You are on page 1of 163

Paru sur Village-justice.

com

L'extension de la responsabilité pénale des personnes morales Par Fabrice Belghoul, juriste
Mémoire du DEA de droit économique et des affaires d'Orléans nietz2003@aol.com

Remerciements !e tiens " remercier Madame #ollet As$ri %our son aide et sa dis%oni&ilité. !'e(%rime é)alement ma reconnaissance " *auriane #onnan %our son soutien.

1

Paru sur Village-justice.com

+R,-#,+A*E. A/RE0,A1,O-. 2 art. 2 article /ull. 2 /ulletin /ull. ci3. 2 /ulletin des arr4ts des c5am&res ci3iles de la #our de cassation /ull. crim. 2 /ulletin des arr4ts de la c5am&re criminelle de la #our de cassation #5. 2 #5am&re c5ron. 2 c5ronique #i3 2 Arr4t de la c5am&re ci3ile de la #our de cassation coll. 2 collection #om 2 Arr4t de la c5am&re commerciale de la #our de cassation #ons. const. 2 Décision du #onseil constitutionnel contra 2 en sens contraire #+ 2 #ode %énal #rim. 2 Arr4t de la c5am&re crimnielle de la #our de cassation D. 2 Recueil Dalloz doctr. 2 doctrine Dr. %énal 2 Droit %énal éd. 2 éditions 6az. +al. 2 6azette du %alais in 2 dans !#+ 2 !uris classeur %ériodique 7.emaine 8uridique9 !O 2 !ournal officiel n: 2 numéro o&s. 2 o&ser3ations op. cit. o2pere citato 7dans l'ou3ra)e cité9 %. 2 %a)e Re3. sc. crim. 2 Re3ue de science criminelle et de droit %énal com%aré R,D %én. 2 Re3ue internationale de droit %énal .oc. 2 Arr4t de la c5am&re sociale de la #our de cassation

2

SOMMA !"
Premi#re partie L$ %assouplissement de l%exigence d%une &aute;...;...;.1<
commise par un organe ou un représentant 'hapitre ( =$ ne inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant;;;1> .ection 1 2 *'assimilation d'un mandataire su&stitué " un re%résentant..;1? .ection 2 2 *'assimilation d'un mandataire tacite " un re%résentant;;....2@ 'hapitre ) *$ 'e(i)ence assou%lie de l'identification de l'or)ane;;;;;33 ou du re%résentant .ection 1 2 *e %rinci%e de l'identification d'un or)ane;;;;;;;....3A ou d'un re%résentant .ection 2 2 *a remise en cause du %rinci%e de l'identification..;;;;...3B

*euxi#me partie l$%augmentation des cas de responsabilité;..;..;;;<3
pré+us par la loi ou le r#glement 'hapitre ( =$ n accroissement si)nificatif des infractions %ré3ues;;;;.<< .ection 1 2 *es cas %ré3us %ar la #ode %énal de 1BB2;;;;;;;;.<< .ection 2 2 *'a%%arition de nou3eau( cas a%rCs le #ode %énal de 1BB2;..<B 'hapitre ) *$ a remise en cause du %rinci%e de s%écialité;...;;;;...;.>A .ection 1 2 *'accroissement des critiques sur le %rinci%e de s%écialité..;.>A .ection 2 2 *a su%%ression annoncée du %rinci%e de s%écialité;;;;...?0

l s'a)issait de sa3oir si le lé)islateur %eut discrétionnairement décider d'accorder la %ersonnalité " ces )rou%ements.L%extension de la responsabilité pénale des personnes morales Introduction +our a%%ré5ender la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD il faut au %réala&le définir la %ersonne morale. *es conditions d'o&tention de la %ersonnalité 8uridique %our les )rou%ements ont fait l'o&8et de nom&reu( dé&ats. *es )rou%ements ont la %ersonnalité 8uridique s'ils sont %our3us d'intér4ts collectifs distincts de ceu( de leurs mem&resD d'une 3olonté collecti3e qui %ermet la défense de leurs intér4tsD et d'une or)anisation collecti3e qui assure l'e(%ression de cette 3olon té. D. *a %ersonnalité morale ne dé%end %as du lé)islateur mais de critCres %ermettant de 3érifier qu'elle e(iste. *a #our de cassation a donc consacré la t5éorie de la réalité. =ne %ersonne morale est un E groupement doté.1B<AD %. #e%endant la 8uris%rudence n'a %as sui3i ce raisonnement. *a loi %eut néanmoins décider des formalités d'o&tention de la %ersonnalité 8uridique et de l'étendue des droits et de3oirs de ces %ersonnes. . d’une personnalité juridique plus ou moins complète 1 F. *a %ersonnalité morale n'est %as définie %ar la loi. sous certaines conditions.*e3asseur. . AinsiD selon le tJ%e de 3 1 2 6.#OR-=D 0oca&ulaire 8uridique de l'association KenrJ ca%itant. elle appartient à tout groupement pourvu d’une possibilité d’e pression F.elon les %artisans de la t5éorie de la fictionD la %ersonne morale est une fiction 8uridiqueD elle n'est %as un 4tre distinct de ses mem&resD et seule la loi lui confCre la %ersonnalité ci3ile. la #our de cassation a décidéD dans un arr4t de la deu(iCme c5am&re ci3ile en date du 2@ 8an3ier 1B<A2D que E la personnalité civile n’est pas une création de la loi . .21?D note 6. #e contrGle de la loi 3ise " %roté)er les tiersD en leur %ermettant de connaHtre les instances diri)eantesD notamment au cas oI le )rou%ement serait fictifD c'est " direD s'il ne rem%lissait %as les conditions sus mentionnées.

/=MME*A.ME-O=.1ERRED D. 6. +récisD 1BB>D n:2A>. M.MA*A=R.ED %es personnes %es incapacitésD !e&rénoisD coll.3 L. Cme .*A-ORED !roit civil D "rmand #olin D 13 éditionD 2003D n:1@2. +récisD 1BB@D n:3<3. les biensD Montc5restienD B éditionD 1BBBD n:??<. +.1ERRED Introduction générale au droitD !allo'D A éditionD coll.#OR-=D Introduction $ les Cme personnes.**E1D !roit civil $ %es personnes %a &amille %es Cme Cme incapacitésD !allo'D > éditionD coll. M. Droit ci3ilD 2003D n:3<>.

i la loi ne décide %as de la %ersonnalité 8uridique des )rou%ementsD alors tout )rou%ementD qui rem%lit les critCresD a 3ocation " la %ersonnalité morale. ) 2001D %.)rou%ementD la %ersonnalité morale s'acquiCre %lus ou moins facilement et la %ersonnalité 8uridique est %lus ou moins com%lCte. -éanmoins les tJ%es de )rou%ements aJant la %ersonnalité 8uridique ne %eu3ent 4tre déterminés a3ec e(5austi3ité de%uis l'arr4t du 2@ 8an3ier 1B<A@.fr .2001 %.eules les sociétés immatriculées %eu3ent en)a)er leur res%onsa&ilité %énale. +ourtant cette 8uris%rudence est %arfois critiquéeD la sou%a%e traditionnelle de la fraude ne %araissant %as suffisante " certains auteurs?.néditD %our3oi n:02 @23?>. /ull. Et certains auteurs se fondent sur la t5éorie de la réalité des %ersonnes A < #rim. Ainsi les sociétés créées de faitD les sociétés de faitD les sociétés en formationD les sociétés en %artici%ation n'en)a)ent %as leur res%onsa&ilité %énale.MA1. . #e%endant la %ersonnalité morale est reconnue " %lusieurs caté)ories de )rou%ements et %our certaines caté)ories les conditions de mise en Nu3re de la res%onsa&ilité diffCrent. ? D.0.le)ifrance )ou3. . . #oncernant tout d'a&ord les sociétésD la %ersonnalité morale s'acquiCre " %artir de l'immatriculation. 1A décem&re 1BBBD /ull. crim. -éanmoins il %araHt lo)ique qu'une entité ne su&isse %as les conséquences %énales des fautes d'une structure " laquelle elle était 8uridiquement étran)Cre au moment des faits. *a société ne %eut %lus 4tre déclarée res%onsa&le lorsqu'elle dis%araHtD c'est " direD lors de la dissolutionD mais la %ersonnalité morale étant maintenue %our les &esoins de la liquidationD elle %eut 4tre %oursui3ie 8usqu'" la fin de cette derniCre. crim.@3@. > . .O+O=*O=D E *a société a&sor&ante n'est %as res%onsa&le de l'infraction commise %ar la société a&sor&ée F. Donc la société a&sor&ée ne %eut %as 4tre sanctionnée %énalement tout comme la société a&sor&ante. 2000 n:23?D !. *a société %eut aussi dis%araHtre %ar fusion a&sor%tionD la #our de cassation considCre alors dans deu( arr4ts en date du 20 8uin 2000 et du 1A octo&re 2003 que E l’absorption avait &ait perdre son e istence juridique à la société absorbée F.l s'a)it notamment des associations 7déclaréesD reconnues d'utilité %u&lique9D des sJndicats %rofessionnels et des fondations. < > A D'autres %ersonnes morales de droit %ri3é sont susce%ti&les d'en)a)er leur res%onsa&ilité %énale. Dis%oni&le sur OOO. 1BBB n:30>.#K L **ADOD E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales en cas de fusion (#FDP éd. *es %ersonnes morales sont res%onsa&les %énalementD ce qui constitue trCs certainement la %lus )rande inno3ation du nou3eau #ode %énal de 1BB2.@<3D note K.

es 1BB>D n:1ABD numéro s%écialD %. . Cme #. -.i la #our de cassation a reconnu la réalité des %ersonnes moralesD elle n'en e(clut %as moins les formalités nécessaires " l'e(%ression de cette entité et la nécessaire 3olonté de ses mem&res de lui conférer la %ersonnalité 8uridique. et M. A éditionD 1BBBD %. %itecD 1B@@.morales %our affirmer que les )rou%ements de fait %eu3ent se 3oir attri&uer une %ersonnalité morale et 4tre res%onsa&les %énalementB. *es acti3ités non délé)a&les sont celles qui nécessitent l'e(ercice de %réro)ati3es de @ B +récité. *es )rou%ements d'intér4ts %u&licsD les sociétés d'économie mi(teD les entre%rises nationaliséesD les éta&lissements %u&lics sont res%onsa&les %énalement12. *e &ut était de %roté)er les collecti3ités territorialesD tout en é3itant une distorsion de la concurrence dans les domaines d'acti3ités rele3ant du secteur %ri3é1A. 11 M.3>A et 3><.#OM+OR1. et M.%’*armattanD 2003D n:1@>.D E Res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 la notion d'entité %ersonnifiée FPD etites a&&ic.RO-1#KE0. 1out d'a&ord l'Etat est e(clu de la ré%ression %énale10D e(clusion fondée sur le mono%ole de la ré%ression qu'il détient 7il n'est %as en3isa)ea&le que l'Etat se %unisse lui m4me9 et sur la sé%aration des autorités11.*E 6=-EKE#D !roit pénal généralD )conomica. dont la rémunération est substantiellement liée au résultat de l’e ploitation du service 1 < F.+OR1E. *es contrats %eu3ent 4tre des concessionsD des ré)ies intéresséesD des afferma)es ou des )érances1>.émis.Q.+*A-P=ED %a détermination de la personne morale pénalement responsable. 10 Art. ! #. AinsiD les )rou%ements de faitD qui ne 3eulent %as la %ersonnalité 8uridique et qui ne font %as les démarc5es nécessaires " celaD ne %eu3ent %as en)a)er leur res%onsa&ilité %énaleD seuls leurs mem&res %eu3ent 4tre sé%arément %oursui3is.RO/ER1D !roit pénal généralD +. En re3anc5e E les collectivités territoriales et leurs groupements ne sont responsables pénalement que des in&ractions commises dans l’e ercice d’activités susceptibles de &aire l’objet de convention de délégation de service public 1F3. )d. . #or%usdedroit%ri3éD 2003D n:<@A.DE.?.+=E#KD !roit pénal général. 10Cme éditionD coll. 121 2 alinéa 1. En ce qui concerne ensuite les %ersonnes morales de droit %u&licD des limitesD dont nous ne traiterons %as )énéralement dans le cNur de cette étudeD sont %osées %ar l'article 121 2 du #ode %énal. ! K. *a délé)ation de ser3ice %u&lic est E un contrat par lequel une personne morale de droit public con&ie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé.

*.1A11 1 du #ode )énéral des collecti3ités territoriales. 1A M.12 13 R. .+OR1E.*E 6=-EKE#D op.0. et M.1=D+raité de droit criminelD #ujasD 1ome 1D ?Cme éditionD 1BB?D n:>A2.+OR1E. cit. cit.MER*E et A. 1> M.DE.DE.D n:<@A. 1< Art.*E 6=-EKE#D op. Art. et M. 121 2 alinéa 2.D n:<@A 2.

.i cette limitation de la res%onsa&ilité des %ersonnes morales n'est %as facile " inter%réterD elle ne sem&le %as faire l'o&8et d'un assou%lissement. -ous considéreronsD %ar analo)ie a3ec la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes %5JsiquesD que la loi franRaiseD et donc la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD s'a%%lique au( %ersonnes morales étran)Cres. .l n'en fut ce%endant %as tou8ours le casD E -ocietas delinquere non potest .%uissance %u&liqueD c'est " dire des acti3ités de ser3ice %u&lic administratif. #e%endant ces entitésD que l'on qualifierait au8ourd'5ui de %ersonnes moralesD ne %ou3aient %as commettre de dol 7c'est " dire de délits9. . *es romains considéraient que le re%résentant a)issait en 3ertu des %ou3oirs que lui conférait la loi.l a%%ert au8ourd'5ui que les %ersonnes moralesD m4me étran)CresD sont res%onsa&les %énalement. Au contraireD il sem&lerait que la #our de cassation soit trCs e(i)eante %our que la res%onsa&ilité des collecti3ités territoriales soit en)a)éeD %uisqu'elle a récemment différencié l'e(%loitation du ser3ice %u&lic du trans%ortD qui est délé)a&leD de son or)anisation qui ne l'est %as1?.. *e droit romain connaissait l'e(istence d'entités cor%orati3es telles que l' . Donc lorsqu'il commettait un dolD le re%résentant a3ait outre%assé ses %ou3oirs et n'en)a)eait %as la res%onsa&ilité de l'entité . *a %eine encourue %ar la %ersonne %5JsiqueD or)ane ou re%résentant de la %ersonne moraleD serait %rise en com%te %our décider si la %ersonne morale %eut se 3oir a%%liquer le droit franRais.l en serait de m4me %our des infractions ma8eures20. Alors que les acti3ités délé)a&les sont celles qui %eu3ent ra%%orter de l'ar)entD il s'a)it d'acti3ités de ser3ice %u&lique industriel et commercial.on Euniversitas re%résentant a)issait en son nom et %our son com%te. 1out d'a&ordD la loi franRaise s'a%%liquerait lorsque l'infraction est commise sur notre territoire1@. +ourtantD la question de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales s'est %osée quelle que soit l'é%oqueD " RomeD au MoJen a)e. .fut lon)tem%s la rC)le. En ce qui concerne enfin les %ersonnes morales étran)CresD nous sommes dans l'incertitude en l'a&sence de %récision lé)islati3e ou 8uris%rudentielle.. .l sem&leraitD ce%endantD que les auteurs s'accordent %our dire que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales s'a%%lique " elles. Or la loi ne lui donnait %as le %ou3oir de commettre des dols. EnsuiteD lorsque la 3ictime de l'infraction est franRaise et si l'infraction est %unie de l'em%risonnement1B.

.1? 1@ #rim. 113 10 du #ode %énal. 113 ? du #ode %énal. 113 2 du #ode %énal. Art. 20 Art. 1B Art. > a3ril 200AD %our3oi n:03 @23BA.

TEE %récitéD %.B. 2A R.. et %ou3aient 4tre condamnées " la %ri3ation d'un %ri3ilC)eD ou " une amende au %rofit du RoiD sans qu'une %eine afflicti3e ne soit %rononcée contre les mem&res du )rou%ement .132.13> note 10.ME.cor%orati3e . .*.. .9 en 30 2B 2> 2< / 0 21 . Des auteurs2? démontrent toutefoisD %ar le &iais d'ou3ra)es de l'é%oque2@D que le %a%e et les différents rois sanctionnaient les entités cor%orati3es 7communeD universitas. .i la ré3olution franRaise remet en cause la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales c'est tout naturellement %arce qu'elle a su%%rimé toutes les %ersonnes morales 7cor%sD sociétés.l sem&lerait que la rC)le de l'irres%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales se soit %ro)ressi3ement assou%lie en droit romain. . AinsiD E l'action %énalequod metus causa 2F3 %ou3ait ser3ir de fondement " la res%onsa&ilité des E universitas contro3ersée et que tous les auteurs ne sont %as du m4me a3is . *a reconnaissance de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est de3enue le %rinci%e en Mrance lorsque l'1rdonnance criminelle de 2345 l'a consacrée en dis%osant que E le procès sera &ait au communautés des villes. *es %ersonnes morales %ou3aient 4tre res%onsa&les de soulC3ementsD de meurtresD e(cCs ou 3iolences %our maintenir leurs droits. 22 A. M.*.TEE %récitéD %.1RED E *es %ersonnes morales et le %ro&lCme de leur res%onsa&ilité %énale FD 15Cse +arisD 1@BB. De m4me au MoJen A)eD la question de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales s'est %osée %our l'E)lise et les Rois de Mrance. bourgs et villages.9.TEED E De la ca%acité or)anique et des res%onsa&ilités délictuelle et %énale des %ersonnes morales8FeDvue de droit de 6c7ill 1BB<D 3olume A1D %. . corps et compagnies qui auront commis quelque rébellion.l nous faut ce%endant noter que la question de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales en droit romain reste 21 M.l sem&lerait que le +a%e innocent AD ait été contre la sanction %ar l'E)lise d'une E universitas F au motif qu'elles sont sans Sme et qu'elles sont une fiction . 23 Action %our 3iolence morale concédée " la %ersonne aJant contracté sous l'em%ire d'une crainte fondée.*. violence ou autre crime F. Des te(tes romains auraient %ré3u cette res%onsa&ilité dans de nom&reu( domaines22. *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est acquise 8usqu'" la ré3olution franRaise. +ar e(em%le la 3ille de /ordeau( a été dissoute %ar le #onseil du Roi a%rCs son soulC3ement lors de la Mronde . *es 5istoriens du droit ne s'accordent %as sur la %osition de la %a%auté 3is " 3is de la res%onsa&ilité des E universitas .13>. 2< M.0A*E=RD %a responsabilité pénale des personnes morales dans les droits &ran9ais et anglo-américains D 6arcel 7iard 1B31D %.

les Villes et les #ommunautés d’*abitantsD éd.2> 2? M.3@A. A.1KE/A=*1D %a responsabilité pénale des personnes morales de droit public D Mémoire DEA OrléansD 1BB?D %.1RE %récitéD en citant notamment !ean /odin.-D %es 1rdres.3.*.TEE %récité. %o<selD 1BB@D %. 30 O.MAR1. .. 2B M *.A1D !roit pénal généralD P:.ME.RA. %es Pa<s. éd.2000D n:3A<. 2@ M *.

D n:>3B. +récisD 2Cme .l s'a)it notamment de l'Allema)neD de l'.13@.0RE %récité. 3> R. #e n'est qu'en 1BB2 que le droit %énal franRais a %ré3u de ré%rimer les %ersonnes morales. 3< +.*.1ERRED D. 3? !. cit.MA.nternational de droit %énal de /ucarest. 3A +récité. 31 32 3B M.+RADE*D!r oit pénal comparéD !allo'D coll.TEE %récitéD %. +. 33 M.ME.D n:2<0. +our que la %ersonne morale soit sanctionnée il suffit qu'un acte illicite ait été commis et qu'il soit en ra%%ort a3ec les acti3ités des %ersonnes morales 7 E Verbandsunrec.l faut ce%endant tem%érer ces %ro%os en %récisant queD dans la %lu%art de ces %aJsD les %ersonnes morales font l'o&8et de sanctions non %énales " caractCre ré%ressif. Elle en redoutait l'influence et la concurrence.13B. *es %ersonnes morales sontD ce%endantD %ro)ressi3ement réa%%aruesD la société ne %ou3ant se %asser de cet outil de dé3elo%%ementD et la question de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales s'est de nou3eau %osée. .uisse et de la Russie .*.ME-O=. . De nom&reu( %ro8ets %ré3oJant la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales se sont multi%liés mais n'ont %as a&outi .talieD de l'Es%a)neD de la .TEE %récitéD %. . *es %artisans de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et leurs o%%osants se sont affrontés en 1B2B lors du #on)rCs . #'est certainement en %renant en com%te cette %ro%osition que le lé)islateur a3ait tenté d'incriminer les %ersonnes morales dans le %ro8et de #ode %énal de 1B3A .1RE %récité. #ette ré%ression non %énale %ermet de sanctionner les %ersonnes moralesD mais contrairement au( sanctions administrati3es franRaisesD qui sont limitées " certaines matiCresD la ré%ression administrati3e allemande est )énérale. De %lusD dans ces %aJsD de récents %ro8ets de loi 3ont dans le sens d'une res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et la doctrine J est de %lus en %lus fa3ora&leA0.l en est ressorti une %ro%osition de ré%rimer les %ersonnes morales .1=D op.0RED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F-D# 1B<@D %.MA. A.**E1D op.t F ou ra%%ort d'entre%riseD %our la doctrine allemande9 .MER*E et A. M. +ar e(em%le en droit allemand coe(istent une ré%ression administrati3e et une ré%ression %énaleD une ré%ression administrati3e qui n'est %as sans nous ra%%eler 3@ 3? 3> 3< 3A 33 31 32 les sanctions administrati3es " caractCre ré%ressif franRaises des autorités administrati3es .i la Mrance a admis la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD de nom&reu( %aJs ont encore au8ourd'5ui %our %rinci%e l'irres%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.1?B2 . . .<A?.0.l ne de3ait e(ister aucun intermédiaire entre l'Etat et l'indi3iduD seul l'Etat de3ait re%résenter le %eu%le . cit.

2>2. 1BB>D . cit. 3B .6EEROM.MMA=*1 1RE#AD E *a ré%ression administrati3e 8F-D# a3ril 8uin 1BB>D %.R. comp. A0 !.<><.éditionD 2002D n:2A0.D E *a res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale 2 une étude com%arati3e 8IF! %. 3@ !.D n:2A0..+RADE*D op.

A@ Art. -ous %ou3ons notamment citer le second %rotocole de la #on3ention relati3e " la %rotection des A1 A2 . +uis elle a été étendue " toutes les infractions %ar une loi du 23 8uillet 1B?>. 3. #ette recommandation n'a %as de 3aleur contrai)nanteD le lé)islateur national reste sou3erain quant au c5oi( du tJ%e de res%onsa&ilitéD mais %eut encoura)er certains %aJs 5ésitant " reconnaHtre la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. #ette derniCre a inséré dans le #ode %énal un article <1 qui dis%ose que tous les faits incriminés %eu3ent 4tre commis %ar des %ersonnes %5Jsiques et des %ersonnes morales .. %récitéeD %.TEE %récitéD %. #ette situation de3rait encore s'accentuer en Euro%e %uisque le #omité des ministres du #onseil de l'Euro%e s'est e(%rimé en fa3eur d'une telle res%onsa&ilité dans la recommandation n:R 7@@9 1@ E concernant la res%onsa&ilité des entre%rises %ersonnes morales %our les infractions commises dans l'e(ercice de leurs acti3ités < 1 <0 A@ AB A? A> de%uis 1BB1D la Minlande de%uis 1BB<D l'Estonie de%uis 1BB@D et la F . A3 M. D'autres te(tes encoura)ent la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales au sein de l'Euro%e. . A< M. A> .D n:2A2.6EEROM.<3>. c. *a 8uris%rudence a d'a&ord reconnu la res%onsa&ilité des %ersonnes morales %our les actes d'omission 7R.6EEROM.*. %récitéeD %. *e droit an)lo sa(on est un droit essentiellement 8uris%rudentiel dont l'ada%tation au( e(i)ences de la 3ie moderne et au( fluctuations du tem%s est %lus ra%ide.TEE %récitéD %. .. Dans un second tem%sD le lé)islateur an)lais a reconnu la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales dans l' IEnterpretation "ct F de 1@@B. *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales était limitée en 1B<1 au( délits économiques 7article 1< de la loi sur les délits économiques9 .1A0. Dans un %remier tem%sD ce sont les 8uridictions an)laises qui ont %osé des e(ce%tions au %rinci%e d'irres%onsa&ilité ..Dans l'é%oque moderneD la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est a%%arue %our la %remiCre fois en An)leterre .+. #'est en 1BA3AAD )rSce " la t5éorie de l'identificationD que la 8uris%rudence a étendu la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales " la E #ommon la> A < A3 A2 A1 F. AA Décision D.+. /irmin)5am en 1@A29 %uis %our les actes %osés 7+.+RADE*D op. /eaucou% d'autres nations reconnaissent la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 le Danemar$ D la -or3C)e /el)ique de%uis 1BBB . %récitéeD %. A? !.1A0. Qent U .usse( #ontractors *td. *es +aJs /as incriminent les %ersonnes morales de%uis 1B?>.e 7reat =ort.6EEROM. cit. 2< du #ode %énal.*. o& )ngland 8< en 1@A>9 .<3>.<3?.

6EEROM.D n:2A2. . <1 .+RADE*D op.<3<. !. !. A@ a et A@ & du #ode %énal. cit.D n:2A2..AB <0 Art. %récitéeD %. cit.+RADE*D op.

D !roit pénal européen. <A !.elon cette t5éorie le com%ortement des diri)eants de la %ersonne morale %eut 4tre assimilé au com%ortement de la %ersonne morale .#OR1E-.<A0. <> !.D n:2A2.intér4ts financiers des #ommunautés euro%éennes D qui en3isa)e dans son article 3 la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.6EEROM. #'est %ourquoi la doctrine s'accorde sur le fait que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est indirecte %uisque seule une %ersonne <@ <? <> <A <3 <2 <2 <3 .<A2. Ensuite en /el)iqueD le lé)islateur %ré3oit une res%onsa&ilité directe car elle n'e(i)e %as la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant .. pour leur compte. De m4me le droit finlandais %ré3oit que l'infraction doit a3oir été commise %ar un indi3idu lui a%%artenant statutairement ou un directeur %our qu'elle %uisse 4tre re%roc5ée " une %ersonne morale .. !. cit. %récitéeD %. %récitéeD %. !allo'D 2Cme éditionD coll. . cit. En effetD la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est fondée sur la t5éorie de la res%onsa&ilité fonctionnelle au +aJs /as. *es %aJs qui ont admis la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %eu3ent se distin)uer en deu( caté)ories 2 les %aJs qui admettent une res%onsa&ilité directe de la %ersonne morale et ceu( qui admettent une res%onsa&ilité indirecte qui se fait %ar l'intermédiaire de ses or)anes ou re%résentants .elon cette t5éorie 8uris%rudentielleD n'est res%onsa&le que la %ersonne reconnue comme e(erRant la fonction mise en cause.+RADE*D 6. << . *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est automatique %our les E strict liabilit< F 7de son fait %ersonnel9 et E vicarious liabilit< F 7du fait d'autrui9 qui a%%artiennent " la caté)orie de la res%onsa&ilité o&8ecti3e. En ce qui concerne la res%onsa&ilité su&8ecti3eD qui nécessite un élément moralD la 8uris%rudence a dé3elo%%é la t5éorie de l'identification.D n:2A2. En re3anc5e l'An)leterre fait %artie de la seconde caté)orie. <? . .+RADE*D op. 1outefois une res%onsa&ilité non %énale 7%ar e(em%le de tJ%e administratif9 %eu3ent con3enir d'a%rCs l'article A 1 du m4me %rotocole . *a Mrance a%%artient aussi " cette caté)orie. Donc la %ersonne morale est mise en cause %our les fonctions qu'elle e(erce<<.6EEROM. 1out d'a&ordD la /el)ique a%%artient " la %remiCre caté)orie ainsi que les +aJs /as.i)né le 1B 8uin 1BB?. +récisD 2002D n:A<?. . D'a%rCs l'article 121 2 du #ode %énalD E les personnes morales ?@A sont responsables pénalement ?@A des in&ractions commises.+RADE*D op. par leurs organes ou représentants F.

+RADE*D op.<@ !.D n:2A2. . cit.

#ette assimilation ne %eut se faire sans la %rise en com%te du mandat.A. #ujas 2000V2001D n:<3A. >1 M. .D n:>00.ME.MER*E et A.1A0. >2 -otamment dé3elo%%ée %ar A. 1out comme en matiCre de res%onsa&ilité ci3ileD la %ersonne morale est res%onsa&le de son %ro%re faitD en tant que mandant.+OR1E.+OR1E.*./550D %a)e 1>?D note ! #.DE. Mais ce n'est %as %our autant une res%onsa&ilité du fait d'autrui.. *a doctrine qualifie la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales de res%onsa&ilité E reflet<BD F ou %ar ricoc5et . cit. *a qualité d'or)ane ou de re%résentant est fondée sur le mandat de re%résenter la %ersonne morale. M. *a conscience et la 3olonté de la %ersonne morale nécessaire " la res%onsa&ilité %énale sont celles de la %ersonne %5Jsique. En effetD la %ersonne %5JsiqueD lorsqu'elle a)it en tant qu'or)ane ou re%résentant de la %ersonne moraleD est la %ersonne moraleD il s'a)it d'une res%onsa&ilité %ar re%résentation l'or)ane . !. A la différence de la res%onsa&ilité ci3ileD le droit %énal ne tire %as toutes les conséquences du mandat et de l'assimilationD %uisque la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'e(clue %as celle des %ersonnes %5Jsiques . *a %ersonne morale est donc res%onsa&le de son %ro%re fait conformément " l'article 121 1 du #ode %énal. #rim 1@ 8an3ier 200!0.D E Res%onsa&ilité des %ersonnes morales F 7ra%%or(t9#D P 1BB@ 10023. . #rim 2B a3ril 2003D !. #ette assimilation de la %ersonne %5Jsique et de la %ersonne morale ressem&le &eaucou% " la t5éorie an)laise de l'identification.TEE %récitéD %.+RADE*D !roit pénal général.D2000D %a)e >3>D note du m4me auteur E la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est elle une res%onsa&ilité %ar ricoc5et W F.1= %récitéD n:>A<.-1 +A=D E *a faute diffuse de la %ersonne morale F. 1out comme il est admis qu'un c5ef d'Etat a)it %our le com%te d'un %aJs dont l'intér4t est distinct de la somme de celui de ses mem&res et l'en)a)e %ar sa %olitiqueD l'or)ane ou le re%résentant a)it %our le com%te de la %ersonne morale et l'en)a)e.1RED %récité.0.i la doctrine ma8oritaire considCre qu'il s'a)it d'une fiction 8uridiqueD certains auteurs admettent qu'il %uisse s'a)ir d'une réalité sociolo)ique .*E 6=-EKE#D op.%5JsiqueD en sa qualité d'or)ane ou de re%résentantD %eut faire un acte matériel qui constituera la faute re%roc5ée " la %ersonne morale. M.DE. et M. #'est la res%onsa&ilité ci3ile qui a %risD en %remierD en com%te le mandat %our sanctionner les %ersonnes morales %our les fautes commises %ar ses or)anes dans un arr4t en date du 2? a3ril 1B??>A. >< >3 >2 >1 >0 issue de la t5éorie de <B >0 R.

>< Art.MER*E et A. .0.>3 >A R. ci3. 121 2 alinéa 3 du #ode %énal.1= %récitéD n:>A<.D 2D n:10@. /ull.

AinsiD en droit franRaisD la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est limitée " la fois %ar la nécessité d'une faute commise %ar un or)ane ou un re%résentant et %ar les cas %ré3us %ar la loi ou le rC)lement. *a seconde raison tient " l'efficacité de la ré%ression %énale. *a %remiCre est que les %ersonnes morales sont trCs crimino)Cnes. . *es or)anes ou re%résentants a)issent en 3ue d'une efficacité économiqueD il s'a)it d'une condition sine qua non " la conser3ation de leurs fonctions. #ette )énéralisation est nécessaire %our deu( raisons. #ette e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a néanmoins des conséquences sur les droits et de3oirs de ces entités. . #'est d'ailleurs l'une des causes du succCs économique des %ersonnes morales.euls deu( %aJs ont c5oisi de limiter la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD il s'a)it de l'Estonie et de la Mrance. *a finalité étant %our elles d'antici%er les conflitsD et d'a3oir une )estion du risque %énal entraHnantD non seulement une &aisse des infractions commisesD mais aussiD du %oint de 3ue >> . En effet l'article 121 2 du #ode %énal dis%ose que E les personnes morales ?@A sont responsables pénalement ?@A dans les cas prévus par la loi ou le règlement F. En effetD si ces limitations tendent " s'assou%lir il %araHt é3ident que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 3a s'étendre. *e %ro&lCme est de sa3oir si l'a%%lication de la loi et donc de ces limitations n'a %as é3olué a3ec le tem%s. Elles n'ont %as conscience du mal et de la souffrance que %eu3ent %ro3oquer leurs actes.i les %ersonnes morales ne sont res%onsa&les que dans certains casD elles 3ont 4tre tentées de commettre des infractionsD %uisqu'elles 8ouissent d'une immunité.=ne autre distinction %eut s'o%érer entre les %aJs qui incriminent les %ersonnes morales 2 il s'a)it de sé%arer les %aJs qui ont créé une res%onsa&ilité )énérale des %ersonnes morales et ceu( qui ont décidé d'énumérer les infractions %our lesquelles les %ersonnes morales %eu3ent 4tre mises en cause . Or toute e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales entraHneD de faitD une )énéralisation qui donne " cette res%onsa&ilité une %lace de %lus en %lus im%ortante dans le droit %énal. #'est %ourquoi l'action du droit %énal est uniquement fondée sur l'utilitarismeD et la dissuasion %ro3oquée %ar la %eine %écuniaire du fait de son %ossi&le im%act sur les résultats de la %ersonne moraleD et non sur la rétri&utionD car les %ersonnes morales sont dé%our3ues de sens E moral F. Elles doi3ent se rendre com%te de l'e(tension de leur res%onsa&ilité.

D n:2A3.+RADE*D op. >> !. .de la sociétéD une &aisse des atteintes au( 3aleurs sociales. cit.

=ne autre limite est que les %ersonnes morales sont res%onsa&les dans les cas %ré3us %ar la loi. #es deu( %5énomCnes ont en commun qu'il tendent " réduireD 3oir " éradiquerD des limites " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. A ces deu( limites corres%ondent deu( %5énomCnes distincts.l s'a)it du %rinci%e de s%écialité. +our que la %ersonne morale en)a)e sa res%onsa&ilitéD une fauteD c'est " dire la 3iolation d'une interdiction sanctionnée %énalementD doit a3oir été commise %ar une %ersonne %5Jsique aJant le %ou3oir de l'en)a)er 2 un or)ane ou un re%résentant. -ous %ou3ons %arler de )énéralisationD au sens strictD %uisse que nous nous diri)eons 3ers un droit %énal a%%lica&le entiCrement " toutes les %ersonnes 8uridiques. . #e%endantD en fonction de l'inter%rétation %ar la 8uris%rudence de la notion d'or)ane et de re%résentantD et en fonction de la 3érification de la ca%acité de la %ersonne %5Jsique " en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne moraleD la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %eut 4tre %lus ou moins étendue. Et d'autre %artD a%erce3oir le %5énomCne lé)islatif de l'e(tension %ar E res%onsa&ilité %ré3us %ar la loi ou le rC)lement FP7artie )9.l nous fautD d'une %artD 3oir le %5énomCne 8uris%rudentiel de l'e(tension %ar E l'assou%lissement de l'e(i)ence d'une faute l'au)mentation des cas de commise %ar un or)ane ou un re%résentant FP7artie (9. . . +armi ces limitesD l'e(i)ence d'une faute commise %ar un or)ane ou un re%résentant. DCs lorsD ces deu( %5énomCnes seront étudiés sé%arément. Or " c5aque fois que la loi %ré3oit un nou3eau cas de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD celle ci s'étend.AinsiD %our réduire ces atteintes au( 3aleurs socialesD l'e(tension de la res%onsa&ilité %énale est nécessaire. Ensuite un %5énomCne lé)islatif qui 3ise " réduire la %ortée du %rinci%e de s%écialitéD et donc " au)menter le domaine d'a%%lication quant au( infractions. *a res%onsa&ilité des %ersonnes morales sera donc %lus facile " rec5erc5erD et aura %lus d'am%leur. 1out d'a&ord un %5énomCne 8uris%rudentiel qui 3ise " réduire une condition de fond de la mise en Nu3re de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. #ette e(tension %eut 4tre décom%osée en deu( %5énomCnes.

En effetD les notions d'or)ane ou de re%résentant %eu3entD %ar leur définitionD influer sur l'étendue de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. +our 3érifier la qualité d'or)ane ou de re%résentantD il faut identifier la %ersonne qui a commis l'infraction. . +ourtant cette condition d'im%utation de l'infraction " une %ersonne morale s'est affai&lie au %oint d'admettreD 8ustementD qu'un salarié %uisse en)a)er la res%onsa&ilité %énale de celle ci lorsqu'il détient une fraction du %ou3oir de direction 7mécanisme de la délé)ation de %ou3oirs9. Or la 8uris%rudence sem&le a3oir eu une inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant 7c5a%itre 19D ce qui a %ro3oqué une e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. . .P!"M "!" PA!. #e %rinci%e de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %ar leur or)ane ou re%résentant im%lique que cette res%onsa&ilité soit limitée. 1out indi3idu inté)ré " la structure de la %ersonne morale ne %eut %as en)a)er %ar son fait la res%onsa&ilité %énale de celle ci.L%assouplissement de l%exigence d%une &aute commise par un organe ou un représentant . ".ontD %ar e(em%leD en %rinci%e e(clusD les salariés.i la faute est commise %ar une %ersonne qui n'est ni un or)aneD ni un re%résentantD alors la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale ne %eut %as 4tre en)a)ée. Mais cette res%onsa&ilité %énale a %eut 4tre aussi su&ie une e(tension du fait de l'assou%lissement de l'e(i)ence de l'identification de l'or)ane ou du re%résentant 7c5a%itre 29.l ressort de l'article 121 2 du #ode %énal que %our en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD un or)ane ou un re%résentant de celle ci doit commettre une faute.

6ontc.3?3.1=D+raité de droit criminelD #ujasD 1ome 1D ? éditionD 1BB?D Cme n:>A>. =ni3ersités droitD Cme .MA. D.-OD !roit pénal général. De la définition des notions d'or)ane et de re%résentant dé%end l'étendue de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.B@.%’*armattanD 2003D n:322. Mais ces notions ne font l'o&8et d'aucune définition lé)aleD il a%%artenait donc au 8u)e de les définir.1@0.-D !roit pénal général. . #ette conce%tion de la notion d'or)ane est d'ailleurs confirmée %ar un arr4t de la c5am&re criminelle de la #our de cassation en date du 2 décem&re >? >? >@ >B ?0 !. M *.+RADE*D +raité de droit pénal généralD #ujasD 1A éditionD 2002V2003D n:<3A..+A=*.0.OK*D E Rec5erc5e sur un dédou&lement de la %ersonnalité en droit %énal FiDn études offertes " /.ORD. M.restienD coll.RE-O=1D !roit pénal généralD Paradigme #P:D 2002D %.A1D !roit pénal Cme généralD P:. #e%endant %our la doctrine ma8oritaire D un or)ane est une ou %lusieurs %ersonnes 7il %eut s'a)ir d'un or)ane collé)ial9 in3esties lé)alement ou %ar les statuts d'un %ou3oir de direction et de )estion 7%ar e(em%le le conseil d'administration ou le directeur )énéral9. R.#5a%itre 1=ne inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant *'article 121 2 du #ode %énal %ré3oit que E les personnes morales ?@A sont responsables pénalement ?@A des in&ractions commises ?@A par leurs organes ou représentants F.l est admis en droit commercial qu'il e(iste deu( tJ%es d'or)anes 2 les or)anes qui ont le %ou3oir de décision 7éla&oration de la 3olonté sociale9 qui sont des or)anes collectifs le %lus sou3ent 7conseil d'administrationD directoire9D et les or)anes de re%résentation 7e(écution dans les ra%%orts a3ec les tiers9 qui sont les diri)eants. #. *a commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant est une condition essentielle " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. #. K. et M./ER-ARD. !. MémentosD 2002D %. #ertains auteurs considCrent que l'or)ane est une institution collé)iale . Cme +a)es d'am%5iD 2003D %.RA. M #.. )d. 10 éditionD coll. %itecD 3 éditionD 2002.%e&bvre 2002D %.+*A-P=ED %a détermination de la personne morale pénalement responsable. En effet %lus la définition est com%ré5ensi3eD %lus le nom&re de %ersonnes susce%ti&les d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est im%ortant.D 3 éditionD 2000D n:3<>. ! #.+OR1E.#A*AD !roit pénal général. En réalité l'or)ane n'est %as un mandataireD il est dési)né %ar les statutsD il fait %arti de la sociétéD il s'identifie " elle .*E 6=-EKE#D Cme !roit pénal général D )conomica.ERD !roit pénal Cme généralD !allo'D 1B éditionD coll. #or%usdedroit%ri3éD 2003D n:>0<.DE.MER*E et A.*AR6=.-.D !roit pénal généralD 7ualinoD 2003D n:<11. )llipsesD coll.B1. >@ -otamment R2 ..MercandalD .

Précis !allo' 1@Cme éd./O=*O#D !roit pénal général. . )conomica D 1ome 1D 12Cme éditionD 2003D n:1B0.1EMA-..D 2003D n:312.6=LO-D !roit des a&&aires.D 6.+ER1D R. 2D 1@ éditionD 2002D n:11AB. >B L. 6.*E0A..E=RD /.6.R.2002.RO/*O1D +raité Cme de droit commercialD %itecD 1ome 1D 3ol.

?> Cme -otamment 6. 1BB? n:A0@.ection 1 *'assimilation d'un mandataire su&stitué " un re%résentant ?0 ?1 M./O=*O#D op. 2000 n:12@. #'est " dire une %ersonne aJant reRu le %ou3oir de re%résenter la %ersonne morale en certaines circonstances?AD un mandataire s%écial. cit.QLD !roit pénal généralD BréalD coll. #'est %ourquoi nous considérerons que le re%résentant est un mandataire s%écial. cit. Précis !allo' 1> éd.D n:3<>.+E.1BB??1 oI la #our de cassation qualifie le E directeur général F d'une société d' Eorgane de la personne morale .RO/ER1D E res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale " la suite de la %roduction dans une instance %rud'5omale d'une lettre d'a3ertissement &énéficiant de l'amnistie F. !.9 et MA.DE !=6*AR1D /. !.D 1BB>D n:312. ?A D. crim. cit.=R/A-. 6. cit.D n:3?@ s...-.+OR1E. #.D n:312.+*A-P=ED op.ORD.OK* %récitéD %. . op. 1outefois %our d'autres?3D si la notion de re%résentant doit a3oir un sens alors le re%résentant ne %eut 4tre qu'un mandataire de la %ersonne morale autre qu'un mandataire social. #'est %ourquoi le mandataire su&stitué 7section 19 et le mandataire tacite 7section 29 ont été assimilés " un re%résentant. R. #ette t5Cse corres%ond " la t5éorie de l'or)ane qui distin)ue d'une %art les or)anes décisionnelles et d'e(écutionD d'autre %art les tiers " la %ersonne morale qui %eu3ent 4tre amenés " la re%résenter 7a3ocatD administrateur %ro3isoireD liquidateur. .E=RD /. /ull. ?2 R. 21 mars 2000D /ull.*E0A.D 6. #ette t5Cse %eut sem&ler lo)ique %uisque le te(te 3ise uniquement les or)anes ou re%résentants.. M.D %. crim.RA.++O*./O=*O#D !roit pénal général...3@2.B@. ) 2001 %.D %. 6ontc.. cit.ERD op.A1D op.9. cit.restienD 3ol. Mais la #our de cassation a eu une inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant com%renant toute %ersonne dis%osantD de droit ou de faitD d'un %ou3oir de direction. On %ense alorsD %ar e(em%leD " l'a3ocat titulaire d'un mandat ad litem?<.D n:<12. +our certains auteurs?2D la notion de re%résentant recou3re toutes les %ersonnes qui ont un %ou3oir de re%résentation. cit.9D !roit pénal généralD "rmand #olinD > éditionD 2002D n:3?3. et M.-OD op.i la notion d'or)ane sem&le &ien éta&lieD celle de re%résentant sem&le %lus %ro&lématique. #.*E 6=-EKE# %récitésD n:>0?.7+.**O1D +.. ?3 Cme #O-1E 7+.MA.1EMA-.DE.E=RD /.1EMA-.B1. *a ma8orité des auteurs?> considéraient que ni un salariéD ni un diri)eant de fait ne %ou3ait 4tre un re%résentant.1RE D= #KAM/O.*E0A.D 6. =n autre %ro&lCme concerne la notion de re%résentant.D n:>A>.133D note ! K.MER*E et A. M #.+A=*.. M *. *e(i fac droitD 2002. cit.1=D op.2D 10Cme éditionD n:121.0. Ainsi certains or)anes sont aussi des re%résentants 7notamment le )érant9..-D op.1OD %es sociétés commerciales. ManuelD n:AA?.#A*AD op./ER-ARD. #ités %ar ! #. cit. ?< #rim. *.*AR6=. (#P éd.*EROLD !roit pénal généralD %7!( 2003D coll. .

=n mandataire su&stitué est une %ersonne qui a reRu une délé)ation de %ou3oirs de la %art d'un mandataire social.21. %ratique des affairesD 2000D %. par leurs organes ou ?? ?@ M. De m4meD sont des re%résentantsD les titulaires d'une délé)ation écrite ou de fait et d'une su&délé)ation 7%ara)ra%5e 29. Ensuite la 8uris%rudence a %ris en com%te la délé)ation de %ou3oirs 7A9 %our la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. #rim. 2@ 8uin 1B02D !. *es conditions et le domaine de la délé)ation de %ou3oirs e(%resse 7/9 restent les m4mes que lorsqu'elle %ermet d'e(onérer le c5ef d'entre%rise de sa res%onsa&ilité %énale.KO=1MA--. @0 #rim. En effetD le %our3oi ar)uait du fait que E les personnes morales ne peuvent Ctre déclarées pénalement responsables que s’il est établi qu’une in&raction a été commise. .'il ne s'a)issait %eut 4tre %as d'un cas de délé)ation en l'es%CceD la #our admet im%licitement que la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %uisse 4tre en)a)ée %ar un délé)ataire de %ou3oirs.DE*MA. pour leur compte. #e%endant l'arr4t du 30 mai 2000 @1 est le %lus e(%licite.2000D %.O E la délégation de pouvoirs (ol< éditionsD coll. crim.D <@<. n:30>D note %récitée 72Cme arr4t9. D'autres arr4ts@0 sont ensuite 3enus confirmer cette 8uris%rudence. mai 2000 n:<> 71er arr4t9D note M. +ara)ra%5e 1 *e re%résentant délé)ataire de %ou3oirs *a délé)ation de %ou3oirs a tout d'a&ord été conRue %ar la 8uris%rudence comme un mécanisme d'e(onération du c5ef d'entre%rise . 1A décem&re 1BBBD /ull. #rim. *e %our3oi re%roc5ait " l'arr4t de la #our d'a%%el d'a3oir retenu la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale sans que l'infraction ait été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. . *e délé)ataire s'est donc 3u transféré le %ou3oir de re%résenter la %ersonne moraleD il est " ce titre un re%résentant 7%ara)ra%5e 19. cit. crim.0ERO-. *a %rise en com%te %ar la 8uris%rudence de la délé)ation de %ou3oirs *e %remier arr4t de la c5am&re criminelle de la #our de cassation " assimiler le délé)ataire de %ou3oirs " un re%résentantD au sens de l'article 121 2 du #ode %énalD date du 1 ?B er ?@ ?? décem&re 1BB@ . 3 fé3rier 200AD inédit titré %our3oi n:03 . ?B /ull. +oint de dé%art de la 8uris%rudenceD 1. !. 1BB@ n:32<..1B03D .. A. crim. B no3em&re 1BBBD /ull.l ne s'a)it %as d'un mandat mais d'une su&stitution carD tout comme le mandataire social 7qui est en réalité un or)ane et non un mandataire 9D le mandataire su&stitué n'en)a)e que la %ersonne morale et non le délé)ant.3AD note M A. #rim.D n:121. 1BBB n:2<2D !roit pénal. 1outefois la #our de cassation re8ette le %our3oi au motif queD soit le %résident de la sociétéD soit son délé)ataireD a3ait commis l'infraction.++O*.DE !=6*AR1D /.1OD op.

@11B3.fr . . Dis%oni&le sur OOO.le)ifrance )ou3.

6. De%uis que la #our de cassation a décidé d'assimiler le délé)ataire " un re%résentantD la doctrine @? @> @< considCre qu'il s'a)it d'une e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %uisqu'un sim%le salarié %eut en)a)er la res%onsa&ilité de celles ci. . @< 1. *a #our de cassation re8ette donc le %our3oi au motif que E le salarié d’une société.l est 3rai que 8amais la #our de cassation n'a3ait %récisé " quelle caté)orie %ou3ait a%%artenir le titulaire d'une délé)ation de %ou3oirs.<giène et de sécurité..E=RD /. crim.9 %récité.D 6.RO=!O= DE /O=/EE. .l est 3rai que E l’absence de dé&inition ou d’indication de la part du législateur a permis à la jurisprudence de donner une large e tension à la responsabilité des personnes morales @ @ F.représentants F et que le titulaire d'une délé)ation de %ou3oirs n'était %as un re%résentant. . AinsiD le délé)ataire de3ient le mandataire de la %ersonne morale et non celui du c5ef d'entre%rise. @A Auteurs %récités note >@. @> Cme -otamment 6.l sem&le que ce qui est déterminant %our a3oir la ca%acité d'en)a)er la res%onsa&ilité de @1 @2 /ull.1EMA-. #ertains auteurs@2 %réfCrent qualifier le délé)ataire d'or)ane. titulaire d’une délégation de pouvoirs en matière d’.D %.RO=!O= DE /O=/EE 7o&s. @3 1.. .2001 %.*E0A.. 6. #e%endant assimiler le délé)ataire " un sim%le salarié sem&le éloi)né de la réalité. En effet la délé)ation de %ou3oirs n'est %as un mandat D mais une su&stitution du délé)ataire 7l'em%loJé9 au délé)ant 7le c5ef d'entre%rise9 dans la mission assi)née %ar le mandat social. Précis !allo' 1> éd.l ne %ou3ait 4tre rattac5é qu'" la caté)orie du re%résentant. OrD seul un or)ane ou un re%résentant %ourrait en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne moraleD d'a%rCs l'article 121 2 du #ode %énal. *a doctrine considéraitD a3ant 1BB@D le délé)ataire comme un sim%le em%loJé qui ne %ou3ait en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.. cit. *a 8uris%rudence a ainsi contri&ué " définir les contours de la notion de re%résentant.2< s.2<.DE*MA.O op.DE*MA.D 1BB>D . %. 2000 n:20>D !.. Et le délé)ataire n'est in3esti d'un tel %ou3oir que %ar contrat 7le contrat de tra3ail ou une con3ention qui J est rattac5ée9 . est un représentant de la personne morale au sens de l’article 2/2-/ du #ode pénal F et qu'il %eut ainsi en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale.23<0D o&s./O=*O#D !roit pénal général. DCs lorsD le titulaire d'une délé)ationD su&stitué " un or)ane 7le c5ef d'entre%rise %ar e(em%le9D n'est il %as un or)ane @A @3 W Or n'est un or)ane qu'une ou %lusieurs %ersonnes in3esties lé)alement ou %ar les statuts d'un %ou3oir de direction et de )estion . cit.O op.

@? M.RO=!O= DE /O=/EED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F(D# no3em&re 2001D %.+OR1E.A2>D -:>?. @@ 6.n:312. .ier juridique.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale #FDa.+*A-P=E op. #ités %ar ! #.11. )lectrD -o3em&re 2000D %. cit.DE.D n:3?@ s.

fr . /.2D 00A %. . #rim. *es conditions et le domaine de la délé)ation de %ou3oirs e(%resse *a 8uris%rudence a de%uis lon)tem%s %osé des rC)les %our que la délé)ation de %ou3oirs soit 3alide.DRELERD %récité. *a délé)ation %ermet au c5ef d'entre%rise de s'e(onérer de sa res%onsa&ilité %énaleB1. @B B0 E.la %ersonne morale soit le %ou3oir de direction détenu. En effetD la délé)ation doit res%ecter des conditions 719 et n'est efficace qu'en certains domaines 729. *a 8uris%rudence de la #our de cassation concernant les conditions de 3alidité de la délé)ation de %ou3oirs a été consacrée %ar la loi du 13 mai 1BB>B2.éant. a9 *a délé)ation de %ou3oirs en droit %ri3é D'a%rCs la #our de cassation le délé)ataire de %ou3oirs doit 4tre E pourvu de la compétence.l s'a)it des conditions de 3alidité de la délé)ation de %ou3oirs. le cas éc. En effetD la faute %ar im%rudence ne %eut 4tre commise que %ar un indi3idu n'aJant E pas accompli les diligences normales compte tenu. B no3em&re 1BBB %récité.)ou3. 1. +ourtant il est %ossi&le que des délé)ations de droit administratif soient considérées comme des délé)ations de %ou3oirs en droit %énal 7&9. #'est %ourquoiD les conditions de la délé)ation de %ou3oirs sont éta&lies de%uis lon)tem%s.le)ifrance.DRELERD E les %ou3oirs délé)ués afin d'e(onérer %énalement le c5ef d'entre%rise !F. B2 *oi n:B> 3B3 . de ses compétences ainsi que du pouvoir et des mo<ens dont il disposait B 3 F. #rim. *es conditions de la délé)ation *a délé)ation de %ou3oirs est traditionnellement considérée comme un mécanisme de droit %ri3é 7a9. A décem&re 2001D inédit titré %our3oi n:01 @0AA<D dis%oni&le sur OOO.B3?. Et le salarié titulaire d'une délé)ation de %ou3oirs dis%ose d'une fraction de ce %ou3oir de direction . de la nature de ses missions ou de ses &onctions. de l’autorité et des mo<ens nécessaires B 0 @B F %our %ou3oir en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale. B1 E.

B3 Article 121 3 alinéa 3. .

à une personne a<ant la compétence.*es conditions de 3alidité %eu3ent 4tre inter%rétées au re)ard de la 8uris%rudence et de la doctrine m4me si la #our de cassation a laissé " l'a%%réciation sou3eraine des 8u)es du fond E la réalité et la portée dDune délégation de pouvoirs. B> E. Dans un arr4t en date du 3 a3ril 2002 D la #our de cassation re8ette le %our3oi qui ar)uait du fait que la 3ictime d'un accident a3ait reRu une délé)ation de %ou3oirs et était donc BA 100 #rim.>A s. Ensuite l'autorité est sans conteste la condition la %lus im%ortante. Dans le cas contraireD les délé)ations étaient annuléesD E un tel cumul étant de nature à restreindre lDautorité et à entraver les initiatives de c. 10 se%tem&re .OD op. #e%endant l'autonomie est le critCre décisif %our a%%récier si le délé)ataire a une autorité suffisante. 1out d'a&ord le délé)ataire est com%étent et %ossCde les moJens suffisants lorsqu'il a les connaissances indis%ensa&les " l'accom%lissement de sa mission ou a &énéficié d'une formation %rofessionnelle en 3ue de les acquérirD et lorsqu'il a des moJens financiers 7&ud)et9 ou le %ou3oir d'em&auc5er du %ersonnelB<. *e titulaire d'une délé)ation doit dis%oser d'un %ou3oir sur les autres salariés qui doit se concrétiser en un %ou3oir de %rononcer ou de %ro%oser une sanction " l'encontre d'un em%loJéD et en un %ou3oir d'or)anisation ou de directionB>. . crim. -'a %as d'autonomie le salarié qui su&it un contrGle %ermanent de l'em%loJeurB?. 2? fé3rier 1B@<D /ull. cit..acun des prétendus délégataires B B F . B? #rim.le)ifrance. *a délé)ation de %ou3oirs ne %eut %as 4tre consentie " un tiers " l'entre%riseD il doit s'a)ir d'un salarié de la société ou du )rou%eB@.)ou3. dé8" 2002D inédit %our3oi n:01 @<210D dis%oni&le sur OOO. #e qui si)nifierait qu'en cas de cumul de délé)ationD aucun re%résentant ne serait res%onsa&le et susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité de la %ersonne morale. #ette conséquence est " nuancer %arce qu'en réalité c'est le c5ef d'entre%rise qui serait res%onsa&le et en)a)erait la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale. lDautorité et les mo<ens nécessaires B A F.le)ifrance.DE*MA. %. 1B@< n:133. ? a3ril 200AD inédit %our3oi n:03 @3<12D dis%oni&le sur OOO.. *e délé)ataire doit dis%oser de certains de ces moJens sans nécessairement les dis%oser tous.DRELER %récité.fr . 2 #rim. B< 1.l sem&lerait néanmoins que la #our de cassation ait o%éré un re3irement.)ou3. En %rinci%eD %lusieurs délé)ations ne %eu3ent 4tre faites dans le m4me domaine.fr .

#rim. > 8uin 1B@BD /ull. .B@ BB #rim. crim 1BBB n:30>. 1A décem&re 1BBBD /ull. 1B mars 1BB>D inédit titré %our3oi n:BA @A@<AD dis%oni&le sur OOO.)ou3. 1B@B n:133. crim.fr .le)ifrance. #rim.

Donc la #our écarte im%licitement l'annulation des délé)ations en cas de cumul. Est ce un retour " la 8uris%rudence antérieure " a3ril 2002 W -onD il e(iste une différence nota&le 2 le cumul de délé)ations n'entraHne %as automatiquement l'annulation des délé)ations. *es collecti3ités territoriales connaissent des mécanismes similaires " la délé)ation de %ou3oirs. .res%onsa&le de l'é3énementD au motif que la #our d'a%%el a 8ustifié sa décision en considérant qu'en cas de cumul de délé)ation le salarié aJant le ran) 5iérarc5ique le %lus éle3é est le seul délé)ataire. *a délé)ation de %ou3oirs n'est %as un mécanisme %ro%re au droit %ri3é. -éanmoinsD la #our de cassation re8ette le %our3oi au motif que les conditions de la délé)ation de %ou3oirs n'étaient %as rem%lies. #e%endant la délé)ation de %ou3oirs est %resque e(clusi3ement traitée du %oint de 3ue des %ersonnes morales de droit %ri3é.a 3alidité s'a%%récie uniquement en fonction de la com%étenceD de l'autorité et des moJens nécessairesD qui seront %lus difficile " a%%récier %our le 8u)e en cas de cumul de délé)ations. *'un des moJens au %our3oi re%roc5ait au( 8u)es du fond d'a3oir annulé les délé)ations de %ou3oirs au motif qu'il J a3ait un cumul.i les 8u)es du fond constatent que le cumul a restreint l'autorité et l'initiati3e des délé)atairesD alors les délé)ations de %ou3oirs ne sont %as 3ala&les %arce que les salariés n'ont %as l'autorité nécessaire. . . *a #our de cassation a déduit des faitsD sou3erainement a%%réciés %ar les 8u)es du fondD que le délé)ataire n'a3ait %as l'autorité suffisante. Donc la solution aurait du 4tre la censure des 8u)es du fond. OrD nous 3enons d'a%%rendre qu'en cas de cumul de délé)ationsD il n'J a %as annulation de ces derniCres. *e délé)ataire aJant le ran) 5iérarc5ique le %lus éle3é %eut donc en)a)er la res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale. &9 *a délé)ation en droit administratif *e délé)ataire de %ou3oirs %eut en)a)er la res%onsa&ilité d'une %ersonne morale. AinsiD l'e(i)ence que la délé)ation de %ou3oirs soit e(clusi3e n'est %lus une condition de 3alidité " %art entiCre de la délé)ation de %ou3oirs.l s'a)it tout d'a&ord de la délé)ation de com%étence qui %ermet " une autorité %u&lique de transférer ses com%étences " une autre autorité 7un ad8oint ou un . Mais un arr4t du 12 no3em&re 2003 101 sCme le doute.

fr .le)ifrance. crim. .100 101 /ull. inédit %our3oi n:02 @@031D dis%oni&le sur OOO.)ou3. 2002 n:??.

#K*A6D E Mise en cause de la res%onsa&ilité %énale des collecti3ités territoriales et délé)ations du droit administratif F(D#P éd.#K*A6 %récité. Est ce que ces différentes délé)ations de droit administratif sont susce%ti&les d'4tre assimilées " la délé)ation de %ou3oirs du droit %énalD le titulaire d'une délé)ation de droit administratif est il susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la collecti3ité territoriale W -otamment un arr4t en date du 1< 8uin 1BBB 10< 10A 102 éclaire sur cette question.+OR1E.su&ordonné9 si elle est %ré3ue %ar un te(teD e(%liciteD s%écial et %u&lié . #e%endant la #our d'a%%el estime que les infractions ont été commises dans un domaine qui n'entrait %as dans celui de la délé)ation de fonction.n:A1 %.YER1E-. En l'es%Cce un maire donne délé)ation de fonction " un ad8oint dans un domaine de la 3oirie. Ensuite il e(iste la délé)ation de fonction qui est une notion " %art.YER1E-. *orsqu'il est %oursui3i %our construction sans %ermis de construire et dé&oisement sans autorisation %réala&leD le maire assure qu'une délé)ation de fonction faite " son ad8oint l'e(onCre. *e %our3oi se contente alors de critiquer l'a%%réciation sou3eraine des 8u)es du fond quant au domaine de la délé)ationD c'est %ourquoi la #our de cassation re8ette le %our3oi. . %récité. On %eut %enser que la nature de la délé)ation administrati3e im%orte %eu. 103 /. *e maire décide la création d'une 3oie et l'a&atta)e d'ar&res.l a%%artient au( 8u)es du fond de déterminer au cas %ar cas si une délé)ation administrati3e rem%lit les conditions d'une délé)ation de %ou3oirs de droit %énal. .DE. .A><. En %remier lieu la délé)ation de %ou3oirs de droit administratifD ce n'est %as un mandatD il s'a)it d'une su&stitution tout comme la délé)ation de %ou3oirs de droit %ri3éD le délé)ataire a)it directement au nom et %our le com%te de la collecti3ité territorialeD mais le délé)ant est dessaisi des com%étences transférées103. 10A -ote %récitée. En deu(iCme lieuD la délé)ation de si)nature est un mandatD seul le délé)ant a)it au nom et %our le com%te de la collecti3ité territoriale et ne se dessaisit %as de sa com%étence .l e(iste traditionnellement deu( tJ%es de délé)ation de com%étence. -ous %ou3onsD 102 10> M. /. *a #our de cassation ne re%ousse nullement l'effet e(onératoire de la délé)ation de fonction D on %eut m4me J 3oir une assimilation im%licite de la délé)ation de fonction " la délé)ation de %ou3oirs. ) . Elle %ermet de délé)uer des com%étencesD %ourtant le délé)ataire reste sous la sur3eillance du délé)ant 7délé)ation moins im%ortante que la délé)ation de %ou3oirs9 X le délé)ataire a mal)ré cela un 3érita&le %ou3oir de décision 7%lus que %our la délé)ation de si)nature9.

)ou3. M.fr .10< 10> inédit titré %our3oi n:B? @>>?0D dis%oni&le sur OOO.le)ifrance.+OR1E. .DE. %récité.

2.+OR1E. %récité. 10? 10@ 10@ 10B 110 111 D'un a3is différent sans e(%lication 2 M. #rim. 110 #rim.l fallait que la délé)ation de %ou3oirs ait été admise %ar le lé)islateur .A<. Or la délé)ation de si)nature ne confCre %as au délé)ataire une autonomie et un %ou3oir de décision suffisantD donc le délé)ataire de si)nature ne serait %as susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité de la collecti3ité territoriale10?. Au contraire de la délé)ation de si)natureD il nous sem&le que la délé)ation de fonction et surtout la délé)ation de %ou3oirs administrati3e de3raient conférer au délé)ataire la ca%acité d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale.?B. peut s’e onérer de sa responsabilité pénale s’il rapporte la preuve qu’il a délégué ses pouvoirs à une personne pourvue de la compétence. %. le c. 1BB0 n:2@?. crim.DE.. DoncD quelque soit le domaineD le titulaire d'une délé)ation 3alide %eut en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale.MA1. 1B?3 n:@1. #rim. Ra%%elons que d'a%rCs la #our de cassation le délé)ataire de %ou3oirs doit 4tre E pourvu de la compétence. AinsiD en %rinci%e tous les %ou3oirs du c5ef d'entre%rise sont transféra&les. cit. 1? 8uillet 1BB0D /ull. qui n’a pas personnellement pris part à la réalisation de l’in&raction. OrD comme nous l'a3ons ditD l'élément déterminant est sans conteste l'autoritéD qui com%rend une certaine autonomie dans la )estion. de l’autorité et des mo<ens nécessaires F. crim. 10B K. *e domaine de la délé)ation de %ou3oirs *e domaine de la délé)ation de %ou3oirs a é3olué.DE*MA. de l’autorité et des mo<ens nécessaires F. 1. Dans un %remier tem%sD la 8uris%rudence considérait que dans le cadre de certaines infractionsD notamment les infractions " la ré)lementation économique et financiCreD au droit &oursier et au droit des sociétésD le c5ef d'entre%rise ne %ou3ait s'e(onérer %ar une délé)ation de %ou3oirs . Donc seule une délé)ation administrati3e oI le titulaire &énéficie d'une relati3e autonomie et d'une fraction du %ou3oir de direction %eut e(onérer le délé)ant de sa res%onsa&ilité %énaleD le délé)ataire %ou3ant alors en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale de droit %u&lic.mal)ré toutD tenter de 3oir quelles délé)ations de droit administratif sont susce%ti&les d'4tre %rises en com%te %ar le droit %énal.OD op. crim.O+O=*O=D E la res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%rise 8F(D# no3em&re 2001D %. . 1A fé3rier 1B?3D /ull. . 11 mars 1BB1D /ull. 1BB1 n:11?. . =n re3irement a été o%éré %ar la #our de cassation dans < arr4ts en date du 11 mars 1BB3 D E sau& si la loi en dispose autrement.e& d’entreprise.l s'a)issait alors d'une com%étence e(clusi3e du c5ef d'entre%rise ..

. 1BB3 n:112.111 /ull. crim.

le)ifrance. *e délé)ataire était un directeur ré)ional qui a3ait fait si)ner des contrats de tra3ail dissimulés. *a délé)ation non écrite et de fait *a délé)ation de %ou3oirs n'est %as nécessairement écriteD il s'a)it d'une solution &ien éta&lie %ar la #our de cassation . #e%endant la délé)ation de %ou3oirs %eut 4tre 3ariée dans la forme et les délé)ataires %eu3ent " leur tour délé)uer. 11> 11< 11A 112 113 E. Et le titulaire d'une délé)ation non écrite %eut en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale . *a %remiCre est que si tout domaine %eut 4tre délé)ué il faut néanmoins que la délé)ation soit s%éciale et non )énéralisée " l'ensem&le de l'entre%rise.le)ifrance. +ara)ra%5e 2 *a délé)ation non écrite et de fait et la su&délé)ation de %ou3oirs *e titulaire d'une délé)ation non écrite ou im%licite est un re%résentant 7A9D de m4me que le titulaire d'une su&délé)ation 7/9.fr . *a seconde nuance est que certaines décisions relC3ent de l'administration )énérale112 de l'entre%rise.)ou3. Dans ce cas ce n'est %as le délé)ataire qui en)a)e la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale mais %lutGt le c5ef d'entre%rise. A.fr . *a #our de cassation a%%rou3e néanmoins la #our d'a%%el qui a écarté la délé)ation de %ou3oirs %arce que E ces pratiques illicites généralisées procédaient dDun Ec. #omme nous l'a3ons dé8" %réciséD la délé)ation de %ou3oirs est issue d'un contrat 7le contrat de tra3ail ou une con3ention qui J est rattac5ée9 . 11A %ar e(em%le 2 #rim.)ou3. . 22 octo&re 1BB1D inédit titré %our3oi n:@B @>??0D dis%oni&le suOr OO.Deu( nuances sont " a%%orter.DRELER %récité. En effetD dans un arr4t du 1? 8uin 2003113D le %our3oi re%roc5ait au( 8u)es du fond de ne %as a3oir %ris en com%te une délé)ation de %ou3oirs. inédit titré %our3oi n:02 @A22AD dis%oni&le sur OOO. *a con3ention %eut 4tre éta&lie %ar 3oie orale entre le c5ef d'entre%rise et le %ré%osé.oi infractions n'étaient %as limitées E à la direction régionale de stratégieE F et %arce que les F. Donc certaines décisions %rises %ar le délé)ataire ne lui sont %as im%uta&les mais sont la conséquence de décisions %rises en amont dans l'entre%rise.

O op. . cit.11< 11> 1.DE*MA.. %. #rim.)ou3. A se%tem&re 2001D inédit titré %our3oi n:00 @?A10D dis%oni&le sur OOO..2<.fr .le)ifrance.

.1RE D= #KAM/O. .?3. cit.DE. cit.. *a #our d'a%%el considCre que ces deu( salariés étaient des re%résentants de la société au motif qu'ils ont E à l’égard du public.9D op. Alors que la délé)ation de %ou3oirs im%licite ne résulte d'aucune discussionD il ne s'a)it %as d'un contrat 7acte 8uridique9D mais d'un état de fait.D n:<30. de l’autorité et des mo<ens nécessaires. Mais la #our de cassation re8ette le %our3oi au motif que E ces prévenus.i la délé)ation de %ou3oirs non écrite est fondée sur une con3ention oraleD cette derniCre est e(%licite %arce que con3enue au cours d'une discussion entre les %arties.D n:2@. 11B 1. *a c5am&re criminelle de la #our de cassation sem&le %rendre %osition dans un arr4t en date du B no3em&re 1BBB . #e%endantD la question de l'e(istence de la délé)ation im%licite est contro3ersée. AinsiD la %reu3e que le %ré%osé a)issait au( Jeu( des tiers comme un délé)ataire de3rait suffire. . avaient re9u une délégation de pouvoirs de la part des organes de la personne morale F.7+. M. *a doctrine 11@ se contente d'affirmer que la délé)ation de %ou3oirs %eut 4tre non écrite et %eut 11B résulter d'or)ani)rammeD sans é3oquer la question de la délé)ation im%licite.0. . Ainsi les 8u)es du fond considCrent que les salariés sont des re%résentants %arce qu'ils a%%araissent au( Jeu( du %u&lic comme étant des re%résentants. =n nom&re restreint d'auteurs considCrent que sous la dénomination de délé)ation im%licite se trou3e en réalité un cas de délé)ation non écrite. OrD le droit %énal " sou3ent recours " la t5éorie de l'a%%arence E pour tenir compte du &ait.*a délé)ation de %ou3oirs de fait ou im%licite est différente. En l'a&sence d'écrit ou d'accordD il faudrait démontrer que le salarié se conduit comme un délé)ataireD c'est " dire qu'il %rend des décisions %our le com%te de la %ersonne morale. DoncD la t5éorie de l'a%%arence %ourrait %ermettre de faciliter la %reu3e de la délé)ation de %ou3oirs de fait. cit.*E 6=-EKE#D op.i la #our de cassation a qualifié les deu( salariés de délé)ataires et non de diri)eants de fait c'est %arce que le %ou3oir a%%arent s'e(erRait dans le 11? 11@ 120 #O-1E 7+.DE*MA. et M. En l'es%CceD une société est reconnue res%onsa&leD %our la faute commise %ar deu( salariésD du délit d'5omicide %ar im%rudence. .1=D op. pourvus de la compétence. R. cit.MER*E et A. e ercé le pouvoir de décision F de la société.D n:<30. On %ourrait %enser " %remiCre 3ue qu'ils sont des diri)eants de fait.O %récitéD %.+OR1E.D n:A3<.*EROLD op.l nous sem&le néanmoinsD que la %lu%art des auteurs n'ont %as %ensé " ce cas de fi)ure et qu'ils ne sont %as 5ostiles " la délé)ation im%licite. !.9 et MA. en accord avec les impérati&s de répression 1F1?. #e cas de délé)ation de %ou3oirs sem&le néanmoins rare car difficile " %rou3er.

cadre du domaine s%écifique de la sécurité et non sur l'ensem&le de l'entre%rise. Mais cet arr4t confirme t il %our autant l'5J%ot5Cse de la délé)ation im%licite W . /. *a su&délé)ation de %ou3oirs *a su&délé)ation est admise %ar la #our de cassation de%uis lon)tem%s 123 122 mais uniquement lorsqu'elle était autorisée %ar le c5ef d'entre%rise . DCs lorsD il nous faut admettre qu'un délé)ataire de %ou3oirs de faitD c'est " dire qui rem%lit les conditions de la délé)ation de %ou3oirs sans qu'aucun accord n'ait été conclu a3ec l'em%loJeurD %eutD en tant que re%résentant de la %ersonne moraleD en)a)er la res%onsa&ilité de celle ci. Or l'arr4t ne donne %as assez de %récision %our tranc5er la question. . #'est %ourquoi l'e(istence d'un délé)ataire de faitD qui rem%lit les m4mes conditions que le diri)eant de fait " la différence %rCs que son domaine d'action est %lus limitéD est %ro&a&le. *a #our de cassation 3alide l'a%%réciation des faits %ar les 8u)es du fond qui utilisent la t5éorie de l'a%%arence %our a%%orter la %reu3e d'une délé)ation de %ou3oirs.ur le %lan t5éorique nous %enc5erons %our la t5Cse de la délé)ation de fait. *a #our de cassation a o%éré un . -'est ce %as une e(tension de res%onsa&ilité que de %ermettre l'en)a)ement de la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale %ar un %ré%osé autonome dont le %ou3oir de direction résulte des faits W De %lus les cadres salariés des entre%rises %ourraient 3oir leur mise en cause au)menter s'ils sont %oursui3is au coté de la %ersonne morale. #omme nous le 3errons121D la res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale %eut 4tre en)a)ée %ar un indi3idu dont le %ou3oir n'est fondé ni sur un contrat ni sur la loi ou les statuts2 il s'a)it du diri)eant de fait. En réalité dans les faits cela im%orte %euD %uisque le %ré%osé et la %ersonne morale sont res%onsa&les que cette res%onsa&ilité soit fondée sur une délé)ation non écrite ou sur une délé)ation im%licite.i la t5éorie de l'a%%arence %ourrait %ermettre de %rou3er l'e(istence d'une délé)ation im%liciteD elle %ourrait aussi %rou3er l'e(istence d'une con3ention orale qui fonde une délé)ation non écrite.

123 #rim. @ fé3rier 1B@3D /ull. A la section 2 du %résent c5a%itre. 1B@3 n:A@. crim.120 121 Dé8" cité. 122 K.MA1.O+O=*O= %récité. .

O op. 1BB> n:3@B.. a<ant re9u une délégation de pouvoirs de la part des organes de la personne morale ou une subdélégation des pouvoirs d’une personne ainsi déléguée F. .re3irement 12A dans un arr4t du 30 octo&re 1BB> D l'autorisation du c5ef d'entre%rise n'est 12> 12< désormais %lus nécessaire " la 3alidité de la su&délé)ation de %ou3oirs .ous le 3oca&le mandataire taciteD se cac5e en réalité le diri)eant de fait. .B0. 12@ /ull. de l’autorité et des mo<ens nécessaires.1@02D note 6.. /ull. *e mandataire social est dési)né dans les statuts et %eut 4tre identifié %ar l'administration alors que le mandataire tacite e(erce les attri&utions d'un mandataire sans 4tre dési)né %ar les statuts. #ette 12A 12< 1. #'est ce qu'elle a décidéD dans un arr4t en date du 2> 8uin 2001 12@. .B0 s. crim. #ette solution sem&le néanmoins 8ustifiée %ar le fait que toute %ersonneD m4me em%loJée délé)ataire ou su&délé)ataireD qui a un %ou3oir dans l'entre%rise doit 4tre susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale. cit..ection 2 *'assimilation d'un mandataire tacite " un re%résentant *a mandataire tacite est un re%résentant de la %ersonne morale qui ne satisfait %as au( e(i)ences %osées %ar la loi %our le mandataire social. #e%endantD le titulaire d'une su&délé)ation de %ou3oirs 7ou le su&délé)ataire9 est il susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale en commettant une faute W DCs lors que la #our de cassation a3ait assimilé le délé)ataire de %ou3oirs " un re%résentant de la %ersonne moraleD il sem&lait lo)ique d'admettre que le su&délé)ué soit aussi un re%résentant. cit.OD op. -ous a%%ellerons su&délé)ation toute su&délé)ation 3erticale %ar o%%osition " la su&délé)ation 5orizontale qui n'est autre qu'une E codélé)ation FD c'est " dire deu( délé)ations 12? consenties " deu( em%loJés dans un m4me domaine et dont la ré%artition est &ien éta&lie . %.DRELER %récité. %. 2001 n:1>1D !. crim. +ourtant cette solution com&inée a3ec celle de la 3alidité de la su&délé)ation sans l'autorisation du %remier délé)ant E risque de distendre le lien voulu entre la personne morale et l’in&raction F12B. 12? 1..RO=!O= DE /O=/EE. . 12> E.DE*MA. +our celaD la #our de cassation n'5ésite %as " qualifier de re%résentant toute %ersonne qui %ossCde un %ou3oir de direction sans en 4tre in3esti %ar les statuts ou la loiD dont le diri)eant de fait.DE*MA. #e dernier est un re%résentant 7%ara)ra%5e 19 de la %ersonne morale.ont les re%résentantsD au sens de l'article 121 2 du #ode %énalD E les personnes pourvues de la compétence.2002 %.

.12B -ote de 6.RO=!O= DE /O=/EE %récitée.

1EMA-. cit. cit../O=*O#D op. *a %rise en com%te %ar la 8uris%rudence du diri)eant de fait *a doctrine est trCs %arta)ée sur la question de la ca%acité du diri)eant de fait " en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale . D n:AA?. 133 131 Dont !. *'étendue de l'e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales ne %eut ce%endant 4tre a%%ré5endée sans connaHtre les caractCres de la direction de fait 7/9.*EROLD op. *e %remier ar)ument est 132 131 130 qu'en l'a&sence de %récision dans la loi %énale D celle ci dési)nant les or)anes ou re%résentants sans mentionner les diri)eants de faitD une inter%rétation stricte de la loi %énale requiert de ré%ondre %ar la né)ati3e " la question.esD 1BB3D n:120. #ertes nous concédons que le diri)eant de fait ne %eut %as 4tre un or)aneD mais il %eut 4tre un re%résentant. Enfin %our le troisiCme ar)ument la doctrine ar)ue du fait que le diri)eant de fait ne %eut %as non %lus 4tre un re%résentantD %uisque seule une délé)ation de %ou3oirs %ourrait lui 130 +our un état des lieu( 2 ! #.3@1 note 33./AR/. cit. .D E *'incidence de la réforme du code %énal sur la )estion des %ersonnes morales Puand "&&ic.%rise en com%te du diri)eant de fait était nécessaire %our %réser3er l'efficacité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 7%ara)ra%5e 29.. A.D n:3<0 s. +ara)ra%5e 1 *e re%résentant diri)eant de fait *e diri)eant de fait a été %ris en com%te %ar la 8uris%rudence 7A9 %our en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. 132 la loi *'article 121 2 du #ode %énal. DCs lorsD le diri)eant de fait n'étant %as in3esti %ar la %ersonne moraleD cette derniCre est %lus 3ictime 13> 13< 13A que res%onsa&le .M.D !. 6. *e second est que le diri)eant de fait n'est %as un or)ane %arce qu'il n'est in3esti ni %ar la loiD ni %ar les statuts d'un %ou3oir de direction et de re%résentation.D 6.OK* %récitéD %.E=RD /. /eaucou% d'ar)uments ont été a3ancés %ar la doctrine " l'encontre de l'assimilation du diri)eant de fait " l'or)ane ou au re%résentant. D.ER. #e%endantD 133 selon l'ada)e ubi le non distinguit nec nos distinguere debemus D qui est com%ati&le a3ec le %rinci%e de l'inter%rétation stricte de la loi %énaleD la loi ne %récisant %as que le re%résentant doit 4tre de droitD il serait restrictif de ne %as admettre le diri)eant de fait .*E0A.D n:312.+*A-P=EoD p.

13A M. P:. éd.ne distin)ue %asD nous ne de3ons %as distin)uer. DE*A6ED !roit pénal des a&&aires. PFeDtite s .D.+RADE*D op.DE*MA. 13> D.2000D %. 13< !.?>.6=.#E**. MAR1LD 6.OK* %récité.citD %a)e A?1.

#ette t5Cse est confirmée %ar un arr4t de la c5am&re criminelle de la #our de cassation en date du 1? décem&re 2003 . En réalité la t5Cse selon laquelle le diri)eant de fait ne %eut en)a)er la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale est fondée sur l'o%inion queD %our que la %ersonne %5Jsique %uisse a3oir cette ca%acitéD il doit e(ister un lien de droit 13@ 13? entre elle et la %ersonne morale. #'est " la 8uris%rudenceD et %lus %récisément au( 8uridictions du fondD qu'il est re3enu d'analJser les contours de la notion. #e%endantD ce nou3el ar)ument %résu%%ose l'e(istence de sous caté)ories " l'intérieur de la caté)orie des re%résentants. #omme nous l'a3ons disD cette %osition sem&le s'e(%liquer %ar le réalisme des 8u)es qui re)rou%ent sous le 3oca&le d'or)ane ou de re%résentant toute %ersonne aJant un réel %ou3oir de décision ou de direction au sein de la %ersonne morale. . dans ses relations avec F une autre sociétéD Ea engagé la responsabilité de la personne morale F. /. notamment. OrD si l'on suit la lo)ique de la #our de cassation qui tend " considérer comme un re%résentant toute %ersonne qui %ossCde un 3rai %ou3oir de direction et de décision dans l'entre%riseD alors le diri)eant de fait doit 4tre assimilé " un re%résentant.l ne 13B sem&le dCs lors %lus faire de contestation que le diri)eant de fait en tant que re%résentant en)a)e la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale. *es caractCres de la direction de fait . *a #our affirmeD en effetD qu'un indi3idu E qui agissait en tant que dirigeant de &ait de la société.conférer ce statutD et que celle ci ne serait %as 3alide faute d'4tre s%éciale .l e(isterait une sous caté)orie des délé)ataires et non une des diri)eants de fait. et la représentait. . #ette assimilation constitue une trCs sensi&le e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD %uisque des %ersonnes sans lien de droit a3ec la %ersonne morale %eu3ent en)a)er sa res%onsa&ilité %énale. *a qualification d'un indi3idu en diri)eant de fait relC3e de l'a%%réciation sou3eraine des 8u)es . Or la 8uris%rudence n'a 8amais e(clu les diri)eants de faitD donc une sous caté)orie des diri)eants de fait %ourrait e(ister.l n'e(iste %as de définition lé)ale du diri)eant de fait. #e%endant %our qu'un indi3idu soit qualifié de diri)eant de faitD son acti3ité doit rem%lir des critCres.

)ou3.RO=!O= DE /O=/EED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 13B . FD %récité. 6. .fr .le)ifrance.nédit %our3oi n:00 @?@?2D dis%oni&le sur OOO.13? 13@ -ote %récitée.

mais c’est un dirigeant e&&ecti& 1 <0 1A@ 1AB 1A? 1A> 1A< 1AA 1A3 1A1 1A0 ./.6=LO-D 1ome 2D op. 1. *e diri)eant de fait est un indi3idu qui ne &énéficie %as d'un mandat social1A2D qui mal)ré tout s'immisce dans la direction de la société D %ar une acti3ité %ositi3eD indé%endante et li&re .#OT.A-D. 1. 1A3 M.D n:<@0.R.0.QAD op.ERD op.D n:13@B. D'a%rCs cet arr4t E la qualité de gérant de &ait est caractérisée par l’immi tion dans les &onctions déterminantes pour la direction générale de l’entreprise. En effetD dans la %ratique le re%résentant lé)al en)a)era la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %our a3oir e(écuté une décision illé)aleD sans qu'il soit &esoin de %rou3er la direction de fait.D n:@0@. E #e n’est pas un dirigeant apparent de la société.D n:3?1.ERD M.R.du fond .6. ci3. cit. 1AA M.DE/O. =n arr4t de la #our d'a%%el de +aris du 1? 8uin 1B@? est sou3ent cité %ar la doctrine s%écialisée en droit commercial %our le définir .QAD %e dirigeant de sociétéD %itecD 1BB<D n:<@0.#OT. cit. *e diri)eant doit détenir effecti3ement des %ou3oirs de direction tels que sus énoncés.. 1A0 1A1 #om.LD op..A-D. 2 fé3rier 1B@2D /ull.D n:3?1.e de la société en cause F. cit. *a %reu3e de la direction de fait est alors facile " ra%%orter )rSce " la t5éorie de l'a%%arence. 1B@2D AD n:A0.DE/O.LD op. M.DE/O.l nous faut ce%endant noter que la distinction n'a %as )rand intér4t concernant la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.A-DA...6A=1K.6=LO-D !roit des a&&aires./. impliquant une participation continue à cette direction et un contrFle e&&ecti& et constant de la marc.6A=1K.A-DA. Dans le %remier casD le diri)eant de fait e(erce les fonctions du re%résentant lé)alD dont un %ou3oir de re%résentationD qui lui %ermet d'e(écuter les o%érations autorisées %ar les or)anes de décisionD au%rCs des tiers . )conomicaD 1ome 1D 12Cme éditionD 2003D n:AB>. .. Dans le second casD le diri)eant de fait n'e(erce que le %ou3oir de décisionD le re%résentant e(écute les décisions notamment dans ses relations face au( tiers.i le %lus sou3ent le diri)eant de fait sera a%%arentD c'est " dire qu'il e(ercera les fonctions d'un diri)eant au( Jeu( du %u&licD il %eut 4tre occulte s'il %rend les décisions dans l'om&re .#OT. cit. #e%endant l'a%%arence crée une %résom%tion quasi irréfra)a&le.0..A-DA. . )conomicaD 1ome 2D B éditionD 2003D n:13@B. *a %reu3e est alors %lus difficile " a%%orter. . +ar acti3ité %ositi3eD l'on entend aussi &ien une action a%%arenteD qu'une action occulte .6.ERD %es dirigeants et les groupes de sociétésD %itecD 2000D n:@0@. qui ne serait dirigeant qu’au <eu des tiers. L. *e diri)eant de fait %eut inter3enir dans différents domaines tels que l'or)anisation de l'entre%rise et du tra3ailD la fi(ation des salairesD l'em&auc5eD l'ac5at du matériel au nom de la société D les relations a3ec les &anques .LD !roit des sociétésD %itecD 1ACme éditionD 2001D n:3?1. 1A< L.ERD M. . 1A2 M.6=LO-D !roit des a&&aires. M.A-D.ERD M.0. Cme cit. L.

1A> 1A? D. cit.1R.#O1D E *es critCres de la )estion de fait !FrDoit et patrimoine 8an3ier 1BB>D %. 6. 1A@ ! #.ERD M. cit.DE/O.D n:3?1. . 1AB M.D n:3A< s.0.RO/*O1D +raité de droit commercialD %itecD 1ome 1D 3ol.#OT..R.+ER1D R..+*A-P=E op.A-DA.2@. 2D 1@Cme éditionD 2002D n:11AB.A-D.LD op.

+ara)ra%5e 2 *a nécessaire %rise en com%te du diri)eant de fait %our la %réser3ation de l'efficacité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales .i la %rise en com%te du diri)eant de fait découle de la 3olonté de la #our de cassation de considérer comme re%résentant toute %ersonne aJant un réel %ou3oir de direction ou de décisionD elle %eut aussi se 8ustifier %ar la %réser3ation de l'efficacité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. =ne solution in3erse %ourrait faciliter la fraude des %ersonnes morales qui n'auraient que des diri)eants de fait %our é3iter que leur res%onsa&ilité %énale ne soit en)a)ée . =ne ré%onse du )arde des sceau( " une question %arlementaireD le 22 no3em&re 1BB3 D 3a en ce sensD E les dirigeants de &ait dDune personne morale pourront également Ctre considérés, sous réserve de lDappréciation souveraine des juridictions, comme des représentants au sens de lDarticle 2/2-/ du nouveau code pénal $ toute autre interprétation de la loi créerait une immunité injusti&iée au pro&it des personnes morales dont les dirigeants de droit ne seraient que des prCte-noms F. -on seulement &eaucou% d'entre%rises sont diri)ées %ar des diri)eants de faitD mais si les diri)eants de fait n'en)a)eaient %as la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales alors ces derniCres auraient )éré le risque %énal en ne fonctionnant qu'a3ec des re%résentants de fait. #'est " ce moment que le réalisme de la #our de cassation ou son %ra)matismeD qui consiste " %rendre en com%te tout indi3idu doté d'un %ou3oir au sein de la %ersonne moraleD se 8ustifie. *a %ersonne morale ne %eut éc5a%%erD %ar aucun strata)CmeD %rocédé de droit ou de faitD " sa res%onsa&ilité %énale lorsque des %ersonnes aJant le %ou3oir de la re%résenter commettent une infraction %our son com%te.
1<2 1<1

*es diri)eants de fait sont susce%ti&les d'en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD tout comme le délé)ataire et le su&délé)ataire. #es %ersonnes qui %ossCdent un réel %ou3oir de direction et de )estionD qui est total %our le diri)eant de fait ou %artiel %our le délé)ataireD doi3ent 4tre assimilés " la %ersonne morale %arce qu'elles déterminent ou e(écutent la 3olonté de la %ersonne morale. =n sJllo)isme sim%le nous a%%araHt 2 celui qui détient le %ou3oir est res%onsa&leD or celui qui détient le %ou3oir en)a)e la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne moraleD donc la %ersonne morale est res%onsa&le. #e%endantD si celui qui détient le %ou3oir

1<0 1<1

D.1R,#O1D %récitéD %.2A. ! #.+*A-P=ED op. cit.D n:3<2 s. et M.DE*MA. MAR1LD 6.6=,D,#E**, DE*A6E op. cit.D %.?>. 1<2 Puestion %arlementaire de Monsieur A./ert5ol. Puestion n:<2BB %u&liée au (1 le 30 aoZt 1BB3 et ré%onse %u&liée le 22 no3em&re 1BB3.

en)a)e la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne moraleD %ourquoi utiliser les notions d'or)ane et de re%résentant W #elui qui détient le %ou3oir a le de3oir d'é3iter la commission d'une infractionD donc sa né)li)ence entraHne %resque sJstématiquement la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale. =ne telle e(tension de la notion de re%résentantD affai&lie considéra&lement l'e(i)ence d'une faute commise %ar un or)ane ou un re%résentant. +ourquoi 3érifier effecti3ement la qualité d'or)ane ou de re%résentant de l'auteur de la faute si l'on sait qu'il aura cette qualité W *'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant n'est d'ailleurs %lus tou8ours nécessaire.

#5a%itre

[2*'e(i)ence assou%lie de l'identification de l'or)ane ou du re%résentant

*a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales su%%ose la commission d'une infraction %ar un or)ane ou un re%résentant . *a %ersonne morale ne %eut matériellement a)ir d'elle m4meD la mise en 8eu de sa res%onsa&ilité nécessite la %résence d'un E substratum ,umain
1 <A 1<3

F . Ainsi la

res%onsa&ilité des %ersonnes morales est une res%onsa&ilité %ar re%résentation1<<D une %ersonne

1<3 1<A

Article 121 2 du #ode %énal. K.DO--ED,E= DE 0A/RE.D E *es limites de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8FID! pén. 1B<0D %a)e 33B. 1<< M.DE.+OR1E.D E Res%onsa&ilité des %ersonnes morales F 7ra%%or(t9#D P 1BB@ 10023. #rim 2B a3ril 2003D !./550D %a)e 1>?D note ! #..A,-1 +A=D E *a faute diffuse de la %ersonne morale F. #rim 1@ 8an3ier 200!0.D2000D

la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est elle une res%onsa&ilité %ar .%a)e >3>D note du m4me auteur E ricoc5et W F.

+*A-P=ED %a détermination de la personne morale pénalement responsable.%’*armattanD 2003D %a)e 22A n:322. /ien sou3ent une infraction est commise au sein de l'entre%rise %ar une %ersonne %5Jsique. Ainsi il nous faut tout d'a&ord étudier le %rinci%e d'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant 7section 19 a3ant d'analJser sa remise en cause 7section 29. )d. . ! #.%e&bvre 2002D %. =n re%résentant est un mandataire autre qu'un mandataire social.%5Jsique 3a a)ir matériellement %our la %ersonne morale..MercandalD . #'est %ourquoiD il était admis que %our en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales il fallait identifier la %ersonne %5Jsique %our 3érifier qu'elle a la qualité d'or)ane ou de re%résentant.l e(iste donc tou8ours une %ersonne %5Jsique qui 3a a)ir %our la %ersonne morale. -éanmoins il faut a8outer au( re%résentants ceu( qui se com%ortent comme s'ils a3aient le %ou3oir de re%résenter la %ersonne morale 7notamment les diri)eants de fait9 . -ous considérerons 1<> au cours de nos dé3elo%%ement qu'un or)ane est une ou 1<? %lusieurs %ersonnes 7il %eut s'a)ir d'un or)ane collectif9 in3esties lé)alement ou %ar les statuts d'un %ou3oir de direction et de )estion . *a #our de cassation ne fait que 3érifier qu'un or)ane 1<> 1<? . #e%endantD %our que la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %uisse 4tre en)a)éeD la %ersonne %5Jsique doit a3oir la qualité d'or)ane ou de re%résentant. *'article 121 2 du #ode %énal n'e(i)e %as lui m4me l'identification d'une %ersonne %5Jsique. -e %as e(i)er l'identification une d'une %ersonne %5Jsique serait indirectement admettre directement qu'une %ersonne commettre morale infraction 1<B 1<@ %uisse sans l'inter3ention d'un or)ane ou d'un re%résentantD ce qui serait fau( et contraire " l'article 121 2 du #ode %énal et entraHnerait une e(tension de res%onsa&ilité . #'est %ourquoi le %rinci%e n'a 8amais été %osé lorsqu'il s'a)issait d'un or)ane collé)ial 7%ara)ra%5e 29.ur les différentes %ositions doctrinales et les raisons de notre c5oi( 2 #5a%itre 1D introductionD %. En ce sensD D. . . +ara)ra%5e 1 *'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant %ersonne %5Jsique #e %rinci%e n'est %as un %rinci%e lé)al.OK*D E Rec5erc5e sur un dédou&lement de la %ersonnalité en droit %énal inFD études offertes " /.ection 1 *e %rinci%e de l'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant *e %rinci%e de l'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant a été énoncé lorsqu'il s'a)issait d'identifier une %ersonne %5Jsique 7%ara)ra%5e 19 %our 3érifier sa qualité.3?3.1>.

D n:23?. cit. .1<?D l'auteur critique un 8u)ement du tri&unal de )rande instance de +aris en date du 3 no3em&re 1BB< qui im%ute directement une infraction " une %ersonne morale.+*A-P=ED op. soc.1<@ 1<B ! #. A. 1BB>D %.#OE=RE1D E *a res%onsa&ilité %énale de %ersonnes morales %our accident du tra3ail !FrD .

2. #e%endant les 8u)es du fond auraient %u mentionner %ar une sim%le formule que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant sans a3oir identifier une %ersonne %5Jsique et 3érifier que celle ci a3ait le %ou3oir d'en)a)er la res%onsa&ilité de la %ersonne morale.ou un re%résentant a commis l'infraction. Or %our que cette 3érification %uisse se faire il faut que les 8u)es du fond en donnent les moJens " la #our de cassation en identifiant l'or)ane ou le re%résentant qui se ré3élera 4tre sou3ent une %ersonne %5Jsique. A. 1.i les 8u)ent im%utent directement la commission de l'infraction " la %ersonne morale alors leur décision encoure la . DoncD %our 3érifier qu'un or)ane ou un re%résentant a commis une infractionD la #our de cassation doit %ou3oir 3érifier leur mention dans les motifs des décisions qui font l'o&8et d'un %our3oi. *e %rinci%e 8uris%rudentiel d'identification *a #our de cassation contrGle la 3érification de la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant 719. . Or l'article 121 2 dis%ose que E les personnes morales sont responsables pénalement F si l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant de la %ersonne morale. +our ce faireD elle contrGle les motifs des 8u)es du fond et leur demande d'identifier une %ersonne %5Jsique 729. #'est %ourquoi la #our de cassation a décidé que les 8u)es du fond de3aient e(%ressément identifier l'or)ane ou le re%résentant de la %ersonne moraleD soit %ar son nomD soit %ar sa fonction. *e %rinci%e d'identification des %ersonnes %5Jsiques a été énoncé %ar la 8uris%rudence 7A9D et s'a%%lique au( infractions de toute nature 7/9. *e contrGle de la 3érification de la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant *a #our de cassation est le 8u)e du droitD elle doit donc a3oir été mise " m4me de 3érifier l'a%%lication de la loi %ar les 8u)es du fond. *e contrGle %ar la #our de cassation de l'identification *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales su%%ose doncD d'a%rCs la #our de cassationD que l'on ait identifié une %ersonne %5Jsique.

=n %rinci%e a%%lica&le au( infractions de toute nature *e %rinci%e de l'identification d'une %ersonne %5Jsique est a%%lica&leD aussi &ien au( infractions intentionnelles 719D qu'au( infractions %ar im%rudence 729. )lectrD -o3em&re 2000D %.+OR1E. 1.A#D E le %rinci%e de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a t il amélioré la . *a #our d'a%%el affirmait E qu’il est ainsi su&&isamment établi qu’un représentant légal de la -" G. D'autres arr4ts confirment cette 8uris%rudence. /.. 1>1 0.DE.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale#FDa. *es 8u)es du fond %ensaient qu'il était intellectuellement indénia&le que seule une %ersonne %5Jsique %uisse en)a)er le res%onsa&ilité d'une %ersonne morale mais qu'il n'est 8uridiquement %as o&li)atoire de l'identifier. Elle considérait en effet qEu’à dé&aut pour une personne morale d’avoir une consistance matérielle. est intervenu dans la réalisation de l’in&raction commise F.<sique sans qu’il soit nécessaire toute&ois que celle-ci soit &ormellement identi&iée 1 >3 1>2 1>1 1>0 F .A2>D -:>?. #'est %ourquoi la #our de cassationD au 3isa de l'article 121 2D casse l'arr4t. *es infractions intentionnelles 1>0 M.1O-DEA= DE MAR. une in&raction ne pourra lui Ctre imputée que si elle a été commise par une personne p.ier juridique. *a %ersonne %5JsiqueD l'or)ane ou le re%résentantD doit 4tre clairement identifiée ..censure de la #our de cassation . En effetD sans cette solution de la #our de cassationD la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales aurait %u 4tre en)a)ée %ar toute %ersonne alors m4me qu'elle n'a %as des fonctions de direction et de )estion. Et %our que la #our de cassation %uisse 3érifier que la faute ait été commise %ar un or)ane ou un re%résentantD il faut identifier un or)ane ou un re%résentant qui est )énéralement une %ersonne %5JsiqueD %our o&ser3er si elle a la qualité %our en)a)er la %ersonne morale. OrD s'il est e(act que l'article 121 2 n'e(i)e %as l'identification d'une %ersonne %5JsiqueD en re3anc5e il est nécessaire que la faute ait été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. Dans un arr4t en date du 2 décem&re 1BB? D la c5am&re criminelle de la #our de cassation casse un arr4t de la #our d'a%%el de *imo)es.

situation des diri)eants face au risque de mise en cause de leur res%onsa&ilité %énale %. 1>3 M. 1>2 /ull.1><2.+OR1E. 7ra%%ort9 %récité. 2000D doctrine . 1BB? n:A0@. Pal. W 7FaD '.DE. crim.

*a #our d'a%%el a im%uté directement " la %ersonne morale 7en l'es%Cce la . En effetD la #our de cassation n'a3ait aucun moJen de 3érifier que l'infraction a3ait été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. )D ? 8uin 2001D n:23D %. 7ra%%ort9 %récité.D E #umul de la res%onsa&ilité %énale d'un salarié délé)ataire de %ou3oirs et de la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale F(D #P éd. 1>? /ull..Dans l'arr4t du 2 décem&re 1BB? D il s'a)issait d'une infraction intentionnelle 2 l'usa)e de fausses attestations.nédit titré %our3oi n:01 @2<21. 2003 n:B1. ManuelD n:AA>.DE.i l'infraction estD %ar conséquentD forcément commise %ar une %ersonne %5JsiqueD celle ci n'a %as nécessairement la qualité d'or)ane ou de re%résentant.+OR1E. 1>> .B<0.-#M9 un 5omicide in3olontaire.MERR. M.*EROLD !roit pénal généralD %7!( 2003D coll. *a #our re%roc5e au( 8u)es du fond de ne 1>< 1>A %as a3oir rec5erc5é si un or)ane ou un re%résentant de la %ersonne morale a3ait eu l'intention de commettre l'infraction . 1>B M.é si les &aits énoncés avaient été commis par un organe ou un représentant de la personne morale au sens de l’article 2/2-/ du #ode pénal F. *a #our d'a%%el a3ait décidé que la %ersonne morale connaissait la ré)lementation a%%lica&le et qu'elle a3ait commis le délit de 3ente au dé&alla)e. !. *es infractions %ar im%rudence ou né)li)ence *'arr4t de %rinci%e en date du 1@ 8an3ier 2000 1>B 1>@ a été remarqué %ar la %lu%art des auteurs .D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récité.fr . Dis%oni&le sur OOO. *a #our de cassation censure les 8u)es du fond au motif qu'ils n'ont %as E rec. *a #our de cassation a confirmé cette a%%roc5e dans un arr4t en date du ? Mai 2002 . 2000 n:2@. . crim. *a #our de cassation casse l'arr4t au motif que les 8u)es du fond E ne précisent pas quel organe ou représentant aurait engagé la responsabilité pénale de la personne morale F.E. 2. . =n autre arr4t en date du 2B a3ril 20031>? a le m4me a%%ort. D'a%rCs la #ourD les a)ents de la .-#MD qui ne sont %as des re%résentantsD auraient commis une faute d'im%rudenceD faute im%uta&le " la %ersonne morale 1>A 1>< Dé8" cité.+OR1E.DE. crim.erc. *a #our d'a%%el a im%uté directement " la %ersonne morale un délit de recel sans identifier un or)ane ou un re%résentant ni %ar son nomD ni %ar sa fonction. .le)ifrance )ou3. 1>@ /ull. 1>> *e %rinci%e de l'identification s'a%%lique non seulement au( infractions intentionnelles mais aussi au( infractions %ar im%rudence.

-ote de ! #.OK*D %récité. D. .-1 +A= %récitéeD E la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est elle une res%onsa&ilité %ar ricoc5et W F..1O-DEA= DE MAR. 0.A# %récité.A.

d’en&ants 1?2 . DCs lorsD il ne fait aucun doute que le %rinci%e de l'identification s'a%%lique au( infractions %ar im%rudence.ormis le c. jugé e cessi&. *a #our su%r4me censure les 8u)es du fond au motif qu'ils n'ont %as rec5erc5é E si les négligences. imprudences et manquements au obligations de sécurité énoncés ont été commis par ses organes ou représentants F. Et la #our de cassation doit %ou3oir 3érifier que la %ersonne dési)née %ar les 8u)es du fond a &ien cette qualité. En réalitéD l'infraction était &ien im%uta&le " des %ersonnes 1?0 %5JsiquesD mais en l'es%CceD il s'a)issait de %ré%osés qui n'a3aient %as la qualité d'or)ane ou de re%résentant. Dans un arr4t en date du 11 mai 1BBB D la c5am&re criminelle de la #our de cassation a traité de l'im%utation d'une infraction " un or)ane collé)ial. +ara)ra%5e 2 *e %ro&lCme de la commission de l'infraction %ar un or)ane collé)ial *orsqu'une infraction est commise %ar le &iais d'une déli&ération %ar e(em%leD alors un or)ane collé)ial de la %ersonne morale commet l'infraction. à deu de écoles maternelles en raison du nombre. #e%endant l'or)ane ou le re%résentant qui commet l'infraction n'est %as tou8ours une %ersonne %5Jsique. #ela est tout " fait lo)ique %uisque la loi n'e(i)e %as l'identification d'une %ersonne %5JsiqueD mais que l'infraction soit commise %ar un or)ane ou un re%résentant. Dans ce cas doit on identifier les %ersonnes %5Jsiques qui com%osent l'or)ane collé)ial W +our certains auteurs1?1D seule l'identification de l'or)ane collé)ial suffit. Or si l'infraction est commise %ar un or)ane collé)ial alors la condition %our que la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %uisse 4tre mise en 8eu est res%ectée. . *'infraction est tou8ours commise %ar une %ersonne %5JsiqueD mais il faut que cette %ersonne ait le %ou3oir d'en)a)er la res%onsa&ilité de la %ersonne moraleD elle doit 4tre un or)ane ou un re%résentant.i aucun arr4t de la #our de cassation ne %ermet de confirmer directement cette a%%roc5eD un arr4t concernant la res%onsa&ilité des %ersonnes %5Jsiques %eut nous éclairer. .au&&age.%our des défaillances dans la structure de l'entre%rise . En l'es%CceD les mem&res d'un conseil munici%al étaient %oursui3is %our a3oir E adopté une délibération suspendant toute &ourniture.

crim.*EROLD op.OK*D %récitéD %.A..D n:AA>.-1 +A= %récitée. cit. 1BBBD n:B3.nationalités di&&érentes F. !. D.3@0. . *a question était donc de sa3oir si la discrimination %ou3ait 4tre 1?0 1?1 -ote de ! #. 1?2 /ull.

l s'a)it de l'assem&lée )énérale des mem&res %our une association et l'assem&lée )énérale des mem&res du )rou%ement %our le )rou%ement d'intér4t économique. +our la société anonJmeD il %eut s'a)ir du conseil d'administrationD du directoireD ou de l'assem&lée des actionnaires. DoncD &ien qu'étant un or)aneD le conseil de sur3eillance ne %eut %as en)a)er la res%onsa&ilité de la . ne peut Ctre imputée à ceu conseillers municipau a<ant e primé un vote &avorable F." contrarioD des l'infraction est certainement im%uta&le au conseil munici%al etD s'il s'a)it d'un cas %ré3u %ar la loiD la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %ourrait 4tre en)a)ée 7mais encore faut il démontrer qu'il s'a)it d'une infraction commise E dans l’e ercice d’activités susceptibles de &aire l’objet de conventions de délégation de service public 1 ?3 . 1?3 Art.l e(iste néanmoins une difficulté %our les sociétés anonJmes 7. #e%endant le conseil de sur3eillance n'e(erce %as des fonctions de directionD de )estion ou d'administration. prise par un organe collégial de la commune. *e conseil munici%alD le conseil dé%artemental et le conseil ré)ionalD sont autant d'or)anes collé)iau( qui en)a)ent la res%onsa&ilité de la communeD du dé%artement et de la ré)ion lorsqu'ils ont commis une infraction. 121 2 alinéa 2 du #ode %énal . *a #our su%r4me ré%ond %ar la né)ati3e et re8ette le %our3oi au motif que E la délibération incriminée.A9 " directoire. 9. .im%uta&le au( mem&res du conseil qui ont 3oté fa3ora&lement " la mesure %ro%osée. AinsiD d'a%rCs la doctrine1?AD c5aque tJ%e de %ersonne morale %eut 3oir sa res%onsa&ilité en)a)ée %ar un or)ane collé)ial. . EtD si les mem&res du conseil de sur3eillance %eu3ent 4tre inquiétés %our le défaut de sur3eillance de la )estion en cas d'infraction1??D l'infraction ne %eut 4tre re%roc5ée qu'au directoire et non au conseil de sur3eillance.A1?>.l s'a)itD &ien é3idemmentD d'un or)ane etD " ce titreD il est susce%ti&le d'en)a)er la res%onsa&ilité de la société 1?<. Elles sont com%osées d'un conseil de sur3eillance. #e dernier %eut il en)a)er la res%onsa&ilité de la . En ce qui concerne la société " res%onsa&ilité limitéeD la société %ar actions sim%lifiée et la société en commandite %ar actionsD l'assem&lée des actionnaires est l'or)ane collé)ial %ou3ant en)a)er leur res%onsa&ilité.A W .

1?A !. cit.D n:<3A.D .+RADE*D +raité de droit pénal généralD #ujasD 1A n:32B.+*A-P=ED op. 1?< !. cit. cit. Cme éditionD 2002V2003D n:<3A.+RADE*D op. ! #. 1?> ! #.+*A-P=ED op.D n:32>.

%itecD 1ACme éditionD n:?B>. 1. 1?? 1?@ M. *a certitude de la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant .DE.+OR1E. .*E 6=-EKE#D !roit pénal généralD )conomica.LD !roit des sociétés. 1@0 8apport de la #our de cassation 2HHID Ed. 10 éditionD coll.l s'a)it de la t5Cse du conseiller Des%ortes1?B.A-D.ection 2 *a remise en cause du %rinci%e d'identification . A. 1?B -ote %récitée..#OT.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récitéD %.A32..l s'a%%uie sur le ra%%ort de la #our de cassation de 1BB@ qui énonce le %rinci%e sui3ant 2 iEl su&&it que le juge puisse acquérir la certitude que l’in&raction a été commise FD dans tous ses éléments pDar Eun organe ou un représentant 1 @0 F .0. M.A-D A.ERD M.i le %rinci%e d'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant a été remis en causeD c'est %arce qu'il e(iste des cas de non identification 7%ara)ra%5e 19 qui nous incitent " %enser que l'on se diri)e 3ers un nou3eau %rinci%e d'or)ane identifié ou identifia&le 7%ara)ra%5e 29.DE.1BBBD %a)e 303. *'a&sence d'identification en cas de certitude la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant *a commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant est certaine 719 dans les cas oI le c5ef d'entre%rise est res%onsa&le du fait de son %ré%osé 729.+OR1E. *es cas oI les 8u)es ont cette certitude %eu3ent 4tre classifiés en fonction de la nature de l'infraction 7/9.-éanmoinsD il e(iste des cas oI identifier un or)ane n'est %as nécessaire. et M. #or%usdedroit%ri3éD 2003D n:>01 et >0A 3. +ara)ra%5e 1 *'e(istence de cas de non identification *es cas de non identification s'e(%liquentD selon le conseiller Des%ortes 1?@ %ar le fait que les 8u)es ont la certitude que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant 7A9. .DE/O. . Cme M.

*a #our de cassation re8eta le %our3oi au motif que lEe président de la société ou son délégataire en matière de sécurité n’a pas accompli toutes les diligences normales pour &aire respecter les prescriptions qui s’imposaient à la personne morale en ce domaine FD. cit. OrD il est des cas oI le diri)eant d'une %ersonne morale est dési)né directement comme res%onsa&le %énalement de la 3iolation d'une rC)le. 1out d'a&ordD si l'intention e(i)ée est un E dol s%écial DF alors l'identification d'une %ersonne %5Jsique est nécessaire. Dans ce cas la %ersonne morale est aussi res%onsa&le E par l’e&&et combiné F de cette rC)le et de l'article 121 2 du #ode %énal. Dans le m4me sens 2 R. *a #our de cassationD en sac5ant que l'infraction a été commise au sein de l'entre%riseD %eut sa3oirD sans que les 8u)es du fond n'aient " le %réciserD que l'infraction a forcément été commise %ar le c5ef d'entre%rise ou son délé)ataireD res%ecti3ement or)ane et re%résentant de la %ersonne morale. Donc les 8u)es du fond n'ont %as &esoin d'identifier la %ersonne %5Jsique %uisqu'elle est nécessairement le diri)eant. *'or)ane ou le re%résentant n'a3ait %as été identifié ni %ar son nomD ni %ar sa fonction.*'auteur distin)ue deu( cas. *a #our d'a%%el a3ait déclaré une %ersonne morale cou%a&le d'5omicide in3olontaire %ar ino&ser3ation de la ré)lementation en matiCre d'5J)iCne et de sécurité du tra3ailD au motif qu'elle a3ait commis une faute dans l'or)anisation du c5antier1@A. cit.D n:3?@.*EROLD op. #ujas. #e raisonnement 3aut aussi &ien %our les infractions %ar im%rudence que %our les infractions intentionnellesD car dans ces deu( caté)oriesD il e(iste des cas oI le c5ef d'entre%rise est %résumé res%onsa&le de l'infraction.MER*E et A. Est assez e(%liciteD un arr4t en date du 1er décem&re 1BB@ 1@3 qui n'aD %our la %remiCre foisD %as e(i)é d'identification. +our les différentes t5Cses sur le dol s%écialD 3oir 2 !. 1@2 +our l'auteur la E simple conscience de violer une règle édictée par la loi ou le règlement . !.0. . On %eutD en effetD %enser que si l'infraction commise au sein de la %ersonne morale est directement im%uta&leD %ar le 8eu d'une %résom%tionD " un or)ane tel que le c5ef d'entre%riseD alorsD sans que les 8u)es du fond n'aient " 3érifier la 1@2 1@1 1@1 .+RADE*D !roit pénal généralD op. EnsuiteD s'il s'a)it d'un E dol )énéral DFE il su&&it d’établir que la violation est matériellement imputable à un organe ou un représentant F.D n:<0?.1=+D raité de Cme droit criminel. oncD l'identification n'est %as nécessaireD car la #our a la certitude que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentantD comme l'e(i)e l'article 121 2 du #ode %énal..l s'a)it de la 3olonté d'atteindre un résultat déterminé. DCs lorsD le %our3oi re%roc5ait au( 8u)es du fond d'a3oir directement im%uté l'infraction " la %ersonne morale sans %asser %ar une %ersonne %5Jsique. 1ome 1D ? éditionD 1BB?D n:<B>.

. crim. !.KO=1MA-.1O-DEA= DE MAR. -ote de M A.%récitée.3AD note M A.KO=1MA--.1@3 1@A /ull. 0.2000D %.A#D %récité. 1BB@ n:32<.

crim.2>3 2 du #ode du tra3ail dis%ose que E les c. +our le c5ef d'entre%riseD la 8uris%rudence considCre qu'il ne s'a)it %as d'une %résom%tion irréfra)a&le car il %eut s'e(onérer en a%%ortant la %reu3e d'une délé)ation de %ou3oirs. #es %résom%tions de res%onsa&ilité en matiCre ré%ressi3e ne sont %as contraires " la #onstitutionD " l'article B de la Déclaration des droits de l'5omme et du citoJen sau3e)arde des droits de l'5omme et des li&ertés fondamentales1@>D dCs lors qu'elles ne re34tent %as de caractCre irréfra)a&le. 2.B01@. #rim.qualité de l'auteur matériel des faitsD la #our de cassation sait que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant et %eut 3érifier ainsi l'a%%lication de la loi. #rim. gérants ou préposés qui par leur &aute personnelle. *a non identification n'est %ossi&le que lorsque que %Cse une %résom%tion de res%onsa&ilité sur le c5ef d'entre%rise. 11 8uin 1BB2D /ull. +ourtantD &ien sou3ent le c5ef d'entre%rise est reconnu res%onsa&le alors que l'acte matériel a été commis %ar son %ré%osé. *'e(i)ence d'une faute %ersonnelle a été incluse %ar la loi du > décem&re 1B?>1@@D mais n'a en rien modifié la 1@< 1@> 1@< et " l'article > 2 de la #on3ention euro%éenne de 1@? #ons.l est donc res%onsa&le de sa %ro%re faute et non de celle d'autrui. ont en&reint les dispositions ?@A du présent livre ?@A sont punis d’une amende de J4K5 euros F. . .e&s d’établissements. +ourtant il ne s'a)it %as " %ro%rement %arlé d'une res%onsa&ilité %énale du fait d'autruiD car le c5ef d'entre%rise a " sa c5ar)e une o&li)ation de 3eiller au res%ect de la ré)lementation. 1er fé3rier 2000D /ull.D 1> 8uin 1BBB n:BB A11 D#D (1 1B 8uinD %. 1out d'a&ordD cette %résom%tion de res%onsa&ilité %eut 4tre édictée %ar la loi. +ar e(em%leD l'article *. . #ette res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise est %arfois dénommée E res%onsa&ilité %énale du fait d'autrui F. crim.l %eut s'a)ir %our les contra3entions de s'e(onérer %ar la %reu3e de la force ma8eure . 1outefois dans les faitsD la 3iolation de la ré)lementation a été commise au sein de l'entre%rise %ar un %ré%oséD alors que le c5ef d'entre%rise est dési)né comme res%onsa&le %énalement. 1BB2 n:231.l s'a)it d'une %résom%tion de res%onsa&ilité. #onst. =ne certitude acquise en cas de res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise du fait de son %ré%osé *'article 121 1 du #ode %énal dis%ose que E nul n'est res%onsa&le %énalement que de son %ro%re fait F. . #'est %our ne %as a3oir res%ecté son o&li)ation de sur3eillance qu'il est condamnéD et non %our le fait de son %ré%osé. n:<1. directeurs.

*oi n:?> 110> relati3e au dé3elo%%ement de la %ré3ention des accidents du tra3ailD (1 ? décem&re 1B?>D %. .1@? 1@@ Article 121 3 alinéa < du #ode %énal.?02@.

la responsabilité incombe à ses dirigeants F1B0. 1B3 #rim. 1BB2 n:>2. *a #our de cassation a énoncéD notamment dans un arr4t en date du > 8an3ier 1B3@ D un %rinci%e )énéral de res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise " raison des infractions " la ré)lementation au sein de l'entre%riseD ainsi que sa 8ustification .1<. /eaucou% d'auteurs critiquent cette res%onsa&ilité quasi 1BA automatique ar)uant du fait que le c5ef d'entre%rise ne %eut %as tout sur3eiller.RO6ERD E *a loi du > décem&re 1B?> relati3e " la %ré3ention des accidents du tra3ail et son incidence sur le droit %énal F!D . *a 8uris%rudenceD quant " elleD énonce le %rinci%e sui3ant 2 Ele c. +ar e(em%leD en matiCre de %u&licité menson)CreD l'article *.DE*MA.O E la délé)ation de %ou3oirs (Fol< éditions 2000D coll. .1<1. .e& . de lDin&raction commise. 1BA E s’il est de principe que nul n’est passible de peine qu’à raison de son &ait personnel. 121 < du #ode de la consommation %ré3oit que E l’annonceur pour le compte duquel la publicité est di&&usée est responsable. OrD si le c5ef d'entre%rise a des %ou3oirs sur ses em%loJés su&ordonnésD alors il doit les utiliser %our em%4c5er la commission d'infractions au sein de l'entre%rise. 1B2 #rim. 30 octo&re 2000D inédit titré %our3oi n:BB @?0<A. %ratique des affairesD %. 1. 1B0 +our un e(em%le d'a%%lication 2 #rim. -i le contrevenant est une personne morale. il peut en Ctre autrement dans certains cas oL les prescriptions légales engendrent l’obligation d’e ercer une action sur le &ait d’autrui@en matière d’industries réglementées il < a une nécessité de &aire remonter la responsabilité du c. 1BB1 n:32<. ?3.l faut ce%endant reconnaHtre que le c5ef d'entre%rise qui a un %ou3oir de direction sur le %ersonnelD un %ou3oir de )estion. . De %lusD le c5ef d'entre%rise %eut s'e(onérer en délé)uant ses %ou3oirsD dans certains domainesD " des %ré%osésD ce qui %ousse " une meilleure or)anisation de l'entre%rise. > 8an3ier 1B3@D !. ? décem&re 1B@1D /ull.e& d’entreprise doit veiller au respect de la législation 1B3 1 B2 1@B F .i la 3iolation d'une %rescri%tion lé)ale ou ré)lementaire est commise au sein de l'entre%riseD alors le c5ef d'entre%rise est res%onsa&le en 3ertu de son o&li)ation )énérale de 3eiller au res%ect de la lé)islation.l en est de m4me %our les diri)eants de la société commissionnaire en douane qui a 3iolé le droit douanierD selon l'article 3B> du #ode des douanes1B1. *a loi %eut aussi touc5er indirectement le c5ef d'entre%rise en 3isant indistinctement les diri)eants de la %ersonne morale.fr . crim. #ette derniCre énonce désormais que le c5ef d'entre%rise commet une faute %ersonnelle lorsque la ré)lementation n'est %as res%ectée . et surtout un salaire conséquentD doit a3oir des res%onsa&ilités en fonction de ses %ou3oirs. 10 fé3rier 1BB2D /ull. *a formule de %lus en %lus utilisée %ar la #our de 1@B M.1B3@ %. 1B1 +ar e(em%le #rim..8uris%rudence de la #our de cassation. crim. Dis%oni&le sur OOO. à titre principal.le)ifrance )ou3...1B?@D c5ronique %.

F .d’entreprise parce que les conditions et modes d’e ploitation de leur entreprise leur sont personnellement imposées et qu’ils sont tenus d’assurer l’e écution des règlements.

cit.l e(iste deu( cas de non identification qui se situent dans les infractions intentionnelles 719 et dans les infractions %ar im%rudence 729.MER*E et A. *a res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise %our le fait de son %ré%osé est limitée " certaines infractions intentionnelles et non intentionnelles. 23 no3em&re 1BBB inéditsD deu( arr4ts %our3oi n:B@ @?A<@ et n:B@ @1?1B. Dans ce dernier cas la #our de cassation estime 1B< #rim.OK*D %récité. 1B@ M.l s'a)issait des contra3entions et des E délits matériels délits contra3enti o n . Dis%oni&le sur OOO.le)ifrance )ou3. #or%usdedroit%ri3éD 2003D n:ABB.i certaines infractions ont été transformées en délits %ar im%rudenceD la ma8orité des infractions sont de3enues des infractions intentionnelles. et M. 10 Cme éditionD coll.+OR1E. /. =ne classification %ossi&le des cas de non identification en fonction de la nature de l'infraction . 1BB@ n:2@1.l s'a)it d'infractions dont le résultat ne fait %as %arti des éléments constitutifsD on ne ré%rime qu'un com%ortement sans se soucier infractions de ses conséquences. #ette dis%osition de3ait entraHner la dis%arition des E délits matériels FD d'autant que l'article 33B de la loi d'ada%tation du 1> décem&re 1BB2 1BB 1 B @ %récisait que ces anciens délits matériels demeuraient E constitués en cas 2 00 d’imprudence. . !.DE. A3ant le nou3eau #ode %énalD certaines 7dites matérielles9D ne nécessitaient %as la démonstration de l'e(istence d'un F ou E 1B? 1B> élément %sJc5olo)ique. 1. #e qui se 8ustifiaitD %our certains auteurs D %ar le fait que l'im%rudence est constituée %ar le défaut de 3i)ilance. cit.cassation est que le c5ef d'entre%rise est res%onsa&le E de %lein droit 1B< Falors qu'il n'a %artici%é ni matériellementD ni intellectuellement " la commission de l'infraction . 1B> D. crim. 1B? Ou dol )énéral %our le conseiller Des%ortes et les %rofesseurs Merle et 0itu. #rim. . 2@ octo&re 1BB@D /ull. #rim.fr .*EROLD op.D n:<2B. -on identification %our des infractions intentionnelles a3ec un élément moral atténué . R.0. .1=D op. .s F #e%endantD l'article 121 3 du #ode %énal dis%ose de%uis 1BB2 qu' E il n’< a point de crime ou de délit sans intention de le commettre F.D n:A01. *'élément moral n'était %as e(i)éD la matérialité des faits suffisait " condamner la %ersonne. ? décem&re 1BBB inédit titréD %our3oi n:B@ @>@21.l e(iste une %résom%tion de res%onsa&ilité sur le c5ef d'entre%rise %our les infractions intentionnelles dont l'élément moral est fai&le .*E 6=-EKE#D !roit pénal généralD )conomica. mCme lorsque la loi ne le prévoit pas e pressément 201 F .

.2@3 2B@D s%écifiquement %. 2B0.MOR0A-D E Res%onsa&ilité %énale et droit socialD a3ant et a%rCs la loi du 10 8uillet 20008(-FD 2001 %. En ce sens +.1BB 200 !O n:2B@ du 23 décem&re 1BB2.

crim.#O-1ED +. 1BB> n:1BAD #rim. .O+O=*O=D E la res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%rise 8F(D# no3em&re 2001D %. .fr . B no3em&re 1BBBD inédit titré %our3oi n:B@ @@1@>.l s'a)it d'une E présomption d’intention 2. #'est %ourquoi la #our de cassation n'e(i)e %as la 3érification de la qualité de l'auteur de l'infraction. matériel et moral F. 20> #ontra3entionD #rim.. 1BB? n:1B?.l 211 le délit de %ollution des eau( susce%ti&lesD si e(iste &eaucou% d'autres infractions.A<. 20? #rim. 20< #ontra3entionD #rim. . #e sont ces infractions intentionnelles qui sont elles sont commises au sein de l'entre%riseD de faire %eser une E présomption de responsabilité 2 12 F sur le c5ef d'entre%rise. 23 no3em&re 1BBBD inéditD %our3oi n:B@ @1?1B. 1BB3 n:113. +lusieurs arr4ts confirment cette a%%roc5e. *e c5ef d'entre%rise est alors automatiquement res%onsa&le. *e %our3oi formé dénonRait la condamnation sans que la #our d'a%%el n'ait caractériséD E à l’encontre des représentants du demandeur. *es infractions intentionnelles qui ont un élément moral atténué sont nom&reuses. 1< mars 1BB3D /ull.MA.1RE D= #KAM/O-D !roit pénal généralD "rmand #olinD >Cme édition.que E la constatation de la violation en connaissance de cause d’une prescription légale ou réglementaire implique de la part de son auteur.le)ifrance )ou3.le)ifrance )ou3. Dis%oni&le sur OOO. #om%tes %armi les E délits 2 0 ? 20@ 20B 210 20> FD le délit d'init i é D le délit de contrefaRon et trom%erie D le délit de démarc5a)e D et le délit de %u&licité illicite en fa3eur du ta&ac . 20@ #rim.fr . Dis%oni&le sur OOO. cit. +ourtant la #our de cassation ne censure %as sur ce moJen au motif que E le demandeur ne saurait se &aire un grie& de ce que la #our d’appel l’a 201 202 +.*EROLD op.fr . +ar e(em%le #rim.l s'a)itD %ar e(em%leD des infractions " la ré)lementation relati3e au trans%ort matériels 20< 20A 202 et " la ré)lementation de la %u&licité des %ri( . l’intention coupable e igée par l’article 2/2-J alinéa 2 du #ode pénalF . . 203 !. Dis%oni&le sur OOO. 2< mai 1BBAD /ull. DCs lorsD la 3iolation de l'article121 2 du #ode %énal %araissait é3idente.D n:A01.03 ou d'une %résom%tion de cul%a&ilitéD oI l'intention est constituée de la seule 3iolation de la loi . crim.MA1. B no3em&re 1BB@D inédit titré %our3oi n:B? @<AB?. > mai 1BB?D /ull. crim. 1out d'a&ordD dans un arr4t en date du 23 mai 2000213D la #our d'a%%el condamne une %ersonne morale %our l'e(%loitation d'une installation classée sans autorisation %réfectorale %réala&le 7en l'es%Cce il s'a)issait d'un a&attoir9D sans identifier un or)ane ou un re%résentant ni %ar son nomD ni %ar sa fonction. DCs lorsD le c5ef d'entre%rise ou son délé)ataire commet tou8ours l'infraction. 20A K. crim.le)ifrance )ou3. 1BBA n:203D #rim ? mai 1BB>D /ull. l’in&raction poursuivie en ses éléments légal.

Dis%oni&le sur OOO. crim. 1> mars 1BBAD inédit titré %our3oi n:B3 @31@3. Dis%oni&le sur OOO. > octo&re 1B<<D /ull.20B 210 #rim. 213 /ull. 2000 n:200. . 2@ octo&re 1BB@ %récité. 212 -ote de ! #. 12 8uin 2001D inédit titréD %our3oi n:00 @??02.le)ifrance )ou3.le)ifrance )ou3..fr .fr . 211 #rim. 1B<< n:330D 23 a3ril 1BB2D /ull. #rim. Mais contra #rim. crim.-1 +A= %récitéeD E *a faute diffuse de la %ersonne morale F. 1BB2 n:1?B. crim.A.

) 2001 %.déclaré coupable d’e ploitation d’une installation classée sans autorisation dès lors que les &aits souverainement constatés caractérisent. dès lors que la lettre d’avertissement avait nécessairement été produite par le représentant de cette société devant le conseil de prud’. crim. par ses organes ou représentants F. . par les organes a<ant pourvoir de l’engager.<sique qui a commis l’in&raction pour le compte de la personne morale est particulièrement impérative lorsque l’in&raction poursuivie est une in&raction volontaire F. *'arr4t est %lus difficile " inter%réter car on ne 3ise %as directement le c5ef d'entre%rise. en tous ses éléments. .133D note ! K. En faitD la #our 21A 21< /ull. Or la #our de cassation 3alide le raisonnement de la #our d'a%%el quiD %our condamner la %ersonne morale %our usa)e d'une fausse attestation caractériséeD %récise que E la société savait utiliser.'il s'a)it " nou3eau d'un délit dont l'élément moral est atténué. *e %our3oi ar)uait du fait que la #our d'a%%el E a omis de constater la réalisation de l’in&raction par les organes ou représentants de la société F. crim. =n autre arr4t en date du 2A mai 200021A 3a dans le m4me sens. *e %our3oi formé a la t5Cse sui3ante 2 El’identi&ication de la personne p. =n autre arr4t en date du 21 mars 2000 21< est %lus difficile " e(%liquer. Or dans ce casD le c5ef d'entre%rise 7ou son délé)ataire9 étant res%onsa&le de %lein droit de la 3iolation de la lé)islationD alors l'infraction a forcément été commise %ar un or)ane ou un re%résentant de la %ersonne moraleD m4me si la #our d'a%%el ne l'a identifié ni %ar son nomD ni %ar sa fonction.l s'a)issait encore d'un délitD dont l'élément moral est atténuéD commis au sein de l'entre%rise. un document &aisant état de &aits matériellement ine acts et &ormellement contestés F. Mais la #our su%r4me considCre que E la cour d’appel n’a pas méconnu l’article 2/2-/ du #ode pénal.i la #our de cassation considCre que l'identification n'est %as nécessaireD c'est %arce que le délit ne nécessite que la %reu3e de la 3olonté de 3ioler la loiD 3olonté %résumée du fait que E nul n’est censé ignorer la loi F. la #our de cassation re8ette un %our3oi formé contre un arr4t qui a im%uté directement " la %ersonne morale le délit de %roduction d'une sanction disci%linaire amnistiée. /ull. la complicité de cette in&raction commise. . pour le compte du s<ndicat intercommunal.RO/ER1D E res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale " la suite de la %roduction dans une instance %rud'5omale d'une lettre d'a3ertissement &énéficiant de . #'est " direD que ni la %artie ci3ileD ni le ministCre %u&lic n'a3aient " aucun moment dési)né la %ersonne %5Jsique auteur matériel des faitsD ni %ar son nomD ni %ar sa fonction21>. 2000 n:12@. (#P éd. 2000 n:203.ommes F.

RO/ER1 %récitée. . 21> -ote de ! K.l'amnistie F.

i une infraction a été commise au cours du %rocCs %ar l'entre%rise alors le c5ef d'entre%riseD s'il re%résente la sociétéD ou l'a3ocat en tant que mandataire su&stitué de la %ersonne moraleD en)a)ent la res%onsa&ilité de la %ersonne morale. soit à l’organe dirigeant. +our certains auteursD la res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise est due " la .é à la personne morale une &aute d’imprudence ou de négligence consistant en la violation d’une réglementation que son dirigeant avait personnellement l’obligation de &aire respecter. a9 *es cas oI l'identification n'est %as nécessaire En ce qui concerne les infractions %ar im%rudenceD l'e(%lication du conseiller Des%ortes est la sui3ante 2 Elorsqu’il est reproc. 2. il est inutile d’identi&ier la personne p. *e terme de E re%résentant F dans l'arr4t ne fait %as référence " l'e(%ression E or)anes ou re%résentants F contenu dans l'article 121 2 du #ode %énalD mais " la notion de re%résentant " l'instance qui en)lo&e aussi &ien les or)anes que les re%résentants de la %ersonne morale.de cassation 3ise le E re%résentant F de cette société qui n'est autre que l'a3ocat dans une instance ou le c5ef d'entre%rise si la re%résentation n'est %as o&li)atoire. *es infractions non intentionnelles %ar manquement " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lement .l e(iste des cas oI l'identification n'est %as nécessaire en matiCre d'infraction %ar im%rudence 7a9D mais il nous faut aussi 3oir l'im%act de la loi du 10 8uillet 2000 sur ces cas de non identification 7&9. +ourtantD il s'a)it encore d'un cas de %résom%tion de res%onsa&ilité. *a faute d'im%rudence %ar manquement " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lement est constituée le %lus sou3ent en matiCre d'5omicide in3olontaire ou &lessures in3olontaires %our ino&ser3ation de la ré)lementation relati3e " la sécurité du tra3ail. . *e c5ef d'entre%rise est res%onsa&le de %lein droit de la 3iolation de la lé)islation 7lorsque l'élément moral est atténué9. lequel doit Ctre considéré comme un représentant de la personne morale au sens de l’article 2/2-/ du #ode pénal / 24 . .<sique &autive car le manquement est nécessairement imputable. soit à son délégataire.

A32.21? M.D note sous arr4t du 2A octo&re 2000 E les tri&ulations de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales FD Petites "&&ic.esD n:22@ du 1< no3em&re 2001D %a)e 21. +arta)eant le m4me a3is 2 A. . M.DE.A#O+E**.#OE=RE1D %récité.6.+OR1E.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récitéD %.

fr . *e c5ef d'entre%rise ou son délé)ataire est %résumé res%onsa&le.M. +lusieurs arr4ts confirment cette analJse et notamment un arr4t du 1 21B er 21@ décem&re 1BB@ D il s'a)issait d'un 5omicide in3olontaire %ar ino&ser3ation de la ré)lementation en matiCre d'5J)iCne et de sécurité du tra3ail.nédit %our3oi n:BB @>2<>. .t5éorie de l'équi3alence des conditionsD %uisque la cause directe du domma)e se trou3e dans l'action du %ré%osé .i le c5ef d'entre%rise ne commet %as la fauteD alors l'infraction n'est %as commise %ar un or)ane ou un re%résentant et il n'J %as de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes 21@ M. &9 *'a&sence d'incidence de la loi du 10 8uillet 2000 *a loi du 10 8uillet 2000 222 aurait %u a3oir une incidence sur les cas de non identificationD soit en limitant les cas oI le c5ef d'entre%rise est res%onsa&le %ar im%rudence %our manquement " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lementD soit en limitant les cas de res%onsa&ilité des %ersonnes morales %our les infractions %ar im%rudence.le)ifrance )ou3.RO6ER E *a loi du > décem&re 1B?> relati3e " la %ré3ention des accidents du tra3ail et son incidence sur le droit %énal F %récité. Elle affirme que E le représentant légal de la société n’a pas accompli toutes les diligences normales en matière de prudence et de sécurité F. *e %our3oi est fondé sur l'article 121 2 du #ode %énal. Ensuite l'arr4t en date du B mai 2001 221D est identique et concerne l'ino&ser3ation de la ré)lementation relati3e " la sécurité du tra3ail. 1out d'a&ord dans l'arr4t du 13 mars 2001220D la #our d'a%%el relC3e que la société a &ien commis une faute directement " l'ori)ine du délit qui lui est re%roc5é 7délit de &lessures in3olontaires9. *a #our de cassation re8ette le %our3oi sans m4me identifier elle m4me la %ersonne %5Jsique. Dis%oni&le sur OOO.DE. 220 . #ette %résom%tion de res%onsa&ilité a %our conséquence la certitude %our la #our de cassation de la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentantD sans que les 8u)es du fond n'aient " identifier ni %ar son nomD ni %ar sa fonction l'auteur %ersonne %5Jsique de l'infraction. Deu( autres arr4ts 3ont dans le m4me sens. 21B Dé8" cité.D E *es conditions . DoncD la 8uris%rudence confirme qu'en ce qui concerne les infractions non intentionnelles %ar manquement " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lementD l'identification n'est %as o&li)atoire.+OR1E.

*es conditions .fr .D E d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récité. M. Dis%oni&le sur OOO.le)ifrance )ou3.nédit titré %our3oi n:00 @A@<<.+OR1E. 222 *oi n:2000 >A? E tendant " %réciser la définition des délits non intentionnels F.d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récité.DE. 221 .

nouveau. le cas éc.9 et MA.<siques. . .MOR0A-D E Res%onsa&ilité %énale et droit socialD a3ant et a%rCs la loi du 10 8uillet 2000 F8D (..i la loi du 13 mai 1BB> a3ait conduit " %réciser la notion en e(onérant E l’auteur des &aits qui a accompli les diligences normales compte tenu. DoncD la loi du 10 8uillet 2000 n'aD sem&le t ilD eu aucune incidence sur la res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%rise et donc sur les cas de non identification des %ersonnes %5Jsiques. *orsque la 3iolation d'une o&li)ation de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lement n'est que la cause indirecte de l'infractionD alorsD %our que l'auteur soit %oursui3iD il faut que la 3iolation soit manifestement déli&éréeD ou la faute caractérisée. de la nature de ses missions ou de ses &onctions. En effetD dans un arr4t en date du 2A octo&re 2000 D la #our de cassation soutient que E les personnes morales sont responsables pénalement de toute &aute non intentionnelle de leurs organes ou représentants a<ant entraMné une atteinte à l’intégrité p. 22? /ull. 22> En ce sens #O-1E 7+. 121 3 alinéa A du #ode %énal. AinsiD dans certains casD la res%onsa&ilité e(clusi3e de la %ersonne morale %eut 4tre retenue22@.2@3 2B@D s%écifiquement %.6. cit.1RE D= #KAM/O. de ses compétences ainsi que du pouvoir et des mo<ens dont il disposait F. alinéa 0.éant. la responsabilité pénale des personnes p.morales.esD n:22@ du 1< no3em&re 2001D %a)e 21D note M.A#O+E**. +.erc.*EROLD op. 2B0. . *a loi a modifié la définition de la faute %ar im%rudence ou né)li)ence.D E les . !. cit.i la %ersonne morale n'est %lus res%onsa&le %our certaines infractions %ar im%rudenceD alors les cas de non identification risquent de diminuer.9Dop.*EROLD op.ée F.7+. Elle considCre aussi que la 3iolation d'une o&li)ation de sécurité est tou8ours déli&éréeD la faute tou8ours caractérisée D ou que la faute du décideur est tou8ours la cause directe du domma)e .i la loi du 10 8uillet 2000 a3ait eu une incidence sur la res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%riseD elle n'aurait %as atteint la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et donc sans doute %as les cas de non identification.D n:3@>.D n:3B0. cit. 22< !. ne pourrait Ctre rec. *a 8uris%rudence considCre ce%endant que le c5ef d'entre%rise a tou8ours les %ou3oirs les %lus étendus qui lui %ermettent et l'o&li)ent " faire res%ecter la ré)lementation %ar l'entre%rise . crim n:2>@D %es Petites "&&ic.<sique constitutive du délit de blessures involontaires. *a loi du 10 8uillet ne %rofite %as au( %ersonnes moralesD ce qui 223 22A 223 22A 22< 22> 22? Art.2001 %. alors mCme qu’en l’absence de &aute délibérée ou caractérisée au sens de l’article 2/2-J.D n:A3A. *a loi de 2000 a introduit la notion de faute caractériséeD en matiCre de délits non intentionnels .

2001D %.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récité. .10<@D note M.DA=RL MA=0EA=D E 5omicide et &lessures 3olontaires 2 conditions de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a%rCs la loi du 10 8uillet 2000 F. (#P 7.DE.tri&ulations de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales F. 22@ M.+OR1E.

M4me s'il e(iste des cas oI la %ersonne %5Jsique ne %eut %as 4tre %oursui3ieD alors il n'J auraD mal)ré toutD aucune conséquence sur les cas de non identification. En effetD si le c5ef d'entre%rise ou son délé)ataire n'est %as res%onsa&leD ce dernier commet mal)ré tout une faute %résumée qui %ermettra " la #our de cassationD m4me en l'a&sence de 3érification %ar les 8u)es du fondD de constater que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. +ara)ra%5e 2 0ers un %rinci%e d'or)ane identifié ou identifia&le .indiqueD a contrarioD que la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale %eut 4tre retenue sans que celle de la %ersonne %5Jsique %uisse l'4treD dans le cas d'une causalité indirecteD et donc que les %ersonnes morales ne &énéficient %as de la loi du 10 8uillet 2000230. -éanmoins cet ar)ument ne sem&le %as décisifD l'est &eaucou% %lus celui qui consiste " dire que l'alinéa A de l'article 121 3 3ise e(%ressément E les %ersonnes %5Jsiques qui n'ont %as causé directement le domma)e F. En réalitéD la #our de cassation ne fait que sanctionner la moti3ation des 8u)es du fond. *a loi serait donc discriminatoire %our les %ersonnes morales %ar ra%%ort au( %ersonnes %5Jsiques231. *a res%onsa&ilité de la %ersonne morale sans que celle de la %ersonne %5Jsique %uisse 4tre rec5erc5ée n'est qu'un cas d'écoleD %arce que l'a%%lication de la loi n'a eu aucun effet sur la res%onsa&ilité des décideurs %ri3és.<siques auteurs ou complices des mCmes &aits. sous réserve des dispositions du quatrième alinéa de l’article 2/2-J D.est contesta&le %our un auteur %uisse qu'une loi de dé%énalisation n'est %as d'inter%rétation restricti3e22B. *'or)ane ou le re%résentant doit 4tre identifiéD e(ce%té dans les cas que nous 3enons de 3oir %arce qu'il est identifia&le. +ourtantD la %lu%art des auteurs %ensent que l'alinéa A de l'article 121 2 Dqui %ré3oit que E la responsabilité pénale des personnes morales n’e clut pas celle des personnes p. *es cas ne sont %ossi&les que %our les collecti3ités locales dont les re%résentants ont 3raiment 3u leur res%onsa&ilité atténuée.

231 -ote %récitée.11. .22B 230 6. %récitée.A#O+E**.RO=!O= DE /O=/EED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F(D# no3em&re 2001D %. -ote de M.6.

En ce qui concerne les infractions intentionnellesD qui nécessitent la 3olonté d'atteindre un résultat déterminéD aucune %résom%tion de res%onsa&ilité ne %eut %eser sur un diri)eant. 1ous les arr4ts qui n'e(i)ent %as l'identification se trou3aient dans une situation %articuliCre oI le c5ef d'entre%rise est res%onsa&le de %lein droit et oI la 3érification de la commission de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant n'était %as nécessaire 7ou du moins elle était tacite9. A. Est ce " dire que le 8u)e n'a %lus " identifier un or)ane ou un re%résentantD tout en 3isant uniquement la %ersonne morale W . *'or)ane ou le re%résentant est identifia&le %ar la #our de cassation %arce qu'il s'a)itD du fait d'une %résom%tion de res%onsa&ilitéD soit du c5ef d'entre%riseD soit d'un délé)ataireD soit d'un autre re%résentantD tel que l'a3ocat de la %ersonne moraleD selon les circonstances. #'est " dire que l'or)ane ou le re%résentant %eut ne %as 4tre identifié %ar les 8u)es du fond si l'infraction a forcément été commise %ar un or)ane ou re%résentant.'il est des cas oI l'or)ane ou le re%résentant est identifia&leD dans la ma8orité des cas il ne l'est %asD la #our de cassation doit %ou3oir 3érifier la qualité de la %ersonne %5Jsique lorsqu'il n'e(iste %as une %résom%tion de res%onsa&ilité %esant sur le c5ef d'entre%rise.*'or)ane %eut 4tre soit identifiéD soit identifia&leD cela dé%end de la nature de l'infraction 7A9. En ce qui concerne les infractions %ar im%rudence ou né)li)enceD lorsque l'accident n'a %as %our cause la 3iolation d'une ré)lementation que son diri)eant a3ait %ersonnellement l'o&li)ation de res%ecterD la faute ne %eut 4tre directement im%utée " ce diri)eant ou " son délé)ataire. #e raisonnement %ermet d'e(%lique les arr4ts232 qui e(i)ent l'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant.l sem&le qu'il faille ré%ondre %ar la né)ati3e. #e%endantD dans les cas oI l'or)ane est identifia&le et oI il n'est %as identifié %ar les 8u)esD il ne s'a)it %as d'une e(tension de res%onsa&ilité 7/9. DoncD si les 8u)es du fond déclarent la %ersonne morale cou%a&le sans a3oir identifié l'auteur matériel de l'infractionD alors ce dernier n'étant %as identifia&leD la #our de cassation cassera la décision. Dans ce casD il faut identifier l'auteur matériel des faits %our 3érifier qu'il a la qualité d'or)ane ou de re%résentant et %our %ou3oir en)a)er la . . =n or)ane identifié ou identifia&le en fonction de la nature de l'infraction On %eut au8ourd'5ui affirmer que l'or)ane ou le re%résentant d'une %ersonne morale %eut n'4tre qu'identifia&le.

res%onsa&ilité de .

*'article 121 2 du #ode %énal est &ien a%%liquéD les motifs des 8u)es du fond %ermettant " la #our de 3érifier que l'or)ane ou le re%résentant est identifia&le. . 2 décem&re 1BB?D ? mai 2002D 2B a3ril 2003D %récités.la %ersonne morale. #e%endantD l'infraction est tou8ours commise %ar une %ersonne %5JsiqueD %arce que les %ersonnes morales ne %eu3ent %as a)ir matériellement sans l'aide d'une %ersonne %5Jsique. *es arr4ts qui e(i)ent l'identification %our les infractions %ar im%rudenceD ne concernent %as des manquements " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lementD la %ersonne %5Jsique n'était donc %as nécessairement le c5ef d'entre%rise ou son délé)ataireD elle n'était donc %as nécessairement un or)ane ou un re%résentantD il fallait donc 3érifier sa qualité.i l'on ne %eut %lus %arler de %rinci%e d'or)ane ou de re%résentant identifiéD on ne %eut %as non %lus %arler de %rinci%e d'or)ane ou de re%résentant identifia&le. *'a&sence d'e(tension de res%onsa&ilité +renant acte du fait que l'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant n'est %as tou8ours demandéeD certains auteurs 233 J 3oient une e(tension de la res%onsa&ilité des %ersonnes morales car l'infraction n'aurait %as été commise %ar une %ersonne %5Jsique. *a #our de cassation ne censure %asD %arce que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. . *es deu( %ro%ositions étant alternati3esD soit l'or)ane ou le re%résentant est identifia&le 7infractions intentionnelles a3ec un élément moral atténuéD soit infractions %ar im%rudence %ar manquement " une o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lement9D soit il doit 4tre identifié 7dans tous les autres cas9. /. *'a&sence d'identification n'étant alors qu' uEne commodité de langage 2 3A F . OrD lorsque l'or)ane ou le re%résentant est identifia&le et que la #our de cassation n'e(i)e %as l'identification de la %ersonne %5JsiqueD c'est uniquement %arce qu'elle a la certitude que la %ersonne %5Jsique a la qualité d'or)ane ou de re%résentant comme nous l'a3ons dis. EnsuiteD il s'a)irait d'une e(tension de res%onsa&ilité si et seulement si les 8u)es condamnaient les %ersonnes morales %our des faits qui ont été commis %ar une %ersonne %5Jsique qui n'a %as la qualité d'or)ane ou de re%résentant. D'ailleursD la #our n'5ésite %as " le démontrer en identifiant elle m4me E le président de la 232 #rim.

RO/ER1 %récitée. 23A M.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale F %récitéD %.233 .DE.D E #umul de la res%onsa&ilité %énale d'un salarié délé)ataire de %ou3oirs et de la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale FD %récitée. .MERR.+OR1E.A2@.E.. -ote de ! K.

Dans les faitsD lorsqu'une infraction a été commise au sein de l'entre%riseD il est tou8ours %ossi&le de trou3er un res%onsa&le qui a un %ou3oir de décisionD m4me fai&leD tel que le délé)ataire. . DoncD nous %ou3ons nous demander si les cas oI les 8u)es ont la certitude que l'infraction a été commise %ar un or)ane ou re%résentantD et a &ortioriD les cas de non identificationD ne 3ont %as au)menter. Et cette inter%rétation conduit irrémédia&lement " étendre la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD car elle donne la ca%acité d'en)a)er cette res%onsa&ilité " toute %ersonne conduite " %rendre des décisions. .l en est de m4me de l'au)mentation des cas %our lesquelles la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est %ré3ueD car cette res%onsa&ilité 3oit son domaine s'étendre quant au( infractions.l ne s'a)it donc %as d'une e(tension de res%onsa&ilité contra legem. ./ JK société ou son délégataire . . OrD la notion de re%résentant a reRu une inter%rétation e(tensi3e %ar la 8uris%rudenceD %uisqu'elle donne cette qualification " tout indi3idu %our3u d'un %ou3oir de direction ou de )estionD total ou %artielD de droit ou de fait.l est 3rai que ce n'est %asD en soitD une e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %uisque la faute a &ien été commise %ar un or)ane ou un re%résentant. alors que les 8u)es du fond ne les a3aient %as mentionnés. *es cas de non identification et l'inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant tendent " étendre la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 7en restrei)nant les limites %osées %ar la loi9 et ainsi " la )énéraliser. *a #our de cassation n'e(i)e %as que l'or)ane ou le re%résentant de la %ersonne morale qui a commis la faute soit formellement identifié %ar les 8u)es du fond lorsqu'elle a la certitude que l'infraction a été commise %ar un indi3idu aJant cette qualité.

23< Arr4t du 1er décem&re 1BB@ %récité. .

*a Mrance est le seul %aJs de la communauté euro%éenne " a3oir %osé un %rinci%e de s%écialité . Donc la rC)le )énérale reste l'irres%onsa&ilité des %ersonnes morales comme a3ant le 1 mars 1BBA . 23@ Cme ! K. +ar e(em%leD le droit an)lais e(clut les infractions sanctionnées %ar des %eines ina%%lica&les au( %ersonnes morales X en font %artie le meurtre et la tra5iso n .D E *a res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale 2 une étude com%arati3e 8IF!D comp. *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est s%écialeD elle est limitée " certaines infractions. . Dans les autres %aJsD soit les %ersonnes morales sont totalement irres%onsa&lesD soit leur res%onsa&ilité est )énérale. +ar e(em%leD en matiCre de droit de la consommationD l'arr4t en date du 30 octo&re 1BB< 23B 2 3@ 23? er 23> a%%rou3e 23> 23? +. 1BB>D %.6EEROM.L%augmentation des cas de responsabilité pré+us par la loi ou le r#glement *'article 121 2 du #ode %énal dis%ose que les %ersonnes morales sont %énalement res%onsa&les E dans les cas prévus par la loi ou le règlement F.MA..<A?.20. ". En MranceD la #our de cassation a%%lique le %rinci%e de s%écialité et censure les décisions qui condamnent les %ersonnes morales alors que la loi ne %ré3oJait %as leur res%onsa&ilité. . Et E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales FiDn E Risque %énal dans l'entre%rise 2 oI %asse les frontiCres de série décem&re l'illé)alité 2000D %.RO/ER1D !roit pénal généralD +.émis. *'au)mentation des cas %ré3us %ar la loiD aura tendance " élar)ir le c5am% d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et donc " étendre leur res%onsa&ilité %énale.3>>. #ela ne 3eut %as dire %our autant que dans les autres %aJsD qui ont reconnu la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD il n'J a %as de limite " cette res%onsa&ilité.<><.*". A éditionD 1BBBD %./ "M" PA!.0RED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F-D# 1B<@D %.

23B #rim. 5ors . crim. 1BB< n:33> !WroiFt Dpénal. 30 octo&re 1BB<D /ull.

=ne %ersonne morale ne %eut 4tre 2A0 2A1 #rim. )lectrD -o3em&re 2000D %. DCs 1@@3 D la #our de cassation affirme queD E sauf les e(ce%tions s%écialement %ré3ues %ar la loi %énalement %oursui3ie que si la loi le décide e(%ressément2A?.les 8u)es du fond de ne %as a3oir retenu la res%onsa&ilité de la %ersonne morale en l'a&sence de dis%osition s%écialeD ou en matiCre d'ur&anisme D ou encore de %resse . 2A2 M. #rim. 1@ mai 1BBBD /ull. *a #our de cassation n'5ésite %as " soule3er d'office la 3iolation du %rinci%e de s%écialité lorsqu'une %ersonne morale est condamnée alors que l'infraction ne %ré3oit %as cette res%onsa&ilité .fr . crim.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale#FDa. 1B 8uin 2001D inédit titré %our3oi n:00 @>>>?D dis%oni&le sur OOO.ier juridique. *'au)mentationD %ar le lé)islateurD des cas %ré3us %ar la loi ou le rC)lement ne constitue %as une sim%le e(tension de res%onsa&ilité. .le)ifrance . *e lé)islateur a %ro)ressi3ement au)menté le domaine d'a%%lication de cette res%onsa&ilité 8usqu'" enle3er tout intér4t au %rinci%e de s%écialité. B 8an3ier 1BB>D inédit %our3oi n:B< @01A>D dis%oni&le sur OOO. 2AA #rim.DE. 2A3 #rim.le)ifrance )ou3.le)ifrance )ou3. B mai 2001 7diffamation non %u&lique9D inédit titré %our3oi n:00 @<>>2D dis%oni&le sur OOO. #rim. En réalité une au)mentation si)nificati3e de ces cas 7c5a%itre 19D tend " )énéraliser la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et " remettre en cause le %rinci%e de s%écialité 7c5a%itre 29. *e %rinci%e de s%écialité commande que la loi doit %ré3oir e(%ressément la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD une formule 3a)ue telle que E toute %ersonne FD ne saurait 3iser les %ersonnes morales . A3ant le nou3eau #ode %énalD la 8uris%rudence a3ait dé8" énoncé le %rinci%e de s%écialité.le)ifrance )ou3.A2>.+OR1E.fr . *e 8u)e %énal a une inter%rétation stricte du %rinci%e de s%écialitéD c'est %ar l'action du lé)islateur que cette limite " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 3a s'affai&lir.l faut noter que le %rinci%e de non rétroacti3ité s'a%%lique " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes 2A2 er 2A3 2A0 2A1 morales D les %ersonnes morales ne sont %as res%onsa&les %our les faits antérieurs au 1 mars 1BBA . 2@ a3ril 1BB?D inédit titré %our3oi n:B> @A3A3D dis%oni&le sur OOO. 1BBBD n:BB.fr . 2A> 2A< 2AA FD une %ersonne morale ne %eut 4tre %énalement res%onsa&le.

1B<@D %. crim.-A. .1@@A 1Cre %artie %. 2000 n:1<3. > mars 1B<@D !.fr . ? mars 1B1@D !.1D #rim. @ mars 1@@3D !. 2A> #rim.21?D note M.A><.1B21 1Cre %artie %. 2A< #rim.A2@D confirmé %ar #rim.)ou3. 1@ a3ril 2000D /ull.

#5a%itre 1 =n accroissement si)nificatif des infractions %ré3ues *e lé)islateur de 1BB2 a décidé de limiter la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales au( cas %ré3us %ar la loi ou le rC)lement. .euls les crimes et délits %our lesquels la loi %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales seront citésD mais il faut noter que le li3re A du #ode %énal %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our certaines contra3entions. Des cas e(istaient dé8" a3ant 1BB2. -ous %ou3ons citer %ar e(em%le l'ancien article A2@ du #ode %énal qui sanctionnait E les associations d'artistes F %our les infractions au( droits d'auteursD l'ordonnance du < mai 1BA< qui sanctionnait les %ersonnes morales entre%rises de %resse qui a3aient colla&orées a3ec l'ennemi2A@. #e%endant ces cas ont été a&ro)és2AB. ,l sem&le donc que les cas de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %ré3us %ar la loi aient été %ré3us %ar le #ode %énal de 1BB2 7section 19D ou sont a%%arus a%rCs le nou3eau #ode %énal 7section 29. .ection 1 *es cas %ré3us initialement %ar le #ode %énal de 1BB2 *e #ode %énal de 1BB2 qui crée la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %ré3oit des cas de res%onsa&ilité. *es cas qu'il %ré3oit sont nom&reu( et di3ers 7%ara)ra%5e 19. ,l nous faut néanmoins s'interro)er sur les causes du %arti %ris %ar le nou3eau #ode %énal de limiter la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 7%ara)ra%5e 29. +ara)ra%5e 1 *'énoncé des différents cas
2A? 2A@

#rim. 2? fé3rier 1B>@D /ull. crim. n:>1. #rim. > fé3rier 1B?<D /ull. crim. n:A3. M.DE.+OR1E. et M.*E 6=-EKE#D !roit pénal généralD )conomica, 10 Cme éditionD coll. #or%usdedroit%ri3éD 2003D n:<?A. 6..1EMA-,D 6.*E0A..E=RD /./O=*O#D !roit pénal général, Précis !allo', 1@Cme éd.D n:30>. 2AB -ote %récitée.

*e #ode %énal de 1BB2 %ré3oit &eaucou% de cas de res%onsa&ilité %énale. *es infractions sont di3erses mais nous %ou3ons re)rou%er les crimes et délits contre les %ersonnes et les &iens 7A9 a3ant de recenser les cas %résents dans d'autres domaines 7/9. A. *es crimes et délits contre les %ersonnes et les &iens #ertains crimes et délits contre les %ersonnes et les &iens %eu3ent entraHner la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales de%uis le 1 mars 1BBAD date d'entrée en 3i)ueur du nou3eau code %énal. 1out d'a&ordD la caté)orie des crimes et délits contre les %ersonnes est la %lus re%résentée. +ar e(em%leD l'article 213 3 du #ode %énal %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our les crimes contre l'5umanitéD l'article 221 ? %our l'5omicide in3olontaire ou encore l'article 223 2 %our le risque causé " autrui. /eaucou% d'autres infractions contre les %ersonnes sont concernéesD %ar e(em%le 2 les délits d'atteinte " la 3ie %ri3éeD d'atteinte " la re%résentation de la %ersonne D de dénonciation calomnieuse D de discrimination D d'atteinte in3olontaire " l'inté)rité de la %ersonne causant une inca%acité totale de tra3ail D de manquement déli&éré " une o&li)ation de sécurité D de monta)e de %arole ou d'ima)e D de %ro(énétisme D et de rec5erc5e &iolo)ique illé)ale . EnsuiteD le #ode %énal %ré3oit que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %eut 4tre en)a)ée %our des crimes et délits contre les &iens. *'article 311 1> du #ode %énal %ré3oit cette res%onsa&ilité %our le 3ol. De %lusD l'a&us de confiance D le c5anta)e et l'e(torsion
2<B 2<@ 2<> 2<? 2<A 2<< 2<3 2<0 2<1 2<2 er

D la destruction ou la dé)radation2>0D le détournement de )a)e ou d'o&8et saisi et l'insol3a&ilité
2>1

frauduleuse

D l'escroquerie D la fraude informatique D le recel et les infractions au( rC)les
2>A er

2>2

2>3

ré)issant le re)istre des o&8ets mo&iliers D sont autant de délits susce%ti&les d'entraHner la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales de%uis le 1 mars 1BBA.

2<0 2<1

Art. 22> Art. 22> 2<2 Art. 22< 2<3 Art. 222 2<A Art. 222 2<< Art. 22> 2<> Art. 22< 2<? Art. 223 2<@ Art. 31A 2<B Art. 312 2>0 Art. 322

? du #ode %énal. 12 du #ode %énal. A du #ode %énal. 21 du #ode %énal. 21 et 223 2 du #ode %énal. ? et 22> B du #ode %énal. 12 du #ode %énal. B du #ode %énal. 12 du #ode %énal. 1< du #ode %énal. 1? du #ode %énal.

2>1 2>2

Art. 31A Art. 313 2>3 Art. 323 2>A Art. 321

13 du #ode %énal. B du #ode %énal. > du #ode %énal. 12 du #ode %énal.

2?0 Art. #e %rinci%e était donc un moJen de rassurer les o%%osants de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 7/9. 2>B Art. EnfinD les atteintes " la 8ustice %eu3ent aussi entraHner la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD celle ci étant %ré3ue %ar l'article A3A A? du #ode %énal. *'ada)e E nullum crimen. 2>? Art. +ara)ra%5e 2 *es causes de la limitation des cas %ré3us *a %lu%art des auteurs considCrent que la limitation des cas %ré3us est due au %rinci%e de lé)alité 7A9. nulla poena sine lege F commande que les crimes et délits soient définis %ar la loi et les contra3entions %ar les rC)lements . AA1 12 du #ode %énal. AA2 1A du #ode %énal. *'a%%lication du %rinci%e de lé)alité *e %rinci%e de s%écialité découle du %rinci%e de lé)alité. . 222 A2 du #ode %énal. Des infractions dans d'autres domaines 1out d'a&ordD le #ode %énal de 1BBA %ré3oit la res%onsa&ilité des %ersonnes morales %our les crimes et délits contre la nationD l'EtatD et la %ai( %u&lique au( articles A1A ? et A31 21 2>> 2>< du #ode %énal. 2>@ Art. A. OrD les %ersonnes morales ont lon)tem%s &énéficié d'une 2>< 2>> 2?3 *'atteinte " la défense nationaleD au( intér4ts fondamentau( de la nationD l'es%ionna)eD la tra5ison. -ous %ou3ons ensuite recenser d'autres infractions dans des 2 des infractions )ra3es telles que le trafic de stu%éfian t 2>B 2?0 2> ? domaines multi%les 2>@ et le terrorisme D mais aussi le délit de fau( D de fausse monnaie 2?1 et le délit de contrefaRon .*a loi %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our d'autres infractions. A22 < du #ode %énal. *a constitution de )rou%e de com&at et de mou3ements dissous. #e%endantD " l'ori)ine ce c5oi( 3isait " rassurer les %ersonnes qui s'inquiétaient de la res%onsa&ilité %énale des associationsD sJndicatsD %artis %olitiquesD et J 3oJaient une loi li&erticide. *'usa)e irré)ulier de qualité et l'usur%ation de fonctions ou de titresD l'o%%osition " l'e(écution de tra3au( %u&licsD la corru%tion acti3e et le trafic d'influenceD sont aussi des délits %our lesquels la loi 2?2 %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. /.

A33 2< du #ode %énal. Art. . AAA B du #ode %énal..D %récitée.2?1 2?2 Art. 2?3 .6EEROM.

industrielles et &inancières FD %arce queD d'a%rCs le M. *'e(%lication %ar le %rinci%e de lé)alité n'est %as trCs con3aincanteD une autre e(%lication est %ossi&le. D'autres auteurs affirment que le %rinci%e de s%écialité est contraire au %rinci%e d'é)alité de3ant la loi .l e(iste une différence de traitement entre les %ersonnes morales et les %ersonnes %5Jsiques. DoncD le %rinci%e de lé)alité im%lique que les %ersonnes morales ne %eu3ent 4tre res%onsa&les %énalement que des infractions dont la loi %ré3oit cette res%onsa&ilité.es ? 8an3ier 200AD %a)e 3. Dans les faits cela sem&le %eut %ro&a&le %uisque les %ersonnes morales n'J ont %as intér4t et que les %ersonnes %5Jsiques ne %eu3ent %as %rou3er leur )rief 7leur intér4t " a)ir9 %arce que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'allC)e %as leur res%onsa&ilité2?>. *e %ro8et de loi %résenté %our la %remiCre fois " la commission du .immunité %énale. *a question se %ose alors de sa3oir si cette différence de traitement %eut 4tre in3oquée de3ant la 8ustice. =n %rinci%e de s%écialité rassurant les o%%osants " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a difficilement été acce%tée lors des tra3au( %arlementaires. 2?A ! #.+*A-P=ED E +laidoJer %our une su%%ression réfléc5ie de la s%écialité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales FPD etites a&&ic. *es deu( assem&lées %arlementaires ne se sont mises d'accord sur la question qu'en commission mi(te %aritaire.énat limitait la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales au E domaine des activités commerciales. En re3anc5eD le %rinci%e de s%écialité %ermet d'é3iterD %our certains auteursD des a&errations telles que de %ré3oir la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our des a)ressions se(uelles . 2?< .6EEROM. . %récitée.Ar%aillan)eD alors 6arde des sceau(D ces 2?? 2?< 2?A acti3ités sont le %lus sou3ent " l'ori)ine des infractions . #e%endantD en réalitéD le %rinci%e de lé)alité aurait été tout autant res%ecté si le lé)islateur a3ait décidé de créer un %rinci%e )énéral de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD %uisque la loi aurait %ré3u la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our toutes les infractions. /. Elle a été l'une des causes de la lenteur de l'ado%tion du %ro8et éta&lissant le nou3eau #ode %énal.. .

A#D E le %rinci%e de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a t il amélioré la situation des diri)eants face au risque de mise en cause de leur res%onsa&ilité %énale W 7FaD '.1><2. 2000D doctrine %. .<<A.2?> 0.énat. 2?? !OD dé&ats %arlementaires. Mercredi 10 mai 1B@BD %. Pal. .1O-DEA= DE MAR.

Mercredi 11 a3ril 1BB0D %.A.+OR1E.énat. 2@1 M. . *e te(te qu'il %ro%osait com%ortait la mention que l'on connaHt au8ourd'5uiD selon laquelleD les %ersonnes morales sont %énalement res%onsa&les E dans les cas prévus par la loi ou le règlement 2 ?B 2?@ F .Rudoloff a donc %ro%oséD le 10 a3ril 1BB0D un te(te différent de celui de l'assem&lée nationale. +ara)ra%5e 1 *es nou3eau( cas %ré3us %ar la loi *es nou3eau( cas de res%onsa&ilité %énale sont a%%arus de deu( faRons 2 soit des lois qui créent de nou3elles infractions %ré3oient la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our ces 2@2 2@1 du droit pénal 2 @0 F . . *e sénat était 5ostile " cette res%onsa&ilité des %ersonnes morales.D E Res%onsa&ilité des %ersonnes morales F 7ra%%or(t9#D P 1BB@ !. *e ra%%orteur M.1>@. Mercredi 11 a3ril 1BB0D %. 2@0 !OD dé&ats %arlementaires.-1 +A=D E *a faute diffuse de la %ersonne morale 200!0. Assem&lée nationale. *a seconde raison est que E cette disposition ne saurait Ctre d’ordre général et avoir sa place dans les principes générau res%onsa&ilité s%éciale.ection 2 *'a%%arition de nou3eau( cas a%rCs le #ode %énal de 1BB2 De nou3eau( cas de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales sont a%%arus a%rCs 1BB2 7%ara)ra%5e 19. #rim 1@ 8an3ier .<<A.énat. *e ra%%orteur e(%lique cette dis%osition %ar deu( raisons 2 la %remiCre est qu'une res%onsa&ilité )énérale inquiéterait les o%%osants " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. Mercredi 11 octo&re 1B@BD %. Encore au8ourd'5uiD certes la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales édictée %ar l'article 121 2 du #ode %énal est au8ourd'5ui une res%onsa&ilité %ar re%résentation D mais il sem&le mal)ré tout que le lé)islateur ait " l'es%rit qu'il s'a)isse d'une res%onsa&ilité indirecteD re34tant un caractCre artificiel D une res%onsa&ilité qui ne %eut 4tre )énérale.. .1B2. !OD dé&ats %arlementaires.#e%endant cette limite " la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'a%%araissait %lus dans le te(te 3oté en %remiCre lecture %ar le %arlementD sans qu'aucune raison n'ait été donnée " la commission des tra3au( %arlementaires de l'assem&lée nationale ./550D %a)e 1>?D note ! #. Puelles sont les causes de l'accroissement de la ré%ression en3ers les %ersonnes morales W 7%ara)ra%5e 29. #es cas se sont multi%liésD " tel %oint que la ré%ression des %ersonnes morales s'est considéra&lement accrue.DE.D2000D 10023.l s'a)it %our le ra%%orteur d'une res%onsa&ilité du fait d'autrui qui ne %eut 4tre )énéraleD telle est l'e(%lication " ce c5oi( d'une 2?@ 2?B !OD dé&ats %arlementaires. . #rim 2B a3ril 2003D F.

1RE D= #KAM/O-D !roit pénal généralD "rmand #olinD >Cme édition..%a)e >3>D note du m4me auteur E la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est elle une res%onsa&ilité %ar ricoc5et W F.MA. 2@2 +. .#O-1ED +.

. *a loi n:B@ A>@ du 1? 8uin 1BB@ crée l'infraction du &izuta)e et %ré3oit " l'article 22< 1> 3 du #ode %énal que E les personnes morales peuvent Ctre déclarées responsables pénalement . *es lois %ré3oJant la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our des infractions e(istantes /eaucou% de lois sont inter3enuesD de%uis 1BB2D %our incriminer les %ersonnes morales qui commettent des infractions e(istantes mais %our lesquelles le nou3eau #ode %énal n'a3ait %as c5oisi de les rendre res%onsa&les. #es cas d'incrimination des %ersonnes moralesD alors qu'une nou3elle infraction est crééeD montrent la 3olonté du lé)islateur de )énéraliser la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. deF la res%onsa&ilité %énale des . *e nom&re des dis%ositions " élar)ir la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a considéra&lement au)menté. A. #ertaines ont %ré3u la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our les infractions qu'elles créaient.m4mes infractions 7A9D soit des lois %ré3oient cette res%onsa&ilité %our des infractions e(istantes 7/9. *a création d'infractions %ré3oJant la res%onsa&ilité des %ersonnes morales Des lois ont de%uis le nou3eau #ode %énal créé de nou3elles infractions. -ous %ou3ons aussi citer la loi E /arnier 2@3 Fdu 2 fé3rier 1BB< qui crée des infractions %our des faits %ortant atteinte " l'en3ironnement et qui %ré3oit la res%onsa&ilité des %ersonnes morales au( articles *A3? 23 et *21@ @0 du #ode de l'en3ironnement. e(tension anarc5iqu e 2 @A #ertains auteurs %arlent d' E %ersonnes morales. En dernier lieuD nous é3oquerons la loi n:B@ 11>< du 1@ décem&re 1BB@ qui crée le délit de fraude " l'o&li)ation scolaire et incrimine les %ersonnes morales " l'article 22? 1? 2 du #ode %énal. *a %lu%art des nou3elles lois %ré3oient la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. Ou encore la loi n:BA ><3 du 2B 8uillet 1BBA qui %ré3oit des infractions en cas d'atteintes " la %ersonne résultant de l'étude )énétique de ses caractéristiques ou de l'identification %ar ses em%runtes )énétiquesD la loi crée un article 22> 30 du #ode %énal qui incrimine les %ersonnes morales. /.De m4meD la loi n:B> 132 du 13 mai 1BB>D qui incrimine le &lanc5iment d'ar)entD %ré3oit " l'article 32A B du #ode %énal la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our cette infraction.

2@3 2@A *oi n:B< 101D article @1.+*A-P=E %récité. . ! #.

11A?. 2@? O. %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our 2@B =ne seconde 3a)ue de %énalisation a commencé en 2001. 2@@ Article A<0 A du #ode %énal.ont notamment cités les atteintes au droit d'auteur et la &anqueroute. 2@B Article 22? 2@ 1 du #ode %énal.A3ant m4me l'entrée en 3i)ueur du nou3eau #ode %énalD dCs la loi d'ada%tation du 1> décem&re 1BB2 D de nou3eau( cas de res%onsa&ilité %énale sont créés . Cme !. FD . EnfinD la loi %ré3oit une res%onsa&ilitéD qui a étonné la doctrineD %our les 5arcClements se(uelsD les a)ressions se(uelles et les e(5i&itions se(uelles et le 3iol 7article 222 33 1 du #ode %énal9D l'a&andon de famille 7article 22? A 1 du #ode %énal9D l'omission d'em%4c5er un crime ou délitD l'omission de %orter secours et l'entra3e au( mesures d'assistance 7article 223 ? 1 du #ode %énal9D la 3iolation de sé%ulture 7article 22< 1@ 1 du #ode %énal9.Dans un %remier tem%sD la loi n:2001 <0A du 12 8uin 2001 &eaucou% d'infractions. .l s'a)it d'infractionsD susce%ti&les d'4tre commises %ar les %ersonnes moralesD telles que la falsification et la trom%erie 7article *213 > du #ode de la consommation9D les menaces 7article 222 1@ 1 du #ode %énal9D la %ro3ocation au suicide 7article 223 1< 1 du #ode %énal9 et la %u&licité trom%euse 7article *121 > du #ode de la consommation9. Ensuite se succCdent les loisD la loi du 2B 8an3ier 1BB3 qui %ré3oit la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our certaines infractions en matiCre de %ri(D une loi du 20 décem&re 1BB3 %our des infractions concernant le tra3ail illé)alD une loi du A 8an3ier 1BBA %our les infractions commises %ar les entre%rises d'assurance. A%rCs cette %remiCre 3a)ue ou E mou3ement de %énalisation DF quelques lois ont élar)i le c5am% d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. 1out d'a&ordD certaines incriminations 3iennent com&ler des lacunesD des ou&lis.A=1E*D E la mise en Nu3re de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 entre litanie et litur)ie !. +ar e(em%leD la loi du 1? 8uin 1BB@ est 3enue incriminer les %ersonnes morales %our les délits d'association de malfaiteurs 2@@ 2@? 2@< 2@> et de mise en %éril des mineurs .+RADE*D !roit pénal général. *a loi 2B0 2@< 2@> -:B2 133>. #ujas D 1A éditionD 2002V2003D n:<33.2002D %. EnsuiteD l'e(tension de la res%onsa&ilité des %ersonnes morales corres%ond " un durcissement de la ré%ressionD a3ec des crimes et des délits sanctionnés %ar des %eines éle3ées 2 les actes de &ar&arie et la torture 7article 222 > 1 du #ode %énal9D le meurtreD l'assassinat et l'em%oisonnement 7article 221 < 1 du #ode %énal9D l'administration de su&stances nuisi&lesD les a%%els télé%5oniques mal3eillants et les 3iolences 7article 222 1> 1 du #ode %énal9.. .

.2B0 RenforRant la %ré3ention et la ré%ression des mou3ements sectaires %ortant atteinte au( droits de l'5omme et au( li&ertés fondamentales.

Relati3e " la sécurité quotidienne. +uisD *a loi n:2002 303 du A mars 2002 étend la res%onsa&ilité en matiCre d'infraction " la lé)islation sur l'5é&er)ement des données de santé " caractCre %ersonnelD sur la c5irur)ie est5étiqueD et %our les infractions de défaut d'assurance . A. .A=1E* %récité..du 12 8uin 2001 a fait douté certains auteurs sensées %ou3oir commettre. De %lusD le com%ortement crimino)CneD qui crée sou3ent une distorsion de la concurrence qui se ré%ercute sur le consommateurD %ermet " l'Etat de %réle3er des amendes éle3ées qui %eu3ent %ermettreD en t5éorieD au )ou3ernement de com%enser les effets néfastes de l'infraction. 2B1 de la %ertinence du %rinci%e de s%écialité %uisqu'elle incrimine les %ersonnes morales %our des infractions qu'elles ne sont %as Dans un second tem%sD la loi n:2001 10>2 du 1< no3em&re 2001 %5armacie D en matiCre financiCre 2B3 2BA 2B2 étendD " nou3eauD les cas de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales " l'e(ercice illé)al de la et d'autres domaines. De %lusD la loi n:2002 30< du A mars 2002 %ré3oit la res%onsa&ilité des %ersonnes morales %our la %rostitution des mineurs . 0ioler la loi %ermet sou3ent de faire des &énéfices et donc de distancer ses concurrents. *es com%ortements crimino)Cnes au sein de l'entre%rise *'a%%arition de nou3eau( cas est en %artie due au com%ortement crimino)Cne des entre%rises. 2BA Article *1>3 10 1 du #ode monétaire et financier. 2B3 Article *A223 1 du #ode de la santé %u&lique.A=1E* %récité. +ara)ra%5e 2 *es causes de l'a%%arition de nou3eau( cas *'a%%arition de ces nou3eau( cas %eut résulter du com%ortement crimino)Cne des entre%rises 7A9 ou %eut a3oir une fonction de dissuasion 7/9. 2B1 2B2 2B? 2B@ O.. /eaucou% d'infractions a3aient été ou&liées %ar le nou3eau #ode %énal alors qu'elles corres%ondaient " des infractions sou3ent commises au sein des entre%rises. #ette )énéralisation de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est inquiétante car elle affai&lit le %rinci%e de s%écialité. 2B< Dans un troisiCme tem%sD la loi du 11 décem&re 2001 2B> maintient l'effort de ré%ression en matiCre financiCre . #ité %ar O.

O. .A=1E* %récité.2B< 2B> -:2001 11>@.. 2B@ Article 22< 12 A du #ode %énal. 2B? +récité.

En matiCre économiqueD la %eine dissuade le délinquant de commettre l'infraction %arce qu'il a %lus " %erdre qu'" )a)ner et %arce qu'il a de fortes c5ances d'4tre condamné. +our é3aluer le c5oi( rationnel du délinquantD il faut com%arer deu( données 2 le &énéfice qui %eut 4tre retiré et la %ro&a&ilité d'une condamnation multi%liée %ar la %eine %ossi&le. 2BB . Or %our celaD il faut faire des &énéfices. *es actionnaires ont des e(i)ences éle3ées qui doi3ent 4tre res%ectée sous %eine de 3oir des in3estisseurs %artir et d'entrer dans une %ériode de crise. -on seulement le %rinci%e n'a %lus de 8ustificationD mais en %lus il a des effets néfastes 3i3ement critiqués. En effetD une condamnation a un effet sur les résultats de l'entre%rise. De m4meD les em%loJés qui ont des res%onsa&ilités 3ont c5erc5er " é3iter de mettre en dan)er la situation financiCre de la sociétéD de %eur que la société soit o&li)ée de licencier %our des difficultés économiques ou %our faute. *orsque la %ersonne morale est condamnée les indi3idus com%osant l'entre%rise 7actionnairesD diri)eantsD salariés9 n'en su&issent %as directement les effetsD ce%endant ils en su&issent indirectement les effets. On considCre dans le monde des affaires qu'une entre%rise qui 3eut a3oir de l'a3enir doit attirer des in3estisseurs.Et la ré%ression des %ersonnes %5Jsiques ne suffit %as %arce qu'elle n'a %as d'em%rise sur l'ensem&le de la structureD elle n'est %as assez dissuasi3e. =ne dissuasion efficace %ar l'action sur les résultats de l'entre%rise *e droit %énal a traditionnellement une fonction dissuasi3e. En ce qui concerne les %ersonnes moralesD le raisonnement est différent. .i le &énéfice es%éré du crime est inférieur " la %ro&a&ilité de ce que %eut %erdre le délinquant en commettant le délitD alorsD s'il a un com%ortement rationnelD il ne le commettra %as . Donc une condamnation %énale %ourrait a3oir des conséquences sur les résultats de l'entre%riseD les di3idendes des actionnaires et donc sur l'a3enir des salariés.i le %rinci%e de s%écialité s'est 8ustifié %ar un conte(te difficile %our la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et %ar une 3ision artificielle de la %ersonne moraleD au8ourd'5ui cette res%onsa&ilité ne fait %as l'o&8et de contestation et son domaine ne cesse de s'étendre. . /. *es diri)eantsD s'ils ne 3eulent %as 4tre ré3oqués ou s'ils ne 3eulent %as %erdre de l'ar)ent 7ils ont une %artici%ation o&li)atoire dans la société9 3ont a3oir une %olitique de )estion du risque %énal %our é3iter la commission d'infractions.

.#5a%itre 2 *a remise en cause du %rinci%e de s%écialité *e %rinci%e de s%écialité estD comme nous l'a3ons 3uD %lus fondé sur le %rinci%e d'une res%onsa&ilité %ersonnelle que sur le %rinci%e de lé)alité. *es critiques les %lus im%ortantes %ortent sur la désuétude du %rinci%e 7%ara)ra%5e 19 et sur l'insécurité 8uridique qu'il %ro3oque 7%ara)ra%5e 29. En %lus d'une remise en cause t5éoriqueD le %rinci%e de s%écialité su&it au8ourd'5ui de nom&reuses critiques 7section 19. /ien entenduD nous sa3ons que 8uridiquement il ne s'a)it %as d'une res%onsa&ilité du fait d'autruiD mais d'une res%onsa&ilité de la %ersonne morale de son fait %ersonnel %uisse que les or)anes ou les re%résentants qui commettent l'infraction sont la %ersonne morale.ection 1 *'accroissement des critiques sur le %rinci%e de s%écialité *e %rinci%e de s%écialité est trCs affai&li %ar l'e(istence de nom&reuses dis%ositions %ré3oJant la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. . *'idée sous 8acente est que les %ersonnes morales sont res%onsa&les du fait de leurs a)entsD il s'a)it d'une res%onsa&ilité %our le fait d'autrui qui ne %eut 4tre )énérale mais uniquement e(ce%tionnelle.l sem&leraitD doncD que si le %rinci%e de s%écialité est fondé sur l'article 121 2 du #ode %énalD il n'estD en re3anc5eD fondé sur aucun %rinci%e du droit %énal )énéral. +ara)ra%5e 1 *a désuétude du %rinci%e . #ritiques qui ont amené le lé)islateur " su%%rimer le %rinci%e de s%écialité 7section 29.

2BB +.+.restien.#ARDD )léments de microéconomieD 6ontc. 1ome 1 et 2D >Cme éditionD 2002. .

MRA-#K.D E A quoi %eut &ien ser3ir la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales W8-#FD1BB>D %.D n:<33. +ar e(em%leD un 4tre moral ne %eut %as commettre des a&us de &iens sociau( alors que &eaucou% de sociétés sont administratrices ou diri)eantes d'une autre société et qu'elles sont susce%ti&lesD %ar le &iais de leurs a)entsD de détourner les fonds des sociétés contrGlées. A. 30< M. !. D'a%rCs certains auteurs30?D le lé)islateur est dans l'inca%acité d'actualiser tout le droit %énalD %uisqu'il com%rend %rCs de onze mille infractions30@. *e #onseil de la concurrence et l'autorité des marc5és financiers sanctionnent les %ersonnes morales qui commettent des %ratiques au( administrati3e ré%ressi3e .D n:AA3. 303 M.+*A-P=E %récité. .MRA-#K. . *a 3iolation de rC)les %articuliCres de sécurité ne %eut entraHner la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales que dans le cas oI cette 3iolation a causé un domma)e .>?.ont aussi e(clues de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD les infractions %ré3ues %ar le droit 30A 303 302 301 300 fiscal et douanier . #olin 1BB>D %. #es nom&reuses e(clusionsD 300 301 anticoncurrentielles ou %ar une des manquements sanction rC)lements 30> ! #.2>1. Des domaines tels que le droit du tra3ail et le droit des sociétés sont quasiment écartés du c5am% d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. +our les infractions économiquesD %articuliCrement susce%ti&les d'4tre commises %ar les %ersonnes moralesD telles que les %ratiques anticoncurrentielles D et les infractions du droit &oursierD la loi ne %ré3oit %as la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales .#O*.A-1O-AD +. cit. !.*e %rinci%e de s%écialité est ina%%ro%rié %arce que certaines matiCres sont e(clues sans raison a%%arente 7A9 et qu'il e(iste des entorses au %rinci%e 7/9. %récité. ! +.-D M. 302 ! #.+*A-P=E %récité. *'e(clusion de certaines matiCres *es c5oi( du lé)islateur sont %arfois inco5érents D certaines matiCres sont e(clues du c5am% d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales alors que ces derniCres sont susce%ti&les de commettre des infractions dans ces domaines. cit. 30< -éanmoinsD cette a&sence de res%onsa&ilité %énale %eut s'e(%liquer %ar l'e(istence d'une ré%ression administrati3e. %récité. *'as%ect %ré3entif du droit %énal ne sem&le %as atteindre les %ersonnes morales .*EROL o%. 30A Res%onsa&ilité %énale %ré3ue %ar la loi d'ada%tation du 1> décem&re 1BB2 mais a&ro)é %ar la loi du 1er fé3rier 1BBA.*E-6*AR1D %a responsabilité pénale des cadres et dirigeants dans le monde des a&&aires. M.MRA-#K.+RADE* o%.

E0. FD .QLD E /ilan sommaire de la mise en Nu3re de la ré%ression " l'encontre des %ersonnes morales 8-# 1BB>D %.11.#K-.30> *.RO=!O= DE /O=/EED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F(D# no3em&re 2001D %.2@@. 30? 6.0.

/O=*O#. crim. pour rela er une société poursuivie en qualité d’intéressée à un délit douanier commis par l’un de ses emplo<és.sans raison a%%arenteD montrent les limites du %rinci%e de s%écialitéD le lé)islateur n'a %as les moJens d'o%érer des c5oi(. #e%endantD la res%onsa&ilité %ré3ue " l'article 3BB du #ode des douanes est une res%onsa&ilité %écuniaireD la %ersonne condamnée est une sorte de cautionD il ne s'a)it %as d'une res%onsa&ilité %énale.l est 3rai que la #our d'a%%el a mal moti3é sa décisionD il est fau( de dire que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'e(iste %as en droit douanier. 30@ 30B ! #. *'e(istence d'entorses au %rinci%e de s%écialité D'a%rCs certains auteursD la #our de cassation aurait dans un arr4t en date du < fé3rier 2003 30B étendu la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales " un cas non %ré3u %ar la 3 10 loiD %arlant m4me E d’élargissement jurisprudentiel du domaine d’application de la responsabilité pénale des personnes morales F . se borne à énoncer que la responsabilité pénale des personnes morales n’e iste pas en droit douanier F. /ull. . 8-# 2003 %. *a question est de sa3oir si un te(te %ré3oit cette res%onsa&ilité en droit douanier.2003 %.+*A-P=E %récitée. . *a %reu3e en estD il est constamment en retard %our trans%oser les directi3es euro%éennes. encourt la *a #our de cassation casse l'arr4t de la #our d'a%%el au motif qu' E censure l’arrCt qui.+*A-P=E. /. DoncD la #our de cassation considCre que l'a&sence de te(te ne %ermet %as d'écarter la res%onsa&ilité de la %ersonne moraleD et que l'article 3BB du #ode des douanes est a%%lica&le au( %ersonnes morales. *e %rinci%e de s%écialité est irréalisteD le lé)islateur est surc5ar)é.<<AD note /. #oe(isterait le ré)ime a%%lica&le au( infractions %ré3ues %ar la loiD qui doi3ent 4tre commisesD %our leur com%teD %ar un or)ane ou un re%résentant312 X et les cas 8uris%rudentiels a3ec un ré)ime différent. DCs lorsD il a%%araHt comme un frein in8ustifié " la ré%ression des %ersonnes morales. OrD en l'es%CceD il n'e(iste %as de te(te.+*A-P=E %récité. 2003 n:2AD !. =n auteur311 a %articuliCrement critiqué cette solutionD elle %ourraitD selon ses diresD entraHner l'e(istence de %lusieurs ré)imes de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. 310 -ote de ! #. #e %rinci%e a alors %our conséquence l'e(istence de zones d'im%unité.2@<<D note ! #.

A%%lication de l'article 121 2 du #ode %énal. .+*A-P=E %récité.311 312 ! #.

MER*E et A. Dans ce casD la nature de la sanction n'étant %as %énale et la %ersonne condamnée solidairement n'étant %as considéré comme res%onsa&le %énalementD on ne %eut %arler de res%onsa&ilité %énale. d’autre part. Or n'est %as une res%onsa&ilité %énale l'o&li)ation im%osée %ar la loi de %aJer une amendeD %our le fait d'une autre %ersonneD sans qu'une faute %uisse lui 4tre re%roc5ée.op.. DCs 1@@3D la doctrine31? considérait que si les %ersonnes morales sont res%onsa&les %énalement des amendes de contri&utions indirectesD c'est %arce qu'il s'a)it d'une res%onsa&ilité ci3ile ou d'un cautionnement lé)al. en matière &iscale.1RE D= #KAM/O. #'est %ourquoi la #our de cassation a tou8ours considéré que dans ce )enre de situationD les %ersonnes morales %eu3ent 4tre sanctionnées. 31< ! K.l s'a)it d'un rEeport de la sanction 3 13 F qui est une res%onsa&ilité du fait d'autrui mais qui n'est %as %énale d'une X et atteinte au %rinci%e de la %ersonnalité des %eines31A..0. *a res%onsa&ilité %énale est encourue %our la commission d'une infraction. OrD il est des matiCres oI l'amendeD notamment l'amende fiscaleD a%%araHt autant comme une ré%aration que comme une %eine31>. *'arr4t du 2? 8uin 1B??31@ a une moti3ation %articuliCrement e(%licite 2 laE solidarité prévue par l’article 054 du #ode des douanes pour le paiement des pénalités pécuniaires ?@A sont non seulement des réparations civiles mais aussi des sanctions &iscales. n’implique F.#O-1ED +. .1=D+raité de droit criminelD #u8asD 1ome 1D ?Cme éditionD 1BB?D n:<2>. R. . solidairement avec son représentant légal. pas que cette société soit pénalement responsable 313 31A +.RO/ER1 %récitéD %.3?2. la responsabilité civile et la responsabilité pénale se con&ondent comme a<ant la mCme cause et le mCme objet ..MA. cit. =n te(te %eutD %ar e(em%leD %ré3oir de condamner l'intéressé " une fraude " 4tre condamné solidairement a3ec le res%onsa&le %énal au %aiement de l'amende31<. sur le &ondement de l’article 054 du #ode des douanes. n:A32.1oute la question est de sa3oir ce qu'est la res%onsa&ilité %énale. ?@A l’action que l’administration des douanes tient de l’article J0J-/ de ce code pour l’application des sanctions &iscales ne peut Ctre assimilée à l’action civile et. Et l'arr4t du 1A décem&re 2000 31B confirme qu'il ne s'a)it %as d'une res%onsa&ilité %énaleD %uisque la #our de cassation énonce 2 laEcondamnation d’une société à pa<er des pénalités douanières.

0RE %récité.MA. . 1BB? n:2A1.1 %récitée.31> 31? +. -ote de M.-A. crim. 31@ /ull.

Encore une foisD il ne s'a)it %as d'un cas d'e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD car ces te(tes n'a%%artiennent %as au droit %énal tel que défini %ar le droit franRais.#e raisonnement s'a%%lique aussi " l'article 3BB du #ode des douanes qui 3ise " condamner les %ersonnes intéressées au délit %ré3u %ar les articles A>A et A>< du #ode des douanesD comme nous l'a%%rend l'arr4t du 2> se%tem&re 2001 320. *a #our de cassation a confirmé la %ossi&ilité de condamner les %ersonnes morales sur le fondement de cet article dans un arr4t en date du 20 se%tem&re 2000322. . *es %ersonnes morales %eu3ent 4tre condamnées solidairement au %aiement de la %énalité en droit fiscal.l ne s'a)it donc %as d'une 3érita&le entorse au %rinci%e de s%écialitéD qui a 3ocation " s'a%%liquer en droit %énalD mais il s'a)it néanmoins d'une e(tension de la res%onsa&ilité 8uridique des %ersonnes morales. *orsqu'une infraction a3ait été commise %ar une %ersonne %5Jsique et que la loi %ré3oJait des conséquences %énales %our des %ersonnes qui n'a3ait %as été mises en causesD la #our de cassation 8ustifiait ces sanctions %ar le fait que ces %ersonnes étaient res%onsa&les %énalement . DCs lorsD les arr4ts des @ 8an3ier 2003321 et < fé3rier 2003D qui cassent res%ecti3ement au 3isa des articles A0? et 3BB du #ode des douanesD les arr4ts des #our d'a%%elD %our a3oir refusé de condamner solidairement les %ersonnes morales au %aiement de la %énalité ne sont %as des cas d'e(tension 8uris%rudentielle de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %uisse qu'il ne s'a)it %as d'une res%onsa&ilité %énale. *a #our de cassation confirme qu'il ne s'a)it %as d'une res%onsa&ilité %énale car la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'est %as E encourue pour les in&ractions prévues par le #ode général des impFts 3 23 F . En effetD l'article 1?BB 1 du #ode )énéral des im%Gts %ré3oit que toute %ersonneD con3aincue d'a3oir facilité la fraude ou %rocuré sciemment les moJens de la commettreD %eut 4tre condamnée de la m4me %eine %écuniaire que l'auteur de l'infraction. =ne entorse au %rinci%e de s%écialité a3ait été créée %ar la 8uris%rudence au 1BCme siCcle. *e droit fiscal com%rendD comme le droit douanierD des te(tes ré%ressifs non %énau( qui %eu3ent 4tre re%roc5és " des %ersonnes morales m4me si la loi ne le %ré3oit %as.

le)ifrance )ou3. Dis%oni&le sur OOO. 321 .fr . 323 #rim. #onfirmé %ar #rim.nédit %our3oi n:BB @<002.le)ifrance )ou3.fr . Dis%oni&le sur OOO. .le)ifrance )ou3.nédit titré %our3oi n:01 @<B3@. Dis%oni&le sur OOO.nédit titré %our3oi n:01 @<B3@. 30 8an3ier 2002D inédit titré %our3oi n:01 @1<3>. 322 . #onfirmé %ar #rim. ? no3em&re 2001D .fr . 320 /ull. 2A octo&re 2001D inédit %our3oi n:00 @>@3A.fr . crim.31B .nédit titré %our3oi n:BB @A<3>.le)ifrance )ou3. 2001 n:1B1. Dis%oni&le sur OOO.

l ne s'a)it %as d'une entorse " l'irres%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %arce que ces sanctions ne sont %as des %einesD ce sont des mesures de sécurité %u&lique qui ne nécessitent %as la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. Dans le %remier casD il s'a)it d'une %eine quiD %our 4tre %rononcéeD nécessite la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale et donc nécessite qu'un te(te %ré3oit cette res%onsa&ilité %our l'infraction re%roc5ée. #es sanctions sont )énéralement la .l s'a)issait %our la #our d'une e(ce%tion au %rinci%e de l'irres%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.l faut alors distin)uer la confiscation et la fermeture d'éta&lissement en tant que %eines 7article 131 21 et 131 3B du #ode %énal9 et en tant que mesures de sZreté %ré3ues %ar une loi s%éciale. *e recensement difficile des cas %ré3us *es cas de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales se sont multi%liésD leurs diri)eants sont o&li)és de rec5erc5er acti3ement dans les codes et te(tes %articuliers les dis%ositions qui %ré3oient cette res%onsa&ilité . Dans le second casD il s'a)it d'une mesure de sZreté qui %eut 4tre %rononcée %ar le 8u)e lorsque cela est nécessaireD sans qu'un te(te ne %ré3oit la res%onsa&ilité de la %ersonne morale %our l'incrimination qui est accom%a)née de ces mesures de sZreté. *a %rinci%ale critique " ce %rinci%e de s%écialité est qu'il %orte atteinte " un droit fondamental. +ara)ra%5e 2 *'insécurité 8uridique %ro3oquée %ar le %rinci%e *e %rinci%e de s%écialité crée une insécurité 8uridique du fait du recensement difficile des cas %ré3us 7A9 et de la tendance des 8u)es " disqualifier les faits %our sanctionner les %ersonnes morales 7/9. . A. *a loi ne sanctionne %as une %ersonne mais 3ise des c5oses dan)ereuses. AinsiD dresser une liste des infractions qui entrent dans le c5am% 32? 32> . *e %rinci%e de s%écialité n'est %lus qu' E une e ception législative F . F . . +ourtantD dCs le dé&ut du 20Cme siCcle les auteurs ont critiqué le &ien fondé de la solution32<.3 2A %our a3oir commis une E in&raction purement matérielle confiscationD la fermeture d'éta&lissement.

-A.21?D note M.32A 32< #rim. 32> O.1..D n:AA3.11A?.-A.A=1E* %récitéD %.1 %récitée.1B21 1Cre %artie %. . ? mars 1B1@D !. 32? !. -ote de M.*EROLD op. cit.

#ertes E nul n’est censé ignorer la loi FD mais le &ut a3oué du lé)islateur est de rendre accessi&le le droit. *e %rinci%e de s%écialité %eutD ainsiD a3oir des effets %er3ers. #ette tendance est contraire au %rinci%e de lé)alité qui commande de c5oisir la qualification la %lus %roc5e des faits 7c'est " dire l'infraction s%éciale9. O.+*A-P=E %récitéD %. #ette attitude s'e(%lique %ar le fait qu'il est a&errant qu'une %ersonne morale soit %oursui3ie %our un a&us de confiance et non %our un a&us de &iens sociau(. *'a&us de &iens sociau( constitue un a&us de confiance mais s%écial %arce que réalisé au sein d'une société %ar un diri)eant. . . OrD en multi%liant les dis%ositions qui %ré3oient la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %our une ou deu( infractionsD en aJant une e(tension de la res%onsa&ilité %énale sans lo)ique a%%arenteD il ne met %as " m4me les %ersonnes morales de connaHtre le droit.i les %ersonnes morales font comme si toutes les infractions %eu3ent leur 4tre re%roc5éesD alors le %rinci%e de s%écialité est inutile 3oir )4nant %our l'adéquation du droit au( faits. *'e(istence d'un %5énomCne de disqualification des faits %ar le 8u)e Dans un souci d'efficacité du droit %énalD les ma)istrats %eu3ent c5oisir de disqualifier des faits qui sont incriminés %ar une infraction s%éciale qui ne %ré3oit %as la res%onsa&ilité des %ersonnes moralesD et de la qualifier en une infraction qui la %ré3oit . De m4meD le recel est une infraction qui %eut 4tre re%roc5ée au( %ersonnes morales. . *es di3ers )rou%ements doi3ent 4tre attentifs et )uetter le 8ournal officiel %our ne %as 4tre sur%ris.eules les %ersonnes morales a3ec un ser3ice 8uridique conséquent %eu3ent sui3reD mais les %etites et moJennes entre%risesD les associationsD n'ont %as les m4mes moJens. +ar e(em%leD l'a&us de &iens sociau( %eut 4tre sanctionné %ar le &iais de l'a&us de confiance 331 330 32B 32@ car ces infractions sont trCs %roc5e.i une autre infraction ne %ré3oit %as cette res%onsa&ilitéD alors la %ersonne morale %eut 32@ 32B ! #. +rétendre que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est s%écialeD est trom%eur. /. . De faitD l'e(i)ence de %ré3isi&ilité du droit %énal n'est %as res%ectéeD et les %ersonnes morales ne %eu3ent %as a3oir une %olitique de )estion du risque %énal claireD ce qui nuit " la sécurité 8uridique . Du cou%D ces %etites structures ont tendance " )érer le risque %énal comme si toutes les infractions étaient susce%ti&les d'entraHner la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales.3..d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est com%liqué .A=1E* %récité.

!. .A1D !roit pénal généralD P:.RA. cit.D n:AA3.*EROLD o%. cit.330 331 !.+RADE*D op. M *. ed.D n:<33.2000D n:3<<.*EROLD op.D n:AA3.. cit. !.

ection 2 *a su%%ression annoncée du %rinci%e de s%écialité *e %rinci%e de s%écialité a été totalement remis en cause et c'est sans sur%rise que le lé)islateur a décidé d'J mettre fin. *e sénateur Mauc5on %résente le %rinci%e de s%écialité comme une %récaution %rise %ar le lé)islateur de 1BB2D %arce que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales était un 33A . *a su%%ression du %rinci%e de s%écialité est %ré3ue %ar la loi E +er&en 2 7%ara)ra%5e 19. F 332 +ara)ra%5e 1 *a su%%ression du %rinci%e %ar la loi E +er&en 2 F F au 31 décem&re 200< *a su%%ression du %rinci%e de s%écialité est différéeD %ar la loi E +er&en 2 7A9D et %eut entraHner des %ro&lCmes transitoires 7/9. .mal)ré tout 4tre %oursui3ie . Elle aura notamment %our conséquence l'au)mentation des cas de cumul de res%onsa&ilité 7%ara)ra%5e 29. #ette loi 3ise " ada%ter la 8ustice " la criminalité internationale et donc " durcir le droit %énal et la %rocédure %énale. #ette su%%ression n'était %as %ré3ue dans le %ro8et de loi initialD c'est le sénateur Mauc5on qui a %ro%osé un amendement a&outissant " celle ci . =ne su%%ression différée au 31 décem&re 200< *a loi du B mars 200A 333 %ortant ada%tation de la 8ustice au( é3olutions de la criminalité %ré3oit la su%%ression du %rinci%e de s%écialité. *e lé)islateur en a donc %rofité %our durcir la ré%ression des %ersonnes morales en la )énéralisant. A. #e%endant ce %ro&lCme 3a &ientGt dis%araHtre du fait de la su%%ression du %rinci%e de s%écialité. #ertes le %5énomCne de disqualification se com%rend %arce que le 8u)e 3eut %réser3er l'efficacité du droit %énal en réduisant les zones d'im%unité %rofitant in8ustement au( %ersonnes moralesD mais cette tendance nuit " la sécurité 8uridique des %ersonnes morales qui croient 4tre irres%onsa&les %énalement %our certaines infractions et %our lesquelles elles sont %ourtant %oursui3ies.

. -:200A 20A D (1 n: <B du 10 mars 200AD %.A<>?.332 333 ! #.+*A-P=E %récité.

l sem&le que le lé)islateur ait %ris en com%te les critiques de la doctrineD c'est que nous ré3Clent les dé&ats 33? 33> 33< %récédant l'ado%tion de l'amendement Mauc5on. Dans la rédaction finale l'article 1> quater est de3enu l'article <A de la loi sans que son contenu ne soit modifié. une &ois de plus. En effetD l'article 20? . *orsque le %ro8et a été étudié en deu(iCme lecture %ar l'assem&lée nationaleD cet amendement a été acce%té %ar la commission des lois sans qu'aucun dé%uté n'émette une o&8ection . *'article <A de la loi du B mars 200AD qui étend le domaine de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales " toutes les infractionsD est une loi d'incrimination. -éanmoinsD le %ro&lCme ne sem&le )uCre difficile. De m4meD le sénateur remarque que les cas %ré3us %ar la loi ne sont %as c5oisis a3ec lo)ique et E quDil est grand temps de poser le principe général de la responsabilité pénale des personnes morales. . . Dans le %ro8et de loiD un nou3el article 1> quater a donc été a8outé. . a&in dDéviter cette espèce de patc. *es difficultés transitoires *a %remiCre question qui se %ose " nous est de sa3oir quel sera le droit a%%lica&le %our les infractions commises a3ant le 31 décem&re 200<D mais qui ne seront 8u)ées qu'a%rCs cette date.>orN qui ne &ait que compliquer.énat et %ar le )arde des sceau( %arce qu'il %ermet de E clari&ier la situation F. .0 %ré3oit que l'article <A du #ode %énal s'a%%liquera " %artir du 31 décem&re 200<. Mercredi @ Octo&re 2003. #et article dis%osait que l'e(%ression E et dans les cas %ré3us %ar la loi ou le rC)lementFD qui fi)ure " l'article 121 2 du #ode %énalD est su%%rimée. !OD dé&ats %arlementaires.énat.i cette dis%osition a été &ien accueillieD il e(iste néanmoins des difficultés d'a%%lication de cette dis%osition. #e%endantD la su%%ression du %rinci%e de s%écialité n'est %as immédiateD le lé)islateur a cru &on de de3oir laisser un tem%s d'ada%tation au( %ersonnes morales. Donc l'article <AD qui accentue la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales en créant 33A 33< 33@ %our les lois %lus sé3Cres 7ce qui Amendement n:2?< du 30 se%tem&re 2003D cité %ar ! #. #et amendement a été &ien accueilli %ar la commission des lois du .%rinci%e nou3eau . #e%endant le nom&re d'infractions dont les %ersonnes morales %eu3ent 4tre res%onsa&les a considéra&lement au)mentéD si &ien qu' E on peut très raisonnablement se demander sDil ne &aut pas supprimer cette restriction qui con&ine à lDabsurde F. Or les lois d'incrimination constituent du droit %énal de fond auquel s'a%%lique le %rinci%e de non rétroacti3ité est le cas ici9. la vie des praticiens de manière inutile F. /.+*A-P=E %récité.

33> 33?

!OD dé&ats %arlementaires. Assem&lée nationale. .éance du mercredi 1B no3em&re 2003. !OD dé&ats %arlementaires. .énat. Mercredi @ Octo&re 2003.

de nou3elles incriminationsD ne %eut s'a%%liquer qu'au( faits sur3enus a%rCs le 31 décem&re 200<. AinsiD les infractionsD %our lesquelles la loi ne %ré3oit %as la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD %eu3ent 4tre encore 3iolées %ar ces derniCres 8usqu'au 31 décem&re 200<. =ne autre difficulté %ro3enait du fait que les infractions qui %ourrontD " %artir du 31 décem&reD 4tre re%roc5ées au( %ersonnes moralesD ne seraient sanctionnées %ar aucune %eine. #e%endant le lé)islateur a %ré3u un article << qui dis%ose que l'article 131 3@ du code %énal est com%lété %ar un alinéa ainsi rédi)é 2 E *orsqu'il s'a)it d'un crime %our lequel aucune %eine d'amende n'est %ré3ue " l'encontre des %ersonnes %5JsiquesD l'amende encourue %ar les %ersonnes morales est de 1 million d'euros F. +our les infractions qui %ré3oient une %eine d'amende " l'encontre des %ersonnes %5JsiquesD c'est l'alinéa 1 de l'article 131 3@ du #ode %énal qui s'a%%liqueD l'amende ne %eut dé%asserD en %rinci%eD le quintu%le de ce qui est %ré3u %our les %ersonnes %5Jsiques. 1outefoisD ce montant %eut 4tre dé%assé en cas de cumul des sanctions %énales et administrati3esD notamment en matiCre d'assuranceD concurrence et &ourse. Dans ce casD d'a%rCs le #onseil constitutionnel sanctionné deu( fois " %ro%os d'un seul et m4me faitD ne reRoit %as d'a%%lication3A0. *e #onseil ra8outeD néanmoinsD que E le principe de proportionnalité implique, quDen tout état de cause, le montant global des sanctions éventuellement prononcées ne dépasse pas le montant le plus élevé de lDune des sanctions encourues F. OrD les sanctions administrati3es qu'encourent les %ersonnes morales %eu3ent 4tre %lus éle3ées que les sanctions %énales 7notamment lorsque la sanction administrati3e est un %ourcenta)e du c5iffre d'affaire9. Donc le montant )lo&al de la sanction su%%ortée %ar la %ersonne morale %eut dé%asser le quintu%le de la %eine %ré3ue %our les %ersonnes %5Jsiques de l'article 131 3@ du #ode %énal. *e fait que le lé)islateur ne %ré3oit que des sanctions %écuniaires %our les nou3elles incriminations a été trCs critiqué %ar certains auteurs . #e c5oi( de sanctionner les %ersonnes morales uniquement %ar une %eine %écuniaire serait contraire au %rinci%e de la %ersonnalisation des %eines %uisque le 8u)e ne %ourra %as indi3idualiser la %eine en c5oisissant une %eine d'une nature différente telle que l'e(clusion des marc5és %u&licsD l'affic5a)e de la décision de condamnation; %ré3us " l'article 131 3B du #ode %énal. ,l sem&le que le lé)islateur n'ait %as été sensi&le " la critique. +eut 4tre %arce que le montant de la sanction %eut 3arierD et que l'on %eut %arler de %ersonnalisation de la %eine m4me si elle est réduite.
3A1 33B

le %rinci%e =on bis in idemD qui si)nifie que nul ne %eut 4tre

33@ 33B

E.+,RED E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 difficultés de droit transitoire!.2F0D0A %.1><0. #ons. const. 2@ 8uillet 1B@BD décision @B 2>0. 3A0 *.#ollet As$riD #ours de DEA de droit économiqueD =MR de droit d'OrléansD E Droit %énal économique F. 3A1 ! #.+*A-P=E %récité.

3AA *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'a donc %as allé)é la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes %5Jsiques . A. #e%endantD ce cumul de res%onsa&ilité %ermet au droit %énal d'a3oir un dou&le effet dissuasif sur les %ersonnes diri)eantesD d'une %art 3A< . . +ara)ra%5e 2 *'au)mentation des cas de cumul de res%onsa&ilité *a su%%ression du %rinci%e de s%écialité 3a au)menter la ré%ression des %ersonnes morales et %ar conséquent des %ersonnes 8uridiques 7A9D d'autant qu'en réalité il n'e(iste %as &eaucou% d'infractions inutiles en matiCre de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 7/9.<siques auteurs ou complices des mCmes &aits 3 A3 F . . =ne telle solution %ermettrait de ra%%roc5er les %rinci%es de la ré%ression %énale des %ersonnes morales de ceu( de la ré%ression des %ersonnes %5Jsiques. *a différence est d'autant %lus criante que les %ersonnes %5Jsiques et les %ersonnes morales %eu3ent 4tre sanctionnées %our les m4mes faits.#e%endantD nous %ou3ons %enser que la loi du B mars 200AD n'e(clut %as e(%ressément le recours " des %eines différentes de l'amende. *e 8u)e %eut 4tre tenté d'utiliser tout l'arsenal des %eines %ré3ues " l'article 131 3B du #ode %énalD notamment s'il J est encoura)é %ar la doctrine. =ne ré%ression accrue des %ersonnes 8uridiques *e %rinci%e de s%écialité est %erRuD de%uis 1BB2D comme une cause de limitation du cumul de res%onsa&ilité entre les %ersonnes %5Jsiques et les %ersonnes morales. En effetD la loi en étendant le domaine d'a%%lication de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesD étend de &acto les domaines oI le cumul de res%onsa&ilité est %ossi&le. #e cumul de res%onsa&ilité 3A2 est %ré3u %ar l'article 121 2 alinéa 3 du code qui dis%ose que E la responsabilité pénale des personnes morales n’e clut pas celle des personnes p. #ette im%ression d'e(tension de la ré%ression %erRue %ar la doctrine D ne sera que %lus im%ortante a%rCs le 31 décem&re 200<. *a %ossi&ilité d'une dou&le ré%ression est quasi %ermanente. *'ada%tation de la sanction " une %ersonne morale ne %eut que constituer un %ro)rCs %our la 8ustice %énale. #et état du droit %ositif est critiqua&le %our les %artisans de l'allé)ement de la res%onsa&ilité %énale des diri)eants.l serait en effet sou5aita&le d'ada%ter la ré%ression " la %ersonne morale.i celle ci n'a %as de %ersonnalité %sJc5olo)iqueD elle a une or)anisationD une fonction %ro%re.

.D n:>1?.*EROLD o%.*E0A.D n:AAB.1RE D= #KAM/O-D op.D 6. 6. .#O-1ED +.DE. cit. et M. 11 mars 2003D /ull.D n:30>. 2003 n:><.1EMA-. cit.A# %récité.MA./O=*O#D op. 3A3 #onfirmé %ar la 8uris%rudence 2 notamment #rim.. cit.1O-DEA= DE MAR. !.E=RD /. cit. M. 3AA 0.3A2 +.+OR1E.*E 6=-EKE#D op. crim..D n:3?A.

A1D op. =ne circulaire du 2> 8an3ier 1BB@ 3A? 3A> montre que les %oursuites se sont concentrées sur un nom&re restreint d'infractions.RO/ER1D E #ent %ersonnes morales %énalement res%onsa&les!rFoDit pénal 1BB@D c5ron. . 3A@ M *.B@D cité %ar M. +ourtantD si ce cumul de res%onsa&ilité %eut a3oir %our conséquence une meilleure or)anisation de l'entre%rise et la &aisse des infractions commises au sein des entre%risesD alors elle est une &onne c5ose.RA. %.ont considérées comme inutiles %ar la doctrineD les infractions que les %ersonnes morales ne %eu3ent %as commettre.3B<. #. cit.M B@ 1VM1 2>. .ur 100 condamnationsD 3> ont été %rononcées en matiCre de tra3ail clandestinD 13 en matiCre de 3ente sans facturation ou facturation irré)uliCreD 3 autres %our des infractions économiques. %arce que ces infractions ne %eu3ent 4tre commises dans l'intér4t de la %ersonne morale.DE.D n:3<<. %. Et A.RO=!O= DE /O=/EE %récité. . 2? condamnations ont été recensées %our les 5omicides et &lessures in3olontairesD 13 %our atteinte " l'en3ironnementD > %our la contrefaRonD et enfin une condamnation %our une manifestation 3iolente et une %our une or)anisation frauduleuse d'insol3a&ilité..MARO-D ! K.ont trCs sou3ent cités les a)ressions se(uellesD le meurtre3A@. +ourtantD d'autres auteurs 3AB F de la %ersonne moraleD et la doctrine considCre que l'e(%ression E %our leur com%te F 3eut dire dans leur intér4t. . *e ministCre %u&lic c5oisitD &ien sou3entD de %oursui3re e(clusi3ement les %ersonnes moralesD il s'a)it de décisions d'o%%ortunitéD discrétionnaires.1BB@D c5ron. =ne %ensent que toutes les infractions sont im%uta&les au( %ersonnes morales.D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale FD %récité.01. *es infractions inutiles %our la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales En réalitéD les %ersonnes morales sont %oursui3ies %our un nom&re limité de délits. /. #e n'est %as %our autant que toutes les autres infractions sont inutiles.+OR1E. 3A? #R. *e meurtreD l'em%oisonnementD %ar e(em%leD %eu3ent 4tre commis %ar 3A< 3A> 6. En effetD l'article 121 2 du #ode %énal e(i)e que l'infraction soit commise E %our le com%te %ersonne morale ne %ourrait se 3oir im%uter une infraction 3iolente.D=#O=*O=\ MA0ARDD E Puatre années de sanctions %énales " l'encontre des %ersonnes morales FD !.22.en a)issant sur leur 3ie %ri3ée 7mesures %ri3ati3es de li&ertéD ou %aiement d'amendes sur leurs deniers %ersonnels9 et sur leur 3ie %rofessionnelle 7la %ression des actionnaires %our ne %as %aJer de fortes amendes qui diminueraient les &énéfices et les di3idendes9D m4me s'il est 3rai que dans les faits le cumul est rare .

D n:>A@. et M.D n:<B@ 3.*E 6=-EKE#D op.MA.+*A-P=E %récité. .DE.3AB +.#O-1ED +.. cit. R. ! #. M.+OR1E.1=D op.0. cit.D n:3?2.1RE D= #KAM/O-D op.MER*E et A. cit.

+ourtantD si l'on suit le raisonnement de la #our de cassationD aucune infraction ne %eut 4tre commise dans l'intér4t de la %ersonne moraleD %uisqu'elle ne %eut a3oir d'intér4t " la commission d'une infraction car elle s'e(%ose " des %oursuites. +eu im%orte que la %ersonne %5Jsique en retire aussi un %rofit %ersonnel si l'o%ération aurait du a3anta)er la %ersonne morale. #ette conce%tion a tendance " étendre la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales " des faits qui sem&laient ne %as %ou3oir l'en)a)er.un or)ane ou un re%résentant de la %ersonne morale dans l'intér4t de la %ersonne moraleD le décCs de la %ersonne 3isée %eut %ermettre de faire éc5a%%er " la %ersonne morale des %oursuites %énales 7s'il s'a)it d'un témoin )4nant %ar e(em%le9. Donc l'e(%ression E %our leur com%te FD ne 3eut %as dire dans leur intér4t mais 3eut dire en croJant a)ir dans leur intér4t.^ est contraire " l'intér4t social en ce qu'elle e(%ose la %ersonne morale au risque anormal de sanctions %énales ou fiscales contre elle m4me et ses diri)eants et %orte atteinte " son crédit et " sa ré%utation 3 <1 F . On %eut aussi ima)iner l'5J%ot5Cse d'une &oite de nuit qui demande a des femmes de s'e(5i&er %our attirer de la clientCleD un c5ef d'entre%rise qui %aie un 5omme %our 3ioler une femme %arce qu'elle 3<0 sait &eaucou% de c5oses sur les mal3ersations de l'entre%rise et qu'il 3eut l'intimider . . *a #our de cassation affirme donc qu'une infraction %eut 4tre im%uta&le " une %ersonne morale sans qu'elle soit dans son intér4t. . On ne %eut l'assimiler " l'intér4t social de la %ersonne morale %uisque E l'utilisation des fonds sociau( aJant %our seul o&8et de commettre un délit ]. *'e(%ression E pour leur compte F doit 4treD " notre a3isD %récisée. Or la #our acce%te de sanctionner une %ersonne morale lorsqu'une infraction a été commise %ar ses or)anes ou re%résentants. #ette 8uris%rudence a été rendue en matiCre d'a&us de &iens sociau(D concernant le délit de corru%tion. *'infraction %eut 4tre im%uta&le " la %ersonne morale %uisque l'infraction est commise %our le culte qu'elle re%résente.l nous sem&le qu'en réalité il suffit que le mo&ile de l'or)ane ou du re%résentant soitD au moins en %artieD d'a3anta)er la %ersonne morale. *es instances diri)eantes d'une secte %eu3ent entraHner les fidCles " commettre une infraction. En ce qui concerne les infractions se(uellesD elles ont été introduites %ar la loi du 12 8uin 2001D %arce que le )ou3ernement a estimé que ces infractions %ou3aient 4tre commises %ar des sectes or)anisées sous forme de société ou d'association. DoncD la commission du délit de corru%tion ne %eut 4tre faite dans l'intér4t de la %ersonne morale.

3<0 +our d'autres e(em%les 2 M. .D n:<B@ 3. et M.DE.*E 6=-EKE#oDp.+OR1E. cit.

+ourtant la nécessité de créer une telle res%onsa&ilité se faisait ressentir.i cette res%onsa&ilité est récente c'est %arce que le lé)islateur et la doctrine considéraient qu'il s'a)issait d'une res%onsa&ilité du fait d'autrui qui n'était qu'e(ce%tionnelle.#onclusion *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'a été consacrée %ar le %ositif qu'en 1BB2. *a réalité a dé%assé la fictionD les %ersonnes morales commettent des infractions sans que l'on %uisse identifier un auteur %ersonne %5JsiqueD ou &ien cet auteur n'a)it que dans l'intér4t de la %ersonne morale et la ré%ression des %ersonnes %5Jsiques ne le dissuade %as. Des considérations %ratiques ont donc moti3é le lé)islateur " créer une res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %ermettant de les sanctionner %our les infractions commises en leur sein. DCs lorsD la res%onsa&ilité %énaleD classiqueD des %ersonnes %5JsiquesD sem&lait inefficace. . . #omment %eut on sanctionner un 4tre fictifD artificielD dénué de 3olonté et de raisonnement W %ensaient ils.

1BB? n:3<2. crim. .3<1 #rim. 2? octo&re 1BB?D /ull.

#ertaines infractions commises l'entre%riseD re%roc5ées au( diri)eants sans qu'il J ait une %artici%ation matérielle. #es limites de3aient %ermettre de tester cette nou3elle res%onsa&ilité. +eu3ent ainsi en)a)er la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 le salarié délé)ataire et su&délé)ataireD et le diri)eant de fait. #'est %ourquoi le lé)islateur a décidé de )énéraliser la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales. AinsiD la réalité et la %ratique a conduit le lé)islateur et le 8u)e " étendre la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales en la )énéralisant. . #5aque %ersonne morale est différente et s'e(%rime différemmentD seuls les faits %ermettent de déterminer ceu( qui incarnent la %ersonne morale.l était donc méfiant des conséquences que cette mesure %ou3ait entraHner dans les faits et sur le droit %énal. #e%endantD confronté " la réalitéD qui est que les %ersonnes morales doi3ent 3oir leur res%onsa&ilité en)a)ée %ar ceu( qui détiennent le %ou3oir de décision ou d'e(écutionD le 8u)e a du %ro)ressi3ement élar)ir la notion de re%résentant. .#e%endantD du fait de son %ra)matismeD le lé)islateur n'a %as su e(%liquer les fondements t5éoriques de cette nou3elle res%onsa&ilité %énale. *e 8u)e a étendu la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %arce qu'il considCre que l'e(%ression de la 3olonté de la %ersonne morale ne %eut %as résulter e(clusi3ement d'or)anes dési)nés %ar la loi ou les statuts. -éanmoinsD les inter3entions lé)islati3es n'étaient %as coordonnées et manquaient de co5érence. . De %lusD dans certains cas la res%onsa&ilité %énale au des sein %ersonnes de morales est sont %resque automatique. #'est %ourquoiD le nou3eau #ode %énal a %ré3u une res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales limitée au( infractions commises %ar leurs or)anes ou re%résentantsD et au( cas %ré3us %ar la loi ou le rC)lement. *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales . *a ré%ression est %lus efficace )rSce " la 8uris%rudenceD et cette e(tension démontre la lar)e ca%acité d'action des %ersonnes morales.l a tenté d'accentuer la ré%ression des %ersonnes morales en au)mentant les cas %ré3us %ar la loi.l s'a)it des cas de res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise du fait de son %ré%osé. *e lé)islateur aD " son tourD lentement %ris conscience de la ca%acité d'action des %ersonnes morales. -on seulement ces infractions sont im%uta&les au( %ersonnes morales sans que l'identification de l'or)ane ou du re%résentant ne soit nécessaireD mais en %lusD com&iné a3ec l'inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentantD on a&outit " sanctionner toutes les infractions commises au sein de l'entre%riseD quelles soient matériellement commise %ar un salarié ou %ar un diri)eant.

a%%artient au droit %énal )énéral au m4me titre que la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes %5Jsiques. *a %ratique a dicté cette é3olutionD cette res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales n'est %as 8ustifiée t5éoriquement. +ourquoi la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes %5Jsiques était elle inefficace elle efficaceW *a ré%onse est que la %ersonne %5Jsique et la %ersonne morale sont des %ersonnes distinctesD %as seulement 8uridiquementD mais réellement distinctes. DCs lorsD la ré%ression de l'un n'a3ait %as de conséquences suffisantes sur l'autre. *'e(tension de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %ermet de %rendre conscienceD %our ceu( qui en doutaitD que les %ersonnes morales ont un intér4t et une 3olonté %ro%re. #ette affirmation est surtout 3rai %our les %ersonnes moralesD telles que les sociétésD qui %ossCdent de )randes structures. *a 3olonté de la %ersonne morale n'est %as celle de l'actionnaire ma8oritaireD il doit com%oser a3ec les minoritaires et les diri)eants ont une certaine autonomie dans la )estion " %artir du moment oI ils attei)nent les o&8ectifs demandés. Elle n'est %as non %lus celle des diri)eants qui doi3ent se concerterD le %résident du conseil d'administration a3ec les administrateursD les directeurs )énérau(D etc. #5aque indi3idu com%osant la %ersonne morale J met un %eu de sa 3olontéD et ce sont les 3olontés rassem&lées qui forment la celle de la %ersonne morale. *orsqu'une infraction est commise au sein d'une %ersonne moraleD ce n'est %as l'auteur matériel de l'infraction qui est l'unique res%onsa&leD mais aussi la collecti3ité qui %ar ses c5oi( n'a %as su é3iter la commission de l'infraction. et celle des %ersonnes morales est

B BL O0!AP1 "
,!A ,"S ", MA2."LS /ER-ARD,-, 7R.9D !roit pénal généralD 6ualinoD 2003. #O-1E 7+.9 et MA,.1RE D= #KAM/O- 7+.9D !roit pénal généralD Armand #olinD > éditionD 2002. DE*MA. MAR1L 7M.9D 6=,D,#E**, DE*A6E 76.9D !roit pénal des a&&aires, +=MD 2000. DE.+OR1E. 7M.9 et *E 6=-EKE# 7M.9D !roit pénal général D EconomicaD 10
Cme Cme

éditionD coll.

#or%usdroit%ri3éD 2003. *AR6=,ER 7!.9D !roit pénal généralD DallozD 1BCme éditionD coll. MémentosD 2002.

*EROL 7!.9D !roit pénal généralD *6D!D coll. ManuelD 2003. *OM/O,. 7#.9D !roit pénal général, Kac5etteD coll. *es Mondamentau(D 1BBA. MA.#A*A 7#.9D !roit pénal général, Montc5restienD coll. +a)es d'am%5iD 2003. MER*E 7R.9 et 0,1= 7A.9D +raité de droit criminelD #u8asD 2 tomesD 1ome 1D ? 1ome 2D A
Cme Cme

éditionD 1BB?D

éditionD 1B@B.
Cme

+A=*,- 7#.9D !roit pénal général, *itecD 3

éditionD 2002.

+E,**O1 7*.9D =R/A-.QL 7+.9D !roit pénal généralD /réalD coll. *e(i fac droitD 2002. +=E#K 7#.9D !roit pénal général, *itecD 1B@@. +RADE* 7!.9D +raité de droit pénal généralD #u8asD 1ACme éditionD 2002V2003. +RADE* 7!.9D !roit pénal comparé, DallozD 2
Cme

éditionD 2002.
Cme

+RADE* 7!.9D #OR1E-. 76.9D !roit pénal européen, DallozD 2 RA..A1 7M *9D !roit pénal généralD +=MD 2
Cme

éditionD coll. +récisD 2002.

éditionD 1BBB.

RE-O=1 7K.9D !roit pénal généralD +aradi)me #+=D 2002. RO/ER1 7! K9D !roit pénal généralD 15émisD A
Cme

éditionD coll. Droit %ri3éD 1BBB.

.A*0A6E 7+.9D !roit pénal général, +resse uni3ersitaire de 6reno&leD 1BB3. .ORD,-O 7M #9D !roit pénal général, Elli%sesD coll. =ni3ersités droitD 2002. .OLER 7! #9D !roit pénal et procédure pénale, *6D!D 1>
Cme

édition.

.1EMA-, 76.9D *E0A..E=R 76.9D /O=*O# 7/.9D !roit pénal général, DallozD 1@Cme éditionD coll. +récisD 2003. O.3!A0"S 0"2"!A./ A-1O-A 7! +.9D #O*,- 7+.9D *E-6*AR1 76.9D %a responsabilité pénale des cadres et dirigeants dans le monde des a&&aires, #olin 1BB>D %.>?. /O##O- 6,/O-DD %a responsabilité pénale des personnes moralesD Ale(andre *acassa)neD coll. !uridiqueD 1BB3. /=MME*A- *A-ORE 7L.9D !roit civilD Armand #olinD 13Cme éditionD 2003.

ER 7A.9D Introduction générale au droitD DallozD A ARTICLES DE DOCTRINE éditionD coll.7M. 1ERRE 7M. RO=!O= de /O=/EE 76.9D E #ontri&ution " l'analJse économique de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales F!D roit pénal n:10 du 1V10V2001D %. 1BB>.9D %a détermination de la personne morale pénalement responsable. Cme #OT..ER.9D #ode pénal commentéD D.9D +raité de droit commercialD *itecD 1ome 1D 3ol. Cme DE !=6*AR1 7M.9D MALA=D 7L. 6=LO.O 71. R.**E1 7D. AMAR 7A. 6A=1K..9D RO/*O1 7R. *itec 1A éditionD 2001. Cme 1ERRE 7M. 7! M. +récisD 1BB@.9D .9D %e dirigeant de sociétéD *itecD 1BB<. DE*MA.9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 une solution trom%e l'Nil W FD Re3ue de droit %énal et de criminolo)ie 8uillet aoZt 1BBBD %.es 1BB3 n:120 %.7L.9D !roit des a&&aires. #A.9D /O=*O# 7/.. /AR/.A-D.9D Introduction $ les personnes.9D %a délégation de pouvoirs./.**O.2D 10 édition. .@23.9D %es sociétés commerciales.R.9D !roit des sociétés.E 7+.. !olJ éditionsD coll.#ARD 7+.QA 7M.++O*. les incapacitésD DallozD > Cme Cme éditionD éditionD coll. EconomicaD 2 tomesD 1ome 1D 12 B Cme Cme éditionD 2003D 1ome 2D édition 2003.9D ME-O=.ER 71. *'KarmattanD 2003. +récisD 1BB>.9D 0. %ratique des affairesD 2000.#OR-= 76.A ?. Montc5restienD 3ol.ER. 2D 1@ 2002.9 et MRA-#. Droit ci3ilD 2003.7!.A.9D !roit civil 2 les personnes. +*A-P=E 7! #.9D %es personnes %es incapacitésD DefrénoisD coll.. MA*A=R.22.9D %es dirigeants et les groupes de sociétésD *itecD 2000.9D )léments de microéconomie. +. la &amille.L 7M. 6. les bienD sMontc5restienD B Cme éditionD 1BBB.1O 7/.9D E *'incidence de la réforme du code %énal sur la )estion des %ersonnes morales FPD etites "&&ic.9D DE/O. Montc5rétienD 1ome 1 et 2D > Cme éditionD 2002.+ER1 76. 7Y.

#KAR0ER.1BB@D c5ron.9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 un %rinci%e nou3eau FD Petites "&&ic. D=#O=*O=\ MA0ARD 7#. MERR. MAR1L 7M.9D E Diri)eants sociau( 2 Attention " 3otre res%onsa&ilité %énale1pFtiDon &inance @ 8uillet 2002D n:>B? %. .ier juridique.1<?...A2>D -:>?. DE.+OR1E.9D E Res%onsa&ilité des %ersonnes morales F 7ra%%o(rt#9DP 1BB@ 10023. 7.9D E #umul de la res%onsa&ilité %énale d'un salarié délé)ataire de %ou3oirs et de la res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale F(D#P éd.es 1BB3 n:120 %.3B<.13.AA.9D E *es limites de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales F8D I! pén. soc. 7M.<><. 7K.2<3. )D ? 8uin 2001D n:23D %. 6EEROM.9D E *es %ou3oirs délé)ués afin d'e(onérer %énalement le c5ef d'entre%rise !.9D A**ARD 7O.<A?.21.B<0. 1B<0D %a)e 33B.+OR1E. #O=0RA1 7+.2>1.9D E *a res%onsa&ilité %énale dans l'entre%rise. %. 0ers un es%ace 8udiciaire unifié 8W -# 1BB?D %. 7M. 7M. 6ERMAL 7-.9D E *a res%onsa&ilité %énale des diri)eants 1FpD tion &inance 2< no3em&re 2002D n:?13 %.9D E Puatre années de sanctions %énales " l'encontre des %ersonnes morales F!D . )lectrD -o3em&re 2000D %.B3?. DE*MA.A1 7A.9D E *es conditions d'im%utation d'une infraction " une %ersonne morale FD #a. DO--ED.9D E *a res%onsa&ilité %énale de la %ersonne morale 2 une étude com%arati3e FD 8I! comp.0RE 7+. FD DRELER 7E.E= DE 0A/RE. *A0A**AR1 7! M9D E *a res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%rise 1FpD tion &inance 2< 8uin 2001D n:>A@ %. DE.E.9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F-D# 1B<@D %.9D E A quoi %eut &ien ser3ir la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes moralesW FD 8-# 1BB>D %. MRA-#K. MA. 1BB>D %.200A %. 7.2A #OE=RE1 7A. 1BB>D %.9D E *a res%onsa&ilité %énale de %ersonnes morales %our accident du tra3ail !FrD.

MMA=*1 1R.2@3 2B@.9D E De la ca%acité or)anique et des res%onsa&ilités délictuelle et %énale des %ersonnes morales FD Re3ue de droit de Mc6ill 1BB<D 3olume A1D %.*E0A. R. 2 difficulté transitoire !.7A.9D E *es %ersonnes morales 3ictimesD auteurs ou com%lices d'infraction en droit franRais FD Re3ue de droit %énal et de criminolo)ie 1B<A %.3?3.9D E +laidoJer %our une su%%ression réfléc5ie de la s%écialité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales FPD etites a&&ic.#A 7!.9D E *a res%onsa&ilité %énale du c5ef d'entre%rise 8F(D# no3em&re 2001D %. 5ors série décem&re 2000D %. MA.F2D00A RO6ER 7M.#A*A 7#. OK* 7D.3?<.1B?@D c5ronique %. MA1.7+. MARO.9D E Res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales notion d'entité %ersonnifiée FPD etites a&&ic.%e&bvre 2002D %. +*A-P=E 7! #.@2?. 7M.Q.20.es ? 8an3ier 200AD %a)e 3.9D E Res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales %. 7-. RO/ER1 7! K9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales inFD E Risque %énal dans l'entre%rise 2 oI %asse les frontiCres de l'illé)alité W!rFoDit pénal.RE 7E. FD MOR0A.2001 %.?.22.132.9D E *a loi du > décem&re 1B?> relati3e " la %ré3ention des accidents du tra3ail et son incidence sur le droit %énal F!D .es 1BB>D n:1ABD numéro s%écialD %.9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales et celle des %ersonnes %5Jsiques auteurs ou com%lices des m4mes faits F8D (!" 1BBA %..9D E Res%onsa&ilité %énale et droit socialD a3ant et a%rCs la loi du 10 8uillet 2000 8(. ) 1A 8uin 2001D 5ors série 3D %.9D E *a ré%ression administrati3e 8F-D# a3ril 8uin 1BB>D %. *.E=R 76.9 et #OM+OR1. %.9D E Rec5erc5e sur un dédou&lement de la %ersonnalité en droit %énal inFD études offertes " /.9D RO/ER1 7! K9D E #ent %ersonnes morales %énalement res%onsa&les !FrD oit pénal 1BB@D c5ron.9D E *a res%onsa&ilité %énale des diri)eants sociau( (F#DP éd.1><0.O+O=*O= 7K.MercandalD .22. MER#ADA* 7/. 2 la . +.TEE 7M.2>2. RO-1#KE0.A<. ?3..

"S SO.7M A. < fé3rier 2003D !.9D note sous #rim.2001D %. 76.1B21 1 Cre er F.9D E /ilan sommaire de la mise en Nu3re de la ré%ression " l'encontre des %ersonnes morales F8D -# 1BB>D %.9D note sous #rim.@3@. +*A-P=E 7! #9D note sous 2A octo&re 2000D !.9D note sous #rim.1 7M. 2001D %. 1 décem&re 1BB@D !. -A.9D E Mise en cause de la res%onsa&ilité %énale des collecti3ités territoriales et délé)ations du droit administratif F(D#P éd.9D E *e %rinci%e de res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a t il amélioré la situation des diri)eants face au risque de mise en cause de leur res%onsa&ilité %énale W 7FaD'.#K L **ADO 7D. . O2S4 /O=*O# 7/. 0.A# 70.2@ 8an3ier 1B<AD !. DA=RL MA=0EA= 7M. 2O.S A!!".11A?. %artie %.@<3D E *a société a&sor&ante n'est %as %énalement res%onsa&le de l'infraction commise %ar la société a&sor&ée F.9D note sous #rim.<<A. < fé3rier 2003D 8-# 2003 %. ".O+O=*O= 7K.esD n:22@ du 1< no3em&re 2001D %a)e 21D E les tri&ulations de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales KO=1MA-.21?. 6.9D E *a mise en Nu3re de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales2 entre litanie et litur)ie F!D .11.2003 %. 2A octo&re 2000D Petites "&&ic. YER1E-. 1O-DEA= DE MAR. *E0A.2002 %. MA1.A><.9D note sous #rim.1B<AD %. ) 2001 %.2A. 0.E0.1><2.A=1E* 7O.9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales en cas de fusion (#FDP éd.10<@D E 5omicide et &lessures 3olontaires 2 conditions de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales a%rCs la loi du 10 8uillet 2000 F. ? mars 1B1@D !. 1R. ) .#K*A6 7/.2000D %.E=R 76.A#O+E**.2002D %.#O1 7D.RO=!O= de /O=/EE 76.2@<<.9D note sous 2A Octo&re 2000D (#P 7. OBS"!3A..3A.2@@.21?. 2000D doctrine %. .9D E *a res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 8F(D# no3em&re 2001D %.n:A1 %. +*A-P=E 7! #.#K-. 20 8uin 2000D !.9D note sous #rim. Pal.9D E *es critCres de la )estion de fait !FrDoit et patrimoine 8an3ier 1BB>D %.9D note sous #rim.QL 7*.<1AD influence de la loi du 10 8uillet 2000 sur la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales F.

/555D %a)e >3>D E la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales est elle une res%onsa&ilité %ar ricoc5et W F. > 8an3ier 1B3@D !.7M.*"2'" 'hambre criminelle de la 'our de cassation #rim.O9D %a responsabilité pénale des personnes morales en droit de la concurrence. .9D %a c./550D %a)e 1>?D E la %ersonne morale F.2001 %. 21 mars 2000D (#P éd.#9D note sous #rim. #O1E* 7M. 1A décem&re 1BBBD !roit pénal. E* .9D %e problème de la responsabilité pénale des personnes morales. 15Cse +aris 2D 2000.9D note sous #rim. 0ERO.A.A. RO=!O= de /O=/EE 76. la faute diffuse de . @ mars 1@@3. .1@02.7Q.133D E res%onsa&ilité %énale d'une %ersonne morale " la suite de la %roduction dans une instance %rud'5omale d'une lettre d'a3ertissement &énéficiant de l'amnistie F.1B3@ %.. RO=!O= de /O=/EE 76. Mémoire DEA OrléansD 1BB<.1<1. ME.9D %es personnes morales et le problème de leur responsabilité pénale D t5Cse +arisD 1@BB. B no3em&re 1BBB et #rim.#9D note sous #rim.2002 %.23<0.-1 +A= 7!.9D E*D. M"MO !" #A. 30 mai 2000D !. 15Cse +aris 1D 1B@@. ) 2001 %. #rim.ALED 7M. mai 2000 n:<>. 5. 1@ 8an3ier 2000D !.1RE 7A.1"S" ". !APPO!.-1 +A= 7!.RO/ER1 7! K.A-O0A 7M. 2B a3ril 2003D !. .! SP!.ambre criminelle et la responsabilité pénale des personnes morales.9D o&ser3ations sous #rim. 2> 8uin 2001D !. 1KE/A=*1 7M *9D %a responsabilité pénale des personnes morales de droit publicD Mémoire DEA OrléansD 1BB?.9D note sous #rim.1BBBD %a)e 303.S 8apport de la #our de cassation 2HHID Ed.9D note sous #rim.

13 mars 2001D inédit %our3oi n:BB @>2<>. #rim. crim. 2001 n:1>1. crim. #rim. B no3em&re 1BBBD /ull. 23 mai 2000D /ull.#rim. #rim. 20 se%tem&re 2000D inédit titré %our3oi n:01 @<B3@. crim. #rim. crim. 2A mai 2000D /ull. #rim. 2002 n:??. n:30>. crim. 3 a3ril 2002D /ull. crim. crim. crim. 2001 n:1B1. #rim. #rim. crim. 1BB@ n:32<. 11 mars 1BB3D /ull. 1@ a3ril 2000D /ull. 2> 8uin 2001D /ull. crim. crim. 1@ 8an3ier 2000D /ull. 1A décem&re 1BBBD /ull. #rim. #rim. #rim. 1BB3 n:112. 1 décem&re 1BB@D /ull. crim. #rim. #rim. crim. 2< mai 1BBAD /ull. 1BB? n:2A1. 1A décem&re 2000D inédit %our3oi n:BB @<002. 2000 n:200. crim. 21 mars 2000D /ull. #rim. crim. 30 mai 2000D /ull. 2000 n:1<3. 1BB? n:A0@. #rim. > mai 1BB?D /ull. 1BBA n:203. 2000 n:20>. crim. 2000 n:2@. crim. 2 décem&re 1BB?D /ull. #rim. 1BB> n:1BA. #rim. 1BBB n:2<2. 2A octo&re 2000D #rim. 2? octo&re 1BB?D /ull. #rim. 1BB? n:3<2. . #rim. B mai 2001D inédit titré %our3oi n:00 @A@<<. 2> se%tem&re 2001D /ull. #rim. 2@ octo&re 1BB@D /ull. crim. #rim. 2000 n:203. #rim. #rim. #rim. 2? 8uin 1B??D /ull. ? mai 1BB>D /ull. 1BB@ n:2@1. 1BB? n:1B?. 2000 n:12@. crim. er /ull. crim. crim n:2>@.

OOO.do)ma.%laJmendroit. #rim. #rim. 2@ 8uillet 1B@BD n:@B 2>0.-DE\ 7les c5iffrent ren3oient au( numéros de %a)es9 A A&us de &iens sociau( 2 >AD ?> A%%lications 8uris%rudentielles du %rinci%e de s%écialité 2 <3D <A ' . < fé3rier 2003D /ull.le(inter. 2003 n:><.)ou3. OOO.B01@.8uri%ole.fr .fr .a3ocats 3ersailles. 2B a3ril 2003D /ull. OOO. 2003 n:B1. 1? décem&re 2003D inédit %our3oi n:00 @?@?2.fr . OOO. const.senat.inrs. @ 8an3ier 2003D inédit titré %our3oi n:01 @<B3@.courdecassation. 2003 n:2A. #ons. #onst. #rim. OOO. #rim.fr . . ? mai 2002D inédit titré %our3oi n:01 @2<21.free. #ons.fr .D 1> 8uin 1BBB n:BB A11 D#D (1 1B 8uinD %.net .com .u nancJ.fr . OOO. crim.le)ifrance. #rim. * 3"!S OOO. 11 mars 2003D /ull. OOO. 'onseil constitutionnel *e 8ournal officiel. crim.#rim.fr . crim. OOO.

2 <? 2 20 s. Disqualification 2 ?0 Domaine de la délé)ation de %ou3oirs 2 2A Droit an)lais 2 BD <3 Droit néerlandais Droit romain 2 ? 2B " Elar)issement 8uris%rudentiel de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 >> s. 7infractions intentionnelles9D A> s. #onditions de la délé)ation de %ou3oirs * Délé)ation de %ou3oirs Délé)ation de fait 2 1@ s.D <B s.#aractCres de la direction de fait 2 30 #as de non identification 2 3B s. 7droit administratif9D 2< 7non écrite9 2 2< s.D >@ Difficultés transitoires 2 ?2 Diri)eant de fait 2 2@ s. 7infractions non intentionnelles9 #as %ré3us %ar la loi ou le rC)lement 2 << s. Délits matériels 2 A3 s. E(clusion de certaines matiCres de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 >A s. F Maute caractérisée ou déli&érée 2 A? s.D 22 s. .D A3 s. 7nou3eau( cas9 #auses du %rinci%e de s%écialité #umul de res%onsa&ilité 2 ?3 s.

7%rinci%e9D 3> s.ntér4t de la %ersonne morale 2 ?< L *oi de fond %lus sé3Cre 2 ?2 *oi du 10 8uillet 2000 2 A? s.nsécurité 8uridique 2 >B s.Mermeture d'éta&lissement 2 >@ 0 6rou%ement de fait 2 < 1 Kistoire de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales 2 ? s. 7a%%lication9 .dentification 2 3A s. . *a loi du B mars 200A 2 ?1 M Mesure de sZreté MoJen _)e 2@ 2 >@ .D <A .

O Or)ane 2 1> 7définition9D 1B Or)ane collé)ial 2 3? P +ersonnalisation des %eines 2 ?2D ?3 +ersonne morale 7notion9 2 A +ersonnes morales de droit %u&lic 2 > +rinci%e de lé)alité 2 <? +rinci%e de %ro%ortionnalité 2 ?3 +rinci%e de s%écialité 2 >A 7critiques9 6 Pualification 2 ?0 ! Re%résentant 7définition9 2 1? .2 =on bis in idem 2 ?2 -on rétroacti3ité 2 <3D ?2 -otion de res%onsa&ilité %énale 2 >> s.

anction administrati3e 2 BD ><D ?2 s.u%%ression du %rinci%e de s%écialité 2 ?1 s.u&délé)ation 2 2? s. . 15éorie de l'a%%arence 2 2<D 30 S .D AAD A@D <0 Res%onsa&ilité %ar re%résentation . .Re%résentant 2 1B Res%onsa&ilité ci3ile des %ersonnes morales 2 12 Res%onsa&ilité de son %ro%re fait Res%onsa&ilité indirecteD %ar E 2 11D 12 reflet F ou %ar ricoc5et 2 33 2 11 Res%onsa&ilité du c5ef d'entre%rise 2 A0D A1 s. 15éorie de l'identification 2 11 1ra3au( %arlementaires 2 <@ .

.%...%..%..1A/*E DE......%. *a %rise en com%te %ar la 8uris%rudence de la délé)ation de %ou3oirs..%......1< commise par un organe ou un représentant #5a%itre 1=ne inter%rétation e(tensi3e de la notion de re%résentant...%.......%..2> .........ERE..... *a %rise en com%te %ar la 8uris%rudence du diri)eant de fait..............%...ntroduction..%. *a su&délé)ation de %ou3oirs.....%...1> ....2A +ara)ra%5e 2 *a délé)ation non écrite et de fait et la su&délé)ation de %ou3oirs........... *a délé)ation non écrite et de fait.2@ +ara)ra%5e 1 *e re%résentant diri)eant de fait.............%...2@ A..............%....%..................2< /....1B 1.1@ /..........%....... *es conditions de la délé)ation.%... *es conditions et le domaine de la délé)ation de %ou3oirs e(%resse........%...20 &9 *a délé)ation en droit administratif..20 a9 *a délé)ation de %ou3oirs en droit %ri3é....22 2....... " (.........3 ............%.%........1? +ara)ra%5e 1 *e re%résentant délé)ataire de %ou3oirs.... *es caractCre de la direction de fait..... +rinci%ales a&ré3iations..............%..1@ A....2@ /..ommaire....................... *e domaine de la délé)ation de %ou3oirs.....31 la %réser3ation de l'efficacité de la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales .....30 +ara)ra%5e 2 *a nécessaire %rise en com%te du diri)eant de fait %our...%..%...ection 2 *'assimilation d'un mandataire tacite " un re%résentant....................ection 1 *'assimilation d'un mandataire su&stitué " un re%résentant.... MA1.2< A.....L%assouplissement de l%exigence d%une &aute....2 .....................A PA!..

. =n or)ane identifié ou identifia&le en fonction de la nature de l'infraction...AB /......3> 1... *'a&sence d'identification en cas de certitude la commission.........3? .A3 a3ec un élément moral atténué 2.......%.A1 du c5ef d'entre%rise du fait de son %ré%osé /.. *a certitude de la commission de l'infraction..%..3< /....A> o&li)ation de %rudence ou de sécurité %ré3ue %ar la loi ou le rC)lement a9 *es cas oI l'identification n'est %as nécessaire....3> 2.%..3A 1.......%..ection 1 *e %rinci%e de l'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant..3> +ara)ra%5e 2 *e %ro&lCme de la commission de l'infraction %ar un or)ane collé)ial....%..3B A........... *es infractions %ar im%rudence ou né)li)ence..%.3B %ar un or)ane ou un re%résentant 2......%.... =ne certitude acquise en cas de res%onsa&ilité...3A A.. *e contrGle de la 3érification de la commission de l'infraction...... *es infractions non intentionnelles %ar manquement " une...3B +ara)ra%5e 1 *'e(istence de cas de non identification.....ection 2 *a remise en cause du %rinci%e d'identification... =ne classification %ossi&le des cas de non identification en fonction........%..#5a%itre [2*'e(i)ence assou%lie de l'identification de l'or)ane ou du re%résentant. *'a&sence d'e(tension de res%onsa&ilité...3A +ara)ra%5e 1 *'identification d'un or)ane ou d'un re%résentant %ersonne %5Jsique.....A? +ara)ra%5e 2 0ers un %rinci%e d'or)ane identifié ou identifia&le...........%.%..%...... *e contrGle %ar la #our de cassation de l'identification.%.%..<1 ..... *es infractions intentionnelles.%.AB A.... -on identification %our des infractions intentionnelles..%......%...3A %ar un or)ane ou un re%résentant 2.A3 de la nature de l'infraction 1...%.%....%..3B de l'infraction %ar un or)ane ou un re%résentant 1.%....33 .A> &9 *'a&sence d'incidence de la loi du 10 8uillet 2000........%..%........%. *e %rinci%e 8uris%rudentiel d'identification.......... =n %rinci%e a%%lica&le au( infractions de toute nature.......

.>A /............<< +ara)ra%5e 1 *'énoncé des différents cas........<< ..>A +ara)ra%5e 1 *a désuétude du %rinci%e. *a création d'infraction %ré3oJant la res%onsa&ilité.<< /................>A ....... =ne dissuasion efficace %ar l'action sur les résultats de l'entre%rise......%......%.....%..%....... *'e(istence d'entorses au %rinci%e.. *'e(clusion de certaines matiCres.<B A.....<B +ara)ra%5e 1 *es nou3eau( cas %ré3us %ar la loi.<? /.........%.....<@ res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales ..%... Des infractions dans d'autres domaines.....%.?0 ....ection 2 *'a%%arition de nou3eau( cas a%rCs le #ode %énal de 1BB2..>0 %our des infractions e(istantes +ara)ra%5e 2 *es causes de l'a%%arition de nou3eau( cas.....>2 #5a%itre 2 *a remise en cause du %rinci%e de s%écialité.......>< +ara)ra%5e 2 *'insécurité 8uridique %ro3oquée %ar le %rinci%e......%......%... *'a%%lication du %rinci%e de lé)alité...>B A...<< A..%........<3 par la loi ou le r#glement #5a%itre 1 =n accroissement si)nificatif des infractions %ré3ues.%....<B des %ersonnes morales /.....ection 1 *es cas %ré3us initialement %ar le #ode %énal de 1BB2..... *es lois %ré3oJant la res%onsa&ilité %énale des %ersonnes morales......%..............>B /.....%.............%....... " )..%... *es com%ortements crimino)Cnes au sein de l'entre%rise.........>A A........>2 A..........<> +ara)ra%5e 2 *es causes de la limitation des cas %ré3us.............%...%........%.%... *'e(istence d'un %5énomCne de disqualification des faits %ar le 8u)e..%.. =n %rinci%e de s%écialité rassurant les o%%osants " la.... *es crimes et délits contre les %ersonnes et les &iens........ection 1 *'accroissement des critiques sur le %rinci%e de s%écialité.. *e recensement difficile des cas %ré3us.....l%augmentation des cas de responsabilité pré+us..>2 /.......<? A....%........PA!...%.........%.%...............

.%.................................%.?3 A....?A /.%...%.....%.......?1 /....%.................. =ne ré%ression accrue des %ersonnes 8uridiques....?2 +ara)ra%5e 2 *'au)mentation des cas de cumul de res%onsa&ilité.%........@@ ............. *es infractions inutiles %our la res%onsa&ilité %énale.?? /i&lio)ra%5ie...?B ..........?A des %ersonnes morales #onclusion.................nde(...............%.................?0 +ara)ra%5e 1 *a su%%ression du %rinci%e %ar la loi E +er&en 2 F..%..................... =ne su%%ression différée au 31 décem&re 200<..?1 A.ection 2 *a su%%ression annoncée du %rinci%e de s%écialité....%......... *es difficultés transitoires...