L’INFERNAL DIORAMA

(Extrait de la postface du Jardin des supplices, Éditions du Lé ard Noir, illustrations de Florence Lucas!
[Ce roman, publié au plus fort de l'affaire Dreyfus, résulte d’un bricolage de textes conçus indépendamment les uns des autres, à des époques différentes, en des styles différents et avec des personnages différents !a réédition, en "anvier #$%#, offre une occasion unique de redécouvrir le texte d'un écrivain plongé dans l'oubli apr&s sa mort à cause de ses exc&s de liberté et de contestation ''intér(t de cette nouvelle édition réside aussi dans l'interprétation grap)ique que *lorence 'ucas, "eune artiste au style précieux et acéré+ donne de ce classique décadent Florence Lucas est une artiste contemporaine, découvrant et dialoguant avec son époque, essentiellement sur ,nternet !es activités sont diverses - du dessin classique à la composition de musique .elle est plus connue sous le nom de / , 0 c)e1 2igersus)i 3ecords4, en passant par l’illustration et le )appening !a carri&re débute en #$$5 alors qu'elle réalise les poc)ettes des disques de *lores 0onstrosi, /im /ong et 0iyage, c)e1 2igersus)i !es illustrations ont dé"à été parues dans Les Inrockuptibles, Citizen K, Le Figaro littéraire, ou encore Chronic'art 6vec un coup de crayon vif et incisif, elle croque des instantanés de vie, o7 la fronti&re entre l’)umain et l’animal est étroite et certaines intersections entre les deux mondes peuvent appara8tre de façon inattendue voire incongrue, des dessins tou"ours "ustes et non sans )umour 9lle donne ici une interprétation unique de l':uvre de 0irbeau ;

*lorence 'ucas

<our =ctave 0irbeau, morale, politique et est)étique sont totalement imbriquées 'e )éraut de la geste anarc)iste la plus radicale est également le défenseur ac)arné de la modernité artistique la plus exigeante .3odin, 0onet, 0anet, Degas, >auguin, Cé1anne?4 9n %@@A, 0irbeau avait écrit un article élogieux sur la fameuse Porte de l’Enfer qu’6uguste 3odin avait réalisée pour l’entrée du 0usée des 6rts Décoratifs de <aris C’est donc tr&s logiquement qu’il demande au sculpteur de collaborer artistiquement à l’édition de la troisi&me partie du livre .celle qui concerne directement le B "ardin des supplices C4 qu’6mbroise Dollard publie en %E$# 3odin réalise pour cette édition vingt dessins, qui seront ensuite lit)ograp)iés pour (tre imprimés 3odin n’a pas "oué le "eu de l’illustration à proprement parler 3ien, dans ces dessins, n’est en relation directe avec la narration de 0irbeau ,l s’agit plutFt d’une mani&re de contreGc)amp visuel qui ouvre l’espace de la fiction plutFt qu’il ne se rabat mimétiquement sur elle Hvoquant les illustrations de *élicien 3ops pour Les Diaboli ues de Iarbey d’6urevilly, =ctave 0irbeau note - B !e "e suis ser#i de

l’horrible "ot $ illustrer% et c’est bien & tort% car Félicien 'ops n’illustre pas% il fait (u#re & c)té d’une (u#re* Il ne s’assouplit point au+ créations des autres% il crée de toutes pi,ces* C

<lus de cent ans apr&s, les dessins de *lorence 'ucas qui accompagnent Le !ardin des supplices ne sont pas euxGm(mes des illustrations ,ls "ouent davantage comme des inflexions visuelles qui permettent de laisser se déployer la narration 6insi, aucune des sc&nes décrites dans le livre n’est illustrée à proprement parler Car ces sc&nes n’existent que dans l’ordre de l’écriture + c)aque lecteur pouvant d&s lors y pro"eter librement ses propres images *lorence 'ucas est une artiste du dé"àGvu <lutFt ymagi&re .au sens de Jarry4 qu’illustratrice, elle ne revendique pas l’originalité de ces images 9lle a conscience que notre imaginaire est constitué par un stocK d’images préexistant 0ais son rFle, précisément ici, est de ne pas mettre en image ce qui est de l’ordre de l’écriture, de répéter visuellement ce qui est exprimé par des mots 'es dessins présentés ici appartiennent tous à d’autres images .extérieures au texte de 0irbeau4 dont on ne perçoit que les fantFmes 9n instillant, ici et là, des images .toutes marquées du sceau de l’exubérance florale4 qui am&nent le lecteur vers d’autres 1ones imaginaires, *lorence 'ucas laisse librement se déployer l’infernal diorama du texte, restant du m(me coup fid&le à la pensée paradoxale et éminemment libertaire d’=ctave 0irbeau Iernard 0arcadé
[Iernard 0arcadé est critique d’art et organisateur d’expositions indépendant 6pr&s des études de p)ilosop)ie et d’)istoire de l’art, il est devenu professeur d’est)étique et d’)istoire de l’art à l’Hcole 3égionale !upérieure d’9xpression <lastique de 2ourcoing, de %ELA à %E@A, puis, de %E@A à au"ourd’)ui, à l’Hcole Mationale !upérieure d’6rts de <arisGCergy ,l est l’auteur de - -loge du "au#ais esprit .'a Différence, %E@N4, Fé"inin./asculin% Le 0e+e de l’art .>allimardG9lecta, %EEA4 + Pierre et 1illes% l’(u#re co"plet 2345.2335 , 2asc)en, %EEL .avec Dan Cameron4 + Il n’6 a pas de second degré% re"ar ues sur la figure de l’artiste au 77 e si,cle .Hditions Jacqueline C)ambon, %EEE4, Isidore Ducasse .!eg)ers, #$$#4 ,l a organisé - 8istoires de 0culpture .C)Oteau des ducs d’9pernon, Cadillac, >ironde P 0usée d’art moderne de Dilleneuve d’6scq P 0usée de Mantes, %E@5G%E@A4 + Lu+e% Cal"e et 9olupté% :spects of French :rt 2355.23;5 .Dancouver 6rt >allery, %E@N4 + :ffinités sélecti#es .programme des expositions d’art contemporain du <alais des IeauxG6rts de l’année %EE$, Iruxelles4 + L’E+c,s < le retrait .participation française de la QQ,e Iiennale ,nternationale de !Ro <aulo, %EE%4 + Fé"inin./asculin% Le se+e de l’art, 0usée national d’art moderne, Centre >eorges <ompidou, <aris, %EEA .avec 0arieG'aure Iernadac4 + =eco"ing .EL /Sang"u Iiennale, /Sang"u, %EEL4 + /i+/a+ .6rtson"e Center, !éoul, février #$$5 .avec !ung Ton /im4 ,l vient de faire para8tre, en #$$L, /arcel Ducha"p% La 9ie & crédit, aux Hditions *lammarion ;

*lorence 'ucas

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful