Sociologie

II – Intégration, conflit, changement social 2.1 - Quels liens sociaux dans les sociétés o s!a""ir#e le $ri#at de l’indi%idu ?

Acquis de première : Socialisation, capital social, sociabilité, anomie, désaffiliation, disqualification, réseaux sociaux Notions : cohésion sociale

Fiche 2 – Les instances d’intégration assurent-elles toujours la cohésion sociale ? ?

Introduction – Une crise des instances d’intégration ?

I.

Une crise de la "a#ille ?

&. La "a#ille ' une instance essentielle d’intégration sociale
C est dans la famille que se passe une bonne partie de la socialisation primaire des indi!idus" C est l# d abord que sont transmises les normes et les !aleurs en !igueur dans la société" $ais la famille est aussi un réseau d entraide et de solidarité qui contribue # la cohésion sociale"

Introduction

1.  

La "a#ille( acteur #ajeur de la socialisation

%a famille est un agent de socialisation dont l action est directe et dont c est une des fonctions explicites " %a famille est l agent essentiel de la socialisation primaire est la première socialisation que l indi!idu subit dans son enfance, et gr&ce # laquelle il de!ient un membre de la société" 'raditionnellement on considère que la socialisation primaire exercée pendant l enfance (ouait un r)le essentiel puisque l enfant étant plus malléable, intériorisait les modèles de comportement qui étaient souhaités la famille transmet le langage, les m*urs, les r)les sociaux" +lle permet donc d acquérir la culture qui permet # l indi!idu de s intégrer au groupe

," La "a#ille constitue un réseau de solidarité.
Il est é!ident que la famille implique un ensemble d obligations et de droits réciproques permanents entre ses membres, tant sur le plan légal que sur le plan affectif" C est notamment la relation entre parents et enfants, bien plus durable que la relation de couple par exemple, ou encore la relation entre grands-parents et petits-enfants, a!ec ce qu elle implique sou!ent en termes d échange de ser!ices ou de transferts financiers" $ais quel est l impact de ces liens sur l intégration . Comme le tra!ail, la famille est un / échelon intermédiaire 0 entre la société et l indi!idu, o1 celui-ci peut prendre place, donner du sens # sa présence parce qu elle s insère dans un tissu de relations de proximité" %a famille est en fait un / lieu 0, un espace de partage o1 la solidarité prend une dimension concrète" %a famille est sou!ent, pour l2indi!idu, le premier recours en cas de / pépin 0, mais aussi un recours pour organiser au mieux sa !ie matérielle 3par exemple, la garde des enfants par les grands-parents, occasionnellement ou régulièrement4" %e réseau de parenté constitue donc un groupe intermédiaire qui a , fonctions essentielles :  une fonction de protection : la parenté protège l indi!idu contre les risques de la !ie sociale, en apportant une aide financière, une disponibilité en temps  une fonction d insertion dans laquelle la parenté se mobilise

). Une re#ise en cause du #od*le traditionnel
1. +onstat
 5usqu • • • aux années 67 un modèle caractérise les sociétés industrielles: (eune &ge au mariage des con(oints 3,8,9 pour les hommes en 6,4 nombre d enfants assurant le renou!ellement des générations 3supérieur # ,": enfants par femme4 taux de di!orces faibles"

 ;ne remise en cause de la norme traditionnelle . : • <ar rapport # ce modèle familial considéré comme la norme, la maternité solitaire, le concubinage, le di!orce sont considérés comme dé!iants" = ailleurs les politiques d aide aux familles au logement ont été con>ues par rapport # ce modèle" • $ais # partir des années 67 tous les pa?s européens quelque soit leur culture, leur tradition, leur religion connaissent une rupture" %e modèle dominant semble alors entrer en crise:

2. ,x$lications
  Cette remise en cause de la famille semble s inscrire dans un mou!ement général de sécularisation et de pri!atisation de la !ie con(ugale et de dénégation de la légitimité de toute autorité # légiférer en matière de rapports personnels" +lle reflète enfin la montée de l indi!idualisme, l exacerbation de l autonomie des personnes et de l égalité des sexes, la contestation de l autorité 3cf fiche : 4"

-.

Les consé.uences sur l’intégration

Cette crise de la famille n est pas sans a!oir des effets sur l intégration des indi!idus dans la société"  la rupture familiale contribue au risque d exclusion : • du fait de l isolement, de la perte de sociabilité, de soutien et d intégration qu elle pro!oque" • Ne pas appartenir # un tissu de relations familiales, # un réseau de sociabilité et de solidarité pri!ée est ainsi construit comme un risque : un risque solitude" +ngendre un appau!rissement :

+. ,t une reco#$osition de la "a#ille
1. /e nou%elles "or#es "a#iliales
@n peut donc dire que la famille semble faire preu!e d une certaine capacité d adaptation et d in!entions de nou!eaux modèles" @n constate s?métriquement l in!ention de nou!elles formes familiales  Selon A 'incq : / les di!orces sont trois fois plus nombreux au(ourd hui qu au début des années B7" 3$ais4 après le di!orce on se remarie ou, le plus sou!ent, on cohabite" Cela donne les fameuses familles recomposées c est # dire les situations d après di!orce quand le couple est multiplié par deux et que les enfants ont deux fo?ers de référence" Comme l explique $ Segalen / plut)t que soustraction, il ? a alors abondance de parents" % enfant ne dispose plus d un père mais de deux pères, un père biologique et un père social 0"

%e <ACS est basé sur une autre conception de la famille : la désaffection # l égard de la famille et les multiplications des formes familiales sont les s?mpt)mes d une crise de la famille que l on doit prendre en compte et # laquelle on doit

apporter des solutions sous peine de !oir la société déstabilisée" <our les tenants de ce courant, le <ACS n est que la reconnaissance légale d une situation de fait"

l impossibilité de former certains couples est !écue comme une in(ustice 3cas des homosexuels 4 C les catégories touchées par cette exclusion ont donc re!endiqué une reconnaissance de leur !ie de couple par un contrat auquel seraient associés des droits fiscaux, d héritage, de responsabilité mutuelle

2. Un attache#ent 0 la "a#ille
 la famille demeure au(ourd hui le seul point d ancrage d une société en crise" %es indi!idus in!estissent énormément dans la famille :

+onclusion
<arler au(ourd hui de crise de la famille comme un fait accompli n est pas aussi é!ident que l on pou!ait a priori le penser :  Certes les indicateurs démographiques sont dans le rouge, certes les signes d un trouble profond se multiplient" $ais la famille apparaDt plus que (amais comme la !aleur de référence, au plan indi!iduel comme au plan collectif" Nous assistons au(ourd hui # la disparition d un modèle 3celui qui a domine durant les trente glorieuses4  mais le nou!eau modèle qui est en train de se construire n a pas encore imposé sa cohérence" Ces flottements se traduisent donc par la recherche de nou!eaux équilibres "

II.

Une crise de l’école ? 1c" th*#e 1.2 +o##ent rendre co#$te de la #o2ilité sociale?( "iches 1 et 23
&. Le r4le intégrateur de l’école

A!ec la famille, l école (oue un r)le important dans la socialisation des futurs cito?ens" +lle contribue donc # l intégration sociale des membres de la société, en transmettant des normes et des !aleurs, mais aussi en fa!orisant l épanouissement indi!iduel et en préparant l entrée dans la !ie acti!e"

:" Le r4le traditionnel de l’école ' la trans#ission d’une culture co##une.
% / école républicaine 0, celle qui s est construite au cours de la Eè Fépublique, en particulier a!ec les lois de 5ules Gerr? rendant la scolarité obligatoire, est d abord celle qui a comme ob(ectif de / fabriquer des bons fran>ais 0" +lle a imposé la langue fran>aise au détriment des langues régionales de manière très s?stématique 3et !ous sa!eH depuis la classe de première combien la

langue est un élément essentiel de la culture d une société4" +lle a !alorisé la science et la raison, et # tra!ers elles, l idée d une culture uni!erselle dépassant les particularismes religieux" +lle a diffusé tout un ensemble de !aleurs patriotiques 3les grandes dates de l histoire de Grance, les / grands hommes 0, le drapeau fran>ais, la Fé!olution fran>aise, etc4 qui ont contribué # construire réellement la Nation fran>aise : les enfants, une fois passés par l école, a!aient # la fois une langue, des références culturelles et des racines historiques communes, quelle que soit leur origine sociale, régionale, religieuse ou ethnique" @n mesure # quel point ce fonctionnement était en effet intégrateur"

2. La $ré$aration 0 la %ie acti%e.
% école prépare # l entrée dans le monde du tra!ail en dispensant des qualifications et en les !alidant par des dipl)mes" @n retrou!e dans cette fonction utilitaire de l école un peu la mIme fonction intégratrice que la di!ision du tra!ail : donner une place # chacun en lui donnant une identité professionnelle" %e dipl)me, c est la reconnaissance de capacités et donc d une sorte / d utilité sociale 0, mais c est aussi le début de l appartenance # un monde professionnel"

-. Une école #éritocrati.ue
%a démocratisation, comme l indiquait A de 'ocque!ille résulte du fait que / les idéaux démocratiques dont était porteuse la ré!olution de :6JK ne pou!aient s arrIter # l exercice formel d une égalité politique 3L4 ainsi # l égalité politique du cito?en de!ait pou!oir correspondre une égalité sociale, non pas des situations elles-mImes, mais des conditions de leur accès 0"

8" La construction des indi%idus.
% école doit permettre # l enfant de dé!elopper sa personnalité, de s épanouir, donc de construire son identité personnelle, par définition différente de celle des autres enfants" Cela peut paraDtre paradoxal de dire que la construction de l identité indi!iduelle concourt # l intégration sociale, mais le paradoxe n est qu apparent" +mile =urMheim a!ait dé(# souligné que l indi!idu était nécessairement une construction sociale : ce n est que dans un cadre social, par opposition a!ec les autres et plus généralement dans l interaction a!ec les autres que l on peut affirmer une personnalité propre"

). Une re#ise en cause du r4le de l’école en tant .u’instance d’intégration
1. L’école assure-t-elle une culture co##une ?

2. L’école $er#et-elle toujours l’acc*s 0 l’e#$loi ?

-. Une école #éritocrati.ue ?
% égalité des chances, par exemple, est remise en cause par la différenciation précoce des parcours scolaires" =e mIme, la diffusion d une culture commune est parfois sacrifiée au profit de l acquisition de compétences / utiles 0 pour le cursus scolaire et l intégration professionnelle

5. Une $erte de sens de l’école?
% école face aux comportements calculateurs" $ais du fait de l importance du dipl)me dans l accès # l emploi, les familles dé!eloppent des stratégies scolaires !is-#-!is des dipl)mes : choisir la bonne filière, le bon l?cée, la bonne option, la bonne uni!ersité, etc" %e calcul l emporte de plus en plus sur le rapport gratuit # la culture : l élè!e !eut bien tra!ailler, mais # condition que / >a rapporte 0" Ces comportements sont compréhensibles dans la mesure o1 l accès # l emploi est de plus en plus difficile, mais ils !ont # l encontre de certains ob(ectifs de l école"

+onclusion
@n retrou!e alors le !éritable sens du terme crise qui correspond pour reprendre les termes de Schumpeter un processus de destruction créatrice :  au(ourd hui nous !i!ons une période de remise en cause d un modèle qui n apparaDt plus adapté aux é!olutions de la société,  et les indi!idus in!entent, par un processus de t&tonnements comportant des essais et des erreurs de nou!elles formes familiales qui se substitueront # celles qui existent "

/es ressources co#$lé#entaires

+xercices de remédiation
%2intégration

Sur le net, articles et !idéos =e base Approfondissement
%e cours du CN+= Intégration, conflit, changement social con(ugale ;n article de Sciences humaines:Lien social" Crise et recomposition ;ne !idéo sur les instances d intégration ;ne conférence de G"de Singl? # l2;ni!ersité de tous les sa!oirs: - %a famille, première et seconde modernités %a !ie des idées %e déclin du mariage, un problème social . ;ne !idéo de Canal ;: %a crise de la !ie con(ugale ;ne !idéo de Canal ;: % école, respect de la di!ersité face aux risques du communautarisme Sur le portiques re!ues :%2école, facteur d2exclusion ou d2intégration . Sur la !ie des idées, %a mixité sociale # l école : une affaire de famille . FendeH !ous de crise $ais que fait l2école

I" ;ne crise de =issertation - %es solidarités la famille . intergénérationnelles 3,77K- ;ne !idéo de Canal ;: %a crise de la !ie
,7:74"pdf

II" ;ne crise de l école . 3cf thème :", Comment rendre compte de la mobilité sociale ., fiches : et ,4

=issertation - %2+cole et l2intégration sociale 3,779,77B4"pdf =issertation - Socialisation familiale et réussite scolaire 3,7:7-,7::4"pdf

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful