9 Djoumada Al Awal 1435 - Mardi 11 Mars 2014 - N°15074 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.

com - ISSN 1111-0287

LES SYNDICATS AFRICAINS FACE AU DÉFI DU DÉVELOPPEMENT CONTINENTAL
37e SESSION DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’OUSA À ALGER

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

PACTE NATIONAL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DE CROISSANCE

Installation demain du comité de suivi Lancement de nouveaux projets

LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS À ORAN

P. 11

Mme BENDJABALLAH À L’AG ELECTIVE DU CROISSANTROUGE ALGÉRIEN :

G Les travaux de l'autoroute des Hauts Plateaux lancés prochainement

P. 7

LE MINISTRE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS :

« Le ministère de la Solidarité accompagnera le CRA dans sa mission »

P. 6

« Un budget spécial en 2014-2015 pour la formation des formateurs »
P. 6

LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU EN TOURNÉE DANS LA CAPITALE

Ph. Nacéra I.

« Le Président Bouteflika, un homme de paix et de réconciliation »
MOTION DES REPRÉSENTANTS DE L’OUSA

LE MINISTRE DE LA SANTÉ À BOUIRA

Baisse sensible de la délinquance
LA SÛRETÉ NATIONALE PRÉSENTE SON BILAN 2013
LOGEMENTS PROMOTIONNELS POUR LES NON-RÉSIDENTS EMPLOI

« L’Algérie représente un pôle de référence dans tous les domaines »
ABDELMADJID SIDI SAÏD, SG DE L’UGTA :
P. 30

P. 3

Création d'ici fin 2014 de 13.000 postes d'agent technique de la santé

« Le projet d’oued El Harrach a bénéficié d’une forte volonté du Président Bouteflika » P. 8

Ph. Louisa M.

P. 8

Plus qu’une semaine pour connaître les candidats en lice parmi les 12 dossiers déposés
ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 17 AVRIL

L’Anem prévoit 350.000 placements en 2014 P. 11

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

Une nouvelle formule pour les Algériens établis à l’étranger

ONEC : LORS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE ANIMEE HIER AU CENTRE DE PRESSE D’EL MOUDJAHID

P. 7

Motion de soutien en faveur de la candidature de Bouteflika La Chambre nationale de pêche soutient la candidature de Bouteflika

P. 4

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

ENSOLEILLÉ

CE MATIN AU FORUM DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID
Au Nord, le temps sera généralement ensoleillé excepté sur les régions de l’Est où l’on notera localement des formations nuageuses accompagnées d’averses de pluie. Les vents seront en général faibles à modérés (20/40 km/h), notamment vers les régions du littoral Ouest et Centre. La mer sera peu agitée localement agitée. Sur les régions sud, le temps sera partiellement nuageux sur la Saoura avec localement risque de quelques pluies. Ailleurs, temps généralement ensoleillé. Les vents seront modérés à assez forts (30/50 Km/h) avec localement chasse de sable. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (17° - 7°), Annaba (16°- 7°), Béchar (22° - 12°), Biskra (21° - 10°), Constantine (12°- -1°), Djelfa (15°- 2°), Ghardaïa (21° - 11°), Oran (20° - 8°), Sétif (11°- -1°), Tamanrasset (26°- 14°), Tlemcen (21° - 7°). Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, en coordination avec l’association Machâal Echahid, organise ce matin à 10 heures un hommage à la militante de la cause algérienne Annie Steiner. La conférence sera animée par des moudjahidine et sera suivie de témoignages sur la participation de militants d’origine européenne à la Révolution de Novembre.

Hommage à la militante de la cause algérienne Annie Steiner

Lafarge Algérie organise ce matin à 9 h, à l’hôtel ElAurassi le 10e séminaire technique de la construction parrainé par le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune autour du thème : «Construire des villes meilleures en Algérie».

10e Séminaire sur la construction de villes meilleures

CE MATIN A 9 H, A L’HOTEL EL-AURASSI

Inauguration du Salon international de l’industrie alimentaire

DEMAIN A 10 H 30, A ORAN

L’installation de la commission chargée de la préparation du projet de loi portant création d’un fonds destiné aux femmes divorcées ayant la garde d’enfants mineurs sera suivie à 15 h 30 par l’installation de la commission chargée de la préparation du projet de loi modifiant et complétant le code pénal, concernant le renforcement des mesures relatives à la lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Installation de deux commissions

CET APRES-MIDI, A 14 H 30 AU MINISTERE DE LA JUSTICE

L’inauguration officielle du Salon international de l’industrie agroalimentaire aura lieu, demain à 10 h 30, au Centre des conventions d’Oran en présence du ministre du Développement Industriel et de la Promotion des Investissements.

AGENDA CULTUREL
CET APRES-MIDI A 13 H 30 A LA SALLE ATLAS
A l’occasion de la journée internationale de la Femme, le bureau de l’association Iqraa de la wilaya d’Alger organise un gala artistique cet aprèsmidi à 13 h 30 à la salle Atlas de Bab El Oued.

CE MATIN A 9 H, A LA CCI TAFNA TLEMCEN

« Valorisation des produits agricoles au profit des consommateurs »

Iqraa : gala artistique

CET APRES-MIDI A 14 H 30 A LA LIBRAIRIE GÉNÉRALE D’EL-BIAR
Sous le haut patronage du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri, la fondation Filaha Innove et le SIPSA-Agrofood, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie Tafna Tlemcen (CCI), organisent une conférencedébat avec les professionnels de l’agriculture et de l’agro-industrie sur le thème : «Valorisation des produits agricoles au profit des consommateurs, synergie fertiles pour la vie», ce matin à 9 h, à la CCI Tafna Tlemcen. L’auteur Tarik Djerroud signera son roman, Un cœur à prendre, paru aux éditions Tafay, cet après-midi à partir de 14 h 30, à la Librairie générale d’El-Biar. *********************************************

**************************************

Tarik Djerroud signe son roman

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie organise en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris IIe de France et avec le concours de la Fédération mondiale des chambres (WCF) et de la Chambre de commerce internationale (ICC), une journée d’information portant sur le carnet ATA, ce matin à partir de 9 h à son siège au Palais consulaire, Place des Martyrs.

Journée d’information sur le carnet ATA

CE MATIN A 9 H AU SIEGE DE LA CACI

CET APRES-MIDI A 14 H A LA LIBRAIRIE CHIHAB INTERNATIONAL

CE MATIN A10H A DELY IBRAHIM
A l’occasion de la journée mondiale de l’Eau, le directeur général de Nestlé Waters Algérie anime une conférence de presse ce matin à partir de 10 h, à la salle Bois des Cars, Dely Ibrahim. Cet événement sera placé sous le thème de «l’eau et l’énergie».

Nestlé Algérie : conférence de presse

La libraire Chihab International abrite cet après- midi à 14 h, une rencontre-débat avec Wassyla Tamzali autour de ses ouvrages intitulés Une éducation algérienne et  Histoires minuscules des révolutions arabes. ********************************************* Sous le parrainage de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, la Galerie Esma de l’Office Riadh El Feth abritera, vendredi 14 mars, à 15 h 30 le vernissage de l’exposition «Regards reconstruits». ********************************************* L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel donnera rendezvous le lundi 17 mars à 19 h à la salle Ibn Zeydoun pour un concert de musique jazz, avec le guitariste Manouche Marc Campo qui rend hommage à Django Reinhardt avec son projet «cordes sensibles». *********************************************

Rencontre-débat avec Wassyla Tamzali

17e Salon international de l’automobile

DEMAIN A 11 H A LA SAFEX

Vernissage de l’exposition « Regards reconstruits »

VENDREDI 14 MARS A 15 H 30 A LA GALERIE ESMA DE L’OREF

Le Palais des expositions des Pins maritimes abritera, demain à 11 h, l’inauguration du 17e Salon international de l’automobile.

Hommage à Django Reinhardt

LUNDI 17 MARS A 19 H A LA SALLE IBN ZEYDOUN

L’Association nationale de soutien et de promotion des non-voyants et leurs enfants  « El Irada » organise demain à 10 h à l’hôtel Safir une conférence de presse à l’occasion de la journée nationale des personnes à besoins spécifiques.

Conférence de presse

DEMAIN A 10 H, A L’HOTEL SAFIR

Mardi 11 Mars 2014

A l’initiative de l’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, le Carrefour du livre dédié aux enfants se tient jusqu’au 20 mars au Centre culturel MustaphaKateb, 5, rue Didouche-Mourad.

Journées du livre pour enfants

JUSQU’AU 20 MARS AU CENTRE CULTUREL MUSTAPHA-KATEB

La filiale MAPFRE assistance Algérie organise une conférence de presse pour la présentation du produit «Extension de garantie pour véhicule neuf» dédié au domaine de l’automobile.

Présentation d’un produit dédié à l’automobile

JEUDI 13 MARS A 19 H, A L’HOTEL HILTON

L’Association des pédiatres libéraux d’Alger organise le 14 Mars à l’hôtel EL-Aurassi, à partir de 9 h, une journée scientifique en présence de spécialistes étrangers sous le thème : «Pathologie infectieuse pédiatrique».

« Pathologie infectieuse pédiatrique »

LE 14 MARS A 9 H A L’HOTEL EL-AURASSI

EL MOUDJAHID

37e SESSION DU CONSEIL GENERAL DE L’OUSA A ALGER

Les travaux des assises du 37e Conseil général de l’Organisation de l’unité syndicale africaine (OUSA) ont débuté, hier à Alger, en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et des membres du gouvernement ainsi que des représentants d’organisations internationales. Le Conseil, qui se tient à Alger du 9 au 12 mars, vise à participer à une transformation d’une Afrique "émancipée économiquement et socialement sur des valeurs démocratiques", a-t-on appris auprès des organisateurs. Le Conseil général de l’OUSA sera suivi, aujourd’hui, d’une conférence internationale pour traiter de la situation régionale et internationale dont le thème portera sur l’analyse et les perspectives du mouvement syndical international.

Les syndicats africains face au défi du développement continental

Nation

3

«  Le Président Bouteflika, un homme de paix et de réconciliation », soulignent les syndicats africains dans un message de salutation adressé au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et dont El Moudjahid détient une copie. Les syndicats de l’OUSA ont indiqué dans ce message lu par le représentant de l’OUSA auprès de l’Organisation internationale des travailleurs, Abdoulay Diallo que « le Président a joué un rôle inestimable au service des causes justes et ses efforts inlassables pour l’unité africaine et l’élimination de tous les conflits ». « Nous vous saluons, cher frère et digne fils de l’Afrique pour votre rôle inesti-

« Le Président Bouteflika, un homme de paix et de réconciliation »
mable au service des causes justes », ont affirmé les syndicats africains qui ont salué, également, le Président Bouteflika «  pour ses efforts inlassables accomplis en faveur de l’unité des Africains et l’élimination de tous les conflits ». En réaffirmant à cet effet leur « totale adhésion aux idéaux et principes longtemps portés et défendus par le Chef de l’Etat dans les fora internationaux pour la libération de l’Afrique du colonialisme, de l’apartheid, du racisme et de toutes les formes de domination et d’exploitation », il diront : « Nous n’oublierons jamais votre militantisme qui a largement rempli votre agenda international afin de prolonger le combat dans les forums mondiaux et porter haut et fort la voix d’une Afrique qui aspire, comme tous les peuples de la planète, à un meilleur équilibre des chances dans la compétition mondiale ». S’adressant aux participants, les syndicats ont indiqué que « le Président Bouteflika est présent dans la mémoires des peuples africains. Votre rapport et votre argumentaire résonnent encore dans nos consciences. Abdelaziz Bouteflika mérite le juste hommage des travailleurs et travailleuses africains et de toutes les couches sociales défavorisées dont vous êtes toujours le défenseur acharné », ont

LES REPRÉSENTANTS DE L’OUSA L’ONT SOULIGNÉ

Photos : Nacéra

Les travaux du 37e conseil général de l’Organisation de l’unité syndicale africaine (OUSA) se sont ouverts, hier à l’hôtel El Djazair (Alger). La cérémonie d’ouverture de cette importante rencontre syndicale a été rehaussée par la présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et plusieurs membres de son gouvernement, ainsi que par les représentants de syndicats venant de 53 pays d’Afrique, tous membre de l’OUSA. S’exprimant à cette occasion, le SG de l’Union générale des travailleurs algériennes (UGTA), Abdelmadjid Sidi Said, a souligné d’emblée que « la présence du Premier ministre, à cet événement, montre encore une fois que l’Algérie accorde un grand intérêt au développement socioéconomique du continent africain. » Il ajoutera que « la persévérance des forces syndicales qui se sont engagées dans cette voie a permis d’entretenir et de raviver l’espoir d’une société plus juste, plus solidaire et soucieuse de réduire les déséquilibres qui heurtent nos concitoyens. Ceci, malgré, a-t-il ajouté : « Les distances géographiques et les spécificités propres à chaque pays, les syndicalistes africains manifestent leur volonté commune de participer à une transformation d’une Afrique émancipée économiquement et socialement sur des valeurs démocratiques.  » Et de poursuivre : «  Le développement économique et la transformation de l’Afrique donnent une nouvelle configuration aux rapports entre partenaires sociaux à la fois par une prise de conscience des acteurs, mais aussi par une exigence d’affronter les problématiques économiques et sociales par la mise en commun de tous les moyens et instruments qui

« L’Algérie représente un pôle de référence dans tous les domaines »
Bien au contraire, a-t-il ensuite expliqué « notre objectif commun de faire de l’Afrique un continent d’épanouissement, relève de la construction d’un dialogue social basé sur la confiance. C’est dans la concertation inclusive, participative et transparente que l’ont peut puiser les solutions les plus efficaces pour un développement durable ». Pour évacuer l’immobilisation, Abdelmadjid Sidi Said a fait savoir « qu’il nous sera nécessaire de donner à nos relations une nouvelle architecture, davantage basée sur la trame de la concertation effective, impliquant une volonté politique d’ouverture et de transparence », avant d’ajouter que « cela suppose la recherche de nouvelles formes de participation des organisations syndicales africaines pour réaliser notre ambition de réduire la pauvreté et de promouvoir le développement humain ainsi que le progrès social, en actualisant profondément nos méthodes de travail ».

ABDELMADJID SIDI SAÏD, SG DE L’UGTA :

-t -il encore souligné. Pour les organisations syndicales, « l’Algérie de la solidarité n’a jamais failli, pour porter à chaque fois secours aux sinistrés et aux réfugiés ». Enfin, les syndicalistes ont relevé que le chef de l’Etat « a été l’inspirateur de cette prospective qui a permis de lancer le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et qui tend à fédérer les efforts de l’Afrique pour assumer pour elle-même et par elle-même son développement et par ricochet le bien-être et le progrès social de ses peuples ». M. A. Z.

Les organisations syndicales africaines sont des "acteurs incontournables" pour la construction de la nouvelle Afrique, a affirmé, hier, à Alger le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sid-Saïd, lors des assises du 37e Conseil général de l’Organisation de l’unité syndicale africaine (OUSA). "Les organisations syndicales africaines sont souvent à l’origine des initiatives et des dynamiques de transformation au plan démocratique, économique et social", a indiqué M. Sidi-Saïd dans son allocution, soulignant que les organisations syndicales africaines sont aujourd’hui "des acteurs incontournables pour la construction de la nouvelle Afrique". Du fait de "l’ampleur des enjeux en cours", le secrétaire général de l’UGTA a estimé que le mouvement syndical africain "ne doit faiblir sur aucun front", à savoir la paix, le développe-

Des acteurs incontournables pour la construction de la nouvelle Afrique
ment durable, la démocratie, les droits de l’homme, l’Etat de droit, l’équité sociale, l’égalité du genre et la participation de la jeunesse à la construction de l’Afrique. "Nous devons être combatifs pour éviter de subir et nous devons aussi mettre nos actions en synergie pour faire face aux défis qui nous attendent", a-t-il préconisé, relevant que les défis auxquels il faut faire face sont "divers et multiples" au regard de la situation mondiale et ses conséquences "négatives" sur le développement humain. En ce sens, il a affirmé que l’OUSA "n’est pas une simple tribune syndicale, mais une force de paix et de participation à la construction de l’Afrique économiquement et socialement", appelant ainsi à rassembler et concentrer les efforts de l’organisation sur le renforcement de ses capacités pour conforter sa présence militante et syndicale au plan africain et international. Liant le développement et la transformation de l’Afrique avec le dialogue social et le développement humain, M. SidiSaïd a affirmé que la conjugaison des deux instruments constitue un "coefficient multiplicateur" des efforts collectifs visant un développement durable et décent en vue de la promotion sociale de la classe ouvrière du continent". A cet effet, M. Sidi-Saïd a mis l’accent sur la "construction" d’un dialogue social basé sur la confiance, la concertation inclusive, participative et transparente pour des solutions "plus efficaces" et un développement durable. Evoquant l’expérience algérienne en matière de dialogue social, le secrétaire général de l’UGTA, a mis en exergue la promotion du Pacte national économique et social en Pacte national économique et social de croissance, précisant que ce résultat est l’aboutissement

favorisent l’émergence de l’Afrique ». L’action collective permanente et efficiente a précisé le patron de l’UGTA, «  permet des avancées et des avantages certains à l’effort du développement et de l’épanouissement social. Cette vision donne une nouvelle dimension aux rapports entre partenaires sociaux qui doivent concevoir la nouvelle Afrique avec confiance dans une démarche conjuguée dans la bonne gouvernance ». Selon lui, « les gouvernements, les organisations syndicales et employeurs doivent partager la conviction que leurs efforts, unis en commun et tirant dans le même sens, se révèlent plus productifs et plus efficaces que les mésententes et les déchirements. A mon humble avis, nous n’avons nullement besoin de confrontation entre partenaires ».

SYNDICATS AFRICAINS

Tripartite : un comité national de suivi installé prochainement Mettant à profit cette rencontre, le SG de l’UGTA a mis l’accent sur les résultats de la tripartite qui a eu lieu le 23 février 2014, en indiquant « que ce pacte national économique et social de croissance traduit l’engagement des partenaires à concrétiser l’accélération du processus des réformes économique visant le développement industriel, d’amélioration du climat des affaires et promotion de la production nationale ». Cette politique de croissance sera soutenue, a-t-il précisé, « par un meilleur accès au travail, l’amélioration continue du pouvoir d’achat, du système de santé et de la protection

sociale, ajoutant : « Pour le suivi effectif des engagements de chacune des parties signataires, il est retenu la mise en place d’un mécanisme d’évaluation à travers un comité national de suivi, associant toutes les parties concernées, qui va être installé avant la fin de ce mois de mars ». Ces résultats, a-t-il a indiqué, « sont l’aboutissement d’un long processus de consultations et de négociation sous une forme bilatérale ou tripartite». Aussi, « Depuis l’institutionnalisation du dialogue en Algérie, 30 rencontre tripartites et bipartites ont eu lieu. Ces sessions de discussion et de négociation ont été d’authentiques moments d’apprentissage collectif, qui ont permis aux partenaires de dépasser un ensemble d’écueils en instaurant un débat démocratique mobilisateur qui nous a permis d’aboutir à des résultats consensuels, facteur déterminants de stabilité sociale », a ajouté Sidi Saïd , avant de relever « que cette conférence sera suivie aujourd’hui par une autre conférence internationale, consacrée à la reconstruction du mouvement syndical internationale ». Selon lui, «  plus de 150 organisations syndicales vont prendre part à cette réunion notamment des pays africains ». L’organisation de cette rencontre, a-t-il dit, « confirme que l’Algérie représente un pôle de référence dans tous les domaines en particulier syndical ». de ce fait, selon lui, pas question de s’arrêter en si bon chemin, « aujourd’hui il ya nécessité d’aller à une confrontation positive pour faire avancer l’espace démocratique et avoir les acquis et droits sociaux auxquels chaque citoyen de ce continent tend. » Makhlouf Ait Ziane

Mardi 11 Mars 2014

d’un long processus de consultations et de négociations d’une trentaine de rencontres tripartites ou bipartites. Les travaux des assises du 37e Conseil général de l’OUSA ont débuté lundi à Alger en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouvernement ainsi que des représentants d’organisations internationales. Le Conseil qui se tient à Alger du 9 au 12 mars, vise à participer à une transformation d’une Afrique "émancipée économiquement et socialement sur des valeurs démocratiques", ont indiqué les organisateurs. Le Conseil général de l’OUSA sera suivi mardi d’une conférence internationale pour traiter de la situation régionale et internationale dont le thème portera sur l’analyse et les perspectives du mouvement syndical international.

4

Plus qu’une semaine pour connaître les candidats en lice parmi les 12 dossiers déposés
E L E C T I O N P R É S I D E N T I E L L E D U 1 7 AV R I L

Nation

EL MOUDJAHID

C

ette liste comprend, comme l’a affiché sur son site le Conseil constitutionnel, les dossiers de Moussa Touati, Abdelaziz Belaïd Ali Zeghdoud, Louisa Hanoune, Abdelaziz Bouteflika, Ali Benflis, Mahfoud Adoul, Ali Benouari, Ali Fawzi Rebaïne, Mohamed Benhamou, Saddek Temmache et Abdelhakim Hammadi. Le cas énigmatique du dossier du candidat Rachid Nekkaz qui a soulevé des interrogations attend des précisions de la part du Conseil constitutionnel. A une semaine de l’annonce des résultats et de la validation des potentiels candidats à la présidentielle, la scène nationale se mobilise et les militants des uns et des autres occupent les gros titres des journaux et des plateaux de débats. Parmi les 162 formulaires de souscriptions de dossiers des candidatures, le décompte ne donne que 12 dossiers déposés ayant reçu les accusés de réception sachant que beaucoup se sont retirés du marathon de constitution du dossier de candidature pour une raison ou une autre. En

A une semaine de la date de clôture de dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle du 17 avril, et autant de la date de proclamation parmi les douze candidats ayant officiellement fait acte de candidature, le 4 mars à minuit, l’heure est à l’attente des résultats du Conseil constitutionnel qui devra se prononcer sur la conformité et l’authenticité parmi les douze candidats ayant déposé leurs dossiers de candidature selon l’ordre de dépôt.
effet, selon la loi en vigueur, il faut préciser que le Conseil constitutionnel et au regard des dispositions des articles 138 et 140 (alinéas 1 et 2) de la loi organique portant régime électoral, devra statuer sur la validité des dossiers de candidature déposés, au plus tard dans un délai de dix jours après l’expiration du délai des 45 jours prévu à l’article 137 de la loi organique, en comptant les jours à partir du 5 mars. Le Conseil constitutionnel qui devra se prononcer dans les prochains jours sur les candidats participants à l’élection présidentielle d’avril, aura à éplucher les milliers de formulaires présentés par les douze candidats en examinant la conformité des 600 signatures de membres élus d’assemblées communales, de wilaya ou parlementaires et réparties au moins à travers vingt-cinq wilayas pour ceux qui ont opté pour ces formules ou les 75.000 signatures individuelles, au moins, d’électeurs inscrits sur une liste électorale pour ceux ayant opté pour la seconde. Et donc en attendant le 15 mars, le

La commission nationale de l’élection présidentielle du 17 avril 2014 du parti du Front de libération nationale (FLN) a été installée hier à Alger. La commission, qui se veut une permanence de soutien au candidat Abdelaziz Bouteflika durant la campagne électorale, est composée de 150 militants « membres du Comité central, députés, sénateurs et responsables de Mouhafada ». A cette occasion, le secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, qui a procédé à l’installation de la commission en a appelé les membres « à mener une campagne propre et transparente en faveur du candidat indépendant M. Ab-

Installation de la commission nationale du parti

FLN

terme fixé par la loi organique au Conseil constitutionnel pour valider les dossiers de candidature, la classe politique engagée dans les présidentielles prépare la campagne électorale qui commencera le 23 mars. L’élection présidentielle du 17 avril prochain se déroulera sous l’observation de représentants d’organisations régionales et internationales, à l’exemple de ceux de la Ligue arabe, de l’Union africaine, de l’Union euro-

Le Rassemblement national démocratique (RND) a appelé, hier, à "faire face aux campagnes de déstabilisation et aux dérapages qui peuvent en découler". Le RND "appelle, à nouveau, à faire face aux campagnes de déstabilisation et met en garde contre les dérapages qu'elles peuvent induire par le recours à la rue et les tentatives de manipulation de certaines franges de la société", indique un communiqué du secrétariat général du RND rendu public à l'issue de la présentation au secrétaire général du RND Abdelkader Bensalah, du rapport du service "Information et communication" chargé du suivie de la mise en oeuvre du plan opérationnel de contribution à la campagne électoral. L'occasion était pour le parti de réaffirmer que "le

Appel à faire face aux campagnes de déstabilisation

RND

delaziz Bouteflika.» « Cette campagne doit véhiculer une bonne image de la démocratie en Algérie » a-t-il expliqué, exhortant les membres de la commission à ne pas répondre aux « propos provocateurs » pouvant émaner de certains candidats ou de leurs partisans. Le même responsable a insisté sur la nécessité de se focaliser durant la campagne sur les « perspectives à venir », soulignant l’impératif de s’adresser à la population en tenant compte des « spécificités » de chaque région. M. Saïdani a, par ailleurs, appelé les cadres de son parti à œuvrer à la mobilisation des citoyens à travers l’ensemble du territoire national afin qu’ « ils participent massivement à ce rendez-vous décisif.»

ONEC : LORS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE ANIMEE HIER AU CENTRE DE PRESSE D’EL MOUDJAHID
a, également, mis en garde contre toutes tentatives visant la stabilité du pays, et appelle le peuple algérien à participer massivement aux élections présidentielles du 17 avril prochain. Par ailleurs, les membres du secrétariat national ont annoncé leur décision de retirer leur confiance à Hadj Abdelkader Mokhtar, SG de l’Organisation par intérim. Hadj Abdelkader Mokhtar, faut-il rappeler, a été désigné à la tête de l’ONEC, en remplacement à Tayeb Belhouari, après un retrait de confiance. C’est Abdelkader Zahani qui s’est vu assigner la mission de gérer l’ONEC, en attendant la tenue du congrès pour élire le

Les sept membres du secrétariat national, sur les onze, de l’Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC), ainsi que des secrétaires de wilaya, ont proclamé, hier, au centre de presse d’El Moudjahid, une motion de soutien en faveur à la candidature du Président Bouteflika, à un quatrième mandat. Dans la motion on peut lire que l’ONEC renouvelle sa fidélité et son soutien au moudjahid Abdelaziz Bouteflika. Ce renouvellement de confiance, lit-on, est un signe de reconnaissance au Président de la République pour son apport dans l’édification du pays. L’organisation,

Motion de soutien au candidat Bouteflika
nouveau secrétaire général. Et c’est justement Abdelkader Zahani qui a animé la conférence de presse, où il a tenu à préciser qu’il parlait au nom de la majorité des membres du secrétariat national, présents à la conférence. Une conférence dont l’ordre du jour consistait à évoquer l’avenir de l’Organisation, et surtout une occasion pour appeler les enfants de chouhada à dépasser leurs divergences pour s’unir et s’imposer sur la scène politique. M. Zahani a annoncé la tenue prochainement du Conseil national sans pour autant donner de date. N. C.

peuple algérien est conscient des enjeux actuels et des exigences de l'élection présidentielle qui en appelle à des approches positives à même de permettre aux candidats de présenter leurs idées et programmes dans un esprit compétitif". "Les thèses véhiculées par certaines parties à travers les tribunes médiatiques ne sont autres que des tentatives de déstabilisation dictées par un souci d'impacter négativement une échéance constitutionnelle", précise le communiqué. Après avoir rappelé le choix du RND de "continuer" à apporter son soutien au candidat Abdelaziz Bouteflika, le communiqué a appelé les militants du parti à davantage de vigilance en prévision de la campagne électorale qu'"ils doivent mener dans le calme et la quiétude pour mieux défendre le programme du candidat Abdelaziz Bouteflika en faveur de la stabilité du pays".

Les professionnels de la pêche et de l’aquaculture ont annoncé, hier, leur soutien à la candidature du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la magistrature suprême du pays, lors des élections présidentielles du 17 avril prochain. S’exprimant en leur nom, le président de la chambre nationale de pêche, M. Chouaib Agab, a indiqué lors d’une conférence de presse, que les professionnels du secteur réitèrent leur confiance en la personne du candidat, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika. « Cette décision n’est qu’une forme de reconnaissance pour les efforts consentis par le Président de la République depuis son élection à la tête du pays, afin de développer le secteur de la pêche et de l’aquaculture en Algérie  », a-t-il précisé. M. Chouaib, a rappelé à ce titre que le secteur de la pêche a été renforcé par un cadre juridique et réglementaire qui a contribué à l’organisation du métier des marins-pêcheurs. En plus de la création des infrastructures de base, telles que les ports de pêche, les ateliers de constructions et de réparation des bateaux, et des instituts et centres de formation dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, « le secteur s’est vu encourager l’investissement à travers les différents dispositifs de soutien allant du projet de la relance économique aux dernière décisions contenues dans la loi de fi-

Soutien à la candidature de Bouteflika

CHAMBRE NATIONALE DE LA PÊCHE

péenne, des Nations unies et de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). Et déjà le MAE annonce leur présence dès la semaine prochaine. L’Union européenne et les Nations unies seront représentées par deux groupes d’experts qui assureront le suivi technique de l’élection. Cette présence des observateurs étrangers à la présidentielle du 17 avril constitue un gage de bonne volonté du gouvernement algérien de garantir un scrutin

propre et transparent tout en assurant les candidats à la présidentielle qui mettent en garde contre les tentations de fraude en pointant du doigt la partialité de l’administration dans le traitement du président-candidat. L’Algérie, qui se prépare à élire le futur président de la République, s’attelle à la réunion des conditions de déroulement de ce rendez-vous électoral et l’administration est dans l’obligation d’agir en toute impartialité, intégrité et transparence pour assurer la réussite de cette échéance électorale et ce, en application des dispositions de la loi organique relative au régime électoral. Une mission qui sera assurée notamment par les magistrats qui composent la Commission nationale de supervision des élections (CNSEL). Concernant la campagne électorale, l’administration est également appelé à agir en toute équité avec l’ensemble des partis et des candidats en mettant à leur disposition des salles dotées de moyens nécessaires pour l’animation de leurs meetings électoraux. Houria A.

nance pour l’année 2014, notamment en ce qui concerne l’octroi des crédits sans intérêts au profit des professionnels de la pêche. » Le président de la Chambre de commerce a évoqué également la nouvelle loi relative à la retraite des pêcheurs et des professionnels de la mer est mise en application l’année dernière. Cette loi a permis, selon l’orateur, « d’améliorer le système de la sécurité sociale des pêcheurs et d’améliorer également leur retraite. » Il convient de rappeler que « la loi relative à la retraite des pêcheurs intervient pour la prise en charge de la retraite des travailleurs de la pêche et qui sera calculée sur la base des cotisations et selon la moyenne des salaires des cinq dernières années de travail ou bien le salaire le plus élevé. Cette nouvelle grille a touché plus de 90% des travailleurs, sachant que le nombre des inscrits est de 45.000 entre pêcheurs et professionnels de la mer. » Salima Ettouahria

PRÉCISIONS
Le Centre de presse d’El Moudjahid, baptisé du nom de son ancien directeur Mohamed Abderrahmani, tombé sous les balles assassines du terrorisme, est un espace de concertation et d’information — ouvert à tous les débats — qui s’est imposé sur la scène médiatique. Le journal, qui n’a jamais fermé les portes du Centre de presse à la société civile, a accepté une demande émanant de l’ONEC pour la tenue d’une conférence de presse, lundi 10 mars à 14 heures. Avant la tenue de la conférence, un groupuscule d’individus se présentant comme des membres de l’Organisation nationale des enfants de chouhada, affichant clairement leur opposition à la tenue de la conférence, se sont introduits dans la salle, ont déclenché une bagarre et ont saccagé les lieux jusqu’ à porter atteinte à l’emblème national. Devant de tels agissements, inqualifiables, le journal a pris la décision de déposer plainte. El Moudjahid

Mardi 11 Mars 2014

Ph. T. Rouabah

EL MOUDJAHID

« L’ONU doit accélérer le processus d’autodétermination du peuple sahraoui »
Les autorités du royaume «doivent adhérer aux propositions justes que proposent les uns et les autres», a fait savoir le président du parlement sahraoui.

SAHARA OCCIDENTAL SAÏDA BOUNAB, CHEF DE LA DÉLÉGATION DES FEMMES PARLEMENTAIRES ALGÉRIENNES AUX CAMPS DE RÉFUGIÉS :

Nation

5 Appel à l'ONU à mettre en place un mécanisme pour la protection des droits des Sahraouis

U

ne délégation algérienne composée d’environ une trentaine de femmes parlementaires algériennes, représentant 15 partis politiques, s’est rendue, dimanche, aux camps de refugiés sahraouis à Boujdour, avant de rejoindre, hier, d’autres territoires, à l’image de Smara et de Laâyoune. Un don important de logistique bureautique, transporté par avion, a été offert au parlement sahraoui. Un autre, consistant en matériel télévisuel, s’effectuera prochainement, nous a appris Saïda Bounab, députée et présidente de la Commission de fraternité algéro-saharienne. Lors d’une réunion regroupant les deux parlements, celle-ci a tenu à indiquer, de prime abord, qu’il s’agit d’un «don de cœur». Réaffirmant la position «constante» de l’Algérie, elle relève que ce soutien à la cause sahraouie est «indéfectible est inconditionnel», et ce jusqu’à la «victoire finale». Dans son intervention, Mme Bounab a lancé un message solennel aux Nations unies, appelant ses responsables à «organiser, dans les meilleurs délais, le référendum pour l’autodétermination et d’en finir avec le colonialisme sur le continent africain». En 2014, poursuit-elle, il est «inadmissible» de voir un peuple subir toute forme d’atrocités et de sévices

De nos envoyés spéciaux aux camps de refugiés sahraouis de Boujdour : Fouad Irnatene et Wafa B.

sous un silence total de la communauté internationale censée défendre les droits de l’homme, et de voir le colonisateur agir «en toute impunité». Résolution du conflit : une urgence En dépit du comportement abusif du royaume chérifien, le peuple sahraoui, se réjouit-elle, fait preuve d’une «résistance héroïque» et ne compte baisser les bras qu’une fois l’indépendance «acquise». D’autre part, la députée salue le travail «efficace» accompli par Christopher Ross, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, lequel a permis «une redynamisation politique de la question sahraouie». Elle se félicite, également, de l’«adhésion» des pays

Le premier responsable de l’Afapradesa explique que de  «nouvelles fosses ont été découvertes, et les détails seront dévoilés au moment opportun». Principal  problème qui se pose, c’est «l’identification qui s’avère un peu plus compliquée». La découverte tout à fait inédite effectuée par une équipe scientifique de renommée internationale de deux fosses communes, en juin dernier, replonge le Maroc dans la période des années de plomb et des exécutions. Huit corps de Sahraouis tués le 12 février 1976 ont été identifiés. Sollicité en marge de cette rencontre, Abdeslam Omar Lahcene, président de l’Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis, a affirmé à El Moudjahid, que durant tout ce temps, «le Maroc a nié l’existence de ces exactions, et avait prétendu, suite aux pressions internationales, que quatre parmi eux étaient morts à Smara dans une caserne militaire». La vérité est tout autre. La découverte, précise-t-il, a «eu lieu à Fadret Lagouia, près du mur de la honte qui divise le Sahara occidental». Parmi les morts identifiés par l’équipe scientifique, il y a «deux enfants». M. Lahcene souligne que «toutes les preuves de la médecine légale et les témoignages oculaires recueillis ont abouti au même constat : il s’agit d’une mort violente». Il y a lieu de souligner que plus de «500 Sahraouis, dont 151 combattants et 21 femmes, sont actuellement recensés comme victimes de disparition». Beaucoup d’autres eux sont portés disparus par leur famille à la suite de bombardements de l’aviation marocaine. L’exhumation de ces premiers huit corps ouvre donc un dossier très sensible. Il a fallu qu’un berger trouve des restes humains éparpillés sur le sable, pour que l’équipe d’investigation et médico-légale de

« 500 Sahraouis, dont 21 femmes, sont toujours portés disparus »
Ce dernier a pu écouter, le 12 février dernier, les docteurs Carlos Martin Beristain, spécialiste de la mémoire collective dans les sociétés en reconstruction, et son collègue Francisco Etxeberria, spécialiste en médecine légale. D’autres développements de cette affaire sont «attendus» dans les prochains jours. « La résolution du conflit est d’abord juridique » Dans ses éclaircissements, notre vis-à-vis interpelle l’ONU à «jouer pleinement son rôle et à exercer les pressions qui s’imposent du moment que le Maroc a reconnu que 351 personnes sont mortes». Pour lui, «plus du temps à perdre, la vérité, toute la vérité, doit être connue». Objectif  : «permettre aux familles concernées de faire leur deuil, d’une part, et, de l’autre, entamer de nouvelles enquêtes sur ce que la Ligue internationale des droits de l’homme considère comme un crime de guerre et contre l’humanité». Dans un autre registre, notre interlocuteur indique qu’en Europe, il

ABDESLAM OMAR LAHCENE, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION DES FAMILLES DES PRISONNIERS ET DISPARUS SAHRAOUIS, À EL MOUDJAHID :

africains, déterminés, plus que jamais, à aller en rangs unis pour aboutir à une indépendance que les Sahraouis attendent depuis 1975. De son côté, Khatri Addouh, président du parlement sahraoui, très touché par ce geste de solidarité et de soutien, a qualifié cette visite parlementaire algérienne de «touchante» et «significative» qui «renforcera davantage les liens entre les deux pays frères». Et rend un hommage particulier au Président Abdelaziz Bouteflika et au président de l’APN, Larbi Ould Khelifa. Des nombreuses qualités de la femme sahraouie, il relève la bravoure, le courage et la détermination dans son combat pour arracher la liberté de sa terre, pour que les générations futures

puissent en profiter. Les problèmes quotidiens auxquels elle fait face par tous les temps n’ont altéré en rien sa «détermination, son héroïsme et sa résistance». Les qualificatifs peuvent pleuvoir, mais ne sauront jamais rendre justice à cette femme que le monde entier en a peu vu. En somme, dit M. Addouh, elle est «une femme pas comme les autres». À propos du conflit les opposant aux forces marocaines, il clame haut et fort que «la cause sahraouie relève de l’urgence». Et que la résolution dudit conflit doit s’effectuer «dans le cadre de la justice et la loi». Comme Mme Bounab, le président du parlement sahraoui salue les efforts de M. Ross, lesquels, soutient-il, «ont abouti à des avancées importantes du dossier sahraoui». Il regrette, également, que près de 40 ans après l’annexion des territoires sahraouis, le Maroc fait, encore, montre d’un «entêtement que seul un forcing global peut faire fléchir». Les autorités du royaume «doivent adhérer aux propositions justes que proposent les uns et les autres», a-t-il estimé. Dans une autre optique, le président de l’Assemblée sahraouie dénonce les «complots» des autorités marocaines contre l’Algérie, «notamment du fait qu’elle soutient notre cause de peuple qui aspire à vivre libre». Des problèmes qui consistent, en particulier, en ces «grandes quantités de drogue qu’on tente de faire transiter par les frontières».  F. I.

Interrogé par nos soins, quant aux procédures qui peuvent accélérer la résolution du conflit opposant les Sahraouis aux forces d’occupation marocaines, l’ambassadeur sahraoui à Alger cite l’impérieuse nécessité d’élargir la «solidarité internationale». Aussi, Brahim Ghali croit dur comme fer que toutes les parties favorables à l’indépendance du peuple sahraoui doivent, désormais, «appeler l’ONU à mener des procédures coercitives, et passer, sans tarder, à la punition de l’auteur des différents crimes commis contre notre peuple».

BRAHIM GHALI, AMBASSADEUR DE LA RASD À ALGER, INTERPELLE L’ONU :

l’université du Pays basque soit sollicitée par l’Afapradesa. Pour M. Lahcene, le nombre de disparus risque d’être porté à la hausse, car, explicitet-il, nombre de familles «n’ont pas la possibilité de dénoncer ces disparitions par crainte de représailles». Dans ce contexte, il relèvera que cette question a été portée devant les tribunaux espagnols via le juge Pablo Roos.

existe une «prise de conscience plus importante sur la question sahraouie». À cet effet, il nous fait part de la préparation par la rapporteuse de l’Union européenne, Mme Pasquillet, d’un rapport détaillé sur la situation des droits de l’homme dans les territoires sahraouis. Néanmoins, M. Lahcene déplore le fait que les avis des parlementaires français et espagnols «n’ont pas été pris en considération». À l’avenir, le premier responsable de l’Afapradesa espère que la position des parlements européens soit «cohérente», car, d’une part, ils «dénoncent» l’occupation marocaine, et, d’autre part, ils adoptent des «accords illégaux» concernant l’exploitation des ressources naturelles sahraouies, citant l’accord de pêche signé, lors de la commémoration de la Journée mondiale des droits de l’homme, soit le 10 décembre 2013. Quant à la résolution définitive du problème sahraoui, M. Lahcene estime qu’elle est, d’abord, d’ordre «juridique». Fouad I.

« Il faut prendre une position ferme au lieu de se murer dans l’observation »

Mardi 11 Mars 2014

À une question de savoir si le tribunal international de La Haye a été sollicité, l’ambassadeur rappelle que le vif des négociations a été détourné, déjà en 1975, par les forces marocaines. Aujourd’hui, estime-t-il, les conditions «ne sont plus les mêmes». Et d’ajouter  : «Le degré de conscience et de la solidarité sont deux options qui facilitent la tâche afin que certains avis, dont celui des États-Unis, dépassent le stade de l’observation et de la dénonciation, pour se muer en positions fermes.» F. I.

Le Président sahraoui et Secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a appelé le secrétaire général de l'ONU, Ban Kimoon, à œuvrer à la mise en place d'un mécanisme onusien pour la protection des droits des Sahraouis dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc. Dans une lettre adressée au SG de l'ONU, diffusée par l'Agence de presse sahraouie (SPS), le Président sahraoui a appelé Ban Ki-Moon "à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin aux pratiques inhumaines des autorités marocaines dans les territoires occupés", préconisant "de mettre en place un mécanisme onusien pour la protection et la surveillance des droits de l'homme des Sahraouis dans les territoires occupés par le Maroc". La lettre de M. Mohamed Abdelaziz intervient en réaction à "l'intervention brutale des forces marocaines" contre des femmes sahraouies qui "manifestaient pacifiquement à ElAyoune occupée, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, pour le droit des femmes et du peuple sahraoui à l'autodétermination, à travers un référendum juste et équitable et la libération de tous les détenus sahraouis". Cette manifestation pacifique a été sauvagement réprimée par les forces marocaines (tous corps confondus), faisant "au moins 40 blessés,n dont des enfants", a ajouté M. Abdelaziz, estimant que ces comportements dénotent "un manque réel de volonté du Maroc de progresser vers une solution juste au conflit entre le Sahara occidental et le Maroc". Les comportements de l'occupant marocain "ne concourent pas aux efforts de paix et entravent le travail de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nation unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross", a conclu le Président sahraouis.

6

l est question de mettre en conformité les instances du CRA, d’adopter les statuts et le règlement intérieur et surtout entretenir le lien intergénérationnel entre les jeunes, les membres actifs, ainsi que les doyens du Croissant-Rouge, chose qui favorisera l’épanouissement et assurera la relève», a indiqué le président de la commission interministérielle chargée de la préparation de cette AG. La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme rappelle les valeurs humaines et les idéaux nationalistes que véhicule le CRA, et considère ce dernier comme un véritable «pilier» dans le domaine de l’action humanitaire, du secours volontaire et d’autres opérations de solidarité qui se caractérisent, toutes, par le souci de préserver la dignité des personnes. Dans un message lu en son nom par son conseiller à la communication, Souad Bendjaballah qualifie le Croissant-Rouge algérien «d’école», dont ses disciples, a-telle soutenu, «sont pleinement imprégnés des vertus et valeurs de solidarité, d’entraide et de secours envers les sinistrés des catastrophes naturelles».

Le Croissant-Rouge algérien élit son nouveau président aujourd’hui, à la faveur des travaux de l’assemblée générale élective ouverte hier à l’hôtel Riadh de Sidi Fredj en présence de 194 délégués désignés par les comités du CRA à travers les 48 wilayas.

« Le ministère de la Solidarité accompagnera le CRA dans sa mission »
Mme BENDJABALLAH À L’AG ELECTIVE DU CROISSANT-ROUGE ALGÉRIEN

Nation

EL MOUDJAHID

«I

LE MINISTRE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS :

En effet, «cette école a pu édifier des passerelles entre les générations afin de garantir la transmission des grandes valeurs humaines à travers la mobilisation des jeunes autour de la promotion de l’action humanitaire et les activités de volontariat», a-t-elle affirmé, non sans rappeler les actes de bravoure et de courage des bénévoles du CRA dans les inondations de Bab El-Oued de 2001 et de Ghardaïa de 2008, le séisme de Boumerdès de 2003, ou encore leur participation dans les différentes opérations de solidarité telles que les restaurants Rahma mis en place

chaque mois de Ramadhan, l’organisation des collectes de sang, la prise en charge des réfugiés venus des pays touchés par les guerres, sans oublier l’organisation de cycles de formation dans le secourisme. À propos de la présence des représentants des pouvoirs publics au sein du CRA et son autonomie de gestion, la ministre refuse à ce qu’on interprète cela comme une volonté de mettre le CroissantRouge algérien sous l’emprise de l’État ou de l’étouffer, et souligne que cette représentativité se limite à certains nombres de départe-

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Nourredine Bedoui, a annoncé, hier à Aïn Témouchent, qu’un budget spécial sera proposé en 2014-2015 pour la formation des formateurs. Initié sur orientation du gouvernement, ce chapitre budgétaire sera consacré à la mise à niveau des formateurs des différents établissements du pays, a précisé le ministre, à l’occasion d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya. Partant des besoins du secteur, notamment ceux liés à la qualité de la formation, cette mise à niveau est devenue inéluctable pour assurer une bonne formation aux stagiaires du secteur, a expliqué le ministre, soulignant la nécessité de faire appel à d’anciens professeurs de l’enseignement professionnel pour assurer cette tâche. "Le secteur de la formation doit être au cœur de tout projet et au cœur du programme de développement national afin de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée qui prendra en charge ces programmes", a indiqué le ministre, rappelant que le gouvernement a prévu, dans l’ensemble des marchés de réalisation de projets de développement par des entreprises étrangères, l’obligation de former la main-d’œuvre nationale comme mesure d’accompagnement. S’agissant de la nouvelle loi sur l’apprentissage qui remplacera celle de 1981, M. Bedoui a précisé que cette loi constitue "une fierté pour l’Algérie", car elle rapproche l’apprenti de l’entreprise économique. Adoptée par le Conseil des ministres, cette nouvelle loi est marquée par deux décisions importantes du Président de la République, portant respectivement sur l’augmentation du présalaire attribué aux apprentis et la révision de la limite d’âge de l’apprenti, soit de 30 ans proposée initialement à 35 ans. Pour le ministre, ce mode de formation est générateur immédiat d’une maind’œuvre qualifiée pour toutes les spécialités, pour peu que toutes les parties

« Un budget spécial en 2014-2015 pour la formation des formateurs »

concernées jouent le jeu. "D’ici quatre ou cinq années, il n’y aura aucun jeune Algérien sans qualification", a-t-il assuré. M. Bedoui a entamé sa tournée par la visite de l’Institut national spécialisé de formation professionnelle Ouaddah-Benaouda, au chef-lieu de wilaya, où il s’est enquis des conditions de formation des stagiaires, parmi lesquels figurent 27 Africains, dont deux filles, de différentes nationalités. Sur place, le ministre a assisté à la signature de deux conventions entre le directeur du secteur et ceux de la pêche, de l’emploi et l’ANEM, pour la formation, par apprentissage, de jeunes dans différentes filières de pêche, de jardinage et d'horticulture. Au CFPA Bouzidi-Larbi d’Aïn Témouchent, M. Bedoui a pris connaissance de l’avancement des travaux de réhabilitation de cet établissement, ouvert en 1982 et faisant fonction, auparavant, d’institut. Une enveloppe de 29,226 millions de dinars a été allouée à ces travaux qui enregistrent un taux d’avancement de 30 %. Au CFPA d’Aïn Larbaâ, où plusieurs filières agricoles sont prises en charge, le ministre a fait part d’un projet futur portant spécialisation de certains centres dans l’agriculture.

Mardi 11 Mars 2014

Les cours dispensés aux élèves candidats au baccalauréat, prévu pour le 1er juin prochain 2014, s'arrêteront entre le 30 avril et le 2 mai prochains, a indiqué Abdelatif Baba Ahmed, ministre de l’Éducation nationale, en marge de la cérémonie organisée au lycée de mathématiques de Kouba, en l'honneur des femmes du secteur de l'Éducation. Le ministre de l'Éducation a affirmé, à cette occasion, qu’à partir de cette date, il sera procédé à la clôture du programme dispensé aux élèves de classes de terminale afin de leur permettre de se préparer à l’examen blanc et aux révisions pour l’examen final. «Les élèves seront ainsi en mesure de réviser leurs cours et de se préparer à l’examen blanc et aux épreuves du baccalauréat». Selon le ministre, des instructions portant sur l’obligation de maintenir les établissements éducatifs ouverts aux élèves jusqu’au jour de l’examen du baccalauréat, afin de leur permettre de bénéficier des cours de soutien et des révisions, ont été données aux chefs d’établissements scolaires. Le ministère veille «avec détermination et sous la supervision personnelle du ministre de l’Éducation nationale à une application rigoureuse de toutes les mesures précitées». Ces mesures traduisent «le souci du ministère de tutelle d’assurer les meilleures conditions de prise en charge des élèves, notamment ceux en classes d’examen, et de rassurer les élèves en général et les candidats au baccalauréat en particulier». Interrogé sur le fameux seuil de limitation des cours, M. Baba Ahmed a répondu que «les sujets des examens de fin d'année ne porteront que sur les cours effective-

Bac : « Les cours s'arrêteront fin avril ou début mai »

ABDELATIF BABA AHMED :

ments ministériels qui lui sont attachés. «Au contraire, ça va apporter l’appui nécessaire à ses instances dirigeantes tel l’octroi des aides matérielles et financières», lit-on dans son message. De ce fait, la ministre de la Solidarité nationale a tenu à préciser que cette interprétation «est contraire aux dispositions réglementaires prévues par le décret exécutif n°08-59 du 13 février 2008 modifiant et complétant le décret 62-524 du 6 septembre 1962», rappelant, dans le même cadre, que «des conventions internationales intervenant en la ma-

tière obligent les sociétés nationales du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge à se conformer à la législation nationale». Elle a affirmé que la représentation des pouvoirs publics «sera limitée à un certain nombre de départements ministériels attachés au CRA par des liens fonctionnels et juridiques», et cette représentation «sera limitée à l'instance dirigeante du CRA, afin que les centres de décision émanent des membres élus et non des départements ministériels». Se montrant, à ce propos, rassurante sur la détermination des pouvoirs publics d’accompagner le CRA et de l’aider dans sa noble mission, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre des mécanismes de modernisation de sa gestion administrative et financière, elle appelle, par ailleurs, les congressistes à adopter dans les statuts du CRA, des dispositions qui «consacreront, au sein de ses instances dirigeantes, la faculté de convoquer, à titre exceptionnel, une AG élective en cas d’expiration de son mandat, et ce afin d’éviter de sombrer dans un état de blocage et assurer la pérennité et la continuité de ses missions». S. A. M.

ment dispensés durant l'année scolaire en cours et que le concept de seuil de la limitation des cours signifie, pour son secteur, que le candidat au baccalauréat ne sera interrogé que sur les cours effectivement dispensés durant l'année scolaire». Cela dit, la commission chargée du suivi des programmes d'enseignement et de l'évolution de leur exécution fera comme chaque année un bilan des cours dispensés, ce qui sert d’indicateur non négligeable pour la confection des sujets d’examens. L’inquiétude des élèves des classes d’examens est d’ailleurs plus grande que celle des autres élèves. Toujours dans ce même cadre d’idées, le premier responsable du secteur, qui a précisé que le taux de suivi de la dernière grève des enseignants «n’a pas dépassé les 10% au niveau des deux cycles primaire moyen, et variait entre 18% et 20% dans le cycle secondaire», a affirmé que «les heures pédagogiques perdues pourraient être récupérées en annulant les épreuves du deuxième trimestre et en ne tenant compte uniquement des notes des devoirs  et du

contrôle continu». À une question sur le déroulement des rattrapages des cours perdus, le ministre de l'Éducation s'est dit «confiant» quant à la possibilité de récupérer ces cours suite aux mesures prises par la tutelle. Il a rappelé, par ailleurs, que le plan de rattrapage engagé «a laissé le libre choix aux établissements secondaires de tracer leurs propres programmes de rattrapage en fonction de leurs spécificités et du retard enregistré à leur niveau». Le ministre n’a pas omis d’insister sur les instructions qui ont été données aux directeurs de l'éducation nationale de wilaya, aux inspecteurs pédagogiques, ainsi qu'aux chefs d’établissement et aux enseignants, pour «veiller à ce que les cours soient dispensés à un rythme normal, sans bourrage ni précipitation, de manière à garantir à l'élève une bonne assimilation du programme». S’agissant de la question liée aux ponctions sur salaires des enseignants ayant observé la grève pendant plus de trois semaines, M. Baba Ahmed a indiqué que «la question des ponctions sur salaires ne sera étudiée qu’après la récupération des cours perdus». Il a précisé que «la décision du ministère de l’Éducation nationale est ajournée jusqu'après le rattrapage des heures perdues  pendant le débrayage». Le ministre a annoncé, à cet effet, «s’'il s'avère que des enseignants ont refusé de rattraper les cours perdus, il sera procédé à une ponction sur leur salaire, et cette mesure ne concernera, bien évidemment, pas les enseignants qui se conforment aux plans de rattrapage », a-t-il conclu. Sarah Sofi

EL MOUDJAHID

La plus grande dotation financière pour les projets maritimes à l’échelle du pays est engagée en ce moment au niveau du port d’Oran.

Lancement de nouveaux projets
LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS À ORAN
de marchandises dans ce deuxième port commercial du pays en importance. Ce terminal a bénéficié d'une opération d'extension à laquelle a été consacrée une enveloppe de 11 milliards de dinars, dans le cadre du plan quinquennal de développement (2010-2014). 54 hectares, pour accueillir un million de conteneurs par an. Selon une étude relativement ancienne (elle a été faite avant le projet de l’usine Renault qui va doper les échanges transitant par le port). Cette extension pour desserrer la pression sur l'actuel terminal s'effectuera en deux étapes. La première tranche qui a débuté en 2010 et se termine cette année concerne une surface additive de 23 hectares, la deuxième à l'horizon de 2017, ajoutera 31 hectares. Ce nouveau terminal sera appuyé par un nouveau quai Pour comparaison, l’actuel terminal des conteneurs, s’étale sur une superficie de 12 ha, long de 750 ml, il ne dispose que de cinq postes d'accostage pour une capacité d’à peine 5.000 containeurs. L’entrée en production de l’usine d’assemblage de Renault à Oued Tlelat cette année, va à l’évidence, augmenter considérablement le trafic portuaire. Ce port, pour différentes raisons, géographique (notamment) a toujours bénéficié de dotations budgétaires pour le mettre à niveau. On se souvient, que déjà en 2007, Le Président Bouteflika avait procédé

Nation

7

C’

est le rappel fait hier par le ministre des Travaux publics, M. Farouk Chiali à l’occasion de l’inspection de plusieurs infrastructures de base, de l’inauguration de trémies qui vont décongestionner la circulation à deux points d’entrée de la ville d’Oran et du lancement de nouveaux projets, notamment au port de cette ville. Un budget important débloqué par les pouvoirs publics mais qui a été assorti d’une recommandation vive du ministre sur la qualité des travaux et le respect des délais de réalisation. Une directive certainement inspirée par le taux d’avancement du projet renforcement du brise-lames sur 1,2 km qui enregistre un taux avancement de moins de 20%. En plus des projets en cours du port d’Oran, la wilaya a également présenté au ministre les projets de deux nouveaux passages souterrains (trémies) à proximité de la grande mosquée d’Oran et du siège de la nouvelle daira. Ces deux infrastructures situées dans la partie Est de la ville sont au carrefour d’une circulation dense surtout en direction du boulevard du millenium qui a imposé une nouvelle centralité urbaine. Deux projets que la wilaya voudrait inscrire dans le prochain programme pour qu’ils soient pris en charge financièrement. La réception du futur stade olympique cette année

(4.000 places, un stade de réplique, un stade d’athlétisme, trois piscines, une salle omnisports de 3.000 places, un club de tennis, un vélodrome…) rend nécessaire ces deux trémies qui se trouveront sur le passage de cette infrastructure sportive et du nouveau pôle urbain et universitaire de Belgaïd. L’impératif du maillage routier Globalement que ce soit pour les passages souterrains inaugurés ou à venir, ainsi que pour le cinquième

Le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali a assuré que le site de Djebel Ouahch (Constantine) sous lequel a été réalisé le tunnel de l’autoroute Est-Ouest, dont une partie s’est effondrée dernièrement, «est stable et ne présente aucun risque». «Le dernier rapport qui m’est parvenu hier (dimanche) sur l’effondrement d’une partie du tunnel de Djebel Ouahch, dans la wilaya de Constantine, souligne que cette montagne est stable et ne présente aucun risque», a rassuré le ministre, dans une déclaration à la presse, en marge de sa visite dans la wilaya d’Oran. M. Chiali a précisé que les conclusions du rapport ont été faites sur la base d’une enquête faite sur les lieux où s’est produit, en janvier dernier, cet incident. «Des sondages verticaux et horizontaux sont effectués actuel-

Effondrement d’une partie du tunnel de Djebel Ouahch : « Le site est stable et ne présente aucun risque »

boulevard périphérique, l'axe routier Arzew-Kristel sur une distance de près de 20 km, ou la route qui va relier Mers El Kebir à Ain El Turk une logique doit primer a souligné le ministre : la logique du maillage pour que toutes ces voies et routes soient reliées entre elles et permettre où que l’on se trouve de rallier n’importe quel point de la ville ou d’en sortir que ce soit vers l’Est ou l’Ouest. Ceci dit, les projets sont d’une importance avérée à l’instar de l'extension du terminal à conteneurs en vue de répondre à l'augmentation du trafic

à la pose de la première pierre du projet de confortement de la jetée du large du port d‘Oran. La réalisation de ce projet d‘un coût global de plus de trois milliards de dinars a été confiée à plusieurs entreprises. Le confortement des jetées des ports d‘Oran et d’Arzew était devenu nécessaire depuis la tempête qui avait endommagé, en 1980, les installations de ces deux structures portuaires. Actuellement, un groupement sino-algérien CHEC-ETRHB Haddad a décroché un marché de travaux de confortement de la jetée du port d’Oran. Une mise à niveau qui nous permet, également, de rappeler un système du guichet unique mis en place au port commercial d’Oran. Des études d’expertise et de formation ont été lancées pour cette plate-forme informatique nécessaire à la gestion moderne du port afin qu’il soit au diapason de certains ports de la rive sud de la méditerranée. Ce projet pilote d’assistance, financé par l’Union européenne et inscrit dans le cadre du programme «Autoroutes de la mer», porte sur la réalisation d’un logiciel de gestion pour la mise à niveau des ports de commerciaux d’Alger, d’Oran et de Skikda. Cette expérience de gestion sera étendue, au fur et à mesure, à d’autres ports commerciaux du pays. M. Koursi

lement dans les zones limitrophes pour s’assurer de la solidité (du site) et écarter tout risque éventuel d'effondrement», a-t-il ajouté. Concernant les causes et les circonstances de cet incident, le ministre a précisé que «les investigations en cours détermineront les responsabilités. S’il s’avère que l’entreprise de réalisation Cojaal est responsable, elle en paiera le prix», a-t-il affirmé. Par ailleurs, M. Chiali a assuré que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour la remise en état du tronçon endommagé de l’autoroute Est-Ouest, entre Sidi Bel Abbes et Tlemcen. «Des experts du ministère sont sur place pour définir les responsabilités, en attendant le début des travaux de remise en état, dans les prochaines semaines», a-t-il indiqué.

« Lancement prochain de l'autoroute des hauts plateaux » Les travaux du premier tronçon du projet d'autoroute des Hauts-plateaux,
FAROUK CHIALI L’A ANNONCÉ :
seront lancés dans les mois prochains, a déclaré hier à Oran, le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali. «Toutes les dispositions ont été prises pour entamer les travaux du premier tronçon de ce projet structurant dans quelques mois», a souligné le ministre dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail à Oran. Ce premier tronçon s'étendra sur une distance de 300 kilomètres. La wilaya de Batna sera le point de départ de ce tronçon qui traversera Msila et d’autres wilayas des Hauts-plateaux, a-t-il indiqué. La concrétisation de ce tronçon sera répartie en dix tranches comportant chacune une distance linéaire de 30 kilomètres, a précisé le ministre. «Ce méga projet apportera de grands acquis pour le pays, notamment sur le plan socio-économique. Il assurera une harmonie avec l’autoroute transsaharienne et l’autoroute Est-Ouest dans la carte routière du pays», a-t-il encore souligné.

Une nouvelle formule pour la communauté nationale établie à l’étranger
LOGEMENT
Les non-résidents peuvent désormais bénéficier d’un logement, à l’instar de leurs compatriotes, à la faveur d’un nouveau dispositif destiné à cette catégorie. En effet, les modalités d’acquisition de logement s’enrichissent, d’une autre formule qui consacre désormais le droit d’avoir un toit aux émigrés, jusque là, exclus des différents programmes. Le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme vient matérialiser ce droit avec l’installation de trois commissions dans le cadre de l’examen du lancement d’un dispositif pour les Algériens, établis à l’étranger. Aujourd’hui, cette nouvelle formule intervient dans un souci de garantir une égalité des chances d’attribution de logement à tous les Algériens, sans exclusion. L’ambitieux programme de logement du gouvernement qui s’inscrit dans une démarche de résorption de la crise du logement, en fait s’attelle à répondre à la demande exprimée, en mettant l’accent sur une reconsidération des moyens financiers dégagés, mais aussi la multiplication des formules qui tentent de satisfaire toute les franges de la population. Il faut dire que le gouvernement s’est lancé un défi de construire durant le quinquennat 2009/2014, plus de deux millions d’unités. Il faut dire que ces commissions, installées au cours d'une réunion à laquelle ont pris part le ministre de l'Habitat, Abdelmadjid Tebboune et le ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget, ont pour mission de se pencher sur les voies d'instituer ce nouveau programme qui sera lancé au profit de la communauté algérienne, installée à l’étranger. Cette commission, constituée de cadres du ministère des Finances, de la Banque d'Algérie et de banques publiques commerciales, prendra en charge l'examen des volets financiers de l'opération, au moment où la commission composée de membres des deux chambres du Parlement se penchera sur les conditions d'éligibilité. La commission composée des directeurs du ministère de l'Habitat sera chargée, quant à elle, d'examiner les voies relatives à la réalisation de ces projets en question. Ces organes soumettront leurs propositions au Premier ministre, la semaine prochaine. Le LPNR annoncé par le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme devient réalité avec la mise en place de ces trois organes qui vont veiller à la finalisation de cette formule pour lui permettre de prendre forme. Après l’AADL et le LPP, le LPNR est en bonne voie et s’apprête à voir, dans les mois à venir, le jour. Les services du ministère des Affaires étrangères recensent plus de deux millions d'Algériens inscrits au niveau des ambassades et consulats algériens, dont 80% sont établis en France. Aujourd’hui, le gouvernement est décidé à lutter contre la crise de logement. L’enveloppe financière, dégagée pour le secteur vient réaffirmer tout l’intérêt accordé à ce dossier. Samia D.

Le délai de permanisation des jeunes dans la fonction publique, actuellement placés dans le cadre des dispositifs d’insertion professionnelle et du filet social, sera prorogé jusqu’au 10 juin prochain, et, si nécessaire, jusqu'à l'achèvement de l'opération, a indiqué hier à Batna le ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme du service public, Mohamed El Ghazi. Une "prorogation jusqu’au 10 juin prochain, du délai de permanisation, dans la fonction publique, des jeunes placés dans le cadre des dispositifs d’insertion professionnelle et du filet social, a été décidée conformément à l’instruction du Premier ministre", a souligné le ministre, ajoutant, à ce propos, que si l’opération nécessite une autre prorogation, l’administration "œuvrera à accorder le délai requis" pour l’achèvement de cette opération. Au cours d’une réunion de travail, tenue au siège de la wilaya, M. El Ghazi a également souligné que le décret exécutif relatif à la création d’un observatoire national de la fonction publique sera "bientôt signé". Un observatoire, a-t-il dit, qui "appuiera les compétences nationales désireuses de contribuer à l’amélioration du service public". Le ministre a également affirmé, dans le même contexte, que l’amélioration du service public "dépasse l’allégement des documents administratifs" et vise tous les secteurs qui doivent être, a-t-il dit, "un trait d’union entre l’administration et le citoyen".

Le délai prorogé au 10 juin

PERMANISATION DES JEUNES DANS LA FONCTION PUBLIQUE

M. El Ghazi a d’autre part annoncé la création prochaine d’un site web de la fonction publique, en phase de préparation, en coordination avec les services du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. Sur un autre chapitre et concernant l'élection présidentielle, le ministre a souligné que l’administration "observera une neutralité absolue" et que "seule l’urne tranchera dans le choix du chef de l’Etat". Indiquant que le scrutin du 17 avril prochain "n’est en aucune façon une opération où les jeux sont déjà faits, comme le prétendent certains", M. El Ghazi a appelé les Algériens et les Algériennes à se rendre massivement aux urnes et à faire du 17 avril "une fête nationale". M. El Ghazi a inspecté, au cours de sa visite à Batna, plusieurs équipements publics au chef-lieu de la wilaya et à El Madher, dont les services de l’inspection de la fonction publique, le bureau de poste de la cité 800 logements, les services de l’état-civil de la commune, le siège de la Caisse nationale d’assurances sociales (CNAS) et le siège de la daïra d’El Madher. Sur site, le ministre s’est engagé à transmettre les préoccupations des citoyens aux différents services et administrations, précisant que son département reste "ouvert à toute proposition à même d’améliorer la qualité du service public".

Mardi 11 Mars 2014

8

P

our se faire, l’Etat a réservé une enveloppe de 83 milliards de dinars pour l’assainissement des eaux et à la protection contre les inondations dans la wilaya d’Alger. Le ministre des Ressources en eau a estimé que «  le défi de l’eau potable a été relevé et ce, grâce à une forte volonté politique qui a permis la mobilisation de moyens importants  », «  le H24 est assuré et sécurisé à Alger », a-t-il ajouté. Accompagné d’une importante délégation de son ministère, du wali d’Alger, M. Abdelkader Zoukh, et d’autorités locales, M. Hocine Necib a effectué, hier, une visite inopinée au niveau de plusieurs communes  de la wilaya d’Alger où il s’est enquis de l’état d’avancement de plusieurs projets relevant de son secteur. Ainsi, le ministre a entamé sa visite dans la commune d’Ain Benian où il a visité la première tranche de la station d’épuration de Beni Messous qui est en cours d’exploitation. En fait, cette station connaît un chantier de travaux d’extension d’une capacité de 250.000 Eq/hab. Localisée au niveau de la plage El Bahdja, le projet est caractérisé par une STEP d’une capacité de traitement de 50.400m³/jour. Une enveloppe de plus de 2.4 milliards de dinars a été allouée au projet de cette station qui collecte la totalité des eaux usées des communes d’Ain Benian, Beni Messous, Dély Ibrahim et Bouzaréah en partie, et leur traitement avant leurs rejets. Il a pour impact la protection et la valorisation de la zone du littoral ouest de la wilaya d’Alger et la réutilisation des eaux épurées. Lancé en septembre 2012, le projet enregistre un taux d’avancement de 40% et devrait être mis en service en février 2015. La délégation s’est dirigée ensuite vers la commune de Douéra pour visiter le chantier du barrage de cette localité. Une infrastructure située sur l’oued de Ben Amar dans la commune de Douéra à 27 km au sud-ouest d’Alger. Une fois achevé, celui-ci permettra le stockage des eaux des oueds Mazafran (39 hm³) et El Harrach (71 hm³). La capacité totale est de 87 hm³ destinée à l’irrigation de 17.200 ha de la plaine de la MitidjaCentre et la réanimation de la nappe phréatique de

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, a assuré, hier, que « la totalité des eaux usées de la wilaya d’Alger sera traitée en 2018, avant d’être rejetée dans les oueds », précisant qu’ « après la résolution du problème de l’alimentation en eau potable, il faut maintenant s’attaquer à l’amélioration de l’assainissement ».

« Le projet d’oued El Harrach a bénéficié d’une forte volonté du Président Bouteflika »

LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU EN TOURNEE DANS LA CAPITALE :

Nation

EL MOUDJAHID

LE MINISTRE DE LA SANTE A BOUIRA :

"13.000 postes de travail ATS sont prévus, d'ici la fin de l'année, au niveau national", a déclaré le ministre lors d'une visite d'inspection de l'Etablissement public hospitalier Amar Ouamrane de Lakhdaria où il s'est notamment enquis de ses différents services ainsi que des travaux d'extension et de réhabilitation du service des urgences médicochirurgicales. M. Boudiaf a rappelé qu'un concours national a été organisé récemment pour le recrutement des agents techniques de la santé dans la wilaya de Bouira ainsi que dans les autres wilayas, avant de souligner que le ministère œuvrait de façon à assurer des affectations équitables de praticiens spécialistes dans les wilayas souffrant d'un manque en matière de personnel. Dans ce contexte, le ministre a observé que la wilaya connaîtra bientôt une solution à son problème de manque de praticiens, de gynécologues et de radiologues, notamment qui se pose avec acuité dans plusieurs établissements hospitaliers. "Nous allons profiter de la prochaine et nouvelle promotion pour affecter des praticiens gynécologues et radiologues pour Bouira", a-t-il dit. En inspectant les différentes infrastructures de son secteur, M. Boudiaf a insisté auprès des services concernés sur "la bonne prise en charge des populations locales en matière d’accueil et de soin". A sa deuxième halte à Sour El-Ghozlane, M. Boudiaf s'est enquis des travaux de réalisation d'un centre de psychiatrie d'une capacité de 80 lits dont les travaux sont presque achevés. Le ministre a évoqué l'idée de construire un centre de traumatologie sur l'axe Blida-Bouira de l'autoroute Est-Ouest pour prendre en charge les accidentés de la route, particulièrement. M. Boudiaf a ensuite inauguré un laboratoire médical dans la commune de Sour ElGhozlane, achevé depuis deux ans. Le ministre a instruit les responsables concernés à recruter un personnel spécialisé pour mettre en service ce centre le plus rapidement possible, avant de s'enquérir du projet de réhabilitation et d'extension du services des urgences médicochirurgicales de l’EPH de la ville et de visiter ensuite l'Institut national supérieur de formation paramédicale. Dans la commune d’Ain Bessam, le ministre a inauguré une nouvelle polyclinique baptisée du nom du chahid Heddiouche-Salah, ainsi que le service des urgences médicochirurgicales ayant connu récemment une vaste opération de réhabilitation et d'extension. M. Boudiaf qui a rendu visite, à l'occasion, à des malades hospitalisés, a inspecté l’établissement public hospitalier Kaci-Yahia de M'cheddalh, où il a écouté un exposé sur le projet du nouvel hôpital de 120 lits qui sera lancé incessamment au niveau de cette commune. Le ministre a, aussi, inspecté le projet de réalisation d'une école de formation paramédicale, avant de visiter l'UMC de l'hôpital Mohamed-Boudiaf de Bouira qui a été rouvert jeudi dernier après avoir été rénové. M. Boudiaf a clôturé sa visite par une rencontre avec les praticiens et responsables locaux de la santé pour évoquer différentes questions relatives, notamment au développement du secteur dans la wilaya. APS

Création d'ici fin 2014 de 13.000 postes d'agents techniques de la santé

la Mitidja par infiltration. De 85 m de hauteur et de 820 m de longueur, le barrage est constitué d’un noyau central argileux imperméable, recouvert en amont de TV et en aval par une bande de filtres et drains cheminée suivi par un remblai en TV gréseux. « De ce futur ouvrage va découler la création du lac de Douéra qui va constituer une occasion formidable pour la ville aussi bien que pour le futur développement de la nouvelle ville de Sidi Abdellah », nous a-t-on appris sur place Selon sa fiche technique, il va permettre l’utilisation rationnelle de l’eau à usage agricole, l’irrigation du périmètre de la Mitidja-Centre sur 17.000 ha et le développement et accroissement du rendement agricole ainsi la création d’emplois directs et indirects. Une enveloppe de plus de 7.7 milliards de directs a été allouée à ce projet dont les travaux ont été lancés en juin 2006, pour un délai de 26 mois. Le ministre a, en outre, assisté à une présentation des résultats de l’étude d’aménagement du

CW119 Triolet-Chevalley au niveau du stade Scotto Nadal.

