcenLages
revenanL aux auLeurs ,
le recours a la gesLlon collecLlve sous mandaL des producLeurs pour la vldeo (uvu eL vCu).

Chaque auLeur eL chaque enLreprlse de producLlon dlspose aupres de la SocleLe d'un compLe
qul enreglsLre la slLuaLlon reclproque d'une parLle par rapporL a l'auLre, au regard noLammenL du
degre d'amorLlssemenL du MC verse a l'auLeur. un releve de poslLlon esL fournl regulleremenL aux
lnLeresses. 1ouL conLraL d'auLeur nouvellemenL slgne esL enreglsLre aupres de la SocleLe dans ses
dlsposlLlons economlques essenLlelles : monLanL du MC, pourcenLage des receLLes bruLes par
supporL, duree des drolLs, solL un peLlL nombre de parameLres alses a lnLegrer. Au plus Lard a la
sorLle du fllm, le producLeur falL connaiLre le monLanL des prevenLes ayanL servl au flnancemenL eL
sur lesquelles seronL effecLues les premlers calculs de l'amorLlssemenL du MC sur la remuneraLlon
revenanL a l'auLeur. LnsulLe, ll declare a la SocleLe le monLanL des receLLes bruLes generees par
l'explolLaLlon de l'ouvre sur lesquelles vonL ôLre appllques les pourcenLages prevus par les conLraLs
enreglsLres. Cuand les socleLes d'auLeur sonL en charge de la collecLe (vCu noLammenL), elles
effecLuenL elles-mômes la declaraLlon.
AuLeurs eL producLeurs reçolvenL regulleremenL les releves de leur compLe. ues que le MC esL
amorLl eL que le compLe du producLeur devlenL deblLeur vls-a-vls de l'auLeur, ll lul apparLlenL de le
solder par l'lnLermedlalre de son agenL. Le rôle de la SocleLe s'arrôLe a la Lenue des compLes, le resLe
concerne les relaLlons conLracLuelles enLre auLeurs eL producLeurs.
Le deLall de ce dlsposlLlf esL fournl en annexe 6.



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque CPAÞl18L lll
a l'heure du numerlque ÞA81lL vll
147
CCNCLUSICN

Le presenL rapporL ne preLend pas l'exhausLlvlLe. ll s'efforce, non peuL-ôLre sans quelques
lacunes, d'aborder les prlnclpaux su[eLs qul lnLerrogenL au[ourd'hul l'lndusLrle clnemaLographlque
naLlonale. Þlusleurs d'enLre eux ne sonL que des obsLacles a surmonLer, d'auLres des defls a relever sl
l'on veuL que survlve, dans ses formes eL son ob[eL, l'excepLlon d'une acLlvlLe culLurelle dans un
monde bouleverse par un llbre echange aux effeLs exacerbes par la Lechnologle du numerlque.
Le clnema françals a franchl [usqu'lcl Lous les obsLacles qul onL menace son exlsLence. Ln
clnquanLe ans, ll esL passe d'une poslLlon de monopole Lranqullle sur les lolslrs de masse a la
slLuaLlon d'un creaLeur de conLenus donL l'lLlneralre desormals lul echappe. Sa vlgueur economlque
lnlLlale, ll la LlenL de ce plalslr narcoLlque qu'eprouve le publlc a conLempler une source lumlneuse
dans le nolr d'une salle. Sa valeur lmaglnalre essalme ensulLe a Lravers mllle canaux sans s'y perdre
pour auLanL, môme sl la longueur eL les perlpeLles du parcours flnlssenL par l'enLamer. C'esL ceLLe
lnLenslLe lnlLlale qu'll esL vlLal de slngularlser pour que le clnema demeure dlgne de son hlsLolre eL ne
solL pas noye dans les surplus d'une producLlon a [eLs conLlnus d'lmages eL de son que charrle la
revoluLlon numerlque.
Les proposlLlons, lcl formulees, ne sonL que plsLes de reflexlon que des negoclaLlons
lnLerprofesslonnelles devralenL Lransformer en demarches operaLlonnelles selon des modallLes eL a
un ryLhme approprles mals sans aLermolemenL. Þour cela, les professlonnels concernes devronL
consenLlr a quelques exerclces d'anLlclpaLlon, depasser parfols l'horlzon de leurs preoccupaLlons
lmmedlaLes, aussl leglLlmes fussenL-elles, pour sorLlr des cadres hablLuels de leurs ralsonnemenLs.
Car, quelquefols, aglr pour l'ensemble suppose que l'on pense conLre sol.



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
149
ANNLkLS L1
DCCUMLN1S ICIN1S


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S0
GRAPHIQUES



ANNEXES AU RAPPORT

Annexe 1 : La muLuallsaLlon du rlsque de developpemenL
Annexe 2 : un dlsposlLlf de souLlen auLomaLlque a l'exporLaLlon
Annexe 3 : Le Most offet : la poslLlon des dlsLrlbuLeurs
Annexe 4 : La remuneraLlon mlnlmale des ayanLs drolL en maLlere de vau eL SvCu
(quesLlonnemenL [urldlque)
Annexe 3 : Le passage a la receLLe bruLe
Annexe 6 : La co-admlnlsLraLlon opLlonnelle des lnLerôLs des auLeurs eL des producLeurs


LES CINQUANTE PRINCIPALES MESURES PROPOSEES


CONTRIBUTION D’UN GROUPE DE RÉALISATEURS, TECHNICIENS,
ET PRODUCTEURS, COORDONNÉ PAR PASCALE FERRAN :
« POUR UN MEILLEUR FINANCEMENT DU CINÉMA D’AUTEUR »



RÉSUMÉ DES PROPOSITIONS DU RAPPORT

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S1
LIS1L DLS GkAÞnIÇULS


Craphlque n¨ 1 : Salles de clnema (enLrees + publlclLe)

Craphlque n¨ 2 : Marche publlclLalre de la Lelevlslon

Craphlque n¨ 3 : Le marche uvu/8lu-ray

Craphlque n¨ 4 : Le marche de la vldeo a la demande a l'acLe

Craphlque n¨ 3: Le marche de la 1v payanLe eL de la vau par abonnemenL

Craphlque n¨ 6: LxporLaLlons des fllms

Craphlque n¨ 7 : SynLhese (1v,vldeo,vAu)




















Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S2
Craphlque n¨ 1 : Salles de clnema (enLrees + publlclLe)


Source : CnC-uLSÞ8C

Craphlque n¨ 2 : Marche publlclLalre de la Lelevlslon


Source : CnC-uLSÞ8C

0
200
400
600
800
1000
1200
1400
1600
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché salles cinéma (entrées + publicité)
scénario noir scénario optimiste
0
500
1000
1500
2000
2500
3000
3500
4000
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché publicitaire TV
scénario noir scénario optimiste
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S3
Craphlque n¨ 3 : Le marche uvu/8lu-ray

Source : CnC-uLSÞ8C



Craphlque n¨ 4 : Le marche de la vldeo a la demande a l'acLe

Source : CnC-uLSÞ8C

0
200
400
600
800
1000
1200
1400
1600
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché du DVD/Blu-ray
scénario noir scénario optimiste
0
100
200
300
400
500
600
700
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché de la VàD à l'acte
scénario noir scénario optimiste
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S4
Craphlque n¨ 3: Le marche de la 1v payanLe eL de la vau par abonnemenL

Source : CnC-uLSÞ8C

Craphlque n¨ 6: LxporLaLlons des fllms

Source : CnC-uLSÞ8C


0
500
1000
1500
2000
2500
3000
3500
4000
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché de la TV payante et VàDA
scénario noir scénario optimiste
0
50
100
150
200
250
300
350
400
450
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Marché de l'exportation des films
scénario noir scénario optimiste
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1SS
Craphlque n¨ 7 SynLhese (1v,vldeo,1v)

















0
1000
2000
3000
4000
5000
6000
7000
8000
9000
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
TV+Vidéo+VàD
scénario noir scénario optimiste
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S6
LIS1L DLS ANNLkLS


AnnL•L 1 : La muLuallsaLlon du rlsque de developpemenL

AnnL•L 2 : un dlsposlLlf de souLlen auLomaLlque a l'exporLaLlon

AnnL•L 3 : Le Most offet : la poslLlon des dlsLrlbuLeurs

AnnL•L 4 : La remuneraLlon mlnlmale des ayanLs drolL en maLlere de vau eL SvCu
(quesLlonnemenL [urldlque)

AnnL•L 3 : Le passage a la receLLe bruLe

AnnL•L 6 : La co-admlnlsLraLlon opLlonnelle des lnLerôLs des auLeurs eL de producLeurs













Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S7
ANNLkL 1

La mutua||sat|on des r|sques de dóve|oppement

Le developpemenL des pro[eLs esL l'lnvesLlssemenL le plus hasardeux pour un producLeur qul le
supporLe seul ou avec le souLlen des aldes du CnC. C'esL dans ce domalne qu'll seralL uLlle d'essayer
d'lnnover en muLuallsanL ce Lype de rlsque enLre plusleurs producLeurs (Þ1, Þ2, Þ3).
Þrenons l'exemple de Lrols producLeurs dlsposanL chacun d'une somme S a depenser dans
l'ecrlLure d'un scenarlo. Apres avolr selecLlonne collecLlvemenL Lrols pro[eLs (A, 8 eL C), les fuLurs
drolLs d'explolLaLlon sonL flnances eL parLages par exemple de la façon sulvanLe :

Þ1 : 60 ° A, 20 ° 8 eL 20 ° C
Þ2 : 60 ° 8, 20 ° A eL 20 ° C
Þ3 : 60 ° C, 20 ° A eL 20 ° 8

Le producLeur ma[orlLalre du pro[eL esL le responsable de son developpemenL en collaboraLlon
avec les producLeurs mlnorlLalres. une fols, les pro[eLs arrlves au sLade d'un scenarlo a parLlr duquel
peuL ôLre Lourne un fllm, plusleurs slLuaLlons peuvenL se produlre :

le producLeur ma[orlLalre veuL falre le fllm, ll a vocaLlon a en ôLre le producLeur delegue.
Chacun des deux auLres peuL a son gre devenlr coproducLeur ou vendre sa parL a ses
parLenalres au proraLa de leur apporL. Ces parLs sonL payables en debuL de Lournage.
le producLeur ma[orlLalre ne veuL pas falre le fllm. Chacun des deux auLres a vocaLlon, s'll le
souhalLe, a produlre le fllm en LanL que producLeur delegue. Les conLraLs de
developpemenL dolvenL predeLermlner qul a la prlorlLe pour accompllr ceLLe foncLlon,
sachanL que ceL avanLage ne peuL ôLre confere que pour un seul fllm.
aucun des scenarlos ne sedulL. Leurs promoLeurs, resLenL coproprleLalres des drolLs eL, en
praLlque, les provlslonnenL.

Ce dlsposlLlf presenLe plusleurs avanLages :

ll permeL a chaque producLeur d'acceder a davanLage de pro[eLs pour le môme monLanL
lnvesLl eL d'accroiLre ses chances de recuperer LouL ou parLle de sa mlse, s'll ne sulL pas.
ll accroiL la probablllLe pour un pro[eL d'ôLre mls en Lournage car ll sera apprecle sous
dlfferenLs regards.
ll llmlLe les rlsques flnanclers car ll esL plus faclle de perdre LouL ou parLle d'un
lnvesLlssemenL sur un pro[eL unlque que sur plusleurs. Les chances de se « raLLraper » sonL
mulLlpllees par le nombre de pro[eLs.

Ce sysLeme de muLuallsaLlon pourralL parLlculleremenL adapLe aux besolns eL moyens de
producLeurs debuLanLs.





Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S8
ANNLkL 2

ICNDS DL SCU1ILN À L'LkÞCk1A1ICN
Ionct|onnement et ass|ette

1. Soc|ótós ó||g|b|es : 1ouLe socleLe de drolL françals exlsLanL depuls au molns un an, LlLulalre
de la carLe d'exerclce de la professlon, eL ayanL au molns Lrols fllms françals dans son llne-
up sur 24 mols pour au molns 13 LerrlLolres.

2. Gónórat|on : Les enLrees (ou le 8C) sur 10 LerrlLolres cles publles par 8enLrak. ll s'aglL
d'une donnee slmple, dlsponlble eL verlflable par Lous pulsque publlee. nous proposons
de prendre pour reference les pays sulvanLs, de manlere a couvrlr dlfferenLs LerrlLolres
(qul, prls ensemble, onL l'avanLage de blen represenLer la carrlere d'un fllm a
l'lnLernaLlonal mals egalemenL d'ôLre sulvls par 8enLrak) :

Allemagne / AuLrlche
Þologne
AusLralle
8resll
LLaLs-unls
lLalle
8oyaume-unl
ArgenLlne
!apon
Canada

une bonlflcaLlon pourralL ôLre envlsagee pour les premlers eL deuxlemes fllms (coefflclenL de
‚1,2 du lSL genere).

3. Montants gónórós : une suggesLlon pour la generaLlon seralL la sulvanLe : des caLegorles
([usqu'a 20 000 enLrees / 20 a 30 000 enLrees / 30 a 100 000 enLrees).

4. Au-dela le Laux devlenL marglnal, comme le souLlen genere en lrance.

S. L||g|b|||tó des f||ms : LouL fllm suscepLlble d'avolr le londs de souLlen dlsLrlbuLeur en
lrance esL suscepLlble d'acceder au lSL

6. kó|nvest|ssement : unlquemenL sur le MC a hauLeur de 30 °.

7. Lnve|oppe g|oba|e fonds de sout|en export : m|n|mum 1S Mê pour la mlse en place.




Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
1S9
ANNLkL 3

Le « must offer» : |es arguments des d|str|buteurs

A l'enconLre du dlscours favorable au « musL offer», les dlsLrlbuLeurs, eL noLammenL Crange
fonL valolr les argumenLs sulvanLs.

Crange a falL le cholx de developper un servlce unlque de vau qul accuellle de manlere non
excluslve envlron 4 400 LlLres donL 17 ° apparLlennenL au caLalogue d'un gros lndependanL. Ces
dernlers sonL dlsponlbles sur Lous les Lermlnaux connecLes eL sonL deux fols plus nombreux que sur
numerlcable par exemple. un moLeur de recommandaLlon unlque permeL au cllenL de commander
d'auLres fllms du môme dlsLrlbuLeur, ce qul favorlse le developpemenL d'une pollLlque de nlches.
CeLLe approche esL renforcee par une pollLlque d'edlLorlallsaLlon de son offre afln de valorlser au
mleux les fllms d'arL eL d'essal (bandes annonces, resumes, crlLlques eLc.)

Ln LanL qu'edlLeur de vau, Crange a mls en place une offre exhausLlve, aLLracLlve eL slmple
d'uLlllsaLlon pour le consommaLeur grâce a un moLeur de recherche unlque. C'esL pourquol Crange
ne reprend aucun servlce de vau Llers qul, en LouL eLaL de cause, ne proposeralL que des conLenus
de[a dlsponlbles sur sa propre plaLeforme. ue plus, la [uxLaposlLlon des plaLeformes eL des modallLes
d'acces demeure une source de confuslon pour l'abonne. lree qul a falL le cholx de ce modele auralL
en valeur relaLlve Lrols fols molns d'abonnes qu'Crange, consommaLeurs de vCu.
Les dlfferenLs reseaux d'Crange auLorlsenL la connexlon de l'ensemble de ses abonnes a Lous
les servlces de medlas audlovlsuels a la demande dlsponlbles sur lnLerneL. Crace a son bolLler lAl
connecLe, chaque abonne d'Crange peuL y avolr recours sur son Lelevlseur. Ces dernleres annees, les
moyens d'acceder dlrecLemenL a lnLerneL sur son Lelevlseur se sonL mulLlplles : consoles de [eux,
bolLler d'acLeurs C11, Lelevlseurs connecLes, ordlnaLeurs, LableLLes eL moblles vlo une prlse PuMl•

Crange reprend des servlces complemenLalres edlLes par des Llers : cooollloy loflolty, lllmo
1v, loss M6 • car ces servlces par abonnemenL dlsposenL d'une speclflclLe edlLorlale qul les
rapprochenL des chaines a peage.
Lnfln, Crange ne praLlque aucune excluslvlLe pour son servlce de vau eL n'exlge des ayanLs
drolL aucune suspenslon de drolLs pendanL l'explolLaLlon de leurs fllms sur les chaines de 1v « CCS ».
Ses concurrenLs peuvenL en LouLe llberLe bâLlr une offre aussl aLLracLlve eL exhausLlve que la slenne.
La quesLlon n'esL pas slmple a Lrancher. Au-dela des prlnclpes de leur llbre concurrence, donL ll
fauL blen remarquer que l'economle du clnema souffre de plus d'une excepLlon, le probleme esL de
repondre aux lnLerrogaLlons sulvanLes :

Les ouvres sonL-elles empôchees d'ôLre explolLees en ralson de ceLLe resLrlcLlon ? A
l'evldence la reponse esL non.
La [uxLaposlLlon des edlLeurs chez un môme dlffuseur assure-L-ll une mellleure fluldlLe des
LransacLlons ? Cela esL loln d'ôLre demonLre.
L'lnLegraLlon verLlcale edlLeur-dlsLrlbuLeur praLlquee par une ou plusleurs enLreprlses cree-
L-elle une slLuaLlon de monopole lnconLournable qul enLrave la llbre explolLaLlon des
ouvres ? Le nombre de slLuaLlons alLernaLlves a Crange ecarLe ce danger.

Le vral probleme se slLue au nlveau d'Apple qul abuse de sa poslLlon forLe pour lmposer ses
produlLs eL ses loglclels. CeLLe quesLlon esL pendanLe aupres des Lrlbunaux sur plus d'un su[eL.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
160
ANNLkL 4

La rómunórat|on m|n|ma|e des ayants dro|t en mat|òre de VàD et SVCD.
(Çuest|onnement [ur|d|que)

La lol sur la proprleLe lnLellecLuelle lmpose que les drolLs d'auLeur dolvenL ôLre acqulLLes a
parLlr du prlx publlc paye par l'usager de l'ouvre concernee eL proporLlonnellemenL a l'usage qul en
esL falL.
L'ordonnance du 3 novembre 2009 porLanL reforme du Code du clnema prevolL, qu'en maLlere
de vau, que :
« l.22J-1. cbopoe occès Jémotétlollsé ò ooe oovte cloémotoqtopblpoe footol pot oo éJlteot
Je setvlce Je méJlos ooJlovlsoels ò lo JemooJe Joooe lleo ò ooe témooétotloo Jo coocéJoot Jes
Jtolts J´exploltotloo teooot compte Je lo cotéqotle Jo setvlce, Je lo ootote Je l´offte commetclole et
Je lo Jote Je sottle eo solles Je l´oovte.
uoe témooétotloo mlolmole peot êtte flxée, poot ooe Jotée llmltée, pot ottêté coojolot Jo
mlolstte cbotqé Je lo coltote et Jo mlolstte cbotqé Je l´écooomle. cette témooétotloo mlolmole Jolt
cooclllet les objectlfs J´occès Jo plos qtooJ oombte J´otlllsoteots, Je molotleo J´ooe offte
cloémotoqtopblpoe Jlvetslflée et Je plelo effet Jes Jlsposltloos oppllcobles eo motlète Je cbtoooloqle
Je l´exploltotloo Jes oovtes cloémotoqtopblpoes.
uo Jéctet eo coosell J´ítot ptls optès ovls Je l´Aototlté Je lo coocotteoce, flxe les moJolltés
J´oppllcotloo Je l´ottlcle l.22J-1. ll ptéclse ootommeot les Joooées écooomlpoes eo fooctloo
Jespoelles lo témooétotloo mlolmole peot êtte flxée.
uoe témooétotloo mlolmole peot êtte flxée, poot ooe Jotée llmltée, pot ottêté coojolot Jo
mlolstte cbotqé Je lo coltote et Jo mlolstte cbotqé Je l´écooomle. cette témooétotloo mlolmole Jolt
cooclllet les objectlfs J´occès Jo plos qtooJ oombte J´otlllsoteots, Je molotleo J´ooe offte
cloémotoqtopblpoe Jlvetslflée et Je plelo effet Jes Jlsposltloos oppllcobles eo motlète Je cbtoooloqle
Je l´exploltotloo Jes oovtes cloémotoqtopblpoes.
uo Jéctet eo coosell J´ítot ptls optès ovls Je l´Aototlté Je lo coocotteoce, flxe les moJolltés
J´oppllcotloo Je l´ottlcle l.22J-1. ll ptéclse ootommeot les Joooées écooomlpoes eo fooctloo
Jespoelles lo témooétotloo mlolmole peot êtte flxée.
Le decreL d'appllcaLlon, sauf erreur, n'esL [amals paru. CuLre que LouLe remuneraLlon mlnlmale
esL Lou[ours regardee avec meflance par l'AuLorlLe de la concurrence, la lol, en l'espece, n'esL pas
denuee d'amblgu€Le.
L'ordonnance renvole a un decreL en Consell d'LLaL le soln de flxer « les Joooées écooomlpoes
eo fooctloo Jespoelles lo témooétotloo mlolmole peot êtte flxée. » Cuelles sonL-elles ? ConcernanL
l'arrôLe de flxaLlon d'un MC « pour une duree llmlLee » ( ?), l'ordonnance enumere des crlLeres plus
ou molns conclllables : acces du plus grand nombre (qul lncllneralL au forfalL ou a des prlx peu
eleves), dlverslLe de l'offre (succes recenLs commerclallses a l'acLe, fllms a molndre echo plus
facllemenL proposes dans des forfalLs.) A quelle forme de dlsLrlbuLlon ce MC pourralL-ll ôLre
appllque ? A la vau l'acLe ? Cu a la SvCu ? Le probleme [urldlque n'esL pas alse a resoudre d'auLanL
plus que le code de la proprleLe lnLellecLuelle ouvre la posslblllLe d'un palemenL forfalLalre de
l'auLeur quand le prlx flnal ne peuL ôLre lndlvlduallse (cas de la SvCu).



Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
161
ANNLkL S

Le passage à |a recette brute

1. Les receLLes de Lelevlslon sublssenL peu de frals Lechnlques eL la commlsslon prelevee esL
relaLlvemenL sLandard (10 a 13 °).
Ln praLlque, le producLeur pourralL lalsser le cholx a l'auLeur : solL opLer pour la meLhode
LradlLlonnelle des 8nÞÞ, solL asseolr sa remuneraLlon sur la receLLe bruLe avec un Laux redulL. un
accord lnLerprofesslonnel lmpuLeralL les frals Lechnlques forfalLalremenL sous forme d'une franchlse.

Lxemple de calcul par Lranche de 100 000 euros de receLLes bruLes.

lrals Lechnlques 20 000 t. Commlsslon : 13 ° (maxlmum). ÞourcenLage avanL amorLlssemenL
du MC : 0,3 ° (Laux superleur le plus souvenL praLlque).
8evlenL a l'auLeur en 8nÞÞ: 0,3 ° x (83 °x 100 000 - 20 000) = 323 t

8apporLee a une base bruLe, ceLLe somme se reLrouve avec un Laux de 0,323 ° a savolr
100 000 x 0,323 ° = 323 euros.
Selon ce prlnclpe, une echelle de Laux appllcables par Lranche crolssanLe de receLLe bruLe
pourralL ôLre eLablle qul prenne en compLe l'lmpacL decrolssanL des frals Lechnlques eL aussl
l'hypoLhese d'une commlsslon de venLes de 10 °.
8appelons qu'une commlsslon redulLe a 10 ° eL une receLLe crolssanLe feralenL converger Laux
sur receLLe neLLe eL Laux sur receLLe bruLe.

2. Les receLLes eLrangeres

Sur LouLe sa duree de vle, pres d'un fllm françals sur deux solL ne s'exporLe pas (30 °), solL ne
depasse pas 30 000 euros de receLLes, nlveau lnsufflsanL pour generer de la 8nÞÞ. un peu molns
d'un sur clnq reunlL des receLLes enLre eL 30 000 eL 130 000 euros (solL quelques cenLalnes d'euros
pour l'auLeur).

La quesLlon se pose en reallLe pour une LrenLalne de fllms par an, pourvoyeurs de receLLes
slgnlflcaLlves môme sl LouL dolL ôLre mls en ouvre pour en augmenLer le nombre. Le dlsposlLlf acLuel
pourralL ôLre slmpllfle par convenLlon lnLerprofesslonnelle qul LlendralL compLe des frals Lechnlques
eL de l'lncldence des commlsslons.

Lxemple
30 000 euros de receLLes bruLes.
lrals Lechnlques neLs de subvenLlons: 30 000 euros. Commlsslon : 20 °. ÞourcenLage avanL
amorLlssemenL du MC auLeur: 0,3 ° (Laux le plus souvenL praLlque)
8evlenL a l'auLeur (8nÞÞ): 0,3 ° (80 ° x 30 000 - 30 000) = 30 euros
un Laux de 0,1 ° de la receLLe bruLe abouLlralL au môme resulLaL

Þour 100 000 t de receLLes bruLes, le calcul sur les 8nÞÞ donneralL :
0,3 ° (80 ° x 100 000 - 30 000) = 230 t monLanL reallsable avec un Laux de 0,23 ° sur la
receLLe bruLe.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
162
Þour 300 000 t, le calcul sur les 8nÞÞ donneralL :
0,3 ° (80 ° x 300 000 - 30 000) = 1830 t monLanL reallsable avec un Laux de 0,23 ° sur la
receLLe bruLe de a 0,3 °

ÞourralL alnsl se consLlLuer une echelle professlonnelle de Laux par Lranche de receLLes bruLes
a l'exporLaLlon apres une franchlse correspondanL a des frals Lechnlques forfalLalremenL evalues (en
praLlque Laux a 0 ° sur ceLLe Lranche)

Ces Laux consLlLueralenL des valeurs referenLlelles auLour desquels se negocleralenL les Laux
conLracLuels.

CeLLe meLhode slmpllfleralL les rendus de compLe sans leser les producLeurs eL permeLLralL aux
auLeurs de sulvre plus facllemenL l'amorLlssemenL de leur MC.

3. Þour les receLLes vldeo (uvu ou vau), nous proposons d'adopter comme ass|ette |a recette
nette ód|teur et non |a recette brute pour des ralsons llees aux caracLerlsLlques de ce marche (cf.
8apporL au CnC de decembre 2008 « le Jtolt Jes ooteots Joos le Jomoloe cloémotoqtopblpoe .
coôts, tecettes et ttoospoteoce » p.17 et ss).

4. Þour les receLLes en provenance des salles en lrance, la quesLlon esL plus complexe.

La lol, (ArL. L.132.23), prevolL que la receLLe salles servanL d'assleLLe bruLe a la remuneraLlon
de l'auLeur pulsse ôLre corrlgee par un Laux de reference que les conLraLs flxenL en praLlque a 30 °.
L'assleLLe se rapproche Je focto de la receLLe bruLe dlsLrlbuLeur P1 declaree au CnC.
Ln l'espece, c'esL blen un pourcenLage sur les receLLes bruLes qu'lmpose la lol pour remunerer
les auLeurs.

Le probleme se compllque quand ll s'aglL de deLermlner le nlveau d'emergence des 8nÞÞ
remonLanL des salles, c'esL a dlre apres lmpuLaLlon des frals de commerclallsaLlon (frals d'edlLlon eL
commlsslons de dlsLrlbuLlon) qul sonL de naLure varlable mals sLraLeglques pour deflnlr la 8nÞÞ. Pors
audlL pour en conLrôler l'exacLlLude eL l'auLhenLlclLe, la seule meLhode slmpllflcaLrlce qul ne lese pas
l'lnLerôL des parLles dolL parLlr de la reallLe.

Le CnC publle regulleremenL des eLudes sur le coûL de la dlsLrlbuLlon des fllms sur le marche
françals sur une perlode slgnlflcaLlve en les classanL noLammenL par nlveau de depense de
dlsLrlbuLlon par Lranche d'enLrees eL de receLLes. Ces dernleres annees, par exemple, le raLlo frals
d'edlLlon / receLLes bruLes dlsLrlbuLeur evolue d'envlron 3 fols la receLLe quand ceLLe dernlere esL
lnferleure a 30 000 t a molns de 20° pour les receLLes superleure a 10 Mt.

Þour les Lres gros succes, (3 mllllons eL plus de 88u), la parL des frals d'edlLlon dans les 88u
chuLe forLemenL eL rapproche l'assleLLe de la 8nÞÞ de celle de la 8u8, a l'lmpacL de la commlsslon
pres, que la meLhode lcl exposee prend en compLe.
Cuelques rares fllms par an, malgre plusleurs mllllons d'enLrees reallsees, ne couvrenL pas MC
+frals d'edlLlon + commlsslon. L'amorLlssemenL du MC ne souleve pas en l'espece de dlfflculLe car ll
esL consldere comme une receLLe sur laquelle s'appllque la remuneraLlon de l'auLeur.
Le CnC pourralL par exemple calculer ces raLlos sur clnq annees de dlsLrlbuLlon (2009-2013) en
uLlllsanL des Lranches de receLLes aussl flnes que posslbles eL les acLuallser Lous les ans en y lnLegranL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
163
une annee supplemenLalre eL en reLlranL la plus anclenne. une commlsslon lnLerprofesslonnelle
pourralL deLermlner alnsl les raLlos a prendre en compLe pour slmpllfler le calcul des frals d'edlLlon.
8len enLendu, ll ne s'aglralL que de Laux plvoLs auLour desquels une negoclaLlon pourralL
s'engager enLre les parLles pour Lenlr de la speclflclLe de cerLalns fllms.
Le monLanL des frals d'edlLlon seralL appllque en foncLlon de la Lranche ou se Lrouve la 88u du
fllm qul auralL eLe prealablemenL ampuLee de sa commlsslon.
Sl ceLLe meLhode comporLalL une erreur de 10 ou 20 ° par rapporL aux frals reels, ce qul esL
beaucoup, cela genereralL, compLe Lenu de la falblesse des Laux, une varlaLlon de 0,1 a 0,2 ° du
monLanL de la remuneraLlon en faveur de l'une ou l'auLre parLle, sachanL que les deux Llers des fllms
lll ne couvrenL pas leurs frals d'edlLlon.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
164
ANNLkL 6

La co-adm|n|strat|on opt|onne||e des |ntórôts d'auteurs et de producteurs


I. C8IL1

L'ob[eL d'une Lelle organlsaLlon dolL ôLre :
- de remunerer les auLeurs proporLlonnellemenL a l'usage qul esL falL de leurs ouvres eL cela
en LouLe Lransparence,
- de frelner l'envolee des MC en garanLlssanL une ressource complemenLalre aux auLeurs
quand elle se [usLlfle,
- de proLeger le sLaLuL d'enLrepreneur du producLeur gesLlonnalre des drolLs d'auLeur eL
d'opLlmlser son rlsque flnancler pour en Llrer evenLuellemenL le proflL poLenLlel.
- de permeLLre aux socleLes d'auLeurs de [ouer plelnemenL leur rôle eL d'ôLre porLeuses
d'experlence dans un unlvers de la gesLlon lndlvlduelle des drolLs
- de permeLLre aux agenLs arLlsLlques de velller dans de bonnes condlLlons aux lnLerôLs de
leurs auLeurs en LanL que leurs mandaLalres, eL ce a Lous les sLades de leur lmpllcaLlon dans
les fllms, de la negoclaLlon du conLraL au conLrôle de la remonLee de la parL de receLLes qul
esL due a leur cllenL

CÞ1ICN

Le producLeur auralL le cholx de proposer a l'auLeur d'adopLer :
solL un sysLeme de gesLlon des drolLs d'auLeurs Lels qu'll auralL eLe amende par convenLlon
lnLerprofesslonnelle en appllcaLlon LoLale ou parLlelle des suggesLlons emlses (Chap lll. vll.
8) ,
solL a un sysLeme de co-admlnlsLraLlon Lel qu'll esL cl-dessous propose dans ses grandes
llgnes eL deLallle en annexe.

Les producLeurs, qul pourralenL ôLre represenLes pour des ralsons praLlques par la Þ8CCl8LÞ,
creenL avec les SÞ8u (SACu, SCLLl, SCAM pour l'essenLlel), une socleLe d'admlnlsLraLlon commune
des drolLs d'auLeurs ou slegeralenL egalemenL les represenLanLs des agenLs. Chaque parLle resLe
LlLulalre de ses drolLs donL elle confle la gesLlon admlnlsLraLlve a la SocleLe aglssanL sur delegaLlon
des producLeurs eL des SÞ8u. La SocleLe uLlllse les lnfrasLrucLures Lechnlques les plus apLes a rendre
le mellleur servlce au mellleur coûL.

Þour operer efflcacemenL, la SocleLe devra adopLer un sysLeme qul Llenne compLe des
proposlLlons les plus apLes a faclllLer sa mlse en ouvre a savolr pour l'essenLlel :

la reference aux receLLes bruLes quand cela esL posslble ,
l'abandon de la noLlon d'amorLlssemenL du coûL du fllm pour deLermlner les pourcenLages
revenanL aux auLeurs ,
le recours a la gesLlon collecLlve sous mandaL des producLeurs pour la vldeo (uvu eL vCu)

Chaque auLeur eL chaque enLreprlse de producLlon dlspose aupres de la SocleLe d'un compLe
qul enreglsLre la slLuaLlon reclproque d'une parLle par rapporL a l'auLre au regard noLammenL du
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
16S
degre d'amorLlssemenL du MC. un releve de poslLlon esL fournl regulleremenL aux lnLeresses. 1ouL
conLraL d'auLeur nouvellemenL slgne esL enreglsLre aupres de la SocleLe dans ses dlsposlLlons
economlques essenLlelles : monLanL du MC, pourcenLage des receLLes bruLes par supporL, duree des
drolLs, solL un peLlL nombre de parameLres alses a appllquer. Au plus Lard a la sorLle du fllm, le
producLeur falL connaiLre le monLanL des prevenLes ayanL servl au flnancemenL eL sur lesquelles
seronL effecLues les premlers calculs de la remuneraLlon revenanL a l'auLeur en amorLlssemenL de
son MC. LnsulLe, ll declare a la SocleLe le monLanL des receLLes generees par l'explolLaLlon de
l'ouvre. Cuand les socleLes d'auLeur sonL en charge de la collecLe (vCu noLammenL), elles
effecLuenL elles-mômes la declaraLlon.


II. LL DISÞCSI1II

A. kecettes sa||es

Au fur eL a mesure de l'explolLaLlon du fllm, le producLeur declare les receLLes bruLes
dlsLrlbuLeurs generees, alsemenL verlflables au demeuranL aupres du CnC. Apres appllcaLlon des
franchlses eL des coefflclenLs moderaLeurs exposes annexe 3 le monLanL des drolLs revenanL a
l'auLeur par appllcaLlon de son conLraL vlenL allmenLer son compLe.

8. kecettes v|dóo

Les receLLes lssues de l'explolLaLlon vldeo (uvu ou vCu) sonL reLenues comme ll esL dlL en
annexe 3 eL declarees a la socleLe afln qu'elle affecLe au compLe de l'auLeur le monLanL des
pourcenLages auxquels ll a drolL.

C. kecettes de tó|óv|s|on

Les drolLs revenanL a l'auLeur sonL calcules selon la meLhode de la receLLe bruLe ponderee
preclsee au polnL 1.d de l'annexe 3 eL credlLes au compLe de l'auLeur par la SocleLe.

D. kecettes ótrangòres

Les receLLes eLrangeres sonL prlses en compLe bruLes eL affecLees des coefflclenLs de reducLlon
lndlques comme ll esL dlL en Annexe 3. Les pourcenLages conLracLuels sonL appllques sur ces bases eL
le produlL de ces calculs esL lmpuLe sur le compLe de l'auLeur.

L. kedevances comp|ómenta|res

AuLeurs eL producLeurs recevronL regulleremenL les releves de leur compLe. ues que le MC esL
amorLl eL que le compLe du producLeur devlenL deblLeur vls-a-vls de l'auLeur, ll lul apparLlenL de le
solder par l'lnLermedlalre de son agenL. Le rð|e de |a Soc|ótó s'arrôte à |a tenue des comptes, le
resLe concerne les relaLlons conLracLuelles enLre auLeurs eL producLeurs.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
166
III. ICNC1ICNNLMLN1

Les frals de foncLlonnemenL de la SocleLe peuvenL ôLre redulLs au maxlmum en uLlllsanL au
coûL marglnal le savolr-falre des organlsmes exlsLanL (Þ8CCl8LÞ eL/ou SocleLes d'auLeurs) eL leurs
equlpemenLs. Le sysLeme lnformaLlque a meLLre en place ne semble pas complexe car ll peuL ôLre
connecLe a des sysLemes exlsLanLs (CnC pour les declaraLlons de receLLes salles eL vldeo) ou nourrl
par les lnLervenanLs (declaraLlon slmpllflee des conLraLs d'auLeur par les producLeurs).

Le budgeL de la SocleLe pourralL ôLre flnance par :

un prelevemenL modere sur les remuneraLlons « Lelevlslon » eL « vldeo » des auLeurs ,
le monLanL des coLlsaLlons des socleLes de producLlon adherenLes ,
une subvenLlon du CnC.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
167
LLS CINÇUAN1L ÞkINCIÞALLS MLSUkLS
ÞkCÞCSLLS

Çue||e approche stratóg|que ?

Le pr|nc|pe se vór|f|e de p|us en p|us que, dans un monde de convergence techno|og|que
|ndu|te par |e numór|que, |a concurrence s'opòre davantage par |es contenus qu'entre supports.
AuLremenL dlL, le consommaLeur opLe pour un mode d'uLlllsaLlon de l'ouvre en foncLlon :

de son coûL ,
du Lemps de lolslr donL ll dlspose ,
de la rapldlLe avec laquelle ll veuL saLlsfalre son deslr.

Le consommateur dev|ent |nó|uctab|ement son propre programmateur sur tous |es supports
à sa d|spos|t|on et voudra de p|us en p|us |nterven|r dans |es programmes. AuLanL s'adapLer dans
l'ordre a une Lelle LransformaLlon des comporLemenLs qul reLenLlssenL de[a sur chacun des medlas
lmpllques dans le flnancemenL de la producLlon clnemaLographlque. CeLLe consLaLaLlon lnclLe a falre
evoluer rapldemenL les hablLudes de foncLlonnemenL du secLeur a savolr :

a. CpLlmlser la chronologle des medlas afln de faclllLer le developpemenL des marches
suscepLlbles de regenerer le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlques.

b. Þrendre consclence que le prlnclpe du preflnancemenL, socle de la dlverslLe de la producLlon
eL de ce falL Lres lnscrlL dans les praLlques professlonnelles peuL comporLer des d'effeLs
desequlllbranLs sur cerLalns Lypes de fllms (ou sur une frange de la producLlon) en ce qu'll reparLlL
mal les rlsques enLre parLenalres du flnancemenL des fllms eL sLlmule parfols l'offre de fllms de façon
arLlflclelle. uans une economle de la slngularlLe eL une democraLle ou dolL ôLre preservee la llberLe
de creer, l'opLlmum se confond avec le maxlmum eL seul le nlveau des ressources permeL de
plafonner emplrlquemenL la producLlon.

c. lnLegrer l'ldee de la rarefacLlon de la ressource collecLlve eL ne pas chercher
sysLemaLlquemenL dans les aldes un remede a Lous les problemes.

uans un Lel conLexLe, LouLe mesure ayanL pour ob[ecLlf de souLenlr le flnancemenL de la
producLlon eL de la dlsLrlbuLlon dolL repondre a une plusleurs exlgences :

mleux Lenlr compLe pour flxer les obllgaLlons d'lnvesLlssemenLs des dlffuseurs de l'usage
effecLlf qu'lls reallsenL des conLenus ,
assurer un relals harmonleux des conLrlbuLlons des medlas sLagnanLs vers les medlas en
progres afln de garanLlr le malnLlen volre l'accrolssemenL du volume de flnancemenL de la
producLlon eL des ressources du londs de souLlen ,
operer LouLe LranslLlon sans bruLallLe eL par la vole de la negoclaLlon enLre parLles
concernees sous la condulLe des pouvolrs publlcs ,
comporLer des effeLs sLrucLuranLs pour renforcer les enLreprlses d'amonL (producLlon eL
dlsLrlbuLlon).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
168

Aucune mesure ne peut avo|r sa p|e|ne eff|cac|tó s| e||e n'est pas acceptóe et ass|m||óe par
|es part|es concernóes. Auss|, |es propos|t|ons formu|óes sont avant tout dest|nóes à serv|r de base
à des nógoc|at|ons |nterprofess|onne||es pour tenter de rósoudre par |a concertat|on |es prob|òmes
sou|evós. Les pouvo|rs pub||cs |eur donneront ensu|te une traduct|on róg|ementa|re, et]ou
|óg|s|at|ve.


La product|on

ConcernanL la producLlon, ll convlenL :

de consollder les fonds propres des socleLes de producLlon
de mleux adapLer les coûLs des fllms aux capaclLes d'absorpLlon du marche
de luLLer conLre la blpolarlsaLlon de la producLlon
de souLenlr plus genereusemenL les [eunes enLreprlses enLranLes mals d'aLLendre de leur
parL un mlnlmum de resulLaLs au nom du prlnclpe de l'egallLe d'acces au souLlen publlc
pour ceux qul y preLendenL
de palller l'lnsufflsance de l'lnvesLlssemenL dlrecL en essayanL d'aLLlrer des caplLaux dans le
secLeur pour en normallser le foncLlonnemenL.
d'essayer de renforcer les ob[ecLlfs sLrucLuranLs du dlsposlLlf de souLlen.

ÞroposlLlon n¨ 1 : 8emeLLre en vlgueur un caplLal mlnlmum de 30 000 t llbere en LoLallLe eL en
especes

ÞroposlLlon n¨ 2 : lnclLer au rapprochemenL des socleLes de producLlon en ma[oranL le souLlen
auLomaLlque aux Lrols premlers pro[eLs presenLes apres une fuslon d'enLreprlses dlsposanL d'une
provlslon mlnlmale sur leur compLe de souLlen.

ÞroposlLlon n¨ 3 : 1ransformer l'avance sur receLLes en subvenLlon pour au molns la molLle de
son monLanL pour une premlere aLLrlbuLlon a une socleLe de producLlon. LLudler le momenL le plus
adequaL pour chlffrer les monLanLs de l'avance plus en amonL de l'enLree en producLlon.

ÞroposlLlon n¨ 4 : AugmenLer l'alde au developpemenL pour le premler programme d'un
producLeur.

ÞroposlLlon n¨ 3 : Ma[orer l'alde au developpemenL pour les fllms mls en ecrlLure sous une
forme muLuallsLe (pro[eL [olnL au rapporL).

Ln echange de ceL efforL en faveur des premlers enLranLs renforcer les exlgences d'acces aux
dlfferenLs souLlens pour des socleLes eL/ou leurs dlrlgeanLs ou leurs acLlonnalres ma[orlLalres non
dlrlgeanLs qul n'onL mls aucun premler fllm de la socleLe sur le marche au bouL de Lrols ans.

ÞroposlLlon n¨ 6 : LuLLer conLre la hausse des budgeLs de producLlon en appllquanL des
mesures a effeL lmmedlaL, a savolr :
presenLer les devls en dlsLlnguanL le dessus eL le dessous de la llgne ,
moderer les cacheLs excesslfs des « vedeLLes » (lnLerpreLes prlnclpaux, reallsaLeurs eL
scenarlsLes) en lnclLanL au parLage du rlsque commerclal par un lnLeressemenL calcule sur
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
169
des donnees alsemenL verlflables (enLrees salles, CA bruLs des dlfferenLs marches
d'explolLaLlon) ,
sLrlcLemenL encadrer volre lnLerdlre la praLlque des a-valolr sur lnLeressemenL ,
praLlquer un Laux degresslf par rapporL au budgeL de la remuneraLlon des producLeurs eL
de leurs frals generaux.

Sl la professlon ne praLlqualL pas une auLoregulaLlon durable, pourralenL ôLre appllquees
d'auLres mesures par ordre de conLralnLe crolssanLe a savolr :
deflnlr des normes (Lels raLlos dessus/dessous de la llgne) eL moduler l'alde auLomaLlque en
foncLlon du respecL des raLlos ,
lnLerdlre l'acqulslLlon par une môme chaine de deux passages en preachaL a l'excepLlon des
fllms d'anlmaLlon, volre du documenLalre ,
lnsLlLuer le prlnclpe de l'acheLeur Lelevlsuel unlque en maLlere de preachaL ,
reLlrer une parLle des depenses au-dessus de la llgne de l'lmpuLaLlon sur les obllgaLlons de
producLlon des chaines ,

ÞroposlLlon n¨ 7 : Mleux orlenLer vers les fllms dlLs « du mllleu » les flnancemenLs des Soflca
(vole reglemenLalre) alnsl que ceux d'Crange Clnema Serles (a Lravers son convenLlonnemenL) eL des
londs d'lnvesLlssemenL (moLlvaLlon de renLablllLe).

ÞroposlLlon n¨ 8 : ALLlrer des caplLaux dans la branche en proposanL aux lnvesLlsseurs
exLerleurs un allgnemenL des lnLerôLs avec le producLeur delegue eL le dlsLrlbuLeur (modele decrlL
dans le rapporL).

ÞroposlLlon n¨ 9 : Lncourager la creaLlon de ces fonds par la vole flscale, en elarglssanL leur
allmenLaLlon aux enLreprlses eL aux SCllCA alnsl qu'une parLle du produlL de la fuLure Laxe sur les
maLerlels connecLes.

ÞroposlLlon n¨ 10 : Lncourager le ctowJ-fooJloq (appel au flnancemenL des parLlcullers vla
lnLerneL) a l'lnvesLlssemenL clnemaLographlque. A ceLLe fln, lul donner un cadre [urldlque precls
(gouvernance, lnformaLlon, eLc.) assorLl d'un « label CnC » qul en garanLlL le respecL.

ÞroposlLlon n¨ 11 : Asseolr les obllgaLlons des chaines en clalr sur le CA de leur groupe eL non
plus seulemenL chaine par chaine. Lncourager les negoclaLlons acLuelles en ce sens.

ÞroposlLlon n¨ 12 : lavorlser une plus grande plurallLe des lnvesLlssemenLs des chaines
hlsLorlques au LlLre de leurs obllgaLlons. Cn pourralL noLammenL lmpuLer une obllgaLlon
d'lnLervenLlon dans un cerLaln nombre de premlers ou deuxlemes fllms sur leurs quoLas d'ouvres
lndependanLes. CeLLe noLlon de premler ou deuxleme fllm devra ôLre preclsee par vole de
negoclaLlons lnLerprofesslonnelles sur au molns deux polnLs :
le plafond du budgeL pour ne pas flnancer de ceLLe façon de « faux premlers fllms » confles
a des professlonnels de[a chevronnes dans des acLlvlLes connexes au clnema ,
le mlnlmum de mandaLs lalsses au producLeur lnlLlaLeur de pro[eLs.

ÞroposlLlon n¨ 13 : 8enforcer le pourcenLage de preachaLs d'ouvres LCl eL europeennes des
chaines de la 1n1 en foncLlon de leurs Lranches de chlffre d'affalres. Þour l'appllcaLlon de ces
dlsposlLlons, les lnLegrer a celles du groupe donL elles sonL les flllales.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
170
ÞroposlLlon n¨ 14 : lnLrodulre un mlnlmum de premleres fenôLres de dlffuslon sur les chaines
de la 1n1. Ce nlveau pourralL ôLre flxe en foncLlon du nombre de chaines « muLuallsees » au seln
d'un môme groupe.
ÞroposlLlon n¨ 13 : uans les fuLures renegoclaLlons des accords Canal +/clnema lnLrodulre la
quesLlon du nlveau des achaLs de Clne + sur les premleres fenôLres de Lelevlslon payanLes.

ÞroposlLlon n¨ 16 : lnscrlre dans les fuLures renegoclaLlons des accords CCS/clnema, les
quesLlons :
de l'achaL du premler passage en Lelevlslon a peage des fllms ,
de l'elarglssemenL des preachaLs eL achaLs du bouqueL vers des fllms dlLs « du mllleu » en
revlsanL a la hausse l'acLuel budgeL plafond de 3,33 Mt encadranL la clause de dlverslLe.

ÞroposlLlon n¨ 17 : 8enforcer l'alde auLomaLlque a la producLlon dans la Lranche 300 000 a 1,3
mllllons d'enLrees pour sLablllser la sLrucLure de la frequenLaLlon.

Les exportat|ons
CompLe Lenu de l'en[eu sLraLeglque que consLlLuenL les exporLaLlons (balance commerclale eL
lmpacL favorable sur l'lmage du pays qul reLenLlL sur les auLres acLlvlLes), le nlveau de
preflnancemenL qu'elles procurenL a la producLlon devralL ôLre amellore.

ÞroposlLlon n¨ 18 : ComplemenLalremenL au londs d'avances remboursable, defendre a
8ruxelles le prlnclpe d'une alde auLomaLlque a l'exporLaLlon selon le modele propose en annexe au
rapporL.

La d|str|but|on

ConcernanL la dlsLrlbuLlon, ll convlenL de :
consollder le flnancemenL de la branche donL l'acLlvlLe esL a hauL rlsque LouL en luLLanL
conLre son emleLLemenL ,
l'lmpllquer plus dlrecLemenL dans les mecanlsmes d'lnvesLlssemenL dans la producLlon pour
consollder ses acLlfs ,
raLlonallser son foncLlonnemenL.

ÞroposlLlon n¨ 19 : lnLegrer les coûLs de dlsLrlbuLlon dans les budgeLs des fllms des le sLade des
preflnancemenLs, en conLreparLle d'un acces des producLeurs a un coulolr sur la receLLe bruLe.

ÞroposlLlon n¨ 20 : renforcer la Lransparence des rendus de compLe aux producLeurs eL clarlfler
la praLlque des mandaLs groupes (mesures deLalllees dans le rapporL).

ÞroposlLlon n¨ 21 : moduler la prlse en compLe dans les rendus de compLe de l'alde a la
dlsLrlbuLlon en foncLlon de la naLure des conLraLs eL des aldes concernees (mesures deLalllees dans le
rapporL).

ÞroposlLlon n¨ 22 : modlfler l'aLLrlbuLlon de l'alde selecLlve a la dlsLrlbuLlon pour la rendre plus
sLrucLuranLe (mesures deLalllees dans le rapporL).

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
171
ÞroposlLlon n¨ 23 : revalorlser l'alde auLomaLlque a la dlsLrlbuLlon sur les 4 premleres Lranches
de receLLes qul concernenL l'ecrasanLe ma[orlLe des fllms eL ou MC eL frals d'edlLlon sonL les plus
dlfflclles a recuperer.

ÞroposlLlon n¨ 24 : reLabllr un caplLal mlnlmum LoLalemenL llbere en especes de 30 000 t pour
doLer une enLreprlse de dlsLrlbuLlon qul demarre d'un seull de ressources propres.

ÞroposlLlon n¨ 23 : encourager les dlsLrlbuLeurs a co-lnvesLlr dans les fllms (cf. modele propose
pour accuellllr des lnvesLlssemenLs exLerleurs). une des plsLes posslbles seralL de banallser a ceLLe fln
une parLle de l'alde a la dlsLrlbuLlon generee.

ÞroposlLlon n¨ 26 : ÞroLeger la dlsLrlbuLlon des fllms fraglles en leur ouvranL Lrols posslblllLes
au cholx du producLeur eL/ou du dlsLrlbuLeur :
une sorLle classlque, Lelle qu'elle se deroule acLuellemenL mals
sous l'eglde de l'accord naLlonal de dlsLrlbuLlon eL des engagemenLs de programmaLlon
(lofto) ,
une sorLle « labelllsee» sur selecLlon d'une commlsslon, pour les fllms Lres fraglles a falble
exposlLlon qul beneflcleralenL d'une surponderaLlon des crlLeres d'aLLrlbuLlon de l'alde
selecLlve a l'explolLaLlon ,
une sorLle dlrecLe en vldeo (ou sur lnLerneL) souLenue par un reel efforL de publlclLe,
encourage par un souLlen selecLlf a la dlsLrlbuLlon donL une parLle seralL reservee pour
lnsLaller ce Lype de fllms sur ce supporL.

LA DIIIUSICN

Carder a l'esprlL qu'une exposlLlon durable eL renouvelee des fllms françals sur LouL le
LerrlLolre esL une des condlLlons de survle du clnema naLlonal, de sLablllsaLlon de la sLrucLure de la
frequenLaLlon eL de reducLlon de la dependance vls a vls du clnema amerlcaln.

ÞroposlLlon n¨ 27 : meLLre en vlgueur des condlLlons generales de locaLlon (nombre mlnlmale
de semalnes ou de seances garanLles sur une perlode homogene, pallers de reLralLs, eLc.) qul
s'appllquenL a defauL de sLlpulaLlons ecrlLes convenues enLre le dlsLrlbuLeur eL l'explolLanL.

ÞroposlLlon n¨ 28 : AdapLer regulleremenL les engagemenLs de programmaLlon souscrlLs par
les clrculLs naLlonaux ou reglonaux eL renforcer le conLrôle de leur respecL.

ÞroposlLlon n¨ 29 : Cuvrlr une large concerLaLlon desLlnee a flxer des llgnes sLraLeglques
faclllLanL l'acces des salles lndependanLes aux fllms arL eL essals porLeurs eL l'acces des dlsLrlbuLeurs
lndependanLs aux salles.

L'act|on róg|ona|e

ÞroposlLlon n¨ 30 : Lncourager l'acLlon reglonale qul a Lendance a s'orlenLer davanLage vers
l'lnvesLlssemenL audlovlsuel (mesures Lechnlques dans le rapporL).


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
172
LA VIDLC

ÞroposlLlon n¨ 31 : LuLLer conLre le plraLage en eclalranL rapldemenL la professlon sur
l'orlenLaLlon des pouvolrs publlcs en la maLlere (rôle de l'Padopl eL/ou du CSA). MeLLre l'accenL sur la
represslon de la conLrefaçon organlsee. Condulre une reflexlon LendanL a assocler l'ensemble des
acLeurs qul parLlclpenL de la moneLlsaLlon de ces acLlvlLes llllclLes (assoclaLlons d'annonceurs, les
agences de publlclLe, les regles eL les eLabllssemenLs flnanclers) a l'acLlon anLl-plraLage.

ÞroposlLlon n¨ 32 : 8elancer l'offre legale par une pollLlque des prlx plus aLLracLlve, ce qul
suppose une balsse aussl raplde que posslble de la 1vA, eL une plus grande fluldlLe de l'offre en
levanL Lous les obsLacles a sa llbre clrculaLlon.

ÞroposlLlon n¨ 33 : LLendre l'alde auLomaLlque a la vau pour accroiLre la parLlclpaLlon du
secLeur au flnancemenL de la producLlon.

ÞroposlLlon n¨ 34 : Modlfler le decreL du 12 novembre 2010 pour abalsser le seull du CA qul
declenche obllgaLlons d'achaL eL de preachaLs d'ouvre LCl eL europeennes eL accroiLre les
pourcenLages d'obllgaLlon pour les rendre plus conformes aux praLlques professlonnelles eL plus
lnclLaLlfs.

!% &2$','/'9)" ."* +7.)%*

M$),&)4"*

A avanLage de dlffuslon egal, obllgaLlons egales. Ce prlnclpe esL fondaLeur de LouL
mouvemenL en maLlere de chronologle des medlas.
ne dolvenL ôLre proLeges que les drolLs preflnances
SancLuarlser les quaLre mols de la salle avec posslblllLe de legeres adapLaLlons a la marge
pour cerLalnes caLegorles de fllms

ÞroposlLlon n¨ 33 : Mlse en ouvre de la proposlLlon du rapporL Lescure en deux eLapes :

dans l'lmmedlaL :
meLLre en place la commlsslon de derogaLlon sLaLuanL sur la commerclallsaLlon plus
precoce en aval de la salle des fllms ayanL dlspose de molns de 20 coples ,
rendre leur llberLe conLracLuelle en aval de la salle (apres 4 mols) aux fllms françals
agrees sorLls sans preflnancemenL d'une chalne ou de la vldeo ,
meLLre en ouvre des fenôLres gllssanLes pour les fllms Llres sur molns de 100 coples
(60 ° des sorLles) qul n'onL beneflcle que d'un preflnancemenL parLlel.

soos cooJltloos avec une daLe buLolr d'appllcaLlon :
fenôLre SvCu flxee a 18 mols sous condlLlon d'engagemenLs de producLlon ,
degel des drolLs a l'lnLerleur des fenôLres des chaines avec remonLee de leur fenôLre de
dlffuslon d'un delal a negocler enLre les organlsaLlons professlonnelles eL les chaines.


Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
173
cooJltloos . s´accorder le Lemps de :
lalsser les professlonnels se concerLer sur le monLanL des obllgaLlons des servlces qul
opereralenL dans ce delal eL en obLenlr la LraducLlon reglemenLalre ,
permeLLre aux pre-acheLeurs d'adapLer leur programmaLlon a la nouvelle donne en
prevoyanL un calendrler d'appllcaLlon respecLanL les drolLs de[a acquls ,
commencer a meLLre en place le sysLeme de la 1vA du pays consommaLeur (1
er
[anvler
2013) afln de proLeger les servlces naLlonaux conLre l'lnLruslon des operaLeurs eLrangers
dans des condlLlons anLl-concurrenLlelles.

ÞroposlLlon n¨ 36 : modlfler la lol du 12 [uln 2009 pour pouvolr allgner le reglme du uvu sur
celul des auLres modes d'explolLaLlon

ÞroposlLlon n¨ 37 : lnLenslfler la numerlsaLlon des ouvres du paLrlmolne.


ALIMLN1A1ICN L1 CÞ1IMISA1ICN DL L'USAGL DU ICNDS DL SCU1ILN

ÞroposlLlon n¨ 38 : lnclure dans l'assleLLe de la 1axe vldeo les receLLes de publlclLe llees a la
presenLaLlon des programmes de la vau : bandeaux encadranL le vlslonnage eLc.

ÞroposlLlon n¨ 39 : Llarglr les receLLes de la 1S1-L aux receLLes publlclLalres de Lelevlslon de
raLLrapage.

ÞroposlLlon n¨ 40 : 8evolr a la balsse le seull des CA qul declenchenL la coLlsaLlon 1S1-L des
chaines de la 1n1 en LenanL compLe de l'abondemenL LoLal au londs du groupe qul les conLrôle.

ÞroposlLlon n¨ 41 : velller au rendemenL de la 1S1-u en prenanL en compLe la charge flscale
globale que supporLenL ces dlffuseurs eL des sLraLegles qu'lls peuvenL meLLre en ouvre pour
opLlmlser leur slLuaLlon flscale.

ÞroposlLlon n¨ 42 : Conslderer que l'alde selecLlve qul represenLe envlron la molLle des credlLs
au clnema a aLLelnL un nlveau saLlsfalsanL eL gager LouLe mesure nouvelle dans ce domalne par une
economle du môme monLanL a l'lnLerleur de ce Lype d'alde.

ÞroposlLlon n¨ 43 : Llaborer un bllan reguller des lnLervenLlons du CnC pour opLlmlser l'usage
du londs de souLlen.

LA ÞCLI1IÇUL IISCALL

ÞroposlLlon n¨ 44 : 8edulre les Laux de 1vA sur les abonnemenLs des chaines a peage alnsl que
sur la vau eL les lAl.

ÞroposlLlon n¨ 43 : MeLLre en ouvre la Laxe sur les maLerlels connecLes donL le produlL seralL
parLlellemenL reparLl enLre cople prlvee, londs de souLlen eL londs d'lnvesLlssemenLs.

ÞroposlLlon n¨ 46 : 8endre des que posslble le credlL d'lmpôL a sa vocaLlon lnlLlale, le Lemps
que les auLres sources de flnancemenL suggerees commencenL a produlre leurs effeLs.

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
174
ÞroposlLlon n¨ 47 : encourager les SCllCA a la prlse de parLlclpaLlon dans des londs
lnvesLlssanL en producLlon, ce qul suppose un changemenL de la lol. Les lnclLer egalemenL a flnancer
des fllms a budgeLs modesLes par un avanLage flscal ma[ore lle a ce Lype d'engagemenL.

1kANSÞAkLNCL L1 ÞAk1AGL

Cutre |a nócess|tó de renforcer |a transparence des rendus de compte aux producteurs et
de c|ar|f|er |a prat|que des mandats groupós (mesures dóta|||óes dans |e rapport) (cf. propos|t|on
nº20), des |n|t|at|ves pourra|ent ôtre pr|ses en mat|òre de transparence et de partage de |a recette,
axe stratóg|que de |'amó||orat|on du f|nancement.

ÞroposlLlon n¨ 48 :
Amellorer l'appllcaLlon de l'accord de decembre 2010 sur des polnLs Lechnlques
Slgner au plus vlLe l'accord sur la gesLlon des drolLs d'auLeurs generes par les receLLes de la
vau.

ÞroposlLlon n¨ 49 : Lngager des dlscusslons lnLerprofesslonnelles pour meLLre en place des
dlsposlLlfs de cogesLlon des drolLs d'auLeur enLre producLeurs eL socleLes d'auLeur. Ces
preconlsaLlons opLlonnelles formulees par le rapporL sonL rangees par ordre de solldarlLe crolssanLe
enLre les parLles.

ÞroposlLlon n¨ 30 : 8ecourlr plus frequemmenL avec le souLlen du CnC a la praLlque des audlLs
des budgeLs de producLlon eL de dlsLrlbuLlon afln d'amellorer la Lransparence des relaLlons enLre
Lous les parLenalres de la creaLlon, de la producLlon eL la dlsLrlbuLlon clnemaLographlques.











Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
17S
GkCUÞL CNC 2013
kLALISA1LUkS]1LCnNICILNS]ÞkCDUC1LUkS
« ÞCUk UN MLILLLUk IINANCLMLN1 DU CINLMA
D'AU1LUk. »

Le groupe s'esL reunl de 20 aoûL au 17 ocLobre, a ralson d'une reunlon de quaLre heures par
semalne.
Sa mlsslon eLalL de reflechlr a des proposlLlons qul permeLLenL de mleux flnancer eL exposer le
clnema d'auLeur dans LouLe sa dlverslLe, LouL en porLanL une aLLenLlon parLlcullere aux 1
er
eL 2
e
fllms,
garanL de l'emergence de nouveaux LalenLs.
ll eLalL consLlLue de slx reallsaLeurs, slx Lechnlclens eL slx producLeurs lndependanLs,
represenLanL des generaLlons, des corps de meLlers eL des praLlques clnemaLographlques
sufflsammenL varles pour que la reflexlon solL rlche eL complemenLalre
3
.
Le Lemps de Lravall du groupe eLalL courL. ll n'eLalL donc pas quesLlon d'aborder LouLes les
problemaLlques poLenLlelles de son champ de mlsslon mals de falre emerger quelques proposlLlons
forLes, sl posslble appllcables rapldemenL, Landls qu'une reflexlon plus exhausLlve, y comprls de
prospecLlves a moyen ou long Lerme, eLalL prls en charge par le groupe de sulvl des Asslses du
clnema.
Le calendrler du groupe s'lnscrlvalL dans une acLuallLe Lendue : celle de la fln des negoclaLlons
de la convenLlon collecLlve qul vlenL encadrer noLre secLeur d'acLlvlLe.
LL ce fuL d'allleurs l'un des merlLes premlers du groupe que de reunlr auLour de la Lable dans
un dlalogue frucLueux des lndlvlduallLes ayanL des polnLs de vue parfols Lres dlvergenLs sur la
convenLlon collecLlve.
1ouL le monde s'accordalL sur un premler consLaL :
La parLle la plus creaLlve du clnema françals souffre depuls des annees d'un sous-flnancemenL
chronlque qul n'a cesse de s'accenLuer.
Ce deflclL de flnancemenL eLalL generalemenL compense par des economles reallsees fllm par
fllm au momenL de sa concepLlon eL de sa fabrlcaLlon : coupes dans le scenarlo, dlmlnuLlon des
Lemps de Lournage eL/ou de posL-producLlon, pressurlsaLlon des presLaLalres Lechnlques, mals aussl
blen sûr « efforLs » parfols Lres lmporLanLs demandes aux Lechnlclens eL au reallsaLeur sur leurs
salalres, mlse en parLlclpaLlon de son salalre eL des frals generaux de sa socleLe par le producLeur,
eLc.
uans d'auLres cas, ce deflclL esL compense par des apporLs de flnancemenLs eLrangers,
lmposanL le plus souvenL une delocallsaLlon de LouL ou parLle de la fabrlcaLlon des fllms.
Cr la nouvelle convenLlon collecLlve meL un Lerme a ces posslblllLes d'arrangemenL fllm par
fllm en ce qul concerne les salalres des Lechnlclens eL du reallsaLeur.
Cela va changer LouLe la donne.

3
!ulle 8erLuccelll, LaurenL CanLeL, Þascale lerran, Pelena kloLz, kaLell Culllevere eL Þlerre Schoeller (reallsaLeurs) ,
Carollne ChampeLler ou Lrlc Culchard (chef-operaLeur), 1om Pararl (chef-operaLeur), Arnaud 8oLh ou 1hlerry
llamand (chef-decoraLeur), ChrlsLophe !eauffroy (dlrecLeur de producLlon), 8enolL Alavolne (chef-monLeur), Samuel
A€choun (mlxeur) , eL Alaln ALLal (les ptoJoctloos Jo 1tésot), MaLhleu 8ompolnL (Mezzooloe lllms), 8enedlcLe
Couvreur (nolJ-up lllms), ÞaLrlck Sobelman (Aqot lllms et cle), uavld 1hlon (les lllms lelléos), Ldouard Welll
(kectooqle ltoJoctloos).
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
176
Sl l'on veuL conLlnuer a ce que ces fllms exlsLenL, eL se fabrlquenL en lrance, ll fauL donc
lmperaLlvemenL augmenLer leur flnancemenL afln de compenser les economles auparavanL reallsees
sur les salalres.
Le groupe s'esL donc mls au Lravall avec une consclence algƒe de l'lmporLance des en[eux
auxquelles ll devalL falre face : que la parL la plus creaLlve du clnema françals, mls a mal depuls des
annees par le sysLeme LouL enLler, ne solL pas deflnlLlvemenL mls en perll par la nouvelle slLuaLlon.

Une rap|de ana|yse de |a s|tuat|on

nos proposlLlons s'appulenL prlorlLalremenL sur quelques consLaLs slmples que nous allons
desslner lcl a gros LralLs :

1. Le probleme ma[eur du clnema en lrance esL molns un manque d'argenL qu'une mauvalse
reparLlLlon de celul-cl enLre des fllms dlLs « de marche », le plus souvenL Lres conforLablemenL
flnances, eL des fllms dlLs « d'auLeur », presque sysLemaLlquemenL sous-flnances.
2. CeLLe mauvalse reparLlLlon, abouLlssanL a un clnema a deux vlLesses qul se vlde par son
mllleu, n'esL pas nouvelle eL nous ne pouvons que consLaLer que le sysLeme d'encadremenL eL de
regulaLlon par le CnC, Lel qu'll exlsLe au[ourd'hul, ne sufflL pas a l'endlguer.

Les causes de ceLLe blpolarlsaLlon sonL nombreuses, nous ne nous arrôLerons lcl qu'aux deux
prlnclpales. L'une esL en amonL, elle concerne la producLlon des fllms , l'auLre esL en aval, elle
concerne leur exposlLlon.

Ln amont : |a product|on

Le polds des Lelevlslons dans le flnancemenL des fllms - vla un sysLeme hlsLorlquemenL
verLueux qul les obllge a lnvesLlr une parLle de leur chlffre d'affalres dans le clnema - abouLlL a une
concurrence forcenee enLre les chaines sur les LlLres poLenLlellemenL les plus porLeurs en Lerme
d'audlence Lelevlsuelle a venlr
4
.
Ces fllms-la sonL donc Lres conforLablemenL flnances, leur nombre eL leur budgeL ne cessanL
d'augmenLer ces dernleres annees, alnsl que le cacheL des comedlens vedeLLes lndlspensables a leur
falsablllLe, eL du salalre du producLeur eL parfols du reallsaLeur.
noLons qu'lcl la quesLlon de la renLablllLe du fllm, vlo ses remonLees de receLLes, devlenL Lrop
souvenL presque secondalre, producLeur eL acLeurs ayanL eLe Lres blen remuneres des la mlse en
producLlon.
A l'auLre bouL du specLre, la pluparL des Lelevlslons en clalr se desengagenL presque
LoLalemenL des fllms a peLlLs budgeLs, eL en parLlculler des 1
er
eL 2
eme
fllms de clneasLes emergenLs.
Les plus verLueuses d'enLre elles (les chaines publlques) conLlnuenL de s'engager sur des fllms
d'auLeur a budgeL lnLermedlalre, môme sl Lrop souvenL le monLanL de leur apporL esL en-dessous de
ce donL le fllm auralL besoln pour ôLre en adequaLlon avec ses amblLlons arLlsLlques.
L'on volL donc blen que, par un sLrlcL sysLeme de vase communlcanL, la parL crolssanLe des
lnvesLlssemenLs dans les fllms a hauLs budgeLs dlmlnue d'auLanL la parL des lnvesLlssemenLs dans les
fllms a peLlLs ou môme moyens budgeLs.
Mals le polds sLrucLurel des Lelevlslons condulL a une auLre derlve LouL aussl nefasLe.
ll s'aglL de la remuneraLlon des acLeurs eL des Lechnlclens.

4
Cn observe une lnquleLanLe concenLraLlon des lnvesLlssemenLs sur les fllms d'un budgeL superleur a plus
de 7Mt (eL plus encore sur ceux a plus de 13Mt). Les fllms d'lnlLlaLlve françalse de plus de 7Mt capLenL une parL
crolssanLe de la LoLallLe des lnvesLlssemenLs des chaines : 60,1 ° en 2010, 63,7 ° en 2011 eL 66,8 ° en 2012.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
177
La presence de comedlens vedeLLes eLanL lndlspensables a un lnvesLlssemenL masslf des
Lelevlslons, leurs cacheLs onL explose ces dernleres annees sur les fllms a hauL budgeL. Þuls ceLLe
lnflaLlon a peu a peu conLamlne la remuneraLlon des acLeurs prlnclpaux sur une parLle des fllms a
budgeL molndre.
uans le môme Lemps, le nombre de fllms sous-flnances n'a pas cesse d'augmenLer, les plus mal
flnances d'enLre eux l'eLanL de plus en plus.
Afln de conLlnuer a ce que ces fllms exlsLenL, « des efforLs » de plus en plus lmporLanLs onL eLe
demandes aux Lechnlclens, eL sur de plus en plus de fllms. Leurs salalres onL eLe nlveles par le bas,
sans pour auLanL qu'lls proflLenL de façon slgnlflcaLlve de la hausse des budgeLs sur les Lres gros
fllms, ceLLe hausse eLanL capLees presque excluslvemenL par les comedlens, le producLeur eL parfols
le reallsaLeur du fllm.
SlLuaLlon lnLenable ou LouL le monde semble s'hablLuer peu a peu a l'ldee que l'argenL n'a plus
la môme valeur selon qu'll s'aglL des uns ou des auLres, alors qu'lls sonL Lous ensemble engages dans
la fabrlcaLlon d'un môme fllm.

Ln ava| : |'exp|o|tat|on

Le paysage de l'explolLaLlon en lrance s'esL profondemenL modlfle ces dlx dernleres annees
avec l'arrlvee masslve des mulLlplexes puls leur polds grandlssanL en nombre de salles eL en parL de
marche.
Cela produlL un desequlllbre enLre la grande explolLaLlon eL les salles ArL eL Lssal qul
defavorlse le clnema d'auLeur sur LouL le LerrlLolre.
uans le môme Lemps, la speclflclLe de la slLuaLlon parlslenne - ou uCC eL Mk2 sonL
lndlspensables aux fllms d'auLeur - produlL une forme de malnmlse des grands clrculLs sur
l'ensemble de l'explolLaLlon en lrance.
Cr, que ce solL a Þarls ou en provlnce, ces grands clrculLs - Mk2 comprls - onL une pollLlque
Lres offenslve de marchandlsaLlon des fllms, qul produlL une rupLure de solldarlLe avec LouL le resLe
de la flllere (c'esL-a-dlre ceux qul fabrlquenL, produlsenL eL dlsLrlbuenL les fllms).
lls fonL payer aux dlsLrlbuLeurs (eL donc lo floe aux producLeurs eL aux ayanLs-drolLs) LouL ce
qul concerne la promoLlon des fllms qu'lls onL pourLanL cholsl de programmer dans leurs salles :
bandes annonces, afflchages, eLc. sans que cela ne donne lleu a aucun engagemenL de leur parL en
Lerme de duree d'exposlLlon.
Chaque fllm semble se valolr, dans une loglque puremenL commerclale qul s'apparenLe a la
grande dlsLrlbuLlon eL n'a du coup plus grand chose a volr avec la speclflclLe du clnema.
CeLLe pollLlque de marchandlsaLlon des fllms s'accompagne d'une opaclLe compleLe quanL aux
compLes de ces eLabllssemenLs. Þersonne ne connaiL la reparLlLlon enLre les receLLes provenanL des
LlckeLs d'enLrees eL celles en provenance de la regle publlclLalre, de la conflserle, ou de la promoLlon
payanLe des fllms.
Ce nouveau paysage de l'explolLaLlon en lrance renforce grandemenL les fllms « de marche » a
forLe vlslblllLe promoLlonnelle (sur les chaines de Lelevlslon qul les coprodulsenL ou grâce a des
campagnes d'afflchage masslves) eL affalbllL les fllms « d'auLeur » aux budgeLs de promoLlon
molndre eL qul onL besoln de duree d'exposlLlon plus longue pour s'exprlmer.
ÞarallelemenL le polds de la promoLlon (en salles ou sur Lous supporLs), lndlspensable pour
donner une vlslblllLe, môme mlnlmale, aux fllms dans un marche Lres concurrenLlel, a
conslderablemenL augmenLe, capLanL une parL lmporLanLe des remonLees de receLLes poLenLlelles de
ces mômes fllms.
Cr sl ces remonLees de receLLes semblenL devenues presque secondalres pour les fllms a hauLs
budgeLs ou LouL le monde se pale des la mlse en producLlon du fllm, elles sonL a l'lnverse absolumenL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
178
lndlspensables aux fllms d'auLeurs ou les producLeurs onL souvenL prls de vrals rlsques flnanclers, eL
ou les Lechnlclens eL le reallsaLeur onL mls une parLle de leurs salalres en parLlclpaLlon - môme sl ce
Lerme ne veuL plus dlre grand chose au[ourd'hul, LanL esL rare le reLour sur lnvesLlssemenL.
Ces deux reallLes, en amonL eL en aval, s'addlLlonnenL eL prennenL le clnema d'auLeur en
Lenallle, dans un eLau que les ouLlls que sonL les regulaLlons du secLeur, vla le CnC, n'arrlvenL pas a
desserrer.
ÞourLanL LouL un sysLeme d'aldes eL de souLlen, lncroyablemenL perfecLlonne, exlsLe qul
devralL le permeLLre.
Mals le CnC semble ne pas prendre la mesure de ce qul esL en Lraln se passer. LL l'on se
reLrouve avec un sysLeme d'aldes qul, parce qu'll esL mal adapLe a la nouvelle reallLe du secLeur eL a
son foncLlonnemenL a plusleurs vlLesses, parLlclpe a accenLuer les lnegallLes enLre les uns eL les
auLres (les fllms rlches eL les fllms pauvres, la grande explolLaLlon eL les salles ArL eL Lssal, eLc.), la ou
sa mlsslon premlere esL de les aLLenuer.
lace a de Lelles lnegallLes de LralLemenL, les solldarlLes se dellLenL, enLre chaque malllon de la
chaine de fabrlcaLlon eL de commerclallsaLlon des fllms d'abord, puls a l'lnLerleur de chacun de ces
malllons.
1ouL cela abouLlL a des rupLures de solldarlLe absolumenL lnedlLes dans le clnema françals ,
rupLures de solldarlLe donL les dechlremenLs a propos de la convenLlon collecLlve sonL le marqueur
recenL le plus lnquleLanL.
LL le clnema comme praLlque arLlsLlque collecLlve, comme polnL de vue slnguller sur le monde,
comme herlLage culLurel de noLre pays, en sorL Lou[ours perdanL.
ll n'y a donc pas a nos yeux de plus grande urgence que de Lrouver des mesures qul modlflenL
le paysage en aval eL en amonL eL permeLLenL d'operer un reequlllbrage de LouLe l'economle du
secLeur. ue Lrouver ces mesures eL de les meLLre en ouvre vlLe.

ÞkCÞCSI1ICNS

I. Þroduct|on

1. Ionds de Sout|en automat|que Þroduct|on

Le prlnclpe general du ldS auLomaLlque esL de valorlser le succes publlc d'un fllm en offranL a
son producLeur des capaclLes de relnvesLlssemenL pour un fllm sulvanL.
Ce succes publlc, eL le souLlen genere qul l'accompagne, esL calcule en foncLlon du nombre
d'enLrees salles falLes en lrance par le fllm.
Le clnema françals foncLlonnanL au[ourd'hul a plusleurs vlLesses (noLammenL au momenL de
l'exposlLlon des fllms), ce crlLere unlque ne nous semble plus operanL.
ll accenLue les phenomenes de concenLraLlon3
3
eL creuse les lnegallLes, y comprls face au
succes. Car sl 100 000 enLrees represenLenL au[ourd'hul un vral succes pour un fllm de 1 a 2 Mt, c'esL
un echec pour un fllm de 8 ou 10 Mt.
Cr ces 100 000 enLrees sonL valorlsees de façon ldenLlque par le ldS.
ll nous semble qu'll y a, d'auLre parL, une forme d'aberraLlon a ce que seules les enLrees lrance
solenL prlses en compLe dans ce calcul, ce qul revlenL, d'une cerLalne façon, a recompenser les fllms
franco-françals ou, dlL auLremenL, a penallser les fllms qul se vendenL a l'lnLernaLlonal.

3
10 a 13° des socleLes de producLlon generenL envlron 70° du luS annuel.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
179
Afln de valorlser plus equlLablemenL le succes reel d'un fllm, nous pensons donc qu'll fauL
adapLer la base de calcul du ldS eL la moduler en foncLlon de deux crlLeres : les enLrees salles lrance
eL le coûL du fllm. (Cecl par pallers a deflnlr)
Þuls, dans un deuxleme Lemps (les Lemps d'explolLaLlon n'eLanL pas les mômes enLre la lrance
eL l'eLranger), ce ldS genere seralL ma[ore en foncLlon du nombre de LerrlLolres vendus donnanL lleu
a une explolLaLlon du fllm en salles a l'eLranger.
CeLLe mesure devralL parLlclper au reequlllbrage de l'economle generale du secLeur.
Ln ce sens, ll nous semble loglque qu'elle solL a enveloppe fermee.

2. A|de só|ect|ve à |a product|on (Avance Sur kecettes)

uevanL l'absolue necesslLe de mleux flnancer le clnema d'auLeur, nous demandons une
augmentat|on de 1S ou 20 Mê de |a dotat|on des tro|s co||òges de |'Avance sur kecettes (sans
augmenLaLlon du nombre de fllms aldes).
Ln ce qul concerne l'Avance sur 8eceLLes avanL reallsaLlon, cela permeLLralL d'augmenLer le
monLanL moyen des aldes (de 430.000 t acLuellemenL a envlron 600 000 t). Mals aussl d'augmenLer
slgnlflcaLlvemenL le plafond maxlmal (acLuellemenL de 730 000 t) a 1,2 Mt pour cerLalns fllms
d'auLeur parLlculleremenL amblLleux arLlsLlquemenL eL d'un budgeL consequenL (enLre 4 eL 8 Mt).
C'esL l'une des reponses lmmedlaLes les plus operanLes sl l'on veuL preserver l'exlsLence de ces
fllms qul ne ressorLenL pas de la clause derogaLolre de la convenLlon collecLlve eL vonL se prendre de
pleln foueL le dlfferenLlel de coûL lle aux nouvelles obllgaLlons (en parLlculler les ma[oraLlons des
heures, alors que l'ecrasanLe ma[orlLe de ces fllms se falsalenL auparavanL au forfalL).

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
180
Demandes spóc|f|ques :

Ch|ffrage :

nous pensons que l'obLenLlon de l'Avance devralL s'accompagner d'une proposlLlon de
chlffrage par la plenlere, prenanL en compLe a la fols le devls du fllm eL l'enLhouslasme de la
commlsslon quanL au pro[eL arLlsLlque.
Le chlffrage deflnlLlf par le CnC, venanL conflrmer ou afflner l'avls de la commlsslon,
lnLervlendralL dans les 13 [ours sulvanL l'obLenLlon de l'alde.

1º co||òge (1º f||ms) :

ll nous semble qu'une place Lrop lmporLanLe esL accordee au scenarlo pour l'obLenLlon de
l'alde, au deLrlmenL des quallLes de mlse en scene du clneasLe. nous souhalLerlons que les courLs-
meLrages du reallsaLeur solenL mleux prls en compLe des l'eLape de la sous-commlsslon eL que le
scenarlo solL accompagne de la redacLlon d'un dossler arLlsLlque sur le fllm, Lype Iootool Je cbootlet
ou MooJ 8ook.

3º co||òge (Avance sur recettes apròs róa||sat|on) :

une reflexlon devralL ôLre menee dans les mellleurs delals concernanL la phllosophle generale
de l'Avance sur 8eceLLes apres reallsaLlon.
Le plafond (acLuellemenL de 130.000 t pour les 1er eL 2eme fllms eL de 76.000 t pour les
sulvanLs) devralL ôLre double eL s'accompagner d'un specLre plus lmporLanL du monLanL des aldes.
CulLLe a resserrer le nombre de fllms aldes pour valorlser davanLage les verlLables coups de cour de
la commlsslon.
ll nous semble qu'll seralL [udlcleux de recenLrer plus clalremenL la mlsslon de l'AS8 apres
reallsaLlon vers une prlme a la quallLe, venanL recompenser la reusslLe arLlsLlque d'un fllm eL la prlse
de rlsques de son producLeur.

3. kòg|e des 60]40

CeLLe regle, sous conLrôle europeen, deflnlL le pourcenLage maxlmal d'argenL publlc auLorlse
(60 ° conLre 40 ° d'argenL prlve) dans le flnancemenL des fllms.
Llle esL caLasLrophlque pour les fllms a peLlLs budgeLs (molns de 2 Mt) eL parLlculleremenL les
1¨ eL 2eme fllms eL cerLalns documenLalres. ll s'aglL le plus souvenL de fllms ayanL obLenus l'Avance
sur 8eceLLes eL/ou une reglon, mals sur lesquels les Lelevlslons ne s'engagenL plus, redulsanL l'apporL
prlve a une peau de chagrln.
Ces fllms, sous-flnances au deparL, sonL doublemenL penallses pulsque ceLLe regle abouLlL a un
chlffrage de l'Avance qul leur esL Lres defavorable eL a une quasl-lmposslblllLe de recourlr au CredlL
d'lmpôL, precarlsanL encore davanLage leur fabrlcaLlon.
Þar allleurs, elle obllge le plus souvenL le producLeur a afflcher un coûL de fllm blen superleur a
son coûL reel afln de conLourner la regle, produlsanL une opaclLe des compLes eL des malenLendus
nefasLes avec l'equlpe du fllm.
Cr ces fllms sonL lssus Lres ma[orlLalremenL de la [eune generaLlon eL sonL donc lndlspensables
a noLre clnema eL au renouvellemenL des LalenLs.
SachanL que d'auLres pays d'Lurope onL negocle a 8ruxelles des pourcenLages d'argenL publlc
blen superleurs, nous demandons aux pouvolrs publlcs françals de renegocler ceLLe regle sur la base
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
181
de 80]20 pour |es f||ms de mo|ns de 2 Mê ou 2,S Mê eL de conslderer ceLLe renegoclaLlon comme
une prlorlLe absolue.
A LlLre LranslLolre, c'esL-a-dlre dans l'aLLenLe d'une renegoclaLlon qul leur solL favorable, nous
pensons qu'll y a urgence a Lrouver une mesure permeLLanL que cerLalns apporLs solenL prls en
compLe en LanL qu'argenL prlve : remlse des lndusLrles Lechnlques, Lemps passe sur le
developpemenL par le producLeur, eLc.

4. Cród|t d'|mpðts et |utte contre |es dó|oca||sat|ons

nous l'avons vu l'lmpacL de la convenLlon collecLlve sur les fllms d'auLeur a budgeL
lnLermedlalre (de 3,3 a 8 Mt) va ôLre parLlculleremenL lmporLanL.

Les premlers devls lndlquenL Lous un dlfferenLlel de coûL auLour de 12 ou 13° enLre un budgeL ou les
Lechnlclens eLalenL Lous au mlnlmum syndlcal mals au forfalL, eL un devls prenanL en compLe les
dlfferenLes ma[oraLlons sur les heures (heures de nulL, heures de preparaLlon, heures de Lra[eL, heures
supplemenLalres).
Cr un cerLaln nombre de fllms d'auLeur du mllleu n'arrlvalL a se falre qu'en ecrôLanL les hauLs salalres, ce
qul n'esL plus posslble au[ourd'hul, eL va produlre un dlfferenLlel de coûL encore plus lmporLanL.
13° de coûL supplemenLalre, cela represenLe 600.000 t pour un fllm de 4 Mt, 900.000 t pour un fllm de
6 Mt, eLc.

Þar allleurs, les dlfflculLes de flnancemenL de ces fllms-la eLalenL de[a Lelles avanL l'appllcaLlon
de la convenLlon collecLlve qu'un nombre slgnlflcaLlf d'enLre eux se delocallsalenL afln d'obLenlr les
flnancemenLs complemenLalres donL lls avalenL besoln.
Sl l'on veuL que ces fllms conLlnuenL d'exlsLer eL se fabrlquenL en lrance, ll esL donc
lndlspensable d'augmenter |e cród|t d'|mpðt de 20 à 30 ¼ pour |es f||ms de mo|ns de 8 Mê, LouL en
conservanL le monLanL de 20 ° au-dela.
une mesure lnLermedlalre qul conslsLeralL a augmenLer le credlL d'lmpôLs excluslvemenL pour
les fllms a molns de 4 Mt nous paraiL dangereuse, en ce sens qu'elle accenLueralL encore l'effeL de
seull, au rlsque de volr deflnlLlvemenL dlsparaiLre les fllms d'auLeur les plus novaLeurs de plus de
4 Mt.


Ln l'eLaL de la leglslaLlon europeenne, nous ne sommes pas arrlves a Lrouver une auLre mesure
qul lnclLeralL les fllms françals a se fabrlquer en lrance.
nous le regreLLons eL lnclLons le CnC a conLlnuer a se pencher sur ceLLe quesLlon.
CependanL, une mesure slmple devralL permeLLre une forme d'egallLe des dlfferenLs meLlers
Lechnlques face aux delocallsaLlons. AcLuellemenL le calcul des polnLs d'AgremenL (permeLLanL
l'obLenLlon du credlL d'lmpôLs) ne prend pas en compLe les Lechnlclens de la posL-producLlon Son eL
des LffeLs Speclaux.
Cela expllque qu'lls solenL les premlers a pâLlr des delocallsaLlons, meLLanL en danger un
savolr-falre Lechnlque françals pourLanL lncomparable.
nous demandons donc de ra[ouLer 10 polnLs dans le calcul de l'AgremenL : 3 polnLs pour les
Lechnlclens (mlxeur, monLeur son, brulLeur, supervlseur des effeLs speclaux) eL 3 polnLs pour les
lndusLrles Lechnlques (audlLorlum eL effeLs speclaux).

Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
182
S. Inf|at|on du cachet des acteurs

L'lnflaLlon du coûL des fllms (vlo le cacheL des acLeurs vedeLLes, le salalre du producLeur eL
parfols du reallsaLeur) nous semble ôLre une des derlves acLuelles les plus pre[udlclables a la bonne
sanLe du secLeur.
CeLLe lnflaLlon s'expllque par l'effeL du polds sLrucLurel des Lelevlslons dans le flnancemenL des
fllms, mals aussl du desamour des Lelevlslons prlvees en clalr pour le clnema (ou dlL auLremenL, de la
balsse d'audlence des fllms sur les chaines premlum) qul les lnclLenL a coprodulre de molns en molns
de fllms, mals pour des apporLs eL donc des budgeLs de plus en plus lmporLanLs.
Þar un sysLeme de vase communlcanL, ceLLe lnflaLlon a des effeLs sur le secLeur LouL enLler :

1. nous l'avons vu, les flnancemenLs se concenLrenL de plus en plus sur les fllms de plus de
7 Mt, eL plus encore sur ceux a plus de 13 Mt, eL de molns en molns sur les fllms de molns de 7 Mt.
C'esL, a nos yeux, nefasLes a la quallLe des fllms des deux côLes :
uu côLe des fllms a molns de 7 Mt parce qu'lls n'arrlvenL pas a reunlr les moyens de leurs
amblLlons.
uu côLe des fllms de plus de 10 ou 12 Mt parce qu'lls sonL parfols presque Lrop faclles a
flnancer par les Lelevlslons prlvees sur le seul nom des acLeurs vedeLLes, lndependammenL de la
quallLe ou de l'abouLlssemenL du scenarlo, du LalenL du reallsaLeur, du soln apporLe a la fabrlcaLlon
du fllm, eLc.
2. CeLLe slLuaLlon profondemenL desequlllbree se recondulL fllm par fllm, chaque fols qu'on
asslsLe a des dlfferenLlels de LralLemenL exLravaganLs enLre le pourcenLage du devls devolu aux
« LalenLs » (comedlens prlnclpaux, producLeur, parfols reallsaLeur) d'un côLe (ce qu'on appelle le
« dessus de llgne ») eL, de l'auLre, le pourcenLage qul va dlrecLemenL a la fabrlcaLlon du fllm (Lemps
de Lournage, salalres des Lechnlclens, decors, lndusLrles Lechnlques•), ce qu'on appelle, non sans
une cerLalne lronle, « le dessous de llgne ».

uans le plre des cas, cela peuL abouLlr a des slLuaLlons lnaccepLables ou LouL ou parLle du
Lournage esL delocallse pour falre balsser les coûLs de maln d'ouvre, alors môme que les « LalenLs »
sonL Lres grassemenL payes.
Þour reequlllbrer l'economle du secLeur eL le resolldarlser, ll y a donc urgence a meLLre un
freln a ceLLe lnflaLlon du « dessus de llgne » des fllms a hauL budgeL ou, sl l'on s'en LlenL au mlnlmum,
a canLonner sLrlcLemenL ceLLe derlve lnflaLlonnlsLe a quelques fllms par an.
Þour cela, nous proposons |a cróat|on d'une c|ause « f||m so||da|re » (ou « fllm mesure » ou «
fllm equlllbre » ou « fllm decenL », la mellleure formulaLlon resLe a Lrouver).
un fllm seralL consldere comme « solldalre » des lors que le cacheL (salalres + 8nC) d'un acLeur
(calcule par [our de Lournage) ne depasseralL pas 30 fols ou 40 fols le mlnlmum syndlcal acLeur
(auLour de 360t). (Cu 30 ou 40 fols pour les fllms de molns de 8Mt eL 30 ou 60 fols pour les fllms au-
dessus.)

30 fols, ça falL 330.000 pour 30 [ours de Lournage eL 440.000 pour 40 [ours
40 fols, ça falL 430.000 pour 30 [ours de Lournage eL 380.000 pour 40 [ours
30 fols, ça falL 340.000 pour 30 [ours de Lournage eL 720.000 pour 40 [ours

La remuneraLlon du reallsaLeur (salalres + drolLs d'auLeur) eL du producLeur ne pourralL pas
non plus exceder un cerLaln monLanL (auLour de 300 000 ou 300 000 t, par exemple, selon les
budgeLs) ou, en LouL eLaL de cause, depasser celul de l'acLeur vedeLLe le mleux paye sur le fllm.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
183
CeLLe clause devralL alder a meLLre un freln a ceLLe derlve lnflaLlonnlsLe eL obllger LouL le
monde a se pencher reellemenL sur la quesLlon des mauvalses remonLees de receLLes afln que la
remuneraLlon complemenLalre des « LalenLs » solL dlrecLemenL llee a la renLablllLe reelle du fllm.
Cette c|ause pourralL [ouer a dlfferenLs endrolLs qul resLenL a explorer, mals sera|t
|nd|spensab|e dòs |ors qu'|| y a certa|n apport d'argent pub||c dans |e f|nancement :

Llle seralL par exemple rendue obllgaLolre pour l'obLenLlon de l'Avance sur 8eceLLes ou d'une
8eglon.
LL elle renLreralL aussl dans les obllgaLlons des chaines publlques.
Alnsl on pourralL lmaglner que les chaines publlques alenL obllgaLlon de meLLre au molns 80 °
de leurs lnvesLlssemenLs dans des fllms dlLs « solldalres » (ce qul leur lalsseralL 20 °
d'lnvesLlssemenLs, solL a peu pres 12 Mt annuel, pour coprodulre des fllms aux cacheLs
« exLravaganLs »).

6. I|nancement en provenance des tó|óv|s|ons

A. Cb||gat|ons d'|nvest|ssement par cha|ne ou par groupe

Ln ralson de leur audlence plus falble, les nouvelles chaines de la 1n1 nous paralssenL
au[ourd'hul plus ouverLes au clnema d'auLeur dans sa dlverslLe que les chaines premlum.
Ln ce sens, le groupe de Lravall volL d'un oll favorable |a transformat|on des ob||gat|ons par
cha|ne en ob||gat|on par groupe, sl LanL esL que le chlffre d'affalres donnanL lleu aux obllgaLlons solL
calcule sur la base de la somme des chlffres d'affalres de LouLes les chaines du groupe, addlLlonnee
de leur slLe lnLerneL.
ll esL lmporLanL, par allleurs, que ces nouvelles obllgaLlons solenL encadrees au mleux eL que
solenL pensees en amonL les reprogrammaLlons poLenLlelles d'une chaine premlum a une chaine de
la 1n1, ou l'lnverse :
Cue les drolLs de passage payes aux auLeurs solenL en parLle muLuallses par groupe par la
SACu.
LL, en cas de succes, que la reprogrammaLlon d'un fllm acheLe par une chaine de la 1n1 vers
une chaine premlum donne lleu a une prlme au succes qul compense le dlfferenLlel d'apporL lnlLlal.

8. 1ó|óv|s|ons pr|vóes en c|a|r

Afln d'lnclLer les grandes chaines prlvees en clalr a lnvesLlr dans des fllms plus varles eL molns
lnflaLlonnlsLes, nous suggerons d'encadrer leur apporL moyen annuel par fllm eL de balsser
senslblemenL ceLLe moyenne.
Cela permeLLralL a ces Lelevlslons de pouvolr conLlnuer a lnvesLlr de grosses sommes dans des
fllms a budgeLs « exLravaganLs » a forL poLenLlel d'audlence comme elles le fonL acLuellemenL, LouL
en les conLralgnanL mecanlquemenL a lnvesLlr dans des fllms a budgeLs molndres qu'elles pourralenL
programmer, le cas echeanL, sur leurs decllnalsons de la 1n1.

C. 1ó|óv|s|ons pub||ques

Cb||gat|ons de f|nancement :

La proposlLlon la plus slgnlflcaLlve concernanL les Lelevlslons publlques seralL leur obllgaLlon de
reserver au molns 80 ° de leurs lnvesLlssemenLs sur des fllms dlLs « solldalres ». Cela devralL
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
184
permeLLre a la fols de resolldarlser la flllere enLre acLeurs, producLeur, reallsaLeur eL Lechnlclens,
mals aussl de falre balsser le coûL de cerLalns fllms pour mleux flnancer cerLalns auLres.
Þar allleurs, nous pensons qu'll y a urgence a renforcer le flnancemenL des 1¨ eL 2
eme
fllms de
clneasLes emergenLs, en parLlculler ceux ayanL obLenu l'Avance sur 8eceLLes au 1¨ college eL/ou une
ou plusleurs reglons.
Þour cela, nous proposons que lrance 1elevlslon alL obllgaLlon de coprodulre une dlzalne de 1¨
eL 2eme fllms par an d'un budgeL lnferleur a 4 Mt eL ayanL obLenus une alde publlque (Avance ou
8eglon).

Acqu|s|t|on de f||ms |nód|ts :

une proporLlon Lres lmporLanLe de fllms se fonL desormals sans chaines en clalr dans leur
flnancemenL. (Môme sl ce pourcenLage devralL balsser des 2014, en ralson de l'lmpacL de la
convenLlon collecLlve sur ceLLe caLegorle de fllms.)
Cr nous consLaLons que, môme en cas de vral succes, ces fllms sonL ensulLe Lres raremenL
acheLes par une chaine en clalr, alors môme que ceLLe acqulslLlon devralL venlr recompenser la
reusslLe du fllm eL la prlse de rlsque de son producLeur.
Ce pourquol nous pensons qu'll pourralL ôLre [udlcleux de renforcer les acqulslLlons de fllms
lnedlLs sans chaine en clalr dans leur flnancemenL :
SolL en reservanL une parLle de l'enveloppe prevue pour les acqulslLlons des chaines a ces
fllms ,
SolL en basculanL un pourcenLage, môme mlnlme, de leurs obllgaLlons de flnancemenL vers ces
acqulslLlons.

D. Cana| +

Le nombre de fllms a budgeL lnLermedlalre (enLre 4 eL 8 Mt) ne cesse de dlmlnuer depuls 10
ans.
CeLLe caLegorle de budgeLs recouvre evldemmenL des fllms Lres dlvers : aussl blen des fllms
« de marche » a hauLs cacheLs d'acLeurs que des fllms d'auLeur amblLleux, necesslLanL des Lemps de
fabrlcaLlon longs ou des moyens lmporLanLs lles aux speclflclLes arLlsLlques du pro[eL4
6
.
Ces fllms d'auLeur amblLleux sonL une marque de fabrlque du clnema françals.
Au[ourd'hul encore, leur polds esL declslf dans les fesLlvals lnLernaLlonaux, les nomlnaLlons des
Cesar eL le rayonnemenL du clnema françals a l'eLranger.
Þar allleurs, môme s'lls onL presque sysLemaLlquemenL les plus grandes dlfflculLes a reunlr les
flnancemenLs donL lls auralenL besoln, lls sonL blen souvenL plus renLables a l'arrlvee que des fllms
commerclaux a budgeL superleur, par leur capaclLe a s'exporLer eL leur duree de vle plus longue des
lors qu'lls s'lmposenL comme des « fllms de caLalogue ».
CeLLe balsse conLlnue des fllms a budgeL lnLermedlalre eL le sous-flnancemenL acLuel des fllms
d'auLeur de ceLLe caLegorle sonL a nos yeux l'un des sympLômes les plus lnquleLanLs du
dysfoncLlonnemenL du sysLeme.
Cr, nous l'avons vu, la nouvelle convenLlon collecLlve va augmenLer slgnlflcaLlvemenL le coûL
de ces fllms, la clause derogaLolre n'eLanL reservee qu'a ceux en dessous de 3,6 Mt.

6
nous parlons lcl de fllms Lels que nolly Motots de Leos Carax, lo vle J´AJèle d'AbdellaLlf kechlche, l´ApolloolJe ou
5olot-looteot (a venlr) de 8erLrand 8onello, voos o´ovez eocote tleo vo d'Alaln 8esnals, uo coote Je Noel d'Arnaud
uesplechln, les bleo-olmés de ChrlsLophe Ponore, comllle teJooble de noemle Lvovsky, l´exetclce Je l´étot de
Þlerre Schoeller, 8ltJ people (a venlr) de Þascale lerran, eLc.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
18S
Ln ce sens, le double effeL de seull (clause derogaLolre a 3,6 Mt de la convenLlon collecLlve +
clause de dlverslLe de Canal a 4 Mt) nous paraiL exLrômemenL dangereux. Car sl l'on n'y prôLe pas
une aLLenLlon parLlcullere, ces fllms d'auLeur « du mllleu » rlsquenL de ne plus pouvolr se flnancer,
avanL de ne plus s'ecrlre du LouL , l'lnLegrallLe du clnema d'auLeur se repllanL vers des budgeLs en-
dessous de 4 Mt.
C'esL pourquol nous prócon|sons de re|ever |e seu|| de |a c|ause de d|vers|tó de Cana| + à
8 Mê, tout en conservant un pourcentage pour |es f||ms à mo|ns de 3,S Mê.

II. D|str|but|on

Le Lemps lmparLl a noLre groupe de Lravall ne nous a pas permls d'apporLer le soln que nous
aurlons souhalLe a l'eLude de ce secLeur. une plsLe cependanL nous semble lnLeressanLe a explorer :
Llle esL en dlrecLlon des 1¨ eL 2eme fllms de molns de 3,3 Mt.
Þour lnclLer les dlsLrlbuLeurs a s'engager davanLage dans le flnancemenL de ces fllms, nous
proposons que le dlsLrlbuLeur perçolve une alde ma[oree au seln de l'Alde au programme reçue pour
le dlL fllm, des lors que le monLanL de son MC esL superleur a 3 ° du flnancemenL reunl, hors apporL
producLeur.
Þar allleurs, par soucl de solldarlLe enLre producLeur eL dlsLrlbuLeur, nous pensons qu'un fllm
qul ne beneflcle pas de MC lors de son flnancemenL devralL falre apparaiLre le monLanL de l'alde au
programme ou de l'alde selecLlve reçue pour le fllm dans les rendus de compLe au producLeur.

III. Lxp|o|tat|on

1. Ionds de Sout|en automat|que Lxp|o|tat|on

nous le savons, la Laxe sur les bllleLs de clnema esL redlsLrlbuee enLre Lous les acLeurs de la
flllere3
7
vla des londs de SouLlen auLomaLlque eL selecLlf.
Le londs de SouLlen auLomaLlque explolLaLlon concerne LouLes les salles de clnema sur le
LerrlLolre ll esL genere excluslvemenL en foncLlon du nombre d'enLrees par eLabllssemenL (Lous fllms
confondus) eL s'accompagne d'un Laux de degresslvlLe relaLlvemenL lmporLanL.
ll a pour mlsslon d'ôLre relnvesLl dans la creaLlon eL la modernlsaLlon des salles.
ll exlsLe, par allleurs, une alde selecLlve aux salles ArL eL Lssal qul vlenL souLenlr speclflquemenL
le Lravall de ces salles, mals dans des proporLlons relaLlvemenL modesLes.
Cr, force esL de consLaLer que ceLLe degresslvlLe du ldS auLomaLlque, môme addlLlonnee de
l'alde selecLlve aux salles ArL eL Lssal, ne [oue pas efflcacemenL son rôle de regulaLeur du secLeur.
La slLuaLlon de l'exposlLlon des fllms en lrance au[ourd'hul esL parLlculleremenL
preoccupanLe :

Les mulLlplexes ne cessenL de gagner du Lerraln en nombre de salles eL de parL de marche,
au deLrlmenL des salles lndependanLes ou ArL eL Lssal, alllees naLurelles du clnema
d'auLeur ,
Le parc de salles s'agrandlL, mals cela ne frelne en rlen l'lncroyable concenLraLlon du
nombre d'ecrans sur cerLalns fllms, Landls que d'auLres pelnenL a acceder ne seralL-ce qu'a
quelques salles ou quelques seances par semalne.
La dlffuslon des fllms sur supporL numerlque accenLue encore ceLLe concenLraLlon, cerLalns
fllms eLanL parfols deprogrammes des mellleures seances hebdomadalres d'un mulLlplexe

7
A l'excepLlon noLable eL regreLLable des exporLaLeurs de fllms.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
186
pour falre place a une double, Lrlple ou quadruple programmaLlon du blockbusLer du
momenL.
ÞarallelemenL, l'on asslsLe a une concurrence effrenee enLre mulLlplexes eL salles ArL eL
Lssal sur les fllms d'auLeur porLeurs, abouLlssanL a une surexposlLlon de ces fllms dans
cerLalnes vllles moyennes, qul dlluenL leurs enLrees par eLabllssemenL, alors qu'lls auralenL
besoln de resLer longLemps a l'afflche sur un nombre d'ecrans molndre.
Les cholx edlLorlaux de chaque salle s'emoussenL, plus personne ou presque ne s'engageanL
en amonL sur un Lemps mlnlmal d'exposlLlon du fllm aupres du dlsLrlbuLeur.
La presslon lmmoblllere s'accenLue rendanL Lres dlfflclle la Lransmlsslon de cerLalns salles
ArL eL Lssal de cenLre vllles, lors du deparL a la reLralLe de son explolLanL. L'on peuL
redouLer que ces salles solenL racheLees par des groupes d'explolLaLlon, affalbllssanL
encore le Llssu eL la vlLallLe des salles ArL eL Lssal.
La solldarlLe enLre la grande explolLaLlon eL le resLe de la flllere s'esL rompue depuls que la
promoLlon des fllms qu'lls pro[eLLenL dans leurs salles esL devenue payanLe eL a la seule
charge du dlsLrlbuLeur eL du producLeur.

Cn le volL, la grande explolLaLlon eL les praLlques de marchandlsaLlon des fllms qul
l'accompagnenL, sonL en Lraln, sl l'on n'y prôLe garde, de porLer un coup qul peuL s'averer faLal aux
ob[ecLlfs culLurels qul reglssenL la reglemenLaLlon du clnema par le CnC.
La slLuaLlon n'esL pas nouvelle, mals elle ne cesse d'emplrer. LL l'on ne peuL que consLaLer une
affolanLe absence de proposlLlons de la parL des pouvolrs publlcs afln d'y remedler.
Sans douLe esL-ce dû en parLle a la pulssance de lobbylng des grands groupes d'explolLaLlon
face auquel ll faudralL opposer un courage pollLlque qul falL slngulleremenL defauL.
uevanL la gravlLe de la slLuaLlon, nous pensons qu'll y a urgence a renforcer slgnlflcaLlvemenL
les salles ArL eL Lssal afln d'operer un reequlllbrage enLre elles eL les mulLlplexes en Lerme de
creaLlon de salles eL de parL de marche, eL de valorlser leurs praLlques, pulsque ce sonL les seules
desormals qul assumenL une forme de solldarlLe, par la promoLlon graLulLe des fllms, avec ceux qul
les fabrlquenL eL qul les dlsLrlbuenL.
Þour ce|a, nous prócon|sons une róforme du Ionds de Sout|en Automat|que exp|o|tat|on. Le
souLlen genere par enLrees seralL varlable (de l'ordre de 1 a 2) selon que l'eLabllssemenL esL, ou non,
classe ArL eL Lssal. Ce classemenL ArL eL Lssal des salles devralL lnLegrer le respecL d'une charLe de
solldarlLe avec le resLe de la flllere, concernanL la promoLlon graLulLe des fllms eL un engagemenL en
amonL sur un Lemps mlnlmal d'exposlLlon.
Þour lnclLer LouLes les salles a mleux exposer les fllms françals eL europeens face aux
blockbusLers amerlcalns, eL a s'engager sur des Lemps mlnlmaux d'exposlLlon, nous proposons par
allleurs une ma[oraLlon du ldS genere en foncLlon de ces deux crlLeres.
Lnfln, nous pensons qu'll fauL legeremenL accenLuer la degresslvlLe du ldS auLomaLlque eL
plafonner le Laux de reLour a 10 ° au lleu de 20 ° acLuellemenL, au-dela de 200 000 ou 300 000
enLrees annuelles par eLabllssemenL.

2. 1ransparence

La Lransparence des receLLes des salles de clnema ne falL au[ourd'hul l'ob[eL d'aucune
reglemenLaLlon.
Þersonne ne connaiL donc la reparLlLlon du chlffre d'affalres de chaque eLabllssemenL enLre les
receLLes provenanL dlrecLemenL des bllleLs, eL celles en provenance de la regle publlclLalre, de la
promoLlon payanLe des fllms (bande-annonce, afflchage, eLc.) ou des receLLes annexes de conflserle.
Le flnancemenL de la producLlon eL de la dlsLrlbuLlon clnemaLographlque AnnL•LS
a l'heure du numerlque
187
CeLLe compleLe opaclLe des compLes esL Lres dommageable a la connalssance generale du
secLeur eL a la flnesse de son encadremenL par le CnC.
uans le môme Lemps, les compLes de chaque fllm sonL soumls a un agremenL de producLlon
auquel aucun fllm ne peuL deroger des lors qu'un apporL de flnancemenL publlc enLre dans son
flnancemenL : ldS auLomaLlque producLlon, aldes selecLlves, credlL d'lmpôLs, reglons, eLc.
Ce prlnclpe de Lransparence nous paraiL lndlspensable dans un secLeur aussl encadre que celul
du clnema.
Nous demandons que |es Ionds de Sout|en exp|o|tat|on, qu'lls solenL auLomaLlques ou
selecLlfs, obelssenL aux mômes regles eL que leur obLenLlon so|t cond|t|onnóe à une ob||gat|on de
transparence concernanL les dlfferenLes sources de receLLes par eLabllssemenL, alnsl qu'un sulvl
compLable reguller de l'amorLlssemenL des vÞl pour la LranslLlon numerlque des salles.

3. Lxcept|on cu|ture||e à |'|ntór|eur de nos front|òres

Afln de preserver les ob[ecLlfs culLurels qul fondenL les reglemenLaLlons encadranL le secLeur
du clnema en lrance, des derogaLlons au drolL mondlal du commerce (regl par l'CMC) onL eLe mlses
en place au nlveau europeen, donnanL lleu a ce qu'on appelle « l'excepLlon culLurelle françalse ».
Cr, dans le môme Lemps, le drolL françals du commerce eL de la concurrence rend lmposslble,
en l'eLaL de la leglslaLlon, la mlse en place de dlsposlLlons qul permeLLralenL de frelner la
concenLraLlon excesslve du nombre d'ecrans par fllm eL/ou la concenLraLlon excesslve du nombre de
mulLlplexes dans une zone geographlque donnee.
nous demandons au pouvolr leglslaLlf de meLLre en place un sysLeme de derogaLlon au drolL
françals du commerce eL de la concurrence afln que les salles de clnema rempllssenL mleux leurs
ob[ecLlfs culLurels eL que l'excepLlon culLurelle françalse solL recondulLe a l'lnLerleur de noLre
LerrlLolre naLlonal.