Test no.

1
Lisez le texte: Le mot lecture veut dire choix. Lire c’est élire, c’est-à-dire choisir. La fonction de choix est primordiale entre toutes les fonctions naturelles. Un être vivant est vivant parce qu’il choisit. Entre toutes les choses du monde, il prend celles_____ qui sont convenables à former sa nourriture, c’està-dire la substance de sa____chere ©__. Quand nous lisons un livre, une revue, un journal, nous choisissons la substance de notre âme. Si nous allons au théâtre ou au concert, nous avons, dans une certaine mesure, choisi, d’abord, sur la foi de certains renseignements. Élection et dilection. Nous choisissons ce qui______ nous aimons. La faculté de choix est souverainement méprisée par les grands distributeurs modernes de vagues nourritures morales: cinéma et radio. Pour attraper une belle image, il nous faut en souffrir des milliers d’autres que je préfère ne pas juger. Pour entendre un bon concert à la radio, il nous faut rencontrer, croiser, supporter mille bruits odieux et ridicules. Les vrais amateurs de radio, les esprits simples, les gens qui, justement, ont besoin d`une culture, ceux qui commencent de dédaigner le livre pour se contenter du bruit, ceux en somme desquels ____ je plaide ici la cause et __ auxquels __je défends les intérêts, ceux-là n’y regardent pas de si près. Ils ouvrent le robinet et ils boivent, au petit bonheur. Ils absorbent tout, pêle-mêle: la musique de Wagner, le jazz, la conférence politique, la publicité, l`heure sonore, le numéro de music-hall, les parasites et les miaulements des ondes folles. Je dis ou plutôt je répète qu`un système de culture ou la réflexion et le choix sont impossibles est précisément la négation de ce qu’on a, jusqu’ici, nommé culture. Georges DUHAMEL, Défense des lettres

1. Choisissez entre: a) ceux ; b) celle ; c) celles (l.__). 2. Choisissez entre : a) chaire ; b) chair ; c) chère; d) cher(l.__). 3. Choisissez entre: a) ce qui ; b) que ; c) ce que (l__). 4. Choisissez entre: a) auxquels; b) dont ; c) desquels (l.__). 5. Donnez la famille du verbe élire. Elire, elires, elire, elirons, elirez, elirent 6. Faites entrer dans des phrases les mots : chaire et chair. Ma chaire maman je t`adore Mon chair est plus confortable que la ton 7. Indiquez le verbe de la famille de nourriture. nourriser 8. Indiquez les temps des verbes dans la phrase soulignée: Si nous allons (future) au théâtre ou au concert, nous avons (indicative present), dans une certaine mesure, choisi (prez), d`abord, sur la foi de certains renseignements. 9. Connaissez-vous les homonymes du mot foi ? (l.__) Écrivez-les, puis faites- les entrer dans des phrases. Une foi seulment je reussis. Ma foi , pardonne moi s`il vous plait 10. Traduisez les expressions suivantes à l’aide du dictionnaire : · ma foi - greseala mea · être de bonne foi - a fi in toane bune · être de mauvaise foi - a fi in toane rele · avoir foi en a avea incredere in · sans foi ni loi fara incredere nici lege 11. Donnez un synonyme pour renseignements.(l.__).

12. Faites entrer dans des phrases le mot attraper. Je suis attrape dans cette situation dificille 13. Trouvez dans le texte un synonyme pour dédaigner. Meprisee 14. Quels sont le nom et l`adjectif de la famille de mépriser. 15. Expliquez le sens des expressions suivantes : · de choix de ales · avoir le choix a avea sansa sa aleaga · au choix alegere · avoir l’embarras du choix a avea posibilitatea de a alege Faites-les entrer dans des phrases. 16. Au petit bonheur signifie : a) suffisamment ; b) au hasard ; c) heureusement. 17. Trouvez dans le texte les adverbes de manière. Précisez ensuite les adjectifs de la même famille. 18. Expliquez l’expression pêle-mêle dans le contexte. 19. Expliquez la phrase: Ils ouvrent le robinet et ils boivent au petit bonheur(l.__). Ei deschid robinetul si beau suficient 20. Trouvez l’idée essentielle qui se dégage de la dernière phrase du texte : a) la réflexion et le choix représentent la négation de la culture ; b) sans réflexion et choix il n’y a pas de culture ; c) un véritable système de culture implique la négation de la réflexion et du choix ; d) l’absence de la réflexion et du choix représentent la négation de l’ancien système de culture. Ø Comment l’auteur caractérise-t-il la radio et le cinéma? Pourquoi ? Partagez-vous ce point de vue ? Il dit que le radio et le cinema sont malheureux gestionees , et il faut que nous ecoutais beaucoup temp pour ecoutee de bonne music et voir quelle que chose de qualite Ø Etes-vous d’accord avec l’affirmation: “Lire c’est élire?” Justifiez votre réponse en dix lignes. Ø Quand nous lisons un livre, une revue, un journal, nous choisissons la substance de notre âme. Rédigez un essai à partir de cette phrase. Appuyez vos affirmations sur des exemples précis.

Test no.2
Lisez le texte: “Voilà ce qu’était alors cette charmante petite ville: mon oncle, l’abée Sigorgne, M. de Larnaud et cinq ou six hommes lettrés du pays y avaient, récemment encore, jeté les fondements d’une institution de nature à y accroître et à y perpétuer le goût des sciences, des arts et de la haute littérature. Ils ____ avaient institué une Académie. Cette Académie avait donné un petit centre et un motif d’activité locale à ______ les talents épars et oisifs de la ville et de la province environnante. Tous les mois, les trente ou quarante membres de cette Académie se réunissaient en séance, dans la bibliothèque de la ville, lisaient des rapports, des recherches, des projets d’amélioration agricole, se donnaient des motifs de travail, de discours, de compositions littéraires, quelquefois même de poésie. Une douce émulation s’établissait ainsi entre ces hommes que l’inertie __________ . Ils ne s´exagéraient pas l’importance de leurs travaux, ils ne visaient à aucune gloire extérieure; ils tiraient le rideau de la modestie sur eux. Ils avaient pour mot d’ordre: “Le beau, le bon, l’utile désintéressé”. Cette institution qui commençait et qui a conservé longtemps le même esprit, s´est illustrée depuis par l’adjonction successive de plusieurs noms éclatants, et par une succession non interrompue d’hommes d’élite. En les groupant, il n’est pas douteux qu´elle ne les ait multipliés. L ´Académie de Mâcon a remplacé pendant plusieurs années cette Académie de Dijon, foyer littéraire de la Bourgogne, berceau du nom de J.J.Rousseau et de Buffon. Lamartine, Nouvelles Confidences

1. Choisissez entre : a) en ; b) y ; (l.___). 2. Choisissez entre : a) toutes ; b) tous ; c) tout ; (l.__). 3. Choisissez entre : a) aurait stérilisés ; b) aurait stérilisé ; c) aurait stérilisée (l.___). Justifiez votre choix. 4. Voici ce qu′était alors cette charmante petite ville. Remplacez ville par village. Faites les transformations nécessaires. 5. Hommes lettrés (l.___ ) signifie : a) écrivains; b) hommes titrés; c) hommes érudits. 6. Jeter les fondements (l. ___) a) Remplacez la locution par un verbe. b) Conjuguez le verbe jeter au présent. c) Quelques verbes du premier groupe ont certaines particularités de conjugaison au présent devant les terminaisons muettes. Classez les verbes suivants en deux groupes, selon ces particularités : breveter; crocheter ; épousseter ; feuilleter ; acheter ; projeter. 7. Le verbe jeter peut être employé autrement, soit : a) Cet homme jette de la poudre aux yeux. b) Papa s’était jeté dessus. c) Le sort en est jeté. d) Certaines personnes jettent leur argent par la fenêtre. e) Quand il est excédé, il jette feu et flamme. f) Le patron a jeté les yeux sur un bon secrétaire. Choisissez une des explications suivantes pour traduire chacune des expressions ci-dessus : a) faire une grande colère ; b) chercher à faire illusion ; c) faire de folles dépenses ; d) on en a pris son parti ; e) se précipiter ; f) choisir quelqu’un pour un poste de confiance. 8. Donnez plusieurs synonymes pour le verbe accroître. Faites-les entrer dans des phrases. 9. Trouvez les mots de la famille de académie. Introduisez-les dans des phrases. 10. Épars et oisifs. Donnez le féminin pluriel de ces adjectifs. 11. Remplacez tous les mois par une construction équivalente. 12. Réunissaient (l. ___). Mentionnez : a) le temps du verbe; b) l′infinitif du verbe; c) le groupe dont le verbe fait partie. 13. Trouvez les valeurs de même dans le texte. 14. Expliquez la phrase qui commence par : Une douce émulation………(l._) 15. Faites entrer dans des phrases : · une lumière douce ; · une voix douce ; · une couleur douce ; · une pente douce. 16. Donnez le masculin de douce. Faites-le entrer dans trois phrases en mettant en évidence les différents sens du mot. 17. Trouvez dans le texte des noms provenant d’un adjectif. 18. Ils ne visaient à aucune gloire extérieure. Remplacez le verbe viser par un autre en gardant le sens de la phrase. 19. En les groupant, il n’est pas douteux qu’elle ne les ait multipliés. Mentionnez les temps des verbes. 20. Berceau. Trouvez encore deux noms de la même famille. 21. Trouvez dans le texte les verbes au plus-que-parfait. 22. Relisez les lignes_____ et trouvez un verbe et un nom de la même famille. Ø Savez-vous qui ont été J.J. Rousseau et Buffon ? Sinon, informez-vous. Ø Localisez sur la carte de la France la région de Bourgogne. Ø Dégagez du texte le passage qui présente l’activité de l’Académie.

Ø Résumez le texte. (10 lignes) Ø Montrez le rôle d’une académie dans une petite ville à l’époque de Lamartine. (10 à 15 lignes).

Test no.3
Lisez le texte : Dès que j’ai su l’alphabet, je me suis jeté sur les livres. J’en ai lu des quantités. A huit ans, avec mon argent de poche, j’achetais des volumes de la bibliothèque Verte et de la collection Nelson. Tout me plaisait : il suffisait que ce ____ imprimé. La persécution même ne manquait pas. Mon père jugeait que je lisais trop, que cela prenait sur le temps des études ou sur le sommeil. La nuit, voyant de la lumière sous la porte de ma chambre, il entrait, éteignait, m’arrachait mon roman sans se soucier s’il m’interrompait au milieu d’une phrase. Pour éviter ces contrariétés, je me cachais dans mon lit comme sous une tente, avec une petite lampe électrique. Ainsi, étouffant de chaleur, à demi asphyxié, mais ne sentant rien car j’étais trop occupé à déjouer les combinaisons de Richelieu ou à causer avec Louis XI, ai-je avalé des bibliothèques. Ce n’était pas tout à fait sans plan : dès que je m’amourachais d’un auteur, je me procurais de lui tout ce qui était à ma portée, c’est-à-dire ce qui figurait dans le catalogue de la collection Nelson. […] Outre mon lit, j’ai lu énormément dans le métro. Je le prenais pour me rendre au lycée et en revenir, encore que j’eusse plus vite fait d’aller à pied, car il fallait changer deux fois, à la station Étoile et à la station Trocadéro. Mais le trajet m’ennuyait et j’aurais difficilement pu lire en marchant. Avec le métro, j’avais l’agrément de reprendre ma lecture au point où je l’avais _____ à minuit. Je lisais sur le quai, dans le wagon, dans les escaliers, dans les couloirs. […] Il y a dans Anatole France ( découvert par moi à quatorze ans) des descriptions enivrantes de bibliothèques, peuplées de passerelles, de colonnes, de globes terrestres, de bustes de philosophes. J’ai connu les plus vastes et les plus belles bibliothèques d’Europe, celle de Vienne, la Mazarine. N’est-il pas curieux que dans aucune, je n’aie jamais eu envie de demander un livre, de m’installer, de me plonger dedans, et même que je n’aie qu’un désir, après avoir jeté un coup d’œil, admiré l’ordonnance ou la splendeur des lieux : me sauver ? Ce n’est pas là, pour moi, les temples de la lecture, les greniers du savoir mais tout au plus des musées, des mangeoires où les rats universitaires viennent grignoter des grimoires. […] Cela ne vaut pas, de loin, le métro, avec ses odeurs d’humanité sale, ses lumières jaunes, ses cahots, où l’on est écrasé contre un pilier de fer par cent voyageurs, où l’on se démanche le cou pour attraper quelques lignes sur un bouquin tenu à bout de bras au-dessus des têtes. Jean DUTOURD, Contre les dégoûts de la vie

1. Choisissez entre : a) fut ; b) fût ; c) soit (l.___). Justifiez votre choix. 2. Choisissez entre : a) laissé ; b) laissée ; c) laissés (l.___). 3. Faites entrer dans des phrases les expressions : livre de poche, se remplir les poches, une lampe de poche, payer de sa poche, c’est de la poche. 4. Tout me plaisait (l.___). a. Donnez l’infinitif du verbe ; b. Exprimez la même idée à l’aide du verbe aimer. 5. Donnez l’homonyme du mot tente. 6. Le verbe déjouer est formé à l’aide du préfixe dé. Exprimez, vous aussi, les contraires des verbes suivants, à l’aide des préfixes dé ou dés, selon le cas : charger, chausser, tourner, abonner, accoutumer, classer, lier, accorder, stabiliser, concentrer, humaniser.

7. Choisissez le synonyme du verbe causer : a) médire ; b) discuter ; c) bavarder ; d) commenter. 8. Ainsi …………. ai-je avalé des bibliothèques (l.___). Expliquez l’inversion du sujet dans cette phrase. 9. Je le prenais pour me rendre au lycée ( l.___). a. Remplacez le verbe se rendre par un synonyme ; b. Formez deux autres phrases avec le même verbe (sens différents). 10. Encore que est une locution conjonctionnelle qui introduit une subordonnée de concession. Elle est présente surtout dans la langue littéraire. Remplacez-la par une autre, propre à la langue parlée. 11. J’eusse fait (l.___). Indiquez le mode et le temps du verbe. Remplacez cette forme verbale par une autre, couramment employée dans la langue parlée. 12. Quel est, dans ce contexte, le sens du mot quai ? En connaissez-vous un autre ? 13. Des descriptions enivrantes (l.___) sont : a) des descriptions détaillées ; b) des descriptions intéressantes ; c) des descriptions exaltantes. 14. J’ai connu les plus vastes et les plus belles bibliothèques. (l.___). Remplacez le groupe en italique par un pronom et récrivez la phrase, à la forme affirmative et négative. 15. Donnez l’antonyme de dedans. 16. Renseignez-vous sur les sens du mot ordonnance. Formez une phrase avec chacun de ces sens. 17. Traduisez la phrase suivante : N’est-il pas curieux que dans aucune, je n’aie jamais eu envie de demander un livre, de m’installer, de me plonger dedans, et même que je n’aie qu’un désir, après avoir jeté un coup d’œil, admiré l’ordonnance ou la splendeur des lieux : me sauver ? 18. Cela ne vaut pas le métro (l.___). Indiquez l’infinitif du verbe et précisez le sens de cette phrase. 19. Deux homonymes : cahot et chaos. Complétez les points par l’un de ces deux mots : a. Ces papiers sont en désordre. Met un peu d’ordre dans ce ………. ; b. Les ………….. du train secouaient les voyageurs. c. L’économie de ce pays se trouve en plein ………………. 20. L’écrivain lisait rapidement et avec passion des bibliothèques entières. Quel verbe emploie-t-il dans le texte pour exprimer cette idée ? 21. Trouvez dans le texte un synonyme pour le mot livre. 22. Cochez la bonne case : a. L’auteur commence à lire dès son enfance ; b. Le père appréciait la passion de son fils pour la lecture ; c. Il choisit le métro pour aller au lycée, parce-que c’était le moyen de transport le plus rapide et le plus confortable ; d. Malgré la surveillance constante de son père, l’écrivain continuait la lecture caché dans son lit ; e. L’écrivain est un passionné de livres. abcde VRAI FAUX 23. Pourquoi les bibliothèques déplaisent-elles à l’écrivain ? Choisissez la bonne réponse : a. Parce qu’il n’a pas encore vu les grandes bibliothèques du monde ; b. Parce qu’il ne supporte pas l’ordonnance et la splendeur d’un tel lieu ; c. Parce qu’il n’aime pas lire ; d. Parce qu’il les considère comme des musées ou comme des endroits destinés surtout aux rats universitaires. Ø Que pensez-vous sur l’attitude du père ? A-t-il tort ou raison ? Pourquoi ? Ø Nommez les différents lieux où l’auteur se consacre à la lecture. Ø L’écrivain rappelle quelques bibliothèques célèbres. En connaissez-vous d’autres ? Ø Donnez un titre à ce fragment. Ø Dégagez les idées essentielles de chaque paragraphe. Ø Partagez-vous les goûts de l’écrivain ? Dans quels endroits aimez-vous vous installer pour lire ? Ø Les habitudes de lecture diffèrent d’une personne à l’autre. D’autre part, le livre n’est plus, de nos jours, l’unique modalité d’acquérir des connaissances. Pourtant, les bibliothèques restent les temples de la lecture, les greniers du savoir. Développez cette idée dans une rédaction de 20 à 25 lignes.

Test no.4
Lisez le texte: Je me plaignais toujours de ne pas avoir le temps de lire. Et puis, il y a quelques mois, j’ai commandé une biographie que j’ai reçue par la poste, non pas imprimée, mais enregistrée. J’ai “lu” ces six casettes pendant le trajet pour aller à mon travail et en revenir. J’ai ainsi retrouvé le temps de lire, comme pourraient le faire les millions de personnes qui passent plusieurs heures par semaine dans les transports, suffisamment pour “entendre” une vingtaine de livres par an. On peut aussi profiter de cette innovation quand on est à l’hôpital ou en convalescence, ou bien tout simplement en train de cuisiner ou de faire du jogging. C’est incroyable, s’écrie un adepte de la lecture sur cassettes, le nombre ____ heures pendant lesquelles nos mains sont occupées et notre esprit disponible pour écouter une bonne histoire. Encore peu connu, ce mode de lecture progresse tout de même ___ grands pas. De nombreuses maisons d’édition proposent déjà sur cassettes des versions condensées de livres à succès ou de classiques. On en trouve en librairie et dans la plupart des bibliothèques. L’enregistrement ajoute la voix à l’écriture. Le narrateur est parfois l’auteur lui-même, et on sent au-delà des mots une présence vivante. Certains acteurs changent ___ intonation pour incarner différents personnages et rendre leurs états d’esprit ou leurs émotions. D’autres déguisent leur voix et donnent parfois l’impression qu`il y a plusieurs personnes. Une nouvelle ou un court roman peut tenir sur une ou deux cassettes. Pour un livre de bonne taille, il faut en compter huit ou dix, ce qui représente de douze à quinze heures d’écoute. Les livres-cassettes ne remplaceront jamais les livres imprimés, et pour cause: écouter un livre prend environ deux fois plus de temps que de le lire, et on ne peut guère sauter facilement les passages trop longs. De plus, le coût de la littérature enregistrée donne encore à réfléchir! Mais cet accès à l’aventure littéraire a pour avantage d’élargir considérablement notre horizon intellectuel, et l’enregistrement sonore confère aux livres une magie supplémentaire. Noel VIETMEYER, Un livre entre les oreilles Sélection du Reader’s Digest no 16

1. Choisissez entre : a) des ; b) d’ ; c) de (l. ___). 2. Choisissez entre : a) de ; b) avec ; c) à( l. ___). 3. Choisissez entre : a) l’ ; b) d’ ; c) de l’ (l. ___). 4. Plaignais (l. ___) a. Donnez l’infinitif du verbe souligné. b. Trouvez un nom, un adjectif et un adverbe de la même famille. 5. J’ai reçue (l. ___). Justifiez l’accord du participe passé. 6. J’ai « lu » ces six cassettes . Remplacez le groupe en italique par le pronom convenable, puis récrivez la phrase. 7. Trouvez un synonyme pour trajet. 8. Précisez la fonction du pronom le (l.___). 9. a) Indiquez plusieurs sens du verbe entendre. Employez-les dans des phrases. b) Cherchez dans le dictionnaire des expressions avec le verbe entendre. 10. L’expression en train de marque le début, le développement ou la fin de l’action ? 11. Celui qui fait la cuisine s’appelle : a) cuisiniste ; b) cuisinier ; c) cuisinant. Choisissez la variante correcte et donnez aussi le féminin du nom. 12. Trouvez un synonyme pour incroyable (l. ___). 13. Soulignez les synonymes de tout de même dans la liste suivante : probablement, néanmoins, quand même, certainement, par conséquent, pourtant. 14. On en trouve en librairie et dans la plupart des bibliothèques. Précisez les fonctions du pronom en dans

la phrase soulignée. 15. Indiquez les sens du mot voix et son homonyme. 16. Formez trois phrases avec trois sens différents du verbe rendre. 17. Quelle est la différence de sens entre État et état ? Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : être en état de, être hors d’état de, : être en bon état, homme d’État, coup d’ État, État de droit. 18. Formez une phrase avec un autre sens du mot nouvelle. 19. Reliez les expressions suivantes aux explications convenables : a) tenir au frais a) résister à quelqu’un b) tenir table ouverte b) tenir qqch. chose dans un endroit frais c) tenir tête à quelqu’un c) ressembler à quelqu’un d) tenir de quelqu’un e) avoir souvent des invités d) s’en tenir à f) se contenter de 20. Expliquez un livre de bonne taille dans le contexte. 21. Traduisez les expressions suivantes : être aux écoutes, heure de grande écoute, être à l’écoute. Ø Trouvez dans le texte les avantages et les inconvénients de ce type de lecture. Ø Que dites-vous de la solution proposée par le texte ? Aimeriez-vous une telle lecture ? Ø Interrogez vos camarades de classe sur leurs habitudes de lecture, à l’aide d’un questionnaire soigneusement conçu (nombre de livres lus en un mois ½ achetés ½ prêtés ½ fréquentation de la bibliothèque ½ point de vue sur le livre-cassette (10-12 questions). Commentez les réponses reçues. Ø Les livres-cassettes ne remplaceront jamais les livres imprimés. Commentez cette affirmation dans une vingtaine de lignes.

Test no.5
Lisez le texte : Lorsqu’elle allait au marché, elle me laissait au passage dans la classe de mon père, qui apprenait à lire à des gamins de six ou sept ans. Je restais assis, bien sage, au premier rang et j’admirais la toute-puissance paternelle. Il tenait à la main une baguette de bambou ; elle ___ servait à montrer les lettres et les mots qu´il écrivait au tableau noir, et quelquefois à frapper sur les doigts d´un cancre inattentif. Un beau matin, ma mère me déposa à ma place, et sortit sans mot dire, pendant qu’il écrivait magnifiquement sur le tableau . “ La maman a puni son petit garçon qui n’était pas sage.” Tandis qu´il arrondissait un admirable point final, je criais: “Non! C’est pas vrai!” Mon père se retourna soudain, me regarda stupéfait, et s’écria : “Qu’est-ce que tu dis?” -- Maman ne m’a pas puni! Tu n’as pas bien écrit! Il s’avança vers moi : -- Qui t’a dit qu’on t’avait puni? -- C’est écrit. La surprise lui coupa la parole un moment. -- Voyons, voyons….répétait-il. Il dirigea la pointe du bambou vers le tableau noir. -- Eh bien, lis. Je lus la phrase à haute voix. Alors, il alla prendre un abécédaire, et je lus sans difficulté plusieurs pages…. Je crois qu’il eut ce jour-là la plus grande joie, la plus grande fierté de sa vie. Lorsque ma mère survint, elle me trouva au milieu des quatre instituteurs, qui avaient renvoyé leurs élèves dans la cour de récréation, et qui m’entendaient déchiffrer lentement l’histoire du Petit Poucet….Mais au lieu d’admirer cet exploit, elle pâlit, déposa ses paquets par terre, referma le livre, et m’emporta dans ses bras, en disant : “Mon Dieu! Mon Dieu!…”

Sur la porte de la classe, il y avait la concierge, qui était une vieille femme corse : elle faisait des signes de croix. J’ai su plus tard que c’était elle qui était allée chercher ma mère, en l’assurant que “ces messieurs” allaient me faire “éclater le cerveau”. Marcel Pagnol, La gloire de mon père

1. Choisissez entre: a) lui; b) leur; c) le; (l.__). 2. Lorsque (l.__) est synonyme de: a) alors que; b) parce que; c) au moment où. 3. Introduisez dans des phrases: · aller au marché · le marché du travail · faire un marché avantageux 4. a) Donnez la famille de mots de passage (l.__). b) Introduisez dans une phrase le mot passage avec un sens différent de celui du texte. 5. Complétez les phrases suivantes avec des verbes convenables en faisant attention aux sens du mot classe. a) Chaque matin je ……… en classe à huit heures. b) Il……… la classe de français. c) Toute la classe a………de rire. d) Nous ……….un billet de première classe. e) Vous ………un spectacle de classe. 6. Donnez le synonyme du verbe apprendre pour chacun des contextes suivants: a) J’apprends l’anglais à l’école. b) Le professeur apprend l’anglais à ses élèves. 7. Le mot gamin appartient : a) au français soigné; b) au français familier; Après avoir fait le bon choix remplacez-le par un mot appartenant à l’autre registre de la langue. 8. Expliquez en français : J’admirais la toute puissance paternelle. Écrivez la réponse à la 3e pers. sg. 9. Introduisez dans des phrases les constructions suivantes: · servir honnêtement · servir un rôti · servir un copain · servir la messe · ne servir à rien 10. Il montrait les lettres et les mots qu’il écrivait au tableau noir. a. Transformez la phrase en mettant le verbe écrire au plus-que parfait b. Quel est le rapport temporel qui s’établit entre la subordonnée et la proposition principale ? 11. Complétez les phrases suivantes avec des sujets adéquats. · …………..frappe du dos de la main l´enfant. · …………..frappe les yeux. · …………..a été frappé d´une balle. · …………..frappent les mains. · …………..a frappé la population. · …………..frappe à la porte. · …………..frappe la vitre. 12. Un cancre est : a) un bon élève; b) un élève qui fait l’école buissonnière; c) un élève paresseux. 13. Indiquez au moins trois sens du mot place. 14. Elle sortit sans mot dire. Récrivez la phrase en employant un infinitif passé. 15. Écrivez la famille de mots de punir. 16. Qui t´a dit qu´on t´avait puni? Transformez la phrase en employant le verbe punir à la voix passive. 17. Expliquez en français : La surprise lui coupa la parole.

18. Indiquez les temps du verbe lire employés dans le texte. 19. Fierté (l.__) Indiquez les adjectifs et l’adverbe qui correspondent à ce nom. 20. Employez dans deux phrases les verbes entendre et s’entendre. 21. Exploit (l.__) signifie : a) exploitation; b) performance; c) exposé. 22. Complétez les phrases suivantes selon votre fantaisie. Si je vais à la mer j’emporte…………………. Si nous allons à la montagne en hiver nous emportons………. 23. Introduisez dans des phrases : · le livre / la livre · le vase / la vase · le mémoire / la mémoire 24. La concierge est : a) une personne chargée de la garde d’un immeuble; b) une personne qui surveille les enfants. 25. Vrai ou faux? a) L´enfant avait moins de six ans. b) Le père de l´enfant était instituteur. c) La mère de l´enfant tenait une baguette à la main. d) La mère a puni l´enfant. e) L´enfant savait lire. f) Le père a éprouvé une grande joie. g) La mère n´a pas été surprise. abcdefg VRAI FAUX Ø Dégagez du texte les mots qui montrent les réactions des parents à la découverte de la précocité de leur enfant. Présentez ces réactions dans une dizaine de lignes. Ø Trouvez dans le texte un autre personnage bien étonné de la performance du petit enfant. Commentez sa réaction. Ø 28. Écrivez une rédaction intitulée Une grande surprise .

Test no.6
L’on m´avait appris à réciter à peu près décemment les vers, ce à quoi déjà m´invitait un goût naturel ; tandis qu´au lycée (du moins celui de Montpellier) l’usage était de réciter indifféremment vers ou prose d ´une voix blanche, le plus vite possible et sur un ton qui enlevât au texte, je ne dis pas seulement tout attrait, mais tout sens même, de sorte que plus rien n´en demeurait qui motivât le mal qu’on s’était donné pour l´apprendre. Rien n´était plus affreux, ni plus baroque; on avait beau connaître le texte, on n´en reconnaissait plus rien; on doutait si l’on entendait du français. Quand mon tour vint de réciter (je voudrais me rappeler quoi), je sentis aussitôt que, malgré le meilleur vouloir, je ne pourrais me plier à leur mode, et qu’elle me répugnait trop. Je récitais donc comme j’eusse récité chez nous. Au premier vers ce fut ___ stupeur, cette sorte de stupeur que soulèvent les vrais scandales; puis elle fit place à un immense rire général. D’un bout à l´autre des gradins, du haut en bas de la salle, on se tordait; chaque élève riait comme il n´est pas souvent donné de rire en classe; on ne se moquait même plus; l’hilarité était irrésistible au point que M. Nadaud lui-même ___ cédait ; du moins souriait-il, et les rires alors, s’autorisant de ce sourire, ne se retinrent plus. Le sourire du professeur était ma condamnation assurée; je ne sais pas où je pus trouver la constance de poursuivre jusqu’au bout du morceau que, Dieu merci, je possédais bien. Alors à mon étonnement et à l’ahurissement de la classe, on entendit la voix très calme, auguste même, de M. Nadaud, qui souriait encore après que les rires enfin s’étaient tus.

-- Gide, dix. (C’était la note la plus haute.) Cela fait rire, messieurs; eh bien! permettez-moi de vous le dire: c´est comme cela que vous devriez tous réciter. J´étais perdu. Ce compliment, en m´opposant à mes camarades, eut pour résultat le plus clair de me les mettre tous à dos. On ne pardonne pas, entre condisciples, les faveurs subites, et M. Nadaud, s´il avait voulu m´accabler, ne s´y serait pas pris autrement. André GIDE, Si le grain ne meurt

1. Choisissez entre : a) du; b) de; c) de la; (l.__). 2. Choisissez entre : a) en; b) y; (l.__). 3. Indiquez l´adjectif à partir duquel a été formé l´adverbe décemment (l.__). 4. Indiquez les homonymes du mot vers. Employez-les dans des phrases. 5. Expliquez : “ ce à quoi m´invitait un goût naturel” (l.__). 6. Trouvez l´expression employée par l´auteur pour désigner un ton neutre de la récitation. 7. Employez dans une phrase le verbe enlever avec un autre sens que celui du texte. (l.__). 8. Donnez l´ adjectif de la famille de attrait. (l.__). 9. a) Trouvez une expression équivalente pour se donner du mal. b) Indiquez le pluriel du nom mal. 10. Affreux (l.__) signifie : a) monstrueux; b) vicieux; c) épouvantable. 11. Remplacez baroque (l.___) par un autre mot en gardant le même sens de la phrase. 12. Introduisez dans une phrase la construction avoir beau + infinitif. 13. Indiquez au moins trois sens du verbe entendre. Illustrez-les dans des phrases. 14. Complétez les phrases suivantes selon le modèle: En France on parle le français. a) En Angleterre on parle………… b) En Italie on parle………………. c) En Espagne on parle …………. d) En Allemagne on parle………… 15.Choisissez la construction correcte: a) se rappeler quelque chose b) se rappeler de quelque chose 16. Cherchez un synonyme pour aussitôt. (l.__) 17. Donnez le contraire de: le meilleur (l.__). 18. Introduisez dans des phrases l´adverbe trop a) avec un verbe b) avec un adjectif c) avec un nom d) suivi de la préposition pour 19. Expliquez en français: une sorte de stupeur que soulèvent les vrais scandales. 20. Lequel des verbes suivants est l´équivalent de se moquer dans le langage familier? a) se divertir; b) rire de; c) blaguer. 21. Donnez l´adjectif de la famille de sourire. 22. Remplacez les mots soulignés par des synonymes pour ce contexte. …..je pus trouver la constance de poursuivre jusqu´au bout du morceau que, Dieu merci, je possédais bien. 23. Qu´est-ce que vous comprenez par une voix auguste. 24. L´ahurissement (l.__) signifie : a) l´agitation; b) la stupéfaction; c) l´hilarité. 25. Trouvez dans le texte deux verbes au subjonctif imparfait. 26. Ce compliment, en m´opposant à mes camarades, eut pour résultat le plus clair de me les mettre tous à dos a) Indiquez la fonction des pronoms personnels; b) Indiquez la nature des déterminants soulignés

27. Qu´est-ce que vous comprenez par réciter décemment et réciter indifféremment. 28. Choisissez ce qui est vrai: · Gide se rappelle : a) ce qu´il a récité ce jour-là. b) comment il a récité ce jour-là. · Ses camarades a) l´ont admiré. b) ont ri. · Le professeur a été a) content b) mécontent · Le sourire du professeur a) a encouragé l´attitude de la classe. b) a encouragé l´élève qui récitait. · La conclusion du professeur a) a étonné la classe. b) a rendu la classe heureuse. Ø Comment trouvez-vous l´attitude du professeur? Mais celle de la classe? Ø Commentez le dernier paragraphe. Ø Imaginez un dialogue entre Gide et l´un de ses collègues après cet événement. Ø Essayez de formuler les indications qu´un professeur donne à ses élèves avant un concours de récitations. Employez des mots comme : diction, intonation, tonalité, mimique, gestes. Ø Imaginez que vous êtes metteur en scène. Vous voulez réaliser une adaptation de cette scène pour le théâtre. Indiquez à chaque acteur comment il devrait interpréter son rôle. Ø Pensez à une situation dans laquelle votre classe n´a pas été du même avis que votre professeur. Racontez la scène dans une vingtaine de lignes.

Test no.7
Lisez le texte : Or, ma mère, dont les yeux enfin s’étaient ouverts sur la médiocrité des leçons de piano que j’avais _____ jusqu’alors, et sur le profit que je pourrais tirer de leçons meilleures, avait depuis vingt mois confié mon instruction musicale à un maître _____ plus remarquables, Marc de la Nux, qui m’avait aussitôt fait faire des progrès surprenants. Albert me demanda si je pensais pouvoir, à mon tour, donner des leçons à ma cousine et lui transmettre quelque reflet de cet excellent enseignement ; car, reculant devant la dépense, il n’osait s’adresser à M. de la Nux lui-même. Je commençai tout aussitôt, gonflé par l’importance de mon rôle et par la confiance d’Albert, que je travaillai donc à mériter. Ces leçons bi-hebdomadaires, auxquelles, durant deux ans, je mis un point d’honneur à ne point manquer, me furent de profit aussi grand qu’à mon élève, _______ par la suite le vieux père de la Nux s’occupa directement. Si j’avais à gagner ma vie, je me ferais professeur ; professeur de piano de préférence ; j’ai la passion de l’enseignement et, pour peu que l’élève en ______ la peine, une patience à toute épreuve. J’en fis plus d’une fois l’expérience et j’ai cette fatuité de croire que mes leçons valaient celles des maîtres les meilleurs. Ce que celles du père de la Nux furent pour moi, si je ne l’ai pas dit encore, c’est par crainte de trop m’y étendre ; mais le moment est venu d’en parler. André GIDE, Si le grain ne meurt 1. Choisissez entre : a) reçu ; b) reçue ; c) reçues (l.___). 2. Choisissez entre : a) de ; b) des (l.___).

3. Choisissez entre : a) que ; b) qui ; c) dont (l.___). 4. Choisissez entre : a) vaut ; b) vaille ; c)vaudra (l.___). 5. Cochez la bonne case : a. Marc de la Nux était un excellent professeur de piano. b. Le narrateur ne veut pas donner des leçons à sa cousine. c. Le narrateur a toutes les qualités d’un bon professeur. d. Grâce à M. de la Nux, le narrateur a fait des progrès remarquables. e. Le narrateur donne des leçons à sa cousine quatre fois par mois. f. Albert décide de donner lui-même des leçons à la fille. a. b. c. d. e. f. Vrai Faux 6. Donnez la famille du verbe confier. 7. Formez au moins deux phrases avec les sens du nom maître. 8. Albert me demanda si je pensais pouvoir, à mon tour, donner des leçons à ma cousine (l.___). a. Transformez cette phrase, en employant le discours direct. b. Remplacez les groupes en italique par les pronoms convenables et récrivez la phrase. 9. Donnez la famille du nom : enseignement. 10. Expliquez : reculant devant la dépense, il n’osait s’adresser à M. de la Nux lui-même (l.___). 11. Durant deux ans (l. ___) signifie : a) depuis deux ans ; b) pendant deux ans ; c ) deux ans après. 12. Faites entrer dans des phrases le verbe manquer. 13. Dans la phrase Si j’avais à gagner ma vie, je me ferais professeur (l.___), remplacez le conditionnel présent par le futur simple, puis par le conditionnel passé. Faites les transformations qui s’imposent. 14. À toute épreuve signifie : a) capable de faire quelque chose passionnément ; b) capable de tester les connaissances de quelqu’un ; c) capable de résister à tout. 15. a) Remplacez valaient (l.___) par un synonyme. b) Quel est l’infinitif de ce verbe ? c) Dans ce texte, on rencontre le même verbe dans une expression. Laquelle ? Quel en est le sens ? 16. ……. des maîtres les meilleurs (l. ___). Indiquez l’adjectif et le degré de comparaison. Formez des phrases avec le même adjectif à tous les degrés de comparaison. 17. Par crainte de trop m’y étendre (l.___) signifie : a) par crainte d’atténuer son importance ; b) par crainte de développer longuement ce sujet ; c) par crainte d’effacer son éclat. 18. Expliquez les expressions suivantes : a. Tirer partie de quelque chose ; b. Tirer au sort ; c. Tirer les rois ; d. Se tirer de. Ø En quoi êtes-vous fort ? Pourriez-vous donner des leçons à quelqu’un en suivant le modèle de votre professeur ? Imaginez la situation ( 10 à 15 lignes). Ø Racontez un événement qui a marqué votre enfance ( 25 à 30 lignes).

Test no.8
Lisez le texte : Il était seul. Il ouvre le piano, il approche une chaise, il se juche dessus ; ses épaules arrivent à hauteur du clavier : c’est assez pour ce qu’il veut.

Pourquoi attend-il d’être seul ? Personne ne l’empêcherait de jouer, pourvu qu’il ne fît pas trop de bruit. Mais il a honte devant les autres, il n’ose pas. Et puis, on cause, on se remue : cela gâte le plaisir. C’est tellement plus beau, quand on est seul ! … Christophe retient son souffle pour que ce _____ plus silencieux encore, et aussi parce qu’il est un peu ému, comme s’il ______ tirer un coup de canon. Le cœur lui bat, en appuyant le doigt sur la touche ; quelquefois, il le relève, après l’avoir enfoncé à moitié, pour le poser sur une autre. Sait-on ce qui va sortir de celle-ci, plutôt que de celle-là ? … Tout à coup, le son monte : il y en a de profonds, il y en a d’aigus, il y en a qui tintent, il y en a d’autres qui grondent. L’enfant les écoute longuement, un à un, diminuer et s’éteindre : ils se balancent comme les cloches, lorsque l’on est dans les champs, et que le vent les apporte et les éloigne tour à tour ; puis quand on prête l’oreille, on entend dans le lointain d’autres voix qui se mêlent et tournent, ainsi que des vols d’insectes ; elles ont l’air de vous appeler, de vous attirer loin … loin … de plus en plus loin dans les retraites mystérieuses, où elles plongent et s’enfoncent … Les voilà disparues ! … Non ! elles murmurent encore … Un petit battement d’ailes … Que tout cela est étrange ! Ce sont comme des esprits. Qu’ils obéissent ainsi, qu’ils soient tenus dans cette vieille caisse, voilà qui ne s’explique point ! Mais le plus beau de tout, c’est quand on met deux doigts sur deux touches à la fois. Jamais on ne sait au juste ce qui va se passer. Quelquefois, les deux esprits sont ennemis ; ils s’irritent, ils se frappent, ils se haïssent, ils bourdonnent d’un air vexé ; leur voix s’enfle ; elle crie, tantôt avec colère, tantôt avec douceur. Christophe adore ce jeu : on dirait des monstres enchaînés, qui mordent leurs liens, qui heurtent les murs de leur prison ; il semble qu’ils vont les rompre et faire irruption au dehors, comme ceux dont parle le livre des contes, les génies emprisonnés dans les coffrets arabes sous le sceau de Salomon. D’autres vous flattent : ils tâchent de vous enjôler, mais ils ne demandent qu’à mordre et ils ont la fièvre. Christophe ne sait pas ce qu’ils veulent : ils l’attirent et le troublent ; ils le font presque rougir et d’autres fois encore, il y a des notes qui s’aiment : les sons s’enlacent, comme on fait avec les bras, quand on se baise ; ils sont gracieux et doux. Ce sont les bons esprits ; ils ont des figures souriantes et sans rides ; ils aiment le petit Christophe, et le petit Christophe les aime ; il a les larmes aux yeux de les entendre, et il ne se lasse pas de les rappeler. Ils sont des amis, ses chers, ses tendres amis … Ainsi l’enfant se promène dans la forêt des sons, et il sent autour de lui des milliers de forces inconnues, qui le guettent et l’appellent, pour le caresser, ou pour le dévorer. Romain ROLLAND, Jean – Christophe 1. Choisissez entre : a) soit ; b) sera ; c) serait (l.___). 2. Choisissez entre : a) ira ; b) va ; c) allait (l.___). 3. Il se juche (l.___) signifie : a) il se perche ; b) il monte ; c) il se jette. 4. Pourvu qu’il ne fît pas trop de bruit (l.___). a. Précisez l’infinitif du verbe. b. Identifiez la forme verbale. Remplacez-la, ensuite, par une autre, plus courante. c. La locution conjonctionnelle pourvu que indique une condition. Dans certains cas, en tête de phrase, elle a d’autres nuances encore. Dites ce qu’elle exprime dans les deux exemples suivants : Pourvu qu’elle vienne ! Pourvu qu’il ne pleuve ! 5. Dans les exemples qui suivent, vous avez plusieurs emplois du verbe jouer. Complétez avec la préposition ou l’article contracté convenable (avec, dans, au, à la, du, de la) : a. Ils aiment la musique. Le garçon joue ….. violon, sa sœur joue ……. guitare. b. L’enfant aime jouer …… ballon ou …… cache-cache. c. Ces élèves adorent le sport : ils jouent ….. tennis ou ….. football. d. Il s’expose à des risques, il joue …… sa santé. e. Seule dans sa chambre, la fillette joue …… poupée. f. Je connais cet acteur : il joue ….. un film célèbre. g. Il joue …… piano ou ….. trompette ? 6. Donnez l’adjectif qui correspond au nom honte. 7. Donnez le synonyme du verbe causer. 8. Donnez le synonyme du verbe se remuer. 9. Cela gâte le plaisir. · Choisissez le meilleur synonyme pour le verbe gâter dans le contexte donné : a) détériorer, abîmer ; b) avarier ; c) compromettre, gâcher ; d) nuire à, priver de son caractère agréable.

