Ce document est téléchargeable à l'adresse Internet suivante

:
http://www.sounna.com
Toute utiIisation de ce document à des fins commerciaIes est interdite
ía prote..iov ae
toi í`ívãv .bv
Diatar .t·
)abari
.rec avvotatiov. av Cbeiíb .ba eí
..i. íbv ßã.
7rudu.:1on . .bv )aíba
2
Au Nom d'Allah, Clement et Misericordieux
La louange est a Allah, Seigneur des Mondes. Le Grand Sa·ant, ívaiatví í.íãv, Abu Dja`íar Ll-
\arraq At-1ahawi - en Lgvpte - ·qu`Allah lui íasse miséricorde, a dit :
(eci est l'explication de la crovance des .bí ´vvvab raí Diava´ab selon la ·oie des Juristes de la
religion : Abû Haniíah An-Nu`man Ibn 1habit Ll-Kûíi, Abû \ûssuí \a`qûb Ibn Ibrahim Ll-
Ansari, et Abû Abdillah Muhammad Ibn Ll-Hassan Lsh-Shibani ·Qu'Allah les agrée tous,, ainsi
que ce en quoi ils croient au sujet des bases de la religion et par lequel ils esperent être rétribués
par Allah :
LL TAWHID (UNICITL D'ALLAH) :
Nous disons au sujet de l'Unicité ·)arbia, d'Allah
1
et ce en quoi nous crovons par l'aide
d'Allah :
Allah est Unique et Il n'a pas d'associé, rien ne Lui ressemble, rien ne Lui est impossible et il
n'v a pas d'autre di·inité que Lui. Ancien
2
sans début, Lternel sans íin, Il n'est pas éphémere et
1
Sache que le )arbia a·ec lequel Allah a en·ové les Messagers et a íait descendre les Li·res se di·ise en trois parties,
issues de l'obser·ation approíondie des textes du (oran et de la Sunnah, et issues de la réalité dans laquelle ·i·ent les
musulmans.
Première partie : 7u¬h1d Ar-1uo0o1+uh : qui correspond a l'Unicité d'Allah dans ses actions. ('est le íait de croire
qu'Il est Le (réateur, Pour·oveur, Organisateur des aííaires de Sa (réation, L'Administrateur dans le bas-monde et
dans l'au-dela, Il n'a pas d'associé a ce sujet, comme Allah l'a dit : ~ AIIuh .o: 1. Cr.u:.ur d. :ou:. .hoo. ». Il a
aussi dit : ~ 1o:r. 5.1«n.ur .o: AIIuh ou1 u .r.. I.o C1.ux .: Iu 7.rr. .n o1x Jouro, µu1o 1I 5'.o: .:uoI1: our I.
7rðn.. C'.o: 1u1 ou1 µIun111. I'ordr. ». Lt les polvthéistes idolatres ont accepté cette partie du )arbia, même si la
plupart d'entre eux a renié la résurrection et la re·i·iíication ·des morts,. Mais cette acceptation ne les a pas rendus
musulmans pour autant, car ils associaient d'autres di·inités a Allah dans l'adoration, comme l'adoration des idoles et
statues, ainsi que le reniement de la prophétie de Muhammad ·saw,.
Deuxième partie : 7u¬h1d 1I-1oúduh, qui correspond a l'Unicité d'Allah dans l'adoration, qui se nomme aussi
7u¬h1d 1I-1I0h1+uh ·Unicité de di·inisation,. Lt c'est cette partie du )arbia qui íut rejetée par les polvthéistes,
comme l'a déclaré Allah en disant : ~ 1: 1Io o'.:onn.r.n: d. Iu +.nu. d'un u+.r:1oo.ur µurn1 .ux, .: I.o
n..r.un:o d1r.n: . .'.o: un nu«1.1.n, un n.n:.ur. A-:-1I 1u1: un o.uI d1.u d. noo d1+1n1:.o · C'.o: +ru1n.n:
ou.Iou. .hoo. d'.:onnun: ! . Lt il existe de nombreux ·ersets allant dans le même sens. (ette partie du )arbia
correspond au dé·ouement total et sincere de l'adoration a Allah L'Unique, et la crovance qu'Il est le seul digne de
cela, et que l'adoration d'autre que Lui est íausseté, ce qui correspond a la déíinition de íã ííãba ííía .ííab dont le sens
est « nul réel objet d'adoration si ce n'est Allah», comme l'a dit Allah : ~ C..1 .ur AIIuh .o: 1u 1.r1:. .: ..ux ou'1Io
1n+oou.n: .n d.horo d. 1u1 .o: 1uuoo.:. »
Troisième partie : 7u¬h1d 1I-Aonú Wuo-511ú: , qui correspond a l'unicité d'Allah dans Ses Noms et Attributs. Il
s'agit de croire en tout ce qui a été rapporté dans le (oran ou la Sunnah du Prophete ·SA\, concernant les Noms et
Attributs d'Allah, et leur acceptation d'une íacon qui sied a Allah, sans dé·iation, reniement, description ou
comparaison, comme Allah l'a dit : ~ 11o . AIIuh .o: 1n. AIIuh .o: 7runo..ndun:. 1I n'u µuo .n«.ndr. .: n'u µuo
.:. .n«.ndr.. 1: 1I n'u Junu1o .x1o:. d. o.noIuoI. n 1u1 » Lt Il dit aussi : ~ 11.n n. 1u1 .o: o.noIuoI. .: 1I .o:
I'Aud1un: I. 1o+un: » Lt Allah a dit : ~ C'.o: n AIIuh ou'uµµur:1.nn.n: I.o µIuo o.uux nono. 1n+oou.z-I. don.
u+.. » Lt Il a dit : ~ A AIIuh uµµur:1.n: I'.x.nµI. I. µIuo .I.+.. 1: 1I .o: 1. 1u1ooun: 1. 5u«. » et les ·ersets
allant dans ce sens sont nombreux.
2
L'expression « Ancien sans début » n'a pas été relatée parmi les plus beaux noms d'Allah, comme l'a souligné
l'auteur des explications de cet ou·rage ·Ibn Abil 'Izz Ll-Hanaíi, ainsi que d'autres. Ln re·anche beaucoup de sa·ants
du Kaíãv |utilisation des principes de la philosophie pour l'argumentation théologique, méthode réíutée par l'Islam,
Nd1| ont utilisé le terme « Ancien » aíin d'énoncer l'existence d'Allah a·ant toute chose. (ependant, les Noms
d'Allah sont sous décret di·in ·)arqit,, et il n'est pas permis d'en énoncer si ce n'est par un texte du (oran ou de la
Sunnah authentique, de la même íacon qu'il n'est pas permis d'en énoncer par simple déduction rationnelle, ainsi que
nous l'ont enseignés les Imams parmi nos pieux ancêtres ·´aíat ´aíib, . D'ailleurs, le mot « Ancien » n'a pas comme
sens celui que lui ont donné les sa·ants du Kaíãv, car dans la langue arabe ce terme signiíie celui qui a précédé toute
3
n'a pas de terme, et rien n'a lieu hormis ce qu'Il ·eut. L'imagination ne peut L'atteindre, la raison
ne peut Le cerner, et Il ne ressemble en rien aux hommes. (réateur sans besoin, Pour·oveur sans
nécessité, Il donne la mort sans crainte, et íait re·i·re sans diííiculté.
Ses Attributs n'ont cessé d'exister a·ant la (réation, qui d'ailleurs ne Lui a pas ajouté d'autres
Attributs. Lt comme Allah a toujours existé a·ec Ses Attributs, Il existera éternellement a·ec les
mêmes Attributs. Son Attribut « (réateur » n'est pas la conséquence de la (réation, et Son
Attribut « Initiateur » ·ßãri, n'est pas la conséquence de l'initialisation de la (réation. Il était le
Seigneur, a·ant même qu'il n'v ait de ser·iteur, et Il était le (réateur a·ant même qu'il n'v ait de
(réation. Lt étant donné qu'Il reste Re·i·iíicateur des morts même apres re·i·iíication, Il est, de
la même íacon, en droit de posséder ce nom a·ant même que n'ait lieu la re·i·iíication. Il est
aussi en droit de posséder le nom "(réateur" a·ant même d'a·oir créé. (ar Il est Omnipotent, et
toute chose est sous Sa dépendance. 1oute chose est íacile pour Lui, Il n'a besoin de rien ~ 11.n
n. 1u1 r.oo.noI., .: 1I .o: I'Aud1un:, I. 1o+un: ».
Il a créé les créatures par Sa Science, et leur a assignés des destinées et des termes. Rien ne Lui
était caché ·a leur sujet, a·ant même qu'Il ne les crées, et Il connaissait leurs ou·res a·ant leur
création. Il leur a commandé de Lui obéir, et leur a interdit de Lui désobéir, et toute chose a lieu
selon Sa planiíication et Sa ·olonté. Lt Sa ·olonté s'exécute, point de ·olonté aux ser·iteurs si ce
n'est ce qu'Il a ·oulu pour eux. (e qu'Il ·eut pour eux se réalise, et ce qu'Il ne ·eut pas n'arri·e
jamais.
Il guide qui Il ·eut. Il protege et préser·e par générosité. Il égare qui Il ·eut. Il rabaisse et
éprou·e par justice. Lt tous ·i·ent sous Sa ·olonté, entre Sa générosité et Sa justice. Il est
suréle·é et éloigné de tout associé et ennemi. Rien ne peut repousser Son décret, rien ne peut
retarder Son jugement, rien ne peut surpasser Son ordre. Nous crovons en tout cela, et nous
sommes certains que tout ·ient de Lui.
LL PROPHLTL MUHAMMAD (SAW) :
Muhammad est Son Ser·iteur choisi, Son Prophete élu et Son Messager agréé. Il est le Sceau
des Prophetes, le Guide des Pieux, le Maitre des Ln·ovés et le Bien-Aimé du Seigneur des
Mondes. 1oute prétention a la prophétie apres lui n'est qu'égarement et mensonge. Il est l'en·ové
a tous les Djinns et l'ensemble de l'Humanité, a·ec la ·érité et la guidée, la lumiere et la lueur.
LL SAINT CORAN :
Le (oran est le Verbe d'Allah qui ·ient de Lui, débuté sans description de Sa parole. Il l'a
descendu sur Son Prophete par ré·élation. Les crovants l'ont accepté de lui en toute ·érité, et ils
sont certains que c'est réellement la parole d'Allah, qui n'est pas créée comme celle des humains.
Quiconque l'entend puis prétend que c'est une parole humaine est de·enu mécréant. Lt Allah l'a
dénigré, critiqué et lui a promis le leu de ´aqar lorsqu'il a dit ~ J. I. J.::.ru1 duno 5uour ». Lt
étant donné qu'Allah a promis le leu de ´aqar a quiconque dit ~ C.Iu n'.o: ..r:.o ou. Iu µuroI.
d'un hunu1n », nous sa·ons donc et sommes certains que c'est la parole du (réateur des
humains, qui ne ressemble en rien a la parole des hommes. Lt quiconque décrit Allah par une des
chose même s'il a été précédé par le néant, comme Allah le dit : ~ 1: Iu Iun., ^ouo Iu1 u+ono d.:.rn1n. d.o
µhuo.o Juoou'n .. ou'.II. d.+1.nn. .onn. Iu µuIn. un.1.nn. » mais le ·éritable sens a été clariíié par l'auteur
lorsqu'il a ajouté le terme « Sans Début ». (ependant, il ne con·ient pas de citer ce terme ·«Ancien », comme íaisant
partie des plus beaux noms d'Allah, car cela n'a pas été rapporté ·dans le (oran ou la Sunnah,. On peut d'ailleurs se
passer de ce terme en utilisant cet autre terme : «Le Premier » comme Allah l'a dit : ~ 1I .o: 1. 1r.n1.r .: 1.
1.rn1.r ». Lt c'est d'Allah que ·ient l'aide.
4
caractéristiques de l'être humain est de·enu mécréant. Quiconque comprend cela se remettra en
cause, íuira la parole des mécréants et saura qu'Allah de par Ses Attributs ne ressemble en rien
aux hommes.
LA VISION D'ALLAH :
La ·ision ·d'Allah, est une ·érité pour les gens du Paradis, sans délimitation ni description,
comme s'est prononcé le Li·re de notre Seigneur : ~ C. Jour-In, d.o +1ou«.o o.ron: 1IIun1n.o,
.on:.nµIun: I.ur 5.1«n.ur ». L'explication de ce ·erset correspond a ce qu'Allah a ·oulu
signiíier et ce qu`Il connait. Lt tout ce qui ·ient du Prophete ·SA\, dans les hadiths authentiques
est comme il l'a dit et correspond a ce qu'il a ·oulu dire. Nous n'entrons pas dans ces choses-la en
interpolant par nos raisons et en imaginant par nos passions. (ar personne n'est sauí dans sa
religion si ce n'est celui qui s'en remet a Allah ·a ce sujet, et a Son Prophete ·SA\,, et ren·oie la
compréhension des choses ambiguës a (elui qui sait.
Lt l'Islam d'un être ne peut être inébranlable que par la soumission et l'acceptation. Lt le
íondement de l'Islam ne peut s'établir que sur la base de la reconnaissance et de la soumission
totales. (elui qui désire sa·oir ce dont la connaissance a été prohibée et ne se contente pas de
soumettre sa compréhension, alors l'objet de sa recherche l'empêchera d'atteindre l'Unicité Pure,
la clarté de la connaissance et l'authenticité de la íoi. Il oscillera alors entre la mécréance et la íoi,
la crovance et le reniement, l'acceptation et le rejet, plein de questionnement, boule·ersé,
sceptique, sans accepter la íoi et ainsi être crovant, et sans la renier totalement et ainsi de·enir
mécréant.
Lt la íoi en la ·ision d'Allah pour les gens du Paradis ne peut être correcte pour ceux qui la
considerent comme imaginaire ou l'interpolent par leurs raisons, car l'interprétation de la ·ision -
et l'interprétation de toute chose avant attrait a la Seigneurie d'Allah - ne peut a·oir lieu que par le
délaissement de l'interpolation et la soumission, qui est la religion des musulmans.
Lt quiconque ne se protege pas de la négation et de la comparaison dérapera et n'aura pas
atteint la puriíication, car notre Seigneur - Plein de Majesté et d'Llé·ation - possede les Attributs
de l'Unicité, qu'aucune créature ne possede. Lt Allah est Lle·é par rapport a toute limite, but
3
, loi,
membre et moven, aucune des six directions ne L'englobe contrairement a Ses créatures.
3
« Lle·é par rapport a toute limite, but... » : cette parole est quelque peu ambiguë et trop générale, chose que
pourraient utiliser les personnes obsédées par l'interprétation et l'interpolation et qui rejettent la réalité des Attributs
et les Noms di·ins. (ependant, ils n'ont aucune preu·e a ce sujet, car l'intention de l'auteur ·qu'Allah lui íasse
miséricorde, était de puriíier Le (réateur de toute ressemblance a·ec les créatures, bien qu'il ait utilisé cette íormule
ambiguë qui nécessite des explications aíin que l`ambiguïté s'estompe. Ainsi, lorsqu'il dit «limite », cela correspond
aux limites connues par l'être humain, mais personne ne connait les limites d'Allah si ce n'est Lui, car les créatures ne
peu·ent Le cerner par leur science, comme l'a dit Allah : ~ 1I .onnu1: I.ur 1u:ur .: I.ur µuoo. nu1o .ux n. µ.u+.n:
I. ..rn.r µur I.ur o.1.n.. » et tout ceux qui ont cité le mot «limite » ·íaaa, parmi les Sa·ants des Salaís concernant
l'établissement d'Allah ou autre chose, ·oulaient signiíier une limite connue par Allah mais inconnue des hommes.
Quant aux « but, loi, membre, moven», l'intention de l'auteur était de puriíier Allah de toute ressemblance aux
créatures dans Sa sagesse et Ses Attributs propres comme le ·isage, la main, le pied, etc... Ainsi Allah possede ces
Attributs, mais qui ne ressemblent en rien aux attributs des créatures. Lt personne ne connait l'essence de ces
attributs si ce n'est Allah. (ependant, les gens de l'Inno·ation ·.bí·ví·ßiaab, nient les Attributs di·ins en utilisant des
termes qu'Allah n'a jamais utilisé de íacon a ce qu'ils ne soient pas di·ulgués et que les Sa·ants de l'Islam et de la
Vérité ne les critiquent pas. Lt l'Imam 1ahawi n'a·ait pas la même intention qu'eux car il íait partie des Ahl Sunnah
qui approu·ent les Attributs d'Allah, et les propos de son ou·rage s'expliquent l'un l'autre, et l'ambiguë s'explique par
ses propos clairs. On peut dire la même chose de ses termes : «Aucune des six directions ne l'englobent
contrairement a Ses créatures », six directions signiíiant les six directions créées. Ln eííet, l'Imam 1ahawi n'a pas
l'intention en citant ces mots de nier l'élé·ation d'Allah et Son établissement sur Son 1rone, car cela n'entre pas dans
les six directions, mais est plutot au dela du monde et l'englobe. Lt Allah a créé Ses ser·iteurs en leur donnant cet
instinct de íoi en l'élé·ation d'Allah et qu'Il est dans la direction de l'élé·ation. D'ailleurs, il v a consensus de la part
5
L'ASCLNSION, LL BASSIN LT L'INTLRCLSSION :
Lt l'ascension ·du Prophete ·SA\,, est une ·érité. Lt ·Allah, a íait ·ovager le Prophete ·SA\,
·de la Mecque ·ers la Palestine,, puis a éle·é sa personne en état de ·eille ·ers le ciel, puis ·ers ce
qu'Allah a ·oulu dans l'élé·ation. Lt Allah lui a íait don de ce qu'Il ·oulait, et lui a ré·élé ce qu'Il
lui a ré·élé ~ 1. .o.ur n'u µuo n.n:1 .n .. ou'1I u +u», qu'Allah le bénisse et le salue dans ce
bas monde et dans l'au-dela. Lt le bassin qu'Allah lui a octrové est une ·érité. Lt l'intercession
qu'Il lui a réser·é est une ·érité, comme cela a été rapporté dans les récits.
LL DLSTIN :
Lt la promesse qu'Allah a obtenu d'Adam et de ses eníants est une ·érité. Lt Allah a toujours
su le nombre exact de personnes qui entreront au Paradis et de celles qui iront en Lníer, rien ne
peut augmenter ce nombre ou le diminuer. De même, Il a toujours su ce qu'allaient être leurs
actions, et ·Allah, íacilite la ·oie de chaque être, en íonction de sa destinée. Lt les ou·res
dépendent de la íin qui leur est accordée. Lt le bienheureux est celui qui l'est par la destinée
d'Allah et la malheureux est celui qui l'est par la destinée d'Allah.
Lt l'essence de la destinée est le secret d'Allah dans Sa (réation. Aucun ange rapproché, ni
aucun prophete en·ové n'a pu le décou·rir. Lt le íait de se préoccuper de cela et de ·ouloir entrer
dans les détails de la compréhension ·du destin, est un pont ·ers le rabaissement, une échelle ·ers
la pri·ation ·de la íoi, et un escalier ·ers l'outrepassement ·des limites d'Allah,. Il íaut donc íaire
excessi·ement attention a ne pas sombrer dans l'obser·ation, la réílexion et le questionnement a
ce sujet. (ar Allah a caché la science du destin a Ses créatures et leur a interdit d'essaver de
l'atteindre comme Il l'a dit dans Son Li·re : ~ Cn n. 1'1n:.rro«. µuo uu ouJ.: d. .. ou'1I 1u1:,
nu1o .ux o.ron: 1n:.rro«.o ». Quiconque pose donc la question sui·ante « pourquoi a-t-Il íait
cela · » a certes rejeté le jugement du Li·re, et quiconque rejette le jugement du Li·re íait partie
des mécréants.
(eci est donc l'ensemble de ce dont a besoin celui dont le cour est illuminé parmi les élus
d'Allah, qui est le ni·eau de ceux qui sont enracinés dans la science. (ar la science concernant la
(réation se di·ise en deux : la science concrete et la science in·isible
+
. Renier la science concrete
des Ahl Sunnah wal Djamaah parmi les (ompagnons du Prophete ·SA\, et ceux qui les ont sui·is a·ec períection
concernant le sujet. Lt les preu·es du (oran et de la Sunnah authentique transmise par des centaines de
(ompagnons, 1abi'is, etc... prou·ent qu'Allah est éle·é. Sois donc attentií a cet aííaire importante, noble lecteur, et
sache que c'est la ·érité et que tout le reste n'est que íausseté, et c'est d'Allah que ·ient l'Aide.
+
La science de l'in·isible est propre a Allah, et quiconque v prétend de·ient mécréant, selon la parole d'Allah : ~ 1.o
.I.o d. I'1n+1o1oI. oon: .n 5u µooo.oo1on, nuI n. I.o .onnu1: o1 .. n'.o: 1u1 » et aussi ~ 11o . µ.roonn. duno I.o
C1.ux .: Iu 7.rr. n. .onnu1: I'1n+1o1oI. o1 .. n'.o: AIIuh » et selon les dires du Prophete ·SA\, : · íe. Cíé. ae
í´ivri.ibíe .ovt av vovbre ae civq . puis il cita le ·erset : ~ 1u .onnu1ooun.. d. I'1.ur. .o: uuµr.o d'AIIuh, .: .'.o:
1u1 ou1 1u1: :ono.r Iu µIu1. ouI+u:r1.., .: 1I ou1: .. ou'1I + u duno I.o nu:r1..o. 1: µ.roonn. n. ou1: .. ou'1I
u.ou.rru d.nu1n, .: µ.roonn. n. ou1: duno ou.II. :.rr. 1I nourru. C.r:.o AIIuh .o: Cnn1o.1.n: .:
1ur1u1:.n.n: Connu1oo.ur. » et les hadiths authentiques a ce sujet sont nombreux et montrent que le Prophete lui-
même ne connait pas l'a·enir alors qu'il est la meilleure créature d'Allah et le maitre des Ln·ovés. Que pensez donc
d'un autre que lui · Lt le Prophete ne connait de l'in·isible que ce qu'Allah a bien ·oulu lui enseigner. Lt lorsque des
calomniateurs oserent émettre des doutes sur la chasteté de Aïcha ·qu`Allah l`agrée,, le Prophete ne pu connaitre son
innocence si ce n'est apres la ré·élation. Lt lorsque Aïcha perdit son collier lors d'un ·ovage, le Prophete ·SA\,
chargea un groupe de (ompagnons de le retrou·er, et le Prophete ne sut l'endroit ou il se trou·ait qu'apres que ces
(ompagnons eurent íait se le·er un chameau sous lequel ils trou·erent le collier. Lt les preu·es du (oran et de la
Sunnah a ce sujet sont nombreuses, et la louange est a Allah.
6
est de la mécréance. Prétendre connaitre la science in·isible est de la mécréance. Lt la íoi ne peut
s'aííermir que par l'acceptation de la science concrete et le délaissement de la recherche de la
science in·isible.
Lt nous crovons a la 1able et la Plume, et a tout ce qui v est inscrit. Ainsi, si toute la (réation
se rassemblait pour empêcher la réalisation d'une chose qu'Allah a décrétée comme allant se
réaliser, cela ne changerait rien au décret d'Allah. Lt si toute la (réation se rassemblait pour
íorcer la réalisation d'une chose qu'Allah a décrétée comme irréalisable, cela ne changerait rien au
décret d'Allah. La Plume s'est asséchée concernant tout ce qui aura lieu jusqu'au Jour de la
Résurrection. Lt ce qui n'a pas atteint le ser·iteur ne lui était pas destiné, et ce qui lui était destiné
ne pou·ait pas ne pas l'atteindre.
Lt le ser·iteur se doit de sa·oir que la Science d'Allah a précédé toute chose dans Sa (réation,
qu'Il l'a destinée de íacon sage, irré·ersible, sans possibilité d'annulation, de retardement, de
suppression ou de changement. Lt il n'v a aucun surplus ou manque dans Sa (réation, que ce soit
dans Ses (ieux ou Sa 1erre. Lt cela íait partie de la períection de la íoi, de la base de la
connaissance et de la reconnaissance de l'Unicité d'Allah et de Sa Seigneurie, comme Il l'a dit dans
Son Li·re : ~ 1I u .r.. :ou:. .hoo. n Iuou.II. 1I u uoo1«n. un. d.o:1n..» et Il a dit : ~ 1:
I'ordr. d'AIIuh .o: uoo1«n. d'un. d.o:1n..».
Malheur donc a celui qui de·ient ad·ersaire d'Allah en ce qui concerne le destin, ou qui pousse
un cour pur a la réílexion a ce sujet ! Il croit par son imagination pou·oir examiner un secret
caché dans la science de l'in·isible, et de·ient par la même occasion un calomniateur coupable a
ce sujet.
GLNLRALITLS :
Lt le 1rone et le Siege sont ·érité, bien qu'Allah n'ait aucun besoin du 1rone ou de ce qui est
moindre, Il englobe et est au dessus de toute chose, et sa (réation ne peut englober toute chose.
Lt nous disons qu'Allah a pris Ibrahim ·Abraham, comme ami intime, et a parlé a Mûsa ·Moïse,
a·ec Ses propres paroles, nous a·ons íoi en cela, nous le reconnaissons et nous nous soumettons.
Lt nous crovons aux Anges, Prophetes, Li·res ré·élés aux Ln·ovés. Lt nous témoignons qu'ils
étaient sur la ·érité claire.
Lt nous appelons les gens de notre Oibíab ·direction de priere, : « musulmans et crovants »,
tant qu'ils reconnaissent ce a·ec quoi le Prophete ·SA\, est ·enu et acceptent tout ce qu'il a dit
et annoncé.
Lt nous ne nous engageons pas dans les discussions concernant l'essence d'Allah, nous ne
íaisons pas de surenchere concernant la religion d'Allah, et nous ne nous disputons pas au sujet
du (oran. Lt nous attestons que c'est la parole d'Allah descendue par l'intermédiaire de l'Lsprit
Digne de (oníiance, qu'a connu le Maitre des Messagers Muhammad ·SA\,. Lt c'est la parole
d'Allah, rien ne lui est comparable parmi les paroles des créatures. Lt nous ne disons pas qu'elle
est créée et nous ne di·ergeons pas du groupe des musulmans.
Lt nous ne considérons pas comme mécréant un musulman a cause d'un péché qu'il a
commis, tant qu'il ne le considere pas comme permis
5
. Lt nous ne disons pas : le péché n'inílue
5
Il ·eut dire par la que les Ahl Sunnah wal Djamaah ne considerent pas comme mécréant un musulman crovant en
l'Unicité d'Allah et le Jour Dernier, a cause d'un péché commis, comme l'adultere, la boisson de l'alcool, etc... tant
qu'il ne considere pas ce péché comme permis, car dans ce cas-la il de·ient mécréant étant donné qu'il aura traité de
7
en rien sur la íoi du crovant qui s'en rend coupable. Nous espérons qu'Allah pardonnera aux
bieníaisants et les íera entrer au Paradis par Sa miséricorde, bien que nous ne leur assurons rien et
nous n'attestons pas qu'ils sont au Paradis
6
. Nous demandons a Allah de pardonner aux pécheurs
parmi les musulmans, nous nous íaisons du souci a leur sujet sans pour autant les íaire
désespérer. L'assurance et le désespoir íont sortir de la religion de l'Islam, et la ·oie de la ·érité
entre eux deux est celle des gens de la Oibíab. Lt rien ne íait sortir le ser·iteur de la íoi si ce n'est
le reniement de ce qui l'v a íait entrer.
¯
La íoi est la reconnaissance par la langue et la crovance par le cour
8
. Lt tout ce qui est
rapporté authentiquement du Prophete ·SA\, concernant la religion et son explication est ·rai.
menteur Allah et Son Prophete, chose qui le íait sortir de l'Islam. Ainsi, s'il ne considere pas cela comme permis, il ne
sera pas considéré comme mécréant chez les Ahl Sunnah wal Djamaah. Il sera considéré comme un íaible de íoi et
per·ers, et les sanctions seront appliquées sur lui en íonction des enseignements de la Loi Islamique Puriíiée. Lt cela
est la ·oie des Ahl Sunnah wal Djamaah, contrairement aux Khawaridj et Mutazilah ainsi que ceux qui ont sui·i leur
·oie erronée. (ar les Khawaridjs jettent l'anatheme sur les personnes commettant des péchés, et les Mutazilah
considerent ces mêmes personnes comme appartenant a un stade intermédiaire entre l'Islam et la mécréance dans ce
bas monde. Quant a l'au-dela, ils se recoupent a·ec les Khawaridjs dans le íait que ces personnes seront
éternellement en Lníer. L'a·is de ces deux groupes est nul et non a·enu íace aux preu·es du (oran, de la Sunnah et
du consensus des Salaís de cette communauté. Ln outre, certaines personnes ont été dupées par certains propos de
ces deux groupes a cause de leur peu de science. (ependant, leur aííaire est claire chez les gens de la Vérité comme
nous l'a·ons expliqué plus haut, et c'est d'Allah que ·ient l'aide.
6
L'auteur entend par la : sauí ceux a qui le Prophete a attesté qu'ils seraient au Paradis, comme les Dix (ompagnons
et d'autres, chose qui sera soulignée par l'auteur a la íin de l'ou·rage. 1out en sachant que la crovance des Ahl Sunnah
\al Djamaah est que l'on témoigne que les crovants pieux sont au Paradis en général, et que les mécréants,
polvthéistes et hvpocrites sont en Lníer en général, comme cela est prou·é dans le (oran et la Sunnah authentique
du Prophete ·SA\,, comme Allah l'a dit : ~ 1.o µ1.ux oon: duno d.o Jurd1no .: d.o d.I..:u:1ono » et aussi :
~ AIIuh u µron1o uux .ro+un:o .: .ro+un:.o d.o Jurd1no oouo I.oou.Io .ouI.n: d.o r1+1.r.o, .:.rn.II.n.n: »
ainsi que d'autres ·ersets. De même au sujet des mécréants : ~ 1: ..ux ou1 on: n..ru uuron: I'1n1.r d. Iu
G.h.nn.. Cn n. n.::ru µuo d. :.rn. n I.ur +1. µour ou'1Io n.ur.n:, .: I. Chú:1n.n: n. o.ru µuo uII.«. µour
.ux. C'.o: u1no1 ou. ^ouo r..onµ.noono :ou: n..r.un: » de même : ~ 1.o h+µo.r1:.o oon: uu n1+.uu I. µIuo
ouo d. I'1n1.r, .: :u n. :rou+.ruo Junu1o d. o..our.ur µour .ux » ainsi que d'autres nombreux ·ersets, et d'Allah
·ient l'aide.
¯
(ette limitation n'est pas aussi catégorique, car le mécréant entre en Islam par l'attestation de íoi s'il ne l'a jamais
prononcée, et par le repentir s'il l'a déja prononcée mais qu'il était sorti de l'Islam par un moven qu'il l'a rendu
mécréant. Lt il peut sortir de l'Islam sans renier pour autant, pour de multiples raisons qui sont expliquées par les
Sa·ants dans leurs ou·rages traitant du sort de l'apostat ·aí·vvrtaaa,. Parmi ces raisons : dénigrer l'Islam ou le
Prophete ·SA\,, se moquer d'Allah, de Son Li·re ou d'une partie de Sa loi, selon la parole d'Allah : ~ 11o . 1o:-..
d'AIIuh, d. 5.o 1.ro.:o .: d. 5on 1roµh.:. ou. +ouo +ouo noou1.z · ^. +ouo .x.uo.z µuo . +ouo ð:.o
d.+.nuo n..r.un:o uµr.o +o:r. 1o1. ». Parmi ces raisons aussi : adorer des statues, des idoles, in·oquer les morts,
leur demander aide et secours, car cela est contraire a l'attestation de íoi «ía iíãba iíía .ííab », qui signiíie que
l'adoration est un droit exclusií d'Allah l'Unique, comme l'in·ocation, la demande de secours, l'inclinaison, la
prosternation, le sacriíice, la promesse religieuse ·^iabr,, etc... Quiconque donc dirige une de ces adorations a un
autre qu'Allah, comme une statue, une idole, un ange, un djinn, un mort dans sa tombe, ou tout autre créature, a
certes commis du polvthéisme, et n'a pas réalisé son attestation de íoi «ía iíãba iíía .ííab ». Lt toutes ces raisons le
íont sortir de l'Islam par consensus de la part des Sa·ants. Ln outre, on ·oit qu'elles ne íont pas partie du reniement.
Lt les preu·es sont connues dans le (oran et la Sunnah, de la même íacon que d'autres raisons rendent le musulman
mécréant sans être du reniement, raisons qui sont citées dans les ou·rages des sa·ants dans les chapitres concernant
l'apostat ·vvrtaaa,. Ltudie-les donc si tu le ·eux, et d'Allah ·ient l'aide.
8
(ette déíinition est incomplete. La ·érité sur laquelle se base les Ahl Sunnah \al Djamaah est que la íoi est parole,
ou·re et crovance, que cette íoi augmente par l'obéissance et diminue par la désobéissance. Lt les preu·es dans le
(oran et la Sunnah a ce sujet sont innombrables. L'auteur des explications de cet ou·rage · Ibn Abil Izz Ll-Hanaíi, a
cité certaines de ces preu·es, étudie-les donc si tu le ·eux. Il est nécessaire de sa·oir que le íait d'exclure les ou·res
de la íoi est l'a·is des Murdji`ah. Lt la di·ergence entre eux et les Ahl Sunnah wal Djamaah n'est pas seulement
terminologique, mais elle existe aussi dans le sens, ce qui engendre beaucoup de lois connues de ceux qui étudient
proíondément les paroles des Ahl Sunnah et celles des Murdji`ah. Lt c'est a Allah que nous demandons l'aide.
8
La íoi est une, et les crovants sont égaux en ce qui concerne sa base
9
, et ils se diííérencient par
la crainte, la piété, le rejet des passions et la recherche du meilleur.
Les (rovants sont tous alliés du Miséricordieux, et le meilleur d'entre eux aupres d'Allah est le
plus obéissant et le plus íidele au (oran.
La íoi est la íoi en Allah, Ses Anges, Ses Li·res, Ses Messagers, le Jour Dernier et le destin,
qu'il soit bon ou mau·ais, doux ou amer, ·enant d'Allah. Lt nous crovons en tout cela, nous ne
íaisons aucune diííérence entre Ses Messagers, et nous crovons en tout ce a·ec quoi ils sont
·enus.
(eux qui commettent des grands péchés parmi la communauté du Prophete ·SA\, sont en
Lníer, dans lequel ils ne resteront pas éternellement s'ils sont morts en crovant a l'Unicité d'Allah,
même s'ils ne se sont pas repentis, a condition qu'ils aient rencontré Allah en le connaissant ·en
crovant en Lui,. Ils dépendent de Sa ·olonté et de Son jugement : s'Il ·eut Il leur pardonne et les
absout par générosité, comme Il le dit dans Son Li·re : ~ 1: 1I µurdonn. .. ou1 .o: no1ndr.
¡ou. I. Ch1rL) n ou1 1I +.u: », et s'Il ·eut, Il les chatie en Lníer par justice, puis Il les en íera
sortir par miséricorde et par l'intercession des intercesseurs parmi ceux qui Lui obéissaient. Puis Il
les en·erra au Paradis. (ar Allah est l'Allié de ceux qui Le connaissent, et Il ne les a pas mis au
même ni·eau - dans ce bas monde et dans l'autre - que ceux qui Lui désobéissent, qui ont perdu
Sa guidée et n'ont pas bénéíicié de Son Alliance. Ô Allah, Ô Allié de l'Islam et de ses adeptes,
donne-nous la constance dans l'Islam jusqu'a ce que l'on te rencontre a·ec.
Lt nous considérons ·comme ·alable, la priere derriere tout pieux ou per·ers parmi les gens
de la Oibíab, ainsi que la priere sur tout déíunt parmi eux. Lt nous n'assurons a aucun d'eux le
Paradis ou l'Lníer, et nous n'attestons aucunement de leur mécréance, polvthéisme ou hvpocrisie
tant que rien parmi tout cela ne nous est clairement apparu . Lt nous coníions leurs ·crovances,
intérieures a Allah.
Lt nous ne considérons pas ·comme permis, le íait de le·er l'épée sur une quelconque
personne parmi la communauté du Prophete ·SA\,, sauí ceux qui le méritent ·pour un crime
qu'ils auraient commis,.
Lt nous ne considérons pas ·comme permis, la ré·olte contre nos gou·ernants et ceux qui
détiennent le pou·oir sur nous, même s'ils sont des tvrans, et nous n'in·oquons pas Allah contre
eux, et nous ne disputons pas leur autorité. Lt nous considérons leur obéissance, qui íait partie de
l'obéissance a Allah, comme obligatoire, tant qu'ils n'ordonnent pas de désobéir a Allah. Lt nous
in·oquons Allah pour qu'Il les améliore et les protege.
Lt nous sui·ons la Sunnah et la Djamaah ·le Groupe,, et nous éloignons de la bizarrerie, la
di·ision et la di·ergence. Nous aimons les justes et dignes de coníiance, et détestons les injustes
et les traitres.
Nous disons : « Allah est Le plus sa·ant » lorsque la connaissance d'une chose ne nous
apparait pas clairement.
9
('est une parole íausse que de dire cela. Les crovants ne sont pas égaux au sujet de la base de la íoi. Il existe des
diííérences énormes : la íoi des Prophetes n'est pas identique a celle des autres, de la même íacon que la íoi des
(aliíes bien guidés et celles des autres (ompagnons n'est pas identique a celle des autres. Lgalement, la íoi des
crovants n'est pas identique a celle des per·ers. (ette diííérence dans la íoi est íonction de ce que comporte le cour
de science concernant Allah, Ses Noms et Attributs ainsi que Sa loi. Lt cela est la ·oie des Ahl Sunnah wal Djamaah,
contrairement aux Murdjiah et ceux qui pronent leur a·is. Lt c'est a Allah que nous demandons l'aide.
9
Lt nous approu·ons l'essuiement des chaussons que ce soit en ·ovage ou non, comme cela a
été rapporté dans les récits.
Le pelerinage et le Djihad ne cesseront d'exister a·ec ceux qui détiennent l'autorité parmi les
musulmans, qu'ils soient pieux ou per·ers. Rien n'annule ces deux obligations ou les supprime.
Lt nous crovons aux ·Anges, Scribes Purs, car Allah les a créés pour ·eiller sur nous. Lt nous
crovons a l'Ange de la Mort, responsable de la récupération des ames de tout l'Uni·ers. Nous
crovons aussi au chatiment de la tombe pour qui le mérite, ainsi qu'au questionnement de Mvvíir
et ^aíir dans sa tombe au sujet de son Seigneur, sa religion et son Prophete, coníormément a ce
qui nous a été rapporté du Prophete ·SA\, et de ses (ompagnons ·qu'Allah les agrée tous,. La
tombe est un jardin parmi les jardins du Paradis, ou bien un précipice parmi les précipices de
l'Lníer.
Lt nous crovons a la résurrection et a la rétribution des actions le Jour Dernier, ainsi qu'a
l'étalage des actions, au jugement, a la lecture du li·re ·ou sont inscrites les actions,, a la
récompense, au chatiment, au pont ·´irãt : pont jeté par dessus l'Lníer, et a la Balance. Le Paradis
et l'Lníer sont créés, ils existeront toujours et ne disparaitront jamais. Lt Allah a créé le Paradis et
l'Lníer a·ant la (réation, et a créé pour eux deux des habitants. (ertains parmi eux par la ·olonté
d'Allah et Sa générosité iront au Paradis, les autres iront en Lníer, par la ·olonté d'Allah et Sa
justice.
Le bien et le mal sont sous décret di·in pour les ser·iteurs. Lt la capacité a íaire les choses est
de deux sortes :
1, (elle qui est due a l'Aide d'Allah ·)artiq,, qui permet a une personne d'obéir a un ordre ou de
s'abstenir de commettre un interdit. (ette sorte de capacité est toujours liée a une action
particuliere et ne peut exister a·ant l'action elle-même. Llle ne peut être attribuée aux
créatures car elles n'ont aucun controle sur elle.
2, (elle qui est due a la capacité phvsique, a la ·ariété des movens, a leur acces et aux organes
phvsiques. (e tvpe de capacité précede une action spéciíique. Une personne est tenue pour
responsable d'un ordre si elle a ce genre de capacité, comme le dit Allah dans le (oran :
· AIIuh n. .hur«. µuo un. ún. µIuo ou. .. ou'.II. n. µ.u: ouµµor:.r».
Les ou·res des ser·iteurs sont une création d'Allah pro·oquées par les ser·iteurs. Lt Allah ne
leur a imposé que ce qu'ils peu·ent íaire, et ils ne peu·ent íaire que ce qu'Il leur a imposé
10
, et cela
est l'explication de la phrase : « Il n'v a de puissance ni de íorce que par Allah ». Nous disons que
personne ne peut a·oir de ruse, ni ne peut eííectuer de mou·ement ou de changement assez íorts
pour é·iter de désobéir a Allah, si ce n'est par l'aide d'Allah. Lt personne ne possede la íorce
nécessaire pour obéir a Allah et persé·érer dans l'obéissance si ce n'est par l'aide d'Allah.
Lt toute chose a lieu par la ·olonté d'Allah, Sa science, Son décret et Son destin. Sa ·olonté a
surpassé toutes les autres ·olontés. Son décret a surpassé toutes les ruses. Il íait ce qu'Il ·eut sans
jamais être injuste. Il est Pur de tout mal, déíaut, carence et déíicience. ~ Cn n. 1'1n:.rro«. µuo
uu ouJ.: d. .. ou'1I 1u1:, nu1o .ux o.ron: 1n:.rro«.o».
10
(ela est íaux. Les ser·iteurs peu·ent íaire plus que ce qui leur est imposé. (ependant, Allah a été doux en·ers Ses
ser·iteurs, leur a íacilité la tache et ne leur a imposé aucune contrainte dans leur religion, par générosité et bonté de
Sa part, et d'Allah ·ient l'aide.
10
L'in·ocation des ·i·ants et leurs aumones sont bénéíiques pour les morts, et Allah répond aux
in·ocations, sub·ient aux besoins, possede tout et rien ne Le possede. Personne ne peut se passer
d'Allah ne serait ce que l'instant d'un clin d`oil. Lt quiconque se passe d'Allah l'instant d'un clin
d`oil est de·enu mécréant et íait partie des gens de la perdition.
Allah peut Se mettre en colere ou être satisíait, sans ressemblance aucune a·ec Sa (réation.
LLS COMPAGNONS :
Lt nous aimons les (ompagnons du Prophete ·SA\,, sans exagérer dans l'amour de l'un
d'entre eux, et sans rejeter ou se désolidariser de l'un d'entre eux. Nous détestons quiconque les
détestent ou n'en parle pas en bien. Nous ne parlons d'eux qu'en bien. Leur amour est un signe
de religion, de íoi et de períection, et leur haine est un signe de mécréance, d'hvpocrisie et de
dé·iation.
Lt nous attestons que le (aliíat apres la mort du Prophete ·SA\, re·ient a Abû Bakr As-
Siddiq en premier ·qu'Allah l'agrée,, de par la préíérence qui lui a été accordée et le haut rang qu'il
occupe par rapport a toute la communauté. Puis ·ient le tour de Umar Ibn Al-Khattab ·qu'Allah
l'agrée,, puis Uthman Ibn Aíían ·qu'Allah l'agrée,, puis Ali Ibn Abi 1alib ·qu'Allah l'agrée,. Ils
sont les (aliíes bien guidés et les Imams Dirigés.
Lt nous témoignons que les dix (ompagnons, que le Prophete ·SA\, a nommés et auxquels il
a annoncé la bonne nou·elle du Paradis, sont au Paradis, de par le témoignage du Prophete
·SA\, et sa parole de ·érité. (es dix (ompagnons sont : Abû Bakr, Umar ·Ibn Al Khattab,,
Uthman ·Ibn Aíían,, Ali ·Ibn Abi 1alib,, 1alha ·Ibn Ubeidillah,, Zubeir ·Ibn Al-Awwam,,
Sad ·Ibn Abil \aqqas,, Said ·Ibn Zeid,, Abdurrahman Ibn Auí et Abû Ubeïdah Ibn Ll-
Djarrah ·qui est le (oníident de cette communauté,, qu'Allah les agrée tous.
Lt quiconque parle en bien des (ompagnons du Prophete ·SA\,, de ses Lpouses pures de
toute souillure, de ses descendants sanctiíiés de toute impureté, s'est protégé de l'hvpocrisie.
Lt les Sa·ants parmi les Salaís qui ont précédé, puis leurs successeurs parmi les 1abiins, les
gens du bien et du Hadith, et les gens du liqh et de l'obser·ation, ne sont cités qu'en bien. Lt
quiconque parle d'eux en mal n'est pas sur la bonne ·oie.
Nous ne donnons pas de préíérence a un quelconque élu d'Allah ·!aíi, par rapport a un
quelconque prophete d'Allah ·paix sur eux,. Lt nous disons : un seul prophete est meilleur que
tous les élus réunis.
Nous crovons en ce qui a été rapporté concernant leurs miracles et en ce qui a été
authentiquement rapporté par les gens de coníiance concernant leurs récits.
Nous crovons aux signes de l'Heure comme la ·enue du Daaaiãí ·laux Messie,, la descente du
ciel de Îsa Ibn Mariam ·Jésus íils de Marie, paix sur lui,, le le·er du Soleil a l'Ouest, la sortie de la
Bête de sa demeure. Nous ne crovons a aucun sorcier, de·in, ou toute personne prétendant
quelque chose contredisant le (oran, la Sunnah et le (onsensus de la communauté.
Nous considérons le regroupement comme une ·érité et une droiture, et la di·ision comme
une dé·iation et un chatiment. La religion d'Allah sur 1erre comme dans le (iel est unique et
c'est la religion de l'Islam. Allah a dit : ~ 1u ¡o.uI.) r.I1«1on uuµr.o d'AIIuh .o: I'1oIun ». Il a
aussi dit : ~ 1: J'u1 u«r.. µour +ouo I'1oIun .onn. r.I1«1on». L'Islam est entre l'extrémisme
11
et le laisser-aller, entre la comparaison ·d'Allah a Ses créatures, et la négation ·des Attributs
di·ins,, entre le Diabr | aoctrive .ectaire égarée cov.i.tavt a croire qve í´bovve v´a poivt ae íibre arbitre ^a)|
et le Oaaar | aoctrive .ectaire égarée cov.i.tavt a croire qve í´bovve e.t totaíevevt ivaépevaavt ae ía roíovté
a´.ííab covcervavt .e. ovrre. ^a) |, entre l'assurance et le désespoir.
(eci est notre religion et notre crovance, de l'intérieur et dans l'apparence. Lt nous nous
désolidarisons et rejetons toute personne qui contredit ce que nous a·ons cité et expliqué.
Nous demandons a Allah qu'Il nous octroie la stabilité dans la íoi et qu'Il nous protege des
diííérentes passions, des pensées di·ergentes et des ·oies ·iles comme : les Mv.babbibab | cev· qvi
covparevt íe. attribvt. a´.ííab a cev· ae ´e. créatvre. ^a) |, Mvta.iíab | aoctrive ivtívevcée par ía pbiío.opbie
grecqve. íí. croievt av caractere créé av Corav. a ía préévivevce ae ía rai.ov .vr ía réréíatiov et cov.iaerevt qv´vve
per.ovve covpabíe a´vv grava pécbé v´evtrera iavai. av Paraai. ^a) |, Diabviyab | vievt íe. .ttribvt. a´.ííab
et cov.iaerevt qv´.ííab e.t partovt ^a)|, les Diabriyab et les Oaaariyab, ainsi que d'autres parmi ceux
qui ont contredit la Sunnah et la Djama`ah ·le groupe, et se sont alliés a l'égarement. Nous nous
désolidarisons d'eux, et ils sont a nos veux de ·ils égarés.
12
Table des matières :
Le Tawhid......................... Page 2
Le Prophète Muhammad (saw)................. Page 3
Le Saint Coran........................ Page 3
La vision d'Allah....................... Page +
L'ascension le bassin et l'intercession............... Page 5
Le destin........................... Page 5
Generalites........................... Page 6
Les Compagnons...................... Page 10

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful