François Jourde 2008, www.jourde.

eu

Séquence sur l’expérience
Objectif : distinguer différents sens de l’expérience : 1. Expérience vécue. 2. Expérience scientifique (expérimentation). NB : accordons que l’on peut distinguer l’expérience selon qu’elle est : immédiate (rencontre ponctuelle avec le réel) : sensation, vécu ; durable (rencontre familère avec le réel) : habitude, sagesse ; construite (rencontre provoquée avec le réel) : expérimentation.

Il faudrait éventuellement trouver un tableau pour figurer l’expérience comme habitude et/ou l’expérience comme sagesse. Pourquoi ne pas proposer une planche de tableaux aux élèves et de leur demander de choisir ?

Durée : ± 1h-2h.

Supports de base : • • Le Caravage, L’incrédulité de saint Thomas, 1601-1602. Rembrandt, La leçon d’anatomie, 1632.

Déroulement :

1) Amener à définir l’expérience comme vécu. • Présenter l’expression “je suis comme Thomas, je ne crois que ce que je vois.” • Présenter le texte de l’Evangile selon Jean, 20, 24-31. [• Faire brièvement imaginer une représentation picturale. Quelle mise en scène ?] • Présenter et analyser la peinture du Caravage. • • Cadrage rapproché (plan américain) + angle de vue à hauteur de personnages = implication du spectateur. Lumière venant du côté du Christ = vérité.

François Jourde 2008, www.jourde.eu • • Ajout du peintre (=pas dans le texte évangélique) : le Christ saisit-guide calmement mais fermement la main de Thomas. Moment de la scène : sidération de Thomas, juste avant son acte de foi.

2) Amener à définir l’expérience comme expérimentation. • Présenter en quelques mots le contexte des pays-bas au XVIIe s. • Présenter/analyser le tableau de Rembrandt. • • • • Lumière émanant du cadavre = vérité. Position des mains du médecin = démonstration. Le livre = passé (sombre, dans les pieds…). Interprétation d’un chirurgien1 : la posture de la main du médecin annonce celle de la main du cadavra après qu’auront été tirés les tendons = vivant ou mort, c’est la même mécanique = science.

3) Comparaison des deux tableaux.2 • Mettre en regard les détails des mains dans les deux tableaux, et demander : Pourquoi le doigt de l’apôtre est-il dans la plaie, tandis que le médecin touche les muscles du bras à l’aide d’une pince ? > Cette question permet de repréciser la différence entre expérience vécue et expérience (expérimentatoin) méthodiquement construite. Thomas veut toucher pour être touché. A noter aussi le rôle de l’instrument dans la science. • Autre question possible : en quoi le tableau de Rembrandt souligne-t-il le caractère social et collectif du savoir scientifique ?

4) Prolongement Uderzo et Goscinny, Astérix et Obélix, Le devin (1972), p. 10 case 103. • Faire la comparaison. Expérience et illusion.

1 2 3

http://www.maitrise-orthop.com/corpusmaitri/orthopaedic/86_masquelet/masquelet.shtml

Question(s) issue(s) du manuel de Biaggi et Monsaingeon, Nathan technique, 2006, p. 151.
http://www.mage.fst.uha.fr/asterix/allusion/rembrand.html

François Jourde 2008, www.jourde.eu • Noter l’absence du livre ! = le devin peut vraiment délirer (il se nomme d’ailleurs Prolyx dans l’album !).

5) Prolongement (d’après les précieuses indications de Alain Korkos). Saint Jérôme : l’expérience comme sagesse. • Chez le Caravage, saint Jérôme traduit la Bible. A sa droite, un crâne rappelle que l'homme n'est pas éternel (« Tu es poussière », etc.) Son bras droit décharné, presque mort, donc, fait le lien entre le Jérôme vivant et le destin qui l'attend. N.B. : il est vêtu de rouge pour rappeler qu'il fut cardinal. • Le Jérôme de Dürer nous le montre réfléchissant à sa mort (notre mort) inéluctable. Il n'écrit pas, mais désigne le crâne qui est coincé entre la Bible sur l'écritoire et la bouteille d'encre à droite. Là encore, une certaine image de la sagesse, celle d'un homme stoïque. On s’attachera ici à la main gauche du personnage.

Chardin : l’expérience comme habitude, apprentissage, exercice. • Pour l'expérience habituelle, l'apprentissage, l'instruction issue d'une pratique familière (et là aussi, la vanité de toute chose), on peut s’appuyer sur les "Châteaux de cartes" de Chardin. (Il en existe quatre versions.) Sur la première version, on voit peu les mains, mais l'équilibre est instable. Sur la seconde, c'est l'inverse. NB : une vanité est une nature morte dans laquelle figure un crâne.

Georges de LA TOUR : Saint Joseph charpentier (± 1642) Saint Joseph, patron des charpentiers, travaille une poutre devant l'Enfant Jésus.

François Jourde 2008, www.jourde.eu Tableaux

http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Le_Caravage__L%27incr%C3%A9dulit%C3%A9_de_Saint_Thomas.jpg

François Jourde 2008, www.jourde.eu

http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_007.jpg

François Jourde 2008, www.jourde.eu

http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Michelangelo_Caravaggio_057.jpg

François Jourde 2008, www.jourde.eu

François Jourde 2008, www.jourde.eu

François Jourde 2008, www.jourde.eu

François Jourde 2008, www.jourde.eu

François Jourde 2008, www.jourde.eu

Le Devin, p. 10, case 10.