You are on page 1of 21

7-8 Rabie El Thani 1435 - Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014 - N°15047 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.

com - ISSN 1111-0287

56e ANNIVERSAIRE DES ÉVÈNEMENTS DE SAKIET SIDI YOUCEF

Le Président Bouteflika félicite son homologue tunisien
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

ALGÉRIE - TUNISIE

P. 3

G Une série de mesures d’aide en faveur de la Tunisie dans divers domaines

M. Sellal : « L’Algérie demeure en toute circonstance aux côtés de la Tunisie »
RÉUNION DE LA GRANDE COMMISSION MIXTE ALGÉRO-TUNISIENNE

CÉRÉMONIE D’ADOPTION DE LA NOUVELLE CONSTITUTION

G Le Chef de l’Etat reçoit un message du Président tunisien

DANS UN MESSAGE ADRESSÉ AU SG DE L’ONM À L'OCCASION DU 56e ANNIVERSAIRE DES ÉVÈNEMENTS DE SAKIET SIDI YOUCEF

Coordination sécuritaire et développement PP. 3-4 des zones frontalières

« Les défis actuels imposent aux deux pays de consolider leur coopération » P. 4
ÉLECTION PRESIDENTIELLE DU 17 AVRIL

Le Président Bouteflika :

SÉCURITÉ AU SAHEL

RÉGION DE BORDJ BADJI MOKHTAR

Le « Mémorandum d’Alger » pour commencer

L’Algérie produit plus de 70% de ses besoins agricoles
PP. 6-7

10e RÉUNION DES MINISTRES DE L'AGRICULTURE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM

Ph. Louisa M.

Les modalités énumérées dans un décret exécutif
G Le règlement intérieur de la Commission nationale de supervision adopté

VOTE DES ALGÉRIENS RÉSIDANT À L’ÉTRANGER

PP. 8-9

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

L’ANP récupère un important lot d'armes P. 10 de guerre

P. 10 P. 10

Les premiers civils sont sortis des quartiers assiégés de Homs P. 15
SYRIE

La ville de Sotchi fin prête
22ES JEUX OLYMPIQUES D'HIVER

P. 30

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

NUAGEUX

Le ministre de la Communication, M. Abdelkader Messahel visitera aujourd’hui, les différentes structures relevant de son secteur dont la radio, la télévision, l’APS et la TDA. Il fera par ailleurs le point sur le projet de création d’une unité d’impression dans la capitale du Hoggar à l’instar de celles de Ouargla et de Béchar. ************************************* Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Abdelmadjid Tebboune, accompagné du wali d’Alger, M. Abdelkader Zoukh, présidera la cérémonie de remise des clés des logements AADL à Heuraoua, wilaya d’Alger, ce matin à 10 h à la salle des conférences de complexe 5-Juillet. *************************************

Messahel à Tamanrasset

Au Nord, le temps sera partiellement nuageux pouvant occasionner quelques faibles pluies, notamment sur les régions du littoral Ouest et Centre durant la nuit. Les vents seront en général modérés localement assez forts (40/60 km/h) La mer sera peu agitée devenant agitée à forte, notamment sur le littoral Ouest et Centre. Sur les régions Sud, le temps sera généralement ensoleillé. Les vents seront en général faibles à modérés avec soulèvements de sable.

Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), M. Ali Bey Nasri, animera demain à 10 h, une conférencedébat au Forum Economie d’El Moudjahid, au cours de laquelle il abordera la situation des exportations en Algérie et les perspectives de développement.

Le président de l’Anexal invité du Forum Economie

DEMAIN A 10 H

Remise des clés de logements AADL

CE MATIN A 10 H AU COMPLEXE DU 5-JUILLET

Accord de partenariat entre le PNUD et le groupe Cevital

DEMAIN A 12 H

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (20°-12°), Annaba (18°-11°), Béchar (22°-8°), Biskra (19°-8°), Constantine (17°-4°), Djelfa (16°-5°), Ghardaïa (22°-9°), Oran (19°-11°), Sétif (13°-3°), Tamanrasset (23°-9°), Tlemcen (20°-11°).

Une cérémonie de signature de l’accord de partenariat entre le PNUD et le groupe Cevital se tiendra demain à 12 h à la résidence de l’ambassadeur du Japon.

*************************************

Conférence sur le transport

DEMAIN A 10 H AU SIEGE DE L’ONTA

Le Centre national de prévention et la sécurité routière organise, demain à 9 h, à l’hôtel Hilton sous la présidence du ministre du transport, M. Amar Ghoul une journée d’étude sur la politique nationale de la sécurité routière.

La politique nationale de sécurité routière

DEMAIN A 9 H A L’HOTEL HILTON

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels M. Nouredine Bedoui, effectue aujourd’hui jusqu’au 11 février, une visite de travail et d’inspection des structures relevant de son secteur dans la wilaya de Biskra et El Oued. *************************************

Bedoui à Biskra et El Oued

Le ministre des Travaux Publics, M. Farouk Chiali effectuera aujourd’hui et demain, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret où il s’enquerra de l’état d’avancement des projets du secteur.

Chiali à Tiaret

AGENDA CULTUREL
L’Organisation nationale des transporteurs algériens (ONTA), organise demain à 10 h en son siège, station de transports voyageurs, Ben Omar, Kouba, une conférence de presse, l’ordre de jour comprend l’étude de l’anarchie qui prévaut, dans le secteur des transports dans la wilaya d’Alger. La Société des Eaux et de l’Assainissement d’Alger informe son aimable clientèle qu’une malencontreuse erreur s’est glissée dans le communiqué envoyé à la presse le 6 février  2014. En fait, les perturbations dans l’alimentation en eau potable annoncées et devant impacter 17 communes des wilayas d’Alger et de Tipaza, devaient durer deux jours  et non vingt jours. SEAAL rassure ses clients des communes de  Mahelma, Zeralda, Staoueli, Ain Benian, Rais Hamidou, Hammamet, Draria, El Achour, Baba Hacene, Douira, Khraicia, Sehaoula, Souidania, Rahmania, Cheraga, Ouled Fayet, Delly Brahim (Zhun Ain Allah) et la commune Hamr El Ain de la wilaya de Tipaza que les travaux sont achevés, la remise en service de l’alimentation en eau potable est   en train de s’opérer progressivement pour s’achèver au plus tard dans la matinée d’aujourd’hui. SEAAL met à leur disposition le numéro de son Centre d’Accueil Téléphonique Opérationnel le 1594.

SEAAL RASSURE SES ABONNÉS

Entrant dans sa politique de promotion de la culture en général et du livre en particulier, la direction des éditions de l’Entreprise nationale de communication, d’éditions et de publicité (ANEP) organise une semaine culturelle au centre Mustapha-Kateb du 9 au 13 février. *************************************

Semaine culturelle des éditions ANEP

DU 9 AU 13 FEVRIER AU CENTRE MUSTAPHA-KATEB

Le ministère de la Jeunesse et des Sports, organise lundi 10 février, à la salle de conférence du complexe olympique Mohamed-Boudiaf une journée d’étude sur la gestion et l’exploitation des grands ensembles sportifs : enjeux et perspectives.

La gestion des ensembles sportifs

LUNDI 10 FEVRIER, AU COMPLEXE MOHAMED-BOUDIAF

DU 10 AU 18 FEVRIER AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

Dans le cadre des festivités marquant la célébration de la journée du Chahid qui coïncide avec la date du 18 février, l’Association Machâal Echahid organise la 14e semaine culturelle et historique sous l’intitulé «Hommage aux chouhada sans sépulture». L’ouverture officielle est prévue lundi 10 février à 14 heures, au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria. ************************************* L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organise l’avant-première du film long métrage La Voie de l’ennemi de Rachid Bouchareb, en partenariat avec l’Office national des droits d’auteur et droits voisins et l’Office national de la culture et de l’information lundi 10 février à 10 h à la salle El-Mouggar. ************************************* Le Théâtre national algérien, l’Institut français d’Alger et l’orchestre symphonique national organisent deux concerts qui seront dirigés par le maestro français Thomas Dubienko, le premier aura lieu jeudi 13 février à 19 h, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi et le second samedi15 février à 18 h au théâtre régional d’Oran. A cette occasion, une conférence de presse sera animée par le directeur de l’orchestre symphonique national M. Abdelkader Bouazzara, mardi 11 février à 11 h, à l’Institut national supérieur de musique.

14e semaine culturelle et historique

Sous la présidence du SG du parti, Belkacem Sahli, l’Alliance nationale républicaine organise ce matin à 10 h 30 au siège central de l’UGTA, une conférence nationale des cadres du parti. *************************************

ANR : conférence nationale

CE MATIN A 10 H 30

Activités des partis

Avant-première du film La Voie de l’ennemi 

LUNDI 10 FEVRIER A 10 H A LA SALLE EL-MOUGGAR

TAJ : clôture de la deuxième conférence nationale des cadres

CE MATIN A 10 H 30

Conférence du directeur de l’Orchestre symphonique

MARDI 11 FEVRIER A 11 H A L’INSM

La clôture de la deuxième conférence nationale des cadres du TAJ sera présidée par le président du parti M. Amar Ghoul, ce matin à partir de 10 h 30, à l’hôtel El Riadh - Sidi Fredj. La rencontre sera suivie d’une conférence de presse. *************************************

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le Front el moustakbal tiendra ce matin à 10 h à l’agence nationale de loisirs de la jeunesse de Zéralda, une réunion du bureau national des présidents des bureaux de wilaya et des bureaux à l’étranger sous la présidence du président du parti M. Abdelaziz Belaïd. La réunion sera suivie d’une conférence de presse.

Front el Moustakbal : réunion des bureaux de wilaya

CE MATIN A 10 H A L’ANALJ-ZERALDA

EL MOUDJAHID

56e ANNIVERSAIRE DES ÉVÈNEMENTS DE SAKIET SIDI YOUCEF
Le Président Bouteflika reçoit un message du Président tunisien

L

e Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de vœux au Président tunisien Mohamed Moncef Marzouki, à l’occasion de la célébration du 56e anniversaire des évènements de Sakiet Sidi Youcef, soulignant que ces évènements constituent «une motivation» pour les générations montantes afin de préserver les liens de fraternité et de bon voisinage, et consolider les relations de coopération et de partenariat. «Il m’est particulièrement agréable, au moment où nos deux peuples frères commémorent le 56e anniversaire des évènements de Sakiet Sidi Youcef, d’adresser à Votre Excellence, au nom de l’Algérie, peuple et gouvernement, et en mon nom personnel, mes vœux les plus chaleureux, priant Dieu Le Tout-Puissant de vous accorder santé et bien-être et davantage de progrès et de prospérité au peuple tunisien frère», a écrit le Président Bouteflika dans son message. «C’est avec déférence et humilité que nous rendons hommage à nos vaillants martyrs qui ont sacrifié leur vie pour la liberté, la dignité et l’indépendance et que nous nous remémorons la lutte commune menée par nos deux peuples contre le colonialisme qui restera un exemple d’unité et une source de fierté et d’orgueil», a souligné le Chef de l’État. Et d’ajouter : «Ces évènements lors desquels s’est entremêlé le sang d’Algériens et de Tunisiens ont conforté la détermination des deux peuples frères d’aller de l’avant sur la voie balisée par les martyrs. Une détermination où puiseront les générations montantes pour préserver les liens de fraternité et de bon voisinage et consolidera les relations de coo-

Le Président Bouteflika félicite son homologue tunisien

ALGÉRIE - TUNISIE

Nation

3

CÉRÉMONIE D’ADOPTION DE LA NOUVELLE CONSTITUTION

L

U

ne cérémonie a été organisée, hier matin, à l’Assemblée nationale constituante (ANC) dans la capitale tunisienne, à l’occasion de l’adoption de la nouvelle Constitution tunisienne, en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en qualité de représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ainsi que de dirigeants et responsables de plusieurs pays et de représentants d’organisations internationales. Parmi les Chefs d’État présents à la cérémonie, figuraient, notamment, les présidents français François Hollande, libanais Michel Sleiman, malien Ibrahim Keita, sénégalais Macky Sall et mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz. Dans une allocution à l’ouverture de la cérémonie, le président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar, a

Plusieurs chefs d’Etat présents à la cérémonie à l’Assemblée nationale constituante
salué «tous ceux qui ont soutenu laTunisie» dans son processus de transition démocratique qui était «très particulier» et fondé sur «la modération, la modernité, le progrès et l’ouverture sur le monde». Le président de l’ANC a rappelé que le déclenchement de la révolution tunisienne pour protester contre la détérioration de la situation sur tous les plans était, dans le même temps, «l’expression d’une prise de conscience pour la consécration des valeurs de liberté et de dignité». M. Djaâfar a estimé que le processus démocratique choisi par la Tunisie était «unique en son genre» et «un exemple avant-gardiste en matière de transition démocratique dans le monde arabe et musulman», saluant les réalisations enregistrées par la Tunisie en cette phase transitoire, notamment la «rédaction d’une Constitution progressiste, fruit du consensus de toutes les parties nationales». Il a indiqué que ce consensus témoignait de la profondeur des valeurs que partagent tous les Tunisiens, soulignant l’attachement de la Tunisie à la légalité et la préservation d’un État civil à travers la rédaction d’une Constitution consensuelle et l’adoption d’une position solidaire contre le terrorisme et la contrebande. M. Djaâfar a également affirmé que «la nouvelle Tunisie aspire à dynamiser l’action commune et à renforcer la coopération avec les différents pays» en vue de «recouvrer le dynamisme de son activité économique et restaurer la paix et la sécurité». Le président tunisien, Moncef Marzouki, a pour sa part réaffirmé, dans une brève allocution, la nécessité

e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé, hier à Tunis, que l'Algérie "consciente de la communauté de destin" avec la Tunisie, demeure "en toute circonstance" aux côtés de ce "pays frère". Dans une allocution prononcée à l'occasion de la cérémonie organisée à l'occasion de l'adoption de la nouvelle Constitution de Tunisie, à laquelle il a pris part en tant que représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, M. Sellal a transmis les salutations du Président algérien au peuple tunisien frère. "L'Algérie, consciente de la communauté de destin, demeure en toute circonstance aux côtés de la Tunisie", a souligné le Premier ministre qui a salué les efforts déployés par ce pays pour amorcer une nouvelle ère de liberté et de stabilité. L'Algérie, a-t-il dit, "a suivi avec une totale confiance, les grands pas franchis par le peuple tunisien pour l'édification d'un nouvel État et l'amorce d'une nouvelle ère de liberté, de dignité et de stabilité", et se félicite de l'entente "entre les parties adverses sur la nouvelle Constitution qui fait honneur à la Tunisie et à ses enfants fidèles". "Consciente de la communauté de destin, l'Algérie se tiendra à vos côtés lors de cette importante

M. Sellal : « L'Algérie demeure en toute circonstance aux côtés de la Tunisie »

pération et de partenariat au service des intérêts communs des deux pays et des deux peuples.» «Je saisis cette opportunité pour souligner tout l’intérêt que je porte aux efforts que vous consentez pour assurer la stabilité et la prospérité de la Tunisie. Des efforts couronnés par l’adoption par votre auguste assemblée de la nouvelle constitution tunisienne et la formation du gouvernement de notre ami Mehdi Jomâa et qui, je l’espère, seront un pas mesuré sur la voie du règlement des questions politiques, socio-économiques et de développement», lit-on encore dans le message du Chef de l’État. Le Président Bouteflika a

ajouté : «Je ne manquerai pas de vous présenter mes vœux les meilleurs, ainsi qu’au peuple tunisien frère, pour ces deux accomplissements grandioses qui constituent un jalon fondamental à la réalisation du développement et de la stabilité.» «Je prie Dieu Le Tout-Puissant de guider vos pas pour la réunification des Tunisiens et le renforcement des liens de fraternité entre Arabes et musulmans. Je prie Dieu également de vous aider dans vos efforts visant la réalisation des aspirataions du peuple tunisien frère au développement global et durable», a conclu le Chef de l’État.

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu un message de vœux de son homologue tunisien, Mohamed Moncef Marzouki, à l’occasion du 56e anniversaire des évènements de Sakiet Sidi Youcef, dans lequel il lui a exprimé la détermination de son pays à renforcer les relations fraternelles et de coopération qui l’unissent à l’Algérie. «Il m’est agréable, à l’occasion du 56e anniversaire des mémorables évènements de Sakiet Sidi Youcef, de vous présenter, mes chaleureuses salutations, et mes vœux les meilleurs de santé et de bien-être et au peuple algérien frère davantage de progrès et de prospérité», écrit le Président tunisien dans son message. «Tout en me remémorant avec déférence cette glorieuse épopée de l’histoire de nos deux peuples frères, je rends hommage à nos vaillants martyrs qui ont sacrifié leur vie pour que priment les valeurs de dignité et de liberté, et pour défendre la gloire de nos deux chers pays», souligne M. Marzouki. «Je saisis cette opportunité mémorable pour vous réitérer la détermination de la Tunisie à consolider les liens de fraternité et de coopération qui l’unissent à l’Algérie sœur au mieux des attentes de nos deux peuples en termes de complémentarité et d’intégration, ainsi que sur la voie de l’édification maghrébine», ajoute le Chef de l’État tunisien.

étape et vous soutiendra afin d'assurer la réussite du processus de transition démocratique", a-t-il af-

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a annoncé, vendredi à Tunis, que des mesures seront prises pour aider la Tunisie dans différents domaines, réaffirmant la solidarité de l'Algérie avec ce pays voisin. Dans une déclaration à la presse, au terme de la cérémonie organisée à l'occasion de l'adoption de la nouvelle Constitution tunisienne, M. Sellal a affirmé que "des mesures seront prises pour aider nos frères tunisiens", dans le cadre de la grande commission mixte algéro-tunisienne dont la 19e session se tiendra, aujourd’hui, et qu'il

Le Premier ministre algérien annonce une série de mesures d’aide à la Tunisie

firmé. M. Sellal a salué "la Tunisie et son peuple pour l'adoption de la nouvelle Constitution du pays",

qu'il a qualifié "d'importante réalisation", et de "fierté pour le peuple tunisien et un pas géant dans la bonne direction". Le peuple algérien "n'a pas oublié et n'oubliera jamais le soutien de ses frères tunisiens, lors de la guerre de Libération nationale et la position, de la Tunisie, peuple et gouvernement, soutenant l'Algérie, lorsque le terrorisme aveugle et sauvage a tenté de déstabiliser les fondements de l'État national pour lequel le peuple algérien s'est sacrifié". Il a tenu à transmettre les salutations du peuple algérien à son homologue tunisien, lui souhaitant la "réussite dans le processus démocratique en vue d'asseoir les bases de la démocratie pour laquelle il a lutté".

co-présidera avec son homologue tunisien, Jomaa Mehdi. Par ailleurs, le Premier ministre a précisé que la sécurisation des frontières communes se fera en collaboration entre les deux pays. Cette question figure parmi les principaux points inscrits au programme d'action de la commission mixte. Accompagné de son homologue tunisien, M. Sellal a effectué une tournée dans les quartiers du centre-ville de Tunis où il a échangé des propos avec des citoyens tunisiens.

La localité tunisienne de Sakiet Sidi Youcef vit, depuis plusieurs jours, au rythme d’activités culturelles, artistiques et sportives, à l’occasion du 56e anniversaire des évènements vécus le 8 février 1958 par cette localité frontalière où s’est mêlé le sang des Algériens et des Tunisiens. À cette occasion, cette ville frontalière a abrité la 33e édition de cross- country, ainsi que d’autres activités sportives collectives et individuelles, et des spectacles équestres. Des conférences sur les luttes menées dans cette région contre le colonialisme français ont été animées, ainsi qu’une conférence sur le thème «Réalité et avenir du développement de la ville de Sakiet Sidi Youcef». Des films documentaires sur les exactions perpétrées par les forces d’occupation françaises contre les citoyens algériens et tunisiens dans une tentative de saper les relations de solidarité et de lutte entre les deux peuples ont été également projetés. Le 8 février 1958, l’aviation de guerre française a bombardé le village de Sakiet Sidi Youcef faisant des dizaines de morts parmi les Algériens et les Tunisiens, et détruisant de nombreux établissements éducatifs, commerciaux et sociaux, en réaction à l’appui tunisien à la Révolution algérienne pour la libération. APS

Sakiet Sidi Youcef vit au rythme des activités culturelles et sportives

de préserver les acquis de la révolution et «contrecarrer tout ce qui pourrait menacer l’évolution du processus démocratique». Le chef du gouvernement provisoire, Mehdi Jomaâ, a, de son côté, insisté sur le caractère crucial de la prochaine étape dans l’édification d’un État démocratique et la préparation d’élections «libres et intègres», rappelant «l’engagement du gouvernement» à réaliser cet objectif pour répondre aux aspirations du peuple tunisien. Il a également souligné que son pays comptait beaucoup sur ses partenaires pour garantir la réussite du processus démocratique et réaliser la paix et la prospérité dans le pays. La nouvelle Constitution tunisienne a été promulguée le 27 janvier dernier. APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

4

ALGÉRIE - TUNISIE

Nation

EL MOUDJAHID

L

e Président de la République a indiqué, hier, que les défis actuels imposent à l'Algérie et à la Tunisie de consolider leur coopération et d'asseoir des bases communes pour être en mesure de les relever Dans un message adressé au secrétaire général de l'Organisation nationale des moudjahidine à l'occasion du 56e anniversaire des évènements de Sakiet Sidi Youcef, M. Abdelaziz Bouteflika écrit : "Nous avons, en ce jour, rendez-vous avec une date historique où les peuples tunisien et algérien se remémorent leurs souvenirs communs de douleur et de sacrifices et leurs liens forts qui se sont consolidés lors de cet événement que nous commémorons aujourd’hui". Il s'agit, a précisé le Président Boue teflika, "du 56 anniversaire des massacres perpétrés par l'aviation française un certain 8 février 1958, tuant des Tunisiens et des Algériens, détruisant les habitations et les infrastructures et exterminant la faune et les moyens de subsistance, arguant de la poursuite de révolutionnaires algériens après avoir échoué à réaliser ses objectifs à l'intérieur de l'Algérie et sur les lignes électrifiées de haute tension par lesquelles le colonisateur a voulu séparer les deux peuples". "Ce crime flagrant et odieux commis contre notre peuple frappera ses auteurs de malédiction et marquera d'infamie l'histoire de l'occupant", a considéré le Président Bouteflika avant d'ajouter qu' "en ce qui nous concerne, Dieu ToutPuissant a entouré nos martyrs de Sa Sainte Miséricorde et les a accueillis en Son Vaste Paradis et leur mémoire restera à jamais vive dans nos esprits non seulement pour

« Les défis actuels imposent aux deux pays de consolider leur coopération »
nous rappeler les méfaits de la machine de destruction en ce jour maudit, mais aussi pour symboliser les plus hautes valeurs". Pour le Président de la République, "cette mémoire constitue une référence historique des plus riches et le lien sacré qui unit nos deux peuples comme ils l'ont été à travers leur histoire séculaire et le seront à l'avenir, un avenir que nous voulons prospère et rayonnant". "L'occupant était épouvanté de constater que ses crimes abjects n'ont fait que conforter le peuple tunisien dans sa volonté d'apporter aide et soutien à ses frères qu'il a accueillis dans ses territoires à cœur et bras ouverts et avec fierté et dignité ainsi qu'il a de tout temps fait depuis le déclenchement de la Révolution du peuple algérien", a poursuivi le Président Bouteflika. "La guerre de libération a également bénéficié de l'appui que lui assuraient les frères qui ont offert asile et refuge aux moudjahidine et c'est en cette terre généreuse de Tunisie, qui a fourni les renforts nécessaires à la guerre de Libération, que celle-ci a puisé sa force et a adopté de grandes décisions pour affronter l'ennemi", rappelle le Chef de l'Etat. "Cet acte d'héroïsme n'était pas né de cette date, mais remonte aux premières années de lutte contre l'occupant lorsque les combattants qui croyaient profondément en la communauté de destin étaient convaincus qu'ils ne faisaient qu'un dans l'épreuve", a ajouté la Président de la République. Le Président Bouteflika d'ajouter : "Les mouvements de résistance se soutenaient mutuellement dans nos deux pays dont les frontières furent des hauts lieux d'un

DANS UN MESSAGE ADRESSE AU SG DE L’ONM A L'OCCASION DU 56e ANNIVERSAIRE DES EVENEMENTS DE SAKIET SIDI YOUCEF

Le Président Bouteflika :

combat continu que nous avons mené ensemble. La résistance d'Ibn Kablouti et celle de cheikh Ali Ben Khelifa Ennaffati qui dirigea la résistance tunisienne à l'âge de soixante-quatorze ans, figurent parmi les exemples les plus éloquents de ce combat commun livré contre l'ennemi". "Ce sont ces liens de fraternité et cette communauté de destin qui tout au long de notre histoire ont contribué au raffermissement de notre solidarité, notre coopération et notre combat et nous ont permis de faire face, ensemble, aux attaques, de repousser les assaillants et de bâtir des civilisations", a insisté le Président de la République. "En attaquant la Sakiet, l'assaillant s'est engouffré dans une bataille perdue d'avance. Son pari n'a pas tenu face à une détermination inébranlable et une profonde foi en l'unité et en la communauté de destin des deux peuples frères", a affirmé le Président Bouteflika ajoutant que "la conférence de Tanger, tenue en avril 1958, deux mois après l'attaque de la Sakiet et qui a consacré la volonté d'unification du grand Maghreb arabe et concrétisé les aspirations de ses peuples à l'unité, a apporté la réponse catégorique à de telles politiques". Et pour conclure le Président Bouteflika a souligné que "les deux peuples se sont soutenus dans les dures épreuves" mettant en avant la nécessité "pour nous d'œuvrer aujourd'hui à inculquer ces valeurs et qualités à nos générations" car, a-t-il dit "l'étape actuelle est marquée par de nombreux et complexes défis qui nous imposent de consolider notre coopération et d'asseoir des bases communes afin d'être en mesure de les relever".

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, jeudi passé, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-duché de Luxembourg, Jean Asselbron, indique un communiqué du cabinet du Premier ministre. L'audience a été l'occasion d'aborder les relations entre les deux pays, ainsi que les perspectives de leur développement avec la mise en place d'un mécanisme d'encouragement des investissements, dans le domaine bancaire et autres, précise le communiqué. La rencontre, qui s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a permis, également, un échange des points de vue sur des questions internationales et régionales.

M. Sellal reçoit le ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-duché de Luxembourg
ALGERIE - LUXEMBOURG

M. Asselborn souligne la nécessité de garantir l'accès des organisations humanitaires en Syrie Le ministre des Affaires étrangères et personnes âgées qui meurent de soif et de

GRANDE COMMISSION MIXTE ALGERO - TUNISIENNE
Pour le moins qu’on puisse affirmer, les relations bilatérales entre l’Algérie et la Tunisie se confortent et se consolident, marquant une volonté avérée des deux pays à persévérer dans la voie de la coopération mutuellement bénéfique, de l’entraide et de la solidarité réciproque. La Tunisie et l’Algérie, engagées dans une coopération tous azimuts, ne laissent planer aucun doute sur une destinée commune que raffermissent la géographie, le bon voisinage, l’histoire. En visite depuis hier, à Tunis pour représenter le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à la cérémonie d’adoption de la nouvelle Constitution tunisienne, le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal se saisira de cette heureuse occasion pour co-présider en compagnie de son homologue tunisien, M. Mehdi Jomaa, les travaux de la 19e session de la Grande commission mixte algéro-tunisienne qui se tient aujourd’hui, et qui aura à examiner plusieurs questions d’intérêt commun, en particulier, la coordination sécuritaire visant à protéger les frontières communes, le développement des zones frontalières, le dossier relatif à l’accord commercial préférentiel et celui ayant trait aux affaires consulaires. La session se tient dans des circonstances particulières, dans la mesure où elle intervient pour ce qui concerne la Tunisie, après la transition démocratique qu’elle connaît depuis trois ans, coïncidant avec le parachèvement de la dernière étape de ce processus de transition adopté par ce pays. Sur un plan purement historique, la rencontre se déroule parallèlement avec la commémoration du 56e anniversaire des événements de Sakiet Sidi Youcef, qui ont scellé dans le sang et la douleur, une communauté de destin qui ne s’est jamais démentie. Au préalable, les experts réunis depuis mercredi passé ont examiné une panoplie série de dossiers à soumettre au niveau ministériel. Ces dossiers ont trait au renforcement de la coordination sécuritaire entre les différents départements pour la protection des frontières communes et le développement des zones frontalières. Ils se sont attelés également à finaliser l’accord commercial préférentiel dont la date d’entrée en vigueur sera annoncée lors de cette session. L’accord signé en 2008 intervient en remplacement de la convention commerciale actuelle dans le cadre de la Grande zone arabe de libre-échange. Le dossier lié aux affaires consulaires sera également traité. Il est confié à une commission ad hoc chargée des questions relatives à l’immobilier, la propriété, le séjour et la circulation des biens et des personnes. Il faut noter que les responsables gouvernementaux tunisiens se sont félicités en maintes opportunités, sur la qualité des relations bilatérales à caractère stratégique, attestant que leur pays mise beaucoup sur le soutien de l’Algérie, pour faire face à la conjoncture qu’elle traverse, et fortement salué la position du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, qui a exprimé et traduit concrètement le soutien de l’Algérie à la Tunisie dans divers domaines de coopération que les deux parties, d’ailleurs s’évertuent à la hisser, au travers de nombreuses initiatives, au niveau d’un partenariat stratégique. Rappelons que la 18e session, qui s’était tenue à Alger en décembre 2010, a été sanctionnée par la signature de 12 accords de coopération dans différents champs de la coopération tels que le tourisme, la formation professionnelle et l’éducation, en plus d’un programme technique de protection de l’environnement et un mémorandum sur la recherche agricole.

Impulser un partenariat stratégique

européennes du Grand-duché de Luxembourg, Jean Asselborn, a souligné jeudi à Alger la nécessité de garantir l'accès des organisations humanitaires en Syrie pour mettre fin au "drame que vivent les populations civiles victimes du conflit". "Les atrocités continuent en Syrie et ce sont les femmes, les enfants et les personnes âgées qui en souffrent le plus", a déploré M. Asselborn dans une déclaration à la presse à l'issue d'une séance de travail avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, élargie aux membres des deux délégations. Il a ajouté que les membres du Conseil de sécurité de l'Onu, travaillaient pour préparer une résolution sur l'aspect humanitaire en Syrie afin de "donner plus liberté et de garanties d'accès aux organisations humanitaires pour sauver les personnes bloquées dans des villes comme Alep et Homs". "Il faut que ces atrocités cessent. Ce drame humanitaire ne doit plus continuer. Malheureusement, nous n'avons pas encore de solutions fixes (à la crise syrienne). C'est pour cela qu'il faudrait trouver une solution pour les enfants, les femmes et les

Sécurité et développement frontaliers en point de mire
Il y a lieu de retenir que les réunions de la commission d’experts chargée de la préparation de cette 19e session se sont poursuivies à Tunis. Le directeur général du département pays arabes au ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Chebchoub, qui préside la commission du côté de la partie algérien, que ces réunions ont porté sur l’évaluation de la coopération bilatérale dans tous les domaines afin de préparer les travaux de la Grande commission mixte. Les travaux ont été axés notamment sur les questions du développement des zones frontalières, du parachèvement des dispositions de l’entrée en vigueur de l’accord commercial préférentiel à partir de cette année et du renforcement de la coopération existant entre les deux pays dans le domaine énergétique, à savoir la production et l’exploration et la commercialisation des hydrocarbures. M. Bouraib

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et le ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-duché du Luxembourg, Jean Asselborn, ont examiné jeudi dernier à Alger les pistes susceptibles de renforcer les relations économiques et commerciales. Partant de "l'excellente qualité" des relations politiques qui existent entre les deux pays, les deux ministres, au cours d'un entretien au ministère des Affaires étrangères, ont passé en revue les pistes susceptibles de "conférer davantage" de densité aux relations économiques et commerciales. M. Jean Asselborn, rappelle-ton, a effectué, à l'invitation du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, une visite officielle, mercredi et jeudi, en Algérie. A cet égard, et outre la question relative à la réno-

Examen des pistes susceptibles de renforcer les relations bilatérales
RENCONTRE LAMAMRA - ASSELBORN :

faim", a insisté M. Asselborn, dont le pays est membre au Conseil de sécurité de l'Onu pour les années 2013 et 2014. Affirmant, par ailleurs, que la solution du conflit syrien "ne peut être que politique", le ministre luxembourgeois a, à cette occasion, tenu à saluer les efforts et la "grande patience" du représentant spécial de l'Onu et de la Ligue arabe pour le conflit en Syrie, Lakhdar Brahimi, dans l'accomplissement de sa mission. Concernant la relation de l'Union européenne (UE) et le Luxembourg avec l'Algérie, M. Asselborn a indiqué qu'elle est appelée à se renforcer et à se consolider, soulignant leur "grand intérêt" à s'y investir davantage ainsi que dans d'autres pays d'Afrique et du monde arabe. "Nous sommes en train d'approfondir les liens entre l'Algérie et le Luxembourg. Je suis venu pour ouvrir la porte de la coopération aux volets économiques, diplomatiques et politiques. C'est à nous, maintenant, de trouver sur le terrain les moyens pour parvenir à l'approfondissement des relations qui lient les deux pays", a-t-il indiqué à propos de sa visite en Algérie.

vation du cadre juridique régissant les relations bilatérales, différents secteurs à "fort potentiel" ont été explorés dans la perspective du renforcement des liens de coopération entre les deux pays. La visite a également été mise à profit, indique-t-on au MAE, par les deux ministres pour effectuer un "large tour d’horizon" de l’actualité politique régionale et internationale.

Les derniers développements du processus de paix au Moyen-Orient, la situation en Syrie à la lumière de la réunion de Genève 2, la situation sécuritaire au Sahel, ainsi que les crises qui affectent le continent africain et certaines parties du monde arabe ont fait l'objet d'une "large convergence" de vues entre les deux ministres, ajoute-t-on de même source. APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

EL MOUDJAHID

E

n effet, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a déclaré que « l’Etat va agir avec rigueur et équité, conformément aux décisions de justice, contre les personnes malveillantes et les fauteurs de troubles. » Dans cette optique, il a annoncé la création d’« un centre opérationnel de sécurité, à compter de ce jeudi à Ghardaïa, co-géré par la gendarmerie et la sûreté nationales, et cela dans le but de rétablir l’ordre et mettre fin aux échauffourées », a-til précisé. Accompagné d’une importante délégation de son département, des responsables de la sécurité, du général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, et du général-major Ahmed Bousteila, commandant de la gendarmerie nationale ainsi que des représentants des collectivités locales, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a souligné à l’issue d’une rencontre avec les autorités et élus de Ghardaïa, consacrée aux évènements qu’a connus la région, que « la loi sera appliquée pour rétablir l’ordre, dans le strict respect des lois de la République ». Evoquant succinctement les décisions prises avec les responsables de la sécurité, le directeur général de la Sûreté nationale et le commandant de la gendarmerie nationale, le ministre de l’Intérieur a précisé que « le dispositif de sécurité dans la région de Ghardaïa sera multiplié par trois,

« L’Etat est déterminé à appliquer les lois de la République dans toute leur rigueur », a déclaré, jeudi dernier, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Tayeb Belaïz, et cela « contre toute personne qui portera atteinte à la sécurité de l’individu et de ses biens », a-t-il précisé.

« Le dispositif de sécurité sera renforcé pour restaurer définitivement l’ordre et le calme »

TAYEB BELAIZ A PARTIR DE GHARDAIA :

Nation

5

Des appels au calme et à la renonciation à toute forme de haine ont été lancés par les imams dans leur prêche du vendredi, dans plusieurs mosquées de Ghardaïa où la situation sécuritaire s’est normalisée, après la recrudescence de violence en fin de la semaine, a constaté un journaliste de l’APS. Les imams ont axé leurs prêches de la grande prière du vendredi sur l'apaisement, la concorde et la réconciliation, invitant les fidèles à faire prévaloir l'unité et leur rappelant combien il importe de vivre en paix, conformément aux

Les imams appellent au calme dans leurs prêches du vendredi
préceptes de l'islam. Ils ont également plaidé pour la protection des biens d’autrui, le bannissement de la violence sous toutes ses formes et le respect des édifices religieux et funéraires. "Nous sommes tous des musulmans, on doit s’unir autour des valeurs islamiques qui favorisent la sécurité de l'homme et ses biens", a souligné l’imam de Theniet ElMakhzen. De son côté, l’imam de la mosquée du quartier des 15-Villas a insisté sur les répercussions de l'absence de la sécurité, citant,

voire quatre, pour restaurer définitivement l’ordre et le calme. » Le ministre de l’Intérieur et les responsables de la sécurité ont affiché leur détermination à lutter contre toute forme d’incitation à la violence et à tout phénomène pouvant toucher à la sécurité, à la fois du citoyen et de ses biens. Intervenant devant les responsables de la sécurité nationale DGSN et la gendarmerie nationale, le ministre a indiqué que « toutes les rues, les quartiers, les communes de la wilaya de Ghardaïa seront sécurisés.  » Le premier responsable du ministère de l’Intérieur a fait savoir avoir été man-

daté par le Président de la République afin de « trouver les voies et moyens de ramener le calme et l’ordre, avec la participation des différents acteurs de la société civile de la wilaya », a-t-il dit. Par ailleurs, Tayeb Belaïz et les responsables qui l’accompagnent ont saisi cette occasion pour présenter leurs condoléances aux familles des trois victimes des évènements de Ghardaïa et de Guerrara. De leur côté, les familles des victimes ont exprimé leur gratitude à l’Etat, en soulignant que « ce tribut, payé par le sang de nos fils, doit servir la stabilité de l’Algérie ».

Manque de projets de développement ou propagation de fléaux sociaux... les avis des Ghardaouis restent mitigés quant à l’origine des douloureux incidents survenus récemment dans leur wilaya, mais tous s’accordent à dire qu’ils « sont loin de revêtir un caractère communautaire ou doctrinal. » Mohamed Tounsi, un notable ibadhite du K’sar d’Atemlichet Melika, estime que ces incidents « revêtent un caractère complexe et nous n’en connaissons pas encore les véritables causes » ajoutant que « ceux qui ont contribué au déclenchement de ces incidents sont des ennemis du pays qui avaient préparé le terrain en semant haine et rancœur parmi les jeunes.» « Des rumeurs tendancieuses avaient précédé ces incidents, ce qui a attisé les tensions entre habitants », a-t-il précisé récusant par la même que « ces actes soient motivés par une pseudo-rancœur entre les communautés ibadhite et malékite ». « Ce sont les barons de la drogue et du crime qui sont derrière ces incidents », a-t-il estimé. Après avoir salué « l’esprit de solidarité et d’entraide dont a fait montre la société civile algérienne à l’égard des Ghardaouis », M. Tounsi a appelé les autorités à « œuvrer à prémunir la région contre la reproduction de tels incidents.» Le phénomène de la drogue... une des causes à l’origine des incidents De son côté, Brahim Bahaz, un autre notable ibadhite du K’sar de Ghardaïa estime que les véritables causes de ces incidents « ont été entourés d’ambiguïté » précisant que la propagation des actes de violence parmi les jeunes « est motivée en grande partie par le phénomène de trafic de drogue, notamment dans les grands quartiers de la ville.» M. Bahaz, également enseignant universitaire, a rappelé à cette occasion que « des comités de quartiers avaient déposé auprès des services de sécurité des plaintes concernant la propagation du trafic de drogue au niveau du quartier AlMoudjahidine, théâtre des premiers incidents survenus le 17 décembre dernier » ajoutant que les services de sécurité avaient, par la suite, interpellé nombre de trafiquants de drogue. « L’anarchie qui a régné, depuis, a stimulé l’appétit des délinquants qui se sont adonnés au pillage de magasins », a-t-il ajouté soulignant que « les appels séparatistes et à l’intervention étrangères ne

« Le manque de projets de développement et la propagation des fléaux sociaux à l’origine des incidents »
sauraient émaner des enfants de Ghardaïa, plus particulièrement des Ibadhites et ceux qui lancent de tels appels sont loin de représenter les Mozabites.» Le représentant des notables du K’sar de Ghardaïa a écarté la thèse selon laquelle « ces incidents sont le fait d’instigateurs étrangers, car si c’était le cas, ils auraient perduré », affirmant que « l’initiative du gouvernement en faveur de la région est sincère et certaines décisions étaient audacieuses à l’image de l’indemnisation des personnes ayant subi des préjudices ou la distribution de lots de terrain.»

SELON DES CITOYENS :

à ce propos, les souffrances des femmes et des enfants, ainsi que le désordre. "L'islam est une religion de pardon et de concorde, et le fidèle doit répandre la paix et la quiétude", at-il affirmé, ajoutant que la violence est contraire à l'éthique de l'islam. L’ensemble des imams ont appelé les citoyens à poursuivre leurs activités normalement. "Il n'y a aucune raison d'avoir peur", ont-ils insisté, soulignant que les forces de l'ordre étaient "prêtes à faire face à n'importe quelle menace".

G

Prémunir la région contre la reproduction de tels incidents « La majorité des jeunes Ghardaouis sont insatisfaits des projets de développement réalisés dans leur wilaya, mais cela n’a jamais été pour eux un motif de révolte à même de porter atteinte à l’unité nationale et à la stabilité du pays », estime Bouameur Bouhafs, représentant de la communauté malékite. « La situation aurait pu dégénérer si ce n’est la conscience, la collaboration des institutions de l’Etat et l’intervention des services de sécurité », lance Bouameur, un des notables ayant pris part à la réunion du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avec les notables de la wilaya. Bouameur, qui écarte l’implication de parties extérieures dans ces incidents, pense que « les instigateurs de ces incidents voulaient porter atteinte à l’unité nationale », niant toutefois que des différends confessionnels entre Ibadites et Malékites soient à l’origine de ces incidents. Dénonçant la profanation du mausolée de Ami Moussa au cimetière Ami Saïd, Bouameur a indiqué que ce n’est pas le cimetière qui était ciblé. « Les cimetières chrétiens de Ghardaïa n’ont jamais été ciblés depuis l’indépendance, pourquoi alors s’en prendre à des cimetières de musulmans ibadhites ? » Les jeunes Ghardaouis réclament de combler les insuffisances de développement « L’absence de structures pour jeunes est à l’origine de ces incidents.» D’ailleurs, ces incidents se sont déclenchés dans un stade, lancent des jeunes rencontrés par l’APS à Ghardaïa. Aïssa (28 ans), ingénieur d’Etat au chômage espère que ces incidents incitent les autorités à prendre en charge les jeunes de la région. « La

gestion administrative déficiente ainsi que les problèmes de développement figurent parmi les principales causes de ces incidents », a lancé Ali, retraité âgé de 56 ans pour qui « la gestion bureaucratique qu’a connue ces dernières années la wilaya de Ghardaïa a fait que les problèmes se sont accumulés pour provoqué l’implosion. Il ne s’agit pas « d’un différend confessionnel entre Malékites et Ibadites mais plutôt d’un problème de manque de développement à Ghardaïa », estime Alouani Mohamed, dont le domicile a été incendié à K’sar Melika. Ces incidents ont été provoqués par l’écart de développement entre le nord et le sud du pays», assène un jeune. « L’éloignement des jeunes des valeurs et traditions ghardaouies, influencés par les réseaux sociaux y est pour beaucoup », lance un autre jeune. Kara Omar Bakir et Mohamed Boukhari, députés de la wilaya de Ghardaïa à l’Assemblée populaire nationale (APN) ont qualifié de «complexes» les incidents survenus dans cette wilaya. Repli de l’activité commerciale et touristique à Ghardaïa suite aux incidents Bon nombre de commerçants disent souffrir du « recul de leurs activités » particulièrement les propriétaires de restaurants et de cafétéria. Au vieux souk, beaucoup d’artisans se plaignent de « l’entassement de leurs articles, en raison du recul du nombre de touristes.» Même constat pour les hôteliers qui soufrent eux aussi du manque de touristes. APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le corps sans vie d’une victime des échauffourées que connaît Ghardaïa a été retrouvé, jeudi après-midi, au quartier de Ben-Smara, a-t-on appris de source sécuritaire. Le corps de la victime, non encore identifié, âgé d’une trentaine d’années, a été déposé à la morgue de l’hôpital de Ghardaïa. Ce décès porte à quatre le nombre des victimes des douloureux évènements de Ghardaïa depuis décembre dernier.

Le corps sans vie d’une victime retrouvé au quartier Ben Smara

Face à cette ingénierie sociale qui, malheureusement, semble ne pas s’essouffler ni trouver les voies de la sagesse, une nouvelle architecture de l’action de l’Etat a été mise en œuvre dès ce jeudi à Ghardaïa. Elle tient en deux mots restituant toute la dimension wébérienne de l’Etat qui a, jusque ici, privilégié la manière « douce » pour mettre fin aux troubles. Hélas, ces troubles viennent de franchir une étape tragique en endeuillant des familles après avoir apporté la désolation et la souffrance depuis plusieurs mois. Désormais, l’Etat privilégiera les attributs de la rigueur et de la force pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Toute la rigueur des institutions spécialisées pour imposer aux groupes malintentionnés mais aussi, on l’imagine, aux nombreux jeunes (qui n’ont pas saisi les conséquences de leur fronde) le retour au calme à Ghardaïa. Un "centre opérationnel" de sécurité placé sous le commandement de la gendarmerie et de la sûreté nationale sera installé dans cette wilaya dans le but de rétablir par la force l’ordre tandis que le dispositif de sécurité dans la région sera "multiplié par trois, voire quatre, pour restaurer définitivement le calme". Quel que soit le motif de la colère cela justifie-t-il que l’on s’en prenne aux familles, aux femmes, aux enfants, aux citoyens sans défense ? Le citoyen est sans défense quand il est livré seul à la furie mais, est-il, en réalité, sans protection ? Comment expliquer que les structures sociales qui se sont aguerries durant des siècles face à l’adversité humaine et à l’hostilité de la nature en étant un rempart exceptionnel de protection de ses habitants qui, de surcroît, ont permis l’éclosion d’une cité classée au patrimoine mondial de l'Unesco n’arrivent pas à contenir ce déchaînement de violence ? Au tout début de cette cabale, les sages et les lettrés de la région, au demeurant fort nombreux, ont multiplié les appels à la raison et au calme. Ces appels sont restés sans effet puisque des groupes d’individus persistent à porter la peur dans les foyers et à imprimer la rancœur dans les cœurs d’une population réputée pacifique et tolérante. Aujourd’hui, un consensus s’affiche pour que l’autorité de l’Etat s’exerce à travers sa force institutionnelle. Le ministre de l’Intérieur a adressé plus qu’un avertissement aux fauteurs de troubles, un véritable ultimatum en déclarant : « Toutes les rues, les quartiers, les communes de la wilaya de Ghardaïa seront sécurisés. » Une priorité au vu de l’évolution de la situation sur le terrain. En effet, quand l’émotion est aux commandes de l’émeute, le groupe devient incontrôlable, dangereux car la responsabilité individuelle s’efface, libérant une violence inouïe démultipliée par l’immersion dans une entité qui n’a plus de repères, sauf ceux de la haine de l’autre. L’assassinat du jeune Azzedine, mercredi dernier, illustre d’une façon terrifiante cette dérive criminelle. Ceci dit, la main de fer sera gantée de velours, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz a pris soin de préciser qu’il a été chargé par le Président de la République de "trouver les moyens de ramener le calme et l’ordre, avec la participation des différents acteurs de la société civile de la wilaya". Les élus locaux ainsi que les sénateurs et les parlementaires de la région sont impliqués dans cette mission. En somme, une rigueur et une fermeté non dénuées toutefois de diplomatie, de dialogue et d’appels à la raison. M. Koursi

Une main de fer dans un gant de velours

Il y a lieu de signaler que des affrontements sporadiques et récurrents entre groupes de jeunes des quartiers de Ghardaïa ont repris, mardi dernier et se sont poursuivis durant toute la matinée de jeudi. Il y a lieu de noter qu’un imposant dispositif de sécurité, composé de brigades antiémeutes de la police, appuyées par des unités de la gendarmerie nationale, a été mobilisé pour faire cesser les heurts et sécuriser les différents quartiers de Ghardaïa. « 33 personnes ont été blessées, dont huit sont en observation aux urgences de l’hôpital Tirichine  », selon des sources hospitalières locales. En outre, une trentaine de locaux commerciaux et des habitations ont été incendiés depuis mardi soir dans des quartiers de Ghardaïa où les agents antiémeutes déploient encore des efforts, en usant de bombes lacrymogènes pour faire cesser les confrontations. Certains quartiers de Guerrara, de Berriane et de Ghardaïa ont connu, respectivement en novembre, décembre et janvier derniers, des échauffourées entre des groupes de jeunes émaillées de jets de pierres et de produits inflammables. Ces évènements ont été marqués par des actes de vandalisme, de pillage et d’incendie d’habitations et de locaux commerciaux, selon les services de la wilaya. Enfin, il y a lieu de noter que plusieurs personnalités politiques, religieuses et des sages ont multiplié les appels au calme, à la tolérance et au rapprochement entre les habitants des différentes localités de Ghardaïa. Sihem Oubraham

6

La sécurité alimentaire en Méditerranée tributaire de l'agriculture familiale et de l'investissement
10e RÉUNION DES MINISTRES DE L'AGRICULTURE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM
La 10e réunion des ministres de l'Agriculture des 13 Etats membres du Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM) et les chefs de délégations tenue à Alger depuis mardi dernier a été clôturée jeudi par une série de recommandations.

Nation

EL MOUDJAHID

C

es derniers ont constaté que les progrès accomplis au cours des dernières années dans le renforcement du développement agricole, alimentaire et rural dans la région méditerranéenne, grâce aux politiques nationales menées par les Etats mais également à travers les outils de coopération mis en œuvre par les organisations internationales. La sécurité alimentaire dans toutes ses dimensions doit représenter, a souligné les membres du CIHEAM «un pilier fondamental de la coopération régionale dans la région méditerranéenne et illustrer le degré d’interdépendance entre les pays riverains, il est dans notre intérêt de renforcer la coopération méditerranéenne à travers les échanges d’expériences sur la politique agricole et alimentaire pour assurer une meilleurs maîtrise des marchés des produits alimentaires ainsi que la complexité à pouvoir construire une meilleure sécurité alimentaire en méditerranée dans un contexte où les contraintes sont multiples (entre autres, la rareté de l’eau et de la terre, augmentation démographique) et où les défis à relever sont considérables à titre indicatif l’amélioration de la production en quantité et en qualité , croissance sociale. » Les ministres ont constaté également que l’agriculture, l’alimentation et le développement des territoires ruraux représentent des questions stratégiques pour la stabilité des Etats du CIHEAM , le bien être quotidien des population et que toutes les formes d’agriculture s’avèrent nécessaires pour relever le défi de la sécurité alimentaire mondiale, sans oublier les contribution tout aussi déterminantes, des secteurs de la pêche, de l’agriculture et de la forêt. Ils ont souligné d’autre part que l’année 2014 est l’année internationale de l’agriculture familiale, qui doit mettre en évidence le potentiel de ces agricultures à contribuer à la sécurité alimentaire, ainsi que celle de la conférence internationale FAO-OMS sur la nutrition ICN2 Concernant l’année 2015 , elle sera marquée ont annoncé les

ministres «par des rendez vous internationaux importants, notamment avec le 20e anniversaire de la déclaration de Barcelone , qui a enclenché en novembre 1995 le partenariat euro-méditerranéenne, le bilan des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et la définition de l’agenda global post 2015, avec notamment la mise à jour de la stratégie méditerranéenne de développement durable SMDD, l’exposition universelle de Milan sur le thème «Nourrir la planète, une énergie pour la vie» qui aura lieu de mai à octobre 2015, ainsi que la 21e conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques CCUCC et la 11e session de la réunion des parties au protocole de Kyoto qui se tiendra à Paris en décembre 2015». Lors de cette rencontre les ministres de l'Agriculture des pays membres du CIHEAM ont demandé aux pays méditerranéens d’avancer sur la question de la sécurité alimentaire en Méditerranée au plan national et de faire avancer la coopération agricole régionale, notamment à travers le CIHEM, Avancer sur la question de la sécurité alimentaire

L

e ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri, a affirmé jeudi à Alger que l'Algérie produit «plus de 70% de ses besoins en produits agricoles», soulignant, toutefois, la nécessité de consentir plus d'efforts pour «asseoir» la sécurité alimentaire du pays. «La concrétisation des actions du développement menées par l’Algérie a permis à notre pays de produire plus de 70 % de ses besoins en produits agricoles», a-t-il déclaré à l'ouverture de la 10e réunion des ministres de l’Agriculture des Etats membres du centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM). Selon le ministre, ce résultat «il faut obligatoirement l'améliorer pour asseoir en priorité la sécurité alimentaire du pays», d'autant que cette ambition «est confortée par un taux de croissance moyen annuel de 14% en volume de la production agricole». Evoquant

« L’Algérie produit plus de 70% de ses besoins agricoles »
tégie» démontrée, selon lui, par les résultats obtenus. «L’Algérie a franchi de grandes étapes dans la consolidation du développement durable grâce à la bonne gouvernance impulsée par le président de la République", a-t-il soutenu. Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, l’agriculture participe à hauteur de 8,9% au PIB national et occupe 2,5 millions de personnes dans 1,2 million d’exploitations agricoles et d’élevage. La valeur de la production agricole a été estimée en 2013 à 2. 521,5 milliards de DA, représentant, selon lui, 72% des disponibilités alimentaires. S’agissant des régions desquelles cette valeur de production agricole est issue, le minitre a indiqué qu’une valeur de 1.067,67 milliards de DA (43,3%) émane de la plaine et du littoral, 430,8 milliards de dinars (17,1 %) de la montagne, 583,3 milliards de DA (23 %) des Hauts plateaux et 439,7 milliards de dinars (17,5%) du Sud.

NOURI L’A SOULIGNÉ :

pour la rendre efficace et permanente mais aussi de la reclasser au centre des relations diplomatiques entre les pays riverains , de mener des politiques nationale et régionale de développement agricole, agroalimentaire et rural, prenant en considération la protection de la diversité génétique et les stratégies alimentaires écologiquement et socialement responsable, afin de renforcer la production, la productivité , la qualité et la sécurité alimentaire de leur citoyens et de soutenir les producteurs agricole. Ceci ont t-ils ajouté permettra «d’assurer un niveau suffisant de traçabilité des produits et la valorisation de certains produits agricoles en particulier les cultures riches en protéines et les céréales , par l’industrie au sein de filières organisées, l’amélioration des moyens et des condition de transport, de stockage et de traitement des produits agricole et agroalimentaires ». Les ministres ont insisté sur la nécessité d'encourager l'investissement et de développer le partenariat entre les secteurs public et privé et les entreprises nationales et étrangères, en vue d’un meilleur rendement agricole, la nécessité de soutenir l'agriculture familiale en vue d'améliorer l'accès à une nourriture décente, du point de vue

quantité et qualité, d'encourager le développement local, de préserver les forêts et de coordonner les politiques régionales visant à consolider le rôle des zones de pêche. Les recommandations ont mis aussi l'accent sur la nécessité d'encourager également le réseau d'échange des données des marchés agricoles méditerranéens visant l'échange d'expériences en matière des banques de données nationales des marchés agricoles. Ils se sont engagés à mettre en œuvre l'initiative du programme de voisinage européen pour le soutien de l'agriculture et du développement rural, lancé en 2012 et les accords régionaux, à travers la mise en place des normes liées au domaine phytosanitaire selon les caractéristiques de chaque pays, outre

le soutien du réseau méditerranéen de l'agriculture organique relevant du CIHEAM. Par ailleurs, l'Union Européenne (UE) s'est engagée à développer les domaines de l'agriculture et de l'alimentation ainsi que les zones rurales méditerranéennes, en soutenant les travaux de recherches et de coopération, outre l'exploitation du programme cadre de recherche «horizon 2020» et de l'initiative du programme de voisinage européen de soutien de l'agriculture et du développement rural. L'UE, l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le CIHEAM examinent la possibilité d'établir un programme de coopération stratégique pour soutenir l'agriculture, l'alimentation et le développement rural durable dans le Bassin méditerranéen. De son côté, le CIHEAM s'est engagé à poursuivre ses efforts en matière de recherche, de dialogue et de coopération régionale dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation et du développement rural à travers notamment la création de forums et d'une commission régionale ad hoc composée de hauts responsables et d'observatoires nationaux chargés du contrôle des marchés et de la sécurité alimentaire. Les ministres de l'Agriculture des pays membres du CIHEAM ont examiné lors de cette réunion les questions de lutte contre le gaspillage alimentaire qui coûte à l’économie mondiale 750 milliards d’euros par an ainsi que la gestion des ressources (eau et terres). Makhlouf Aït Ziane

Ph. Louisa M.

Le CIHEAM est une organisation intergouvernementale créée en 1962 afin de promouvoir la coopération multilatérale en méditerranée dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, des territoires ruraux et de l'environnement dans le but de répondre aux besoins de développement dans la région. Elle regroupe 13 pays, en l'occurrence l'Algérie, la Tunisie, le Maroc, l'Egypte, le Liban, Malte, l'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Turquie et l'Albanie. M.A.Z

A propos du CIHEAM

les actions menées par les autorités publiques en matière de développement agricole et du renouveau rural, M. Nouri s'est dit «convaincu» par «la pertinence de cette stra-

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Soulignant le niveau très remarquable réalisé par l’Algérie dans le développement agricole dans les zones rurales, M. Nouri a affirmé que 730 communes assurent 80 % de la production nationale. «Ce qui est réconfortant pour le moment, c’est sans doute cette prise de conscience collective de la communauté internationale d’agir ensemble et rapidement pour une meilleur prise en charge du problème de l’insécurité alimentaire», a ajouté le ministre. Le directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. José Graziano Da Silva n’a pas manqué de souligner l’importance de l’Algérie dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la région nord-Afrique et au Sahel. La première réunion des ministres de l'Agriculture des Etats membres du CIHEAM a été organisée en 1999 à Rome (Italie).

EL MOUDJAHID

L’

Algérie a signé, jeudi dernier à Alger, avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), une déclaration d’intention afin de permettre le renforcement du rôle de la FAO en Algérie et de mettre en place un programme de partenariat entre les deux parties. Le document permettra de lancer des projets de coopération technique au niveau national et régional, à travers la promotion de la coopération entre les états du Sud dans les domaines de l’agriculture, des forêts, de la pêche et de la protection de l’environnement. Il s’agit aussi de renforcer la coopération et de développer la croissance économique mondiale. Joseph Graziano Da Silva a affirmé que les démarches de la FAO avec différents pays africains s’inscrivent dans le cadre de l’engagement de leurs chefs d’États à éradiquer la famine dans le continent à l’horizon 2025 et à relever le défi de consacrer la vision que l’«Afrique jouit de la sécurité alimentaire» en s’attaquant aux causes multiples de ce fléau. Lors de la tenue de la Dixième réunion des ministres de l’Agriculture des États membres du CIHEAM, l’ensemble des ministres présents ont insisté sur l’importance de la collaboration entre les pays dans le domaine de l’agriculture. Dans ce sens, le ministre français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Stéphane Le Foll, a indiqué, dans son intervention, que «la sécurité alimentaire du bassin méditerranéen, déjà fragile, est fortement menacée par les changements globaux et par ce qui peut être appelé un mal de développement urbain, agricole et rural». Et d’ajouter  : «Nous devons permettre que nos agriculteurs puissent à l’avenir assurer une production alimentaire de haut niveau qualitatif et en quantité suffisante face à l’augmentation de la population mondiale, tout en s’inscrivant dans la transition écologique. Pour cela, il nous faut, à mon sens, agir, chacun à son niveau et en synergie au niveau des États, des organi-

La FAO a réalisé 17 projets en Algérie visant à garantir la sécurité alimentaire.

Vers la mise en place d’un programme de partenariat

ALGÉRIE - FAO

Nation

7
M. Sellal réitère l'engagement de l'Algérie pour la contribution à la sécurité alimentaire

ENTRETIEN

L’expert, également représentant de l’association ART Dev (acteurs, ressources et territoires dans le développement), propose, entre autres, la mise en place d’une «gouvernance alimentaire qui soit susceptible de réduire le gaspillage tout en offrant de l’alimentation de façon homogène dans les territoires, ruraux ou urbains».

« Il faut une régionalisation des modes de consommation alimentaire »

MARC DEDEIRE, MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN AMÉNAGEMENT À L’UNIVERSITÉ MONTPELLIER 3 :

sations internationales et du CIHEAM, selon un nombre de priorités bien définies si nous voulons rester efficaces : les politiques agricoles et de développement rural, la transparence des échanges commerciaux, la recherche et la coopération universitaire et le renforcement du poids de la Méditerranée dans les négociations internationales, en particulier à la FAO et au G20.» En matière de politiques agricoles et de développement rural, M. Le Foll considère que la récente réforme de la PAC est une réussite : elle est plus juste, plus verte et plus régulatrice. «Plus juste, car elle a pour priorité une redistribution en faveur de l’élevage et de l’emploi, sans distorsion de concurrence entre les agriculteurs. Plus verte, car tout en reconnaissant la réalité des pratiques agronomiques et environnementales. Et enfin plus régulatrice, car elle réintègre des outils de régulations du marché (droits de plantations viticoles, quotas sucre… », at-il expliqué. Selon lui, en matière agricole, «il est nécessaire d’avoir des politiques adaptées aux contextes locaux et c’est bien ce qu’ont développé par exemple, nos amis algériens à travers leur Politique de Renouveau Agricole et Rural ou marocains à travers le Plan Maroc Vert».

«Des approches sont toutefois parfois transposables comme celle de veiller à améliorer l’interactivité des acteurs des filières agricoles et agroalimentaires pour en renforcer la stabilité. Je citerai, notamment, nos actions en France en faveur du regroupement des producteurs au sein d’organisations, de la création d’interprofessions, de la structuration de filières, de la solidarité entre céréaliers et éleveurs, la contractualisation dans le secteur laitier», a-t-il déclaré. S’agissant de la transparence des échanges commerciaux, le ministre français a souligné qu’«il croit, en effet, en la régulation des marchés et donc à leur transparence pour stabiliser le revenu des agriculteurs et éviter des perturbations pour les industries agroalimentaires comme pour les consommateurs». Selon lui, la transparence des marchés limite la spéculation, laquelle avait conduit à la crise alimentaire mondiale de 2008. Des réponses avaient pu être apportées lors de la présidence française du G20, et notamment la mise en place du forum de réponse rapide et d’un système de transparence sur les marchés mondiaux, AMIS. «Nous souhaitons aujourd’hui partager notre position sur l’importance de rétablir une filière agricole au sein du G20, pour proposer des actions concrètes contribuant à la lutte contre l’insécurité alimentaire. Les crises doivent plus s’anticiper que se gérer. Je tiens à remercier la Turquie qui envisage une réunion des ministres de l’Agriculture durant sa présidence qui commence début décembre 2014», a-t-précisé. M. Le Foll a aussi abordé les questions liées à la recherche et la coopération universitaire. Il a annoncé que «le CIHEAM dispose d’une véritable légitimité démocratique et joue un rôle important d’appui aux organismes de recherche. Au plan français, la loi d’avenir a d’ailleurs entériné la reconnaissance officielle des diplômes du CIHEAM, engagement pris à Malte afin de renforcer le projet euro méditerranéen». Wassila Benhamed

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a réitéré, mercredi, l'engagement de l'Algérie à contribuer au développement de la sécurité alimentaire, a indiqué un communiqué du Premier ministère. M. Sellal a également a rappelé la nécessité de lutter contre toute forme d'exclusion en matière d'accès à l'eau et à la nourriture, conformément aux décisions de l'Union africaine et des Nations unies, lors d'une audience qu'il a accordée au Directeur général de l'Organisation des Nations unis pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano Da Silva. L'audience s'est déroulée en présence du ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri. APS

Ph : Louisa

Le développement de la coopération entre l'Algérie et la France dans le domaine de l'agriculture a été au centre d'entretiens, jeudi à Alger, entre le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, indique un communiqué du Premier ministère. Les deux parties ont également abordé les voies et moyens de développer et de renforcer l'agriculture, à la mesure des ambitions communément exprimées, précise la même source. La rencontre a permis également de mesurer les enjeux d'une dynamisation du développement agricole dans un contexte où la sécurité alimentaire à l'échelle mondiale apparaît comme la seule source de paix et de stabilité durables, selon la même source. L'audience s'est déroulée en présence du ministre de l'Agriculture et du Développement rural. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, s'est entretenu, jeudi à Alger, avec le directeur général de l'Organisation des Nations-unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano Da Silva. Le directeur général de la FAO a qualifié ses entretiens avec le ministre de "très bénéfiques", soulignant qu'ils ont porté sur la consolidation et le renforcement des relations entre l'Algérie et l'organisation qu'il dirige. Les deux parties ont évoqué aussi l'aide alimentaire à fournir aux pays du voisinage, notamment ceux du Sahel, qui "doivent bénéficier de l'expertise et de l'expérience de l'Algérie", selon M. Graziano Da Silva. "La FAO est convaincue qu'il ne peut y avoir de sécurité de manière générale sans la sécurité alimentaire, les deux étant intimement liées", a indiqué M. Graziano Da Silva, ajoutant qu'il est "nécessaire" d'aider ces pays pour consolider la sécurité dans la région". "Nous avons également évoqué la rareté de la ressource hydrique et son amélioration dans cette région", a-t-il dit, soulignant par ailleurs la "nécessité" d'encourager l'aquaculture et la production halieutique qui contribuent à la sécurité alimentaire et à la creation de l’emploi chez les jeunes.

Le développement de la coopération agricole au centre d' entretiens entre M. Sellal et le ministre français de l'Agriculture

M. Lamamra s'entretient avec le directeur général de la FAO

Cette problématique de gaspillage nous mène à poser le problème de la répartition des produits alimentaires dans les territoires, dont certains se sont avérés déficitaires. Plus que jamais, il est aujourd’hui impératif de s’interroger sur la manière de mettre en place une gouvernance alimentaire qui soit susceptible de réduire le gaspillage tout en offrant de l’alimentation de façon homogène dans les territoires, ruraux ou urbains.

L’idée est-elle réalisable ? Bien entendu. La concrétisation de l’idée est fortement possible, à condition qu’il y ait un consensus sur le mode institutionnel de mise en œuvre de système de qualification. Certains pays ont déjà enclenché ce type de politique publique, à l’image de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc. Les effets sont très intéressants en termes de développement rural. Parmi les problématiques traitées lors de ce séminaire, figure la protection des ressources naturelles. À présent, sontelles suffisamment protégées ? Il faut définir deux types de protection : interne qui interdit toute forme de pression sur l’agriculture, et externe qui, elle, est liée à des contextes extérieurs tels les changements et le réchauffement climatiques, ainsi qu’aux pressions anthropiques liées au développement urbain. Cette question de gestion de ressources va imbriquer fortement pour arriver à une durabilité forte. Le gaspillage alimentaire est aussi l’un des phénomènes qui font couler beaucoup d’encre. Si, à un moment, les spécialistes l’ont cru uniquement occidental, il touche de plus en plus les pays de la Méditerranée ? Quelles sont les causes de cette «contagion» ?

M. Deidre, outre les efforts consentis, ne pensez-vous pas qu’il est grand temps pour les pays méditerranéens de renforcer leur cohésion et d’aller en rangs unis pour affronter les différents défis alimentaires ? En fait, je vous répondrai que la question de la Méditerranée est importante parce qu’on a affaire à un territoire qui est très homogène sur le plan climatique et agronomique. L’idée étant de pouvoir développer des stratégies de développement agricole et rural cohérente à l’échelle du bassin méditerranéen. Il sera également question d’imaginer un modèle de labellisation qui puisse convenir à tous les pays et de pouvoir, collectivement, faire connaître les produits de région à travers toute l’Europe, mais aussi à travers le monde.

Les modes de consommation déterminent à tout point de vue la durabilité des systèmes agricoles et alimentaires. Il est donc nécessaire d’adopter de toute urgence, des mesures pour évaluer les régimes alimentaires durables dans différentes zones agro-écologiques en développant des méthodes, des indicateurs et des recommandations. Quelles sont les mesures qui relèvent de l’urgence ? Il faut réfléchir à la façon de voir si les modes de consommation se régionalisent ou pas. C’est aussi l’idée de voir s’il y a un système d’homogénéisation des modes alimentaires, voire un model alimentaire globalisé. Parmi les questions qu’il faut poser, il est important de savoir si la globalisation à l’échelle mondiale importe avec elle la question de l’alimentation. Une fois cette problématique traitée, il serait judicieux de chercher la façon de régionaliser les modes et modèles alimentaires. L’histoire nous enseigne que la manière de s’alimenter dans une dimension régionale permet de préserver les ressources. Les pays méditerranéens ont-ils les moyens d’aller vers cette «régionalisation alimentaire» ? Autour de ces pays, il y a des modes alimentaires, comme la diète méditerranéenne. En s’appuyant sur ce modèle, on devrait promouvoir des actions intersectorielles innovantes pour contrer la dégradation des écosystèmes, la perte de biodiversité et la simplification des régimes alimentaires à travers l’amélioration des pratiques alimentaires durables. Les efforts doivent être redoublés. Les pays concernés sont appelés à préserver cet acquis et mettre en avant cette particularité en intégrant une dimension de durabilité au point de pouvoir mieux gouverner cette région du monde au niveau des modes de consommation alimentaires. Je pense beaucoup à l’intérêt d’un mode alimentaire régionalisé à l’échelle des grandes régions, pas forcément au niveau de chaque pays. Propos recueillis par Fouad Irnatene

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, s'est entretenu, jeudi à Alger, avec le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, des stratégies visant à développer les moyens d'exploitation des ressources halieutiques et le secteur de la pêche. La rencontre a eu lieu en marge de la 10e réunion des ministres de l'Agriculture des pays membres du Centre international des hautes études agronomiques du Bassin méditerranéen "CIHEAM". Les deux parties ont évoqué également les moyens à mettre en œuvre pour la mise en place de mécanismes concrets de nature à promouvoir les investissements dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture, et à créer et développer des entreprises dynamiques dans ce domaine. APS

La richesse halieutique au menu des entretiens entre M.Ferroukhi et le directeur général de la FAO

8

Les modalités énumérées dans un décret exécutif
É L E C T I O N P R É S I D E N T I E L L E D U 1 7 AV R I L
VOTE DES ALGÉRIENS À L’ÉTRANGER

Nation

EL MOUDJAHID

L

e décret exécutif 14-24 du 1er février 2014 a pour objet de fixer dans le cadre des dispositions de la loi organique portant régime électoral du 12 janvier 2012, "les conditions et les modalités de vote des citoyens algériens résidant à l'étranger pour l'élection à la Présidence de la République". L'article 2 de ce décret défini comme électeur résidant à l'étranger, "tout citoyen algérien, remplissant les conditions légales d'inscription sur la liste électorale et régulièrement immatriculé auprès de la représentation diplomatique ou consulaire de son lieu de résidence". Les électeurs répondant aux conditions requises et inscrits sur les listes électorales ouvertes auprès de la représentation diplomatique ou consulaire de leur lieu de résidence recevront une carte d'électeur. Celle-ci "est remise à l'électeur au siège de la représentation diplomatique ou consulaire. Le cas échéant, elle est adressée au domicile de son titulaire par voie postale", souligne l'article 4 de ce décret dans son second paragraphe. L'article 5 précise, toutefois, que "l'électeur ne peut exercer son droit de vote que dans le bureau dont l'adresse est mentionnée sur la carte", précisant, dans une autre disposition, que les cartes n'ayant pas été remises à leurs titulaires "huit jours au moins avant la date du scrutin sont conservées" au niveau des représentations diplomatiques ou consulaires jusqu'au jour du vote et mise à la disposition des électeurs. Le même article précise qu'à défaut de la carte de vote, tout électeur peut exercer son droit de vote s'il est inscrit à condition "d'être muni d'une carte d'identité, ou tout autre document officiel prouvant son identité" Par ailleurs, conformément aux dispositions de la loi électorale, il est institué au niveau de chaque représentation diplomatique ou consulaire, une commission administrative électorale, qui aura pour mission de "procéder au contrôle des listes électorales " et de "se prononcer sur toute réclamation présentée par tout citoyen (art 8 et 11)". Les sections 2 et 3 du décret sont consacrées respectivement aux commissions électorales auprès des représentations diplomatiques ou consulaires et aux modalités de vote.

Les modalités de vote des Algériens résidant à l'étranger et l'établissement de la liste électorale en prévision de l'élection présidentielle d'avril 2014 ont été énumérées dans un décret exécutif publié dans le Journal officiel du 2 février en cours.

Un afflux appréciable de citoyens a été observé dans les services des élections des communes d'Alger au dernier jour de la révision exceptionnelle des listes électorales (23 janvier au 6 février) en prévision de l'élection présidentielle du 17 avril prochain. Les services chargés de la révision des listes électorales ont reçu les citoyens venus s'inscrire pour la première fois, aussi bien pour les jeunes ayant atteint l’âge de voter (18 ans) que pour ceux désirant radier leurs noms suite au changement de résidence, a constaté l'APS sur place. Ainsi, un grand nombre de citoyens, toutes catégorie confondues, a été observé au siège de la commune de Kouba où les services concernés ont mobilisé des moyens matériels et humains importants, selon les responsables de l'APC. Depuis le lancement de l’opération, 1.090 nouveaux électeurs ont été inscrits sur les listes de cette commune, dont 75 citoyens ayant atteint l’âge légal de voter, a indiqué le chef de service du recensement de la commune de

Afflux appréciable des citoyens au dernier jour de la révision exceptionnelle des listes électorales
méros de téléphones des inscrits pour les appeler dès la délivrance de la carte de vote. Mohamed Amine, un jeune de 18 ans, venu s'inscrire pour la première fois, s'est dit intéressé par l'avenir de son pays ajoutant être prêt à voter pour choisir l'homme qu'il faut". De son côté, Mohamed, un sexagénaire retraité du secteur de l'éducation, a confié être venu pour se réinscrire sur la liste électorale afin d'avoir l'opportunité d'élire le candidat le plus intègre et le plus apte à gérer les affaires du pays en toute "liberté et démocratie". Le secrétaire général de l'APC de Kouba, Belasla Hocine, a mis en exergue l'engouement des citoyens pour cet évènement qui se manifeste par leur affluence en grand nombre vers le bureau installé à cet effet. Dans le souci de garantir la réussite de cette opération, il a été procédé au "recrutement de cadres expérimentés et d'une assistance sociale pour assurer le contact entre l'administration, les services électoraux et les citoyens", a indiqué le président de l'APC.

Présidentielle 2014 : le règlement intérieur de la Commission nationale de supervision adopté Le règlement intérieur de la commission nationale de supervision de l'élection présidentielle du 17 avril prochain, fixant notamment ses missions, son organisation et son fonctionnement, adopté le 23 janvier passé, a été publié dans le Journal officiel n°5 du 2 février 2014. Dans son premier article, le texte précise que ce règlement intérieur s'applique aussi à ses sous-commissions locales, son secrétariat, ses membres, et aux personnes appelées à l'assister ainsi qu'aux personnels mis à sa disposition. Concernant la mission de la Commission et obligations de ses membres, il est souligné dans l'article 3 du règlement intérieur qu'elle est chargée de l'application des dispositions de la loi organique du 12 janvier 2012 relative au régime électoral et des textes d'application s'y rattachant par tous les intervenants dans l'opération

électorale (institutions et établissements administratifs, partis politiques, candidats et électeurs) de la date des dépôts de candidatures jusqu'à la fin de l'opération électorale. Les membres de la commission, affirme le même texte, sont tenus à l'occasion de l'exercice de leurs missions par les obligations édictées par le statut de la magistrature, dont l'obligation de réserve et d'impartialité et "doivent se comporter dans tous les cas en magistrats intègres et fidèles aux principes de justice". Au chapitre de l'organisation, il est mentionné que la commission exerce ses missions au niveau de son siège à Alger ou au niveau des sièges des sous-commissions locales et que son secrétariat se subdivise en secrétariat principal au niveau du siège de la Commission et en secrétariats locaux au niveau des sièges des souscommissions locales. En ce qui concerne le fonctionnement de la commission, le règlement intérieur précise que cette dernière et ses souscommissions locales sont administrées par leurs

présidents respectifs, ajoutant qu'elles interviennent d'office ou sur saisine des intervenants dans l'opération électorale. Détaillant les attributions du président de la Commission, le même texte indique qu'il est chargé en particulier de "veiller à l'uniformisation et à la coordination de l'activité des sous-commissions locales et de les réunir, le cas échéant, en assemblée générale pour débattre des questions liées à l'activité de la commission". Il est également chargé de présider les réunions et d'organiser les débats, de veiller à la discipline, de désigner un ou plusieurs vice-présidents et de répartir les tâches. Toujours dans le chapitre du fonctionnement de la Commission et concernant sa saisine, le règlement intérieur précise, dans son article 22, que les saisines et les dénonciations sont déposées, selon le cas, au niveau du secrétariat de la commission ou des sous-commissions locales. La commission "peut être informée de toute irrégularité touchant à la crédibilité et à la transparence des élections par tous moyens, y compris électroniques", indique l'article 24 du même texte. Concernant l'autosaisine de la Commission, il est souligné que "lorsque ses membres constatent une irrégularité touchant à la crédibilité et à la transparence de l'opération électorale, ils dressent un rapport circonstancié et le transmettent, selon le cas, à la commission ou à la sous-commission locale pour qu'il soit tranché dans les délais légaux sur cette irrégularité". A propos des modalités de prise de décision, le règlement intérieur affirme, dans son article 26, que le président de la commission désigne un rapporteur qui réunit toutes informations et tous documents relatifs au dossier, précisant qu'un même rapporteur peut être chargé de plusieurs dossiers. A la fin de l'instruction du dossier, le rapporteur élabore un rapport qu'il soumet, selon le cas, à la commission ou à la sous-commission locale, poursuit le même article. La commission et les sous-commissions locales se réunissent sur invitation de leurs présidents pour statuer sur le dossier dans les délais légaux. Le jour du scrutin, il est statué séance tenante, indique l'article 27 du règlement intérieur de la commission.

Kouba, Abdelkrim Dallali. Il a ajouté que 505 personnes ont été radiées des listes électorales rappelant que le nombre d'inscrits au niveau de la commune de Kouba avant le lancement de l'opération s'élevait à 75.430 citoyens. M. Dallali a par ailleurs indiqué que

L’opération de révision des listes électorales entamée le 23 janvier dernier s’est achevée jeudi à travers les 52 communes de la wilaya de Bejaia. Cette période de mise à jour des listes a enregistré de nouvelles inscriptions sur les listes, particulièrement les jeunes garçons et filles ayant atteint l’âge de 18 ans qui pourront accomplir leur devoir électoral. Certains autres résidants de la wilaya ont procédé a des changements d’adresse, ce qui leur permettra de voter dans les bureaux les plus proches de leurs résidences. Ainsi l’engouement très remarqué durant cette opération est marqué

par l’afflux considérable de jeunes ayant atteint l’âge légal de vote qui n’ont pas manqué de s’exprimer sur cet action qui est un devoir national. Nous avons rencontré certains jeunes au siège de la mairie de la rue de la Liberté qui s’affairent à présenter leurs documents pour l’inscription en attendant l’établissement de leur carte d’électeur. Pour B. Nassima, étudiante en droit à l’université Abderrahmane Mira de Bejaia : «  L’inscription sur la liste électorale et un devoir civique et national que nous devons accomplir avec beaucoup de fierté ». K. Mesbah, artisan apprenti dira : « Je suis venu m’inscrire sur la liste électorale pour

Les jeunes se sont inscrits en masse

l'assainissement des listes a touché 309 électeurs décédés et 426 citoyens dont l’inscription a été confirmée dans d’autres communes, soit une double inscription. Pour faciliter la tâche au citoyen, les services concernés retiennent les nu-

BEJAIA

Dans la commune de Sidi M’hamed qui connaît une grande densité démographique, le chef de service des élections et du recensement Amer Mouhoub a souligné que l'opération s'est déroulée dans de "bonnes conditions", soulignant que le nombre des inscrits sur la liste électorale, avant d'entamer la révision exceptionnelle, est estimé à 61.504 électeurs. Le nombre des nouveaux inscrits a atteint 897, celui des radiés est de 287 tandis que le nombre des inscrits pour la première fois, âgés de 18 ans, est de trois jeunes. Dans la commune de Oued Koreich sur les hauteurs d'Alger, le service des élections a connu une grande effervescence. Le nombre des nouveaux inscrits a atteint 1.010 électeurs depuis le 23 janvier. Le nombre des radiés des listes électorales est estimé à 565, pour différents motifs allant du décès au changement de résidence à la double inscription, a indiqué le secrétaire général de l'APC, Tahar Seddad.

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

que le 17 avril j’aille accomplir mon devoir pour élire le premier magistrat du pays. J’ai la conviction totale que notre pays se porte bien. Les efforts accomplis par notre Président Abdelaziz Bouteflika ont consolidé la souveraineté et la stabilité de l’Algérie. Beaucoup de choses ont été faites en faveur de la jeunesse. Il faut reconnaître cela et nous devons être à la hauteur de la confiance placée en nous. » Ainsi, à travers l’ensemble des communes de la wilaya, les sièges des assemblées communales ont connu une effervescence remarquable, soulignent les préposés aux guichets des bureaux

des élections des mairies. A Akbou, le responsable du bureau des élections souligne que « les jeunes étaient très nombreux à s’inscrire jusqu’au dernier jour. Les cartes d’électeurs sont établies au fur et à mesure et nous mettons à jour toutes les listes de la commune. » En attendant le chiffre exact des inscrits qui sera communiqué par les services de la DRAG de Bejaia aujourd’hui, l’opération de révision des listes électorales a connu un succès aux niveaux des assemblées populaires communales de la wilaya. M. Laouer

EL MOUDJAHID

Le règlement intérieur de la Commission nationale de supervision de l'élection présidentielle du 17 avril prochain, fixant notamment ses missions, son organisation et son fonctionnement, adopté le 23 janvier passé, a été publié dans le Journal officiel n°05 du 2 février 2014. Dans son premier article, le texte précise que ce règlement intérieur s'applique aussi à ses sous-commissions locales, son secrétariat, ses membres, et aux personnes appelées à l'assister, ainsi qu'aux personnels mis à sa disposition. Concernant la mission de la Commission et obligations de ses membres, il est souligné, dans l'article 3 du règlement intérieur, qu'elle est chargée de l'application des dispositions de la loi organique du 12 janvier 2012 relative au régime électoral et des textes d'application s'y rattachant par tous les intervenants dans l'opération électorale (institutions et établissements administratifs, partis politiques, candidats et électeurs) de la date des dépôts de candidatures jusqu'à la fin de l'opération électorale. Les membres de la commission, affirme le même texte, sont tenus, à l'occasion de l'exercice de leurs missions, par les obligations édictées par le statut de la magistrature, dont l'obligation de réserve et d'impartialité, et "doivent se comporter dans tous les cas en magistrats intègres et fidèles aux principes de justice". Au chapitre de l'organisation, il est mentionné que la commission exerce ses missions au niveau de son siège à Alger ou au niveau des sièges des sous-commissions locales, et que son secrétariat se subdivise en secrétariat principal au niveau du siège de la Commission et en secrétariats locaux au niveau des sièges des sous-commissions locales. En ce qui concerne le fonctionnement de la commission, le règlement intérieur précise que cette dernière et ses souscommissions locales sont administrées par leurs présidents respectifs, ajoutant qu'elles interviennent d'office ou sur saisine des intervenants dans l'opération électorale. Détaillant les attributions du président de la Commission, le même texte indique qu'il est chargé en particulier de "veiller à l'uniformisation et à la coordination de l'activité des sous-commissions locales et de les réunir, le cas échéant, en assemblée générale pour débattre des questions liées à l'activité de la commission". Il est également chargé de présider les réunions et d'organiser les débats, de veiller à la discipline, de désigner un ou plusieurs vice-présidents et de répartir les tâches. Toujours dans le chapitre du fonctionnement de la Commission et concernant sa saisine, le règlement intérieur précise, dans son article 22, que les saisines et les dénonciations sont déposées, selon le cas, au niveau du secrétariat de la commission ou des sous-commissions locales. La commission "peut être informée de toute irrégularité touchant à la crédibilité et à la transparence des élections par tous moyens, y compris électroniques", indique l'article 24 du même texte. Concernant l'autosaisine de la Commission, il est souligné que "lorsque ses membres constatent une irrégularité touchant à la crédibilité et à la transparence de l'opération électorale, ils dressent un rapport circonstancié et le transmettent, selon le cas, à la commission ou à la sous-commission locale pour qu'il soit tranché dans les délais légaux sur cette irrégularité". À propos des modalités de prise de décision, le règlement intérieur affirme, dans son article 26, que le président de la commission désigne un rapporteur qui réunit toutes informations et tous documents relatifs au dossier, précisant qu'un même rapporteur peut être chargé de plusieurs dossiers. À la fin de l'instruction du dossier, le rapporteur élabore un rapport qu'il soumet, selon le cas, à la commission ou à la sous-commission locale, poursuit le même article. La commission et les souscommissions locales se réunissent sur invitation de leurs présidents pour statuer sur le dossier dans les délais légaux. Le jour du scrutin, il est statué séance tenante, indique l'article 27 du règlement intérieur de la commission.

Le règlement intérieur de la Commission nationale de supervision adopté

É L E C T I O N P R É S I D E N T I E L L E D U 1 7 AV R I L

L

ouisa Hanoune, s’est exprimé hier lors d’une conférence de presse animée au siège du parti, a affirmé que «les déclarations du secrétaire général du FLN fournissent des armes et des prétextes aux impérialistes qui veulent impliquer l’ANP dans les guerres de dislocation dans la région du Sahel, sous couvert de nous faire jouer le rôle de leader régional à la pakistanaise». Et d’ajouter : «Assez, il y a péril en la demeure !» Et c’est devant une assistance nombreuse que Mme Hanoune a souligné que «le Parti des travailleurs a ses positions propres sur la nature de l’État, sur le régime à mettre en place par la mobilisation populaire, par les moyens de la démocratie, c'est-à-dire des moyens politiques». Mais, relèvera-t-elle, «le PT combat tout processus de délitement de l’État, d’éclatement de l’État à la somalienne». Mme Hanoune a tenu, à la faveur de cette rencontre, à saluer la réaction «très responsable» de la majorité de la presse écrite, mais aussi de la majorité de la presse audiovisuelle, en défense de l’État, de la souveraineté nationale et donc de la nation. «Ce faisant, cette majorité de la presse a aidé les citoyennes et les citoyens à comprendre les enjeux et à se positionner», a-t-elle relevé. Abordant la réaction du peuple, elle la qualifiera de «limpide». Pour elle, le message du peuple est clair et dit. Le peuple algérien qui vient de démontrer qu’il a préservé tous ses ressorts ne saurait accepter un processus à l’égyptienne, ni celui qui a prévalu sous Moubarak à la fin de son règne ni la terrible situation qui se met en place en ce moment», a-t-elle souligné. La SG

La stabilité, une priorité
LOUISA HANOUNE, PORTE-PAROLE DU PT

Nation

9

Le parti Tadjamou Amal El-Djazaïr (TAJ) a appellé le peuple algérien, les partis politiques, de même que les candidats, la société civile, les personnalités nationales et les médias à «faire prévaloir l’intérêt du pays, en œuvrant pour le renforcement des acquis en matière de sécurité et de stabilité, loin du sensationnel et de la surenchère». Dans un communiqué transmis jeudi à notre rédaction, le parti a appelé les Algériens à contribuer à la création d’un climat serein «pour faire réussir la présidentielle du 17 avril et en faire un jalon supplémentaire pour l’ancrage de la démocratie constructive qui préserve les réalisations et les acquis ». Soucieux de «l’unité de la nation», TAJ n’omet pas d’indiquer la nécessité «de faire preuve de sagesse et de retenue en cette période électorale, au service de l’intérêt général pour assurer la réussite de l’échéance du 17 avril», exhortant les candidats, qu’il a qualifié de «chevaliers de l’Algérie», à une concurrence loyale sur la base des programmes. Le parti souhaite que la compétitivité entre les postulants aux élections doit se faire à travers les programmes et un niveau qui reflète le degré de conscience des candidats, et non pas par de l’agressivité.       Le parti a salué par ailleurs le rôle de l’Armée nationale populaire (ANP) héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) et les différentes institutions de l’État dans la préservation de la sécurité, la stabilité et l’unité du pays, pour construire une Algérie sereine, forte, stable, développée et pionnière parmi les nations. La formation politique d’Amar Ghoul a réaffirmé son soutien à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika. Il convient de souligner que le

Faire prévaloir l’intérêt du pays

TAJ

du PT a ensuite rappelé que «le 24 janvier dernier, le SG du FLN avait déclaré au même média, à TSA en l’occurrence, que l’ANP est unifiée, qu’elle ne s’immisce pas dans ces élections, que ces élections présidentielles sont civiles, que l’ANP est républicaine. Et il a avoué que le Président de la République n’a pas suffisamment de motivation pour se porter candidat, mais qu’il ne saurait refuser un appel massif du peuple. Le SG du FLN avait, en cette occasion, appelé toutes les composantes à appeler le Président pour un 4e mandat. Que s’est-il donc passé entre le 24 janvier et le 3 février 2014 pour que soit actionnée une telle machine de guerre ?» s’est interrogée Mme Hanoune. Et d’ajouter : «Nous avons le droit de savoir, parce que c’est le sort du pays qui est en cause.» La SG du PT a par ailleurs déclaré : «Nous joignons notre voix à celles du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, qui a mis en relief,

lors de sa dernière visite dans la wilaya de Tissemsilt, que le peuple n'est pas prêt à faire marche arrière, car l'Algérie connaît, aujourd'hui,

une situation de sécurité et de stabilité que nous défendrons jusqu'à la dernière goutte de notre sang.» Mme Hanoune a également exprimé sa satisfaction suite aux déclarations du Premier ministre qui a souligné la disponibilité du gouvernement à écouter les préoccupations des candidats en veillant à aplanir les difficultés qu'ils pourraient rencontrer, dans le respect des lois de la République. Aussi, elle qualifiera cette position de «responsable». La candidate à l’élection présidentielle de 2014, qui a consacré l’entame de sa conférence de presse aux événements de Ghardaïa, a qualifié les jeunes ayant participé aux actes de violence, de «victimes de manipulation». Elle considère que «la solution sécuritaire n’est pas la meilleure réponse». Soraya Guemmouri

Ph : Billal

Le secrétaire général du Front pour la justice et le développement (FJD), Abdallah Djaballah, a annoncé, hier à Alger, en marge de la rencontre nationale des représentants de la jeunesse et des étudiants en vue de l’installation du secrétariat national de la jeunesse, que la décision concernant «la participation du parti à l’élection présidentielle prochaine ou non» sera prise le 14 février après la réunion de majlis el-choura. En outre, le secrétaire général du FGD a appelé à ne pas séparer la fonction de l’État et la religion afin de constituer un frein à la corruption sur tous les plans, ajoutant que le pays était en état "d'instabilité et d'égarement", et que "la transition démocratique dans le pays n'avance pas". Concernant l'ordre du jour de

Maintien du suspense

FJD

Ph : Nacéra

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

parti TAJ avait déjà entamé la collecte de signatures en faveur de son candidat, le Président Abdelaziz Bouteflika. «Nous avons dépassé l’étape de parler de la candidature du Président Bouteflika, qui est bel et bien notre candidat. À partir d’aujourd’hui, nous allons entamer, sur le terrain, la collecte des signatures pour notre candidat», a déclaré le président de TAJ au nom d’une trentaine de partis formant ce qu’ils appellent «le groupe de la fidélité et de la stabilité». Il a précisé que le groupe a convenu d’entamer, ce jour, la collecte des signatures en faveur de la candidature du Président Bouteflika à l’échelle nationale et même au sein de la communauté à l’étranger, «une première étape qui sera suivie d’une coordination autour de l’action à mener sur le terrain et de proximité». Les signatures collectées en faveur du Président Bouteflika seront remises à la direction de campagne électorale du Président, précisant que le Groupe pour la loyauté et la stabilité organisera des rencontres périodiques dans le but de tracer un programme pour la campagne électorale. Salima Ettouahria

Intervenant à l'ouverture des travaux de la session du conseil consultatif national du mouvement, M. Douibi a précisé que sa formation appelait "la classe politique sérieuse et responsable et tous les Algériens de bonne volonté à continuer d'œuvrer pour un projet politique national à même d'opérer des réformes globales". Ces réformes passent par une Constitution consensuelle qui consacre le pouvoir des institutions fortes sur la base de la légitimité électorale, a souligné le premier responsable du mouvement. Pour M. Douibi, le boycott de l'élection présidentielle du 17 avril par certains partis est "une position naturelle du fait du verrouillage imposé par le pouvoir à l'opposition", a-t-il dit. Il a précisé que son mouvement "se prononcera" à l'égard de l'élection présidentielle, lors des travaux de cette session, s'interrogeant sur "les garanties de crédibilité et d'honnêteté" de cette échéance et le "degré de neutralité de l'administration". Le secrétaire général du mouvement Ennahdha a, dans ce contexte, souligné la nécessité de "restituer au peuple sa parole dans le choix de ses dirigeants et de ses institutions". M. Douibi a, par ailleurs, appelé à maintenir l'institution militaire à l'écart des conflits politiques pour qu'elle puisse accomplir ses mis-

Appel à œuvrer pour un projet politique national

ENNAHDHA

cette rencontre, le président du FJD a précisé qu'il portait sur la création d'un secrétariat national pour les jeunes, appelant, dans ce contexte, les jeunes du FJD à veiller à concrétiser le projet de réforme du parti. H. Hamza

sions constitutionnelles de préservation de l'intégrité et de l'unité du territoire national. Concernant les tensions dans la région de Ghardaïa, le responsable politique a fait part de l'inquiétude de son mouvement face à la situation "tragique" dans laquelle se trouve la population de cette région, appelant les autorités à assumer leur responsabilité, à prendre toutes les mesures pour restaurer la sécurité, apaiser la population et à sévir contre tous ceux qui portent atteinte à l'unité du pays. Au sujet des grèves dans le secteur de l'éducation, M. Douibi a plaidé pour l'ouverture du dialogue avec les représentants des travailleurs et les enseignants. APS

10

F

ondées également leurs craintes. Si l’Algérie n’a eu cesse de tirer la sonnette d’alarme sur la menace régionale et internationale que les groupes terroristes représentait, ce n’est pas pour fanfaronner. Bien au contraire. C’était par prévention. En effet, pour avoir été confrontés à ce fléau durant plus d’une décennie, les services de sécurités algériens étaient les mieux placés pour dire quel était le véritable visage du terrorisme et ses desseins qu’il cachait à la face du monde par un habillage politique . Il est vrai aussi que depuis le 11 septembre 2001, les grandes puissances de ce mondeont revu leur perception du phénomène. Désormais, reconnait-on, le terrorisme est un fléau transnational. Pis, la jonction avec le crime organisé et les narco- trafiquants a permis à ces groupes de se renforcer en se créant de nouveaux intérêts, de nouvelles alliances. Aussi, pour perdurer, ils se devaient de trouver de nouvelles sources de financement. L’instabilité politique dans la région du Sahel et la détérioration sécuritaire qui en a découlée aux frontières a été exploitée par les groupes terroristes qui avaient en outre l’avantage de connaître la vaste région sahélo- sahélienne pour créer une nouvelle industrie criminelle, celle du kidnapping. Les touristes étrangers visitant le Sahara étaient de ce fait une cible toute désignée. Le directeur du Centre africain des études et recherche en terrorisme (CAERT), Francisco José Madeira a indiqué à l’ouverture de l’atelier régional sur la «réactivation du Mémorandum d'Alger portant sur la lutte contre les enlèvements et le paiement des rançons» organisé il y a de cela quelques jours, que plus de 35% des cas d'enlèvements commis par les groupes terroristes, dans le but d’obtenir des rançons, ont été enregistrés dans le continent africain. Plus précisément au Sahel. Une industrie qui a vite fait de prendre de l’essor, et ce, d’autant qu’elle s’est avérée très lucrative du fait que les gouvernements occidentaux, dont sont issus les otages, et sous la pression de leurs opinions publiques respectives, fi-

Ce n’est pas par chauvinisme qu’on est tenté, en tant qu’Algérien, de rappeler à certains experts en terrorisme que le temps a fini par donner raison aux responsables algériens, et que leurs points de vue développés sur les questions du terrorisme et de la sécurité étaient justes.

Le « Mémorandum d’Alger » pour commencer
SÉCURITÉ AU SAHEL

Nation

nissaient par payer des rançons en contre partie de la libération de leurs ressortissants. Quelque 100 millions de dollars auraient été versés à ces groupes criminels qui «investissaient  » une partie de cet argent dans l’achat d’équipements sophistiqués. Un armement disponible avec la mise en circulation de l’arsenal militaire de l’ancien régime libyen. Pour preuve, dans un communiqué rendu public jeudi, le

Un important lot d'armes de guerre a été récupéré mercredi dernier par les éléments de l'Armée nationale populaire (ANP) dans la région de Bordj Badji Mokhtar (wilaya d'Adrar), a indiqué jeudi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. «Dans la cadre de la lutte contre la contrebande et du crime organisé et après exploitation d'informations qui leur sont parvenues, les éléments

L’ANP récupère un important lot d'armes de guerre et de munitions

RÉGION DE BORDJ BADJI MOKHTAR

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébine et africaine, Madjid Bouguerra, a renouvelé jeudi à Bruxelles l'engagement de l'Algérie à poursuivre ses actions multiformes de coopération et de solidarité en faveur de la stabilité, de la sécurisation et du développement de ses voisins sahéliens. M. Bouguerra, qui a pris part aux travaux de la deuxième réunion ministérielle sur le Sahel abritée par la Commission de l'Union européenne (UE) à Bruxelles sous la présidence malienne, a exhorté les partenariats extra- régionaux à œuvrer, dans un esprit constructif et coordonnée, aux renforcement des capacités des pays concernés de manière à leur per-

L'Algérie renouvelle son engagement à accompagner ses voisins

SÉCURITÉ ET DÉVELOPPEMENT AU SAHEL

MDN a annoncé la récupération par les éléments de l’ANP d’un important lot d'armes de guerre dans la région de Bordj Badji Mokhtar (wilaya d'Adrar). Mais d’autres armes aux mains des terroristes ont rendu plus compliquée la tache des armées ou polices des pays de la région appelées à combattre le crime et le terrorisme. Cette donnée du terrain n’est pas irréversible pour autant. Il faudra pour renver-

ser la situation, outre, une coordination et une coopération régionale et internationale plus étroite dans le domaine sécuritaire, la mise en place d’un arsenal juridique national dissuasif, en plus de l'application de mécanismes internationaux adoptés à cet effet, dont notamment le «Mémorandum d'Alger». Le consensus obtenu sur cette question est déjà en soit une grande avancée. Car désormais tout un chacun est convaincu que ce n’est qu’au prix de cette somme d’efforts que l’accès des groupes terroristes au financement qui leur permet de survivre et de recruter sera coupé. L’Algérie pour sa part n’a eu de cesse de rappeler son entière disponibilité à œuvrer pour atteindre cet objectif, indiquant qu’elle ne manquera pas de partager son expérience et son expertise acquises dans la lutte contre le terrorisme, tout en exhortant les partenaires extra-régionaux à assumer leurs responsabilités en œuvrant aux renforcement des capacités des pays du Sahel de manière à leur permettre de prendre en charge leurs priorités nationales de développement et de relever les défis liés à leur sécurité collective. Un engagement réitéré jeudi à Bruxelles par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébine et africaine, Madjid Bouguerra, à l’occasion des travaux de la deuxième réunion ministérielle sur le Sahel abritée par la Commission de l'Union européenne. Nadia Kerraz

mettre de prendre en charge leurs priorités nationales de développement et de relever les défis à leur sécurité collective. Cette réunion de haut niveau à laquelle ont participé également plusieurs ministres africains, a été une occasion pour les participants de faire le point sur les efforts d'appui en direction du Sahel au double plan sécuritaire et de développement dans un contexte marqué par une profusion des initiatives nationales, régionales et internationales portant sur cette région. M. Bouguerra a eu, en marge des travaux, des rencontres avec plusieurs participants.

Deux ouvriers italiens, qui avaient été enlevés par un groupe armé le 17 janvier dans l'Est libyen, ont été libérés hier, ont annoncé le ministère italien des Affaires étrangères et l'ambassadeur à Tripoli. Les deux hommes «ont été libérés grâce aux efforts de l'armée et des services secrets libyens. Ils sont actuellement en route vers Rome», a déclaré l'ambassadeur d'Italie en Libye, Giuseppe Buccino. «La libération de Francesco Scalise et Luciano Gallome suscite

Libération de deux Italiens enlevés en janvier

LIBYE

de l'Armée populaire nationale relevant du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar (6e région militaire) ont réussi mercredi dernier, à récupérer un fusil-mitrailleur de type Dictariov, un fusil automatique de type Kalachnikov et deux fusils semi-automatiques de type Siminov, ainsi qu'une importante quantité de munitions de différents calibres», a-t-on précisé de même source.

en moi une grande joie et une grande satisfaction», a déclaré la ministre Emma Bonino sans révéler de détails quant au déroulement des opérations. «Un grand merci à toutes les femmes et à tous les hommes du ministère et des autres institutions qui ont contribué et facilité la résolution de cette situation dans un contexte difficile», a par ailleurs ajouté Emma Bonino.

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, Wolfgang Weisbrod-Weber, s'est entretenu jeudi, avec le coordinateur sahraoui avec la mission onusienne pour le référendum au Sahara occidental (Minurso), Mhamed Khaddad. La visite de M. WeisbrodWeber dans la région s'"inscrit dans le cadre de la coordination entre le Front Polisario et la Minurso, en vue d'organiser le référendum au Sahara occidental, notamment dans la perspec-

Le représentant spécial du SG de l'ONU s'entretient avec Mhamed Khaddad

SAHARA OCCIDENTAL - ONU

Les femmes ayant subi un acte de viol par un terroriste ou par un groupe de terroristes seront considérées, comme victimes de terrorisme, et percevront une indemnité, conformément au décret exécutif du 1er février 2014, publié dans le dernier numéro du Journal Officiel. «Est considérée également comme victime d'acte de terrorisme, toute femme ayant subi un viol commis par un terroriste ou un groupe de terroriste», est-il écrit dans le décret exécutif, dont les dispositions viennent compléter le texte du 13 février 1999, relatif à la prise en charge des victimes du terrorisme. Les dispositions du décret prennent en charge l'indemnisation des personnes physiques victimes de dommages corporels ou matériels subis par suite d'actes de terrorisme ou d'accidents survenus dans le cadre de la lutte anit-terroriste, ainsi qu'à leurs ayants droits. Le décret signé par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ajoute une section aux dispositions du décret de février 1999, intitulée «dispositions applicables aux femmes victimes de viol». Ces femmes victimes, à la faveur de ces dispositions, ne sont pas dans l'obligation de présenter des preuves supplémentaires au procès-verbal établi par les services de sécurité. «Les dispositions des sections 1, 2 et 3 du présent chapitre sont applicables, selon le cas, aux femmes ayant subi un viol commis par un terroriste ou un groupe de terroristes», précise-t-on. Toutefois, lors de la constitution du dossier d'indemnisation, déposé dans tous les cas auprès du wali, lieu de résidence de la victime, celle-ci est dispensée de présenter d'autres éléments de preuve que le procès-verbal des services de sécurité» lit-on dans l'un des deux articles insérés (art 67 bis). Selon les dispositions du second article, l'indemnisation versée aux femmes victimes de viol «est calculée sur la base d'un taux d'incapacité permanente partielle forfaitaire fixé à 100 %» et elle est «à la charge du Fonds d'indemnisation des victimes du terrorisme de la wilaya de résidence», est-il précisé dans ce décret.

Les femmes victimes de viol par les terroristes percevront une indemnité

TERRORISME

EL MOUDJAHID

tive du rapport qui sera soumis en avril prochain au Conseil de sécurité par le Secrétaire général de l'ONU, indique vendredi l'agence de presse sahraouie (SPS). Par ailleurs, l'Envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, effectuera une tournée dans la région, fin février, pour préparer une rencontre entre le Front Polisario et le Maroc pour relancer les négociations entre les deux parties en conflit, ajoute la même source.

EL MOUDJAHID

L’UNPEF et le CNAPEST veulent reconduire la grève
EN DEPIT DES ASSURANCES DU MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE
Malgré les assurances du ministre de l'Education, M. Abdelatif Baba Ahmed, qui a annoncé mercredi dernier à l’EPTV « la prise en charge de la revendication liée à la promotion des enseignants du primaire et du moyen », l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) et le Conseil national autonome des professeurs d'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) ont décidé, jeudi passé, de reconduire la grève entamée il y a près de deux semaines.
à chargé les inspecteurs de matières de suivre de prêt le programme scolaire et sa mise en œuvre sur le terrain. En tout état de cause le débrayage au niveau du secteur ne peut avoir que des conséquences négatives sur la scolarité des élèves notamment ceux des classes d’examen. Les élèves, censés rester à l’intérieur des établissements même en période de grève, sont livrés à la rue. Pour leur part, les élèves de classe de terminale ne cachent pas leurs appréhensions.  « La grève est la nouvelle arme que les syndicats brandissent à chaque rentrée scolaire sans tenir compte de son impact psychologique sur nous », ont-ils déploré.

Nation

11

S

elon le ministre, un travail est en cours pour dégager l'enveloppe financière nécessaire à la couverture de l'impact financier qui découlera de la décision prise pour la promotion des enseignants du primaire et du moyen, a-t-il notamment précisé. M. Baba Ahmed a rappelé dans le même contexte que « les revendications relatives au logement et la prime du Sud ont été prises en charge bien qu'elles ne relèvent pas des prérogatives du ministère de l'Education ». « Une instruction a été donnée à tous les établissements éducatifs pour obliger les enseignants grévistes à rester en classe pour surveiller les élèves qui sont sous la responsabilité de l'école », a rappelé le ministre. Concernant le rattrapage des cours, le ministre a mis en avant « la possibilité de les rattraper durant les vacances de printemps », relevant que « le retard ne dépasse pas le taux de 10% à l'échelle nationale avec un pic de 30% dans certains établissements ». Sur un autre plan et selon des sources proches du secteur, le ministère de l'Education nationale procédera vers la fin du mois prochain à la préparation d’un planning concernant les cours dispensés au

profit des élèves des classes d’examen notamment ceux relevant de la

troisième année secondaire. Afin de bien mener l’opération, le ministère

LE MINISTRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE A BEJAIA :

Le bureau national du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (SNAPEST) a décidé hier de reconduire la grève pour la troisième semaine consécutive. Cette décision "intervient sur la base des décisions des assemblées générales des enseignants tenues la semaine dernière, en application des décisions et recommandations du conseil national lors de sa dernière session et conformément à notre préavis de grève renouvelable déposé auprès de la tutelle", suite

SNAPEST : poursuite de la grève
à l'impasse dans le secteur, a précisé le SNAPEST dans un communiqué. Le SNAPEST a ajouté dans son communiqué que "sa grève est légale et légitime", estimant que "c'est la non-satisfaction de nos revendications qui est illégale". Deux syndicats du secteur ont décidé jeudi dernier de reconduire la grève entamée il y a près de deux semaines. Il s'agit du Conseil national autonome des professeurs d'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) et de l'Union nationale des personnels de l'éducation et

De leur côté, les associations des parents d’élèves estiment que la grève « n’est pas fondée », pour la simple et pure raison que  les enfants sont pris en otage et sont les victimes de ces agissements irresponsables de la part de certains syndicats qui ont décidé de durcir leur mouvement de protestation au cours de ce deuxième trimestre. Le rattrapage de ce que les syndicats qualifient d’injustices contenues dans le statut particulier arrive en tête des revendications. La réponse du département de Baba Ahmed est à ce sujet catégorique : pas question de réviser un statut entré en vigueur il y a, à peine, deux ans. Sarah S.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, à effectué, jeudi passé, une visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Bejaia où il s’est enquis des différentes structures relevant de son département. L’hôte de la wilaya, accompagné du wali et du président de l’APW, s’est rendu au CHU Khellil-Amrane où il a inauguré le service de cardiologie et passé en revue les services du scanner, de la radiologie, la salle d’observation et la pharmacie. Ainsi, durant le dernier trimestre 2013, le service du scanner a établi 1.872 examens médicaux, la radiologie 208.152 examens et l’échographie 1.014 examens. Dans la même structure, M. Boudiaf a visité le projet du centre d’imagerie médicale où il a instruit le bureau d’études et l’entreprise de réalisation de se rapprocher du centre de Bab El Oued pour introduire des nouveautés dans la conception et mettre en place les moyens informatiques et électroniques avant sa mise en service. Cette structure accuse un retard dans sa réalisation et le ministre a or-

« 140.000 vacataires seront permanisés »
a visité la polyclinique et le Samu avant de visiter la clinique privée Sabiha-Kara qui fournit les consultations spécialisées d’orthopédie, de cardiologie, chirurgie générale, urologie, gastrologie, gynécologie, chirurgie cardiaque, rééducation fonctionnelle et analyses médicales. Cet établissement hospitalier de 70 lits a été ouvert en août 2012 avec un personnel tous corps confondus de cent employés tout en signant des conventions avec les œuvres sociales du secteur de l’éducation et la DGSN. Poursuivant son périple, le ministre s’est rendu à Tichy où il a inspecté les services de la polyclinique de la commune avant de gagner Souk El Tenine pour s’enquérir de l’état d’avancement du chantier de l’hôpital de 60 lits. Ce dernier projet inscrit, en 2009, pour une autorisation de programme de 600 millions de dinars a nécessité une réévaluation complémentaire de 600 autres millions de dinars pour atteindre le 1 milliard et 200 millions de dinars. A l’hôtel des Hammadites, le ministre a présidé une séance de travail avec les cadres du secteur, les directeurs de l’exécutif et les chefs de daïra au cours de laquelle il a souligné que cette visite rentre dans le cadre du programme tracé par son département pour des visites périodiques à travers les wilayas. Pour ce qui est de la wilaya de Bejaia, il dira : «  Bien que plusieurs projets en cours enregistrent un taux d’avancement de 60 à 70%, beaucoup reste à faire et il est impératif d’accélérer la cadence des travaux pour atteindre les délais fixés. La wilaya sera renforcée dans les prochains jours de moyens humains avec des cardiologues et radiologues ainsi que d’autres spécialités accusant un déficit en encadrement  ». Entre temps, il insista auprès de l’administration et des élus de la wilaya relevant de la commission de la santé (APW) de coordonner les efforts pour élaborer un rapport de santé de la wilaya en toute objectivité qui reflète la véritable situation du secteur. Le ministre a annoncé que la wilaya sera dotée de cinq nouvelles ambulances médicales. M. Boudiaf a retenu l’inscription de deux hôpitaux de 60 lits dans les communes

de la formation (l'UNPEF). Le ministre de l'Education nationale, Abdelatif Baba Ahmed, avait affirmé mercredi que la revendication relative au droit à la promotion des enseignants des cycles primaire et moyen sera prise en charge, à l'issue d'une réunion mardi entre la tutelle et des représentants de la direction de la Fonction publique. Un travail est en cours pour dégager l'enveloppe financière nécessaire à la couverture de l'incidence financière qui en découlera, avait-il ajouté.

Le ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme du service public, Mohamed El Ghazi, a exhorté, jeudi passé à Chlef, les responsables de la fonction publique à soigner davantage l'image que se font les citoyens et les administrations de leur institution. Le ministre, qui intervenait à l'issue d'un exposé sur l'administration de la fonction publique dans la wilaya de Chlef, a affirmé que celle-ci, en tant qu'institution de l'Etat, a pour mission de "veiller au respect et à l'application des lois en vigueur en matière de gestion des ressources humaines". Evoquant la réforme du service public, il a indiqué qu'"un travail en profondeur est en train de se faire pour l’améliorer davantage et répondre aux doléances des citoyens". Le service public, a-t-il expliqué, ne concerne pas seulement l'état civil ou les services de la daira, mais toutes les directions et les services de l'administration comme celles de

La fonction publique doit soigner son image

EL GHAZI A CHLEF

donné a l’entreprise de la livrer en juin prochain. A Targua Ouzemour, la délégation ministérielle a visité la maternité de l’établissement hospitalier spécialisé «  Mère et enfant » ainsi que le chantier d’extension de cette structure dont l’enveloppe financière qui était de 100 millions de dinars a été réévaluée à 235 millions de dinars pour un délai de réalisation de 20 mois. Les travaux, qui ont débuté en décembre 2011, accusent un grand retard. A Sidi Ahmed, M. Boudiaf

de Beni Maouche et Adekar ainsi qu’un centre anti cancer de 120 lits à Amizour. S’adressant au cadre du secteur de la santé de la wilaya, le ministre insista sur l’amélioration de l’environnement jouxtant les structures de santé avec la mise en place d’espaces verts en évitant que ces derniers ne se transforment en parkings. « Les directeurs de santé des wilaya doivent être de véritables coordonnateurs entre les différents services ; des réunions hebdomadaires doivent être organisées avec les différents cadres de la santé au niveau de la wilaya, il faut bannir certaines mentalités et aller aux choses sérieuses ; je ne veux plus entendre parler de pénurie de médicaments et de vaccins. Depuis cinq mois, les médicaments sont disponibles dans toutes les pharmacies des hôpitaux en quantités suffisantes », ajoutera le ministre. Pour clore cette visite, M. Boudiaf annonça que les 140.000 vacataires relevant du système d’insertion , à savoir l’emploi de jeunes et l’ANEM, seront permanisés et titularisés dans les prochains jours M. Laouer

la santé, du transport et de l'éducation, entre autres. Le ramassage des ordures, l'entretien des routes font parties également du service public, a-t-il ajouté, tout en précisant qu'un travail en profondeur se fait pour améliorer autant que possible le service public

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

et rendre l'administration plus ouverte au citoyen. La formation des agents de l'administration et des préposés aux guichets "est fondamentale", a affirmé, en ce sens, M. El Ghazi, estimant nécessaire d'inculquer une nouvelle culture aux agents en relation avec le public. S'agissant du projet de création d'un observatoire du service public, il a indiqué qu'il sera composé de représentants de la société civile et du mouvement associatif, de partis politiques et de représentants de l'administration et constituera une force de propositions à même de faire progresser le service public. Auparavant, le ministre s'est rendu à la Caisse locale des assurés sociaux, au service de l'état civil de la commune de Oued Sly et à l'hôpital 240 lits de Chlef où il s'est enquis de l'état d'application des mesures visant l'amélioration du service public.

Cent ans se sont écoulés depuis la disparition de l'un des précurseur les plus "féconds" et "pertinents" de l'islah (réforme) en Algérie, le cheikh Abdelkader El-Medjaoui (1848-1914) qui s'était illustré dès les 40 premières années du colonialisme français par la défense des valeurs fondamentales du peuple algérien, alors combattues dans la violence par les tenants du colonialisme. Issu d'une famille tlemcénienne au sein de laquelle il a trouvé les ressorts de son parcours d'intellectuel "particulièrement fécond et pertinent", El-Medjaoui quittait son pays dans les années ayant suivi la fin de la résistance de l'Emir Abdelkader et la naissance de la deuxième République en France, pour s'établir au Maroc. Il poursuit ses études à El-Qaraouiyyine, avant de renter en Algérie en 1869, où il trouve une population dévastée par les grandes épidémies et les famines qui ont décimé plus de 300.000 autochtones, soit près de 10% de la population, ce qui l'a amené à méditer, dès lors, le sort réservé par la colonisation au peuple algérien. Il s'installe à Constantine où il débute comme enseignant dans une petite école de quartier. C'est surtout, les confiscations des terres aux Algériens par les colons, avec l'aide des militaires français, et la mise en œuvre du décret Crémieux (1871), hissant les colons chrétiens et les juifs au rang de "Citoyens français" et reléguant les musulmans dans une sous-classe sociale, qui éveille fortement la conscience du penseur.

Centenaire de la mort d'un précurseur algérien de l'islah

CHEIKH ABDELKADER EL-MEDJAOUI

12

La coopération algéro-française a changé de méthode et d’échelle
ALGÉRIE-FRANCE
a France et l’Algérie ont un avenir commun et, pour cela, il faut que nous progressions ensemble", a-t-il indiqué, lors d’une rencontre avec la presse, signalant que le fait "important" aujourd’hui dans cette coopération et que celle-ci est en train de changer de "méthode et d’échelle". "Cette coopération est en train de changer à la fois de méthode et d’échelle. Changer de méthode pour ne plus être simplement, côté français, une démarche commerciale à l’égard de l’Algérie. Le choix a été fait de considérer l’Algérie comme un partenaire privilégié dans les domaines scientifique, industriel et autre", a affirmé M. Levet, lors de cette rencontre périodique à laquelle ont pris part des acteurs de projets entre les deux pays. Pour le responsable français, ce partenariat a une "stratégie dans la durée". "Dans le cadre de ma mission, il s’agit de structurer une stratégie de long terme en concertation et en relation étroite avec nos amis algériens", a-t-il précisé, affirmant que l’approche que

Economie

EL MOUDJAHID

"L

"La coopération algéro-française est en train de changer de méthode, pour ne plus être simplement une démarche commerciale à l’égard de l’Algérie, qui est désormais considérée comme un partenaire privilégié", a affirmé, jeudi à Paris, le Haut responsable de la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, Jean-Louis Levet.
Paris privilégie consiste à "jouer sur les fondamentaux de la prospérité des nations aujourd’hui". "C’est-à-dire tout ce qui concerne la recherche, l’enseignement supérieur, la formation, l’apprentissage et, bien sûr, le monde de l’entreprise", a détaillé M. Levet, signalant que Paris et Alger souhaitaient renforcer et faire fructifier leurs relations en fidélité au sens donné par la "Déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération entre la France et l’Algérie" signée le 19 décembre 2012 par les présidents de deux pays. Évoquant les "premiers résultats" de ce partenariat, notamment après la multitude d’accords signés entre l’Algérie et la France, en novembre dernier, à la faveur du 1er Comité intergouvernemental de haut niveau, il s’est félicité de la "bonne compréhension" réciproque des besoins et des projets dans les deux pays. "En quelques mois, ensemble, il y a aujourd’hui, sans langue de bois, un vrai climat de confiance" entre les différents partenaires, a-t-il assuré. M. Levet a également cité, comme preuve tangible de cette relation franco-

L’

Algérie doit se doter d’une stratégie nationale pour la promotion des exportations hors hydrocarbures soutenue, notamment, par une politique de développement de l’investissement et de l’agriculture, recommande dans son rapport le groupe de travail chargé de la protection et de la promotion de la production nationale, issu de la tripartite tenue en octobre dernier. Cette stratégie qui nécessite, selon le rapport, la contribution de l’ensemble des partenaires intervenants dans l’acte d’exporter dans son élaboration, «ne peut être réaliste et réalisable que si elle est soutenue par une politique de développement de l’investissement (...) et une assise agricole développée et organisée». «L’action de développement et de promotion des exportations hors hydrocarbures doit découler d’une volonté politique au plus haut niveau et ne doit pas être une réaction conjoncturelle qui répondrait à des évolutions que connaît le marché international», soutient le groupe de travail. Ainsi, le développement de l’investissement permettra de libérer l’acte d’investir de toute contrainte et de soutenir les nouveaux investissements destinés à l’exportation entièrement ou partiellement par des avantages plus conséquents. Aussi, la stratégie doit être adossée à un tissu industriel dense et à une assise agricole développée et organisée, propose-t-on encore. Le rapport qui doit être soumis à la prochaine rencontre de la tripartite prévue le 23 février souligne que cette stratégie

Nécessité de développer l’investissement et l’agriculture
doit servir de référentiel pour l’ensemble des secteurs qui développent des politiques comportant un volet promotion des exportations en son sein. Toujours dans le cadre de la promotion des exportations hors hydrocarbures, le groupe de travail suggère la mise en place d’un Conseil national consultatif de promotion des exportations (CNCPE) comme une autorité devant superviser la stratégie gouvernementale de développement des exportations. «Le CNCPE est tout à fait indiqué pour assumer cette fonction (...) d’autant plus qu’il regroupe en son sein l’ensemble des ministres en charge de portefeuilles ayant une relation directe avec les exportations», estime le groupe de travail. D’autre part, l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX) doit être déployée aussi bien au niveau national qu’au niveau international et disposer de plus d’autonomie afin d’agir sur le terrain avec la célérité voulu pour répondre à la politique des pouvoirs publics et aux sollicitations des opérateurs et acteurs de l’exportation. S’agissant du Fonds de soutien et de promotion des exportations (FSPE), le document estime nécessaire de prioriser la prise en charge des activités situées en amont de l’acte d’exporter. «Une attention particulière doit être accordée aux entreprises exportatrices devant bénéficier davantage d’appuis de la part des pouvoirs publics pour assurer leur pérennisation sur ces marchés et garantir le maintien de leur activité», indique-t-on. Alléger davantage les procédures fiscales En matière de procédures douanières et fiscales, le sous-groupe chargé de la promotion des exportations hors hydrocarbures recommande d’alléger davantage les procédures fiscales au profit de toutes les entreprises exportatrices, que lque soit leur statut juridique. «Les avancées réalisées en matière de facilitations douanières, notamment la mise en place du couloir vert, demeurent insuffisantes et devraient être élargies à l’ensemble des produits exportables», estime-t-on. Le sous-groupe — issu du groupe de travail chargé de la protection et de la promotion de la production nationale — relève la nécessité de développer davantage l’exportation des services, la facilitation du transfert de devises, sur fonds propres, et d’autoriser l’implantation de représentations de liaison ou de comptoirs algériens à l’étranger. Par ailleurs, afin d’améliorer leurs compétitivités sur le marché national et à l’international, les entreprises exportatrices doivent se mettre à niveau de façon permanente. «À ce titre, l’amélioration des capacités managériales de l’entreprise et l’investissement nécessaire à réaliser pour développer les actions de marketing de ces produits et services devient primordiale pour garantir la présence des produits algériens sur les marchés mondiaux», conclut le sousgroupe.

PROMOTION DES EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES

algérienne, un ensemble de projets de partenariat initiés depuis l’été 2013 et d’autres nés du 1er comité intergouvernemental. Parmi ces projets, il notera, dans le domaine de la formation professionnelle, celui de l’École nationale des Métiers de l’industrie, confié à l’École Mines Paris Tech, la réalisation d’un la-

boratoire national de référence en métrologie en Algérie et celui de calcul haute performance et de la simulation numérique, prévu à Sidi Bel-Abbès (Ouest) avec le concours de Bull et l’Institut français de recherche en informatique et en automatique. Intervenant sur ces projets, des opérateurs français

L

a reprise de la pêche du corail, communément appelé  «l'or rouge», est annoncée pour bientôt, très certainement au cours de cette année. Cette reprise  se fera avec des alternances d'ouverture et de fermeture de zones. En outre, il est prévu un plan de gestion de l'exploitation de cette ressource marine fort prisée, avec un souci impérieux de veiller  notamment sur sa durabilité. C’est ce qui a  été annoncé par le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, jeudi lors de son passage sur les ondes de la radio algérienne, en précisant que «malgré son interdiction en 2001, la pêche du corail a continué à faire l'objet d'un braconnage, puisque des saisies fréquentes sont effectuées par les services des gardescôtes, c’est pour cela que le ministère de tutelle y songe concrètement». Aussi, «nous sommes en train d'étudier, pour l'instant, toutes les questions relatives à la reprise de la pêche au corail qui repose sur des principes importants qu'il faudrait opérationnellement implémenter sur le terrain et dans un cadre réglementaire», explique-t-il, en ajoutant que «grâce à une étude réalisée entre 2006 et 2009, dix sections ou zones de pêche ont été définies, et que deux sections seront ouvertes dans un premier temps», précisant que «les sections seront, en alternance,  ouvertes à la pêche pour une période de cinq ans et fermées sur une période de vingt ans,

« Les ressources pélagiques sont suffisantes » Dans le même contexte, le ministre parle de «6 tonnes/an par zone qui seront exploitées par des moyens nationaux». Par ailleurs et afin d'éviter la surpêche, l'invité de la Radio nationale a préconisé «une stratégie portant sur trois actions en même temps. Il s'agit, en premier lieu, de la reprise de la pêche au corail d'une manière raisonnée, organisée et structurée, de rendre les sanctions plus rigoureuses à l’égard  des braconniers en tentant, en outre, d'intégrer ces derniers dans d'autres dispositifs comme la pêche artisa-

pour permettre la régénération du corail. L'exploitation durable de cette ressource requiert un seuil qui ne doit pas dépasser les six tonnes de corail par an», explique-t-il. Le ministre a indiqué, dans le même cadre,  que le plan de gestion de cette exploitation prévoit «le recours à des moyens nationaux» pour la valorisation de  ce corail.  Sid Ahmed Ferroukhi explique que ce plan, qui prévoit, entre autres, le suivi de l'exploitation et la mise en place de bases de données détaillées sur l'ensemble des zones concernées par cette pêche, sera «géré et contrôlé par une agence dont le premier noyau est déjà mis en place dans la wilaya d'El-Tarf». Le ministre parle de l'exploitation de seulement 30 % des capacités nationales du corail «afin de permettre sa régénération».

Relance imminente de l’exploitation du corail
nale». Pour Sid-Ahmed Ferroukhi, il faut faire un effort dans les trois directions pour pouvoir permettre un retour à la normale.  «Cela implique une série d'actions allant de l'amélioration de la formation des plongeurs jusqu'à la transformation du corail. Il faut que la valeur ajoutée concernant cette ressource profite d'abord à l'économie nationale», affirme le ministre. Concernant le plan de développement de l'aquaculture à l'horizon 2020, M. Ferroukhi a affirmé que «près de 17 projets seront fonctionnels dans le courant du premier semestre 2014». Il a annoncé la relance, aussi, du Fonds national de la pêche et de l’aquaculture. «Nous avons les ressources pour pouvoir accompagner les projets, pour relancer un certain nombre de créneaux que sont la réhabilitation de la flottille, l’amélioration d’infrastructures portuaires et des circuits de distributions», a-t-il affirmé.  Il a indiqué, également, qu'il n’y avait «pas d'effondrement des stocks» de pêche, s'appuyant sur les dernières évaluations faites sur les petits bassins pélagiques. «La ressource est là. Il n’y a pas d'effondrement des stocks », a rassuré  le ministre. Ce constat s'appuie sur les dernières évaluations de la ressource effectuée par le bateau de recherche algérien Grine Belkacem, qui réalise deux recensements par an, a expliqué M. Ferroukhi sans donner de chiffres sur le stock évalué.

PÊCHE ET RESSOURCES HALIEUTIQUES

Le Directeur général de l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac), Noureddine Boudissa, a annoncé, jeudi à Alger, que cet organisme sera soumis à l’évaluation finale par l’Organisation européenne de l’accréditation (EA) dont une délégation séjournera en Algérie entre le 8 et 15 janvier 2014. Dans une déclaration à l’APS, M. Boudissa a affirmé qu’une délégation de haut niveau de l’organisme européen procèdera à l’évaluation finale des compétences d’Algerac selon les critères internationaux concernant ses capacités et ses procédés. Les critères de qualité, adoptés en Algérie, seront soumis à évaluation et en cas de reconnaissance, l’organisme d’accréditation pourra, dès 2014, conclure des accords de partenariat avec les instances similaires de France, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne, a-t-il fait savoir. Selon M. Boudissa, le marché européen sera dans l’obligation à l’issue de ce processus d’évaluation, de reconnaître les produits algériens sans les soumettre aux analyses d’expertise. Cela permettra, a-t-il dit, d’»élargir les opérations d’exportation et aidera les parties concernées à protéger l’économie nationale contre l’intrusion de produits contrefaits non conformes aux critères algéro-européens». L’Algerac, attendra la décision finale de l’EA au terme de la période d’évaluation. La commission spécialisée tiendra deux réunions en avril et octobre prochains et l’opération peut se poursuivre jusqu’au décembre 2014. L’évaluation sera encadrée par des experts de trois pays à savoir la Bretagne, la France et la Grèce. Dans le même contexte, M. Boudissa a déclaré qu’Algerac préparait 6 accords de partenariat avec plusieurs pays dont la Suède, la Serbie, le Danemark et la Grande-Bretagne. Des clauses communes seront définies ultérieurement pour soutenir l’Algerac devant l’organisme européen. Algerac entamera au cours de la dernière semaine de février les cérémonies de remise d’attestations d’accréditation au profit de 10 entreprises algériennes. Un total de 25 attestations d’accréditation devront être attribuées dans le but de les présenter comme modèle à l’EA.

Une délégation européenne à Alger du 8 au 15 février pour évaluer l’Algerac

CERTIFICATION

ont relevé qu'ils sont le fruit d’un long partenariat, signalant la "bonne volonté" de leurs homologues algériens à les concrétiser. Par Lettre de mission du 17 mai 2013 signée par les ministres français du Redressement productif et du Commerce extérieur, M. Jean-Louis Levet a été nommé Haut Responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne. Cette Mission, basée à la Délégation interministérielle à la Méditerranée (DiMed), a pour objet de préparer et de mettre en œuvre une coopération pour "un partenariat industriel et productif" entre la France et l’Algérie fondé sur un "modèle de coopération qui sera appelé à devenir un moteur pour la Méditerranée de demain". Rattachée au service du Premier ministre, la DiMed est en charge de l’animation et de la coordination des actions entreprises dans le cadre de la politique de la France en direction de la rive sud de la Méditerranée. Elle est présentée comme l’instrument souhaité par le président Hollande pour promouvoir la "Méditerranée de projets".

Sur une biomasse estimée à 600.000 tonnes, le stock «pêchable» ne dépasse pas les 220.000 tonnes par an. Mais l'Algérie ne produit, en moyenne, que 110.000   tonnes annuellement. Pour préserver cette ressource et répondre à la demande croissante en poisson, les pouvoirs publics misent sur l'aquaculture qui devrait assurer une production de 70.000 à 80.000 tonnes par an dans les cinq prochaines années. «Au niveau mondial, un poisson sur deux provient de l'aquaculture. Chez nous, il y a des possibilités de développer l'aquaculture marine», a affirmé  le ministre, soulignant la nécessité «d’accompagner les opérateurs qui veulent  investir dans ce domaine».

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Améliorer les circuits de commercialisation À propos des prix de la sardine qui fait souvent l'objet de spéculation, M. Ferroukhi a expliqué que la disponibilité de cette espèce de poisson sur le marché répondait au principe de l'offre et de la demande, lequel tient compte des périodes d'abondance et de baisse. La production du poisson bleu augmente durant la période allant de juin à novembre. Les prix de la sardine s'affichent, alors, entre 200 et 250 DA.   Le ministre a souligné que le programme de réhabilitation des ports et d'abris de pêche, pour lequel le gouvernement a dégagé une enveloppe de 7 milliards DA, allait contribuer à amé-

« L’Algérie est arrivée, pour la première fois, à pêcher la totalité de son quota de thon » Concernant le thon rouge, M. Ferroukhi a souligné que «l'Algérie est parvenue cette année, pour la première fois, à pêcher la totalité de son quota par le pavillon national». Par ailleurs et pour ce qui est du sujet de l’actualité relative au «poisson-lièvre», hautement toxique, le ministre a relevé que les scientifiques au sein du secteur ont confirmé le décès de citoyens suite à la consommation de ce poisson annoncé aux wilayas de l’Est.  «Nous avons pris avec les différentes autorités, en l’occurrence les services du commerce,  les vétérinaires et les autorités de contrôle, des mesures pour agir sur le plan de la prévention afin   d’éviter tout risque préjudiciable au consommateur et même aux pêcheurs de ce type de poisson», souligne-t-il, en ajoutant que des cellules de veille ont été installées au sein des wilayas, notamment une compagne de sensibilisation a été entamée pour éviter tout risque relatif à cette question. «La prudence est nécessaire», a enfin conclu le ministre. Kafia Ait Allouache

liorer la production qualitativement et quantitativement. «Un travail est mené actuellement en collaboration avec le ministère du Commerce pour améliorer les circuits de commercialisation de ces produits» a-t-il indiqué.

EL MOUDJAHID

L’Algérie pourrait devenir un chef de file régional dans l’accès à l’internet La Banque mondiale a affirmé jeudi passé que l’Algérie pourrait devenir un chef de file régional
BANQUE MONDIALE
Maria Rossotto, coordinateur régional du secteur des TIC à la BM pour la région MENA. Solutions préconisées par la BM Le rapport propose un certain nombre de stratégies à l’intention des pays de la région MENA qui souhaitent entreprendre une réforme du secteur internet. Il préconise en particulier de favoriser la concurrence entre les différents services de télécommunications pour les inciter à offrir à plus de clients des services internet haut débit utilisant toutes les plateformes technologiques. Explorer de nouveaux modèles de partenariat publicprivé permettrait aussi une exploitation plus efficace des réseaux haut débit et d’en élargir l’utilisation au niveau local, avance la BM qui ajoute que le partage par les divers services publics des fibres optiques inutilisées permettrait de réduire les coûts du déploiement du haut débit et d’accroître la résilience des réseaux existants. En outre, la mise en place de dispositifs d’incitations améliorerait la faisabilité de l’internet haut débit dans les régions isolées, notant que la mise en place d’actions de promotion dans le secteur de l’immobilier pourrait encourager l’offre des services internet haut débit dans les nouveaux bâtiments et les nouveaux quartiers. La BM préconise aussi le recours à des stratégies axées sur la demande, y compris des programmes de subventions à l’intention des populations rurales et des autres groupes défavorisés, ce qui renforcera la culture numérique et contribuera à rendre les terminaux plus abordables.

Economie

INVESTISSEMENTS ETRANGERS

13

D

ans un rapport sur l’internet dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), la BM a évalué les ressources encore inexploitées des réseaux de fibres optiques appartenant aux compagnies de services publics d’énergie, d’électricité et de transport de cette région, et comment ils pourraient contribuer à la mise en place de services internet abordables. A ce propos, elle a considéré qu’une meilleure utilisation de ces réseaux pourrait élargir l’accès au service internet sur large bande, y compris dans les régions rurales. Dans ce sens, l’institution de Bretton Woods a affirmé que ‘’l’Algérie pourrait devenir un chef de file régional dans ce secteur grâce aux 49.000 km de fibres optiques déployées par Algérie Telecom et aux réseaux de plus de 20.000 km dont disposent les services publics algériens’’. L’internet haut débit faiblement accessible dans les pays du MENA Mais dans son évaluation de toute la région, la BM a relevé que les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) accusaient un retard par rapport à d’autres régions du monde dans le domaine de l’internet notamment celui du haut débit qui, pourtant, peut modifier radicalement les perspectives socio-économiques de la région et contribuer à une croissance accélérée. Rappelant que le déploiement des réseaux à large bande stimulait le développement économique et devenait incontournable pour la compétitivité des pays, la BM a constaté que les services internet haut débit se déve-

dans le secteur de l’internet grâce aux fibres optiques déployées sur des dizaines de milliers de kilomètres.

F

U

aciliter l’acte d’entreprendre au titre de l’accès au foncier, assurer un équilibre géographique de l’offre en immobilier économique, révision de l’organisation et le fonctionnement des comités d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation du foncier (Calpiref), et l’encadrement juridique de la gestion des zones industrielles, tels sont les axes ressortis dans les recommandations du groupe de travail relevant du ministère du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, issu de la tripartite d’octobre, chargé du dossier du foncier économique. Les préconisations dans leur essence mettent l’accent sur la nécessité de consacrer « le principe d’égalité en matière d’accès à la ressource par la mise en place d’une banque de données dynamique garantissant plus de transparence » appelée à être gérée, pour le compte des Calpiref, par une institution désignée. Une mesure qui prévoit de donner les prérogatives aux walis afin d’obliger les aménageurs-propriétaires publics du foncier à transmettre la liste de leur portefeuille foncier immobilier à l’administrateur en charge de la banque de données. Tout manquement à cette disposition sera passible de sanctions, note le rapport de la commission. Dans le même chapitre, le Calpiref ne doit, en aucun cas, localiser un projet sur un terrain n’ayant pas fait l’objet d’une publicité préalable sur le site Web dédié à l’enregistrement des données. Les préconisations du groupe de travail devant transiter par le gouvernement qui prendra les décisions adaptées, consistent également en la mise en place d’un observatoire du foncier économique ayant la mission de constituer une banque de données nationale cernant la demande nationale en fon-

Ce que préconise le groupe de travail
cier, notamment la demande potentielle. Cette institution devra lister les demandeurs ayant failli à leurs obligations, particulièrement les bénéficiaires qui n’auront pas exploité leur terrain conformément à leurs engagements. Les sanctions peuvent aller jusqu’à la récupération du foncier. Autre mission, l’observatoire devra informer le gouvernement en cas de dysfonctionnement du marché du foncier. Le rapport insiste, d’autre part, sur la facilitation aux TPE innovantes, l’accès à l’immobilier en ce sens qu’il suggère « de réserver à ces toutes petites entreprises, pour une période déterminée, les actifs résiduels et excédentaires bâtis et/ou de l’immobilier modulaire à réaliser au niveau des nouvelles zones industrielles, en contrepartie d’un loyer modéré ». Il est proposé, au titre de la révision du fonctionnement des Calpiref, de « mettre fin à l’absence d’informations sur les travaux » de ces comités par la communication, à destination du public, des conclusions de ces derniers dans un souci de transparence. Pour un meilleur équilibrage de l’offre foncière, le rapport préconise d’augmenter la production foncière dans le cadre du nouveau programme de zones industrielles et zones d’activités par l’accélération de la cadence de la réalisation de ces espaces. L’optimisation de l’offre est également incluse dans l’ancien programme en ce sens que la démarche consistera en la récupération du foncier économique inexploité détenu par les EPE et les particuliers. A ce propos, il y aura lieu d’activer la procédure d’étatisation, par le CPE, des actifs susceptibles d’être qualifiés d’excédentaires, de mettre en œuvre les clauses des cahiers des charges inhérentes à la résiliation de la transaction, les walis devant assurer le suivi des opérations de cession et de concession de terrains

loppaient plus lentement dans la région MENA que dans d’autres régions émergentes d’Europe et d’Asie, et ce, avec des retards dans le déploiement des réseaux haut débit, l’accès à l’internet et son utilisation, et la création des contenus numériques. A l’exception des pays du Golfe, où les populations ont déjà largement accès au Web, l’institution de Bretton Woods souligne que dans beaucoup de pays du monde arabe, cet outil de communication essentiel n’est accessible qu’à moins du quart des ménages. ‘’Des millions de gens n’ont pas les moyens de s’offrir ces services et risquent donc d’être les laissés pour compte de la révolution de l’information qui définit le monde moderne’’, prévient-elle.

REGULATION DU FONCIER ECONOMIQUE

Au Maroc et en Tunisie, poursuit cette institution, les ménages disposant des revenus les plus faibles devraient dépenser environ 30 à 40% de leurs revenus pour bénéficier du service internet haut débit fixe ou mobile, tandis qu’au Yémen, les plus pauvres de la population devraient dépenser plus de la moitié de leurs revenus pour bénéficier d’une connexion internet haut débit mobile. Alors que le monde arabe affiche une croissance économique plus lente et un niveau élevé de chômage, en particulier chez les jeunes et chez les femmes, l’internet haut débit ‘’peut modifier radicalement les perspectives socio-économiques de la région et contribuer à une croissance accélérée et à une prospérité partagée’’, note Carlo

n observatoire national de service public sera créé prochainement, de même que des délégations de wilayas du service public, a-t-on appris, jeudi dernier à Oran, du représentant du ministère chargé de la réforme du service public. Lors d’un séminaire régional sur « la débureaucratisation de l’acte d’investir », organisé par l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), M. Kara Ali Mohamed a souligné que des délégations du ministère seront installées dans toutes les wilayas du pays pour veiller à l’exécution des programmes de réforme du service public. Il est prévu également la création d’un observatoire national du service public où seront représentés les ministères et la société civile afin de garantir de meilleurs prestations aux citoyens, a-t-il indiqué, soulignant que les différentes mutations que vit le pays imposent une vision différente du service public, de son champ d’intervention, des modes de son organisation et de son déroulement en vue de le réhabiliter et l’adapter pour rétablir la confiance entre citoyen et

Création prochaine d’un observatoire national de service public
l’Etat. La concrétisation des objectifs principaux reste tributaire, selon le même responsable, de deux conditions que sont celles de l’amorce d’un processus de réforme globale, permanente et homogène qui place l’investisseur et ses préoccupations au cœur de toute opération et l’implication totale et responsable de tous les partenaires du service public. Les évolutions de la vie et de la société civile imposent une nouvelle vision des relations de l’Etat avec le citoyen, qui repose essentiellement sur la nécessité d’impliquer davantage les citoyens dans la gestion publique, notamment par la promotion de sa participation et sa contribution à l’évaluation des institutions publiques et leurs performances. En attendant l’installation de toutes les instances du ministère, des mesures urgentes seront prises pour tous les secteurs et constitueront de fortes signaux pour le citoyen et l’investisseur au sujet la détermination du Gouvernement, selon le même intervenant. Ces mesures s’articulent autour de l’amélioration de l’accueil des citoyens, leur infor-

INVESTISSEMENT

viabilisés destinés à la réalisation de projets d’investissement, et, enfin, de proposer pour les cas de terrains viabilisés et non exploités, des dispositions législatives pour leur éventuelle récupération. La récupération du foncier, propose le document, se fera également par le biais de la fiscalité pour inciter les propriétaires de biens bâtis à usage économique inexploités à ré-exploiter ou à les mettre sur le marché à travers la location ou la vente. L’autre point inscrit à ce volet porte sur le recensement des actifs résiduels et de les mettre sur le marché et l’accélération de la procédure de remise de ces biens par les liquidateurs. Le rapport propose aussi l’octroi des actifs résiduels et excédentaires au niveau des secteurs urbanisés dans le cadre de l’investissement. Il est proposé, dans le même sillage, d’étendre le bénéfice des mesures incitatives financières à l’ensemble des concessions opérées ce qui permettrait aux bénéficiaires de concessions non convertibles en cessions, de tirer profit des avantages en matière d’abattement sur la redevance locative, d’exemption de paiement des frais liés à la concession ainsi que des dispositions portées dans l’article 80 de la loi de finances pour 2014. L’encadrement juridique de la gestion des ZI, la diminution du taux de la redevance locative, la limitation des procédures et des délais de traitement des demandes de foncier, la révision du fonctionnement des Calpiref et l’élargissement des mesures d’étatisation prévus au titre des actifs excédentaires aux terrains disponibles en ZA, et l’harmonisation des procédures de dépôt des dossiers de même que le contenu de ces derniers, sont d’autres dispositions contenus dans le rapport du groupe de travail. D. Akila

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

mation et leur orientation, la facilitation des procédures et des formalités administratives et la prise en charge totale des doléances de citoyens. Le chef du service urbanisme à la direction de la construction (DUC) d’Oran, M. Taleb Réda a expliqué que les mesures incitatives à l’investissement en vigueur au niveau de sa direction, se traduisent par la désignation d’un délégué permanent au guichet unique de l’ANDI qui reçoit toutes les demandes de permis de construire et réduit par conséquent ce processus qui nécessitait plus de trois employés. Il a fait remarquer, en outre, que les délais de remise des permis de construire ont été réduits à 45 jours pour les demandes nécessitant l’aval du président d’APC, au lieu de plusieurs mois auparavant, alors que les demandes nécessitant l’accord du wali sont traités en deux mois. Pour sa part, M. Moussaoui Saïd représentant du directeur régional des Douanes de l’Ouest a rappelé les mesures prises dans le cadre de la loi portant sur l’incitation à l’investissement.

La règle dite du 51/49 régissant depuis 2009 les investissements étrangers en Algérie « n’est pas un obstacle » en témoigne le nombre de joint-ventures montées à ce jour entre opérateurs français et algériens, a indiqué jeudi dernier à Paris le haut responsable de la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, Jean-Louis Levet. « Par pragmatisme, ce n’est pas un obstacle », a affirmé le responsable français lors d’une rencontre avec la presse, signalant que ces joint-ventures créées tant avec de grands groupes français qu’avec des PME sont là pour le prouver. Au sein de ces entités mixtes, a-t-il relevé, deux sujets sont abordés : la décision stratégique (processus de production, commercialisation, etc) est prise à « l’unanimité », le principe de majorité ne jouant plus, alors que la répartition des postes clés dans le management global prend en compte les compétences, qu’elles soient algériennes ou françaises. « Le message que je fais passer aux entreprises françaises c’est d’utiliser ce 51/49 comme un outil d’implantation en Algérie, parce que cet outil les contraint positivement à trouver un partenaire algérien », a indiqué M. Levet, qui s’exprimait en présence d’acteurs de projets initiés entre les deux pays. Il a également appelé ces entreprises à ne « pas être timides » dans cette démarche d’implantation en Algérie. « Il se trouve, que par le plus grand des hasards, cet environnement algérien est exactement le même pour les sociétés françaises, coréennes, chinoises ou autres. Si les Allemands, les Coréens, les Chinois, les Canadiens, les Américains, les Italiens, les Portugais ou les Espagnols sont extrêmement présents, il n’y a aucune raison pour que les Français ne le soit pas », a-t-il dit. Pour M. Levet, sa mission lui permet surtout de mener un « travail de pédagogie » auprès du monde économique français dont une partie a « encore une image très controversée de l’Algérie ». « C’est une image un peu décalée dans le temps et mon rôle c’est aussi de faire en sorte, qu’à travers les structures d’intermédiation, les Fédérations professionnelles, les Chambres de commerce et d’industrie, les régions, les acteurs territoriaux, que nous puissions allers au plus près des entreprises, à la fois faite témoigner celles qui sont présentes en Algérie et surtout auprès de celles qui n’y sont pas encore », a-t-il expliqué. Interpellé sur le rôle de la diaspora franco-algérienne pour accompagner ce partenariat, le responsable français a jugé « très essentielle » son implication « quelle que soit la taille » du projet envisagé. « La taille n’est pas important, ce qui l’est plus, c’est d’amplifier ce mouvement, en multipliant les projets », a-t-il souligné, affirmant avoir « beaucoup apprécié » sa rencontre (mardi) avec le président du Cnes, Mohamed Seghir Babès, et l’appel de ce dernier à cette diaspora. M. Jean-Louis Levet a été nommé en mai 2013 haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne. Cette mission, basée à la Délégation interministérielle à la Méditerranée (DiMed), a pour objet de préparer et de mettre en œuvre une coopération pour « un partenariat industriel et productif » entre la France et l’Algérie.

La règle du 51/49 n’est pas un obstacle

EL MOUDJAHID

L’armée syrienne a repoussé jeudi une attaque menée par des rebelles contre la prison centrale dans la province septentrionale d’Alep, a rapporté l’agence de presse syrienne SANA.

L’armée repousse l’attaque des rebelles contre la prison centrale d’Alep
SYRIE

Monde

15

L’

armée gouvernementale a abattu un grand nombre d’assaillants et détruit leurs armes et munitions, a ajouté SANA, sans en donner plus de détails. Pendant ce temps, des sources militaires syriennes citées par Russia Today TV ont indiqué que les troupes syriennes ont tué des dirigeants du Front Nusra affilié à Al-Qaïda lors de l’attaque menée par les rebelles contre la prison. Selon la même source, un kamikaze a fait exploser sa voiture chargée d’explosifs à la porte de la prison jeudi matin, mais les troupes syriennes ont réussi à repousser l’attaque des assaillants devant la porte de la prison. D’autre part, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), près de 250 personnes, dont 73 enfants, ont été tuées en cinq jours par des «barils d’explosifs» largués par l’aviation syrienne sur les quartiers rebelles d’Alep (nord). Outre les enfants, 24 femmes et au moins 11 rebelles figurent également parmi les victimes de ces barils chargés de TNT, largués par l’aviation syrienne. Selon la même source, «près de 30%» des personnes tuées en raison de ces barils d’explosifs «sont des enfants de moins 18 ans». Ces barils ont fait aussi des centaines de blessés de samedi à mercredi et provoqué l’exode de plusieurs milliers de personnes des

Damas participera au 2e round des négociations à Genève

quartiers Est d’Alep, toujours selon l’OSDH. Pour sa part, le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon a appelé toutes les parties en Syrie à faire baisser le niveau des violences et condamné jeudi les attaques perpétrées contre les civils en Syrie. Ces tactiques ont un «effet dévastateur sur les zones habitées» et sont contraires aux lois humanitaires internationales, a souligné M. Ban, cité par son porte-

Les premiers civils sont sortis des quartiers assiégés de Homs

parole Martin Nesirky. Le Parlement européen a de son côté, fait part de sa préoccupation quant à l’implication croissante de groupes extrémistes et de combattants étrangers dans le conflit en Syrie, dans une résolution adoptée jeudi. Le Parlement européen est «préoccupé par la propagation de l’extrémisme et des groupes extrémistes en Syrie», ainsi que «par la situation critique dans laquelle se

trouvent tous les groupes vulnérables et les minorités ethniques et religieuses», indique le texte adopté en plénière, soulignant que tous les combattants étrangers présents en Syrie doivent se retirer immédiatement. Quant au délai du 30 juin fixé pour l’élimination des armes chimiques syriennes, la coordinatrice spéciale de la mission conjointe de l’Onu et de l’OIAC, Mme Sigrid Kaag, a estimé qu’il pourra être respecté. «On s’attend à des retards qui ne sont pas insurmontables», a-t-elle expliqué, en rappelant qu’il fallait tenir compte du contexte, en référence à la situation sécuritaire désastreuse. Au volet humanitaire, le HCR a indiqué que le nombre de déplacés syriens à l’intérieur de la Syrie devrait presque doubler d’ici la fin de l’année 2014 pour passer de 3,5 millions actuellement à 6,5 millions de personnes, tandis que 6,5 milliards de dollars sont nécessaires pour les déplacés et réfugiés. A cela s’ajoutent près de 2,5 millions de Syriens actuellement réfugiés dans les pays voisins, a expliqué le Coordonnateur régional du HCR pour la Syrie, Amin Awad, lors d’une conférence de presse au siège de l’Onu à New York. Selon lui, un montant de 6,5 milliards de dollars est nécessaire pour couvrir les besoins des personnes déplacées en Syrie et des réfugiés syriens en 2014.

L’armée libyenne a repoussé jeudi soir une attaque menée par des hommes armés visant le siège de l’état-major dans le sud de Tripoli, a annoncé un porte-parole de l’armée. «Des hommes armés inconnus ont tenté d’entrer dans le siège de l’étatmajor mais les gardes les ont repoussé», a déclaré à l’AFP le colonel Ali al-Cheikhi. «Les assaillants ont pillé des voitures et quelques armes, avant de se retirer», a ajouté le colonel al-Cheikhi, ajoutant que l’attaque n’a pas fait de victimes. La Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL) a condamné jeudi la poursuite des violences en Libye, en prévenant que ce pays risque de sombrer davantage dans le chaos et l’anarchie. Selon la presse, des groupes armés ont attaqué les bâtiments de chaînes de télévision privées dans l’est de la Libye alors qu’un attentat à l’explosif a aussi visé une école à Benghazi, blessant une dizaine d’écoliers. Dans une déclaration à la presse, la Mission de l’Onu a appelé le gouvernement libyen et toutes les parties concernées à assumer leurs responsabilités «en cherchant activement à mettre fin à la violence et empêcher le pays de sombrer davantage dans l’anarchie et le chaos». Pour rappel, des groupes armés ont attaqué les bâtiments des chaînes de télévision privées Libya alAhrar et Libya Oula à Benghazi, causant d’importants dégâts matériels, ont déclaré jeudi des sources de sécurité. «Le siège de la chaîne Libya alAhrar à Benghazi a été la cible mercredi soir d’une attaque armée menée par des inconnus», a indiqué Mahmoud Chammam, le président du Conseil d’administration de la chaîne.

Attaque avortée contre le siège de l’état-major
LIBYE

La Syrie prendra part lundi prochain (10 février) au deuxième round des négociations de paix à Genève, a affirmé hier le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Moqdad. «Il a été décidé que la délégation de la République syrienne participera au 2e round des négociations à Genève» lundi prochain, a déclaré M. Moqdad à l’agence de presse Sana. «La délégation syrienne veut poursuivre les efforts qu’elle avait déployés lors du premier round à Genève et insiste pour que les discussions portent sur la totalité des clauses contenues dans le communiqué de Genève I et (commencent) par (la première) clause», a-t-il ajouté. M. Moqdad était l’un des membres de la délégation du gouvernement syrien au 1er round des discussions fin janvier à Genève

Un premier bus a évacué, hier, des civils bloqués depuis plus d’un an et demi dans des quartiers assiégés de Homs dans le centre de la Syrie, rapportent des médias. Selon ces sources, 11 civils, notamment des personnes âgées, ont quitté la vieille ville à bord d’un bus. D’après l’agence officielle Sana, 11 civils ont été évacués, une fillette de 10 ans et dix personnes âgées. Les télévisions, sur place, ont montré une forte présence militaire près du premier bus et des soldats empêchant les médias de s’approcher du véhicule. Quelques heures plus tôt, des bus escortés par des ambulances du Croissant

rouge syrien sont entrés dans la vieille ville de Homs pour évacuer des civils qui y sont assiégés depuis plus de 600 jours, à la faveur d’un accord et d’une trêve entre belligérants sous l’égide de l’ONU. Une première partie des civils qui le souhaitaient ont été évacués hier, mais ce processus se poursuivra dans les prochains jours, a indiqué plus tôt le gouverneur de Homs, Talal Barazi. L’accord porte également sur l’acheminement d’aides pour les gens qui ont choisi de rester à l’intérieur des quartiers assiégés, mais cette opération ne commencera qu’aujourd’hui. APS

Le maréchal Sissi candidat à la présidentielle
EGYPTE

Deux jeunes Sahraouis ont été agressés par une patrouille relevant de la police marocaine, a indiqué jeudi l’Agence de presse sahraouie (SPS). Il s’agit des jeunes Mustapha Addouih et Bachir Bouamoud qui ont été agressés par la police marocaine dans la ville d’Al Ayoune occupée, précise la même source. Les jeunes Sahraouis ont été victimes de «coups et blessures et d’insultes de la part des éléments de la police pour avoir accompagné des observateurs étrangers de l’association suédoise de solidarité avec le peuple sahraoui». Les deux victimes ont été empêchées d’accompagner la délégation étrangère qui effectuait une visite dans la ville d’Al Ayoune occupée en vue de s’enquérir de la situation des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis».

Deux Sahraouis agressés par une patrouille de police marocaine empêchés d’accompagner une délégation étrangère à Al Ayoune
SAHARA OCCIDENTAL

Le ministre zimbabwéen des A.E appelle le Maroc au respect de la volonté internationale Le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères Simbarashe Mumbengegwi a appelé le Maroc à respecter la volonté internationale concernant le conflit au Sahara Oc-

cidental, a indiqué jeudi l’Agence de presse sahraouie (SPS). Lors de l’audience qu’il a accordée mercredi à l’ambassadeur de la République sahraouie au Zimbabwe Eddich Mohamed Salah, le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères a précisé que les autorités marocaines sont appelées à «respecter la volonté internationale et à accepter la solution démocratique qui consacre le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination à travers l’organisation d’un référendum libre, juste et régulier». Il a souligné à cette occasion que le «Sahara Occidental a sa place au sein de l’Union africaine», exprimant le rejet de son pays à toutes les tentatives marocaines visant à porter atteinte au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Ouverture d’une l’ambassade de la RASD à Nairobi
KENYA
La République arabe sahraouie démocratique (RASD) à ouvert jeudi son ambassade dans la capitale kényane Nairobi en présence du ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a rapporté l’agence de presse sahraouie (SPS). Dans une déclaration à SPS, M. Ould Salek a souligné que l’ouverture de l’ambassade de la RASD dans la capitale kényane «revêt une importance particulière d’autant que le Kenya est l’un des pays actifs au sein de l’Union africaine (UA) aux côtés du Nigeria, du Ghana, de l’Afrique du Sud et de l’Algérie». Le Kenya reconnaît la RASD et soutient le combat et les cause justes des peuples notamment durant le règne de son premier président Jomo Kenyatta.

La Russie a appelé jeudi les EtatsUnis à cesser de faire du chantage à l’Ukraine et de financer «les rebelles», alors que la secrétaire d’Etat adjointe Victoria Nuland s’est rendue jeudi à Kiev pour essayer de trouver une solution à la crise. «L’Occident doit arrêter le chantage et l’intimidation», a déclaré un conseiller du président Vladimir Poutine, Sergueï Glaziev, dans une interview au quotidien Kommersant Ukraine, en citant «une rencontre de Mme Nuland en décembre avec les oligarques proches du pouvoir». Le Parlement européen a, quant à lui, condamné jeudi l’«escalade de la violence» et souhaité des sanctions «ciblées» contre les responsables ukrainiens qui, selon lui, ont eu recours à la force lors du mouvement de contestation qui secoue le pays depuis plusieurs semaines. Dans une résolution, juridiquement non contraignante, approuvée en séance plénière à Strasbourg, le Parlement «condamne vivement l’escalade de la violence» et appelle l’Union européenne à prendre des «mesures immédiates» et «ciblées», «à l’égard de tous les fonctionnaires, de tous les députés ukrainiens et des hommes d’affaires qui les soutiennent (oligarques)».

Le Kremlin appelle Washington à cesser de financer «les rebelles»
UKRAINE

Le commandant en chef de l’armée égyptienne, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi annonce qu’il sera candidat à l’élection présidentielle prévue en avril en Egypte, dans un entretien publié jeudi par un journal koweïtien. «Je n’ai pas d’autre choix que de répondre à l’appel du peuple égyptien», déclare le général Sisi dans cet entretien publié par le quotidien koweïtien Al-Seyassah. «L’appel (du peuple) a été entendu partout et je ne le rejetterai pas», affirme-t-il, ajoutant vouloir solliciter la confiance du peuple à travers une élection libre. Par ailleurs, Le procès de l’’ancien président égyptien Hosni Moubarak avec ses deux fils pour une affaire de détournement de fonds publics aura lieu à partir du 19 février, a-t-on annoncé jeudi de sources judiciaires. M. Moubarak comparaît actuellement au Caire, avec son ministre de l’Intérieur Habib el-Adli et six anciens responsables de son régime, pour «complicité de meurtres» de manifestants lors de la révolte qui l’a renversé en 2011. Sur le terrain, deux attentats ont ciblé hier le quartier de Guizeh, non loin de l’université du Caire, blessant quatre policiers, selon les services de sécurité. «Deux petites bombes, de confection très artisanale, ont explosé et blessé quatre policiers», a indiqué un haut responsable de la police à la télévision d’Etat.

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

16

Les garde-frontières de la gendarmerie nationale de Tlemcen ont réussi, en fin de semaine dernière, à faire capoter une nouvelle tentative de trafic de drogue à partir du sol marocain, premier producteur mondial de résine de cannabis.

300 kg de kif traité saisis près de la frontière marocaine
TRAFIC DE DROGUE

Société

EL MOUDJAHID

E

n effet, les gardiens de nos frontières, sur la base d’informations, ont multiplié les patrouille pédestres et motorisées sur le tracé frontalier ce qui a donné lieu à la récupération de pas moins 300 kg de kif traité, a précisé le lieutenant-colonel, Abdelhamid Keroud, responsable de la cellule de communication du commandement de la gendarmerie nationale. Une souricière a été mise plus précisément à 200 mètres de la frontière marocaine, à 22h30, un homme conduisant trois bêtes de somme en provenance du pays voisin a attiré leur attention à une heure tardive, a ajouté notre interlocuteur. Des signaux ont été émis par les GGF en direction du narcotrafiquant pour se soumettre à la fouille, en vain puisque ce dernier a pris la fuite. Pour l’interpeller, les gendarmes ont tiré des coups de feu de sommation. Le présumé narcotrafiquant s’est rendu à l’évidence qu’il ne pouvait fuir, alors il s’est rendu aux gendarmes qui l’ont conduit au poste. Les gendarmes ont récupéré les trois bêtes de somme transportant six jerricans d’une contenance globale de 30 litres, la

fouille a permis de découvrir que les jerricans contenaient 426 plaquettes de kif traité dissimulées dans 14 sacs en plastique. Inter-

JOURNEE MONDIALE SANS TELEPHONE PORTABLE
Vivre une journée sans téléphone portable est considéré par la plupart des utilisateurs comme un véritable défi ! Que dire alors de passer trois jours successifs détachés entièrement de cet outil qui a changé le comportement humain dans sa manière de communiquer. C’est justement le but assigné à travers l’instauration de la journée mondiale sans Téléphone initiée en 2001 par Phil Marso, un écrivain indépendant qui propose trois jours de réflexion sur l’usage rationnel de ce moyen de communication. Dans de nombreux pays, plus de la moitié de la population utilise un téléphone portable, et le marché s’accroît rapidement. Dans certaines régions du monde, il constitue le moyen de communication le plus fiable et parfois l’unique moyen de communication. L'Orgavrier de chaque année a pour but de lancer le débat autour de l’usage du téléphone. Cette année, c'est le langage SMS qui est à l’honneur. Le thème de cette année s'intitule : "Alerte SMS : enlèvement de la langue française". Pour les initiateurs de cette manifestation le langage SMS est devenu un vrai fléau social. Qui aurait pu imaginer, en l’an 2000, qu’envoyer un SMS de 160 caractères maximum, imposés par les opérateurs de la téléphonie mobile allait bousculer les règles établies de la langue française ? Mesure économique ou simple stratège pour les adolescents afin d’échapper au fil à la patte des parents, le SMS abrégé est devenu un sujet de conversation polémique. Autre raison valable pour se détacher de son portable, c’est d’évitez les mauvaises ondes ! C'est bien connu les téléphones portables et les smartphones émettent des ondes. Si aucune étude n'a, pour l'instant, réussi à prouver qu'elles pourraient avoir une incidence directe sur la santé de l’individu, il est tout de même recommandé d'en limiter l'exposition. Le développement rapide de l'utilisation des téléphones mobiles et la construction des stations de base ont suscité la crainte que la technologie des téléphones cellulaires puisse avoir des effets néfastes sur la santé, en provoquant notamment cancers, céphalées et perte de mémoire. Selon l’OMS, compte tenu du nombre considérable d’utilisateurs de téléphones mobiles, il est important de rechercher, de comprendre et de surveiller tout effet potentiel sur la santé publique. Kamelia H.

Alerte au langage SMS

rogé, le mis en cause n’a pas voulu indiquer le lieu vers lequel il comptait transporter la marchandise prohibée et refusé de révéler

l’identité de ses fournisseurs et de son contact sur le sol algérien. Présenté devant le parquet de compétence, le présumé narcotrafiquant, la vingtaine, a été placé sous mandat de dépôt en attendant son jugement, a-t-on appris de même source. Par ailleurs, les auxiliaires de la justice de la brigade de Sidi Bachir (Oran) ont présenté devant le procureur de la République près le tribunal local, deux personnes pour association de malfaiteurs, détention de psychotropes, port d'armes prohibées, coups et blessures volontaires et vol commis au préjudice de deux bijoutiers à Sidi Bachir. Elles ont été placées sous mandat de dépôt. Dans le cadre d'une enquête ouverte pour cambriolage de deux bijouteries, les investigations entreprises par les gendarmes enquêteurs ont abouti à la récupération d'un véhicule de marque Peugeot 206 de location, abandonné par les voleurs à la vue des gendarmes. La fouille du véhicule a permis la saisie de trois couteaux, trois cagoules, un sac à main ainsi qu’une balance électronique. Mohamed Mendaci

nisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'en 2009, plus de 4,6 milliards de personnes utilisent

des téléphones portables à travers le monde. Cette campagne en sa 14e édition célébrée les 6, 7 et 8 fé-

Brèves des wilayas…

Deux personnes portées disparues ont été retrouvées sans vie, mercredi et jeudi derniers, dans deux localités de la wilaya de TiziOuzou, apprend-on de la cellule de communication de la protection civile. La première victime, un chauffeur de taxi, agé de 55 ans, nommé Z. Lamara et originaire de la région d’Ath Yenni, a été découvert mort dans la soirée de mercredi dernier dans un ravin au lieudit Mahdene, village Ath Mendès, commune de Boghni, une quarantaine de kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on indiqué de même source, précisant que le corps de la victime portait des traces de violentes agressions. Toujours selon la même source, la victime, dont la dépouille mortelle a été transférée par les services de la protection civile à l’hôpital de Boghni, aurait été sollicitée par un couple pour une course à Boghni. Concernant la deuxième victime, celle-ci est le nommé M. Abderahmane, agé de 22 ans, porté disparu depuis le 3 du mois courant, qui a été décou-

Un chauffeur de taxi et un jeune, portés disparus, retrouvés morts à Tigzirt et Boghni

TIZI-OUZOU

vert mort après avoir été rejeté par la mer sur la plage de Tassalast, commune de Tigzirt, at-on annoncé de même source. Le corps sans vie de la victime a été évacué par les services de la protection civile vers la morgue de l’hopital de Tigzirt pour les besoins de l’autopsie. Des enquêtes ont été ouvertes par les services de sécurité compétents pour déterminer les causes et circonstances exactes de ces deux drames. B. A.

Une morte et un blessé

ANNABA

La population de la paisible ville de Ghriss a appris avec un grand émoi la nouvelle du crime perpétré par un jeune étudiant universitaire agé de 21 ans repondant aux initiales de B.B sur la personne de son père, suite à un différend. L’auteur de ce crime odieux a tenté de se suicider en se jetant du haut de la terrasse du domicile familial, le jeune poignarde son père a l'aide d'une arme blanche puis le balance du haut de la terrasse. Les voisins alertent la police laquelle avise à son tour les pompiers qui transportent le corps vers la morgue de l'hôpital de Ghriss. Une enquête a été ouverte pour deteminer les causes et les circonstances exactes de ce meurtre. A. G.

Il tue son père

MASCARA

Une étudiante âgée de 20 ans a trouvé la mort, hier, à 9 h, dans un accident de la circulation, survenu sur la RN 44, limite frontalière entre la wilaya d’Annaba et celle de Skikda. à bord d’un véhicule touristique, qui a percuté un panneau de signalisation avant de déraper, pour entrer en collision avec un autre véhicule de transport de marchandise. La victime répondant aux initiales de F. D., et résidante dans la localité de Sidi Salem, commune d’El Bouni, a été évacuée au service des urgences médicales de l’hôpital d’Azzaba wilaya de Skikda. Un jeune homme âgé de 27 ans, a été blessé lors de ce sinistre accident. Une enquête a été ouverte par les services compétents pour déterminer les circonstances exactes de ce drame. B. G.

facteur humain vient en tête des causes desdits accidents ayant entraîné 1 décès et 40 blessés. Lors de la même période, il a été enregistré 410 délits et 590 infractions, de même qu'il a été procédé au retrait de 813 permis de conduire. En parallèle, 418 véhicules ont été mis en fourrière dont 91 pour transport de voyageurs sans autorisation. I. B.

2 morts et 2 autres blessées dans iun accident
AIN-DEFLA

1 mort et 40 blessés sur les routes en janvier

CONSTANTINE

Au cours du mois de janvier, le service de wilaya de la sûreté publique a enregistré 33 accidents corporels de la circulation, soit une hausse de trois accidents par rapport au mois de décembre 2013. Comme de coutume, le

Deux personnes ont trouvé la mort et deux autres ont été blessées jeudi soir (22 H30) à AïnDefla dans un accident de la route survenu sur la RN 4, a-t-on appris, hier, auprès de la protection civile. L’accident s’est produit au lieudit "Sebbar" à la sortie est de la commune de Rouina lorsqu’un véhicule à bord duquel se trouvaient 4 personnes a dérapé, causant la mort de deux d’entre eux (âgés tous deux de 22 ans) et des blessures graves à 2 autres (âgés de 20 et 23 ans), selon la même source. Les corps des deux victimes décédées ont été déposés à la morgue alors que les deux blessés ont été admis au service des urgences de l’hôpital de Sidi Bouabida (El Attaf), a-t-on précisé.

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

EL MOUDJAHID

EXPOSITION DE ALI KOUSSA AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

L’artiste peintre algérien Ali Koussa expose jusqu’au 28 du mois en cours à la galerie Baya du palais de la culture Moufdi-Zakaria, à Alger, un florilège de tableaux qui expriment deux thèmes aussi différents l’un de l’autre ; la douleur et l’espoir, dont l’artiste parvient avec ingéniosité à les associer dans une approche philosophique exaltante.

Quand l’espoir marque la fin de la douleur

Culture

17
LA CHANTEUSE BRÉSILIENNE RENATA ROSA ANIME UN CONCERT À ALGER

Une ambiance survoltée

L

’écrivain français Antoine Saint-Exupéry était pilote de ligne, l’euphorie des altitudes à fait de lui un écrivain somptueux dans la narration. Ali Koussa, quant à lui, travaille dans l’aviation depuis des années et, faut-il le constater, les hauteurs sont l’endroit approprié pour s’inspirer et produire des œuvres qui apaisent les esprits et stimulent la méditation. Lors du vernissage de l’exposition intitulée «Les fils de la douleur et de l’espoir», qui a eu lieu jeudi soir, des férus de la peinture sont venus apprécier les merveilles d’Ali Koussa qui n’a pas hésité à leur expliquer et débattre avec eux sur les 52 tableaux qu’il expose jusqu’à la fin du mois. Un tour d’horizon des tableaux, à commencer par le premier intitulé «Sobhan Allah», une louange à Dieu créateur de l’univers. Les tableaux se défilent entre les yeux et on peut appréhender le thème de certaines œuvres dans un océan abstrait bien avant de lire leur nom, à l’instar de

Ali Koussa s’estime comme un artiste solitaire non célèbre sur la scène artistique, mais le premier constat que fait le visiteur à l’exposition est celui d’un artiste dont la virtuosité de ses tableaux parle un langage abstrait, mais éloquent.

«Si la musique adoucit les maux, la peinture apaise les esprits»
RENCONTRE AVEC ALI KOUSSA :
tains pays arabes, même avec une approche historique avec la glorieuse guerre de Libération nationale et la violence des années 1990. C’est la fermeture du chapitre de l’espoir et l’ouverture de celui de l’espoir. La première lecture qu’on fait sur le thème est les fils (enfants). En fait, il s’agit des fils (lien), car j’ai symbolisé les liens qui s’y trouvent entre la douleur et l’espoir à travers des thèmes divers comme la justice, l’injustice, la violence, la dictature, le combat de la femme, le combat quotidien pour la liberté et la léthargie de ceux qui restent figés à se regarder en face. Ce lien entre la douleur et l’espoir veut certainement exprimer quelque chose ? Je ne lance aucun message, c’est un constat, ce sont des observations de ma société, je reflète quelque chose du vécu de ma société. J’essaye de lancer un appel ; je pousse les gens à se souvenir, à prendre ça comme un repaire pour passer à autre chose mieux que ça, pour mieux vivre, pour être davantage positifs dans la vie et bâtir quelque chose de vrai. L’espoir essaye de débusquer la douleur, il ne faut pas rester dans la douleur, il faut agir et espérer pour mieux vivre. Parlez-nous un peu de vos début dans le monde de la peinture ? J’ai commencé par le petit dessin à l’enfance. Mes amis appréciaient énormément ce que je faisais, et puis je suis passé aux dessins de la nature. Petit à petit, j’ai essayé de perfectionner mes œuvres, j’ai appris en autodidacte, je n’ai suivis aucune for-

«Femme en paix», «les gens qui sont en attente», «pour la paix», «rêve d’une femme», «la paix et la prospérité», «famille saine», «manifestation», «protestation», «drapeau de la liberté», «la vie de la campagne», «la source de la vie», «la femme qui sauve ses enfants. Le premier constat est celui de la présence récurrente de la femme ; il explique ça par le fait qu’elle soit la source de la vie et

l’incarnation de la beauté, qu’elle a une mission salvatrice de la société. Quant aux couleurs chatoyantes choisies pour peindre, elles ont un effet impétueux dans une avalanche de pensées aussi diverses que significatives, avec une légère dominance du rouge. Ce qui est marquant également lorsqu’on médite les tableaux après l’impression abstraite de prime abord, ce sont les liens concrets présents entre

les différents symboles que l’œil parvient à identifier parmi bien d’autres qui restent abstraits dans les pensées de l’artiste. Des liens qui reposent sur le thème de l’exposition « les fils de la douleur et de l’espoir», à travers un cri millénaire assourdissant entre ces deux concepts philosophiques qui, préalablement, ne préfigurent aucun lien, mais Ali Koussa a su faire du vécu de sa société et de la conjoncture actuelle et celle des années qui ont précédé, un lien indissociable où la douleur doit cesser en laissant place à l’espoir qui reste l’essence de la continuité de la vie. Il appelle en filigrane par la même occasion les gens à faire des constats et de mener des combats spirituels pour espérer un lendemain meilleur et agir pour bâtir quelque chose de vrai sans rester immobiles à attendre ce qui risque de ne jamais arriver. Tout en ignorant dans la mesure du possible la douleur qui reste la tortionnaire de l’humanité depuis la nuit des temps. Kader Bentounes

mation artistique. Par contre, j’ai beaucoup aimé ce domaine, j’ai fait beaucoup de recherches dans les livres artistiques, les médias spécialisés et j’ai visité beaucoup d’expositions. Et ça vous fait quoi de peindre ? C’est vital pour moi, ça me permet de vivre, ça me permet aussi de trouver ma liberté et mon bien-être. On dit que la musique adoucit les maux, moi je dirai que la peinture apaise les esprits. Quand on vient visiter une exposition on se relaxe, on trouve le plaisir, on se rafraichit la mémoire, ça procure un bonheur spécial. Quand est-ce que vous avez commencé à exposer ? J’ai commencé à exposer depuis les années 1980. J’ai déjà exposé au palais de la culture Moufdi-Zakaria et également à la salle El Mougar, en plus de plusieurs expositions à travers tout le territoire national. Sur le plan international, je n’ai pas songé à ça, je n’ai pas eu le temps et l’occasion de le faire.

Quelle est la technique que vous utilisez ? Elle penche plutôt vers l’aquarelle… C’est une technique personnelle, elle est propre à moi, je travaille avec l’eau, je pulvérise de l’eau avec un stylé à air, je pulvérise la peinture sur l’eau et elle me donne un fond abstrait, ensuite je passe au propre, j’utilise parfois le pinceau et le crayon ; c’est une mixture entre l’abstrait, le surréalisme, le naïf le réalisme. Quel est le courant qui définit vos œuvres ? Quand vous voyez les tableaux de loin, ils ont l’air abstraits, mais lorsqu’on s’approche, on s’aperçoit de beaucoup de figures et de symboles. Je travaille le thème et l’objet du tableau selon le fond que j’obtiens, les couleurs je les choisis avec le fond. La couleur rouge est présente dans la plupart de vos tableaux, pourquoi ? Nous avons vécu une période un peu spéciale, celle de la décennie noire aux années 1990. On va vers le rouge pour exprimer un vécu de violence, de manque de liberté. La couleur rouge symbolise souvent l’amour, le désir, la passion,

mais elle représente aussi le danger, le défit, la lutte, le combat et le sang. Ceci dit, elle a un côté d’espoir, il y a toujours de l’espoir dans la vie. Pourquoi la présence de beaucoup de femmes dans vos tableaux ? La femme est la source de la vie, tout le monde reconnait ça. Des fois on est inspiré par la femme parce qu’elle est opprimée, mais elle est aussi la salvatrice de la société. Sans oublier qu’elle soit l’incarnation de la beauté, de la vie. Le thème de l’exposition «les fils de la douleur et de l’espoir» est très profond, pouviezvous nous donnez de plus amples détails ? Ce sont les tableaux ici présents qui ont choisi ce thème, parce que j’ai beaucoup peint la douleur et l’espoir. Dans l’entourage que nous vivons, il y a tant de douleurs, mais aussi un immense espoir, que ce soit dans le petit entourage familial et celui de la société ou bien à l’échelle lointaine et profonde, avec la violence qui s’étend dans cer-

Biographie : Né en 1955 à Boumerdès, Koussa Ali a eu une formation dans l’aviation où il y travaille toujours. Son parcours artistique a vu le jour depuis sa prime enfance en autodidacte. Il commence à exposer au début des années 1980 et compte une dizaine d’expositions sur l’échelle nationale.

Entretien réalisé par Kader Bentounes

La chanteuse brésilienne Renata Rosa a animé un spectacle jeudi soir à Alger dans l’esprit autochtone du genre traditionnel du Pernambuco (Etat de la région nord est du Brésil), teinté d'influences africaines et amérindiennes. Artiste au caractère trempé, Renata Rosa a étalé son savoir-faire d’instrumentiste et de chanteuse à la salle Ibn-Khaldoun, s’imprégnant des traditions ancestrales, dans lesquelles elle a introduit des sonorités africaines et des mélodies amérindiennes. Dans un brassage des genres qui a créé de belles passerelles culturelles, la chanteuse, vêtue d’une tenue traditionnelle aux allures et aux couleurs d’une brésilienne indigène, a présenté de belles pièces de sa composition. Enchaînant, entre autres, chansons, Maltratar, Moreno, Zunido Damata et Maleva, l’artiste, à la chevelure épaisse et enturbannée, a très vite conquis le public, peu nombreux, dans un attrait naturel et spontané. Leonilsio "Pépé" Dasilva, à la guitare, Hugo Linns, à la basse, et Helder Amendoïm, aux percussions, ont constitué une assise orchestrale de qualité, donnant la possibilité à Renata Rosa d’exprimer ses chants dans une ambiance survoltée. Le contenu des pièces présentées baignant dans l’authenticité, les musiciens, polyvalents, leur ont donné une forme esthétique relevée mêlant les dissonances du jazz au genre brésilien. Développant un travail scénique remarquable d’intelligence, l’artiste, chercheur, auteure et compositeur, a déclaré que ses chansons sont «attachées à la danse et à la poésie dans une interdépendance absolue». Par moments, surprenante et désinvolte, Renata Rosa, la Rabeca (Violon traditionnel brésilien) contre le bras, jouant dans un élan festif, tape des pieds sur le plancher de la scène, la transformant en percussion. Faisant de son spectacle un véritable musée ouvert au public, l’artiste utilisait dans ses chansons des sonorités d’instruments traditionnels et anciens, à l’instar de la Bandola (mandoline portugaise), le Bage (Long bâton qu’on frotte à l’aide d’une baguette) et de l’Aïfa (Cylindre en bronze). Les spectateurs, regrettant "des insuffisances dans la promotion de ces spectacles dans les relais médiatiques et autres supports publics", s’est délecté, donnant du répondant aux musiciens tantôt en se déhanchant et tantôt en reprenant les refrains. Renata Rosa, s’emparant de la tradition populaire à travers le côco (expression syncrétique des cultures africaine et amérindienne), est devenue une des artistes phares de la nouvelle génération des musiciens brésiliens. Ses principales sources d’inspiration sont la musique et la danse traditionnelle brésilienne dont le maracatu rural, la samba de côco, le cavalo-marinho. Exerçant sa passion depuis 2003, Renata Rosa compte à son actif plusieurs enregistrements dont ceux réalisés en Europe, notamment Zunido Da Mata (2003), Manto dos Sanhos (2008) et son dernier opus Encontaçoes (2014). Les spectacles "Brasil rencontre El Bahdja", organisés par l’établissement Arts et Culture, se poursuivent chaque fin de semaine, jusqu’au 20 février, avec au programme de vendredi la troupe Samba do Rosa et Nessma Flamenco.

Ph: Nesrine

Ph: Nesrine

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3636
ARME À FEU ————————————— MAQUILLAGE ————————————— MÉTAL VERSANT NORD ————————————— PLANTAI ————————————— PLUIE TORRENTIELLE

21

Mots CROISÉS
Nº 3636
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT I- Subtile - Épée. II- Relatif au chant - Grande fête. III- Brame - Etre à l’origine. IV- Retourner la terre une troisième fois - Continent. V- À l’extérieur. VI- Métal Hausseras. VII- Contre la morale. VIII- Tue - Instrument de musique. IX- Durée hôtelière - Paresseux. X- Système d’évaluation. VERTICALEMENT 1- Donnant des forces. 2- Pensée - Plein de vapeur. 3- Réfutera - Courrier. 4- Voyelle double - Sous-vêtement. 5- Abondonner - Préfixe. 6- Grande école - Élargie. 7- Langue d’Afrique de l’Est. 8- Étoffe - Grecque. 9- Obtempérera - Genre que l’on se donne. 10- Marquer d’un geste affectueux.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
I D E

ALGUE BRUNE ————————————— PRÉPARA DES CIGARES ————————————— VIEUX PÉTRIN

ESTUAIRE BRETON ———————————— ATTACHE ———————————— KIDNAPPINGS

DANS L’ART ————————————— VIEUX BISON ————————————— DIFFICULTÉ À MARCHER

PETIT AVION ———————————— MAMMIFÈRE MARIN ———————————— DIVERTIR

SINGE —————————— NOUS VA BIEN DANS LA MAIN

EXCRÉMENT ————————————— MIT AU PAS ————————————— BASE SCIENTIFIQUE

FORME D’ÊTRE ————————————— TRÈS DIFFICILE ————————————— ORGANISME DE TOURISME

NE FUT PAS CONTENT ————————————— ÉCOURTERAS ————————————— PÉRIODE TRISTE

VOYELLE DOUBLE ————————————— INDÉFINI ————————————— DIRECTION

METS DE POISSON ———————————— DANS UN LIT ———————————— FONDAMENTAUX

ÉTAT D’ABSENCE ———————————— RÉFUTA ———————————— ORGANISATION ARMÉE

3
N

4
E

5

6
E

7
S

8
T

9 10
O

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

F
O

C

Grille
3. Dégauchir 6. Pointille 11. Pique-bœuf 12. Répression 13. Biberonner 14. Patrouille 16. Boycotteur 33. Monétaire 34. Incidents 35. Débourser 36 . Sous-Ordre 23. Encercler 37. Crocodile 38. Pistache 39. Glossine 40. Nervation 41. Solennité 42. Toutefois 43. Chat-tigre 1. Lombardie 26. Persister 28. Défalquer 31. Entrevue 32. Persuasif 7. Pédaleur 8. Nectaire 9. Fricasser 2. Inducteur 4. Lave-glace 15. Tournage

Nº 3636

Mot CACHÉ
I
D R A B M O L R U E P L E T I

I
E
R

E
C

N
A

O
U
A

U
S

B
E

A
R

R

P
20. Approcher 22. Mollasson

E

C U D N

I

A

T

E

C

E

S

I

E
S

D E C A L G E V A L R E H C O R P E R U E L A D E G R E U S I S A C A A P I P

E R P E M I I S B N R I I L

I
F

A
E
M
B U E

U

D
E
R

E V
A
S

H

O

R
A

E R
I

A T C E N O

L
M
A
I
O

E
L
I

R

S
E

R F E N

N A Z Z

I
A
N

A P R B P O T O U R N A G E G B E
24. Cognement 25. Petitesse 27. Florilège 29. Redondant 30. Majorette

T T E E
M

T

A

R

I

E

R O C H E L A S

R G O X N A T

E E S

A
U

I
R E

C Q P B T M O L I

S O N
R T E

L Y P I S
C E T
I

T

L

17. Expérience 18. Inspection 19. Barricader 21. Glissade

H U R E R E N C E R C L E

P R L C C E T A D I D E F

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
A
B

E E R O C O G N E M E N
S O U P E T
I I T E I

S O R E

3
M A

4
A C
A

5
S

6

7
F

8
A

9
R

10
D
I

R B E S I S T E I

S

S

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

F

P O S N

F L O R J S

L

E G E A T E
T D E N E E

U
C
U

S

E

M U S

A L A

E

I

N L R E D O N D A N O R E I

E
R

T
E

C
A

E

M

R U O E L M A

T T

E U C O E T A
I S I I I

R

I
N

F N R E R E N T R E V U P E R S U A I P
N C
I F M O N

E A R E N R A R E L E R Q L E U N E E T E R

S
R
M A A
P

L
O
T

A
B
A

C

A

G

E
R

A
O A
N

A
N T

D
E

U
E
R

10. Mezzanine 5. Reprocher

D E N T S D E B O U R

E

S

E N

U

I
E

T

I
S

R
N

A
T

I

A
S

SCIENCE DES ÉCRITURES ANCIENNES

S O U S O R D R E C R O C O D I S T A C H E P H G L O S S
I O N I S

R N E R V A T

S O L C H A

E N N T T

S

E

I

E

L

S é l e c t i o n Télévision
SAMEDI
09h00 : Bonjour d'Algérie week-end (direct) 10h30 : Mawid maâ el qadar (18e) 11h00 : Diar el ghourba ''rediff'' 12h00 : Journal en français + météo 12h30 : Yaoumiyate moudarisse 14h05 : Assrar el madhi (07) 14h45 : Santé mag ''rediff'' 15h35 : Bakugan (49) 16h00 : REX GENERATION (20e) 16h30 : Paroles de femmes ''rediff'' 18h00 : Journal en amazigh 18h25 : Mawid maa el qadar (19e) 19h00 : Journal en français + météo 19h30 : Djemei family (08) 20h00 : Journal en arabe 20h45 : C'est son show 22h40 : Juste pour s'amuser

C’EST SON SHOW
Emission Réalisée par : Mehdi Tsabbast Conçue et présentée par : Lilia Bekhaled

SOLUTION PRÉCÉDENTE : NECESSITEUSE

T O U T E F O

I

G R E E

20h45

Une émission intimiste et publique à la fois, dans laquelle vous découvrirez des personnalités publiques comme vous ne les avez jamais vues.
22h40

« JUSTE POUR S'AMUSER »
Réalisé par : Yacine Bendjemline Avec : Youcef Meziani, Azziz Degga et Yacine Bendjemline.
Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

C’est l'histoire de trois amis qui se retrouvent dans une situation insolite : un commerçant africain, venu en Algérie pour affaires, se fait arnaquer par deux individus qui se font passer pour des hommes d'affaires, lors de son séjour dans l'Ouest du pays. Leurs chemins vont se croiser, et ils se retrouveront nez à nez à l'aéroport. Le film est beaucoup plus centré sur l'Africain, en tant que touriste déambulant dans les rues de la capitale, racontant à qui veut l'entendre sa mésaventure.

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du samedi 8 Rabie Thani 1435 correspondant au 8 Février 2014 :
- Dohr.........….............13h02 - Asr.............................15h58 - Maghreb................... 18h24 - Icha……...……....... 19h44
Dimanche 9 Rabie Thani 1435 correspondant au 9 février 2014 :

Vie pratique
CONDOLÉANCES
Le Président-Directeur général d'ATM Mobilis, ainsi que l'ensemble du personnel y exerçant, très affectés par le décès du père de leur collègue Monsieur KADRI Mohamed, de la Direction des Achats et de la Logistique d'ATM Mobilis, lui présentent ainsi qu'à sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 105276 du 08/02/2014

29

ANNIVERSAIRE

- Fedjr........................06h15 - Chourouk.................07h43

CONDOLEANCES
Le Directeur général, le Directeur-général adjoint ainsi que l'ensemble du personnel de l'Imprimerie Officielle, très touchés par le décès de la mère de Monsieur HAMOUDI Madjid, Chef de Section à l'Imprimerie Officielle, présentent leurs sincères condoléances à ce dernier et l'assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Q' Allah le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 08/02/2014

C'est aujourd'hui, le 8 février, que notre adorable princesse BERRAIS Nihel souffle sa première bougie. En cette heureuse occasion, sa maman Souad, son papa Sid Ali, ses grands-parents paternels et maternels, les familles Berrais et Sahraoui, sa tante maternelle, ses oncles, Mounira et ses enfants Mehdi, Nourhane, et surtout sa tante paternelle Samira lui souhaitent un joyeux anniversaire et une vie auréolée de santé, de joie et de réussite.
El Moudjahid/Pub du 08/02/2014

Cela fait maintenant une année que tu nous as quittés, une année que nous vivons ton absence, une année que ne se passe pas un jour sans que nous pensions à toi cher Brahim LEBBAH à jamais tu ne cesseras de vivre dans nos cœurs. La famille LEBBAH demande à tous ceux qui t’ont connu d’avoir une pieuse pensée pour toi. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.Brahim »

PENSÉE

CONDOLÉANCES
Le Directeur général ainsi que l'ensemble du personnel de la Caisse Nationale du Logement, profondément touchés par le décès de Madame MAKHLOUF Tassadit, mère de leur collègue Monsieur MAKHLOUF Kamel, présentent à sa famille leurs sincères condoléances et prient Dieu d'accueillir la défunte dans Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 06/02/2014 ANEP 105503 du 08/02/2014

CONDOLEANCES
La famille GUIZI, grands et petits, très attristés par le décès de leur grand-mère GUERI Fatima à l’âge de 87 ans, survenu le 29 janvier 2014 à Azeffoun, présentent à toute la famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournous. » GUIZI Saïd
El Moudjahid/Pub du 08/02/2014

QUOTIDIEN NA TIONAL D’INFORMA TION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 de la publication

Présidente-Directrice générale

Naâma Abbas
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80
Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

Rédacteurs en chef

DIRECTION DE LA REDACTION
Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI Maison de la Immeuble Tél/Fax BEL-ABBES presse Amir Benaïssa Le Garden, S.B.A. : (048) 54.42.42

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

du personnel de l’Agence Nationale de Gestion du Micro-crédit (ANGEM), très affectés par le décès de la mère de Monsieur Ben Hamdid KAIDI, cadre à l’Agence, condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub

Le Directeur général, les cadres ainsi que l’ensemble

CONDOLEANCES

MINISTERE DES TRANSPORTS AGENCE NATIONALE D'ETUDES ET DE SUIVI DE LA REALISATION DES INVESTISSEMENTS FERROVIAIRES 15 Bis, rue Colonel Amirouche Rouiba - Alger Tél. : (021) 85.50.96 (021) 85.52.28 Fax : (021) 85.43.59

TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

BEJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13

lui présentent ainsi qu’à toute sa famille leurs Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
ANEP 105235 du 08/02/2014

CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70

MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA Che-Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté 605.300.004.413/14 : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd 005.00 107.400.247 86 20.28 : 005.00 107.457.247 86 20.28

- Dinars : - Devises - Dinars : - Devises

IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) Unité d’Impression de Béchar (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82

Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ Appel d’offres national et international restreint
N°139/SEACO/2013
«Travaux de Restructuration du Nœud Hydraulique des 4 Chemins et des Equipements annexes» Conformément aux dispositions du décret présidentiel n°10-236 du 7 octobre 2010 portant réglementation des marchés publics, modifié et complété, la Direction générale de la SPA Société de l'Eau de l'Assainissement de Constantine (SEACO) informe que l'appel d'offres national restreint n°139/SEACO/2013 relatif aux «Travaux de Restructuration du Nœud Hydraulique des 4 Chemins et des Equipements Annexes» paru sur les quotidiens nationaux El Watan du 26/12/2013, El Moudjahid du 30/12/2013, An-nasr du 25/12/2013 ainsi que le BOMOP a été déclaré infructueux en raison de la réception d'une seule et unique offre.
El Moudjahid/Pub ANEP 9690 du 08/02/2014

France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02

Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

ANESRIF /GOP-ETG/N°19/2013 L'Agence Nationale d'Etudes et de Suivi de la Réalisation des Investissements Ferroviaires « ANESRIF» informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national restreint ANESRIF/GOP-ETG/N°19/2013 portant : «Etudes de raccordement de différents établissements au réseau ferroviaire», publié sur les quotidiens nationaux El Chaâb et El Moudjahid, que cet appel d'offres est déclaré infructueux, conformément aux dispositions de l'article 44 du décret présidentiel n°10-236 du 07 octobre 2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics.
El Moudjahid/Pub

Appel d'offres national restreint

Avis d’Infructuosité

ANEP 105306 du 08/02/2014

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

30
EQUIPE NATIONALE

C

ette équipe, en effet, avait déjà joué quatre matches  amicaux, alors que le premier match amical des Verts n’aura lieu que le 05 mars prochain contre la Slovénie au stade Mustapha- Tchaker à partir de 18h. Ce qui pose problème pour le moment demeure le deuxième match amical. Celui-ci aura lieu normalement le 31 mai prochain. On n’a pas encore choisi le sparring-partner qui affrontera notre équipe nationale. Toujours est-il, Raouraoua et le staff technique des Verts sont en train de faire le forcing pour dégoter le «bon filon» qui réponde au profil des adversaires des Fennecs. Il y’a aussi l’effectif qu’il faudra choisir sans léser personne. Le critère de sélection est clair: les joueurs «pros» qui ont un plus grand de temps de jeu dans leurs clubs respectifs seront privilégiés dans l’ultime choix du bosnien. Le fait que beaucoup de joueurs ont changé de clubs peut certainement de bénéficier de temps de jeu plus important qu’il n’était le cas auparavant. Le volet renfort a été aussi abordé, puisque le premier responsable de la FAF avait effectué une visite à Lille pour discuter avec la famille de

Il est certain que la réunion tant attendue entre le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et le staff technique de l’Equipe Nationale, à sa tête Vahid Halilhodzic, avait porté sur de nombreux points qui concernent l’équipe nationale, mais aussi sur son programme de préparation pour le Mondial brésilien prévu du 12 juin au 13 juillet 2014. Eu égard aux dates FIFA, tout est prévu à l’avance, sauf pour les pays qui utilisent des joueurs locaux comme c’est le cas de la Corée du Sud, notre adversaire du groupe H, puisque son match contre notre Equipe nationale est fixé au 22 juin à partir de 20h.

Algérie-Roumanie le 4 juin à Genève

Après la réunion Raouraoua-staff technique :

Sports

EL MOUDJAHID

L'opération de vente des places pour le déplacement des 2000 supporteurs Algériens au Brésil pour soutenir les Verts au Mondial-2014 de football (12 juin-13 juillet), entamée jeudi, à travers les 34 agences de Touring Voyages d'Algérie (TVA), connaît un "franc succès", a indiqué à l'APS le directeur général de TVA, Tahar Sahri. "Selon les premières informations recueillies à travers nos 34 agences au niveau du territoire national, les premières places octroyées (entre 10 et 25 pour chaque agence), ont été épuisées en milieu de journée", a déclaré Sahri au hall de TVA où plusieurs supporteurs accomplissaient les formalités d'usage, a constaté l'APS. "C'est un franc succès pour l'instant. Nous allons faire un premier point en étudiant les besoins de chaque agence pour leur rajouter d'autres places, afin d'éviter toute pression ou spéculation selon les orientations du ministère de la Jeunesse et des Sports qui suit de près avec nous cette opération. Nous les avons instruits (les agences, ndlr) de ne pas faire de ventes groupées", at-il précisé. Lors d'une tournée au niveau de quelques agences à Alger, les

Tahar Sahri (DG TVA) : "L'opération connaît un franc succès"
responsables ont affirmé que le premier quota a été épuisé. "Nous attendons d'autres places car nous enregistrons encore des demandes", a souligné un employé à l'Agence FWT située à l'Avenue Hocine-Asselah. Les fans de la sélection algérienne pourront choisir entre trois formules, dont les tarifs varient en fonction de la catégorie de l'hôtel choisi, ainsi que le moyen de transport (bus ou avion) pour se déplacer vers les villes où les coéquipiers de Sofiane Feghouli joueront leurs matchs. La première formule (1250 places) concerne les hôtels de catégorie trois étoiles et dont le coût global est de 350.000 dinars. La seconde (600 places) dont le prix est de 450.000 dinars est réservée aux personnes désirant être logées dans un hôtel 4 étoiles, alors que la troisième (1500 places) concerne les hôtels 5 étoiles pour une somme de 750.000 DA. "La première formule est plus accessible. J'ai réservé ma place comme mes quatre amis pour encourager notre équipe nationale de football au Brésil", a déclaré, très enthousiaste, à l'APS, Rachid Sayes (54 ans), résident à Hussein-Dey, qui a acheté sa place au niveau de la di-

DÉPLACEMENT DES SUPPORTEURS AU BRÉSIL

Nabil Bentaleb (il n’était pas présent). La famille du joueur algérien était enchantée par le discours de Raouraoua. On lui a donné leur accord de principe tout en lui promettant de convaincre leur fils de jouer pour l’Algérie. Comme il est convoité également par l’Angleterre et la France. Normalement, il répondra par oui ou non ce lundi lorsqu’il rejoindra sa famille à Lille. Toujours est-il, ce talentueux joueur de 19 ans pourrait bien vêtir les

couleurs nationales.  Il est fort probable, s’il dit oui, d’être convoqué dès ce 05 mars avec l’Algérie pour jouer ce match amical contre la Slovénie. Ce serait auquel cas une grande curiosité lorsqu’on sait les grandes qualités de ce joueur pétri d’une grande technicité. On l’attend avec impatience du fait qu’il est vraiment très intéressant. Son apport se passe de tout commentaire. Hamid Gharbi

La ville de Sotchi est prête à accueillir les 22es jeux Olympiques (JO) d'hiver après sept années de préparatifs, ont annoncé les organisateurs des Jeux de Sotchi lors du second jour de la 126e session du comité international olympique (CIO) jeudi. Le président du comité organisateur des Olympiques de Sotchi et P-DG Dmitry Chernyshenko a promis des Jeux fabuleux dans la ville de la mer Noire. "Depuis le début de notre aventure olympique, c'est l'héritage qui nous a guidés," a souligné M. Chernyshenko. "Les Jeux Olympiques sont le catalyseur dont nous nous sommes servis pour accélérer la rénovation de cette région la plus belle de Russie et qui en avait besoin depuis le milieu du siècle dernier." Afin de répondre au besoin du spectacle sportif grandiose, Sotchi a investi 51 milliards de dollars US dans les installations et infrastructures, faisant de Sotchi 2014 les Olympiques les plus chers ayant jamais existé jusque-là.

La ville de Sotchi fin prête

22e JEUX OLYMPIQUES D'HIVER

rection générale de TVA au Vergers (Birkhadem). "C'est la première fois que je me déplace avec les Verts. L'ambiance du dernier voyage au Burkina Faso que j'ai pu voir à la télé m'a encouragé pour vivre cette expérience en me déplaçant au pays de la Samba", a-t-il avoué. Les différents déplacements des supporteurs algériens au Brésil, que ce soit vers le stade, ou leur lieu d'hébergement, seront compris dans les tarifs indiqués. Les formules proposées ne couvrent que les trois premiers matchs des Verts, qui représentent la phase des poules du Mondial 2014. Mais si l'équipe nationale arrive à se qualifier au second tour, les supporteurs pourront prolonger leur séjour au Brésil sans payer le moindre supplément. L'Etat prendra en charge la différence, avait déjà annoncé le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi. Versée dans le groupe H, l'équipe algérienne, qualifiée au Mondial pour la deuxième fois de suite et la quatrième dans son histoire, entamera la compétition le 17 juin face à la Belgique au stade Belo Horizonte, avant de croiser le fer avec la Corée du Sud, le 22 juin à Porto Allegre, puis la Russie, le 26 juin à Curitiba.

Le parc olympique et toutes les installations pour Sotchi 2014 ont été construits de zéro, une première dans la préparation de toutes les éditions des JO. Par ailleurs, des routes et lignes de chemin de fer modernes ont été construites, de nouveaux réseaux et infrastructures techniques ont été créés et de nombreux sites culturels, écoles et établissements préscolaires ont également été rénovés pour préparer les Jeux, selon les organisateurs. Pour toutes ces raisons, M. Chernyshenko pense que la ville bénéficiera bientôt d'une renommée internationale. "Sotchi est devenue une destination touristique, d'affaires et sportive internationale toute l'année, construite à partir de rien en un cycle de préparations des Jeux. Nous sommes prêts à accueillir le monde." Les JO de Sotchi seront ouverts vendredi. Près de 3.000 athlètes de 87 pays et régions concourront pour 98 médailles d'or de 15 disciplines dans sept sports.

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le Bureau fédéral a tenu sa réunion statutaire le jeudi 6 février 2014 au Centre Technique National de la Fédération Algérienne de Football à Sidi Moussa, sous la présidence de M. Mohamed Raouraoua, président de la FAF. Assemblée Générale Ordinaire l’année 2013. La CFA a arrêté les dates pour l’exercice 2013 de la FAF pour les séminaires et tests physiques L’Assemblée Générale Ordinaire pour l’ensemble du corps arbitral dépour l’exercice 2013 de la Fédération pendant de la Fédération Algérienne de Algérienne de Football aura lieu le Football. Pour l’année 2014, un promercredi 26 février 2014 à 10h00 à gramme de formation des arbitres a été l’hôtel Hilton d’Alger. Elle sera précé- établi par la CFA pour augmenter le dée la veille par celle de la Ligue de nombre et la qualité des arbitres. Le Football Professionnel. En prévision Bureau fédéral a instruit la CFA à l’efde cette session, le Bureau fédéral a fet de mettre en œuvre un programme adopté les rapports moral et financier spécial de vulgarisation des lois du jeu, 2013, ainsi que le budget prévisionnel à l’attention des professionnels de la 2014 qui seront soumis à l'approbation discipline et du grand public. de l'assemblée. Par ailleurs, le commissaire aux comptes a informé les Commission Juridique membres du Bureau fédéral des Le Bureau fédéral a adopté des conclusions de sa mission de contrôle amendements du code disciplinaire et au titre de l’exercice 2013. Il a du championnat du football confirmé les chiffres du bilan et l’ap- professionnel et des championnats de prouve sans réserve. A l’occasion de jeunes. l’Assemblée Générale de la FAF, des médailles de l’ordre du mérite de la Commission de Futsal FAF seront décernées à des personnaet du Beach Soccer lités ayant servi le football national. Le Président de la Commission de Ligue de Football Professionnel Futsal et du beach soccer a présenté un Le président de la Ligue de Foot- exposé sur les activités de la commisball Professionnel a présenté un exposé sion durant l’année 2013. La commissur la reprise des championnats qui se sion de Futsal organisera les seizièmes déroulent dans de bonnes conditions et huitièmes de finale de la coupe d’Alaprès la trêve hivernale. gérie les 12 et 13 février 2014 à Durant la deuxième période d’en- Skikda. Les quarts et demi-finale sont registrement qui s’est étalée du 16 programmés les 12 et 13 mars 2014 à décembre 2013 au 15 janvier 2014, la Oran. Trente-deux associations repréLigue de Football Professionnel a en- sentant dix-sept ligues de wilaya ont registré un faible mouvement des pris part aux qualifications nationales. transferts de joueurs par rapport aux saisons précédentes. Equipe Nationale A - 80 joueurs ont été enregistrés (39 Le Bureau fédéral a entendu un exen Ligue Une et 41 en Ligue Deux). 93 posé sur la mise en œuvre du projoueurs libérés (42 en Ligue Une et 51 gramme de préparation matérielle et en Ligue Deux). La majorité des recru- logistique en faveur de la participation tements, transferts ou prêts se sont ef- de notre équipe nationale à la profectués de manière horizontale entre chaine coupe du monde et a décidé clubs professionnels avec l’enregistre- d’octroyer tous les moyens, tant finanment de 23 joueurs venant de l’étran- ciers que matériels nécessaires pour ger. Il faut cependant noter que des garantir la meilleure préparation et parjoueurs amateurs ont signé dans des ticipation à cette importante échéance clubs professionnels. Le Bureau fédé- mondiale. Outre le match Algérie-Sloral note avec satisfaction l'amélioration vénie du 5 mars 2014 au stade Mustade la situation relative aux contentieux pha- Tchaker de Blida, la Fédération joueurs/clubs, avec une baisse sensible Algérienne de Football a signé un des requêtes enregistrées par la Cham- contrat pour l’organisation d’un match bre de Résolution des Litiges de la amical contre la Roumanie qui aura FAF durant cette période. Le Bureau lieu le 4 juin 2014 à Genève (Suisse). fédéral encourage les clubs profession- Les contacts se poursuivent pour l’ornels à davantage de maîtrise de la ganisation d’un autre match amical en masse salariale afin d'éviter les conten- Algérie le 31 mai. tieux susceptibles d'engendrer des sanctions. Toutefois une évaluation Equipe nationale Féminine sera établie à la fin de cette saison et Dans le cadre de sa préparation des mesures seront prises à l'encontre pour les qualifications de la Coupe des clubs qui n'auront pas assaini leurs d’Afrique des Nations, Namibie 2014, dettes envers les joueurs. l'équipe nationale féminine effectuera un stage du 8 au 15 février 2014 au Ligue Nationale de Football Centre Technique National de la FAF Amateur à Sidi Moussa. L'équipe nationale féLe Président de la Ligue Nationale minine sera opposée au Maroc, au prede Football Amateur a présenté un ex- mier tour qualificatif au championnat posé sur la situation du championnat. d’Afrique des nations CAN 2014, dont Les compétitions du championnat de la phase finale aura lieu en Namibie la division nationale amateur, qui ont (11-24 octobre). Le match aller aura repris conformément au calendrier éta- lieu au stade Omar-Hamadi de Bolobli, se déroulent dans de très bonnes ghine (Alger) le 14 février 2014 à conditions. Par ailleurs, la commission 17h00, alors que la manche retour est d’homologation des stades procèdera prévue entre le 28 février et le 2 mars à nouveau au contrôle des infrastruc- 2014 au Maroc. En cas de qualification tures non conformes. pour le second et dernier tour qualificatif, les Algériennes rencontreront le Ligue de Football Féminin vainqueur de la double confrontation Le Président de la Ligue de Foot- entre l’Egypte et la Tunisie, dernier ball Féminin a présenté un exposé sur match avant le tournoi Namibie 2014. la situation du championnat national. Le Bureau fédéral encourage l’équipe Les quatorze premières journées se et l’assure du soutien total par tous les sont déroulées dans de bonnes condi- moyens financiers et matériels pour la tions, de même que les championnats concrétisation de l’objectif de qualifirégionaux de football féminin dans les cation. différentes catégories qui se déroulent normalement. La Ligue de Football Equipe nationale U21 Féminin a confectionné 441 licences En prévision des Jeux Olympiques, dont 212 pour les joueuses seniors et Brésil 2016, et dans le cadre de la pré147 pour les joueuses U20. Les hui- paration de notre équipe nationale tièmes de finale de la coupe d’Algérie olympique aux qualifications de cette 2014 (seniors dames) ont lieu ce ven- importante compétition, la Direction dredi 7 février 2014. Technique Nationale regroupe depuis le mois de décembre plusieurs joueurs Ligue de Football U21 (joueurs nés en 1993 et 1994). La de la Wilaya de Khenchela FAF a pris des dispositions, afin que la Afin d’assurer la reprise normale catégorie U21 constitue un vivier pour des activités de la Ligue de Football de l'élite nationale et le football profesla Wilaya de Khenchela, le bureau fé- sionnel. Les championnats « espoir » déral a pris la décision d’organiser les qui ont été instaurés regroupent plus de élections de la ligue le 22 février 2014. 800 joueurs, dont 160 évoluent au sein des équipes seniors de la ligue 1 et de Commission Fédérale des Arbitres la ligue 2. Ceci a pour conséquences, Le président de la Commission Fé- le rajeunissement des effectifs et une dérale des Arbitres a présenté un ex- intégration harmonieuse des jeunes posé sur les activités de la CFA pour joueurs au professionnalisme.

Réunion du Bureau fédéral du 6 février 2014

FAF

EL MOUDJAHID

Périlleux déplacement du leader usmiste
LIGUE 1 (18e JOURNÉE)
Cette 18e journée, précédée par le match avancé ESS-CRB, ne sera pas favorable au leader usmiste appelé à effectuer un périlleux déplacement à Bordj Bou-Arréridj.

Sports

31

C

ette sortie des poulains d'Hubert Velud ne sera pas aisée du fait qu'ils auront face à eux, une équipe bordjienne désireuse de quitter la zone rouge. L'avantage du terrain ne sera pas de trop pour les protégés de Mustapha Biskri, à la recherche pressante des trois points qui leur redonnerait espoir. Ils savent que cette équipe de l'USMA ne sera pas facile, surtout après sa victoire, à Bologhine, devant la JSK sur le score de 32. Certes, Koudri, le "poumon" de l'équipe, reste incertain, mais Bouchema, qui a purgé sa suspension, sera par contre là pour apporter le plus tant souhaité à son équipe. À l'affût, le CSC ne sera pas avantagé non plus par la programmation, puisqu'il va jouer sur deux tableaux le même jour, aujourd'hui eet samedi. D'abord, son déplacement à Béjaïa pour se mesurer à une équipe du MOB avide de réhabilitation. A priori, l'ensemble constantinois renforcé par des joueurs des U21 aura quelques difficultés pour se défaire de son adversaire du jour toujours sous le coup de sa défaite sur tapis vert devant l'USM Alger. L'autre équipe conduite par Medjahed, l'entraîneur adjoint de Simondi, ira ce samedi pour y jouer le premier tour de la coupe de la CAF face au représentant nigérien, ASN Négélic. Il est attendu que la tâche des gars du Vieux Rocher ne sera pas de tout repos. Il est toujours très difficile de jouer sur deux tableaux. Ce qui accentue leurs déboires pour s'acquitter convenablement de ce qui les attend. Le MC Alger, qui a déçu ses fans suite à sa défaite inattendue à Aïn M'lila devant le CRBAF sur un but d’Amroune, son ancien joueur, est contraint de régir très vite, lui qui

accueillera, aujourd'hui à Bologhine, un ter- à relever le défi. L'ASO, battue au 20-Août rain qui ne lui convient pas, le MC Oran. par une équipe du CRB revancharde, aura à Comme le match se jouera à huis clos, on cœur de se reprendre devant la lanterne rouge s'attend à ce que la mission des poulains de : la JSM Béjaïa. À l'occasion, il va récupérer Bouali soit très difficile. Une autre contre- quelques "cadres" de l'équipe qui n'avaient performance pourrait précipiter le départ de pas joué face au CRB, comme Daham, TedBouali. jar... Devant ses fidèles supporters, l'équipe À Tizi Ouzou, la JSK partira avec les faveurs des pronostics en Programme : croisant le fer avec le Date Rencontre Catégorie CRBAF, une équipe qui Samedi 8 février 2014 USMH - RCA Séniors est en train de lutter « MCA - MCO Séniors acharnement pour s'ex- « JSK-CRBAF Séniors tirper de la zone de tur- « CABBA - USMA Séniors bulences. L'absence « JSS - MCEE Séniors d'Asselah pourrait lais- « MOB - CSC Séniors ser un grand vide, « ASO - JSMB Séniors même si Mazari est prêt

chélifienne drivée par Meziane Ighil fera tout pour ne pas les décevoir. Le RC Arbaâ, qui restait sur un exploit à Béjaïa devant la JSMB sur un but de son buteur Bougueroua (6 buts), n'aura pas la partie belle devant l'USMH dans son fief du 1er- Novembre de Mohammadia. À l'aller, au stade Brakni de Blida, ce sont les poulains de Chérif El-Ouazzani qui sont sortis victorieux en l'emportant sur le score de 2-1. Qu'en sera-t-il cette fois-ci ? Avec l'arrivée d'un nouveau président, les observateurs constatent une certaine amélioration du fait que les joueurs commencent à percevoir leur argent. Ce qui est un moyen assez important pour les motiver. Au stade du 20-Août de Béchar, l'équipe locale du coach français Alain Michel sera bien lotie pour enchaîner par un deuxième succès consécutif après celui concrétisé devant le MOB. Comme Beldjilali est en train de retrouver son punch, on estime que la JSS est capable de faire le plein devant son fidèle public. Néanmoins, attention à cette équipe eulmie, de Jules Accorci, qui ne cède pas facilement. Que la fair-play soit prédominant. HAMID GHARBI

Horaire 15h 16h 16h 15h 15h 17h 18h

Lieu Stade 1er-Novembre El Harrach Stade Bologhine Alger Stade 1er-Novembre Tizi Ouzou Stade 20-Août 1955 BB Arréridj Stade 20-Août 1955 Béchar Stade de l’Unité maghrébine Béjaïa Stade Boumezreg Chlef

C’est pratiquement avec une équipe « B » que le Chabab de Constantine se déplacera à Niamey pour affronter l’ASN Nigelec pour le compte du premier tour de la coupe de la CAF. Les Sanafir, dont les recours à la ligue professionnelle pour le report de leur match face au MOB en championnat n’ont pas abouti, ont été contraints de faire des choix quant à leurs priorités et leurs objectifs sportifs pour la saison. C’est une première dans les annales du football algérien. Le CSC jouera le même jour deux matchs, pour le compte de deux compétitions différentes et dans deux pays différents. Jamais la Ligue ne s’est montrée aussi intransigeante avec les représentants algériens dans les différentes compétitions internationales. Toujours en course pour un podium en championnat, les Constantinois ont décidé de dépêcher une équipe renforcée, notamment par les nouvelles recrues Sayeh, Bouhena et Ziad, à Béjaïa, pour tenter de revenir avec un bon résultat et se racheter auprès de leur public suite à la contre-performance à domicile face à l’USMH. Cette formation sera drivée par le

Le Chabab avec une équipe « B » à Niamey

COUPE DE LA CAF ASN Nigelec - CS Constantine

coach en chef Simondi, tandis que son adjoint Medjahed et l’entraîneur des gardiens Laouar conduiront l’équipe bis, aujourd’hui, pour son match face à l’ASN Nigelec. Cette dernière est composée d’un effectif réduit à quatorze éléments, seulement. Elle est renforcée, toutefois, par des joueurs aguerris à l’image de Nateche, Sabeur et autre Zerdab. Ainsi, la première formation s’est envolée hier matin à bord d’un vol spécial affrété par la compagnie Tassili Airlines, sponsor officiel du club, alors que la deuxième équipe a pris la route pour la ville de Yemma Gouraya en début d’après-midi. Cela dit, le CSC a quand même la chance de tomber, pour ce premier tour de la coupe de la CAF, sur un adversaire qui n’a absolument rien d’un foudre de guerre. Zerdab est ses coéquipiers auront surtout la tâche de minimiser les dégâts à Niamey, sachant qu’il y aura une deuxième manche à Constantine où le CSC aura tous les atouts en mains pour prendre le dessus et de passer au tour prochain. Rédha M.

L’Entente de Sétif, représentant algérien en Ligue des champions d'Afrique, s'est qualifiée pour les 16es de finale de l'épreuve continentale, après le retrait au premier tour de son adversaire gambien de Steve Biko. La Confédération africaine de football (CAF) a envoyé une correspondance à la Fédération algérienne (FAF), l'informant du retrait des Gambiens de l'actuelle édition de la Ligue des champions, précise la même source. Le match aller entre l'ES Sétif et Steve Biko devait se dérouler dimanche prochain au stade du 8-Mai 1945.

L’ES Sétif qualifiée après le forfait de Steve Biko
LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE

Au prochain tour, l’ES Sétif affrontera le vainqueur de la double confrontation entre Diambars FC (Sénégal) et ASFA Yennenga (Burkina Faso).

Comme annoncé par les médias ces derniers jours, rien ne va plus entre le président du CSA-MCA Amar Brahmia et les membres de son bureau. En effet, le torchon brûle entre les deux parties à un point de nonretour. La rupture entre les deux camps est totalement consommée. Pour rappel, les membres du CSA-MCA avaient décidé de suspendre, à titre conservatoire, Amar Brahmia, pour ne pas avoir exécuté les décisions prises par le comité directeur pour lui faire recouvrer ses droits, vis-à-vis de la SSPA-MCA qui dépend bel et bien du CSA dont elle est partie intégrante. De ce fait, en application de l’article 52 du règlement intérieur du club, il a été décidé sa suspension à titre conservatoire, en convoquant une AG extraordinaire dont la composante sera appelée à se prononcer sur son cas, soumis par les membres du bureau. Comme le stipule le même article, c’est le viceprésident du CSA, Nacer Bouiche, qui prend l’intérim de la présidence et c’est lui qui est chargé l’AGEX. d’organiser Après la tenue de celle-ci à la date prévue, Nacer Bouiche convoquera sous quinzaine l’AG élective, en mettant en place une commission électorale. Dans un premier temps, la date

Bras-de-fer entre Amar Brahmia et les membres du bureau du CSA-MCA
MCA
fixée pour la tenue de l’AGEX était samedi 8 février. En fin de compte, pour des raisons organisationnelles, il a été décidé par les membres du bureau de la reporter au mardi 11 février. Pour Amar Brahmia, la convocation d’une AGEX du CSA-MCA par 7 membres du bureau est illégale. Il affirme, dans un communiqué transmis à notre rédaction : «En ma qualité de président démocratiquement élu par l’AG du CSA-MCA pour le mandat olympique 2012/2016, je tiens à informer et éclairer la presse nationale, l’opinion publique en général et la grande famille du Mouloudia sur les dispositions légales et réglementaires en vigueur, concernant la convocation d’une AGEX et la composition du bureau du club.» Il fera référence à l’article 17 alinéa 2 et à l’article 23 alinéa 1, à l’arrêté interministériel du 6 juin 1996 fixant le modèle de statut type du club sportif amateur, ainsi qu’au règlement intérieur du CSAMCA. Brahmia affirme qu’au regard de tout cela et sachant que le bureau dans sa composition actuelle, légale et réglementaire est composé de 27 membres, seules les signatures de 18 membres de ce dernier ou plus peuvent conduire à la convocation d’une AGEX,

ce qui, à son sens, n’est pas le cas aujourd’hui. Il insiste en indiquant que la convocation de l’AGEX, n’a pas été autorisée par les pouvoir publics et donc ne peut être couverte par un huissier de justice, du fait, ditil, de son caractère illégal, qui constitue une infraction à la réglementation. Pour lui, toutes les décisions qui y seront consignées seront nulles et non-avenues. Les membres du comité directeur, pour leur part, nous ont affirmé : «Nous ne voulons pas polémiquer avec lui. Il n’a pas respecté les décisions prises par le bureau quant aux actions à mener pour que la SSPA soit conforme avec les statuts du CSA-MCA qui détient les droits et la légitimité du sigle et des couleurs du club. Il a voulu jouer un double jeu, en faisant des clins d’œil aux responsables de la SSPA et par conséquent de la Sonatrach. La SSPA n’est pas l’ennemi du CSA, on lui demande seulement de se conformer à la réglementation en vigueur et aux statuts du club. On tient à lui faire savoir que l’AGEX se tiendra ce mardi 11 février, en toute légalité et avec l’autorisation de la DRAG et en conformité avec les lois. Ce sera notre réponse à ces agitations.» Mohamed-Amine Azzouz

Vendredi 7 - Samedi 8 Février 2014

Le Brent à 108.53 dollars

PÉTROLE

L'euro à 1.361 $

MONNAIE

« Les relations entre l’Algérie et le Royaume-Uni sont excellentes » affirme Martyn Roper

ALGÉRIE - ROYAUME-UNI

D E R N I E R E S

A

u cours d’une conférence de presse organisée au siège de l’académie numérique privée Al-Bayan d’enseignement de la langue anglaise, le diplomate britannique a évoqué les ‘‘progrès appréciables’’ enregistrés dans le cadre de la coopération entre les deux pays dans les domaines de la sécurité, du commerce et de l’économie. Exprimant sa ‘‘satisfaction’’ quant au renforcement des liens entre les institutions algériennes et britanniques, traduisant, selon lui, ‘‘la forte volonté de promouvoir une coopération mutuellement fructueuse’’, M. Roper a affirmé que le nombre de demandes de visas pour le Royaume-Uni a augmenté, en 2013, de 50% par rapport à 2012. L’ambassadeur du Royaume-Uni à Alger a également précisé, par ailleurs, qu’en 2013, plus de 300 journalistes et 3.000 enseignants ont bénéficie de cours de langue anglaise assurés

L’ambassadeur du Royaume-Uni à Alger, Martyn Roper, a affirmé, jeudi en fin d’après-midi à Batna, que les relations bilatérales entre l'Algérie et le Royaume-Uni sont ‘‘excellentes’’ et ont connu ‘‘un développement significatif’’ l’année passée.

Le Président Bouteflika félicite le gouverneur général

FETE NATIONALE DE LA GRENADE

Le président de l'université Evry Val d’Essonne (région parisienne), Philippe Houdy, a été désigné pour accompagner le codéveloppement des universités françaises et algériennes au sein de la mission du Haut responsable de la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, Jean-Louis Levet, a-t-on appris jeudi dernier auprès du concerné. "C’est un grand honneur que me fait M. Levet de m’appeler pour travailler sur le dossier de l’accompagnement du co-développement des universités algériennes et françaises", a-t-il déclaré à l’APS, au terme d’une rencontre à Paris entre M. Levet

Le professeur Houdy désigné pour le co-développement des universités algériennes et françaises
maines. Selon l’universitaire, la prise de ses nouvelles fonctions interviendra le 10 mars prochain, date à partir de laquelle il quittera la présidence de l’université d’Evry. "Nous avons démarré, depuis mai 2013, un grand travail de prospective en allant visiter les universités algériennes et cela a été un extrême plaisir de travailler avec tous les collègues algériens, recteurs, professeurs et autres étudiants", a-t-il dit. M. Houdy est attendu le 14 février prochain en Algérie où il visitera des universités du centre du pays. "Je me devais de faire un choix : c’est vers l’Algérie que mon choix s’est porté", a ajouté le pro-

par des formateurs des établissements et institutions britanniques. Il a aussi évoqué la

ALGÉRIE - FRANCE

coopération entre les deux pays dans le secteur de l’enseignement supérieur, affirmant que dans le cadre d’un partenariat, 100 étudiants algériens vont pouvoir effectuer des formations en post-graduation dans des universités du Royaume-Uni. S’agissant du dossier de l’investissement, M. Roper a indiqué que les opérateurs de son pays ‘‘doivent s’accommoder du principe du 51/49 appliqué en Algérie’’. Il a ajouté, dans ce contexte, que plusieurs entreprises britanniques se sont établies en Algérie, et que d’autres sont ‘‘revenues’’ dans le cadre d’une coopération. L’ambassadeur qui a également assisté, à Batna, à la cérémonie du lancement du programme de formation en langue anglaise destiné aux cadres des établissements avait auparavant inauguré le premier restaurant dans les Aurès de la chaîne britannique Chicken Cottage. APS

le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales annonce que les inscriptions pour participer au tirage au sort pour le Hadj 2014 débuteront dimanche 9 février et se termineront le 10 avril, au niveau de l’ensemble des communes du pays, afin de permettre ensuite aux autorités publiques de procéder au tirage au sort, prévu le 26 avril prochain. Le communiqué rappelle les conditions de participation au tirage au sort, notamment une déclaration sur l’honneur attestant que le candidat ou can-

Les inscriptions pour le tirage au sort débuteront demain
didate au pèlerinage aux Lieux saints de l’islam n’a pas accompli le Hadj au cours des 5 dernières années. Le Hadj connaît un engouement sans précédent en Algérie, bon an mal an, malgré l’augmentation de son coût de revient, fixé à hauteur de 256.000 dinars par personne, sans les frais de transport aérien qui s’élèvent quant à eux à 100.000 dinars par personne. En effet, lors de son passage au Parlement, la semaine écoulée, M. Tayeb Belaïz, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, a fait

et la presse, visant à faire un point de situation sur la coopération bilatérale dans divers do-

HADJ 2014

fesseur français. Physicien des nanosciences, M. Houdy est déjà signataire de plusieurs conventions-cadre avec des universités algériennes, intéressant tant les domaines des sciences pratiques que les sciences humaines. Le gros de ces entendements concerne la professionnalisation, notamment dans des domaines des sciences pratiques comme la biologie moléculaire, les maths, physique et chimie. Pour lui, il s'agit d'établir un nouveau modèle de coopération qui réponde au co-développement ‘‘gagnantgagnant’’, allant vers une proximité de l'université avec l'entreprise. APS

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à Mme Cecile Ellen Fleurette La Grenade, Gouverneur général de la Grenade, à l'occasion de la fête nationale de son pays. "Au moment où votre pays célèbre sa fête nationale, il m'est agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations ainsi que mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour votre peuple", a écrit le Président Bouteflika dans son message. "C'est aussi le lieu, pour moi, de vous renouveler ma disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, au renforcement des relations d'amitié et de coopération entre nos deux pays", a ajouté le Chef de l'Etat.

L'entraîneur de la sélection algérienne Vahid Halilhodzic, a encensé jeudi l'avant-centre des Verts, Islam Slimani, élu meilleur joueur maghrébin de l'année 2013 lors du sondage organisé par France Football. "Quand je suis arrivé à la tête des Fennecs (juillet 2011, ndlr), j'étais à la recherche d'un attaquant. Je suis allé voir un match du championnat d'Algérie, c'est là que j'ai découvert Slimani avec le CR Belouizdad", a déclaré le technicien bosnien au journal français organisateur du sondage. "Tout le monde était surpris quand je l'ai convoqué, et depuis, il a vraiment pas mal progressé. C'est une belle

Halilhodzic encense Slimani après son trophée maghrébin
récompense pour un garçon qui a encore une marge de progression importante", a-t-il ajouté. Slimani a remporté le trophée de meilleur joueur maghrébin aux dépens du Marocain, Mehdi Benatia, deuxième et son compatriote, Sofiane Feghouli, classé troisième. Il s'agit de la deuxième consécration personnelle de l'année pour le joueur de 25 ans qui a été désigné également meilleur joueur algérien de la même année. Slimani évolue depuis l'été passé au Sporting Lisbonne (Div 1, Portugal) qu'il a rejoint en provenance du CRB. Il a contribué grandement dans la qualification de l'Algérie au prochain Mondial

FOOTBALL

part de l’enregistrement de plus de 700.000 demandes de participation au Hadj 2013, à l’échelle nationale. Pour rappel, après la décision saoudienne de réduire les quotas de tous les pays musulmans à hauteur de 20%, suite aux travaux d’aménagement et d’extension menés au niveau de la Sainte mosquée de La Mecque, 28.800 hadjis algériens seront autorisés cette année, comme en 2013, à accomplir  le pèlerinage aux Lieux saints de l’islam. Mourad A.

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Arne Gjermundsen, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du royaume de Norvège auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué jeudi dernier un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur du royaume de Norvège

ALGÉRIE - NORVÈGE

brésilien, en terminant meilleur buteur des Fennecs dans les éliminatoires africaines avec six réalisations. L'entraîneur national

n'a pas omis, au passage, de rendre hommage également à Feghouli, le sociétaire du FC Valence (Liga espagnole), estimant que ce joueur a ''beaucoup de talent''. "j'espère qu'il va atteindre un bien meilleur niveau. Je le pousse à être plus ambitieux et à travailler plus. Il a un talent énorme, il n'a pas encore dit son dernier mot", a-t-il poursuivi. Slimani et Feghouli seront deux atouts sur lesquels Halilhodzic misera en vue du Mondial (12 juin - 13 juillet 2014). Lors de cette épreuve, l'Algérie évoluera dans le groupe H avec la Belgique, la Russie et la Corée du Sud.

Une délégation parlementaire conduite par le vice-président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Madhi, participera aux travaux des commissions permanentes et de la 10e session de l'assemblée parlementaire de l'Union pour la Méditerranée (UPM), prévus les 8 et 9 février en Jordanie, a indiqué jeudi dernier un communiqué de l'APN. La 10e session de l'assemblée parlementaire de l'UPM, prévue le 9 du mois en cours, portera, selon la même source, sur deux thèmes principaux à savoir le processus de paix au Proche-Orient et la question des réfugiés syriens. La première journée des travaux sera consacrée aux réunions du bureau et du bureau élargi. Les commissions permanentes se réuniront également pour l'examen et l'adoption des recommandations devant être soumises à l'assemblée générale. APS

Une délégation parlementaire prend part à la 10e session de l'assemblée parlementaire

ALGÉRIE-UPM