Anne Le Naëlou

ONG : les pièges de la professionnalisation. Introduction
In: Tiers-Monde. 2004, tome 45 n°180. ONG : les pièges de la professionnalisation (sous la direction de Anne Le Naëlou et Jean Freyss ) pp. 727-734.

Abstract Anne Le Naëlou — NGO's : The traps of professionalizing. Introduction. The role of NGO's involved in development and international solidarity is increasingly complex and difficult to appreciate, in the context of the profound political mutations accompanying international relations crises, with the diminishing of development aid and the reduction of the ngo's share in the new configuration of intervening actors (urgencies or development). Professionalizing is therefore under consideration by NGO's and by funding agencies as a prospective for the changing of this private non-lucrative sector. Some appreciation is hereby made as regards the meanings and stakes of these changes.

Citer ce document / Cite this document : Le Naëlou Anne. ONG : les pièges de la professionnalisation. Introduction. In: Tiers-Monde. 2004, tome 45 n°180. ONG : les pièges de la professionnalisation (sous la direction de Anne Le Naëlou et Jean Freyss ) pp. 727-734. doi : 10.3406/tiers.2004.5526 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_1293-8882_2004_num_45_180_5526

leurs modalités d'action sur le terrain et leurs dispositifs de recrutement. Jean Freyss est décédé le 1 1 août 2004 sans que nous ayons eu le temps de rédiger ensemble la présenta tion générale du dossier. t. XLV. ONG : LA MULTIPLICATION DES DÉFIS « Montée en puissance ». Ce dossier ouvre une réflexion sur le thème de la professionnalisation invoquée ces dernières années par les ONG de développement et de solidarité internationale comme par les bailleurs de fonds pour qualif ier une évolution majeure de ce secteur privé à but non lucratif. Université de Paris I. les expressions superlatives ne manquent pas dans les textes ou recueil d'articles qui traitent aujourd'hui des ong. grandes et moins grandes. ce ressaisissement accroît leur vulnérabil ité et pose de nouveaux défis. 1.DE ONG: LES PIEGES LA PROFESSIONNALISATION1 par Anne Le Naëlou* Au cours des vingt dernières années. 951). Pour faire face à ces évolutions. Ce texte reprend néanmoins l'intégralité des idées dont nous avions longuement discuté. posant en * iedes. n° 180. Un hommage est rendu à Jean Freyss en fin de volume (p. ont dû repenser leurs modes d'organisation et de gestion. universitaire engagé. des Etats et des entreprises s'est accompagnée d'une interrogation sur l'efficacité de leurs actions et sur leur notoriété. Économiste. Ce dossier a été conçu et préparé par Jean Freyss et moi-même. Revue Tiers Monde. le rôle des organisations non gouvernementales (ONG) s'est complexifié. sur fond de mutations des relations internationales et de réductions de l'aide publique. Paradoxalement. Leur influence grandissante auprès de l'opinion internationale. octobre-décembre 2004 . « intervention croissante ». des ONG. « acteur i ncontournable ».

projet Sphere1. « solidarité ». Elles sont enfin impliquées dans les débats de société qui s'articulent autour de notions aussi diverses que « démocratisation ».. Loin de les renforcer. « participa tion ». La raré faction de l'aide publique au développement (apd) et une réduction de la part transitant par les ONG interviennent au moment où. par les grandes ins titutions internationales (civiles et militaires) et par les acteurs locaux . Ce constat est. En effet. — à leur vulnérabilité face au monde de l'entreprise avec. aux côtés des États et des pouvoirs multilatéraux.. — aux injonctions d'exigence de « qualité » (normes ISO. difficile à cerner dans un contexte de mutations profondes des représentations polit iques qui accompagnent les crises des relations internationales. en général.). . Car le rôle des ong est de plus en plus complexe.728 Anne Le Naëlou quelque sorte cette entrée sur la scène internationale comme une vic toire et une reconnaissance longuement réclamées. Ainsi. derrière cette appellation générique. Cf. thème apparu au tournant des années 1970 . notamment par les bailleurs. « société civile ».. du Ce Comité projet dea direction été lancé pour en 1997 l'action danshumanitaire le but d'élaborer (Steering une série de normes universelles minimales dans les domaines centraux de l'aide humanitaire. se multiplient de nouvelles configurations d'acteurs dans les interventions d'urgence ou de développement..org>. — aux interrogations sur les effets pervers de « l'humanitaire ». comme preuve de leur ouverture à de nouvelles pratiques de coopération.. la concurrence des bureaux d'études . Le for projet Humanitarian Sphere est Response un programme ou SCHR). les ong sont aussi partie prenante. notamment. des politiques et stratégies d'intervention de la « communauté internationale ». si la participation des ong dans le processus de dévelop pement des pays du Sud est volontiers invoquée. les ong sont confrontées : — à leur « instrumentalisation » par les bailleurs. aussitôt tempéré par les interrogations multiples qu'entraîne cette implication dans le paysage de l'aide au développement.sphereproject. <http://www. Comittee 1. — à la mise en cause de leurs stratégies de reproduction avec la recherche de contrats et de financements qui mettraient à mal leur indépendance . Organisations sollicitées et financées par les bailleurs de fond pour mettre en œuvre des projets de développement et des actions d'ur gence. sur lesquelles elles sont sollicitées et attendues. leur visibilité sur la scène de l'aide au développement les fragilise. jamais leurs influences réelles et leurs moyens organisationnels n'ont été si précaires.

une expertise sector ielle performante.ONG : les pièges de la professionnalisation ? 729 II en résulte une tendance à une certaine marginalisation de ces organisations. parfois contradictoires. tels que l'alourdissement des tâches techniques et une bureaucratisation pesante. L'objectif de ce dossier thématique est donc d'éclairer cette profession nalisation affectant le champ d'intervention des ong et les ong ellesmêmes. Sous ce même terme. d'un même processus qui détermine la capacité des ong à se positionner aujour d'hui comme acteurs spécifiques de la solidarité internationale. à une remise en cause de leur identité historique originellement fondée sur un engagement éthico-politique. . L'ensemble de ces facteurs entraîne une perte de temps pour la réflexion politique et donc une perte de sens à donner à l'action au profit des compétences techniques. Autant de facettes complexes. PROFESSIONNALISATION: BANALISATION OU DISTINCTION? La professionnalisation des ONG est-elle la réponse miracle aux risques de cette marginalisation et au besoin de refonder une identité légitimée ? Plus précisément. dont on peut regretter la « médiat isation » quelque peu caricaturale. Il s'agira de s'interroger sur certaines de ces différentes modal ités et de faire la part entre les réponses qu'elle apporte à de vrais problèmes et les dérives qu'elle entraîne dès lors qu'elle conduit à refuser de se poser certaines questions. plus généralement. On peut y inclure : une compétitivité accrue. ce changement est-il compatible avec le projet de rupture et de proposition d'alternatives souvent présenté comme l'une des principales raisons d'être des ong ? Les représentations et les pratiques liées au processus de profes sionnalisation sont diverses. mises à part les plus grosses et les plus « médiat isées» d'entre elles et. sont révélateurs de ces malaises internes. sont également identifiés de nouveaux pro blèmes à gérer. nombre de « coups de gueule » de la part de certaines figures de la solidarité internationale. des méthodologies affinées et sophistiquées. Dernière ment. l'instauration de la salarisation et de la régulation du temps de travail.

1998. Il est apparu intéressant de faire appel à des contributeurs venant d'horizons professionnels diversifiés et d'aires géographiques variées. uni versitaires. ce qui relève de leurs propres stratégies. — réduire les préjugés encore mal maîtrisés qui exposent les ong à l'enchantement naïf et au dénigrement commode. sous la dir. les ONG environnementales et de défense des droits de l'homme. . et ce qui relève de la singularité des contextes d'intervention et de l'évolution de ces ONG. le résultat est donc inégal et sélectif. aux facilités de la consécration et aux délices douteux de la stigmatisation. Le point de vue académique a plusieurs utilités : — apporter un éclairage sur la question du rôle des ONG comme acteurs du développement . Ainsi. Karthala. de J. Fauré et al. l'autre d'expérience raisonnée. Le point de vue d'expérience raisonnée répond à trois objectifs : — être utile à l'amélioration des connaissances sur les ong pour les ong.-P.-A. — prolonger un certain nombre de travaux distanciés et dégagés de parti pris sur les ong1 . notamment les défis contraignants expri més en termes de marché. de profit. il faut distinguer ce qui relève de caractéristiques et de déterminat ions récurrentes et générales du milieu de la coopération au dévelop pement qui pèse sur les ONG. « ong et Développement ». Dès lors. dans des contextes d'incitations pressantes et généralisées à mettre en place des économies concurrentielles. Elle ne traite pas non plus des interactions entraînées par la professionnalisation entre ong du Nord et ong du Sud. de 1998. Deler. Par ailleurs. la réflexion collective organisée par le gemdev. Cf. 1. comme il est souvent d'usage dans la Revue Tiers Monde. cette réflexion ne concerne ni les ONG et mouvements de solidarité du Sud ni les ong anglo-saxonnes (type oxfam). chercheurs et praticiens donnent à voir des points de vue différents sous deux éclairages : l'un académique. Paris. L'une des difficultés rencontrées à l'origine de ce dossier tient au fait que les ONG sont tout à la fois objets et actrices de la professionnalisation. Y. d'argent. soit ce qu'elles aspirent à être.730 Anne Le Naëlou LIMITES ET APPORTS DU DOSSIER Le sujet est vaste.

Selon lui. logisticiens. 735. offre une analyse sans comp laisance des orientations prises par certaines ong dès 1990 au nom de la professionnalisation. conçue comme l'agrégation de « pro fessionnels » de différentes spécialités (médecins. pour se « professionnaliser ». Anne Le Naëlou.. « La solidarité internationale : une profession ? ». par lequel des ong tentent de répondre à des demandes sociales historiquement situées et changeant es. leur efficacité et leur rôle à l'avenir. 2. administrateurs. . notamment celle des professions2. la sociologie a le mérite de dévoiler une dimension peu évoquée par les opérateurs professionnels eux-mêmes : celle des rapports qui se jouent entre les corps professionnels à la faveur des changements organisationnels. les ong travaillent à se doter d'un certain nombre d'attributs fonctionnels classiques d'organisation ou à les renforcer : 1. Dès lors.ong : les pièges de la professionnalisation ? 731 — aiguiser leur lucidité sur elles-mêmes. L'article cependant souligne les dérives d'une urgence humanitaire qui s'impose depuis une dizaine d'années et fait prévaloir. Il conclut pourtant sa réflexion en mettant en évidence quelques tendances porteuses d'espoir. la professionnalisation est un processus ambiv alent. p.. la recherche d'efficacité dans laquelle s'engagent les ong n'est pas univoque : elle est liée à leur nature même. définie par son objet : la solidarité internationale. agronomes. par son idéologie comme par les contraintes de l'action rapide. issus de deux pôles : la charité philanthropique et la soli darité sociale. « Pour comprendre la professionnalisation dans les ONG : quelques apports d'une sociologie des professions ». sur leur légitimité. p. Les contributions L'article de Jean Freyss1. 773. des critères d'efficacité à court terme qui poussent à une professionnalisation tou jours plus « pointue ». pour les aider à faire face à des évolutions et des défis de grande ampleur qui sollicitent une bonne maîtrise intellectuelle et pratique . En effet. sociologues ou économistes). Peu pertinente pour répondre aux questions comme celles qui ont été posées ci-dessus. — donner une forme plus « scientifique » aux interrogations que les ong portent sur elles-mêmes. propose de « revisiter » la notion de professionnalisation au regard de la sociologie. et les pièges ainsi encourus. financ iers. économiste. qu'il rapproche de l'histoire des mouvements de solidarité. risque de faire passer au second plan la spécificité des ong. Celle-ci. sociologue. par définition jamais achevé. leurs his toires et leurs finalités.

Mais aussi. différenciation en spécialités et hiérarchi sation des statuts. entretiens et reconstitution de l'histoire des différents acteurs associatifs consti tuent les principaux éléments d'une recherche-action qui pose parfois. Aux prises avec des difficultés similaires. L'article souligne alors le risque que ces professionnels délaissent la réflexion sur leurs rôles et leurs relations à partir de leurs positions dans des systèmes sociaux toujours évolutifs. 3. d'une part. grille salariale et mesure du temps de travail. déontologie particulière. . leur fonction et d'une certaine façon « leur » professionnalisme. et les inévitables prises de distance par rapport à ces cadres imposés pour les adapter aux contextes locaux. la con tribution de Pascal Dauvin2. Il nous a paru opportun d'insérer dans ce dossier un état des travaux de recherche appliquée confiés par les pouvoirs publics belges à une équipe de l'Université de Louvain. Université de Lille 2. Sur la base d'une enquête de plusieurs années sur les discours et les pratiques des personnels « ordinaires » des ong sur le terrain. 2. les ong d'autres pays européens entreprennent des démarches d'évaluation originales. 799. Bénédicte Fonteneau et Ignace Pollet. forts de leurs 1. ces corps de métiers conservent le réflexe de se considérer comme des éléments uni fiés stables qui définissent eux-mêmes leur utilité. chercheurs à l'Institut supérieur du travail de Louvain. p. régulation de l'accès au « métier » par les diplômes et les qualifications. une place majeure est occupée par les différents corps de métiers rassemblés dans I'ong.732 Anne Le Naëlou catégorisation de savoirs pratiques légitimés par une ou des disciplines académique(s) de référence. aux yeux des opérateurs professionnels. « L'évaluation dans les ong belges : entre volonté et contrainte ». Éclairant une facette pragmatique de la professionnalisation en « actes ». la délicate question de la lég itimité des chercheurs à les prendre comme objets d'étude. l'auteur montre comment ces personnels sont pris entre le respect des règles et normes édictées par les sièges. sociologue et membre du Groupe de recherche sur l'analyse des crises extrêmes3. GDR GRACE. d'autre part. p. Ayant chacun leurs compétences et leurs histoires. présentent l'élaboration d'une méthode d'appui à un effort de « réflexivité » des ong belges sur elles-mêmes1 : enquêtes. Dans ce processus de normalisation. 825. « Être un professionnel de l'humanitaire ou comment composer avec le cadre imposé ». Patrick Develtere. dévoile les différentes facettes d'un bricolage complexe effectué par ces travailleurs humanit aires désireux de parfaire leur intervention et de lui donner du sens. Or cette posture fonctionnaliste et apolitique cons titue un piège qui bride la capacité des ong à s'adapter à un environ nement de la solidarité internationale extrêmement changeant.

ils doi vent s'accommoder des exigences formelles. L'idéologie individuelle des salariés et des « associatifs ». Le texte de Claude Arditi1. Pourtant ceux-ci. p.ong : les pièges de la professionnalisation ? 733 propres convictions et de leurs parcours socioprofessionnels. désireux d'en faire des producteurs de coton professionn els. résumée par la notion d'engagement. en cette affaire. qui privilégiaient un équilibre entre le coton et les cultures vivrières et qui seuls pouvaient constituer la base d'une réelle coopération à leur développement. traduisant engagement comme co-acteur du changement social là où elle intervient. l'exercice. bon nombre de ces « professionnels » du développement se sont avérés incapables de prendre en compte les ra isonnements et logiques paysannes. si besoin est. retrace l'histoire des politiques de développement et plus particulièrement celle de la farouche et tenace résistance des paysans du sud du Tchad face aux injonctions de l'État colonial. — à une impulsion stratégique qui doit être assurée par l'association. . Par indifférence et du fait d'une certaine incompétence sociologique. dès lors qu'on observe leurs pratiques culturales et socioéconomiques. 841. des partenaires locaux. souvent occidentalisées. Cette contribution fait donc apparaître un autre piège dont les ong se défient trop peu. les défendre dans des choix de développements propres. appar aissent comme des vrais professionnels sachant diversifier leurs pro ductions et leurs activités économiques pour s'adapter aux conjonct ures. les ong se heurtent ainsi depuis les années 1990 à ce qu'elles dénoncent comme des « ment alités archaïques » et elles poursuivent sans relâche leur effort pour transformer ces paysans en entrepreneurs. La professionnalisation devrait donc consister principalement en cet effort jamais relâché pour améliorer la connaissance et l'écoute des populations bénéficiaires pour mieux les accompagner et. puis de l'État postcolonial relayé par les ONG. de son métier est subordonné : — à la connaissance pratique du contexte et des conditions sociopolitiques locales avec lesquelles l'ONG compose . anthropologue et consultant. qui consiste à méconnaître la complexité des situations réelles et des populations auxquelles elles s'adressent ou au nom desquelles elles agissent. «Des paysans plus professionnels que les développeurs? L'exemple du coton au Tchad (19302002)». — à une organisation de l'équipe de terrain reposant sur l'interaction des compétences et sur l'interdisciplinarité . ne suffit alors pas à garantir la pertinence spécifique des ong. Sur le terrain. Mais. souvent alter1. par chacun.

com prendre les situations locales et proposer aux côtés des populations d'autres solutions qu'il faut alors argumenter demande des capacités d'expertise socio-anthropologique que les ONG devraient développer en leur sein. la diversité des mises en œuvre de professionnalisation .734 Anne Le Naëlou natifs par rapport aux schémas classiques des bailleurs. Le monde des ONG est marqué par une très grande hétérogénéité qui fait la richesse du mouvement de solidarité internationale et. des processus de démocratisation.. de la solidarité.. plusieurs voies sont possibles. . par là. Écouter.. sujets sur lesquels elles peuvent apporter des contributions originales.autrement dit. L'association des ong à la mise en œuvre des politiques de développement ne peut se faire sans que des positionnements clairement identifiés soient affichés et défendus en faveur de telle ou telle conception du développement.