You are on page 1of 46

PSYC0049-1

Psychologie de la famille
Salvatore D’Amore Chargé de cours
Département Personne et Société Service de Clinique Systémique et Psychopathologie Relationnelle

Programme du cours
Le renouvellement conceptuel de la théorie du cycle de vie : perspectives individuelles, familiales et sociales Le génogramme La famille comme structure La communication familiale à trois : le modèle de Lausanne Le concept de script et de mythe

Psychologie de la famille - S.D'Amore

Les étapes du Cycle de Vie : la formation du couple et du couple à la famille La famille avec enfants, la famille avec adolescents La famille à la période du leaving-home et troisième âge Conclusions et perspectives

Psychologie de la famille - S.D'Amore

Le champ relationnel de la famille
Transgénérationnel Transgénérationnel

Grand-mère paternelle

Grand-père paternel

Grand-père maternel

Grand-mère paternelle

1ère génération

Nouveau père mari

Nouvelle mère femme

2ème génération

Nouveau né enfant

3ème génération

Psychologie de la famille - S.D'Amore

Le renouvellement conceptuel de la théorie du cycle de vie Psychologie de la famille .D'Amore .S.

aux tâches ménagères et aux aspects financiers c.D'Amore . Redéfinition des relations avec les familles élargies et les amis pour inclure l’époux ou l’épouse a.S. Redéfinition des relations avec les familles élargies pour inclure les rôles de parents et de grands-parents L’union des familles à travers le mariage: le nouveau couple Familles avec de jeunes enfants L’engagement dans un nouveau système Accepter de nouveaux membres dans le système Psychologie de la famille . Prise en charge personnelle quant au travail et à son indépendance financière a.Les phases du cycle de vie de la famille (1) Phases du cycle de vie de la famille Leaving home: jeunes adultes célibataires Processus émotionnel de transition: principes clés Accepter sa propre responsabilité émotionnelle et financière Changements de second ordre au niveau familial indispensables aux processus de développement a. Formation d’un système conjugal b. Participer à l’éducation des enfants. Différenciation de soi par rapport à sa famille d’origine b. Développement de relations intimes entre pairs c. Ajuster le système conjugal pour faire de l’espace aux enfants b.

Redéfinition des relations pour inclure les bellesfamilles et les petits-enfants d. Psychologie de la famille .D'Amore . Modification des relations parent/enfant pour permettre à l’adolescent d’entrer et sortir du système b. Commencer à prendre soin de la génération plus âgée a.Les phases du cycle de vie de la famille (2) Phases du cycle de vie de la famille Familles avec des adolescents Processus émotionnel de transition: principes clés Augmenter la flexibilité des frontières de la famille pour permettre l’indépendance des enfants et le besoin de soutien des grands-parents Changements de second ordre au niveau familial indispensables aux processus de développement a.S. Renégociation du système conjugal comme dyade b. Développement des relations d’adulte à adulte entre les enfants devenus grands et leurs parents c. S’occuper des infimités et de la mort des parents (grands-parents) Envol des enfants et nid vide Accepter une multitude de va et vient dans le système familial. Se reconcentrer sur la vie conjugale et sur la carrière c.

soutenir la génération plus âgée sans pour autant tout faire à leur place d. Maintien de son propre fonctionnement et centres d’intérêts et/ou celui du couple face au déclin physiologique: exploration de nouvelles options quant au rôle familial et social b. Faire de la place dans le système pour la sagesse et l’expérience des personnes âgées. Contribution au renforcement du rôle central qu’occupent les générations du milieu c.Les phases du cycle de vie de la famille (3) Phases du cycle de vie de la famille Familles en fin de vie Processus émotionnel de transition: principes clés Accepter une modification des rôles générationnels Changements de second ordre au niveau familial indispensables aux processus de développement a.S. S’occuper de la perte de l’époux.D'Amore . de la fratrie et autres pairs et préparation à la mort Psychologie de la famille .

manque d’expression spirituelle ou de rêves . Mort prématurée B. amis.Communauté: voisinage.Famille élargie . Guerre B. sexisme. héritages. Migration Imprévisibles A. Maladie chronique C.Famille nucléaire . organisations . triangles.Caractères. Catastrophes naturelles Psychologie de la famille . Dépression économique C.Flux de Stress à travers la famille Stresseurs verticaux Niveaux des systèmes .Socioculturel. mythes.Schémas émotionnels familiaux. pertes . inflexibilité du lieu de travail.Individu . pauvreté . Accident D. économique . Chômage Événements historiques A. travail. religions.S. plus de travail. secrets. Climat politique D. politique. dépression. gérontophobie. aptitudes et compétences génétiques Temps Stresseurs horizontaux Développementaux A.Racisme. ignorance.Disparition de la communauté. Transitions de cycle de vie B. homophobie. moins de loisirs. pas de temps pour les amis Société Communauté Famille élargie Famille nucléaire Individu . dépendances. consumérisme.Violence.D'Amore .

Le cycle de vie de la famille La famille un système ouvert qui fonctionne en relation à ses contextes socioculturels et qui évolue au cours du cycle de vie.D'Amore . les résultats (modifications de l’état après une certaine période de temps) ne sont pas déterminés tant par les conditions initiales que par la nature du processus ou les paramètres du système. La famille possède les propriétés qui caractérisent les systèmes ouverts : Totalité : Toute partie du système (tout membre de la famille) est en relation avec les autres parties/membres qui le constituent tel que chaque changement d’une partie provoque un changement dans les autres et donc dans tout le système de la famille. Equifinalité : Dans un système ouvert. non sommativité Rétroaction : Elle peut être négative (homéostasie.S. maintien la stabilité du système) ou positive (tendance au changement). Psychologie de la famille .

Le génogramme Psychologie de la famille .D'Amore .S.

le sujet écrit les données tant anagrafiques que historiques. Pour chaque personne.S.D'Amore . sa façon de gérer les événements critiques du cycle de vie. A travers le génogramme. sa dynamique. Psychologie de la famille . on étudie la structure. sa fonctionnalité.Génogramme Représentation Graphique de sa propre structure familiale en incluant toutes les personnes.

D'Amore . 1976 Famille recomposée Personnes habitant sous le même toit (entourer d’une ligne pointillée) Psychologie de la famille .Le génogramme Homme Mariage (année) (mari à gauche. 1970 Divorce (année) d.S. femme à droite) m. 1960 Union libre 1972 Femme Séparation 1945-1975 Année de naissance Année de décès (année) s.

Le génogramme Enfants: dans l’ordre des naissances. le plus âgé à gauche Enfants adoptés ou recueillis Jumeaux hétérozygotes Jumeaux homozygotes Grossesse Avortement provoqué Avortement spontané Enfant mortné Psychologie de la famille .S.D'Amore .

D'Amore .Le génogramme Relation conflictuelle Relation proche Relation distante Relation fusionnelle Éloignement et rupture Relation fusionnelle et conflictuelle Psychologie de la famille .S.

D'Amore .S.La famille comme structure Psychologie de la famille .

D'Amore . avec sa femme et comment cette relation peut influencer la relation père – fille. Il y a un rapport étroit entre Marilou et sa mère qui semble exclure le père de tout niveau d’intimité avec la fille et celle-ci peut devenir anxieuse chaque fois que le père s’approche d’elle. Psychologie de la famille .Le triangle Le triangle comme unité minimale d’observation La dyade = modèle le plus utilisé pour lire les relations humaines Nécessité de la vision triadique pour répondre aux critères de la complexité des relations humaines Ex : Marilou est anxieuse car elle a une mauvaise relation avec le père Dans cette affirmation.S. par exemple. on ne considère pas le poids de la relation que le père a.

S..D'Amore .Le triangle Bateson : L’esprit et la nature : Recherche des Ressemblances et des Différences Structure Triangulaire : Possibilité de lier : qui..) Recherche de la circularité par le biais des triangles : Bowen (1979) Schéma mental pour rechercher des informations L’objectif d’un entretien clinique avec la famille et avec le couple transformer une vision linéaire et dyadique en une vision au moins triadique. voir familiale d’un problème Ex : clinique d’un problème de la boulimie de la sœur à la violence du frère et à la perte du contrôle familial Psychologue Relationnel active des configurations triangulaires (marifemme-enfant). où et quand dans la hiérarchie (Haley. quoi. L’objectif est d’avoir plusieurs clés de lecture de la même situation Psychologie de la famille .

D'Amore .Le triangle D D A B A C B D C D Structure tétradique ouverte Structure tétradique solide Psychologie de la famille .S.

Le triangle Grand-mère Père Mère Grand-mère Enfant symptomatique Grand-mère Psychologie de la famille .S.D'Amore .

Psychologie de la famille . La structure familiale: ensemble invisible de demandes fonctionnelles qui détermine les manières avec lesquelles les composants de la famille interagissent. Flexibilité-Rigidité : la famille doit avoir la possibilité de garantir et permettre à ses membres de faire face aux devoirs de développement typiques.La structure familiale La famille est un système qui possède sa structure.D'Amore . Redondances-modèles-règles-attentes réciproques.S.

4. Cornelison – Haley: 1. 3.D'Amore . coalition contre un pair et négation de la coalition) Minuchin: 2. les parents submergent leurs propres conflits en manifestant une position de protection ou de soin envers l’enfant malade.S. 5. C’est différent du triangle pervers parce que tout est explicite. défini comme l’unique problème de la famille Psychologie de la famille .Les structures triangulaires Certains systémiciens ont approfondi le discours sur les « structures ». il n’y a pas de négation verbale Coalition: l’enfant a la tendance à se positionner dans une coalition stable avec un parent contre l’autre parent (peut-être est-ce plus précis de dire coalition parent-enfant plutôt qu’une alliance) Alliance ≠ coalition Evitement: le couple ici est constamment uni. Triangle pervers (deux générations différentes. Triangulation (l’enfant se trouve dans une position dans laquelle il ne peut pas s’exprimer sans éviter de s’allier avec l’un et contre l’autre.

Minuchin parle de « enmeshement »: confusion. tressage. Le système thérapeutique peut devenir iatrogénique dans le maintien du symptôme.D'Amore . Le symptôme d’un sujet n’est pas l’effet passif du dysfonctionnement d’un système interpersonnel mais il joue un rôle actif dans le maintien homéostatique des caractéristiques dysfonctionnelles du système.S. La chronicité est fonction de la relation thérapeutique. absence de conflits Onnis – Tortolani – Cancrini: 7. Psychologie de la famille .Les structures triangulaires 6.

D'Amore Famille avec un enfant parentifié (parental child) E1 _______ M P E2 Famille avec grand parent absent P Grand-Mère ___________ M E1 .S.Le modèle de Salvador Minuchin : une typologie des familles Trois sous systèmes Famille avec un fonctionnement normal GP _____ M P _____ E1 E2 Légende: GP: Grands-Parents P: Père M: Mère E1: Enfant (aîné) E2: Enfant (cadet) : membre périphérique _ _ : ligne générationnelle permeabile __ : ligne générationnelle rigide Psychologie de la famille .

Trois sous-systèmes Sous-système conjugal : couple d’adultes avec les fonctions spécifiques de soutien et d’échange réciproque. à coopérer. Psychologie de la famille . Il se modifie au fur et à mesure que l’enfant grandit. Sous-système parental : il représente le couple dans son engagement envers la cure et l’engagement dans l’éducation des enfants. Sous-système de la fratrie permet aux enfants d’expérimenter une relation de pairs les frères et sœurs apprennent à négocier.S. à entrer en compétition.D'Amore .

Les frontières peuvent donc être placées autour d’un continuum : rigides (imperméables). diffuses (perméables). Psychologie de la famille .S.D'Amore .Les sous-systèmes sont délimités entre eux par des frontières (règles qui définissent qui et comment participe à un certain système) Les frontières : fonction fondamentale de différencier les soussystèmes par rapport aux rôles et aux fonctions (indicateur de distance/proximité interpersonnelle dans la hiérarchie des rôles d’un point de vue générationnel) BCP de tension dans les rapports intergénérationnels sont à rattacher à des règles non partagées concernant les frontières entre les différents sous-systèmes. claires (semi-perméables).

....................D'Amore ................S.......___________________________ ____________________ .. Frontières rigides Désengagement Frontières claires Zone de normalité Frontières diffuses enchevêtrement Psychologie de la famille ................

c'est-à-dire qu’elles sont définies de façon telle à permettre aux membres du sous-système d’exercer ses propres fonctions sans interférer avec l’autre.Familles fonctionnelles : Les frontières entre les sous-systèmes sont claires.S. Psychologie de la famille .D'Amore . Les informations qui passent entre les différents sous-systèmes sont adéquates en quantité et pertinence par rapport à la relation et au cycle de vie.

les sous-systèmes sont excessivement séparés entre eux tant la communication est difficile (soit comme passage d’informations soit comme échange émotionnel) Cela signifie que si un membre de la famille rencontre des problèmes dans une phase du cycle de vie et ne trouve pas de soutien et de réconfort chez les autres.Familles désengagées: Les frontières entre les sous-systèmes sont rigides.S. Psychologie de la famille . il pourra manifester ou amplifier un symptôme pour que sa souffrance soit remarquée.D'Amore .

D'Amore .S. Une émotion d’un membre est vécue par tous à l’intérieur d’un système familial. parfois inexistantes et la différenciation disparaît. Tout le monde sait tout et tous se sentent dans le droit d’aider tout le monde. Familles enchevêtrées: sens d’appartenance familiale est très fort (il peut empêcher la différenciation et la prise d’autonomie des différents membres) Familles désengagées: sens d’appartenance familiale est très fragile Psychologie de la famille .Familles enchevêtrées: Les frontières entre sous-systèmes sont diffuses.

Le modèle de fonctionnement normal est reflété par une position centrale avec des frontières claires.S. A certains moments du cycle de vie. Psychologie de la famille .Toute famille peut être placée sur un continuum qui va de l’enchevêtrement au désengagement. une cohésion majeure entre les membres peut être nécessaire.D'Amore . L’enchevêtrement et le désengagement ne sont pas des organisations dysfonctionnelles en elles-mêmes.

D'Amore .Le modèle circumplex d’Olson (1983) Olson analyse le fonctionnement des la famille à travers trois dimensions: Cohésion: indique la distance et la proximité du point de vue psychologique (cognitif et affectif) et mise en évidence à travers le lien émotionnel entre les membres. Adaptabilité: indique la capacité de changer de structure familiale sur la base des événements qui se vérifient dans le cours de la vie.S. Psychologie de la famille . mais aussi élément qui facilite le mouvement dynamique de la famille. Communication: modalité que les membres de la famille utilisent pour exprimer leurs besoins et/ou sentiments.

Le modèle circumplex d’Olson (1983) 16 types de fonctionnement familial selon la place que la famille occupe dans chacune des dimensions.S.D'Amore . qui peuvent être réduites à trois modèles principaux : Équilibrées – Intermédiaires – Extrêmes Psychologie de la famille .

Le modèle circumplex d’Olson (1983) Basse Désengagée Cohésion Separée connectée Haute Enchevêtrée Haute Chaotique Flexible Adaptabilit é Structurée Bassa Rigide Famille extrème Famille intermédiaire Famille équilibrée Psychologie de la famille .D'Amore .S.

Le modèle circumplex d’Olson (1983) Familles les plus fonctionnelles: position centrale (cohésion et adaptabilité) Ces familles sont dites équilibrées (cohésion interne. flexibilité nécessaire pour adapter la structure et l’organisation familiale aux différents changements.S. communication basée sur la confiance en soi et dans les autres) Familles les moins fonctionnelles: position extrême (cohésion et adaptabilité) Ces familles sont dites extrêmes (difficultés d’adaptation aux différentes situations de leur cycle de vie.D'Amore . Olson à ce propos parle de familles avec des émergences symptomatiques. combinaison de basse/haute cohésion avec basse/haute adaptabilité. Psychologie de la famille .

Familles avec basse cohésion (désengagées): grande distance entre les membres et différenciation marquée. Le changement n’apparaît pas possible.S.Le modèle circumplex d’Olson (1983) Axe adaptabilité Familles avec haute adaptabilité (chaotiques): difficultés à s’organiser de manière adéquate et à établir des règles précises. Comportements de la famille bloqués dans des relations extrêmement engageantes. Familles avec basse adaptabilité (rigides): règles qui ne peuvent pas être discutées. faible partage des émotions et affects.D'Amore . Communication contrainte dans des schémas structuraux. Axe cohésion Familles avec haute cohésion (enchevêtrées): basse différenciation entre les différents membres et une excessive responsabilité réciproque. Psychologie de la famille . Echange communicationnel non satisfaisant. pas de stratégie commune. chacun sa propre stratégie. Face aux difficultés.

S.Le modèle circumplex d’Olson (1983) Croisement des deux axes (cohésion et adaptabilité) différentes typologies dysfonctionnelles de famille: Chaotique – désengagé Rigide – désengagée Chaotique – enchevêtrée Rigide – enchevêtrée Carences tant sur le plan de la différenciation personnelle que sur les capacités organisationnelles Psychologie de la famille .D'Amore .

S.D'Amore .Le concept de script et de mythe Psychologie de la famille .

Le concept de tri-générationnel Perspective historique-évolutive de la famille Famille groupe avec histoire Transmission: manière avec laquelle les événements critiques.D'Amore . processus de différenciation et séparation ont étés résolus Passage d’héritage: dettes/crédits Psychologie de la famille .S.

D'Amore . Le fils. refus La délégation laisse à l’enfant un espace d’autonomie à l’intérieur de son mandat. délégation.Le concept de tri-générationnel Stierlin (1978) propose trois modalités de transmission intergénérationnelle: lien. Ex: désirs d’affirmation du père-mère. peut s’éloigner de la famille mais il doit rendre « compte » Psychologie de la famille .S. pour réaliser les désirs d’affirmation des parents.

D'Amore . concernant chacun d’eux et leur positions réciproques à l’intérieur de la vie familiale. 1973.Mythe Série de croyances. 1979. Les mythes constituent un programme pour l’action des membres de la famille. Bagarozzi. Psychologie de la famille .S. Byng Hall. De telles croyances ne sont pas contestées par les personnes intéressées malgré les évidentes distorsions de la réalité qu’elles impliquent souvent. 1989) est constituée par des images de la famille partagées par tous ses membres et par les légendes qui l’expliquent. Andersen. qui contribuent à créer le sens de l’identité de la famille même. mais il s’identifie en majorité avec des rôles bien précis. 1963. Ferreira (1963) La mythologie familiale (Ferreira. Le concept de script prévoit que chaque membre a codifié dans sa tête l’entier réseau familial. c’est-à-dire un script. assez bien intégrées et partagées par tous les membres de la famille.

Il s’agit des explications qui justifient les scripts.D'Amore .S. Psychologie de la famille .Mythe Mythe: phrases qui indiquent des affirmations généralisées (croyances) sur les rôles qui se référent à des qualités-valeurs considérées comme importantes dans le couple–famille.

Psychologie de la famille .Les scripts John Byng Hall (1985) Les scripts familiaux sont les « attentes partagées par la famille concernant la manière dont les rôles familiaux doivent être remplis dans différents contextes ».D'Amore .S.

D'Amore .Script répétitif .S.Script improvisé Psychologie de la famille .Script correctif .Les scripts Continuité et discontinuité des scripts à travers les générations .

Psychologie de la famille .Scripts Le concept de scripts familiaux (Byng Hall. 1985) doit être différencié des phénomènes corrélés qui peuvent être confondus avec lui. Ils représentent les attentes partagées de comment une famille interagira en particulières occasions. Les rituels familiaux sont une sous-catégorie des scripts familiaux. Les scripts prévoient les actions à entreprendre maintenant et dans le futur.S.D'Amore .

un schéma (plus ou moins défini et rigide. en ont donc une attente bien précise). quand. de quelle façon.Scripts Sélectionner à l’intérieur des interviews les phrases qui décrivent: « comportements. répétés dans le temps sont connus par les Partner d’action. rôles et dynamiques familiales » Pour qu’on parle de scripts il faut pouvoir trouver: .D'Amore . ses motivations et les conséquences. qui prévoit des comportements adéquats au rôle.un contexte (à l’intérieur duquel les sujets peuvent assument certains rôles) . comportements qui. Il doit être possible donc de relever qui fait quoi.S. Schéma de lecture du script • • • • Contexte Qui Comportements Rôle Psychologie de la famille .