You are on page 1of 124

Électromagnétisme

Iannis Aliferis École Polytechnique de l’Université Nice Sophia Antipolis Polytech’Nice Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année, 2012–2013 http://www.polytech.unice.fr/~aliferis

Introduction Plan du cours . . . . . . . . . . . . . . . Règles du jeu / conseils . . . . . . . . Un tout petit peu d’histoire. . . . . . Qu’est-ce qu’on fait ici? . . . . . . . . Forces gravitationnelle et électrique L’É/M est partout! . . . . . . . . . . . Champs électromagnétiques . . . . . Comment ça marche? . . . . . . . . . Champ électrostatique . . . . . . . . . Analyse vectorielle: champ, flux La notion de champ. . . . . . . . . . Coordonnées cartésiennes . . . . . . Coordonnées cylindriques . . . . . . Coordonnées sphériques . . . . . . . Vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . Le produit scalaire: une projection Vecteurs unitaires . . . . . . . . . . . [Extra] Le vecteur de position r . . Coordonnées cartésiennes (bis) . . Champ scalaire . . . . . . . . . . . . . Champ vectoriel . . . . . . . . . . . . Flux d’un champ vectoriel (intro). Flux d’un champ vectoriel. . . . . . Loi de Gauss (électrostatique) . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

Analyse vectorielle 2: divergence Couper un volume en morceaux. . . . . . . . . Divergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Loi de Gauss (électrostatique): forme locale. Calcul de la divergence. . . . . . . . . . . . . . . Théorème de la divergence (1) . . . . . . . . . Théorème de la divergence (2) . . . . . . . . .

27 . 28 . 29 . 30 . 31 . 32 . 33

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Loi de Gauss: intégrale vers locale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Superposition 35 Le principe de superposition: 1 + 1 = 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Exemple de superposition: deux plans infinis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Visualisation de champs vectoriels Deux approches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un autre regard sur le flux (et la divergence) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lignes de champ en électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Travail dans un champ électrostatique: potentiel Le travail de A vers B (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail de A vers B (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . De quoi dépend WA→B ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . Du travail au potentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Potentiel: le travail par charge. . . . . . . . . . . . . . . Travail: charge × ddp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Potentiel créé par une charge ponctuelle . . . . . . . . Du champ électrostatique au potentiel . . . . . . . . . Du potentiel au champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 . 39 . 40 . 41 . . . . . . . . . 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51

Analyse vectorielle 3: gradient 52 Le gradient d’un champ scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Le gradient dans les trois systèmes de coordonnées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Du champ au potentiel: un raccourci . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Analyse vectorielle 4:circulation, rotationnel Couper une surface en morceaux. . . . . . . . . . Rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rotationnel du champ électrostatique. . . . . . Calcul du rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . Le rotationnel en coordonnées cartésiennes . . Le rotationnel en coordonnées cylindriques . . Le rotationnel en coordonnées sphériques . . . Énergie électrostatique Charge ponctuelle . . . . . . . . . . Ensemble de N charges (1) . . . Ensemble de N charges (2) . . . Distribution continue de charges Densité volumique d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 . 57 . 58 . 59 . 60 . 61 . 62 . 63 . . . . . 64 65 66 67 68 69

Électrostatique: récapitulatif 70 Équations du champ électrique (1). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Équations du champ électrique (2). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Conducteurs en électrostatique Qu’est-ce qu’un conducteur?. . . . . . . . . Le champ et les charges à l’intérieur. . . . Le champ et les charges dans une cavité . Le champ à la surface du conducteur (1) Le champ à la surface du conducteur (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 . 74 . 75 . 76 . 77 . 78

2

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Rigidité diélectrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Rigidité diélectrique: quelques valeurs typiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Courants électriques Des charges en mouvement. . . . . . . . . . . . . . Calculer la densité de courant . . . . . . . . . . . . Conservation de la charge: forme intégrale . . . Conservation de la charge: forme locale . . . . . Électronique: loi des nœuds. . . . . . . . . . . . . . Vitesses des électrons dans les conducteurs (1) Vitesses des électrons dans les conducteurs (2) Vitesses des électrons dans les conducteurs (3) Courants dans les conducteurs. . . . . . . . . . . . Conductivité: quelques valeurs typiques. . . . . . Électronique: loi d’Ohm . . . . . . . . . . . . . . . . Électronique: puissance consommée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93

Magnétostatique Magnétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Loi de Biot-Savart . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Champ magnétique d’une charge en mouvement Sources du champ magnétique . . . . . . . . . . . . Force magnétique (Laplace et Lorentz) . . . . . . . Force magnétique sur un courant . . . . . . . . . . . Force entre deux courants. . . . . . . . . . . . . . . . Loi d’Ampère (forme intégrale) . . . . . . . . . . . . Théorème du rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . Loi d’Ampère (forme locale) . . . . . . . . . . . . . .

94 . 95 . 96 . 97 . 98 . 99 100 101 102 103 104

Magnétostatique: récapitulatif 105 Équations du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Analyse vectorielle 5: le nabla ∇ L’opérateur nabla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Opérations avec le nabla (1) . . . . . . . . . . . . . Opérations avec le nabla (2) . . . . . . . . . . . . . Quelques formules avec le nabla . . . . . . . . . . Le(s) Laplacien(s): nabla au carré . . . . . . . . . Gauss, Stokes, etc.: un autre point de vue (1) . Gauss, Stokes, etc.: un autre point de vue (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 108 109 110 111 112 113 114

Électrostatique – Magnétostatique:une comparaison 115 Deux champs bien différents (?) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Phénomènes d’Induction(enfin, un peu de mouvement!) « Force » électromotrice (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Force » électromotrice (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . fem due au mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . fem due au mouvement: des exemples! . . . . . . . . . . . . . . Induction électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Loi de Faraday (forme intégrale) . . . . . . . . . . . . . . . . . . Loi de Faraday (forme locale) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La règle du flux magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

117 118 119 120 121 122 123 124 125

www.polytech.unice.fr/~aliferis

. . . Notation complexe: avantages (2) . OPPM dans les conducteurs Conducteurs et loi d’Ohm (bis) . 126 127 128 129 130 131 Induction: récapitulatif 132 Les 4 équations. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . Ondes électromagnétiques planes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . 134 Équations de Maxwell Un problème avec la loi d’Ampère? . . . . . . . . . . . . . . . . Inductance: mutuelle .. . . . . . . . . . . . . . . 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 Ondes électromagnétiques La prévision théorique de Maxwell (1) . . . . . . . .unice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. Notation complexe: application . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . Notation complexe: définition . . . . . . . . . . . . . forme intégrale . . .. .. . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Propriétés d’une OPPM dans le vide . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . Polarisation linéaire d’une OPPM . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . 2e année 2012–2013 Le champ électrique induit . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Inductance: self. . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ Onde électromagnétique PPM selon k . . . . . . . . ... Équations de Maxwell: régime harmonique . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Notation complexe: avantages (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [Bizarre] Champ E non conservatif . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . L’équation d’onde (1) . . . . . . . . . . . . . . La lumière est une onde électromagnétique! Le spectre électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . Les équations de Maxwell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Polarisation circulaire d’une OPPM . . . . .. . . . . . .. .. . . .. . . . Équations de Maxwell dans le cas d’une OPPM . . . Énergie magnétique (1) . . . . . . . . . . . . . .. . . . Ondes Qu’est-ce qu’une onde? . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . Les trois régimes en électromagnétisme. . OPPM dans un bon conducteur . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . Onde électromagnétique PPM selon +e ˆz . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La prévision théorique de Maxwell (2) . . . . .monochromatiques (OPPM) Onde monochromatique vers +z . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le terme qui manque: courant de déplacement James Clerk Maxwell (1831–1879) . . . . . . . . . progressives.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . .fr/~aliferis . . . .. . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . ... . . .. . . . . . . . . . . forme locale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Propagation d’une sinusoïde .polytech. . . ... . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 www. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Les 4 équations. . . . Notation complexe: avantages (3) . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . [Rappel] L’argument d’une fonction Propagation d’une impulsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Les équations de Maxwell dans un conducteur . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . L’équation d’onde dans un conducteur . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Énergie magnétique (2) . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . L’équation d’onde (2) . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . ..

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Susceptibilité magnétique: quelques valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Effet de la polarisation de la matière . . . . . . Loi de Gauss dans les diélectriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Permittivité effective . . . . . . . . . . . Milieux LHI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Champ électrique dans la matière Diélectriques (isolants). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Équations de Maxwell dans la matière (3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .fr/~aliferis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . . . . . . . . [Produit de deux fonctions harmoniques]. . . . . . . . . . Impédance caractéristique du vide . . . . . . . . . . . . . Travail du champ électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Puissance électromagnétique: vecteur de Poynting [Rappel] Énergie électro/magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Polarisation: charges induits . . . . 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 Refléxion / transmission entre deux milieux lhi 217 Conditions aux limites entre deux milieux lhi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nombre d’onde complexe . . . . . . . . . . . . . . . Milieu lhi sans pertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 5 www. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Équations de Maxwell dans la matière (2) . . . . . . . . . . . . . . . 173 Conditions aux limites . . . . . . OPPM énergie électrique = magnétique . . . . . . . . . . Équations de Maxwell dans la matière Courant de polarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2e année 2012–2013 Conditions aux limites vide-conducteur 172 Interface vide-conducteur . . . . . . . . . . . . . .polytech. . . . . . . . . . . . . Énergie É/M et puissance fournie (2) . . . . . . . . . . . Énergie É/M et puissance fournie (1) . . . Champ magnétique dans la matière Phénomènes magnétiques: dus aux courants Magnétisation: courants induits . . . Milieu lhi avec pertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OPPM dans les milieux lhi OPPM dans un milieu lhi . . . . . . . .unice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Types de pertes dans la matière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Équations de la divergence . . . . . . . . . . . . . . Équations de Maxwell dans la matière (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Énergie électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Milieux LHI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Puissance É/M transportée: vecteur de Poynting . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Équations du rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Énergie et puissance d’ondes É/M harmoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Énergie et puissance dans la matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Permittivité relative: quelques valeurs typiques . Coefficients α et β . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Loi d’Ampère dans les diélectriques . . . . . . . . . Énergie É/M et puissance fournie (3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ferromagnétisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 6 www. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oblique : coefficients puissance . . . oblique sur une interface: définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2e année 2012–2013 Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence Incidence normale sur une interface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . normale: conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oblique ⊥: coefficients amplitude oblique ⊥: coefficients puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oblique ⊥: conditions aux limites .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . normale: coefficients amplitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oblique : coefficients amplitude . . . . . . . . . .polytech. . . . . . . . . . . . . . . . oblique : conditions aux limites . oblique ⊥: champs . . . . .unice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .fr/~aliferis . . . . . . . . . . . . . oblique : champs . . . . normale: coefficients puissance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . oblique ⊥: Snel – Descartes . . . . . . . . . .

Spring 2002. 2009).unice.polytech. explications. 8. http://ocw. AT X et powerdot.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. sont aussi répertoriées dans la partie « Ressources Externes » du site : http://www. MIT : Walter Lewin.mit.) est donnée pendant les séances.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Ce document contient les transparents du cours mais il n’est en aucun cas complet (auto-suffisant) .fr/~aliferis/fr/teaching/courses/cip2/electromagnetisme/ Les extraits vidéo proviennent du cours du Professeur Walter Lewin. L’étude du graphique (mais pas celle du script !) fait partie intégrante du cours. oralement ou à l’aide du tableau. License : Creative Commons BY-NC-SA.edu/OcwWeb/Physics/8-02Electricity-and-MagnetismSpring2002/CourseHome/ (Accessed September 9. (Massachusetts Institute of Technology : MIT OpenCourseWare).polytech. 7 www.fr/~aliferis/fr/teaching/courses/cip2/electromagnetisme/ Toutes les ressources externes. disponibles en lien hypertexte à partir de ce document. Le logo du logiciel R à droite d’un titre contient un lien vers le script illustrant les résultats présentés dans le transparent. une grande quantité d’information (commentaires.polytech. démonstrations etc. sous licence Creative Commons BY-NC-SA : Document préparé avec L E Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2. diagrammes. Tous les scripts sont accessibles dans la partie « Documents / Compléments multimédia » du site : http://www.unice.unice.02 Electricity and Magnetism.0 France.

polytech. etc.. 22%. prise de notes J@lon : http://jalon. 4 8 www. 26% ◮ Contrôle continu : quiz. 20% (harmonisation des notes entre groupes TD) ◮ ◮ Les transparents Classeurs.unice.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Introduction Plan du cours Introduction Analyse vectorielle Électrostatique Magnétostatique Phénomènes d’induction Équations de Maxwell Ondes électromagnétiques 26 séances cours + 26 séances TD (39h × 2) Optique ondulatoire 6 séances cours + 6 séances TD (9h × 2) 2 3 Règles du jeu / conseils Travail individuel Contrôles : 3 (IA) + 1 (PV) Coefficients croissants 14%.unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. tableau. 18%.fr ..

L’ambre (ἤλεκτρον) et l’aimant (μαγνήτης) : 3000 ans d’histoire ! Premières traces écrites : Thalès (624–547 av. . .unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. .) Platon (427–341 av. ) C’est tout ? Les quatre forces (interactions) de la Nature : 1. .) Deux phénomènes distincts.C. 4.fr/~aliferis . . . . 2e année 2012–2013 Un tout petit peu d’histoire. 2. J. unifiés à la fin du XIXe siècle (1864) par James Clerk Maxwell (1837–1879) (et après ?) 5 Qu’est-ce qu’on fait ici ? Pourquoi étudier l’électromagnétisme ? La technologie (toutes ces applications.polytech. 3. Gravitationnelle Électromagnétique Nucléaire forte Nucléaire faible Dans quels contextes ? Dans quel ordre ? 6 9 www. . J. .C.

67 × 10−11 N m2 kg−2 ) (kc = 8.polytech.23 × 1042 1 × 1026 m Univers = 0.6 × 10−15 m 7 me me r2 qe qe r2 (G = 6.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Forces gravitationnelle et électrique Deux électrons me = 9.unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.99 × 109 N m2 C−2 ) L’É/M est partout ! Les forces et les phénomènes électromagnétiques se trouvent partout autour de nous ! (mais pourquoi on ne sent rien ?) 8 10 www.6 × 1041 = proton 1.1 × 10−31 kg qe = −1.6 × 10−19 C Force gravitationnelle Fg = G Force électrique Fe = kc Fe /Fg = 0.

. Charge : valeur multiple de qe . . . Les charges « sources » (immobiles ou pas) créent des champs. 9 Comment ça marche ? 1.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . 2.polytech. Force électromagnétique (force de Lorenz) : F = kc F = q (E + v ∧ B ) (1) Exercée sur une charge q de vitesse v se déplaçant dans un champ E et B . Il suffit de (bien) décrire les champs (E et B) créés par les sources. . Les champs agissent sur d’autres charges (force de Lorenz). 2e année 2012–2013 Champs électromagnétiques Pourquoi utiliser les champs E et B pour décrire ces phénomènes ? Force électrique entre deux charges : loi de Coulomb q1 q2 u ˆ1→2 r2 Valable uniquement si les charges sont immobiles ! Sinon ? la formule devient très compliquée.unice. 10 11 www. Valable toujours .

à partir du champ électrique : F1→2 = q2 E1 11 F1→2 1 q1 = u ˆ1→2 q2 4πǫ0 r 2 12 www.polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Champ électrostatique « Statique » : les charges ne se déplacent pas Loi de Coulomb (1785) Force exercée par la charge 1 sur la charge 2 : F1→2 = 1 q1 q2 u ˆ1→2 4πǫ0 r 2 kc Champ électrique généré par la charge 1 : E1 Donc.

unice. . vent.ex. température. 2e année 2012–2013 Analyse vectorielle : champ. Champ vectoriel : l’association à chaque point de l’espace d’un vecteur (longueur et orientation) : p. Il faut d’abord pouvoir se repérer et s’orienter dans l’espace ! Systèmes de coordonnées (1. .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. flux La notion de champ 12 Champ scalaire : l’association à chaque point de l’espace d’un scalaire (un seul nombre) : p. . vitesse. . .polytech.fr/~aliferis . 2 ou 3 dimensions ?) Vecteurs 13 13 www.ex. altitude. .

∞[ longueur élémentaire dx dy dz Surface élémentaire dS x constant : dy dz y constant : dz dx z constant : dx dy Volume élémentaire dV = dx dy dz Vecteur de position : r = xe ˆx + y e ˆy + z e ˆz Un système d’exception ! les trois variables ont les mêmes dimensions (longueur) et sont équivalentes. 2π ] ] − ∞. ∞[ ] − ∞.unice.polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. ∞[ [0.fr/~aliferis . ∞[ ] − ∞. ∞[ longueur élémentaire dρ ρ dφ dz Surface élémentaire dS ρ constant : ρ dφ dz φ constant : dρ dz z constant : ρ dρ dφ Volume élémentaire dV = ρ dρ dφ dz ˆρ + z e ˆz Vecteur de position : r = ρe 15 14 www. 2e année 2012–2013 Système de coordonnées cartésiennes Variable x y z valeurs ] − ∞. (et l’oreille interne ?) 14 Système de coordonnées cylindriques Variable ρ φ z valeurs [0.

mais le vecteur non ! Astuce : le vecteur u ˆA = 1 A a la même orientation que A mais u ˆA = 1 ! A Vecteur « unitaire » 17 15 www.fr/~aliferis . 2π ] longueur élémentaire dr r dθ r sin θ dφ Surface élémentaire dS r constant : r 2 sin θ dφ dθ θ constant : r sin θ dr dφ φ constant : r dr dθ Volume élémentaire dV = r 2 sin θ dr dθ dφ Vecteur de position : r = r e ˆr 16 Vecteurs Objet mathématique ayant une longueur (norme). π ] [0. A2 . Notation : le vecteur : A sa norme : A ou A (un nombre) Un vecteur est défini par ses trois composantes :   A1 A = A2  A3 Les A1 .unice. ∞[ [0. 2e année 2012–2013 Système de coordonnées sphériques Variable r θ φ valeurs [0.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. A3 dépendent du système de coordonnées choisi. une direction et un sens (orientation).polytech.

e ˆ. e ˆρ . n ˆ. Information sur l’orientation : Systèmes de coordonnées : e ˆx . 2e année 2012–2013 Le produit scalaire : une projection Le produit scalaire de A et B . . montrent le sens d’augmentation de la variable concernée ◮ Surfaces : n ˆ montrent le sens de la normale par rapport à la surface (donc la définissent + entrée/sortie) ◮ « Utilité » : ◮ (C’est quoi les composantes d’un vecteur ?) « Extraire » la composante d’un vecteur A sur la direction du vecteur unitaire u ˆ : A·u ˆ 19 16 www.polytech. .unice. . deux vecteurs formant un angle θ : A·B = A B cos θ (notation plus simple) (2) (Ne pas oublier le point · entre les vecteurs !) A cos θ : la projection de A sur la direction de B ! Si u ˆ un vecteur unitaire (orientation) : A·u ˆ = projection de A sur la direction de u ˆ A · B = A1 B1 + A2 B2 + A3 B3 (3) 18 A · B = AB cos θ Dans tous les systèmes de coordonnées : Vecteurs unitaires Des vecteurs « à part » Notation : lettre miniscule + chapeau u ˆ.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . e ˆθ . .

z ) : r = ρe ˆρ + z e ˆz (où est passé φ ?) Coordonnées sphériques. le vecteur r indique : la distance par rapport à l’origine (OM ) l’orientation (de O vers M ).polytech. En plus. e ˆz . θ. 2e année 2012–2013 [Extra] Le vecteur de position r Pour chaque point M . ∞[ ] − ∞. M (x. Coordonnées cartésiennes.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. restent les mêmes à chaque point de l’espace ! 21 17 www. e ˆy . M (ρ.unice. φ. M (r. z ) : r = xe ˆx + y e ˆy + z e ˆz Coordonnées cylindriques. y. les trois vecteurs unitaires e ˆx . φ) : r = re ˆr (où sont passés θ et φ ?) 20 Système de coordonnées cartésiennes (bis) Variable x y z valeurs ] − ∞. ∞[ longueur élémentaire dx dy dz Surface élémentaire dS x constant : dy dz y constant : dz dx z constant : dx dy Volume élémentaire dV = dx dy dz Un système d’exception ! les trois variables ont les mêmes dimensions (longueur) et sont équivalentes.fr/~aliferis . ∞[ ] − ∞.

unice. z ) 22 Champ vectoriel Champ vectoriel : l’association à chaque point de l’espace d’un vecteur (module et direction) : p. .ex.fr/~aliferis . z ) A (x. y.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. température.ex. en coordonnées cartésiennes : Φ(x. altitude. . . z )  Az (x. vitesse. y. y.polytech.ex. Un champ vectoriel est un ensemble de 3 fonctions (les composantes) chacune de 3 variables (les coordonnées) :   Ax (x. . Un champ scalaire est une fonction de 3 variables p. y. y. . z ) Ne pas confondre composantes et coordonnées ! 23 18 www. . z ) = Ay (x. 2e année 2012–2013 Champ scalaire Champ scalaire : l’association à chaque point de l’espace d’un scalaire (un seul nombre) : p. vent.

fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. 2e année 2012–2013 Flux d’un champ vectoriel (intro) (Qu’est-ce qui traverse une surface ?) Champ vectoriel h : kg s−1 m−2 Surface élémentaire (ouverte) dS ◮ ◮ ◮ Surface ouverte S ◮ Vecteur normal à la surface n ˆ Vecteur dS = n ˆ dS Que représente h · dS ? S Que représente Que représente Surface fermée S ◮ S h · dS ? h · dS ? 24 Flux d’un champ vectoriel Champ vectoriel A Surface (ouverte) S Flux du champ A à travers S : A · dS ou S S A·n ˆ dS (4) Surface (fermée) S (n ˆ sortant) Flux du champ A à travers S : A · dS ou S Le flux à travers une surface fermée donne des informations sur les « sources » du champ à l’intérieur de la surface 25 S A·n ˆ dS (5) 19 www.unice.

unice. 2e année 2012–2013 Loi de Gauss (électrostatique) Électrostatique : les charges sont immobiles Loi de Gauss : « Le flux du champ électrique à travers une surface fermée est proportionnel à la charge totale incluse à l’intérieur de cette surface » E · dS = E·n ˆ dS = Qint ǫ0 −9 (6) S S −1 (rappel sur les La constante ǫ0 (permittivité du vide) est égale à 8.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.fr/~aliferis .85 × 10−12 F m−1 ≈ 10 36π F m − 1 dimensions : F = C V ). n ˆ est perpendiculaire à chaque point de la surface S et sa direction est vers l’extérieur de celle-ci. Le champ électrique en V m−1 26 20 www.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Analyse vectorielle 2 : divergence
Couper un volume en morceaux. . .
Volume V entouré par S (donc fermée) Partager V en V1 , V2 , entourés par S1 , S2
S

27

Continuer. . .

A·n ˆ dS =

S1

A·n ˆ 1 dS +

S2

A·n ˆ 2 dS

. . . jusqu’où ? Surface fermée Si élémentaire

S

A·n ˆ dS =

i

Si

A·n ˆ i dS

(7)

28

21

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Divergence
Quel est le flux à travers une surface élémentaire fermée ? Divergence = flux surface élémentaire / volume div A lim 1 ∆V A · dS (8)

∆V→0

S

div A : un champ scalaire ! (> 0, < 0, = 0) À chaque point de l’espace, div A ∝ flux à travers surface fermée autour de ce point flux ∝ sources La divergence du champ A est proportionnelle à la densité volumique des sources qui le génèrent. 29

Loi de Gauss (électrostatique) : forme locale
Surface élémentaire autour d’un volume élémentaire ∆V incluant une charge ∆Q :
S

E · dS =

S

E·n ˆ dS =

∆Q ǫ0

Densité volumique de charge ρ = dQ/ dV Charge ∆Q = ∆V ρ dV = ρ∆V
S

E · dS = div E =

ρ∆V ǫ0 (9)

ρ ǫ0

(et alors ?) 30

22

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Calcul de la divergence
Système de coordonnées cartésiennes Surface élémentaire autour de (x, y, z ) : cube centré à (x, y, z ), de dimensions ∆x, ∆y, ∆z Calculer le flux à travers sa surface div A = flux ∆x,∆y,∆z →0 volume lim ∂Ax ∂Ay ∂Az + + ∂x ∂y ∂z (10)

div A =

Systèmes de coordonnées cylindriques et sphériques. . . 31

Théorème de la divergence (1)
Surface fermée S autour d’un volume V Découper V en plusieurs petits morceaux Vi Si la surface (fermée) autour de Vi flux à travers S =
i

flux à travers Si A·n ˆ i dS

S

A·n ˆ dS =

i

Si

À la limite où la surface Si devient infiniment petite (englobe ∆V → 0) : 1 ∆V→0 ∆V lim
Si

A·n ˆ i dS = div A 32

23

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis .polytech. tr.unice. 2e année 2012–2013 Théorème de la divergence (2) divergence = flux volume Si A·n ˆ i dS = div A dV div A dV (11) Donc : S A·n ˆ dS = V Théorème ◮ ◮ ◮ de la divergence de Gauss de Ostrogradsky 33 Loi de Gauss : intégrale vers locale Loi de Gauss. forme intégrale (6).26 : E·n ˆ dS = Qint ǫ0 S La charge à l’intérieur de S : Qint = ˆ dS = Le flux à travers S : S E · n ρ(r ) dV V div E dV V V div E dV = div E = V ρ(r ) ǫ0 dV ρ ǫ0 34 24 www.

crée un champ Ei à r : Ei (r ) = 35 qi 1 4πǫ0 r − ri 2 r − ri r − ri Ensemble de charges crée E (r ) = i Ei (r ) Distribution continue de charges. WL.polytech. densité volumique ρ (C m−3 ).unice. 1. 2e année 2012–2013 Superposition Le principe de superposition : 1 + 1 = 2 L’effet de la somme = la somme des effets Charge ponctuelle qi à ri .3 .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 37m58s-41m00s ) 1+1 =2 37 25 www. L3.fr/~aliferis . crée : E (r ) = 1 4πǫ0 1 r−r′ 2 V′ r−r′ ρ(r ′ ) dV ′ r−r′ dq Condition : pas d’interaction entre les charges ! 36 Exemple de superposition : deux plans infinis Deux plans parallèles Distance entre les plans : d Un plan infini de densité surfacique +ρs Un plan infini de densité surfacique −ρs Calculer le champ E partout dans l’espace (un seul plan : TD 1.

Dessiner des « lignes de champ » Lignes continues Tangentes au champ E (orientation) Lignes/surface ∝ E (module) Ne se croisent jamais Pas de superposition ! (moins maniables que le champ.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . 2e année 2012–2013 Visualisation de champs vectoriels Deux approches 1.unice. . Dessiner des vecteurs À chaque point r dessiner le vecteur E (r ) L’origine du vecteur à r Diagramme “quiver” (carquois) 2. ) 38 39 Un autre regard sur le flux (et la divergence) nombre de lignes ∝E surface perpendiculaire flux à travers S = S E · dS ∝ nombre de lignes traversant dS S = nombre de lignes traversant S lignes traversant = lignes sortant − lignes entrant Flux positif : sorties > entrées Flux nul : équilibre entrées/sorties Flux négatif : sorties < entrées Divergence : flux « local » 40 26 www.polytech.fr/~aliferis .

unice. 2. Les lignes commencent (ր) sur les charges positives.fr/~aliferis . L2. . et se terminent (ց) sur les charges negatives 3. . L2. 2e année 2012–2013 Lignes de champ en électrostatique Loi de Gauss : Q ˆ dS = ǫ ou div E = ǫρ SE·n 0 0 Nombre de lignes traversant une surface fermée ∝ Q (à l’intérieur) Trois règles d’or : 1. 42m25-43m40) Jeu de ballon ! (WL.polytech. Le nombre de lignes (ր − ց) autour d’une charge Q. 45m55-49m24) 41 27 www. est proportionnel à Q Exemples de lignes de champ : Applet “Electric field lines” et expériences de Walter Lewin (MIT) : Graines de gazon (WL. . .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. .

unice.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Travail dans un champ électrostatique : potentiel Le travail de A vers B (1) Une charge (fixe) ponctuelle Q à l’origine (le reste n’est que superposition !) On déplace une charge « test » q dans le champ E de Q Quel est le travail dépensé de A à B ? (« dépensé » : par celui qui déplace la charge) Travail = force × déplacement : ˆ dl dW = F · dl = F · t ˆ : vecteur unitaire.polytech. tangent à dl t WA→ B = F · dl (J = N m) 42 Γ: rA →rB 43 28 www.

fr/~aliferis .unice. WA→B ne dépend que de rA et rB (parce que E e ˆr ) Il n’y a que les points de départ et d’arrivée qui interviennent ! Le chemin Γ de A à B ne compte pas ! Conséquence : le travail le long d’une courbe fermée est nul.polytech. . donc : Γ E · dl = Γ ˆ dl = 0 E·t (13) « La circulation du champ électrique le long d’une courbe fermée. est nulle » Les forces électrostatiques sont conservatrices 45 29 www. 2e année 2012–2013 Le travail de A vers B (2) Force exercée sur la charge q pendant le déplacement : (« exercée » : par celui qui déplace la charge) F = −Fel = −(q E ) Travail dépensé de A à B : WA→ B = − q Γ: rA →rB E · dl (12) Γ : rA → rB le chemin de A vers B (lequel ? ) 44 De quoi dépend WA→B ? . après réflexion.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. .

fr/~aliferis .polytech. rB ) =? Remarque : WP →A + WA→P = 0 WA→B = WA→P →B (le chemin ne compte pas) = WA→ P + WP → B = − WP → A + WP → B Travail dépensé de A à B par charge déplacée : WA→B /q WA→ B WP → B WP → A = − q q q (14) 46 Potentiel : le travail par charge On choisit un point de référence P et on définit le potentiel à chaque point A de l’espace : V (rA ) Le potentiel V (r ) est un champ scalaire Le potentiel du point de référence : V (rP ) = Le travail dépensé de A à B : WA→ B (14). 2e année 2012–2013 Du travail au potentiel WA→B = f (rA .unice.(15) WP → A q J C −1 = V (15) WP → P =0 q = q [V (rB ) − V (rA )] (16) 47 30 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

référence P à l’infini V (rA ) = W∞→A ˆ dl E·t =− q Γ: r∞ →rA Q 1 ˆr dr ) =− e ˆr · (−e 4πǫ0 Γ: r∞ →rA r 2 ∞ Q 1 dr attention aux bornes ! = 4πǫ0 rA r 2 = 1 Q − 4πǫ0 r ∞ rA (18) = 1 Q 4πǫ0 rA Ensemble de charges ou distribution de charges : superposition 49 31 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Travail : charge × ddp V (rB ) − V (rA ) : différence de potentiel (ddp) WA→B = q [V (rB ) − V (rA )] = charge × ddp Si WA→B > 0 on fournit de l’énergie à la charge déplacée ◮ ◮ (17) q > 0 et V (rB ) > V (rA ) q < 0 et V (rB ) < V (rA ) Si WA→B < 0 on récupère de l’énergie (déplacement « spontané » A → B ) ◮ ◮ q > 0 et V (rB ) < V (rA ) q < 0 et V (rB ) > V (rA ) 48 Potentiel créé par une charge ponctuelle Charge Q à l’origine 1 Q E = 4πǫ ˆr 2e 0 r Potentiel = travail / charge .polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Du champ électrostatique au potentiel
Travail dépensé de A vers B par charge déplacée : WA→ B = V (rB ) − V (rA ) q =− alors que V (rB ) − V (rA ) =
Γ: rA →rB

E · dl

dV
Γ: rA →rB

d V = −E · d l À un point de l’espace, examiner les cas : dV > 0 (max ?) ; dV < 0 (min ?) ; dV = 0 Exemple : un condensateur (plaques parallèles) ; Van de Graaf et tube fluorescent (WL, L4, 43m00-49m01) ; Applet “Charges and Fields”

(19)

50

Du potentiel au champ électrostatique
d V = −E · d l En coordonnées cartésiennes, V (r ) = V (x, y, z ) : dV = et d l = d xe ˆx + dy e ˆy + dz e ˆz donc −E = ∂V ∂V ∂V e ˆx + e ˆy + e ˆz ∂x ∂y ∂z − − → E = −grad V (V m−1 ) − − → grad V (20) ∂V ∂V ∂V dx + dy + dz ∂x ∂y ∂z

− − → Remarque : dV = −E · dl = grad V · dl

51

32

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Analyse vectorielle 3 : gradient
Le gradient d’un champ scalaire
− − → − − → ˆ dl dV = grad V · dl = grad V · t − − → ˆ ˆ = dV dérivée selon t grad V · t dl Le gradient d’un champ scalaire V : 1. Est un champ vectoriel 2. Perpendiculaire aux équipotentielles (V = cste, dV = 0) 3. Montre la direction de la plus forte augmentation de V ( dV max) − − → V ˆ grad V ) 4. Module : d dl max (max quand t V (rB ) − V (rA ) = rappel : f (b) − f (a) = − − → ˆ dl grad V · t
dV / dl b a

52

Γ: rA →rB b a

f ′ (x) dx =

df dx dx 53

Le gradient dans les trois systèmes de coordonnées
− − → dV = grad V · dl Exprimer dV et dl . . . Coordonnées cartésiennes

− − → ∂V ∂V ∂V grad V = e ˆx + e ˆy + e ˆz ∂x ∂y ∂z − − → 1 ∂V ∂V ∂V e ˆρ + e ˆφ + e ˆz grad V = ∂ρ ρ ∂φ ∂z

(21)

Coordonnées cylindriques

(22)

Coordonnées sphériques − − → ∂V 1 ∂V 1 ∂V grad V = e ˆr + e ˆθ + e ˆφ ∂r r ∂θ r sin θ ∂φ (23) 54

33

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Du champ au potentiel : un raccourci
ˆ dl V (rB ) − V (rA ) = − Γ: rA →rB E · t Deux conditions pour prendre un raccourci : 1. Le champ E n’a qu’une seule composante . . . 2. . . . correspondant à une variable de longueur Exemple : coord. cylindriques et E = Eρ e ˆρ − − → ◮ Commencer par E = −grad V ◮ Équ. (22) : ∂V /∂φ = 0 et ∂V /∂z = 0 ◮ Donc V est fonction uniquement de ρ ! dV (ρ) ◮ Eρ (ρ) = − dρ = −V ′ (ρ) V (ρ) = −

Eρ (ρ) dρ + C

(24)

C : constante à déterminer en imposant une valeur de V (p.ex. Vréf = 0) 55

34

www.polytech.unice.fr/~aliferis

. = 0) égal à la valeur moyenne de Atan × longueur de Γ À partir de maintenant : courbe Γ fermée Surface S (ouverte) entourée par Γ (fermée) Partager S en S1 . jusqu’où ? Courbe fermée Γi et surface Si : élémentaires Γ ˆ dl = A·t i Γi ˆi dl A·t (26) 57 35 www. S2 . Circulation du champ A le long de Γ : A · dl ou Γ 56 Γ ˆ dl A·t (25) Circulation : un nombre (> 0.unice. .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. . rotationnel Couper une surface en morceaux. Γ2 ˆ dl = A·t ˆ1 dl + A·t ˆ2 dl A·t Continuer. Γ Γ1 Γ2 . 2e année 2012–2013 Analyse vectorielle 4 : circulation. .fr/~aliferis . entourées par Γ1 . < 0. . .

il fait des tourbillons autour du vecteur du rotationnel (règle de la main droite). Visualisation : un moulin immergé dans le champ. n ˆ · rot A (composante du rot A selon n ˆ ) ∝ circulation autour de ce point sur le bord d’une surface élémentaire ⊥ n ˆ − → Si le champ « tourne » ( rot A = 0). 58 Rotationnel du champ électrostatique Courbe élémentaire autour d’une surface plane ∆S Circulation du champ électrostatique (13) : E · dl = ˆ dl = 0 E·t 1 0=0 ∆S Γ Γ Circulation par surface plane : − → n ˆ · rot E = lim Pour toutes les surfaces ∆S . n ˆ! Rotationnel du champ électrostatique : ∆S → 0 − → rot E = 0 (et alors ?) (28) 59 36 www.unice.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. − → La surface dont n ˆ rot A contient un tourbillon du champ.polytech. 2e année 2012–2013 Rotationnel Quelle est la circulation le long d’une courbe élémentaire fermée ? courbe élémentaire fermée Rotationnel circulation aire surface plane entourée Faire intervenir le vecteur n ˆ de la surface ˆ Sens de circulation t ↔ sens de la normale n ˆ (Périph’ externe ↔ tour Eiffel) − → n ˆ · rot A 1 ∆S → 0 ∆S lim Γ ˆ dl A·t (27) − → rot A : un champ vectoriel ! (norme + sens) − → − → À chaque point de l’espace.

fr/~aliferis . ∆y (∆S = ∆x∆y ) Calculer la circulation le long de cette courbe ∂Ay ∂Ax − → − → e ˆz · rot A = rot A |z = − ∂x ∂y Les deux autres courbes (n ˆ =e ˆx et n ˆ =e ˆy ) : ∂Az ∂Ay − → rot A |x = − ∂y ∂z . y. y. de dimensions ∆x.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. centrée à (x. n ˆ =e ˆz : surface plane.polytech. z ) : 1. ∂Ax ∂Az − → rot A |y = − ∂z ∂x 60 Le rotationnel en coordonnées cartésiennes − → rot A = e ˆx ∂ ∂x e ˆy ∂ ∂y e ˆz ∂ ∂z (29) Ax Ay Az développer selon la première ligne !  ∂Az ∂y  ∂A  ∂zx ∂Ay ∂x = − − − ∂Ay ∂z ∂Az  ∂x  ∂Ax ∂y  61 37 www. 2e année 2012–2013 Calcul du rotationnel Système de coordonnées cartésiennes circulation courbe élémentaire fermée − → n ˆ · rot A = lim ∆S → 0 aire surface plane entourée Trois courbes élémentaires autour de (x.unice. z ).

polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Le rotationnel en coordonnées cylindriques ˆφ e ˆz e ˆ ρe 1 ∂ρ − → ∂ ∂ rot A = ∂φ ∂z ρ ∂ρ Aρ ρAφ Az  ∂Aφ 1 ∂Az ρ ∂φ − ∂z  ∂Aρ ∂Az = ∂z − ∂ρ  ∂A 1 ∂ (ρAφ ) − ∂φρ ρ ∂ρ (30)     62 Le rotationnel en coordonnées sphériques − → rot A = ˆθ r sin θe ˆφ e ˆr re 1 ∂ ∂ ∂ ∂θ ∂φ r 2 sin θ ∂r Ar rAθ r sin θAφ   ∂ (sin θAφ ) ∂Aθ 1 − ∂θ ∂φ   r sin θ  1 1 ∂Ar ∂ (rAφ )  =  r sin θ ∂φ − ∂r    ∂Ar 1 ∂ (rAθ ) − r ∂r ∂θ (31) 63 38 www.unice.fr/~aliferis .

. qN [V1 (rN ) + .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . .. qi à ri Vj (ri ) : potentiel créé au point ri par la charge qj Déplacée q1 q2 q3 . q2 .fr/~aliferis .polytech. . + VN −1 (rN )] Ue = N i=2 j<i qi Vj (ri ) Peut-on trouver une formule plus simple ? 66 39 www. q 1 . 2e année 2012–2013 Énergie électrostatique Charge ponctuelle Travail dépensé P → A = Énergie potentielle WP →A = q [V (rA ) − V (rP )] = qV (rA ) = Ue L’énergie potentielle électrostatique d’une charge q : Ue = qV (r ) V (r ) : potentiel créé par toutes les autres charges 64 (32) 65 Ensemble de N charges (1) Ue : Le travail dépensé pour déplacer toutes les charges de P → A Charges déplacées l’une après l’autre.. q N −1 Total : Travail dépensé 0 q2 V1 (r2 ) q3 V1 (r3 ) + q3 V2 (r3 ) .. . ..unice. qN Présente(s) — q1 q1 ..

j On ajoute l’autre moité des termes et on divise par deux ! Ue = = 1 2 1 2 N qi Vj (ri ) + i=2 j<i N 1 2 1 2 N −1 i=1 j>i N i=1 qi Vj (ri )   qi   qi Vj (ri ) = i=1 j =i N j =i Vj (ri ) (33) Ue = 1 2 qi V (ri ) i=1 V (ri ) : potentiel créé au point ri par toutes les autres charges (sauf la qi ) 67 Distribution continue de charges 1. Surfacique : dq = ρs (r ) dS Ue = 3. 2e année 2012–2013 Ensemble de N charges (2) Ue = N i=2 j<i qi Vj (ri ) 1 qi qj = qj Vi (rj ) (normal !) Remarque : qi Vj (ri ) = 4πǫ 0 ri.unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. Volumique : dq = ρ(r ) dV Ue = 2. Linéique : dq = ρl (r ) dl Ue = 1 2 1 2 1 2 ρ(r )V (r ) dV V (34) ρs (r )V (r ) dS S (35) ρl (r )V (r ) dl Γ (36) V (r ) : le potentiel au point r créé par la distribution Intégrer sur les charges 68 40 www.fr/~aliferis .

2e année 2012–2013 Densité volumique d’énergie Peut-on exprimer l’énergie en termes de champ E plutôt que de potentiel V et de charges ρ ? Ue = 1 2 ρ(r )V (r ) dV V ρ = ǫ0 div E − − → E = −grad V Sans démonstration : la (34) devient Ue = 1 2 ǫ0 E 2 (r ) dV (37) V ǫ0 E 2 /2 : densité volumique d’énergie (J m−3 ) Intégrer partout dans l’espace ! 69 41 www.unice.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis .unice. 2e année 2012–2013 Électrostatique : récapitulatif Équations du champ électrique (1) Forme intégrale : flux et circulation Forme locale : divergence et rotationnel E·n ˆ dS = Γ 70 S Qint ǫ0 div E = ρ ǫ0 ˆ dl = 0 E·t − → rot E = 0 Potentiel − − → E = −grad V V (rB ) − V (rA ) = − Si E = Ex e ˆx : V (x) = − Γ: rA →rB ˆ dl E·t Ex (x) dx + C 71 42 www.polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice.fr/~aliferis .polytech. 2e année 2012–2013 Équations du champ électrique (2) Énergie potentielle électrostatique Ue = Ue = 1 2 N qi V (ri ) i=1 1 2 1 Ue = 2 V V ρ(r )V (r ) dV ǫ0 E 2 (r ) dV 72 43 www.

.unice. .polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 74 44 www.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Conducteurs en électrostatique Qu’est-ce qu’un conducteur ? 73 Conducteur (contraire : isolant ou « diélectrique ») Contient des porteurs de charge en libre circulation « Porteurs de charge » : électrons libres dans le métal Les charges (électrons) sont libres à se déplacer Les charges (+ ou −) se repoussent le plus loin possible : on retrouve des charges uniquement sur la surface d’un conducteur.

L5. les charges ne se déplacent plus (par définition).unice. 2e année 2012–2013 Le champ et les charges à l’intérieur « À l’intérieur » : dans le métal À l’équilibre électrostatique . 28m26–31m27) Mêmes résultats en présence d’un champ Eext (WL.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . L5. . alors qu’il y a des électrons libres à l’intérieur ! Pas de déplacement parce que pas de force ! E=0 à l’intérieur d’un conducteur Loi de Gauss à l’intérieur du conducteur : forme intégrale : E = 0 ⇒ Qint = 0 forme locale : E = 0 ⇒ div E = 0 ⇒ ρ = 0 L’intérieur du conducteur est neutre ! 75 Le champ et les charges dans une cavité « Cavité » : la partie interne d’un conducteur creux Cavité vide (neutre) Calculer la circulation de E : chemin Γ dans la cavité et dans le conducteur E=0 dans une cavité sans charge Loi de Gauss à l’intérieur du conducteur : forme intégrale : Qcav + Qsurf. . . 43m13–45m41) Principe de blindage (cage de Faraday) (WL.fr/~aliferis .polytech. L5. 45m43–49m58) 76 45 www. . int = 0 Pas de charges sur la surface interne si cavité vide ! (WL.

unice. pas de composante E tangentielle Le champ E est nul à l’intérieur Des charges uniquement sur la surface : densité surfacique ρs (C m−2 ) Loi de Gauss : un cylindre autour de la surface E= Le champ E est 1. 2e année 2012–2013 Le champ à la surface du conducteur (1) À l’équilibre. pointes) Démonstration : une casserole chargée (WL. ρs1 < ρs2 donc E1 < E2 Le champ électrique est plus fort aux endroits où le rayon de courbure est petit (p. R2 Très éloignées . . L6.polytech. Q2 2 Densité de charge surfacique ρsi = Qi /4πRi 1 Qi Potentiel : V (Ri ) = 4πǫ0 Ri « Connectées » : V (R1 ) = V (R2 ) Q2 1 =⇒ Q R1 = R2 Si R1 > R2 . .ex. . . proportionnel à la densité surfacique des charges Un conducteur (+ ses cavités sans charge) forme une région équipotentielle 77 ρs n ˆ ǫ0 (38) Le champ à la surface du conducteur (2) Deux sphères métalliques. rayons R1 . connectées par un fil conducteur Charges Q1 . les charges ne se déplacent plus. 6m30–9m00) 78 46 www. perpendiculaire à la surface du conducteur 2. .fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

(MV m−1 ) 3 8 8 12 14 14 15 16 24 24 60 80 Remarque : MV m−1 = kV mm−1 47 www. décharge électrostatique (WL.D.unice. L6. avalanche d’électrons libres . 42m12–46m00) 79 Rigidité diélectrique : quelques valeurs typiques Matériau Air (sec.polytech. champ électrique élevé. électrons libres accélérés par le champ .fr/~aliferis . R. à 25 ◦C) Quartz Titanate de strontium Néoprène Nylon Pyrex Huile silicone Papier Bakelite Polystyrène Teflon R. : valeur maximale du champ électrique dans un isolant avant qu’il ne devienne conducteur Mécanisme : quand E > Emax . . formation d’arc électrique . L6. son et lumière à la recombinaison électrons/ions Dans l’air Emax = 3 MV/m Si E > Emax . le milieu s’ionise et devient conducteur .D.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Rigidité diélectrique Quand les isolants deviennent conducteurs. mais ne dépasse pas Emax (WL. 40m27–42m10) Effet corona : décharge électrostatique sans formation d’arc . . « fuite » de charges par les pointes .

fr/~aliferis .unice.polytech. section ⊥ v Charge totale dans le cylindre : Q = nlAq traversant la section A en un temps t = l/v Densité de courant : J = nq v Si plusieurs types de porteurs : J= i (A m−2 ) ni qi vi (39) 83 48 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Courants électriques Des charges en mouvement Courant électrique I = Charges / Temps Quelques précisions. « Courant » : à travers une surface « Charges » : traversant la surface de façon perpendiculaire Inclure la surface à la définition ! Densité de courant J ◮ ◮ ◮ ◮ 81 Vecteur (champ vectoriel) Direction : celle des charges positives Module : charges traversant une surface ⊥ par unité de temps et de surface Unités : C s−1 m−2 = A m−2 82 Calculer la densité de courant Des porteurs de charges libres à se déplacer Densité volumique des porteurs : n (m−3 ) Charge des porteurs : q (C) Vitesse des porteurs : v (m s−1 ) Un cylindre de longueur l et de section A . . .

polytech.fr/~aliferis . de la divergence) ρ(r ) dV ∂ρ(r ) ∂t Conservation de la charge : div J (r ) = − Les « sources » du champ vectoriel J sont les variations temporelles de ρ ! 85 (42) 49 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Conservation de la charge : forme intégrale Courant à travers une surface élémentaire : dI = J · dS = J · n ˆ dS Courant à travers une surface ouverte : I= dQsurf = dt dI = S S (> 0 ou < 0) J · dS = S J·n ˆ dS (40) Courant à travers une surface fermée : J·n ˆ dS = − dQint dt (41) S La charge totale dans l’Univers est constante : d (Qsurf fermée + Qint ) = 0 dt 84 Conservation de la charge : forme locale À partir de (41) on remplace : J·n ˆ dS = Qint = V S V div J dV (th.unice.

unice.6 × 10−19 106 A m−2 ??? Vitesse moyenne nulle. . ) 86 Vitesses des électrons dans les conducteurs (1) Électrons libres.polytech. pas d’accumulation de charges dans un circuit : ∂ρ(r ) =0 ∂t Donc sur une surface S autour d’une jonction : J·n ˆ dS = div J dV = 0 −→ div J = 0 S V Loi des nœuds (loi de Kirchhoff) : Ii = 0 . i I sortant > 0 Courant I constant le long d’un fil ! (= d’une ligne de transmission. . en absence de champ électrique : mouvement aléatoire Données cuivre.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Électronique : loi des nœuds En Électronique (« basses fréquences »). J = 0 ! 87 50 www. température T = 300 K Vitesse de Fermi : vF ≈ 106 m s−1 Temps entre les collisions τ ≈ 10−14 s Distance entre les collisions : d = vF τ ≈ 10−8 m Densité des électrons libres : n ≈ 1029 m−3 Densité de courant : ? J = nqvF ≈ 1029 1.

on peut l’appeler 1/τ v (t) = 1 − e−t/τ Vitesse de dérive des électrons libres : vd = Mobilité : µe = qe τ /me 89 qe τ E me t ≫ τ ≈ 10−14 s (45) qe τ E me (44) qe f t + E me f 51 www. de section A Appliquer une ddp U = V(+) − V(−) Champ dans le conducteur = 0 ! − − → U U ˆ = e ˆ E = −grad V = − e l (−)→(+) l (+)→(−) Force Fe = qe E sur les électrons libres Collisions : force de « friction » Ff = −f v Forces et vitesse sur le même axe : pas de vecteurs me dv = qe E − f v dt (43) 88 me d v qe +v = E f dt f Vitesses des électrons dans les conducteurs (3) Solution de (43) : v = C exp − Conditions initiales : v (t = 0) = 0 donc C = −qe E/f Unités de f /me : s−1 .fr/~aliferis .unice.polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Vitesses des électrons dans les conducteurs (2) Conducteur de longueur l.

L9.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.8 × 107 3.5 × 107 4.fr/~aliferis . 41m05–43m08) ≈ 10−3 ≈ 10−2 ≈ 4 × 10−2 91 52 www.1 × 107 Corps humain ≈ 0.7 × 107 6.1 × 107 5.polytech.unice. 2e année 2012–2013 Courants dans les conducteurs Vitesse de dérive −→ densité de courant : J = nqe vd = Loi d’Ohm (1827) J = σE Conductivité (Ω−1 m−1 = ℧/m = S m−1 ) σ= Résistivité ρ = 1 σ 2τ nqe = nqe µe me 2τ nqe E me (46) (47) (Ω m) 90 Conductivité : quelques valeurs typiques Matériau Quartz Polystyrène Caoutchouc Porcelaine Verre Eau distillée Sol sec Eau Graisse animale σ (S m−1 ) ≈ 10−17 ≈ 10−16 ≈ 10−15 ≈ 10−14 ≈ 10−12 ≈ 10−4 Matériau Eau salée Silicone Graphite Acier Plomb Tungsten Aluminium Or Cuivre Argent σ (S m−1 ) ≈4 103 ≈ 105 2 × 106 5 × 106 1.2 Eau salée : quels porteurs ? (WL.

47m20–50m03) 93 (48) 53 www. consommation Le champ dépense dW = U dq pour chaque charge dq Débit de charges déplacées : dq/ dt = I Puissance consommée : U dq dW = = UI P = dt dt U et I selon les « conventions » (tr. 22m25–23m02) 1.92) Si P = UI < 0 : générateur ! (WL.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Électronique : loi d’Ohm 1 J J = σ E ou E = σ Densité de courant : J = I/A Champ électrique : E = U/l E= Attention aux « conventions » : 1 l 1 J −→ U = I σ σA RI Attention. . L9. . . . R n’est pas toujours constante ! σ ∝ τ (temps entre collisions) I ↑⇒ T ↑⇒ τ ↓⇒ σ ↓⇒ ρ ↑⇒ R ↑ Exemple : tungsten (WL.polytech. Sens de I : de (+) vers (−) (comme E et J ) 92 Électronique : puissance consommée « Appliquer une ddp U = V(+) − V(−) sur un conducteur » On crée un champ E et un courant J Des charges positives se déplacent spontanément : (+) → (−) W(+)→(−) = q V(−) − V(+) = −qU W(+)→(−) < 0 : travail restitué par la charge. donc fourni par le champ . . U = V(+) − V(−) (ddp ou « tension ») 2.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. L10.unice.

polytech. de Copenhague (1806) Avril 1820 : cycle de conférences « Pourquoi l’aiguille d’une boussole bouge pendant les orages ? » Étude de l’interaction entre un courant électrique et une boussole LA Découverte : un courant électrique provoque un effet magnétique ! ! ! La naissance de l’électromagnétisme (WL. . thèse en philosophie (1799) Professeur à l’Univ. les nouvelles arrivent à Paris (11/9/1820) Biot (1774–1862) et Savart (1791–1841) : formulation quantitative (30/10/1820) Champ magnétique créé par un courant : (loi de Biot-Savart) dB = ˆ µ0 I d l ∧ r 2 4π r (49) dl : longueur élémentaire de courant r : de l’élément de courant au point d’observation r ˆ = r /r µ0 = 4π 10−7 H m−1 : perméabilité du vide (valeur exacte) 96 54 www. 2e année 2012–2013 Magnétostatique Magnétisme Aimants.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. . . . Quel rapport avec l’électricité ? Aucun. avant 1820 ! Hans Christian Ørsted (1777–1851) études médicales.unice. 8m00–9m30) 94 95 Loi de Biot-Savart .fr/~aliferis . boussoles. . L11.

2e année 2012–2013 Champ magnétique d’une charge en mouvement µ0 I dl ∧r ˆ Loi de Biot-Savart : dB = 4 π r2 Conducteur (fil) de section S I dl = J S dl (astuce !) J = nq v ˆ ˆ µ0 S d l J ∧ r µ0 S dlnq v ∧ r = 2 2 4π r 4π r S dln : nombre de charges dans l’élément de courant Champ magnétique créé par une seule charge : dB = B= ˆ µ0 q v ∧ r 4π r 2 (50) Attention : pas de courant stationnaire avec une seule charge ! formule approximative.fr/~aliferis . .polytech.unice. 97 Sources du champ magnétique B : créé par des charges en mouvement (courants) Impossible d’isoler des « charges magnétiques » (on a toujours deux pôles dans un aimant !) « Il n’existe pas de monopôles magnétiques » ( ?) Loi de Gauss pour le champ magnétique : B·n ˆ dS = 0 forme intégrale div B = 0 forme locale (51) S (52) 98 55 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. .

5 G Fm ⊥ v : pas de travail ! En présence d’un champ E et d’un champ B : F = Fe + Fm = q E + q v ∧ B = q (E + v ∧ B ) force de Lorentz (54) 99 force de Laplace (53) Force magnétique sur un courant Courant I dans un conducteur de section S Dans un champ B . 2e année 2012–2013 Force magnétique (Laplace et Lorentz) Une charge en mouvement dans un champ magnétique subit une force : Fm = q v ∧ B Unités de B : N s C−1 m−1 = T : Tesla Unité non SI : Gauss. sur chaque porteur de charge : Fm = q v ∧ B Force sur l’élément dl : dFm = n dlS Fm = n dlSq v ∧ B J = nq v J S dl = I dl = I dl Force magnétique sur un élément de courant I : dFm = I dl ∧ B (55) 100 56 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice. 1 G = 10−4 T Champ magnétique terrestre : ≈ 0.fr/~aliferis .polytech.

2e année 2012–2013 Force entre deux courants Deux conducteurs parallèles (infinis. 15m00–17m15) 101 Loi d’Ampère (forme intégrale) Ørsted : « le “champ magnétique” décrit des cercles » Lignes de champ magnétique (TD 5.1) B1 = µ 0 Élement de courant I2 subit force dFm : d F m = I2 d l ∧ B 1 . . d l ⊥ B1 I1 2πρ force magnétique I1 I2 = µ0 longueur 2πρ (Conducteurs infinis → force totale infinie !) Deux courants parallèles s’attirent Deux courants opposés se repoussent Ampère. calculée sur une courbe Γ.polytech. ) Courant I1 génère champ B1 (TD 5.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.1 et 5.2) : entourent les courants Ampère : mise en équation La circulation du champ B . 18/9/1820 (WL. est proportionnelle au courant traversant la surface S associée à la courbe Γ : ˆ d l = µ0 B·t J·n ˆ dS (56) Γ S Courbe Γ : pas nécessairement un cercle ! Surface S : ouverte. Γ est son bord ˆ et n t ˆ : Périph’externe ↔ Tour Eiffel (tr.#58) ˆ dS : le courant I enlacé par la courbe Γ SJ·n 102 57 www. .unice.fr/~aliferis . L11.

S2 . . ˆ dl = A·t = i Γ i Γi ˆi dl A·t − → n ˆ i · rot A ∆Si − → rot A · n ˆ dS − → rot A · n ˆ dS (57) = S Γ ˆ dl = A·t S Théorème de Stokes 103 Loi d’Ampère (forme locale) Point de départ : loi d’Ampère forme intégrale. après le rappel des tr. entourées par Γ1 .unice.(56) : ˆ d l = µ0 B·t J·n ˆ dS Γ S Appliquer théorème de Stokes : − → rot B · n ˆ d S = µ0 J·n ˆ dS S S pour toute surface ouverte S Loi d’Ampère (forme locale) : − → rot B = µ0 J Le champ B « tourne » autour de J 104 (58) 58 www. .. .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . .polytech. . . . ) Surface S (ouverte) entourée par Γ (fermée) Partager S en S1 . . Γ2 . . . 2e année 2012–2013 Théorème du rotationnel (. éq.#57 et #58.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Magnétostatique : récapitulatif Équations du champ magnétique Flux et circulation (formes intégrale et locale) B·n ˆ dS = 0 Γ 105 div B = 0 J·n ˆ dS − → rot B = µ0 J 106 S ˆ d l = µ0 B·t S 59 www.unice.fr/~aliferis .polytech.

polytech.unice. 2e année 2012–2013 Analyse vectorielle 5 : le nabla ∇ L’opérateur nabla « Opérateur » : doit agir sur quelque chose ! (il ne doit jamais rester seul) Champs (scalaires ou vectoriels) : fonctions de plusieurs variables Coordonnées cartésiennes : les trois dimensions sont équivalentes Définir un « vecteur » spécial : ∂ ∂ ∂ .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. ∇= ∂x ∂y ∂z ∇= ∂ ∂ ∂ e ˆx + e ˆy + e ˆz ∂x ∂y ∂z 107 (59) L’opérateur nabla est un vecteur gourmand ! il agit sur des champs (scalaires ou vectoriels) 108 60 www.fr/~aliferis . .

fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. y. Vecteur ∧ vecteur : A (x.ex. z ) champ vectoriel ∇·A = ∂Ax ∂Ay ∂Az (10) = div A + + ∂x ∂y ∂z (61) 3. 2e année 2012–2013 Opérations avec le nabla (1) On peut traiter ∇ comme un vecteur ordinaire 1.unice. z ) champ vectoriel e ˆx ∇∧A = ∂ ∂x e ˆy ∂ ∂y e ˆz ∂ ∂z (29) − → = rot A (62) Ax Ay Az 109 Opérations avec le nabla (2) Vecteur ∇ : les résultats sont valables dans tous les systèmes de coordonnées ! Mais ∇ a une forme simple que dans le cartésien p.. Opération − − → grad Φ div A − → rot A ∆Φ ∆A De scalaire Φ vecteur A vecteur A scalaire Φ vecteur A À vecteur ∇ Φ scalaire ∇ · A vecteur ∇ ∧ A scalaire ∇2 Φ vecteur ∇2 A ∇= ∂ ∂ ∂ e ˆr + e ˆθ + e ˆφ ∂r ∂θ ∂φ !!! 110 61 www. z ) champ scalaire ∇Φ = − → ∂Φ ∂Φ ∂ Φ (21) − e ˆx + e ˆy + e ˆz = grad Φ ∂x ∂y ∂z (60) 2. Vecteur · vecteur : A (x. y.polytech. Vecteur fois scalaire : Φ(x. y.

Opérateur sur un vecteur : laplacien vectoriel ∆A ∇2 A cart = (∇2 Ax )e ˆx + (∇2 Ay )e ˆy + (∇2 Az )e ˆz 112 (∇ · ∇ )A (69) Attention : décomposition en composantes ∇2 Ai uniquement en cartésiennes ! 62 www. Opérateur sur un scalaire : laplacien scalaire ∆Φ = ∇2 Φ cart ∂2Φ ∂x2 (∇ · ∇ )Φ + ∂2Φ ∂y 2 + (68) ∂2Φ ∂z 2 formules plus compliquées dans les autres systèmes ! 2. 2e année 2012–2013 Quelques formules avec le nabla Plutôt simples : − − → div grad Φ = ∇ · (∇ Φ) ∇2 Φ − → − →− rot grad Φ = ∇ ∧ (∇ Φ) = 0 − → div rot A = ∇ · (∇ ∧ A ) = 0 Et une plus compliquée.unice.fr/~aliferis ... − − → − →− → rot rot A = grad div A − ∆ A ou ∇ ∧ (∇ ∧ A ) = ∇ (∇ · A ) − ∇2 A utiliser A ∧ (B ∧ C ) = B (A · C ) − C (A · B ) 111 (67) (66) (63) (64) (65) Le(s) Laplacien(s) : nabla au carré L’operateur ∇ · ∇ prend deux formes : 1.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.

unice. : un autre point de vue (2) Théorème de Gauss (11) : ∇ · A dV = A·n ˆ dS (3D → 2D) V S Théorème de Stokes (57) ∇∧A·n ˆ dS = ˆ dl A·t (2D → 1D) S Γ Formule du gradient (tr.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. Stokes. Stokes.fr/~aliferis . : un autre point de vue (1) Théorème de Gauss (11) : div A dV = A·n ˆ dS (3D → 2D) V S Théorème de Stokes (57) − → rot A · n ˆ dS = ˆ dl A·t (2D → 1D) S Γ Formule du gradient (tr. 2e année 2012–2013 Gauss. etc.polytech. etc.#53) ˆ dl = V (rB ) − V (rA ) ∇V · t (1D → 0D) Γ: rA →rB Formule de la primitive b a f (x) dx = F (b) − F (a) (1D → 0D sur une ligne droite) 114 63 www.#53) − − → ˆ dl = V (rB ) − V (rA ) grad V · t (1D → 0D) Γ: rA →rB Formule de la primitive b a f (x) dx = F (b) − F (a) (1D → 0D sur une ligne droite) 113 Gauss.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Électrostatique – Magnétostatique : une comparaison Deux champs bien différents ( ?) 2+2 équations (formes locales) Électrostatique ∇ · E = ρ/ǫ0 Magnétostatique ∇·B =0 115 ∇∧E =0 ∇ ∧ B = µ0 J (tourbillons sans sources) Potentiel vectoriel A ∇·∇∧A =0 (sources sans tourbillons) Potentiel scalaire V ∇ ∧ ∇V = 0 E = −∇ V B =∇∧A 116 64 www.unice.fr/~aliferis .polytech.

polytech. f . (72) : cas spécial d’un circuit avec source 118 65 www. un peu de mouvement !) « Force » électromotrice (1) Dans un circuit (Électronique) : force par charge.unice.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Phénomènes d’Induction (enfin. crée le courant f = fs + E fs : force par charge dans la source E : champ électrostatique (partout) « Force » électromotrice (définition générale) : fem Γ 117 (70) ˆ dl f·t (V ) (71) Champ électrostatique : circulation nulle fem = Γ ˆ dl fs · t (V ) (72) Équ.

polytech.. 2e année 2012–2013 « Force » électromotrice (2) Loi d’Ohm : J = σ f À l’intérieur de la source idéale : pas de résistance σ = ∞ ⇒ f = J /σ = 0 ⇒ fs = −E ddp aux bornes de la source : V+ − V− = − =− = Γ Γ:(−)→(+) Γ:(−)→(+) ˆ dl E·t ˆ dl (−fs ) · t ˆdl = fem fs · t (72) fem = ddp aux bornes de la source ! ˆ va du (-) au (+) de la source Polarité : le vecteur t fem = IR 119 fem due au mouvement Un circuit se déplace dans un champ magnétique .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis .unice. fem : uniquement pendant les phases d’entrée/sortie fem due au mouvement : dΦB fem = − dt où ΦB est le flux magnétique à travers le circuit : ΦB = S (73) B·n ˆ dS Changement de flux : source de tension ! fem génère I qui s’oppose au changement de ΦB ! 120 66 www..

3) Courants de Foucault (frein magnétique) (WL. humain : WL.fr/~aliferis . L17. . L17. 25m13–27m25) (ampoule : WL.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice.polytech. 2e année 2012–2013 fem due au mouvement : des exemples ! B : constant et uniforme dans une région Circuit en déplacement |fem| = Blv (TD 8. mais les changements de B ! Aimant et boucle (WL. 47m18–48m40) 121 Induction électromagnétique Expériences de Faraday (1831) « Puisque J crée B . 41m52–44m40) Conducteur sur rails |fem| = Blv (TD 8. 17m10–18m20) (gén.2) (WL. est-ce que B crée J ? » Conclusion : ce n’est pas B qui crée J . L17.1) Circuit en rotation (TD 8. 10m30–12m30) Il n’y a pas de source dans la boucle ! fs = 0 f = fs + E = E fem due au champ électrique induit (71) fem = Γ ˆ dl = 0 (comparer avec (13) !) E·t (74) La variation de B crée un champ E ! ! ! « Champ électrique induit » 122 67 www. L16. . . L17. 40m18–41m52) Circuit en chute « libre » dans un champ magnétique (WL. . L17.

30m00–32m30) 123 Loi de Faraday (forme locale) Point de départ : loi de Faraday (75) : ˆ dl = − E·t dB ·n ˆ dS dt Γ S Appliquer le théorème de Stokes : − → ˆ dS = − rot E · n dB ·n ˆ dS dt S S pour toute surface S Loi de Faraday (forme locale) : dB − → rot E = − dt (76) 124 68 www. 2e année 2012–2013 Loi de Faraday (forme intégrale) dB ·n ˆ dS dt fem = Γ ˆ dl = − E·t (75) S Courbe (fermée) Γ : le bord de la surface (ouverte) S Signe − : loi de Lenz : Le champ électrique induit génère des courants qui.unice. génèrent un champ secondaire B ′ s’opposant à la variation du flux du champ magnétique initial. à leur tour.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. (La Nature n’aime pas le changement) Rappel (TD 5) : champ B créé par une boucle de courant Solénoïde et boucle (WL.fr/~aliferis .polytech. L16.

2e année 2012–2013 La règle du flux magnétique On combine la fem due au mouvement (73). . ∇·E = ρ dB = 0 et ∇ ∧ E = − ǫ0 dt Analogie avec le champ B en magnétostatique : ∇ · B = 0 et ∇ ∧ B = µ0 J Les lignes du champ E induit sont des boucles ! B équivalences : µ0 J µ0 Ienlacé E induit − dB / dt − dΦB / dt 126 69 www.fr/~aliferis .polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. le champ E n’est plus conservatif ! (circulation = 0) L’intégrale ˆ dl E·t dépend du chemin choisi ! (on reviendra sur ce sujet contre-intuitif.unice. et la fem due aux variations de B (t) (75) (deux phénomènes bien différents ! ! !) fem = − ˆ dl = − E·t dΦB dt B·n ˆ dS (77) (78) Γ d dt S En déhors de l’électrostatique.#131) Γ:rA →rB 125 Le champ électrique induit Que nous dit la loi de Faraday ? Les variations de B créent un champ E induit Dans une région neutre (ρ = 0). tr. .

.polytech. 2e année 2012–2013 Inductance : mutuelle Deux circuits séparés (p. solénoïde et boucle) Courant I1 ⇒ B1 ⇒ Φ2 Φ2 = S2 B1 · n ˆ 2 d S2 et B1 = Γ1 µ 0 I1 d l 1 ∧ r ˆ ∝ I1 4π r2 Le flux à travers le 2 est proportionnel au courant de 1 : Φ2 = M21 I1 M21 = M12 = M inductance mutuelle entre les circuits M : paramètre purement géométrique Variations de I1 génèrent un courant I2 = fem2 /R2 : fem2 = − d I1 dΦ2 = −M dt dt (80) 127 (79) Inductance : self Même phénomène avec un seul circuit ! Courant I ⇒ B ⇒ ΦB ΦB = S B·n ˆ dS et B = Γ dB = Γ µ0 I d l ∧ r ˆ ∝I 2 4π r Flux magnétique à travers un circuit ∝ courant ΦB = LI L : self-inductance .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. : fem = − . s’opposant aux variations ! 128 dΦB dI = −L dt dt (82) (81) 70 www.e. . .fr/~aliferis . unités Henry : H = Wb A−1 = V s A−1 L = ΦB /I : paramètre purement géométrique Variations de I génèrent une f.m. .unice. .ex.

. = LI0 2 (84) 129 Énergie magnétique (2) Sans démonstration : la (84) devient Um = 1 2 1 2 B (r ) dV µ0 (85) V B 2 /(2µ0 ) : densité volumique d’énergie (J m−3 ) Intégrer partout dans l’espace ! À comparer avec (37) : 1 ǫ0 E 2 (r ) dV Ue = 2 V 130 71 www.polytech.fr/~aliferis .unice. 2e année 2012–2013 Énergie magnétique (1) I L I L − (−L dI/ dt) + + (L dI/ dt) − Puissance « consommée » : emmagasinée dans la self P = P > 0 quand I ↑ I (t = 0) = 0 et I (t = t0 ) = I0 Énergie magnétique stockée dans la self : t0 ⇐⇒ L dI dt I (83) Um = 0 1 2 P dt = .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. .

R1 = 100 Ω.unice.fr/~aliferis . 1960 131 72 www. L16. texte détaillé) Champ électrique non conservatif : ˆ dl = 0 E·t Γ Γ:rA →rB ddp sur un chemin fermé = 0 (Contre-Intuitif) M. L16. 48m25–51m27 (vidéo avec la théorie WL. 2e année 2012–2013 [Bizarre] Champ E non conservatif Circuit simple : pile (fem = 1 V). Escher.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 34m51–51m27 . C. “Ascending and descending” . R2 = 900 Ω Calculer courant et tensions Remplacer pile par dΦB / dt Calculer courant et tensions : VR1 = VR2 ! ! ! L’intégrale ? ˆ dl = E·t VB − VA − dépend du chemin choisi WL.polytech.

forme intégrale Flux et circulation E·n ˆ dS = 1 ǫ0 ρ dV 132 S V S B·n ˆ dS = 0 Γ ˆ dl = − E·t ˆ d l = µ0 B·t d dt S S B·n ˆ dS Γ J·n ˆ dS 133 73 www.unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. 2e année 2012–2013 Induction : récapitulatif Les 4 équations.fr/~aliferis .

polytech. forme locale Divergence et rotationnel ρ ǫ0 ∇·B =0 ∇·E = dB dt ∇ ∧ B = µ0 J ∇∧E =− 134 74 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Les 4 équations.unice.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Équations de Maxwell Un problème avec la loi d’Ampère ? 1. « Tester » les équations du rotationnel : ∇ · ∇ ∧ E = 0 OK ∇ · ∇ ∧ B = 0??? (42) ∂ρ ∂t 135 ∇ · J = 0 −→ =0 ∂ρ ∂t 2. Appliquer la loi d’Ampère dans un cas fil + condensateur =0: La loi d’Ampère n’est pas valide en dehors de la magnétostatique 136 75 www.polytech.

fr/~aliferis .polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Le terme qui manque : courant de déplacement Loi d’Ampère (forme locale) : ∇ ∧ B = µ0 J Loi d’Ampère-Maxwell (forme locale) : ∇ ∧ B = µ0 J + Jd = µ0 J + ǫ0 Loi d’Ampère-Maxwell (forme intégrale) : ˆ d l = µ0 B·t J·n ˆ d S + µ0 ǫ0 S dE dt (86) Γ S dE ·n ˆ dS dt Jd (87) Jd : courant « de déplacement » Les variations de E créent un champ B induit ! 137 James Clerk Maxwell (1831–1879) 138 76 www.unice.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 1864 ρ ǫ0 ∇·B =0 ∇·E = ∇∧E =− (88) (89) dB dt dE dt (90) (91) ∇ ∧ B = µ 0 J + µ 0 ǫ0 4 équations = 2 scalaires + 2 vectorielles = 2 + 6 = 8 Équations : sources vers champs Force de Lorentz : effet des champs. F = q (E + v ∧ B ) (88) Conservation de la charge : ∇ ·(91)−→ ∇ · J = − dρ/ dt Le champ électromagnétique s’auto-alimente ! 140 77 www. . ≈0 (42) ∇·B =0 ∇ ∧ B = µ0 J ∇∧E =− Régime « complet » : les équations de Maxwell 139 Les équations de Maxwell Maxwell. . dρ/ dt = 0 −→ ∇ · J = 0) ρ ǫ0 ∇∧E =0 ∇·E = Quasistatique : des variations lentes dans le temps ∇·E = ρ ǫ0 dB dt ∇·B =0 ∇ ∧ B = µ0 J + .fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Les trois régimes en électromagnétisme Électrostatique (aucun déplacement de charges.polytech. pas d’accumulation de charges.unice. dρ/ dt = 0) Magnétostatique (courants invariables dans le temps .

.polytech. match de foot. Vagues mexicaines (la ola) : concert. “Wave on a string” 141 142 [Rappel] L’argument d’une fonction f (t) : fonction initiale Comment décaler / retourner / changer d’échelle ? f (t) 2 1 t −2 −1 f (−t) 2 1 t −2 −1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 143 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 f (−(t − 3)) f (−2(t − 7)) f (t − 3) f(1 2 (t − 7)) 78 www. ) Ondes acoustiques Vibrations d’une corde Ondes sismiques Signaux électriques (lignes de transmission.fr/~aliferis . sans transporter de matière.unice. fleuve. Onde : une perturbation qui se propage dans un milieu . . . neurones) .. . 2e année 2012–2013 Ondes Qu’est-ce qu’une onde ? Vagues (océan.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

premières ∂f z = f′ t ± ∂t c ′ = f′ ∂f 1 ∂f =± ∂z c ∂t ∂f z = f′ t ± ∂z c ′ 1 = ± f′ c et secondes ∂2f = f ′′ ∂t2 1 ∂2f ∂2f = ∂z 2 c2 ∂t2 (92) : équation d’onde (une dimension) 145 ∂2f = ∂z 2 ± 1 c 2 f ′′ (92) 79 www. t) : fonction à deux variables. dilatée par c.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. f − 1 c (z − ct0 ) : f (·) retournée.5 m s−1 c= L T 10 s 18 s 20 s t À z = z0 . . décalée à ct0 144 L’équation d’onde (1) f (t − z c ) : onde se propageant vers +z f (t + z c ) : onde se propageant vers −z z z f (t ± c ) = f ( ct± c ) = g (z ± ct) : autre vue f (x.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Propagation d’une impulsion 10 m 7m 3m 0m θ z durée T = 8 s longueur L = 4 m 0s tan θ = c = 0.polytech.unice. f (t − z0 /c) : f (·) retardée de z0 /c À t = t0 . . espace et temps Dérivées temporelles et spatiales.

t) f : propriété du milieu de propagation ◮ ◮ ◮ ◮ hauteur de la surface de l’eau pression acoustique déplacement transversal d’une corde .. 2e année 2012–2013 L’équation d’onde (2) Équation d’onde (trois dimensions) ∂2f ∂2f 1 ∂2f ∂2f 2 + + = ∇ f = ∂x2 ∂y 2 ∂z 2 c2 ∂t2 (93) Équations à dérivées partielles (spatiales et temporelle) : la solution dépend des conditions initiales f (r .. vitesse de propagation c : dépend des paramètres du milieu 146 80 www.polytech.fr/~aliferis . t = 0) et des conditions aux limites f (r = ri .unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

sans charges ni sources : ∇·E =0 ∇∧E =− ∇·B =0 ∇ ∧ B = µ 0 ǫ0 147 ∂B ∂t ∂E ∂t Équations différentielles couplées Dérivée seconde pour découpler : agir avec ∇ (agir.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. mais comment ? quelles opérations ?) ∇∧∇∧E =− ∂ ∂2E ∇ ∧ B = − ǫ0 µ 0 2 ∂t ∂t 2 ∇ ∧ ∇ ∧ E = ∇ (∇ · E ) − ∇ E = −∇2 E 148 81 www. 2e année 2012–2013 Ondes électromagnétiques La prévision théorique de Maxwell (1) Les équations de Maxwell dans le vide.fr/~aliferis .unice.polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

La prévision théorique de Maxwell (2)
Équation vectorielle ∂2E ∂t2 se décompose (uniquement en coordonnées cartésiennes ) : ∇2 E = ǫ0 µ0 ∇2 Ex,y,z = ǫ0 µ0
1/c2

(94)

∂ 2 Ex,y,z ∂t2

(95)

Des ondes électromagnétiques existent ! Vitesse de propagation : c= √ 1 ≈ ǫ0 µ 0 1
10−9 −7 36π 4π 10

m s−1 ≈ 3 × 108 m s−1

(96) 149

La lumière est une onde électromagnétique !
c=
√1 ǫ0 µ0

= 299 792 458 m s−1

À partir de ǫ0 et µ0 on obtient la vitesse de la lumière Une pure coïncidence ? « La vitesse des ondes électromagnétiques est presque celle de la lumière. . . ce qui donne une bonne raison de conclure que la lumière est en quelque sorte elle-même (en incluant le rayonnement de chaleur, et les autres radiations du même type) une perturbation électromagnétique qui se propage selon les lois de l’électromagnétisme. » J.C. Maxwell, 1864 Confirmation expérimentale en 1888 par H. Hertz (1857–1894) « Monsieur, à quoi ça sert ? »—« À rien. » 150

82

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Le spectre électromagnétique
Type Radio Micro-ondes Infrarouge Visible Ultraviolet Rayons X Rayons Γ Longueur d’onde λ (m) >1× 1 × 10−3 –1 × 10−1 7 × 10−7 –1 × 10−3 4 × 10−7 –7 × 10−7 1 × 10−8 –4 × 10−7 1 × 10−11 –1 × 10−8 < 1 × 10−11 10−1 Fréquence f (Hz) < 3 × 109 3 × 109 –3 × 1011 3 × 1011 –4 × 1014 4 × 1014 –7.5 × 1014 7.5 × 1014 –3 × 1016 3 × 1016 –3 × 1019 > 3 × 1019 151

83

www.polytech.unice.fr/~aliferis

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia

Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech, 2e année 2012–2013

Ondes électromagnétiques planes, progressives, monochromatiques (OPPM)
Onde monochromatique vers +z
Rappel TD 10.1 + visualisation en 3D Perturbation initiale harmonique (à z = 0) : f (z = 0, t) = cos ˆz : t → t− z Onde se propageant selon +e c f (z, t) = cos 2π 2π t− z T λ = cos(ωt − kz ) 2π t T = cos(ωt)

152

λ = cT : longueur d’onde, la période spatiale (en m) k = 2π/λ : nombre d’onde (en rad m−1 ) ˆ = k(+e k = kk ˆz ) : vecteur d’onde φ(z, t) = ωt − kz : la phase de l’onde vφ = ω/k = c : la vitesse de phase 153

84

www.polytech.unice.fr/~aliferis

unice. sphériques. ) 155 85 www. t) cste (97) « Monochromatique » : cos(ωt − kz0 ) À chaque point de l’espace (r fixe). t) = E0 cos(ωt − kz ) = E (z. 2e année 2012–2013 Propagation d’une sinusoïde « duree » : période temporelle T = 8 s 10 m 7m 3m 0m « longueur » : période spatiale λ = 4 m z 0s 10 s 18 s 20 s t λ 2π/T ω c= = = = λf T 2π/λ k 154 Onde électromagnétique PPM selon +e ˆz Onde Plane Progressive Monochromatique (OPPM) E (r . onde selon +e ˆz « Plane » : le champ E est constant sur tout le plan z = z0 « Front d’onde » : lieu de points de même phase à t fixe Onde plane = fronts d’onde plans (D’autres formes d’onde existent : cylindriques.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. « Progressive » : temps/espace couplés f (t − z/c). . . . Les oscillations sont déphasées en fonction de l’endroit. le champ E oscille dans le temps.fr/~aliferis .polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 ˆ Onde électromagnétique PPM selon k Onde PPM se propageant selon e ˆz : E (r .fr/~aliferis . r2 : ∆φ = φ1 − φ2 = k · (r2 − r1 ) = k · r1→2 (99) 156 Notation complexe : définition Formule d’Euler : e j φ = cos(φ) + j sin(φ) → cos(φ) = Re e j φ Application à une OPPM : E (r . t) = E0 cos(ωt − k k ˆ =e z si k ˆz (98) ˆ Fronts d’onde : des plans perpendiculaires à k OPPM : remplit tout l’espace (modèle mathématique !) Déphasage entre deux points r1 . ω ) : représentation (ou amplitude) complexe de E (r . t) E ˜ (r . t) = E0 cos(ωt − kz ) La phase de l’onde dépend uniquement de z z : la projection de r sur la direction de propagation e ˆz ˆ z =r·e ˆz = r · k ˆ: Cas général. onde PPM se propageant selon k ˆ · r ) = E0 cos(ωt − k · r ) E (r .polytech. ω ) fréquence temps E (r . t) = E0 cos(ωt − k · r + δ) = Re E0 e j (ωt−k ·r +δ) = Re E0 e j δ e j (ωt−k ·r ) ˜0 e j (ωt−k ·r ) = Re E ˜(r . t) ←→ E 157 (100) 86 www.unice. ω )e j ωt Re E ˜ (r .

équ. t) + E2 (r . . tr. ??? . .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. t) = . .fr/~aliferis . t) ←→ j ω E ∂t (102) 159 87 www. ω ) E On additionne les représentations complexes. ω ) ∂ e j ωt = Re E ∂t ˜ (r . ω )e j ωt E (r . quand on sait ce qu’on fait. . . ω ) : plus simple à manipuler ! (addition) E E (r . ω )e j ωt + Re E = Re E = Re ˜1 (r . ω ) + E ˜2 (r .unice. ω ) + E ˜2 (r . ω ) e j ωt E ˜ (r . ω )e j ωt = Re j ω E ∂ ˜ (r . (136). ω ) = E ˜1 (r . . t) = Re E ∂t ∂t ˜ (r .polytech. t) = E1 (r . 2e année 2012–2013 Notation complexe : avantages (1) ˜ (r .#183) 158 (101) Notation complexe : avantages (2) ˜ (r . ω ) E (r . comme des vecteurs On ne multiplie jamais des représentations complexes ! (une seule exception. = E1 cos(ωt − k · r + δ1 ) + E2 cos(ωt − k · r + δ2 ) ˜2 (r . ω )e j ωt ˜1 (r . ω ) : plus simple à manipuler ! (∂/∂t) E ∂ ∂ ˜ (r . .

∂/∂y. ω ) E (r .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice. ∂/∂z ) E     ∂ ∂ ∂ OPPM ˜0 e j (ωt−k ·r ) = Re E ˜0 E (r . 2e année 2012–2013 Notation complexe : avantages (3) ˜ (r . ω )e j ωt ˜0 e j (ωt−k ·r ) = Re − j kx E Re − j kx E ∂ ˜ (r .polytech.fr/~aliferis . ω )e j ωt E (r . t) = Re E ˜ (r . ω ) : plus simple à manipuler ! (∂/∂x. t) ←→ − j kx E ∂x ∂ ∂ ∂ e ˆx + e ˆy + e ˆz ←→ ∇= ∂x ∂y ∂z ←→ − j kx e ˆx − j ky e ˆy − j kz e ˆz = − j k (103) 160 Notation complexe : application Notation complexe : ˜ (r . t) = Re E e j (ωt−k ·r )   ∂x ∂x ∂x cste = ˜ (r . ω ) E (r . t) −→ E Si OPPM : ∇ −→ − j k ∂/∂t −→ + j ω (105) (106) (107) 161 (104) 88 www. ω ) = E ˜0 e− j k ·r Si OPPM : E Passer du domaine « temporel » au domaine « fréquentiel » Remplacer dans les équations de Maxwell : ˜(r .

sans charges ni courants : ∇·E =0 ∂B ∂t ∂E ∇ ∧ B = ǫ0 µ 0 ∂t ∇∧E =− ∇·B =0 −→ −→ −→ −→ ˜=0 ∇·E ˜=0 ∇·B ˜ = − j ωB ˜ ∇∧E ˜ = j ωǫ0 µ0 E ˜ ∇∧B (108) (109) (110) (111) L’équation d’ondes (94) devient l’équation de Helmholtz : ˜ + ω 2 µ 0 ǫ0 E ˜=0 ∇2 E (112) 162 Équations de Maxwell dans le cas d’une OPPM ˜ (r . (113) : E ˜ ⊥ k . t) = E0 cos(ωt − k · r + δ) = Re E Dans le vide.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. t) = Re E Dans le vide. le champ magnétique est transversal 2.unice.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Équations de Maxwell : régime harmonique ˜ (r .(116) : E ˜ ∧ k (rappel k = ω/c) ∧E ω ˜⊥B ˜ 4. (115) . le champ électrique est transversal 1. (114) : B 163 89 www. B 1 ωk ˜ ⊥ k . sans charges ni courants : ∇·E =0 ∂B ∂t ∂E ∇ ∧ B = ǫ0 µ 0 ∂t ∇∧E = − ∇·B =0 −→ −→ −→ −→ ˜=0 −jk ·E ˜=0 −jk ·B ˜ ˜ = − j ωB −jk ∧ E ˜ ˜ = j ωǫ0 µ0 E −jk ∧ B (113) (114) (115) (116) ˜ = c2 1 B ˜ . (115) ou (116) : E ˜= 3. ω )e j ωt E (r .polytech. ω )e j ωt ˜0 e j (ωt−k ·r ) = Re E E (r .

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Propriétés d’une OPPM dans le vide Une OPPM est une onde TEM : ◮ ◮ ˆ Le champ électrique est transversal (TE) : perpendiculaire à k ˆ Le champ magnétique est transversal (TM) : perpendiculaire à k Les vecteurs E .polytech. B . k forment un trièdre direct : E∧B k (117) Les champs électrique et magnétique sont en phase L’équation d’ondes en régime harmonique (112) impose : (− j k )2 + ω 2 µ0 ǫ0 = 0 −→ k2 = ω 2 µ0 ǫ0 Le rapport E / B est constant : B= k ∧ E E ⊥k 1 −→ B = E ω c (119) 164 (118) Polarisation linéaire d’une OPPM « Polarisation » : l’orientation du vecteur du champ électrique ˆ E = E0 cos(ωt − k · r )u ˆ=e Cas d’une OPPM k ˆz : E ⊥ k Polarisation linéaire : l’orientation ne change pas dans le temps ˜ = E0 e− j kz e ˆx Polarisation verticale (V) : E − j ˜ ◮ Polarisation horizontale (H) : E = E0 e kz e ˆy ◮ Cas général : angle θ entre E et e ˆx ◮ ˆx + sin θ e ˆy ) E = E0 cos(ωt − kz )(cos θ e ˜ = E0 e− j kz (cos θ e ˆx + sin θ e ˆy ) E (120) 165 90 www.unice.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. déphasage 90◦ ˜ = E0 e− j kz (e E ˆx + j e ˆy ) E = E0 cos(ωt − kz )e ˆx − E0 sin(ωt − kz )e ˆy À t fixe. regarder dans le sens de propagation Rotation dans le sens horaire : polarisation droite (RCP) Rotation dans le sens anti-horaire : polarisation gauche (LCP) : ˜ = E0 e− j kz ( j e E ˆx + e ˆy ) E = −E0 sin(ωt − kz )e ˆx + E0 cos(ωt − kz )e ˆy Attention : à z fixe.unice. le vecteur E tourne dans l’autre sens ! 166 (122) (121) 91 www.fr/~aliferis .polytech. 2e année 2012–2013 Polarisation circulaire d’une OPPM ˜x et E ˜y Deux composantes E Même amplitude.

polytech. 2e année 2012–2013 OPPM dans les conducteurs Conducteurs et loi d’Ohm (bis) Loi d’Ohm (46) : ˜ = σE ˜ J Conducteur électrique « parfait » (PEC) : σ = ∞ : ˜ PEC ˜ = J −→ E 0 σ ˜ nul à l’intérieur d’un conducteur parfait Champ E (Électrostatique : E = 0 indépendamment de σ ) Rappel TD 4.unice. tr = ǫ0 /σ σ ǫ0 Régime harmonique : dans un conducteur ρ = 0 si T ≫ tr −→ f ≪ « Bon conducteur » : σ ≫ ǫ0 ω 168 92 www.fr/~aliferis .4 : ρ(t) = ρ(t = 0)e−t/tr 167 .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice. en cartésiennes) : ˜ = ( j µ0 ωσ − µ0 ǫ0 ω 2 )E ˜ ∇2 E Essayer une solution type OPPM (104) : ˜ = E0 e− j k ·r E −k2 = −µ0 ǫ0 ω 2 + j µ0 ωσ −→ k2 = ω 2 ǫ0 µ0 1 − j ˜! Nombre d’onde complexe k Approximation bon conducteur : − j√ ˜2 = − j µ0 ωσ → k ˜ = 1√ µ0 ωσ σ ≫ ǫ0 ω → k 2 (125) 170 σ ǫ0 ω (124) 93 www.fr/~aliferis . 2e année 2012–2013 Les équations de Maxwell dans un conducteur ˜=0 ∇·E ˜ = − j ωB ˜ ∇∧E ˜=0 ∇·B ˜ = µ0 J ˜ + j ωµ0 ǫ0 E ˜ ∇∧B ˜ = µ0 (σ + j ωǫ0 )E ˜ = − j ω∇ ∧ B ˜ = (− j µ0 ωσ + µ0 ǫ0 ω 2 )E ˜ ∇∧∇∧E ˜ = −∇2 E ˜ ) − ∇2 E ˜ = ∇ (∇ · E ˜ ∇∧∇∧E Équation d’onde (vectorielle) : ˜ = ( j µ0 ωσ − µ0 ǫ0 ω 2 )E ˜ ∇2 E (123) 169 L’équation d’onde dans un conducteur Équation d’onde (scalaire.

2e année 2012–2013 OPPM dans un bon conducteur ˆ=e Direction de propagation k ˆz : ˜ ˜ = E0 e− j kz E √ µ0 ωσ √ µ0 ωσ z −j z 2 2 e = E0 e− atténuation propagation (126) Épaisseur de peau : δ OPPM dans un bon conducteur : ˜ = E0 e−z/δ e− j z/δ E Longueur d’onde : λ = 2πδ Vitesse de phase : vφ = 1ω /δ = 2ω/µ0 σ (dépend de ω !) 171 (128) 2 µ0 ωσ (127) 94 www.unice.polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis .

unice. 2e année 2012–2013 Conditions aux limites vide-conducteur Interface vide-conducteur Les équations de Maxwell dans un conducteur : ˜=0 ∇·E ˜ = − j ωB ˜ ∇∧E ˜=0 ∇·B ˜ = µ0 J ˜ + j ωµ0 ǫ0 E ˜ ∇∧B ˜ = µ0 (σ + j ωǫ0 )E = j ωµ0 ǫ0 1 + = j ωµ0 ǫ0 σ ˜ E j ωǫ0 σ ˜ 1− j E ωǫ0 ǫ ˜ 172 Que se passe-t-il à l’interface entre deux milieux ? Les champs peuvent être continus ou pas ! Appliquer chaque équation sous forme intégrale : choisir volumes/surfaces/courbes élémentaires de part et d’autre de l’interface 173 95 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.fr/~aliferis .

milieu 2 : conducteur n ˆ : ⊥ à l’interface .polytech.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.unice. du métal (2) vers le vide (1) ˜1 − E ˜2 ) = ρ n ˆ · (E ˜s /ǫ0 ˜2 ) = 0 ˜1 − E n ˆ ∧ (E ρs : densité de charges surfacique (C m−2 ) −1 ˜ J s : densité de courant surfacique (A m ) = 0 seulement si σ = ∞ n ˆ · E : composante normale à l’interface n ˆ ∧ E : composante tangentielle à l’interface ˜nor1 − E ˜nor2 = ρ E ˜s /ǫ0 ˜tan1 − E ˜tan2 = 0 E Composantes tangentielles du champ électrique continues Composantes normales du champ magnétique continues 174 ˜nor1 − B ˜nor2 = 0 B ˜tan1 − B ˜tan2 = µ0 J ˜s B ˜1 − B ˜2) = 0 n ˆ · (B ˜ ˜ 2 ) = µ0 J ˜1 − B n ˆ ∧ (B s 96 www. 2e année 2012–2013 Conditions aux limites Milieu 1 : vide .

2e année 2012–2013 Puissance électromagnétique : vecteur de Poynting [Rappel] Énergie électro/magnétostatique Énergie électrostatique Ue (37) : Énergie magnétostatique Um (85) : Um = 1 2 V 175 Ue = 1 2 V ǫ0 E 2 (r ) dV 1 2 B (r ) dV µ0 Électromagnétisme : les champs dépendent du temps E (r ) → E (r .polytech. t) B 2 (r ) → B 2 (r . t) 176 97 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. t) E 2 (r ) → E 2 (r . t) B (r ) → B (r .unice.fr/~aliferis .

t) + 1 2 B (r .polytech. B (r . t) agit sur les charges du volume : F = q (E + v ∧ B ) Travail élementaire dans un volume dV : dW = F · dl = F · v dt = q (E + v ∧ B ) · v dt = q E · v dt = ρ dV E · v dt = E · J dV dt Puissance fournie par le champ É/M aux charges du volume V : P= V dW = dt V E · J dV (130) 178 98 www. Travail du champ sur les charges du volume (« milieu ») à travers la force de Lorentz : puissance P fournie au milieu 3. Échange d’énergie avec le monde extérieur à travers la surface S qui englobe V : puissance Pt sortant du volume Conservation de l’énergie : dUem + P + Pt = 0 dt 177 Comment évolue l’énergie électromagnétique dans le temps ? Que se passe-t-il dans un volume V ? Travail du champ électromagnétique Le champ électromagnétique E (r .fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Énergie électromagnétique L’énergie « stockée » dans un volume V : Uem (t) = 1 2 ǫ0 E 2 (r . t) dV µ0 (129) V 1.unice. Énergie Uem emmagasinée dans les champs E . t). B 2.

. (transparent suivant) 179 ∂B ∂t 1 ∂E E · (∇ ∧ B ) − ǫ0 E · µ0 ∂t Énergie É/M et puissance fournie (2) Densité volumique de puissance fournie : E · J = − ǫ0 E · Densité volumique d’énergie électrique : 1 ∂ 1 ǫ0 E 2 = ǫ0 E · E =⇒ 2 2 ∂t Densité volumique d’énergie magnétique : 1 2 ∂ 1 B · B =⇒ B = 2µ0 2µ0 ∂t 1 1 2 B 2 µ0 = ∂B 1 B· µ0 ∂t 180 1 ǫ0 E 2 2 = ǫ0 E · ∂E ∂t ∂E ∂B 1 1 − B· − ∇ · (E ∧ B ) ∂t µ0 ∂t µ0 99 www. 2e année 2012–2013 Énergie É/M et puissance fournie (1) Écrire E · J en fonction uniquement de E et B Utiliser Maxwell-Ampère pour éliminer J : E·J = Propriété analyse vectorielle : ∇ · (E ∧ B ) = B · (∇ ∧ E ) − E · (∇ ∧ B ) Loi de Faraday : B · (∇ ∧ E ) = −B · Regrouper les trois équations : E · J = . .polytech.fr/~aliferis .unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

2e année 2012–2013 Énergie É/M et puissance fournie (3) Ce qui se passe dans un volume élementaire : E·J + ∂ ∂t 1 1 1 B · B + ∇ · (E ∧ B ) = 0 ǫ0 E · E + 2 2µ0 µ0 énergie/m3 flux de ?/m3 (131) puissance/m3 Intégrer sur le volume V (+ théorème de la divergence) : V E · J dV + + d dt S 1 (E ∧ B ) · n ˆ dS = 0 µ0 V 1 2 ǫ0 E · E + 1 B · B dV µ0 (132) Conservation de l’énergie : P+ dUem + (puissance qui sort de V ) = 0 dt (133) 181 Puissance É/M transportée : vecteur de Poynting Puissance qui sort du volume V : Pt = S 1 (E ∧ B ) · n ˆ dS µ0 Densité surfacique de puissance transportée : S 1 E∧B µ0 (W m−2 ) (134) S : vecteur de Poynting . montre la direction de la puissance Puissance transportée par une onde à travers une surface S : Pt = S·n ˆ dS (135) 182 S 100 www.fr/~aliferis .unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.

tr. 2e année 2012–2013 [Produit de deux fonctions harmoniques] Exemple : les champs d’une onde É/M harmonique ˜ (z )e j ωt E (z. = Re E0 e j φ B0 e− j θ 2 2 1 ˜B ˜∗ < EB > = Re E 2 Le seul cas où on peut multiplier des amplitudes complexes ! (cf. t) = B0 cos(ωt − kz + θ ) = Re B0 e j θ e j (ωt−kz ) = Re B ˜B ˜ ! Produit des modules : EB = E EB = E0 B0 cos(ωt − kz + φ) cos(ωt − kz + θ ) 1 = E0 B0 [cos(φ − θ ) + cos(2ωt − 2kz + φ + θ )] 2 1 1 < EB > = E0 B0 cos(φ − θ ) = . .unice.#158) 183 (136) Énergie et puissance d’ondes É/M harmoniques Énergie moyenne É/M emmagasinée dans les champs : < Uem > = 1 4 ˜·B ˜∗ ˜·E ˜ ∗ + 1 Re B ǫ0 Re E µ0 dV (137) V Puissance moyenne É/M fournie au milieu : <P > = 1 2 ˜·J ˜∗ dV Re E (138) V Puissance moyenne É/M transportée par l’onde : < Pt > = <S > = Intensité : I = <S > (W m−2 ) 184 <S > · n ˆ dS (139) S 1 ˜∧B ˜∗ Re E 2µ0 (140) 101 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . .polytech. t) = E0 cos(ωt − kz + φ) = Re E0 e j φ e j (ωt−kz ) = Re E ˜ (z )e j ωt B (z.

fr/~aliferis . < P > = Veff Impédance caractéristique du vide : Z0 µ0 = (120π )Ω ≈ 377 Ω ǫ0 (144) 186 102 www. : ǫ0 E0 2 2 1 1 k2 2 1 E [1 + cos(2ωt − 2kz )] mag.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.unice. 2e année 2012–2013 OPPM énergie électrique = magnétique ˆ=e Une OPPM d’amplitude E0 se propageant selon k ˆz dans le vide : E = E0 cos(ωt − kz )e ˆx k B = E0 cos(ωt − kz )e ˆy ω Densités volumiques d’énergie (TD 13.1e) : 1 k 21 E [1 + cos(2ωt − 2kz )] e ˆz µ0 ω 0 2 1 k 2 1 ǫ0 2 <S > = E0 e ˆz = E e ˆz 2µ0 ω 2 µ0 0 S= On peut réécrire le dernier résultat : <S > = √ E0 / 2 µ0 /ǫ0 2 √ E0 / 2 = Z0 2 (143) 2 /R Rappel : en électronique. : 2 µ0 ω 2 0 2 OPPM dans le vide : énergie électrique = énergie magnétique Égalité en énergies instantanées (et moyennes) 185 moyenne 1 2 ǫ0 E0 4 1 1 k2 2 E 4 µ0 ω 2 0 ˜ = E0 e− j kz e E ˆx ˜ = k E0 e− j kz e B ˆy ω (141) (142) Impédance caractéristique du vide Densité de puissance transportée par une OPPM (TD 13.1a) : instantanée 1 21 [1 + cos(2ωt − 2kz )] élec.

42m25-43m40) α : polarisabilité atomique qdu ˆ−→+ moment dipolaire 187 188 Effet de la polarisation de la matière « Polarisation » : se réfère aux dipôles (Rien à voir avec linéaire/circulaire etc.polytech.unice. Alignement des dipôles permanents Rappel : graines de gazon (WL. Effet proportionnel à la cause p = αE 3. Création de dipôles (−q/ + q ) induits p 2. L2. 2e année 2012–2013 Champ électrique dans la matière Diélectriques (isolants) Les charges ne sont pas libres à se déplacer Tous les électrons sont liés aux atomes/molécules = conducteurs Intrinséquement neutres Quel est l’effet d’un champ E extérieur ? (retour pour l’instant à l’électrostatique) 1.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis .) On n’examine pas les causes pour l’instant (polarisation induite ou permanente) Matière : grand nombre de dipôles dans un volume Vecteur de polarisation P : densité volumique de moment dipolaire électrique : P ∆V → 0 lim 1 ∆V pi i (C m m−3 = C m−2 ) (145) 189 103 www.

« Libres » : on peut les choisir/placer etc. À l’intérieur : ρliées = −∇ · P 3. 2e année 2012–2013 Polarisation : charges induits Matière neutre polarisée : apparition de charges « liées » ! Dans un volume V : 1.fr/~aliferis .unice.polytech. en C m−2 191 (148) (149) 104 www. « Liées » : on n’a aucun contrôle sur elles Loi de Gauss (électrostatique) : ∇·E = 1 (ρliées + ρlibres ) ǫ0 1 = (−∇ · P + ρlibres ) ǫ0 ∇ · (ǫ0 E + P ) = ρlibres D ǫ0 E + P (C m−2 ) ∇ · D = ρlibres D : déplacement (ou induction) électrique. Matière neutre : S (C m−2 ) (C m−3 ) ρliées dV = 0 (146) (147) ρs liées dS + V ρliées . 2. À la surface : ρs liées = P · n ˆ 2.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. ρs liées génèrent champ électrique dû à P 190 Loi de Gauss dans les diélectriques Deux types de charges : 1.

fr/~aliferis .00054 5. 2e année 2012–2013 Milieux LHI Linéaire : P = ǫ0 χe E χe : susceptibilité électrique D = ǫ0 E + P = ǫ0 (1 + χe )E ǫ0 ǫr E = εE ǫr : permittivité relative ε/ǫ0 (ou constante diélectrique) (151) (150) Homogène : ǫr ne dépend pas de r Isotrope : ǫr est un scalaire Milieux lhi : (149) : ∇ · D = ρlibres D =ǫ 0 ǫ r E −→ ∇ · E = ρlibres /ǫ0 ǫr 192 remplacer ρ −→ ρlibres et ǫ0 −→ ǫ0 ǫr dans la loi de Gauss Permittivité relative : quelques valeurs typiques Matériau Vide Hydrogène Air (sec) Diamand Sel Silicone Eau Glace (−30 ◦C) ǫr 1 1.00025 1.2 5.8 80.9 11.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.1 99 193 105 www.unice.polytech.

etc. m créés par les électrons Orientation aléatoire : résultat nul Quel est l’effet d’un champ B extérieur ? 1. Paramagnétisme : m s’orientent selon B 3. Pôle Nord. À la surface : Js liés = M ∧ n ˆ 2. À l’intérieur : Jliés = ∇ ∧ M (A m−2 ) (154) 196 (A m−1 ) (153) 1 ∆V→0 ∆V lim mi i (A m2 m−3 = A m−1 ) (152) 106 www.polytech. 2e année 2012–2013 Champ magnétique dans la matière Phénomènes magnétiques : dus aux courants Aimants.fr/~aliferis .unice. Diamagnétisme : m s’orientent contre B 2.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. Ferromagnétisme : m s’orientent selon B à grandes échelles IAn ˆ 194 195 Magnétisation : courants induits Équivalent de la polarisation P Vecteur de magnétisation M : densité volumique de moment dipolaire magnétique : M Dans un volume V : 1. : des courants dans la matière Une boucle de courant I : m m : moment dipolaire magnétique A : aire de la boucle Dans la matière. boussoles.

2e année 2012–2013 Loi d’Ampère dans les diélectriques Deux types de courants : 1.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. « Liés » : on n’a aucun contrôle sur eux Loi d’Ampère (magnétostatique) : ∇ ∧ B = µ0 (Jliés + Jlibres ) = µ0 (∇ ∧ M + Jlibres ) 1 B−M µ0 = Jlibres (155) (156) ∇∧ H 1 B − M (A m−1 ) µ0 ∇ ∧ H = Jlibres H : « champ H » (excitation magnétique) en A m−1 197 Milieux LHI Linéaire : M = χm H χm : susceptibilité magnétique B = µ0 (H + M ) = µ0 (1 + χm )H µ0 µr H = µH µr : perméabilité relative µ/µ0 (158) (157) Homogène : µr ne dépend pas de r Isotrope : µr est un scalaire Milieux lhi : (156) : ∇ ∧ H = Jlibres B =µ0 µr H −→ ∇ ∧ B = µ0 µr Jlibres 198 remplacer J −→ Jlibres et µ0 −→ µ0 µr dans la loi d’Ampère 107 www. 2. « Libres » : on peut les choisir/placer etc.unice.fr/~aliferis .

1 × 10−5 7.4 × −2. 25m50-30m30) Phénomène d’hystérésis B /H Température de Curie (WL. L21.2 × 10−8 −2.0 × 10−6 −1. 43m00-46m22) 199 Ferromagnétisme µr entre 102 et 106 ! Orientation de m par domaines (≈ 1020 atomes) Orientation permanante : magnétisation Dans un champ magnétique B non uniforme : force d’attraction vers B fort (WL.5 × 10−6 2.8 × 10−5 2.7 × 10−6 −9. 2e année 2012–2013 Susceptibilité magnétique : quelques valeurs Matériau diaOr Argent Cuivre Eau CO2 Hydrogène χm −3. L21.9 × 10−6 8. L21.4 × 10−5 −9.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.9 × 10−3 µ r = 1 + χm ≈ 1 Oxygène liquide démo (WL.fr/~aliferis . L21.polytech.2 × 10−9 10−5 Matériau paraOxygène Sodium Aluminium Tungsten Platine Oxygène liquide χm 1. 20m10-23m00) Écouter les domaines magnétiques s’orienter : effet Barkhausen (1919) (WL. hystérésis P /E 200 108 www. 37m00-40m10) Matériau Nickel (Ni) Fer (Fe) Cobalt (Co) Tc (◦C) 354 770 1115 Équivalent : matériaux ferroélectriques.unice.8 × 10−4 3.

fr/~aliferis .polytech. E −→ E Polarisation/magnétisation dans la matière Apparition de charges/courants « liés » : ˜ ˜liées = −∇ · P polarisation (147) : ρ ˜ ˜ magnétisation (154) : J liés = ∇ ∧ M Variation de ρ ˜liées : courant de polarisation ˜ = − j ωρ (Rappel (42) : ∇ · J ˜) ˜) = ∇ · j ω P ˜ ˜ ˜liées = − j ω (−∇ · P ∇·J pol = − j ω ρ ˜ ˜ J pol = j ω P Un nouveau terme de courant à ajouter dans l’équation de Maxwell-Ampère ! (147) 201 (159) 202 Équations de la divergence Champ électrique (loi de Gauss) ˜ 1 1 ˜= ρ ˜+ρ = (˜ ρliées + ρ ˜libres ) = (−∇ · P ˜libres ) (88) : ∇ · E ǫ0 ǫ0 ǫ0 ˜+P ˜) = ∇ · D ˜ =ρ ∇ · (ǫ0 E ˜libres Champ magnétique ˜=0 (89) : ∇ · B (161) 203 (160) 109 www. 2e année 2012–2013 Équations de Maxwell dans la matière Courant de polarisation Retour aux phénomènes variables dans le temps ˜ etc.unice.) Régime harmonique (∂/∂t −→ j ω .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Équations du rotationnel Champ électrique (loi de Faraday) ˜ ˜ = − j ωB (90) : ∇ ∧ E Champ magnétique (loi de Maxwell-Ampère) ˜ = µ0 (J ˜ ˜ ˜ ˜ (91) : ∇ ∧ B liés + Jlibres + Jpol + j ωǫ0 E ) (159) (162) ˜ ˜ +J ˜ ˜ = µ0 (∇ ∧ M libres + j ω P + j ωǫ0 E ) ˜ +J ˜ ˜ = µ0 (∇ ∧ M libres + j ω D ) ∇∧ 1 ˜ ˜ B−M µ0 ˜ ˜ ˜ =J = ∇∧H libres + j ω D (163) 204 Équations de Maxwell dans la matière (1) Forme « inutilisable » ˜=ρ ˜/ǫ0 ∇·E ˜=0 ∇·B ˜ = − j ωB ˜ ∇∧E ˜ = µ0 (J ˜ + j ωǫ0 E ˜) ∇∧B Charges et courants : « libres » et « liés » ρ ˜= ρ ˜liées + ρ ˜libres ˜ ˜ ˜ ˜= J J liés + Jlibres + Jpol Équations valables quel que soit le milieu Incovénient : calculer les charges/courants que l’on ne contrôle pas 205 (164a) (164b) (164c) (164d) 110 www.polytech.unice.fr/~aliferis .

polytech. homogènes. 2e année 2012–2013 Équations de Maxwell dans la matière (2) Forme « généralisée » ˜ =ρ ∇·D ˜libres ˜=0 ∇·B ˜ ˜ = − j ωB ∇∧E ˜ =J ˜ ˜ ∇∧H libres + j ω D Charges et courants : uniquement « libres » (on ne l’écrira plus !) Relations constitutives ˜ ˜+P ˜ = ǫ0 E D ˜ = µ0 (H ˜ +M ˜) B Équations valables quel que soit le milieu ˜ et M ˜ Difficulté : calculer les champs P 206 (165a) (165b) (165c) (165d) Équations de Maxwell dans la matière (3) Forme spéciale : milieux linéaires.unice.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. isotropes (lhi) ˜=ρ ∇·E ˜libres /ǫ ˜ =0 ∇·H ˜ ˜ = − j ωµH ∇∧E ˜ =J ˜ ˜ ∇∧H libres + j ωǫE Charges et courants : uniquement « libres » (on ne l’écrira plus !) Relations constitutives : utilisées dans (165) −→ (166) ˜ = ǫ0 E ˜+P ˜ lhi ˜ = ǫE ˜ D = ǫ0 ǫr E lhi ˜ = µ0 (H ˜ +M ˜) = ˜ = µH ˜ B µ0 µr H (166a) (166b) (166c) (166d) Équations valables uniquement pour les milieux lhi (y compris le vide !) Ressemblent aux équations (164) mais avec ǫ.fr/~aliferis . µ et charges/courants libres 207 111 www.

polytech.unice. 2e année 2012–2013 Énergie et puissance dans la matière On peut reprendre les calculs qui ont conduit à (131) mais à partir des équations de Maxwell généralisées (165) dP pertes : = E · J (W/m3 ) dV énergie é/m : 1 1 dUem = D·E+ B·H dV 2 2 (W m−2 ) (J m−3 ) (167) (168) Poynting : S = E ∧ H Dans le cas spécial du vide.fr/~aliferis . on retrouve (129) et (134) 208 112 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

H . 2e année 2012–2013 OPPM dans les milieux lhi OPPM dans un milieu lhi On peut reprendre tous les résultats obtenus dans le vide Remplacer ǫ0 −→ ǫ et µ0 −→ µ Faire apparaître uniquement les charges et les courants « libres » Dans un milieu lhi sans sources ni courants : ◮ ◮ ◮ 209 Une OPPM est une onde TEM Les vecteurs E .fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech. k forment un trièdre direct Le nombre d’onde est donné par : √ √ √ √ k = ω µǫ = ω µ0 ǫ0 µr ǫr = k0 µr ǫr (169) ◮ Le rapport E / H est constant : B = µH = k ∧ E E ⊥k −→ ω H = k E = ωµ ǫ E µ (170) Z ◮ E µ = ǫ H impédance caractéristique (Ω) Les champs E et H sont en phase si ǫ. µ réels 210 113 www.unice.

École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. Pertes diélectriques : (150) → P ǫ ˜= 1+χ ˜e ′′ ǫ′ − j ǫ′′ = ǫ0 (ǫ′ ˜r r − j ǫr ) = ǫ0 ǫ loi d’Ohm ˜ =χ ˜ 3. 2e année 2012–2013 Types de pertes dans la matière 1. Pertes de conductivité (ohmiques) ˜ = σE ˜ (46) : J σ : conductivité en S m−1 ˜ = ǫ0 χ ˜ ˜e E 2.polytech. Pertes magnétiques : (157) → M ˜m H µ ˜ =1+χ ˜m (on considère toujours ici µr ≈ 1) 211 ′′ µ′ − j µ′′ = µ0 (µ′ ˜r r − j µr ) = µ0 µ Permittivité effective Pertes ohmiques et diélectriques dans Maxwell-Ampère : σ ˜ = σE ˜ + j ωǫ ˜ = j ωǫ0 ǫ (166) : ∇ ∧ H ˜E ˜r − j ωǫ0 ˜ J ˜ E Définir une permittivité effective ǫ ˜reff ǫr − j ˜ σ = ǫ′ r− j ωǫ0 ǫ′′ r + σ ωǫ0 ′′ = ǫ′ r eff − j ǫr eff (171) L’équation de Maxwell-Ampère (166) ˜ ∇ ∧ H = j ωǫ0 ǫ ˜reff E On peut reprendre tous les résultats précédents (lhi sans pertes) et remplacer ǫr −→ ǫ ˜reff 212 114 www.unice.fr/~aliferis .

unice. 2e année 2012–2013 Nombre d’onde complexe Le nombre d’onde Nombre d’onde complexe ! ˜ k β− j α √ ˜=ω k = ω µǫ −→ k µǫ ˜eff ˜ ˜ = E0 e− j kz E = E0 e− j (β − j α)z = E0 e−αz e− j βz E = E0 e−αz cos(ωt − βz ) β : « constante de phase » (rad m−1 ) α : « coefficient d’atténuation » (Np m−1 ) δ = 1/α : « profondeur de peau » 213 Coefficients α et β Milieu lhi sans pertes magnétiques.fr/~aliferis .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. avec permittivité complexe ˜ = ω √µ0 ǫ0 k µr ǫ ˜reff = k0 ′′ µr (ǫ′ r eff − j ǫr eff ) = k0 µ r ǫ′ r eff 1− j ǫ′′ r eff ǫ′ r eff ′ Tangente de pertes ǫ′′ r eff /ǫr eff Coefficient d’atténuation / constante de phase : α = k0  µ r ǫ′ r eff  1+ 2 µ r ǫ′ r eff 2   1+ ǫ′′ r eff ǫ′ r eff ǫ′′ r eff ǫ′ r eff 2 2 − 1 + 1 1/2 1/2 (172) β = k0 (173) 214 115 www.polytech.

unice.fr/~aliferis .polytech. 2e année 2012–2013 Milieu lhi sans pertes Milieu sans pertes : ǫ′′ = 0 α=0 β=ω La vitesse de phase : vφ = Indice de réfraction : n La longueur d’onde : λ= 2π = β µ r ǫ′ r λ0 λ0 ≤ λ0 = ′ n µ r ǫr 215 (175) ω = β µǫ′ (174) c c = ≤c ′ n µ r ǫr Milieu lhi avec pertes Milieu avec pertes : ǫ′′ = 0 α=0 β=ω La vitesse de phase (réelle) : vφ = ω ω = β ˜ Re k = c ω = √ √ ˜r Re ω µǫ ˜ Re µr ǫ = c ≤c Re {n ˜} (176) µǫ′ Indice de réfraction (complexe) : n ˜ La longueur d’onde (réelle) : λ= 2π 2π = β ˜ Re k = λ0 √ Re µr ǫ ˜r = λ0 ≤ λ0 Re {n ˜} 216 µr ǫ ˜r (177) 116 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.

fr/~aliferis . uniquement sur un conducteur parfait 218 Incidence normale sur une interface Interface entre deux milieux lhi à z = 0 ˆi = e Incidence normale : k ˆz (TD 14.1) Ondes incidente.polytech. n ˆ de 2 vers 1 Même procédure que celle du tr. réflechie et transmise : ˜i = Ei0 e− j ki ·r e E ˆx = Ei0 e− j ki z e ˆx ˜r0 e− j kr ·r e ˜r0 e+ j ki z e ˜r = E ˆx = E ˆx E ˜t0 e− j kt ·r e ˜t0 e− j kt z e ˜t = E E ˆx = E ˆx ˆ ∧E ˜: ˜ = (k ˜ )/Z Champs magnétiques H ˜ i = + 1 Ei0 e− j ki z e ˆy H ˜1 Z ˜r0 e+ j ki z e ˜r = − 1 E H ˆy ˜ Z1 ˜t0 e− j kt z e ˜t = + 1 E H ˆy ˜ Z2 219 117 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. H E −1 ˜ J s : courant surfacique (A m ).#174 ˜ 2) = ρ ˜1 − D ˜s n ˆ · (D ˜1 − B ˜2) = 0 n ˆ · (B ˜1 − E ˜2 ) = 0 n ˆ ∧ (E ˜ ˜ 2) = J ˜1 − H n ˆ ∧ (H s ˜nor1 − ǫ2 E ˜nor2 = ρ ǫ1 E ˜s ˜tan1 − E ˜tan2 = 0 E ˜=0 ∇·B ˜ ˜ + j ωD ˜ =J ∇∧H 217 (178a) (178b) (178c) (178d) ˜ nor1 − µ2 H ˜ nor2 = 0 µ1 H ˜ tan1 − H ˜ tan2 = J ˜s H ˜ nor continu (si milieux non magnétiques) ˜tan continu .unice. 2e année 2012–2013 Refléxion / transmission entre deux milieux lhi Conditions aux limites entre deux milieux lhi Les équations de Maxwell dans la matière (165) ˜ =ρ ∇·D ˜ ˜ ˜ = − j ωB ∇∧E Interface entre deux milieux lhi.

t = 0 221 118 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Incidence normale : conditions aux limites Appliquer les conditions aux limites (178) à z = 0 ˜ (178a) : pas de composantes normales de E ˜ (178b) : pas de composantes normales de B ˜ (selon e ˆx ) (178c) : composantes tangentielles de E ˜r 0 = E ˜t0 Ei0 + E ˜ (selon e (178d) : composantes tangentielles de H ˆy ) ˜r 0 ˜t0 Ei0 E E − = ˜1 ˜1 ˜2 Z Z Z 220 Incidence normale : coefficients amplitude Coefficients de réflexion/transmission en amplitude : ˜r 0 ˜2 − Z ˜1 E Z = ˜2 + Z ˜1 Ei0 Z ˜2 ˜t0 2Z E = ˜2 + Z ˜1 Ei0 Z (179) r ˜ ˜ t Quelques propriétés (180) ˜ 1. 1 + r ˜=t 2. Si milieu 2 conducteur parfait : Z µ2 ǫ′ − j σ ω → 0. r.fr/~aliferis . r = −1.polytech. t réels si milieux sans pertes : pas de déphasage ◮ ◮ ◮ 2 −Z 1 r= Z Z2 +Z1 < 0 si Z2 < Z1 Milieux non magnétiques : Z2 < Z1 =⇒ ǫ1 > ǫ2 ǫ1 > ǫ2 =⇒ v1 < v2 (milieu « lent » vers « rapide ») ˜2 = 3.unice.

unice. p. TM) : E plan d’incidence (TD 14. s.2 = µ0 ) sans pertes (ǫ1.polytech. 2e année 2012–2013 Incidence normale : coefficients puissance Puissance transportée : 1 Re 2 1 Ir = Re 2 1 It = Re 2 Ii = 1 ˜ Z1 1 ˜1 Z 1 ˜ Z2 2 Ei 0 2 ˜r0 |2 = 1 Re 1 |r |E ˜|2 Ei 0 ˜1 2 Z 2 ˜t0 |2 = 1 Re 1 |t ˜|2 Ei |E 0 ˜2 2 Z Coefficients de réflexion/transmission en intensité : R Ir = |r ˜|2 Ii (181) T It Ii = ˜2 Re 1/Z ˜1 Re 1/Z ˜|2 = 1 − R |t (182) 222 Incidence oblique sur une interface : définitions Interface entre deux milieux lhi à z = 0 ˆi « Plan d’incidence » : défini par n ˆ et k ˆi (0 ≤ θi ≤ 90◦ ) « Angle d’incidence » θi : entre n ˆ et k ˆr (0 ≤ θr ≤ 90◦ ) « Angle de réflexion » θr : entre n ˆ et k ˆt (0 ≤ θt ≤ 90◦ ) « Angle de réfraction » θt : entre n ˆ et k Incidence oblique : ki = ki sin θi e ˆx + ki cos θi e ˆz kr = ki sin θr e ˆx − ki cos θr e ˆz kt = kt sin θt e ˆx + kt cos θt e ˆz (kr = ki ) Polarisation perpendiculaire (⊥.2 réels) √ k = k0 ǫr = nk0 √ Z = Z0 / ǫr = Z0 /n 223 119 www.3) Cas général : perpendiculaire + parallèle Milieux non magnétiques (µ1.fr/~aliferis .2) Polarisation parallèle ( .École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. TE) : E ⊥ plan d’incidence (TD 14.

s.polytech. y.2) Champs électriques : ˜i = Ei0 e− j ki ·r e E ˆy ˜r = Er0 e− j kr ·r e E ˆy ˜t = Et0 e− j kt ·r e E ˆy ˜ )/Z : ˜ = (k ˆ ∧E Champs magnétiques H ˜ i = 1 Ei0 e− j ki ·r (− cos θi e H ˆx + sin θi e ˆz ) Z1 ˜ r = 1 Er0 e− j kr ·r (+ cos θr e ˆx + sin θr e ˆz ) H Z1 ˜ t = 1 Et0 e− j kt ·r (− cos θt e H ˆx + sin θt e ˆz ) Z2 224 Incidence oblique ⊥ : Snel – Descartes Appliquer les conditions aux limites (178) à z = 0 ˆy ) (178c) : composantes tangentielles de E (selon e Ei0 e− j ki ·r + Er0 e− j kr ·r = Et0 e− j kt ·r ∀r = (x. 0) Égalité possible à condition que : ki · r = kr · r = kt · r ∀r = (x.unice. 2e année 2012–2013 Incidence oblique ⊥ : champs Polarisation perpendiculaire (⊥. 0) « Continuité de la phase sur l’interface » Conséquences : ki · r = kr · r ⇒ sin θi = sin θr ⇒ θi = θr ki · r = kt · r ⇒ n1 sin θi = n2 sin θt Loi de (Willebrord) Snel – Descartes Simplifier la notation : θ1 θi = θr et θ2 θr (183) (184) 225 120 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.fr/~aliferis . TE) : E ⊥ plan d’incidence (TD 14. y.

2g) Si milieu 2 conducteur parfait : Z2 = 0. t⊥ = 0 Z⊥ = |Etan |/|Htan | (comp. t⊥ dépendent de θ1 r⊥ = 0 (TD 14. tr.unice.fr/~aliferis .polytech. tangentielles à l’interface. r⊥ = −1.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. ici |Ey |/|Hx |) 227 121 www. 2e année 2012–2013 Incidence oblique ⊥ : conditions aux limites Appliquer les conditions aux limites (178) à z = 0 ˜ (178a) : pas de composantes normales de E ˜ (selon e (178b) : composantes normales de B ˆz ) µ0 1 1 1 Ei0 sin θ1 + µ0 Er0 sin θ1 = −µ0 Et0 sin θ2 Z1 Z1 Z2 ˜ (selon e ˆy ) (178c) : composantes tangentielles de E Ei0 + Er0 = Et0 (178b) + Z = Z0 /n + Snell-Descartes = (178c) ˜ (selon e ˆx ) (178d) : composantes tangentielles de H − 1 1 1 Ei0 cos θ1 + Er0 cos θ1 = Et0 cos θ2 Z1 Z1 Z2 Z/ cos θ 226 Mêmes relations en incidence normale (cf.#220) si on définit Z⊥ Incidence oblique ⊥ : coefficients amplitude Coefficients de réflexion/transmission en amplitude : r⊥ Z2⊥ − Z1⊥ Er0 = Ei0 Z2⊥ + Z1⊥ Et0 2Z2⊥ = Ei0 Z2⊥ + Z1⊥ Z1⊥ Z2⊥ Z1 cos θ1 Z2 cos θ2 (185) t⊥ (186) r⊥ .

fr/~aliferis . Continuité de phase sur l’interface : ki · r = kr · r = kt · r 2. tr.unice. TM) : E Champs magnétiques : ˜ i = 1 Ei0 e− j ki ·r e H ˆy Z1 ˆ )Z : ˜ = (H ˜ ∧k Champs électriques E ˜i = Ei0 e− j ki ·r (+ cos θi e E ˆx − sin θi e ˆz ) ˜r = Er0 e− j kr ·r (− cos θr e E ˆx − sin θr e ˆz ) ˜t = Et0 e− j kt ·r (+ cos θt e E ˆx − sin θt e ˆz ) 1.#225) : 122 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Incidence oblique ⊥ : coefficients puissance Puissance transportée de façon normale à l’interface : 1 1 2 E cos θ1 2 Z1 i0 1 1 2 1 1 2 2 Ir = Er0 cos θ1 = r E cos θ1 2 Z1 2 Z1 ⊥ i 0 1 1 2 1 1 2 2 It = Et0 cos θ2 = t E cos θ2 2 Z2 2 Z2 ⊥ i0 Ii = Coefficients de réflexion/transmission en intensité : R⊥ T⊥ Ir 2 = r⊥ Ii (187) It 1/Z2 cos θ2 2 = t = 1 − R⊥ Ii 1/Z1 cos θ1 ⊥ (188) 228 Incidence oblique : champs plan d’incidence (TD 14. Snel – Descartes : θi = θr et n1 sin θi = n2 sin θt 3.polytech. θ1 θi = θr et θ2 θt 229 Même procédure que celle du cas ⊥ (cf. s.3) ˜ r = 1 Er0 e− j kr ·r e H ˆy Z1 ˜ t = 1 Et0 e− j kt ·r e H ˆy Z2 Polarisation parrallèle ( .

tangentielles à l’interface. t = 0 Z = |Etan |/|Htan | (comp.unice. r = −1. t dépendent de θ1 r = 0 si θ1 = θB : angle de Brewster.polytech.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech. 2e année 2012–2013 Incidence oblique : conditions aux limites Appliquer les conditions aux limites (178) à z = 0 ˜ (selon e (178a) : composantes normales de D ˆz ) −ǫ1 Ei0 sin θ1 − ǫ1 Er0 sin θ1 = −ǫ2 Et0 sin θ2 ˜ (178b) : pas de composantes normales de B ˜ (selon e (178c) : composantes tangentielles de E ˆx ) Ei0 cos θ1 − Er0 cos θ1 = Et0 cos θ2 ˜ (selon e ˆy ) (178d) : composantes tangentielles de H Ei0 Er0 Et0 + = Z1 Z1 Z2 (178a) + Z = Z0 /n + Snell-Descartes = (178d) On définit Z Z cos θ 230 Incidence oblique : coefficients amplitude Coefficients de réflexion/transmission en amplitude : r − Z2 − Z1 Er0 = Ei0 Z2 + Z1 (189) t 2Z2 cos θ1 Et0 = Ei0 Z2 + Z1 cos θ2 Z1 Z2 Z1 cos θ1 Z2 cos θ2 (190) −Er0 /Ei0 parce que si θ1 ≈ 0. ici |Ex |/|Hy |) 231 123 www.fr/~aliferis . Ei et Er sont opposés r r .3d) Si milieu 2 conducteur parfait : Z2 = 0. tan θB = Z1 /Z2 (TD 14.

unice. 2e année 2012–2013 Incidence oblique : coefficients puissance Puissance transportée de façon normale à l’interface : 1 1 2 E cos θ1 2 Z1 i 0 1 1 2 E cos θ1 = Ir = 2 Z1 r 0 1 1 2 E cos θ2 = It = 2 Z2 t0 Ii = Coefficients de réflexion/transmission en intensité : R Ir = r2 Ii (191) 1 1 2 2 r Ei0 cos θ1 2 Z1 1 1 2 2 t Ei0 cos θ2 2 Z2 T It 1/Z2 cos θ2 2 t = 1−R = Ii 1/Z1 cos θ1 (192) 232 124 www.École Polytechnique de l’UNS Polytech’Nice-Sophia Parcours des Écoles d’Ingénieurs Polytech.polytech.fr/~aliferis .