Une feuille de route pour la reprise des travaux du nouveau stade de Tizi-Ouzou, à l'arrêt actuellement, sera finalisée prochainement, entre le ministère de la Jeunesse et des Sports et la société espagnole FCC Construccion, en charge du projet. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, s'est entretenu, hier, avec le président de la société espagnole FCC Construccion et ont convenu de définir les voies et moyens en vue d'une reprise prochaine des travaux du nouveau stade de TiziOuzou, d'une capacité de 50.000 places. Le projet du stade de Tizi-Ouzou a été confié à l'entreprise algérienne ETRHB Haddad et à la société espagnole FCC Construccion pour un coût de plus de 35 milliards de dinars. Suite aux entretiens de Mohamed Tahmi avec l'ambassadeur d'Espagne à Alger, Alejandro Polanco, le 24 janvier dernier à Alger, les deux

« Une feuille de route pour le stade de Tizi-Ouzou »

LE MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS L’A AFFIRME :

« L’assainissement est le nouveau défi de la capitale » Hocine Necib n’a eu de cesse, au cours de sa tournée, d’assurer que le prochain défi pour la wilaya d’Alger sera l’amélioration de son système d’assainissement. En effet, « l’assainissement est le nouveau défi de la capitale », a-t-il dit, précisant qu’ « après la résolution du problème de l’AEP, il faut maintenant s’attaquer à l’amélioration de l’assainissement. » D’un autre côté, et au cours de ses nombreuses haltes dans différentes localités de la capitale, le projet d’aménagement de l’oued El Harrach a figuré au programme du ministre des Ressources en eau. Sur site, l’on apprendra que «  la problématique des mauvaises odeurs de l’oued ElHarrach est bien prise en charge puisque la station de traitement des eaux usées, qui est en cours de

réalisation permettra d’ici une année de traiter et d’épurer toutes les eaux usées charriées par l’oued El-Harrach ». Situation qui permettra de ne plus rejeter les eaux usées vers la mer, mais d’orienter les eaux épurées vers l’agriculture en amont. Il y a lieu de noter que ce projet entre dans le cadre des travaux d’embellissement et de mise à niveaux de la capitale. Ainsi, le plan d’aménagement de l’oued El Harrach prévoit des espaces de loisirs et des aires de baignade, une enveloppe de plus de 40 milliards de dinars, a été allouée pour cette future réalisation ambitieuse qui ’’avance très bien’’, selon M. Necib qui n’a pas caché sa satisfaction quant à l’état d’avancement du projet, tout en affirmant « ce projet a bénéficié d’une forte volonté du Président Bouteflika ». Les responsables du chantier ont mis en exergue le fait que la dépollution de l’oued El Harrach devra être totalement achevée en 2015. Une dépollution qui est destinée à réhabiliter et à aménager les berges de ce cours d’eau descendant des monts de Chréa, dans la wilaya de Blida. Par ailleurs, dans la perspective de protéger la commune de Bab Ezzouar et celle de Dar El Beida contre le spectre des inondations, le département de Necib a prévu un autre projet d’envergure, et qui est en cours de réalisation, c’est celui de l’aménagement d’un bassin de rétention des eaux pluviales au niveau de l’échangeur RN5E Bab Ezzouar d’une capacité de 25.000 m3. Par ailleurs, le ministre a inspecté le projet de réalisation du collecteur principal de Douéra, celui-ci est localisé au niveau du pont américain commune de Saoula-CET Ouled Fayet. Pas moins de 3.36 milliards de dinars ont été réservés pour cet ouvrage qui devrait être réceptionné en septembre prochain. Il contribue à la lutte contre les maladies à transmission hydrique, intercepter et collecter les rejets d’eaux usées de plusieurs zones urbaines (Kheraicia, Baba Hassen, Ouled Fayet et Saoula) de même qu’il va prendre en compte, la prise en charge en matière d’assainissement de nouveaux programmes de logements. Sihem Oubraham

Ph : Louiza.M

Des crédits bonifiés puisés du Fonds de la Zakat ont été distribués, hier, à Constantine, à 73 bénéficiaires au cours d'une cérémonie présidée par les autorités locales et des représentants du ministère des Affaires religieuses et du Wakfs. Les bénéficiaires de ces crédits, dont une dizaine de femmes, pourront lancer des micro-entreprises spécialisées, entre autres, dans la confection, la pâtisserie, la menuiserie et les travaux d'électricité et de plomberie, ont indiqué les responsables de la direction des Affaires religieuses. Mettant en relief la souplesse des procédures d'octroi de ces crédits, plusieurs bénéficiaires considèrent qu'il s'agitlà, avant tout, d'un engagement moral et qu’ils ne ménageront aucun effort pour être à la hauteur des attentes et de la confiance placées en eux par les comités de mosquées et les initiateurs de cette opération. Le montant des recettes de la Zakat a atteint, à Constantine, les 52 millions de dinars en 2012, ont souligné les responsables en charge de la gestion de ce fonds, précisant que pour l'année dernière, même si le chiffre exact des recettes de la Zakat n'a pas été encore arrêté, une augmentation subs-

Des crédits bonifiés au profit de 73 bénéficiaires à Constantine

parties ont décidé de programmer une prochaine séance de travail pour finaliser la feuille de route avec les services de la DJS de Tizi-

FONDS DE LA ZAKAT

Ouzou, a indiqué le MJS. Situé à Boukhalfa au nord-ouest de la wilaya de Tizi-Ouzou, le nouveau stade, devrait être réceptionné à la fin de l'année 2015, mais des contraintes risquent de décaler l'échéance. En décembre 2013, le ministère de la Jeunesse et des Sports a précisé que "des problèmes internes entre les sociétés réalisatrices du projet allaient encore retarder la réception du nouveau stade de Tizi-Ouzou". L'Algérie candidate à l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 ou 2021, a lancé plusieurs chantiers de réalisation de nouveaux grands stades notamment à Baraki et Douéra (Alger) ainsi qu'à Tizi Ouzou Sétif et Oran. Cinq autres stades olympiques sont en cours de réalisation à Tizi-Ouzou (50.000 places), Sétif (50.000), Oran (50.000), Constantine (50.000) et Mostaganem (35.000 places). APS

Le développement de "projets de partenariat durable" entre l'Algérie et le Portugal, notamment dans l'énergie et le BTPH, a été au centre d'un forum d'affaires bilatéral tenu, hier à Alger, avec la participation d'une vingtaine d'entreprises portugaises. Les moyens d'établir un partenariat gagnant-gagnant entre les deux pays existent, notamment dans les secteurs du bâtiment, du BTPH, de l'énergie, de l'agro-alimentaire et du textile, selon des opérateurs économiques présents à cette rencontre économique. "C'est dans le but de hisser les relations économiques et commerciales bilatérales que nous avons organisé cette rencontre, surtout avec l'existence d'une volonté réciproque d'intensifier et de développer des partenariats durables", a indiqué le président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Alger (CCI), Korichi Mustapha. Des représentants d'une quarantaine d'entreprises algériennes sont venus explorer les opportunités d'affaires avec leurs homologues

Rencontre d’hommes d'affaires algériens et portugais a Alger
portugais à l'occasion de ce forum organisé conjointement par la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (Caci) et la Chambre de commerce et d'industrie arabo-portugaise (CCIAP). De son côté, la secrétaire générale de la CCIAP, Aïda Bouabdellah, a estimé que les relations économiques algéro-portugaises ne devraient pas se limiter aux seuls liens commerciaux, appelant à la concrétisation "de véritables partenariats" dans l'industrie à moyen et à long terme. Actuellement, plus de 80 entreprises portugaises activent en Algérie, notamment dans l'agroalimentaire, le BTPH, le transport, l'engineering, les énergies et les énergies renouvelables, selon la représentante de la CCIAP qui espère élargir les relations d'affaires à d'autres secteurs d'activités. "On veut aller vers une coopération industrielle entre les deux pays", a-telle dit. Dans le même contexte, l'ambassadeur du Portugal à Alger, Antonio Gamito, s'est félicité des bonnes relations économiques entre les

PROJETS DE PARTENARIAT DURABLE

tantielle a été enregistrée, selon des données préliminaires. Cet accroissement des recettes de la Zakat est le fruit du travail de sensibilisation effectué en direction des bienfaiteurs, ont estimé les mêmes responsables, ajoutant que Constantine comptabilise une vingtaine de grands donateurs de la Zakat, dont des industriels et des hommes d’affaires. Le montant des crédits octroyés oscille entre 200.000 et 500.000 dinars ont encore indiqué les mêmes responsables, précisant que cette formule de crédit enregistre un engouement particulier dans la wilaya de Constantine. La cérémonie de distribution de ces crédits bonifiés, à laquelle ont pris part des directeurs des Affaires religieuses de plusieurs wilayas de l'est du pays, a été marqué par la remise d'attestations d’honneur à une quinzaine d'imams ayant contribué à la concrétisation de cette opération. Une exposition de produits réalisés par les bénéficiaires de cette formule de financement, venus également de plusieurs wilayas de l'est du pays, a été organisée à l'occasion de cette cérémonie. APS

Mardi 11 Mars 2014

deux pays, tout en insistant sur leur approfondissement et leur développement. Il a appelé, à cet effet, à développer d'autres formes de coopération, tout en invitant les opérateurs économiques algériens à investir au Portugal. "Une ligne aérienne Alger-Lisbonne sera opérationnelle fin mars ou début avril. Elle va faciliter le déplacement des opérateurs économiques qui vont bénéficier de plusieurs avantages au niveau de notre ambassade pour qu'ils puissent concrétiser leurs projets", a-t-il révélé. Par ailleurs, le diplomate portugais a indiqué que la quatrième commission mixte algéro-portugaise se tiendra les 19 et 20 mars prochain à Alger en présence des responsables des deux pays. Les exportations algériennes vers le Portugal, composées essentiellement d'hydrocarbures, ont atteint 1,7 milliard de dollars en 2012, alors que les importations se sont chiffrées à 600 millions de dollars contre, selon des chiffres communiqués par la Caci.

EL MOUDJAHID

TIZI OUZOU

À l’appel de l'Association pour le développement de l'agriculture de la commune de Timizart (ADACT), les éleveurs de vaches laitières de la wilaya de Tizi Ouzou ont entamé hier un mouvement de grève de deux journées, pour exiger d’augmenter le prix du litre de lait de vache, ainsi que le montant de la subvention de l'État à 30 dinars le litre.

Les éleveurs de vaches laitières en grève

Nation

9
Trois réclusions à perpétuité par contumace pour trafic de drogue et détention d’armes
TRIBUNAL CRIMINEL D’OUARGLA

POUR PROTESTER CONTRE LA PRÉCARITÉ DE LEUR SITUATION

L

a première journée de ce mouvement de protestation, largement suivi par les éleveurs de la wilaya, a été appuyée par une caravane qui s'est ébranlée de la commune de Timizart, une région pionnière dans l'élevage de vaches laitières, et a sillonné les villes de Ouaguenoune, Aït Aïssi Mimoune... avant d'arriver devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou où les éleveurs protestataires ont observé un sit-in pour crier leur ras-le-bol face à la précarité de la situation des éleveurs de la wilaya. La distribution de lait de vache a été de ce fait fortement perturbée dans la wilaya de Tizi Ouzou qui vit déjà, depuis quelques mois, une forte pression sur le lait pasteurisé en sachet. Lors d'un point de presse animé samedi dernier par les représentants des éleveurs au bureau de wilaya de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), il a été fait état du marasme profond que vivent tous les éleveurs de la wilaya, à cause de la cherté des aliments de bétails et la vente du litre de lait de vache à un prix inférieur à son coût de revient, situation ayant contraint certains éleveurs à vendre une partie de leurs vaches sous peine de disparaitre si des mesures de soutien à la filière ne sont pas mises en œuvre par le ministère, notam-

Trois peines de réclusion à perpétuité ont été prononcées hier par contumace par le tribunal criminel près la cour d’Ouargla à l’encontre de trois ressortissants étrangers, pour "trafic de drogue" et "détention d’armes". Siégeant en première session ordinaire de 2014, le tribunal criminel a condamné K. H., M. H. A. et A. D. S., les trois individus en fuite, à la réclusion à perpétuité pour "association de malfaiteurs", "contrebande avec utilisation d’armes à feu" et "trafic de drogue". Dans la même affaire, une peine de 20 années de prison ferme, assortie d’une amende 500.000 DA, a été prononcée à l’encontre de deux autres ressortissants étrangers, M. M. S. et B. M. G. H., pour trafic de drogue et détention d’armes de 4e catégorie. Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte à décembre 2012, lorsque les services de sécurité à Tindouf ont intercepté un véhicule tout-terrain avec à son bord 25,750 kilos de kif traité, ainsi qu’une arme à feu dissimulée sous un siège, et ont appréhendé deux des mis en cause. Les deux accusés, présents au procès, ont reconnu, durant l’instruction, qu’ils appartiennent à un réseau criminel composé de cinq membres, spécialisé dans la contrebande.

ment la question du remboursement des prêts contractés auprès des banques. Pour les conférenciers, l'activité d'éleveur est en danger. Les responsables de l'ADACT, qui ne cessent d'interpeller le ministère de tutelle sur cette situation des plus précaires à laquelle font face les éleveurs, en général, et ceux de la vache laitière, en particulier, sont convaincus qu'il n'est nullement possible de continuer cette profession de l'élevage bovin

dans les conditions actuelles caractérisées par un déséquilibre grave entre le prix de revient du lait et celui de sa vente sur le marché, d'où l'urgence, insistent-ils, d'augmenter le prix du litre de lait à 60 dinars et le montant de la subvention de l'État à 30 dinars au lieu des 12 dinars actuellement. Les éleveurs estiment le prix de revient d'un litre de lait à plus de 70 dinars, eu égard aux prix élevés de l'aliment du bétail sur le marché qui oscillent entre 4.000 et

3.700 dinars, le foin à hauteur de 850 dinars la botte, en sus de la prise en charge de l'hygiène et de la santé de la vache et ses petits. La localité de Timizart est connue pour être une région qui produit une importante quantité de lait de vache estimée, par les éleveurs, à pas moins de 65.000 litres par jour. Elle est classée première en la matière dans la wilaya de Tizi Ouzou. Bel. Adrar

Les travailleurs du Centre de recherche nucléaire de Birine (CRNB), sous la tutelle du Commissariat à l’énergie atomique (COMENA), toutes catégories confondues, ont observé, hier, leur huitième journée hebdomadaire de sit-in, pour réclamer la promulgation, dans les meilleurs délais, de leur statut particulier. En parallèle à cette action, les représentants des travailleurs rencontrés hier au niveau du COMENA, aux Tagarins, ont indiqué que ces derniers ont également boycotté, deux jours durant, la restauration. Le collectif des travailleurs a aussi décidé d’observer une journée de grève mercredi 12 mars. À titre d’information, on nous apprend que l’organisme employeur, ainsi que l’inspection du Travail territorialement compétente ont été informés de la tenue de ce mouvement de protestation. En outre, le collectif compte interpeller, par une lettre ouverte, la plus haute autorité du pays, Son Excellence le Président de la Ré-

Actions de protestation des chercheurs
PROMULGATION DU STATUT PARTICULIER DU COMMISSARIAT À L’ÉNERGIE ATOMIQUE

Un sit-in pacifique a été organisé, hier, par une trentaine de jeunes chômeurs devant la maison des Finances à Ouargla, a-t-on constaté. Les protestataires ont hissé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire, notamment, "Luttons jusqu’à obtenir un travail", "Pacifique jusqu’à l’aboutissement de nos revendications" et "Le logement et l’emploi, droits légitimes

Sit-in pacifique de chômeurs
OUARGLA
du citoyen". Un membre du Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC, mouvement non agréé) a dénoncé "les tentatives de certaines parties qui tentent de faire sortir ce mouvement de son cadre exclusivement revendicatif de l’emploi et de l’amélioration des conditions de vie, et ce à des fins ne servant nullement les préoccupations des chômeurs".

publique. Dans un communiqué qui nous a été remis sur place, les travailleurs ont expliqué que «ce mouvement est né après avoir constaté l’absence de réponses aux innombrables doléances adressées, depuis 2008, aux autorités compé-

tentes. Des doléances qui sont restées lettre morte, bien que notre tutelle, à savoir le COMENA, le ministère de l’Énergies et des Mines, ainsi que le secrétariat général du gouvernement s’étaient engagés à doter notre secteur d’un

statut particulier». Selon le même communiqué, après plus de six longues années de gestation, le projet de statut finalisé et transmis par le COMENA, le 18/12/2013, aux autres autorités concernées, «est demeuré sans suite». Il est utile de rappeler qu’actuellement, les travailleurs du CRNB sont régis par des dispositions transitoires. «Cette situation intenable du provisoire qui dure s’est sensiblement répercutée sur la situation socioprofessionnelle des travailleurs», toujours selon le même communiqué. Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que les travailleur de ce centre observent un mouvement de contestation. Les personnels chercheurs, ingénieurs et technico-administratifs des Centres de recherche nucléaire d'Alger (CRNA), de Draria (CRND) et de Birine (CRNB) ont déjà organisé un sit-in devant le siège du Commissariat à l'énergie atomique (COMENA) à Alger. W. B.

Une bande de malfaiteurs, qui détroussait les automobilistes sur le chemin de wilaya N° 106 (CW 106), reliant Attatba à Aïn Tagouraït, a été mise dernièrement hors d’état de nuire par la Gendarmerie nationale de Koléa (Tipasa), a-t-on appris hier auprès de ce corps sécuritaire. Les trois (3) éléments de cette bande, âgés de 20 à 25 ans, sont impliqués dans au moins trois affaires d’agression contre des usagers de cet axe routier, qui ont été dépouillés de leur argent et portables, sous la menace d’armes blanches, a expliqué la source. Leur arrestation est intervenue sur ce même axe routier, très fréquenté par les automobilistes, durant le week-end, notamment, suite à une souricière qui leur a été tendue par des élements de la gendarmerie, durant laquelle ils furent arrêtés en flagrant délit de tentative d’agression d'un automobiliste, est-il précisé. Le procureur de la République près le tribunal de Koléa a ordonné leur mise en détention préventive.

Arrestation d'une bande d’agresseurs d'automobilistes sur le CW 106
TIPASA

INONDATIONS À ILLIZI

La même personne, qui a requis l’anonymat, a affirmé que les préoccupations des jeunes chômeurs d'Ouargla n’ont "aucune visée" d’ordre politique, mais sont, toutefois, liées à la question de l’emploi qui, a-t-il dit, "devra être prise en charge par les instances concernées afin de permettre aux jeunes de mener une vie décente". Les protestataires se sont ensuite dispersés dans le calme.

Des aides de solidarité ont été attribuées à des familles touchées par les inondations enregistrées dernièrement dans la wilaya d’Illizi, a-t-on appris hier auprès des services de wilaya. L’opération a porté sur la distribution de produits alimentaires, d’une vingtaine de tentes, ainsi que de plus de 200 couvertures, au profit d’habitants de la localité reculée d’Oued-Semane (160 km d’Illizi), a-t-on précisé de même source. Une équipe médicale, composée de médecins et de spécialistes, s’est déplacée sur les lieux, pour assurer une prise en charge sanitaire, outre la distribution de médicaments nécessaires, ont ajouté les services de wilaya. Des familles de la localité de Takhmelt (40 km d’Illizi), touchées aussi par les inondations d’oueds, dont celles des deux enfants morts par noyade dans les eaux d’oued, ont bénéficié d’opérations de solidarité similaires, a-t-on signalé. La wilaya d’Illizi a connu, en début du mois courant, de forts précipitations ayant entraîné la crue des eaux des oueds de la région.

Opération de solidarité en faveur des familles touchées

Mardi 11 Mars 2014

10

Réalisation de dix projets en Algérie
BACHIR YAHIA PRESIDENT DU GICA
La production de ciment passera de 11,5 millions de tonnes actuellement à 26 millions de tonnes de ciment en 2017.

Nation

EL MOUDJAHID

YAZID BENMOUHOUB DG DE LA BOURSE D’ALGER :

L

e groupe industriel de ciment d’Algérie (GICA) se charge de la réalisation de dix projets à travers le pays en vue d'augmenter la production de 11,5 millions de tonnes actuellement à 26 millions en 2017, a annoncé, hier à Mascara, son président Bachir Yahia. Lors d’une journée d’étude sur les techniques d’utilisation du gravât dans les travaux de bâtiment, de travaux publics et d'hydraulique (BTPH), le même responsable a indiqué que son groupe adopte une stratégie ambitieuse de développement de l’industrie du ciment en Algérie et d'augmentation du rendement des entreprises en matière de production du ciment, du gravât et du béton "afin de satisfaire la demande nationale accrue et s’orienter vers l’exportation." Le groupe a lancé les procédures pour la réalisation de quatre cimenteries dans les wilayas de Bechar, Tamanrasset, Relizane et Oum El Bouaghi. Cette dernière produira 2 millions de tonnes/an de ciment, celles d'In Salah (Tamanrasset) et de Bechar respectivement 500.000 et un million de t/an, a-t-il signalé. Le projet de la cimenterie de Relizane est en phase de préparation et de recherche d’un partenaire pour lancer les travaux, a ajouté M. Yahia. De nouvelles lignes de production sont programmées dans six cimenteries disponibles actuellement dont celle de Beni Saf (Ain Témouchent), de Zahana (Mascara), Meftah (Blida), Chlef, Ain Kebira (Sétif). Il est attendu l'accroissement de la capacité de production de ces usines en plus de l’amélioration de la qualité du produit et son adaptation aux normes internationales. Le groupe "GICA" prévoit, selon son président, une hausse de la production de gravât au niveau des

Le partenariat entre la cimenterie de Zahana (Mascara) et la société égyptienne "Assic" fait l'objet d'une évaluation, a indiqué mardi à Mascara, le président du "Groupe industriel du ciment d'Algérie" (GICA), Bachir Yahia. "Le groupe GICA a signé une convention permettant à la société égyptienne de gérer l'usine de Zahana mais les objectifs tracés concernant notamment l'apport de l'expérience

L'expérience d'un partenariat avec une société égyptienne en évaluation
et l'amélioration du rendement ne sont pas concluants", a précisé le même responsable en marge d'une journée d'étude sur l'utilisation des nouvelles techniques de gravât en BTPH. "Ainsi, la direction du GICA évalue l'expérience de manière objective et rationnelle pour sortir avec une décision qui satisfait toutes les parties", a-t-il ajouté. "Cette usine produit actuellement 750.000 tonnes de ciment/an, ce qui nécessite

CIMENTERIE DE ZAHANA

carrières qu’il gère, et l'augmentation de la production de 4,4 millions de t/an actuellement à 7 millions t/an l’an prochain. Il compte également développer l’industrie du béton armé à travers les 16 stations de production, dont la capacité est de 4 millions de mètres cubes/an actuellement, avec la possibilité de mettre en place d’autres stations dans des wilayas disposant de foncier. Par ailleurs, le groupe industriel de ciment d’Algérie s’occupe aussi de la formation et de la recherche scientifique à travers ses structures. Il projette de signer des conventions, le mois prochain, avec les universités de Boumerdès, de Blida et des sciences et technologie de Bab Ezzouar et probablement

l’université de Mascara qui compte ouvrir une spécialité de doctorat en matériaux de construction en 2015. M. Yahia a annoncé, lors d'un point de presse, animé en marge de cette journée d’étude organisée par le GICA en collaboration avec le département de génie civil de l’université de Mascara, que son groupe est en contact avec deux partenaires étrangers spécialisés en commerce extérieur pour l’étude de la possibilité d’exporter le ciment après achèvement des projets en cours. Des opérateurs privés engagent des investissements dans ce domaine pour satisfaire la demande nationale et réaliser un excédent destiné à l’exportation.

NOUAD MOHAMED AMOKRANE CONSULTANT À L’ONUDI :

La mise en place de consortiums d’exportation pour revaloriser le produit algérien et lui donner une meilleure visibilité sur le marché international, a été suggérée hier à Oran par M. Nouad Mohamed Amokrane, consultant à l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI). "La création de consortiums de l’exportation est au centre d’un projet initié par les pouvoirs publics en partenariat avec l’ONUDI. Ce projet est indispensable pour valoriser le produit algérien et lui donner une meilleure visibilité sur le marché international", a indiqué l'expert, au cours d’une conférence de presse, mise sur pied par les organisateurs du Salon international de l’industrie agroalimentaire (SIAG), prévu du 12 au 15 mars courant à Oran. Ce regroupement d’entreprises par filières et secteurs d’activité "permettra de concrétiser un partenariat public-privé, donner une dimension internationale au produit algérien, bénéficier d’expertises pour disposer de meilleures formules pour être forts sur le marché international et mutualiser les efforts, les achats et les expériences", a-t-il souligné. M. Nouad a rappelé l'existence actuellement deux consortiums, dédiés, l'un aux protéines animales (viande, poissons, lait, etc.) et l'autre aux agro-céréales (pâtes, semoule, etc.). "Prochainement, un regroupement territorial pour la région Ouest du pays sera mis en place et comprendra tous les opérateurs, tous créneaux confondus, existant dans la région Ouest du pays", a-t-il

« Mettre en place des consortiums d'exportation pour valoriser le produit algérien »

seulement 300 travailleurs au lieu de 750 actuellement dont 164 ont été recrutés en 2011 dans un cadre social", a-t-il souligné. Le projet de la nouvelle chaîne de production de la cimenterie qui sera lancée pour atteindre 2 millions de tonnes/an pourra absorber la maind'œuvre de trop, a précisé le même responsable en évoquant la modernisation des équipements de l'usine de Zahana.

BISKRA : COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LE COMPAGNON DU PROPHÈTE OKBA IBN NAFAA EL FIHRI

Les PME qui optent pour une introduction en Bourse garantissent, par ce choix, leur pérennité, leur longévité dans le tissu économique et dans le monde des affaires, a indiqué hier à Annaba le directeur général de la Bourse d’Alger, Yazid Benmouhoub. Intervenant à l’ouverture d’une journée régionale d’information et de sensibilisation sur le thème "la Bourse d’Algérie, instrument de financement des PME", M. Benmouhoub a ajouté que l’introduction des PME en Bourse leur permettra de "bénéficier de sources supplémentaires de financement", ce qui leur permettra aussi de "développer leurs activités et de préserver leur présence sur le marché". La Bourse d’Alger ouvre ses portes aux PME qui entendent diversifier leurs sources de financement, a indiqué le même responsable, précisant que l’introduction des PME en Bourse favorisera l’amélioration de leur système de gestion et la réalisation d’un "bond qualitatif dans le domaine de la bonne gouvernance des PME". Soulignant que 700.000 PME activent en Algérie, M. Benmouhoub a indiqué que l’introduction de "un pour cent (1%) de ces PME au marché des PME de la Bourse d’Alger figure parmi les objectifs stratégiques tracés à court et à moyen terme par cette institution. Rappelant la volonté des pouvoirs publics de "relancer" la Bourse d’Alger à travers l’adoption, dans le cadre de la loi de finances pour l’année 2014, d’une série de mesures et d’avantages pour encourager l’introduction des entreprises en Bourse, M. Benmouhoub a indiqué que huit grandes entreprises dont une de statut privé intégreront la Bourse d’Alger en 2014. Des communications traitant de sujets en rapport avec la cotation en bourse, les mécanismes d’introduction, le financement via la bourse et l’accompagnement assuré aux PME, ont été données au cours de cette rencontre régionale organisée dans un hôtel et à laquelle ont pris part des responsables des chambres de commerce et d’industrie des wilayas d’Annaba, de Guelma, d’El Tarf et de Skikda, ainsi que plusieurs opérateurs économiques de la région. Les débats ayant ponctué cette rencontre régionale, organisée à l’initiative de la Bourse d’Alger en collaboration avec la chambre de commerce et d’industrie (CCI-Seybouse), ont été axés sur le climat des affaires en Algérie et sur l’importance de relations de confiance entre les opérateurs économiques et leurs partenaires pour encourager les PME à s’introduire en Bourse.

« L’introduction des PME en bourse garantit leur pérennité »

La galerie d'art moderne "LawrieShabibi" de Dubaï (Emirats arabes unis) rend hommage aux femmes algériennes à travers "Bed of Broken Mirrors" (Sur un lit de miroirs brisés), une exposition de l'artiste peintre américain, Asad Faulwell, annoncent les sites spécialisés. L'exposition, en cours jusqu'au 11 mars, dédiée aux Algériennes appartient à une série de travaux de l'artiste qui s'intitule "Les Femmes d'Alger". La participation des femmes algériennes aux luttes multiformes du mouvement de libération nationale est exaltée

Hommage aux moudjahidate à la galerie d'art moderne "Lawrie-Shabibi" de Dubaï
par l'artiste qui fait référence à Eugène Delacroix et à Pablo Picasso, qui ont respectivement représenté les Algéroises dans des œuvres éponymes en 1834 et 1954. Revendiquant une distanciation avec l'approche orientaliste des artistes de la conquête, qui les premiers avaient peint les femmes d'Algérie, Faulwell déclare devoir son inspiration au film de Gillo Pontecorvo La Bataille d'Alger (1966). Les peintures et collages de l'artiste qui expose pour la première fois à la galerie "Lawrie-Shabibi", puisent dans "le

ALGÉRIE-EAU 

ajouté. Il a également estimé que les produits nationaux dits du terroir " sont aisément exportables pour peu que la démarche s’inscrive dans un cadre global et unificateur dans un esprit de consortium", a-t-il observé. Le directeur du Salon "SIAG", qui est à deuxième édition, a expliqué que cette manifestation est dédiée "au seul label algérien" et verra la participation de plus de 150 exposants parmi les acteurs touchant de près ou de loin à l’industrie agroalimentaire ainsi que les différents organismes et institutions publiques. "Notre engagement est de mettre en scène une formidable richesse d’offres de produits et de savoirfaire, de promouvoir les talents et de réagir au plus près des attentes des visiteurs et des exposants tout en favorisant le climat d’affaires", a-t-il souligné. Le SIAG se définit comme une large plateforme d’échanges, d’information et de mises en relations d’affaires pour les opérateurs versés dans divers créneaux comme les produits alimentaires, fruits et légumes frais, boissons, produits laitiers, conserves, confiseries, conditionnement et emballages, machinisme, etc. Parallèlement à l’exposition, un forum est prévu les mercredi et jeudi. Il sera question de la filière agroalimentaire en Algérie, du consortium territorial d’exportation, de la filière boisson, des enjeux de la distribution des produits agroalimentaires, du packaging, de la formation, de la ressource humaine et de la mise à niveau dans ce secteur.

beau autant que de l'horrible" pour représenter les luttes héroïques des Algériennes. Meriem Bouattoura, Ourida Meddad, Djamila Bouhired, Djamila Bouazza et Danielle Minne, icônes de la guerre de Libération que le peintre américain fait revivre dans ses œuvres. D'origine iranienne, né en 1982, Asad Faulwell qui vit et travaille à Los Angeles, a déjà exposé dans la plupart des grands musées d'art moderne américains, en Angleterre et à Porto-Rico.

Mardi 11 Mars 2014

La formation militaire d’Okba Ibn Nafaâ El Fihri "a forgé sa rigueur et sa forte personnalité" qui ont marqué son parcours durant les Foutouhate musulmanes, a estimé, hier à Biskra, le chercheur en histoire Abdelkader Boubaya. Dans un entretien à l’APS, en marge des travaux du colloque international sur le compagnon du prophète Okba Ibn Nafaa El Fihri, ce chercheur, enseignant au département d’histoire et d’archéologie de l’université d’Oran, a déclaré que la contribution d’Okba Ibn Nafaa El Fihri dans le domaine des Foutouhates a été "importante" dans l’expansion de l’islam au Maghreb. Il a souligné que l'action de Okba, dans cette partie du monde musulman, a été "largement marquée par ses dispositions militaires remarquables". Avant de venir dans le Maghreb, Okba Ibn Nafaa El Fihri avait déjà à son actif, depuis son jeune âge, une longue expérience militaire forgée dans les ghazaouate (batailles menées par le Prophète de l’islam (QSSSL), selon M. Boubaya qui a ajouté que Okba avait commandé des troupes alors qu’il n’avait pas encore 20 ans et fut également parmi les pionniers de la conquête de l’Ifrikya (Tunisie, Tripolitaine et Est constantinois). Lorsqu’il fut désigné pour entreprendre les Foutouhate dans le Maghreb, à l’aube de l’islam, il était alors au fait de toutes les qualités que requérait son rôle, à savoir

Une forte personnalité forgée par une formation militaire

servir l’islam avec rigueur, ce qu’il fit inlassablement depuis la prise de Kairouan, en Tunisie, a ajouté cet universitaire. M. Boubaya a également indiqué que les Berbères, "attachés depuis toujours à la liberté, devaient naturellement lui opposer une résistance, alors même qu’ils n’étaient informés ni du message qu’apportait l’islam ni de son contenu, ignorant encore de ce fait l’intérêt qu’ils allaient trouver dans cette religion qui répondait à leurs aspirations". Le chercheur en histoire a ajouté qu’il y a lieu de "prendre en compte la propagande mensongère qu’entretenaient les Byzantins qui incitaient les Berbères à s’opposer aux musulmans, c’est ainsi qu’ils répandirent le bruit que les nouveaux venus n’étaient là que pour piller et voler leurs richesses, ce qui avait amené Dihya Bent Thikan, connue sous le nom de "Kahina", à tout brûler et à tout détruire, les biens comme les constructions, dans l’idée de ne rien laisser aux nouveaux venus". Les Byzantins avaient également laissé courir la rumeur selon laquelle Kairouan allait être attaquée, ce qui a conduit Okba Ibn Nafaa à scinder son armée en deux groupes, pour assurer la défense de cette ville, ne laissant que 300 cavaliers pour se diriger vers Yadès ou T’houda, à l’est de la wilaya de Biskra, pour chasser les Byzantins, a expliqué cette source.

EL MOUDJAHID

Installation demain du comité de suivi
PACTE NATIONAL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DE CROISSANCE
Le comité national chargé du suivi de la mise en œuvre du Pacte national économique et social de croissance sera installé demain, a annoncé hier à Alger, le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès.
Par ailleurs, M. Benyounes a appelé les organismes de son secteur, en l’occurrence l’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi), l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref) ainsi que le Fonds de garantie de crédits aux PME (FGAR) à la «débureaucratisation de l’administration algérienne». La mission de ces organismes est la facilitation de l’investissement, a-t-il souligné, ajoutant que dans l’objectif de les dynamiser, des réunions sont prévues pour faire le point sur l’état d’avancement de leurs plans d’actions.

Economie

C

e comité, composé de représentants des trois partenaires (gouvernement, UGTA et organisations patronales) «va se mettre au travail (...) et présentera tous les trimestres un rapport», a précisé le ministre en marge d’une rencontre avec des organismes sous tutelle. Le groupe de travail présentera également un rapport sur l’état d’avancement des engagements des trois parties lors de la prochaine tripartite, a ajouté M. Benyounès. Signé par les trois partenaires lors de la dernière tripartite, tenue en février 2014, ce pacte a pour but essentiel d’accélérer les réformes écono-

SÉMINAIRE DE HAUT NIVEAU LES 27 ET 28 MARS À TUNIS

Plus de 60 milliards de dollars ont transférés, par les migrants africains, vers leurs pays d’origine, en 2012 Il s’agit d’un événement à dimension panafricaine qui sera consacré à une question de premier ordre pour les Etats du continent. Objet de plus de six années de travail, «ponctuées d’avancées concrètes», le sujet des transferts d’argent des migrants africains, qui restent à cerner, sera discuté à Tunis, les 27 et 28 mars en cours, lors d’un séminaire de deux jours. Organisé la Banque africaine de développement (BAD), en partenariat avec l’agence française de développement (AFD) et le gouvernement français, l’événement prévoit la participation de hauts fonctionnaires des ministères des Finances, et autres décideurs politiques, gouverneurs de banques centrales, opérateurs financiers bancaires et non bancaires, ainsi que de représentants de diasporas africaines et chercheurs du continent. Ce cadre de concertation sur une problématique qui focalise

Transferts d’argent des migrants africains
l’intérêt des acteurs clés dans les sphères, politique et financière, donnera l’opportunité aux différentes parties d’échanger les expériences en la matière avec l’objectif qui consiste à situer les voies et moyens d’optimiser l’impact de ces ressources transférées sur le développement des pays d’origine des migrants «dans un contexte de crise internationale et de baisse de l’aide publique au développement», indique la note de la BAD. Le thème mérite l’égard, au regard des chiffres avancés par cette institution, lesquels indiquent que pas moins de 406 milliards de dollars ont été transférés, en 2012, par les migrants dans le monde, voire plus, en tenant compte des transferts informels, qui restent importants dans un grand nombre de pays africains. A ce référer aux prévisions, le seuil des 500 milliards de dollars sera franchi dès 2015. Pour l’Afrique, les envois d’argent des migrants africains vers leurs pays d’origine ont dépassé 60 milliards de dollars en 2012. Des flux financiers qui représentent «plus que les 56 milliards de

miques, de développer des systèmes sociaux comme la santé et d’encourager l’accès au tra-

vail ainsi que la consolidation du partenariat et la mise à niveau des entreprises.

L’euro se stabilisait face au dollar lors des échanges européens hier, dans un marché sans grande direction en l’absence d’indicateurs macroéconomiques majeurs. La monnaie européenne valait 1,3871 dollar en milieu de journée, contre 1,3874 dollar vendredi soir. Elle se stabilisait également face à la devise nipponne, à 143,34 yens contre 143,31 vendredi soir. Le dollar progressait légèrement face à la monnaie japonaise, à 103,34 yens contre 103,24 yens vendredi. L’euro reste fort après l’issue de la réunion de politique monétaire de la BCE la semaine dernière au cours de laquelle (l’institution) a clairement signalé que la barre à franchir pour déclencher un nouvel assouplissement monétaire à court terme a été relevée, maintenant à

L’euro se stabilise face au dollar lors des échanges européens
0,25% son taux directeur, commentait un analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi. Comme les mesures prises par les banques centrales pour soutenir leur économie tendent à peser sur leur devise, le fait que ce type de mesures soit écarté en zone euro pour le moment soutenait la monnaie unique européenne. De son côté, le dollar «ne s’est renforcé que modérément après la publication vendredi d’un rapport sur l’emploi pour février aux Etats-Unis meilleur que prévu», relevait l’analyste. «Dans l’ensemble, le rapport sur l’emploi devrait encourager la Fed (Réserve fédérale américaine) à continuer de diminuer ses rachats d’actifs, avec une nouvelle réduction de 10 milliards de dollars le 19 mars, mais n’est pas assez robuste pour que les investisseurs avan-

MARCHÉS

dollars du total de l’aide publique au développement, et plus que les 50 milliards d’investissements directs à l’étranger (IDE)», souligne le document. Il sera question, par conséquent, de plaider pour la réduction des coûts de transfert pour faire profiter les pays récipiendaires des bénéfices de cet argent en matière de croissance, sachant que «c’est en Afrique que les coûts de transfert d’argent restent les plus élevés» étant situés, en moyenne, au-dessus de 11% du montant envoyé, soit près de 4 points de plus que la moyenne mondiale». Telle est la préoccupation de la BAD qui, depuis 2007, a pris la décision mettre en place «une stratégie harmonisée et offensive en la matière». Le séminaire devra déboucher sur des propositions de solutions adaptées aux attentes des décideurs et des populations du continent conformément aux résolutions de la communauté internationale, et notamment dans le cadre du G20. D. Akila

Les prix du pétrole ont ouvert la semaine en baisse hier en cours d’échanges européens, affectés par de nouveaux indicateurs chinois décevants tandis que s’apaisaient quelque peu les craintes de conflit ouvert en Ukraine. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 108,04 dollars en début d’après-midi, en baisse de 96 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance perdait 1,40 dollar, 101,18 dollars. La Chine a enregistré en février un déficit commercial surprise de 22,98 milliards de dollars, selon des chiffres publiés samedi par les douanes, qui mettaient cependant en avant des facteurs saisonniers avec l’impact des congés du Nouvel an lunaire. «La forte baisse des exportations chinoises en février alimente des craintes d’un ralentissement (de la reprise) de l’économie mondiale», commentaient les analystes de Commerzbank. La publication de cet indice intervient alors que la production manufacturière du pays connaît ces

APRÈS LA PUBLICATION DE CHIFFRES CHINOIS DÉCEVANTS

cent la date à laquelle ils attendent une hausse des taux d’intérêt», expliquait un autre analyste. Les rachats d’actifs de la Fed, qui ont pour but de stimuler l’activité économique par le biais d’injections de liquidités dans le système financier américain, ont pour effet collatéral de diluer la valeur du dollar. Une accentuation des réductions revigorerait la monnaie unique. De son côté, la livre britannique baissait face à l’euro, à 83,27 pence pour un euro, ainsi que face au dollar, à 1,6655 dollar pour une livre. La devise helvétique baissait face à l’euro, à 1,2187 franc suisse pour un euro, comme face au dollar, à 0,8787 franc suisse pour un dollar. L’once d’or valait 1.334,93 dollars contre 1.335,25 dollars vendredi soir.

L’Agence nationale de l’emploi (Anem) prévoit 350.000 placements de demandeurs d’emploi en 2014 contre 318.000 en 2013, alors que plus de 8.200 jeunes ont été placés dans le marché de l’emploi dans la seule wilaya de Ouargla, a révélé hier sur les ondes de la Radio nationale, son directeur général, Mohamed Tahar Châalal. Sur les 350.000 placements dans le marché de l’emploi prévus durant l’année en cours par l’Anem, 52.000 placements ont été effectués durant les mois de janvier et février, contre 45.000 placements durant la même période de 2013, soit une évolution de 16%, a précisé M. Châalal lors de son passage à la Chaîne III de la Radio nationale. En 2013, 82% des placements ont été effectués dans le secteur économique, a ajouté le premier responsable de l’Agence qui a révélé, en outre, que plus de 8.200 jeunes ont été placés par l’Anem dans la wilaya de Ouargla en 2013. Cette performance illustre, selon lui, un retour de «l’accalmie» et une «meilleure transparence» dans la gestion du marché de l’emploi dans la région du Sud. Saluant l’impact de l’instruction du Premier ministre relative à l’emploi sur l’évolution dans le domaine des placements et de l’employabilité, le directeur général de l’Anem a précisé que les dispositions de cette instruction ont été «mises en œuvre» dans l’ensemble des 258 antennes que compte l’Anem à travers le territoire national. «Les résultats probants en matière de placements ont été obtenus à la faveur de la croissance économique d’une part mais également grâce à l’amélioration des offres de service de l’Anem», a observé M. Châalal qui a relevé une évolution du taux de pénétration de cette institution lequel est passé de 16% en 2010 à 55% en 2013, selon les données de l’Office national des statistiques (ONS). Durant le quinquennat 2010-2014, une évolution de plus de 44% en termes de placements avait été enregistré, avec 179.000 placements dans le secteur économique en 2010 contre plus de 318.000 en 2013. «Avant 2006, l’Anem était considéré comme un bureau de main d’œuvre et ne pouvait pas offrir avec précision aux employeurs les détails de profils. Désormais, elle offre de meilleurs services, organisation et conditions d’accueil, de même qu’une plus grande transparence et flexibilité», a noté le même responsable. Interpellé sur le rôle des 20 agences privées de placements, M. Châalal a fait savoir que ces dernières ont pu effectuer environ 9.200 placements en 2013 et qu’une relation de «partenariat» et «d’accompagnement» les lie à l’Anem. L’hôte de la radio a, par ailleurs, affirmé une baisse «sensible» des recrutements de la main d’œuvre étrangère, laquelle représente une «infime» proportion, comparativement à la totalité de la main d’œuvre existante. Pour rappel, l’instruction n° 01 du Premier ministre, datant du 3 février 2014, «ordonne» à l’Anem de répondre aux employeurs dans un délai ne dépassant pas cinq jours aux demandes d’emplois. Si l’Anem ne peut pas répondre, les employeurs peuvent employer directement avec obligation d’informer l’Agence à posteriori, est-il stipulé.

L’Anem prévoit 350.000 placements en 2014

EMPLOI

11

Le pétrole baisse

Publicité
Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l’Electricité GRTE Spa filiale Groupe SONELGAZ - Capital social : 40 000 000 000 DA RC : 04B965470

derniers mois un net ralentissement, et que le gouvernement a annoncé mercredi dernier avoir reconduit pour 2014, un objectif de croissance économique de 7,5%, ce qui serait s’il se concrétise, le plus bas taux de croissance de la Chine depuis près d’un quart de siècle. La vigueur de la croissance économique chinoise est particulièrement scrutée par les investisseurs sur les marchés de l’énergie car la Chine est le deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde, et le premier importateur mondial. Par ailleurs, la situation en Ukraine par où transitent 70% des exportations russes de gaz et de pétrole vers l’Europe, continue de retenir l’attention des investisseurs. Mais pour l’instant les marchés écartent «le risque de guerre», notait un analyste chez PVM. Pour lui, les investisseurs n’intègrent pas de prime de risque aux cours car «l’interdépendance économique de l’Occident (avec la région) est trop élevée pour qu’il y ait une réponse» plus forte que des paroles et quelques sanctions.

Siège social : Route Nationale n°38 - Immeuble des 500 bureaux - Gué de Constantine Direction du Transport de l’Electricité Région Transport de l’Electricité de HASSI-MESSAOUD Cité Si El-Haouès II - N°79 - BP 468 Hassi - Messaoud-Ouargla Tél. : 213 029-73-43-23/Fax : 213 029 - 73-84-56 NIF : 000416096547023

La Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l’Electricité, la Direction du Transport de l’Electricité, la Région transport de l’électricité de Hassi-Messaoud informe la population de la Wilaya de Tamanrasset qu’il sera procédé, à compter du 15.03.2014, à la mise sous tension de la nouvelle ligne 220 KV reliant le poste 220/30 KV IN SALAH au poste 220/30 KV ADE. De ce fait, la Région transport de l’électricité de Hassi-Messaoud décline toute responsabilité quant à l’approche de tout individu non autorisé de ces installations.
El Moudjahid/Pub ANEP 109018 du 11/03/2014

MISE SOUS TENSION

Mardi 11 Mars 2014

EL MOUDJAHID

Russes et Ukrainiens ont déclaré chercher une solution «diplomatique» autour de la péninsule séparatiste de la Crimée dont Vladimir Poutine a défendu le droit d'être rattachée à la Russie, Kiev, en appelant aux Etats-Unis pour faire cesser "l'agression".

Poutine défend le droit de la Crimée à être rattachée à la Russie

M onde UKRAINE

15
41 morts dans des attentats
IRAK

L

e Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, se rendra cette semaine aux Etats-Unis pour chercher le soutien du président américain Barack Obama face à l'"agression russe" dans cette crise sans précédent depuis la fin de la guerre froide. "C'est une visite très importante (...) Nous espérons pouvoir trouver des approches communes pour régler la situation en Crimée et arrêter l'agression" de la Russie dont les forces occupent depuis plus d'une semaine la péninsule de Crimée qui prévoit un référendum le 16 mars sur son rattachement à la Russie, a indiqué dimanche soir le chef de la diplomatie ukrainienne par intérim Andriï Dechtchitsa à la télévision 1+1. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne se sont portés garants avec la Russie de l'intégrité territoriale de l'Ukraine quand cette ex-république soviétique avait renoncé à son arsenal nucléaire en 1994. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a pris l'initiative dimanche

Une commission mandatée par le Conseil de sécurité de l’Onu entamera aujourd’hui une enquête sur les violations des droits de l’homme en Centrafrique, pays en proie à des violences communautaires, a-t-on indiqué hier de source onusienne. La commission devait se rendre lundi à Bangui et commencer son travail dès le lendemain. «Nous devons mettre un terme à cette impunité», a déclaré devant la presse à Genève son président, le Camerounais Bernard Acho Muna, qui a été nommé en janvier par le secrétaire général de l’ONU Ban Kimoon. «Mon expérience du Rwanda me l’a montré. Un génocide commence toujours avec de la propagande incitant à la haine», a ajouté l’ex-procureur adjoint du tribunal international sur le Rwanda, pays victime d’un génocide en 1994. «Nous espérons que notre présence et le fait que nous enquêtions

L’Onu entamera aujourd’hui une enquête
VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME EN CENTRAFRIQUE

d'appeler Vladimir Poutine et l'a "exhorté à réduire la tension en Ukraine et à soutenir la for-

mation d'un groupe de contact qui pourrait conduire à des discussions directes entre les gouvernements russe et ukrainien". Sur le terrain, les forces russes consolident jour après jour leur position en Crimée, ce qui rend plus difficile la possibilité pour les autorités ukrainiennes de récupérer un jour le contrôle de la péninsule. A Donetsk, dans l'est russophone et industriel du pays, près de 10.000 manifestants pro-russes se sont rassemblés dimanche signant une nouvelle démonstration de force et contraignant le leader pro-européen Vitali Klitschko et candidat à la présidentielle du 25 mai à annuler un meeting sur place. A Lougansk, théâtre de heurts dimanche entre les partisans de Kiev et les pro-russes qui ont pris d'assaut l'administration régionale, des poursuites pour "tentative de prise de pouvoir" ont été lancées, a indiqué le parquet général.

Quarante-une personnes ont été tuées et 129 autres ont été blessées dimanche dans différents attentats en Irak, ont indiqué la police et des sources médicales. Dans l'un des attentats, au moins 34 personnes, dont cinq policiers, ont été tuées et plus de 120 autres blessées lorsqu'un kamikaze a fait détoner un minibus bourré d'explosifs dimanche matin à une heure de grande affluence à l'entrée nord de la ville de Hilla, à environ 100 kilomètres au sud de Baghdad, a indiqué une source policière sous couvert d'anonymat. L'explosion s'est produite au milieu d'une file de voitures à un barrage policier, provoquant un incendie qui a brûlé plus de 30 voitures et endommageant des dizaines d'autres, a précisé la source. Dans un autre attentat, des hommes armés ont ouvert le feu sur un minibus transportant des employés de l'entreprise pétrolière publique North Oil Company près de la ville de Touz-Khourmato, à environ 200 kilomètres au nord de Baghdad, tuant trois personnes et en blessant six autres. Par ailleurs, un soldat a été tué et trois autres blessés par l'explosion d'une bombe placée en bord de route au passage d'une patrouille de l'armée à Abou Ghraïb, à environ 25 kilomètres à l'ouest de Baghdad, selon la même source. Dans la province d'Anbar (ouest), deux personnes ont été tuées dans un pilonnage de la zone de Nouimiyah, dans le sud de la ville de Falloujah, à environ 50 kilomètre à l'ouest de Baghdad.

soient un signal pour que les gens orchestrant la propagande ne passent pas à l’action», a-t-il pour-

suivi. «Il faut mettre fin à l’impunité et être sûrs que ceux qui ont passé la ligne rouge doivent rendre

des comptes», a-t-il dit. Il a relevé que la situation en République centrafricaine «est unique, elle est caractérisée par l’effondrement de l’ordre public, le vide du pouvoir, l’absence d’autorités de police et judiciaires». La commission d’enquête sera également composée de Fatima M’Baye, présidente de la commission mauritanienne pour les droits de la femme et vice-présidente de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), et de l’universitaire mexicain Jorge Castaneda, ancien ministre des Affaires étrangères. Ils doivent rester trois jours dans la capitale Bangui. Elle doit rencontrer les autorités gouvernementales, les autorités locales, les chefs de villages, les représentants d’ONG, les commandants des troupes françaises et de la Mission de l’ONU et de l’Union africaine, et se rendre dans les camps de déplacés et de réfugiés.

Les travaux de la 20e session ordinaire du conseil exécutif de la Communauté des Etats sahélo-sahariens au niveau des experts ont débuté dimanche soir à Khartoum, capitale du Soudan. Les participants vont discuter des questions relatives à la sécurité, la paix, le développement et la stabilité de la région. Le ministère soudanais des Affaires étrangères avait indiqué vendredi dans un communiqué de presse que les réunions du conseil d'administration commenceront au niveau des experts le 9 mars et seraient traitées par le sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères Abdall Hamad Al-Azrag, tandis que les réunions au niveau ministériel commenceront le 12 du même mois. Cette session devrait soutenir le Soudan et fournir un grand soutien à ses efforts pour parvenir à la paix et au développement, selon la même source. Le ministère des Affaires étrangères avait expliqué que le Soudan accueille cette session dans le contexte de son rôle fondamental dans ce rassemblement dont il est l'un de ses fondateurs et son rôle actif dans l'activation de l'organisation et de son rôle dans les Etats sahélo-sahariens et l'ensemble du continent. Ces réunions de la 20e session ordinaire sont les premières réunions suivant la signature du traité révisé lors du sommet de N'Djamena en février 2013.

20e session du conseil exécutif au niveau des experts à Khartoum
ETATS SAHÉLO-SAHARIENS

Les ministres arabes des Affaires étrangères, réunis dimanche au Caire, ont appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à assumer ses responsabilités visà-vis de la situation de blocage en Syrie après l'échec des négociations entre le gouvernement et l'opposition pour une solution négociée à la crise dans le pays. Le Conseil a appelé le Secrétaire général de la Ligue arabe à poursuivre ses consultations avec le Secrétaire général des Nations unies et les parties concernées afin de parvenir à un consensus en faveur d'une solution politique négociée à la crise syrienne et la formation d'une instance dirigeante de transition qui jouirait des pleines prérogatives exécutives conformément aux recommandations de la conférence de Genève I. Le Conseil a souligné la pertinence des décisions 580 du 26 mars 2013 du sommet de Doha et 7595 du 6 mars 2013 du Conseil des ministres concernant l'octroi à l'opposition syrienne du siège de la Syrie au sein de la Ligue comme représentant du peuple syrien

Le Conseil de la Ligue arabe pour la poursuite des efforts en faveur d'une solution politique
SYRIE

tout en tenant compte "des réserves de l'Algérie et de l'Irak et de l'abstention du Liban". Le Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères a, par ailleurs, demandé au Secrétariat général de la Ligue arabe de poursuivre ses efforts avec les pays d'accueil des réfugiés syriens en vue de les soutenir notamment en matière d'aides humanitaires. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui intervenait à cette occasion a affirmé que "le Conseil est parvenu, après un travail de longue haleine, à une approche consensuelle allant dans le sens de la poursuite des négociations". Il a ajouté dans le même contexte que "sans vouloir imputer la responsabilité du blocage des négociations lors de la conférence de Genève à telle ou telle partie, le Conseil a demandé au Secrétaire général de la Ligue arabe de poursuivre ses efforts auprès des Nations unies et de son Conseil de sécurité en vue de relancer le processus de paix de Genève.

Le régime du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a pris un nouveau coup dimanche avec la diffusion d'un nouvel enregistrement pirate dans lequel un ex-ministre est accusé de recevoir un pot-de-vin d'un homme d'affaires connu. Dans cette conversation téléphonique diffusée sur internet, Reza Zarrab, un entrepreneur d'origine irano-azerbaïdjanaise, explique à son homme de confiance, un certain Abdullah Happani, que l'ancien ministre de l'économie Zafer Caglayan se serait plaint de n'avoir pas reçu les 10 millions d'euros promis en contrepartie de l'arrangement d'un marché public. La voix attribuée à Zarrab se dit "très surprise" que l'exministre n'ait pas reçu sa commission étant donné que cette somme est sortie des caisses de sa compagnie, évoquant "une erreur". M. Caglayan et trois autres ministres ont perdu leur siège dans le cabinet de M. Erdogan après un coup de filet policier lancé le 17 décembre, mettant en cause pour corruption et malversations son fils, et plusieurs dizaines de personnalités proches du régime.

Un nouvel enregistrement compromettant pour le régime d’Erdogan
TURQUIE

PRÉSIDENTIELLE AU SALVADOR

La gauche remporte le scrutin

Le candidat de la gauche au pouvoir au Salvador, l'ex-guérillero Salvador Sanchez Cerén, a remporté l'élection présidentielle de dimanche avec plus de 50% des voix. Selon le Tribunal suprême électoral (TSE), Salvador Sanchez Cerén, candidat du Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN), a obtenu 50,09% des voix contre 49,91% pour le candidat de droite Norman Quijano, après le dépouillement de 98,39% des bulletins. Devant l'étroitesse de l'écart, le TSE a ordonné aux deux camps de ne pas proclamer de victoire, ce que droite et gauche avaient déjà fait chacun de leur côté. "La différence en faveur (de Salvador Sanchez Cerén) est d'un peu plus de 8.000 votes, en arrondissant.

Mardi 11 Mars 2014

16

« Maintenir notre cinquième place »
AHMED BOUBRIT, DTN DE LA FAA, INVITÉ DU FORUM D’EL MOUDJAHID :
Le directeur technique national de la Fédération algérienne d’athlétisme, Ahmed Boubrit, a été, hier, l’invité du Forum Sport d’El Moudjahid.

Sports

EL MOUDJAHID

I

l devait traiter essentiellement de la participation de six de nos athlètes (Fethi Meftah, Mohamed Merbouhi, Rabah Aboud, Hichem Bouchiha, Rabah Khouas et El-Hadi Laâmèche) au championnat d’Afrique de cross-country prévu ce 16 mars à Kompala City (Ouganda), mais aussi le semi-marathon (21 km) prévu le 29 mars à Copenhague (Danemark). Il y aura la participation de trois athlètes dames qui sont AïtSalem Souad, Benderbal Malika et Driss Benkahoum. Lors de la discussion qui a été assez riche, le directeur technique national a été sollicité par les journalistes présents de leur parler de la situation de Toufik Makhloufi qui ne participe pas aux compétitions aussi bien nationales qu’internationales. Ce substrat ainsi composé, on peut dire que le DTN n’a pas manqué de parler de cette compétition de cross-country assez importante au demeurant pour l’athlétisme algérien. Il mettra tout d’abord l’action sur la préparation à ce championnat d’Afrique de crosscountry. Il s’expliquera sur les raisons du choix du site de Tiaret pour se préparer à une telle échéance. «Pour notre préparation, notre travail a toujours été planifié. On avait choisi plusieurs sites de préparation comme Batna, Tiaret, Biskra, Tamanrasset… Notre premier stage de préparation durant la présente saison a eu lieu à Batna. Il faut admettre que les conditions de préparation n’étaient pas réunies. D’où le fait qu’on a changé de lieu de préparation. À Tiaret, on a trouvé toutes les conditions attendues par les athlètes, mais aussi l’entraîneur Abdelkrim Lamri. Cette préparation peut nous permettre de préparer le championnat d’Afrique d’athlétisme prévu du 10 au 14 août à Marrakech (Maroc). Il faut dire que conformément aux directives du MJS qui nous a instruits d’utiliser les infrastructures de son secteur qui sont assez accueillantes. Par conséquent, plus de 90% de notre préparation se déroule localement.» Cette préparation à ces compétitions peut aussi leur être très utile à l’occasion des jeux Africaines de la jeunesse prévus au Botswana durant le mois du 26 au 30 mai 2013, mais aussi les jeux Olympiques de la jeunesse qui auront lieu en juillet en Chine. Le départ de la délégation algérienne conduite par Aziz Bouras est prévu pour le 13 mars et les six athlètes qui prendront part à cette compétition sont très ambitieux pour réaliser

L’événement en athlétisme, c’est la 15e édition des Championnats du monde qui s’est déroulée du 7 au 9 mars à Sopot, en Pologne. Aucun athlète algérien n’a pris part à ces joutes. Peut-on en connaître les véritables raisons ? Cette absence a été décidée par la fédération. Les résultats insuffisants obtenus lors de la précédant édition, à Moscou, l’an dernier, ont motivé la décision de la FAA de faire l’impasse sur les Mondiaux en salle. Par ailleurs, je peux vous dire que les Championnats du monde en salle ne constituent nullement un objectif déterminant pour la Fédération algérienne d’athlétisme. C’est aussi le cas pour les fédérations d’autres pays.

« Les Championnats du monde en salle ne sont pas une priorité pour la FAA »
ENTRETIEN AVEC ABDELKRIM SADDOU, DIRECTEUR DES ÉQUIPES NATIONALES D’ATHLÉTISME :
Bien sur. Nous y travaillons. Je peux d’ores et déjà vous dire que depuis le début de saison, nous avons organisé 9 stages. Nous donnons la priorité à la préparation, notamment en Algérie, où nous bénéficions des infrastructures mises en place par l’État et qui nous sont d’une grande utilité et nous permettent d’organiser un maximum de regroupements. Cela dit, nous donnons aux athlètes, la possibilité de participer au maximum possible de meetings et autres compétitions à l’étranger.

un bon résultat dans ce championnat d’Afrique de cross-country dominé par les éternels kenyans, éthiopiens, érythréens, ougandais et algériens. L’objectif de notre sélection nationale est de se classer parmi les cinq premiers. Car, dans cette compétition, il n’y a pas de places au hasard, comme c’est le cas dans d’autres disciplines. «On a des cadets, des juniors, des espoirs et des séniors qui se préparent afin de bien préparer les jeux Olympiques de la jeunesse qui auront lieu en Chine. On dispose de la meilleure équipe. Elle est composée d’athlètes militaires», avait-il dit. Pourquoi on y trouve beaucoup d’athlètes dans le sport militaire ? «Cela est lié au fait que les athlètes préfèrent choisir la voie militaire du fait qu’elle leur permet de trouver facilement un emploi et d’être facilement intégré. Ce qui peut leur faciliter l’entraînement. De plus, le cadre est agréable, puisqu’on y trouve au niveau du CRPESM. C’est une situation plus stable pour les athlètes dans le secteur militaire.» Pour le semi-marathon, il n’y aura que trois athlètes. Il s’agit de Souad Aït Salem, Driss Benkahoum et Benderbal Malika. Ce sont ces athlètes qui émergent actuellement dans cette spécialité. «Dahmani a été mise au repos du fait qu’elle a été très utilisée jusque-là. Il fallait donc la ménager. Pour les autres athlètes, elles ont accompli les minimas. Pour les minimas individuels, il fallait courir en 1h13’00 et par équipe 3h44’. On

leur a donné leur chance. On espère qu’elles vont s’imprégner avec le haut niveau. C’est la première fois qu’elle participe à ce semimarathon prévu à Copenhague (Danemark). Le staff technique est pratiquement algérien sauf pour Toufik Makhloufi et Amrani Yasmina.» Le DEN, Sadou Abdelkrim, dit : «Le stage de Tiaret a été dirigé par Abdelkrim Lamri, l’entraîneur national. Nos athlètes se sont préparés sur des parcours en plein air qui sont considérés comme excellents. Il y a aussi l’altitude de plus de 1.700 m. On a travaillé sur des parcours très avantageux. Pour le départ, il est fixé au 13 mars. On prendra le vol Alger-Doha-Antibe (près de l’Ouganda). On arrivera le 14 mars. Le 15, ce sera la reconnaissance du parcours et le 16 le début du championnat d’Afrique de crosscountry. Le retour est prévu pour le 17 mars.» Pour l’entraîneur national, Abdelkrim Lamri, «les athlètes se sont très bien préparés. On cherche à maintenir notre cinquième place sur le plan africain. Pour le moment, ce classement est respecté. On espère sauvegarder notre positionnement dans le gotha africain. Car les places seront très chères». Il est certain que les questions ont été assez nombreuses concernant le choix de cette sélection nationale de cross-country qui va nous représenter dans ce championnat d’Afrique qui aura lieu ce 16 mars à Kampala-City (Ouganda). On s’est demandé sur

quels critères avait-on choisi cette sélection nationale composée de six athlètes ? À ce sujet, Ahmed Boubrit, directeur technique national, avait affirmé : «On a tout d’abord choisi les 4 premiers au championnat d’Algérie. Pour les deux autres athlètes, on a laissé cela à l’appréciation de la DTN ; on a donc préféré prendre ceux qui s’étaient classés à la 5e et 6e place. Tout s’est fait dans les règles.» Le travail à la base est en train de se faire, puisque le DTN, Ahmed Boubrit, n’a ajouté que chez les cadettes 87 athlètes qui sont ciblées, dont 25 d’entre elles bénéficient de bourses allant de 80.000 DA à 30.000 DA par an. Pour les juniors, il y a un groupe de 40 athlètes juniors qui ont été ciblés. C’est le cas aussi pour les espoirs. Il faut dire que la FAA est en train de suivre son programme de travail ainsi tracé. On peut dire que les moyens financiers sont assez importants, puisque le MJS leur donne une subvention de 12 à 14 milliards par an. Le problème financier ne se pose pas du fait que les pouvoirs publics sont là pour mener à bon port toutes les opérations de la FAA, notamment pour la préparation des athlètes de haut niveau comme Toufik Makhloufi. Pour Abderrazak Touil, qui s’était blessé dernièrement, «il est rétabli. Il suit sa convalescence à Bouchaoui. Si tout va bien, il sera avec nous durant le mois de juin prochain. Concernant le retour de la fille de Bouras (800 m) et de Bouraâda (décathlon), il est prévu pour le mois de juin. Ils purgeront leur sanction en juin. Ils n’ont pas, à vrai dire, interrompu leur préparation. Ils seront donc intégrés rapidement dans le groupe». Le cas de Toufik Makhloufi, le champion olympique, a suscité les interrogations des journalistes. À ce sujet, il dit : «Après la maladie, il a repris le travail avec son groupe emmené par le Somalien Adam Djoma. Il se prépare actuellement aux États-Unis d’Amérique. Sur le plan médical, j’ai en ma possession son dossier. Il est très clean. Il n’a aucun programme. Il participera aux prochaines échéances le plus normalement du monde. Il a un programme précis. Il est en train de l’accomplir dans la sérénité. Il participera au prochain championnat d’afrique d’athlétisme prévu à Marrakech (Maroc) du 10 au 14 août prochain.» HAMID GHARBI

Photos : T. Rouabah

Lyes qui s’est imposé l’année dernière au championnat arabe et qui a réalisé une bonne performance cette saison au 60 métres haies. Au niveau de la FAA, on n’a jamais perdu de vue ou négligé les autres spécialités, même si l’on accorde beaucoup d’importance au demi-fond qui nous a souvent apporté satisfaction. En juin prochain, on enregistrera le retour à la compétition de Zahra Bouras (1500 m) et Bouraâda Larbi (décathlon) après une suspension de deux ans pour dopage. Ces deux athlètes feront-ils partie de la sélection pour les championnats d’Afrique, prévus en août au Maroc ? Ces athlètes sont toujours les bienvenus en en sélection. Nous ne fermons la porte à personne. Je sais que ces deux athlètes ont continué à s’entraîner durant leur période de suspension et qu’ils sont très motivés pour revenir à leur meilleur niveau. Il est vrai que la FAA ne pouvait pas les prendre en charge durant cette période où ils étaient sous la peine d’une suspension, mais nous sommes prêts à les accueillir en sélection et travailler avec eux une fois qu’ils auront purgé leur sanction. Entretien réalisé par Rédha Maouche

Quelles sont alors vos objectifs à court et à moyens terme ? Pour la FAA, l’objectif principal, cette saison, demeure les Championnats d’Afrique qui auront lieu à Marrakech (Maroc) au mois d’août prochain. Nous avons, par ailleurs, des objectifs intermédiaires auxquels nous accordons beaucoup d’importance aussi à l’image des championnat d’Afrique de cross-country, prévu le 16 mars en a Kampala City (Ouganda), le championnat du monde de semimarathon, le 29 mars a Copenhague (Danemark) ou encore les championnats Méditerranéens en Juin à Aubagne (France).

Cette dernière compétition sera une très bonne opportunité pour nos jeunes de montrer de quoi ils sont capables. Nous disposons d’un noyau d’athlètes prometteurs en catégorie espoirs. Ca sera pour nous, l’occasion de les suivre et de voir comment la transition en seniors s’opère. Les Championnats du monde de 2015 à Pékin et les jeux Olympiques au Brésil en 2016 arrivent à grands pas. Au niveau de la FAA, y a-t-il un programme destiné aux athlètes prometteurs pour avoir une bonne représentation à ces joutes ?

Parfois, on a l’impression que l’athlétisme en Algérie se résume au demi-fond et que c’est la seule spécialité qui offre des chances de médaille au niveau mondial. Pourquoi a-t-on du mal à s’imposer dans les disciplines techniques ou les courses de sprint ? Il est vrai qu’on peut parler de demi-fond comme choix stratégique. Cependant, on n’oublie pas les autres spécialités. Actuellement, nous disposons de veritables potentialités dans certaines disciplines techniques. Je peux vous citer le cas du jeune Triki, en triple saut et en longueur, qui a réussi à se placer en finale l’année dernière au championnat du monde cadets. La jeune Hadar Dihya qui a remporté le championnat d’Afrique junior au 400 mètres haies. Nous avons aussi en espoirs, Mokdat

Mardi 11 Mars 2014

EL MOUDJAHID

U

De nos envoyés spéciaux à Oran : Mohamed-Amine Azzouz et Billel

Hier, s’est déroulée la seconde étape du Tour d’Algérie de cyclisme, Oran-Mostaganem-Oran, sur une distance de 142 km alors qu’initialement, il était prévu de parcourir une distance de 169 km.
Mehdi Seghouini et Nassim Saïdi (Cevital), Smail Laâlouchi (Ooredoo) et Abdelbaset Hannachi spécialiste du sprint (GSP).  La course s’emballe et d’autres coureurs parviennent à se hisser au devant parmi le groupe de tête, alors que d’autres arrivent difficilement à maintenir un rythme élevé et sont lâchés par les plus coriaces. Les contre-attaques au sein du peloton d’échappée se multiplient et la bataille tactique s’intensifie entre les candidats potentiels à la victoire d’étape. Le Col de Hassi Mamèche à Mostaganem, classé de première catégorie, a vraiment fait souffrir les coureurs, vu la difficulté de ce tronçon. Rien n’était encore joué à 20 km de l’arrivée. Le suspens pour la victoire d’étape devenait palpitant, même si l’EN marocaine était en pôle position pour faire gagner l’étape à l’un de ses coureurs. Notre compatriote Abdelbasset Hannachi et l’Erythréen Mekseb Debesay étaient eux aussi en mesure de faire quelque chose. Mais, finalement le travail d’équipe des Marocains a fini par payer, malheureusement dans des conditions catastrophiques sans qui quiconque ne soupçonne que cette superbe 2e étape, allait être totalement faussée, gâchée puis annulée. Et pour avoir été les témoins directs de ce qui s’est passé, nous allons vous relater les faits. Les raisons de l’annulation des résultats de cette course La course avait atteint son point culminant, puisqu’à environ 2 km de l’arrivée, au même point d’où a été donné le coup de départ et alors même que le peloton de tête avait enclenché son sprint final, survint à la grande stupéfaction générale, un grave impair qui ne peut avoir pour

Une belle course… annulée
2e étape Oran-Mostaganem-Oran (142 km) 

GRAND TOUR D’ALGÉRIE DE CYCLISME -2014

Sports

17

ne partie du parcours où devait passer le peloton est en travaux. 97 coureurs représentant 16 équipes ont pris le point de départ, avec un circuit très agréable et des paysages d’une rare beauté, qui nous a fait ressentir encore une fois, la splendeur de notre pays. Sur notre passage, la verdure était partout, avec des espaces fleuris, vraiment beau à voir, qui annoncent l’arrivée prochaine du printemps. Ah, que c’est beau de respirer l’air de cette terre fertile d’Algérie, mon pays  ! Nous avons pu apprécier  la beauté de la côte mostaganémoise. Le point de départ de la 2e étape, a été donné à 11h 52’, au niveau du Centre de Conventions Mohamed-Benahmed, au quartier Akid Colonel Lotfi, non loin de Canastel, en présence de la troupe culturelle traditionnelle Noudjoum Gourara de Labyad Sid Chikh qui a créé une ambiance formidable, faisant danser plus d’un parmi les présents et même les cyclistes de l’EN du Rwanda se sont mis de la fête, à quelques minutes du départ de la course. Ensuite, le coup de starter a été donné et le peloton s’est ébranlé pour une nouvelle étape du Tour. Une première échappée a eu lieu dès les premiers kilomètres de la course, avec le duo composé de l’Algérien Merdj Hamza (Sovac) et du belge Michels Killian (CT 2020), qui a été rapidement rejoint par cinq autres coureurs. Ce groupe maintiendra entre 25’ et 45’ de temps d’avance sur peloton. Ce dernier s’est agrandi et atteindra les 12 coureurs, avec la présence de cinq Algériens : Mohamed

RACHID FEZOUINE, PRÉSIDENT DE LA FAC : 

Hors de lui, le président de la fédération algérienne de cyclisme, Rachid Fezouine, nous a tenu les propos suivants : «Je suis vraiment en colère avec ce qui vient de se passer. Cela fait 8 mois que nous préparons cette important événement international et nous avons pour ce faire réuni toutes les conditions et les moyens nécessaires à sa réussite. Ce qui vient de se passer est à mes yeux incompréhensible et inadmissible, surtout que nous avons assisté, à une superbe étape sur tous les plans avant que ne survienne l’irréparable, gâchant tout. On est responsable de l’organisation. La sécurité au niveau du circuit du tour revient à qui de droit. Les responsabilités doivent-être délimitées. Nous allons nous réunir ce soir (ndlr, hier), avec les autorités locales, pour en parler. Le Tour se poursuivra en Oranie, à la seule condition que ces derniers nous assurent le bon déroulement

« C’est dommage et regrettable »

Bernard Thevenet, double vainqueur du Tour de France de cyclisme (75’ et 77’), la plus relevée et réputée compétition de la discipline dans le monde, et animateur invétéré à France 2, a été invité par les organisateurs à assister au G-TAC. Ayant assisté au Critérium international d’Alger et aux deux première étapes

Un double champion du Tour de France présent au G-TAC

sur le plan de la sécurité sur la route. Comment se fait-il que cette dernière n’a pas été évacuée pour laisser le passage aux coureurs  ? Franchement, c’est à ne rien comprendre. Cet incident est venu entacher le bon déroulement du GTAC au niveau, pourtant d’une grande ville comme Oran, quoi dire  ? Comme vous pouvez le constater, la désolation a gagné tout le monde, parce que c’est dommage d’en arriver à ce que cette 2e étape soit annulée. La force des règlements du cyclisme et du Tour ne doivent aucunement être omis. On comprend par exemple la déception de nos amis marocains, nous même on ressent le même sentiment, mais, c’est ainsi. Le GTAC se poursuivra et j’espère que nous vivrons des jours bien meilleurs qui nous feront oublier cette étape malencontreuse… » M. A. A.  

HAMZA MADJID (DTS/ VÉLO CLUB SOVAC) :

raison que l’irresponsabilité et l’incompétence de ceux qui avait la charge d’évacuer la route sur le chemin d’arrivée ! Eh bien, les coureurs et la caravane du tour, se sont retrouvés, nez à nez avec les automobilistes sur la dernière ligne droite avant la ligne d’arrivée, les premiers cyclistes se sont faufilés, tant bien que mal, entre les véhicules qui devaient contourner un rond point… pour pouvoir trouver enfin la voie libre à quelques dizaines

de mètres de l’arrivée. La majorité des autres coureurs, ont tout simplement étaient bloqués par la circulation ?!! Qui l’aurait cru ? La course a donc été faussée. C’est Saïd Abelouache de l’EN marocaine qui est entré en première position, suivie par le Hollandais de l’OCBC Singapore et vainqueur du Critérium d’Alger, Rabou Thomas, alors que la 3e position a été arraché par Abdelbaset Hannachi du GSP. Seulement, cette splendide 2e étape a

du tour, il s’est dit très heureux de partager avec les Algériens cette joie et l’amour du vélo.   

Figure emblématique de la petite reine nationale, l’ancien grand cycliste algérien, Hamza Madjid, qu’on ne présent plus, actuel directeur technique sportif de l’équipe du Vélo Club Sovac, affirme au sujet des ambitions de son team et de la qualité de ses coureurs : «Nous sommes ravis de voir le cyclisme algérien renouer avec les compétitions d’une telle envergure, qui permettra à nos cyclistes de s’aguerrir et de gagner en expérience. Nous avons de jeunes coureurs aux immenses qualités, qui n’attendent que ce genre d’événements pour s’affirmer et apprendre davantage. Notre équipe est jeune et ambitieuse ». Pour ce qui est des objectifs de l’équipe Sovac, il indiquera : «voir nos poulains gagner quelques étapes et des points en allant à la conquête des maillots mis en jeu à chaque étape, suffira à notre bonheur, parce qu’un grand travail nous attend encore. Je félicite notre équipe qui  fait une belle course tactique, avec un bon esprit collectif. Cela a permis à notre coureur Adil Barbari de remporter la première étape du TAC (Alger-Ain Defla), qui pourra s’avérer décisive pour remporter la première place et le maillot jaune du TAC qui se déroule dans l’Oranie, dans le cadre du G-TAC» M. A. A. 

« Notre équipe est jeune et ambitieuse »

Nord-Sud organisation (NSO) a fait appel à  Michel Rivière, un commissaire de course français chevronné, en qualité de président de jury, pour veiller à ce que l’ensemble des athlètes respectent les règles du jeu et ne les transgressent pas.

Un Français président du jury

Réunion d’urgence du GTAC avec les autorités locales Les responsables de la FAC et de l’organisation de GTAC nous ont affirmé qu’ils allaient se réunir avec les autorités locales, afin de délimiter les responsabilités de cette négligence et voulaient aussi avoir des garanties sur la sécurité pour poursuivre la compétition dans l’Oranie. Le GTAC qui pourtant montait en puissance avant la bavure d’hier en fin de course, devrait reprendre son cours normal dès les prochaines épreuves qui s’annoncent tous aussi intenses et palpitantes, pour le grand bonheur des amateurs de la petite reine. Rendez-vous dès demain avec la 3e étape, Oran-Sidi Bel Abbès (148 km).  En espérant que ce malheureux épisode du Tour d’ Algérie, ne se reproduira pas. Parce que cette merveilleuse compétition mérite bien de se poursuivre dans les meilleures conditions… M. A.A.

tout simplement été annulée par le président du jury du GTAC, Michel Rivière, qui avait la responsabilité de prendre une telle décision, avec l’accord aussi de l’ensemble des acteurs qui veillent sur le bon déroulement du Tour et à la stricte application des lois et règlements le régissant. M. Rivière dira  :  «On ne pouvait valider une telle étape après ce qui s’est passé. Les règlements ne nous y autorisent pas. La route de passage des coureurs était bloquée par la circulation. La sécurité était entachée pour les coureurs. Ce qui est inconcevable dans une course cycliste. C’est vraiment dommage, alors qu’avant cet incident nous avions assisté à une très belle course d’étape, qui nous a tenus en haleine ».   

Après l’étape Alger-Ain Defla, la caravane du Tour a pris le chemin en direction d’Oran, pour y prendre ses quartiers, à l’hôtel Eden Phoenix, qui est connu pour ses bonnes commodités d’hébergement, de restauration et de quiétude. Trois coureurs ont été contraints à l’abandon lors de la première étape de dimanche. Il s’agit du Belge Willems Pieter (CT 2020), du Britannique Wood George (BC South East) et du Bahreïni Al Basri Hussain (EN Bahreïn).

La caravane du tour prend ses quartiers à l’hôtel Eden «Phoénix » d’Oran Trois abandons dès la première étape Mouzaïa , attention routes défectueuses

Barbari passe le test antidopage

Dans le cadre des activités sportives et à l’occasion du championnat national de boxe qui s’est déroulé du 4 au 8 mars, au niveau du Complexe sportif des Eucalyptus (Alger), et auquel, les boxeurs de l’association sportive de la protection civile se sont distingués en décrochant deux médailles en or et deux médailles en ar-

Les athlètes de la Protection civile se distinguent
gent. A ce titre, les boxeurs Kouidri Walid et Karmis Mohamed ont décroché respectivement la médaille d’or en remportant les épreuves de la Catégories des poids lourd 81 kg et 91 kg alors que les médailles d’argent sont revenues aux boxeurs Chaouch Fayçal dans la catégorie 60 kg et Miznar Sid Ali dans la catégorie 49 kg. Par ailleurs, d’excellents résultats ont été réalisés par nos athlètes aux épreuves du championnat d’athlétisme qui a vu 10 athlètes prendre part dans plusieurs épreuves masculines et féminines. Aux épreuves par équipes, la 1re place est revenue à l’association sportive de la protection civile.

Juste après sa victoire d’étape (Alger-Ain Defla) et la remise des quatre maillots qu’il a reçu (jaune, rouge, à pois et blanc), Adil Barbari (Sovac) a été soumis à un contrôle antidopage, aménagé à côté de la ligne d’arrivée de chaque étape. M. A. A. 

BOXE

On traversant rapidement la circonscription de Mouzaïa, dimanche passé lors de la 1re étape, sur notre chemin sur AinDefla, nous avons remarqué l’état défectueux de la route, qui abritera pourtant l’une des étapes du Tour, le dimanche 16 mars avec le circuit Mouzaïa-Tipasa-Mouzaïa (129,5 km). Ce qui n’est pas fait pour plaire aux organisateurs et aux coureurs. Les autorités locales ont quelques jours seulement pour procéder à leur réaménagement immédiat, pour aider à la bonne marche de la course et éviter de causer des désagréments aux athlètes. M. A. A.

Mardi 11 Mars 2014

Quant aux épreuves individuelles féminines, Bouras Djaber a remporté la 1re place dans les 10.000 m marche, Mouzika Mohamed s’est classée en 2e place dans le 1.500 m, Laibie Mohamed Riad a arraché la seconde place dans le saut en longueur, idem pour Ali Ahmer Ahcen dans le saut en hauteur. SAM

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3658
ALCALOIDE DU CAFÉ ————————————— SUD-EST ————————————— POSSÉDÉS EN ACCORD ———————————— FINE MEMBRANE ———————————— RELATIF AUX EXCRÉMENTS BOISSON ———————————— PARTIE D’UNE POULIE ———————————— INCORPORE

21

Mots CROISÉS
Nº 3658
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

MER ————————— NOURRIT BÉBÉ

V

VI

VII

VIII

PROVINCE D’ARABIE ——————————— CHAUSSURE

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT I-Lié aux calculs rénaux. II-Se soumettre-Astate. III-Le tout puissant.IV-Le céleri en une-Transport pour usager. VVentila-Rhésus sanguin.VI-Plomb-Point culminant du monde. VII-Sert à percer le cuir-Grand lac américain.VIII-Portion-ArticleNazi. IX-Vieux-Dieu solaire-Organisation secrète. X-Que l’on peut nettoyer. VERTICALEMENT
1-Arbuste du Pérou-Qui concerne le pape.2-Dans l’abéeEnsemble de raccordement. 3-Suce-Division du temps.4-Enduisirent de cire. 5-Bison-Salut romain-Rigolé.6-Avant midi-Monnaie bulgare. 7-Mise en terre.8-Bon solvant-Fleuve de Russie.9-Séché à la fuméeAgave du Mexique. 10-Petitesse.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
A B

SERPENT ———————————— EBRANCHAGE ———————————— FAIT TOMBER

BUTIN —————————— PARADIS

ADOUCIR ———————————— CURRICULUM ———————————— INTERJECTION

VOLCAN D’ITALIE ———————————— VIEUX ———————————— EN MARCHE

ANTISEPTIQUE ———————————— CHAPEAU ———————————— EN AMONT

MANGANÈSE ———————————— GRAND PANIER PLAT ———————————— FERMEMENT

INDIUM ———————————— RÈGLE ———————————— DANS LE VEAU

ROCHE ————————————— STÉRILITÉ ————————————— NERVOSITÉ ————————————— ÉCORCE DE CHÊNE

3
L

4
C

5
U

6
L

7
E

8
U

9 10
S

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C
O

E

Grille
3. Certifier 6. Obscurité 11. Samaritain 12 . Impuissant 13. Chuchoteur 34. Irréalité 35. Insérable 36 . Egrappage

Nº 3658

Mot CACHÉ
I D E M E N T D I

E
C

I
R

R
E
A

N
T
E

A
E
U

T
R

33. Blondasse 15 . Exogamie

C

F
20 . Bachelier 22 . Trépasser 23 . Alésaient

A V I

I

S

S

U A S
S I I

S L

I

F R

A

C

H

E

M

T

R

O
I

C E R T I I I E R T E

N S

N C E R E R A M A

A G E O L E B S C I S M E

A
P

E

R

A
V
E
L

R E

H

E M P A U M E R A N A N G U S Y N G N A T H E R S
I
C R C E I I S

B
L
A G E

E
E
R
E
N

R
E
E

E
R

S

T
E
S S E

I

G O R E T A A P S

A
P
A

I
S

37. Débusquer 24 . Aiguisoir 25 . Métacarpe

M A G O X L E H C A S A P I A S I

I

S H F

T R S
I

14. Remboîtage 38 . Lactique 16. Sourciller 17. Horizontal 18 . Filmologie 39. Garde-fou

A M H E R E

B G O O

I M U M E I

E V A

O
B

A
L

F M P U M R E

E R E L
I

A U R L M R L R I
I
I

L

S

40. Somatique 27 . Patagonie 41. Vivifiant 29 . Tissaient 30 . Supporter 1. Avidement

A U C B T N E R I
I
H O R I T T E

I I

O S

U G

L C Z O M T
O L O E I E

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
A
C

S O

E P R A C A T E M N O G A T A I A S

3
F E

4
E A
U

5
I

6
N

7
E

8

9
S

10
E
N

19. Immémorial 42 . Précipite 21. Gallican 26. Terrifier 28. Déflagrer 31. Huitante 43. Réflectif 7. Empaumer 8. Anguille 9. Syngnathe

T S I

C L N O R D N E A
S I S A F E A

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C

A A E A T N E

S I N

I

T A L T G

O
B
R

N T
E

S
I

E U S

I L I

N U G R E T R O P
S E T N A T I T E

P U

C
E
A

C A

E

2 . Dissuasif 4 . Insincère 5. Ramassage

R N T R E IF I E R O

U H A R L S E R A B U I

E L L L E G

R
V

R A R D E M M E N T B L O N D A

A

L
A

L

E
T

G

E
O

R

C
H

R
E

P
I N

E

E
M

32 . Ardemment 10. Rigorisme

I

R R E A L
I I

I I

E G R A P P A G E D E B L A C T P R E C
Q U E T I P
I

S Q U E R R
F O U E A N T R I F N

A B

G
A

E

N

S
I

E
U

D
E

A

E

DONNER UN CARACTÈRE FRANÇAIS

G A R D E I
V F

S O M A T

Q U E V

F

I

E
T

T

T
A C

E
E

V M E

A

N
T

E

N

N

SOLUTION PRÉCÉDENTE: FOOTBALLEUSE

T E R E

L E C T

S é l e c t i o n Télévision
MARDI
08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) 09h30 : Sihr el mordjane (08) rediff 10h00 :El ilm bayna yedaik (46) 10h30 : El haouase (09) 10h50 : Questions d'actu (rediff) 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Yaoumiyate moudarisse (28) 13h40 : Min barari el cherq (22) 14h25 : Assrar el madhi (27) 15h15 : 52 Chrono ''rediff'' 16h15 : KAPITA (06) 16h40 : Taqdar Tarbah 17h20 : Frequence music 18h00 : Journal en Amazigh 18h25 : Sihr el mordjane (09) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Algérie mémoire et miroir 20h00 : Journal en Arabe 20h45 : Backstage 22h25 : Expression livre émission culturelle 23h30 : Gala artistique gala

Réalisée par Nabil Tribèche Présentée par Amir Nebbache
Frequence Music est une émission musicale qui touche à tous les styles musicaux algériens, le Raï, le Chaâbi, le Kabyle, le Gnawi et même le Rock algérien. C’est une émission à travers laquelle, l’animateur avec son enthousiasme et sa bonne humeur, nous invite à passer d’agréables moments de bonheur, de nostalgie et de détente.

17h20

Une émission consacrée exclusivement à la littérature, aux auteurs algériens. L’objectif de celle-ci est d’informer un large public tant algérien qu’émigré que la littérature algérienne se porte bien, et que l’édition, la diffusion sont en net progrès ces dernières années.
Mardi 11 Mars 2014

EXPRESSION LIVRE

22h25

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 9 Djoumada Al Awal 1435 correspondant au 11 mars 2014 :
- Dohr.........….............12h58 - Asr.............................16h18 - Maghreb................... 18h55 - Icha……...……....... .20h13
Mercredi 10 Djoumada al awal 1435 correspondant au 12 mars 2014 :

PENSEE

Vie pratique

29
CONDOLEANCES
Le ministre des Affaires étrangères, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaires étrangères, très affectés par le décès de la mère de leur collègue Monsieur BESSIKRI LAHCENE, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 111011 du 11/03/2014

CONDOLEANCES

- Fedjr........................05h38 - Chourouk.................07h04

DÉCÈS
Les familles Amamra et Hirèche ont l’immense douleur de faire part du décès de leur père, époux, grand-père et frère Amamra Torki Rabah à l’âge de 87 ans. La levée du corps se fera ce jour mardi 11 mars au domicile mortuaire, cité Afak Oued El Karma. L’enterrement aura lieu après la prière de l’Asr au cimetière de Ben Aknoun.

Il y a une année, jour pour jour, le 11.03.2013, disparissait à jamais notre chère maman Lounici Noa née Ferdjallah En cette douloureuse circonstance, ses enfants Hacène, Soumia, Saâdane, Djamel, ainsi que ses filles Akila, Fouzia, Naïma, Soumia, M’barka, Nora, Sabrina, Saïda, Hanane, Nawel et toute sa famille demandent à tous ceux qui l’ont connue et côtoyée d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire. Une année après, ton souvenir demeure gravé dans nos mémoires. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 11/03/2014

Mohammed-Tahar BENABID, Notaire, Ancien Président de la Chambre Régionale des Notaires du Centre, et ses proches collaborateurs, ayant appris avec tristesse et beaucoup de peine le décès de la mère de son confrère Maître Makhlouf AGGAL Notaire, présentent à sa famille et à ses proches leurs condoléances les plus sincères et les plus attristées. Que Dieu le Tout-Puissant accueille la défunte en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP du 11/03/2014

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

CONDOLEANCES
Monsieur Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux ainsi que l’ensemble des cadres du ministère de la Justice, très affectés par le décès du père de : La directrice des Etudes juridiques et des documents au ministère de la Justice : Madame Ben Saoula Chafika présentent à la famille du défunt leurs sincères condoléances et prient Dieu le Tout-Puissant de l’accueillir en Son Vaste Paradis. « A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons ».
El Moudjahid/Pub
ANEP 111225 du 11/03/2014

CONDOLEANCES
Le Directeur Général, les cadres et l'ensemble du personnel de l'ANEP/CS présentent à leur collègue Mademoiselle BOUNAB Katia leurs sincères condoléances à la suite du décès de son père et l'assurent en cette pénible circonstance de leur sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 11/03/2014

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA Che-Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) Unité d’Impression de Béchar (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58

REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l'Investissement Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncière NIF : 000816097984689

ANNONCE
Importante Entreprise Publique Nationale recrute, dans le but de renforcer ses structures centrales, des Ingénieurs en Agronomie dans les spécialités suivantes : • Production végétale; • Agro-industrie ; • Phytosanitaire ; • Phytopathologie ; • Grandes cultures ; • Protection végétale. Les candidats retenus suivront une postgraduation spécialisée dans l'agronomie et l'expertise des tabacs les préparant ainsi à assurer la fonction d’ingénieur en tabacs. Conditions exigées : - Diplôme d'ingénieur d'Etat en agronomie âgé de 28 à 40 ans. - Expérience professionnelle minimum de 3 ans dans l'agroalimentaire de préférence. - Aptitude physique. - Accepter le fumage. Avantage : - Rémunération motivante. - Formation en entreprise d'une durée allant jusqu'à six (6) mois. - Evolution professionnelle en fonction des résultats. - Semaine de 5 jours. Si cette offre d'emploi vous intéresse, adresser votre demande de motivation + CV à SNTA - l'adresse E-mail suivante : recrutementboite@gmail.com.

AVIS DE PROROGATION DE DELAI Appel d'offres national et international restreint N°05/BCS/2014
L'Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncière ANIREF informe les entreprises intéressées par l'appel d'offres National et International restreint portant : «Contrôle et suivi des études d'aménagement et des travaux de réalisation du parc industriel de Sidi Khettab, commune de Sidi Khettab, wilaya de Relizane d'une superficie de 500 ha», que la date limite de dépôt des offres, fixée initialement au mercredi 19 mars 2014, est reportée au jeudi 03 avril 2014, et que la remise des offres doit intervenir le même jour avant 13h00, heure locale. Les soumissionnaires sont invités à assister à l'ouverture des plis qui aura lieu à 14h00 au siège de l'ANIREF, sis au 13, avenue Mustapha-Sayed El-Ouali (ex-Claude Debussy) Alger.
El Moudjahid/Pub ANEP 200887 du 11/03/2014

France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

El Moudjahid/Pub

ANEP 200866 du 11/03/2014

El Moudjahid/Pub

ANEP 200844 du 11/03/2014

Mardi 11 Mars 2014

30

REGHAIA

A Bensaïdane, dans la commune de Réghaïa (est d'Alger), c'est la consternation : après plusieurs sit-in de protestations, les travaux de réalisation d'une décharge publique, que seule la voie ferrée sépare du quartier, ont démarré, signe évident du rejet de leur demande de délocalisation du projet.

La colère des habitants de Bensaïdane
PROJET DE DÉCHARGE PUBLIQUE

Société

EL MOUDJAHID

Baisse sensible de la délinquance
« La délinquance juvénile a été caractérisée durant l’exercice 2013 par l’enregistrement de 5.168 affaires impliquant 6.836 mineurs dans une large palette de délit, allant de vols mineurs à l’homicide volontaire. 272 filles mineurs ont été interpellées suite à leur implication dans des crimes et délits de droit commun ce qui représente 3% du nombre global des mineurs impliqués », c’est ce qu’a affirmé Mme Kheïra Messaoudène, commissaire divisionnaire, lors d’une conférence sur le thème : « La sensibilisation sur les violences faites aux enfants », tenue à l’École supérieure de police Ali-Tounsi, de Châteauneuf. L’état comparatif avec l’année 2012 au cours de laquelle il a été enregistré 7.869 mineurs impliqués, démontre une baisse sensible du nombre d’enfants impliqués. Une diminution de 1.033 enfants délinquants qui est due aux efforts de la DGSN dans la prise en charge de ce volet très important dont le général major, le DGSN, Abdelghani Hamel, «  qui le suit personnellement ». Le crime où ont été impliqués le plus grand nombre de mineurs est incontestablement le vol avec 2.381 mineurs appréhendés, suivi de coups et blessures volontaires (CBV) avec 1.582 mineurs impliqués, en sus de 54 cas de violence contre ascendant qui commence à prendre de l’ampleur dans la société algérienne. 20 cas d’homicides volontaires commis par des mineurs ont également été enregistrés au cours de la même période alors que 9 autres ont tenté d’assassiner leurs victimes. Les chiffres de la DGSN parlent également de l’implication de 417 mineurs dans des affaires d’atteintes à la famille et aux bonnes mœurs.   Les mêmes données indiquent les services de la sûreté nationale a pris en charge 2.717 enfants en danger moral dont 80% ont été remis à leurs parents, là où se précise le rôle de la police dans la protection de l’enfance, 510 enfants en fugue ont été remis à la justice pour ne pas avoir révélé leur véritable identité. Il a également été enregistré 6.321 mineurs victimes de toutes formes de violences dont 3.599 victimes d’atteintes physique, 1.818 victimes d’agressions sexuelles et 627 cas de maltraitance ainsi que 256 enlèvement dont trois ont été abusés sexuellement puis assassinés, ajoutant à cela 14 meurtres.     De son côté Thomas Davin, chef du bureau du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) en Algérie a rappelé à l’occasion du Forum de la Sûreté nationale, les objectifs tracés à travers le lancement en décembre 2013 de l’initiative visant à lutter contre la violence à l’encontre des enfants sous toutes ses formes, qu’elle soit physique, psychologique ou verbale « rendre visible l’invisible » . « Cette campagne mondiale n’est pas une campagne flash mais un travail qui s’effectuera tout au long de l’année, principalement à travers une discussion avec toute la société », a affirmé Thomas Davin. « Il faut rendre visible ce qu’on ne voit pas ou ce qu’on ne veut pas voir, on doit parler de ces enfants qui souffrent de la violence mais qui n’en parlent pas », a-t-il expliqué. En effet, selon lui, partout dans le monde, les enfants, une minorité,  en contact avec la police ou la justice sont victimes de violence, une réalité amère, et « selon nos enquêtes une femme sur cinq estime avoir été victime de violence sexuelle au cours de sa vie. Cette violence est constatée le plus souvent au sein de la famille, dans la rue et dans les établissements scolaires », a précisé le représentant de l’Unicef en Algérie. Le principe de cette campagne, selon lui, « c’est de faire de chacun d’entre nous des ambassadeurs contre cette violence, l’optique de cette campagne est de donner des armes verbales, même aux enfants pour combattre ce fléau mondial et de les protéger. Son but également c’est d’arriver à équiper les enfants avec la volonté de dire que cette violence doit s’arrêter. Le bien-être de l’enfant est si sacré, qu’il faut le rendre visible ». Aussi, « nous allons continuer à accompagner tout au long de l’année cette initiative pour essayer à réfléchir ensemble aux meilleurs moyens d’aider adultes et enfants à savoir exprimer leurs préoccupations et leurs craintes », a promis le chef du bureau de l’Unicef.     Pour sa part Abdelkrim Abidat, président de l’association Pour la sauvegarde de la jeunesse, l’Algérie, selon les statistiques, comptabilise quelque 300.000 toxicomanes dont l’âge varie entre 13 et 35 ans parmi lesquels 6% sont des filles, tandis que 319.000 mineurs de moins de 18 ans sont victimes de violence physique et morale. Mohamed Mendaci

LA SURETENATIONALE PRESENTE SON BILAN 2013

L

e décor est irréel : en face de maisons dont certaines à l'aspect cossu, un ancien terrain agricole est en train d'être aménagé pour devenir le Centre d'enfouissement technique (CET) de Réghaïa, c'est-à-dire une des quatre décharges publiques programmées par la wilaya d'Alger pour suppléer à la fermeture de celles d'El Hamiz et d'Ouled Fayet, après plus de trois années de mobilisation des habitants de ce quartier, a constaté un journaliste de l'APS. Le quartier de Bensaïdane est en fait séparé du futur CET par la voie ferrée et une route déformée par des nids de poule. Les travaux de cette prochaine décharge publique ont démarré depuis trois mois, selon le chef de projet, Mohamed Hamza. ''Cette proximité (du CET) inquiète au plus haut point les riverains qui se voient déjà supporter à longueur d'années les émanations nauséabondes de cette décharge, outre les effets sur la santé des enfants'', explique un habitant du quartier. "La proximité de ce projet est dérangeante. Est-il raisonnable d'aménager une décharge publique à quelques pas de maisons ? Nous avons vu comment les gens souffraient des odeurs pestilentielles de la décharge d'Ouled Fayet qui se répandent à des kilomètres à la ronde", s'interroge Sofiane, rencontré à Bensaïdane. Mais, il ne se fait pas d'illusions : "Si la décharge est maintenue dans cet endroit, aucune vie ne sera possible à Bensaïdane. Le projet doit être délocalisé tant qu'il est encore temps, sinon ce sera aux habitants de quitter les lieux après sa mise en service." ''Cette perspective hante les habitants du quartier'', explique Sofiane, la trentaine. Il ajoute : ''La plupart ont investi leurs économies dans la construction de leur maison, et ils ne sont pas prêts à les quitter.'' Sur place, une atmosphère lugubre règne. Sur la voie ferrée, des agents de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) s'employaient à réparer des poteaux de caténaires, sous la protection de gendarmes, alors qu'en face, une grappe d'habitants oisifs suivaient sombrement la réparation de ces équipements électriques, objet ''d'un acte de malveillance'', selon cette entreprise. En face de cette toile animée qu'un soleil printanier rendait vraiment ubuesque, les travaux de réalisation du

Ras-le-bol des usagers du train Pour autant, cette situation a provoqué une sourde colère des usagers du train, obligés pour rallier Thénia ou Boudouaou de descendre à Réghaïa et prendre le bus pour terminer tard dans la soirée une dure journée de labeur. En fait, ce sont tous les trains se dirigeant vers l'est du pays qui sont bloqués lors des manifestations de protestations des habitants de Bensaïdane, organisées sur la voie ferrée."Je suis solidaire avec les habitants (de Bensaïdane) quand ils protestent contre ce projet de décharge publique, mais je condamne fermement le recours au blocage des trains. Ils nous rendent la vie impossible par de tels agissements", s'emporte Hamid, rencontré dans une rame du train AlgerThénia. "Ils pensent faire ainsi pression sur l'Etat, alors qu'en réalité ce sont des milliers de simples gens comme eux d'Alger et de Boumerdès qu'ils prennent en otage. Ils doivent mettre un terme à cela", ajoute-t-il. ''Le mieux à faire, propose Mehdi, c'est de s'adresser directement à l'APC, la wilaya déléguée ou la wilaya, quitte à y organiser des rassemblements de protestation si leurs démarches n'aboutissent pas par le

CET tournaient à plein régime. Mohamed, un autre habitant du quartier, estime que ce projet, s'il est réalisé, risquera de poser aux riverains un problème de santé publique avec les émanations toxiques qui vont être dégagées par cette décharge, et se demande ''si les autorités, qui ont programmé le projet, avaient pris en considération la présence d'habitants près du site du CET''. Leur inquiétude est d'autant plus vive que les responsables du chantier euxmêmes ne donnent aucune garantie à ce sujet. "Pour le moment, nous n'avons aucune information nous permettant de certifier qu'il n'y aura pas d'odeurs qui se dégageront du CET", affirme le chef du projet. Mise sous pression par plusieurs mois de protestations des habitants et de sit-in sur la voie ferrée, l'APC de Réghaïa a sollicité en décembre 2013 la wilaya d'Alger à travers une demande de constitution d'une commission d'enquête sur les conditions d'implantation du projet. "Pour le moment, aucune suite n'a été donnée à cette requête", déplore le président de l'APC, Fadel Abdessamad Mahmoudi.

Mardi 11 Mars 2014

dialogue''. Les habitants du quartier ''en colère contre le projet de CET'' affirment être ''conscients'' des conséquences des perturbations du trafic ferroviaire, mais, ils estiment avoir épuisé ''toutes les voies de recours'' avant de décider de perturber la circulation des trains entre Réghaïa et Thénia, pour faire aboutir leur revendication de délocalisation du projet. Depuis trois mois, le trafic ferroviaire dans la banlieue "Est" d'Alger est soumis par intermittence à des perturbations du fait du blocage de la voie à Bensaïdane, obligeant la SNTF à limiter la circulation des trains entre Alger et Réghaïa. La situation a cependant pris une autre tournure dans la nuit de mercredi à jeudi derniers lorsque des inconnus se sont attaqués aux installations électriques de la voie ferrée, pour empêcher tout trafic ferroviaire. Des individus ont également tenté d'attaquer avec des cocktails Molotov la base vie du chantier, selon le chef du projet. Les travaux de réalisation se poursuivent normalement sur une vaste superficie agricole abritant des bidonvilles dont les habitants possèdent du bétail qui paissent au milieu de décharges sauvages. Confié en 2009 à un groupement algéro-espagnol (ETHPE/IMPULSA), le projet du CET de Réghaïa qui s'étend sur 25 hectares, a redémarré fin décembre 2013, après plusieurs arrêts, avec comme objectif d'achever les travaux dans quatorze mois, explique M. Hamza. Le centre sera principalement doté de casiers d'enfouissement des déchets équipés d'un système de protection de la nappe phréatique (géotextile), de deux hangars de tri (48.000 m²), d'un bassin de stockage des lixiviats et d'une station pour leur traitement, selon la fiche technique du projet. Les travaux consistent actuellement à achever la construction de la base vie du chantier et à réaliser une clôture en dur du CET sur une longueur de deux kilomètres, a-t-on constaté. "Le plan d'aménagement du CET a été approuvé le 2 mars dernier. On attend l'approbation du plan d'exécution du projet pour procéder aux études géotechniques avant d'entamer la réalisation des hangars de tri et du casier principal (30.000 m²) qui longe la voie ferroviaire", détaille le chef du projet.

EL MOUDJAHID

CHERIF KHEDDAM AUTEUR COMPOSITEUR ET INTERPRETE

Un vibrant hommage a été rendu, dimanche soir, à la salle Ibn Zeydoun d’Alger, à l’un des maîtres de la chanson kabyle, Cherif Kheddam, en présence de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture ; Hocine Necib, ministre des Ressources en eau et Samy El Hocine Bencheikh, directeur de l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (Onda).

Vibrant hommage à un monument de la musique algérienne

Culture

31

D

e grandes figures de la scène musicale kabyle se sont réunies dans la salle Ibn Zeydoun, archicomble avant le début de la soirée, pour émerveiller le public en interprétant les meilleurs tubes du défunt dans une ambiance conviviale. Les chansons, Ahviv En Dima (L’ami de tous les jours), Thit Ikyezran (Le regard qui t’a vu), Mennagh Ak’messaâoue Dhel djar (J’aurais souhaité t’avoir en voisine), Rouh Azman (Défile ô temps) et Thilawin (Les femmes), ont été brillamment étalées dans la beauté de leurs distributions harmonieuses, devant un public euphorique qui a vibré au moindre mouvement des artistes, avec des youyous qui retentissaient des quatre coins de la salle dans une osmose plaisante. Accompagnés par l’orchestre de Maâtka, Tizi-Ouzou, dirigé par Hcen Aït Zaïm et soutenu par Mohamed Ouazza au violoncelle, Abbas Amghar, Djidji, Farid Ferragui, Akli Yahiatene, Medjahed Hamid, Malika Domrane et Brahim Tayeb, interprétant chacun une des belles inspirations de Chérif Kheddam, tout en mettant en valeur son talent créatif en tant qu’auteur compositeur et interprète de tant de morceaux ayant des profondeurs poétiques et des compositions fabuleuses.

CONFÉRENCE SUR ABDELKADER ALLOULA

Le caractère avant-gardiste de l'œuvre d'Alloula (1939-1994) a été au centre d'une conférence, intitulée "Abdelkader Alloula vu à travers les personnages de son théâtre ou une biographie scénique d’un dramaturge", inaugurant, hier à Oran, le colloque international dédié au regretté artiste. "Abdelkader Alloula est une des figures cardinales des arts visuels en Algérie", a affirmé dans sa conférence l'universitaire d'Oran Benamar Médiène, soulignant que "La polyvalence d'Alloula le situe dans la tradition des grands dramaturges de l'antiquité à l'instar de Sophocle, Aristophane et Eschyle". Tout en rappelant qu'Alloula fut auteur, traducteur-adaptateur, scénographe et acteur, l'intervenant lors du colloque a indiqué qu’Alloula "se situe aux avant-gardes de Brecht à Koltes en passant par les grands classiques tels Molière et Shakespeare, ainsi que les auteurs maghrébins, le barde Abderrahmane El-Majdoub, d'Allalou à Kaki". Insistant sur le génie créatif d'Alloula, il évoquera "son audace à travailler la langue arabe, à la placer dans les discours du quotidien tout en lui donnant la puissance du jeu théâtral, à moderniser les traditions des goual et de la halqa dans la dynamique du spectacle de la scène fermée". Abordant les personnages du théâtre d'Alloula, M. Mediene a estimé que c'est notamment à travers ceux créés dans la trilogie "El-Ajouad, Lagoual, Lithem" que Alloula "surprend et donne à l'art de la scène une énergie magnifique". Le colloque, qui coïncide avec la commémoration de la 20e année de la disparition tragique du regretté dramaturge, a été initié par l'Unité de recherche sur la culture, la communication, les langues, les littératures et les arts (UCCLLA)

Une figure cardinale des arts visuels en Algérie

Par ailleurs, un coffret-CD, regroupant le parcours artistique de l’homme, a été présenté avec la collaboration d’Antinea productions, un trésor posthume qui comporte l’ensemble des enregistrements originaux et remixés du défunt. Les différents artistes qui ont animé cette cérémonie ont considéré unanimement que l’œuvre de Cherif Khed-

dam est "gigantesque et a permis à la chanson kabyle d’accéder au rang de l’universalité". « Tous les artistes de son envergure ont leur coffret, mais Cherif kheddam, ce symbole de la culture algérienne, n’avait pas le sien. C’était une dette pour moi, en tant que ministre de la Culture, et puisque nous adop-

tons la politique de rendre hommage aux grandes icones de la culture algérienne, nous avons débuté l’année 2014 par le coffret de Cherif Kheddam qui regroupe tous ses travaux », a déclaré Khalida Toumi à l’issue de la cérémonie. Les artistes, qui ont animé la cérémonie, ont rejoint, une dernière fois, la scène avec la ministre de la Culture et la famille du défunt pour chanter en chœur El Dzaïr inchAllah Atehlou, un des derniers titres écrits, composés et interprétés par Chérif Kheddam, appelant à la paix en Algérie. Plusieurs artistes, dont le célèbre violoniste Mohamed Mokhtari ainsi que Thouraya la grande cantatrice du malouf et Hamidou, étaient présents à cet hommage organisé sous l’égide de l’Onda, dans le cadre du programme régulier qu’entretient le ministère de la Culture tendant à valoriser les artistes algériens. Il est à rappeler que Cherif Kheddam est né en 1927 à Tizi Ouzou et décédé en 2012, monument universel de la chanson algérienne en sa qualité d’auteur, compositeur et interprète de plusieurs œuvres. Son triomphe constitue l’aboutissement d’une vie dédiée à la musique algérienne dans un style qu’il a cultivé avec art et amour. Kader Bentounes

Ph: Nacéra

relevant du Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC, basé à Oran). L'importance du legs artistique de Alloula a été également mise en exergue lors de la cérémonie d'ouverture animée par la directrice du CRASC, Mme Nouria RemaounBenghabrit, le directeur de l’UCCLLA, M. Mohamed Daoud, le président du comité scientifique, M. Lakhdar Mansouri, le président du comité d’organisation, M. Mohamed Hireche-Baghdad et la présidente de la fondation Abdelkader Alloula, Mme Raja Alloula, veuve du regretté dramaturge. Dans leur note argumentaire, les organisateurs ont en substance mis l'accent sur le fait qu'"Alloula a marqué l’histoire du théâtre algérien de son empreinte indélébile", ajoutant que "dans son expérience théâtrale, il a répondu aux exi-

gences de la construction dramaturgique en associant plusieurs formes d’expression". Alloula, ont-ils expliqué, a puisé ses diverses pièces dans le patrimoine local (El-Halqa, El-Meddah, entre autres), le but étant d’aboutir à la création d’un "genre théâtral nouveau". Il s’est également inspiré du patrimoine universel, soit en "adoptant" la distanciation brechtienne, soit en exploitant les possibilités qu’offre la Commedia Dell’arte par exemple, ou en adaptant des textes de Gogol, Goldoni, Aziz Nesin et autres écrivains. Les pièces de théâtre qu’il a mises en scène dans les années 1980-1990 (El-Ajouad, Lagoual, Lithem, Arlequin...) ont révélé une pratique théâtrale singulière caractérisée par une recherche approfondie sur le discours, la langue, le décor et la mise en scène. Ce colloque international se veut, selon les organisateurs, une lecture multiple de l’œuvre d’Abdelkader Alloula dans toutes ses dimensions artistiques, faisant appel à plusieurs disciplines bien ancrées dans le champ des sciences humaines et sociales comme la sémiotique, la sémantique, la sociocritique, l'analyse du discours, l'anthropologie et la psychologie. Une trentaine de spécialistes du 4e Art, issus de différentes universités du pays et de l'étranger participent à cette rencontre qui se tient deux jours durant sous le thème générique "Le théâtre d'Abdelkader Alloula (1939-1994) : le texte et la scène". Les communications de cette première journée sont réparties sur deux séances successives consacrées à "l’écriture dramaturgique chez Abdelkader Alloula" et à "la production théâtrale".

La talentueuse chanteuse Meriem Benallal a rendu, samedi soir, au palais de la culture de Tlemcen, un vibrant hommage à la grande dame de la chanson arabe Warda El Djazairia, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Femme. Connue pour être une grande interprète de la musique hawzi et andalouse, Meriem Benallal a tenu à rendre hommage à Warda El Djazairia et à surprendre le public féminin, présent en force à cette occasion, en chantant une chanson de la diva. Agréablement surprises et subjuguées par le talent de cette jeune chanteuse, les femmes tlémceniennes ont découvert une nouvelle facette de Meriem Benallal. Toute la salle a vibré pendant que la jeune chanteuse, décontractée plus que jamais, se donnait à cœur joie de chanter Warda, qui a toujours été son modèle et sa chanteuse préférée, a confié Meriem à l’APS.

Meriem Benallal rend hommage à la diva Warda El Djazaïria
MUSIQUE

"J’ai toujours aimé Warda. Je n’ai pas voulu laisser passer cette occasion sans lui rendre un hommage pour montrer qu’elle vit encore dans les cœurs de fans qui se comptent par millions", a-t-elle déclaré. Meriem Benallel, l’étoile montante de la musique andalouse et hawzi tlémcenien, en studio actuellement, prépare deux albums. "J’essaye de faire de la recherche tant sur le plan des paroles que de la musique pour réaliser un produit original qui, j’espère, sera bien accueilli des mélomanes", a-t-elle ajouté.

Le ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas, a estimé, hier à Tlemcen, que les films historiques produits par son département "visent à montrer aux générations montantes les sacrifices consentis par les Algériens pour le recouvrement de leur indépendance". "Le film consacré au colonel Lotfi, en tournage dans la région de Beni Snouss (Tlemcen), comme tous les autres films historiques produits par le ministère des Moudjahidine visent à montrer aux générations montantes les sacrifices consentis par les Algériens pour le recouvrement de leur indépendance", a indiqué le ministre, qui a assisté au tournage d’une séquence du film consacré au colonel Lotfi, sous la direction d’Ahmed Rachedi. Le ministre a ajouté que "par le biais de ce film et d’autres travaux cinématographiques qui relateront les parcours de grands héros de la guerre de Libération nationale, à l’instar de Si El Haoues, colonel Amirouche, nous voulons donner aux jeunes générations une image claire sur les sacrifices consentis par le peuple algérien". M. Cherif Abbas, a assisté au tournage d’une scène du film consacré au colonel Lotfi, dans le village des Ouled Moussa, à Benis Snous. La scène relate une bataille féroce qui s’est déroulée en 1956 entre les membres de l’ALN et les forces coloniales françaises. Le tournage a eu lieu en présence de nombreux moudjahidine et moudjahidate de la région des Beni Snouss, connue sous le nom du "Village des 1.000 martyrs". Le tournage de ce film est à sa phase finale, après quelques semaines passées dans la ville de Tlemcen. L’équipe technique se trouve à Beni Snouss avant de se déplacer à Béchar, indique-t-on.

Un témoignage pour les générations montantes
LE FILM SUR LE COLONEL LOTFI

Mardi 11 Mars 2014

Le Brent à 107.92 dollars

PÉTROLE

L'euro à 1.387 $

MONNAIE

Le Conseil de la Ligue arabe, au niveau des ministres des Affaires étrangères, a condamné avec fermeté le terrorisme sous toutes ses formes, appelant à l'éradiquer et à tarir ses sources idéologiques et financières.

Le Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères condamne le terrorisme sous toutes ses formes
LIGUE ARABE

D E R N I E R E S

L

e Conseil a salué, au terme des travaux de sa 141e session sur le thème "les moyens de lutte contre le terrorisme international", la décision du souverain saoudien, le roi Abdallah Ben Abdelaziz, relative à la lutte contre le terrorisme. Le Conseil ministériel a rejeté tout amalgame entre terrorisme et islam, précisant que l'islam prône les valeurs de tolérance et bannit le terrorisme et l'extrémisme. Les ministres arabes des Affaires étrangères ont appelé à lutter contre toutes les formes de chantage exercées par les groupes terroristes (menaces et demandes de rançons) pour financer leurs crimes. Le Conseil a, par ailleurs, appelé les pays arabes qui ne l'ont pas encore fait à ratifier les conventions arabes en matière d'entraide judiciaire et sécuritaire et à activer la convention arabe de lutte contre le terrorisme. Il a également appelé les pays arabes ayant ratifié la convention arabe de lutte contre le terrorisme à la mettre en œuvre sans délai et à activer le mécanisme exécutif arabe de lutte contre le terrorisme. Le Conseil a en outre approuvé le rapport et les recommandations du groupe d'experts arabes chargé de la lutte contre le terrorisme lors de sa réunion tenue

La magistrate algérienne, Benzerrouki Fafa, vient d'être élue par le conseil de la Ligue arabe au Tribunal administratif de l'organisation panarabe, devenant ainsi la première femme à accéder à ce poste au sein de l'organe judiciaire arabe depuis sa création, ont indiqué des sources proches de la Ligue. Mme Benzerrouki était la seule femme sur les onze candidats à ce poste. Cinq candidats, en tout, ont été élus au Tribunal administratif de la Ligue arabe pour un

Une magistrate algérienne élue au Tribunal administratif de la Ligue arabe
mandat de trois ans à compter de la nouvelle session judiciaire qui s'ouvrira en octobre prochain. La magistrate algérienne est arrivée en deuxième position en termes de voix récoltées au vote à bulletin secret, organisé au niveau du conseil des délégués permanents et entériné dimanche dernier par le Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères. Les autres candidats élus représentent l'Arabie saoudite, le Koweït, l'Egypte et le Maroc. Mme Benzerrouki a occupé plusieurs postes dans

au Caire en février 2014, appelé à la poursuite des efforts visant à renforcer les capacités de la Ligue arabe dans la lutte contre le terrorisme et à aider les pays arabes à devenir parties aux conventions et autres protocoles arabes et internationaux dans ce domaine. Se félicitant de l'entrée en vigueur de la convention arabe en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, le Conseil a appelé les pays arabes qui ne l'ont pas encore fait à parachever les procédures de ratification et à déposer les instruments de ratification auprès du secrétariat général.

Le Conseil de la Ligue arabe a également souligné la nécessaire adaptation des mesures prises en matière de lutte contre le terrorisme aux règles du droit international, notamment le droit international des droits de l'homme. Il a aussi appelé les pays arabes à imposer des sanctions à quiconque collecte des fonds au profit de personnes ou d'entités qui les utilisent pour commettre des actes terroristes ou y participer. Le Conseil a en outre souligné la nécessité de poursuivre les efforts arabes pour suivre la mise en œuvre de la stratégie mondiale des Nations unies en matière de lutte contre le

terrorisme et renforcer la coopération entre la Ligue arabe et les organisations régionales et internationales dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Il a, par ailleurs, appelé à la poursuite des efforts en vue de la création d'un réseau d'entraide judiciaire arabe en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Insistant sur la nécessité d'accélérer l'élaboration de la convention globale des Nations unies sur le terrorisme, le Conseil a appelé à renforcer l'échange d'expertise et d'informations entre les pays arabes dans tous les aspects liés à la lutte contre le terrorisme, notamment la sécurisation des frontières, le contrôle de la circulation des marchandises et des personnes et l'utilisation d'internet à des fins terroristes. Le Conseil a également salué la décision de la tenue de la conférence internationale de Baghdad sur la lutte contre le terrorisme, les 12 et 13 mars 2014 dans la capitale irakienne. Le Conseil s'est, par ailleurs, félicité des actions découlant de la 2e conférence ministérielle régionale sur la sécurité des frontières, tenue à Rabat en novembre 2013, dans le cadre du plan d'action de Tripoli.

Le développement de la coopération entre l'Algérie et le Japon dans les domaines économique et technologique a été au centre d'une rencontre entre le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon chargé du Moyen-Orient, de l'Europe et de l'Amérique, Nobuo Kishi. M. Bensalah, qui a reçu hier au siège du Conseil, M. Kishi, a évoqué avec ce dernier "la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer notamment dans les domaines économique et technologique à la lumière des opportunités d'investissement qu'offre l'Algérie et qui sont à même de drainer les opérateurs économiques". Le ministre japonais a de son côté salué les efforts de l'Algérie dans la lutte antiterroriste, soulignant que "la position du Japon s'inscrivait dans cette démarche". "Le Japon conscient de la gravité de la menace terroriste, qui n'a pas de frontière, est convaincu de la nécessité de conjuguer les efforts au plan international pour lutter contre ce phénomène", a-t-il affirmé

M. Bensalah évoque la coopération avec le ministre délégué japonais chargé du Moyen-Orient
ALGERIE - JAPON

Une secousse tellurique sans dégât à Aokas
BEJAIA

Aucun dégât humain, ni matériel, n’a été provoqué par la secousse tellurique, enregistrée, lundi à 6h45, au nord-est d’Aokas, à 20km à l’est de Bejaia, a-t-on appris auprès de la protection civile. "La secousse a été faiblement ressentie. Elle n’a fait ni victime ni causé de dégât", at-on précisé de même source. D’une magnitude de 3,3 sur l’échelle ouverte de Richter, la manifestation du séisme n’a, par ailleurs, donné lieu à aucun mouvement de panique. "La plupart des habitants de la région étaient encore dans leurs foyers et n’ont pas eu le temps de réaliser, tant la secousse était de courte durée", selon quelques résidants, joints au téléphone. La région côtière d’Aokas, est fréquemment secouée par des secousses telluriques de faible amplitude. La dernière secousse, d’une amplitude de 5,5 sur l’échelle ouverte de Richter, a été enregistrée en mai 2013. Elle avait occasionné juste des dégâts matériels sans conséquences majeures.

Le 17e Salon international de l'automobile d'Alger ouvrira ses portes demain au Palais des Expositions (Pins maritimes, Alger) avec la participation d'une soixantaine d'exposants, dont 37 concessionnaires et trois exposants étrangers, a-t-on appris hier auprès des organisateurs. Cette manifestation économique et commerciale, à laquelle participeront également 22 exposants représentant le secteur des services en relation avec le marché de l'automobile, s'étalera sur 10 jours, selon un communiqué de la Société algérienne des foires et expositions (Safex) et l'Association des concessionnaires automobiles. L'exposition s'étend sur une superficie de 35.123 m2, dont 34.628 m2 réservés aux concessionnaires et 495 m2 au secteur des services, ajoute le communiqué. Depuis la première édition du

Le 17 Salon international de l'automobile à partir de demain au Palais des Expositions
e

le corps de la magistrature en Algérie, dont la présidence du premier tribunal administratif ouvert en Algérie en 2010, à savoir le tribunal administratif d'Alger, après la suppression des chambres administratives auprès des cours. Le Tribunal administratif de la Ligue arabe a été créé en 1964 parmi les organes de la charte de la Ligue en tant que mécanisme judiciaire au niveau du monde arabe visant à trancher les différends entre les instances et institutions arabes et l'organisation panarabe.

SALON DE L’AUTOMOBILE

Les services de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Oran ont procédé dernièrement à l’arrestation du fils d'un baron de la drogue et d’un de ses acolytes pour "faux et usage de faux", "constitution d’association de malfaiteurs" et "coups et blessures volontaires", a-t-on appris hier, auprès de cette instance sécuritaire. La mise hors d’état de nuire du fils du baron de la drogue Zendjabil, intervient dans le cadre des efforts de lutte contre les réseaux criminels dangereux. La brigade de lutte contre les stupéfiants a réussi, en collaboration avec celle de la lutte contre le trafic de véhicules, à appréhender cet individu, âgé de 32 ans,

Arrestation du fils du baron de la drogue Zendjabil et son acolyte
ORAN

Salon international de l'automobile, la Safex s'est attelée à faire de ce rendez-vous qui accueille chaque année quelque 500.000 visiteurs des différentes wilayas du pays, une manifestation professionnelle en vue de développer l'industrie et le marché de l'automobile en Algérie. Les concessionnaires animeront durant les journées de ce Salon des conférences de presse pour présenter les derniers modèles. Parallèlement à ce Salon, la Safex organisera la 7e édition du Salon international des motocycles qui s'étalera sur cinq jour. L'édition 2013 du Salon international de l'automobile qui s'était déroulée sur une superficie de 30.000 m2 avait vu la participation de 53 concessionnaires automobiles de différentes marques, notamment françaises, japonaises et allemandes et avait drainé plus de 400.000 visiteurs, selon la Safex.

Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon chargé du MoyenOrient, de l'Europe et de l'Amérique, Nobuo Kishi, a souhaité renforcer l'approvisionnement de son pays en gaz algérien lors d'une audience que lui a accordée hier le ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi, selon un communiqué du ministère. Les deux parties ont exprimé à l'occasion leur intérêt à faire participer les entreprises japonaises aux projets de développement du secteur, indique la même source. M. Yousfi, a présenté les projets relevant de son secteur, et invité les sociétés japonaises à "s'impliquer" dans ces projets, axés, notamment, sur le "développement technologique et la fabrication, localement, des équipements industriels du secteur", poursuit-on de même source. Pour sa part, M. Kishi a relevé "les efforts entrepris par l'Algérie pour faciliter, encourager et renforcer la participation des compagnies japonaises" dans le développement du secteur des hydrocarbures et des mines". Il s'est félicité de la qualité des relations entre les entreprises algériennes et japonnaises opérant dans le secteur de l'énergie et des hydrocarbures. "Le développement et le renforcement des relations de coopération et de partenariat entre l'Algérie et le Japon dans les domaines de l'énergie, notamment les hydrocarbures et les énergies renouvelables", ont ainsi été au centre des entretiens entre les deux parties, selon le communiqué.

L'approvisionnement du Japon en gaz examiné par M. Yousfi et le ministre délégué japonais chargé du Moyen-Orient

Le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, représentera l'Algérie à la 31e session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur qui se tiendra les 12 et 13 mars à Marrakech, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Communication. "Les points d'étapes des programmes et les stratégies arabes de lutte contre le terrorisme, contre l'utilisation de la drogue, la sécurité et la sensibilisation et la prévention contre les crimes organisés, seront à l'ordre du jour de cette rencontre", ajoute la même source.

31e SESSION DU CONSEIL DES MINISTRES ARABES DE L'INTÉRIEUR Messahel à Marrakech

et son acolyte (49 ans), grâce à la surveillance de leurs mouvements suspects. Le lieu de résidence du fils du baron de la drogue a été localisé à Bir El Djir où il a été saisi quatre véhicules dont un volé. Les autres sont soumis à examen, a-t-on indiqué. Des documents administratifs et d'équipements utilisés dans la falsification de numéros d’immatriculation des véhicule ont été également découverts, de même qu'une quantité de drogue et des comprimés psychotropes. L’enquête, qui se poursuit, a abouti également à l’arrestation d’un deuxième acolyte, a-t-on ajouté de même source.

Le d’Espagne à Alger, M. Alejandro Polanco Mata, a rendu hier une visite de courtoisie au siège de notre journal, la première à un organe de presse depuis sa nomination à Alger. L’ambassadeur a été accueilli par la présidente-directrice générale d’El Moudjahid entourée de ses proches collaborateurs. Cette rencontre conviviale a permis au diplomate de s’informer sur le fonctionnement et la place de la presse en Algérie qui connaît un essor et une liberté de ton dont peu de pays arabes peuvent se targuer, avant d’évoquer les opportunités d’échanges
Ph : T.Rouabeh

L’ambassadeur d’Espagne rend visite à El Moudjadhid nouvel ambassadeur

de presse entre les deux pays liés par des relations historiques séculaires et qui ont la Méditerranée en partage. La rencontre des plus fructueuses s’est achevée par la signature du livre d’or.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful