COMPTE A REBOURS

Il est possible de mettre en doute la valeur dans son ensemble et démentir les déclarations des prêtres, des traditions, ou d’attaquer tel ou tel philosophes, écrivains, scientifiques sur leur ignorance des sciences de la nature. Impossible donc de concilier les connaissances du monde scientifique moderne aux passages et témoignages des écritures, tablettes, papyrus, documents, parchemins, peintures, sculptures, codex, livres des temps anciens, et pourtant : A une époque, o l’on ignorait que le mouvement du soleil, des !toiles et des plan"tes fut la conséquence du mouvement terrestre, certains peuples apportaient la preuve du contraire. Le Calendrier Maya #es Incas, A$t"ques et %ayas durent , héritiers d’une connaissance , pour en réaliser une parmi d’autres , une pendule astronomique précise sous forme de calendrier pour en mesurer le temps, équinoxes, éclipses, solstices, des cycles et con&onctions de 'enus. (es cycles sont associés ) différents événements cosmique *au détriment de leur agriculture+ Ainsi, le cinquième soleil représente la fin d,un cycle stellaire associé ) la lune et le début d,une nouvelle période appelée sixième soleil associé au retour de -u.ul.an. %ais pourquoi et dans quel but/ (e calendrier cél"bre par ces 0 rumeurs 1 de fin du monde est en fait la réalité qu’on le veuille ou non. #a date 2.2.2.2.2 du compte long Maya correspond au 11 août 3445 av. 6.7(. C’est-à-dire que cet horodatage reporte la mécanique céleste de notre système
solaire, dès son emplacement d’origine, c’est-à-dire des planètes, comme on remonte une pendule à son cran maximum. n astronomie et plus particulièrement dans les calculs d!éphémérides, l!année zéro est celle qui préc"de immédiatement la premi"re année de l,"re

commune. "es historiens passent de l!an -1 #première année a$ant la naissance du (hrist%, à l!an
&1 #année sui$ant la naissance du Christ%, dans les calendriers occidentaux. Ce décalage d’une année est à prendre sérieusement en considération, il 'aut comprendre que l(année )*1) Maya correspond à )*11 che+ nous, et nous ramène donc en $érité d’une 'in du ,e cycle non pas en

8248, mais bien en fin d’année 8243. 9ans cette idée, la position initiale 0.0.0.0.0.0 des planètes a commencé son nou eau c!cle le "#0$#%0$", confirmé par %ercure, 'énus, la :erre, %ars, 6upiter, ;aturne, <ranus, =eptune et >luton alignés sur le même axe du ;oleil, ) l’intérieur d’un arc de ?@ degrés de large. #es !gyptiens savaient et témoignent encore au&ourd’hui des changements de positions des astres par rapport au pAles magnétiques, du levant ) la place du couchant, d’un corps céleste coupable transitant dans notre syst"me provoquant ainsi ) chacun de ses passages un grand cataclysme en 3 actes, la plupart des générations et civilisations suivantes se sont efforcées d’effacer le plus de traces possible de ses témoignages pour le substituer en croyances polythéistes. !t pour ne s,en tenir qu,) l,Apocalypse, une symbolique du chiffre & qui y est mentionné @5 fois transpire le synchromysticisme cataclysmique. Jean aux 7 Eglises, 7 étoiles et 7 chandeliers d’or, 7 lampes qui sont les 7 esprits de DIEU, un Livre scellé de 7 sceaux, L’Agneau avait 7 cornes et 7 eux, 7 anges et 7 trompettes, Les 7 tonnerres !irent entendre leurs voix, "ette #$te avait dix cornes et 7 t$tes, Je vis 7 anges qui tenaient 7 !léaux, il donna aux 7 anges 7 coupes d’or, Les 7 t$tes sont 7 montagnes, "e sont aussi 7 rois #e Blivre de vieB est cité 4 fois dans l,Ancien :estament... et sept fois dans le =ouveau :estament:. 9,un point de vue purement linguistique, il est remarquable que B septB s,écrivant B;evenB en Anglais, B;iebenB en Allemand, BseptemB en latin..., cette constance s,applique uniquement pour ce chiffre sept. #e chiffre sept est ) ce point lié au divin qu,il n,apparaCt pas dans la (réation. #es fleurs ) sept pétales, les insectes ) sept pattes... ne sont pas de ce monde. #e calcul ) l,ancienne du nombre >i se faisait sur le rapport 88D &. !t la gamme musicale est établie sur sept notes. Sept ta'lettes dites (de la créationB datant de Eabylone, connues de nos &ours grFce ) des copies Assyriennes décrivent l,histoire de nos origines selon le schéma suivant: $0)a masse océani*ue primaire %0)a ré'ellion de Tiamat+ la déesse de la mer ,0)e concile de -uerre des dieu. "0Marduc/+ élu c0ampion par les dieu.+ com'at et tue Tiamat 10Création des étoiles

20Création de l30omme &0Prière des dieu. Gelevant de cette tradition ;uméro Eabylonienne, et en relation avec la tradition HébraIque et la %ythologie, les noms des sept &ours de notre semaine sont directement apparentés ) une plan"te: #undi pour la #une, %ardi pour %ars, %ercredi pour %ercure, 6eudi pour 6upiter, 'endredi pour 'énus, ;amedi pour ;aturne et 9imanche pour le soleil *;un7day en Anglais+ #e & se tient ) l,écart, comme étranger aux calculs des hommes, une faJon de révéler le doigt de 9ieu. Les Ages Il y une période qu,Aristote appelait la Bsuprême annéeB, ) la fin de laquelle le ;oleil, la #une et toute les autres plan"tes, reprennent leur positions primitives. (ette Bsuprême annéeB a un grand hiver, appelé par les Krecs -ata.lysmos, ce qui signifie déluge, et un grand été apellé !.pyrosis ou combustion du monde. (e monde en vérité, semble être successivement inondé et brulé au cours de ses deux époques. Il y a autant d’Fges correspondant ) autant de civilisations qui utilis"rent la mati"re pour fabriquer des armes, des instruments et ensuite utiliser le feu. A chaque cycle, il y a trois destructions brutales et non progressives : la destruction par l,eau, puis ensuite par le feu et pour finir la destruction par le vent. Au terme, il y & Fges, chacun d,eux étant séparés du précédent par un cataclysme universel. <ne vieille et persistante tradition qui ) trait aux Fges du monde précipités dans des catastrophes cosmique a été retrouvé dans les deux Amériques, parmis les Incas, les A$t"ques et les %ayas. <ne grande partie des inscriptions de pierre découverte che$ les Lucath"ques évoquent de pareils cataclysmes. (e que les %ayas tentaient de nous traduirent, c’est l’entrée de notre monde dans ce nouveau @e cycle, provoqué par un corps céleste entrant dans notre syst"me entre deux périodes d’Fge impliquant cette transition : son nom est Muet$alcoatl. #es Krecs, les !gyptiens, la dynastie Lao chinoise, les ;umériens, les :urcs, les IndousN confirmaient également de part leur récits cet intrus perturbant et entrant dans notre syst"me tout les cinq mille ans environ coCncidant ) la période transitoire des Ages. #es uns l’appelait Oeus, 6upiter, d’autres %ardu., 'aruna, Kilgamesh. #es récits se sont transformés peu ) peu en histoire romancé et coloré

) valeur humaine pour en faire des écritures fondatrices ainsi des réligions du monde. Goc.enbach apres étude approfondie concluait : en l’année 784@3, une com"te apparut et provoqua un cataclysme visible sur tout le globe &ustifiant l’exode massive d’!gypte. 'énus serait7elle de retour pour &ouer de nouveau les troubles fêtes / Le Climat #e vortex polaire et pAles magnétique sont en mouvance, se déplaJant actuellement sur les <;A, constat de températures tr"s négatives, neiges, sans compter les intempéries sur l’ensemble du globe. (ette remise en place des positions d’origine des corps célestes de notre syst"me solaire est la cause de tous ces changements. #es hécatombes du monde animal utilisant leur sonar, les éruptions volcaniques, les dolines, la distorsion du &et stream, les séismes, les inondations, les tempêtesNsont la signature débutant notre passage d’une fin d’humanité ) un autre Fge. #a tension mondiale est palpable et semble également impacter les marchés financiers pour aussi se méler au cataclysme mais celui7ci financier parall"lement. #es hommes se sont permis d’être médiocres et suffisants pour croire que les anciens ne vivaient que de magie et d’ésotérisme, fussent7ils des sentinelles du savoir et de la connaissance, qui au fur et ) mesure des cycles, le postulat ) l’"re matérialiste pris le dessus ) celui de la pensée, donc ) la reflexion.

!dgar (AL(! % Lecture &'(%)* ++,,au moment o- le soleil s.élève au%dessus des eaux, la ligne d’om#re, ou de lumière, tom#e entre les pattes du /phinx, qui a été mis l0 comme une sentinelle, comme un gardien du seuil, et dans lequel on ne pourra entrer, dans les cham#res qui s’ raccordent en partant de sa patte droite, que lorsque les temps seront accomplis, et que l’on aura vu se produire de grands changements dans l’expérience de l’1omme sur la 2erre,3 (omme ce qui se passe sur terre est tou&ours l’écho de ce qui s’est passé plus tAt dans le monde des esprits, une grande guerre eut lieu dans les cieux avant

d’éclater sur terre. #es !tats unis cherchaient et cherchent ) établir la domination sur les autres nations et qu’une "re de guerres allait éclater. #es échelons supérieurs de la hiérarchie de l’!glise souhaitent que leurs troupeaux de fid"les ne soient pas conscients des origines astrales de leur religions. :out ce qui vient apr"s est le reflet de ce qui est arrivé avant, ce qui veut dire que nous sommes en train de traverser les grands événements de l’"re préchrétienne, mais dans l’ordre inverse. =otre futur nous am"nera ) traverser les stades antérieurs, en remontant tou&ours plus loin dans le passé.

=ous sommes au commencement du Pe Fge. #e déluge ) débuté. Gilles CAPELLE

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful