CHAPITRE 1 : ANALYSE THEMATIQUE DES RESULTATS DES ENQUETES 1.

Evocations associées à la corruption et préalables La corruption est unanimement condamnée (ménages, entreprises et leaders d’opinion) et perçue comme un phénomène négatif, voire dangereux. Par ailleurs, l’association de certaines expressions comme «norme» ou «institution» montrent que de tels comportements sont considérés comme profondément ancrés dans la société, à tel point que pour certains, la corruption est un mal incurable. La corruption est un phénomène qui touche tous les secteurs (sociaux, économiques ou politiques) et qui intervient aussi bien au niveau de la sphère privée (réseau familial ou amical) que professionnel. Elle est un phénomène multiforme (service contre service si les intérêts se croisent ou échange de service contre de l’argent).
19

2. Perception de l’importance de la corruption La majorité des entreprises considèrent que la corruption dans le secteur public est un obstacle très important au développement des entreprises au Maroc (94%) après les coûts d’imposition (96%). Les taux d’imposition, le régime de perception de l’impôt, la bureaucratie, les lois, les règlements et leurs procédures d’application sont souvent cités comme des obstacles au développement des entreprises. La corruption peut se présenter, dans bien des situations, comme le recours unique et ultime pour lever ces obstacles ou du moins réduire leur impact sur le développement des entreprises.
Importance perçue des problèmes socio-économiques par les entreprises

20

Parmi les obstacles auxquels les entreprises souhaitent que les pouvoirs publics accordent une attention particulière, la corruption occupe le deuxième rang après les taux d’imposition. 87% des ménages classent la corruption en quatrième position dans le classement des problèmes que l’on rencontre au Maroc, après le chômage (98%), le coût élevé de la vie (92%) et les problèmes des déchets et de propreté (91%). Toutes tranches d’âges et catégories socioprofessionnelles confondues, 66 à 77% des chefs de ménage estiment que la corruption existe dans le secteur public, 48 à 56% dans le secteur privé et 31 à 58% en ce qui concerne les hommes politiques. Selon les régions géographiques, on constate qu’entre 53 % des ménages à El Jadida et 94% à Tanger affirment la fréquence de la corruption dans le secteur public contre 39 et 64% pour ce qui est du secteur privé, toujours dans les mêmes localités.
Importance perçue des problèmes socio-économiques par les ménages

21

3. Perception de l’évolution du phénomène de la corruption L’étude du phénomène de la corruption, auprès des ménages et des entreprises, a porté aussi bien sur la grande que sur la petite corruption. La grande corruption est celle qui concerne les versements importants à de hauts fonctionnaires de l’Etat ou à des hommes politiques. La petite corruption correspond à de petits versements à des petits fonctionnaires de l’Etat ou à des représentants politiques locaux.
Evolution de la corruption durant les trois dernières années

La grande corruption a évolué en se développant selon 40% des entrepreneurs et 33% des chefs de ménage alors qu’elle est restée stable pour 45% des premiers et 31% des seconds. Quant à la petite corruption, elle s’est développée selon 44% des entrepreneurs et 41% des chefs des ménages alors qu’elle est restée stable

23 « Pour moi la principale évolution c’est qu’on puisse aujourd’hui se réunir là sur un grand boulevard de Casablanca et parler de corruption. S’il n’y avait pas eu un réel changement. cela veut dire que le système a énormément évolué depuis cinq ans » (cadre du secteur privé) «Par exemple les affaires du Crédit Agricole ou de la CNSS. Il y a lieu de nuancer la déclaration « n’a pas changé » dans le sens où les enquêtés sous entendent que l’évolution de ce fléau ne suit pas la tendance normale à savoir le recul. • La publication du classement du pays selon la perception de la corruption et le rôle joué par les ONG . • Le comportement des fonctionnaires corrompus est devenu plus prudent. En effet.pour la moitié des premiers et le tiers des seconds. Cela fait partie de la lutte c o n t re la corruption » (Hommes /Casa) «Il y a une . seul 14% des entrepreneurs et 12% des chefs de ménage reconnaissent un certain recul dans la pratique de la grande corruption contre respectivement 6% et 11% pour la petite corruption. qui sont dévoilées dans la presse et sur les chaînes de télévision. • L’intégration du thème de la corruption dans les discours officiels. 22 Les principaux éléments qui jouent en faveur du recul de la corruption selon les témoignages recueillis : • Le discours sur les pratiques de corruption n’est plus tabou • La prise de conscience du phénomène s’est généralisée à travers : • La médiatisation d’affaires de corruption . on n’aurait jamais entendu parler de tout cela.