You are on page 1of 54

COMPTES RENDUS

De Boeck Supérieur | Le Moyen Age
2013/1 - Tome CXIX pages 189 à 241

ISSN 0027-2841

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2013-1-page-189.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------« Comptes rendus », Le Moyen Age, 2013/1 Tome CXIX, p. 189-241. DOI : 10.3917/rma.191.0189

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur. © De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Comptes rendus

Michelle STILL, The Abbot and the Rule. Religious Life at St Albans, 1290–1349, Aldershot, Ashgate, 2002 ; 1 vol. in-8o, IX–329 p. (Church, faith and culture in the Medieval West). ISBN : 978-0-7546-0521-8. Prix : GBP 75. L’A a le but louable d’étudier les documents concernant l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses abbayes d’Angleterre, Saint-Alban, qui abrite les reliques du proto-martyr anglais. L’édifice s’est fait reconnaître, au XIIe siècle, l’exemption, les pontificalia et la préséance sur toutes les autres abbayes d’Angleterre. La période retenue, un peu moins de 60 ans, s’arrête au début de la peste noire et avant le long et brillant abbatiat de Thomas de la Mare († 1396), qui se clôt pratiquement avec le siècle. Le contexte historique est mouvementé : crises économiques des années 1310, guerre de Cent Ans, accroissement de la pression fiscale aussi bien royale que pontificale, développement des institutions représentatives, justement lié à la guerre. La documentation dont disposait M. Still est pauvre pour tout ce qui concerne la vie économique et sociale de l’abbaye, mais la chronique officielle (les Gesta sancti Albani publiés il y a plus d’un siècle1), plus des documents d’origine pontificale et royale lui permettent, après un bref rappel des antécédents du monastère, de poser la question centrale. Comment Saint-Alban observe-t-il la règle de saint Benoît durant une période de l’histoire présentée généralement comme marquée par le laxisme et la perte de prestige du monachisme noir ? Les postes d’observation retenus sont fort pertinents : les rapports de l’abbé et de la communauté, les relations de l’abbé avec le monde séculier, l’éducation dans le monastère et les activités charitables. Cette étude apporte des tableaux très utiles : on retiendra en particulier ce qui est dit des retombées locales des tentatives courageuses de Benoît XII pour réformer le monachisme bénédictin dans son ensemble, des rapports entre le monastère, le roi qui impose des pensionnés, les habitants de la ville, des relations des moines avec les prieurés dépendants d’une part, et avec ses églises appropriées d’autre part, les uns et les autres se distribuant sur plusieurs comtés d’Angleterre. La ténacité des cinq abbés de cette époque pour maintenir la discipline et l’activité intellectuelle vient corriger l’idée préconçue d’une impitoyable décadence surtout pour un monastère dont le scriptorium, depuis les premiers abbés normands au XIe siècle, avait fait la réputation.
1. Éd. A.T. RILEY, Londres, 1864. Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

DOI : 10.3917/rma.191.0189

190

COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013

Sont bienvenus, par exemple, les tableaux montrant la tenue des chapitres de moines bénédictins en Angleterre ou la présence des abbés de Saint-Alban aux convocations du Parlement. Beaucoup d’éléments positifs donc. On pourra cependant s’interroger d’abord sur la pertinence du découpage chronologique : se centrer sur cette première moitié du XIVe siècle masque à notre avis la continuité des drames qui secouent le monastère comme tout le royaume durant tout le siècle. L’A. coupe le règne d’Édouard III en deux à une époque de relations délicates entre le roi et les Églises. Les effets de la terrible peste noire et ses récurrences sont forcément escamotés. Est forcément émoussé aussi l’enjeu de la révolte de la ville de Saint-Alban réclamant des libertés communales aux moines en 1327 – répétition générale de la grande révolte de 1381 à une des périodes les plus agitées de l’histoire politique et sociale de l’Angleterre. C’est tout le long du siècle que le pouvoir politique ayant de gros besoins financiers – comme l’autorité pontificale d’ailleurs –, celui-ci soumet les établissements ecclésiastiques à des prélèvements importants. De façon plus ponctuelle, on peut s’étonner d’entendre parler (p. 220) de la syphilis à cette époque alors que tout le monde s’accorde à dater de 1494 le premier cas connu en Occident. On peut regretter aussi des affirmations insuffisamment nuancées : est-il si sûr que les oblats aient disparu des monastères bénédictins depuis le XIIe siècle et que les novices aient au moins vingt ans (p. 177) ? On se demande alors comment le jeune Thomas d’Aquin a pu être placé chez les bénédictins du Mont-Cassin à cinq ans. Signalons, enfin, une tendance à la répétition un peu gênante : l’A. évoque à trois reprises l’effort de l’abbé Leofstan pour dégager l’axe routier qui vient de Londres (p. 14, 30, 109). Aux deux dernières occurrences, la formulation est exactement la même et les notes renvoient aux mêmes sources, comme est rigoureusement identique et donnant les mêmes références la n. 39 (p. 16) et la n. 14 (p. 130) concernant le prieuré de Tynemouth. Dernier exemple : une réforme attribuée au chapitre de 1277 (p. 38–39) décidant la suppression des ajouts à la règle bénédictine, notamment « l’office des morts, de tous les saints et de Notre-Dame », est plus bas (p. 44) attribuée à Benoît XII, exactement dans les mêmes termes et avec le même renvoi à l’ouvrage bien connu de W. Pantin. Si la même mesure a été décidée deux fois à un demi-siècle de distance c’est qu’elle n’était pas appliquée et il faut le signaler. Ce qui nous conduit à tempérer un peu l’optimisme de l’A. qui veut nous persuader de la fidélité sans faille à la règle bénédictine et à l’application rigoureuse des mesures – quelque méritoires qu’elles eussent été – prises sous les abbés contemporains d’un des rares papes du Moyen Âge, après Innocent III, à avoir tenté de réformer l’ensemble des moines noirs. Paulette L’HERMITE-LECLERCQ Cordula Maria KESSLER, Gotische Buchkultur. Dominikanische Handschriften aus dem Bistum Konstanz, Berlin, Akademie Verlag, 2010 ; 1 vol. in-8o, X–399 p. (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens, 17). ISBN : 978-305-004583-22010. Prix : € 69,80. Cette étude, qui est la publication d’une thèse soutenue en 2000 à l’Université de Berne, prend appui sur l’analyse approfondie d’un groupe de sept mss (VATICAN, Biblioteca Vaticana (= BV), mss 10769–10775) provenant du couvent de dominicaines de St. Katerinental. L’examen de la décoration et de l’iconographie du graduel de St. Katerinental (VATICAN, BV, ms. 10769) conduit à élargir l’étude à d’autres mss pro-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013

191

duits à Zürich à la même époque, notamment grâce à un exemplaire de la Chronique d’Otton de Freising (ZÜRICH, Zentralbibliothek, ms. Car C 33), qui s’est révélé riche d’informations quant à la datation et la localisation de la production de ces mss. Dès lors, c’est l’ensemble de la production dominicaine (masculine et féminine) du diocèse de Constance, durant les XIIIe et XIVe siècles, qui est ici pris en considération. Les établissements concernés sont, outre St. Katerinental, le couvent d’hommes de Zürich et les couvents de moniales de Œtenbach, St. Verena et Töss ; les liens avec le couvent dominicain de Strasbourg sont évoqués à plusieurs reprises. Dans les quatre centres féminins, une activité de copie est documentée, activité qu’il n’est toutefois pas toujours évident de mettre en relation avec tel ou tel ms. conservé, notamment en raison d’un décalage chronologique. L’essentiel de la démonstration repose sur l’analyse de la décoration des mss ; de ce fait, les mss non décorés qui pourraient provenir des mêmes établissements n’ont pas été retenus. Une attention particulière est portée aux initiales, filigranées, ornées et historiées, pour lesquelles l’A. détermine plusieurs phases ou types. Au final, l’ouvrage présente un ensemble cohérent, mettant en lumière une partie de la production d’un milieu donné (les couvents dominicains du diocèse de Constance) dans une période précise, mais sans être séparé du contexte de la production locale contemporaine. Il apporte des connaissances et des exemples supplémentaires sur les questions, en plein renouveau actuellement, de l’écriture et la décoration des livres chez les dominicains, en particulier dans les couvents féminins. À ce propos, on se demande pourquoi les deux volumes publiés à l’occasion de l’exposition consacrée aux dominicaines d’Unterlinden1 n’ont pas été exploités. Le catalogue des mss, qui constituait un des deux objectifs de cette recherche, tels qu’annoncés dans l’introduction, occupe environ la moitié du volume. Il contient soixante entrées, pour 43 mss au total, car nombreux sont les fragments qui appartenaient au même ms. On doit à ce titre saluer le travail mené par l’A. pour les identifier et les regrouper. Ainsi, le ms. no 22 est constitué de onze fragments d’un antiphonaire, décrits individuellement mais regroupés dans un même sous-ensemble, actuellement dispersés dans neuf collections différentes, publiques et privées. La grande majorité des mss contient évidemment des ouvrages liturgiques (graduels, antiphonaires, psautiers, etc.), mais on compte aussi des chroniques et trois mss de lieder. Un cahier de 34 planches en couleur précède le catalogue, au cours duquel sont insérées 63 planches en noir et blanc. On regrette qu’il n’y ait pas d’index. Christine GADRAT GILBERT DE TOURNAI, HERBERT DE CHERBURY, Due prospettive sulla vita umana e celeste. Il trattato sulla pace – Tre pœsie latine, intr., éd. et trad. Francesco DE CAROLIS, Naples, Guannini Ed., 2010 ; 1 vol. in-8 o, 157 p. ISBN : 978-8874314843. Prix : € 12,00. Ce petit volume donne la traduction italienne de deux œuvres très différentes et très éloignées dans le temps. Le Tractatus de pace est un ouvrage du franciscain Guilbert de Tournai († 1284), un des théologiens les plus distingués de l’Université de Paris au XIIIe siècle. Son œuvre diverse, qui compte entre autres des traités péda1. Colmar, 2000.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

192

COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013

Jean MEYERS Edoardo D’ANGELO, La letteratura latina medievale. Una storia per generi, Rome, Viella, 2010 ; 1 vol. in-8o, 372 p. (I libri di Viella, 95). ISBN : 978-88-8334-380-3. Prix : € 29,00. E. D’Angelo avait déjà publié une histoire de la littérature médiolatine1. La nouveauté de ce volume est d’en faire cette fois l’histoire par genres, de Boèce à Dante (comme l’avait proposé aussi C. Leonardi, l’A. estime qu’après Dante, l’histoire littéraire entre dans une phase nouvelle, ce qui est sans doute vrai pour l’Italie, mais non pour le reste de l’Europe). Un premier chap. (p. 17–64) explique les différentes
1. E. D’ANGELO, Storia della letteratura mediolatina, Montella, 2004.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

gogiques et philosophiques, des sermons, des vies de saint, un miroir de princes dédié à Louis IX, etc., est un témoignage précieux du développement de la théologie et de la philosophie franciscaines. Dans quelques cas, les propos de Guilbert sur la recherche de la vérité rejoignent ceux de Duns Scot, pour qui la connaissance de la vérité s’accroît sans cesse au gré des générations et de la civilisation. La traduction du traité (p. 51–115) est précédée d’une longue introduction, qui replace la vie et l’œuvre de Guilbert dans son temps et éclaire en particulier la signification du Tractatus de pace. Ce texte ascétique, peut-être composé en 1276 dans un climat de conflits fréquents entre cisterciens et franciscains (p. 32), souligne la nécessité d’une profonde pacification de l’âme chez les religieux, trop enclins pour des raisons futiles à la controverse et à la querelle. Une longue notice commentant la bibliographie sur l’auteur et son œuvre (p. 40–48) complète utilement cette introduction. La deuxième part. est beaucoup plus courte (p. 119–156), d’une part parce qu’elle ne donne la traduction que de trois courts poèmes et, d’autre part, parce que l’introduction à ces textes est plus rapide (p. 119–137). Il s’agit ici de trois poèmes d’Herbert de Cherbury (1583–1648), poète et philosophe, historien et pédagogue, diplomate et bibliophile, grand amateur de voyages et de musique, de théologie et de médecine. Bref, c’est une des personnalités importantes de l’ultime période de l’ère élisabéthaine, puis de celle de Jacques Ier et Charles Ier d’Angleterre. Herbert fut un penseur important lui aussi, dont les deux œuvres majeures, le De veritate et le De religione gentilium, ont eu une grande influence. Dès 1639, son De veritate, par exemple, est traduit en français par Marin Mersenne et lu par Descartes, qui se réjouit que cette traduction rende l’œuvre plus facilement accessible même s’il ne partage pas sa doctrine de l’innatisme, doctrine selon laquelle il existerait des principes, universels et certains, présents au plus profond de l’homme. Mais Herbert fut aussi poète et publia des poèmes de circonstance, en 1665, que d’aucuns ne jugent pas aussi inspirés que ceux de son frère George Herbert. Ce sont donc trois de ces poèmes (absents de l’édition de 1665, mais ajoutés plus tard, p. 119, n. 1) qui sont traduits ici : deux sur la vie céleste et un troisième dans lequel l’auteur donne des préceptes spirituels à ses neveux. Selon le traducteur, ces trois pièces offrent un pont entre les deux œuvres principales et les deux intérêts majeurs de Herbert : la gnoséologie et la philosophie de la religion. Il est évident que le sujet des textes réunis ici se ressemblent et qu’il y a entre Guilbert de Tournai et Herbert de Cherbury des affinités, surtout dans leur intérêt pour les fondements de la connaissance, mais il faut quand même avouer que leur réunion dans ce volume a quelque chose d’un peu artificiel.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 79.158.38.99 - 25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur

On notera par ailleurs que les auteurs sont présentés dans la section sur le genre où ils se sont principalement illustrés (un tableau très commode et très utile.info . Fables) . qui est signalé pourtant dans la première partie (p. 8 : Hagiographie . 36) à propos de Document téléchargé depuis www. La chose se complique encore pour une littérature qui hérite à la fois des genres antiques et des genres tardifs chrétiens. Conflictus . expose brièvement les faits principaux de l’histoire « civile ». chap. mais la finalité didactique du livre exigeait l’exposé le plus systématique possible. quant à elle. de Dhuoda. qui relèvent pourtant d’autres chap. chap.99 . théologie et philosophie . chap. chap. 12 : Poésie lyrique . 155–157). 1991. 3. brosse à grands traits les caractéristiques et les évolutions du latin médiéval selon les cinq périodes définies. répartie d’après elles. . expose d’abord les sous-genres.38. un point de vue synchronique (pour mettre en évidence des particularismes régionaux par exemple) ou un point de vue thématique (surtout pour les monographies). d’une part. chap. 2. Encyclopédies) . « culturelle » et « littéraire » de manière à faire voir les interactions entre les histoires civile et culturelle. 13. 5 : Arts libéraux (1. on eût attendu au moins un paragraphe sur le Manuel. 15 : Épopée. scolastique (XIe–XIIe siècle) et scientifique (XIIIe–XIVe siècle). L’A. 9 sur l’autobiographie en raison de la fameuse Historia calamitatum.cairn. 2. correspondant) : ainsi Alcuin apparaît dans le chap. 11 : Littérature viatique . Tractatus. mais n’est pourtant qu’un texte « anecdotique » dans sa production. 78).. Pour chacun de ces chap. Paris. 2. Il a donc retenu la solution qui lui paraissait convenir le mieux à cette optique en classant la littérature médiolatine selon la grille suivante : chap. © De Boeck Supérieur phases de la littérature médiolatine. 9 : Littérature autobiographique et apocalyptique . beaucoup plus rapide (p. Commentum. p. 4. hagiographique et poétique. donne en ordre alphabétique le nom des auteurs traités avec mention de l’époque. Ici et là on regrettera des absences : ainsi dans le court développement sur le genre du débat (chap. reconnaît lui-même la difficulté (p. Pour chaque période. chap. . fourni après la table des matières.99 . chap.info . 3 : Sous-genres de la littérature érudite (1. où il est question d’exégèse.158. mais c’est là aussi que sont signalées ses activités grammaticale. 4 : Exégèse biblique. chap. sur les specula principis carolingiens (p.. 4. 65–74). d’autre part. l’A. 6 : Littérature politico-juridique . Énigmes .. au chap. 10 : Prédication . Le chap. en cinq grandes périodes : barbare (VIe–VIIIe siècle). © De Boeck Supérieur .cairn. chap. qui certes a fait sa gloire. Arts du quadrivium) . Gaillard1 aurait peut-être pu être utile. ni du Certamen rosae liliique de Sedulius Scottus (dont un mot est dit cependant au chap. chap. on s’étonne de ne pas voir mention du Conflictus veris et hiemis d’Alcuin. Document téléchargé depuis www. sur la formation ou l’évolution des genres. et leur influence. de théologie et philosophie. le chap. et se demander si une division préalable entre prose et poésie n’eût pas elle aussi présenté des avantages didactiques : le modèle des Genres littéraires à Rome de R. On peut bien sûr avoir des réserves sur le choix de ce classement beaucoup plus « thématique » que proprement « littéraire » ou « formel ».COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 193 1. p.25/01/2014 01h43.79. 281) . On sait la difficulté que représente le classement par genres dans la mesure où toute grille présente évidemment des inconvénients : certaines œuvres n’entrent dans aucune case ou en concernent plusieurs. selon les cas. 300–301) . suivants sont dévolus à l’étude des différents genres.38. précédent... Arts du trivium . chap. 2. chap. glossaires etc. carolingienne (VIIIe–IXe siècle). Martin et J. l’œuvre philosophique si importante d’Abélard est présentée. puis en suit les développements selon les cinq périodes en adoptant aussi. 13 : Poésie didactique (1. Les treize chap.79. si personnel.25/01/2014 01h43. féodale (Xe siècle). Proverbes .158. du genre principal et le renvoi au chap. 7 : Historiographie . 14 : Théâtre .

(Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis. et c’est sans doute ce qui étonne le plus. publiée près de trente ans auparavant ! Jean MEYERS Glossae Aevi Carolini in libros I–II Martiani Capellae De Nuptiis Philologiae et Mercurii. En dépit de ces remarques. Brepols.cairn. Une longue introduction de 181 p.99 .99 . Histoire des Lettres latines du Moyen Âge3. tout spécialement. attribuée autrefois par Jean Préaux à Martin de Laon.79. qui parfois travaillent en tandem et parfois ajoutent de nouvelles strates de gloses aux précédentes annotations. explique la nature de ces annotations marginales et interlinéaires et en étudie la tradition manuscrite. 2. On sait que durant la période carolingienne. in-8o. eût été précieuse.cairn. même très sélective et ne retenant que les éditions. la bibliographie se limite à une bibliographie générale de trois pages : dans un manuel didactique. 3. puis s’est déplacée vers l’est : Auxerre. d’avoir eu le courage de mener à bien une tâche aussi complexe et aussi austère. R. une bibliographie sur chaque auteur. Enfin. même si le texte de Martianus ne s’est vraiment répandu largement qu’à partir du second quart du IXe siècle. QUADRI. une littérature qui. La tradition la plus ancienne a d’abord été copiée dans les principaux scriptoria carolingiens de la vallée de la Loire. 1. ne peut plus aujourd’hui être attribuée à un auteur unique. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Cette tradition. n’a plus eu les honneurs d’aucun manuel scolaire depuis le petit livre que le liégeois M.158. Les premières ébauches d’annotations semblent remonter au premier quart du IXe siècle. 2010 . Document téléchargé depuis www.. La tradition la plus ancienne éclaire donc la première strate de la réception médiévale d’un texte ouvertement païen. C’est à l’édition de cette première strate de gloses qu’est consacré ce volume.38. qui a renouvelé de manière originale l’homilétique en écrivant des sermons moins destinés à la prédication qu’à la lecture et la méditation privées1. Voir à ce sujet HEIRIC D’AUXERRE.. ISBN : 978-2-50353453-4.00.194 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 l’atmosphère culturelle qui a fait naître ce genre politique et éthique du miroir . les commentaires de Jean Scot et ceux de Rémi.25/01/2014 01h43. dont près de 50 copies complètes ou partielles datent du IXe siècle. L’analyse paléographique montre que les gloses dans les mss ont souvent été copiées par plus d’un copiste. les intellectuels ont porté un intérêt croissant au De Nuptiis Philologiae et Mercurii de Martianus Capella.... M. 10 sur la prédication. Hélin avait publié sur dans la collection Que sais-je ? en 19722 et qui reprenait la matière de sa Littérature d’Occident. 1943. La littérature latine au Moyen Âge.79. on aurait aimé que pour la période carolingienne soit au moins citée l’œuvre d’Héric d’Auxerre (841–876/877).38. 1972. dans les pays francophones. HÉLIN. Plusieurs facteurs prouvent aussi que ce travail de commentaire a lieu en même temps que le travail d’édition du texte même du De nuptiis. Bruxelles. Paris.info .25/01/2014 01h43. Turnhout. éd. ont provoquées. Homiliae. 1 vol. 237). représentée par vingt mss s’étalant du second quart du IXe au Xe siècle. Prix : € 320. 3 vol.158.info . Trois commentaires carolingiens majeurs ont pu être identifiés : la tradition de gloses la plus ancienne. et il faut d’emblée féliciter l’É. Sinùad O’SULLIVAN. © De Boeck Supérieur . Turnhout. L’intensité des travaux suscités par cette œuvre sur les arts libéraux se mesure particulièrement à la densité des gloses que ses livres 1 et 2. au chap. éd. CLXXXII–472 p. 1992–1994. traductions et études les plus récentes ou les plus importantes. il n’empêche que cet ouvrage fournit une introduction très riche et très éclairante sur l’histoire de la littérature médiolatine.

Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur . antonymes. Von Büren.. mss 153. ne sont utilisés que pour servir de comparaison et confirmer des leçons. 118 . 5. l’apparat des gloses elles-mêmes et. Teeuwen dans son étude sur l’Ars musica dans les commentaires à Martianus Capella parue en 20022. puis vient l’apparat du texte de Martianus (mais seulement pour les lemmes présents dans les gloses). TRÈVES.cairn.info . Mais c’est bien sûr l’édition qui occupe l’essentiel de ce volume : on y trouvera une transcription des gloses et de leurs lemmes basée sur la collation de quatorze mss (BESANÇON. sous le nom de Dunchad. comme c’est le cas pour les huit mss déjà décrits par M. pour chaque partie du texte de J. qui signale les citations directes ou indirectes. Bodleian Library.99 . ms. En cela. LEYDE. COLOGNE. Bibliothek des Priesterseminars. WOLFENBÜTTEL. 87. 1944. la première à avoir édité. ms. Sedulius Scottus. 191 . Bibliothèque municipale (= BM). 8670. puis Corbie. ROME. Lat. Harmony and the Music of the Spheres. relativisant l’activité supposée d’Auxerre. Dans la partie sur la tradition manuscrite. est présenté sous le texte de Martianus.E. mss BPL 36. un apparat des sources (non du De nuptiis. 3. synonymes. lat. 2. variantes . Harley 2685 . F. au moins. 193 . 88 . est pourtant cité dans la bibliographie. et qui contiennent un mélange éclectique (CAMBRIDGE. ms. XIII–XVII) devrait sans doute être revue à la lumière des travaux de V. Biblioteca Vaticana.. enfin. lat. gloses étymologiques et explicatives . et est suivi de quatre appareils : une rubrique sur la traditio textus indique. mss lat. LONDRES. Lat. 100). CLXXX). Laud. Paschase Radbert. 8669. Ibid. qui intéressera au premier chef les spécialistes de la réception carolingienne de Martianus Capella. Raban Maur. n’est pas fourni ici. 4. BM. fol. 1983. ms. Herzog August Bibliothek. La plus ancienne tradition d’annotation de Martianus Capella n’est donc pas une tradition statique. PARIS. ms. mss Reg. Le lecteur comprendra qu’il s’agit là d’un vrai travail de bénédictin. mais on ne comprend pas très bien pourquoi un résumé. British Library.. Universiteitsbibliotheek. 133 Gud. 2002. 3.. de l’annotation et de la lecture carolingiennes d’œuvres païennes.25/01/2014 01h43. Cod. Bibliothèque nationale de France (= BnF). Document téléchargé depuis www. . 8671 . l’É. 594 . BnF. Le texte des gloses. ms. Corpus Christi College Library. TEEUWEN. Lat. qui finira ainsi par inspirer les commentaires et de Jean Scot et de Rémi d’Auxerre.158. Bibliothèque nationale de Russie. les six autres. devrait aussi retenir à mon sens l’attention de tous les médiolatinistes préoccupés par les problèmes de l’édition. repris à l’édition de J. Leipzig.38. présentes déjà dans un ou plusieurs des mss principaux. 12960). identifications de lieux et de personnes). notes grammaticales et métriques . cette édition savante.38. Cependant. homonymes etc. Rémi d’Auxerre. Guelf. mss Class.info .99 .25/01/2014 01h43. Lat. quels mss ont des gloses pour cette section. Jean Scot. ms. Dombibliothek.79. Leyde–Boston. Cologne (l’importance accordée au scriptorium d’Auxerre (p. OXFORD. V. Reims et enfin Lorsch. ORLÉANS. BnF. Vossianus Lat. le lecteur est renvoyé à la description qu’en avait donnée C. mais aussi les influences que ces gloses ont pu laisser chez des auteurs carolingiens comme Paul Diacre. SAINT-PÉTERSBOURG. mais le résultat du travail intense de copistes n’ayant cessé d’accroître et de fertiliser une tradition initiale. même rapide. 48r . p. 10 . ms. © De Boeck Supérieur Tours.158. Fleury. présente dix-neuf mss : pour le vingtième (PARIS..cairn. 12960 . 1987.79. 1535 .W.. Luzt. mais des annotations). données par catégories (1.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 195 1. ce volume fournit un document d’une rare et grande richesse. Willis3. The Ars Musica in Ninth-Century Commentaries on Martianus Capella. 2. PARIS. ms. M.. des gloses de la plus ancienne tradition1. Smaragde de Saint-Mihiel et Réginon de Prüm. dont un art. qui n’ont que peu de gloses. 330 .). Lancaster.

La perspective diachronique suggère les évolutions d’un espace-frontière du temps de l’Empire romain. 2011 .. architecturaux et géographiques propre à la « geschichtliche Landeskunde ». des Katzenelbogen et des électeurs de Mayence. mais sans appareil de notes et dotées d’une bibliographie réduite. S.00. qui considère les différentes valeurs qu’une époque ou un acteur peuvent donner à un même espace.W. quant à lui. Consacré à l’histoire castrale (« Burgenforschung »).cairn. ce volume s’insère dans un des domaines favoris de l’histoire locale et régionale allemande. devenu ensuite un élément touristique et patrimonial majeur pour la région. morcelé au Moyen Âge par l’élévation de ces châteaux. Le Rhin moyen offre ainsi un aspect intéressant des thématiques nouvelles de l’histoire régionale actuelle. La contribution de J. Le château fort. est à la fois une image constitutive du Moyen Âge et du romantisme médiéval (E. in-8o. La confrontation de six conférences amène à des répétitions.cairn.79. la répartition des lieux fortifiés et leur fonction selon les priorités de la lutte contre les Alamans. une fois acceptée la portée scientifique explicitement secondaire du recueil.. mais de ce château – même en ruines – découlent des droits sur un territoire qu’il commande . Franz Steiner Verlag. Oldenstein aborde à partir de l’archéologie la question du système défensif du Rhin moyen au IVe siècle en examinant les évolutions de ce système. 1 vol. c’est ce qui légitime une « politique castrale ». éd. Böhme présente en quelques pages quatre exemples de politiques castrales plus ou moins couronnées de succès dans la région du Rhin moyen et du Taunus. dont l’introduction de F. Bünz). et ce volume en montre toute la richesse. FELTEN. archéologiques...25/01/2014 01h43. Prix : € 25. Metz. Au chapitre des critiques.99 .info .38.38. Ce volume rassemble des conférences organisées par l’Institut für geschichtliche Landeskunde de Mayence. Stuttgart. abondamment illustrées et avec un vocabulaire plus accessible. on pourra exprimer quelques regrets en ce qui concerne la présentation. suivants.J. ISBN : 978-3-515-10072-4. H.158. 15). Grathoff déploie la panoplie de cette politique castrale : l’achat ou Document téléchargé depuis www. objet des deux art. 170 p. et publiées dans une collection qui vise davantage le public de ces conférences que le milieu académique. On pourra aussi regretter l’absence d’échelles et de certains repères sur les cartes qui les rendent parfois peu intelligibles si l’on n’est pas familiarisé avec l’espace du Rhin moyen.99 .158. On pourra apprécier également le mélange des aspects historiques. regrettables pour des textes courts.79.info . des Sponheim. Jean MEYERS Befestigungen und Burgen am Rhein. © De Boeck Supérieur . Franz J. Biller et B. De là leur format inhabituel : six contributions de quinze à trente pages. Felten présente les principaux acteurs et projets actuels – dont celui sur les châteaux d’Alsace de T. La fonction du château n’est pas seulement militaire. (Mainzer Vorträge. celles des Falkenstein. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.196 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 dont l’utilisation cependant aurait pu être facilitée par la présence d’un index des lemmes glosés.25/01/2014 01h43. L’institut tire parti du paysage castral spectaculaire qu’offre le cours du Rhin moyen (« Mittelrhein ») entre Mayence et Coblence. consacrés à la période du XIIe au XIVe siècle jusqu’à la remise en question de leur utilité par le développement des canons.

Undusk sur l’usage des citations bibliques par le chroniqueur (Sacred History. de M. en résulte un aspect hétéroclite. avant de narrer le siège classique de la « Burg » de Tannenberg en 1399 par l’électeur de Mayence et ses alliés. Friedrich présentent les évolutions de ce paysage castral aux et XXe siècles. leurs possesseurs et les usages qui en sont faits.S. ce texte est une lecture incontournable pour qui s’intéresse aux croisades baltiques au tournant des XIIe et XIIIe siècles. présente la mise en valeur touristique inégale de ce paysage bigarré des châteaux du Rhin selon leur authenticité. Certaines se situent dans le prolongement de travaux plus anciens . ou bien encore celle de N. Trèves ou Mayence. Farnham–Burlington. Tamm (Martyrs and Miracles : Depicting Death in the Chronicle of Henry of Livonia) ou encore C. XXXVIII–484 p. XIXe Jean-Dominique DELLE LUCHE Crusading and Chronicle Writing on the Medieval Baltic Frontier.F. essaient de s’inscrire par la pierre dans l’histoire du Rhin moyen.25/01/2014 01h43. D’autres viennent témoigner de la richesse d’approches plus nouvelles. Citons notamment l’étude de J. marque d’une « Erinnerungskultur » des possesseurs de châteaux. 1 vol. M. la faide. Orality and Communication in the Thirteenth-Century Livonian Mission). l’acquisition de droits (même partiels). Murray (Henry the Interpreter : Language.79. Petersen consacrée à un morceau de bravoure maintes fois commenté. Prix : GBP 75. Le spectre des thèmes abordés est vaste.info . 2011 . qui bat en brèche quelques certitudes héritées des recherches de L. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. elles n’en apportent pas moins un éclairage nouveau sur le texte. Le chroniqueur Henri cède ainsi la place à l’interprète et au pasteur missionnaire dans les études d’A. Vienne. Linda KALJUNDI. dignes successeurs de leurs ancêtres.cairn. R. refusent aux XVIIe et XVIIIe siècles de construire une résidence tout à fait moderne .H.79.99 . comme l’apparition des légendes ou les reconstructions romantiques..158. M. © De Boeck Supérieur . nouveaux venus dans la région. la résidence des électeurs de Mayence détruite sur ordre de Napoléon. les possesseurs des résidences de Dresde.cairn.. Autre angle d’approche volontiers retenu. in-8o. Jensen (Verbis non verberibus : The Representation of Sermons in the Chronicle of Henry of Livonia).. Rédigé dans les années 1220 par un clerc très bien informé.25/01/2014 01h43. alors qu’ils en ont l’occasion.38. Contrairement aux architectes épris de modernité et de régularité (tels Naumann).38. Carsten SELCH JENSEN.S. la confrontation du texte de la chronique avec Document téléchargé depuis www. le ludus magnus organisé en 1205 dans la toute jeune cité de Riga (The Notion of a Missionary Theatre : the ludus magnus of Henry of Livonia’s Chronicle). A Companion to the Chronicle of Henry of Livonia. évoque différents aspects de ce Moyen Âge inventé et du développement de ce tourisme. ISBN : 978-0-7546-6627-1.99 . éd. devenu un paysage de ruines qui soulève l’enthousiasme des premiers touristes anglais. Profane History : Uses of the Bible in the Chronicle of Henry of Livonia).info .COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 197 la construction de châteaux. Ashgate. Müller déconstruit une opposition historiographique anachronique entre la « Burg » médiévale et le « Schloss » moderne à partir de la Martinsburg. et il ne saurait être question de revenir dans ces quelques lignes sur chacune des dix-sept contributions. Ce gros volume rassemble les actes d’un colloque qui s’est tenu en 2008 à Tallinn autour de la chronique latine d’Henri « de Livonie ».158. irrégulier. Arbusow. Schmandt et R. opérées notamment par les monarques prussiens lesquels. M. Marek TAMM..

info . S’inscrivant dans une historiographie de l’usure riche de récents renouvellements. Selart vient faire le tour sur les – rares – lectures médiévales d’Henri de Livonie). de l’État royal et de la place des juifs en Aragon dans les décennies qui encadrent l’an 1300. et A. T. mais aussi à l’époque moderne.D.info . (Bibliothèque de la Casa de Velázquez. passionnante : sous le titre « d’appropriations ». K. la Chronique Rimée de Livonie. la sempiternelle question des origines du chroniqueur est replacée à sa juste place : celle d’un déterminant parmi d’autres d’un acte d’écriture aux motivations et aux ressorts complexes. XII–532 p. Denjean. comme viennent l’attester les mises au point de A. S’inscrivant dans la lignée du Shylock revu et Document téléchargé depuis www. Mäesalu (Mechanical Artillery and Warfare in the Chronicle of Henry of Livonia). l’adieu à un paradigme étroitement national et au questionnaire étriqué qui l’accompagne.25/01/2014 01h43. C’est nettement ce dernier objectif qui oriente la démarche de C. ni même du reste faire l’objet d’un parfait consensus d’un A.158. Traces and Interpretations) et M.79. d’une part (les techniques militaires dans l’œuvre d’Henri). sur tel ou tel point de l’analyse − signalons parmi les plus notables la question de la connaissance du texte d’Henri par l’auteur de la seconde grande chronique régionale parvenue jusqu’à nous. même si les historiens de la genèse de l’Etat moderne trouveront des éléments instructifs dans les développements qu’elle consacre à l’enquête royale. la solution d’une contribution à quatre mains eût été préférable. ou bien encore l’ampleur des connaissances linguistiques de l’auteur − font aussi l’intérêt du volume.M. Madrid.cairn. notamment sur le site des anciens forts païens. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge.38. Signalons enfin une troisième part. Donecker.K. et celles de S. d’autre part (réceptions et éditions anciennes du texte). Kala) et au-delà. On pourra regretter à cet égard que la très dynamique archéologie lettone ne soit pas mieux représentée dans ce volume. Prix : € 59. Valk (An Archaeological Reading of the Chronicle of Henry of Livonia : Events. Kaljundi. qui fait la part belle aux sites estoniens.99 ..00. © De Boeck Supérieur . cet ouvrage ambitieux propose. Kļaviņš). © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.. s’avère riche de promesses. elle regroupe plusieurs études centrées sur la postérité complexe du texte. 1 vol.79. Un regret cependant pour finir : si les divergences affichées par les A.99 . Le présent volume prend toute sa place dans cette histoire longue de la réception du texte . et enfin au temps des historiographies nationales (L. au Moyen Âge (A. à travers l’étude de procès menés contre des usuriers. Mägi (Ösel and the Danish Kingdom : Revisiting Henry’s Chronicle and the Archaeological Evidence)..cairn.. de la justice. in-8o. jusqu’à l’editio princeps de 1740 (S. il marque précisément. ce volume est une réussite et constituera à coup sûr le vade-mecum indispensable pour toute exploration de la chronique de Livonie. à l’autre. à ses procédures concrètes et aux résistances qu’elle rencontra.198 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 les fouilles archéologiques menées en Lettonie et en Estonie. Mathieu OLIVIER Claude DENJEAN. La loi du lucre. V. Lang. il n’en va pas de même des redites d’une étude à l’autre.V. H. une histoire croisée de l’économie du crédit. Ce léger bémol ne modifie cependant en rien le constat d’ensemble : à tout point de vue. ISBN : 978-84-96820-59-3. On peut ainsi penser que dans le cas des études « parallèles » de K. 52).38. au sein même des historiographies baltes.25/01/2014 01h43. C’est ainsi que sans être artificiellement évacuée. Casa de Velázquez.158. et T. 2011 .

Catalogne. bornant son horizon à l’usure. elle laissait dans un angle mort les contraintes développées par les juridictions tardo-médiévales pour sécuriser les transactions financières. ni devant la complexité des montages financiers qui s’y révèlent au-delà des chicanes des plaideurs. Souhaitons que l’aisance de l’A. le signe d’une tolérance envers les juifs ? Une comparaison avec le royaume de France qui expulse les juifs en 1306 permettrait peut-être de poursuivre cette réflexion sur la place des juifs dans la société aragonaise autour de 1300. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. qu’on retrouve tant en position d’accusateurs que d’accusés dans cette chasse aux usuriers.99 .158. d’autre part l’intégration solide de certains juifs dans des réseaux de relations fondant leur renommée de bons prêteurs. dispersion de la relation de crédit en étapes temporelles et en actes juridiques qui favorisent le contournement des lois sur les taux du crédit.cairn. 32 de ces procès étant retenus par l’A. il devait recueillir les reproches formulés contre des individus particuliers et leurs manières de prêter. juives et chrétiennes.38. analyse grâce à son intime fréquentation des registres notariaux catalans : lexique et rituels des transactions. Document téléchargé depuis www. prétendant répondre à une demande du pape Boniface VIII. Pour autant. lance une vaste enquête contre « les usures » dans les territoires placés sous son autorité. Paris. ce sont là quelques éléments d’une ethnographie des transactions de crédit qui sont dégagés. C.cairn. montre bien que le dispositif de l’enquête. ne recule ni devant la technicité des procédures juridiques qui sous-tendent la documentation conservée. peut-on faire de ce dispositif. © De Boeck Supérieur .. SHATZMILLER. Elle suscite des poursuites menées jusqu’en 1304 contre des personnes. les pages les plus utiles sont sans doute celles consacrées aux « pratiques créditrices » (chap.. adopté par Jacques II comme par beaucoup de ses homologues. Shatzmiller1. Les juifs. qu’elle soit en latin. dénoncées comme « usuriers ».79.info .D.79. rôles des notaires. J. que l’A. en démontrant d’une part l’utilité qui était alors reconnue au crédit. Pour l’historien de l’économie médiévale. Julie CLAUSTRE 1. ici mise au service de la « réhabilitation de l’usure » médiévale. L’A. Valence et Majorque.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 199 corrigé de J. en catalan.25/01/2014 01h43.99 . Elle montre l’acculturation judiciaire des juifs.25/01/2014 01h43. les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale.38. Aragon. 7). le roi Jacques II. 2000. en aragonais ou en castillan.158. usage de la fidéjussion. dans une matière particulièrement sophistiquée.info .. consubstantiel au droit. superposition des niveaux de possession. présentait l’avantage de disséminer la polémique antiusuraire et l’hostilité antijuive : si le tribunal ne pouvait tolérer l’expression en son sein d’un antijudaïsme générique – le roi devant protection aux communautés juives de son royaume –. ce livre tente de soumettre au même réexamen critique la place occupée par la figure du juif et par celle de l’usurier dans l’histoire de la société tardo-médiévale. Forte de sa connaissance du crédit juif médiéval en terres catalanes. En 1297. soit bientôt utilisée pour l’examen de procédures engagées à la même époque contre les endettés : l’histoire économique du crédit resterait hémiplégique si.. Shylock revu et corrigé.

). et A. ont été mis en place par le pouvoir ducal normand. En introduction.cairn. Caen. avec souvent des développements originaux qui élargissent le projet du colloque. Jacques LE MAHO. qui s’affrontaient au lendemain de deux conflits mondiaux. d’une part à l’opposition généralement admise entre une France du Nord peuplée de bourgs castraux et une France du Sud équipée de castra collectifs. et notamment du rôle des pouvoirs politiques dans l’implantation des villes neuves et des bourgs castraux. En revanche. une longue période de paix nous incite à privilégier l’importance symbolique. tenant d’une installation sous contrôle féodal. Tout habitat aggloméré autour d’un pôle fortifié n’est pas un bourg. Les sept localités étudiées se sont constituées autour de mottes castrales que l’A.200 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Château. Lepeuple présente une étude des bourgs castraux du Vexin normand. d’autre part à l’opposition simplificatrice entre la ville et le château. et l’implantation de lotissements serrés au sein de ces bourgs témoigne de la planification des installations.. L’étude fondamentale de J. Chapelot sur les bourgs castraux de la Charente occupe plus du tiers de l’ensemble de l’ouvrage.cairn.. Les huit communications retenues sont toutes des monographies remarquables qui abordent le problème sous des angles différents et complémentaires. T. du CRAHM.. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. en s’appuyant sur un catalogue minutieux des recherches archéologiques de la basse Charente (épaves. qui sont plutôt le résultat que le moteur de la réussite économique des seigneuries.38.info . etc.. pilotis.00. Bourgeois et C. Davidson. les résultats des fouilles aquatiques de la levée et du « port » de Taillebourg posent d’importants problèmes d’interprétations. Dans la France centrale. mettaient la guerre et la violence au centre du processus de fortification.info . B. le déplacement de population étant souvent réalisé au bénéfice de la nouvelle autorité militaire.25/01/2014 01h43.158. McNeill mesure le chemin parcouru depuis 40 ans en exposant le vieux débat entre B. voire autoritaires. éd. © De Boeck Supérieur . L. Document téléchargé depuis www. Prix : € 37. (Tables rondes du CRAHM. L’A. on constate à la fin de l’époque carolingienne un abandon des anciens emporia et portus au profit de sites fortifiés. Aujourd’hui. Le Maho relativise l’importance des regroupements spontanés autour des châteaux et insiste sur les cas bien connus de fondations volontaires. ports. qui se sont développés comme Gisor ou ont avorté comme Buis-Saint-Rémy.79. 295 p. 7). dont la fonction n’est jamais définitive. qui conditionnent la compréhension de la genèse de ce bourg castral. en étudiant les « agglomérations d’origine castrale » entre Loire et Dordogne. et cet habitat n’est pas homogène. Ces deux théories. qui voyait dans l’érection des châteaux à motte un mouvement spontané. Le Centre d’archéologie et d’histoire médiévale de Caen publie les actes de la table ronde tenue en 2008 pour faire le point sur les derniers développements de la problématique des bourgs castraux. 2012 . De manière générale. apportent de fortes nuance. Brown.38. Les bourgs.25/01/2014 01h43. Rémy. Le nombre élevé d’épaves du haut Moyen Âge interroge sur le dynamisme économique mérovingien et carolingien. ces villes sont souvent composées de cellules complexes et mouvantes. ISBN : 978-2-902685-83-7.99 .99 . J. Anne-Marie FLAMBARD-HÉRICHER. illustre par de beaux relevés topographiques et cadastraux.. 1 vol. Publ. ville et pouvoir au Moyen Âge.158. dresse un bilan et un projet pour de futures recherches archéologiques de villes fluviales. in-8o. politique et économique des châteaux et des bourgs castraux.79.

Néanmoins.00.158. Politica. Florence. Une étude précise et prudente des possessions comtales permet de comprendre l’intérêt économique de cette ville neuve qui servait de port à l’un des plus grands fiscs flamands au sud de Lille.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 201 En Provence. 2009 . Moyne et M. création comtale détachée du château de Mousson. E. Storia economica e sociale di San Gimignano. et le nouveau château des comtes au nord.99 . au sud de la ville. Cet intérêt s’est largement étendu par la suite à l’histoire des nombreux centres de même calibre. Hervé MOUILLEBOUCHE Gabriele TADDEI. (Biblioteca storica Toscana. Il développe surtout le cas de Pont-à-Mousson. qui parsèment la Toscane. Gand est également un exemple de déplacement politique. 1961.P. Louis et M. FIUMI. É. G. Douai a été créé volontairement à la fin de l’époque carolingienne comme un point fortifié pour concurrencer et épuiser l’ancien portus épiscopal de Lambres.C. entre un vieil emporium peut-être fossoyé. J.info . economia e società di un centro minore toscano.158. Les deux principautés rivales y installent indifféremment des villes neuves et des châteaux pour fortifier la frontière et occuper des terres convoitées entre le XIIe et le XIVe siècles. puis dans leur épanouissement comme lieux de vie.. Laleman présentent respectivement deux grosses synthèses sur l’apport de l’archéologie à Douai et à Gand. Olschki.79. © De Boeck Supérieur . de 1. XIV–408 p... les dernières fouilles permettent d’éliminer l’ancienne idée d’un bourg de libres commerçants venus spontanément s’installer au pied d’un castrum. de protection. À Douai. 60). soit encore publié en noir et blanc et sous un format trop petit. Florence. l’exemple de Valbonnette montre bien l’impact des déplacements de l’habitat seigneurial sur l’ensemble du peuplement. qui se distingue mal des hautes maisons bourgeoise de la ville. Les autres sites fortifiés (sites fossoyés. La remarquable monographie consacrée à San Gimignano par E. in-8o. agglomérations vivantes et actives sans être sièges de diocèse. au XIIe siècle. On peut suivre ainsi le destin de ces habitats dès leur apparition. permet de renforcer l’identification du lieu du pouvoir. En Lorraine. Ce château n’est au départ qu’une halle de pierre.info . 1re sér. Mais l’emmottement de la tour. ISBN : 978-88-222-5923-3.. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Giuliato propose une typologie révisée des bourgs agglomérés autour des châteaux.38.cairn.25/01/2014 01h43. Fiumi1 constitue l’exemple type de cette orientation. Castiglion Fiorentino fra XIII e XV secolo. 1 vol. L’historiographie médiévale toscane manifeste un intérêt ancien pour les « quasicittà » (presque villes). riche d’une cartographie complexe et fondamentale.38. Colardelle étudient la mise en valeur d’une vallée marécageuse entre la Savoie et le Dauphiné.. Document téléchargé depuis www.99 . Si l’on peut partager en tout point son enthousiasme. maisons de pierre) sont plutôt des signes de distinctions sociales que des lieux de pouvoir et de défense. on se permettra de regretter qu’un ouvrage de cet importance. et qui vide rapidement des anciennes paroisses des bords de la Meuse. voire plus modestes. Prix : € 30.79. Lorans met bien en lumière la grande cohérence de ces huit communications et leur apport général à l’histoire du peuplement. D.25/01/2014 01h43. Mouton soutient que les mottes ont eu du mal à regrouper la population. de production. La conclusion d’É.cairn.

79. Une très solide monographie. Ils sont souples et respectent largement les institutions locales définies par les anciens statuts. mais selon les statuts locaux. tout à fait réussi. et les magnifiques archives de leur nouvelle métropole (État moderne oblige) permettent de les connaître plus à fond. C’est en 1052 qu’un acte impérial révèle son existence. avec d’autres. riche en chiffres et en noms (parfois un peu accablants) et bien insérée dans le courant historiographique actuel.99 . ainsi que de l’évolution des uns et des autres. au sud d’Arezzo. un long chap.cairn. Charles M. Bibliographie.cairn. tableaux et graphiques. c’est la dominante qui nommera le podestat. cartes. Dans la présente étude. oliviers). se structure. ni leurs statuts. couvents mendiants : un dense horizon de culte et de piété se met en place. tout est bien conçu pour aider le lecteur. respecte son autonomie. Quant aux institutions.info . La comparaison opportune entre un estimo (liste fiscale) de 1347 et le cadastre de 1427 rend bien compte de la distribution de la terre à Castiglion. avec ses incultes.25/01/2014 01h43. consuls. attentive et consciencieuse. en même temps qu’Arezzo. la commune bénéficie des services généraux instaurés par la métropole et les documents nouveaux magistralement rédigés au XVe siècle par les administrations florentines concernées tirent brusquement de leur semi-obscurité les caractères propres de sa société. de son économie et de ses institutions – pour reprendre les titres des deux derniers chap. les plantations rares (guède) . de la hiérarchie des fortunes. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur .. commerciales ou autres. qui protège la bourgade de ses puissants voisins. L’habitat se développe. Le tribut reste symbolique.. ses maisons et ses monuments. puis des cités (Arezzo. DE LA RONCIÈRE Document téléchargé depuis www.158. Le paysage s’éclaire.. Mais de puissantes seigneuries. chiffres à partir de 1376 seulement). index. son artisanat. Pérouse. avec les enceintes successives de la bourgade. et tout ce qui se met en place une fois celle-ci acquise. Les accords avec la grande métropole toscane sont ratifiés le 10 décembre. parcours chaotique jalonné de révoltes. analyse minutieusement tout ce qui s’était construit avant la soumission. vigne. puis fin XIIIe siècle). de ces monographies ciblées dans l’espace et poursuivies au fil du temps.79. Castiglion grandit à l’emplacement de ruines étrusques. la vaste part des emblavures traditionnelles (froment. on peut poursuivre plus facilement encore leur étude dans cette sujétion même. dominent la zone. de rapports sociaux spécifiques.38.25/01/2014 01h43. sur un relief dominant le Val di Chiana. Signe majeur de subordination. étant donné qu’au Moyen Âge finissant (XIVe–XV siècle). y affirment et y étendent leur pouvoir : Castiglion est ballottée de domination en domination. Paroisses. de la teneur des contrats de location. et jusqu’au roi de Naples (1380). G. car si leur vitalité est moins dynamique. monastères. laïques (Tarlati) ou épiscopales (Arezzo). podestats : une commune s’établit. Après quoi. dans son État régional en formation. Taddei donne un nouvel exemple. en 1384. comme celle d’un castello (habitat collectif fortifié). la commune doit se soumettre définitivement à Florence. lequel administrera la justice. le cercle des murailles s’agrandit (début.158. ni leurs plus lointaines attaches. donc. Et l’intérêt rebondit. Soumission somme toute bénéfique.info . Assemblée.99 . Florence).38. ils n’ont perdu ni leur vie propre. Ainsi intégrée à l’État florentin. consacrée à la bourgade toscane de Castiglion Fiorentino. et restera définitive. se développe. jusqu’au moment où.202 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 commerce. ils poursuivent le plus souvent leur carrière dans la dépendance d’un plus grand centre qui les assujettit. Le lieu se peuple (nombreux indices..

avec l’usage de la lecture et de l’écriture : à cela.158. Y sont retranscrits les noms de contribuables appartenant à 46 villages – dont 34 explicitement dits « communes » –. Herlihy (1967) qui s’interroge sur la portée démographique de ces listes. Davidsohn (1920) et. l’Américain D. ce faisant. Prix : € 18.. inventifs.99 . Cette culture. 2010 . Mais il ajoute à cette rétrospective une étude beaucoup plus ample des circonstances politiques comptables et « culturelles » susceptibles d’éclairer le document quelque peu sibyllin dont la publication constitue le corps de l’ouvrage (p. Chiapelli (1919). Quatre grands historiens l’ont décrit et utilisé : le Hongrois L. Porte Lucquoise) du contado pistoiese. la ville veille. Cela fait.. capitaines du peuple). © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur . L’intérêt du document est ailleurs : au milieu des fiscalités communales italiennes en voie d’élaboration. mais signe précisément de la diffusion générale d’une « culture de gouvernement » en gestation (impôts plus ajustés. Ledit document n’a connu pendant 70 ans qu’une « fortune limitée » – mais de qualité. y rassemble.38.00.99 . Olschki. il élève le débat. villages eux-mêmes répartis dans trois des quatre « quartiers » (Porte Guidi. Aussi. Et. Zdekauer (l891). etc..158. plus récemment. pas plus que son montant. un plan parfois confus. Il est toutefois précisé qu’il s’agit bien d’une taxe. Le livre s’ouvre sur une introduction (p. les officiers itinérants (notaires. ISBN : 978-88-222-6018-5. résume et commente ce que la source « incomplète et complexe » qu’il republie a déjà suscité en termes de citations et de commentaires. documents archivés. étendus au contado .79. Expédient déjà rodé en d’autres lieux (Prato. destinée « à la reconstruction des communes détruites dans le district de Pistoia et à la mise en défense des autres ». dont l’ampleur historique déborde largement le document modeste édité ici.79. 1–72). I–XLVII). mais aussi recrutement et contrôle plus large des responsables provisoires . (Documenti di storia italiana. étoffée et informée. Aucun chiffre d’impôt n’est pourtant attribué ni individuellement à chaque contribuable.cairn. la proposent partout et la rendent familière jusque dans les communes rurales.25/01/2014 01h43.25/01/2014 01h43. XLVIII–72 p.cairn. Porte St Pierre. consacre son premier chap. nouveaux instruments de gestion : registres de papier. de prendre appui sur ce texte pour aller plus avant dans l’analyse des « cultures toscanes de gouvernement » est une bonne démarche d’historien. le Toscan L. elles-mêmes d’une extraordinaire variété et complexité.. De tout manière. l’A. on ne connaît le lien exact de ces individus avec la taxe : assujettis ? retardataires ? . éd. Florence. l’omniscient historien allemand de la Toscane florentine R. une expression par Document téléchargé depuis www. les assujettis deviennent plus consciemment membres d’un « État communal » en élaboration. imaginé en période de grave crise politique et financière. établissement de listes. On saisit ici l’instant d’un expédient nouveau.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 203 Liber hominum et personarum comitatus Pistorii (1293–94). en passant d’un ville à l’autre. comme on ignore aussi le proportion des contribuables contadins assujettis : les victimes des destructions cotiseront-ils comme les autres ? Les nichil haben tes comme les riches ? Toujours est-il que de nombreux villages manquent à l’appel (on souhaiterait vivement une carte pour concrétiser la chose). L’option choisie par l’A. Il s’agit donc dans ce liber d’une liste fiscale établie par la commune de Pistoia à la date indiquée. podestats.38. 16). Giampaolo FRANCESCONI. Mais. Cette date précoce vaut qu’on s’y intéresse de près. malgré quelques redites.info . Aux discussions suscitées par l’interprétation du document. 1 vol. L’A. mais pour l’écarter. 2e sér.info .). la liste conservée est sélective. in-8o. Bologne). ni globalement à chaque villages.

BROGIOLO. Mais la contribution la plus élaborée est incontestablement celle de P. et différentes peintures postérieures consacrées à la vie de la sainte (XIVe siècle. tout à fait typique de l’époque lombarde.V. Brescia. Milan. in-8o. converti aujourd’hui en musée de la ville. Les rencontres de Brescia se proposaient d’approfondir la question pour cette même cité. C. P. je me rallie volontiers – en souhaitant qu’il les clarifie et qu’il les creuse – à ses développements intelligents.) dans plusieurs lieux de culte. Le traslazioni e le « rapine » dei corpi santi nel regno longobardo (Neustria e Austria) (p. Il restitue très minutieusement la formation du codice et sa date (après 830. il y analyse principalement les hymnes qu’il publie en appendice d’après les Analecta hymnica medii evi. elle utilise. Éd. que Liutprand fit transporter à Pavie depuis la Sardaigne avec. riche d’informations sur la culture et les formes de la religiosité monastiques et laïques dans la plaine lombarde aux VIIIe et IXe siècles.cairn. P.info . sur sa liturgie et ses espaces sacrés . avait donné lieu à un catalogue. d’où émerge aussi le rôle social de l’institution. en complément. Ces achats. L’ancien monastère de Santa Giulia. intitulé L’Italia e la costruzione dell’Europa di Carlo Magno1. 2001 .cairn. les monarques lombards instaurèrent une vraie politique de translations sous les règnes de Liutprand.. en concentrant leur attention sur l’antique moutier féminin.158. d’autres initiatives encore (fondations d’églises etc. 29–101).25/01/2014 01h43. à Brescia. ISBN : 978-887385511-8. d’Aistulf et de Didier . d’autres des cimetières entourant Rome.204 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 endroits alambiquée.s..158. source « plurifonctionnelle ». Ludwig présente Il codice memoriale e liturgico di San Salvatore/Santa Lucia. (Culture della cità). Silagi se charge des Testi liturgici per la Santa . U. Ceux de Giulia furent transportés depuis la Corse par Didier.. XVIe siècle. réalisée par ses soins dans les M. 1. 108). Giancarlo ANDENNA. éd. 207 p. Son cas est ici traité plus longuement. parfois dérobées (pratique d’Aistulf). Document téléchargé depuis www. DE LA RONCIÈRE Culto e storia in Santa Giulia.79. a fait l’objet d’un colloque consacré au monastère dans sa version ancienne (période lombarde). etc.25/01/2014 01h43. S..38. Une exposition.38. sept autres corps. décrit les circonstances de cette copie. les informations que son texte contient sur les premiers temps du couvent. Begni Redona publie et commente un chapiteau (plutôt XIIe siècle que lombard).79. Giulia.H. ces pieux larcins de reliques. BERTELLI. Une copie de 1438 conserve l’ordinario ancien du monastère. Tomea intitulée Intorno a S. 2000.G. Brescia e Reichenau d’après l’édition scientifique du ms. G. à savoir les rapts et translations de corps saints.99 . Après un ou deux exemples antérieurs.info . dit-on. n. souvent achetées à grand prix comme les ossements de saint Augustin. sujet qui peut renouveler une hagiographie jusqu’ici négligée pour le royaume de Pavie. Beaucoup de restes sacrés provenaient des îles. Grafo.) accompagnaient la démarche radicale.99 . aborde un sujet différent. p. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Gavinelli s’avance dans le temps en étudiant La liturgia del cenobio di Santa Giulia in età comunale e signorile attraverso il Liber ordinarius. Charles M. Les documents abbatiaux conservés ont conduit à juste titre les organisateurs à cibler les interventions en premier lieu sur la liturgie. ces transferts sacrés concernaient des dizaines de dépouilles. attentifs aux problématiques les plus actuelles.. © De Boeck Supérieur . L’A. Il futuro dei Longobardi. L’A. présentés avec chaleur. 1 vol. Libri memoriales. divers autres livres liturgiques du lieu saint ou de la cathédrale pour mieux cerner tous les apports de l’ordinario.

) ou syntaxiques du texte et soulignent les particularités de cette version. le guide du pèlerin que constitue le Livre des voyages de Mandeville a connu un succès européen considérable. de Poerk entre 1948 et 1970. 1 vol.38. éd.info . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Le glossaire est très complet. soleys. Le texte est établi avec beaucoup de soin . 2011 . Composé en 1356 ou 1357. autant que possible. 191–233). mais aussi par toute une série de petites phrases soulignant l’implication d’un narrateur qui se présente comme un témoin de visu. ISBN : 978-2-8031-0276-1. ms. quoique de manière limitée.. Rédigée à Liège en 1396. qui justifie le choix de P11 (PARIS. L’édition opte pour une présentation « critique ». qui facilite la consultation des notes. 177–189) éclairent les difficultés lexicales (goltains. 3613). recensement des interpola- Document téléchargé depuis www.25/01/2014 01h43. L’introduction comporte également une description précise des sept mss concernés.79. il fait l’objet d’une numérotation continue. qui a bénéficié des travaux préparatoires menés par G. à analyser les caractéristiques de la version liégeoise. Charles M. Bibliothèque nationale de France. Les conclusions sont présentées par G. qui est une variante de la précédente et est représentée par sept mss complets ou fragmentaires. de consultation aisée. 2440) ou l’occurrence de chacier (les bœufs à la charrue. mais qu’une confrontation rigoureuse avec les versions continentale et insulaire protège d’une excessive subjectivité. la copie P11 confirme assez logiquement cette influence. Démarche qui « n’est pas sans risque ». La rédaction française se décline en trois familles : version « insulaire ». des anciens auteurs belges). in-8o. l’introduction (p. D’abondantes notes (p. de base. dont il a fait l’objet. (Coll. fr. Elle porte clairement l’empreinte de Jean d’Outremeuse. En bas de page. quelques mots ou tournures propres aux parlers wallons.info . étc.25/01/2014 01h43. Brogiolo. Bruxelles.99 . sont « un seul et même personnage quel que soit par ailleurs le nom authentique et le nom d’emprunt ».79. Art. L’introduction et les notes de critique sont l’œuvre de M. Peut-être eût-on pu y ajouter couronne (v. les noms propres cités sont répertoriés dans une ample table (p. vers une monarchie chrétienne. attesté par les 62 mss qui conservent le texte français et par les nombreuses trad. et une étude de la langue du remanieur faisant apparaître.38. Prix : € 27.158. Elle ne peut toutefois esquiver la question de l’identité historique de l’auteur du texte originel : il en ressort que Jean de Mandeville et Jean de Bourgogne.. de la table et du glossaire.99 . qui vise à mettre en évidence l’évolution du texte et cherche à restituer. René RAELET.. version « continentale ». Académie royale de Belgique. XIII–LV) vise.cairn. La version liégeoise se caractérise notamment par 24 interpolations consacrées aux exploits d’Ogier en Orient.158. un classement de ces témoins. version « liégeoise ». Il est suivi d’une liste alphabétique de 24 termes constituant des emprunts à des langues étrangères (le mot gerfaux est malencontreusement décalé). l’archétype de la version liégeoise.cairn. sont recensées les leçons écartées de P11 et les variantes des autres mss de la version liégeoise. LVI–277 p. 24436) comme ms. pour l’essentiel.00. Tyssens alors que le reste du travail a été effectivement conduit « à quatre mains ». Cinq annexes viennent compléter l’ensemble : documents relatifs à Jean de Mandeville. DE LA RONCIÈRE La version liégeoise du Livre de Mandeville.. bedins. v. d’une érudition remarquable. ainsi que les écarts ou anomalies de la tradition manuscrite. En nombre considérable en raison de la nature de l’ouvrage. C’est à cette dernière qu’est consacrée la présente édition. civis Leodiensis et auteur d’un traité latin sur la peste (1366). © De Boeck Supérieur .P. Claire et dense. qui l’a élaborée peu après 1372. Madeleine TYSSENS.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 205 voulue d’abord par Liutprand.

tels que la règle. Document téléchargé depuis www. liste des titres des chap. Formal and Informal Structures of the Friars’ Lives and Ministry in the Middle Ages. Outre son incontestable intérêt scientifique. Jens RÖHRKASTEN. a fortiori mendiants.. cas particulier du texte présenté par deux mss à partir du chap. cette édition sûre et élégante de la version liégeoise du Livre de Mandeville propose au lecteur une plaisante invitation au voyage dans l’espace et dans le temps. Même un aperçu rapide permet de mettre en valeur des parallèles et des différences entre les différents ordres religieux.. de son côté. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.99 .206 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 tions « ogériennes » avec références au Myreur. Überlegungen zum Aufbau und zur Textstruktur des Tractatus de adventu fratrum Minorum in Angliam von Thomas von Eccleston (1258/9)) en s’appuyant sur la chronique bien connue de Thomas d’Eccleston. Prix : € 44. M.cairn.79. Trio (What factors Contributed to the Establishment of the Mendicant Orders in Thirteenth-Century Ypres) étudie.25/01/2014 01h43.. l’installation des mendiants dans le troisième quart du XIIIe siècle dans la périphérie d’Ypres. Kehnel (Der mendikantische Konvent : Lokale Schaltstelle einer universalen Kommunikationsgemeinschaft. Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter. C’est aussi l’exemple anglais qu’étudie A. Cependant. notamment leur structure administrative (hiérarchie des membres.info . et peut-être d’abord.cairn.158.99 . car ce guide touristique est aussi. Le dépaysement est garanti. Gallagher (The Irish Franciscan Province : From Foundation to the Aftermath of the Bruce Invasion) s’est intéressée à l’arrivée peu connue et controversée des franciscains en Irlande.79. elles peuvent être regroupées en quelques grands ensembles.158. 440 p. Dans le cas des franciscains.info .38. Röhrkasten. leur fonctionnement économique (pour les cisterciens) et leur organisation quotidienne. liens avec l’évêque). l’évolution de l’ordre et ses liens avec la papauté. © De Boeck Supérieur . N. puis la vie de la communauté. Comme le rappellent dans l’introduction les É. in-8o.. la question de l’organisation des ordres religieux n’est pas nouvelle et a déjà attiré l’attention des chercheurs. le rôle des chapitres généraux. Robson et J. Lit Verlag. 2010 . leur rôle en tant que prédicateurs et confesseurs. la création des provinces. plusieurs contributions correspondent à des exemples régionaux. un livre des merveilles. réunion des chapitres. C’est ce défi qu’ont essayé de relever les contributeurs de l’ouvrage.90. des différences régionales exigeant des réponses adaptées.38. LXIX. M. Il est difficile de rendre en quelques lignes la richesse et le caractère novateur de ces interventions. Claude ROUSSEL Franciscan Organisation in the Mendicant Context. P. une ville qui connaît alors un développement économique rapide grâce à l’industrie textile. éd. ISBN : 978-3-64310820-3.R. 44). Cependant. (Vita regularis.25/01/2014 01h43. il existe dans l’ordre franciscain des problèmes spécifiques. certains thèmes ont été étudiés.. Münster. D’abord. Michael ROBSON. Ce volume représente l’aboutissement de discussions menées lors de plusieurs sessions du congrès international de Leeds en 2007 auxquelles se sont ajoutées quelques contributions supplémentaires. (The Greyfriars of Lincoln ca 1230–1330 : The Establishment of the Friary ant the Friars Ministry and Life in the City and its Environs) s’est concentré sur la présence des franciscains à Lincoln vers 1220–1230. 1 vol.

A.79. Brunner (Papal Interventions in Mendicant Organisation : Pope John XXII and the Franciscans) qui revient sur les relations entre Jean XXII et les franciscains.99 . © De Boeck Supérieur Ensuite. trois art.25/01/2014 01h43. celui des liens entre l’éducation franciscaine et les pratiques astrologiques à travers l’exemple d’un frère anglais du XVe siècle. elle s’est appuyée sur des lettres..info . tout en proposant quelques ouvertures vers d’autres ordres. Voir notamment son ouvrage B. Enfin. Grâce à l’étude des registres des cours ecclésiastiques anglaises.. Roest (The Franciscan School System : Re-assessing the Early Evidence (ca 1220–1260)) réagit à une récente contribution de T. des délégations et la réunion des chapitres généraux et provinciaux. B. Sancia e Aquilina : due esperimenti di retorno alle origini alla corte di Napoli nel XIV secolo) sur la fondation du monastère des clarisses de Genzano.99 . J. suscitant les critiques des maîtres séculiers et la réponse des mendiants. (On the Problem of Communication in the Franciscan Order) montre comment le système de communication à l’intérieur de l’ordre franciscain a renforcé sa cohésion : initialement orale.. Trois contributions sont étroitement liées au thème de l’organisation administrative à travers le contrôle exercé par la papauté : c’est le cas de celle de L. Czerner et rappelle que la présence de lecteurs et la création de maison d’études dans les provinces franciscaines sont attestées dès 12201.R.79.cairn. Kane (Return of the Native : Franciscan Education and Astrological Practice in the Medieval North of England) s’intéresse à un thème plus précis. Sarnowsky (Dominikaner und Franziskaner im Ordensland Preußen) compare la présence dominicaine et franciscaine en Prusse .. D’une manière générale. B.38. L. Le rôle du pape et les liens avec la reine Sancia de Naples. Enfin. A History of Franciscan Education (ca 1220–1517). Schmidt (Establishing an Alternative Territorial Pattern : The Provinces of the Mendicant Orders) montre comment se sont mises en place les provinces. Copsey (The Administration of the Medieval English Carmelite Province : Provincial Chapters) examine les chapitres provinciaux des carmes en Angleterre . Melville (System Rationality and the Dominican Success in the Middle Ages) conclut sur les raisons du succès dominicains. 2000. Grâce à l’étude des constitutions et d’exemples révélateurs. Thomas Dawnay. de visites. Leyde.J. Viallet (Le rôle du gardien dans les couvents franciscains au XVe siècle) fait le point sur le rôle du gardien dans les couvents franciscains à la fin du Moyen Âge.info . la cour napolitaine sont aussi au cœur de l’étude menée par C. L’ensemble du recueil offre ainsi des études nouvelles et foisonnantes sur l’organisation franciscaine. un autre ensemble d’articles concerne l’organisation administrative de l’ordre. malgré les barrières linguistiques. R. Sophie DELMAS 1. G. Document téléchargé depuis www. soutenus par l’autorité pontificale.25/01/2014 01h43. © De Boeck Supérieur . Zur Stellung der franziskanischen Ordensorganisation im Lichte der Vorgaben des kirchlichen ius commune unter besonderer Berücksichtigung der Titelsumme Heinrichs von Merseburg) et de celle de M. concernent d’autres ordres que les franciscains en offrant une perspective comparatiste : J.cairn.158. Document téléchargé depuis www.38.158. H. Andenna (Secundum regulam datam sororibus ordinis sancti Damiani.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 207 Certaines contributions concernent l’éducation. Dannenberg (Der lange Arm des Gesetzes. ROEST.

Burckhardt et W. Nemitz celles du Lichtbildarchiv älterer Originalurkunden de Marbourg. Eudora Verlag. Cette méthode est en effet de plus en plus utilisée. F. Äußere Merkmale – Konser vierung – Restaurierung.cairn. à contourner les dispositifs mis en place à la chancellerie pontificale pour assurer le processus d’élaboration des actes. Ce volume réunit les actes d’un colloque organisé en 2008 à Marbourg par les Hessisches Staatsarchiv et I. © De Boeck Supérieur . Sa particularité était de réunir autour des actes pontificaux des archivistes autant que des diplomatistes.cairn. Krafft introduit à l’étude du Bene Valete. Frech étudie la manière dont le nom du pape est écrit dans les bulles de Léon IX : un usage qui montre une volonté de se différencier des prédécesseurs homonymes. Benoît-Michel TOCK Document téléchargé depuis www. mais il faut souligner qu’elle offre pour les chercheurs l’inconvénient de leur rendre plus difficile l’accès aux parchemins eux-mêmes et notamment aux notes dorsales.90. Mersiowsky montre que les rares bulles des VIIIe et IXe siècles parvenues jusqu’à nous en original présentent déjà des caractères externes spécifiques et exerçaient déjà une influence à l’extérieur. K. 2011 . 1 vol. Irmgard FEES. Roberg demande. L’ensemble du volume est remarquablement intéressant. Fees. Le volume s’ouvre d’ailleurs par un vibrant plaidoyer d’A.79.99 .38. in-8o. de stabilisation des trous. Rückert présente les grandes lignes du Württembergische Urkundenbuch On line. Andreas HEDWIG.208 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Papsturkunden des frühen und hohen Mittelalters.. d’autant plus nécessaire que. Dahlhaus étudie la Rota dans les bulles de la seconde moitié du XIe siècle et montre que la plupart du temps (les principales exceptions sont les règnes d’Étienne IX et de Benoît X) l’inscription dans la Rota correspond à une souscription autographe du pape et est d’ailleurs exclusive à l’écriture d’une formule de souscription du pape. auquel il a d’autre part consacré un livre. O.info .158. Dieckmann et J. Trier expliquent comment les dépôts d’archives protègent maintenant les documents anciens. ISBN : 978-3-938533-27-7. Prix : € 34.. M. et qui était arrivé. Mais ce sont aussi des diplomatistes qui sont intervenus au cours de ce colloque. J.A. Il peut s’agir de restauration : A. Frenz attire l’attention sur quelques faux de chancellerie. mais aussi de s’inspirer de la diplomatique impériale. expliquent que la différence entre lettres scellées sur soie et lettres scellées du chanvre ne s’instaure que progressivement : ce n’est que peu à peu que la soie correspond à des litterae plus soignées. éd. malgré son coût en matériel et en espace de stockage. plus solennelles.25/01/2014 01h43. Birnstiel et D. Schweitzer. notamment à propos de la mise au jour en 1489 d’un vaste réseau de faussaires disposant de connections dans des milieux divers. de nettoyage et protection des bulles de plomb. directeur des Hessisches Staatsarchiv. une meilleure prise en compte des caractéristiques externes des actes lors des travaux d’édition. M. malheureusement. 381 p. grâce à des complicités internes.38. Hedwig. L. dans la ligne des travaux de Pflugk-Harttung.25/01/2014 01h43..info .. Enfin. les chaires de sciences auxiliaires de l’histoire du Moyen Âge ont pratiquement disparu des universités allemandes. A. Leipzig.M. en faveur du travail scientifique des archivistes. Haberditzel expose les méthodes de séchage des parchemins humides. Plusieurs archivistes présentent ensuite leur travail.99 . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. dont il relate longuement la querelle avec Sickel et Bresslau. en installant chacun d’entre eux dans une boîte et en l’y fixant. et marque un net progrès dans l’étude des actes pontificaux. T. Francesco ROBERG.79.158. J. travaillant sur 275 litterae du XIIe siècle.

mais plus largement le phénomène de l’antiroi du Xe siècle à la fin du Moyen Âge.158. Quant au titre. Document téléchargé depuis www. tant les situations sont diverses et complexes.158.38.cairn. M. M. ne doit-on pas en conclure que c’est précisément cette force qui a pu susciter des oppositions ? Mais elle termine prudemment en relevant qu’il ne faut pas oublier la question de la longueur des règnes. Certains antirois étaient en fait déjà rois parce qu’ayant été couronnés aux côtés de leur père . d’autant qu’après Canossa Henri IV avait réussi à délégitimer son opposition. apparenté à la famille impériale et à plusieurs grands du royaume. Pourquoi Henri V réussit-il ? Par sa capacité à attirer des fidélités. qui constituent en quelque sorte la conclusion de son livre.cairn. l’envie de tourner la page d’un règne trop long et trop difficile. ISBN : 978-3-7868-1501-3. par son engagement proclamé en faveur des milieux ecclésiastiques réformateurs. M.. richement possessionné. dans l’ordre chronologique.. insiste sur le fait que son pouvoir fut plus fort qu’on ne l’imagine souvent et ne fut pas limité à la Saxe. ouvre la problématique à tous les antirois et prétendants allemands depuis Henri.info . Car cet objectif.M. n’est pas seulement d’étudier les antirois du temps d’Henri IV. M. Le deux fils d’Henri IV se soulevèrent eux aussi contre leur père. © De Boeck Supérieur . déplorant la concurrence entre papes.99 . Le fait d’avoir été couronné empereur renforçait l’autorité du roi en place. 506 p. La seconde part. 1 vol. voire même de la résistance à Henri IV déjà avant les débuts de la querelle des investitures. mais aussi sans doute parce qu’il y avait une certaine fatigue. se livre à quelques réflexions générales.M. Prix : € 69. pourvu du titre ducal et figure essentielle de l’opposition. exrex.79. parfois beaucoup moins. et en ce cas certains se faisaient recouronner. Husum.. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. qui mourut sans gloire en 1088.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 209 Michaela MUYLKENS. peine à dégager des conclusions générale. auquel sont consacrées les dernières dizaines de pages. entre évêques. entre rois et entre ducs. frère d’Otton Ier jusqu’à la double élection de 1411. et pas davantage du vrai objectif de son A. Le sous-titre de ce livre rend compte de la plus grande partie de son contenu.. Malgré cela. etc. dont M. Rodolphe ne réussit jamais à exercer son pouvoir royal hors de Saxe. 501). d’autres pas. termine son livre par une question simple : puisque les souverains considérés comme faibles (par les historiens en tout cas) n’ont pas suscité beaucoup de contre-royauté.99 . 2012 .M. c’est d’abord Rodolphe de Rheinfelden. Le mot antirex n’apparaît qu’au XVe siècle. (Historische Studien. Pour le reste cependant. Reges geminati – Die « Gegenkönige » in der Zeit Heinrichs IV.info . même si les textes polémiques de la querelle des investitures ont une certaine inventivité lexicale (pseudorex. Sans grand succès pour Conrad.). Ensuite. mais au contraire un représentant de la vieille aristocratie. au contraire des rois dits forts. mais pas de la totalité. Mais le couronnement impérial d’Henri IV et une évolution du rapport de forces aboutirent à l’échec d’Hermann. Le pape intervient parfois fortement (pour soutenir Frédéric II par exemple). Matthiesen Verlag. Les antirois sous Henri IV. Muylkens retrace l’ascension progressive et dont elle rappelle qu’il n’était en rien un homo novus.25/01/2014 01h43. in-8o.00.38.79..M. chez Dietrich de Nieheim au sujet de Charles d’Anjou : ce sont donc bien les historiens qui font les antirois. Après la mort de Rodolphe à Mersebourg ce fut Hermann de Salm qui fut élu.25/01/2014 01h43. mais pas de manière définitive et inexorable. il reprend un passage des Annales Augustani pour l’année 1079. Ces personnages sont présentés d’abord l’un après l’autre.

99 . L’importance de la vie contemplative chez Guillaume explique la tension spirituelle dont son œuvre se fait l’écho : le chrétien en quête de perfection se doit de rechercher sans cesse le visage de Dieu. qui en montre l’originalité. Benoît-Michel TOCK Monique DESTHIEUX.info .210 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Nous disposons donc désormais.99 . entre autres. 2007 . L’A.info .158. grâce à M.79. M. Un deuxième chap. © De Boeck Supérieur . la vision de Dieu est obtenue au terme d’un processus de purification intérieure. fourni Document téléchargé depuis www.. une dimension comparative n’aurait pas nui au travail et eût aidé à en remettre les conclusions en perspective : la thèse classique de C.. ISBN : 978-2-85589-095-1.25/01/2014 01h43. l’évident attrait qu’exerce Guillaume de Saint-Thierry sur l’A.. Boquet étudiant l’affect chez les cisterciens auraient.79. en soulignant l’importance de cette vision-connaissance. sans pour autant être exempt des défauts propres au genre monographique que sont la recherche de l’originalité chez son héros ou la tendance à juger une époque à l’aune du grand homme étudié. met ainsi en valeur de manière convaincante l’importance de la synthèse guillelmienne où l’Esprit-Saint joue un rôle prioritaire par rapport à des spiritualités plus christologiques comme celle de Bernard de Clairvaux. (Vie monastique. cherche dans cette publication à renouveler l’étude de Guillaume de Saint-Thierry en étudiant un thème précis : la vision de Dieu in via. Ainsi. in-8o. D. La vision enseignée par Guillaume est d’une qualité toute particulière et fait l’objet d’un troisième chap. étudie donc les modalités de la vie mystique et de son principal ressort. Sur ce locus classicus de la théologie spirituelle. 70) ou encore que Guillaume est l’« interprète le plus éclairé » au Moyen Âge de la pensée augustinienne (p. on regrette cependant l’absence de tout index). 464 p. L’A. Desthieux offre une monographie solide qui. Abbaye de Bellefontaine. l’A. Augustin et Grégoire) ayant le plus influencé le cistercien. Mc Ginn.cairn.158. est-il à l’origine de quelques affirmations pour le moins discutables : on ne saurait par exemple affirmer simpliciter qu’« Abélard prône le rationalisme » (p. progresse logiquement en commençant par présenter la vie et l’œuvre de Guillaume.. Bell et B. d’une somme très bien faite sur une question tout à fait importante en histoire politique et institutionnelle. même si ce n’était pas directement l’objet de l’A. le désir de voir Dieu. En effet. Désir de voir Dieu et amour chez Guillaume de Saint-Thierry. sous l’influence de l’amour divin insufflé par l’Esprit-Saint : l’amour de fruition conduit l’âme à une vision qui est aussi une connaissance de Dieu. cerne bien les enjeux principaux du problème.. 1 vol. avant tout pour y discerner les caractères propres à ce maître spirituel et identifier les Pères (Origène. Ce travail issu d’un doctorat en théologie présente les avantages d’une thèse (conclusions faisant régulièrement la synthèse des principaux acquis. 168). Guillaume ramène ainsi à l’unité les puissances de l’âme dès lors que l’amour même est connaissance (amor ipse intellectus est). Bégrolles en Mauges. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Dieu est à même de satisfaire le désir qu’a l’âme de voir l’essence divine.. renvois internes abondants. De plus.25/01/2014 01h43.cairn. Trottmann sur la vision béatifique ou le livre récent de D. mais de manière seulement passagère et sans que cette vision spirituelle épuise en quoi que ce soit l’absolu divin. à partir de références nombreuses aux œuvres majeures de Guillaume.38. Pour Guillaume qui se situe dans la tradition augustinienne.. Cet amour déifiant permet alors à l’âme de participer à la vie trinitaire même et la transforme en la rendant semblable à Dieu. Ambroise.38.50. À la suite des travaux de P. Prix : € 29. Verdeyen. 45).M.

. par Wirnt). Wehrli. Eine Einführung.cairn. Wirnt possède une bonne connaissance des romans de ses prédécesseurs et contemporains tels que Iwein.). Der Wigalois wirnts von Grafenberg. l’œuvre et la tradition littéraire à laquelle Wigalois appartient.. la partie finale. De Gruyter. auteur contemporain de Gottfried von Straßburg et de Wolfram von Eschenbach.F. ISBN : 978-3-11-019659-7. d’autres celui de la répétition (Wiederholung). Wigalois part à la tête d’une grande armée en campagne contre Lion que Gauvain tue. C.158. M.158. Enfin. © De Boeck Supérieur Dans un deuxième temps. la seconde série d’aventures qui débute par l’entrée de Wigalois dans l’autre monde et se poursuit par le combat contre le dragon et la femme sauvage (deux combats décrits sur près de 1700 v. Il s’agit de la plus longue partie de l’ouvrage (elle s’étend sur 85 p.cairn. C.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 211 d’utiles points de comparaison avec des thèmes de la spiritualité guillelmienne abordés par M.25/01/2014 01h43.F.info . C. Le mariage et le couronnement de Wigalois symbolisent la stabilisation de la structure sociale. C. Il rappelle les analyses existantes à propos de cette structure : certains chercheurs évoquant le principe du doublement (Doppelung).. le récit s’achève à la cour du roi Arthur puis laisse place à l’épilogue. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Berlin–New York. s’intéresse à sa construction en mentionnant le modèle structurant du récit : le « double chemin » (Doppelweg).79.F. l’épisode de Roimunt qui constitue la fin de la première série d’aventures et de la mise à l’épreuve du héros. 2010 . C. in-8o. auréolée de prestige et renforçant l’éclat du pouvoir du nouveau souverain. enfance et jeunesse de Wigalois). présente l’auteur. prend soin de résumer chaque étape du roman en mettant certains aspects en parallèle avec d’autres œuvres de la même période.38. inscrivant ainsi Wigalois dans la tradition épigonale. Cédric GIRAUD Christoph FASBENDER.F. histoire des parents de Wigalois. le combat pour Glois et le combat contre Roaz.95. le récit précédant la naissance de Wigalois (exposition.38.25/01/2014 01h43.D. En effet. insiste sur la différence établie entre l’auteur et le narrateur. Il développe une réflexion sur leurs relations et le rapport du narrateur à la fiction. Le récit s’articule en quatre parties.info . Il procède selon la chronologie du récit correspondant aux découpages des parties de l’œuvre : le prologue. Erec et Parzifal ainsi que du roman français Le bel Inconnu de Renaut de Beaujeu et de l’œuvre anonyme Chevalier du Papegau et s’en inspire largement. fait également référence aux travaux de chercheurs (K. la première série d’aventures que Wigalois doit surmonter afin de démontrer ses aptitudes. (De Gruyter Studium). la seconde. Document téléchargé depuis www. selon un découpage proposé notamment par W. VIII–237 p.F. Cormeau) ayant fait le parallèle entre Wigalois et les légendes de saints.99 . nous propose une analyse précise du texte.79. C.99 . Dans un premier temps. Ces quelques réserves n’enlèvent pourtant rien à l’intérêt d’un ouvrage qui constitue une étude de cas aboutie sur un des grands auteurs spirituels chrétiens. . Fasbender propose une étude approfondie en langue allemande du Wigalois de Wirnt von Grafenberg (XIIe–XIIIe siècles). L’A. C. Prix : € 22. Après douze jours de festivités. Concernant l’analyse stylistique de Wirnt. la première série d’aventures. notamment aux yeux de Nereja. Grubmüller. Après avoir résumé l’œuvre. 1 vol. Mitgau : la pré-histoire..

C.) ou le temps (la nuit. Sigismund und der Konflikt um die Königskrönung Witolds von Litauen (1429/30) .99 .F. Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften. © De Boeck Supérieur . Mihailo POPOVIĆ. en tant que roi des Romains ou empereur.79. les bâtiments ou les vêtements ce qui confère une valeur de témoignage de l’auteur sur son époque. d’œuvres relatives à la réception de Wigalois. » Vorboten und Nachwehen der Schlacht von Nikopolis 1396 im Sprengal des Patriarchats von Konstantinopel. Johannes PREISER-KAPPELER.. La présentation claire et didactique de cet ouvrage offrira aux spécialistes. en anglais et en français. Le sommaire à la fin de l’ouvrage recense nombre de traductions de Wigalois en allemand moderne. Dücker. The Order of the Dragon and the Serbian despot Stefan Lazarević). un outil précieux pour accéder à une meilleure compréhension de ce roman médiéval majeur. S. « Denn der Krieg umschliesst uns von allen Seiten.38. une grande activité en direction du monde orthodoxe . et de façon plus large par l’intérêt de l’empereur pour l’Europe orientale et sud-orientale (J. ISBN : 978-3-7001-6685-6. Preiser-Kapeller. Il a en effet déployé. Mureşan.99 . 1 vol. Prix : € 50. le dragon.C. Eming.38. Popović. Aspects des relations de Sigismond de Luxembourg avec Manuel II et Jean VIII Paléologue). Le volume fait suite notamment au colloque réuni à Orodea par l’Académie roumaine des sciences en décembre 2007 à l’occasion des 470 ans de la mort de Sigismond.cairn. C..79. clôt cette part. the Ottomans and the Orthodox Christians in the Late 1380s and Early 1390s).F.info .50. Wüstemann). et notamment aux étudiants. Vienne. 158 p. Lohbeck. mais aussi en lien avec l’Église et visant tant à renforcer l’unité de l’Église occidentale qu’à rapprocher l’Église occidentale et l’Église orientale. C. Enfin. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.. etc. activité diplomatique et militaire (notamment en réaction à la poussée ottomane : J. etc. les paysages.info . ainsi qu’à la récurrence du symbole de la roue au sein de l’œuvre qui a déjà attiré l’attention d’autres chercheurs (M. G. 24).I.25/01/2014 01h43. in-8o. Sa parution dans une série portant sur Byzance s’explique par l’intérêt réciproque de Sigismond et du monde byzantin (D. J. A.212 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 C.) et les objets magiques (le pain ou la lance). Comme annoncé dans son titre. etc. avec une étude des différents royaumes et modèles de pouvoir que traversent les principaux personnages. Ekaterini MITSIOU.cairn. Émilie LASSON Emperor Sigismund and the Orthodox World. Simon. ( Veröffentlichungen zur Byzanzforschung .158. Skowronek. Une histoire de trois empereurs. Alexandru SIMON..158.F.). Annus miserabilis 1387 : King Sigismund. comme aux non-spécialistes. Elles portent sur les personnes. intégrant les dernières recherches sur ce sujet. tantôt les personnages (Ruel. Karrioz. Il s’intéresse aux notions de temps et d’espace. La figure de Document téléchargé depuis www. M. éd. de textes à mettre en parallèle avec celui de Wirnt ainsi que d’études parmi les plus récentes sur ce roman. avec l’édition d’une sélection de la correspondance entre l’empereur et les patriarches . nous propose une introduction détaillée à Wigalois. étudie également les descriptions qui tiennent une large place dans Wigalois.25/01/2014 01h43. le dernier volet traite de la réception de Wigalois et de la place particulière qu’occupe l’œuvre parmi les romans du bas Moyen Âge.. le royaume de Joram. Il consacre également un paragraphe au merveilleux qui concerne tantôt les lieux (la forêt. 2010 .

l’ouvrage réussit à associer des analyses très précises et des études de cas à une approche synthétique de l’Europe orthodoxe et de ses relations avec le monde occidental. que l’on peut penser le sujet épuisé.79.25/01/2014 01h43. et en reflètent la variété même par les espaces dont elles sont issues (France. ISBN : 978-2-600-01329-1. 23–63) propose une approche quantitative. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Vier byzantinische rhetorische Texte auf westliche Herrscher. mais les conclusions de la deuxième part. 1 vol.. © De Boeck Supérieur . comptant les mentions des différents chefs croisés et jugements portés sur eux pour déceler les tendances apologétiques des sources.158. 2010 . il veut montrer les biais de chacune et réévaluer la « hiérarchie des sources de la Première croisade » (p. ou une tentative de rapprochement. L’ouvrage aborde ainsi l’histoire criminelle comme l’histoire de l’aristocratie. (École pratique des Hautes Études. Introduction critique aux sources de la Première croisade. veut pourtant enrichir le débat. Roumanie) et les langues utilisées (français. Si certains articles analysant la grande échelle souffrent de l’absence de cartes. politique ou sociale » (p. Hautes Études médiévales et modernes.cairn. Allemagne. L’étude prend en compte les apports de l’historiographie récente anglaise – indéniablement dominante – ainsi que les travaux allemands. L’A. non pas par une discussion théorique. Mitsiou. Prix : € 43. Autriche.. L’immense bibliographie n’est pas ignorée. pour analyser leur « interprétation idéologique à coloration religieuse. Sciences historiques et philologiques. elles se penchent sur sa réception par les Byzantins et replacent l’empereur dans une histoire dynastique mais aussi dans une chaîne de modèles impériaux (E. La suite de l’ouvrage Document téléchargé depuis www. 353 p. méthodologiquement distinctes. Les sept contributions issues d’une collaboration internationale présentent différents aspects de cette politique impériale et du réseau de communications tissé. V .COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 213 Sigismond apparaît donc au centre d’un réseau de relations entre des mondes différents.info .51. La figure de Sigismond est ainsi l’occasion d’observer des phénomènes très divers autour des deux grands motifs de la représentation et de la formation européenne.cairn. La première (p. D’Henri VII à Sigismond de Luxembourg : une dynastie impériale à l’épreuve du poison). Reste-t-il encore des choses à dire sur la Première croisade ? Les études sur ce thème se sont tant multipliées depuis vingt ans. Mais elle se base sur les chroniques de la croisade écrites dans les vingt années qui suivirent l’expédition. l’histoire politique et institutionnelle de l’Église comme la diplomatie impériale et ses efforts pour contrôler les royaumes voisins.99 . 98). Chroniqueurs et propagandistes. Ce faisant. Genève.158. renforçant leur validité. politiquement et religieusement. mais par un examen concret des sources. ce qui limite nécessairement la valeur de la méthode comparatiste). L’ouvrage se découpe en deux part. 10). Le monde musulman permet un rapprochement.38. anglais. Morwenna COQUELIN Jean FLORI. confirment les hypothèses de la première. F. culturellement. et comme un pôle possible sinon d’unification du moins de rassemblement et de résolution des tensions. in-8o.25/01/2014 01h43. entre chrétiens romains et orthodoxes en ce qu’il constitue un autre plus autre encore.. La méthode peut laisser un peu sceptique (les sources prises en compte ne racontent pas exactement les mêmes évènements. Collard. Droz. 16). trop négligés.. allemand). notre compréhension du phénomène a été tellement renouvelée.38.79.99 . Outre l’action de l’empereur. italiens ou français.info .

Sont successivement analysées les Gesta Francorum. de ses chefs. parfois bien répétitive. Son récit est donc plus riche car original sur certains points (les massacres de juifs. Robert le Moine et Guibert de Nogent. à laquelle l’auteur.25/01/2014 01h43. participant à la croisade. sur Pierre l’Ermite1 ou Bohémond2. Sur la valeur à accorder aux sources. Albert d’Aix [-la-Chapelle] n’est pas un témoin direct. 65–169). aidé par Dieu malgré les errements. examine ensuite les « sources indépendantes ».. Les chroniques bénédictines sont des réécritures de ce texte.79. a ajouté quelques souvenirs personnels. Le premier groupe de texte analysé est « la famille d’Anonyme ».158. clair.79. Paris. Raymond d’Aguilers veut mettre en avant le rôle du peuple dans la croisade. de leurs datations. Pierre Tudebode est une copie d’une version des Gesta antérieure à celle que nous possédons (donc moins marquée par la propagande). Document téléchargé depuis www. mais a recueilli et croisé de nombreux témoignages. utile et agréable à lire. voire les trahisons. Le côté partisan d’une chronique n’est-il pas tout aussi intéressant (voire plus) que son impartialité ? La recherche de faits ne doit pas faire oublier les enjeux et compétitions autour de ces faits. Mais l’ouvrage ne se résume pas à une somme des conclusions antérieures : sa synthèse offre une vue comparative des différentes chroniques qui permet d’en revoir la chronologie relative et de réévaluer leur importance.38. D’un point de vue chronologique. l’étude individuelle des sources. © De Boeck Supérieur . cherche avant tout à critiquer la place accordée aux Gesta Francorum et aux textes qui en dépendent et veut mettre en avant le récit d’Albert d’Aix.info . Raymond d’Aguilers serait le plus ancien (1099–1100).214 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 La plupart de ces analyses ont déjà été mises en valeur par d’autres travaux.38. antérieur. sans doute écrites pour supporter la croisade de recrutement qu’il mena en France en 1106 en modifiant un ms. écrit durant la croisade ou juste après. les relations avec les Byzantins) et surtout bien plus impartial.cairn.158. intentions.. notamment ceux de l’A. l’A.cairn. © De Boeck Supérieur revient vers une méthode plus classique. Les Gesta sont un véritable panégyrique destiné à faire de Bohémond. Mais ces évocations ont le mérite d’inciter à la réflexion et de rappeler ce que la bibliographie actuelle. Le texte de Foucher de Chartres est avant tout une œuvre de propagande pour recruter de nouveaux croisés en faisant de la croisade une guerre sainte : il apporte peu d’informations sur le déroulement même de l’expédition. 2.99 . Paris. les Gesta Francorum (p. Foucher de Chartres et Albert d’Aix (p.25/01/2014 01h43. traditions manuscrites et influences respectives. qui atténuent les louanges faites à Bohémond et insistent sur le rôle de la papauté. soit les sources dépendantes du récit d’un anonyme normand.info . Mais l’ensemble reste convaincant. plus original et moins marqué par la propagande. car détaché des rivalités qui éclatèrent au cours de la croisade. augmentées de rares informations extérieures. la chronique de Pierre Tudebode puis les textes de trois moines bénédictins. 1999. Certaines des démonstrations (en particulier sur les étapes de l’écriture des Gesta Francorum) demeurent des hypothèses : les meilleurs spécialistes y trouveront peut-être à redire. un croisé modèle. que la partialité de ces textes nous dévoile. L’A.. 171–313). le sait et l’a montré dans beaucoup d’autres études : on peut seulement regretter qu’il ne fasse que l’évoquer dans cet ouvrage. Document téléchargé depuis www.. Baudri de Bourgueil.99 . Foucher de Chartres et Tudebode (1100–1105). Raymond d’Aguilers. 1. puis viendraient Albert d’Aix. La séparation entre histoire de la croisade et histoire de sa réception laisse plus dubitatif. 2007. L’A. et seulement ensuite les Gesta Francorum (1105–1106) et ses remanieurs (1107–1110).

l’Hidalgo est synonyme de l’« Infanzon ».79.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 215 tend à nous faire oublier : il reste à dire sur la première croisade. l’« Hidalguía » est généralisée à l’ensemble de la population. lorsqu’en pense qu’en Castille la noblesse représente 11 %. l’Álava. Anonymous Noblemen. distincts de tous les autres habitants. privilégiés officiellement .. vallées.Á. in-8o.info . 1 vol. les Hurtado de Mendoza. Gerbet après ceux de S. Lacarra) .158.R.. livres. grâce à des concessions de « Fueros » aux villes. ISBN : 978-2-503-53244-8. les « ricombres ».00.. Prix : € 85. mais ses cadets se sont infiltrés en lignages dans les conseils urbains .C. les « ricombres » de l’Álava. autour de Vitoria . Ce livre en est une démonstration en même temps qu’une invitation à le faire. La proportion est forte. actes des colloques parus à foison depuis une vingtaine d’années. les Guevara et les Velasco.. y parvient en montrant ce qui constitue ce groupe (très vaste. 2011 . à leur tête se rangent de grands nobles. hiérarchisés. thèses. dans ces provinces basques . Dans le Guipúzcoa et la Biscaye. Brepols. (The Medieval Countryside. Il a donc fallu cerner de façon très nuancée l’« Hidalguía ». 2 % de la démographie générale. c’est ce qu’accomplit l’A. © De Boeck Supérieur . une grande égalité noble était reconnue dans la Cofradía de Arriaga datant de 1258. parce qu’ils sont exempts des impositions. Dans l’Álava.99 . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.info .25/01/2014 01h43.cairn. au XVIe siècle. soit le noble exempt de taxes. et s’aidant des publications de la plupart de la documentation des provinces et des multiples articles.. très hétérogène) de tous ceux qui se disent nobles depuis leurs ancêtres. en Álava. de Moxo) et sur la noblesse du Nord de l’Espagne (dont ceux de J.38.cairn. beaucoup de paysans libres parviennent à l’exemption fiscale en se glissant dans les rangs hidalgos. En fait.38. les composantes. une série d’ordonnances royales aux XIVe et XVe siècles tente de définir et de pacifier à la Document téléchargé depuis www. une synthèse de nombreux travaux menés par lui-même et ses collaborateurs de l’Université du Pays basque.79.158. XIV–277 p. Garcia de Cortazar après ceux de J. The Generalization of Hidalgo Status in the Basque Country (1250–1525).M. Diaz de Durana donne en une suite de dix chap. les « Parientes Mayores » ou chefs de clan dans les deux provinces de la côte. cette « Hidalguía » est l’ensemble de la petite noblesse rurale . et dans l’ensemble de l’Europe. et l’A. tels les Áyala. 10). Turnhout. la Biscaye et le Guipúzco. J. qu’ils vivent en se liant entre eux par des obligations de dépendance sociale vis-à-vis de grands nobles. et c’est alors que les véritables Hidalgos (qui peuvent le prouver par les critères d’ancienneté et d’exemption.99 . tenant un fief et remplissant un service militaire. Benjamin WEBER José Ramón DÍAZ DE DURANA. qui servent la Couronne de Castille par des offices de gouvernement et leurs capacités militaires. qui relève d’un autre domaine politique. s’aidant de très nombreux travaux portant sur la noblesse espagnole (dont ceux de M. Dans ces deux dernières provinces. villages. mais dont le parallèle est nécessaire.. elle représente 26 % de la population. et qui possèdent de vastes seigneuries.25/01/2014 01h43. sur l’Hidalgo (fils de quelqu’un ? ou vassal fidèle d’un grand noble ?) et sur l’ensemble de l’« Hidalguía » dans les trois provinces de l’actuel Pays basque. au terme de procès souvent très compliqués) sont individualisés. appartenant au Moyen Âge au royaume de Castille. Reste à en définir exactement les contours. Dans la Navarre voisine. donnant l’« Hidalguía » à tout le monde du centre de la province. soit la terminologie elle-même de cette noblesse moyenne ou autre. mais la Cofradía est abrogée en 1332 par la Couronne.

où ils sont installés. Or. qui vit de la vente des fromages et du cidre. car ils ne possèdent pas de territoires. ils sont corsaires ou pirates. Certes.info . ces principes sont battus en brèche par la réalité. les Juntas. leur bétail. Les plus faméliques se sont enrôlés dans les armées de Navarre. Mais c’est la loi du genre de la synthèse anglaise que d’exposer ainsi clairement et de façon bien accessible ces composantes diffuses de la noblesse basque espagnole.25/01/2014 01h43. qui eux-mêmes regroupent des sociétés entières d’Hidalgos liés par des contrats bipartites semblables aux Indentures anglaises de ces siècles. Á l’occasion. en suscitant la formation de groupes armés par les rois et ne relevant que des rois. Mais le « Fuero Nuevo » de 1526 donne l’« Hidalguía » en Biscaye et en Guipúzcoa (en Álava. Les maisons-tours. Mais ils en possèdent réellement les hommes. exemptés des vieilles taxes traditionnelles pesant sur les roturiers. ils ont les droits de patronage sur les églises où ils nomment les desservants . et ils sont nombreux à le faire. dans ces régions où de nombreuses nouvelles villes sont fondées au XIIIe siècle (les ports). de bonne réputation morale. Fontarrabie). la distinction est faite depuis 1332 et revient aux mêmes conclusions) à tous les gens de vieux sang catholique. qui donne des serviteurs militaires à la Couronne de Castille. Les Hidalgos sont soucieux de se distinguer des laboureurs.158. © De Boeck Supérieur ..D. les « Bandos ».99 .. et les procès et les cas particuliers de l’Álava. La synthèse de J. SaintSébastien. ils ont les mines de fer et les fonderies de ces provinces . La Couronne de Castille doit lutter contre eux. Les chefs sont exilés en Andalousie où ils doivent faire la guerre de Grenade à leurs frais. moyennant services et fonctions. avec des « Fueros » exemptant tel ou tel. entre le petit noble d’une paroisse rurale.cairn. 1450. Guetaria. tels les Onacinos contre les Gamboinos. et il est exempté d’impôts. les Hermandades.38. Bilbao. symboles de ces chefs de clan. qui dominent des hiérarchies de fidèles.. paient les impôts demandés par la Couronne de Castille. C’est dire si la société de l’« Hidalguía » est hétérogène. en levant sur eux des taxes sur leurs récoltes. ils lèvent les taxes sur les activités des ports et du commerce (Bilbao. Ces Hidalgos sont dits « seigneurs sans seigneurie ».cairn. abondent et sont très révélateurs de ces secousses internes comme de la morale de l’« Hidalguía » . des gens du commun . C’est un statut de « pureté de sang ». puisque les publications de Vitoria. Saint-Sébastien. au XVIe siècle. est le membre d’un ancien lignage noble. l’Hidalgo.. dans toutes les provinces analysées. et à leur retour ils prêtent hommage à la Couronne . leur seul chef étant le souverain.info .158. Enfin.R. Béatrice LEROY Document téléchargé depuis www. beaucoup obtiennent des offices dans l’administration royale.de. ils dirigent les conseils. vers 1350. surtout à partir de 1469 la fin du règne d’Henri IV et pendant celui des Rois catholiques. Mais on en revient toujours à une tradition.216 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 fois les lignages d’Hidalgos. sont démolies. dont le roi les paie par des fiefs de bourse. s’ils existent encore. du moins en principe. Beaucoup de paysans se sont fait reconnaître l’« Hidalguía ».. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. présentés par l’A. ils sont tout de même par la révolte des « Comuneros » du début du XVIe siècle.38. Les « Parientes Mayores ». rien n’est très nouveau dans tout ce qui est exposé.79.99 . est bienvenue. 1500. les lancent dans d’incessantes luttes de clans. en ville.25/01/2014 01h43. ils sont rentrés dans le rang. et le chancelier de Castille Pero López de Ayala. et la plupart.D.79. quel qu’il soit. sont abondantes sur ce thème. ce qui donne des arguments à beaucoup de ces bénéficiaires de se déclarer abusivement Hidalgos. centralisés et transmis au Trésor royal par les Juntas des provinces.

Il est largement reconnu de nos jours que. Autrement dit. 12). l’Everyman y compris. 117–118). Il tire judicieusement profit des traités de moralité homilétiques comme Jacob’s Well. qui parsèment le volume. venant d’Angleterre. Mortality and Imagination. Une place de choix est accordée dans cette étude aux textes religieux en langues vernaculaires. Si la période couverte va de 1100 à 1550. in-8o. parlant aux vivants plus que ne le ferait une allégorie. Particulièrement frappant parmi les . procédé inhabituel mais heureux. p. le propos se concentre nettement sur le Moyen Âge tardif (XIIIe et XIVe siècles).cairn. et la rareté relative de la littérature romanesque en langue anglaise dans une société où le français a longtemps jouit d’un rôle prestigieux. 2011 . est un aspect très positif de l’ouvrage.158. 1 vol. K. De l’empereur Hadrien (Anima vagula blandula) à Shakespeare et du Festial de John Mirk au poète Coleridge. 255). ISBN : 978-2-503-52431-3.. Il faut donc remercier K. ce livre s’intéresse moins à la mort en tant que telle qu’à la représentation des morts dans différents genres littéraires – le mort comme figure rhétorique et didactique. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.38. L’A. tirées soit des mss. et du traité des vices et des vertus à la collection d’exempla. c’est rarement le cas lorsqu’il s’agit du personnage : dans les deux langues.. la mort prend souvent les traits d’un homme..00. Prix : € 100. sans avoir étudié les manuels de ce type. Cette dernière ne disparaît pas totalement. car on trouve encore. bien que les allégories anglaises aient tendance à suivre le genre grammatical de leurs sources et que « la mort » soit de genre féminin en français.158. 7) était celle qui ornait autrefois le cimetière des Innocents à Paris. Rooney décèle une tendance croissante à la remplacer par un mort.25/01/2014 01h43. aussi peu divertissants qu’ils soient à première vue. la mort comme figure dominante dans le célèbre Everyman. aussi nombreuses que variées. qui est à la fois un traité de moralité et une pièce dramatique.79. (Disputatio. néanmoins. ce qui ne surprend guère lorsqu’on connaît à la fois l’importance de la religion dans la vie médiévale. dont l’humanité est considérée comme plus frappante. il est intéressant de constater que le genre grammatical ne l’emporte pas toujours.. Brepols. © De Boeck Supérieur La variété des textes étudiés ici. Document téléchargé depuis www. connus ou anonymes. Le volume propose onze planches en couleur illustrant la mort et les morts. Turnhout. XIV–304 p.99 . ces citations montrent la fascination éternelle qu’exercent les morts et la mort sur les écrivains de toutes époques. n’oublie pas de mentionner que la plus célèbre représentation de la Danse macabre (thème du chap. d’avoir attiré l’attention sur des genres généralement assez peu étudiés. on ne peut guère comprendre la mentalité d’un poète majeur comme Chaucer (sur son Livre de la duchesse.25/01/2014 01h43. du sermon au théâtre.info . un homme ou une femme réels. L’étendue de ses connaissances transparaît également dans les citations.info .R.38.cairn. notamment sur les inter-pages de chaque chap. soit des peintures murales. La différence entre les deux n’est pas toujours évidente. l’A.79. navigue à son aise à travers la littérature vernaculaire. comme le Débat entre le corps et l’âme ou la Disputation entre le cadavre et les vers de terre.99 . Passant de la poésie anglaise au roman. car si la mort abstraite apparaît également dans les textes. Véritable analyse de la place des morts dans l’imaginaire médiéval anglais.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 217 Kenneth ROONEY.. à la fin du Moyen Âge. ou encore des collections d’exempla comme The Alphabet of Tales (traduit du latin). Remarque judicieuse sur le sexe de cette figure (p. une image malheureusement détruite en 1785. dont les anecdotes souvent macabres nourrissaient l’imaginaire populaire. d’Italie et de France. The Life of the Dead in Medieval English Literature.

2011.info . Université de Liège.158. ensuite. 2007 . l’A.25/01/2014 01h43. Philippe de Clèves (1456–1528). le corpus. estime. L’on pense par exemple à Entre la ville.79.79. Thèse de doctorat. comme l’un des meilleurs spécialistes de ce domaine1 et forme. que son catalogue représente un cinquième du volume total de 1. image qui pourrait même être le portrait d’un René d’Anjou cadavérique . mais en ligne3. en effet. Illustrated Manuscript Production and Noble and Princely Book Ownership in the Burgundian Netherlands (1400–1550).fr/luxury-bound.. Outre leurs nombreux travaux respectifs (livres. Voir www. WIJSMAN. WIJSMAN. se compose de 3 620 mss enluminés dispersés de par le monde. voyez surtout leurs thèses de doctorat : C. © De Boeck Supérieur .. VAN HOOREBEECK. Luxury Bound. avec d’autres chercheurs. éd. 2.38.218 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 planches est le roi mort couronné. la noblesse et l’État. ADAM. en 2003 à l’Université de Leyde. les termini (1400–1550) semblent tout à fait logiques compte tenu du mouvement général qu’il esquisse. Prix : € 95. Comme on peut le constater sur certains tombeaux royaux.. Manuscripts and Printed Books in the Late Fifteenth and Early Sixteenth Century Low Countries. 2010 . Imprimeurs et société dans les Pays-Bas méridionaux et en Principauté de Liège (1473–ca 1520). Turnhout. Cet ouvrage est le résultat d’une thèse de doctorat soutenue par l’A.00. Son opus s’intègre parfaitement dans cette série de travaux puisqu’il entend considérer la production de mss enluminés et d’imprimés dans les Pays-Bas bourguignons.cairn. ce qui constitue peut-être là un des apports les plus importants de cet ouvrage : un catalogue accessible en un seul clic et qui met à la portée de tous une part importante de la production manuscrite bourguignonne . HAEMERS. Van HOOREBEECK. Prédicateurs et moralistes ne laissaient pas plus d’illusions au peuple. qui n’ignore pas les A. une véritable communauté belgo-franco-néerlandaise qui se consacre à ces études.info . (Burgundica. homme politique et bibliophile. Brepols. les souverains de ce monde n’avaient point d’illusion sur le sort de leur enveloppe charnelle. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. s’appuie sur des prémisses méthodologiques solides : 1.. On connaît bien ses travaux sur les bibliothèques princières bourguignonnes. Thèse de doctorat. mais aussi de celles des tous ces personnages qui gravitent dans l’entourage ducal. Pour ce faire. Van Hoorebeeck ou R. éd. et un index complètent cet excellent livre qui accroît nos connaissances sur la religion populaire au Moyen Âge et sa relation profonde avec la littérature. depuis plusieurs années. et la production de manuscrits et d’imprimés dans les anciens PaysBas.cn-telma. 2010. présentés non pas dans l’ouvrage en lui-même. puis. ce monarque fut le beau-père du roi Henri VI d’Angleterre. R. Livres et lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420–1520). H. Leo CARRUTHERS Hanno WIJSMAN. Le site présente également la bibliographie de travaux. ISBN : 978-2-50352558-7. Celui-ci s’est imposé. 16). C. c’est-à-dire une efflorescence de la production de mss vers 1420. non seulement sur le plan de la bibliothèque ducale stricto sensu. 2007 . Turnhout. Document téléchargé depuis www. in-8o.99 .cairn. 1 vol. non anglophones. Une bibliographie bien fournie. J. 3.25/01/2014 01h43. 2.158. disparu en 1480. l’A.99 . Adam2.38. Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. catalogues et articles). une chute dès 1480 – en parallèle avec l’affirmation du marché de l’imprimé – pour en arriver à une quasi-disparition vers 1530 . H. tels C. tout simplement impressionnant. Turnhout. Books in Transition at the Time of Philip the Fair. XIV–717 p.

99 . 2. etc.99 . de l’ouvrage présente les conclusions : le chap. reconnaît que ses résultats statistiques ne sont que des indicateurs – non des valeurs en soit – qui doivent être appréciés à l’aune de phénomènes politiques. tandis que les chap. le chap. « market ». 5 (p. tout au long de la période. 105–121) présentent la méthode de l’A. Une première part. etc. 3.cairn. 81–104. Croÿ. etc. à travers les commandes de mss et de livres. Jean Chevrot. les changements que l’on peut observer. ici.25/01/2014 01h43. économiques et culturels plus généraux. gravitent dans l’entourage ducal (des Nicolas Rolin.158. 2. 145–170) traite de la bibliothèque ducale bourguignonne en général . 3 et 4 (p. ne néglige pas une approche beaucoup plus qualitative faisant la part belle à l’histoire de l’art. 11 (p. l’un à tout particulièrement retenu notre attention. « target group ». pose les bases interprétatives : le chap.info . trois approches indispensables. le chap. 171–217) évoque les bibliothèques féminines (Marguerite de Male. le chap. se concentre sur les possesseurs de mss et leurs bibliothèques : le chap. et l’impact de l’apparition du second sur le premier . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. le chap. du ms. Si les apports de ce volume sont nombreux. Isabelle de Portugal. puis imprimé. à celle de la cour. justement. 7 (p. le chap. à propos des goûts des lecteurs. 3.158. de la littérature et. et du livre. tels trois fils rouges : 1. 37–79. 555–568) propose les conclusions générales.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 219 mss produits à l’époque (p. de la bibliothéconomie et de la codicologie. 12 (p.. 219–255) revient sur le cas particulier du patronage de Philippe le Bon . « Literary patronage » « Manuscript patronage ») . enluminé et du livre imprimé à l’époque considérée . les élites des Pays-Bas affirment leur attachement à la dynastie qui leur a conféré leur légitimité politique... à l’affirmation d’un modèle étatique bourguignon dans les Pays-Bas. qu’en adoptant les codes culturels ducaux.79. Marguerite d’York. Thomas de Plaine. graphiques) issues de l’histoire économiques et sociale. On l’aura donc compris : le livre de l’A. Une seconde part. 481–499) aborde les bibliothèques de ceux qui. 8 (p. 1 est consacré au corpus (p. 9 (257–480) traite des bibliothèques nobiliaires (Clèves. les questions d’offre et de demande qui conditionnent les marchés du ms. Trois thématiques émergent alors. 10 (p. © De Boeck Supérieur . 555) .cairn.25/01/2014 01h43. Jean Jouffroy. Enfin. qui se répand depuis le cercle ducal jusque dans la petite noblesse curiale rend compte d’un phénomène de « burgondisation » des élites parallèle.) . tant l’A. est une vrai mine d’informations et de connaissance à mettre entre toutes les mains. renforçant d’autant plus cette même légitimité.info .79.) . plus généralement. Lallaing. montre. Marie de Bourgogne. 503–553) compare les différentes bibliothèques entre elles pour dégager des tendances générales dans l’espace et le temps .). Mais cette adhésion des serviteurs du pouvoir à la culture dominante ne sert pas uniquement les desseins des ducs : l’A. la relation entre le marché du livre enluminé et celui du livre imprimé. sans être nécessairement de haute noblesse. Jonathan DUMONT Document téléchargé depuis www. par le biais..38. 15–36). Cette mode du livre manuscrit. en effet. la grille d’analyse qui s’inspire des méthodes d’analyses quantitatives (tableaux. 6 (p. bien que l’A. Le plan de l’ouvrage apparaît dès lors limpide.38. 125–143) aborde des concepts nécessaires à la bonne compréhension de l’ouvrage (« demand ». « patronage ». la troisième part. le chap.

Dublin.info . ID. Dublin. Hanaphy (p.M. The Commune of Lucca under Pisan Rule. Dublin. 39–45) revient pour sa part sur l’historiographie de la ville de Lucques et des cités italiennes. 86–100) parle de la ville de Lucques à travers le cas d’un contrat matrimonial complexe et de ses suites. Women in Renaissance and Early Modern Women. Bratchel (p. Robinson (p. C. éd. 1369–1400. Medieval and Early Modern Women. MEEK. 172–194) portant sur la vie d’Herculea d’Epfach rédigée par Paul de Berwied et celle de C. 47.38. Toujours dans cette perspective d’histoire urbaine. 46–64) aborde la ville d’Empoli. 206–219) consacre à une série de lettres écrites par Pierre de Blois au nom d’Éléonore. 2003 . The Fragility of Her Sex ? Medieval Irish Women in Their European Context.. Osheim (p. MEEK. la cité toscane apparaît également dans la contribution d’I.. 136–143) à propos de la Toscane tardo-médiévale.K. D. ce recueil rassemble une série de contributions qui reflètent justement la bipolarité des intérêts de C. revient justement dans son introduction (p. Victims or Viragos ?.O. notamment. Oxford. et sur le fait que l’historiographie dite « anglo-saxonne » a véritablement occupé ce champ d’études grâce. C. que S. (p. Coleman (p.79. LAWLESS. 1342–1369.E.. Meek. en particulier italien. Caferro (p.cairn. Deux contributions reviennent ensuite sur l’histoire économique de l’Italie. 73–85) considère le rôle du pape Innocent VIII dans l’aide apportée aux prisonniers chrétiens en terres musulmanes.00. 116–122) consacre quelques pages à la question de l’Italie dans les travaux de Pétrarque. alors reine d’Angleterre. Dublin. © De Boeck Supérieur G. on retiendra : C. 195–205) sur l’importance des femmes lors de la Deuxième croisade sous l’influence d’Éléonore d’Aquitaine. Borghi e terre in area lombarda nel tardo medioevo. éd. Società e storia. 101–115) qui présente l’influence économique des marchands lucquois jusque sur les foires de champagne et nous livre l’édition d’un compte tout à fait intéressante pour son propos. J. CHITTOLINI. Dameron (p. menacée outre-Atlantique. 2000 . 3–26. Conor KOSTICK. MEEK. 123–135) aborde. 1 vol. Cette dernière est également mise à l’honneur dans l’art. Dublin. grande spécialiste de l’histoire italienne des siècles – plus particulièrement de l’histoire de la ville de Lucques – et de celle des femmes au Moyen Âge1. pour sa part. (p. Politics and Society in an Early Renaissance City-State.. W.220 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Medieval Italy.E.M. Parmi sa bibliographie. tandis que B.99 .158. Bolton (p.info .. Il est à nouveau question de littérature avec le texte de K. le cas des funérailles du condottiere d’origines anglaises John Hawkwood à Florence et l’intégration de ce personnage à une entreprise de glorification de la cité par Paolo Uccello. SIMMS. 65–72) évoque la naissance de la seigneurie de Crémone au XIIIe siècle sous la houlette de la famille des Da Dovara.. du volume. Mélanges en l’honneur de C. Simms (p.S. 1996 . 297 p. Document téléchargé depuis www. Day Jr (p. une « quasi città » selon la terminologie de G. 2005. Meyer (p. 2. 1978 . Cambridge.79. 25–38) ouvre le volume par un plaidoyer pour l’histoire économique et sociale du Moyen Âge.38. K.cairn. Four Courts Press. L’histoire des femmes entre alors en scène avec la contribution de I. un aspect moins connu de son pontificat. del Punta (p.99 . © De Boeck Supérieur . pour consoler son royal époux Henri II de la perte d’un fils. Prix : € 55. sur lesquels C. ID. Toujours à l’honneur. 220–230) sur l’influence des femmes dans la poésie bar- Document téléchargé depuis www. W. l’É. E. p. 1990. Chittolini2. éd. C. Voir G. 1980 . Studies on Medieval and Early Modern Women. qu’il s’emploie à décrire avec nuance. ID. éd. 15–24). plus généralement.25/01/2014 01h43. 2010 . éd. t. Quasi-città.. Pawns or Players. A.25/01/2014 01h43. Lucca. ISBN : 978-1-84682-222-3. XIIIe–XIVe 1. 144–171) sur le cas plus spécifique de la région de Lucques à la même époque. à C. l’autre de M. in-8o.158. plus précisément de ses campagnes : une de D.. Studies on Medieval and Early Modern Women. Essays in Honour of Christine Meek. Kostick. Petrie (p.

Lawless. dans la seconde moitié du XIVe siècle.158.99 . et qui comprend à présent cinq volumes. avec les art. Jonathan DUMONT Medieval Clothing and Textiles. 5. ou les garnements trouvés dans le cimetière de Herjolfsnes au Grœnland. Robin NETHERTON.cairn. Netherton).79. Chacun d’entre eux se présente sous la forme de plusieurs contributions suivies d’une série de recensions et permet de mieux saisir les orientations les plus récentes de la recherche dans un domaine riche et longtemps abandonné à l’histoire de la vie quotidienne. Un certain nombre d’études portent sur des objets archéologiques tels le bonnet de sainte Brigitte. Boydell.. Sinisi) ou le chaperon féminin au XVIe siècle (M. La production du lin en Russie fait l’objet d’une étude d’H.info . historiens de la production textile et du commerce. t. 285–297) complète cet ouvrage. D’autres suivent l’évolution d’un accessoire du vêtement : la guimpe (L. est un bon témoignage de cette effervescence. 2009 . (p. ou celui de S. XIV–227 p. Toutes les sources qui documentent la production et les usages textiles et vestimentaires sont exploitées selon des points de vue très différents. 11–13) et un index (p. t. 1 vol.M. l’activité de la Medieval Dress and Textile Society (MEDATS). C’est aussi le cas d’une série inaugurée en 2005 et publiée chez Boydell. 231–242) ou de l’expérience de la guerre chez les femmes irlandaises au cours du Moyen Âge tardif (G. parfois inégal – on pense à quelques contributions trop superficielles comme celle de J.P. spécialistes de la littérature médiévale. 1 vol. XII–228 p.L. Kenny. Heller sur le décor brodé des textiles dans les textes littéraires français. et dont la construction suggère le recours à des techniques locales pour reproduire. © De Boeck Supérieur . et dont les colloques contribuent de manière notable à redéfinir ou affiner les thématiques. p. Les textes littéraires sont ici à l’honneur.. En Angleterre.. qui reflètent eux-mêmes les formations très variées des spécialistes.38. Woodbridge. les modes ajustées venues du continent européen (R... © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 221 dique irlandaise. qui n’hésite pas à utiliser les données de l’anthropologie moderne pour mieux comprendre certains aspects du travail médiéval. Dahl et I. on observe une véritable explosion des études dans le domaine de l’histoire du textile et du vêtement au Moyen Âge. 243–255).. Gale R. Sherman. D’autres questions sont ensuite abordées comme celle de la place de la piété féminine chez saint Jérôme (C. qu’ils soient historiens de l’art. éd. ISBN : 9781843834519. Une bibliographie des travaux de C.38. Depuis quelques années. 276–282). in-8o.25/01/2014 01h43. 4. Woodbridge. ou conservateurs.cairn. qui se réunit régulièrement dans le cadre distingué du Courtauld Institute. d’Ettore sur la place du vêtement dans les sagas. Prix : GBP 30.158. p.99 . Grazia Nico Ottaviani.G.info . Sturtewagen). in-8o. éd.79. p. Robinson-Hammerstein. p.M. Ibid. Les livraisons quatre et cinq confirment l’orientation fortement inter-disciplinaire des études relatives au vêtement et au textile au Moyen Âge. OWEN-CROCKER. Ce sont les femmes de la Renaissance qui ferment cet ouvrage avec la place des Belles-Lettres dans l’éducation des nurembergeoises au début du XVIe siècle (H. archéologues. Prix : GBP 30 . Document téléchargé depuis www. 256–275) ainsi que les figures de Lucrèce Borgia et Catherine Cibo Varano (M. –. Schuessler). Zanchi et de K. d’A. ID. qui était sans doute destiné à orner une statue de la sainte pendant les fêtes (C. ISBN : 978184333666.25/01/2014 01h43. mais qui demeure des plus intéressants sur bien des points. 2008 . Boydell.

aujourd’hui respectivement conservés à Florence et à Londres. cet objet curieux. des personnages devint alors beaucoup plus évidente. Sherrill). Prix : € 60. in-8o. C’est le cas de la contribution de L. opère entre législation ecclésiastique et règlements civiques ouvre des voies nouvelles.cairn.79.158.info . Genealogical Literature in Medieval Britain and France. Randles).. Edward Donald KENNEDY. RADULESCU. comme le renouvellement des perceptions du vêtement à chaque génération. H. XIV–295 p.00. qui fait trop souvent l’objet d’approches uniquement descriptives. La belle étude. Les quinze dernières années ont vu un renouvellement important des problématiques dans ce domaine et la réédition de l’ouvrage de H.cairn. Vedeler sur les textiles archéologiques. Vestegård Pedersen et M.79. en 1590 et 1598.M. Frédérique LACHAUD Broken Lines. fait ici l’objet de deux contributions : L. survit sous la forme de deux fragments. entre autres. Hammarlund. Brepols. Une autre coutepointe. (Medieval Textes and Cultures of Northern Europe.. des périodes dont même l’historien spécialiste peut éprouver quelque difficulté à rendre compte. Owen-Crocker sur la manchette. Carns. par P. publié pour la première Document téléchargé depuis www. à terme. qui rompt avec les classifications usuelles des textiles en fonction de leur armure pour s’intéresser exclusivement à leur aspect visuel. et qui fut sans doute fabriquée en vue des noces de Catherine d’Aragon avec Arthur. La splendide contribution de T.. éd.25/01/2014 01h43.99 .M. Enfin. 1 vol. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Block Friedman). pourrait peut-être permettre de dépasser le hiatus entre terminologie textile et textiles archéologiques. aussi.38. des représentations vestimentaires sur les ivoires gothiques français confirme bien l’idée de la césure qu’opéra la transformation du vêtement masculin dans les années 1340 : la différenciation.38. ISBN : 978-2503-52485-6. 16). mais.info . Izbicki sur les règlements somptuaires italiens qui visaient.158.25/01/2014 01h43. Turnhout.99 .. K. la coutepointe. une démarche qui. et méritent certainement qu’on s’y attarde. jusqu’à dessiner les contours d’une véritable « histoire britannique ». Kearney. décorée de l’histoire de Tristan. de réunir en un seul volume l’histoire de quatre régions aux destinées contrastées. un témoignage frappant de la transformation de la perception du vêtement et de son historicité qu’amena la découverte du Nouveau Monde (T. apporte de nombreux éléments nouveaux à l’histoire des lois somptuaires. Henri VIII. le fils aîné d’Henri VII. Écrire une histoire générale des îles Britanniques est une véritable gageure : il s’agit non seulement de présenter. Deux études paraissent tout à fait novatrices. en fonction du sexe. Commandée par les Guicciardini. dont on sait quelles difficultés il présente à l’historien. Le Livre de costumes antiques et modernes de Cesare Vecellio. Chambers et G. est. elle témoigne du prestige du mobilier textile dans le cadre de vie des élites (S. avant de terminer parmi les effets du second époux de Catherine. Evans retrace l’histoire d’une coutepointe ornée de motifs héraldiques complexes.222 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Le lexique du vêtement. qui connut deux éditions à Venise. © De Boeck Supérieur . Les représentations artistiques font aussi l’objet de plusieurs études : l’œuvre du peintre français Robert Testard démontre une utilisation inventive du turban dans la représentation du vêtement de figures féminines allégoriques ou exotiques (J. de manière cohérente et synthétique. est exploré dans une contribution de M. 2008 . Kirjavainen. à limiter le luxe du vêtement féminin.R. et cette étude montre aussi avec brio les dissensions qui purent exister à ce sujet dans l’Église. à la fin du Moyen Âge. Raluca L. Le rapprochement que l’A.

L. Toutefois. une « colonie » normande. J. 29). et que son but est de défendre. peut-être ne s’impose-t-il pas dans la bibliothèque de l’historien médiéviste.25/01/2014 01h43. 103). qui les rendrait à peine différentes. comme celle qui consiste à dire que le mandement royal de nativo. Frédérique LACHAUD 1. un post-scriptum bibliographique et critique. il comprend un nombre important de cartes. véritablement décrire les guerres d’indépendance écossaises comme une lutte au sein du pouvoir normand. Ithaca–Londres. Kennedy a relevé le défi. 106). les Vikings et la chute de l’ordre ancien. un certain nombre de points de vue très personnels. Keneally à l’appui d’une mise en question d’un récit de la conquête romaine de la Bretagne qui ne ferait que refléter le point du conquérant (p.25/01/2014 01h43..79. Londres. Les É. E. de manière persistante.38. ID. 116) ? En dépit du recours à la technique du post-scriptum.. par ailleurs..cairn.158. et sur l’impact de Rome. L’ouvrage est abondamment illustré . KENNEDY.info . des luttes civiles qui marquèrent l’Angleterre au milieu du XIIIe siècle. l’ascendant normand et post-normand. surtout.99 .cairn. la période médiévale est traitée en quatre sections : les siècles après Rome. pour les É. L’idée de l’Angleterre comme frontière n’est peut-être pas à rejeter entièrement. Après deux chap.. destiné à poursuivre des vilains en fuite.99 .D. Conrad ou T. mais cette vision des choses conduit à des assertions déroutantes. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. 1500–1700. avec R. donnent le sentiment que l’ouvrage est demeuré figé dans un état assez ancien de la recherche historique. L’ouvrage semble plutôt s’adresser à un public de non-historiens : il est toutefois un peu curieux de voir citer E. sur les premières populations des îles.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 223 fois en 1989. Peut-on. ou encore que la place dont jouissaient les monastères dans le système colonial contribue à expliquer leur impopularité à une date plus tardive (p. Science and Change. 1971. les autorités citées par les É. Les points de vue développés sur l’histoire médiévale du monde insulaire ont pour objet de remettre en question un certain nombre d’acquis . Document téléchargé depuis www. Scholars and Gentlemen : Universities and Societies in Pre-industrial Britain. comprend. également assimilées à des luttes internes aux élites normandes (p.D.. et le déclin de l’Empire post-normand. Connu avant tout pour ses travaux sur l’Angleterre et de l’Irlande à la période moderne1.. 1500–1700. certaines suggestions semblent intéressantes – comme celle de dépasser le cadre des quatre régions pour s’intéresser au phénomène des sous-cultures du monde britannique. pour chaque chap.79. d’une histoire générale des îles Britanniques..38. p. Forster.M. ce qui contraste agréablement avec de nombreux ouvrages similaires. devait permettre aux seigneurs de rentrer en possession des « natives » fugitifs (« A royal writ (de nativo) was devised to help in the repossession of natives who had fled their lord’s estate ». souhaitent ainsi montrer. la lecture des sections consacrées à la période médiévale laisse une impression de malaise. que l’Angleterre fut. au moins en ce qui concerne la période médiévale. © De Boeck Supérieur . Si l’ouvrage a trouvé sa place dans le catalogue de Cambridge University Press.158. E. 1970 . Radulescu.info . entre 1066 et la seconde moitié du XIVe siècle.

Catherine CROIZY-NAQUET. Milland-Bove et V. qui aurait peut-être gagné à être assorti de comparaisons avec d’autres textes de la même époque.38. étant au-delà de la société. tandis qu’É. des pensées et des discours. Boutet impressionne toujours par sa capacité de synthèse et sa recherche du consensus critique. 2.cairn. J. 2012 . éd. mais très complète..cairn. une typologie de la peur dans la littérature romanesque médiévale. Paris. 1998. 1 vol. B. ISBN : 978-2-74420176-9.00. Vérité et responsabilité dans le Tristan de Béroul fait flèche de tout bois. On regrettera qu’à côté du classique ouvrage de S. 135 p. mais on reconnaît malgré tout sa marque dans son exploration des liens entre structures sociales et littérature : sa conclusion sur un Arthur cosmocrator qui.25/01/2014 01h43. in-8o. elle propose.info . Une poétique de la peur chez Béroul. Si elle ne fait pas l’impasse sur le problématique du « genre » qui lui est chère. peut servir de garant au rejet de celle-ci par Tristan et Iseut apparaît à la fois évidente et neuve. Baumgartner étaient déjà disponibles dans les premiers mois de 2012. 66). les huit contributions de ce volume ne se ressentent pas de cette hâte et forment un ensemble qui reflète assez bien.99 .158. (Textuel. Passons sur la contribution de J. Marnette1. L’épisode du rendez-vous épié. On regrettera cependant le parti pris ouvertement psychologisant de sa lecture qui rappelle fâcheusement le sorbonnisme le plus daté. © De Boeck Supérieur .99 . la brièveté de son étude laisse fatalement un peu sur sa faim. Prix : € 15. Anne PAUPERT.224 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Regards croisés sur le Tristan de Béroul. Maurice. Agrégation oblige. en dépit de son importance fondamentale. M. RYCHNER. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Foehr-Janssens prévient d’emblée qu’en intitulant son art. Document téléchargé depuis www. MARNETTE. modèle matriciel du Tristan de Béroul dont l’extrême platitude est confirmée par l’absence de toute note. La narration des sentiments. elle ne vise aucunement à tirer cet auteur vers le fantastique.25/01/2014 01h43. Y. dans sa diversité.79. tant elle semble susceptible de riches développements.38. les formes énonciatives utilisées par Béroul. Comment finir Béroul ? L’arc et le saut : anticipation et vitesses du récit dans le Roman de Tristran de N.info .. À une exception près. l’ultime livre du grand J. Koble. D. On a par moments l’impression que son art.. quelques-unes des tendances les plus intéressantes de la narratologie médiévale d’aujourd’hui. S. Oppermann-Marsaux (La représentation de l’oral dans le Tristan de Béroul) pointe de manière peut-être un peu moins originale.. Genève. Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale. Rychner2 soit (comme toujours !) passé sous silence. Orby (Appel et rappel des personnages dans le Tristan de Béroul) proposent une étude à la fois statistique et herméneutique passionnante des « modes de désignation » des personnages. qui feraient mieux apparaître la valeur exemplaire et l’originalité propre des occurrences bérouliennes du thème. les actes de la journée d’études du 12 décembre 2011 consacrée au Tristan de Béroul et dédiée à la mémoire d’E. White-Le Goff (Violence et rapports de force dans le Tristan de Béroul) nous livre un panorama très complet des formes de violences illustrées par le texte de Béroul. Actes de la journée d’études du 12 décembre 2011. qui y renvoie à leurs chimères ceux qui prétendent deviner la fin introuvable de ce texte mutilé et démontre que le 1. à l’aide de l’exemple frappant de Béroul. toutefois.158. 1990.79. S’appuyant sur Thomas d’Aquin. et arrivons-en à l’art. Berne–Berlin– Bruxelles–Francfort–New York–Oxford–Vienne. Université Paris–Diderot – Paris 7.

de l’exploitation de l’héritage antique par des auteurs lyriques des XIIe et XIIIe siècles (M. Gerok-Reiter). il en a lui-même inspiré le titre. ou traite de motifs comme « la reine du lac en feu » (G. de mise en musique de textes (H. de problèmes d’identification d’auteur (B.cairn. Alain CORBELLARI « Texte zum Sprechen bringen ». de l’épisode vétéro-testamentaire de Loth jusqu’au Moyen Âge (M. éd. du recueil. Scholz). Wachinger). Philologie und Interpretation. que l’on se serait d’ailleurs attendu à voir utilisé plutôt dans le dernier art. Eco. Auditor) . Le Tristan de Béroul. pilier du département de médiévistique du Deutsches Seminar de l’Université de Tübingen. on trouve l’édition d’un petit poème contenu dans le ms. 1 vol. Une troisième rubrique regroupe trois art. Festschrift für Paul Sappler. Ziegeler). 2007. le problème de la langue d’une ordonnance du XVIe siècle (T. Ulrich BARTON. Suspense.info . Steiner).158. 1. à cet égard. Anne AUDITOR. qui part d’une idée originale et développe des parallèles intéressants. Les 35 contributions réparties en cinq catégories – dont on peut regretter l’absence de titres mettant en évidence l’unité respective – reflètent ces deux principales facettes de son activité. Ce volume de mélanges rend hommage à P. Tübingen. Linden).info .G.. Ridder).158. Son étude reste ainsi un peu anecdotique.79. Sahm).. ISBN : 978-3484-10898-1. « Faire parler les textes ». la problématique du ms.38.99 .J. composée de cinq contributions est consacrée à des questions d’édition de textes avec l’exemple de la Klage (« Complainte ») de Hartmann von Aue (K. Gärtner). et comporte des considérations sur « morale et rire » chez Kaufringer (N. de la scène littéraire latine et germanique autour de 1200 (H. La Tension narrative. curiosité et surprise. Niemeyer. 2009 . Berron).25/01/2014 01h43. Susanne BORGARDS. Paris. de Mauritius von Craûn (A.25/01/2014 01h43. de l’analyse d’une scène de vengeance attestée chez Wolfram von Eschenbach et Walther von der Vogelweide et de ses possibles dimensions politiques (D. Demartini.. Ohlenroth). Un premier ensemble de sept art. traitant de problèmes liés à la scène : ainsi l’esthétique du mal à travers la figure d’Hérode dans le théâtre (U. On notera l’utilisation pertinente qu’elle fait. Philologue et spécialiste en techniques d’édition de textes. X–485 p.95. à lire et/ ou à jouer (J. Theisohn). Document téléchargé depuis www. Baroni1. Un deuxième ensemble regroupe dix contributions étudiant des aspects littéraires précis du Parzifal (H. Barton. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Lähnemann). R.38. Christiane ACKERMANN.99 . Prix : € 129. des interrogations concernant une nouvelle édition de l’Innsbrucker Spielhandschrift (le ms. soit fictives comme le fils de roi fou dans le Bussard (S. un roman policier ? de D. de la Kudrun (H. Janota) ainsi qu’une étude de la pièce Chrysis (C. BARONI. K.. du Jeu d’Innsbruck. ou portant sur l’exploitation littéraire de figures soit historiques comme le souverain serbe Lazar (S. in-8o. Mais il est dommage qu’elle n’articule pas ses considérations autour des « signes » et des « indices » sur la reformulation de la sémiotique peircienne dans la narratologie d’U.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 225 récit entretient lui-même par ses ruptures de rythme et ses « images-mouvements » une attente narrative qui fascine sans peine le lecteur. Gliesmann).79. Stevanovic). Sappler. A. enfin. Dietl). Rupp). Zotz) et enfin sur la traduction de noms propres dans les Voyages de Mandeville (R. La quatrième part. Felder) ou « le regard en arrière ». traite de questions de cadence métrique (M. © De Boeck Supérieur .cairn. Brunner) et enfin de l’esthétique lyrique du poète Frauenlob (A. Mühlherr). d’un épisode de la Egils saga skalla-grimssonar (P. du livre récent mais déjà classique de R.

établir leur pouvoir autour de celles-ci et rivaliser avec les autorités rurales.25/01/2014 01h43. cultiver. la représentation des Turcs chez Hans Sachs (C. voire royales. qu’elles pratiquaient hors de toute cause. une comparaison entre Albrecht Dürer et Willibald Pirckheimer (M. ISBN : 978-2917575-28-4. les compagnies de routiers qui opérèrent en France pendant une bonne partie de la seconde moitié du XIVe siècle. Gerhardt) et d’un Lied inédit de Hans Folz (F. ms.S. 105 p. L’A. Document téléchargé depuis www.25/01/2014 01h43. Vollmann) et des traductions autobiographiques de Heinrich Haller (E. princières. hommage plus personnel que l’A. ClermontFerrand. pour leur seul profit. le mot le plus commun sous la plume des contemporains. quelques illustrations se rapportant à certaines contributions sont regroupées en fin de volume. Huber). D. Ohlenroth). 1 vol. Todorow) rend à P. traduisait un jugement fortement négatif. enfin un art. qu’importent son obédience et/ou son comportement. Bibliothèque cantonale et universitaire. Schanze). Meyer) .info . Nöcker). Ackermann. Ainsi que l’indique sa quatrième de couverture. Dès l’introduction. C’est cet abandon du service d’un prince qui les définit en premier lieu puisqu’elles conservent le comportement qui était le leur lors de leur service « officiel »..80. fournissent un rappel des principales actions de ces compagnies. Les compagnies de routiers en France. comme l’une des plaies de la guerre de Cent Ans. Le mot « routiers » pouvait en effet désigner tout homme de guerre. les termes du titre sont explicités. s’intitule Capitaines et compagnons : approche d’un milieu social et se divise en quatre points. in-8o. à juste titre.158. allant de 1357 à 1370. Sebald. Bauer) . Par ailleurs. 1357–1393. Kirchhoff). Enfin. L’étude des différentes figures des capitaines démontre qu’il est impossible de classer ceux-ci selon des catégories fermées. Le dernier ensemble regroupant les dix dernières contributions porte sur des sujets très divers : des remarques sur des éléments biographiques de Notker der Deutsche (E. la symbolique de caste dans le Ritterspiegel (« Miroir du chevalier ») de Johannes Rothe (C. construire ») chez Gottfried de Strasbourg (R.38. © De Boeck Supérieur Karin UELTSCHI Germain BUTAUD.79.. désormais fermement installés dans les places fortes du Midi. Hellgardt).info . tant leur « car- .99 .158. Ce recueil aussi riche que varié donne un bon panorama des principales orientations des recherches médiévales actuelles pratiquées outre-Rhin ainsi que de leurs méthodes originales.. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. nous propose donc un petit volume consacré à ce qui fut considéré. Plate) ainsi que la question des variantes et de la contamination textuelle à propos de Thomas III (B. Les deux premiers chap. La troisième part. est consacré à un écrivain contemporain. W. tandis que la seconde (1371–1393) voit leurs membres. 2012 .cairn. la nouvelle collection où est publié cet ouvrage a pour but de faire « découvrir la contribution d’un historien désireux de porter un point précis de sa spécialité à la connaissance du plus grand nombre ». L 1200 (C. est celle de leur naissance. une analyse lexicologique et sémantique (leiben/verleiben et firleiben.G. des considérations lexicographiques à travers l’exemple du polysémique bûwen (« habiter. (Histoire médiévale).226 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 FRIBOURG. urbaines. celles-ci ne ressortissaient pas au brigandage à grande échelle mais bien à la guerre. de leur apogée puis de leur disparition dans un espace géographique allant de la Normandie au Languedoc. des « remarques » concernant les notes en bas de page et autres appareils critiques académiques (T. Prix : € 16.cairn. tandis que qualifier une troupe donnée de « compagnie ». R.K.. Lemme edit. La première.79.38. (A.99 .

dont les capitaines étaient principalement Anglais (dans ce cas au cours de la seule première période définie par l’A.158. moyennant finance.79.79. dans le cas présent. en remercier la maison d’édition Droz. leur sont généralement hostiles.. analyse les prolégomènes de la constitution de ce groupe si particulier. jusqu’au Moyen Âge central. Prix : € 20. car elles sont le plus souvent dépourvus d’armes adéquates à ces entreprises particulières. Droz. diplomatiques. Kupper dans la postface qui accompagne cette réédition.cairn. C’est en effet à sa « préhistoire ».L. Les membres de ces compagnies. 42). consacrée aux grandes compagnies. et des sièges. étaient très rapidement remplacés. À l’inverse. Christophe MASSON Jean FLORI. On leur reconnaît d’une part de véritables capacités et de qualités d’hommes de guerre tout en leur reprochant de dévoyer le sens noble de la guerre.99 .. qu’est consacré ce travail.. les populations.00. Cette ambigüité se retrouve dans l’attitude du pouvoir royal qui balance entre rigueur et compromission. Enfin.158. les recels et les conseils dont profite l’une ou l’autre des parties.info . Cette flexibilité se retrouvait dans les carrières des compagnons qui pouvaient varier du tout au tout.cairn. ainsi que le rappelle le sous-titre. encore à écrire. tout au long d’une période s’étendant du Bas-Empire au premier tiers du XIe siècle. L’idéologie du glaive fut l’un des principaux jalons de l’histoire des aristocraties médiévales.38.25/01/2014 01h43. ce qui n’empêche pas le développement de relations de « voisinage » telles les patis. Le point de vue des contemporains à leur sujet est particulièrement ambigu. les ventes. la vie civile ou en mourant les armes à la main. l’A. ce travail apporte sa pierre à un édifice plus vaste.99 .COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 227 rière » peut connaître de nombreuses phases. S’achevant sur une orientation bibliographique qui renvoie aux principales sources et ouvrages de référence existant sur le sujet. Genève. 209 p. acceptaient de ne pas s’en prendre aux communautés urbaines ou rurales. L’idéologie du glaive. Grâce à l’étude de sources de natures variées – narratives. grâce à de multiples tactiques et stratagèmes. Christophe MASSON Document téléchargé depuis www.) et Gascons. dans le monde des gens d’armes. de ce « club » pour reprendre le terme employé par J. théologiques ou littéraires –. On doit. étaient généralement d’extraction médiocre et composaient des troupes qui s’associaient fréquemment pour composer de « grandes compagnies » en vue d’atteindre un objectif particulier en un temps limité. Enfin.. Elle méritait donc une nouvelle édition à même de la rendre accessible à de nouveaux lecteurs. 2010 . que fut la chevalerie. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. un travail qui constitua la première partie d’une recherche poursuivie par l’A.25/01/2014 01h43. ISBN : 978-2-600-00542-5. s’intéresse à la place des compagnies dans la société du temps. © De Boeck Supérieur . en rejoignant le service du roi. les premières à subir l’éventail des exactions commises par les routiers. ce milieu était particulièrement ouvert et ceux qui le quittaient. les compagnies se signalent par leur excellence dans la prise des places fortes. plus que lors des batailles rangées. (Titre courant.info . ces accords par lesquels les compagnies.38. où elles manquent parfois de discipline. Préhistoire de la chevalerie. Il pose les bases d’une synthèse de plus grande ampleur. Parue pour la première fois en 1984. Le dernier chap.

7.info . Document téléchargé depuis www.. et pour en retenir quoi ? Il en ressort notamment que les écrits d’Henri de Nördlingen visaient une lecture méditative et un enseignement dans le cadre de la cura monialium. mais il souligne le véritable intérêt d’un assez large public pour ce genre de littérature. la fonction de ces lettres. ce qui permet d’évoquer le discours mystique tenu dans ces lettres. etc. ce faisant.38. 1 vol. notamment pour mieux comprendre la lecture que l’on pouvait en faire. fonctions. propose d’observer non plus seulement la correspondance.F. Ces lettres choisies sont présentées dans leur version « originale » accompagnée d’une traduction en allemand moderne.158.. Le chap.25/01/2014 01h43. dans quel but. suivant propose une analyse des textes dans le contexte du discours littéraire de l’époque. U.cairn. mais également la promotion du culte de Marguerite Ebner. les métaphores auxquelles les correspondants recourent.99 . Le 5e chap.F. nous présente ces lettres. via la voie littéraire. ni l’étude des moyens stylistiques mis en œuvre dans ces échanges.F. les motifs qui les soustendent.79.79. Il en ressort que ces échanges ne sont pas destinés à un correspondant unique mais souvent à un public plus large. 496 p. Un premier chap.228 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Urban FEDERER. Jean Tauler ou encore Mechthilde de Magdebourg. Le recueil sur lequel U. et traite ainsi de l’intertextualité. selon quelles traditions et avec quelles fonctions. 25). U.. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.. en général et dans le recueil qui les rassemble. Il n’oublie pas l’aspect littéraire. in-8o. De Gruyter. et du discours mystique plus largement. Le chap. est centré sur la réception : qui lisait ces lettres et comment.F. et par là même de sa famille. ce qui n’empêche pas d’en retirer des informations sur la relation personnelle qu’entretenaient les deux personnages. Prix : € 118. Mystische Erfahrung im literarischen Dialog.158. © De Boeck Supérieur .25/01/2014 01h43. Dans un dernier chap.00. Il constate ainsi que la volonté de rassembler ces lettres ne visait pas uniquement un programme spirituel. Berlin–New York. retrace leur arrière-plan historique et offre un aperçu des études majeures qui leur furent consacrées. prêtre séculier. U.38. U. permet de vérifier si ces lettres eurent un écho social. il interroge la tradition de l’écrit et de la parole mystiques. Dans le 6e chap. et de mieux cerner l’utilisation que l’on devait en faire. envisage dans le 3e chap. Fort de ces constats. puis détaillées dans leur structure et leur contenu (motifs. Elles deviennent ainsi des sources utilisables pour les biographies d’Henri de Nördlingen et de Marguerite Ebner.cairn. public visé. s’intéresse à Marguerite Ebner en tant qu’interlocutrice d’Henri de Nördlingen et analyse son unique lettre. de la direction pastorale.. 2010 .info .99 .. L’A. mais plus largement le recueil au sein duquel elle est conservée. fondé sur les épisodes de la vie d’Henri de Nördlingen entre 1332 et 1350. semble ainsi remarquer le début d’une « démocratisation » de la mystique. concluant que cet échange visait à faire participer les lecteurs à une vie contemplative. mais aussi pour la vie de Jean Tauler et la connaissance du cercle des « Amis de Dieu ». ce qui explique qu’elles ne tombèrent jamais dans l’oubli mais étaient lues et copiées au XVIIIe siècle encore. même si le public est encore un public privilégié . ISBN : 978-3-11-020629-6. Die Briefe Heinrichs von Nördlingen an Margaretha Ebner. notant les références à Henri Suso. Ce livre est consacré au plus ancien échange épistolaire en langue allemande qui soit conservé : celui qui lie Henri de Nördlingen. (Scrinium Friburgense.). à la dominicaine Marguerite Ebner. choisit quelquesunes de ces lettres qu’il analyse en prêtant attention au genre dont elles relèvent . Federer fonde son étude classe les lettres dans un ordre chronologique. au XIVe siècle.

Prix : € 60. modèles : R.79. des villages ancrés dans les grands domaines et des territoires agricoles structurés. L’exemple d’itinéraires entre Arlon et la Meuse . Turnhout. 25).79. des techniques de production médiocres.99 . Il aborde des questions délicates comme la reconstitution des paysages et des habitats ruraux. Établissements humains. Noël. concepts. L’habitat rural du haut Moyen Âge.99 . Congrès. Deliège. 1.cairn.. 500–800 . une agriculture de subsistance. Il oublie surtout le grand domaine carolingien et ignore son rôle dans l’établissement de la seigneurie. 2010 . finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe–XIIIe siècles). Quelques-unes ont été revues et mises à jour avant leur publication.158.info . La notion de village en ethnologie et ses rapports à l’histoire . Le réseau routier antique : adaptation. Héritages. Van Ossel. village ou circonscription administrative ? La polysémie du mot villa aux VIIIe–Xe siècles et l’assise territoriale des paroisses rurales. P. 1 vol. Le cas des régions entre Seine et Rhin (IVe–XIIIe siècles). Approches méthodologique et thématique : le Poirier Bralier.25/01/2014 01h43. Le paysage rural au Moyen Âge. à Auteuil (France) et l’Enclos de Matagne. Noël. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. J.25/01/2014 01h43. emmenés par R.. itinérante et extensive. Anne-Marie BULTOT-VERLEYSEN. R. U. Les historiens sont loin d’être unanimes sur l’état des campagnes médiévales avant le XIIIe siècle. le contexte intellectuel et religieux dans lequel elles furent diffusées. Il faut attendre la période de croissance qui suit l’an mil pour assister à la naissance du village et à l’organisation durable des terroirs médiévaux dans le cadre de la seigneurie et de la paroisse. J. Toutes ont été présentées au colloque qui s’était tenu en 2003 à Louvain-la-Neuve à l’occasion de l’éméritat de R. R. elle est d’emblée ouverte au public.00. © De Boeck Supérieur . Une partie d’entre eux.M. Quelques balises. déclassement au Moyen Âge.38. Il ne s’agit aucunement d’une correspondance privée .F. Corbiau. ont une vision noire du haut Moyen Âge : une démographie basse. É. fût-il mystique.. éd. 2. des noyaux de peuplement précaires. À l’inverse. À la recherche du village médiéval. d’autres historiens voient dans les sources une croissance continue et régulière de l’économie. Fossier. Actes du colloque international de Louvainla-Neuve. survie.158. mais il ne dit rien des pratiques agricoles communautaires. in-8o. XXI–543 p. nous montre bien quelle peut être la portée d’un « dialogue » littéraire. 16–17 mai 2003. M. Le « dialogue » mystique s’avère être lui-même une construction « fictive ». (Publications de l’Institut d’Études médiévales – Textes. Quelques réflexions à partir de ce que nous en font connaître les fouilles d’Île-de-France . Florence BAYARD Autour du « village ». L’identité villageoise entre Seine et Rhin. A. en plein essor depuis le IXe siècle. Le présent ouvrage récapitule les discussions sur cette controverse et propose de nouvelles pistes de réflexion pour faire avancer le débat.38. On trouvera ci-après la liste des dix-neuf interventions réparties en trois sections. Mots. L’émergence du « village ». Contribution de la palynologie. En reconstituant la genèse et le devenir de ces échanges. Defgnée. Brepols. innovations : A.cairn. Vanmechelen.H. Renard. ISBN : 978-2-9600769-3-6. à Haillot (Belgique) . Hier et aujourd’hui . l’éveil d’une conscience villageoise et l’invention des communaux. un moyen littéraire de transmettre l’expérience et le discours mystiques. Domaine. C. Jean-Marie YANTE. Chapelot. au contraire. mutations.. De la « villa » au village : les prémices d’une mu- Document téléchargé depuis www. Wickham.info . Yante.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 229 L’étude de ces lettres nous offre un intéressant panorama des nombreuses fonctions que put avoir cette littérature mystique pour l’entourage des deux correspondants. Études.

L’ancien monde seigneurial est ébranlé par la montée en puissance de nouvelles élites rurales et urbaines.. Avant le village. P. Au cours des dernières décennies. Nieus. Les « communaux » villageois.cairn. Charruadas ouvre de nouvelles perspectives sur la croissance rurale et l’essor urbain à Bruxelles du XIe au XIIIe siècle.F. 56. Polfer. 2011 .M. A. Dupont.158. Synthèse de travaux d’étudiants . ISBN : 978-2-8031-0281-5. Les dynamiques d’une société entre ville et campagne (1000–1300). Franchises et conscience villageoise en Hainaut aux XIIe–XIIIe siècles : une esquisse. cimetière. les progrès de la critique textuelle et de l’archéologie urbaine ont renouvelé l’histoire ancienne de Bruxelles. (Mémoires de la Classe des Lettres. 404 p. E. Villages et finages aux XIIe et XIIIe siècles : J. M.25/01/2014 01h43. L’affaiblissement de la seigneurie classique favorise alors le renforcement du pouvoir princier et le passage d’une partie des domaines de Document téléchargé depuis www. Prix : € 28. Rendue possible par le dynamisme du monde rural. Fossier. Bruxelles. Églises et chapelles rurales entre Meuse et Rhin des origines au Xe siècle : les données archéologiques . L’habitat rural du Nord de la France du IXe au XIIe siècle. et il porte un regard neuf sur les acteurs du changement : le prince. Le beau livre de P.info . Vue.. la société seigneuriale et les nouvelles élites urbaines. Les relations entre cimetières et regroupement de l’habitat rural médiéval. l’émergence de la ville se révèle étroitement dépendante de l’essor des campagnes brabançonnes et de la volonté des comtes de Louvain. L’exemple de Froidlieu (Wellin.158.99 . Mignot. 1 vol. Thoen.99 . L.. R. La demande des marchés a encouragé la mise en place d’une agriculture intensive et performante dans laquelle l’élevage en stabulation et les cultures maraîchères prennent une place grandissante à côté des anciennes cultures céréalières. Précautions toponymiques et microtoponymiques . Ces transformations économiques s’accompagnent d’importantes recompositions sociales. Réflexions sur l’ancrage ecclésial des sites d’habitat (VIIe–XIIIe siècles) . Il présente une vision originale des relations économiques. © De Boeck Supérieur . Peytremann. Verslype.Y. T.info . Lambrecht. M. la croissance urbaine a joué à son tour un rôle de stimulant pour les campagnes.38. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.79. Académie royale de Belgique-Classe des Lettres.230 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 tation . De Waha. Château et village : le gui et le chêne ? .25/01/2014 01h43. L’image traditionnelle d’une ville marchande qui se serait développée entre 950 et l’an mil autour d’un château installé dans la vallée de la Senne par le duc de Basse-Lotharingie Charles de France a été écartée. Lauwers. B.cairn. Croissance rurale et essor urbain à Bruxelles. artisanales et agricoles. Les sources archéologiques au Nord-Ouest des royaumes francs (fin Ve–VIIIe siècles) . Le premier point fort du livre est d’insister sur la synergie qui s’est bâtie entre Bruxelles et sa périphérie. province de Luxembourg) . no 2054).. une invention du XIIIe siècle ? L’exemple du Brabant à travers les chartes ducales . Par ailleurs. Conclusions générales. de créer un nouveau centre de pouvoir dans une région qu’ils viennent d’investir. sociales et politiques unissant la ville à sa périphérie. B. Le paysage flamand et les structures de la société médiévale : nouvelles hypothèses sur l’origine et la fonction des kouters . Villages et espace rural dans la vallée de la Basse-Sambre (XIe–XIIIe siècles). J. originaires de Hesbaye. Éléments structurants : M.79. paroisse. 3e sér. in-8o. C.M. Aujourd’hui.38.00... J. Héritages. on décrit Bruxelles comme une agglomération qui s’est formée aux XIe et XIIe siècles à partir de plusieurs noyaux de peuplement habités par une population exerçant des activités marchandes. Cauchies. E. mutations et innovations. l’habitat rural mérovingien. Circuit. Willy STEURS Paulo CHARRUADAS.

© De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Elle acquiert un statut juridique particulier et prend une part croissante à la vie politique brabançonne. remarquable. de ce volume. 2011 . restent mystérieuses. et donne le ton à l’ouvrage.cairn. les comtes ont fait de la ville le chef-lieu d’un territoire administratif..99 . quartier par quartier. à tout le moins.. L’originalité de ce livre réside probablement dans le fait que différents courants contemporains de théories littéraires viennent éclairer pour la première fois les toutes dernières recherches de ces spécialistes du Moyen Âge. Willy STEURS Robin Hood in Greenwood Stood. in-8o. 1). la description détaillée. s’ils ne l’inventent pas.25/01/2014 01h43.38.cairn.. Autre chap. Pour soumettre l’ancien Brabant ou. mais on ne peut écarter l’hypothèse d’une bourgade neuve créée à partir de noyaux de peuplement anciens.info . preuve que la source des débats est loin d’être épuisée. signe le premier art. L’analyse de la politique princière est le second temps fort du livre.00. Ils avaient. 1 vol. ISBN : 978-2-503-54054-2. La photo en couverture contraste sensiblement avec le titre de ce numéro de Medieval Identities : Socio-Cultural Spaces dédié au célèbre hors-la-loi Robin des Bois. ils récupèrent à leur profit une identité brabançonne qui aurait existé antérieurement à leur venue et ils se rallient la noblesse par une habile politique clientéliste plutôt que par la force. où les comtes s’installent pour battre monnaie. Bruxelles s’agrandit et s’enrichit. c’est l’intérêt porté à la capacité d’adaptation de la légende à différentes époques et le sens que peut représenter la résistance contre l’injustice pour chaque nouvelle génération. Quoi qu’il en soit.158.38. les comtes de Louvain mettent en place un réseau d’institutions religieuses à leur dévotion . affiché d’entrée de jeu leur puissance militaire en arrêtant l’avancée flamande en Brabant. que compte ce dernier ouvrage sur le héros de Sherwood. bien loin du contexte de la forêt verdoyante (« Greenwood » dans le titre) auquel fait allusion la dizaine d’art. Prix : € 85.79. la région de Bruxelles à leur autorité.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 231 l’aristocratie laïque vers les nouveaux acteurs urbains souvent issus des campagnes et restés en lien avec elles pour leurs affaires. On y voit un tournoi d’archers devant le château de Bretagne la Grand. Alterity and Context in the English Outlaw Tradition.158. semble-t-il. de la ville médiévale et de ses habitants. éd. S’inspirant aussi bien du formalisme russe que du concept d’habitus de P.25/01/2014 01h43. que compte ce dossier. ( Medieval Identities : Socio-Cultural Spaces . Knight.79. XVIII–232 p. selon un mode opératoire souvent utilisé par la maison de Louvain. L’étude sociologique des nouvelles élites urbaines vient couronner l’ouvrage. Les origines du portus de Bruxelles.info . Bourdieu. qui retrace 500 ans de tradition autour de Robin des Bois et offre une analyse nouvelle et moderne d’un mythe qui n’a pas fini d’attiser la curiosité des chercheurs. © De Boeck Supérieur . Brepols. Un moyen aurait manqué à leur politique : la création de franchises pour marquer leur territoire.99 . Document téléchargé depuis www. le centre de l’économie régionale et un point de passage obligé pour les échanges interrégionaux. Turnhout. Stephen KNIGHT.. S. Je n’oserais pas l’affirmer. S’il y a un point commun entre tous les art. à vrai dire. Elle renforce son emprise sur sa banlieue et s’émancipe progressivement de l’autorité princière. l’É.

invite malheureusement les chercheurs à délaisser l’analyse des textes en faveur de discussions trop souvent stériles sur le caractère historique ou non du hors-la-loi. variante et variation mettent en exergue la diversité du texte médiéval. Phillips étudie l’interaction entre textes et auditoires à travers les temps. donnant lieu à plusieurs versions d’une même œuvre. Anne S ALAMON . Levy et L. Avec la publication de ces dernières études sur Robin des Bois. Additional ms. quant à elle.K. Paris. De la variante à la recréation . Presses de l’Université Paris-Sorbonne. fait référence aux réflexions de G.232 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 il met l’accent sur l’impact qu’a eu le contexte socioculturel de chaque époque sur le cycle de Robin des Bois et relativise l’importance prise à tort par l’une des plus anciennes ballades. © De Boeck Supérieur . H. Moran) mettant en avant plusieurs modèles de textualité médiévale : Document téléchargé depuis www. qui. et la manière dont ont été perçues les histoires de Robin des Bois à travers les siècles. L.79. R. dont la forme mue d’une copie manuscrite à une autre.25/01/2014 01h43. Finalement. S’ensuit une contribution (P. éd. J. V. par le consensus interprétatif qu’il suscite. Prix : € 18. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Gossedge.info . Coote reviennent sur la notion de genre dans la tradition cinématographique autour du héros en s’inspirant du concept de déplacement (« mouvance ») du philologue suisse P. atelier de jeunes chercheurs en langue et littérature médiévales de l’Université Paris-Sorbonne. qu’est extraite l’illustration choisie par l’É. Pour sa part. Ce volume rassemble des travaux issus de deux journées d’études organisées les 14 mars et 17 octobre 2009 par Reverdie. Tout en dégageant l’originalité spécifique de l’analyse d’É. Johnson. 274 p. lui.. C’est précisément de son art.158. ISBN : 9782-84050-798-7. A Gest of Robin Hood. L’avant-propos (J. Anne ROCHEBOUET.38. À sa suite. notamment celui de l’état d’exception. passage obligé s’il en est un. LONDRES.. complètent ce volume et tracent diverses lignes de convergence idéologiques entre le monde actuel et l’époque des histoires de Robin des Bois. Kaufman met en rapport les théories d’ordonnancement social de Nietzsche et A Gest of Robin Hood et nous éclaire ainsi sur la relation qu’établit Robin avec sa confrérie de maraudeurs. 71158 (« The Forresters Manuscript ») et propose une analyse détaillée des conditions d’impression de ce ms.99 . (Cultures et civilisations. sur la tradition littéraire à l’égard du hors-la-loi. Quatre autres art. Griffin fait un retour sur le ms. la question du tir à l’arc et du rôle social des archers dans l’Europe médiévale est explorée par l’un des spécialistes dans ce domaine. J. Barthes sur la notion d’identité culturelle. L’édition critique s’avère ainsi une démarche nécessaire pour rendre compte de cette variabilité. 54). C. in-8o. Richard CLOUET Le texte médiéval.25/01/2014 01h43.79. Ducos) souligne comment les trois termes variance. Block Friedman. A..158. 1 vol. replonge dans le Maid Marian de Thomas Love Peacock et revient sur le contexte de la forêt comme espace orienté et symbolique. British Library. Zumthor.00. découvert tout récemment en 1993. Chandler esquisse à son tour une comparaison tout aussi surprenante qu’intéressante entre Robin des Bois et Batman. Hobsbawm sur le rôle des hors-la-loi.38. B. S.info ..99 . Agamben sur l’homo sacer pour faire le lien entre la littérature de hors-la-loi et divers sujets d’actualité. 2012 . pour la couverture de l’ouvrage. relance le débat sur le héros mythique anglais.cairn. Coote compare la notion d’espace en prenant pour point de départ les études de R. Cécile LE CORNEC ROCHELOIS.cairn.

mais de textes multiples . à la fois sur les plans textuel et iconographique. Delsaux) soulève la question des variantes d’auteur dans les mss autographes ou partiellement autographes de Christine de Pizan. Verjans) sur les variantes. Puis. S.. O. La première part. 105 et 9125 de la BnF.cairn. plus particulièrement. le modèle nominaliste (d’après les travaux de B. Maffei) montre. I. Puis F. Dans les mss de ces œuvres. qui se trouvent dans le texte des huit incunables du Liber de proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais. involontaires ou choisies. Koble) consacrée aux variantes textuelles présentes dans une compilation de 29 lais narratifs des XIIe-XIIIe siècles1. dont neuf lais attribués à Marie de France. ainsi qu’un modèle de l’« air de famille ». qui bannit toute hiérarchie. Kiwitt se penche sur le vaste corpus inédit (XIe–XIVe siècles) des textes français médiévaux rédigés en graphie hébraïque et. Centili s’intéressent au classement des variantes de la tradition manuscrite du Lai de Lanval de Marie de France. considérées d’un point de vue morphosyntaxique et sémiologique. Silvi) porte sur les variantes. Pareillement.99 .38.38.. Marchal confronte ensuite les variantes lexicales des deux mss de Gérard de Nevers. Cerrito montre ensuite comment les variations des gloses.info .79. permettent d’éclairer la réception de cette œuvre à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. dans les différents témoins. ms. l’article qui suit est consacré aux différentes versions iconographiques du mythe d’Actéon. suivant (O..COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 233 le modèle archéologique. dans la traduction de Jean Corbechon. juxtaposant ainsi les diverses versions d’une même œuvre. manuscrits et imprimés.79. Ces textes se distinguent notamment sur le plan de la morale.25/01/2014 01h43.. M. en adoptant une méthode reconstructionniste.99 . Roussineau) propose.25/01/2014 01h43. mise en prose du XVe siècle : ces variations constituent un témoignage précieux pour comprendre le travail de dérimage. de la traduction des Métamorphoses d’Ovide. sur la question de l’altérité graphématique de ces textes. PARIS. S’ensuit une étude de linguistique diachronique (T. propose ensuite un modèle essentialiste inversé. qui accorde une place de choix à la version originale du texte . 1104. © De Boeck Supérieur . Cerquiglini). comprend sept art. intitulée Le philologue et les variantes.158. (L’auteur. le copiste. quatre épisodes du Lancelot propre qui présentent des variations sur le thème de la levée d’une pierre tombale. BnF. de montrer l’utilité des variantes pour l’édition de textes médiévaux : y est proposé un classement des différents types et fonctions des variantes dans les trois mss et l’unique imprimé du texte en question. Document téléchargé depuis www. le modèle essentialiste. 1. Le premier (S. L’étude suivante (G. l’enlumineur : variance et création) s’ouvre sur une étude (N. à travers l’exemple de scènes précises. S.. chaque enluminure traduit une interprétation spécifique du mythe. que pour le renouvellement lexical pratiqué par le prosateur. Zumthor affirmant l’existence d’une œuvre. L’art. appendice ajouté à plusieurs témoins du Roman de Troie en prose. de la politique et de l’idéologie. La seconde part. Hériché-Pradeau étudie. Naf.158. M. inspiré des travaux de P. Tanniou évoque les différentes versions du Landomata. à partir d’exemples tirés du roman de Perceforest. Fabry présente les variations iconographiques d’un épisode précis (l’ambassade du roi Loth) du Merlin dans les mss fr. Floquet et S.cairn. l’utilité – pour une édition critique – des variantes présentes dans les versions manuscrites de Guillaume d’Angleterre.info . aussi bien pour ce qui est de la filiation par rapport au texte en vers. à la fois dans l’Ovide moralisé et dans l’Epistre Othea. L’A. Le dernier article de cette partie (C. hérité de la philologie classique.

par exemple. huit au moins sont de tradition apocryphe ou très douteuse. livre au public sous une mise en forme parfaite toute une vie de recherches consacrée à l’étude et à l’édition des chartes et diplômes concernant le groupe familial dominant des Arnulfingi (Pippinides) jusqu’à l’élévation de Pépin le Bref au trône royal en 751. seuls onze documents (dont trois faux) concernent des expéditeurs qui ne sont pas d’autre part nommément maires du palais. Tous.99 . après 800. 5. Structure formelle et modalités de recours aux formulaires. Vieillard). un témoignage de la position « quasi royale » des Arnulfingi depuis le dernier quart du VIIe siècle.38. Hanovre. 57 deperdita sont dûment recensés.. Il en va de même pour le nombre élevé de deperdita repérables sur la trace des grandes fondations monastiques proches des Arnulfingi. LII–162 p. Il faut voir là. des mss. Contenu juridique et institutionnel. impériale n’ait constitué un élément très favorable à la conservation d’un lot si important – relativement – de documents antérieurs à 751.158. que quatorze deperdita sont évoqués à partir des Gesta des abbés de Saint-Wandrille. sauf les actes de Charles Martel et de ses fils entre 737 et 743. 7. parmi lesquels. ISBN : 978-3-7752-2101-6. 4. comme le note justement l’É. En annexe. État général des sources. de trois index (des œuvres et des auteurs. Choix éditoriaux. font référence formelle au souverain mérovingien régnant. © De Boeck Supérieur . Alexandra VELISSARIOU Die Urkunden der Arnulfinger . leur dispersion chronologique. sa richesse de contenu et la sûreté de ses conclusions.99 . étude des destinataires du point de vue du problème des biens d’Église.cairn. in-8o. éd... Il s’agit au total de 35 actes (et une lettre).158. 2. pour l’entourage des Arnulfingi. les destinataires. attentive à en souligner tous les domaines d’intérêt.info . presque toujours en liaison avec des problèmes fonciers liés aux patrimoines ecclé- Document téléchargé depuis www. Stricto sensu diplomatique. L’É. l’É. Dans une préface remarquable par sa densité. C’est avec raison aussi que l’É.79. Faux et falsifications. Hahnsche Buchhandlung. « Chancellerie ».25/01/2014 01h43. temps critiques. Également à noter est. 3. Les trois capitulaires contemporains ont été laissés de côté. Informations de contenu : assemblées générales. la place importante qu’occupe Pépin de Herstal.38.. Ingrid H EIDRICH .cairn. Plusieurs documents jettent une précieuse lumière sur les contextes qui ont présidé à la réunion de plusieurs « Hoftage ». Ce simple énoncé suffit à donner une idée de la richesse à la fois des documents et de la lecture critique d’une É..H. De plus. État de la tradition textuelle. 8.G. 6. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Aucun autre groupe familial franc des VIIe–VIIIe siècles n’a laissé un tel ensemble de documents embrassant un aussi vaste réseau de destinataires/bénéficiaires.234 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 L’ouvrage comprend une conclusion (F.79..25/01/2014 01h43. des imprimés) et d’une table des matières. suppose que l’accès des Arnulfingi à la dignité royale en 751 puis. l’É. les 92 documents répertoriés sont des actes « privés ». entourage des expéditeurs. dans le lot. De fait. On note ainsi. Diplomata maiorum domus regiae e stirpe Arnulforum). Je ne peux dans cette brève recension qu’en évoquer les sujets : 1. On retient que douze documents sont des faux ou des actes lourdement falsifiés. De même. 2011 . évoque de la manière la plus efficace les principaux ordres de problèmes que posent ses documents. (M.00. a retenu quatre falsifications modernes qui présentent un intérêt à des titres divers. associé à sa femme Plectrude comme co-expéditrice. 1 vol. suivie d’une bibliographie. Prix : € 50.info .

79. trait original de la propriété urbaine. Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria–Ayuntamiento de Torrelavega. M. après un long temps de gestation. in-8o. Il s’agit d’un tableau minutieux de l’élite de Santander au Moyen Âge. la grande dispersion du patrimoine dans la ville.99. TINAGLI. mais aussi le style de vie de l’élite. © De Boeck Supérieur .158. Santander en la Edad Media. ignorée de l’étude classique de C. P. celui qui se développe autour du contrôle du pouvoir urbain au XVe siècle. rôle de la parentèle dans les transmissions du patrimoine à travers des donations de biens à l’Église.. Paola TINAGLI. mené par un médiéviste qui est aujourd’hui le meilleur spécialiste de cette ville.. analyse. qui passe par la construction de l’imaginaire et la conscience communautaire de l’oligarchie. L’A. ROGERS..99 . Elle donne lieu à un exposé méthodologique (p. 1 vol.cairn. 2005. Document téléchargé depuis www. 489 p.38. Pierre TOUBERT Jésús Ángel SOLÓRZANO TELECHEA. X–358 p. consacrée aux espaces de production.25/01/2014 01h43. La première part. Duty and Devotion. analyse la propriété rurale et urbaine des habitants de Santander . ISBN : 978-07190-8099-9. Santander. 85) qui pourrait servir de modèle en la matière à tous les éditeurs de diplômes et de chartes. et comm. 2002 . parentesco y poder.info . On admirera aussi beaucoup la rigueur qui a présidé à l’établissement du catalogue des 57 deperdita. l’influence des relations de parenté et l’évolution des structures lignagères. à étudier la structure de la propriété. Manchester–New York.. la place des femmes dans les stratégies de reproduction sociale. les relations familiales qui permettent d’accroître le patrimoine et d’obtenir le prestige social indispensable à l’exercice des charges politiques au sein de la communauté urbaine. Prix : GBP 17.cairn..38. objet de la deuxième part. 1350–1650. elle signale. Manchester U. Il est clair que l’on ne peut que saluer la qualité d’une édition qui. ISBN : 84-8102-290-X. A Sourcebook.. 1 vol. ce livre reprend la formule d’un recueil de sources italiennes traduites en anglais et orga1.28. trad. Luxury and Leisure. Brühl. Document téléchargé depuis www.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 235 siastiques à travers l’institution de l’immunité. Patrimonio. Mary ROGERS.P. enfin. Présenté comme le « compagnon » de leur précédent ouvrage commun1. dans les stratégies de reproduction. a abouti à une réussite en tous points conforme aux exigences les plus strictes de la collection dans laquelle le volume prend dignement place. Prix : € 23. © De Boeck Supérieur Le point de départ de cette étude socio-économique de l’histoire urbaine de Santander se trouve dans l’analyse d’un conflit.25/01/2014 01h43. montrent la composition et l’organisation du patriciat.158. 5). Les espaces de la reproduction sociale..info . Manchester–New York. en particulier. Ce questionnement a mené l’A.79.99 . in-8o. 2012 . D’intérêt majeur est à cet égard D 19 pour Honau (entre 747 et 751) où émergent à la fois Vassi et première exemption connue du fodrum. (Edad Media : revista de historia. de la concession en bienfait et de la commendatio. systèmes d’héritage. 1400–1650. Christine MAZZOLI-GUINTARD Women and the Visual Arts in Italy c. les mécanismes employés par les groupes dirigeants pour maintenir et accroître leur patrimoine matériel et symbolique. Women in Italy.

le quatrième axe se concentre sur les figures de femmes artistes.158. Mais les figures de femmes puissantes sont évidemment mieux reflétées par les sources. Du privé au public. veuves ou nonnes. La diversité des sources convoquées – traités théoriques. mais aussi aux familles florentines et aux patriciennes vénitiennes.79. qui donne la part belle aux villes du Nord et du centre de la Péninsule avec. prêches. ainsi qu’aux traités.38. L’apparat de notes explicatives permet alors de resituer le terme dans son contexte d’origine. Le troisième axe aborde l’art religieux.99 . Une large place est également accordée aux Gonzague.info . écrivains et artisans en convoquant également les écrits de femmes sur l’art. d’une manière générale. © De Boeck Supérieur ..cairn.. contrats. Cette richesse documentaire pose également la question de la possibilité d’une généralisation à partir d’exemples tirés de leurs contextes.79.25/01/2014 01h43. Le deuxième axe est consacré à l’art séculier commandé et acheté par les femmes. Christine de Lorraine. dans l’ensemble. La voie des femmes les plus humbles se perçoit parfois au détour de l’inventaire d’un artisan du textile (p. Sofonissba Anguissola. inventaires. Ainsi les textes abondants sur l’histoire de Milan. ou encore par l’évocation des courtisanes et des prostituées. Les choix de traduction respectent les spécificités de chaque texte-source. Le choix des sources privilégie une vision consensuelle de l’Italie de la Renaissance. retiennent les sources liées aux mondes matériels des femmes.236 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 nisées par thèmes. Il donne la voie aux pratiques de dévotion. au monde matériel qui composait le quotidien des femmes italiennes. en raison surtout de la médiation masculine nécessaire dans bien des actes publics. 25) ou d’une lettre évoquant un cadeau pour une esclave (p. en insistant avec raison sur les traités de convenance et les lois somptuaires qui régissaient les sorties publiques de ces dernières.25/01/2014 01h43. L’ouverture aux arts dits mineurs et aux pratiques artisanales nourrit en particulier le premier et le dernier axe de l’ouvrage. Dans un premier axe. les A. qu’il s’agisse d’architecture et d’agencement intérieur ou extérieur.. aux côtés de figures devenues emblématiques de la Renaissance italienne comme Vittoria Colonna. L’ouvrage s’inscrit à la croisée des études de genre maintenant bien établies et des études de culture visuelle qui donnent toute leur place aux arts décoratifs et. Une telle richesse peut interroger sur le statut épistémologique de chacun des textes traduits qui donnent un accès plus ou moins direct à la réalité effectivement vécue par les femmes. journaux intimes. comme période privilégiée les années 1450–1550. aux commandes funéraires de femmes mariées.info .princesse napolitaine mais surtout duchesse de Ferrare – et ses filles Isabelle et Béatrice d’Este. Ferrare et Urbin mettent en ressaut Éléonore d’Aragon .cairn. Le monde intime de l’espace domestique obéit à certaines règles. en respectant toujours le mouvement de la sphère intime à la sphère publique. mais laisse aussi une place à l’expression personnelle aussi bien dans les commandes artistiques que dans l’agencement des décorations.158. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. 67).99 .38. lettres officielles ou privées – est renforcée par le large champ chronologique qui est embrassé tout au long de l’ouvrage. lois somptuaires. L’apparence extérieure du costume prend toute son importance lors des cérémonies officielles dont les femmes sont témoins et actrices. Artemisia Gentileschi… On peut peut-être regretter Document téléchargé depuis www.. L’économie du portrait dans les liens familiaux et diplomatiques occupe une place justement prépondérante quand on sait le succès de ce médium à la Renaissance. les sources nous font pénétrer un monde foisonnant que les femmes investissent avec une ardeur particulière. notamment par la conservation du vocabulaire italien intraduisible sans contresens ou perte de signifiant. Enfin. Mantoue.

Fritz s’interroge sur l’énonciation du savoir lignager et montre que..info . etc.158. ID. © De Boeck Supérieur . mais aussi dans les différents cycles du Graal et le Perlesvaus. Dans un excellent « rapport introductif ». Berthelot examine des œuvres aux scénarii d’engendrement insolites. 2003. 238 p. qui détient ce type de savoir dans le cycle de Robert tandis que. Actes du 3e colloque arthurien organisé à l’Université de Haute-Bretagne. Le présent ouvrage s’en distingue par la mise en exergue du mot « imaginaire ».. un mot tout à fait adéquat pour une littérature fictionnelle où abondent les inventions liées à la conception. que traduit aussi « lignage ». Lignes et lignages dans la littérature arthurienne. définissent une typologie de la parenté et explorent les potentialités de la structure. ISBN : 978-2-503-52850-2.M. Orléans. AURELL. Centre d’Études supérieures de Civilisation médiévale de l’Université de Poitiers (12 et 13 juin 2009).. 2006 . © De Boeck Supérieur En 2006 et 2007. 13–14 octobre 2005. femme d’Alphonse de Calabre. reine de Naples (1497–1501) qui finit tragiquement sa vie en exil à Ferrare dans les années 1530. (Histoires de famille. Ferlampin1. éd. les quinze articles présentés (issus d’un colloque organisé à Poitiers en juin 2009) adoptent de façon privilégiée une problématique lignagère sur laquelle plane souvent l’ombre de Merlin : ainsi. Hüe et C.info .38. C.cairn.25/01/2014 01h43. des valeurs anthropologiques. dégageant ce qui relève de l’effet de réel.79.00. FERLAMPIN-ACHER.25/01/2014 01h43. GIRBEA.cairn.158.99 . HÜE. éd. Actes du colloque de Rennes. dans un ordre symbolique. la fratrie et le cousinage. Rennes.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 237 que la diversité de l’Italie de la Renaissance ne soit pas mieux représentée. Enfances arthuriennes. les questions de parenté et de lignage. et un plan horizontal où figurent le mariage. Joana BARRETO L’imaginaire de la parenté dans les romans arthuriens (XIIe–XIVe siècles).99 . 2010 . des liens de nature spirituelle. où les questions de mariage et de paternité/filiation sont récurrentes. J.38. M. démarqués des filiations diaboliques directes (Merlin) ou indirectes (Arthur) que l’on trouve chez Robert de Boron. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage constitue une introduction précieuse aux études de genre à la Renaissance. ermites. et même. in-8o.. les deux É.. C. Brepols. notamment le Sud de la Péninsule qui a connu de nombreuses femmes marquantes bien documentées dans les sources. 2007. à l’instar d’Ippolita d’Aragon. la paternité et la filiation. s’affirme une variété d’instances (livres. Colloque international. Turnhout. Arthur devient ainsi petit-fils de Merlin et dans Le Roman des fils du roi Constant de Baudouin Butor 1.). D. 1 vol. thème central de la littérature arthurienne. en particulier grâce aux petites introductions précédant chaque traduction. 11). Prix : € 55. Leurs exemples sont puisés chez Chrétien de Troyes. Document téléchargé depuis www. éd. tout en s’attardant sur l’efficacité narrative et la cohérence des représentations. Dans le Merlin (Mörlin) von Albrecht von Scharvenberg in der Bearbeitung Ulrich Füetreres (1270 et fin XVe siècle). si des informations (lacunaires) sont fournies par les personnages chez Chrétien. Les spécialistes pourront en faire un point de départ utile pour identifier les textes et les thèmes tout en resituant les contextes. ou d’Isabella del Balzo. dans le grand cycle du Graal. A. mais surtout par la présence du terme « parenté ». ont fait l’objet de deux volumes sous la direction de D. Document téléchargé depuis www. c’est le narrateur. La parenté au Moyen Âge. des aspirations sociales et de la religion. avec Merlin. rêves.79. Malgré l’ouverture herméneutique induite par le mot « parenté ». La richesse des bibliographies permet une entrée précise sur les arguments traités. Ce terme comporte une dimension verticale.

Une dimension mythique de la parenté est toujours implicite dans les « familles » d’Arthur et de Perceval. en place d’un Antéchrist « réussi » naissent des jumeaux assez ordinaires.J. images convoquant celles de la tombe. du philtre ou de la parole K.P.38. Chambéry ou Montmélian. 210).. Joseph d’Arimathie et le Graal entrèrent dans une chronique consacrée à l’histoire de Glastonbury dès le milieu du XIIIe siècle. J.238 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 (fin XIIIe siècle).cairn.info . Bayeux.T. à partir du Lancelot. il s’arrête sur le Petit Bruit de Rauf de Boun (1309). filiation charnelle et filiation célestielle concourent à sacraliser la chevalerie.D. et A. Daniel à la jonction de la littérature et de l’histoire.. avant de conclure que l’efficacité étiologique des figures arthuriennes se limite à la Grande-Bretagne. R. C’est plus net encore dans l’enquête très documentée menée par C. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. grâce à des interpolations. deux articles suggèrent qu’elle ne se détache pas aisément des liens familiaux. Quant à la parenté spirituelle.F. en lien avec le familial et le spirituel. attestent que lignage imaginaire et ambition politique peuvent aller de pair. de C. explique comment. A. © De Boeck Supérieur . Ferlampin montre que le Perceforest parvient à relier Arthur à Alexandre sans avoir recours à des procédés rappelant l’engendrement de Merlin.38. J. Pânzaru.cairn. la confirmation de cette ascendance achoppa sur l’impossibilité de localiser la tombe de l’ancêtre. sur le fameux Lohot (chez Chrétien et dans le Lancelot) et sur Artus le Petit à la brève existence (dans le cycle de la Post-Vulgate). Document téléchargé depuis www. Valette montre comment par la double semblance de Galaad (vis-à-vis de son père et du Christ).25/01/2014 01h43.. là où se trament les falsifications généalogiques. Trachsler montre que. contrairement aux figures épiques. décrit des tentatives à Chinon (alias Caen). ce qui dut contribuer à ruiner l’entreprise. Grigoriu interroge avec poésie les images de la mère dans les romans de Tristan et Yseut (y compris en moyen haut-allemand). l’imaginaire de la parenté s’exerce en effet sur les récits de fondation. s’interroge sur l’émancipation des jeunes dans la réalité médiévale. On peut regretter que l’axe horizontal de la parenté soit peu exploré dans le volume. I. Putter nous offre une intéressante synthèse sur le(s) fil(s) problématique(s) d’Arthur. annexer Joseph aurait contraint à donner au Graal le statut de « vérité historique » (p. Serp réfléchit sur le rôle essentiel des mères dans le prestige d’un lignage.info .R. C. À l’écart du merveilleux. les personnages arthuriens sont peu utilisés sur le continent : R. Mais. au XIVe siècle. une sexualité prolifique mais « naturelle» produit dans cette œuvre des bâtards qui pourraient faire écho à la « gaillardise » de Philippe le Bon.. À la frontière du mythique et du littéraire. lui.158. Les art. 177). C. dans Le Conte du Graal.79. Après avoir fait le point sur un filius Arturi chez Nennius. M. fils mort dans le Livre noir de Camartheu. ce qui l’amène à constater que « si la rousseur marque un tabou transgressé ainsi que la sanction que cette transgression entraîne. par le détour d’une question insolite (« Le roi Arthur était-il roux ? ») fait une mise au point détaillée sur la mythologie des roux. dans bien des cas elle est à la base même d’une nouvelle fondation » (p. où la présence surprenante de trois fils pour Arthur s’explique par les prétentions géo-politiques d’Édouard Ier sur l’Écosse. Vincensini emprunte des voies qu’il connaît bien pour rappeler que.99 . régie par le déséquilibre. Voicu s’arrête davantage sur la ressemblance physique pour dégager les limites de la notion de lignage : un excellent lignage ne dispense pas du mérite.158. sur un Llacheu. Galaad transcende les relations de paternité pour engendrer une chevalerie qui le quête. Perceval est l’incarnation d’une médiation problématique.25/01/2014 01h43. Surtout. Ueltschi. c’est ce qui explique l’échec du père de Galaad.79.99 . B. C.

Spirituelles ou fonctionnelles. Joëlle DUCOS. l’est beaucoup moins : sœurs. celui des romans en vers écrits au long du XIIIe siècle à l’écart du Graal et des troubles généalogiques qu’il induit. C. Schauwecker). Bernard).79. l’axe horizontal. le premier étant Sciences. Lamassé).00. on l’a vu. A. Ces contributions constituent les actes d’un atelier franco-allemand. confirme la richesse du sujet mais ne l’épuise pas. de M. Vedrenne-Fajolles.38. et voit dans leur mort tragique la suprématie de Fortune sur Nature.. Breeze note surtout des aspects féminins dans les représentations des Mabinogion.99 . concepts et terminologie dans les langues médiévales et le second Textes de savoir : de l’écriture à la mise en fiction. VIII–437 p. en prise avec l’« imaginaire de la parenté ». qui a eu lieu à la Sorbonne en 2009 entre l’Université d’Heidelberg et l’Université de la Sorbonne. Annie COMBES Sciences et langues au Moyen Âge. non pas innées mais désirées. ce riche ouvrage aborde également des questions transversales : 1) de méthodologie Document téléchargé depuis www. Galderisi s’arrête sur les questions de reconnaissance/méconnaissance entre les deux frères Balaain et Balaan dans la Suite du roman de Merlin. notamment grâce à l’étude de la traduction occitane au XIVe siècle de la Cyrurgia d’Albucasis . notamment grâce à l’étude du De vulgari eloquentia de Dante . Kiwitt et de K. Le Cornec) grâce à l’étude de la dénomination des poissons réels ou imaginaires dans les textes médiévaux . elles sont. Peut-être conviendrait-il de les rechercher. Dörr. réparties en deux grands thèmes. Universitätsverlag Winter. construites ou inventées.38. Ducos rassemble 21 contributions.cairn.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 239 mais souligne aussi la détermination des sœurs d’un Perlesvaus ou d’un Perceval. notamment grâce à l’étude des constructions syntaxiques dans les Chartes et documents de l’abbaye de Saint-Magloire. Paris. de D. de S. le droit (articles de S. Albesano).25/01/2014 01h43. Marcotte et de H.S. éd. Wissenschaften und Sprachen im Mittelalter. elles aussi. terminologies et lexèmes particuliers. Trotter. © De Boeck Supérieur .info . la médecine et la diététique (articles de M. 1 vol. Wilhelm et de S. au sein de la littérature arthurienne. Biu). les parentés d’ordre non biologique mais métaphorique restent largement à découvrir.. Corradini. Ces 21 contributions dressent un panorama large de traités. et la politique (article de M.158.. Mussou) grâce à l’étude du traité d’optique contenu dans le Livre des eschez amoureux moralisés d’Évrart de Conty (XIVe siècle) . cousins et cousines sont peu évoqués.cairn. de M. riche en cas curieux.158. Bazin-Tacchella.info . 168).79. L’ouvrage édité par J. dans un corpus un peu négligé. (Studia romanica. Prix : € 64. Actes de l’Atelier franco-allemand. d’I. la rhétorique et la linguistique (articles de R.. de terminologies et de pratiques scientifiques médiévales diverses : l’astronomie (articles de S.. notamment grâce à l’étude du Comencement de Sapience .99 . En effet. rédigés entre 996 et 1279. de M. Au travers de l’étude de ces textes. Bellotti et de Y. Cet atelier portait sur la place des langues vernaculaires dans la diffusion du savoir au Moyen Âge. Husson et de S. si la dimension verticale des lignages arthuriens paraît désormais bien explorée. frères. la physique (article d’A. Est-ce à dire que leurs rôles sont plus banals ? Surtout. 27–30 janvier 2009. l’arithmétique (articles de S. Rommevaux. notamment grâce à l’étude du Pratike de géométrie .25/01/2014 01h43. Heidelberg. ISBN : 978-3-8253-5940-9. Ce volume varié dans ses approches et ses objets. Job) grâce à l’étude des lettres entre le pape Grégoire IX et l’empereur Frédéric II (1227–1241). © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. la biologie (article de C. 2012 .

S. de l’Antiquité aux premiers Temps modernes et de la Mésopotamie à l’Occident européen. Corradini) . 16). de S. Mussou et de S.99 .38. Magic. Florence.25/01/2014 01h43.cairn. Fery-Hue). à savoir.S. Bernard) .79. Le Cornec et d’A.. Marie STEFFENS Ritual Healing. Husson. 3) de linguistique diachronique comme celle de l’émergence d’une langue scientifique vernaculaire. éd. Charles BURNETT. SISMEL–Ed. 4) de pragmatique comme celle des outils d’articulation textuelle. Prix : € 45. de S..158.240 COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 Les chercheurs dont l’intérêt porte sur ces domaines scientifiques.info . in-8o. Document téléchargé depuis www. mais comme une expression inclusive de différentes façons de prodiguer des soins. de la visée vulgarisatrice de certains textes scientifiques (articles d’É. 48). 221 p. Bhayro explore le sens de la thérapie musicale exercée par David à l’égard de la maladie de Saül (1 S. relatent la description de quelques rituels de guérison relatifs à un arc chronologique et à un milieu géographique très vastes. entre la science médicale.. © De Boeck Supérieur comme celle de la distinction entre les outils encyclopédiques et les outils lexicographiques qui permettent de rendre compte de l’histoire des formes et des sens (article d’I. (Micrologus Library. en continuité avec le latin et dont la validité est prouvée par le peu de latinismes qu’elle contient (article d’H. du public cible. la création d’une terminologie mais aussi de nouveaux objets et de nouveaux concepts (articles de M. Rommevaux. Mussou) ou celle des traductions latines d’œuvres composées en langue vernaculaire (article de F.00. son inhérente néologie. en surmontant les barrières. Trotter et de M.79. Le rituel y est présenté non pas comme une catégorie distincte. Vedrenne-Fajolles) ou celle de l’amélioration des outils informatiques d’exploitation des textes médiévaux (article de S.99 . Ritual and Medical Therapy from Antiquity until the Early Modern Period. Albesano) ainsi que la conscience qu’ont les scripteurs-traducteurs du temps de contribuer à cette émergence (articles de S. les particularités formelles et thématiques des textes scientifiques médiévaux ainsi que sur les questions linguistiques et littéraires générales décrites ci-dessus trouveront dans cet ouvrage de quoi alimenter leur réflexion. Ces miscellanées.25/01/2014 01h43. 1 vol. Dörr et de K. de la théorie scientifique dans laquelle ce lexème s’insère et de ses équivalents dans les autres langues de la même famille linguistique (article de M. Lamassé et de R. Ildikó CSEPREGI.info . la médecine folklorique ou magique et la pratique thérapeutique religieuse. 2) de sémantique comme celle de la prise en compte. on indique comment quelques rituels se sont conservés au cours des siècles ou comment ils ont pu passer d’un milieu géographique à un autre et se sont transformés selon le contexte historique. Bazin-Tacchella) . la création et l’essor en langue vernaculaire des termes qui leur appartiennent. d’A. qui sont le fruit d’un colloque organisé en 2006 au Warburg Institute.cairn. del Galuzzo. Dans son essai. © De Boeck Supérieur . pour l’interprétation d’un lexème dans un texte scientifique médiéval en langue vernaculaire.. 6) de littérature comme celle de l’introduction de réflexions scientifiques dans des œuvres littéraires de fiction (articles de C. respectivement. Dans quelques essais de ce volume. 5) de sociolinguistique comme celle du statut des langues de spécialités et de l’expression des sciences au Moyen Âge (articles de D. de Roberto. Wilhelm) . souvent encore trop soulignées par l’historiographie.38.158. L’action de la musique devrait être Document téléchargé depuis www. 2012 . Biu). Bellotti) . ISBN : 978-88-8450-4432.

qui se sont ensuite diffusés dans le temps et dans l’espace. comme la religieuse. chez les Grecs et les Romains.COMPTES RENDUS – LE MOYEN ÂGE – CXIX-2013 241 considérée surtout par rapport à l’instrument. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.cairn. on enseignait les méthodes que l’on devait mettre en pratique pour pouvoir s’assurer la confiance du malade. relate une liste de rites. d’un très haut niveau.cairn.158. Alessandra FOSCATI Document téléchargé depuis www. l’A. Bohak décrit la complexité du processus de transmission d’une formule d’exorcisme dans un papyrus du Qumran. L’essai de G.158. Salmom souligne comment la mobilisation des émotions et la dimension empathique appartenaient non seulement au domaine des formes de guérison sacrée ou profane. A. G. la lyre.E. se référant à quelques exemples relatifs à des sources hagiographiques du VIe siècle et à des miracula tirés de quelques processus de canonisation. entre des gemmes à usage magique et des gemmes destinées à toute autre utilisation. indiqué comme le fondateur de cette science. M. C. à partir de l’iconographie. de développer d’autres analyses qui pourraient assurer la continuité de cette œuvre. montrant leur évolution relativement aux changements de la réalité thérapeutique quotidienne. texte de médecine hébraïque dont la datation et l’origine sont incertaines.. Outre à s’arrêter sur l’étiologie des cultes respectifs. aux statues des athlètes olympiques et des guerriers. il démontre comment au niveau universitaire. passe à la description du rituel dans les sanctuaires chrétiens grecs. de l’Asaph. Bartholomaeus Carrichter. mais aussi à la culture médicale . mettant en évidence la difficulté dans l’Antiquité de distinguer la religion de la magie.99 . élément considéré comme devant faire partie activement de la thérapie elle-même. Il démontre comment les thérapies médicales à l’intérieur des sanctuaires consacrés à Asclepios étaient influencées par la tradition hippocratique et reflétaient dans leur rituel les gestes de la médecine terrestre.. Le spécialiste reconnaît dans le texte un résumé de la préface. Rider s’occupe d’une œuvre du médecin du XVIe siècle..38. lié à des rituels antiques et à des pratiques de la magie et de la mantique depuis ses origines orientales. Nutton transcrit et traduit un texte latin inédit rédigé vers 1341 où l’on décrit une histoire de la médecine qui relie les grands médecins de l’Antiquité directement à Noé. Du monde païen.79. Le texte médical. à un recueil de recettes magiques transcrites d’environ 1000 ans après. Gorrini recueille des témoignages sur le pouvoir guérisseur accordé. ultérieur exemple de dépassement des barrières entre la médecine et la magie. au XIIIe et au XIVe siècle. mêlés à différentes méthodes thérapeutiques. née de l’amalgame de plusieurs légendes judaïques. Csepregi concerne le rituel d’incubatio.99 .25/01/2014 01h43. Nagy reprend et dépasse la subdivision nette donnée par les archéologues. V. Ce volume.info . où se reflète la culture judaïque de la période du second Temple..25/01/2014 01h43. par l’ampleur du sujet traité. laisse ouverte la possibilité. où sont décrits les rituels qui devaient avoir été utilisés par les sorcières pour jeter un sort sur quelque individu et le faire tomber malade. au XIe siècle.38. Klaniczay considère l’incubatio au sein du monde occidental chrétien.79. F.M.info . Le sujet de l’essai de I. aptes à guérir de ces mêmes maladies. © De Boeck Supérieur .