You are on page 1of 6

article n°5

1

BOUARE Sidy

La notion de l’Intérêt, l’Usure ou « Riba » suivant les trois religions monothéistes (Judaïque, Christianisme et l’Islam)
la différence financière et la sphère de l’économie réelle à travers des produits ayant la logique de partage et de partenariat. La seconde s’occupe plutôt à la maximisation de profit via le système de prêts ou bien la vente des monnaies.

Essentiellement,

fondamentale existant entre la finance islamique et celle de son pendant conventionnelle l’usure ou « Riba ». L’originalité de la première cherche à créer des parcelles entre la sphère (finance classique) réside dans la pratique de l’intérêt,

A. Origine du mot Intérêt, Usure ou « Riba »
Sens sémantique du mot : d’un terme et intérêts liés au retard de remboursement ; -

Le mot intérêt signifie Tokos en grec, qui veut dire à la fois enfant, rejeton et revenu de l’argent. Le mot usure signifie Usura en latin, qui veut dire intérêt de l’argent. Le terme « Riba » vient du verbe « rabâ », qui signifie augmenter, ainsi le verbe « arbâ » qui signifie faire accroître.
Il y a deux (2) principales catégories de Riba : -

« Riba » relatif aux transactions  « Riba »
al-fadl (échange
Chronique Finance Islamique

commerciales (vente & change) :
déséquilibré entre produits de même espèce selon la jurisprudence islamique) ;

 « Riba »

d’Al-nnass’a

(les

opérations de forward swap / vente à terme de monnaies).

« Riba » relatif aux dettes /Riba alnasi-a, (intérêts résultant de la stipulation

D’un point de vue juridique : L’intérêt est « Tout avantage pécuniaire ou surplus exigé contractuellement dans le cadre d’un prêt et /ou d’une vente à terme de monnaies ou bien lors d’un échange direct de produits alimentaires de même espèce1 ». Economistes classiques : a été inventée en vue de l’échange. reçoivent des revenus sans fournir du travail. Système Bancaire Islamique Aspects théoriques et pratiques. il le définit «le taux de l’intérêt est le prix qui équilibre le désir de détenir la  richesse sous forme de monnaie et la quantité de monnaie disponible 4». 1998. quant au dernier. Usure ou « Riba » Les divergences d’idées sur le plan financière.article n°5 2 B. comme le propriétaire de la terre. l’argent ne doit pas procréer. il nous paraît difficile de donner une définition précise. nous avons recensé quelques définitions de différents courants permettant d’orienter les pensées vers les mots clés.2 ». L’idée Keynésienne. enrichissement sans le travail est une injustice sociale . voire la même finalité. En effet. 20082 Cité par Mohamed Boudjéllah. 3. exclut l’esprit de la thésaurisation.. l’auteur. Selon Aristote. Définition Intérêt. mais plutôt un instrument d’échange et de réserve de valeur . 3 Idem 4 Ibid. l’avant dernier. c’est un acte de contre volonté parce contractuellement. 2. p.  qu’il selon est le exigé deuxième. « … Car la monnaie 2. . L’idée de l’école 3 socialiste notamment Karl Marx . p. assimilait l’intérêt de l’argent à la rente 1 Selon –Mohamed Bachir OULD SASS. Selon lui. l’argent ne doit pas procréer. et l’intérêt est une monnaie née d’une monnaie. Chronique Finance Islamique 1. Paris. Ces différents courants orbitent autour des mêmes mots clés. 3. le financier. On peut le résumé ainsi. tandis que l’intérêt multiplie la quantité… car les êtres engendrés ressemblent à leurs parents. qualificatif et appellatif du mot. La première pensée.

monothéistes condamnèrent la pratique de l’intérêt et l’usure. Dans l’Évangile selon Saint Luc n’est-il pas affirmé : « Si vous ne prêtez qu’à ceux dont vous espérez restitution. Usure ou « Riba » À l’origine. En tout cas. En revanche. afin que ton frère vive à côté de toi. et que sa main devienne tremblante à côté de toi. étranger ou hôte. ». chapitre 25 V. toutes les trois religions de. Ces passages autorisent le prêt à intérêt entre les juifs et l’étranger : «Tu pourras tirer un intérêt de l’étranger ». te bénisse dans tout ce que tu entreprendras au pays dont tu vas entrer en possession. Textes canoniques sur Intérêt. voire même maîtriser la commande de la finance mondiale.article n°5 3 C.5 » Au vue de ce texte. la FI à l’heure de la mondialisation 2011. il y a eu changement. 6. p. Suivant la conception judaïque L’Ancien Testament le Lévitique. l’intérêt et l’usure sans exception «Tu ne prendras de lui ni intérêt ni usure ». tu le soutiendras. versets 19 et 20) « Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent. et tu ne lui donneras pas tes vivres à usure. Tu ne lui donnes pas ton argent à intérêt. 6 Évangile selon Saint Luc. Tu pourras tirer un intérêt de l’étranger. 34-35 . ce « droit » a donné naissance à un capitalisme financier. 35 à37. une autre illustration remet en cause une partie de cette interdiction. Tu ne prendras de lui ni intérêt ni usure . Mais avec l’évolution économique et la modernité. ni pour rien de ce qui se prête à intérêt. quel mérite ? Car les pêcheurs prêtent aux pêcheurs afin de recevoir l’équivalent »6 ? Chronique Finance Islamique La Bible. a permis aux juifs de s’enrichir avec l’étranger. il convient de noter que l’église catholique a resté ferme quant à la condamnation du prêt à intérêt. afin que l’Éternel. cité par Dhater Saïdane. 58. ton Dieu. et tu craindras ton Dieu. ni pour vivres. ils sont tous interdits. afin qu’il vive à côté de toi. Lévitique. Et chacune des trois à essayer de contextualiser cette notion conformément à sa pensée économique. le Deutéronome (chapitre 23. mais tu n’en tireras point de ton frère. versets 35 à 37 énonce : « Et si ton frère est devenu pauvre. Il s’agit 5 Suivant la conception de christianisme Jusqu’à une date récente.

dattes contre dattes. qu’il soit donnant ou prenant. le Prophète (PLS) a dit : « Or contre or. dans sa lettre « lettre sur l’usure. on trouve le hadith du Prophète s’intéressant à d’autre forme. nous faisons D’après Abou Said Al Khoudri. en 1545. une série de versets énoncent l’interdiction de l’intérêt. D’ailleurs. main à main. que l’on nomme le figh al-mu’âmalât. Mais c’est la reforme de Calvin en 15457 que cette pratique dévient acceptable. cette condamnation a été abrogée par Vatican en 1917 en rendant licite le prêt à intérêt. » (Sourate 2. celui qui reçoit plus pratique l’usure. et renoncez au reliquat de l’intérêt. si vous êtes croyants. la légitimité de l’intérêt : le capital a un « caractère de bien immédiatement productif » et l’intérêt acquiert ainsi un caractère licite. » « Ho. cette interdiction constitue l’un des principes de la finance islamique. sous la plume de Calvin. En dehors du Coran. orge contre orge. Dans le Coran. mais tout en restant modeste. L’islam interdit la pratique quel que soit le taux d’intérêt perçu. égalité contre égalité. Chronique Finance Islamique Suivant la conception islamique Le paradigme de la finance islamique : « Parce qu’ils disent : Le commerce est semblable à l’usure Dieu a permis le commerce et a interdit l’usure » (Coran sourate 2 verset 275). les croyants ! Craignez Dieu . « Ceux mangent l’usure ne [pratiquent] de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. qui est l’intérêt résultant de la stipulation d’un terme et intérêts liés au retard de remboursement Riba al-nasi-a-. ou d’échange des produits alimentaires de même espèce. V. La finance islamique est régie par la loi musulmanes des affaires.8 » 7 C’est le protestantisme qui justifie. argent contre argent. il s’agit de certaines modalités de ventes. « Dieu anéantit l’intérêt et fait fructifier les aumônes.article n°5 Par ailleurs.). 8 Sahih Mouslim T5 P44 . 275 à 278. sel contre. références aux derniers versets 4 qui condamnent définitivement la pratique de l’intérêt/usure. Ce dernier puisse ses sources dans le Coran (les paroles divines) et la Sunna. Ces précédés concernent la forme de l’usure appelée usure du terme. Compte tenu de la détaille du document.

[…] Pour conclure. D’ailleurs. La fatwa précise que le niveau de profit peut varier à la hausse comme à la baisse. p. cependant. quelques fatwas –avis. adressa une lettre à Sayed Tantanoui l’imam de la mosquée d’El-Azhar au Caire. il circonstanciel de cause.55. ce sujet ne Chronique Finance Islamique contemporains : Outre ces sources canoniques. doit fournir des efforts pour réaliser un profit suffisant pour rémunérer le client et réaliser un profit pour sa propre entreprise. une autre fatwa a été émise par Youssef alQardhaoui qui autorisait « les musulmans vivant en occident. D’après Mohamed Talbi 10 Ibid. c’est-àdire.article n°5  Avis des savants 5 banque. Cette fatwa n’était pas partagée par tous les fougaha contemporains. 2011.et de la situation socio-économique du secteur et des niveaux de profit.. Dans la même lancé. En effet. . Hassan Abbas Zaki. lui. à avoir recours au prêt à intérêt dans l’unique but d’acheter un bien indispensable et de première nécessité. Ainsi. et qui ne peuvent bénéficier de prêts sans intérêt. mais secondaires. 9 Cité par Dhafer Saïdane la Finance Islamique à l’heure de la mondialisation. une riposte est vite faite par les acteurs de la finance islamique. président du Conseil d’Administration de la Société Arabe Internationale de Banque (SAIB). 10» Celle-ci aussi a créé la zizanie. en 2002. […] Cette détermination préalable du niveau de profit est bénéfique pour le client et pour la convient de noter qu’une fatwa a un effet mérite plus d’être l’ordre du jour. et de lieu.9». Le client connaît son droit et peut organiser sa vie en conséquence. voire même les annuler –fatwas-. Mais. le secteur bancaire notamment. la détermination préalable du profit de ceux qui investissent à travers les banques est licite et il n’existe aucune équivoque dans ce type d’opération. qui la jugeaient erronée. Le banquier. une fatwa a été émise par un groupe spécial en islam à travers l’Académie des Recherches Islamiques énonce que « lorsque la banque fixe à ses clients un niveau de profit. p.émises par les fuqaha contemporains mettent en nuance l’interdiction intégrale de la pratique du taux d’intérêt notamment dans le cadre de l’intermédiation financière –secteur bancaireLeur avis étant considérés comme l’une des sources de la loi musulmane des affaires. elle le fait sur la base d’études minutieuses des conditions du marché –tant national qu’international. avec le développement actuel de l’intermédiation financière islamique. de temps. Á cet effet. méritent d’être analysé. ancien ministre de l’Économie.52.

prônent la protection de l’homme et ses biens. US (France) Vice Président du Comité National de la Finance Islamique au Mali –CNFIM- Chronique Finance Islamique . certes il est le dominateur du système financier mondial. InchALLAH. nous allons étudier « Enjeux économiques du interdisent l’injustice sociale. nous allons essayer d’analyser les enjeux du système d’intérêt. usuraires Malgré ces méfiances à son sujet. tous Elles système d’intérêt. à la base les religions monothéistes ont des traits communs. EMS. Dans ce qui suit. système d’intérêt? » BOUARE Sidy Exécutive MBA Finance Islamique.article n°5 Après l’étude de la dimension juridique de l’intérêt suivant les pensées de trois religions monothéistes. malgré les discordances mises en exergues. d’ailleurs une source unique. Dans le prochain article n°6. le Conclusion : Supra. elles combattent aussi 6 les des pratiques marchands. même si ceci reste partiel dans les deux premières religions (judaïque et christianisme). Outre.