· Traduisez les exemples suivants : La situation se gâte. Malheureusement, le temps s’est gâté. Cette mère gâte son enfant. 10. Le pronom le (l.___) remplace : a) le cœur ; b) le doigt ; c) la touche. 11. Celle-ci et celle-là (l.___). Quel est le mot que ces pronoms remplacent ? 12. On rencontre dans le texte les verbes éteindre et entendre. a. Conjuguez au présent le verbe éteindre. b. Complétez les points avec les formes convenables des verbes : attendre, entendre, étendre, atteindre, éteindre, étreindre. Maman ….. les enfants. Elle ….. la nappe sur la table. La fenêtre ouverte, on …… tous les bruits de la rue. Un proverbe dit : »Qui trop embrasse mal …. ». Son projet est ambitieux, il travaille de toutes ses forces pour y ….. Ne quitte pas la pièce avant d’avoir ….. l’électricité. J’ ….. une réponse à cette question. Sur le palier, il prêta l’oreille : il n’ …… plus rien. 13. L’enfant les écoute longuement. Récrivez cette phrase en remplaçant le présent par le passé composé. 14. Prêter l’oreille signifie : a) être attentif ; b) écouter attentivement ; c) se taire. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions : Tirer les oreilles de quelqu’un ; Montrer le bout de l’oreille ; Tendre l’oreille. 15. Donnez le synonyme du mot étrange. 16. Qu’ils obéissent ainsi, qu’ils soient tenus dans cette vieille caisse …… a) Précisez le mode de ces deux verbes. Justifiez cet emploi. b)Tournez à la voix active :Qu’ils soient tenus ….. 17. Haïssent (l.___). Donnez l’infinitif du verbe et le nom de la même famille. 18. Donnez la famille du verbe flatter. 19. Choisissez le sens du verbe tâcher parmi : a) essayer de ; b) s’efforcer ; c) se proposer. 20. Quel est le sens du verbe se lasser (l.___) ? 21. Donnez les antonymes des mots suivants : ennemi, dehors, monter, ouvrir, bruit, aimer. 22. Écrivez les noms qui correspondent aux verbes suivants : Se balancer, éloigner, enfoncer, murmurer, irriter, bourdonner, mordre, rougir, caresser. 23. Expliquez le mot esprit dans le texte. Ø Christophe est un petit enfant. L’auteur le dit d’une manière explicite. Trouvez d’autres détails dans le texte qui prouvent qu’il est petit. Ø Relevez les éléments qui contribuent à créer une atmosphère de conte. Ø Pourquoi l’enfant attend-il d’être seul ? Ø Les sons sont différents. Relevez dans le texte les phrases qui le prouvent. Ø Donnez un titre à ce fragment. Ø Personnellement, jouez-vous d’un instrument de musique ? Lequel ? Ø Vers quel art vous sentez-vous le plus attiré ? Justifiez votre réponse. Ø Quel genre de musique préférez-vous ? Ø Quelle influence la musique moderne a-t-elle sur votre comportement et sur vos rêveries ? Ø Quel est votre chanteur préféré ? Que ressentez-vous quand il chante ? 24. Une œuvre d’art vous a-t-elle suggéré une rêverie ? Essayez d’évoquer cette expérience, en analysant l’émotion ressentie( 15 - 20 lignes). 25. Commentez la citation suivante : « Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur ». (Romain ROLLAND)

Test no.9
Lisez le texte : Une étoile naît au sortir de l’adolescence, entre quatorze et quinze ans. Et seuls ses camarades, ses professeurs, les initiés peuvent déceler les signes précurseurs du miracle chez l’élève prédestiné. C’est dans la dure lumière des classes qu’a lieu l’éclosion et non sur la scène illuminée. Sans artifices, sans fard, sans costume d’apparat, sans couronne, la danseuse de race emmaillotée, transpirante, appliquée et inspirée provoque secrètement l’admiration générale et aussi le désir de pouvoir la rattraper, de pouvoir l’égaler. Mais pour elle, qui est une exception, je le répète, une étoile naît tous les quatre ou cinq ans, comme pour les autres, rien______. Elle prendra toujours des leçons, elle apprendra toujours un peu plus, cherchant à aller au-delà de ses propres performances tandis qu’elle cherche à exprimer par l’intelligence de ses muscles, celle de son esprit, par le lyrisme de son corps, celui de son âme. Danser, c’est triompher_______ matière, c’est l’animer dans le sens profond du mot. Les classes sont le théâtre de grandes et pures amours. Comment un professeur ne pourrait-il être passionné par une élève aux qualités évidentes ? Comment une élève pourrait-elle résister à ceux qui lui font découvrir sa propre valeur, les secrets de son métier, les mystères de son art ? Un bon professeur décèle rapidement, même chez une enfant intimidée, les qualités, les moyens, la race. Il faut faire ressortir ces dons. Un sourire, un encouragement du professeur peuvent remplir toute une journée de bonheur. Mais son indifférence est le plus cruel des affronts, c’est une espèce de condamnation. Pourtant _______ soit l’admiration que l’on porte à son professeur d’élection, il est toujours enrichissant de travailler avec d’autres. Chaque professeur a sa propre personnalité, et en quelque sorte sa spécialité : les bras, l’expression, la respiration, les tours, l’élévation, etc. Certains sauront vous mettre de l’esprit dans les jambes, d’autres du plomb dans la tête…….. Odette JOYEUX, Le beau monde

1. Choisissez entre : a) ne se changera ; b) ne changera ; c) ne changera pas (l.___). 2. Choisissez entre : a) sur ; b) de la ; c) dans (l.___). 3. Choisissez entre : a) quelque ; b) quel que ; c)qui que ; d) quelle que (l__ ) 4. Les initiés sont : a) les débutants ; b) les enseignants ; c) les connaisseurs. 5. Déceler signifie : a) découvrir ; b) comprendre ; c) mettre en évidence. 6. L’éclosion. Trouvez le verbe de la même famille. 7. Donnez un synonyme pour appliqué. 8. Admiration. Indiquez l’adjectif de la même famille. 9. Trouvez dans le texte les noms finis en – tion et indiquez les verbes qui leur correspondent. 10. Quels sont les mots substitués par les pronoms démonstratifs celle et celui ? (l.___). 11. Récrivez la phrase suivante, en mettant en évidence, à l’aide d’un présentatif, le groupe souligné : Un bon professeur décèle rapidement, même chez une enfant intimidée, les qualités, les moyens, la race. 12. ……….. de grandes et pures amours (l.___). Amours est au masculin ou au féminin ? Expliquez l’emploi du genre dans ce cas. 13. Cherchez un synonyme pour la race. 14. Donnez l’équivalent féminin pour le plus cruel 15. Trouvez un synonyme pour pourtant. 16. Identifiez dans le texte un mot de la famille de courage et un autre de la famille de riche. Expliquez la formation de ces mots. 17. Trouvez un synonyme pour : professeur d’élection. 18. Chaque professeur a sa propre personnalité. Remplacez l’adjectif indéfini par le pronom indéfini qui lui correspond et récrivez la phrase. 19. Sauront. Indiquez le temps du verbe. Quel en est l’infinitif ?

Ø Quel est le miracle dont on parle dans le texte ? Ø Relevez les termes par lesquels l’auteur met en évidence la part du travail et celle du don dans la naissance d’une étoile. Ø Trouvez des arguments pour justifier la syntagme la dure lumière des classes. Ø Comment l’auteur envisage-t-il la danse ? Est-ce une activité physique ou intellectuelle ? Ø Essayez d’imaginer le portrait d’une étoile de la danse qui vient d’éclore. Quelles seraient ses qualités ? Ø Connaissez-vous des artistes qui aient révélé, tout enfants, des dons exceptionnels ? Présentez celui que vous admirez le plus. Ø Avez-vous vu naître une étoile parmi vos collègues ou parmi les jeunes de votre génération ? Parlez-en ! Ø Les classes sont le théâtre de grandes et pures amours. Comment trouvez-vous cette comparaison ? Expliquez-la, en vous référant au texte. Ø Parlez de votre professeur d’élection. Montrez son influence sur votre évolution ( 20 à 25 lignes).

Test no.10
Lisez le texte : _ Que feras-tu quand tu seras grand ? _Je travaillerai aux Papeteries ? _Si cela te plaît, bien sûr. Mais tu auras peut-être envie de faire autre chose. Il faut toujours faire ce dont on a envie. Sinon, on le regrette toute la vie…. _Hmmm, mon oncle, fit vaguement Olivier. _Et à part la papeterie, qu’est-ce que tu aimerais faire ? _Plein de choses ! jeta Olivier. Tandis qu’il ramassait les dernières miettes du tom-pouce, un cortège se formait dans sa tête, un cortège composé de tous les Olivier Chateauneuf qu’il portait en puissance :Olivier chanteur d’opéra (mais, tu chantes faux, lui disait sa tante), Olivier marin (tant pis pour le mal de mer), Olivier coureur automobile, Olivier boxeur, Olivier montreur de chiens savants (comme Vitalis dans « Sans Famille »), Olivier champion de tennis, et encore médecin, explorateur, cavalier, acteur… _Plein de choses, mon oncle ! Je voudrais être ….tout ! L’oncle Henri fit passer la flamme d’une allumette suédoise le long de son cigare. Il laissa le bout s’embraser, le regarda et tira la première bouffée.Sur la boîte, on lisait « Monte-Cristo Especial » et Olivier pensa ___ héros d’Alexandre Dumas. _Vois-tu, dit l’oncle, l’ennui c’est de n’avoir qu’une vie. Et comme on passe toujours à côté de quelque chose, vient le moment où il faut choisir. En aveugle. _Hmmm, Hmmm, fit Olivier. Pendant toute une partie de sa vie, on se dit : « Quand je serai grand, je ferai …….. » ou : « Plus tard, je deviendrai …… », et puis, un matin, en se faisant la barbe, on se regarde dans le miroir et apparaît une évidence dictée par le temps : « Quand je serai grand …… », mais c’est maintenant que je suis grand, et je suis un marchand de papier, je ne suis pas un acteur, ni un chanteur, ni un auteur de théâtre…Et, si tout va bien pour vous, les autres affirment : « Il a réussi ! » alors qu’on n’a réussi qu’une chose, celle ____ vous intéressait le moins, et manqué toutes les autres. Robert Sabatier, Trois sucettes à la menthe

1. Choisissez entre : a) à l’ ; b) au (l.__) 2. Choisissez entre : a) qui ; b) que ; c) dont (l.__) 3. À part la papeterie (l__). Exprimez la même idée à l’aide d’une autre expression. 4. Expliquez : plein de choses. 5. Tu chantes faux. Connaissez-vous d’autres adjectifs employés adverbialement ? Donnez quelques exemples. 6. Donnez la famille du mot : ennui. 7. Donnez l’antonyme de tant pis. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions : de mal en pis, au pis aller. 8. Trouvez dans le texte les constructions contenant : il faut+infinitif. Remplacez-les par il faut que. 9. Récrivez les deux premières répliques entre Olivier et son oncle au style indirect. Commencez ainsi : « L’oncle Henri demanda à Olivier….. » 10. Relevez dans le texte des façons différentes de poser une question. S’agit-il d’interrogations totales ou partielles ? 11. L’oncle Henri fit passer la flamme… Recherchez dans le dictionnaire des mots de la famille de flamme. Quel adjectif emploie-t-on pour qualifier une matière qui pend feu (le bois, par exemple) ? Quel est l’adjectif contraire ? 12. Faites entrer dans des phrases les verbes : (s)’embraser et (s)’embrasser. 13. On rencontre dans le texte l’expression à côté de. Expliquez les expressions suivantes : regarder de côté, laisser de côté, mettre de côté, de tous côtés, de mon côté. Ø Comment Olivier vous apparaît-il ? a) réaliste b) désabusé c)rêveur d)enthousiaste. Expliquez votre choix. Ø Êtes-vous d’accord avec l’idée de l’oncle Henri selon laquelle « Il faut toujours faire ce dont on a envie » ? En quel sens ? Ø L’oncle Henri vous semble-t-il heureux et content du métier qu’il exerce et de ce qu’il est devenu ? Ses dernières paroles sont-elles de nature à encourager Olivier ? Ø Rédigez un petit questionnaire que vous aimeriez poser à un adulte, en lui demandant s’il est satisfait de sa profession et s’il estime « avoir réussi » (6-8 questions). Ø Avez-vous déjà songé au choix d’un métier ? Préférez-vous suivre vos goûts ou les conseils de vos parents et de vos maîtres ? Exprimez vos idées dans une vingtaine de lignes.

Test no.11
Lisez le texte : Joseph refusa de continuer ses études. Cette décision jeta notre père en fureur et maman dans un grand trouble. -- Voyons, Joseph, disait-elle, tu parles d’arrêter tes études au moment même que ton père en commence de terriblement difficiles. Et pourtant ton père n’est plus jeune …… C’est-à-dire qu’il est encore jeune et même qu’il a l’air tout à fait jeune ….. Tu sais, Raymond, que je n’ai pas là-dessus les mêmes idées que toi. Enfin, je n’ai pas voulu te blesser. Assurément, tu ne parais pas ton âge, même à beaucoup près. Mais, comprends-moi, Joseph, des études, il paraît qu’avec les progrès de maintenant c’est absolument nécessaire. Joseph avait le regard rétif d’un cheval qui ne veut pas sauter l’obstacle. Il était grand, assez robuste. Il déployait une grosse voix mâle. Il se prit à gratter le sol avec la pointe de ses chaussures. Papa grondait. -- Si ce n’est pas de la paresse pure et simple, donne tes raisons. Joseph ne refusait pas de s’expliquer :

--Des raisons, j’en ai beaucoup. D’abord, je ne suis pas fait pour les études. Oh ! Je ne suis pas plus bête qu’un autre, mais toutes ces histoires ne me disent rien du tout. Ce n’est pas mon genre. Et je suis même inutile, au moins pour ce que je veux faire. Et puis, il faut toujours acheter des livres et des fournitures, même dans cette école où j’étais. Nous n’avons pas les moyens d’acheter tant de choses. --C’est une mauvaise raison, dit le père avec amertume. Si tu avais vraiment la moindre envie de t’instruire, tu les _________ plutôt, les livres…. --Bien, s’écria maman, ne lui donne pas même en riant, un conseil de cette espèce. --Il sait bien ce que ça veut dire. Des livres! Des livres! On les ferait sortir de terre, quand on ___ a vraiment besoin. Georges Duhamel, Le Notaire du Havre

1.Complétez les points par la forme convenable du verbe voler (l__). 2.Complétez les points par le pronom adverbial convenable (l__). 3.Donnez la famille du mot étude. 4……tu ne parais pas ton âge(l.__) a) Quel est l’infinitif de ce verbe ? b) À quel mode et à quel temps est-il employé dans cette phrase ? 5. Donnez le féminin de l’adjectif rétif. Ecrivez trois adjectifs qui respectent la même règle de formation du féminin. 6. Donnez l’antonyme de robuste. 7. On rencontre dans le texte le mot paresse. Donnez l’adjectif dérivé de ce nom. 8. Faites entrer dans des phrases le mot raison avec ses différents sens. 9. Il faut toujours acheter des livres …….(l.__). Transformez cette construction, en commençant par : Il est nécessaire que ……. 10. Expliquez avec vos propres mots : nous n’avons pas les moyens(l.__) 11. Cochez la bonne case : La moindre est – adjectif au – comparatif de supériorité de – mauvais – adverbe – superlatif relatif – petit – mal 12. On trouve dans le texte le verbe instruire. Trouvez d’autres mots de la même famille. 13. Connaissez-vous la différence entre plutôt et plus tôt. Faites-les entrer dans des phrases. 14. En riant (l.__). Quel est le mode de ce verbe ? Donnez-en l’infinitif. Ø Quelles sont les fournitures scolaires dont vous avez besoin ? Ø Quelle opposition voyez-vous entre la personnalité du père et celle de la mère ? Ø Comment les adultes qui entourent l’enfant réagissent-ils face à sa décision ? Présentez la réaction du père et les raisons que Mme Pasquier oppose à son fils. Ø Pourquoi M. Pasquier se montre-t-il amer et déçu ? Ø Les arguments invoqués par Joseph vous semblent-il intéressants ? Est-ce que vous lui donnez raison ? Ø L’école vous inspire parfois quelque lassitude. Dites pourquoi. Expliquez -en pourtant la nécessité.

Test no.12
Lisez le texte : Il y a dix mois, Peyrony s’inscrivait à notre club et devenait équipier dans la troisième équipe junior de football: il a quatorze ans. Élève d’une de ces maisons d’éducation où il y a des professeurs de

gymnastique, mais où l’idée ne vient à personne que le football _____ être enseigné lui aussi, mon camarade jouait mal et sans goût. Un jour il se trouva capitaine. Lorsqu’il me l’apprit, je gage que je fus blessant. Lui, capitaine? Un jour, un moniteur me dit: “C’est curieux …… vous savez, il fait un excellent capitaine, votre ami Peyrony. Allez-donc le voir jouer!” J’allais. Après cinq minutes, j’étais ébloui par une étonnante révélation. Comme il arriva souvent à la guerre, s’était-il piqué au vif en se voyant devenu point de mire? Était-il de nature un chef, et qui jouait mal jadis parce qu’il tenait un rôle de soldat? Ce gamin par qui j’avais passé des instants tout à fait pénibles, à le voir si gauche et si mou dans le combat, ce gamin, le spectateur le plus profane eût senti qu’il avait l’étoffe d’un chef. Il prévoyait, il concevait … Mais, ce qui m’émut, ce fut son autorité. J’entends encore sa voix : ”Non! C’est pas ça! – Recommencez ! Arrêtez-vous!” et puis un ordre magnifique : “Je passerai et vous passerez après moi.” En revenant du match, tout couvert de sa victoire, il s’assied sur un banc, s’il se trouve un peu en avance, afin de rentrer le plus tard possible à la maison, où sa mère et sa grande sœur, en train de refaire leur beauté, lui diront qu’il est un idiot, comme elles en sont convaincues et comme elles ont fini par l’en convaincre. Cet effacé, ce silencieux, qui n’est lui-même que loin des siens, parce que ce sont les siens qui le diminuent, c’est lui qui fait vaincre son club, qui enregistre dans sa mémoire les moindres détails du jeu _____ il participe; c’est lui qui commande ses compagnons et qui les juge, qui renvoie du terrain celui qui arrive en retard. H. de MONTHERLANT, Les Olympiques

1. Choisissez entre : a) peut ; b) pourra ; c) puisse ( l____). 2. Choisissez entre : a) dont ; b) qu’ ; c) auquel (l.___). 3. Donnez la famille du verbe enseigner. 4. Formez les phrases avec les deux sens du verbe apprendre. 5. Expliquez : je gage que je fus blessant. 6. Lui, capitaine ? Dites ce que cette phrase exprime. 7. Lisez attentivement le premier paragraphe du texte. Choisissez l’idée qui en ressort : a. Les élèves et les professeurs ne s’intéressaient pas du tout au foot ; b. Dans cette école-là, les élèves ne faisaient pas de sport ; c. Dans cette école-là, on faisait de la gymnastique, mais on ne faisait pas de football. 8. Transformez le discours direct en discours indirect (l.___). Commencez par : « un jour un moniteur m’a dit …… » 9. Choisissez le mot qui correspond à l’expression piqué au vif : a) fâché ; b) blessé ; c) irrité, offensé. 10. Donnez au moins un synonyme pour jadis. 11. Remplacez la locution tout à fait par un adverbe ayant le même sens. 12. Donnez le féminin de l’adjectif mou. 13. Remplacez eût senti par la forme verbale couramment employée. 14. Émut. a) Précisez le temps du verbe. b) Donnez l’infinitif du verbe. 15. Sa sœur et sa mère lui diront qu’il est un idiot. Récrivez la phrase en mettant le verbe principal au passé composé. 16. Cherchez dans le texte deux emplois différents de si. En connaissez-vous d’autres ? (3 exemples) Ø Quels sont les principaux épisodes de ce récit ? Quel en est le point culminant ? Ø Donnez un titre à ce fragment. Ø Expliquez : ce sont les siens qui le diminuent. Ø Quel est le rôle des oppositions telles : capitaine / soldat ? Ø Soulignez les phrases dans lesquelles l’écrivain cherche une explication pour les progrès du personnage. Selon vous, comment s’expliquent ces progrès ?

Ø Essayez de faire le portrait de Peyrony. Ø Imaginez une autre situation dans laquelle un enfant « effacé » pourrait s’affirmer (10 – 15 lignes). Ø Avez-vous jamais eu une surprise aussi grande que celle du camarade de Peyrony, de n’importe quelle nature ? Présentez-la dans une rédaction de 20 à 25 lignes.

Test no.13
Lisez le texte : L´entraînement se poursuivait ferme. Quelques vieux ballons furent répartis dans les hameaux de la plaine et du plateau. À leurs moments perdus, tous les garçons du pays s´exerçaient qui sur un bout de pré, qui sur un chemin de terre, qui dans la cour de la ferme. Bien sûr, on ne prenait pas toujours le temps de chausser les souliers à crampons ! Tout était bon : les brodequins de labour, les sabots de bois et, lorsque le temps chaud fut venu, les espadrilles et même les pieds ____. À l´école, M. Lazerge ne se contentait plus de donner un conseil de-ci, de là, il s´intéressait vivement aux progrès de ses élèves et allait même jusqu´à leur faire ___ véritables démonstrations lui-même. Il jouait avec eux, driblait, feintait, faisait des passes et des têtes, s´exclamait et riait d´un tel cœur que les enfants riaient de le voir rire… Le dimanche après-midi, tous les joueurs étaient rassemblés sur le terrain. M. Lazerge organisait l ´entraînement et imposait à _______ joueur une série d´épreuves : dribbles, blocages, passes en profondeur, passes transversales, passes lobées, centres en plaine course, crochets et feintes, etc. -- Voilà tout juste comment il ne faut pas faire! s´écriait-il. Corrigez-le vous les autres! -- Ton pied!…Ta jambe! Trop vite!…. Plus d’élan! Tous ces conseils lancés à tue-tête n´impressionnaient guerre l´exécutant, qui ne les entendait même pas. Si le coup était réussi, chacun se félicitait: -- Tu vois! Je te le disais! Et la joie du vainqueur faisait plaisir à tous. M. A. Baudouy, Le “onze” de mon village

1. Choisissez entre : a) nues ; b) nus ; c) nu (l. __ ) 2. Choisissez entre : a) de ; b) des (l. ___ ) Justifiez votre choix 3. Choisissez entre : a) chacun ; b) chaque ; c) certain (l.__ ) 4. Entraînement. Donnez un autre nom de la même famille. Faites-le entrer dans une phrase. 5. Trouvez dans la colonne de droite l’explication convenable du verbe entraîner dans les contextes suivants. a) Ce choix entraîne des renoncements. a) dresser b) Un moniteur entraîne les enfants au ski. b) amener c) Il m’a entraîné dans un coin du jardin. c) impliquer d) Le chien policier est entraîné. d) tirer sur soi e) La locomotive entraîne les wagons. e) faire acquérir la pratique de 6. a) Complétez avec les formes de l’adjectif vieux. · un homme …………. · une…………... maison · de …………….vêtements

· les ……………gens · un……………..ronge b) Exprimez d’une autre manière la même chose en remplaçant vieux par d’autres adjectifs. 7. Cherchez dans le texte un mot qui désigne une petite prairie. 8. a. Faites entrer dans des phrases: · un bout de lettre · au bout du chemin · couper le bout d’une planche b. Cherchez dans le dictionnaire des expressions avec le mot bout. 9. Trouvez un synonyme pour bien sûr . 10. a. Indiquez deux verbes dérivés de chausser . b. Ecrivez au moins deux noms de la même famille et faites-les entrer dans des phrases. 11. a) Cherchez l’intrus: souliers, brodequins, sabots, espadrilles. b)Trouvez encore deux noms qui désignent des chaussures. 12. Lorsque le temps chaud fut venu (l. __ ). Indiquez le temps du verbe. 13. Remplacez jusqu′à avec jusqu′à ce que (l. __ ) 14. À tue-tête (l. __ ) signifie: a) fortement ( en criant ); b) volontiers; c) de tout cœur. 15. Guère ( l.__ ) signifie: a) pas du tout ; b) jamais ; c) presque jamais. 16. Donnez un antonyme pour joie. 17. Trouvez le verbe qui correspond au nom vainqueur. Employez-le dans une phrase au passé composé. 18. Trouvez dans le texte un verbe à l′impératif. Mettez-le à la 2e pers. sg. et à la 1e pers. pl.

Ø À partir du texte essayez de faire le portrait de l′entraîneur. Complétez-le selon votre imagination. Ø Imaginez que vous êtes reporter sportif. Faites le commentaire d′un mach de football en vous appuyant sur le vocabulaire de spécialité que le texte offre. Ø Rédigez un article intitulé : Félicitons les vainqueurs, respectons les vaincus.

Test no.14
Lisez le texte : Mais quelqu’un est venu qui m’a enlevé à tous ces plaisirs d’enfant paisible. Quelqu’un a soufflé la bougie qui éclairait pour moi le doux visage maternel penché sur le repas du soir. Quelqu’un a éteint la lampe autour de laquelle nous étions une famille heureuse, à la nuit, lorsque mon père avait accroché les volets de bois aux portes vitrées. Et celui-là, ce fut Augustin Meaulnes, _______ les autres élèves appelèrent bientôt le grand Meaulnes. Dès qu’il fut pensionnaire chez nous, c’est-à-dire dès les premiers jours de décembre, l’école cessa d’être désertée le soir, après quatre heures. Malgré le froid de la porte battante, les cris des balayeurs et leurs seaux d’eau, il y avait toujours, après le cours, dans la classe, une vingtaine de grands élèves, tant de la campagne que du bourg, serrés autour de Meaulnes. Et c’était de longues discussions, des disputes interminables, au milieu ________ je me glissais avec inquiétude et plaisir. Meaulnes ne disait rien ; mais c’était pour lui qu’à chaque instant l’un des plus bavards s’avançait au milieu du groupe, et, prenant à témoin tour à tour chacun de ses compagnons, qui l’approuvaient bruyamment, racontait quelque longue histoire de maraude, que tout les autres suivaient, le bec ouvert, en riant silencieusement. Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais

doucement, comme s’il eût réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. Puis, à la nuit tombante, lorsque la lueur des carreaux de la classe n’éclairait plus le groupe confus des jeunes gens, Meaulnes se levait soudain et, traversant le cercle pressé : « -- Allons, en route ! » criait-il. Alors tous le suivaient et l’on entendait leurs cris jusqu’à la nuit noire, dans le haut du bourg …. Il m’arrivait maintenant de les accompagner. Avec Meaulnes, j’allais à la porte des écuries des faubourgs, à l’heure ou l’on trait les vaches …. Nous entrions dans les boutiques, et, du fond de l’obscurité, entre deux craquements de son métier, le tisserand disait : « Voilà les étudiants ! » Alain FOURNIER, Le Grand Meaulnes

1. Choisissez entre : a) que ; b) dont ; c) qui (l.___). 2. Choisissez entre : a) duquel ; b) desquels ; c) desquelles (l.___). 3. Trouvez, dans le contexte donné, un synonyme du verbe enlever. 4. Un enfant paisible est : a) tranquille, calme ; b) hypersensible. 5. Le doux visage maternel (l. ___). Remplacez visage par figure et récrivez cette structure. 6. A éteint. Indiquez l’infinitif de ce verbe. 7. Mon père avait accroché les volets de bois aux portes vitrées (l.___). Remplacez les groupes en italique par les pronoms convenables et récrivez la phrase. 8. Quel est le sens du mot pensionnaire ? (deux réponses sont correctes) : a. personne qui a cessé ses activités professionnelles ; b. élève interne, dans un établissement scolaire ; c. personne qui jouit des bonnes grâces d’un personnage puissant ; d. personne qui est logée et nourrie moyennant pension. 9. L’école cessa d’être désertée le soir (l.___). Qu’est-ce que cette phrase veut dire ? a. Après les classes, les élèves quittaient en hâte l’école ; b. On faisait des classes, même le soir ; c. Les élèves avaient renoncé à l’habitude de quitter l’école le soir, après les cours ; d. Il n’y avait personne à l’école, le soir. 10. Donnez la famille du mot bavard. 11. Le bec ouvert (l.___).Remplacez cette expression par une autre ayant le même sens et précisez ce qu’elle exprime. 12. Chacun de ses compagnons. Employez l’adjectif indéfini et récrivez ce groupe. 13. …… Comme s’il eût réservé (l.___). Identifiez cette forme verbale. Remplacez-la par une autre, couramment employée dans une telle construction. 14. Trouvez dans le texte trois adverbes de manière en -ment. 15. Relevez dans le texte trois subordonnées circonstancielles de temps. Quelles conjonctions ou locutions conjonctionnelles les introduisent ? 16. Quel est le temps du verbe le plus fréquemment employé dans ce texte ? Justifiez son emploi. 17. Cherchez dans le texte l’adjectif qui a le même sens que : - garni de vitre ; - qui dure trop longtemps ; - rendu désert, abandonné ; - qui parle beaucoup, souvent inutilement. 18. Une réponse est exacte. Laquelle ? - Une histoire maraude : a) une histoire drôle ; b) une histoire intéressante, captivante. - Une porte battante : a) porte verrouillée ; b) porte munie d’un gond permettant l’ouverture dans les deux sens.

- Approuver : a) admirer profondément ; b) considérer (qqch.) comme juste, louable. - Un tisserand : a) artisan, ouvrier qui fabrique des tissus à la main ou sur machine ; b) personne qui s’occupe de l’administration du foyer. - L’écurie : a) lieu destiné à loger les chevaux, les mulets, les ânes ; b) lieu où sont entreposées les récoltes. Ø Cette histoire se passe-t-elle à la ville, dans un village ou dans un hameau périphérique ? Trouvez des détails dans le texte (phrases, expressions) qui soutiennent votre choix. Ø Comment pourriez-vous caractériser la relation entre le narrateur et Meaulnes ? Ø Quelle est l’attitude des autres élèves devant Meaulnes ? Ø Qu’est-ce qu’on pourrait dire sur l’attitude de Meaulnes envers eux ? Ø Résumez le texte en dix lignes. Ø Avez-vous connu, pendant votre vie scolaire, des élèves qui ont exercé sur vous ou sur vos camarades, une influence comparable à celle de Meaulnes ? Quelles sont les qualités d’une telle personne ? En quoi consiste son « pouvoir » ? Racontez (imaginez) une situation au cours de laquelle vous avez pleinement ressenti son influence.

Test no.15
Lisez le texte : C’était lui. Je l’avais reconnu tout de suite à l’habitude qu’il avait de sonner trois petits coups brefs. Mon oncle Henri n’attendait pas, pour entrer, qu’on ________ lui ouvrir la porte. Je l’entendis aussitôt qui grimpait l’escalier quatre à quatre, en sifflant : »Vous n’aurait pas l’Alsace et la Lorraine ». Il ouvrit la porte et lança __________ : -- Bonjour, la compagnie ! -- C’est toi, Henri ! dit ma mère, tu me fais de ces frayeurs chaque fois que tu arrives ! J’abandonnai mes travaux, et désormais je n’eus plus d’yeux et d’oreilles que pour mon oncle. Il se pencha sur ma page blanche. -- Qu’est-ce que c’est que ce travail-là ? Une composition française ! De mon temps on apprenait à lire et à compter et ça suffisait bien pour vivre ! -- Henri ! laisse donc cet enfant faire ses devoirs. -- Tu feras mieux de l’envoyer dans les champs. Regarde-le, il est pâle comme un fromage blanc. -- Son père lui a donné une composition française à faire, il faut d’abord qu’il la finisse. -- Bah ! Il la finira demain jeudi. Allez, je l’emmène tout de suite faire un tour jusqu’à la rivière ! Nous partîmes comme le soleil commençait à disparaître. Avant de sortir de la ville, mon oncle s’arrêta à l’épicerie pour m’acheter une boîte d’anis. C’était une vieille habitude que nous avions en cachette de mes parents. -- Reste là, dit mon oncle, il ne faut pas que l’épicière te voie. Elle le dirait à ta mère demain matin. Le fait d’avoir pour complice une grande personne de la famille me donnait une assurance sans limites et me remplissait d’une reconnaissance infinie pour mon oncle. Tandis que je le voyais choisir à la vitrine une boîte de bonbons à couvercle doré, comme si c’était pour lui, je rêvais de résoudre les problèmes d’arithmétique les plus difficiles, rien que pour lui offrir les résultats. En sortant du magasin, il me glissa la boîte dans la main comme s’il se fût agi d’un objet volé. -- Tiens, mets ça dans ta poche avec ton mouchoir par-dessus et ne le dit à personne ! Je répondis : -- D’accord ! Nous étions entre hommes et je me devais me parler un rude langage. Mon oncle marchait à grands pas, je

courais presque à ses côtés.[…] Pour rien au monde, je n’aurais dit à mon oncle que j’étais fatigué ou que j’avais un caillou dans mes chaussures. J’aurais trotté ainsi des heures entières à côté de lui, sans me plaindre. Jean L’HÔTE, La communale 1. Choisissez entre : a) vient ; b) vienne ; c) est venu (l.___). 2. Choisissez entre : a) joyeusement ; b) joyeux ; c) joyeuse (l.___). 3. Trois petits coups brefs (l.___). a. Indiquez le féminin de l’adjectif bref et l’adverbe de manière qui lui correspond ; b. Quel est le sens de l’adjectif bref dans l’exemple tiré du texte ? Expliquez aussi le sens du mot dans l’exemple suivant : Bref, je ne veux pas. 4. Complétez les points par les homonymes : cou – coud – coup – coût. La branche tombera d’un …….. , car elle est sèche. Le ……….. de la girafe est long et flexible. Dernièrement, le ……….. de la vie a augmenté sensiblement. Marie ……… à petits points. Cette affaire ne m’intéresse pas, le ………. en est trop élevé. 5. Donnez le synonyme du verbe se pencher. 6. Indiquez le nom qui correspond à l’adjectif pâle. 7. Pour souligner la blancheur du teint de l’enfant, on emploie une comparaison : pâle comme un fromage blanc. Complétez vous aussi les comparaisons suivantes, en choisissant entre les mots : un citron ,la pluie, l’éclair, un roc, un paon, un tigre, la neige, le pain, un astre, l’eau de roche, une image , la glace. sage comme ……………. ; orgueilleux comme ………….. ; jaloux comme …………... ; ferme comme ……………….. ; froid comme …………….. ; jaune comme …………………. ; ennuyeux comme ……….. ; clair comme ………………… …; blanc comme ……………..; rapide comme ………………… ; beau comme ……… ……. ; bon comme ……………………. 8. Il faut d’abord qu’il la finisse a. Précisez le mode et le temps du verbe en italique et justifiez cet emploi ; b. Trouvez dans le texte une autre construction de ce type. 9. Soulignez les homonymes : Les bas se vendent par paires. Les bruits venaient d’en bas. Bah, ne t’en fais pas, tu retrouveras ce que tu as perdu. J’ai grimpé aux alpages sur le bât d’un mulet. 10. Elle le dirait à ta mère demain matin . Remplacez les mots en italique par le pronom convenable et récrivez la phrase. 11. Je rêvais de résoudre les problèmes d’arithmétique les plus difficiles . a. Quel est le sens du verbe résoudre dans cet exemple ? b. Quels sens prend ce verbe dans les constructions : § Il a résolu de partir à l’étranger. § Le malade se résolut à une opération à tout hasard. § C’est un différend qui se résout à une querelle de personnes. § Louise s’est résolue à devenir professeur. 12. Dégagez le sens du verbe devoir dans la phrase : Je me devais de parler …. (l.___). - Donnez les antonymes des mots : assurance, rude, joyeusement, reconnaissance. 13. Trouvez les noms qui correspondent aux verbes suivantes : reconnaître, lire, acheter, résoudre, se résoudre, offrir, plaindre. 14. Écrivez le mot qui, dans le texte, veut dire :

§ Une peur soudaine et passagère causée par un danger réel ou supposé ; § En secret ; § Marcher vite et beaucoup ; § Un fragment de pierre de petite dimension. 16. Replacez les cinq idées suivantes dans l’ordre où elles se présentent dans le texte : a. L’enfant reçoit une boîte de bonbons. b. L’enfant écrit une composition. c. L’oncle Henri arrive. d. Ils s’arrêtent à l’épicerie. e. Ils font un tour jusqu'à la rivière. 17. Cochez la bonne case : a. Une fois arrivé chez son neveu, l’oncle Henri lui offre des bonbons. b. Quand il voit son oncle, l’enfant abandonne toutes ses activités c. La mère propose à Henri d’emmener l’enfant en ville, car il était trop pâle. d. Henri et le garçon quittent la maison au lever du soleil. e. Henri avait l’habitude d’acheter des bonbons à l’enfant, sans que les parents de celui-ci le sachent. f. Pour l’enfant, la présence de l’oncle était si agréable, qu’il aurait marché à côté de lui des heures entières. abcdef VRAI FAUX Ø On pourrait délimiter le texte en deux parties. Lesquelles ? Trouvez-les et donnez-leur un titre. Ø Quel est le comportement de l’oncle Henri à l’égard du narrateur ? Appuyez vos réponses sur des exemples tirés du texte. Ø Est-ce que l’arrivée de l’oncle perturbe la vie familiale ? Argumentez votre réponse. Ø Quels sentiments éprouve l’enfant pour son oncle ? Ø Selon vous, quelles qualités possède l’oncle ? Pourquoi celles-ci rendent si heureux l’enfant ? Ø Est-il nécessaire d’avoir un modèle à suivre dans la vie ? Justifiez votre opinion dans un paragraphe d’une quinzaine de lignes.

Test no.16
Lisez le texte : Je me promène avec mon père…….ou plutôt il me promène, comme il le fait chaque jour quand il vient __ Paris. Je ne sais plus comment je l´ai rejoint…….quelqu’un à dû me déposer à son hôtel ou bien à un endroit convenu….il est hors de question qu´il _____ me chercher rue Flatters….je ne les ai jamais ____, je ne peux pas les imaginer se rencontrant, lui et ma mère…. Nous sommes passés par l’entrée du Grand Luxembourg qui fait face au Sénat et nous nous dirigions vers la gauche, où se trouvent le Guignol, les balançoires, les chevaux de bois…. Tout est gris, l´air, le ciel, les allées, les vastes espaces pelés, les branches dénudées des arbres. Il me semble que nous nous taisions. En tout cas, de ce qui a pu être dit ne sont restés que ces mots que j´entends encore très distinctement :”Est-ce que tu m´aimes, papa ?….dans le ton rien d´anxieux, mais quelque chose plutôt qui se veut malicieux…..il n´est pas possible que je lui pose cette question d´un air sérieux, que j ´emploie ce mot “tu m´aimes” autrement que pour rire…il déteste trop ce genre de mots, et dans la bouche d´un enfant…….. _Tu le sentais vraiment déjà à cet âge? _Oui, aussi fort, peut-être plus fort que je ne l´_______ maintenant…..ce sont des choses que les enfants perçoivent mieux encore que les adultes. Je savais que ces mots “tu m´aimes”, “je t´aime” étaient de ceux qui le feraient se rétracter, feraient reculer,

se terrer encore plus loin au fond de lui ce qui était enfoui……..Et en effet, il y a de la désapprobation dans sa moue, dans sa voix…..”Pourquoi me demandes-tu ça?” Toujours avec une nuance d´amusement…….. parce que cela m´amuse et aussi pour empêcher qu´il me repousse d´un air mécontent, “Ne dis donc pas de bêtises”……j´insiste : est-ce que tu m´aimes, dis-le moi. _Mais tu le sais…._Mais je voudrais que tu me le dises. Dis-le, papa, tu m´aimes ou non?……sur un ton, cette fois, comminatoire et solennel qui lui fait pressentir ce qui va suivre et l´incite à laisser sortir, c´est juste pour jouer, c´est juste pour rire……..ces mots ridicules, indécents : “Mais oui, mon petit bêta, je t´aime” Alors il est récompensé d´avoir accepté de jouer à mon jeu…..”Eh bien, puisque tu m´aimes, tu vas me donner….” (…)”Tu vas me donner un de ces ballons…._Mais où en vois-tu?_Là-bas…il y en a dans ce kiosque…” Nathalie Sarraute, Enfance 1. Choisissez entre : a) dans; b) en; c) à (l.__). 2. Complétez avec le verbe venir au subjonctif passé.(l.__) 3. Choisissez entre : a)vu; b) vus; c) vues (l.__). 4. Complétez avec le verbe sentir au conditionnel passé.(l.__) 5. Dans la première phrase remplacez père par parents. Faites les transformations nécessaires. 6. Donnez un synonyme pour endroit. 7. Expliquez en français: il est hors de question. 8. Donnez l´antonyme de entrée. 9. Vous rencontrez dans le texte le mot bois.(l.__) Connaissez-vous un autre sens de ce mot? Illustrez-le dans une phrase. 10. Vers la gauche(l.__) Dites le contraire. 11. Trouvez un synonyme pour dénudées (l.__) parmi les adjectifs suivants : a) nues; b) vides c) désertes. 12. Est-ce que tu m’aimes, papa? Posez la même question en faisant l´inversion du sujet. 13. Faites des phrases avec: · rien d´anxieux, · rien d´intéressant, · rien d´ utile · rien de malicieux 14. Trouvez dans le texte un ne explétif. 15. Perçoivent (l.__)signifie : a) regardent; b) comprennent; c) attendent. 16. Faites des phrases avec les verbes : enfouir, s´enfuir. 17. Dégagez du texte les mots qui appartiennent au langage familier. 18. Trouvez un synonyme pour comminatoire.(l.__) 19. Indiquez la fonction de ce qui. Ø En quelle saison croyez-vous que se passe l’action ? Justifiez votre réponse. Ø Quels sont les points d´attraction pour un enfant dans le jardin du Luxembourg? Ø Que pensez-vous de ces mots : “ tu m´aimes ” / “je t’aime” dans la bouche d´un enfant? Ø Commentez : Ce sont des choses que les enfants perçoivent mieux encore que les adultes. (l.__) Ø Analysez l’attitude de l’enfant et celle de son père dans ce fragment. Ø L’emploi de la ponctuation correspond-il à l´usage habituel ? Quel est son effet stylistique ? Ø Imaginez que vous rencontrez un vieil ami après une longue séparation. Vous vous rappelez ensemble un événement du passé. Mettez en évidence quelques mots qui sont restés dans votre mémoire. (Dialogue 10 -15 lignes)

Test no.17
Lisez le texte: Lepic, grand frère Félix, sœur Ernestine et Poil de Carotte veillent près de la cheminée où brûle une souche avec ses racines, et les quatre chaises se balancent sur leurs pieds de devant. On discute et Poil de Carotte, pendant que Mme Lepic n´est pas là, développe ses idées personnelles. -- Pour moi, dit-il, les titres de famille ne signifient rien. Ainsi, papa, tu sais comme je t´aime! Or, je t´aime, non parce que tu es mon père; je t´aime parce que tu es mon ami. En effet, tu n´as aucun mérite à être mon père, mais je regarde ton amitié comme une haute faveur que tu ne me dois pas et que tu m´accordes généreusement. -- Ah ! répond M. Lepic. -- Et moi, et moi? demandent grand frère Félix et sœur Ernestine. -- C´est la même chose, dit Poil de Carotte. Le hasard vous a ____ mon frère et ma sœur. Pourquoi vous en serais-je reconnaissant? À qui la faute, si nous sommes tous trois des Lepic? Vous ne pouviez l´empêcher. Inutile que je vous _____ gré d´une parenté involontaire. Je vous remercie seulement, toi, frère, de ta protection, et toi, sœur, de tes soins efficaces. -- À ton service, dit grand frère Félix. -- Où va-t-il chercher ces réflexions de l´autre monde? dit sœur Ernestine. -- Et ce que je dis, ajoute Poil de Carotte, je l´affirme d´une manière générale, j´évite les personnalités, et si maman était là, je le répéterais en sa présence. -- Tu ne le répéterais pas deux fois, dit grand frère Félix. -- Quel mal vois-tu à mes propos? Répond Poil de Carotte. Gardez-vous de dénaturer ma pensée! Loin de manquer de cœur, je vous aime plus que je n´en ai l´air. Mais cette affection, au lieu d´être banale, d ´instinct et de routine, est voulue, raisonnée, logique. Logique, voilà le terme que je cherchais. Jules Renard, Poil de Carotte

1. Choisissez entre : a) fait; b)faites; c)faits;(l.__). Justifiez votre choix. 2. Mettez le verbe savoir au temps convenable. (l.__). 3. Rappelez-vous les sens du verbe veiller. Introduisez dans des phrases les constructions suivantes: · veiller devant · veiller tard · veiller à · veiller à ce que · veiller sur 4. Donnez un synonyme pour souche (l.__). 5. Comment s´appelle le plus grand des frères d´une famille? Mais le plus petit? 6. Indiquez l´équivalent féminin des noms suivants: père, frère, oncle, cousin, grand-père, parrain, beaufrère. 7. Cherchez des expressions ou des constructions spéciales, même des proverbes, qui comportent le mot famille ou un terme de parenté. 8. Dois (l.__). Écrivez le verbe a l´infinitif. 9. Introduisez dans des phrases les mots : faveur et ferveur; la faute et faute de. 10. Pourquoi vous en serais-je reconnaissant? Exprimez d´une autre manière la même question. 11. Expliquez en français l´expression : savoir gré. 12. Écrivez la famille de mots de soin. 13. Essayez d´expliquer le sens de la construction j´évite les personnalités. Faites attention au contexte. 14. Si maman était là, je la répéterais en sa présence.

Remplacez le conditionnel présent par le conditionnel passé. Faites les transformations qui s´imposent. 15. Faites des phrases à partir des structures suivantes: · manquer quelque chose · manquer quelqu´un · manquer de + nom · manquer de + infinitif · il manque (expression impersonnelle) 16. Mettez en roumain: · manquer une photo · manquer le train · manquer à sa parole · par manque de · un livre manqué · manquer l´école 17. Quel mal vois-tu à mes propos? Gardez-vous de dénaturer ma pensée! Formulez d´autres possibles questions et d´autres phrases exclamatives en gardant le sens général et le langage familier. 18. À la fin du fragment vous rencontrez plusieurs adjectifs contraires pour affection. Essayez de trouver vous aussi des adjectifs contraires pour le même mot. 19. Montrez le rôle stylistique de cette agglomération d´adjectifs? Ø Comment jugez-vous le moment choisi par l’enfant pour une telle discussion? Et vous, quand est-ce que vous préférez parler avec vos parents? Ø Les titres de famille, qu´est-ce qu´ils représentent pour vous? (10 lignes). Ø À partir de quelques suggestions du texte, essayez d´imaginer comment était la mère de Poil de Carotte. Ø Présentez le texte et faites bien ressortir l´attitude de chaque personnage devant les affirmations de Poil de Carotte.(10-15 lignes) Ø Quelle est la différence entre ami et camarade? Ø Peut-on parler d´amitié entre les parents et les enfants? Qu´en pensez-vous? Ø Réalisez un dialogue entre vous et vos parents. Essayez de soutenir une idée personnelle.(15-20 lignes).

Test no.18
Lisez le texte : J’étais alors élève de quatrième au lycée de Nice et ma mère avait, à l’Hôtel Négresco, une de ces « vitrines » de couloir où elle exposait les articles que les magasins de luxe lui concédaient ; chaque écharpe, chaque ceinture ou chemisette vendue lui rapportait dix pour cent de commission. Parfois, elle pratiquait une petite hausse illicite des prix et mettait la différence dans sa poche. Toute la journée, elle guettait les clients éventuels (….), car notre pain quotidien dépendait alors entièrement de ce commerce incertain. Depuis treize ans déjà, seule, sans mari, (…) elle luttait ainsi courageusement, afin de gagner, chaque mois, ce qu’il nous fallait pour vivre, pour payer le beurre, les souliers, le loyer, les vêtements, le bifteck de midi ______ce bifteck qu’ elle plaçait chaque jour devant moi dans l’assiette, un peu______ , comme le signe même de sa victoire sur l’ adversité. Je revenais du lycée et m’attablais devant le plat. Ma mère, debout, me regardait manger avec cet air apaisé des chiennes qui allaitent leurs petits. Elle refusait d’______ toucher elle-même et m’assurait qu’elle n’aimait que les légumes et que la viande et les graisses lui étaient strictement défendues. Un jour, quittant la table, j’allai à la cuisine boire un verre d’eau. Ma mère était assise sur un tabouret ; elle tenait sur ses genoux la poêle à frire où mon bifteck avait été cuit. Elle en essuyait soigneusement le fond graisseux avec des morceaux de pain qu’ elle mangeait ensuite

avidement et , malgré son geste rapide pour dissimuler la poêle sous la serviette, je sus soudain, dans un éclair, toute la vérité sur les motifs réels de son régime végétarien. Je demeurai là un moment, immobile, pétrifié, regardant avec horreur la poêle mal cachée sous la serviette et le sourire inquiet, coupable, de ma mère, puis j’éclatai en sanglots et m’enfuis. Romain GARY, La Promesse de l’aube 1.Choisissez entre : a) solennelle ; b) solennel ; c) solennellement ( l____ ) 2.Choisissez entre : a) y ; b ) en ( l ____ ). 3. Donnez l’antonyme du nom hausse. 4. Donnez le synonyme du verbe guetter. 5. Indiquez le verbe de la famille de mari et faites-le entrer dans une phrase. 6. M’attablais :a ) Trouvez l’infinitif et expliquez la construction du mot. b) Cherchez dans le texte un autre verbe d’une construction pareille. 7. Donnez le contraire de : debout. 8. Me regardait manger. Justifiez l’emploi de l’infinitif. 9. Elle n’aimait que les légumes. Formulez le même idée d’une autre manière. 10. Trouvez dans le texte plusieurs emplois du mot que. 11. La viande et les graisses lui étaient strictement défendues ( l__ ). a. Justifiez l’accord et trouvez un synonyme pour défendues. b. Indiquez la fonction de lui. c. Mettez la phrase à la voix active. 12. Quittant la table. a) Identifiez cette forme verbale. b) Remplacez- la par une subordonnée temporelle. 13. Connaissez-vous les homonymes du mot verre ? Choisissez la réponse correcte et complétez les pointillés : ver ___ verre ___ vert ___ vers ____ vair ____ vers. a) Il se dirige ……. l’école. b) Quand j’ai soif , je bois un…….. d’eau. c) Ce poète préfère les…….libres. d) En cadeau, j’ai reçu des pantoufles de……… . e) Ce bois ne brûle pas, il est encore….. . f) Le remords ronge comme un……… . 14. Connaissez-vous la différence entre le poêle et la poêle ? Faites entrer dans des phrases ces mots. 15. Où mon bifteck avait été cuit. a) Indiquez l’infinitif du verbe. b) Mettez la phrase à la voix active. 16. Formez trois phrases avec trois sens différents du mot serviette. 17.Trouvez dans le texte trois verbes au passé simple. 18. a) Donnez la famille du verbe éclater. b) Faites entrer dans des phrases les expressions : éclater de rire, éclater en reproches, éclater de santé. 19. Donnez le féminin des adjectifs : inquiet, coupable, apaisé, végétarien. 20 Donnez les antonymes de : entièrement, nerveusement, rapidement, réel, refuser. 21. Remplacez les mots en italique par les termes employés dans le texte : a) Elle travaillait pour donner à son fils le pain de tous les jours. b) La pauvre femme voulait cacher la poêle. c) Il préparait avec soin le déjeuner pour toute la famille. d) Elle avait l’air calme et satisfait d’une personne qui a bien fait son devoir. e) La hausse des prix qu’ils pratiquent est défendue par la morale et par la loi. f) Frappé de stupeur, le petit garçon se tait. g) C’est un régime qui supprime les produits d’origine animale. h) Il reste dans la chambre, sans bouger.

Ø 22. Qu’est-ce que vous comprenez par l’adversité dans le texte ? Ø 23. Qu’est-ce qu’ on comprend par commerce incertain ? Ø 24. Quel est le principal souci de cette mère ? En quoi est-elle admirable ? Ø 26. La mère a-t-elle bien procédé en cachant la vérité à l’enfant ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Ø 27. Quelle a été la découverte de l’enfant ? Ø 28. Imaginez les conséquences de cette découverte dans la vie affective de l’enfant. Ø 29. Toute vérité n’est pas bonne à dire. Réalisez une rédaction sur ce thème, en vous appuyant sur des exemples concrets (25 à 30 lignes ).

Test no.19
Lisez le texte: Elle riait volontiers, d´un rire jeune et aigu qui mouillait ses yeux de larmes, et qu´elle se reprochait après comme un manquement ___ la dignité d´une mère chargée de quatre enfants et de soucis d´argent. Elle maîtrisait les cascades de son rire, se gourmandait sévèrement : “Allons!Voyons!…” puis cédait à une rechute de rire qui faisait trembler son pince-nez. Nous nous montrions jaloux de déchaîner son rire, surtout quand nous prîmes assez d´âge pour voir grandir d´année en année, sur son visage, le souci du lendemain, une sorte de détresse qui l´assombrissait, lorsqu ´elle songeait à notre destin d´enfants sans fortune, à sa santé menacée, à la vieillesse qui ralentissait les pas - une seule jambe et deux béquilles - de son compagnon chéri. Muette, ma mère ressemblait à toutes les mères épouvantées devant la pauvreté et la mort. Mais la parole rallumait sur son visage une jeunesse invincible. Elle put maigrir de chagrin et ne parla jamais tristement. […] Et elle riait, ma mère en deuil, elle riait ___ son rire aigu de jeune fille, et frappait dans ses mains devant le petit chat….Le souvenir fulgurant tarit cette cascade brillante, sécha dans les yeux de ma mère les larmes du rire. Pourtant, elle ne s’excusa pas d’avoir ri, ni ce jour-là, ni ___ qui suivirent, car elle nous fit cette grâce, ayant perdu celui qu´elle aimait d´amour, de demeurer parmi nous toute pareille à elle-même, acceptant sa douleur ainsi qu´elle eût accepté l´avènement d’une saison lugubre et longue, mais recevant de toutes parts la bénédiction passagère de la joie, - elle vécut balayée d’ombre et de lumière, courbée sous des tourments, résignée, changeante et généreuse, parée d´enfants, de fleurs et d’animaux comme un domaine nourricier. Colette, La maison de Claudine 1. Choisissez entre : a) de; b) à; c) pour;(l.__). 2. Choisissez entre : a) à; b) avec; c) de;(l.__). 3. Choisissez entre : a) celui; b) celles ; c) ceux ;(l.__). 4. Manquement (l.__) Indiquez un autre nom de la même famille. Introduisez-le dans quelques phrases. 5. Donnez la famille de mots de dignité. 6. Complétez les phrases suivantes avec des mots qui vous semblent adéquats. · La voiture est chargée de ……………. · Mon ami a été chargé de …………….. · Le professeur m´a chargé de ………… · Il a chargé sur son dos………………… · Elle a les doigts chargés de…………… 7. Écrivez les mots de la famille de souci. Faites-les entrer dans des phrases. 8. Traduisez : Elle maîtrisait les cascades de son rire. 9. Le verbe se gourmander (l.__) appartient a) au français littéraire; b) au français courant.

10. Donnez le féminin de l´adjectif jaloux. 11. Écrivez le contraire du verbe assombrir. 12. Remplacez le verbe songer (l.__) par un synonyme. 13. Mentionnez le nom de la famille de menacer. 14. Trouvez un synonyme pour épouvanté. 15. Donnez le contraire de pauvreté. 16. Vous rencontrez dans le texte le verbe rallumer. Écrivez d´autres verbes formés à l´aide du même préfixe. 17. Choisissez l´explication convenable : a) séchage a) état de ce qui est sec. b) sécheresse b) appareil servant à faire sécher le linge c) séchoir c) appareil électrique servant à faire sécher les cheveux d) sèche-cheveux d) d´une façon brève et dure e) dessécher e) rendre sec en faisant disparaître l´humidité f) sèchement f) action de sécher ou de faire sécher 18. Introduisez dans des phrases : · la sécheresse de cœur · sécher un cours Ø Les deux parties du texte présentent la figure de la mère avant et après un certain événement de sa vie. Nommez-le. Y a-t-il des changements essentiels dans son comportement ? Argumentez votre réponse et essayez de dégager le trait de caractère dominant de cette femme. Ø Qu´est-ce qu´elle se reprochait ? Pourquoi ? Ø Expliquez en français : Nous nous montrions jaloux de déchaîner son rire. Ø Qu’est-ce que vous comprenez par une jeunesse invincible. D’où vient-elle, selon vous? Ø Quelle était la réaction de la mère devant la douleur? Ø Commentez la fin du texte : elle vécut balayée d´ombre et de lumière, courbée sous des tourments, résignée, changeante et généreuse, parée d´enfants, de fleurs et d’animaux comme un domaine nourricier. Ø Comment voyez-vous votre mère? Faites son portrait dans une quinzaine de lignes.

Test no.20
Lisez le texte : Mon père ne m´avait jamais laissé souffrir des suites de mes fautes. Il avait toujours accordé, quelquefois prévenu mes demandes à cet égard. Malheureusement sa conduite était plutôt noble et généreuse que tendre. J´étais pénétré de tous ses droits à ma reconnaissance et à mon respect; mais aucune confiance n´avait existé jamais entre nous. Il avait dans l ´esprit je ne sais quoi d´ironique qui convenait ____ à mon caractère. Je ne demandais alors qu´a me livrer à ces impressions primitives et fugueuses qui jettent l´âme hors de la sphère commune, et lui inspirent le dédain de tous les objets qui l´environnent. Je trouvais dans mon père, non pas un censeur, mais un observateur froid et caustique, qui souriait d´abord de pitié, et qui finissait bientôt la conversation avec impatience. Je ne me souviens pas, pendant mes dix-huit premières années, d´avoir eu jamais un entretien d ´une heure avec lui. Ses lettres étaient affectueuses, pleines de conseils raisonnables et sensibles; mais à peine étions nous en présence l´un de l´autre, qu´il y avait en lui quelque chose de contraint que je ne pouvais m´expliquer, et qui réagissait sur moi d´une manière pénible. Je ne savais pas alors _____ c´était la timidité, cette souffrance intérieure qui nous poursuit jusque dans l´âge le plus avancé, qui refoule sur notre cœur les impressions les plus profondes, qui glace nos paroles, qui dénature dans notre bouche tout ce que nous essayons de dire, et ne nous permet de nous exprimer que par des mots vagues ou une ironie plus ou

moins amère, comme si nous voulions nous venger sur nos sentiments mêmes de la douleur que nous éprouvons à ne pouvoir les faire connaître. Je ne savais pas que, même avec son fils, mon père était timide, et que souvent, après avoir longtemps attendu de moi quelques témoignages d´affection que sa froideur apparente semblait m´interdire, il me quittait les yeux mouillés de larmes, et se plaignait à d´autres ______ je ne l´aimais pas. Benjamin Constant, Adolphe

1. Choisissez entre: a) mal; b) mauvais; c) méchant (l.___). 2. Choisissez entre: a) ce qui; b) ce que; c) qu´est-ce que (l.___). 3. Choisissez entre: a) de ce que; b) a ce que; c) pour ce que (l.___). 4. a)Trouvez un mot qui puisse remplacer suites dans le contexte donné. (l.__) b)Formulez des phrases avec suite comme synonyme de: escorte, continuation, série, résultat. c)Rappelez-vous les constructions suivantes. Introduisez-les dans de petits contextes. · par suite · tout de suite · à la suite de · et ainsi de suite 5. Imaginez une situation dans laquelle vous donnez votre avis sur quelque chose en employant à cet égard. (3-5 lignes). 6. Malheureusement (l.__) Exprimez à l´aide de deux locutions la même chose et le contraire. 7. Remplacez tendre (l.__) par: a) affectueuse; b) caressante; c) apaisante. 8. Sur le modèle: il avait dans l´esprit quelque chose d´ironique , écrivez deux phrases en remplaçant ironique par d´autres adjectifs. 9. Trouvez un antonyme pour hors de. 10. Froid (l.__) Trouvez dans le texte un mot de la même famille. 11. Remplacez les constructions suivantes par les adverbes correspondants. · avec impatience · d´une manière pénible 12. a) Trouvez dans le texte les verbes à l´infinitif passé. b) Écrivez des phrases avec des verbes à l´infinitif passé précédés par les prépositions: après, sans, pour. 13. Trouvez dans le texte un synonyme pour entrevue. 14. Exprimez d´une autre manière en évitant l`inversion. …à peine étions -nous en présence l´un de l´autre, qu´il y avait en lui quelque chose de contraint que je ne pouvais m´expliquer. 15. Indiquez la famille de mots de venger. 16. Donnez le contraire de ironie amère. 17. Je ne savais pas alors ce que c´était la timidité Quel est le rapport entre les deux propositions de la phrase? a) antériorité; b) simultanéité; c) postériorité; Ø Dégagez du texte les considérations de l´auteur sur la timidité. Commentez-les. ( 15-20 lignes) Ø L´attitude du père, comment a-t-elle influencé le comportement de l´enfant? Les effets de cette attitude se prolongent-ils jusqu´à l´âge adulte? Qu´en pensez-vous? Ø Quels sont les témoignages d´affection que vous donnez à vos parents? Mais eux, comment vous montrent-ils leur amour? Ø Faites le portrait de votre père. Montrez son rôle dans votre éducation.

Test no.21
Lisez le texte:

Le jardin de Cuverville, où j’écris ceci, n’a pas beaucoup changé. Voici le rond point entouré d’ifs taillés, où nous jouions dans le tas de sable ; non loin, dans “l’allée aux fleurs”, l’endroit où l’on avait aménagé nos petits jardins; à l’ombre d’un tilleul argenté, la gymnastique où Emmanuèle était si craintive, Suzanne au contraire si hardie; puis, une partie ombreuse, “l’allée noire”, où certains ___soirs, après dîner, se cachait mon oncle; les autres soirs il nous lisait à haute voix un interminable roman de Walter Scott. Devant la maison, le grand cèdre est devenu énorme, dans les branches _____ nous nichions et passions des heures; chacun de nous s’y était aménagé une chambre; on se faisait de l’une à l’autre des visites, puis, du haut des branches, avec des nœuds coulants, des crochets, on pêchait; Suzanne et moi nous montions tout en haut, et de la cime on criait à ceux des régions inférieures: “On voit la mer! On voit la mer!” - En effet, quand le temps était clair, on apercevait la petite ligne d’argent qu’elle faisait à quinze kilomètres de là. Non, rien de tout cela n’a changé, et je retrouve au fond de moi sans peine le petit enfant que j’étais. Mais il n’est ici d’aucun intérêt de remonter trop loin en arrière: lorsque Emmanuèle et Suzanne _____ me retrouver à Paris au moment de la mort de mon père, les amusements de la première enfance déjà cédaient à d’autres jeux. André GIDE, Si le grain ne meurt

1. Choisissez entre: a) belles; b) beaux; c) bels ; (l.__). 2. Choisissez entre: a) desquels; b) duquel; c) desquelles ; (l.__). 3. Complétez avec le verbe venir au passé simple à la personne convenable.(l__) 4. Trouvez la famille de mots de sable. 5. Mettez en roumain: a) un tas de sable; b) un tas de questions. 6. Trouvez un synonyme pour endroit. 7. Récrivez le passage: à l´ombre……….hardie (l.__) en remplaçant Emmanuèle par Emmanuel et Suzanne par Pierre. Faites les transformations nécessaires. 8. Indiquez le correspondant féminin de mon oncle. 9. Dites le contraire de à haute voix. 10. Chacun de nous s’y était aménagé une chambre. Récrivez la phrase en évitant le pronom y. 11. Donnez la famille de mots de pêcher. 12. Indiquez le verbe de la famille de nœud. 13. Suzanne et moi……..”On voit la mer!”. (l.__). a) Mettez le passage au passé composé. b) Remplacez cime par sommet. Faites les transformations qui s’imposent. 14. Remplacez sans peine par un adverbe. 15. Trouvez dans le texte un synonyme de rejoindre. 16. Dégagez les verbes à l’imparfait du premier paragraphe. Mentionnez leur infinitif. 17. Cochez la bonne case: a) L’écrivain raconte un souvenir de son adolescence. b) La page est écrite dans le jardin de Cuverville. c) Les enfants ont aménagé leurs petits jardins dans “l’allée aux fleurs”. d) Emmanuèle n’était pas peureuse. e) Suzanne était audacieuse. f) L’oncle lisait aux enfants des poèmes.

g) L’écrivain retrouve le jardin bien changé.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

g

Ø Pouvez-vous mentionner le titre d’un roman de Walter Scott ? Ø Comment l’écrivain découvre-t-il l’enfant d’autrefois. (10 -15 lignes). Ø Quels seraient selon vous les jeux auxquels l’écrivain fait allusion à la fin du fragment. Ø Donnez une suite au texte proposé. (10 lignes).

Test no.22
Lisez le texte: Il y avait, sur une branche fourchue de notre cerisier, un nid de chardonnerets joli à voir, rond, parfait, tout crins au dehors, tout duvet au dedans, et quatre petits venaient d’y éclore. Je dis à mon père: -- J’ai presque envie de les prendre pour les élever. Mon père m’avait expliqué souvent que c’est un crime de mettre les oiseaux en cage. Mais cette fois, las sans doute de répéter la même chose, il ne trouva rien à me répondre. Quelques jours après, je lui dis: -- Si je veux, ce sera facile. Je placerais d’abord le nid dans une cage, j’attacherai la cage au cerisier et la mère nourrira les petits par les barreaux jusqu’à ce qu’ils ______ plus besoin d’elle. Mon père ne me dit pas _________ de ce moyen. C’est pourquoi j’installai le nid dans une cage, la cage sur le cerisier et ce que j’avais prévu arriva : les vieux chardonnerets, sans hésiter, apportèrent aux petits des pleins becs de chenilles. Et mon père observait de loin, amusé comme moi, leur va-et-vient fleuri, leur vol teint de rouge sang et de jaune soufre. Je dis un soir: -- Les petits sont assez drus. S’ils étaient libres ils s’envoleraient. Qu`ils passent une dernière nuit en famille et demain je les porterai à la maison, je les pendrai à ma fenêtre, et je te prie de croire qu’il n’___ aura plus beaucoup de chardonnerets mieux soignés. Mon père ne me dit pas le contraire. Le lendemain, je trouvai la cage vide. Mon père était là, témoin de ma stupeur. Jules RENARD, Histoires naturelles

1. Choisissez entre: a) ont ; b) aient ; c) ait (l.___). 2. Choisissez entre: a) ce qu’il pensait ; b) qu’est-ce qu’il pensait (l.___). 3. Choisissez entre: a) en ; b) y (l.___). 4. Dans cerisier, le nom de l’arbre est formé sur le nom du fruit, à l’aide du suffixe – ier. Certains mots de la liste suivante ne suivent pas cette règle. Lesquels ? pommier, rosier, fraisier, framboisier, oranger, poirier,

prunier, pêcher 5. a) Indiquez le temps du verbe éclore ; b) Quel est le nom de la même famille ? 6. Trouvez deux antonymes dans le premier paragraphe. 7. Faites des phrases avec trois sens différents du verbe élever. 8. Las (l.__) a) Donnez le féminin de cet adjectif ; b) Trouvez un synonyme pour ce contexte parmi : rrité, ennuyé, fatigué, dégoûté 9. Donnez un adverbe qui puisse remplacer la locution sans doute. 10. C’est pourquoi j’installai le nid dans une cage. Transformez la phrase à l’aide de aussi, en gardant le même sens. 11. Des pleins becs de chenilles. - Indiquez une construction équivalente. - Le mot bec est présent aussi dans plusieurs expressions. Traduisez-les à l’aide de votre dictionnaire : a. rester le bec dans l’eau ; b. se défendre bec et ongles ; c. avoir une prise de bec avec quelqu’un ; d. un blanc bec. 12. S’ils étaient libres, ils s’envoleraient. Transformez cette phrase en employant le plus-que-parfait après si. 13. Qu’ils passent un dernier jour (l.__ ) - Quel est le mode du verbe ? a) indicatif ; b) subjonctif ; c) impératif. 14. Donnez la famille du mot témoin. 15. Indiquez toutes les formes de l’adjectif vieux. 16. Rouge sang et jaune soufre. Dans les adjectifs composés de couleur, le second terme est souvent un nom, comme dans ces deux exemples. Voici une liste de noms : azur, épinard, ciel, horizon, jade, pétrole, cerise, citron, coquelicot, tomate, écrevisse. Avec bleu, rouge, jaune, vert comme premier terme, et ces noms comme deuxième terme, formez des adjectifs composés de couleur. 17. Expliquez : Les petits sont assez drus ( l. _). 18. Cochez la bonne case : a. L’enfant achète une cage qu’il installe dans sa chambre. b. Les chardonnerets avaient fait un beau nid sur la branche d’un cerisier. c. L’enfant veut laisser les oiseaux s’envoler. d. Le père aime les oiseaux en liberté. e. Les petits chardonnerets sont bien nourris par leurs parents. f. Il y a des disputes violentes entre le père et le fils sur le thème des oiseaux en cage.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

Ø Comment trouvez-vous l’attitude du père dans cette scène ? Ø Auriez-vous, comme le père, laissé l’enfant enfermer les oiseaux ? Pourquoi ? Ø Imaginez la réaction de l’enfant lorsqu’il a trouvé la cage vide. Ø L’enfant aime-t-il les oiseaux ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Et vous ? Ø Imaginez un dialogue entre l’enfant et son père après cet événement (10-12 répliques).

Test no.23
Lisez le texte : J’étais enfant et je jouais près de la case de mon père. Quel âge avais-je en ce temps-là ? Je ne me rappelle pas exactement. Je devais être très jeune encore : cinq ans, six ans peut-être. Ma mère était dans l’atelier, près de mon père, et leurs voix me parvenaient, rassurantes, tranquilles, mêlées à ______des clients de la forge et au bruit de l’enclume. Brusquement j’avais cessé de jouer, l’attention, toute mon attention, captée par un serpent qui rampait autour de la case, qui vraiment paraissait se promener autour de la case ; et je m’était bientôt approché. J’avais ramassé un roseau qui traînait dans la cour – il en traînait toujours, qui se détachaient de la palissade de roseaux tressés qui enclôt notre concession – et, à présent, j’enfonçais ce roseau dans la gueule de la bête. Le serpent ne se dérobait pas : il prenait goût au jeu ; il avalait lentement le roseau, il l’avalait comme une proie, avec la même volupté, me semblait-il, les yeux brillants de bonheur, et sa tête, petit à petit, se rapprochait de ma main. Il vint un moment où le roseau se trouva à peu près englouti, et où la gueule du serpent se trouva terriblement proche de mes doigts. Je riais, je n’avais pas peur du tout, et je crois bien que le serpent n’eût beaucoup tardé à m’enfoncer ses crochets dans les doigts si, à l’instant, Damany, l’un des apprentis, ne fût sorti de l’atelier. L’apprenti fit signe à mon père, et aussitôt je me sentis soulevé de terre : j’étais dans les bras d’un ami de mon père ! Autour de moi, on menait grand bruit : ma mère surtout criait fort et elle me donna quelques claques. Je me mis à pleurer plus ému par le tumulte qui s’était si opinément élevé, que par les claques que j’avais _______. Un peu plus tard, quand je me fus un peu calmé et qu’autour de moi les cris eurent cessé, j’entendis ma mère m’avertir sévèrement de ne plus jamais recommencer un tel jeu ; je le lui promis, bien que le danger de mon jeu ne m’apparût pas clairement. Camara LAYE, L’enfant noir

1. Choisissez entre : a) celles ; b) celui ; c) ceux (l.___). 2. Choisissez entre : a) reçu ; b) reçue ; c) reçues (l.___). 3. Donnez le synonyme du verbe se rappeler. 4. J’avais interrompu (l.___). Donnez l’infinitif de ce verbe et précisez son temps. 5. Choisissez le sens du verbe ramasser pour le contexte donné (l.___). a. rassembler ; b) prendre, relever ce qui est à terre ; c) recevoir, attraper. Donnez ensuite la famille de ce mot. 6. Enclôt (l.___). Donnez l’infinitif de ce verbe. 7. Faites entrer dans des phrases les expressions : être en proie de ; être la proie de. 8. Donnez le synonyme de petit à petit. 9. Je riais, je n’avais pas peur du tout, et je crois bien que le serpent n’eût beaucoup tardé à m’enfoncer ses crochets dans les doigts si, à l’instant, Damany, l’un des apprentis ne fût sorti de l’atelier.(l.___). a. Précisez le mode et le temps des verbes en italique. b. Remplacez ces formes verbales par celles couramment employées. c. Mettez en roumain la phrase soulignée. 10. Indiquez le nom qui correspond au verbe crier. 11. Remplacez donner quelques claques (l.___) par un verbe ayant le même sens. 12. Eurent cessé (l.___). Précisez le temps du verbe et justifiez son emploi. 13. Donnez les noms qui correspondent aux verbes avertir et promettre. 14. Trouvez l’adjectif et l’adverbe qui correspondent au nom danger. 15. Je le lui promis(l.___). Remplacez les pronoms en italique par les structures qui leur correspondent. 16. Apparût. a) Donnez l’infinitif du verbe ; b) Indiquez le mode et le temps de ce verbe et justifiez leur emploi.

N’eût été cet apprenti ……………. 17. Continuez la phrase : N’eût été cet apprenti ……. 18. Choisissez la définition correspondante aux mots suivants : case – concession – forge – enclume – gueule – enclore – crochet. a. Entourer d’une clôture ; b. Atelier où l’on travaille les métaux au feu ; c. Habitation en paille, en branches d’arbres, dans les pays tropicaux. d. Masse d’acier sur laquelle on forge les métaux ; e. Dent à extrémité recourbée des serpent venimeux ; f. Portion du terrain que le gouvernement accorde à un particulier pour la cultiver et la posséder (dans les colonies françaises) ; g. Bouche de certains animaux, quand elle peut s’ouvrir largement. 19. Ordonnez les actions du texte : a. La main de l’enfant est tout près de la gueule du serpent. b. La mère avertit sévèrement l’enfant. c. L’enfant joue à proximité de la case de ses parents. d. La mère gifle l’enfant. e. L’enfant voit le serpent. f. Inconscient du danger, l’enfant rit. g. L’enfant s’amuse à enfoncer un roseau dans la gueule du serpent. h. Un des apprentis l’arrache à son jeu. 20. Connaissez-vous le serpent ? Parmi les affirmations suivantes il y en a une qui est fausse. Trouvez-la. a. C’est un reptile, formant l’ordre des ophidiens ; b. Il se déplace sans pattes, par reptation ; c. Il siffle, c’est-à-dire il fait entendre le son caractéristique de son espèce ; d. Il vit surtout dans les régions froides ; e. On connaît plus de 2000 espèces de serpents, dont les plus connus sont : le serpent à lunettes, le serpent à sonnette, le boa, l’anaconda ; f. Certains serpent sont venimeux. Renseignez-vous et ajoutez, vous aussi, quelques caractéristiques du serpent, d’après les informations que vous avez recueilles.

Ø Selon vous, dans quel pays cette scène se déroule-t-elle ? Relevez les termes du texte qui permettent de situer la scène. Ø Quels sont les adultes qui sont cités dans le texte ? Qu’est-ce qu’ils font ? Ø L’enfant a-t-il bien compris le danger d’un tel jeu et ses conséquences possibles ? Ø Commentez la réaction de l’enfant et celle des adultes. Sont-elles différentes ? Ø Quelle est l’attitude de la mère ? Relevez dans le texte les trois actes précis qu’elle accomplit. Ø Comment pourriez-vous caractériser le jeu de l’enfant ? Ø Aimez-vous les animaux ? Précisez les raisons de votre attachement. Ø Comment avez-vous découvert le monde des animaux ? Quels animaux ont attiré les premiers votre attention ? Répondez à ces questions dans une dizaine de lignes. Ø Si vous aviez la possibilité de vous transformer pour un jour en animal, lequel choisiriez-vous et pourquoi ? Racontez cette journée de votre nouvelle vie.

Test no.24
Lisez le texte :

Il ne devait pas être plus de six heures du matin. Il avait un peu gelé pendant la nuit. C’était marée basse. Je fus surpris de voir que plus loin, sur la gauche, il n’y avait pas de rochers mais seulement une grande étendue de vase sableuse, découverte par la marée. En l’observant, je repérai un grouillement familier à la limite de l’eau. Je m’approchai un peu pour mieux voir, puis je revins à toute allure à la cabane. Pat était assis, se frottant les yeux. -- Des anguilles ! clamai-je. Des millions d’anguilles. Viens vite. Il bondit derrière moi. Quand il les vit, il ne put en croire ses yeux. Elles étaient bien là, par douzaines, flottant à la surface de l’eau, sans défense. Nous savions que les anguilles sont sans force dans les petits matins glacés et c’était souvent de bonne heure que nous allions en chercher. Mais jusqu’ici, ni l’un ni l’autre n’en avions _____ autant à la fois. -- Ce serait stupide de laisser perdre ces anguilles. Il faut amener les tonneaux jusqu’ici, au bord de l’eau et les fourrer dedans, n’importe comment. Si le soleil se met à chauffer un peu, tout le tas nous échappera. Nous avons fait rouler les lourds barils de bois dur et cerclés de fer, jusqu’à la grève rocheuse. Les traîner sur les rochers fut un vrai cauchemar. Nos pieds nus étaient douloureux et saignants, nos mains étaient à vif quand nous avons enfin réussi à dresser nos deux tonneaux en bordure de l’eau. Les anguilles nous avaient_________. L’eau était glaciale quand nous _______ avons mis les pieds, mais nous n’avions pas le temps d’_________ penser. Ellis DILLON, L’île des chevaux

1. Choisissez entre : a) vus ; b) vues ; c) vu (l. ___). 2. Choisissez entre : a) attendu ; b) attendus ; c) attendues. 3. Choisissez entre : a) y ; b) en (l. ___ et l. ___). 4. Choisissez la réponse correcte, en cochant la bonne case : La marée représente : a) ð - le mouvement de la mer descendante ; b) ð - le mouvement oscillatoire du niveau de la mer, dû à l’attraction de la Lune et du Soleil ; c) ð - le mouvement de la mer ascendante. 5. Reliez par une flèche les éléments de ces deux colonnes, afin de trouver la réponse correcte : a) marée haute ; a) reflux ou jusant ; b) marée descendante ; b) fin du jusant ; c) marée basse ; c) maximum du flot ; d) marée montante ; d) flux ou flot. 6. Expliquez les expressions suivantes : a) contre vents et marées ; b) une marée humaine ; c) la marée noire. 7. Une étendue de vase sableuse (l. ___). Connaissez-vous la différence de sens entre le vase et la vase ? Écrivez cinq autres noms dont le sens varie selon le genre. 8. Le mot eau apparaît plusieurs fois dans le texte. On retrouve aussi le même mot dans des expressions et des locutions figurées. On dit par exemple : a. Elle se noie dans un verre d’eau. b. Elle a mis de l’eau dans son vin. c. Elle ne trouverait pas d’eau à la rivière. d. Il n’est pire eau que l’eau qui dort. Que veut-on dire ? Choisissez la bonne réponse pour chacune de ces expressions : a. Elle n’est pas très débrouillarde. b. Son apparence trompe, il faut s’en méfier. c. Elle est devenue moins exigeante.

9. Remplacez à toute allure par une expression ayant le même sens. 10. Donnez le synonyme pour : de bonne heure. 11. Trouvez l’antonyme de : dedans. 12. Soulignez dans le texte la subordonnée conditionnelle introduite par si. Réduisez-la ensuite à un groupe nominal introduit par avec. 13. À quoi se réfère l’expression les lourds barils de bois dur et cerclés de fer ? 14. Expliquez : la grève rocheuse (l.___). Formez une phrase avec un autre sens du mot grève. 15. Trouvez dans le texte des adjectifs formés à partir des noms suivants : sable, glace, rocher, douleur, sang. 16. Nos mains étaient à vif signifie : a) avec beaucoup d’énergie, de vitalité ; b) capables de réagir promptement ; c) avec la chair à nu. 17. Nos pieds nus (l.___). Expliquez l’accord de nu. Expliquez ensuite l’accord ou le non-accord de nu dans les expressions suivantes : a) ( nu ) – jambes ; b) ( nu ) – pieds ; c) (nu ) – tête. 18. Comment expliquez –vous l’existence de ces millions d’anguilles ? 19. Décomposez le récit en quatre parties auxquelles vous donnerez un titre . Ø Est-ce que cette pêche aux anguilles choque votre sensibilité ? Justifiez votre réponse. Ø L’anguille est un poisson à chair délicate, vivant dans les cours d’eau, mais dont la ponte a lieu dans la mer des Sargasses et dont les larves, portées par le courant, traversent l’Atlantique pour gagner les fleuves d’Europe. Renseignez-vous sur d’autres espèces de poissons dont la chair est recherchée. Ø Renseignez-vous sur les différentes possibilités de préparation de l’anguille. Mettez par écrit la recette qui vous paraît la plus alléchante. Ø Donnez une suite d’une vingtaine de lignes à la lecture, en imaginant un incident causé par l’inexpérience des garçons. (Mêlez le style direct et le style indirect pour rapporter les propos des personnages).

Test no.25
Lisez le texte: Demeurée seule, au milieu du bruit et de la cohue, Claire se mit à marcher très lentement devant ____ les étalages, cherchant celui qu´elle préférait. Elle le découvrit bientôt, et dès lors, clouée sur place, ouvrant ____ grands ses yeux si bleus, elle ne bougea plus, observant avec ravissement tout ce qui se trouvait devant elle. Sur les tréteaux s´alignait et même se superposaient de nombreuses cages, auprès desquelles on avait mis de grands bouquets de glaïeuls et des plantes vertes. Certaines de ces cages abritaient leurs petits habitants, d´autres, destinées à être vendues restaient vides. Aucun autre étalage ne montrait une aussi charmante décoration florale, et c´était sans doute pour cela que Claire le préférait aux autres. Tout en haut d´une pile de cages, un perroquet d´un vert éclatant, avec des plumes couleur de feu aux ailes, un bec crochu qui donnait l´air grognon, et de petits yeux semblables à des perles de jais, sous leurs lourdes paupières grisâtres qui battaient sans cesse, se promenait gravement, de long en large. Claire était tellement absorbée dans sa contemplation qu´elle ne prenait pas garde au marchand… Mais lui observait avec un demi-sourire sous sa grosse moustache blanche, cette fillette ____ menue. -- On dirait qu´elles te plaisent, mes “bestioles”, dit-il enfin. Claire tressaillit, regarda, cette fois, le vieil homme et lui rendit son sourire. -- Oh, oui! répondit-elle : c´est fou que je les aime! -- Ça se voit et ça me fait plaisir, car moi aussi, vois-tu, j´aime mes oiseaux. Ils sont même mes meilleurs

amis. -- Alors, vous devez les regretter, quand vous les vendez. -- Tiens! Tu as deviné cela? Eh oui! Figure-toi, c´est peu-être ridicule, pour un commerçant, de se séparer à regret de sa marchandise, mais, chaque fois qu´un client emporte un de mes petits pensionnaires, je suis un peu malheureux. Heureusement tous ne sont pas à vendre! Népomucène, par exemple, reste toujours avec moi. -- Né…po…? -- Oui, Népomucène, mon perroquet dit le vieil homme en se levant et en tendant la main, où le gros oiseau sauta, du haut de la volière, pour se percher ensuite sur l´épaule de son maître. -- Dis bonjour, Népomucène, murmura le marchand. -- Salut, charmante demoiselle, salut, belle princesse, fit aussitôt une drôle de voix étranglée et éraillée. Claire se retourna vivement, mais il n´y avait derrière elle ni charmante demoiselle, ni belle princesse : c ´était donc bien à elle que s´adressait ces aimables salutations. -- Salut, Né…Népo-je-ne-sais-quoi, fit-elle timidement. -- Très bien, merci, et vous? reprit la voix enrouée de l´oiseau. Lucie Rauzier-Fontayne, La petite fille aux oiseaux

1. Choisissez entre : a) tous; b) toute; c) tout; (l.__ / l.__ / l.__)

2. Le verbe clouer est employé a) au sens propre; b) au sens figuré. 3. Écrivez le verbe correspondant à étalage. Illustrez dans des phrases les différents sens de ce verbe. 4. Donnez un synonyme pour ravissement. 5. Complétez les phrases suivantes avec des mots de la famille de habiter. a) Il faut changer d´…………… b) Mars est-elle ………………? c) C´est un bâtiment …………. depuis longtemps. d) ……………de ce quartier aiment la propreté. e) Après le tremblement de terre la ville est devenue…………….. f) Deux familles …………….dans cet appartement. 6. Mentionnez le nom de la famille de abriter. 7. Expliquez en français : une pile de cages. 8. Claire était tellement absorbée dans sa contemplation qu´elle ne prenait pas garde au marchand. Transformez la phrase en employant trop absorbée………pour que… 9. Trouvez un équivalent pour prendre garde. 10. C´est fou ce que je les aime! (l.__). Écrivez d´autres exclamations qui pourraient montrer le même sentiment. 11. Vous devez le regretter. Transformez la phrase en commençant avec : a) Il faut que………. b) Je crois que vous…….. 12. Donnez la famille de mots de deviner. 13. Trouvez un équivalent pour: Figure-toi. 14. Épaule (l.__) Indiquez un verbe de la même famille. Donnez-lui aussi un synonyme. 15. Introduisez les mots suivants dans le tableau ci-dessous : oeillettes, veaux, canari, dahlia, buffles, vêtements , tulipes, perroquets, chèvres, sacs , roses, objets d ´occasion, chevaux. a) Marché aux oiseaux b) Marché aux fleurs c) Marché aux puces d) Marché aux bestiaux

Ø Le marchand, comment appelle-t-il ses oiseaux? Ø Claire, pourquoi préférait-elle un certain étalage? Ø Quel âge pourrait-avoir, selon vous, Claire? Ø Comment était le perroquet qu´elle admirait? Ø Connaissez-vous d´autres oiseaux appréciés pour leur plumage? Nommez-les. Ø Présentez en quelques lignes les deux personnages de cette scène, Claire et le marchand. Ø Essayez de justifier la réponse un peu bizarre du perroquet au salut de Claire. Ø Continuez le texte avec un dialogue entre le marchand et la fillette. Mettez en évidence l´étonnement de celle-ci et sa curiosité à l´égard du comportement du perroquet. Ø Vous avez eu l´occasion de prendre conscience de l´intelligence d´un certain animal? Dans quelles circonstances? Racontez la scène . (15-20 lignes). Ø Imaginez ce que la fillette raconte à ses parents en revenant chez elle. Ø Toutes les choses ne sont pas à vendre. Êtes-vous d´accord ou non? Justifiez votre réponse. Essayez de convaincre avec des exemples précis.

Test no.26
Lisez le texte : Aujourd’hui, grande journée de récompense. Nous allons au cirque, Bernard et moi … On entre et on est tout de suite accueilli par la musique […] Les plaisirs se succèdent très vite et nous ne voudrions rien perdre. Nous achèterons même un programme. Sur le programme, il y a les portraits des animaux et des dames du cirque. On regarde si bien ces images qu’on oublie parfois de regarder des êtres réels qui s’agitent au milieu de la piste. Entre les feuilles du programme, nous trouvons un bonhomme en carton découpé _____ la tête articulée remue très bien. Allons par ordre : je mets le bonhomme dans ma poche, c’est une réserve pour le retour en autobus. Songer à l’avenir est raisonnable et prudent : le présent est si riche de joie. Eh bien, Bernard ne l’entend pas ainsi, il me répète, de minute en minute : -- Donne-moi le petit bonhomme. On va plus de deux heures durant, lui montrer _____ grandes merveilles : des chevaux, des tigres, des éléphants, des acrobates. C’est très bien, mais ça ne suffit pas. Au sein des plaisirs, il rêve obstinément à ce jouet misérable que j’ai caché dans ma poche, et il murmure à mon oreille : -- Dis, papa, dis ! Montre-moi le petit bonhomme. Cependant la représentation se poursuit parmi les rires et les cris … Le petit homme est un peu perdu dans ce chaos éblouissant et sonore. Il rit, il applaudit avec une sorte d’égarement. Si l’éléphant de calicot peint s’approche un peu trop de notre place, Bernard ramasse son chapeau et dit ; -- On pourrait s’en aller ! Si l’écuyer présente les douze chevaux savants, Bernard demande : -- C’est bientôt, les tigres ? Et quand les tigres entrent en scène, il réclame : -- Et les chevaux ? Est-ce qu’ils vont revenir, les chevaux ? On ne peut jamais dire d’avance ce qui le frappera, ce qui l’amusera. Il a ses raisons qui ne sont pas les nôtres. Il fait un choix mystérieux. Parfois il lâche la partie, rêve et s’occupe de sa bottine. Parfois il rit tout seul, dans le silence général, et pour des motifs strictement personnels. … Ah ! voici l’équilibriste en habit noir. Il grimpe, à la force des poignets, jusqu’au sommet de la coupole, jusqu’au trapèze vertigineux. Il pose un des pieds d’une chaise sur un verre à boire qui craque, et il s’assied au-dessus du vide … Bernard n’est pas ému. Il ne sait pas. Il dit, avec un bon sens parfait :

-- Pourquoi est-il là-haut ? Qu’est-ce qu’il fait, là-haut ? Bernard a baissé la tête et se désintéresse tout à fait de l’équilibriste ; il feuillette le programme et dénombre les réclames pour automobiles. Et voilà que le cirque est déjà fini. Nous revenons côte à côte dans l’autobus. Bernard, fatigué, ne songe même plus à me demander le bonhomme de carton à tête articulée. Je le lui donne généreusement ; il s’en amuse jusqu’à la maison. Georges DUHAMEL, Les plaisirs et les jeux

1. Choisissez entre : a) que ; b) dont ; c) qui (l.___). 2. Choisissez entre : a) des ; b) de ; c) du (l.___). 3. Accueilli. Indiquez l’infinitif du verbe. Donnez ensuite le nom et l’adjectif de la même famille et faitesles entrer dans des phrases. 4. Trouvez un synonyme pour le verbe entendre dans le contexte donné. 5. Indiquez le temps du verbe montrer (l.___). 6. Donnez la famille du mot merveille. 7. Qu’est-ce que vous comprenez par au sein des plaisirs ? 8. Obstinément : a. Remplacez ce mot par une construction ayant le même sens ; b. Expliquez la formation du mot ; c. Donnez sa famille de mots. 9. Expliquez l’expression un jouet misérable. Quel est, dans ce contexte, le sens de l’adjectif ? 10. Montre-moi le petit bonhomme ! Remplacez le groupe en italique par le prénom convenable et récrivez la phrase, à la forme affirmative et négative. 11. La représentation se poursuit (l.___). Remplacez le verbe par un autre, ayant le même sens. 12. Connaissez-vous le nom écuyer ? Quel est son rôle dans un cirque ? 13. Comment s’appelle le lieu destiné à loger les chevaux, les mulets, les ânes ? a) la grange ; b) l’étable ; c) l’écurie. 14. Il lâche la partie (l.___).Quel est, dans ce contexte, le sens du verbe : a) cesser ; b) laisser échapper malgré soi ; c) abandonner. 15. Expliquez : à la force des poignets (l.___). 16. L’écrivain emploie l’expression trapèze vertigineux (l.___). Expliquez-la, avec vos propres mots. 17. Donnez l’antonyme de là-haut. 18. Expliquez avec vos propres mots : c’est une réserve pour le retour en autobus (l.___). Que pensez-vous de ce geste ? 19. Expliquez : ce chaos éblouissant et sonore (l.___). Quel autre mot de la phrase suivante confirme cette sensation ? 20. Vous avez ci-dessous les noms désignant des personnes qui exécutent des exercices au cirque. Continuez les phrases : Le trapéziste ……………………………………………………….. Le clown ……………………………………………………………. Le jongleur …………………………………………………………. L’acrobate ………………………………………………………… L’illusionniste ……………………………………………………….. Le dompteur ………………………………………………………. 21. Reliez par une flèche les éléments de ces deux colonnes, afin d’établir les correspondances : a. Les enfants a. affronte les tigres et les lions. b. Le chapiteau du cirque b. a un cou long et de longs pieds. c. Les bosses des chameaux c. est un appareil composé d’une barre suspendue entre deux cordes.

d. Les spectateurs d. contiennent des réserves de graisse. e. Le programme e. tournèrent les yeux vers le singe. f. Le trapèze f. a été élevé dans notre village. g. La girafe g. retiennent leurs souffles. h. Une dompteuse h. présente les détails du spectacle. 22. Voici plusieurs noms désignant des animaux. Choisissez de cette liste le mot convenable pour compléter les comparaisons : coq, chien, carpe, oie, mulet, pie, corbeau, abeille, singe, bœuf, renard. Laborieux comme une ………… Fort comme un …………………. Matinal comme un ……………… Rusé comme un ………………… Bête comme une ………………. Noir comme un ………………… Malin comme un ……………….. Bavard comme une …………… Fidèle comme un ……………… Têtu comme un………………… Muet comme une ……………… 23. Complétez les propositions à l’aide des mots suivants : loup, lièvre, chien, poule. Quelle peur ! J’ai encore la chair de …………………………. Je n’ai rien mangé aujourd’hui, j’ai une faim de …………… Quel temps ! Il fait un froid de …………………………………. Il ne faut jamais courir deux …………… à la fois. Ø Le programme donne le détail du spectacle. Qu’est-ce qui intéresse surtout Bernard dans ce programme ? Ø Dégagez la phrase qui montre que Bernard a peur de l’éléphant. Cet éléphant est-il dangereux ? Ø Montrez, à l’aide du texte, que l’enfant se désintéresse parfois du spectacle. Ø Bernard se rend-il compte du danger que court l’équilibriste ? Est-il impressionné par les tours que celuici exécute ? Ø Donnez l’équivalent roumain des proverbes suivants : § À chaque oiseau son nid est beau. § À cheval donné, il ne faut pas regarder la bouche. § On ne peut ménager la chèvre et le chou. § Quand on parle du loup, on en voit la queue. Ø Présentez un spectacle de cirque qui vous a laissé un vif souvenir ( 20 à 25 lignes).

Test no.27
Lisez le texte: Source de joie et d’amusement, le jeu permet la découverte progressive du monde et de soi même. Il utilise des symboles ou des objets conçus uniquement pour lui : les jouets. Le mot “jouet” fut utilisé dès le début du XVI-e siècle. Phénomène de culture, le jouet fut aussi de _____ temps le témoin d’une civilisation, d’une époque. Ainsi au XIII-e siècle le jeu de boules était destiné aux paysans; au XVIII-e siècle, il devint un jeu aristocratique pour redevenir populaire au XIX-e siècle; de nos jours certains veulent le considérer comme un sport. Les premiers jouets, en France, sont destinés aux enfants de l’aristocratie: cheval à bascule de Louis XIII, canon d’or traîné par une puce de Louis XIV, armée de soldats __ carton….Ils sont fabriqués par des artisans. Mais dès le XIX-e siècle cet artisanat décline et fait place très vite au jouet industriel : les automates de la fabrique “Fernand Martin” (qui en construit jusqu’à 800.000 par an vers 1890) étaient par exemple, des jouets modestes et peu coûteux, souvent drôles, au mécanisme assez sommaire mais solide.

Plus tard, dans les années 30, les trains et les voitures, miniatures de la firme JEP et de la maison Citroën connurent un grand succès. Actuellement les jeux de construction s’améliorent grâce à l’utilisation des _______ nouveaux : cellulose, plastique, etc. On peut encore souligner dans cette évolution rapide du jouet l’abaissement de l’âge de leur utilisation; la bicyclette construite pour les adultes _________ très vite à la taille de l’enfant; de même des appareils plus perfectionnés tels que tourne-disques, magnétophones et appareils photographiques sont entrés très vite dans la panoplie des jouets modernes. Si pour l’adulte, le jouet est synonyme de détente, il n’en est pas de même chez l’enfant; celui-ci s’y consacre totalement car c’est en jouant qu’il saisit le monde qui l´entoure, c´est par lui qu’il apprend à exercer des qualités qu’il pourra utiliser efficacement plus tard. Le jeu - le jouet - est une préparation, un moyen de passer du niveau où il se trouve à une maîtrise supérieure. Il est difficile de parler de bons ou de mauvais jouets. Tout dépend de l’âge de l’enfant, de ses goûts, de la forme de son intelligence. De façon générale, le jouet doit s’adapter à ses capacités intellectuelles et physiques. Il doit lui permettre de faire des expériences, des découvertes, de créer aussi et par là même de structurer et de développer sa personnalité. Ainsi un jouet ne doit pas être imposé; il doit au contraire être choisi, désiré, attendu; de même les jouets trop compliqués ou trop raffinés sont en général à éviter. Les jouets et les jeux sont innombrables et il n’est pas possible d’en faire l’inventaire. Éducateurs, spécialistes, industriels s’ingénient à concevoir les jouets les mieux adaptés, les plus résistants mais aussi les moins dangereux. Et, si l’on parle d’objet éducatif, on peut dire que tout jouet est éducatif puisqu’il favorise l’activité du corps, la coordination des mouvements, l’agilité, l’adresse, le lien entre les sensations et les gestes, la connaissance du monde, l’élaboration des rêves. Nouvelles de France, No.23

1. Choisissez entre : a) tous ; b)tout; c) tout le (l.__). 2. Choisissez entre : a) de ; b) en ; c) dans (l.__). 3. Choisissez entre : a) matériels ; b) matériaux ; 4. Mettez le verbe adapter à la voix passive au passé composé. 5. Faites des phrases avec les différents sens du mot source. 6. Donnez la famille de mots de joie. 7. Trouvez un synonyme pour amusement. 8. Écrivez l´équivalent du mot jouet dans le langage familier. 9. Trouvez dans le texte des mots qui font partie de la même famille. 10. Écrivez en lettres : XVI-e; XIII-e; XVIII-e; XIX-e; 800.000 ; 1890 ; 30. 11. En quoi peuvent être les jouets suivants? Choisissez parmi : bois, métal, cuir, cellulose, peluche, plastique, cire. a) un ourson en ___________ b) une voiture en ___________ c) un petit cheval en _______ d) un train en _____________ e) une figurine en __________ f) un ballon en ____________ g) une poupée en __________ 12. Donnez des antonymes pour: a) vite (l.__); b) peu coûteux (l.__); c) solides (l.__); d) abaissement (l.__). 13.Trouvez dans le texte un équivalent pour : a) actuellement; b) de façon générale. 14. Mettez tel que devant une énumération. 15. Celui-ci s’y consacre totalement. Récrivez la phrase en évitant le pronom y. 16. Dégagez du texte les phrases construites à l’aide des présentatifs. Écrivez-les sans mettre en évidence une certaine partie de la phrase. 17. Indiquez un autre nom de la famille de maîtrise. Précisez ses sens.

18. Trouvez dans le texte une expression impersonnelle suivie d’un infinitif. 19. Un jouet ne doit pas être imposé. Remplacez le verbe devoir par l’expression impersonnelle il faut. Faites les transformations qui s’imposent. 20. Cochez la bonne case: le mieux (l.__) est ☐adjectif au ☐ superlatif relatif de ☐ bon ☐ adverbe ☐superlatif absolu ☐bien 21. Écrivez le nom d’autres appareils qui sont entrés dans la panoplie des jouets modernes. 22. Vrai ou faux? a) Au XVIIIe siècle le jeu de boules était un jeu aristocratique. b) Les premiers jouets en France étaient destinés aux enfants des paysans. c) La fabrique “Fernand Martin” construisait des jouets très chers. d) Les appareils utilisés par les adultes ont été adaptés aux enfants. e) En jouant l’enfant découvre le monde et forme sa personnalité. f) Pour l’enfant le jeu est synonyme de détente.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

Ø Qu’est-ce que les parents peuvent-ils découvrir en regardant leurs enfants jouer ? Donnez quelques exemples. Ø Relisez la dernière phrase. Êtes-vous d’accord ou non ? Argumentez vos considérations en vous appuyant sur des exemples précis. Ø Parlez d’un jeu ou d’un jouet dont vous vous souvenez avec grand plaisir. Ø Réalisez un essai à partir de l’affirmation : “C’est en jouant que l’enfant “appréhende” le monde qui l’entoure”.

Test no.28
Lisez le texte: Aujourd’hui j’ai été invité à l’anniversaire de Marie-Edwige. Marie-Edwige est une fille mais elle est très chouette ; elle a des cheveux jaunes, des yeux bleus, elle est toute rose et elle est la fille de M. et Mme Courteplaque, qui sont nos voisins. M. Courteplaque est chef de rayon des chaussures aux magasins du Petit Épargnant et Mme Courteplaque joue au piano et elle chante avec des tas de cris qu’on entend très bien de chez nous, tous les soirs. Maman a acheté un cadeau pour Marie-Edwige : une petite cuisine avec des casseroles et des passoires, et je me demande si on peut vraiment rigoler avec des jouets comme ça. Et puis Maman m’a mis le costume bleu marine avec la cravate, elle m’a peigné avec des tas de brillantine, elle m’a dit que je devais être très sage, un vrai petit homme, et elle m’a accompagné jusqu’à chez Marie-Edwige, juste à côté de la maison. Moi, j’étais content, parce que j’aime bien les anniversaires et j’aime bien Marie-Edwige.[…] C’est la maman de Marie-Edwige qui a ouvert la porte, et elle a poussé des cris comme si elle _____ étonnée de me voir arriver, et pourtant c’est elle qui a téléphoné à Maman pour m’inviter. Elle a été très gentille, elle a dit que j’étais un chou, et puis elle a appelé Marie-Edwige pour qu’elle voie le beau cadeau que j’avais apporté. Et Marie-Edwige est venue, drôlement rose, avec une robe blanche qui avait plein de petits plis, vraiment très chouette. Moi, j’étais bien embêté de lui donner le cadeau, parce que j’étais sûr

qu’elle allait le trouver moche, et j’étais bien d’accord avec Mme Courteplaque quand elle a dit à Maman que nous n’aurions pas dû. Mais Marie-Edwige a eu l’air très contente de la cuisine ; c’est drôle, les filles ! Et puis Maman est partie en me disant de nouveau d’être très sage. Je suis entré dans la maison de Marie-Edwige, et là il y avait deux filles, avec des robes pleines de petits plis. Elles s’appelaient Mélanie et Eudoxie, et Marie-Edwige m’a dit que c’étaient ses deux meilleures amies. On s’______ la main et je suis allé m’asseoir dans un coin, sur un fauteuil, pendant que MarieEdwige montrait la cuisine à ses meilleures amies, et Mélanie a dit qu’elle en avait une comme ça, en mieux ; mais Eudoxie a dit que la cuisine de Mélanie n’était sûrement aussi bien que le service de table qu’elle avait reçu pour sa fête. Et elles ont commencé à se disputer toutes les trois. Et puis on a sonné à la porte, plusieurs fois, et des tas de filles ________, toutes avec des robes pleines avec de petits plis, avec des cadeaux bêtes, et il y en avait une ou deux qui avait amené leurs poupées. Si j’avais su, j’aurais amené mon ballon de foot. Et puis Mme Courteplaque a dit : -- Et bien ! je crois que tout le monde est là ; nous pouvons passer à table pour le goûter. Quand j’ai vu que j’étais le seul garçon, j’ai eu bien envie de rentrer à la maison, mais je n’ai pas osé, et j’avais très chaud à la figure quand nous sommes entrés dans la salle à manger. Mme Courteplaque m’a fait asseoir entre Léontine et Bertille, qui elles aussi, m’a dit Marie-Edwige, étaient ses deux meilleures amies. René GOSCINNY et J.J. SEMPÉ, Le Petit Nicolas et ses copains 1. Choisissez entre : a) est ; b) a été ; c) était (l.___). 2. Choisissez entre : a) a donné ; b) est donné ; c) est donnée (l.___). 3. Choisissez entre : a) sont entré ; b) sont entrés ; c) sont entrées (l___). 4. Trouvez un synonyme pour l’adjectif chouette. 5. Quel est le verbe qui correspond au mot épargnant ? 6. Des tas de cris (l.___). Remplacez les mots en italique par un adverbe ayant le même sens. Quel est le sens d’une telle expression ? 7. Je me demande si on peut vraiment rigoler ….. (l.___). Mettez le verbe demander au passé composé et faites les transformations qui s’imposent. 8. Trouvez quelques mots de la famille de jouer. 9. Donnez le synonyme du verbe rigoler. 10. Trouvez parmi les verbes et les expressions qui suivent les sens du verbe pousser : stimuler – exaspérer – faire avancer – émettre – bousculer – faire aller – poursuivre la marche – croître. a. Une injustice choquante nous pousse à bout. b. Il pousse le troupeau vers l’étable. c. Ses cheveux poussent vite. d. Il faut pousser certains écoliers à travailler. e. Le lion poussa un rugissement terrible. f. Nous avons poussé jusqu’à Lyon. g. En autobus il pousse, quoiqu’il y ait de la place pour tous. h. La mère poussait les trois garçons. i. L’herbe commence à pousser. 11. Et pourtant c’est elle qui a téléphoné à Maman pour m’inviter (l.___). a. Mettez vous aussi en évidence, selon ce modèle, les mots en italique. b. Supprimez l’adverbe pourtant et transformez cette proposition dans une subordonnée exprimant la concession. 12. Gentille. Donnez le masculin de cet adjectif et l’adverbe de manière qui lui correspond. 13. Connaissez-vous le mot chou ? Dans le contexte donné, il représente un terme d’affection et de tendresse. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes, qui contiennent ce mot : bête comme chou ; faire chou blanc ; être dans les choux ; en faire ses choux gras. 14. ….. pour qu’elle voie le beau cadeau que j’avais apporté (l.___). a. Précisez le mode et le temps du verbe voie et justifiez cet emploi. b. Mettez le nom cadeau au pluriel et récrivez cette phrase. 15. Comparez les deux exemples suivants : une robe qui avait plein de petits plis ;

des robes pleines de petits plis. Observez que, dans le premier exemple, propre au langage familier, plein a une valeur prépositionnelle, tandis que dans le second, il s’agit d’un adjectif, qui s’accorde avec le nom. Accordez, si c’est le cas, le mot plein dans les exemples qui suivent : Il ne fait pas parler la bouche ……………….. Il y a ………………. de monde sur les routes. Elle est vraiment trop …………… d’elle même. Ses lettres sont …………… de fautes. Il a de l’argent ……………. les poches. Il y a des clients ……………… la boutique. Il y avait …………….. de monde au marché. C’est une salle ………………… de monde. 16. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : en plein vent ; en plein air ; un visage plein ; une voix pleine ; faire le plein ; battre son plein. 17. Moche signifie : a) drôle ; b) mauvais, laid ; c) utile ; d) joli. 18. Remplacez elle a eu l’air très contente par un verbe ayant le même sens. 19. Voici les homonymes du mot fête. Complétez les points par l’un de ces mots : faite ; faites ; faîte ; fête. Le 14 juillet la France est en ………… Le village s’élève au ……………d’une colline. Il est trop tard, la gaffe est déjà …………….. J’aime les …………. , car elles ont le goût de la réunion et de la joie. …………. vos devoirs, après quoi vous pouvez sortir un peu. L’écrivain se trouvait au ……….. d’une carrière exceptionnelle. 20. Se disputer signifie : a) s’amuser ; b) se féliciter ; c) se quereller ; d) se réjouir 21. Si j’avais su, j’aurais amené mon ballon de foot (l.___). Mettez le verbe de la proposition principale au conditionnel présent et faites les transformations qui s’imposent. 22. Cochez la bonne case : a. Le père de Marie-Edwige est pianiste. b. Le garçon est invité à l’anniversaire de Marie-Edwige par la mère de celle-ci . c. La fillette a une robe rose avec des plis. d. Marie-Edwige est une belle fille blonde aux yeux bleus. e. Le garçon lui offre une petite cuisine avec des casseroles et des passoires. f. Le garçon avait amené son ballon de foot. g. La fillette avait invité chez elle plusieurs copains, des filles et des garçons.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

Ø Quand il parle des filles et de leurs préoccupations, le garçon est souvent ironique. Dégagez les phrases qui expriment cette idée. Ø Le garçon dit que Mélanie et Eudoxie sont les meilleures amies de Marie-Edwige ( le paragraphe 4). Quelques lignes plus loin, on répète cette idée pour Léontine et Bertille. Est-ce que toutes les quatre peuvent être les « meilleures amies » de la fille ? La suite du texte prouve qu’il s’agit vraiment de très bonnes amies ? Qu’en pensez-vous ? Ø Imaginez, dans une quinzaine de lignes, une suite à ce récit. Mettez en évidence les sentiments et le comportement du garçon, assis à table parmi toutes ces filles. Ø Expliquez la différence entre la fête et l’anniversaire d’une personne. Ø Précisez le sens des verbes : commémorer – célébrer – fêter.

Ø Nicolas, le garçon dont il s’agit dans le texte, invite Marie-Edwige chez lui pour son anniversaire. Imaginez le contenu de cette invitation. Donnez ensuite la réponse de la fille, qui accepte l’invitation. Ø Vous vous préparez pour votre anniversaire. Dites ce que vous faites. Faites part de vos sentiments (15 à 20 lignes).

Test no.29
Lisez le texte : Dans notre maison d’Ales, j’étais un enfant humilié mais, au Vigan, chez ma grand-mère Aldebert, j’étais un petit seigneur de la montagne. Mes parents m’envoyaient chez elle, pour les vacances, huit jours avant la Noël jusqu’au Nouvel an, deux ou trois semaines pour Pâques, trois ou quatre mois pendant la saison d’été. Quand ma mère était trop mauvaise ____ que j’avais eu mal à l’oreille, ils me renvoyaient encore au Vigan, dix jours par-ci, dix jours par-là, d’un dimanche à l’autre dimanche, en rognant sur le lundi. J’ai passé plus de temps dans la maison de grand-mère que dans _____ de mes parents, et ce temps m’a semblé à la fois plus long et plus court. Le plus souvent, ma mère m’accompagnait, en prenant un aller-retour, pour _________ mon père seul trop longtemps. Quelquefois, elle me confiait à une amie qui me surveillait pendant le voyage. Mais dès que j’……. sept ou huit ans, elle me laissa partir seul. Le train sortait d’Ales en suivant une immense courbe d’où l’on découvrait le lit du Gardon, vaste et vide entre ces monticules d’ordures. Derrière ses quais, élevés comme des remparts, la ville avait l’air d’une citadelle, dominée par la prison du fort Saint-Jean. Le plus souvent, j’arrivais par le dernier train, celui de dix heures du soir. Il faisait nuit, même pendant les vacances de l’été. Les étoiles brillaient dans l’étonnoir renversé de hautes montagnes. J’entrais dans un monde clos, un jardin fermé _____ le grand tunnel de Sumène était la porte monumentale. Le tunnel passé, l’air changeait de goût. André CHAMSONon, Le Chiffre de nos jours 1. Choisissez entre: a) ou ; b) où (l.__). 2. Choisissez entre: a) celles ; b) celle; c) celles-la (l.__). 3. Choisissez entre: a) ne laisser pas ; b) ne laisser ; c) ne pas laisser (l.__). 4. Remplacez les points par le verbe avoir au passé simple. 5. Choisissez entre: a) dont ; b) auquel ; c) pour lequel (l.__). 6. Mes parents m’envoyaient chez elle. Mettez en tête de la phrase l’adverbe convenable: a) autrefois ; b) maintenant; c) demain. Écrivez ensuite les autres variantes en faisant les transformations nécessaires. 7. Écrivez les mois de la saison de l’été. 8. Expliquez en français : ma mine était trop mauvaise. 9. J’avais eu mal à l’oreille. a) Écrivez la construction avec l’infinitif. Remplacez ensuite oreille par : ventre, estomac, dents. b) Traduisez les expressions suivantes à l’aide du dictionnaire : · se donner du mal · se porter mal · bon gré, mal gré · de mal en pis · le mal du pays

10. Formez deux phrases avec la construction soulignée : par-ci………..par-là. 11. L’adverbe souvent (l.__) est employé au superlatif relatif. Employez-le au superlatif absolu. 12. Quelquefois signifie: a) toujours; b) souvent; c) parfois. 13. Donnez la famille de mots de voyage. 14. Indiquez le sens du mot lit (l.__). 15. Exprimez d’une autre manière : la ville avait l’air d’une citadelle. 16. Trouvez dans le dernier paragraphe deux antonymes. 17. Exprimez autrement : le tunnel passé, l’air changeait de goût. 18. Récrivez les premiers deux paragraphes avec le sujet il. Ø Imaginez une situation dans laquelle vous prenez un aller – retour ( 3 lignes). Ø Commentez : le temps m’a semblé à la fois plus long et plus court. Ø Trouvez dans le texte les mots qui nous font penser aux construction du Moyen – Âge. Ø Essayez d’imaginer dans une dizaine de lignes l’atmosphère qui régnait dans la maison d’Ales. Ø Relisez les deux descriptions du texte et analysez-les. Ø Donnez une suite à ce texte. Proposez aussi un titre suggestif. Ø Avez-vous jamais ressenti une autre maison comme un autre univers, bien différent de celui de votre maison ? Parlez-en. Ø Gardez-vous le souvenir des vacances passées chez vos grands-parents ? Parlez-en. Sinon, écrivez une rédaction intitulée : Les plus belles vacances. Ø Comment préférez-vous passer les jours de fête ? Chez vous ou chez vos grands-parents ? Justifiez votre réponse. Ø Réalisez une enquête dans votre classe ayant comme sujet : Que préférez-vous faire pendant les vacances ? a) rester chez vous ; b) aller quelque part avec vos parents ; c) aller quelque part avec vos ami. Demandez à vos copains de justifier leurs réponses. Interprétez les résultats.

Test no.30
Lisez le texte : -- Nous sommes heureux de votre venue, dit mon père, mais nous ne vous attendions pas…..Vous avez donc abandonné Rose et le bébé ? -- Mon cher Joseph, dit l’oncle, je ne pouvais pas les conduire à la messe de minuit, à laquelle je n’ai jamais manqué d’assister depuis mon enfance. Et d’autre part, il n’eût pas été raisonnable de rentrer à la maison vers une heure du matin, en prenant le risque de les réveiller. J’ai donc choisi d’entendre la messe de Noël dans l’église de la Treille, et de monter célébrer avec vous la naissance du Sauveur ! Je trouvai qu’il avait eu une heureuse idée, car je déshabillais déjà les marrons glacés, sous les yeux de Lili qui n’en avait encore jamais ______. --Cette messe, dit l’oncle, a été très belle. Il y avait une crèche immense, l’église était tapissée de romarins en fleurs, et les enfants ont chanté d’admirables noëls provençaux du quatorzième siècle. C’est pitié que vous n’y ______ ! -- Je n’y serais allé qu’en curieux, dit mon père, et j’estime que les gens qui vont dans les églises pour le spectacle et la musique ne respectent pas la foi des autres. -- Voilà un joli sentiment, dit l’oncle. D’ailleurs, venu ou non, vous y étiez tout de même ce soir. Et il se frotta les mains joyeusement. -- Et comment y étais-je ? demanda mon père sur un ton un peu ironique.

-- Vous y étiez avec toute votre famille, parce que j’ai longuement prié pour vous ! À cette annonce imprévue, Joseph ne sut que répondre, mais ma mère fit un beau sourire d’amitié tandis que l’oncle se frottait les mains de plus en plus vite. -- Et quelle faveur avez-vous demandée au Tout-Pouissant ? dit encore Joseph. -- La plus belle de toutes : je l’ai supplié de ne pas vous priver plus longtemps de sa Présence, et de vous envoyer la Foi. L’oncle avait parlé avec une grande ferveur, et ses yeux brillaient de tendresse. Marcel PAGNOL, Le château de ma Mère

1. Choisissez entre : a) vu ; b) vus ; c) vues (l.___). 2. Choisissez entre : a) n’y êtes pas venu ; b) n’y soyez pas venu ; c) n’y seriez pas venu (l.___). 3. Choisissez entre : a) demandé ; b) demandée ; c) demandés (l.___). Justifiez votre choix. 4. Trouvez les noms dérivés des verbes suivants : venir, partir, sortir, entrer, attendre. 5. Indiquez l’adverbe de la famille du mot heureux. 6. Minuit est formé à l’aide d’un préfixe qui signifie à moitié, à demi, au milieu de. On le rencontre souvent joint à certains mots par un trait d’union. Trouvez trois mots composés de cette manière. 7. Il n’eût pas été raisonnable. a. Identifiez la forme verbale soulignée. b. Remplacez-la par une autre, plus courante. 8. a) Connaissez-vous les deux sens du mot jamais ? illustrez-les dans de petites phrases. b) Quel est le sens des expressions : à jamais, pour jamais ? 9. Remplacez à pitié par une expression ayant le même sens. 10. a) Trouvez des synonymes pour tout de même. (l.___) b) Mettez en roumain les expressions suivantes : de même que, être à même de, à même +nom , de même. 11. Trouvez les homonymes du mot foi et employez-les dans des phrases. 12. Quel est le mot substitué par le pronom adverbial Y (l.___). 13. Expliquez pourquoi le mot foi est écrit avec majuscule. (l.____). 14. Cochez la bonne case : a. Joseph ne manquerait pour rien au monde la messe de minuit. b. Ce jour-là l’église était en fête. c. Le 25 décembre, le monde chrétien fête la naissance de Jésus. d. Toute la famille attendait l’arrivée de l’oncle. e. L’oncle avait prié pour la famille de Joseph. f. Joseph se frottait les mains de plus en plus vite.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

Ø Comment explique l’oncle sa présence dans la maison de Joseph ? Ø Si vous aviez à brosser le portrait moral de l’oncle, quel trait de caractère mettriez-vous en valeur ? Ø Interprétez l’attitude de la mère dans cette scène. Imaginez ce qu’elle pensait. Ø Jour de fête à l’église. Parlez-en dans une dizaine de lignes. Ø La veille de Noël, les catholiques vont à l’église pour la messe de minuit. Les orthodoxes passent ce moment en famille, en accueillant les chanteurs de noëls. Et vous ? Comment passez-vous la veille de Noël ? Qu’est-ce que cette fête représente pour vous ? Répondez dans une rédaction de 20 à 25 lignes.

Test no.31
Lisez le texte : Avant de se coucher, les trois enfants ______dans la cour, ils ont observé le ciel, comme des marins qui prévoient la tempête.(…) Maintenant, au creux de leur lit, ils écoutent, ils attendent, ils épient. - S’il pouvait neiger, quel merveilleux bonheur! pensent-ils en s’endormant. Hélas! rien n’est plus silencieux qu’un flocon de neige. Cela tombe du ciel, discret, plus discret qu’un papillon d’été, cela se couche sur le sol, mollement, sans aucun bruit. Nos trois amis ont beau écouter de toutes leurs forces : rien. Rien, si ce n’est le craquement d’un vieux meuble qui se prépare à dormir; rien, si ce n’est quelque bourrasque de vent qui toque au carreau; rien, si ce ne sont les bruits innombrables d’une nuit de silence. Une cloche tinte. Déjà dix heures. Neigera-t-il? Ne neigera-t-il pas? Malgré mille efforts d’attention, les paupières se ferment. Le meuble craque. Le vent toque à la vitre. La nuit mène ses bruits habituels. Bientôt, dans leurs grands lits de chêne, trois petits enfants s’endorment, la tête pleine de rêves blancs… Le prodige s’est accompli. Dès la pointe du jour, une pâleur plus blanche à la fenêtre a indiqué qu’il ______. Claudie, levée la première s’est précipitée sur ses deux frères. À grands renforts de bourrades, de coups de poing, elle les ______. _Debout, debout paresseux! Venez voir, venez vite, il a neigé, je vous dis qu’il a neigé…. Jamais personne n’a vu Pierrot se lever si rapidement. Lui, qui d’ordinaire lambine, bougonne, se prélasse dans la tiédeur des draps, en deux temps et trois mouvements, le voilà le nez à la vitre. Il en demeure émerveillé, la bouche entrouverte, n’en pouvant croire ses yeux. Car ici, c’est de la vraie neige, pas de la neige de la ville, toujours sale et noirâtre. C’est une neige blanche, blanche, plus blanche que le blanc… Avec soin, elle a enrobé les plus petites branches des arbres, elle s’est accrochée à la moindre épine, ne voulant rien laisser qui ne ___ d’une blancheur immaculée.(..) Les trois enfants sont là, immobiles, comme étourdis. Tout est si parfait, si pur, qu’aucun des trois n’ose s’y risquer le premier. Il leur semble qu’ils vont abîmer quelque chose de parfaitement beau. Ils contemplent, là, éblouis de tant de blancheur, de tant de perfection.

M.ROUSSEL, Mon ami Pierrot

1. Choisissez entre : a) sont sortis; b) ont sorti; c) sont sorti (l.__). 2. Choisissez entre : a) a neigé; b) avait neigé; c) neige (l.__). 3. Choisissez entre : a) a réveillé; b) a réveillée; c) a réveillés (l.__). 4. Choisissez entre : a) soit; b) sera; c) serait (l.__). 5. Expliquez : au creux de leur lit. “Creux” entre dans plusieurs expressions. Reliez les éléments des deux colonnes pour trouver la réponse correcte: a) avoir un creux dans l’estomac a) vide d’idées, de sens b) avoir le nez creux b) amaigri c) une assiette creuse c) avoir faim, être affamé d) un creux dans la vente d) être avisé e) un visage creux e) période d’activité ralentie f) un discours creux f) dont la profondeur permet de contenir un liquide 6. Donnez un synonyme pour : épier. 7. Donnez l’antonyme de : bonheur. 8. S’il pouvait neiger….. Continuez la phrase selon votre fantaisie. 9. Expliquez la formation de l’adverbe mollement. Formez ensuite des adverbes de manière à partir des adjectifs : discret, silencieux, parfait, habituel. 10. Formez des phrases avec l’adjectif silencieux employé à tous les degrés de comparaison. 11. Avoir beau écouter (l.__) signifie: a) écouter inutilement ; b) écouter fort attentivement ; c) écouter des heures entières. 12. Remplacez la construction si ce n’est par une expression ayant le même sens. 13. Cherchez dans le texte un synonyme pour un coup de vent brusque, violent. 14. Cherchez dans le texte un synonyme pour le verbe frapper. 15. Expliquez: Trois petits enfants s`endorment, la tête pleine de rêves blancs… 16. Donnez la famille de mots de blanc. 17. Remplacez à la pointe du jour par une expression ayant le même sens. 18. On rencontre dans le texte l’expression des coups de poing. Il y a beaucoup d’expressions qui contiennent ce mot. Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes: · un coup de peigne · un coup de soleil · un coup de foudre · un coup d’œil · tout d´un coup · à coup sûr C’est à vous de trouver, à l’aide du dictionnaire cinq autres expressions avec le même mot. 19.Trouvez l’antonyme de l’adjectif : sale. 20. Avec soin. Remplacez la construction par un adverbe de manière. 21. Remplacez: malgré mille efforts d’attention par une subordonnée de concession. 22. Noirâtre signifie: a) un noir sombre; b) un noir peu foncé; c) qui tire sur le noir. Selon ce modèle, exprimez la même idée pour les adjectifs: vert, jaune, rouge, gris, bleu. 23. Complétez les points par les expressions convenables, selon votre fantaisie. En hiver - il fait froid ; - il y a des tempêtes de neige ;

- on fait du ski ; - la neige recouvre la terre ; - ……………………………. 24. Éblouis (l.__) signifie : a) étonnés; b) émerveillés; c) aveuglés ; d) impressionnés. Ø Les enfants désirent ardemment qu’il neige. Quels sont les détails du texte qui prouvent cette affirmation? Ø Quelle est la première réaction des enfants devant le tapis de neige? Ø La neige est immaculée. Par quels procédés l’écrivain met-il en évidence cette idée? Ø Pierrot est ou non habitué à se lever de bonne heure? Soulignez les phrases qui expriment cette idée. Ø Trouvez un détail dans le texte qui prouve que les enfants ne se trouvent pas dans une ville. Ø Expliquez : Ici c’est de la vraie neige. Ø Une merveilleuse journée d’hiver . Rédigez à ce sujet une vingtaine de lignes, sous la forme d’une page de journal.

Test no.32
Lisez le texte : Mais, surtout, c’est dans la chambre qu’arrivaient les Jours. Tous les matins, il en venait un qui ne ressemblait jamais à celui de la veille, et, quand il devait être joyeux et beau, on le savait d’avance en le voyant glisser avec son soleil entre les fentes des persiennes. Puis, Maman ouvrait les volets, et le Jardin matinal entrait comme une surprise. Tantôt il était gris et grave, tantôt bleu ; tantôt tout trempé et pleurant, tantôt clair, rieur et vif, nous appelant pour jouer comme un camarade. Mais le plus merveilleux qui vint, fut un jour d’hiver. Ce jour-là, comme d’habitude, Maman ouvrit la fenêtre sur le Jardin…. Il n’y avait plus de Jardin ! Quelqu’un l’avait changé pendant la nuit en extraordinaire pays sans allées, lisse et beau comme une nappe blanche où personne, jamais, n’avait marché. Il était plein d’oiseaux noirs et gris, les corbeaux de la Cathédrale et d’autres plus petits qui voletaient, et _____ les pattes laissaient, sur la blancheur, des signes. Les branches de l’if, du cerisier, de l’abricotier, de tous les arbustes autour, pendaient lourdement, chargées de neige. Entre les branches étaient ______ des ponts, des grottes, des châteaux où s’ouvraient des salles éblouissantes, mais si étroites que les moineaux eux-mêmes étaient trop gros pour y loger. Mais je m’inventais, moi, plus petite qu’eux et j’entrais. J’entrais, je voyais des salles, des trônes, des lustres étincelants, des galeries qui s’en allaient à perte de vue dans la demeure des reines cachées et où, peut-être, si je ______ les suivre assez loin dans le secret de la neige, je rencontrerais la Fée qui avait, pendant la nuit, fait disparaître le Jardin. Marie NOEL, Petit – Jour

1. Choisissez entre : a) dont ; b) auxquels ; c) que (l.___). 2. Choisissez entre : a) suspendus ; b) suspendu ; c) suspendues (l.___). 3. Choisissez entre : a) peux ; b) pourrais ; c) pouvais (l.___). 4. Tous les matins, il en venait un ….. (l.___). Quel mot remplace ici le pronom en ? 5. Quelle est la différence de sens entre ressembler et rassembler ? Complétez les points par les formes convenables de ces deux verbes. Avec ses arbres et ses allées, la cour …… à un jardin. Le guide ……. les excursionnistes pour leur présenter le château. Les élèves sont déjà …… devant le lycée. La jeune fille …….. à sa mère.

Les adolescents voudraient ……. aux vedettes. Tu passes sans raison d’un sujet à un autre, il faut ……. tes idées. Donnez ensuite les noms qui correspondent à ces deux verbes. 6. La veille signifie : a) un jour après ; b) un jour avant ; c) il y a peu de temps. 7. ……….. quand il devait être joyeux et beau (l.___). Précisez ce que le verbe devoir exprime dans cet exemple : a) l’obligation, la nécessité ; b) la possibilité, la supposition ; c) une possibilité portant sur le futur. Faites entrer dans des phrases ce verbe avec les deux autres sens. 8. …….. on le savait d’avance en le voyant. (l.___). Précisez la valeur du pronom en italique. Indiquez le mot ou le groupe de mots que ce pronom remplace dans les deux cas. 9. Mettez au féminin les adjectifs suivants : gris, grave, bleu, trempé, clair, rieur, vif. 10. Un pays sans allées, lisse et beau ….(l.___). Remplacez lisse par un mot ou une expression ayant le même sens. 11. Quels sont les sens du mot nappe ? Faites entrer dans des phrases ce mot. 12. Les branches …… pendaient lourdement (l.___). Quel est le sens du verbe pendre dans ce contexte ? a) être suspendu ; b) tomber trop bas ; c) s’accrocher. 13. Éblouissantes. Donnez le verbe et le nom de la même famille. 14. Donnez l’antonyme de l’adjectif étroit,-e. 15. Je m’inventais plus petite que les moineaux (l.___) signifie : a) je me transformais ; b) je devenais ; c) je découvrais ; d) je m’imaginais. 16. Donnez un synonyme pour étincelant. 17. Expliquez : à perte de vue. 18. Donnez le synonyme du mot demeure. 19. Dans la subordonnée conditionnelle introduite par si, remplacez le présent du conditionnel par le conditionnel passé. 20. Reliez les éléments de ces deux colonnes pour préciser les sens du verbe suivre dans les exemples cidessous : a. Les jours se suivent. a. se conformer à, imiter. b. Il a suivi ses parents en excursion. b. s’enchaîner. c. Il faut suivre la lisière du bois. c. venir après. d. Les raisonnements se suivent. d. épier, surveiller. e. Il suit de là que vous ne prenez pas e. se succéder. les choses au sérieux. f. Un agent de police faisait suivre le f. accompagner. malfaiteur. g. C’est un exemple à suivre. g. résulter h. Ils suivent des cours de h. y assister assidûment perfectionnement i. Les bagages suivront, j’en suis sûr. i. aller dans une direction déterminée. 21. Donnez le nom qui correspond au verbe suivre. 22. Prenant appui sur le texte, continuez les phrases : Le jardin était ……………………… Les branches des arbres ………… Les oiseaux ……………………….. Les salles du château …………….. Si la fillette avait vu la Fée ………... 23. Barrez ce qui est faux : a. L’enfant se réveille dans une autre maison que la sienne. b. On avait détruit le jardin pendant la nuit c. Les oiseaux avaient quitté le jardin pour se réfugier dans la Cathédrale. d. Le jour entrait dans la chambre comme une surprise. e. L’enfant imaginait des châteaux grâce aux métamorphoses crées par la neige. f. L’enfant sort avec ses amis faire de la luge g. Tout le tableau est une féerie ; l’enfant en est émerveillé.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

g

27. Nommez les oiseaux noirs et gris dont il s’agit à un certain moment dans le texte. 28. En cherchant des comparaisons justes, dites comment sont les arbres, les toits, les rues un jour de neige. On dirait que ……. Ø Le jour se révèle à l’enfant sous des aspects différents. Trouvez le passage qui exprime cette idée. Citez ces aspects sous forme d’adjectifs. Ø Il y a dans le texte plusieurs noms communs que l’écrivain écrit avec majuscule. Lesquels ? Pourquoi ? Ø Qu’est –ce que vous comprenez par : il n’y avait plus de Jardin ? Ø Dites vos sentiments et vos réactions devant un grand spectacle de la nature que vous avez pu observer.

Test no.33
Lisez le texte:

….Mais la pièce enchantée de la maison était la chambre. C´était là qu´il y avait du vrai feu dans une cheminée dont ___ marbre était beau à regarder comme un livre d’images, avec ses dessins en désordre ___ il fallait retrouver le cavalier, le brigand, la place où le Roi était à table et où s’asseyait, tout au bout, une fée au chapeau pointu, qui laissait traîner son voile. Je m’amusais longuement à ___ reconnaître, car ils étaient toujours un peu autre chose que la chose que j’avais vue la veille ou le matin même. Dans la cheminée était le feu. Le feu! C’était dans le feu et son grand paysage que j’ai couru, en ce temps-là, mes plus belles aventures à travers la longue vallée rouge, entre deux montagnes grises où se dressaient des châteaux à demi ruinés. Ils tremblaient tout à coup et s’écroulaient dans une profondeur ardente où l’on voyait fuir, étincelants, de ____ petits personnages: un nain qui grimpait à la tour brûlante; des bossus qui roulaient en enfer avec leurs bosses écarlates; des reines aux chevelures affolées…. À d’autres moments, le feu était un ravin d’où s’élançaient des flammes qui se mettaient à danser du bout du pied, à jouer, à se battre ensemble. On ne savait jamais laquelle sera vaincue. Leur querelle s’éteignait, puis recommençait. Il y en avait de toutes petites bleues et des grandes jaunes. Tantôt, à l’improviste, elles sortaient brusquement du gouffre comme des diables pour me faire peur, tantôt, brusquement, elles y rentraient et retournaient mystérieusement à leurs secrètes demeures. Les aventures du feu dans sa contrée rouge, étaient toutes mêlées d’un petit chant bas, d’une rumeur lointaine de pays, comme il y en a une dans la grande campagne. Je l’écoutais longuement, accroupie devant la cheminée; j’écoutais….. j’entendais… je regardais…… je voyais…… Marie Noël, Petit-Jour

1. Choisissez entre: a) le; b) la;(l.__). 2. Choisissez entre: a) où; b) ou;(l.__). 3. Choisissez entre: a) leur; b) les;(l.__). 4. Choisissez entre: a) toutes; b) tous; c) tout;(l.__).

5. a) Faites des phrases avec les différents sens du mot pièce. b) Énumérez les pièces de votre maison. c) Écrivez le titre de la dernière pièce de théâtre que vous avez vue. 6. C´était là qu´il y avait du vrai feu. C´était dans le feu et son grand paysage que j´ai couru, en ce temps-là, mes plus belles aventures. Récrivez les deux phrases en évitant les présentatifs. 7. Donnez l´infinitif des verbes suivants: a) il fallait (l.__); b) s´asseyait (l.__); c) s´éteignait. 8. a) Donnez l´équivalent féminin de roi. (l.__) b) Pourquoi l´auteur écrit-il ce mot avec majuscule? 9. Indiquez deux dérivés de fée. 10. Faites entrer dans des phrases les mots suivants: veille, vieille, ville. 11. a) Trouvez un synonyme pour le verbe se dresser. b) Trouvez des synonymes pour le verbe dresser dans les contextes suivants: · On a dressé une barrière. · Ils ont dressé leur tente. · Il a dressé la tête. · Nous avons dressé la table. · Ils ont dressé un piège. · On a dressé un monument. 12. Vous rencontrez dans le texte les mots: cheminée, vallée. Écrivez cinq autres noms ayant la même terminaison. 13. Tout à coup signifie: a) soudain; b) vite; c) lentement. 14. Écrivez les noms suivants au singulier. Classez-les selon la terminaison. châteaux, animaux, tableaux, journaux, chevaux, créneaux 15. Faites des phrases avec: · demi - journée · demi - mesure · demi - place · demi - salon 16. Écrivez l´adverbe qui correspond a l´adjectif ardent. 17. Indiquez des noms de la famille de brûlant. 18. Écarlate signifie: a) rougeâtre; b) rouge vif; c) jaunâtre. 19. Affolées (l.__) Mentionnez les formes de l´ajectif de la même famille au singulier. 20. Quel est le moment de l´action indiqué par se mettre à ? a) le début; b) le développement; c) la fin. 21. Indiquez le nom remplacé par le pronom en (l.__). 22. Employez dans une phrase la construction : tantôt……tantôt. 23. À l´improviste signifie: a) en improvisant; b) d´une manière inattendue; c) attentivement. 24. Trouvez dans le premier paragraphe une comparaison. Commentez-la. Ø a) Quel est le mot clef du fragment? Ø Trouvez un titre pour chaque paragraphe. Ø Dégagez du texte les images qui renvoient aux contes de l´enfance.

Ø Dans un siècle si agité que le nôtre, les gens ont-ils (ou trouvent-ils) le temps pour rêver devant une certaine image? Qu´en pensez-vous? Argumentez votre réponse. Ø Décrivez une aventure de l´imagination. Vous pouvez penser à l´eau d´une rivière, à un feu de camp, au ciel couvert de nuages, ou bien aux stalactites d´une grotte.

Test no.34
Lisez le texte : Le jour que nous reçûmes la visite de l’économiste, nous faisions justement nos confitures de cassis, de groseille et de framboise. L’économiste, aussitôt, commença de m’expliquer avec toutes sortes de mots, de chiffres et de formules, que nous avions le plus grand tort de faire nos confitures nous-mêmes, que s’était une coutume du Moyen Âge, que, vu le prix du sucre, du feu, des pots et surtout de notre temps, nous avions tout avantage à manger les bonnes conserves qui nous viennent des usines, que la question semblait tranchée, que, bientôt, personne au monde ne commettrait plus jamais ______ faute économique. -- Attendez, monsieur ! m’écriai-je. Le marchand me vendra-t-il ce que je tiens pour le meilleur et le principal ? -- Quoi donc ? fit l’économiste. -- Mais l’odeur, monsieur, l’odeur ! Respirez : la maison ________ entière est embaumée. Comme le monde serait triste sans l’odeur des confitures ! L’économiste, à ces mots, ouvrit les yeux d’herbivore. Je commençais de m’enflammer. -- Ici, monsieur, lui dis-je, nous faisons nos confitures uniquement pour le parfum. Le reste n’a pas ____ importance. Quand les confitures sont faites, eh bien ! monsieur, nous les jetons. J’ai dit cela dans un grand mouvement lyrique et pour éblouir le savant. Ce n’est pas tout à fait vrai. Nous mangeons nos confitures, en souvenir de leur parfum. Georges DUHAMEL, Fables de mon jardin

1. Choisissez entre : a) pareil ; b) pareille (l.___). 2. Choisissez entre : a)tout ; b) toute (l.___). 3. Choisissez entre : a) d’ ; b) de la ; c) de (l.___).

4. Donnez la famille du verbe visiter. 5. La groseille est le fruit du groseillier. Nommez les fruits des arbres et des arbustes suivants : l’abricotier, le griottier, le mûrier, le cerisier, le noyer, le pêcher, le fraisier, le cognassier, le figuier, le dattier. 6. Donnez un synonyme pour aussitôt. 7. Avoir tort a. Donnez l’antonyme de cette expression. b. Expliquez et faites entrer dans des phrases : Donner tort à quelqu’un ; faire du tort à quelqu’un ; à tort ; à tort et à travers ; à tort ou à raison. 8. Trouvez un synonyme pour coutume 9. Vu le prix du sucre (l.___). Mettez le prix aux pluriel et récrivez la phrase. 10. Vous avez souvent rencontré le mot pot dans les constructions : un pot de confiture, un pot de fleurs. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions :

a) à la fortune du pot ; b) payer les pots cassés ; c) tourner autour du pot. 11. Expliquez : la question semblait tranchée (l.___). 12. Dans les lignes ___ , l’écrivain rapporte les paroles de l’économiste. Mettez le verbe principal au présent et récrivez la phrase. 13. Le marchand me vendra-t-il ce que je tiens pour le meilleur et le principal ? . a. Transformez cette interrogation directe dans une proposition interrogative indirecte. Quel pourrait être le verbe introducteur ? b. Quel est le meilleur sens de l’expression tenir pour, dans le contexte donné ?: a) être attaché à ; b) considérer comme ; c) avoir des points communs avec. 14. Donnez un synonyme pour embaumer. 15. Remplacez sans l’odeur des confitures par une subordonnée conditionnelle introduite par si. 16. Trouvez un synonyme pour le verbe enflammer dans le contexte donné. 17. Remplacez quand les confitures sont faites par une proposition ayant le verbe à l’infinitif passé. 18. Donnez le nom et l’adjectif de la famille du verbe éblouir. 19. a) Comment s’appelle le sens qui permet la perception des odeurs ? b) Relevez les mots qui se réfèrent à ce sens. c) Quels sont les cinq sens ? Ø Quel conseil donne l’économiste à ceux qui fabriquent eux-mêmes leurs confitures ? Comment qualifiet-il ce fait ? Précisez ses arguments. Ø Quelles sont les raisons de l’auteur ? L’économiste peut-il les comprendre ? Ø Soulignez la phrase qui met en évidence l’ironie de l’auteur à l’égard de l’économiste. Ø Le livre dont on a tiré le fragment s’appelle Fables de mon jardin. Qu’est-ce qu’une fable ? En quoi ce texte est-il une fable ? Ø Le texte présente deux opinions différentes. Quel point de vue partagez-vous ? Ø Comme le monde serait triste sans…. Complétez la phrase selon votre fantaisie. Essayez d’écrire ensuite, à votre tour, une fable autour du thème que vous avez proposé. Imaginez la situation mettant en scène les mêmes personnages.

Test no.35
Lisez le texte : Dans l’épicerie, Ali attend près d’un rayon, son grand sac à la main. Des gens entrent, sortent, se servent, réclament, payent, se succèdent, se pressent autour d’eux sans les voir. On ne _____ demande rien, il attend. Enfin, Djamil fait remarquer à son père : -- Tout le monde se sert seul ici … Tu devrais en faire autant. Ali hésite, regarde. Un homme, arrivé bien après eux, prend quelques articles ici et là, passe à la caisse, repart. -- Tu as raison. Ali se met, lui aussi, à parcourir les présentoirs, remplit son sac de victuailles. Brusquement, un cri éclate : -- Eh, dis ! Que me voles-tu là-bas ! L’épicière, toute ronde, se précipite, arrache des mains d’Ali le couffin déjà plein à moitié. Ali, cramoisi, bredouille : -- Mais je te vole rien ! Je fais comme tout le monde ! -- Comme tout le monde ! On les connaît, les Arabes, allez ! -- Mais je te jure que je ne prenais rien ! -- Ça va, ça va ! Passe à la caisse maintenant ____ j’appelle les gendarmes ……… -- Oui, oui ! Je te paie tout de suite. Ali est atterré. Djamil s’est fait tout petit dans un coin, il ne comprend plus. Ce monde est fou,

complètement fou ! -- On se croyait dans un libre service, sans doute ! -- Mais non, voyons ! On se prenait pour quelqu’un du pays …… -- Ah, ah ! -- Dès que j’en ai un ou deux dans la boutique, je ne vis plus ! --Quand même, le village était plus tranquille avant ; je ne comprends pas le père Bennière. -- Dites, quatre, qu’il y en a cette année ! Cinq avec le gosse ! -- Sa maison doit être belle, tiens ! -- Sans compter que plus personne n’ose aller se promener par là-haut, maintenant. Il reste deux clients dans la boutique, et tandis que l’épicière fait le _____ d’Ali, avec sa petite machine à calculer, les langues vont bon train …Djamil s’approche de son père, s’accroche à sa veste. Ne plus entendre, s’il pouvait ne plus entendre ! Ne plus voir leurs visages de haine, s’il pouvait être aveugle ! -- Trente-neuf francs, et ne recommence jamais plus, hein ? Ali, au comble de la confusion, détourne les yeux et répond comme un enfant pris en faute : -- Oui, oui ! Je te jure. Fébrilement, il dépose un billet sur la caisse, ramasse la monnaie que l’épicière pousse vers lui, et se sauve bien vite, entraînant Djamil. -- Vous avez vu sa tête ? Je n’aimerais pas le rencontrer seule au coin d’un bois ! Michel GRIMAUD, Le Paradis des autres

1. Choisissez entre : a) le ; b) lui (l.___). 2. Choisissez entre : a) où ; b) ou (l.___). 3. Choisissez entre : a) compte ; b) conte ; c) comte (l.___). 4. Quel est le sens du verbe réclamer dans ce contexte : a) demander ; b) avoir besoin de ; c) protester, faire une réclamation. 5. Trouvez deux antonymes dans la deuxième phrase du texte. 6. On ne .….. demande rien (l.___). Mettez le verbe au passé composé et récrivez la phrase. Donnez-en aussi la forme affirmative. 7. Remplacez l’expression en faire autant, par une autre, ayant le même sens. 8. Quel est le sens de l’adverbe autant dans les expressions suivantes ? Mettez-les en roumain. Elle travaille autant que moi. Il y a ici autant de femmes que d’hommes. Je n’avais jamais autant couru. Ces rétrospectives sont autant d’hommages rendus à la mémoire de l’artiste. 9. Ali se met, lui aussi, à parcourir les présentoirs signifie : a. Ali se dirige, lui aussi, vers la caisse ; b. Ali commence, lui aussi, à examiner les présentoirs ; c. Ali renonce à regarder les marchandises présentées. 10. Remplit : a) Donnez l’infinitif du verbe ; b) Indiquez le nom de la même famille ; c) Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : remplir ses engagements, remplir un questionnaire, être rempli de soi-même ; remplir de joie. 11. L’épicière, toute ronde, se précipite, arrache des mains d’Ali le couffin . Mettez les verbes au passé composé. 12. Trouvez dans le texte un adjectif de couleur qui désigne un rouge foncé. 13. Passe à la caisse maintenant (l.___). Le verbe est : a. à l’impératif ; b. à l’indicatif ; c. au subjonctif. 14. Donnez un synonyme pour le verbe atterrer. 15. Complétez les points par les trois formes de l’adjectif fou (fou, fol, folle) : § un monde ………… ; § un succès ………….. ;

§ un ………. espoir ; § une femme …………. 16. Quel est le sens de l’expression se prendre pour (l.___) ? 17. Donnez un synonyme pour le gosse. 18. Vous connaissez déjà les homonymes du mot compte. Complétez les points par l’une de ces formes, selon le cas : a. L’enfant veut que sa mère lui lise chaque soir un ……. de fées. b. Des bruits contradictoires circulent sur son …………… c. As-tu lu le roman « Le _______ de Monte-Cristo » ? d. C’est lui qui présentera demain le ………………..-rendu. 19. Faites entrer dans des phrases les expressions : tenir compte de ; rendre compte de ; se rendre compte. 20. Précisez le sens de l’expression aller bon train (l.___). 21. Reliez lez éléments de ces deux colonnes, afin d’établir le sens correct des expressions suivantes : a. avoir la langue trop longue a. personne qui se plaît à médire b. tenir sa langue b. parler beaucoup c. une mauvaise langue c. garder le silence d. avaler sa langue d. ne pas savoir garder un secret e. avoir la langue bien pendue e. garder un secret 22. Donnez l’infinitif qui correspond au nom haine. 23. Trouvez dans le texte deux phrases introduites par si. Précisez ce qu’elles expriment : a) la condition ; b) la supposition ; c) le regret ; d) une proposition ; e) un souhait. Formez, vous aussi, des propositions introduites par si, qui expriment les nuances mentionnées ci-dessus. 24. Donnez la famille du mot aveugle. 25. Il dépose un billet sur la caisse (l.___).Remplacez chacun des groupes en italique par le pronom convenable et récrivez la phrase. Transformez-la ensuite, en mettant le verbe au passé composé. 26. Vous avez vu sa tête ? (l.___). Dans ce contexte, le mot tête a-t-il son sens courant ? Sinon, précisez-le. 27. Donnez l’homonyme du mot coin. 28. Formez des phrases en établissant des correspondances correctes des éléments des deux colonnes : a. Les clients a. sont des provisions alimentaires qu’on trouve dans n’importe quelle épicerie. b. La boutique b. remplissent les chariots et se dirigent vers la caisse. c. Les présentoirs c. est la boutique de l’épicier ou l’on vend des comestibles. d. Les victuailles d. est ouverte jusqu’à six heures du soir. e. Le couffin e. sont des éléments de vitrine servant à présenter les objets à vendre. f. L’épicerie f. est un sac à provisions souple, en paille tressée. Ø Relevez les mots qui expriment la honte ressentie par Ali. Que-ce qui, dans cette situation, explique ce sentiment ? Ø Pourquoi l’épicière accuse-t-elle Ali de voler, alors qu’il ne fait qu’agir comme les autres clients ? Ø Quels sentiments éprouve Djamil, l’enfant d’Ali, pendant cet événement ? Ø À quel moment précis se rend-on compte que les deux Arabes ont face à eux un bloc de personnages solidaires dans la haine ? Ø Le père Bennière est un horticulteur qui emploie et loge Ali et Djamil. Que pensent les villageois à ce sujet ? Lisez les phrases qui expriment cette idée. Ø Que pensez–vous de l’attitude de l’épicière et de celle des autres personnes ? Comment la nommeriezvous ? Ø Imaginez la situation suivante : vous prenez part à cette scène et, ne pouvant plus supporter un tel « traitement », vous finissez par vous révolter contre ces personnages ridicules. Vous défendez les droits de l’Arabe, vous parlez pour lui devant les autres. Imaginez le dialogue.

Test no.36
Lisez le texte : Je leur ai fait visiter le magasin de fond en comble, étage par étage, y compris la réserve. Je leur ai tout montré – jusqu’à la plus petite armoire, jusqu’au moindre guéridon. Et je parlais, je parlais ! J’avais senti la grosse vente en perspective et je la voulais de toutes mes forces. Ils n’étaient pas tellement plus âgés que moi. Nous avons très vite sympathisé. Cela les rassurait d’avoir affaire à quelqu’un d’aussi jeune. Ils devaient penser que ça ne portait pas à conséquence. Je les amusais, quoi ! Bientôt, ils se sont mis à rêver tout haut. « On pourrait mettre ce divan transformable dans la pièce rose, disait la jeune femme ; cela ferait un lit de secours pour les amis.» Et comme ça, peu à peu, ils se sont dégelés et ils ont commencé à choisir tout ce qu’il fallait pour se meubler de A jusqu’à Z. Moi, je me disais que j’allais faire une vente comme je n’en avais pas _________ et je notais fébrilement leurs commandes. Nous nous sommes promenés pendant plus de quatre heures – jusqu’à sept heures et demie. À ce moment-là, le total atteignait 35.000 francs. Une véritable fortune pour l’époque. Je ne me tenais plus de joie. Alors savez-vous ce qu’a fait l’homme ? Il a tiré sa montre de son gousset et il a dit très vite ; « Sept heures trente déjà ! Il faut que nous nous sauvions. Nous devons aller ce soir à l’Opéra. Nous avons à peine le temps de passer à l’hôtel nous habiller. Nous reviendrons demain matin pour conclure ». J’en ai eu des sueurs froides. Je me suis dit : «C’est fichu». J’étais tombé sur le plus mauvais client qui _____, ou sur le plus dangereux joueur si vous préférez : celui qui entre à fond dans votre jeu , celui qui vous laisse le conduire jusqu’au bord de l’acte d’achat et qui se dérobe à la dernière seconde. C’est un coup pratiquement sans appel. Vous ne pouvez pas vous fâcher. Vous ne pouvez même pas avoir l’air de mettre en doute la bonne foi du client ; vous êtes prisonnier du climat du sympathie que vous avez établi avec lui ; d’ailleurs il est sincère quand il dit qu’il reviendra. Mais de mémoire de vendeur de meubles on n’a jamais vu personne revenir dans ces cas-là. J’avais raté ma vente de rêve. C’est alors que sans y réfléchir j’ai fait quelque chose que j’ai souvent fait ensuite dans ma vie : j’ai eu le réflexe. Ça m’est venu sans que je _____ comment, en un quart de seconde. Marcel Bleustein-Blanchet, La Rage de convaincre

1. Choisissez entre : a) réalisée ; b) réalisé ; c) réalisés (l.___). 2. Choisissez entre : a) est ; b) a été ; c) soit (l.___). 3. Choisissez entre : a) sais ; b) sache ; c) j’ai su (l.___). 4. Je leur ai fait visiter le magasin de fond en comble. Connaissez-vous le mot comble ? a. Remplacez la locution adverbiale en italique par une construction ayant le même sens. b. Expliquez : un train comble ; un spectacle qui fait salle comble. c. Il est au comble de la joie. / C’est le comble de ses malheurs. / C’est un comble ! Dans tous ces exemples, quelle idée commune exprime ce mot ? d. On rencontre le même mot au pluriel, dans une phrase comme celle-ci : Les voisins ont aménagé une pièce sous les combles. Que désigne ici ce mot ? 5. Y compris la réserve. a. Expliquez le non-accord du participe passé. b. Changez l’ordre des mots et expliquez la modification qui s’impose : la réserve ………. 6. Dans la ligne ______ il y a deux mots synonymes. Lesquels ? 7. Donnez la famille du mot vente. 8. Avoir affaire à quelqu’un (l.___) signifie : a. avoir quelqu’un comme adversaire ; b. se plaire à ce qu’on fait ; c. conclure une affaire ; d. être en rapport avec quelqu’un.

9. Remplacez ils se sont mis à par un verbe ayant le même sens. 10. Donnez la famille du verbe rêver. 11. Rêver tout haut signifie : a) d’un endroit élevé ; b) à haute voix ; c) avec mépris. 12. Qu’est-ce que vous comprenez par : un lit de secours ? 13. Vous avez ci-dessous plusieurs sens du verbe dégeler. Choisissez celui qui vous paraît le plus juste pour le contexte donné (l.___). a. cesser d’être gelé ; b. s’améliorer ; c. devenir moins froid ; d. donner de l’animation ; e. enlever à quelqu’un sa réserve ; f. libérer des crédits qui étaient bloqués. 14. Moi, je me disais que j’allais faire une vente….(l____). Mettez le verbe de la proposition principale au présent et faites la transformation qui s’impose. 15. Choisissez le sens du verbe se sauver dans le contexte donné (l___) : a) fuir , s’échapper ; b) défendre ; c) s’en aller rapidement. 16. Nous avons à peine le temps de….(l.__). a. Récrivez la phrase, en commençant par : peine…. b. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : faire de la peine à quelqu’un ; se mettre en peine ; ça vaut la peine de ; avoir de la peine à ; homme de peine.. 17. Donnez un synonyme pour le verbe conclure. 18. Il a dit très vite : « Nous devons aller ce soir à l’Opéra. Nous reviendrons demain matin pour conclure ». Mettez les phrases en italique en style indirect. 19. C’est fichu signifie : a) c’est désagréable ; b) c’est mal fait ; c) c’est irrémédiablement perdu ou compromis. 20. Trouvez un synonyme pour le verbe se dérober. 21. Un coup sans appel. Remplacez le groupe en italique par un adjectif ayant le même sens. 22. J’avais raté ma vente de rêve. Remplacez le groupe en italique par le pronom convenable et récrivez la phrase. 23. Sans y réfléchir. Transformez cette construction à l’aide de sans que. 24. À quel moment précis le vendeur croit-il avoir manqué cette vente ? a. lorsque les clients apprennent que le total atteint 35.000 francs ; b. lorsque les clients décident de partir, parce qu’ils sont en retard ; c. lorsque les clients promettent de revenir le jour suivant. 25. Cherchez les détails du texte qui prouvent que le vendeur s’est longuement occupé de ses clients. 26. Dégagez les phrases qui mettent en évidence le fait que ce vendeur est un fin connaisseur de la psychologie de ses clients. Ø Caractérisez en quelques mots ce vendeur. Ø Quelles sont, selon vous, les qualités d’un bon vendeur ? Ø Quelle est votre opinion sur la relation entre le client et le vendeur ? Quand vous allez aux achats, quel rôle a le vendeur dans votre décision ? Ø Dites votre opinion sur le cas particulier des démarcheurs à domicile (vos réactions, les réactions de vos parents). Ø Là où règne le système du self-service, qu’est-ce qui incite à l’achat ? Ø Choisissez un type de client (le timide, le nerveux, l’indécis, etc.) et mettez-le en face du vendeur. Imaginez le dialogue. Ø L’écrivain emploie dans ce texte les mots jeu et joueur. L’acte d’achat vous semble-t-il un jeu ? Argumentez votre réponse. Ø Donnez une suite à ce fragment. Imaginez ce qui s’est passé (25 à 30 lignes).

Test no.37

Lisez le texte : En France, peu à peu, les vieilles épiceries de quartier, de banlieue, disparaissent. C’étaient des réduits sombres dans lesquels un vieil homme ou une vieille femme servait une clientèle qui, au fur et à mesure que les années passaient, devenait des amis patients(….). Tout se faisait accompagné d’un dialogue qui prenait un temps considérable. Il y a encore cinq ou six ans, dans quelques coins de banlieue, il fallait attendre que le client ait fini de donner les derniers renseignements sur ses maladies ou sa famille pour prendre son tour (…) Aujourd’hui, on ne bavarde plus dans les endroits où l’on vend de la nourriture en grand. Nous prendrons, comme exemple, un supermag, mais il en existe des variétés infinies dans la disposition des lieux, des articles, dans leur présentation amovible ou inamovible, dans l’emplacement des foyers d’attrait. Ordinairement, l’entrée n’est pas grande ; c’est une frontière à franchir fermée d’un côté par l’amas de poussettes et de paniers de fer, enrobé d’un ruban de matière plastique, à la disposition ______ nouveaux venus. Et l’aventure commence à travers ces comptoirs disséminés sur une grande étendue dans un dispositif qui permet une circulation facile entre les obstacles et un coup d’œil circulaire sur l’ensemble. Beaucoup _____ mères de famille ont avec elles une liste de produits à acheter, mais souvent, la tentation est grande, elles oublient ou changent l’énumération primitivement établie. Car l’entrée se fait dans le rayon des gâteaux enveloppés de cellophane, dans les cakes, les massepains, les pains d’épice, des confiseries de toutes sortes. On commence par les desserts. Puis, au fond, s’allonge le comptoir de paquets de biscuits dont les appellations attisent la gourmandise…….. Le biscuit est reproduit dans ses couleurs les plus avenantes. La profusion fait que le choix est hésitant. La visite se poursuit avec quelques collisions ; le trajet naît de la mémoire et du goût des clients, parcouru d’une manière qui paraît, à première vue, anarchique. Sur d’autres comptoirs apparaissent les boîtes enchantées des fruits au sirop et des confitures : la Californie n’est pas loin, ni le Midi. Puis vient le grand rayon des fromages sous une lumière douce, sorte d’immense frigidaire ouvert de façon qu’une main puisse saisir la portion de fromage ou le pot de yaourt. Souvent il suffit qu’un client s’intéresse à une marque pour que la personne qui est derrière prenne la même chose. On imite son voisin, on copie ses préférences. La promenade continue. Nous arrivons devant le comptoir de la charcuterie. Pour la première fois, des employés sont là pour découper, séparer, peser. Les viandes sont sous vitre. Le client ne s’habitue pas _____ aller vers un second comptoir où la charcuterie est présentée en sachets fermés ; on se méfie, on craint qu’un produit chimique ne soit utilisé pour la préservation des viandes. Jean CAYROL, De l’espace humain 1. Choisissez entre : a) du ; b) de ; c) des (l.___). 2. Choisissez entre : de ; b) des (l.___). 3. Choisissez entre : a) à ; b) de ; c) d’ (l.___). 4. Expliquez l’emploi des adjectifs vieil, vieille dans les premières lignes de ce texte. Complétez ensuite les points par les formes convenables du même adjectif : une ……… habitude ; un ……… ami ; un ………. soldat ; un ………. homme ; les ……… jours ; un……..meuble ; les ………. rues. 5. C’étaient des réduits sombres (l.___). Quel est, dans ce contexte, le sens du mot réduit ? S’agit-il du même sens que dans un exemple tel un tarif réduit, des prix réduits ? 6. Une clientèle qui, au fur et à mesure que les années passaient, devenaient des amis patients. Si vous aviez à exprimer autrement cette idée, quelle construction choisiriez-vous ? a. Pendant que les années passaient, les clients devenaient des amis patients ; b. Plus les années passaient, plus les clients devenaient des amis patients ; c. Comme les années passaient, les clients devenaient des amis patients ; 7. Complétez les points par quelque ou quelques, selon le cas : Il se trouve à ………… distance. Pendant …………. temps, il s’est tu.

…………… habiles qu’ils soient, ils ne réussiront pas. Il date depuis …….. cinquante ans. ………… personnes sont encore devant le théâtre. 8. Donnez un synonyme pour les renseignements. 9. Trouvez le verbe qui correspond à la nourriture. 10. Nous prendrons, comme exemple, un supermag, mais il en existe des variétés infinies …… (l.___). Qu’est-ce que le pronom en remplace dans cet exemple ? a) des supermagasins ; b) un supermag ; c) des endroits où l’on vend de la nourriture en grand. 11. Remplacez des foyers d’attrait par une expression ayant le même sens. 12. Faites entrer dans des phrases le mot foyer. Connaissez-vous plusieurs sens de ce mot ? 13. Remplacez ordinairement par un autre adverbe ayant le même sens. 14. Donnez l’antonyme de l’entrée. 15. Indiquez le verbe qui correspond au mot amas. 16. Choisissez le synonyme de disséminés : a) exposés ; b) étalés, présentés ; c) répandus ; d) distribués. 17. Qu’est-ce que vous comprenez par l’énumération primitivement établie (l.___) ? 18. Elles oublient ou changent l’énumération primitivement établie (l.___). Remplacez le groupe en italique par le pronom convenable. Mettez ensuite le verbe au passé composé et récrivez la phrase. 19. Les produits suivants se trouvent dans un rayon de gâteaux. Deux pourtant n’appartiennent pas aux produits de confiserie. Lesquels ? les brioches, les chocolats, les glaces, les poivrons, les crèmes, les tartes, les madeleines, les saucisses, les choux à la crème. 20. Donnez l’adjectif de la famille du mot gourmandise. 21. Donnez un synonyme pour la profusion. Précisez ensuite le sens de la locution à profusion. 22. Précisez le sens de l’adjectif anarchique : a) qui tient d’un intérêt croissant pour quelque chose ; b) qui tient de la confusion et du désordre ; c) qui poursuit attentivement ses objectifs. 23. Faites entrer dans des phrases les expressions : saisir l’occasion ; saisir les mains de quelqu’un ; saisir le message du texte. 24. Connaissez-vous les sens du verbe peser ? Trouvez-les, en traduisant les exemples suivants : Ce qu’elle peut peser, cette valise ! Ce paquet pèse deux kilos. Il faut toujours peser le pour et le contre. Elle ne pèse jamais ses paroles. Vos conseils ont pesé sur ma décision. Sa présence me pèse. Il faut peser sur la pédale du frein. 25. Donnez la famille du verbe (s’) habituer. 26. La charcuterie est présentée en sachets fermés (l.___). Dans cet exemple, charcuterie désigne : a) le rayon de charcuterie ; b) un produit de charcuterie ; c) l’activité, le commerce du charcutier. 27. Donnez la famille du verbe (se) méfier. 28. Quel est le verbe qui correspond au nom préservation ? 29. Soulignez tous les verbes au subjonctif. Justifiez, pour chacun de ces cas, l’emploi de ce mode. 30. Relevez les expressions du texte qui expriment les idées suivantes : a. des couleurs qui plaisent, qui attirent ; b. un regard rapide qui fait le tour de l’ensemble ; c. un magasin exploité en libre-service et présentant une grande superficie de vente ; d. une présentation qui peut être séparée de l’ensemble ; e. entretenir la gourmandise. 31. Choisissez l’un des mots en italique pour compléter les groupes ci-dessous : boîte, bouteille, pot, paquet, sachet. un ….. de café ; une ……. de vin ; une …… de conserve ; un ……. de miel ; un …….. de confiture ; du thé en …………. 32. Reliez par une flèche les éléments de ces deux colonnes pour trouver les produits qui correspondent à chaque boutique : a. l’épicerie a. du pain, des croissants, des biscottes. b. la charcuterie b. de la viande.

c. la boulangerie c. des conserves, du sucre, du riz, des épices. d. la crémerie d. du jambon, des saucisses, du saucisson. e. la boucherie e. des œufs et des produits laitiers ( du beurre, du fromage, du lait). 33. Les vieilles épiceries. Cet adjectif, appliqué aux épiceries, se rapporte-t-il seulement à l’âge de la boutique ? Qu’en pensez-vous ? Ø Comment pourriez-vous caractériser les rapports de l’épicier et du client ? Ø Qu’est-ce qui caractérise la disposition intérieure du supermag ? Justifiez dans ce contexte l’emploi du mot aventure. Ø Montrez à l’aide du texte qu’au supermag tout est abondance, diversité, facilité, tentation. Dégagez ensuite une phrase qui suggère que, dans un tel magasin, le client a l’embarras du choix. Ø Une fois arrivé dans un supermag, peut-on suivre un trajet précis et bien fixé à l’avance ? Pourquoi ? Quelle phrase du texte exprime cette idée ? Ø Comment l’auteur suggère-t-il que le développement des magasins à grande surface entraîne l’uniformisation des goûts des clients ? Dégagez la phrase qui exprime cette idée. Ø Que pensez-vous de la méfiance des clients à l’égard de la charcuterie en sachets ? Ø Quels avantages et quels inconvénients présentent, selon vous, la petite épicerie et le supermag ? Ø L’écrivain nous a présenté le rayon des gâteaux, celui des fromages, la charcuterie ……. Nommez, vous aussi, d’autres rayons présents dans un supermag. Ø Présentez dans une vingtaine de lignes une promenade dans un magasin à grande surface.

Test no.38
Lisez le texte : Le grand magasin se présente comme un aide-mémoire de notre existence intime particulière ; l’objet va par cette opération décisive qu’est l’achat, assumer une fonction imprévue : une chemise changera l’homme qui la prend, son comportement. Elle reflétera ses goûts et ses manies les plus secrètes, elle le prendra au piège qui est ce besoin de renouvellement même dans nos rapports les plus étroits et à « usage domestique ». Le grand magasin aide de cette manière maternelle ses clients pour cette métamorphose et cette continuelle rénovation vestimentaire suivant les principes admis par tous. L’acte d’achat peut aller de la prise brutale (occasion, solde, etc.) aux hésitations les plus déconcertantes ; tout dépend de l’heure, de la foule, des besoins. La plupart du temps, c’est un rapt. Il suffit que deux personnes soient sur le même article pour qu’immédiatement la prise de possession devienne plus violente, inhumaine, intolérable. D’autre part, le grand magasin fait attention à cette volatilité de l’esprit ; il a prévu l’échange, si féminin ; on aura aussi ce recours en rapportant l’article mal choisi avec des excuses plus ou moins extravagantes ; mais il est peu fait pour le caprice. Ce sont des endroits sérieux ; ordinairement l’achat est réfléchi ; seuls les soldes poussent la cliente à se conduire n’importe comment et à se laisser guider par ses instincts les plus fantaisistes. Il ménage les susceptibilités, met à l’abri celui qui, au détour d’une rue, est entré avec ce besoin de trouver un objet qui puisse satisfaire sa nostalgie ou sa fatigue du moment. Le calme vient après l’achat, on oublie qu’on est pressé, on est sûr de soi, l’achat légalise votre sortie, atteste que votre passage a été souhaité. Il peut exister aussi devant les comptoirs une lente et paresseuse déambulation. Le visiteur ou la visiteuse prend en main l’objet, le regarde, le rejette, le reprend : pseudo-achat qui donne à la personne, grâce à son caprice, une importance et un avantage sur autrui. Le grand magasin, par ____ étendue et sa diversité, apporte aux hésitants comme aux curieux le pouvoir d’apparaître dans une sérénité peut-être factice, en tout cas salutaire, car il leur semble qu’ils se fondent dans un tout. Mais la fatigue vient vite dans cette marche désordonnée entre les comptoirs, l’écœurement,

l’envie de fuir ces lieux ou l’achat, à cause de ses variétés, de ses différences de qualité et de prix, trouble : nous arrivons à ____ être dépendants. Jean CAYROL, De l’espace humain 1. Choisissez entre : a) sa ; b) son ; c) ses (l.___). 2. Choisissez entre : a) en ; b) y (l.__). 3. Montrez la différence entre un aide et une aide. Faites-les entrer dans des phrases. 4. L’objet va par cette opération décisive qu’est l’achat, assumer une fonction imprévue (l.__). a. Précisez le temps du verbe. b. Remplacez opération par choix et fonction par rôle et faites les transformations qui s’imposent. 5. Elle reflétera ses goûts et ses manies les plus secrètes. Remplacez le groupe en italique par le pronom convenable. Récrivez la phrase, en remplaçant le futur simple par le passé composé (forme affirmative et négative). 6. Trouvez dans le texte un synonyme pour rénovation. 7. Les hésitations les plus déconcertantes (l.___). Choisissez le meilleur synonyme pour le mot en italique parmi : a) démoralisantes ; b) déroutantes ; c)bizarres ; d) surprenantes. 8. Cherchez le verbe correspondant au nom rapt. 9. Trouvez un synonyme pour immédiatement. 10. Remplacez ordinairement par une locution adverbiale ayant le même sens. 11. Les soldes se rapportent : a) à l’argent ; b) à la marchandise. 12. Formez des phrases avec les différents sens du verbe pousser. 13. Se fondent. Donnez l’infinitif du verbe. 14. a. L’écœurement signifie : a) l’enchantement ; b) la peur ; c) le dégoût. b. Indiquez le verbe correspondant à ce nom. 15. Factice signifie : a) naturel ; b) artificiel ; c) sincère. 16. Trouvez dans le texte deux noms de la famille de visiter. 17. Déambulation signifie : a) agglomération ; b) marche sans but précis ; d) léthargie. 18. a) Faites entrer dans des phrases les mots suivants : rapport, rapporteur, rapporter. b) Expliquez les expressions suivantes : s’en rapporter à qqn ; se rapporter à qqn. 19. Choisissez de la colonne de droite l’équivalent du verbe rapporter pour chacune des phrases suivantes : a. Rapporte-moi les livres que je t’ai prêtés ! a. dénoncer b. On a rapporté ce décret. b. restituer c. Ils rapportent ce qu’ils ont vu. c. abroger d. Il rapporte un masque d’Afrique. d. relater e. On n’ose rien dire devant lui, il rapporte tout. e. attribuer f. Il ne faut pas rapporter à un seul homme les f..apporter actions accomplies par plusieurs. ( en revenant) 20. Donnez le féminin des mots suivants : vendeur, acteur, acheteur, conteur, porteur, instituteur, voleur. 21. Dégagez les verbes au subjonctif et justifiez leur emploi. 22. Trouvez dans le texte des mots composés à l’aide de préfixes négatifs. Ø Expliquez : le grand magasin se présente comme un aide-mémoire de notre existence intime, particulière. Ø Comment trouvez-vous qu’un magasin pourrait aider les clients d’une manière maternelle ? Ø Avez-vous jamais ressenti le besoin de renouvellement comme un piège ? S’agit-il seulement d’un renouvellement de nature vestimentaire ? Parlez-en ! Mettez en rapport l’état d’âme et l’acte de l’achat. Ø Dégagez les phrases qui montrent le côté agréable et le côté désagréable d’un grand magasin. Ø Etes-vous d’accord avec l’affirmation : Nous arrivons à en être dépendants. Justifiez votre réponse. Ø Un objet, peut-il satisfaire la nostalgie ou la fatigue du moment ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Appuyez votre réponse sur des exemples précis. Ø Poussés par un désir de renouvellement, un après-midi vous allez faire des achats. Parlez de vos impressions et de vos sentiments dans une rédaction d’une trentaine de lignes.

Test no.39
Lisez le texte : 1831…c’est la première machine à coudre; son utilisation est artisanale. Mais très vite, l’ère industrielle arrive avec ses techniques. Simultanément, les populations rurales envahissent la ville, là où il y a du travail. Les femmes n’ont plus le temps de coudre. Un _______ marché apparaît : les premières manufactures textiles fabriquent en série des vêtements bon marché. La confection, ancêtre du Prêt-àporter, est née. Parallèlement, les classes plus aisées recherchent toujours le raffinement, la qualité, l’originalité… Elles restent fidèles à leur couturière ou à leur tailleur : la notoriété de certaines grandes couturières de province fait courir les acheteurs d`une ville à l’autre. À la qualité des tissus, certaines maisons savent allier les méthodes traditionnelles de la prise de mesures et de l’essayage au travail de l’atelier. Elles ont des idées, elles fabriquent de plus en plus….La couture - déjà la Haute Couture - naît. C’est le grand succès des Poiret, Worth, puis, plus tard, de Schiaparelli, Lavin. Et nous sommes en 1930. La confection, elle aussi, s’organise. Quelques fabricants s`efforcent de produire des vêtements de meilleure qualité, plus ________ , plus proches de la mode lancée désormais chaque saison par la Haute Couture. C’est presque déjà du Prêt-à-porter. Le mot apparaît en France, pour la première fois, en 1949. Dès les années 50, de nouvelles machines sont conçues, d’autres se perfectionnent ; elles sont capables de fabriquer un vêtement à des centaines d’exemplaires. Mais, si le Prêt-à-porter est alors de bonne qualité industrielle, beaucoup moins cher que la Couture, il reste “à la traîne” de la Haute Couture ; copier un modèle, le fabriquer en série…c’est 12 à 18 mois de retard sur la mode . Elisabeth BERNARD, Nouvelles de France, no 63

1. Choisissez entre : a) nouveau ; b) nouvelle ; c) nouvel (l.__). 2. Choisissez entre : a) originales ; b) originals ; c) originaux (l.__). 3. Trouvez l’antonyme pour la première. Employez-le dans une phrase. 4. Sur le modèle machine à coudre, trouvez d’autres mots composés de la même manière (trois exemples). 5. Indiquez la formation du mot utilisation. Trouvez encore cinq mots avec la même terminaison. 6. Donnez la famille du mot technique. 7. Indiquez le contraire de populations rurales. 8. Envahissent – Mentionnez l’infinitif du verbe et le groupe dont il fait partie. 9. Expliquez : Les femmes n’ont plus le temps de coudre. 10. Vêtements-Trouvez le verbe appartenant à la même famille. 11. Expliquez en français : des vêtements bon marché. 12. Ancêtre-trouvez un adjectif de la même famille qui existe aussi en roumain. 13. Les classes plus aisées représentent : a) les classes défavorisées ; b) les classes les plus riches ; c) les classes les plus pauvres. 14. Leur (l.__) représente : a) pronom personnel ; b) adjectif possessif. Après avoir fait le bon choix, formez une phrase avec l’autre valeur de « leur ». 15. Mettez en roumain la phrase soulignée. Remplacez ensuite le verbe allier par un synonyme. 16. Montrez la différence entre essai et essayage. Faites-les entrer dans des phrases. 17. Désormais signifie : a) auparavant ; b) à partir du moment actuel, dorénavant ; c) simultanément.

18. Quelle est la différence de sens entre le mode et la mode ? Faites entrer dans des phrases ces mots. 19. Soulignez les adjectifs indéfinis du texte. 20. Cochez la bonne case : a. Le prêt-à-porter représente l’ensemble des vêtements exécutés selon des mesures normalisées. b. Le prêt-à-porter est né en Italie. c. Il est beaucoup plus cher que la couture. d. Dès le début, les classes plus aisées recherchent avec enthousiasme les prêts-à-porter. e. La Haute Couture représente l’ensemble des grands couturiers qui créent des modèles originaux, sur mesure. f. Chaque saison, la Haute Couture lance de nouveaux modèles. g. Le prêt-à-porter représente les petites séries de vêtements.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

g

Ø Comment expliquez-vous le succès des premières manufactures textiles ? Ø Expliquez : il reste à la traîne de la Haute Couture (l.__). Etes-vous d’accord avec cette affirmation ? Ø Dites votre opinion sur la mode des « grandes maisons ». Renseignez-vous d’abord sur quelques « titans de la mode », afin d’appuyer vos affirmations sur des exemples précis. Ø Quel est votre point de vue sur la haute couture roumaine ? Ø Exprimez vos opinions sur la mode actuelle (25-30 lignes)

Test no.40
Lisez le texte : Au rythme d´une musique rock diffusée à plein volume par des _____ ______géants, Katoucha, le top model, ondule sur la piste étroite. Sa silhouette longiligne et gracieuse est enveloppée dans une robe gonflante de coton blanc. Derrière elle suivent une dizaine d´autres mannequins vêtus ___ robes jaunes aux formes géométriques audacieuses, de manteaux trop grands de quatre tailles, de ponchos multicolores ou de vêtements souples en mailles, noirs ou argent. Une centaine de professionnels de la mode venus du monde entier, des stars de cinéma, des journalistes assistent au défilé. Des photographes, qui travaillent pour ces bibles de la mode que sont les magasines Women’s Wear Daily, Elle ou Gap, illuminent de leurs flaches les derniers modèles de la collection d´été du célèbre Issey Miyake. Défilé de haute couture à Paris? Non, nous sommes à Tokyo. La foule qui suit deux fois par an, au printemps et en hiver, les présentations des grands créateurs japonais montre l´importance croissante que prend le Japon dans le monde de la mode. Hier, c´étaient les Français qui tentaient le haut du pavé, puis les Italiens. Demain, ce sera peut-être le tour des Chinois. Mais aujourd´hui est entre les mains des Japonais. Le styliste italien Romeo Gigli est enthousiaste : _Les Japonais nous ont ouvert ___ nouvelles perspectives. Leur travail est un merveilleux cocktail d´Orient et d´Occident. Il y a encore quarante ans, les couturiers nippons ne s´écartaient guère des variations sur le kimono traditionnel. Actuellement, leurs créations vont de la haute couture à la française d’Hanae Mori au style futuriste d’Issey Miyake, en passant par les costumes audacieux de Rei Kawakubo. Charla Carter, une

journaliste de mode qui travaille à Paris, pour Vogue et Harper’s Bazaar, considère qu´ils ont révolutionné le vêtement féminin. Paul Raffaele, L´Emprise du soleil levant Sélection du Reader’s Digest, No.527/1991 1. Choisissez entre : a) hauts-parleurs; b) haut-parleurs; c) haut-parleur; (l.__). 2. Choisissez entre : a) en; b) avec; c) de; (l.__). 3. Choisissez entre : a) de; b) des; c) du; (l.__). 4. Donnez la famille de mots de musique. 5. Vous rencontrez dans le texte le mot volume. (l._) Illustrez dans des phrases d´autres sens de ce mot. 6. Donnez un antonyme pour étroit. 7. Faites des phrases avec plusieurs sens du mot piste. 8. Introduisez dans des phrases : une dizaine, une centaine 9. Trouvez dans le texte les formes du verbe suivre. 10. Trouvez dans le premier paragraphe le verbe employé pour désigner le mouvement du corps du top model. 11. Quels sont les adjectifs employés pour caractériser la silhouette d´un mannequin? Trouvez d´autres adjectifs qu´on pourrait lui associer. 12. Dressez une liste avec les vêtements présentés à ce défilé de mode de Tokyo. 13. Écrivez les articles qui devraient être présents dans une collection pour les jeunes. Vous pouvez leur associer aussi les couleurs que vous préférez. 14. À quoi sont comparés les magasines de mode? Commentez la comparaison. 15. De qui est composée la foule qui suit les grandes présentations de mode ? 16. Expliquez en français : a) Hier c´étaient les Français qui tentaient le haut du pavé. b) Leur travail est un merveilleux cocktail d´Orient et d´Occident. 17. Trouvez dans le texte des mots provenus de l´anglais. Ø Imaginez que vous êtes journaliste et que vous assistez pour la première fois à un défilé de mode. Présentez dans un article l´atmosphère de ce spectacle. Ø Réalisez un dossier thématique : Pays célèbres en Haute-Couture.

Test no.41
Lisez le texte : Ma chambre donne sur la rue principale du faubourg. L’après-midi était ______. Cependant, le pavé était gras, les gens rares et pressés encore. C’étaient d’abord des familles allant en promenade, deux petits garçons en costumes marin, la culotte au-dessous du genou, un peu empêtrés dans leurs vêtements raides, et une petite fille avec un gros nœud rose et des souliers noirs vernis. Derrière eux, une mère énorme, en robe de soie marron, et le père, un petit homme assez frêle que je connais de vue. Il avait un canotier, un nœud papillon et une canne à la main. En le voyant avec sa femme, j’ai compris pourquoi dans le quartier on disait de lui qu’il était distingué. Un peu plus tard passèrent les jeunes gens du faubourg, cheveux laqués et cravate rouge, le veston très cintré, avec une pochette brodée et des souliers à bouts carrés. J’ai pensé qu’ils allaient aux cinémas du centre. C’était pourquoi ils partaient si tôt et se dépêchaient vers le tram en riant très fort. Après eux, la rue peu à peu ______________ déserte. Les spectacles étaient partout commencés, je crois. Il n’y avait plus dans la rue que les boutiquiers et les chats. Le ciel était pur mais sans éclat au-dessus des

ficus qui bordent la rue. Sur le trottoir d’en face, le marchand de tabac a sorti une chaise, l’a installée devant sa porte et l’a enfourchée en s’appuyant sur le dossier. Les trams tout à l’heure bondés étaient presque vides. Dans le petit café »chez Pierrot », à côté du marchand de tabac, le garçon balayait de la sciure dans la salle déserte. C’était vraiment dimanche.[…] À cinq heures, des tramways sont arrivés dans le bruit. Ils ramenaient du stade de banlieue des grappes de spectateurs perchés sur les marchepieds et les rambardes. Les tramways suivants ont ramené les joueurs que j’ai ________ à leurs petites valises. Ils hurlaient et chantaient à pleins poumons que leur club ne périrait pas. Plusieurs m’ont fait des signes. L’un m’a même crié : »On les a eus ». Et j’ai fait :» oui », en secouant la tête . À partir de ce moment, les autos ont commencé à affluer. Albert CAMUS, L’Étranger

1. Choisissez entre : a) beau ; b) belle (l.___). 2. Complétez les points de la forme convenable du verbe devenir au passé composé. 3. Choisissez entre : a) reconnu ; b) reconnus ; c) reconnues (l.___). 4. Précisez le sens du mot faubourg.

5. C’étaient d’abord des familles allant en promenade (l.___). Remplacez le participe présent par une proposition subordonnée. 6. Empêtré signifie : a) immobile ; b) embarrassé ; c) timide. 7. Raide signifie : a) sans souplesse, sans grâce ; b) inflexible ; c) étonnant. 8. Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : avoir une bonne vue ; à perte de vue ; garder quelqu’un à vue ; connaître quelqu’un de vue. 9. En le voyant avec sa femme, j’ai compris pourquoi dans le quartier on disait de lui qu’il était distingué (l.___). Quelle est l’idée qui s’en dégage ? a) Il y avait beaucoup de distinction dans sa tenue. b) Par rapport à sa femme il semblait extrêmement délicat. c) Élégamment habillé, il inspirait de la distinction. 10. J’ai pensé qu’ils allaient au cinéma du centre (l___). Remplacez le passé composé par le présent et récrivez la phrase. 11. Le marchand de tabac a sorti une chaise(l.___). Expliquez l’emploi de l’auxiliaire dans cet exemple. Mettez ensuite au passé composé les verbes suivants : a) Elles (monter) au sommet de la montagne. b) Elles (monter) tous leurs bagages. c) Nous (entrer ) tous les meubles dans la pièce. d) Vous (descendre) les valises du train. e) Nous (entrer) dans la salle de sport. f) Vous (descendre) du train les premiers. Selon ces modèles faites entrer dans des phrases les verbes : rentrer, sortir, tomber. 12. …. l’a installée devant sa porte et l’a enfourchée …(l.___) Justifiez l’accord du participe passé. 13. Tout à l’heure (l.__). Quel est le sens de cette locution ? a) dans un moment ; b) il y a un moment. 14. Donnez le synonyme de bondé. 15. On rencontre dans le texte le verbe ramener, qui est formé à partir du verbe amener. Précisez quelle est la différence entre amener et emmener, deux « faux amis », qui se confondent facilement à l’oral, mais dont le sens est différent. Complétez les points par les formes convenables de ces deux verbes ; Quel vent vous ……… ? Il avait prié sa mère de l’……… en ville. La vieille femme ………. son petit fils à l’école. J’ai une bonne idée, je t’ ……. un ami, il va dîner avec nous.

16. Donnez un synonyme pour banlieue. 17. Quel est le sens de l’expression des grappes de spectateurs ? Donnez deux autres exemples avec le mot grappe. 18. À pleins poumons (l.___). Remplacez cette expression par une autre ayant le même sens. 19. Expliquez : on les a eus (l.___). 20. Reliez les éléments de ces deux colonnes pour établir le sens correct des verbes confluer, refluer, affluer. a. confluer a. revenir vers le lieu initial b. refluer b. se diriger vers un même lieu c. affluer c. arriver en grand nombre en un lieu Faites entrer dans des phrases ces verbes. Ø Relevez les indices qui vous permettent de dire ou se déroule la scène. (le jour, les heures) Ø Où se trouve, selon vous, le personnage ? Ø Selon les détails du texte, la scène présentée a lieu de nos jours ? Argumentez votre réponse. Ø L’écrivain affirme : « C’est vraiment dimanche ». Quels sont les arguments qui renforcent cette idée ? Ø On distingue dans le texte plusieurs « tableaux ». Lesquels ?Présentez-les avec vos propres mots. Ø Présentez votre ville (votre rue ou votre quartier) à un moment de la journée qui présente plus d’intérêt pour vous.

Test no.42
Lisez le texte : Un à un, sur le passage des dames, qui paraissaient être la châtelaine et sa fille, les jeunes gens saluaient profondément, et les demoiselles s´inclinaient. Étrange matinée! Étrange partie de plaisir! Il faisait froid malgré le soleil d´hiver, et les femmes enroulaient autour de leur cou ces boas de plumes qui étaient alors à la mode… La vieille dame resta sur la rive, et sans savoir comment, Meaulnes se trouva dans le même yacht que la jeune châtelaine. Il s´accouda sur le pont, tenant d´une main son chapeau battu par le grand vent, et il put regarder à l´aise la jeune fille, qui était assise à l´abri. Elle aussi le regardait. Elle répondait à ses compagnes, souriait, puis posait doucement ses yeux bleus sur lui, en tenant sa lèvre un peu mordue. Un grand silence régnait sur les berges prochaines. Le bateau filait avec un bruit calme de machine et d ´eau. On eût pu se croire au cœur de l´été. On allait aborder, semblait-il, dans le beau jardin de quelque maison de campagne. La jeune fille s´y promenait sous une ombrelle blanche. Jusqu´au soir on entendrait les tourterelles gémir…Mais soudain une rafale glacée venait rappeler décembre aux invités de cette étrange fête. On aborda devant un bois de sapins. Sur le débarcadère, les passagers durent attendre un instant, serrés les uns contre les autres, qu´un des bateliers eût ouvert le cadenas de la barrière … Avec quel émoi Meaulnes se rappelait dans la suite cette minute où, sur le bord de l´étang, il avait eu très près du sien le visage désormais perdu de la jeune fille! Il avait regardé ce profil si pur, de tous ses yeux, jusqu´à ce qu´ils fussent près de s´emplir de larmes. Et il se rappelait avoir vu, comme un secret délicat qu´elle lui eût confié, un peu de poudre restée sur sa joue…… À terre, tout s´arrangea comme dans un rêve. Tandis que les enfants couraient avec des cris de joie, que des groupes se formaient et s´éparpillaient à travers bois, Meaulnes s´avança dans une allée, où, dix pas devant lui, marchait la jeune fille. Il se trouva près d´elle sans avoir eu le temps de réfléchir : “ Vous êtes belle “, dit-il simplement. Alain-Fournier, Le grand Meaulnes

1. Complétez les points par le participe présent du verbe tenir (l.___). 2. Complétez les points par le plus-que-parfait du verbe s’asseoir (IIIe personne du féminin). 3. Complétez les points par l’infinitif passé du verbe voir (l.___). 4. Remplacez les propositions subordonnées par la construction malgré + nom : Bien qu’il pleuve, il fait sa promenade quotidienne. Bien qu’il soit prudent, il aime parfois faire de la vitesse. Quoiqu’ils soient jeunes, ils ont déjà acquis une certaine expérience. 5. Trouvez dans le texte le synonyme du mot rive. 6. Le verbe accouder est formé à partir d’un nom. À l’aide du même préfixe – à, formez des verbes à partir des noms suivants : dos, table, faim, peur, coutume, ligne. 7. Faites entrer dans des phrases les expressions : être à l’aise ; se sentir mal à l’aise ; en prendre à son aise. 8. Donnez le verbe qui correspond au nom abri. 9. Donnez le masculin du nom compagne. 10. Complétez les points par les mots : campagne, compagnie, compagne. Cette ………. d’assurances est très connue. En été ils quittent la ville pour aller à la …………. Le jeune homme souriait à sa ……………… Elle est restée auprès de lui dans les moments difficiles, elle lui a tenu … 11. Mordu(e) (l.___).Donnez l’infinitif qui correspond à ce participe passé. 12. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes: Filer un suspect ; filer à l’anglaise ; filer doux, argent qui file (entre les doigts). 13. On eût pu (l.___). Indiquez le temps de ce verbe. 14. Remplacez au cœur de l’été par une expression ayant le même sens 15. Formez trois phrases avec trois sens différents du verbe aborder. 16. On entendrait les tourterelles gémir (l.___). Sur ce modèle, formez, vous aussi des phrases, en employant l’infinitif après les verbes : voir, apercevoir, sentir, écouter, regarder. 17. Le débarcadère représente : a. Un bateau de plaisance qui reçoit les promeneurs ; b. Un navire de grandes dimensions ; c. Un quai ou une jetée sur un cours d’eau servant au débarquement des marchandises ou des voyageurs. 18. Durent (l.___). Indiquez l’infinitif du verbe et le temps auquel il est employé dans cet exemple. 19. Eût ouvert (l___).Indiquez le temps du verbe. 20. Écrivez les verbes qui correspondent aux noms suivants : passage, émoi, suite, rêve. 21. Il avait eu très près du sien le visage désormais perdu de la jeune fille. (l.__). Indiquez le nom remplacé par le pronom possessif du sien. 22. Ils fussent (l.__).Ce verbe est au : a) subjonctif présent : b) subjonctif passé ; c) subjonctif plus-queparfait. 23. S’éparpillaient (l.__) signifie : a) se rassemblaient ; b) se répandaient ; c) s’égaraient. 24. Donnez les synonymes du verbe réfléchir. Ø Le héros est entré dans le parc d’un château où se déroulait une étrange fête. Relevez dans le texte les termes qui suggèrent le lieu où se déroule l’action. Ø Précisez, à l’aide du texte, la saison et le moment de la journée où se passe l’action. Ø Un mot du texte désigne d’une manière précise un bateau de plaisance. Lequel ? Trouvez d’autres mots aussi dans le texte qui appartiennent au « monde des bateaux ». Ø Dans cette atmosphère de rêve, le héros cède à l’évasion dans un autre rêve. Trouvez la phrase du texte qui exprime cette idée. Ø Le héros, Meaulnes, revient brusquement à la réalité. Une phrase du texte le prouve. Laquelle ? Ø Le jeune homme fait un aveu irréfléchi ? Lequel ? Ø Avez-vous jamais rencontré par hasard une figure que vous n’oublierez longtemps ? Racontez la scène.

Test no.43
Lisez le texte : Résidence de l’Espérance, il fait froid. Le canal est sinistre, j’ai ouvert un paquet de muesli. Du lait, du miel, sliced bananas comme il est écrit dans les menus américains, je referme le policier couverture jaune et noire acheté sur les quais, un visage me visite, passé, flou, une image de Marie, toujours la même, usée, un sourire. « Je pense à vous. Si je vous _____ cela en face , vous auriez un sourire ou une moue embarrassée. Là, je vous l’écris et vous n’en savez rien. Vous marchez peut-être au bord d’un étang et riez à l’instant même, et moi j’écris que je pense à vous. C’est une petite chose glissée à la surface du monde, comme un souffle à l’intérieur d’un arbre qu’aucun météorologue ne mentionnera à la fin d’un journal télévisé. On a parlé de malheur indifférent, mais votre absence n’est pas un malheur et ce que j’éprouve ne s’appelle pas indifférence. C’est une vigilance à votre égard, un amour, mais il est fait de toutes pièces, artificiel, afin que d’autres sentiments bien réels ne ____ ___ m’assaillir. La personne _____ je pense et qui porte votre prénom n’a à voir que vaguement avec vous, passée, et encore moins avec vous, présente, puisque je ne vous vois plus. C’est quelqu’un qui doit avoir encore quelques traits communs avec ceux de votre visage, mais _____ les mots, la culture, les sentiments sont autres. Ce n’est pas vous en mieux ou en pire : c’est vous, pensée par moi, et cette construction de femme je l’appelle aussi, Marie. Savez-vous comment nommeraient leur souvenir des Cambodgiens, des Libanais, des Vietnamiens ou des Français qui auraient connu l’occupation ? La guerre. Un seul et unique même mot pour évoquer la peur, la faim, le vacarme des obus, vécus en des lieux et des dates ______. Vous ressemblez _____ un souvenir de guerre ». Yves SIMON, La dérive des sentiments

1. Choisissez entre : a) disais ; b) dirais ; c) aurais dit (l.__). 2. Choisissez entre : a) peuvent ; b) puissent ; c) pourraient (l.__). 3. Choisissez entre : a) dont ; b) de laquelle ; c) à laquelle (l.__). 4. Choisissez entre : a) où ; b) dont ; c) que (l.__). 5. Choisissez entre : a) différentes ; b) différent ; c) différents(l___). 6. Choisissez entre : a) avec ; b) à ; c) d’ (l.__). 7. Formez deux phrases avec les deux sens du mot quai. 8. Un visage…..flou signifie : a) bien contouré ; b) vaporeux ; c) peu distinct. Expliquez des idées floues ; une robe floue ; un dessin flou. 9. Donnez la famille du verbe embarrasser. 10. Quels sont les sens du verbe glisser dans les exemples suivants : · glisser sur le passé ; · glisser sur le verglas ; · glisser une lettre sous la porte ; · glisser quelques mots à l’oreille de quelqu‘un. 11. Formez deux phrases avec surface et superficie. 12. Là, je vous l’écris et vous n’en savez rien . Récrivez la phrase en mettant les verbes au passé composé. 13. Donnez l’antonyme de malheur. 14. Trouvez un synonyme pour éprouver. 15. Remplacez à votre égard par une expression ayant le même sens. 16. Puisque pourrait être remplacé par : a) afin que ; b) à mesure que ; c) parce que . 17. Pire signifie : a) plus triste ; b) plus mauvais ; c) plus regrettable. 18. Traduisez les expressions suivantes :

· faute de mieux ; · au mieux ; · mieux-être ; · aller mieux ; · ça vaut mieux ; · tant mieux ; · aller de mieux en mieux ; · à qui mieux mieux. 19. Cette construction de femme je l’appelle aussi Marie.(l.__) Mettez en évidence, à l’aide d’un présentatif, le groupe en italique. Faites les changements qui s’imposent. 20. Donnez les antonymes des mots suivants : artificiel, réel, la peur, le vacarme, la guerre, l’espérance. 21. Trouvez les noms qui correspondent aux verbes suivants et faites-les entrer dans des phrases : ressembler, nommer, évoquer, penser, voir, marcher, rire. 22. Donnez les noms des pays dont les habitants sont mentionnés dans le dernier paragraphe. 23. L’emploi de la ponctuation dans le premier paragraphe correspond-il à l’usage habituel ? Qu’est-ce que cela vous inspire ? 24. Relisez le deuxième paragraphe : C’est une petite chose ……. journal télévisé (l. ___). § Il s’agit : a) de la réaction de la femme ; b) de la lettre ; c) du fait qu’il pense à elle. § La phrase mentionnée prouve que c’est quelque chose : a) d’important ; b) d’extraordinaire ; c) d’insignifiant. Ø Quel serait, selon vous, le mot clé de la lettre ? Ø Comment expliquez-vous la syntagme : cette construction de femme ? Ø À quoi est comparée la femme aimée ? Qu’est-ce qui justifie ce rapprochement ? Ø Qu’est-ce qui vous touche dans cette lettre ? Ø La lettre serait-elle le meilleur moyen d’exprimer un sentiment comme celui d’amour ? Qu’en pensezvous ? Pourquoi le personnage choisit-il la lettre comme moyen d’expression de ses sentiments ? Ø Présentez par écrit le résumé d’une histoire d’amour qui vous a touchés, inspirée de vos lectures de la littérature roumaine ou étrangère. Ø Faites le portrait de l’homme / de la femme de vos rêves.

Test no.44
Lisez le texte : Mme Romenay mère est une des rares femmes d’aujourd’hui qui ____ à vieillir. Sous les cheveux blancs, malgré la mélancolie de la bouche aux coins tombants, les yeux, ____un souci pieux a calmé et comblé le regard, répandent sur tout le visage la paix du soir. Elle a dû être très belle, il lui ____ demeure cette inconsciente sûreté dans la démarche que la beauté donne par surcroît à ses privilégiés. Elle s’était beaucoup ______ de la vie de son fils après le mariage de celui-ci, par délicatesse, par goût de solitude aussi, mais après la rupture elle avait reparu doucement. Sur Thérèse elle ne prononçait que des paroles de pitié, d’indulgence, un peu inattendues d’une vertu si rigide et que Marc, ne se sentant pas soutenu, attribuait avec tristesse à l’influence déprimante de l’âge. Il lui tendit le télégramme. À son tour elle en fut ______. secouée : « Tu pars ? -- Tout à l’heure. -- C’est bien. » En montant, elle avait vu de l’antichambre, par une porte ouverte, les préparatifs qu’on précipitait, la gouvernante et la femme de chambre, consternées et éperdues, qui remplissaient hâtivement une malle. Henry BORDEAUX, La neige sur les pas

1. Choisissez entre (l.__) : a) ont consenti ; b) aient consenti ; c) auraient consenti. 2. Choisissez entre (l.__) : a) dont ; b) que ; c) qu’. 3. Choisissez entre (l.__) : a) en ; b) y. 4. Choisissez entre (l.__) : a) retiré ; b) retirée ; c) retirées. 5. Choisissez entre (l.__) : a) tout ; b) tous ; c) toute. 6. Donnez la famille du mot vieillir. 7. Elle a dû être très belle signifie : a) On dit qu’elle a été très belle ; b) Probablement elle a été très belle ; c) Il est hors de doute qu’elle a été très belle. 8. Donnez le synonyme du verbe demeurer. 9. Par surcroît signifie : a) en plus ; b) parfois ; c) de plus en plus. 10. Sur Thérèse elle ne prononçait que des paroles de pitié ……. (l.__). Exprimez la même idée dans une proposition affirmative. 11. Soulignez les adverbes de manière en-ment. Comment sont-ils formés ? 12. Inattendues . Écrivez cinq adjectifs formés avec le même préfixe. 13. Il lui tendit le télégramme. Remplacez le groupe en italique par le pronom convenable. Mettez ensuite le verbe au passé composé et récrivez la phrase à la forme négative et affirmative. 14. a)Quelle est la différence de sens entre le tour et la tour ? Formez des phrases avec chacun de ces deux mots. b) Précisez le sens des expressions suivantes. Faites-les entrer dans des phrases : · jouer un bon tour à quelqu’un · tour à tour · prendre un mauvais tour · à son tour 15. ……… elle en fut secouée ( l._ ) · en remplace : a) à ce moment -là ; b) de lui ; c) de cela. · Remplacez secouée par un mot ayant le même sens. 16. Quelle est la différence entre âge et âgé ? Faites-les entrer dans des phrases. 17. Les préparatifs qu’on précipitait (l. _). Récrivez cette structure en remplaçant l’imparfait par le plusque-parfait. 18. La bouche aux coins tombants est souriante ou triste ? 19. « L’inconsciente sûreté » serait-elle l’effet de la beauté présente, de la beauté passée ou de l’âge ? Qu’en pensez-vous ? Ø Expliquez : les yeux répandent sur tout le visage la paix du soir Ø Comment trouvez-vous l’attitude de cette mère pendant et après le mariage de son fils ? Ø Marc partage-t-il les opinions de sa mère sur Thérèse ? Ø Imaginez ce qui s’est passé. Quel pourrait être le contenu du télégramme ? Ø Faites un dialogue entre la mère et son fils au moment du départ de celui-ci, en employant des expressions comme : A tout à l’heure ; A bientôt ; A l’une de ces quatre. Ø Quelle forme de communication préférez-vous : le téléphone, la lettre, le courrier électronique, la télécopie ? Argumentez votre préférence dans une rédaction (20-25 lignes).

Test no.45
Lisez le texte: “Avant qu’elle fonde sur nous, la vieillesse est une chose qui ne concerne que les autres. Ainsi peut-on

comprendre que la société réussisse à nous détourner de voir dans les vieilles gens nos semblables. Cessons de tricher; le sens de notre vie est en question dans l´avenir qui nous attend; nous ne savons pas qui nous sommes, si nous ignorons qui nous serons; ce vieil homme, cette vieille femme, reconnaissonsnous en eux. Il le faut si nous voulons assumer dans sa totalité notre condition humaine. Du coup, nous n ´accepterons plus avec indifférence le malheur du dernier âge, nous nous sentirons concernés : nous le sommes. Il dénonce avec éclat le système d´exploitation dans lequel nous vivons. Le vieillard incapable de subvenir __ ses besoins représente pour toujours une charge. Mais dans les collectivités où règne une certaine égalité - à l´intérieur d´une communauté rurale, chez certains peuples primitifs - l´homme mûr, tout en ne voulant pas le savoir, sait cependant que demain sa condition sera celle qu´il assigne aujourd´hui au vieillard. C´est le sens du conte de Grimm, dont on retrouve des versions dans toutes les campagnes. Un paysan fait manger son vieux père à l´écart de la famille, dans une petite auge de bois; il surprend son fils en train d´assembler des planchettes : “C´est pour toi quand tu seras vieux”, dit l´enfant. Du coup, l´aïeul retrouve sa place à la table commune. Simone de Beauvoir, La vieillesse

1. Complétez avec la préposition convenable. (l.__ ) 2. a)Trouvez un synonyme pour le verbe fondre. (l.__) b) Indiquez deux autres sens de ce verbe. Illustrez-les dans des phrases. 3. Donnez le contraire de vieillesse. 4. Introduisez dans une phrase le verbe vieillir au présent (3e pers. pl.) 5. Trouvez les noms correspondants aux verbes suivants : comprendre, cesser, savoir, vouloir, représenter. 6. Donnez les participes passés des verbes suivants. Classez-les selon leur terminaison. fondre, comprendre, attendre, dire, reconnaître, écrire, vouloir, sentir, savoir, vivre, surprendre, réussir. 7. Donnez l´infinitif des verbes employés au futur simple dans le texte. 8. Vous rencontrez dans le texte les mots: égalité, communauté, totalité. Écrivez encore cinq mots ayant la même terminaison. 9. Choisissez l´explication qui convient le mieux pour du coup. (l.__ / l.__) a) en conséquence; b) dès lors. 10. Donnez la famille de mots de charge. 11. Vous rencontrez dans le texte l´adverbe de temps demain. Écrivez d´autres adverbes de temps. 12. Un paysan fait manger son vieux père à l´écart de la famille. Remplacez père par mère. Faites les transformations qui s´imposent. 13. Donnez un synonyme pour assigner. 14. Donnez les homonymes du mot conte. 15. Faites la différence entre aïeuls et aïeux. Mettez la forme convenable dans les phrases suivantes. Ses …………habitent un petit village. Les Daces et les Romans sont nos ………. Ø Quelle a été votre première impression à la lecture du texte? Ø Commentez le premier paragraphe. Ø Connaissez-vous d´autres contes de Grimm? Énumérez-les. Ø Qu´est-ce que vous comprenez par le malheur du dernier âge? Ø Trouvez l´équivalent roumain des proverbes suivants: § Ce que poulain prend en jeunesse, il le continue en vieillesse. § Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait, le monde mieux irait. Ø Faites le portrait de vos grands-parents en insistant sur leur condition et sur leurs rapports avec vos parents.

Test no.46
Lisez le texte : “Les temps sont-ils proches _____ les hommes penseront avoir inventé le bonheur? Du moins les techniques pour _______ parvenir se sont-elles considérablement développées. Elles impliquent une certaine identification entre le bonheur et le bien-être. Bien sûr, cette confusion n´est jamais totalement avouée ou admise par l´opinion publique. Nous l´avons déjà dit : le sens commun sait bien faire la distinction entre les circonstances favorables à un état d´âme et cet état lui-même. Il suffit de citer à nouveau le proverbe : “L´argent ne fait pas le bonheur.” Mais cette sagesse populaire est à peu près éclipsée par le prestige de tout ce que la société industrielle invente et fabrique pour rendre la vie quotidienne plus agréable. La recherche du confort se substitue à ____ du bonheur. C´est tellement plus simple et surtout plus précis! Vous achetez une automobile : vous pouvez estimer d´avance la somme de jouissance qu´elle vous procurera. Vous êtes assis chez vous, le soir, dans un fauteuil, un verre de whisky à la main, et vous regardez à la télévision un programme qui vous plaît. Le chauffage central crée une douce ambiance pendant qu´il neige dehors. Voilà des agréments sur ______ vous pouvez compter. Il n´y a plus qu´à vous persuader que c´est cela qui s´appelle être heureux, et voilà votre existence arrangée douillettement. La publicité tentaculaire qui s´étale sur les murs, dans vos journaux et au cinéma vous encourage sournoisement à opérer cette simplification. Elle fait grand usage, sinon du mot “bonheur”, du moins de ceux qui lui sont apparentés.” Jean Cazeneuve, Bonheur et civilisation 1. Complétez avec le pronom relatif convenable. (l.__) 2. Complétez avec le pronom adverbial convenable. (l.__) 3. Complétez avec le pronom démonstratif convenable. (l.__) 4. Complétez avec le pronom relatif composé convenable. (l.__) 5. a) Vous rencontrez dans le texte les mots: distinction, identification, confusion. Écrivez les verbes qui leur correspondent. b) Cherchez les noms féminins qui correspondent aux verbes suivants. Classez-les selon les terminaisons. adopter, mobiliser, louer, fabriquer, démolir, , permettre, disparaître, discuter, digérer, émouvoir, inventer, admettre. 6. Trouvez le nom de la famille de avouer. 7. Le sens commun (l.__) signifie : a) le bon sens; b) le sens le plus fréquent. 8. Faites des phrases avec : état et Etat. 9. Vous rencontrez dans le texte l´expression impersonnelle il suffit suivie d´un infinitif. Employez dans une phrase il suffit que…. 10. Trouvez l´équivalent roumain des proverbes suivants : L´argent ne fait pas le bonheur. L´argent n´a pas d´odeur. 11. Faites des phrases avec les différents sens du mot rendre. 12. Qu´est-ce que vous comprenez par la somme de jouissance? 13. Construisez trois phrases selon le modèle : Vous êtes assis dans le fauteuil, un verre de whisky à la main. Il se promène, les mains dans la poche. 14. Mettez en roumain à l´aide du dictionnaire: · compter ses pas · compter les jours · se rendre compte · trouver son compte

· en fin de compte · compte - rendu 15. Choisissez la bonne explication et introduisez dans des phrases les constructions suivantes. a) compter+infinitif a) figurer b) compter sur quelqu´un b) avoir la valeur de c) compter parmi c) se proposer de d) compter pour d) espérer fermement quelque chose e) compter sur quelque chose e) avoir confiance en quelqu´un 16. Écrivez les familles de mots des adverbes douillettement et sournoisement. Ø Quels seraient, selon vous. les mots apparentés au bonheur? Ø Comment voyez-vous le bonheur? Réalisez un essai sur ce sujet. Donnez-lui un titre suggestif. Ø Au début du XXIe siècle le bonheur et le bien être s´identifient-ils? Qu´en pensez-vous? Ø Commentez : L´argent ne fait pas le bonheur. Êtes-vous d´accord ou non? Ø Présentez quelques personnages littéraires “à la recherche du bonheur”.

Test no.47
Lisez le texte : ….C´est la jeunesse, dès son âge le plus tendre, qui ______ la cible favorite des publicitaires; séduire les fils pour gagner la mère. Et les professionnels de la vente en savent beaucoup plus long que les enseignants sur la mentalité enfantine. S´ils ne savent pas comment apprendre l´Histoire, mais ils ne s´en soucient pas, ils savent en revanche comment faire passer une idée simple et forte. Sur ce terrain ils disposent de la compétence et des moyens. L´esprit des enfants leur appartient; il n´est que de voir l´intérêt passionné des très jeunes téléspectateurs pour les spots de publicité. À coup sur, ces messages brefs, simples et distrayants sont exactement adaptés au public enfantin. Nous ne savons plus dans quelle société nous vivons ou plus exactement quelle société découvrent nos enfants. Si nous croyons toujours que nous leur transmettons un certain acquis culturel à travers les canaux traditionnels, nous nous trompons. Le jeune esprit qui s´éveille dans le monde occidental est d´abord impressionné par les informations de l´environnement matériel et commercial. Il est instruit par les objets, les vitrines, les affiches, les annonces, les spots publicitaires, bien plus que par les discours de ses parents ou des maîtres. Or ces supports disent tous la même chose : ils répètent à l´envi que nous vivons dans une société d´abondance et que l´essentiel est de posséder des objets manufacturés. La Publicité, au sens le plus large, donne à croire que le seul problème est de choisir entre les biens trop nombreux qui sont offerts. Chacun étant supposé avoir les moyens d´acheter, il suffit d´éclairer son choix. Tout naturellement l´enfant en déduit que le bien-être est donné, qu´il existe comme l´air et le soleil et que point n´est besoin de le gagner. François de Closets, Le bonheur en plus 1. Complétez avec le verbe devenir au passé composé-(l.__) 2. a) Donnez l´adjectif de la famille de jeunesse. b) Écrivez le verbe qui correspond à cet adjectif. 3. Employez dans des phrases le mot tendre comme : a) synonyme de délicat b) synonyme de affectueux

c) synonyme de doux d) antonyme de rassis 4. Écrivez la famille de mots de gagner. Indiquez aussi le contraire de chaque mot. 5. Qui sont les enseignants? Expliquez en français. 6. Enfantine (l.__) Indiquez les deux mots de la même famille. 7. Introduisez dans une phrase les verbes apprendre et éclairer avec un sens différent de celui du texte. 8. Remplacez sur ce terrain (l.__) par une construction équivalente. 9. Faites des phrases avec plusieurs sens du mot terrain. Cherchez dans le dictionnaire des expressions avec ce mot. 10. Exprimez autrement : Il n´est que de voir l´intérêt …….. 11. Écrivez le verbe de la famille de acquis (l.__) 12. Donnez un synonyme et un antonyme pour se tromper. 13. Cherchez l´intrus : vitrines - affiches - spots publicitaires - romans - annonces - réclames. 14. Cherchez dans le dictionnaire le sens de la locution à l´envi. Introduisez-la dans une phrase. 15. Dites ce que vous comprenez par séduire le fils pour gagner la mère en pensant au domaine de la publicité. Ø Exprimez en quelques lignes vos réactions, vos réflexions après la lecture de ce texte. Partagez-vous le même point de vue sur ce sujet? Argumentez votre réponse. Ø Comment sont les messages des spots publicitaires? Qu´est-ce qu´ils ont de plus que les conseils des parents et des maîtres? Ø Pourquoi la jeunesse est-elle considérée la cible favorite des publicitaires? Ø Comment trouvez-vous l´environnement matériel et commercial? Ø Relisez attentivement le dernier paragraphe. Partagez-vous la même opinion? Parlez des influences positives et négatives de la publicité dans la formation des enfants. Ø Quelles sont les réclames que vous aimez le plus? Affiches, spots publicitaires à la télé, à la radio, publicités dans les pages des revues ou des journaux, etc. Justifiez votre réponse. Ø Imaginez que vous participez à une campagne publicitaire pour une pâte dentifrice. Rédigez le slogan du spot publicitaire. Ø Inventez une publicité pour promouvoir un établissement scolaire / une agence de voyage / un spectacle / un parfum, etc.

Test no.48
Lisez le texte : C´est par l’agencement de l’espace dans les pages que l’auteur de bandes dessinées parvient à faire varier le temps apparent ou les sentiments de ses personnages. Les premiers auteurs de bandes dessinées, et bien d’autres sur leurs traces, ont conçu leur récit comme une sage succession de carrés ou de rectangles, sans négliger pour autant l’harmonie de l’ensemble, c’est-à-dire de la page. Les images se succèdent dans un ordre la plupart du temps chronologique, mais le lecteur ne peut respecter cet ordre comme il y est contraint au cinéma où chaque plan chasse celui qui précède. Une page, c’est d’abord une composition, et on l’appréhende globalement, comme un tableau. Dans une seconde étape, l’oeil parcourt la page en se laissant______, malgré lui, par les rythmes de formes et de couleurs. Ainsi le lecteur se meut dans un temps parfaitement irréel, parcourant plusieurs fois, sur des rythmes différents et avec des motivations différentes, une même séquence. Le résultat est une sorte de progression en spirale, très variable d’ailleurs suivant les individus, à tel point que certains adultes non entraînés ne peuvent absolument pas lire une bande dessinée. À l’issue d’une lecture pleine de ruptures et d’hésitations, le lecteur a vécu une sorte de temps émietté à la base de fragments déchiffrés chaotiquement.

Christian Poslaniec, Nouvelles de France,

1. Choisissez entre : a) guidé ; b) guider (l.___). 2. Quel est l’élément mis en relief dans la première phrase du texte ? Quel procédé l’auteur utilise-t-il ? Mettez en évidence, à l’aide du même procédé : l’auteur de bandes dessinées (l.__). Faites les transformations qui s’imposent. 3. Donnez un synonyme pour : il parvient à . 4. Quel est l’adverbe de manière formé à partir de l’adjectif apparent ? 5. Sur leurs traces signifie : a) qui tracent un modèle ; b) qui suivent leur exemple ; c) qui font la même chose parallèlement. 6. Ont conçu (l. ___). Donnez l’infinitif de ce verbe. 7. Pour autant signifie : a) malgré cela ; b) aussi bien ; c) dans une certaine mesure. 8. Sans négliger (l.__). a) Remplacez cette structure par « sens »+infinitif passé. b) Transformez cette construction dans une proposition subordonnée, à l’aide de sans que. Quel mode du verbe employez-vous après cette conjonction ? 9. Dans il y est contraint, « y »remplace : a) dans un ordre ; b) à respecter cet ordre ; c) à cet ordre. 10. Formez trois phrases avec les trois sens différents du verbe chasser. 11. Le verbe appréhender a plusieurs sens. Choisissez, dans la liste suivante, ceux qui sont corrects : a) procéder à l’arrestation de …… ; b) communiquer un savoir ; c) être dans l’incertitude de la réalité d’un fait ; d) craindre, redouter la venue de quelqu’un ; e) comprendre, saisir intellectuellement ; f) déconcerter, étonner. Formez ensuite trois phrases avec trois sens différents de ce verbe. 12. Œil et yeux entrent dans de nombreuses locutions. Construisez trois phrases avec les trois locutions adverbiales suivantes : a) à l’œil ; b) à vue d’œil ; c) au doigt et à l’œil. Recherchez dans votre dictionnaire d’autres locutions avec œil et yeux. 13. Le lecteur se meut( l.__). Donnez l’infinitif de ce verbe. 14. Donnez un synonyme pour suivant les individus. 15. a) Soulignez la subordonnée de conséquence. b) Exprimez la conséquence à l’aide d’une autre locution conjonctionnelle ou d’une structure discontinue (dans ce dernier cas, faites les transformations qui s’imposent). 16. Donnez un synonyme pour : à l’issue de . 17. Chaotiquement . Donnez le nom et l’adjectif de la même famille.

Ø On affirme dans le texte que le lecteur ne peut pas respecter l’ordre des images, attiré par la page dans son ensemble. Etes-vous d’accord avec cette affirmation ? Comment lisez-vous une B.D. ? Expliquez si vous faites un déchiffrage chronologique, image après image, ou bien une perception globale. Ø La B.D. et le cinéma ont en commun certains procédés. Lesquels ? Et les différences ? Ø Certains adultes non entraînés ne peuvent absolument pas lire une B.D. .Qu’en pensez-vous ? Ø Travaillez en équipe de trois, en respectant les étapes suivantes : · écrivez ensemble le scénario ; · l’un d’entre vous établit le découpage en images (vignettes) et choisit le contenu de chacune d’entre elles ; · un autre composera le texte inséré dans des bulles ;

· un troisième réalisera les dessins.

Test no.49
Lisez le texte : On a donné à ce succès des causes techniques : la principale, l’industrialisation progressive de l’imprimerie, a permis aux journaux, à tous les imprimés, de proliférer et de devenir accessibles à la bourse d’un grand nombre. Une seconde, l’introduction de la couleur dans la gravure, a ajouté à son attrait. On a avancé des causes politico-sociales : l’obligation d’aller en classe, en forçant tous les enfants ____ se plonger journellement, dès le jeune âge, dans des livres avec plus ou moins d’illustrations, leur a donné le goût de la phrase imprimée, mais aussi de l’image.(..) Enfin, on a également recherché des causes psycho-sociales à cet engouement nouveau : notre civilisation devient, grâce à ses moyens modernes de diffusion des idées et de communication, une civilisation de l’œil, de la parole et de l’oreille et, également, une civilisation qui se passionne plus pour l’idée, pour la réflexion. On ne peut nier que toutes ces causes ____. Mais la principale, celle qu’il faut retenir avant tout, c’est que la bande dessinée est, pour le lecteur, une distraction, une récréation simple, peu coûteuse et qui trouve un écho immédiat en lui-même. L’historique de la bande dessinée en dit, là-dessus, plus que toutes les assertions : elle a d’abord eu pour unique but d’amuser; elle a été humoristique, pleine de gags, de clowneries, de bons mots ou de calembours et de farces. L’enfant aime rire, l’adulte cherche le rire, le premier parce qu’il est insouciant, spontané, qu’il obéit à sa nature de petit homme; le second, parce qu’il veut échapper à l’étreinte de ses soucis, de ses problèmes, de ses incertitudes, de son ennui et surtout à celle d’une société de plus en plus déshumanisée inquiétante et contraignante. Quant à l’avenir de la bande dessinée, en France, il est quelque peu incertain et on s’achemine probablement vers une crise. D’une part parce que le succès du genre provoque tant de “vocations” rapides et peu affirmées pour répondre à une demande croissante, qu’on peut craindre de voir fleurir des bandes dessinées au mètre, sans recherche vraie, sans plaisir créateur. D’autre part parce que la fameuse loi sur les publications destinées à la jeunesse qui, à l’origine, a aidé la bande dessinée française à s’affranchir de l’école américaine, constitue, à présent, une entrave à la création puisqu’on a vu, déjà, plusieurs albums et revues interdits de vente aux mineurs. Mais comme, au même moment, les bandes dessinées françaises sont de plus en plus exportées et traduites, on ne peut déterminer, à coup sûr, quelle tendance l’emportera d’ici quelques années. Christian Poslaniec, Nouvelles de France 1. Choisissez entre : a) de ; b) à ; c) pour (l.___). 2. Choisissez entre : a) ont joué ; b) aient joué ; c) ait joué (l.___). 3. Trouvez un synonyme pour donné (l.___) 4. Progressive. Indiquez le masculin de cet adjectif. 5. Remplacez accessibles à la bourse d’un grand nombre par une expression ayant le même sens. 6. Attrait. Donnez l’adjectif de la même famille. 7. Dès le jeune âge signifie : a) à partir du jeune âge ; b) pour le jeune âge ; c) même le jeune âge. 8. Trouvez le verbe qui correspond au nom réflexion. 9. Remplacez on ne peut nier que par il est possible que et continuez la phrase. 10. Trouvez un synonyme pour le verbe jouer dans le contexte donné (l.___). 11. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions :

a. prêter à rire ; b. rire au nez ( à la barbe) de quelqu’un ; c. se rire de ; 12. Donnez la famille du verbe obéir. 13. Trouvez un synonyme pour s’acheminer. 14. S’affranchir signifie : a) échapper ; b) se libérer, se débarrasser ; c) se rapprocher. 15. Une entrave signifie : a) une difficulté ; b) un soutien ; c) un obstacle. 16. Remplacez quant à par une expression ayant le même sens. 17. Remplacez la locution à coup sûr par un adverbe ayant le même sens. 18. Donnez le masculin de l’adjectif fameuse. 19. Lisez attentivement l’avant-dernier paragraphe. Pour quelles raisons l’auteur considère-t-il que l’avenir de la B.D. en France est assez incertain ? Choisissez les deux bonnes réponses : a. Les créateurs craignent ne pas réussir à répondre à une demande de plus en plus croissante ; b. Les jeunes ne cherchent plus les B.D. et, s’ils les lisent, ils le font sans plaisir ; c. Des auteurs plus ou moins doués en « fabriquent » en quantité sans se soucier de la qualité. d. La B.D.française imite l’école américaine ; e. On interdit la vente de certains albums et revues aux mineurs. Ø Quelles seraient, selon l’auteur de cet article, les causes du succès de la B.D. ? Ø Trouvez dans le texte les mots ou les expressions de la sphère du comique. Ø Sur quoi reposent, selon vous, les principaux effets comiques d’une B.D. ? Ressortent-ils seulement du texte ou non ? Ø Le ton de l’auteur dans la dernière phrase de l’article, est-il toujours pessimiste ? Pour quelles raisons ? Ø Proposez trois sujets qui pourraient constituer une B.D. Ø Quant à l’avenir de la bande dessinée, en France, il est quelque peu incertain………. Et en Roumanie ? Exprimez votre point de vue sur le phénomène de la bande dessinée dans la presse roumaine dans une vingtaine de lignes.

Test no.50
Lisez le texte : Le désir de personnaliser la communication entre la lectrice et le journal n’a cessé de hanter la presse féminine. Courrier de modes, demandes de conseils culinaires ou de savoir-vivre ont toujours maintenu un contact entre le journal et ses lectrices. Lorsque la presse féminine est devenue massive, paradoxalement, l’échange entre la publication et le public est devenu plus intime. Et ce par le biais du plus personnel des services rendus : celui des conseils sentimentaux. On peut apprendre à cent mille femmes à faire une jupe droite ou une sauce béarnaise, ou à juponner un fauteuil crapaud. Le conseil du courrier du cœur, lui, est un conseil personnel, identifié, individualisé. Le demander est, pour la lectrice, un acte de confiance et d’amour. Tout autant ou plus encore que la réponse à son problème, la lectrice attend une marque d’intérêt de son journal. Bien souvent elle pourrait fort bien donner son adresse ; mais la récompense est de se voir répondre dans le journal. Car si l’anonymat ______ permet de garder le courrier est la raison même de son extraordinaire fortune – l’anonymat invitant à la confession – il faut _______ ajouter le trouble plaisir de « se-voir-imprimé-dans-le-journal » sous un pseudonyme : sentiment de participer au journal, de sortir, grâce à lui, de la masse et de la solitude. Les journaux ont compris parfaitement le rôle ambigu de ce service, qu’ils ne rendent pas au hasard, mais ordonnent comme un théâtre. Ils en choisissent les acteurs, le ton des répliques, les thèmes, et les thèses à défendre, veillant soigneusement sur ce courrier qui est aussi une rubrique au travers de laquelle le journal dit les choses les plus importantes, les plus délicates, puisqu’il parle en directeur de conscience. […] Il n’y a donc pas le courrier du cœur, il y a plusieurs sortes de courriers du cœur. Ce seul sujet pourrait faire

l’objet d’un gros volume. Nous ne pouvons ici que tracer quelques grandes lignes de ______ pourrait être une semblable recherche, et poser des problèmes sans avoir le loisir de les approfondir. En cette matière les considérations les plus élaborées n’auront jamais la force et l’accent de ce qui a pu les provoquer : les lettres. Aussi donnerons-nous, dans toute la mesure du possible, la place aux documents eux-mêmes. Nous regrettons seulement que leur authenticité ne puisse toujours être totalement garantie :en effet, bien des journaux récrivent, pour la publication, les lettres auxquelles ils répondent par la voie du journal, soit parce qu’elles sont trop longues, soit parce que le style en est maladroit, soit parce que les détails donnés sont trop crus. D’autres ont pris l’habitude de grouper plusieurs lettres traitant à peu près du même problème et d’en faire une lettre unique qui les résume et qu’on appelle couramment dans les rédactions »la lettre bidon ». Évelyne SULLEROT, La presse féminine 1. Choisissez entre : a) que ; b) qui (l.___). 2. Choisissez entre : a) en ; b) y (l.___). 3. Choisissez entre : a) ce qui ; b) ce que (l.___). 4. Indiquez le masculin du nom lectrice. 5. Donnez le nom qui correspond au verbe cesser. 6. Hanter signifie : a) intéresser ; b) tourmenter avec obstination ; c) obséder, occuper entièrement l’esprit. 7. Voici les sens du mot courrier : a. correspondance reçue ou envoyée par la poste ; b. totalité des lettres qu’une personne écrit ou reçoit ; c. rubrique de journal consacrée à des nouvelles spéciales ; d. homme chargé de porter les dépêches. Indiquez le sens du mot dans le contexte donné. Formez ensuite des phrases avec les trois autres sens du mot. 8. Le savoir-vivre représente : a. la compétence professionnelle ; b. l’ensemble des connaissances acquises par l’étude ; c. la connaissance et la pratique des usages du monde. 9. Maintenir est à côté des verbes qui suivent, un composé du verbe tenir : s’abstenir, appartenir, contenir, détenir, maintenir, obtenir, retenir, entretenir, soutenir. Dans les phrases suivantes, employez le verbe tenir et ses composés, aux temps indiqués entre parenthèses : Les membres d’un parti ……… leurs candidats. (présent) Il ………. une collection de tableaux rares. (présent) Cette guérison …………. du miracle. ( présent) Mon cousin voulait partir, mais nous l’ …….. (passé composé) Ces idées ne lui …………… pas. (présent) À la fin des études chaque étudiant ………… son diplôme. (futur) Cette réplique ……….. une attaque violente à son adresse. (imparfait) Causeur infatigable, il ……… toujours la conversation. (présent) Pendant le scrutin, beaucoup d’électeurs ……… ( passé composé) 10. Remplacez par le biais de par une expression ayant le même sens. 11. Conseils sentimentaux (l.___). La plupart des adjectifs qui ont au masculin singulier la terminaison – al, prennent au pluriel la terminaison – aux , comme dans l’exemple cité. Soulignez dans la liste suivante, ceux qui ne respectent pas cette règle : loyal, spécial, naval, fatal, final, féodal, national, bancal, brutal, principal, tribal. 12. Indiquez le sens du mot fortune dans le contexte donné. 13. Précisez le sens des expressions suivantes et faites-les entrer dans des phrases : faire fortune, à la fortune du pot, les coups de la fortune, tenter fortune. 14. Le rôle ambigu (l.___). Remplacez rôle par fonction et faites la transformation qui s’impose. 15. Expliquez avec vos propres mots : avoir le loisir de …….. (l.___). 16. Aussi donnerons-nous, dans toute la mesure du possible, la place aux documents eux-mêmes. (l.___)

a. Expliquez l’inversion du sujet dans l’exemple donné. b. Faites, s’il y a lieu, l’accord de même dans les phrases suivantes : Elles font la cuisine elles – (même). (Même) s’il s s’opposent à ce projet, il suivra son cours. Il faisait si froid que (même) les plus jeunes préféraient rester chez eux. Vous avez les (même) goûts que nous. Vous pouvez résoudre vous-(même) ce problème. 17. Puisse.(l___). Précisez le mode et le temps du verbe. Justifiez son emploi. 18. Bien des journaux (l.__). Remplacez bien par la plupart, puis par un tas de et récrivez cet exemple. 19. Donnez le nom qui correspond à l’adjectif maladroit. 20. Précisez le sens de l’adjectif cru dans les exemples suivants : des légumes crus, une lumière crue, répondre de façon crue, une plaisanterie un peu crue. 21. Écrivez les adverbes de manière qui correspondent aux adjectifs suivants :violent, élégant, lent, courant, apparent, présent, récent, véhément. Ø Quel terme emploi l’auteur pour dire que ce courrier a le rôle de diriger la vie spirituelle, morale de ses lectrices ? Ø La presse féminine bénéficie de très gros tirages et attire un grand nombre de lectrices. Relevez les mots du texte qui expriment cette idée. Ø Le journal donne toutes sortes de conseils à ses lectrices, des recettes de cuisine ou d’autres conseils pratiques. Dégagez la phrase qui exprime cette idée. Ø La lectrice emploie souvent un pseudonyme, qui est, en fait, une concession à la pudeur. Êtes-vous d’accord avec cette habitude ? Si vous écriviez à une telle rubrique, procéderiez-vous de la même manière ? Justifiez votre réponse. Ø Pourquoi, selon l’auteur, la lectrice ne donne-t-elle pas son adresse ? Ne serait-il pas plus commode de recevoir à la maison la réponse écrite aux problèmes qui l’inquiètent ? Ø Qu’est-ce qui pousse la lectrice à écrire au journal ? Ø L’auteur nous dit que les journaux mettent de l’ordre dans l’anarchie des lettres reçues. Comment le fontils ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Ø Êtes-vous d’accord avec les personnes qui s’adressent au courrier du cœur ? Vous considérez cela comme un acte de courage ou, au contraire, comme un signe de faiblesse morale ? Ø Nommez quelques magazines féminins présents dans la presse roumaine. Ø Imaginez une discussion animée et contradictoire entre deux femmes : l’une aime s’adresser au courrier du cœur, l’autre est tout à fait contre. ( 8 à 10 répliques).

Test no.51
Lisez le texte : Il y a une insatisfaction particulière des Français quant à leurs conditions de résidence au moins dans les villes. Quel paradoxe de voir ce peuple qu’on dit si traditionaliste, si casanier, ne rêve en fait que fuite hors de son domicile. Nulle part au monde, le temps des vacances ne prend ainsi l’allure d’un référendum attestant que, là où l’on habite, on ne se sent pas vraiment très bien. Mais le phénomène, si typiquement français, de la résidence secondaire, est encore plus significatif des frustrations ______ crée, chez nos compatriotes, l’existence dans les villes françaises telles qu’elles sont aujourd’hui. C’est évidemment Paris qui donne le ton : la moitié des résidences appartiennent à des Parisiens au sens large. Ainsi, une sorte de marée humaine fait fluctuer la population présente dans la capitale, qui passe de 3,5 millions de personnes les jours ouvrables à 1,5 million pendant les week-ends d’été. Et ce n’est qu’un début : précédent redouté, mais exemple prestigieux, Paris reste le modèle.

Toute une chaîne d’erreurs politiques contribuent à expliquer ce phénomène singulier. On commence par contraindre les ruraux à s’installer en masse dans les villes, sans s’occuper du coût affectif ni du coût économique de leur départ ( un logement abandonné, un autre à reconstruire, etc.). A force de grossir, les villes deviennent déplaisantes. Qui pour son moulin, qui pour sa fermette, les citadins privilégiés les fuient et se mettent alors à jouer les ruraux le temps de leurs loisirs. On _______ voit les conséquences : au moment où l’industrialisation est tenue pour l’impératif premier et où les ressources pour la financer font défaut, des masses d’épargne croissantes sont détournées vers les placements fonciers : la résidence secondaire constitue un facteur supplémentaire de ségrégation sociale ; aussi bien à la ville qu’à la campagne, son développement revient, à la limite, à nier la notion même de vie certaine puisqu’il tend à assimiler la ville au lieu de travail et à confiner le loisir dans l’isolement, d’où un obstacle supplémentaire à la participation à la vie collective et au bon fonctionnement de la démocratie. Le plus regrettable est peut-être que la résidence secondaire ______ comme une libre option, mais comme une nécessité de santé et d’équilibre, le remède indispensable aux maux de la ville. Le Monde , La résidence secondaire

1. Choisissez entre : a) qui ; b) que ; c) dont (l.___). 2. Choisissez entre : a) y ; b) en ; c) lui (l.___). 3. Choisissez entre : a) ne soit pas comprise ; b) n’est pas comprise ; c) ne sera pas comprise(l.___).

4. Remplacez quant à par une expression ayant le même sens. 5. Donnez la famille du mot résidence. 6. Casanier signifie : a) qui aime les voyages ; b) qui change fréquemment la place ; c) qui aime rester chez soi. 7. Trouvez dans le texte le verbe de la famille de fuite. 8. Donnez la famille du verbe habiter. 9. a) Telles qu’elles sont (l.__)se rapporte : I. aux villes ; II. aux frustrations ; III. aux résidences. b) Remplacez telles par un mot ayant le même sens. c) Remplacez les points par la forme convenable de tel. Mettez ensuite en roumain les phrases : On ne voit plus de nos jours de ….. hommes. Elle s’occupe de son petit-frère …… une mère. Il faut voir les hommes …… qu’ils sont. …… est mon opinion. ……. fut le résultat de tes efforts. …… pages sont tachées d’encre, ….. autres sont griffonnées. ……. père, …… fils, dit le proverbe. 10. Expliquez : une sorte de marée humaine (l.___). 11. Fluctuer signifie : a) s’écouler, se répandre ; b) arriver en abondance en un lieu ; c) changer, devenir fluctuant. 12. Expliquez : les jours ouvrables (l.___). 13. Expliquez la différence entre précédent et précédant. Choisissez la forme correcte pour les exemples qui suivent : On pourrait dire que cette découverte est sans …… Ce qui m’inquiète c’est qu’il a créé un …….. Le jour …… son départ, il m’a prêté cet album. Je lit attentivement la page …….. 14. Trouvez le nom qui correspond au verbe contraindre. 15. Donnez l’antonyme du mot départ. 16. Donnez un synonyme pour logement. 17. À force de grossir exprime : a) une conséquence ; b) une cause ; c) une condition. § Transformez cette construction à l’aide d’un verbe à un mode personnel. 18. Donnez un synonyme pour déplaisantes. Donnez ensuite l’antonyme de ce mot. 19. Les ressources …. font défaut signifie : a) elles sont mal distribuées ; b) elles sont insuffisantes, elles

manquent ; c) elles sont très importantes. 20. Les placements fonciers se réfèrent : a) à un fonds de terre, à son exploitation ; b) au placement fondamental, principal ; c) à la vie citadine. 21. La ségrégation représente : a) l’action de répartir les personnes du point de vue de leurs revenus ; b) l’action de séparer les personnes différentes à l’intérieur d’une collectivité ; c) l’action de rétablir des relations amicales entre les citadins et les ruraux. 22. Mettez aux singulier : aux maux. 23. Qui pour son moulin, qui pour sa fermette, les citadins …… le temps de leurs loisirs.(l.___). Exprimez avec vos propres mots l’idée qui ressort de cette phrase. Ø Qu’est-ce qu’une résidence secondaire ? Ø Pourquoi, selon l’auteur de cet article, les citadins fuient-ils la ville ? Ø Combien de Parisiens quittent leur ville pendant les week-ends ? Comment l’auteur les appelle-t-il ? Ø Pour quelle raison économique l’auteur de l’article juge-t-il dangereux le développement des résidences secondaires ? Pour quelle raison sociale ? Ø L’auteur considère-t-il la résidence secondaire uniquement comme une possibilité réelle de recréation ? Ø Et vous ? Éprouvez-vous le sentiment d’appartenir à votre ville (village) ? Croyez-vous qu’il y ait un écart important entre la vie en milieu citadin et celle en milieu rural ? Exprimez votre point de vue dans une vingtaine de lignes.

Test no.52
Lisez le texte :

Un pays n´a pas le même visage si on le regarde par la fenêtre d´un autocar de voyage organisé ou si on le découvre de derrière son propre volant, avec la possibilité de faire des fréquents arrêts pour entrer en contact avec les populations autochtones. Les trépidations de la vie moderne secrètement une humanité en mal de contrepoison, qui recherche la paix à l´écart du groupe; c´est l´humanité de ces voyageurs qui aiment à découvrir, à leur propre rythme et selon une formule individualisée ____ chaque région offre de meilleur : une nature intacte, un confort total, des distractions, certes, mais aussi un certain sens de l´hospitalité. C´est cette aspiration qu´ont saisie les Relais et Châteaux, observant qu´on ne peut pas échapper ___ travail à la chaîne par des vacances à la chaîne. Chaque hôtelier de cette Association s´efforce donc de recevoir le client comme une relation personnelle, en ajoutant ce “quelque chose de plus” qui distingue sa maison de toute autre halte touristique. Les dispositions prises aujourd´hui par l´ensemble des adhérents évitent aux Relais de se trouver à court de personnel : un bureau commun est toujours prêt à mobiliser sur l´heure le collaborateur requis; un système de réservations des chambres, fonctionnant d´un relais à l´autre facilite les voyages des clients et pallie en même temps le désagrément des annulations imprévues; en outre, les fournisseurs de l´ensemble des Châteaux prélèvent sur leurs bénéfices un pourcentage qui est affecté aux dépenses publicitaires du groupe. À travers les maillons de la chaîne, il n´est pas rare de voir également les membres du personnel invités à poursuivre des stages dans les différentes maisons. Tacitement, les adhérents ont adopté les mêmes méthodes professionnelles : un style d´accueil personnalisé, affable et chaleureux qui donne au visiteur l´impression d´arriver dans une maison amie, où des fleurs l ´attendent dans sa chambre (de préférence toujours la même pour les habitués) et une attention soutenue mais toujours discrète l´accompagne durant tout le séjour. Les “Relais et Châteaux” attachent une importance particulière à la fraîcheur des mets en évitant les plats surgelés, les conserves et les sauces préparées, pour leur préférer des recettes authentiques donnant la priorité aux produits régionaux qui sont, en outre, parfois vendus sur place, dans des emballages attrayants

(sachets d´herbes, pots de miel, fruits confits, etc.) Nouvelles de France, No.59 1. Choisissez entre : a) ce qui; b) ce que; (l.__). 2. Choisissez entre : a) au; b) du; (l.__). 3. a)Que signifie le mot arrêt dans le texte? b)Employez-le dans une phrase avec un autre sens. 4. Trouvez dans le premier paragraphe un synonyme de région. 5. Expliquez en français une humanité en mal de contrepoison. Cette humanité, comment est-elle? a) souffrante; b) optimiste; c) indifférente? 6. À l´écart du groupe (l.__) signifie : a) près du groupe; b) loin du groupe; c) a l´intérieur du groupe. 7. Introduisez dans une phrase le verbe s´écarter. 8. Donnez la famille de mots de confort. 9. Trouvez dans le deuxième paragraphe un adverbe qui appartient à la langue soignée. Donnez son équivalent dans la langue courante. 10. Faites entrer dans des phrases les mots : chaîne et chêne. 11. Mettez en roumain : travail à la chaîne. 12. Indiquez le sens du verbe saisir dans le texte.(l.__) a) attraper; b)comprendre; c) remarquer 13. Cherchez dans le dictionnaire des constructions avec le verbe saisir. 14. Vous rencontrez dans le texte le mot ensemble. (l.__). Employez le dans d´autres phrases comme : a) sujet; b) complément d´objet direct. 15. Expliquez en français : se trouver à court de personnel. 16. Introduisez dans une phrase le mot personnel comme adjectif. 17. Mettez en roumain les expressions suivantes : · a la bonne heure · de bonne heure · pour l´heure · sur l´heure 18. Remplacez le gérondif (l.__) par une subordonnée relative. 19. Donnez l´antonyme de dépenser. 20. Les adhérents ont adopté les mêmes méthodes professionnelles. (l.__) Transformez la phrase en employant le verbe adopter à la voix passive. 21. Un style affable (l.__) est : a) faible; b) aimable; c) soigné. 22. Fraîcheur (l.__) Indiquez l´adjectif de la même famille. 23. Vous rencontrez dans le texte des mots dérivés : désagrément; imprévu. Écrivez les dérivés des mots suivants. Classez-les selon le préfixe. puissance, approbation, intérêt, possibilité, équilibré, personnel, hériter. Ø a) Précisez les deux types de voyage dont on parle dans la première phrase. Ø Apportez des arguments pour et contre chacun de ces types de voyage. Ø Ecrivez d´autres possibilités de voyager. Ø Dégagez du texte ce que les voyageurs cherchent. Êtes-vous du même avis? Ø Exprimez votre opinion dans une dizaine de lignes. Ø Quels sont les avantages du système d´organisation de l´Association Relais et Châteaux? Ø Qu´est-ce que vous comprenez par un certain sens de l´hospitalité? Comment voyez-vous l´accueil parfait? (15-20 lignes) Ø Renseignez-vous sur les plus importants objectifs touristiques d´une région de la France et sur les plats spécifiques de cette région. Ø Imaginez que vous préparez un voyage et que vous parlez au téléphone avec un hôtelier pour réserver une chambre. Vous demandez des renseignements sur les conditions d´accueil et la qualité des services.

Réalisez un dialogue de 15-20 lignes.

Test no.53
Lisez le texte : Je reviens à nos vendanges. Depuis huit jours que cet agréable travail nous occupe, on est à peine à la moitié de l´ouvrage. Vous ne sauriez concevoir avec quel zèle, avec quelle gaieté tout cela se fait. On chante, on rit toute la journée, et le travail n´en va que _____. Tout vit dans la plus grande familiarité : tout le monde est égal, et personne ne s´oublie. Les dames sont sans airs, les paysannes sont décentes, les hommes badins et non grossiers. C´est à qui trouvera les meilleures chansons, à qui fera les meilleurs contes, à qui dira les meilleurs traits. L´union même engendre les folâtres querelles, et l´on ne s´agace mutuellement que pour montrer combien on est sûr les uns des autres. On ne revient point ensuite faire chez soi les messieurs; on passe aux vignes toute la journée; Julie y a fait faire une loge où l´on va se chauffer quand on a froid, et dans _____on se réfugie en cas de pluie. On dîne avec les paysans et à leur heure, aussi bien qu´on travaille avec eux. On mange avec appétit leur soupe un peu grossière, mais bonne, saine, et chargée d´excellents légumes. On ne ricane point orgueilleusement de leur air gauche et de leurs compliments rustauds; pour les mettre à leur aise, on s´y prête sans affectation. Ces complaisances ne leur échappent pas, ils y sont sensibles; et en voyant qu´on veut bien sortir pour eux de sa place, ils s´en tiennent d´autant plus volontiers dans la leur. Le soir, on revient gaiement tous ensemble. On nourrit et loge les ouvriers tout le temps de la vendange; et même le dimanche, après le prêche du soir, on se rassemble avec eux et l´on danse jusqu´au souper… Depuis le moment qu´on prend le métier de vendangeur jusqu´a celui qu´on le quitte, on ne mêle plus la vie citadine __ la vie rustique. Ces saturnales sont bien plus agréables et plus sages que celles des Romains. Le renversement qu´ils affectaient était trop vain pour instruire le maître ni l´esclave; mais la douce égalité qui règne ici rétablit l´ordre de la nature, forme une instruction pour les uns, une consolation pour les autres, et un lien d´amitié pour tous. Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse

1. Complétez avec le comparatif de supériorité de bien. (l.__) 2. Complétez avec a) lequel; b) laquelle; (l.__) 3. Complétez avec a) à; b) de; c) avec; (l.__)

4. a) Expliquez en français : faire la vendange. b) Complétez avec le nom convenable: Celui qui fait la vendange s´appelle………….. Celle qui fait la vendange s´appelle………….. 5. Connaissez-vous d´autres travaux des champs? Énumérez-les. Indiquez aussi comment s´appellent ceux qui font ces travaux. 6. Rappelez-vous les sens du mot peine. Introduisez dans des phrases les constructions suivantes : · alléger la peine

· les joies et les peines · se donner la peine avoir peine à + infinitif · à peine + participe présent 7. Le verbe concevoir (l.__) signifie : a) imaginer; b) comprendre; c) accepter; 8. Remplacez les adjectifs soulignés par des synonymes. Une autre explication serait convenable. Ils ont agi avec une légèreté inconcevable. 9. Remplacez avec gaieté par un adverbe. 10. Récrivez le passage : On chante, on rit………..familiarité. (l.__) en mettant les verbes au futur simple. 11. Qu´est-ce que vous comprenez par : Les dames sont sans airs. 12. Badin (l.__) Ecrivez le verbe de la même famille. Introduisez-le dans une phrase. 13. Ces folâtres querelles (l.__) sont : a) des disputes violentes; b) des taquineries amicales; c) des bagarres. 14. Cherchez un synonyme pour mutuellement. 15. Introduisez dans des phrases les mots : sur et sûr; mur et mûr. 16. On dîne (l.__) Ecrivez l´infinitif du verbe et le nom de la même famille. 17. Complétez avec le nom qui désigne le repas : Le matin on prend…………… À midi on prend……………… 18. Mettez en roumain à l´aide du dictionnaire les constructions suivantes : · être à son aise · mettre quelqu´un à l´aise · se mettre à son aise · À votre aise! 19. Qu´est-ce que le pronom y remplace dans les phrases suivantes ? a) Julie y a fait faire une loge. (l.__) b) On s´y prête sans affectation. (l.__) c) Ils y sont sensibles. (l.__) 20. Complétez les points par des mots tirés du texte. C´est une atmosphère ……………… On s´agace seulement pour………… En cas de pluie on se réfugie………. La soupe des paysans est………….. On se rassemble après …………….. Ø Quelle a été votre première impression après avoir lu le texte? Ø Comment trouvez-vous les rapports entre les ouvriers saisonniers et les paysans? De tels rapports entre des gens appartenant à des milieux différents sont-ils possibles, de nos jours? Argumentez votre réponse. Ø Les jours de la vendange sont comparés à ceux des Saturnales. Renseignez-vous sur cette fête romaine. Quel est le renversement dont l´auteur parle. Ø Commentez le passage final : la douce égalité qui règne ici rétablit l´ordre de la nature, forme une instruction pour les uns, une consolation pour les autres, et un lien d´amitié pour tous.

Test no.54
Lisez le texte : Je ne sais trop, en somme, s’ils emportèrent un bon souvenir de leur séjour parmi nous, bien qu’ils ________ la satisfaction de boire de grands bols de lait frais dont ils faisaient beaucoup de cas. Je pense que cela les ennuyait un peu de voir que l’on se mettait en frais pour leur cuisine. Et sans doute nous plaignaient-ils de travailler tant, d’avoir si peu d’agréments, d’être si en retard pour bien des choses. Ils durent perdre beaucoup de leurs illusions sur la campagne. « Nièce, dis-je à Berthe le matin du départ, avouez que vous trouveriez le temps long s’il vous _______ rester ici toujours ?

-- C’est vrai, mon oncle ; j’aurais de la peine à devenir fermière. Pour que je me trouve bien il me faudrait une maison confortable, un jardin sablé avec des fleurs et des ombrages, et puis un cheval et une voiture pour me promener. -- Moi, dit Georges, je passerais volontiers ici quelque mois d’été à condition de disposer de mon temps pour pouvoir chasser, pêcher, courir les prés à ma guise, cultiver un jardin. » Je songeai par-devers moi : « Tous les gens des villes doivent être ainsi : ils ne voient de la campagne que les agréments qu’elle peut donner ; ils rêvent des prairies et des arbres, des oiseaux et des fleurs, du laitage, des légumes et des fruits – mais ils ne se font pas la moindre idée des misères du paysan. Et nous sommes sans doute dans le même cas. Quand nous parlons des avantages de la ville et des plaisirs qu’elle offre, nous ne pensons pas à l’existence de l’ouvrier qui vit au jour le jour d’un travail souvent dur et ingrat. » Nos jeunes gens s’étaient ________ fort gentils, somme toute, mais nous éprouvâmes une impression de soulagement identique un peu à celle que doivent éprouver les prisonniers qui se retrouvent à l’air libre. Leur présence, outre le dérangement inévitable, nous causait surtout une sorte de contrainte et de gêne. La cohabitation avec des gens qu’on sent différents de caractères et de mœurs est toujours pénible, même quand ils nous touchent de près. Où il n’y a pas communion d’idées règne le malaise. Emile GUILLAUMIN, La vie d’un simple

1. Choisissez entre : a) ont eu ; b) aient eu ; c) avaient eu (l.___). 2. Choisissez entre : a) faudra ; b) faudrait ; c) fallait (l.___). 3. Choisissez entre : a) montrés ; b) montrées ; c) montré (l.___).

4. Trouvez deux expressions dans le texte qui contiennent le mot somme. Précisez leur sens. 5. a) On rencontre dans le texte deux emplois différents de frais. Trouvez-les et expliquez le sens du mot dans les deux cas. b) Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions : Voyager tout frais payes, à peu de frais, faire les frais de la conversation, faire les frais de quelque chose. 6. Remplacez la subordonnée de concession du premier paragraphe par un groupe nominal précédé de la préposition convenable. 7. Donnez la famille du verbe ennuyer. 8. Et sans doute nous plaignaient-ils de travailler tant (l.___). Expliquez l’inversion du sujet dans cette phrase. 9. Bien des choses. (l.___). Remplacez bien par beaucoup et récrivez la construction. 10. Ils durent (l.___). Donnez l’infinitif du verbe. Précisez le temps de ce verbe et son sens dans le contexte donné. 11. Donnez le masculin de nièce. 12. Reliez les éléments des deux colonnes afin d’obtenir la bonne définition des relations de parenté suivantes : a) le père du conjoint a) beau-frère b) l’enfant de la tante ou de l’oncle b) parrain c) le frère du conjoint / le mari de la sœur c) grand-père d) le frère du père ou de la mère d) beau-père e) le fils du fils ou de la fille e) cousin f) le père du père ou de la mère f) oncle g) celui qui présente l’enfant au baptême g) petit-fils 13. Donnez ensuite le féminin de tous les noms de la colonne de droite. 14. J’aurais de la peine à signifie : a) ce serait inutile de ; b) je parviendrais difficilement à ; c) je ne réussirais jamais à. 15. Donnez les noms qui correspondent aux verbes : chasser, courir, pêcher. 16. Remplacez à ma guise par une expression ayant le même sens.

17. a) Faites entrer dans des phrases les mots près et les prés. b) Complétez les points avec : près, pré, prés, prêt : ….. du village il y a un … splendide. Il était …… de partir. Il adore se promener dans les …. Le ….. est une prairie. 18. Donnez la famille du verbe cultiver. 19. Donnez un synonyme pour le verbe songer. 20. Qu’est-ce que vous comprenez par les misères du paysan (l.___). 21. Expliquez l’expression au jour le jour (l.___). 22. Un malaise représente : a) une crise ; b) un trouble de l’organisme ; c) un état d’inquiétude, de trouble mal défini. 23. Dégagez trois valeurs différentes de si. Formez trois phrases selon ce modèle. 24. Expliquez : d’être si en retard pour … (l.___). 25. Qu’est-ce que vous comprenez par : vous trouveriez le temps long 26. Cochez la bonne case : a. Le narrateur est venu à la campagne chez des amis. b. Berthe est la nièce du narrateur. c. Elle adore la vie à la campagne et décide de s’y établir. d. Georges aimerait passer les étés à la campagne. e. Il y a une parfaite communion d’idées entre les personnages. f. La vie à la campagne, de même que celle de la ville, a ses bons et ses mauvais côtés.

a VRAI FAUX

b

c

d

e

f

Ø Dressez la liste des avantages et des inconvénients de la vie à la campagne, tels qu’ils ressortent du texte. Ø Donnez vous-mêmes des arguments pour et contre la vie à la campagne / en ville. Ø Quelle est l’idée essentielle qui se dégage du dernier paragraphe du texte ? Ø Commentez avec vos propres mots, dans une dizaine de lignes : Où il n’y a pas communion d’idées règne le malaise. Ø Êtes-vous allés à la campagne, pendant les voyages ou en week-end ? Faites part de vos impressions.(20 – 25 lignes)

Test no.55
Lisez le texte : Au fond, voilà pourquoi j’ai voyagé à pied : par simple amour du vent et de la terre. Pour être seul aussi – c’est si bon d’être seul – tout seul ,sur un plateau, dans une gorge, au bord d’une rivière ; et par horreur du véhicule (de presque tous les véhicules) ; enfin pour aller justement où personne ne va jamais et qui est quelquefois lieu caché de merveilles … les plus humbles me sont les plus chères. J’y tiens (et cela depuis mon enfance) par un goût que j’ai, inné, obsédant, de la vie secrète des hommes et des choses. Vie modeste, le plus souvent, monotone, et, semble-t-il, vide : un village perdu derrière une colline, deux cents âmes,

cinquante lampes, les travaux _______ , les naissances, les morts, et rien de plus….. Pourtant quelque chose de plus, peut-être, et qui naît de ce rien, l’attente. Attente vague, soit, et inutile. […] Attente tout de même. Je n’en puis douter, moi, qui de cet attrait, maintes fois, ai subi l’attraction discrète à l’approche d’un de ces lieux où je n’avais pas le dessein de faire étape et que, bien souvent, un coteau dérobait encore à ma vue. Mais cette puissance d’appel était si prenante et si douce que je me détournais du chemin prévu, chaque fois, pour aller voir ; et chaque fois, mon cœur battait. Oui, il battait. Pas très fort, peut-être, mais assez pour que ce battement me fût perceptible : plus d’ardeur dans l’esprit et dans le pas ; un choc léger …. J’étais, sans savoir pourquoi, plus alerte ; et ma route, la route sage que j’avais d’abord l’intention de faire, s’infléchissait insensiblement. Je déviais. Au plaisir incompréhensible qui me pénétrait peu à peu, je devinais qu’un simple sentier avait pris la place du grave chemin départemental. Il y a ainsi des sentiers vivants qui se glissent le long des routes et, à demi cachés sous l’herbe, restent aux aguets. Ils ne disent rien. Ils sont là. Vous les voyez ; ils vous regardent ; parfois, très doucement, ils vous prennent le pied, et, pour peu que vous leur _____ un pas, il vous tirent hors de la route. Dieu sait où ! Henri BOSCO, Un rameau de la nuit

1. Choisissez entre : a) saisonnier ; b) saisonniers ; c) saisonnières (l.___). 2. Choisissez entre : a) cédez ; b) avez cédé ; c) cédiez (l.___). 3. Donnez la famille du verbe voyager. 4. Faites entrer dans des phrases le mot plateau. Employez, dans vos exemples, trois sens de ce mot. 5. Quel est le sens du mot gorge dans le contexte donné ? a) gosier (partie intérieure du cou) ; b) vallée étroite et encaissée ; c) arrière d’un ouvrage fortifié. 6. Complétez les points par les homonymes du mot chère : a. Elle ne peut pas regarder des films d’épouvante, cela lui donne …………. de poule. b. Le dictionnaire dont tu parles coûte …………………. c. Il s’est acheté une voiture ……………………………. d. Ce professeur est titulaire de la ……….de français. e. C’est lui-même, en ……………… et en os. f. Elle portait des bas couleur ………………………… 7. Donnez l’adverbe de manière qui correspond à l’adjectif humble. 8. J’y tiens signifie : a) j’y suis attaché ; b) je m’y intéresse ; c) j’y pense. 9. Expliquez avec vos propres mots : un goût inné. 10. Je n’en puis douter (l.___). Indiquez l’infinitif du verbe en italique. 11. Remplacez maintes fois par une expression ayant le même sens. 12. Ai subi. Indiquez l’infinitif du verbe et expliquez son sens. 13. Quel est le sens du mot dessein ? Quel homonyme du mot dessein connaissez-vous ? Complétez les points par l’un de ces deux mots : a. L’enfant est fou de ………. et de peinture. b. Les ……….. de ce jeune homme sont utopiques. c. Elles portaient des robes aux ………… sombres. d. Je ne connais pas les sombres ……… de ce personnage bizarre. 14. Faites entrer dans des phrases : avoir le dessein de ; à dessein. 15. Je n’en puis douter, moi, ………… à ma vue (l.___). Trouvez, dans cette phrase, deux mots appartenant à la même famille. 16. Qu’est-ce que vous comprenez par une puissance si prenante (l.___) ? 17. Mais assez pour que ce battement me fût perceptible (l.___) a. Indiquez le mode et le temps du verbe ; b. Justifiez son emploi ; c. Remplacez cette forme verbale par celle employée dans la langue parlée. 18. S’infléchissait (l.___).

a. Indiquez le temps du verbe ; b. Donnez l’infinitif de ce verbe ; c. Remplacez-le par un verbe ou une expression ayant le même sens. 19. Employez dans des phrases quelques expressions comprenant le mot chemin. 20. Expliquez l’accord ou le manque d’accord de demi dans les cas suivants (barrez ce qui n’est pas correct) : - deux heures et demi / demie - une demi / demie - heure - trois jours et demi / demie - les demi / demie - journées - une demi / demie – pomme 21. Remplacez rester aux aguets (l.___) par un verbe ayant le même sens. 22. Expliquez le sens des expressions suivantes et faites-les entrer dans des phrases : hors de danger ; hors de question ; hors d’usage ; être hors de soi. 23. Nommez les verbes qui correspondent aux noms suivants : attente, approche, appel, battement, goût. 24. Indiquez le masculin des adjectifs suivants : vague, inutile, monotone, discrète, douce, grave. 25. Relevez dans le texte une proposition subordonnée circonstancielle de conséquence. Ø Relevez dans le texte quelques noms qui représentent des formes de relief. Ø Pour quelles raisons l’auteur aime-t-il voyager à pied ? Ø Préfère-t-il l’autoroute ou un modeste sentier ? Pourquoi ? Ø Bien souvent l’auteur prête une vie aux sentiers, qui ont, malgré leur modestie, quelque chose de tentant. Trouvez les phrases qui suggèrent cette idée dans le texte. Ø Quel est le rôle de l’attente dans le plaisir et la démarche du voyageur ? Expliquez-le à l’aide du texte. Ø Quels sont, selon vous, les avantages et les inconvénients du voyage à pied ? Partagez-vous le point de vue de l’auteur ? Ø Préférez-vous les excursions à bicyclette, en auto, par le train ? Ø Eprouvez-vous du plaisir à parcourir des sentiers de randonnée ? Donnez des arguments pour chacune de vos réponses. Ø Poussé par le désir de voyager à pied, l’enfant quitte la route. Où conduisait le sentier et quelles surprises réservait-il à l’enfant ? Imaginez, dans une vingtaine de lignes, une suite pour ce récit.

Test no.56
Lisez le texte :

Chaque décennie a ses fétiches: danseuses de french-cancan à l’époque de Deauville et Honfleur, emmaillotées jusqu’aux genoux, … aujourd’hui, planches à roulettes sur les trottoirs et les places ______ ; voiles à roulettes sur les plages fortement éventées, du Tréport au Touquet, sur le littoral de la Manche; planches à voiles enfin, sur les lacs, les étangs, la mer ou l’océan. Un extraordinaire engouement pour la planche à voile est né, autour des années soixante-dix, tant en Europe qu’aux Etats-Unis.[…] Plus qu’une simple mode, il s’agit d’un phénomène significatif, ____ citadins, du besoin d’évasion, de retour à la nature et de silence. De nombreux “véliplanchistes” expliquent que, dans leur sport, outre l’exercice physique, ils recherchent “le contact et même la lutte avec le vent, l’eau et le soleil”; d’autres évoquent la liberté sur les flots et la poésie des vagues; d’autres encore se réfèrent plutôt à l’esprit qui règne entre “copains du monde fabuleux de la planche à voile”. On pratique la planche à voile à tout âge; certaines personnes âgées ne craignent pas de se mesurer avec les vagues et le vent; pourtant les “véliplanchistes” sont, dans leur majorité, des jeunes âgés de 16 à 25 ans. Les garçons dominent en pourcentage, mais les jeunes filles entrent de plus en plus nombreuses dans le

cercle des fervents de la planche à voile. Les sportifs professionnels sont totalement absents des compétitions; seuls les “véliplanchistes” amateurs disputent le championnat de France; ils ont été sélectionnés lors des régates régionales, tantôt individuelles, tantôt par équipes. Les uns préfèrent les promenades solitaires à la compétition; les autres tentent le jeu des équilibres difficiles et des figures de style avec leurs planches; seuls les plus téméraires se spécialisent dans le “saut des vagues”, dernière découverte périlleuse des passionnés, qui exige des planches à carènes plus saillante. Mais _______ soient leurs préférences, tous ces jeunes gens ont promu la planche à voile au rang de véritable vedette. Lydia VILLARD, “Nouvelles de France”,no.57

1. Choisissez entre: a) asphaltées; b) asphaltés; c) asphalté (l.__). 2. Choisissez entre: a) aux; b) des; c) chez les (l.__). 3. Choisissez entre: a) quelque; b) quels que; c) quelques; d) quelles que (l.__). 4. Entourez la bonne réponse: Fétiche signifie: a) devise; b) symbole ( signe qui représente un objet ) ; c) objet auquel on attribue des propriétés bénéfiques, magiques. 5. a) Formez deux phrases avec les deux sens du mot place. b) Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes: sur place, prendre la place de, ne pas tenir en place, faire place à, à la place de. 6. Dans le premier paragraphe vous avez plusieurs noms propres. a) Qui a été Toulouse Lautrec? b) Cherchez sur la carte de France les localités qui sont mentionnées dans le texte et qui sont renommées pour le tourisme estival : Honfleur et Deauville ( région Basse Normandie ) et les deux autres stations balnéaires du littoral de la Manche. 7. Trouvez un synonyme pour: engouement 8. Reliez par une flèche les définitions qui correspondent aux mots de la première colonne: a) étang a) petit cours d´eau peu profond ; b) lac b) vaste étendue couverte par l’eau de mer ; c) rivière c) étendue d´eau stagnante, peu profonde ; d) ruisseau d) grande étendue d’eau intérieure, généralement douce ; e) source e) vaste étendue d’eau salée ; f) océan f) cours d´eau qui aboutit à la mer ; g) mer g) point d’émergence à la surface du sol de l’eau emmagasinée à l’intérieur ; h) fleuve h) cours d’eau de faible ou moyenne importance qui se jette dans un autre cours d´eau. 9. Outre signifie: a) en plus de; b) excepté ; c) étant donné. 10. Formez une phrase avec la construction: tantôt………tantôt. 11. ….ils ont été sélectionnés ………..par équipes (l.__). Transformez à la voix active. 12. Formez deux phrases avec les deux sens du verbe tenter. Quels sont les noms de la même famille qui correspondent à chacun de ces sens? 13. Donnez le masculin de périlleuse. Trouvez aussi un synonyme. 14. Trouvez un synonyme pour exiger. 15. Ont promu (l.__). Donnez l’infinitif de ce verbe. 16. Continuez la phrase ( Donnez trois réponses possibles). Si j’étais véliplanchiste………………………………….. Ø Quels seraient, selon vous, les fétiches de la décennie que nous traversons?

Ø Pour quelles raisons, selon l’auteur de l’article, les gens préfèrent-ils la planche à voile? Ces arguments vous semblent-ils justes? Ø Quels sont les sports pratiqués sur l’eau (sports nautiques) que vous connaissez ? Ø Quel est votre sport préféré? Pourquoi ? Ø Composez un dialogue entre trois personnes: l’un défend le sport de haute compétition; pour le second, le sport est avant tout spectacle, le troisième pratique le sport comme un loisir. Imaginez leurs arguments et présentez, à la fin, votre propre point de vue.

Test no.57
Lisez le texte : Les zoos, les musées, les expositions de fleurs ou d’arbres sont ___________, mais les bêtes et la végétation vivant dans leur milieu, c’est encore autre chose. Car, sauf pour les espèces en voie de disparition et celles présentant un intérêt scientifique, il ne s’agit pas de mettre la nature sous cloche, mais bien au contraire de la conserver pour qu’avec plaisir, compréhension et respect tous ________ à sa rencontre. Éduquer le public, conserver la nature, favoriser la recherche scientifique : voilà les trois justifications qui, selon les spécialistes, devraient à elles seules présider dans tous les pays à la création des parcs nationaux. Ceux-ci sont essentiels pour la conservation des espèces en voie d’extinction et des milieux naturels pas trop perturbés, des lieux où, par exemple, lors de leurs extraordinaires migrations, les oiseaux viennent faire étape. Mais les naturalistes ne veulent pas conserver à leur seul usage ces zones privilégiées : le public doit y être admis. Car un parc n’est pas seulement un musée vivant ; c’est d’abord un lieu où la nature est libre, où l’homme est libre. Créer l’émerveillement, qui est la chose la plus rare, celle qui donne un bonheur sans limites, celle ____ l’humanité – qui a des loisirs, mais n’a plus de récréations – manque le plus, est le premier but de tous les parcs. Faire revivre les yeux et le cœur des hommes, leur faire respirer l’air des premiers âges de la terre et sentir la pulsation de son sang dans leurs cœurs. Lorsque, dans cent ans ou deux cents ans, et même plus tard on demandera : « Qu’ont fait les hommes du XIXe siècle ? », nos petits enfants répondront : « Ils ont inventé la machine à vapeur, le moteur à explosion et bien d’autres mécaniques, mais leur plus belle invention ce sont les parcs nationaux : ils existent encore. Leurs machines sont très démodées, un peu ridicules aujourd’hui, mais les poissons, les oiseaux, les chamois, les séquoias géants, le Grand Canyon, le Cervin n’ont pas changé : ils sont toujours aussi beaux. Voilà leur héritage ! » Gaston RÉBUFFAT, À la rencontre du soleil

1. Choisissez entre (l.__) : a) intéressantes ; b) intéressants. 2. Choisissez entre (l.__) : a) viendront ; b) viennent ; c) viendraient. 3. Choisissez entre (l.__) : a)dont ; b) que ; c) qui. 4. Soulignez dans le premier paragraphe les verbes au participe présent. Remplacez-les par une proposition relative. 5. Dites le féminin de compréhensif. Donnez ensuite la famille de ce mot. 6. a) Cherchez dans le texte un synonyme pour voie d’extinction. b)Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes :

· prendre une mauvaise voie ; · être en bonne voie ; · être en voie de ; · mettre quelqu’un sur la voie. 7. Choisissez la bonne réponse : Lors de signifie : a) après ; b) avant ; c) au moment, à l’époque 8. Trouvez un synonyme pour : faire étape 9. Donnez l’antonyme de : le plus 10. Donnez la famille du mot : émerveillement 11. On rencontre dans le texte le mot cœur. Le même mot est présent dans plusieurs expressions. Reliez par une flèche les éléments des deux colonnes afin de trouver l’explication correcte des expressions de droite : a) le cœur du problème a) une personne généreuse b) aller droit au cœur b) de mémoire c) avoir le cœur gros c) le point essentiel d) avoir le cœur serré d) émouvoir, toucher e) à cœur ouvert e) avoir de l’antipathie à son égard f) de bon cœur f) éprouver du chagrin g) par cœur g) ouvertement, franchement h) un cœur d’or h) volontiers i) prendre une chose à cœur i) supporter la malchance avec courage j) ne pas porter qqn. dans son cœur j) s’intéresser vivement à qqch. k) faire contre mauvaise fortune k) être très affligé bon cœur 12. Faites entrer dans des phrases les mots : l’air et l’aire. 13. ……..deux cents ans (l.__). Expliquez l’accord de cent. Donnez un exemple où cent ne s’accorde pas. 14. Sauf signifie :a) excepté ; b) y inclus ; c) en outre. 15. Formez trois phrases avec le mot public (nom, adjectif au masculin, adjectif au féminin). 16. Donnez la famille du verbe libérer . 17. Donnez la famille du nom héritage. 18. « Ils ont inventé la machine à vapeur et le moteur à explosion. » Remplacez le groupe souligné par le pronom convenable. Récrivez la phrase en employant ce pronom (forme affirmative et forme négative). 19. Quels sont les noms qui correspondent aux verbes suivants : conserver, intéresser, respirer, demander, venir, éduquer, créer, répondre, inventer, exister, changer. Ø Expliquez : l’humanité a des loisirs, mais n’a plus de récréations. Ø Quels sont les trois buts des parcs nationaux ? Ø Que signifie pour l’auteur créer l’émerveillement ? Ø Un parc national représente une vaste étendue de territoire à l’intérieur de laquelle la faune, la flore et le milieu naturel sont protégés. Pourquoi l’écrivain considère-t-il qu’un tel parc est plus intéressant et plus beau qu’un musée ou qu’une exposition de fleurs ? Les arguments invoqués vous paraissent-il convaincants ? Ø Quelles seraient d’autres « mécaniques » qui pourraient être attribuées aux hommes du XXe siècle ? Quel sera pourtant leur meilleur héritage ? Ø Nommez quelques animaux menacés de disparition. Ø En parlant des parcs nationaux, l’écrivain donne quelques exemples. Renseignez-vous sur d’autres merveilles de la nature ou sur des espèces végétales ou animales rares qui sont en danger et qui doivent être protégées contre l’action destructrice de l’homme. Ø Réalisez une affiche ou composez un slogan sur le thème du texte. Ø L’auteur exprime des idées simples mais avec une conviction qui leur donne beaucoup de force. Partagez-vous cet amour de la nature ? Exprimez votre point de vue dans une rédaction de 25 à 30 lignes.

Test no.58

Lisez le texte : L’homme avait, jusqu’ici, le sentiment qu’il logeait dans une nature immense, inépuisable, hors de mesure avec lui-même. L’idée ne pouvait lui venir qu’il ______, un jour, à ménager, à épargner cette géante, qu’il lui_______ apprendre à n’en pas gaspiller les ressources,à ne la pas souiller en y déposant les excréments de ses techniques. Or, voilà que, maintenant, lui, si chétif, il s’avise qu’on ne peut pas tout se permettre envers la nature ; voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action ; voilà qu’il comprend que, même dans une mer « toujours recommencée », on ne peut impunément déverser n’importe quoi ……. D’où vient ce revirement ? D’une part, de l’accroissement de la population, qui fait de l’homme un animal toujours plus gros et plus envahissant ; d’autre part, des progrès de la civilisation technique qui étendent démesurément ses pouvoirs. Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos : Eh bien, quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de sa planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il aura rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. N’y comptons pas trop …… Et attendant que ces rêves ______ corps, conduisons-nous en bons terricoles. Respectons cette petite boule qui nous supporte. Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L’humanité n’est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison ….. Il y a apparence que le sort de l’homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète. J. ROSTAND, Inquiétudes d’un biologiste

1. Choisissez entre : a) aura ; b) aurait ; c) a (l.___). 2. Choisissez entre : a) faut ; b) faudra ; c) faudrait (l.___). 3. Choisissez entre : a) prendront ; b0 prennent ; c) prendraient (___). 4. Donnez le synonyme du verbe loger . 5. Trouvez le synonyme du verbe épargner parmi : a) accumuler ; b) faire l’économie de ; c) se dispenser de ; d) ne pas endommager. 6. Donnez le synonyme de l’adjectif chétif. 7. Il s’avise (l.___) signifie : a) il avertit, il informe ; b)il prend conscience, il s’aperçoit ; c) il aperçoit. 8. Donnez la famille du verbe s’inquiéter. 9. Trouvez un antonyme pour lointain. 10. Trouvez le synonyme de l’adverbe impunément parmi : a) inconsciemment ; b) avec impudence, avec effronterie ; c) sans s’exposer à des conséquences fâcheuses. 11. Cherchez dans le texte un synonyme pour salir, couvrir d’ordure. 12. Donnez le verbe de la famille du nom accroissement et conjuguez-le au présent. 13. Il y a des gens qui …… (l.__). Mettez cette phrase au futur, à l’imparfait, au passé composé. 14. Trouvez dans le texte les verbes au futur antérieur. 15. Soulignez trois verbes à l’impératif. 16. …….. naître, vivre et mourir (l.___). a. Donnez les noms qui correspondent à ces verbes. o Mettez ces verbes au présent, puis au passé composé (IIIe personne du singulier) et faites-les entrer dans des phrases. Ø Relevez les mots et les expressions qui se rapportent à l’immensité de la nature. Ø Expliquez : Voilà qu’il doit s’inquiéter pour elle des suites lointaines de son action (l.___). Ø Quelles sont, selon l’auteur, les principales causes de la pollution ? Ø Pourquoi l’eau de nos rivières est-elle souillée ? Les mers et les océans ne sont-il pas menacés, eux

aussi ? Ø Si les poissons pouvaient parler, que raconteraient-ils ? Répondez dans une dizaine de lignes, en pensant aux questions posées par le texte. Ø Et l’air que nous respirons ? Doit-on être pessimistes à ce point de vue ? Ø Une forte amende pourrait être une solution pour garder les espaces verts ? Qu’en pensez-vous ? Ø Que pensez-vous sur la nécessité de respecter l’environnement ? Pourriez-vous envisager quelques moyens pour ne pas continuer à « souiller la terre » ? Ø Commentez l’affirmation suivante : « L’écologie exige beaucoup plus de nous, une révolution interne de nos conceptions, de nos mentalités, de nos relations. Elle nous oblige à chercher à être plus et non pas de viser à avoir plus ». (René Dumont) Ø Respectons cette petite boule qui nous supporte. A partir de cette phrase , rédigez un article de journal, en rappelant quelques exemples précis de pollution de notre planète.

Test no.59
Lisez le texte : « Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, explique Jacques-Yves Cousteau, la mer n’a joué que trois rôles historiques. Elle a été une route, un champ de bataille et un terrain de chasse. » Jacques-Yves Cousteau, en 1936, décida que la mer, ____ dans ses profondeurs, pouvait être autre chose. Il le prouva. Tout _____ nous connaissons des profondeurs de la mer, provient du jour où, au Mourillon près de Toulon, un jeune homme sec et volontaire ajusta ses premières lunettes sous-marines. « Je mis la tête dans l’eau, raconte Cousteau, et j’ouvris les yeux. Jusqu’à cette minute j’avais été un officier canonnier de la marine parcourant les mers sans beaucoup m’inquiéter de ce qu’elles renfermaient. J’étais un bon nageur soucieux seulement de perfectionner mon crawl. Le modeste spectacle des fonds du Mourillon, fut, pour moi, une révélation. Là, dans un mètre d’eau, de beaux poissons argentés – c’étaient des mulets – évoluaient au-dessus de petites roches moussues, posées sur un sable grisâtre. Parfois un minuscule événement peut bouleverser le cours de la vie, si nous avons la chance d’en prendre conscience, d’écarter sans hésiter l’ancienne existence et de nous précipiter dans une nouvelle, tête baissée. C’est ce qui m’arriva en cette journée d’été lorsque mes yeux s’ouvrirent dans la mer. » De cette simple baignade en effet allait naître tout le matériel de plongée que nous connaissons aujourd’hui. Jacques-Yves Cousteau, de ce jour, vécut plus souvent sous l’eau qu’en surface. Son but, à l’inverse des conquérants de la montagne, consistait toujours à descendre plus bas, à faire de l’homme un compagnon des poissons, à faire de l’élément liquide une conquête. Premier cinéaste du monde sous-marin, Jacques-Yves Cousteau a tourné en vingt ans 37.000 mètres de pellicule. « Mieux qu’un aquarium, dira -t-il, la mer est un musée. Sous les eaux, comme sous les cendres de Pompéi, repose en paix tout un monde inconnu. » Cet homme extraordinaire ne se contenta pas d’inventer le matériel de plongée moderne, de découvrir les différentes espèces de poissons ou de filmer les fonds sous-marins, il voulut aussi faire des profondeurs de la mer, un véritable centre de recherches et d’exploitation. Il décida, vingt ans après avoir fait sa première plongée, de créer et d’animer un véritable laboratoire flottant. Mais l‘œuvre du marin français n’aurait sans doute pas été complète sans la contribution qu’il a _______ à la technique du travail sous la mer. En créant et en aménageant la première maison sous la mer et en permettant à sept hommes de travailler, heureux, pendant plusieurs jours à 10 mètres sous l’eau, Jacques-Yves Cousteau a ouvert la voie à une nouvelle catégorie d’hommes : les océanautes. R. MARCILLAC, Les coulisses de l’exploit

1. Choisissez entre : a) vue ; b) vu (l.___). 2. Choisissez entre : a) ce qui ; b) ce que (l.___). 3. Choisissez entre : a) apporté ; b) apportée (l.___). 4. Il le prouva (l.___). Précisez la valeur du pronom le dans cette phrase. 5. Donnez le féminin de l’adjectif sec. Faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : regarder d’un œil sec, un cœur sec, démarrer sec. 6. Indiquez la différence de sens entre la lunette et les lunettes. Faites-les entrer dans des phrases. 7. Je mis la tête dans l’eau et j’ouvris les yeux. (l.___). Indiquez le temps des verbes. Mettez ensuite les verbes au passé composé et récrivez la phrase. 8. J’avais été un officier canonnier de la marine parcourant la mer ……(l.___). Remplacez le participe présent par une proposition subordonnée. 9. Un canonnier représente : a) un canon de gros calibre ; b) un militaire spécialisé dans le service des canons. 10. Complétez les points par les formes convenables des verbes fermer, enfermer, renfermer : L’enfant n’aime pas ………….. les oiseaux dans une cage. Cela disant, on a …………. la bouche au bavard. ………….. la porte, il y a un courant d’air. On n’a pas encore réussi à …………. les malfaiteurs évadés. Cette poésie ………… de belles images. Le musée est ………….. le dimanche. Il est ………… dans cette pièce depuis quelques heures. Un coffre-fort ……… des valeurs. 11. Choisissez le meilleur synonyme de soucieux dans le contexte donné : a) inquiet ; b) pensif ; c) préoccupé ; d) attentif. 12. Donnez la famille du mot nageur. 13. Qu’est-ce que le crawl représente ? 14. Qu’est-ce que le mulet représente dans ce contexte ? Qu’est que ce mot peut désigner encore ? 15. Donnez les homonymes du mot cours. Faites-les entrer dans des phrases. 16. Parfois un minuscule événement peut bouleverser le cours de la vie, si nous avons la chance ….(l.___). Mettez le verbe de la proposition principale au conditionnel présent et faites les transformations qui s’imposent. 17. C’est ce qui m’arriva …. (l.___). Quel est le sens du verbe arriver dans ce contexte ? a) réussir ; b) se produire ; c) être possible. 18. Donnez le verbe qui correspond au nom baignade. 19. Expliquez et faites entrer dans des phrases les expressions suivantes : sous l’effet de, à cet effet, des effets spéciaux, faire l’effet de, faire de l’effet. 20. Descendre plus bas. Donnez l’antonyme de cette construction. 21. Conquête. Trouvez le verbe qui correspond à ce nom. Trouvez aussi dans le texte un mot appartenant à la même famille. 22. Donnez la famille du nom cendre. 23. Donnez la famille du verbe inventer. 24. Quels sont les sens du mot recherche ? Faites-les entrer dans des phrases. 25. Mais l’œuvre du marin français n’aurait sans doute pas été complète.. (l.___). Indiquez le temps du verbe dans cette phrase. 26. Vois, voix, voie. Même son, mais orthographe et sens différents. Choisissez et complétez les pointillés : Cette jeune fille ne s’est jamais écartée de la ……. que ses parents lui avaient tracée. Il répondit d’une ……… forte. Nous avons déjà étudié la ………. passive. Voici l’une des plus belles ………. du monde. Heureusement, il s’agit d’un traitement par …….. buccale. 27. Complétez par une proposition subordonnée conditionnelle, en prenant appui sur le texte : Nous n’aurions pas le matériel de plongée que nous connaissons si ………..

Cousteau n’aurait pas été le premier cinéaste du monde sous-marin si ……. Le spectacle des fonds sous-marins aurait été depuis longtemps révélé si …. 28. Dites-le en un mot, en prenant appui sur le texte : a. Le sable dont la couleur tire sur le gris _____ le sable ……………. b. Un rôle digne d’être conservé par l’histoire _____ un rôle ………… c. Un homme qui manifeste une volonté ferme _______ un homme …… d. Des poissons qui, par leur couleur et leur éclat évoquent l’argent ____ des poissons ……… e. Une roche couverte de mousse _____ une roche ……. 29. Reliez les noms de la colonne de droite aux définitions qui leur correspondent ; a. Ornithologie a. étude physique, chimique et biologique des eaux et des fonds marins. b. Volcanologie b. science de la forme et des dimensions de la Terre. c. Ethologie c. partie de la zoologie qui étudie les oiseaux. d. Orographie d. étude scientifique des êtres vivant dans les grottes et les cavernes. e. Océanographie e. description du relief terrestre. f. Biospéléologie f. étude scientifique du comportement des animaux dans leur milieu naturel. g. Géodésie g. étude des volcans et des phénomènes volcaniques. 30. C’est en partant d’une observation que la plupart des savants mentionnés ci-dessous ont fait avancer la science : Pierre et Marie Curie, Edison, Becquerel, Bell, Franklin, Marconi, les frères Lumière, Pasteur, Papin. Choisissez dans la liste suivante les découvertes qui appartiennent à chacun d’entre eux : La télégraphie sans fil, la machine à vapeur, le vaccin antirabique, le paratonnerre, le radium, la lampe à incandescence, la photographie en couleur, le cinématographe, le téléphone.

Ø D’après Cousteau, la mer a joué jusqu’en 1936 trois rôles principaux. Lesquels ? Expliquez avec vos propres mots leur importance. Ø Quel est l’événement qui a changé la vie de Cousteau ? Ø Que signifie l’expression un monde inconnu ? Comment interprétez-vous la comparaison avec les cendres de Pompéi ? Que savez vous à ce sujet ? Ø Le commandant Cousteau, avec son équipe, a parcouru les mers et les océans pour étudier les fonds sous-marins, les animaux et la composition de l’eau de mer. Grâce à ses réalisations, il a fait progresser la science sous-marine. Nommez ces réalisations, en prenant appui sur ce texte. Ø Cousteau a consacré tout son temps à ses recherches. Relevez dans le texte la phrase qui exprime cette idée. Ø Renseignez-vous sur la personnalité et les exploits de J.Y.Cousteau. Présentez-les dans une dizaine de lignes. Ø La recherche scientifique s’accompagne de risque, elle exige du courage, de la volonté, de la passion et beaucoup de travail. Développez ces idées dans un essai de 25 à 30 lignes. Appuyez vos affirmations sur des exemples précis.

Test no.60
Lisez le texte : Depuis l´époque immémoriale où apparut l´être qu´on a nommé l´”Homo Sapiens”, l´Homme sage, ce tard venu des êtres vivants qui devait dominer sur la planète, il n´a pas cessé de développer ses rapports avec le monde extérieur, en même temps qu´il s´organisait en collectivités de plus en plus vastes et complexes. Apprenant à maîtriser les forces matérielles, à discipliner ses instincts et à user de sa raison, créant de

toutes pièces les industries et les techniques, les sciences et les arts, les philosophies, les lois et les morales, il s´est écarté toujours davantage de ses humbles origines. Tout ce que l´Homme a, de la sorte, ajouté à l´Homme, c´est ce que nous appelons en bloc la civilisation; et ces adjonctions sont si importantes que, lorsque nous retrouvons dans les grottes préhistoriques des ossements tout pareils ___ nôtres, il nous faut un sérieux effort d´imagination pour nous identifier avec ces Hommes natifs, frais émoulus de l´animalité. Le procédé qui favorisa essentiellement les démarches progressives de notre espèce, ce fut, sans contredit, la transmission, d´une génération à la suivante, des fruits de l´expérience individuelle. Grâce à la mimique, puis au langage, puis à l´écriture, puis à l´imprimerie, les initiatives heureuses, les découvertes, les inventions se communiquèrent des uns aux autres, et surtout des anciens aux jeunes, si bien que le savoir et le pouvoir s´accumulèrent, firent boule de neige. Depuis l´adolescent de Cro-Magnon, qui recevait des adultes de la tribu l´art de confectionner un piège ou une sagaie, jusqu´à l´adolescent du XXe siècle, qui se forme aux leçons des Universités, il s´agit du même phénomène de tradition “d´hérédité sociale”, comme on l´a surnommé. Phénomène sans analogie dans le règne animal : “Un chien éduqué n´éduque pas un autre chien” a dit Emerson. Jean ROSTAND, L´Homme (IX) 1. Choisissez entre : a) avec; b) des; c) aux; (l.__). 2. Introduisez dans des phrases les verbes et les noms suivants: savoir - le savoir; pouvoir - le pouvoir; être - l´être; devoir - le devoir. 3. Trouvez dans le texte un verbe employé: a) à l´infinitif b) au présent c) au passé composé d) à l´imparfait e) au passé simple f) au participe présent 4. Écrivez les noms des planètes du système solaire. 5. Indiquez la famille de mots de dominer. 6. Donnez un synonyme et un antonyme pour s´écarter. 7. Exprimez d´une autre manière : de plus en plus vastes (l.__) 8. Formez des phrases avec davantage et d´avantage. 9. Remplacez la locution adverbiale de la sorte par un adverbe. 10. Employez dans des phrases : de sorte que et en sorte de. 11. Indiquez le verbe correspondant au nom adjonction. 12. Quels sont les mots employés par l´auteur pour caractériser les primitifs. 13. Employez les mots suivants avec un autre sens que celui du texte: fruits, bloc, ancien, agir, grâce, phénomène. 14. Trouvez dans le texte une métaphore pour l´accumulation du savoir et du pouvoir le long du temps. Ø Qu´est-ce que vous comprenez par “hérédité sociale”? Ø Dégagez du texte les moyens par lesquels se transmettent les connaissances d´une génération à l´autre. Mentionnez aussi les possibilités modernes de communiquer les nouvelles découvertes. Ø Essayez d´exprimer dans une phrase l´idée du dernier paragraphe. Ø Imaginez comment va évoluer l´humanité dans le III-e millénaire. Pensez aux possibles changements dans les domaines suivants: communication, transport, physionomie des villes, vie sociale, vie familiale, habitudes de pensée. Ø Commentez l´affirmation :“Nul ne doute que la science ne représente pour l´humanité le plus grand espoir et la plus grande menace tout ensemble.” (Jules Rostand). Appuyez votre commentaire sur des exemples précis. Ø Proposez à vos collègues de réaliser ensemble un dossier avec des informations sur les grandes

découvertes qui ont marqué l´évolution de l´humanité.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful