You are on page 1of 10

ESAT / DGF / DMSI

GENERALITES SUR LES


SYSTEMES D'EXPLOITATION
CHAPITRE 2

Edition 1999
ESAT / DGF / DMSI

SOMMAIRE : Représentation de l’information

1. LES SYSTEMES DE NUMERATION..........................................................................................3

1.1 LE SYSTÈME GÉNÉRAL.......................................................................................................................3


1.2 LE SYSTÈME DÉCIMAL........................................................................................................................3
1.3 LE SYSTÈME BINAIRE.........................................................................................................................4
1.4 LE SYSTÈME OCTAL, LE SYSTÈME HEXADÉCIMAL........................................................................................4

2. CORRESPONDANCES DÉCIMAL, BINAIRE, OCTAL, HEXADÉCIMAL...................................5

2.1 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - BINAIRE...................................................................................................5


2.1.1 DU BINAIRE AU DÉCIMAL...................................................................................................................5
2.1.2 DU DÉCIMAL AU BINAIRE...................................................................................................................6
2.2 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - OCTAL.....................................................................................................6
2.2.1 DE L’OCTAL AU DÉCIMAL..................................................................................................................6
2.2.2 DU DÉCIMAL À L’OCTAL....................................................................................................................6
2.3 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - HEXADÉCIMAL............................................................................................7
2.3.1 DE L’HEXADÉCIMAL AU DÉCIMAL.........................................................................................................7
2.3.2 DU DÉCIMAL À L’HEXADÉCIMAL...........................................................................................................7
2.4 CORRESPONDANCE BINAIRE - OCTAL......................................................................................................7
2.4.1 DU BINAIRE À L’OCTAL.....................................................................................................................7
2.4.2 DE L’OCTAL AU BINAIRE...................................................................................................................8
2.5 CORRESPONDANCE BINAIRE - HEXADÉCIMAL.............................................................................................8
2.5.1 DU BINAIRE À L’HEXADÉCIMAL............................................................................................................8
2.5.2 DE L’HEXADÉCIMAL AU BINAIRE..........................................................................................................8

3. CALCULS....................................................................................................................................8

3.1 ADDITION BINAIRE.............................................................................................................................8


3.2 ADDITION DE DEUX NOMBRES HEXADÉCIMAUX...........................................................................................9

4. AUTRE INTÉRÊT DE LA NUMÉRATION : LES TABLES DE CODAGE....................................9

page 2
ESAT / DGF / DMSI

REPRESENTATION DE L’INFORMATION

Afin de donner des notions simples en matière de représentation de l’information, seuls seront abordés ici
les grands principes. Ainsi, les nombres négatifs ou décimaux, les opérations autres que l’addition ne seront
pas traités.

Toute l’information traitée par les machines dont on dispose actuellement est codée sous forme binaire.
L’information est traitée par quantité de taille fixe, appelée MOTS. Ces mots se composent d’un certain
nombre de chiffres binaires ( des 0 et des 1 ) appelés BITS (contraction de BInary digiT). Le nombre de Bits
qui composent les mots est variable selon les types de machines.

On appelle OCTET un ensemble de 8 chiffres binaires. C’est souvent la plus petite quantité d’information
que l’on puisse manipuler. C’est pourquoi on mesure couramment la longueur des mots en octets. Par
exemple, un mot de 16 bits est composé de 2 octets.

De plus, on a l’habitude de numéroter les bits d’un mot de droite à gauche en commençant par 0 :

0 0 0 0 1 0 1 0

7 6 5 4 3 2 1 0

Dans cet exemple, le contenu du mot représente le nombre entier 10 en système binaire.

1. LES SYSTEMES DE NUMERATION

1.1 LE SYSTÈME GÉNÉRAL


Le nombre X se décompose dans la base B comme ceci :

X= AN*BN + AN-1*BN-1 +.......+ A1*B1 + A0*B0

où :
- AN, AN-1, ...., A1, A0 sont les coefficients,
- BN, BN-1 , ...., B1, B0 sont les puissances de la base B

1.2 LE SYSTÈME DÉCIMAL


Le système décimal utilise 10 chiffres (0 à 9). On peut décomposer le nombre 1997 comme suit :

1997 = 1*1000 + 9*100 + 9*10 + 7*1

Soit en ramenant en puissances de 10 :

1997 = 1*103 + 9*102 + 9*101 + 7*100

Dans ce cas, les coefficients sont : 1, 9, 9, 7 et les puissances de 10 sont : 103, 102, 101 et 100.

page 3
ESAT / DGF / DMSI

1.3 LE SYSTÈME BINAIRE


Le système binaire, base 2, n’utilise que les deux chiffres 0 et 1, ceci va correspondre au nombre d’états
utilisés généralement sur un calculateur. Tout nombre binaire est une composition de puissance de 2.

Par exemple, on peut écrire pour le nombre 22 :

22 = 16 + 4 + 2
Soit, en appliquant la définition du système général :

22 = 1*16 + 0*8 + 1*4 + 1*2 + 0*1


Ce qui, ramené en puissances de 2, donne :

22 = 1*24 + 0*23 + 1*22 + 1*21 + 0*20

De même, pour le nombre 51, on peut écrire :

51 = 1*25 + 1*24 + 0*23 + 0*22 + 1*21 + 1*20 = 110011 en base 2.

On notera : 51(10)=110011(2)

51(10)= 1 1 0 0 1 1(2)

5 4 3 2 1 0 (position du bit ou puissance de la base)

Quelques puissances de 2 :

20 1
21 2
22 4
23 8
24 16
25 32
26 64
27 128
28 256
29 512
210 1024

1.4 LE SYSTÈME OCTAL, LE SYSTÈME HEXADÉCIMAL


Si la représentation binaire est très commode pour le calculateur, il n’en est pas de même pour l’utilisateur
qui préfère en particulier une écriture plus condensée.

En octal, on disposera de 8 chiffres pour représenter les nombres (0,1,2,3,4,5,6,7). En hexadécimal on


disposera de 16 chiffres ou symboles (0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,A,B,C,D,E,F)

page 4
ESAT / DGF / DMSI

2. CORRESPONDANCES DÉCIMAL, BINAIRE, OCTAL,


HEXADÉCIMAL
Dans un souci de concision et de convivialité, il est d’usage de remplacer les 8 bits par un nombre
hexadécimal prenant 4 fois moins de place lorsqu’on lit le contenu de la mémoire à l’écran ou via une
imprimante. Il est donc indispensable de savoir compter en binaire comme en hexadécimal et même parfois
en octal.

Hexa (base 16) Décimal (base 10) Octal (base 8) Binaire (base 2)
0 0 0 0
1 1 1 1
2 2 2 10
3 3 3 11
4 4 4 100
5 5 5 101
6 6 6 110
7 7 7 111
8 8 10 1000
9 9 11 1001
A 10 12 1010
B 11 13 1011
C 12 14 1100
D 13 15 1101
E 14 16 1110
F 15 17 1111
10 16 20 10000

2.1 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - BINAIRE

2.1.1 DU BINAIRE AU DÉCIMAL

Tout nombre binaire est une composition de puissance de 2 : 11 = 1*21 + 1*20. Il suffit de faire le calcul
induit pour trouver un nombre décimal.

On utilise la formule du système général :

X= AN*BN + AN-1*BN-1 +.......+ A1*B1 + A0*B0

Soit avec le nombre 1111011 en base 2 :

X= 1 1 1 1 0 1 1
6 5 4 3 2 1 0 (position du bit ou puissance de la base)

X = 1*26 + 1*25 + 1*24 + 1*23 + 0*22 + 1*21 + 1*20


X = 64 + 32 + 16 + 8 + 0 + 2 + 1

X = 123

1111011(2) = 123(10)

page 5
ESAT / DGF / DMSI

2.1.2 DU DÉCIMAL AU BINAIRE

L’opération inverse est suggérée. Il suffit de décomposer un nombre décimal en puissance de 2 pour trouver
un nombre binaire.

51(10) = 1*25 + 1*24 + 0*23 + 0*22 + 1*21 + 1*20 = 110011(2)

Encore plus facilement, le passage de la base 10 à la base 2 se fait aussi par divisions successives par 2 et
l’on relève le résultat en partant du résultat de la dernière division.

51 2
1 25 2
1 12 2
0 6 2
0 3 2
1 1

51(10) = 110011(2)

2.2 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - OCTAL

2.2.1 DE L’OCTAL AU DÉCIMAL

On applique la formule du système général :

X= AN*8N + AN-1*8N-1 +.......+ A1*81 + A0*80

Ce qui donne, par exemple, pour le nombre 3712 en base 8 :

3712(8) = 3*83 + 7*82 + 1*81 + 2*80


= 3*512 + 7*64 + 1*8 + 2*1
= 1536 + 448 + 8 + 2

= 1994(10)

2.2.2 DU DÉCIMAL À L’OCTAL

On opère à l’identique de la base 2, en effectuant des divisions successives par 8 (par la base) :

1994 8
39 249 8
74 09 31 8
2 1 7 3

1994(10) = 3712(8)

page 6
ESAT / DGF / DMSI

2.3 CORRESPONDANCE DÉCIMAL - HEXADÉCIMAL

2.3.1 DE L’HEXADÉCIMAL AU DÉCIMAL

On applique la formule du système général :

X= AN*16N + AN-1*16N-1 +.......+ A1*161 + A0*160

Ce qui donne, par exemple, pour le nombre 7CA en base 16 :

7CA(16) = 7*162 + C*161 + A*160

= 7*256 + 12*16 + 10*1

= 1792 + 192 + 10

= 1994(10

2.3.2 DU DÉCIMAL À L’HEXADÉCIMAL

On effectue des divisions successives par 16 :

1994 16
39 124 16
74 12 7
10

A C 7
1994(10) = 7CA(16)

2.4 CORRESPONDANCE BINAIRE - OCTAL

2.4.1 DU BINAIRE À L’OCTAL

On regroupe les bits trois par trois :

1 011 101 (binaire)


1 3 5 (octal)

1011101(2) = 135(8)

page 7
ESAT / DGF / DMSI

2.4.2 DE L’OCTAL AU BINAIRE

On éclate chaque valeur sur trois bits :

1 7 0 4 (octal)
001 111 000 100 (binaire)
1704(8) = 1111000100(2)

2.5 CORRESPONDANCE BINAIRE - HEXADÉCIMAL

2.5.1 DU BINAIRE À L’HEXADÉCIMAL

On regroupe les bits quatre par quatre :

10 0110 1101 (binaire)


2 6 D (hexadécimal)

1001101101(2) = 26D(16)

2.5.2 DE L’HEXADÉCIMAL AU BINAIRE

On éclate chaque valeur sur quatre bits :

2 C 1 (hexadécimal)
0010 1100 0001 (binaire)

2C1(16) = 1011000001(2)

3. CALCULS

3.1 ADDITION BINAIRE


Règles :
0+0=0
0+1=1
1+0=1
1+1=0 avec 1 en retenue

Exemple :
11 retenues
11010
+ 11100

110110

page 8
ESAT / DGF / DMSI

Le principe est identique pour toutes les bases, toutefois, il y a lieu de s’assurer que tous les opérandes sont
dans la même base.

3.2 ADDITION DE DEUX NOMBRES HEXADÉCIMAUX


31 F 5 1
+41 5 6 A
+ 81 4 B B
Détail de l’addition :

1 + A (base 16) = 1 + 10 (base 10) = 11 (base 10) = B (base 16)


5 + 6 (base 16) = 5 + 6 (base 10) = 11 (base 10) = B (base 16)
F + 5 (base 16) = 15 + 5 (base 10) = 16 + 4 (base 10)
je pose 4 et je retiens la base : 1
3 + 1 + 4 (base 16) = 8 (base 16)

4. AUTRE INTÉRÊT DE LA NUMÉRATION : LES TABLES DE


CODAGE

Structure et Fonctionnement des Ordinateurs

Extrait de table ASCII

0 1 ... 3 4
0000 0001 0011 0100
0 NUL DLE ... 0 @
0000
1 SOH DC1 ... 1 A
0001
... ... ... ... ... ...
4 EOT DC4 4 D
0100
... ... ... ... ...
B VT ESC ; K
1011

Lettre A (majuscule) : 41(hexa) ==> code ASCII : 0100 0001


4 1
ESAT/DMSI/Cours Architecture

page 9
ESAT / DGF / DMSI

TABLE ASCII
La table suivante correspond à la table ASCII standard codée sur 7 bits (de 0 à 127) :

La table précédente enrichie des 128 codes suivants (de 128 à 255) constitue la table ASCII
étendue codée sur 8 bits :

Observation :
Ce codage respecte l’ordre de l’alphabet :
Les lettres A à Z sont représentées par les codes 065(10) à 090(10)
Les lettres a à z sont représentées par les codes 097(10) à 122(10)

Avantages :
- l’ASCII facilite les opérations de tri (classement d’une liste de noms par ordre
alphabétique) :

A < B < ….<Z et a < b <….<z

- La transformation « majuscule – minuscule » s’effectue par simple déplacement :

« minuscule » = « majuscule » + valeur constante


« a » = « A » + 32(10)
« a » = « A » + 20(16)

page 10