Thème : Le PIB est –il un bon indicateur de la richesse ? I.

Le PIB est le meilleur indicateur de richesse et de bien-être
A. Explications
Document 1 : Le PIB prend en compte toutes les richesses validées par le marché - partant de l'idée que si un bien ou un service est vendu, c'est qu'une utilité lui est reconnue - ; il intègre également tous les biens et les services produits par la collectivité et financés par prélèvements obligatoires — il comptabilise ce que la collectivité produit à côté du marché, bien souvent pour en corriger les effets. Le PIB propose ainsi une conception de la richesse qui reflète à la fois les libres choix des individus qui dépensent leur argent, mais aussi les choix collectifs, validés démocratiquement et qui sont de ce fait préjugés utiles à la société. Sur ces bases, on peut s'interroger, comme le fait Albert Hirschmann , sur ce qui pourrait fonder une vision du bien collectif qui soit réellement supérieure — sur le plan de l'éthique et de la morale - au système de valeurs implicite que prend en compte le PIB. Pour être imparfait, le PIB reflète les deux principaux mécanismes par lesquels se construit le lien social dans les démocraties de marché : l'expression libre de chacun via les mécanismes du marché et l'expression démocratique qui fonde l'action de l'Etat. L'argument ne manque pas de poids. Il y a eu suffisamment de régimes, au cours du XXe siècle, qui voulaient faire le bien du peuple malgré lui, pour se méfier de tous ceux qui voudraient décréter ce qu est une « vraie » richesse et ce qui ne l'est pas, en imposant à la société leur propre échelle de valeurs, par l'intermédiaire de tel ou tel indicateur. Source : L.Toubal et P.Fremaux, comment mesurer la richesse ? , Alternatives économiques , juin 2001 Questions : 1. Rappelez la définition et le mode de calcul du PIB 2. Quelle st la conception de la richesse développée par la Comptabilité Nationale ? 3. Pourquoi le PIB est-il un bon indicateur de la richesse ? Document 2 : L'approche de l'école anglo-saxonne est principalement quantitative, ce qui a souvent pour conséquence de réduire l'étude du développement à l'étude du produit national brut (PNB), de son évolution et de sa répartition. De la sorte, elle confond croissance et développement. Partant de là, certains auteurs dont Simon Kuznets considèrent que le développement peut se réduire à l'examen du PNB (ou du PIB) par habitant. L'aspect multiforme du développement n'est pas nié, mais les auteurs de l'école anglo-saxonne considèrent que l'examen du PIB par habitant reste encore le meilleur moyen d'appréhender l'ensemble des dimensions du développement. Comme le souligne J. Brutor (1965) : «l'idée que le développement est une notion multidimensionnelle est importante, mais il n'est pas nécessaire de rechercher avec une insistance telle une mesure multidimensionnelle. Dans presque tous les cas, le produit par tête est un substitut efficace». . Source : P Gaudron, économie du développement, hachette. Questions : 4. Quel est l’intérêt du PIB /hab par rapport au PIB ? Quelle est la limite du PIB/hab ? 5. Pourquoi , selon les libéraux , suffit-il d’étudier le PIB/hab pour analyser le développement d’un pays ?

B. Constat
1) Analyse longitudinale Document 3 : La population chinoise dans son ensemble a très largement bénéficié de ce décollage puisqu'en vingt-cinq ans, le revenu par habitant a été multiplié par cinq ! Il était, d'après la Banque mondiale, de 190 dollars l'an en 1978, il est de 1 000 dollars environ en 2004. Cela a permis à 400 millions de Chinois de sortir de l'extrême pauvreté - moins d'un dollar par jour. Réservés à l'élite pendant un temps, le réfrigérateur, le vélo et le téléphone sont devenus des biens de consommation courante pour des centaines de millions de personnes. Globalement, les Chinois ont aussi accru, au cours de ce quart de siècle, d'un tiers au moins leur consommation moyenne de calories - ce qui n'est pas sans expliquer l'allongement de leur espérance de vie. Elle était de 61,7 ans en 1970, elle est de 71 ans aujourd'hui. Dix ans de gagnés en une trentaine d'années. La baisse de la mortalité infantile, de 41 pour mille en 1978 à 30 pour mille en 2000, n'y est

pas pour rien. À la naissance, un jeune Chinois a l'espoir de vivre en moyenne 68 ans, une jeune chinoise 72 ans. Source :E. Izraelewicz, Quand la Chine change le monde, Grasset, 2005. Questions : 6. Montrez , à partir de l’exemple de la Chine que le PIB est aussi un bon indicateur du bien-être de la population 2) Analyse transversale Document 4 :

Source :Inglehart et Kingemann (2000) Questions : 7. Donnez le mode de lecture et de calcul des données pour les Etats-Unis 8. Quelle corrélation pouvez-vous effectuer entre revenu par tête et part des personnes satisfaites de leur vie ?

II. Une relation à relativiser
A. Constat 1) Augmentation du PIB et amélioration du bien-être ne sont pas toujours corrélés
a. Analyse longitudinale Document 5 :

Source : Richard Layard, Happiness : has social science a clue ?, London School of Economics (mars 2003)

Questions :
9. Donnez le mode de lecture et de calcul des données pour 1996 10. Quelle relation pouvez-vous effectuer entre richesse et bonheur ? b. Analyse transversale Document 6 :
Rang 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Pays Porto-Rico Mexique Danemark Irlande Islande Suisse Colombie Pays-Bas Canada Autriche Salvador Venezuela Luxembourg Etats-Unis Australie Nouvelle-Zélande Suède Nigéria Norvège Belgique Finlande Arabie Saoudite Singapour Royaume-uni Allemagne France Argentine Vietnam Chili Philippines Indice de bien-être 4,67 4,32 4,24 4,16 4,15 4,00 3,94 3,86 3,76 3,69 3,67 3,58 3,52 3,47 3,46 3,39 3,36 3,32 3,25 3,23 3,23 3,01 3,00 2,92 2,67 2,61 2,61 2,59 2,53 2,59 Rang 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 Pays Taïwan Rép. Dominicaine Brésil Espagne Israël Italie Slovénie Uruguay Portugal Japon Rép. Tchèque Afrique du Sud Croatie Grèce Pérou Chine Corée du Sud Iran Pologne Turquie Bosnie Maroc Ouganda Algérie Bangladesh Egypte Hongrie Slovaquie Jordanie Estonie Indice de bien-être 2,25 2,25 2,23 2,13 2,08 2,06 2,02 2,02 1,99 1,96 1,94 1,86 1,55 1,45 1,32 1,20 1,12 0,93 0,84 0,84 0,82 0,74 0,67 0,57 0,54 0,52 0,41 0,40 0,39 0,24

Source : Subjective well-being rankings of 82 societies, Ronald Inglehart, septembre 2004,world survey.org Questions : 11. Les pays les plus riches sont-ils ceux où l’indice de bien-être est le plus élevé ?

2) Les effets négatifs à long terme de l’augmentation du PIB

Document 7 :

Source : OCDE , 2005 Questions : 12. Donnez le mode de lecture et de calcul pour le Portugal . 13. Quelle corrélation pouvez-vous opérer entre PIB/hab et quantité de déchets ménagers ? Que pouvez-vous en déduire ?

B. Explications
3) Toutes les activités de richesse ne sont pas comptabilisées dans le PIB Document 8 : Mais le calcul sur la base des prix pose un autre problème : celui de privilégier les biens et services donnant lieu à des échanges marchands. Dans ces conditions, la croissance peut être affectée par la transformation d’un activité marchande en une activité domestique donc gratuite. […] Plus problématique encore est la prise en compte des activités du secteur non marchand. […] Par soucis d’homogénéisation avec les indicateurs des autres pays, […] la production nonmarchande [est évaluée] à partir de son coût (rémunérations, impôts…) mais est-ce représentatif de sa vraie valeur ? On le voit, le taux de croissance est le fruit de convention. Il ne peut être considéré comme le reflet exact de la réalité. D’autant que bien d’autres activités productives échappent au calcul, à commencer par l’économie informelle ou les biens et services produits par les mères au foyer ou les retraités. Source :S. Allemand, « La croissance », in Sciences humaines n°105, mai 2000. Questions : 14. Comment sont comptabilisées les activités dans la Comptabilité Nationale ? Pourquoi ? 15. En quoi ce mode de comptabilisation génère des oublis d’activités créatrices de richesse ? 4) Le PIB ne comptabilise pas que la création de richesse Document 9 : La grande critique faite aux comptables nationaux est de ne porter aucun jugement de valeur sur les activités qu’ils comptabilisent. Or, bien des productions ont des conséquences négatives sur l’environnement ou la santé humaine et donc sur le bien-être social. Les accidents de la route entraînent une cascade de services de réparations, de soins de santé et de services d’assurance qui sont valorisés dans le PIB, alors que ce sont des maux pour la société. Notons cependant que l’élévation du PIB qui en résulte est liée au fait que leurs conséquences sont prises en charge par des mécanismes d’assurance : plus nos société nous protègent contre les risques de la vie et plus ceux-ci se trouvent comptabilisés dans le PIB, ce qui est assurément un progrès. Cela dit, les victimes d’accident auraient sans doute préféré utiliser ces sommes dépensées à les soigner ou à les indemniser à d’autres biens ou services qui leur auraient procuré plus de satisfaction ! Source :L. Maurin, « le PIB, mesure de la richesse ? », in Alternatives économiques hors-série n°56, avril 2003. Questions : 16. Expliquez la phrase soulignée 17. Montrez ainsi que le PIB n’est pas toujours un bon indicateur de richesse 5) Une conception de la richesse particulière

Document 10 : A: La comptabilité nationale et, avec elle, l'évaluation du PIB sont apparus après la Seconde Guerre mondiale, à un moment où la priorité était de reconstruire et de moderniser le pays. Dans ce contexte « fordiste », caractérisé par une production et une consommation de masse de biens fortement standardisés, le taux de croissance du PIB était perçu par la grande majorité des concitoyens comme l'indice essentiel de réussite de notre société. Tout accroissement de celui-ci semblait alors signifier une avancée vers une meilleure satisfaction des besoins de chacun. Le taux de croissance du PIB était tout à la fois synonyme de progrès et de bonheur. L'économie du « bien être » s'affirmait, selon le mot de Jean Gadrey, comme une économie du « beaucoup avoir ». La comptabilité nationale a ainsi pu servir de support à une idéologie productiviste, faisant de la croissance de la production matérielle l'horizon ultime de notre société. En ce sens, cette course à la croissance que nous avons connue durant les Trente glorieuses n'est pas si lointaine du productivisme soviétique, la concurrence des systèmes aidant. Source : L.Toubal et P.Fremaux, comment mesurer la richesse ? , Alternatives économiques , juin 2001

B:
Disposer d’un environnement non pollué, être prémuni contre les risques de la vie, améliorer ses connaissances, entretenir des relations sociales de qualité, disposer de la liberté de s’exprimer, de décider, d’aller, venir…, la liste des éléments qui contribuent à une conception élargie de la richesse est considérable. Source :L. Maurin, « le PIB, mesure de la richesse ? », in Alternatives économiques hors-série n°56, avril 2003. Questions : 18. Quelle définition de la richesse est prise en compte par les comptables nationaux ? 19. Montrez que cette conception répond à un contexte particulier que vous préciserez 20. Quelle pourrait être une définition alternative de la richesse plus large ?

III. La nécessité de nouveaux indicateurs
1) Des indicateurs pour mesurer le développement
2) Définitions Document 11 : L’indicateur de développement humain (I.D.H.) est un indice composite calculé par le P.N.U.D., dont la valeur s’échelonne entre 0 et 1. . Le P.N.U.D (Programme des Nations Unies pour le Développement), considère qu’il vaut mieux parler de développement humain c’est-à-dire d’un élargissement de la palette des choix qui s’offre aux individus. C’est pour cette raison que les économistes de l’ONU ont construit un indicateur synthétique multi-critères : l’indicateur de développement humain IDH alors que la banque mondiale s’en tient au RNB par habitant (revenu national brut par habitant) L’IDH prend en compte : le PIB par habitant, le niveau d’éducation, le niveau sanitaire et la durée de vie. C’est un indicateur composite prenant en compte plusieurs aspects caractérisant un processus de développement. Le premier aspect est la santé mesurée à travers l’espérance de vie à la naissance. Le deuxième aspect est le niveau d’éducation, mesuré pour deux tiers par le taux d’alphabétisation des adultes et pour un tiers par le taux de scolarisation. L’IDH inclut enfin le niveau de vie au sens du Produit Intérieur Brut par habitant en parité de pouvoir d’achat, après transformation logarithmique. Une note allant de 0 à 1 est donnée à chacune des trois composantes. L’IDH est ensuite calculé comme la moyenne arithmétique non pondérée de ces trois facteurs. A côté et en plus de l’IDH le PNUD mesure aussi un indicateur de pauvreté humaine (IPH) et un indicateur sexospécifique du développement humain (ISDH). L’IPH reprend certaines dimensions présentes dans l’indicateur de santé sociale évoqué plus haut, comme la pauvreté ou l’espérance de vie. Mais l’indicateur de santé sociale est nettement plus riche en ce qui concerne « les pathologies sociales », les dysfonctionnements relatifs à la cohésion sociale... L’IPH souffre aussi de ne pas tenir compte des inégalités.

L’ISDH se justifie par le fait que les femmes subissent des discriminations particulières. Cela permet d’inciter certains pays à faire un effort dans ce domaine lorsque les inégalités sont révélées. Source : http://www.lyc-arsonval-brive.ac-limoges.fr/jp-simonnet/spip.php?article58 Questions : 21. Comment sont calculés ces 3 indicateurs : IDH , IPH , ISDH , 22. Montrez qu’ils permettent de donner une vision plus juste du bien-être de la population que le PIB 3) Un meilleur indicateur du bien-être de la population Document 12 : A:

Les niveaux de développement par grande région Espérance de vie à la naissance en années Taux d'alphabétisation Taux de scolarisation des adultes en % des combiné pour 15 ans et + l'éducation primaire, secondaire et supérieure en % 76,7 53,9 70,3 90,7 90,3 59,5 60,3 99 ~100 ~100 64,1 48 65,5 69,4 81,2 60,3 50,6 83,5 88,6 93,5 PIB par habitant en dollars Indicateur de développement humain*

Tous Pays en développement Pays les moins avancés** Pays arabes Asie de l'Est et Pacifique

66,1 54,5 67,5 71,7

5 282 1 499 6 716 6 604 8 417 3 416 1 998 9 527 29 197 33 831

0,691 0,488 0,699 0 ,771 0,803 0,611 0,493 0,808 0,916 0,947

Amérique Latine 72,8 et Caraïbes Asie du Sud Afrique Subsaharienne 63,8 49,6

Europe Centrale 68,6 et orientale et CEI OCDE 78,3 Pays de l'OCDE à 79,4 revenu élevé

* L'indicateur de développement humain est une moyenne de trois composantes : le niveau de vie (pib par habitant), la santé (espérance de vie) et le niveau d'éducation (alphabétisation et scolarisation). ** Pays les plus pauvres. Source : Rapport mondial sur le développement 2007 du PNUD. Année des données : 2005
Questions : 23. Donnez le mode de lecture et de calcul pour les chiffres de la ligne pays en développement 24. Trouvez des exemples de pays dans le document qui montrent : • PIB/hab et IDH sont corrélés : o Un PIB/hab élevé est corrélé avec un IDH élevé o Un PIB/hab faible est corrélé avec IDH faible • PIB/hab et IDH ne sont pas corrélés : o Un PIB/hab élevé est corrélé avec un IDH faible o Un PIB/hab faible est corrélé avec un IDH élevé

B. Un indicateur pour mesurer le développement durable : l’empreinte écologique
1. Définition Document 13 : L’empreinte écologique est un outil permettant de mesurer l'impact des activités humaines sur l'environnement. Elle évalue la superficie nécessaire pour produire tout ce que consomment un individu ou une population (transport, logement, alimentation, etc) et pour absorber les déchets qu'ils rejettent. Elle s'exprime en hectares (ha) par personne et par an ou en planètes. La surface biologiquement productive de terre et d’eau de notre planète (forêts, terres agricoles, pâturages, océans…) représente 25% de sa superficie, soit 11,3 milliards d'ha. Chacun des 6,5 milliards d'habitants de la Terre ne devrait donc pas dépasser une empreinte écologique de 1,8 ha.

Source :http://www.citesciences.fr/lexique/pop_definition.php?definition=2&idmot=&iddef=954&idmedia=&id_expo=13&lang=fr&i d_habillage=24 Questions :
25. Quel est l’objectif de l’empreinte écologique ? 26. Comment est-elle calculée ? 27. Que signifie le seuil de 1,18 ha par personne ? 28. Pour vous amuser , allez sur ces différents sites pour calculer votre empreinte écologique : http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expositions/developpement-durable/calcul-empreinteecologique/index.html http://www.agir21.org/flash/empreinteecoweb/loadcheckplugin.html 2. Un indicateur pertinent de l’utilisation des ressources Document 14 :

Questions : 29. Montrez que l’empreinte écologique varie en fonction du niveau de PIB/hab 30. En quoi cela relativise la conception du PIB comme indicateur de richesse ?