Multilingual Anarchy Collection

The International in Three Languages
(English, Dutch French) Research work and translations by Philippe L. De Coster, B.TH., D.D.

© April 2014 – Skull Press Ebook Publications – Ghent, Belgium

Foreword: "The Internationale" (In French: "L'Internationale") is a widely sung left-wing anthem. It has been one of the most recognizable and popular songs of the socialist movement since the late nineteenth century, when the Second International (now the Socialist International) adopted it as its official anthem. The original French refrain of the song is C'est la lutte finale / Groupons-nous et demain / L'Internationale / Sera le genre humain. (English: "This is the final struggle / Let us group together and tomorrow / The Internationale / Will be the human race.") "The Internationale" has been translated into many languages. It is often sung with the left hand raised in a clenched fist salute and is sometimes followed (in English-speaking places) with a chant of "The workers united will never be defeated." "The Internationale" has been celebrated by socialists, communists, anarchists, democratic socialists, and some social democrats. The original French words were written in June 1871 by Eugène Pottier (1816 – 1887, previously a member of the Paris Commune) and were originally intended to be sung to the tune of "La Marseillaise" Pierre De Geyter (1848 –1932) set the poem to music in 1888. His melody was first publicly performed in July 1888 and became widely used soon after. In an unsuccessful attempt to save Pierre De Geyter's job as a woodcarver, the 6,000 leaflets printed by Lille printer Bolboduc only mentioned the French version of his family name (Degeyter). In 1904, Pierre's brother Adolphe was induced by the Lille mayor Gustave Delory to claim copyright, so that the income of the song would continue to go to Delory's French Socialist Party. Pierre De Geyter lost the first copyright case in 1914, but after his brother committed suicide and left a note explaining the fraud, Pierre was declared the copyright owner by a court of appeal in 1922. Pierre De Geyter died in 1932. The duration of copyright in France is 70 years following the end of the year when the author died. Previously, for musical works, additional protection for 6 years and 152 days to compensate for World War I, and 8 years and 120 days to compensate for World War II, was allowed, so his music of the "Internationale" would have been expected to remain copyrighted in France until October 2017. However, the 1995 harmonization of copyright term across the European Union at 70 years without extension means that the musical composition fell into the public domain in France at the end of 2002. Nonetheless, in 2005, Le Chant du Monde, the corporation administering the authors' rights, asked Pierre Merejkowsky, the film director and an actor of Insurrection / résurrection, to pay €1,000 for whistling the song for seven seconds. This position is inconsistent with a 2007 decision of the “Cour de Cassation” clarifying the matter. 2

As the "Internationale" music was published before 1 July 1909 outside the United States of America, it is in the public domain in the United States. As of 2013, Pierre De Geyter's music is also in the public domain in countries and areas whose copyright durations are authors' lifetime plus 80 years or less. As Eugène Pottier died in 1887, his original French lyrics are in the public domain. Gustave Delory once acquired the copyright of his lyrics through the songwriter G B Clement having bought it from Pottier's widow. Voorwoord: De Internationale is een strijdlied van de arbeidersbeweging, gecomponeerd door Pierre De Geyter, dat door de Tweede Internationale in 1892 als officieel strijdlied van de beweging werd geproclameerd. Tot 1944 was het ook het volkslied van de Sovjet-Unie. De oorspronkelijke tekst van het strijdlied De Internationale komt van de "Franse communard" Eugène Pottier. Na de nederlaag van de Parijse Commune, had hij het land moeten verlaten. In 1871 verbleef hij even in België en week hij uit naar de Verenigde Staten. 15 jaar later keerde hij, totaal ziek en verzwakt, naar Parijs terug. Hij stierf in Parijs in 1887. Intussen had men zijn "Chants Révolutionnaires" uitgegeven. Henri Rochefort, een bekend publicist, schreef in het voorwoord dat de gedichten ontstaan waren tijdens de Commune van Parijs, toen de laatste communards, aan de Mur des Fédérés, bij het kerkhof PèreLachaise, geëxecuteerd werden. In de bundel zat "L'Internationale" met de vermelding "Au citoyen Lefrançais, membre de la Commune" (Aan de burger Fransman, lid der Commune). Het lied zelf zou Eugène Pottier nooit horen. De Internationale werd aanvankelijk gezongen op de tonen van de Marseillaise. Er zijn opnamen bewaard van de Internationale in het Russisch op de tonen van de Marseillaise tijdens de Russische Revolutie. Pierre De Geyter zette de tekst op nieuwe muziek in 1888, een jaar na de dood van Pottier. Tekstdichter en componist hebben elkaar nooit ontmoet. De Internationale werd voor het eerst uitgevoerd op 8 juli 1888, op het jaarfeest van het syndicaat der krantenverkopers, te Rijsel (Lille). De 2de Internationale proclameerde het als officieel strijdlied in 1892 (voorstel van Vladimir Iljitsj Oeljanov - Lenin - en Rosa Luxemburg). Préambule L'Internationale est un chant révolutionnaire dont les paroles furent écrites en 1871 par Eugène Pottier et la musique composée par Pierre Degeyter en 1888.Traduite dans de très nombreuses langues, L'Internationale est le chant 3

symbole des luttes sociales à travers le monde. La version russe d'Arkady Yakovlevich Kots a servi d'hymne national de l'URSS jusqu'en 1944. À l'origine, il s'agit d'un poème à la gloire de l'Internationale ouvrière, écrit par le chansonnier, poète et goguettier Eugène Pottier en juin 1871, en pleine répression de la Commune de Paris. Suivant la tradition gouttière, L'Internationale de Pottier est à l'origine une chanson nouvelle à chanter sur un air connu, ici celui de La Marseillaise, utilisé pour quantité de chants revendicatifs et révolutionnaires. L'Internationale est dédiée à l'instituteur anarchiste Gustave Lefrançais. L'histoire de ce poème et de son auteur est liée à celle des goguettes. En 1883, Eugène Pottier présente une chanson au concours de la goguette de la Lice chansonnière et remporte la médaille d'argent. Il retrouve à cette occasion le chansonnier Gustave Nadaud qu'il a croisé en 1848 et à qui il avait alors fait une forte impression3. Grâce à ces retrouvailles, une cinquantaine de chansons de Pottier sont publiées pour la première fois en 1884 et sauvées de l'oubli par Nadaud qui admire beaucoup son talent poétique tout en étant très loin de partager ses opinions politiques. L'initiative de Nadaud incite les amis politiques de Pottier à publier en 1887 ses Chants révolutionnaires avec une préface de Henri Rochefort. Au nombre de ceux-ci figure L'Internationale. Sans la Lice chansonnière et Nadaud, ce chant révolutionnaire célèbre et les autres œuvres de Pottier seraient aujourd'hui oubliées.

4

The Paris Commune
Research work and translation by Philippe L. De Coster, B.Th., D.D. The Paris Commune, functioning between March 18 to May 28 of 1871, was spawned by the Franco-Prussian war. Germany's victory created discontent among the Parisian workers who were already unhappy over growing economic inequality and food shortages. A truce between France and Germany created further anger among workers who now were technically under German rule as a result of the armistice reached between Germany and France. This Armistice resulted in the Prussian army sending food to Paris and withdrawing troops to the east side of the city. Once a war indemnity (compensation for damages done)

5

was paid, the troops would be withdrawn out of the east of the city and no Prussian troops would occupy Paris. Before the Germans had arrived in Paris, the government had the National Guard hide a number of cannons in case of future conflicts with German troops. However, the National Guard was becoming increasingly unruly, so the French government sent troops to seize the hidden cannons. The troops, discouraged by France's defeat, joined the National Guard and the aroused workers. The Parisian government panicked when the emerging Paris Commune killed military officials. As more and more troops joined the Commune, government officials and many supporters soon fled Paris, effectively leaving Paris in control of the Commune. In addition to the troops, there were a large number of skilled workers, professionals, and political activists active in the Commune. The Paris Commune established many progressive laws including separation of church and state, women's rights to vote, and pensions for unmarried companions of National Guards killed in active duty. Soon conflicts arose between the official Versailles government and the Paris Commune and fighting broke out on April second. The fighting intensified over time and hostages began to be taken and often murdered. While the Commune put up a notable fight, it eventually fell to the official government's army. Fighting officially stopped on May 28, marking the end of the Paris Commune. The Official government executed thousands of Communards and thousands more were imprisoned. Estimates of the number killed during the final week of fighting and the commune's upshot vary from about 6,000 to 50,000. Although the actual number of deaths at the hands of official government forces will never be known, surely, the numbers were in the tens of thousands.

6

De Parijse Commune
Studie en vertaling door Philippe L. De Coster, B.TH., D.D. De Commune van Parijs, in werking tussen 18 maart - 28 mei 1871, werd voortgebracht door de Frans-Prussische oorlog. De overwinning van Duitsland schepte ontevredenheid onder de Parijse arbeiders die er al ongelukkig waren in de groeiende economische ongelijkheid en voedseltekorten. Een wapenstilstand tussen Frankrijk en Duitsland creëerde verdere woede onder de arbeiders die nu voor zoveel technisch gezien onder Duits bewind als gevolg van de wapenstilstand bereikt tussen Duitsland en Frankrijk waren. Dit Wapenstilstand resulteerde om het Pruisische leger voedsel naar Parijs te sturen en de intrekking van de troepen naar de oostkant van de stad. Zodra een oorlog vergoeding (vergoeding voor de gedane schade) werd betaald, zouden de troepen uit het oosten van de stad worden gesteld en geen Pruisische troepen zouden nog Parijs bezetten. Voordat de Duitsers in Parijs waren aangekomen, had de regering in de Nationale Garde een aantal kanonnen verstopt in geval van toekomstige conflicten met de Duitse troepen. Echter, de Nationale Garde werd steeds weerbarstig, zodat de Franse regering troepen stuurde om de verborgen kanonnen te bewaken. De troepen die ontmoedigd waren door de nederlaag van Frankrijk, treden toe bij de Nationale Garde en wekte de werknemers op. De Parijse overheid panikeerde wanneer de opkomende Parijse Commune militaire 7

functionarissen doodde. Naarmate meer en meer troepen bij de Commune aansloten, gouvernementele ambtenaren en vele aanhangers vluchten snel uit Parijs, en verlieten effectief Parijs onder de controle van de Commune. In aanvulling op de troepen, waren er een groot aantal geschoolde werknemers, professionelen en politieke activisten die in de Commune waren. De Commune van Parijs vestigde vele progressieve wetten, waaronder de scheiding van kerk en staat, de rechten van de vrouwen om te stemmen, en pensioenen voor ongehuwde vrijgezellen van de Nationale Garde gedood in actieve dienst. Zeer snel ontstonden conflicten tussen de officiële regering van Versailles en de Parijse Commune waarbij de gevechten op 2 april begonnen. De gevechten werden steeds heviger met de tijd en er werd gegijzeld en vaak vermoord. Terwijl de Commune een opmerkelijke strijd uitvoerde, kwam ze toch tot een nederlaag door het leger van de officiële regering. De gevechten stopten officieel op 28 mei, en dat was ook het einde van de Commune van Parijs. De officiële regering executeerde duizenden “Communards” (leden van de Commune) en duizenden anderen werden gevangen gezet. De laatste week van de gevechten het aantal doden en de nasleep van de Commune varieerden tussen ongeveer 6000 tot 50.000. Hoewel het werkelijke aantal sterfgevallen in de handen van de officiële regeringstroepen nooit bekend zal geraken, het aantal was in de tienduizenden.

8

La Commune de Paris
Recherche et traduction par Philippe L. De Coster, B.Th., D.D. La Commune de Paris, en fonctionne entre le 18 Mars to le 28 mai 1871, a commencé avec la guerre franco-prussienne. La victoire de l'Allemagne a créa le mécontentement chez les ouvriers parisiens qui étaient déjà insatisfaits sur les inégalités économiques croissantes et les pénuries alimentaires. Une trêve entre la France et l'Allemagne créa davantage la colère des travailleurs qui sont maintenant techniquement sous la domination allemande à la suite de l'armistice conclu entre l'Allemagne et la France. Cet armistice a entraîné l'armée prussienne à envoyer de la nourriture à Paris et le retrait des troupes sur le côté est de la ville. Aussitôt qu’une indemnité de guerre (compensation pour dommages causés) fut payée, les troupes seraient retirées de l'est de la ville et plus de troupes prussiennes occuperaient Paris. Avant que les Allemands étaient arrivés à Paris, le gouvernement imposa à la Garde Nationale de caché un certain nombre de canons en cas de futurs conflits avec les troupes allemandes. Cependant, la Garde Nationale fut de plus en plus indisciplinés, de sorte que le gouvernement français envoya des troupes pour siéger les canons cachés. Les troupes, découragés par la défaite de la France, rejoignirent la Garde Nationale et les travailleurs mécontents. Le gouvernement Parisien paniquait lorsque la Commune de Paris émergente tua les responsables militaires. Comme de plus en plus de troupes rejoignirent la Commune, des représentants du gouvernement et de nombreux adhérents fuyaient très vite Paris, laissant effectivement Paris sous le contrôle de la Commune. En plus des troupes, il y avait un grand nombre de travailleurs qualifiés, des professionnels 9

et des militants (activistes) politiques actifs dans la Commune. La Commune de Paris établit de nombreuses lois progressistes, y compris la séparation de l'Eglise et de l'Etat, les droits de vote des femmes, et les pensions des compagnons célibataires des Gardes Nationaux tués en service actif. Bientôt des conflits surgissaient entre le gouvernement de Versailles officielle et la Commune de Paris, ainsi les combats éclatèrent le 2 Avril. Les combats s’intensifièrent au fil et à mesure et des otages commencèrent rapidement à avoir lieu, même jusqu’à l’assassinat. Pendant que la Commune entreprenait une lutte remarquable, finalement elle tomba en faveur de l'armée officielle du gouvernement. La lutte officielle cessa le 28 Mai, marquant en même temps la fin de la Commune de Paris. Le gouvernement officiel exécuta des milliers de Communards et des milliers d'autres furent emprisonnés. Les estimations du nombre de personnes tuées au cours de la dernière semaine du combat, ainsi que le résultat final de la Commune varient de 6.000 à 50.000. Bien que le nombre réel de décès aux mains des forces gouvernementales officielles ne soient sans doute jamais connu, les chiffres étaient dans des dizaines de milliers.

10

Les anarchistes et la Commune de Paris
Par Joël DELHOM, Chercheur Communication présentée au Colloque national du 125e anniversaire de la Commune de Paris Université de Perpignan - 28-30 mars 1996. Les Actes paraîtront prochainement. L'idée que la Commune de Paris a fait l'objet de diverses tentatives de récupération idéologique est tellement répandue que personne ne se soucie plus d'en vérifier le bien-fondé. Si La Guerre civile en France, rédigée par Karl Marx en 1871, constitue bien un revirement par rapport aux écrits antérieurs de l'auteur et réactualise certaines conceptions trop étatistes du Manifeste communiste de 1848, il n'en va pas de même des analyses de Michel Bakounine et des continuateurs de sa pensée. Leurs réflexions sur la révolution parisienne étant largement méconnues, nous proposons ici une approche diachronique, non exhaustive, de textes produits par quelques-uns des plus éminents représentants de l'anarchisme, entre les années 1870 et 1930. Il faut d'abord préciser que, d'un point de vue doctrinal, les Communes provinciales et parisienne n'ont pas pris les théoriciens anarchistes au dépourvu. Le Suisse James Guillaume (1844-1916) avait écrit en 1870 Une Commune sociale, où il présentait la thèse d'une commune libre à l'état initial. Avant lui, en 1865, puis à nouveau en 1868, Michel Bakounine (1814-1876) faisait de la commune autonome, définie comme la fédération des associations ouvrières de production agricole et industrielle, "la base de toute organisation politique d'un pays". Il réaffirmait ainsi le principe fédératif, auquel Pierre Joseph Proudhon (1809-1865) avait consacré un ouvrage en 1863. A l'Etat centraliste, unitaire, bureaucratique et militariste devaient se substituer les fédérations libres des communes, des provinces, des régions et des nations, organisées "de bas en haut et de la circonférence au centre", ayant pour objet l'administration des services publics et non le gouvernement. Cette organisation politique reposait sur l'élection au suffrage universel direct des fonctionnaires et des représentants, investis de mandats impératifs, responsables et révocables à tout moment. Bakounine avait même imaginé ce que devait être la commune en pleine période insurrectionnelle : "Pour l'organisation de la Commune, la fédération des barricades en permanence et la fonction d'un Conseil de la Commune révolutionnaire par la délégation d'un ou deux députés par chaque barricade, un par rue, ou par 11

quartier, députés investis de mandats impératifs, toujours responsables et toujours révocables. Le Conseil communal ainsi organisé pourra choisir dans son sein des comités exécutifs, séparés pour chaque branche de l'administration révolutionnaire de la Commune" Postulant la vitalité révolutionnaire des masses, cette conception anti- étatique, impliquait une condamnation définitive du socialisme "autoritaire" des jacobins et des blanquistes, soupçonnés de vouloir imposer une nouvelle centralisation de type dictatorial. Après avoir affirmé que ces deux groupes étaient devenus socialistes par nécessité, non par conviction, et que le socialisme était pour eux un moyen et non le but de la Révolution, Bakounine concluait : "Donc le triomphe des jacobins ou des blanquistes serait la mort de la Révolution. Nous sommes les ennemis naturels de ces révolutionnaires, futurs dictateurs, réglementateurs et tuteurs de la révolution [...]". Il pressentait donc le conflit qui allait diviser les communards deux ans plus tard. Bakounine estimait, en outre, que les révolutions ne pouvaient réussir qu'à condition d'être à la fois politiques et sociales et d'entraîner les masses des campagnes aussi bien que celles des villes dans un mouvement fédératif s'étendant au-delà des frontières. Lucide, il entrevoyait encore une des causes de l'échec de la Commune de Paris : "Mais restant isolée, aucune commune ne pourra se défendre. Ce sera donc une nécessité pour chacune de propager la révolution au-dehors, de soulever toutes les communes voisines et, à mesure qu'elles se soulèveront, de se fédéraliser avec elles pour la défense commune". Arthur Lehning a montré que Bakounine s'attendait à une révolte sociale en France, en province d'abord, à Marseille et à Lyon principalement. Le révolutionnaire chevronné avait senti, dès juillet 1870, qu'elle serait la conséquence de la défaite contre les Prussiens et il exhortait les Internationaux à s'y préparer. Dans sa Lettre à un Français sur la crise actuelle (septembre 1870, 43 p.), Bakounine refusait toute collaboration avec un gouvernement de défense nationale qui ne pouvait avoir d'autre but que le maintien de l'ordre ; il préconisait de continuer la guerre, tout en menant une révolution sociale contre le régime républicain bourgeois. Contrairement aux hommes de la Première Internationale, aux blanquistes et aux jacobins, l'anarchiste russe craignait que la question nationale ne supplante la question sociale, car il voyait dans l'affaiblissement de l'Etat une opportunité pour la révolution. "Il est évident, écrit A. Lehning, que Bakounine fut seul, parmi les révolutionnaires de l'Internationale, à envisager ainsi la situation politique et les perspectives révolutionnaires". La participation de Bakounine à la tentative avortée de soulèvement de Lyon (septembre 1870) est suffisamment connue pour ne pas y revenir ici. Si son action directe sur les événements fut très réduite, on ne peut nier, en revanche, 12

l'influence globale de ses idées communalistes et fédéralistes qui imprègnent les proclamations de la Commune de Paris. Voyons maintenant quel a été, a posteriori, le jugement de Bakounine sur l'insurrection. Dès avril 1871, il estime que "ce qui donne de la valeur à cette révolution, c'est précisément qu'elle a été faite par la classe ouvrière" . Juste après l'écrasement de la Commune, le 10 juin, il écrit une lettre à son ami James Guillaume où il énonce une ligne de conduite que suivront avec plus ou moins de fidélité les anarchistes de l'époque : "nous ne devons pas diminuer le prestige de ce fait immense, la Commune, et nous devons défendre à outrance, dans ce moment, même les jacobins qui sont morts pour elle". Quelques jours plus tôt, Bakounine avait effectivement commencé sa défense de la Commune, qui sera publiée après sa mort dans une version très libre par Elisée Reclus (1878) et réimprimée ensuite sous le titre La Commune de Paris et la notion de l'Etat. On peut y lire : "Je suis un partisan de la Commune de Paris, [...] surtout parce qu'elle a été une négation audacieuse, bien prononcée, de l'Etat", et aussi que Paris a porté "un coup mortel aux traditions politiques du radicalisme bourgeois". La Commune est ainsi analysée comme la première concrétisation révolutionnaire du socialisme anti-étatique, auquel elle a donné "une base réelle". Par conséquent, sa valeur ressortit davantage à sa signification idéologique qu'à ses réalisations concrètes. Dans La Commune de Paris et la notion de l'Etat, Bakounine a donc cherché à justifier l'échec des communards et à exprimer sa propre opinion critique sans jamais accabler les révolutionnaires. Si la Commune, explique-t-il, n'a même pas élaboré théoriquement un programme radical, c'est en raison du faible nombre de socialistes (quatorze ou quinze). Ceux-ci ont fait ce qu'ils pouvaient, mais les circonstances étaient défavorables : il leur fallait mener une double guerre contre les Prussiens et les Versaillais, en plus d'une "lutte journalière contre la majorité jacobine". Bakounine exprime des regrets : "pour combattre la réaction monarchique et cléricale, ils [les socialistes convaincus] ont dû, oubliant et sacrifiant eux-mêmes les premières conditions du socialisme révolutionnaire, s'organiser en réaction jacobine", mais il se démarque résolument de ceux qui leur reprochent de n'avoir pas été assez radicaux. En effet, pour éviter que la Commune ne devienne une révolution politique, Varlin et les siens ont préféré laisser l'initiative au peuple plutôt qu'imposer leurs propres personnalités. Ainsi, à la conception des "communistes autoritaires" d'une révolution décrétée et dirigée d'en haut, qui aboutit "au rétablissement de l'esclavage politique, social, économique des masses" au moyen de l'Etat, Bakounine oppose les vertus bienfaisantes de "l'action spontanée et continue des masses, des groupes et des associations populaires", qui exprime la diversité des intérêts, des aspirations, des volontés et des besoins. La révolution sociale, 13

assure-t-il, doit chercher à détruire "une fois pour toutes, la cause historique de toutes les violences, la puissance et l'existence même de l'Etat". C'est ce qu'ont essayé de faire les Parisiens. Il est remarquable que Bakounine ait aussi fait l'éloge des jacobins de la Commune, qui, dit-il, furent "capables de sacrifier et leur unité et leur autorité bien-aimées aux nécessités de la Révolution." Il rétablit ainsi habilement l'équilibre : les deux camps ayant été contraints de renoncer en partie à leur idéal, aucun ne peut prétendre l'avoir emporté sur l'autre ou avoir davantage sacrifié à la révolution. L'anarchiste voit dans les jacobins des "héros, les derniers représentants sincères de la foi démocratique de 1793", et les oppose aux républicains tels que Gambetta, qui ont "livré la France populaire aux Prussiens, et plus tard à la réaction indigène" . Ce sont donc les hommes que Bakounine salue, abstraction faite de leur idéologie, ceux qui se montrèrent dévoués à la cause révolutionnaire jusqu'au sacrifice suprême, en particulier Delescluze, "une grande âme et un grand caractère" . Ils sont décrits comme des individus poussés malgré eux vers le socialisme, "invinciblement entraînés par la force irrésistible des choses, par la nature de leur milieu, par les nécessités de leur position, et non par leur conviction intime" . Tenaillés par une "lutte intérieure" qui eut pour conséquence d'entraver l'action de la Commune, les jacobins portent ipso facto une grande part de responsabilité dans son échec. Mais, magnanime, Bakounine, ne peut se résoudre à les condamner : "Delescluze et bien d'autres avec lui signèrent des programmes et des proclamations dont l'esprit général et les promesses étaient positivement socialistes. Mais comme, malgré toute leur bonne foi et toute leur bonne volonté, ils n'étaient que des socialistes bien plus extérieurement entraînés qu'intérieurement convaincus, comme ils n'avaient pas eu le temps, ni même la capacité, de vaincre et de supprimer en eux-mêmes une masse de préjugés bourgeois qui étaient en contradiction avec leur socialisme récent, on comprend que, paralysés par cette lutte intérieure, ils ne purent jamais sortir des généralités, ni prendre une de ces mesures décisives qui eussent rompu à jamais leur solidarité et tous leurs rapports avec le monde bourgeois. Ce fut un grand malheur pour la Commune et pour eux ; ils en furent paralysés et ils paralysèrent la Commune ; mais on ne peut pas le leur reprocher comme une faute. Les hommes ne se transforment pas d'un jour à l'autre, et ne changent ni de nature ni d'habitudes à volonté. Ils ont prouvé leur sincérité en se faisant tuer pour la Commune. Qui osera leur en demander davantage? Ils sont d'autant plus excusables que le peuple de Paris lui-même, sous l'influence duquel ils ont pensé et agi, était socialiste beaucoup plus d'instinct que d'idée ou de conviction réfléchie]. 14

La cruauté de la répression et le courage dont firent preuve les insurgés ne pouvaient qu'inciter le vieux combattant à de la bienveillance. Début avril 1871, l'anarchiste jurassien James Guillaume tenait, lui aussi, l'antiétatisme pour la caractéristique majeure de la révolution parisienne : "La révolution de Paris est fédéraliste [...]. Le fédéralisme, dans le sens que lui donne la Commune de Paris, et que lui a donné il y a bien des années le grand socialiste Proudhon [...] est avant tout la négation de la Nation et de l'Etat [...]. Il n'y a plus d'Etat, plus de pouvoir central supérieur aux groupes et leur imposant son autorité ; il n'y a que la force collective résultant de la fédération des groupes [...]. L'Etat centralisé et national n'existant plus, et les Communes jouissant de la plénitude de leur indépendance, il y a véritablement an-archie". Après la Semaine sanglante, deux acteurs de la Commune qui s'en firent les historiens, Arthur Arnould (1833-1895) et Gustave Lefrançais (1826-1901), partageaient le même point de vue que Bakounine et Guillaume. Ainsi, Arnould écrivait-il en 1872-1873 : "Pas d'Unité ! - Pas de Centralisation ! - Pas de Pouvoir fort ! - L'Autonomie du Groupe et l'Union des Groupes autonomes. Ces paroles, ce sont celles que la Commune vint proclamer à son tour pour la première fois, en essayant de les faire passer dans les faits" . Plus loin, il renchérissait : "Le 18 mars, le peuple rompit définitivement avec la vieille tradition monarchique et jacobine, également affolée d'unité, également intoxiquée de l'idée empoisonnée d'un Pouvoir fort. Le 18 mars, le peuple déclara qu'il fallait sortir du cercle vicieux, couper le mal dans sa racine, non plus changer de maître, mais cesser d'avoir des maîtres, et avec une admirable vision de la vérité, du but à atteindre, des moyens qui pouvaient y conduire, il proclama l'autonomie de la Commune et la fédération des communes" G. Lefrançais, encore plus radical, affirmait en 1871 que la Commune "n'avait pas seulement pour but de décentraliser le pouvoir, mais de faire disparaître le pouvoir lui-même". D'une manière générale, les anarchistes de cette première époque se retrouvent dans l'aspiration à l'émancipation et à l'égalité sociale des insurgés ; ils partagent leur haine de l'Etat, de l'Eglise, de l'armée et du capital. Par son caractère collectiviste, fédéraliste et le recours à la démocratie directe, la Commune constitue pour eux, la première révolution authentiquement socialiste et prolétarienne. D'où un parti pris de montrer ce qui a uni les communards - leur désir de transformation sociale, leur courage - plutôt que ce qui les a divisés leurs divergences doctrinales. Lors de son VI ongrès universel (Bruxelles, septembre 1874), l'Internationale "antiautoritaire" adressa à tous les ouvriers un 15

manifeste d'inspiration bakouninienne qui fait référence à la Commune (la troisième des quatre parties y est consacrée). Ce texte, signé pour le Congrès par les secrétaires Adhémar Schwitzguebel et J. N. Demoulin, est totalement vierge de critiques. Cet esprit de conciliation est encore perceptible en 1897 dans un article de la célèbre propagandiste Louise Michel (1830-1905), où elle déclare : "A la Commune, majorité révolutionnaire, minorité socialiste, reconnaissant enfin le néant des discussions théoriques pures, s'étaient tendu la main et chacun, pour mourir, avait rejoint son quartier" . Toutefois, l'éloignement dans le temps et peut-être le contexte idéologique d'opposition-concurrence entre marxistes et anarchistes, a aussi permis l'émergence d'un discours plus ouvertement critique une dizaine d'années après l'événement. En 1880, le géographe Elisée Reclus (1830-1905), lui-même acteur de la Commune, a ainsi pu affirmer : "Jusqu'à maintenant, les communes n'ont été que de petits Etats, et même la Commune de Paris, insurrectionnelle par en bas, était gouvernementale par en haut, maintenait toute la hiérarchie des fonctionnaires et des employés. Nous ne sommes pas plus communalistes qu'étatistes, nous sommes anarchistes..." . Pour éviter toute confusion, le congrès annuel de la Fédération jurassienne à la Chaux-de-Fonds, en octobre 1880, précisa donc ce qu'il entendait par la "commune", la cellule de base de la société future : "Les idées émises sur la commune peuvent laisser supposer qu'il s'agit de substituer à la forme actuelle de l'Etat, une forme plus restreinte, qui serait la commune. Nous voulons la disparition de toute forme étatiste, générale ou restreinte, et la commune n'est pour nous que l'expression synthétique de la forme organique des libres groupements humains" . Le théoricien du communisme libertaire Pierre Kropotkine (1842-1921), s'est exprimé à la même époque dans deux articles complémentaires, "La Commune de Paris" (1881) et "Le gouvernement révolutionnaire" (1880-82). Avec les commentateurs de la première période, il convient que, "sous le nom de Commune de Paris, naquit une idée nouvelle, appelée à devenir le point de départ des révolutions futures" et qu'en raison des circonstances "la Commune de 1871 ne pouvait être qu'une première ébauche". Il pense même qu'elle serait devenue une véritable révolution sociale si elle avait vécu. Cependant, Kropotkine en énonce les faiblesses sans le moindre artifice oratoire : "[...] elle n'osa se lancer entièrement dans la voie de la révolution économique ; elle ne se déclara pas franchement socialiste, ne procéda ni à l'expropriation des capitaux ni à l'organisation du travail ; ni même au recensement général de toutes les ressources de la cité. Elle ne rompit pas non plus avec la tradition de l'Etat, du gouvernement représentatif, et elle ne chercha pas à effectuer dans la 16

Commune cette organisation du simple au complexe qu'elle inaugurait en proclamant l'indépendance et la libre fédération des Communes" . Comme c'était "une période transitoire, alors que les idées de socialisme et d'autorité subissaient une modification profonde" , le peuple s'est laissé aller au "fétichisme gouvernemental" et : "Enfermés à l'Hôtel-de-Ville, avec mission de procéder dans les formes établies par les gouvernements précédents, ces révolutionnaires ardents, ces réformateurs se trouvèrent frappés d'incapacité, de stérilité. Avec toute leur bonne volonté et leur courage, ils n'ont pas même su organiser la défense de Paris. Il est vrai qu'aujourd'hui on s'en prend pour cela aux hommes, aux individus ; mais ce ne sont pas les individus qui furent la cause de cet échec, c'est le système appliqué". Kropotkine critique le système représentatif adopté par la Commune comme étant intrinsèquement inopérant, en situation révolutionnaire, pour guider les masses vers le but à atteindre : "La solution pratique ne se trouvera, ne se précisera que lorsque le changement aura déjà commencé : elle sera le produit de la révolution elle-même, du peuple en action, ou bien elle ne sera rien, le cerveau de quelques individus étant absolument incapable de trouver ces solutions qui ne peuvent naître que de la vie populaire" . Le suffrage universel, explique-t-il, éloigne de la population la minorité qui a les idées nettes et stérilise son action : "Ces hommes, qui seraient si nécessaires au milieu du peuple, et précisément dans ces journées de révolution, pour semer largement leurs idées, pour mettre les masses en mouvement, pour démolir les institutions du passé, se trouvent cloués là, dans une salle, discutant à perte de vue, pour arracher des concessions aux modérés, pour convertir des ennemis, tandis qu'il n'y a qu'un seul moyen de les amener à l'idée nouvelle, c'est de la mettre à exécution" . Le système gouvernemental, fût-il révolutionnaire, conduit progressivement aux luttes intestines entre factions jalouses de leurs pouvoirs et à la tentation dictatoriale, donc à l'affaiblissement de la révolution elle-même. Gouvernement et révolution, conclut Kropotkine, sont incompatibles : "une vie nouvelle demande des formes nouvelles" et "en dehors de l'anarchie, il n'y a pas de révolution". Il insiste aussi sur ce qu'il croit être l'erreur stratégique fondamentale des communards, imputable à leur manque de maturité idéologique. Trop timorés, ceux-ci tombèrent, d'après lui, dans une certaine inconséquence :

17

"L'indécision régnait dans les esprits, et les socialistes eux-mêmes ne se sentaient pas l'audace de se lancer à la démolition de la propriété individuelle, n'ayant pas devant eux de but bien déterminé. Alors on se laissa berner par ce raisonnement que les endormeurs répètent depuis des siècles. - "Assurons-nous d'abord la victoire ; on verra après ce qu'on pourra faire." S'assurer d'abord la victoire ! Comme s'il y avait moyen de se constituer en Commune libre tant qu'on ne touche pas à la propriété ! [...] On cherchait à consolider d'abord la Commune en renvoyant à plus tard la révolution sociale, tandis que l'unique moyen de procéder était de consolider la Commune par la révolution sociale ! Il en arriva de même pour le principe gouvernemental. En proclamant la Commune libre, le peuple de Paris proclamait un principe essentiellement anarchiste ; mais, comme à cette époque l'idée anarchiste n'avait que faiblement pénétré dans les esprits, il s'arrêta à moitié chemin et, au sein de la Commune il se prononça encore pour le vieux principe autoritaire, en se donnant un Conseil de la Commune, copié sur les Conseils municipaux". Kropotkine cherche à déterminer clairement les causes de l'échec de la Commune, afin d'en tirer les meilleurs enseignements pour l'avenir. N'oublions pas que l'on croit alors imminente la grande Révolution et que l'on en perçoit des signes avant-coureurs, en Espagne notamment. Kropotkine définit d'ailleurs dans ce sens l'utilité des commémorations annuelles du 18 mars : "Ils [les prolétaires réunis ce jour-là dans les meetings] discutent l'enseignement qu'il faut tirer de la Commune de 1871 pour la prochaine révolution ; ils se demandent quelles étaient les fautes de la Commune, et cela non pour critiquer les hommes, mais pour faire ressortir, comment les préjugés sur la propriété et l'autorité qui régnaient en ce moment au sein des organisations prolétariennes, ont empêché l'idée révolutionnaire d'éclore, de se développer et d'éclairer le monde entier de ses lueurs vivifiantes. L'enseignement de 1871 a profité au prolétariat du monde entier et, rompant avec les préjugés anciens, les prolétaires ont dit clairement et simplement, comment ils entendent leur révolution. Il est certain désormais que le prochain soulèvement des Communes ne sera plus simplement un mouvement communaliste. Ceux qui pensent encore qu'il faut établir la Commune indépendante et puis, dans cette Commune, faire essai de réformes économiques, sont débordés par le développement de l'esprit populaire. C'est par des actes révolutionnaires socialistes, en abolissant la propriété individuelle, que les Communes de la prochaine révolution affirmeront et constitueront leur indépendance". Kropotkine met aussi l'accent sur un autre aspect fondamental de l'insurrection parisienne : l'abîme creusé entre bourgeois et prolétaires par la cruauté de la répression. Déjà en 1874, l'Internationale bakouniniste avait affirmé que les 18

massacres et les déportations avaient rendu impossible toute conciliation entre ces deux classes irrémédiablement opposées. La même année, Gustave Lefrançais avait aussi pu noter : "Le caractère principal, en effet, du mouvement du 18 mars, c'est que ce mouvement aura été le point de départ d'une rupture complète et sans retour possible d'avec les divers partis politiques qui, à différents titres, avaient eu jusqu'alors la prétention de représenter la révolution". Alors que les républicains radicaux avaient su gagner le soutien d'un grand nombre d'ouvriers sous l'Empire, le peuple pouvait maintenant constater que les antagonismes de classes sont irréductibles. L'anarchiste français Jean Grave (1854-1939) a clairement expliqué le lien qui unissait la Commune aux aspirations républicaines : "Le mouvement qui, à Paris, avait abouti à la Commune, était dû, cela ne fait aucun doute, à un besoin de réaliser les espérances contenues dans le mot République. Car, à cette époque, République signifiait plus qu'un changement politique, signifiait, aussi, un changement économique quelconque, certainement plus de bien-être pour tous. Par quels moyens ces améliorations devaient-elles s'opérer ? Par quelles transformations devait passer l'Etat social pour produire ces résultats ? Cela, il faut l'avouer, très peu, dans ce que l'on est convenu d'appeler la "masse", en avaient une idée, et s'en étaient préoccupés. Et, parmi ceux qui la menaient, ils étaient peu ceux qui avaient quelques idées nettes là-dessus. [...] Ce que les autres [les républicains] n'avaient su - ou voulu - faire, la Commune le ferait !". Comme le suggère le cas de l'Espagne, il est problable que le souvenir de la barbarie de la répression versaillaise ait joué un rôle, conscient ou inconscient, dans le basculement d'une partie du mouvement anarchiste vers le terrorisme. J. Grave, qui avait dix-sept ans lorsqu'il vécut la Commune parisienne, en avait plus de soixante quand il rédigeait ses mémoires, entre 1914 et 1920. Il y déplore le manque total de sens révolutionnaire du Comité central de la Garde nationale, puis adresse le même reproche aux membres de la Commune, avant de souligner les divergences qui opposaient ces deux groupes : "Mais s'ils furent honnêtes, les hommes du Comité Central furent loin d'être à la hauteur de la situation. Tout le temps qu'ils gardèrent le pouvoir ils ne surent prendre aucune des mesures qu'exigeait la situation [...]. Beaucoup de ces mesures, il aurait été encore temps de les prendre lorsque fut nommée la Commune, mais, celle-ci, tout aussi incapable que le Comité Central, ne sut pas réparer les bêtises de son prédécesseur. [...] Parmi elle, il y avait trop de vieux jacobins qui en étaient restés aux vieilles formules de 93, et qui croyaient qu'en imitant le jargon des révolutionnaires de cette époque ils allaient renouveler la société. La Commune discourut, parlementa, légiféra, mais ne sut faire oeuvre utile. Même ceux qui avaient compris que la question devait sortir de la 19

politique pour devenir économique, n'eurent que des aspirations, des intuitions, rien de précis, capable de se transformer en faits". Comme Kropotkine, J. Grave place donc la "question économique", autrement dit la collectivisation, au centre du débat sur le mouvement révolutionnaire parisien. Hors d'Europe, un des plus illustres représentants de l'anarchisme latinoaméricain, l'intellectuel péruvien Manuel González Prada (1844-1918), voit lui aussi dans la sauvegarde de la propriété privée la principale faiblesse de la Commune. Dans un article publié probablement entre 1906 et 1910, il écrit : "La Commune a commis l'erreur gravissime d'avoir été un mouvement politique plutôt qu'une révolution sociale ; et si elle n'était pas morte étouffée dans le sang, elle aurait peut-être sombré dans un coup d'Etat, comme il advint de la République de 48. Ses hommes, aussi redoutables et destructeurs qu'ils aient pu paraître aux habitants honnêtes, éprouvaient à l'égard des institutions sociales et de la propriété un respect véritablement bourgeois. N'osant pas provoquer une crise financière d'une ampleur colossale, ils se sont transformés en gardiens de la richesse entassée dans les banques, ils ont défendu ce Capital - inhumain et égoïste - qui excitait et lâchait contre eux la féroce soldatesque de Versailles" . Et González Prada de conclure que la Commune, plus menaçante que dangereuse, a surtout péché par excès d'indulgence. Après la Révolution russe, dans les années 1930, l'historien libertaire autrichien Max Nettlau (1864-1944) revient sur la dimension politique et porte des jugements encore plus sévères que les précédents. On peut estimer qu'ils sont excessifs ou injustes, puisque Nettlau va jusqu'à nier l'influence de l'esprit fédéraliste pour qualifier la Commune de "microcosme autoritaire", au sein duquel "il y avait des restes indélébiles de gouvernementalisme municipal, local, et une méfiance envers l'anarchisme. En somme, affirme l'auteur, de même qu'existait la théorie de l'Etat minimum, on croyait à la Commune minimum, gouvernée le moins possible, mais néanmoins gouvernée. Les libertaires qui combattaient avec ces communalistes furent attirés et à la fois repoussés par eux". Cependant, ces appréciations ne sont pas dénuées d'intérêt quant au sujet qui nous occupe, le regard des anarchistes sur cette révolution. Elles sont d'autant plus pertinentes que Nettlau était un érudit qui avait connu personnellement bon nombre de militants de premier plan. "A cause de la fin héroïque de la Commune, écrit-il, ces faits furent souvent considérés comme secondaires par les libertaires qui les connurent pourtant bien et qui, du reste, pouvaient les contrôler de près au contact des nombreux réfugiés, à Genève par exemple". D'après lui, chez Le français, "l'antiétatisme était total" ; en revanche, 20

Paul Brousse finit par se laisser absorber par le gouvernementalisme. Et l'historiographe poursuit : "D'autres, comme Elisée Reclus (qui fut combattant et ardent partisan de la Commune et resta ami de ses défenseurs) ne se laissèrent pas séduire par le communalisme et devinrent toujours davantage des anarchistes clairvoyants. Louise Michel, la combattante la plus enthousiaste de la Commune, après avoir vu se développer les erreurs et l'autoritarisme chez ses meilleurs partisans, devint anarchiste [...] quand elle put réfléchir à ce qu'elle avait vu. Une autre combattante, Victorine Rouchy, devint aussi une des premières anarchistes communistes de Genève. Bakounine ne fut pas absorbé, ni complètement fasciné par la Commune de Paris, comme tant d'autres dont le champ visuel resta limité par ce grand événement. En Italie et en Espagne on n'eut généralement pas cette limitation de vue, mais elle se fit ailleurs et, à mon avis, cela entraîna une certaine désagrégation de l'Internationale". En ce qui concerne l'influence de la Commune sur l'Internationale, Nettlau fait ici référence au développement des sections de l'A.I.T. dans les deux pays latins, alors qu'ailleurs le mouvement s'affaiblissait. Il semble vouloir indiquer que les militants ouvriers y surent mieux tirer des enseignements de l'insurrection parisienne et se garder ainsi de la tentation purement politique du communalisme (cf. notre article sur la Fédération espagnole). Loin de modifier les conceptions doctrinales des anarchistes, la Commune les a plutôt confirmées ou même renforcées. Cela est vrai à propos du pouvoir et de la propriété, mais aussi du parlementarisme et de l'antagonisme des classes, la cruauté de la répression ayant démontré aux travailleurs qu'ils n'avaient rien à attendre de la bourgeoisie, fût-elle républicaine, et que l'Etat - monarchie, empire ou république -, protègerait toujours les intérêts des privilégiés. L'essor et la radicalisation du mouvement libertaire au cours des deux décennies suivantes résultent, de manière indirecte, de l'échec de la révolution parisienne et de l'éclatement, peut-être prématuré, de l'Internationale. La Commune ayant été la preuve des "capacités ouvrières", comme aurait dit Proudhon, les anarchistes y ont logiquement vu la préfiguration d'une nouvelle forme d'organisation politique et sociale non étatique, fédéraliste, collectiviste, égalitariste et internationaliste. Mais ce n'est pas là une tentative d'appropriation idéologique. Tout de suite après les faits, les libertaires se sont employés à définir ce qui distinguait une véritable révolution anarchiste du communalisme, leurs critiques tournant autour de deux axes : l'un politique, suppression du pouvoir ; l'autre social, abolition de la propriété. Malgré ce point commun, on a pu constater qu'il n'y avait pas d'interprétation monolithique de la Commune, et encore moins de sacralisation, mais bien des appréciations différentes, dont la 21

sévérité augmentait avec le temps. En somme, ni mythification, ni mystification de l'Histoire ; simplement liberté d'analyse. Et aujourd'hui ? Difficile de dire ce que représente la Commune pour le mouvement anarchiste ou anarcho-syndicaliste. Pas un mythe, en tout cas. L'événement est salué pour ce qu'il est, "un jalon dans l'histoire de l'émancipation humaine", dont il faut savoir tirer les leçons. Certes, la Commune reste plutôt considérée comme la première révolution fondamentalement anti-étatiste, antiautoritaire, proudhonienne, porteuse de vraies transformations sociales et d'un immense espoir. André Nataf, par exemple, dans son livre La Vie quotidienne des anarchistes en France, analyse les mesures prises par la Commune comme étant "on ne peut plus libertaires dans l'ensemble". Il écrit que l'"on réalise l'autogestion sans le savoir..." et affirme : "Mais, en 1871, qu'ont fait les ouvriers parisiens une fois au pouvoir ? Qu'ont-ils fait lorsqu'ils furent livrés à eux-mêmes ? Ils ont mis l'anarchisme en actes. D'instinct, leur action se situa du côté de Proudhon. Liberté, organisation de la vie économique et de la société du bas vers le haut, abolition de l'Etat..." . Mais, dans l'imaginaire collectif, un événement plus récent, la révolution espagnole de 1936, est probablement venu la détrôner. Quoi qu'il en soit, pour un anarchiste ou un anarcho-syndicaliste, redonner vie à la Commune en restant fidèle à l'esprit qui l'animait, implique de lui faire quitter les chaires universitaires et les tables des colloques élitistes, pour la ramener là où elle a pris naissance et où elle conserve toute sa place, toute sa valeur exemplaire, toute sa modernité : dans les quartiers déshérités, au milieu des "exclus". Là, nous ferons véritablement œuvre éducative - à défaut d'être révolutionnaire - et nous démontrerons que la Commune peut encore nourrir notre action, questionner notre quotidien : "D'ailleurs, écrivait Albert Ollivier il y a bientôt soixante ans, ce n'est pas en allant déposer des couronnes sur les tombes des communards, en allant discourir le long du mur des fédérés, que nous maintiendrons vivant l'esprit de la Commune. Trop facile de se donner de la majesté et un faux air de grandeur en allant s'incliner au-dessus des victimes ! La leçon est plus dure, elle exige davantage de nous. C'est par nos actes seuls que nous pourrons maintenir vivant l'esprit de la Commune, en quelque sorte la continuer".

22

Bibliographie
Voilà le véritable défi que nous lancent les communards, n'en déplaise aux fossoyeurs ! 1) Voir la "Préface à l'édition allemande de 1872" du Manifeste du Parti communiste de Karl MARX et Friedrich ENGELS - Paris : Ed. Sociales, 1976, p. 75 ; l'introduction de Daniel Guérin, "Bakounine et Marx sur la Commune", in D. GUERIN : Ni Dieu ni Maître. Anthologie de l'anarchisme, tome II. - Paris : Maspero, 1976, p. 16-21, et l'extrait de La Guerre civile en France qu'il donne p. 28-33. Marx y célèbre "cette nouvelle Commune, qui brise le pouvoir d'Etat moderne" et déclare : "La Constitution communale aurait restitué au corps social toutes les forces jusqu'alors absorbées par l'Etat parasite qui se nourrit de la société et en paralyse le libre mouvement. Par ce seul fait, elle eût été le point de départ de la régénération de la France" (p. 31-32). Un an auparavant, dans une lettre du 20 juillet 1870, le philosophe allemand écrivait à son ami Engels ces phrases déplorables : "Les Français ont besoin d'être rossés. Si les Prussiens sont victorieux, la centralisation du pouvoir de l'Etat sera utile à la concentration de la classe ouvrière allemande. [...] La prépondérance, sur le théâtre du monde, du prolétariat allemand sur le prolétariat français serait en même temps la prépondérance de notre théorie sur celle de Proudhon", cité par Jean MAITRON : Le Mouvement anarchiste en France, tome I. - Paris : Gallimard, 1992 (col. Tel ; 196), p. 54, note 39. 2) Dans les textes qui constituent les statuts et le programme de sa Société (ou Fraternité) internationale révolutionnaire, en particulier le Catéchisme révolutionnaire (1865), puis dans le programme de l'organisation secrète des Frères internationaux (1868). Cf. GUERIN : Ni Dieu ni Maître, tome I. - Paris : Maspero, 1974, p. 169 sq., notamment p. 190-191 et 224-225. 3) Ibid., p. 224-225. 4) Ibid., p. 223. 5) Ibid., p. 183. 6) Arthur LEHNING : "Michel Bakounine. Théorie et pratique du fédéralisme anti-étatique en 1870-1871", in 1871. Jalons pour une histoire de la Commune de Paris ; publié ss. la dir. de Jacques Rougerie, avec la collaboration de Tristan Haan, Georges Haupt et Miklos Molnar. - Paris : PUF, 1973, p. 455-473. 7) Ibid., p. 460. Le Conseil général londonien, y compris Karl Marx, pensait que la paix républicaine faciliterait l'organisation de la classe ouvrière et était donc 23

hostile à tout soulèvement. Le Conseil fédéral parisien, y compris Eugène Varlin, opta quant à lui pour la guerre avant la révolution dans sa circulaire aux Internationaux de province. 8) Cf. LEHNING, op. cit. et Jeanne GAILLARD : Communes de province, Commune de Paris, 1870-1871. - Paris : Flammarion, 1971, 186 p. (col. Questions d'histoire ; 26). 9) Cité par LEHNING, op. cit., p. 468-469. 10) In GUERIN, op. cit., t. II, p. 21. Notre analyse de La Commune de Paris et les citations renvoient aux p. 21-28. 11) L'historien Max Nettlau a noté que Bakounine avait pris la défense de la Commune "et celle de tout le socialisme contre Mazzini qui l'avait outragée. La défense de la Commune procura à Bakounine de nombreuses relations en Italie et l'Internationale fut enfin profondément implantée dans ce pays, conquis à fond par les idées du collectivisme anarchiste et par la tactique préconisée par Bakounine, et en août 1872, la Fédération italienne fut créée. La même année, Bakounine entra en contact plus étroit avec l'Espagne", Max NETTLAU : Histoire de l'anarchie ; traduction, annotations et commentaires de Martin Zemliak. - Paris : Artefact, 1986, p. 126. 12) "Je sais que beaucoup de socialistes, très conséquents dans leur théorie, reprochent à nos amis de Paris de ne s'être pas montrés suffisamment socialistes dans leur pratique révolutionnaire [...] ; je ferai observer aux théoriciens sévères de l'émancipation du prolétariat qu'ils sont injustes envers nos frères de Paris ; car, entre les théories les plus justes et leur mise en pratique, il y a une distance immense qu'on ne franchit pas en quelques jours", in GUERIN, op. cit., t. II, p. 25. 13) Ibid., p. 23-24. 14) Extrait d'un article paru dans La Solidarité, organe des sections de la Fédération romande de l'Internationale, le 12 avril 1871. Cité par Jacques ROUGERIE : Procès des Communards. - Paris : Julliard, 1964 (col. Archives ; 11), p. 14. 15) Arthur ARNOULD : Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris [Bruxelles, 1878]. - Lyon : Ed. Jacques-Marie Laffont et associés, 1981 (col. Demain et son double), p. 285-286, souligné dans le texte. Dans les dernières pages de son livre, il compare la révolution de 1789 et la Commune en disant qu'elles ont toutes deux une portée universelle : "La première fois, en 1789, c'était la rupture avec le droit divin, - le ciel ! La seconde fois, c'est la 24

rupture avec l'Etat, - l'oligarchie ! La première Révolution s'appela : la proclamation des droits de l'homme, - la THÉORIE ! La seconde s'appelle : la Commune, - la PRATIQUE ! L'une était politique, l'autre est sociale ! Sa formule se réduit à ces trois termes qu'on ne peut séparer : AUTONOMIE ; FÉDÉRATION ; COLLECTIVISME !" (p. 295). Arnould, qui fut l'un des exécuteurs testamentaires de Bakounine, est aussi l'auteur d'un ouvrage sur le fédéralisme et l'idée communale publié en 1877, L'Etat et la Révolution. 16) Gustave Lefrançais, dans son Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871 (Neuchâtel, 1871), p. 368. Cité par LEHNING, op. cit., p. 470. Lefrançais entra à la Fédération jurassienne en décembre 1871, puis il devint le collaborateur d'Elisée Reclus. 17) Cf. Anselmo LORENZO : El Proletariado Militante. Memorias de un Internacional, tome II, Continuación de la Asociación Internacional de los Trabajadores en España. - Toulouse : Editorial del Movimiento Libertario Español-CNT en Francia, 1947, p. 149-159. 18) Cité par William SERMAN : La Commune de Paris (1871). - Paris : Fayard, 1986, p. 566. Dans sa fresque historique La Commune [1898], la "Vierge rouge" raconte qu'elle s'est convertie à l'anarchisme sur le bateau qui la conduisait en déportation en Nouvelle-Calédonie (Paris : Stock, 1970, p. 407) et elle affirme : "Si un pouvoir quelconque pouvait faire quelque chose, c'eût été la Commune composée d'hommes d'intelligence, de courage, d'une incroyable honnêteté, qui tous de la veille ou de long temps, avaient donné d'incontestables preuves de dévouement et d'énergie. Le pouvoir, incontestablement les annihila, ne leur laissant plus d'implacable volonté que pour le sacrifice, ils surent mourir héroïquement. C'est que le pouvoir est maudit, et c'est pour cela que je suis anarchiste" (p. 192). 19) Au congrès de La Haye, en septembre 1872, les socialistes "autoritaires", qu'on a appelé plus tard marxistes, avaient voté l'exclusion de Bakounine et de J. Guillaume de l'Internationale, ce qui provoqua la scission de l'organisation. 20) Le Révolté, ndeg. 17, du 17 octobre 1880, cité par MAITRON, op. cit., t. I, p. 84. 21) Ibid. 22) Pierre KROPOTKINE : "La Commune de Paris", in Paroles d'un révolté [1885]. - Paris : Flammarion, 1978 (col. Champ politique ; 52), successivement p. 103 et 106. L'auteur écrit aussi p. 109 : "La Commune enthousiasme les coeurs, non par ce qu'elle a fait, mais par ce qu'elle se promet de faire un jour." 25

23) Ibid., p. 111-112. 24) KROPOTKINE : "Le gouvernement révolutionnaire", in Paroles d'un révolté, op. cit., p. 190. Tandis que Bakounine s'attache aux individus, Kropotkine juge les systèmes. 25) Ibid., p. 191. 26) Ibid., p. 192. 27) KROPOTKINE : "La Commune de Paris", op. cit., p. 110-111. 28) Kropotkine écrit : "Mais sachons aussi que la prochaine révolution qui, en France et certainement aussi en Espagne, sera communaliste, reprendra l'oeuvre de la Commune de Paris là où l'ont arrêtée les assassinats des Versaillais", ibid., p. 106. 29) Ibid., p. 113. 30) "Les massacres inouïs, lâches et féroces par lesquels la bourgeoisie a célébré sa chute, la vengeance ignoble que les bourreaux ont exercée pendant neuf ans sur leurs prisonniers, ces orgies de cannibales ont creusé entre la bourgeoisie et le prolétariat un abîme qui jamais ne sera comblé. Lors de la prochaine révolution, le peuple saura à qui il a affaire ; il saura ce qui l'attend s'il ne remporte pas une victoire décisive, et il agira en conséquence", ibid., p. 112. 31) Dans le manifeste du VII[e] Congrès à tous les ouvriers. Voir LORENZO, op. cit., t. II, p. 156. 32) Cité par LEHNING, op. cit., p. 470. 33) Jean GRAVE : Quarante ans de propagande anarchiste. - Paris : Flammarion, 1973 (col. L'Histoire), p. 111. 34) Ibid., p. 108-114. 35) Manuel GONZÁLEZ PRADA : Anarquía. - Santiago de Chile : Ed. Ercilla, 1940, 3[[ordfeminine]] ed. (col. Documentos sociales), p. 160. C'est nous qui traduisons. Sur cet écrivain, on pourra consulter notre thèse de Doctorat : Manuel González Prada et ses sources d'influence. De la philosophie à la politique. - Université de Perpignan, 1996, 697 p., 2 vol. 36) Il n'est pas exclu qu'ils aient pu être, en partie, déterminés par le contexte idéologique de l'époque. En effet, l'auteur devait avoir à l'esprit l'élimination 26

physique des militants anarchistes par les bolcheviks, notamment de 1919 à 1921, et la suprématie de Staline. 37) NETTLAU, op. cit., p. 126-127. Nettlau écrit aussi : "Il y eut [...] le regroupement des forces ouvrières et socialistes durant le siège, qui se termina en une sorte de dictature militaire du prolétariat armé, lequel s'opposait à la dictature féroce des généraux. Il y avait de tout, sauf l'esprit fédéraliste, et encore moins l'esprit franchement antiétatisme désireux de substituer à l'Etat français la Fédération des 40.000 communes que Elisée Reclus, dans son discours de Berne (1868) avait définies comme des satrapies [...]. Considérée en elle-même, la Commune, contrariée et poussée vers l'autoritarisme dans sa défense désespérée contre des ennemis féroces qui l'étouffaient dans le sang, fut un microcosme autoritaire, plein des passions du parti, de bureaucratisme et de militarisme." 38) Ibid., p. 127. 39) "La Commune de Paris, en renforçant Karl Marx dans sa conviction que le mouvement prolétarien international doit être centralisé, a indirectement été à l'origine de l'éclatement de la I[re] Internationale et a précipité la rupture entre le courant représenté par Marx et le courant qui se groupe autour de Bakounine", Jean TOUCHARD : Histoire des idées politiques, tome II. - Paris : PUF, 1962 (col. Thémis), p. 723. 40) Edward SARBONI : "Dossier histoire : La Commune, 1871", Infos & analyses libertaires, Revue de l'Union Régionale Sud-Ouest de la Fédération Anarchiste, Perpignan, ndeg. 42, septembre 1996, p. 7-16. 41) André NATAF : La Vie quotidienne des anarchistes en France. 1880-1910. - Paris : Hachette, 1986, p. 52-58. Au mois de février 1996, nous nous sommes livré à un petit sondage, simplement à titre indicatif, dans le milieu anarchosyndicaliste de la Confédération Nationale du Travail, affiliée à l'A.I.T. : sur douze personnes interrogées en France, une moitié jugeait que la Commune tenait une place importante dans leur imaginaire, l'autre moitié qu'elle occupait une place peu importante, mais personne n'a coché la case "aucune importance" ; ils étaient deux fois plus nombreux à considérer que la Commune avait été une expérience plutôt libertaire que ceux qui la trouvaient autant libertaire qu'autoritaire ; une majorité des personnes avait lu plus de deux ouvrages sur le sujet. 42) Albert OLLIVIER : La Commune. - Paris : Gallimard, 1939 (col. Idées, sciences humaines ; 95), p. 363.

27

“L’Internationale” Anthem on Sheet
Not very long ago a friend of mine asked me: “Why don’t you write something about The Internationale?” – “The Internationale?” I replied surprised – “Are you talking about that communist song (can I still use this term?), which lately became workers hymn all over the world?” – “Yes, precisely that”. Well, I told myself, but where to find it obviously on Internet? Well, let us begin with a little history. We are in 1871, Parigi is getting into a big tizzy, when Eugène Pottier, worker and revolutionary poet, finds words to describe the amazing journey undertaken by members of the Paris Commune, an adventure made of fights, ideals, deaths, until the dramatic defeat. The text, set to music only in 1888 by Pierre Degeyter, has passed by several changes, that is why today we have countless versions. It’s to notice the classic Italian version, the one that still continues to be sung in closing, alas, and increasingly rare companions gatherings, disillusioned and nostalgic of times gone by. Unfaithful to the original text, this successful version was published for the first time in 1901, in the pages of a satirical newspaper called L’asino (The donkey). In 1994, few months before his death, the great poet Franco Fortini gave us his latest version of the anthem, after interpreted by storyteller Ivan della Mea and contained in the album “Ho male all’orologio” (I have colckache) exited in 1997. Even with different tones and shades, each version of the text focus on the same idea, union to resist, as one that moves workers outside factories and countryside aware, believing the human could overcome injustices and therefore inequalities between classes, just erasing internal discord in the Movement. The Internationale became the Anthem of International Socialism, and gained particular fame under the Soviet Union from 1922 to 1944, when it was that communist state's de facto central anthem. It’s original French refrain is « C'est la lutte finale / Groupons-nous et demain / L'Internationale / Sera le genre humain. » (Freely translated: "This is the final struggle / Let us group together and tomorrow / The Internationale / Will be the human race.") The Internationale has been translated into many languages. It is sung traditionally with the left hand raised in a clenched fist salute. The Internationale 28

has been celebrated not only by socialists but also by communists and social democrats, as well as ourselves Anarchists.

A persistent symbol of resistance and unity, the clenched fist (or raised fist) is part of the broader genre of "hand" symbols that include the peace "V," the forward-thrust-fist, and the clasped hands. The clenched fist usually appears in full frontal display showing all fingers and is occasionally integrated with other images such as a peace symbol or tool. 29

30

31

32

33

L’Internationale (Anthem, Hymne, Volkslied
En Français
Poème de Eugene Pottier (Paris 1871) Musique de Pierre Degeyter (1888)

Debout les damnés de la terre Debout les forçats de la faim La raison tonne en son cratère C'est l'éruption de la fin Du passe faisons table rase Foules, esclaves, debout, debout Le monde va changer de base Nous ne sommes rien, soyons tout C'est la lutte finale Groupons-nous, et demain (bis) L'Internationale Sera le genre humain Il n'est pas de sauveurs suprêmes Ni Dieu, ni César, ni tribun Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes Décrétons le salut commun Pour que le voleur rende gorge Pour tirer l'esprit du cachot Soufflons nous-mêmes notre forge Battons le fer quand il est chaud. L'état comprime et la loi triche L'impôt saigne le malheureux Nul devoir ne s'impose au riche Le droit du pauvre est un mot creux C'est assez, languir en tutelle L'égalité veut d'autres lois Pas de droits sans devoirs dit-elle Egaux, pas de devoirs sans droits.

34

Hideux dans leur apothéose Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail Dans les coffres-forts de la bande Ce qu'il a crée s'est fondu En décrétant qu'on le lui rende Le peuple ne veut que son dû. Les rois nous saoulaient de fumées Paix entre nous, guerre aux tyrans Appliquons la grève aux armées Crosse en l'air, et rompons les rangs S'ils s'obstinent, ces cannibales A faire de nous des héros Ils sauront bientôt que nos balles Sont pour nos propres généraux. Ouvriers, paysans, nous sommes Le grand parti des travailleurs La terre n'appartient qu'aux hommes L'oisif ira loger ailleurs Combien, de nos chairs se repaissent Mais si les corbeaux, les vautours Un de ces matins disparaissent Le soleil brillera toujours.

In English
First Stanza Stand up, damned of the Earth Stand up, prisoners of starvation Reason thunders in its volcano This is the eruption of the end. Of the past let us make a clean slate Enslaved masses, stand up, stand up. The world is about to change its foundation We are nothing, let us be all.

35

Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race. Second Stanza There are no supreme saviours Neither God, nor Caesar , nor tribune1. Producers, let us save ourselves, Decree the common salvation. So that the thief expires, So that the spirit be pulled from its prison, Let us fan our forge ourselves Strike the iron while it is hot. Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race. Third Stanza

1

Tribune was a title shared by elected officials in the Roman Republic. Tribunes had the power to convene the Plebeian Council and to act as its president, which also gave them the right to propose legislation before it. They were sacrosanct, in the sense that any assault on their person was prohibited. They had the power to veto actions taken by magistrates, and specifically to intervene legally on behalf of plebeians. The tribune could also summon the Senate and lay proposals before it. The tribune's power, however, was only in effect while he was within Rome. His ability to veto did not affect regional governors. Because it was legally impossible for a patrician to be a tribune of the plebeians, the first Roman emperor, Augustus, was offered instead all of the powers of the tribunate without actually holding the office ( tribunicia potestas). This formed one of the two main constitutional bases of Augustus' authority (the other was imperium proconsulare maius). It gave him the authority to convene the Senate. Also, he was sacrosanct, had the authority to veto (ius intercessionis), and could exercise capital punishment in the course of the performance of his duties. Most emperors' reigns were dated by their assumption of tribunicia potestas, though some emperors, such as Tiberius, Titus, Trajan and Marcus Aurelius had already received it during their predecessor's reign. Marcus Agrippa and Drusus II, though never emperors, also received tribunicia potestas.

36

The State oppresses and the law cheats. Tax bleeds the unfortunate. No duty is imposed on the rich; The rights of the poor is an empty phrase. Enough languishing in custody! Equality wants other laws: No rights without duties, she says, Equally, no duties without rights. Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race. Fourth Stanza Hideous in their apotheosis The kings of the mine and of the rail. Have they ever done anything other Than steal work? Inside the safeboxes of the gang, What work had created melted. By ordering that they give it back, The people want only their due. Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race. Fifth Stanza The kings made us drunk with fumes, Peace among us, war to the tyrants! Let the armies go on strike, Stocks in the air, and break ranks. If they insist, these cannibals On making heroes of us, 37

They will know soon that our bullets Are for our own generals. Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race. Sixth Stanza Workers, peasants, we are The great party of labourers. The earth belongs only to men; The idle will go to reside elsewhere. How much of our flesh have they consumed? But if these ravens, these vultures Disappeared one of these days, The sun will shine forever. Refrain This is the final struggle Let us group together, and tomorrow The Internationale Will be the human race.

Nederlands
(Vrije vertaling uit het Engels) Eerste Stanza Sta op, verworpenen der aarde Sta op, veroordeelden van de honger Reden dondert in zijn krater Dit is de uitbarsting van het einde Van het verleden maken we een schone lei Geslaafde volkeren, sta op, sta op De wereld verandert zijn grondvesten We zijn niets, laat ons allen een zijn Dit is de laatste strijd 38

Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn. Tweede Stanza Er zijn geen opperste redders Noch God, noch Caesar, noch tribune. Producenten, laat onszelf redden Omsluit het algemeen welzijn Zodat de dief verdwijnt, Zodat de geest uit de gevangenis wordt getrokken, Laten we het ijzer zelf smeden Sla het ijzer terwijl het heet is Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn.

Derde Stanza De Staat onderdrukt, en de wet bedriegt De belasting bloedt de ellendeling Geen recht wordt opgelegd aan de rijken “De rechten van de armen” is een holle vat Genoeg met het verkommeren in hechtenis Gelijkheid wil andere wetten Geen rechten zonder plichten, zegt het, En ook, geen plichten zonder rechten. Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn.

39

Vierde Stanza Afschuwelijk is hun zelfverheerlijking Koningen van mijn en spoor Hebben ze ooit iets anders gedaan Dan het werk bestelen? In de kas van die partij Het gecreëerde werk is gesmolten Met de eis om het terug te geven De mensen willen enkel wat ze recht op hebben. Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn. Vijfde Stanza De koningen maken ons dronken met hun dampen, Vrede onder elkaar, oorlog met de tirannen! Laat de legers gaan staken, Voorraden in de lucht, en gelederen breken Als deze kannibalen aandringen Van ons helden te maken, Weldra zullen ze onze kogels voelen Ze zijn voor onze eigen generaals Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn. Zesde Stanza Arbeiders, boeren, wij zijn De grootste partij van de werknemers De aarde behoort alleen aan mannen De ijdele zullen elders gaan wonen Hoeveel van ons vlees ze zich voeden, Maar als de raven en gieren Een van deze dagen verdwijnen Zal de zon toch blijven schijnen. 40

Refrein Laten we ons groeperen en morgen De Internationale Zal de mensheid zijn.

Raised Fist in Anarchism
The raised fist (also known as the clenched fist) is a symbol of solidarity and support. It is also used as a salute to express unity, strength, defiance, or resistance. The salute dates back to ancient Assyria as a symbol of resistance in the face of violence. Assyrian depictions of the goddess Ishtar show her raising a clenched fist. A raised fist was used as a logo by the Industrial Workers of the World in 1917. The graphic symbol was popularized in 1948 by Taller de Gráfica Popular, a print shop in Mexico that used art to advance revolutionary social causes. The symbol has been picked up and incorporated around the world by various groups fighting oppression. The image gallery shows how a raised fist is used in visual communication. Combined with another graphic element, a raised fist is used to convey polysemous gestures and opposing forces. Depending on the elements combined, the meaning of the gesture changes in tone and intention. For example, a hammer and sickle combined with a raised fist is part of communist symbolism, while the same fist combined with a Venus symbol represents Feminism, and combined with a book, it represents librarians. A raised-fist icon appears prominently as a feminist symbol on the covers of two major books by Robin Morgan, Sisterhood is Powerful, published in 1970, and Sisterhood Is Forever, in 2003. 41

The raised fist logo may represent unity or solidarity, generally with oppressed peoples. The black fist, also known as the Black Power fist is a logo generally associated with Black Nationalism and sometimes socialism. Its most widely known usage is by the Black Panther Party in the 1960s. A black fist logo was also adopted by the northern soul music subculture. The white fist, also known as the Aryan fist or the White Power fist is a logo generally associated with white nationalism. A white fist holding a red rose is used by the Socialist International and some socialist or social democratic parties. Loyalists in Northern Ireland occasionally use a clenched fist on murals depicting the Red Hand of Ulster. However, this is considered rare; the red hand is usually depicted with a flat palm. The raised fist salute consists of raising one arm in the air with a clenched fist. The meaning can vary based on context. Different movements sometimes use different terms to describe the raised fist salute: amongst communists and socialists, it is sometimes called the red salute, whereas amongst black rights activists, especially in the United States of America it has been called the Black Power salute. During the Spanish Civil War, it was sometimes known as the anti-fascist salute. The traditional version of the salute, originally a symbol of the broader workers' movement, became associated with the parties of the Comintern during the 1920s and 1930s. Since the Trotskyists were forced out of the Comintern, some Trotskyists have made a point of strictly raising the left fist in the tradition of the Left Opposition. Some anarchists also prefer the left fist to denote their libertarian socialist opposition to Marxism. The clenched fist gesture is sometimes mistakenly thought to have originated in the Spanish Civil War, where the Popular Front salute was at one time the standard salute of Republican forces. A letter from the Spanish Civil War stated: "...the raised fist which greets you in Salud is not just a gesture—it means life and liberty being fought for and a greeting of solidarity with the democratic peoples of the world." The Rotfrontkämpferbund paramilitary organization of Communist Party of Germany used the salute before World War II. At the 1968 Summer Olympics in Mexico City, medal winners John Carlos and Tommie Smith gave the raised fist salute during the American national anthem as a sign of black power, and as a protest on behalf of the Olympic Project for Human Rights. For this, they were banned from further Olympic activities. The event was one of the most overtly political statements in the history of the modern Olympic Games. Tommie Smith stated in his autobiography, "Silent 42

Gesture", that the salute was not a Black Power salute, but in fact a human rights salute. A raised White fist is also a popular White Power symbol.

De belles gravures concernant la Commune de Paris Beautiful illustrations of the Paris Commune Mooie prenten van de Parijse Commune
Photos et Documents Rares Rare Photos and Documents Zeldzame Fotos en Documenten

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

Epilogue – Epiloog (English, French, Dutch)
By/Par/Door Philippe L. De Coster, B.Th., D.D. Anarchism is founded on the respect for the individual. Anarchism nurtures the individual’s development whether it is physically, politically, spiritually, mentally, creatively…etc. The true anarchist goes through life developing his/her idea of himself/herself and this search for identity manifests itself in many different forms. The only way for the anarchist to discover his/her identity is to experience and distinguish his/her own individuality within the rest of society. The quest for ultimate liberation and knowledge of self is what makes anarchy appealing. The process by which the individual attains that liberation distinguishes the individual’s journey for liberation. Many anarchists, therefore, mark their own journey by the artwork that reflects their 68

own struggle for self which is why anarchy and art are undeniably intertwined, other are writers, and still others are serving humanity by being present where there is a need. Every human being is important. L'anarchisme est fondé sur le respect de la personne. L'anarchisme nourrit le développement de l'individu, que ce soit physiquement, politiquement, spirituellement, mentalement, artistique ... etc. Le véritable anarchiste passe sa vie à développer sa propre idée et cette recherche d'identité se manifeste sous différentes formes. La seule façon pour l'anarchiste de découvrir son identité est d'expérimenter et de distinguer sa propre individualité dans la société qui l’entoure. La quête de l'ultime libération et la connaissance du Soi est ce qui rend l'anarchie attrayante. Le processus par lequel l'individu atteint la libération est différent d’individu à individu qui le mène à la libération, homme ou femme. Beaucoup d'anarchistes accentue leur voyage terrestre dans l’artistique (terme général), qui reflète leur propre lutte dans le développement du Soi qui est la raison pour laquelle l'anarchie et l'art sont indéniablement liés, d'autres sont des écrivains, et encore d'autres servent l'humanité en étant présent là où il y a un besoin. Chaque humain est important. Het anarchisme is gegrondvest op het respect voor het individu. Anarchisme voedt de ontwikkeling van het individu , op lichamelijk gebied , politiek, spiritueel (filosofisch), mentaal, artistiek… enz . De ware anarchist leeft om zijn eigen ideeën te ontwikkelen en deze zoektocht naar identiteit manifesteert zich in verschillende vormen. De enige manier om de anarchistische identiteit te ontdekken is door ervaring (experimenteren) en zijn eigen individualiteit in de samenleving die hem omringt te onderscheiden. De zoektocht naar de ultieme bevrijding en “Zelfkennis” maakt de anarchie bijzonder aantrekkelijk. Het proces waarbij het individu de bevrijding bereikt verschilt van individu tot individu. Wat deze weg ook mag zijn, het leidt tot de bevrijding. Vele anarchisten verwezenlijken hun aardse reis in kunst (zoals beeldende kunst of als schrijver) , die hun eigen strijd in de ontwikkeling van het “Zelf” (Eigen-Ik) in de anarchie tot ontwikkeling brengt, en daarom zijn anarchie en kunst zo aantrekkelijk en onmisbaar aan elkaar verbonden, anderen zijn schrijvers en nog anderen dienen de mensheid door aanwezig te zijn daar waar er nood is. Elk mens is belangrijk.

69

Contents/ Contenu / Inhoud
Foreword, Voorwoord, Préambule The Paris Commune (English, Nederlands, Français) La Commune de Paris (Français) Les anarchisted et la Commune de Paris, par Joël Delhom, Chercheur Bibliographie « L’Internationale » Anthem on Sheet L’Internationale (Anthem, Hymne, Volkslied) (Français, English, Nederlands) Raised Fist in Anarchism Commune de Paris - Rare illustrations, illustrations rare, zeldzame prenten Epilogue/Epiloog Content, Contenu, Inhoud 2 5 10 11 24 28 34 41 43 68 70

© April 2014 – Skull Press Ebook Publications – Ghent, Belgium

70

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful