You are on page 1of 6

Abréviations et sigles utilisés Introduction 1. – Le texte en ses contextes 2.

– Dans un texte tout se tient ou presque Une relation sémantique à double sens Le cas d'un mot indépendant du cotexte
PREMIÈRE PARTIE SOUS L'ÉCLAIRAGE FOURNI PAR LE CONTEXTE LITTÉRAIRE

7 9 13 17 19 25

3. – Sélectionner l'acception pertinente « Šm῾ » : « entendre » ou « écouter » ? Un mot, deux acceptions « ῾Èrèç » : « terre » ou « pays » ? « Bara' » : « susciter » ? « Pistos » : « fidèle » ou « fiable » ? « Pisteuô » : « adhérer à une croyance » ou « faire confiance » ? 4. – Les ambiguïtés de la traduction littérale « Hinnabé῾ » : « prophétiser » ? « Śané῾ » (hébreu) / miséô) (grec) : « haïr » ? « Yada῾ / gignôskô » : seulement « connaître » ? « Hupokritès » : « hypocrite » ? « Ochlos » chez Marc « Eirènè » : seulement « paix » ? 5. – Résoudre une incertitude « Bala῾ » en Ésaïe 28, 7 Que désigne l'hébreu « gadiš » ? Amasser (?) des charbons ardents sur la tête 6. – Éclairer la signification d'un hapax ou d'un terme rare De quoi s'agit-il en 1 Samuel 2, 36 ? Que peut signifier l'adjectif « bahîr » en Job 37, 21 ? « Bitrôn » : un lieu ? une durée ? « Épiousios » dans le Notre Père La vie « aiônios », vie étemelle ? 7. – Contexte et problèmes textuels Dans le texte hébreu du Premier Testament Dans le texte grec du Nouveau Testament 8. – Le vocabulaire d'un auteur « Euthus » : un tic littéraire de Marc ? Les valeurs sémantiques de « Ioudaioi » dans l'évangile johannique Paul et Marc se réfèrent-ils au même « euaggelion » ? 9. – Stéréotypes et expressions idiomatiques Lever les yeux et voir

35 35 38 39 42 46 50 53 53 54 57 60 67 71 77 77 80 82 91 91 93 95 99 100 103 103 108 111 111 113 116 121 122

– L'éclairage du contexte culturel Traduire un proverbe Sous l'éclairage des sciences naturelles Sous l'éclairage des techniques de navigation Une politesse moins sommaire que la nôtre Des références incompatibles Valeurs métaphoriques Connotation 13. une traduction orientée Peut-on se fier aux intertitres ? 16. – Évolution sémantique Les avatars du titre « Christos » TROISIÈME PARTIE SOUS L'ÉCLAIRAGE DU CONTEXTE INTERPRÉTATIF 159 159 161 163 165 169 169 171 174 175 176 178 179 187 187 14.L'os et la chair « Quoi à moi et à toi ? » L'interpellation « gunaï » 10. – L'éclairage du contexte interprétatif Le contexte interprétatif Contexte interprétatif et statut du texte Le contexte interprétatif de Jonas La réinterprétation de Jonas dans l'évangile selon Matthieu Le contexte interprétatif des poètes huguenots Jonas selon le père Mapple 15. – Le contexte interprétatif du traducteur Impossible traduction Rien de plus que ce que dit le texte Quand « torah » devient « nomos » Le Targoum. – L'éclairage du contexte historique Sous l'éclairage de ce que l'on sait de l'Histoire Qu'y a-t-il derrière les récits du livre de Daniel ? L'occupation romaine Premiers et derniers 12. – Le contexte interprétatif du commentateur (1) Allégorie réelle ou imputée ? L'interprétation allégorique chez l'apôtre Paul Une parabole allégorisée L'interprétation du Cantique Du protocanon hébreu au deutérocanon grec 197 197 197 199 202 204 205 207 207 208 212 222 224 229 229 232 234 235 237 . – Valeurs métaphoriques Le cœur endurci Vanité des vanités = ? Les valeurs métaphoriques de « hèbèl » DEUXIÈME PARTIE SOUS L'ÉCLAIRAGE DES CONTEXTES NON LITTÉRAIRES 128 131 136 141 143 148 153 11.

Analyse à l'image de celle que fait le professeur pour essayer de retrouver les sources les livres de la bibliothèque cités dans un travail practique quand l'étudiant a négligé de mettre les guillemets et les références. Cette méthode essaie d'étudier ces questions de manière organisée.3l'importance du genre pour la compréhension des textes. avec ses auteurs et ses rédacteurs. Comparer notre texte avec d'autres du même genre peut nous . 2. Parmi elles. Dans ce contexte on a voulu exprimer un message précis (peut être plus d'un message. Nous avons vu dans le chapitre 1.3 Le texte en contexte historique Un texte est nécessairement le produit de certaines personnes à certaines époques. mais en tout cas certains messages à l'exclusion d'autres). Les voici: Fig. Il se situe d'abord dans un contexte historique. qui essaie de dégager les sources distinctes qui formèrent l'ouvrage actuel. il y en a trois qui concernent l'histoire du texte lui même. L'analyse des sources/44 (ou la "critique littéraire"). – Le contexte interprétatif du commentateur (2) Le commentateur qumrânien De la Torah écrite à la Torah orale Quand Thomas rapporte une parole de Jésus L'interprétation en ses états successifs Jean Calvin et le texte biblique Des références dénaturées En guise de conclusion Passages bibliques cités (texte et notes) Éléments bibliographiques 241 241 244 247 251 254 257 263 267 279 4. La critique de genre/45 (ou de la forme).17. 23 L'ancienne écriture hébraïque (en haut) sur un ostracon de Lakich et l'écriture carré du même texte (en bas) 1. Les méthodes historico-critiques ont pour but de donner une interprétation du texte dans son contexte historique.

et aux lieux./48 Ces approches historico-critiques soulèvent aussi un problème interne à savoir: si l'on doit se baser sur le message historique du texte. il s'agit encore de savoir sur lequel. on doit essayer d'expliquer les références aux personnages et aux événements historiques. Car . Fig. Seule une interprétation d'un texte qui se fonde sur le message historique du texte est fidèle au texte. aux coutumes sociales. et essaie de comprendre leurs intérêts et leur message. 24 Un juif de nos jours prie à côté de l'ancien mur du temple à Jérusalem Une autre méthode historico-critique consiste à voir l'histoire comme "background"/47 du texte. 3. le cas d'une fable traditionnelle). En général. L'analyse de la rédaction/46 met en relief le travail des rédacteurs.éclairer (quand un étudiant présente une demande de recours après la publication des résultats de l'année. Cette tentative de comprendre le texte en fonction de son arrière-fond peut mener à une lecture partisane. Cette conviction qui était devenue commune aux exégètes suite à la Réforme a été la base de toute étude exégétique savante jusqu'à récemment. mais le texte n'a t il pas une vie indépendante de son auteur? Un texte ancien peut "parler" aujourd'hui sans que l'on connaisse le nom même de l'auteur (cf. Il est vrai que je ne suis pas fidèle à l'auteur si je ne me fonde pas sur son message historique. les éléments qui attirent l'attention du conseil sont ceux qui se distinguent des éléments conventionnels du genre surtout les raisons qu'il propose!). comme dans "l'analyse matérialiste" qui se fonde plus ou moins directement sur les philosophies socio économiques de la gauche. Les opposants modernes de cette approche historique nous montrent que cette approche confond le texte avec ses producteurs. Les approches historico-critiques se basent sur une conviction commune.

En réaction contre "l'historicisme" des méthodes historicocritiques. le texte biblique a subi plusieurs rédactions et plus d'un livre a été réinterprété avant d'atteindre sa forme actuelle. Cette approche ressemble à l'interprétation dogmatique traditionnelle. canonique. le contexte d'interprétation est la doctrine chrétienne. une des fonctions de l'exégèse. mais s'en distingue cependant./49 L'étude canonique de l'A. importent peu. elle considère la littérature dans sa propre intégrité. Laissons le fondateur de l'approche canonique parler: [L'analyse canonique] essaie ni de prendre le texte comme une simple source d'informations reçues à travers une lecture oblique. partage avec certaines des méthodes modernes de critique littéraire le désir d'être fidèle . seul le sens biblique. elle veut le comprendre comme la tradition nous l'a donné. Prochiane section: 4. les deux sont proches. et de ce fait les questions d'auteurs. c'est le canon. Pour le protestant. canonique. tandis que pour l'exégèse canonique. est justement la critique des exposés doctrinaires. la critique canonique met l'accent sur le contexte biblique du texte. Toujours dans la théologie protestante. ni de reconstruire une histoire du développement religieux.4 Le texte en contexte canonique 4. car pour lui la doctrine doit se baser sur la Bible. L'intérêt est focalisé sur le texte en tant qu'"écriture sainte". la Bible. a de la valeur.4 Le texte en contexte canonique Les exégètes ont toujours reconnu que les textes bibliques sont à lire à la fois dans leur cotexte proche et en fonction du contexte biblique. Elle veut comprendre le texte comme "écriture" chrétienne. de rédaction etc.T. Au contraire.selon ces mêmes méthodes. Elle étudie donc un texte par rapport à son contexte biblique. Cette affirmation fait la base d'une approche récente de l'exégèse originaire des Etats Unis. Pour l'interprétation dogmatique. mais la doctrine n'est pas la Bible.

/50 Prochaine section: 4.envers l'intégrité du texte lui même. ne s'intéressant pas aux reconstructions diachroniques.5 Le texte en lui même? .