You are on page 1of 5

Historique d'une boisson : La Bière

Petit historique du breuvage Beaucoup s’imaginent, avec une émouvante candeur, que la bière ou « cervoise» fut le fruit de l’imagination de nos anc tres les gaulois, en opposition au !us de treille des romains" #u risque de vous décevoir, son origine, beaucoup plus ancienne, remonte $ la plus %aute antiquité, il & a environ '((( ans" )’est en *ésopotamie, entre le +igre et l’,up%rate, dans le ro&aume de -umer que nait et grandit la précieuse boisson" La civilisation et la bière ont un point en commun : elles sont toutes deu. issues du génie de l’%omme, et de génie, les sumériens n’en manquent point" /ls nous ont légués, entre autres, l’écriture, le s&stème se.agésimal base de la division du temps en %eures, minutes et secondes, le principe de division de la voute céleste en 01 signes 2odiacau., les premières connaissances astronomiques, 3 4n comprend aisément qu’après avoir accompli tout cela, ils aient éprouvé le besoin de se détendre avec une « petite mouss » 5 6ès son apparition, la bière, appelée alors «sikaru», dont la traduction littérale est pain liquide, est associée au. rites religieu. et utilisée comme boisson d’offrandes au. dieu." Le brasseur sumérien fait germer l’épeautre et l’orge et produit ainsi le malt" /l le transforme en pains de bière p7les ou grillés, selon la coloration de breuvage désirée" )es pains sont ensuite émiettés puis déla&és pour entrainer la fermentation nécessaire $ la production d'alcool" #rrivée de Bab&lonie, la « sikaru » renommée « zythum » est très appréciée des 8g&ptiens" 6otées des abondantes matières premières que sont l’eau et les céréales, c’est fort logiquement que les ég&ptiens se mirent $ brasser de la bière" Hérodote écrira d’ailleurs $ ce propos « le jus de treille faisant défaut dans leur pays, les égyptiens ont fait du vin avec de l’orge ». #u. étapes de germination, de touraillage 9c"$d" de c%auffage de la concoction:, et de fermentation, vient s’a!outer celle de l’assaisonnement par de la cannelle, du miel ou tous autres épices" )omme c%e2 les sumériens, la bière reste liée au -acré" ;as un ég&ptien, m me le plus %umble, ne quitte ce monde sans emporter dans la tombe de la bière s&mbole d’éternité" -elon la légende, le brassage aurait été enseigné par 4siris, dieu de la végétation renaissante, et bénéficiait de la protection d'/sis, la déesse de la fertilité agraire" <amsès //, que l'on surnomme le p%araon brasseur, contribuera $ l'implantation durable de la bière et $ la pérennité des toutes premières brasseries" La bière infiltre rapidement le pourtour méditerranéen durant le premier millénaire avant =">)" 4n en retrouve les traces en ?rèce, en /bérie, dans le sud de la ?aule et dans tout l',mpire romain" La bière est alors brassée dans un c%audron en cuivre, s&mbole de vie, d’abondance, s&mbole magique"

frontières du divin et du satanique" Le verre.urope découvrent la bière" Le divin breuvage ne rencontre aucune résistance de la part de la vigne et s'implante durablement sous des latitudes au. la !udas. boisson noble par e.eu $ peu les décrets prolifèrent afin de réglementer le commerce de cette boisson. sont $ l’origine du mot bière" . V # » . » substantif du verbe latin B/B.La cervoise de ?aule. la mort subite.péditions.<. la saint Bernardus. il ne peut supporter le vin dont les aigreurs lui brulent l’estomac" #ussi comme beaucoup de ses légionnaires. celle que nous connaissons au!ourd’%ui" .ception de quelques contrés reculées. moins ensoleillées et moins propices $ la culture de la vigne" ?rand c%ef de guerre.n introduisant la fleur du %oublon. précipitations idéales pour la culture de l'orge" )omme !e l’ai précisé. cultivable dans tout l’empire. lors de f tes paBennes qui plus est. l’empereur )aesar répand la culture de la vigne en m me temps que ses légions" )ependant l’auguste )aius =ulius )ésar a un terrible %andicap. va récupérer la fabrication de la bière en la confiant $ des moines" Aous notere2 d’ailleurs l’étonnante profusion de marques de bières portant des noms de saints ou des noms diaboliques. l’empire romain commence $ se déliter sous les assauts répétés des germains" ?r7ce $ leurs multiples e. signifie d’ailleurs en allemand. " " . possède un degré d’alcool bien plus élevé que celui que nous connaissons actuellement" )’est pour cette raison que l’. dont on avait découvert les propriétés désinfectantes. j’ai $u. les romains préfèrent le vin. on la rendait plus digeste et plus parfumée" Bière plaisir universel . qui vient souligner le caractère ambivalent de la bière : la délirium tremens. la saint Benoit. la Aal 6ieu 3 4n est en permanence au. « le bouc »" Les abba&es du mo&en 7ge comportent toutes une brasserie qui leur assure des revenus substantiels" . je suis venu. appelant la cervoise « B. le bocC. conférée par l’a!out de levure de bière $ sa p7te" L’essor de la cervoise atteint son apogée sous l’empereur romain 6omitien qui suite $ une disette ordonne « que sur toute terre pouvant porter des céréales soit interdite la culture de la vigne »" 6e l$ doit sans doute dater les prémices de la vieille querelle entre amateurs de bière et amateurs de vin3 )ar en général. qui va attendre le DAème siècle pour devenir peu ou prou.cellence. plus alcoolisée que la bière actuelle.nfin.<. $ #lésia 9citation qui fut d’ailleurs déformée au fils des siècles: : « V ! . pour un patricien romain. j’ai vaincu" Aers le Aème siècle. les peuples du nord de l'.urope" Bière et pain sont frères" Le pain gaulois bénéficie lui aussi d’une grande réputation par sa légèreté. succombe t il $ la tentation de la cervoise" )es m mes légionnaires qui. !e rappellerai la p%rase que lan@a )aesar après avoir vaincu Aercingétori.glise inquiète de voir ses ouailles s’adonner $ une consommation trop poussée de ce brouet. et pour clore le c%apitre romain. la fruit défendu. $ l'e. 9boire:. est alors la plus renommée d’. la bière $ cette époque.

au ///ème siècle avant =")". et dans l’aspect gustatif de « bouc%e ». bruissement de la mousse se fait entendre : 4n parle de « dentelle » de la bière pour définir les traces de mousse laissées sur les parois du verre" )ette mousse est aussi appelée la « fleur » de la bière" 6ans l’aspect visuel. puis lentement sur le palais $onheur tamisé d+amertume.our moi.artout sur la planète oE la culture des céréales est possible. on parle de « robe ».." Le meilleur est d’ailleurs dans l’attente.g&ptiens $ la m me époque" -ous toutes les latitudes.la sensation trompeuse d+un plaisir qui s+ouvre ( l+infini . et on ne le fait pas dans la précipitation : « %a commence $ien avant la gorge.. sur tous les continents.t l’amertume fait partie du plaisir" )’est elle qui me donne envie de boire $ nouveau $ la coupe3 Bière et cycles . Gn plaisir qui s’ouvre $ l’infini" . on trouve de la bière.. et m me les oreilles sont $ la f te quand l’onctueu. et ce depuis les temps les plus reculés" Ful besoin.. dans le domaine olfactif de « ne2 » ou de « bouquet ».péditions. la bière peut tre brassée" .n déguster. fra*cheur amplifiée par l+écume. des viCings lors de leurs e. le ne2.uis une légère amertume" Gne amertume. termes qui sont commun $ la bière et au vin" +out ce vocabulaire rappelle celui de l’#mour" 6éguster une bière est bien un acte amoureu. est un plaisir qui met en e.<*. les &eu. $ c%aque gorgée plus présente $ mesure que le plaisir s’estompe" Gne amertume semblable $ celle que !’ai ressentie lors la cérémonie des coupes. comme pour le vin de terres ensoleillées et de conditions climatiques très particulières" Les c%inois. le !our de mon initiation" Gne amertume qui me rappelle que « tout n’est pas parfait dans la vie »3 La coupe du -avoir serait > elle pleine de bière H .L.» nous dit . et m me sur les bateau.ergue tous les sens : outre la langue. l’eau. font de ce pain liquide une boisson universelle" ...%ilipe 6. l’orge et l’épeautre. produiront de la bière selon des modalités similaires $ celles des . &ur les l'vres déj( cet or mousseu). @a ne fait aucun doute" Le plaisir que !e prends $ la première gorgée est immense" Gn miracle qui vient $ la fois de se produire et de s’éc%apper" .Les ingrédients principau..-.

elle quitte son père < .+. s’intégrant dans le c&cle d’éternel retour. dieu.<.g&pte p%araonique" /l est la c%eville ouvrière de tous les autres car il n’& a pas de rite sans offrande" Le rituel de l’offrande n’est pas une prière pour demander une faveur au.ion.g&pte. comme la vie. pour fuir dans le désert de Fubie sous la forme d'une lionne sanguinaire" La déesse furieuse abandonne ses pulsions meurtrières après s’ tre enivrée d’une bière rouge malicieusement offerte par +H4+" Le ra&onnement solaire s'affaiblit en %iver alors que s'enfuit la déesse. le grain d’orge germé est m lé $ l’. c%auffé par le Keu" *is au contact de l’#ir. comme en témoigne le m&t%e de la 6éesse Lointaine. fils de <. une d&namisation de la matière face au divin" /l permet d’éc%apper $ ce que l’alc%imie nomme le ?rossier" /l s’agit de nourrir aussi bien les .résente sur toutes les tables elle figure l’alimentation métap%orique des dieu..)e soir. $ condition de ne pas en abuser. il est plutIt une spiritualisation.au.té" La f te du soleil et de la lumière. et reprend vigueur $ son retour" La bière. il va fermenter et produire la bière" La bière. par « l’offrande du $lé. !e me suis interrogée sur la présence d’un morceau de pain $ cIté d’un cr7ne" -i la vie a besoin d’aliment matériel. lui procure la subsistance et permet $ la création de poursuivre son c%emin. ce qui permettrait alors au dieu rouge -.KF4G+" /ncarnant la c%aleur née du soleil. nous allons participer $ la cérémonie du solstice d’..+H de se déc%aJner dans le corps et l’esprit du buveur impénitent" 4n retrouve encore le caractère ambivalent de la bière" L’ivresse peut aussi apaiser. après la fermentation du grain" 6ans le livre des *orts.. en maintenant l’4rdre de la Fature" .g&pte p%araonique. la déesse cobra protectrice des moissons" 6ans l’. et du vin. +. sym$ole de la vie spirituelle » nous dit le rituel de la cérémonie solsticiale" Le rituel de l’offrande est sans doute celui qui fut le plus pratiqué en .sprits que l’esprit" La bière associée au pain est l’offrande de base tirée du grain" . le dieu grain." La création se manifeste quand ils s’organisent. sym$ole de la vie matérielle. se maintient lorsqu’ils s’%armonisent" Lors de notre sé!our dans le cabinet de réfle. se trouve au centre des M éléments fondamentau. est celui qui fait vivre l’.+. l’orge est définie comme « la nourriture d’immortalité » /ssu de la +erre. vin d’orge. il lui faut aussi une autre nourriture. et des défunts" Le roi > p%araon pratiquant le rite de l’offrande. écarter les influences sét%iennes. consommer de la bière peut donner la guérison.our cela il est associé $ F. est la boisson d’/sis et 4siris L elle s&mbolise l’éternel retour de la vie après la mort. s&mbole d’une vie universelle" .F4G+.

cette fécondité du travail de l’%omme qui mue le blé. le <ituel pour les autres" Leur secret peut tre connu de tous ceu. et faire abstraction de la bière" /l devra donc. plus profonde et plus ric%e" Conclusion =e conclurai ma planc%e par une « bulle » légère. qui s’en donnent la peine" )ar l$ ne réside pas le secret" /l est dans la mise en Nuvre" /l est dans le partage" )’est en donnant réfléc%ir $ moi>m me mais aussi $ mes sNurs et frères. de purification" La bière s&mbolise alors cette levée de l’7me. le blé apparait" L’. ne s’arr ter qu’au vin. les seconds s’assoupissent et se confient au )iel. alors que ceu. qu’$ mon tour.au de la connaissance l’abreuve" Le malt est formé" Le rite & a!oute la levure qui l’e. fruit spirituel. est le résultat d’un travail de fermentation. basée sur une remarque d’#ristote" /l constata que les gens pris de vin tombent sur la face. concluait il" +out K∴*∴ dont le r ve est de lier )iel et +erre. pour réaliser son Gtopie. boire les deu.ion" La K∴*∴lui apporte la Lumière. comme le profane dans le cabinet de réfle.6ans les entrailles de la +erre. en nourriture spirituelle" Les maJtres brasseurs et les K∴*∴ ont un point en commun" /ls sont dépositaires d’un secret : la levure pour les uns. ne peut désormais. la graine se prépare $ germer.%ausse et le fait renaitre sous une forme plus noble" La bière comme le pain. sagesse de la +erre. qui ont bu de la bière se couc%ent la t te en arrière" L$ oE les premiers s’en remettent $ la +erre. 5 A∴*∴ !’ai dit" L∴ +∴ . !e deviendrai le ferment d’une autre vie.